LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

HOMOSEXUALITÉ/PÉDOPHILIE, ETC.... (PARTIE 2) - P.1
Aller à la page: <  1, 2, 311, 12, 1336, 37, 38  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> HOMOSEXUALITÉ - PÉDOPHILIE... THE FAMILY - LA FAMILLE(PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 15 Jan - 18:30 (2014)    Sujet du message: SHARIA IN ACTION: DOZENS ARRESTED FOR BEING GAY IN NIGERIA Répondre en citant

SHARIA IN ACTION: DOZENS ARRESTED FOR BEING GAY IN NIGERIA

Gay under Islamic law (sharia) Nigeria: Jihad, Ethnic Cleansing, Boko Haram

Gay organizations in America say nothing, but loudly condemned my ad campaign highlighting Muslim oppression of Gays under the sharia. Why haven’t the San Francisco City Council, the Human Rights CommissionSFHRC head Theresa Sparks, and the enemedia issued condemnations and resolutions against this new law in NIgeria? They called my ads hate and issued a resolution against my organization for merely quoting Muslim political leaders, spiritual leaders and cultural voices in the Muslim community who call for the torture and death of Gay people.

No instead, I was denounced by gay and transgender leaders in the US of our work to highlight the Muslim oppression of gays. The San Francisco City council issued a resolution condemning our AFDI ad campaign (the first of its kind) focusing on the vicious oppression and subjugation of gays under Islam.

Where are those craven cowards now?

“Dozens arrested for being gay in north Nigeria,” By the Associated Press, January 14 (thanks to Kenneth)

LAGOS, Nigeria (AP) – Police, working off a list of 168 suspects purportedly obtained through torture, are arresting dozens of gay men in Nigeria’s northern Bauchi state, human rights activists said Tuesday.

A new law in Nigeria, dubbed the “Jail the Gays” bill, is encouraging the persecution of gays and will endanger programs fighting HIV-AIDS in the gay community, said Dorothy Aken’Ova, executive director of Nigeria’s International Center for Reproductive Health and Sexual Rights.

On Monday, President Goodluck Jonathan’s office confirmed that the Nigerian leader signed the Same Sex Marriage Prohibition Act that criminalizes gay marriage, gay organizations and anyone working with or promoting them.

In Bauchi state, police entrapped four gay men and tortured them into naming others, Aken’Ova said. She said the police have drawn up a list of 168 wanted gay men, of whom 38 have been arrested in recent weeks.

She said the arrests began during the Christmas holidays and blamed “all the noise that was going on surrounding the (same sex marriage prohibition) bill.”

The chairman of Bauchi state Shariah Commission, Mustapha Baba Ilela, told the AP that 11 men have been arrested in the past two weeks and charged with belonging to a gay organization. He denied anyone had been tortured and said all 11 – 10 Muslims and a non-Muslim – signed confessions that they belonged to a gay organization but that some of them retracted the statements when they were charged by a judge.

Shariah is Islamic law, which is implemented to different degrees in nine of 36 states.


http://pamelageller.com/atlas_shrugs/2014/01/30860.html/



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Jan - 18:30 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 17 Jan - 07:34 (2014)    Sujet du message: AN EPIDEMIC OF BESTIALITY & CANNIBALISM! (2014) Répondre en citant

AN EPIDEMIC OF BESTIALITY & CANNIBALISM! (2014)



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=RSFHqK_RWJ0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 18 Jan - 14:26 (2014)    Sujet du message: IL EST LICITE (HALAL) DE COUCHER AVEC SES ESCLAVES, CAPTIVES ISSUES DU BUTIN DE GUERRE. Répondre en citant

IL EST LICITE (HALAL) DE COUCHER AVEC SES ESCLAVES, CAPTIVES ISSUES DU BUTIN DE GUERRE.

15/01/2014


Zakir Naik n'est pas un clerc de l'islam marginal (voir biographie). Président de la Fondation pour la recherche islamique possédant sa propre chaîne de télévision Peace TV, basée à Dubai, et une école islamique, il prodigue ses conseils notamment sur les comportements sexuels.

Zakir Naik ne fait qu'expliquer ce qu'enseigne le Coran et la tradition musulmane :

Sourate 4, 3 : 
"Epousez comme il vous plaira, deux, trois ou quatre femmes, mais si vous craignez de n'être pas équitables, prenez une seule femme ou vos captives de guerre."


Sourate 4, 28 :
"Il vous est défendu d'épouser des femmes mariées, excepté celles qui seraient tombées entre vos mains comme esclaves. Telle est la loi de Dieu. Il vous est permis du reste de vous procurer avec de l'argent des épouses que vous maintiendrez dans les bonnes moeurs et en évitant la débauche."





VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=PPEy5ZOroNo&hd=1

http://www.islamisation.fr/archive/2014/01/15/il-est-licite-halal-de-coucher-avec-ses-esclaves-captives-is-5272099.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 28 Jan - 18:40 (2014)    Sujet du message: GRAMMY GAY WEEDING 2014 Répondre en citant

GRAMMY GAY WEEDING 2014



Last night's G
RAMMY GAY WEEDING 2014 Grammy Awards turned into a diatribe against God and made a mockery of marriage. Queen Latifah presided over a mass wedding during the Grammys - featuring both gay and straight couples.The singer Macklemore rapped a diatribe against the church - as gays and lesbians locked lips. He accused pastors of preaching hate and called holy water poison.

It was disgraceful. It sorta makes you miss the days when the Grammys were about music - and not cramming a social agenda down our throats. But tucked away in the song Same Love is a lyric that exposes the true intention of these anti-Christian activists. Talking about gay marriage - Macklemore sang: "a certificate on paper isn't gonna solve it all."

Folks - they don't want acceptance. They want our approval. Militant activists have launched a massive attack against me - but honestly - I could care less. If you've got a problem with my views on marriage -- take it up with God. He's the one who came up with the rules, not me. - Todd Starnes on the Grammy Awards.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=752348664789157&set=a.447950858…

Todd Starnes
il y a 3 heures



I want to share a very disturbing bit of news with you - about the militancy of the left.

One of our younger friends, a 19-year-old college student, shared his outrage over the raunchiness of the Grammys. This student is a Christian and he's also conservative.

After he posted his message, activists found out where this young man worked. They called his boss and demanded that he be fired.

Friends, this is outrageous. They are targeting our businesses, our churches, our schools and now our young people.

As for our 19-year-old friend - those militant activists wanted to give his boss an earful - but they got an earful instead. It turns out the young man works for a company owned --- by his mother!

And I suspect she had a "Come-to-Jesus Moment" with those folks.

https://www.facebook.com/ToddStarnesFNC


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 30 Jan - 19:22 (2014)    Sujet du message: ARE YOU READY FOR INTERNATIONAL BEASTIALITY RIGHTS DAY? YEAH, YOU READ THAT RIGHT… Répondre en citant

ARE YOU READY FOR INTERNATIONAL BEASTIALITY RIGHTS DAY? YEAH, YOU READ THAT RIGHT…


Written By : Duane Lester
January 28, 2014


I love my dog Sadie, but I don’t “levo” my dog Sadie.  What’s the difference? Make sure you want to know before scrolling down, and make sure you have a barf bag nearby:
ADVERTISEMENT




Pretty much what I expected beastiality activists to look like.

Citation:


Love is a religious word. Love is a medieval word. Love is an outdated word. Being a resident-thus a connoisseur of the postmodern era-I am well aware of how things are. It is commonly mentioned that the only thing we can rely on now is not science or religion, but the relationships shared with others.



But what is Levo? Levo is the concept of limitless compassion undefined by stereotype and dogma. How is it used in sentence? “I am in Levo with my horse.”/ “I am in Levo with my gay husband” / “I am in Levo with my transgendered girlfriend.”




It gets worse:
Citation:


I’d like you all to sit back for a moment and listen. Reflect on each line and get used to them, because from now on I’ll be mentioning them more often. You have not come this far to turn tail and leave, right?
A man is in a relationship with his horse. A man is in a relationship with his wife.
A woman is in a relationship with her dog. A woman is in a relationship with her husband.
A man shows compassion to his horse. A man shows compassion to his wife.
A woman shows compassion to her dog. A woman shows compassion to her husband.
A man has sex with his horse. A man has sex with his wife.
A woman has sex with her dog. A woman has sex with her husband.
What is compassion? What is attraction? Does it rest in sex? Does it rest in adoration? Is sex the ultimate display of adoration? Is adoration ultimately displayed through Sex? There is one thing that links everything together, and that is Levo.



This is the thinking behind the ‘International Zoophile-Rights/Beastiality-Rights Day,’ slated for February 1st.

Yeah, this seems outrageous, but does the idea of pedophilia being normal, and that idea is being pushed more and more each day.

It’s fringe, for now.  But how long will it be before “animal lovers” are demanding their rights in American streets?

http://www.rightwingnews.com/uncategorized/are-you-ready-for-international-beastiality-rights-day-yeah-you-read-that-right/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 31 Jan - 05:03 (2014)    Sujet du message: CALIFORNIA ALLOWS FIRST-EVER STATE RECOGNIZED HUMAN-ANIMAL MARRIAGE Répondre en citant

CALIFORNIA ALLOWS FIRST-EVER STATE RECOGNIZED HUMAN-ANIMAL MARRIAGE

Posted about 2 months ago http://nationalreport.net/california-allows-first-ever-state-recognized-hum…


Paul Horner and his dog Mac at their wedding on Monday in front of friends, family and a priest declaring their love towards each other for eternity.

San Francisco, CA — On Monday history was made at the Chapel of Our Lady at the Presidio in San Francisco as the first-ever state recognized human-animal marriage took place.

Local resident 35-year-old Paul Horner was the groom during the ceremony. Joining him was his faithful dog Mac who is 36-years-old in dog years. Mac also decided to be the groom but ended up wearing a white veil at the last moment.

Father McHale who officiated the outdoor wedding told reporters he was extremely happy to be a part of this joyous moment of life. “This is the definition of true love my friends. There is nothing more sacred than the bond between a man and his faithful dog,” McHale said. “Now, since it is recognized as a legally binding marriage in the state of California, Mr. Horner and Mac will have all the same tax benefits and everything else coming to them that a regular married couple would receive. It’s a fantastic day to be alive!”

So how could this have happened?
 
In the book of California’s State Laws and Regulations there is a little known law that was passed as the state was first forming in 1850. According to article 155, paragraph 10, it clearly states:
Citation:


If a man and a man can get married and a woman and a woman can get married, if ever comes that day, then a human and animal will have the exact same rights to marriage in every eye of the law. God help us if this ever is to happen!



In attendance was Horner’s entire family who flew in from Hawaii to witness the event. Mac had her puppies on hand and making a special celebrity appearance was Alex from Stroh’s and Spuds Mckenzie.

“I just love my Mac so much, I can’t wait till we can finally get back to the honeymoon sweet in Montana where bestiality is legal. Gosh, get with the times California! We can marry here just fine, but love making is a big no-no,” said Horner. “People keep asking me why I wanted to marry a dog. I told them I just want the same god given rights that every person in California is allowed to have. Don’t tell me I can’t marry my dog. I don’t tell you that you can’t marry a 500 lb woman with gas issues. That’s your decision. Don’t tread on me. I love my dog and I know he loves me a hundred times more than any gay wedding out there.”

With this wedding between a man and a male dog now on the books, one can only ask what is in store next?

A man marrying a toaster? A toaster marrying a dog? A toaster marrying a toaster?

America, what happened to the sanctity of marriage? Tsk. Tsk.

