LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

A H1N1 - H7N9 - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 610, 11, 12  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> A H1N1 - H7N9 - LA PESTE BUBONIQUE - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 14:28 (2013)    Sujet du message: ALL THE VACCINES ARE CONTAMINATED - EVERY LAST ONE OF THEM Répondre en citant

ALL THE VACCINES ARE CONTAMINATED - EVERY LAST ONE OF THEM

Nov-29-2011 01:22

S. Edmonson for Salem-News.com

"The chief, if not the sole, cause of the monstrous increase in cancer has been vaccination" - Dr. Robert Bell, once Vice President International Society for Cancer Research at the British Cancer Hospital
   
 
 
Experts say families need to take a critical look at vaccines.



(WASHINGTON, D.C.) - Have you been rushing out to get a yearly flu vaccine or diligently taking your children for the 40 or so mandated childhood vaccines?  That's really a shame because you have unwittingly been trading a run-of-the-mill flu or just the measles, for loading up your or your children's bodies with cancer and other deadly viruses, a destructive bacteria, a chemical selected to damage fertility, and with synthetic DNA that threatens to damage your own DNA - the biologic code for your existence.
 
Who is saying the vaccines are contaminated?

None other than the (now deceased) head of vaccines at Merck, Dr. Maurice Hillerman, who on camera admitted that Merck's Hepatitis B vaccines, contaminated with a virus, caused the AIDS epidemic in the US. He went on to say that all of Merck's vaccines are contaminated with cancer and other viruses. (The US government has conceded the HEB B vaccine causes Lupus. That vaccine is mandated for every infant in the US on the day of birth, and is associated with MS as well.)

That vaccine is mandated for every infant in the US on the day of birth, and is associated with MS as well.)

For Jews who have almost religiously believed in medical authorities about vaccines and poo-pooed those worried about the safety of vaccines, they might want to notice that Hillerman was Jewish.

Or they might recognize that so is Dr. Larry Palevsky, a board certified NY pediatrician, who for ten years routinely gave vaccines to his patients until he noticed them losing eye contact and then began looking into the vaccines he had blindly trusted. He found that they are ALL contaminated with viruses that are so small they can never be removed. He no longer gives any vaccines. He now treats his young patients for autism and other neurologic injuries from vaccines.

Donald W. Scott, the editor of The Journal of Degenerative Diseases and the co-founder of the Common Cause Medical Research Foundation, links vaccines to AIDS (as did Hillerman) and to US bio-weapons research, and says they are contaminated with mycoplasma, a primitive bacteria that takes apart cell walls.

Perhaps the highest scientific authority saying vaccines are contaminated is Garth Nicolson. He is a cell biologist and editor of the Journal of Clinical and Experimental Metastasis, and the Journal of Cellular Biochemistry. He is one of the most cited scientists in the world, having published over 600 medical and scientific peer-reviewed papers, edited over 14 books, and served on the editorial boards of 28 medical and scientific journals. He is not just saying that vaccines are contaminated with mycoplasma but is warning the US that they are. Nicolson goes further and says that we are all being damaged by them and contracting chronic degenerative diseases that.

That damage translates into lifelong patients(and thus life-long profit) for the pharmaceutical industry making the vaccines and he says doesn't appear to be accidental. 

According To CIA Statistics: As Shots Increase, U.S. Lifespan Is DECREASING   
  
1980: 9 vaccines, autism is rare 
2009: 36 vaccine$ before age 52010: 55 vaccine$ before age 6  

  
  
 
Vaccines vs. Autism, 2009Vaccinations before age 5Deaths per 1000 under 5 yrs oldAutism RateLifespan Ranking
United States (c)367.81 in 9134
Norway134.41 in 2,000 ab5
Denmark125.81 in 2,200 ab18 d
Japan114.21 in 475 a4
Sweden114.01 in 862 a2
Iceland113.91 in 1,1000 ab1

 
All the vaccines mandated to children and many other vaccines as well, including the seasonal flu vaccines being mandated to health care workers, are contaminated with polysorbate 80, the central ingredient in a pharmaceutical industry patent to damage fertility. The pharmaceutical industry has a long history of of seeking a vaccine that would covertly sterilize whole populations So, in addition to being contaminated with cancer and other viruses, and with the bacteria mycoplasma, vaccines are intentionally "contaminated" with a chemical as well, which is, given the patent, a "patently" sought-after sterilizing agen

Beyond containing polysorbate 80 and cancer and other viruses, and likely mycoplasma, the Gardasil vaccines are contaminated in an additional way. It and all the new vaccines are contaminated with genetically engineered DNA. It can contaminate people's DNA, just a genetically engineered crops can contaminate normal crops. Gardasil itself is contaminated with a man-made version of the HPV DNA, the very virus it was supposed to protect against, which now it threatens not only altering kids' healthy DNA with synthetic DNA (!) but with a diseased version.

Gardasil was suspended in India after 4 girls died but the killing has gone on in the US despite the confirmed deaths of 100 girls. and now the CDC, with special ties to Merck, its maker, wants all boys to take it, too.

Informed consent is the core of the Nuremberg Code that was created by the Nuremberg Tribunal to keep the pharmaceutical industry from ever again committing the hideous "medical" abuses it did during the Holocaust. In California, Jerry Brown is dismantling informed consent in order to get these deadly vaccines associated with infertility, into all school children. And it was during the Holocaust that the pharmaceutical experimented on Jewish women prisoners at Auschwitz to develop a vaccine that sterilized covertly. Henry Kissinger recommended the development of covertly sterilizing vaccines in a major report to the US government and as late as 2009 a Finnish Health Minister said he was behind the H1N1 vaccine that was meant to lower population.

Jerry Brown has just signed into law a bill that will allow children as young as 12 to decide whether to take a vaccine for sexually transmitted disease. Parental consent is not needed and parents will not even be allowed knowledge as to whether the child has taken the vaccine. Merck's Hepatitis B vaccine is one that is included, as is another Merck vaccine, Gardasil, allegedly for ovarian cancer. A Gardasil researcher says there is no evidence it works.

"This raises questions about the CDC's recommendation that the series of shots be given to girls as young as 11-years old. 'If we vaccinate 11 year olds and the protection doesn't last... we've put them at harm from side effects, small but real, for no benefit,' says Dr. Harper. 'The benefit to public health is nothing, there is no reduction in cervical cancers … ' "
Current Data for Gardasil up to AUG 12, 2011


Disabled 763

Deaths 103

Did Not Recover 4777

Abnorm. Pap Smear 430

Cervical Dysplasia 157

Cervical Cancer 41

Life Threatening 444

Emergency Rm. Visit 9115


Hospitalized 2307

Extended Hosp. Stay 201

Serious 3111

Adverse Events 23388


But these figures are based on statistics from medical professionals who do not wish to be sued. In reality, "less than 10% of deaths, seizures, paralysis, etc., are being reported as caused by the vaccinations that doctors gave in their office.
 
The following real-world estimates are based on reports from a law firm:


840 young girls and 2 boys have died after receiving the Gardasil HPV Vaccine 201,010 young girls have suffered debilitating events such as fatigue, seizures, paralysis, etc. after receiving the Gardasil HPV Vaccine.


 The California law even approves in advance, ALL yet-to-be made (and completely untested) vaccines for sexually transmitted diseases, though of the two current Merck vaccines they are pushing on children, one Merck vaccine caused AIDS and causes Lupus and the other Merck vaccine is contaminated in multiple ways and proving highly lethal.

Children will be the ones decide whether to take the vaccines, and they will make that decision after being forced to see videos of people dying terrible deaths from cancer. Not only would the vaccine be given without parental consent, but parents are denied knowledge that the vaccine is going to be given or that it was given. If the child has a seizure or dies afterward, parents may not see their own children's medical records.

This is what is left of the "informed consent" meant to provide human rights to protect the world from pharmaceutical industry abuses against mankind.

After World War II, it was Merck which received the flight capital of the pharmaceutical industry indicted for crimes against humanity, human enslavement and mass murder.

In the case of children, rather than their facing childhood diseases of insignificant threat, they are, by legal mandate, being bombarded repeatedly throughout their childhood with viruses that cause diseases (including cancer), a cell-destroying bacteria, a a threat to the very integrity of their DNA, and a chemical specifically chosen to impair fertility. And laws are being written to add to the already long list of vaccines they must take, including two mandated Merck vaccines. One is an old Merck vaccine that caused AIDS and is causing Lupus. The other is a Merck vaccine claiming to prevent cervical cancer though girls have little chance of contracting it in the first place (and boys, none!) and it can easily be detected by pap smear and treated successfully and there is NO evidence the vaccine prevents it. Meanwhile, it is killing children.

Contamination of the polio vaccine and the continuing effects

FACT: Before the Polio Vaccine, there had never been a virus from another species deliberately injected into humans.
FACT: 61% of all human tumors (at autopsy) now contain the SV40 monkey virus, traceable to the Polio vaccine of the 1950s and 60s

FACT: CUTTER vaccine division and WYETH produced a deadly Polio vaccine with a live virus that actually gave the recipient POLIO

FACT: All above information was withheld from the public for years to avoid a public panic and to prevent a loss of faith in vaccines. polio was a very rare infectious disease that presented little risk to the public, but the risk was greatly exaggerated by the Polio Foundation before the introduction of the polio vaccine, the miracle vaccine - contaminated with a monkey virus which has been the cause of soft tissue cancers for decades since.

Though facing no serious health risk, people are paying to have their bodies contaminated by contaminated vaccines. In taking vaccines, they are trading the minimal risk of even contracting common diseases and which themselves are rarely dangerous and can be treated if contracted - for the absolute certainty of loading their bodies with
  1. cancer and other infectious viruses,
  2. a destructive bacteria, and
  3. a fertility impairing chemical.
They are doing this because they are being terrorized by their own government with false information on the risks of various diseases and denied critical information on the scientific risk of the vaccines.

Those vaccines without a doubt threaten their own and their children's fertility, and their very lives.

http://www.salem-news.com/articles/november292011/vaccines-contaminated-se.…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Mai - 14:28 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 19 Mai - 18:17 (2013)    Sujet du message: LA MENACE DES VIRUS Répondre en citant

LA MENACE DES VIRUS

Le samedi 18 mai 2013

L'émergence et la propagation du virus H7N9 retient l'attention des scientifiques et de l'Organisation Mondiale de la santé. Discussion avec Eric Frost, chercheur et professeur au département de microbiologie et d'infectiologie de la Faculté de Médecine de l'Université de Sherbrooke.


AUDIO : http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2013/CKSB/Lessamedisdumonde201305181016.asx

http://www.radio-canada.ca/emissions/les_samedis_du_monde/2011-2012/chroniq…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Mai - 16:33 (2013)    Sujet du message: INSIGHT: EVIDENCE GROWS FOR NARCOLEPSY LINK TO GSK SWINE FLU SHOT Répondre en citant

 INSIGHT: EVIDENCE GROWS FOR NARCOLEPSY LINK TO GSK SWINE FLU SHOT
 
Posted by: The Liberty Beacon™ Staff
Published January 24, 2013, filed under HEALTH

 


(Reuters) – Emelie Olsson is plagued by hallucinations and nightmares. When she wakes up, she’s often paralyzed, unable to breathe properly or call for help. During the day she can barely stay awake, and often misses school or having fun with friends. She is only 14, but at times she has wondered if her life is worth living.

Emelie is one of around 800 children in Sweden and elsewhere in Europe who developed narcolepsy, an incurable sleep disorder, after being immunized with the Pandemrix H1N1 swine flu vaccine made by British drugmaker GlaxoSmithKline in 2009.

Finland, Norway, Ireland and France have seen spikes in narcolepsy cases, too, and people familiar with the results of a soon-to-be-published study in Britain have told Reuters it will show a similar pattern in children there.

Their fate, coping with an illness that all but destroys normal life, is developing into what the health official who coordinated Sweden’s vaccination campaign calls a “medical tragedy” that will demand rising scientific and medical attention.

Europe’s drugs regulator has ruled Pandemrix should no longer be used in people aged under 20. The chief medical officer at GSK’s vaccines division, Norman Begg, says his firm views the issue extremely seriously and is “absolutely committed to getting to the bottom of this”, but adds there is not yet enough data or evidence to suggest a causal link.

Others – including Emmanuel Mignot, one of the world’s leading experts on narcolepsy, who is being funded by GSK to investigate further – agree more research is needed but say the evidence is already clearly pointing in one direction.

“There’s no doubt in my mind whatsoever that Pandemrix increased the occurrence of narcolepsy onset in children in some countries – and probably in most countries,” says Mignot, a specialist in the sleep disorder at Stanford University in the United States.

30 MILLION RECEIVED PANDEMRIX

In total, the GSK shot was given to more than 30 million people in 47 countries during the 2009-2010 H1N1 swine flu pandemic. Because it contains an adjuvant, or booster, it was not used in the United States because drug regulators there are wary of adjuvanted vaccines.

GSK says 795 people across Europe have reported developing narcolepsy since the vaccine’s use began in 2009.

Questions about how the narcolepsy cases are linked to Pandemrix, what the triggers and biological mechanisms might have been, and whether there might be a genetic susceptibility are currently the subject of deep scientific investigation.

But experts on all sides are wary. Rare adverse reactions can swiftly develop into “vaccine scares” that spiral out of proportion and cast what one of Europe’s top flu experts calls a “long shadow” over public confidence in vaccines that control potential killers like measles and polio.

“No-one wants to be the next Wakefield,” said Mignot, referring to the now discredited British doctor Andrew Wakefield who sparked a decades-long backlash against the measles, mumps and rubella (MMR) shot with false claims of links to autism.

With the narcolepsy studies, there is no suggestion that the findings are the work of one rogue doctor.

Independent teams of scientists have published peer-reviewed studies from Sweden, Finland and Ireland showing the risk of developing narcolepsy after the 2009-2010 immunization campaign was between seven and 13 times higher for children who had Pandemrix than for their unvaccinated peers.

“We really do want to get to the bottom of this. It’s not in anyone’s interests if there is a safety issue that needs to be addressed,” said GSK’s Begg.

LIFE CHANGED

Emelie’s parents, Charles and Marie Olsson, say she was a top student who loved playing the piano, taking tennis lessons, creating art and having fun with friends. But her life started to change in early 2010, a few months after she had Pandemrix. In the spring of 2010, they noticed she was often tired, needing to sleep when she came home from school.

But it wasn’t until May, when she began collapsing at school, that it became clear something serious was happening.
As well as the life-limiting bouts of daytime sleepiness, narcolepsy brings nightmares, hallucinations, sleep paralysis and episodes of cataplexy – when strong emotions trigger a sudden and dramatic loss of muscle strength.

In Emelie’s case, having fun is the emotional trigger. “I can’t laugh or joke about with my friends any more, because when I do I get cataplexies and collapse,” she said in an interview at her home in the Swedish capital.

Narcolepsy is estimated to affect between 200 and 500 people per million and is a lifelong condition. It has no known cure and scientists don’t really know what causes it. But they do know patients have a deficit of a brain neurotransmitter called orexin, also known as hypocretin, which regulates wakefulness.

Research has found that some people are born with a variant in a gene known as HLA that means they have low hypocretin, making them more susceptible to narcolepsy. Around 25 percent of Europeans are thought to have this genetic vulnerability.

When results of Emelie’s hypocretin test came back in November last year, it showed she had 15 percent of the normal amount, typical of heavy narcolepsy with cataplexy.

The seriousness of her strange new illness has forced her to contemplate life far more than many other young teens: “In the beginning I didn’t really want to live any more, but now I have learned to handle things better,” she said.

TRIGGERS?

Scientists investigating these cases are looking in detail at Pandemrix’s adjuvant, called AS03, for clues.
 
Some suggest AS03, or maybe its boosting effect, or even the H1N1 flu itself, may have triggered the onset of narcolepsy in those who have the susceptible HLA gene variant.

Angus Nicoll, a flu expert at the European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC), says genes may well play a part, but don’t tell the whole story.

“Yes, there’s a genetic predisposition to this condition, but that alone cannot explain these cases,” he said. “There was also something to do with receiving this specific vaccination. Whether it was the vaccine plus the genetic disposition alone or a third factor as well – like another infection – we simply do not know yet.”

GSK is funding a study in Canada, where its adjuvanted vaccine Arepanrix, similar to Pandemrix, was used during the 2009-2010 pandemic. The study won’t be completed until 2014, and some experts fear it may not shed much light since the vaccines were similar but not precisely the same.

It all leaves this investigation with far more questions than answers, and a lot more research ahead.

WAS IT WORTH IT?

In his glass-topped office building overlooking the Maria Magdalena church in Stockholm, Goran Stiernstedt, a doctor turned public health official, has spent many difficult hours going over what happened in his country during the swine flu pandemic, wondering if things should have been different.

“The big question is was it worth it? And retrospectively I have to say it was not,” he told Reuters in an interview.

Being a wealthy country, Sweden was at the front of the queue for pandemic vaccines. It got Pandemrix from GSK almost as soon as it was available, and a nationwide campaign got uptake of the vaccine to 59 percent, meaning around 5 million people got the shot.

Stiernstedt, director for health and social care at the Swedish Association of Local Authorities and Regions, helped coordinate the vaccination campaign across Sweden’s 21 regions.

The World Health Organisation (WHO) says the 2009-2010 pandemic killed 18,500 people, although a study last year said that total might be up to 15 times higher.

While estimates vary, Stiernstedt says Sweden’s mass vaccination saved between 30 and 60 people from swine flu death. Yet since the pandemic ended, more than 200 cases of narcolepsy have been reported in Sweden.

With hindsight, this risk-benefit balance is unacceptable. “This is a medical tragedy,” he said. “Hundreds of young people have had their lives almost destroyed.”

PANDEMICS ARE EMERGENCIES

Yet the problem with risk-benefit analyses is that they often look radically different when the world is facing a pandemic with the potential to wipe out millions than they do when it has emerged relatively unscathed from one, like H1N1, which turned out to be much milder than first feared.

David Salisbury, the British government’s director of immunization, says “therein lies the risk, and the difficulty, of working in public health” when a viral emergency hits.

“In the event of a severe pandemic, the risk of death is far higher than the risk of narcolepsy,” he told Reuters. “If we spent longer developing and testing the vaccine on very large numbers of people and waited to see whether any of them developed narcolepsy, much of the population might be dead.”

Pandemrix was authorized by European drug regulators using a so-called “mock-up procedure” that allows a vaccine to be authorized ahead of a possible pandemic using another flu strain. In Pandemrix’s case, the substitute was H5N1 bird flu.

When the WHO declared a pandemic, GSK replaced the mock-up’s strain with the pandemic-causing H1N1 strain to form Pandemrix.

GSK says the final H1N1 version was tested in trials involving around 3,600 patients, including children, adolescents, adults and the elderly, before it was rolled out.

The ECDC’s Nicoll says early warning systems that give a more accurate analysis of a flu strain’s threat are the best way to minimize risks of this kind of tragedy happening in future.

Salisbury agrees, and says progress towards a universal flu vaccine – one that wouldn’t need last-minute changes made when a new strain emerged – would cuts risks further.

“Ideally, we would have a better vaccine that would work against all strains of influenza and we wouldn’t need to worry about this ever again,” he said. “But that’s a long way off.”

With scientists facing years of investigation and research, Emelie just wants to make the best of her life.

She reluctantly accepts that to do so, she needs a cocktail of drugs to try to control the narcolepsy symptoms. The stimulant Ritalin and the sleeping pill Sobril are prescribed for Emelie’s daytime sleepiness and night terrors. Then there’s Prozac to try to stabilize her and limit her cataplexies.
 
“That’s one of the things that makes me feel most uncomfortable,” she explains. “Before I got this condition I didn’t take any pills, and now I have to take lots – maybe for the rest of my life. It’s not good to take so many medicines, especially when you know they have side effects.
 
http://www.thelibertybeacon.com/2013/01/24/insight-evidence-grows-for-narco… 
 
 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 24 Mai - 22:42 (2013)    Sujet du message: H7N9 : TRANSMISSION HUMAINE CONFIRMÉE, LE PIRE DES SCÉNARIOS DEVIENT POSSIBLE Répondre en citant

 H7N9 : TRANSMISSION HUMAINE CONFIRMÉE, LE PIRE DES SCÉNARIOS DEVIENT POSSIBLE


ENGLISH : IT’S AIRBORNE: Human Transmission of Deadly H7N9 Virus Now Confirmed
http://www.shtfplan.com/headline-news/its-airborne-human-transmission-of-de…


vendredi 24 mai 2013


  
Les chercheurs qui étudient le virus de la grippe aviaire H7N9 en Chine ont conseillé aux gouvernements du monde entier de se préparer au pire des scénarios. Selon l'organisation mondiale de la Santé, le H7N9 est une des souches grippales les plus meurtrières jamais identifiées car il mute huit fois plus vite qu'un virus normal de grippe, et selon les données officielles, son ratio infections/décès est d'environ 25%.

On croyait initialement que le virus ne pouvait être transmis qu'aux humains qui ont eu un contact direct avec des volailles. Après 36 morts et 131 infections officiellement signalées depuis que le virus a été identifié pour la première fois, le pire scénario que beaucoup craignaient pointe peut-être maintenant à l'horizon.

Le "Sun China Morning Post " rapporte que les recherches ont confirmé que, non seulement le virus est transmissible d'un humain à un autre, mais qu'en plus il est devenu volatil.

Après de nombreuses expériences de laboratoire, une équipe de l'Université de Hong Kong a déterminer que le virus de la grippe aviaire H7N9 pouvait être transmis non seulement par un contact étroit, mais également par une exposition aéroportée,

Bien que le virus semble avoir été récemment mis sous contrôle, les chercheurs ont exhorté les autorités de Hong Kong à maintenir une stricte surveillance, qui devrait inclure non seulement les volailles mais également les humains et les porcs.

Dans l'étude, qui sera publiée aujourd'hui dans la revue "Science", les furets ont été utilisés pour évaluer le pouvoir infectieux du H7N9. Il a été constaté que le virus pourrait se propager dans l'air, d'une cage à l'autre, quoique moins efficacement.

