LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Fév - 08:00 (2015)    Sujet du message: LES PROTOCOLES DE TORONTO (PART 1) Répondre en citant

LES PROTOCOLES DE TORONTO (PART 1)

En juin 1967, la Loge 666 organisa à Toronto une réunion secrète qui avait pour but d'établir une stratégie commune afin que les illuminati prennent le contrôle absolu du commerce mondial, de l'arme énergétique et des consortiums internationaux agro-alimentaire et pharmaceutique.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Uf_nZ3Eel3I

LES PROTOCOLES DE TORONTO (PART 2)

En juin 1985, la Loge 666 organisa à Toronto une nouvelle réunion secrète qui avait pour but de finaliser les dernières étapes du plan qui devait provoquer la chute des Etats-Nations et permettre la prise du pouvoir International par les Nations-Unies...



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=pAXO2PellZo





Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 24 Fév - 08:00 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 25 Fév - 11:52 (2015)    Sujet du message: STATEMENT OF THE HOLY SEE TO THE U.N. ON SUSTAINABLE DEVELOPMENT Répondre en citant

STATEMENT OF THE HOLY SEE TO THE U.N. AT THE 53rd SESSION OF THE COMMISION FOR SOCIAL DEVELOPMENT


New York, February 20, 2015 (Zenit.org

Here is the Vatican-provided text of the statement by H.E. Archbishop Bernardito Auza, Apostolic Nuncio and Permanent Observer of the Holy See to the U.N. Economic and Social Council at the 53rd Session of the Commission for Social Development, Agenda Item 3 (a): "Rethinking and strengthening social development in the contemporary world" (New York, 10 February 2015):

* * *

Statement by H.E. Archbishop Bernardito Auza

Madam Chair,

At the outset, allow me to congratulate Your Excellency and the bureau on your elections. My Delegation looks forward to working with other delegations during this policy cycle to redouble our efforts to assist those living in all forms of poverty around the world.

Madam Chair,

Though economic growth has slowed in recent years, millions continue to be lifted out of poverty, particularly in the developing world. My delegation, however, shares the concern of the Secretary General in his recent report and recognizes that economic growth, which has led to new challenges, has not benefited everyone in society equally. Significant inequalities remain and many of the most vulnerable groups in society have been left behind. Without addressing these inequalities, especially as we transition into the post 2015 development agenda, we risk undermining the impact of economic growth on poverty and on the well-being of society as a whole.

To be sustainable and beneficial for all, social development must be ethical, moral and person-centered. Here again, we echo the Secretary General’s report when we emphasize that economic growth is not a sufficient indicator of social development. Rather, we must be attentive to those indicators that give a complete picture of the wellbeing of every individual in society while promoting policies that encourage a truly integral approach to the development of the human person as a whole.

In this regard, for example, it is not enough to have gainful employment. Work must also be dignified and secure.  Investments in education, access to basic health-care services, and the creation of social safety nets are primary, not secondary factors to improving a person’s quality of life, and ensuring the equitable distribution of wealth and resources in society. By placing the human person at the center of development and encouraging investments and policies that meet real needs, the progress made  toward eradicating poverty remains permanent and society more resilient in the face of potential crises.

Madam Chair,

The market economy does not exist to serve itself, but rather to serve the common good of all of society. With this in mind, we must pay particular attention to the welfare of the most vulnerable among us since they are often overlooked in the name of greater productivity, efficiency and general economic growth. Social development cannot be a "one-size-fits-all" approach; thus universal policies and programs must be reinforced by a more targeted approach that addresses the needs of the most vulnerable.

As Pope Francis has reminded us time and time again, "Our faith in Christ, who became poor, and was always close to the poor and the outcast, is the basis of our concern for the integral development of society’s most neglected members… [This] means working to eliminate the structural causes of poverty and to promote the integral development of the poor, as well as small daily acts of solidarity in meeting the real needs which we encounter."

Madam Chair,

The authentic integral development of the person and the eradication of poverty are achievable only by focusing on the tremendous value of the family to society, where every human being receives his or her primary education and most formative development. The family is society’s most natural social safety net, sharing resources for the benefit of the entire family unit and offering intergenerational support. In the family, we learn to love and to contribute without pay and, unlike in the global economy, every individual person has a place.

Madam Chair,

In conclusion, my Delegation believes that we need to embark on a strategic approach towards poverty eradication based on true social justice in order to help reduce the suffering of millions of our brothers and sisters. It is our firm conviction that social development policies must address not only the economic and political needs, but also the spiritual and ethical dimension of each human person. In this manner, every individual in the society can be free from all forms of poverty, both material and spiritual.

Thank you, Madam Chair.

(February 20, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/statement-of-the-holy-see-to-the-u-n-at-th…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 21 Mar - 02:53 (2015)    Sujet du message: CONFERENCE IN SEOUL ON “TRANSFORMING THE SOCIETY, NATION AND WORLD” Répondre en citant




CONFERENCE IN SEOUL ON “TRANSFORMING THE SOCIETY, NATION AND WORLD”

Written by Mrs. Eugenia Kagawa, Executive Office, UPF International

Wednesday, March 4, 2015

International Leadership Conference

“Beyond the Challenges of Our Time:
Transforming the Society, Nation and World”


February 28-March 4, 2015 Seoul, Korea

Click here for The Founder's Address



Click here for the Schedule and our Photo Gallery

Approximately 150 leaders from around the world gathered in Seoul, Korea, from February 28 to March 4, 2015, to discuss multidimensional solutions to present-day crises and global conflicts at a UPF International Leadership Conference entitled “Beyond the Challenges of Our Time: Transforming the Society, Nation and World.” The guests were welcomed at the Opening Banquet with an Invocation by Rev. Dr. Johannes Mazibuko of the Alliance Church of Swaziland. This was followed by Opening Remarks by Dr. Byung Ho Son, chairman of UPF-Korea, who spoke on the tense situation between North and South Korea and UPF’s efforts to support the reunification of the Korean Peninsula, and Dr. Thomas G. Walsh, president, UPF International, who informed participants of UPF’s objectives in holding the conference.

Hon. Yoshinori Ohno, Japan’s former minister of defense, deliberated on the growing instances of violence in Syria, Iraq and throughout the world, and affirmed his commitment to oppose war and conflict. Mr. Adama Doumbia represented Mrs. Kathy Rigney, regional chair of UPF-Africa, in reporting on UPF-Nigeria’s successful partnering with government agencies in their work for unification and peace in Nigeria and in offering technical assistance on marriage and family.

In the Opening Plenary, UPF Chairman Charles Yang introduced the background of UPF and its founder, Dr. Sun Myung Moon. Against the backdrop of the miserable history of the Korean War in the 1950s, Dr. Moon began a movement of spiritual awakening in South Korea after being liberated from a North Korean prison camp, and went on to initiate the global organization of UPF with great impact around the world. Dr. Vladimir Petrovskiy, senior adviser to UPF-Russia, reflected on the new chapter of history that we are facing, and UPF’s ability to build a new, common vision to promote peace and family for nation-building. He spoke about the difficulties in finding this common goal in Russia, in particular among his Russian and Ukrainian colleagues.

Hon. Dr. Myrna Romarate, national president of the Provincial Board Member League of the Philippines, reflected on the fact that, hidden in deep recesses of the human mind, attachment to power, prestige, and material possessions create divisions. She saw a solution to this dilemma through personal transformation of a life of prayer and living for one dream, one goal and one path. Hon. Ek Nath Dhakal, former Cabinet minister of Nepal, called upon governments, civil society and the private sector to work together to build peace by respecting human rights, economic laws and human development, and family values.

As a highlight of the conference, UPF Co-Founder Dr. Hak Ja Han Moon gave the Keynote Speech, delivered by her daughter, Dr. Sun Jin Moon. Most importantly, Dr. Hak Ja Han Moon spoke about the great awakening that is taking place in the world, despite the unstable and tragic events that are unfolding daily, and she assured the audience that despite these problems, the guiding hand of God is at work to weave together a great civilization for one universal family. The UPF co-founder encouraged everyone in the audience to become a true parent, true owner and true teacher in taking God’s viewpoint toward all people and all things, and working to build an ideal nation.

The subsequent sessions presented an overview of the principles of Dr. Sun Myung Moon, followed by reflections of selected commentators. Moderated by Mrs. Tomiko Duggan, UPF director of public affairs in Washington, D.C., the second session illuminated the “Founders’ Vision: Principles of Peace.” Mr. Jacques Marion, president of UPF-France, summarized the UPF founders’ spiritual and moral vision, based on the fundamental core values, principles and teachings of the Unification philosophy.

Dr. Michael Balcomb, president of the Family Federation for World Peace and Unification in the United States, reflected on the founders’ principles and compared them to an X-ray that diagnoses the human spirit and shows us what needs to be fixed. Professor Masahisa Hayashi, professor emeritus of Waseda University in Japan, spoke about overcoming self-interest and practicing the founders’ principle of true love and living for the sake of others. Mr. Naokimi Ushiroda, president of CARP (Collegiate Association for the Research of Principles) in the United States, reflected about God as a parental figure who yearns to live in a world of happiness and peace, but said that world can only come about through each of us.

A session on “Overcoming the Challenges Facing the Family,” was moderated by Mrs. Eugenia Kagawa of the Executive Office of UPF. Mr. Ricardo de Sena, president of UPF in the United States, spoke about the importance of the family as a foundation for transforming the society, nation and world and UPF’s worldwide work of strengthening marriage and families. Mr. Joseph Champagne, former mayor of Toms River in New Jersey, U.S.A., explained the significance of the human family and the breaking down of barriers through God’s words. Mr. Kazu Matsui, former chairman of the Educational Board in Saitama Prefecture, Japan, explained how raising children cultivates the “good” in people and reminds us of our true selves and our need to create bonds and become one in heart. It is also a critical component in maintaining the morality and order in a society.

Overcoming the Challenges Facing Religions and Governments” was the theme of a session moderated by Dr. Tageldin Hamad, secretary general of UPF International. In his presentation, Dr. Thomas G. Walsh, president of UPF International, discussed the problems facing governments and religions today, and the possible solutions and action steps that can be taken. Hon. Erna Hennicot-Schoepges, former president of the Parliament in Luxembourg, spoke about the role of nation-states and religion. In Europe, she advocated the importance of making the Charter of Fundamental Rights and Freedoms a universal agreement.

Mr. Quan Yi Zhang, professor at Zhejiang Wanli University in China, proposed a new world system in which governments and religions coexist to bring about good national and global governance. He highlighted UPF as a key organization in reconciling differences and bringing the world together under the flag of “One Family under God.” Mr. Jaap Willem de Zwaan, professor at Erasmus University in the Netherlands, spoke about the European Union as a model for regional cooperation and its goal of promoting democracy, rule of law, and successful market economies in other Eastern and Southern areas. Rev. Shuei Kobayashi, chief priest of the Chuzenji Buddhist Temple in Japan, spoke about the plight of Tibetan monks under communism in China, where the practice of Buddhism was not allowed. He concluded that religious freedom is important and governments should not block the practice of faith. Dr. Lek Thaveetermsakul, vice chair of UPF-Asia, spoke about the peace initiatives in Thailand for the past few years, including the Interreligious Council for Peace, peace and family education, peace seminar tours and peace messages and various forums and conferences.

There were two breakout sessions in which participants divided into six groups to discuss the significance of the family and the ways in which to address and overcome contemporary threats and challenges to the family as well as the challenges facing both religions and governments, and the ways in which to overcome those challenges to the stability of the nation and the integrity of religion. Following that, rapporteurs from each group reported on the major points made in the discussion.

A session on “One Family under God: The Blessing Vision,” was moderated by Mr. Tuo Huan Chen, secretary general of UPF-Chinese Region. The content of this session centered on the personal stories of what it is like to have an intercultural and international marriage and family, and the challenges and joys that come with it. The speakers were Mrs. Eugenia Kagawa of the Executive Office of UPF International, Dr. Tageldin Hamad, secretary general of UPF International, and Mr. Ricardo de Sena, president of UPF-U.S.A.

UPF, The Washington Times and Segye Ilbo co-sponsored a panel discussion about the issues concerning the Korean Peninsula, with high-level participants from the media agencies in Korea and the United States, as well as political leaders, academics and NGO representatives.

On March 3, the last day of the conference, the participants were invited to the Commemorative “Foundation Day” Celebration and Blessing Program, which took place at the Cheon Shim Stadium, at a location east of Seoul, where 30,000 Korean, Japanese and international guests listened to a Keynote Message from Dr. Hak Ja Han Moon, urging all present to practice true love despite the destructive forces rampant in the world due to religious, racial and social barriers that are heaping tragedy on the human family. After her speech, Dr. Moon officiated at the blessing of 2,800 newly-wed couples present, many of whom were multi-cultural, multi-religious and multi-racial. Afterwards, Dr. Moon hosted a luncheon for 500 distinguished guests, including the participants of the World Media Conference and the International Leadership Conference.

http://www.upf.org/conferences-2/187-international-leadership-conferences/6…





Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Mar - 05:08 (2015)    Sujet du message: EUROPE : LES EVÊQUES CONTINUERONT D'ACCOMPAGNER LE PROCESSUS D'INTEGRATION Répondre en citant

EUROPE : LES EVÊQUES CONTINUERONT D'ACCOMPAGNER LE PROCESSUS D'INTEGRATION

Déclaration de la COMECE après la rencontre avec le président Junker

Rome, 20 mars 2015 (Zenit.org) Rédaction 


« Nous continuerons d’accompagner de manière constructive le processus d’intégration européenne», déclarent les évêques de la Commission des épiscopats de la Communauté européenne (COMECE), qui ont rencontré le président Junker. Voici le communiqué publié à l’issue de la rencontre, à Bruxelles.