###


http://nationalreport.net/california-allows-first-ever-state-recognized-hum…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Fév - 15:57 (2014)    Sujet du message: WELBY FLIES TO AFRICA TELLING ANGLICANS TO TREAT GAY PEOPLE AS ‘CHILDREN OF GOD’ Répondre en citant

WELBY FLIES TO AFRICA TELLING ANGLICANS TO TREAT GAY PEOPLE AS ‘CHILDREN OF GOD’

Archbishops of Canterbury and York condemn African anti-gay laws urging Anglican churches to ‘demonstrate the love of Christ’ to same-sex couples



Archbishop Welby with primates from across the Anglican communion at his enthronement last year Photo: AP

By John Bingham, Religious Affairs Editor

7:49PM GMT 29 Jan 2014

The Archbishop of Canterbury is on a collision course with Anglican leaders in Africa as he sets off on a five-day trip to the continent while denouncing new laws persecuting gay people.

The Most Rev Justin Welby and the Archbishop of York, Dr John Sentamu, issued a joint letter to the heads of Anglican churches around the world urging them to “demonstrate the love of Christ” to same-sex couples.

It comes just days after the Nigerian president Goodluck Jonathan – with the approval of many Christians – signed harsh new laws making homosexual acts offences punishable with 14 years in prison and with 10 years even for public displays of affection.

The Ugandan parliament also recently passed new laws increasing the punishment for gay sex and making speaking about homosexuality without condemning it an imprisonable offence.

President Yoweri Museveni has so far refused to sign the bill into law.

Related Articles
The Anglican Primate of Nigeria, the Most Rev Nicholas Okoh, is among the most vocal of African church leaders in condemning homosexuality, recently saying that it would incur God’s wrath.

African clerics have also publicly criticised the Church England for the publication of the Piling Report, which recommends special wedding-like services to honour gay couples.
But in their joint letter to all Anglican Primates, the Archbishops speak of people with same-sex attraction as “children of God”.

It comes as the Archbishop of Canterbury embarks on a five-day visit to Africa, meeting church leaders in South Sudan, Rwanda, Burundi, and the Democratic Republic of Congo.
He used a BBC interview earlier this week to condemn homophobia, while reiterating his opposition to gay marriage.

In their letter, the two Archbishops quote a joint communiqué issued by Anglican leaders in 2005 which condemns the “victimisation or diminishment of human beings whose affections happen to be ordered towards people of the same sex” as “anathema”.

“We hope that the pastoral care and friendship that the Communiqué described is accepted and acted upon in the name of the Lord Jesus,” the two archbishops wrote.

“We call upon the leaders of churches in such places to demonstrate the love of Christ and the affirmation of which the Dromantine communiqué speaks.”

http://www.telegraph.co.uk/news/religion/10605832/Welby-flies-to-Africa-tel…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Fév - 16:54 (2014)    Sujet du message: POPE FRANCIS POSES FOR THE ‘SEX, DRUGS AND ROCK AND ROLL’ CROWD ON ROLLING STONE COVER Répondre en citant

POPE FRANCIS POSES FOR THE ‘SEX, DRUGS AND ROCK AND ROLL’ CROWD ON ROLLING STONE COVER

“For the time will come when they will not endure sound doctrine; but after their own lusts shall they heap to themselves teachers, having itching ears; And they shall turn away their ears from the truth, and shall be turned unto fables.” 2 Timothy 4:3,4


Pope Francis is a huge hit with the sex, drugs and rock and roll crowd, as well as with the LGBT. And why? Because he does not preach bible doctrine, and he does not tell them about the unquenchable fires of Hell that await the unsaved. He tickles their ears with the same old “don’t worry, God loves you just the way you are” garbage, and in doing so consigns their souls to eternal damnation.

HuffPost: Mark Binelli’s extensive, 7,700-word cover story reflects the pope’s unusually wide appeal, which cuts across demographic lines of age, political views, and even religious affiliation.

Binelli’s piece, “Pope Francis: The Times They Are A-Changing” goes “Inside the Pope’s Gentle Revolution” to investigate why this pontiff is so different from those before him. Alluding to Bob Dylan’s anthem, Binelli portrays the pope as “Cool Pope Francis,” a politically-savvy leader, PR expert, and friend of the crowded masses.




Do you think that Jesus would want to be on the cover of a magazine that glorifies sex, drugs and rock and roll?

This is by no means Pope Francis’ first appearance on a magazine cover. He graced the covers of Time Magazine and Vanity Fair Italia after the publications named him “Person of the Year” and “Man of the Year,” respectively.

The New Yorker also put him on the cover less than a week after he became Time’s “Person of the Year.”

Perhaps his most unexpected appearance was on the cover of The Advocate, an LGBT-focused magazine who named him “Person of the Year” for his landmark statement, “If someone is gay and seeks the Lord with good will, who am I to judge?”

The Rolling Stone cover shows that the world’s fascination with the “People’s Pope” is still going strong. It seems the times are a-changing, indeed. source – HuffPost

http://www.nowtheendbegins.com/blog/?p=16307


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Fév - 00:29 (2014)    Sujet du message: POPE FRANCIS NAMED BY EYEWITNES AS CHILD TRAFFICKER Répondre en citant

POPE FRANCIS NAMED BY EYEWITNES AS CHILD TRAFFICKER



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=vNTTx7gZHS4&feature=youtu.be&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Fév - 15:07 (2014)    Sujet du message: MUSLIM TORCHES ICONIC GAY NIGHT CLUB IN SEATTLE Répondre en citant

MUSLIM TORCHES ICONIC GAY NIGHT CLUB IN SEATTLE

Gay under Islamic law (sharia)




A New Year’s Eve celebration at a packed Seattle gay bar was set ablaze shortly after midnight on January 1.   The staircase at Neighbours, Seattle’s largest and longest running gay nightclub  was doused in gasoline and set aflame by Musab Masmari. He was arrested Saturday morning on his way to the airport.

Where are the left wing, the gay and LGBT organizations denouncing the Islamic texts that inspire such mayhem and murder of gays? Where is that fierce gay leadership condemning Muslim oppression of gays under the sharia?



Where are those brave activists who rushed to condemn me when I ran an ad campaign highlighting Muslim oppression of gays under the sharia?


Gay marriage is their priority? Pathetic.



Gay organizations in America say nothing, but loudly condemned my ad campaign highlighting Muslim oppression of gays under the sharia. Why haven’t we heard from SF City Council, the Human Rights CommissionSFHRC head Theresa Sparks, and the enemedia? They called my ads hate and issued a resolution against my organization for merely quoting Muslim political leaders, spiritual leaders and cultural voices in the Muslim community who call for the torture and death of gay people.

No, instead, I was denounced by gay and transgender leaders in the US for our work to highlight the Muslim oppression of gays. The San Francisco City council issued a resolution condemning our AFDI ad campaign (the first of its kind) focusing on the vicious oppression and subjugation of gays under Islam.

Where are those “human rights” hypocrites now?

“Suspect arrested in arson at Neighbours nightclub,” By Allison Morrow, King 5 News (thanks to Halal Pork Shop via Religion of Peace.com)


Seattle Police arrested 30-year-old Musab Masmari Saturday morning in connection with the arson at Neighbours nightclub on January 1.

Police took Masmari into custody as he was en route to the airport.

Police say following the arrest, Masmari was interviewed by detectives and later booked into the King County Jail for Investigation of Arson.

It was just after midnight on New Year’s Eve while nearly 700 people crammed into Neighbours for a celebration when customers noticed the staircase at the iconic gay club was on fire.

Management at the iconic gay club in Capitol Hill later discovered a gasoline container near the stairs.

No one was injured.

Neighbours released surveillance video that police believe shows Masmari as he walks into the club.

The video was captured around the time of the countdown to midnight on New Year’s Eve. Masmari is carrying something in his hand.

The bar later found a container of gasoline at the top of a staircase. According to SPD, Masmari doused the staircase with fuel and set it on fire.

Detectives worked on the case with the Joint Terrorism Task Force.

A woman who lived next door to Masmari for three years calls him erratic and violent.

“We’re scared of him,” she said. “He yells and throws things.”

She asked not to be identified for fear of retaliation, still horrified by her neighbor’s arrest. She called police several weeks ago when she saw his face in surveillance video on the news.

“I looked at the video and it was clearly him,” she said. “Terrified? Yes.”

“I feel that the streets are a little bit safer tonight,” said Neighbours Spokesman Shaun Knittel. “Why do 750 people have to potentially pay for your ideals, your beliefs, your anger?”

It’s a question that’s haunted Knittel for a month.

Police have not yet released a motive for the arson, but expect more details to surface when Masmari faces a judge for the first time in court.

http://pamelageller.com/2014/02/muslim-torches-iconic-gay-night-club-seattl…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Fév - 15:13 (2014)    Sujet du message: LE PARLEMENT LUNACEK ADOPTE AU PARLEMENT EUROPEEN, UN NOUVEAU MONDE « LGBTI » COMMENCE… Répondre en citant

LE PARLEMENT LUNACEK ADOPTE AU PARLEMENT EUROPEEN, UN NOUVEAU MONDE « LGBTI » COMMENCE…

4 février, 2014 Posté par Benji sous Argent et politique 32 commentaires
Citation:


Le rapport Lunacek, qui entend établir une feuille de route pour lutter contre les discriminations dont seraient victimes les personnes LGBTI était soumis mardi au vote des parlementaires européens. Il a été adopté.

Les résultats du scrutin ont été annoncés à 12H45. Le rapport Lunacek a été adopté par les parlementaires européens (394 voix « pour », 176 « contre »). Ce rapport préconise une série de dispositions pour lutter contre les discriminations dont seraient victimes les personnes LGBTI. = Le "I" pour International

Ce texte a été vigoureusement dénoncé par les partisans de la Manif pour Tous.

Source: Directmatin.fr





En résumé, voilà ce qu’est exactement ce rapport Lunacek:
Citation:


Le rapport d’Ulrike Lunacek, vice-présidente de l’intergroupe-LGBT du Parlement européen, «invite les États membres à réfléchir à des moyens d’adapter leur droit de la famille aux changements que connaissent actuellement les structures et les modèles familiaux» et à «inclure la possibilité que les enfants aient plus de deux parents (tuteurs légaux), car cela ouvrirait la voie à une meilleure reconnaissance des familles arc-en-ciel». Il «demande aux États membres de garantir l’accès des femmes célibataires
ou lesbiennes aux traitements de procréation médicalement assistée
». Enfin, il agite le chiffon rouge du «genre» à l’école, en invitant les États membres à «favoriser un enseignement objectif des questions concernant l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression du genre».

Source: Le Figaro



Donc, il n’y a même plus à débattre, l’Europe a validé la théorie du genre à l’école! Et pour plus de précision encore sur ce rapport:
Citation:


Lutter contre les discriminations

L’objectif affiché de ce rapport, rédigé par la député autrichienne Ulrike Lunacek (Verts / Alliance Libre européenne), est de définir une feuille de route pour « protéger les droits fondamentaux des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexuées (LGBTI) » contre les discriminations ou les violences.

Le rapport Lunacek invoque l’article 21 de la charte des droits fondamentaux, interdisant toute discrimination, pour faire valoir ses propositions. De même que les femmes, les personnes handicapées ou les Roms bénéficient de mesures protectrices particulières, il est légitime qu’il en soit de même pour les personnes LGBTI, explique l’exposé des motifs.

Lesbiennes, transgenres et intersexué(e)s

Dès lors, le rapport préconise une série de dispositions visant à lutter contre la discrimination, en particulier au travail, dans l’éducation, dans l’accès aux biens et aux services. Par ailleurs, plusieurs mesures sont préconisées pour rendre plus efficiente la pénalisation des comportements discriminatoires.

Le rapport Lunacek, enfin, insiste sur les discriminations spécifiques dont seraient l’objet les lesbiennes (en tant que femmes et en tant qu’homosexuelles), de même que les personnes transgenres ou intersexuées. Les homosexuels masculins ou les bisexuels jouiraient d’une position moins discriminée.

Concrètement

Quelques pistes de mise en application pratique des principes généraux énoncés par le rapport peuvent être identifiées dans les recommandations qui avaient été formulées par la commission des droits de la femme et de l’égalité des genres.

