LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

A H1N1 - H7N9 - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 710, 11, 12  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> A H1N1 - H7N9 - LA PESTE BUBONIQUE - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 6 Jan - 16:37 (2014)    Sujet du message: DES VIRUS PANDEMIQUES GENETIQUEMENT MODIFIES POUR QUOI FAIRE Répondre en citant

DES VIRUS PANDEMIQUES GENETIQUEMENT MODIFIES POUR QUOI FAIRE  

  Lundi 6 janvier 2014  

 


La chose qui a préoccupé les défenseurs de la sécurité des vaccins, semble bien avoir été confirmée ! Il s’agit du génie scientifique ou de la modification génétique des virus, plus spécialement les virus de la grippe, en vue de les rendre mortels, davantage mortels ou transférables d’une espèce à l’autre. Cette recherche à la Frankenstein qui est de notoriété publique inquiète tous ceux qui, à juste titre, en craignent les conséquences. On peut se demander si le virus de la soi-disant grippe porcine pandémique H1N1 n’était pas un produit du génie génétique.
 
En octobre 2013, la Société Européenne de Virologie (ESV) a envoyé une lettre de 5 pages [1] au Président de la Commission européenne avec quatre exemplaires en copie à divers fonctionnaires de la Commission européenne au sujet du travail d’un chercheur Ron Fouchier concernant le virus de la grippe H5N1, dont le groupe de recherche  a « montré que quelques mutations pouvaient rendre le virus aviaire H5N1, transmissible par aérosol parmi les furets qui sont utilisés comme modèles de mammifères pour étudier le potentiel de propagation de souches pandémiques de la grippe ». En outre, les travaux de Yoshihiro (université du Wisconsin) traitant de sujets similaires ont également été mentionnés.
 
La question clé semble être :  

Exclusivité : Des virus pandémiques génétiquement modifiés pour les rendre mortels  

La Conseil consultatif national des sciences des Etats-Unis pour la biosécurité (NSABB) a, en un premier temps, recommandé que ces études ne soient pas publiées parce que leurs résultats pourraient être utilisés pour transformer le virus H5N1 en arme biologique. Toutefois, en mars 2012, le NSABB a modifié sa décision et s’est déclaré en faveur de la publication des documents, en conformité avec l’avis donné un mois plus tôt par desexperts internationaux de la grippe qui s’étaient réunis suite à l’invitation de l’Organisation Mondiale de la Santé [1] (Souligné par l’auteur de l’article)  

L’auteur de l’article se croit vraiment contraint de se demander si tout ceci n’est tout simplement pas de la modification et du génie génétique ? Le génie génétique et la « technologie » des modifications génétiques ne seraient-ils pas devenus les nouveaux dieux de la science ; ces nouveaux dieux qui créent des organismes qui n’existent pas dans la nature et qui sont destinés à être brevetés pour des intérêts particuliers de ceux qui se servent du principe de la dialectique hégélienne : « Problème – Réaction - Solution » ?
 
Voici comment ce principe fonctionne apparemment  

Le problème est causé par les modifications génétiques auxquelles a recours la recherche scientifique humaine mais dont la Nature ne veut pas.  

La réaction est la peur et l’indignation de la société (ou la science) qui cherche et appelle désespérément au secours. Mais la science, elle, possèdela solution dans sa poche arrière, alors que Big Pharma n’est  que trop heureux de se sentir obligé de créer -  un vaccin. Vous voyez un peu maintenant comment  apparemment les choses fonctionnent ? Tout ceci pourrait-il expliquer l’impulsion, la dynamique qui permettra la création de quelque 300 nouveaux vaccins qui sont actuellement dans le pipe-line de l’industrie ? Et l’injection de ces vaccins va-t-elle être rendue obligatoire pour tout le monde, par le HHS, le CDC, la FDA des Etats-Unis ? Allons-nous, sous peine de poursuites judiciaires, être obligés de recevoir chaque jour un vaccin parce que la technologie a perdu le sens du collectif en créant des virus pandémiques ? Et que dire des vaccins administrés via des drones, comme le propose Bill Gates ? Quand la science et la technologie vont-elles finalement maîtriser leurs penchants à inventer des solutions meurtrières. 

La manipulation génétique des virus va-t-elle ressembler à ce qui s’est passé au début du 20ème siècle lorsque des médecins ont sauvagement utilisé des enfants comme cobayes humains dans des orphelinats d’Etat à New-York, en Pennsylvanie et ailleurs pour faire avancer ce que sont devenues ces nouvelles sciences de l’« eugénisme » et de la vaccinologie ?
 
A l’origine, et selon ceux qui l’ont perpétué, comme Charles Benedict Davenport, «  Le leader eugéniste d’Amérique », l’eugénisme a voulu l’amélioration du génome humain en s’efforçant d’empêcher les anomalies congénitales. Cette horrible période de la science médicale est racontée dans un ouvrage de 2013 : « Contre leur Volonté, L’Histoire Secrète de l’Expérimentation Médicale sur des Enfants au cours de la Guerre Froide en Amérique. » Il est grand temps qu’à l’échelle du monde, les consommateurs de soins de Santé
se réveillent enfin et s’interrogent par rapport à ce qui se passe en médecine.
 

Bien que la lettre de la Société Européenne de Virologie (ESV) concerne les licences sur les travaux de recherche, l’auteur du présent article ne se sent pas du tout concernée par ce problème. Ce qui pour elle est d’une importance primordiale est le bricolage délibéré des virus dans le but de leur faire exécuter des choses qu’ils n’auraient jamais faites s’ils n’avaient pas été manipulés par la technologie, en particulier au nom de la science et de la recherche. Selon l’auteur de cet article, le fait de délibérément créer des agents biologiques létaux ou des virus pathogènes dans le but de nuire ou de tuer des animaux ou des humains pour quelque raison que ce soit (qui ont généralement trait au contrôle et à l’intérêt financier), ne peut être considéré que comme crime contre l’humanité.  

Il s’agit de prendre conscience de ce qui s’est passé avec la recherche de Fouchier (selon la lettre envoyée à la Société Européenne de Virologie (ESV) :

Le virus H5N1 a été transformé en un agent pathogène transmissible par aérosol !

En outre, cette lettre parle de 90 virus ou microorganismes qui peuvent provoquer des maladies chez les humains, les animaux et les plantes. Les rêves de ces chercheurs en ingénierie génétique pourront ainsi devenir réalité pour leur plus grande gloire et un maximum de profits - mais vraisemblablement au prix d’une immense souffrance humaine.
 
Une organisation bioterroriste ( à condition qu’elle dispose des installations) pourrait fabriquer des armes plus puissantes (la variole ou la toxine botulinique) uniquement par une approche de la biologie qui exploiterait les données déjà existantes dans le domaine public sans devoir recourir à la création de virus fantaisistes mutants. [1]
 
Le bioterrorisme existe. Se pourrait-il que la chose soit rendue possible parce que la science promeut la recherche en génie génétique ? Y avez-vous déjà pensé ? L’humanité, y compris les scientifiques qui s’occupent de ces technologies doivent impérativement évaluer où nous mènent ces technologies parce que la civilisation peut être détruite, soit par accident, par inadvertance ou cafouillis scientifique, ou peut-être par volonté délibérée. Cela s’est apparemment déjà passé. Et comme la civilisation est un continuum, les textes anciens nous montrent que nous devrions considérer la chose avec le plus grand sérieux.  

Actuellement, nous vivons un cauchemar technologique. Pour n’en prendre qu’un exemple : la fission nucléaire qui a été utilisée depuis les années 1950 (et la crise actuelle avec les réacteurs de Fukushima), alors que personne ne sait comment gérer les déchets et les sous-produits meurtriers !  

Vérifiez par vous-même ce que dit « Fairewinds Energy Education » à propos de Fukushima : http://fairewinds.org/tag/fukushima-daiichi/ (en anglais)  

L’auteur souhaiterait donner son point de vue par rapport à ce qui est dit dans le résumé de la lettre adressée à l’ESV :  

De nombreux progrès de la science peuvent être utilisés à mauvais escient. On peut donc considérer que la recherche puisse être « à double usage », avec des applications potentiellement positives comme négatives. Cela signifie que nous devons soigneusement prendre en compte les avantages de ces recherches comme les risques qui lui sont liés, comme c’est notamment le cas dans cette étude spécifique sur le virus H5N1.  

Bien que le virus de la grippe ait été le seul sujet de discussion à ce jour, le problème concerne aussi la recherche sur de nombreux virus pathogènes, des champignons et des bactéries qui se trouvent sur cette liste de dangereux agents pathogènes.  

Les virus sont très répandus dans la biosphère ; ils sont capables d’infecter les humains, les animaux et les plantes. Ce sont des parasites intracellulaires obligés et par définition, potentiellement pathogènes, surtout quand ils acquièrent la possibilité de passer de leur hôte habituel à un nouvel hôte et ainsi devenir capable de se reproduire efficacement dans de nouvelles espèces (comme c’est la cas pour le virus pandémique de la grippe). […]  

Au cours de la pandémie de 2009, on s’est aperçu que le virus isolé chez des patients aux Etats-Unis  était composé d’éléments génétiques provenant de quatre virus différents de la grippe – la grippe porcine nord américaine, la grippe aviaire nord américaine, la grippe humaine et du virus de la grippe porcine typiquement trouvé en Asie et en Europe – une mixture bâtarde inhabituelle de séquences génétiques. Cette nouvelle souche semble être le résultat d’un réassortiment de virus humains et de virus de la grippe porcine et ce, dans les quatre souches différentes du sous-type H1N1. [2]  

On peut se demander comment les différentes souches de sous-types d’éléments génétiques du virus de la grippe provenant de trois sites mondiaux différents pourraient se recombiner en quelque chose de nouveau. Par magie ? Pour être plus réaliste, on pourrait supposer que les choses auraient pu se passer avec l’aide d’un chercheur dans un laboratoire ! Pareil réassortiment de souches de la grippe, en particulier quand ces souches proviennent des quatre coins du monde  et de différentes espèces semble vraiment tiré par les cheveux surtout qu’il s’agit à la fois des virus de la grippe humaine, aviaire et porcine. Ce genre de sauts génétiques multi-tâches ne se produit pas très facilement dans la nature. Ceci nous fait évidemment penser à un autre canard vaccinal tout aussi contestable : les vaccins multivalents qui seraient actifs contre plusieurs maladies grâce à une seule injection ( ex. DTC, ROR). Il est humainement impossible pour quiconque d’être exposé à – et de contracter – 3, 6, 9 maladies différentes à la fois – cela ne peut tout simplement pas se passer où que ce soit sur la terre ! Pourtant, la science vaccinale nous dit  qu’un nourrisson ou un bébé doit être vacciné avec 3, 6, 9 principes actifs (valences) de vaccins en une seule fois, soumettant ainsi le système immunitaire à un stress énorme (monstrueux) pour pouvoir créer des réponses antigéniques à chacune des maladies. C’est là ce que la pharmacologie et la médecine considèrent comme étant « l’immunité » créée par les vaccins.
 
En substance, le corps de l’enfant et son système immunitaire doivent créer simultanément de multiples réponses antigéniques à toutes ces maladies.Ceci ne peut se produire ni dans la vie ordinaire ni dans la nature, sauf à la suite d’ inoculations vaccinales. Le corps de la plupart des enfants ne peut efficacement assumer toutes ces tâches et tout particulièrement en ce qui concerne la détoxification des toxines apportées par les vaccins. D’où les réactions indésirables (effets secondaires) qui peuvent être mineures ou parfois catastrophiques,  [ A ce sujet, lire l’information des notices en ce qui concerne les réactions, les contre-indications, comme aussi les rapports du VAERS] Un parfait exemple de réaction aux vaccins : les cris et pleurs des enfants qui durent parfois des jours entiers et que les médecins considèrent comme étant des réactions normales.
 
Les lecteurs peuvent-ils commencer à comprendre pourquoi les vaccins ne peuvent pas être considérés comme étant sans danger ? En outre, il convient de savoir que tous les ingrédients des vaccins n’ont pas été testés quant à leurs potentiels cancérogène, tératogène, à leur innocuité, à de possibles problèmes de fertilité comme il est précisé sans vergogne sur les notices de vaccins.  

Des problèmes similaires peuvent et vont sans doute se produire  à la suite des dangereux virus pandémiques de la grippe  créés par l’homme, de même aussi qu’avec l’utilisation d’adjuvants de plus en plus puissants qui peuvent inclure des nanoparticules. Ces nanoparticules seront probablement introduites dans de nouveaux vaccins pour produire les réponses immunitaires souhaitées aux nouveaux vaccins.  

Ces nouvelles menaces concernant la santé pourraient ne pas devenir réalitéSI la science et la technologie n’étaient pas aussi pressées de faire breveter de nouveaux organismes permettant ensuite à Big Pharma d’apporter ses remèdes vaccinaux. Ne serait-ce pas là la solution finale au « problème – réaction – solution », ce fameux mécanisme de contrôle qui a été utilisé de manière spectaculaire, semble-t-il, depuis le début du 21ème siècle ? […]
 
Notes:

[1]http://www.eusv.eu/pdf/ESV%20letter%20on%20Gain%20of%20function_GOF_research%20in%20Virology.pdf

[2]http://en.wikipedia.org/wiki/Influenza_A_virus_subtype_H1N1

Resources:

A. H5N1 Researcher Continues Legal Battle http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/38182/title/H5N1-Researcher-Continues-Legal-Battle/

B. Bird Flu Experiments Proposed http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/36912/title/Bird-Flu-Experiments-Proposed/

C. Opinion: The Fatality Burden http://www.the-scientist.com/?articles.view/articleNo/38651/title/Opinion--The-Fatality-Burden/

D. Scientists call for urgent talks on mutant-flu research in Europehttp://www.nature.com/news/scientists-call-for-urgent-talks-on-mutant…
 

http://www.activistpost.com/2014/01/whats-scoop-on-genetically-engineered.html  

http://expovaccins.over-blog.com/article-des-vaccins-pour-repondre-a-des-menaces-fabriquees-de-toutes-pieces-121915610.html

http://www.wikistrike.com/article-des-virus-pandemiques-genetiquement-modifies-pour-quoi-faire-121924468.html


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 6 Jan - 16:37 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 6 Jan - 17:39 (2014)    Sujet du message: L'AUGMENTATION MARQUEE DU CANCER CHEZ LA FEMME DANS LE MONDE EXIGE DES REPONSES, EXHORTE L'OMS Répondre en citant

L'AUGMENTATION MARQUEE DU CANCER CHEZ LA FEMME DANS LE MONDE EXIGE DES REPONSES, EXHORTE L'OMS

Quelle hypocrisie! Et les OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR 2015, VOUS EN FAITES QUOI?



Un panneau de signalisation à l'Institut de cancérologie d'Ocen Road, à Dar es Salaam, en Tanzanie, qui indique les différents services de ce centre hospitalier. Photo: OMS/Chris de Bode

12 décembre 2013 –

Les dernières données sur l'incidence, la mortalité et la prévalence du cancer dans le monde, publiées jeudi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), concluent à 14,1 millions de nouveaux cas de cancer en 2012, et à 8,2 millions de décès provoqués par cette maladie. En 2008, le nombre de cas de cancer était de 12,7 millions et celui de décès liés à cette maladie de 7,6 millions.

Etablie par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), qui dépend de l'OMS, la base de données GLOBOCAN 2012 fournit les estimations les plus récentes pour 28 types de cancers dans 184 pays.

Les cancers les plus fréquemment diagnostiqués dans le monde sont ceux du poumon, du sein et le cancer colorectal. Les causes les plus fréquentes de décès étaient les cancers du poumon (1,6 million de décès, 19,4% du total), du foie (0,8 million, 9,1%) et de l'estomac (0,7 million, ou 8,8%).

Les projections anticipent une augmentation substantielle de 19,3 millions de nouveaux cas de cancer par an d'ici à 2025 en raison de la croissance démographique et du vieillissement de la population mondiale. Plus de la moitié de tous les cancers et des décès par cancer en 2012 ont été enregistrés dans les régions les moins développées du monde et ces proportions augmenteront encore d'ici à 2025.

L'une des tendances les plus remarquables, c'est la multiplication du nombre de cancers chez les femmes, qui confirme qu'au niveau mondial, la priorité doit être accordée aux mesures de prévention et de lutte contre les cancers du sein et du col utérin.
Chaque année, 1,7 million d'entre elles ont un diagnostic de cancer du sein et rien qu'en 2012, 6,3 millions de femmes vivaient avec un cancer du sein diagnostiqué au cours des cinq années précédentes. Depuis les dernières estimations pour 2008, l'incidence a augmenté de plus de 20%, et la mortalité de 14%. Le cancer du sein est la cause la plus fréquente.

