LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Juil - 15:17 (2014)    Sujet du message: GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2) Répondre en citant



CANADA - OTTAWA CONFERENCE : ISSUES OF VALUES AND GOOD GOVERNANCE

By Franco Famularo, Secretary General, UPF-Canada  

Friday, May 30, 2014

Ottawa, Canada - What is Canada’s Future as a Global Peacekeeper? Is Good Order Reliant on Good Values? Is Canada a Model of Good Government? Three distinct panels composed of religious and political figures as well as leaders of civil society tackled the principal questions listed above at the 3rd annual joint conference of the Canadian chapters of the Universal Peace Federation and Women’s Federation for World Peace (WFWP) held in Ottawa, Canada May 30, 2014.






Click on the link for more pictures

04/18

As part of a series of Educating for Peace seminars and conference, Ambassadors for Peace from across Canada came together to listen to current member of Parliament, Stephane Dion, a former leader of the opposition and cabinet minister, address serious questions that the Canadian government is currently facing such as the relationship between the Prime Minister and the Chief Justice and the ongoing debate over the role of the Senate. Some serious reflections were also offered on how Canada’s traditional role in the world as a peace broker has changed.

The co-masters of ceremonies, Ms. Rebecca Brosseau and Mr. Daniel Stringer, introduced the program.

The conference began with an introduction to Universal Peace Federation by Ricardo de Sena, recently appointed Secretary-General for North America, who provided a glimpse into the worldwide work of UPF. His presentation was followed by Mrs. Angelika Selle, an International Vice-President of WFWP and President of the American chapter.

A highlight was the presence of UPF International Chairman, Dr. Charles S. Yang, who offered his insights on the important role Canada has played historically as a peace broker worldwide. He reminded the audience of the great need for peace, order and good government not only in Canada but around the world. He shared that the vision of the founders of UPF and WFWP was that we should promote the ideal of Living for the sake of others as the central principle that transforms a ‘self-serving’ or ‘nation serving’ perspective into one of ‘selfless service’ and living for the sake of the whole - an essential ingredient in building a world community and a core principle of UPF. He went on to state that the founders emphasized Going beyond barriers that divide people: barriers such as race, religion, nationality, status, class, culture, personality, etc., that traditionally separate people. To enable differences to “enhance” rather than separate requires dialogue, cooperation and respect among all religions, races, cultures and nationalities. Finally, he zeroed in on the most fundamental issue of making a commitment to the renewal and health of the family: He declared that the most fundamental unit of society and the first “school” for human relationships is the family. Each person’s sacred duty to create a peaceful world can be realized through personal investment in creating healthy families.

The first panel was asked to answer the question: What Is Canada’s Future as a Global Peace Maker?

Moderated by Mr. Kaz Masciotra, a student at McGill University, the panelists included Mr. Bill Bhaneja, a former diplomat and co-founder of the Canadian Department of Peace; Ms. Judie Oron, a Canadian Israeli award-winning author and journalist formerly with the Jerusalem Post; Rev. Dr. Stan Chu Ilo, a professor at the University of Toronto; and Ms. Karen McCrimmon, a retired lieutenant colonel with the Canadian Armed Forces who had served in 1st Iraq war, the Balkans and Afghanistan. McCrimmon is also running as a candidate in the next federal election.

Each panelist offered their views on Canada’s traditional role as a global peace keeper and whether the perception of Canada is changing. The presentations and later the questions and answers from the audience focused on whether Canada can afford not to engage in “doing peace” and whether any excuse is valid for withdrawing from peace efforts.

In the second panel the question of whether Good Order Is Reliant on Good Values was addressed. Dr. Peter Stockdale, a former senior analyst with the government of Canada and currently a research and management consultant, moderated the panel that was challenged with clarifying the values that underpin good governance. The panel represented views from across Canada and was composed of participants from very diverse walks of life. Rev. Dr. Stef Piva, a minister of a large congregation in the Vancouver area on Canada’s west coast had the audience thinking when he brought up the issue of forgiveness in his opening remarks. Ms. Denise Anne Boissoneau, an indigenous scholar with a law degree from the University of Ottawa, struck a sensitive chord as she reminded the audience of the plight of the aboriginal people in Canada as she strongly advocated for the vast community of aboriginal peoples in Canada. She was followed by Ms. Tanya Walker, a lawyer with offices in Toronto’s prestigious financial district (the equivalent of Wall Street) called Bay Street. Ms. Walker drew on her experience as a judge and in dealing with commercial and financial disputes to address the issue of values. Finally, Mr. Franco Famularo, Secretary General of UPF Canada, shared UPF’s view on good governance by providing an explanation on the purpose of government historically and in the modern period (see presentation attached).

The second panel was followed by the appointing of nine Ambassadors for Peace, including two current senators who both made remarks. Presided by Dr. Moonshik Kim, current chair of UPF-Canada, and Mr. Alan Wilding, director of UPF for Western Canada, the audience was treated to remarks by newly appointed Ambassadors for Peace: Senator Mobina Jaffer, who represents British Columbia, and Senator Don Meredith from the Toronto area. They both expressed their commitment to continue working for the cause of peace and goodness.

The third panel followed luncheon remarks by Mrs. Joy Pople, director of publications at UPF International, on the proposal for a Bering Strait causeway or tunnel. A main theme in the latter years of the founder provided much food for thought.

In the final panel, speakers addressed the question, Is Canada a Model of Good Government? Moderated by Dr. Armand La Barge, former chief of police for the York region, one of the most diverse areas of Canada. The panel included Rev. Darryl Gray, a civil rights activist and pastor of the Imani Family and Full Gospel Church. Rev. Gray, a prominent leader in Montreal, highlighted some of the troubling issues that members of minority communities have to deal with when faced by challenges by authority. He was followed by Mrs. Monia Mazigh, author and human rights activist who earned a Ph.D. in finance from McGill University. Ms. Mazigh is well-known to Canadians because she was catapulted to the national spotlight as she campaigned for the liberation of her husband, Mr. Maher Arar, from a Syrian prison on trumped charges of his being a terrorist. She successfully gained his release and then obtained a formal apology and compensation from the Canadian government.

Ms. Anita Vandenbeld, an International Democracy Developer, served in several countries co-ordinating anti-corruption campaigns and promoting a better understanding of rights and freedoms.
Finally, Ms. Lilly Tadin, President of WFWP-Canada, presented the position of the co-organizers on how Canada can be a better model of governance by applying the core principles promoted by the founders.
The keynote speech was given by the Hon. Stephane Dion, current member of parliament from Montreal, who addressed key issues faced by the Canadian government at this time. The conference concluded with a lively question-and-answer session and discussions.

UPF and WFWP continue to hold regular monthly meetings in each of the major cities in Canada.

Presentations:

Dr. Charles S. Yang: The Quest for True Canadian Values
Anita Vandebeld: Is Canada Still a Model of Good Governance?
Dr. Bill Bhaneja: What Is Canada's Future as a Global Peacekeeper?
Joy Pople: Proposal for a Bering Strait Crossing

http://upf.org/upf-news/142-americas/5850-conference-focuses-on-the-quest-f…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 1 Juil - 15:17 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 14:27 (2014)    Sujet du message: CAPITAL ! TRAITE TRANSATLANTIQUE : EN PARALLELE DU TAFTA, VOICI LE TISA !!! Répondre en citant

CAPITAL ! TRAITE TRANSATLANTIQUE : EN PARALLELE DU TAFTA, VOICI LE TISA !!!

Toujours pendant que vous regardiez le foot et rigoliez de façon insouciante: la suite du traité transatlantique, toujours discutée dans votre dos, en secret, et toujours avec des conséquences néfastes pour nous, les gens du peuple ! Un nouveau projet "made in New World Order"...

Vae victis ! (Malheur aux vaincus !). Vic.


Source : http://www.wikistrike.com/2014/06/en-parallele-du-tafta-voici-le-tisa.html


EN PARALLELE DU TAFTA, VOICI LE TISA

26 Juin 2014

Variation sur le thème : en parallèle du TAFTA, voici le TISA
 
C'est un accord commercial dont personne ne parle, négocié dans l'opacité la plus totale. 50 pays, parmi les plus fervents défenseurs de la libéralisation, discutent en ce moment de l'ouverture du « marché des services » à la concurrence internationale. Éducation, santé, transports, télécommunications, services financiers... Tout est sur la table des négociations. Sans que les citoyens ou parlementaires aient leur mot à dire. Les négociateurs - soumis à la forte pression des lobbys - sont cette semaine à Genève pour le 7ème round de ces pourparlers internationaux, qui pourraient gravement menacer les services publics et les tentatives de régulation du secteur financier. Enquête. 

Ce pourrait être la fin des services publics, de l'eau, de l'éducation ou de la santé, la fin de toute volonté de réguler les marchés financiers ou de protéger les données des citoyens. Bref, une entrave encore jamais vue à l'exercice de la démocratie et au fonctionnement des politiques publiques. L'Accord sur le commerce des services (ACS) ou Trade in Services Agreement (TISA) est actuellement en cours de négociation entre une cinquantaine de pays [1], dont ceux de l'Union européenne. Il a été lancé par les États-Unis et proposé à des pays membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), baptisé le groupe des « Vrais bons amis (des services) » (Really Good Friends). 


« Apaiser la frustration des entreprises » 

Ces négociations se déroulent hors du cadre de l'OMC, avec les pays les plus partisans de la libéralisation des services, contrariés par l'impasse des négociations de Doha lancées en 2001 [2]. Ces pays représentent plus de deux tiers du commerce mondial des services. De nombreux domaines sont concernés : éducation, transports, poste et télécommunications, services de comptabilité et d'audit, ingénierie et logistique, santé, assurance, nouvelles technologies et transfert de données, recherche, banque et services financiers... Objectif : ouvrir encore davantage les services à la concurrence internationale et empêcher toute intervention publique. 

« Ces négociations sont l'opportunité la plus prometteuse en deux décennies pour promouvoir le commerce des services à l'échelle internationale », s'enthousiasme le lobby de l'industrie des services aux États-Unis. La Coalition internationale des industries de service (GSC), dont fait partie le Medef, est encore plus explicite : cet accord a été conçu « pour apaiser la frustration des entreprises, en raison de l'impasse du Cycle de Doha en matière de services », écrit-elle [3]. 

Interdire toute intervention des États 

« Il s'agit d'une tentative de secrètement étendre les aspects les plus néfastes de l'infâme accord AGCS qui a suscité dans le passé des protestations mondiales », répond Rosa Pavanelli, secrétaire générale de l'Internationale des services publics (ISP). Selon cette organisation, qui fédère les syndicats du secteur et représente 20 millions de travailleurs, l'ACS limiterait la capacité des gouvernements à légiférer dans certains domaines, comme la sécurité des travailleurs, l'environnement ou la protection des consommateurs. « L'ACS s'inscrit dans cette nouvelle vague inquiétante d'accords commerciaux et d'investissement, reposant sur des pouvoirs juridiquement contraignants qui institutionnalisent les droits des investisseurs et interdisent toute intervention des États dans un large éventail de secteurs indirectement liés au commerce », décrit l'organisation internationale dans un rapportdétaillé. 

Plusieurs aspects de l'accord sont vivement critiqués par les organisations syndicales et non-gouvernementales. En premier lieu, tout secteur qui n'est pas explicitement exclu, protégé par chaque pays, pourrait être concerné par l'accord. Avec tous les dangers que cela comporte. Ces accords ouvriraient notamment la porte à un afflux d'entreprises privées dans le secteur éducatif européen, alerte la fédération internationale des syndicats d'enseignants. Une clause de statu quo viendrait figer les niveaux actuels de libéralisation des services dans chaque pays, rendant impossible toute remunicipalisation des services de l'eau par exemple, ou compliquant la création ou le rétablissement de monopoles publics dans des domaines actuellement ouverts à la concurrence [4].

Autre principe : la « clause à effet de cliquet » (sic), qui viendrait figer toute future libéralisation d'un service donné. Une partie de l'assurance chômage est privatisée, comme au Royaume-Uni ? La retraite est démantelée au profit de fonds de pension ? Impossible de revenir en arrière ! Une atteinte aux libertés démocratiques fondamentales, dénonce la fédération syndicale internationale, qui voit dans ce futur accord un moyen de« rendre pérenne et irréversible un système de privatisations pour toutes les générations à venir ». Des gouvernements complètement liés par les décisions de leurs prédécesseurs : voilà qui porterait gravement atteinte au fonctionnement des démocraties ! 

Verrouiller les privatisations


Autre problème : l'accord pourrait imposer aux autorités publiques une « obligation de neutralité économique » entre prestataires de services publics et privés, dénonce l'ISP. En clair, tout soutien financier apporté aux services publics devrait être ouvert au secteur privé. « Si dans un domaine, des services privés existent à côté des services publics (par exemple hôpitaux, écoles), les deux auraient droit aux mêmes subventions, au nom de la "concurrence libre et non faussée", explique le collectif Stop-Tisa. Ainsi, par exemple, une université américaine pourrait s'établir en Suisse demandant un financement à la hauteur des universités publiques, aux frais du contribuable. » Un État qui subventionne la construction d'un hôpital public devra-t-il bientôt financer également une clinique privée dans les environs ? Autant de critiques reprises dans un document de la Commission européenne, qui fait la synthèse d'une consultation sur le sujet auprès des « décideurs et ONG ». 

Les négociations ont débuté en février 2012 et devraient se terminer en 2015. Les négociateurs des pays concernés se réunissent régulièrement à Genève, sous la conduite des États-Unis et de l'Australie [5]. En juin 2013, un communiqué lapidaire annonce que « les membres de l'OMC explorant de nouvelles approches visant à faire progresser la libéralisation du commerce des services sont satisfaits des progrès des discussions sur un accord sur le commerce des services (Tisa) ». Ils invitent les autres pays membres de l'OMC qui partagent ces objectifs à les rejoindre. La Chine, soutenue par la Commission européenne, a demandé à participer aux négociations. Ses divergences avec les États-Unis sur d'autres accords commerciaux ne lui ont pas permis d'être admise pour le moment à la table des discussions. 

Des négociations très secrètes 

En novembre 2013, les participants ont estimé que l'accord était suffisamment« mûr » et ont lancé l'étape « d'échange d'offres initiales » : chaque pays doit préciser les secteurs qu'il souhaite inclure dans l'accord, et les modalités qu'il propose concernant « l'ouverture » à la concurrence internationale de ces secteurs, selon un cadre pré-déterminé par l'accord. Début 2014, la plupart des pays ont échangé ces propositions, qui sont la base des discussions en cours. Certains comme la Suisse ou la Norvège les ont rendues publiques [6], d'autres pays semblent peu enclins à les diffuser auprès de leurs citoyens. 

On ne sait pas grand chose non plus du contenu des négociations et des termes de l'accord général. Elles « se déroulent dans le plus grand secret au mépris des droits démocratiques », souligne Rosa Pavanelli. En février 2013, la Commission européenne a demandé au Conseil, représentant les États membres, de donner son feu vert aux discussions. L'ouverture des négociations a ensuite été validée par le Parlement européen en juillet 2013, par 526 voix pour et 111 contre [7], avec pour la France, les voix du PS et de l'UMP. Front de gauche et écologistes ont voté contre. Dans sa résolution, le Parlement regrette cependant que le Conseil ait accordé un mandat sans prendre en compte l'avis des eurodéputés. Et observe « que le mandat de négociation de l'Union européenne a été proposé par la Commission et adopté par le Conseil sans aucune analyse d'impact ». Ce qui n'a pas empêché une large majorité de députés de voter... Quand les intérêts économiques sont en jeu, la démocratie devient visiblement facultative ! 

Les lobbies industriels consultés, pas les citoyens 

Wikileaks vient de briser un peu de l'opacité qui règne sur ces négociations, en divulguant l'annexe de l'accord concernant les services financiers. D'après ce document, principalement rédigé par les États-Unis et l'Europe, les propositions sont classées confidentielles pendant « cinq années à dater de l'entrée en vigueur de l'ACS ou, si aucun accord n'est trouvé, cinq années après la clôture des négociations ». Le document précise que la divulgation n'est pas autorisée et que le texte doit être « conservé dans un bâtiment, une pièce ou un contenant verrouillé ou sécurisé » (document à lire ici). 

Visiblement, les lobbys de l'industrie des services ont davantage accès aux informations que les citoyens et leurs représentants : la Global Services Coalition a envoyé des délégués à Genève lors du round de négociation d'avril 2014. Et se félicite dans un communiqué d'avoir pu y affirmer son soutien sans faille au processus et d'avoir partagé sa vision avec les négociateurs. 

Un accord si « palpitant » pour les entreprises 

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les multinationales des pays concernés sont très motivées par cette perspective d'accord. « Les retombées de TISA pourraient être énormes » pour les entreprises du secteur des services, explique la Chambre de Commerce des États-Unis. Elle estime que ces négociations présentent « une opportunité unique dans une génération pour abattre les obstacles au commerce international ». « Ce palpitant nouvel accord a le potentiel pour enflammer la croissance économique et la création d'emplois aux États-Unis et à l'étranger », écrit la Chambre de Commerce. Rien que ça ! Un accord tellement « palpitant » qu'il pourrait doubler les exportations de services des États-Unis - soit un gain de 860 milliards de dollars et trois millions d'emplois [8]. Mais cela, c'est la théorie. On attend toujours les centaines de milliers d'emplois que devait permettre l'ouverture à la concurrence de plusieurs secteurs au sein de l'Union européenne ! 

