LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

PRÉPARER LA SOCIÉTÉ DU FUTUR (PARTIE 2) - P.1
Aller à la page: <  1, 2, 39, 10, 1121, 22, 23  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> PROJET FUTUR POUR LES ENFANTS -> PRÉPARER LA SOCIÉTÉ DU FUTUR (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 21 Mai - 01:42 (2014)    Sujet du message: ART AND LGBT RIGHTS : STUDY OF SYMBOLS Répondre en citant

ART AND LGBT RIGHTS : STUDY OF SYMBOLS
Objectives: 

Students will:
  • identify and analyze symbols that have played an important part in fighting for equal rights for LGBT people.
  • define a relationship between art and activism.
  • describe elements of art or symbols that encourage awareness and change.
Essential Questions: 
  • How can an artist or designer be a leader? How can an artist or designer not be a leader?
  • How do symbols acquire meaning?
  • In what ways do activist movements rely on art and artists?

This lesson is part of the series Art and Activism.

Overview

Children see symbols around them every day, often without explicitly understanding either the history or the meaning behind these symbols. This lesson will view symbols as a type of art and will focus explicitly on the way symbols have been used to advance LGBT visibility and awareness of fights for LGBT rights.

The pink triangle and rainbow are only two of many symbols used in different activist movements, but the lessons they teach about how much can be communicated through a picture are really important for kids—and particularly preliterate kids—to understand. Seeing that a picture can not only tell a story but also communicate a message and a belief is one way of empowering children to use their own art and design to fight for what they believe in.


Activities
  1. Ask students if they know what a symbol is. Explain that a symbol can be anything that stands for something other than what it is, and often it is a concrete object that stands for something larger or more abstract. If your school has a symbol, mascot or logo, you can use this as an example to explain more concretely what a symbol is. Explain that they frequently see symbols on bathrooms—images of men or women that may or may not look realistic, but stand for who is meant to use a particular bathroom. Invite students to offer other examples of symbols that are familiar to them. Chart the examples that they share, and invite them to your chart to draw their own sketches if they wish.
  2. Explain that throughout history, various groups have used symbols as a way of showing their wish to be treated fairly. These symbols are often used as artwork or in artistic ways. Two good examples come from LGBT rights movements: the pink triangle and the rainbow flag. Show students images of these two symbols:            
      Students may or may not be familiar with these symbols. Give them a brief background by explaining that the pink triangle was used to label homosexuals at a time when they were meant to be separated and treated very differently. (Note: Older students, or those familiar with the Holocaust, might know more about this time period and be ready for a more detailed history, but the main point of this lesson is around the symbol, rather than the history of oppression.) Since that time, LGBT people have come to use the triangle to show their pride in their identity and make themselves visible. The rainbow flag was designed by a California artist in the 1970s, and the colors are meant to symbolize the diversity of the LGBT movement and the importance of freedom. Ask students whether they have ever seen these symbols and if so where and what they made them think about.
  3. Give the students a variety of examples of the pink triangle and rainbow used in and as art.
                
     
      

    Give students a chance to talk about these images and discuss any thoughts or questions that they have. Some children’s books that might help with your discussion include The Family Book by Todd Parr, The Different Dragon by Jennifer Bryan, In Our Mothers’ House by Patricia Polacco and The Adventures of Tulip, Birthday Wish Fairy by S. Bear Bergman. 

Extension Activity: 

This lesson introduced children to the idea of symbols as art. They will likely be more alert to the symbols they see in the world around them. Ask students to keep track of artistic symbols that they see being used to promote activism, whether about LGBT rights or other issues. Remind them that often these symbols are in unexpected places: on buttons, T-shirts, flags, even drawn onto the sides of buildings. Ask that your students view them with the eyes of artists as well as activists and come back to class ready to share examples of what they have noticed.

Related Resources: 

What’s So Bad About “That’s So Gay”?
What Makes a Family?

You might also like:

http://www.tolerance.org/lesson/art-and-lgbt-rights-study-symbols?elq=b23b6fd1cba04431a66e138f8794fd33&elqCampaignId=266


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 21 Mai - 01:42 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 21 Mai - 02:20 (2014)    Sujet du message: MICHELLE OBAMA TO HIGH-SCHOOL GRADS : MONITOR YOUR PARENTS FOR THOUGHTCRIME Répondre en citant



MICHELLE OBAMA TO HIGH-SCHOOL GRADS : MONITOR YOUR PARENTS FOR THOUGHTCRIME


11:24 AM 05/19/2014

Jim Treacher

There can be no aspect of your daily life that’s removed from politics. Now you will be monitored by your own children for expressing unapproved opinions. You’d better watch what you say at the dinner table, Mom and Dad.

Pete Kasperowicz, The Blaze:
Citation:


First lady Michelle Obama is encouraging students to monitor their older relatives, friends and co-workers for any racially insensitive comments they might make, and to challenge those comments whenever they’re made.


Citation:


The first lady spoke on Friday to graduating high school students in Topeka, Kansas, and in remarks released over the weekend, Obama said students need to police family and friends because federal laws can only go so far in stopping racism.


Citation:


“[O]ur laws may no longer separate us based on our skin color, but nothing in the Constitution says we have to eat together in the lunchroom, or live together in the same neighborhoods,” she said. “There’s no court case against believing in stereotypes or thinking that certain kinds of hateful jokes or comments are funny.”



Oh, if only we could control what other people think and feel. But until that magic day arrives, all we can do is set people against each other based on race, under the guise of “fighting racism.”

I wonder if this extends toward hateful jokes or comments about white people? Or is that simply considered social justice? After all, those hillbillies have got it coming for possessing the same skin tone as other people who’ve said and done bad things.

Of course, this post is racist because the First Lady is black. If you don’t condemn me for disagreeing with her, you’re a racist too.
Racist.

http://dailycaller.com/2014/05/19/michelle-obama-to-high-school-grads-monitor-your-parents-for-thoughtcrime/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 24 Mai - 16:20 (2014)    Sujet du message: CANADA : GOVERNMENT TO CATHOLIC SCHOOLS: TEACH RELIGION OUR WAY Répondre en citant

GOVERNMENT TO CATHOLIC SCHOOLS : TEACH RELIGION OUR WAY 

Debate flames up over requirement on how mandatory lessons taught

Published: 01/04/2014 at 7:33 PM

  Bob Unruh
 

Bob Unruh joined WND in 2006 after nearly three decades with the Associated Press, as well as several Upper Midwest newspapers, where he covered everything from legislative battles and sports to tornadoes and homicidal survivalists. He is also a photographer whose scenic work has been used commercially.





A case is heading to Canada’s Supreme Court over a provincial rule that effectively prevents Catholic schools from teaching religion and ethics from a Catholic perspective. = Lie and hypocrisy. Canadian government and all schools are under the rules of the Jesuit/Vatican

The issue has significance beyond Canada, according to the Home School Legal Defense Association in the United States, because it would provide further legal basis for government to tell parents how to educate their children.

The Quebec government requires that all schools present “Ethics and Religious Culture.” In 2008, the province passed rules that prohibit instructors from expressing any opinion regarding religious or ethical questions. = http://scholar.google.fr/scholar?q=Ethics and Religious Culture&hl=fr&a…

Officials with Loyola High School in Montreal, which filed the case, said they were fine with the program, and the materials were satisfactory. But they objected to telling their instructors they were banned from even expressing an opinion regarding religious or ethical questions.

A blogger questioned the logic of the government’s position, arguing that since stripping and charitable work both are legal professions, a teacher might be required to “maintain absolute neutrality in the classroom regarding the social benefits.”

HSLDA, which has a branch in Canada, asserted that a negative ruling by the nation’s highest court “would threaten the right of all parents to teach children in accordance with their religious beliefs.”

“The idea that parents – not governments – should decide how and what children are taught regarding values and religion is enshrined in fundamental notions of basic human freedom. Children are not the mere creatures of the state, and this idea has been uniformly held up as a vital human rights norm all over the world,” the organization said.

Paul Faris of the Home School Legal Defence Association of Canada said that if the ruling stands, “it undermines the very foundations that protect homeschooling.”

“Whatever the court decides will apply to everyone right across the country. A loss could seriously restrict homeschooling freedom,” he said.

Blogger Ray Pennings at The Cardus Daily blog said the appeal includes the question of whether schools have religious rights and to what extent the state can order the teaching of faith or morals.

“Both of these issues are fundamental. This case has the potential (depending on whether the Supreme Court chooses to decide this case narrowly or broadly) to profoundly impact the space that has for generations been enjoyed by Canadian parents to make their own choices regarding the education of their children.”

Faris noted problems already have erupted.

“This curriculum has already seriously threatened the freedom of parents to teach their children in accordance with their religious beliefs,” he said. “The Supreme Court previously ruled in a case in 2012 that the government could force students in public schools to attend the course. If the court rules against freedom of religion in this private school case, it will mean that homeschoolers will be the only ones left. Not only will this mean more pressure on us and a likely court challenge, but if the Supreme Court has already ruled against freedom of religion in two similar cases, they will be unlikely to rule … for us.”

The Canadian Charter of Right and Freedoms, part of the Canadian Constitution, states that everyone has the fundamental freedoms of conscience and religion. In 2005, however, the Québec legislature modified its own charter to let the government impose the curriculum on unsuspecting parents and educators.

Michael Donnelly, the director of International Affairs for  HSLDA, said the “trend in recent years to restrict homeschooling in Québec is extremely concerning, particularly [in] light of this case.”

“Freedom of religion in Canada is essential for homeschoolers in Canada. If this case is lost, the right to homeschool will be called into question for all of Canada.” he said.

Arguments are expected before the court in March, with a decision coming later this year.

See a school official describe the problem:


Michael Smith, president of HSLDA and a board member of HSLDA of Canada, asks HSLDA members and friends to support Canadian homeschoolers in prayer.

“Our brothers and sisters in Canada have asked for wisdom and favor in the eyes of the court. This case reminds us that the freedom to homeschool is under attack not only in places such as Germany, but on our own continent as well. Please pray that HSLDA of Canada will be allowed to intervene in the case in order to argue the impact that a negative decision will have on homeschooling in Canada.”

WND has reported instances in which the Canadian government ordered enforcement of a moral position or belief.

Education Minister Laurel Broten said on the issue of abortion: “The Catholic teachings are one aspect that we teach in our schools, but we do not allow and we’re very clear with the passage of Bill 13 that Catholic teachings cannot be taught in our schools that violates human rights and which brings a lack of acceptance to participation in schools.”

She noted the same law  and standards apply to the issue of teaching homosexuality.

“Bill 13 has in it a clear indication of ensuring that our schools are safe, accepting places for all our students. That includes LGBTQ students. … Bill 13 is about tackling misogyny, taking away a woman’s right to choose could arguably be one of the most misogynistic actions that one could take.”

WND also reported government officials in Canada shut down a Christian ministry because it condemned cults and other influences that the Bible condemns.

What used to be called MacGregor Ministries essentially was ordered shut down under that nation’s “hate crimes” laws, which prevent Christians from expressing biblical opinions on a wide range of issues.

The organization moved to the U.S. to become MM Outreach Media Ministries, according to spokeswoman Lorri MacGregor.

She said the ministry points out, with respect, the differences between Christianity and various cult beliefs. She said the work always is in response to a question or issue.

“When a group such as Jehovah’s Witnesses said of our doctrine we’re worshiping a freakish three-headed God (the Trinity), we should be able to respond,” she said. “We say, ‘Here’s the doctrine of the Trinity and here is where it is in the Scripture.’”

For that, the ministry was ordered to either make wholesale changes in its presentations or shut down.

“There was nothing we could do that would please them,” she said. “They wanted us every time we criticized something to say, ‘So Christianity is equal to Buddhism, Islam, Mormonism, Jehovah’s Witnesses. … Just decide for yourself.’”

“We cannot do that,” she said of the work she and her husband, Keith, have spent their lives developing.

The Colorado Springs-based Focus on the Family, one of the largest Christian publishing and broadcasting organizations in the nation, at that time confirmed it had been editing its broadcasts to avoid complications with Canadian “hate crimes” laws.

In a statement attributed to Gary Booker, director of global content creation for Focus, the organization said broadcast standards have a “dynamic nature.”

“Our staff at Focus on the Family Canada works proactively to stay abreast of the dynamic nature of broadcast standards, Canadian Revenue Agency legislation and both national and provincial human rights laws,” the statement said. = Masonic organization

“Parameters regarding what can be said (and how it should be said) are communicated by Focus on the Family Canada to our content producers here at Focus on the Family in the U.S. To the best of our ability, programming is then produced with Canadian law in mind,” Focus continued.

“In particular, our content producers are careful not to make generalized statements nor comments that may be perceived as ascribing malicious intent to a ‘group’ of people and are always careful to treat even those who might disagree with us with respect. Our Focus on the Family content creators here in the U.S. are also careful to consult with Focus on the Family Canada whenever questions arise. Focus on the Family Canada, in turn, monitors the content produced in the U.S. and assesses this content against Canadian law,” the group said.

+ VIDEO : http://www.wnd.com/2014/01/see-whos-editing-catholic-schools-teaching-on-fa…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 24 Mai - 23:18 (2014)    Sujet du message: L'ANCIEN PATRON DE LA CIA A LA TÊTE DES BOY SCOUTS Répondre en citant



L'ANCIEN PATRON DE LA CIA A LA TÊTE DES BOY SCOUTS

Par: rédaction

23/05/14 - 19h03  Source: Belga  © reuters.




L'ancien ministre américain de la Défense et ex-patron de la CIA Robert Gates, également ancien scout, va diriger les Boy Scouts d'Amérique, a annoncé l'organisation.

M. Gates a été élu jeudi à la présidence de cette organisation qui a surtout fait récemment parler d'elle en raison de son refus de longue date, sur lequel elle est revenue l'an dernier, d'accepter les homosexuels dans ses rangs.

Robert Gates, 70 ans, a été ministre de la Défense sous George W. Bush puis Barack Obama. Il dirigeait les services secrets de la CIA lors du mandat de George Bush père. Il occupait depuis longtemps des postes à responsabilité bénévoles dans l'organisation des scouts.  Pendant deux décennies, l'association a banni explicitement les jeunes homosexuels, suscitant nombre de campagnes de la part de militants du droit des homosexuels.

L'an dernier, l'assemblée générale des scouts américains a voté à plus de 61% pour la levée de cette interdiction, même si celle-ci reste en vigueur pour les adultes encadrant. Les Boy Scouts américains (BSA), une association fondée en 1910, rassemblent 2,5 millions de jeunes garçons encadrés par un million de bénévoles dans 110.000 troupes. Plus d'1,5 million de ses membres sont âgés de 7 à 11 ans.


http://www.7sur7.be/7s7/fr/1504/Insolite/article/detail/1896653/2014/05/23/…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 26 Mai - 11:52 (2014)    Sujet du message: FÊTE DES MERES : UNE ECOLE DECIDE DE NE PLUS FABRIQUER DE CADEAUX Répondre en citant

FÊTE DES MERES : UNE ECOLE DECIDE DE NE PLUS FABRIQUER DE CADEAUX

Par Julie-Anne De Queiroz


Photo Jeff Pachoud / AFP


L'école de Haute-Savoie veut « éviter les situations délicates » comme celles des enfants qui vivent en famille d’accueil ou au sein d’une famille recomposée.
Pour « éviter les situations délicates », les enseignants d'un établissement de Haute-Savoie ont décidé de ne plus fabriquer de présents en classe pour la fête des mères ou des pères. Un choix qui ne passe pas auprès de tous les parents.

