LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2)
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 28 Avr - 06:56 (2012)    Sujet du message: GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2) Répondre en citant





ONE WORLD ORDER - ONE WORLD RELIGION - REV. 13

WORLD INTERFAITH HARMONY WEEK COMMENCES


World Interfaith Harmony Week commences. Launched by the United Nations on February 1, 2011 as the first ever of its kind, the concept for World Interfaith Harmony Week was approved in November 2010 by the UN General Assembly. A statement was issued saying, "(The event is) devoted to spreading a message of interfaith harmony and goodwill in the world's churches, mosques, synagogues, temples and other places of worship... based on love of God and love of one's neighbor..., each according to their own religious traditions or convictions." In a message for the occasion, Secretary-General Ban Ki-moon noted that spiritual leaders and religious groups play an indispensable role in supporting efforts for peace. As such, World Interfaith Harmony Week is being commemorated around the world, with events that include Muslim and Christian leaders in Amman, Jordan coming together to visit a mosque and a church and pray for peace in the region; an interfaith festival of art and music in the Philippines, as well as others in South Africa, the United States and Australia.
Our earnest appreciation and accolades all participants of World Interfaith Harmony Week. May the faithful worldwide enjoy activities that bring an expansion of understanding and brotherly love among humanity across the globe.

VIDEO :

http://www.youtube.com/watch?v=yJrvazIRu5M
ONE WORLD ORDER - ONE WORLD RELIGION



SPECIAL EVENT TO MARK THE CONCLUDING DAY OF THE WORLD INTERFAITH HARMONY WEEK (1–7 February 2012)



"Common ground for the common good" on the occasion of the World Interfaith Harmony Week
07 February 2012

VIDEO :

http://www.unmultimedia.org/tv/webcast/2012/02/common-ground-for-the-common-good-on-the-occasion-of-the-world-interfaith-harmony-week.html




Dernière édition par maria le Mar 28 Aoû - 20:51 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 28 Avr - 06:56 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 7 Mai - 00:52 (2012)    Sujet du message: CREEPY DOCUMENT OF ROCKEFELLER FOUNDATION FORETELLING BOMB ATTACK AT LONDON OLYMPICS? Répondre en citant

CREEPY DOCUMENT OF ROCKEFELLER FOUNDATION FORETELLING BOMB ATTACK AT LONDON OLYMPICS?

... and more

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=k6SKVTnZPYA


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 20 Mai - 19:29 (2012)    Sujet du message: NEW INTERNATIONAL ORDER TO KEEP PEACE SAID POPE JOHN PAUL Répondre en citant

NEW INTERNATIONAL ORDER TO KEEP PEACE SAID POPE JOHN PAUL
Un article que je remets car il est très d'actualité. Ce document nous prouve que le Pape Jean-Paul II soutenait entièrement ce plan de fausse PAIX et de fausse SÉCURITÉ des NATIONS UNIES. Le Pape Benoît XVI a simplement continué d'aller de l'avant dans cet agenda occulte et des plus démoniaques. Nous voyons maintenant que le camp ennemi a bel et bien déclaré la guerre à Sa Majesté et à toute Sa création et qu'il avance avec un pas sûr sur toutes les nations. Au moment, où ce gouvernement mondial croira avoir acquis la victoire totale, le rocher d'Israël fondra sur EUX et ils ne pourront se relever. Lire Daniel 7.

Thu January 1, 2004
By Claire Soares

VATICAN CITY (Reuters) - The world needs a 'new international order' to solve its conflicts and ensure PEACE, Pope John Paul said in his New Year's Day address on Thursday.

The ghosts of 2003 -- when the United States invaded Iraq without United Nations approval -- dominated the pope's first speech of 2004.



'More than ever we need a new international order which draws on the experience and results of the United Nations,' the 83-year-old pontiff said at a mass in St Peter's Basilica.
'An order which is capable of finding adequate solutions to today's problems, based on the dignity of human beings, on integrating all society, on solidarity between rich and poor countries, on the sharing of resources and the extraordinary results of scientific and technological progress,' he added.

Speaking at Christendom's largest church, the pope urged people not to lose hope of finding peace in the Holy Land,

which the Vatican feels is vital to winning the war on terror.
'The land in which Jesus was born sadly continues to live in a dramatic condition. And in other parts of the world sparks of violence and conflict have not been extinguished either. But we need to persevere and not bow to the temptation of losing hope.'

Turning to Africa, the pope paid tribute to his Burundi ambassador, Michael Courtney, killed on Monday in an ambush the army has blamed on rebels who have refused to join a peace process to end a 10-year conflict.

'(He) was tragically killed...while he was going about his mission of promoting DIALOGUE and RECONCILIATION. We pray for him and hope his example and sacrifice will bear the fruits of peace in Burundi and the world,' the pope said.

The leader of the world's one billion Catholics, who suffers from Parkinson's disease that makes it difficult for him to talk, seemed alert and read all of his homily in a clear voice.

But it is unclear what 2004 holds for him. For the first time since his election in 1978, the pope enters the new year with no firm plans for travel, although there have been some invitations.

He was particularly weak on his last foreign trip, a visit to Slovakia in September, when aides had to read most of his addresses for him. © Reuters 2004.



http://www.stewwebb.com


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Juin - 17:24 (2012)    Sujet du message: ROCKEFELLER FOUNDATION PREDICTS 13,000 DEAD AT LONDON 2012 OLYMPICS (AND ONE WORLD AGENDA) Répondre en citant


ROCKEFELLER FOUNDATION PREDICTS 13,000 DEAD AT LONDON 2012 OLYMPICS (AND ONE WORLD AGENDA)

By James Britpod
theintelhub.com
June 7, 2012

A 2010 Rockefeller Foundation document entitled “Scenarios for the Future of Technology and International Development” outlines a scenario which results in the death of 13,000 during the 2012 Olympics.

The first worrying prediction begins in 2012 when ‘the pandemic the world had been anticipating for years’, finally hits, infecting nearly 20 percent of world population and claiming 8 million lives. Due to this pandemic, the Rockefeller Foundation outlines how the public will welcome a more authoritative government and a tighter control across all aspects of life, including Biometric IDs for all citizens.

The 2012 London Olympics Bombing

In the document, the Rockefeller Foundation ‘predicts’ that the decade of 2010-2020 will be named “The Doom Decade”, because of a wave of terrorist attacks, natural disasters as well as civil uprisings and financial collapses.

Citation:
The years 2010 to 2020 were dubbed the “doom decade” for good reason: the 2012 Olympic bombing, which killed 13,000, was followed closely by an earthquake in Indonesia killing 40,000, a tsunami that almost wiped
out Nicaragua, and the onset of the West China Famine, caused by a once-in-a-millennium drought linked to climate change.




Mirroring events in real life, the document also predicts that by 2015 a large share of the US’ armed forces are recalled from countries such as Afghanistan to be stationed domestically, apparently posse comitatus no longer being a concern.

Citation:
In 2015, the U.S. reallocated a large share of its defense spending to domestic concerns, pulling out of Afghanistan—where the resurgent Taliban seized power once again.



As is happening right now, the document outlines how nations will lose power over their own finances due to massive debt, apparently handing over financial sovereignty to the banking technocrats.

But the document doesn’t just cover these topics. The growing mistrust in vaccines is covered in the Rockefeller document, where they state that due to corruption within national and global bodies such as WHO, “bogus” vaccines will result in mass deaths. According to the paper, the resulting mistrust in vaccines results in a large number of parents who avoid vaccination, which causes infant and child morality to rise to levels not seen since the 1970s.

Citation:
In the context of weak health systems, corruption, and inattention to standards—either within countries or
from global bodies like the World Health Organization—tainted vaccines entered the public health systems of several African countries. In 2021, 600 children in Cote d’Ivoire died from a bogus Hepatitis B vaccine, which paled in comparison to the scandal sparked by mass deaths from a tainted anti-malarial drug years later. The deaths and resulting scandals sharply affected public confidence in vaccine delivery; parents not just in Africa but elsewhere began to avoid vaccinating their children, and it wasn’t long before infant and child mortality rates rose to levels not seen since the 1970s.




Technology becomes an increasing theater of battle in the Doom Decade, with cyber terrorism and hacking mafia organizations becoming more and more widespread. A worrying prediction outlined in the document covers “Bio-Hacking” where GMO and DoItYourself-Biotech push the Globalist’s love for Transhumanism forward.

Citation:
Interestingly, not all of the “hacking” was bad. Genetically modified crops (GMOs) and do-it- yourself (DIY) biotech became backyard and garage activities, producing important advances. In 2017, a network of renegade African scientists who had returned to their home countries after working in Western multinationals unveiled the first of a range of new GMOs that boosted agricultural productivity on the continent.



Just as desired by Globalists for over a hundred years, the developed world begins to fall back into feudalism, with the gap between the rich and poor growing to levels not seen for hundreds of years as the middle class becomes extinct.

The rich moving into fortress like compounds, whereas the poor are forced to move into ghettos. By 2030, the document portrays the “developed” and “developing” nations to no longer be relevant or distinguishable.



Agenda 21

The report also outlines several Environmental scenarios stemming from Climate Change which include a new worldwide economic system based on Green Infrastructure by 2018.

The Foundation describes how the resulting collapse of society requires an exodus out of rural areas and into urban environments for survivability, a bizarre take on reality where those living in urban environments are far more restricted in being self sufficient than those in rural areas who have the ability to more easily grow their own food.

Another mirror to Agenda 21 is the documents prediction that only the very rich will have the ability to travel, as prices skyrocket and the restrictions in the name of security reach such high levels that the poor simply cannot travel from their communities.

Conclusion

As with other such documents such as those released by RAND and the MoD in the UK, these predictive papers are a window into the think-tanks who help shape world events. Where the documents are always portrayed as simple predictions, it is important to realize that many such papers have been eerily accurate in the past and thus must be considered when such events unfold in the near future.

Documentation:

Scenarios for the Future of Technology and International Development
– The Rockefeller Foundation

This article was originally published at Liberty Tactics.

http://theintelhub.com/2012/06/08/rockefeller-foundation-predicts-13000-dead-at-london-2012-olympics/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 28 Juil - 19:24 (2012)    Sujet du message: LE PRÉSIDENT DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE APPELLE À LA MISE EN OEUVRE DU DOCUMENT FINAL DE RIO+20 Répondre en citant


LE PRÉSIDENT DE L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE APPELLE À LA MISE EN OEUVRE DU DOCUMENT FINAL DE RIO+20


Le Président de l’Assemblée générale, M. Nassir Abdulaziz Al-Nasser. Photo ONU/JC McIlwaine


27 juillet 2012 –

Le Président de la soixante-sixième session de l'Assemblée générale, M. Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a appelé vendredi les États Membres à mettre en œuvre le Document final de la Conférence des Nations Unies sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE « Rio+20 », qui s'est tenue le mois dernier au Brésil.

« Nous avons défini l'avenir que nous voulons », a déclaré M. Al-Nasser, en faisant référence au titre de ce document final, suite à son adoption par l'Assemble générale.

« Rio 1992 et Johannesburg 2002 ont permis de placer le développement durable au centre de l'attention, mais Rio+20 a permis une nouvelle vision; nous avons défini l'avenir que nous voulons », a-t-il déclaré, en présentant le texte, qui a été adopté par l'Assemblée.

Dans ce Document, long de 283 chapitres articulés autour des deux thèmes de Rio+20, « économie verte » et « cadre institutionnel du développement durable », les chefs d'État et de gouvernement invitent le Secrétaire général à établir un recueil des engagements volontaires pris par toutes les parties prenantes, sous forme d'un registre électronique devant fournir des informations transparentes et accessibles au public, et être mis à jour régulièrement.

S'agissant du financement, ils conviennent de mettre en place un processus intergouvernemental pour évaluer les besoins de financement, examiner l'efficacité, la cohérence et les synergies des instruments et cadres existants et évaluer d'autres initiatives, l'objectif étant d'établir un rapport proposant des options pour une stratégie efficace de financement. Un comité intergouvernemental de 30 experts sera chargé de mettre en œuvre ce processus et devra achever ses travaux d'ici à 2014.

Les chefs d'État et de gouvernement ont aussi décidé de créer une instance politique intergouvernementale pour, à terme, remplacer la Commission du développement durable. L'instance assurera le suivi des activités en évitant de manière rationnelle les doublons avec les structures, organes et entités existants.

Le plus important, a dit le Président de l'Assemblée générale, est de passer maintenant à la phase de la MISE EN OEUVRE. M. Al-Nasser a mis l'accent sur la nécessité d'une coopération au développement qui doit devenir « plus large et plus profonde » et « aller au-delà de l'assistance ».

« En adoptant cette résolution aujourd'hui, nous ouvrons un nouveau chapitre », a poursuivi M. Al-Nasser, concluant: « Rio+20 n'est pas une fin, mais un commencement, la promesse d'un meilleur avenir pour nous et nos enfants ».

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28668&Cr=Rio+20&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 20 Aoû - 19:05 (2012)    Sujet du message: EXCLUSIVITÉ FRANÇAISE DÉFRANCISATION Répondre en citant

EXCLUSIVITÉ FRANÇAISE DÉFRANCISATION






Parce qu’il faut parfois lire la presse étrangère pour découvrir les enjeux géopolitiques concernant notre pays, Défrancisation diffuse en exclusivité et grâce à ses lecteurs la traduction française d’un article paru le 12 mars 2011 dans le journal américain Foreign Policy Journal. Un document de plus qui confirme l’insupportable ingérence des autorités américaines en France, qui pour mener à bien le projet mondialiste, ont clairement décidé de transformer l’ensemble du caractère de la France, à commencer par sa propre identité en utilisant les minorités ethniques et religieuses destinées à servir les intérêts américains.
Un grand merci à l’équipe de traducteurs pour leur long et formidable travail : Pi31416, BernaD, BDPE, l’Entrepreneur, Klaußius Germanicus, Hugues et Derville qui nous a communiqué l’information.


Cet article est long mais particulièrement important dans son ensemble, c’est pourquoi nous avons décidé de le publier en intégralité.

Le projet Rivkin : comment la mondialisation utilise le multiculturalisme pour assujettir des nations souveraines. 

Le meilleur moyen de résoudre les conflits ethniques en France et de s’assurer que la France ne relèvera pas la tête pour s’opposer aux intérêts mondialistes US, c’est de créer une nouvelle synthèse culturelle dans laquelle il n’y aurait plus de culture française ou islamique, mais, sous l’étiquette des « droits de l’homme » et de l’ « égalité », une culture d’adolescents alimentée par Hollywood, MTV, le cyberespace, McDonald’s et Pepsi.

Du 19 au 22 Octobre 2010, Charles Rivkin, ambassadeur américain en France , a invité une délégation de 29 membres du Pacific Council on International Policy (PCIP) à une conférence en France, dont le but déclaré était de discuter des présences arabes et islamiques dans le pays [1] . La réunion faisait partie d’un vaste programme subversif ayant pour objectif de transformer l’ensemble du caractère de la France, et en particulier la conscience de la jeunesse française, programme comprenant l’utilisation des jeunes musulmans de France dans une stratégie mondialiste typiquement manipulatrice et se cachant derrière l’habituel paravent des « droits de l’homme» et de l’«égalité».

La délégation s’est ensuite penchée sur trois thèmes. Tout d’abord, le groupe a eu un échange d’idées avec le Dr. Bassma Kodmani, directeur du « Arab Reform Institute » sur la dynamique Franco-Musulmane en France, ainsi qu’avec Madame Rachida Dati, la première femme ministre d’origine maghrébine, et maire du 7ème arrondissement à Paris. Le tout fut suivi d’un déplacement à la Grande Mosquée de Paris pour une rencontre avec le Recteur et Directeur de Théologie, afin d’arriver à une appréciation plus profonde de cette dynamique.

Deuxièmement, rencontres avec monsieur Jean-Noel Poirier, VP-affaires externes chez Areva, et avec monsieur Brice Lalonde, ancien ministre de l’environnement et référant climatique, le tout dans un but de familiarisation avec les politiques énergétiques et nucléaires en France et aux USA. Finalement, la délégation s’est penchée sur les relations entre médias et culture en Californie (Hollywood), d’une part, et en France de l’autre par des rencontres au Louvre, au Musée d’Orsay, et chez France 24, média d’informations internationales et d’affaires courantes [2].

L’accent était mis avant tout sur le multiculturalisme, non seulement sur les relations avec les Arabes et les musulmans en France, mais surtout, sur l’influence de la culture hollywoodienne sur les Français.

Le PCIP, dont Rivkin est membre, a été fondée en 1995 comme un appendice régional de l’omniprésent groupe de réflexion Council on Foreign Relations (CFR) [3]. Il est basé à Los Angeles avec des membres et des activités le long de la côte ouest des États-Unis et à l’étranger. Le financement provient, entre autres : Carnegie Corporation of New York, Chicago Council on Foreign Relations, City National Bank, The Ford Foundation, Bill and Melinda Gates Foundation, The William & Flora Hewlett Foundation, Rockefeller Brothers Fund, The Rockefeller Foundation, United States Institute of Peace.[4] Le PCIP est donc un autre grand acteur dans le réseau mondialiste en comprenant des centaines d’organisations reliées entre elles, dans les lobbies, la société civile, les ONG et les think tanks, associés au gouvernement des États-Unis avec avec aussi des banques et d’autres sociétés. (…) = Élite mondiale sous le contrôle du Vatican et des Jésuites. Lieutenants de Lucifer pour la construction de la dernière Tour de Babel (village global)

Pourquoi la France ?

La France a longtemps été une épine dans le flanc de la mondialisation US, à cause de son attachement obstiné aux intérêts français autour du monde, plutôt qu’à ceux d’une « communauté mondiale » préfabriquée. Est-ce que ce fut seulement une coïncidence si la révolte étudiante de 1968, déclenchée pour une raison on ne peut plus puérile, arriva au moment où, à la fois, la CIA faisait un gros effort pour le financement des mouvements étudiants dans le monde, et où le président De Gaulle donnait bien du souci aux USA ?

De Gaulle se refusait de jouer la carte américaine de l’après-guerre. Il retira la France du commandement militaire de l’OTAN. Même pendant la 2e Guerre mondiale, comme chef des Français Libres, les USA se méfiaient de lui [5] . Il aurait été tout particulièrement inquiétant de voir De Gaulle plaider pour une Europe unie pour contrebalancer l’hégémonie US. [6] En 1959, lors d’un discours à Strasbourg : « Oui, c’est l’Europe de l’Atlantique à l’Oural, c’est l’ensemble de l’Europe qui décidera du destin du monde« .
L’expression impliquait la détente entre une Europe neutraliste à venir et l’URSS. En 1967 il décréta un embargo des ventes d’armes à Israël et se rapprocha du monde arabe. C’est le type d’homme d’état dont les mondialistes ont peur. Entre les bouffonneries de Sarkozy et la tension montante avec la jeunesse musulmane, un choc en retour pourrait amener au pouvoir un régime anti-mondialiste intransigeant et « xénophobe ». Dans le contexte actuel, quel meilleur moyen de saper le nationalisme français et décapiter toute résurgence d’une force anti-mondialiste que d’exploiter la vaste composante islamique non-assimilée de la France, tout comme la révolution bolchévique fut en grande partie le fait des minorités défavorisées de l’Empire Russe ?

Il est également curieux de noter l’intérêt porté par la délégation du PCIP à l’influence d’Hollywood sur la culture française. Cette préoccupation pourrait paraitre étrange au premier abord. Cependant, Hollywood, symbole d’une excroissance culturelle internationale, est un agent important de la mondialisation pour ce qui se révèle être une guerre culturelle mondiale. Le but ultime de la mondialisation n’est pas de promouvoir les identités et les cultures ethniques, mais plutôt de les submerger dans un vaste melting pot de consumérisme global, de déraciner l’individu de son identité et de son héritage, et de remplacer tout cela par le Centre Commercial mondial, et le « village global ». C’est ainsi que le multiculturalisme devrait être considéré : comme l’opposé de ce qu’il paraît. Bien loin de multinationales voulant promouvoir un soi-disant multiculturalisme pour garantir l’existence d’une diversité de cultures, comme l’expression le laisse croire; cela fait au contraire partie d’un processus dialectique par lequel, sous couvert d’un idéal humaniste, les populations d’héritages très différents sont déplacées à la surface de la terre comme des pions sur un échiquier. C’est un exemple de la « double pensée » orwellienne.[7]

Il est remarquable que les instigateurs de ces « révolutions de velours » qui balaient maintenant l’Afrique du nord et arrivent près de l’Iran sont pour la majorité des jeunes « sécularisés » sans racines traditionnelles fortes.

De la même manière, le meilleur moyen de résoudre les conflits ethniques en France et de s’assurer que la France ne relèvera pas la tête pour s’opposer aux intérêts mondialistes US, c’est de créer une nouvelle synthèse culturelle dans laquelle il n’y aurait plus de culture française ou islamique, mais, sous l’étiquette des « droits de l’homme » et de l »égalité », une culture d’adolescents alimentée par Hollywood, MTV, le cyberespace, McDonald’s et Pepsi. Que tout cela soit plus qu’une hypothèse, la preuve en est dans la manière dont les révoltes des jeunesses sécularisées qui se déroulent en ce moment en Afrique du nord ont été engendrées par une alliance d’intérêts privés, sponsorisés par le Département d’État US et diverses ONG comme Freedom House.[8] Les « révolutionnaires » d’Afrique du nord sont exactement les « musulmans » que les multinationales adorent: engendrés et nourris de mentalité de cyberconsommation.

Alors, où Rivkin et le Département d’état US veulent-ils en venir en France pour autant s’intéresser à la place d’Hollywood et des musulmans dans ce pays ?

___________________________________



Page 2 :
_

Le programme globaliste visant la France est déclaré suffisamment clairement : c’est la ré-éducation de la jeunesse française

En 2010, lorsque Rivkin invita une délégation du PCIP en France, il leur révéla son programme d’américanisation de la France, programme qui implique les minorités musulmanes, ainsi que l’endoctrination de ces jeunes Français ayant des ambitions mondialistes. Le ‘slogan’ de ce programme consistait en une référence constante à la responsabilité historique conjointe que la France et l’Amérique ont vis-à-vis de l’ « Égalité ». Ce programme ‘confidentiel’ fut révélé sur Wikileaks. Il a pour titre: « Stratégie d’implication des minorités » [9]. Rivkin y développe un programme ayant de vastes conséquences pour les affaires internes d’un pays souverain, tel qu’on veut mettre en application des changements d’attitude profonds de la part de jeunes musulmans et de jeunes Français, et ce, afin qu’ils se fondent en un nouveau genre humain: un « Homo Economicus », ce que l’analyste financier G. Pascal Zachary appelle « LE MOI Mondialiste » [10] , le tout pour le bénéfice de ce que Rivkin appelle les « intérêts nationaux » des USA.

Donc, Rivkin stipule que cette « Stratégie d’implication des minorités », vise directement les musulmans français. Il y stipule que: « Nous coordonnerons les activités des différentes sections de l’ambassade (USA), ayant pour cibles les ‘leaders’ communautaires influents, et nous évaluerons par la suite les résultats de notre stratégie au moyen de signes indicateurs de diverses natures [11].

Rivkin est certain que l’histoire de la France, teintée de libéralisme, « nous servira quant à la mise en pratique de cette stratégie, … selon laquelle nous faisons pression sur la France…. ». Notez l’expression: « faisons pression sur la France ». L’ordre du jour mondialiste (de l’Amérique) est lié, selon Rivkin, au plan de transformation de la France en une « entité politique intégrée selon nos intérêts quant à l’expansion de la démocratie et l’accroissement de la stabilité mondiale ».

Le programme vise les « élites » françaises et les communautés musulmanes, mais peut viser aussi la population au sens large, avec l’accent mis sur les jeunes.


Il faut donc inclure ici une redéfinition de l’Histoire de France, et y mettre l’accent sur le rôle des minorités non-françaises dans l’ensemble de cette histoire redéfinie. Cela sous-entend que la génération de jeunes américains Pepsi/MTV, ainsi que leurs guides/mentors issus des universités, serviront de repéres (de phares) en vue d’une transformation (formattage) de la culture française, et une ré-écriture de l’Histoire de France selon un schéma mondialiste. Pour y parvenir, il faut: « poursuivre et intensifier nos efforts visant les musées français, ainsi que les éducateurs français, afin qu’ils se plient à une réforme des programmes d’histoire enseignés dans les établissements scolaires français ». (NDLR, revoir : septembre 2010, réforme des cours d’histoire des collèges français).

La « tactique numéro trois » du programme « Stratégie d’implication des minorités » est intitulée « Lancement d’un projet d’aide sociale proactive à la jeunesse »

[Note de la traduction, Outreach = recherche des personnes qui ne demandent pas l'aide sociale dont elles pourraient bénéficier. Je le traduirai systématiquement par "aide sociale proactive".]

Comme dans d’autres états visés par le ministère américain des affaires étrangères et leurs alliés du Réseau Soros [tels que] Freedom House (Maison de la Liberté), Movement.org, National Endowment for Democracy (Dotation nationale pour la démocratie), Solidarity Center [12] (Centre solidarité) et cetera, la jeunesse révoltée constitue le point central du changement recherché.

Menant la charge dans cet effort, l’initiative de l’ambassadeur pour une aide sociale proactive opérant la liaison entre les divers services administratifs (inter-agency Youth Outreach Initiative) vise à « engendrer une dynamique positive au sein de la jeunesse française, dynamique qui mènera à un meilleur soutien pour les objectifs et les valeurs américains. » Ces intentions peuvent-elles être déclarées plus clairement? C’est l’américanisation, culturelle et politique.

C’est ici qu’on peut le plus facilement passer outre les phrases toutes faites et voir ce qui se cache derrière cette stratégie: former une génération « qui mènera à un meilleur soutien pour les objectifs et les valeurs américaines ». On fera passer aux yeux des Français ces « objectifs et les valeurs américaines » pour des « valeurs françaises » sur la base des idéaux bourgeois de 1789 qui continuent à encombrer l’idéologie française tant à gauche qu’à droite.

On enseignera aux jeunes Français à croire qu’ils maintiennent les traditions françaises, alors qu’ils se conduisent en idiots utiles de l’américanisation et de la banalité du supermarché global qui l’accompagne. On trace ainsi les grandes lignes d’un programme de portée considérable incorporant un éventail de méthodes endoctrinement :

« Pour atteindre ces buts nous bâtirons sur les vastes programmes déjà en place et développerons des moyens nouveaux, inventifs, pour influencer la jeunesse de France en recourant à de nouveaux média, à des partenariats d’entreprise, à des concours nationaux, à des aides sociales proactives ciblées, à des invités spéciaux américains [13]. »

Ce programme qui cible la jeunesse de France est semblable à celui qui ciblait la jeunesse qui a formé l’avant-garde des « révolutions de velours » de l’Europe de l’Est à l’Afrique du Nord. Les leaders en puissance seront accueillis par le ministère américain des Affaires étrangères en France et entraînés à jouer un rôle dans la France future à la mode américaine : « Nous élaborerons aussi de nouveaux outils afin d’identifier les futurs leaders français, en tirer des leçons, et les influencer.» « A mesure que nous élargirons la formation et les occasions d’échange de la jeunesse de France, nous continuerons à nous assurer absolument que les échanges que nous soutenons sont inclusifs.» « Nous bâtirons sur les réseaux de jeunes préexistants en France, et en créerons de nouveaux dans le cyberespace, connectant les uns aux autres les futurs leaders de la France en un forum dont nous aiderons à former les valeurs – des valeurs d’inclusion, de respect mutuel, de dialogue ouvert. [14]»

En plus d’influencer les musulmans de France, Rivkin préconise ici quelque chose de nouveau . Il déclare qu’une partie importante du programme tendra à cultiver dans la jeunesse française, dans les leaders potentiels, les idéaux « américains », sous couvert d’idéaux français. Le ministère américain des Affaires Étrangères et ses alliés du privé et des ONG ont l’intention de « former leurs valeurs. » Le programme globaliste visant la France est déclaré suffisamment clairement: c’est la ré-éducation de la jeunesse française. D’aucuns penseraient que c’est le rôle le plus important du gouvernement français, de l’Eglise catholique, et de la famille, de ces deux dernières en particulier.

A l’image des États choisis pour leur « révolutions de velours », une partie de cette stratégie inclut la démarcation des limites politiques acceptables. Comme Hillary Clinton l’a récemment déclaré à propos du genre d’État de l’après-kadhafi auquel s’attendent les pouvoirs américains en place, la nouvelle Libye devrait être une « démocratie inclusive, » ouverte à toutes les opinions, du moment que ces opinions incluent un engagement à soutenir « l’égalité » et la « démocratie »; en d’autres termes, il faut en Libye un nouvel exercice de la liberté, tant que cette liberté ne va pas au-delà de la définition qu’en a l’Amérique. Et si quelqu’un franchit la ligne de la démocratie acceptable, il y a des bombes américaines prêtes à intervenir.= Hillary Clinton est 100% pro-islamiste et proumouvoit la démocratie des frères musulmans.