Que demandent les entreprises et leurs représentants ? Les pays qui signeront l'accord devront d'abord modifier ou éliminer les régulations considérées comme des barrières commerciales. « Si nous reconnaissons la nécessité de certains régulations (pour la sécurité nationale, la protection des données,...), il devrait y avoir des paramètres et des limites à leur application », écrit le lobby américain des industries de service. Sa bête noire : la distorsion de concurrence entre secteur privé et public.« La concurrence déloyale de la part d'entreprises subventionnées ou soutenues par les États, ou d'entreprises publiques ou contrôlées par les États, devient un obstacle de plus en plus important à la fourniture de service par des entreprises états-uniennes sur de nombreux marchés ». Il s'agit de protéger le secteur privé « contre les comportements anticoncurrentiels des entreprises publiques », plaide également la Chambre de Commerce états-unienne. L'accès aux droits, lui, attendra. 

Le lobby états-unien du secteur souhaite abolir toute préférence nationale, obligation de localisation ou quotas d'employés locaux. Et libéraliser davantage le secteur des médias et du divertissement. « Aucun pays ne devrait être autorisé à (...) introduire de nouvelles restrictions ou des exceptions, qui dérogent ou affaiblissent les engagements existants de l'AGCS », suggère-t-il aussi [9]. Les représentants des entreprises demandent que l'accord inclue un mécanisme de règlements des différends. C'est-à-dire l'instauration de tribunaux d'arbitrage privés, pour régler les litiges, dans le cadre d'une juridiction extra-nationale, où les intérêts privés font loi [10]. La Suisse a rédigé une proposition en ce sens lors du dernier round des négociations. 

Les régulations financières gelées 

L'accord concerne aussi les services financiers. Et pourrait avoir d'importantes conséquences sur ce secteur. Malgré la crise bancaire, « les promoteurs de TISA cherchent à déréglementer davantage les marchés mondiaux de services financiers », analyse Wikileaks. L'annexe sur les services financiers, jusqu'ici restée secrète, « est une proposition que seuls les banksters peuvent aimer », dénoncel'avocate Lori Wallach, de l'ONG états-unienne Public Citizen : le principe de statu quo, cité dans cette annexe, empêcherait par exemple de mettre en place de nouvelles réglementations financières, jugées nécessaires par les gouvernements, au motif que cela constituerait des restrictions pour les entreprises concernées. Résultat : l'accord gèlera les régulations financières à leur niveau actuel, qui demeure nettement insuffisant pour prévenir de nouvelles crises bancaires, estime l'avocate. De quoi accroître le risque d'instabilité financière pour les années à venir. 

Cette annexe montre également la ferme volonté des États-Unis d'obtenir la libéralisation des flux de données. C'est-à-dire de permettre l'échange sans entrave entre pays des données personnelles et financières. Une menace pour les libertés fondamentales, car certains pays participants à ces négociations sont beaucoup moins exigeants que l'Europe concernant la protection des données. Le lobby international des services souhaite d'ailleurs une disposition qui oblige les autorités publiques à justifier toutes les mesures qui viendraient restreindre les transferts de données entre pays [11]. 

Un accord étendu à toute la planète ? 


« Ce qui est terriblement inquiétant, c'est que l'ACS est négocié en dehors du cadre commercial multilatéral par les pays les plus favorables à la libéralisation, qui ne cachent pas leur volonté d'entraîner le reste du monde dans cet accord, une fois ce dernier finalisé », explique Rosa Pavanelli. Les négociateurs cherchent à rendre cet accord compatible avec le cadre de l'OMC. Ou dans le langage de la Commission européenne : « Veiller à ce que la structure de l'accord permette une future multilatéralisation. » Une manière de permettre aux 50 pays signataires de faire ensuite pression sur les autres membres de l'OMC pour qu'ils acceptent ces règles [12]. De quoi affaiblir la position des BRICS - Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud - pour l'instant exclus de ces négociations, ou des pays d'Afrique, complètement ignorés. 

Un comité Stop TISA ! s'est structuré et une pétition a été lancée (voir ici). Une lettresignée par 340 organisations non-gouvernementales exprimant leur opposition aux négociations a été envoyée aux ministres du Commerce, en 2013. Vu les enjeux démocratiques, économiques et politiques, ainsi que l'opacité de ces négociations, la mobilisation pourrait prendre de l'ampleur dans les mois à venir. 

Notes


[1] Australie, Canada, Chili, Colombie, Corée, Costa Rica, États-Unis, Hong Kong,Islande, Israël, Japon, Liechtenstein, Mexique, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Panama, Paraguay, Pérou, Suisse, Taïwan, Turquie, plus les 28 pays de l'Union Européenne. 

[2] « Le TISA est négocié en dehors du cadre de l'OMC sur la base de l'art. V de l'Accord général sur le commerce des services (AGCS) : Sur la base de l'art. V de l'AGCS, différents pays peuvent sous certaines conditions étendre la libéralisation du commerce des services entre eux au-delà de ce qui est le cas à l'OMC, sans que cette libéralisation préférentielle soit soumise à la clause de la nation la plus favorisée (NPF) de l'AGCS ». Source : Secrétariat d'État à l'Économie suisse. 

[3] Courrier au Commissaire européen au Commerce, 10 septembre 2013. 

[4] « It was agreed that commitments on national treatment would in principle be applied on a horizontal basis to all services sectors and modes of supply, i.e. the understanding on national treatment would be closer to the GATT model. Exemptions to this horizontal application would have to be listed in the countries' national schedule of commitments. Participants in the negotiations might also agree that commitments would in principle reflect actual practice (the "standstill clause") and that future elimination of discriminatory measures would be automatically locked in (the so-called "ratchet clause") unless an exemption were listed. » Mémo de la Commission européenne, Negotiations for a Plurilateral Agreement on Trade in services, 15 février 2013, à lire ici. 

[5] Voir la chronologie des négociations sur les sites des ministères suisse etaustralien. 

[6] Voir l'offre de la Suisse, publiée sur le site du ministère de l'Économie (SECO), celle de la Norvège et de l'Islande. 

[7] Voir le texte voté et le détail des votes. Le Conseil avait donné mandat à la Commission européenne en mars 2013 pour négocier au nom de l'Union européenne. 

[8] « Eliminating barriers to trade in services could boost U.S. services exports by as much as $860 billion - up from 2012's record $632 billion - to as much as $1.4 trillion, according to the Peterson Institute. Such a dramatic increase could create as many as three million American jobs. » Source : Communiqué de la Chambre de Commerce des Etats-Unis. 

[9] Source. 

[10] Voir à ce sujet notre article sur les négociations de l'Accord commercial transatlantique Tafta / TTIP. 

[11] « However, the agreement should include a commitment that when an act, policy or practice of a relevant authority seeks to restrain cross-border data transfers or processing, that authority must demonstrate that the restriction is not an unnecessary restraint of trade or investment in light of alternative means by which to achieve the objective of protecting the identity of the customer, security of the data or the performance of prudential oversight. », Commentaires de la Coalition of Service Industries (CSI) suite à la requête de l'Office of the United States Trade Representative's (USTR) sur l'accord TISA, 26 février 2013. A lire ici. 

[12] Notamment les 129 pays membres de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) qui ont pris des engagements au titre de l'accord général sur le commerce des services (AGCS).



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 14:34 (2014)    Sujet du message: VITAL ! L’ACS : L’ACCORD TOP SECRET QUI DOIT DEPECER LES SERVICES PUBLICS !!! Répondre en citant

VITAL ! L’ACS : L’ACCORD TOP SECRET QUI DOIT DEPECER LES SERVICES PUBLICS !!!

Pendant que vous regardiez le foot... de sombres projets en gestation. J'ignore qui gagnera la coupe du monde. PAR CONTRE, JE SAIS QUI SERONT LES PERDANTS : LES CITOYENS ET LES POPULATIONS DE CHAQUE PAYS !!!

Source : http://www.wikistrike.com/2014/06/l-acs-l-accord-top-secret-qui-doit-depece…

L’ACS : L’ACCORD TOP SECRET QUI DOIT DEPECER LES SERVICES PUBLICS

26 Juin 2014

Comme à chaque fois, les tractations doivent rester secrètes, complètement obscures du grand public qui ne pourrait penser qu’une seule chose: qu’il s’agit d’une théorie du complot tant c’est énorme. Ce qui est en train de se dérouler dans le secret le plus absolu, c’est d’appliquer à l’ensemble des pays concernés par l’accord transatlantique le droit de privatiser tout ce qui est public, sans possibilité de retour à la nationalisation. Explications avec un brin d’analyse montrant que si tout se met en place petit à petit, le plan bien pervers est prévu depuis longtemps:

Prenez une banque dont l’état financier est catastrophique, par exemple la Dexia. Celle-ci va émettre de très nombreux prêts toxiques qui vont être casés par exemple auprès des municipalités et des hôpitaux français. Uniquement pour la France, ce sont 5500 communes et plusieurs dizaines d’hôpitaux qui sont concernés, mais sont également concernés les régions, les départements, lesorganismes de logement, etc… Les prêts ont été proposés avec de fausses promesses, et au final, les taux d’intérêts ont explosé, gonflant de manière exponentielle l’endettement de souscripteurs. Pour palier à cela, seules solutions, faire des économies, terme plus « passe-partout » pour définir des plans d’austérité, avec dégraissages à la clé. Mais avec ces taux d’intérêts étant volontairement élevés, il ne sera pas possible de retrouver une stabilité financière, les services publics devront alors être privatisés avec comme objectif le profit et la rentabilité.

Et à partir de là, alors que « le scénario à la grecque » peut s’appliquer, le vautour américain peut se jeter sur sa proie et investir, le traité transatlantique entre les dents, dès fois que quelqu’un tenterait de les arrêter.
 
Carte de France des prêts toxiques interactive: Libération.fr

C’est là que l’arnaque prend tout son sens, et que la trahison des populations est évidente. Quel que soit le service, si celui-ci peut permettre de faire du profit, il est prévu de le privatiser un jour, quel qu’il soit! Hôpitaux, la SNCF (d’où la guerre des cheminots), nucléaire, etc
 

C’est là que l’arnaque prend tout son sens, et que la trahison des populations est évidente. Quel que soit le service, si celui-ci peut permettre de faire du profit, il est prévu de le privatiser un jour, quel qu’il soit! Hôpitaux, la SNCF (d’où la guerre des cheminots), nucléaire, etc…
 
Les États-Unis, les pays de l’UE et une vingtaine d’autres États ont entamé à Genève des négociations sur le commerce des services. Signe particulier : ces tractations devaient rester secrètes pendant cinq ans. WikiLeaks a réussi à lever en partie le voile sur leur contenu.

Tout devait rester entièrement secret. Rien ne devait filtrer des négociations sur l’accord sur le commerce des services (ACS) entamées depuis deux ans à l’ambassade d’Australie à Genève entre les États-Unis, l’Union européenne et une vingtaine de pays.

Une vaste entreprise de libéralisation qui touche jusqu’aux services publics fondamentaux. Des mesures assurant une confidentialité totale des discussions ont été prises, dans un langage digne d’un scénario à la James Bond. Les textes établissant l’avancée des pourparlers ont été « classifiés », selon un jargon utilisé généralement pour les dossiers secret-défense. Ils doivent être « protégés de toute diffusion non autorisée » et stockés dans un système d’ordinateurs lui-même classifié et maintenu « dans un building ou un container clos » sous haute surveillance. L’objectif déclaré est que rien ne puisse transpirer du contenu de ces tractations « jusqu’à cinq ans après la conclusion d’un accord » ou la fin des négociations si celles-ci devaient finalement ne pas aboutir.

C’était sans compter sur la dextérité des lanceurs d’alerte de WikiLeaks qui sont parvenus à récupérer une partie des textes surprotégés. Ils ont publié ainsi le 19 juin sur leur site l’annexe du traité en préparation consacré aux services financiers.

https://wikileaks.org/tisa-financial/

Ces révélations soulignent, en fait, l’ampleur de l’offensive engagée par Washington, suivi par les États membres de l’Union européenne, pour permettre aux multinationales de truster, le moment venu, le commerce des produits financiers mais aussi celui de tous les services sur les grands marchés transatlantique et transpacifique, dont les négociations, on le sait, avancent au même moment, dans la plus grande discrétion.

Contourner les résistances populaires et réfractaires de l’OMC

Les pourparlers secrets pour parvenir à un accord sur le commerce des services (ACS) ont démarré en 2012 et leurs initiateurs entendent tout faire pour les conclure avant la fin 2015. Ils sont en fait destinés à contourner l’obstacle que constituaient les résistances de forces progressistes, de mouvements sociaux, de syndicats et de plusieurs pays en développementpour la conclusion d’un accord global sur le commerce des services (AGCS) au sein de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Devant la paralysie du processus multilatéral lancé en 2001 dans le cadre du cycle dit de Doha de l’OMC, un groupe de pays a décidé, sous l’impulsion des États-Unis et des États membres de l’UE, d’entamer, il y a deux ans, une négociation parallèle.

Autrement dit : désavoué démocratiquement et donc sorti par la porte, l’AGCS pouvait ainsi rentrer par la fenêtre sous l’impulsion d’une cinquantaine de gouvernements. Les négociateurs autoproclamés ont l’espoir de définir dans un cadre plurilatéral des normes pour qu’elles s’imposent, à terme, comme unique référence internationale. Ils misent d’évidence sur leur poids économique – ils représentent ensemble près de 70 % du commerce mondial – pour rallier en fin de compte les pays récalcitrants de l’OMC court-circuités. Le lieu géographique des tractations a simplement été transféré de quelques rues à Genève, passant du siège de l’OMC aux locaux de l’ambassade d’Australie, pays opportunément tout acquis à la libéralisation.

Principale source d’inspiration du groupe : les « experts » de la « coalition globale des services » (GSC) au sein de laquelle on retrouve, côté états-unien, les géants du secteur (banque, Internet, énergie) mais aussi, côté européen, le Medef ou le poids lourd français, Veolia (voir ci contre). Le document diffusé par WikiLeaks, qui correspond au relevé de la négociation au 14 avril dernier, révèle le forcing déployé pour banaliser le commerce des produits financiers, comme si rien n’avait été retenu des causes du krach ravageur qui s’est produit seulement sept ans en arrière.
Échanges financiers, 
le retour du délire

Les normes proposées dans l’annexe du texte secret consacré au commerce des produits financiers visent d’abord à restreindre la capacité d’intervention de la puissance publique et se fixent ouvertement comme objectif un modèle « autorégulateur » de la finance. Les États signataires du futur ACS ne seraient quasiment plus autorisés à légiférer pour limiter les transactions financières transfrontalières (article X 3.2.).

Au nom de la libre concurrence les «monopoles d’État en matière de fonds de pension» – traduisez : les systèmes publics de Sécurité sociale – seraient, à terme, démantelés. Même « les assurances pour calamité naturelle » se devraient de ne plus fonctionner sous contrôle public.

Source  à faire circuler d’urgence: Libération : http://www.humanite.fr/laccord-top-secret-qui-doit-depecer-les-services-pub…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 02:20 (2014)    Sujet du message: L’EUROPE IMPOSE A L'AFRIQUE UN TRAITE PIRE QUE LE TAFTA Répondre en citant

L’EUROPE IMPOSE A L'AFRIQUE UN TRAITE PIRE QUE LE TAFTA

31 juillet, 2014 Posté par Benji sous Argent et politique, Écologie, environnement et animaux, Géopolitique


Et bien sur, tout cela a été négocié « en douce » avec comme grands gagnants: les industriels! Le pillage à grande échelle va pouvoir commencer, jusqu’à présent, nous n’avions rien vu!!!
Citation:



Une belle mobilisation monte contre le projet de Traité Transatlantique ou TAFTA auquel j’ai consacré plusieurs billets. L’espoir existe désormais de gagner, c’est-à-dire de faire capoter les négociations ou d’obtenir des refus de signature nationaux ou du Parlement européen. Mais – je bats ma coulpe moi aussi – nous avons oublié en route le sort de l’Afrique, et plus généralement de la zone ACP (Afrique, Caraïbes, Pacifique) soumise au même lobbying des multinationales, des Etats européens au service de leurs « champions nationaux » et de la Commission. Ils pourraient même obtenir dès les prochains jours la signature d’un APE avec l’Afrique de l’Ouest. Ce serait un TAFTA en pire, vu les rapports de domination économiques et politiques issus de l’histoire.

Ces « accords de partenariat économique » n’ont rien de partenariaux, rien d’équilibré. Il faudrait les rebaptiser « accords de profitabilité étendue » pour les lobbies d’affaires qui oeuvrent à la fois en coulisse et à visage découvert. Ils signeraient la fin des stratégies, que certains pays ont commencé à adopter, parfois en relation avec des ONG, de « préférences » (impliquant des protections douanières efficaces) pour l’agriculture vivrière locale, pour des activités nationales de transformation sur place et non d’exportation brute, pour les énergies renouvelables de proximité issues de productions régionales, la petite industrie, la construction et le bâtiment. Ils pousseraient inexorablement à privilégier une économie tournée vers l’exportation des produits agricoles « tropicaux » et des richesses naturelles, dont celles du sous-sol, et d’importation de produits agricoles et industriels européens, selon une logique d’change inégal et dominé qui serait destructrice. On comprend pourquoi les multinationales sont à l’affut.