Les évêques de la COMECE ont discuté du programme de travail de la Commission européenne avec le Président Juncker et le Vice-Président Timmermans.

Dans le cadre de leur Assemblée plénière de printemps du 18 au 20 mars 2015 à Bruxelles, les évêques de la COMECE ont rencontré le Président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et son premier Vice-Président, Frans Timmermans, pour discuter du programme de travail de la Commission pour les années à venir. A la veille du Sommet européen à Bruxelles principalement consacré à la crise grecque, les évêques ont abordé avec les dirigeants de la Commission la situation actuelle en Europe, le futur de la zone Euro et l’unification européenne.

Le Président de la COMECE, le Cardinal Reinhard Marx, a qualifié cette rencontre des évêques catholiques de l’UE avec Jean-Claude Juncker et Frans Timmermans de « signal clair de l’intérêt de la Commission pour la poursuite du dialogue avec les Eglises » tel qu’il est prévu par l’article 17 paragraphe 3 du Traité sur le Fonctionnement de l’UE. La structure de ce dialogue a d’ailleurs également été évoquée au cours de cette rencontre. Le Cardinal Marx a assuré les dirigeants de la Commission européenne que l’Eglise catholique continuera d’accompagner le processus d’intégration européenne de manière constructive : « C’est notamment le marché intérieur qui a permis au projet d’intégration européenne de s’accomplir de manière inédite. Cependant, aujourd’hui plus que jamais, l’UE a besoin d’une cohésion inspirée par des valeurs communes. L’Europe ne se résume pas à l’Euro » a-t-il affirmé.

Afin d’identifier les thèmes du programme politique de la Commission revêtant un intérêt spécifique pour l’Eglise d’un point de vue socio-éthique, les évêques ont poursuivi leur session en échangeant avec deux hauts fonctionnaires de la Commission. Ils ont également rencontré le Président émérite du Conseil Européen, Herman Van Rompuy, qui leur a esquissé sa vision politique des défis actuels de la politique européenne.

A la suite des attentats de Paris du 9 janvier, les évêques membres de la COMECE ont également consacré une soirée à une discussion avec le Président du Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux, le Cardinal Jean-Louis Tauran, sur le dialogue entre Chrétiens et Musulmans et ses implications pour le vivre ensemble en Europe.

Au cours de cette Assemblée Plénière, les évêques membres de la COMECE ont procédé à l’élection du Présidium. Les évêques ont voté le renouvellement pour un mandat de trois ans du Président, le Cardinal Reinhard Marx (Archevêque de Munich et Freising, Allemagne), du Vice-Président Jean Kockerols (Evêque Auxiliaire de Malines-Bruxelles, Belgique) et du Vice-Président Gianni Ambrosio (Evêque de Piacenza-Bobbio, Italie).

La prochaine Assemblée plénière de la COMECE se tiendra à Paris du 28 au 30 octobre 2015 en amont du Sommet des Nations Unies sur le changement climatique de décembre 2015.

(20 mars 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/europe-les-eveques-continueront-d-accompag…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 31 Mar - 01:41 (2015)    Sujet du message: ONU : MISE EN GARDE CONTRE UN MAUVAIS USAGE DE LA LIBERTE D'EXPRESSION Répondre en citant

ONU : MISE EN GARDE CONTRE UN MAUVAIS USAGE DE LA LIBERTE D'EXPRESSION

Discours trompeur, qui amènera la protection et la liberté de religion pour une seule religion : l'islam et la persécution de tous ceux qui parleront contre. Comme aux autres paliers gouvernementaux, on utilise la situation de ISIS pour tromper les peuples, tout comme on l'a fait pour le 11 septembre 2001, mettant sur le dos des musulmans cette attaque et rituel satanique, mais quand nous y regardons de plus près, les lois du Patriot Act qui furent mises en place dans les heures qui ont suivi, il est évident que le tout avait été planifié d'avance par les Jésuites/Vatican, ainsi que par le gouvernement américain et la Communauté Internationale pour amener ce grand changement global, qui n'a cessé depuis de s'étendre sur tous les pays afin d'amener cet âge de grande noirceur que les satanistes appellent le nouvel âge d'or. La liberté d'expression, par lequel on tente de museler tous les opposants, n'est qu'un pas de plus dans cette tyrannie.

Mgr Silvano M. Tomasi n'est qu'un agent de cet ordre occulte tyrannique, et son message, bien que biaisé, nous montre bien les réelles intentions du représentant du Pape François. Quand il dit qu'"
il s’agit d’établir une relation juste entre la liberté d’expression et la liberté de religion", ils sont en train de nous dire que ce sont eux qui redéfiniront ce qu'est la liberté d'expression et de son application. Ce n'est pas Jésus-Christ qui montre la voie, mais la Communauté Internationale, cet empire où Satan règne avec tous ses démons.

Il n'existe pas de "droit d'offenser", rappelle le Saint-Siège

Rome, 26 mars 2015 (Zenit.org) Mgr Silvano Maria Tomasi 


« Une liberté d’expression mal employée pour blesser la dignité des personnes en offensant leurs convictions les plus intimes sème les germes de la violence », met en garde le Saint-Siège : Il n’existe pas de « droit d’offenser ».

Mgr Silvano M. Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies à Genève, a pris la parole lors de la 28e session du Conseil des droits de l’homme, sur la liberté de religion et de croyance, le 10 mars 2015.

Si « la liberté d’expression est un droit humain fondamental qu’il faut toujours soutenir et protéger », elle implique cependant « l’obligation de dire de manière responsable ce que l'on pense en vue du bien commun », a-t-il souligné.

L'archevêque a donné quelques garde-fous pour exercer la critique, notamment « prendre en considération le fait que les personnes sont plus importantes que leurs convictions ou leurs croyance et qu’elles ont, simplement parce qu’elles sont des êtres humains, un droit inné à être respectées ».

A.K.

Discours de Mgr Tomasi

Monsieur le président,

La communauté internationale est maintenant confrontée à un défi délicat, complexe et urgent concernant le respect des sensibilités religieuses et la nécessité d’une coexistence pacifique dans un monde de plus en plus pluraliste : il s’agit d’établir une relation juste entre la liberté d’expression et la liberté de religion. La relation entre ces deux droits humains fondamentaux s’est avérée difficile à gérer et à traiter, que ce soit au niveau normatif ou au niveau institutionnel. D’autre part, il faudrait que soit reconnu « que le débat d’idées ouvert, constructif et respectueux, de même que le dialogue interreligieux et interculturel aux niveaux local, national et international, peuvent jouer un rôle positif dans la lutte contre la haine religieuse et l’incitation à la violence ». L’échec de cet effort est flagrant quand un usage excessif et irresponsable de la liberté d’expression aboutit à des intimidations, des menaces et la violence verbale, qui portent atteinte à la liberté de religion et peuvent malheureusement mener à l’intolérance et à la violence. De même, le rapporteur spécial sur la liberté de religion s’est concentré sur la violence commise « au nom de la religion » et sur ses causes profondes.

Malheureusement, la violence règne aujourd’hui. Si un génocide est 'tout acte commis dans l’intention de détruire, en totalité ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux en tant que tel', alors la communauté internationale dans son ensemble assiste à une forme de génocide dans certaines régions du monde où des femmes et des enfants sont encore réduits en esclavage et vendus, des jeunes gens tués, des populations sont encore brûlées, décapitées et forcées à s’exiler. Dans ce contexte, la délégation du Saint-Siège désire soumettre à la réflexion du Conseil des droits de l’homme le fait que ces crimes innommables, et d’autres encore, sont commis contre des populations appartenant à des communautés anciennes, simplement parce que leur croyance, leur système social et leur culture sont différents de celles des combattants fondamentalistes du prétendu « État islamique ». Se réclamer de la religion pour tuer des personnes et détruire le témoignage de la créativité humaine développée au cours de l’histoire rendent les atrocités actuelles encore plus ignobles et condamnables. Une réponse adéquate de la part de la communauté internationale, qui devrait laisser de côté les intérêts particuliers pour sauver des vies, est un devoir moral.

Cependant, la violence ne découle pas de la religion mais d’une mauvaise interprétation de celle-ci ou de l’idéologie qu’on en fait. De plus, cette même violence peut dériver d’une idolâtrie de l’État ou de l’économie, et elle peut être un effet de la sécularisation. Tous ces phénomènes ont tendance à éliminer la liberté individuelle et la responsabilité envers l’autre. Mais la violence est toujours un acte individuel et une décision qui implique la responsabilité personnelle. C’est donc en adoptant une éthique de la responsabilité qu’une voie fructueuse pourra s’ouvrir, que l'on pourra prévenir la violence et sortir de l’impasse entre des positions extrêmes, l’une défendant toutes les formes de liberté d’expression et l’autre rejetant toute critique d’une religion. Le risque d’un double standard dans la protection des droits humains n’est jamais très éloigné : certaines limites à la liberté d’expression sont imposées de manière sélective par la loi et acceptées ; pendant ce temps, des attaques systématiques, provocatrices et d’une violence verbale contre la religion sont approuvées, blessant l’identité personnelle des croyants. Une liberté d’expression mal employée pour blesser la dignité des personnes en offensant leurs convictions les plus intimes sème les germes de la violence. Bien sûr, la liberté d’expression est un droit humain fondamental qu’il faut toujours soutenir et protéger ; en fait, cela implique aussi l’obligation de dire de manière responsable ce que l'on pense en vue du bien commun. Sans ce droit, l’éducation, la démocratie et une authentique spiritualité ne seraient pas possibles. Cela ne justifie pas pour autant que l’on relègue une religion au rang de sous-culture d’un poids insignifiant ou de cible facile à ridiculiser et à discriminer. Des arguments antireligieux, même sur un ton d’ironie, peuvent certainement être acceptés, de même qu’il est acceptable d’user d’ironie sur le sécularisme ou l’athéisme. La critique de la pensée religieuse peut même aider à démanteler divers extrémismes. Mais qu’est-ce qui peut justifier des insultes gratuites et une dérision méchante des sentiments et convictions religieux des autres qui sont, après tout, égaux en dignité ? Peut-on se moquer de l’identité culturelle d’une personne, de la couleur de sa peau, de la croyance de son cœur ? Il n’existe pas de « droit d’offenser ». La critique peut produire de bons résultats si elle prend en considération le fait que les personnes sont plus importantes que leurs convictions ou leurs croyance et qu’elles ont, simplement parce qu’elles sont des êtres humains, un droit inné à être respectées.

L’absence d’une éthique de la responsabilité et de l’équité conduit à la radicalisation des positions alors que le dialogue et la compréhension mutuelle sont au contraire nécessaires pour briser le cercle vicieux de la violence. La Constitution de l’UNESCO nous rappelle que « puisque les guerres prennent naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de paix ».

Plusieurs problèmes interdépendants comme la liberté de religion, la liberté d’expression, l’intolérance religieuse, la violence au nom de la religion, se retrouvent dans les situations concrètes auxquelles le monde est confronté aujourd’hui. Il semble que le moyen d’avancer soit l’adoption d’une approche globale qui considérerait ces problèmes ensemble dans la législation, afin de faciliter une coexistence pacifique basée sur le respect de la dignité inhérente et des droits humains de toute personne.

Tout en optant pour être du côté de la liberté, les conséquences de l’exercice de celle-ci ne peuvent pas être ignorées et elles devraient respecter cette dignité, construisant ainsi une société mondiale plus humaine et plus fraternelle.

Merci, Monsieur le président.

Traduction de Zenit, Constance Roques

(26 mars 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/onu-mise-en-garde-contre-un-mauvais-usage-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 9 Avr - 08:50 (2015)    Sujet du message: UNITED NATIONS-FREE ZONES Répondre en citant



"To achieve One World Government it is necessary to remove from the minds of men their individualism, their loyalty to family traditions and national identification." Are you concerned that...
Are you concerned that...
  • American blood and taxes are being used for military operations unrelated to U.S. defense?
    Citation:


    A May, 2000 Joint Chiefs of Staff report states that since 1990 more than 55 "Operations Other Than War" (military engagements now called "peace-keeping" or "humanitarian" missions), have cost U.S. taxpayers over $21 billion -- more than $4 billion in 2000 alone.  Of course, there is no price tag imaginable for American soldiers who have been killed in UN-sanctioned, UN-led "Operations Other Than War" such as Somalia.  


  • That our own government is committed to making the UN more powerful than any nation on Earth?
    Citation:


    In 1961, President John F. Kennedy presented to the UN a three-stage disarmament program entitled Freedom From War. "In Stage III," said this State Department document, "progressive controlled disarmament ... would proceed to a point where no state [nation] would have the military power to challenge the progressively strengthened UN Peace Force." The disarmament program originally presented in Freedom From War has never been withdrawn. It remains the official policy of the United States.  


