LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

HOMOSEXUALITÉ/PÉDOPHILIE, ETC.... (PARTIE 2) - P.1
Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 2136, 37, 38  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> HOMOSEXUALITÉ - PÉDOPHILIE... THE FAMILY - LA FAMILLE(PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Nov - 05:24 (2014)    Sujet du message: EPISCOPAL CHURCH OF THE DECEPTION Répondre en citant

EPISCOPAL CHURCH OF THE DECEPTION 

Episcopal Church of the Ascension in Hickory NC fights for the cause of same sex marriage and homosexuality, and is led by a female pastor. Buddy Fisher and Marvin are preaching from their sidewalk so the church will at least hear some truth this day.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=3bWYgCabB6Q


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Nov - 05:24 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 18 Nov - 00:41 (2014)    Sujet du message: KEVIN ANNETT : VANCOUVER&BANGKOK TOP CHILD-TRAFFICKING CITIES. ARCHBISHOP, JUDGES IN CHILD SACRIFICES Répondre en citant

KEVIN ANNETT : VANCOUVER&BANGKOK TOP CHILD-TRAFFICKING CITIES. ARCHBISHOP, JUDGES IN CHILD SACRIFICES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Mu3uszs77Ak


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 18 Nov - 03:57 (2014)    Sujet du message: SATANIC RITUAL VICTIM SPEAKS OUT : MAJOR COVER UP OF SATANISM IN THE CHURCHES EXPOSED! INCLUDING HALF THE PASTORS ADMITTING TO PORN ABUSE?! OUTRAGE! Répondre en citant

SATANIC RITUAL VICTIM SPEAKS OUT : MAJOR COVER UP OF SATANISM IN THE CHURCHES EXPOSED! INCLUDING HALF THE PASTORS ADMITTING TO PORN ABUSE?! OUTRAGE!


By Lisa Haven November 17, 2014 16:00




Since the beginning of time, war has been waged against Christ and all those who believe in Him. Satan has made every allowable attempt to rid the world of believers and those who profess Jesus as their one true Lord and Savior. Satan’s conquest to seek out believers forces us to consider that the battle is no figment of our imagination; it exists, and if it exists, then God exists.

“For we do not wrestle against flesh and blood, but against principalities, against powers, against the rulers of the darkness of this age, against spiritual hosts of wickedness in the heavenly places.” Ephesians 6:12

“…Satan has desired to have you, that he may sift you as wheat.” Luke 22:31

Whether you want to believe it or not Satanic Ritual abuse is real and sadly very abundant in our culture today. In the video below The Vigilant Christian takes us through how the mainstream media is not only attempting to cover it up but how real these Satanic Rituals are. Here is his report…



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=_XRi-tAF2Rw

The spiritual battle is alive and active today like never before. Sadly, many believers don’t realize the battle is real. If truth be told, we have allowed the enemy strongholds in our lives and don’t even recognize it. For example, we worry more about the latest culture trends, what church programs we have, and how we can impress others, than we do about fighting the enemy. We choose menial activities over spending time with God. We spend hours on end watching television/computer, but we don’t give God the time of day. One of Satan’s biggest attacks is bringing comfort and complacency into the church, which causes people to ignore Satan, rather than battle against him.  The more the church is silenced, the more room he has to thrive and today he is wreaking havoc in the church like never before!

Satan doesn’t focus his attacks on non-believers, no he focuses them on those who are the ‘problem,’ that is, us believers. So whether or not you are ready, as a believer, you are on his hit list. This is why Satan has been intensifying his attacks on the church, a church, might I add, that has been withdrawing from the battle lines.

I know firsthand that Satan is sending his agents into congregations to pray against the church. These agents infiltrate the church and pray for demons to be loosed on the congregation and the specifically the pastor. This is why we see so many pastors are committing heinous sins today. Because the church is not awake to the spiritual battle and most of the time don’t even realize there is a battle taking place. Here is a quite two minute video proving that Pastors across the nation are admitting to porn usage…

Video by Wretched



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=_SfrZl73tpk

With that in mind, I encourage you to watch the video below in its entirety, especially if you are a Christian.  We should no longer be asleep to such things and NOW is the time to wake up and prepare, put up our fists and fight the spiritual battle ahead….



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ULBykLNLpJY
 
So how do we fight a spiritual battle? For starters we don’t fight with swords, we fight with power from on high…

“We are human, but we don’t wage war with human plans and methods. We use God’s mighty weapons, not mere worldly weapons, to knock down the Devil’s strongholds…” 2 Cor. 10:4

One of the most important weapons we have in our arsenal is the Word of God. From it we learn, we teach, we are encouraged, we are corrected, and through it we can remind Satan of his eventual doom. It’s our lifeline, it’s our love letter, from our Lord.

The second weapon we have in our arsenal is the armor of God. In Ephesians 6:11 it tells us to, “Put on the full armor of God, so that you can take your stand against the devil’s schemes.” Each day pray to wrap yourself in His armor. Stand in truth, peace, faith, and be assured of your salvation.

The third weapon is prayer. Through prayer we can fight any unseen battle. I have heard stories of X-Satan worshipers claiming they couldn’t get through to certain areas to curse them because Christians were standing on the corner praying. There is power in prayer! This is exactly why our God says it’s a weapon to battle with. Prayer is a force to be reckoned with. Because through it, we contact the Living King! Not only that but it scares Satan like crazy! Let’s make Satan’s hairs stand up on the back of his head, and pray.

The fourth weapon is fasting. It allows us to discipline our body and mind, like a warrior in training.

Finally, the last weapon we have in our arsenal is the church. Fellowship is of utmost importance when it comes to spiritually battles. We need other believers to come along side us. Each of us are gifted in different ways and we can help each other. We can be lifted when we fall, or given aid, when needed. We can pray in a group, which is even strong then single prayer. We can hold each other accountable and fight the enemy arm in arm. Please don’t discount the effectiveness of fellowship. This is why Jesus had 12 disciples, not 1. He knew they would hold each other up. Don’t fail to recognize the power in fellowship.

Now that we know what we have in our arsenal and how to use it! Lets fight that spiritual battle!

For More Information:

FOX/ABC interview – Teal Swan https://www.youtube.com/watch?v=B1CxV…
MK-Ultra Illuminati Mind Control EXPOSED !!! by Fritz Springmeier https://www.youtube.com/watch?v=nza9q…
Cover-Up of the Century: Satanic Ritual Crime and World Conspiracy http://www.amazon.ca/Cover-Up-Century…
SUBSCRIBE To – David Ortiz – https://www.youtube.com/channel/UCCK4…
Yoga can lead to demonic possession! https://www.youtube.com/watch?v=ZSs8d…
“Yoga is Satanic Witchcraft” TVC Mario interviews X-Yogi Purvi http://youtu.be/QY4D7Kjn3-I
SUBSCRIBE TO CTN TEAM MEMBERS (Christian Truther Network)
White Rabbit – https://www.youtube.com/user/WhiteRab…
Puritan Pictures – https://www.youtube.com/channel/UCmLJ…
 http://au.christiantoday.com/article/satanic-temple-launches-campaign-to-protect-children-and-permit-them-to-pray-to-satan/17177.htm
http://www.christiantoday.com/article/pastor.bob.coy.resigns.affair.scandal.moral.failing.calvary.chapel.fort.lauderdale.congregants.heartbroken/36611.htm
https://www.youtube.com/watch?v=y6LxuAaCBvU

http://vineoflifenews.com/satanic-ritual-victim-speaks-out-major-cover-up-of-satanism-in-the-churches-exposed-including-half-the-pastors-admitting-to-porn-abuse-outrage/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 18 Nov - 04:17 (2014)    Sujet du message: NAKED FEMINIST PROTESTERS SIMULATE SEX WITH CRUCIFIXES Répondre en citant

NAKED FEMINIST PROTESTERS SIMULATE SEX WITH CRUCIFIXES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=qfMroM0OEfg


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Nov - 06:30 (2014)    Sujet du message: ITCCS: Youtube SUPPRIME DES MESSAGES HISTORIQUES DE L'ITCCS IMPLIQUANT DES MEMBRES DE L'ELITE! Répondre en citant

ITCCS: Youtube SUPPRIME DES MESSAGES HISTORIQUES DE L'ITCCS IMPLIQUANT DES MEMBRES DE L'ELITE!

Sans commentaire... Vic.

Source : http://itccs.org/2014/11/14/youtube-removes-itccs-historic-postings-detaili…

Youtube SUPPRIME DES MESSAGES HISTORIQUES DE L'ITCCS DETAILLANT LA COMPLICITE DU MINISTRE DU CABINET HARPER, DENIS LEBEL, AU SEIN DE LA SECTE DU NEUVIEME CERCLE, ET DANS L'infanticide ayant eu lieu dans un club de L'ELITE DE VANCOUVER


Publié le 14 Novembre 2014

ITCCS : mise à jour urgente - le 14 novembre 2014.


Vancouver:


Des preuves cruciales provenant de l'ITCCS et exposant la traite des enfants et les rituels du Neuvième Cercle au Canada, ont été enlevées hier par youtube sans explication.


Ces messages étaient constitués de preuves de première main partagées dans des interviews avec Kevin Annett, le secrétaire de terrain nord-américain de l'ITCCS. Ces preuves comprenaient les noms de membres importants du Neuvième Cercle au Canada faisant partie de l'Église, de la justice et du gouvernement, ainsi que le groupe d'une secte sacrificielle et de trafic d'enfants de la côte ouest, secte connue sous le nom du Twelve Mile Club (club des douze miles).

Outre le ministre du gouvernement Harper Denis Lebel et le cardinal Gerald Lacroix de Québec, ces noms incluaient l'ancien juge en chef de la Cour provinciale de la Colombie-Britannique, Hugh Stansfield, le juge William Esson, ainsi que Terrance Warren, de la Cour suprême de Colombie-Britannique, le pasteur de l'Église unie et modérateur actuel de cette église, Gary Paterson, et les responsables nationaux de l'Église Unie, Brian Thorpe et Jon Jessiman.

« Evidemment, nous sommes sur la bonne voie », a déclaré Kevin Annett aujourd'hui. "Quelqu'un avait besoin que cette information soit enterrée rapidement. C'est la première fois depuis des années l'un de nos messages sur YouTube a été supprimé. Tout comme avec la démission du pape Benoît XVI et du chef des Jésuites Adolfo Pachon après que nous eûmes exposé leurs crimes, ce genre d'action est une admission de culpabilité définitive effectuée par les tueurs d'enfants que nous avons nommés".

L'ITCCS repostera bientôt ces interviews sur des supports médiatiques plus sûrs, avec de nouveaux éléments de preuve concernant les crimes du Neuvième Cercle au Canada.

Publié par l'ITCCS Central, à Bruxelles, en collaboration avec l'ITCCS de Vancouver, le 14 novembre 2014.

www.itccs.org



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 22 Nov - 02:13 (2014)    Sujet du message: TEACHER TO STUDENT : IF YOU DON'T SUPPORT GAY MARRIAGE, DROP MY CLASS Répondre en citant

TEACHER TO STUDENT : IF YOU DON'T SUPPORT GAY MARRIAGE, DROP MY CLASS

"an instructor at a Catholic university taught material that is contrary to the teachings of the Catholic Church" = lie, the Catholic church is the one with the Jesuit Order to push this evil agenda in all schools, colleges, churches and in the society.

Todd Starnes, is part of this global church and he also promote Sunday worship (the catholic Sabbath), is lying and protect this ecumenical  church of Rome and the Jesuit Roman Pontiff. He denounces a situation but not the ones who are pushing this evil agenda. "Todd Starnes is host of Fox News & Commentary, heard on hundreds of radio stations." Is Fox and other media stations will accept to invite us to denounce this great heresy in churches?




By Todd Starnes
Published November 21, 2014
FoxNews.com



Students who oppose gay marriage are homophobic, according to an audio recording of a Marquette University instructor who went on to say that gay right issues cannot be discussed in class because it might offend homosexuals.

I reached out to the 20-year-old student at the center of this outrageous episode and the story he tells should serve as a warning to anyone who thinks religious schools are safe havens for open discourse.

The story was first reported on a blog run by a Marquette University professor and was picked up by the good folks over at The College Fix

The young man, who asked not to be identified, explained what happened when his ethics instructor, Cheryl Abbate, led a conversation in “Theory of Ethics” class about applying philosophical theories to modern political controversies. There were a list of issues on the board – gay rights, gun rights, and the death penalty.

“We had a discussion on all of them – except gay rights,” the student told me. “She erased that line from the board and said, ‘We all agree on this.’”

Well, as it so happened – the student did not agree with instructor Abbate.

So after class he approached the instructor and told her he thought they should have discussed the issue of gay rights. He also recorded their conversation -- without her permission.

“Are you saying if I don’t agree with gays not being allowed to get married that I’m homophobic?” the student asked.

“I’m saying it would come off as a homophobic comment in this class,” the teacher replied.

“Regardless of why I’m against gay marriage, it’s still wrong for the teacher of a class to completely discredit one person’s opinion when they may have different opinions,” the student said.

Abbate disagreed.

“There are some opinions that are not appropriate – that are harmful – such as racist opinions, sexist opinions,” she said. “And quite honestly, do you know if anyone in the class is homosexual?”

The student said he did not know the answer to her question.

“Do you not think that would be offensive to them if you were to raise your hand and challenge this,” she asked.

At that point, the student told the instructor he had a right to challenge that – “that’s my right as an American citizen.”

“Actually,” the teacher replied, “You don’t have a right in this class especially [in an ethics class]  to make homophobic comments.”

The student retorted that the comments were not homophobic.

“This is about restricting rights and liberties of individuals,” he said. “Because they’re homosexual, I can’t have my opinions?”

And that’s when the teacher dropped the bombshell.

“You can have whatever opinions you want but I will tell you right now – in this class homophobic comments, racist comments, sexist comments will not be tolerated,” she said. ‘If you don’t like it, you are more than free to drop this class.”

So the student dropped the class.

“I understand that other people have very different views than I do and that’s understandable,” the student told me. “But when a student is not allowed to have an open discussion in a discussion-type class on a specific issue because it’s regarded as homophobic – that really irks me.”

Marquette Professor John McAdams, who runs the Marquette Warrior blog, accused Abbate of using a tactic “typical among liberals now.”

“Opinions with which they disagree are not merely wrong, and are not to be argued against on their merits, but are deemed ‘offensive’ and need to be shut up,” he wrote.

The student told me he filed a complaint – but he said university officials dismissed his concerns.

McAdams wrote that he was not surprised because the university officials held the same intolerant views as the instructor.

“Like the rest of academia, Marquette is less and less a real university,” he wrote. “And when gay marriage cannot be discussed, certainly not a Catholic university.”

A university spokesman told me they were viewing “both a concern raised by a student and a concern raised by a faculty member.”

“We are taking appropriate steps to make sure that everyone involved is heard and treated fairly,” the spokesman told me. “In compliance with state and federal privacy laws, we will not publicly share the results of the reviews.”

Abbate told the website Inside Higher Ed that the “class discussion was not meant to be an opportunity for students to express their personal beliefs about political issues.” 

She said she hoped Marquette would “use this event as an opportunity to create and actively enforce a policy on cyberbullying and harassment.”

“It is astounding to me that the university has not created some sort of policy that would prohibit this behavior which undoubtedly leads to a toxic environment for both students and faculty,” she told Inside Higher Ed.

The only thing toxic at Marquette are teachers who oppose Catholic doctrine and try to silence dissenting opinions.

I would be remiss if I did not address the student’s behavior. A full review of the audio tape reveals the student was in fact disrespectful to the instructor. And when the instructor asked if she was being recorded, the student did not tell the truth.

I asked the young man about his behavior and he admitted to me that it was wrong. He told me that he “regretted” his actions.

Nevertheless, the student’s behavior does not excuse Marquette University’s successful attempt to silence the free exchange of ideas.

So let’s review -- an instructor at a Catholic university taught material that is contrary to the teachings of the Catholic Church and when a Catholic student brought this information to the attention of Catholic administrators – the student was the one who got rebuked.

I’m not a Catholic – but it seems to me Marquette University is one of those CINO schools – Catholic in Name Only.

Todd Starnes is host of Fox News & Commentary, heard on hundreds of radio stations. Sign up for his American Dispatch newsletter, be sure to join his Facebook page, and follow him on Twitter. His latest book is "God Less America."

http://www.foxnews.com/opinion/2014/11/21/teacher-to-student-if-dont-support-gay-marriage-drop-my-class/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 22 Nov - 05:31 (2014)    Sujet du message: NEW LGBT “GOSPEL TRUTH” APPEARS AT WASHINGTON, DC, CHURCH CONFERENCE Répondre en citant

NEW LGBT “GOSPEL TRUTH” APPEARS AT WASHINGTON, DC, CHURCH CONFERENCE

November 20, 2014

The “culture war is, finally, at long last, coming to a close,” declared the male-to-female transgender Baptist minister Allyson Robinson on November 6 in Washington, DC’s National City Christian Church (NCCC). West Point graduate Robinson’s declaration of Lesbian, Gay, Bisexual, and Transgendered (LGBT) victory, surprising in more ways than one, introduced an astonishingly assertive conference rejecting millennia-old Christian sexual ethics.

Robinson, a former Patriot missile battery commander who made a 2006 “gender transition” to “health and…wholeness,” opened the November 6-8 conference with about 150 attendees of the “bible-based, Gospel-centered” pro-LGBT Reformation Project (RP). Allyson wanted to share “this historic moment when…that which seemed impossible just a few short years ago looks…inevitable” concerning same-sex “marriage” (SSM) and other LGBT agendas. Why remain in a church that “still refuses to acknowledge” LGBT “truths,” Robinson questioned, for such churches “are dying” and will “rot in their own graves,” as if LGBT affirmation had not led to past church decline.

We each have a very visceral reaction” to “gender norms,” Robinson stated the next day while discussing “her” life in a plenary session with RP founder Matthew Vines and pro-LGBT theologian James Brownson. “Transgender people,” concurred on a later panel Gene Robinson, the Episcopal Church’s first openly homosexual bishop, “present all of us with an opportunity to go much deeper than we have ever gone before.” “All of us are going to be uncomfortable.”

The line from Galatians that “There is neither…male and female, for you are all one in Christ Jesus” had suggested to Allyson Robinson that gender boundaries are not “impermeable.” “I could think about transgressing the boundary” and acknowledge “who God made me to be” with a “life in Christ.”

In an “incredible parallel” praised by Vines, Christian ethicist David Gushee closed the conference on November 8 with an address comparing LGBT individuals and Jews, thereby adding another moral analogy to the common “homophobia”/racism equation. Each “small minority group…was for almost 2000 years the object of a tragically destructive…unchristlike body of Christian tradition,” Gushee analyzed. LGBT individuals, he however conceded, had not faced genocide.

LGBT “sexual minorities” have faced a “teaching of contempt…grounded in…a relatively small number of biblical texts,” now “in the process of being discredited.” This teaching “ascribed particular vices to LGBT people, including sexual degeneracy, especially against children,” Gushee stated while ignoring documented homosexuality-child abuse links. Gushee, however, somewhat contradictorily noted that this teaching also comes from the “very center of Christianity: scripture, tradition, and the leaders of the church, generation after generation.”

“I truly apologize that it took me twenty years to figure out” the “very simple truth” concerning LGBT approval, Gushee stated. Gushee’s lesbian sister had recently prompted his abandonment of Christian orthodoxy concerning homosexuality. “Celibacy outside of lifetime covenantal marriage” should apply to all Christians, he now concluded, and “is…essential to the well-being of adults and children.” How homosexual couple parenting lacking a biological parent/gender role model or the transgenderism of Robinson, a still-married father of four, affected child “well-being,” Gushee did not say.