Ce dimanche, les mamans des enfants de l’école d’Allinges, en Haute-Savoie, n’auront pas droit au traditionnel collier de nouilles ou au cœur en pâte à sel fabriqué à l’école pour la fête des mères. Les enseignants de l’établissement ont décidé de supprimer les ateliers créatifs visant à fabriquer à l’école un cadeau à cette occasion. Pas de jaloux cependant, les papas n’auront pas non plus de présent le 15 juin prochain, pour la fête des pères.

L’établissement invoque la volonté d’« éviter les situations délicates pour de nombreux élèves », comme ceux qui ont perdu un de leurs parents, qui vivent en famille d’accueil ou au sein d’une famille recomposée. « Sur ce coup-là, je trouve que les enseignants ne sont pas très pédagogues, ni psychologues, a déclaré Corinne, une parent d'élève, dans Le Parisien. C’est à eux d’expliquer les choses aux enfants en difficulté. Ils n’ont qu’à dire à l’enfant que le cadeau peut être offert à une tante, une grand-mère, une maman d’accueil. Mais il ne faut pas pour autant priver tous les autres enfants de la joie de réaliser un cadeau à l’école. »

Pour répondre à la situation de quelques-uns, on impose des choix à tous 

Ce qui n’est pas sans rappeler les arguments des élus UMP qui s’opposent à la loi famille, qui prévoyait notamment la reconnaissance d’un statut de beau-parent.

« Il faut rappeler que 80 % des enfants vivent avec leurs deux parents. Pour répondre à la situation de quelques-uns, on impose des choix à tous », déclarait ainsi Hervé Mariton au sujet de l’accord des deux parents nécessaires pour la réalisation d’actes importants, tels qu’une inscription à l’école.

À Allinges, c’est par un petit mot glissé dans le carnet de liaison des élèves que les parents ont appris la nouvelle. Et tous ne l’ont pas bien accueillie. Si le texte précise « laisser le soin aux familles de traiter le sujet elles-mêmes si elles le souhaitent », beaucoup regrettent que l’école se désengage de cette mission.

Certains ont même lancé une pétition. La directrice se dit prête à les recevoir, mais rappelle qu’« aucun texte de l’Éducation nationale n’oblige les enseignants à célébrer la fêtes des mères ou des pères ».


http://madame.lefigaro.fr/societe/fete-meres-ecole-decide-de-plus-fabriquer-de-cadeaux-230514-856298


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Mai - 01:13 (2014)    Sujet du message: BIDEN URGES AIR FORCE CADETS TO HELP CREATE ‘A NEW WORLD ORDER ’ Répondre en citant



BIDEN URGES AIR FORCE CADETS TO HELP CREATE ‘A NEW WORLD ORDER ’



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=7dWCsGqFIfw


Vice President Joe Biden asked Air Force cadets during a graduation ceremony on Wednesday at the military college in Colorado Springs, Colorado to help create a ‘new world order’.

“I believe we and mainly you have an incredible opportunity to lead in shaping a new world order for the 21st century in a way consistent with American interests and common interests,” Biden stated.

These sold-out politicians have never sounded more like a broken record than they do now.

Anyone else sick of hearing this phrase?

Citation:



Under a blazing sun, Vice President Joe Biden challenged graduating Air Force Academy cadets to help create a “new world order for the 21st century.”

Biden called on images from the end of World War II, part of a White House push to burnish a foreign policy that has been challenged by Russian aggression and continued trouble from North Africa to Afghanistan.

“I believe we and mainly you have an incredible opportunity to lead in shaping a new world order for the 21st century in a way consistent with American interests and common interests,” Biden said before shaking hands with 995 members of the class of 2014.

The reference to a “new world order” echoed a similar goal set by President George Bush after the collapse of European communism.

Biden described the new order as a world that seeks human rights, free trade and an end to poverty and oppression.

First and foremost our work begins by rebuilding America’s foundations, our economic foundations, our moral and strategic foundations,” he told cadets.

That work, Biden said, won’t see America leave the wold stage.

“One thing we know, if America isn’t on the field, the vacuum will be filled,” Biden told cadets and a crowd of more than 22,000 people in Falcon Stadium.

Biden described administration plans to leave nearly 10,0000 troops in Afghanistan after combat operations end on Dec. 31. And, according to Biden, those troops will have the responsibility of tracking down the remnants of Al Qaida.

The Afghan government hasn’t signed off on a continued U.S. troop presence after a United Nations mandate for the U.S. mission there expires on Dec. 31.

Biden said he understands those who want all U.S. forces home and said those feelings are similar to sentiments following the end of World War II.

“There was an overwhelming desire of our grandparents and my parent’s generation to bring home every single one of the 12 million forces stationed in Europe and Asia,” he said.

The continued military presence abroad after World War II, though, served a high purpose, he said.

“They knew they had to lay a foundation for a new world order, an order that brought the longest period of sustained and PEACE in Europe and Asia,” he said.




Source: gazette.com
Photo: Reuters / Andreas Manolis

http://www.truthandaction.org/biden-urges-air-force-cadets-help-create-new-…




Dernière édition par maria le Dim 26 Oct - 04:14 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 31 Mai - 01:26 (2014)    Sujet du message: GAY TEEN CROWNED PROM QUEEN - MAY 2014 Répondre en citant

GAY TEEN CROWNED PROM QUEEN - MAY 2014



VIDEO (delete): https://www.youtube.com/watch?v=7e-TbFxCTE4



VIDEO (new link) : https://www.youtube.com/watch?v=7e-TbFxCTE4


Dernière édition par maria le Dim 26 Oct - 04:17 (2014); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 1 Juin - 09:51 (2014)    Sujet du message: LE TRAGIQUE DESTIN DU PREMIER COBAYE DE LA THEORIE DU GENRE Répondre en citant

LE TRAGIQUE DESTIN DU PREMIER COBAYE DE LA THEORIE DU GENRE

VIDEO : http://www.dailymotion.com/video/x1voi0u_le-tragique-destin-du-premier-coba…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 17:26 (2014)    Sujet du message: HOMMAGE AUX ENSEIGNANTS Répondre en citant

HOMMAGE AUX ENSEIGNANTS

Le tweet du 3 juin 2014 Rome, 3 juin 2014 (Zenit.org) Anne Kurian 


En cette fin d'année scolaire, le pape François rend hommage aux enseignants dans un tweet publié ce 3 juin 2014 sur @Pontifex_fr :

« Merci à tous les enseignants : éduquer est une mission importante, qui rapproche beaucoup de jeunes du bien, du beau, du vrai. »

« Investir dans l'éducation, c'est investir dans l'espérance », déclarait-il le 6 avril dernier lors de l'angélus dominical (cf. Zenit du 6 avril 2014).

Le 13 février, en rencontrant les participants à la séance plénière de la Congrégation pour l’éducation catholique, il invitait les éducateurs catholiques à « ne pas s’isoler » mais à « entrer courageusement en dialogue dans l’aréopage des cultures actuelles » (cf. Zenit du 13 février 2014).

Les écoles et les universités catholiques ont en effet « la responsabilité d’exprimer la présence vivante de l’Évangile dans le domaine de l’éducation, de la science et de la culture », expliquait-il.

Dans son exhortation apostolique Evangelii gaudium, le pape plaide pour « une éducation qui enseigne à penser de manière critique et qui offre un parcours de maturation dans les valeurs » (EG 64).

( 3 juin 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/hommage-aux-enseignants



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 29 Juin - 19:51 (2014)    Sujet du message: ENGLAND : TWO STUDENTS SUSPENDED FROM PUBLIC SCHOOL AFTER REFUSING TO PRAY TO ALLAH Répondre en citant

ENGLAND : TWO STUDENTS SUSPENDED FROM PUBLIC SCHOOL AFTER REFUSING TO PRAY TO ALLAH

The Patriot       May 26, 2014
2014-05-26T05:24:46+00:00    


Recently, a pair of young boys in Cheshire, England was suspended from school after refusing to pray to Allah. The prayer was designed to be a “practical demonstration” of how Muslims worship.

The demonstration likely stems from pressure from the Council on American-Islamic Relations (CAIR), who have been demanding that the country make significant accommodations for Muslim students.

CAIR’s has even provided instructional materials called “An Educator’s Guide to Islamic Religious Practices” which asks schools to allow Muslim students who want to attend congregational worship to “request a temporary release from school.”

In fact, in Dearborn, Michigan, CAIR asked public schools to allow Muslim students to leave early every Friday. Of course, the superintendent complied. And similar situations are taking place all over the country.

What do you think of CAIR’s intiatives?

http://theuspatriot.com/2014/05/26/two-students-suspended-from-public-school-after-refusing-to-pray-to-allah/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Juil - 14:21 (2014)    Sujet du message: CHILDREN'S CHRISTIAN MINISTRY CALLED 'PSYCHOLOGICALLY HARMFUL TO CHILDREN' Répondre en citant

CHILDREN'S CHRISTIAN MINISTRY CALLED 'PSYCHOLOGICALLY HARMFUL TO CHILDREN'

Protect Portland Children and others oppose the group's ministry.


Published 30 June 2014  |   Brownie Marie


AP

A Christian nonprofit, Child Evangelism Fellowship (CEF), is facing opposition in Portland as it seeks to bring youth to Christ.

The group's "Good News Club" is being called "psychologically harmful to children" by a newly formed coalition – Protect Portland Children.

The Good News Club is a youth ministry in which children are taught about sin, Jesus, and holiness through engaging songs, games, and Bible stories.

On its website, CEF states that "the purpose ofGood News Club is to evangelize boys and girls with the Gospel of the Lord Jesus Christ and establish (disciple) them in the Word of God and in a local church for Christian living."

Critics of CEF and the Good News Club say the program teaches fundamentalist beliefs to children, and encourages fear, judgment, and divisiveness in youth.

Attorney and blogger Eric Ceynar wrote on his "Intrinsic Dignity" blog that the Club uses shame and fear indoctrination, thought control, attacks on science education, authoritarian conditioning, and deceptive marketing to negatively influence students.

A Seattle parent, John Lederer, said that the Good News Club is not appropriate for young children.

"When I read their mission statement and values and principles it was clear that this was a very theologically conservative, right wing and evangelical form of Christian faith," he told AwayPoint.com.

"My initial concern wasn't that they existed but that they had targeted my child's school and my child is only 6 years old. They are targeting very, very, young children."

The Club is voluntary and requires parents' permission, but Lederer said that children want to participate because of the treats, toys, and games that are available.

"Cake, cookies, balloons are very attractive to [children]," he said. "[CEF] use enticements like these to get children to say to their parents, 'Can I go?' Children can't tell the difference between good news club and school sponsored activities like chess club."

Protect Portland Children seeks to "spread the word that the Good News Club's extreme teachings can be psychologically harmful to children," member Kaye Schmitt told Alternet.

However, the CEF states that the Good News Club shares biblical principles in ways that engage children, and also encourages moral enrichment.

"Each club includes a clear presentation of the Gospel and an opportunity for children to trust the Lord Jesus as Savior," their website states. "Every club also includes strong discipleship training to build character and strengthen moral and spiritual growth."

The Club meets once a week during the school year at community centers, churches, schools, and other locations across the country.

http://www.christiantoday.com/article/childrens.christian.ministry.called.p…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 13:57 (2014)    Sujet du message: ETATS-UNIS : CEDE ENFANT ADOPTE, 10 ans, 3 500 $ HORS TAXE Répondre en citant

ETATS-UNIS : CEDE ENFANT ADOPTE, 10 ans, 3 500 $ HORS TAXE

Nous vivons maintenant dans une ère d'esclavage mais qui s'en rend vraiment compte? Avec ce grand calife mondial qui est maintenant devenu une réalité et le groupe LGBT qui, elle aussi a lancé une grande offensive contre les enfants, et qui a elle-même déclarée dernièrement qu'ils avaient l'intention d'enlever les enfants des mains des fanatiques et de les mettre dans des familles homosexuelles, on peut voir que cette industrie diabolique a des buts bien particulier pour l'avenir de notre jeunesse. Le Pape et son Conseil Pontifical, ont créé une Commission, au mois de mars 2014, pour la protection des enfants, pour lutter contre la pédophilie, alors même que quelques mois plus tard, il était admis que violer un enfant n'était pas un crime pour cet Empire Romain. Ceci a bien sûr pour but de garder le contrôle sur cette industrie d'esclavage payante, et ainsi empêcher les bonnes gens de prendre sous leurs ailes les enfants abandonnés et de les aider à grandir dans un environnement sain et sécuritaire. Ces bonnes gens, eux, seront accusés de rapt d'enfants et emprisonnés. Société perfide ou le mal a pris le contrôle total et ou les gens de biens sont maltraités de toutes les manières possibles.

Lorraine MILLOT Correspondante à Washington 22 juin 2014 à 18:06

Beaucoup d'Etats américains ferment les yeux sur les annonces en ligne proposant l'adoption d'enfants abandonnés par leurs parents adoptifs. (Illustration Sylvie Serprix)

Abandonnés par leurs parents adoptifs américains, des centaines d’enfants se retrouvent «en vente» sur Internet. Le «rehoming» est un business chapeauté par des agences privées, hors de tout contrôle.


Dylan sourit sur la photo. Il a 10 ans, le regard malicieux, et une passion pour le jardinage. «Il n’a pas été diagnostiqué hyperactif et ne prend pas de médicaments. Il est capable de bien se concentrer et il adore faire des puzzles», explique la page Facebook qui le présente à l’adoption. Même son «prix» est affiché : 3 500 dollars (2 600 euros) de frais d’agence, plus 200 dollars d’enregistrement et de 1 500 à 2 500 pour les avocats. Le tout déductible d’impôts, précise l’annonce publiée sur Second Chance Adoptions. Dylan a été adopté en Russie mais ses parents ne veulent plus de lui.
Comme des dizaines d’autres enfants aux Etats-Unis, il est sur le «marché» de «seconde main» : le «rehoming» disent les Américains, même si le terme est controversé. Le mot est plus souvent employé pour les animaux, et réprouvé par l’agence qui propose Dylan. Comme sur un vrai marché d’occasion, les prix sont aussi cassés : tandis qu’une adoption internationale coûte facilement 10 000 à 30 000 dollars aux Etats-Unis, ces enfants changent de parents pour moitié moins, parfois même gratuitement.