Les Furets ont été infectés avant l'apparition de la plupart des symptômes cliniques. Cela signifie qu'il peut y avoir plus de cas que ceux qui ont été détectés ou signalés.

Les gens peuvent donc transmettre le virus avant même les premiers signes de la maladie.

Traduction : Les chroniques de Rorschach à partir de :

Source trouver: Leschroniquesderorschach

http://spread-the-truth777.blogspot.ca/2013/05/h7n9-transmission-humaine-co…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 11 Juin - 00:41 (2013)    Sujet du message: LE PAPE SOUTIENT UN PROJET DE PRODUCTION ET DISTRIBUTION DE VACCINS DANS LES PAYS PAUVRES Répondre en citant

 LE PAPE SOUTIENT UN PROJET DE PRODUCTION ET DISTRIBUTION DE VACCINS DANS LES PAYS PAUVRES

Présenté par des ministres d’Italie, du Royaume Uni, du Canada et de Russie

9 février 2007 |


ROME, Vendredi 9 février 2007 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a encouragé ce vendredi un projet de distribution de vaccins dans les pays les plus pauvres.

Le pape a reçu ce matin les ministres de l’économie d’Italie, du Royaume Uni, du Canada et de Russie ainsi qu’un groupe de personnalités internationales à l’occasion de la présentation du projet « Advance Market Commitment ». Le projet lui a été présenté par la reine Raina de Jordanie et le président de la Banque mondiale, Paul Wolfowitz.

Cette « initiative digne », a expliqué le pape dans son discours en anglais « vise à contribuer à répondre à l’un des défis les plus urgents de la santé préventive qui affecte en particulier les nations qui souffrent déjà de la pauvreté ».

« Elle a par ailleurs le mérite d’unir des institutions publiques et le secteur privé dans un effort commun pour trouver les moyens d’intervention les plus efficaces dans ce domaine », a-t-il ajouté.

L’évêque de Rome a encouragé « avec enthousiasme » les efforts accomplis pour « ce nouveau programme et son objectif de progresser dans une recherche scientifique orientée à découvrir de nouveaux vaccins ».

« Ces vaccins sont nécessaires de manière urgente pour empêcher que des millions d’êtres humains dont d’innombrables enfants ne meurent chaque année de maladies contagieuses, spécialement dans les régions du monde plus à risque ».

Selon le pape, « dans cette ère de marchés mondialisés, nous sommes tous préoccupés par le fossé toujours plus grand entre les niveaux de vie des pays qui jouissent d’une grande richesse et de niveaux de développement technologique élevés, et ceux des pays sous-développés dans lesquels subsiste la pauvreté qui continue même de s’aggraver ».

« L’initiative créatrice et prometteuse » lancée ce vendredi « vise à enrayer cette tendance car elle aspire à créer de ‘futurs’ marchés pour les vaccins, principalement ceux qui sont capables de prévenir la mortalité infantile ».

Le pape a assuré « le soutien total du Saint-Siège pour ce projet humanitaire qui s’inspire de cet esprit de solidarité humaine dont a besoin notre monde pour surmonter toute forme d’égoïsme et pour favoriser la coexistence pacifique entre les peuples ».

Ce projet a reçu la somme de un milliard et demi de dollars pour développer et distribuer des vaccins qui devraient empêcher la mort d’un million d’enfants par an.

« L’objectif est de stimuler la recherche de vaccins pour les maladies qui accablent les pays pauvres… Il faut combattre l’idée que le marché et la philanthropie sont opposés », a déclaré le ministre italien de l’économie au cours de la présentation du projet lors d’une cérémonie au ministère de l’économie.


( 9 février 2007) © Innovative Media Inc.  

http://www.zenit.org/fr/articles/le-pape-soutient-un-projet-de-production-e… 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 12 Juin - 20:26 (2013)    Sujet du message: ALERTE ROUGE ! SOCIETE DE MORT : BELGIQUE : UNE LOI POUR POUVOIR EUTHANASIER LES ENFANTS EST EN ROUTE !!! Répondre en citant



ALERTE ROUGE ! SOCIETE DE MORT : BELGIQUE : UNE LOI POUR POUVOIR EUTHANASIER LES ENFANTS EST EN ROUTE !!!

« TU NE TUERAS POINT » (La Bible, Exode, 20:13)





Chers amis,

IL FALLAIT S’Y ATTENDRE : APRÈS L’EUTHANASIE DES ADULTES, LES CHAROGNARDS ET AUTRES CROQUE-MORTS DU GOUVERNE-ET-MENT BELGE ONT DÉCIDÉ DE S’EN PRENDRE AUX ENFANTS !

Ces grands défenseurs de la dépopulation et de la société de mort souhaitent donc faire passer une loi qui permettra d’euthanasier, AU DEPART EN TOUT CAS, des enfants « très gravement malades », ou même de faire en sorte que ces enfants puissent décider eux-mêmes d’être euthanasiés !

Comme toutes les autres mesures infectes, cet AUTO-GENOCIDE nous est bien entendu présenté sous les « MEILLEURES INTENTIONS » (et nous savons que l’enfer est pavé de bonnes intentions de ce genre), avec des TERMES « POSITIFS » ! Il est également présenté de façon fataliste, afin d’éviter toute personne de s’insurger contre ce crime contre ll est également présenté de façon fataliste, afin d’éviter toute personne de s’insurger contre ce crime contre l’humanité (ainsi, l’euthanasie serait « déjà pratiquée de façon active », mais dans la clandestinité)!

C’est dont l’INFANTICIDE LEGALEMENT ET MEDICALEMENT AUTORISE qui est en train d’être discuté, en Belgique !

Face aux grands « experts » médicaux et aux politicards véreux et mortifères, seuls les partis catholiques et la religion catholique se dressent…

Notez que les NAZIS du parti flamand N-VA se sont promis de soutenir cet abominable projet de loi, et de tout faire afin qu’il puisse être adopté !

IL FAUT ABSOLUMENT RAPPELER QUE LA LOI SUR L’EUTHANASIE CONSTITUE UNE PENTE GLISSANTE VERS L’ÉLIMINATION PHYSIQUE PURE ET SIMPLE D’UNE PARTIE DE LA POPULATION, ET OUVRE LES PORTES TOUTES GRANDES À UNE MÉDECINE ASSASSINE, BASÉE SUR LA MORT PLUTÔT QUE SUR LE FAIT DE LUTTER POUR LA GUÉRISON ET LA VIE !

Cette loi ne constitue hélas qu’une parmi plusieurs mauvaises nouvelles que j’ai à vous poster cette semaine concernant la Belgique.

Il est vraiment grand temps que le peuple belge sorte de sa torpeur et se réveille… sans quoi, il se pourrait bien qu’une bonne partie de la population reçoive une petite piqûre dans les « hôpitaux » (= mouroirs) pour l’aider à crever !

BONNE RÉVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE… ET BONNE MORT DE VOS ENFANTS ! Vic.


Source:
http://www.ibtimes.com/belgian-parliament-posed-approve-child-euthanasia-law-1301825  

LE PARLEMENT BELGE POSE POUR APPROUVER UNE LOI SUR L’EUTHANASIE DES ENFANTS


REUTERS / Yves Herman
Le Premier ministre belge Elio Di Rupo prend la parole au Parlement belge lors de son discours state-of-the-union à Bruxelles , le 21 novembre 2012.

Par Connor Adams Sheets | Le 11 Juin 2013, à 15:03

LE PARLEMENT FEDERAL BELGE SERAIT SUR LE POINT D'ETENDRE SES POLITIQUES CONTROVERSEES DU « DROIT DE MOURIR » AFIN D’INCLURE L'ACCES A L'EUTHANASIE POUR LES ENFANTS GRAVEMENT MALADES.

UN CONSENSUS ENTRE LES MEMBRES DU CORPS LEGISLATIF SE SERAIT FORME EN SOUTIEN A CETTE LEGISLATION AFIN DE PERMETTRE AUX ENFANTS DE CHOISIR DE SE SUBIR L'EUTHANASIE DANS CERTAINS CAS GRAVES, selon un article (cf.
http://www.presseurop.eu/en/content/news-brief/3864411-another-step-towards-euthanasia-children  ) publié dans le quotidien belge De Morgen, comme cela a été traduit par l'agence d’actualité Presseurop (cf. http://www.presseurop.eu/  ), qui est basée à Paris.

SI L'EUTHANASIE DES ENFANTS EST LEGALISEE EN BELGIQUE, LE PAYS DEVIENDRAIT LE PREMIER DU MONDE DEVELOPPE A AVOIR UNE LOI PERMETTANT CETTE PRATIQUE, bien que les Pays-Bas, depuis 2005, n’ont pas poursuivi en justice les médecins qui pratiquent l'euthanasie sur des mineurs, tant que ces médecins agissent conformément à un ensemble de directives médicales surnommées le « Protocole de Groningen » (cf.
http://www.medscape.com/viewarticle/569471  ).

LA BELGIQUE EST DEVENUE LE DEUXIEME PAYS AU MONDE, APRES LES PAYS-BAS, A LEGALISER L'EUTHANASIE EN 2002, MAIS CETTE LOI NE S'ETEND ACTUELLEMENT QU'AUX PERSONNES DE 18 ANS OU PLUS.

Le projet de loi, présenté par le parti socialiste en décembre, mettrait en place des lignes directrices pour les médecins afin de décider au cas par cas si un enfant est assez mature pour prendre la décision de mettre fin à sa propre vie, et si la santé d'un enfant est suffisamment grave et désespérée que pour justifier l'euthanasie.

« L'idée consiste à mettre à jour la loi pour mieux tenir compte des situations dramatiques et des cas extrêmement poignants pour lesquels nous devons trouver une réponse », a dit le dirigeant du Parti socialiste, Thierry Giet, peu après le projet de loi ait été présenté, selon l'Agence France-Presse (cf.
http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jLPl9K4BFQIdHPAhZwzLruOyt2CQ  ).

Il est prévu que le Comité du Sénat belge des Affaires Sociales reprenne cette proposition qui divise, et qui a rencontré une forte opposition de la part de l’influent clergé catholique du pays ainsi que des membres du parti politique centriste des Démocrates Chrétiens, mercredi.

"DES DEUX COTES DE LA FRONTIERE LINGUISTIQUE, LES LIBERAUX ET LES SOCIALISTES SEMBLENT ETRE D'ACCORD SUR LE FAIT QUE L'AGE NE DOIT PAS ETRE CONSIDERE COMME UN CRITERE DECISIF EN CAS DE DEMANDE D'EUTHANASIE", écrivait De Morgen la semaine dernière (cf.
http://www.demorgen.be/dm/nl/993/Gezondheid/article/detail/1648036/2013/06/07/Consensus-over-euthanasie-voor-minderjarigen-groeit.dhtml  ).

La décision d'examiner ce projet de loi fait suite à des mois de témoignages donnés par des experts médicaux, des médecins, des membres du clergé et d'autres, et elle marque un tournant dans l'approche du pays quant aux droits des jeunes, dont certains seraient en mesure de CHOISIR DE MOURIR si la loi devait passer, même s’il leur est toujours légalement interdit de conduire, de se marier, de voter ou de boire de la liqueur jusqu'à ce qu'ils atteignent 18 ans.

Le projet de loi serait également susceptible de permettre l'euthanasie pour les patients souffrant de la maladie d'Alzheimer et d'autres maladies conduisant à la démence avancée, qui pourraient être autrement considérés comme incompétents pour prendre la décision de mourir. Il y a eu 1.133 cas d'euthanasie enregistrés en Belgique en 2011, ce qui représente environ 1 pour cent des décès dans le pays, cette année-là, selon l'AFP.

PETER DECONINCK, PRESIDENT DE L'ORGANISATION BELGE D’ETHIQUE MEDICALE REFLECTIEGROEP BIOMEDISCHE ETHIEK, A PRIS POSITION EN FAVEUR DE L'EXPANSION DE CETTE PRATIQUE AUX MINEURS, DE MEME QUE LE CHEF DE L'UNITE DE SOINS INTENSIFS DE L'HOPITAL FABIOLA A BRUXELLES, QUI A TEMOIGNE DEVANT UN COMITE DU SENAT BELGE.

« Nous savons tous que l'euthanasie est DEJA pratiquée sur les enfants », a déclaré le comité. « Oui, l'euthanasie active ».

Bien que la majorité des membres du Parlement belge soit prête à adopter la loi sur l'euthanasie des enfants, L’ARCHEVEQUE BELGE, MGR ANDRE-JOSEPH LEONARD, AINSI QU’UN GRAND NOMBRE DE CATHOLIQUES DU PAYS SONT FAROUCHEMENT OPPOSES A TOUTE EXTENSION DE L'EUTHANASIE LEGALISEE.

« Nous avons exprimé nos réserves au sujet de la dépénalisation de l'euthanasie dès 2002 », a déclaré Leonard la semaine dernière, selon De Morgen (cf.
http://www.demorgen.be/dm/nl/989/Binnenland/article/detail/1591431/2013/03/06/Bisschoppen-willen-geen-uitbreiding-van-euthanasiewet.dhtml  ). «D'abord et avant tout parce que nous avons d'excellents soins palliatifs disponibles aujourd'hui, et parce que nous pouvons compter sur la sédation, dans la mesure qui est strictement nécessaire ».

Les chrétiens-démocrates pourraient voter contre la loi sur l'euthanasie des enfants, mais LES MEMBRES DU PARTI DE LA N-VA (NIEUW-VLAAMSE ALLIANTIE OU NOUVELLE ALLIANCE FLAMANDE) ONT INDIQUE QU'ILS SONT PRETS A SOUTENIR CE PROJET DE LOI AFIN D’ASSURER SON ADOPTION, selon le journal De Morgen.

Suivez Connor Adams Sheets sur Twitter :
https://twitter.com/intent/user?screen_name=ConnorASheets  


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 12 Juin - 20:32 (2013)    Sujet du message: BELGIAN PARLIAMENT POSED TO APPROVE CHILD EUTHANASIA LAW Répondre en citant

 


BELGIAN PARLIAMENT POSED TO APPROVE CHILD EUTHANASIA LAW



A consensus among members of the legislative body has reportedly formed in support of legislation to allow children to choose to undergo euthanasia in certain dire cases, according to a report in the Belgian daily newspaper Der Morgen, as translated by the Paris-based news agency Presseurop.

If child euthanasia is legalized in Belgium, the country would become the first in the developed world to have a law on the books allowing the practice, although the Netherlands has since 2005 not prosecuted doctors who perform euthanasia on some minors as long as the doctors act in accordance with a set of medical guidelines dubbed the Groningen Protocol.

Belgium became the second country in the world after the Netherlands to legalize euthanasia in 2002, but the statute currently extends only to people 18 or older.
 
The bill, introduced by the Socialist party in December, would lay out guidelines for doctors to decide on a case-by-case basis whether or not a child is mature enough to make the decision to end his or her own life, as well as whether a child's health is grave and hopeless enough to warrant euthanasia.
 
"The idea is to update the law to take better account of dramatic situations and extremely harrowing cases we must find a response to," Socialist party leader Thierry Giet said shortly after the bill was introduced, according to Agence France-Presse.
 
The Belgian Senate's Committee on Social Affairs is slated to take up the divisive proposal, which has met with strong opposition from the nation's influential Catholic clergy and members of the centrist Christian Democrats political party, on Wednesday.
 
"On both sides of the linguistic border, liberals and socialists appear to agree on the fact that age should not be regarded as a decisive criteria in the event of a request for euthanasia," Der Morgen wrote last week.
 
The decision to consider the bill follows months of testimony by medical experts, doctors, clergy members and others, and it marks a turning point in the nation's approach to the rights of young people, some of whom would be able to choose to die if the law were to pass, even while still being legally barred from driving, marrying, voting or drinking liquor until they turned 18.
 
The bill would also likely allow euthanasia for patients suffering from Alzheimer's and other diseases leading to advanced dementia, who may otherwise be deemed incompetent to make the decision to die. There were 1,133 cases of euthanasia recorded in Belgium in 2011, accounting for about 1 percent of the country's deaths that year, according to AFP.
 
Peter Deconinck, president of the Belgian medical ethics organization Reflectiegroep Biomedische Ethiek, has come out in support of expanding the practice to minors, as has the head of the intensive care unit of Fabiola Hospital in Brussels, who testified before a Belgian Senate committee.

"We all know that euthanasia is already practiced on children," he told the committee. "Yes, active euthanasia."
 
Though a majority of members of the Belgian Parliament are reportedly ready to pass the child euthanasia bill, Belgian Archbishop Andre-Joseph Leonard and many of the nation's Catholics are staunchly opposed to any expansion of legalized euthanasia.
 
"We expressed our strong reservations regarding the decriminalization of euthanasia as early as 2002," Leonard said last week, according to Der Morgen. "First and foremost because we have excellent palliative care available today, and because we can rely on sedation, to the extent strictly necessary."
 
The Christian Democrats may vote against the child euthanasia law, but New Flemish Alliance party members have indicated that they are willing to back the bill in order to ensure its passage, according to Der Morgen.
 
http://www.ibtimes.com/belgian-parliament-posed-approve-child-euthanasia-la…


Revenir en haut
vicflame


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2012
Messages: 206

MessagePosté le: Jeu 8 Aoû - 12:41 (2013)    Sujet du message: DES VIRUS H7N9 ET H5N1 MUTANTS CREES EN LABO ! Répondre en citant




DES VIRUS H7N9 ET H5N1 MUTANTS, GENETIQUEMENT MODIFIES ET RENDUS PLUS DANGEREUX ET TRANSMISSIBLES ENTRE HUMAINS, VONT ETRE CREES EN LABORATOIRE !!!







Chers amis,


Les fous criminels des labos remettent ça !

TOUT COMME LORS DE LA FAUSSE PANDÉMIE DE H1N1 IL Y A QUELQUES ANNÉES, LES FRANKENSTEIN DES LABOS SONT EN TRAIN DE TRAVAILLER AFIN DE RENDRE PLUS VIRULENTS ET PLUS DANGEREUX DES VIRUS H7N9 ET H5N1 !

L’excuse minable utilisée est toujours la même : devancer une potentielle mutation qui pourrait rendre le virus excessivement dangereux, afin de mieux la contrer.

EVIDEMMENT, IL EXISTE UN RISQUE BIEN PLUS GRAVE, ET AUQUEL BIEN SÛR AUCUN DE CES IMBÉCILES SAVANTS NE VEUT PENSER : QUE LEURS EXPÉRIENCES SERVENT EN RÉALITÉ À RÉPANDRE CES VIRUS PLUS DANGEREUX ET GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS AFIN DE CRÉER UNE « PANDÉMIE » DE TOUTE PIÈCE ! CELA PERMETTRAIT BIEN SÛR AUX MULTINATIONALES PHARMACEUTIQUES D’ÉCOULER DES QUANTITÉS ASTRONOMIQUES DE MÉDICAMENTS NOCIFS ET DE VACCINS TOXIQUES, ET DE SE FAIRE DE L’OR EN BARRES À GRANDS COUPS DE MILLIARDS.

CE RISQUE EST D’AUTANT PLUS ÉLEVÉ QUE LES RECHERCHES SERVENT AUSSI À UN NIVEAU MILITAIRE ! En d’autres termes, les virus plus dangereux et plus virulents créés en laboratoire pourraient être utilisés comme des ARMES BIOLOGIQUES par un gouvernement mal intentionné ! 


Je vous parie qu’une « pandémie » de H7N9 ou de H5N1 verra le jour bientôt, comme par "miracle", ce qui permettra que les multinationales pharmaceutiques se ramènent avec leurs vaccins et médicaments chimiques et nuisibles… Nos gouvernements, bien sûr, seront très prompts à déclarer un « état d’urgence » (ministres de la "Santé" vendus a Big Pharma en tête), et à « conseiller », voire à IMPOSER, les médicaments et vaccins toxiques afin de lutter contre ce risque de grippe plus grand. Ce terrorisme d’Etat servira bien sûr à la RÉDUCTION CRIMINELLE DES POPULATIONS, qui constitue un des objectifs majeurs des mondialistes génocidaires…

AUTRE MAUVAISE NOUVELLE QUE L’ON APPREND DANS CE QUI SUIT : LE H7N9, VIRUS GRIPPAL DÉJÀ TRÈS DANGEREUX, EST À PRÉSENT TRANSMISSIBLE ENTRE HUMAINS ! LA SUITE DE L’ODIEUX PLAN MONDIALISTE NE FAIT DONC AUCUN DOUTE…

L’article, ci-dessous.

BONNE RÉVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.


P.S. : un immense merci à la personne qui m’a signalé cet article !



Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/08/07/97001-20130807FILWWW00493-un-v…


UN VIRUS H7N9 MUTANT BIENTÔT CRÉÉ ?


Par lefigaro.fr avec AFP
Mis à jour le 07/08/2013 à 22:30
Publié le 07/08/2013 à 22:24


Un groupe international de chercheurs a proposé aujourd'hui de CRÉER EN LABORATOIRE UN VIRUS MUTANT DE LA GRIPPE AVIAIRE (H7N9 – cf. http://plus.lefigaro.fr/tag/h7n9 ) CAPABLE DE SE TRANSMETTRE ENTRE MAMMIFÈRES OU DE RÉSISTER AUX ANTI-VIRAUX POUR MIEUX COMBATTRE CET AGENT PATHOGÈNE DANGEREUX ET ÉVITER UNE POSSIBLE PANDÉMIE DÉVASTATRICE. Ce virus particulièrement virulent est apparu en Chine au début du printemps et a infecté plus de 130 personnes dans ce pays dont 43 sont mortes.

