LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Forum Index

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 

A H1N1 - H7N9 - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)
Goto page: <  1, 2, 313, 14, 15
 
Post new topic   Reply to topic    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Forum Index -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> A H1N1 - H7N9 - LA PESTE BUBONIQUE - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)
Previous topic :: Next topic  
Author Message
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Fri 27 Jul - 02:31 (2018)    Post subject: GLOBAL HEALTH SECURITY AGENDA Reply with quote



GLOBAL HEALTH SECURITY AGENDA




"And I looked, and behold a pale horse: and his name that sat on him was Death, and Hell followed with him. And power was given unto them over the fourth part of the earth, to kill with sword, and with hunger, and with death, and with the beasts of the earth."
Revelation 6:8


6-8 November 2018
– Bali, Indonesia: 5th GHSA Ministerial Meeting: “Advancing Global Partnerships”


https://www.ghsagenda.org/events

ABOUT
 
The Global Health Security Agenda (GHSA) was launched in February 2014 to advance a world safe and secure from infectious disease threats, to bring together nations from all over the world to make new, concrete commitments, and to elevate global health security as a national leaders-level priority. The G7 endorsed the GHSA in June 2014, and Finland and Indonesia hosted commitment development meetings to spur action in May and August.


 
GHSA acknowledges the essential need for a multilateral and multi-sectoral approach to strengthen both the global capacity and nations' capacity to prevent, detect, and respond to infectious diseases threats whether naturally occurring, deliberate, or accidental – capacity that once established would mitigate the devastating effects of Ebola, MERS, other highly pathogenic infectious diseases, and bioterrorism events.

Through a partnership of nearly 50 nations, international organizations, and non-governmental stakeholders, GHSA is facilitating collaborative, capacity-building efforts to achieve specific and measurable targets around biological threats, while accelerating achievement of the core capacities required by the World Health Organization's (WHO's) International Health Regulations (IHR), the World Organization of Animal Health's (OIE) Performance of Veterinary Services Pathway, and other relevant global health security frameworks. This partnership is led and supported by a GHSA Steering Group composed of 10 member nations. The Chair of this Steering Group is filled by a different nation each year.

In addition to individual countries, advisory partners include the WHO, the UN Food and Agriculture Organization (FAO) and the OIE, Interpol, the Economic Community of West African States (ECOWAS), the UN Office for Disaster Risk Reduction (UNISDR), and the European Union.

VISION
 
Our vision is a world safe and secure from global health threats posed by infectious diseases – where we can prevent or mitigate the impact of naturally occurring outbreaks and accidental or intentional releases of dangerous pathogens, rapidly detect and transparently report outbreaks when they occur, and employ an interconnected global network that can respond effectively to limit the spread of infectious disease outbreaks in humans and animals, mitigate human suffering and the loss of human life, and reduce economic impact.

Global health security is a shared responsibility that cannot be achieved by a single actor or sector of government. Its success depends upon collaboration among the health, security, environment. and agriculture sectors. 

COUNTRY ASSESSMENTS

External assessments are a vital tool to measure progress toward increased capacity, and a continued, transparent, objective assessment process is necessary to validate our collective success in GHSA implementation. The GHSA Steering Group has developed a voluntary assessment process that can independently assess the health security of each country, as well as offer assistance in determining the measures necessary for improving health security. Evaluations can be used to strengthen the countries' own efforts in the detection, prevention, and control of communicable diseases and biological threats, as well as provide a mechanism to match gaps in capacity to resources.

Review existing country assessments.

https://www.ghsagenda.org/about

MEMBERSHIP

GHSA was launched in February 2014. Since then, membership in GHSA has grown to include over 50 countries, each committed to leading or contributing to one or more Action Packages. GHSA is coordinated by a multilateral Steering Group of 10 countries: Canada, Chile, Finland, India, Indonesia, Italy, Kenya, Kingdom of Saudi Arabia, Republic of Korea, and the United States. WHO, FAO, OIE, and other international organizations serve as advisors to this Steering Group.


 
Membership is open to all countries, recognizing that GHSA is an action-oriented initiative where members focus their efforts on achieving specific targets. All GHSA countries have flexibility in how they address their commitments, with countries working nationally, regionally, and/or globally toward the common targets. A complete list of GHSA member countries can be found below,

Countries interested in joining GHSA should contact the Italian Secretariat. New commitments should be addressed to the current GHSA Chair, noting which Action Package(s) you would like to join and providing points of contact at both the technical and political level.