«Les parents ne sont pas toujours bien préparés à des enfants qui peuvent être difficiles», explique Sandra Moats, qui en élève dix-neuf, dont dix «réadoptés» abandonnés par leurs premières familles américaines. «Parfois, le lien ne se fait tout simplement pas. C’est un phénomène commun, estime cette pasteure dans l’Idaho. On en voit entre quinze et vingt par mois auxquels il faut trouver de nouveaux parents. Mais ces drames ont parfois des issues heureuses. Beaucoup de familles finissent par trouver leur bonheur et celui de ces enfants.» Aucun décompte officiel de ces adoptions de seconde main n’est fait aux Etats-Unis, mais on y estime que 1 à 10% des adoptions d’enfants à «besoins spéciaux» (handicaps ou troubles du comportement) sont dissoutes, rappelle un récent rapport du Congrès. Au regard des plus de 100 000 cas finalisés chaque année dans le pays, ceux-ci restent donc exceptionnels. Ils se comptent tout de même par centaines, voire par milliers.

«C’est notre croix à porter»

Sous la fiche Facebook de Dylan, ces jours-ci, il y a aussi celles d’Annie, Caleb, Janell, Tyler, Tina, Kylie, Tanner, Breanne ou Vance, adoptés une première fois à l’étranger ou aux Etats-Unis. Tous sont plus mignons les uns que les autres et leurs histoires, esquissées en quelques lignes, aussi dramatiques. Vance a été accueilli en Europe de l’Est à 3 ans puis dans une famille américaine et doit, à 12 ans, changer à nouveau de parents. Il est «athlétique», «intelligent», récolte de bonnes notes à l’école et n’est «généralement pas agressif». Mais quatre autres plus petits ont été adoptés et Vance «irait sans doute mieux dans un foyer moins nombreux où il serait le plus jeune, voire le seul», explique sa fiche.

«Nous faisons là une contribution humanitaire», assure Cyndi Peck, responsable du programme «Second Chance» de Wasatch International Adoptions, une agence privée enregistrée dans l’Utah qui gère cette page Facebook. «Ce n’est pas un programme qui nous rapporte de l’argent», ajoute la responsable, détaillant, pour preuve, ses tarifs : la famille qui cède son enfant ne paye «que» 950 dollars à l’agence, contre 3 500 pour les réadoptants. Ces frais couvrent à peine le travail de sélection, explique Cyndi Peck, racontant passer de longues heures en conférence téléphonique avec les parents, actuels et futurs, pour s’assurer qu’ils ne cachent rien. Placer un enfant lui prend entre quelques semaines et plusieurs mois - les plus jeunes et les moins troublés partent plus vite.

Ces placements de seconde main sont «la face noire de l’adoption», reconnaît Cyndi Peck elle-même. Mais ils répondent à un vrai «besoin» : «Tout cela est très douloureux, pour les enfants et les familles qui doivent se séparer d’eux. J’ai souvent les parents en pleurs au téléphone. Ils pensaient que tout serait merveilleux pour eux comme pour le petit.» Sur les forums américains spécialisés, on trouve aussi de nombreux témoignages, souvent très détaillés : «Je n’arrive pas à m’attacher à eux», racontait ainsi en janvier et février sur le site adoption.com, la maman de deux enfants de 5 et 6 ans, adoptés à leur naissance et dont elle envisageait de se séparer. «Je me sens horrible», écrivait-elle, avouant avoir mis au monde deux enfants et éprouver pour eux des sentiments qu’elle n’a jamais eus pour les deux aînés : «J’aimerais vraiment pouvoir les aimer comme mes enfants biologiques mais je ne crois pas que je le pourrai.» Son mari ne la comprend pas, «il me dit que c’est notre croix à porter», expliquait-elle encore dans cet appel au secours, ajoutant que son couple risquait aussi de sombrer.

«Il y a un vrai besoin, confirme un spécialiste américain de l’adoption qui préfère rester anonyme sur ce dossier trop sensible. Ce dont il est question ici, ce n’est pas de simples caprices de parents qui n’en peuvent plus parce que le petit Johnny ne fait pas ses devoirs. Il s’agit souvent d’enfants vraiment très troublés, qui vont faire du mal à leurs frères et sœurs ou brûler la maison.»

Une simple procuration

Pour le professeur Richard Barth, père adoptif lui-même et spécialiste des services de l’enfance à l’université du Maryland, le problème est aussi que ces parents manquent souvent de soutiens et de structures auxquelles s’adresser. «Une famille qui n’arrive plus à faire face à son enfant peut théoriquement le placer dans un établissement de soins, mais c’est très cher. S’il a été adopté aux Etats-Unis, certains Etats paieront ses soins mais ce n’est pas le cas s’il a été adopté à l’étranger, observe le professeur Barth. Les parents peuvent aussi demander à la justice de le placer sous la protection de l’Etat. Mais il leur faut alors s’accuser de nuire gravement à l’enfant, et trouver un tribunal compréhensif.»

Plutôt que de s’accuser de mauvais traitements, les parents américains qui veulent abandonner leurs enfants peuvent le faire beaucoup plus simplement, soit en passant par une agence, soit en trouvant eux-mêmes un couple de rechange par Internet ou dans leurs communautés religieuses.

Une simple procuration enregistrée chez le notaire suffit pour confier l’enfant à une nouvelle famille, qui pourra l’inscrire à l’école ou toucher des allocations, sans qu’aucun contrôle ne soit effectué. Pour une réadoption complète, un passage au tribunal est nécessaire et un minimum de contrôles effectués pour s’assurer que les nouveaux parents sont bien aptes à accueillir.


Sur un forum Yahoo intitulé «Adopting from Disruption», un nouvel enfant était proposé chaque semaine en moyenne ces cinq dernières années, a compté l’agence Reuters, qui a publié une enquête choc sur ce «marché clandestin des enfants adoptés», en septembre 2013. Plusieurs ont même été ballotés de famille en famille, et quelques-uns se sont retrouvés chez des pédophiles notoires, a révélé Reuters. A la suite de cette enquête, Yahoo a fermé le groupe et plusieurs des 50 Etats américains ont commencé à renforcer leur législation pour assurer un peu plus de contrôles. Une loi votée en avril au Wisconsin interdit à toute personne qui n’est pas spécialement licenciée par l’Etat de faire la publicité d’enfants de plus de 1 an et de les présenter à l’adoption. Elle oblige les familles à passer par un tribunal s’ils veulent transférer la garde à une personne autre qu’un parent. Mais beaucoup d’autres Etats américains continuent de fermer les yeux sur ces annonces en ligne et les transferts.

«Une industrie»

«L’adoption est suffisamment contrôlée comme cela, estime Sandra Moats, la maman de l’Idaho aux 19 enfants. Ce qu’il faudrait, c’est plutôt que les parents adoptifs soient mieux intégrés dans leurs communautés, qu’ils aient des gens à qui parler en cas de difficultés.» A 69 ans, Sandra est encore en train de finaliser l’accueil d’une fille de 15 ans, rejetée par sa première famille d’adoption où elle a passé six années. Sandra assure ne pas les collectionner mais répond présente quand «Dieu», généralement par le biais d’une agence, lui demande si elle pourrait accueillir encore un abandonné.

 «Le voyage est souvent rude avec eux, reconnaît-elle aussi. J’ai même parfois dû appeler la police chez moi pour une de mes filles qui voulait se mutiler ou se suicider.» Mais avec beaucoup de présence (Sandra se définit comme «maman vingt-quatre heures sur vingt-quatre» et les instruit elle-même à la maison), elle constate que ses chérubins s’en sortent plutôt bien. Les plus âgés entament maintenant leur vie professionnelle, comme assistante médicale ou manager de restaurant.


«Le fait même qu’il y ait tous ces cas de "rehoming" prouve plutôt que l’adoption n’est pas correctement encadrée aux Etats-Unis, estime au contraire Niels Hoogeveen, adopté lui-même et confondateur du site Pound Pup Legacy, qui collecte les récits noirs d’enfants placés en familles ou institutions. L’adoption est une industrie aux Etats-Unis. Les agences privées sont si nombreuses que personne ne peut vraiment les contrôler. Elles peuvent même avoir intérêt à placer les enfants dans des familles qui ne leur conviennent pas, pour les replacer ensuite. Les dossiers sont aussi finalisés beaucoup trop vite, parfois immédiatement après l’arrivée de l’enfant aux Etats-Unis. Il faudrait prendre deux ou trois ans, pour contrôler ce qui se passe dans la famille durant ces premiers mois.» Le «rehoming» risque aussi de devenir plus fréquent aux Etats-Unis ces prochaines années, redoute Adam Pertman, directeur du Donaldson Adoption Institute : «Avec tous les pays qui se ferment ou réduisent l’adoption internationale, les enfants adoptés à l’étranger sont de plus en plus âgés, ou ont des besoins particuliers. Et souvent les parents n’y sont pas assez préparés. Il est temps de faire quelque chose, avant que le problème ne s’aggrave.»

Dessin Sylvie serprix

Lorraine MILLOT Correspondante à Washington

http://www.liberation.fr/societe/2014/06/22/etats-unis-cede-enfant-adopte-1…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 14:15 (2014)    Sujet du message: LE PAPE CREE UNE COMMISSION PONTIFICALE POUR LA PROTECTION DES MINEURS Répondre en citant

LE PAPE CREE UNE COMMISSION PONTIFICALE POUR LA PROTECTION DES MINEURS


 


(RV) Ce samedi 22 mars, le Pape a institué la Commission pontificale pour la Protection des mineurs, qui avait été annoncée le 5 décembre dernier, et dont l’objectif est de lutter contre la pédophilie pour améliorer la protection des enfants. Les experts de cette commission sont au nombre de huit :

- La pédopsychiatre française, spécialiste de la maltraitance des enfants, Catherine Bonnet

- L’Irlandaise Mary Collins, victime d’abus sexuels commis par un prêtre et fondatrice d’une ong portant son nom, venant en aide aux victimes d’abus.

- La baronne Sheila Hollins est professeur de psychiatrie à la St George’s University of London depuis 1990 et membre indépendant de la Chambre des lords depuis 2010. Elle a trente ans d’expérience comme psychiatre et psychothérapeute avec des patients victimes d’abus sexuels.

- Le cardinal Sean Patrick O’Malley. Membre du Conseil des cardinaux, l’archevêque de Boston est connu pour son action énergique contre la pédophilie dasn son diocèse au début des années 2000. Le capucin fut un des membres de la Visite apostolique menée en 2010 dans les diocèses et les séminaires irlandais.

- Le professeur Claudio Papale, professeur de Droit canon à l’Université pontificale Urbaniana et membre de la section disciplinaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

- Son excellence Hanna Suchocka. Ancienne Premier ministre de Pologne, elle fut ambassadrice de Pologne auprès le Saint-Siège entre 2001 et 2011. Elle a reçu le Max Schmidheimy Stiftung Peace Prize et la médaille d’or de la Fondation Jean Monnet pour son travail en faveur de la défense des droits humains

- Formé par le cardinal Bergoglio, le prêtre jésuite argentin, Humberto Miguel Yáñez, directeur du département de théologie morale à l’Université pontificale Grégorienne à Rome. Il fut membre du groupe théologique au symposium « vers la guérison et le renouveau » sur les abus dans cette même université.

- Le jésuite allemand Hans Zollner, théologien et psychologue, vice-recteur de l’Université de la Grégorienne et organisateur du symposium « vers la guérison et le renouveau » sur les abus dans cette même université.


La tâche principale de ce groupe de personne sera de préparer les Statuts de cette Commission, dont ils définiront les compétences et les fonctions. D’autres membres, venant de différentes zones géographiques du monde, seront par la suite intégrés à cette équipe resserrée.

http://fr.radiovaticana.va/news/2014/03/22/le_pape_crée_une_commission_pont…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 8 Juil - 21:32 (2014)    Sujet du message: ONE WORLD Répondre en citant



ONE WORLD

http://www.tolerance.org/print/magazine/number-47-summer-2014/department/on…
Number 47: Summer 2014

"The schools of a country are its future in miniature." - Tehyi Hsieh



http://www.tolerance.org/magazine/number-47-summer-2014/department/one-world


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 12 Juil - 17:28 (2014)    Sujet du message: CANADA : JUSTIN TRUDEAU VEUT JOUER UN PLUS GRAND RÔLE EN EDUCATION Répondre en citant

CANADA : JUSTIN TRUDEAU VEUT JOUER UN PLUS GRAND RÔLE EN EDUCATION

Il veut surtout mettre en place le programme onusien du "Common Core" dans toutes les institutions scolaires, au niveau de chaque pallier gouvernemental, dans chaque province. Il est important que vous connaissiez cet agenda, nos enfants et petits-enfants étant maintenant complètement "brainswashé" par le programme communiste global qui va en faire de parfait petits esclaves et soldats de ce monde nouveau qui prend vie, en plus de pervertir leur âme et leur esprit pour les entraîner dans les péchés que Rome met en place dans tous les pays. Ce nouveau monde amène une inversion dans tout le système de valeurs et amènera de grands conflits au niveau de la famille : les enfants deviendront des ennemis qui vendront leurs parents croyant ainsi protéger le monde contre de dangereuses idéologies dépassées.

RCQC  |  Par Ici Radio Canada Publication: 24/05/2014 20:00 EDT


 



Le chef du Parti libéral du Canada (PLC), Justin Trudeau, veut accroître la présence du gouvernement fédéral en éducation, un champ de compétence provinciale, pour assurer la formation d'une main-d'oeuvre de qualité.

En entrevue aux Coulisses du pouvoir, celui qui aspire à devenir premier ministre du Canada précise qu'Ottawa pourrait élaborer un plan pancanadien dans ce domaine tout en respectant la volonté des gouvernements provinciaux comme il le fait déjà en santé.

« Quand on voit des jeunes qui grandissent dans une province et qui déménagent pour aller travailler dans une autre province ou cherchent des emplois partout au pays, on voit qu'on a besoin d'une vision pancanadienne par rapport à l'éducation, mais une vision qui serait tout à fait respectueuse du champ de compétence des provinces. »

Le gouvernement fédéral est déjà présent dans le monde de l'éducation postsecondaire avec le financement de la recherche universitaire. Justin Trudeau envisage maintenant un rôle pour Ottawa dans l'éducation des enfants du primaire et du secondaire.

« Il y a trop de gens qui déplorent le fait que nos institutions même primaires et secondaires doivent couper dans les programmes d'arts plastiques, de musique et d'informatique parce qu'ils n'ont pas les ressources nécessaires pour pouvoir donner une éducation de qualité à tous nos enfants à travers le pays », soutient-il.

Objectifs communs

Justin Trudeau a abordé la question de l'éducation une première fois samedi lorsqu'il s'est adressé à ses militants québécois réunis en congrès à Victoriaville. Il voit dans l'engagement du fédéral une façon de développer la main d'oeuvre et de soutenir la croissance économique.

« Il faut investir dans notre ressource la plus précieuse, nous les Canadiens, en s'assurant que nous devenons le pays le plus éduqué au monde. Ottawa ne gère pas le système d'éducation et il y a de très bonnes raisons pour cela, mais avec les provinces nous pouvons et nous devons établir des objectifs ambitieux. »

Le chef du PLC détient un baccalauréat en éducation. Il a déjà enseigné les mathématiques et le français en Colombie-Britannique.