Between Robinson and Gushee, Vines held two plenary sessions with his mentor Brownson on ten arguments favoring Christian LGBT acceptance. Vines had introduced himself at the conference as the “first openly gay Christian” known by many in his Kansas “conservative church in the Bible belt.” Brownson noted in the opening plenary session, meanwhile, that a gay son had “sent him on a journey” on LGBT matters.

Examining the Biblical text, Vines described Romans 1 as applicable merely to Paul’s observation of “lust gone wild…desire gone amok.” The “modern concept of sexual orientation” as something fixed is “unique.” “Most gay and lesbian Christians” today, Brownson argued contrary to documented homosexual promiscuity, are “willing to sacrifice their lives for each other” in “loving, long term relationships.”

Brownson rejected a male-female “exclusively normative pattern” for sexuality because he saw no Biblical discussion of genital complementarity. Yet when discussing Leviticus 18:22, a text concerning “patriarchal gender roles” according to the conference booklet, Vines appeared to recognize natural human reservations towards anal sex. “Sorry if that makes some people uncomfortable,” Vines said in the church nave.

Vines rejected theories that Ruth and Naomi in the Bible were lesbian, for “that would have been incestuous. Maybe that’s not where we want to go.” “There is even less complementary otherness to a same-sex union,” however, “than in an adult incestuous union,” a leading Christian opponent of homosexual revisionism, theologian Robert Gagnon, has noted.

Gagnon’s “approach and tone…admittedly needs improvement,” Vines in a plenary session criticized this central opponent, whose appearance in conference materials and discussions made him conspicuous by absence. Brownson “thoroughly dismantled” Gagnon’s scriptural arguments, Vines said in an exchange with Gagnon on Christian writer Preston Sprinkle’s Facebook page. Brownson and Vines, Gagnon countered, “terrified at the prospect of folding like a house of cards,” have “repeatedly refused” and are “ducking” a “real-time public debate, filmed, and available for others.”

“Gushee, like Vines,” Gagnon has written, “is an intellectual coward” who “deliberately ignores the array of counterarguments.” The “‘gay Christian’ activists and theologians…consistently refuse public dialogue,” Michael Brown, Gagnon’s like-minded colleague, notes.   Vines and others have “studiously avoided” Gagnon.

Asked about debating Gagnon at the conference, Brownson suggested that Gagnon, once a fellow graduate school student, first write a response to Brownson’s book Bible, Gender, Sexuality: Reframing the Church’s Debate on Same-Sex Relationships. Vines in an interview likewise criticized Gagnon for having “not responded in a substantive way to Brownson’s book” while deferring to Brownson as a more knowledgeable debate partner for Gagnon. These arguments have left Gagnon, whose website contains copious materials refuting the contentions raised by Brownson, Vines, and others, unconvinced.

Vines’ was equally unpersuasive elsewhere in his interview. Vines on the conference opening night, for example, had given a “big shout out to our sponsors,” thanked as well in the conference booklet and various placards.  These included Daniel Negreanu, Mitchell Gold + Bob Williams Home Furnishings, the Human Rights Campaign (HRC), and the COIL, Gill, and Arcus Foundations.

As noted to Vines, Negreanu is a world championship poker player, divorced in 2007 after two years of marriage. Gold and Williams, meanwhile, have continued to run a successful furniture company after their 14 year homosexual relationship ended in 2002. Gold along with Williams founded Faith in America, an organization that works “to end the harm to LGBT youth and their families from misguided religious teaching.”

The George Soros-funded HRC is also easily recognizable as America’s premier LGBT advocacy organization. Described by Vines as a “gay evangelical Christian,” Peter Drake, meanwhile, founded the pro-LGBT COIL or Coming Out in the Light Foundation. Drake’s biography describes a “born-again Christian” with two children whose “faithful straight marriage ended amicably” after “fighting a slow, losing battle with my sexual orientation.” The LGBT-supporting Gill and Arcus Foundations are also the creations of two homosexual businessmen, Quark founder Tim Gill and Jon Stryker, respectively.

What interest do such organizations have in Christianity? Vines responded that “their interests are all different,” with some sponsors having “LGBT equality” as a main concern.” Asked about increasingly common legal repercussions for Christian opponents of LGBT behavior like SSM, in contrast, Vines declared them to be “not my focus.”

Vines’ Christian family values seemed unusual, to say the least. Vines’ own expressed desires for children included not just the possibility of a same-sex adoption, but also the morally troublesome use of a surrogate mother. Vines claimed to “know people who are perfectly well-adjusted” with their artificial reproductive origins. Also “pretty well adjusted” were supposedly Allyson Robinson’s children, whose father had adopted a female identity, and Robinson’s wife, who, after a “healing process,” has remained married for 20 years.

Vines conceded that RP is “primarily Protestant,” yet seeks to be ecumenical with all Christians, including Catholics, whose catechism declares that “homosexual acts are intrinsically disordered.” Vines declared, however, that “sexuality is not one of those things” covered by infallible Catholic teachings. “Sacred Scripture and the entirety of Sacred Tradition,” a Catholic priest has nonetheless written, are “definitive, irreformable and conclusive” concerning the “intrinsically evil nature of homosexual acts.”

Supported by groups with dubious Christian credentials, RP sounds no uncertain trumpet when proclaiming the righteousness of the LGBT cause. Bishop Robinson, for example, claimed he had “come to know God better” in his pro-LGBT “justice work,” receiving thereby through his sufferings a “tiny window” onto the sufferings of a handicapped or black person. Tribulations notwithstanding, “I’m going to Heaven,” Robinson asserted without concern for unrepentant homosexuality, “because God is just so damn good” to save sinners.

RP, though, could not conceal that LGBT agendas have theological feet of clay in Christianity. Robinson himself unwittingly indicated that the RP’s inspiration might not be divine. Sometimes he questions whether he is following “God’s voice or my own ego doing a magnificent impression of God’s voice.”

http://juicyecumenism.com/2014/11/20/new-lgbt-gospel-truth-appears-washington-dc-church-conference/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 23 Nov - 02:20 (2014)    Sujet du message: POPE FRANCIS WILL ATTEND THE WORLD MEETING OF FAMILIES - PHILADELPHIA 2015 Répondre en citant

POPE FRANCIS WILL ATTEND THE WORLD MEETING OF FAMILIES - PHILADELPHIA 2015

Pontifical Council for the Family





http://www.worldmeeting2015.org/wp-content/uploads/2014/11/WMOF_Confirmatio…




Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Nov - 03:45 (2014)    Sujet du message: RUBRIQUE DOMINICALE: LE PATRIARCAT CATHOLIQUE BYZANTIN DENONCE LES CRIMES PEDO-SATANISTES DU VATICAN !!! Répondre en citant

RUBRIQUE DOMINICALE: LE PATRIARCAT CATHOLIQUE BYZANTIN DENONCE LES CRIMES PEDO-SATANISTES DU VATICAN !!!

ENFIN une église qui parle  de ces crimes vaticanesques, et qui reconnaît l'action de l'ITCCS !

Mais cet appel restera une lettre morte, au niveau humain, car ceux impliqués font presque tous partis de cette caste satanique globale. Jusqu'à ce jour, rien n'a été fait. Ils sont reçus en grande pompe dans toutes les grandes réunions en plus d'être bien protégés par leurs gardes de sécurité. La complicité du système de justice les protège tous. Aucune adresse, non plus, sur ce sujet si important, à la 69e assemblée générale des Nations Unies, alors que de nombreux représentants de pays étaient présents.
Comment demander à un système qui promouvoit l'iniquité en tout genre d'apporter la moindre lueur d'espoir. L'ONU ne fait-elle pas la promotion du LGBT?  - Maria

La lettre, ci-dessous... Vic.


Source : http://vkpatriarhat.org.ua/fr/?p=9857

A l'administration des Nations Unies

A la Commission européenne

Au Conseil de l'Europe

Aux chefs d'Etat

Aux représentants de l'Église

Aux tribunaux pénaux internationaux

UN APPEL AUX PRINCIPAUX REPR2SENTANTS DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES, DES ETATS ET DES EGLISES

« C'est un Dieu fidèle et sans iniquité, Il est juste et droit ». (Deutéronome, 32:4)

« La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui retiennent injustement la vérité captive ». (Romains, 1:18)


Aujourd'hui, nous voyons que, dans le contexte de la mondialisation, certains pays essaient de légaliser les pires perversions et crimes contre l'humanité. Les incidents de pédophilie, d'inceste et d'infantophilie, à savoir l'exploitation sexuelle des enfants et des nourrissons, sont en hausse. Dans les pays scandinaves, les partis politiques travaillent activement à la légalisation de ces atrocités. Ces partis politiques prennent la défense des personnes qui commettent ces crimes en étiquetant leurs actes comme une « orientation sexuelle » à laquelle, selon l'idéologie du genre, ils ont soi-disant droit. Cette idéologie, avec le système de justice pour les mineurs, fait partie du plan despotique visant à établir un gouvernement mondial unique.

Il y a de plus en plus d'articles quotidiens concernant des enfants qui ont été enlevés de sang-froid à leurs parents sans raison apparente. De nombreux pays ont construit des structures de trafic d'enfants via les services sociaux et les services de soins infirmiers, et ont payé de soi-disant familles d'accueil professionnelles. Tout cela se fait sous le slogan de la résolution de l'ONU sur les droits des enfants : « l'intérêt supérieur de l'enfant ». Les médiateurs de ce sale commerce sont souvent des organismes privés qui sont entre les mains de membres de la famille des travailleurs des services sociaux. Des millions sont investis chaque année dans les structures d'état qui arrachent les enfants de force à leurs propres parents; cependant, il n'y a pas assez d'argent pour le soutien financier des familles naturelles. Le résultat: des parents traumatisés dont les enfants ont été volés par leur propre Etat. Des enfants qui finissent entre les mains d'étrangers : les parents professionnels rémunérés. La réalité d'une telle politique est un pourcentage élevé de suicides dans le cas d'enfants volés, des abus physiques, sexuels et émotionnels des enfants dans les familles d'accueil, et l'augmentation de la criminalité. C'est un cynisme politique complet et un auto-génocide des nations qui égalent le satanisme.

Mais ce n'est pas tout. En 2010, l'organisation « Le Tribunal International sur les crimes de l'Eglise et de l'Etat » (ITCCS) a été fondée. Dans les dossiers de cette organisation, nous trouvons la mention de cas de meurtres, de trafic d'êtres humains, de viols, de tortures rituelles et de meurtres d'enfants. Cette organisation accuse les principaux dirigeants de différents Etats, ainsi que les principaux représentants de l'Église catholique, dont Benoît XVI, le pape François, Adolfo Pachon et Justin Welby, d'avoir participé à ces crimes.

Il est nécessaire, dans les limites de la justice, que les États et les organisations internationales enquêtent et condamnent les crimes décrits dans les dossiers du Tribunal international sur les crimes de l'Eglise et de l'Etat. Il est inacceptable que ces crimes gravissimes soient couverts par l'immunité parlementaire, par une fonction cléricale, ou par les intérêts des familles royales ou des partis politiques. Les gens qui commettent ces crimes doivent être condamnés. La dépénalisation des crimes a pour résultat le chaos et l'augmentation de la criminalité.

Il est important de se demander d'où proviennent de tels crimes, par qui ils sont organisés et dans quel but. Ce n'est un secret pour personne que derrière la politique mondiale, l'économie et la hiérarchie apostate des Eglises chrétiennes, on retrouve les francs-maçons. Ils recrutent dans leurs rangs les grandes familles royales, le gouvernement et l'Église. Beaucoup de gens ignorent que dans les plus hauts degrés, les francs-maçons se consacrent à Satan par des meurtres rituels. C'est lui (Satan) qui est à l'origine de toutes les injustices, des crimes et des infanticides rituels. Naturellement, ces crimes sont commis par des personnes particulières qui lui sont dédiées, et ce sont elles qui doivent être condamnées.

Une place particulière parmi les francs-maçons est accordée aux familles Rockefeller et Rothschild, qui ont pris le contrôle total des gouvernements américain et britannique. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont les premiers à mettre en œuvre le plan maçonnique du Nouvel Ordre Mondial totalitaire, c'est-à-dire d'une société qui aura le contrôle total et qui manipulera la population. En conformité avec la perception perverse des francs-maçons, cet objectif peut être atteint, entre autres choses, à travers différentes formes d'occultisme et de meurtres rituels païens d'enfants et d'adultes. C'est pour cela que nous assistons à des révolutions sanglantes insensées, à des conflits locaux provoqués par le gouvernement des États-Unis ainsi qu'au génocide des populations civiles en ex-Yougoslavie et dans l'est de l'Ukraine. En tant qu'exemple colossal de la soif de sang de l'idéologie maçonnique, on trouve un projet conçu par le Club de Rome sous le titre de « milliard doré », en d'autres termes, le meurtre « sacré » (ou satanique) de 5,5 milliards de personnes, et ceci via les manières les plus diverses : des conflits locaux, des révolutions, des guerres, la propagation artificielle de maladies, la politique de l'avortement, l'idéologie du genre, la justice pour mineurs, la vaccination obligatoire, l'induction de pandémies, etc.

Il est extrêmement important que l'humanité, les différents Etats et les organisations internationales condamnent l'organisation satanique semi-secrète des francs-maçons. Il est également nécessaire de créer un tribunal international indépendant qui condamne les crimes de cette organisation ainsi que leur tentative d'établir la dictature d'un gouvernement mondial, d'une seule religion et d'un contrôle total des gens, une dictature qui est construite sur le sang innocent des enfants rituellement assassinés. Il est nécessaire que les liens entre les francs-maçons et les organisations internationales soient examinés. Toutes les organisations qui exécutent les plans des francs-maçons doivent être abolies. Les participants à ces crimes, qu'ils soient des fonctionnaires publics ou religieux, doivent être condamnés. Il est inacceptable que seuls ceux qui sont les derniers dans la chaîne criminelle, soient reconnus coupables. Il est nécessaire de condamner les idéologues, les membres des loges et des familles maçonniques, les organisateurs et les auteurs de ces crimes. Ce n'est que par un travail et une persévérance systématiques, que le satanisme maçonnique pourra être éradiqué de la société, de la fonction gouvernementale et des Eglises.

Jésus a dit: « Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l'eau de la vie, gratuitement. Celui qui vaincra héritera ces choses; je serai son Dieu, et il sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre... ». Apocalypse, 21:6-8.

« Et le diable, qui séduisait (les nations), fut jeté dans l'étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles ». Amen. Apocalypse, 20:10.

+ Elie

Patriarche du Patriarcat Catholique Byzantin,

+ Timothée et + Méthode, Ordre réformé de St Basile-le-Grand,

Évêques secrétaires,

Ukraine, le 20 novembre 2014.

Copies adressées aux médias de masse.


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 29 Nov - 03:50 (2014)    Sujet du message: FORMER DIRECTOR OF CONTROLVERSIAL EX-GAY MINISTRY WEDS HIS SAME-SEX PARTNER Répondre en citant

FORMER DIRECTOR OF CONTROLVERSIAL EX-GAY MINISTRY WEDS HIS SAME-SEX PARTNER


Scott Kaufman
23 Nov 2014 at 14:04 ET     

            

John Smid and Larry McQueen (Facebook)

The former director of an ex-gay ministry that endorsed aggressive “conversion therapy” announced last week that he married to his same-sex partner in a ceremony performed in Oklahoma, Gawker reports.

John Smid was the director of Love in Action, a Memphis-based group about which he once said, “I would rather you commit suicide than have you leave Love In Action wanting to return to the gay lifestyle.”

Refuge, a “straight camp” for teens affiliated with Love in Action, was the subject of protests in 2005 after a gay teen who was being forced to attend it posted the camp’s rules on his blog.

It also became the subject of a short documentary by Jon Fox, “This Is What Love In Action Looks Like.” Fox led many of the protests against the camp and its rules, which were so strict that one LGBT activist said that if “it were operating here, in Michigan, we would call on the prosecutor and the county that it was operating in to investigate it for child abuse charges.”

During those protests, Smid met regularly with Fox, who helped him realize that conversion therapy did its subjects more harm than good.

“As we got together, we were willing to lay aside our agenda and get to know one another as people,” Smid said. “That was very instrumental in my processing where I am today.”

Shortly after shuttering Refuge in 2007, Smid resigned as executive director of Love in Action — a position he had held since 1990. Four years later, he divorced his wife, and a year after that, met the man who would become his husband, Larry McQueen.

On Facebook, Smid wrote that “I realized this week that my relationship with Larry is a mirror I see in every day. For most of my life, the mirror I saw reflected my mistakes, shortcomings and failures. The reflection I see today with Larry shows me the positive things in my life, my strengths, gifts and talents.”

He and his husband were married in a ceremony in Oklahoma, because Texas still refuses to issue same-sex marriages. “At this time our federal government recognizes our legal marriage,” Smid wrote, adding that he hoped it would not be long before his home state did as well.

http://www.rawstory.com/rs/2014/11/former-director-of-controversial-ex-gay-ministry-weds-his-same-sex-partner/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 1 Déc - 05:32 (2014)    Sujet du message: FORMER ROMAN CATHOLIC _BRIDE OF CHRIST_ NUN TESTIFIES OF ABNORMAL LIFE IN THE CONVENT Répondre en citant

FORMER ROMAN CATHOLIC _BRIDE OF CHRIST_ NUN TESTIFIES OF ABNORMAL LIFE IN THE CONVENT



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ZDAT_BgtnBc

A NUN'S STORY : FROM CONVENT BONDAGE (SEXUAL DESIRE, DATING PRIESTS, RITUALS, NO BIBLE) TO JESUS




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Ph8tpLveaE4&index=2&list=PLUnaC2LUs…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 1 Déc - 06:09 (2014)    Sujet du message: LES PREUVES QUI ONT FORCE LE PAPE BENOÎT XVI A DEMISSIONNER SONT A PRESENT DISPONIBLES Répondre en citant

LES PREUVES QUI ONT FORCE LE PAPE BENOÎT XVI A DEMISSIONNER SONT A PRESENT DISPONIBLES

Publié le 15 novembre 2014



Communiqué mondial du Tribunal International sur les Crimes de l'Eglise et de l'Etat (ITCCS): 15 novembre 2014.

Documentation sur le génocide et les meurtres d'enfants au Canada - Publié dans le dossier du tribunal de la Cour de Justice Internationale de Droit Coutumier de Bruxelles (résumé de l'affaire n° 02252013, Le Peuple contre Joseph Ratzinger, Elizabeth Windsor et al.)

Vancouver:

L'ITCCS vient de publier l'ensemble des témoignages et des documents qui ont condamné le gouvernement et les Églises du Canada, le Vatican et la Couronne d'Angleterre, ainsi que leurs dirigeants, pour le fait d'avoir planifié, commis et dissimulé des crimes contre l'humanité.

Ces 150 pièces ont constitué la base du verdict du 25 février 2013, qui a condamné le pape Benoît, la reine Elizabeth, le Premier ministre Stephen Harper et d'autres à vingt-cinq ans de prison sans libération conditionnelle, et les a dépouillés de leur poste et de leur autorité.

Ce verdict historique désétablit légalement la Couronne d'Angleterre et le Vatican en tant qu'organes légitimes, et autorise la saisie de tous les propriétés, terres et biens des ecclésiastiques et de la couronne sous l'autorité du droit coutumiers et des nouvelles républiques constitutionnelles.

S'il vous plaît, veuillez poster et partager ces données historiques, et aider nos shérifs de droit coutumier à appliquer ces verdicts contre ces individus et ces institutions criminels.