Mardi une étude parue dans le British Medical Journal fait part du PREMIER CAS DE TRANSMISSION ENTRE HUMAINS DE H7N9 EN CHINE (cf. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/08/07/21100-grippe-h7n9-aurait-ete-… ). Les deux personnes infectées, le père et sa fille, sont décédées. De plus, le virus a montré des signes de résistance aux principaux anti-viraux. L'épidémie est maintenant sous contrôle grâce à la fermeture de nombreux marchés de volailles, principale source d'infection et au fait que les températures sont plus chaudes en été. Mais expliquent ces chercheurs, dont notamment les virologues néerlandais Ron Fouchier (Rotterdam) et américain Yoshihiro Kawaoka de l'Université du Wisconsin-Madison, le virus POURRAIT réémerger avec des mutations à l'approche de l'hiver avec la capacité POTENTIELLE de SE TRANSMETTRE PAR VOIE AÉRIENNE ENTRE HUMAINS.

Le Dr Fouchier et ses collègues décrivent dans leur lettre publiée dans la revue américaine Science et britannique Nature l'approche qu'ils entendent suivre pour décoder en laboratoire les processus moléculaires clé de H7N9 avec des manipulations génétiques, CRÉANT EN D'AUTRES TERMES UN VIRUS MUTANT PLUS VIRULENT, RÉSISTANT AUX ANTI-VIRAUX OU CAPABLE DE SE TRANSMETTRE ENTRE DES MAMMIFÈRES, SOIT POTENTIELLEMENT ENTRE HUMAINS.

Avec ces expériences, ils ESPÈRENT "trouver ce qui rend cet agent pathogène potentiellement mortel pour l'homme et les moyens d'arrêter sa possible propagation". Ils expliquent que dans ce cas, les études épidémiologiques classiques et la surveillance ne donnent pas assez de temps aux autorités sanitaires pour élaborer une réponse efficace contre une éventuelle pandémie. Ces chercheurs soulignent aussi qu'ils prendront les précautions qui s'imposent pour travailler avec des VIRUS GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS et respecteront les réglementations mises en place en 2012 par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et les Etats-Unis pour les travaux controversés sur le virus de la grippe H5N1.

LE DR FOUCHIER ET SON COLLÈGUE YOSHIHIRO KAWAOKA AVAIENT CHACUN DE LEUR CÔTÉ CRÉÉ UN VIRUS MUTANT H5N1 DE LA GRIPPE CAPABLE DE SE TRANSMETTRE ENTRE MAMMIFÈRES. Les autorités américaines avaient bloqué la publication de leurs études en 2011 et ce pendant plusieurs mois en avançant le risque bioterroriste ou qu'un tel virus s'échappe du laboratoire. Elles avaient demandé à ce que des mesures soient prises pour mener de telles recherches avant qu'elles puissent reprendre ce qui n'est toujours pas le cas aux Etats-Unis, selon Ron Fouchier. IL A PRÉCISÉ QUE LES TRAVAUX SUR LE VIRUS MUTANT H5N1 AVAIENT RECOMMENCÉ DANS SON LABORATOIRE À ROTTERDAM. Un groupe de 40 scientifiques avaient également accepté un moratoire sur ce type de recherche qui a été levé plus tôt cette année.

Les chercheurs soulignent dans leur lettre que la controverse suscitée par les recherches sur le virus mutant H5N1 "a été salutaire car elle a relancé le dialogue sur la sécurité sanitaire des laboratoires et sur le DOUBLE USAGE DES RECHERCHES", CIVILES ET MILITAIRES. Aux Etats-Unis, des contrôles supplémentaires ont également été mis en place pour minimiser les RISQUES DANS LES LABORATOIRES, notent-ils. Dans une correspondance publiée mercredi, le ministère américain de la Santé indique que toutes recherches qu'il finance visant à CRÉER DES VIRUS H7N9 CAPABLE DE SE TRANSMETTRE ENTRE DES MAMMIFÈRES PAR VOIE AÉRIENNE feraient l'objet d'un examen accru.

Lefigaro.fr avec AFP.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 9 Aoû - 10:09 (2013)    Sujet du message: L'ORDRE DU JOUR DE LA DEPOPULATION ILLUMINATI ... Répondre en citant

L'ORDRE DU JOUR DE LA DEPOPULATION ILLUMINATI  ...


jeudi 8 août 2013





Alors que l'élite mondiale construire des bunkers souterrains, manger des graines bio et dispose d'un trésor dans l'Arctique, les pauvres du monde sont lentement amené la faim grâce à des prix élevés des matières premières et des organismes d'intoxication alimentaire (OGM). Les mesures d'austérité visant principalement les pauvres sont imposées à tous les pays du monde. Et les phénomènes météorologiques se développent des guerres plus meurtrières et brushfire plus fréquentes. Un AK-47 peut être obtenu pour 49 $ sur les marchés d'Afrique de l'Ouest. La campagne de dépeuplement de la consanguinité Illuminati banquiers s'accélère.

En 1957, le président Dwight Eisenhower, qui plus tard a mis en garde contre un «complexe militaro-industriel», a commandé un groupe de scientifiques pour étudier la question de la surpopulation. Les scientifiques étendues Alternatives I, II et III, prônant à la fois la libération de virus mortels et la guerre perpétuelle comme un moyen de réduire la population du monde.

La première supposition cadrait bien avec les intérêts pharmaceutiques des Rockefeller. Selon le magazine Nexus, le Rockefeller propre moitié de l'industrie pharmaceutique américaine, qui récolter des milliards développement des médicaments pour les virus mortels sur le point d'être libéré "bataille".

En 1969, le Comité Church du Sénat a découvert que le Department of Defense (DOD) a demandé un budget de plusieurs dizaines de millions de dollars des contribuables pour un programme visant à accélérer le développement de nouveaux virus qui attaquent et détruisent le système immunitaire humain. Les représentants du Ministère de la défense ont témoigné devant le Congrès qu'il prévoyait de produire, "un agent biologique synthétique, un agent qui n'existe pas naturellement et pour lequel aucune immunité naturelle pourrait être acquis ... Le plus important est qu'il pourrait être réfractaire aux processus immunologique et thérapeutique dont nous dépendons pour maintenir notre liberté relative de maladies infectieuses. "House Bill 5090 a autorisé les fonds et MK-NAOMI a été réalisée à Fort Detrick, dans le Maryland.

De cette recherche est venu le virus du sida qui a été ciblée par des "éléments indésirables" de la population. Les premiers virus du sida ont été administrés par une campagne massive de vaccination contre la variole en Afrique centrale et australe par l'Organisation mondiale de la Santé en 1977. Un an plus tard annonces apparaissent dans les principaux journaux américains solliciter des «volontaires masculins homosexuels promiscuité" pour participer à une étude de vaccin contre l'hépatite B [1]

Le programme s'adresse hommes gais 20-40 ans à New York, Los Angeles, Chicago, St. Louis et San Francisco. A été administré par le US Centers for Disease Control, qui, en vertu de son incarnation précédente comme le ministère de la Santé publique américaine à Atlanta, a supervisé les expériences de Tuskegee sur la syphilis sur les hommes afro-américains. [2]

San Francisco a été la cible de nombreuses expériences de la CIA, en raison de sa forte population de citoyens gauche et gai, les vues Illuminati comme «indésirables». Selon le Dr Eva Snead, San Francisco possède l'un des taux de cancer plus élevés du pays. Pendant des années Malathion développé d'abord par les nazis, a été pulvérisé sur la ville par des hélicoptères de Evergreen Air de la CIA, dont la base Arizona est utilisé, selon l'auteur William Cooper, comme point de transbordement pour la cocaïne colombienne CIA. La maladie du légionnaire mystérieux se produit souvent à San Francisco et un programme de l'acide CIA MK-ULTRA contrôle mal de tête était basé là-bas.

La force intellectuelle derrière l'introduction du sida était le Groupe de Bilderberg, qui est devenu obsédé par le contrôle de la population après la Seconde Guerre mondiale. Auteur Cooper dit le Comité de la politique du groupe de Bilderberg a donné des ordres pour DOD à introduire le virus du sida. Les Bilderberg sont proches du Club de Rome, qui a été fondée sur une propriété près de Rockefeller Bellagio, en Italie, et est soutenu par la même noblesse noire européenne de l'OMS des réunions Bilderberger fréquentes. Un rapport de 1968 par le Club de Rome a plaidé pour une réduction du taux de natalité et une mortalité accrue. Fondateur du club Dr Aurelio Peccei fait une recommandation top-secret d'introduire un microbe qui s'attaque au système auto-immune, puis développement d'un vaccin à titre préventif pour l'élite mondiale. [3]

Un mois après la 1968 réunion du Club de Rome Paul Ehrlich a publié The Population Bomb. Le livre pointe vers un plan de dépeuplement draconiennes dans les travaux. Sur la page dix-sept Ehrlich écrit: «Le problème aurait pu être évité par un contrôle de la population ... alors qu'une« solution de taux de mortalité »ne doit pas se produire." Un an après MK-NAOMI est né. Peccei l'auteur du rapport le plus réputé du Club de Rome Global 2000 que le président Jimmy Carter a poussé sur son shakedown BCCI croisière de l'Afrique. Peccei écrit dans le rapport: «L'homme est désormais investi sans précédent, avec des responsabilités énormes et jeté dans le rôle d'animateur de la vie sur la planète, y compris le vôtre."

Les Bilderberg étaient derrière la politique Haig-Kissinger dépeuplement, une force motrice dans le département d'État et administrés par le Conseil national de sécurité. La pression est appliquée aux pays du tiers monde à réduire leurs populations. Ceux qui ne respectent pas voir leur aide américaine retenu ou font l'objet d'guerre de basse intensité plan rose qui cible les civils, notamment les femmes en âge de procréer. En Afrique sont encouragés guerres famine et brosse-le-feu. AK-47 peut être achetée sur les marchés ouest-africains pour moins de 50 $. La même chose est vraie dans le marché de Peshawar, Paquistão.Em 1975, un an après avoir assisté à un club de Conférence de Rome sur le sujet, le secrétaire d'État Kissinger a fondé le Bureau de la Population (OPA).

L'Américain OPA cas officier Thomas Ferguson latine craché le morceau sur l'ordre du jour de l'OPA, quand il a dit: «Il ya un thème unique derrière tout notre travail, nous devons réduire les niveaux populacionais.Ou qu'ils font à notre façon, à travers belles méthodes propres ou ils obtiendront le genre de gâchis que nous avons en El Salvador, ou en Iran, ou à Beyrouth ... Une fois que la population est hors de contrôle, il exige que le gouvernement autoritaire, même le fascisme, pour la réduire. .. Les professionnels ne sont pas intéressés à faire baisser la population pour des raisons humanitaires ... Les guerres civiles sont un peu les moyens de réduire la population haleine. La meilleure façon de réduire la population à travers la famine comme en Afrique. Nous allons dans un pays et disons, voici votre plan de développement putain. jeter par la fenêtre. Commencer à regarder votre population ... si vous ne le faites pas ... alors vous aurez un El Salvador ou un Iran, ou pire, au Cambodge. " [4]

Ferguson dit d'El Salvador, «d'accomplir ce que le Département d'Etat considère population de contrôle approprié, la guerre civile (géré par la CIA) devrait être élargi. Vous devez tirer tous les hommes dans les combats et tuer un nombre important de femmes , fertile en âge de procréer. Vous êtes le meurtre d'un petit nombre de mâles et de femelles fertiles pas assez pour faire le travail ... Si la guerre était à 30-40 ans, vous pouvez réaliser quelque chose. Malheureusement, nous n'avons pas beaucoup d'exemples de ce à étudier. "

Rapport de Iron Mountain


En 1961, les responsables de l'administration Kennedy McGeorge Bundy, Robert McNamara et Dean Rusk, tous les membres du CFR et de Bilderberg, a conduit un groupe d'étude qui s'est penchée sur «le problème de la paix." Le groupe s'est réuni à Iron Mountain, un immense bunker souterrain près de l'entreprise Hudson, à New York, où CFR think tank, l'Institut Hudson se trouve. Le bunker contient des bureaux redondants en cas d'attaque nucléaire pour Exxon Mobil, Royal Dutch / Shell et JP Morgan Chase. [5] Une copie des discussions de groupe, connu sous le nom de Rapport Iron Mountain, a été divulgué par un participant et publié en 1967 par Dial Press.

Les auteurs du rapport ont vu la guerre comme nécessaire et souhaitable, devient «la guerre est le système social de base, dans lequel les autres modes secondaires de conflit d'organisation sociale ou conspirent. (La guerre), la force organisatrice principale ... l' stabilisateur essentiel économique des sociétés modernes. "Le groupe craint que par« leadership ambiguë »la« classe dirigeante administrative »peut perdre sa capacité à« rationaliser la guerre souhaitée », conduisant à« la déstabilisation actuelle de l'armée ».

Le rapport poursuit en disant: «... le système de guerre ne peut pas responsable autorisé à disparaître jusqu'à ce que ... nous savons exactement ce que vous voulez mettre à sa place ... La possibilité d'une guerre fournit le sens de la nécessité extérieure, sans laquelle aucun gouvernement ne peut rester longtemps au pouvoir ... L'autorité fondamentale d'un État moderne sur sa population réside dans ses pouvoirs de guerre. Guerra a été la dernière grande protection contre la suppression de classes nécessaires ".

L'historien Howard Zinn décrit cette énigme quand il écrit: «le capitalisme américain avait besoin rivalités internationales et périodique de la guerre à créer une communauté artificielle d'intérêts entre les riches et les pauvres, supplantant le véritable communauté d'intérêts entre les pauvres qui se manifestait dans les mouvements sporadique ».

Le Iron Mountain bande n'était pas le premier à découvrir les vertus de la guerre. En 1909, les administrateurs de la Fondation Andrew Carnegie pour la paix internationale se sont réunis pour discuter de la vie d'avant la Première Guerre mondiale américaine. La plupart des participants étaient des membres de Skull & Bones. Ils ont conclu: «Il n'ya pas de moyen connu plus efficaces que la guerre, en supposant que l'objectif est de modifier la vie de tout un peuple ... Comment pouvons-nous impliquer les Etats-Unis dans une guerre?"

Le rapport de Iron Mountain passe de proposer un rôle approprié pour ceux des classes inférieures, créditant les institutions militaires de fournir des "éléments antisociaux avec le rôle acceptable dans la structure sociale de l '. Plus récent et le plus dangereux de ces groupes sociaux hostiles étaient maintenue sous contrôle par le Selective Service System ... Un substitut possible pour le contrôle des ennemis potentiels de la société est la réintroduction, d'une manière compatible avec la technologie moderne et le processus politique, de l'esclavage ... Le développement d'une forme sophistiquée de l'esclavage peut être une condition sine qua non d'un contrôle social dans un monde en paix ".

Fer gorilles de montagne, si enthousiasmés à l'idée de l'esclavage, cotées que d'autres substitutions socio-économiques de la guerre: un programme complet de bien-être social, un programme de géants espace visant des objectifs inatteignables ouverts, un régime de contrôle des armes permanente une la police mondiaux omniprésents et la force maintien de la paix, la pollution mondiale massive qui nécessite une importante main-d'œuvre à nettoyer, sports de sang à caractère social et un eugénisme complets. [6]

Le génocide irakien rempli les rêves du Club de Rome Zéro population sur Terre par maniaques, tout en offrant un terrain d'essai pour deux des substituts de guerre proposés par les fascistes Iron Mountain: un régime d'inspections d'armes et des casques bleus de l'ONU . Les deux concepts ont gagné traction dans la communauté internationale en raison de la guerre du Golfe.

Laissez le génocide irakien

Les estimations des victimes irakiennes pendant la guerre du Golfe donnent à réfléchir. Certaines organisations comme Greenpeace ont mis le nombre de morts à près d'un million de personnes. C'était une guerre dans laquelle les médias ont été privés de l'accès à une échelle jamais vue auparavant, de sorte que le nombre de victimes varient considérablement. Selon Tony Murphy, chercheur à la Cour pénale internationale, l'attaque américaine contre l'Irak a tué 125.000 civils, tout en détruisant 676 écoles, 38 hôpitaux, 8 grandes centrales hydroélectriques, 11 usines, 119 sous-stations électriques et demi de lignes téléphoniques du pays. Les attaques se sont produites surtout la nuit, quand les gens étaient plus vulnérables.

Dans les mois qui ont suivi la guerre, le taux de mortalité des enfants irakiens de moins de cinq triplicou.Trinta-huit pour cent de ces décès ont été causés par la diarrhée. [7] Victor Filatov, un rapport de la journaliste russe pour Sovetskaya Rossiya guerre Bagdad, a écrit: «Ce nouveau bain de sang faire ces barbares de la nécessité du 20ème siècle, je pensais que les Américains avaient changé depuis le Vietnam ..? . mais non, ils ne changent jamais. ils restent fidèles à eux-mêmes. "

Selon l'ancien procureur général américain Ramsey Clark, les Etats-Unis a été reconnu coupable de dix-neuf crimes de guerre contre l'Irak devant la Cour pénale internationale. Les États-Unis a chuté 88.000 tonnes de bombes sur l'Irak pendant la guerre du Golfe et a de nombreuses bombes pleuvoir de nouveau. Beaucoup de bombes ont été prévenus à balles perforantes uranium appauvri (UA) ogives, ce qui peut contribuer à des problèmes de santé chroniques irakiens. Dr. Siegwart-Horst Gunther, un médecin allemand qui est venu en Irak pour aider son peuple, était gravement malade quand il a géré un seul fragment de cigare taille d'une ogive UA. Dr. Gunther mesuré la radioactivité du petit objet à microSv 11 par heure, tandis qu'une exposition acceptable est pas plus de 300 microSv par an. [8] Trois cents tonnes de munitions à l'UA ont été déployés au cours de la guerre.

Beaucoup pensent que l'uranium appauvri est responsable de syndrome de la guerre du Golfe, qui a tué et blessé de façon permanente nombreux soldats américains qui ont combattu dans le théâtre du golfe Persique. Depuis 2000, environ 11.000 vétérans de la guerre du Golfe, les Etats-Unis sont morts du syndrome de la guerre du Golfe, tandis que le Pentagone continue à couvrir cette mascarade.

Guerre Psychotronic et le satanisme

Les États-Unis a également testé différents systèmes d'armes top secret high-tech au théâtre du Golfe, l'utilisation de certains ceux de basse fréquence préférés. Lorsque les forces terrestres irakiennes se sont rendus, beaucoup d'entre eux étaient dans un état de délire et de la léthargie qui aurait pu être induite par les vagues de la radio très basse fréquence, qui aux États-Unis utilisé comme une arme dans le conflit depuis le Vietnam.

Université de Yale et le psychiatre Dr Jose Delgado a étudié contrôle mental de la CIA pour l'entreprise au cours des années 1950, dans le cadre du MK-ULTRA. Delgado déterminé, le «contrôle physique des nombreuses fonctions du cerveau est un fait démontré ... il est même possible de créer et de suivre intentions ... Par stimulation électronique des structures cérébrales spécifiques, les mouvements peuvent être induites par commande radio ... par commande à distance. "

Selon un document militaire écrit par le colonel Paul Valley et Major Michael Aquino intitulé De PSYOP à Mindwar: The Psychology of Victory, l'armée américaine a utilisé un système d'armes opérationnel »pour cartographier l'esprit des individus neutres et ennemi et puis de les modifier pour être en conformité intérêts nationaux des Etats-Unis. " La technique a été utilisée pour assurer la livraison de 29 276 soldats armés Viet Cong et l'armée nord-vietnamienne en 1967 et 1968. L'US Navy a également été fortement impliqué dans la recherche "psychotronic". [9] De nombreux soldats américains qui ont servi près de la zone démilitarisée qui sépare Nord et le Sud Vietnam a affirmé avoir vu des ovnis sur une base régulière. Les Papiers du Pentagone ont révélé qu'une barrière électronique a été placée le long de la zone démilitarisée par le secret Société JASON.

Biggest Michael Aquino était un spécialiste en opérations psychologiques de l'armée au Vietnam, où son unité spécialisée dans l'encouragement de la drogue, lavage de cerveau, l'injection de virus, des implants cérébraux, l'hypnose et l'utilisation de champs électromagnétiques et les ondes de Radio extrêmement basse fréquence. Après le Vietnam, Aquino a déménagé à San Francisco et a fondé le Temple de Set Set est l'ancien nom égyptien de Lucifer. Aquino était désormais un responsable du renseignement militaire de haut rang US. [10] On lui avait donné une cote de sécurité de niveau très secret le 9 Juin 1981. Moins d'un mois plus tard, une note de renseignements de l'armée a révélé que le Temple de Set de Aquino était une émanation de l'église Anton LaVey de Satan, également basée à San Francisco. Deux autres membres de l'ensemble ont été Willie Browning et Dennis Mann. Deux étaient des agents de renseignements de l'armée.

Le Temple de Set était obsédé par les questions militaires et le fascisme politique. Était particulièrement préoccupé par l'Ordre nazi du trapèze. Travail "officiel" de Thomas d'Aquin est professeur d'histoire à l'Université Golden Gate. Le Temple a recruté les mêmes Hells Angels qui Billy Mellon Hitchcock avait utilisé pour distribuer sa mauvaise acide CIA. Ses membres fréquentaient des prostituées où ils participent à toutes sortes d'activités sadomasochistes. [11] Directeur de contre-espionnage armée Donald presse a révélé que Dennis Mann a été affecté au bataillon OPSPSY 306 et que Aquino a été affecté à un programme secret connu sous le nom Presidio.

Presidio était également le nom d'une base militaire américaine fantasmagorique dans ce qui est maintenant Porte National Recreation Area or, qui avait assisté à Mikhaïl Gorbatchev quand l'Union soviétique s'effondrait. Aquino a fait partie d'une opération de «cartographier l'esprit» du dernier dirigeant soviétique et l'inciter à proposer à la fois la glasnost et de la perestroïka, les deux politiques de libre marché qui ont conduit à la mort de l'Union soviétique? Rappelez-vous la marque curieux est soudainement apparu sur le front de Gorbatchev? Il a été implanté avec une sorte de contrôle mental dispositif puce pour vous faire croire ", selon les intérêts nationaux des États-Unis»?