L'entrevue de Justin Trudeau aux Coulisses du pouvoir sera diffusée dimanche à 11 h sur ICI Radio-Canada Télé.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/05/24/justin-trudeau-veut-jouer-un-plus-grand-role-en-education_n_5386844.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 23 Juil - 12:03 (2014)    Sujet du message: DES ECOLES BRITANNIQUES SOUS L'INFLUENCE DES FONDAMENTALISTES Répondre en citant

DES ECOLES BRITANNIQUES SOUS L'INFLUENCE DES FONDAMENTALISTES

Cela ne saurait se faire sans l'accord des Jésuites et de Rome.
Il est dit, dans le bas de l'article que : "Les enquêteurs n'ont toutefois pas trouvé de preuve d'extrémisme violent ou de terrorisme". Vous comprendre ce grand mensonge, regardez de plus près les articles mis sur ce topic pour voir quel genre de livres sont maintenant entre les mains des enfants pour les adapter à cette nouvelle réalité islamique et communiste.

Mise à jour le mardi 22 juillet 2014 à 17 h 49 HAE
Associated Press

Des élèves dans une classe Photo : iStockphoto

Une enquête menée par le gouvernement britannique a révélé des preuves, mardi, selon lesquelles des fondamentalistes musulmans ont pris le contrôle de certaines écoles du Royaume-Uni, faisant craindre que des enfants soient désormais vulnérables à des efforts de radicalisation.

Selon le gouvernement, il y a carrément eu une « prise de contrôle » par des gens ayant la même vision des choses dans plusieurs écoles de Birmingham, la deuxième plus grande ville du pays, menant au « renforcement de l'identité musulmane, menant à l'exclusion ou au mépris des autres ».

Selon la secrétaire à l'Éducation, Nicky Morgan, les conclusions du rapport sont troublantes. « Ce qui est si choquant à propos de cette affaire, dans ce petit nombre d'écoles, est le fait que les succès des efforts visant à encourager davantage de musulmans britanniques à adopter des rôles de leader ont été freinés par les gestes d'une poignée de personnes », a-t-elle déclaré.

Le rapport a mis au jour des « actions coordonnées, délibérées et à long terme » de la part de plusieurs personnes pour mettre en place « une vision islamique intolérante et agressive » dans certaines des écoles de Birmingham. On parle entre autres d'écoles au sein desquelles les directeurs et les enseignants expérimentés étaient harcelés, tandis que les nouveaux membres des conseils d'administration gravissaient rapidement les échelons.

L'enquête s'est également penchée sur des discussions en ligne d'un groupe de professeurs masculins à l'école Park View, et a constaté qu'ils avaient méprisé certains courants plus progressistes de l'islam, exprimé des sentiments homophobes et tenté d'accroître la ségrégation à l'école.

Toujours selon le rapport, le conseil municipal de la ville n'a pas alerté les autorités à propos des pratiques qui ont fait craindre à certains enseignants que les élèves apprenaient à faire preuve d'intolérance face à la diversité, et pourraient désormais éprouver plus de difficultés à remettre en question ou contester les influences radicales.

À la suite de la publication du rapport, le conseil municipal a fait savoir que son « mécanisme d'alerte » sera renforcé et que les enseignants impliqués seront bannis de la profession.

Mohammed Zabar, un parent musulman dont la fille fréquente l'académie Oldknow, a accueilli favorablement la publication du rapport d'enquête. Selon lui, des parents ne se sont pas exprimés par peur de parler « contre l'islam ».

Les enquêteurs n'ont toutefois pas trouvé de preuve d'extrémisme violent ou de terrorisme.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2014/07/22/014-royaume-u…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 5 Aoû - 23:51 (2014)    Sujet du message: CATHOLIC SCHOOLS, FIRING POLICIES AND TEACHER MISCONDUCT Répondre en citant



ROMAN INQUISITION

CATHOLIC SCHOOLS, FIRING POLICIES AND TEACHER MISCONDUCT


Guide Offers Principles to Consider Washington, D.C., August 05, 2014 (Zenit.org


By E. Christian Brugger


This publication is the first in a collaborative series between The Cardinal Newman Society and the Culture of Life Foundation on Catholic education policy from the perspective of theology, ethics and the moral law.

The question which has been in the news recently is as follows: Should teachers, faculty members or school administrators be terminated if they are found to be guilty of grave moral misconduct in their private lives?

Because each Catholic school has elements unique to itself—mission statements, constituencies, financial needs—and each employment situation is unique, and the circumstances surrounding each instance of misconduct is unique, there is no “one-size-fits-all” answer to this question.  But certain consistent principles can be considered and practical measures taken to assist schools in responding well to the problem of employee misconduct.  This essay discusses both.

What’s the Fuss?

Why is this even a difficult question?  Why not just sack any employee guilty of misconduct, clean the slate and move on?  Or why not be merciful and always offer employees a second chance?  Both options could be licit; at the very least, neither is intrinsically evil.

It’s a difficult question because school officials, in seeking to do what is right, are aware that both alternatives—firing and not firing—risk causing unintentional harms that they are not interested in bringing about, and that could be very impacting on the welfare of the school and the Church.

Making a good decision means not only being realistic about unintentional harms, but assessing whether or not tolerating (but not intending) one or more of them might either violate some moral duty or be an obligation in virtue of some other duty.  Public relations (PR) concerns are often foremost on the minds of school authorities, and they are certainly not irrelevant.  But they are by no means the only—and usually not the most important—concerns, the foremost of which are a true concern to avoid scandal and to maintain the integrity of a school’s Christian witness.

The Fuss Is about Souls!

What’s at stake is ultimately the good of souls, especially the souls of students, and the integrity of the Catholic Church’s apostolic mission.  The first duty of a Catholic school is to bear witness through educational means to the splendor of truth, especially the truths of the Christian faith.  Fund raising, prestige, academic ranking and successful sports programs are important, but if school authorities forfeit their school’s true Catholic identity in their effort to achieve them, they fail in their first duty to their constituencies and to the Church, and worse, they betray Christ.

When it comes to considering termination, making a good decision can be difficult and laborious.  But as I tell my seminarians, moral decision-making is about loving.  And for those who exercise authority, loving means seeing and assessing all the relevant harms caused by one’s action or inaction.  Why?  Because every relevant harm is ultimately a harm to some human being.  And it is human beings who constitute “the foundation, the cause and the end of every social institution” (John XXIII, Mater et Magistra, no. 219).  Although some or even many of the foreseeable harms may not be decisive for settling questions concerning misconduct, no harm is irrelevant to these questions’ assessment.

With Whom Does Responsibility for this Decision Rest?

The development and execution of school policy fall to whoever has authority over the school’s employees, and over the school itself: e.g., members of the school’s senior administration, members of the board of directors; the superintendents of Catholic schools; and, ultimately, the diocesan bishop.  There will obviously be differences in the authority structure with non-diocesan Catholic schools, but the point here is clear: those who exercise authority bear responsibility.  At universities, senior faculty are sometimes also consulted, or committees set up to deal with grievances brought against faculty members.

Critical Importance of Hiring Procedures and Conduct Policies

While no set of procedures and no policy can anticipate every possible situation, schools can and should develop hiring procedures and conduct policies that establish a base-line for acceptable conduct for all employees, especially teachers, and specify clearly the results of violating the policies.  In dealing with the problem of employee misconduct, this is arguably the most important practical measure a Catholic apostolate can take to guard its religious identity.

Catholic Apostolates and Mission-Centered Hiring Policies

An “apostolate” is a community of Christian witnesses.  A “mission” is the community’s work.  Catholic schools and universities are—or ought to be—apostolates of the Church.

Hiring procedures should be in place to ensure that all employees support the apostolic identity and mission of the institution.  This is what the term “hiring for mission” means.

Although some jobs are more closely associated with the oral and public communication of the school’s mission, all employees share responsibility for protecting and promoting it.

This does not mean that all employees must be practicing Catholics.  However, it does mean, ordinarily, that a majority of employees should be practicing Catholics.  Otherwise, it will be difficult to ensure a consistent expression of the school’s mission and guarantee continuity of Catholic identity over time.  All other employees should understand, believe in, and be willing to support, the school’s mission.

It follows that:

School authorities ought to hire only people capable of cooperating in carrying out the school’s mission, and that means that they cannot be known to be persisting in any behavior or commitment objectively incompatible with Catholic moral teaching.

This is especially important for the hiring of faculty, as well as administrators who work closely with students (e.g., counselors).

Conduct Policies

This requirement should be supported by a clearly defined, written moral conduct policy.  It should be built into the job description and be an essential and legally binding part of any and every employment agreement.

If the school’s policy is:

• clearly published and consistent with Catholic Church teaching;

• closely keyed to the institutional mission statement; and

• consistently and non-arbitrarily applied,

then there will be structures in place to guide decision making in circumstances where polices are violated.  Absent such a policy, each case will likely be treated differently, depending on the matter at issue and what sort of employment agreement and undertaking exists.  This leaves the institution much more vulnerable to running afoul of the law or being open to a civil suit.

Private vs. Professional Misconduct

My analysis is principally concerned with what school authorities should do in cases of grave misconduct in the private lives of employees.  By “private” I mean life outside of professional employment.  There will be different degrees of private misconduct (e.g., acts one doesn’t want known vs. ones that are flaunted even though they are not on “company time”); this essay concerns all degrees of “private” misconduct.  Once questionable behavior comes to the attention of someone who has authority over the individual, at that point the private becomes public for our purposes.

This essay does not consider misconduct in one’s professional life (e.g., sexual harassment on the job), though that also needs to be handled with consistency and good judgment.  Nor does it address the duties of school authorities to comply with law enforcement in cases where employees are undergoing criminal investigation.

 “Grave” Misconduct: Serious Sin, Intransigence, Scandal

All things put in place by the Roman Catholic church, but by their stand against all of these points, they just showing us how they are hypocrits and evils. They also showing us, that everyone is a slave and will be under the radar under this Roman Empire who can do what ever they want with the life of a person. They look to be saints but in fact, they deny the Savior and His laws. It's an other perfect control by the  Pope of this Roman Empire over the life of many.

In moral theology, referring to a sin as “grave” implies it is a mortal sin.  I am using the term grave here more restrictively.  By “grave misconduct” I am referring to deliberate behavior that meets the following three conditions: first, it is gravely wrong (serious or mortally sinful in type); second, the employee is intransigent in doing it; and third, the situation is potentially an occasion of scandal.

In general, I think that actionable instances of private misconduct should meet all three conditions.

The first condition needs no explanation.  But the next two deserve comment.

Intransigence means that some misconduct is unapologetically habitual.  Some examples of behavior meeting the condition of intransigence could include:

• Single employees who get pregnant or get someone pregnant and defend their behavior; cohabitating in sexually-active, non-marital relationships;

• Employees engaged in promiscuous activities with same sex partners or with partners of the opposite sex;

• Employees engaged in an adulterous relationship;

• Employees who advocate for public policies explicitly aimed at advancing or defending abortion rights, same sex marriage, polygamy, euthanasia, experimenting on, freezing or destroying human embryos, cloning, or other gravely immoral acts.

Intransigence is not met if an employee engages in some misconduct, but expresses a sincere desire and resolve to change.  For example, if a female employee gets pregnant out of wedlock, or a single male gets a woman pregnant, but she or he sincerely repents, resolves to keep and raise or support the child according to Christian principles, or place the child for adoption, and is willing publicly to support the Church’s moral teaching on marriage and sexual morality, intransigence is not a factor.

Scandal means that the private behavior, if known, could destroy people’s faith, undermine the school’s Catholic identity and be an inducement to sin, especially to the students.  Some sins today are particularly dangerous to the welfare of souls.  Abortion and promiscuity—especially homosexual behavior—because they represent evils that many say are goods, can easily be occasions for scandal.  Since the indissolubility of marriage is also widely rejected, and even doubted by some Catholics, another act especially apt to give scandal could be actively dating when divorced without an annulment or dating an un-annulled divorced person.  If school authorities appear to be indifferent to these behaviors, the consequences can be unacceptable.

Intransigence is not absolutely necessary

As I said, I think that the three conditions ordinarily should be met before instances of misconduct become subject matter for dismissal.

Is this to say that grave misconduct by employees who do not express intransigence is not subject matter for dismissal?  No.  If school authorities have good reason to believe that an immoral act committed by an employee will cause scandal, then even if the employee is repentant, the welfare of the school may require dismissal.  Obviously, the greater the risk of scandal, the more seriously dismissal must be considered.

However, just as it is true that there is more joy in heaven over one sinner who repents than over ninety-nine righteous persons who need no repentance (Lk. 15:7), so it is true that Christians rejoice when their brothers and sisters repent.  It seems to me that evil-doing that is frankly, publicly and sincerely rejected through true repentance is rarely an occasion for another’s sin; and very often it is an occasion of moral growth for wrongdoers and those around them.

It follows that:

If school authorities think that scandal in the case of a repentant employee can be reasonably obviated by measures short of dismissal, they should adopt those measures.  If they do not think scandal can be avoided, then they may be obligated to terminate the employee’s employment.

Two Moral Requirements: Due Diligence and Moral Certitude

School authorities can come to suspect an employee of grave misconduct in several ways.  Employees might publicize their behaviors (including their views) on social media, by email or in scholarly publications.  Or, a member of the school community or somebody outside of it might accuse them of misconduct.

In either case, school authorities ought to carry out due diligence and only act when reasonable doubt has been removed.

Due diligence

The first priority should be to establish beyond a reasonable doubt whether or not the suspicion is true.  Christian charity requires that school authorities should assume the best of their employees until evidence proves otherwise.

The practice of anonymous accusation, not uncommon in Catholic institutions, should be rejected in all but the most extraordinary circumstances (e.g., in cases of danger to the informer).  Although it may be fair to ask authorities to maintain confidentiality when one is revealing sensitive information about oneself, if one accuses another of grave misconduct, one should, in justice, be willing to be made known to the accused.  And the accused, also as a matter of justice, should be given the opportunity to face his or her accuser.  It is not only gravely unjust—evil—to falsely accuse another; it is also unjust for authorities to accept and act on an accusation of grave misconduct without undertaking due diligence to establish its verity.

Upon a revelation of misconduct, school authorities ordinarily should first approach the employee and ask him or her charitably and without dissembling: “Did you do X?” or “Are you doing Y?”  If rumors are flying about, but no solid evidence has been presented, it would still be acceptable to ask the employee directly whether there is anything to the rumors.

Unless school authorities have reasons to suspect an employee’s honesty, a denial of guilt should be taken as sufficiently establishing the truth.

Moral certitude

Only after guilt has been established beyond a reasonable doubt—that is, when authorities have moral certitude of their employee’s guilt—should disciplinary measures be initiated.

And I do mean should be initiated.

Schools must not close their eyes to the grave immorality of their employees hoping it will go away.  It is not uncommon for schools to ignore the private but scandalous behavior of their employees, not acting upon it until the situation grows into an ugly PR problem, at which point, scandal has probably already occurred.