« Le cancer du sein est aussi l'une des principales causes de décès par cancer dans les pays les moins développés. C'est en partie parce que l'évolution des modes de vie est à l'origine d'une augmentation de l'incidence, mais aussi en partie parce que les progrès cliniques enregistrés contre la maladie ne profitent pas aux femmes vivant dans ces régions », explique le Dr Forman, Chef de la Section Données du cancer au CIRC.

Les tendances mondiales montrent plus généralement que dans les pays en développement en transition sociétale et économique rapide, la transition vers un mode de vie typique des pays industrialisés conduit à un fardeau croissant des cancers associés à des facteurs de risque génésiques, alimentaires et hormonaux.

Bien que l'incidence soit en augmentation dans la plupart des régions du monde, il y a d'énormes inégalités entre pays riches et pays pauvres, relève le CIRC. Les taux d'incidence demeurent les plus élevés dans les régions les plus développées, mais la mortalité est beaucoup plus élevée relativement dans les pays pauvres, faute de détection précoce et d'accès aux traitements.

En Europe occidentale, par exemple, l'incidence du cancer du sein est supérieure à 90 nouveaux cas pour 100 000 femmes par an, par rapport à 30 pour 100 000 en Afrique de l'Est. En revanche, les taux de mortalité dans ces deux régions sont presque identiques à environ 15 pour 100 000, ce qui pointe clairement le diagnostic tardif et une survie beaucoup moins bonne en Afrique de l'Est.

« Il est aujourd'hui urgent, pour mieux lutter contre le cancer, de développer des approches efficaces et abordables pour la détection précoce, le diagnostic et le traitement du cancer du sein chez les femmes vivant dans les pays les moins développés du monde », explique le Dr Christopher Wild, Directeur du CIRC. « Il est primordial que les progrès réalisés ces dernières années dans les régions les plus développées du monde soient mis en oeuvre pour faire reculer la morbidité et la mortalité. »

Avec plus d'un demi-million de nouveaux cas chaque année, le cancer du col utérin est le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde, après les cancers du sein, colorectal et du poumon, notamment dans les pays à faibles ressources de l'Afrique subsaharienne. Il est également la quatrième cause la plus fréquente de décès par cancer (266 .décès en 2012) chez les femmes dans le monde. En effet, près de 70% du fardeau mondial pèse sur les régions à faible développement, l'Inde hébergeant plus d'un cinquième de tous les nouveaux cas diagnostiqués.

« Le cancer du col, qui affecte les femmes dans leur jeunesse, peut avoir des effets catastrophiques avec un coût humain, social et économique très élevé. Mais cette maladie ne doit pas être une condamnation à mort, même dans les pays pauvres », explique le Dr Rengaswamy Sankaranarayanan, chercheur principal d'un projet de recherche du CIRC sur le dépistage du cancer du col en Inde rurale. « Des outils de dépistage peu coûteux et de faible technicité existent aujourd'hui, qui pourraient réduire sensiblement le fardeau des décès par cancer du col dans les pays les moins développés », a-t-il ajouté.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=31664&Cr=cancer&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 11 Jan - 02:35 (2014)    Sujet du message: FDA APPROVES FIRST GMO FLU VACCINE CONTAINING REPROGRAMMED INSECT VIRUS Répondre en citant

FDA APPROVES FIRST GMO FLU VACCINE CONTAINING REPROGRAMMED INSECT VIRUS 

Friday, February 08, 2013 by: Jonathan Benson, staff writer
Tags: flu vaccine, insect virus, GMOs





  

(NaturalNews) A new vaccine for influenza has hit the market, and it is the first ever to contain genetically-modified (GM) proteins derived from insect cells. According to reports, the U.S. Food and Drug Administration (FDA) recently approved the vaccine, known as Flublok, which contains recombinant DNA technology and an insect virus known as baculovirus that is purported to help facilitate the more rapid production of vaccines.

According to Flublok's package insert, the vaccine is trivalent, which means it contains GM proteins from three different flu strains. The vaccine's manufacturer, Protein Sciences Corporation (PSC), explains that Flublok is produced by extracting cells from the fall armyworm, a type of caterpillar, and genetically altering them to produce large amounts of hemagglutinin, a flu virus protein that enables the flu virus itself to enter the body quickly.

So rather than have to produce vaccines the "traditional" way using egg cultures, vaccine manufacturers will now have the ability to rapidly produce large batches of flu virus protein using GMOs, which is sure to increase profits for the vaccine industry. But it is also sure to lead to all sorts of serious side effects, including the deadly nerve disease Guillain-Barre Syndrome (GSB), which is listed on the shot as a potential side effect.

"If Guillain-Barre Syndrome (GBS) has occurred within six weeks of receipt of a prior influenza vaccine, the decision to give Flublock should be based on careful consideration of the potential benefits and risks," explains a section of the vaccine's literature entitled "Warnings and Precautions." Other potential side effects include allergic reactions, respiratory infections, headaches, fatigue, altered immunocompetence, rhinorrhea, and myalgia.

According to clinical data provided by PSC in Flublok's package insert, two study participants actually died during trials of the vaccine. But the company still insists Flublok is safe and effective, and that it is about 45 percent effective against all strains of influenza in circulation, rather than just one or two strains.

FDA also approves flu vaccine containing dog kidney cells

Back in November, the FDA also approved a new flu vaccine known as Flucelvax that is actually made using dog kidney cells. A product of pharmaceutical giant Novartis, Flucelvax also does away with the egg cultures, and can similarly be produced much more rapidly than traditional flu vaccines, which means vaccine companies can have it ready and waiting should the federal government declare a pandemic.

Like Flublok, Flucelvax was made possible because of a $1 billion, taxpayer-funded grant given by the U.S. Department of Health and Human Services (HHS) to the vaccine industry back in 2006 to develop new manufacturing methods for vaccines. The ultimate goal is to be able to quickly manufacture hundreds of millions of vaccines for rapid distribution.

Meanwhile, there are reportedly two other GMO flu vaccines currently under development. One of them, which is being produced by Novavax, will utilize "bits of genetic material grown in caterpillar cells called 'virus-like particles' that mimic a flu virus," according to Reuters.

Sources for this article include:

http://healthimpactnews.com

http://www.reuters.com

http://www.naturalnews.com/039013_flu_vaccine_insect_virus_GMOs.html#ixzz2K…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 25 Jan - 15:07 (2014)    Sujet du message: LAWSUITS AGAINST HOSPITALS BEGIN FOR LOSS OF EMPLOYMENT DUE TO MANDATORY FLU SHOTS Répondre en citant

LAWSUITS AGAINST HOSPITALS BEGIN FOR LOSS OF EMPLOYMENT DUE TO MANDATORY FLU SHOTS

Posted by: TLB Staff
Published January 24, 2014, filed under FREEDOM


This woman is a pharmaceutical buyer and never comes into contact with patients, but when she refused to receive a flu vaccination she also was required to wear a mask.

Nurses Against Mandatory Vaccines

Health Impact News Editor Comments:
As we reported earlier, a Michigan nurse has filed a $100 million class action lawsuit against the hospital that fired her for refusing a flu vaccine as a requirement for employment.
So we did some research and we found out that there are lawsuits around the country currently in litigation from healthcare workers who have lost their jobs as a result of refusing the seasonal flu vaccine. Here are some that are being reported:

Woman sues over hospital flu shot

Coshoctontribune.com

Excerpts:

A former hospital employee is suing Coshocton County Memorial Hospital after being fired for not getting a mandatory flu shot.

Karen Good, of Warsaw, filed a lawsuit Jan. 2 with the U.S. Southern District Court of Ohio against the Coshocton County Memorial Hospital Association, saying her employment was wrongfully terminated after she refused to get a flu vaccination in fall 2013 on religious grounds.

According to the lawsuit, in October 2012, the hospital implemented a policy “mandating that all employees receive the flu vaccines (including H1N1, influenza A and influenza B) no later than Nov. 1, 2012.” The lawsuit states that, before 2012, flu vaccines were offered to all employees but not required

The lawsuit states the hospital policy offered two exemptions from vaccination: medical conditions and religious beliefs. The religious exemption stated “an employee was exempt from the mandatory vaccine policy if the employee provided a religious exemption form signed by the employee’s clergyman. The form requested a statement about the nature of the religious objection.”

Good, who the lawsuit states is a “practicing Christian with sincerely held religious beliefs,” was denied an exemption in October 2013.

The lawsuit states Good is seeking monetary damages of at least $75,000 for back pay; statutory liquidated damages; expert witness fees; attorneys’ fees, costs and front pay; compensatory damages; and punitive damages.

According to the lawsuit, Good has “suffered and will continue to suffer emotional distress and loss of salary, benefits and other terms, privileges, and conditions of employment,” as a result of being fired. The lawsuit goes on to say the hospital’s conduct was “willful, wanton, reckless, and/or malicious for which the Defendant (the hospital) is liable for compensatory damages, punitive damages, and reasonable attorneys’ fees and costs.”

Good is filing the lawsuit under Title VII of the Civil Rights Act of 1964 with one count each of religious discrimination, religious discrimination-failure to accommodate and retaliation. She also is filing the lawsuit under the Ohio Law Against Discrimination Revised Code Chapter 4112 with one count each of religious discrimination, religious discrimination-failure to accommodate and retaliation.

Good has requested a jury of at least eight people, according to the lawsuit.

Full Story Here.

Fired worker sues Ohio hospital over flu-shot requirement

The Columbus Dispatch

Excerpts:

CINCINNATI — A former longtime customer service representative at an Ohio hospital has filed a lawsuit after she was fired for refusing to get a flu shot because she is vegan.
Requiring employees to get a flu shot is standard at many hospitals because of their close contact with vulnerable patients. But some of those employees take issue with the requirement and refuse for various reasons.

That includes Sakile Chenzira, a 58-year-old Cincinnati woman who was fired from Cincinnati Children’s Hospital in December 2010 for refusing to get the shot as required of all employees at the hospital, although it’s unclear whether she had any direct contact with patients. Chenzira cited her veganism, whose practitioners do not consume any animal products; the flu vaccine contains a small amount of egg protein.

Chenzira filed a lawsuit against the hospital on Dec. 28, 2011, seeking a minimum of $650,000, and the case is set to go to trial before a jury in July.

Full Story Here.

There is also a lawsuit filed in New York by a union regarding requiring health care workers to wear masks if they refuse the flu shot. Dr. Karen Sullivan Sibert, a pro-vaccine doctor, has written about how requiring nurses to wear masks for refusing the flu vaccination violates HIPPA law for patient privacy. (See: Pro Vaccine Doctor Explains how Mandatory Flu Vaccines for Healthcare Workers Violates HIPPA Law)

Union sues over flu shot mask rule


TimesUnion.com

Excerpts:

Albany

A major public-sector union has gone to court to fight a new rule that forces health care workers to wear surgical masks if they don’t get flu shots — once flu season is deemed to have started.

“While we care deeply about our members and the patients and communities we serve, we will not allow the state to bully our members into getting a vaccination,” Susan Kent, president of the Public Employees Federation, said in a statement announcing a lawsuit against the new rule. The suit was filed Wednesday in state Supreme Court in Albany County.
PEF represents a variety of state employees, including nurses who work in state run hospitals and institutions.

Among other allegations, the PEF filing contends that the masks could frighten some mentally disabled patients and they actually serve as punishment for those who refuse flu shots. The masks, says the filings, could also become “germ-filled cesspools” for their wearers.

Full Story Here.

Health Impact News Editor Comments:

As we have previously reported, the recent move by hospitals to become so strict over requiring their employees (whether they have contact with patients or not) to receive the flu vaccine, is due to a provision in the new Affordable Health Care Act (Obamacare) that states health care facilities must have 90% of their employees vaccinated for the flu, or lose federal reimbursement for Medicare and Medicaid. That amount was 1% in 2013 and is reportedly going to increase up to 2% by 2017.

So now that the avalanche of lawsuits has begun against health care facilities for terminating employment based on flu vaccine status, or requiring people to wear a mask the entire flu season, the financial question they will need to consider is whether the potential one to two percent loss in Medicare and Medicaid reimbursement is enough to cover all their legal fees in trying to mandate the flu vaccine against desire of their employees, and the ensuing litigation that could result from terminating employment or forcing them to wear masks.

Read more here:  http://healthimpactnews.com/2014/lawsuits-against-hospitals-begin-for-loss-of-employment-due-to-mandatory-flu-shots/

TLB highly recommends you visit Health Impact News for more great/pertinent articles and information.

http://www.thelibertybeacon.com/2014/01/24/lawsuits-against-hospitals-begin…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Jan - 13:20 (2014)    Sujet du message: FLU DEATHS DOUBLE IN CALIFORNIA : EMERGENCY TENT SET UP OUTSIDE EMERGENCY ROOM Répondre en citant

FLU DEATHS DOUBLE IN CALIFORNIA : EMERGENCY TENT SET UP OUTSIDE EMERGENCY ROOM

Posted on January 25, 2014 by The Extinction Protocol




January 25, 2014 – CALIFORNIA - State health officials reported Friday that California influenza deaths this flu season have doubled to 95, with an additional 51 cases likely to be confirmed next week. That would put this year’s number of flu fatalities so far at 146. At this time last year, nine deaths had been confirmed, and only 106 were confirmed by the end of the season. “So far we have a much more severe season,” said state epidemiologist Dr. Gil Chavez in a conference call with reporters Friday. He said that flu activity in California remained “widespread.”” In part, the gap between this year’s deaths and the number of deaths at this time last year is because this year’s season struck early, Chavez said.

However, this year’s predominant flu strain is H1N1 “swine flu,” which is more deadly than other strains. Seventy-five of this year’s 95 confirmed deaths were caused by H1N1, Chavez said. Chavez said that the week ending Jan. 18 saw a decrease in hospitalizations and out-patient visits for the flu. He added that the level was still higher than expected for this time of year, and that it’s unclear whether this means that the peak of season has already hit. “It’s too early to tell … whether that’s the beginning of a reversal or just a temporary change,” he said.

Chavez urged people to get vaccinated to protect themselves from the flu. The flu typically is most deadly among young children and the elderly. H1N1, however, affects young adults more severely than most other forms of the flu. Three of the 95 confirmed fatalities were children under 10, according to Chavez. The most recent was confirmed in Riverside County, and the two others were in San Mateo County and Los Angeles County. State epidemiologist James Watt said the majority of the young adults who died of the flu had other conditions that put them at risk, like obesity, pregnancy or underlying health issues. –LA Times

http://theextinctionprotocol.wordpress.com/2014/01/25/flu-deaths-double-in-…





Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Jan - 23:40 (2014)    Sujet du message: GRIPPE AVIAIRE : NOUVEAUX CAS HUMAINS EN CHINE MERIDIONALE ET ORIENTALE - FAO Répondre en citant

GRIPPE AVIAIRE : NOUVEAUX CAS HUMAINS EN CHINE MERIDIONALE ET ORIENTALE - FAO


Des éleveurs de poulet dépistent le virus de la grippe aviaire. Photo: FAO/Giulo Napolitano

20 janvier 2014 – Les cas d'infection humaine par le virus influenza A(H7N9) sont à nouveau en hausse en Chine et les prochaines festivités du Nouvel An chinois favoriseront la prolifération et l'exposition humaine, a mis en garde lundi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

A cette occasion, des déplacements de millions de personnes et de volailles sont attendus et de nombreux ménages abattront eux-mêmes leurs volailles. La FAO a invité les pays voisins à demeurer vigilants face au virus A(H7N9) et à d'autres virus de l'influenza aviaire, tels que la souche hautement pathogène H5N1.

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le nombre d'infections humaines par le virus H7N9 en Chine de l'Est et du Sud-Est a considérablement augmenté depuis fin décembre, ce qui n'est guère surprenant car les virus de l'influenza connaissent habituellement un regain d'activité durant les mois d'hiver. Jusqu'à présent, aucun autre pays n'a signalé la présence de l'influenza A(H7N9) chez l'homme, chez les animaux ou sur les marchés.

Il y a tout lieu de penser que l'infection se transmet par contact étroit avec la volaille vivante infectée, essentiellement sur les marchés d'oiseaux vivants ou lors de l'abattage à la maison. Selon l'OMS, aucune transmission interhumaine soutenue n'a été observée à ce jour. Les analyses génétiques effectuées par les centres de référence de la FAO ont révélé que le virus n'a pas sensiblement évolué depuis son apparition l'an dernier.