  • The UN is being given control of our military?  
    Citation:
    U.S. forces have been sent to the Persian Gulf and Somalia to carry out UN resolutions. And they were sent to the Balkans under the authority of NATO, a regional subsidiary of the UN. In the Balkans and Somalia, they have been placed under foreign commanders who view the secretaries-general of the UN and NATO -- not the U.S. President -- as their commander in chief.  
  • U.S. military personnel are being prepared to become United Nations soldiers?  
    Citation:
    About 300 U.S. Marines stationed at Twenty-Nine Palms, California, got a reality check in 1994 when they were required to participate in a "Combat Arms Survey" asking how they felt about statements such as:

Citation:


Citation:
  1. "[T]he President of the United States has the authority to pass his responsibilities as Commander-in-Chief to the UN Secretary General";
  2. "I would swear to the following code: 'I am a United Nations fighting person...'"; and
  3. "I would fire upon U.S. citizens who refuse or resist confiscation of firearms banned by the U.S. government."



Concerned about your property rights?

http://www.un-freezone.org/concerns.html

"Private land ownership ... contributes to social injustice.... Public control of land use is therefore indispensable."
- United Nations "Habitat I" Conference Report, 1976  


Are you concerned that...
  • The UN is militantly anti-property rights?
    Citation:


    The UN is dominated by socialist, communist, and other collectivist regimes that are hostile to private property, the basis of our freedom and prosperity. Karl Marx wrote in the Communist Manifesto that "the theory of the Communists may be summed up in the single sentence: abolition of private property." Marx continued: "In one word, you reproach us with intending to do away with your property. Precisely so; that is just what we intend."  


  • The UN intends to carry out Marx's plan?
    Citation:


    In true Marxist fashion, the report of the UN "Habitat I" Conference declares that private land ownership "contributes to social injustice.... Public control of land use is therefore indispensable...." Agenda 21, the UN's massive environmental manifesto, envisions a UN empowered to control and micro-manage our planetary environment and the actions of every person on Earth. It says: "All countries should undertake a comprehensive national inventory of their land resources" and "develop national land-management plans." The UN's Assessment would "reallocate" property rights and have "stakeholder groups," instead of property owners, make decisions on private land use.  


  • Our own U.S. government is adopting many of the UN's anti-property rights and policies and treaties?
    Citation:


    The U.S. has signed Agenda 21 and has begun implementing the UN's "Wildlands Project," an incredible plan to push millions of Americans off their land to make vast nature preserves out of half of the nation. Also, under the UN's 1988 Convention on Narcotics, the U.S. has adopted unconstitutional "asset forfeiture" laws that allow seizure of property without due process.  


  • UN treaties could destroy our heritage of freedom?
    Citation:


    Nobel Prizewinning economist, Friedrich A. Hayek, noted that "the system of private property is the most important guaranty of freedom, not only for those who own property, but scarcely less for those who do not. It is only because the control of the means of production is divided among many people acting independently that nobody has complete power over us, that we as individuals can decide what to do with ourselves."  



Does it concern you that the UN wants control of your children?

http://www.un-freezone.org/concerns2.html

"Every child is our child."
- Motto of the United Nations Children's Fund (UNICEF)  

 

Are you concerned that...
  • The UN's aim has always been to take over our educational system?
    Citation:


    The UN launched its Educational, Scientific, and Cultural Organization (UNESCO) in 1946 with the announced intent to usurp parents' rights to educate and train their children. UNESCO heavyweight Dr. Luther Evans stated, "UNESCO's is a radical program.... To make the system of the UN and its specialized agencies work, we must sweep past traditional barriers...." (emphasis added.) Radio newscaster Paul Harvey condemned UNESCO's undermining of patriotism in one of his broadcasts: "Through UNESCO, American children are influenced away from their national allegiance. American children are being indoctrinated with world government."  


  • The UN's Convention on the Rights of the Child would insert government between parents and children?   
    Citation:
    Proposed for ratification in 1989, its language states that governments shall insure children's rights to "freedom of thought, conscience and religion," "privacy," "rest and leisure," and much more. According to this UN document, parents shall not be allowed to shield their children from harmful groups and philosophies, inspect their rooms for dangerous items, or require them to do their assigned chores.
     
     
    ts article 13 states: "The child shall have the right to freedom of expression; this right shall include freedom to seek, receive and impart information and ideas of all kinds, regardless of frontiers, either orally, in writing or in print, in the form of art, or through any other media of the child's choice." Should that kind of "freedom" be mandated for children, parents will have lost any power over what their children may be exposed to.  
  • Harmful UN programs are undermining America's educational system?   
    Citation:
    In 1990, the "World Conference on Education for All" met in Jomtien, Thailand. Sponsored by UNESCO, UNICEF, the UN Development Program, the UN World Bank and other UN agencies, the conference produced a document entitled "Framework for Action to Meet Basic Learning Needs." Its recommendations became the basis for educational systems in the U.S. known as "Goals 2000," "Outcome-based Education," and "School-to-Work." Congressman Henry Hyde (R-Ill.) has criticized these programs as "a concept for dumbing-down our schools and changing the character of the nation through behavior modification."  
http://www.un-freezone.org/concerns3.html

http://www.un-freezone.org/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Avr - 05:57 (2015)    Sujet du message: WOW! TONY BLAIR ADMITS HE WANTS TO FORM A GANG TO LEAD THE WORLD Répondre en citant



WOW! TONY BLAIR ADMITS HE WANTS TO FORM A GANG TO LEAD THE WORLD




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ss7h3vSh5ZM




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 25 Avr - 05:29 (2015)    Sujet du message: ONU : LE SAINT-SIEGE DEMANDE DE CONDAMNER LES DISCOURS DE HAINE SOUS LE PRETEXTE DE RELIGION Répondre en citant

ONU : LE SAINT-SIEGE DEMANDE DE CONDAMNER LES DISCOURS DE HAINE SOUS LE PRETEXTE DE RELIGION

"Le rôle des jeunes contre l'extrémisme" (traduction intégrale)

Rome, 24 avril 2015 (Zenit.org) Mgr Bernardito Auza 


Le Saint-Siège appelle les responsables religieux à condamner les discours de haine sous le prétexte de la religion et à former les jeunes au respect de l’autre.

Voici notre traduction intégrale de l’intervention de Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies, lors du débat ouvert du Conseil de sécurité sur « Le rôle des jeunes pour lutter contre l’extrémisme violent et pour promouvoir la paix », à New York, le 23 avril 2015, en présence du roi Abdallha de Jordanie.

Il appelle à condamner les discours de haine sous le prétexte de la religion :  « Les responsables et organisations religieux doivent condamner les messages de haine au nom de la religion et fournir aux jeunes une formation religieuse qui favorise la compréhension et le respect entre les peuples de confessions différentes. »

Il rappelle l’importance d’allier foi et raison : « Les gens de foi ont la grave responsabilité de condamner ceux qui cherchent à séparer la foi de la raison et à instrumentaliser la foi pour justifier la violence. »

A.B.

Discours de Mgr Auza

Votre Altesse Royale,

Permettez-moi tout d’abord de féliciter la Jordanie pour sa présidence de ce mois-ci et en particulier, pour avoir organisé ce débat sur le rôle des jeunes dans la lutte contre l’extrémisme violent et dans la promotion de la paix.

La mondialisation croissante et l’interdépendance technologique ont apporté de nombreux avantages à notre monde d’aujourd’hui, mais elles ont aussi créé de nouveaux défis émergents. Les jeunes du monde entier peuvent utiliser l’internet et les médias sociaux pour entrer en contact, se faire des amis et en apprendre davantage sur les grandes cultures et traditions des autres peuples aux quatre coins du monde. Malheureusement, ces grandes avancées technologiques peuvent aussi être manipulées pour diffuser des messages de haine et de violence. Le débat de ce jour nous permet d’examiner plus en profondeur comment ces messages nocifs trouvent de nouveaux publics et comment les États peuvent travailler ensemble pour relever ce défi.

Le phénomène des jeunes gens qui se laissent recruter par ceux qui les incitent à s’engager dans un extrémisme violent se développe dans un contexte de désillusion et de chances manquées, de crise d’identité socio-culturelle et d’échec de l’intégration, d’aliénation et d’insatisfaction, de rupture intergénérationnelle et de familles brisées.

Une étape fondamentale dans la lutte contre la radicalisation des jeunes est de travailler avec les familles et de les soutenir dans leurs efforts pour éduquer les enfants et les jeunes aux valeurs du dialogue et du respect des autres, pour mieux les équiper afin de résister à ce qui semble au premier abord des invitations attractives pour une « cause supérieure » ou une « aventure » avec des groupes extrémistes. La famille est la première éducatrice des enfants. Si les États veulent vraiment rejoindre les jeunes avant qu’ils ne soient exposés aux idéologies extrémistes, ils devraient « accorder l’aide appropriée aux parents… dans l’exercice de la responsabilité qui leur incombe d’élever l’enfant » (Convention internationale relative aux droits de l’enfant, article 18.2).

Les études et les événements montrent que certains gouvernements ont tendance à éviter les conversations franches et constructives sur la question de la radicalisation. Mais cacher le problème est contre-productif. En revanche, favoriser le débat public peut encourager les jeunes à exprimer leurs frustrations avant qu’ils ne succombent aux idéologies extrémistes, et cela peut permettre à l’État de concevoir des politiques en conséquence.

L’incapacité à mettre le problème sur la table des débats publics peut signifier un manque d’intérêt, une crainte ou les deux, tandis qu’encourager le débat facilitera la confiance collective et une connaissance mutuelle approfondie parmi les différentes composantes ethniques ou raciales et religieuses de la société. Ce dialogue peut mener à l’élaboration de politiques gouvernementales dont tous les membres de la société pourront prétendre à la propriété collective, et offrir aux jeunes des contre-propos convaincants à la propagande extrémiste.


Bien sûr, une politique publique équilibrée joue un rôle clé pour faciliter une intégration solide des migrants dans la société en tant que citoyens. Des politiques qui découragent les perceptions xénophobes et racistes sont très nécessaires, et contribuent au respect de saines valeurs religieuses et socio-culturelles.

La religion représente une part puissante de ces systèmes de valeurs. Les politiques et l’éducation qui cherchent à minimiser ou à éliminer la composante de la foi des identités individuelles et collectives pourraient laisser les jeunes désorientés, aliénés, marginalisés ou exclus, et enclins à suivre le message de groupes extrémistes. Nul doute que les mots d’ordre et les slogans employés par les groupes extrémistes pour recruter des jeunes impliquent souvent des valeurs religieuses et socio-culturelles déformées.

Le chômage et le désespoir influent aussi sur la vulnérabilité de nombreux jeunes à la propagande et aux manipulations des recruteurs extrémistes. Les esprits et les mains oisifs sont hautement vulnérables aux idéologies extrêmes. Ainsi, les inégalités économiques mondiales et la marginalisation et l’exclusion du développement auxquelles elles mènent ne sont pas seulement une préoccupation sociale et économique majeure mais peuvent devenir une menace à la paix et à la sécurité internationales. Ainsi, réaliser la justice sociale est la clé de la lutte contre le phénomène des jeunes qui rejoignent les organisations extrémistes.

Votre Altesse Royale,

Dans notre combat contres les idéologies extrémistes et dans nos efforts pour promouvoir une culture de la paix, les jeunes eux-mêmes sont une ressource très précieuse. Nous pouvons contrer les recruteurs extrémistes en encourageant les voix qui ont la confiance et le respect parmi leurs pairs, sur les plateformes mêmes où ils ont l’habitude de recruter de nouveaux membres, comme les médias sociaux.

Les responsables et organisations religieux doivent condamner les messages de haine au nom de la religion et fournir aux jeunes une formation religieuse qui favorise la compréhension et le respect entre les peuples de confessions différentes. Les gens de foi ont la grave responsabilité de condamner ceux qui cherchent à séparer la foi de la raison et à instrumentaliser la foi pour justifier la violence. Comme l’a souligné le pape François lors de sa visite en Albanie le 21 septembre 2014, personne ne devrait se considérer comme « l’ ‘armure’ de Dieu tout en planifiant et en exécutant des actes de violence et d’oppression ! ».

Je vous remercie, Votre Altesse Royale.

Traduction de Zenit, Constance Roques
(24 avril 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/onu-le-saint-siege-demande-de-condamner-le…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 28 Avr - 05:38 (2015)    Sujet du message: THIS IS WHAT IS GOING ON IN AMERICA. YOU ARE ABOUT TO LOSE EVERYTHING. TPP. Répondre en citant

THIS IS WHAT IS GOING ON IN AMERICA. YOU ARE ABOUT TO LOSE EVERYTHING. TPP.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=y9oHtUjsyT0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Mai - 13:14 (2015)    Sujet du message: FUITE TTIP/TAFTA : LA PROPOSITION DE L’UE EST UNE MENACE POUR LES VALEURS DEMOCRATIQUES Répondre en citant

FUITE TTIP/TAFTA : LA PROPOSITION DE L’UE EST UNE MENACE POUR LES VALEURS DEMOCRATIQUES

Selon une nouvelle fuite concernant une proposition de la Commission Européenne pour les négotiations du partenariat de commerce et d’investissement transatlantique entre l’UE et les Etats-Unis (TTIP), les initiatives législatives des Etats membres de l’UE devront être examinées minutieusement pour leurs impacts potentiels sur les intérêts des entreprises privées.



La proposition fait partie d’un vaste projet de “coopération réglementaire”. Les groupes de la société civile ont déjà dénoncé des versions précédentes de ce plan, le jugeant propice à tuer dans l’oeuf ou à saper en amont les réglementations d’intérêt public. D’après eux, les nouveaux éléments détaillés dans cette nouvelle fuite aggravent le problème.

