LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

PRÉPARER LA SOCIÉTÉ DU FUTUR (PARTIE 2) - P.1
Aller à la page: <  1, 2, 321, 22, 23
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> PROJET FUTUR POUR LES ENFANTS -> PRÉPARER LA SOCIÉTÉ DU FUTUR (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 14 Oct - 05:57 (2016)    Sujet du message: HUNDREDS OF SEATTLE TEACHERS TO WEAR 'BLACK LIVES MATTER' SHIRTS IN CLASS Répondre en citant

HUNDREDS OF SEATTLE TEACHERS TO WEAR 'BLACK LIVES MATTER' SHIRTS IN CLASS

 Seattle Times October 13, 2016 at 11:55 am 63 Lead Stories, News

 


Hundreds of Seattle educators plan to wear Black Lives Matter shirts at school next week in response to the threats that prompted an elementary school to cancel its Black Men Uniting event last month.

More than 700 shirts have been ordered for the “Black Lives Matter to Educators” event on Oct. 19, according to a news release sent by a group of Seattle educators. The event isn’t sponsored by Seattle Public Schools, but coincides with the district’s “day of unity” to bring focus to racial equity as part of a larger campaign to eliminate opportunity gaps.

In addition to wearing shirts, teachers and staff members will hold rallies before school and teach lessons on black history and institutionalized racism, according to the group, called Social Equality Educators.

The shirts say “Black Lives Matter” and “We Stand Together” and are similar to the ones teachers planned to wear at John Muir Elementary in September during a celebration called “Black Men Uniting to Change the Narrative.” More than 100 black men planned to gather outside and greet students as they walked into the building, with the goal of dispelling negative stereotypes about black men.

Several local news outlets published stories about the John Muir teachers’ plans, which were then picked up by conservative news outlets. After receiving at least one threat related to the event, the district decided the night before to cancel because of security concerns. Still, dozens of people showed up the next morning and high-fived students as they arrived.

“Seattle educators want to ensure that these type of threats are not welcome or tolerated in our community,” the group wrote in a news release.

Hamilton International Middle School teacher Sarah Arvey began organizing next week’s event after her students asked if their teachers would ever wear Black Lives Matter shirts, the news release says. She presented the idea to the Seattle Education Association’s representative assembly, which voted to support educators wearing the shirts at their schools.

The day will culminate with a rally at Washington Hall and feature community members discussing their vision for supporting black students.

Next week is the first week for the district’s new campaign called #CloseTheGaps, which aims to highlight the district’s efforts to eliminate opportunity gaps, especially for students of color.

“We respect our teachers’ rights and desire to express themselves,” the district said in a statement. “While T-shirts are a visual, we hope the message inspires people to do the work to eliminate opportunity gaps.”

One focus has been on student discipline. In Seattle schools, students of color are suspended at far greater rates, on average, than their white classmates, according to the Office of the Superintendent of Public Instruction. Last year, the Seattle School Board voted to halt out-of-school suspensions for elementary students who commit certain nonviolent offenses.
___

(c)2016 The Seattle Times
Visit The Seattle Times at www.seattletimes.com
Distributed by Tribune Content Agency, LLC.
—-
This content is published through a licensing agreement with Acquire Media
using its NewsEdge technology.

http://www.gopusa.com/?p=15936?omhide=true


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Oct - 05:57 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 19 Oct - 05:59 (2016)    Sujet du message: NEW DOCUMENTARY : THE ISLAMIZATION OF OUR (AMERICAN) SCHOOLS Répondre en citant

NEW DOCUMENTARY : THE ISLAMIZATION OF OUR (AMERICAN) SCHOOLS

CALIFORNIA - ISLAM SCHOOLS TEACHING

VIDEO : http://www.sendspace.com/file/x0bsva

ISLAM ENDOCTRINEMENT 2016

VIDEO : http://www.sendspace.com/file/8y91ua

-----

Posted on April 26, 2016 by creeping




Source: Islam in Schools — Christian Action Network

Update, April 2016:

The headlines seem impossible in America.

“There is no God but Allah,” students are told in LaPlata, Md.

“All people must submit to Allah,” children are instructed a school in Manhattan Beach, Calif.

“I bear witness that there is no God but Allah” is the correct answer to a class assignment at a school in Revere, Mass.

The Islamization of our Schools is a documentary film now in production at the studios of PRB Films and the Christian Action Network.  It is expected to be released this year.

From the producers of Europe’s Last Stand: America’s Final Warning and Homegrown Jihad, the new documentary film will detail how Islamic education is infiltrating public schools and indoctrinating children into the Islamic faith.

From forcing students to declare that “Allah is the one true God” to requiring students to recite the “Five Pillars of Islamic Faith,” public school curricula and textbooks are becoming a source of outrage for concerned parents.

How is it happening?  Why is it happening?  Where is it happening?  These are just a few of the questions Islam in Our Schools will answer when the film is released late this year.


Click the link above if you are interested in learning how you can help this documentary.

https://creepingsharia.wordpress.com/2016/04/26/islamization-of-our-schools/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Oct - 07:26 (2016)    Sujet du message: FRANCE : DES ENFANTS DE CM1 PUNIS : LEURS PARENTS ONT REFUSE QU'ILS APPRENNENT UNE SOURATE DU CORAN Répondre en citant

FRANCE : DES ENFANTS DE CM1 PUNIS : LEURS PARENTS ONT REFUSE QU'ILS APPRENNENT UNE SOURATE DU CORAN

Publié le 29 janvier 2013 - par Caroline Alamachère - Pas de commentaires - 201 846 vues


A l’école primaire privée Notre-Dame de St Mihiel dans la Meuse, on exige des élèves de CM1 qu’ils apprennent par cœur un verset du coran dans le cadre d’un cours sur l’islam.

Outrées et inquiètes, deux mamans se sont alarmées de ce que leurs enfants d’une même classe devaient apprendre les rudiments d’une idéologie totalitaire qui se rend de plus en plus imposante, de plus en plus visible et de plus en plus dangereuse dans le monde entier.

L’une des deux mamans a fait part à l’équipe enseignante de sa désapprobation. Lors du cours suivant, les élèves ont été soumis à un contrôle sur les éléments constituant une mosquée. La seconde mère d’élève a à son tour protesté sur les cours donnés et mis un mot dans le carnet de correspondance dont l’usage est précisément réservé à cet effet.

On se serait alors attendu à un échange civilisé de petits mots, comme le veut l’usage, entre un parent et l’enseignant de son enfant, que chacun expose ses arguments et son point de vue en adultes responsables, organise un rendez-vous pour dialoguer et résoudre le problème. Mais la maîtresse ne l’a semble-t-il pas entendu de cette oreille et, en guise de vengeance, de rétorsion pour l’exemple au cas où d’autres auraient eu l’envie de l’éclairer sur les « bienfaits » du sacro-saint dogme, a préféré très courageusement s’en prendre à l’élève qu’elle a envoyé dans le bureau de la directrice. Suite à cela la maman protestataire a elle-même été convoquée pour subir une mesure disciplinaire et être réprimandée comme on l’aurait fait d’une élève insolente et désobéissante. La directrice les a fort aimablement encouragés elle et son fils à quitter l’école si elle n’était pas contente, et si elle persistait à refuser qu’on distille les préceptes coraniques dans les veines et le cerveau de son enfant.