Je résume dans ce qui suit un document parfois très technique de l’économiste Jacques Berthelot, grand spécialiste de ces questions, qui entre dans le détail des arguments que la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest, en tout plus de 300 millions d’habitants) devrait mettre en avant pour refuser la signature rapide de cet accord, qui pourrait intervenir, dans le pire des scénarios, dès la réunion des chefs d’Etat les 11 et 12 juillet. Car les négociateurs de ces Etats ont déjà donné leur feu vert le 30 juin à Ouagadougou.
Voici ce résumé, où je ne retiens pas tous les arguments de Jacques Berthelot mais seulement ceux qui me semblent les plus importants et les moins techniques pour un lecteur découvrant le sujet. On peut télécharger le PDF du texte complet (5 pages très serrées) via ce lien :
berthelotape.pdf
L’Accord de Cotonou, révisé en 2010, répète à l’infini que son objectif central est de permettre aux pays ACP d’éradiquer la pauvreté et la faim et de favoriser leur intégration régionale. En réalité l’imposition à l’Afrique de l’Ouest (AO) – qui regroupe les 15 Etats de la CEDEAO et la Mauritanie – de ratifier l’APE régional avant le 1er octobre 2014 aurait les effets inverses. Voici plusieurs raisons pour lesquelles cet accord ne doit pas être signé.

1) L’AO ne doit pas réduire ses droits de douane à un niveau inférieur à celui de l’UE. Alors que l’APE exige de réduire les droits de douane de la CEDEAO sur 75% des exportations de l’UE, l’APE n’oblige pas l’UE à éliminer ses subventions internes bénéficiant aux produits exportés (point suivant). En fait, l’AO ne devrait pas accepter de réduire ses droits de douane sur les importations venant de l’UE à des niveaux inférieurs aux droits NPF (de la Nation la Plus Favorisée) de l’UE, en particulier sur les produits alimentaires de base (voir le texte complet pour des précisions).

2) Les subventions directes ou indirectes de l’UE à ses exportations agricoles en AO restent énormes. Elles ont représenté, en 2013, 2,5 fois une tranche annuelle du 11è FED (fonds européen de développement) alloué à l’AO. Or la Commission européenne a refusé de traiter la question des subventions agricoles dans le texte de l’APE, arguant que cette question relève de la compétence exclusive de l’OMC. La CEDEAO ne pourra donc pas poursuivre l’UE pour dumping au niveau des instances de concertation UE-AO de l’APE, et la CEDEAO ne pourra pas davantage la poursuivre à l’OMC puisque la CEDEAO n’est pas membre de l’OMC (voir le point 4). Seuls certains de ses Etats membres pourraient le faire mais ce sera bien plus difficile politiquement.

L’importance de ce dumping de l’UE – très sous-évalué puisqu’il ne prend en compte qu’une part de ses exportations agricoles – est une raison suffisante pour ne pas signer l’APE.


En fait toutes les exportations agricoles de l’UE sont subventionnées par les aides directes des DPU (droits au paiement unique, renommées DPB, droits au paiement de base, en 2015) qui, étant découplées (non liées à un produit particulier), bénéficient à tous les produits, qu’ils soient consommés sur le marché intérieur ou exportés. Qui plus est, les DPB mis en œuvre à partir de janvier 2015 bénéficieront à tous les produits agricoles de l’UE sans exception.

3) Le pourcentage d’ouverture du marché de l’Afrique de l’Ouest aux exportations de l’UE devrait au moins déduire la part de ses PMA (pays moins avancés, ayant une définition internationale). En effet, pour ces pays, des clauses de protection antérieures de l’UE existent qui ne les obligent pas à ouvrir leurs marchés aux exportations de l’UE. Si l’on appliquait ces clauses, l’AO ne devrait ouvrir son marché qu’à 43,5% de ses importations venant de l’UE.

4) En fait, il serait logique et parfaitement négociable de faire reconnaitre l’Afrique de l’Ouest à l’OMC comme un « grand PMA » puisque 12 sur 16 de ses Etats membres sont des PMA et que la moyenne pondérée des critères des pays de la CEDEAO et de l’AO respecte les critères des Nations Unies pour être classé comme PMA.

5) Si l’AO signait cet APE, alors on peut être certain que les Etats-Unis, le FMI et la Banque mondiale estimeraient qu’il y a détournement de trafic au bénéfice de l’UE. Selon le Washington Trade Daily du 3 juin 2014, les Etats-Unis pourraient exiger de « fournir aux sociétés des Etats-Unis les mêmes conditions que celles négociées avec l’Union Européenne ».

ANNEXE : DECLARATION SUR LES APE de la Plateforme des Organisations de la société civile de l’Afrique de l’Ouest sur l’Accord de Cotonou (POSCAO), 7 avril 2014 (extraits)

A l’issue de la Quarante-quatrième Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEDEAO tenue à Yamoussoukro les 28 et 29 mars 2014, les leaders de l’Afrique de l’Ouest ont reconnu « qu’il reste quelques questions techniques à résoudre » dans la négociation de l’APE…

La plateforme des organisations de la société civile de l’Afrique de l’Ouest sur l’Accord de Cotonou (POSCAO), en partenariat avec de nombreuses organisations du secteur privé, des mouvements de jeunes, de femmes, etc., se félicite de cette décision qui marque l’attachement des Chefs d’Etat de la CEDEAO à l’intégration économique régionale et à la protection des économies encore vulnérables de l’Afrique de l’Ouest… Les exigences illégitimes et dangereuses de l’Union européenne doivent être rejetées. Certaines questions techniques doivent faire l’objet d’une renégociation sérieuse car les concessions de l’Afrique de l’Ouest sont inappropriées et pourraient avoir des conséquences dramatiques sur l’économie régionale dans le futur.

Parmi ces questions, les plus préoccupantes sont : l’offre d’accès au marché, la Clause de la Nation la Plus Favorisée (NPF), les taxes de l’exportation, les clauses de rendez-vous et le PAPED [partenariat économique pour le développement].


Sur ce dernier point, la société civile attire l’attention des Chefs d’Etat sur les contre-vérités avancées à propos du PAPED par l’UE et amplifiées par certains acteurs de la région. L’Union européenne laisse courir le bruit selon lequel elle fournira 6.5 milliards d’Euros par tranches de 5 ans… Que valent 6.5 milliards pour 16 pays représentant ensemble plus 300 millions d’habitants ? La société civile régionale refuse de lâcher la proie – le développement du marché régional -, pour l’ombre – une hypothétique aide européenne.

Source: Alternatives-economiques.fr

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/07/31/leurope-impose-a-lafrique-un-traite-pire-que-le-tafta/





Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 02:25 (2014)    Sujet du message: VIDEO : LE CATASTROPHIQUE PROJET DE TRAITE TRANSATLANTIQUE!!! Répondre en citant

VIDEO : LE CATASTROPHIQUE PROJET DE TRAITE TRANSATLANTIQUE!!!

Chers amis,

Voici un documentaire vidéo (conférence d'1h30) à voir et diffuser concernant le catastrophique projet de Traité Transatlantique entre l'Union européenne et les USA (pour rappel, ce projet devrait être effectif dès 2015, soit dans moins de 6 mois !).

Le lien : http://metatv.org/le-catastrophique-projet-de-traite-transatlantique

Bon visionnement, et bonne révolution surtout ! Vic.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Sep - 00:00 (2014)    Sujet du message: WORLD SUMMIT 2014 ADDRESSES PEACE, SECURITY AND DEVELOPMENT Répondre en citant



WORLD SUMMIT 2014 ADDRESSES PEACE, SECURITY AND DEVELOPMENT


 


"But of the tree of the knowledge of good and evil, thou shalt not eat of it: for in the day that thou eatest thereof thou shalt surely die."
Genesis 2:17
 

"But of the times and the seasons, brethren, ye have no need that I write unto you. For yourselves know perfectly that the day of the Lord so cometh as a thief in the night. For when they shall say, Peace and safety; then sudden destruction cometh upon them, as travail upon a woman with child; and they shall not escape. But ye, brethren, are not in darkness, that that day should overtake you as a thief. Ye are all the children of light, and the children of the day: we are not of the night, nor of darkness."
1 Thessalonians 5

By Joy Pople, UPF International  

Wednesday, August 13, 2014









Seoul, Korea - Convened at a time of heightened global concerns about security, the UPF World Summit at the Millennium Seoul Hilton Hotel Aug. 9-13, 2014, addressed issues of peace, security and development. More than 300 delegates from 68 nations listened to distinguished leaders discuss the theme from national, regional and global perspectives. [For proceedings and photos, click

can be addressed comprehensively by high-level government officials -- including current heads of state and government -- together with representatives of civil society, the private sector and the world's great faith traditions.”

Global Assembly
King Letsie III, head of state of the southern African kingdom of Lesotho, lamented the “dark clouds of tensions and lack of trust,” calling for effective partnerships for development and a reform of the United Nations so it can stand as a “global governance system that ensures justice and fairness.”


Atua Tupua Tamasese Ta’isi Efi, head of state of the Pacific island nation of Samoa, described the central place the ocean plays in the culture of his nation and the traditional practices of his people to ensure sustainability: “The taking of natural resources was never to go beyond what nature herself could sustain in terms of natural re-growth.”

Four speakers had also participated in the World Summit in Korea in February 2013 and elaborated on themes from their presentations then. Federation of Bosnia and Herzegovina President Zivko Budimir described the ongoing “stormy times of peace” in his Balkan nation, including an attempted coup; he expressed his commitment to continue to follow the “path of truth and freedom.”

Sri Lanka Prime Minister D. M. Jayaratne talked about the economic growth his South Asia island nation has been experiencing as a fruit of the resettlement and reconciliation process after 16 years of civil war; as he did last year, he gave evidence of his commitment to interreligious peacebuilding by showing photos of Ambuluwawa, a religious complex housing places of worship of four major religions.

Timor-Leste Prime Minister Kay Rala Zanana Gusmao gave an update about the Commission of Truth and Friendship established to heal relations between his people and the neighboring Indonesians on the island of Timor after a bitter war, because “both Timor-Leste and Indonesia wanted to clear the way for true and genuine reconciliation and tolerance among communities and people.”

The wife of the Prime Minister of Tanzania, Tunu Pinda, reviewed the ongoing conflicts throughout Africa and the challenges to development posed by the resulting refugees and internally displaced persons. She reported that with the end of some conflicts, “the continent has started to enjoy peace dividends” and six of the ten fastest-growing economies in the world are in Africa.

Two first ladies eloquently represented the peoples of the Pacific islands. First Lady of Fiji Adi Koila Mara Nailatikau endorsed UPF’s commitment to peaceful resolution of conflicts through DIALOGUE and consensus and called for greater roles for women in promoting PEACE, DEVELOPMENT and SECURITY. First Lady of Marshall Islands Lieom Anono Loeak spoke of the unique contribution the Pacific island nations can make to peacebuilding because of their cultures, value system and diversity. “PEACE must stem from our inner and better state of mind. And so it is to the minds and hearts of people that we must first begin our work.”

Amb. Anwarul K. Chowdhury, former Under Secretary General of the United Nations and High Representative for the Least Developed Countries, has devoted decades to the promotion of a CULTURE OF PEACE. “It is my faith,” he said, “that the values of non-violence, tolerance and democracy which augment the flourishing of the culture of PEACE will generate the mindset that is a prerequisite for the transition from force to reason, from conflict and violence to dialogue and peace.”

Giving voice to the young generation, Maori Prince Whatumoana Paki from Kiingitanga, New Zealand, spoke on behalf of his father and reviewed the efforts of his people to retain the lands, customs and culture over the centuries and recent progress in mending relationships with the British crown. He spoke of their traditional values of advocacy, patience, courage, forgiveness and faith.

The Global Assembly sessions were moderated by Dr. Thomas Walsh and Dr. Tageldin Hamad, secretary general of UPF. They expressed special appreciation to the president of the UN General Assembly for sending his representative, Amb. Noel Sinclair, deputy chef de cabinet. “The President of the General Assembly, H.E. Dr. John Ashe, was delighted to receive an invitation to be present at this ceremony here today,” Amb. Sinclair reported; “he recognizes, and I recognize, that what you are doing today is the business of the United Nations. The United Nations was formed in the shadow of a war, with a determination that war should never be fought again. You may be far from New York, but what you are doing is part of the work of the United Nations, of the General Assembly, of this year’s president, and he wanted you to know this.”

Founders’ vision

UPF Chair Dr. Charles S. Yang welcomed participants, saying that the summit series was established to help bring the founders’ vision for PEACE to fruition. The World Summit 2014 benefited from partner organizations founded by Dr. and Mrs. Moon, including the Family Federation for World Peace and Unification, the Women's Federation for World Peace, The Washington Times Foundation and Segye Times.

Professor Yeon Ah Moon, president of the Women's Federation for World Peace, welcomed all the participants and called them to reflect on the enduring value of the PEACE messages of Rev. and Mrs. Moon.

“We gather here united as ‘one family under God,” Mrs. Sun Jin Moon, director general of the Family Federation for World Peace and Unification International, said, inviting people to join her in carrying on her parents’ mission of promoting a “world of harmony, kinship, service, and faith, and to commit ourselves in service to all of God’s children around the globe.”

On behalf of her mother, she read the founder’s address, which emphasized the family, interreligious cooperation, good governance, international cooperation, a responsible mass media, the age of women, and practical ways to bring together people from around the globe. “I invite you all to take up this challenge of building a new world of universal PEACE,” the address concluded. “Let us all stand together as one and build one family under God.”

Focus on the Americas

An overview of Rev. and Mrs. Moon’s decades-long focus on the Americas followed the Global Assembly sessions. Two participants described their legacy in the United States: Dr. Michael Balcomb, president of the Family Federation for World Peace and Unification, talked about a recent road trip retracing Rev. Moon’s travels in 1965 throughout the United States establishing “holy grounds” as places of prayer. Mrs. Alexa Ward, international vice president of the Women’s Federation for World Peace, showed a pictorial overview of Rev. and Mrs. Moon dedicating places of prayer, blessing couples, giving public speeches and founding institutions to carry on their legacy. Mr. Larry Beasley, president of The Washington Times newspaper, and Hon. Dan Burton, former member of the US Congress, talked about raising a voice in the nation’s capital of faith, family, freedom and service.

Two former presidents of South American nations brought perspectives from lands which Rev. and Mrs. Moon envision as having key roles in promoting PEACE and development. Dr. Julio Maria Sanguinetti of Uruguay referred to a common vision of a better world, “a world of PEACE, a path where education and work will lift our people.”

“Rev. Moon saw a great future for Paraguay and saw it as an ideal region to invest in development projects to improve the standard of living for the local citizens,” reported former president Dr. Luis Federico Franco Gomez. He said he shares the same vision and believes there is an enormous opportunity to develop the Chaco region, the sparsely populated, semi-arid western portion of his nation.

PEACE, SECURITY and HUMAN DEVELOPMENT have been the concern of humanity since time immemorial,” said Sra. Graciela Rompani de Pacheco, president of Ventura Grameen, Uruguay. She emphasized the need to work for their advancement in one’s country and in one’s own home.

Focus on Europe and Eurasia

GLOBAL PEACE and SECURITY concern has recently focused on Ukraine, and the second day of deliberations opened with a panel discussion focusing on Europe and Eurasia, former cabinet minister Dr. Anatoly Tolstoukhov compared the challenges of his country to those of Korea. Reporting that he drew inspiration from the Rev. Moon’s autobiography, As a Peace-loving Global Citizen, he said, “The civilizing mission of Ukraine consists in synthesizing European and Eurasian values for the benefit of humanity and the world.”

Prof. Stanislaw Shushkevich, former chairman of the Supreme Council of Belarus, and Mr. Rahim Huseynov, former prime minister of Azerbaijan, also spoke of their nations’ challenges in charting a course of independence.

Other speakers offered insights from the experiences of small European nations relating with larger neighbors: Ms. Erna Hennicot-Schoepges, former president of the parliament of Luxembourg, and Ms. Silja Dogg Gunnarsdottir, deputy speaker of the Icelandic parliament.

Focus on Africa and the Middle East

A panel on Africa and the Middle East opened with a presentation by the Permanent Observer of the African Union to the United Nations Amb. Antonio Tete. “The quest for PEACE, DEVELOPMENT and PROSPERITY on the continent has clearly not been without challenges,” he said, “but we are encouraged by the good investments made in these critical areas through the established Africa-owned and led instruments and initiatives which have yielded requisite dividends.”

Former President of Mali Prof. Dioncounda Traore reviewed the conflicts in various parts of Africa and stated that without PEACE and SECURITY there is no development and, conversely, without development there is no PEACE and SECURITY. Former Kenyan Ambassador to UNESCO Dr. Mary Mbiro Khimulu, talked about the killings in Kenya and Nigeria in the name of religion and stated firmly that “Becoming violent is not a religious tradition” and that nobody should be allowed to misuse religion to harm others.

Interfaith prayers are the best way to work for PEACE, according to Rabbi Dr. Edgar Alan Pochne Nof, from Bridges for Hope in Israel, and showed photos of recent gatherings in northern Israel. Dr. Michael Jenkins from the Steering Committee of UPF’s Middle East Peace Initiative talked about a decade of interfaith pilgrimages to Israel and surrounding areas, initiated by Rev. Moon.

Focus on the Asia-Pacific region

Rev. Moon envisioned a tunnel linking Japan and Korea as part of a global transportation network promoting development for the sake of PEACE. In a panel on the Asia-Pacific region, ideas for advancing this proposal were presented by Dr. Byung Su Kim of Korea, chair of the World Peace Tunnel Foundation, and Dr. Shinchiro Nagano of Japan, professor emeritus of Daito Bunka University. Dr. Nagano gave a historical analysis of conflict in East Asia, drew analogies from European history, and outlined practical steps towards a resolution. “PEACE will not visit if nothing is done,” he stated.



People commenting on PEACE proposals included both pragmatists and visionaries. “Let us construct an arc and bridge of PEACE and friendship high up in the sky,” said Hon. Yoshinori Ohno, former minister of defense of Japan. “Let us construct a highway of PEACE and friendship on this earth, including a tunnel connecting Japan and Korea, through the best efforts of those of us who gathered here in this room.”