Although they should not take action in the absence of due diligence and moral certitude, as soon as these are fulfilled, they should not delay action because of a fear of unpleasant results.

Confidentiality vs. Secrecy

A common cause of disunity in Catholic educational institutions is inadequate communication between administration and other employees, especially faculty.  Although every person has a right to a good name, and idle curiosity should not be fed, confidentiality should not be taken to the extreme of secrecy.

All school employees share responsibility for contributing to, and maintaining, the conditions of the common good of the institution.  Consequently, they have a right to know at least the minimal facts of serious situations that bear upon that common good.

If a teacher or administrator is convicted of, and dismissed for, misconduct, I believe it is best for school authorities to give other school employees at least minimal information about the event (e.g., “so and so has been dismissed for misconduct”).  Details ordinarily need not be divulged.  Employees should be admonished not to give over to gossip or listening to gossip, or calumny or reviling.  They should be told that if they feel the need to discuss the situation further, they are free to contact proper channels within or outside the institution.

Harmful Effects of Terminating or Not-Terminating an Employee

I said above that making a good moral decision means assessing the potential consequences of adopting, or not adopting, alternatives under consideration.  In this final section, I elaborate on the kinds of unintentional harms that may follow upon the decisions to dismiss or not dismiss an employee for misconduct.

If there is a clear school policy, as I recommend above, some of the harms (especially in clear-cut cases of misconduct) may be less material to the analysis, but no reasonably-foreseeable harm of our actions is irrelevant to conscientious moral analysis.

Therefore, this final section is included to educate readers, especially those who hold positions of authority in Catholic education, of the types of issues that should be considered when undertaking a moral assessment of complex issues such as the one we are considering here.

Not Consequentialist or Proportionalist Reasoning

It bears noting that considering the harmful consequences attendant to a decision to terminate or not terminate is not consequentialist reasoning, the aim of which is to determine by appeal to consequences whether or not intending evil (as an end or means) is licit ‘under the circumstances.’  Evil alternatives should never be chosen and consequently should not be the subject matter of moral deliberation.  As soon as we conclude that some type of behavior would be intrinsically wrongful to choose, we should exclude it from our range of potentially-acceptable choices.

But once we have done this, we must have a reasonable concern for consequences.

Effects of terminating employment

What harmful (unintended) side effects are likely to be caused by terminating an employee for misconduct?

1. Effects on school pedagogy: perhaps lose a good teacher;

2. Effects upon students: alienate students who feel sympathy for the teacher;

3. Effects upon faculty/administrators/other employees: generate or strengthen unhealthy factions within the institution;

4. Effects on institution/diocese/Church: employee becomes a cause célèbre:

• Provides an opportunity for those outside the institution who oppose the Church’s teaching to accuse the institution of intolerance, mean-spiritedness, unmercifulness, hypocrisy, etc.

• Provokes lawsuits with financial implications for the institution.

5. Effects upon the teacher: stigmatizes him/her which may make it hard to find a new job; perhaps precipitates financial difficulties, relational difficulties, etc.;

6. Effects upon the innocent:

• If a teacher gets pregnant, termination may cause harm to the unborn child; if he/she has other children, hardship may come to them.

• If termination is carried out in a heavy-handed way, those in the community who are weak or ignorant, but good-willed, may be alienated from the Church.

If one or another of these harms can be avoided by undertaking remedial interventions that are not gravely burdensome to the institution, then, when a decision is made to terminate an employee for misconduct, school authorities should consider ways to make those interventions.

Effects of not terminating employment

What are some foreseeable unintentional harms of not terminating employment?

1. Possibility of scandal: continuing employment may tempt others to sin:

• Effects upon students: Students who see the school apparently tolerating the behavior may conclude that the behavior is legitimate; may even imitate it.

• Effects on others outside the school: not taking decisive action can make the wrongdoing seem more acceptable, provide material for rationalization and self-deception, tempt the weak, and confuse the doubtful or ignorant.

Moral principle: if school authorities have good reasons to conclude that not taking decisive action, including termination, will cause scandal, then ordinarily they have an obligation to take appropriate action.  If the risk of scandal can be obviated by measures short of termination, then fear of scandal need not be decisive.

2. Effects upon the school’s mission: by not taking decisive action, the school may fail in its duty to bear perspicuous witness to gospel values.  Catholic schools, as a matter of basic identity, have an obligation to offer credible and charitable witness against these types of wrongdoing and for the goods violated by the misconduct.
 
Moral principle: if school authorities have good reasons to believe that their school’s apostolic integrity (i.e., its ability to carry out its mission) will be compromised by not taking decisive action, then ordinarily they are obliged to take that action.


3. Effects upon the school’s Catholic reputation: by not taking decisive action the school may appear to be indifferent towards certain kinds of evildoing and hence lose the respect (as a Catholic institution) that all true apostolates deserve.  For schools that have already lost this respect, school leaders should consider their response to employee misconduct in light of the need to restore their good (Catholic) name.

4. Effects upon school authorities themselves: those in authority should ask whether tolerating grave misconduct in their employees would cause themselves (or other employees) to grow psychologically coarsened in relation to the goods/persons adversely affected by the wrongdoing, or cynical towards the duty to “fight the good fight” against certain widespread kinds of evil.  They should take appropriate action against such coarsening and cynicism in themselves (and in their employees, especially faculty members).

5. Effects upon school policy: not taking decisive action may establish a dubious precedent for resolving future cases; this should be avoided.

6. Effects upon other schools: other schools may follow the example, when in fact their situations are quite different and demand a different response.

7. Effects upon the wrongdoer: if wrongdoers are not disciplined, they may be strengthened in their wrongdoing and carry out further wrongful acts.

8. Effects upon community harmony:


• Members of the wider Catholic or Christian community, who hear about wrongdoing at a Catholic school and conclude that the school is indifferent to it, may grow alienated from the school and from relevant Church authorities.

• Disharmony may also be caused between school authorities and possible victims of the wrongdoing, e.g., a spouse who was dumped by a school employee may perceive the school’s failure to terminate the spouse as the school’s indifference towards, or support for, the wrongdoing.

Other Morally Relevant Questions

A few other questions should also be asked:

1. Are there special circumstances that strengthen the school’s reasons to terminate or not to terminate an employee?  For example:

• Is the employee especially vulnerable at this time for reasons unrelated to the misconduct?

• Or is the misconduct so grave and the potential harms so widespread that attending to “special circumstances” might be unfair to others?

• Is the employee recidivist in wrongdoing or is this a first offense?

• Does he or she as a rule publicly support Catholic teaching or criticize it?

2. Is the employee close to retirement?

• If so, could the retirement be moved forward in such a way as to render unnecesssary a precipitous termination?

• In some instances, however, the institution may be obliged to say something publicly about the retirement, so that others do not come away with the mistaken belief—if it is indeed mistaken—that the authorities have done nothing about the misconduct.

3. Can termination be carried out more discreetly?  Could the employee be let go at the end of the contract year, rather than immediately, without undue harmful effects being caused?

4. Do school authorities have good reasons to believe that terminating employment may prevent or mitigate future wrongdoing by the employee?

• Certain kinds of decisive action may be advisable, and even obligatory, if doing so is likely to prevent future evildoing.?

• If, however, the intervention is unlikely to have any positive effect on the employee, this may not be a consideration.

Conclusion

This is an analysis of Christian principles important for properly understanding issues surrounding the termination of teachers/faculty, school administrators and other employees who have been found guilty of grave moral misconduct in their private lives.

The principles are offered to assist school authorities to establish clear and consistent policies regarding moral behavior for employment contracts, faculty handbooks, or other documents, which govern the conduct of school employees.  They also may be useful as a basis for the establishment of employment law respecting both the religious freedom of Catholic educational institutions and the rights of employees.

Copyright © 2014 The Cardinal Newman Society and the Culture of Life Foundation. Reprinted with permission.


- See more at: http://www.culture-of-life.org/e-brief/special-guide-catholic-schools-firin…

(August 05, 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/catholic-schools-firing-policies-and-teach…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 9 Aoû - 19:05 (2014)    Sujet du message: FREE SEX!… THERAPY OFFERED BY NYU Répondre en citant

FREE SEX!… THERAPY OFFERED BY NYU



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=5sjWgPWwlEs



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Aoû - 17:22 (2014)    Sujet du message: UKRAINE : UN MODELE EDUCATIF POUR L'UNION EUROPEENNE? Répondre en citant

UKRAINE : UN MODELE EDUCATIF POUR L'UNION EUROPEENNE?

L'Ukraine est sous le contrôle du gouvernement Obama. Un autre plan de "Paix" mis à jour par ses satanistes qui prennent plaisir à détruire ce monde, pour faire de leur maître cruel, le leader mondial sur toutes les nations.

10 août 2014 The French Saker



Photo de classe en Ukraine de l’Ouest. On remarquera la belle harmonie des couleurs, les étoiles blanches sur fond bleu, et les bandes rouges sur fond blanc. Comme le sigle USA, et sans doute aussi le terme ancien de « California », il semble que ce soient de vieux symboles ukr… De même que le motif en X avec des branches à 90°. La transmission de la culture est essentielle. Quant à l’art de prendre ses distances d’avec la personne de devant, de toute la longueur du bras (même lorsqu’il n’y a personne devant soi), il s’agirait, croit-on, d’une vieille coutume ukr destinée à conjurer le mauvais sort.

Les écoles de l’Ukraine viennent de recevoir de Kiev des instructions sur la manière dont doivent se dérouler les classes, ce qui montre tout le sérieux de l’organisation du nouveau gouvernement ukrainien, dans tous les aspects de la vie sociale du pays, et pas seulement dans les affaires militaires. C’est tout à l’honneur de cette fière nation de tant se préoccuper de l’éducation de sa jeunesse.

Une classe doit ainsi démarrer selon un rituel pédagogique en trois temps :
  1. Tout le monde, enfants comme enseignants, fait silence pendant une minute en l’honneur des soldats morts dans le cadre de l’opération militaire menée contre les terroristes dans l’est du pays.
  2. On explique aux enfants le rôle de l’Organisation antiterroriste, la fameuse ATO, dans l’Ukraine moderne ; on leur explique aussi comment la Russie a occupé la Crimée et qui sont ces séparatistes et ces terroristes contre lesquels on a dû envoyer leurs frères et pères se battre valeureusement.
  3. Enfin, on apprend aux enfants à identifier les séparatistes et les terroristes parmi leurs camarades, leurs parents ou ceux des autres, ainsi que parmi les enseignants, et on leur explique comment et où faire connaitre l’existence de ces traitres.
Pour la première leçon, chacun a le droit d’être habillé en vêtements civils, mais doit impérativement être passé au préalable chez le coiffeur, pour donner la meilleure impression possible. Car c’est à cette occasion que l’on prend la photo de classe, témoignage adressé aux générations futures d’une profonde camaraderie et d’une grande fraternité.

Goklayeh

http://www.vineyardsaker.fr/2014/08/10/ukraine-modele-educatif-lunion-europeenne/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Aoû - 00:33 (2014)    Sujet du message: VIDEO OF UN CAMPS SHOWING CHILDREN CALING FOR JIHAD Répondre en citant

VIDEO OF UN CAMPS SHOWING CHILDREN CALLING FOR JIHAD



  UNRWA is a terrorist organization funded with aid dollars. It’s just that simple.
Citation:


Video of UNRWA Camps Showing Children Calling for Jihad Attracts Renewed Attention, August 9, 2014 By Deborah Danan, Algemeiner



Students at a UNRWA School in Gaza, in 2011. Photo: UN / Shareef Sarhan.

A video of summer camps run by UNRWA, the United Nations Relief and Works Agency for Palestine Refugees in the Near East, is making the rounds on pro-Israel social media networks again with footage that shows Palestinian children as young as 6 calling for “Jihad against the Jews.”

“The resistance in Gaza is not enough,” says one camper in UNRWA’s school in Balata. “We need to unite and fight together.”

The Lawfare Project, who promoted the video, makes the claim that US and Europe-sponsored UNWRA is abusing children with brainwashing methods that include games aimed at teaching the values of war and the Arab “right of return” to Israeli cities. It portrays children writing names on kites of the Israeli cities that they will one day recapture as theirs.

Children are taught to chant mantras such as “Palestine is an Arab land from the river to the sea. We want Haifa, we want Natanya.”

Camp counselors tell stories of how their grandparents lived in places like Jaffa and Jerusalem and the many cars, palaces, villas and ships they owned before the “wolf” came. “Isn’t it true that Jews are the wolf?” asks one counselor.

“I dream that I will return to Sheikh Munis [Tel Aviv],” says one child, roughly 10-years-old. “I hope Abu Mazen will achieve this goal and will not disappoint, he has built great hopes.”

Another adds, “The right of return is our holy right. If not me than my grandchildren [will return].”

The songs that are sung include inciteful lyrics which range from tamer verses like “I will not forget my promise to take back my land” and “collect stones, throw them at Israelis” to the more radical such as “we are the revolutionaries and we are filled with rage”, “when we die as martyrs we go to heaven” and “with God’s help we will wage war.”

Another child who appears to be about 7-years-old is asked who the Jews are. “They are a gang of infidels and Christians,” she says. “I will defeat them.”

An older teenager is filmed as saying, “Attacking stage by stage is not the answer. We need to attack all at once.” He continues by saying “There will never be peace between us and Israel.”

In one instance, an older child explains one of the differences between UNRWA schools and regular schools within the PA. “UNRWA schools teach us about the Naqba,” she says. “Government schools also but the course load is less than our schools. They teach us a lot about the right of return, how life was before 1948.”

The video explains how funding for UNRWA comes from 20 donor nations, with most of the money coming from the US, Canada, and Britain. UNRWA schools hold summer camps on their premises every year in Gaza, Jerusalem, Nablus and Jenin.

UNRWA services 5 million descendants of Palestinian refugees from 1948 Arab-Israeli war.



http://pamelageller.com/2014/08/video-un-camps-showing-children-calling-jihad.html/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Aoû - 02:01 (2014)    Sujet du message: CANADA - QUEBEC : LIVRES LGBTQ — LES GENS DITS « HOMOPHOBES » ONT DROIT A LEUR OPINION, MAIS L'ECOLE REEDUQUERA LEURS ENFANTS? Répondre en citant

CANADA - QUEBEC : LIVRES LGBTQ — LES GENS DITS « HOMOPHOBES » ONT DROIT A LEUR OPINION, MAIS L'ECOLE REEDUQUERA LEURS ENFANTS?

mercredi 6 août 2014

Le Devoir est revenu en première page sur la liste de livres LGBTQ proposée par la CSQ et destinée aux garderies, aux maternelles et aux écoles que nous avions publiée. Liste qui n'a pas encore été rendue publique par la CSQ. Notons au passage que notre billet a été lu des milliers de fois sur ce site, ainsi que sur les sites miroir et sur les médias sociaux qui l'ont répercuté.