En conséquence, la « Tactique numéro 5″ déclare :

« Cinquièmement, nous continuerons notre projet de partager les meilleures pratiques avec les jeunes leaders, y compris les jeunes leaders politiques de tous les partis modérés pour qu’ils aient la trousse à outils et le guidage pour aller de l’avant. Nous créerons ou encouragerons des programmes d’échange et de formation qui enseignent la valeur durable de l’inclusion large aux écoles, aux groupes de citoyens, aux bloggueurs, aux conseillers politiques, et aux hommes politiques locaux.[15]» Rivkin fait là l’ébauche d’un programme de formation des futurs leaders politiques et municipaux de la France.

Alors que les programmes des ONG ayant l’aval du gouvernement américain, comme la Dotation Nationale pour la Democratie (National Endowment for Democracy) sont conçus pour développer des programmes et des stratégies complets à l’usage des partis politiques de « démocraties émergeantes » (sic), ceci peut être rationalisé en déclarant que certains États souffrent d’un manque d’expérience en politique de parti libérale-démocratique. On peut difficilement user du même argument pour justifier l’ingérence américaine dans la politique de parti en France. = NED associé avec Caritas International (Vatican)

A cet effet Rivkin déclare que les mille professeurs d’anglais américains employés dans les écoles françaises seront équipés des matériaux de propagande nécessaires à inculquer à leurs élèves les idéaux désirés :

« Nous fournirons aussi les outils pour enseigner la tolérance à ce réseau de plus de mille étudiants universitaires américains qui enseignent l’anglais chaque année dans les écoles françaises. »

Ce programme de grande ampleur sera coordonné par le « Groupe de Travail des Minorités » (Minority Working Group) en « tandem » avec « l’Initiative d’aide sociale proactive à la jeunesse » (Youth Outreach Initiative). Une des questions surveillées par ce groupe sera la « réduction du soutien populaire aux partis politiques et aux plateformes xénophobe », et ce afin de garantir que le programme fonctionne comme il devrait, pour contrer le succès de tout parti « extrême » ou « xénophobe » qui pourrait poser un défi à la globalisation. = Youth Outreach Initiative associé avec Caritas International (Vatican)

Rivkin révèle la nature subversive du programme quand il déclare: « Bien que nous ne pourrions jamais nous attribuer le mérite de ces développements positifs, nous concentrerons nos efforts sur la mise à exécution des activités décrites ci-dessus, qui aiguillonnent, exhortent et stimulent le mouvement dans la bonne direction. »

Quelle serait la réaction si le gouvernement français, à travers son ambassade à Washington entreprenait un programme de changement radical des Etats-Unis en conformité avec les « intérêts nationaux français » inculquant, grâce à un « programme agressif d’aide sociale proactive » ciblé sur la jeunesse, les « idéaux français » déguisés en « idéaux américains des droits de l’homme »?

Quelle serait la réaction de l’administration américaine si elle découvrait que le gouvernement français essayait d’influencer l’attitude des Afro-Américains, des Amérindiens, et des Latino-Américains ?

Et si les représentants français recevaient l’ordre de saisir chaque occasion de harceler les représentants américains pour qu’ils demandent pourquoi il n’y a pas plus d’Amérindiens au gouvernement ?

Quelle serait la réaction officielle des Etats-Unis s’il s’avérait que les professeurs de français dans les écoles américaines essayaient d’inculquer aux élèves américains des idées au service des intérêts français, et de rediriger leurs attitudes dans une direction francophile en politique extérieure ?

On peut déduire cette réaction hypothétique de celle des Etats-Unis face à la « conspiration soviétique » lorsque des comités du Sénat et du Congrès furent formés pour enquêter sur quiconque s’était trouvé vaguement associé ou accusé d’être aligné à l’URSS. Où est la différence? Les Etats-Unis sont coupables d’une stratégie subversive au profit de leur élite globaliste coopérante. Ce n’est pas comme si les Etats-Unis avait un héritage culturel qui leur permette de se présenter à quelque nation européenne que ce soit, et encore moins à la France, en modèle de bon goût et de raffinement artistique sur lequel reconstruire une identité nationale dans un processus dialectique qui demanderait une déconstruction culturelle.

________________________________

Page 3

Le rôle du multiculturalisme dans l’agenda mondialiste

L’offensive Rivkin est la dernière d’un programme de longue durée visant à saper l’identité française.

Nombre d’objectifs ont été imposés sous la bannière du multiculturalisme et de ses slogans associés –« égalité », « droits de l’Homme ». Comme le mot « démocratie », utilisé dans l’histoire récente pour justifier le bombardement de divers États, ces slogans sont souvent une rhétorique destinée à tromper les naïfs, pendant que sont cachés les véritables objectifs de ceux que motivent le pouvoir et la cupidité. On pourrait songer à la manière avec laquelle le problème des travailleurs étrangers a été instrumentalisé pour justifier les guerres anglo-boers, dont le but était de livrer les richesses minières sud-africaines à Cecil Rhodes, Alfred Beit et consorts. Un cas similaire s’est reproduit récemment, sous le nom de « combat contre l’Apartheid ». Alors que le monde célébrait l’accession au pouvoir de l’ANC, les entreprises publiques ou parapubliques étaient en cours de privatisation pour être vendues au capitalisme mondial, sans qu’en profitent le moindrement les Africains. Patriarche du capitalisme sud-africain, dont la famille était l’ennemie héréditaire des Afrikaners, Harry Oppenheimer mourut en 2000.

Nelson Mandela lui rendit cependant hommage : « Sa contribution pour l’établissement d’un partenariat entre les grandes entreprises (big business) et le nouveau gouvernement démocratique ne sera jamais assez appréciée. » [16] La « démocratie » d’Oppenheimer et des autres ploutocrates en tandem avec l’ANC a donné licence au Capital mondial d’exploiter le pays. En 1996, Mandela exposa le résultat de cette « longue marche pour la liberté » : « La privatisation est la politique fondamentale de l’ANC et le restera. » [17] = Nelson Mandela est un Knight of Malta

Même résultat en Afrique du Sud qu’au Kosovo : la « libération » des minerais au nom de la « démocratie ». (Au Kosovo, étaient défendus les droits des musulmans sous domination serbe, alors que d’autres musulmans, indépendants, étaient bombardés pour être soumis aux USA et à leurs alliés).

En commentaire à la privatisation de l’eau de Johannesbourg, désormais contrôlée par la société française Suez-Lyonnaise des Eaux, l’ANC publia un communiqué selon lequel « Eskom (équivalent local d’EDF) est une entreprise parapublique créée durant l’Apartheid, que le gouvernement démocratiquement élu a entrepris de privatiser, dans le but de lever des fonds. » [18] Le destin des entreprises parapubliques importe davantage que le renversement de l’Apartheid pour comprendre ce qui s’est passé en Afrique du Sud, et constitue un cas d’école pour l’étude du fonctionnement de la mondialisation.

Le caractère du capitalisme mondial.

La nature de la dialectique mondialiste a été expliquée de manière particulièrement convaincante par Noam Chomsky :

« Le capitalisme n’est pas foncièrement raciste ; il peut exploiter le racisme pour ses fins, mais le racisme ne lui est pas intrinsèque. Le capitalisme veut fondamentalement des gens qui seraient des rouages interchangeables, et leurs différences, comme celles basées sur la race, sont ordinairement inutiles. Elles peuvent être fonctionnelles un temps, pour surexploiter une main-d’œuvre, mais ces situations sont exceptionnelles. Au long cours, vous pouvez vous attendre à ce que le capitalisme soit antiraciste, précisément parce que le capitalisme est antihumain et que la race est une caractéristique humaine (qui n’a aucune raison d’être négative). Ainsi donc, les identifications basées sur la race interfèrent avec l’idéal capitaliste de base, selon lequel les gens devraient être disponibles seulement comme consommateurs et producteurs, rouages interchangeables qui achèteront toute la camelote produite : c’est leur fonction ultime, et toute autre caractéristique qu’ils pourraient avoir est inopportune et habituellement néfaste. » [19]

 La France comme laboratoire social de la globalisation: Paris comme « ville globale »

L’offensive Rivkin est la dernière d’un programme de longue durée visant à saper l’identité française. La France est une dichotomie de cosmopolitisme, résultat de la révolution de sa bourgeoisie de 1789, qui garde néanmoins un traditionalisme et un nationalisme têtus, que les globalistes appellent « xénophobie ». Elle se manifeste même de modestes façons telles que l’obligation légale qu’ont les fonctionnaires et les hommes politiques de s’adresser en français aux médias étrangers, même s’ils maîtrisent d’autres langues, ou encore la résistance généralisée aux McDonald.
La France, comme une grande partie du reste du monde, mène une bataille perdue d’avance contre la globalisation. = Le peuple, peut-être mais pas l'élite en place.

La rubrique de Jeff Steiner intitulée « Américains en France, » parle de la façon dont les Français se sont naguère opposés à l’ouverture de la chaîne américaine de restauration rapide comme faisant partie d’une « invasion culturelle américaine. »

Cela semble être du passé, puisque McDonald est si bien devenue une partie de la culture française qu’il n’est plus vu comme une importation d’Amérique, mais comme 100% français. En un mot, la France, comme bien d’autres pays, a pris goût à McDonald. J’ai été dans plusieurs McDonald en France et, excepté un à Strasbourg dont l’extérieur est bâti en style traditionnel alsacien, tous les McDonald que j’ai vus en France ne diffèrent en rien des américains.

Certes, il y a ceux qui vouent toujours McDo aux gémonies (ils constituent aujourd’hui un tout petit groupe auquel presque personne ne fait attention) en tant que symbole de l’américanisation de la France, et qui y voient aussi la France perdre son individualité culinaire. Le menu d’un McDonald français est presque la copie exacte de ce que vous trouveriez dans n’importe quel McDonald d’Amérique. Il m’a paru un peu bizarre de pouvoir passer commande comme je l’aurais fait aux Etats-Unis, je veux dire en anglais, avec juste une ou deux prépositions rajoutées en français.

Pour parler franc, les Français qui mangent chez McDonald se sentent tout aussi chez eux que n’importe quel Américain. [20]


Cet exemple apparemment mineur est en réalité d’une grande importance car il montre comment aussi une culture forte que celle, jusqu’à récemment, d’une nation immensément fière, peut succomber, surtout sous les coups d’un marketing ciblant les jeunes.

[NdT] « impress » est ici un coup de tampon.

C’est une démonstration typique de la standardisation qu’implique la culture d’entreprise américaine. C’est ce que désire l’élite globaliste à l’échelle mondiale, jusque dans les détails de ce qu’on mange. Il est à noter que l’avant-garde de la résistance initiale à l’ouverture des McDonald est venue des fermiers, un segment traditionaliste de la population de l’Europe, qui de plus en plus sont une exception et deviendront sous le régime globaliste une espèce disparue au cours du processus de corporatisation agricole.

Néanmoins, étant donné le rôle historique de la France dans le maintien de la souveraineté face aux intérêts américains, et même aujourd’hui avec son opposition à la guerre d’Irak, la France reste un des rares états potentiellement dérangeants d’Europe.


Un autre sujet de souci est que les Français, en dépit de leur acceptation des McDonald, et de leur goût pour la télévision-poubelle américaine, traduiraient les restes de leur « xénophobie » en portant au pouvoir un parti véhémentement anti-globaliste, comme le réflètent les fluctuations électorales du Front National dont la politique ne s’accorderait ni à la politique étrangère américaine, ni à la privatisation et l’américanisation culturelle.

Par conséquent le Front National, comme les autres partis anti-globalistes, peut être attaqué par des slogans qui font diversion sur le « racisme » et la « haine » afin de détourner l’attention du véritable souci qui est l’anti-globalisation.

Ceci est une raison majeure pour laquelle le programme interventionniste et subversif de Rivkin pousse à l’assimilation des musulmans dans la société française, ce qui aurait aussi pour résultat de transformer de fond en comble la conscience française en un moule plus complètement cosmopolite.

Cette intention est suffisamment claire dans les documents de l’ambassade Rivkin où il est déclaré que l’Ambassade surveillera les effets du programme d’aide sociale proactive sur le « recul du soutien populaire aux partis politiques et plateformes xénophobes. »


Dans leur étude de l’entreprise globale intitulée « Global Reach » [21] qui se basait sur des interviews de cadres d’entreprise, R.J. Barnet et R.E. Muller ont montré que les élites françaises d’affaires cherchent depuis longtemps à saper les fondations de la tradition française. Le président de la IBM World Trade Corporation, Jacques Maisonrouge, « se plaît à souligner que « à bas les frontières », slogan révolutionnaire du soulèvement de 1968 à l’université de Paris (à laquelle certains de ses enfants ont pris part) est aussi un slogan de bienvenue chez IBM. » [22]

Maisonrouge a déclaré que les « Managers Mondiaux » (comme Barnett et Muller appellent les cadres d’entreprise) croient qu’ils rendent le monde « plus petit et plus homogène. » [23] Maisonrouge décrit de manière approbatrice le cadre d’entreprise globale comme « des carriéristes internationaux détribalisés. » [24] C’est cette « détribalisation » qui est la base d’une culture consumériste mondiale nécessaire à une création plus efficace d’une économie mondiale.
Au cours des années 1970 Howard Perlmutter et Hasan Ozekhan, membres du Programme Mondial des Institutions à l’Ecole des Finances de Wharton préparèrent un plan pour un « cité globale. »

Paris fut choisie à cet effet. Le professeur Perlmutter était conseiller auprès d’entreprises globales. Son plan fut commandé par l’agence de planification du gouvernement français afin de déterminer au mieux comment faire de Paris une « cité globale. »

Perlmutter prédisait que les villes deviendraient « cités globales » au cours des années 1980. Pour Paris cela requérait de « devenir moins française » et de subir une « dénationalisation. »

Cela, disait-il, requiert un « changement psycho-culturel d’image par rapport à l’impression traditionnelle de « xénophobie », changement dont les Français semblent ne pas vouloir. » Les parallèles sont évidents avec le présent programme de Rivkin.

Perlmutter suggérait que le meilleur moyen de débarrasser la France de son nationalisme était d’y introduire le multiculturalisme. Il se faisait l’avocat de « la globalisation des évènements culturels » tels que les festivals de rock internationaux comme antidote contre « une culture trop nationale et parfois nationaliste. » [25] Ce dessein de saper la culture française « trop nationale et parfois nationaliste » est-il le but de l’intérêt porté par Rivkin aux associations entre la culture française et celle d’Hollywood, comme le rapport le PCIP lui-même concernant la délégation qui s’est rencontrée en France en 2010, quand cette « délégation a exploré les connections entre les média et la culture en Californie (Hollywood) et en France ». [26]

Rivkin connaît la valeur du divertissement dans la transformation des attitudes, surtout chez les jeunes. Après avoir travaillé comme analyste financier d’entreprise chez Salomon Brothers, Rivkin est entré à la Jim Henson Company en tant que directeur du planning stratégique. Deux ans plus tard il était promu vice-président.

La Jim Henson Company, outre produire les sympathiques personnages de « Sesame Street, » avait un agenda social ciblant les très jeunes enfants.

Le dessein d’ingénierie sociale devient évident quand on se souvient que cette production était financée par le Fondation Ford, la Carnegie Corporation, et le Ministère de l’Education des USA.

Lawrence Balter, professeur de psychologie appliquée à l’Université de New-York, a écrit à propos de cette production qu’elle « initiait les enfants à un large éventail d’idées, d’informations, d’expériences à propos de divers sujets comme la mort, l’orgueil culturel, les relations entre les races, les handicapés, le mariage, la grossesse, et même l’exploration de l’espace. »

Cette série [Sesame Street} fut la première à avoir recours à des chercheurs en pédagogie, et à former un Département de Recherche. [27]

Il est d’intérêt passager que le Carnegie Corporation et la Fondation Ford parrainnent aussi le Pacific Council on International Policy (Concile du Pacifique sur la Politique Internationale).


Que l’on croie ou non que de telles méthodes visant les enfants de l’école maternelle sont dignes d’éloge dépend de la perspective de chacun, de la même façon que quelqu’un pourrait approuver le programme Rivkin pour inculquer à la jeunesse française les idéaux globalistes au service des « intérêts américains. »
______________________________________________


Page 4 :

Créer le consommateur mondial : homo economicus : le moi universel.


La doctrine Rivkin pour la France –qui, selon le document divulgué, doit être conduite de manière subtile– est un vaste programme subversif pour transformer en particulier les jeunes en clones mondiaux dépourvus d’identité culturelle, tout en procédant, à la manière de la « double pensée » orwellienne, au nom du « multiculturalisme ».

Comme l’a souligné Chomsky, le capitalisme mondial considère les être humains comme les rouages interchangeables d’un cycle de production et de consommation.

Le sommet de l’évolution humaine en entreprise est la transformation en « détribalisés, en hommes de carrière internationale », décrits avec enthousiasme par Pascal Zachary, journaliste financier, comme étant une « aristocratie mondiale informelle », recrutée par les entreprises dans le monde entier, dépendants totalement de leurs compagnies et « peu du grand public », une nouvelle classe désentravée de liens nationaux, culturels ou ethniques.

Barnett et Müller citent John Powers (Pfizer), selon lequel les multinationales sont des « agents de changement, socialement, économiquement et culturellement. » Ils déclarent que les dirigeants mondiaux voient le « nationalisme irrationnel » comme inhibant « la libre circulation des capitaux, des technologies, des biens à l’échelon mondial ». Un aspect crucial du nationalisme est que les « différences d’attitudes psychologiques et culturelles compliquent l’homogénéisation de la planète en une unité intégrée. Le nationalisme culturel est également un grave problème car il menace le concept de supermarché mondial. »

C’est ce « nationalisme culturel », qui est décrit par Rivkin et les autres partisans du mondialisme, comme de la « xénophobie » -encore que la « xénophobie » puisse servir une aventure militaire, quand pots-de-vin, embargos et menaces ne ramènent pas un État réticent dans la ligne, comme la Serbie, l’Iraq, et peut-être bientôt, la Libye. Alors, l’élite mondialiste américaine et ses alliés deviennent patriotes, quoique sans beaucoup se battre.

Barnett et Müller citent A W Clausen quand il dirigeait la Bank of America, affirmant que les différences nationales, culturelles et raciales créent des « problèmes de commercialisation », et déplorant que n’existe pas « un marché mondial uniforme ». Harry Heltzer, directeur de 3M, déclarait que les multinationales sont une « voix puissante pour la paix mondiale parce que leur allégeance ne va pas à une quelconque nation, langue, race ou croyance, mais à l’une des meilleures aspirations de l’humanité : que les peuples du monde puissent être unis dans un partenariat économique. »

Ces « meilleures aspirations de l’humanité » connues ailleurs comme la cupidité, l’avarice, le culte de Mammon… ont saccagé la terre, déséquilibré l’économie, et reposent sur l’usure, qui en des temps meilleurs était considérée comme un péché. Ces « meilleures aspirations » ont causé plus de guerres que tout dictateur « xénophobe », le plus souvent au nom de la « paix dans le monde » et de la « démocratie ».

La doctrine Rivkin pour la France –qui, selon le document divulgué, doit être conduite de manière subtile– est un vaste programme subversif pour transformer en particulier les jeunes en clones mondiaux dépourvus d’identité culturelle, tout en procédant, à la manière de la « double pensée » orwellienne, au nom du « multiculturalisme ».

Source : Foreign Policy Journal

Notes

[1] “2010 France Country Dialogue,” PCIP, http://www.pacificcouncil.org/page.aspx?pid=583

[2] “2010 France Country Dialogue,” ibid.

[3] “Founded in 1995 in partnership with the Council on Foreign Relations,” PCIP, Governance, http://www.pacificcouncil.org/page.aspx?pid=373

[4] Corporate and Foundation funding: http://www.pacificcouncil.org/page.aspx?pid=513

[5] S Berthon, Allies At War, (London: Collins, 2001), p. 21.

[6] A Crawley, De Gaulle (London: The Literary Guild, 1969), p. 439.

[7] “The power of holding two contradictory beliefs in one’s mind simultaneously, and accepting both of them….” George Orwell, Nineteen Eighty-Four (London: Martin Secker and Warburg, 1949), Part 1, Ch. 3, p. 32

[8] K R Bolton, “Twitters of the World Revolution: The Digital New-New Left,” Foreign Policy Journal, February 28, 2011, http://www.foreignpolicyjournal.com/2011/02/28/twitterers-of-the-world-revolution-the-digital-new-new-left/

Tony Cartalucci, “Google’s Revolution Factory – Alliance of Youth Movements: Color Revolution 2.0,” Global Research, February 23, 2011, http://www.globalresearch.ca/index.php?context=va&aid=23283

[9] C Rivkin, “Minority Engagement Report,” US Embassy, Paris, http://www.wikileaks.fi/cable/2010/01/10PARIS58.html

[10] G Pascal Zachary, The Global Me: Why Nations will Succeed or Fail in the Next Generation (New South Wales, Australia: Allen and Unwin, 2000).

[11] C Rivkin, op. cit.

[12] K R Bolton, “The Globalist Web of Subversion,” Foreign Policy Journal, February 7, 2011, http://www.foreignpolicyjournal.com/2011/02/07/the-globalist-web-of-subversion

[13] C Rivkin, op. cit.

[14] C Rivkin, ibid.

[15] C Rivkin, ibid.

[16] “Mandela honours ‘monumental’ Oppenheimer”, The Star, South Africa, August 21, 2000, http://www.iol.co.za/index.php?set_id=1&click_id=13&art_id=ct20000821001004683O150279

[17] Lynda Loxton, , “Mandela: We are going to Privatise,” The Saturday Star, May 25, 1996, p.1.

[18] ANC daily news briefing, June 27, 2001. See also “Eskom”, ANC Daily News Briefing, June 20, 2001,70.84.171.10/~etools/newsbrief/2001/news0621.txt

[19] Noam Chomsky, Understanding Power: The Indispensable Chomsky (New York: The New York Press, 2002), pp. 88-89.

[20] J Steiner, “Americans in France: Culture: McDonalds in France,” http://www.americansinfrance.net/culture/mcdonalds_in_france.cfm

[21] R J Barnet and R E Müller, Global Reach: The Power of the Multinational Corporations (New York: Simon and Schuster, 1974).

[22] R J Barnet and R E Müller, Ibid., p. 19. For an update on Maisonrouge see: IBM, http://www-03.ibm.com/ibm/history/exhibits/builders/builders_maisonrouge.html

[23] Barnett &, Müller, ibid., p. 62.

[24] R J Barnet and R E Müller, ibid.

[25] R J Barnet and R E Müller, ibid., pp. 113-114.

[26] “2010 France Country Dialogue,” PCIP, op. cit.

[27] L Balter, Parenthood in America: An Encyclopaedia, Vol. 1 (Santa Barbara, California: ABC-CLIO, 2000), p. 556.

[28] G Pascal Zachary, The Global Me (New South Wales: Allen & Unwin, 2000).

[29] Barnett & Müller, op.cit., p. 31.

[30] Barnett & Müller, ibid.,p. 58.

[31] Barnett & Müller, ibid.

[32] Barnett & Müller, ibid., p. 106.

http://www.defrancisation.com/le-projet-rivkin-comment-la-mondialisation-utilise-le-multiculturalisme-pour-assujettir-des-nations-souveraines/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 27 Aoû - 22:36 (2012)    Sujet du message: UNITED NATIONS: TAKING OVER THE USA + WORLD Répondre en citant

UNITED NATIONS: TAKING OVER THE USA + WORLD



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=FZW2RJKiQ0w&feature=plcp


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mar 28 Aoû - 20:51 (2012)    Sujet du message: THE NEW AGE OF RESTRUCTURING Répondre en citant

THE NEW AGE OF RESTRUCTURING


By Father Eugene Hemrick  
 
In an age of endless restructuring, will we ever be able to settle down and just enjoy the status quo?  
 
To answer this, we need to interpret what is meant by “turmoil.” Does it connote chaos and pandemonium, or is it simply the commotion that comes with restructuring?  
 
I believe it is both: restructuring generating commotion that is often interpreted as pandemonium.  
 
Recently, the Archdiocese of Philadelphia announced that it would close and/or merge a large number of schools. It isn’t giving up on Catholic education; rather, it is restructuring its resources to create new life in its educational mission.  
 
No doubt some people are confused and are asking, “Why can’t we leave things as they are?” Restructuring includes change, commotion and new ideas, and as Shakespeare once noted, “Knowledge maketh a bloody entrance.”  
 
When we reflect on today’s society, it leaves little doubt we have entered an age of endless restructuring. Aging water conduits feeding our cities are breaking down.  
 
Plumbing systems no longer have the capacity to meet demands. Bridges and roads are crumbling.  

Our means of transportation need an overhauling to counter the incivility that has invaded them. Old architectural wonders no longer can be maintained.  
 
And then there is the need for restructuring the economy and the business world and developing inventive theories that contain updated ethical standards.  

As our problems become increasingly complex, new laws need to be written to iron them out.  
 
As the government founders, political and social scientists and a new, sage voice of the people are needed to create more efficient and effective structures of government service.  

Having entered the new age of radical restructuring, what should be our attitude toward it?  
 
Late San Francisco business leader Cyril Magnin said, “Never look at the doors closing behind you or you’ll miss the ones opening ahead.”  
 
As sentimental human beings, we tend to cling to and romanticize the past.

Magnin encourages us to dream of the new opportunities and creations awaiting us.  
 
Spanish poet Juan Ramon Jimenez invites us to embrace the nobility of restructuring when he states, “A permanent state of transition is man’s most noble condition.”  
 
Wherever we go these days, we will experience restructuring.  
 
It can either cause exhilaration or sadness, depending on how we see it.  
Father Eugene Hemrick’s column is carried by Catholic News Service.  
 
 
Digital paper  
201201314156.pdf  




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Sep - 14:46 (2012)    Sujet du message: NATIONS CALL FOR A NEW WORLD ORDER PREPARING FOR ARMAGEDDON Répondre en citant



NATIONS CALL FOR A NEW WORLD ORDER PREPARING FOR ARMAGEDDON



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=5X02bW_13k8


WILLIAM COOPER - YESHUAH (JESUS CHRIST NEVER LIED TO ANYBODY



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=VEDan5JZj7Y


First women : false church of Jesus Christ - Roman Empire (control by the dragon - Lucifer who wants to eliminate the true church of Jesus Christ) .

"And the dragon was wroth with the woman, and went to make war with the remnant of her seed, which keep the commandments of God, and have the testimony of Jesus Christ."
Revelation 12:17

Second women : true church of Jesus Christ

"Rejoice over her, thou heaven, and ye holy apostles and prophets; for God hath avenged you on her"
Revelation 18:20

Destruction of the false church of Christ by the Messiah who will return on earth

" His legs of iron, his feet part of iron and part of clay.
Thou sawest till that a stone was cut out without hands, which smote the image upon his feet that were of iron and clay, and brake them to pieces.
Then was the iron, the clay, the brass, the silver, and the gold, broken to pieces together, and became like the chaff of the summer threshingfloors; and the wind carried them away, that no place was found for them: and the stone that smote the image became a great mountain, and filled the whole earth.
This is the dream; and we will tell the interpretation thereof before the king."
Daniel 2:33-36



THE NEW WORLD ORDER OF THE DRAGON (VATICAN)

 THE COMMON GOOD IS THE CENTER OF HOLY SEE'S INTERNATIONAL AGENAD – CHRONICLES FROM THE STUDIUM AQUINATIS, PART I

By Andrea Gagliarducci On 6 agosto 2012 · Leave a Comment · In Holy See



The Holy See’s International agenda? The common good. Dominique Mamberti, Secretary for Relations with States of the Vatican Secretariat of State, explained it in an insightful lecture on «The Social Doctrine of the Church in International Relations» to the young students of the Studium Aquinatis-Workshop on the Social Doctrine of the Church (organized by Circolo San Tommaso d’Aquino). The workshop took place in Canneto – an Italian Marian sanctuary in the Southern Latium – July 21 to 23. There, the Vatican “Minister of Foreign Affairs” outlined the key points of the international agenda of the Holy See: from the protection of family and life to religious freedom, commitment to peace, and subsidiarity. Mamberti also underlined the value of democracy, which «always means responsibility and participation, rights and duties». The ultimate aim is the human person, pursuant to the «integral humanism» that has enthused the Church since the times of Thomas Aquinas. The «tool» to reach the goal of integral human development is the Holy See. The Holy See is a tool «in the world», because it works within the community of nations, accepting the rules of diplomacy. But the Holy See, at the same time, is not a tool «of the word». «The Holy See – Mamberti says – does not focus (narrowly) on specific diplomatic situations. It aims to promote a society based on law and justice: this is the only way to avoid the spread of multiple conflicts and to promote the formation of a society at peace».

The Church in the community of nations

This is the reason why the Holy See is present within the diplomatic framework of the community of nations –the only religious, not political, institution therein. «Reawake and inspire consciences», this is the task of the Church’s international agenda, according to Mamberti. The Social Doctrine of the Church, in fact, is rooted in the heart of man. As is the Charter of the United Nations. In the preamble of the Charter, the founders of the United Nations reaffirmed «faith in fundamental human rights, in the dignity and worth of the human person, in the equal rights of men and women and of nations large and small». The choice of the word «faith» is revealing. Faith makes reference to deeply held beliefs. So, the United Nations is based on this faith in man’s rights that all peoples can relate to, no matter what their religious beliefs may be.