Le fascisme islamique n’a même plus besoin des musulmans pour propager son virus, le corps enseignant fait preuve d’un zèle ostensible et remarquable pour contaminer des centaines de milliers d’enfants par une gigantesque PMA (Propagande Musulmane Accélérée).

Voilà.

Nos enfants sont utilisés, endoctrinés par le système scolaire, qu’il soit public ou privé. Et les parents qui entendent garder un droit de regard légitime sur « l’enseignement » dispensé à leur enfant sont contraints au silence, par la menace à la répudiation pendant que l’enfant, lui, est puni en raison d’un désaccord entre adultes censés donner l’exemple. C’est très grave.

Nos enfants sont jetés au plus tôt dans les rouages d’une machine monstrueuse destinée à leur broyer le cerveau, à leur inculquer des choses qui ne relèvent certainement pas de l’instruction mais du plus pur prosélytisme. Et gare à qui ose contester le système. La dictature est à nos portes avec les petits soldats rouges de l’Education Nationale et de l’enseignement privé au garde à vous, prêts à éliminer la tête qui dépasse, à l’envoyer dans la chambre 101 pour la rééduquer.

Il y a non assistance à personne en danger.

Cette école de St Mihiel ne déroge donc pas à la règle, sa directrice et son équipe, en parfaits petits soldats du système obligent des petits à ingurgiter des versets coraniques, à se familiariser à une idéologie qui n’a rien à envier au nazisme. Et chacun se tait, se soumet, regarde ailleurs, tandis que dans ce coin de France on écrase dans un étau de silence et de chantage des mamans et leur enfant.

Caroline Alamachère

ECOLE PRIVEE NOTRE DAME

Enseignement catholique de Lorraine

7 rue des Ecoles – 
55300 SAINT MIHIEL

Tél. : 03-29-89-05-56

Fax : 03-29-90-93-08

E-mail : c.lainet@scolalor.net

Chef d’établissement : Mme LAINET Christelle

http://ripostelaique.com/des-enfants-de-cm1-punis-leurs-parents-ont-refuse-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Oct - 11:09 (2016)    Sujet du message: OBAMA SIGNS EXECUTIVE ORDER BANNING THE PLEDGE OF ALLEGIANCE IN SCHOOLS NATIONWIDE Répondre en citant

OBAMA SIGNS EXECUTIVE ORDER BANNING THE PLEDGE OF ALLEGIANCE IN SCHOOLS NATIONWIDE

By Jimmy Rustling, ABC News -

October 20, 2016



President Obama, seen here signing an Executive Order today which bans the Pledge of Allegiance in all public schools around the country. (AP Photo / Dennis System)

WASHINGTON, D.C. (AP) — Early this morning, President Obama made what could very well prove to be the most controversial move of his presidency with the signing of Executive Order 13738, which revokes the federal government’s official recognition of the Pledge of Allegiance. Under the new order, it is now illegal for any federally funded agency to display the pledge or for any federal employee to recite, or encourage others to recite, the pledge while on duty. This law also applies to federal contractors and other institutions that receive federal funding such as public schools. Individuals who violate this order can face fines of up to $10,000 and up to one year in federal prison.

During the press conference, the President explained his decision was based on a personal belief that the language used in the pledge is “divisive” and “contrary to America’s deepest held values.”

“The pledge excludes so many Americans who are vital to making this country what it is,” Obama said. “Asking someone to pledge their allegiance to our country excludes Jehovah’s Witnesses, Amish, Muslims, and many others whose religious beliefs prohibit strong displays of nationalism. By calling this ‘one nation under God’, we exclude the millions of hard working atheists and agnostics who call America home. By saying ‘liberty and justice for all’, we ignore the grievances of millions of Hispanics, African Americans and Muslims who feel they have neither liberty nor justice.”

Obama told reporters that he believes the inclusion of “under God” runs afoul of the First Amendment’s establishment clause. He summed up his press briefing by challenging congress to create a new pledge that more accurately reflects America’s values.

“I am willing to rescind my decision here today and allow the Pledge of Allegiance back into the schools if we can all agree on the creation of a new Pledge, something that is includes everyone’s beliefs and not just the belief of one nationality or faith.”

Democratic presidential nominee Hillary Clinton has already offered her support of president Obama’s decree and has vowed to uphold the order if she wins in November’s general election. She echoed his concerns about the pledge’s language and suggested that the pledge’s mention of God sends the wrong message to America’s children.

“I fully support the President and the decision that he has made here today. In January, when I take office as the next President of the United States, unless I see otherwise, I will do my best to uphold this new law and ensure that it stays in effect.”

Republican presidential nominee Donald Trump did not mince words when voicing his contempt for the president’s order, referring to the president as an “illegitimate Muslim traitor.”

“As a Christian nation, the Pledge of Allegiance helps our children be the greatest children out there, the best there is, greater than all the other children in this world combined.

Obama, who founded ISIS by the way, wants them not to be great, he wants them to be weak, and by banning the Pledge of Allegiance in our schools, he has proven that here today. This is the first step in many in his master plan to force Sharia law onto this great country of ours before he leaves office in January. We all must remember that this is one nation under God and not some guy and his beliefs in whatever he chooses to believe.”

Sarah Bradley, a spokeswoman for Sock It Forward, a group that provides the homeless and those less fortunate with brand new socks, spoke to ABC News about the ban.
“This is a story about President Obama banning the Pledge of Allegiance in our schools.” Bradley said. “I just want to say a big thanks to every God-fearing, Patriotic American that has supported our cause that gives brand new socks to the homeless. Please, donate what you can, every bit helps so much.”

Lawrence Ketchum of the Secular Coalition for America told reporters that Obama’s decision to ban the Pledge is a victory for all those who oppose government control.
“When our children are forced to chant, ‘One nation under God‘, whose God are they referring to exactly?” Ketchum said, “From birth, children are indoctrinated and subjected to mind control, efforts to shape them into the perfect beings that society wants them to be. The Pledge of Allegiance is just one of the many tools used in a child’s involuntary reeducation of basic beliefs and values.” Ketchum continued, “This is a great day not just for Atheists, but for all Americans who value freedom. Forcing children to pledge blind allegiance to this country and profess a belief in a God is extremely dangerous in developing young minds and amounts to little more than government mind control.”


While Executive Order 13738 is likely to be a source of heated debate among Americans, constitutional scholar, Paul Horner, told ABC News that it is unlikely the law will be challenged in court.

“Since this law only affects federal employees and contractors and not the general populace, it is well within the traditional scope of a president’s executive authority to pass this law. Any challenges would lack proper legal standing and more than like be quickly dismissed.”

Fappy The Anti-Masturbation Dolphin, a mascot for a Christian organization that travels around the country educating children about the dangers and consequences of masturbation, told ABC News he believes in what Utah is doing.

“It is important that children become the unique individuals that this country wants them to be. Conforming into the perfect little human beings that God intended them to be has always been the American way. It is important to remember that our Lord and Savior loves each and every one of us, unless we masturbate, then we’ll burn in Hell for eternity.”