 


« Aborder » les questions

L'article du Devoir affirme qu'« il a [finalement !] obtenu copie [de la liste] dressée pour aborder les questions de l’homosexualité, la bisexualité, des transgenres, de la diversité des familles et de l’intimidation. Ce genre d’initiative a suscité ces derniers mois une vive opposition en France. »

Remarquons d'emblée qu'il ne s'agit pas d'aborder de n'importe quelle manière ces questions, mais bien de normaliser, de valoriser ces comportements. Le Devoir serait plus honnête en l'écrivant clairement. Radio-Canada a repris ces euphémismes dans son article de ce mercredi : « Des livres pour expliquer la diversité sexuelle aux jeunes enfants ». Ben non, pas juste expliquer, mais présenter comme acceptable et même souhaitable (qui est contre la diversité ?)

Lutter contre l'intimidation sexuelle, en garderie ?

Quant à la lutte « contre l'intimidation », véritable tarte à la crème, on ne sache pas qu'en garderie les enfants soient tellement concernés par la bisexualité ou les transgenres. Mardi, Radio-Canada sur la 1re chaine radio vers 16 h a répété les mêmes éléments de langage relatifs à la lutte contre l'intimidation. C'est du pipeau.  Il s'agit à nouveau de formater les esprits le plus tôt possible, l'esprit des enfants des autres. Rappelons aussi que l'« intimidation » ne se résume pas — tant s'en faut — à des quolibets sur l'orientation sexuelle. En effet, on aimerait voir les chiffres de l'intimidation en garderie et ses causes... On trouvera ci-dessous les causes d'intimidation en secondaire (quand la sexualité devient nettement plus prégnante) selon une étude ontarienne. On remarquera que la sexualité n'en constitue qu'une toute petite partie de 4 à 6 % ! Or, on ne semble parler que d'elle !






Source: Maria Yau et Janet O'Reilly, « 2006 Student Census, Grades 9-12 »

Le Devoir a interrogé Jacques Pétrin, le président du « Comité pour la diversité sexuelle et l’identité de genre » de la CSQ qui a établi la liste de lecture LGBTQ. Ce comité portait un nom plus franc jusqu'il y a peu : « Comité pour la défense des droits des gais et lesbiennes ». Mais voilà, « diversité » est plus vendeur, fait moins partisan. Jacques Pétrin est retraité, ouvertement homosexuel, et un des pères de sa « famille ».

La CSQ très militante LGBTQ


Jacques Pétrin (président du Comité pour la diversité sexuelle de la CSQ) et Pierre Jobin (vice-président de la CSQ) au « Gala Arc-en-ciel » (homosexuel, bi, trans, etc.) 2012

La CSQ milite activement pour la normalisation de l'homosexualité, de la bisexualité, de la transsexualité et du transgenre. Elle a notamment fait des représentations pour voir modifier le projet de loi 35 pour que les transsexuels puissent changer de sexe officiellement sans avoir subi de traitements médicaux ou d'opérations chirurgicales. Elle avait également lutté pour l'union civile ouverte aux homosexuels. La CSQ s'est aussi opposée à l'adoption avec maintien du lien préexistant de filiation (ou alors en dernier recours) et demandait que les juges « soient conscientisés et informés sur le phénomène de l’homophobie et sur les réalités touchant les personnes de minorités sexuelles » parce qu'elle craignait que des juges trop traditionnels se prononcent trop souvent pour le maintien  du lien préexistant de filiation quand un enfant était adopté par un couple homosexuel. La CSQ avait envoyé une délégation de trois membres au parlement de Québec pour faire pression dans ce sens, dans la délégation se trouvaient Jacques Pétrin (président du Comité pour la diversité sexuelle de la CSQ) et Pierre Jobin (vice-président de la CSQ).

Briser le mythe de l'« hétérosexisme »

« Si on veut être en mesure de développer cette ouverture à la diversité, il faut briser le mythe de l’hétérosexisme dès le plus bas âge. Si on ne prend pas les enfants en CPE, ils prennent déjà le moule et perpétuent le mythe, notamment que les petits gars qui aiment le rose sont des tapettes », affirme sans ambages M. Pétrin, qui milite depuis des années en faveur de la communauté LGBTQ.

On attend une étude sérieuse qui montre que les tout-petits pensent que les « petits gars [en garderie] qui aiment le rose sont des tapettes »... Le mot tapette a-t-il même un sens à trois ou quatre ans ?

Il faut aussi décrypter cette phrase et son jargon. Qu'est-ce que l'hétérosexisme ? C'est un terme de la coterie LGBTQ pour désigner l'idée que l'hétérosexualité serait plus normale que l'homosexualité. Pour le lobby homosexuel, il faut absolument lutter contre cette idée traditionnelle. Le parlement québécois (sous le précédent gouvernement libéral de Jean Charest) a adopté le point de vue de ce groupe de pression et a fait de la « lutte contre l'hétérosexisme » un combat interministériel. (Voir Lutte à « l'hétérosexisme » : manque de modestie consti­tution­nelle du gouver­nement québécois de Douglas Farrow.)




« Débat délicat » selon le Devoir

Le Devoir nous apprend que « la proposition de la CSQ d’intégrer la littérature LGBT dans les CPE et les écoles suscite déjà une variété de réactions sur les réseaux sociaux. » Merci à nos lecteurs ! Certains parents se demandent à quoi servirait de lire ce genre d’histoires aux jeunes enfants qui ne se questionnent pas encore sur leur identité sexuelle. D'autres craignent même que leurs enfants aient envie de changer de sexe ou soient attirés par de pratiques sexuelles que ces parents réprouvent. En France, le débat a été des plus houleux ces derniers mois alors que des parents se sont opposés à un programme baptisé « d’égalité » qui prétendait lutter contre les stéréotypes sexués.

« On n’enseigne pas aux enfants à choisir leur sexe ni même leur orientation sexuelle », lance Michel Dorais, professeur à l’école de travail social à l’Université Laval. Voilà, c'est assené comme une vérité. Il reste, toutefois, à prouver que la normalisation, voire la promotion, de ces comportements sexuels minoritaires n'a aucune influence sur les comportements sexuels ultérieurs. En effet, la nature strictement et uniquement innée de ces orientations sexuelles est sujette à débat. Ajoutons que, pour certaines religions, même si cette orientation était innée, y céder serait condamnable. Faut-il encore mentionner ici que l'Église catholique accueille les gens qui auraient des pulsions homosexuelles, mais s'oppose aux actes homosexuels ? Elle rejette d'ailleurs l'accusation d'homophobie si facilement dispensée de nos jours à son égard. Enfin, pour certains universitaires québécois, la pédophilie est une orientation sexuelle comme l'hétérosexualité. Faut-il pour autant accepter la pédophilie et l'aborder positivement en garderie ?

Notons que Le Devoir sait interroger les experts qui vont dans le « bon sens » : Michel Dorais a été cet expert qui défendit, avec succès, la première cause de discrimination envers une personne transsexuelle. Il a également travaillé à la conception des programmes de formation Pour une nouvelle vision de l’homosexualité et Adapter nos interventions à la diversité des orientations sexuelles qui ont été « offerts » à plus de 20 000 intervenants de la santé et des services sociaux. Qui a payé ces formations si ce n'est le contribuable à qui l'on n'a rien demandé ?

Le Devoir poursuit : « Ce sociologue spécialiste de la sexualité s’est d’ailleurs réjoui d’apprendre que la CSQ avait dressé une liste de lecture pour aider à enseigner la diversité sexuelle. » Tiens donc !

Néanmoins, selon le journal montréalais, M. Dorais reconnaît que certains parents pourraient être réticents que des lectures concernant les LGBT soient éventuellement imposées dans les CPE et les écoles. « Les gens qui s’opposent au respect de la diversité humaine, qu’ils soient racistes [et vlan, l'amalgame !], sexistes ou homophobes, ils ont droit à leur opinion. Mais la société québécoise et canadienne a fait, par ses lois et ses Chartes, d’autres choix », maintient-il.

L'État pourra donc rééduquer les enfants des parents vite décrétés homophobes ? C'est cela ? Dès la garderie ? Uniquement dans les écoles publiques ? Pourquoi priver les enfants des écoles privées (confessionnelles ou non) de cette rééducation qui fait tant plaisir au lobby LGBTQ ?



La dissidence — oser penser, par exemple, qu'il vaut mieux qu'un enfant grandisse avec un père et une mère — sera-t-elle encore tolérée dans les écoles avec un syndicat comme la CSQ ? Et si les parents ont la témérité de préférer que leurs enfants fondent une famille traditionnelle, hétérosexuelle ? Est-il encore permis de penser cela et de vouloir l'inculquer à ses enfants  à l'heure de la lutte interministérielle contre l'hétérosexisme ?


Campagne de promotion et de pressions

Dès la semaine prochaine, la liste de la CSQ sera disponible lors de « Fierté Montréal » et sera mise en ligne sur le site de la CSQ. Elle est déjà sur notre site depuis plus d'une semaine... M. Pétrin compte également la soumettre aux bibliothécaires dans les institutions scolaires et des démarches seront éventuellement entamées auprès des syndicats des éducatrices en garderies et des enseignants avant d’approcher le ministère de l’Éducation. À l’automne, des guides dits pédagogiques sur quelques ouvrages destinés aux élèves de deuxième cycle primaire et du secondaire élaborés par des enseignants et des psychologues pro-LGBTQ seront aussi disponibles sur Internet. Qui paie pour tout cela ? Nos impôts ?  On retrouvera, entre autres matériels « pédagogiques », un guide sur Philippe avec un grand H (déjà imposé dans une école censément catholique), ou encore Ulysse, alias Easy Loup Galop

Voir aussi

Cours à la sexualité — parent catholique obtient une exemption

Étude révèle que les enfants vivant avec des homosexuels accusent un retard scolaire

Les filles aux parents lesbiennes sont 45% moins susceptibles d'obtenir un diplôme d'enseignement secondaire

École québécoise : des garçons qui s'habillent comme des filles et les filles comme des garçons

L'androgyne comme humain-type de la théorie du genre

http://www.pouruneécolelibre.com/2014/08/livres-lgbtq-les-gens-homophobes-o…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 00:51 (2014)    Sujet du message: IDENTITY. DIVERSITY. JUSTICE. ACTION. Répondre en citant





IDENTITY. DIVERSITY. JUSTICE. ACTION.

Number 47: Summer 2014




Amy Bintliff knew the students in her seventh-grade class regularly witnessed bullying at school—and that they hesitated to say anything about it.

“Immobility is one of the problems in our building,” Bintliff says. “Kids can see it and hear it, but they don’t act and respond.”

Her administration was tackling the bystander mentality through school climate-improvement efforts, but Bintliff wanted to take bullying on in the classroom. She knew that she, like many other anti-bias educators, needed a teaching tool that would help her set performance goals and measure student progress related to issues of inclusion, bias and social justice.

Then she learned of the Teaching Tolerance Anti-bias Framework (ABF).

The ABF is a set of anchor standards and learning outcomes, ideal for teachers like Bintliff who embrace both social justice values and backward planning. Divided into four domains—identity, diversity, justice and action—the ABF provides a common language and organizational structure teachers can use to guide curriculum development for students and to communicate with professional learning communities about anti-bias teaching goals and practices.

Bintliff initially focused on three action standards and one diversity standard, a decision she hoped would empower her students to change the school’s bystander culture. She and her students began their exploration by learning the vocabulary of the learning outcomes.

“We wrote down our ideas of the standards and defined words like exclusion. And then students throughout the week would bring in examples of exclusion they saw,” she explains. “Each student would share ideas about what they were seeing around the building or in their own life. And then we set goals.”

The ABF outcomes are broken out by grade level. Bintliff says this format allowed her 12-year-old students to write goals related to such mind-bending concepts as action and justice. Writer and educator Julie Olsen Edwards worked with Teaching Tolerance to create age-appropriate outcomes for each anchor standard. She points out that the ABF is unique in that it offers children the opportunity to encounter the anchor standards every year throughout their K–12 education.

was trying to write them in a way that made it more obvious that these issues keep coming up over and over and over again; we just address them in more sophisticated ways,” Edwards says. “One of the essential, bedrock skills and understandings children can have is how to live in a world that is as pluralistic, diverse, multicultural and inequitable as our world is. And that has to be an underpinning for every kid if they’re going to survive and thrive. … [The ABF] fits in every single arena of our learning. It underpins everything.”

Bintliff agrees. In addition to using the ABF to address school-climate issues, she used it as a tool to teach critical literacy and creative writing. Her students reflected on the standards while reading Ninth Ward. They wrote poems about times they felt excluded. They even helped Bintliff develop standards-based lesson plans for their advisory periods.

“[It gives] kids the understanding that, ‘Wow, this related to all of our work!’ Now the students are asking, ‘What standard does this relate to?’” Bintliff says. “They understand injustice and they understand a lot of the concepts, but we don’t always give them the opportunity to show growth in those areas … By giving them the chance to do that I am learning so much about what it’s like to be a middle school student because they are able to openly say what’s happening and how they’ve been victims of a culture that they want to change.”

A year of using the ABF, says Bintliff, has done more than change her students’ ability to stand up and take action within their school. It has pushed her to explore anti-bias and social justice values more deeply than she ever had.

“I’m creating [a] better curriculum because of [the ABF],” she says. “It’s making me a better teacher.”

Building on a Strong Foundation

Veteran teacher Emily Chiariello is the teaching and learning specialist who led the development of the ABF and Perspectives for a Diverse America, the curriculum based upon it. Chiariello combed through decades of anti-bias literature, looking for raw material from which Teaching Tolerance could develop standards appropriate for backward planning for social emotional learning. Her research led her to the work of Louise Derman-Sparks and Anti-Bias Curriculum: Tools for Empowering Young Children. In this groundbreaking 1989 book, Derman-Sparks identified what she called “the primary goals of anti-bias education in early childhood.” To meet these goals, each child must

1. demonstrate self-awareness, confidence, family pride, and positive social identities;
2. express comfort and joy with human diversity; accurate language for human differences; and deep, caring human connections;
3. increasingly recognize unfairness, have language to describe unfairness, and understand that unfairness hurts;
4. demonstrate empowerment and the skills to act, with others or alone, against prejudice and/or discriminatory actions.
“[The four goals] gave us a powerful starting place,” Chiariello says. “They really engaged a range of social justice issues.”

This range made the goals unique among many social justice teaching materials, which tend to focus on one of two areas: either reducing prejudice or advocating collective action to change inequitable structures. Prejudice reduction seeks to minimize conflict and generally focuses on changing attitudes and behaviors. A collective action approach, however, utilizes conflict to raise consciousness and catalyze action.

In the 25 years since Derman-Sparks published her anti-bias education goals, other disciplines have developed standards and benchmarks. But these tools have been missing in anti-bias education. Chiariello and her team filled that gap by distilling Derman-Sparks’ goals into 20 anchor standards in four domains for anti-bias teaching and learning: identity, diversity, justice and action. “The domains are completely interconnected, yet distinct,” Chiariello notes. “Each is necessary, but none alone is sufficient.”