Dans ce document, il est ainsi suggéré le choix devrait être donné en matière de procréation aux personnes LGBTI sans discrimination, que les cours d’éducation sexuelle doivent apporter « un regard favorable sur les personnes LGBTI », que les hôpitaux disposent de service ad hoc pour prendre en charge les opérations de changement de sexe, que le droit familial des états membres prévoit « la possibilité que les enfants aient plus de deux parents », ou encore que « les autorités locales ou régionales » facilitent « l’organisation d’événéments tels que les défilés de type ‘Pride ».

Article complet sur Directmatin.fr

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/02/04/le-parlement-lunacek-adopte-au-parlement-europeen/comment-page-1/#comment-251073





Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Fév - 00:32 (2014)    Sujet du message: L’UMP ET LE FRONT NATIONAL FONT L'UNANIMITE CONTRE EUX AU PARLEMENT EUROPEEN SUR LES QUESTIONS DE SOCIETE Répondre en citant



L’UMP ET LE FRONT NATIONAL FONT L'UNANIMITE CONTRE EUX AU PARLEMENT EUROPEEN SUR LES QUESTIONS DE SOCIETE

Ne vous faites pas d'illusion sur ces deux groupes. Rappelez-vous les paroles de Sarkozi sur le Nouvel Ordre Mondial. Il prépare maintenant son retour sur scène.

Posté le 5 février 20148 Réactions




Je me félicite de l’adoption du rapport Lunacek sur une feuille de route contre l’homophobie et pour l’égalité des genres malgré les tentatives de pourrissement du débat par une partie de la droite française.

 

Ce rapport rédigé par une membre de la commission Droits de la femme et égalité des genres n’est rien de plus qu’une résolution non-législative, donc non-contraignante, rappelant l’égalité des genres et le besoin d’une lutte déterminée contre toutes les discriminations, y compris celles fondées sur les orientations sexuelles. Toutes choses qui sont déjà dans les Traités, Chartes ou Conventions européennes qui traitent des Droits de l’Homme et sont régulièrement rappelées dans tous les positionnements de l’Union européenne sur ces questions.

 

Le détournement de ce rapport par certains journaux ou collectifs de la « manif pour tous », puis par l’UMP au Parlement européen ne fait que démontrer l’hystérie dont fait part une frange conservatrice de notre société et sa récupération maladroite, au pied levée et sans recul par la droite.

Je me félicite donc de ce vote qui aura clairement isolé les tenants de cette hystérie collective, soutenant un texte vide de sens proposé par Philippe de Villiers; de l’ensemble des groupes politiques du Parlement européen de gauche ou de droite, exception faite de l’extrême droite et de l’UMP.


http://www.patrick-le-hyaric.eu/lump-et-le-front-national-font-lunanimite-contre-eux-au-parlement-europeen-sur-les-questions-de-societe/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Fév - 01:20 (2014)    Sujet du message: U.N. PANEL ASSAILS VATICAN OVER SEXUAL ABUSE BY PRIESTS Répondre en citant

U.N. PANEL ASSAILS VATICAN OVER SEXUAL ABUSE BY PRIESTS

So funny to see their evil game, when we know that the UN is run by the Jesuits, the Vatican and the Knights of Malta.

By LAURIE GOODSTEIN, NICK CUMMING-BRUCE and JIM YARDLEYFEB. 5, 2014



In a hard-hitting report applauded by victims as a landmark in the Roman Catholic Church’s clerical sex-abuse scandal, a United Nations committee on Wednesday called on the Vatican to remove all child abusers from its ranks, report them to law enforcement and open the church’s archives so that bishops and other officials who concealed crimes could be held accountable.

The report, issued by the United Nations Committee on the Rights of the Child, is likely to put pressure on Pope Francis to make concrete changes in the way the church handles abuse cases and put some muscle into the commission on abuse that he announced in December, whose members and mission have not yet been specified.

The Vatican responded on Wednesday that it had already made many of the changes called for in the report, and that the report’s conclusions were out of date.

The report, however, was harshly critical of the church’s current practices, not just those of the past. “The committee is gravely concerned that the Holy See has not acknowledged the extent of the crimes committed, has not taken the necessary measures to address cases of child sexual abuse and to protect children, and has adopted policies and practices which have led to the continuation of the abuse by and the impunity of the perpetrators,” the report concluded.

The criticism came from a panel that examined the Vatican’s compliance with the Convention on the Rights of the Child, an international agreement signed by 140 sovereign entities, including the Vatican. The panel held a hearing on the issue last month, the first time the Vatican faced public examination by an international body of its record on sexual abuse, and heard testimony from Bishop Charles J. Scicluna, the Vatican’s chief prosecutor of sexual abuse cases until 2012, who told the panel that “the Holy See gets it.”

The report addressed issues far beyond child sexual abuse, taking the Vatican to task for its opposition to contraception, homosexuality and abortion in cases of child rape and incest. The committee even suggested that the church amend its canon laws to permit abortions for pregnant girls whose lives and health are at risk.

But the Vatican press office said in a statement that it regretted to see the United Nations committee “attempt to interfere” with Catholic teaching and the church’s “exercise of religious freedom.”

Sister Mary Ann Walsh, a spokeswoman for the United States Conference of Catholic Bishops, said in a blog post that the report was “weakened” by the panel’s decision to include objections to Catholic teaching on culture war issues.

On the many pressing problems related to child welfare, the report recommended specific steps it said the Vatican should take: stop obstructing efforts by victims’ advocates in some countries to extend statutes of limitations, which now allow most abusers to escape prosecution; stop insisting that victims sign confidentiality agreements swearing them to silence as a condition for receiving compensation; help birth parents locate children who were taken from them for adoption out of Catholic institutions like the Magdalene Laundries in Ireland; and identify, count and financially support children fathered by Catholic priests without imposing confidentiality agreements on the mothers.

Kirsten Sandberg, the chairwoman of the United Nations panel, said Wednesday at a news conference in Geneva that tens of thousands of children around the world had suffered abuse by priests. “We think it is a horrible thing that is being kept silent both by the Holy See itself and in the different local parishes,” she said.

The panel rejected the church’s key contention that the Vatican has no jurisdiction over its bishops and priests around the world, and is responsible for implementing the Convention on the Rights of the Child only within the tiny territory of Vatican City. By ratifying the convention, the panel said, the Vatican took responsibility for making sure it was respected by individuals and institutions under the Holy See’s authority around the world.

The panel’s report on the Vatican’s treatment of children, its first in 14 years, called on the church to report back on its progress in 2017. Although the panel’s recommendations are not binding, Ms. Sandberg said it expected Pope Francis and the Holy See to act on them.

Barbara Dorris of the Survivors Network of Those Abused by Priests, or SNAP, who was abused by a priest as a child, said the report was “long overdue.”

“It is wonderful that the U.N. has spoken so clearly about what the Vatican has done — and what it has failed to do,” said Ms. Dorris, who is based in St. Louis, Mo. “To us, it is a call for the civil authorities to step in. Church officials have proved they cannot police themselves.”

But Archbishop Silvano Tomasi, the pope’s permanent observer to the United Nations in Geneva, characterized the United Nations report in a radio interview as “a rather negative approach” to steps the Vatican had already taken, and said the report “in some ways is not up-to-date.” He said a Vatican delegation had told the committee about “concrete measures” that were being taken, including the new papal commission.

Ashley McGuire of The Catholic Association, a lay organization founded to help defend the church in the news media, called the report a “stunning and misguided attack” that “overlooks the fact that the Catholic Church is the leading advocate for women and children and human rights in general around the world,” on issues like sex trafficking and child hunger.

Francis, who became pope last March, has begun a broad overhaul of the Vatican bureaucracy and has established commissions to deal with several delicate issues, including the one announced in December to address clerical sexual abuse. One Vatican official said that commission’s president would be named “within weeks.”

Since 2001, sex abuse cases sent to the Vatican have been handled there by the Congregation for the Doctrine of the Faith. In an address last week, Francis told members of the Congregation that he was studying a possible link to his new commission, signaling that the commission might become involved in adjudicating abuse cases.

Francis has been widely praised for his humble style and moderating tone on issues like homosexuality, but he has been less outspoken on the abuse issue. He has described clerical sex abuse as the “shame of the church,” but has otherwise rarely spoken about it and has not met in public with abuse victims, unlike his predecessor, Pope Benedict XVI.

At his general audience on Wednesday, Francis greeted Philomena Lee, the subject of the Oscar-nominated movie “Philomena.” The film portrays her decades-long search for the son taken from her as an unwed mother living in a Catholic institution run by nuns in Ireland. Ms. Lee is on a campaign to get the Irish government to force open adoption records to help reunite birth mothers with their children, and she was seeking the pope’s blessing.

Correction: February 5, 2014

An earlier version of this article misstated the surname of a lawyer at the Center for Constitutional Rights who commented on the United Nations panel’s report. She is Katherine Gallagher, not Katherine Kramer.

Laurie Goodstein reported from New York, Nick Cumming-Bruce from Geneva and Jim Yardley from Rome.

http://www.nytimes.com/2014/02/06/world/europe/un-panel-assails-vatican-over-sex-abuse-by-priests.html?_r=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Fév - 01:27 (2014)    Sujet du message: HOMOSEXUALITÉ/PÉDOPHILIE, ETC.... (PARTIE 2) - P.1 Répondre en citant

RUBRIQUE "DOMINICALE" : PEDOPHILIE: L'ONU CRITIQUE SEVEREMENT LA POLITIQUE DU VATICAN !

Le grand cirque... Vic.

Trop drôle de voir leur jeu démoniaque, quant on sait que les NU sont sous le contrôle des Jésuites, du Vatican et des Chevaliers de Malte - Maria 


Source : http://fr.news.yahoo.com/l-39-onu-presse-vatican-déférer-pédophiles-à-12371…
 
PEDOPHILIE: L'ONU CRITIQUE SEVEREMENT LA POLITIQUE DU VATICAN

 

Par Jonathan FOWLER | AFP –  il y a 18 minutes

AFP/AFP - Le Comité des Droits de l'enfant des Nations unies a sévèrement critiqué dans un rapport la politique du Vatican face aux innombrables cas d'abus sexuels sur des enfants commis par des membres du clergé, exigeant que désormais tout religieux pédophile soit déféré devant la justice.

Le Comité des Droits de l'enfant des Nations unies a sévèrement critiqué dans un rapport la politique du Vatican face aux innombrables cas d'abus sexuels sur des enfants commis par des membres du clergé, exigeant que désormais tout religieux pédophile soit déféré devant la justice.

Un responsable du Vatican a aussitôt accusé le Comité de "déformer" les faits.

C'est la première fois que le Saint-Siège est sévèrement mis en cause par un organe de l'ONU qui fait autorité dans son domaine. Ses recommandations n'ont cependant pas un caractère obligatoire.

Le Comité a demandé mercredi au Vatican de déférer devant la justice tous les pédophiles au sein de l’Église.

Le Comité demande au Saint-Siège "de relever immédiatement de ses fonctions toute personne suspectée d'abus sexuel et de déférer son cas aux autorités judiciaires compétentes à des fins d'enquête et de poursuites".

Il souligne "sa profonde préoccupation quant aux abus sexuels d'enfants par des membres de l’Église catholique placés sous l'autorité du Saint-Siège, avec des religieux impliqués dans l'abus de dizaines de milliers d'enfants dans le monde".

Le Comité se dit "profondément préoccupé par le fait que le Saint-Siège n'ait pas reconnu l'étendue des crimes commis et n'ait pas pris les mesures nécessaires pour traiter les cas de sévices sexuels sur des enfants et pour protéger ces enfants, et qu'il ait retenu des politiques et des pratiques qui ont conduit à la poursuite de ces agressions et à une impunité pour leurs auteurs", affirme le rapport.