David Mikkelson, founder of Snopes.com, a website known for its biased opinions and inaccurate aricles they write about stories on the internet in order to generate advertising revenue, told ABC News that he approves of what a story like this is accomplishing.

“You have to understand that when a story like this goes viral, and we spend a minute or two debunking it, we make lots of money. Stories like this have helped put my children through college, buy a new car, a home and even get the sex reassignment surgery my wife Barbara always wanted since she was a little boy,” Mikkleson said. “We claim ‘to provide evidence for such debunkings and confirmation as well‘, but that’s just ridiculous. Do you know how much time that would take? Instead, we just copy and paste parts of the original article into ours, write a couple sentences, and that’s it. I just want to be clear, our website does zero journalism or anything creative, and I’m only telling you this for legal reasons.” Mikkleson continues, “A typical story of ours makes wild claims, using grammatical errors, misspellings and words like ‘umimumimaginative’, ‘recycled’, ‘hoax’, saying that a story ‘illegally appropriates the trademarks of legitimate news organizations’, but we list no links or sources of information, they are all just outrageous accusations by us. And that story will get 50,000 shares or more on Facebook, that’s a lot of ad revenue for only writing a couple sentences.” Mikkelson further explains, “It is common for us to rewrite a story we’re debunking if we don’t like it. In one recent story of ours, we actually removed a person’s name from the original article and then called him a liar, it’s so funny! We also like to post fake, un-funny, juvenile disclaimers supposedly from the site in question and it is our authors, such as Jeff Zarronandia who are responsible for those gems. We tell our readers that the disclaimer is from the story we are debunking, but a simple google search will show that our disclaimer is 100% fabricated. Sometimes I think that someone should start a company that debunks our debunkings, they could probably make a lot of money,” Mikkelson laughs. “And lots of people complain about our authors attacking websites and their owners for reasons that are 100% proven false, but since we block archive.org it just becomes their word versus ours. Our writers like Zarronandia go as far as to say that the story originated from ‘a clickbait fake news site that infringes the trademark-protected visual elements and domain names of legitimate news outlets in order to generate traffic and drive advertising revenues by creating and spreading entirely false “news” stories‘. But we don’t list ONE factual piece of evidence to back up our claims; It’s just more of our hack, unethical journalism, and as I said before, I only tell you this for legal reasons. I think it is business as usual for us to accuse the story we are debunking of spreading malware and viruses, but we never say what website it actually is. I think warning people about a site that could potentially destroy their computer is probably a good idea, and I hope one day to do that kind of ethical journalism, but people will click our ads regardless, bottom line; so why do the extra work? Regardless of all that I said, just know that I highly recommend CNA classes in Ann Arbor, Michigan. Don’t ask me why, I just do.”

Originally composed by Colonel George Balch in 1887, The Pledge of Allegiance was later revised by Francis Bellamy in 1892 and formally adopted by Congress in 1942. The Pledge is an expression of allegiance to the Flag of the United States and the republic of the United States of America. The official name of the Pledge of Allegiance was adopted in 1945 and the last changes made to it came on Flag Day in 1954 when the words “under God” were added.

The Obama Administration has set up a 24-hour hotline to address any questions and concerns the public may have regarding the new Executive Order. The number for the hotline is (785) 273-0325. Donald Trump plans to speak about the new law this Thursday night (October 20th) at 10PM at The Lost Leaf in Phoenix, Arizona.

http://abcnews.com.co/obama-executive-order-bans-pledge-of-allegiance-in-sc…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Lun 7 Nov - 16:25 (2016)    Sujet du message: EDUCATION DEPT. SEEKS VIRTUAL REALITY, VIDEO GAME DEVS FOR NEXT-GEN TECH Répondre en citant

EDUCATION DEPT. SEEKS VIRTUAL REALITY, VIDEO GAME DEVS FOR NEXT-GEN TECH
 

Alerte parents. Prenez le temps d'étudier ce nouveau phénomène qui va de l'avant, afin de faire vivre l'humanité dans le virtuel et dans la 5e dimension. Cela fait partie de connecter l'humain à la machine ayant son propre avatar, etc. Informez-vous et informez vos enfants des dangers de ce nouvel outil de contrôle des masses par cette technologie de démon. Même le grand rassemblement oecuménique/évangélique de Together 2016 avait son kiosque sur ce produit virtuel. De plus en plus, on tente de déconnecter l'humanité du réel et de Dieu pour l'amener vers un monde complètement sous le contrôle des démons.

Traduisez ce document.



Children wearing the Oculus Rift virtual reality headsets, experience virtual reality technology. // Ahn Young-joon/AP

By Mohana Ravindranath November 3, 2016

NEXTGOV

Video game developers and virtual reality experts could be working on the next wave of educational technology.

This week, the Education Department kicked off the EdSim Challenge, a $680,000 contest in search of ways to use simulation in the classroom, especially for career and technical skills training in preparation for joining the workforce.

The contest is designed to "stimulate the marketplace" for virtual and augmented reality technology. Virtual reality is loosely defined as systems that convince the users they're somewhere else; augmented reality involves features overlaid on the real world. The agency also encourages developers to make their technology shareable, perhaps by using open source licenses.

Finalists could win $50,000 and help with building a prototype. A grand prize winner could get $430,000. Winners will be evaluated on their concept's ability to change "learning outcomes" or whether it "spurs change or improvement in the user’s knowledge and skills," among other criteria.

Interested developers must submit a concept proposal by Jan. 17.

The competition comes a few months after a group of virtual reality proponents came to Washington, urging Congress to consider investing in the technology for education and training purposes.

During that event, the Education Department's acting assistant secretary for career, technical and adult education, Johan Uvin, said virtual reality headsets could be used to expose children to environments that are vocabulary-rich, even if their home life isn't.

Investing in virtual reality could "get us to a point where our infrastructure for learning is not based on brick and mortar," Uvin said then.

http://www.nextgov.com/emerging-tech/2016/11/education-dept-seeks-vitrual-r…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Nov - 04:06 (2016)    Sujet du message: 1 MILLION CHILDREN MEDITATING FOR WORLD PEACE IN THAILAND / YOGA IS SATANIC Répondre en citant

1 MILLION CHILDREN MEDITATING FOR WORLD PEACE IN THAILAND

5000 schools together. 1 million ‪‎children‬ meditating for world ‪‎peace‬ at the Phra Shammakaya Temple of ‪‎Thailand‬.

Meditation only works for the individual with inner peace, not for greedy and corrupt people; they have no heart and no soul, nothing is going to happen but war from them.

Having peaceful and noble thoughts are great as it creates positive vibration, but equally Dharma must teach you to be so strong that evil forces do not attack and over power oneself. You must be able to protect your Dharma.

Fast fact
: ‪‎Ancient‬ ‪‎Afghanistan‬ was once a ‪‎Buddhist‬ country, today no sign of Buddhism – even the Bamyan Budha statutes were destroyed.



The more positive going out… The more positive the world creates

Of course the dark side doesn’t not want light in the world, so darkness will focus on the “money, corruption, illegal actions, ect..”. Be the light & spreads the positive….