Prof. Georgy Toloraya, director of the East Asian Section, Institute of Economy, Russian Academy of Science, talked about the new challenges in the Asia-Pacific. He raised questions about security architecture, confidence-building measures, preventive diplomacy and dispute settlement mechanisms.

Dr. Balmiki Prasad Singh, former governor of Sikkim, India, and Dr. B. K. Modi, founder and chairman of the Global Citizen Forum in Singapore, offered South Asian perspectives on peace and development.

The relevance of religion for peace and development

In keeping with the founders’ conviction that the foundation for lasting peace is in the human heart and that God is the ultimate source of PEACEhttp://worldsummit2014.org/program/schedule%5Dhere%5B/url%5D., the summit opened with invocations by faith leaders, and the final panel discussion addressed the relevance of religion for peace and development.

After expositions about Buddhism and Jainism by speakers from Sri Lanka and India, faith leaders described initiatives in their nations: in Colombia, steps toward resolving the armed conflict; in Canada, community improvement projects involving youth from various faith communities; and in Switzerland, ongoing interfaith dialogue. A Jewish leader from Argentina spoke about the need for mutual acceptance among people of faith, and a Christian leader from the US talked about the aspiration common to all religions to help people become better.

Several speakers expressed the need for the insights and wisdom of faith in global affairs, facilitated by an interreligious council connected with the United Nations, as articulated in the founder’s address at the UN in 2000. Hon. Jose de Venecia, Jr., former speaker of the Philippine House of Representatives and co-chairman of the International Conference of Asian Political Parties Standing Committee, spoke passionately and affirmatively of UPF's efforts to establish an interreligious council within the UN system, sparking responses that cut across many of the Summit sessions.

"There can be no PEACE if we do not also bring PEACE among the religions, hung Tae Ik, chairman of the Korean Council on Foreign Relations. "Too many conflicts around the world are linked to interreligious strife, and not only strife between religions but strife between EXTREMIST GROUPS groups within religions. That is why I believe the UN should adopt UPF’s proposal."

UN High Representative for the Alliance of Civilizations Nassir Abdulaziz Al-Nasser sent a statement to the conference supporting the need for INTERRELIGIOUS and INTERCULTURAL DIALOGUE, and a statement by former UN Secretary-General Boutros Boutros-Ghali expressed appreciation for civil society initiatives supporting the ongoing work of the UN.

“People realize that current efforts to resolve crises in such places as Gaza, Syria, Ukraine and East Asia are not proving to be effective,” reported UPF president Dr. Thomas G. Walsh. “Many people are becoming receptive to a new paradigm for conflict prevention and peacebuilding. UPF and the World Summit are increasingly recognized as initiatives that are providing credible and innovative approaches to PEACE in the 21st century.”

Founder’s memorial program

On Aug. 12, participants attended the founder’s memorial program at the Cheongshim Stadium in the hills east of Seoul on the theme of “Forgive, Love, Unite.” Mrs. Moon emphasized her husband’s lifelong dedication to “liberate our Heavenly Parent, bring salvation to humankind and realize a world of PEACE.”

Former US Congressman Dan Burton conveyed a message from Senator Orrin Hatch about the US government’s tax case against Rev. Moon that resulted in his incarceration. Senator Hatch concluded: “I believe that injustice was done and the treatment of Rev. Moon was because of his strong righteous stance against communism and immorality.”

At a luncheon afterwards, Dr. Julio Maria Sanguinetti of Uruguay expressed appreciation for Rev. Moon’s advocacy of dialogue, efforts to strengthen the family, and personal example of reaching out to those who opposed him. “I believe his legacy will continue in South America and around the world,” he affirmed. “We all long for PEACE, and we will all continue to work for that goal.”

Reflections

Hon. Gina de Venecia, member of the House of Representatives in the Philippines, offered closing reflections that underscored the need for increased involvement of women in peacebuilding efforts and greater attention given to humanitarian efforts to address the problems of abuse and discrimination that many women face around the world.

Amb. Tatsuo Mizuno, a former Japanese ambassador to Nepal, expressed appreciation for the diversity of participants and the quality of deliberations overall.

In her closing remarks, former Prime Minister Maria do Carmo Trovoada Silveira of Sao Tome and Principe emphasized working for the universal common good and “positive PEACE,” which includes reconciliation, balance and harmony. She envisions the summit making a significant contribution to the progress toward greater development and good governance in her continent, Africa, as well as in developing nations around the world.

For proceedings and photos, click here.


http://upf.org/upf-news/145-asia-oceania/6012-world-summit-2014-addresses-p…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Sep - 04:24 (2014)    Sujet du message: HENRY KISSINGER SUR LA FORMATION D'UN NOUVEL ORDRE MONDIAL Répondre en citant

 HENRY KISSINGER SUR LA FORMATION D'UN NOUVEL ORDRE MONDIAL

ENGLISH :
Henry Kissinger on the Assembly of a New World Order
http://online.wsj.com/articles/henry-kissinger-on-the-assembly-of-a-new-wor…

mardi 9 septembre 2014



 
 
Le 29 Août 2014,

Le concept qui a sous-tendu l’ère géopolitique moderne est en crise

La Libye connait une guerre civile, les armées fondamentalistes sont en train de bâtir un califat autoproclamé à travers la Syrie et l’Irak et la jeune démocratie en Afghanistan est au bord de la paralysie. A ces troubles se sont ajoutées une résurgence des tensions avec la Russie et une relation avec la Chine divisée entre les promesses de coopération et la récrimination publique. La notion d’ordre qui a soutenu l’ère moderne est en crise.

La recherche de l’ordre du monde a longtemps été définie presque exclusivement par les concepts des sociétés occidentales. Dans les décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis -renforcés par leur économie et par la confiance nationale- ont commencé à prendre le flambeau du leadership international et ont ajouté une nouvelle dimension. Nation fondée explicitement sur une idée de gouvernance libre et représentative, les États-Unis ont identifié leur propre ascension avec la propagation de la liberté et de la démocratie et ont crédité ces forces avec une capacité de parvenir à la paix juste et durable. L’approche européenne traditionnelle à l’ordre avait vu les peuples et les Etats comme intrinsèquement concurrentiels; pour limiter les effets de leurs ambitions qui s’entrechoquent, elle s’est appuyé sur un rapport de force et un concert d’Etat éclairés. L’opinion publique Américaine considérait les peuples intrinsèquement raisonnables et inclinait vers des compromis pacifiques et de bon sens; la propagation de la démocratie était donc l’objectif global de l’ordre international. Les marchés libres doivent élever les individus, enrichir les sociétés et mettre en place l’interdépendance économique au lieu des rivalités internationales traditionnelles.

Cet effort pour établir l’ordre du monde s’est à bien des égards concrétisé. Une pléthore d’Etats souverains indépendants régissent la plupart des régions du globe. La propagation de la démocratie et de la gouvernance participative est devenue une aspiration partagée sinon une réalité universelle; les communications globales et les réseaux financiers fonctionnent en temps réel. Les années de 1948 jusqu’au tournant du siècle ont marqué un bref moment dans l’histoire humaine où l’on pouvait parler d’un ordre mondial global naissant composé d’un amalgame de l’idéalisme américain et des concepts européens traditionnels de l’Etat et de l’équilibre du pouvoir. Mais de vastes régions du monde n’ont jamais partagé et ont seulement acquiescé à la conception occidentale de l’ordre. Ces réserves sont en train de devenir explicite, par exemple, dans la crise en Ukraine et dans la mer de Chine du Sud. L’ordre établi et proclamé par l’Occident se trouve à un tournant.

Tout d’abord, la nature même de l’Etat -l’unité formelle basique de la vie internationale- a été soumis à une multitude de pressions. L’Europe a entrepris de dépasser l’état et de fabriquer une politique étrangère fondée principalement sur les principes de la puissance douce. Mais il est douteux que les revendications de légitimité séparées d’un concept de stratégie puissent maintenir un ordre mondial. Et l’Europe ne s’est pas encore donné à elle-même les attributs d’Etat, offrant une vacance de pouvoir interne et un déséquilibre de pouvoir le long de ses frontières. Dans le même temps, certaines parties du Moyen-Orient se sont dissoutes en éléments sectaires et ethniques en conflit les uns avec les autres; les milices religieuses et les pouvoirs qui les soutiennent violent les frontières et la souveraineté à volonté, produisant le phénomène d’États déchus qui ne contrôlent pas leur propre territoire.

Le défi en Asie est à l’opposé de l’Europe: les principes de balance-de-pouvoir prévalent indépendamment sur un concept convenu de légitimité, ce qui conduit à certains désaccords à la limite de l’affrontement.

Le conflit entre l’économie internationale et les institutions politiques qui la régissent ostensiblement à aussi affaiblit le sens de l’objectif commun nécessaire pour l’ordre mondial. Le système économique est devenu mondial, tandis que la structure politique du monde reste fondée sur l’État-nation. La mondialisation économique, dans son essence, ne tient pas compte des frontières nationales. La politique étrangère les affirme, cherchant même à concilier des objectifs ou des idéaux nationaux contradictoires à l’ordre mondial.

Cette dynamique a produit des décennies de croissance économique soutenue ponctuée par des crises financières périodiques d’une intensité apparemment grandissante: en Amérique latine dans les années 1980; en Asie en 1997; en Russie en 1998; dans les États-Unis en 2001 et de nouveau à partir de 2007; en Europe après 2010. Les gagnants ont quelques réserves à l’égard du système. Mais les perdants -tels ceux qui sont coincés dans des désordres structurels, comme cela a été le cas pour le secteur sud de l’Union européenne- cherchent leurs remèdes par des solutions qui renient, ou au moins font obstacle, au fonctionnement du système économique mondial.

L’ordre international est donc confronté à un paradoxe: Sa prospérité dépend de la réussite de la mondialisation, mais le processus produit une réaction politique qui travaille souvent à l’encontre de ses aspirations.

Un troisième échec de l’ordre mondial actuel, tel qu’il existe, est l’absence d’un mécanisme efficace permettant aux grandes puissances de se consulter et éventuellement de coopérer sur les questions les plus conséquentes. Cela peut sembler une étrange critique à la lumière des nombreux forums multilatéraux qui existent, plus avancés qu’à n’importe quel autre moment dans l’histoire. Pourtant, la nature et la fréquence de ces réunions vont à l’encontre de l’élaboration de la stratégie à long terme. Ce procédé permet un tant soit peu, au mieux, une discussion sur les questions tactiques en suspens et, au pire, une nouvelle forme de rencontre au sommet comme un colloque de « réseau social ». Une structure contemporaine des règles et normes internationales, si elle se veut pertinente, ne peut pas simplement être confirmée par des déclarations communes; il doit être encouragée comme une question de conviction commune.

La sanction de l’échec ne sera pas autant une guerre majeure entre les Etats (même si dans certaines régions cela reste possible) qu’une évolution en sphères d’influence identifiées par certaines structures nationales et des formes de gouvernance. A ses extrémités, chaque sphère serait tentée de tester sa force contre d’autres entités considérées comme illégitimes. Une lutte entre les régions pourrait être encore plus débilitante que ne le fût la lutte entre les nations.

La quête contemporaine de l’ordre du monde nécessitera une stratégie cohérente pour établir un concept de l’ordre dans les différentes régions et relier ces ordres régionaux à l’autre. Ces objectifs ne sont pas forcément auto-conciliants: Le triomphe d’un mouvement radical pourrait amener l’ordre dans une région tandis qu’il met en place des turbulences dans toutes les autres. La domination d’une région par un pays militairement, même si elle apporte une apparence d’ordre, pourrait produire une crise pour le reste du monde.

Un ordre mondial des Etats affirmant la dignité des personnes et la gouvernance participative, et coopérant internationalement, conformément aux règles convenues, peut être notre espérance et devrait être notre inspiration. Mais la progression vers celui-ci devra être soutenue par une série d’étapes intermédiaires.

Pour jouer un rôle responsable dans l’évolution de l’ordre mondial du 21ème siècle, les États-Unis doivent être prêts à répondre à un certain nombre de questions pour lui-même: Qu’est-ce que nous cherchons à éviter, peu importe comment ça se passe, et si nécessaire tout seul ? Qu’est-ce que nous cherchons à atteindre, même sans être soutenus par un effort multilatéral ? Qu’est-ce que nous cherchons à atteindre, ou empêcher, uniquement avec le soutien d’une alliance ? Dans quoi ne devrions nous pas nous engager, même poussés par un groupe multilatéral ou une alliance ? Quelle est la nature des valeurs que nous cherchons à faire avancer ? Et à quel point l’application de ces valeurs dépend des circonstances ?

Pour les États-Unis, il faudra penser sur deux niveaux apparemment contradictoires. La célébration de principes universels doit être couplée avec la reconnaissance de la réalité des histoires, des cultures, des visions, et de la sécurité des autres régions. Même si les leçons de décennies difficiles sont observées, l’affirmation de la nature exceptionnelle de l’Amérique doit être soutenue. L’histoire n’offre aucun répit aux pays qui réservent leur sens de l’identité au profit d’une course apparemment moins ardue. Mais il n’y a pas de garantie de succès pour les convictions les plus élevées en l’absence d’une stratégie géopolitique globale.

Henry Kissinger a servi de conseiller à la sécurité nationale et fut secrétaire d’État sous les présidents Nixon et Ford – Adapté de son livre «ordre mondial», qui sera publié le 9 septembre.

Source: The Wall Street Journal, traduction par Agence Info Libre

Source trouver: Nouvelordremondial

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2014/09/henry-kissinger-sur-la-forma…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Sep - 05:00 (2014)    Sujet du message: THE UNITED NATIONS – TICKING TIME BOMB TO A WORLD GOVERNMENT Répondre en citant


 
 

 
 
THE UNITED NATIONS  – TICKING TIME BOMB TO A WORLD GOVERNMENT
 
 

 
 
September 09, 2014 | Tom Olago   

Most people are naturally inclined to think of the United Nations (UN) as a body committed to supervising or coordinating world peace. Few in the United States would imagine that there is any reason to view the UN otherwise, or even as a threat to their freedoms, peace, opportunities, the American way of life and the pursuit of the “American dream”. There are however, schools of thought that suggest that, if you take a closer look, you will see the UN as more of a threat than a friend to “we the people”, as well as the rest of what is commonly referred to as the “free world”.

Jean Warrick, in an opinion piece for the Shelby Star, explains why she feels that UN wishes are not shared by the American public in general. She explains that, despite the United Nations coming into existence in 1945 with 51 member nations with the goal to end war, many believe that its real mission was much more covert and sinister: to accomplish a One World Government. In addition, as an extension of that mission, the UN is said to currently be trying to have the U.S. ratify a number of treaties which would be devastating to U.S freedoms, and would terminate its sovereignty. The following list extracted from Warrick’s letter explains how:

1. The “Small Arms Treaty” would deprive Americans of their Second Amendment right to bear arms.

2. The UN’s “Law of the Sea Treaty” would give the UN control of U.S shores and all the resources (fish, oil, etc.) they contain. The Senate may ratify this treaty soon.

3. The “Convention on the Rights of the Child” will allow the UN to dictate how parents can raise, discipline and educate their children, and the Senate is considering ratification of this.

4. UN Agenda 21 would allow international environmentalists to take away U.S privately owned land if they believe it is needed for the “collective good” of open space in the global one-world community. 

5. American citizens would be required to pay massive UN taxes. Since America funds 22 percent of the UN’s budget, as well as 26 percent of its “peace-keeping” actions, U.S tax dollars are being used for the demise of Israel and other causes which the majority of our citizens would not approve. 

6. Other items on the UN agenda are redistribution of wealth between nations and within nations.

7. The UN is advocating for a world currency controlled by the UN.

8. The UN reportedly plans on de-population by abortion, sterilization, and age limits on care.

9. In the International Court, foreign laws would have precedence over American laws.

10. The UN is taking steps to create its own army which could consist partially of Americans and could impose the UN’s socialist agenda forcefully, pitting American against American at the UN’s command.

Warrick concludes: “…But then perhaps we have to ask if there is some overall diabolical plan, with many involved, to bring this nation to its knees and impose a New World Order. This is a shocking question to even contemplate, but perhaps it’s better to consider and question now than to regret later. We must remember that most Germans did not agree with Hitler’s insane agenda, but their collective silence allowed World War II and the Holocaust.”

The points provided regarding the risk of potential usurping of U.S laws and freedoms by the UN may be valid but debatable to the extent that more detail and clarity could not be provided within the letter. Nonetheless, Warrick’s views are by no means isolated; rather indications are that her views are shared by a broad spectrum of the American society. In one such example, Jim Galloway wrote last year in ajc.com (quoting Senate candidate Paul Broun): 

“Sixty-eight years ago today a clandestine organization was born. It was the birthdate of the United Nations. And now, sixty-eight years later, our nation is in danger because of this very institution. The United Nations is threatening our everyday way of life, the freedoms and liberties we enjoy and the privacy our families deserve. I want to get the US out of the UN and the UN out of the US. That's why one of the first bills I introduced this year in Congress was HR 75 to end all US participation in the United Nations.”