"Les autorités chinoises sont en train d'appliquer d'importantes mesures d'atténuation du risque d'exposition de l'homme au virus A(H7N9)", a indiqué Juan Lubroth,Vétérinaire en chef à la FAO. "Cela comprend des fermetures temporaires des marchés d'oiseaux vivants, des jours de repos réguliers, une meilleure hygiène des marchés, une surveillance renforcée et continue de l'environnement des élevages et des marchés d'oiseaux et le contrôle des mouvements de volailles".

"Mais les pays doivent rester sur leurs gardes car le virus continue à circuler parmi les volailles sans signes cliniques visibles. Le risque pour l'homme demeure, en particulier au cours des mois à venir, et surtout durant la période du Nouvel An chinois", a souligné M. Lubroth.

La FAO aide un certain nombre d'Etats membres, particulièrement les plus à risque, à affronter l'émergence possible du virus A(H7N9) chez les populations avicoles par des mesures de prévention et de préparation, des évaluations de risques, des plans d'urgence, le renforcement des capacités de diagnostic et une surveillance ciblée.

En Asie du Sud et du Sud-Est, avec l'appui de l'Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID), la FAO a aidé les pays à mettre en œuvre dès juin dernier une surveillance animale et environnementale sur les marchés d'oiseaux vivants et dans les fermes. Des projets soutenus par la FAO sont également en cours pour aider certains pays d'Afrique à se préparer à d'éventuelles menaces d'influenza aviaire, et notamment du virus A(H7N9).

News Tracker: autres dépêches sur la question

FAO : risque de réapparition des virus de la grippe aviaire cet hiver

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=31858&Cr=virus&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Fév - 19:51 (2014)    Sujet du message: 35.7% OR THE PEOPLE THAT DIED IN GARY IN. LAST WEEK DIED OF PNEUMONIA AND OBAMA FLU. KATRINA VIRUS. Répondre en citant

35.7% OR THE PEOPLE THAT DIED IN GARY IN. LAST WEEK DIED OF PNEUMONIA AND OBAMA FLU. KATRINA VIRUS.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=4gp6xmsJSbA&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 25 Fév - 19:54 (2014)    Sujet du message: BILL GATES REPRODUCING NAZI BIOLOGICAL WARFARE EXPERIMENTS Répondre en citant

BILL GATES REPRODUCING NAZI BIOLOGICAL WARFARE EXPERIMENTS

February 17, 2014 11:35 AM EST

Bill Gates reproducing Nazi biological warfare experiments

By Jason Charles

(INTELLIHUB) – It has been revealed through a recent release of documents that Nazi scientists were researching how to use mosquitos as biological dispersion agents.

The Guardian reported:

“But in an article for the science journal Endeavour, Klaus Reinhardt says protocols kept by the head of the institute allow no other conclusion than that the institute also pursued research into biological warfare.

In 1944, scientists examined different types of mosquitoes for their life spans in order to establish whether they could be kept alive long enough to be transported from a breeding lab to a drop-off point. At the end of the trials, the director of the institute recommended a particular type of anopheles mosquito, a genus well-known for its capacity to transmit malaria to humans.”

Coincidentally Bill Gates has been funding research into this very thing by putting money into the genetic manipulation of mosquitos to deliver bio agents.

Here is a video of Bill Gates releasing mosquitos into a crowded hall during a TED talk live.



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=ppDWD3VwxVg&hd=1

The Bill and Melinda Gates foundation is a eugenics organization that supports deadly vaccination programs that have given 47,500 people polo and millions to Planned Parenthood, an organization built on eugenics and Nazi race sterilization science.

There is something very disconcerting with the world when a Billionaire known for funding mass vaccination programs with horribly crippling results and also has major family ties to Planned Parenthood, a company that has known racist, eugenics roots tries to resurrect Nazi Biological War Experiments under the guise of Philanthropy towards the 3rd world.

(Photo: Getty Images)

Jason Charles is a contributor to Intellihub News. You can also find his work at Truth Alliance

*****

http://intellihub.com/bill-gates-reproducing-nazi-biological-warfare-experi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Mar - 13:13 (2014)    Sujet du message: UN "PACTE COMMUN" DES RELIGIONS POUR LA PAIX / 'COMMON PACT' TO BRING WORLD PEACE Répondre en citant



UN "PACTE COMMUN" DES RELIGIONS POUR LA PAIX

...

Pour Jerry White, « la diplomatie traditionnelle a découvert comment les religions peuvent contribuer à la construction d’un ‘écosystème’ de PAIX, en injectant le VIRUS DE LA PAIX dans un monde tombé dans ‘une épidémie de violence’ ».
...

http://www.zenit.org/fr/articles/un-pacte-commun-des-religions-pour-la-paix…


SAN'EGIDIO COMMUNITY HOSTS CONFERENCE CALLING FOR A DIPLOMACY-RELIGIOUS ALLIANCE

'COMMON PACT' TO BRING WORLD PEACE


...

Moreover, Jerry White pointed out that “traditional diplomacy has discovered how religions can contribute to the construction of an ‘ECOSYSTEM' of PEACE, BY INJECTING THE VIRUS OF PEACE in a world infected by ‘AN EPIDEMIC OF VIOLENCE.’”

...

http://www.zenit.org/en/articles/san-egidio-community-hosts-conference-call…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Mar - 23:52 (2014)    Sujet du message: BIG PHARMA ESSAIE DE METTRE FIN A L'AUTORISATION PARENTALE POUR LA VACINATION DES ENFANTS Répondre en citant

BIG PHARMA ESSAIE DE METTRE FIN A L'AUTORISATION PARENTALE POUR LA VACCINATION DES ENFANTS

Déjà en place dans plusieurs pays




Tete-d-enfant-et-seringue-Gaia

Il est illégal que des enfants puissent voter ; il est illégal que des enfants puissent choisir de boire de l’alcool ; il est illégal que des enfants puissent conduire des voitures ; il est illégal que des enfants puissent donner leur consentement à des procédures médicales. Et cependant New York se propose de permettre aux enfants de donner leur consentement pour recevoir des vaccins, un acte médical qui peut bouleverser, voire même détruire une vie, et tout ceci sans le consentement des parents !

Big Pharma essaie de mettre fin à l’autorisation parentale pour la vaccination des enfants.

Le lundi 6 mai, un nouveau projet de loi doit être présenté à l’Assemblée de New York. Il devrait permettre aux médecins d’administrer des soins préventifs pour les maladies sexuellement transmissibles et de vacciner les mineurs sans l’autorisation des parents.

Ce projet de loi concernerait aussi les vaccinations contre l’hépatite B et le HPV (Cancer du col de l’utérus).

Ne permettez pas que votre enfant soit la prochaine victime

Le site GreenMedinfo a publié un total de 60 articles détaillant les dangers potentiels de la vaccination contre l’hépatite B [2]

Si des lecteurs pensent que la recherche de toute cette information est trop fastidieuse, alors pour se faire une idée de la manière dont cette
vaccination peut affecter un nouveau-né, il suffit de consulter le site « Age of Autism ».[3]http://www.ageofautism.com/2009/02/managing-editors-note-below…

En 2009, le site a mis en évidence l’histoire tragique du petit Ian. Ce petit garçon est né en bonne santé bien qu’il ait avalé une partie du méconium lors de l’accouchement. Après avoir reçu un traitement pour des difficultés respiratoires, il ne fallut pas longtemps avant que les médecins déclarent qu’il était suffisamment bien pour pouvoir sortir de l’hôpital.

Malgré le fait qu’Ian avait de la fièvre et luttait encore contre les effets secondaires de la déglutition de méconium, les médecins invitèrent les parents à signer un formulaire pour les autoriser à administrer le vaccin contre l’hépatite B à leur enfant avant de quitter l’hôpital.

La maman du petit Ian reprend le texte paru sur le site The Age of Autism :

« C’est après avoir reçu le vaccin contre l’hépatite B que ces symptômes commencèrent aussi à apparaître :

Les plaquettes ont chuté de 248.000 à 131.000 – un cas de grave thrombocytopénie.
Des éruptions sont apparues sur le corps comme si l’enfant avait été brûlé.
Crises d’épilepsie.
Pleurs incessantes, irritation.
Ian a arrêté de manger
Symptômes de type viral.

Les photos reprises sur le site [3] valent des millions de mots. Ian a fait une éruption dans les 12 heures qui ont suivi la vaccination et c’est dans les 24 heures qu’est apparue une grave thrombocytopénie. Après cela, il tomba dans un état quasi moribond. AUCUN MEDECIN, AUCUNE INFIRMIERE, AUCUN MEMBRE DU PERSONNEL ne voulut envisager que la vaccination ait pu être la cause de cet état de notre petit garçon.- Ian a vécu 47 jours. Mon petit garçon a souffert presque toute sa vie. Regardez les photos. Imaginez-vous regarder votre propre enfant traversant pareilles souffrances sans que vous puissiez faire quoi que ce soit… Personne ne voulait nous écouter…

Nous ne sommes que des parents, qu’est-ce que nous pouvions savoir ? Nous n’avons plus quitté notre enfant un seul instant. Nous avons littéralement vécu à l’hôpital. Je n’ai pas pu sauver mon premier petit enfant. Je suis restée assise à ses côtés en observant que la vaccination détruisait ses organes les uns après les autres.


Les photos du bébé Ian sont probablement les photos les plus horribles que j’aie jamais vues. Ces photos rappellent à quel point les vaccinations peuvent être dangereuses. Et il s’agit là d’une vaccination que le gouvernement américain veut administrer aux enfants mineurs sans consentement parental.

Des faits par rapport à une dangereuse vaccination

Le VAERS organisme officiel américain qui enregistre les effets secondaires des vaccinations a reçu, jusqu’à la mi-2012, 119 rapports de décès à la suite de la vaccination HPV (contre le cancer du col de l’utérus), de même que :

894 rapports d’invalidité
517 réactions indésirables potentiellement mortelles
9.889 recours aux urgences
2.781 hospitalisations [4]

Diane Harper est expert internationale en matière de HPV, de vaccins HPV, et de traitements des HPV. Elle a également participé aux essais cliniques du vaccin HPV. Elle sait que la durée de protection du vaccin Gardasil est juste de 5 ans. Dans une interview avec Marcia G. Yerman, elle reconnaît :

« Si la personne vaccinée n’est pas sexuellement active pendant les cinq années au cours desquelles le vaccin est actif, le vaccin ne la protégera pas de la maladie ( nous ne possédons pas de preuve que le Gardasil puisse offrir une protection au-delà de cinq ans).Les défauts du vaccin, ce sont de minuscules titres d’anticorps pour tous les types de HPV autres que les HPV16, une protection limitée, une efficacité et une durée limitée et des problèmes de sécurité. (comme indiqué dans ma déclaration d’ouverture). »

« Si ceci est correct, un enfant vacciné à 11 ans, ne sera nullement protégé à moins que cette enfant ne devienne sexuellement active avant l’âge de 16 ans. Tout à fait choquant ! »

Un des faits les plus accablants que Madame Harper a révélé au cours de son interview quand Madame Yerman lui a posé cette question :

« Pensez-vous que le vaccin Gardasil, dans sa forme actuelle, pourrait présenter plus de risques pour une jeune fille ou une femme que la possibilité de faire un cancer du col ? »

Madame Harper a répondu :

« Les frottis n’ont jamais tué personne. Ils représentent un outil de dépistage efficace pour prévenir le cancer du col de l’utérus. Les frottis à eux seuls peuvent éviter plus de cancers du col de l’utérus que ce que pourraient faire les vaccins seuls.

Le Gardasil est associé à de graves effets secondaires indésirables qui peuvent aller jusqu’à des décès. Si le vaccin est administré à 11 ans et comme il n’est pas efficace pour au moins quinze ans, on peut dire qu’il n’y a aucun bénéfice, il n’y a que des risques pour la jeune fille. La vaccination ne pourra pas réduire le nombre de cancers du col si les femmes continuent à faire le frottis tout au cours de leur vie.

Si une femme ne fait jamais de frottis, alors le vaccin HPV pourrait lui offrir une meilleure chance de ne pas développer le cancer du col. Et cette protection peut être considérée comme en valant la peine malgré un petit, mais réel risque d’effets secondaires graves.

D’autre part il y a des femmes qui pourraient considérer que prendre le risque de faire le vaccin Gardasil n’en vaut pas la peine sachant que : 1) elle est à faible risque pour une infection persistante au HPV, 2) la plupart des lésions précancéreuses peuvent être détectées et traitées avec succès. Tout se résume à une appréciation personnelle. » [5]

J’ai également interviewé Madame Harper et j’ai reçu des réponses quasi identiques.[…]

Conclusion

S’il vous plait, agissez dès maintenant si vous voulez toujours avoir votre mot à dire en ce qui concerne les vaccinations qui sont administrées à vos enfants. Ces vaccinations ne sont pas aussi sûres que veut nous le faire croire le gouvernement.Merci de diffuser au plus grand nombre !!!!!!!

Références

1. http://assembly.state.ny.us/leg/?bn=A00497&term=…
2. http://www.greenmedinfo.com/anti-therapeutic-action/vaccination-hepatitis-b…
3. http://www.ageofautism.com/2009/02/managing-editors-note-below…
4. http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2013/01/24/hpv-vaccine-a…
5. http://www.huffingtonpost.com/marcia-g-yerman/an-interview-with-dr-dian_b_4…
6. http://truthaboutgardasil.org/new-york-is-trying-to-take-away-parental-righ…

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/05/09/27115820.html


Dernière édition par maria le Mer 28 Mai - 03:43 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Mar - 10:45 (2014)    Sujet du message: UN NOUVEAU VIRUS GEANT, ÂGE DE PLUS DE 30 000 ANS, DECOUVERT EN SIBERIE Répondre en citant

UN NOUVEAU VIRUS GEANT, ÂGE DE PLUS DE 30 000 ANS, DECOUVERT EN SIBERIE

Un virus géant découvert??? Oui, bien sûr. Une autre belle fable qui pourrait, toutefois, avoir un impact majeur sur les populations mondiales dans un avenir rapproché. Est-ce le nouveau virus de l'Amour dont le Vatican nous a parlé dernièrement? Il est à craindre que la pandémie 'planifiée" par nos grands satanistes de ce monde a ou sera relâché sous peu. Gardons l'oeil ouvert et soyons couvert du sang de Jésus. La situation s'aggrave et les démons s'en donnent à coeur joie!

4 mars, 2014 Posté par Benji sous Découvertes/sciences, Écologie, environnement et animaux, Médical et alimentation
13 commentaires

La question est simple: que risquons-nous si un tel virus devait se répandre? Vous vous souvenez peut-être de cette histoire, une tribu indigène contaminée par une simple grippe rapportée par des explorateurs, un virus basique et tout bête auquel la tribu n’a jamais été confrontée alors que nous sommes immunisés. Qu’arriverait-il si un virus datant de plusieurs milliers d’années nous atteignait?

Un nouveau 1833609_3_8245_la-siberie_13e899dbe352de086eed7958b21f887ctype de virus géant a survécu plus de trente mille ans à la congélation, dans une couche de permafrost sibérien contemporaine de l’extinction de l’homme de Neandertal, selon une étude publiée dans les comptes rendus de l’Académie des sciences américaines, les PNAS, lundi 2 mars.

Baptisé Pithovirus, ce virus très ancien, capable d’infecter des amibes mais inoffensif pour l’homme et les animaux, porte désormais à trois le nombre de familles connues de virus géants. Découvert dans le sol gelé en permanence de l’extrême Nord-Est sibérien, Pithovirus est bien différent des autres virus géants, comme les Mimivirus, découverts en 2003 en Grande-Bretagne, ou les Pandoravirus, décrits dans la revue Science en juillet 2013. Son génome, de moins de 500 gènes, est notamment plus petit que celui du Pandoravirus, qui en a plus de 2 500.

Lire : Des chercheurs français découvrent deux nouveaux virus géants

Les virus géants, d’un diamètre supérieur à 0,5 millionième de mètre, sont aisément visibles avec un simple microscope optique. Ils renferment un très grand nombre de gènes par rapport aux virus courants – ceux de la grippe ou du sida n’en contiennent qu’une dizaine. Leur taille et leur génome est comparable à ceux de nombreuses bactéries.

LA FONTE DES GLACES, UN RISQUE POUR LA SANTÉ PUBLIQUE

« La démonstration que des virus enfouis dans le sol il y a plus de trente mille ans puissent survivre et être encore infectieux suggère que la fonte du permafrost due au réchauffement climatique et l’exploitation minière et industrielle des régions arctiques pourraient comporter des risques pour la santé publique », souligne Jean-Michel Claverie (laboratoire Information génomique et structurale au CNRS à Marseille), coauteur de l’étude.