Les groupes de la société civile ont qualifié les plans d’“échanges réglementaires” d’affront à la démocratie parlementaire. “C’est une insulte aux citoyens, aux politiciens élus et à la démocratie elle-même”, dénonce Max Bank de Lobby Control.

La proposition d’“échanges réglementaires” forcera les lois rédigées par des politiciens élus démocratiquement à passer par un processus de criblage (notation) très lourd. Ce processus aura lieu dans les 78 Etats, pas seulement à Bruxelles et à Washington DC. Les lois seront évaluées selon leur compatibilité avec les intérêts économiques des grandes entreprises. La responsabilité de ce criblage reviendra à l’Organe de Coopération Réglementaire, un conclave permanent et non-démocratique de technocrates Européens et Américains.

“La Commission et les autorités américaines pourront exercer des pressions excessives sur les gouvernements et les politiques à travers cette mesure car ces acteurs puissants seront parachutés dans les procédures législatives nationales. Les deux vont également certainement partager le même programme politique: soutenir les intérêts des multinationales,” a déclaré Kenneth Haar de Corporate Europe Observatory.

“La proposition de la Commission introduit un système qui met en danger chaque nouvelle réglementation protégeant l’environnement, la santé et les travailleurs aux niveaux Européen et des Etats Membres. Cela crée un labyrinthe bureaucratique pour les régulateurs, payé par les contribuables, qui réduira la volonté politique d’adopter des lois dans l’intérêt général,” estime Paul de Clerck des Amis de la Terre Europe.

Le criblage prévu dans les “échanges sur les réglementations” pourrait avoir lieu avant qu’une proposition de loi soit formellement mise sur le bureau des députés et ce jusqu’à ce qu’elle soit adoptée, et ce également sur les lois existantes, donnant des opportunités continuelles pour diminuer ou retarder les actes réglementaires. Les articles 9 et 11 sont les plus explicites sur ce point.

“Ce qui certainement le plus effrayant est l’application potentielle de ce dispositif aux réglementations existantes – ce qui ne paralysera pas seulement les lois futures mais constitute également un retour en arrière,” s’inquiète David Azoulay du Centre pour le Droit International pour l’Environnement (CIEL).

“Non seulement cela va créer un processus outrageusement lourd pour l’examen des lois futures, mais toute loi d’intérêt général existante qui ne conviendrait pas aux intérêts commerciaux, et ce des deux côtés de l’Atlantique, sera soumise au même processus de mise en conformité aux intérets des entreprises.”

Notes : document “fuité” ici

CORPORATE EUROPE OBSERVATORY

Publié le mai 10, 2015 dans Etats-Unis, Europe & UE, Mondialisation, Nouvel Ordre Mondial.

http://www.nouvelordremondial.cc/2015/05/10/fuite-ttiptafta-la-proposition-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 07:46 (2015)    Sujet du message: TOMORROW: SENATE'S 1ST VOTE ON 'FAST TRACK' AUTHORITY RE: TPP; PLEASE CIRCULATE Répondre en citant

TOMORROW: SENATE'S 1ST VOTE ON 'FAST TRACK' AUTHORITY RE: TPP; PLEASE CIRCULATE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=-J8otF6GpeU&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 22 Mai - 06:25 (2015)    Sujet du message: ILLUMINATI GOES PUBLIC WITH NWO: MUST WATCH!! PT.1/10 Répondre en citant

ILLUMINATI GOES PUBLIC WITH NWO: MUST WATCH!! PT.1/10



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Rc0NmYIWTGs&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Mai - 03:47 (2015)    Sujet du message: INCROYABLES NOUVELLES REVELATIONS DE PAUL HELLYER (MAI 2015) :"NOUS N'AVONS PLUS QUE QUELQUES MOIS" Répondre en citant

INCROYABLES NOUVELLES REVELATIONS DE PAUL HELLYER (MAI 2015) :"NOUS N'AVONS PLUS QUE QUELQUES MOIS"

ENGLISH AND/ET FRANCAIS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=_Lh94rErvcQ

Ajoutée le 4 mai 2015

Dans cette vidéo, L'ex ministre canadien de la défense Paul Hellyer avertit le monde et déclare que le monde est en grand danger :"nous n'avons plus que quelques mois" affirme-t-il .

Ce message s'intitule à l'origine "full disclosure" c'est à dire "divulgation totale" (ou "déclassification totale")

Il parle entre autres de la récupération de corps extraterrestres à Roswell et de rétro-ingénierie à partir d'OVNIS récupérés, confirmant entre autres les propos de bob LAZAR, et présente aussi son livre "the money mafia, un monde en crise"

"Nos problèmes ne sont pas naturels, ils ont été provoqués par une très petite élite de gens riches impitoyablement avides de pouvoirs, qui ont maintenu la population dans l'ignorance la plus totale" affirme-t-il

Traduction FRED pour Le Blog de la Résistance https://resistanceauthentique.wordpre...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 6 Juin - 19:17 (2015)    Sujet du message: AmCham GERMANY PRESIDENT : NOT ALL POSITIONS IN TTIP NEGOTIATIONS CAN BE MADE PUBLIC Répondre en citant

AmCham GERMANY PRESIDENT : NOT ALL POSITIONS IN TTIP NEGOTIATIONS CAN BE MADE PUBLIC
 

Published: 04/06/2015 - 08:28 | Updated: 04/06/2015 - 08:30


Bernhard Mattes [Raimond Spekking/WikiCommons]

The NSA affair was disastrous for German trust in the United States, and therefore for the planned EU-US trade agreement, TTIP, Bernhard Mattes told EurActiv.de.

Bernhard Mattes is chairman of the executive board at Ford Werke AG. Since 2013, the economic analyst has been president of the American Chamber of Commerce in Germany. AmCham Germany was founded in 1903 to promote global trade relations and support the interests of around 3,000 members. He spoke with EurActiv Germany’s Nicole Sagener.

Discussions over the planned Transatlantic Trade and Investment Partnership (TTIP) are highly controversial in Germany. What is the reason for this?
It is true that only a few EU member states have seen as much opposition to TTIP as Germany. But if you look at the history of negotiations, they began with a lot of momentum and drive. But then they were overshadowed by the NSA affair. From that point on, the question of mutual trust was discussed intensely in the public. Unfortunately, this atmosphere has also unjustifiably affected the TTIP agreement.

At the beginning, a lack of transparency and information on the agreement fueled the criticism. Insecurity dominated the issue of standards, for example, where there were fears that own standards would be decreased. But it is important to note that a similar discussion over lower standards is taking place in the United States, regarding benzene in fuels and toxic substances in children’s toys.

The lack of transparency in negotiations is a point of considerable criticism. Since the start of the year, the Commission has been releasing documents from the TTIP negotiations on the Internet – but only text proposals from the EU side, not from the United States. Isn’t it understandable that this feeds anxieties?

Increased communication has achieved much more support from citizens in recent months. Proposals and position papers have been and will be published. What citizens have been complaining about has now been solved. But on the other hand, one cannot expect that all options and positions be made public ahead of the negotiations. The high measure of transparency that currently exists regarding the content of negotiations is likely to clear many concerns out of the way. But at the same time, there is no final draft that can be discussed. Still, citizens can fully inform themselves on the current status of negotiations and on the negotiating mandate that the European Commission received from the EU member states. And that is precisely what is necessary.

A recent statement from the German Economic Affairs Ministry suggested that higher standards in Europe could prevent many products from being covered by the free trade agreement. Do you see this as a feasible compromise?

As many products as possible should be included in TTIP. If it is not possible to agree, certain products could also be excluded. But it is not about finding the lowest common denominator on standards. Instead, mutually recognised standards and testing procedures should be determined.

The European Commission wants to create a council on regulatory cooperation. This super committee is intended to assess future laws for their compatibility with TTIP and is required to take economic interests into consideration. The German Chancellery admitted to the fact that this could “partially limit” the regulatory leeway of EU member states. Does this contradict the argument made by TTIP’s supporters saying the sovereignty of national governments will remain intact?

This council will not circumvent governments and parliaments on any decisions and will not tell them how they are allowed to make decisions. In addition, the laws that are in place now will continue to apply. Europe will still have its food law and the EU Chemicals Regulation and the conventional standards in the United States will also still exist. In a free trade agreement, it makes a lot of sense to look at whether testing procedures and standards could also be used on the other side of the Atlantic. If we want to have a TTIP that is vibrant, then such a regulatory council must be able to achieve this goal.

However, there must be a willingness on both sides. If I am seeking a mutual recognition process for standards with another economic area, I have to show a willingness to find common solutions that both partners are satisfied with – not just one side.

The planned Investor State Dispute Settlement (ISDS) is particularly controversial. The instrument was originally created decades ago to offer investor protection to industrialised countries when they invested in countries with poorly developed legal systems. What advantages does ISDS offer for free trade between two highly developed markets like the United States and Europe?

There are three fundamental reasons for this. First, because Europe consists of many states with very different legal systems, ISDS makes a lot of sense. For instance, Germany has already concluded numerous investment protection agreements with other EU member states because there are differing structures and rules within the EU with different systems, qualities and procedures.

Second, TTIP offers the opportunity to set a high standard for future free trade agreements in other areas or with additional countries – so sorting out clauses better and formulating them more clearly.

Third, investment protection agreements not only benefit big companies but also small ones. They offer the latter a legal safety net without having to make use of the costly procedures of national legislation. Otherwise a mid-sized German company, for example, could have to grapple with 50 different jurisdictions in the United States and would not be able to afford it, based on the capacities and financial resources needed. But this becomes easier when standards are harmonised. Rules would be further within reach, easier to understand, and applicable for mid-sized companies.

ISDS opponents often argue that the legal action taken by Swedish energy giant Vattenfall against Germany serves as an example of what investor protection can lead to. Although the case is not yet decided, the German government has said the procedural costs, alone, are estimated to cost Germany at least €9 million.

Vattenfall is a completely different case, because the legal basis is not an investment protection measure within a free trade agreement. But, in general, we are of the opinion that if the complainant is demonstrably disadvantaged, then a procedure of this kind must be able to take place. If the point of discrimination against a foreign investor really exists and the investigating court confirms the discrimination, then the procedural costs must also be accepted as justifiable. Of course the costs for the procedure and the lawyers will be high in every case – but that also applies to normal, proper courts.

The president of the Federal Association for Mid-Sized Businesses, Mario Ohoven, criticised the planned arbitration procedure as being hardly affordable for mid-sized firms. How can ISDS avoid threatening the existence of small and medium-sized enterprises?

It is worth considering that nowadays, such arbitration proceedings are usually already cheaper than calling on proper courts – especially in the United States. I know many mid-sized companies that would support such an investment protection agreement for precisely this reason.

Of course the sequence of such cases should be transparent, just as the selection of judges and regulatory power of the lawyers involved should be. The structures of such courts must also be unambiguously organised and it must be clear what kind of complaints they can even be asked to hear. If that was sorted out, there would surely be support for ISDS. The European Commission has already drafted a proposal for improvements to these courts.

The EU’s Trade Commissioner has submitted a proposal for ISDS reforms, planning to make international arbitration courts more like traditional courts and establish an international investment court of justice in the long-term. But critics are saying the independence of judges would still be undermined because the Commission is still referring to arbitration courts that work for profit rather than judges with a fixed salary. What do you think of the new idea?

The arrangement of the investment protection chapter in TTIP is still in process, which is why I do not want to dwell on the terminology here. AmCham Germany fundamentally welcomes the reform recommendations that Commissioner Malmström, but also German Economic Affairs Minister Sigmar Gabriel, has submitted. It is important that the existing system of international arbitration courts be improved. The proposal for the chapter in TTIP outlines a selection of arbitrators from a previously determined pool of – and this is particularly important – qualified candidates from the United States and the EU. Qualifications could be certification as a judge in the country of origin or a certain number of years working in an international setting.

Apart from that, they must be able to apply the international law that is used in TTIP. In this way, greed for profit or a some kind of dependence on one of the two conflicting parties among the participating, independent arbitrators can be counteracted relatively easily. In addition, it should not be forgotten that the EU’s reform recommendation also plans a right to appeal that is strongly oriented according to the design of the WTO Appellate Body or the International Criminal Court.

What should the ideal of this court and judges look like?

The ideal should be a world in which neither the judges nor the court are necessary. But on a serious note, independent and qualified judges are needed in every decent court. Other than independence from the parties involved, this should also mean financial and emotional independence, in order to be able to create their own image of the case at hand, its effects and a possible solution. Furthermore, payment should not be dependent on the value of the claim but, rather, should be transparent for all and set according to a standard.

In order to come closer to an ideal court, the aspiration to create an appeal body is definitely a step in the right direction. Even qualified and independent judges can make mistakes. Creating more legal security here should be in all of our interests. But here as well, I think the European Commission is on the right path. We will see whether the ideal judges and courts are being created in TTIP once the draft of the agreement is published.

Hillary Clinton has announced she wants to completely forego ISDS if she wins the election. What would that mean for the negotiations?