Although the U.N goals and strategies may threaten U.S freedoms in a more subtle manner or over the long term, the U.N approach to Israel has been much more direct and immediate. In an article published in UNwatch.org titled ‘UN, Israel & Anti-Semitism,’its author explains that: “ An alien observing the United Nations' debates, reading its resolutions, and walking its halls could well conclude that a principal purpose of the world body is to censure a tiny country called Israel… UN bias against Israel is overt in bodies such as the General Assembly, which each year passes some nineteen resolutions against Israel and none against most other member states, including the world's most repressive regimes…”

A recent New York Post article in the same vein states of the UN: “…This, after all, is the same organization whose General Assembly chastises Israel three times as often as all other countries combined; that has declared Palestinian terrorism to be a “legitimate” means of “fulfilling…one of the goals and purposes of the United Nations”; that once classified Zionism as a form of racism; and that has three special bodies devoted exclusively to agitating against Israel although no other such body exists for any other country…”

According to Wikipedia.com, “These decisions, adopted with the support of the Organisation of the Islamic Conference (OIC) countries, invariably criticize Israel for its occupation and theft of Palestinian land and its continuous oppression of Palestinians. A number of observers have qualified this degree of criticism as excessive. For example, according to the UN Association of the UK, General Assembly resolutions in the period 1990–2003 show clear bias against Israel, with a great deal of explicit condemnation of violence against Palestinians but only occasional and vague discussion of violence against Israelis, including the use of suicide bombers. In addition, the UNHRC was criticized in 2007 for failing to condemn other alleged human rights abusers besides Israel.”

According to UN.org, the United Nations has four key purposes:

1.To keep peace throughout the world;

2.To develop friendly relations among nations;

3.To help nations work together to improve the lives of poor people, to conquer hunger, disease and illiteracy, and to encourage respect for each other’s rights and freedoms;

4.To be a centre for harmonizing the actions of nations to achieve these goals.

By the UN’s own admission, any failure on its part (to encourage respect for each other’s rights and freedoms and to be a centre for harmonizing the actions of nations to achieve these goals) is contrary to its own mandate. It is therefore clear that until it can be demonstrated openly that U.S sovereignty is not threatened by U.N laws and Israel is not discriminated against by the U.N, the world has much to fear regarding its trustworthiness and impartiality to all nations.


http://www.prophecynewswatch.com/2014/September09/093.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Sep - 02:04 (2014)    Sujet du message: L'ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES OUVRES SA 69ème SESSION Répondre en citant



L'ASSEMBLEE GENERALE DES NATIONS UNIES OUVRES SA 69ème SESSION



La salle de l’Assemblée générale. Photo: ONU

17 septembre 2014 – Le Président élu de l'Assemblée générale des Nations Unies, Sam Kahamba Kutesa, a donné mardi après-midi, aux côtés du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, le coup d'envoi des travaux de la soixante-neuvième session de l'Assemblée.

M. Kutesa, qui est un ancien Ministre ougandais des affaires étrangères, a affirmé qu'au cours de cette session, les États Membres auront « l'occasion historique » de définir un programme de développement pour l'après-2015 « véritablement transformateur » avec pour objectifs principaux l'élimination de la pauvreté et de la faim et la promotion d'une croissance économique durable et inclusive.

« Ce programme doit être holistique, centré sur l'action et universellement acceptable tout en prêtant dûment attention aux réalités régionales et nationales », a-t-il souligné.

M. Kutesa a insisté sur la nécessité de renforcer les partenariats mondiaux pour le développement et d'élargir la coopération entre et parmi les États Membres, le secteur privé, la société civile et les autres parties prenantes. Il a aussi insisté sur la mise en place d'un régime commercial équitable et la promotion des investissements directs nationaux et étrangers.

« Cette soixante-neuvième session pourrait être la session la plus importante en une génération et pour une génération entière », a estimé le Secrétaire général.

M. Ban Ki-moon a rappelé que les Etats membres se mobiliseront dès ce mois de septembre contre les changements climatiques, pour les droits des peuples autochtones, pour la santé des femmes et des fillettes et contre le virus Ebola.

Le Secrétaire général s'est inquiété de la montée de l'intolérance dans le monde, « des sociétés qui se referment sur elles-mêmes et des groupes prêts à exploiter les différences et à lancer des campagnes de haine ». « Cette Assemblée générale s'érige comme l'ultime repoussoir de cette perspective déformée et vénéneuse du monde », a-t-il affirmé.

Au cours de cette première séance, le Président de l'Assemblée générale a annoncé son intention de convoquer, en février 2015, un débat thématique de haut niveau sur les moyens de mise en œuvre du programme de développement pour l'après-2015 dans le but de mobiliser « les ressources nécessaires pour faire des ambitions du programme une réalité ».

Il a aussi annoncé pour mars 2015, un débat thématique de haut niveau sur l'égalité entre les sexes et l'autonomisation de la femme dans le cadre du programme de développement pour l'après-2015, suivi, en avril ou en mai, d'un autre débat de haut niveau sur la résolution pacifique des conflits et le renforcement de la coopération entre l'ONU et les organisations régionales. Une manifestation de haut niveau portant sur la lutte contre les changements climatiques est également prévue en juin 2015.

M. Kutesa a aussi fait observer que cette soixante-neuvième session sera marquée par les commémorations du soixante-dixième anniversaire de l'ONU, du vingtième anniversaire de la Conférence de Beijing, du quinzième anniversaire de la Déclaration du Millénaire et du dixième anniversaire du Sommet mondial de 2005.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33308#.VBogOyfnS-M


Dernière édition par maria le Jeu 2 Oct - 00:56 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Sep - 02:18 (2014)    Sujet du message: L'ASSEMBLEE GENERALE ELIT L'OUGANDAIS SAM KUTESA POUR PRESIDER SA 69ème SESSION Répondre en citant

L'ASSEMBLEE GENERALE ELIT L'OUGANDAIS SAM KUTESA POUR PRESIDER SA 69ème SESSION

L’assemblée générale de l’ONU vient d’élire comme président M. Sam Kutesa, ministre des affaires étrangères du gouvernement ougandais, et ce malgré ses prises de positions très fermes sur l’homosexualité, qu’il décrit comme « un mauvais exemple pour la jeunesse et une atteinte aux cultures des Etats »·
http://reinformation.tv/tag/assemblee-generale-de-lonu-sam-kutesa-ouganda-homosexualite/ . C'est également un Etat indépendant » pour les musulmans.


Le futur Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, Sam Kutesa. Photo ONU/Paulo Filgueiras

11 juin 2014 – L'Assemblée générale des Nations Unies a élu mercredi à l'unanimité l'Ougandais Sam Kutesa en tant que Président pour sa 69ème session. M. Kutesa remplacera le Président actuel John Ashe au mois de septembre lorsque la 68ème session touchera à sa fin.

« Je voudrais remercier l'ensemble des États membres de l'ONU pour la confiance collective qu'ils ont accordé à mon pays, l'Ouganda, et à moi-même pour diriger les travaux de l'Assemblée générale », a déclaré M. Kutesa lors d'un point de presse.

« Je m'engage à travailler avec les membres de l'ONU et d'autres parties prenantes, pour trouver des solutions aux défis mondiaux que nous devons surmonter », a-t-il ajouté en précisant que parmi ses priorités il y avait notamment l'adoption d'un programme de développement pour l'après 2015, le renforcement du multilatéralisme et les réformes de l'ONU, et le renforcement du partenariat entre l'ONU et les organisations régionales.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a félicité M. Kutesa pour son élection et a rendu hommage à sa « grande expérience professionnelle - avocat, député, Ministre des finances et Ministre des affaires étrangères. »

M. Ban a poursuivi en disant que la position de Président de l'Assemblée « exige une variété de compétences », dont médiation entre les États membres de l'ONU, et la patience pour guider l'Assemblée par la recherche du consensus.

Le chef de l'ONU a souligné que le Président de l'Assemblée générale est guidé avant tout par les valeurs, les principes et les obligations de la Charte des Nations Unies - qui fêtera son 70e anniversaire pendant le mandat de M. Kutesa.

En soulignant que la 69ème session aura lieu à une période de « grande importance pour le destin commun des peuples du monde », le Secrétaire général a appelé à la coopération « afin de répondre aux attentes des milliards de personnes dans le monde qui se tournent vers l'Assemblée, cette maison de toutes les nations, de dialogue, de décisions et d'action pour l'avènement d'un monde que nous souhaitons et une vie digne pour tous ».

Dans son allocution, le Président de l'Assemblée générale actuelle, John Ashe, a déclaré que son successeur devrait notamment guider le processus de développement pour l'après 2015 – « une tâche colossale » - au cours de la 69ème session, afin de préparer l'adoption, au début de la 70ème session, d'un nouveau cadre de développement ambitieux, ciblé et tourné vers le changement.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=32772#.VBoidCfnS-M


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Sep - 03:55 (2014)    Sujet du message: AMERICA'S GOT TALENT ILLUMINATI MESSAGE - DESTRUCTION OF AMERICA - SEASON 9 FINALE Répondre en citant

AMERICA'S GOT TALENT ILLUMINATI MESSAGE - DESTRUCTION OF AMERICA - SEASON 9 FINALE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ctdbxBcWorY


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Sep - 04:08 (2014)    Sujet du message: POST-2015 DEVELOPMENT AGENDA TAKES CENTRE STAGE AS GENERAL ASSEMBLY'S 69th SESSION OPENS Répondre en citant

POST-2015 DEVELOPMENT AGENDA TAKES CENTRE STAGE AS GENERAL ASSEMBLY'S 69th SESSION OPENS


A wide view of the General Assembly Hall as President of the 69th session of the Assembly, Sam Kahamba Kutesa (on screens), makes his opening address. UN Photo/Amanda Voisard

16 September 2014 – The United Nations General Assembly opened its 69th annual session today with the body's new President declaring that it would be a historic opportunity to formulate a post-2015 development agenda that is transformative, brings tangible results in fighting poverty, and leads to improving lives of all people.

“As I stand in this newly opened magnificent Assembly Hall, I cannot help but think that we are here at the dawn of a new day. Let us approach this pivotal 69th session with a sense of urgency, hope and greater cooperation,” said the General Assembly President Sam Kahamba Kutesa in his opening address to the 193-Member States body.

Mr. Kutesa, of Uganda, declared the theme of this year's general debate “Delivering on and implementing a Transformative Post-2015 Development Agenda” and said the framework must strive to eradicate poverty and hunger and promote sustained and inclusive economic growth.

Next week, scores of heads of State and Government will take to the very same podium in the annual general debate, which will run from Wednesday, 24 September, through Wednesday, 1 October, to deliberate the world's most pressing issues.

“The list is as lengthy as it is daunting- poverty and hunger; persistent unemployment; violent armed conflicts; faltering education systems; climate change and rising sea-levels; and inadequate infrastructure,” Mr. Kutesa said.

Just in recent months, health systems in West Africa have been overwhelmed by an unprecedented Ebola outbreak, while new challenges to PEACE and SECURITY have emerged with alarming frequency. Extremism is spreading and acts of terrorism are spreading in Iraq and Syria.

“The General Assembly remains the pre-eminent forum for global debate and cooperation amongst Member States,” he said, calling on countries to harness opportunities and to find solutions to the challenges confronting humanity.

“It is evident that the 69th session will be very busy,” Mr. Kutesa said, explaining that in addition to dealing with the normal work of its six main Committees – which deal with specific issues, such as the UN budget, human rights, disarmament, and economic and financial matters – the Assembly we will be preoccupied with negotiations on the post-2015 development agenda.


New General Assembly President Sam Kutesa opens the 69th session of the Assembly in the newly-renovated Hall. UN Photo/Amanda Voisard

Calling the coming year a “momentous” one for the UN, Mr. Kutesa said he looked forward to commemorating the 70th anniversary of the Organization's founding, as well 15 years since the adoption of the Millennium Declaration and 10 years since the 2005 World Summit. It will be critical to craft a new development agenda to succeed the landmark Millennium Development Goals (MDGs), set to expire in 2015.

“It is our responsibility to ensure that adequate means for implementing the agenda, in terms of finances, technology development and transfer and capacity-building are mobilized,” he said.

This will require strengthened global partnership and enhanced cooperation between and amongst Member States, the private sector and civil society. It will also require a fair trading regime and promotion of investment.

One of the thematic debates Mr. Kutesa has planned for the session will focus on implementing the new development agenda and on how to mobilize resources. And the second debate, to be held in March 2015, will focus on “advancing gender equality and the empowerment of women in the post-2015 development agenda.”

“As highlighted in the outcome document of Rio+20 (UN Conference on Sustainable Development), although progress in gender equality has been made in some areas, the potential of women to engage in, contribute to and benefit from sustainable development has not yet been fully realized.”

A third thematic debate will address strengthening cooperation between the United Nations and regional organizations. Mr. Kutesa said he also intends to convene, in June 2015, a high-level event on combating climate change, calling it “one of the defining global challenges of our time.”

“To preserve plant Earth for ourselves and succeeding generations, the international community has an obligation to address the effects of climate change, which threaten humankind's very existence,” he said.

Echoing the momentous nature of this annual debate, Secretary General Ban Ki-moon called the 69th session of the General Assembly the “most consequential in a generation – and for a generation.”

“There is plenty of reason to be uneasy over the state of the world. But there is also plenty of reason for hope,” Mr. Ban said emphasizing the need to accelerate progress on Millennium Development Goals and establish a development agenda that can wipe out extreme poverty over the next 15 years.

The world must rally together to move ahead on climate change, advance the rights of the world's indigenous peoples, improve the health of women and girls, take on Ebola and address an array of
PEACE and SECURITY challenges.

Expressing serious concern over “a rising tide of intolerance – of societies closing in on themselves – of groups eager to exploit differences and wage campaigns of hate,” Mr. Ban said the General Assembly's nature is to stand as the “ultimate rebuke to that distorted and venomous view.”


News Tracker: past stories on this issue

Ahead of General Assembly kick-off, UN chief urges world leaders to unite in ‘time of turmoil’

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48729#.VBuO_Sc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 02:24 (2014)    Sujet du message: FACE A UN ETAT DU MONDE TRES SOMBRE, LE CHEF DE L'ONU EN APPELLE A L'UNITE DES NATIONS Répondre en citant

FACE A UN ETAT DU MONDE TRES SOMBRE, LE CHEF DE L'ONU EN APPELLE A L'UNITE DES NATIONS


Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à l’ouverture du débat général de l’Assemblée générale de l’ONU. Photo ONU

24 septembre 2014 – Déplorant amèrement une situation mondiale dans laquelle la diplomatie est « sur la défensive », le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mercredi les dirigeants du monde à retrouver le sens des responsabilités et à s'unir pour faire face aux nombreuses crises et tragédies qui secouent la planète.

« Cette année, l'horizon s'est assombri ; nous sommes attristés par des actes inqualifiables et la mort de nombreux innocents ; les fantômes de la Guerre froide sont de retour et le Printemps arabe a pour une large part dégénéré sous nos yeux en une spirale de violence », a dit M. Ban en ouvrant le débat général de la 69ème session annuelle de l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

« La diplomatie est sur la défensive, affaiblie par ceux qui croient en la violence. La diversité est menacée par des extrémistes qui insistent pour imposer leur vision à tous. Le désarmement est considéré comme un rêve lointain, saboté par ceux qui tirent profit d'un état de guerre perpétuel », a ajouté le Secrétaire général, dressant un tableau très sombre de l'état du monde.

L'année écoulée a été « terrible pour les principes consacrés dans la Charte des Nations Unies », a-t-il dit. Citant « le recours aux barils remplis d'explosifs, les décapitations, les tactiques consistant à affamer délibérément des populations civiles et les attaques d'hôpitaux, de refuges de l'ONU et de convois d'aide humanitaire », il a dénoncé le fait que « les droits de l'homme et l'Etat de droit sont assaillis ».

« Après la dernière tragédie de Gaza, le clivage entre Palestiniens et Israéliens semble plus profond que jamais. Si nous ne préservons pas la solution des deux Etats, ce sont des hostilités permanentes qui nous attendent », a-t-il poursuivi.

Après avoir cité l'Ukraine, le Soudan du Sud, la République centrafricaine, le Mali et la région du Sahel, la Somalie et le Nigéria comme points chauds où violence et guerre ont prévalu au cours de l'année passée, M. Ban a abordé l'actualité récente en Iraq et en Syrie où, a-t-il dit, « l'on assiste chaque jour à de nouveaux sommets de barbarie, avec un potentiel d'extension dévastatrice dans les pays voisins ».

« Il n'y a rien d'islamique dans la manière dont les organisations terroristes dévastent la région. Il est clair que ces groupes extrémistes constituent une menace pour la paix et la sécurité internationales qui requiert une réponse internationale multiforme », a ajouté M. Ban.

Il a également déploré la fragilité des institutions dans de nombreux pays, la corruption, les politiques d'exclusion et la mauvaise gouvernance, soulignant qu'« il est du ressort des Etats de ne pas faillir à leur responsabilité de gouverner, et ce pour l'ensemble de leur population ».

Mais M. Ban s'est refusé à céder au pessimisme, appelant les nations du monde à placer les droits de l'homme au centre de leur action. « J'exhorte les Etats membres à honorer leurs responsabilités à l'égard de leurs peuples », a-t-il dit.

Il a également affirmé que la communauté internationale devait « faire beaucoup plus pour anticiper les problèmes et trouver un consensus politique pour y faire face ». A cet égard, « l'unité du Conseil de sécurité est cruciale », a-t-il souligné.

« Quand le Conseil de sécurité est uni, on obtient des résultats comme l'élimination du programme syrien d'armes chimiques, l'accord sur l'envoi d'une force de maintien de la paix en République centrafricaine et le soutien approprié à un accord-cadre pour la paix dans la région des Grands Lacs africains ».

« En revanche, la désunion persistante du Conseil sur la Syrie a entraîné de graves souffrances humaines et la perte de crédibilité du Conseil et de notre institution », a déploré M. Ban.