Hormis la fonte des glaces, susceptible de libérer des pathogènes, la région de Choukotka, d’où provient ce virus géant, abrite en effet de grandes réserves de pétrole, de gaz naturel, de charbon, d’or et de tungstène. « En creusant pour trouver du pétrole ou du gaz, des hommes pourraient bien involontairement entrer en contact avec des microbes (…) être contaminés et devenir des vecteurs », disent aussi les chercheurs dans Le Figaro.

La possibilité d’une réémergence de virus considérés comme éradiqués à partir de ce grand frigo qu’est le permafrost ne relève donc plus d’un scénario de science-fiction, estime M. Claverie. Celui de la variole par exemple, qui a sévi jadis en Sibérie, se multiplie de façon similaire aux Pithovirus, et pourrait toujours exister sous terre. Récemment, c’est un nouveau parasite protozoaire séquestré par la glace qui a émergé, selon Le Figaro, et a affecté otaries, morses et ours de l’Arctique au Canada.

Source: Le Monde

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/03/04/un-nouveau-virus-geant-age-de-plus-d…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Mar - 23:46 (2014)    Sujet du message: UNE INVESTIGATION DU BRITISH MEDICAL JOURNAL EXPOSE LES MANOEUVRES CONSPIRATRICES DE L'OMS LORS DE LA PANDEMIE H1N1 Répondre en citant

UNE INVESTIGATION DU BRITISH MEDICAL JOURNAL EXPOSE LES MANOEUVRES CONSPIRATRICES DE L'OMS LORS DE LA PANDEMIE H1N1

Cette grande arnaque, qui a fait de nombreux morts incluant de nombreux avortements, a aussi permis aux gouvernements de passer des lois pour protéger les grandes compagnies pharmaceutiques contre tout recours des citoyens. Préparation pour la grande pandémie globale qui se pointe à l'horizon et qui sous le couvert de la santé publique, vont OBLIGER la population à se faire vacciner à la pointe du fusil?

jeudi 6 mars 2014

L'OMS avait qualifié ces allégations de théorie conspirationniste: en voilà une de plus qui se confirme. A noter que le rapport complet peut être consulté sur le site de la commission européenne. Fawkes

L'OMS fait l'objet d'une nouvelle enquête destinée à dévoiler ce qui s'est vraiment passé lors de la pandémie mondiale de grippe de 2009, qui a conduit des dizaines de millions de personnes à se faire vacciner contre ce que l'on appelle la "grippe porcine". Une enquête conjointe du BMJ et du Bureau d'Enquêtes Journalistiques (BEJ) a déjà révélé des conflits d'intérêts majeurs au sein de l'OMS, au moyen desquels les compagnies fabricant des vaccins ont grandement profité de la pandémie et de l'hystérie collective qu'elle a générée.

L'enquête s'est concentrée principalement sur le comité de conseils d'urgence qui a été assigné à faire des recommandations officielles à l'OMS sur les moyens de planifier une pandémie sujette à controverse depuis le début. Au sein de ce jury consultatif se trouvaient des individus en lien très proche avec des sociétés pharmaceutiques, annoncent le BMJ et le BEJ, beaucoup d'entre elles ayant des intérêts financiers personnels dans la promotion de médicaments antiviraux et de vaccins contre la grippe, qui se sont avérés responsables de narcolepsie et d'autres troubles.

Big Pharma aurait investi 4 milliards de dollars dans la fabrication de vaccins contre la grippe porcine dont la promotion sera lancée ensuite par l'OMS vers le public à coup de propagande et en jouant sur la peur. Et la raison pour laquelle l'OMS a si facilement accepté ces médicaments comme une réponse valable à cette pandémie est que les principaux conseillers, dont beaucoup sont toujours inconnus car gardés soigneusement dans l'ombre, ont travaillé pour le compte de l'industrie des vaccins pour que ces médicaments soient mis en vedettes dans le processus de planification de la pandémie.

"Les scientifiques-clés qui conseillent l'Organisation Mondiale de la Santé sur la planification des pandémies de grippe ont exécuté un travail rémunéré pour des entreprises pharmaceutiques, qui comptaient bien tirer bénéfice de la supervision en préparation" explique le rapport de l'enquête conjointe. "Ces conflits d'intérêt n'ont jamais été rendus publique par l'OMS, et l'OMS a rejeté les investigations sur sa manière de gérer la pandémie de grippe A/ H1N1 en les qualifiant de "théories conspirationnistes".

L'hystérie de la pandémie de grippe a conduit les gouvernements à acheter d'énormes quantités de médicaments et de vaccins qui n'ont jamais été utilisés.


Le but final était bien sûr de convaincre autant de gouvernements que possible dans le monde d'acheter de gros stocks de médicaments antiviraux comme le Tamiflu et le Relenza, et des vaccins comme le Pandemrix, pour faire des profits massifs. Certains de ces médicaments n'ont jamais prouvé leur efficacité, encore moins leur sécurité, et ils ont pourtant été largement distribués comme étant le "remède" d'urgence du H1N1.

Le Tamiflu et le Relenza sont sur le marché depuis la fin des années 1990, mais la FDA (Food and Drug Administration) et autres régulateurs ont du rendre élastiques les fragiles données reçues sur ces deux médicaments produits par ses fabricants respectifs pour les approuver. Il s'avère que la FDA s'est opposée tout d'abord à recommander le Relenza, fabriqué par GlaxoSmithKline, durant la pandémie, parce qu'elle manquait sérieusement d'informations sur sa sécurité et son efficacité – mais l'agence a plus tard changé d'avis.

"Vérification faite par le Dr Michael Elashoff (qui avait accès aux informations personnelles des patients et aux résumés des rapports d'étude) le comité consultatif de la FDA a voté par 13 voix contre 4 sur la non-approbation du Relenza en se basant sur le fait qu'il n'était pas plus efficace qu'un placebo quand les patients prenaient d'autres médicaments tels que le paracétamol," ajoute le rapport. "Le point de vue du Dr Elashoff était que le Relenza ne valait pas mieux qu'un placebo – et qu'il avait des effets secondaires."

L'opération pandémie, comme beaucoup de personnes le savent maintenant, s'est finalement révélée être un fiasco total. Beaucoup de gens ont fini par refuser les médicaments et les vaccins que le gouvernement les encourageait à prendre, ce qui signifie que ces médicaments et vaccins payés avec les impôts sont aujourd'hui stockés inutilement dans le monde avec une date d'expiration qui approche.

Vous pouvez lire le rapport complet de l'enquête conjointe faite par le BEJ sur la corruption de l'OMS pendant la pandémie H1N1 de 2009 en visitant le site ci-dessous :

WHO and the pandemic flu “conspiracies” (site officiel de la commission européenne)
http://ec.europa.eu/health-eu/journalist_prize/2010/docs/article_uk_en.pdf

Source: Naturalnews

Traduction: BBB (Valérie)

Source trouver: Fawkes
Publié par Fabian Gehrig à 06:02:00

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2014/03/une-investigation-du-british…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 8 Mar - 12:56 (2014)    Sujet du message: DES SCIENTIFIQUES AMERICAINS ONT MIS AU POINT UN NOUVEAU VIRUS 100% MORTEL Répondre en citant

DES SCIENTIFIQUES AMERICAINS ONT MIS AU POINT UN NOUVEAU VIRUS 100% MORTEL

ENGLISH : Lethal virus 'could wipe out humans'
http://www.dailymail.co.uk/health/article-200995/Lethal-virus-wipe-humans.h…

Samedi 8 mars 2014



Un nouveau virus mortel pour l’homme a été mis au point par des scientifiques dans le cadre d’un projet du gouvernement américain.

La variante génétiquement modifiée de la variole est si dangereuse que, pour l’instant, aucune vaccination ne peut la combattre.

Le virus a été découvert alors que les scientifiques ont travaillé sur une forme mortelle de « mousepox » (note de Benji: Virus extrêmement contagieux chez les souris).

Ce virus a tué 100% des souris, même si elles ont été soignées par des médicaments antiviraux, ainsi que par vaccin normalement censé les protéger.

Dailymail.co.uk

http://www.wikistrike.com/article-des-scientifiques-americains-ont-mis-au-p…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 11 Mar - 13:50 (2014)    Sujet du message: DARPA WANTS A PORTABLE SYSTEM TO IDENTIFY BIOLOGICAL AND CHEMICAL THREATS Répondre en citant

DARPA WANTS A PORTABLE SYSTEM TO IDENTIFY BIOLOGICAL AND CHEMICAL THREATS

DARPA
By Staff Global Security Newswire March 7, 2014

NEXTGOV



The Pentagon's futuristic research and deelopment arm, the Defense Advanced Research Projects Agency, plans to develop a small and portable system that could reveal and identify chemical or biological threats on the battlefield, the Wired "Danger Room" blog reports.

Agency officials call the desired technology the "Laser UV Sources for Tactical Efficient Raman" program -- a mouthful that, as serendipity would have it, spells out "LUSTER" as its acronym.

The system would be based on high power and efficient ultraviolet lasers, an approach that researchers hope might keep costs capped and avoid the bulkiness that has plagued field personnel in places like Syria or, before that, Iraq.

"Today's standoff detection systems are so large and heavy that trucks are required to move them," Dan Green, an agency project manager, said in a news release. "LUSTER seeks to develop new laser sources for breakthrough chemical and biological agent detection systems that are compact and light enough to be carried by an individual, while being more efficient than today’s systems."

He added: "We also want to take a couple of zeroes off the price tag."

http://www.nextgov.com/defense/2014/03/darpa-wants-portable-system-identify…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Mar - 03:07 (2014)    Sujet du message: COLORADO BUREAUCRATS & PSYCHO PARENTS WANT 'RE-EDUCATION' CERTIFICATION IN ORDER FOR OUR CHILDREN TO GET VACCINE EXEMPTION STATUS!!! Répondre en citant

COLORADO BUREAUCRATS & PSYCHO PARENTS WANT 'RE-EDUCATION' CERTIFICATION IN ORDER FOR OUR CHILDREN TO GET VACCINE EXEMPTION STATUS!!!

I had know idea the state of Colorado bureaucrats were QUIETLY working in 'stealth' with psycho parents to make Colorado parents RIGHT TO CHOOSE what the hell they put into their bodies.

I hate to have to admit but, I'm way behind the eight ball on this. Big pharma has used social media to campaign with psycho parents who together want to act as 'authoritarians' forcing THEIR health choices onto the rest of us. This bill has been kept out of the local MSM.

The bill ASSUMES parents of unvaccinated children ARE UNEDUCATED and would FORCE parents to have to go through a big pharma / government approved 're-eduction' red tape hoop to jump through in order to get exemption status. This is the VERY SAME CRAP RIGHT OUT OF THE OLD SOVIET UNION.

Psycho parents who ARE so uneducated actually make a case AGAINST vaccine science, were allowed to put forth 'for the record', their nazi like agenda where they do not want their children in the same room with an unvaccinated child. Even though they supposedly believe in the vaccine science! What they want is the equivalent of gold stars to be given to fellow citizens THEY DON'T APPROVE OF.

My wife personally knows one of these psycho parents WHOES CHILD IS AUTISTIC who wants MY right as parent taken away!! I guess so my child can be vaccine damaged JUST LIKE HER POOR UNFORTUNATE CHILD.

IF YOU LIVE IN COLORADO GET ON YOUR SOCIAL NETWORKS AND PLEASE CALL THESE COLORADO BUREAUCRATIC CLOWNS UP AND TELL THEM NOT JUST NO BUT HELL NO!
----------------------------------------------
http://www.nvic.org/NVIC-Vaccine-News/February-2014/CO-Vaccine-Bill-Will-Re…

As a resident of Colorado if you want to protect your right to take a personal belief exemption to vaccination for your child to attend daycare or school without suffering harassment from the state, you need to contact your state representative and senator today and make your voice heard on HB 1288. You also need to attend a public hearing in the Colorado House of Representatives House Health, Insurance and Environment Committee on Thursday, March 13th at 1:30 p.m. in Room 0107 of the State Capitol.

THE FACTS ABOUT HB 1288:

Colorado House Bill 1288 (HB 1288) was introduced into the state House of Representatives by Representative Dan Pabon (D-District 4) on Feb. 20, 2014. Co-sponsoring the bill are Representatives Lois Court (D-District 6); Cory Gardner (R-District 4); Cheri Gerou (R-District 25): Jeanne Labuda (D-District 1); Elizabeth McCann (D-District Cool; Frank McNulty (R-District 43); Cherilyn Peniston (D-District-35); Sue Schafer (D-District-24) and Senators Lucia Guzman (D-District-34); Nancy Todd (D-District-28) and Jessie Ulibarri (D-District-21).

The bill will make it harder for parents to file and obtain a personal belief exemption to vaccination for their children to attend daycare or school. The bill will also require all daycare centers and schools to publicly release the percentage of children at the daycare center or school with personal belief vaccine exemptions.

If HB 1288 passes, it will legally require parents choosing to delay or exempt their child from one or more of the vaccines required for school for personal belief reasons to first:
Submit a "certificate of completion" to the school or daycare that the parent has completed an online vaccine education module developed by state health officials; OR
Obtain a signature from a physician or other state-approved vaccine provider or an authorized representative of the state health department certifying that the parent has received state-approved vaccine education.
The bill gives authority to state health department officials to determine the content of the information and how often parents will have to submit to the new requirements.

This proposed legislation is based on recommendations made from a report issued in December 2013 by the Colorado Department of Public Health and Environment (CDPHE) following a vaccine stakeholder public engagement project heavily stacked with members advocating for the exemption process to be made more difficult for parents.[1]

MARCH 13 PUBLIC HEARING ON HB 1288

The first public hearing in the Colorado legislature on HB 1288 is scheduled for Thursday, March 13, 2014 at 1:30 pm in room 0107 of the State Capitol. If you want to attend and sign in to give a short oral statement of your opposition to this bill, please see the action alert for HB 1288 on http://NVICAdvocacy.org

NVIC POSITION ON HB 1288: OPPOSE

NVIC opposes HB 1288 because:
The legislation singles out and discriminates against a minority of parents with sincerely held personal beliefs about vaccination by assuming they are uneducated and should be forced into a state approved “education” program;
Under the guise of education, HB 1288 makes it legal for the state to brand a minority of citizens as intellectually or morally inferior and serves to harass and coerce citizens making health care decisions for their minor children. This violates the informed consent ethic and is a violation of human and civil rights by the state.
The legislation threatens the medical privacy of students by requiring that daycare centers and schools publicly release information about the percentage of children who have filed personal belief vaccine exemptions. This increases the potential for state sanctioned harassment and discrimination against these students and their families.
FALSE ASSUMPTIONS

HB1288 falsely assumes that parents taking personal belief exemptions are not educated when published scientific surveys and studies have consistently demonstrated that parents exercising the personal belief exemption for their children are highly educated.[2] [3]

While parents targeted by this bill are being portrayed as being ignorant, thoughtless and selfish, research published after the 2013 vaccine stakeholder public engagement project conducted in Colorado confirms that parents delaying or declining one or more vaccines for their children are twice as likely to proactively begin vaccine decision-making deliberations before their child is born. Parents exercising the personal belief vaccine exemption are also intellectually re-evaluating their decisions eight times more often than parents who give their children every federally recommended vaccine according to the recommended schedule.[4]

In addition, surveillance data in Colorado indicates it is unlikely that a decrease in personal belief vaccine exemptions will affect infectious disease incidence in Colorado, including not having a significant impact on pertussis incidence.

COERCION AND EROSION OF PARENTAL RIGHTS

Colorado HB1288 and others bills like it threaten the legal right of Americans to exercise informed consent to medical risk taking and make voluntary health care decisions for themselves and their children free from government intrusion and coercion. The legislation unjustly creates a vehicle for state-sanctioned harassment of and discrimination against a minority of citizens with values and personal beliefs differing from those held by public health officials and medical trade groups associated with pharmaceutical corporations.

Vaccines are pharmaceutical products that carry risks of injury or death and some individuals with environmental, genetic and biological risk factors are more susceptible to harm from vaccination. It is a fact that no public health official or doctor can predict who will be harmed by a vaccine or an infectious disease because known risks have not been fully quantified and there are other unknown risk factors that have not yet been identified by medical science. [5]

PERTUSSIS VACCINE IN COLORADO: A VACCINE FAILURE

Although Colorado is the fourth most-improved state for a decline in vaccine exemption rates, [6] surveillance data from Colorado’s last pertussis epidemic in 2005 shows that pertussis containing vaccines (DtaP, Tdap) are failing to control the disease among Colorado’s children.

Many gaps exist in Colorado’s disease and vaccine uptake surveillance data but, where vaccination status is available, it reveals that higher pertussis incidence cannot be assumed to be due to children with personal belief vaccine exemptions.