Ce Comité, qui siège à Genève, est composé de 18 experts indépendants des Droits de l'Homme, de différentes nationalités, et il veille notamment au respect de la Convention aux Droits de l'enfant mise en œuvre en 1989.

Dans sa première réaction, le Saint-Siège a "pris acte des observations finales" de l'ONU concernant les sévices pédophiles, qu'il examinera "avec attention", selon un communiqué.

"On dirait quasiment que le rapport était préparé à l'avance, avant la rencontre avec la délégation du Saint-Siège", s'est insurgé Mgr Silvano Tomasi, observateur près de l'ONU à Genève, dans une interview à Radio Vatican.

"Le document (de l'ONU) ne semble pas à jour", ajoute le prélat, avant de détailler les mesures prises par l'Eglise catholique contre ces abus. "C'est une question de faits, d'évidence, qui ne peuvent pas être déformés!", ajoute-t-il.

Le communiqué du Vatican dénonce par ailleurs "une tentative d'ingérence" dans les positions de l'Église sur l'avortement.

Le Comité demande à l'Eglise de revoir sa position sur les avortements quand la santé de la mère est menacée et d'amender le droit canon en conséquence pour définir les cas où l'avortement pourrait être autorisé.

Pour la présidente du Comité, la Norvégienne Kristen Sandberg, le Vatican viole jusqu'à présent la Convention sur les Droits de l'enfant dans les affaires de sévices sexuels. "Ma réponse simple est oui, il y a une violation de la Convention jusqu'à maintenant parce qu'ils n'ont pas fait tout ce qu'ils auraient dû", a-t-elle dit à la presse.

Le Comité dénonce notamment les transferts de paroisse en paroisse dans un même pays ou dans un autre pays, pour cacher ces crimes et les occulter des autorités judiciaires.

"La pratique de la mobilité des auteurs de sévices a permis à de nombreux prêtres de rester en contact avec des enfants et de continuer à les abuser" sexuellement, affirme le rapport.

Le mois dernier le Comité avait passé en revue la position du Vatican, Etat représenté à l'Onu, en présence de représentants du Saint-Siège. Le Vatican avait été auditionné par le Comité en 1995, avant que ces pratiques ne soient largement connues et dénoncées.

"Nous sommes récompensés de voir que l'ONU a pris la chose aussi sérieusement", a commenté à New York Barbara Blaine, présidente du Réseau de survivants abusés par des prêtres (SNAP) dont l'organisation a témoigné aux auditions de Genève.

"Plus les organisations internationales et les gouvernements s'impliqueront, plus vite nous pourrons mettre fin aux pratiques du Vatican", a-t-elle affirmé.

Le Comité, en dépit de la politique de tolérance zéro annoncée par le Saint-Siège, dénonce le "code du silence" sous la menace d'excommunication qui a entouré et entoure ces affaires, les lanceurs d'alerte au sein du clergé se retrouvant "dénoncés et chassés".

Le rapport propose au Saint-Siège la mise en place d'organes pour gérer ces affaires, demandant que leur travail et les archives soient accessibles, que les règles de fonctionnement de l’Église et le droit canon intègrent ces nouvelles dimensions.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Fév - 01:44 (2014)    Sujet du message: DROITS DES ENFANTS : LES INITIATIVES DU VATICAN SANS EQUIVALENT DANS D'AUTRES ETATS Répondre en citant

DROITS DES ENFANTS : LES INITIATIVES DU VATICAN SANS EQUIVALENT DANS D'AUTRES ETATS

Réaction de Mgr Tomasi à des accusations de l'ONU Rome, 5 février 2014 (Zenit.org) Anne Kurian |

Le Saint-Siège continuera à répondre aux questions « avec sérénité et sur la base de l’évidence » pour promouvoir « la protection des enfants » : « nous n’avons rien à cacher », déclare Mgr Tomasi, qui souligne la « politique de transparence, de tolérance zéro des abus » prônée par le Saint-Siège, « parce que même un seul cas d’abus d’un enfant, est un cas de trop ! »: les initiatives prises par le Vatican restent "sans équivalent" dans d'autres Etats.

Un rapport du Comité de l’ONU sur les droits de l’enfance a été présenté ce 5 février 2014 à Genève, au terme de la 65e session qui concernait le Congo, l’Allemagne, le Saint-Siège, le Portugal, la Russie et le Yémen.

Le document accuse le Saint-Siège de violer la Convention des droits de l'Enfant et critique également le Vatican pour ses positions sur l'homosexualité, la contraception et l'avortement. Mgr Tomasi réplique que "le rapporte de l'ONU ne semble pas à jour".

Le Saint-Siège n'a évité aucune question

Mgr Silvano Tomasi, représentant du Saint-Siège au Bureau des Nations Unies et des institutions spécialisées à Genève, fait part de sa « surprise » au micro de Radio Vatican : « comme si le document avait été préparé avant la rencontre avec la délégation du Saint-Siège, il ne reflète pas le dialogue constructif, la clarté de l’échange et des précisions du Saint-Siège ».

En outre, « il semble qu’il n’est pas à jour sur ce qui a été fait ces dernières années, sur les mesures de l’Etat de la Cité du Vatican et des conférences épiscopales » et sur « une série d’évolutions pour la protection des enfants ». Un ensemble d’initiatives dont il est difficile de trouver l’équivalent « au même niveau d’engagement, dans d’autres Etats ».

Pour Mgr Tomasi, il s’agit « de faits, d’évidences, qui ne peuvent être déformés » : « le Saint-Siège n’a évité aucune question, et là où on ne pouvait donner une information immédiate, il était prévu de le faire à l’avenir ».

Cap sur la protection des enfants

« Nous devons, avec sérénité et sur la base de l’évidence – car nous n’avons rien à cacher ! – poursuivre l’explication des positions du Saint-Siège, répondre aux interrogations qui demeureraient encore, de telle façon que l’objectif fondamental – la protection des enfants – puisse être atteint », poursuit l’archevêque.

Il regrette que « certain cas d’abus d’enfants concernent des personnes d’Eglise » mais il fait aussi observer que ces cas sont « en proportion très réduite » sur les 40 millions de cas dans le monde : « l’Eglise a répondu et réagi et elle continue à le faire », ajoute-t-il, insistant sur « cette politique de transparence, de tolérance zéro des abus, parce que même un seul cas d’abus d’un enfant, est un cas de trop ! »

L’archevêque affirme que « le Saint-Siège répondra » au rapport, car « il est un Etat membre de la Convention : il l’a ratifiée et il entend l’observer à la lettre, sans ajouts idéologiques qui sortent de la Convention ».

Défense de la vie avant et après la naissance

Il rappelle que le préambule « parle de la défense de la vie et de la protection des enfants avant et après la naissance » : recommander au Saint-Siège « de changer sa position sur la question de l’avortement » est donc « une vraie contradiction avec les objectifs fondamentaux de la convention, qui est celle de protéger les enfants ».

Il s’attriste que le Comité « n’ait pas saisi la nature et les fonctions du Saint-Siège », qui promeut la Convention, mais « en protégeant d’abord les valeurs fondamentales qui rendent la protection de l’enfant réelle et efficace ».

S’il faudra « attendre, lire attentivement et analyser en détail ce qu’écrivent les membres de la Commission », Mgr Tomasi émet l’hypothèse que « quelques organisations non gouvernementales – qui ont des intérêts sur l’homosexualité, le mariage gay et d’autres questions – aient présenté des observations qui ont renforcé une ligne idéologique ».

( 5 février 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/droits-des-enfants-les-initiatives-du-vati…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Fév - 01:47 (2014)    Sujet du message: ABUS CONTRE LES ENFANTS: LES DECISIONS DU VATICAN POUR PREVENIR ET PUNIR Répondre en citant

ABUS CONTRE LES ENFANTS: LES DECISIONS DU VATICAN POUR PREVENIR ET PUNIR

Réponse aux accusations d'un rapport de l'ONU Rome, 5 février 2014 (Zenit.org) Anita Bourdin


Le Saint-Siège qui réagit à des accusations de l'ONU de violer la Convention des droits de l'Enfance dans des "Observations conclusives sur les Rapports respectifs". Des Observations qui ignorent l'énorme travail accompli, notamment sous le pontificat de Benoît XVI, et que le Vatican rappelle point par point, avec les dates et les décisions, de 2001 à 2013.

Le Saint-Siège « regrette de constater dans certains points des Observations conclusives une tentative d’interférer dans l’enseignement de l’Eglise Catholique sur la dignité de la personne humaine et dans l’exercice de la liberté religieuse ».  La note est publiée à la Une de l'Osservatore Romano du 6 février 2014.

Il « réitère son engagement à défendre et protéger les droits de l’enfant, en accord avec les principes promus par la Convention sur les Droits de l’Enfant et selon les valeurs morales et religieuses offertes par la doctrine catholique ».

Ce communiqué de la secrétairerie d'Etat annonce un examen minutieux de ces Observations en disant: « selon les procédures particulières prévues pour les signataires de la Convention, le Saint-Siège prend acte des Observations conclusives sur les Rapports respectifs, observations qui seront soumises à une étude et un examen minutieux ».

Le Vatican a en quelque sorte été "sommé de relever immédiatement de ses fonctions toute personne suspectée d'abus sexuel et de déférer leur cas aux autorités judiciaires compétentes à des fins d'enquête et de poursuites" dans un rapport du Comité de l’ONU sur les droits de l’enfance publié ce mercredi matin, 5 février. "Il accuse directement le Saint-Siège de ne pas en avoir fait assez, et de violer la Convention sur les droits de l'enfant", explique Radio Vatican.

La même source commente: "Les mots sont très durs, la déclaration de l’ONU tombe comme un couperet. Publié ce mercredi matin à Genève, le rapport du Comité de l’ONU sur les droits de l’enfance fait l’impasse sur la politique de tolérance zéro appliquée par Benoît XVI. Il semble ignorer ou ne pas tenir compte du travail accompli par la Congrégation pour la doctrine de la Foi et de la rigueur appliquée par l’ancien promoteur de Justice, Mgr Charles Scicluna. A la mi-janvier, ce même Comité constitué de 18 experts indépendants des droits de l'Homme de divers pays avait auditionné les représentants du Vatican et avait demandé au Saint-Siège de rendre accessibles tous ses dossiers concernant les auteurs des abus et ceux qui ont couvert ces crimes."

"Au cours de cette audition inédite, continue Radio Vatican, l’Observateur permanent du Saint-Siège à Genève [Mgr Silvano Maria Tomasi] avait rappelé que des consignes très strictes avaient été données aux évêques leur recommandant notamment la collaboration avec les autorités civiles. Dans son rapport, le Comité accuse le Saint-Siège de ne pas avoir reconnu l'étendue des crimes commis et de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour traiter les cas d'abus sexuels d'enfants et protéger ces enfants. Il va même jusqu’à affirmer que les politiques et les pratiques retenues par le Saint-Siège ont conduit à la poursuite de ces abus et à une impunité pour leurs auteurs."

Pour répondre à de telles accusations, Radio Vatican publie un rappel chronologique des 5 principales mesures prises à partir de 2001. Elles ont été regroupées dans une section spéciale du site du Vatican où il est aisé de consulter les documents: elle s'intitule: "délits sur mineurs, la réponse de l'Eglise".

Radio Vatican retient cinq dates principales, de 2001 à 2013, du pontificat de Jean-Paul II aux dernières mesures prises par le pape François en soulignant: "le Saint-Siège ne ménage pas ses efforts en matière de lutte contre la pédophilie". Voici ces cinq séries de décisions:

- En 2001, Jean-Paul II publie le Motu Proprio Sacramentorum Sanctitatis Tutela, qui attribue à la Congrégation pour la doctrine de la foi la compétence pour traiter et juger selon le droit canon une série de délits particulièrement graves, parmi lesquels les abus sexuels. Ce décret était accompagné d’un certain nombre de directives regroupées sous le titre de Normae de Gravioribus Delictis, Normes concernant els délits les plus graves. Ces normes ont été renforcées par le cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la Congrégation. Elles soustraient notamment les cas d'abus au diocèses pour les confier à Rome, afin que les épiscopats n'aient pas la tentation d'étouffer les affaires. Parmi les mesures-phares : la prolongation à 28 ans du délai de prescription des crimes d'abus sexuels.