Mamberti explains that «the Holy See has always worked to uphold the centrality of the human person. This vision comes from the human person’s true nature. No one should lose sight of the basic principle that man is at the center of the concerns of the international community».

The Church’s struggles

Mamberti presents an example. He remembers the Church’s struggles for life, he underlines that «even if the right to life is affirmed, it is also ever increasingly questioned. It suffices to think about the debate on abortion, on human embryo experimentations, on euthanasia. Countries speak about “reproductive health” euphemistically. And “to die with dignity” is just a slogan to support euthanasia. It is very important to be alert to defend the right to life».

The Holy See diplomatic work is never ending, and it is always more sophisticated. Diplomacy must «fight» a change of vocabulary that Silvano Maria Tomasi, permanent observer of the Holy See to the UN office in Geneva, described as the change of a way of thinking: «The change of the vocabulary –Tomasi wrote – began with the sexual revolution of 1968 and asserted itself after the fall of the Berlin Wall in 1989». It was then that the two blocks of the Cold War were replaced by a plurality of actors in the international scenario. «In this new situation – Tomasi explained in a debate on February 17, 2011– the United Nations felt freer. Moreover: they felt charged with the specific mission to promote practical priorities that – according to the advisors involved – would have led to a more rightful and free world.»

From 1989 on, the new language to sustain this mission has been built up on a series of «key words»: human globalization, sustainable development, good governance, world ethic, cultural diversity, dialogue among civilizations, quality of life, gender, equal opportunities, homophobia, sexual orientation, safe abortion, future generation rights, non-governmental organization, partnerships, civil society, participative democracy, transnational networks, consensus building, inclusive approach, agent-actor of social transformation, best practices, sexual and reproductive rights, right to choose, equal commerce, diverse forms of family.

On the other hand, the words that belong to the Christian-Judaic tradition are excluded, or even tend to disappear: truth, morality, conscience, reason, earth, will, parents, spouse, husband, mother, father, son, daughter, chastity, complementariness, service, authority, hierarchies, law, commandment, dogma, sin, nature, marriage.

The Church’s new (and old) challenges

This new vocabulary is – Tomasi explained – «a mix of words of authentic human aspirations and values with words that represent an individualistic ideology taken to the limit. The latter inspires and guides the managers of world governance.

This is how we get to a systematic and lasting transition of words in the documents of the United Nations: from government to governance, from authority to autonomy and rights of the individuals, from spouse to partner, from happiness to quality of life, from given to built, from family to family in all of its forms, from dignity sufferance to the right to die, from majority decision to consensus, from dogma to freedom of interpretation.»

The language of specialized fields also evolved: the Holy See path to financial transparency forced Holy See officials to come to terms with the terminology of international financial law. How to be a «secure» country in the community of nations was the most important topic during the talks with MONEYVAL – the body of the Council of Europe that evaluates the financial adherence of the member States.

Nevertheless, the diplomatic contributions of the Holy See, disseminated like gems inserted in several international documents, gave its fruits. For example, the right to assistance for victims of cluster bombs was a struggle fought by the Holy See in the drafting of the International Convention in Dublin in 2008. The Cluster Munition Convention was signed in Oslo at the end of 2008.

Mamberti reminded the students of Studium Aquinatis that «the Holy See has always been active in the diplomatic front of disarmament. The Holy See was among the founding members of the IAEA (International Atomic Energy Agency) in 1957, which goal is to limit, reduce and eliminate nuclear armaments and to facilitate the shared use of atomic energy for pacific purposes. The Holy See has been and is among the countries that negotiated the treaty of non-proliferation of nuclear weapons as well as other related international conventions and treaties.

With regards to cluster bombs, the Holy See was one of the most active States: I personally signed on behalf of the Holy See the adhesion to the Convention and I deposited the ratification documents on the first day it was possible in Oslo on December 2008. The Holy See wanted to send a signal to the international community».

A piece of the history of the negotiations of the Cluster Munitions Convention shows the struggles the Holy See is facing in the international arena. After gaining acknowledgement for the right of victims to be assisted, a delegation wanted to amend the paragraph concerning this right, asking that the assistance needed to be «gender sensitive». The Holy See was very aware of this: from this addition, each country could be forced to be «gender sensitive» and to develop legislation for a new kind of «health care system» – this process is called “soft law”. This is why the Holy See worked in order to make clear that everything was applied according to the legislation of each State. It is the same reason why the Holy See did not want to sign the document for the UN declaration on decriminalization of homosexuality, thus becoming the target of international complaints. It was not because the Holy See is against «LGBT rights». The Holy See maintains that, already, the Universal Human Rights Declaration covers all human beings.

 The so-called «gender sensitivity», or the declaration on decriminalization of homosexuality, would in some ways assess that there are men that are more equal than other men. The question is: why to state the need to decriminalize the homosexuality, why to have anti-homophobic law, when Universal Righet already protect all the human beings from every discrimination?

The Church’s struggle for human rights

The Holy See cares deeply about human rights. The concern for religious freedom has always been one of the core commitments of the Holy See. «Christians or other believers – Mamberti says – are persecuted and discriminated in subtle ways, and this happens when religious freedom is reduced to freedom of conscience or freedom of worship. Religious freedom does not only deal with a personal religious component, it also deals with community». Mamberti recalled that «John Paul II said that religious freedom is the litmus test of human rights. Where religious freedom is under threat, all human rights are under threat. I can assure you that defending religious freedom is the main task of the Holy See, and this brings benefits not only to Christians and Catholic believers, but to all believers.»

The human person is at the core of the Holy See International agenda. That is why the Holy See is committed to the common good.

 «Human rights – Mamberti says – are a common patrimony to defend, without any alteration. Fundamental rights are not the fruit of a consensus or of majorities, they do not come from the State or from any other human institution. Human rights are part of the human being: they are a gift that God gave to humanity».
Recently, the Church has been accused of being a champion of a New World Order, because of the recent reflections of the Pontifical Council for Justice and Peace about an «authority with universal competences», a super partes international organization to regulate international finance and also the relations among States in order to get to the Common Good – as John XXIII put it in Pacem in Terris. Is this authority a sort of great Leviathan? Or is international finance the Leviathan, as msgr. Mario Toso, secretary of the Pontifical Council for Justice and Peace, maintained? The United Nations seems to aim to a New World Order, and this is the reason why it is creating – in its documents – a sort of new anthropology.

A book has been published in Italy that brings to light for the first time in a direct and detailed way the anti-Catholic aversion of the UN and the EU: «Contro il cristianesimo. L’ONU e l’Unione Europea come nuova ideologia [Against Christianity: The UN and the European Union as a New Ideology] », by Eugenia Roccella and Lucetta Scaraffia. In the introduction to the volume, Roccella and Scaraffia identify the roots of the new ideology as the «separation between sexuality and procreation». «More –they write– than a different model of sexual behavior, but conceptually analogous to those that have preceded it in history, this is a question of a real and true utopia, because it is based upon the idea that human beings can find happiness in the realization of their sexual desires, without the moral, biological, social, and relational limitations linked to procreation. This utopia has its roots in the sexual revolution in the West during the 1960′s, and it has not yet been disputed, even though it seems not to have kept its promises. It is a utopia that echoes another, one that brings painful memories: that the selection of new human beings can create a better, more healthy, more beautiful humanity».

It is not just a matter of words. It is a matter of ideology. The conceptual scenario has its own dynamics, and this leads to concrete transformations in several branches of social and political life. Religious freedom and the way it has been handled is an example. An approach to religious freedom linked to intolerance was first included in the Declaration on the principles of Tolerance of UNESCO in 1995 and was then promoted in the Resolution 2004/36, adopted in the 60th session of the Human Rights Commission of the United Nations in 2004. A new chapter was then opened with resolution 61/164 (Combating the defamations of religions), adopted in the General Assembly of the United Nations December, 19th, 2006. In that resolution, religion is used to limit other basic freedoms (the right to freedom of expression) and to oppress religious minorities when some impose with force and terrorism their religious ideologies, and deny a place in the public sphere to others’ faith and beliefs.

As always, one should look back in time. It was in 1981 – when the General Assembly of the United Nations adopted the Declaration on the Elimination of All Forms of Intolerance and of Discrimination Based on Religion or Belief – that the concept of tolerance was placed side by side to religion or belief. «But tolerance – Tomasi explained – is a tool, not a right. In fact, while with religious freedom we mean the guarantee of Government that individuals have freedom of belief and the guarantee of freedom of worship for individuals and groups – including the freedom not to believe in any god– religious tolerance is about accepting or permitting beliefs or religious practices that are different from one’s own.»

These are just some of the hurdles the Holy See faces in its commitment to the Common Good. A commitment that comes out from believing in the inherent dignity of human beings. The same belief that the founders of the United Nations identified in reaffirming «faith» in fundamental human rights, and in the dignity and worth of the human person.

http://www.mondayvatican.com/holy-see/the-common-good-is-the-center-of-holy-sees-international-agenda-chronicles-from-the-studium-aquinatis-part-i


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mer 19 Sep - 16:36 (2012)    Sujet du message: L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE OUVRE UNE NOUVELLE SESSION SOUS LE SIGNE DU REGLEMENT PACIFIQUE DES DIFFÉRENDS Répondre en citant


L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE OUVRE UNE NOUVELLE SESSION SOUS LE SIGNE DU REGLEMENT PACIFIQUE DES DIFFÉRENDS

Je vous encourage à suivre fortement ce qui se passera à la 67e session de l'Assemblée générale des Nations Unies. Un vent de grand changement va prendre place en rapport avec cette gouvernance mondiale.
Le plus important concernant ce Calife mondial et ce Jihad global se trouve au dernier paragraphe. Il est dès lors facile de voir leur agenda futur. Il est dit : "Préoccupé par le climat d'intolérance et de profond malaise observé récemment dans le monde, le Secrétaire général a jugé qu'en cette date-anniversaire de la mort de son prédécesseur, Dag Hammarskjöld, « modèle de sagesse », « le moment est venu d'entendre les voix modérées qui appellent au calme, au respect mutuel et à la compréhension des valeurs et des croyances des uns et des autres. "

Présentement, il y a le Hezbollah, un groupe terroriste très dangereux, qui demande que soit mis en place des lois internationales, faisant un crime que d'insulter l'islam.
http://www.nowtheendbegins.com/blog/?p=11253 .

Un autre article sur cette même pensée vient du Sheikh Abdullah Bin Bayyah, un professeur de l'Université de King Abdul Aziz, en Arabie Saoudite. Ce dernier demande aux Nations Unies d'imposer des restrictions internationales à la liberté d'expression, criminalisant tout commentaire qui attaquerait l'Islam.
http://www.wnd.com/2012/09/top-muslim-calls-for-u-n-to-end-free-speech/ .

Leur agenda est donc très clair :
1. ACTION : provoquer un délire global avec la difussion du film controversé.
2. RÉACTION : demander au GOUVERNEMENT MONDIAL de légiférer pour protéger une religion en particulier aux détriments des autres mettant ainsi fin à la liberté d'expression et à la criminalisation des ennemis d'Allah partout dans le monde.

Ne nous fions pas à ce qui nous est dit lorsqu'ils parlent du "respect mutuel et à la compréhension des valeurs et des croyances des uns et des autres". Tout cela n'est que mensonge et désinformation. La réforme de DURBAN, nous démontre depuis bien longtemps déjà leur agenda bien particulier pour ce nouveau monde de PAIX. Toutes ces lois contre l'islamophobie, de xénotisme, de crime haineux, etc nous montrent depuis le début les attaques diaboliques à venir sur les nations.

3. SOLUTION : Ce que je m'attends à voir en cette 67e session, sous le couvert de la PAIX dans le monde,  est la mise en application de toute cette réforme islamique des droits de l'homme et l'imposition par la force de notre soumission à cette religion. Ceci est confirmé dans l'Apocalypse que la bête va imposer son système à toutes les nations. Cela inclut aussi cette religion de haine.

Voyez comment ils nous vantent de manière positive cette PAIX MONDIALE mais qui sera en réalité l'ENFER MONDIAL sur terre.

D'autres domaines comme sur la Sécurité Internationale et Environnementale devraient être sur la table car je vois déjà de grands changements qui prennent place dans ses domaines et je peux vous dire que rien de bon ne sort de cet agenda.

Ce que nous voyons est que les Nations Unies, qui sont dirigés par des Chevaliers de Malte (Knights of Malta) et les Chevaliers de Colomb, armées papale font exactement ce qui a été COMMANDÉ par le Pape Benoît XVI. Ils sont les généraux du Pape et de Lucifer pour mener à bien cette guerre totale.

Un rappel des événements :

Que le Pape Benoît XVI a COMMANDÉ aux Chevaliers de Colomb de défendre la liberté de religion aux États-Unis
http://www.christiannewswire.com/news/3710220353.html

Sachant que l'Antichrist Obama soutient de plus en plus ouvertement ses frères musulmans et tout ce dialogue interreligieux pour unir la chrétienté et l'islam, cela nous montre, hors de tout doute, qui ses Chevaliers de Colomb aideront vraiment. Les Chevaliers de Malte et les Chevaliers de Colomb récitent le même serment que les Jésuites, et deviennent alors les pires ennemis de la chrétienté (Jésus-Christ et ses disciples ainsi que le peuple Juif).

AU LIBAN, LE PAPE BENOÎT XVI CONDAMNE L'INTÉGRISME, APPELLE À LA TOLÉRANCE
http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-au-liban-le-pape-beno…

Pour le Vatican, les intégristes sont les insoumis à Rome et à son élu, le Pape.

DÉNONÇANT UN FILM « MALVEILLANT ET PROVOCATEUR », PILLAY EXHORTE LES LEADERS MUSULMANS À RÉTABLIR LE CALME
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28939&Cr=Islam&Cr1=

Ce titre est aussi un appel à la guerre sainte car pour le Nouvel Ordre Mondial, la PAIX MONDIALE ne sera possible que lorsque tous les ennemis de Dieu seront détruits. Cette femme sait très bien que les lois de la Sharia sont les bases de cette nouvelle "démocratie" internationale puisqu'elle en est la tête.

LE PAPE APPELLE À ÉRADIQUER TOUT FONDAMENTALISME RELIGIEUX VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=WpdMLox8SHw

Si cela n'est pas un appel à la guerre contre les vrais chrétiens, un appel à leur extermination, je ne sais pas ce que c'est!

On voit donc très bien ce qui prend place, et soyez sûr que lorsque se terminera cette 67e session, ce monde ne sera plus jamais le même.

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE OUVRE UNE NOUVELLE SESSION SOUS LE SIGNE DU REGLEMENT PACIFIQUE DES DIFFÉRENDS


http://www.un.org/News/dh/photos/large/2012/September/526127-banvuk.jpg
Le Président de l'Assemblée générale, Vuk Jeremić, aux côtés du Secrétaire général Ban Ki-mon, lors de la séance inaugurale de la 67ème session de l'Assemblée, le 18.09.2012 Photo ONU/Evan Schneider


18 septembre 2012 – La 67ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies s'est ouverte mardi par une intervention de son Président, Vuk Jeremić, qui a affirmé son attachement au renforcement du rôle, de l'autorité, de l'efficacité et de l'efficience de l'organe le plus représentatif du système onusien.

« Revitaliser la plus universelle des institutions multilatérales, c'est renouveler notre foi non seulement dans les programmes et buts de l'ONU, mais également en nous mêmes », a souligné l'ancien Ministre des affaires étrangères de la Serbie, qui compte resserrer les liens avec les autres principaux organes des Nations Unies, notamment le Conseil de sécurité, mais aussi les fonds, programmes et institutions.

M. Jeremić a également fait part de son intention de lancer un nombre d'initiatives pour travailler avec les organisations de la société civile, arguant qu'aucun moyen efficace n'avait été encore trouvé de faire bénéficier l'ONU des instituts ou groupes de réflexion qui existent dans le monde.

Rappelant qu'il avait choisi de placer sa Présidence sous le thème de « l'ajustement ou le règlement des différends ou des situations internationaux par des moyens pacifiques », il a fait observer que le niveau élevé de « volatilité géopolitique » actuel perdurerait sans doute pendant longtemps encore, compliquant la tâche des États Membres.

En dépit de ses imperfections, cette Organisation, a affirmé le jeune Président, demeure essentielle pour répondre aux besoins croissants de l'humanité. On ne peut tout simplement pas concevoir un monde où la paix et la dignité pourraient s'épanouir sans les Nations Unies », en a conclu l'ancien Ministre serbe des affaires étrangères.

« Je vais également travailler avec les États Membres pour rendre l'Assemblée capable de contribuer à l'amélioration de la gouvernance mondiale », a-t-il poursuivi, convaincu que le premier organe de délibération, d'élaboration des politiques et de représentativité devrait contribuer davantage aux idées en cours sur la manière de forger le « destin matériel » de la planète.

Dans ce contexte, il a annoncé la convocation d'une réunion informelle de haut niveau sur ce thème dans le but d'établir, au cours des prochaines années, un cadre de consultation effectif entre l'Assemblée, les institutions internationales financières et commerciales et des groupements comme le G20.

Mon espoir sincère, a ajouté le Président, est que nos délibérations serviront à renforcer la proposition selon laquelle les Nations Unies sont indispensables à la conduite des relations internationales. « Alors que nous entamons cette 67ème session, ne perdons pas de vue notre obligation commune de participer à une gestion responsable des objectifs et principes de cette Organisation et restons dévoués au règlement de nos différends, de manière harmonieuse et par le DIALOGUE ».

Présent à l'ouverture de cette séance aux côtés du Président, le Secrétaire général Ban Ki-moon a souligné que cette session s'ouvrait sur un « sentiment printanier ». « Il y a de nouvelles personnes et des nouveaux défis à relever et de nouveaux chemins à emprunter pour la conduite de nos affaires », a-t-il dit. M. Ban a énuméré les prochains rendez-vous immanquables de l'Assemblée, à commencer par, la semaine prochaine, les réunions de haut niveau sur des thèmes aussi importants que l'énergie, la santé maternelle, l'éducation et la nutrition, les défis de la PAIX et de la SÉCURITÉ, notamment au Sahel et en Syrie, ainsi que l'état de droit.

Préoccupé par le climat d'intolérance et de profond malaise observé récemment dans le monde, le Secrétaire général a jugé qu'en cette date-anniversaire de la mort de son prédécesseur, Dag Hammarskjöld, « modèle de sagesse », « le moment est venu d'entendre les voix modérées qui appellent au calme, au respect mutuel et à la compréhension des valeurs et des croyances des uns et des autres. »

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28963&Cr=Vuk&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 01:23 (2012)    Sujet du message: GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2) Répondre en citant

...

Dernière édition par maria le Jeu 20 Sep - 01:28 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 01:28 (2012)    Sujet du message: JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX 2012 Répondre en citant



 
Analysez de plus près tout les thèmes proposés concernant cette Journée Internationale de la Paix. Vous verrez que rien de tout cela ne vient du seul et unique Créateur, mais que cette Paix est une contrefaçon totale des lois divines et une abomination contre la grandeur de Sa Majesté.

« J’engage tout un chacun, d’ici au 21 septembre, à réfléchir à la façon dont il peut contribuer. Employons-nous ensemble à faire que le chemin de Rio nous mène au développement durable, à la paix durable … et à un avenir où nous vivrons tous en sécurité. »



Citation:
Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon




Renforcer les idéaux de paix



La Journée internationale de la paix est observée chaque année, partout dans le monde, le 21 septembre. L'Assemblée générale a consacré cette Journée au renforcement des idéaux de paix, tant au sein des nations et des peuples qu’entre ceux-ci.

Une paix durable...


Cette année, les dirigeants des États, la société civile, les autorités locales et le secteur privé, se sont réunis à Rio de Janeiro, au Brésil, pour la Conférence des Nations Unies pour le développement durable afin de renouveler l'engagement politique pour un développement durable à long terme.

C'est dans le cadre de la Conférence Rio +20 que le thème des célébrations de cette année a été choisi: « Une paix durable pour un avenir durable ».

Un avenir durable ne peut se concevoir s'il n'est accompagné d'une paix durable. De la même façon, une paix durable doit se construire avec un développement durable.

... Un developpement durable...

Les causes profondes de nombreux conflits sont directement liées ou alimentées par les ressources naturelles précieuses, comme les diamants, l'or, le pétrole, le bois ou l'eau. Concernant la propriété, le contrôle et la gestion des ressources naturelles sont essentiels pour maintenir la sécurité et pour restaurer une économie saine dans les pays post-conflit.

La bonne gestion des ressources naturelles peut jouer un rôle central dans la construction de la paix durable dans les sociétés qui sortent à peine d'un conflit.
 
... Pour un avenir durable


La Journée internationale de la paix nous permet à tous, dans le monde entier, de partager une date commune pour réfléchir à la façon dont nous pouvons, individuellement, contribuer à assurer que les ressources naturelles sont gérées de manière durable, réduisant ainsi les possibilités de conflits, et ouvrant la voie à un avenir durable : l'avenir que nous voulons.


http://www.un.org/fr/events/peaceday/


ÉDUCATION À LA PAIX ET LA TOLÉRANCE
Enseigner la paix et la tolérance à l'école


http://www.un.org/fr/events/peaceday/education.shtml





Documents PNUE

http://www.un.org/fr/events/peaceday/documents.shtml 


Dernière édition par maria le Jeu 20 Sep - 02:57 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 01:43 (2012)    Sujet du message: INTERNATIONAL PEACE DAY 2012, SECRETARY-GENERAL MESSAGE WITH SPANISH CAPTIONS Répondre en citant


Cloche de la Paix

INTERNATIONAL PEACE DAY 2012, SECRETARY-GENERAL MESSAGE WITH SPANISH CAPTIONS

 
United Nations Secretary-General Ban ki-Moon's message for the International Day of Peace, on the 21st September, 2012.
 
Their tongue is as an arrow shot out; it speaketh deceit: one speaketh peaceably to his neighbour with his mouth, but in heart he layeth his wait.
Jeremiah 9:8
King James Version (KJV)




VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=saq9KC52T4Y


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 02:46 (2012)    Sujet du message: JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX : VENDREDI 21 SEPTEMBRE 2012 Répondre en citant

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX : VENDREDI 21 SEPTEMBRE 2012


Années après années, le Mouvement de la Paix et ses partenaires* répondent résolument à l’appel de l’Onu à l’occasion de la Journée internationale de la Paix.
 
En 2012 la misère, les régressions sociales, les guerres locales font encore trop de victimes, la paix est plus que jamais d'actualité.

La tendance perdure de régler les conflits par les armes. Les informations ont tendance à virer à la propagande et préparer les opinions publiques à la guerre comme en Syrie. Malgré cela, les populations refusent de plus en plus ces solutions guerrières.

La France doit peser de tout son poids pour que s’opère un transfert des dépenses militaires vers les besoins humains afin de renverser la tendance des dix dernières années qui a vu une augmentation de près de 70 % des dépenses mondiales d’armements.

Le 21 septembre est un moment privilégié pour mobiliser les forces de paix, les initiatives sont de plus en plus nombreuses et unitaires. De Marseille à Caen, de Paris et les départements de la région parisienne à Angers, des Pyrénées à Rennes en passant par la Bourgogne, c'est un feu d'artifice d’événements avec des partenaires toujours plus nombreux.

Fait nouveau, l'internationalisation croissante de la journée de la paix :

- A Beit-Jala en Palestine, après un festival de musique le 21 septembre 2011, en partenariat avec la commune d'Aubervilliers, le 21 septembre 2012 débutera par un festival culturel pour la paix avec la participation de la ville allemande Iéna.

- Ce 21 septembre 2012 sera lancée à l'initiative d'ONG internationales de l'Unesco l'opération "Les marionnettes s'engagent pour la paix" pour que, dans le monde entier, soient créées et présentées le 21 septembre 2013, de nombreuses œuvres pour la paix.

En France, au nouveau gouvernement qui a déclaré avec force sa volonté de changement, nous demandons des actes en faveur de la paix, en premier lieu le respect des résolutions de l'Onu concernant la Journée internationale de la Paix et des décisions prochaines sur l'éducation à la paix.

Le 21 septembre 2012 sera une grande journée de mobilisation pour la paix dans le monde !

Le Mouvement de la Paix
Saint-Ouen, le 12 septembre 2012
 
Citation:
*ONU-UNRIC, AFASPA, AFCDRP, AIEP, ANECR, Appel des Cent, ARAC, CE cheminots de PACA, CGT, Coordination pour l'éducation à la non-violence et à la paix, CRID, Droit solidarité, Enseignants pour la Paix, Femmes Solidaires, FNDIRP, France Amérique Latine, Frère des Hommes, FSU, Galerie Art et Paix, Greenpeace, Hamap, IDRP, JOC, LDH, Ligue de l'Enseignement, Marche Mondiale des femmes, MRAP, Pax Christi, Sortir du Nucléaire, Sud PTT, Ville de Saint-Denis - Altermondes, Clara Magazine, Humanité, L'élu d'Aujourd'hui, Planète paix, Politis, Témoignage Chrétien
Liste des initiatives disponibles dans le dossier de presse ainsi que sur le site internet :





Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 20:07 (2012)    Sujet du message: GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2) Répondre en citant


ECUMENICAL GROUP CONTROL BY THE WORLD COUNCIL OF CHURCHES



Each year on September 21, the UN invites all nations and people to honor a cessation of hostilities and commemorate the the International Day of Peace through education and public awareness on issues related to peace. In the quest for peace, the Universal Peace Federation and its Ambassadors for Peace around the world organize commemorations of the International Day of Peace each year. The theme for 2012 is:

"Sustainable Peace for a Sustainable Future"  

Armed conflicts rob people of the opportunity to develop, create jobs, safeguard the environment, fight poverty, reduce the risk from disasters, advance social equity, and ensure that everyone has enough to eat. We want a future where natural resources are protected and valued rather than used to finance wars, where children can be educated at school and not recruited into armies, where economic and social inequalities are resolved through dialogue instead of violence. To read UN Secretary-General Ban Ki-moon's Message, click here.

Events planned by UPF chapters:

  • Argentina: Winners announced in the poetry contest on the theme of "Words of Meeting and Universal Consciousness"
  • Ecuador: Programs in Quito and Guayaquil
  • Germany: A forum in Stuttgart
  • Malaysia: A program in Ipoh, Parak
  • Norway: European Leadership Conference in the Norwegian Parliament on "Sustainable Peace for a Sustainable Future"
  • Peru: Programs in Lima at the Peruvian Congress and in Trujillo
  • Spain: A forum and "Helping Your Neighbor" awards

International Day of Peace observances may include:

  • Reading UN and UPF statements about the Day of Peace and observing one minute of silence
  • A forum on the theme chosen by the United Nations
  • Prayers offered by representatives of various traditions (for examples, click here)
  • A ceremony of reconciliation (for examples, click here)
  • Music, art, dances, and food from various cultures
  • A march, rally, service project, or sports event (for examples, click here)
UPF International Day of Peace observances in 2011
 

For potential partners see:

http://www.upf.org/united-nations/peace-day

More infos : http://www.upf.org/component/content/article/154-media-kit/2945-resource 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 20:35 (2012)    Sujet du message: NOUVEL ORDRE MONDIAL - NEW WORLD ORDER - PARTIE 1/7 NOUVELLE D'URGENCE - 8 SEPTEMBRE 2012 Répondre en citant

NOUVEL ORDRE MONDIAL - NEW WORLD ORDER - PARTIE 1/7 NOUVELLE D'URGENCE - 8 SEPTEMBRE 2012



VIDÉO ( English et français) : http://www.youtube.com/watch?v=ACW7E1nGHkY&list=PLAGoc02xifBHZFWjkkRSniQY_uOTGO4b6


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Sep - 23:30 (2012)    Sujet du message: GENERAL ASSEMBLY OPENS NEW SESSION WITH CALL TO TACKLE URGENT GLOBAL ISSUES Répondre en citant



GENERAL ASSEMBLY OPENS NEW SESSION WITH CALL TO TACKLE URGENT GLOBAL ISSUES

President of the General Assembly Vuk Jeremić (right) with Secretary-General Ban Ki-moon at the opening of the 67th session of the Assembly. UN Photo/Evan Schneider

18 September 2012 – The United Nations General Assembly today opened its 67th session with an urgent call for cooperation to tackle the economic and political uncertainty which is being experienced in many parts of the world and ensure there are peaceful solutions to international disputes.

PEACE and SECURITY is a prerequisite for the stability needed for GLOBAL ECONOMIC GROWTH, SUSTAINABLE DEVELOPMENT and SOCIAL PROGRESS,” said the President of the 193-member body, Vuk Jeremic.

Mr. Jeremic outlined the main areas of focus for this year’s session, with the overarching theme being the peaceful settlement of international disputes. “I hope this framework will usefully serve the noble cause of preventing gathering conflicts and resolving existing ones.”

PEACE and SECURITY are essential to advance development, Mr. Jeremic said, stressing that the Assembly should focus not just on achieving the eight anti-poverty targets known as the Millennium Development Goals (MDGs), but also on the post-2015 agenda. In particular, he underscored the importance of fulfilling the commitments made during the UN Sustainable Development Conference (Rio+20), which was held in Brazil in June.