I believe the United States and Europe should not take too much time to conclude the negotiations so that the competitiveness of the transatlantic economy can be increased now. I still think it is possible to have a draft for TTIP ready in 2016 before the US elections. To do this, it is very important that the negotiations continue without interruption. The economy and chambers of commerce also have to join in this endeavor by offering the citizens as much openness as possible, and point out TTIP’s possibilities and opportunities.

http://www.euractiv.com/sections/trade-society/AmCham Germany President: No…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 7 Juin - 05:25 (2015)    Sujet du message: TREASON OF THE HIGHEST ORDER, TRADE DEAL DETAILS CLASSIFIED FOR 5 YEARS AFTER IMPLEMENTED Répondre en citant

TREASON OF THE HIGHEST ORDER, TRADE DEAL DETAILS CLASSIFIED FOR 5 YEARS AFTER IMPLEMENTED 

Posted on June 5, 2015 by Rick Wells in Constitution, Fascism, Trade, Treason, Tyranny



As the walls of secrecy surrounding the TPP, The TTIP, and the TiSA trade and subversion pacts start to crumble, the insidious nature of their content and construction leaks out as well. Common sense and experience tells us that politicians who were doing something to benefit the people would be planted in front television cameras, touting their actions at every opportunity. The silence on the deal itself and most of the members of Congress’ refusal to admit to having read the document indicate that they know it’s a bad deal, are in on the scam and want plausible deniability in the future. Poor performance as an elected official carries with it some consequences, but much less than blatant betrayal.

In a Thursday article, Brietbart News reported that the information surrounding the TiSA is leaking out, thanks in large part to the efforts of Julian Assange and WikiLeaks. One overall disturbing element of their story was the revelation that “The cover sheet of the leaked TiSA documents records that the text of the deal should not be de-classified until five years after negotiations are closed and the regulations implemented to extend the extraordinary secrecy of what the deal entails. The secrecy of the deal is designed to be a buffer between legislatures and citizens alike to suppress government accountability and explicitly goes against the foundation of a democratic society.”

http://rickwells.us/treason-of-the-highest-order-trade-deal-details-classif…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Juin - 13:29 (2015)    Sujet du message: TOP JOURNALIST : FREEDOM ACT MUCH WORSE THAN PATRIOT ACT EVER WAS Répondre en citant

TOP JOURNALIST : FREEDOM ACT MUCH WORSE THAN PATRIOT ACT EVER WAS



Did Rand Paul conspire with the President, Facebook, and Palantir owner Peter Theil to get the Freedom Act pushed through?

VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=P5P_AdPCfrg


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Juin - 23:57 (2015)    Sujet du message: OBAMA DETAILS HOW HE'LL RULE THE PLANET UNDER TPP, ADMITS IT'S A GLOBAL DICTATORSHIP Répondre en citant

OBAMA DETAILS HOW HE'LL RULE THE PLANET UNDER TPP, ADMITS IT'S A GLOBAL DICTATORSHIP 

Posted on June 10, 2015
by Rick Wells in Climate Change, Constitution, Global Warming, Globalsim, Obama, Terrorists, Trade, Treason, United Nations NWO




Obama describes to the nodding liberal prop conducting the faux-interview how he needs world dictatorial authority in order to fight his make believe war on air and water. The planetary pirates have conveniently attached apocalyptic consequences to Earth’s naturally occurring fluctuations and Obama is giving us a taste of just how he’ll be playing the role of King of the World once Congress has handed their power over to him through TPP.

He details how he plans to muscle and intimidate the Malaysian people, as an example, but it could be any nation that doesn’t comply with his dictates. Economic sanctions might be too harsh for Iran, but they’re more than appropriate for an uppity third world nation harvesting their own forests.

Dear Leader is simply saving us and them from their own pathetic ignorance. The people of Malaysia need the wise community organizer to guide them to the promised land of his global Marxist utopia, where everybody is free, as long as Obama says they are, to do whatever they choose in life, as long as Obama agrees.

It’s a variation on the scheme he’s employed inside the U.S., where he hasn’t needed a separate binding international “legal authority” to dictate economic malaise. He’s simply trampled on our rights through his henchmen at the EPA.

TPP establishes a similar, global EPA-style structure that grants his oligarchy virtually unlimited power. He’s only hitting on the “reasonable-sounding” uses of it now, as part of his sales pitch. Economic global control by the corporate elites is what this is all about and that’s why it’s secret. Everybody wants to rule the world. These people think they can.

Obama calls his global dictates “standards,” which is nothing but a sanitized word for EPA-style mandates or regulations designed to control all the nations of the world. Certain permissions may be granted once levels of compliance are achieved, always with a UN or other oligarchic hand inserted into the treasury of the nation being “corrected and disciplined” into the “right direction.”

Anyone who thinks this is about climate or trade is either uninformed or an idiot. This is all about power and the abuse of it. The only way Obama can sell his plan to takeover the world is to convince stupid people to trust him, that it’s for their own good. There is nothing good about it and he certainly can’t be trusted.

Rick Wells is a conservative writer who recognizes that our nation, our Constitution and our traditions are under a full scale assault from multiple threats. Please “Like” him on Facebook, “Follow” him on Twitter or visit www.rickwells.us & www.truthburgers.com

http://rickwells.us/obama-details-how-hell-rule-the-planet-under-tpp-admits…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 20 Juin - 05:43 (2015)    Sujet du message: RED ALERT! CHARLESTON SHOOTING WAS A DECOY FOR THE TPA & TPP! WE GOT HAD! Répondre en citant

RED ALERT! CHARLESTON SHOOTING WAS A DECOY FOR THE TPA & TPP! WE GOT HAD!



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=0GkEtVWXonA


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 07:14 (2015)    Sujet du message: #TPP PASSES OBAMA IS OFFICIALLY A DICTATOR THE USA IS NOW A TRANSNATINAL UNION Répondre en citant



#TPP PASSES OBAMA IS OFFICIALLY A DICTATOR THE USA IS NOW A TRANSNATINAL UNION



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=BmZxZjfXaUs

BREAKING OBAMA IS OFFICIALLY A DICTATOR

0 6 0 4 hours ago

News & Information, #civilwar, #endtimes, #flaseflag, #martiallaw, #tpp

Freedom Fighter Reports

One of the most devastating blows to US sovereignty since the country’s founding was dealt today as the Senate handed President Obama his Trans-Pacific Partnership victory.

Despite massive opposition from the American people, Tea Party Republicans and a majority of Democrats, Obama was granted fast-track authority by a 60-38 vote.

Sections of the TPP published by Wikileaks have revealed the treaty’s vast influence over multiple areas including individual rights, internet freedom and even the rule of law itself. Unelected corporate boards and the President can now wield unprecedented control over almost every aspect of human activity.

“If you read, write, publish, think, listen, dance, sing or invent; if you farm or consume food; if you’re ill now or might one day be ill, the TPP has you in its crosshairs,” Wikileaks’ Julian Assange wrote.

Secret TPP chapters regarding immigration also grant President Obama an even greater ability to erode the country’s Southern border.

“Obama will be able to finalize all three of the Obamatrade deals, without any Congressional input…” notes Breitbart.

https://www.eff.org/tpp-another-backroom-deal

https://www.spreaker.com/user/freedomfighter2127/breaking-obama-is-official…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 12 Juil - 01:00 (2015)    Sujet du message: POPE FRANCIS WANTS A NEW WORLD ORDER BEFORE DOLLAR COLLAPSE (Redsilverj) Répondre en citant

POPE FRANCIS WANTS A NEW WORLD ORDER BEFORE DOLLAR COLLAPSE (Redsilverj)

July 9, 2015 8:01 am EDT 

Who did George W. Bush charge $100k to hear him speak? Wounded veterans of his immoral wars

By Redsilverj

The Pope is running around the planet making an impassioned call for a “new economic and ecological world order where the goods of the earth are shared by everyone”.

Redsilverj explains what he really means.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=CyCu9OiZ6hg

https://www.intellihub.com/pope-francis-calls-for-a-new-world-order-before-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 12 Juil - 02:32 (2015)    Sujet du message: LE PAPE FRANCOIS PLAIDE EN FAVEUR D'UN NOUVEL ORDRE MONDIAL ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE Répondre en citant

LE PAPE FRANCOIS PLAIDE EN FAVEUR D'UN NOUVEL ORDRE MONDIAL ECONOMIQUE ET ECOLOGIQUE 

samedi 11 juillet 2015



* Le pape sera devant l'Assemblée de Nations Unies le 25 septembre prochain à New York, visite hautement symbolique d'un point de vue politique et idéologique. Je crois que sa présence devant tous les leaders du monde constituera une annonce officielle et solennelle  du temps marqué pour l'accomplissement d'un nouvel ordre mondial. Mais pour que cet ordre mondial puisse naître, l'ancien doit disparaître, tel le phénix (l'oiseau que l'on voit sur le dollar américain, derrière la pyramide qui annonce l'arrivée d'un nouvel ordre séculaire) qui renaît de ses cendres. Ordo Ad Chao. L'ordre qui naît du désordre. Ce désordre est planifié depuis des décennies, des siècles et même depuis toujours, et ses composantes qui amèneront la destruction seront coordonnées de sorte que les habitants de la terre supplieront les dirigeants de leur donner à nouveau un monde de paix et de sécurité. Et c'est exactement ce qu'ils vont faire dans peu de temps.

Lisez bien ceci:

Pour ce qui est des temps et des moments, vous n'avez pas besoin, frères, qu'on vous en écrive. Car vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit. Quand les hommes diront : Paix et sécurité ! Alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l'enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n'échapperont point.

Mais vous, frères, vous n'êtes pas dans les ténèbres, pour que ce jour vous surprenne comme un voleur; vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes point de la nuit ni des ténèbres. Ne dormons donc point comme les autres, mais veillons et soyons sobres. Car ceux qui dorment, dorment la nuit, et ceux qui s'enivrent s'enivrent la nuit. Mais nous qui sommes du jour, soyons sobres, ayant revêtu la cuirasse de la foi et de la charité, et ayant pour casque l'espérance du salut.Car Dieu ne nous a pas destinés à la colère, mais à l'acquisition du salut par notre Seigneur Jésus-Christ, qui est mort pour nous, afin que, soit que nous veillions, soit que nous dormions, nous vivions ensemble avec lui. C'est pourquoi exhortez-vous réciproquement, et édifiez-vous les uns les autres, comme en réalité vous le faites.
1 Thessaloniciens 5

Le pape François fait actuellement un pèlerinage dans trois nations sud-américaine. Dans les discours qu'il a prononcé jusqu'à maintenant, il lance un appel passionné en faveur d'un nouvel ordre économique et d'une responsabilité partagée entre tous pour préserver l'environnement et pour créer un monde où les biens de la Terre sont partagés par tout le monde et non pas exploités seulement par les riches.

Le pape a expliqué qu'il existait "un très solide consensus scientifique" sur le réchauffement climatique et sur ses causes humaines. Dans une référence explicite aux climato-sceptiques, le pape a déclaré qu'il "était mauvais de se détourner de ce qui se passait autour de nous, comme si certaines situations n'existaient pas ou n'avaient rien à voir avec notre mode de vie".

Sources:
http://www.bfmtv.com/international/le-pape-francois-plaide-pour-la-protecti…
http://www.foxnews.com/world/2015/07/08/pope-wraps-ecuador-leg-south-americ…
http://www.dailymail.co.uk/news/article-3153552/The-Pope-s-new-world-order-…


Source trouver: Conscience-du-peuple

http://www.conscience-du-peuple.blogspot.ch/http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2015/07/le-pape-francois-plaide-en-f…
http://www.conscience-du-peuple.blogspot.ch/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Sep - 06:13 (2015)    Sujet du message: KEYNOTE SPEAKERS ADDRESS “PEACE AND HUMAN DEVELOPMENT” Répondre en citant



KEYNOTE SPEAKERS ADDRESS “PEACE AND HUMAN DEVELOPMENT”



More pictures on the website

Written by Dr. William Selig, Deputy Director, UPF Office of Peace and Security Affairs-Washington, DC

Friday, August 28, 2015

Seoul, Korea—Keynote speakers in Plenary Session II of the 3rd World Summit addressed the international conference’s theme of “Peace and Human Development.”

In the session, which took place on August 28, 2015, in the InterContinental Grand Seoul Parnas hotel, the speakers offered reflections based on their experience in their nation and region, and indicated principles and policies and action steps that should be taken in order to transform our world, building families, communities, nations and a world of peace and mutual prosperity.

Hon. Dan Burton, House of Representatives (1983-2013), United States, said: “We all want peace and freedom, but the world is shrinking; regional threats are no longer regional—they’re global.” The former congressman said the best strategy to deal with radical extremism is to recall the legacy of the late President Ronald Reagan, whose pillar of security policy was “peace through strength.” He reminded the participants that the hostages in Iran were released minutes after President Reagan took his oath of office. “Iran knew he was a man of strength, and that’s why they were released,” he said. The radical elements operating around the world do so with impunity because they perceive their opponents as weak. Russian President Vladimir Putin sees the West as weak and irresolute, he said, and that’s why Russia continues aggressive military actions in Eastern Europe. Congressman Burton said he opposes the Iran nuclear deal because it will give the Iranians further “initiative to push their radical agenda.” Strong leadership is needed all around the world “to safeguard the freedoms that we all hold dear,” he said.

H.E. Leonid Kravchuk, president (1991-1994), Ukraine, provided background information about the nation of Ukraine, including its geography, multi-ethnicity and diverse religions. Since gaining independence from the Soviet Union in 1991, “civil harmony was retained; we started realization of our actual democratic rights and freedoms; we found a peaceful solution to the political, interfaith and interethnic discord; all these helped to avoid bloodshed in Ukraine and preserve the territorial integrity of the state for 22 years.” The former president described the conditions that have occurred in Ukraine beginning last year when Russia made incursions into its territory, thus breaking the 1994 Budapest Memorandum. In return for Ukraine giving up the world's third-largest nuclear weapons stockpile, the United States, United Kingdom, China, France and Russia agreed to protect Ukraine against threats or use of force against its territorial integrity or political independence. According to the United Nations, 6,832 persons (both military and civilians) have been killed, 17,087 persons have been injured, and more than 1.5 million people have been forced to leave their homes since the Russian invasion last year.