We can change the world by doing the inner work, meditation is the key to unlocking full potential, dissolving the ego and awakening the vital life force that flows through everyone of us all at all times.

We are beings made up of love and light the more light we accrete through the inner work, the more we raise the frequency of humanity and mother earth. We are a global collective totally inter connected to each other in ways only a few truly understand, what we put out is what we get back its that simple.



The universal law of one

Let’s co-create our own reality today together as a race of humans. Not divided by race, religion, color, sex, borders. We are all humans remember that together we are one. If we choose to work together we can turn this planet around in a very short time. The time is now for you to stand up and take back our god given right to a world of peace and love.
It all starts with you remember that. You are limitless and carry a spirit a soul and a god spark inside you.  “Focus on the light, you are the light.

.MUST SEE.BEAUTIFULL!!CHANGE tHE WORLD - 1 MILLION kIDS IN THAILAND.FLV



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=jE8ojvJJ8ew
 
Source: bbc | in5d | naturalhealingmagazine

http://wisance.com/1-million-children-meditating-world-peace-thailand/

YOGA IS SATANIC


http://www.parareligion.ch/white.htm


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Nov - 17:39 (2016)    Sujet du message: UNIVERSITY ADMISSIONS OFFICER BLASTS CHRISTIANS AND CONSERVATIVES AS “WORTHLESS TRASH” Répondre en citant

UNIVERSITY ADMISSIONS OFFICER BLASTS CHRISTIANS AND CONSERVATIVES AS “WORTHLESS TRASH”

Jesuit/Catholic control both side. SPLC is part of this secret kabbale to demonize christians and conservatives.


Facebook / George Mason University Admissions

by Ken Klukowski13 Nov 2016 Fairfax, VA

FAIRFAX, Va.—A top admissions officer at George Mason University (GMU) condemns faithful Christians and conservatives as “worthless trash,” a sentiment that could alarm thousands of high school students seeking admission to the university, and raises serious First Amendment problems if it impacts any admission decisions.

Andrew Bunting is senior assistant director of admissions at GMU, and also a member of the public university’s Staff Senate. On his Facebook page, Bunting posted:
Citation:


Read article. NOM, a recognized HATE GROUP by the Southern Poverty Law Center, is not representative of the key pillars of American society. They seek to limit life. Limit liberty. Limit Freedom. Limit the pursuit of happiness for million of American [sic]. If you agree with them then that is your opinion. Just know that to the rest of us, you are a piece of worthless trash.



This article Bunting referenced was from the blog of NOM: the National Organization for Marriage. NOM’s president is a devout Roman Catholic, and the organization is staffed by individuals who share a deeply religious belief that marriage is between one man and one woman.

Bunting is citing material from the Southern Poverty Law Center (SPLC), an ultra-left anti-Christian organization that has labeled dozens of conservative organizations as “hate groups,” including faith-based groups like the Family Research Council (FRC), immigration groups like the Federation for American Immigration Reform (FAIR), and various Tea Party groups.

SPLC explicitly equates such conservative organizations with the racist Ku Klux Klan (KKK). SPLC also posts maps to their offices, one of which was used by Floyd Lee Corkins in 2012 to enter FRC’s office in Washington, D.C., with a firearm and more than 50 rounds of ammunition. Corkins shot the office manager, and planned to assassinate everyone in the building. He was disarmed by the wounded manager, and later was convicted of domestic terrorism. Corkins is currently serving a 25-year prison sentence. SPLC never apologized, and continues to post maps with directions to the offices of conservative organizations it calls hate groups.

Decades ago SPLC was a leading organization on identifying and combating racism. But in recent years its views are so extreme that even the Obama administration stopped using their material for military and anti-terrorism training.

GMU is a state university, making it part of the Commonwealth of Virginia. As such, it is bound by the First Amendment’s guarantees that the government will not oppose student applicants for exercising their rights to free speech and religious liberty. Those rights apply with full force to the university through the Constitution’s Fourteenth Amendment.

The First Amendment forbids viewpoint discrimination, which is when, for any particular issue, the government cannot take sides in favor of one viewpoint over another. For example, on the topic of abortion, the government cannot say it will allow pro-abortion statements but frown upon pro-life statements.

The Supreme Court has held that the government can decide which views it wants to promote and adopt. But when it comes to private citizens expressing their personal views on politics or religion, the government cannot penalize citizens with whom someone representing the government disagrees.

More than that, employers are legally liable for the actions taken by their employees when those employees are carrying out their job duties within the context of their employment.

Taken together, in this situation, that means if Bunting plays a role in denying admission into GMU’s freshman class a high-school senior because that student expresses Evangelical or Catholic beliefs on marriage or sexuality—or a secular conservative who expresses a conservative political viewpoint on any public issue or applaudes Republican victories on Election Day—then GMU would be violating the First Amendment, and could be sued by that applicant for illegal discrimination.

Conservative and religious groups have noted increasing bias against their beliefs at colleges and universities in recent years.

Ken Klukowski is senior legal editor for Breitbart News and earned his law degree from the Antonin Scalia Law School at George Mason University. Follow him on Twitter @kenklukowski.

http://www.breitbart.com/big-government/2016/11/13/university-admissions-officer-blasts-christians-conservatives-worthless-trash/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Lun 21 Nov - 07:17 (2016)    Sujet du message: CANADA - QUEBEC : PAS DE CLASSIQUES DE LA LITTERATURE, MAIS DE LA LUTTE CONTRE L'HETEROSEXISME EN CLASSE DE FRANCAIS, D'ANGLAIS, D'HISTOIRE ET DE MATHEMATIQUES Répondre en citant

CANADA - QUEBEC : PAS DE CLASSIQUES DE LA LITTERATURE, MAIS DE LA LUTTE CONTRE L'HETEROSEXISME EN CLASSE DE FRANCAIS, D'ANGLAIS, D'HISTOIRE ET DE MATHEMATIQUES

jeudi 11 octobre 2012

Une mère nous a écrit. Son fils est en secondaire II (12 ans, bientôt 13) dans une école québécoise.  En français, on impose au fils la lecture du Trésor de Brion de Jean Lemieux.

Roman anticonservateur où le trésor ce sont des lettres d'amour homo

Selon Tony Esposito dans le magazine homosexuel Homni, « Ce livre est à conseiller que vous soyez adolescent ou adulte, homme ou femme, gai [homo] ou hétéro. L'histoire est bien développée, crédible, entraînante et dynamique. Elle contient, au milieu de la chasse au trésor, des moments importants sur les relations familiales, sociales, amoureuses et sexuelles faisant basculer nos trois héros hors de l'enfance dans le monde des adultes.