Our objective should be the full implementation of the mandate this body received at the Rio+20 Conference. This will require a decisive commitment to observe not only procedural deadlines but also the political and financial objectives it has been designed to accomplish.”

Mr. Jeremic also highlighted the importance of making progress on arms control and disarmament, strengthening UN peacekeeping, improving a global coordinated response to terrorism, and promoting human rights in the international arena during the next 12 months.

In addition, he emphasized that the rule of law would remain one of the main priorities on the Assembly’s agenda. “Close to 800 years after the Magna Carta was promulgated, many people around the world still do not enjoy the fundamental rights enshrined in that seminal document – rights that protect individuals, while enabling countries to develop in PEACE and SECURITY, as sovereign equals,” he said. “I urge the Member States to agree on a consensus document by the start of the High-Level Debate on the Rule of Law in a few days’ time.”

Secretary-General Ban Ki-moon congratulated Mr. Jeremic on his new role and thanked the former President of the Assembly, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, for his leadership over the past year.

He also underlined that the role of the UN is crucial during this period of uncertainty, and called on Member States to deepen their efforts to work together.

We are living through a period of unease. We are also seeing incidents of intolerance and hatred that are then exploited by others. Voices of moderation and calm need to make themselves heard at this time. We all need to speak up in favour of mutual respect and understanding of the values and beliefs of others,” Mr. Ban said. “The United Nations must rise to the moment.”

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=42927&Cr=general+assembly&Cr1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Sep - 17:17 (2012)    Sujet du message: DE NEW YORK AUX ZONES TOUCHÉES PAR LES CONFLITS, L'ONU OBSERVE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX Répondre en citant



DE NEW YORK AUX ZONES TOUCHÉES PAR LES CONFLITS, L'ONU OBSERVE LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA PAIX


http://www.un.org/News/dh/photos/large/2012/September/526589-peacebell.jpg
Le Secrétaire général fait retentir la cloche de la paix lors la cérémonie annuelle marquant la Journée internationale de la paix. Photo ONU/Paulo Filgueiras


21 September 2012 – À l'occasion de la Journée internationale de la paix, célébrée vendredi au Siège des Nations Unies et partout dans le monde, le Secrétaire général Ban Ki-moon a fait retentir la cloche de la paix lors de la cérémonie traditionnelle de cette Journée qui a pour thème cette année « Une paix durable pour un avenir durable ». = Plutôt un règne de terreur et d'esclavage comme l'humanité n'en a jamais vu

« Nous demandons aussi à tous les peuples du monde d'observer une minute de silence à la mi-journée afin d'honorer toutes les victimes, à savoir celles qui ont perdu leur vie et celles qui ont survécu, mais doivent à présent faire face aux traumatismes et à la souffrance », a déclaré M. Ban. = Victimes qui ont été tués par leurs propres mains pour mettre en place une fausse unité de PAIX et de SÉCURITÉ

« Dans ce temps de tensions, nous avons besoin de faire résonner un message de TOLÉRANCE, de DIALOGUE, de COOPÉRATION et d'HARMONIE » a déclaré M. Ban en faisant retentir la cloche, faite à partir de pièces de monnaie offertes par des enfants de 60 pays et qui est un cadeau du Japon aux Nations Unies en 1981.

Tolérance : pour les homosexuels, pour les islamistes radicaux, etc.
Dialogue : Aucun dialogue, tout est imposé par la ruse ou par la force
Coopération : notre soumission volontaire, incluant le désarmement
Harmonie : esclavage forcée sans avoir aucune possibilité de se défendre
(Voir sur leur site pour confirmation de ce que représente la Journée Internationale de la Paix)

« L'ONU travaille pour une PAIX DURABLE à travers le monde. Nous tentons d'éviter les conflits avant qu'ils n'éclatent, de résoudre les disputes par des moyens pacifiques et d'aider les populations à poser les fondations d'une paix durable », a rappelé le Secrétaire général. = Oui, ça on l'avait remarqué, sauf que ce qui se met en place est l'inverse.

« Aujourd'hui, nous devons faire retentir la cloche de la paix avec force et conviction. Nous devons faire en sorte qu'elle puisse être entendue malgré les voix de la discorde et de l'extrémisme qui appellent à la violence », a-t-il ajouté aux côtés des acteurs américains Michael Douglas et Forest Whitaker, Messagers de la paix et Ambassadeurs de bonne volonté de l'ONU, mais aussi du rescapé de l'Holocauste et militant des droits de l'homme, Elie Wiesel, et de la biologiste Jane Goodall. = Cloche de Paix ou cloche de guerre? Dans le contexte qui nous est présenté, la discorde et les extrémistes s'adressent aux opposants de cet ordre nouveau.

Dans ses remarques, M. Ban a mis en exergue deux des aspects les plus préoccupants de conflits récents : le recrutement d'enfants-soldats et le commerce illicite de diamants et autres ressources naturelles pour financer les conflits. = Les enfants soldats sont recrutés par les groupes para-militaires qui sont sous leur contrôle.

« Les ressources naturelles doivent être utilisées au profit de tous, et non pour financer des guerres », a-t-il affirmé. « Les enfants devraient aller à l'école et non être recrutés par des groupes armés. Les budgets nationaux devraient être axés sur le renforcement des capacités, et non sur la fabrication d'armes meurtrières ». = Au profit de tous?? alors que ce sont tous les amis du parti qui contrôle toutes ces richesses et que dans plusieurs pays, le simple fait de ramasser une roche, peut vous mener en prison, sous le couvert de protéger les richesses naturelles. Concept complètement communiste qui leur permettra non seulement de contrôler ce secteur, mais aussi qui sera utilisé pour délocaliser des populations entières tout en s'emparant de leur terre et de leurs biens pour le bien commun de tous.

Le Département des opérations de maintien de la paix a également marqué la Journée dans les différentes missions déployées sur le terrain, notamment en observant une minute de silence pour rendre hommage aux Casques bleus tués dans l'exercice de leurs fonctions. = Maintien de la Paix?? Non, plutôt militarisation de la planète toute entière sous le mensonge de la SÉCURITÉ afin d'asseoir leur pouvoir luciférien.

L'ONU déploie actuellement 120.000 personnels militaire, policier et civil, d'Haïti au Timor-Leste, en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient et ailleurs dans le monde. = Le nombre peut être beaucoup plus important, sans compter les soldats robots tueurs, les drônes et toute la machinerie militaire.

À Genève, le Rapporteur spécial pour la PROMOTION D'UN ORDRE INTERNATIONAL DÉMOCRATIQUE et ÉQUITABLE, Alfred de Zayas, a lancé un appel en faveur d'un effort mondial maximal pour la résolution pacifique des conflits et des disputes. = Démocratique?? quand aucun de nous n'a voté démocratiquement pour ce gouvernement mondial et ÉQUITABLE?? quand 1% possède toutes les richesses de la planète en enlevant à tous les autres le droit de vivre en PAIX et en SÉCURITÉ?

« Lorsque les négociations sont dans l'impasse, lorsque les États se montrent intransigeants, il est temps de retrouver l'esprit de compromis. Nous devons maîtriser notre instinct de prédateur, notre propension à la discrimination et à préserver nos privilèges », a lancé M. de Zayas. = Oui, surtout à préserver VOS privilèges alors que l'humanité est criminalisé de toutes les manières possibles et empêcher de vivre librement sans toutes ces lois, taxes et impôts qui remplissent les poches de quelques-uns seulement.

« Aujourd'hui, j'appelle les États et la société civile à rester confiants dans la Charte des Nations Unies, à s'abstenir du recours ou de la menace au recours à la force, à mettre fin aux comportements belligérants et à ne pas attiser les craintes, qui sont toutes incompatibles avec le Pacte international des droits civils et politiques. = Charte des Nations Unies sur le modèle de Karl Marx - communiste. A mettre fin aux comportements belligérants = dictionnaire : Qui fait la guerre dans une armée régulière. Ici, ce terme s'adresse plutôt aux patriotes qui refusent de se soumettre et qui sont vus comme un véritable obstacle par cette caste démoniaque.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28987&Cr=Paix&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Sep - 17:27 (2012)    Sujet du message: LES NATIONS UNIES SEULE INSTITUTION LÉGITIMITÉ NÉCESSAIRE POUR DÉSARMORCER CES TENSIONS Répondre en citant




Nous sommes témoins de l'embrasement de plusieurs foyers de conflit et pensons que les Nations Unies sont la seule institution dotée de la légitimité nécessaire pour désamorcer ces tensions.
Vuk Jeremić

We are witnessing a number of hotspots flaring up, and we believe that the United Nations is the only institution with the ultimate legitimacy to get involved and to try to resolve these conflicts.
Vuk Jeremić
http://www.un.org/apps/news/newsmakers.asp?NewsID=69


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 00:33 (2012)    Sujet du message: L'UNION EUROPÉENNE ASSURE LE MONDE ARABE DE SON SOUTIEN DANS SES TRANSITIONS DÉMOCRATIQUES Répondre en citant



L'UNION EUROPÉENNE ASSURE LE MONDE ARABE DE SON SOUTIEN DANS SES TRANSITIONS DÉMOCRATIQUES

Par ce discours biaisé, il est clair que l'Union Européenne et les forces policières/militaires ne protégeront pas les citoyens contre cette invasion islamique considérée démocratique et nécessaire, par ce démon président de l'Union Européenne. C'est exactement ce qui se passe en Afrique et dans d'autres régions du monde. Le peuple est abandonné au lieu d'être protégé par leur gouvernement. Croyez-vous qu'il en sera autrement lorsque chacun de nos pays seront touchés?



Le Président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, à la tribune de l'Assemblée générale. Photo: ONU/Marco Castro

26 September 2012 – Le Président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, a noté mercredi, lors de son discours au débat général de l'Assemblée de l'ONU, que le PRINTEMPS ARABE avait lancé cette région voisine de l'Europe sur la voie d'une transition qui, malgré les embûches, va dans la bonne direction.

« Aujourd'hui, il est impossible de revenir en arrière. Peu importe ce qu'il adviendra à l'avenir, le PRINTEMPS ARABE marque un tournant. Ce mouvement est irréversible. Une fois que la voix du peuple a été libérée, il ne sera plus jamais possible de lui imposer le silence », a affirmé M. Van Rompuy.

Rappelant l'histoire récente de l'Europe, où hier encore, au début du processus d'intégration, de nombreux pays n'étaient pas des démocraties, M. Van Rompuy a souligné qu'il fallait éviter de juger ce genre de transition à l'aune de leur vitesse.

La direction que ces nations prennent et les progrès accomplis doivent être le seul mètre-étalon, a-t-il estimé en les assurant du soutien de l'Union européenne.

Partant du principe selon lequel « entre voisins, on peut aller plus loin en travaillant ensemble », le Président du Conseil européen a encouragé les pays à s'inspirer de l'expérience européenne en termes de réseaux énergétiques et de suppression des barrières commerciales. « Le respect, la tolérance et la non violence sont les valeurs fondamentales sans lesquelles il est impossible de vivre harmonieusement ensemble » a-t-il rappelé.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29031&Cr=union européenne&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 00:36 (2012)    Sujet du message: PATIENCE NEEDED WITH SETBACKS IN ARAB SPRING, EUROPEAN LEADERS TELL UN GENERAL DEBATE Répondre en citant



PATIENCE NEEDED WITH SETBACKS IN ARAB SPRING, EUROPEAN LEADERS TELL UN GENERAL DEBATE


Herman Van Rompuy, President of the European Council, addresses the General Assembly. UN Photo/Marco Castro


26 September 2012 – European leaders today urged the United Nations not to be put off by setbacks in the Arab Spring that overthrew long-entrenched dictatorships on the continent’s doorstep, and called for increased support for peoples seeking to build democracy.

“We in Europe, geographically so close, and with our societies so deeply involved with those in the countries experiencing these upheavals, we were also acutely aware that the changes, and the risks and opportunities that lay ahead, would directly affect us as neighbours,” President Herman Van Rompuy of the European Council told the General Assembly.

“Of course expectations ran high. It was tempting to read the events in Tunis or Cairo as the opening pages of a fairytale,” he said on the second day of the 67th Assembly’s General Debate, alluding to violence that has shaken some of the countries of the Arab Spring, as well as the ferocious fighting that is continuing in Syria.

“But this is the book of history. It contains dark pages too, some of them tragically being written at this very moment,” he added, appealing for patience on the long path of transition that lies ahead. “We are bound by a simple truth: achieving lasting change takes time,” he added, appealing for patience on the long path of transition that lies ahead.

While hailing the free and fair elections in Tunisia, Libya and Egypt, President Van Rompuy noted the problems confronting the Arab Spring countries in overcoming corruption, red tape and economic privilege, and in assuring inclusiveness for all their citizens, noting that societies are stronger when women can fully participate.

He underscored the importance of tolerance and freedom of speech. Violence and killings, such as that of United States Ambassador to Libya, Christopher Stevens, can never be justified regardless of their motivations, he said. Along with others, Ambassador Stevens died in violence that erupted in the eastern Libyan city of Benghazi, reportedly in reaction to an anti-Islam video made in the US. Other countries across North Africa and the Middle East experiences similar violent reactions.

President Van Rompuy also decried the continuing violence on Syria, where over 18,000 people have been killed and hundreds of thousands of others driven from their home since an uprising against President Bashar Al-Assad erupted 18 months ago.

“The country needs to advance towards a Syrian-led political transition,” he said. “Those responsible for the repression have no place in the future of Syria and must step aside.”

In his statement to the General Debate, the United Kingdom’s Prime Minister David Cameron also called for patience.

Some believe that the Arab Spring is in danger of becoming an Arab Winter,” he told the Assembly, citing the riots, Syria’s descent into civil war, frustration at the lack of economic progress and the emergence of newly elected Islamist-led governments.

“But they are in danger of drawing the wrong conclusion. Today is not the time to turn back, but to keep the faith and redouble our support for open societies and for people’s demands for a job and a voice,” he added. “We in the United Nations must step up our efforts to support the people of these countries as they build their own democratic future.”

The UK leader noted the “huge and sobering” challenges ahead, noting the “despicable” murder of Mr. Stevens and the danger of violent extremists exploiting the political transition.

Islam is a great religion observed peacefully and devoutly by over a billion people. Islamist extremism is a warped political ideology supported by a minority that seeks to hijack a great religion to gain respectability for its violent objectives,” he said, and, citing Turkey as an example, added that, “democracy and Islam can flourish alongside each other.”

Prime Minister Cameron denounced the horrific atrocities that he said President Assad had inflicted on his own people, including children. “The blood of these young children is a terrible stain on the reputation of this United Nations,” he said.

Addressing the General Debate, President Bronislaw Komorowski of Poland noted that the hopes raised by the Arab Spring have only been partially justified. “The civil war in Syria and the toll of lives in its aftermath, as well as the inability to contain it on the part of the UN and the Arab League cast a shadow all across the region,” he told the Assembly.

“We expect that an end shall be soon put to the bloodshed in Syria and that the conflict shall be settled based on UN principles and using the instruments available to out Organization,” he noted. “May the new UN envoy for this conflict (Lakhdar Brahimi) never lack determination in the fulfilment of his mission.”

In his remarks to the General Debate, Italian Prime Minister Mario Monti noted that there was an element of self-interest in the support his country and the European Union are lending to the new governments of the Arab Spring.

“Instability around the Mediterranean impacts our own society,” he told the General Assembly.

“Conflicts and social unrest on the southern shore spill over to our own shores.

Terrorism finds a new avenue to reach Europe. Trafficking in human beings has destabilizing effects on the countries of destination and often results in tragedies at sea that we can no longer accept,” he added, stressing Italy’s full support for Mr. Brahimi’s mission.

The European leaders are among the scores of heads of State and government and other high-level officials who are presenting their views and comments on issues of individual national and international relevance at the Assembly’s General Debate, which ends on 1 October.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=43045&Cr=general+debate&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 02:44 (2012)    Sujet du message: POUR DAVID CAMERON, LES RÉGIMES ISLAMISTES ISSUS DU PRINTEMPS ARABE DOIVENT ÊTRE JUGÉS À L'ÉPREUVE DES FAITS Répondre en citant

POUR DAVID CAMERON, LES RÉGIMES ISLAMISTES ISSUS DU PRINTEMPS ARABE DOIVENT ÊTRE JUGÉS À L'ÉPREUVE DES FAITS


Le Premier ministre David Cameron du Royaume-Uni.


26 September 2012 – À ceux qui craignent que le « printemps arabe » ne se transforme en « hiver arabe », le Premier ministre du Royaume Uni a conseillé mercredi de ne pas tirer de conclusions hâtives à la lumière d'évènements récents survenus dans le monde musulman.

Devant l'Assemblée générale des Nations Unies, qui poursuit son débat général jusqu'au 1er octobre, David Cameron a déclaré qu'il n'était « pas question » de faire demi-tour, appelant au contraire à redoubler de soutien en faveur de l'établissement durable de sociétés ouvertes dans les pays qui ont connu des révolutions.

« Oui, le chemin est semé d'embûches », a-t-il reconnu, en soulignant que « la démocratie ne s'est jamais limitée à la simple tenue d'élections ». Mettant l'accent sur la nécessité de respecter les histoires et traditions spécifiques de chaque pays, M. Cameron a déclaré qu'il n'était « pas possible d'attendre de pays qui ont connu des décennies de dictature et de destruction de leurs institutions et de leur société civile, mais aussi d'interdiction du multipartisme et de presse libre, d'effacer ce passé funeste en quelques mois ».

Quant à ceux qui estiment que le printemps arabe est responsable de l'éruption de violences sectaires en Syrie qui menaceraient toute la région, le chef du gouvernement britannique les a exhortés « à ne pas critiquer le peuple syrien pour le comportement de son brutal dictateur. »

La seule manière de mettre un terme au cauchemar syrien est de parvenir à une transition politique et de préparer un avenir syrien sans Bachar Al-Assad, a-t-il affirmé, ajoutant que le sang des enfants syriens resterait comme une tache « indélébile » sur la réputation des Nations Unies. Après avoir appelé le Conseil de sécurité à sortir de l'impasse sur ce dossier, M. Cameron a annoncé que le Royaume-Uni accorderait 12 millions de dollars supplémentaires à l'aide humanitaire et à l'UNICEF pour l'assistance que cette agence apporte aux enfants syriens.

S'adressant plus largement à ceux qui estiment que les élections dans les pays arabes n'ont fait que faciliter l'arrivée au pouvoir de partis islamistes, le Premier Ministre britannique a exhorté les démocrates à accepter les résultats des élections, en rappelant que les islamistes seront jugés sur leurs actes et leur capacité à protéger les droits de tous les citoyens, dont ceux des minorités, des chrétiens et des femmes.

Si les yeux du monde sont fixés sur les « Frères » (musulmans), l'avenir de ces pays est aussi entre les mains de leurs mères, de leurs sœurs et de leurs filles, a rappelé David Cameron. Tenir les islamistes responsables signifie aussi que nous ne leur permettront pas de menacer la stabilité d'autres pays et d'encourager le terrorisme. C'est pourquoi, a-t-il dit, l'Iran continuera de subir des sanctions et de faire l'objet de la surveillance des Nations Unies.

Le Premier Ministre a enjoint l'Assemblée et la communauté internationale à ne pas confondre islam et extrémisme, en rappelant que l'extrémisme islamique n'était le fait que d'une petite minorité. Il a cité en exemple le gouvernement turc, démocratiquement élu et dont les racines s'appuient sur des valeurs islamiques, et qui jouit d'une économie ouverte et d'une attitude plus que positive lorsqu'il s'est agi de soutenir le changement en Libye, en Syrie et ailleurs. Il s'est dit persuadé que la même voie s'ouvre à l'Égypte, à la Tunisie et à d'autres pays de la région et que démocratie et islam peuvent coexister.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29032&Cr=cameron&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 13:46 (2012)    Sujet du message: AHMADINEJAD SAYS NEW WORLD ORDER NEEDED TO GET AWAY FROM US DOMINANCE IN INTERVIEW Répondre en citant



AHMADINEJAD SAYS NEW WORLD ORDER NEEDED TO GET AWAY FROM US DOMINANCE IN INTERVIEW

"RULERS MUST LOVE PEOPLE!" PRESIDENT AHMADINEJAD FINAL SPEECH AT THE U.N.



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=rnd3LRLrzKY
 

Published September 26, 2012
Associated Press




  • Sept. 35, 2012: Iranian President Mahmoud Ahmadinejad speaks during an exclusive interview with Associated Press editorial staff during his visit to the 67th session of the United Nations General Assembly. (AP)



NEW YORK – Iranian President Mahmoud Ahmadinejad said Tuesday that a NEW WORLD ORDER needs to emerge, away from years of what he called American bullying and domination.

Ahmadinejad spoke to The Associated Press in a wide-ranging interview on the sidelines of the U.N. General Assembly -- his last as president of Iran. He was to address the Assembly Wednesday morning.

He also discussed solutions for the Syrian civil war, dismissed the question of Iran's nuclear ambition and claimed that despite Western sanctions his country is better off than it was when he took office in 2005.

"God willing, a new order will come together and we'll do away with everything that distances us," Ahmadinejad said, speaking through a translator. "I do believe the system of empires has reached the end of the road. The world can no longer see an emperor commanding it."

"Now even elementary school kids throughout the world have understood that the United States government is following an international policy of bullying," he said.

President Barack Obama warned Iran earlier Tuesday that time is running out to resolve the dispute over its nuclear program. In a speech to the General Assembly, Obama said the United States could not tolerate an Iran with atomic weapons.

Ahmadinejad would not respond directly to the president's remarks, saying he did not want to influence the U.S. presidential election in November.

But he argued that the international outcry over Iran's nuclear enrichment program was just an excuse by the West to dominate his country. He claimed that the United States has never accepted Iran's choice of government after the 1979 Islamic revolution.

"Everyone is aware the nuclear issue is the imposition of the will of the United States," he said. "I see the nuclear issue as a non-issue. It has become a form of one-upmanship."

Ahmadinejad said he favored more DIALOGUE, even though negotiations with world powers remain stalled after three rounds of high-level meetings since April.

He said some world leaders have suggested to him that Iran would be better off holding nuclear talks only with the United States.

"Of course I am not dismissing such talks," he said, asked if he were open to discussions with the winner of the American presidential election.

Israeli leaders, however, are still openly contemplating military action again Iranian nuclear facilities, dismissing diplomacy as a dead end. Israel and many in the West suspect that Iran is seeking to acquire nuclear weapons, and cite its failure to cooperate fully with nuclear inspectors. Iran says its nuclear program is for peaceful purposes only.

Ahmadinejad also proposed forming a new group of 10 or 11 countries to work to end the 18-month Syrian civil war. Representatives of the nations in the Middle East and elsewhere would meet in New York "very soon," he said.

Critics have accused Tehran of giving support to Syrian President Bashar Assad in carrying out massacres and other human rights violations in an attempt to crush the uprising against his rule. Activists say nearly 30,000 people have died.

He said the so-called contact group hopes to get the Syrian government and opposition to sit across from each other.

"I will do everything in my power to create STABILITY, PEACE and UNDERSTANDING in Syria," Ahmadinejad said.

Earlier this month, Egyptian President Mohammed Morsi announced the formation of a four-member contact group with Iran, Turkey and Saudi Arabia. But Saudi Arabia so far has not participated.

He denied Iranian involvement in plotting attacks on Israelis abroad, despite arrests and accusations by police in various countries. He also vehemently disputed the U.S. claim that Iranian agents played a role in a foiled plot to assassinate the Saudi ambassador to the United States last year.

Ahmadinejad will leave office next June after serving two four-year terms. He threw out numbers and statistics during the interview to show that Iran's economy and the lives of average Iranians have improved under his watch. Since his 2005 election, he claimed, Iran went from being the world's 22nd-largest economy to the 17th-largest; non-petroleum related exports increased sevenfold; and the basic production of goods has doubled. Median income increased by $4,000, he said.

"Today's conditions in Iran are completely different to where they were seven years ago in the economy, in technical achievement, in scientific know-how," Ahmadinejad said. "All of these achievements, though, have been reached under conditions in which we were brought under heavy sanctions."

Iran has called for the U.S. and its European allies to ease the sanctions that have hit its critical oil exports and left it blackballed from key international banking networks.

Ahmadinejad said he had no knowledge of the whereabouts of Robert Levinson, a private investigator and former FBI agent who vanished in Iran five years ago. He said he directed Iranian intelligence services two years ago to work with their counterparts in the U.S. to locate him.

"And if any help there is that I can bring to bear, I would be happy to do so," he said.

He also claimed never to have heard of Amir Hekmati, a former U.S. Marine who is imprisoned on espionage charges in Iran. Hekmati was arrested while visiting his grandmother in Iran in August 2011, and his family has been using Ahmadinejad's visit to New York to plead for his release.

http://www.foxnews.com/world/2012/09/26/ahmadinejad-says-new-world-order-needed-to-get-away-from-us-dominance-in/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 30 Sep - 19:20 (2012)    Sujet du message: MONACO REJETTE L'EXTRÉMISME MINORITAIRE QUI TERNIT L'ESSOR DÉMOCRATIQUE DES PAYS ARABES Répondre en citant



MONACO REJETTE L'EXTRÉMISME MINORITAIRE QUI TERNIT L'ESSOR DÉMOCRATIQUE DES PAYS ARABES


Vue de la salle de l'Assemblée générale. ONU Photo/Eskinfer Debebe


28 September 2012 – Le Conseiller du Gouvernement pour les relations extérieures de Monaco, Jose Badia, a affirmé vendredi qu'il n'était pas tolérable que des fractions minoritaires et extrémistes menacent les espoirs et ternissent les attentes des peuples qui aspirent à vivre en liberté, un an après l'élan de démocratie qui a pris essor dans le monde arabe.

Le Gouvernement princier, a-t-il rappelé, « a joint sa voix à ceux qui ont condamné les violences perpétrées tant par les autorités que par d'autres protagonistes en République arabe syrienne où la situation ne cesse de se détériorer ». Le Conseiller s'est également dit préoccupé par la situation dans la région du Sahel et a condamné toute attaque contre les missions diplomatiques et consulaires.

L'implication de l'ONU dans la prévention des conflits demeure encore largement insuffisante, a estimé M. Badia, en déclarant que « l'imprécation et les déclarations d'intentions, seules, ne suffisent pas ». Il est donc de notre devoir, a-t-il souligné, d'œuvrer ensemble à approfondir la compréhension, la tolérance et le respect mutuel. Mettant, à cet égard, l'accent sur l'importance de l'éducation, le Conseiller a insisté sur le fait qu'en dépit des efforts budgétaires qu'impose la crise, « nous ne pouvons perdre de vue la réalisation des OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE pour le développement (OMD) ».

Appelant aussi à la mise en œuvre des engagements pris à Rio+20, le Conseiller a voulu mettre l'accent sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE des océans et l'importance de l'« économie bleue ». Monaco, a-t-il assuré, appuiera toute initiative visant à améliorer la coordination et l'efficacité du travail de l'ONU sur les océans. Pour les générations futures, a-t-il poursuivi, nous avons l'impérieuse nécessité de faire de la Conférence de Doha sur les changements climatiques, un succès. C'est en pensant à elle que nous devrons entériner l'accord sur la création d'une seconde période d'engagement au Protocole de Kyoto, a ajouté le Conseiller monégasque.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29075&Cr=Monaco&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 30 Sep - 19:29 (2012)    Sujet du message: AT DEBATE, TAJIK FOREIGN MISISTER VOICES NEED FOR UN REFORM, ENGAGEMENT IN AFGHANISTAN Répondre en citant



AT DEBATE, TAJIK FOREIGN MISISTER VOICES NEED FOR UN REFORM, ENGAGEMENT IN AFGHANISTAN


http://www.un.org/News/dh/photos/large/2012/September/530192-tajikistan.jpg
Foreign Minister Hamrokhon Zarifi of the Republic of Tajikistan. UN Photo/Devra Berkowitz


29 September 2012 – The need for reform of the United Nations, illicit drug trafficking and the situation in Afghanistan were among the topics covered in the speech by Tajikistan’s Foreign Minister, Hamrokhon Zarifi, to the UN General Assembly today.

“The recent developments in the world proved once again that it is impossible to address global and regional issues without strengthening the central role of the United Nations in the international affairs and without collective initiatives in world politics, with due respect of the norms of international law,” the Foreign Minister told the 67th Assembly’s General Debate, at UN Headquarters in New York.

“In this regard, it is becoming obvious that it is necessary to carry out a rational reform of the Organization, as a result of which the renewed United Nations will emerge capable to respond to the developments in the world in a quick and adequate manner, and to effectively meet numerous global challenges and threats of a new generation,” he added.

Turning to his country’s southern neighbour, Afghanistan – which will acquire “an exclusive importance not only for the region but for the world” with the departure of the International Security Assistance Force in 2014 – Mr. Zarifi said that its social and economic development will be “the key” for ensuring its stable peace.

“For this reason, the international assistance rendered to Afghanistan should be aimed, first and foremost, at its utmost economic rehabilitation, further strengthening of its social sphere, job creation, etc,” he said. “In this regard, realization of projects on construction of railroads, motorways, power transmission lines, gas pipelines and etc. that connect Afghanistan with Tajikistan and other countries of the region is of utmost importance.”