The conflict in eastern Ukraine is due to two reasons, President Kravchuk said: first, the separatist movement in the region, and second, Russia's direct intervention. Malaysia Airlines Flight 17, which crashed in Ukraine last year, killing all 283 passengers and 15 crew on board, was destroyed by pro-Russian insurgents using a Russian-made missile. The president said that Ukraine has “honestly and conscientiously fulfilled its obligations on nuclear disarmament, initiated to control the spread and utilization of these weapons. In return, we expect the international community to act as the guarantor of our security, as it was stated in the Budapest Memorandum of 1994, which was signed by Ukraine.” The president called for the nations and the world community to “comply with the international agreements and be accountable.” He ended on an optimistic note. “We feel that we have the support of the entire civilized world. Never before in the years of our independence have we received so much real support from Europe and the U.S. as it is now.” In conclusion, the president said, “we can build a culture of peace, because its formation is impossible without the joint efforts of all components of human society: governmental and international organizations, public and educational institutions, religious and interreligious institutions, as well as leaders in all spheres of human activity.”

Hon. Amarilis Santana, senator, Dominican Republic, briefed the participants about her country and its unique situation of sharing the island of Hispaniola with Haiti. Although there is a common history of colonialism, the two nations maintain distinct languages, cultures and political/economic systems. The senator proudly described her country as a “democratically developing country. … Their national dance is the merengue; [it is] a leading tourist destination in the Caribbean and the land of top baseball players.” The country is a signatory to all U.N. treaties, especially those related to human rights. The Dominican Republic is facing many obstacles to social development, namely, unemployment, organized crime, political instability, unequal land distribution and, most seriously, a lack of the values that unite the family.

Senator Santana said she remains optimistic about the nation’s future, however, and reported about an initiative from the Senate that will promote social development and benefit all segments of society. “We want to break the vicious cycle of poverty. We want to build schools across the country and provide incentives to bring businesses to a Duty Free Trade Zone.” She also spoke about resolutions that would prevent and eradicate domestic violence. She serves on the Committee on Women's Rights and Gender Equality. The senator is committed to building a culture of peace. “The family is based on love. It is the principal channel for values. … The construction of peace is our responsibility. Let us promote the values which are the basis for sharing and well-being. Let us transform ourselves,” she said.

Hon. Jose de Venecia, Jr., chair, International Conference of Asian Political Parties, Philippines, spoke about the proposal for an Interreligious Council at the United Nations, which he made to the U.N. General Assembly in 2004. “Irrespective of race, religion, culture or country,” the council will “promote together a global culture of peace and mutual understanding,” he said. The former speaker of the Philippine House of Representatives credited Dr. Sun Myung Moon as “a pioneer in these great initiatives.” The speaker said the world’s religions must play a greater role in world affairs and offered several examples, including the Sunni-Shiite issue and the emergence of ISIS-ISIL in Syria and Iraq. He called on the leaders of Islam, representing the Sunnis and Shiites, to “meet in Mecca and bring about the beginnings of reconciliation and the end of violence in the lands of Islam.” He called for “no new Cold War in the Asia-Pacific.” That region, he said, does not want to play either the “American Card” or the “China Card.” Instead, he said that the differences between the United States and China must be resolved through “diplomacy, overwhelming humility and understanding.”

He recently met with the leader of the Russian Orthodox Church, Bishop Sergey of the Moscow Region Diocese, and proposed a meeting between the Russian Orthodox Church, the Vatican and Catholic, Protestant and other Christian churches in the United States, Europe, Asia, Latin America and Africa to “implore their governments not to allow a revival of the Cold War and to work for a new dawn of enduring peace in the 21st century.” Regarding the Korean Peninsula, he urged the Six-Party Talks be revived. Just as the two Germanys and the two Vietnams were united, he believes the two Koreas can merge in “a unique federated system under common inclusive leadership.” The countries of East Asia and the Asia-Pacific region should be encouraged to dialogue with the world's principal religions. “This is perhaps the formula for building global and regional peace that will endure.” He supports the Universal Peace Federation and called on governments, parliaments, political parties, civil society organizations to “promote peace and reconciliation, cooperation, humility, dialogue and pluralism, urge tolerance among our nations and peoples, understand the diversity of our cultures and religious beliefs—for indeed, in the last analysis, except for diversity in the color of our skin, we all belong to one human family under God.”

Ambassador Christopher Hill, dean, Josef Korbel School of International Studies, University of Denver, United States, and former U.S. ambassador to Iraq (2009-10), Korea (2004-05), Poland (2000-04) and Macedonia (1996-99), expressed his appreciation to UPF and its activities for the promotion of peace around the world. He congratulated the organization for choosing Korea as the venue for the World Summit. “I cannot think of a more appropriate country to discuss peace than Korea, a country that has known the ravages of war and still feels the terrible consequences of unfinished business,” he said, referring to the continued state of war that officially exists. Peace is threatened all across the world, including the ongoing conflict in the Middle East. “Peace is not so simple,” he said. “It’s complex; it requires dialogue, the building of structures, and political compromises.” The diplomatic process is always the preferred option, but “we also need to have strength. We should not negotiate out of fear.” The ambassador defined strength not only in military terms but on “the bedrock of values,” meaning the principles that give structure and purpose to a nation. Referring to the situation with China, the ambassador said it is imperative that a “common language” and “firmness and dialogue” are used to move negotiations forward. Similarly with North Korea, “People need to know that North Korea is not just an American problem, or that only the ROK [Republic of Korea] can solve it, nor China,” he said. “That is why the Six-Party Talks is a good process.” The ambassador emphasized that in this era, global problems require global solutions.

http://www.upf.org/conferences-2/364-world-summit/6593-keynote-speakers-address-peace-and-human-development


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Sep - 06:38 (2015)    Sujet du message: L'AFRIQUE DU SUD SE REVENDIQUE DE LA CHINE COMMUNISTE, TACLE LES ETATS-UNIS ET PLAIDE POUR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL Répondre en citant

L'AFRIQUE DU SUD SE REVENDIQUE DE LA CHINE COMMUNISTE, TACLE LES ETATS-UNIS ET PLAIDE POUR UN NOUVEL ORDRE MONDIAL

ENGLISH :
South African Regime Embraces Chinese Communism, New World Order
http://www.thenewamerican.com/world-news/africa/item/21477-south-african-re…

1 septembre 2015 14 h 30 min·


 


Après plus de deux décennies de désinformation et de mensonges sur son agenda politique, le régime sud-africain vient de lever le voile sur des ambitions ouvertement communistes et tyranniques. Composé du parti communiste (SACP) et du Congrès National Africain (ANC), le gouvernement en place en Afrique du Sud vient de publier un document rédigé par le Conseil général national de l’ANC. S’il comporte un constat en partie faux quant au rôle de l’Occident, les ambitions mondialistes de l’internationale communiste sont en revanche très claires : le texte réclame ouvertement l’avènement d’un Nouvel ordre mondial.
 
Les successeurs de Nelson Mandela, l’ancien chef du parti communiste, saluent dans leur document la dictature chinoise comme « une étoile qui nous guide dans notre propre lutte&nbsp;» vers une centralisation gouvernementale et vers un « Nouvel ordre mondial post-occidental ».
 
Totalement ignoré par la presse occidentale, le texte chante également les louanges du gouvernement russe de Vladimir Poutine, tandis qu’il critique les Etats-Unis – et plus largement l’Occident – pour son « impérialisme » présumé contre les valeurs « progressistes ».
 
Les autorités d’Afrique du Sud prennent officiellement la Chine communiste comme modèle
 
Le document, qui devrait servir à fixer l’orientation politique de l’ANC lors de sa prochaine réunion en octobre, a choqué certains analystes. L’Afrique du Sud avait pourtant donné nombre d’indices ces dernières années sur sa politique communiste, son appartenance à l’Internationale socialiste et ses velléités dictatoriales et même génocidaires. Sur ce dernier point, il suffit de se rappeler les chansons régulièrement entonnées par le président sud-africain Lionel Zuma pour encourager le génocide des Blancs en Afrique du Sud…
 
Ces derniers mois, l’ANC comme la SACP n’ont par ailleurs cessé de militer en faveur d’une économie calquée sur le modèle de la Chine communiste et contrôlée par des entreprises publiques. Des échanges politiques de haut-niveau ont également été organisés entre les deux pays. La montée en puissance des « BRICS »… laissait également présager ce tournant communiste en Afrique du sud.
 
L’expansion des liens entre l’ANC et le parti communiste de Chine n’est pas nouvelle. La brutalité du document publié par les autorités sud-africaines surprend néanmoins.
 
Le Congrès national sud-africain plaide en faveur d’un Nouvel ordre mondial
 
« La trajectoire de développement de l’économie chinoise reste un exemple encourageant du triomphe de l’humanité sur l’adversité », précise par exemple le texte. Il ajoute également que l’ascension de l’économie de la Chine communiste engendre « l’espoir de nouveaux développements du Nouvel ordre mondial ». Pour les rédacteurs de ce document, le régime de Pékin « redéfinit peu à peu le monde en un ordre multipolaire ». Or les défenseurs d’un Nouvel ordre mondial « multipolaire » ont été très clairs sur le but recherché : une tyrannie mondiale.
 
En revanche le document se trompe en accusant les Etats-Unis de vouloir empêcher l’avènement de ce Nouvel ordre mondial.
 
Les responsables de l’ANC accusent les Américains de « déstabiliser la stratégie chinoise » sur trois fronts. D’abord en dépeignant la Chine comme le plus gros pollueur pour l’affaiblir, ce qu’elle est pourtant objectivement. Le document accuse par ailleurs les Etats-Unis d’avoir tenté de reconstituer la révolte de Tiananmen contre le gouvernement chinois en traitant les contre-révolutionnaires comme des activistes des droits de l’Homme. Le texte reproche enfin aux Etats-Unis d’« exploiter » les désaccords qui existent entre la Chine et ses voisins pour créer une « alliance opposée à la Chine ».
 
Les autorités communistes sud-africaines oublient le rôle majeur des Etats-Unis dans leur progression
 
Il est difficile de savoir si ces accusations sont sincères : les mondialistes occidentaux – au premier rang desquels figurent ceux de Washington – ont surtout été des acteurs clés dans l’ascension de la Chine communiste, malgré quelques désaccords de façade. Assez ironiquement, l’ANC s’est d’ailleurs lui-même développé grâce à un fort soutien occidental pendant ses campagnes de terreurs à l’encontre de civils innocents.
 
Même constat pour la Russie : le document accuse les Etats-Unis de nuire systématiquement au gouvernement russe et d’encourager – par le biais de ses médias – toute opposition, en la présentant comme défenseur des droits de l’Homme. Là encore, plusieurs faits montrent que l’administration américaine de Barack Obama et le gouvernement russe de Vladimir Poutine poursuivent finalement le même but premier – malgré une apparente contradiction – à savoir l’instauration d’un Nouvel ordre mondial.
 
Le document accuse également sans détour les Etats-Unis d’être derrière « le fléau du terrorisme que nous constatons dans le monde aujourd’hui ». Le constat est juste, mais pèche par omission : il oublie le rôle crucial que jouent Moscou et les autres gouvernements « progressistes » dans l’émergence du terrorisme, outil efficace pour l’avancement d’une tyrannie.
 
L’Afrique du Sud progresse vers la tyrannie communiste dans l’indifférence générale
 
Du côté de l’opposition, la critique est sévère : il serait aberrant de fermer les portes à l’Occident et d’enfermer l’Afrique du Sud dans une relation exclusive avec la Chine et la Russie, deux acteurs fragilisés économiquement. Ces opposants mettent en garde contre le « péril rouge » depuis longtemps, sans que personne ne s’inquiète du tournant totalitaire qu’emprunte l’Afrique du Sud.
 
Pendant que l’Afrique du Sud entame la seconde étape de sa révolution communiste, certains analystes préviennent du danger pour les institutions démocratiques du pays, sans que l’Occident ne réagisse.
 
Les enfants apprennent désormais le chinois à l’école, le Dalaï Lama est interdit de cité sur ordre de Pékin, tandis que les autorités sud-africaines multiplient les allers-retours en Chine. Et dans l’indifférence générale, l’ANC plaide pour un contrôle total sur la population.
 
En cela, il n’a fait que tenir ses promesses, celles qu’il faisait déjà à l’époque ou l’Occident soutenait son ascension…
 
Béatrice Romée

http://reinformation.tv/afrique-sud-chine-communiste-nouvel-ordre-mondial-r…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 19 Sep - 13:59 (2015)    Sujet du message: L'ASSEMBLEE GENERALE OUVRE SA 70ème SESSION, L'ANNEE DU 70ème ANNIVERSAIRE DE L'ONU Répondre en citant



L'ASSEMBLEE GENERALE OUVRE SA 70ème SESSION, L'ANNEE DU 70ème ANNIVERSAIRE DE L'ONU


Le Président de l’Assemblée générale de l’ONU, Mogens Lykketoft (au centre), est flanqué par le Secrétaire général de l’Organisation, Ban Ki-moon (à gauche) et son de l’Assemblée générale et de la gestion des conférences, Tegegnework Gettu, à l’ouverture formelle de la 70ème session de la Assemblée. Photo : ONU/Eskinder Debebe

15 septembre 2015 – L'Assemblée générale des Nations Unies a donné le coup d'envoi mardi de sa 70ème session, qui sera notamment marquée par les questions de développement durable et de lutte contre le changement climatique.