In fact, a recently published study on the impact of non-medical vaccine exemptions on state infectious disease incidence found that these exemptions had little to no impact on disease incidence. [7]

Just prior to the Colorado vaccine stakeholder public engagement project, NVIC asked a number of questions of the CDPHE regarding disease incidence in the state. Their response to NVIC’s request for data on the impact of personal belief exemptions on disease incidence was that it was “unavailable.”

NVIC has asked for clarification from CDPHE because we want to know: Is the data on the impact of personal belief exemptions on disease incidence in Colorado “unavailable” or is it UNKNOWN? At the time of publication of this NVIC Newsletter, we are still waiting for a response.

NO PUBLIC HEALTH CRISIS

Colorado does not have a public health crisis necessitating a vaccine exemption statute change. While pertussis outbreaks are being used as a hammer to stampede the legislature into passing HB 1288, the CDC has acknowledged that the unvaccinated are not to blame for recent outbreaks,[8] as evidenced by Colorado’s own surveillance data. In addition to exemptions declining in Colorado, the state is also has increased vaccination coverage for all vaccines for children aged 19-35 months old.[9]

TAKE ACTION NOW IF YOU WANT TO PROTECT VACCINE EXEMPTIONS

NVIC’s Advocacy Portal has issued an ACTION ALERT for Coloradoans to take action to protect the basic human right to make health care decisions free from discrimination, coercion and sanctions by the state. Every voice counts – your legislators need to hear from you and your friends and family NOW asking them to VOTE NO on HB 1288 or your legislators will assume all their constituents – including you - want them to vote FOR the bill.

Your action is needed to protect the precautionary “first, do no harm” and informed consent principles in all of Colorado’s vaccine policies and laws. When you become a registered user of the free online NVIC Advocacy Portal, you are provided with talking points and are immediately able to connect with your own legislators on your smart phone, tablet or computer.

If you haven’t already, please sign up for the NVIC Advocacy Portal today (and ask your family and friends to sign up, too) so you can stay up to date on what is happening with HB 1288 and other vaccine bills in your state that affect you and your family. Stand up for your informed consent and parental rights before they are taken away or severely restricted.

http://forum.prisonplanet.com/index.php?topic=256737.0



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 18:14 (2014)    Sujet du message: FDA APPROVED EPIDEMIC? Répondre en citant

FDA APPROVED EPIDEMIC?



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=5-f0UTUC5p4&hd=1



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 9 Avr - 10:18 (2014)    Sujet du message: ONU : LE ROLE DE LA FAMILLE POUR ERADIQUER LA PAUVRETE Répondre en citant

ONU : LE ROLE DE LA FAMILLE POUR ERADIQUER LA PAUVRETE

Une des priorités des OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT POUR 2015, est l'éradication de la pauvreté, ce qui veut dire que l'on doit tout mettre en oeuvre pour éliminer/exterminer cette classe sociale. Le reste n'est que du bla-bla pour nous endormir. Nous n'avons qu'à regarder tout le programme transhumanisme et tous les virus répandus sur les populations pour nous rendre compte que les humains du monde entier sont présentement sous attaque et en voie d'être remplacé par de nouvelles races hybrides et démoniaques. Voilà l'agenda Post 2015.  Le Vatican nous montre ses liens importants et criminels avec l'ONU et ses partenaires internationaux, tout en nous présentant le tout avec un optimiste protecteur pour les générations à venir, alors que c'est tout le contraire qui se met en place.

Une priorité de développement post-2015

Rome, 3 avril 2014 (Zenit.org) Anne Kurian 

Le Saint-Siège souligne le « rôle évident » de la famille pour « éradiquer la pauvreté et s'attaquer à ses causes ».

Mgr Francis A. Chullikatt, observateur permanent du Saint-Siège à l'ONU de New York, a pris la parole au cours de la dixième session du Groupe de travail sur les objectifs de développement durable, sur le thème "Promouvoir l'égalité et l'élimination de la pauvreté", le 31 mars 2014.

Commentant le document « L’avenir que nous voulons » (« The Future We Want »), adopté à Rio de Janeiro lors de la conférence « Rio+20 », en juin 2012, l’archevêque rappelle que l'éradication de la pauvreté constitue « le plus grand défi auquel est confronté le monde d'aujourd'hui » et est « une condition indispensable du DEVELOPPEMENT DURABLE ».

Il cite à cet égard le pape François : « La nécessité de résoudre les causes structurelles de la pauvreté ne peut attendre, non seulement en raison d’une exigence pragmatique d’obtenir des résultats et de mettre en ordre la société, mais pour la guérir d’une maladie qui la rend fragile et indigne, et qui ne fera que la conduire à de nouvelles crises. » (Evangelii Gaudium 202)

Les personnes « les plus touchées par le fléau de la pauvreté et de la faim » étant « les femmes, les enfants et les jeunes », le Saint-Siège recommande vivement « d'ajouter la famille comme une priorité de développement post-2015 ».

Cet ajout, estime-t-il, pourrait constituer « un progrès » dans ce processus de « solidarité intergénérationnelle », où « ‘l'avenir que nous voulons’ devient l'avenir que nous voulons pour nos enfants et les enfants de nos enfants ».

C’est en effet « dans la famille que la génération suivante de l'humanité est accueillie, nourrie, habillée… » : la famille a un « rôle évident » pour « éradiquer la pauvreté et s'attaquer à ses causes ».

Refuser de reconnaitre ce rôle et d’investir « dans des politiques qui renforcent la stabilité de la famille, la plus fondamentale des institutions de la société », est « très irresponsable et finalement contre-productif de la part des gouvernements », ajoute le Saint-Siège.

La communauté internationale au contraire doit « mettre en évidence le rôle central de la famille pour l'éradication de la pauvreté et le DEVELOPPEMENT DURABLE », insiste-t-il.




( 3 avril 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/onu-le-role-de-la-famille-pour-eradiquer-l…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 24 Avr - 01:53 (2014)    Sujet du message: WHO: WORLD IMMUNIZATION WEEK 2014 - KNOW, CHECK, PROTECT / OMS: SEMAINE MONDIALE DE LA VACCINATION 2014 : SAVOIR, VERIFIER, PROTEGER Répondre en citant

WHO: WORLD IMMUNIZATION WEEK 2014 - KNOW, CHECK, PROTECT



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=xmm-PS1Fxno&hd=1

OMS: SEMAINE MONDIALE DE LA VACCINATION 2014 : SAVOIR, VERIFIER, PROTEGER





VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=eIZ6fCf9q38&hd=1




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Avr - 09:12 (2014)    Sujet du message: FDA APPROVES FIRST FLU VACCINE GROWN IN INSECT CELLS Répondre en citant

FDA APPROVES FIRST FLU VACCINE GROWN IN INSECT CELLS

Filed Under: 
Influenza Vaccines

Pandemic Influenza

By: Robert Roos


Jan 17, 2013

Jan 17, 2013 (CIDRAP News) – The US Food and Drug Administration (FDA) has approved the first influenza vaccine produced with the help of an insect virus and recombinant DNA technology, an approach the agency says may make it possible to start production faster in the event of a flu pandemic.

Flublok, a trivalent (three-strain) vaccine developed by Protein Sciences Corp. of Meriden, Conn., was approved for adults ages 18 through 49. The only flu virus component it contains is hemagglutinin, the active ingredient, which is produced by infecting cultures of insect cells with a baculovirus that turns them into hemagglutinin factories.

Most flu vaccines use viruses grown in chicken eggs. However, in November the FDA approved Novartis's Flucelvax, which uses flu viruses grown in mammalian cells, making it the first vaccine of its kind to gain US approval.

Karen Midthun, MD, director of the FDA's Center for Biologics Evaluation and Research, called Flublok a technological advance. "The new technology offers the potential for faster startup of the vaccine manufacturing process in the event of a pandemic, because it is not dependent on an egg supply or on availability of the influenza virus," she said in an FDA press release.

But the vaccine is similar to other licensed flu vaccines in that it uses hemagglutinin as the active ingredient or immune system target, according to a recent major report on flu vaccines. A number of flu experts have said that new kinds of flu vaccines with novel antigens are needed in order to provide broader, more enduring protection than today's vaccines, which must be reformulated each year to keep pace with viral mutations. Today's vaccines are generally about 60% effective in working-age adults.

In a press release, Protein Sciences called Flublok the first flu vaccine "to be made in a 100% egg-free system without growing influenza viruses—so the vaccine can be made quickly and without any of the infectious risk traditionally associated with vaccine manufacture." The vaccine contains no thimerosal (a preservative used in some vaccines), antibiotics, or adjuvants, the company said.

The product contains 45 micrograms (mcg) of hemagglutinin for each of the three targeted flu strains, which is three times what most other flu vaccines contain.

Manon Cox, PhD, MBA, the company's chief executive officer, told CIDRAP News that early studies of the vaccine showed that higher-than-standard doses induced better immune responses. The company eventually settled on 45 mcg as the optimal dose.

The FDA said Flublok was found to be about 44.6% effective against all flu strains in a controlled trial conducted at multiple US sites. The vaccine was given to about 2,300 people, while a similar number of volunteers received a placebo.

The vaccine's safety was tested in about 2,500 volunteers, the FDA said. The most common side effects were pain at the injection site, headache, fatigue, and muscle aches, which are also common in recipients of conventional egg-based flu vaccines.

Protein Sciences said Flublok will be widely available for the 2013-14 flu season. The company also hopes to provide a limited supply this season, but no doses are available yet, said Cox.

She said a problem with the fill-finish stage of production is holding up the vaccine right now. The product "is sitting in a big refrigerator in McPherson, Kansas, and we're waiting for the vials to be packaged and shipped to us," she told CIDRAP News, noting that the fill-finish step is handled by a subcontractor.

Cox said the company is considering a price of about $30 per dose for the vaccine, but no decision has been made yet. "We're very sensitive to the fact that most people feel vaccine should be provided for free," she commented.

Hemagglutinin for Flublok is produced by infecting insect cells with a baculovirus that has been altered to contain the gene for hemagglutinin. Baculoviruses infect a few insect species and are commonly found on green vegetables but do not grown in mammalian cells, according to previous reports.

Most conventional flu vaccines consist of whole, killed flu viruses or viral fragments that contain several proteins, not just hemagglutinin (though one vaccine uses a live, weakened virus).

Cox said it took a very long time to develop Flublok and gain FDA approval, in large part because the agency had many questions about the safety of the new production technology.

"It took 20 years to go from proof of concept to convincing the agency that this would work," she said.

Although the vaccine is highly purified, it contains some residual proteins of nonhuman origin, Cox noted. "All the evidence was that it was safe," she said. "There were no signs that our new cell line wasn't good enough. It's always very hard to prove a negative."

Early development of the vaccine was supported by the National Institute for Allergy and Infectious Diseases. In 2009, the company won a contract from the US Biomedical Advanced Research and Development Agency, part of the Department of Health and Human Services, for late-stage development.

Cox said the company is preparing to launch a trial of the vaccine in people 50 and older, with the hope of winning FDA approval for that age-group late this year. The agency had concerns about hypersensitivity reactions seen in some over-50 participants in a previous trial, although such reactions were twice as common in a comparison group that received a conventional flu vaccine, she explained.

Protein Sciences also plans to run a trial of Flublok in children ages 6 to 18 in the 2013-14 flu season, with the hope of winning FDA approval for that age-group the year after that, Cox said. Earlier, the vaccine was tested in very young children who had never had flu before, and it was found to be not very immunogenic, she noted.

As for the promise of faster production startups with Flublok, Cox said, "In 21 days after we have the genetic sequence [of the target virus], we are able to get it into production, so that's a substantially shorter time to do it than in cell culture or in eggs." But she noted that later steps, such as filling and finishing vaccine vials, can cause delays.

Nicholas Kelley, PhD, a coauthor of a lengthy analysis of flu vaccines published last year, agreed that the new vaccine promises to allow faster production startups.

"It can be produced and scaled up on a larger scale and faster than a mammalian cell culture vaccine," he said. But he added that in comparison with other flu vaccines, "there's no difference in how well it works."

Kelley is a research associate at the University of Minnesota's Center for Infectious Disease Research and Policy, which publishes CIDRAP News. He helped write The Compelling Need for Game-Changing Influenza Vaccines, a lengthy report on the whole flu vaccine landscape, published last October.

The report notes that alternative flu vaccine production platforms such as mammalian cell culture and insect cell culture improve on conventional egg-based technology in that they are likely to shorten the production time and are less prone to contamination. It cites Flublok as an insect-cell–based vaccine.

"However, as long as such vaccines continue to be directed toward the HA [hemagglutinin]-head antigen, they will have little potential to improve vaccine effectiveness or to provide broad, durable protection against disease," the report states.

The FDA noted that the shelf life for Flublok is 16 weeks from the data of manufacture. That compares with about 1 year for most flu vaccines.

Cox said the 16-week shelf life "has to do with our worst-case production lots in 2007,'" adding, "Since then we got data indicating it's feasible to get a shelf life of 9 to 12 months, but we didn't want to give new information to the agency [FDA] at this moment" for fear of causing further delays. She said the company hopes to get the listed shelf life changed soon.

http://www.cidrap.umn.edu/news-perspective/2013/01/fda-approves-first-flu-v…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Avr - 09:21 (2014)    Sujet du message: FluBlok, A NEXT GENERATION INFLUENZA VACCINE MANUFACTURED IN INSECT CELLS. Répondre en citant

FluBlok, A NEXT GENERATION INFLUENZA VACCINE MANUFACTURED IN INSECT CELLS.

Cox MM1, Hollister JR.

Abstract

FluBlok, a recombinant trivalent hemagglutinin (rHA) vaccine produced in insect cell culture using the baculovirus expression system, provides an attractive alternative to the current egg-based trivalent inactivated influenza vaccine (TIV). Its manufacturing process presents the possibility for safe and expeditious vaccine production. FluBlok contains three times more HA than TIV and does not contain egg-protein or preservatives. The high purity of the antigen enables administration at higher doses without a significant increase in side-effects in human subjects. The insect cell-baculovirus production technology is particularly suitable for influenza where annual adjustment of the vaccine is required. The baculovirus-insect expression system is generally considered a safe production system, with limited growth potential for adventitious agents. Still regulators question and challenge the safety of this novel cell substrate as FluBlok continues to advance toward product approval. This review provides an overview of cell substrate characterization for expresSF cell line used for the manufacturing of FluBlok. In addition, this review includes an update on the clinical development of FluBlok. The highly purified protein vaccine, administered at three times higher antigen content than TIV, is well tolerated and results in stronger immunogenicity, a long lasting immune response and provides cross-protection against drift influenza viruses.

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19297194



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Avr - 18:20 (2014)    Sujet du message: SAVING LIVES THROUGH VACCINATION Répondre en citant

SAVING LIVES THROUGH VACCINATION

Lie and disinfo...

Story Number: NNS140422-16Release Date: 4/22/2014 4:26:00 PM

 By Mary Buskohl-Coulton, Naval Hospital Jacksonville Public Affairs

JACKSONVILLE, Fla. (NNS) -- National Infant Immunization Week is April 26 - May 3.

This annual observance promotes the importance of protecting infants and toddlers from vaccine-preventable diseases. Myths and misinformation about vaccine safety often confuse parents. The bottom line: vaccines save lives.

"Each year, thousands of children become ill from diseases that could have been prevented by basic childhood immunizations," said Mary Buskohl-Coulton, Naval Hospital (NH) Jacksonville's immunizations supervisory nurse specialist. "Vaccines are among the most successful and cost-effective public health tools available for preventing and reducing the spread of infectious diseases."

By law, the U.S. Food and Drug Administration conducts years of testing before a vaccine is licensed, and once licensed the vaccine is continually monitored for safety and effectiveness. Like any medication, vaccines can cause side effects, but the benefits of vaccines far outweigh possible side effects for almost all children.

Vaccines can protect infants and children from 14 diseases. And thanks to vaccines, some diseases are almost gone in the U.S. The elimination of polio and smallpox in the U.S. are powerful examples of why we vaccinate.

Immunization can save families time and money. Children with vaccine-preventable diseases may not be allowed to attend school or daycare. Some vaccine-preventable diseases require hospitalization that could result in permanent disabilities, causing a financial burden.

Immunizing infants can also protect future generations. Birth defects associated with rubella (German measles) are no longer seen in the U.S. By continuing to vaccinate now, some of today's diseases will no longer be around to harm future generations.

If vaccinations were to stop, the protection that has been built through years of vaccinations would cease to exist. Gradually, more and more people would become infected with disease, spread diseases to others and many may die. This would essentially undo the progress made over the years with the elimination of diseases.

Because of the success of vaccines in preventing disease, parents may not have heard of some of today's vaccines or the serious diseases they prevent. These diseases can be especially serious for infants and young children. That is why it is important to follow recommended immunization schedules to protect them by providing immunity early in life, before exposure to potentially life-threatening diseases.