The prevention of illicit drug trafficking, the Foreign Minister stated, demands cooperation from the international community. Due to it shared borders with Afghanistan – a major drug-producing country – an estimated 15 per cent of all of Afghanistan’s opiates and 20 per cent of its heroin is trafficked through Tajikistan, according to estimates of the UN Office on Drugs and Crime (UNODC).

“It is essential that the international community unite the measures aimed at reducing both the demand and supply of drugs, and integrate the efforts undertaken at the national level into the international strategy for drug control,” he said, adding that Tajikistan has started developing a new anti-narcotics strategy for the 2013-2020 period.

In relation to human rights, Mr.Zarifi noted its place, alongside peace, security and development, as one of the pillars of the work of the United Nations, and how Tajikistan seeks a bigger role in this area with a seat on the Geneva-based Human Rights Council for the 2015-2017 period.

“Being a signatory to the major international treaties on human rights, Tajikistan, in a consistent manner, undertakes relevant measures aimed at ensuring protection and promotion of human rights in the country,” the Foreign Minister said.

Other topics touched upon in his statement to the Assembly included respect for cultural and religious diversity, the harm caused by anti-personnel mines and sustainable development.

The Tajik Foreign Minister is one of scores of heads of State and government and other high-level officials who are presenting their views and comments on issues of individual national and international relevance at the Assembly’s General Debate, which ends on 1 October.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=43145&Cr=general+debate&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 1 Oct - 14:42 (2012)    Sujet du message: VOULEZ-VOUS LE JIHAD EN EUROPE MR LE PRÉSIDENT ? Répondre en citant

VOULEZ-VOUS LE JIHAD EN EUROPE MR LE PRÉSIDENT ?



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=ZWTVKC76Xn0&feature=relmfu


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mar 2 Oct - 16:38 (2012)    Sujet du message: ASSEMBLÉE: LE CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN, LE NUCLÉAIRE IRANIEN, LA CRISE SYRIENNE Répondre en citant


Assemblée générale

AG/11295

 27/09/2012


Assemblée générale

Soixante-septième session

12e, 13e & 14e séances plénières

matin - après-midi & soir


ASSEMBLÉE: LE CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN, LE NUCLÉAIRE IRANIEN, LA CRISE SYRIENNE 
ET LA CONSOLIDATION DES NOUVELLES DÉMOCRATIES AU CENTRE DU DÉBAT GÉNÉRAL 

Au troisième jour du débat général de l’Assemblée générale, une trentaine de chefs d’État et de gouvernement ont reconnu que la scène internationale était le théâtre de défis multiples, dont le conflit israélo-palestinien, le dossier nucléaire iranien, la crise syrienne et, sur une note plus optimiste, la consolidation des démocraties naissantes en Tunisie, en Libye, au Soudan du Sud ou au Myanmar.
Le Président de l’Autorité palestinienne et le Premier Ministre israélien se sont succédé ce matin à la tribune. Si le premier, qui a reçu une ovation debout, a mis l’accent sur la nécessité de sauver la paix et de créer l’État palestinien, le second a consacré une grande partie de son intervention aux dangers du programme nucléaire iranien.

Il reste une chance, « peut-être la dernière », de sauvegarder la solution à deux États et de sauver la paix, a averti M. Mahmoud Abbas, en précisant qu’il faut commencer par condamner, punir et boycotter les colonies de peuplement puis réaffirmer les termes de référence « bien connus » de la solution au conflit. Après l’échec de la tentative d’obtenir une pleine reconnaissance de l’État palestinien lors de la dernière Assemblée générale de l’ONU, il a affirmé, sous les applaudissements des États Membres, qu’il ne cherchait nullement à ôter à Israël sa légitimité, « mais plutôt à affirmer que l’État de Palestine doit être édifié ».

Ce n’est pas avec de nobles discours et des déclarations unilatérales sur la création d’un État que l’on arrivera à la paix, a rétorqué le Premier Ministre israélien, M. Benjamin Netanyahu. « Nous devons revenir à la table des négociations sur un État palestinien démilitarisé qui saura assurer la sécurité de l’État juif ».

Armé d’un dessin sur les secrets de fabrication d’une bombe atomique, le Premier Ministre d’Israël a comparé le programme nucléaire iranien à « Al-Qaida doté de l’arme nucléaire ». Il a insisté sur la nécessité de tracer une ligne rouge contre la volonté de l’Iran d’enrichir de l’uranium, alertant que ce dernier a déjà achevé la première des trois étapes de son armement nucléaire.

La crise syrienne a, une nouvelle fois, été commentée aujourd’hui. Consterné par ce désastre, le Président de la Bosnie-Herzégovine, M. Bakir Izetbegović, a établi un parallèle avec le massacre de Srebrenica. Le meilleur moyen d’en honorer les victimes serait de ne pas répéter les erreurs du passé. À moins d’agir maintenant et de manière décisive « cette tragédie hantera notre histoire pour toujours », a prévenu le Président bosnien.

Le temps est venu de concrétiser le concept de responsabilité de protéger, a estimé le Premier Ministre de la Slovénie, M. Janez Janša. Il a proposé la mise en place d’un forum intergouvernemental composé de pays partageant la même opinion pour définir clairement le mandat d’un mécanisme juridique approprié qui offrirait de nouveaux outils à la mise en œuvre du concept.

Le prix que payent aujourd’hui les Syriens est bien connu du peuple tunisien, a souligné M. Moncef Marzouki, Président de la Tunisie. Il a proposé la création d’un mécanisme pour la prévention de la dictature consistant en une cour constitutionnelle internationale qui pourrait dénoncer les constitutions iniques et les élections illégales ou frauduleuses, mettant ainsi chaque régime face à sa responsabilité démocratique.

Autre nouvel ennemi des dictatures, la Libye, par la voix de son Président, M. Mohamed Yousef El-Magariaf, a rendu hommage à l’Ambassadeur américain Chris Stevens, « une voix de raison et de conscience ». « Nous allons vaincre les complots des terroristes arriérés qui ne représentent ni la Libye ni l’Islam », a-t-il promis en réclamant, comme d’autres avant lui, un document juridique contre la diffamation des symboles religieux et les attaques contre les lieux saints.

Le débat général a aussi été l’occasion pour le Vice-Président du Soudan du Sud, M. Riek Machar Teny-Dhurgon, de confirmer l’accord signé aujourd’hui par les Présidents soudanais et sud-soudanais « qui devrait permettre aux deux pays de poursuivre leur développement national dans un climat de paix durable » et, a-t-il espéré, ouvrir la voie au règlement des questions relatives à la sécurité, aux frontières et à l’utilisation des installations pétrolières.

En Asie, le Myanmar progresse sur la voie de la démocratie, a assuré son Président, M. Thein Sein. Il a félicité la principale figure de l’opposition, Daw Aung San Suu Kyi, qui est maintenant membre du Parlement où elle préside le Comité sur l’état de droit et la stabilité.

L’Assemblée générale poursuivra son débat général demain, vendredi 28 septembre, à partir de 9 heures.

Suite du débat général

M. BAKIR IZETBEGOVIĆ, Président du Collège Présidentiel de Bosnie-Herzégovine, a constaté que la scène internationale était le théâtre de nombreuses crises et de défis multiples, à commencer par le « désastre » qui se déroule en Syrie. Il a rappelé le massacre de Srebrenica et les paroles prononcées cet été par le Secrétaire général lors de sa visite dans cette ville au cours de laquelle ce dernier a dit qu’il ne souhaitait pas que son successeur, lors d’une visite en Syrie dans 20 ans, se voit également obligé de formuler des excuses pour tout ce qui aurait pu être fait pour protéger les civils syriens.

Selon M. Izetbegović, le meilleur moyen d’honorer les victimes de Srebrenica aurait été de tirer les leçons de cet échec et de ne pas répéter les erreurs du passé. L’ONU, et surtout le Conseil de sécurité, ont malheureusement échoué, et la communauté internationale a choisi une fois de plus de répéter le cycle de tâtonnements politiques qui a échoué en Bosnie-Herzégovine, a-t-il déploré. À moins d’agir maintenant et de manière décisive pour aider le peuple syrien et mettre un terme aux effusions de sang, a-t-il averti, cette tragédie hantera notre histoire pour toujours, tout comme Srebrenica.

M. Izetbegović a également dit être gravement préoccupé par l’impasse dans laquelle se trouve la résolution du conflit israélo-palestinien. Il faut de toute urgence donner un nouvel élan car il n’y a pas d’autre alternative qu’une solution négociée, a souligné le Président qui a par ailleurs engagé Israël à faire preuve de bonne foi. Il a également exhorté l’ONU à fermement réclamer le respect de ses résolutions.

Le dirigeant de la Bosnie a ensuite évoqué la flambée de violence provoquée par la diffusion de la vidéo islamophobe. Il faut mettre un terme à la violence, mais également trouver le moyen de prévenir les propos haineux et l’intolérance. Oui, le droit à la liberté d’expression existe, mais le droit à la dignité aussi, a tranché M. Izetbegović qui a par ailleurs engagé les dirigeants à franchement débattre des limites de la liberté d’expression lorsqu’elle est exploitée pour inciter à la haine et porter délibérément atteinte à la dignité d’autrui. Il a estimé que les liens entre le monde occidental et le monde musulman et leurs systèmes de valeurs respectifs figuraient parmi les plus importantes questions de notre époque.

M. Izetbegović a affirmé que la communauté internationale pouvait apprendre des enseignements tirés par son pays en matière de gestion de la diversité. La Bosnie-Herzégovine est un pont unique entre l’Est et l’Ouest, une culture multiethnique unique qui a été tissée au cours d’un millénaire de tolérance et de respect. Voilà pourquoi sa préservation et son succès sont essentiels pour l’ensemble de la planète, a-t-il souligné.

M. Izetbegović a reconnu que son pays était actuellement en proie à une lutte entre coexistence et division. Si la coexistence et la coopération ne parviennent pas à prévaloir en Bosnie, elles ne prévaudront nulle part ailleurs, a-t-il averti. Ce sera un échec qui conduira à un écart croissant le long de la ligne de fracture la plus délicate au monde.

M. TSAKHIA ELBEGDORJ, Président de la Mongolie, a déclaré que son pays avait initié le partenariat de l’Asie pour la démocratie et qu’il présidait la Communauté des démocraties, un mouvement mondial en faveur de la liberté. Attachée à la transparence et à l’état de droit, la Mongolie « ne peut pas tolérer la corruption publique », a-t-il souligné. Elle devient en outre une démocratie plus directe et participative.

Avec une croissance économique de près de 17% l’année dernière, la Mongolie a deux objectifs: partager les occasions créées par ce succès avec tous les Mongols et prouver qu’elle est « prête à faire des affaires » en tant que membre à part entière de la communauté internationale. La Mongolie, a poursuivi M. Elbegdorj, a besoin d’améliorer ses infrastructures, ses secteurs de la santé et de l’éducation. Il s’est félicité de ce que le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) ait reconnu les efforts entrepris par son pays. Les droits de l’homme étant une priorité pour la Mongolie, un moratoire sur la peine de mort a été déclaré. « La peine de mort est inefficace et barbare », a insisté le Président.

Il s’est dit fermement opposé au stockage de déchets nucléaires sur son sol. M. Elbegdorj a salué la déclaration signée par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité le 17 septembre dernier qui réaffirme le statut de la Mongolie en tant que zone exempte d’armes nucléaires. La Mongolie considère que tout programme d’énergie nucléaire en cours doit être soumis à la supervision permanente de l’ONU et de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

« Ma mère de 92 ans me rappelle tous les jours de servir le monde avec respect, en particulier les femmes, les enfants et les personnes âgées », a confié le Président. C’est sur les femmes que reposent la famille et la nation. « S’il y avait plus de femmes au pouvoir, il y aurait davantage d’harmonie et d’engagement, et moins de souffrance et de conflit. » Le nombre de femmes au Parlement mongol a triplé lors des dernières élections, s’est-il réjoui.

M. MONCEF MARZOUKI, Président de la Tunisie, s’est inquiété de voir certains groupes propager le désordre dans les médias. Il faut prendre ce signal très sérieusement, a-t-il estimé, en appelant les Nations Unies à éviter une confrontation entre les civilisations. Les Tunisiens ont payé un prix très élevé pour arriver là où ils sont maintenant, a-t-il souligné.

Le peuple tunisien, qui connait le prix que payent aujourd’hui les Syriens, propose de considérer la dictature comme une maladie qui menace la paix, la prospérité et la liberté des peuples. L’Europe n’a connu la paix et la stabilité qu’après la chute des dictatures nazies, fascistes et communistes, a rappelé M. Marzouki. Nous avons acquis une expérience politique et les Nations Unies ont à leur disposition un arsenal juridique qui permet d’instaurer la paix, a-t-il tranché.

Le Président a demandé que la dictature soit érigée en fléau social et politique, proposant aussi d’élaborer un programme ambitieux pour l’éliminer. Si la création de la Cour pénale internationale (CPI) a constitué un pas en avant dans ce domaine, il faudrait aussi un mécanisme pour la prévention de la dictature, a-t-il suggéré. Il a expliqué que les dictatures utilisent souvent les processus électoraux pour saper la démocratie. C’est ce que nous avons connu en Tunisie, le dictateur ayant imposé le statu quo à chaque élection. Pendant toute cette période, la communauté internationale ne pouvait que constater la paralysie du processus démocratique et il était impossible de recourir à un tribunal international pour y remédier, a souligné le Président tunisien.

C’est pourquoi il a proposé la création d’une cour constitutionnelle internationale, qui serait saisie pour dénoncer certaines constitutions ainsi que les élections illégales ou frauduleuses. Cette juridiction pourrait décréter l’illégalité des élections qui ne seraient pas conformes à la Charte des Nations Unies, mettant ainsi chaque régime face à sa responsabilité démocratique. Ce mécanisme pourrait aussi être saisi pour donner son avis et formuler des recommandations. M. Marzouki a estimé que cette juridiction permettrait aussi de renforcer la résistance civile.

Le Président de la Tunisie a passé en revue les autres sujets internationaux importants, prônant notamment la protection de l’environnement et la fin des conflits en Afrique. En ce qui concerne la Syrie, il s’est dit favorable à l’intervention rapide d’une force arabe en soutien au peuple syrien. Il a également réitéré son soutien au peuple palestinien, se disant favorable à la création d’un État palestinien. Il a aussi dénoncé la violence contre les femmes et les enfants, l’islamophobie et le fanatisme. Enfin, le Président tunisien a souhaité que le Moyen-Orient soit débarrassé de l’arme nucléaire.

Le système international actuel est caractérisé par le changement et les crises, a indiqué M. DONALD RABINDRANAUTH RAMOTAR, Président de la République de Guyana. En économie, des conditions défavorables continuent à contrecarrer les efforts mondiaux d’une reprise qui reste lente et embryonnaire et qui affecte négativement les pays en développement. Les petites économies des îles des Caraïbes font ainsi face à des défis spécifiques, notamment l’endettement et la chute des revenus à l’exportation. C’est pourtant dans cet environnement international peu favorable que la Guyane a réalisé, durant les six dernières années, une croissance économique de l’ordre de 5% par an grâce à ses investissements dans l’éducation, la santé, le logement, l’eau et les programmes sociaux, s’est réjoui le Président.

Pour maintenir cette performance, il a préconisé la réforme des politiques et des critères d’obtention de l’aide des institutions financières internationales afin de tenir compte de la vulnérabilité structurelle et du niveau de résilience économique des petits États. Il a aussi réclamé des mesures d’allègement de la dette, le renouvellement de l’accès au financement concessionnel pour les pays à revenu intermédiaire très endettés et le renforcement de la réglementation financière.

M. Ramotar a indiqué que d’autres problèmes comme le trafic de drogues, les activités criminelles, la traite des êtres humains, la hausse des prix des denrées alimentaires, la sécheresse et les changements climatiques sapent les efforts de développement. À cause des effets des changements climatiques, certains États risquent tout simplement de disparaître, a-t-il alerté.

Il faut agir maintenant, a dit le Président, en appelant à la mise en œuvre rapide de l’approche sur deux fronts pour renforcer l’action directe contre la faim selon les Principes de Rome pour une sécurité alimentaire mondiale durable. Le Président a réservé son dernier mot pour Cuba, en appelant à la levée de l’embargo.

M. THEIN SEIN, Président du Myanmar, a déclaré que son pays progressait sur la voie de la démocratie, « même si cela n’a pas été une tâche facile ». En peu de temps, le système de gouvernement autoritaire, où les pouvoirs administratif, législatif et judiciaire étaient centralisés, a été abandonné. Un Gouvernement démocratique et un Parlement solide ont été mis en place.

Le Président a cité l’amnistie des prisonniers et le retour dans la dignité des forces politiques exilées. Des élections libres, justes et transparentes ont eu lieu en 2012. La censure des médias a été abolie et l’accès à l’Internet est libre. En outre, les travailleurs et les employeurs peuvent s’organiser et le peuple en général participe au processus politique.

M. Sein a félicité la principale figure de l’opposition, Daw Aung San Suu Kyi, qui est maintenant membre du Parlement, où elle préside le Comité sur l’état de droit et la stabilité.

Pour le Président, le progrès politique renforce la légitimité du Myanmar. Des lois sont promulguées en tenant compte du fait que le développement économique ne doit pas accentuer la différence entre riches et pauvres. Il faut protéger les droits des citoyens et l’environnement. M. Sein a assuré que les investissements dans les secteurs extractifs comme l’énergie faisaient l’objet d’une attention particulière pour garantir la transparence et l’impartialité.

Par ailleurs, le Myanmar s’attaque aux difficultés qui existent depuis longtemps dans les régions des nationalités ethniques. Des accords de cessez-le-feu ont été conclus avec 10 groupes armés. Le Président a assuré que les négociations de paix au niveau national se poursuivraient jusqu’à l’obtention d’un accord final pour mettre un terme aux hostilités armées. Évoquant la récente violence dans l’État de Rakhine, il a indiqué qu’une Commission d’enquête nationale indépendante dont la composition reflète toutes les religions au Myanmar avait été créée et que des représentants de la communauté internationale avaient pu se rendre sur place. Le Myanmar a le droit de sécuriser ses frontières et de protéger sa souveraineté, a toutefois fait valoir M. Sein.

Le processus de transformation démocratique du Myanmar est complexe, a conclu le Président, qui a sollicité la patience et la compréhension de la communauté internationale et de son propre peuple.

M. GJORGE IVANOV, Président de l’ex-République yougoslave de Macédoine, s’est félicité que cette soixante-septième session de l’Assemblée générale soit placée sous le thème de la résolution pacifique des conflits, faisant observer que la diplomatie préventive avait démontré sa pertinence une fois de plus. Il a fait part de son attachement aux principes d’état de droit et indiqué que son pays s’était porté candidat à un siège du Conseil des droits de l’homme pendant la période 2014-2016. Il a également indiqué que l’ambition qu’a son pays de devenir membre de l’Union européenne avait permis de lancer diverses réformes et de mettre l’accent sur le développement économique, l’amélioration de la qualité de vie des citoyens, la lutte contre la corruption, l’amélioration du secteur de l’éducation et la promotion de la démocratie et des relations interethniques.

M. Ivanov a parlé de la présidence du processus de coopération de l’Europe du Sud-Est que son pays occupe. Il a exhorté les États à placer toute leur énergie dans les jeunes et leurs perspectives d’avenir. Mon pays, a-t-il indiqué, accueillera prochainement le onzième Forum du Dialogue entre civilisations qui sera consacré aux jeunes. « La République de Macédoine », a-t-il affirmé, a un potentiel énorme pour être le fondement fonctionnel multiethnique, multilinguistique et multiconfessionnel des « Balkans européens et des Balkans en Europe ».

M. Ivanov a attiré l’attention sur les recommandations du rapport de 2008 de l’Expert indépendant sur les questions concernant les minorités, selon lesquelles le Gouvernement de « notre voisin du sud » doit s’abstenir de contester l’existence d’une minorité macédonienne et centrer plutôt son attention sur la protection du droit à l’identité et à la liberté d’expression et de réunion de cette communauté. Il a engagé le Secrétaire général à se servir de son autorité pour débloquer les pourparlers sur « le différend relatif au nom ». De nos jours, il est particulièrement absurde de se voir appelé « ancienne nation » ou « ancienne colonie », a ironisé le Président qui en a profité pour remercier les 134 États qui ont reconnu le « nom constitutionnel » de son pays, la « République de Macédoine ».

En privant la « Macédoine » de son nom, vous la privez de l’égalité avec les autres États Membres, s’est insurgé M. Ivanov. Il y a 10 mois, a-t-il rappelé, la Cour internationale de Justice (CIJ) a clairement stipulé que la « Macédoine » a le droit de s’appeler « République de Macédoine » et j’engage notre voisin à respecter ce jugement ainsi que les obligations découlant de l’Accord intérimaire.

Affirmant vouloir être « plus que des voisins, mais des partenaires », M. Ivanov a dit souhaiter que son « voisin » trouve une issue à la crise le plus rapidement possible. Il a proposé la signature d’un accord bilatéral sur la double imposition fiscale.

M. JORGE CARLOS DE ALMEIDA FONSECA, Président du Cap Vert, a souligné qu’en tant que petit État insulaire en développement, le Cap Vert bénéficie de ressources limitées. Le 25 septembre, la Constitution du Cap Vert a fêté ses 20 ans, ce qui est un indicateur de stabilité, selon le Président capverdien. Nous avons organisé des élections législatives, présidentielle et municipales, a-t-il indiqué, ajoutant que l’ordre judiciaire respecte les normes du droit international et les droits de l’homme. « Je suis fier du chemin parcouru par mon pays depuis son indépendance. »

Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, a poursuivi le Président. Il a indiqué que le secteur des services représentait 80% du PIB en 2010 et que celui de l’agriculture est confronté à la désertification. Nous ne pouvons pas nous reposer sur nos lauriers après l’accession au statut de « pays à revenu intermédiaire ». « Nous devons continuer à nous appuyer sur la solidarité internationale. »

Le Président a déploré les conséquences de la crise économique et financière sur les peuples africains qui souffrent déjà de la faim, du VIH/sida, des déplacements massifs et de la dégradation de l’environnement. Il a aussi parlé du terrorisme qui se manifeste notamment par la piraterie en mer, le trafic de drogues et l’intolérance religieuse, avant d’inviter la communauté internationale à agir avec détermination pour y faire face.

La nouvelle vague de dirigeants africains s’est mobilisée pour garantir la stabilité du continent et ses efforts doivent être soutenus par la communauté internationale, a estimé M. de Almeida Fonseca, car il reste encore beaucoup à faire. Il faut se livrer à une nouvelle réflexion à propos de l’Afrique, qui s’inspire des valeurs universelles de la démocratie pour enrichir le développement, a proposé le Président.

L’Afrique a besoin de reprendre confiance en elle et de voir les liens se renforcer entre l’Union africaine et les Nations Unies. Le Président a demandé que des décisions concrètes soient prises dans le cadre de l’ONU, en faveur du développement, notamment pour l’annulation de la dette, en particulier des petits États insulaires en développement. Il s’est félicité du Document final de la Conférence Rio+20.

M. TEODORO OBIANG NGUEMA MBASOGO, Président de la Guinée équatoriale, a déclaré que le sous-développement, la faim et les maladies tuaient plus de personnes chaque année que les conflits. Les effets négatifs de ces problèmes, y compris l’analphabétisme, sont pires que ceux des catastrophes naturelles ou du terrorisme. Pour cette raison, le Président a proposé que le Conseil économique et social adopte des programmes spéciaux en faveur des pays les moins avancés. « Nous ne pouvons pas concevoir la promotion des droits de l’homme dans une société soumise aux restrictions du sous-développement », a-t-il poursuivi.

Selon lui, la majorité des conflits internes en Afrique sont liés à des intérêts étrangers qui veulent maintenir leur présence sur le continent. Cependant, la Guinée équatoriale est fière des progrès réalisés dans son programme de développement économique, a dit le Président. Elle aspire à devenir une économie émergente d’ici à 2020, grâce à ses ressources en pétrole et en gaz naturel. Les infrastructures, les hôpitaux, les écoles, les centres de formation professionnelle et universitaire, les ports et les aéroports, l’eau potable, les communications téléphoniques, l’électricité, font tous l’objet d’améliorations.

Parallèlement, le pays a entrepris des réformes politiques profondes afin d’établir des mécanismes de contrôle de l’action gouvernementale, de donner de larges libertés à la population et de protéger au maximum les droits de l’homme. C’est ainsi, a expliqué le Président, qu’un dirigeant ne peut pas cumuler plus de deux mandats. Le Parlement a été élargi pour mieux représenter le peuple et l’indépendance des pouvoirs législatif et judiciaire a été renforcée. Un organe de contrôle des activités économiques publiques et privées a également été mis en place, ainsi qu’une autorité pour la défense des droits de l’homme. Enfin, un Gouvernement de transition a été constitué pour concrétiser ces réformes.

Par ailleurs, la Guinée équatoriale propose la création d’un fonds fiduciaire de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour la sécurité alimentaire en Afrique, ouvert aux pays les moins avancés, et s’engage à y verser 30 millions de dollars. Appelant enfin de ses vœux la réforme du Conseil de sécurité, le Président a conclu: « L’Afrique souhaite participer à la prise des décisions qui affectent son avenir ».

M. IKILILOU DHOININE, Président des Comores, a appelé à « agir sans tarder pour mettre fin à la terrible souffrance du peuple frère syrien ». Il a aussi réitéré son soutien au peuple palestinien, se disant favorable à la formule d’un État palestinien vivant côte à côte, et en parfaite sécurité, avec Israël. En ce qui concerne le Mali, il a soutenu l’engagement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), en relation avec l’Union africaine et les Nations Unies, pour mettre fin aux exactions.

« Il ne faudrait toutefois pas perdre de vue que, pendant que certains prônent le fanatisme et l’extrémisme, l’islamophobie prend, elle aussi, une ampleur inquiétante », a-t-il ajouté. Le Président a dénoncé le fait que plusieurs millions de croyants se sont fait insulter par le film « L’Innocence des Musulmans ». Il a tout de même condamné la violence contre les chancelleries occidentales.

Rappelant que les Comores se sont engagées, il y a une dizaine d’années, sur la voie de la démocratie, le Président a assuré qu’il promeut l’état de droit et la bonne gouvernance et a remercié l’Union européenne qui a fourni son expertise dans l’élaboration de la stratégie nationale de lutte contre la corruption.

Le Président a appelé à réagir efficacement contre les changements climatiques qui affectent particulièrement les petits États insulaires en développement. En avril dernier, les Comores ont connu des pluies torrentielles d’une rare violence qui ont eu des conséquences désastreuses, affectant 10% de la population. Le Président a lancé un appel à la communauté internationale pour qu’elle contribue au financement du « Plan de relèvement précoce ».

Il a réclamé des progrès dans les mesures d’atténuation et d’adaptation et la mise en route du Fonds de Copenhague pour le climat. « Nous devons honorer les engagements pris en faveur des pays du Sud en mettant en œuvre les accords sur les émissions de gaz à effet de serre ».

M. Dhoinine a aussi demandé aux pays développés d’appliquer aux pays les plus fragiles les mécanismes mis en place pour résorber la crise en Europe. Les Comores, qui bénéficient actuellement du Programme de facilité de crédits élargis du Fonds monétaire international (FMI), espèrent parvenir en décembre 2012 au point d’achèvement de l’initiative en faveur des pays très endettés.

Sur la question de Mayotte, il a rappelé les incidents de 2012 où des femmes et des enfants ont péri à bord d’embarcations de fortune, « à cause du visa que la France a imposé aux îles d’Anjouan, Grande Comores et Moheli ». Il a espéré que la France saura honorer ses engagements de pays respectueux du droit international, en recherchant « une solution propice au retour de Mayotte dans son giron naturel, qui reste l’Union des Comores ».

HAJI AL-MUHTADEE BILLAH, Prince héritier de Brunei Darussalam, a estimé que le mot « ajustement » était le mot clef du thème choisi pour la session actuelle de l’Assemblée générale. Il a fait part de la « satisfaction considérable » que lui inspire le travail de l’ONU qui, a-t-il indiqué, nous permet de nous « ajuster » au régionalisme du XXIe siècle et, on l’espère, à une mondialisation réussie. Il s’est félicité des résultats obtenus lors de la Conférence Rio+20, notamment de ce que la théorie se soit maintenant transformée en idées et en projets pratiques.

Il s’est aussi dit être encouragé par les conclusions du rapport du Secrétaire général sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) selon lesquelles leur réalisation est encore possible quoique difficile. M. Billah a tenu à saluer le travail du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et de l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). En ce qui concerne le travail fondamental de l’ONU, nous ne voyons pas le besoin d’effectuer un quelconque ajustement, contrairement à sa structure, a affirmé le Prince.

La structure de l’Organisation, s’est-il expliqué, ne correspond plus aux réalités du XXIè siècle. Elle doit être ajustée de manière à réparer les anciennes lignes de fracture politique. Le Prince a pris l’exemple de l’Association des nations d’Asie du Sud-Est (ANASE) qui édifie une communauté de nations pacifique et mutuellement respectueuse. Honoré d’en assurer la présidence l’année prochaine, le Prince a rappelé qu’il y a 45 ans, cette région était encore l’une des plus instables de la planète et un point clef de la guerre froide. Elle s’est à présent « ajustée » et œuvre en faveur de sa communauté de 600 millions de citoyens, en privilégiant le consensus et le pacifisme.