« Cette session est celle du soixante-dixième anniversaire de la création de l'Organisation des Nations Unies. Les principes énoncés dans la Charte ont résisté à l'épreuve du temps et l'ONU a à son actif un grand nombre de succès », a déclaré le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

« Mais d'innombrables personnes souffrent encore dans le monde. Aujourd'hui, j'ai une pensée toute particulière pour les Syriens, ceux qui, dans leur pays, font face à une violence terrible, et ceux qui ont fui, cherchant désespérément un lieu sûr où entamer une vie meilleure », a-t-il ajouté. « La soixante-dixième session de l'Assemblée générale doit être placée sous le signe de la compassion, de la prévention et, surtout, de l'action ».

Le chef de l'ONU a rappelé que les mois à venir seront marqués par l'adoption fin septembre du Programme 2030 sur le développement durable et par le Sommet sur le climat en décembre à Paris.

« Dans les semaines à venir, l'Assemblée générale discutera de manière approfondie de mon nouveau rapport sur l'avenir des opérations de paix des Nations Unies », a souligné M. Ban, qui a également mentionné le débat de haut niveau sur le problème de la drogue prévu à l'Assemblée générale en avril 2016 et le Sommet mondial humanitaire en mai à Istanbul.

De son côté, le nouveau Président de l'Assemblée générale, Mogens Lykketoft, du Danemark, a souhaité que cette 70ème session soit « historique », une session « pas seulement faite de décisions cruciales mais aussi d'action concertée pour les gens et la planète ».

M. Lykketoft a déclaré qu'il ferait tout son possible pour représenter de manière juste tous les pays membres des Nations Unies.

Il a estimé que les objectifs de développement durable qui vont être adoptés la semaine prochaine seront une priorité pour sa présidence, qui s'efforcera « de s'assurer que tous acteurs remplissent rapidement les promesses qu'ils ont faites ».



News Tracker: autres dépêches sur la question
A Beijing, Ban Ki-moon appelle la Chine à maintenir son soutien en faveur du développement durable

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=35565#.Vf1MkX1OKSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 19 Sep - 14:31 (2015)    Sujet du message: OPENING 70th UN GENERAL ASSEMBLY, PRESIDENT UNDERSCORES URGENT NEED FOR ACTION Répondre en citant



OPENING 70th UN GENERAL ASSEMBLY, PRESIDENT UNDERSCORES URGENT NEED FOR ACTION



President of the General Assembly, Mogens Lykketoft (centre), is flanked by Secretary-General Ban Ki-moon (left) and Tegegnework Gettu, Under-Secretary-General for General Assembly and Conference Management, at the start of the 70th session of the Assembly. UN Photo/Eskinder Debebe

15 September 2015 – A major priority for the 70th session of the United Nations General Assembly is to ensure that all actors move swiftly to deliver on the promises being made for sustainable development, the President of the 193-member body said today.

“In less than 10 days’ time, our leaders will gather in this hall to adopt the 2030 Agenda for Sustainable Development,” Mogens Lykketoft said as he opened the session.
The Agenda, which will be adopted during a special summit at UN Headquarters, consists of 17 Sustainable Development Goals and 169 targets that aim to be a charter for people and the planet in the twenty-first century. They will stimulate action over the next 15 years in areas of critical importance towards building a more equitable and sustainable world for all.

“The summit, of course, marks only the beginning,” Mr. Lykketoft continued. “There is an urgent need for action right across the three pillars of the UN and ample opportunities to do so during this session. […] An ambitious and universal climate agreement is an absolute must and the first real test of the world community’s ability to deliver the necessary policy tools for sustainable development.”

Indeed, not long after the summit and the annual General Debate, leaders will come together in Paris for the UN climate change conference – or COP21.
At the same time, Mr. Lykketoft warned there will be no sustainable development without peace and security and respect for human rights.

“The UN and its Member States have a strong obligation to work together to end the catastrophic wars and conflicts – not least in and around Syria. And we will have to act here and now to address the huge and explosive refugee crises resulting from ongoing conflicts – and to protect the human rights of all refugees.”

In addition to several high-level meetings and thematic debates he will hold over the course of his one-year tenure, the new President said he plans to continue efforts to revitalize the General Assembly’s work and to reform the Security Council.

“I will conduct all activities in as transparent, inclusive and open a manner as possible,” Mr. Lykketoft assured. “Where it is relevant I will also engage with and involve civil society representatives and others, such that a multi-stakeholder approach becomes a hallmark of my presidency.”

Also addressing the meeting, Secretary-General Ban Ki-moon recalled that this new session of the General Assembly marks the 70th anniversary of the founding of the Organization.

The Charter’s principles have stood the test of time, and the United Nations can look back on a record of achievement,” he stated. “At the same time, we know that suffering remains widespread across the world. My thoughts today are especially with the people of Syria – those inside the country facing terrible violence, and those who have fled, desperately seeking a safe haven and a better life.”

Mr. Ban called on the 70th General Assembly session to be one of compassion, prevention and, above all, action.



News Tracker: past stories on this issue
President highlights ‘historic opportunity’ to change the world, as 69th UN General Assembly concludes

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=51882#.Vf1S8H1OKSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 05:09 (2015)    Sujet du message: POUTINE SUR LES REVOLUTIONS «DEMOCRATIQUES» : EST-CE QUE VOUS COMPRENEZ CE QUE VOUS AVEZ FAIT? Répondre en citant





POUTINE SUR LES REVOLUTIONS «DEMOCRATIQUES» : EST-CE QUE VOUS COMPRENEZ CE QUE VOUS AVEZ FAIT?

28 sept. 2015, 17:53

DISCOURS DE VLADIMIR POUTINE DEVANT L’AGNU-70



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=vsHHemo5SAg

Le président russe s’est rendu le 28 septembre à New-York pour participer à l’AGNU après 10 ans d’absence. La 70e session risque de prendre l'allure d'un véritable parcours du combattant compte tenu de l'instabilité géopolitique mondiale.

Lors de son intervention, Vladimir Poutine a évoqué les révolutions «démocratiques» au Moyen-Orient et les conséquences qu’on subit dorénavant «sous la forme de vagues de migrants fuyant les régions ravagées par la guerre et cherchant une vie meilleure en Europe». Dans le même temps, les terroristes ont pris de plus en plus de pouvoir dans les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. Il a précisé que malgré la Charte de l’ONU «les droits de l’Homme avaient été violés massivement».

«Est-ce que vous comprenez ce que vous avez fait ? Personne n’y répondra. Au lieu du triomphe de la démocratie, nous voyons la violence et le désastre social, personne ne pense aux droits de l’Homme et aux droits à la vie», a-t-il souligné.

«Une politique basée sur l’exceptionnalisme n’a pas été abandonnée»

Le président russe a aussi parlé de l’apparition du terrorisme dans les régions ravagées par la guerre.

«Il est maintenant évident que le vide de pouvoir laissé dans les pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord a mené à l’apparition des extrémistes», a conclu Poutine.

«Il est hypocrite de parler de menace terroriste internationale en fermant les yeux sur la manière dont laquelle ces terroristes reçoivent de l’aide», a-t-il souligné en parlant des groupes terroristes qui sèment le chaos à travers le monde.

«Il est également mauvais d’essayer de recruter des groupes dans un but politique et puis se débarrasser d’eux», a-t-il poursuivi. 

«Si vous agissez de cette manière, je voudrais vous dire : messieurs, vous traitez avec des gens cruels. Mais ils ne sont pas primitifs ou stupides - ils sont aussi intelligents que vous. Qui manipule qui?»

«La Russie a toujours lutté contre le terrorisme et nous accordons maintenant de l’assistance militaire et technique à l’Irak, à la Syrie et à d’autres pays encore»

Vladimir Poutine a aussi précisé que seules les troupes gouvernementales et les Kurdes «combattaient réellement Daesh». Ainsi, «c’est nous qui ne sommes pas capables de tolérer cet état de choses dans le monde», a-t-il expliqué.

Le président russe a notamment évoqué les actions de la coalition menée par les Etats-Unis et les frappes aériennes de la France annoncées le dimanche 27 septembre. D’après lui, les actions entreprises sans un mandat des Nations Unies pourraient détruire le système des relations internationales. «La Russie est prête à travailler sur la base d’un consensus large pour le développement futur de l’ONU avec tous ses partenaires. Mais nous croyons que les tentatives de gâcher l’autorité et la légitimité de l’ONU sont extrêmement dangereuses. Cela pourrait mener à la faillite de l’architecture entière des relations internationales», a-t-il mis en évidence.

«On ne doit pas jouer avec les mots, les manipuler - tous les termes de la loi internationale doivent être clairs et transparents», a conclu le président russe.

«Les pays musulmans joueront un rôle clé dans la coalition contre Daesh»

«La Russie présidera prochainement le Conseil de Sécurité, et appellera à une rencontre pour négocier et coordonner les efforts entrepris contre Daesh et d’autre groupes terroristes. Nous sommes convaincus d’analyser les menaces, de discuter d’une résolution pour unir toutes les forces contre Daesh. Tous ces efforts seront basés sur la Charte de l’ONU», a déclaré le président Poutine.

«Nous devons unir nos efforts sur la base de la loi internationale et créer une large coalition internationale contre le terrorisme – qui ressemble à la coalition contre le nazisme – nous pourrions rassembler des forces diverses. Les pays musulmans joueront un rôle clé dans cette coalition, comme c’est une région musulmane qui est touchée par Daesh».

Il a aussi précisé que «toutes les décisions prises contre la Charte de l’ONU devaient être rejetées». D'après le président Poutine, dans ce cas, «on n’aura pas besoin de nouveaux camps de réfugiés».

«Nous devons restaurer un gouvernement en Libye, soutenir le gouvernement irakien et accorder une aide réelle au gouvernement légitime de la Syrie», a-t-il poursuivi. 

«Une volonté de revenir aux idées de la Guerre froide demeure parmi certains de nos collègues»

«La paix, la stabilité du monde sont des objectifs clés de la communauté internationale et de l’ONU. Néanmoins, une volonté de revenir aux idées de la Guerre froide demeure parmi certains de nos collègues. Ils continuent leur expansion militaire malgré les promesses faites à l’OTAN», a souligné Vladimir Poutine.

Le président russe a aussi évoqué la crise ukrainienne lors de son discours.

«La situation en Ukraine est une crise géopolitique, où le mécontentement face aux autorités a été utilisé pour déclencher une guerre civile. C’est seulement par la mise en œuvre complète et fidèle des accords de Minsk-2 que nous pourrons faire cesser le massacre et sortir de l’impasse. Dans ce cas, l’Ukraine se développera comme un état indépendant, avec la sécurité collective et une coopération économique», a-t-il conclu.

francais.rt.com/international/7488-poutine-session-agnu


Dernière édition par maria le Mar 29 Sep - 10:43 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 05:17 (2015)    Sujet du message: BARACK OBAMA / DISCOURS DE PRESIDENT CHINOIS / DISCOURS DE FRANCOIS HOLLANDE / INTERVENTION DE HASSAN ROHANI / LE PRESIDENT EGYPTIEN ABDEL FATTAH AL-SISSI / RAUL CASTRO S'ADRESSE A L'ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU Répondre en citant





#AGNU70 : BARACK OBAMA SE PRONONCE DEVANT L'ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=KvGVAOmb9FQ

DISCOURS DE PRESIDENT CHINOIS A L'AGNU-70



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=hfJt4XwzzaE

DISCOURS DE FRANCOIS HOLLANDE DEVANT L’AGNU-70



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=awIpxM0w4as

INTERVENTION DE HASSAN ROHANI LORS DU 70e ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=XK0eQt9Dcsg

LE PRESIDENT EGYPTIEN ABDEL FATTAH AL-SISSI S'EXPRIME A L’ONU



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=yxlC1DcQMCY

RAUL CASTRO S'ADRESSE A L'ASSEMBLEE GENERALE DE L’ONU



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=KcxfVixzlxQ 


Dernière édition par maria le Mar 29 Sep - 11:34 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 10:40 (2015)    Sujet du message: ASSEMBLEE GENERALE DE L'ONU : BAN KI-MOON APPELLE A REALISER SANS TARDER LE DEVELOPPEMENT DURABLE Répondre en citant




ASSEMBLEE GENERALE DE L'ONU : BAN KI-MOON APPELLE A REALISER SANS TARDER LE DEVELOPPEMENT DURABLE 



Le Secrétaire général Ban Ki-moon à l’ouverture du débat général de l’Assemblée générale en septembre 2015. Photo ONU/Cia Pak

28 septembre 2015 – Dans son discours d'ouverture du débat général de la 70ème Assemblée générale des Nations Unies, le Secrétaire général de l'Organisation, Ban Ki-moon, a appelé lundi les Etats à planifier sans tarder la poursuite du développement durable sur le long terme, tout en renforçant dans l'immédiat leur soutien aux populations ayant besoin d'une aide humanitaire, notamment les réfugiés.