Estimant que « les raisons d'espérer existent », même si elles sont « difficiles à discerner », le Secrétaire général s'est félicité des progrès effectués dans la lutte contre la pauvreté dans le cadre des Objectifs du millénaire pour le développement et du fait que « le programme d'action des 15 prochaines années fait l'objet d'un dialogue passionnant » entre tous les Etats membres de l'ONU.

Il s'est également réjoui de la réponse positive des Etats membres au Sommet sur le climat qui s'est tenu mardi à New York. « Nous devons transformer cet élan en un accord universel et significatif sur le climat en décembre à Lima et l'année prochaine à Paris », a-t-il lancé.

M. Ban a également cité la « crise sans précédent » causée par l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, à laquelle il souhaite une réponse coordonnée et massive. « C'est pourquoi j'ai créé une opération sans précédent dans le domaine de la santé, la Mission des Nations Unies pour une réponse urgente au virus Ebola (UNMEER), afin de mobiliser toutes les ressources nécessaires pour renforcer le travail effectué par les pays et les communautés affectées », a-t-il dit.

Notant que « nous marquons cette année le centenaire de la Première guerre mondiale » et que « les Nations Unies ont 70 ans d'expérience », M. Ban a regretté que le monde ne soit pas plus paisible. « Aujourd'hui, nous sommes confrontés à davantage de crises causées par l'homme qu'à des calamités naturelles. Nous ne pouvons sans doute pas contrôler la Nature mais il est de notre responsabilité d'assurer paix et justice pour le monde ».

« La guerre, la pauvreté, l'ignorance : les crises causées par les hommes peuvent être réglées par les hommes », a-t-il conclu en appelant les délégués des 193 Etats membres de l'ONU à « retrouver le sens des responsabilités et s'unir sur des objectifs communs». « Nous pouvons faire face à n'importe quel défi, et c'est ce que nous allons faire, à condition d'être réellement des Nations Unies », a-t-il affirmé.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33357#.VCNgEyc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 02:29 (2014)    Sujet du message: OPENING GENERAL ASSEMBLY DEBATE, BAN URGES LEADERSHIP TO MOVE FROM ‘TURBULENCE’ TO PEACE Répondre en citant

OPENING GENERAL ASSEMBLY DEBATE, BAN URGES LEADERSHIP TO MOVE FROM ‘TURBULENCE’ TO PEACE


As the General Assembly began the general debate of its sixty-ninth session, Secretary-General Ban Ki-moon presented to the Assembly his annual report on the work of the Organization. UN Photo/Mark Garten

24 September 2014 – Warning that the world’s “fasten seat belt” light is illuminated, Secretary-General Ban Ki-moon today opened the 69th annual debate of the United Nations General Assembly with a call for decisive leadership at a time when the ghosts of the Cold War have returned and much of the Arab Spring has gone violently wrong.

“This year, the horizon of hope is darkened. Our hearts are made heavy by unspeakable acts and the deaths of innocents,” he told the assembled leaders from 193 nations. “Not since the end of the Second World War have there been so many refugees, displaced people and asylum seekers.

Never before has the United Nations been asked to reach so many people with emergency food assistance and other life-saving supplies,” he said.


“It may seem as if the world is falling apart, as crises pile up and disease spreads. But leadership is precisely about finding the seeds of hope and nurturing them into something bigger. That is our duty. That is my call to you today.”

Mr. Ban’s annual opening message, which draws from his yearly report on the work of the Organization, was not entirely bleak. “Hope may be hard to discern, but it is there,” he said. “In clinics, classrooms and other places far from the spotlight, the development agenda is making remarkable progress.

"Global poverty, child mortality and maternal deaths have been cut in half. More remains to be done, but these and other gains show the power of the Millennium Development Goals and what we can do when we work together. Today an inspiring global conversation is taking place on an agenda for the next 15 years.”

But there was no mistaking the grim thrust of his “State of the World” address. “It has been a terrible year for the principles enshrined in the United Nations Charter,” he declared. “From barrel bombs to beheadings, from the deliberate starvation of civilians to the assault on hospitals, UN shelters and aid convoys, human rights and the rule of law are under attack.”

He recited a litany of global crises: the “latest tragedy” in Gaza with Palestinians and Israelis seemingly more polarized than ever; the volatile situation in and around Ukraine; South Sudan where the struggle for political power has killed thousands and exposed millions to the threat of famine; the fractured and traumatized Central African Republic; insurgency, terrorism, the illicit drug trade and organized crime in Mali and the Sahel.

The list went on: Somalia where a coalition of African States confronts the terrorist group Al-Shabab; Nigeria where Boko Haram’s “murderous onslaught gains strength, with shocking impacts on women and girls;” Iraq and Syria where “we see new depths of barbarity with each passing day, and devastating spill-over effects” across the region.

“We need decisive action to stop atrocity crimes and frank discussion on what created the threat in the first place,” Mr. Ban said. “The people of the region have been forced to walk on the broken shards of bad governance and bad decisions that failed to respect international law and basic human rights.”

Declaring that far more must be done to anticipate problems and reach early political consensus, he appealed for crucial unity in the 15-member Security Council, the spearhead for UN action, stressing that when the body acts as one results follow, as with the elimination of Syria’s chemical weapons programme.

Broaching several other issues, Mr. Ban stressed the need for transformation in achieving development goals. “I can think of no better place to start than with opening doors and shattering ceilings for women and girls,” he said. “Look at any crisis – from poverty to disaster to disease to illiteracy ¬– and you will see women and girls suffering the most. We cannot fulfil 100 per cent of the world’s potential by excluding 50 per cent of the world’s people.”

He highlighted the crucial importance for funding in dealing with climate change, the post 2015- development efforts, and the “unprecedented crisis” of the Ebola outbreak in West Africa where a twenty-fold surge in care, tracking, transport and equipment is needed.

In conclusion, Mr. Ban again stressed humankind’s role in creating many of the crises the world now faces and its responsibility to eliminate them. “Today we face far more man-made crises than natural calamities,” he declared. “We may not control Mother Nature, but who else but us is responsible for securing peace and justice in our world today?

“War. Poverty. Ignorance. Crises caused by people can be stopped by people. I do not think we can yet feel comfortable about the world our generation is leaving to our children. Still, I have hope. I draw it from our Charter, our enduring guide in times of dramatic challenge and change.”

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48808#.VCNhISc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 02:33 (2014)    Sujet du message: LE DEVELOPPEMENT DURABLE EST UNE PRIORITE ABSOLUE, SELON LE PRESIDENT DE L'ASSEMBLEE GENERALE Répondre en citant

LE DEVELOPPEMENT DURABLE EST UNE PRIORITE ABSOLUE, SELON LE PRESIDENT DE L'ASSEMBLEE GENERALE


Le Président de l’Assemblée générale, Sam Kahamba Kutesa, Photo ONU/Mark Garten

24 septembre 2014 – A l'ouverture du débat général de la 69è session de l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président de cette assemblée, Sam Kutesa, a appelé mercredi les États membres à unir leurs efforts pour promouvoir un développement durable dans les domaines économique, social, et environnemental.

« En tant qu'organe uni, nous devons faire face aux défis qui menacent les fondements de nos sociétés, et nous devons le faire avec courage et sans perdre de temps », a affirmé M. Kutesa dans son discours.

Le Président de l'Assemblée s'est félicité des progrès considérables réalisés depuis l'adoption de la Déclaration du millénaire il y a près de 15 ans pour améliorer la vie des personnes les plus pauvres dans le monde. Certains objectifs ont été atteints, d'autres sont en phase de l'être alors que d'autres encore ne seront sûrement pas atteints avant la date butoir de 2015.

« Beaucoup reste à faire, la cible sur l'assainissement est loin d'être atteint, trop de femmes meurent toujours en couches et les inégalités dans et entre les pays restent considérables », a expliqué M. Kutesa.

« À moins de 470 jours de la date butoir des Objectifs du Millénaire pour le développement, nous devons redoubler d'efforts pour accélérer les progrès et pour atteindre le plus grand nombre d'objectifs possible dans le temps restant », a-t-il ajouté.

Dans les mois à venir, les États membres de l'ONU devront se mettre d'accord sur le programme de développement pour l'après-2015, et ce programme devrait être ambitieux selon le Président de l'Assemblée générale, afin de fournir des améliorations pour chacun.

« Centré sur l'éradication de la pauvreté et de la faim, le nouveau programme devrait promouvoir une croissance durable et inclusive, assurer l'avenir de notre planète, et mener vers le développement durable », a souligné M. Kutesa.

Le Président de l'Assemblée générale a indiqué que les changements climatiques figurent parmi les menaces les plus urgentes dont fait face le monde et il a annoncé son intention d'organiser une réunion de haut niveau sur la lutte contre les changements climatiques en juin 2015 afin de mobiliser le soutien politique aux efforts pour atteindre un accord mondial d'ici fin 2015 sous les auspices de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

« Il est temps de reconnaître que les changements climatiques sont une réalité et un danger qui doit être urgemment neutralisé pour préserver la planète pour les générations à venir », a souligné M. Kutesa.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33360


Dernière édition par maria le Jeu 25 Sep - 02:43 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 02:38 (2014)    Sujet du message: INDONESIAN PRESIDENT URGES UN ASSEMBLY TO ‘PUSH FRONTIERS OF NATIONALISM INTO NEW GLOBALISM’ Répondre en citant

INDONESIAN PRESIDENT URGES UN ASSEMBLY TO ‘PUSH FRONTIERS OF NATIONALISM INTO NEW GLOBALISM’


President Susilo Bambang Yudhoyono of Indonesia addresses the General Assembly. UN Photo/Cia Pak

VIDEO : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48827#.VCNjcCc0iSo

24 September 2014 – With strong commitment and political will, the impossible could become possible, Susilo Bambang Yudhoyono, President of Indonesia, said today, telling political leaders gathered for the United Nations General Assembly that it is to stop playing the game of "us" against "them”, and begin the hard d work be about of creating a new, equitable world order.

“Now is the time for all of us to get into the serious business of building a new world of peace, prosperity and justice. The business of making everybody a winner.” He told the Assembly’s annual general debate, adding: “By creating and nurturing the ‘New WE’…that leaves no one behind.”

He said the quest for Millennium Development Goals (MDGs) over last 15 years has revealed the necessity of good governance and also reinforced the need for a more robust global partnership. And while there had been plenty of actions taken in that regard, “somehow our work in the World Trade Organization, in the post-Kyoto climate talks, in reforming the global financial architecture, in reforming the United Nations, and many others have proved to be painstakingly slow.”

As Member States set forth a new global agenda for development, he urged drawing on years of trial and error to become more acutely aware of the promise and pitfalls of development – “of what we want and what we do not want. We do not want development that measures progress in terms of material provisions alone, and end up dehumanizing and marginalizing our citizens. What we want is sustainable development with equity.”
And yet, the President continued, the concerns of the day must stretch beyond development to include challenges such as ending the suffering of the Palestinians in Gaza and the rest of the occupied territory; resolving the conflict in Ukraine “that is now shaking relations between Russia and the West”; and finding an effective and durable solution to the on-going conflicts in Syria and lraq.
“To do all this, there must be mutual accommodation. There must be a forward looking attitude that embraces a win-win predisposition over zero-sum attitude. Diplomacy must take precedence. Trust deficit must be turned into strategic opportunities and confidence building,” Mr. Bambang Yudhoyono declared, urging delegations to “push the frontiers of nationalism into a new globalism where we can devise solutions to national, regional and global issues all at the same time.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48827#.VCNjcCc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 12:15 (2014)    Sujet du message: UNSC UNANIMOUSLY ADOPTS RESOLUTION ON FOREIGN TERRORIST FIGHTERS / THE BEAST : THE LAWLESS ONE CHAIRS AS HEAD OF THE U.N. SECURITY COUNCIL (SEPT 24, 2014) Répondre en citant




UNSC UNANIMOUSLY ADOPTS RESOLUTION ON FOREIGN TERRORIST FIGHTERS 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=pzvSN0DePzk

THE BEAST : THE LAWLESS ONE CHAIRS AS HEAD OF THE U.N. SECURITY COUNCIL (SEPT 24, 2014)



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=napzuK5Vqeo




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 12:17 (2014)    Sujet du message: LE CONSEIL DE SECURITE EXHORTE LES ETATS A SE MOBILISER CONTRE LES COMBATTANTS TERRORISTES ETRANGERS Répondre en citant




LE CONSEIL DE SECURITE EXHORTE LES ETATS A SE MOBILISER CONTRE LES COMBATTANTS TERRORISTES ETRANGERS

 
L'article précédent, en anglais, nous parle d'une résolution qui a été adopté par le Conseil de Sécurité. C'est donc une guerre à grande échelle, la 3e guerre mondiale qui prend place officiellement, et qui, dans très peu de temps, se retournera contre tous les opposants, chrétiens de toute religion. On aura toujours la défense de "dommages collatéraux" pour excuser leurs crimes, et vous verrez qu'au lieu de régler le problème, au contraire, ce monde deviendra un véritable champ de bataille et la terre sera couverte de sang.

Quand nous voyons ISIS/ISIL et tous ces groupes qui sont en train de s'unir sous sa bannière, que nous voyons tout l'armement militaire fourni par les instances internationales et américaines, il est clair que leur message pour combattre ISIS/ISIL n'est qu'un prétexte mensonger pour engager la bataille sur tous les fronts, dans tous les pays incluant la supposée libération de la Palestine et de ses soit-disant territoires occupés.

Avec cette résolution, il est à prévoir qu'ISIS va intensifier ses frappes partout, avec rage et détermination. La terreur et la barbarie que nous avons vu jusqu'à présent, va monter de plusieurs crans.

Préparez-vous spirituellement et physiquement car ça va cogner fort dans très peu de temps, quelque soit l'endroit où vous demeurez.   

 


Le Conseil de sécurité de l’ONU. Photo ONU/Mark Garten

24 septembre 2014 – Le Conseil de sécurité de l'ONU a exhorté mercredi tous les Etats du monde à se mobiliser contre les combattants terroristes étrangers, notamment en leur interdisant l'entrée ou le transit sur leur territoire et en bloquant l'aide financière qui leur est destinée.

Dans une résolution adoptée à l'unanimité lors d'une réunion au sommet présidée par le Président américain Barack Obama, le Conseil s'est déclaré « gravement préoccupé par la menace terrible et grandissante que font peser les combattants terroristes étrangers, à savoir des individus qui se rendent dans un Etat autre que leur Etat de résidence ou de nationalité, aux fins de la commission, de l'organisation ou de la préparation d'actes de terrorisme » ou d'y recevoir un entraînement à cet effet.

La résolution affirme que tous les Etats doivent « empêcher la circulation de terroristes et de groupes terroristes », notamment « en effectuant des contrôles efficaces aux frontières, en surveillant de près la délivrance de documents d'identité et de voyage et en prenant des mesures visant à empêcher la falsification» de tels documents.

Le Conseil demande aux Etats membres de coopérer à l'action menée contre ce fléau, « notamment en prévenant la radicalisation pouvant conduire au terrorisme et le recrutement de combattants terroristes étrangers, enfants compris, en empêchant lesdits combattants de franchir leurs frontières et en faisant cesser et en bloquant l'aide financière qui leur est destinée ».

Le Conseil décide que les Etats doivent « prévenir et éliminer les activités de recrutement, d'organisation, de transport ou d'équipement bénéficiant à des personnes » répondant à la description des combattants terroristes étrangers et qu'ils doivent engager des poursuites contre leurs nationaux qui se livrent à ces actes.

Le Conseil invite les Etats à « exiger des compagnies aériennes opérant sur leur territoire qu'elles communiquent à l'avance aux autorités nationales compétentes des informations sur les passagers afin de détecter le départ de leur territoire, ou la tentative d'entrée sur leur territoire ou de transit par leur territoire » de tels individus.

Il invite les Etats à coopérer entre eux pour « renforcer les échanges d'informations permettant de repérer les combattants terroristes étrangers » et il encourage Interpol à renforcer ses ressources, par exemple par « l'extension des notices spéciales Interpol aux combattants terroristes étrangers ». Il encourage aussi les Etats membres à élaborer « des stratégies de lutte contre le discours extrémiste violent qui peut inciter à la commission d'actes terroristes ».

Le Conseil note enfin que les combattants terroristes étrangers pourraient être inscrits sur la liste relative aux sanctions contre Al-Qaida que tient à jour le Comité du Conseil de sécurité créé par les résolutions 1267 (1999) et 1989 (2011) sur le terrorisme. Il charge ce Comité de « s'intéresser tout particulièrement à la menace que représentent les combattants terroristes étrangers qui sont recrutés par l'EIIL (Etat islamique d'Iraq et du Levant), le Front el-Nosra et tous les groupes, entreprises et entités associés à Al-Qaida ou qui s'y joignent ».

A l'ouverture de cette session au sommet du Conseil, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a de nouveau condamné vigoureusement les groupes extrémistes armés comme l'EIIL. « Ces groupes, a-t-il dit, se servent de la religion pour prendre le contrôle de territoires et de ressources économiques vitales. Ils brutalisent les femmes et les filles. Ils prennent pour cibles et massacrent des membres de minorités. »

« Ce sont en fait des ennemis de la foi. Comme l'ont dit de nombreux responsables musulmans dans le monde, un groupe comme l'EIIL –ou Daesh – n'a rien à voir avec l'Islam et il ne représente certainement pas un Etat. Il devrait être appelé 'le non-Etat non islamique'.