Vaccine-preventable diseases still circulate around the world, including in the U.S. Continued vaccination is necessary to protect everyone from potential outbreaks. Even when rare in the U.S., diseases can be brought into the country, putting unvaccinated children at risk.

Just recently within the U.S. there have been two disease increases reported to the Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Forty-nine states and District of Columbia reported pertussis increases in 2012 compared to 2011, with 48,277 cases-including 20 deaths. The incidence rate among infants exceeded that of all other age groups, with the majority of deaths occurring among infants younger than three-months of age. In 2013, data showed a higher than normal number of measles cases nationally and in individual states, including an outbreak of 58 cases in New York City - the largest reported outbreak of measles in the U.S. since 1996.

Currently, the U.S. has the safest, most effective vaccine supply in its history. Its longstanding vaccine safety system ensures that vaccines are as safe as possible. And as new information and science become available, the system will continue to be updated and improved.

Immunization is a shared responsibility. Families, health care professionals and public health officials must continue to work together to help protect the entire community. Parents are encouraged to talk to their child's primary care manager to ensure that their infant is up-to-date on immunizations.

Remember to vaccinate. It's the single best way to be protected.

For more information on vaccinations call your medical treatment facility, speak with your primary care manager or go to http://www.cdc.gov/vaccines.

NH Jacksonville's priority since its founding in 1941 is to heal the nation's heroes and their families. The command is comprised of the Navy's third largest hospital and five branch health clinics across Florida and Georgia. Of its patient population-about 163,000 active and retired Sailors, Soldiers, Marines, Airmen, Guardsmen and their families-more than 67,000 are enrolled with a primary care manager at one of its facilities.

For more news from Naval Hospital Jacksonville, visit www.navy.mil/local/nhjax/ and www.med.navy.mil/sites/NavalHospitalJax.


http://www.navy.mil/submit/display.asp?story_id=80514



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Avr - 22:48 (2014)    Sujet du message: SUPERCHERIE VACCINALE DE MERCK EXPOSEE PAR DEUX DE SES VIROLOGISTES Répondre en citant

SUPERCHERIE VACCINALE DE MERCK EXPOSEE PAR DEUX DE SES VIROLOGISTES



Selon deux chercheurs de Merck qui ont déposé en 2010 une plainte en vertu du False Claims Act [loi sur les fausses déclarations] – plainte qui vient d’être décachetée juste maintenant –,
spip a écrit:

Le fabricant de vaccin Merck a sciemment falsifié les données de ses essais sur le vaccin des oreillons, trafiqué les échantillons sanguins avec des anticorps d’origine animale, vendu un vaccin qui, en réalité, favorise les épidémies d’oreillons et de rougeole, et arnaqué les gouvernements et les consommateurs qui achètent le vaccin en pensant qu’il est « efficace à 95% ».



 Supercherie vaccinale de Merck exposée par deux virologistes

Selon deux chercheurs de Merck qui ont déposé en 2010 une plainte en vertu du False Claims Act [loi sur les fausses déclarations] – plainte qui vient d’être décachetée –,
spip a écrit:


Le fabricant de vaccin Merck a sciemment falsifié les données de ses essais sur le vaccin des oreillons, et trafiqué les échantillons sanguins avec des anticorps d’origine animale, vendu un vaccin qui, en réalité, favorise les épidémies d’oreillons et de rougeole, et arnaqué les gouvernements et les consommateurs qui achètent le vaccin en pensant qu’il est « efficace à 95% ».



Selon Stephen Krahling et Joan Wlochowski, deux anciens virologistes de Merck, la compagnie Merck s’est adonnée intégralement aux agissements suivants : à savoir .

Merck a sciemment falsifié les résultats de ses essais du vaccin des oreillons afin de fabriquer un « taux d’efficacité de 95% ».

Pour ce faire, Merck a trafiqué les échantillons sanguins avec des anticorps d’animaux afin de gonfler artificiellement l’apparition d’anticorps dans le système immunitaire. Comme l’a rapporté CourthouseNews.com :
spip a écrit:


Merck a aussi ajouté des anticorps d’origine animale à des échantillons de sang pour obtenir des résultats de tests plus favorables, bien qu’il sût que le système immunitaire humain ne produirait jamais ce genre d’anticorps, et que les anticorps créaient un scénario de test de laboratoire qui, selon la plainte, « ne correspond en aucune manière à la vie réelle, n’est pas en corrélation avec elle, ou ne représente pas... la neutralisation des virus chez les personnes vaccinées ».



Merck a ensuite utilisé les résultats falsifiés du test pour escroquer le gouvernement de Zunie de « centaines de millions de dollars pour un vaccin ne conférant aucune immunisation adéquate. »

Faisant que plus d’enfants ont été infectés par les oreillons, le vaccin frauduleux de Merck a en réalité contribué à pérenniser les oreillons en Amérique. (Ça alors ! Vraiment ? C’est ce que Natural News rapporte depuis des années... les vaccins sont en réalité élaborés pour maintenir le cours des épidémies, car c’est vachement chouette pour perpétuer le business !)

Merck a utilisé sa fausse allégation du « 95 pour cent d’efficacité » pour monopoliser le marché des vaccins et éliminer tout concurrent possible.

  Selon les virologistes de Merck, la supercherie vaccinale de Merck a cours depuis la fin des années 1990.


Le vaccin de Merck n’a jamais été testé contre le virus des oreillons dans le « monde réel », en pleine nature. Au lieu de cela, les résultats des tests ont tout simplement été falsifiés afin d’obtenir le résultat souhaité.

Cette tromperie a été entièrement mise en place « en toute connaissance de l’autorité et avec l’approbation de la haute direction de Merck. »

Selon les documents du tribunal (voir ci-dessous), les scientifiques de Merck « étaient témoins de la falsification abusive des tests et des données dans laquelle s’est engagé Merck pour gonfler artificiellement les conclusions sur l’efficacité du vaccin. »

Les services de santé de Chatom poursuivent Merck en vertu du Sherman Antitrust Act, pour violation de garantie et violation des lois sur la protection du consommateur

Suite à l’ouverture de la plainte de 2010 en vertu du False Claims Act, les services de santé de Chatom, en Alabama, ont senti que quelque chose puait. Il y a trois jours, Chatom a déposé une plainte contre Merck. Le dossier de cette action judiciaire est ici :
www.naturalnews.com/gallery/documents/Chatom-Lawsuit-Merck-Mumps.pdf


  Entre autres choses choquantes, le dossier allègue :
  • ...durant une dizaine d’années, [Merck s’est adonné à] falsifier et contrefaire la véritable efficacité de son vaccin.
  • Merck a signalé frauduleusement et continue déloyalement de faire remarquer dans ses étiquetages et ailleurs que son vaccin contre les oreillons a un taux d’efficacité au plus haut de 95 pour cent.
  • En réalité, Merck sait, et a pris des mesures positives pour dissimuler – à l’aide de techniques de test abusives et de falsification de données de test – que l’efficacité de son vaccin contre les oreillons est, et ce depuis au moins 1999, de très loin inférieure à 95 pour cent.
  • Merck avait conçu une méthodologie de test qui évaluait son vaccin contre une souche moins virulente du virus des oreillons. Après que les résultats n’aient pas donné l’efficacité souhaitée par Merck, il a abandonné cette méthodologie et dissimulé les conclusions de l’étude.
  • ...incorporant l’usage d’anticorps d’origine animale pour gonfler artificiellement les résultats...
  • ...détruisant les preuves de falsification des données et mentant ensuite à un enquêteur de la FDA...
  • ...menaçant de prison un virologiste de la division vaccin de Merck, s’il signalait la supercherie à la FDA...
  • ...il y a les victimes ultimes, les millions d’enfants qui chaque année reçoivent un vaccin contre les oreillons qui ne leur donne pas un niveau de protection adéquat. Et, bien qu’il s’agît d’une maladie qui, selon les Centers for Disease Control (CDC), était censée être éradiquée à ce jour, le vaccin raté de Merck a permis à cette maladie de perdurer, avec d’importantes épidémies continuant de se produire.

Les services de santé de Chatom allèguent également que le vaccin frauduleux de Merck a contribué à l’épidémie d’oreillons de 2006 dans le Midwest, et à l’épidémie de 2009 ailleurs. Ils disent, « Il en est resté un risque important de résurgence des épidémies d’oreillons... »

 L’enquête ne fait que commencer

Natural News a seulement commencé à enquêter sur cette nouvelle-choc incroyable concernant Merck et l’industrie du vaccin. Nous sommes plongés dans les documents du tribunal pour identifier les informations supplémentaires pouvant être pertinentes dans cette affaire, et nous prévoyons de vous rapporter ces informations prochainement.

Pour la petite histoire, Merck nie toutes les allégations. Ça surprend quelqu’un ?
 
spip a écrit:


Sources de cet article
Natural News tient à remercier CourthouseNews.com pour sa couverture sur cette affaire. L’article original est ici :
www.courthousenews.com/2012/06/27/47851.htm
Action judiciaire de Chatom contre Merck :
www.naturalnews.com/gallery/documents/Chatom-Lawsuit-Merck-Mumps359
http://www.amessi.org/Supercherie-vaccinale-de-Merck-exposee-par-deux-de-ses-virologistes
Plainte de 2010 en vertu du False Claims Act 2011 contre Merck, par deux de ses anciens virologistes :
www.naturalnews.com/gallery/documents/Merck-False-Claims-Act.pdf
Annonce de l’action en justice dans les médias internationaux :
www.nasdaq.com/article/lawsuit-claims-merck-overstated-mumps-vaccine-effectiveness-20120622-00532

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/07/25/27706543.html




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Avr - 22:54 (2014)    Sujet du message: MORTALITE FOETALE : HAUSSE DE + DE 4000% APRES AVOIR RECU LE VACCIN CONTRE LA GRIPPE Répondre en citant

MORTALITE FOETALE : HAUSSE DE + DE 4000% APRES AVOIR RECU LE VACCIN CONTRE LA GRIPPE




La plupart des vaccins n’ont pas été évalués par rapport à la stérilité qu’ils pourraient engendrer. (Voir les notices des vaccins). J’ai donc voulu étudier la chose et voir s’il existait un lien avéré entre les vaccins et la stérilité.
 
Ce que j’ai découvert risque de choquer plus d’un lecteur parce que, depuis plusieurs années, on a effectué des expériences sur des femmes et des jeunes filles innocentes du tiers monde.
 
Ce ne sont pas là les seules victimes. On a récemment découvert que dans le monde entier des vaccins provoquaient la stérilité, y compris les vaccins HPV, ainsi que plusieurs vaccins contre la grippe porcine.
 
J’ai commencé à m’intéresser à la chose quand j’ai appris que le gouvernement japonais avait décidé de retirer son soutien au programme de vaccination contre le HPV. Cette décision a été prise après que le gouvernement ait reçu près de 2000 rapports de femmes et de jeunes filles souffrant de réactions indésirables, y compris de douleurs persistantes, d’engourdissements, de paralysies et des cas de stérilité.[1]
 
Cela ne signifie pas que le Japon ait interdit ou suspendu le programme. Les vaccins sont toujours à la disposition de ceux qui veulent les recevoir. Les personnes qui vaccinent seront cependant tenues d’informer quiconque désirant recevoir les vaccins Gardasil et Cervarix que le gouvernement japonais ne soutient plus le programme de vaccination contre le HPV.
 
Ce vaccin a changé la vie d’une jeune fille pour toujours
 
Au fil des années, toute une gamme d’effets secondaires ont été rapportés dans le monde entier après les vaccinations contre le HPV. Cependant, la découverte que le vaccin HPV était susceptible de provoquer la stérilité chez certaines femmes n’a été publiée qu’assez récemment.
 
En 2012, le British Medical Journal a publié un article du Dr Deidrie Little qui s’intitulait : « Insuffisance ovarienne prématurée 3 ans après les premières règles chez une jeune fille de 16 ans après la vaccination contre le papillomavirus humain. » Etude dans laquelle le Dr Little exposait le cas d’une jeune fille de 16 ans qui souffrait d’une ménopause précoce après avoir reçu le vaccin Gardasil contre le HPV.
 
[…] Le Dr Little a précisé dans son rapport que la jeune fille de 16 ans a reçu le vaccin Gardasil au cours de l’automne 2008 et qu’à ce moment-là, son cycle menstruel était parfaitement normal. C’est cependant à partir de janvier 2009 que son cycle est devenu irrégulier, et au cours des deux années qui suivirent ses menstruations sont devenues tout à fait irrégulières. En 2011, ses règles avaient complètement cessé.
 
Le Bulletin d’informations hebdomadaires précisait :
 
« Dans le cas australien, après avoir testé les différents taux hormonaux, ainsi que les fonctions des différents organes internes, le Dr Little a établi le diagnostic suivant : « Insuffisance ovarienne prématurée » qui est définie comme «  la présence de taux de gonadotrophines ménopausiques en association avec plus de 3 mois d’aménorrhée ou oligoménorrhée avant l’âge de 40 ans. »
 
D’autres tests ont confirmé que tous ses œufs -  jusqu’au dernier -  étaient morts. Cette jeune fille est donc devenue totalement et irrévocablement stérile.
 
Des milliers de femmes sont maintenant stériles à cause des vaccins
 
Il est extrêmement rare qu’une jeune fille de cet âge entre dans une phase de ménopause précoce. Nous devons donc nous demander si le vaccin est en cause ou s’il faut chercher d’autres causes.
 
J’ai donc décidé de chercher s’il y avait d’autres rapports ou études sur le thème de la vaccination et de la stérilité. J’ai été horrifiée par ce que j’ai découvert.
 
J’ai trouvé un total de 56 articles sur les vaccins contraceptifs figurant dans PubMed dont certains dataient déjà de 1977. Il n’y a guère de doutes qu’en poussant des recherches plus approfondies, on pourrait certes en trouver davantage. [4]
 
Suite à ces découvertes, je me suis demandé si oui ou non des vaccins étaient délibérément fabriqués pour induire la stérilité. Un article en particulier publié en 1989 et écrit par G.P. Talwar et R. Raghupathy, intitulé Vaccins Anti-Fertilité semble suggérer que ce soit le cas. Les auteurs écrivent :
 
« Des vaccins sont en cours de développement pour le contrôle de la fertilité chez les mâles et les femelles. Cette revue discute les développements en matière de vaccins anti-fertilité à l’Institut National d’Immunologie, New Delhi, Inde. 
 
Une procédure d’injection unique pour la stérilisation ou la castration des animaux mâles selon le site d’injection a déjà passé les tests et devrait pouvoir être commercialisé dans un proche avenir. » [5]
 
Il est difficile, à partir de ce résumé, de pouvoir juger si ces vaccins ont été mis au point pour une utilisation sur des humains ou sur des animaux. Mes recherches ultérieures m’ont conduite à  penser que ces vaccins ont été développés pour des humains parce que peu de temps après que cet article ait été publié, des vaccins ont été administrés à des femmes et des enfants dans plusieurs pays dont le Nicaragua, le Mexique et les Philippines provoquant la stérilité chez nombre d’entre eux.
 
Pourquoi ce vaccin « contre le tétanos » n’a-t-il pas été administré aux garçons et aux hommes ?
 
En 1994, l’Organisation Mondiale de la Santé a fait administrer un vaccin antitétanique contenant un produit destiné à contrôler les naissances à de nombreuses femmes de 15 à 45 ans dans des pays en voie de développement.
 
Une organisation appelée « Le Comité », avait  trouvé suspects les protocoles qui avaient trait aux vaccins. Ce « Comité » se procura quelques flacons en vue de les faire tester. On découvrit que certains flacons contenaient  de la gonadotrophine chorionique humaine (hCG). Il s’agit d’une hormone essentielle pour maintenir une grossesse à terme.
 
Toutefois, quand cette hormone est combinée  avec l’anatoxine tétanique, le vaccin provoque la production d’anticorps contre la grossesse forçant le corps à abandonner le bébé à naître. [6] […]
 
Curieusement aucun homme et aucun garçon ne furent vaccinés au cours de ce programme. Les seules personnes qui furent vaccinées  furent les femmes de 15 à 45 ans. Etait-ce une coïncidence que ce vaccin n’ai été administré qu’aux femmes en âge de procréer ? Après tout, n’importe qui peut contracter le tétanos !
 
Des jeunes filles et des femmes cobayes ?
 