Publié le 15 novembre 2014 par le Bureau central de l'ITCCS, à Bruxelles - www.itccs.org


https://www.youtube.com/watch?v=UvhfXAd08TE  procédures du Tribunal de droit coutumier - Génocide au Canada (première partie) - 1 h.46 minutes.

https://www.youtube.com/watch?v=OPKFk_L7y9g  procédures du Tribunal de droit coutumier - Génocide au Canada (deuxième partie) - 1 h.47 minutes.

Verdict final https://www.youtube.com/watch?v=ormOIlOi4Vc  Verdict final et sentence du tribunal  - 8 minutes. 30 secondes.

https://www.youtube.com/watch?v=IylfBxm3sMg  Autorisations et approbations de l'ITCCS et de Kevin Annett par des témoins oculaires indigènes.

https://www.youtube.com/watch?v=CReISnQDbBE  Irene Favel, témoin oculaire de l'incinération d'un nouveau-né par un prêtre à l'école catholique indienne de Muscowegan, au Saskatchewan, en 1944.

https://www.youtube.com/watch?v=RBUd3UXt6fI  Autres témoignages clés de notre procès contre le génocide au Canada.

Source: http://itccs.org/2014/11/15/the-evidence-that-forced-pope-benedict-to-resig…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 2 Déc - 01:14 (2014)    Sujet du message: ATLANTA FIRE CHIEF SUSPENDED FOR CHRISTIAN VIEWS ON HOMOSEXUALITY Répondre en citant

ATLANTA FIRE CHIEF SUSPENDED FOR CHRISTIAN VIEWS ON HOMOSEXUALITY
 
11.28.2014

Paul Bois



Atlanta Fire Rescue Chief Kelvin Cochran did the unthinkable: he published a book expressing his Christian views toward homosexuality and various other sexual sins. For this grievous offense, he must now be suspended for one month without pay, undergo sensitivity training, and keep his mouth shut if he ever wants to work again.

As LifeSiteNews reports, Cochran, a Baptist deacon and former Obama appointee as FEMA's U.S. Fire Administrator, published the book Who Told You You Were Naked? that explored the theme of being "naked" in the biblical sense of the word, which he emphasized meant as suffering "condemnation and deprivation" that can only be amended when people are "clothed with Christ."

His book also highlighted that various actions lead to a life devoid of God's blessings:
Citation:

Sexual acts pursued for purposes other than procreation and marital pleasure in holy matrimony is the sex life of a naked man. When men are unrestrained in their quest for sex outside of God’s purpose they will never be fulfilled. Naked men refuse to give in, so they pursue sexual fulfillment through multiple partners, with the opposite sex, same sex and sex outside of marriage and many other vile, vulgar and inappropriate ways which defile their body-temple and dishonor God. This is the kind of sex that leaves a man continually empty–the sex life of a naked man.



LGBT activists didn't take too kindly to that passage and various other passages that referred to homosexuality as a "sexual perversion." In retaliation, Atlanta Mayor Kasim Reed had Cochran suspended for one month without pay and ordered him to undergo sensitivity training.

“I was surprised and disappointed to learn of this book on Friday,” Mayor Reed said on Monday afternoon. “I profoundly disagree with and am deeply disturbed by the sentiments expressed in the paperback regarding the LGBT community. I will not tolerate discrimination of any kind within my administration.”

The city claims they suspended him not for his private views, but because he published the book while identifying himself as the city's fire chief without the administration's permission.

“One of the most alarming things is that we did not know about the book when it was published," Reed's spokeswoman Anne Torres said.

District 6 Councilmember Alex Wan, who is openly homosexual, said, “When you’re a city employee, and [your] thoughts, beliefs and opinions are different from the city’s, you have to check them at the door.”

Stephen Borders, presidents of the Atlanta Professional Firefighters union, told the Journal Constitution, “The fact that he’s representing himself as a fire chief and bringing this into the fire department – to me that’s not the message we need to send to employees nor the citizens.”

Cochran told reporters he will fight back against the charges, but only after his suspension has been served. 

http://www.truthrevolt.org/news/atlanta-fire-chief-suspended-christian-view…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 2 Déc - 03:46 (2014)    Sujet du message: CHURCH RESIGNATIONS HIT 7,800 AFTER GAY MARRIAGE VOTE Répondre en citant

CHURCH RESIGNATIONS HIT 7,800 AFTER GAY MARRIAGE VOTE


Now, more than 13,000 people leave the organisation
http://yle.fi/uutiset/bishops_ponder_gay_marriage_vote_implications/7661402

News 30.11.2014 10:34 | updated 30.11.2014 10:34

Nearly 8,000 people have resigned from the Lutheran Church since parliament on Friday approved a law allowing same-sex marriages. The Archbishop of Turku and Finland, Kari Mäkinen, had earlier made comments supporting gender-neutral marriage.



  Archbishop Mäkinen Image: Yle

The ramifications of Friday’s historic vote to allow gay marriage continue to be felt in Finland’s religious establishment. The Archbishop of Finland Kari Mäkinen had stated his support for the law, and said he “rejoiced” when it passed, and that seems to have caused a spike in resignations from the church.

Between the law’s approval on Friday and midnight on Saturday nearly 7,800 people had resigned from the church via an online service designed to ease the resignation process. That means they will no longer pay church taxes—the main source of revenue for the Lutheran Church in Finland.

According to the comments given to the website, most of the resignations were in protest at Archbishop Mäkinen’s comments.

Christian Democrat leader and Interior Minister Päivi Räsänen said on Saturday that she would continue the fights against the gay marriage legislation.

SourcesYle Read also
Räsänen vows to challenge same-sex marriage decision 29.11. Lutheran church loses members over archbishop's support for marriage equality 29.11. Cracking open the numbers in the same-sex marriage vote 28.11. Gay marriage vote: PM Stubb "sincerely happy", Finns Party’s Soini "disappointed" 28.11. Finnish Lutheran leader "rejoices" over same-sex marriage vote 28.11. Gallery: Supporters celebrate passage of gay marriage bill 28.11. Finnish Parliament approves same-sex marriage 28.11.

http://yle.fi/uutiset/church_resignations_hit_7800_after_gay_marriage_vote/…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 03:46 (2014)    Sujet du message: LEVEL GROUND FILM FESTIVALS ASKS : CAN CHRISTIANS CREATE A SAFE, SACRED SPACE FOR LGBT PEOPLE? Répondre en citant

LEVEL GROUND FILM FESTIVALS ASKS : CAN CHRISTIANS CREATE A SAFE, SACRED SPACE FOR LGBT PEOPLE?

Posted: 11/14/2014 3:01 pm EST Updated: 11/14/2014 4:59 pm EST



After a seven-year hiatus from the music world, Grammy-nominated Christian musician Jennifer Knapp in 2010 took the brave step of telling her fans that she was gay. It wasn’t long before some of her formerly faithful followers began to retaliate.

While some may have simply deleted her songs from their iPods, one woman took the effort of collecting all the records she had of Knapp's music and sending them back in the mail.

When Knapp opened the package, she noticed that the CDs seemed scratched up and well-loved.

It was her life’s work.

“She didn’t want them anymore because I was gay,” Knapp recalled in a phone call to HuffPost. “I didn’t know this person, but this person knew something personal about me that they didn’t understand or didn’t agree with. So they threw me out.”

Like Knapp, many LGBT people have felt abandoned by their faith communities at moments when they feel most vulnerable. Although some Christians point out that Jesus never mentioned homosexuality in the Bible, there are conservative churchgoers who view it as a sin and argue that a true friend would lovingly try to correct that sin. And while it may be one thing for churches to reject people in same-sex relationships, it is harder for humans to reject their spirituality.


Knapp found that out from experience.

During her time away from the spotlight, Knapp said she tried to take a break from God as well. She didn’t want to think about looking upward. But she still had burning questions about who she was, and whether the faith she’d experienced in the past was in any way real. At moments when she least expected it, she found herself praying.

“I actually held on to my faith the whole time,” Knapp said. “I was just tearing it apart, pulling out all the nuts and bolts to figure out what it is really made of. It never really went away.”

That’s the message behind the Level Ground Film Festival, an organization that uses art to create safe spaces for people to talk about faith and sexuality. Level Ground hopes to prove that people of faith can be both confident about their sexuality and unapologetic about their Christianity.

With the help of The Collegiate Churches of New York and the advocacy network Believe Out Loud, the festival will explore gender and sexuality through film and visual and performance art. Organizers are urging Christians to "descend" from their "mountains" and pulpits and to start listening to each other on a level playing ground, taking the words of the prophet Isaiah as their starting point:
Citation:


Every valley shall be raised up, every mountain and hill made low; the rough ground shall become level, the rugged places a plain. And the glory of the Lord will be revealed.




Knapp, who will be performing this weekend, says doctrines about the presence of LGBT people in the church have been preached from the pulpit for too long. It's time to democratize the conversation, she said.

"Christian preaching from the pulpit has generally rejected LGBT legitimacy," she said. "But now that a lot more people are coming forward, people are realizing that it's much harder to reject your friend."

Joining Knapp as a headliner for the festival is New York City-based drag queen Jeza Belle. Like Knapp, the performer also had the opportunity to walk away from faith completely.

In a blog post for The Huffington Post, Jeza Belle wrote about a moment during her Christian university education when a group of men physically surrounded her, yelled out names, and pushed her to the ground. Instead of shutting down her spiritual side, Jeza Belle picked herself up and realized that “people put conditions on God’s love as if they speak for the Lord himself.”

“I could either let other people define and determine my relationship with God, or I myself could have that relationship,” Jeza Belle told HuffPost.

“Now, there’s not a thing that I do, no matter what clothes I put on, I’ll always be a child of God. It flows through everything I may be.”


The idea that some Christians put forth, to “love the sinner and hate the sin,” just won’t suffice anymore, Jeza Belle said.

“Who are we to judge one another?” she said. “We’re all sinners; none of us are God. ... And if he made me, I can’t be that bad.”

Jeza Belle now attends The Collegiate Churches of New York. But others have yet to find a place to call their spiritual home.

In fact, a 2013 survey from the Pew Research Center found that LGBT people are much less religious than the average American. Only about 17 percent say that religion is “very important” in their lives.

Millennials, who are less likely than older Americans to be affiliated with a church, are also more likely to be accepting of homosexuality.

James Rowe, director of Believe Out Loud, says that Christians need to have conversations about faith and sex in order for the church to survive.

“Young people don’t understand why the church seems to have such a problem with homosexuality,” Rowe told The Huffington Post. “In order to have longterm sustainability and to be carriers of the message of Christ, churches need to embrace all their congregants, and not just some.”

Believe Out Loud is building a database of churches in America that are welcoming and affirming of LGBT people. Rowe hopes this weekend’s Level Ground film festival will elevate those voices.

In the meantime, Rowe continues to be a proud member of the Catholic Church.

“We have a place in the church and in this conversation,” Rowe said. “People shouldn’t be afraid or ashamed of their faith. And they shouldn’t be ashamed of the sexuality of the person sitting next to them, either.”

INFILTRATION OF THE LGBT movement in churches

91 Most inspiring LGBT Religious leaders - go the link


http://www.huffingtonpost.com/2014/11/14/level-ground-lgbt-christians_n_615…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Déc - 05:23 (2014)    Sujet du message: JOE BIDEN FELICITE LES LEADERS JUIFS POUR AVOIR ETE A LA TÊTE DU CHANGEMENT EN FAVEUR DU MARIAGE GAY Répondre en citant

SAVIEZ-VOUS QUE :

JOE BIDEN FELICITE LES LEADERS JUIFS POUR AVOIR ETE A LA TÊTE DU CHANGEMENT EN FAVEUR DU MARIAGE GAY


Une telle affirmation venant de Joe Biden... nous devons faire attention, mais ce qui est sur c'est qu'Israël s'est laissé corrompre comme les nations et que tous ses sionistes (pas les juifs eux-mêmes/la maison de Juda) marche pleinement avec l'agenda international. Au lieu d'être la tête et une lumière pour toutes les nations, elle en est devenue la queue, à cause de toute la corruption qu'elle répand en Israël et dans le monde entier. Tel Aviv est devenue l'ancienne capitale de l'homosexualité. Dieu jugera en Son temps, ce peuple qui s'est laissé séduire et berné et qui a oublié les commandements de Son grand Dieu pour s'attacher aux doctrines des anges-déchus.

samedi 25 mai 2013

A en croire le vice président américain, les leaders juifs exerceraient un grand pouvoir dans notre société. Il n'y a donc fondamentalement aucune différence entre son discours et celui d'un antisémite.


Citation:


Le vice président Joe Biden a félicité les leaders Juifs pour avoir contribué à changer les attitudes des Américains à l’égard du mariage homosexuel et d’autres questions de société.

Biden a souligné que l’art et la culture changent les attitudes des gens. Il a cité les médias sociaux et la vieux feuilleton de NBC TV, «Will and Grace » comme des exemples de ce qui a aidé à faire évoluer les attitudes à l’égard du mariage homosexuel.

Biden a dit :
«Pensez que, derrière tout ça, je vous parie que 85 % de ces changements, que ce soit dans les médias sociaux ou à Hollywood, sont une conséquence [de l’action] des leaders Juifs dans l’industrie [de la communication].»

Biden a expliqué que cette influence est immense et que ces changements ont été dans le sens du bien.

Biden s’est exprimé ainsi mardi soir à la réception pour le Jewish American Heritage Month (mois du patrimoine judéo-américain) organisée par le Democratic National Committee. Il a affirmé que les valeurs juives sont une part essentielle de l’identité des Américains [essential part of who Americans are].

Ceci n’est qu’un résumé des propos dithyrambiques tenus par Joe Biden sur la place et le rôle des Juifs aux Etats Unis.

A tel point que Jonathan Chait du New York Mag estime qu’il est allé trop loin, donnant accidentellement du grain à moudre aux antisémites.

On l’aura compris en effet, le tour de force de Joe Biden a consisté, par excès de philosémitisme à égrener les poncifs du suprématisme juif (le nombre de prix Nobel, les 11 % des élus au Congrès issus d’une communauté qui représente à peine 2 % de la population du pays) et les clichés antisémites, à savoir la volonté de détruire chez les Gentils l’attachement aux valeurs familiales ou l’énorme influence des Juifs dans le cinéma et les médias en général.



http://mounadil.wordpress.com/2013/05/24/80-ou-90-joe-biden-cherche-la-repo…

http://abcnews.go.com/Entertainment/wireStory/biden-jewish-leaders-drove-ga…

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/05/joe-biden-felicite-les-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 02:27 (2014)    Sujet du message: SYNODE SUR LA FAMILE DE 2015 : PUBLICATION DU DOCUMENT PREPARATOIRE Répondre en citant

SYNODE SUR LA FAMILE DE 2015 : PUBLICATION DU DOCUMENT PREPARATOIRE

Si ce Synode était de Dieu, il serait soumis aux lois de Dieu. Tout ce jeu a pour but de redéfinir les paramètres du mariage, qui incluera le mariage homosexuel et tous ses dérivés, au nom de l'amour. Nous voyons bien, ce qui se passe dans les différentes religions et au niveau civil. Les Jésuites et le Vatican qui sont derrière tout ce programme et qui ont infiltré les différentes religions, n'ont rien fait, et ce depuis des siècles, afin d'éliminer ce problème qui va en nette augmentation, au contraire, ce mouvement LGBT se lève maintenant contre ceux qui y sont contre, allant jusqu'à criminaliser ceux qui veulent vivre selon la sainteté du mariage établi par Dieu. Déjà, juste le fait que les prêtres et les religieuses ne puissent se marier, selon l'ordre établi par Dieu lui-même, montre qu'ils sont contre la famille. Ceci amène du même coup non seulement une grande souffrance pour toutes ses personnes, mais les amènent à pécher contre leur propre corps afin de satisfaire des besoins humains qu'on ne devrait retrouver que dans les liens du mariage entre un homme et une femme.

Pour ceux et celles qui comprennent l'anglais, voyez le petit vidéo de Alberto Rivera, dans le prochain article, sur une situation qu'il a vécu alors qu'il était au collège. A partir de 4.24mtes.

Questionnaire sur le document final du synode d'octobre 2014

Rome, 9 décembre 2014 (Zenit.org) Anne Kurian 


Le Saint-Siège publie le « document préparatoire » de la XIVe assemblée générale ordinaire du synode des évêques, convoquée par le pape François du 4 au 25 octobre 2015 au Vatican, sur le thème : « La vocation et la mission de la famille dans l’Église et dans le monde contemporain ».

Publié en italien ce 9 décembre, le document préparatoire, appelé « Lineamenta » - d’un mot latin qui signifie « grandes lignes » - poursuit le chemin synodal initié avec l'assemblée extraordinaire d'octobre 2014.

Il est constitué du document final (Relatio Synodi) de l'assemblée d'octobre, accompagné d'un questionnaire de 46 questions portant sur chacune des trois parties de la Relation synodi : « L’écoute : le contexte et les défis concernant la famille » ; « Le regard sur le Christ : l’Évangile de la famille » ; « La discussion : perspectives pastorales ».

Le document préparatoire est envoyé au Conseils des hiérarques des Églises orientales catholiques, aux Conférences épiscopales, aux dicastères de la Curie romaine et à l’Union des supérieurs généraux.

Ces premiers destinataires sont cependant libres de choisir les modalités adéquates pour approfondir le document, en impliquant « les diverses composantes des Églises particulières et institutions académiques, etc », afin de « promouvoir une large consultation sur la famille selon l’orientation et l'esprit du processus synodal », précise un communiqué du Saint-Siège.

Les résultats de la consultation devront être envoyés au secrétariat général du synode avant le 15 avril 2015. Ils serviront à préparer « l'Instrumentum laboris », document de travail qui sera publié avant l'été et servira de base durant le débat synodal.

Le Saint-Siège appelle aussi les Eglises locales à accompagner le chemin synodal par des moments de prière et de célébration pour la famille, en particulier à l'occasion de la fête liturgique de la Sainte Famille, le 28 décembre.

( 9 décembre 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/synode-sur-la-famille-de-2015-publication-…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 02:33 (2014)    Sujet du message: ALBERTO COMIC _ PART 2 Répondre en citant

ALBERTO COMIC _ PART 2

Alberto Rivera, when he was in a Jesuit college. One night, someone, a boy, come in his room and try to kiss him... See what happen. At 4.24mtes . Now, we have a Jesuit Pope who, by ruse with his synod of the family, wants to change the sacred law.