« Et pourtant, a déploré M. Ban, ces groupes sont devenus des aimants pour des combattants terroristes étrangers qui sont des proies faciles pour leur propagande simpliste et leurs chants de sirènes ». L'ONU estime que plus de 13.000 combattants terroristes étrangers, originaires de 80 pays, ont rejoint les rangs de l'EIIL et du Front el-Nosra.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33366


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 12:21 (2014)    Sujet du message: REPLAY : REVIVEZ LE DISCOURS DE BARACK OBAMA DEVANT L'ONU / ADDRESSING UN ASSEMBLY, US PRESIDENT URGES COOPERATION TO COMBAT EXTREMISM, RENEW MULTILATERAL SYSTEM Répondre en citant

69e assemblée des Nations Unies 24-09-2014



REPLAY : REVIVEZ LE DISCOURS DE BARACK OBAMA DEVANT L'ONU

"Nous bloquerons le cancer de l'extrémiste"
Barack Hussein Obama

 


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=EcY6d6Mhg-U



ADDRESSING UN ASSEMBLY, US PRESIDENT URGES COOPERATION TO COMBAT EXTREMISM, RENEW MULTILATERAL SYSTEM

VIDEO : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48813#.VCNtNyc0iSo

Barack Obama, President of the United States of America, addresses the general debate of the sixty-ninth session of the General Assembly. UN Photo/Mark Garten

24 September 2014 – With the world at a crossroads “between war and peace, disorder and integration”, United States President Barack Obama today urged cooperation at the United Nations to tackle “two defining questions at the root of many of our challenges”: rebuilding the fractured multilateral system on which the UN is based and “rejecting the cancer of violent extremism” spread by groups such as the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL).

“There is a pervasive unease in our world – a sense that the very forces that have brought us together have created new dangers, and made it difficult for any single nation to insulate itself from global forces,” Mr. Obama said, noting that right now, “an outbreak of Ebola overwhelms public health systems in West Africa; Russian aggression in Europe recalls the days when large nations trampled small ones in pursuit of territorial ambition; and the brutality of terrorists in Syria and Iraq forces us to look into the heart of darkness.”

“We come together with a choice to make – we can renew the international system that has brought so much progress or allow ourselves to be pulled back by more and more outbreaks of instability. For America, the choice is clear. We choose hope over fear,” said Mr. Obama, urging a world shaped through collective effort, rejecting fatalism or cynicism.

With “much to be done to meet the text of this moment” he said, firstly, all nations must observe and enforce international norms. In that regard, he flagged Russia’s actions in Ukraine as a challenge to post-war order. “Against the will of the Government in Kiev, Crimea was annexed. Russia poured arms into Eastern Ukraine, fuelling violent separatists and a conflict that has killed thousands…this is a vision of the world in which might makes right.”
Rejecting that vision, he said the US would “reinforce our NATO allies, and uphold our commitment to collective defence. We will impose a cost on Russia for aggression, and counter falsehoods with the truth. We call upon others to join us on the right side of history.” He also suggested the path of diplomacy and peace and the ideals the UN is designed to uphold.

Turning to today’s other main challenge, Mr. Obama said: "As we look to the future, one issue risks a cycle of conflict that could derail such progress…and that is the cancer of violent extremism that has ravaged so many parts of the Muslim world." Collectively, the world must take concrete steps to address the danger posed by “religiously motivated fanatics, and the trends that fuel their recruitment.”

“The terrorist group known as the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) must be degraded, and ultimately destroyed,” he said, emphasizing that the group has terrorized all who they come across in Iraq and Syria ¬– women and girls had been subjected to rape as a weapon of war; children had been gunned down; religious minorities had been starved to death; and innocent human beings had been beheaded on video.

“No God condones this terror. No grievance justifies these actions. There can be no reasoning – no negotiation – with this brand of evil. The only language understood by killers like this is the language of force. So the United States of America will work with a broad coalition to dismantle this network of death,” the President declared.

Emphasizing that the United States would not act alone in that effort or send troops to occupy foreign, he said that instead, his Government would support Iraqis and Syrians fighting to reclaim their communities. “We will use our military might in a campaign of air strikes to roll back ISIL,” he declared, noting that already, over 40 nations have offered to join his country’s coalition against the extremist group.

“Today, I ask the world to join in this effort. Those who have joined ISIL should leave the battlefield while they can. Those who continue to fight for a hateful cause will find they are increasingly alone. For we will not succumb to threats; and we will demonstrate that the future belongs to those who build – not those who destroy. “

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48813#.VCNtNyc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 12:27 (2014)    Sujet du message: EGYPT’S PRESIDENT URGES WORLD LEADERS AT UN TO CONFRONT EXTREMISM, END SUPPORT FOR TERRORISM ‘PLAGUE’ Répondre en citant

EGYPT’S PRESIDENT URGES WORLD LEADERS AT UN TO CONFRONT EXTREMISM, END SUPPORT FOR TERRORISM ‘PLAGUE’

VIDEO : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48820#.VCPs4Cc0iSp



Abdel Fattah Al Sisi, President of the Arab Republic of Egypt, addresses the general debate of the sixty-ninth session of the General Assembly. UN Photo/Cia Pak

24 September 2014 – World leaders must intensity efforts to stop support for the terrorist organizations committing crimes in the Middle East and North Africa under the guise of religion, urged Egyptian President Abdel Fattah Al Sisi as he addressed the General Assembly today.

“Terrorism is a plague that does not differentiate in its spread between developing and developed societies,” Mr. Al Sisi said, pointing out that the region’s security issues could be resolved by promoting rule of law, directly confronting forces of extremism, and ensuring equality among people.
Egyptians have “made history twice” in recent years by revolting against corruption, claiming their right to social justice and refusing to succumb to a tyranny that put narrow interests before the interests of the people, he said.

Mr. Alsisi laid out plans for a “New Egypt,” a State that will “not be held back by terrorism that thinks it can conquer and repress our nation.” This new Egypt respects the rule of law, guarantees freedom of opinion for all and is determined to achieve prosperity for all people.

To attain that, his Government is implementing a programme that spurs development until 2030, with the aim of laying the foundations of a free market economy capable of attracting investments. But the upsurge in extremism and violence perpetrated is causing pressing regional challenges that must be addressed through political solutions, he said.

On Libya, a political solution must strengthen elected institutions, ensure an end to the bloodshed and that the territorial integrity of Libya is preserved. Ending the smuggling of arms is imperative, said the Egyptian President. A framework for Syria must put an end to the killing of innocent civilians and ensure that the aspirations of Syrian people are met, without compromising with terrorism.

It is important to restore stability and government order to the areas that fell under the control of the terrorist organization Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL). The Palestinian issue remains a top priority for Egypt, Mr. Al Sisi said, reiterating the need to establish an independent state and adding that “these principles are not up for negotiation, other the basis of a comprehensive peace in the region would erode.”

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48820#.VCPs4Cc0iSp


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 12:32 (2014)    Sujet du message: AT UN ASSEMBLY, FRANCE’S PRESIDENT CONFIRMS MILITANTS’ BEHEADING OF FRENCH HOSTAGE Répondre en citant

AT UN ASSEMBLY, FRANCE’S PRESIDENT CONFIRMS MILITANTS’ BEHEADING OF FRENCH HOSTAGE

VIDEO : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48823


François Hollande, President of France, addresses the general debate of the sixty-ninth session of the General Assembly. UN Photo/Cia Pak

24 September 2014 – Speaking from the podium of the General Assembly on a day when the fight against Islamist terrorism took centre stage at the United Nations, French President François Hollande today vowed that France would never give in to terrorist following the beheading of a French national in Algeria.

France will strive without respite to destroy the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL), with which the Algerian group that murdered d’Hervé Gourdel has affiliated itself, Mr. Hollande told the leaders of 193 nations on the first day of the Assembly’s 69th annual General Debate.

According to published reports, Mr. Gourdel, a mountain guide, was seized in the Tizi Ouzou region, about 70 miles east of Algiers, while he was hiking, and his kidnappers gave France a 24 hour ultimatum to halt its air strikes against ISIL in Iraq. His beheading was posted on video sites today.

“Operations are under way,” Mr. Hollande said, referring to his order earlier this month to launch air strikes against ISIL in Iraq, taking the podium as the UN Security Council passed a resolution demanding that all States make it a serious criminal offense for their citizens to travel abroad to fight with militant groups, recruit or fund others to do so.

He blamed the Syrian regime for creating the conditions for terrorism to flourish and pledged continued total French support for the democratic Syrian opposition.

“We must take steps to fight against terrorist networks, to protect our youth from indoctrination, prevent their recruitment and dry up their funding,” he said.

Mr. Hollande also called for a resolution of the Israeli-Palestinian conflict, stressing that Gaza cannot remain an arms depot for Hamas and an open air prison for its inhabitants.

The UN must take steps to help Libya rebuild a State, disarm militias and oust terrorists there, he added, pledging French support to efforts to eliminate the Boko Haram Islamist extremist group in Nigeria, calling it the African equivalent of ISIL.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48823#.VCPukic0iSo



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 12:42 (2014)    Sujet du message: AT GENERAL ASSEMBLY, EUROPEAN LEADERS PLEDGE SUPPORT FOR UN EFFORTS TO RESOLVE CRISES Répondre en citant

AT GENERAL ASSEMBLY, EUROPEAN LEADERS PLEDGE SUPPORT FOR UN EFFORTS TO RESOLVE CRISES



King Felipe VI of Spain, addresses the general debate of the sixty-ninth session of the General Assembly. UN Photo/Cia Pak

24 September 2014 – European leaders took the podium today on the first day of this year’s annual high-level meeting of the General Assembly to pledge their commitment to United Nations efforts to achieve peace and development across a whole range of issues while highlighting their own specific concerns.

Speaking first, King Felipe VI of Spain pledged his continent’s generous contributions to other regions of the world and his own country’s unconditional support for UN values.

“I can assure you that the international community, represented today in this General Assembly, can continue to count on Spain's support and its active participation in the unwavering protection of the values and interests of a humanity in peace, evermore prosperous and just,” he told the leaders of 193 nations on the opening day of the 69th General Debate.

“Spain upholds a United Nations that is not only stronger but above all, more united: more united against fanaticism, intolerance and barbarism. More united in fighting against poverty, hunger and marginalization.

More united so that education and health reach all. More united, Mr. President, in firmly defending the dignity of all human beings.”

Noting Spain’s transformation over nearly 40 years from dictatorship to a democracy based on the rule of law, protecting all citizens in its political, geographic, cultural and linguistic diversity, the king said the world can always count on his country’s firm commitment to promoting and defending democratic values.

Turning to the Middle East where some societies “suffer the scourge of an intolerable barbarism, a criminal and atrocious violence that threatens all societies and our human civilization,” he stressed that the world can count on Spain to confront, all together and respecting international law, those who aim to destroy with intolerance, violence or sectarianism the values and principles that underlie our United Nations.”

Armenian President Serzh Sargsyan stressed the UN’s “indispensable role” in setting new long-term goals for sustainable development worldwide.




President Serzh Sargsyan of of Armenia, addresses the general debate of the sixty-ninth session of the General Assembly. UN Photo/Cia Pak

“I strongly believe that through the new ‘Post-2015’ development agenda we will continue our efforts seeking solutions and responding to challenges of global nature stemming from the Millennium Development Goals,” he said referring to the new roadmap that is to fill out and replace the eight MDGs set for the first 15 years of the new millennium.

Armenia, General Debate, 69th Session

VIDEO : https://link.brightcove.com/services/player/bcpid1722935254001/?bctid=38036…

Mr. Sargsyan devoted most of his speech to issues of specific Armenian concern, including a pressing call to Turkey to “demonstrate the courage and face its own history by recognizing the Armenian Genocide, thus relieving the next generations of this heavy burden of the past.

“Alas instead, we continue to hear ambiguous and ulterior messages, in which the victim and the slaughterer are equalized, and the history is falsified,” he said referring to the deaths of hundreds of thousands of Armenian nearly 100 years ago at the time of the First World War and noting the threats now facing tens of thousands of Armenians at the hands of Islamist extremists in Syria.

He also blamed the “bellicose declarations and various threats” by neighbouring Azerbaijan for a failure to reach a settlement in the Nagorno Karabakh conflict, saying it had flouted UN Security Council resolutions by continuing military hostilities.

Citing the conflicts in Ukraine and Syria and Iraq which violated core UN rules and values, President Sauli Niinisto of Finland said the grim state of international relations should be seen as “a call to redouble our diplomatic efforts.”



President Sauli Niinistö of Finland addresses the General Assembly. UN Photo/Cia Pak

“We must act with determination and we must act now,” he declared. “Unfortunately, the UN Security Council has not been able to uphold its responsibilities neither in Ukraine nor in Syria. We need to reform the Security Council. Finland supports the efforts to restrict the use of veto.”

Threats or actual vetoes, the sole prerogative of the five permanent members – China, France, Russia, the United Kingdom and United States – have blocked Council action on both issues.

He noted that the General Assembly, whose resolution lack the legally binding force of the Council’s adopted a resolution on Ukraine, but said it should have been “even stronger, condemning Russia's actions” and charting a way towards restoring peace.

“De-escalation in Ukraine cannot happen without Russia's active steps,” he warned. “Russia should control its border and prevent the flow of arms and fighters, and thereby contribute to stabilization of the situation in Eastern Ukraine. There can be only a political solution to the crisis.”

Likewise the Syrian crisis can only be solved by political means and he pledged Finland’s continuing support for the efforts of UN Special Envoy for Syria Staffan de Mistura to resolve the issue.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48812#.VCPvZyc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 12:49 (2014)    Sujet du message: MID-EAST, GULF LEADERS STRIVE FOR INTERNATIONAL RESPONSE TO TERRORISM IN SYRIA Répondre en citant

MID-EAST, GULF LEADERS STRIVE FOR INTERNATIONAL RESPONSE TO TERRORISM IN SYRIA

VIDEO : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48821



Emir of Qatar Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani addresses the general debate of the sixty-ninth session of the General Assembly. UN Photo/Cia Pak

24 September 2014 – Taking the podium today at the United Nations General Assembly in New York, leaders from the Gulf and Middle East regions called for a collective strategy to contain and address extremists in Iraq, Syria and other parts of the world, while also calling for international efforts to reconstruct Gaza.

“It is imperative for the international community to work hard to put an end to the bloodshed and the systematic destruction of Syria by a regime that has put its people between a rock and a hard place to choose between accepting its presence at the helm or burning down their country,” Sheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, Amir of Qatar, told the 69th annual high-level meeting.

The Qatari leader reiterated his call on the Security Council to “shoulder its legal and humanitarian responsibility and support the Syrian people” against terrorism and genocide.

Turning to the wider issue of terrorism in the region, the Emir underscored the importance of addressing the underlying roots of violence in a social environment.

“If societies are to stand with us in the fight against terrorism, we need to be fair with them and not push them to choose between terrorism and tyranny, or between terrorism and sectarian discrimination,” he quipped.

In his address, King Abdullah II of Jordan stressed that a political solution must be found to the conflict in Syria which has spurred 1.4 million people to cross into Jordan’s borders, making his country the third largest host of refugees.



Secretary-General Ban Ki-moon (right) meets with King Abdullah II Bin Al Hussein of the Hashemite Kingdom of Jordan. UN Photo/Eskinder Debebe

“The response has not kept pace with the real needs,” the King said, urging a concerted effort to get aid flowing into Syria and neighbouring host communities.

Both leaders also highlighted the plight of their Palestinian neighbours, advocating for the implementation of a two-state solution agreed to by the international community, and mobilization of funds to rebuild Gaza.

“We cannot address the future of my region,” King Abdullah II said, “without addressing its central conflict: the denial of Palestinian rights and statehood.”

Among other topics, he also spoke about the need to oppose threats to Jerusalem’s Arab Muslim and Christian identity stressing that “Arab Christians are an integral part of my region’s past, present, and future.”

This year’s theme for the annual debate is “Delivering on and implementing a transformative post-2015 development agenda.” Made up of all the 193 Member States of the United Nations, the General Assembly provides a forum for multilateral discussion of international issues covered by the UN Charter.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48821



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 14:50 (2014)    Sujet du message: BAN HAILS ‘BOLD’ ANNOUNCEMENTS ON TACKLING CLIMATE CHANGE AS HISTORIC UN SUMMIT CLOSES Répondre en citant

BAN HAILS ‘BOLD’ ANNOUNCEMENTS ON TACKLING CLIMATE CHANGE AS HISTORIC UN SUMMIT CLOSES


The Congo Basin harbours the world’s second largest tropical forest. It is also a key resource for stabilizing the global climate. Photo: FAO/Giulio Napolitano

23 September 2014 – Bold new actions to immediately tackle climate change were announced today by Government, business, finance and civil society leaders attending a historic Climate Summit convened by United Nations Secretary-General Ban Ki-moon, who has long urged workable solutions based on “clear vision anchored in domestic and multinational actions.”

Today was a great day – a historic day. Never before have so many leaders gathered to commit to action on climate change,” Mr. Ban said, summing up the day-long event,which drew a unique mix of international players who announced their vision and commitment for reaching a universal and meaningful climate agreement in 2015, as well made announcements on actions that will reduce emissions, enhance resistance to climate change and mobilize financing for climate action.

“The Summit delivered,” declared the UN chief, noting that leaders had reaffirmed determination to limit global temperature rise to less than 2 degrees Celsius by cutting emissions. And many, from all regions and all levels of economic development, advocated for a peak in greenhouse gas emissions before 2020, decisively reduced emissions thereafter, and climate neutrality in the second half of this century.

On finance, the Secretary-General said public and private sources showed the way forward for mobilizing the needed resources. Leaders expressed strong support for the Green Climate Fund. And a total of $2.3 billion was pledged towards the Fund's initial capitalization today, and others committed contributions by November 2014.