Cette technologie orwellienne est commercialisée sur une base régulière à travers le monde. International Healthline Corporation et d'autres vendent implants de microcircuits aux Etats-Unis, la Russie et l'Europe. La Humane Society a adopté une politique de micro-écaillage tous les animaux errants. L'État d'Hawaii exige que tous les animaux soient puce électronique. Six mille personnes en Suède ont accepté une puce dans ma main, qu'ils utilisent pour tous les achats. Des essais sont également en cours au Japon en Juillet 2002, la radio publique nationale a indiqué une étude départ semblable à Seattle. Plus tard, en 2002, après une vague d'enlèvements de jeunes suspects, la BBC a rapporté que la société britannique envisage d'implanter enfants avec des puces de sorte que les parents peuvent surveiller leurs allées et venues.

Dr. Carl Sanders, un ingénieur en électronique hautement acclamé révélé que Microchip a lancé un projet pour aider les gens avec la moelle épinière a été sectionnée prise par Bill Colby Opération Phoenix dans une série de réunions organisées par Henry Kissinger. Sanders dit que l'optimum pour puce implant est juste en dessous de la racine des cheveux sur le front d'une personne une fois que l'appareil peut être rechargé par des changements dans la température du corps, qu'il ya plus prononcée. Fait intéressant, c'est l'emplacement de la glande pinéale ou troisième œil.

En 1986, la Loi sur le contrôle de l'émigration accorde au Président le pouvoir d'imposer une forme d'identification est jugé nécessaire. [12] Des chercheurs de Californie du Sud ont développé une puce qui imite l'hippocampe, la partie du cerveau qui traite de la mémoire. Des responsables du Pentagone sont intéressés à l'utiliser dans des expériences pour créer un «super-soldat». [13] Une autre puce appelée BrainGate étant implanté chez les personnes paralysées. Cela leur permet de contrôler leur environnement tout simplement par la pensée. [14]

En Irak, la guerre psychologique a cédé la place à ralentir génocide. Selon l'UNICEF, à la fin de l'année 2001, 1,5 million d'enfants irakiens sont morts à la suite de sanctions, tandis que les enfants sur dix meurent avant leur premier anniversaire. Thalassémie, l'anémie et la diarrhée sont les principales causes de décès et auraient pu être évités s'il n'y avait pas pénurie chronique de sang et de la médecine en Irak en raison des sanctions. Comité 661 de l'ONU a servi comme arbitre de ce qui constitue un élément «à double usage» et donc interdit d'importation en Irak. Depuis 2001, plus de 1600 des contrats irakiens avec des sociétés occidentales pour les équipements médicaux avaient été bloquées par 661. [15]

La guerre du Golfe, les systèmes de traitement des eaux et des eaux usées en Irak décimée. Les Irakiens ont été forcés de boire de l'eau contaminée, ce qui conduit à de nombreux problèmes de santé. Irak n'a pas été autorisée à importer du chlore pour purifier l'eau à partir de 661 considéré comme un potentiel d'armes chimiques. L'électricité a été rationnée en incréments quotidiennes de trois heures par ménage depuis que le gouvernement irakien n'a pas pu obtenir les pièces nécessaires à la réparation de ses usines après les Etats-Unis ont bombardé son réseau électrique entier. Avec la dévaluation du dinar irakien et l'interdiction de l'exportation de 2,4 millions de barils de pétrole par jour, la moyenne irakienne vivait sur 2,50 $ par mois, assez pour acheter une paire de chaussures. La seule Irakiens pas touchés étaient l'élite fortunée qui avait longtemps caché leurs économies à l'étranger en dollars.

L'UNICEF estime que 28% des enfants irakiens n'allaient plus à l'école. Avant la guerre, presque tous les enfants y ont participé. Souvent, les familles ne pouvaient se permettre d'envoyer un enfant à l'école en raison du coût des choses simples comme sacs à dos, des chaussures et des ordinateurs portables. Rafah Salam Aziz, Directeur de l'Hôpital de Mansour enfants, dit que les parents étaient souvent obligés de prendre des décisions similaires sur la vie de leurs enfants. Aziz a déclaré: «Il est souvent plus facile pour une famille de laisser un bébé mourir plutôt que de laisser toute la famille souffre de la faim et tombent malades." [16]

En 1996, Clinton, et son secrétaire à la Défense William Perry a annoncé un nouveau renforcement militaire dans le golfe Persique. Bientôt des missiles de croisière ont été de nouveau pleuvoir à Bagdad. De nombreux pays ont assez des deux bombardements américains et le régime des sanctions, qui a été brutalise le peuple irakien, tout en renforçant le contrôle de Saddam Hussein a eu. L'puis président russe Boris Eltsine, dont le pays a signé un accord avec l'Irak à reconstruire son secteur pétrolier brisé, s'est dit préoccupé par l'utilisation de la «force extrême et radicale contre le monde arabe." L'opposition russe a offert une plus brûlant. Alexander Lebed dit avec colère: «Les États-Unis comme un maître fort qui crache sur tout le monde." [17]

Turquie, la Jordanie et la Syrie ont tous exprimé un malaise au sujet de la nouvelle série de bombardements. Même les Saoudiens, où le fondamentalisme islamique était à la hausse et deux attentats à la bombe survenu sur les bases américaines, maintenant refusé d'autoriser les Etats-Unis d'utiliser ses bases pour bombarder l'Irak. De nombreux pays, dont la France, ont commencé à exhiber ouvertement l'embargo de l'ONU contre l'Irak à la fin de 1990.

Dennis Halliday, ancien secrétaire des Nations Unies, qui ont d'abord dirigé le programme humanitaire de l'ONU pour l'Irak adjoint, a démissionné en signe de protestation. Il a déclaré sanctions démolissaient la même classe du peuple irakien qui voulaient créer un meilleur gouvernement du pays. Il était méprisant du pétrole de l'ONU pour le Programme alimentaire aux États-Unis a reçu 70% du pétrole irakien. Halliday déclare clairement: «Nous sommes coupables de génocide, par le Conseil de sécurité contre l'Irak." [18]

Halliday 1998 successeur Hans Van Sponeck, qui observait que l'ONU a déployé le système d'inspection des armes UNSCOM, payé par le pétrole irakien. US inspecteur Scott Ritter a confirmé les soupçons irakiens qui UNSCOM a été la collecte d'informations pour la CIA et le Mossad. UNSCOM était juste le dernier outil CIA. En 1996, le gouvernement irakien a déclaré que les agences d'aide internationales, dont le Programme alimentaire mondial, qui a affirmé être d'aider les Kurdes, étaient en fait des agents de la CIA qui tentent de déstabiliser le pays.

En fait, la CIA avait dépensé plus de 20 millions de dollars dans son soutien au Congrès national irakien, dirigé par le PKK kurde faction de longue date CIA substitut Jalal Talabani. [19] En Janvier 1997 l'Irak découvert deux réseaux d'espionnage du Mossad dans un mois après la tentative d'assassinat du fils de Saddam Hussein. [20] Hans Van Sponeck en avait assez vu. Il a également démissionné en signe de protestation.

Au début de 1999, il a été révélé que les Etats-Unis avaient utilisé UNSCOM à planter des dispositifs d'écoute électronique ministère irakien de la Défense. Armes inspecteur Scott Ritter dit que la CIA utilisait l'UNSCOM à «provoquer une crise." En Décembre 1998 UNSCOM, face aux accusations embarrassantes d'espionnage, a sorti de l'Irak. Le 15 Décembre, les USA ont lancé une nouvelle série de bombardements. Ritter dit renseignements recueillis par la Commission spéciale a été utilisée pour le ciblage. Porte-parole de l'UNSCOM David Kay a refait surface en 2003, a appelé à une invasion de l'Irak. Maintenant, il travaille pour SAIC, qui débarquent de nombreux contrats avec le Pentagone pour reconstruire l'Irak.

[1] Voici un cheval pâle. William Cooper. Lumière presse de la technologie. Sedona, AZ. 1991. p.166

[2] Robot Rebellion: The Story of the Renaissance spirituelle. David Icke. Passerelle Books. Bath, Royaume-Unido.1994. p.305

[3] Cooper. p.166

[4] Ibid

[5] La règle du secret: l'histoire cachée qui relie la Commission Trilatérale, les francs-maçons et les grandes pyramides. Jim Marrs. HarperCollins Publishers. New York. 2000. p.114

[6] Ibid. 116

[7] «taux de mortalité des enfants de sauter en Irak." AP. Great Falls Tribune. 24.09.92. p.8

[8] "uranium appauvri". Siegwart-Horst Gunther. Covert Action Quarterly. Hiver 2001. p.2

[9] Cooper. p.369

[10] Icke. p.221

[11] Cooper. p.361

[12] Icke. p.223

[13] Inquirer. Royaume-Uni. 25/10/05

[14] PhysOrg Nouvelles. 01/11/95 http://www.physorg.com/news7746.html

[15] "Salutations de missiles Street". Discours télévision gratuite. Boulder, CO 23/12/01

[16] «sanctions économiques américaines prenant le péage trop humain en Irak". Great Falls Tribune. 13.09.92.

[17] «Frapper Saddam." Météo. 16.09.96. p.31

[18] «La guerre inachevée». CNN. 01/06/02

[19] Soirée Edition. National Public Radio. 10/09/96

[20] BBC Nouvelles du monde. 01/08/97

Dean Henderson est l'auteur de 4 livres Big Oil & leurs banquiers dans le golfe Persique: Four Horsemen, huit familles et leur intelligence globale, des stupéfiants et réseau terroriste, La Unrich Grateful: Révolution dans 50 pays, Das Réserve fédérale der Kartell & Stickin à la matrice.

Source:
www.deanhenderson.wordpress.com

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2013/08/lordre-du-jour-de-la-depopul…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 13 Aoû - 00:59 (2013)    Sujet du message: NY ALERT! BOVINA NEW YORK ON COMPLETE LOCKDOWN! Répondre en citant

NY ALERT! BOVINA NEW YORK ON COMPLETE LOCKDOWN!

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=OlLjCsnAECI&am…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 27 Aoû - 10:08 (2013)    Sujet du message: LE VACCIN DU H1N1 A ENTRAINE DES MILLIERS DE CAS DE NARCOLEPSIE Répondre en citant

LE VACCIN DU H1N1 A ENTRAINE DES MILLIERS DE CAS DE NARCOLEPSIE 

Mardi 27 août 2013  

 


Si vous vous êtes fait vacciner contre le virus de la grippe porcine H1N1 en 2009, il se peut que vous fassiez partie des milliers de patients atteints de narcolepsie. Selon une étude d'un éminent journal britannique, le vaccin aurait provoqué une hausse de cette grave maladie.

La grippe porcine, aussi connue sous le nom de grippe A ou de virus H1N1, a été l'une des plus grandes pandémies de ce début de siècle, même si certains y ont toujours vu une exagération des pouvoirs publics et des médias pour une maladie qui n'a pas eu l'ampleur que beaucoup ont décrite. Malgré tout, l'affolement a été présent et en 2009 des centaines de milliers de vaccins Pandemrix ont été commandés par le gouvernement français et ceux d'autres pays européens pour que les populations puissent se faire vacciner. 

Ce qu'on apprend quatre ans plus tard grâce à une étude publiée par l'éminent journal anglais le British Medical Journal (BMJ), c'est que ces vaccins seraient la cause de plusieurs milliers de cas denarcolepsie, notamment chez les personnes à la santé fragile comme les jeunes enfants. La narcolepsie est décrite comme un trouble neurologique majeur aux effets effroyables pour le corps, même si les symptômes ne paient pas forcément de mine vus de l'extérieur. Les personnes atteintes peuvent s'endormir à n'importe quel moment de la journée : au travail, pendant un cours voire en voiture, ce qui est potentiellement très dangereux. Ce lien de cause à effet avait déjà été repéré dès 2010 par la Finlande et la Suède. 

La société pharmaceutique qui commercialise le vaccin Pandemrix, GlaxoSmithKline (GSK), a d'abord nié les conclusions suédoises et finlandaises en parlant de spécificités locales qui auraient causé cette recrudescence. Mais selon l'étude du BMJ réalisée sur des patients uniquement britanniques, la hausse est encore plus importante que chez les pays scandinaves. « Cette étude montre une augmentation significative du risque de narcolepsie chez les enfants ayant, en Angleterre, reçu la souche du vaccin pandémique Pandemrix. [...] Notre étude a donné un quotient de probabilité de 14.4 (4.3 à 48.5) pour l'analyse primaire. Ces chiffres sont compatibles avec le risque relatif de 13 trouvé en Finlande dans une étude« , expliquent les chercheurs. 

Cela implique pour les patients à qui on a injecté le vaccin Pandemrix et souffrant de la narcolepsie qu'ils devront vivre avec ce handicap tout le reste de leur vie en suivant un traitement à la lettre pour contrer ce trouble du sommeil. Est-ce que vous et votre famille avez été vous faire vacciner contre le virus H1N1 ?


http://www.santenatureinnovation.com/quels-problemes-de-sante/autres/narcol…

Via :

http://fr.sott.net/article/16476-Des-milliers-de-cas-de-narcolepsie-provoqu…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 3 Sep - 07:03 (2013)    Sujet du message: N.O.M. : L’UNICEF ESPIONNE A LEUR INSU LES ENTITES « ANTI-VACCINS » AFIN DE LES DIFFAMER ET DE LES CRIMINALISER ! Répondre en citant




N.O.M. : L’UNICEF ESPIONNE A LEUR INSU LES ENTITES « ANTI-VACCINS » AFIN DE LES DIFFAMER ET DE LES CRIMINALISER !






Chers amis,
 
L’UNICEF – UNE TENTACULE DE LA PIEUVRE MONDIALISTE DE L’ONU – VIENT DE PUBLIER UN RAPPORT QUI SIGNALE QU’ELLE A ESPIONNÉ SANS VERGOGNE, ET CE À L’INSU DES INTÉRESSÉS, LES BLOGS, FORUMS, RÉSEAUX SOCIAUX ET SITES WEB QUI DÉNONCENT LES EFFETS NOCIFS DES VACCINS TOXIQUES !
POURQUOI CET ESPIONNAGE ? MAIS TOUT SIMPLEMENT PARCE QUE LES POPULATIONS S’INFORMENT VIA LE WEB, APPRENNENT LES DANGERS LIÉS AUX VACCINS, ET DEVIENNENT MÉFIANTS FACE AUX VACCINS, CE QUI, BIEN SÛR, ENTRAÎNE UNE DIMINUTION DES VACCINATIONS, UNE DIMINUTION DES PROFITS DE L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE CRIMINELLE, MAIS AUSSI UNE DIMINUTION DES MEURTRES VACCINAUX !
L’UNICEF, en organe menteur professionnel du Nouvel Ordre Mondial, OSE en outre qualifier de « désinformation » l’information fournie et scientifiquement prouvée concernant les dangers des vaccins !

Par contre, sa collusion et ses conflits d’intérêt avec les entreprises pharmaceutiques, elles, ne sont pas (encore) clamées sur tous les toits…

LE BUT ABJECT DES CRIMINELS CONTRE L’HUMANITÉ QUI CONSTITUENT L’UNICEF ET LES (ABOMI)NATIONS UNIES CONSISTE DONC À REPÉRER LES « ANTI-VACCINS », À LES ESPIONNER, À LES COURT-CIRCUITER, À LES DIFFAMER ET, POURQUOI PAS, DE LES CRIMINALISER, ET CE AFIN DE FAIRE REMONTER LES TAUX DE VACCINATION, LES CRIMES VACCINAUX ET LES PROFITS DE L’INDUSTRIE MALFAISANTE !

Une fois de plus, nous constatons que le droit à l’anonymat et à la vie privée des internautes a été honteusement VIOLÉ par un organe mondialiste aux intentions néfastes !

Et à nouveau, nous voyons le masque tomber, et la véritable nature démoniaque de ces mondialistes apparaître !

La bonne nouvelle, c’est que les gens s’informent, et que leur confiance dans les mensonges professionnels de l’industrie pharmaceutique mortifère et des instances mondialistes est en perte de vitesse, et est en train de chuter méchamment.

La mauvaise nouvelle, c’est que les ordures mondialistes vont tout mettre en œuvre pour stopper cette tendance et pour criminaliser les militants qui dénoncent les dangers des vaccins… des actions de sabotage, de diffamation, ainsi que des procès et des condamnations sont donc à prévoir. Une guerre idéologique est donc en cours contre les criminels mondialistes de l’UNICEF et des autres instances du Nouvel Ordre Mondial.

LA CONCLUSION EST DONC SIMPLE : CE N’EST QUE VIA UNE LUTTE ACHARNÉE ET EXTRÊMEMENT DÉTERMINÉE CONTRE LES MONDIALISTES ET L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE GÉNOCIDAIRES QUE NOUS POURRONS VOIR SURGIR LA VÉRITÉ CONCERNANT LA VACCINATION, ET RENVERSER LE SYSTÈME MALFAISANT QUI EMPOISONNE LES GENS DÈS LA NAISSANCE PAR L’INJECTION DE POISONS DANS LEURS CORPS VIA LES VACCINS !

Sans surprise, nous verrons ressurgir dans ce qui suit les noms d’entreprises multinationales pourries et mondialistes : la Bill & Melinda Gates Foundation ou la société pharmaceutique Merck, par exemple (pour rappel, signalons qu’un ancien de chez Merck avait admis que Merck avait inoculé délibérément et sciemment, via les vaccins, le cancer et le virus du SIDA à des millions de personnes – cf. http://www.wikistrike.com/article-merck-admet-l-inoculation-du-virus-qui-pr… et http://www.youtube.com/watch?v=edikv0zbAlU ).

L’article, ci-dessous...

BONNE RÉVOLUTION… OU BON EMPOISONNEMENT VIA LES VACCINS, BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.
 
P.S. : un immense merci à la personne qui m’a signalé cet article !






Source : http://www.wikistrike.com/article-l-unicef-surveille-et-diffame-des-sites-c…
Dimanche 1 septembre 2013

L'UNICEF SURVEILLE ET DIFFAME DES SITES CONSACRES A LA SANTE TRAITANT DU PROBLEME DES VACCINS






UN NOUVEAU RAPPORT TRES ETONNANT REVELE QUE LE FONDS DES NATIONS UNIES POUR L'ENFANCE (UNICEF) A SURVEILLE LES SITES CONSACRES A LA SANTE, AINSI QUE LEURS UTILISATEURS DANS LE BUT D'IDENTIFIER LES « PERSONNES D'INFLUENCE ANTI-VACCINS », AINSI QUE LEUR IMPACT SUR LES FAIBLES TAUX DE VACCINATIONS.
Un nouveau document du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) et destiné à SURVEILLER « LA MONTEE DES SENTIMENTS ANTI-VACCINATION EN LIGNE EN EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE » IDENTIFIE DES SITES CONSACRES A LA SANTE comme GreenMedInfo.com,Mercola.com, NaturalNews.com et Vactruth PARCE QU'ILS CONTRIBUERAIENT A DE TROP FAIBLES TAUX DE VACCINATION (cf. http://fr.slideshare.net/unicefceecis/tracking-anti-vaccinesentimentineaste… ).

Le rapport de l'UNICEF intitulé « SURVEILLANCE DU SENTIMENT ANTI-VACCINATION DANS LES MEDIAS SOCIAUX EN EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE » A CONFIRME QUE LES PARENTS UTILISENT LES RESEAUX SOCIAUX POUR PRENDRE LA DECISION DE FAIRE OU NON VACCINER LEURS ENFANTS.
 
Le rapport de 47 pages tente de répondre aux questions suivantes :

• Pourquoi les parents refusent-ils la vaccination ?
• Quelles sont les inquiétudes au sujet des vaccins ?
• Quels sont leurs perceptions, leurs idéaux ?
• Qui influence la discussion ?
• Quels sont les réseaux utilisés ?
• Où sont-ils situés ?
• Comment répondre ?

 En commençant par reprendre une citation de Mark Twain : « un mensonge aura déjà fait la moitié du tour du monde alors que la vérité a seulement commencé à mettre ses chaussures », LE RAPPORT CITE LES MOUVEMENTS ANTI-VACCINATIONS QUI INFLUENCENT L'INFORMATION EN LIGNE, COMME :
 
GreenMedInfo.com : http://greenmedinfo.com/

Mercola.com : http://mercola.com/

Vactruth.com : http://vactruth.com/

Mothering.com : http://mothering.com/

Dr. Tenpenny on Vaccines : http://drtenpenny.com/

Thinking Moms' Revolution : http://thinkingmomsrevolution.com/

The Refusers : http://therefusers.com/

Natural News : http://naturalnews.com/

Worldtruth.tv : http://worldtruth.tv/

Cafemom.com : http://cafemom.com/

VaccineInjury.info : http://vaccineinjury.info/

EverydayHealth.org : http://everydayhealth.org/

LeftBrain/RightBrain : http://leftbrainrightbrain.co.uk/

Zen Gardner - Just Wondering : http://www.zengardner.com/

 La référence de l'UNICEF au "mensonge" (désinformation) qui serait répandu par les sites web repris ci-dessus indique que, même si LE DOCUMENT EST censé être analytique et descriptif, il semble bien être EMPREINT DE NUANCES NORMATIVES ET OSTRACISANTES ET NE DISSIMULE QUE DIFFICILEMENT UN PROGRAMME VISANT A DISCREDITER LES POINTS DE VUES OPPOSES.