Also, you have islam who's an extension of Rome. Islam also carry out the sexuel perversions of Rome under the guise of the islamic religion but the fanatics of islam, who're brainswash will continue to kill homosexuels. Don't be seduce. Come to Jesus Christ and He will forgive you from your sin(s) and He will give you eternal life.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=k2YHBllDYm0


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Déc - 03:34 (2014)    Sujet du message: A PARIS, l’EGLISE CATHOLIQUE EXPLOITAIT 3000 BORDELS ET 40 000 PROSTITUEES : MERES CELIBATAIRES, VIERGES VIOLEES, VEUVES OU REPUDIEES Répondre en citant

A PARIS, l’EGLISE CATHOLIQUE EXPLOITAIT 3000 BORDELS ET 40 000 PROSTITUEES : MERES CELIBATAIRES, VIERGES VIOLEES, VEUVES OU REPUDIEES



« On ne peut traverser le pont d’Avignon sans rencontrer deux moines, deux ânes et deux putains. » Ce célèbre adage médiéval témoigne de la vitalité du « plus vieux métier du monde » dans la cité des papes. Mais bien d’autres villes de France peuvent se targuer d’une telle réputation. S’il est certain que l’Église et l’État exploitaient les bordels et prostituées déclarées, rien n’atteste qu’ils géraient la totalité des 3000 bordels parisiens du 15e siècle, et des 40 000 prostituées parisiennes du 18e siècle, pour la plupart clandestines.
BIBLIOGRAPHIE :
  • Jacques Rossiaud, La prostitution Médiévale, édition Flammarion 1988
  • Brigitte RochelandetHistoire de la prostitution du Moyen Age au XX° siècle, édition Cabédita 2007
  • Séverine Fargette travaille sur le thème « Violence, justice et société en France au Moyen Age ». Elle prépare une thèse sur le conflit entre armagnacs et bourguignons (1407-1420).
  • Erica-Marie Benabou, « La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle »
  • Charles Jérôme Lecour, « La Prostitution à Paris et à Londres »
  • Alexandre Parent du Châtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration : ouvrage appuyé de documents statistiques puisés dans les archives de la Préfecture de police
  • Jean-Marc Berlière, La police des mœurs sous la IIIe République. Limites et réalités d’une « Police Républicaine »
Les causes anthropologiques

L’Église contrôle la sexualité pour garantir des héritiers légitimes


Le Moyen-âge s’étend sur près d’un millénaire, de 476 (chute de Rome) à 1453 (fin de la guerre de Cent-Ans). Compte tenu du rôle de l’Église dans la prostitution, il est utile de marquer son début en France avec la conversion chrétienne (496) de Clovis, roi des Francs. Ce baptême marque en effet le début du lien entre le clergé et la monarchie française, dorénavant le souverain règne au nom de Dieu et seuls ses descendants légitimes (fils conçus dans le mariage) peuvent accéder au trône. La légitimité passe par la foi catholique et par les liens sacrés du mariage (seul garant de la reconnaissance de paternité). On remarquera qu’au Vatican, l’âge du mariage est aujourd’hui encore de 14 ans pour les filles, il était de 12 ans jusqu’au début du XXe siècle. Fort de l’autorité divine, le clergé catholique se donne comme mission sociale de réglementer la sexualité (virginité & chasteté). Cette réglementation se colore à la fois du rôle sexuel pervers attribué à la femme dans la chute biblique de l’homme (la pomme d’Ève) et d’une application confrontée aux débauches et contingences de l’époque (la paternité n’est plus garantie). Inutile de dire que la prostitution n’a officiellement pas droit de cité.
Lire Le serpent de la tentation, compagnon de la Déesse-Mère primordiale

En croisade contre le sexe


Durant ce millénaire, pas moins de 25 conciles, dont quatre des conciles du Latran, vont en effet exiger la chasteté avant le mariagecondamner le plaisir sexuel et interdire les positions qui ne servent pas uniquement à la procréation. Toutefois, malgré les nombreux interdits et exigences de l’Église, tous les actes sexuels illicites se pratiquent, et pas toujours en cachette, loin de là! Ainsi en est-il de la prostitution, une pratique hautement dénigrée par l’Église, et pourtant répandue à travers toute la France, y compris par les bons offices des religieux et religieuses, avec le soutien dévoué de la noblesse…

Pour prévenir les viols collectifs

Le terme « viol » n’apparaît qu’au XVIII° siècle. Avant on parle d’efforcement ou de défloration si le viol a lieu sur une femme vierge. Le viol est très courant à l’époque médiévale, cependant peu de plaintes sont à noter : peur des représailles, honte sur la famille… Ces viols sont le fait des jeunes hommes. En bande, ces jeunes citadins « chassent la garce ». On les appelle les « hommes joyeux ». L’affirmation de la virilité entraîne fréquemment un déchaînement de violence et se traduit par des viols collectifs commis sur des femmes isolées et faibles, réputées communes. Soucieuses d’éviter ces dérapages, les autorités encouragent l’essor d’une prostitution officielle. La prostitution est un phénomène de sécurité publique et donne satisfaction aux pulsions les plus enfouies. Comme certains le disent, la prostitution est un mal nécessaire. Les prostituées ont une responsabilité sociale : défendre l’honneur des femmes « d’estat » (femme de vertu) et lutter contre l’adultère. Le prostibulum peut être alors considéré comme une institution de paix où les jeunes tempèrent leur agressivité.

Femmes sans maris, femmes sans honneur

Les femmes victimes de ses viols sont rarement des fillettes car l’homme sera réprimé très sévèrement, ni des femmes de milieu aisée car cela peut être parfois considéré comme un crime. Le plus souvent, les victimes sont des femmes célibataires, des veuves ou des épouses délaissées, des femmes qualifiées de déshonnêtes car elles n’ont plus de maris. Seul le statut d’épouse ou de mère est valorisé et reconnu. Ces femmes sont souvent issues de milieux démunis, servante ou épouse d’ouvrier car la sanction sera faible voire inexistante. Par conséquence, La femme est diffamée par le viol, elle y perd son honneur (la Fame Publica). Ainsi, une femme célibataire aura des difficultés à trouver un époux et une femme sera vraisemblablement abandonnée par son mari.

Une nécessité sociale de la chrétienté

Un mal nauséabond pour prévenir la fornication et l’adultère


À partir de la fin du XIIIe siècle, et ce, jusqu’au XVe, le métier est vu plutôt comme une pratique immuable. La tradition chrétienne considère la prostitution comme un moindre mal nécessaire. Les Pères de l’Église en témoignent, d’Augustin d’Hippone au IVe siècle qui estime qu’elle est naturelle et permet de protéger les femmes honorables et les jeunes filles du désir des hommes, jusqu’à Thomas d’Aquin au XIIIe siècle, qui juge qu’elle est nécessaire à la société comme les toilettes à une maison :
« Cela sent mauvais, mais sans elle(s), c’est partout dans la maison que cela sentirait mauvais. »
La prostitution est d’ailleurs tellement naturelle que, pour plusieurs théologiens, il est préférable qu’une femme y pousse son mari plutôt que de consentir à certains rapports sexuels considérés, eux, comme de graves péchés. Dans une perspective du moindre mal, ces femmes sont sacrifiées pour un bien supérieur, l’ordre public. Souvent, en effet, c’est la permanence des viols par bandes organisées qui amène les municipalités à se poser la question d’organiser la prostitution afin de canaliser l’agressivité sexuelle des hommes.

Les bordels de l’Église, un mal naturel pour éviter le péché


Au Moyen Âge, les responsables de l’ordre public, municipalités, seigneurs laïcs ou ecclésiastiques (évêques, abbés et pape), organisent progressivement la prostitution, déjà à partir du XIIe siècle, et surtout à partir du XIVe siècle, en tirant un profit financier. On trouve même des bordels possédés par des monastères ou des chapitres. La prostitution est toujours considérée comme naturelle, comme un moindre mal. Au cœur des cités méridionales, les maisons de fillettes, les châteaux gaillards et autres maisons lupanardes deviennent des institutions municipales, entretenues et inspectées par les consuls. On précisera que la majorité sexuelle est toujours de 12 ans au Vatican (elle était de 11 ans en France en 1832). En Italie du Nord, les autorités expliquent même que le recrutement de prostituées attirantes permettra de convaincre les jeunes gens de se détourner de l’homosexualité. Les villes et les bourgs ouvrent ainsi officiellement des maisons municipales de prostitution ou bien désignent les quartiers de la cité, généralement ses faubourgs, où la prostitution sera tolérée.
Lire Exclusion des filles mères, mères célibataires, mères seules : avortement et abandon des enfants sans père

Dieu vous le rendra


Une richesse pour le clergé et les municipalités


Les municipalités profitent de ce commerce et s’enrichissent en prélevant des taxes sur les maisons publiques ou en mettant les fillettes à l’amende. On constate souvent, en dépouillant les registres de comptes, que les loyers et les rentes tirés des maisons de prostitution sont traités au même titre que les autres revenus, y compris dans les registres des abbayes. Au XIIIe siècle, les canonistes admettent d’ailleurs la recevabilité des profits tirés de la prostitution à condition que la fille exerce par nécessité, et non par vice et plaisir. Les propriétaires des maisons, parfois des notables, n’ignorent rien des activités de leurs locataires, et encaissent sans vergogne les bénéfices. C’est le cas des familles Villeneuve et Baronnat à Lyon, de l’évêque de Langres ou de l’abbé de Saint-Etienne à Dijon.

Plus lucratif que les dons des fidèles


D’ailleurs, Voltaire rapportait que l’évêque de Genève administrait tous les bordiaux de ces terres. Dominique Dallayrac va même jusqu’à avancer que la prostitution amena plus de richesse au clergé que tous leur fidèles réunis. St-Thomas d’Aquin raconte également que des moines perpignanais organisaient une collecte de fond pour ouvrir un nouveau bordel, dont ils vantaient le mérite; « oeuvre sainte, pie et méritoire ». D’ailleurs, La chose ira encore plus loin, car en 1510, le pape Jules II fit construire un bordel strictement réservé aux chrétiens.

La Chapelle Sixtine financée grâce à la taxe sur la prostitution




Pour renflouer les finances du Vatican et payer les corporations travaillant sur la chapelle qui portera son nom, le pape Sixte IV (1414 – 1484) eut l’idée géniale de taxer toutes les prostituées et les prêtres concubinaires dans les Etats Pontificaux, y compris Rome. Cette taxe rapporta au Vatican 30.000 ducats par an. Une véritable fortune. Selon les données statistiques de 1477, il y avait 6.300 prostituées reconnues officiellement et des nombreux célibataires. Le projet avait été lancé en 1046 par le Pape Clément II, Suidger de Morsleben et Hornburg (1005-1048) d’origine allemande, qui avait obligé toutes les prostituées romaines à verser un impôt au saint-siège sur chaque rencontre avec un nouveau client.

S.S. Sixte IV, un pape pédéraste, incestueux et proxénète




Afin de profiter de cette manne financière, le pape Sixte VI (1414 – 1484) acquis lui-même une maison close devenant un proxénète. Jusqu’à son élection, Sixte IV jouissait d’une bonne réputation. Sous son pontificat, il fit l’objet de jugements controversés dus à l’emprise que ses neveux prirent sur lui. De fait, il nomma cardinal de nombreux jeunes gens, célèbres par leur beauté, parmi lesquels son neveu Raphaël Riario – cardinal à 17 ans, accusé d’être son amant. On prétendit aussi que le goût du pape pour les garçons était notoire. Le théologien Balaeus (xvie siècle) assure de manière peu vraisemblable que Sixte IV aurait donné aux cardinaux « l’autorisation de pratiquer la sodomie pendant les périodes de grandes chaleurs ». C’est ce que l’on appelait alors le « vice italien ». Aujourd’hui encore, la majorité sexuelle au Vatican est de 12 ans.

La vie sexuelle des papes Meurtres, prostitution, pédérastie


Tiré de « L’Écho des Cantons » no. 7, septembre 2000.

Le palais papal, un lieu maudit

C’est un pape aux mœurs corrompues, Léon III (du 26 décembre 795 au 12 juin 816) qui couronna à Rome au mois de décembre de l’an 800, l’empereur Charlemagne (742-814). Étant réputé pour aimer la bonne chère, le vin et surtout les plaisirs charnels, Léon III échappa à une tentative d’assassinat complotée par deux prêtres désireux de débarrasser Rome et l’Église de ce pape dépravé. Étienne IV (du 22 juin 816 au 24 janvier 817) ne fut pape que quelque mois, mais son successeur, Pascal 1er (du 25 janvier 817 au 11 février 824) mena une vie de débauche qui, pendant les sept années de son pontificat, fit de la ville sainte et du palais papal des lieux maudits où libre cours sexuel était donné a toutes formes de perversions inimaginables.

 
Le lupanar privé du pape

Venu a Rome pour se faire sacrer empereur, Lothaire (795-855), petit-fils de Charlemagne, fut scandalise par tout ce désordre et fit des remontrances très sévères a Pascal. Le saint-père promit a Lothaire de reformer ses mœurs mais des que celui-ci eut le dos tourné, Pascal Ier emprisonna deux humbles prêtres pour avoir dénoncé ses comportements pervers. Comme sentence exemplaire on leur arracha la langue et les yeux avant de les décapiter. Plus tard, le pontificat de Léon IV (du 10 avril 847 au 12 juillet 855) sembla être au-dessus de tout soupçon jusqu’au jour où certains chroniqueurs de l’époque affirmèrent que le pontife avait installé dans sa propre maison un couvent de religieuses afin de s’adonner avec celles-ci a des plaisirs sexuels  » très torrides « .

 
La légende de la papesse Jeanne



C’est a partir de la fin de la papauté de Léon IV que naquit plusieurs légendes a connotations sexuelles qui fortifièrent l’histoire de la papesse Jeanne. Il est très peu probable qu’une femme ait succédé a Léon IV sur le trône de la chrétienté, vers l’an 856, comme le veut la légende qui prit naissance au milieu du 13ème siècle, et racontée par l’entremise des chants des troubadours et des ménestrels.
  
Un pape gay en prison, assassiné par ses « mignons »

Celle-ci fut vraisemblablement inspirée par l’histoire malheureuse d’un pape dévergondé du nom de Jean VIII (du 14 décembre 872 au 16 décembre 882). Jean VIII fut reconnu comme étant un pape débauché qui fut jeté plusieurs fois en prison parce qu’il ne s’occupait pas de ses charges pontificales. Ce pape homosexuel, qui aimait les jeunes garçons, connut une fin tragique aux mains des membres de la famille de l’un de ses  » mignons  » qui, trouvant que le poison qu’ils lui avaient administre n’agissait pas assez vite, lui fracassèrent le crane a coup de marteau.


 

Un pape drag-queen


D’autres sources mentionnent qu’au milieu du 9ième siècle, un prêtre anglais du nom de John, un homosexuel reconnu, avait gagne la faveur des cardinaux de Rome, a un point tel qu’il a failli être élu pape a la mort de Léon IV en l’an 855. C’est probablement a la mémoire de ce John aux allures très efféminées, communément appelé Jeanne par ses intimes, que naquit la légende de la papesse qu’on disait d’origine anglaise. Les troubadours et les ménestrels du 13ieme siècle ajoutèrent a cette histoire, en signe de dérisions et de moqueries, que John aurait pu accoucher d’un enfant le jour même de son couronnement car rien dans son comportement sexuel n’indiquait « … qu’il est un homme … ». Ainsi fut fomenté dans la confusion et par les esprits tordus la légende de la célébré papesse Jeanne.

 
Rome, ville du vice et de la débauche

Le calme revint a Rome sous le pontificat de Jean IX (du mois de janvier 898 a janvier 900) mais ce fut de courte durée car lorsque Benoît IV prit le trône de Saint-Pierre (du mois de février 900 au mois de juillet 903) la corruption redevint maîtresse dans la  » Cite éternelle » pendant, hélas, de très nombreuses décennies. Afin d’illustrer avec plus de précisions cette ambiance qui régnait a Rome pendant tout le 10ème siècle, citons ce roi d’Angleterre, Edgar dit le Pacifique (944-975) qui, s’adressant a ses évêques, donna une description peu flatteuse de ce qu’il avait vu lors d’un de ses voyages dans la ville des papes.

 
 » On ne voit a Rome que débauches, dissolution, ivrogneries et impuretés … les maisons des prêtres sont devenues les retraites honteuses des prostituées, des bateleurs, jongleurs, équilibristes, acrobates, etc… et des sodomites (homosexuels) … on joue nuit et jour dans la demeure du pape … les chants bachiques (chansons a boire), les danses lascives et les débauches de Messaline ont remplacé jeûnes et prières. C‘est ainsi que ces prêtres infâmes dissipent les patrimoines des pauvres, les aumônes des princes ou plutôt, le prix du sang du Christ. » - Edgar dit le Pacifique (944-975), roi d’Angleterre

Messaline est l’épouse de l’empereur romain Claude (10-54), elle était reconnue pour se livrer a de la débauche de toutes sortes et même a la prostitution. Se sentant bafoué, son mari la fit assassiner lorsqu’il apprit qu’elle s’était mariée avec son jeune amant Silius.

 
Jean XII : le pornocrate

Jean XII est assurément un des papes ayant le plus choqué ses contemporains. Plusieurs fois d’ailleurs, des chroniqueurs l’ont qualifié « d’antéchrist siégeant dans le temple de Dieu ». Né Octavien, il accède à la papauté à l’age de 18 ans sous le nom de Jean XII. Le jeune pape est perçu comme un être grossier qui s’adonne à la débauche, transformant le palais du Latran en un véritable bordel. Déposé par un synode d’évêques qui le déclare coupable de sacrilège, de meurtre, d’adultère et d’inceste en 963, Jean XII parvient cependant à reprendre l’avantage sur Léon VIII, élu à sa place. Une légende raconte qu’il est mort d’une crise d’apoplexie en plain acte sexuel avec une femme mariée.


  
La famille maudite des Borgia

Vous pouvez trouver la série complète de la famille des Borgias sur E-Mule, en français.


Borgia est le nom italianisé de la famille Borja, originaire du Royaume de Valence (Espagne), qui a eu une grande importance politique dans l’Italie du XVe siècle. Elle a fourni deux papes, ainsi que plusieurs autres personnages, dont quelques-uns ont acquis une fâcheuse renommée. La famille Borgia subi une réputation sinistre qui aurait été forgée par ses ennemis politiques. Les Borgia furent accusés d’empoisonnement, de fratricides, d’incestes… Ils furent les symboles de la décadence de l’Église à la fin du Moyen Âge.

Enfants illégitimes, bordels et inceste

C’était une puissante famille italo-espagnole de la Renaissance, dont sont issus des personnages célèbres qui étaient des champions de la « chasteté héréditaire ». Quelques exemples : un cardinal qui eut trois enfants, un pape qui en comptait neuf, et une duchesse qui accoucha de huit hommes différents dont, probablement, le pape et le cardinal déjà mentionnés, qui étaient, en plus, son père et son frère. Tristement célèbres. On les appelle Borja en Espagne, Borgia en Italie. Un nom qui, dans la Botte, jouit d’une très mauvaise réputation, non sans raison : le cardinal César (1475-1507), une fois abandonné l’habit de pourpre, devint un homme politique et un militaire au cynisme proverbial, qui inspira Le Prince de Machiavel. Son père Rodrigo (1431-1503), alias le pape Alexandre VI, réduisit Rome à une ville-bordel que Luther compara ensuite à Sodome ; enfin, la duchesse Lucrèce (1480-1519), intrigante et peut-être incestueuse, passa à la postérité comme un archétype de féminité négative.

 
Le pape du diable



Alfonso Borgia est intronisé pape sous le nom de Calixte III de 1455 à 1458. Il a un fils illégitime, François Borgia, cardinal-archevêque de Cosenza. Son neveu, Roderic Llançol i de Borja, le rejoint en Italie où il prend le nom de Rodrigo Borgia. Il est pape sous le nom d’Alexandre VI de 1492 à 1503. Un des témoins les plus crédibles de la conduite scandaleuse du pape Alexandre Borgia est Jean Burckhardt (ou Burchard), de Strasbourg. Ce prélat, maître des cérémonies de la cour pontificale, tint de 1483 à 1508, un journal très précis relatant jour par jour, parfois même heure par heure, tous les événements se passant au Vatican.

Au moins 6 enfants illégitimes



En 1470, alors qu’il a déjà été ordonné prêtre, Rodrigo Borgia fait la connaissance de Vannozza Giovanna Cattanei, jeune patricienne romaine, qui lui donnera ses quatre enfants préférés (Jean ou Joan, César, Lucrèce, et Geoffroi ou Jofre). En 1489, nouvelle liaison avec la jeune et jolie Giulia Farnèse qui n’a que 15 ans, dont la demeure était directement reliée à Saint Pierre. Rodrigo Borgia a alors 58 ans. De leur union naîtra une fille, Laura, qui sera présentée comme l’enfant légitime d’Orso Orsini, époux officiel de Giulia Farnèse. Il avait déjà eu un fils Pedro-Luis de Borja légitimé par Sixte IV. Une troisième amante, disait-on, était peut-être sa propre fille Lucrèce (1480 – 1519). Elle est célèbre pour sa beauté autant que pour ses mœurs dissolues : un fils né de ses amours incestueuses avec son frère César, quelques bâtards, une activité d’empoisonneuse, etc.