« Les Objectifs du Millénaire pour le développement [OMD] ont permis de sortir des centaines de millions de gens de la pauvreté. Nous sommes prêts à poursuivre dans cette voie et à aller plus loin, beaucoup plus loin », a déclaré M. Ban au podium de l'Assemblée générale, en référence à l'adoption vendredi 25 septembre par les 193 Etats membres des Nations Unies d'un nouveau programme mondial pour éradiquer la pauvreté d'ici à 2030.

Adopté lors d'un Sommet spécial de trois jours au siège de l'ONU à New York, qui s'est clôturé dimanche, le Programme de développement durable à l'horizon 2030 comporte 17 Objectifs de développement durable (ODD), conçus pour parachever les efforts entamés dans le cadre des OMD au cours des 15 prochaines années.

« Nous n'atteindrons les Objectifs de développement durable qu'en améliorant la façon dont nous sommes organisés », a déclaré M. Ban, enjoignant aux Etats membres de cesser de poursuivre des objectifs contradictoires et de s'engager sur une planification à long terme.

La mise en œuvre du nouveau programme de développement est d'autant plus pressante, a souligné le Secrétaire général, que la souffrance des populations du monde a atteint des sommets.

« Au moins 100 millions de personnes ont besoin d'une assistance humanitaire et 60 millions de personnes ont été forcées de fuir leurs maisons ou leurs pays », a rappelé le Secrétaire général, précisant que les Nations Unies ont demandé près de 20 milliards de dollars pour répondre aux besoins humanitaires en 2015, soit six fois plus qu'il y a 10 ans.

« Mais le système humanitaire mondial n'est pas cassé ; il est fauché », a-t-il ajouté, abordant la question du fossé grandissant entre les besoins humanitaires et les ressources financières disponibles pour y répondre.

« Le Sommet humanitaire mondial en mai 2016 sera l'opportunité pour les Etats de réaffirmer leur solidarité et d'envisager des solutions pour mieux renforcer la résilience et répondre aux urgences », a ajouté M. Ban.

Concernant spécifiquement le sort des réfugiés, dont le nombre est en constante augmentation dans le monde, le Secrétaire général a appelé les Etats à faire davantage pour leur porter assistance, notamment en Europe, où la crise des réfugiés actuelle ne montre pas de signe d'amélioration.

« Je félicite ceux qui, en Europe, continuent de porter les valeurs de l'Union [européenne] en leur offrant l'asile. Dans le même temps, je demande instamment à l'Europe d'en faire plus », a exhorté M. Ban, indiquant qu'il convoquera une réunion de haut niveau le 30 septembre afin de promouvoir une approche globale face à cette crise des réfugiés, dont une grande partie est issue de la Syrie.

« Les Syriens quittent leur pays et leurs maisons en raison de l'oppression, de l'extrémisme, de la destruction et de la peur », a déploré le chef de l'ONU, dénonçant l'incapacité de la communauté internationale à mettre fin au conflit dans le pays.

« Quatre années de paralysie diplomatique au Conseil de sécurité et dans d'autres instances ont permis à la crise d'échapper à tout contrôle », a déclaré le Secrétaire général, ajoutant que la population civile paie le prix de ce disfonctionnement.

« Cinq pays en particulier détiennent la clé : la Fédération de Russie, les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite, l'Iran et la Turquie », a déclaré M. Ban, appelant ces derniers à réaliser des compromis afin de trouver une solution au conflit syrien.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=35667#.VgpN2X1OKSo



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 11:39 (2015)    Sujet du message: VISITE HISTORIQUE DU PAPE FRANCOIS AU SIEGE DES NATIONS UNIES A NEW YORK / ‘THE FUTURE DEMANDS OF US CRITICAL AND GLOBAL DECISIONS’ POPE FRANCIS TELLS UN GENERAL ASSEMBLY Répondre en citant





VISITE HISTORIQUE DU PAPE FRANCOIS AU SIEGE DES NATIONS UNIES A NEW YORK

ENGLISH :
‘THE FUTURE DEMANDS OF US CRITICAL AND GLOBAL DECISIONS’ POPE FRANCIS TELLS UN GENERAL ASSEMBLY 
http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=51966#.Vgpmc31OKSo

 
Le Pape François au siège des Nations Unies. Photo ONU/Mark Garten

25 septembre 2015 – Le Pape François, chef de l'Eglise catholique, a effectué vendredi matin une visite de quelques heures au siège des Nations Unies à New York au cours de laquelle il a notamment prononcé un discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies.

Le Pape, dont il s'agit de la première visite au siège de l'ONU, a été accueilli par le Secrétaire général de l'Organisation, Ban Ki-moon, à l'entrée du bâtiment du Secrétariat. Il a ensuite rencontré un groupe d'employés de l'ONU.

« Indépendamment de la foi, votre humilité, votre humanité sont pour nous une source d'inspiration, ainsi que votre appel mondial pour agir en faveur de la justice sociale, de la lutte contre le changement climatique et pour garantir une vie digne à tous », a déclaré le Secrétaire général Ban Ki-moon à l'adresse du Pape lors de cette rencontre avec des employés de l'ONU.

« Merci pour vos conseils spirituels et votre bénédiction ainsi que pour votre amour pour l'humanité », a-t-il ajouté.

Le chef de l'Eglise catholique a ensuite prononcé un discours devant les Etats membres de l'Assemblée générale des Nations Unies, le jour même où celle-ci devait adopter son Programme de développement durable à l'horizon 2030, couronnant ainsi plusieurs années d'intenses négociations.

Dans son discours, le Pape a appelé les gouvernements du monde entier à se centrer sur la protection de l'environnement et la lutte contre l'exclusion. « L'exclusion économique et sociale est une négation totale de la fraternité humaine et une très grave atteinte aux droits humains et à l'environnement », a-t-il déclaré.

« Ces phénomènes constituent la 'culture du déchet' aujourd'hui si répandue et inconsciemment renforcée' », a-t-il constaté.


Visite historique du Pape François, chef de l’Eglise catholique, au siège des Nations Unies à New York (25 septembre 2015). Photo : ONU/Amanda Voisard/Eskinder Debebe/Rick Bajornas/Mark Garten
Autres photos sur le lien ci-bas

Le Pape François a appelé les Etats à trouver des solutions urgentes et efficaces contre ces deux fléaux. « L'adoption du Programme de développement durable à l'horizon 2030 au Sommet mondial, qui commencera aujourd'hui même, est un signe important d'espoir », a-t-il salué, tout en mentionnant également son espoir de voir la Conférence de Paris sur le changement climatique, qui aura lieu en décembre, se solder par la conclusion d'accords fondamentaux et efficaces.
Cependant, les engagements solennels ne suffisent pas, a mis en garde le souverain pontife, insistant sur la nécessité de mettre l'accent sur leur mise en œuvre.

« Nous devons veiller à ce que nos institutions soient réellement efficaces dans la lutte contre tous ces fléaux », a appelé le Pape François.

« Votre visite aujourd'hui coïncide avec l'adoption du Programme pour le développement durable à l'horizon 2030. Mais il ne s'agit pas d'une coïncidence. Vous avez souvent parlé d'une 'écologie intégrale', qui inclut l'environnement, la croissance économique, la justice sociale et le bien-être humain. En d'autres mots, le développement durable pour notre maison commune », a dit le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

Le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Mogens Lykketoft, a rappelé de son côté que le Pape a souligné que le monde était 'uni par une même préoccupation' concernant l'avenir de la planète.

« Dans deux mois, à la Conférence sur le climat à Paris, cette unité sera mise à l'épreuve. Nous pouvons, et nous devons, trouver la sagesse et le courage d'adopter un accord sur le climat ambitieux et juridiquement contraignant pour protéger les gens et la planète », a-t-il ajouté dans un discours.

Plus de 150 dirigeants mondiaux sont attendus pour assister au Sommet sur le développement durable qui aura lieu du 25 au 27 septembre au siège de l'ONU à New York. Le Programme de développement durable comporte 17 Objectifs de développement durable (ODD), conçus notamment afin de parachever au cours des 15 prochaines années les efforts de lutte contre la pauvreté entamés en 2000 dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=35634#.VgpbSX1OKSo




Dernière édition par maria le Mar 29 Sep - 12:30 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Sep - 11:59 (2015)    Sujet du message: LES ETATS MEMBRES DE L'ONU ADOPTENT UN NOUVEAU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT AUDACIEUX / UN ADOPTS NEW GLOBAL GOALS, CHARTING SUSTAINABLE DEVELOPMENT FOR PEOPLE AND PLANET BY 2030 Répondre en citant


     



LES ETATS MEMBRES DE L'ONU ADOPTENT UN NOUVEAU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT AUDACIEUX

ENGLISH :
UN ADOPTS NEW GLOBAL GOALS, CHARTING SUSTAINABLE DEVELOPMENT FOR PEOPLE AND PLANET BY 2030
http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=51968#.Vgpian1OKSo



Les 17 Objectifs de développement durable (ODD) du Programme de développement durable à l’horizon 2030 de l’ONU. Photo : ONU/Project Everyone

25 septembre 2015 – Un nouveau programme mondial audacieux pour éradiquer la pauvreté d'ici à 2030 et poursuivre un avenir durable a été adopté vendredi à l'unanimité par les 193 Etats membres des Nations Unies.

« Nous embarquons ensemble sur la voie du développement durable, pour nous consacrer collectivement à la poursuite du développement mondial et d'une coopération mutuellement bénéfique, susceptible d'apporter d'énormes gains à tous les pays et toutes les régions du monde », affirme la Déclaration adoptée par les Etats membres.

Des dizaines de dirigeants mondiaux étaient présents vendredi dans l'enceinte de l'Assemblée générale de l'ONU, à New York, pour participer au Sommet des Nations Unies sur le développement durable, qui se déroulera jusqu'au 27 septembre et s'est ouvert avec cette adoption formelle d'un nouveau programme de développement pour les 15 prochaines années.

« L'adoption historique du nouveau Programme de développement durable, qui s'appuie sur 17 objectifs globaux, a été accueillie par une ovation de la part des délégations, qui comprenaient un grand nombre des plus de 150 dirigeants mondiaux amenés à s'exprimer dans le cadre du Sommet », s'est félicité un porte-parole des Nations Unies dans un communiqué de presse.

Intitulé « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l'horizon 2030 », le programme comporte 17 Objectifs de développement durable (ODD), conçus pour parachever d'ici à 2030 les efforts entamés dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Ces derniers avaient été lancés en 2000 en vue notamment d'éradiquer l'extrême pauvreté dans le monde d'ici 2015.

« Ce nouveau Programme est une promesse faite par les dirigeants aux gens du monde entier. C'est une vision universelle, intégrée et transformative pour un monde meilleur », a salué le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans un discours prononcé à l'ouverture du Sommet.

A bien des égards, en effet, les 17 ODD et leurs 169 cibles ont une portée plus large que les 8 OMD et leurs 21 cibles. Là où ces derniers étaient centrés principalement sur des thématiques sociales, les ODD couvrent l'ensemble des dimensions du développement durable, à savoir la croissance économique, l'intégration sociale et la protection de l'environnement.

Du point de vue géographique, les OMD ciblaient essentiellement les pays en développement, en particulier les plus pauvres, alors que les ODD seront applicables aussi bien aux pays riches qu'aux pays pauvres. Le premier d'entre eux, par exemple, l'ODD N°1, se propose d'éradiquer la pauvreté sous toute ses formes, et non pas seulement l'extrême pauvreté.

« C'est un Programme pour les gens, pour mettre fin à la pauvreté sous toutes ses formes », a ajouté le chef de l'ONU, tout en avertissant que le véritable test de l'engagement des Etats envers ce Programme à l'horizon 2030 sera sa mise en œuvre.

« Nous devons agir, tous et partout ; ces 17 Objectifs de développement durable sont notre guide, une liste de tâches pour les gens et la planète, et un modèle de réussite », a déclaré Ban Ki-moon.

L'adoption officielle du Programme est intervenue peu après que le Pape François, chef de l'Eglise catholique, s'est adressé à l'Assemblée générale.

« L'adoption du Programme de développement durable à l'horizon 2030 au Sommet mondial, qui commencera aujourd'hui même, est un signe important d'espoir », a déclaré le souverain pontife, dont il s'agissait de la première visite au siège de l'ONU, avant de céder la place aux stars de la chanson Shakira et Angélique Kidjo pour un court concert dans l'enceinte de l'Assemblée, suivi de d'un message d'espoir adressé par la lauréate du prix Nobel de la paix, Malala Yousafzai.

Egalement présent à l'ouverture du Sommet, le Président de l'Assemblée générale, Mogens Lykketoft, a qualifié le Programme de développement durable à l'horizon 2030 d'« ambitieux » dans sa lutte contre les injustices, la pauvreté, la marginalisation et la discrimination.

« Nous reconnaissons la nécessité de réduire les inégalités et de protéger notre maison commune en changeant les modes non durables de consommation et de production. Et, nous identifions le besoin impérieux de s'attaquer à la politique de division, la corruption et l'irresponsabilité qui alimentent les conflits et freinent le développement », a déclaré M. Lykketoft.

La cérémonie d'adoption était présidée par le Premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen et le Président ougandais Yoweri Kaguta Museveni. Tous deux ont souligné les succès des OMD et la nécessité de mettre en œuvre ce nouveau programme de manière complète.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=35642#.Vgpay31OKSo


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:17 (2016)    Sujet du message: GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE? (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> GOUVERNEMENT DE PAIX OU DE DICTATURE (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  >
Page 8 sur 10

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com