For more information, please contact the Italian Secretariat (ghsaitaly@sanita.it).
  • Afghanistan
  • Argentina
  • Australia
  • Azerbaijan
  • Bangladesh
  • Burkina Faso
  • Cameroon
  • Canada
  • Chile
  • China
  • Colombia
  • Côte d'Ivoire
  • Democratic Republic of Congo
  • Denmark
  • Ethiopia
  • Finland
  • France
  • Georgia
  • Germany
  • Ghana
  • Guinea
  • Guinea-Bissau
  • Haiti
  • India
  • Indonesia
  • Israel
  • Italy
  • Japan
  • Jordan
  • Kenya
  • Lao People's Democratic Republic
  • Liberia
  • Malaysia
  • Mali
  • Mexico
  • Mongolia
  • Netherlands
  • Nigeria
  • Norway
  • Pakistan
  • Peru
  • Philippines
  • Portugal
  • Republic of the Congo
  • Republic of Korea
  • Saudi Arabia
  • Senegal
  • Sierra Leone
  • Singapore
  • South Africa
  • Spain
  • Sweden
  • Switzerland
  • Thailand
  • Togo
  • Turkey
  • Uganda
  • Ukraine
  • United Arab Emirates
  • United Kingdom
  • United Republic of Tanzania
  • United States of America
  • Viet Nam
  • Yemen
  • Zimbabwe
*Countries updated as of 20 May 2018

https://www.ghsagenda.org/members



COUNTRY ROADMAPS

A number of countries have agreed to share their own Roadmaps for pursuing and achieving the GHSA targets, in order to help inform other countries that may be considering undertaking this planning effort.
https://www.ghsagenda.org/where-ghsa


Back to top
Publicité






PostPosted: Fri 27 Jul - 02:31 (2018)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Sun 29 Jul - 05:24 (2018)    Post subject: LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE SIDA DANS LE VIF DU SUJET / CONFERENCE SUR LE SIDA : FAUTE D'ARGENT, LE MONDE RISQUE DE "PERDRE LE CONTRÔLE DE L'EPIDEMIE" Reply with quote

LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE SIDA DANS LE VIF DU SUJET

Un autre grand scam concernant l'épidémie sur le Sida continue, et ce même après que certains scientifiques nous ont démontré que ce virus venait d'expérimentation vaccinale sur les populations noires au tout début. Remarquez les acteurs de cette nouvelle propagande afin de ramasser de l'argent pour lutter contre ce problème : une bande de satanistes et de dégénérés.


CONFERENCE SUR LE SIDA : FAUTE D'ARGENT, LE MONDE RISQUE DE "PERDRE LE CONTRÔLE DE L'EPIDEMIE"



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=TUNEdRQFX8k

 
Plus d'argent, de prévention et moins de répression des populations à risque, des problématiques au menu de la Conférence internationale sur le sida qui s'ouvre à Amsterdam / © AFP/Archives / NOEL CELIS, Noel CELIS

La conférence internationale sur le sida entame mardi ses travaux en séance plénière à Amsterdam, avec en vedette des célébrités comme le prince Harry, Charlize Theron ou Elton John, sous le signe de l'inquiétude quant à une résurgence du virus qui affecte quelque 37 millions de personnes dans le monde.

Des milliers de délégués --chercheurs, militants, activistes et personnes atteintes par le virus mortel-- sont réunis depuis lundi pour cette conférence de cinq jours, alors qu'un relâchement dans la prévention, conjugué à une baisse des financements internationaux, fait craindre un rebond de l'épidémie.

Une résurgence du virus VIH dans certains pays du monde, induite par des lois strictes sur l'usage des drogues et imputée notamment au partage des seringues, focalise les inquiétudes des participants.

La 22ème conférence internationale sur le sida tente de mettre à profit la célébrité de certaines stars militantes.

Après la gagnante de l'Eurovision 2014 Conchita Wurst, ce sera le tour mardi du prince Harry, de l'actrice d'origine sud-africaine, naturalisée américaine, Charlize Theron, et du chanteur britannique Elton John, autant de célébrités qui doivent favoriser les levées de fonds afin de soutenir les avertissements criants de nombreux experts.