L'angle gai [[b]homo[/b]] est mince, mais essentiel à l'histoire. Le trésor, c'est le butin du pirate Ratcliffe: pierres précieuses, doublons, etc. ainsi que le calice de Beaubassin, pièce historique. Mais il y a aussi l'autre coffre, celui qui contient les registres de l'Abbé Donnegan et ses lettres d'amour [homosexuel] à Henry Ratcliffe. 
»



Pour le même auteur, Tony Esposito, mais cette fois dans Érudit : « S'il est encourageant de lire Guillaume dire : «[...] À cette époque, l'homosexualité devait être un sujet tabou. Encore plus entre un pirate et un missionnaire. [...]» (p. 360), il reste que Donnegan et Ratcliffe sont des victimes de l'étroitesse des mœurs de leur époque. La question à se poser est : est-ce que les choses ont vraiment tant changé ? »

Pour Jacques La Mothe, de l'Université du Québec à Montréal, « le motif de l'homosexualité se cristallise sur un objet à valeur symbolique importante, le calice. Vase sacré provenant du lieu dit Beaubassin et ayant appartenu à l'abbé Donnegan, il est volé par Ratcliffe, puis enterré à Brion. Suivant le journal de Geneviève Boudreau, qui date de 1856, il semble figurer « le péché » dans lequel vivaient les deux hommes. Le jeu de mots évident, bien que manquant quelque peu de raffinement, donne au calice de Beaubassin une connotation sexuelle[...] La quête du Graal n'est pas très éloignée de toute cette imagerie.

Dans ce récit d'aventures, le motif de l'homosexualité semble jouer le rôle d'une métaphore autour de laquelle se cristallise tout le problème de l'impossibilité d'assouvir le désir, la passion (qu'elle soit d'amour, de connaissances ou de liberté, peu importe), dans les sociétés conservatrices. »

Bref, il s'agit d'un roman d'aventures pour la jeunesse dont un des objectifs est la critique de la société conservatrice et une normalisation de certains comportements comme l'homosexualité, mais pas uniquement puisqu'on y aborde aussi la sexualité hétéro entre adolescents. Un roman qui sied donc à l'école « progressiste » québécoise et on comprend qu'on l'impose aux étudiants dans certaines écoles.

La société post-moderne tribale, passionnelle et émotive, mais est-elle libre ?

Ce qui est comique c'est le peu de profondeur de cette nouvelle doxa qu'on inculque aux jeunes captifs de l'école québécoise. D'une part, le roman est totalement anachronique dans sa vision du monde : à l'époque classique, la liberté et la connaissance s'opposent précisément à la passion et aux désirs à assouvir. Contrairement aux sauvages, on devenait libre en n'étant plus soumis aux plaisirs, à ses passions irrationnelles qui égarent... D'autre part, ce roman semble prétendre qu'aujourd'hui les gens ne sont plus soumis à des tabous, que l’individu n'est plus étouffé par les conformismes, que la soif de connaissance nous définirait. Voire. C'est loin d'être évident. Il semble que l'auteur veuille surtout ennoblir ce qui n'est que l'ode de l'homo festivus soumis à ses sens, à ses passions.



Des auteurs comme Maffesoli, dans son dernier ouvrage Homo eroticus, montre bien que les valeurs des Lumières (la raison et le progrès) ne constituent plus une matrice féconde de la société contemporaine et que nos contemporains ne veulent pas le voir, les gens ont une frousse terrible du mot « post-modernité ». La société actuelle est nettement plus émotive, tribale, passionnée, soumise aux pulsions que rationnelle, rationaliste et individuelle : « Les affects sont omniprésents, et même dans des domaines d'où ils avaient été exclus : la politique, l'économie. Il suffit de voir les meetings actuels avec musique et cotillons ! La vie sociale est remplie de rumeurs, de buzz, d'irruptions des humeurs », de dire le sociologue. Il ajoute : « Au "cogito ergo sum, in arcem meum" de Descartes — "je pense donc je suis, dans la forteresse de mon esprit" — qui fonde l'individualisme moderne a succédé le "je m'éclate avec". Les gens se structurent en tribus, autour d'un goût partagé sexuel, musical, religieux, sportif, etc., dans une volonté de vivre le présent plutôt que de se projeter. » Pour ce sociologue, ces communautés ne sont pourtant pas dépourvues de cruauté envers leurs membres, elles imposent aussi une normalisation des actes de leurs membres.  Notons que Maffesoli jette toutefois un regard bienveillant sur cette société post-moderne qu'il qualifie de « vitaliste ».

Dans ce sens, Le Trésor de Brion est bien un roman post-moderne, dionysiaque et soumis au seul sens du temps présent. Le récit se termine d'ailleurs ainsi :

— Où on va ?
— N'importe où. [...]
— Par là-bas ? demanda Aude.
— Par là-bas.

Ramenant la barre à lui, Guillaume Cormier pointa l'étrave du bateau vers le large. (p. 290)

Le bateau du jeune héros, Guillaume Cormier, renoue ainsi, dans cette ouverture à toutes possibilités, avec son nom :

— Pourquoi tu l'as appelé Par là-bas ?
— C'était une expression de maman. Quand on allait faire un tour d'auto, elle disait « Par là-bas ! ». C'était une façon de tout oublier, de profiter du moment présent. Elle rêvait toujours de partir.
— Elle a réalisé son rêve.
— C'est une façon de voir ça. (p. 207)



Extrait de Pedro & Me

Classique anglais remplacé par une brève BD homo


Ailleurs, un père nous apprend que le classique « Lord of the Flies » de William Golding initialement prévu au programme (320 pages à lire sans images, imaginez-vous !) avait été retiré de façon à faire place à une bande dessinée militante « Pedro & Me » aux dialogues rares et très aérés et cela en cours d'anglais de secondaire IV. L'auteur, Judd Winick, y raconte comment lors d'une émission de télé-réalité en 1992, Real World à San Francisco, il a fait connaissance avec un jeune gay séropositif d'origine cubaine, Pedro Zamora. Activiste engagé dans la prévention du sida, Pedro devient l'ami de Judd. À travers cette amitié, ce dernier va prendre conscience de son ignorance de la maladie. Tout au long de la bande dessinée, l'homosexualité est banalisée et présentée de manière favorable. Le « mariage » homosexuel est également présenté comme normal (même s'il n'est pas reconnu en Californie !)

La classe a également été soumise au visionnement obligatoire en classe du film tiré de cet opuscule.

Cours de français, lecture d'opuscule médiocre sur l'homosexualité



Ailleurs, le père d'un élève inscrit dans une école supposément catholique, rapportait le fait qu'en secondaire IV au cours de français, on rendait obligatoire la lecture du roman Philippe avec un grand H [1]. Selon lui, « Il s'agit d'un livre dont les objectifs sont de contrer l'homophobie, d'une part, et d'aborder le tabou entourant le haut taux de suicide chez les jeunes hommes homosexuels, d'autre part. Il m'apparaît inapproprié d'imposer la lecture de ce roman à des étudiants de secondaire IV âgés de 15 ans, et de retirer du programme de français la lecture de grandes œuvres de la littérature française pour faire place à de tels romans qui poursuivent des objectifs de rectitude politique. »

Le parent précise encore : « J'ai par ailleurs fait valoir au directeur qu'il ne faut pas confondre la lutte contre l'homophobie, objectif sans doute louable (voir paragraphe 2358 du CEC), et la promotion de l'homosexualité. »



Le livre est parcouru de certaines longueurs et de clichés à la mode. C'est ainsi que, si Philippe H a le bon rôle, on trouve bien sûr un méchant hétéro macho, foncièrement « malheureux qui agit ainsi pour nier sa nature profonde d'homosexuel » comme l'écrit avec grand style le site des jeunes « allosexuels »... L'auteur de Philippe avec un grand H est d'ailleurs un jeune homosexuel. Une liste de ressources pour ce qu'on désigne comme les « jeunes gais et lesbiennes » est présentée à la fin de l'ouvrage. Reste à savoir si, à 15 ans, on est déjà vraiment homosexuel ou non, si on le sait ou non. Ce n'est pas l'avis de tous les professeurs de psychopathologies...