Viol sodomite et danses orgiaques de 50 prostituées



Les orgies étaient pour Alexandre VI, une distraction à plein temps, sans discrétion aucune, sans discrimination de classe ni tabou de parentèle. Francesco Guicciardini rapporte un épisode au cours duquel le pape attire au Château Saint-Ange le jeune et beau Astorre Manfredi, seigneur de Faenza, qu’il viole et fait jeter dans le Tibre. Mais il pourrait également s’agir de César Borgia qui tenait prisonniers les deux frères Manfredi. Les scandales continuent au Saint-Siège, et ce malgré les remontrances du frère dominicain Jérôme Savonarole :

«Arrive ici, Eglise infâme, écoute ce que te dit le Seigneur […]. Ta luxure a fait de toi une fille de joie défigurée. Tu es pire qu’une bête: tu es un monstre abominable»

Sans scrupules, ni remords, Alexandre VI fait face : Savonarole est arrêté, torturé et meurt sur le bûcher le 23 mai 1498. Selon Jean Burckhart, témoin muet, mais indigné, la débauche du pape Alexandre et de sa progéniture atteint son paroxysme en cette nuit orgiaque du 31 octobre 1501 avec l’évocation de la danse de cinquante prostituées entièrement nues et d’un concours arbitré par César et Lucrèce pour évaluer et récompenser les prouesses de virilité des assistants. Les dépêches envoyées aux cours d’Europe par leurs ambassadeurs et figurant dans de nombreuses archives diplomatiques confirment l’incroyable témoignage du Père Burckhardt. On comprend dès lors pourquoi tant de récits faisant référence à des pactes avec le Diable ont pu circuler à la mort d’Alexandre VI.
  
Les types de prostitution

Les historiens, scientifiques et sociologues Lombroso et Ferrero (1896) ont classifié la prostitution médiévale en quatre catégories :

Les plaisirs charnels du Christ

La prostitution sacrée issue du culte antique de la femme, avec, au début du Ve siècle, les nicolaïtes, femmes qui, attendu l’incarnation du Christ, prônaient que Jésus fait homme avait dû éprouver lui-même les voluptés du corps. Unies aux gnostiques, elles ont essaimé jusqu’au XIIe siècle, en plusieurs sectes vouées au contentement de la chair. En 1373, réapparaît en France une de ces sectes, anciennement les Picards devenus les Turlupins dont le plaisir était de forniquer en public. Dans le catholicisme, les femmes stériles et les maris impuissants ont longtemps prié les Saints Paterne, Guerlichon ou Guignolet, dignes héritiers du dieu Priape, dieu de la virilité, de la fertilité et de l’amour physique. Même réprouvées par l’Église, ces pratiques se sont poursuivies qu’à la Révolution.

Garnir la couche de son hôte avec ses serfs

Le second type de prostitution est appelé prostitution hospitalière : elle découle des coutumes ancestrales de l’hospitalité qui consistaient à « garnir la couche » de son hôte. Plus rarement pratiquée chez les paysans, elle était largement répandue chez les nobles et de nombreuses soubrettes et paysannes, tenues en servage, se prostituaient ainsi contre leur gré.

Une épouse en CDD

Le troisième type est la prostitution concubinaire. Le concubinage n’a jamais été, dans la France catholique, béni religieusement. C’est le versement d’une pension d’entretien qui servait de contrat nuptial que seuls un divorce ou la mort pouvaient rompre.
Enfin, on trouve, sous quatre formes, la prostitution civile :
• Les bordels privés de la noblesse et du clergé : L’abbé, l’abbesse, l’évêque, le baron, le seigneur féodal accueillent chez eux l’équivalent d’un bordel généralement payé par leurs fidèles ou leurs vassaux; les deux sexes y sont couramment représentés;
• Les paysannes au service sexuel des curés : Dans les monastères, les bons pères réquisitionnent régulièrement les paysannes des alentours qu’ils convainquent de se taire de peur des foudres divines;
• Les nonnes-putains pour un dieu proxénète : Plusieurs mères supérieures des couvents persuadent leurs religieuses de se prostituer pour amasser, au nom de leur divin époux auquel elles ont de toute façon livré à tout jamais leur corps vertueux, quelques compléments à la dîme;
• Femmes-objets pour payer les impôts : Au Moyen-âge, le royaume de France est loin d’être consolidé et les guerres entre prétendants à la royauté livrent la paysannerie à des impôts ruineux, dont la taille. Plusieurs fuient la campagne pour la ville où la misère qui sévit contraint filles et jeunes femmes orphelines, abandonnées ou vendues, veuves et épouses désespérées à livrer leur corps en pâture. La prostitution foisonne avec ses classes de prostituées.

Le statut des prostituées

Durant la période médiévale, la quasi-totalité des prostitués est constituée de femmes. La prostitution masculine fleurit aussi, mais seulement dans la clandestinité en raison de la sévère condamnation de l’homosexualité par l’Église. Cette dernière entretient à l’égard des femmes un double discours qui explique, en grande partie, l’ambivalence de ses prises de position. La femme est certes synonyme de tentation et de luxure, mais curieusement elle occupe un rôle social plus égalitaire que celui qui va redevenir le sien à la Renaissance.
La prostitution civile revêt quatre motifs, explicatifs des divers statuts et mécanismes différents de répression :
  • La luxure qui découle de la prostitution sacrée. Ses adeptes sont considérés comme des hérétiques et châtiés par l’Église et le pouvoir;
  • La pauvreté, lot des femmes démunies. Cette forme est plus ou moins tolérée par l’Église selon la sévérité de ses cardinaux du moment et réglementée par le pouvoir seigneurial ou royal selon ses humeurs et pénitences;
  • Le concubinage, lot de femmes devenues courtisanes, protégées par leurs concubins et par les apparences d’une vie de rentière; certaines prostituées de haut rang peuvent s’afficher dans la cour des gens de la noblesse. On peut d’ailleurs difficilement d’apparence les différencier d’autres femmes de leur entourage, même si la plupart du monde connaît leur identité;
  • Le commerce dont l’exercice est orchestré par des sources diversifiées : clergé, noblesse, bourgeoisie, tenanciers ou tenancières. Le clergé va, de temps à autre, procéder à de sévères répressions dans ses rangs, la noblesse graduellement se défaire de ses propres bordels pour choisir le concubinage ou la fréquentation plus ou moins discrète des maisons de débauche.
  • Les filles légères « prostitution libérale » : Ces filles travaillent pour leur propre compte, elles vont d’hôtel en hôtel ou possèdent leur propre chambre. Ces femmes deviennent petit à petit des courtisanes : prostituée de luxe, maîtresse de riches marchands ou notables. Les courtisanes deviennent réellement importantes à la fin du XV°.
Lire La prostitution mondaine, une valeur éducative du patriarcat traditionnel avant le mariage

Carrière d’une fille de joie Mères célibataires, vierges violées, veuves ou répudiées

Les prostituées le sont pour des raisons financières, parce qu’elles sont sans ressources pour une raison ou une autre : tel est le cas pour les étrangères à la ville, les migrantes venant de la campagne, les filles exclues du système matrimonial parce qu’elles ont été violées, parce qu’elles sont des servantes enceintes et chassées, parce qu’elles sont veuves ou abandonnées. Mais il existe aussi une prostitution moins miséreuse, de femmes qui reçoivent discrètement chez elles des hommes de bonne condition, et que le voisinage tolère plus ou moins bien. La plupart des prostituées le sont, comme de nos jours, par utilité ou obligation. Dans ce contexte, la très grande majorité des prostituées est cantonnée dans les basses classes de la société, même si quelques-unes d’entre elles, devenues maîtresses de gens importants, parviennent à y échapper.

Ne pas ressembler à une épouse légitime

Faire commerce de ses charmes est longtemps vu comme une profession comme une autre. Les «putassières » demeurent cependant facilement identifiables. Il leur est, en effet, interdit de porter vêtements ou accessoires démontrant le luxe. Broches, fourrures et autres vêtements peuvent leur être sommairement confisqués.

L’abbesse encaisse un tiers des gains pour un toit

Les filles de joie racolent à peu près partout : bains publics, boisés, buissons, ruelle ou rue réservées à leur pratique, cour des nantis et autres endroits insolites. Cependant, les lieux dédiés aux habitués sont les bordels municipaux, que l’on appelle à cette époque «bourdeaux» ou «bon hostel». Ils sont souvent administrés par une maquerelle, souvent une femme mariée, appelée «abbesse», douce vengeance contre le clergé. Cette dernière encaisse le tiers des gains de ses filles en échange de leur pension. Il est donc très aisé de trouver remède à une envie pressante…

La contraception naturelle


Les pratiques sexuelles, pour ce que l’on peut en savoir, semblent être communément orales, anales, manuelles et interfémorales, les femmes fuyant le rapport vaginal pour des raisons contraceptives.

Fin de carrière : abbesse, mariage ou couvent


La fin de « carrière » est estimée autour de la trentaine, mais aucune source ne permet d’affirmer cet âge. Dès lors que les filles ne peuvent plus se prostituer, plusieurs choix de vie s’offrent à elles :
  • Devenir à leur tour tenancière – abbesse
  • Retraite dans le repentir « fondation Sainte Marie Madeleine
  • Le plus souvent, c’est le mariage qui les fait sortir de leur condition. En effet, épouser une fille de joie est considéré comme une œuvre pieuse par l’Eglise.
La répression du vice Mais toléré au nom de la morale conjugale schizophrène

Le rôle joué par l’Église et particulièrement ambigu. D’une part, et ce, depuis Saint-Au­gustin, elle voit la prostitution comme un mal inévitable qu’on ne peut enlever d’une société sous peine d’avoir d’autres maux. D’autre part, par son obligation morale, elle réprime à l’aide de ses tribunaux ecclésiastiques non pas les prostituées, mais les tenanciers et autres entremetteurs au nom de la morale conjugale.

Les putains des soldats de Dieu

En ces temps de guerres et de croisades, notons que les soldats et les croisés ne font pas exception à la tentation : un cortège de femmes suit l’armée, même celle de Dieu, lavandières comme prostituées. Les phases de défaites correspondent à un redressement des mœurs et vice-versa. Il faut comprendre que, lorsque les troupes commencent à perdre, les autorités le mettent sur le dos de leur honteuse débauche. Cependant, lorsqu’elles gagnent, les interdictions sont levées, et ainsi de suite, de victoires en défaites. Chose certaine, il y a du travail pour ces filles de joie qui vont parfois jusqu’à planter leur tente parmi celles des soldats. Leur réputation est cependant mauvaise, Jeanne d’Arc, par exemple, chassa les ribaudes qui suivaient son armée.

Esclaves rasées pour laver leurs péchés


Entre 1254 et 1269, Louis IX décide quand même d’éradiquer toute prostitution. Des lois qui permettent alors aux autorités d’incarcérer les demoiselles de joie sont mises en vigueur. Les prostituées qui sont capturées sont cependant envoyées dans des prisons toutes spéciales, où les conditions de vie sont misérables. Confiées à la garde de religieuses acariâtres et sadiques qui se croient désignées pour conjurer le vice, elles ont la tête rasée pour les humilier et on les fait travailler en quasi esclavage souvent jusqu’à une mort prématurée.

Lire Les couvents de la Madeleine : camps de concentration pour mères célibataires et femmes libérées
  • 1254 : Ordonnance de Louis IX interdisant la prostitution, les personnes prostituées sont expulsées des villes et tous leurs biens sont saisis, jusqu’aux vêtements; et les proxénètes sont punis par des amendes équivalentes à une année de loyer.
  • 1256 : Nouvelle ordonnance de Louis IX qui revient sur l’interdiction stricte de la prostitution. La personne prostituée n’est plus que reléguée hors des murs des cités et loin des lieux de culte.
  • En 1269, Saint Louis, qui s’apprête à embarquer pour la huitième croisade, demande à nouveau d’extirper le mal du royaume. À nouveau, la clandestinité des prostituées et le désordre créé font fléchir le roi qui fait ouvrir des centres de reclassement pour les femmes publiques à Paris. Le pragmatisme fait d’ailleurs que les filles publiques sont non seulement admises, mais subsidiées pendant la huitième croisade. Les livres de comptes royaux font état de 13000 prostituées à payer pour le suivre à la guerre…

L’inefficacité de la répression est patente. A la fin du Moyen Age, filles publiques, secrètes ou vagabondes pullulent dans les rues des villes, investissent étuves et hôtels princiers. Le temps où ces femmes, jugées impures, étaient interdites de mariage, semble désormais dépassé ; mais à bien y réfléchir, les ordonnances de Saint Louis étaient déjà en leur temps parfaitement irréalistes.

Prisons pour prostituées, fornicatrices, adultères, pauvresses et célibataires

Du XVIIe au XIXe siècle, la période moderne est marquée par la volonté de lutter contre la prostitution. Parfois les mesures visent son éradication, par l’emprisonnement ou le bannissement. Mais beaucoup de ces mesures sont assez vite oubliées ou pas du tout appliquées. Certains comportements sont nouveaux : des asiles s’ouvrent pour les femmes repenties, que vont bientôt rejoindre celles que l’on considère comme risquant de tomber dans la prostitution parce que pauvres et célibataires. Des ordonnances précisaient même de n’admettre que les jolies filles, les laides « n’ayant pas à craindre pour leur honneur ». L’Angleterre, puis l’Espagne, créent de tels établissements. En 1658, Louis XIV ordonne d’emprisonner à la Salpêtrière (Hôpital Général) toutes les femmes coupables de prostitution, fornication ou adultère, jusqu’à ce que les prêtres ou les religieuses responsables estiment qu’elles se sont repenties et ont changé.

La Salpêtrière de Paris sous l’Ancien Régime : lieu d’exclusion et de punition pour femmes


A son ouverture, en 1656, la Salpêtrière de Paris s’impose comme le plus grand établissement d’enfermement de femmes à l’époque moderne. Elle est chargée d’accueillir les femmes, jeunes filles et enfants mais aussi des couples sans ressources. En 1666, dix ans après l’édit d’établissement, la Salpêtrière accueillait 2322 pauvres. En 1684, Louis XIV ajouta à l’hospice, une prison, la « maison de force », pour les femmes prostituées, débauchées et condamnées, à laquelle on adjoignit un bâtiment pour les femmes et les filles détenues à la demande de leurs maris ou de leurs parents. La Salpêtrière comporta donc : un hospice et une prison pour les femmes.
Les pauvres mendiants qui ne se seront pas rendus à la Pitié dans les délais prévus y seront amenés de force par les officiers de police. La loi interdit la mendicité « à peine du fouet contre les contrevenants, pour la première fois ; pour la seconde, des galères contre les hommes et garçons, et du bannissement contre les femmes et filles ».

Pour changer la morale et les mœurs des femmes égarées



Dès le règlement du 20 avril 1684, une nouvelle catégorie de la population parisienne est à enfermer : les femmes débauchées. Et c’est à la Salpêtrière qu’elles devront être « enfermées ». Comme la mendicité, la débauche et la prostitution sont combattues avec acharnement pendant tout le XVIIe siècle. Outre la déportation dans les colonies, l’Hôpital général devient le principal mode de mise à l’écart des prostituées jusqu’à la fin du XVIIIe siècle. Les prostituées étaient déjà mises en cause dans le 101e article de l’ordonnance de 1560 promulguée par François II puisque cette ordonnance interdisait tout simplement la prostitution. Cette mesure aurait été prise suite à la progression rapide de la syphilis. Et c’est tout naturellement qu’on s’est attaqué à ce qui ne pouvait être qu’à la base de ce développement : la prostitution. Sous couvert de santé publique on épurait ainsi les rues de Paris d’un autre fléau, la « débauche publique et scandaleuse ». Les mesures d’internement contre les débauchés se multiplient dans ce siècle de moralisation de la société. Des maisons de force avaient déjà été créées et aménagées pour les débauchées. Ces établissements étaient ouverts, théoriquement, aux seules volontaires, et avaient pour objectif de changer la morale et les mœurs de ces femmes égarées. Le roi prévient que « les femmes d’une débauche et prostitution publique et scandaleuse, ou qui en prostituent d’autres, seront renfermées dans un lieu particulier destiné pour cet effet dans la maison de la Salpêtrière ». Les débauchées pourront y être enfermées sur décision de justice. Après l’ordonnance du roi du 20 avril 1684, un inspecteur est chargé de la police des mœurs. Il est chargé, jour et nuit, de les arrêter et de les conduire au dépôt Saint-Martin, passage obligé des futures condamnées. Le lendemain, les femmes arrêtées comparaissent à l’audience du grand Châtelet. Les femmes condamnées, escortées par des archers, sont alors emmenées en charrette, dont les planches sont recouvertes de paille, à travers les rues de Paris, à la vue de tous, jusqu’à la Salpêtrière.

Pour réprimer la libération des femmes



Avec le XVIIIème siècle, une grande liberté des mœurs oblige la société à réagir. La police va être une grande pourvoyeuse de nos hôpitaux : se moquer du roi, de la religion, contrevenir à l’ordre public, désobéir à l’autorité paternelle, manquer à l’honneur familial, se débarrasser de sa fille ou de sa femme, être protestante, hérétique, révoltée ou troubler l’ordre public sont très souvent des fautes méritant l’incarcération des femmes à la Salpêtrière. C’est de plus en plus un bagne pour les femmes avec des travaux forcés et de sévères châtiments. Pourtant dans le même temps apparaît une timide humanisation avec l’arrivée de Tenon à la Salpêtrière en 1748. Il va y améliorer l’hospitalisation de ses malades. Quant aux folles, elles arrivent à la Salpêtrière pour y achever, souvent enchaînées, le reste de leur vie.

La déportation des filles de honte

Les fillettes abandonnées à la naissance étaient recueillies, élevées, éduquées, placées pour un travail et mariées par l’institution après enquête sur le conjoint (« les noces des orphelines »). Colbert trouva bon de peupler nos nouvelles colonies d’Amérique avec quelques-uns de ces jeunes orphelins et orphelines en les mariant « à la chaîne » (60 couples dans une matinée) lors de grandes cérémonies à l’église Saint-Louis de la Salpêtrière. Cette pratique s’est poursuivie sous la Régence. L’Angleterre commence à déporter aux Antilles les filles des maisons fermées : elles sont 400 après la fermeture des maisons de Londres en 1650 ; on estime à 10 000 celles qui rejoignent de force l’Amérique de 1700 à 1780. L’aristocratie européenne semble particulièrement violente dans sa façon de vivre la sexualité et, contrairement au Moyen Âge, on a pour ces siècles des récits de brutalité dans les établissements où orgies, coups, flagellation, débauche de mineurs sont courants. La société dans son ensemble est caractérisée par la violence sexuelle et, dans les campagnes comme dans les villes, des bandes organisées attaquent les femmes isolées pour des viols collectifs accompagnés de sévices.

Un métier commun 3000 bordels parisiens



Force est de constater que, malgré les interdictions et les principes moraux, tous les niveaux des autorités civiles et religieuses comptabilisent les revenus des bordels qu’ils gèrent sans scrupule, à titre de revenus standards, comme les taxes ou les dons. À la fin de Moyen-âge, au temps du poète et brigand François Villon (1431-1463?), Paris compte plus de 3000 bordels. Pendant très longtemps, on prétexte que la prostitution est un exutoire pour éviter le viol et l’adultère. C’est pourquoi elle est alors tolérée et pourquoi l’Église tente de réhabiliter les pécheresses repentantes.