Conchita Wurst, qui a annoncé en avril être séropositive et suivre un traitement antirétroviral, a profité de la cérémonie d'ouverture pour insister sur le fait que des millions de personnes n'ont toujours pas accès à ces médicaments vitaux.

Avec un record de 36,9 millions de personnes actuellement atteintes du VIH, les experts ont averti qu'il ne faut pas baisser la garde, malgré les progrès.

"En Europe de l'Est et en Asie centrale, le nombre de nouvelles infections a augmenté de 30% depuis 2010", a déclaré la présidente de la Société internationale sur le sida, Linda-Gail Bekker.



La gagnante de l'Eurovision 2014 Conchita Wurst, le 11 janvier 2015 à Beverly Hills, Californie / © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP / Jason Merritt

Il s'agit de "la seule région dans le monde où le virus VIH augmente rapidement, en grande partie à cause de la consommation de drogues injectables."

- L'ONU rate l'objectif -

"En dépit de toutes les avancées remarquables qui ont été réalisées, les progrès pour mettre fin au sida sont encore lents", a estimé Tedros Ghebreyesus, directeur de l'Organisation mondiale de la Santé.

M. Ghebreyesus a averti que les objectifs 2020 de l'ONU sur le VIH et le sida "ne seront pas" atteints "parce qu'il y a trop d'endroits dans le monde où les gens n'ont pas accès aux services de prévention et de traitement dont ils ont besoin."

Principalement transmis par contact sexuel ou sanguin, le virus VIH, qui cause la maladie du sida, a infecté presque 80 millions de personnes depuis le début des années 80. Plus de 35 millions d'entre eux y ont succombé.

"Lorsque je suis née il y a 20 ans avec le virus VIH, le paysage de l'épidémie était très différent ce qu'il est aujourd'hui", a expliqué Mercy Ngulube, une jeune activiste assistant à la conférence.

"C'est tellement merveilleux de pouvoir vivre une vie dans laquelle je n'ai pas besoin de me réveiller en me demandant si nous avons des outils pour combattre le VIH."


Le Sida / © AFP /

"Mais c'est aussi triste de vivre une vie dans laquelle je sais que nous possédons ces outils et que certaines personnes n'y ont pas accès", a-t-elle ajouté.

Selon Onusida, il manque 7 milliards de dollars par an afin que cette maladie ne soit plus une menace pour la santé publique mondiale en 2030.

- "Non" à la guerre anti-drogues -

Une cause majeure de cette résurgence sont les législations répressives concernant l'injection de drogues mises en place dans de nombreux pays, particulièrement en Europe de l'Est et en Asie centrale -- y compris en Russie.

C'est pourquoi un regroupement d'associations présent à la conférence a mis en place une campagne intitulée: "Dites non à la guerre contre les drogues", détournant un célèbre slogan antidrogue américain de l'administration Reagan des années 80.

La conférence a également rendu hommage à six collègues de la Société internationale sur le sida, décédés lorsque le vol de la Malaysian Airlines MH17, en chemin vers la conférence 2014 à Melbourne, a été abattu en plein vol.

"Le monde continue de demander justice pour ce qui est arrivé en ce jour terrible", a déclaré Peter Reiss, un des présidents de la conférence.

(©AFP / 24 juillet 2018 04h15)

https://www.romandie.com/news/ZOOM-La-conf-rence-internationale-sur-le-sida…


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Mon 6 Aug - 03:59 (2018)    Post subject: BOSTON LAB EBOLA NOW RELEASED (2018) HUMAN EXPERIMENT & THE PLAN Reply with quote

BOSTON LAB EBOLA NOW RELEASED (2018) HUMAN EXPERIMENT & THE PLAN



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Ta5Fq76XGUc


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Sun 26 Aug - 13:36 (2018)    Post subject: CDC REVEALS SAFETY DATA COLLECTED POST-MARKE, _CONSUMER_ IS A GUINEA PIG Reply with quote

CDC REVEALS SAFETY DATA COLLECTED POST-MARKE, _CONSUMER_ IS A GUINEA PIG



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=1Mucikvvc0E

https://www.facebook.com/yvette.NT/vi...
 https://www.youtube.com/watch?time_co...
 https://www.newparadigm.ws/articles/c...