Mme PORTIA SIMPSON-MILLER, Premier Ministre et Ministre de la défense, du développement, de l’information et des sports de la Jamaïque, a entamé son allocution en racontant l’histoire d’une rencontre, dans la campagne jamaïcaine, entre une jeune femme et un homme politique candidat aux élections locales. « Qu’attendez-vous de vos représentants? » lui demande l’homme. Elle répond avec conviction: « J’attends d’eux qu’ils soient en mesure d’offrir à ma famille la sécurité d’un environnement dans lequel je puisse travailler, contribuer à la société et prospérer ». Cette requête, a souligné Mme Simpson-Miller, n’est pas aussi simple qu’il y paraît dans le contexte mondial actuel. « Aujourd’hui, nous devons redoubler d’efforts pour nous débarrasser des conditions qui mènent à la pauvreté. Nous devons poursuivre des politiques économiques et sociales qui assurent à nos peuples justice et égalité, et améliorent leur bien-être », a-t-elle exhorté.

Elle a fait remarquer qu’une part significative de la population mondiale la plus pauvre vit aujourd’hui dans des pays à revenu intermédiaire. Elle a souligné que nombre de ces pays, dont la Jamaïque, jouissent d’un énorme potentiel mais que, malheureusement, les indicateurs économiques actuels ne le reflètent pas. Elle a plaidé pour la mise en œuvre de réformes en matière de gouvernance économique mondiale afin de tenir compte d’un traitement différencié pour les petites économies et les économies vulnérables. Elle a, dans ce domaine, salué le travail réalisé par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), ainsi que son aide aux pays en développement.

Le Premier Ministre a mis l’accent sur le sort des groupes les plus vulnérables, à savoir les femmes et les enfants. « Trop de mères doivent faire des choix difficiles. Des jeunes filles et des garçons sont manipulés comme des pions et sont victimes d’exploitation. » Elle a exhorté les États Membres à renforcer leurs programmes nationaux vis-à-vis de ces populations et les a appelés à placer le sort de ces populations au cœur de leurs processus de décisions. Enfin, en matière de santé, le Premier Ministre a tenu à rappeler les conséquences dévastatrices du VIH/sida et d’autres maladies dans les pays en développement. Tout en reconnaissant les « investissements considérables » de l’ONU en la matière, elle a fait remarquer que le manque de ressources financières et humaines limitait la capacité de son pays à réduire les risques de nouvelles infections. Elle a appelé à la mise en œuvre des résultats de la Réunion de haut niveau de 2011 sur le VIH/sida.

À la veille de 2015, date butoir pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), Mme Simpson-Miller a estimé qu’il fallait redonner un nouveau souffle à l’objectif 8 visant à mettre en place un partenariat mondial pour le développement. Avant de prendre congé, elle s’est encore préoccupée du sort de deux pays voisins et amis, a-t-elle dit, à savoir Haïti et Cuba. Plus de deux ans après le séisme, la situation humanitaire en Haïti demeure préoccupante. Elle a encouragé la communauté internationale à honorer ses engagements en matière d’assistance, avant de souligner les conséquences sociales de l’embargo sur Cuba qu’il faut lever au plus vite.

M. MAHMOUD ABBAS, Président de l’Autorité palestinienne, a déclaré que les développements de l’année passée avaient confirmé « le danger catastrophique de la colonisation israélienne raciste de la Palestine ». Il a déploré l’escalade des attaques menées par les milices terroristes des colons israéliens. Israël, la puissance occupante, a poursuivi sa campagne de colonies de peuplement, en mettant l’accent sur Jérusalem et les environs, afin de modifier le caractère historique de la Ville sainte. M. Abbas a dénoncé « une campagne de purification ethnique » contre le peuple palestinien.

La puissance occupante continue de construire et d’étendre les colonies de peuplement dans d’autres parties de la Cisjordanie, tandis que le blocus et les attaques se poursuivent dans la bande de Gaza. Près de 5 000 Palestiniens restent prisonniers en Israël. La politique d’Israël, a expliqué M. Abbas, « affaiblit l’Autorité palestinienne, l’empêche de remplir ses fonctions et ses obligations, et, par conséquent, menace son existence même ». Il a condamné le discours d’Israël qui n’hésite pas à brandir des positions extrémistes incitant au conflit religieux.

L’Autorité palestinienne a entrepris, en vain, des initiatives pour créer des conditions favorables à la reprise des négociations. « Israël rejette la solution à deux États », a résumé M. Abbas. Cette solution représente pourtant l’esprit et l’essence du compromis incarné dans la Déclaration des principes d’Oslo. Israël s’emploie à vider les Accords d’Oslo de leur contenu, tout en créant sur le terrain des conditions qui rendent leur application extrêmement difficile, voire impossible.

« Israël refuse de mettre un terme à l’occupation, refuse de permettre au peuple palestinien de réaliser ses droits et d’accéder à sa liberté, et rejette l’indépendance de l’État de Palestine », s’est indigné le Président. « Israël promet au peuple palestinien une nouvelle catastrophe, un nouveau Nakba ».

Au nom du peuple palestinien, et malgré « le sentiment de colère », M. Abbas a réaffirmé son engagement en faveur de la paix et de la non-violence. Il a rejeté le terrorisme sous toutes ses formes, en particulier le terrorisme d’État. « Nous continuons à tendre la main au peuple israélien pour faire la paix », a-t-il affirmé. « Les deux peuples doivent vivre et coexister, chacun dans leur État respectif, en Terre sainte ».

« Il reste une chance, peut-être la dernière, de préserver la solution à deux États et de sauver la paix », a-t-il prévenu. Cette tâche urgente nécessite une nouvelle approche. Pour cela, il faut commencer par condamner, punir et boycotter les colonies de peuplement. Il faut aussi réaffirmer les termes de référence de la solution au conflit. Les éléments de cette solution sont bien connus. C’est la volonté de les mettre en œuvre qui est nécessaire. Il s’agit de réaliser l’indépendance de l’État de Palestine, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur l’ensemble du Territoire occupé par Israël depuis 1967, et de trouver une solution juste à la question des réfugiés palestiniens.

M. Abbas a rappelé que la tentative d’obtenir une pleine reconnaissance de l’État palestinien lors de la dernière Assemblée générale de l’ONU avait avorté, malgré l’appui de l’écrasante majorité des pays du monde. Sa candidature a toutefois été acceptée à l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). « Nous poursuivrons nos efforts pour que la Palestine devienne Membre à part entière des Nations Unies », a-t-il assuré. M. Abbas a indiqué que sa délégation avait entamé des consultations intensives avec diverses organisations régionales et des États Membres afin que l’Assemblée générale adopte une résolution considérant l’État de Palestine comme un État non Membre des Nations Unies pendant cette session.

« Nous ne cherchons nullement à ôter à Israël sa légitimité », a conclu M. Abbas, « mais plutôt à affirmer que l’État de Palestine doit être édifié ».

M. JANEZ JANŠA, Premier Ministre de la Slovénie, a constaté à regret que les efforts de médiation de la communauté internationale ont échoué en Syrie, où « une guerre civile s’enlise ». Compte tenu de la gravité de la situation, il faut, selon lui, réviser les capacités de prévention des Nations Unies, de ses États Membres et des organisations régionales, car « seuls des efforts concertés permettront d’éviter d’autres atrocités à l’avenir », ce qui l’a amené à parler du projet « d’un monde sans génocide ». Il a souligné, à cet égard, l’importance capitale qu’a jouée la création de la Cour pénale internationale et des Tribunaux spéciaux pour le Rwanda et l’ex-Yougoslavie. Il a également salué le fait que les Nations Unies aient amélioré la coordination interne des activités liées à la prévention des génocides, notamment par la nomination d’un Conseiller spécial pour la prévention des génocides et d’un autre pour la responsabilité de protéger. De plus, le Conseil des droits de l’homme facilite la promotion d’une culture de la prévention.

Revenant au cas de la Syrie, le Premier Ministre a repris les termes du Président Obama qui a dit « que la souveraineté nationale ne saurait être une carte blanche pour massacrer son propre peuple ». La Slovénie, a dit son Président, se rallie au propos du Secrétaire général qui, dans son discours d’ouverture, a invité la communauté internationale à concrétiser le concept de la responsabilité de protéger. Il a regretté que cela n’ait pas encore été possible parce qu’il n’existe toujours pas d’acception commune des modalités de ce concept. Pour y arriver, il a préconisé un dialogue renforcé, partant du principe qu’il y a de la latitude pour améliorer les modes de collaboration tant sur le plan national, que régional et international.

Pour prendre toute la mesure du problème, le Premier Ministre a rappelé que depuis la Seconde Guerre mondiale plus de 80 pays ont connu des atrocités massives qui ont coûté la vie à plus de 53 millions d’innocents. « J’en appelle aux États Membres des Nations Unies, aux organisations régionales et sous-régionales, ainsi qu’au système des Nations Unies qui doivent développer une nouvelle stratégie pour éviter les génocides et autres atrocités commises à grande échelle. »

Allant plus loin, il a proposé la mise en place d’un forum intergouvernemental composé de pays partageant la même opinion pour définir clairement le mandat clair d’un mécanisme légal approprié qui offrirait de nouveaux outils à la mise en œuvre de la responsabilité de protéger. La Slovénie est prête à engager ce dialogue et a l’intention d’organiser une première réunion dans les mois qui viennent. Le Premier Ministre a précisé que son initiative émane de la société civile et a déjà recueilli des milliers de supporters parmi les ONG internationales, les avocats, les étudiants, les journalistes et autres individus.

M. BENJAMIN NETANYAHU, Premier Ministre d’Israël, a parlé à propos du Moyen-Orient, d’une bataille entre modernité et moyen-âge, où la connaissance est réprimée et la mort, et pas la vie, est encensée. C’est parce qu’Israël tient tellement à la vie qu’elle cherche à obtenir la paix, a enchaîné M. Netanyahu qui a affirmé qu’Israël cherche à forger une paix durable avec la Palestine. Évoquant le discours du Président de l’Autorité palestinienne, il a répondu: ce n’est pas comme cela qu’on arrivera à la paix », avec de nobles discours et des déclarations unilatérales sur la création d’un État. « Nous devons revenir à la table des négociations sur un État palestinien démilitarisé qui saura assurer la sécurité de l’État juif. »

Le Premier Ministre israélien a concentré une grande partie de sa déclaration au programme nucléaire iranien qu’il a comparé à « Al-Qaida doté de l’arme nucléaire ». Il a passé en revue les derniers agissements du Gouvernement iranien, dont l’élargissement de « son réseau terroriste » dans des dizaines de pays et les appels quotidiens à la destruction d’Israël. « Imaginez une agression iranienne si ce pays avait vraiment l’arme nucléaire? « Qui pourrait se sentir en sécurité au Moyen-Orient ou n’importe où dans le monde? Le Premier Ministre a jugé dangereuse l’hypothèse selon laquelle l’Iran pourrait être découragé dans ses ambitions. « Dire qu’un Iran doté de l’arme nucléaire pourrait stabiliser la région revient à dire qu’Al-Qaida doté de l’arme nucléaire ferait régner la paix sur terre », a-t-il ironisé.

M. Netanyahu a constaté que la diplomatie n’avait de toute évidence pas marché car l’Iran, a-t-il affirmé, s’en sert pour faire avancer son programme et qu’il a même réussi, en deux ans, à doubler le nombre de ses centrifugeuses. Pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire de manière pacifique, le Premier Ministre a longuement insisté sur la nécessité de tracer une ligne rouge afin, a-t-il dit, de prévenir la guerre. La ligne rouge tracée en Europe par l’OTAN a permis d’empêcher la guerre tout comme la ligne rouge tracée par Kennedy à Cuba, a-t-il estimé. Si on avait dit à Saddam Hussein que l’invasion du Koweït allait provoquer une guerre, la première guerre du Golfe aurait pu être évitée, a-t-il notamment argué.

Se voulant plus précis, il a appelé à ce que cette ligne rouge soit tracée contre la volonté de l’Iran d’enrichir de l’uranium. La seule façon crédible de l’empêcher de se doter de l’arme nucléaire est de lui fermer les portes de l’uranium enrichi. Le Premier Ministre a prévenu que l’enrichissement de l’uranium prenait des années dans des usines bien visibles mais que la fabrication d’une mèche pouvait se faire dans un petit atelier artisanal.

Brandissant le dessin d’une bombe, il a expliqué les composantes d’une bombe atomique, précisant que l’Iran avait achevé la première des trois étapes de fabrication. La ligne rouge doit être tracée avant que l’Iran ne termine sa deuxième étape d’enrichissement de l’uranium, a-t-il insisté. Si cette ligne est clairement dessinée, l’Iran s’abstiendra et l’on donnera du temps aux négociations.

M. Netanyahu a ensuite fait l’éloge des prouesses des services de renseignements d’Israël, faisant observer que ceux-ci avaient néanmoins ignoré pendant de nombreuses années l’existence d’une vaste usine souterraine en Iran. Alors imaginez la difficulté à identifier une usine artisanale où pourrait être fabriquée une mèche, a-t-il mis en garde.

M. MOTSOAHAE THOMAS THABANE, Premier Ministre du Royaume de Lesotho, a indiqué que sans le système multilatéral, il est difficile de faire face aux nombreux défis du monde même si on connaît les solutions. Il a déploré que malgré les leçons de l’histoire, il y ait encore des pays qui croient résoudre les problèmes politiques par la guerre et la coercition. Le Premier Ministre a fait part de la crainte du monde quant aux menaces de guerre entre les pays occidentaux et l’Iran à propos du programme nucléaire de ce drenier. Cette crise peut être résolue par les négociations, le respect de la souveraineté et la reconnaissance des droits et de la légitimité de toutes les parties, a-t-il déclaré.

Il s’est également dit attristé par la montée des tensions entre la Chine et le Japon et les a encouragés à résoudre leurs différends par un dialogue pacifique. Au Moyen-Orient, M. Thabane a renouvelé son appel à la solution à deux États, et en Amérique latine, il a appelé à la levée de l’embargo sur Cuba. Pour ce qui est de la crise en Syrie, M. Thabane a demandé au Gouvernement syrien d’accepter les aspirations légitimes de son peuple « avant qu’il ne soit trop tard », tout en demandant aux autres pays d’arrêter d’interférer dans les affaires intérieures de la Syrie puisque « les vraies révolutions n’ont pas besoin de parrains étrangers ».

S’agissant de l’Afrique, le Premier Ministre a demandé au Maroc de coopérer avec la communauté internationale et de faciliter l’indépendance et l’autodétermination du Sahara occidental. L’Afrique travaille d’arrache pied pour se débarrasser des guerres et des conflits, a-t-il souligné, en exhortant la communauté internationale à appliquer la tolérance zéro face à tout régime qui prend le pouvoir par des voies anticonstitutionnelles. À travers le monde, a-t-il poursuivi, la répression politique et militaire combinée à l’intolérance religieuse fait planer durablement le spectre du terrorisme. La communauté internationale doit s’attaquer à ces problèmes à la racine.

Sur un autre plan, le Lesotho croit que la Cour internationale de Justice joue un rôle important dans les résolutions pacifiques des conflits et le respect de l’ordre juridique international.

Le Premier Ministre a indiqué que le monde affronte d’autres problèmes encore plus graves liés aux changements climatiques. En août dernier, le Gouvernement du Lesotho a été obligé de se déclarer en situation de crise alimentaire et de faire appel à l’aide de la communauté internationale. Il a demandé qu’on arrête de dresser un parallèle entre les Objectifs du Millénaire pour le développement et les objectifs de développement durable.

M. EMANUEL MORI, Président des États fédérés de Micronésie, a indiqué que le plus grand défi que son pays avait à relever était les changements climatiques, qui d’ores et déjà ont des conséquences désastreuses sur la vie de ses habitants. « Comment puis-je dire à mon peuple que son avenir est entre les mains de ceux qui sont les principaux responsables des émissions de gaz à effet de serre », s’est interrogé M. Mori, soulignant l’absence de progrès dans l’atténuation des conséquences de ce phénomène. Il a exhorté les grands pollueurs à parvenir rapidement à la seconde période d’engagement du Protocole de Kyoto. « Notre existence en dépend », s’est alarmé le Président.

M. Mori a mentionné le second défi auquel doit faire face son pays qui est non seulement l’augmentation de la température et de l’acidité des océans, mais aussi les pratiques de pêches destructrices. « En tant que petit État insulaire en développement du Pacifique, notre culture, notre économie et notre mode de vie sont étroitement dépendants de l’économie bleue », a rappelé le Président micronésien qui a, une nouvelle fois, appelé au respect des engagements pris à Rio+20. Saluant la décision prise également dans la ville brésilienne de tenir une Conférence internationale sur les petits États insulaires en développement du Pacifique en 2014, M. Mori a souhaité qu’elle se déroule dans l’un des pays concernés.

Le Président micronésien a demandé l’assistance de la communauté internationale pour la prise en charge des maladies non transmissibles, « qui ont atteint dans le Pacifique des proportions endémiques ». « Ce phénomène qui découle de nos habitudes alimentaires et de nos modes de vie a été aggravé par les changements climatiques qui menacent la sécurité alimentaire des Micronésiens », a expliqué M. Mori.

« Les vastes étendues de l’océan Pacifique ne protègent plus nos îles de la menace du terrorisme international », a-t-il aussi prévenu, avant de citer sa Constitution qui dit que « Les mers nous rassemblent, elles ne nous séparent pas ».

M. MOHAMED WAHEED, Président des Maldives, a rappelé que son pays avait mené une campagne active pour que des mesures internationales soient prises contre les changements climatiques. Les Maldives ont contribué à rompre le silence international sur le lien entre droits de l’homme et changements climatiques.

Le Président a espéré qu’après Rio+20, l’Agenda pour le développement post-2015 reconnaîtra les caractéristiques et les besoins particuliers des petits États insulaires en développement. Les changements climatiques restent la principale difficulté de ces États, a souligné M. Waheed, énumérant les problèmes tels que la montée du niveau de la mer, l’acidité des océans ou encore l’érosion des côtes qui touche plus de 113 îles aux Maldives. Le Gouvernement dépense plus de 27% de son budget pour renforcer la résilience aux changements climatiques, a-t-il précisé.

Le Président a insisté pour qu’un accord contraignant soit enfin trouvé sur la réduction des émissions de carbone. Alors que la contribution des Maldives aux émissions mondiales n’est que de 0,003%, nous sommes les plus vulnérables aux changements climatiques, a-t-il dénoncé. Il a exposé les mesures prises par son pays pour y faire face, en vue notamment d’éliminer la production d’hydrochlorofluorocarbones (HCFC), d’ici à 2020. Les Maldives ont aussi décidé de se convertir à des sources solaires hybrides.

Si nous pouvons adopter ce genre de mesures, s’est interrogé le Président, pourquoi des États plus grands qui ont plus de ressources ne peuvent-ils pas le faire voire aller plus loin? Il a appelé les pays pollueurs à réduire leur empreinte climatique.

M. Waheed a ensuite parlé de la division politique qui perdure, quatre ans après la transition démocratique aux Maldives. Il a rappelé que le dernier Président des Maldives, qui a démissionné en février, a argué qu’il y avait été forcé. Il a regretté que certains États et acteurs dans le monde aient pris parti dans ce conflit interne et critiqué les institutions du pays. S’il a demandé une aide au renforcement des institutions nationales, le Président a réclamé le respect de sa nation. La communauté internationale devrait se garder de prendre des mesures punitives contre un État souverain, à moins d’être convaincue d’abus des droits de l’homme.

M. LUIS FEDERICO FRANCO GÓMEZ, Président du Paraguay, est revenu sur les développements récents dans son pays, à savoir la décision quasi unanime du 22 juin dernier par laquelle le Congrès national a révoqué l’ancien Président sur la base d’un processus de destitution constitutionnel, mettant ainsi un terme à une crise politique profonde. En tant que Vice-Président, M. Gómez a assumé la présidence depuis. Il a assuré que son pays entretenait des relations diplomatiques normales avec la grande majorité des États Membres, tout en reconnaissant la situation difficile avec les pays voisins du Marché commun du Sud (MERCOSUR) et de l’Union des nations de l’Amérique du Sud (UNASUR).

Ces deux entités ont adopté des sanctions contre le Paraguay sans lui permettre de défendre sa cause et se sont déclarées « garantes de la démocratie paraguayenne » en allant à l’encontre des traités internationaux et du principe de non-ingérence, a-t-il dénoncé. « Ici, devant la plus haute assemblée de l’humanité, je déclare haut et fort que le Paraguay n’acceptera jamais d’intervention étrangère dans ses affaires internes. Nous continuerons de consolider notre démocratie avec la volonté du peuple, exprimée souverainement par le biais de nos institutions librement élues. Nous sommes convaincus que nous saurons dépasser ces circonstances difficiles avec dignité et intégrité et nous invitons nos voisins à réfléchir davantage et à définir ensemble la voie de la reconstruction du processus d’intégration de l’Amérique du Sud qui est actuellement compromis », a déclaré le Président Gómez. Il a prévenu que cela était impossible sans unité régionale, et que la preuve du leadership politique résidait dans le respect du droit international.

En ce qui concerne la réforme des Nations Unies qui « doit permettre à l’Organisation de devenir plus représentative de l’ordre international et plus efficace et flexible pour pouvoir répondre aux nombreux défis », M. Gómez a notamment suggéré la suppression progressive du droit de veto au Conseil de sécurité. Quant à la problématique du développement durable, il a rappelé que le Paraguay était le plus grand producteur d’énergie « propre » par personne dans le monde, et qu’il allait utiliser cette énergie pour alimenter son propre développement. Il a également milité en faveur d’une prise de conscience des difficultés spécifiques des pays sans littoral et d’un traitement différencié de ces pays en termes d’aide au développement.

Avant de conclure, le Président Gómez s’est engagé à ce que les prochaines élections générales, prévues pour le 21 avril 2013, soient transparentes, pacifiques et exemplaires. Il a déclaré que « lorsque le prochain président prendra ses fonctions, le 15 août 2013, la bonne santé de la démocratie paraguayenne sera confirmée… et je pourrai dire: mission accomplie ».

M. BUJAR NISHANI, Président de l’Albanie, a noté la coopération accrue entre son pays et les Nations Unies au cours des 50 dernières années, et l’attention particulière qu’il accorde à sa réforme. « L’ONU se doit d’être plus cohérente et efficace, en particulier en termes d’aide au développement », a estimé le Président. À cet égard, il a rappelé qu’en tant que pays pilote de l’initiative « Unis dans l’action », l’Albanie a accueilli l’an dernier une conférence de haut niveau qui a adopté des recommandations « concrètes et utiles » en vue de permettre à l’ONU de « faire plus avec moins » pour atteindre les objectifs de développement agréés aux plans national et international.

Le Président s’est dit fier de représenter un pays et une société largement reconnus pour leur ouverture d’esprit, leur tolérance et leur acceptation de « l’autre ». À la lumière de son histoire, l’Albanie est un fervent partisan du dialogue entre les civilisations. Cette volonté se reflète dans le thème choisi par la présidence albanaise du Conseil de l’Europe -« Unis dans la diversité »-. Pour le Président, ce dialogue doit être perçu comme un processus continu qui nécessite volonté et dévouement. Il a jugé inadmissible de laisser « les actions inconscientes de groupes subversifs » entraver les efforts communs de parvenir à une meilleure entente mutuelle dans un monde de plus en plus globalisé.

Attristée et frustrée par « la vidéo stupide » qui visait ce que les musulmans considèrent de plus sacré, la société albanaise dans son ensemble a exprimé son indignation et choisi d’ignorer cette provocation. Le Président a regretté que dans d’autres parties du monde, la réaction ait été différente et que cette vidéo ait été utilisée pour alimenter la violence aveugle de foules en colère et désespérées. Mais, a-t-il mis en garde, il ne faut pas confondre les actes terroristes et les réactions extrémistes avec les gouvernements et leur peuple. « Aucune colère, fusse-t-elle légitime, ne peut justifier la violence », a dit le Président, en demandant aux gouvernements, aux sociétés et aux responsables religieux de fermement s’opposer à de tels actes. Il a vivement condamné les « actes terroristes » contre l’ambassade des États-Unis en Libye, ainsi que les protestations violentes contre des ambassades occidentales.

Abordant également la situation en Syrie, le Président a fermement condamné la « répression féroce » contre des gens épris de liberté de la part d’un régime qui a définitivement perdu toute légitimité. Il a uni sa voix à celle des pays qui demandent au Conseil de sécurité une réponse plus ferme, conformément à la Charte des Nations Unies. « N’avons-nous donc pas appris de nos erreurs dans les tragédies passées du Rwanda et de la Bosnie? » s’est interrogé le Président.

M. MOHAMED YOUSEF EL-MAGARIAF, Président du Congrès général national de la Libye, a rappelé qu’il y a trois ans, à cette même tribune, un despote ayant dirigé son pays pendant 42 ans de manière tyrannique, s’était adressé à l’Assemblée générale et avait déchiré la Charte des Nations Unies, affirmant qu’il ne reconnaissait pas le pouvoir de ce document. « Aujourd’hui, je m’adresse à vous et au monde entier pour présenter des excuses suite à tous les préjudices et crimes commis par ce despote, aux actes d’extorsion et de terrorisme infligés à tant d’États », a-t-il déclaré.

Le peuple libyen est déterminé à édifier un État qui maintienne de bonnes relations avec ses pays voisins, honore ses engagements internationaux et respecte les droits de l’homme, a-t-il dit, ajoutant que la Libye serait un pays de paix et de sécurité, une force pour la paix.

M. El-Magariaf a notamment expliqué que « le despote Muammar Qadhafi avait tué des milliers de civils, recruté des mercenaires de différents pays, violé toutes les valeurs, ordonné à ses milices et à ses mercenaires de violer des mineurs et de détruire des villes ».

Il a salué l’ONU qui, a-t-il dit, a été solidaire du peuple libyen. Le peuple libyen édifie des institutions démocratiques après la chute de la dictature, a-t-il ajouté, précisant que le monde entier avait été témoin des premières élections libres et transparentes organisées en Libye.

Le Président du Congrès libyen a également rendu hommage à l’Ambassadeur américain Chris Stevens, une voix de raison et de conscience, qui a laissé sa trace dans le peuple libyen, a-t-il dit. Sa mort fut une grande perte pour la Libye, comme pour les États-Unis, a-t-il dit, adressant ses condoléances au peuple américain. « Nous allons vaincre les complots des terroristes arriérés qui ne représentent pas la Libye et ne représentent pas l’Islam, qui est une religion de tolérance et d’amour », a-t-il déclaré.

La Libye ne sera jamais un foyer pour les groupes extrémistes, mais un pays où règnent la modération et la retenue, a assuré M. El-Magariaf. Il a toutefois condamné les campagnes de diffamation contre le prophète Mahomet, qui, a-t-il dit, accentuent la haine et les tensions entre les civilisations. Il a plaidé ainsi pour l’adoption par l’Assemblée générale d’un document juridique permettant d’éviter les provocations des peuples et criminalisant la diffamation de tous les symboles religieux et les attaques contre les lieux saints.

Le Président du Congrès général national libyen a énuméré les différentes séquences qui ont accompagné ces derniers mois l’évolution politique de son pays et la reconstruction des institutions étatiques. Il a ajouté que la Libye faisait face à des menaces et à des défis très graves, qui mettent en danger la sécurité nationale et régionale. Ces menaces, a-t-il précisé, résultent des activités illégales des fils de Qadhafi et des membres de l’ancien régime qui ont pu trouver refuge dans des pays voisins ou dans d’autres pays, où leurs actions criminelles représentent une menace à la sécurité et à la stabilité de la Libye.

Par ailleurs, M. El-Magarial a souligné que l’une des priorités nationales de la Libye était de récupérer l’argent pillé dans le trésor de l’État libyen par des responsables du régime de Qadhafi, et utilisé pour financer des activités terroristes et criminelles menaçant la stabilité et la sécurité de la Libye. Il a demandé à tous les États de coopérer avec son pays et de lui permettre de récupérer ses fonds.

Le Président du Congrès général national a assuré que la Libye s’attachait désormais à respecter également tous ses engagements relevant des instruments internationaux sur le désarmement et le maintien de la paix et de la sécurité internationales. La Libye est prête, a-t-il dit, à coopérer avec sincérité et transparence avec la communauté internationale pour appuyer les efforts entrepris aux niveaux régional et international en vue de mettre en œuvre les dispositions des conventions et des protocoles internationaux visant à faciliter l’élimination des armes de destruction massive.

M. El-Magariaf a notamment indiqué que la Libye fut prompte à notifier l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), le 25 novembre 2011, de l’existence de stocks d’armes chimiques supplémentaires découverts après la libération, lesquels n’avaient pas été déclarés par l’ancien régime. La Libye poursuit la coordination et la coopération avec l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), avec laquelle elle est liée par un partenariat dans le domaine de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire.