LA POSITION DESOBLIGEANTE DE L'UNICEF EST D'AUTANT PLUS SURPRENANTE QUE DES SITES COMME GREENMEDINFO.COM DIFFUSENT ET FOURNISSENT UN ACCES A LA RECHERCHE EVALUEE PAR LES PAIRS SUR LES EFFETS SECONDAIRES DES VACCINS, LES PROBLEMES DE SECURITE, AUTANT D'INFORMATIONS QUI PROVIENNENT DIRECTEMENT DE L' « US NATIONAL LIBRARY OF MEDICINE » ET DONT UNE GRANDE PARTIE PROVIENT DE REVUES TRES IMPORTANTES. [see data set here: vaccine research – cf. http://www.greenmedinfo.com/anti-therapeutic-action/vaccination-all]. En outre, des sites comme Mercola.com et Natural News ne font souvent que citer les mêmes données et faire rapport sur leurs implications. [/url]
http://www.greenmedinfo.com/anti-therapeutic-action/vaccination-all] ETIQUETER D' « ANTI-VACCIN » LA RECHERCHE QUI CONTREDIT OU S'INTERROGE SUR LA VISION UNILATERALE QUI CONSIDERE QUE LES VACCINS SONT TOUJOURS SURS ET EFFICACES, QUE LEURS BENEFICES L'EMPORTENT TOUJOURS SUR LEURS RISQUES, OU QUE LES SITES QUI HEBERGENT OU TRAITENT DES INFORMATIONS AYANT TRAIT « AU MOUVEMENT ANTI-VACCINAL » EST TOUT SIMPLEMENT POLEMIQUE ET MALHONNETE.

En effet, dans la mesure où bon nombre de sites que l'UNICEF qualifie d' « anti-vaccins » n'hésitent pas à citer systématiquement des recherches publiées et évaluées par les pairs, n'est-on pas en droit de se demander si l'UNICEF ne risque pas de mettre en cause la crédibilité de son propre programme de vaccination à l'échelle mondiale qui est lui aussi apparemment basé sur les mêmes ensembles de preuves.

La méthodologie de collecte des données du rapport est décrite comme suit :
« Les chercheurs ont sélectionné les canaux des médias sociaux, les langues, ainsi que des mots-clés pour effectuer les recherches en ligne du 1er mai au 30 juin 2012. LES MESSAGES PROVENANT DE 22.300 PARTICIPANTS UTILISANT L'ANGLAIS, LE RUSSE, LE ROUMAIN ET LE POLONAIS ONT ETE SUIVIS en fonction du volume (mentions, messages, vues), des canaux par lesquels s'opèrent les échanges, de l'engagement (manière dont les utilisateurs réagissent, apprécient et partagent l'information) et de l'analyse des sentiments (pour pouvoir détecter les attitudes positives et négatives). »
Les auteurs du rapport évoquent les « considérations éthiques » par rapport à la collecte et à L'ANALYSE DES COMPORTEMENTS ET DES DONNEES DU WEB CONCERNANT 22.300 UTILISATEURS PISTES. Mais ils prétendent que le fait de ne pas publier les données IP spécifiques dans leur rapport ne viole aucune loi, MEME SI LE RAPPORT PEUT SE PERMETTRE DE VIOLER LES CODES « MORAUX » PAR RAPPORT A CEUX QUI FONT L'OBJET D'UNE SURVEILLANCE ALORS QU'ILS N'EN ONT JAMAIS ETE AVERTIS.

Les principales conclusions présentées :
-Dans les quatre langues, LES BLOGS CONSTITUENT LE MOYEN LE PLUS FREQUEMMENT UTILISE, SUIVI PAR FACEBOOK. TWITTER EST LA DEUXIEME PLUS GRANDE CHAINE EN RUSSE.

-LA PLUPART DES INTERACTIONS SE FONT DANS LES FORUMS. Le public féminin a tendance à se focaliser sur des questions comme les troubles du développement, les produits chimiques, les toxines et les effets secondaires. Les hommes se concentrent davantage sur les arguments ayant trait aux théories du complot, aux croyances religieuses, aux problèmes éthiques. En ce qui concerne les échanges sur le thème de l'anti-vaccination, 56% étaient des femmes et 44% des hommes.

-AU COURS DE LA PERIODE D'ETUDE, UN NOMBRE PLUS IMPORTANT DE MESSAGES EN ANGLAIS ONT UTILISE DES MOTS-CLES AYANT TRAIT AUX THEORIES DU COMPLOT, DE LA MEFIANCE ENVERS LES GOUVERNEMENTS ET L'INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE. En langue russe on relève surtout les thèmes suivants : croyance religieuses et problèmes d'éthique, méfiance envers les gouvernements américains et occidentaux.

-LES LEADERS D'OPINION DES MOUVEMENTS ANTI-VACCINS DANS LE MONDE EN LIGNE PRESENTENT DES CARACTERISTIQUES DIFFERENTES. Certains ne possèdent pas de véritable formation universitaire, tandis que d'autres font partie du monde médical (comme par exemple les infirmières). Ces personnes paraissent SOUVENT BIEN INFORMEES DANS LE DOMAINE DES MEDECINES ALTERNATIVES. Elles s'abonnent à des canaux sociaux d'homéopathes et de défenseurs des médecines alternatives.
Selon le rapport : « L'étude révèle la nécessité urgente d'investir davantage dans l'analyse des hésitations qui se manifestent par rapport à la vaccination... POUR POUVOIR ELABORER DES STRATEGIES CONJOINTES EN VUE DE LUTTER CONTRE CETTE TENDANCE. »

Le rapport fait également les recommandations suivantes :
"LES ORGANISATIONS INTERNATIONALES ET LES AUTRES PARTENAIRES DEVRONT UNIR LEURS FORCES ET AIDER LES GOUVERNEMENTS A INVERSER CETTE TENDANCE CONTRE-PRODUCTIVE, ET ELABORER DES STRATEGIES COMMUNES POUR PROMOUVOIR LA VACCINATION COMME L'UNE DES INTERVENTIONS SANITAIRES LES PLUS EFFICACES ET RENTABLES CONNUES DANS LE MONDE." [Souligné par l'auteur de l'article]

Bien que ce rapport semble présenter l'objectivité et la crédibilité associées depuis longtemps aux Agences de Santé gouvernementales mondiales, L'UNICEF NE FAIT PAS GRAND-CHOSE POUR CAMOUFLER SA VOLONTE DE COLLABORER ET D'ACCEPTER DE L'ARGENT DE SOCIETES QUI PEUVENT AVOIR INTERET A DISCREDITER DES INFORMATIONS SCIENTIFIQUEMENT ETABLIES AU SUJET DES EFFETS SECONDAIRES INATTENDUS DES VACCINS, A LEUR MANQUE D'EFFICACITE…

ILS ANNONCENT OUVERTEMENT LEUR VOLONTE DE SOUTENIR LES SOCIETES MULTINATIONALES
[/url]
http://www.unicef.org/corporate_partners/index.html , UN SYSTEME DE MARKETING LARGEMENT CRITIQUE PAR LES GROUPES D'INTERET PUBLIC...

A titre d'exemple du MANQUE DE NEUTRALITE DE L'UNICEF PAR RAPPORT AUX CONFLITS D'INTERETS, il est à rappeler qu'en juin de cette année, l'UNICEF s'est associée avec l'un des plus importants fabricants de vaccins, Merck & Co. http://en.wikipedia.org/wiki/Merck_&_Co. qui a promis 500 millions de dollars « pour diminuer la mortalité des mères, le VIH et la prévalence de la tuberculose en Afrique du Sud.

Le Président et chef de la direction du Fonds Américain pour l'UNICEF, Caryl Stern, a été cité en juin 2012 dans un article du Vaccine New Daily. Il disait : « Merck est un partenaire précieux qui contribue à nous rapprocher du jour où plus aucun enfant (ZERO enfant) ne mourra d'une maladie évitable (de causes évitables). » [1]

MERCK, tout en étant considéré par l'UNICEF comme « un partenaire important » PEUT DIFFICILEMENT ETRE CONSIDERE COMME ETANT UNE SOURCE CREDIBLE D'INFORMATION SUR LA SECURITE ET L'EFFICACITE DE SES PRODUITS, comme en témoigne la décision (2011) du Ministère de la Justice Américain qui aurait contraint Merck à payer 950 millions de dollars pour régler les accusations criminelles et clôturer les poursuites civiles fédérales liées à la COMMERCIALISATION FRAUDULEUSE DE SON MEDICAMENT MEURTRIER, LE VIOX. Ceci ne constitue en fait que la pointe émergée de l'iceberg des nombreux problèmes juridiques de Merck. Pour en savoir plus : http://www.corp-research.org/merck .

Une autre organisation a établi un partenariat avec l'UNICEF et accepté des contributions financières importantes de LA FONDATION BILL & MELINDA GATES QUI A SOUTENU ACTIVEMENT LA SURVEILLANCE EN LIGNE DE GROUPES SOI-DISANT « ANTI-VACCINS », comme nous l'avons documenté dans un document du 29 août 2012 : « La Fondation Gates finance la surveillance des groupes anti-vaccins » (cf. http://www.greenmedinfo.com/blog/gates-foundation-funds-surveillance-anti-v… ).

Une subvention de $100K a été récemment versée à Seth C. Kalichman, professeur au département de psychologie de l'université du Connecticut pour « ETABLIR UN SYSTEME DE SURVEILLANCE ET D'ALERTE PAR RAPPORT AUX MOUVEMENTS ANTI-VACCINS » qui aurait pour objectif « d'établir un système rapide d'alerte internet mondiale pour trouver, analyser et contrer les campagnes de désinformation en ce qui concerne les vaccins et ce DANS LE BUT ULTIME DE SOUTENIR LES EFFORTS DESTINES A PROMOUVOIR LA VACCINATION SUR UN PLAN MONDIAL. »

La Fondation Gates est connue pour concentrer ses dons de charité sur le plan d'éradication mondial de la polio, alors qu'elle néglige de mettre l'accent sur des solutions durables pour prévenir la morbidité et la mortalité associées aux vecteurs de maladies infectieuses, à savoir l'amélioration de la nutrition, de l'assainissement et de l'hygiène.

IRONIQUEMENT, LES PROGRAMMES DE L'UNICEF BASES SUR LES VACCINATIONS POUR COMBATTRE LA MORTALITE INFANTILE EN AFRIQUE DE L'OUEST SEMBLENT REDUIRE LA SURVIE dans certaines régions qui sont hors de portée de leurs programmes.

Selon un rapport de 2010 de la BBC http://news.bbc.co.uk/2/hi/africa/8455444.stm
« L'UNICEF AURAIT DEPENSE 27 MILLIONS DE DOLLARS (£17m) POUR LE DEPLOIEMENT DE CAMPAGNES DE VACCINATION, DE PILULES DE VITAMINE A ET DE MOUSTIQUAIRES POUR PROTEGER CONTRE LE PALUDISME, et ce, de 2001 à 2005 dans les régions de 11 pays. Il semble intéressant de noter que les chercheurs qui ont étudié des régions du Ghana, du Mali et du Bénin auraient déclaré que LES ENFANTS AVAIENT SOUVENT PLUS DE CHANCES DE SURVIVRE A L'EXTERIEUR DU SYSTEME ETABLI PAR LES NATIONS UNIES. »

En effet, LA CRITIQUE LA PLUS CONNUE DE L'UNICEF, C'EST QU'ELLE SEMBLE AVOIR FAIT TRES PEU POUR REDUIRE LA MORTALITE INFANTILE (DANS CERTAINES REGIONS SUB-SAHARIENNES D'AFRIQUE, LA MORTALITE A EN FAIT AUGMENTE), ATTESTANT AINSI QUE LA PRIORITE ACCORDEE A LA VACCINATION, et aujourd'hui à la surveillance et au ciblage des associations « anti-vaccins » CONSTITUE UNE PROFONDE ERREUR.

En fin de compte, le nouveau rapport de l'UNICEF représente davantage qu'une analyse objective des organisations soi-disant « anti-vaccins ». IL RESSEMBLE PLUTOT A UN BOUT DE PROPAGANDE VISANT A DISSUADER DES MILLIONS DE PERSONNES DE CONSULTER JOURNELLEMENT DES SITES ALTERNATIFS POUR OBTENIR DE L'INFORMATION QUI N'A PU ETRE VALIDEE PAR CES INDUSTRIES QUI ONT TOUT A GAGNER EN CAMOUFLANT LES EFFETS SECONDAIRES POURTANT BIEN CONNUS DE LEURS PRODUITS ET QUI ONT REUSSI A TRANSFORMER DE NOMBREUSES AGENCES GOUVERNEMENTALES DE SANTE - Y COMPRIS DES AGENCES MONDIALES - EN DIVISIONS DE MENEURS POUR LE MARKETING, LA PROTECTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE ET POUR LA SURVEILLANCE

Notes :

[1] Vaccine News Daily, Merck for Mothers contributes to UNICEF's South African efforts (cf. http://vaccinenewsdaily.com/news/325326-merck-for-mothers-contributes-to-un… ), June 4th, 2013.

Avertissement : Cet article n'est pas destiné à fournir des conseils sur le plan médical, un diagnostic ou un traitement. Les vues exprimées ci-dessus ne reflètent pas nécessairement celles de Greenmedinfo ou de son personnel.

Traduction: Initiative Citoyenne : http://www.initiativecitoyenne.be/article-l-unicef-petoche-et-surveille-le-…
 
Source: http://www.greenmedinfo.com/blog/unicef-surveils-defames-health-sites-over-…




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 3 Sep - 07:22 (2013)    Sujet du message: KENNETH COPELAND, TEXAS TELEVANGELIST, UNDER SCRUTINY QFTER MEASLES OUTBREAK Répondre en citant

KENNETH COPELAND, TEXAS TELEVANGELIST, UNDER SCRUTINY AFTER MEASLES OUTBREAK 

By JAMIE STENGLE 08/31/13 04:47 PM ET EDT





NEWARK, Texas -- The teachings of televangelist Kenneth Copeland and his family focusing on the virtues of trusting God to keep healthy are under scrutiny after a cluster of measles cases linked to his family's North Texas megachurch revealed many congregants hadn't been vaccinated against the highly contagious disease.

Kenneth Copeland Ministries has won supporters worldwide through television programs, crusades, conferences and prayer request networks. He was a pioneer of the prosperity gospel, which holds that believers are destined to flourish spiritually, physically and financially.

Although church officials were quick to act after the outbreak – including hosting clinics in August where 220 people received immunization shots – and have denied they are against medical care or vaccinations, people familiar with the ministry say there is a pervasive culture that believers should rely on God, not modern medicine, to keep them well.

"To get a vaccine would have been viewed by me and my friends and my peers as an act of fear – that you doubted God would keep you safe, you doubted God would keep you healthy. We simply didn't do it," former church member Amy Arden told The Associated Press.

Health officials say 21 people were sickened with the measles after a person who contracted the virus overseas visited the 1,500-member Eagle Mountain International Church located on the vast grounds of Kenneth Copeland Ministries in Newark, about 20 miles north of Fort Worth.

Of the 21 people who contracted measles linked to the church, 16 were unvaccinated. The others may have had at least one vaccination, but had no documentation.

Symptoms of the measles, which is spread by coughing, sneezing and close personal contact with infected people, include a fever, cough and rash. Those infected are contagious from about four days before breaking out into the rash to four days after.

The Centers for Disease Control and Prevention recommends that children get two doses of the combined vaccine for measles, mumps and rubella, called the MMR. The first dose should be given when the child is 12 to 15 months old and the second at 4 to 6 years old.

During an August 2010 broadcast, Copeland expressed shock at the number of vaccinations recommended for his great-grandchild.

"I got to looking into that and some of it is criminal. ... You're not putting – what is it Hepatitis B – in an infant! That's crazy. That is a shot for a sexually transmitted disease. What? In a baby?" he said. "You don't take the word of the guy that's trying to give the shot about what's good and what isn't. You better go read the can or read the thing – find out what's going on there and get the information on there because I'm telling you, it's very dangerous the things that are happening around us all the time."

His wife Gloria bragged during a conference that she and her husband don't need prescription drugs, adding that the Lord heals all diseases.

Robert Hayes, risk manager for the ministries, denied that the church's teachings ever have advised against immunizations and noted the facility includes a medical clinic staffed with a physician.

Ole Anthony, president of the Dallas-based religious watchdog group Trinity Foundation, said that while there might not be specific guidance on topics such as vaccinations, the views of the leadership are clear.

"The whole atmosphere is to encourage them to have faith, and it's no faith if they go to the doctor, that's the bottom line," Anthony said.

In a sermon posted online following the outbreak, Copeland's daughter, Terri Pearsons, who is a senior pastor at Eagle Mountain along with her husband, encouraged those who hadn't been vaccinated to have it done, but added that if "you've got this covered in your household by faith and it crosses your heart of faith, then don't go do it."

In a statement denying that she opposes vaccinations, she added the concerns they had had were "primarily with very young children who have a family history of autism and with bundling too many immunizations at one time."

A fear of the MMR vaccine can be traced to a now-discredited paper published in 1998 by British researcher Andrew Wakefield and colleagues that suggested a link between autism and the combined childhood vaccine for MMR. Repeated studies since have shown no connection, the paper was eventually rejected by the journal that published it and Britain's top medical board stripped Wakefield of the right to practice medicine.

"We do know how to effectively prevent measles. We do know that and so a choice not to do that, to put a child at risk is just an unsupportable, an unconscionable choice. And in addition, you put others at risk," said Dr. Paul Offit, chief of infectious diseases at the Children's Hospital of Philadelphia.

Arden, who attended church at Eagle Mountain from 1997 to 2003 and worked at the ministries for three years, said the distrust of vaccines was so pervasive that her daughter, who as an 11-month-old was up to date on her immunizations when they joined the church, didn't get any others until they left.

"We were terrified to have any sort of fear. And anything that wasn't faith in God was fear," said Arden, 35, who now lives in New York City.

Kristy Beach, 41, said that because of the ministry's teachings, her mother, Bonnie Parker, refused to see a doctor, even as her cancer advanced rapidly. After Parker died in 2004 at age 59, Beach found her mother's diaries, which detailed the words of Kenneth and Gloria Copeland she'd heard on television in her home in Winnsboro, La.

"If she went to a doctor, it was a sin," Beach said. "You didn't believe enough if you did. She just wrote: `God heal me. God heal me. God heal me.' "

http://www.huffingtonpost.com/2013/08/31/kenneth-copeland-measles_n_3850299.html


Dernière édition par maria le Sam 26 Oct - 16:28 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 3 Sep - 08:11 (2013)    Sujet du message: L'UNICEF SURVEILLE ET DIFFAME DES SITES CONSACRES A LA SANTE TRAITANT DU PROBLEME DES VACCINS Répondre en citant

L'UNICEF SURVEILLE ET DIFFAME DES SITES CONSACRES A LA SANTE TRAITANT DU PROBLEME DES VACCINS

ENGLISH : UNICEF Surveils, Defames Health Sites Over Vaccines - GreenMedInfo, Mothering.com, Mercola.com, NaturalNews
  http://www.greenmedinfo.com/blog/unicef-surveils-defames-health-sites-over-…


 

 
 
Un nouveau rapport très étonnant révèle que le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF) a surveillé les sites consacrés à la santé, ainsi que leurs utilisateurs dans le but d'identifier les « personnes d'influence anti-vaccins », ainsi que leur impact sur les faibles taux de vaccinations. 

Un nouveau document du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance(UNICEF) et destiné à surveiller « la montée des sentiments anti-vaccination en ligne en Europe Centrale et Orientale » identifie des sites consacrés à la santé comme GreenMedInfo.com,Mercola.com, NaturalNews.com et Vactruth parce qu'ils contribueraient à de trop faibles taux de vaccination. 

Le rapport de l'UNICEF intitulé «  Surveillance du sentiment anti-vaccination dans les médias sociaux en Europe Centrale et Orientale » a confirmé que les parents utilisent les réseaux sociaux pour prendre la décision de faire ou non vacciner leurs enfants. 

Le rapport de 47 pages tente de répondre aux questions suivantes :
  • Pourquoi les parents refusent-ils la vaccination ?
  • Quelles sont les inquiétudes au sujet des vaccins ?
  • Quels sont leurs perceptions, leurs idéaux ?
  • Qui influence la discussion ?
  • Quels sont les réseaux utilisés ?
  • Où sont-ils situés ?
  • Comment répondre ?

En commençant par reprendre une citation de Mark Twain : « un mensonge aura déjà fait la moitié du tour du monde alors que la vérité a seulement commencé à mettre ses chaussures », le rapport cite les mouvements anti-vaccinations qui influencent l'information en ligne, comme : 

GreenMedInfo.com 

Mercola.com 

Vactruth.com 

Mothering.com 

Dr. Tenpenny on Vaccines 

Thinking Moms' Revolution 

The Refusers 

Natural News 

Worldtruth.tv 

Cafemom.com 

VaccineInjury.info 

EverydayHealth.org 

LeftBrain/RightBrain 

Zen Gardner - Just Wondering 

La référence de l'UNICEF au "mensonge" (désinformation) qui serait répandu par les sites web repris ci-dessus indique que, même si le document est censé être analytique et descriptif, il semble bien être empreint de nuances normatives et ostracisantes et ne dissimule que difficilement un programme visant à discréditer les points de vues opposés. 

La position désobligeante de l'UNICEF est d'autant plus surprenante que des sites comme GreenMedinfo.com diffusent et fournissent un accès à la recherche évaluée par les pairs sur les effets secondaires des vaccins, les problèmes de sécurité, autant d'informations qui proviennent directement de l' « US National Library of Medicine » et dont une grande partie provient de revues très importantes. [see data set here: Vaccine News Daily, Initiative Citoyenne 

 
Source:
http://www.greenmedinfo.com/blog/unicef-surveils-defames-health-sites-over-…

http://www.wikistrike.com/article-l-unicef-surveille-et-diffame-des-sites-c…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 5 Sep - 10:36 (2013)    Sujet du message: WHY THE U.S IS BUILDING A HIGH-TECH BUBONIC PLAGUE LAB IN KAZAKHSTAN Répondre en citant

WHY THE U.S. IS BUILDING A HIGH-TECH BUBONIC PLAGUE LAB IN KAZAKHSTAN

When Kazakhstan's Central Reference Laboratory opens in September 2015, the $102-million project laboratory will serve as a Central Asian way station for a global war on dangerous disease.