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Sun 16 Sep - 02:01 (2018)    Post subject: WHISTLEBLOWER Dr. JUDY MIKOVITS - 11 MINUTES THAT BLEW ME AWAY Reply with quote

WHISTLEBLOWER Dr. JUDY MIKOVITS - 11 MINUTES THAT BLEW ME AWAY



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=rhZETbXCqCM

We have reached out to Dr. Judy and hoping that she will agree to interview with us in the near future. Courtesy of Naturalnews.com - Mike Adams (Natural News) In one of the most shocking science videos you’ll see this year, molecular biologist Judy A. Mikovits, PhD, reveals the disturbing true story of how she was thrown in prison for blowing the whistle on deadly viral contamination of human vaccines. https://www.naturalnews.com/2018-06-0... Mikes's Video Platform - https://www.real.video


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Mon 1 Oct - 03:36 (2018)    Post subject: CONTRACTS FOR SEPT. 28, 2018 Reply with quote

CONTRACTS FOR SEPT. 28, 2018

...CenCore LLC,* Orem, Utah (W911QY-18-D-0233); Davis Defense Group Inc.,* Stafford, Virginia (W911QY-18-D-0234); Integrity Consulting Engineering and Security Solutions LLC,* Purcellville, Virginia (W911QY-18-D-0235); Interactive Process Technology LLC,* Billerica, Massachusetts (W911QY-18-D-0236); Joint Research and Development Inc.,* Stafford, Virginia (W911QY-18-D-0237); Kalman & Company Inc.,* Virginia Beach, Virginia (W911QY-18-D-0232); Millennium Corp.,* Arlington, Virginia (W911QY-18-D-0238); and The Tauri Group Inc.,* Alexandria, Virginia (W911QY-18-D-0239), will compete for each order of the $249,000,000 firm-fixed-price contract for providing resources in support of the Joint Program Executive Office for Chemical and Biological Defense to include its headquarters, directorates and five joint project managers. Bids were solicited via the internet with 14 received. Work locations and funding will be determined with each order, with an estimated completion date of Sept. 27, 2023. U.S. Army Contracting Command, Aberdeen Proving Ground, Maryland, is the contracting activity.

Davis Defense Group Inc.,* Stafford, Virginia (W911QY-18-D-0247); Engility Corp., Andover, Massachusetts (W911QY-18-D-0248); HII Mission Driven Innovation Solutions Inc., Huntsville, Alabama (W911QY-18-D-0249); Kalman & Company Inc.,* Virginia Beach, Virginia (W911QY-18-D-0250); Patricio Enterprises Inc., Stafford, Virginia (W911QY-18-D-0251); and the Tauri Group Inc.,* Alexandria, Virginia (W911QY-18-D-0252), will compete for each order of the $249,000,000 firm-fixed-price contract for resources in support of the Joint Program Executive Office for Chemical and Biological Defense to include its headquarters, directorates and five joint project manager. Bids were solicited via the internet with 13 received. Work locations and funding will be determined with each order, with an estimated completion date of Sept. 27, 2023. U.S. Army Contracting Command, Aberdeen Proving Ground, Maryland, is the contracting activity....

https://dod.defense.gov/News/Contracts/Contract-View/Article/1648706/source…


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Thu 4 Oct - 15:21 (2018)    Post subject: IMMUNITE DIPLOMATIQUE UTILISEE DANS LE TRAFIC DE SANG HUMAIN ET D'AGENTS PATHOGENES POUR UN PROGRAMME MILITAIRE SECRET Reply with quote

IMMUNITE DIPLOMATIQUE UTILISEE DANS LE TRAFIC DE SANG HUMAIN ET D'AGENTS PATHOGENES POUR UN PROGRAMME MILITAIRE SECRET

Publié par wikistrike.com sur 4 Octobre 2018, 06:55am

Catégories : #Santé - psychologie



Au début de cette année, 21WIRE publiait les récents rapports de la journaliste Dilyana Gaytandzhieva présentant en détail d’importantes installations  d’armements biologiques et chimiques basées à l’Etranger : en Europe de l’Est, Asie Centrale et à Porton Down au Royaume-Uni.

Sa dernière enquête porte sur les activités du laboratoire biologique du Pentagone  situé à Tbilissi, capitale de la République de Géorgie, elle nous révèle un trafic “ de sang humain et d’agents pathogènes pour un programme militaire secret sous couvert d’immunité diplomatique .”