M. THÉRENCE SINUNGURUZA, Vice-Président du Burundi, a indiqué que l’action menée depuis 2005, année des premières élections démocratiques au Burundi, et poursuivie en 2010, date des secondes, avait produit des résultats encourageants. « Nous avons mis en place des institutions démocratiques largement représentatives des composantes de la population burundaise, et respectueuses des équilibres ethniques et de genre convenus dans l’Accord d’Arusha », a affirmé le Vice-Président burundais.

S’agissant des mécanismes de justice transitionnelle prévus par le même Accord, il a détaillé les initiatives prises pour mettre en place un mécanisme « qui éloigne les démons du passé », notamment la création d’un Comité technique chargé d’établir la commission vérité et réconciliation. Le Gouvernement avait exprimé le souhait de mettre en place ladite commission en janvier 2012 mais cette décision a été reportée pour des raisons relatives à sa composition et à son budget de fonctionnement, a-t-il expliqué.

M. Sinunguruza a indiqué que le processus de réinsertion socioéconomique des anciens combattants restait à achever, pointant le risque réel d’insécurité qu’il représente pour le pays. « Si des incidents très isolés ont été enregistrés ici et là dans le pays, ce n’est pas le propre du Burundi », a-t-il affirmé, assurant que la sécurité était la priorité des priorités du Gouvernement burundais.

Le Vice-Président a invité l’ONU à examiner les possibilités de transformer le Bureau des Nations Unies pour le Burundi en une équipe pays et a appelé les partenaires bilatéraux et multilatéraux à soutenir les efforts dans la réduction de la pauvreté, et ce, dans le contexte de la Conférence des partenaires au développement du Burundi qui doit se tenir le mois prochain.

En ce qui concerne la situation sécuritaire dans l’est de la République démocratique du Congo, M. Sinunguruza a indiqué que son pays restait déterminé, avec les autres pays de la région, à chercher des solutions par le biais des mécanismes régionaux existants, conformément aux décisions prises par la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL). Il a détaillé à ce titre le dispositif conçu en vue de l’opérationnalisation dans un délai de trois mois de la Force internationale neutre (FIN), dont l’état d’avancement sera analysé lors du prochain Sommet des chefs d’État de la Conférence, le 8 octobre 2012. En concluant, le Vice-Président burundais a sollicité l’appui de la communauté internationale afin que son pays continue de maintenir « la tête hors de l’eau ».

M. DANNY FAURE, Vice-Président des Seychelles, s’est dit particulièrement inquiet des conséquences de la piraterie qui altère les relations des Seychelles avec l’océan qui l’entoure. Alors que deux citoyens des Seychelles sont toujours détenus par des pirates somaliens, M. Faure a estimé que seul l’établissement d’un État de droit en Somalie permettra de résoudre durablement le problème de la piraterie. Il a appelé à plus de ressources pour la mise en place des infrastructures appropriées dans les parties de la Somalie où la stabilité à été rétablie. Il a indiqué que les Seychelles, en partenariat avec le Royaume-Uni et d’autres partenaires internationaux, sont en train de mettre en place un centre régional de renseignements et de lutte contre la piraterie.

Le Vice-Président des Seychelles dont le pays préside actuellement la Commission de l’océan Indien (COI), s’est aussi inquiété des conséquences économiques et sociales de la crise à Madagascar. Il a précisé que la présidence seychelloise de la COI continue d’appuyer la feuille de route de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) et a organisé deux entretiens entre l’ancien Président Marc Ravalomanana et le Président de la Haute Autorité de la transition de Madagascar Andry Nirina Rajoelina aux Seychelles. « Ces entretiens conjugués aux recommandations du dernier sommet de la SADC, nous permettent de disposer d’un ensemble d’orientations utiles et pertinentes pour le retour de l’ordre constitutionnel à Madagascar, conformément au calendrier électoral arrêté par l’ONU et la Commission électorale nationale indépendante de Madagascar », a dit M. Faure.

Il a souhaité que l’on donne la chance aux petits États insulaires en développement (PEID) de tester des politiques et technologies innovantes dont pourrait bénéficier toute l’humanité. Il a précisé que le Partenariat insulaire mondial, coprésidé par les Seychelles, les Palaos et la Grenade, a proposé une annulation de la dette des PEID. Notant que la plupart des PEID détiennent un taux d’endettement supérieur à 100% de leur PIB, M. Faure a estimé qu’une telle mesure permettrait à ces pays de consacrer une part importante de leur budget à l’adaptation aux changements climatiques et à la protection des zones environnementales parmi les plus menacées de la planète.

Alors que Rio+20 a donné un nouvel élan au concept d’économie bleue, M. Faure a mis l’accent sur l’importance d’une gestion responsable des océans, en précisant que les Seychelles et Maurice se sont entendus sur la gestion conjointe d’une aire de 300 000 milles carrés du plateau continental, ce qui représente une première dans l’histoire de l’ONU. Le Vice-Président des Seychelles a aussi exprimé la volonté de son pays de briguer un siège non permanant au Conseil de sécurité en 2017, en espérant le parrainage de l’Union africaine.

M. KHUDIER ALKHUZAE, Vice-Président de l’Iraq, a souligné que son peuple était parvenu à établir un État démocratique, fédéral et pluraliste fondé sur une Constitution élaborée et votée par ses représentants. « Notre Constitution énonce les espoirs et les aspirations de notre peuple en faveur d’une vie libre et décente. Une vie qui s’appuie sur la démocratie, sur un transfert d’autorité pacifique, sur la citoyenneté et sur les droits de l’homme », s’est-il félicité. Il a toutefois rappelé que l’Iraq avait récupéré sa sécurité, ainsi que sa stature politique et économique, au prix de conditions très difficiles.

À présent, ce nouvel Iraq a fait le choix de se lancer sur la voie de la coopération et de la collaboration avec la communauté internationale en matière de politique, d’économie et de développement, a-t-il poursuivi. Un choix qui s’accompagne d’une série de développements positifs. Il a notamment cité les projections du Fonds monétaire international (FMI), qui tablent sur un produit intérieur brut (PIB) de 150 milliards de dollars en 2014, ainsi que les estimations d’une production pétrolière qui devrait atteindre 10 millions de barils par jour au cours de la période 2017-2020.

« Il est vrai que la lutte contre le terrorisme a fait couler beaucoup de sang, nous a causé beaucoup de larmes et nous a également beaucoup coûté », a souligné le Vice-Président iraquien. Il a cependant émis l’espoir que d’autres pays, en particulier des pays voisins, puissent évoquer l’expérience iraquienne et épargner des ravages à leur peuple. « Cela peut se faire en adoptant le principe de la négociation afin de résoudre les conflits, en ayant recours au dialogue de la raison, à la loi et au transfert pacifique du pouvoir », a-t-il insisté.

S’agissant plus particulièrement de la situation en Syrie, il a tenu à mettre en garde la communauté internationale quant au danger que représente la fourniture d’armes aux parties en conflit. « Cette situation met en danger le ciment social du peuple syrien. Nous craignons pour son unité et sa souveraineté. Nous craignons qu’il se divise et se détruise », a-t-il dit. M. Alkhuzae a réaffirmé que l’initiative iraquienne pour la Syrie était toujours d’actualité et a rappelé que celle-ci se fondait sur deux éléments. Il a d’abord cité la volonté de l’Iraq de préserver la Syrie et d’apporter son appui aux espoirs et aux aspirations de son peuple. Il a ensuite fait part des préoccupations de son pays quant aux répercussions violentes et destructrices d’un conflit interne.

En ce qui concerne le conflit israélo-palestinien, le Vice-Président a réitéré que la position de l’Iraq rejoignait celle des autres pays arabes, à savoir le soutien à la création d’un État dans le Territoire palestinien occupé, avec Jérusalem comme capitale. Il a également réaffirmé l’appui de son pays à la création d’une zone exempte d’armes nucléaires et d’armes de destruction massive au Moyen-Orient. M. Alkhuzae a conclu son allocution en condamnant les récentes insultes émises dans un film vidéo à l’encontre du Prophète Mahomet et de l’Islam et a estimé que les Nations Unies pouvaient contribuer à prévenir et éviter ce genre d’attaques.

M. RIEK MACHAR TENY-DHURGON, Vice-Président du Soudan du Sud, a souligné la multitude de défis que son pays a dû relever lors de sa première année d’existence, notamment les conflits qui se sont fait jour à l’intérieur et à l’extérieur du Soudan du Sud, la gravité de la situation économique et les révélations de détournements de fonds publics résultant en partie du manque de capacités du pays. Il a ensuite détaillé les efforts accomplis par son gouvernement pour améliorer la transparence et combattre la corruption, notamment la publication des documents relatifs au budget national.

Il a indiqué que des questions en suspens relatives à la démarcation des frontières, au statut d’Abyei et au partage des revenus du pétrole menaçaient les relations entre son pays et le Soudan. Ces relations ont atteint un stade critique lorsque Khartoum a empêché des tankers de quitter Port-Soudan et s’est saisi de barils de pétrole brut d’ores et déjà vendus, a poursuivi le Vice-Président, ajoutant que son pays n’avait pas eu d’autre choix que de stopper la production de pétrole.

Le Vice-Président est ensuite revenu sur l’incident de Heglig expliquant que les forces sud-soudanaises avaient agi en légitime défense face aux menées des forces soudanaises. Revenant sur le soutien qu’apporterait, selon la communauté internationale, son pays au Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord (SPLM-Nord), il a précisé que si le SPLM-Nord et le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM) ont combattu côte à côte, le SPLM-Nord ne se battait pas pour l’indépendance du Soudan du Sud mais pour sa propre cause. « En tant qu’anciens alliés, nous avons donc l’obligation politique et morale de soutenir le SPLM-Nord dans la prise en compte de ses légitimes revendications, telles qu’elles sont reconnues dans le Protocole spécial à l’Accord de paix global relatif aux États du Kordofan du Sud et du Nil Bleu », a affirmé M. Teny-Dhurgon.

Il a proposé les bons offices de son pays afin d’appuyer le Soudan dans la recherche d’une résolution juste et pacifique du conflit. « Notre action en tant qu’honnête médiateur aidera notre voisin du nord, le Soudan, dans l’établissement de la paix et de la sécurité sur le long terme », a-t-il affirmé.

Le Vice-Président du Soudan du Sud a annoncé que les Présidents Kiir et Bashir avaient signé aujourd’hui des accords « qui devraient permettre aux deux pays de poursuivre leur développement national dans un climat de paix durable » et devraient, a-t-il espéré, ouvrir la voie au règlement des questions relatives à la sécurité, aux frontières et à l’utilisation des installations pétrolières. « Si chaque partie fait sa part dans la mise en œuvre de ces accords, alors les contentieux les plus importants entre nos deux pays auront été purgés », a-t-il affirmé, ajoutant que cela ouvrirait la voie à la reprise de la production de pétrole par son pays.

Après avoir détaillé chacun des accords signés aujourd’hui, M. Teny-Dhurgon a ensuite informé l’Assemblée générale que le Soudan et le Soudan du Sud n’avaient pas trouvé de terrain d’entente sur le statut d’Abyei. « Le Président Bashir a en effet rejeté la proposition du Groupe de mise en œuvre de haut niveau de l’Union africaine », a-t-il affirmé, ajoutant, en conclusion, qu’il incombait désormais au Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et au Conseil de sécurité des Nations Unies de s’emparer de nouveau de cette question.

M. WINSTON BALDWIN SPENCER, Premier Ministre d’Antigua-et-Barbuda, a indiqué que le temps et les circonstances appellent un sens profond de l’urgence et une forte volonté de tous les pays à travailler avec et à travers les Nations Unies pour faire face aux défis qui se posent à la paix et à la sécurité à travers le monde, ainsi qu’aux menaces contre la démocratie internationale. Il leur revient de combattre la pauvreté et de redresser l’économie et l’environnement. Pour Antigua-et-Barbuda, la paix signifie le respect des droits de l’homme et des différences, la protection de la femme, des enfants et des personnes âgées. La paix est le partage juste et équitable de la richesse; c’est la démocratie avec des citoyens et des changements non violents, dit M. Spencer. La paix est aussi un monde sans armes nucléaires et avec des armes légères contrôlées. La paix signifie également tolérance, respect de la nature et compréhension que les changements climatiques sont réels. La durabilité de cette nature doit être la priorité. La paix veut aussi dire un commerce et une mondialisation équitables, et surtout l’élimination de la corruption au sein des gouvernements. Enfin, la paix est une représentation plus large et plus équitable des différentes sphères de pays au sein du Conseil de sécurité.

Le Premier Ministre a poursuivi son intervention en rappelant qu’en 2011 a été célébrée l’Année internationale pour les peuples d’ascendance africaine. Le temps est venu de revisiter le problème de la réparation pour le crime que représente l’esclavage afin de placer cette question au sommet de l’agenda international, a-t-il préconisé. Il a réitéré son appel aux pays ayant bénéficié de ce système pour qu’ils présentent des excuses formelles aux peuples qui en ont été les victimes. Il a ensuite énuméré les écueils auxquels font face les pays insulaires en citant le crime transnational organisé, les violences provoquées par les trafics d’armes: 1,6 million d’armes circulent illégalement dans la région CARICOM alors qu’aucun de ses pays membre n’en est producteur, a dénoncé M. Spencer. La réponse commune à ces menaces doit être guidée par le droit, la coexistence et l’interdépendance entre les États. Il s’est réjoui que les Caraïbes soient connues comme une zone de paix.

Concernant le développement, il s’est félicité du cadre de développement durable sorti du Sommet Rio+20, notamment en ce qui concerne les défis sociaux, économiques et environnementaux. En attendant, il a annoncé que son pays prend part à la protection de la Terre nourricière en renouvelant son pacte énergétique, en protégeant son écosystème, en replantant des mangroves et en protégeant les zones sensibles aux polluants. De concert avec l’Alliance des petits États insulaires, il a appelé l’Assemblée générale à faire de l’année 2014, une « année internationale des petits États insulaires en développement » pour sensibiliser et mobiliser le monde sur leur situation spécifique et pour leur développement.

S’agissant d’Haïti, le Premier Ministre d’Antigua-et-Barbuda a lancé un appel à la communauté internationale pour qu’elle maintienne et augmente son aide en faveur de ce pays. Concernant la crise économique et financière internationale, il a dit que la prospérité économique devrait être partagée équitablement entre les pays. Il a aussi plaidé en faveur de Cuba en demandant que les États-Unis lèvent l’embargo imposé à ce pays. En outre, il a demandé toujours aux États-Unis de discuter de l’exécution de la décision de l’Organisation mondiale du commerce sur le problème des jeux, qui oppose les deux pays.

M. NAJIB MIKATI, Président du Conseil des ministres du Liban, a exhorté la communauté internationale à faire plus d’efforts pour favoriser un consensus politique entre les parties syriennes, afin de mettre fin à une crise qui menace la paix et la stabilité du Moyen-Orient en général et du Liban en particulier. Il a aussi défendu le droit des réfugiés palestiniens de retourner sur leur terre, en ajoutant que la reconnaissance de la Palestine en tant qu’État Membre de plein droit de l’ONU et de ses organisations nous ferait avancer vers une solution politique juste pour les Palestiniens et mettrait fin à une injustice historique qui perdure depuis 1948.

S’agissant de la stabilité au Sud-Liban, il a comptabilisé 9 000 violations israéliennes des résolutions du Conseil de sécurité, depuis 2006. Il a demandé à la communauté internationale de faire pression sur Israël, afin que ce pays respecte les résolutions de l’ONU et le droit international et qu’il se retire immédiatement des territoires occupés du Nord-Ghajar, des fermes de Chebba et des collines de Kfarchouba. M. Mikati a rendu hommage aux rôle et sacrifices de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) et salué la qualité de sa coopération avec l’armée libanaise. Il a appelé à la pleine mise en œuvre des résolutions 192/66 de l’Assemblée générale adoptée le 22 décembre 2011, relatives à des compensations à obtenir pour la pollution au pétrole des côtes libanaises suite aux bombardements israéliens de 2006.

En matière de lutte contre la prolifération des armes de destruction massive, il a rappelé qu’Israël était le seul pays de la région à en détenir. Il a dit la nécessité de trouver une solution diplomatique à la question du nucléaire iranien, tout en soulignant le droit des nations à utiliser l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. Il a fait siens les propos du général De Gaulle qui a cité le Liban comme le seul endroit au monde où l’Islam et la Chrétienté avaient su s’entendre au sein d’institutions politiques et qui devait, par conséquent, être considéré comme un précédent précieux en matière de relations entre les cultures et les traditions du Moyen-Orient. C’est pourquoi, il a estimé qu’il était du devoir de la communauté internationale de protéger le Liban des turbulences de la région et d’aider à propager l’expérience de ce pays, de sa démocratie, de sa tolérance et de son pluraliste pour en faire profiter ses voisins.

SHEIKH HASINA, Premier Ministre du Bangladesh, a rappelé comment, depuis sa prise de fonctions, elle a traduit en actes concrets la volonté de prévention et de règlement pacifique des différends, et cela, autant sur le plan national que sur le plan régional. À titre d’exemple, elle a cité l’Accord de paix de Chittagong qui a mis fin en 1997 à 20 ans de conflit interne, ainsi que le Traité de partage de l’eau du Gange, conclu avec l’Inde en 1996, ou encore l’accord sur le différend portant sur les frontières maritimes avec le Myanmar. Elle a également rappelé que le Bangladesh était l’un des plus grands contributeurs de troupes aux opérations de maintien de la paix de l’ONU.

« Au cours de mes 40 années en politique j’ai appris que la paix ne peut être réalisée que lorsque la justice prévaut à la fois au sein des États et dans les relations entre États », a déclaré Sheikh Hasina. Or, la paix est une condition préalable au développement, a-t-elle poursuivi, et la justice n’est possible qu’à travers la démocratie qui donne le pouvoir au peuple. Pour toutes ces raisons, le Bangladesh travaille au renforcement de sa démocratie par l’élimination de la pauvreté et de la faim, grâce à la mise en place de filets de sécurité sociaux, à l’inclusion, à une croissance continue, à la promotion du développement humain et à la lutte contre le terrorisme, a expliqué le Premier Ministre. Ces principes m’ont encouragée à présenter le modèle « Émancipation du peuple et démocratie » lors de la soixante-sixième session de l’Assemblée générale, modèle qui contient six multiplicateurs de la paix qui se renforcent mutuellement, a indiqué Sheikh Hasina. Ce modèle a obtenu l’appui de 64 pays à Dhaka en août dernier en vue de sa considération au cours de la présente session de l’Assemblée générale, a-t-elle précisé.

Après avoir passé en revue les grandes lignes de l’application de ce modèle au Bangladesh, y compris en ce qui concerne ses composantes relatives à la liberté des médias, aux différentes commissions parlementaires existantes, aux programmes de questions-réponses hebdomadaires entre la société et le Premier Ministre, ainsi qu’à la modernisation du système éducatif, Sheikh Hasina a mis l’accent sur le rôle des femmes dans le développement et a évoqué les différentes mesures prises en ce sens. À titre d’exemple, plus de 12 000 femmes ont été élues au niveau local, et plus de 69 femmes siègent actuellement au Parlement bangladais, a-t-elle indiqué. Elle a également fait état d’une baisse de 10% de la pauvreté et d’une augmentation du revenu par personne de 34,6%, ainsi que d’une réduction du taux d’inflation qui était à deux chiffres et qui se situe aujourd’hui à 4,97%. Les progrès réalisés par le Bangladesh lui ont valu une reconnaissance mondiale en termes de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), a-t-elle poursuivi. Qui plus est, a-t-elle ajouté, le Secrétaire général nous a demandé de faire partie du Groupe de direction de l’initiative « Renforcer la nutrition » et d’être l’un des promoteurs de l’initiative « l’éducation d’abord ».

Sheikh Hasina a également abordé la question des changements climatiques sous l’angle de son lien avec la sécurité alimentaire. Elle a demandé un soutien international plus marqué pour la sécurité socioéconomique des pays frappés par les conséquences des changements climatiques notamment par le biais d’une réduction des barrières douanières et des quotas d’exportation, du respect des engagements pris en termes d’aide publique au développement (APD), et de l’égalité de tous les pays dans les institutions de Bretton Woods.

À la lumière des incidents récents, survenus après la diffusion d’une vidéo blasphématoire sur Internet, le Premier Ministre a expliqué que compte tenu de l’expérience tragique que le Bangladesh a connue du fait d’actes de terrorisme, son gouvernement avait adopté une politique de « tolérance zéro » face à ce phénomène et face à toute forme d’extrémisme.

Mme YINGLUCK SHINAWATRA, Premier Ministre de la Thaïlande, a souligné la nécessité d’une bonne gouvernance mondiale et l’importance de régler les différends par le biais de moyens pacifiques. Le développement économique et les progrès politiques doivent aller de pair, a-t-elle dit. Ainsi, a-t-elle estimé, il est nécessaire d’élaborer une stratégie nationale de développement en plaçant les personnes au centre de cette stratégie.

Le Premier Ministre a aussi plaidé en faveur d’un développement régional inclusif. Les 10 membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) veulent créer la « Communauté de l’ANASE » d’ici à 2015, a-t-elle indiqué, espérant que cela permettrait d’étendre le développement à travers tout le continent asiatique. Le réseau d’accords de libre échange devrait renforcer la résilience de l’Asie de l’Est, a-t-elle estimé.

Au moment où la communauté internationale envisage le programme de développement de l’après-2015, un processus inclusif au niveau mondial est crucial, a estimé le Premier Ministre thaïlandais. Les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont constitué de bons outils et ont permis des améliorations des conditions de vie de millions de personnes, a-t-elle noté. Pour préparer l’après-2015, Mme Yingluck Shinawatra a conseillé de tirer les leçons des succès et des échecs des OMD. Elle a insisté pour que le processus d’élaboration des objectifs de développement durable soit aussi inclusif que possible, afin que chaque membre de la communauté internationale puisse se l’approprier. La Thaïlande jouera un rôle actif dans ce processus, a-t-elle assuré.

Le Premier Ministre a ensuite exprimé son intention de travailler en lien étroit « avec ses amis de chaque région » pour renforcer leurs capacités à atteindre les objectifs de développement. Elle a cité le cas du Myanmar, dont la Thaïlande soutient le processus de transition démocratique.

À une époque de mondialisation, le concept de la sécurité doit être centré sur les personnes, a poursuivi Mme Yingluck Shinawatra, demandant à la communauté internationale de redoubler d’efforts pour lutter contre la criminalité transnationale. Une des pires formes d’atteinte à la dignité humaine est le trafic d’êtres humains, a-t-elle estimé, avant d’expliquer que la lutte entreprise dans ce domaine est une priorité nationale de son pays. Il faut s’assurer que l’état de droit prévaut et que les droits fondamentaux de l’homme soient garantis, notamment pour les groupes vulnérables comme les femmes, les enfants, les personnes âgées et les personnes handicapées.

Le Premier Ministre a invité toutes les parties prenantes à travailler ensemble pour promouvoir l’état de droit et favoriser ainsi la paix et la sécurité internationales, les droits de l’homme et le développement durable. Elle a ensuite indiqué que son pays a établi cette année des relations diplomatiques avec « l’État de Palestine », dans l’espoir qu’Israël et la Palestine puissent arriver à une paix durable basée sur une solution à deux États. Elle a également appelé à la fin de toute violence en Syrie.

M. GORDON DARCY LILO, Premier Ministre des Îles Salomon, a rappelé que son pays est sorti d’un conflit interne il y a une dizaine d’années et a pu, grâce à une initiative régionale, restaurer un environnement propice au développement. La Commission Vérité et réconciliation créée en 2009 a rendu son rapport cette année. Parallèlement, le pays a progressé sur les plans économique et social, avec une croissance stable au cours des cinq dernières années. Dans le domaine de la santé, le Premier Ministre a annoncé que le paludisme avait été éradiqué dans 2 des 9 provinces et que les taux de mortalité infantile et maternelle avaient baissé.

Les Îles Salomon ont regagné leur titre de « Happy Isles », a observé M. Darcy Lilo. Le pays s’attache à renforcer sa gouvernance démocratique, mais cela coûte cher et il a besoin du partenariat international. Le Gouvernement travaille avec différents organes de l’ONU pour consolider les acquis et renforcer ses liens avec les Nations Unies.

Abordant la question de Fidji, M. Darcy Lilo a reconnu la souveraineté, l’indépendance et l’intégrité territoriale de ce pays, voulant poursuivre le dialogue avec lui. Il a félicité Fidji d’avoir programmé des élections générales en 2014. Les Îles Salomon ont aussi renforcé leur rôle de médiateur au niveau sous-régional par le biais du Groupe mélanésien du Fer de lance (MSG) qui a créé une unité de maintien de la paix.

En tant que membre des pays les moins avancés (PMA), les Îles Salomon travaillent à mettre en œuvre le Programme d’action d’Istanbul. Un deuxième aéroport international est en cours de construction, grâce à l’aide de la Nouvelle-Zélande, et deux universités sont en projet. M. Darcy Lilo a aussi mentionné les efforts menés pour protéger les stocks de poissons et les gérer, ainsi que pour développer l’industrie minière.

Pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, le pays met en œuvre sa Stratégie nationale de développement et fait partie des 50 pays que le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) doit consulter pour élaborer le programme de développement post-2015.

Le Premier Ministre s’est attardé sur la question des changements climatiques. Il a voulu que tout soit fait pour limiter la hausse de la température à 1,5ºC et pas 3 ou 5ºC de plus. La survie des petits États insulaires en développement en dépend. En juin dernier, Les Îles Salomon ont lancé une politique nationale sur les changements climatiques qui touche tous les secteurs. Pays riche sur le plan biologique et culturel, il est aussi membre de l’Initiative du Triangle de Corail.

M. ASYLBEK JEENBEKOV, Président du Parlement de la République kirghize, a prévenu que la crise économique qui a éclaté en 2008 n’a pas encore été surmontée, ce qui est dommageable puisque le monde est devenu moins sûr avec ses nombreux problèmes et inquiétudes qui multiplient les risques de guerre et de tensions entre les pays et dans les pays. Les États ne peuvent plus faire face seuls à ces menaces. La diffusion d’un film antimusulman peu avant le début de l’Assemblée générale ainsi que les attaques contre l’ambassade américaine en Libye et la mort de l’Ambassadeur Chris Stevens ne sont pas de nature à établir la confiance entre les nations, a regretté le Président du Parlement.

En Afghanistan, pays voisin du Kirghizistan, le retrait des forces internationales en 2014 pourrait profiter aux ennemis de la paix, a averti M. Jeenbekov, qui a souligné que son pays apporte une aide à son voisin pour préparer cette échéance. Il n’a pas manqué de souligner le fait que l’Afghanistan reste le premier producteur mondial d’opium et la nécessité de lutter pour réduire les conséquences néfastes de cette production sur les populations civiles. Les pays de l’Asie centrale entendent aider l’Afghanistan pour relever ce défi, a affirmé M. Jeenbekov.

Il a demandé à la communauté internationale de s’adapter à ces multiples défis. Le Conseil de sécurité doit être plus transparent, plus efficace et plus démocratique. Le Conseil économique et social doit, quant à lui, s’occuper davantage des questions essentielles qui préoccupent les populations du monde. Le Président du Parlement a rappelé la candidature de son pays à un siège de l’ECOSOC en 2013.

Il a dit l’attachement du Kirghizistan à l’économie verte et a demandé l’aide internationale pour alléger et restructurer la lourde dette du pays en arguant des matières premières qu’il recèle, dont une réserve énergétique de l’ordre de 142,5 milliards de kilowatts. Le pays a également des ressources hydrauliques qui peuvent aider les pays voisins.

Le Président du Parlement a aussi souligné que depuis 2010, son pays a entamé une réforme démocratique et économique et qu’il s’est engagé à lutter contre la corruption. Aux autorités du Bélarus, il a demandé l’extradition de l’ancien Président Kourmanbek Bakiev et de ses amis pour qu’ils répondent de leurs actes.

M. ABDIWELI MOHAMED ALI, Premier Ministre de la Somalie, s’est félicité des évolutions décisives ces derniers mois en Somalie, après des décennies de division. Illustrant son propos, il a cité l’adoption le 1er aout 2012 de la nouvelle Constitution somalienne, la mise en place le 20 août d’un nouveau Parlement et l’élection le 10 septembre du Président de la République fédérale de Somalie, M. Hassan Sheikh Mohamud. Il a précisé que le nouveau Président nommera son Premier Ministre et son gouvernement dans les semaines à venir. Il s’est réjoui que des membres de la diaspora somalienne commencent à rentrer au pays, avec des moyens et des compétences qui aideront à construire la Somalie de demain.

Il a dit que le défi le plus urgent était de restaurer la paix et la sécurité dans l’ensemble du pays, en ajoutant que la paix ne pourra pas être garantie par les seuls moyens militaires. « Nous devons mettre en œuvre des politiques d’inclusion et un gouvernement représentatif, crédible et capable », a insisté le Premier Ministre. Il a manifesté la volonté de la Somalie de combattre les extrémistes d’Al-Chabaabjusqu’à ce que la Somalie redevienne une nation pacifique et tolérante.