By Alex Pasternack/ Motherboard Posted 08.29.2013 at 9:00 am http://www.popsci.com/technology/article/2013-08/why-us-building-high-tech-…


The Central Reference Laboratory, in Almaty, Kazakhstan, is due for completion in 2015 Ben Dalton

In 1992, Dr. Kanatjan Alibekov, a biologist from the Soviet Union, boarded a flight in Almaty, then Kazakhstan's capital, for New York. When Dr. Alibekov—now known as Ken Alibek—sat down with the CIA, he had a terrifying secret to reveal: that bio weapons program the Soviet Union stopped in the 1980's hadn't actually stopped at all. He knew this because he had led Moscow's efforts to develop weapons-grade anthrax. In fact, he said, by 1989—around the time that Western leaders were urging the USSR to halt its secret bioweapons program, known as Biopreparat—the Soviet program had dwarfed the US's by many orders of magnitude. (This is disregarding the possibility that the US was also developing some of these weapons in secret, and, like Russia, still is.)

One big problem, he added, was that, like the stockpiles of nuclear weapons left in the dust of the Soviet Union, the materials and the expertise needed to make a bioweapon—anthrax, smallpox, cholera, plague, hemorrhagic fevers, and so on—could still be lying about, for sale to the highest bidder. Of those scientists, Alibek told the Times in 1998, ''We have lost control of them."

Today, biologists who worked in the former Soviet Union—like those who responded to a case of the plague across the border in Kyrgyzstan this week—are likely to brush Alibek's fears aside. But they'll also tell you that the fall of the Soviet Union devastated their profession, leaving some once prominent scientists in places like Almaty scrambling for new work. That sense of desperation, underlined by Alibek's defection to the US, has helped pump hundreds of millions of dollars into a Pentagon program to secure not just nuclear materials but chemical and biological ones, in a process by which Washington became, in essence, their highest bidder.

This explains the hulking concrete structure I recently visited at a construction site on the outskirts of Almaty. Set behind trees and concrete and barbed-wire, Kazakhstan's new Central Reference Laboratory will partly replace the aging buildings nearby where the USSR kept some of its finest potential bioweapons—and where scientists study those powerful pathogens today. When it opens in September 2015, the $102-million project laboratory is meant to serve as a Central Asian way station for a global war on dangerous disease. And as a project under that Pentagon program, the Defense Threat Reduction Agency, the lab will be built, and some of its early operation funded, by American taxpayers.

The far-flung biological threat reduction lab may look like a strange idea at a time of various sequester outbreaks, but officials say it's an important anti-terror investment, a much-needed upgrade to a facility that has been described as an aging, un-secure relic of the 1950's, and one that the Defense Dept. fears can't keep pace in an era of WMD. 

It's also an investment, they add, in a country where scientists are hungry for more international participation and better facilities—and where the U.S. is keen to keep sensitive materials and knowledge in the right hands and brains.


Security at the construction site:  Carl Robichaud

"You cannot erase this knowledge from someone’s mind,” said Lt. Col. Charles Carlton, director of the US Defense Threat Reduction Agency office in Kazakhstan. The threat of scientists going rogue, he said, is "a serious concern." "We're doing our best to employ these people. Our hope is that through gainful employment they won't be drawn down other avenues."

There is no hard evidence that bioweapons were pilfered and sold during the 1990s, but Alibek has said that "there are many non-official stocks of smallpox virus," a virus that was officially eradicated in 1980. Western intelligence agencies also estimate that North Korea and Russia currently have the capacity to deploy smallpox as a weapon of mass destruction. (It's worth remembering however that fears in the run-up to the Iraq war about Saddam Hussein getting smallpox from Soviet scientists were unfounded,  despite widely publicized reports by Judy Miller and others.) Other countries suspected of having inadvertently or deliberately retained specimens of the virus include China, Cuba, India, Iran, Israel and Pakistan.

Bakyt B. Atshabar, head of the 60-year-old institute that will run the new lab, the Kazakh Scientific Center of Quarantine and Zoonotic Diseases, is keenly aware of the dangers of weapons development: his father helped diagnose the effects of weapons tests on thousands of people who lived near the Semipalatinsk nuclear test site, in the north of the country.

But to him and other biologists in Almaty, the lab is less about defense strategy and more about developing scientific expertise. Currently the KSCQZD is focused on studying and preventing potentially lethal contagion, like the case of the teenager across the southern border in Kyrgyzstan, who died last week from bubonic plague after eating a barbecued marmot (he was likely bitten by a flea, doctors said).


Dr. Bakyt B. Atshabar, head of the institute that will manage the Central Reference Lab:  Motherboard

"We're looking forward to this becoming a regional training facility focused both on human and animal infections," he said. "Cholera is also one of the major problems in our region, mostly with our numerous southern neighbors." He also cited an incident in July in which Kazakh tourists returned from a trip in Southeast Asia with dengue fever.

Increased trade with its eastern neighbor China also threatens to increase the transmission of disease. "Along with the construction of pipelines," he said, "come rodents and fleas." 

Meanwhile, the country's meager opposition has called the lab a risk to the citizens of Almaty; the city sits in an active seismic zone, and the lab lies just outside town, and not far from a populated suburban neighborhood. Officials have countered that the building is designed to meet the city's highest seismic standards, and will replace what a 2011 US embassy statement said were "older buildings at the institute that are not built to withstand such tremors."

"I would say this could take just about anything," Dan Erbach, an engineer from AECOM, the contractor overseeing the project, said during a tour of the site, which is currently a set of bulking concrete stacked three and four stories high, set atop a remediated field. "There's more than twice as much strength in this building than any other building in the city." (The building's seismic standard was the result of an intervention by the government, which placed new requirements on the project before construction began in 2011. That pushed the initial completion date back a year to September 2015.)

From a security and safety perspective, the new lab represents a giant leap. When documentarian Simon Reeve visited the existing facility in 2006, he saw Soviet-era buildings and security measures not likely to intimidate a determined terrorist—or a scientist—from sneaking some anthrax or plague out into the wild. Small locks on fridges were all that kept deadly vials from a fast escape.



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=uip1PM8dEIc

From "Meet the Stans" by Simon Reeve


"We're not that far from places where terrorists groups are living relatively openly," Reeve said. "They would love to break in here, they would love to get hold of this stuff."

Breaches of security and competance have been a problem at U.S. biodefense labs for decades. Texas is a particular hotspot. In 2002, a renowned professor at Texas Tech was alleged to have lied about thirty vials of plague that went missing at his lab. In two separate incidents at Texas A&M in 2006, university officials failed to tell the Center for Disease Control after biodefense researchers were infected with brucella and Q fever, which has been researched as a weapon. In March, when a sample of Guanarito, a Venezualan virus, went missing at the Gavalston National Laboratory, officials cautiously blamed the apparently missing amount on a clerical error, but the incident is under investigation by the FBI. 

The Almaty lab will be outfitted with safety features like double-door access zones and special containment hoods, enough to qualify it under U.S. Centers for Disease Control standards as a level 3 biosafety lab, or BSL-3 (the highest level is BSL-4). Only a fraction of the lab will be dedicated to lethal dieases and certified at BSL-3; most of the other labs at the 87,000 square foot building will be BSL-2, for the non-lethal variety.

But plague is already a focus of work at the existing lab in Almaty because it occurs naturally in nearly 40 percent of the country. (The KSCQZD began life in 1949 as the Central Asian Anti-Plague Scientific Research Institute.) Though it's often spread by fleas, depending on lung infections or sanitary conditions, it also can be spread in the air, through direct contact, or by contaminated undercooked food. Until June 2007, plague was one of the three epidemic diseases required to be reported to the World Health Organization, along with cholera and yellow fever. The case in Kyrgystan last week underscored the regional danger of its spread among humans; there are about 3,000 cases per year.

"We will evaluate the scale of contacts, likely natural carriers of the disease, such as rivers," Zhandarbek Bekshin, an official at Kazakhstan's Ministry of Health, said. No border crossings have been closed, local media reported, but over one hundred people who came into contact with the teenager were hospitalized.

Climate change is also a concern at the lab. Because climate effects how plague spreads, studying the disease "can also be used as an indicator of changes to the natural environment," Dr. Atshabar said.

For the US, however, the project is rooted in global security, and fits with its now decades-long collaboration with Kazakhstan in controlling weapons of mass destruction. In 1991 President Nazerbayev oversaw the dismantling and return to Russia of its nuclear weapons. But the country still maintains a store of pathogens that were once cherished by the Soviet military.

The secret Biopreparat program came into sharp focus in 2001, when a former Soviet official explained to a Moscow newspaper the suspected basis of an outbreak of smallpox that sickened ten people and killed three in a community on the Aral Sea: they were the accidental victims of a Soviet military field test at a bioweapons facility based on a nearby island, he said. 

Because some of those sickened had already been vaccinated against smallpox, the incident raised questions about the ability of vaccines to protect against state-designed bioweapons.


Lt. Col. Charles Carlton, who heads the Defense Threat Reduction Agency's efforts in Kazakhstan, outside the CRL:  Ben Dalton

With another smaller lab at a military base in the town of Otar, in western Kazakhstan on the Caspian Sea, and a flurry of similar projects in the works—in Russia, Uzbekistan, Georgia, Ukraine, Armenia, and Azerbaijan—the Pentagon hopes its Defense Threat Reduction Agency can also establish a regional early warning system for infections and outbreaks. (As the U.S. weighed responses to Syria's use of chemical weapons this week, DTRA announced more grants for research into sensing and tracking WMD.) 

Is it possible, as some Russian critics have alleged, that labs like this could serve as brain trusts and storehouses for weapons research, for either the US or their home countries? "Russia sees this as... a powerful offensive potential," Gennady Onishchenko, the Chief Sanitary Inspector of Russia—a kind of Surgeon General—told reporters in July.

Washington denies that these reference labs and the secret research at the historic home of American bioweapons, at the US Army base at Fort Detrick, Maryland, have anything to do with offensive weapons, that they meet the standards of the 1972 Biological and Toxin Weapons Convention (BWC), and that their work will eventually be made public.

Funding for the $103 million construction project in Kazakhstan, and much of the lab's operations in its early years, will come from the Dept. of Defense, which envisions it as playing a central role in monitoring pathogen outbreaks, a strategy that received new funding after the anthrax attacks in 2001. Last year, the White House announced a program that consolidated these efforts under the banner of "biosurveillance."

“DOD’s involvement in biosurveillance goes back probably before DOD to the Revolutionary War,” Andrew C. Weber, assistant secretary of defense for nuclear, chemical and biological defense programs, told American Forces Press Service last year. “We didn’t call it biosurveillance then, but monitoring and understanding infectious disease has always been our priority, because for much of our history, we’ve been a global force.”



Global outbreak of infectious disease (International Livestock Research Institute):  Motherboard

As the former director of the two-decade old Nunn-Lugar Cooperative Threat Reduction Program (or "Nunn-Lugar" for short), Weber has paid special attention to Central Asia. After he spent much of the 1990s helping the U.S. remove weapons-grade uranium from the former Soviet Union under Nunn-Lugar, he was instrumental in creating Central Reference Laboratories in Almaty and elsewhere in the region. 

An English-language editorial in Pravda in July referenced Weber's role as something that should "promp[t] serious reflection." Responding to a US State Department report that Russia was possibly pursuing bioweapons research, the Foreign Ministry in Moscow noted that it "gives impression that the US, despite the changes occurring in the world, still remains in the grip of cold war propaganda." 

Kazakh officials meanwhile underscored that the lab, which operates under Kazakhstan's Ministry of Health, was not connected to Soviet defense research. But historically, scientists at the USSR's anti-plague institutes—including the one that will run the new Almaty lab—were also involved in a secret project to design vaccines for pathogens that had been modified by the military program that Dr. Alibek, the defector, once ran.

On the sunny day earlier this month when we visited the site, however, the conversation was focused on saving lives through cooperation, not the opposite. The hope is that labs like this will simply encourage more international scientific relationships, the kind that build cultural trust, and the kind upon which science thrives. 

Despite "typical intergovernmental issues," Carlton and other officials expressed optimism about the collaboration. "I never like to refer to this as the former Soviet Union. That was in the past. In the military, it's been a sea change in our mentality.

"Kazakhstan has come so far in terms of government organization, and understanding the threat and the problem," he added. "This is a country that willingly said, we want to get rid of this threat and take the lead. Kazakhstan has opened up as an exemplar around the world."

http://www.popsci.com/technology/article/2013-08/why-us-building-high-tech-bubonic-plague-lab-kazakhstan 


Loading...


Dernière édition par maria le Lun 28 Avr - 22:42 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Sep - 18:36 (2013)    Sujet du message: DR. RIMA TRUTH REPORTS Répondre en citant

DR. RIMA TRUTH REPORTS

Vaccines Intentionally Damaging

ENGLAND THEORY CONFIRMED!


The ferocity with which your access to our Autism - An Inside Job webinar, scheduled for 09/11/13, has been blocked tells me all I need to know: the England Hypothesis is true.

Vaccines are not only a scientific hoax, they are designed to damage and destroy minds to create docile, dependable drones for the Globalists.

Now, on the eve of this webinar I will stop calling it a hypothesis and elevate it, thanks to the brutal suppression tactics of the Would Be Masters, to the England Theory.

So how do you get to participate since your registration has been blocked?

Simple. Forget about the registration page. It has been sabotaged.

Just go to our Donation page here - before it is sabotaged, too, http://drrimatruthreports.com/action/donate/, and donate $19.97.

I will make sure you get the attendance link tomorrow so that you can attend this webinar which THEY really, REALLY do not want you to do!

What will you learn? Everything you need to know about who, what, when, where, how and why you and your children are being intentionally poisoned.

Here is that link again: http://drrimatruthreports.com/action/donate/.

Don't wait. I have no idea how long THEY will leave this link up.

Yours in health freedom,

Dr. Rima

e-mail


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 15 Sep - 11:15 (2013)    Sujet du message: LE JAPON EXIGE LA DIVULGATION DES EFFETS SECONDAIRES DU VACCIN ANTI- HPV Répondre en citant

LE JAPON EXIGE LA DIVULGATION DES EFFETS SECONDAIRES DU VACCIN ANTI- HPV

vendredi 13 septembre 2013 


Maman d’une victime japonaise du vaccin contre le HPV

Par Norma Erickson 29 août 2013 – Sanevax

L’encéphalomyélite aiguë disséminée et le syndrome de Guillain-Barré constituent-ils des réactions indésirables aux vaccins contre le HPV ? Pour le moment, les autorités sanitaires japonaises ne sont pas sûres, mais elles ont choisi d’appliquer le principe de précaution et d’informer le public au cas où. - De toute évidence, les autorités japonaises croient à un consentement éclairé.

Le 26 mars 2013, le Ministère de la Santé, du Travail et de la Prévoyance a informé GlaxoSmithKline qu’ils avaient 30 jours pour modifier la notice du Cervarix en ajoutant à la rubrique « Précautions/ section effets indésirables » ce qui suit :« Encéphalomyélite aiguë disséminée : il est possible que l’encéphalomyélite aiguë disséminée puisse se produire. Dans pareils cas, de la fièvre, des céphalées, des convulsions, des troubles du mouvement, des perturbations de la conscience se produisent généralement dans les quelques jours et jusqu’à deux semaines après la vaccination. Si l’on suspecte une encéphalomyélite aiguë disséminée, un diagnostic doit être effectué par IRM et des mesures appropriées doivent être prises. » Cette directive n’a pas été adressée à Merck parce que la notice du Gardasil avait déjà fait référence aux risques d’encéphalomyélite aiguë et de Guillain-Barré au moment où la directive a été émise.

Quelle est la raison de cette action ?

Au cours des trois premières années de l’utilisation des vaccins HPV, 3 cas d’encéphalomyélite aiguë et 5 cas de Guillain-Barré avaient déjà été rapportés après des injections pour lesquelles un lien de causalité avec le vaccin ne pouvait pas être exclu. [1]

A titre de référence, il y a eu aux Etats-Unis 31 cas d’encéphalomyélite aiguë disséminée et 121 rapports du syndrome de Guillain-Barré qui ont été communiqués au VAERS (Organisme officiel Américain auquel sont rapportés les cas d’effets secondaires des vaccins) au cours des 7 dernières années. [2] La FDA américaine n’a pas demandé que ces problèmes soient repris dans les notices. Comment pouvoir comprendre pareille chose ?

Dans votre pays, combien de rapports d’encéphalomyélites disséminées et combien de cas de Guillain-Barré ont été rapportés après les vaccinations contre le HPV ? Les responsables de Santé Publique ont-ils exigé que des modifications soient apportées aux notices ?

Pourquoi le Japon a-t-il pris pareille initiative audacieuse ?

A première vue, l’action du Ministère japonais peut donner l’impression qu’il a agi en fonction de son attachement au principe du consentement éclairé. Cependant, Toshie Ikeda, secrétaire général de l’Association Nationale des Victimes du vaccin contre la cancer du col de l’utérus et leurs parents, ainsi que le Dr Sotaro Sato, directeur du service de médecine interne de l’hôpital d’Osaki - (préfecture de Miyagi, croient que l’action du Ministère exige une analyse plus profonde. Il semble que deux motivations puissent expliquer l’action du Ministère. L’une cependant l’emportant sur l’autre.

Ils ont précisé que le premier motif possible était un désir sincère de conscientiser les médecins et autres intellectuels de la nature essentielle des graves effets indésirables des vaccins contre le HPV, Garsasil et Cervarix, afin de prévenir de nouveaux cas de graves dommages à la santé chez des millions d’adolescentes qui, à l’avenir seraient susceptibles de recevoir l’un ou l’autre de ces vaccins.

L’autre possibilité est la crainte de poursuites qui seraient déposées par l’Association des Victimes pour le compte de nombreuses familles désespérées, et dont les chères filles, précédemment en bonne santé, auraient été gravement atteintes, paralysées ou dont la santé aurait été horriblement dévastée par la vaccination contre le HPV.

Les tribunaux japonais auraient alors été susceptibles de mettre en valeur la responsabilité des bureaucrates de la Santé qui n’auraient pas pris les mesures de précaution et qui n’auraient pas laissé des preuves pouvant ensuite être utilisées pour prouver qu’ils ont au moins tenté de faire quelque chose pour arrêter la multiplication des troubles de santé pour les futures générations de jeunes-filles.

Le problème aurait été énorme si le gouvernement avait décidé – sous la pression d’universitaires ayant des liens financiers ou d’autres liens avec les fabricants de vaccins, d’activités de lobbying, d’ « experts » conseils embauchés par les fabricants, de politiciens - de recommander à nouveau l’utilisation de ces vaccins au cours de l’exercice en cours qui se termine le 31 mars 2014.

Il faut savoir que, selon les lois japonaises, les bureaucrates qui ont été jugés coupables d’avoir négligé leur devoir d’informer les consommateurs de soins médicaux de graves risques impliqués dans la prise de médicaments, vaccins et autres produits médicaux peuvent être poursuivis et sévèrement punis.

Un précédent très important a eu lieu en 2008 lorsque la Cour Suprême a confirmé une décision de la Haute Cour de Tokyo qui a imposé une peine d’un an d’emprisonnement à l’ancien bureaucrate principal du Ministère, Akihito Matsumara, avec deux ans de sursis, pour avoir négligé son obligation d’ordonner aux firmes pharmaceutiques de cesser de vendre des coagulants sanguins non chauffés qui étaient contaminés par le virus du sida.

Le juge principal Yuki Furuta de la plus Haute Cour du pays a précisé dans sa décision prise le 3 mars :

« Dans ce cas, des produits sanguins non chauffés ont largement été utilisés à l’époque de cet incident (infection). Un nombre important de ces produits étaient contaminés par le virus du sida. L’accusé aurait pu prévoir que si ces produits étaient utilisés, de nombreuses personnes seraient presqu’inévitablement infectées par le virus et développeraient un sida susceptible de finalement provoquer le décès de nombreuses personnes. »

Madame Ikeda qui a dirigé l’Association des victimes est actuellement assistée par certains des meilleurs médecins et scientifiques du pays, par certains politiciens honnêtes et courageux et qui sont préoccupés par le sort de nombreuses adolescentes qui ont été victimes des vaccins ou qui pourraient le devenir, à moins que la politique vaccinale concernant le vaccin contre le HPV soit interrompue.

Madame Ikeda a déclaré samedi :

« On ne sait toujours pas quelle est la motivation principale qui a constitué la toute première préoccupation des bureaucrates quand ils ont demandé la révision de la notice le 26 mars. Mais les mouvements de l’Association ont été étroitement surveillés par la bureaucratie du Ministère de la Santé. »

Le Dr Sato a déclaré vendredi qu’il était également conscient de deux implications possibles par rapport à la directive du Ministère. Il explique :

« Il est véritablement louable que certains bureaucrates consciencieux du Ministère semblent avoir fait de sérieux efforts pour alerter les personnes concernées par la directive, comme pour demander aux fabricants de produits pharmaceutiques d’ajouter à leur notice des références à des cas possibles d’encéphalomyélites aiguës disséminées et de Guillain-Barré.

Le désir des bureaucrates est d’éviter d’être ultérieurement tenus responsables devant les tribunaux pour avoir négligé leurs devoirs de supervision et de réglementation. Ainsi, l’augmentation du nombre des victimes semble avoir joué un rôle plus important dans la motivation du Ministère à émettre la directive.

La révision de la notice d’accompagnement ferait ainsi une différence significative si une plainte était déposée. Avec la publication de la directive, les fonctionnaires seraient en mesure de dire aux victimes, aux parents et à leurs partisans que le Ministère avait émis un avertissement important sur les effets indésirables possibles et que ce sont les victimes elles-mêmes qui sont responsables étant donné qu’elles n’ont tout simplement pas pris en compte la référence aux risques inclus dans la notice. »

Le Dr Sato a attiré l’attention sur la coïncidence des dates : L’Association des victimes a tenu sa première réunion des victimes et de leurs parents le 25 mars – un jour avant la publication de la directive. Le Ministère doit avoir suivi la série des événements qui ont mené à la création de l’Association pour laquelle des gens de bonne volonté ont uni leurs forces pour soulager l’agonie des victimes et empêcher les fabricants de vaccins, les associations médicales et le gouvernement de faire encore davantage de victimes, que ce soit involontairement, dans une semi-conscience et connaissance des effets secondaires ou par totale indifférence vis-à-vis des graves conséquences possibles des vaccins contre le HPV sur la santé des jeunes-filles.