Extrait de Les Troubles psychiques de l'adolescence François Richard, professeur de psychopathologie à l'université Paris VII-Denis Diderot, il est également psychanalyste :
Citation:


« Mais il existe aussi une homosexualité transitoire normale à l'adolescence, le plus souvent inhibée et méconnue comme telle.  [...]

À côté de l'identification à une figure parentale susceptible d'être idéalisée, il existe, à l'adolescence, une quête fraternelle du semblable (ce qui explique l'importance du groupe d'autres adolescents mais aussi des amitiés amoureuses). C'est alors non plus le modèle de ce que l'on voudrait devenir que recherche l'adolescent, mais celui de ce qu'il est. »

Hétérosexisme

Toutes ces lectures s'inscrivent dans l'air du temps, alors que l'État a fait l'annonce d'une lutte gouvernementale concertée contre l'hétérosexisme. Rappelons que l'hétérosexisme serait l'attitude selon laquelle l'hétérosexualité est à préférer à l'homosexualité. Bref, la normalité. Sont hétérosexistes « Les représentations et stéréotypes négatifs des gais, des lesbiennes et des bisexuelles, surtout en méchant ou traître, cible de plaisanteries, bête curieuse » (Wikipédia). À ce titre, dans les publicités québécoises, la cible de plaisanteries n'est-elle pas plutôt le mâle hétérosexuel, l'éternel idiot (lire aussi ici, ). De l'hétérophobie ?

Remous lors du visionnement d'un film imposé

Selon Le Devoir, en cours d'éthique et de culture religieuse (la lutte à l'hétérosexisme est transversale !) dans une école plutôt multiethnique le visionnement obligatoire du film C.R.A.Z.Y. a suscité de très vives réactions. Ce film avait été imposé aux élèves pour parler de l'homosexualité et des valeurs du Québec dans les années 60-70-80. « Deux gars qui s'embrassent, c'était pour elles "dégueulasse" » auraient déclaré des élèves. Le professeur d'ECR admet aussi avoir reçu quelques appels téléphoniques de parents outrés.

60 % de la note de français sur un travail sur l'homosexualité



À Granby, à l’initiative d’un professeur de français de secondaire III, Kim Messier, auteur du livre Le Placard, plusieurs professeurs de français de cette année ont choisi l’homosexualité et la lutte contre l'hétérosexisme comme sujet principal de la troisième étape de l’année. Cette étape compterait pour 60 % de la note finale au bulletin.

Dans le cadre de ce cours de « français », les élèves 
  • liront le livre de Jasmin Roy (Osti de fif !) ainsi que d’autres textes et articles sur le sujet ;
  • entendront des invités homosexuels et des intervenants du GRIS (voir ci-dessous) ;
  • apprendront comment ont évolué les lois sur l'homosexualité depuis l'antiquité (en cours d'histoire...) ;
  • feront des activités comme se coller des étiquettes sur leurs chandails avec la mention « Je suis bisexuel », « Je suis homosexuel » ou « Je suis hétérosexuel » et les porter toute la journée à l’école ;
  • Kim Messier a fait une demande à la direction pour que les élèves lisent Le Placard son nouveau livre... ;
  • la première journée d’école de septembre 2012, le professeur d’anglais (!) a montré la vidéo (ci-dessous) en classe.


  
  
La vidéo Le Placard dont le visionnement a été imposé en cours d'anglais

Lors de la rencontre des parents de 2011-12, Anne-Marie Dussault (professeur de français de secondaire III en 2011-12 dans la même école) a affirmé « Dans mon cours, la journée contre l’homophobie est passée à une semaine, puis s’est transformée en une étape ! Pourtant rien ne semble justifier une telle opération, car au dire même du directeur pédagogique il n’y a aucune problématique liée à « l'homophobie » à l’école du Verbe divin...

Affiche utilisée dans les écoles.
On traque ensuite la réaction
des élèves...

Interrogée par la Voix de l'Est, en mai 2010, Kim Messier affirmait « J'enseigne au secondaire et je crois que c'est mon devoir d'aider ces jeunes gais et lesbiennes à s'accepter.

Je veux aussi en profiter pour sensibiliser les autres élèves de mon niveau en développant leur empathie. Pour ce faire, j'invite, à chaque année, les intervenants du GRIS (Groupe de recherche et d'intervention sociale) [dont la mission est de « démystifier l'homosexualité et la bisexualité » à l'école]. Mes élèves écoutent le récit de vie d'un gai et d'une lesbienne et peuvent leur poser des questions. Ces témoignages les émeuvent et démystifient l'homosexualité. Le plus important, pour moi, à travers les discours de ces intervenants, et les lectures faites en classe, c'est de faire comprendre aux élèves qu'être homosexuel, c'est aimer quelqu'un. »

En 2011, un reportage rapporte que « … des enseignants ont intégré le délicat sujet dans leurs cours de français, histoire et même... en mathématiques !» « Même effervescence à l'école secondaire du Verbe divin, où on a mis le paquet pour sensibiliser les jeunes contre l'homophobie. Une initiative de l'enseignante Kim Messier. En troisième secondaire, le bilan de fin d'année est consacré à la cause. En classe de français, tous les élèves ont lu la biographie Osti de fif ! de Jasmin Roy. Œuvre coup-de-poing sur les effets dévastateurs de l'intimidation et des remarques homophobes. » … « Tous les examens de fin d'année en français ont été consacrés à l'homophobie. Une initiative qui a suscité un débat positif chez les élèves [avaient-ils le choix ?], mais qui a aussi allumé des parents moins évolués [sympa! on intimide les parents jugés rétrogrades ?] Le professeur d'histoire a lui aussi suivi le mouvement en orientant son cours sur l'histoire de l'homosexualité et de l'homophobie à partir de la Grèce antique. Même en mathématique, les élèves ont eu à résoudre des problèmes à partir de statistiques sur l'homosexualité et les taux de suicide. »

Pour en tirer quelle conclusion ? Gageons qu'on ne parlera pas à ces pauvres élèves captifs du travail de G. Remafedi, par exemple, qui à la lumière de six études trouve que le suicide chez les jeunes homosexuels s'explique peu par l'homophobie, mais davantage par la prostitution, la famille désunie, l'agression sexuelle en bas âge, les peines d'amour et l'étiquetage prématuré de l'orientation sexuelle.

La lutte contre l'intimidation monopolisée par la lutte contre l'homophobie



Il ne s'agit pas là de cas isolés visant à normaliser le plus tôt possible l'homosexualité auprès des jeunes. Il existe en effet un plan concerté interministériel de lutte à l'hétérosexisme sous la pression de coteries extrêmement minoritaires qui disent représenter les homosexuels, qui ne représentent eux-mêmes que quelques pour cent de la population (voir ici et ).  La CSQ a également insisté sur la mise en place de ce plan, qui serait selon ce syndicat une priorité en éducation...