13% des femmes se prostituent

À la veille de la Révolution française, on évalue à 30 000 les simples prostituées de Paris et à 10 000 les prostituées de luxe ; à Londres, elles seraient 50 000, ce qui est une preuve de l’échec des mesures de répression. A la fin du XVIIIe siècle, on évalue à 40 000 le nombre de personnes prostituées à Paris (13 % de la population féminine). Pour mesurer l’ampleur du phénomène, la plupart des historiens contemporains soulignent que si la proportion de prostituées était la même aujourd’hui (environ 13 % des femmes), on aurait pour Paris intra-muros une population de plus de 100 000 prostituées.

Un quart de parisiens clients : des recettes juteuses pour l’État




La IIIe République est l’âge d’or des maisons closes qui font partie intégrante de la vie sociale. L’État, et notamment le fisc profitait de ce commerce en prélevant 50 à 60 pour cent sur les bénéfices. À Paris, ils sont environ 200 établissements officiels, sous le contrôle de la police et des médecins, ainsi que d’innombrables bordels clandestins qui comptent alors 15 000 prostituées. De 1870 à 1900 environ, il y a 155 000 femmes officiellement déclarées comme prostituées, mais la police en a arrêté pendant la même période 725 000 autres pour prostitution clandestine (soit 30 000 par an). En 1953, les estimations les plus basses sont de 40 000 prostituées à Paris (les plus hautes parlent de 70 000), tandis que les bordels clandestins (les clandés) se multiplient (500 à Paris). La police estime à 40 000 clients par jour la fréquentation des diverses maisons, ce qui équivaudrait à dire que le quart des hommes parisiens avait des relations avec les prostituées.

http://matricien.org/patriarcat/sociologie/prostitution/bordel-eglise/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 03:15 (2014)    Sujet du message: POPE’S HOMOSEXUAL AGENDA IN FULL SWING Répondre en citant

POPE’S HOMOSEXUAL AGENDA IN FULL SWING



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=IgUL0kHzIx0&list=UUpITe256E0HOmw-KqWYWD…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 03:36 (2014)    Sujet du message: « LE GENDER, UNE NORME MONDIALE ? OUTIL DE DISCERNEMENT » (I/II) Répondre en citant

PUBLIER DE NOUVEAU - DE ZENIT/VATICAN

« LE GENDER, UNE NORME MONDIALE ? OUTIL DE DISCERNEMENT » (I/II)


Depuis la parution de ces articles, le mouvement homosexuel du LGBT a bien avancé. La criminalisation des contestataires se fait de plus en plus sentir.

Redéfinition du mot amour par ces groupes nazis communistes afin d'amener la destruction de la famille et des valeurs morales sociétales. Nous voyons que tous ces groupes font de plus en plus la guerre contre ceux qui promouvoient les valeurs de la famille et qui osent dire ce qu'ils pensent de tout ces grands changements. Nous voyons également le clergé se lever, tel un seul homme, pour encourager ce genre de pratiques que notre Dieu condamne. Malheur, la destruction et les plaies de Dieu vont s'abattrent sur ceux qui osent défier Son ordre établi et qui s'attaquent à ceux qui désirent marcher selon un coeur pur!

Nouveau livre de Marguerite PeetersBruxelles, 6 avril 2013 (Zenit.org)

Marguerite Peeters, directrice de « Dialogue Dynamics », publie un nouveau livre intitulé « Le gender, une norme mondiale ? Outil de discernement » (Mame, 2013) : elle en donne la primeur aux lecteurs de Zenit.Zenit – Votre livre « Le gender, une norme mondiale ? Outil de discernement », préfacé par le cardinal Robert Sarah, vient de paraître. Quel est votre objectif?


Marguerite Peeters – Bien que beaucoup de discours se soient faits sur le gender depuis que le phénomène frappe visiblement la France, d’abord en s’intégrant dans les manuels scolaires puis en devenant projet de loi, ils semblent jusqu’à maintenant s’être montrés impuissants à dégager une perspective d’espérance. Beaucoup se sentent dans l’impasse : où aller, maintenant que nous avons intellectuellement « démasqué » et dénoncé le gender, qu’un grand mouvement de mobilisation contre le projet de loi s’est organisé ? Le blocage n’est pas uniquement provoqué de l’extérieur, par la surdité et le durcissement du gouvernement. Il provient aussi de l’intérieur de la communauté chrétienne lorsqu’elle ne discerne pas les signes des temps selon la perspective d’espérance qui est la sienne. Le combat dans lequel nous sommes (non seulement, du reste, au niveau français, mais au niveau mondial) est surtout une heure de grâce : nous sommes appelés à tirer profit de la conscience croissante d’une crise de civilisation, dont le gender est un signe éloquent, pour nous engager dans un renouvellement personnel et culturel et nous dégager des compromissions du passé, que le gender met paradoxalement en lumière. Nos compromis ont en effet contribué à son émergence. Modeste fruit d’un long travail de suivi des politiques de la gouvernance mondiale depuis la conférence de Pékin, mon livre a été conçu comme un outil de formation et de discernement à destination des éducateurs, cadres, responsables politiques et religieux pour appréhender cette problématique de manière pédagogique, favorable au discernement.

De quel « discernement » s’agit-il ?

L’objectif du discernement n’est pas de fournir des « arguments » à des débats intellectuels voués à s’embourber dans les marécages d’une « théorie » « liquide », rationnellement insaisissable. Le vrai discernement est pratique. Il conduit à l’engagement de la personne et des communautés dans l’espérance, à une prise de décision courageuse : celle de revenir à la personne humaine concrète, telle qu’elle est dans son mystère transcendant, faite par amour et pour l’amour. Dieu nous donne un pape qui a appris de Saint Ignace les règles du discernement des esprits et qui réintroduit cette notion pratique dans l’enseignement de l’Eglise. Dans le cas de la problématique du gender, il s’agit de discerner les fautes que nous-mêmes comme peuple avons faites depuis le 18ème siècle dans la manière dont nous avons interprété des notions telles que laïcité, citoyenneté, égalité, liberté, fraternité, individu, droits de l’homme et du citoyen, influençant massivement le cours du développement de la civilisation occidentale. Et ne sommes-nous pas nous aussi, chrétiens, tombé dans le travers d’une mentalité contractuelle, individualiste, rationaliste, laïciste ? N’avons-nous pas trop souvent renoncé à être nous-mêmes ? Discernons les mauvaises habitudes culturelles qui de fil en aiguille à travers les siècles nous ont conduits à aujourd’hui considérer le « mariage pour tous » et l’adoption par les couples homosexuels comme une affaire de liberté, d’égalité, de droits, de citoyenneté. En un sens, l’apparition du gender et son imposition sont un développement tout à fait logique, c’est-à-dire obéissant à la logique d’un mal remontant à plusieurs siècles.

Qu’entendez-vous par : « logique d’un mal remontant à plusieurs siècles » ?

Le mal fondamental de la civilisation occidentale depuis des siècles est son rejet du Père : rejet d’abord de Dieu comme Père (déisme), puis de la paternité humaine (freudisme, « mort du père » proclamée dans les années 60), le premier ayant mené au second. Jean-Jacques Rousseau qui a influencé la rédaction de la Déclaration des Droits de 1789 a déclaré que la paternité était un privilège social contraire à l’égalité : d’où un antagonisme remontant au 18èmesiècle entre paternité (ordre et amour paternels) et droits, égalité, citoyenneté, liberté, fraternité. Depuis le 18èmesiècle une conception subversive de l’égalité citoyenne aliène la France et l’Occident. La fraternité, ayant cessé d’être filiale à partir du moment où l’on a rejeté le père, est devenue purement « citoyenne » ; il ne faut pas s’étonner que le marxisme ait surgi peu après. Or une fraternité exclusivement « laïque » n’a pas de sens : tout le monde sait que l’Etat n’est pas un père aimant. La liberté s’est repliée sur elle-même et sur l’arbitraire de choix individuels effectués en dehors du dessein de Dieu. La personne a été réduite à un individu, le citoyen-personne à un citoyen-individu. Pendant deux siècles la civilisation occidentale s’est accrochée à la « nature » dont elle a cherché à découvrir les lois dans le but d’accroître, par orgueil, ses connaissances et son pouvoir. Maintenant qu’elle ne croit plus à la « loi naturelle » à force de s’appuyer sur la seule raison humaine, il ne reste plus rien. Le défi de notre temps est de revenir au Père, non seulement à son ordre mais d’abord à son amour, source de tout ce qui existe et qui est bon, et à sa miséricorde. Le Père est la source de tout ce qui peut être déclaré universel. Quoi de plus humainement universel que la paternité ? Il est significatif qu’aucun traité ou instrument de droits de l’homme ne mentionne le père. Or les droits universels perdent leur sens dès lors qu’ils se coupent de leur source. Ils s’auto-génèrent et produisent ainsi aujourd’hui le droit au « mariage pour tous », dernier né d’une série de « nouveaux » droits subversifs, nés d’une laïcité repliée sur elle-même au point de vouloir désormais imposer à tous son laïcisme.

Pourquoi le gender est-il un « signe des temps » dont il est possible de tirer profit ?

Voilà remise sur le tapis la question de la filiation (« tous nés d’un père et d’une mère ») : appel à redécouvrir l’universalité de notre statut filial, notre fraternité filiale universelle et notre filiation divine universelle. Qui dit fils, fille, père, mère, dit « personne » et non « individu ». Et qui dit « personne », dit « amour ». C’est le père, source de la vie, qui aime le premier. C’est à l’amour que le gender s’attaque avant tout, mais c’est de lui que ses promoteurs, sans le savoir, ont le plus soif. Toute personne fait dans sa vie l’expérience existentielle de l’amour et en découvre, consciemment ou non, la structure trine : l’amour donné par celui qui aime à la personne aimée; l’amour reçu par la personne aimé ; et l’amour communion entre ceux qui s’aiment. Le retour culturel à l’amour et à son expérience humaine universelle devrait être l’objet de notre discours. Nous sommes tous faits à l’image de Dieu Père, Fils et Saint-Esprit, que les croyants ont la grâce d’avoir rencontré. La personne est un mystère, un mystère révélé. Si notre discours en reste au niveau de la nature, il ne répondra pas à l’attente de nos contemporains, rassasiés de théories abstraites se passant de notre engagement personnel, permettant d’y échapper, et prolongeant les erreurs du passé.

(à suivre, demain, 7 avril 2013)
( 6 avril 2013) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/le-gender-une-norme-mondiale-outil-de-discernement-i-ii


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 03:37 (2014)    Sujet du message: « LE GENDER, UNE NORME MONDIALE? OUTIL DE DISCERNEMENT » (II/II) Répondre en citant

« LE GENDER, UNE NORME MONDIALE? OUTIL DE DISCERNEMENT » (II/II)

"Nous sommes dans un combat de nature spirituelle et devons décider sous quel étendard nous voulons combattre". Entièrement d'accord avec leur commentaire. Nous sommes dans un combat de nature spirituelle et nous devons choisir qui nous voulons servir : Jésus-Christ et les lois divines ou le prince des ténèbres qui corrompt et met en place toutes ses réformes via ses nombreux soldats qui sont sous ses ordres et qui lancent leurs flèches de tous les côtés afin de détruire toute pensée et idéologie judéo-chrétienne et amener une ère de grande noirceur sur ce monde.

Nouveau livre de Marguerite Peeters
Bruxelles, 7 avril 2013 (Zenit.org)


Marguerite Peeters, directrice de « Dialogue Dynamics », publie un nouveau livre intitulé « Le gender, une norme mondiale ? Outil de discernement » (Mame, 2013) : elle en donne la primeur aux lecteurs de Zenit, dans ce deuxième volet de cet entretien (le premier volet est publié en date du 6 avril 2013).



Zenit – Comment est structuré votre livre ?

Marguerite Peeters - Le discernement passe par la formation. Après une brève exposition des facteurs rendant le phénomène du gender particulièrement complexe, le livre évoque le processus idéologique occidental qui a préparé son émergence depuis plusieurs siècles et parcourt l’histoire du développement du concept depuis les années 1950. Rappelons qu’en 1955 le psychologue et sexologue américain John Money établit pour la première fois une distinction entre « sexe » (identité sexuelle biologique) et « genre » (identité sexuelle sociale qu’un individu s’attribue à lui-même par le « dire » et le « faire »). Parmi les intellectuels, sociologues et universitaires occidentaux, l’idée fait dès lors son chemin que ces deux identités sont distinctes et peuvent s’opposer, l’identité sexuelle sociale étant l’objet d’un choix arbitraire de l’individu, une « identité sans essence » selon l’expression de David Halperin. Le livre montre aussi que le gender fait partie d’un nouveau système éthique intégré, résultat de la sécularisation et d’une série de révolutions interdépendantes dans les domaines politique, anthropologique et culturel. Il en manifeste le caractère mondialement normatif : depuis la conférence de Pékin de 1995, la perspective du genre est une norme politique et culturelle mondiale effective. L’égalité des sexes (gender equality) est même une priorité transversale de la coopération internationale.

Après une analyse critique du gender en tant que processus de négation, le livre offre quelques considérations pratiques et ouvre une perspective d’espérance : celle d’un retour personnel et culturel à la structure trine de l’amour - donné, reçu et partagé - et à l’ordre du Père.

Le titre de votre livre pose la question : « Le gender, une norme mondiale ? ». L’homosexualité serait-elle mondialement normative ?

Le gender a une double origine, féministe et homosexuelle. L’on voit ces deux interprétations se développer côte à côte dès les premières émergences du concept. Les deux interprétations ont en commun une conception des données anthropologiques fondamentales (complémentarité, féminité, masculinité, maternité, paternité, sponsalité, « hétérosexualité »…) comme autant de stéréotypes discriminatoires à déconstruire par l’éducation, la culture et les lois.

L’interprétation féministe, qui a percé la première en Occident et y a gain de cause depuis plusieurs décennies, progresse à une vitesse foudroyante dans les pays en voie de développement auxquels est imposée une conception laïciste de la femme comme pure « citoyenne-individu » détentrice de « droits » (contraception, avortement, éducation sexuelle laïque, « choix informé », fécondation in vitro, stérilisation volontaire…). De la déconstruction de la femme, on passe naturellement à la déconstruction de l’identité sexuelle. Il faut être myope pour ne pas voir ce processus. Il est particulièrement important pour certains pays en voie de développement de réaliser que, s’ils sont encore scandalisés par les projets occidentaux de lois favorables au mariage gay, ils sont déjà engagés dans un continuum de mort pour autant qu’ils appliquent des politiques favorables à la déconstruction de la maternité. Le gender, devenu condition de l’aide au développement, s’est déjà répandu à tous les niveaux des sociétés des pays non-occidentaux qu’il va entraîner dans le même processus révolutionnaire que l’Occident, allant d’une interprétation à l’autre. Ainsi, sans faire de bruit, des cultures traditionnellement ouvertes à la personne, à l’amour, à Dieu risquent de se laïciser rapidement. « Sortons », comme nous y invite le pape, de nos préoccupations nationales et ouvrons-nous aux souffrances que nos dérives occidentales provoquent ailleurs.

Pensez-vous que cette interprétation homosexuelle de la norme mondiale du gender puisse se renforcer dans les années à venir?

Il est difficile de le dire, mais nous observons que depuis le début des années 2000, la reconnaissance légale du « mariage » entre personnes de même sexe gagne rapidement du terrain : déjà effective dans 11 pays (Pays-Bas 2001, Belgique 2003, Espagne 2005, Canada 2005, Afrique du Sud 2006, Norvège 2009, Suède 2009, Portugal 2010, Islande 2010, Argentine 2010 et Danemark 2012) et dans plusieurs juridictions sous-nationales, elle est actuellement, dans 11 pays supplémentaires (Andorre, Colombie, Finlande, France, Allemagne, Luxembourg, Népal, Nouvelle Zélande, Taiwan, Royaume-Uni et Uruguay) ainsi que dans les législatures de juridictions sous-nationales de 4 pays, l’objet de proposition de loi, d’un débat parlementaire ou déjà d’une adoption par l’une des deux chambres législatives. La tendance totalitaire ou dictatoriale « douce » qui se manifeste dans l’imposition de politiques et de lois fabriquées par des lobbys doctrinaires à travers l’exécutif et/ou le judiciaire est à surveiller : elle semble bien en voie de se renforcer. Le gender n’est pas une mince affaire. La génération des moins de 25 ans (soit 43% de l’humanité aujourd’hui, vivant majoritairement dans les pays pauvres) est tout particulièrement soumise aux Diktats de la nouvelle culture mondiale « d’égalité des sexes » - un processus de laïcisation qui conduit inexorablement à la perte de la foi. Déjà depuis la conférence du Caire de 1994, l’ONU parle de « la famille sous toutes ses formes ». L’identité de genre et l’orientation sexuelle ont été débattues au Conseil des Droits de l’Homme en 2012.

Au niveau des instances de la coopération internationale, la définition du mariage et de la famille est déjà déstabilisée dans ses fondements. Nous sommes dans un combat de nature spirituelle et devons décider sous quel étendard nous voulons combattre. Si la complexité et la technicité du phénomène du gender sont rébarbatives et pourraient nous décourager, la réponse à donner est surprenante de simplicité et lumineuse. Mais elle est aussi difficile et exigeante, en ce sens qu’elle requiert une décision de nous engager comme personnes.

( 7 avril 2013) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/le-gender-une-norme-mondiale-outil-de-discernement-ii-ii?utm_campaign=francaishtml&utm_medium=email&utm_source=dispatch


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 03:43 (2014)    Sujet du message: THE U.N. HUMAN RIGHTS COUNCIL RESOLUTION ON SEXUAL ORIENTATION AND GENDER IDENTITY (PART 1) Répondre en citant

REPOST

THE U.N. HUMAN RIGHTS COUNCIL RESOLUTION ON SEXUAL ORIENTATION AND GENDER IDENTITY (PART 1)


By Jane Adolphe
ROME, DEC. 4, 2012 (Zenit.org).- The undefined terms "sexual orientation" and "gender identity" are not agreed upon language in universal human rights law. The terms are vague, ambiguous and highly subjective. Consequently, they violate the principle of legal certainty. Recognizing the critical difference between desires, feelings, thoughts and inclinations, on the one hand, and behavior, on the other, desires, feelings, thoughts, and inclination remain, necessarily, praeter ius (outside the law). As such they have not been recognized as part of customary international law, general principles of law or treaty law.

Despite opposition by many member UN Member States, “sexual orientation" (SO) and "gender identity" (GI) became the subject matter of a non-binding Resolution of the U.N. Human Rights Council (HRC). The Resolution commissioned a study from the U.N. High Commissioner for Human Rights [UNHCHR] “documenting discriminatory, laws and practices and acts of violence against individuals based on their sexual orientation and gender identity” (A/HRC/RES/17/19, 14 July 2011). The HRC Resolution also envisioned a Panel Discussion which would be convened during the 19th Sessions to inform Member States “about the facts” of the UNHCHR’s Report and “to have a constructive, informed and transparent dialogue” (A/HRC/RES/17/19, 14 July 2011).

The following States gave verbal Statements in opposition to the Resolution: Pakistanstressed concern that the HRC choice to discuss controversial notions have no basis in international law and international human rights standards. Nigeria: argued that more than 90% of African countries did not support the Resolution, and new notions were being imposed on countries.

Bahrain: condemned the attempt to deal with controversial issues, based on personal decisions that did not constitute fundamental human rights. Bangladesh: noted the lack of any legal foundation for the Resolution in human rights instruments, and expressed its consternation by the focus on personal sexual interests. Qatar: contended that the Resolution showed a lack of respect for cultural diversity, religious freedom, and the responsibility of States to maintain public order and morals (art. 29 UDHR). Mauritania: emphasized that the subject matter of the Resolution was outside the scope of international law. (See UN Press release on the Human Rights Council, 17 June 2011).

Part 2 will be published on Wednesday, December 5th.