En 1997, apparaît un autre document de G.P. Talwar qui fut publié dans Immunology and Cell Biology et intitulé : « Vaccins pour le Contrôle de la Fertilité et les Cancers hormonodépendants. »
 
Dans leur introduction, les auteurs écrivent :
 
« Le XXème siècle a été marqué par une augmentation sans précédent de la population. En 73 ans, la population mondiale va augmenter de quatre milliards d’habitants, alors qu’en 1927 la population mondiale atteignait 2 milliards d’individus. En Inde, la population augmente de 18 millions par an, soit l’équivalant de toute la population de l’Australie.
 
Bien qu’un certain nombre de méthodes de contraception soient disponibles, ces dernières ne sont pas nécessairement adaptées aux pays en voie de développement et selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 350 millions de couples ne peuvent disposer des méthodes de contraception qui pourraient leur convenir. [7]
 
[…] Peut-on vraiment penser que des expérimentations aient été faites sur les femmes et les enfants de pays en voie de développement ? Il semble bien que oui, vu que les vaccins antitétaniques administrés aux femmes et aux jeunes filles en âge de procréer ont eu lieu trois ans avant que le document auquel nous nous référons ne soit écrit.
 
Un autre point qu’il s’agit de mentionner ici est le fait que ces essais ne correspondaient nullement aux exigences de l’éthique. Il n’est même pas fait mention d’un quelconque comité d’éthique. Des membres de Comités d’Ethique ont-ils jamais été consultés avant que ces vaccins soient administrés ?
 
Augmentation massive de la mortalité fœtale après que des mamans enceintes aient reçu le vaccin contre la grippe
 
Les vaccins contre le tétanos ont été administrés dans les années 1990 et pourtant on signale que des vaccins sont encore aujourd’hui censés provoquer des cas de stérilité. Outre les vaccins contre le HPV dont nous venons de parler, il y a aussi le Fluarix contre la grippe porcine commercialisé par GSK qui serait susceptible de provoquer la stérilité. [8]
 
En fait, l’information donnée sur les notices stipule que le vaccin n’a pas été évalué par rapport à l’altération de la fertilité et que l’on ne sait pas si le Fluarix peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré à une femme enceinte ou s’il est susceptible d’affecter la capacité de reproduction. [9]
 
En d’autres termes, il est possible que ce vaccin puisse mener à la stérilité ! Et bien que ces informations soient disponibles sur internet, on continue à recommander aux femmes enceintes de se faire vacciner chaque année contre la grippe.
 
La documentation de la Coalition Nationale des Femmes Organisées (NCOW) indique qu’entre 2009 et 2010, les vaccins combinés contre la grippe contenant du mercure ont fait augmenter (d’après les enregistrements du VAERS)  les rapports de mortalité fœtale de 4.250% chez les femmes enceintes.
 
Eileen Dannemann (NCOW) a déclaré que les Centres Américains de Contrôle des Maladies (CDC) avaient délibérément trompé les gynécologues-obstétriciens américains , qu’ils avaient été de connivence avec Le Journal Américain d’Obstétrique et de Gynécologie (AJOG) pour faire croire au public que le vaccin antigrippal était un vaccin sûr pour les femmes enceintes alors qu’ils savaient pertinemment bien que ce vaccin était susceptible de provoquer  une hausse marquée de la mortalité fœtale. [10]
 
Conclusion
 
Je suis certaine que beaucoup de personnes seraient d’accord pour reconnaître que ce que j’ai découvert est tout simplement horrible. Il semblerait même que les gouvernements et l’industrie pharmaceutique  soient au courant que  certains vaccins recommandés soient susceptibles de provoquer la stérilité. Plusieurs de ces vaccins ont même été rendus obligatoires. Nous sommes obligés de nous interroger sur les raisons qui font que nos gouvernements nous contraignent à nous faire vacciner au moyen de vaccins susceptibles de provoquer la stérilité.
 
Nous pouvons aussi nous demander pourquoi on finance tant d’études traitant de la vaccination et de la stérilité.
 
Beaucoup de professionnels haut placés pensent que ces vaccins sont proposés dans le cadre d’un plan de dépopulation mondiale. Nous sommes en  droit de nous demander si oui ou non nos gouvernements ont le droit de « jouer à Dieu » avec nos vies sans que nous en soyons informés et sans notre consentement.
 
Je pense qu’il est grand temps que nous reprenions le contrôle de nos vies et que nous effectuions une recherche approfondie sur les vaccins avant de donner notre accord pour n’importe quelle vaccination. En fin de compte, c’est à chaque personne qu’appartient la décision de se faire ou non vacciner, et la seule manière de pouvoir donner un consentement réellement éclairé au sujet des vaccins est d’être parfaitement informé avant d’accepter quel que vaccin que ce soit.
 
J’ai prouvé au moyen de documents, de références, d’études scientifiques que certains vaccins sont susceptibles de provoquer la stérilité. Pourtant, on continue à administrer ces vaccins à des personnes innocentes, à leur insu et sans leur consentement éclairé. Cette pratique est non seulement contraire à l’éthique, elle est criminelle.

Christina England, 20 juillet 2013
 
Références
  http://expovaccins.over-blog.com/article-des-vaccins-peuvent-provoquer-la-sterilite
. http://www.naturalnews.com/041099_gardasil_side_effect_japan_infertility.ht…
. http://casereports.bmj.com/content/2012/bcr-2012-006879.abstract
. http://pop.org/content/teenage-girl-becomes-infertile-after-gardasi


http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/07/22/27687233.html



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 4 Mai - 02:49 (2014)    Sujet du message: FIRST U.S. MERS VIRUS/IS THIS MAN MADE? Répondre en citant

FIRST U.S. MERS VIRUS/IS THIS MAN MADE?



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=VP_F530bx3A


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 22 Mai - 11:59 (2014)    Sujet du message: SCIENTISTS ARE CREATING NEW, INCURABLE DISEASES IN LABS Répondre en citant

SCIENTISTS ARE CREATING NEW, INCURABLE DISEASES IN LABS


Microbiologist Ashley Sabol works in the disease outbreak lab at the federal Centers for Disease Control and Prevention. // David Goldman/AP

By Olga Khazan The Atlantic May 21, 2014

Swine flu, or H1N1, had been dead for 20 years when it suddenly re-emerged in 1977 with a curious twist. The new strain was genetically similar to one from the 1950s, almost as though it had been sitting frozen in a lab since then. Indeed, it eventually became clear that the late-70s flu outbreak was likely the result of a lowly lab worker’s snafu.

Lab accidents like that are extremely rare. Still, two scientists are now arguing that it’s not worth continuing to create new, transmissible versions of deadly viruses in labs because the risk that the diseases will escape and infect the public is too great.

The H5N1 avian flu killed two dozen people in Hong Kong in 1997. It has only killed about 400 people worldwide since then, though, because it doesn’t pass easily from human to human.

In recent years, scientists have found a way to make H5N1 jump between ferrets, the best animal model for flu viruses in humans. They say they need to create a transmissible version in order to better understand the disease and to prepare potential vaccines.

That worries people like Marc Lipsitch and Alison P. Galvani, two epidemiologists who write in a PLoS Medicine editorial today that creating these types of new infectious agents puts human life at risk. They estimate that if 10 American laboratories ran these types of experiments for a decade, there would be a 20 percent chance that a lab worker would become infected with one of these new super-flus and potentially pass it on to others.

“The concern is that you're making something that doesn't exist in nature and combines high virulence for people with the ability to transmit efficiently,” Lipsitch told me.

Accidents involving lab-grown pathogens aren’t just the stuff of sci-fi movies. A Singaporean lab worker was inadvertently infected with SARS in 2003. In 2004, a Russian scientist died after accidentally sticking herself with a needle contaminated with Ebola at a Siberian lab. In April, Paris’ Pasteur Institute lost2,000 vials containing the SARS virus. And in March, the Galveston National Laboratory in Texas lost a vial containing Guanarito virus, which causes "bleeding under the skin, in internal organs or from body orifices like the mouth, eyes, or ears.”

The medical world seems perpetually torn between the desire to eliminate horrific diseases entirely and the need to preserve them for future study. Thanks to vaccination, smallpox was eradicated in 1980, but there are still two samples of it living in labs—one in the U.S. and one in Russia. Some scientists argue that those vials should be destroyed because there’s a chance they could be used in bioterrorism. There is no cure for smallpox, and it kills a third of its victims. The rest suffer permanent scarring from the thousands of “pox,” or fluid-filled cysts.

“The hazard is, could it ever by accident or by evil design leave those two containments and actually be introduced into the population again and spread?” William Schaffner, chair of preventive medicine at Vanderbilt University Medical Center in Nashville told ABC News. The World Health Assembly is deciding this week whether to destroy the vials.

Most labs have near-bulletproof safety standards, with workers wearing plastic hoods and working behind heavy steel doors. Still, leaks can happen because of failures in respiratory equipment, Lipsitch said, or if a worker accidentally touches their eyes or nose with a contaminated glove.

“We have data from past experience in various labs that human infection in those labs are not a common event, but with enough labs working for enough years, it's been observed over and over again,” Lipsitch said. “Marburg and Ebola viruses have both infected lab workers at a higher level of containment than these [H5N1] experiments.”

He added that past lab accidents haven’t resulted in worldwide spread partly because the viruses weren’t as contagious in those cases.

“In the case of Ebola and Marburg—they aren't that readily transmissible,” he said. “In the case of SARS, which has been involved in at least three separate lab accidents, there was onward transmission in one case, but it was contained, so we got lucky.”

Lipsitch suggests that, rather than breed the new mammal-transmissible viruses, scientists just use pieces of the H5N1 strain for their research or work on ancestors of the virus.

The scientists conducting the ferret-based H5N1 experiments went through a year-long voluntary moratorium after a controversy over the studies’ safety flared in 2011. In January 2013, they declared that the experiments would resume because the lab conditions for the experiments met the necessary safety checks.

“Because H5N1 virus transmission studies are essential for pandemic preparedness and understanding the adaptation of influenza viruses to mammals,” they wrote in Science, “researchers who have approval from their governments ... have a public health responsibility to resume this important work.”


http://www.nextgov.com/health/2014/05/scientists-are-creating-new-incurable…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 29 Mai - 12:15 (2014)    Sujet du message: VACCINS : UN MARCHE DE 100 MILLIARDS DE DOLLARS POURRAIT ACHETER BEAUCOUP DE MONDE PAR LA CORRUPTION Répondre en citant

VACCINS : UN MARCHE DE 100 MILLIARDS DE DOLLARS POURRAIT ACHETER BEAUCOUP DE MONDE PAR LA CORRUPTION

Attendrez-vous que tous vos enfants soient mort avant de réagir face à cette corruption? Protégez vos enfants!

Mercredi 28 mai 2014





Par TLB Staff,  publié le 24 mai 2014 dans HEALTH  

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la vaccination est tellement répandue en Amérique aujourd’hui ? Pourquoi ils ne peuvent pas risquer de vous faciliter quelque mode d’exemption que ce soit ? Pourquoi il existe une énorme pression pour rendre les vaccins obligatoires ? Et bien, voici une explication claire et nette qui laisse peu de place à l’imagination ou au questionnement.  

Bien que les études examinées par les pairs se succèdent pour prouver sans équivoque les dangers inhérents aux vaccins, ainsi que leur absence quasi-totale d’efficacité, notre gouvernement continue à ne pas entendre et ne prend aucune mesure appropriée pour nous fournir la protection qu’il est sensé nous donner. En fait, c’est tout le contraire, car nous sommes tous conscients que ces mastodontes pharmaceutiques bénéficient d’une immunité totale par rapport à des poursuites judiciaires. Cette immunité leur est accordée par le gouvernement.  

Si les vaccins étaient aussi efficaces et sans danger comme l’affirment tant de médecins et spécialistes de la santé….pourquoi cette immunité par rapport à des poursuites serait-elle nécessaire ? Si les vaccinés jouissaient d’une immunité  à la suite de la vaccination, et si ces firmes ne  bénéficiaient pas d’une immunité par rapport à des poursuites… cet article ou d’autres du genre n’auraient jamais dus être écrits. La réponse est simple : les vaccins ne sont pas aussi merveilleux que l’on veut bien nous le dire. La chose est en outre bien connue de nombreuses personnes de l’industrie et du gouvernement.  

Vaccins et copinage avec Big Pharma  

(Extrait de « Mes compagnons rats de laboratoire…voyez que ceci fait comprendre la tyrannie !!! »)        

On sait que les vaccins peuvent favoriser l’autisme, la démence, la maladie d’Alzheimer, les TDAH (troubles du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité), la stérilité, le cancer et quantité d’autres maladies. La liste est trop longue pour pouvoir mentionner tous ces dangers et effets secondaires. Par rapport au grave déclin de la santé et de la vitalité des Américains, une des causes les plus importantes est sans aucun doute la vaccination. Pourquoi dis-je cela ?
 
Il y a environ trois générations, à partir de la moitié des années 1950, les compagnies pharmaceutiques ont fait des tentatives d’infiltration  du gouvernement  via le  lobbying et le copinage pour finalement aboutir sous de faux prétextes à la vaccination de masse contre la polio. La poliomyélite était déjà en forte baisse. Mais grâce au  battage intensif et au lobbying de Big Pharma, le gouvernement a canalisé d’énormes sommes d’argent dans un programme de vaccinations à l’échelle du pays.  

De l’aveu même du CDC, on a fait courir le risque de cancer à 90.000.000 d’Américains à cause du SV40 (un virus cancérogène qui polluait les vaccins). C’est ainsi que un bébé sur trois de cette époque a fini par faire un CANCER ! Ceci n’est qu’un exemple parmi d’autres et tout juste la pointe de l’iceberg.
 
Il ne s’agit ici que d’un seul scénario (il y en a beaucoup d’autres), mais il a favorisé une tendance qui depuis est devenue exponentielle. Avec des taux de plus en plus élevés du nombre de vaccins, nombre qui coïncide parfaitement avec le déclin de la santé nationale globale. Ceci fut en fait le début de notre chute. Une des nations les plus saines de cette planète est devenue une des plus malades de la planète parce qu’on a prétendu vouloir la maintenir en parfaite santé ! VRAIMENT ? Mais comment cela est-il possible ?  



  
Réfléchissons maintenant à ceux qui sont le plus facilement atteintes par ce fléau. Nos enfants, ce sont eux qui sont en fait l’objectif principal de cette énorme machine à faire de l’argent, ce sont nos enfants dont le système immunitaire et la barrière hémato-encéphalique sont les plus faibles ! Au début des années 1950 le taux d’autisme chez les enfants dépassait à peine 1 cas sur 20.000, alors que la grande majorité des médecins n’avaient jamais vu les symptômes qui aujourd’hui sont liés à l’autisme ; certains allant même jusqu’à ignorer l’existence de l’autisme. En 2014, le taux d’autisme chez les garçons est de 1 sur 28. Et si cela ne vous donne pas le vertige, c’est que votre cerveau doit être en mauvais état ! Maintenant, il vaut la peine de prendre conscience qu’au cours de cette même période, les programmes de vaccination se sont intensifiés de 20 à 30 fois ! N’est-ce pas là une fameuse coïncidence ? Ou aurions-nous affaire à une causalité ?  

Encore une fois, tout cela est prouvé en dehors de tout doute par des études examinées par les pairs et qui sont facilement disponibles. Injecter du mercure (Thiomersal), de l’aluminium, du formaldéhyde, des virus vivants atténués susceptibles de provoquer le cancer, les produits les plus meurtriers et les plus toxiques dans nos corps, ce fait ne relève-t-il pas de la folie ? Ces produits « enrobés de sucre » que beaucoup trop de personnes ont avalés.

  Ci-dessous, vous trouverez la raison pour laquelle ce gouvernement est complice de ce battage médiatique sur les vaccinations, parce que quand Big Money parle… la Sécurité et la Raison… prennent la fuite…  

Vaccins : le monstre des 100 milliards de dollars  

Par Leslie Manookian  

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi tant de pressions s’exercent sur le peuple pour qu’il se fasse vacciner ? Et pourquoi il y a un continuel flux d’articles et de rapports dans la presse écrite, à la télévision et sur le web sur les dangers de la non-vaccination, comme sur la négligence, la stupidité et le danger que feraient courir les personnes qui ne se font pas vacciner ?  

Il est toujours utile de se rappeler le vieil adage : suivez la piste de l’argent.  

« Bien que le segment des vaccins constitue une très petite partie des ventes de médicaments sur un plan mondial…, le taux de croissance de ce marché s’est avéré extraordinaire.. »  

«  Le marché mondial des vaccins est actuellement estimé à 30 milliards de dollars. Avec des facteurs comme les progrès de l’immunologie, de la génétique, de la technologie des vaccins, ainsi que la demande accrue de la population des pays émergents, le marché mondial des vaccins devrait dépasser les 100 milliards de dollars d’ici à 2025. »
 
Au cas où la chose ne vous aurait pas frappé, nous réaffirmons : le marché des vaccins connaît une très forte croissance et le marché potentiel pourrait atteindre les 100 milliards de dollars par an.  