Implicitement, on essaie de faire croire que la lutte justifiée contre l'intimidation à l'école doit être prioritairement axée sur la lutte contre l'hétérosexisme, car même tolérer l'homosexualité sans brimer quiconque n'est désormais plus suffisant.  

D'une part, on peut très bien s'assurer de ne pas martyriser des garçons efféminés (ils ne sont pas tous homos de toute façon !) sans faire la promotion de l'homosexualité comme un mode de vie et, d'autre part, l'homophobie ne représente qu'une toute petite partie des causes de l'intimidation à l'école. Finalement, il n'y a nullement une crise de l'intimidation en Amérique du Nord. En effet, selon le National Center for Education Statistics, entre 1995 et 2009, le pourcentage d'élèves qui ont déclaré « avoir peur d'une attaque ou de coups à l'école » est passé de 12 % à 4 %. Au cours de la même période, le taux de victimisation pour 1000 étudiants a également été divisé par cinq. On a la désagréable impression que l'on crée une certaine hystérie autour de l'intimidation pour servir de prétexte à la normalisation de l'homosexualité et très peu lutter contre les autres formes d'intimidations nettement majoritaires. Il est vrai que les outre-mangeurs et les obèses du Québec n'ont pas un lobby aussi actif que les homosexuels.

Source: Maria Yau et Janet O'Reilly, « 2006 Student Census, Grades 9-12 »

Selon une étude de Maria Yau et Janet O'Reilly, « 2006 Student Census, Grades 9-12 », l'intimidation liée à l'orientation sexuelle des élèves (orientation souvent simplement supposée au début du secondaire) est loin, mais très loin, d'être une des raisons principales des brimades à l'école. En effet, le premier sujet des moqueries et insultes est lié au physique des élèves. Railleries parce qu'un élève est trop gros, trop petit, lent à la course, roux, laid, trop grand, trop maigre, etc. À la fin du  secondaire, les motifs reliés au « genre » sont même parmi les moins fréquents loin derrière l'intimidation au physique, aux notes en classe, l'origine culturelle, la langue familiale, la religion et les revenus des parents !

Et le respect des parents, des jeunes ados, de la pudeur ?

À une époque, jamais ces romans, ces bandes dessinées, ces films n'auraient été imposés aux jeunes adolescents. Non seulement parce qu'il s'agit souvent d'œuvres médiocres. Non seulement parce qu'elles ne sont pas consensuelles (et Dieu sait qu'on aime nous rebattre les oreilles avec le consensus québécois). Non, seulement par pudeur chez de jeunes adolescents, mais aussi parce qu'on respectait encore les valeurs de parents premiers éducateurs qui considèrent la pratique de l'homosexualité comme un choix moins heureux que l'hétérosexualité. Aujourd'hui, le gouvernement fait fi de ces pudeurs et des désirs des parents poussé par la coterie LGBTQ. Il faut dire que, devant lui, il n'a plus que le silence. Quand a-t-on entendu, par exemple, un évêque catholique encore dire quoi que ce soit sur le sujet ? Ne se condamnent-ils pas à l'insignifiance par leur mutisme ?

Lente chute dans les classements ?

Entre-temps, on observe dans des épreuves inter-provinciales une très forte chute des résultats en lecture pour les élèves québécois francophones entre 2007 et 2010 ainsi qu'une forte baisse relative dans les sciences. On note aussi que la note des Québécois baisse aux tests PISA, alors que ces tests n'évaluent même pas la culture générale mais des compétences de base.

http://www.pouruneécolelibre.com/2012/10/pas-de-classiques-de-la-litterature.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 23 Nov - 17:27 (2016)    Sujet du message: ET MAINTENANT, C'EST L'EDUCATION NATIONALE QUI S'OCCUPE DES MIGRANTS! Répondre en citant

+ ESCLAVAGE - BENEVOLES

ET MAINTENANT, C'EST L'EDUCATION NATIONALE QUI S'OCCUPE DES MIGRANTS!


  Aujourd'hui



Comme le disait François Hollande, Najat, « ce n’est pas une intellectuelle ».

Caroline Artus
Ancien chef d'entreprise 

« Très formatée » : ainsi la décrivait François Hollande dans Un président ne devrait pas dire ça. Avec le nouveau champ d’action de la réserve citoyenne, Najat Belkacem vient d’en donner une nouvelle preuve éclatante… s’il en fallait.

Rappel : cette réserve, créée par l’Éducation nationale après les attentats de Charlie Hebdo, « offre à tous les citoyens la possibilité de s’engager bénévolement pour transmettre et faire vivre les valeurs de la République à l’Ecole, aux côtés des enseignants, ou dans le cadre d’activités périscolaires ».

Et qui peut devenir réserviste ? Les personnes physiques, les personnes morales, tout le monde ! Enfin, tout le monde mais pas n’importe qui. Les « référents » de chaque académie – eux-mêmes triés sur le volet et formés — doivent « vérifier » les « profils ».

Ainsi s’exprimait le ministre au Centre Pompidou, en janvier 2015. C’est qu’il ne s’agirait pas – on l’a compris – de mettre un manifestant de la LMPT « devant des salles de classe pleines d’enfants », cela les traumatiserait…

Des réservistes également « fort utiles à dispenser des formations aux parents d’élèves ».

Allez hop ! Éducation/rééducation, les mêmes devoirs pour tous ! Au fond, des missionnaires d’un genre nouveau propageant dans les établissements scolaires – mais aussi dans les institutions et les associations – « les valeurs de la République » (laïcité, vivre ensemble et tout le toutim…), et en lutte contre les « complotistes » des réseaux sociaux.

 Manquerait plus que ça, de développer esprit critique et curiosité chez les élèves ! La réserve citoyenne ? Des hommes et des femmes formatés devenus formateurs au service de la pensée unique socialo-immigrationniste-mondialiste.

Eh bien, désormais, les 6.000 membres de cette « formidable » réserve qui en auraient ras la casquette de s’occuper des petits Français ou souhaiteraient élargir leur horizon « peuvent s’engager auprès des migrants et réfugiés : apprentissage du français et des valeurs de la République », vient de tweeter le ministre Belkacem.

Mais pourquoi confier à ces réservistes ce dont d’autres bénévoles et enseignants à la retraite s’occupent déjà, depuis les années 70, à savoir l’apprentissage du français aux « enfants allochtones » ? L’idée ne date d’ailleurs pas d’hier puisque, dès le 15 septembre 2015, sur francetvinfo, Najat Belkacem émettait cette hypothèse au cas « où l’afflux [de migrants] est particulièrement important ». Tiens, tiens, avait-elle déjà une idée derrière la tête ?

En tout cas, quelle aubaine, cette manne de « bonnes volontés », pour l’État socialiste qui n’aura pas à les rétribuer ! Sous le vernis de la générosité, une nouvelle forme d’exploitation de l’homme par l’homme est née. Et, au nom des droits de l’homme, la mise en place d’un maillage associatif socialiste qui, année après année, tend sa toile et resserre ses filets.