- En 2003, le cardinal Ratzinger demande à Jean-Paul II que la lutte contre les abus sexuels sur les mineurs soient une « priorité de l’Église », et Mgr Scicluna, ancien promoteur de justice au Vatican, a été chargé par le cardinal Ratzinger de travailler sur la question.

- Le 19 mars 2010, Benoît XVI publie une lettre aux catholiques d’Irlande où il écrit notamment: "Le devoir qui se présente désormais à vous est celui d'affronter le problème des abus qui ont lieu au sein de la communauté catholique irlandaise et de le faire avec courage et détermination".

- Le 11 juillet 2013, le pape François signe un motu Proprio redéfinissant, entre autres, les sanctions pénales contre tout abus envers des mineurs. Ces sanctions concernent explicitement l'ensemble de la catégorie des délits contre les mineurs : la vente, la prostitution, l'enrôlement et les violences sexuelles à leur encontre, la pédopornographie, la détention de matériel pédopornographique et les actes sexuels avec des mineurs.

- Le 5 décembre 2013, le cardinal américain Mgr Sean O'Malley, archevêque de Boston, et membre du Conseil des huit cardinaux travaillant autour du Pape à la réforme de la Curie annonce que le pape François a décidé de constituer une Commission spéciale pour la protection des mineurs. Le but de cette commission étant de sécuriser l’environnement de l’enfant via des codes de bonne conduite professionnelle, des attestations de capacité au ministère sacerdotale, et le contrôle du casier judiciaire ou l’évaluation psychiatrique des personnes concernées. La coopération avec les autorités civiles et la dénonciation des délits, ainsi que l’observation des lois civiles sont également réaffirmées. 

( 5 février 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/abus-contre-les-enfants-les-decisions-du-v…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Fév - 00:47 (2014)    Sujet du message: MORE FEDERAL PRIVILEGES TO EXTEND TO SAME-SEX COUPLES Répondre en citant

MORE FEDERAL PRIVILEGES TO EXTEND TO SAME-SEX COUPLES

By MATT APUZZOFEB. 8, 2014

WASHINGTON — The federal government will soon treat married same-sex couples the same as heterosexual couples when they file for bankruptcy, testify in court or visit family in prison.

Attorney General Eric H. Holder Jr. was preparing to issue policies aimed at eliminating the distinction between same-sex and opposite-sex married couples in the federal criminal justice system, according to excerpts from a speech prepared for a Saturday event organized by a prominent gay-rights group.

“In every courthouse, in every proceeding and in every place where a member of the Department of Justice stands on behalf of the United States, they will strive to ensure that same-sex marriages receive the same privileges, protections and rights as opposite-sex marriages,” Mr. Holder’s prepared remarks said, according to the excerpts circulated by the Justice Department.

 Victory, and Tax Changes, for Same-Sex CouplesFEB. 7, 2014


The changes were set in motion last year when the Supreme Court declared it unconstitutional to refuse federal benefits to married same-sex couples, a ruling that Mr. Holder supported.

Gay-rights advocates welcomed the changes but had hoped Mr. Holder would use his address before the Human Rights Campaign to announce that the president would sign an order prohibiting federal contractors from discriminating based on sexual orientation.

“That would be big,” said Gary Buseck, legal director for Gay and Lesbian Advocates and Defenders.

Since the Supreme Court ruling in June, the Obama administration has rewritten federal rules to allow same-sex couples to file taxes together and receive Medicare and other benefits reserved for married couples. Mr. Holder has been the public face of those efforts and has made championing gay rights one of the central messages of his tenure.

“These issues are very much at the center of this administration’s civil rights legacy,” said Ian S. Thompson, who works on gay and lesbian issues for the American Civil Liberties Union in Washington.

Speaking before Sweden’s Parliament a few days ago, Mr. Holder called fighting for gay and lesbian rights one of “the defining civil rights challenges of our time.”

The remarks on Saturday by Mr. Holder, the first black attorney general, cast the gay-rights movement as a continuation of the civil rights efforts of the 1960s.

“As all-important as the fight against racial discrimination was then, and remains today, know this: My commitment to confronting discrimination based on sexual orientation or gender identity runs just as deep,” his speech said.

The government estimates that more than 1,100 federal regulations, rights and laws touch on, or are affected by, marital status. With a memo on Monday, Mr. Holder plans to make several of those provisions apply equally to gay and straight couples.

In court cases and criminal investigations, for example, same-sex couples will be covered under what is known as the spousal privilege, a rule that says spouses cannot be forced to testify against each other. The Bureau of Prisons will extend the same visitation rights to married same-sex couples that it does to opposite-sex couples, Mr. Holder said.

The Justice Department will also recognize same-sex couples when determining eligibility for programs like the 9/11 Victim Compensation Fund, which pays people who were injured or made sick by the 2001 terrorist attacks. Same-sex spouses of police killed in the line of duty will also be eligible for federal benefits.

The federal rules have no effect on state laws. Seventeen states and the District of Columbia recognize same-sex marriages.

Challenges to bans on same-sex marriage are under way in several states, including Utah. A federal judge there said in December that the state’s ban was unconstitutional, but the Supreme Court put that decision on hold while an appeal played out.

Between those rulings, about 1,300 couples got marriage licenses in Utah. Last month, Mr. Holder said the federal government would recognize those marriages.

Opponents of same-sex marriage accused Mr. Holder of overstepping his authority in that case. Mr. Buseck, meanwhile, said the Obama administration could do more, such as the executive order on discrimination, to leave a civil rights legacy.

http://www.nytimes.com/2014/02/09/us/more-federal-privileges-to-extend-to-same-sex-couples.html?smid=tw-bna&_r=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Fév - 00:52 (2014)    Sujet du message: DE GRANDS CHANGEMENTS PREVUS POUR LES COUPLES GAIS AUX ETATS-UNIS Répondre en citant

DE GRANDS CHANGEMENTS PREVUS POUR LES COUPLES GAIS AUX ETATS-UNIS

Radio-Canada avec REUTER et Associated Press


  Le procureur général américain Eric Holder (archives)  Photo :  AFP/SAUL LOEB

Le procureur général des États-Unis, Eric Holder, propose d'étendre la reconnaissance des droits du mariage homosexuel à tous les États, apprend-on dans des extraits d'un discours qui doit être prononcé plus tard samedi.

Le procureur général prévoit notamment la reconnaissance du droit des couples gais de ne pas témoigner l'un contre l'autre dans les affaires civiles et pénales.

La loi américaine inclut depuis longtemps un « privilège matrimonial » protégeant les communications entre mari et femme, qui ne peuvent pas être forcés à témoigner l'un contre l'autre en cour.

Le procureur général envisage également d'étendre d'autres privilèges aux couples gais, qui devraient notamment avoir le droit de déposer un bilan commun, lors d'une procédure de faillite, et avoir accès aux mêmes droits de visite que les détenus hétérosexuels mariés des prisons fédérales.

Ces changements majeurs visent à lutter contre la discrimination aux États-Unis, tout comme l'avait fait Robert Kennedy [ex-procureur général] pour les droits civils dans les années 1960, souligne M. Holder.

L'an dernier, la Cour suprême américaine a déclaré que le gouvernement fédéral ne peut pas refuser de reconnaître les mariages entre conjoints de même sexe dans les États qui le permettent.

Le procureur général doit prendre la parole à 19 h à New York dans le cadre d'un événement de la Human Rights Campaign, un groupe de défense des droits des homosexuels.

Seuls 13 États américains ont légalisé le mariage gai. Dans les États où le mariage homosexuel n'est pas légal, le privilège matrimonial pour les couples de même sexe n'est pas garanti.

Dans l'État politiquement conservateur du Kentucky, par exemple, un juge a rejeté en septembre la demande d'une femme d'avoir droit au privilège matrimonial afin qu'elle ne puisse pas témoigner contre sa partenaire dans un cas de meurtre.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/02/08/004-eric-hold…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Fév - 01:05 (2014)    Sujet du message: RUBRIQUE DOMINICALE : MAINS BALADEUSES AU VATICAN !!! Répondre en citant

RUBRIQUE DOMINICALE : MAINS BALADEUSES AU VATICAN !!!

Voici une rubrique dominicale très "gay"... et qui prouve une fois de plus que les pervers sodomites du Vatican sont plus actifs que jamais !

Vic.

Source : http://www.jforum.fr/actualites/article/mains-baladeuses-au-vatican

 MAINS BALADEUSES AU VATICAN


samedi 25 janvier 2014 , par Vatican follies

G. n’est pas gai. Gay, il l’est peut-être (ou pas), mais gai, non. Plutôt amer. G. a été garde suisse au Vatican, essentiellement sous le pontificat de Jean-Paul II.

Interrogé, sous le couvert de l’anonymat, par le journal dominical suisse alémanique Schweiz am Sonntag, cet ancien membre de la garde pontificale affirme avoir été régulièrement harcelé, pendant plusieurs années, à l’époque où il servait au Vatican. Alors jeune et joli garçon, il dit avoir été victime des mains baladeuses d’hommes d’Eglise haut placés.

Mais surtout, les avances incessantes des monsignori l’ont profondément dégoûté. « Alors que je rentrais chez moi vers minuit après une sortie, confie l’ancien garde, quelqu’un m’a appelé sur mon portable ». « Où es-tu ? Que fais-tu ? », interroge la voix en italien avant d’inviter son interlocuteur dans sa chambre.

Intrigué, le soldat suisse demande à l’appelant de s’identifier. Sans complexe, l’homme donne son nom, celui d’un cardinal influent qui vit dans le palais du pape, tout près du Saint-Père. Mais le garde suisse croit être victime d’une mauvaise plaisanterie. Pour le rassurer, le cardinal donne alors son numéro de téléphone personnel. Après vérification, le garde découvre que le numéro est authentique. Plus tard, il va aussi reconnaître la voix du cardinal.

Selon G., il ne s’agit pas d’un cas isolé. « Entre 15 et 20 religieux » lui auraient fait des propositions indécentes. Parmi eux, des évêques, des cardinaux, des prêtres. « Le Vatican est un paradis pour gays », souligne G. qui affirme avoir été victime non seulement de paroles mais aussi d’attouchements par un collaborateur du Secrétariat d’Etat au Saint-Siège.

Mais il est vrai que mettre tous ces gardes, grands, beaux et forts, au milieu de libidineux prélats de la cour papale peut se comparer à envoyer un régiment de playmates faire office de surveillantes dans un pensionnat de jeunes garçons pleins de sève.

« La mano de Dios »

Elle va, elle vient, elle revient, la main de Dieu... (Photo D.R)

 Le pire selon G., c’est de n’avoir pas été pris au sérieux par sa hiérarchie. « Tu as dû mal comprendre, tu ne parles même pas l’italien », a été la réponse. Aujourd’hui encore, le corps des gardes suisses refuse d’évoquer le sujet.

Dans Schweiz am Sonntag, Urs Breitenmoser, porte-parole de la garde pontificale, déclare, sans s’exprimer sur les faits dénoncés par G. que « la rumeur d’un réseau homosexuel au sein du Vatican ne préoccupe pas la garde suisse pontificale ». « Les préoccupations des gardes sont avant tout religieuses et militaires » ajoute le porte-parole tout en se refusant à plus de précisions. Le pape François a condamné en juillet dernier le lobby gay au Vatican.

Mais G. ne pense pas que le pape change quoi que ce soit à la situation, tant ledit lobby est puissant à Rome.