***

Jane Adolphe is the Associate Professor of Law at Ave Maria School of Law in Naples, Florida.

http://www.zenit.org/article-36089?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 03:45 (2014)    Sujet du message: THE U.N. HUMAN RIGHTS COUNCIL RESOLUTION ON SEXUAL ORIENTATION AND GENDER IDENTITY (PART 2) Répondre en citant

THE U.N. HUMAN RIGHTS COUNCIL RESOLUTION ON SEXUAL ORIENTATION AND GENDER IDENTITY (PART 2)

By Jane Adolphe

ROME, DEC. 5, 2012 (Zenit.org).- The UNHCHR finished her Report on "Discriminatory laws and practices and acts of violence against individuals based on their sexual orientation and gender identity ( A/HRC/19/41, 17 November 2011) [hereinafter “The Report”].

The Report is 25 pages long and divided into seven sections: introduction, applicable international standards and obligations; violence; discriminatory laws; discriminatory practices; emerging responses; conclusions and recommendations.

It offers no definition of SO and GI, but in a type of bait and switch, the mandate is changed to introduce another topic namely new rights” pertaining to personal sexual interests of a lobbying group which self-identifies as lesbian, bisexual, transsexual, and intersexed (LBGTI). The Report ripples with new expressions: "homophobic”, “transphobic," “sexual minorities” “State-sponsored homophobia,” “heteronormative gender identity,” "perception of homosexuality" or “perception of transgender identity.” In addition, the term “gender” commonly used on the international level to refer to female and male or women and men is re-defined, when homophobic” and “transphobic” are said to be forms of gender-based violence (para. 20).

The Report argues that the application of international human rights law is guided by principles of “universality, equality and non-discrimination” but later, contradicts itself, and contends that discrimination is a right, not a principle (para. 15). In support of these three principles or two principles and a right, whatever the case may be, the Report cites art. 1 of the Universal Declaration of Human Rights (UDHR) but only in part: “all human beings are born free and equal in dignity and rights.”

In response, the Report fails to cite art. 1 of the UDHR in full and that marginalizes the key characteristics that we all share as human beings and human persons. The Report is in essence denying a universal human nature and that puts into question the very foundation of the international human rights system. Five basic arguments are worth noting here. First, the UDHR recognizes “the inherent dignity and . . . equal and inalienable rights of all members of the human family(pmbl. para.1). Clearly the principle of inherent dignity is foundational. Second, it gives essential characteristics of the human person that renders us the same while at the same time distinguishing us from plants and other creatures. Art. 1 in full reads: “All human beings are born free and equal in dignity and rights. They are endowed with reason and conscience and should act towards one another in a spirit of brotherhood.” In other words, each human being, by the mere fact of being human, is a person, that is, by nature relational and “endowed with reason and conscience” personally responsible to seek the truth, and respond to the interior call to do good. Three, the term “born” in art. 1 is referring to a “moral birth”—a “deeper moral quality,” which no human person, political body, or social body could possibly grant (Morsink, 291-292). This understanding is consistent with the fact that human persons are also different and they are not physically born into equal circumstances. Four, the UDHR recognizes duties to others and the community as well as limitation on rights “for the purpose of securing due recognition and respect for the rights and freedoms of others and of meeting the just requirements of morality, public order and the general welfare in a democratic society” (art. 29). Five, the UDHR is the foundational document for the International Covenant on Civil and Political Rights [ICCPR] and the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights [ICESCR], which, like the UDHR, clearly recognize that “rights derive from the inherent dignity of the human person” (pmbl. para. 2, respectively), that rights are co-relative with duties (pmbl. para. 5, respectively), and that rights may be limited by law (art. 4, respectively). In sum, these three documents, commonly referred to as the International Bill of Human Rights, do not grant rights but merely acknowledge them; recognize rights and duties as well as limitations; and ground rights and duties in inherent human dignity of the human person, male and female, by nature endowed with reason and conscience.

Clear opposition should be expressed against arbitrary arrest and detention, extrajudicial, summary or arbitrary executions, torture and other cruel, inhuman treatment or degrading treatment on every member of the human family, without the need of a list. The right to life, liberty and security of the person is protected and prohibitions exist against torture, and other inhuman treatment, as well as arbitrary arrest and detention: UDHR, arts. 3, 5, 9; ICCPR, arts 6, 9, 10: Convention against Torture and Other Cruel, inhuman Treatment or Degrading treatment, art. 1, 2, 4, 16. However, the Report goes much further than dealing with acts of violence but devotes itself to singling out a self-defined group “LGBTI” for special protections (para. 34-36) and the creation of “new rights” (e.g. right to “same-sex marriage”). = LGBTI is a catholic GNO and under the same UN/UNESCO human rights organization who are now under Sharia laws. Complete silence from the catholic church about these big changes. During this time, in mosques, they brainwash the masses to kill all homosexuals.

The Report rightly acknowledges that the terms: “sexual orientation” or “gender identity” or "perception of homosexuality" or "transgender identity" are not protected categories in international law (paras. 7, 8). However, it erroneously argues that such categories are “derived from various international human rights instruments," (para.8). With such an argument, the UN High Commissioner exceeds her jurisdiction by reading controversial categories into binding international human rights agreements whose final interpreters are the respective State Parties (cf. 1969 Vienna Convention on the Law of Treaties [VCLT]). It does not assist the UN High Commissioner to cite statements or reports of UN entities which are not produced by representatives of sovereign States and have not been accepted as agreed language or principles of representatives of sovereign states, and do not constitute international law.

The Report uses the term “discriminatory practices,” in the area of employment, health care, education, family, and so on. The Report makes a distinction between “direct discriminatory impact” and “indirect discriminatory impact,” which in turn facilitates State review of conduct between private citizens (para. 50). In response, the UDHR acknowledges the human person, male and female, in noting the “equal rights of men and women” (pmbl. para. 5). It prohibits discrimination, for example, on the ground of sex (art. 2). However, one cannot move to determine whether a specific act is discriminatory without first having a clear definition of terms, including the source of human rights, namely the inherent dignity of the human person per art. 1 UDHR. In addition, one needs to discern what acts constitute discrimination taking into consideration the rights and duties of others (cf. freedom of expression, conscious, and religion) and the community (cf. UDHR, art. 29: rights may be limited for the purpose of securing recognition for the rights of others and of meeting the just requirements of morality, public order and the general welfare). For example, States and societies that promote and protect the family based on marriage between one man and one woman are respecting and fulfilling their obligations in international law (cf. UDHR, art. 16, ICCPR, art. 23, ICESCR, art. 10). They are not engaging in discriminatory behaviour. In addition, those States and societies that require prospective spouses, man and woman, to attain a certain age before marrying and to freely consent to marry are common sense limitations acknowledged in international law (Id.). Moreover, there is a plethora of data to support the proposition that the natural family is the best place for children and not a danger to them as the Report would have us believe (para. 21). In the final analysis, the Report does little to provide direction and guidance regarding application of the non-discrimination principle in way that would do justice to the Principle of Legality and respect existing treaties, laws and resolutions as well as the rights of religious communities.

The Report heavily relies upon the recommendations of treaty monitoring bodies. Treaty bodies are not judicial organs. Their conclusions take the form of non-binding recommendations designed to assist State Parties in the implementation of their treaty obligations. Those conclusions are not judgements nor do they constitute jurisprudence nor could this be the case, since treaty body members are not required to be legal experts. Treaty bodies have no competence to redefine the terms used in the substantive norms of their constitutive treaties, purporting to create new rights or principles which do not correspond to the authentic and original meaning of the treaties. In particular, treaty bodies cannot impose upon State Parties obligations which had not been expressly undertaken by those States when negotiating and ratifying the constituting treaty.

Human rights treaties must be interpreted in accordance with the provisions of arts. 31 and 32 of the VCLT, which reflect customary international law. Treaty bodies must, therefore, apply their constituting instruments in "good faith", in accordance with the "ordinary meaning" of the terms of the treaty, and in their context and in light of [its] object and purpose". Any instruments made by one or more parties, such as reservations and interpretative declarations, are, for the purpose of interpreting a treaty, part of its "context" (VCLT, art, 31.2.a). Consequently, UN entities, Special Rapporteurs or treaty bodies should not attempt to apply the provisions of a treaty extensively or creatively, in violation of the rules of interpretation contained in the VCLT. Attempts by any treaty body, in particular, to apply its constituting instrument in a manner that departs from the original meaning of that instrument would provoke a "fundamental change of the circumstances," for the purposes of art. 62 of the VCLT, and would provide grounds for a State Party to denouncing respective treaty. Lastly, reservations entered by State Parties to international human rights agreements exclude or modify the legal effects of the provisions of the treaty to which the reservation relates. In accordance with art. 20 of the VCLT, only States and judicial organs may assess the permissibility of a reservation, and pursuant to the rules ofinterpretationState reservations must be taken into consideration.

Part 3 will be published on Thursday, December 6th.

***

Jane Adolphe is the Associate Professor of Law at Ave Maria School of Law in Naples, Florida.

http://www.zenit.org/article-36112?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 03:46 (2014)    Sujet du message: THE U.N. HUMAN RIGHTS COUNCIL RESOLUTION ON SEXUAL ORIENTATION AND GENDER IDENTITY (PART 3) Répondre en citant

 THE U.N. HUMAN RIGHTS COUNCIL RESOLUTION ON SEXUAL ORIENTATION AND GENDER IDENTITY (PART 3)

By Jane Adolphe

ROME, DEC. 6, 2012 (Zenit.org).- The Panel Discussion on the UNHCHR Report required by HRC Resolution 17/19 was held on 7 March 2012 during the 19thSession of the HRC. While the dialogue was to be transparent and open, the head of the Permanent Observer Mission of the Holy See to the UN in Genevanoted: “It was evident, however, many States and organizations promoting the Panel Discussion also had an agenda to advocate for “special rights”… Some States, in fact, insisted that all speakers …follow the same ideological line and refused suggestions, proposed by other States, to include panellists who held divergent view concerning efforts to promote “new rights”. (Permanent Observer Mission of the Holy See, Preserving the Universality of Human Rights, Libreria Editrice Vaticana, 2012, 9).

The panellists riddled the participants with the following terms and expressions but offered no definitions or clarifications: “sexual orientation,” “gender identity,” “homophobia,” “homophobic attitudes” “negative social attitudes towards LGBT people,” “negative stereotyping,” “discriminatory attitudes,” “hate speech,” “bias-motivated violence against LGBT”, and “anti-LGBT bias.”

In addition, the panellists expressed concerns going well beyond stopping violence and discrimination against all persons to promoting the following issues: “decriminalization of consensual same-sex relationships” (this phrase forgot to include the word “adult” before same-sex relationships, I think); “anti-discrimination legislation,” “training, sensitization and public anti-homophobia campaigns,” “recognition of same-sex relations” (including same sex marriage and same-sex adoption), “gender recognition” (redefines gender, which refers to male and female or women and men, to include transgender persons).

According to official Summary of the event, “a number of States signalled their opposition to any discussion of [SO] and [GI] by leaving the Council chamber at the start of the meeting.” A number who remained, “voiced their opposition on cultural or religious grounds or argued that [SO] and [GI] were new concepts that law outside the framework of international human Rights law....Some delegations argued “that concepts of [SO] and [GI] had no foundation in international human rights law because they had not been sufficiently well defined and were not mentioned in any international human rights instruments.” Consequently, States could not be compelled to recognize SO and GI as a prohibited grounds for discrimination, since this would threaten principles of universality, cultural pluralism and common ownership of international human rights law. Others argued that national and religious particularities had to be raised in the context of any discussion of human rights since homosexual acts were against the teachings of world religions, as well as cultural and traditional values of many communities (Human Rights Council Panel Discussion on SO and GI, Summary of Discussion 7 March 2012, Geneva, para. 11, 19-22 respectively).

It should be noted that the Permanent Observer Mission of the Holy See held a parallel event two days later on 9 March 2012 called “Preserving the Universality of Human Rights: in the context of discussions on Sexual Orientation and Gender Identity at the United Nations.” It “convened 150 participants including representations from 30 Permanent Missions to the UN in Geneva” (Preserving the Universality of Human Rights, 10). There was a panel of experts, then a lively discussion, followed by responses from the panellists, and distribution of non-papers to encourage full debate. The consensus reached by the panellists was that no human person should be subject to violence or discrimination. However, what was needed was the implementation, at the local level, of existing international obligations. “New rights” were not necessary and could result in a “deterioration of the universality of human rights and pose a risk to time-honoured and recognized protection of marriage between husband and wife, the natural family, and freedom of conscience and religion.”(Id., 10)

Part 4 will be published on Friday, December 7th.

***

Jane Adolphe is the Associate Professor of Law at Ave Maria School of Law in Naples, Florida.

http://www.zenit.org/article-36113?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 04:44 (2014)    Sujet du message: OLYMPIC COMMITTEE'S RECENT HOMOSEXUAL POLICIES HARMFUL TO SPORTS Répondre en citant

OLYMPIC COMMITTEE'S RECENT HOMOSEXUAL POLICIES HARMFUL TO SPORTS


Contact: 4 WINDS, 608-469-7956

MADISON, Wis., Dec. 16, 2014 /Christian Newswire/ -- The International Olympic Committee (IOC) unanimously approved a LGBT non-discrimination policy last Monday. The policy supposedly will stop the bullying of LGBT individuals.

4 WINDS sports minister Steve McConkey believes this will allow the IOC to discriminate against Christian athletes and coaches who believe homosexuality is a sin.

Under Principle 6, the new clause says there should be no discrimination "of any kind, such as race, color, sex, sexual orientation, language, religion, political or other opinion, national or social origin, property, birth or other status."

Steve McConkey, President of the sports ministry 4 WINDS, has fought the International Olympic Committee since 2003. During 2003, he was the only sports minister publicly protesting the IOC's decision to allow transgenders in the Olympics.

Steve personally called the United States Olympic Committee (USOC) and the IOC members in the United States. His efforts proved futile as transgenders were allowed in the Olympics.

Then in 2013, he stood against the USOC when they were the first country to pass LGBT non-discrimination policies before the 2014 Winter Olympics in Sochi, Russia.

"We are not about hating people, but pointing them to the truth," says Steve McConkey. "The Olympic Committee's policy will affect Christian athletes and coaches who believe homosexuality is a sin. Will they be persecuted for their beliefs if they state this in public? The IOC should do what they require the Olympic athletes to do - stay out of politics."

After the IOC's 2003 transgender policy, the floodgates were opened. Recently, Minnesota became the thirty-third state to approve of transgenders in high school sports. Now, a male can compete as a female on all teams.

Steve McConkey is the President of 4 WINDS. Steve and his wife started working in world-class track and field ministries in 1981. 4 WINDS was formed in 1988 and expanded to all sports in 2014. Steve regularly appears on worldwide radio and is frequently quoted in articles throughout the world. He operates BigPlanetWatch.com and TrackandFieldReport.com. Steve has a Master of Public Health from Western Kentucky University and a BS-Public Health from Minnesota State University. He became a Christian in 1976 after reading the New Testament. Steve was born in Des Moines, Iowa, but moved to NW Wisconsin after the sixth grade.


http://www.christiannewswire.com/news/4565775248.html



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Déc - 06:30 (2014)    Sujet du message: L'ETRANGE DISPARITION DE CHARLES ET DIANE ROCHE Répondre en citant

L'ETRANGE DISPARITION DE CHARLES ET DIANE ROCHE

samedi 13 décembre 2014



Après leur dénonciation des crimes rituels commis par un groupe secret, Charles et Diane Roche n'ont plus donné signe de vie.

En 2005, dans une vidéo largement diffusée sur Internet, Charles et Diane Roche, enfants du magistrat Pierre Roche, révèlent les perversions sexuelles et les crimes rituels commis par des notables, politiciens, hauts fonctionnaires et magistrats, tous affiliés à un groupe occulte.

« Ce groupe, dit Charles Roche, rassemblait des personnalités de la « bonne société », haut placées dans différentes sphères : notre père a certes mentionné le monde judiciaire (où l'on recrutait paraît-il beaucoup, et pas seulement parmi les magistrats, puisque même certains hauts dignitaires de la police étaient considérés comme des recrues de choix)... Étaient aussi concernés des sphères aussi différentes que la Politique, la Finance ou encore le monde médical, et plus généralement des gens qui comptent dans les secteurs les plus divers – ainsi y aurait-il eu, parmi les participants, et pour prendre qu'un dernier exemple, quelques universitaires... Il réunit plutôt des notables amateurs de sensations fortes dont le hobby consiste à mêler, lors de leurs réunions, des pratiques aussi diverses qu'uniformément dégoûtantes, et où l'on trouve en conjonction et pêle-mêle la sexualité de groupe, le sadomasochisme, l'automutilation et la consommation de drogues... »

Ils pratiquent « des sortes de rituels allant du sacrifice d'un animal à l'homicide pur et simple (c'est en tout cas ce que notre père prétendait avoir vu de ses yeux, précise Charles Roche). [...] Ainsi notre père nous expliquait-il que les proies du groupe en question étaient toujours sélectionnées parmi les couches les plus isolées de la population et les catégories de gens les moins susceptibles de causer un quelconque émoi ou d'attirer une quelconque attention en cas de volatilisation pure et simple. Ce qui revient à dire que, sauf « pêche miraculeuse », nos tortionnaires en col blanc n'avaient pas grand'chose de plus à se mettre sous la dent que des « clodos » (c'est une citation de notre père), des prostituées (parfois mineures, nous a-t-il précisé) et, dans certains cas, des étrangers en situation irrégulière (y compris des enfants) ».

La ritualisation de la sexualité caractérise le tantrisme frelaté et commercial qui s'est vulgarisé en Occident depuis plusieurs décennies. En revanche, le Nang-tcheud, la forme diabolisée du tantrisme tibétain, ne serait pratiqué que par une "élite". Dans ce rituel, « le pseudo-tantrika, explique Jean-Louis Bernard, tue sa partenaire, soit par strangulation, soit en la poignardant dans le dos. Par ce rite horrible, il vise à s’incorporer le double de sa victime qui survivra en son propre organisme, mais à l’état spectral, c’est-à-dire spirituellement mort. » (Jean-Louis Bernard, était un écrivain érudit dans les domaines de l'égyptologie, du tantrisme, du soufisme...)

Le Nang-tcheud désigne aussi un immonde élixir fait de sang et de chair humaine qui permettrait aux lamas dégénérés de prolonger leur vie. Le père Georges Morand (1930-2014) n'ignorait pas que dans le bouddhisme religion et magie sont étroitement mêlées.

Les dérives du système judiciaire français et les pratiques criminelles de notables pervers, dénoncées par Charles et Diane Roche, sont non seulement totalement crédibles mais très largement corroborées par d'autres témoignages et dossiers comparables.

Prêtre catholique et exorciste officiel du diocèse de Paris, le père Morand a dénoncé les groupuscules satanistes criminels "extrêmement redoutables" (précise le prêtre) liés à la mafia et à des personnalités qui tiennent des postes clés dans notre civilisation que ce soit dans le monde de la politique, dans le monde de la finance, dans le monde de la magistrature, dans le monde intellectuel, dans le monde ecclésiastique...

Les accusations du père Morand sur YouTube :

VIDEO :http://youtu.be/54Q9d-ZRtkk

Le père François Brune alerte lui aussi l'opinion sur l'existence des messes noires sacrificielles d'enfants et des « snuff movies » (meurtres réels enregistrés sur vidéos, vidéos revendues par la mafia.) :

VIDEO : http://youtu.be/etksX-SqIdM

Le témoignage de Charles et Diane Roche :

VIDEO : http://youtu.be/EBL4cmwoCa8

http://bouddhanar.blogspot.com/2014/12/que-sont-devenus-charles-et-diane-ro…
Publié par Rorschach à 15:03

http://leschroniquesderorschach.blogspot.ch/2014/12/letrange-disparition-de…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 23 Déc - 07:57 (2014)    Sujet du message: ITCCS JUROR : THERE WAS NO ITCCS TRIAL OF UK QUEEN & POPE RATZINGER. TRIAL A KEVIN ANNETT FABRICATION Répondre en citant

IS KEVIN ANNETT BE A CONTROL OPPOSITION AGENT?