« S’il y a un service public qui est relativement bien armé pour faire face à l’arrivée des réfugiés, c’est l’Éducation nationale », s’enorgueillissait-elle, à l’époque. On l’aurait préféré aussi performant dans l’instruction de nos enfants.

Mais, comme le disait François Hollande, Najat, « ce n’est pas une intellectuelle ». Parfait profil de la fonction occupée !

http://www.bvoltaire.fr/carolineartus/et-maintenant-cest-leducation-nationa…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 02:53 (2016)    Sujet du message: KIDS TO BE TAUGHT ABOUT DARK ROOMS?WHAA Répondre en citant

KIDS TO BE TAUGHT ABOUT DARK ROOMS?WHAA



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=-Gd-YXgaYaM

ADULT TOYS, ORAL & ANAL SEX PART OF GERMAN SCHOOL EDUCATION PROGRAM TARGETING HOMOPHOBIA

Published time: 20 Jun, 2016 18:40


© Vincent Kessler / Reuters

Anal sex practices, sadomasochism and adult sex toys should become known to German pupils through “theatrical performance,” lectures or workshops, according to teaching materials promoted by a state-supported anti-homophobia project.

Fourteen-year-olds in North Rhine-Westphalia (NRW), the most-populous state in Germany, may come across school classes making them aware of anal sex, sadomasochism and the use of sex toys, including dildos, as early as in the next school year, according to Die Welt newspaper.

It all comes as part of an offbeat project called ‘School of Diversity’, jointly run by the regional education ministry and a number of LGBT advocacy groups to “reflect on tabooed, but very relevant themes [for teenagers],” as well as to promote diversity and tolerance in German society.

© zanzu.de 'Sitting, standing & squatting': Germany launches website to teach refugees about sex
https://www.rt.com/news/335185-germany-migrants-sex-rape-website/

Proposed for school children in Year 7, the project seeks to introduce classes dealing with things like “premature ejaculation”, “orgasms”, sadomasochism and even “dark rooms” – places usually found in nightclubs, gay bathhouses or sex clubs where group intercourse between different or same sexes can take place.

The ‘School of Diversity’ lectures and workshops would also give pupils a chance to explore “different identity possibilities” as well as taste “new experience” – particularly by mimicking oral sex and using dildos or vagina simulators in “theatrical performances.”

Teaching materials describing the controversial activities are offered under fairly decent titles, such as ‘Playful examination of love and sexuality’ or ‘Terms related to love, sexuality and partnership’, according to Die Welt.

“Young people need support to stand for their sexual orientation,” reads the project’s official page at NRW education ministry’s website. “Acceptance of lesbians and gays has to turn into self-confidence … And diversity of the society has positive impact on democratic process.”

At the same time, the project is criticized by some politicians, including those, who campaign for the rights of sexual minorities.

Respect towards sexual minorities must not come at the expense of “the sense of shame” natural to teens, Yvonne Gebauer, who herself leads an anti-homophobia project in Cologne city council told Die Welt. “Twelve-year-olds must not be allowed to play orgasms or dark rooms in classes” in order to promote tolerance, she argued.
Read more
Screenshot from Ruptly video Clashes with police as sex education protesters attacked in Germany (VIDEO)

Gebauer was supported by the German federal government commissioner on child abuse, Johannes-Wilhelm Roerig, who denounced the use of some teaching materials promoted by the ‘School of Diversity’ as “going beyond all reason” and “unacceptable.”

“Boys and girls, who got used to overstepping the limits and are thus desensitized” could fall an easy prey for child abusers, Roerig warned.

Similar projects which also claim promoting respect towards minorities have been met with stark opposition from the community.

In February this year, some 4,500 people took to the streets of Stuttgart to protest a new curriculum set to emphasize sexual diversity. The rally has been met by a counter-demonstration and resulted in violent clashes with local police. Last year, dozens of Hamburg residents staged a protest under a slogan “Stay away from our children” to oppose “early sexualization” in German schools.

In 2014, more than 80,000 people in southern Germany signed an online petition against a plan to teach children about LGBT lifestyles in school – an initiative put forward to promote tolerance towards sexual minorities.

In Germany, sex education is compulsory for pupils aged eight upwards, and opting out on religious or cultural grounds is generally prohibited.

https://www.rt.com/news/347530-germany-sex-education-homophobia/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 03:23 (2016)    Sujet du message: SAUSAGE PARTY | LE DESSIN ANIME PORNOGRAPHIQUE POUR LES 12-18 ANS Répondre en citant

SAUSAGE PARTY | LE DESSIN ANIME PORNOGRAPHIQUE POUR LES 12-18 ANS



Les orgies, vers une décadence de la société, comme au temps de Sodome et Gomorrhe. Un autre projet pour lutter contre l'islamophobie, je suppose et qui est ou sera montré dans les institutions scolaires et sur grand écran. Si cela n'est pas une guerre contre Dieu et contre la sainteté de la vie et de l'amour, c'est que vous dormez au gaz ou que vous ne voulez pas voir ce dont vos enfants et petits-enfants sont confrontés par cette élite satanique qui ne se cache même plus. Ils contrôlent tous les domaines sous la domination de l'Empire Romain.

Tags : Corruption de Mineur, États-Unis, Hypersexualisation, Industrie Du Spectacle, SausageParty

L'article : http://wanted-pedo.com/bis/sausage-party-le-dessin-anime-pornographique-qui…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:38 (2016)    Sujet du message: I, TOO, AM AMERICA / CENTRAL TEXT ANTHOLOGY Répondre en citant




I, TOO, AM AMERICA

DECEMBER 6, 2016


“I, Too, Am America”

It’s a great time to remind your students that they belong—in your classroom, in your school and in this country. Our latest One World poster, featuring a quote from Langston Hughes’ classic poem “I, Too,” is here to help: Download it, print it, hang it up and read the full poem with your students.


e-mail



CENTRAL TEXT ANTHOLOGY

At the heart of the Perspectives curriculum is the Central Text Anthology, a carefully curated collection of rigorous texts that exemplify anti-bias themes and meet the requirements of the Common Core State Standards.

The texts encourage students to question common understandings, consider multiple viewpoints, analyze and critique power relationships, and act to change unfair and unequal conditions.

In addition to written informational and literary texts, the Anthology includes multi-media texts (film clips, pod casts, interviews) and visual texts (cartoons, charts, photographs). Each text within the Anthology has been quantitatively analyzed for CCSS grade level and mapped to Perspectives themes and anti-bias standards. Log in and use the advanced filter to identify texts appropriate for your teaching goals. For more detailed information about how to select a text, click here. To download a complete list of texts in the Central Text Anthology, click here.

Thank you to our partners, NBC Learn, Story Corps, The New York Times Upfront and Welcoming Schools, for contributing to the Perspectives Central Text Anthology.

http://perspectives.tolerance.org/central-text-anthology


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:31 (2016)    Sujet du message: PRÉPARER LA SOCIÉTÉ DU FUTUR (PARTIE 2) - P.1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> PROJET FUTUR POUR LES ENFANTS -> PRÉPARER LA SOCIÉTÉ DU FUTUR (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 321, 22, 23
Page 23 sur 23

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com