Il a prévenu que la durabilité et la stabilité des efforts de la Somalie dépendront de sa capacité de développer son économie, en ajoutant qu’il n’y aura pas de paix sans emploi ni nourriture. Avec des ressources abondantes et neuf millions d’acres de terres fertiles, la Somalie doit pouvoir remettre son peuple sur la voie du développement économique, a-t-il insisté. Alors que des extrémistes du monde entier ont utilisé la Somalie comme sanctuaire et base à partir de laquelle ils veulent planifier des attaques contre d’autres pays, le Premier Ministre somalien s’est dit conscient de la responsabilité de son pays vis-à-vis de ce problème tout comme celui des pirates somaliens qui sévissent loin des côtes somaliennes. Il a souligné la détermination de son pays à collaborer avec tous les partenaires internationaux sur tous ces fronts, en attendant que la Somalie se dote des capacités nationales nécessaires pour faire face elle-même à ces défis.

M. RASHID MEREDOV, Vice-Premier Ministre et Ministre des affaires étrangères du Turkménistan, a fait observer que la sécurité énergétique était la condition de base pour assurer un développement stable et sans conflit. Il a rappelé que son pays recèle la quatrième réserve d’hydrocarbures au monde et qu’il a réclamé maintes fois la création d’un système stable et fiable pour gérer les sources énergétiques mondiales et les marchés internationaux.

Il a estimé que le temps était venu pour l’ONU de prendre une décision consensuelle qui servirait de base à la création d’une politique universelle et de mécanismes juridiques capables de gérer la coopération internationale en matière d’énergie, ainsi qu’un système d’approvisionnement qui prendrait en compte les intérêts des producteurs d’hydrocarbures et ceux des pays de transit et de destination. La rédaction d’un projet de résolution au cours de cette session sur la création d’un groupe d’experts en la matière serait particulièrement appropriée, a-t-il estimé.

M. Meredov a parlé des problèmes écologiques de l’Asie centrale et du bassin de la mer Caspienne et a jugé insuffisants les efforts déployés jusqu’à présent pour y faire face. Afin de remédier à cette situation, il a proposé la création, en coopération avec l’ONU, d’un centre régional des technologies liées aux changements climatiques afin d’aider les pays de la région à renforcer leur coopération dans les domaines de la sûreté environnementale.

Insistant par ailleurs sur l’importance du désarmement, M. Meredov a proposé la tenue, l’an prochain, d’une réunion consultative de haut niveau sur l’élargissement du cadre juridique international de non-prolifération. Il a également estimé approprié d’envisager la création d’un centre sous-régional de l’ONU pour le désarmement en Asie. Le Ministre a fait savoir que le Turkménistan s’était porté candidat à un siège au Conseil économique et social (ECOSOC) pour la période 2013-2015. Il a aussi proposé de transformer la Plateforme d’action pour les affaires humanitaires pour en faire la base politique et juridique de la consolidation des efforts humanitaires de la communauté internationale.

M. DIMITRIS L. AVRAMOPOULOS, Ministre des affaires étrangères de la Grèce, a tout d’abord fait savoir que son pays s’était porté candidat à un siège au Conseil des droits de l’homme pour la période 2013-2015. Il a affirmé que son pays avait entrepris d’importantes réformes législatives et institutionnelles s’agissant du droit d’asile et de l’immigration.

M. Avramopoulos a raillé le discours du « représentant » de l’ex-République yougoslave de Macédoine, l’accusant d’avoir déformé la réalité devant l’ensemble de la communauté internationale et d’avoir eu recours à une rhétorique du XIXe siècle. Le populisme et le nationalisme sont les pires ennemis de la stabilité de notre région, a affirmé le Ministre grec pour qui la solution au différend repose « dans un nom avec un qualificatif géographique ». En effet, s’est-il expliqué, la Macédoine est une région géographique qui chevauche les territoires de trois pays, la principale partie se trouvant en Grèce, puis en Bulgarie et en ex-République yougoslave de Macédoine.

Le Ministre a également fait savoir que la Grèce œuvrait en faveur d’une plus grande coopération avec la Turquie, en appuyant notamment la candidature de ce pays à l’Union européenne. La Turquie, a-t-il ajouté, doit démontrer de manière tangible qu’elle a abandonné certaines de ses attitudes, notamment la menace persistante de « casus belli » contre la Grèce ou encore sa position vis-à-vis de Chypre. M. Avramopoulos a aussi indiqué que la Grèce appuyait les négociations de la République de Chypre avec la communauté chypriote turque dans le but de réunifier l’île. La Grèce appuie aussi la décision de la République de faire valoir son droit souverain sur les gisements de gaz naturel situés dans sa zone économique exclusive.

S’agissant de la crise économique grecque, le Ministre des affaires étrangères a expliqué que la nouvelle coalition tripartite au pouvoir était en train de mettre en œuvre un vaste programme de réajustement afin d’améliorer les perspectives macroéconomiques du pays tout en lançant des réformes structurelles pour stimuler la croissance et la création d’emplois. Aujourd’hui, a-t-il affirmé, le déficit a été réduit de manière significative et l’économie a regagné plus de 50% de sa compétitivité.

M. Avramopoulos a reconnu que la Grèce traversait une transition douloureuse vers la relance économique et la croissance. Il a néanmoins estimé que son pays réussirait à surmonter ces défis car la Grèce est plus grande que sa taille géographique et plus précieuse que sa réalité fiscale. « Ne l’oublions pas, la Grèce est une valeur présente dans les cœurs et les esprits des gens, quelle que soit leur nationalité, leur race ou leur religion. Cela nous donne le pouvoir moral de gagner ce combat », a déclaré le Ministre.

M. YANG JIECHI, Ministre des affaires étrangères de la Chine, a vanté l’égalité et la démocratie dans les relations internationales. « Nous nous abstenons de nous ingérer dans les affaires intérieures d’autrui et d’imposer notre volonté aux autres, et nous ne tolérons aucune ingérence extérieure dans les affaires intérieures de notre pays », a-t-il précisé. La Chine est d’avis qu’il faut faire avancer la construction d’un système de gouvernance économique mondiale avec la réforme du système financier international comme élément clef. Il faut mettre en œuvre rapidement la réforme des quotes-parts et de la gouvernance des institutions financières internationales, dont le Fonds monétaire international (FMI), en renforçant la représentation et le droit à la parole des économies émergentes et des pays en développement.

« Nous devons respecter la diversité du monde et le droit de chaque État de choisir librement sa voie de développement », a poursuivi M. Jiechi. « Nous devons nous en tenir au dialogue et aux négociations pour régler les différends et nous opposer à l’usage arbitraire de la force et à la menace de la force », a-t-il ajouté.

Préoccupée par les tensions persistantes et l’aggravation de la situation humanitaire en Syrie, la Chine, a-t-il dit, appelle les différentes parties syriennes à cesser immédiatement les conflits et les actes de violence, à mettre en œuvre les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, le plan en six points et le Communiqué du Groupe d’action sur la Syrie, et à ouvrir le plus vite possible un dialogue politique inclusif en vue d’une transition politique conduite par le peuple syrien lui-même. Selon le Ministre des affaires étrangères, les parties concernées de la communauté internationale doivent jouer un rôle positif et constructif, soutenir, par des actions concrètes, le Représentant spécial conjoint de l’ONU et de la Ligue arabe, M. Lakhdar Brahimi, dans ses efforts pour une médiation impartiale.

« En tant qu’acteur, bâtisseur et contributeur important du système international, la Chine œuvre à partager avec tous les pays du monde les opportunités de développement », a assuré M. Jiechi. La Chine a déployé 21 000 personnes dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU et participé activement à la coopération internationale contre le terrorisme, la piraterie et la prolifération des armes. Poursuivant notamment une politique d’amitié et de coopération à l’égard des pays voisins, elle a élargi ses échanges avec eux et contribué à plus de 50% à la croissance asiatique.

En 2011, la Chine a enregistré une croissance de 9,3% de son PIB, fait avancer la restructuration et amélioré le bien-être de son peuple. Pour la période du « XIIe Plan quinquennal », son marché intérieur sera un des premiers du monde, le volume de ses importations dépassera les 10 000 milliards de dollars et celui de ses investissements étrangers directs les 500 milliards de dollars, a annoncé le Ministre. M. Jiechi a conclu en soulignant que « Diaoyu et ses îlots affiliés font partie intégrante du territoire chinois depuis l’Antiquité ». La Chine en possède des preuves historiques et juridiques incontestables, a affirmé le Ministre.

M. ESPEN BARTH EIDE, Ministre des affaires étrangères de la Norvège, a affirmé que le Gouvernement syrien était le principal responsable des atrocités de masse qui sont commises. Le régime de Bashar Al-Assad a perdu toute légitimité et doit renoncer au pouvoir, a-t-il estimé. M. Eide a également souligné que toute partie qui commet des violations du droit international humanitaire devra répondre de ses crimes. Il a exhorté le Conseil de sécurité à agir et à délaisser les notions « démodées » de sphères d’influence afin de trouver une position commune.

Après avoir salué le courage des autorités du Myanmar et s’être félicité de la signature, aujourd’hui, de l’accord entre le Soudan et le Soudan du Sud, M. Eide a indiqué que le Comité spécial de liaison pour la coordination de l’assistance internationale aux Palestiniens, qu’il préside, s’était récemment réuni. Il a fait part des profondes préoccupations que lui inspirent les relations entre Israël et la Palestine. La population palestinienne est en proie à une fatigue notable et peut être poussée à une solution alternative qui pourrait gravement entraver les perspectives des deux parties, a alerté le Ministre, qui a ajouté que les pays qui financent l’Autorité palestinienne étaient en proie à une fatigue similaire.

La solution à deux États est la seule voie vers une paix durable, mais les perspectives de création d’un État palestinien sur cette base s’amoindrissent au fur et à mesure que se poursuit la construction des colonies de peuplement israéliennes, a tranché le Ministre. Afin de remettre le processus de paix sur la bonne voie, les négociations doivent reprendre maintenant.

M. Eide a salué les efforts inlassables du Secrétaire général pour réformer le fonctionnement interne de l’Organisation. Il a dénoncé la « microgestion intergouvernementale » de ce qui devrait être la prérogative du « Chef de l’Exécutif ».

CHEIKH KHALID BIN AHMED BIN MOHAMMED AL KHALIFA, Ministre des affaires étrangères de Bahreïn, a relaté les étapes franchies dans la modernisation de son pays, en citant particulièrement les élections municipales et parlementaires et le dialogue avec toutes les composantes de la société. Il a ajouté que le Bahreïn a connu depuis l’année dernière de sérieux défis en matière de sécurité et de stabilité auxquels il a fait face dans la transparence, l’honnêteté et l’engagement. Une Commission d’enquête indépendante a été créée pour rétablir la vérité et dédommager les victimes. En conséquence, un dialogue élargi a réuni tous les segments de la société et a eu pour effet une série de réformes constitutionnelles et législatives embrassant tous les aspects de la vie politique, sociale et légale.

Le Roi de Bahreïn a proposé la création d’une cour arabe des droits de l’homme, une initiative historique que le Conseil de la Ligue des États arabes a relayée. La semaine dernière, le Bahreïn a accepté 90% des recommandations du Conseil des droits de l’homme.

Face aux menaces dans la région, le Ministre a appuyé l’initiative du Roi d’Arabie saoudite de changer le Conseil de coopération du Golfe en « Union ». S’agissant de la Syrie, il a appelé la communauté internationale à présenter une position unique pour mettre un terme à la crise humanitaire, trouver une solution pacifique à la crise, et préserver l’unité et la cohésion du peuple syrien. Il a appelé l’ONU à arrêter d’invoquer des problèmes de procédure pour excuser son incapacité à empêcher des crimes contre l’humanité. S’agissant de la question palestinienne, le Ministre a demandé l’arrêt des colonies de peuplement. Il a aussi réaffirmé la position de son pays en faveur d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient, ce qui sera possible quand Israël mettra en œuvre les décisions internationales et adhérera au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

Le Ministre a aussi exigé de l’Iran qu’il remplisse ses engagements envers l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Il a réitéré la nécessité de résoudre le problème de l’occupation par l’Iran des trois îles des Émirats arabes unis devant la Cour internationale de Justice. Il a enfin dit son attachement à l’intégrité territoriale du Maroc et au règlement de la question du « Sahara marocain », conformément aux résolutions du Conseil de sécurité.

M. ÉDOUARD NIANKOYE LAMA, Ministre des affaires étrangères et des Guinéens de l’étranger, a estimé que la médiation internationale comme moyen de prévention ou d’arrêt de la violence à travers le dialogue, la négociation et la conclusion d’accords devait être privilégiée. Dans ce cadre, la Guinée encourage le déploiement rapide de médiateurs, accompagnés d’experts, tout en soutenant l’initiative du Secrétaire général confortant le rôle des femmes dans le processus de médiation. Dans les pays en développement, notamment en Afrique, les mécanismes de médiation et de règlement doivent être consolidés par le renforcement des capacités et l’allocation de ressources financières suffisantes pour une approche holistique et efficace.

Le Ministre a affirmé que la Guinée faisait sienne la demande faite au Conseil de sécurité pour un déploiement urgent d’une force internationale en vue de restaurer l’intégrité territoriale du Mali. En Guinée-Bissau, a-t-il ajouté, la consolidation de la paix et de la stabilité passe nécessairement par la restauration de toutes les institutions démocratiques. Concernant la région des Grands Lacs, il a dit appuyer les efforts internationaux visant à la restauration de la paix et de la sécurité dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC).

Par ailleurs, le Ministre a souligné que, depuis l’élection en 2010 du Président Alpha Condé, le Gouvernement avait entrepris un vaste programme de démocratisation et de réformes politiques, institutionnelles, économiques et sociales. Il a également renouvelé l’engagement de son gouvernement à continuer de promouvoir les droits de l’homme et de garantir les libertés publiques.

M. RAFAEL RONCAGLIOLO ORBEGOSO, Ministre des affaires étrangères du Pérou, a condamné, une fois de plus, l’embargo imposé à Cuba et regretté que le différend entre l’Argentine et le Royaume-Uni à propos des « Îles Malouines » ne soit toujours pas réglé. Il a souhaité une réforme urgente du Conseil de sécurité pour refléter les réalités du XIXe siècle. Rappelant l’adhésion de son pays à plusieurs Conventions de l’ONU, le Ministre a rappelé que le Pérou a organisé, en juin dernier, une conférence internationale des Ministres des affaires étrangères et des chefs des agences nationales spécialisées contre le problème mondial des drogues afin de relancer un dialogue politique gelé depuis 20 ans.

Le Pérou préside en ce moment l’Union sud-américaine des nations et veut consolider l’Amérique du Sud comme une zone de paix et de citoyenneté démocratique. C’est déjà une zone exempte d’armes nucléaires et, a espéré le Ministre, ce sera bientôt aussi une zone exempte de mines antipersonnel. Dans quelques jours, le Pérou accueillera le troisième Sommet des pays arabes et d’Amérique du Sud. Sur le plan économique, le pays a connu en 2011 une croissance de 6,92% et s’est fixé comme priorité l’intégration sociale. Dans la foulée de Rio+20, le Pérou estime que l’Agenda pour le développement post-2015 doit faire converger les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et les objectifs de développement durable.


Droits de réponse


Le représentant de l’Iran a tenu à répondre au Premier Ministre israélien. Il a insisté sur le fait que le programme nucléaire est strictement pacifique, respecte pleinement les obligations internationales et est conforme au droit des pays à l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire. L’Iran, a-t-il ajouté, est partie au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) et reste attaché à ses obligations juridiques. L’Iran, a encore dit le représentant, n’a cessé de proposer la création d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient. L’Iran, a-t-il insisté, n’a jamais été impliqué dans aucune activité nucléaire suspecte. Bien au contraire, ce sont ses ingénieurs nucléaires qui ont été victimes d’attaques terroristes. Israël ne peut pas en dire autant, a-t-il accusé, en citant, entre autres, les conclusions de la dernière Conférence d’examen sur le TNP. La seule menace à la paix et à la sécurité au Moyen-Orient est l’arsenal nucléaire d’Israël, a dit le représentant en exhortant les autorités israéliennes à répondre aux appels de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et en soulignant que son pays se réserve le droit de répondre à toute attaque. Il a ironisé sur le « diagramme imaginaire » exhibé par le Premier Ministre israélien. À l’heure d’Internet, les gens ne peuvent plus être trompés par des moyens « aussi absurdes ».
Répondant quant à lui au Ministre chinois des affaires étrangères, le représentant du Japon a appelé à la raison, au renoncement à la force et au respect de l’état de droit qui est une base de la paix mondiale. Les îles dont la Chine a parlées ont été cédées au Japon en vertu de traités. L’assertion selon laquelle le Japon a pris ces îles à la Chine ne peut tenir la route et les études menées en 1995 ont confirmé que ces îles étaient inhabitées et ne montraient aucune de trace de la présence chinoise, a conclu le représentant en retraçant l’histoire des différents traités.

Son homologue de la Chine a dénoncé une déformation de l’histoire servie par des arguments fallacieux qui défient le bon sens. La Chine, a-t-il dit, est très claire. Elle a une position bien définie et cohérente: les îles Diaoyou font partie intégrante du territoire chinois depuis l’antiquité et elle peut le prouver par des textes et la jurisprudence. Le Japon a une longue histoire d’appropriation de territoires, comme c’était le cas pour Taiwan. Les traités signés entre les États-Unis, la Chine et le Japon ont stipulé que tous les territoires volés à la Chine devaient lui être restitués. Le représentant a donc regretté que le Gouvernement japonais tienne tellement à « son esprit colonial ». L’achat récent de ces îles par le Japon n’était qu’un blanchiment d’argent et c’est à travers ce moyen illégal que le Japon essaie d’asseoir son autorité sur ces îles et de duper la communauté internationale. Dénonçant « cette atteinte grave » au droit international et à la Charte des Nations Unies, il a aussi dénoncé un déni de la victoire sur le fascisme après la Deuxième Guerre mondiale. Tout acte illégal reste illégal et ne produit jamais le droit, a-t-il dit, en voulant rappeler un principe simple du droit international et en soulignant que la Chine ne renoncera jamais à ses droits.

Il ne fait aucun doute que ces îles font partie du Japon comme l’attestent les faits historiques et le droit international, a rétorqué le représentant du Japon. Il a nié tout conflit de souveraineté, se refusant de répondre davantage aux arguments de la Chine.

Son homologue de la Chine s’est étonné que le Japon n’ait aucun remords face à son histoire coloniale. Il a regretté cette « logique du voleur » après une guerre d’agression. Nous sommes au XXIe siècle mais le Japon continue de s’accrocher à une mentalité obsolète contre laquelle plus d’un milliard de Chinois se sont levés, a rappelé le représentant. La Chine continuera de prendre des mesures déterminées pour sauvegarder son intégrité territoriale, a-t-il promis, en appelant le Japon à respecter l’histoire, à faire face à la réalité et à arrêter de se bercer d’illusions. Le Japon devrait renoncer à tout acte qui viole ou sape l’intégrité de la Chine, a tranché le représentant.


* ***  


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mar 2 Oct - 17:16 (2012)    Sujet du message: L'INDE RÉCLAME L'ADOPTION D'UNE CONVENTION GÉNÉRALE SUR LE TERRORISME Répondre en citant



L'INDE RÉCLAME L'ADOPTION D'UNE CONVENTION GÉNÉRALE SUR LE TERRORISME



http://www.un.org/News/dh/photos/large/2012/October/530392-india.jpg
Le Ministre des Affaires extérieures de l'Inde, S.M. Krishna. Photo: ONU/Jennifer S Altman


1 October 2012 – Le Ministre des Affaires extérieures de l'Inde, S.M. Krishna, a plaidé lundi pour une « tolérance zéro » en matière de terrorisme, appelant à un renforcement du cadre juridique international pour renforcer la lutte contre ce fléau, notamment par l'adoption d'une convention globale dans le cadre des Nations Unies.

« La communauté internationale doit redoubler d'efforts pour démanteler l'infrastructure du terrorisme, y compris ses réseaux d'épicentres, de sites de formation et de sources de financement », a-t-il déclaré devant l'Assemblée générale des Nations Unies.

« Il est grand temps que nous fassions preuve de la volonté politique nécessaire et que nous nous mettions d'accord sur une Convention générale sur le terrorisme international, pour renforcer le cadre normatif de lutte contre un défi qui est de plus en plus généralisé et sophistiqué », a ajouté le Ministre indien.

Soulignant par ailleurs la nécessité de forger un consensus renouvelé en faveur de la non-prolifération et du désarmement nucléaires, M. Krishna a plaidé pour un DIALOGUE approfondi entre États dotés de l'arme atomique et pour des mesures qui limiteraient les risques nucléaires, notamment l'accès de groupes terroristes à ces armes.

Rappelant que l'Inde s'était engagée dans la voie d'une normalisation progressive de ses relations avec le Pakistan, M. Krishna a regretté qu'une allusion injustifiée ait été faite au Jammu-et-Cachemire lors du débat général de l'Assemblée annuelle de l'ONU. « Le peuple du Jammu-et-Cachemire a fait à de nombreuses reprises le choix de son destin par le biais des mécanismes démocratiques bien établis de l'Inde », a-t-il poursuivi, indiquant qu'il était clair « que le Jammu-et-Cachemire faisait partie intégrante de l'Inde ».

Rappelant l'engagement de l'Inde en faveur de la construction d'un Afghanistan stable, démocratique et prospère, le Ministre a indiqué que l'existence de sanctuaires terroristes au-delà des frontières de l'Afghanistan constituait l'obstacle principal à la restauration de la PAIX et de la SÉCURITÉ dans le pays.

M. Krishna a également rappelé l'engagement de son pays en faveur d'une approche équilibrée et basée sur le principe de responsabilités communes mais partagées, afin de relever le défi du changement climatique. Invitant la communauté internationale à redoubler d'efforts pour atteindre les OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT (OMD) à l'échéance convenue de 2015. Il a indiqué que l'agenda pour le développement après cette date devait mettre l'accent sur la lutte contre la pauvreté, l'emploi, la sécurité alimentaire et surtout la promotion de la croissance économique. « L'Inde est déterminée à renforcer son partenariat avec l'Afrique, notamment dans le cadre du Forum Inde-Afrique », a-t-il affirmé.

Enfin, M. Krishna a rappelé que l'idée d'une réforme du Conseil de sécurité était pleinement soutenue par l'Inde, elle-même candidate à un siège permanent au sein de cet organe. Il a estimé que le Conseil devrait « s'ouvrir à des pays capables et désireux d'assumer les responsabilités supplémentaires qui vont de pair avec le maintien de la paix internationale. » Le fait qu'il n'y ait pas de pays africain comme membre permanent du Conseil est « une incongruité », a-t-il ajouté.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29090&Cr=inde&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 02:34 (2012)    Sujet du message: NEW PRESIDENT OUTLINES PRIORITIES FOR 67th GENERAL ASSEMBLY SESSION Répondre en citant

NEW PRESIDENT OUTLINES PRIORITIES FOR 67th GENERAL ASSEMBLY SESSION

General Assembly President Vuk Jeremic briefs press. UN Photo/Jennifer S Altman

3 October 2012 – Giving the General Assembly a more prominent role in discussions on global economic governance and strengthening efforts to achieve the peaceful resolution of disputes will be among the priorities for the 67th session, the President of the 193-member body said today.

The next 12 months are probably not going to be remembered as the easiest 12 months in the history of mankind,” Vuk Jeremic told a news conference at UN Headquarters in New York, following the conclusion of the Assembly’s high-level General Debate.

“We are faced with a deteriorating security situation in a number of corners of the world; the world is not out of the economic crisis; there is a huge amount of geo-political volatility and uncertainty that is characterizing the world of today,” he added.

He said he hopes to work closely with the entire membership of the Assembly to ensure that the 67th session goes down in history as “AN ASSEMBLY OF PEACE.”

Mr. Jeremic has chosen the peaceful resolution of international disputes as the overarching theme for the Assembly over the next 12 months.

Other priorities for the session will include devising the SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS, giving the Assembly a more prominent role in the global economic governance discourse and enhancing the role of the UN-backed Alliance of Civilizations and strengthening cooperation between that initiative and the Assembly.

The Assembly has been mandated to follow up on the UN Conference on SUSTAINABLE DEVELOPMENT (Rio+20) held in Brazil in June, Mr. Jeremic said, adding that a group of 30 countries need to be put together to devise the sustainable development goals.

Closely linked to this is the design of the global development agenda beyond 2015, the target date for the achievement of the anti-poverty targets known as the MILLENNIUM DEVELOPMENT GOALS (MDGs).

Secretary-General Ban Ki-moon has appointed a high-level panel of eminent persons to provide recommendations on the post-2015 development agenda and report to him by 31 May 2013.

“I believe that the efforts of the ‘group of 30’ and the group of leaders that were tasked to do this for the post-2105 agenda need to be somehow combined,” Mr. Jeremic stated. “We need to find a way of making sure that these are not separate, let alone diverging, efforts of the international community.”

The President also cited the need for a “consultative mechanism” between the Group of 20 leading economies and the rest of the world – or ‘group of 173’ as he described it – to ensure a more inclusive approach to debating world economic governance issues.

Such a mechanism can enable the ‘G173’ put forward their views and ideas, while the G20 countries can benefit from hearing the rest of the world’s ideas and thoughts, he said. There will be consultations on the holding of a high-level debate in 2013 with the aim of creating a consultative mechanism, with the Assembly at its heart.

“It’s one way of revitalizing the General Assembly, I believe, to give it significance and to give it further weight in the international system, including the UN system.”

Mr. Jeremic said he will also work to enhance the role of the Alliance of Civilizations, and seek ways to regularize and strengthen the cooperation between that initiative, which seeks to promote cross-cultural understanding and tolerance, and the Assembly.

At the heart of this cooperation, he said, will be trying to spread a culture of tolerance and mutual understanding in the context of working to achieve the peaceful resolution of disputes.

Strengthening the role played by outside experts in the Assembly and in UN deliberations will also be crucial, said the President.
“Over the past several decades, our debates have been enriched, and quite substantially so, by views of civil society representatives. But with notable exceptions, I believe the General Assembly has not yet found a way to draw upon the tremendous work done by world public policy institutes and think tanks,” he said, adding that he will try to further engage them in the Assembly’s deliberations.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=43208&Cr=general+assembly&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 02:51 (2012)    Sujet du message: UN 'ONLY AS STRONG AS THE MEMBERSHIP CHOOSES TO MAKE IT,' GENERAL ASSEMBLY PRESIDENT TELLS CLOSE OF DEBATE Répondre en citant



UN 'ONLY AS STRONG AS THE MEMBERSHIP CHOOSES TO MAKE IT,' GENERAL ASSEMBLY PRESIDENT TELLS CLOSE OF DEBATE

General Assembly President Vuk Jeremic. UN Photo/JC McIlwaine1 October 2012 – Addressing the close of the United Nations General Assembly's high-level debate today, the Assembly's President, Vuk Jeremic, underscored that “as has been the case since its founding, this Organization will only be as strong as the membership chooses to make it.” 

Let us now dedicate ourselves to the hard work ahead, which begins in earnest as early as tomorrow. Let us try to be more transparent and efficient in how we conduct our affairs, making the best use of our time and resources to advance common objectives,” Mr. Jeremic told the 67th Assembly's General Debate, at UN Headquarters in New York.

“Let us engage with a readiness to compromise and try hard to strengthen trust in each other – and in so doing, help to fulfil the hopes and aspirations of the 193 Member States of the United Nations,” he added.

Established in 1945 and providing a forum for multilateral discussion of the full spectrum of international issues covered by the UN Charter, the General Assembly occupies a central position as the world body's chief deliberative, policy-making and representative organ. 

More than 100 Heads of State or Government and over 70 ministerial-level officials addressed the 67th General Debate, which began last Tuesday, and for which the chosen over-arching theme was 'bringing about adjustment of settlement of international disputes or situations by PEACE means.' 

“Over the past week, we have heard thoughtful and constructive interventions on this critical topic,” Mr. Jeremic said. “This catalyzed fruitful discourse in the plenary and at numerous side events, in turn stimulating many bilateral discussions.”

In his remarks, the General Assembly President noted the various thematic topics that had been brought up for discussion by the representatives of various countries, These included establishing respect for the rule of law, the sovereignty and territorial integrity of UN Member States, sustainable development, global economic governance, the proliferation of nuclear weapons, terrorism, equal rights and opportunities for women, human trafficking, the illicit trade in small arms, indigenous people's rights, UN peacekeeping, intercultural dialogue and the need for the revitalization of the United Nations, including reform of the Security Council.
  
Among the specific issues of concern that were brought up at the General Debate, Mr. Jeremic cited the crisis in Syria, development needs in Africa, progress in Somalia and stability in Africa's Great Lakes region, amongst others.

“In reviewing the many statements that have been made, I have been struck by how much common ground exists on a wide range of issues. Obviously, significant differences of opinion remain to be overcome,” the Assembly's President said. “Nevertheless, I believe there is room for optimism.”

He added that intends to continue consultations with UN Member States, the Assembly's Main Committees, and regional as well as informal groups, on the proposed programme of work for the Assembly's 67th session.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=43186&Cr=general+debate&Cr1=


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:25 (2016)    Sujet du message: GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
Page 1 sur 10

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com