En plus de cela, il ne faut pas oublier que, dans certains pays, les sociétés pharmaceutiques sont dégagées de toute responsabilité vis-à-vis de leurs vaccins Non, ces société ne peuvent être poursuivies en justice si leurs vaccins provoquent des dommages. Alors que pour d’autres médicaments les choses sont entièrement différentes. (Pensez au Vioxx, à l’Avandia et aux 3 milliards de dollars payés par GlaxoSmithKline. Ces sommes peuvent paraître importantes, mais en fait, elles ne représentent que de la menue monnaie pour ces mastodontes.) Et quand ces société peuvent être poursuivies, gagner contre elles est presqu’impossible – c’est essentiellement le combat de David contre Goliath.  

Compte tenu de toute la croissance, du marché potentiel, de l’absence de responsabilité juridique et financière, il n’est pas difficile d’imaginer que les géants pharmaceutiques feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour défendre la poule aux œufs d’or des vaccins – quel qu’en soit le prix.  

Ces compagnies, ainsi que les autorités de santé (qui sont souvent financées par les fabricants de vaccins, l’OMS ou le CDC) s’arrangeront pour camoufler le fait que 17 bébés  sont morts en Chine après avoir reçu le vaccin contre l’hépatite B, que des bébés meurent dans plusieurs pays d’Asie après avoir reçu le vaccin pentavalent., ou que 60.000 enfants indiens ont développé des paralysies après avoir reçu le vaccin polio à virus vivants atténués (alors que les autorités SAVAIENT que ces vaccins pouvaient provoquer des polios ou des paralysies), que la moitié des enfants américains (des millions d’enfants) souffrent d’une maladie chronique ou que des millions d’enfants à travers le monde développent l’autisme après leurs vaccins.  

Ces gens-là défendront leur programme parce qu’à leurs yeux votre enfant ne vaut tout simplement pas 100 milliards de dollars.  

C’est pourquoi il vous appartient de bien réfléchir et de vous informer au maximum sur le problème des vaccins !     

Les auteurs de l’article recommandent l’excellent documentaire : THE GREATER GOOD :



 


VIDEO http://www.youtube.com/watch?v=diCVYneJ164

http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccins-un-marche-de-100-milliard…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 12 Juin - 08:37 (2014)    Sujet du message: BUILDING A DATABASE OF DEVELOPMENTAL NEUROTOXICANTS : EVIDENCE FROM HUMAN AND ANIMAL STUDIES Répondre en citant

BUILDING A DATABASE OF DEVELOPMENTAL NEUROTOXICANTS : EVIDENCE FROM HUMAN AND ANIMAL STUDIES

Pdf document : http://www.epa.gov/ncct/toxcast/files/summit/48P Mundy TDAS.pdf


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 13 Juin - 23:29 (2014)    Sujet du message: DEBAT AUTOUR DES ESSAIS CLINIQUES Répondre en citant

DEBAT AUTOUR DES ESSAIS CLINIQUES 

Les Mengeles de la science refont surface de manière officielle, comme au temps d'Adolf Hitler. On a pu voir les dérapages que cela a pris. Croyez-vous qu'ils auront plus, en ce XXIe siècle, un code d'éthique plus élevé qu'au temps de cette heure sombre de l'histoire? Avec tous ses camps de réhabilitation et camp de concentration qui sont présentement opérationnel, à travers le monde, ne nous faisons pas d'illusion. Des cobayes, ce n'est certes pas ce qui manquera dans cet âge de grande noirceur qui prend place.

La loi sur les essais de médicaments sur l'homme est examinée lundi 26 avril par les députés. Le sénateur Claude Huriet se dit inquiet

26/4/04 - 09 H 25 - Mis à jour le 26/4/04 - 15 H 29

La révision de la loi Huriet

- La Croix : La loi portant sur les recherches sur l'homme est actuellement en cours de révision. Vous êtes l'auteur de sa première mouture, votée en 1988, et aujourd'hui, vous ne cachez pas votre inquiétude devant les changements proposés...

- Pr Claude Huriet : La loi de 1988 avait un objectif premier, repris dans son intitulé : la "protection des personnes qui se prêtent à des recherches biomédicales". Elle avait été adoptée précisément parce que les recherches se faisaient sans aucun contrôle, sans consentement, quasiment sans aucun encadrement, bref, dans des conditions inacceptables, à tel point que l'on parlait de "cobayes humains" pour désigner les volontaires. Il fallait donc répondre à la légitime inquiétude du public, mais aussi résoudre une contradiction juridique. En effet, une circulaire de 1975 faisait obligation de procéder à des essais de médicaments sur l'homme avant de les mettre sur le marché, mais, dans le même temps, le code pénal interdisait que l'on porte atteinte à l'intégrité de la personne, si ce n'est pour son propre intérêt. Sous ces deux aspects, protection des personnes et harmonisation de la législation, la loi a, selon moi, parfaitement rempli son office. Mais je crains qu'avec les nouvelles dispositions, les personnes ne soient plus aussi bien protégées .

- Quels changements redoutez-vous ?

- Il y a deux types de recherches : celles qui peuvent présenter un bénéfice pour la personne, dites "avec bénéfice individuel direct" (BID), et les autres, dites "sans BID". Les premières concernent, par exemple, l'essai d'un nouvel antibiotique sur un malade infecté : ce patient peut alors espérer voir son infection régresser plus rapidement. Mais si l'on essaie ce même antibiotique chez un patient non infecté, à seule fin de déterminer la bonne dose à administrer, on est dans le cadre d'une recherche sans bénéfice direct.

J'avais, dans la loi, distingué ces deux démarches et posé des conditions plus restrictives aux recherches sans bénéfice. Celles-ci ne pouvaient notamment pas concerner les personnes hors d'état de donner leur consentement. La nouvelle loi supprime cette distinction et admet le principe que le consentement puisse être donné par une autre personne.

- Pourquoi cela vous inquiète-t-il ?

- Parce que cela constitue d'une certaine manière une instrumentalisation des personnes. Aujourd'hui, par exemple, on ne sait pas à quelles doses il convient de prescrire des médicaments chez des enfants prématurés, car on ne peut pas comparer les réactions de leur organisme avec celles d'un organisme adulte, dont tous les organes sont matures. Faut-il alors faire des recherches de doses chez les prématurés ? Personnellement, cela me choquerait beaucoup ! Autre exemple : Faut-il admettre une recherche sur une personne démente qui n'a rien à en espérer pour son propre cas ? Non, je ne suis pas d'accord pour qu'au nom de l'intérêt de la recherche on repousse des repères aussi fondamentaux.

- La nouvelle loi ne supprime pas tout repère, elle propose qu'une "personne de confiance" puisse consentir à la place de l'intéressé.

- Mais sur quels critères va-t-on choisir cette personne ? En quoi sera-t-elle habilitée à donner un accord à la place de l'intéressé ? Selon moi, il ne s'agit pas d'un garde-fou suffisant. Le recueil du consentement est l'un des piliers de l'éthique et je pense qu'il ne faut pas baisser la garde à cet endroit.

- Les médecins chercheurs pourront vous objecter qu'ils ne se lancent pas dans n'importe quelle recherche...

- Je n'ai pas de suspicion vis-à-vis des médecins - je suis médecin moi-même -, mais l'histoire montre qu'il y a eu des expériences malheureuses. Regardez le scandale du sang contaminé ou le scandale d'Amiens (1). C'est d'ailleurs bien pour mettre fin à certaines dérives et redonner confiance au public que l'on a fait une loi contrôlant la recherche.

- Il y a aussi les garde-fous que constituent les comités de protection des personnes, qui donnent un avis sur les protocoles de recherche proposés...

- La nouvelle loi donne à ces comités des attributions plus scientifiques que la précédente, avec une fonction d'expertise. Comment, dans ce contexte, les non-professionnels de santé qui participent à ces comités, et qui n'ont pas cette capacité d'expertise, pourront-ils faire entendre leur voix ? Je redoute que, dans ce contexte, le point de vue du malade passe au second plan, que le curseur se déplace davantage du côté des enjeux scientifiques, au détriment de la protection des personnes.
 
Recueilli par Marianne Gomez
 
(1) En 1988, un médecin avait fait inhaler, à titre expérimental, un produit hautement toxique à un patient en état de mort cérébrale.

*** 

Une loi va autoriser la recherche sur les patients vulnérables

La nouvelle loi sur la recherche et les essais de médicaments sur l'homme est examinée lundi 26 avril par les députés en deuxième lecture. Les chercheurs estiment que celles-ci vont relancer la recherche

Le projet sur la santé publique qui arrive demain en deuxième lecture devant les députés comporte la révision du premier texte bioéthique français : la loi de 1988, qui a défini pour la première fois les conditions en vertu desquelles on pouvait faire des essais sur l'homme. La France doit en effet transposer en droit interne une directive européenne définissant les conditions des expérimentations sur l'homme. Elle en a profité pour revoir le dispositif de 1988.

Cette loi distinguait les recherches comportant un bénéfice direct pour celui qui s'y prête (essai d'un nouveau médicament, par exemple) des recherches sans bénéfice (prélèvement d'échantillons sanguins afin de tester une nouvelle méthode diagnostique, par exemple). Ces dernières étaient soumises à des conditions beaucoup plus strictes. La directive européenne supprime cette distinction au profit de la notion de "bénéfice-risque". Un essai clinique ne peut ainsi être entrepris que si "les risques et inconvénients prévisibles ont été pesés au regard du bénéfice individuel pour le sujet participant à l'essai".

Le concepteur de la loi de 1988, l'ancien sénateur Claude Huriet, aujourd'hui président de l'Institut Curie, s'inquiète des nouvelles dispositions. Toute recherche nécessite le recueil préalable du consentement de la personne. Mais, pour certains patients , ce n'est pas possible. Il s'agit notamment des malades en réanimation ou de ceux qui n'ont plus toutes leurs facultés mentales (malades psychiatriques, atteints de maladies neuro-dégénératives…). La loi actuelle empêche qu'ils puissent faire l'objet de recherches sans bénéfice pour leur santé. La future loi ouvre, au contraire, les possibilités de mener des essais sur ces personnes. Claude Huriet redoute notamment que cela n'aboutisse à affaiblir la protection aujourd'hui accordée à ces patients vulnérables .
 
Marianne Gomez

***
REPERES Ce que dit la future loi

Les recherches sur les patients vulnérables ou incompétents :
- Principes généraux
"Les personnes privées de liberté, les mineurs et les femmes enceintes ne peuvent être sollicités pour des recherches biomédicales [que si] l'importance du bénéfice escompté est de nature à justifier le risque prévisible encouru ou si ces recherches se justifient au regard du bénéfice escompté pour d'autres personnes placées dans la même situation.

http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Debat-autour-des-essais-cliniques-_NG_-2004-04-26-504332#.U4zSaBLrUnI.facebook


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Juin - 23:54 (2014)    Sujet du message: "OPERATION WHITECOAT" Répondre en citant

"OPERATION WHITECOAT"


The program ran from 1954 to 1973.

The volunteers were called "whitecoats" and all of them were conscientious objectors.

2,300 in all, most of them trained medics, were infected with viruses and bacteria.

What were they exposed to?

Q fever, yellow fever, Rift Valley fever, hepatitis A, Yersinia pestis (plague), tularemia (rabbit fever), and Venezuelan equine encephalitis and other diseases.

Only 23% of the volunteers exposed to these subjects were ever surveyed after the program was complete. Of the ones who were surveyed, no follow up blood work was ever done.

For those who suffered from illnesses, including asthma and increased frequency/severity of headaches, the government has a pat answer:

"Sample size not large enough to 'assert with confidence that the statistical associations with asthma and headaches were real.'







VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JGAXfKP1JLg


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Juil - 01:03 (2014)    Sujet du message: DES SCIENTIFIQUES CONDAMNENT COMME "FOU ET DANGEREUX" LA CREATION DE VIRUS DE LA GRIPPE AEROPORTE ET ESTIMENT QUE CES EXPERIENCES POURRAIENT DECLENCHER UNE PANDEMIE MONDIALE CATASTROPHIQUE Répondre en citant

DES SCIENTIFIQUES CONDAMNENT COMME "FOU ET DANGEREUX" LA CREATION DE VIRUS DE LA GRIPPE AEROPORTE ET ESTIMENT QUE CES EXPERIENCES POURRAIENT DECLENCHER UNE PANDEMIE MONDIALE CATASTROPHIQUE

lundi 30 juin 2014


Des scientifiques ont créé un virus qui ressemble de près à la souche de la grippe espagnol de 1918, qui a tué 50 millions de personnes, et un groupe de scientifiques dénoncent ces expériences qui menacent la vie de la planète toute entière. Ils ont même demandé aux bailleurs de fonds de faire cesser le travail de ces chercheurs fous. 

Les scientifiques de l'Université Wisconsin-Madison ont utilisé une technique appelée "génétique inverse" pour construire le virus à partir de fragments de souches sauvages de grippe aviaire. Ils ont ensuite muté le virus pour qu'il se propage dans l'air et se répande ainsi plus facilement d'un animal à un autre.

Comme il l'a écrit dans le journal Cell Host and Microbe, Yoshihiro Kawaoka explique comment son équipe a analysé les différents virus de la grippe aviaire et les gènes trouvés à partir de plusieurs souches qui étaient très similaires à celles du virus de 1918. Ils ont combiné les gènes de la grippe aviaire en un seul nouveau virus, faisant un nouvel agent pathogène qui n'est que d'environ 3% différent du virus de la grippe espagnole.

Marc Lipsitch, professeur d'épidémiologie à la Harvard School of Public Health, a déclaré: "Je crains que cela signale une tendance croissante à faire de nouveaux virus transmissibles bon gré mal gré, sans justification solide de santé publique. Il s'agit d'une activité à risque, même dans le plus sûr laboratoire. Les scientifiques ne devraient pas prendre de tels risques sans preuve solide que le travail pourrait sauver des vies, ce que le présent document ne fournit pas ", a-t-il ajouté.

Dans un article publié le mois dernier, Lipsitch a fait valoir que de telles expériences pourraient déclencher une pandémie mondiale si un virus devait s'échappé ou être intentionnellement libéré d'un laboratoire de haute sécurité.

Source:
http://www.theguardian.com/science/2014/jun/11/crazy-dangerous-creation-deadly-airborne-flu-virus 

* Un laboratoire français, le prestigieux Institut Pasteur, a dû suspendre ses activités après que 2000 tubes contenant le virus du SARS aient disparus (les responsables prétendent que ces fioles ne constituent aucun danger!):
http://www.washingtonpost.com/world/world-digest-may-20-2014/2014/05/20/9d43398e-e032-11e3-9743-bb9b59cde7b9_story.html 

Des virus génétiquement modifiés, pouvant mettre à mort des millions de personnes, sont financés par les États-Unis et par de nombreux pays et ce, depuis des décennies
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2012/01/des-virus-genetiquement-modifies.html

"Les virus peuvent être des armes faciles à dissimuler avec de fortes puissances épidémiques qui pourraient contaminer les aliments, l'eau et les animaux": propos d'un général iranien 
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2013/06/les-virus-peuvent-etre-des-armes.html

Des chercheurs veulent créer un virus H7N9 plus dangereux
http://www.lepoint.fr/sante/des-chercheurs-veulent-creer-un-virus-h7n9-plus-dangereux-08-08-2013-1712315_40.php

La recette de fabrication du virus le plus mortel (H5N1 + H1N1) est déjà entre les mains de centaines de chercheurs!
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2011/12/la-recette-de-fabrication-du-virus-le.html

Un virus qui peut tuer la moitié de la population mondiale a été fabriqué en laboratoire...
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2011/11/un-virus-qui-peut-tuer-la-moitie-de-la.html

Sur un document officiel, le CDC affirme qu'entre 10 et 30 millions d'Américains ont reçu le vaccin contre la polio qui était contaminé par le virus SV40 : ce virus a été détecté dans certains types de cancers chez les humains!
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2013/07/sur-un-document-officiel-le-cdc-affirme.html

Des vaccins fabriqués à partir de matériel génétique: des mutations pourraient-elles être des effets collatéraux de ces expérimentations militaires?
http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2012/12/des-vaccins-fabriques-partir-de.html

Source trouver:
Conscience-du-peuple

Publié par Fabian Gehrig à 18:48:00

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2014/06/des-scientifiques-condamnent…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:10 (2016)    Sujet du message: A H1N1 - H7N9 - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> A H1N1 - H7N9 - LA PESTE BUBONIQUE - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 710, 11, 12  >
Page 6 sur 12

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com