ITCCS JUROR : THERE WAS NO ITCCS TRIAL OF UK QUEEN & POPE RATZINGER. TRIAL A KEVIN ANNETT FABRICATION




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Ku4kNWHT8rg

Covenanted Congregationalist Charter Community

http://www.covenantedcommunity.org/index.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Déc - 08:50 (2014)    Sujet du message: ALFRED LAMBREMONT WEBRE : WHY I EXPOSED KEVIN ANNETT & ITCCS (TRASNSCRIPT) Répondre en citant



ALFRED LAMBREMONT WEBRE : WHY I EXPOSED KEVIN ANNETT & ITCCS (TRASNSCRIPT)


December 23, 2014

Transcript


Introductory Statement – Please consult video

PART 1.  THE PAST - NOTE ON ITCCS INVESTIGATION

Hi All I am sorry that there is confusion regarding ITCCS and Annett. I interviewed Annett as sole spokesman for 3 years and I took on faith many statements he made because of my 10 year relationship with him. I met Annett at Vancouver Coop Radio where my program THE MONDAY BROWNBAGGER ended as his program began.  All progressive programs including my program were terminated by a Bilderberger takeover of Vancouver Coop Radio occasioned at the same time as a crisis caused by the termination of Annett’s program over the Picton affair.  After that, on Sept 14, 2011 Annett approached me to interview him on his new project ITCCS, presuming that I supported him because we had been terminated by Coop Radio by he Bildebergers.  Unbeknownst to me as I learned a few days ago, Annett had told a now colleague of mine, broadcaster Mel Ve of Holland “I do not have any regard for Alfred. I think he is a Vatican agent.  I am just using him because he has a loyal audience base.”

On Oct. 28, 2014, a woman friend of mine came to me with a report that Annett had been simultaneously romancing and proposing marriage to several women in different parts of the planet. I had also noticed that young beautiful women would be appointed administrators by Annett of the ITCCS FB group [which I had founded] who then would become traveling companions to Annett across Canada and to Europe. My friend told me that Annett was engaging in unethical interpersonal relationships with multiple women. By coincidence Annett was scheduled for an interview in early Nov 2014 and I confronted him with what I had been told. Annett lied, saying he hardly knew my friend whereas they had been Internet romancing for 2 years. He then accused my friend, who runs a spiritual center, of being a government agent. At that moment I lost trust in Kevin Annett as I sensed he was deliberately lying for deceptive purposes.

Within the past two weeks Heather Martin published interviews with two women whom Annett was simultaneously romancing at the same time he was my friend.

I decided that as a matter of due diligence I should request an independent interview with George Dufort who Annett indicated had functioned as a coordinator of ITCCS Brussels. Over the past several months I had received emails purportedly written by George Dufort. I also knew that some researchers had concluded that George Dufort, like Jeremiah Jourdain, were fictitious persons Annett had made up in an effort to make his organization real.

Upon my request of an interview with George Dufort, Annett escalated into a public hostile response indicating that I would be the target of a Tribunal and Grand Jury starting in January in Vancouver. Hence I issued a Protective Order to protect my home and the 10 people in it including elementary and secondary aged students from being threatened by the Grand Jury and Republic of Kanata gang, mandating no contact and prohibiting them from coming within 100 meters of my house.  We have now developed and will be publishing evidence that Annett manipulated $150,000 from one such woman to support his lifestyle in the ITCCS, constituting fraud and breach of trust. NewsInsideOut.com has yet to receive verification that ITCCS Brussels personnel or the court exist. Moreover we have receive preliminary information impeaching one of Annett's principal European witnesses.

Annett then began publishing defamatory and private information about me that he could have only been privy to if he was being fed by surveillance within the national security state,  He stated that My wife Geri and I live in a lavish $4800/mo. Mansion in Vancouver.  When he first visited our home the first thing he asked me was “What do you pay in rent?”  I did not tell him. Annett could only have gotten that private information from surveillance.  What Annett has known for three years and he chose to withhold is that there are 10 people living in our spacious home as a collective, including children of elementary and high school age. By splitting the rent and utilities, we have access to a beautiful home at a very reasonable rent each. My social security check of $1100.00 covers my monthly portion of the rent. So much for Annett’s lie that I am being paid to expose the truth about him.

In the course of following through on due diligence we have been attacked and distorted by Annett and followers.

Our articles exposing Annett's breach of trust, compulsive lying, financial fraud, and shady involvement in child trafficking issues will be appearing in the coming weeks and months

Our working hypothesis is that one of the functions of ITCCS is to displace and discredit any genuine citizen offered in this field.


PART 2.  THE FUTURE ;-) As independent witnesses come forward to testify on issues of child trafficking, child genocide, child sacrifice by rings in the Monarchies, governments, parliaments, churches, courts, banks, intelligence agencies, military, police, and mainstream media, 
www.NewsInsideOut.com will report their testimony. 
 
An independent Transhumanist Agenda War Crimes Tribunal is being established in Brussels.

For more detail see
www.warcrimestribunal.org

In Light, Alfred ;-)

By the evidence, it appears the ITCCS is a fabrication. Some investigators think Kevin Annett is a globalist operative. In that case the ITCCS is a globalist fabrication to displace, scatter and retard community and self-sovereign restoration of authentic society from the Transhumanists.

We do not know what of the stories Kevin Annett told is factual and what is lies, disinformation or distortion by Annett or his handlers (if there are such).

PART 3 - ITCCS Juror Alex Hunter – There was no 2012 ITCCS/ICLCJ trial held of UK Queen and Pope Ratzinger s reported by Kevin Annett.  The reported “Trial” was a Kevin Annett fabrication

By Alfred Lambremont Webre
NewsInsideOut.com

WATCH ON YOU TUBE
 
VANCOUVER, BC – In an exclusive interview with NewsInsideOut.com‘s Alfred Lambremont Webre, ITCCS Juror Alex Hunter, accompanied by residential school survivor Wa7tsek of the Burrard First Nations Band, stated that Kevin Annett did not convene a Tribunal for a 2012 trial of Pope Ratzinger, UK Queen Elizabeth Windsor, Canadian Prime Minister Harper and others for child genocide and child trafficking of First Nations children in Canada.

Kevin Annett never served any Jury Notices, Evidence, Instructions, or held a 2012 trial in which he (Alex Hunter) or his fellow Jurors participated, says ITCCS and International Common Law Court of Justice (ICLCJ) former ‘juror’ Alex Hunter.

“I found out about the so-called 2012 trial of the “Dirty Thirty” (UK Queen, Pope Ratzinger, Prime Minister Harper and others) from the verdicts that Kevin Annett was issuing via email and on the ITCCS website.  Kevin Annett is a screen writer and we are characters in his fictional court, trials and verdicts.”

Annett fabricated 2012 Trial of UK Queen, Pope Ratzinger, and Prime Minister Harper

ITCCS/ICLCJ Juror Alex Hunter states in his interview that Kevin Annett never sent any information pertaining to this Case No. 1, this Notice, or further instructions to him or other citizen Jurors he knows, as stated on the ITCCS website.

On Monday Nov. 5, 2012 6:30 pm GMT, Kevin Annett posted the following Notice on the ITCCS website:
“Public Announcement and Instructions to Citizen Jurors
Brussels: Monday, November 5, 2012 6:30 pm GMT
The first evidence in the opening case in the docket of our Court is now posted online for examination and a verdict by our Citizen Jurors and the world community. It is accessible through the YouTube link posted in this email.

This first posting addresses the evidence of intentional genocide by the churches and government of Canada, and the Crown of England and the Vatican, according to the first three of the five defined crimes in the indictment. The final two crimes will be addressed in the second online posting of this case, to occur around November 15, 2012.

Further instructions will be issued to our citizen Jurors and other Court officers.

We urge the world community to follow the evidence and participate in the sentencing and enforcement procedures of the Court that will follow the verdict, after the other four cases in the Docket.[1]

Moreover, ITCCS/ICLCJ Juror Alex Hunter states that he and the fellow jurors he knows were never called to sit as a Tribunal and reach a verdict around the specific evidence that Kevin Annett presents on his website. This Notice by Kevin Annett on his website regarding this trial and verdict is, according to Juror Alex Hunter, a fabrication and fraud by Kevin Annett.

“The International Common Law Court of Justice: Case No. 1 – Genocide in Canada

Convened as a lawfully recognized Tribunal of Conscience in Brussels in the fall of 2012, and issuing its final verdict on February 25, 2013, the Common Law Court named and indicted thirty defendants for perpetrating or concealing Genocide in Canada against indigenous people. These defendants included then-Pope Benedict, Joseph Ratzinger, former Cardinal Tarcisio Bertone, Elizabeth Windsor “Queen of England”, and Canadian Prime Minister Stephen Harper.

After an exhaustive presentation of the evidence of crimes by church and state in Canada, and a refusal by the defendants to respond or refute the evidence, all of the defendants were found guilty of criminal conspiracy and Genocide, and were sentenced in absentia to 25 years in prison and the forfeit of all the wealth and property of their estates and institutions. Citizen arrest warrants were issued, and on August 4, 2013, the Vatican and Crown of England were declared to be transnational criminal bodies under international law, and were lawfully disestablished.

The complete evidence that indicted these defendants and their institutions, along with all of the court documents and warrants, are contained herein.
The International Common Law Court of Justice is proceeding with other cases during 2014 and beyond.”[2]

Assassination of Stee-mas, Sovereign Verifier and Residential School Survivor

In this video Alex Hunter and Wa7tsek talk about the possible connection to what appears to be the assassination of Sovereign Verifier, Residential School Survivor and First Nations Activist and Advocate Stee-mas to:
  1. a) First Nations Justice and Sovereignty Activism and/or
  2. b) Kevin Annett
Stee-mas was an outspoken and prolific First Nations Activist, Advocate, Residential School Survivor and was a Sovereign Verifier since 1972.

Although he was in his seventies he died under suspicious circumstances which Hunter and Wa7tsek discuss in the interview.

Kevin Annett: Provocateur, Non-Existent Elders & Tribunal personnel, Appropriation, Breach of Trust, Fraud, and possible Poli-Sci-Op Globalist Operative

During their nearly 2 hour interview with NewsInsideOut.com, ITCCS Juror Alex Hunter, an activist in his own right, and Wa7tsek detailed multiple instances of Kevin Annett’s breach of trust and fraud in behaviour toward the First Nations community through the ITCCS.
  • Provocateur – Kevin Annett in many instances acted as a provocateur when meeting with Indigenous or other recruits to ITCCS, urging them to do illegal activities and yet hiding or failing to show up himself when the time arrived for those activities to take place. ITCCS Juror Alex Hunter notes that Annett once urged Alex Hunter and his children to paint ball a church that displayed a big photograph of the Pope, an action that would have landed Hunter in jail, with the possible loss of custody of his children.
  • Non-Existent Elders & Tribunal Personnel– ITCCS Juror Alex Hunter, who defended Annett publicly for some time until Annett lost his trust, states that Annett manipulated the public, the First Nations communities, and the Jurors with a fictitious court that he created and embellished in the fashion of a screenwriter, even creating fictitious First Nations Elders and Court Personnel who supported and serviced the ITCCS/ICLCJ.

These fictitious personnel include: (1) “Jeremiah Jordain” – a fictitious Elder whom Annett invented, described as belonging to various changing clans, whom Annett uses as support in narratives ranging from ITCCS to Republic of Kanata.

(2) “George Dufort” – A Brussels-based coordinator of the ITCCS/ICLCJ who is used to issue pronouncements from Brussels and to correspond from time to time with outsiders including NewsInsideOut.com reporter Alfred Lambremont Webre.  These two fictitious identities are used by Kevin Annett to give the appearance of reality to his activities and further the frauds of the ITCCS and ICLCJ.
  • Appropriation, Breach of Trust, Fraud- Both former ITCCS Juror Alex Hunter and Wa7tsek speak variously of cultural appropriations by Kevin Annett of events within the First Nations and other communities that have nothing to do with Kevin Annett’s organizations that Annett appears to make a result of his own contributions. For example, in a recent public communiqué, Annett offers a $10,000 reward for information relating to the deaths of the following “ITCCS Indigenous members”:
  • Chief Louis Daniels, ITCCS convener and liaison with Ojibway Nation, died in Winnipeg General Hospital, February 12, 2006
  • Harriet Nahanee, witness to Alberni residential school murders, died in Surrey Remand Prison after her arrest by RCMP, February 24, 2007
  • Johnny “Bingo” Dawson, leader of ITCCS protests, died in Vancouver after being beaten by Vancouver police, December 9, 2009
  • William Combes, witness to abduction of children by Queen of England, died in Vancouver General Hospital, February 26, 2011
  • Ricky Lavallee, witness to alleged beating-to-death of Bingo Dawson by Vancouver police, died suddenly on January 3, 2012
  • Harry Wilson, witness to two murders at Alberni residential school, died of unknown cause, May 3, 2012

None of these people had any relation to ITCCS at all. Alex Hunter states, “Harriet Nahanee was never an ‘ITCCS’ Activist. She died of a heart attack in custody after breaching her Order not to attend/be protesting the Sea to Sky Hwy assault on the Bluff – well before Kevin dreamed up this rubbish.’
  • Financial fraud and breach of trust – ITCCS/ICLCJ Juror Alex Hunter discusses some known cases of a number of women whom Kevin Annett was simultaneously romancing on the Internet, some with the intent to manipulate, exploit, abuse and defraud them of their inheritance or life savings in order to support his jet-setting life-style while carrying out the extended fraud or confidence game of the ITCCS/ICLCJ. NewsInsideOut.com has received preliminary evidence regarding one such woman who was manipulated out of $150,000 by Kevin Annett over the course of several years to finance his lifestyle behind the cover of ITCCS/ICLCJ.
  • Annett Appropriation of the Circle of Justice (1998) – Kevin Annett’s appropriation of the Circle of Justice work and funds raised for the benefit of the survivors of residential schools. The Circle of Justice issued a Letter and Bill of Particulars and Concerns that provides an earlier example of Kevin Annett’s deceit and fraud on the First Nations’ community.  The Letter states:

TO KEVIN ANNETT

“We, the members of the group known as “The Circle of Justice” hereby give you notice that you are to cease any statements, implications or representations that you represent our group in any capacity or have any association with our group. We also hereby give you notice to cease the use of the name of The Circle of Justice or the name of any individual of the group in any association with you in any book, newspaper, on the internet, television or through any medium or in any conversations or representations with anyone.

“We also give notice to you Kevin Annett to cease any and all fundraising in the name of the Circle of Justice and to turn over and account for any monies collected in the name of The Circle of Justice or when the name of The Circle of Justice was associated with your name in any way. We also demand that you turn over any and all materials in whatever form taken specifically through your interviews and other work with Survivors of the Canadian Residential Schools.”[3]
  • Kevin Annett as a possible Poli-Sci-Op Globalist Operative – Former ITCCS Juror Alex Hunter and Wa7tsek discuss various patterns and evidence that suggest that Kevin Annett is a possible Poli-Sci-Op Globalist Operative and his fabrications such as ITCCS and ICLCJ may be tools of the Globalists in their plans to form a one world religion/roll-out a genocidal and dictatorial One World Order.

How Can First Nations communities recover from the 20-year fraud committed by Kevin Annett and his fabricated ITCCS?  How can child trafficking, pedophile and ritual sacrifice networks in the Churches, Governments and Monarchies be prosecuted now that the ITCCS/Kevin Annett fraud has been publicly & widely uncovered?

The final portion of Alex Hunter and Wa7tsek’s interview deals with the complex issues of:
  • How can First Nations communities recover from the 20-year fraud committed by Kevin Annett and his fabricated ITCCS? 
  • How can child trafficking, pedophile and ritual sacrifice networks in the Churches, Governments and Monarchies be prosecuted now that the ITCCS/Kevin Annett fraud has been publicly & widely uncovered?
In the interview Alex Hunter and Wa7tsek commit to continue to bring to public light evidence from witnesses and others for broadcast with NewsInsideOut.com and other media.
 
VIDEO: Alfred Lambremont Webre: Why I exposed Kevin Annett & ITCCS (Transcript) 
WATCH ON YOU TUBE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=4r4mpgSMW7U

TRANSCRIPT

http://exopolitics.blogs.com/peaceinspace/2014/12/video-alfred-webre-why-i-exposed-kevin-annett-itccs-transcript.html

http://exopolitics.blogs.com/peaceinspace/2014/12/video-alfred-webre-why-i-…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Déc - 02:09 (2014)    Sujet du message: HOW TAX POLICY CAN CONTRIBUTE TO GENDER EQUALITY Répondre en citant

HOW TAX POLICY CAN CONTRIBUTE TO GENDER EQUALITY



The latest report of the British NGO Christian Aid “Taxing Men and Women: why gender is crucial for a fair tax system” deals with the different effects of tax systems in men and women as well as possibilities how prudent fiscal and tax policy can contribute to gender equality. Whereas a lot of literature exists on the consideration of gender aspects on the spending side of national budgets, this report marks a first step to analyze state revenues with regard to gender equality. Christian Aid provides several recommendations for actors on different levels – civil society organizations, governments and tax authorities in countries of the global south – on how to work towards gender-sensitive tax systems. Furthermore, the authors point to the lack of available data that currently prevents further progress on this issue and to the need of further empirical studies.

July 02, 2014 | Christian Aid

How tax policy can contribute to gender equality

This paper from Eurodad member Christian Aid sets out why a strong gender analysis is necessary to the work of civil society organisations to promote fair and efficient tax systems at national level. The study brings together existing literature and empirical evidence to address how women and men are affected by tax in different ways and how tax policy can contribute to advance gender equality.

The paper aims at supporting tax justice advocates to carry out a gender analysis of their national tax systems and represents Christian Aid's first step to integrate a strong gender analysis into its tax justice work.

Christian Aid makes the following recommendations:
For civil society organisations working on tax justice:
  • Include gender analysis at all levels in research, policy formation and advocacy for tax justice.
  • Seek to work in alliance with women’s rights organisations, budget monitoring groups and others working to ensure a fair allocation of government’s resources, from raising to expenditure.
  • Advocate for gender dynamics around unpaid care to be considered in fiscal policy.
For governments:
  • Assess fiscal policy from a gender equality perspective.
  • Assess the gendered impact of indirect taxes, including considering whether incomes and quality of life can be better sustained by expenditure rather than exemptions.
  • Consider how fiscal policy affects gender dynamics around unpaid care from a gender equality perspective.
For revenue authorities in developing countries:
  • Set up systems to file taxpayers’ data disaggregated by sex and age.
  • Cooperate with unions and other organisations representing women working in the informal sector to improve tax collection, including simplification of taxes levied and fair assessment of capacity to pay.
  • Invest in capacity building and awareness raising for tax officials in gender issues and improve customer-service relationships.

Soruce: Eurodad

Read the full report http://www.christianaid.org.uk/images/taxing-men-and-women-gender-analysis-… http://www.christianaid.org.uk/images/taxing-men-and-women-gender-analysis-….

https://www.globalpolicy.org/home/216-global-taxes/52653-how-tax-policy-can…



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:23 (2016)    Sujet du message: HOMOSEXUALITÉ/PÉDOPHILIE, ETC.... (PARTIE 2) - P.1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> HOMOSEXUALITÉ - PÉDOPHILIE... THE FAMILY - LA FAMILLE(PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 2136, 37, 38  >
Page 20 sur 38

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com