Derman-Sparks has been an ABF supporter from the beginning. She asserts that if teachers take a developmental approach and make skillful use of the grade-level outcomes, the range of ABF-supported teaching opportunities can offer many emotional, social emotional and cognitive benefits for children.

“You’re creating an environment where real democracy and real equality is being practiced,” Derman-Sparks says. “It means that children are learning how to understand who we are and understand different perspectives and learn how to deal with different situations that come up that are not fair. … Cognitively it means that children will do better learning. … When kids are experiencing a school … where who they are is visible and respected and kids are talking about fairness and justice and practicing it, then learning is enhanced for everybody.”

>> For professional development on the Anti-bias Framework, click here.
 
Perspectives for a Diverse America

The Anti-bias Framework is designed to be adaptable to any classroom, but was originally conceived as the foundation for the Perspectives for a Diverse America K–12 curriculum. Developed by Teaching Tolerance, Perspectives is a literacy-based anti-bias curriculum that marries multicultural content with the rigor of the Common Core State Standards—and it’s free to educators. Look for it in Fall 2014!

Diverse Anthology

Hundreds of texts focused on identity, diversity, justice and action and leveled to meet the requirements of the Common Core
Literacy-based Integrated Learning Plan

Tasks and strategies aligned to Common Core ELA and Literacy standards in language, reading, writing, speaking and listening

Anti-bias Framework

Anchor standards, grade-level outcomes and indicators for anti-bias education
 
K-12 Continuity
 
The ABF helps teachers explain complex concepts—such as identity, diversity, justice and action—whether talking with children in kindergarten or young adults about to graduate.

Here’s an example:

IDENTITY ANCHOR STANDARD 4 (ID.4)


Students will express pride, confidence and healthy self-esteem without denying the value and dignity of other people.

At the K-2 level, the learning outcome looks like this:
I can feel good about myself without being mean or making other people feel bad.
At the 3-5 level, students can understand:
I can feel good about my identity without making someone else feel badly about who they are.
The middle school outcome expands on this concept:
I feel good about my many identities and know they don’t make me better than people with other identities.
By senior year, students can understand:
I express pride and confidence in my identity without perceiving or treating anyone else as inferior.
Click here to see the full set of grade-level outcomes!
 
Explore Further
Want to read more about the ideas that sparked the Anti-bias Framework? Check out Louise Derman-Sparks’ Anti-Bias Curriculum: Tools for Empowering Young Children and the expanded sequel, Anti-Bias Education for Young Children and Ourselves
(co-authored with Julie Olsen Edwards).
 
Toolkit
Start incorporating the ABF into your classroom with these activities. tolerance.org/intro-abf-toolkit

http://www.tolerance.org/magazine/number-47-summer-2014/feature/identity-di…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 23:34 (2014)    Sujet du message: DOJ FORCES DEARBORN HEIGHTS SCHOOL DISTRICT TO TEACH IN & TRANSLATE ALL DOCUMENTS TO ARABIC Répondre en citant

DOJ FORCES DEARBORN HEIGHTS SCHOOL DISTRICT TO TEACH IN & TRANSLATE ALL DOCUMENTS TO ARABIC

Posted on August 17, 2014 by creeping

via Mich. district to boost programs for immigrant students. (Notice the innocuous, seemingly deceptive, story title given by stealth Muslim Niraj Warikoo)

A Detroit-area school district with a growing Arab-American population has agreed to improve its programs for students with limited English skills and to potentially hire more educators of Arab descent.

In a 31-page agreement with the Department of Justice, the Crestwood School District in Dearborn Heights says it “shall take appropriate action to overcome language barriers that impede equal and meaningful participation by” students with limited English skills.

The settlement also requires the district to provide school documents in both English and foreign languages such as Arabic and to promote a more diverse staff. The agreement was released in both Arabic and English.

A great victory for the civilizational jihadists.

“This is a great victory for the Arab-American community and its children to become contributing citizens in our country,” said Shereef Akeel, a Troy attorney who filed a federal complaint in 2011 on behalf of Hiam Brinjikji, a counselor in the school district who complained about the district’s neglect of Arab immigrant students.

District officials could not be immediately reached for comment.

Brinjikji, who is of Arab descent, said in the federal complaint that she complained about the lack of attention to Arab-American students who didn’t know English well. She also said the district wasn’t hiring enough Arab-Americans and said she was retaliated against for complaining.

Dept. of Jihad gets involved because one biased person complained?

Last year, the U.S. Equal Employment Opportunity Commission ruled that the Crestwood district had violated federal civil rights laws.

But in Wednesday’s agreement, “the district admits no liability to violations of” a 1974 federal law banning discrimination in education.

The agreement gives detailed, specific instructions to Crestwood on how to improve its programs for those with limited English skills. The district has to ask all parents to fill out a home language survey to identify potential students who don’t know English well.

“The District shall provide ESL (English as a Second Language) instruction to all students who do not receive proficient (test) scores for each of the four language domains of speaking, listening, reading, and writing,” the agreement said.

All teachers must be rated on how effectively they administer one of the programs. And the district has to report on their progress at various points over the next four years.

The agreement also says the district must hire sufficient interpreters and translators so that all letters, notices, and other documents are available in languages needed. The agreement doesn’t specify Arabic, but given that the agreement centered around complaints from Arab-Americans, it will probably include that.

Other requirements of the agreement include increased community outreach, more diversity in hiring, and developing anti-retaliation programs.

In other words, recruiting and hiring Muslims…who will discriminate against non-Muslims.

Michigan taxpayers now fund Arabic…which is always complemented with Islamic propaganda.
Gene Simmons, himself an immigrant, has a message for this ludicrous submission:



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=LqSUk4v8H-s

http://creepingsharia.wordpress.com/2014/08/17/doj-forces-dearborn-heights-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Aoû - 00:19 (2014)    Sujet du message: CROATIE : LES PEDOPHILES DE SOROS ECRIVENT LES MANUELS SCOLAIRES Répondre en citant

CROATIE : LES PEDOPHILES DE SOROS ECRIVENT LES MANUELS SCOLAIRES

 En Croatie, l'introduction dans les programmes scolaires d'un module sur la sexualité a été imposée en janvier 2013 par le gouvernement de Centre-gauche, en exercice depuis le 23 décembre 2011. La république dalmate qui, de manière superficielle, évoque la méthode Kinsey, cache à sa population que ces manuels sont rédigés par des pédophiles.

Judith Reisman, scientifique de 78 ans d'origine juive, ancienne conseillère du FBI, du parlement et de plusieurs ministères américains, qui s'est rendue en Croatie le 29 janvier sur l'invitation de parlementaires de droite, a dénoncé les liens de cette initiative avec la richissime Soros Foundation, arguant que l'« éducation sexuelle et les droits des homosexuels cachent un programme de destruction de la famille et de défense de la pédophilie ».

 Elle a enquêté sur les travaux du Kinsey Institute fondé en 1947 et a démontré les effets néfastes des théories d'Alfred Kinsey (1894-1956), auteur de deux importantes études sur le comportement sexuel de l'homme et de la femme. Il était aussi rédacteur dans l'éminent journal médical britannique The Lancet. Le Dr Reisman prend le cas d'une fillette de dix ans qui a été abusée par un violeur récidiviste âgé de trente ans et de plus est lecteur obsessionnel de Playboy. Alfred Kinsey justifie qu'elle est certainement consentante puisque les enfants sont des êtres sexuels, et seraient à ce titre demandeurs de relations sexuelles depuis leur naissance. Reisman ajoute qu'après la Seconde Guerre mondiale, ces théories nauséabondes ont encouragé la diffusion exponentielle de la pornographie et de la pédophilie.

Après ce compte-rendu, Judith Reisman a fait l'objet d'une vague d'insultes. Elle a été fustigée par les médias croates de gauche qui défendent les intérêts maçonniques du gouvernement. Elle fut traitée de négationniste, alors qu'une partie de sa famille disparut dans les camps de travail.

Dans le plus grand cinéma moderne de Zagreb, un « problème technique » a interrompu la projection du documentaire réalisé par le journaliste britannique Timothy Tate, collaborateur du Dr Reisman, qui traitait alors de la face cachée de Kinsey. Face aux 800 spectateurs, Timothy Tate n'a donc pas pu soumettre ses critiques contre ce programme d'éducation sexuelle initié par des pédophiles. Le même scénario s'est reproduit lors d'un exposé improvisé dans le cinéma. Ces boycotts successifs ont d'ailleurs suscité la colère de la section croate du Comité Helsinki, chargé de la surveillance du respect des Droits de l'homme.

À la fin d'une conférence tenue près de la faculté de Sciences politiques de la capitale croate, le Dr Reisman a été attaquée verbalement par Nenad Zakošek, président de la même école. Des mouvements politiques de gauche liés au gouvernement ont même tenté d'empêcher la conférence du Dr Reisman au parlement de Zagreb. Le Dr Reisman a étonné son auditoire en déclarant qu'Alfred Kinsey était « le pédophile qui a changé le monde » et un « psychotique sexuel qui a contaminé nos familles, notre culture et nos lois ». Cette scientifique démontrait ainsi l'influence de ce criminel derrière les programmes d'éducation sexuelle imposés à la Croatie, pays où, aujourd'hui, sur 2 000 grossesses d'adolescentes, 400 avortements sont recensés (AFP).

En outre, le débat prévu à la faculté de philosophie entre le Dr Reisman et le professeur Aleksandar Štulhofer, un disciple de Kinsey et l'initiateur du programme d'éducation sexuelle pour les enfants croates, a été suspendu sous prétexte de désordre public : des groupes homosexuels avaient fait irruption dans la salle. Le Pr Štulhofer ne voulait pas que le Dr Reisman s'exprime. Et pour cause. Au parlement, la scientifique américaine avait révélé la participation du Pr Štulhofer à l'écriture d'un livre avec le pédophile déclaré et néerlandais Theo Sandford, professeur à la Columbia University et également attaché au Département des Études gay et lesbiennes de l'Université d'Utrecht, aux Pays-Bas.

Sandford est cofondateur et rédacteur de la revue mensuelle néerlandaise en langue anglaise des pédophiles Paidika (sous-titrée Journal of Paedophilia) parue de 1987 à 1995, ainsi que l'auteur de l'étude Boys on their contacts with men : a study of sexually expressed friendships (Les garçons au contact des hommes adultes : une étude sur les amitiés exprimées sexuellement). Ce perverti ne se limite pas, dans son torchon pseudo-scientifique, à une enquête sur la pédophilie, mais exprime une évaluation positive de cette décadence sexuelle et criminelle. Un autre collaborateur de Štulhofer, le sexologue « allemand » Gunther Schmidt, a rédigé la préface du livre de Sandford, Male Intergenerational Intimacy (Intimité intergénérationnelle entre hommes), en ces termes : « Le fait que tous les actes de pédophilie soient plus difficilement punis par la loi serait une action digne d'une société civile ».

Dans une conférence de presse, Timothy Tate a ensuite repris une citation de Paidika du même degré de sadisme : « Le point de départ de Paidika est nécessairement la conscience de notre être pédophile. Nous considérons la pédophilie comme un rapport sexuel consentant entre personnes de générations différentes ». Lors d'un entretien accordé en 1978 à la revue pornographique américaine Hustler, le sexologue « allemand » Erwin J. Haeberle, qui avait contribué à la fondation de Paidika, avait souligné qu'« il est tout à fait normal d'avoir des rapports sexuels avec des enfants, lesquels devraient avoir libre accès aux revues [pornographiques] pour adultes et être libres de choisir leurs propres partenaires sexuels, y compris des adultes ». Ce pédophile a été membre, de 1977 à 1988, de l'Institute for Advanced Study of Human Sexuality de San Francisco qui, dans le monde entier, a rédigé la majeure partie des programmes d'éducation sexuelle pour les enfants. Timothy Tate a aussi montré des photographies d'enfants offerts aux pages de Paidika.

En 2001, Štulhofer et plusieurs de ses collègues pédophiles liés à la sphère de Paidika, ont participé au congrès international des sexologues, dans le port croate de Dubrovnik, subventionné par le financier juif Soros, toujours par le biais de sa fondation.

Judith Reisman a maintes fois rappelé que le programme d'éducation sexuelle imposé à la Croatie était une tentative de perversion des enfants, pour livrer de la chair fraiche à la volonté malsaine d'obsédés et pour dédouaner l'homosexualité. Elle a ajouté que ce procédé avait pour objectif de rendre les jeunes générations dépendantes du sexe et de l'industrie de la pornographie. Commentant dans ce sens l'initiative du Ministère de l'Éducation croate, Anna Maria Grünfelder, « théologienne féministe », a affirmé : « La sexualité est un énorme pouvoir, celui qui la contrôle, contrôle la société ».

La présence du Dr Reisman en Croatie a engendré un fort séisme, qui a fait vaciller les palais de la démocratie et a obligé le gouvernement, à la solde de la haute finance apatride, à trouver une issue diplomatique. D'après les sources de la curie romaine [reprise par le site d'information italien Dietro il sipario], l'ambassadeur croate auprès du saint Siège, Filip Vučak, aurait rencontré Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations avec les États, dans le but d'assouplir la position de l'Église sur la question de l'éducation sexuelle. L'évêque, ordonné prêtre dans le diocèse d'Ajaccio en 1981, n'a donné aucune suite favorable à cette requête de détraqué digne d'une exécution en place publique.

Dans un pays démocratique, la présentation des preuves irréfutables des liens étroits entre l'initiateur d'un programme aussi honteux et des circulaires pédophiles soutenues par le grand capital, en dehors des conséquences pénales pour l'intéressé, aurait dû provoquer la démission immédiate du salaud Štulhofer et de tous les fonctionnaires criminels du Ministère de l'Instruction ayant collaboré à l'élaboration de ce programme, dont le ministre de l'Éducation en personne, Željko Jovanović, grand défenseur d'origine « serbe » de la Shoah. Mais cela ne se passe pas ainsi dans l'actuelle Croatie de l'après Franjo Tudjman (1er président de la république croate décédé en 1999 et ennemi de Soros), qui s'apprête à entrer dans l'Union européenne. Il est vrai que la classe politique de ce pays offre des arguments pour convaincre les euro-technocrates maçons.

Après le départ du Dr Reisman, les médias du régime social-démocrate croate ont repris leur travail de désinformation. Pour cela, l'ignoble Štulhofer, le chien des capitalistes criminels et détraqués, est venu en personne à la télévision appeler à pontifier sur les questions de sexualité, spécialement infantiles, pendant que dans les écoles élémentaires, sont proposés à des enfants de dix ans des thèmes de langue croate présentant des situations explicitement sexuelles.