“A new coalition of Governments, business, finance, multilateral development banks and civil society leaders announced their commitment to mobilize upwards of $200 billion for financing low-carbon and climate-resilient development,” he said, adding that private banks announced they would issue $20 billion in “Green Bonds” and that they would double the market to $50 billion by 2015, next year.

As for carbon pricing, “one of the most powerful tools available for reducing emissions and generating sustainable development and growth”, Mr. Ban said that many Government and business leaders supported putting a price on carbon through various instruments and called for intensified efforts to eliminate fossil fuel subsidies. Some 30 companies had announced their alignment with the Caring for Climate Business Leadership Criteria on Carbon Pricing.

Among the day’s other highlights, he said the Summit had heard how strengthening resilience – both climate and financial – is a smart and essential investment. Adaptation needs are growing, particularly for the least developed countries and small island developing States, which are most at risk and need most international support.

Finally, he spotlighted that “new coalitions are forming to meet the full scope of the climate challenge,” and citied the first Global Agricultural Alliance which was launched today to enable 500 million farmers worldwide to practice climate-smart agriculture by 2030.

Leaders of the oil and gas industry, along with national Governments and civil society organisations, made an historic commitment to identify and reduce methane emissions by 2020.

“A new Compact of Mayors, representing 200 cities with a combined population of 400 million people, pledged new commitments to reduce annual emissions by between 12.4 and 16.4 per cent,” added the Secretary-General, telling delegations that those highlights would serve as his Chairman’s Summary, which would be distributed soon to Member States.

Looking ahead, Mr. Ban urged the participants to maintain the spirit of compromise and commitment that characterized the discourse at the Summit. “We must fulfil and expand on all the pledges and initiatives brought forward today.”

As the international community walked together on the road to Lima and Paris (milestone meetings of the parties to the UN Framework Convention on Climate Change) in December 2014 and 2015, he said “let us look back on today as the day we decided – as a human family – to put our house in order to make it liveable for future generations. Today’s Summit has shown that we can rise to the climate challenge.”

Earlier in the day, Mr. Ban already welcomed specific commitments made by specific countries, including “generous pledges’ of $1 billion each by President François Hollande of France and Chancellor Angela Merkel of Germany.

He noted that The European Union pledged to adopt the 40 per cent emissions reductions target this October, Grenada called for all island states to go 100 per cent renewable, and China announced that it will peak its emissions as soon as possible and double its support for the South-South Cooperation.

“We have heard significant pledges of finance and resources,” he said. “Finance is the enabler of what we want to achieve. This morning, you have acknowledged its crucial importance. Private finance is out there, and public finance can be the lever to access it.”

Addressing the special mid-day wrap up session, United States President Barrack Obama said that of all the immediate challenges world leaders were set to address this week during the General Assembly’s high-level segment – terrorism, inequality disease – there is one issue that would define the contours of the current century more than any other, and that is the urgent and growing threat of a changing climate.

 
United States President Barack Obama, speaks at the UN Climate Summit 2014. UN Photo/Cia Pak


 
“Indeed ... deepening scientific evidence says this once distant threat has moved firmly into the present; no nation is immune,” he said, underscoring that “the climate is changing faster than our efforts to address it. The alarm bells keep ringing. Our citizens keep marching. We cannot keep pretending we do not hear them. We have to answer the call.”

The mid-day segment was also addressed by Jakaya Kikwete, President of Tanzania and Coordinator of the Committee of the African Heads of State and Government on Climate Change; Baron Waqa, President of Nauru and Chair of Alliance of Small Island States (AOSIS); and Zhang Gaoli, Vice-Premier of China.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48806#.VCPvZCc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Sep - 20:18 (2014)    Sujet du message: OBAMA PROMEUT A L'ONU UN CHEIKH DES FRERES MUSULMANS Répondre en citant

OBAMA PROMEUT A L'ONU UN CHEIKH DES FRERES MUSULMANS



25/09/2014

Dans son discours devant l'Assemblée générale de l'ONU le 24 septembre, Obama a recommandé le cheikh Bin Bayyah, l'ex vice-président de l'Union internationale des oulémas, fondée par Qaradawi, la plus haute autorité des Frères musulmans en matière de charia.


  

Obama:

L'idéologie de l’État islamique en Irak et au Levant, d’al-Qaïda ou du Boko Haram passera et s’éteindra si elle est constamment exposée au grand jour, confrontée, et réfutée. Regardez, à titre d’exemple, le nouveau Forum pour la promotion de la paix dans les sociétés islamiques, dont l'objectif a été décrit par le cheikh Bin Bayyah : «Nous devons déclarer la guerre à la guerre, pour aboutir à la paix sur la paix

Or, le cheikh Bin Bayyah a été vice-président de l'Union internationale des oulémas, fondée par Youssef Qaradawi, la plus haute autorité de la Confrérie des Frères musulmans en matière de charia. 
 

Qaradawi et le cheikh Bin Bayyah, lors d'une réunion de l'Union internationale des oulémas des Frères musulmans (source)


Ironiquement, Qaradawi s'oppose à la coalition militaire contre le Califat dirigée par les États-Unis.






Tweet de Qaradawi: https://archive.today/s6hyE
Traduction: https://archive.today/R79Pi

 
Youssef Qaradawi: «Je suis en désaccord total avec l'État islamique, que ce soit dans la pensée ou dans les méthodes. Mais je n'accepterai jamais que ceux qui les combattent soient les États-Unis qui ne sont motivés que par la défense de leurs intérêts, quitte à faire couler le sang.»

Qaradawi est basé au Qatar, où siège aussi l'Union internationale des oulémas qu'il a fondée et dont le cheikh Bin Bayyah a été vice-président pendant de nombreuses années.

En outre, «la Confrérie entretient des liens avec des dizaines de factions combattantes en Syrie, dont le rôle a été quasi-inexistant dans la lutte contre l'État islamique», écrit Hasssan Hassan, un expert du Delma Institute à Abu Dhabi. Il ajoute que la Confrérie est loin d'être un antidote contre l'extrémisme ; au contraire, elle a «souvent contribué à créer un environnement où l'extrémisme opère et s'épanouit, comme le démontrent avant tant de force les évènements des dernières années en Syrie».


(source)

 
Lire aussi: 
Des documents déclassifiés révèlent les liens étroits entre Washington et les Frères musulmans





Obama arme le Qatar


http://www.postedeveille.ca/2014/09/obama-fait-leloge-dun-cheikh-des-freres-musulmans.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Sep - 20:21 (2014)    Sujet du message: THE BEAST : THE LAWLESS ONE CHAIRS AS HEAD OF THE U.N. SECURITY COUNCIL (SEPT 24, 2014) Répondre en citant




THE BEAST : THE LAWLESS ONE CHAIRS AS HEAD OF THE U.N. SECURITY COUNCIL (SEPT 24, 2014)

The first beast (Pope Francis) gave his power to the second beast (President Obama) to accomplish the "divine" mission.

"And I beheld another beast coming up out of the earth; and he had two horns like a lamb, and he spake as a dragon.
And he exerciseth all the power of the first beast before him, and causeth the earth and them which dwell therein to worship the first beast, whose deadly wound was healed."
Revelation 13:11-12

"And it was given unto him to make war with the saints, and to overcome them: and power was given him over all kindreds, and tongues, and nations.
And all that dwell upon the earth shall worship him, whose names are not written in the book of life of the Lamb slain from the foundation of the world."
Revelation 13:7-8



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=napzuK5Vqeo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Sep - 00:30 (2014)    Sujet du message: LA PALESTINE DECLARE QU'ELLE N'ABANDONNE PAS SON DROIT A SE DEFENDRE CONTRE L'OCCUPATION ISRAELIENNE Répondre en citant

LA PALESTINE DECLARE QU'ELLE N'ABANDONNE PAS SON DROIT A SE DEFENDRE CONTRE L'OCCUPATION ISRAELIENNE


Le Président de l’Etat de Palestine, Mahmoud Abbas. Photo ONU

26 septembre 2014 – Le Président de l'État de Palestine, Mahmoud Abbas, a dénoncé vendredi, à la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU, le fait qu'Israël ait choisi de mener une nouvelle guerre contre son peuple à Gaza en cette Année internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

« Je vous ai parlé dans cette même salle en 2012 alors que nous étions dans une situation similaire, en vous avertissant que la puissance coloniale occupante préparait une nouvelle Nakba contre le peuple palestinien et en vous demandant de reconnaître sans délai un État de Palestine libre et indépendant pour empêcher cette nouvelle catastrophe pour mon peuple », a dit M. Abbas. « Deux mois après, j'étais revenu devant vous après une nouvelle guerre contre la bande de Gaza qui avait fait de nombreux martyrs, dont des femmes et des enfants ».

La guerre lancée par Israël en juillet 2014 a détruit brutalement des vies, des maisons, des écoles et les rêves de milliers de Palestiniens, ainsi que les maigres espoirs de PAIX encore existant, a souligné M. Abbas.

Selon le Président palestinien, la différence est que, cette fois, l'ampleur du crime est plus grande et que la liste des martyrs, en particulier des enfants, était plus longue. En outre, environ un demi-million de personnes ont été déplacées et beaucoup de bâtiments, comme des écoles, des hôpitaux, des mosquées et des usines ont été détruits.

« Au nom de la Palestine et de son peuple, j'affirme ici, aujourd'hui, que nous n'oublierons pas et ne pardonnerons pas, et que nous n'accepterons pas que des criminels de guerre restent impunis », a dit le Président de l'État de Palestine en soulignant que les Palestiniens n'abandonneraient pas leur droit à se défendre, mais qu'ils ne perdront pas pour autant leur humanité, leurs valeurs et leur éthique.

M. Abbas a rappelé que cette guerre était survenue après huit mois de longues et difficiles négociations, dans lesquelles les Palestiniens se sont engagés de bonne foi et de manière constructive, tout en respectant leurs engagements.

« Cependant, et comme d'habitude, les Israéliens n'ont pas manqué l'occasion de saper cette opportunité de réaliser la PAIX », a-t-il déclaré.

Le Président Abbas a dénoncé les constructions de colonies israéliennes, la confiscation de terres palestiniennes, les démolitions de maisons, les campagnes de meurtres et d'arrestations, ainsi que les déplacements forcés de populations palestiniennes en Cisjordanie et le blocus imposé à Gaza, tout cela, pendant les mois de négociations.

« La campagne d'occupation israélienne a visé en particulier la ville de Jérusalem et ces habitants pour tenter de changer de façon artificielle l'identité l'esprit et le caractère de la ville sainte », a affirmé M. Abbas en déclarant qu'Israël refuse de mettre fin à son occupation, rejette l'État palestinien, et refuse de trouver une solution juste pour les réfugiés palestiniens.

« L'avenir que propose Israël pour le peuple palestinien est, au mieux, de vivre dans des ghettos isolés sur des terres fragmentées, sans frontières et sans souveraineté sur l'espace aérien, l'eau et les ressources naturelles », a dénoncé Mahmoud Abbas.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33403#.VCXn6Sc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Sep - 00:34 (2014)    Sujet du message: ‘OUR GRIEF, TRAUMA, ANGER WILL NOT MAKE US ABANDON OUR HUMANITY,’ PALESTINIAN LEADER TELLS UN Répondre en citant

‘OUR GRIEF, TRAUMA, ANGER WILL NOT MAKE US ABANDON OUR HUMANITY,’ PALESTINIAN LEADER TELLS UN

VIDEO : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48885#.VCXpeyc0iSo


Mahmoud Abbas, President of the State of Palestine Chairman of the Executive Committee of the Palestine Liberation Organization, addresses the General Assembly. UN Photo/Amanda Voisard

26 September 2014 – Addressing the General Assembly this morning, President of the State of Palestine, Mahmoud Abbas noted that he had embarked on a recently launched round of negotiations in good faith and with an open mind, strongly determined to reach a peace accord within nine months.

According to Mr. Abbas, the negotiations had not started from point zero, “nor are we lost in a labyrinth without a map, nor do we lack a compass so as to lose sight of the finish line and of the destination.”

He recalled how he had last addressed this very hall as “Palestine was healing her wounds and her people were burying beloved martyred children, women and men after yet another war.”

“And here we are again today….full of grief, regret, bitterness. The difference today is that the scale of this genocidal crime is larger, and that the list of martyrs, especially children, is longer,” Mr. Abbas told world leaders.

This last war against Gaza was a series of “absolute war crimes carried out before the eyes and ears of the entire world.” We can assume that no one will wonder anymore why extremism is rising and why the culture of peace is losing ground, said the Palestinian leader.

“At the same time, I affirm that our grief, trauma and anger will not for one moment make us abandon our humanity, our values and our ethics; we will maintain our respect and commitment to international law, international humanitarian law and international consensus,” said Mr. Abbas.

“The future proposed by the Israeli government for the Palestinian people is at best isolated ghettos for Palestinians on fragmented lands, without borders and without sovereignty over its airspace, water and natural resources, which will be under the subjugation of the racist settlers and army of occupation, and at worst will be a most abhorrent form of Apartheid,” he said, adding that Israel can no longer act as a state above the law with impunity.

During the past two weeks, the State of Palestine and the Arab Group have been working with Member States to prepare a Security Council draft resolution on the Israeli-Palestinian conflict, an endeavour that aspires to establish the State of Palestine over the entire territory occupied since 1967, and deal with the plight of Palestine refugees, with a specific timeframe for the implementation as stipulated in the Arab Peace Initiative.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48885#.VCXpeyc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Sep - 00:38 (2014)    Sujet du message: AFFESTEE PAR EBOLA, LA GUINEE APPELLE A UN ELAN SOLIDAIRE POUR VAINDRE L'EPIDEMIE Répondre en citant

AFFECTEE PAR EBOLA, LA GUINEE APPELLE A UN ELAN SOLIDAIRE POUR VAINDRE L'EPIDEMIE


Le Président de la Guinée, Alpha Condé. Photo ONU/Amanda Voisard

26 septembre 2014 – Alors que son pays est durement touché par l'épidémie d'Ebola qui frappe l'Afrique de l'Ouest, le Président de la Guinée, Alpha Condé, a appelé vendredi du haut de la tribune de l'Assemblée générale de l'ONU à un élan solidaire de la communauté internationale pour vaincre et isoler Ebola mais pas les pays affectés.

« Je voudrais rendre hommage à l'élan de solidarité qui ne cesse de se manifester à l'égard des pays affectés par l'épidémie et exprimer notre gratitude à tous les Etats et Organisations qui nous ont apporté leur aide », a dit M. Condé.

« Des besoins pressants s'imposent à nos pays pour davantage impulser notre action afin de lutter efficacement contre Ebola », a-t-il ajouté. « Ces besoins s'inscrivent dans des domaines divers comme le renforcement des infrastructures et des systèmes de santé, l'accroissement du personnel sanitaire, une assistance financière, matérielle et logistique dont le déficit inhibe nos efforts. »

« Nous devons, dans un élan solidaire, œuvrer ensemble pour vaincre et isoler Ebola mais non les pays affectés », a encore dit le Président de la Guinée.

M. Condé a souligné que « l'impact négatif de la fièvre hémorragique à virus Ebola sur l'économie nationale, s'est manifesté par le ralentissement des échanges commerciaux, la baisse de la productivité ainsi que le recul des activités dans les secteurs des transports, des investissements et du tourisme. »

Au stade actuel, la Guinée a subi une perte de près de 2,5% sur les prévisions de croissance du PIB. « Cette perte pourrait s'alourdir si des mesures idoines ne sont pas prises à temps pour endiguer l'épidémie », a-t-il souligné.

Selon le Président de la Guinée, « d'autres conséquences néfastes pèsent également sur les pays affectés, notamment la fermeture des frontières et la libre circulation des populations, la suspension des vols et la stigmatisation des ressortissants des Etats touchés par la maladie ». « L'épidémie d'Ebola nous rappelle l'impérieuse nécessité d'une approche globale pour contenir et vaincre cette terrible maladie », a-t-il ajouté.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33396#.VCXqUyc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Sep - 00:43 (2014)    Sujet du message: ‘COALITION OF MODERATES’ MUST FIGHT EXTREMISTS OF ALL RELIGIONS, MALAYSIAN LEADER TELLS UN Répondre en citant

‘COALITION OF MODERATES’ MUST FIGHT EXTREMISTS OF ALL RELIGIONS, MALAYSIAN LEADER TELLS UN


Dato’ Sri Mohd Najib bin Tun Haji Abdul Razak, Prime Minister of Malaysia, addresses the General Assembly. UN Photo/Kim Haughton


26 September 2014 – At the General Assembly today, Prime Minister of Malaysia, Mohd Najib Tun Abdul Razak paid tribute to both MH370 and MH17 flights – “twin tragedies” – that will hopefully change the global aviation system for the better.

Now, violent extremism and religious intolerance have “joined hands beneath a black flag.” The new and emboldened militants fighting in Iraq and Syria are a system of a political failure, of poor governance in fragile states and the conflict that still rages between Sunni and Shia.

The fight against extremism is not about Christians versus Muslims, or Muslims versus Jews, but moderates versus extremists of all religions,” he said, stressing the need for a “coalition of moderates” to reclaim their respective religions.

Malaysia has been successful in marginalizing extremism and maintaining a multi-religious country, where different faiths co-exist. But “stability is never permanent; it must be actively maintained,” he said.

Extremists have called on Muslims to pledge allegiance to their self-proclaimed caliphates in Syria and Iraq; in Nigeria and Somalia; and in Kenya and Libya, and that “some answer this call is testament to our failure.”

He also condemned Israel’s disproportionate and indiscriminate attacks on Gaza and the brutal violence against Palestinian civilians in Gaza.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48892#.VCXraCc0iSo


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:22 (2016)    Sujet du message: GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
Page 5 sur 10

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com