En quarts de finale de la Coupe du Monde 1986, face à l’Angleterre, lorsqu’il avait marqué un but de la main (en faisant croire qu’il s’agissait d’un coup de tête), Diego Maradona avait déclaré que c’était « la mano de Dios » (« La main de Dieu »). Mais la main dans sa jolie culotte jaune et bleu de garde suisse, G. doute que cela ait été la main de Dieu.
 
Eric Azan/Fait Religieux.com


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 14 Fév - 00:26 (2014)    Sujet du message: GRANDE-BRETAGNE : ADIL RASHID PAS CONDAMNE POUR AVOIR VIOLE UNE FILLE DE 13 ANS CAR IL IGNORAIT LA LOI BRITANNIQUE Répondre en citant

GRANDE-BRETAGNE : ADIL RASHID PAS CONDAMNE POUR AVOIR VIOLE UNE FILLE DE 13 ANS CAR IL IGNORAIT LA LOI BRITANNIQUE

Pour un simple citoyen, il se ferait dire par le juge, que nul n'est supposé ignorer la loi! Deux poids, deux mesures qui va grandement aggraver la situation des femmes, sous ce Jihad terroriste. Voilà comment la Grande-Bretagne devient complice tout en se servant de cette tragédie pour protéger les criminels, au détriment de son peuple. L'islamisation des nations avance à grand pas et nous en voyons toute l'horreur, jour après jour. Satan a une sainte horreur des femmes car ce sont elles, vers qui ils sont allés, lors de la chute et qui a engendré une nouvele race : les Néphilims. Les Néphilims, ces êtres mauvais, ont été détruit lors du déluge. Maintenant, ils prennent leur revanche contre celles-ci. Ils leur feront une guerre impitoyable.

 
Grande Bretagne : Adil Rashid ne savait pas que avoir des rapports sexuels avec une fille de 13 ans est illégal






Un musulman qui a violé une fille de 13 ans et qu’il avait rencontré sur Facebook, n’a pas été condamné à la prison après qu’un juge soit allé dans l’école de foi coranique où il y a apprit que les femmes étaient inutiles.
Citation:


Adil Rashid, 18 ans, a déclaré qu’il n’était pas conscient que c’était illégal pour lui d’avoir des rapports sexuels avec la fille car il était ignorant de la loi Britannique.



Hier, le juge Michael Stokes, n’a pas condamné Rashid, déclarant: « Bien qu’il ait 18 ans, il est très clair d’après les rapports que vous êtes très naïfs et immatures quand on en vient au sujet de la sexualité. »

(…)


http://www.nouvelordremondial.cc/2014/02/05/grande-bretagne-adil-rashid-pas-condamne-pour-avoir-viole-une-fille-de-13-ans-car-il-ignorait-la-loi-britannique/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 14 Fév - 18:28 (2014)    Sujet du message: PAT ROBERTSON SAYS NUDITY ON TV MAY NOT BE WRONG AFTER ALL (Jan. 28, 2014) Répondre en citant

PAT ROBERTSON SAYS NUDITY ON TV MAY NOT BE WRONG AFTER ALL (Jan. 28, 2014)



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=S8WIaEoA_98&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 14 Fév - 21:09 (2014)    Sujet du message: PAT ROBERTSON SAYS NUDITY ON TV MAY NOT BE WRONG AFTER ALL (Jan. 28, 2014) Répondre en citant

PAT ROBERTSON SAYS NUDITY ON TV MAY NOT BE WRONG AFTER ALL (JAN. 28, 2014)



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=S8WIaEoA_98&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Fév - 02:05 (2014)    Sujet du message: HOLLIE GREIG DEFENDER ARRESTED AGAIN FOR EXPOSING GOV'T PEDOPHILES Répondre en citant

HOLLIE GREIG DEFENDER ARRESTED AGAIN FOR EXPOSING GOV'T PEDOPHILES



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=dka8D3YZEEI&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 22 Fév - 02:21 (2014)    Sujet du message: MUST WATCH!! ELITE BANKERS DRESSED IN DRAG MOCK 2008 FINANCIAL CRASH Répondre en citant

MUST WATCH!! ELITE BANKERS DRESSED IN DRAG MOCK 2008 FINANCIAL CRASH

Kappa Beta Phi is a secret society, best known for its Wall Street Chapter that is made up of high ranking financial executives.
http://en.wikipedia.org/wiki/Kappa_Beta_Phi



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=wJk7GW1RSTI&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 25 Fév - 14:44 (2014)    Sujet du message: OUGANDA : LE PROJET DE LOI ANTIGAI SIGNE Répondre en citant

OUGANDA : LE PROJET DE LOI ANTIGAI SIGNE

Reuters



  Des homosexuels africains manifestent en portant des masques pour cacher leur identité.  Photo :  Ben
Curtis


Le président ougandais Yoweri Museveni a promulgué lundi une loi controversée qui fait de l'homosexualité un crime passible de la prison, malgré les protestations occidentales, a fait savoir le gouvernement.

Le projet de loi prévoit la réclusion à vie, mais le texte définitif n'a pas été communiqué.

« Le président va signer aujourd'hui la loi contre l'homosexualité. Il veut la signer devant toute la presse internationale pour démontrer l'indépendance de l'Ouganda face

aux pressions et aux provocations occidentales », avait déclaré un porte-parole du gouvernement.


La semaine dernière, le chef de l'État avait reporté l'échéance pour permettre à des scientifiques de démontrer que l'homosexualité résulte d'un déterminisme génétique et non pas d'un choix délibéré.

Ce report avait été interprété comme un geste d'apaisement à l'égard des États-Unis, qui fournissent une aide annuelle de 400 millions de dollars à l'Ouganda. Barack Obama avait auparavant averti le pays que la promulgation du texte compliquerait les relations bilatérales et serait un « grand bond en arrière pour tous les Ougandais ».

Kampala est un allié important des puissances occidentales dans la lutte contre l'extrémisme islamique en Somalie, où le gros des forces de maintien de la paix de l'Union africaine provient de l'armée ougandaise.

L'homosexualité est illégale dans 37 pays d'Afrique.

À LIRE: L'Ouganda en voie de durcir les peines pour les gais et lesbiennes

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/02/24/002-ouganda-l…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:17 (2014)    Sujet du message: LA DATE DU PROCES POUR TRAFIC D'ORPHELINS DU PAPE FRANCOIS EST FIXEE Répondre en citant

LA DATE DU PROCES POUR TRAFIC D'ORPHELINS DU PAPE FRANCOIS EST FIXEE

ENGLISH : Catholic Pope Francis charged, trial set, for trafficking orphans
http://www.examiner.com/article/catholic-pope-francis-charged-trial-set-for…



VIDEO (English) : http://www.youtube.com/watch?v=vNTTx7gZHS4&hd=1

Par willsummer le février 26, 2014


Pour la première fois dans l'Histoire, deux Papes se rencontrent... - Photo Getty Images

Par Judy Byington, le 25 février 2014

Aujourd’hui, le Pape Catholique François Bergoglio a été désigné comme défenseur principal dans une affaire de trafic d’enfants impliquant des orphelins catholiques. Il sera demandé au Pape François de parler de son rôle dans le trafic d’enfants pendant la Sale Guerre d’Argentine pendant les années ’70. L’audience de cette affaire d’enfants rendus orphelins de leurs parents prisonniers politiques disparus a été fixée au 31 mars 2014 dans un tribunal international de Bruxelles.

Un témoin a accepté de sortir de sa cachette en Espagne pour témoigner contre le Pape François. Le fonctionnaire argentin avait pris des notes exhaustives de réunions entre celui qui est maintenant le Pape François et des responsables de la Junte militaire.

Ce témoin n’a pas été le seul dans ces accusations à l’encontre du Pape François. Selon un article de 2005 du Los Angeles Times, celui qui est aujourd’hui le Pape catholique François a été accusé par un groupe de défense des droits de l’homme de trafic de bébés, et en plus d’assistance au rapt d’opposants à la Junte militaire argentine pendant la Sale Guerre. Les avocats qui ont enregistré la plainte de 2005 représentaient le groupe de défense des droits de l’homme Plaza de Mayo.

Il y a un an le Pape catholique François est arrivé au sommet de l’Église Catholique mondiale après que le Pape Benoît ait démissionné de son siège. L’abdication sans précédent d’un Pape catholique est survenue quelques jours après que le Pape Benoît ait reçu la notification de l’émission d’un mandat d’arrêt par la même cour internationale qui veut juger le Pape François en mars.

Le verdict de culpabilité du Pape catholique Benoît de février 2013 est venu après des mois de délibérations par 36 membres d’un jury et six juges internationaux sur 150 affaires concernant plus de 50.000 enfants amérindiens canadiens disparus.

Le jury international a découvert que les enfants amérindiens se faisaient violer, torturer et assassiner dans des internats à travers le Canada – dont la majorité étaient des établissements catholiques. Les 80 écoles appartenaient conjointement au gouvernement canadien, à la reine Elizabeth et à l’Église Catholique, Anglicane et Unie du Canada.

Le Pape catholique, le gouvernement canadien et la reine Elizabeth (chef de l’Église Anglicane, ndlr) n’ont pas été les seuls dans leurs crimes contre des enfants vulnérables. Il a aussi été découvert que les 50.000 enfants amérindiens disparus avaient été les cobayes d’expériences illégales de contrôle de l’esprit par la CIA comprenant essais de drogues. Les essais de drogues étaient prodigués en association avec des entreprises pharmaceutiques comme Eli Lilly, Upjohn et Bayer. Ces firmes finançaient les églises unie, catholique, et anglicane qui géraient les 80 internats scolaires en relation avec le gouvernement canadien, l’Église Catholique et la Couronne Britannique.

Depuis 2008, 32 tombes communes d’enfants ont été découvertes sur des terrains appartenant à des institutions canadiennes et des internats d’enfants amérindiens. Bien que des restes humains aient été mis au jour sur au moins deux sites, il a été refusé que des excavations supplémentaires soient effectuées sur tous les sites de tombes communes d’enfants. Les preuves de l’holocauste des enfants canadiens a été relaté dans le livre de Kevin Annett, "Hidden No Longer" ("Désormais Plus Cachés", ndlr), qui peut être lu gratuitement ici: www.ChildAbuseRecovery.com, www.hiddennolonger.com

Annett a déclaré que cet abus d’enfants et son camouflage était "une tentative délibérée d’éliminer les tribus indigènes canadiennes et prendre possession de leurs terres ce qui à maintes reprises, a été accompli."

La cour internationale a également trouvé en février 2013 que la reine Elizabeth était coupable de la disparition, le 10 octobre 1964, de dix enfants de l’Internat Kamloops en Colombie Britannique. Les parents des enfants disparus ont été empêchés d’amener leur affaire devant un tribunal par le gouvernement canadien – raison pour la cour internationale en 2013.

Trois témoins des enlèvements sont morts de causes mystérieuses avant le procès. L’un d’entre eux était William Combes, âgé de douze ans à l’époque. Il déclara lors de sa déposition filmée, "C’était étrange parce que nous avons dû embrasser les bottes de la reine qui étaient blanches avec des lacets. Sept garçons et trois filles âgés de six à 14 ans sont partis avec la reine et le prince Philippe. Nous n’avons plus entendu parler d’eux après ce jour-là, même quand nous avions grandi."

L’annonce aujourd’hui d’amener le Pape François devant un tribunal a été faite par Kevin Annett de l’International Tribunal into Crimes of Church and State (Tribunal International pour les Crimes de l’Église et de l’État, ndlr). Elle a été faite le jour anniversaire de la condamnation, le 25 février 2013, du Pape Benoît et de 29 autres membres de l’élite mondiale dont la reine Elizabeth, pour leurs crimes contre l’humanité.