Le cas de la Croatie, qui n'a pas du tout été médiatisé, lève le voile sur les perspectives qui se dessinent en filigrane, dans notre pays, derrière le « mariage pour tous » et la place de l'enfant, ultime victime impuissante de la culture de mort sacrifiée à Baal  

http://www.brujitafr.fr/article-croatie-les-pedophiles-de-soros-ecrivent-les-manuels-scolaires-123564068.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 22 Aoû - 01:23 (2014)    Sujet du message: SERVICES DE GARDE : QUEBEC ELIMINE L'ALLOCATION POUR LES MILIEUX DEFAVORISES Répondre en citant

SERVICES DE GARDE : QUEBEC ELIMINE L'ALLOCATION POUR LES MILIEUX DEFAVORISES

Mise à jour le lundi 18 août 2014 à 18 h 17 HAE

VIDEO : http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7143132/?seektime=…

Le reportage de Davide Gentile

Exclusif - Nouveau symptôme des dilemmes financiers auxquels est confronté le gouvernement Couillard : l'allocation spéciale aux services de garde en milieu défavorisé sera éliminée dès cette année.

Un texte de Davide Gentilemailto:Davide.Gentile@radio-canada.ca

Cette allocation, instaurée en 2006, permettait d'appuyer des garderies en milieu familial dans des milieux défavorisés. L'Association québécoise des CPE (AQCPE) estime que la décision aura un impact sur les familles démunies. Selon la présidente, Gina Gasparini, les enfants qui seront touchés viennent de familles qui bénéficient de l'aide sociale et qui ont peu de ressources.

Même son de cloche au Conseil québécois des services de garde éducatifs à l'enfance. La directrice générale, Francine Lessard, estime qu'il est assez cocasse de voir que « d'un côté on investit dans des maternelles 4 ans, alors que parallèlement on élimine une subvention aux garderies qui appuyaient justement la clientèle issue de milieux défavorisés ».

Embauche de spécialistes

Les quelque 4 millions de dollars réservés aux garderies en milieu défavorisé servaient, notamment, à l'embauche de spécialistes comme des orthophonistes et des psychoéducateurs. Comme l'explique Gina Gasparini, de l'AQCPE, ces derniers observent les enfants qui ont différents problèmes avant d'établir un plan d'intervention.

Grâce à ces fonds, on a loué dans certains cas des locaux où les bambins de plusieurs petites garderies pouvaient faire de l'exercice ou d'autres activités plus pointues. « Ça va avoir un impact, c'était un service direct aux enfants », estime Mme Gasparini.

L'élimination de l'allocation pour milieux défavorisés contribue à assombrir l'ambiance dans le milieu. D'autant plus, affirme la présidente de l'AQCPE, « que cette nouvelle coupe s'ajoute aux compressions de 70 millions de dollars qu'on a subies depuis un an ». Une impression partagée par plusieurs sources consultées par Radio-Canada.

L'Opposition officielle parle d'improvisation

Le Parti québécois parle d'une autre décision qui va toucher les familles moins nanties. Après le report de la création de nouvelles places en garderie, le porte-parole de l'opposition en matière de famille, Mathieu Traversy, estime que la ministre sort ici « un autre lapin de son chapeau ». Pour le député péquiste de Terrebonne, ce genre de décision indique que la commission qui doit réviser les programmes n'a pas de mandat réel. « À quoi ça va servir si tout est décidé d'avance? », demande-t-il.


L'heure des choix

La ministre n'a pas voulu donner d'entrevue au sujet de ce programme lancé en 2006. Mais, à son cabinet, on estime que les objectifs ont été atteints. Un « plan de compétence » pour les responsables de service de garde et les conseillers pédagogiques a été instauré. On aurait aussi perfectionné la formation du personnel des bureaux coordonnateurs et amélioré les mécanismes de suivi.

Les bureaux coordonnateurs, qui géraient l'allocation pour les milieux défavorisés, disposent de surplus d'environ 30 millions de dollars. Mais comme l'indique une source proche du dossier, « on ne sait pas si les surplus sont aussi importants dans les milieux défavorisés ».

Le gouvernement a annoncé plusieurs mesures pour limiter les dépenses dans le réseau des services de garde depuis quelques mois. D'abord, l'étalement de la création des 30 000 places annoncées jusqu'en 2020-2021, au lieu de 2015-2016 comme promis par le gouvernement Marois. Le ministère a également entamé un processus « d'optimisation » pour réaffecter des places qui ne sont pas occupées dans le réseau. Les CPE doivent par ailleurs remettre une partie des surplus cumulés, une somme qui dépassait les 200 millions de dollars l'an passé.

Une source bien au fait des dossiers a résumé l'état d'esprit dans le réseau en disant « qu'on s'attend à manger une grosse volée cette année ».

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/politique/2014/08/18/002-compressions-…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Aoû - 01:14 (2014)    Sujet du message: FRANCE : L'ARABO-MUSULMANE BELKACEM A L'EDUCATION NATIONALE FERA T'ELLE APPRENDRE LE CORAN PAR COEUR A NOS ENFANTS? Répondre en citant

FRANCE : L'ARABO-MUSULMANE BELKACEM A L'EDUCATION NATIONALE FERA T'ELLE APPRENDRE LE CORAN PAR COEUR A NOS ENFANTS?

Mercredi 27 août 2014

VIDEO : http://www.livingscoop.com/watch.php?v=2816


L’adepte de la religion de paix et d’amour à double nationalité née à Beni Chiker au Maroc et par ailleurs à double allégeance puisqu’aussi membre du Conseil consultatif des Marocains à l’étranger directement nommée par Mohammed VI ne cache pas son appartenance à la ''culture'' musulmane et le dit même en arabe dans un interview en jurant Inch Allah (si dieu le veut)...

''Culture'' également partagée par ses coreligionnaires décapiteurs en Syrie et en Irak assassins de milliers de victimes au nom du même dieu. La nouvelle ministre de l’Education Nationale osera t’elle imposer l’apprentissage du Coran et encourager le jihad à l’école ?


Belkacem voilée lors de la visite d’une mosquée au Maroc en 2013.





Ecole coranique dans la ville de Sorgues près d’Avignon dans le Vaucluse (vidéo datant de février 2014). Belkacem s’inspirera t’elle des écoles coraniques en France pour imposer l’apprentissage du Coran et de l’arabe dans les écoles de l’Education Nationale ? 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JMeS7nOsImI

http://revoltes-en-europe.over-blog.com/article-l-arabo-musulmane-belkacem-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Sep - 00:45 (2014)    Sujet du message: BUILD YOUR LEARNING PLAN Répondre en citant





BUILD YOUR LEARNING PLAN 


UN agenda. How to become a citizen of the world and a good slave for the State


Integrated Learning Plan

The Perspectives Integrated Learning Plan accompanies the Central Text Anthology and offers a wide variety of Common Core-aligned strategies and tasks for English Language Arts and literacy instruction across disciplines. The tasks and strategies with in each phase allow for differentiated instruction by providing teachers choice and flexibility.


Grades 3-12

Early ILP phases align to the Common Core reading, writing, speaking and listening and language domains, while the final phase—Do Something—adds an important dimension where literacy learning transfers into social action and civic engagement.




Word Work

Students increase their ability to comprehend and produce language by accessing and using key vocabulary from the central text in their own reading, writing, speaking and listening.

Close And Critical Reading

Students improve their reading comprehension skills by analyzing, interpreting, critiquing and making connections to the central text in ways that help them form their sense of self and their views of the world.

Community Inquiry

Students develop their speaking and listening skills by engaging in meaningful conversation about the central text and relating the discussion back to the text and to the anti-bias standards.

Write To The Source

Students improve their writing skills by responding to ideas and claims found in the central text using the text to support their own reflection and analysis.

Do Something

Students demonstrate their anti-bias awareness and proficiency through their everyday behavior or coordinated social action.

Grades K-2

The ILP for grades K to 2 features three phases suited to pre- and emerging readers: Exploring the Read Aloud Text, Responding to the Read Aloud Text and Do Something. The first two phases align to Common Core ELA and Literacy Standards for language, reading, speaking and listening, and writing. The third phase allows students to apply their learning.





Exploring The Text Through Read Alouds

Students define text types, examine how text structure affects meaning, and identify audience and purpose.

Responding To The Read-Aloud Text

Students analyze, interpret, critique and make connections to texts to form judgments about themselves and the world.

Do Something

Students apply learning to their own lives through performance tasks that build critical literacy and civic engagement.

http://perspectives.tolerance.org/?q=node/588


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Sep - 01:23 (2014)    Sujet du message: PRISON POUR UNE IRLANDAISE QUI INSTRUIT SES ENFANTS A LA MAISON Répondre en citant

PRISON POUR UNE IRLANDAISE QUI INSTRUIT SES ENFANTS A LA MAISON

lundi 8 septembre 2014



Des délinquants

Monica O’Connor a 47 ans et six enfants : cette Irlandaise n’a ni tué, ni volé, elle travaille chez elle. Elle a accueilli chez elle 22 enfants en tant que famille d’accueil et exerce la profession d’assistante aux accouchements à domicile. C’est une femme épanouie et ses enfants vont bien.

Tous ont été scolarisés à domicile ; les deux cadets le sont encore.

Et c’est là que cette histoire ordinaire de gens heureux dérape : aux termes d’une nouvelle loi, Monica O’Connor a été condamnée à la prison pour avoir violé une nouvelle loi qui, sans interdire l’école à la maison, la rend très difficile.

La peine fut modeste : Monica a passé trois heures en prison, mercredi. Symbolique – mais justement, très symbolique d’une volonté de montrer que l'État prend le pas sur les parents même dans leur domicile, un geste symbolique pour bien illustrer que les parents ne sont pas les premiers éducateurs de leurs enfants.

Elle a été poursuivie par une toute nouvelle agence de « protection de l’enfance », TUSLA, qui pourrait bien engager de nouvelles poursuites contre Monica l’année prochaine et qui a également fait condamner son mari Edward O’Neill, qui donne une partie des cours et qui doit encore purger sa peine.

L’ingérence dans la vie familiale est évidente et, au demeurant, interdite par la Constitution irlandaise. Mais celle-ci ne peut être directement invoquée devant les juridictions de première instance. Monica O’Connor a décidé d’en rester là sur le plan judiciaire et de ne pas faire appel. Selon elle, TUSLA recherche précisément à donner une telle ampleur à l’affaire et les deux parents ne veulent pas lui donner cette satisfaction.

L’Irlande n’interdit pas l’école à la maison, mais depuis l’entrée en vigueur relativement récente de la loi en 2000, les parents qui font ce choix doivent obtenir un permis au terme d’une évaluation de la part des autorités. Tant qu’ils n’ont pas cette permission de l’État, les enfants sont considérés comme faisant l’école buissonnière. Depuis peu, la toute nouvelle agence TUSLA a été chargée de vérifier que les parents se conforment à cette loi. Si les parents ratent leur examen ou refusent de suivre le processus, ils sont désormais obligés d’inscrire leurs enfants à l’école locale.

En lançant la procédure contre Monica et Edward O’Neill, les pouvoirs publics tentent selon une association de scolarisation à domicile de faire pression sur tous les parents qui font ce choix, afin qu’ils s’enregistrent.

Monica souligne qu’elle avait accepté sans difficulté d’être évaluée pour pouvoir accueillir des enfants qui n’étaient pas les siens : « Après tout, l’État en avait la responsabilité finale. » Mais pour les siens, pas question !

Pour avoir refusé d’enregistrer leurs enfants comme scolarisés à domicile, les O’Neill ont déjà été condamnés à une amende de 2.000 euros (2800 $) en juin 2013, puis de 1.300 euros en décembre 2013. Refusant de payer, ils ont été condamnés à 10 jours de prison. Monica a été relâchée – en libération conditionnelle – au bout de trois heures, pour « bonne conduite ». Elle devra « rester sobre » et ne pas « fréquenter les tavernes », aux termes de sa libération conditionnelle...

http://www.pouruneécolelibre.com/2014/09/prison-pour-une-irlandaise-qui-ins…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 03:44 (2014)    Sujet du message: CORRUPTION DE MINEURS ET LOBBY LGBT Répondre en citant

CORRUPTION DE MINEURS ET LOBBY LGBT



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=CZzQP-L1nio#t=261


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 04:04 (2014)    Sujet du message: UNE LOI POUR INTERDIRE AUX GARCONS D'URINER DEBOUT Répondre en citant

UNE LOI POUR INTERDIRE AUX GARCONS D'URINER DEBOUT

Rédigé par lesoufflet le 11 mars 2013.

11.03.2013


Photo : lynnefeatherstone

Dans leur course absurde pour l’égalité des genres (les idéologues peuvent écrire ce qu’ils veulent, un homme et une femme seront toujours différents, et c’est tant mieux !), les progressistes suédois prévoient de mettre en place une loi pour interdire aux garçons d’uriner debout. L’état qui se mêle de la vie privée des gens, ça vous rappelle quelque chose ? La confusion mortifère entre égalité et indifférenciation, ça vous rappelle quelque chose ?

VIDEO : http://www.dailymotion.com/video/xy24nr_l-egalite-des-sexes-jusque-dans-les…


Ce n’est malheureusement pas une blague : dans la lignée du féminisme, de la théorie du genre et de l’idéologie d’indifférenciation du mariage pour tous, les progressistes suédois ont rédigé une loi visant à interdire aux enfants mâles d’uriner debout. Une vidéo raconte cette folie douce, qui s’empare peu à peu (depuis un certains 6 mai) de notre pays.

Si l’on part du principe qu’il faut absolument gommer toutes les différences entre les hommes et les femmes, au nom de l’égalité, il semble logique de punir les garçons qui oseraient pisser debout. Quel déni d’égalité et quel manque de respect envers les femmes qui doivent se contenter d’uriner assises (à l’exception de certaines très agiles) ! Pourquoi les hommes pourraient-ils uriner debout et pas les femmes ? Quiconque répond que c’est parce que les hommes sont équipés d’un pénis qui leur permet ce tour de force, est au mieux un sale misogyne, au pire un nazi.

De la même manière, Najat Belkacem et Christiane Taubira envisagent-elles sans doute d’interdire aux maçons de porter des sacs de ciment trop lourds, sous prétexte que les femmes ne pourraient pas lever de tels poids. Mieux, au nom du principe d’égalité et de tolérance, les Français devront (sous peine d’être envoyés dans des camps de la mort de la tolérance) tous se déplacer avec des chaises roulantes et il leur sera interdit de marcher, afin d’éviter qu’un employeur ne privilégie un valide sur un handicapé, ou qu’un enfant se moque de la différence de son camarade à l’école… Le meilleur des mondes, c’est maintenant !

Comme Simone Veil avec l’IVG, le reportage présente une ancienne féministe des années 70 qui est atterrée par l’évolution des choses et qui comprend que son combat n’aura pas réellement mené au progrès, mais plutôt à une forme d’idéologie totalitaire de l’indifférenciation, où un pouvoir politique impose aux êtres humains d’être semblables en tous points.

Le féminisme dénaturé, le mariage pour tous et le pipi assis, c’est maintenant !

http://24heuresactu.com/2013/03/11/une-loi-pour-interdire-aux-garcons-duriner-debout-video/


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:50 (2016)    Sujet du message: PRÉPARER LA SOCIÉTÉ DU FUTUR (PARTIE 2) - P.1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> PROJET FUTUR POUR LES ENFANTS -> PRÉPARER LA SOCIÉTÉ DU FUTUR (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 39, 10, 1121, 22, 23  >
Page 10 sur 23

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com