Le Dr Sato a attiré l’attention sur un autre aspect essentiel de la question au sujet de la vaccination contre le HPV et qui se pose actuellement pour de nombreux médecins au Japon et ailleurs quand il a déclaré :

« Quand un médecin voit une jeune-fille qui a développé certains symptômes de l’encéphalomyélite aiguë disséminée ou d’un Guillain-Barré à la suite d’une vaccination, il ne sera pas nécessairement capable de reconnaître ces symptômes comme étant ceux d’une encéphalomyélite aiguë disséminée ou d’un Guillain-Barré, à moins que ce médecin ait une connaissance approfondie des troubles et maladies neurologiques. Il ’est pas facile pour les médecins d’associer les symptômes qu’il voit à une encéphalomyélite aiguë disséminée ou d’un Guillain-Barré. Au Japon, le pourcentage des médecins qui peuvent reconnaître les symptômes que présentent des jeunes-filles qui viennent les trouver pour les conséquences d’une encéphalomyélite aiguë disséminée doit être inférieur à 0,1%. »

Les autorités gouvernementales doivent établir et publier les critères de diagnostic unifiés pour aider les médecins à reconnaître les symptômes induits par une encéphalomyélite aiguë disséminée ou un Guillain-Barré et attirer l’attention des médecins sur lesdits critères. La plupart des médecins qui verront ce type de jeunes-filles à l’avenir doivent être familiers avec ces symptômes.

Le Dr Sato a averti :

« Se contenter d’obtenir des fabricants de vaccins une modification de notice n’est pas suffisant pour accroître la sensibilisation des médecins et des consommateurs de soins de santé aux risques potentiels de ces deux vaccins. A moins que le gouvernement fasse des efforts très sérieux pour attirer l’attention sur les effets néfastes et horribles de ces vaccins, il est probable que de nombreux médecins vont continuer à administrer des injections de vaccins sans être en mesure d’avoir le niveau d’attention nécessaire pour pouvoir établir un lien causal entre les vaccins et leurs effets secondaires. »

Les politiciens japonais commencent à parler

Le 28 mars 2013, un comité de sélection pour la Santé, les Affaires sociales et le Travail a tenu une séance spéciale pour voir si le sujet des vaccins contre le HPV pouvait être abordé avant un vote parlementaire sur l’opportunité d’ajouter trois maladies, dont le cancer du col de l’utérus à la liste des vaccins dont le coût devait être entièrement couvert par le gouvernement en vertu de la loi existante sur la prévention par la vaccination [3]

Sur les 722 membres du Parlement japonais, deux voix ont, à plusieurs reprises, mis fortement en question le sens que pouvait avoir une vaccination universelle contre le HPV. Ces deux voix se sont fait entendre au Parlement et dans les médias. L’une d’elle était celle de Mdame Tomoko Hata qui était membre du Parlement, mais pas membre du Comité de la Santé, du bien-être et du travail. L’autre personne était Madame Eriko Yamatani, ancienne collaboratrice du Premier Ministre Shinzo Abe. […] Madame Hata a tout fait pour que les personnes présentes à la séance des questions et réponses soient mises au courant des faits suivants concernant le HPV et le cancer du col de l’utérus au Japon :

·           La proportion des femmes japonaises porteuses des types HPV 16/18 est beaucoup plus faible que celle des femmes des pays occidentaux (0,5% pour le HPV 16 et 0,2% pour le HPV 18)
·      Plus de 99,1% des personnes porteuses du papillomavirus humain ne développeront pas de cancer ;
·      Chez 90% des personnes qui ont été exposées au HPV, le virus disparaîtra endéans les deux ans.
·      90% des personnes qui présentent les premiers signes de cancer du col utérin (dysplasie cervicale) vont guérir spontanément.
·      Le nombre des effets secondaires graves rapportés a été 52 fois plus élevé après le Cervarix qu’après les vaccinations contre la grippe et 26 fois plus élevé après le Gardasil qu’après les vaccinations contre la grippe.

Le même jour, le Parlement japonais a voté pour inclure le cancer du col de l’utérus dans la liste des maladies figurant dans les lois japonaises sur la vaccination. Madame Hata a voté contre l’inclusion proposée, tandis que Yamatani et quelques autres se sont abstenus. […]

Les victimes du vaccin contre le cancer du col de l’utérus et les parents s’organisent

Pendant ce temps, les victimes d’effets indésirables graves se sont organisées dans tout le Japon sous le nom suivant : Association Nationale des Victimes du Vaccin Contre le Cancer du Col de l’Utérus et leurs Parents.

Grâce à la collecte de rapports d’événements indésirables de particuliers [4], le public a commencé à comprendre que les événements indésirables signalés officiellement ne représentaient que la pointe émergée de l’iceberg.

 Conférence de presse des membres de l'Association des Victimes du Vaccin contre le HPV à Tokyo - photo Japan Times du 24 août 2013.

Cette organisation fait actuellement circuler une pétition à l’adresse des responsables de la Santé pour :

·             Faire interdire l’utilisation des vaccins contre le HPV dans tout le pays et faire reconnaître les dommages que peuvent causer les vaccins contre le HPV.
·        Mettre au point  des traitements pour les victimes des vaccinations contre le HPV.
·        Fournir une aide financière aux victimes de la vaccination contre le HPV
·        Mener des enquêtes auprès de tous ceux qui ont été vaccinés contre le HPV.
·        Faire participer les meilleurs experts en neuroscience (et qui ont vu des dizaines de victimes) à un Comité ministériel de Santé sur le problème des vaccins.

 Le Japon suspend la recommandation du vaccin contre le HPV

L’Association des Victimes des Vaccins Contre le Cancer du Col et leurs parents a apparemment fait impression sur les responsables de la Santé du gouvernement. Dans un geste sans précédent, et moins de trois mois après avoir recommandé les vaccins contre le HPV, les responsables gouvernementaux du Japon ont suspendu cette recommandation en attendant le résultat des enquêtes sur la sécurité du Gardasil et du Cervarix. [5] [6] Le jour même où la recommandation du vaccin a été suspendue, soit le 14 juin 2013, le Ministère de la Santé a publié une autre directive à l’adresse du président de la Commission sur la sécurité des médicaments (Fédération des fabricants de produits pharmaceutiques du Japon), au nom de M. Tomiko Tawaragi, directeur de la Division Sécurité (Bureau de la Sécurité alimentaire et des produits pharmaceutiques) [7]

Cette lettre exigeait que les fabricants du Gardasil et du Cervarix ajoutent ce qui suit au texte traitant des « Précautions » :

« Bien que les mécanismes de pathogenèse ne soient pas clairs, de fortes douleurs qui ne sont pas nécessairement localisées au site d’injection ( par exemple : douleurs musculaires, arthralgie, douleurs au niveau de la peau, etc.), engourdissement, faiblesse, etc. peuvent se produire après la vaccination et ces symptômes peuvent persister longtemps. Il faudrait conseiller aux personnes vaccinées et à leurs tuteurs de consulter un médecin qui pourrait fournir les soins médicaux appropriés et donner un diagnostic différentiel neurologique et immunologique si des anomalies se présentaient après la vaccination. »

Veuillez noter que le paragraphe ci-dessus indique que les sujets vaccinés et/ou leurs tuteurs doivent consulter un médecin si quelque anomalie que ce soit est observée après la vaccination.

Les consommateurs de soins médicaux de votre pays ont-ils été mis au courant de ces effets indésirables possibles ?

Les actions menées au Japon soulèvent des questions pour les consommateurs de soins médicaux dans le monde entier.
·      Les autorités de Santé de mon pays croient-elles à la valeur du consentement éclairé ?
·      Les risques associés aux vaccins HPV seront-ils aussi bien expliqués que leurs avantages ?
·      Les mesures alternatives de prévention du cancer du col sont-elles clairement expliquées ?
·      Les autorités de Santé de mon pays réalisent-elles bien quels sont les effets indésirables possibles des vaccins contre le HPV ?
·      Est-ce que les médecins sont formés à reconnaître ces événements comme des réactions possibles du vaccin ?
·      Que va-il se passer si je fais une réaction négative au vaccin ?

Réfléchissez bien, - si les vaccins contre le HPV sont aussi bons qu’ils devraient l’être, alors répondre à ces questions devrait être chose très facile. Vous avez le droit de savoir. On appelle cela le droit au consentement éclairé.

Qu’est-ce qui vous importe le plus – la sécurité du vaccin ou le nombre de personnes qu’il faut vacciner ?

Références

[1] Pharmaceuticals and Medical Devices Safety Information, no. 301, May 2013 (pages 7-13); Pharmaceutical and Food Safety Bureau, Ministry of Health, Labor and Welfare, Japan
[2] VAERS search for ADEM; VAERS search for GBS; conducted 25 Aug 20113
[3] Health, Welfare and Labor ~ question HPV vaccine (translation of video kindly provided for SaneVax by Shinji Sato)
[4] Individual Adverse Event Reports from Japan – collected by MS Toshie Ikeda (G=Gardasil; S=Cervarix; each vertical line is one person, with their symptoms indicated by a green circle)
[5] Breaking News: Japan Suspends Recommendation of HPV Vaccines, Erickson, June 2013
[6] HPV Vaccines: Japan Leads the Way; Erickson, June 2013
[7] Letter from Director of Safety, Ministry of Health, Labor and Welfare to Chairman of Federation of Pharmaceutical Manufacturers’ Association of Japan, June 14, 2013
 http://www.initiativecitoyenne.be/
Source: SaneVax
Source trouver:
Rustyjames

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2013/09/le-japon-exige-la-divulgatio…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 19 Sep - 16:32 (2013)    Sujet du message: [H7N9] ALL AMERICANS WILL GET TWO EXPERIMENTAL VACCINATIONS? SAYS U.S. GOVERNMENT Répondre en citant



[H7N9] ALL AMERICANS WILL GET TWO EXPERIMENTAL VACCINATIONS? SAYS U.S. GOVERNMENT




VIDEO :  http://www.youtube.com/watch?v=hBGVRuYz7_0&feature=c4-overview&list…

UNUSUAL! CDC READIES MULTIPLE MEDICAL STATIONS & EMERGENCY STOCKPILE SUPPLY DELIVERIES



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=FPf5onNVJMQ

FEMA READIES 100,000 PERSON NATIONAL DISASTER MEDICAL SYSTEM MOBILIZATION - PANDEMIC RESPONSE?



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=yNuPJZ9H69U




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 22 Sep - 09:59 (2013)    Sujet du message: L’OMS REFUSE DE PUBLIER LE RAPPORT SUR LES CANCERS ET LES MALFORMATIONS CONGENITALES CAUSES PAR L'URANIUM APPAUVRI EN IRAK Répondre en citant

 L’OMS REFUSE DE PUBLIER LE RAPPORT SUR LES CANCERS ET LES MALFORMATIONS CONGENITALES CAUSES PAR L'URANIUM APPAUVRI EN IRAK 

dimanche 22 septembre 2013
Traduction : Xavière Jardez, France-Irak-Actualité



L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) refuse catégoriquement de publier le rapport sur l’utilisation par l’armée US de l’uranium appauvri et autres armes de même type qui ont tué de nombreux Irakiens et dont les conséquences sont la naissance d’enfants malformés. C’est en violation de son mandat de porter les preuves de cette utilisation à la connaissance de tous.

Cette question a été abordée en 2004 dans un rapport d’un expert de l’OMS sur «  la santé à long terme de la population irakienne résultant des armes à l’uranium appauvri (UA) ». Ce premier rapport avait été considéré « comme secret » et comme tel enterré par l’OMS.

L’étude conduite par trois scientifiques de la radiation lançait un avertissement aux enfants et adultes qui pouvaient être atteints de cancer après avoir inhalé des poussières d’UA, toxique et radioactif. Mais l’Organisation a bloqué sa publication selon son principal auteur, le Dr. Keith Baverstock, conseiller principal en radiation de l’OMS ce que dément cette organisation. (The Sunday Herald, 24 février 2004, Sir Rob Edwards).

Quelque neuf ans plus tard, un rapport conjoint de l’OMS et du Ministère de la Santé irakien sur les cancers et les malformations infantiles en Irak devait voir le jour en novembre 2012 mais « a été retardé à plusieurs reprises et maintenant n’a aucune date de publication ». Car jusqu’à ce jour, il reste un document «  classé ».

Selon Hans von Sponeck, ancien secrétaire-général adjoint des Nations unies : « le gouvernement américain cherche à empêcher les Nations unies d’inspecter les régions du sud de l’Irak où l’uranium appauvri a été utilisé et a causé de graves problèmes de santé et pour l’environnement ». (cité dans Mozhgan Savabiesfahani ‘Rise of Cancers and Birth Defects in Iraq : WHO refuses to releases Data, Global Research, july 31, 2013).

Cette tragédie rappelle celle de l’utilisation au Vietnam d’armes chimiques américaines pour laquelle les Etats-Unis n’ont pas voulu reconnaitre leur utilisation, ni n’ont payé de compensation ou fourni une assistance médicale à des milliers d’enfants nés, jusqu’à présent avec des déformations, en raison de la dispersion de l’agent Orange à travers le pays. Des millions de litres de ce produit chimique ont été vendus au Pentagone par les Monsantos, Dupont et autres sociétés pour des profits faramineux.

Etant donné la faculté des Etats-Unis à refouler les atrocités dont ils sont les auteurs en temps de guerre, je crains que les mères de Najaf et autres villes irakiennes ne reçoivent , en cas de naissance, aucune aide ou confort des coupables

Ce qu’il nous faut, ce sont des Nations unies qui ne seraient plus corrompues par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité.

Via Sott.net

Et si vous avez raté le documentaire sur l’uranium appauvri, le voici:



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=o5DgI7WN0qw

http://spread-the-truth777.blogspot.ch/2013/09/loms-refuse-de-publier-le-ra…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Sep - 10:50 (2013)    Sujet du message: HAVE ALL YOUR STAFF VACCINATED AND WE WILL GIVE YOU £1.4 MILLION EXTRA FUNDING, SAYS UK GOVERNMENT SEP 20th, 2013 Répondre en citant

HAVE ALL YOUR STAFF VACCINATED AND WE WILL GIVE YOU £1.4 MILLION EXTRA FUNDING, SAYS UK GOVERNMENT SEP 20th, 2013

| By Christina England | Category: Christina England, Top Stories

The UK government is now paying medical professionals to get vaccinated.

According to MK News, the UK Government has decided there is more than one way to force hospital staff into receiving this year’s flu vaccine. Knowing that many hospitals are struggling financially, the government has decided to turn their hand to bribery by offering extra cash to financially dependent hospitals, on the proviso that they vaccinate all their staff with this year’s flu vaccine. MK News, reporting on the story, said:

“Figures have revealed that less than half of all frontline NHS staff are vaccinated against flu, and at some hospitals, this can fall as low as one in five.

But in order to give hospitals an incentive for extra cash, the funds will only be released to them if they meet a robust target of vaccinating 75 percent of staff against flu.

And while the figures will not affect the hospitals’ £1.4m funding this year, if they do not meet the figures, it will affect the amount they are given next year.”
What this means is that any hospital failing to meet this year’s flu vaccination target will not only fail to receive this year’s extra funding, but they will also lose out next year as well.

UK’s Health Secretary Jeremy Hunt explained that he wanted every NHS trust to vaccinate more than 75 percent of their staff this year in order to protect vulnerable patients. [2]

An Unofficial, Unethical, and Illogical Mandate

However, is force vaccination the way forward? Many irate hospital staff are extremely angry and have accused the UK government of emotional blackmail, calling the move unethical. One health care professional, commenting on the story in Nursing Times, stated:

“This isn’t giving people a choice to get vaccinated or not. Sounds like they’re holding trusts to ransom, saying you’ve got to get 75 percent of your staff vaccinated so that the underfunded A&E departments can receive a little top up (after years of under-resourcing). Or, it’s a great ploy of not paying anything at all, as a good guess that there won’t be enough staff getting vaccinated.

Flu jabs are no guarantee of keeping people out of A&E over winter.

Also, does this mean people who don’t work in the NHS or where there isn’t an A&E won’t have to worry?

I [would] like to see/hear chief execs, directors, senior managers and politicians all get their jabs first, then work a couple weeks as frontline staff would between Christmas and New Year, lead by example and put their money where their mouth is.” [3]

Quite right, too. They should indeed put their money where their mouth is.

While these idiots are force-vaccinating NHS staff around the UK, using their cash as nice, fat, juicy carrots, I wonder if they are informing the staff about the possible side effects of the vaccine and telling them that far from protecting them against the flu, the vaccine could give them the flu, instead!

The CDC says:

“The nasal spray (also called LAIV or FluMist®): The viruses in the nasal-spray vaccine are weakened and do not cause severe symptoms often associated with influenza illness. (In clinical studies, transmission of vaccine viruses to close contacts has occurred only rarely.)

In children, side effects from LAIV (FluMist®) can include:
  • runny nose
  • wheezing
  • headache
  • vomiting
  • muscle aches
  • fever

In adults, side effects from LAIV (FluMist®) can include:
  • runny nose
  • headache
  • sore throat
  • cough” [4]

The above list of impressive side effects from the vaccine, given by the CDC, certainly sounds like the flu to me. So, what is the point of giving nurses, who spend their time looking after sick and vulnerable patients, a vaccine that will cause the very symptoms they wish to avoid?

The Flu Vaccine Can Cause Death

In 2011, the co-founder of the Safe Schools Campaign, Mary Tocco, wrote that it is common knowledge that the flu vaccination has the potential to cause serious side effects including death:

“They combine various flu virus strains based on an educated guess and then recommend the shot to everyone, including children and pregnant mothers. According to the CDC Vital Statistics Report 1999-2003, influenza death for children under the age of 5 skyrocketed as they began to implement the flu vaccine for the children. From 1999 to early 2002, death rates were declining from 25 down to 10 per year. Then, the latter half of 2002 the CDC mandated the flu vaccine for children and the death rate climbed from 25 deaths per year in 1999 to over 90 in 2002! Death is a pretty bad vaccine side effect!” [5]

Given her evidence, I personally believe that it is far safer to catch the flu, than it is to risk a virtually untested vaccination concocted from an educated guess at what this year’s flu strain is going to be.

Conclusion

Nurses have always been thought of as natural born carers. To force them to have vaccinations by dangling a nice juicy carrot in front of them with a vaccine syringe on the end and saying that their patients will suffer if they do not have the vaccination is pure evil. This is nothing short of emotional blackmail.

Why should the government think that it is right to deny hospitals much-needed funds all year and then say that the money is only available if they vaccinate their staff with dangerous and unnecessary vaccines?

Let’s face it. If all staff members do decide to have the flu vaccine, “for the sake of their patients,” and 90 percent of them end up with the flu as a result, then what exactly is the government going to do? I can hardly see the UK Prime Minister, David Cameron and Deputy Prime Minister, Nick Clegg, changing beds and carrying bedpans. Can you?
 
- See more at: http://vactruth.com/2013/09/20/have-all-your-staff-vaccinated/?utm_source=T…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 29 Sep - 15:58 (2013)    Sujet du message: CDC CITES AUTHORIZATION FOR MERS ISOLATION & QUARANTINE Répondre en citant



CDC CITES AUTHORIZATION FOR MERS ISOLATION & QUARANTINE

Recombinomics Commentary 12:15
September 27, 2013


CDC has determined that federal isolation and quarantine are authorized for MERS-CoV under Executive Order 13295

The above comments are from today’s CDC update in the week 38 MMWR.  The above executive order was put in place for the control of SARS-CoV in 2003, which is listed on the CDC page of quarantinable diseases.  The determination that MERS-CoV falls under the order for SARS-CoV recognizes the similarities between the two virus and its clinical effects.  SARS and MERS are beta coronaviruses (2b and 2c, respectively) and produce similar clinical presentation in older cases, especially those with underlying conditions.  WHO had initially maintained that MERS was unique because of the high frequency of renal failure in initial cases.  However, SARS also caused renal failure in approximately 5% of confirmed cases, which was associated with a poor prognosis.

The high frequency of renal failure in MERS was largely based on surveillance.  Probable cases in Jordan were identified epidemiologically and/or via lab confirmation of MERS antibodies and none of the probable cases developed renal failure and the milder cases did not develop pneumonia.  Similarly, more aggressive testing of contacts (family and health care workers) has led to PCR confirmation of cases which did not develop pneumonia or renal failure.  These milder cases recovered quickly without treatment and many were asymptomatic.

However, the cases identified because of severe pneumonia with no known etiology have an case fatality rate that is higher than SARS and it is these more severe MERS cases that are likely to be subjected to the above executive order.

The latest MMWR reflects growing concerns that the upcoming Hajj may facilitate the spread of MERS to countries sending pilgrims to Saudi Arabia and many countries have increased surveillance of symptom travelers who arrive from the Middle East.

Media Link

Recombinomics Presentations

Recombinomics Publications

Recombinomics Paper at Nature Precedings

http://www.recombinomics.com/News/09271301/MERS_CDC_Quarantine.html



Dernière édition par maria le Lun 28 Avr - 22:45 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Oct - 11:18 (2013)    Sujet du message: THIS PHARMACEUTICAL COMPANY USED NSA-LIKE TACTICS TO MONITOR PARENTS’ CONCERNS ABOUT VACCINES Répondre en citant

THIS PHARMACEUTICAL COMPANY USED NSA-LIKE TACTICS TO MONITOR PARENTS’ CONCERNS ABOUT VACCINES



Pharmaceutical companies are eavesdropping on what concerns parents about vaccines.

Imagine you are about to be a new mother in three months and you want to learn more about vaccines. You read information on a website discussing the different toxic chemicals and dangerous biological agents contained in vaccines. (Get the list here.)