Source: http://www.examiner.com/article/catholic-pope-francis-charged-trial-set-for…

http://globalepresse.com/2014/02/26/la-date-du-proces-pour-trafic-d-orpheli…


Dernière édition par maria le Jeu 27 Fév - 23:05 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 12:39 (2014)    Sujet du message: FEDERAL JUDGE STRIKES DOWN TEXAS BAN ON GAY MARRIAGE, POSTPONES ACTION PENDING APPEAL Répondre en citant

FEDERAL JUDGE STRIKES DOWN TEXAS BAN ON GAY MARRIAGE, POSTPONES ACTION PENDING APPEAL

Published February 26, 2014
Associated Press



Feb. 14, 2014: The two homosexual couples who challenged Texas' ban on same-sex marriage, Cleopatra De Leon, left, and partner, Nicole Dimetman, second from left, and Victor Holmes and partner Mark Phariss, right, talk with media.AP

A federal judge declared a same-sex marriage ban in deeply conservative Texas unconstitutional on Wednesday, but will allow the nation's second-most populous state to enforce the law pending an appeal that will likely go to the U.S. Supreme Court.

Judge Orlando Garcia issued the preliminary injunction after two gay couples challenged a state constitutional amendment and a longstanding law. His ruling is the latest in a tangled web of lawsuits across the country expected to end up in the Supreme Court next year.

"Without a rational relation to a legitimate governmental purpose, state-imposed inequality can find no refuge in our United States Constitution," Garcia wrote. "These Texas laws deny plaintiffs access to the institution of marriage and its numerous rights, privileges, and responsibilities for the sole reason that Plaintiffs wish to be married to a person of the same sex."

Garcia said the couples are likely to win their case and the ban should be lifted, but said he would not enforce his ruling pending one by the 10th Circuit Court of Appeals, which already is hearing two other states' cases. He also will give Texas time to appeal to the 5th Circuit Court of Appeals in New Orleans.

Garcia, appointed by President Bill Clinton, is the first judge in the conservative 5th Circuit to reach such a decision. Texas Attorney General Greg Abbott, who also is the leading Republican candidate to succeed Gov. Rick Perry, promised to appeal the decision to the New Orleans court.

"This is an issue on which there are good, well-meaning people on both sides," Abbott said in a statement. "The U.S. Supreme Court has ruled over and over again that States have the authority to define and regulate marriage."

The ruling is the latest in a series of victories for gay rights activists following similar decisions in Utah, Oklahoma and Virginia. The U.S. Supreme Court put the Utah ruling on hold until the 10th Circuit can consider an appeal, and Garcia said he would respect that order as well.

Mark Phariss and Victor Holmes filed their federal civil rights lawsuit saying Texas' ban unconstitutionally denied them the fundamental right to marry because of their sexual orientation. Cleopatra De Leon and Nicole Dimetman filed a lawsuit saying Texas officials violated their rights by not recognizing their marriage conducted in a state where gay marriage is legal.

"Having been together almost 17 years, we look forward to the day when we can get married and when all gay Texans enjoy equal rights to marry as well," Phariss and Holmes said in a statement.

Dimetman and De Leon said they hope to retake their vows in Texas.

Todd Staples, a candidate for lieutenant governor who drafted the constitutional amendment banning gay marriage, denounced the court's decision.

"I am disappointed that judicial activism is once again trying to trump the will of the people. This ruling is the poster child of the culture war occurring in America today," he said.

Another gay couple has filed a separate lawsuit in federal court in Austin. In that case, two men argue that the ban discriminates against them based on their gender. That case is scheduled for a hearing later this year.

http://www.foxnews.com/politics/2014/02/26/federal-judge-strikes-down-texas…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Fév - 23:31 (2014)    Sujet du message: PAUL OHLOTT / LE CHANTEUR EVANGELIQUE RICHARD PICOTIN L'AUTEUR DE "CHRIST EST ROI" ANNONCE SON HOMOSEXUALITE - CANADA Répondre en citant

PAUL OHLOTT / LE CHANTEUR EVANGELIQUE RICHARD PICOTIN L'AUTEUR DE "CHRIST EST ROI" ANNONCE SON HOMOSEXUALITE - CANADA


Paul Ohlott / Le chanteur évangélique Richard Picotin l'auteur de

Posté le 27/02/2014

Ses proches connaissaient son "combat intérieur" depuis longtemps, mais c’est désormais officiel. Richard Picotin a posté deux annonces sur son mur facebook le 22 et le 24 février.

S’il a toujours vécu comme un "homosexuel abstinent", il souhaite désormais "accueillir" son homosexualité tout en gardant sa "foi chrétienne".

Dans un premier commentaire publié le 22 février, Richard Picotin écrit : "Après plusieurs années de réflexion, j’ai compris que je ne pouvais être autrement de ce que je suis réellement. J’ai donc décidé de m’accepter tel que je suis. Je vous annonce donc que j’accueillerai dorénavant mon homosexualité. Je vivrai donc, désormais, ma foi chrétienne différemment".

Deux jours plus tard, face aux nombreuses réactions de ses amis sur facebook, il tient à préciser les 3 raisons qui ont motivé son coming out : "1/ Pour me permettre de sortir du silence et de ses conséquences néfastes. 2/ Pour stimuler la réflexion de ce sujet tabou dans nos églises. 3/ Pour tendre la main à mes frères et soeurs qui sont en détresse".

Natif de Montréal au Québec, Richard Picotin est un auteur-compositeur-interprète, qui a démarré un "ministère de louange" alors qu’il n’avait que 18 ans. À la suite d’une participation à un concours du Festival de Louange (1993-1994) organisé par les Ambassadeurs de Christ, Richard se fait remarquer grâce à sa composition qui devient un célèbre cantique : "Christ est Roi". Ce chant sera notamment repris par Stéphane Query et Sylvain Frémond de Jeunesse En Mission, avant d’envahir de nombreuses églises dans toute la Francophonie.

Bien après la composition de cette chanson, il a réalisé en 2011 son deuxième album intitulé : "Le fils du charpentier". Dans cet album, il s’est entouré d’une pléiade de chanteurs évangéliques dont Andréanne Lafleur, Rija, Jimmy Lahaie, ou encore Maggie Blanchard.

Comment le monde évangélique va-t-il réagir face à cette annonce ? Les radios évangéliques vont-elles le déprogrammer ? Les librairies évangéliques vont-elles stopper la vente de ses albums ? Quant aux églises évangéliques… vont-elles se refuser à chanter ses compositions ? Réponse dans les jours et semaines à venir…

Paul OHLOTT

http://nycodem.net/actualites_chretiennes/?view=d&OUZOF=148700952&t…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Fév - 06:40 (2014)    Sujet du message: FRANCE : LA LOI TAUBIRA LEGITIME LA PMA POUR LES PERSONNES HOMOSEXUELLES Répondre en citant

FRANCE : LA LOI TAUBIRA LEGITIME LA PMA POUR LES PERSONNES HOMOSEXUELLES

« C'est arrivé un 6 février... | Accueil | Et revoilà la loi contre la famille en tranches »

06 février 2014

C'est une déclaration d'Erwann Binet :

"Nous avons légitimé la PMA et il ne reste plus qu'à la légaliser".

http://www.islam-contre-occident.com/la-loi-taubira-legitime-la-pma-pour-le…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Fév - 07:15 (2014)    Sujet du message: LA FAMILLE DILUEE DANS LES DROITS DE L'HOMME Répondre en citant

LA FAMILLE DILUEE DANS LES DROITS DE L'HOMME

L'ECLJ dénonce une dissolution accélérée de la définition juridique de la famille

Rome, 27 février 2014 (Zenit.org) Grégor Puppinck

Grégor Puppinck, directeur du Centre européen pour le droit et la justice (ECLJ), dénonce une "dissolution accélérée de la définition juridique de la famille" en Europe.

Dans un arrêt Vallianatos et autres c. Grèce (n° 29381/09 et 32684/09) rendu le 7 novembre 2013, la Cour européenne des droits de l’homme (la Cour) a estimé que deux hommes adultes vivant séparément devaient bénéficier de la protection accordée aux familles dans le cas particulier où ils entretiennent une relation homosexuelle stable. À cette occasion, la Cour a affirmé que, dorénavant, lorsqu’un État européen légifère en matière de famille, il « doit choisir les mesures (…) en tenant compte de l’évolution de la société ainsi que des changements qui se font jour dans la manière de percevoir les questions de société, d’état civil et celles d’ordre relationnel, notamment de l’idée selon laquelle il y a plus d’une voie ou d’un choix possibles en ce qui concerne la façon de mener une vie privée et familiale » (§ 84). La Cour veille ainsi à ce que les États européens adaptent leur législation à (sa propre perception de) l’évolution des mœurs. Cet arrêt marque une étape nouvelle dans la dissolution accélérée de la définition juridique de la famille qui, de réalité biologique et institutionnelle, est devenue une notion extensible jusqu’à l’incohérence.

La famille constituée par le mariage ou/et les enfants

La Convention européenne des droits de l’homme (la Convention) protège « la vie privée et familiale » dans une même disposition (article 8), avec le domicile et la correspondance, mais la Cour a progressivement distingué la protection de la vie privée de celle de la vie familiale. La vie privée est un concept large qui ne se prête pas à une définition exhaustive. Sa protectiona essentiellement pour objet de prémunir l’individu contre les ingérences arbitraires des pouvoirs publics et peut engendrer de surcroît des obligations positives inhérentes à un « respect » effectif de la vie privée (Olsson c. Suède, n°10465/83, 24.03.1988). Quant à la protection de la vie familiale, elle porte essentiellement sur les relations entre les enfants et leurs parents. Selon sa jurisprudence traditionnelle, la Cour considère que le droit au respect de leur vie familiale « présuppose l’existence d’une famille » (Marckx c. Belgique, n°6833/74, 13.06.1979, §31) ou, à tout le moins, l’existence d’une relation potentielle pouvant se développer, par exemple, entre un père naturel et un enfant né hors mariage (Nylund c. Finlande, déc., n°27110/95). Ainsi, la Cour estimait qu’à défaut de mariage, c’est l’existence d’un enfant qui était constitutive d’une vie familiale (Johnston c. Irlande, n° 9697/82, 18.12.1986). Un couple non marié et sans enfant ne pouvait donc prétendre bénéficier de la protection accordée aux familles (Elsholz c. Allemagne [GC], no 25735/94, 13.07.2000).

De façon très proche, la Déclaration universelle des droits de l’homme protège toute personne contre les « immixtions arbitraires dans sa vie privée, sa famille, son domicile ou sa correspondance » ainsi que contre les « atteintes à son honneur et à sa réputation » (article12).

Tel que cela a été solennellement énoncé dans divers instruments internationaux, la famille est reconnue et protégée en tant qu’« unité fondamentale de la société et milieu naturel pour la croissance et le bien-être de tous ses membres, et en particulier des enfants » (préambule de la Convention internationale des droits de l’enfant). La protection ne vise pas le couple mais la famille qui « a droit à la protection de la société et de l'État » (articles 16§3 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et 23§1 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques) « aussi longtemps qu'elle a la responsabilité de l'entretien et de l'éducation d'enfants à charge » (article 10§1 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels). La reconnaissance accordée par la société au couple résulte en fait de sa contribution au bien commun par la fondation d’une famille, et non pas de l’existence, entre les personnes constituant le couple, de sentiments, ceux-ci relevant normalement de la vie privée.

Si la Cour a longtemps conservé cette compréhension organique des rapports entre famille et société, l’évolution des mœurs l’a cependant amenée à reconstruire ce rapport. Certes, l’émergence des « droits LGBT » a contribué activement au bouleversement de la compréhension juridique de la famille. Toutefois, la cause de ce bouleversement est davantage à rechercher dans l’émergence d’un droit à la reconnaissance sociale des relations affectives et au mariage, conçue comme valeur autonome, comme une liberté individuelle indépendante de sa finalité sociale qu’est la fondation et la protection de la famille.

Droits des personnes LGBT : de la vie privée à la vie familiale

L’histoire de la jurisprudence relative aux « droits LGBT » est en partie l’histoire du passage de la protection accordée au titre de la vie privée à la protection accordée au titre de la vie familiale. Alors que, dans un premier temps, la Cour avait admis la pénalisation des relations homosexuelles (p. ex. Déc. Com.EDH n°104/55 du 17.12.1955, n°7215/75 du 7.07.1977), elle a considéré par la suite que ces relations devaient finalement être ignorées de la loi et revêtues de la protection accordée à la vie privée. Elle a ainsi censuré les ingérences de l’État constituées notamment par la pénalisation des relations homosexuelles entre adultes (Dudgeon c. Royaume-Uni, n°7525/76, 22.10.1981). Ce n’est que combinée au principe de non-discrimination, par comparaison à des personnes ou à des couples hétérosexuels, que l’invocation de la protection de la vie privée a permis de mieux protéger les droits des personnes homosexuelles. Il en a ainsi été par exemple en matière d'attribution de l'autorité parentale (da Silva Mouta c. Portugal, no33290/96, 21.12.1999) ou d’agrément pour adopter un enfant (Fretté c. France, no36515/97, 26.02.2002). Dans l’affaire Kerkhoven et Hinke c. Pays-Bas, (n°15666/89, 19.05.1992), la Commission avait refusé d’assimiler à une vie familiale une relation stable entre deux femmes et l’enfant mis au monde par l’une d’elles, accordant à cette relation la seule protection de la vie privée.

C’est avec l’arrêt Schalk et Kopf c. Autriche (n°30141/04, 24.06.2010) que la Cour a modifié sa position, estimant que les relations homosexuelles excédaient le cadre de la vie privée et justifiaient une reconnaissance publique, non plus sous le volet répressif, mais en tant que mode légitime de vie familiale. Eu égard à l’évolution législative en Europe, la Cour a jugé en effet que la relation qu'entretient un « couple homosexuel cohabitant de fait de manière stable » relevait « de la notion de ‘’vie familiale’’ au même titre que celle d'un couple hétérosexuel se trouvant dans la même situation (§94) », et non plus seulement du domaine de la vie privée.

Depuis l’arrêt Schalk et Kopf, la cohabitation stable des membres du couple suffisait à constituer une vie familiale, le mariage ou la présence d’enfant n’étant plus nécessaire. Avec l’arrêt Vallianatos, la cohabitation n’est même plus nécessaire selon la Cour puisque des « personnes physiques adultes (…) qui entretiennent des relations homosexuelles (…) en dehors d’une cohabitation » mènent également une vie familiale (§49). Il est vrai que la Cour n’a jamais considéré nécessaire la cohabitation, mais seulement si les conjoints étaient mariés ou divorcés, ou s’il existait un enfant, car c’est le mariage ou l’enfant qui constituait la vie familiale.

Cette évolution avait été amorcée par l’arrêt Goodwin c. Royaume-Uni (no28957/95, 11.07.2002) par lequel la Cour a jugé que le droit de se marier existe de façon autonome, indépendamment de la famille. La Cour a ainsi abandonné l’idée selon laquelle le mariage serait la forme, et la famille serait la substance d’un unique « droit de se marier et de fonder une famille ». Le mariage est devenu un bien substantiel et un droit en soi, de par sa dimension sociale et symbolique, indépendamment de sa finalité concrète première considérée par le droit.

Une fois posé le principe d’équivalence, dans le cadre de la protection de la vie familiale, entre un couple de même sexe sans enfant et une famille biologique, la Cour en tire les conséquences : par exemple dans les affaires Schalk et Kopf et Vallianatos s’agissant de la reconnaissance juridique et de protection de la relation, ou dans l’affaire X et autres quant à la capacité à élever un enfant. L’affaire Vallianatos, à la suite de l’arrêt X et autres (§ 146) est une application de cette logique égalitaire abstraite qui ramène les différences biologiques (objectives) entre un couple de même sexe et une famille biologique à une simple différence (subjective) d’orientation sexuelle insusceptible de justifier à elle-seule une différence de traitement.

Une vie familiale sans contenu objectif

Finalement, à ce stade de l’évolution jurisprudentielle, quel est le contenu de la vie familiale au sens de l’article 8 ? Le sait-on encore, dès lors que, désormais, la vie familiale ne requiert pour exister ni engagement public, ni présence d’enfant, ni même cohabitation. Est-ce l’existence de sentiments qui permet de caractériser la « vie familliale » au sens de l’article 8 de la Convention ? Mais le droit a toujours ignoré les sentiments, considérant que ceux-ci relèvent de la vie privée, et non pas de la vie familiale, tout comme la sexualité consentie entre adultes (sauf cas particuliers). Est-ce alors la stabilité de la relation (Vallianatos, §73) ? Mais il s’agit-là d’un critère fort relatif. Deux affaires connexes renforcent le constat de perte de définition objective de la famille et de la vie familiale.

Dans l’affaire Burden c. Royaume-Uni (n°13378/05, 29.04.2008), il s’agissait de comparer la situation de deux sœurs célibataires ayant toujours vécu ensemble à celle d’autres couples de même sexe, les premières n’étant pas autorisées à conclure un partenariat civil et à bénéficier de l’exonération de droits de succession qui y est attachée. Sans déterminer si les sœurs menaient une vie familiale, la majorité des juges a estimé les situations non comparables au motif que le partenariat est interdit « aux personnes qui ont des liens de proche parenté » (§62). La Cour a ajouté : « Plutôt que la durée ou le caractère solidaire de la relation, l’élément déterminant est l’existence d’un engagement public, qui va de pair avec un ensemble de droits et d’obligations d’ordre contractuel » (§65). Or c’est précisément, comme dans l’affaire Vallianatos, ce dont se plaignaient les sœurs : ne pas avoir accès au partenariat pour un motif non justifié, et la Cour n’a pas dit en quoi cette différence était justifiée sur le fond. Quoiqu’il en soit, on peut retenir de cet arrêt Burden que, pour les juges de Strasbourg, « la durée ou le caractère solidaire de la relation », c'est-à-dire sa stabillitén’est pas déterminante.

Alors que dans l’affaire Burden la Cour n’avait pas évoqué la sexualité, elle l’a fait dans l’affaire Stübing c. Allemagne (n°43547/08, 12.04.2012), refusant de reconnaître qu’un frère et une sœur, vivant avec leurs quatre enfants, puissent se prévaloir de la protection accordée à la vie familiale, au motif du consensus européen condamnant les relations incestueuses (§61).

Une définition arbitraire de la famille

Finalement, dès lors que l’on a renoncé au mariage ou à la présence d’enfant comme critère de la vie familiale, il apparaît fort difficile d’établir d’autres critères objectifs, et donc non arbitraires. Plusieurs juges dissidents ont en substance reproché à l’arrêt Burden d’être arbitraire car purement positiviste. Mais qui décide de l’existence d’une vie familiale si les faits ne sont pas déterminants ? Est-ce le juge, la loi ou les personnes engagées dans la relation ? Si la décision appartient au juge et à la loi, elle sera alors contingente et relative à l’évolution culturelle.

Toute personne affirmant mener une vie familiale peut estimer arbitraire son impossibilité de contracter une union civile. Ainsi, la loi grecque ne permet pas à plus de deux personnes de contracter une telle union alors que la Cour a reconnu qu’une famille polygame mène une vie familiale (Serife Yigit c. Turquie, n°3976/05, 2.11.2010, §90). De même, plusieurs pays européens réservent les contrats d’union civils aux couples de même sexe, créant ainsi une nouvelle discrimination à l’encontre des couples de sexes différents.

Dans un proche avenir, à l’occasion de deux affaires actuellement pendante à Strasbourg (Oliarai et A. contre Italie et Felicetti et autres contre Italie ; Francesca Orlandi et autres c Italie), la Cour pourrait prolonger la jurisprudence Vallianatos en estimant que tout couple menant une vie familiale doit, sans discrimination basée sur l’orientation sexuelle, avoir la faculté d’obtenir une reconnaissance officielle de sa relation dès lors qu’une telle reconnaissance est proposée à certains couples. Un tel constat obligerait les pays européens qui ne permettent pas le mariage homosexuel à proposer une forme de reconnaissance alternative et similaire aux couples de même sexe, telle que l’union civile. Si la Cour établit un tel droit, l’étape suivante sera alors le rehaussement des droits attachés à ce partenariat au niveau de ceux attachés au mariage. Au final, ces deux statuts se distingueront moins par les droits que par les devoirs qui demeureront peut-être plus importants dans le mariage.

Ce processus de dissolution juridique de la « famille » n’est manifestement pas achevé : demeurent les questions de la polygamie, de l’inceste, des nouvelles formes de « multi-parentalité » et de l’inégalité des droits attachés au mariage et aux contrats d’union civile. Ce processus n’est pas un phénomène historique inéluctable, il est une succession de choix politiques et juridiques qui, pas à pas, ont conduit la Cour à l’opposé de l’intention initiale des rédacteurs de la Convention qui voulaient protéger les familles contre l’État, et non pas confier à l’État le pouvoir de définir la famille. La Cour de Strasbourg ne fait pas que suivre l’évolution des mentalités, elle la précède et l’oriente souvent, servant de « guide » aux juridictions et législateurs nationaux.

Ce pouvoir de définition de la réalité, qui dépasse les limites du pouvoir d’interprétation des normes, la Cour l’a aussi appliqué aux termes homme et femme. Elle a en effet déclaré, afin d’étendre à une personne transsexuelle le droit de se marier avec une personne de même sexe biologique, qu’elle « n'est pas convaincue que l'on puisse aujourd'hui continuer d'admettre que ces termes impliquent que le sexe doive être déterminé selon des critères purement biologiques » (Goodwin, 2002 § 100). Homme et femme sont redéfinis comme désignant le sexe psychologique, social ou biologique, c'est-à-dire le « genre ». Ainsi, la famille, et même le sexe, ne sont plus des réalités tangibles sur lesquelles le droit peut se fonder avec stabilité, mais des « notions » relatives et dynamiques définies par un droit devenu lui aussi relatif et dynamique. En acquérant le pouvoir de redéfinir la réalité –la norme juridique remplace la réalité comme critère de vérité (sociale)- le droit devient ainsi l’instrument privilégié de l’ingénierie sociale. Cette redéfinition juridique de la réalité ne laisse aucune place à la contestation morale car elle prétend dire ce qui est, et plus encore, elle prétend être ce qui est.

Selon la pensée originelle des rédacteurs de la Convention et des autres grands textes d’après-guerre, la famille constitue la société dont émane l’État, elle précède donc l’État qui est au service de la société, tandis que selon la conception nouvelle, la famille procède de l’État : c’est l’État qui, par son emprise sur la société, redéfinit la famille conformément à la pensée dominante. Ce changement de perspective témoigne du détournement contemporain de la théorie des droits de l’homme : fondée initialement sur un humanisme jusnaturaliste, elle est devenue aujourd’hui un instrument privilégié de mise en œuvre de l’individualisme libéral. Un individualisme libéral qui, par un paradoxe ironique, renforce l’emprise de l’État sur les individus en échange de la promesse d’une plus grande liberté.

---------------------------------

* Cet article complète et reproduit un extrait d’une étude intitulée « L’affaire Vallianatos et autres c/ Grèce et la dilution progressive de la notion de vie familiale » publiée dans la Revue Lamy Droit Civil de Janvier 2014, pp.79-83.
(27 février 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/la-famille-diluee-dans-les-droits-de-l-hom…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:17 (2016)    Sujet du message: HOMOSEXUALITÉ/PÉDOPHILIE, ETC.... (PARTIE 2) - P.1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> HOMOSEXUALITÉ - PÉDOPHILIE... THE FAMILY - LA FAMILLE(PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 311, 12, 1336, 37, 38  >
Page 12 sur 38

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com