Reading about viruses cultured on monkey kidneys, mouse brains, and aborted fetal tissue makes you sick to your stomach. You decide to post the following question, “How do I tell my doctor I don’t want this stuff injected into my new baby? I’m scared and don’t know what to do. Please help!”

Fast forward three months after having your child.

You take your newborn into the pediatrician’s office, armed with your research and facts. You expect confrontation from a nurse or doctor, as so many other parents have reported. What you hear next surprises you and sounds very familiar.

Your doctor repeats back to you, in parrot-like fashion, all of your concerns about vaccines. He has all of the exact studies and counter-arguments that ultimately convince you to vaccinate your child. How can this be?

Is your doctor some sort of mind reader?

No.

He has been given your online posting profile. We’re actually closer to George Orwell’s novel 1984 than you think. If you want to know more, read on.

Pharma Collects Data on Your Vaccine Concerns

All of the recent news of the National Security Administration (NSA) illegally monitoring your communications and personal life may bring this information into a different perspective for you.

According to a recent news article, GlaxoSmithKline (GSK) hired a text analytic software company, called Luminoso, to find out what parents were most concerned about with vaccines. [1]

The news article stated information on two websites were collected, BabyCenter.com and WhattoExpect.com. One of the main purposes was to learn what factors motivate parents to delay vaccinating their children.

In similar NSA-like-fashion, neither the website owners nor parents were aware of their information being anonymously collected. Additionally, the rationale given in the article for doing such an act is because current laws restrict how Big Pharma can interact with consumers (parents) of their products (vaccines).

However, unlike the NSA, GlaxoSmithKline and others are probably not doing anything illegal – even though their behavior is still very chilling. But, private companies have been known to share information with governments in the past and I think we shouldn’t forget that.

Let’s take a look at how Big Pharma will likely use this information …

A Slip of the Tongue

Every year, pharmaceutical companies spend billions of dollars more on their marketing campaigns than actual research and development of new products. [2]

Looking a bit closer into the original article, marketing is indeed how GSK will most likely be using the data collected.

As mentioned above, Pharma can’t interface directly with patients. Regarding this law, one spokeswoman for GSK stated, “That’s why it’s important for us to have this research directly from patients, so we can hear what they’re saying and address it through doctors.”

Still, another GSK representative communicated, “It has led us to question whether we are doing enough to help pediatricians having this discussion.”

If you can read between the lines here, GSK recognizes the “authority” and “shame” cards doctors learned in medical school to play on parents aren’t working so well anymore. If doctors were equipped to address the concerns from parents, GSK and others wouldn’t be doing this research, in my opinion.

Also understand – doctors are the main targets for pharma marketing dollars. A good book I recommend on understanding the topic in detail is called Our Daily Meds, by Melody Peterson.

What Can You Do About it?

If pharmaceutical companies are eavesdropping and collecting data on your concerns, you might feel intimidated and helpless. However, this feeling should be a signal to you!

The message is quite clear: You have the power and they want to influence your decision!

Next, I’ll give you some very specific actions to radically increase your personal power.

1. Remove fear. In this day, many people think their problems can be fixed with a pill or a magical injection. This is a fear-based mindset. Take personal responsibility for your own health by educating yourself at websites like NaturalNews.com.
2. Ask doctors to cite their source(s) of information. There are volumes of books written on how pharma uses ghost writers or “consultants” to write published papers to support a new drug. Make sure to check the references and who paid for the study.
3. Take time to make an informed decision based on evidence. Don’t make a decision on the spot because you’re being pressured. Making an intelligent decision takes time and research to consider the data.
4. Understand the power and influence the Pharmaceutical Industry has. Understanding their methods and marketing tactics negates their effect. A fantastic source of information can be reviewed in the following report entitled The Influence of the Pharmaceutical Industry. [3] In it, you will discover gems like these:

“The pharmaceutical industry’s promotional efforts are relentless and pervasive. The evidence presented showed the lengths to which the industry goes to ensure that promotional messages reach their targets, and that these targets include not only prescribing groups, but patients and the general public.” (page 76)

“It is clear that PR activity is vital and part of a coherent strategy, both reactive and proactive, for many pharmaceutical companies. Specifically, this activity is consistently designed to tap into and exploit the target audience’s emotions and deliberate efforts are made to build emotional elements into campaigns.” (page 79)

“The documents highlighted the tactics employed by pharmaceutical companies to create a need among the medical profession before the launch of specific brands. For example, one company devised a five-stage mail-out to doctors for the launch of a new brand. The first two stages were used to create a need for new treatments and did not include any information about, or branding of, the new product. The remaining three stages were used to introduce the new brand and outline its safety and efficacy and the impression that it was being widely prescribed.” (page 60)

“[Public Relation] activities may include placing articles in the lay press, TV documentaries, soap operas etc.” (page 61)

5. Pharma companies spend many millions of dollars targeting doctors. [4] There is good reason for this. They know your doctors will prescribe their preferred brand to you. Next time you are in your doctor’s office, look to see if they have pens, posters, or any other pharma-branded items lying around. This may be evidence pharmaceutical representatives are frequently visiting the office.
6. Investigate vaccine adverse reactions. Remember, vaccines are the exception – by law, no vaccine manufacturer or doctor can be sued if your child is killed or maimed by a vaccine. Just so you know, according to the FDA, there are over 2 million Adverse Drug Reactions (ADR) per year. [4] This is currently the fourth leading cause of death in the United States. Vaccines are also drugs. Think about it.
Look at what has happened to other children by reviewing the Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) database. [5]
7. Know what is being injected into your child. Get a list of vaccine ingredients here.
8. Be aware of psychological triggers. [6] If your doctor is insecure, he or she may use psychological triggers to get you to vaccinate your child. Don’t fall for them. Learn how they operate ahead of time and you will be able to withstand any attack.

Conclusion

In today’s digital age, it is difficult to be one hundred percent anonymous. Data is literally everywhere on the web. This article is a good reminder to you to be careful with what information you have made available on the web.

GlaxoSmithKline hired a third party to anonymously collect data regarding parents’ concerns on vaccines. Expect this type of activity to become more ubiquitous and accepted practice. Another expectation you can anticipate is doctors, especially pediatricians, will become better “Vaccine Salesmen.”

Lastly, remember regardless of how polished a message from your doctor sounds, it doesn’t take away the fact vaccines can injure and maim your child.
 
References
1. http://blogs.wsj.com/cio/2013/05/01/glaxo-mined-online-parent-discussion-bo…
2. http://www.eaepc.org/parallel_trade/threats.php?n=2
3. House of Commons Health Committee. The Influence of the Pharmaceutical Industry. Fourth Report of Session 2004–05. http://www.parliament.the-stationery-office.co.uk/pa/cm200405/cmselect/cmhe…
4. http://projects.propublica.org/docdollars/
5. http://www.fda.gov/Drugs/DevelopmentApprovalProcess…
6. http://www.medalerts.org/
7. http://vactruth.com/2012/12/18/5-powerful-psychological-triggers/
 
http://vactruth.com/2013/08/21/pharmaceutical-spy-tactics/
http://vactruth.com/2013/08/21/pharmaceutical-spy-tactics/#sthash.cAgqz5Az.…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 10 Oct - 09:13 (2013)    Sujet du message: URGENT !!! CLASSIFIED DOCUMENTATION REVEALS HORRIFYING GOVERNMENT PLOT!! Répondre en citant


URGENT !!! CLASSIFIED DOCUMENTATION REVEALS HORRIFYING GOVERNMENT PLOT!!




VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=0Ho2InyMnCU


Dernière édition par maria le Lun 14 Oct - 10:29 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Oct - 10:18 (2013)    Sujet du message: UN «DISPOSITIF NANO ARMAGEDDON" SECRET QUI IMITE UN VIRUS MORTEL DE LA GRIPPE Répondre en citant



UN «DISPOSITIF NANO ARMAGEDDON" SECRET QUI IMITE UN VIRUS MORTEL DE LA GRIPPE




Le programme " Nano domestique Quell " .

Le gouvernement américain a lancé un programme visant à mettre en place un «dispositif nano Armageddon " secret qui imite un virus de la grippe , à activer sur le public dans le cas de soulèvements nationaux , les émeutes et les résistances armées.

Les dispositifs nano sont dispersés via chemtrail et produit de consommation courants et sont actifs dans , environ 87% de la population en ce moment, avec une prévision de 98% au minimum en 2014.

Les chances que vous ayez déjà ce dispositif nano à l'intérieur de votre corps au moment ou vous lisez cette article sont de 87% :

les symptomes des frissons toujours aux mêmes heures qui ressemblent a un début de grippe tres gènant et ensuite plus rien le lendemain ou quelques heures plus tard ,je mets cette article car j'ai déjà eu ce symptôme et je m'etais posé la question si ce n'etait pas provoqué par des ondes radios car connaissant assez bien ce genre de symptôme grippal, je peux vous dire que nous en sommes déjà contaminés et que ce programme est déja en place. On comprend mieux que les spots de pub sur les états grippaux arrivent le soir même ou vous les avez .... Le mode d'activation serait par le réseau cellulaire satelitaire ou drône.

Une fois activé, l'appareil imite le virus de la grippe . Il n'existe aucun remède ou une façon de le prévenir

Le rapport révèle que les nano robots supplémentaires sont dispersés dans les produits de grande marque comme :

danone nestlé et coca cola ainsi ils atteindraient 98% de la population US, je ne vois aucune raison pour que cette technologie ne soit pas implantée au niveau mondial ordo ab chaos .



Les militaires peuvent cibler des endroits très spécifiques , en particulier avec des drônes ( pourquoi pensez-vous qu'ils veulent drôner si désespérément ? ). Ils peuvent cibler une chambre, une petite maison, un complexe d'appartements, un bloc de ville, une ville ou toute une région métropolitaine.

Par un simple tir de ce signal, les dispositifs nano dans votre corps seront activés et vous mourrez de ce qui semble être un cas très grave de la grippe.

L'épidémie de virus peut évoluer à partir de groupes - cibles particuliers ou à une grande épidémie dans toute la ville.

Ce programme n'a pas été créé pour tuer tout le monde. Permettez- moi de le répéter : ils ne cherchent pas à tuer tout le monde. Ils ont créé ce programme pour faire face aux soulèvements nationaux pendant un effondrement économique.

Il est maintenant prêt et mis en œuvre. Lorsque l'effondrement se produira, ils n'auront pas assez de troupes pour contrôler le pays ou faire face à des résistances armées. Ils avaient besoin d' une autre façon de garder le contrôle. En n'ayant pas à tirer un seul coup de feu pour réprimer un soulèvement armé. Un virus de la grippe apparaît comme un « acte de Dieu» aléatoire au lieu d'une agression du gouvernement.

Pourquoi pensez-vous qu'ils n'ont pas interdit les armes ?

Traduction rusty james

Merci au Dr. Bill H. Weld's Official qui au péril de sa vie nous a révélé cette affaire à diffuser au plus grand nombre merci.

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/10/13/28210066.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 24 Oct - 19:15 (2013)    Sujet du message: THE POLIO VACCINATION AGENDA IN AFRICA EXPOSED Répondre en citant

THE POLIO VACCINATION AGENDA IN AFRICA EXPOSED



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=BnpvJ0BDxX8


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 31 Oct - 21:37 (2013)    Sujet du message: FLU SHOT Répondre en citant

FLU SHOT



Send this list of Flu Shot Ingredients to everyone you know. Print it out. Leave copies in public places. People are confused because in the past government has done some good things for us. Because of that, they cannot fathom that the government also has targeted us for genocide.

We are an abused nation(s). It's like living with an abusive parent or spouse who is supposed to protect you, and the
parent or spouse on the one hand does do good things for you and then on the other hand, endangers you, hurts you. If you are born into it, you are confused your entire childhood and into adulthood. You have conflicted feelings, you go into denial. That is what has happened to the world population.

https://www.facebook.com/pages/Nurses-Against-Mandatory-Flu-Shots/422093897…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Déc - 12:43 (2013)    Sujet du message: ALERT! HHS DOOMSDAY PREPPING ALL MEDICARE & MEDICAID PROVIDERS Répondre en citant

ALERT! HHS DOOMSDAY PREPPING ALL MEDICARE & MEDICAID PROVIDERS

With all the chemicals attacks, Fukushima, vaccinations, poisonning water, chips, etc, I encourage peoples to turn their ways and be protect by the blood ofJesus Christ and be prepare for the coming pandemy of their government, the CDC and WHO who are working very hard to achieve their Millenium goals for 2015. Time is short and events are accelerate in all ways.



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=iMqFKAmWYNM&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 29 Déc - 14:02 (2013)    Sujet du message: H1N1 FLU VIRUS SURFACES IN CHICAGO Répondre en citant



WAR VACCINATION PROPAGANDA

H1N1 FLU VIRUS SURFACES IN CHICAGO

December 26, 2013 4:36 PM

(CBS) – Nearly two dozen cases of the potentially deadly H1N1 flu virus have been confirmed in the Chicago area, CBS 2 has learned.


Finding the flu virus among patients at Loyola University Medical Center in Maywood is keeping special machines working overtime right now. Seven patients at Loyola tested positive for Influenza A on Christmas Eve. Five of them had the H1N1 strain known as swine flu.

They’ve detected a sudden burst of the 2009 swine flu spreading right here in the Chicago area. Microbiologist Paul Schreckenberger says last week alone, 21 patients tested positive for Influenza A. All but one of those cases were the 2009 H1N1 swine flu.

We don’t know why it’s emerging,” Schreckenberger says.

He says people may have gotten a false sense of security over the last couple of flu seasons, which were comparatively mild.

In Texas, the rush is on for flu shots. The very flu shots that Texans Dustin Wright, and his wife, Ashley, never received.

Dustin was hit with H1N1 flu strain, or swine flu, and he died Dec. 5.

“You don’t think it will happen to you,” Ashley says.

H1N1 is causing 80 percent of the flu infections this year in Texas. It’s the same strain that triggered a nationwide pandemic in 2009. But at that time, it was new. Now, it’s not, and the current flu vaccine offers protection.

That really is, in terms of prevention and protection, the best method, in terms of reducing transmission or spread of influenza,” Rush University Medical Center physician Alexander Tomich says.

But remember, it takes two weeks after you get the shot to build up the anti-bodies that provide protection from the flu. So, the earlier you get it the better.

According to the Centers for Disease Control, less than half of all Americans get a flu shot each year.

http://www.redflagnews.com/headlines/update-potentially-deadly-h1n1-flu-virus-behind-80-percent-of-flu-infections-this-year



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 3 Jan - 02:00 (2014)    Sujet du message: 2014 RESOLUTIONS: RESOLVE TO PROTECT AGAINST FLU Répondre en citant



2014 RESOLUTIONS: RESOLVE TO PROTECT AGAINST FLU


Are the military are now taking control on FLU VACCINATION? What's next? First, the sheeples will go to be vaccinate and after the US army go after the ones who stand and/or refuse the vaccination? The next step to their tyrannical agenda? I think so...




Story Number: NNS131231-04Release Date: 12/31/2013 1:44:00 PM 

By Deborah R. Kallgren, Naval Medical Center Portsmouth

PORTSMOUTH, Va. (NNS) -- Start off 2014 in a healthful way by resolving to protect you and your family members from the flu.

With influenza now widespread in Virginia, it's not too late to visit Naval Medical Center Portsmouth or its branch clinics for an annual flu vaccine.

It takes approximately two weeks to fully protect the immune system from the strains in this year's vaccine. This season's FluMist protects against four strains of influenza. The injectable vaccine protects against three strains of flu.

Flu immunizations are available at the main medical center in Portsmouth at the Immunizations Clinic from 8 a.m. to 4 p.m., Monday, Tuesday, Wednesday and Friday. The clinic opens at 9 a.m. on Thursdays.

Naval Station Norfolk Branch Clinic (formerly Sewells Point Clinic) offers flu vaccines Monday through Thursday, 8 to 11 a.m. and 1 to 2:30 p.m.; and on Fridays 8 to 11 a.m.

Admiral Joel T. Boone Branch Clinic at Joint Base Little Creek-Fort Story offers flu vaccine 8 a.m. to 2 p.m. on Monday, Tuesday, Thursday and Friday; flu vaccine is available on Wednesdays from 8:30 a.m. to noon.

Oceana Branch Clinic offers flu immunizations from 8 a.m. to 2 p.m. on Monday, Tuesday, Thursday and Friday; and 9 a.m. to 2 p.m. on Wednesdays.

Dam Neck Branch Clinic offers flu vaccines Monday through Thursday from 7:30 to 11:30 a.m. and 1 to 2:30 p.m. Hours on Friday are 7:30 to 11 a.m.

Norfolk Naval Shipyard Branch Clinic offers flu vaccine from 7:30 a.m. to 3 p.m. Monday through Friday.
Northwest Branch Clinic offers flu vaccine from 8 a.m. to 2 p.m. Monday through Friday.

Yorktown Branch Clinic offers flu vaccine Monday through Thursday from 7:30 to 11:30 a.m. and 1 to 2:30 p.m.; and on Fridays from 7:30 to 11:30 a.m.

Beneficiaries enrolled to TRICARE Prime Clinics in Virginia Beach and Chesapeake should call to make an appointment for their flu vaccines.

For a downloadable version of the flu vaccine schedule, go to the NMCP website at www.med.navy.mil/sites/NMCP.

For more news from Naval Medical Center Portsmouth, visit www.navy.mil/local/NMCP/.


http://www.navy.mil/submit/display.asp?story_id=78480



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 5 Jan - 17:23 (2014)    Sujet du message: ANOTHER PANDEMIC? H1N1 SWEEPING ACROSS U.S. AND CANADA IN DEADLY WAVE Répondre en citant

ANOTHER PANDEMIC? H1N1 SWEEPING ACROSS U.S. AND CANADA IN DEADLY WAVE

Posted on January 4, 2014 by The Extinction Protocol



  January 4, 2014 – HEALTH – Cases of the H1N1 virus, also known as swine flu, across Canada and the U.S. are increasing at the approach of the peak flu season of February. The Centers for Disease Control reports that in the U.S., the flu season has hit southeastern states Alabama, Louisiana, Mississippi, Missouri, Oklahoma and Texas the hardest so far, and it is expected to spread across the nation in the coming weeks. Swine flu has not just affected the southern part of the United States. According the seasonal map issued by the Centers for Disease Control (CDC), many states are seeing widespread flu activity. In Wisconsin, 81 people have been admitted to a hospital over a period of a week with a majority of the cases attributed to the H1N1 virus. The biggest concern is the increase in the number of H1N1 incidences, which has doubled in the past two weeks, according to a Jan. 2 WBay report. A death from swine flu was just reported in Santa Clara, CA, as well. In Michigan, emergency departments are filled with hundreds of patients with flu-like symptoms. However, infants on life support because of the H1N1 virus are causing the most concern. North of the border in Toronto, the Montreal Gazette reports that 36 percent of 210 confirmed cases of influenza were H1N1. One swine flu victim has died. This is an increase of 33 percent from this point last year in Canada’s largest city. 


Out west in Alberta, there are 965 lab-confirmed cases of H1N1; 270 of those patients have had to be hospitalized. As of January 2, five people have died from the flu in Alberta. This has led the province to open five mass immunization clinics in four communities. Infectious diseases expert Dr. Alison McGeer tells CTV News that the amount of flu activity in Alberta this year is actually not that much higher than previous years. However, this is the first time that H1N1 has been the predominant strain of flu since the 2009 pandemic. This comes two months after it was reported that the pandemic 5 years ago might have killed 203,000 people worldwide – more than 10 times higher than first estimated. The results were based on lab tests by an international group of scientists. No statistics have been released in terms of the number of people getting flu shots in America. However, in Canada, a Harris-Decima poll found only about 44 percent of Canadians have either had a shot already or intend to get one this season. This is not much higher than last year’s number of 41 percent. Nevertheless, the high number of Canadians not getting a vaccine is creating a concern. Swine flu spreads fast because it is highly contagious. When an infected coughs or sneezes, tiny droplets of the virus are released into the air. Anyone who comes into contact with these droplets or touches a surface recently touched by an infected person can catch H1N1. While the seasonal flu affects older people, H1N1 affects the younger population, and particularly children. This is the biggest difference between this year’s flu season and past flu seasons. The CDC has sent a health notice to clinicians, reiterating its call for everyone aged 6 months and older to receive a flu vaccine.  –Guardian Three more deaths in Michigan: Potentially deadly H1N1 — the influenza virus strain behind the 2009 pandemic — continues its resurgence in Michigan, with three more deaths reported by hospital officials. About a dozen adults and children — patients who previously were healthy — have been on life support at the University of Michigan Health System’s hospitals because of the virus, according to the hospital system. Three adults have died, according to a health system spokeswoman. An infant from central Michigan also has died from H1N1, according to the Michigan Department of Community Health. “These deaths are among previously healthy individuals. This is not the group that the public usually thinks about as being susceptible to serious illness with influenza,” said Dr. Matt Davis, chief medical executive for the state health department and a U-M professor of pediatrics and communicable diseases and of internal medicine. Many of the hospitalized patients were transferred to U-M from other hospitals because their flu was so severe. In addition to traditional ventilators, the U-M health system offers extracorporeal membrane oxygenation, or ECMO, technology for patients who can no longer breathe on their own. The machinery supports not only the patient’s lungs, as a ventilator does, but also the heart, Davis said. “This looks like 2009, but this time we have a vaccine,” he said. At the same time, patients in less-severe condition are recuperating in other area hospitals. According to state surveillance reports, 11 Michigan hospitals — part of monitoring efforts — reported 121 hospitalizations because of flu as of Saturday. -DFP
http://theextinctionprotocol.wordpress.com/2014/01/04/another-pandemic-h1n1-sweeping-across-u-s-and-canada-in-deadly-wave/


Dernière édition par maria le Mar 7 Jan - 23:55 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:22 (2016)    Sujet du message: A H1N1 - H7N9 - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> A H1N1 - H7N9 - LA PESTE BUBONIQUE - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 610, 11, 12  >
Page 5 sur 12

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com