 Note de l’Editeur: Un rapport spécial et un aperçu du film documentaire diffusé sur la première chaîne  de Al Mayadeen TV –  le voir dans la version en langue arabe  21WIRE envisage de publier une série de rapports spéciaux sous forme de vidéos  en langue anglaise sur 21st Century Wire et sur 21WIRE.TV.
 
 par Dilyana Gaytandzhieva 

RAPPORT SPECIAL

L’ambassade des Etats-Unis à Tbilisi transporte du sang humain congelé et des agents pathogènes sous couvert de cargaison diplomatique pour  un programme militaire secret des Etats-Unis. Des initiés Géorgiens m’ont communiqué suite à une fuite, des documents internes impliquant des diplomates américains dans le transport et l’expérimentation d’agents pathogènes  sous couverture diplomatique.  Selon ces  documents, des scientifiques du Pentagone ont été déployés en République de Géorgie et ont reçu l’immunité diplomatique pour effectuer des recherches sur les maladies mortelles et les insectes piqueurs au Centre Lugar  – le laboratoire biologique du Pentagone à Tbilissi, capitale de la Géorgie.

Cette installation militaire est l’un des nombreux laboratoires biologiques du Pentagone dans 25 pays à travers le monde. Ils sont financés par l’Agence de réduction de la menace pour la Défense – en Anglais « the Defense Threat Reduction Agency (DTRA) »- dans le cadre d’un programme militaire de 2,1 milliards de dollars – Programme de coopération pour l’engagement biologique –  en anglais  «  Cooperative Biological Engagement Program (CBEP) ». Ils sont situés dans des pays de l’ex- Union Soviétique comme la Géorgie et l’Ukraine, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud-Est et l’Afrique.


Au lieu d’investir dans la santé de ses propres citoyens, le gouvernement américain a dépensé 161 millions de dollars de l’argent des contribuables américains au Centre Lugar de Tbilissi pour la recherche à l’Etranger sur les maladies mortelles et les insectes piqueurs. (©Al Mayadeen TV)


L’installation secrète est située à seulement 17 km de la base aérienne militaire américaine Vaziani à Tbilissi, la capitale de la Géorgie.

Le laboratoire biologique du Pentagone est placé sous haute surveillance.  Tous les passants sur un rayon de 100m sont filmés bien que le laboratoire biologique militaire soit basé dans un quartier résidentiel.



Je suis filmée par des agents de sécurité en train de parler à des résidents locaux dans la rue près du laboratoire biologique du Pentagone et je veux savoir pourquoi ils me filment. (©Al Mayadeen TV)

Les agents de sécurité m’avertissent que si je n’obtempère pas, refuse de montrer mon passeport et ne quitte pas cet endroit, je serai arrêtée. Ma demande officielle auprès du Centre Lugar  pour accéder au laboratoire et y mener des entretiens a également été rejetée.



***Expériences secrètes de nuit

Cependant, j’y retourne la nuit alors que le laboratoire semble encore en activité. Peu importe la distance, l’air est chargé d’odeur de produits chimiques. La nuit, cette odeur provenant du Centre Lugar est propagée par le vent vers la zone résidentielle. Les habitants du quartier Alexeevka, où se trouve le laboratoire, se plaignent que des produits chimiques dangereux sont secrètement brûlés la nuit et que des déchets dangereux sont déversés via les canalisations du laboratoire dans la rivière proche.

.
 Quelques heures plus tard, le véhicule diplomatique est toujours dans le parking du Centre Lugar. Il y a une forte odeur de produits chimiques dans la région. (©Al Mayadeen TV)

Les résidents se plaignent de maux de tête constants, de nausées, d’hypertension artérielle et de vertiges lorsque les produits chimiques sont brûlés la nuit dans le laboratoire situé à quelques centaines de mètres de leur domicile.

“Il y a une fumée – noire, rouge, verte la nuit ou surtout tôt le matin vers 3, 4 heures du matin. Même les poules sont mortes.  Ils ont installé un gros tuyau souterrain et l’ont raccordé aux égouts. Cette odeur vient de là. Ça sent les œufs pourris et le foin en décomposition. L’odeur est vraiment mauvaise et le vent la propage dans différentes directions “, déclare Eteri Gogitidze qui vit dans un immeuble à proximité du laboratoire.


“J’ai une maladie de la thyroïde. Il y a des familles de trois personnes dans le quartier et toutes les trois ont une maladie de la thyroïde. Ils disent que c’est à cause du laboratoire”, explique Eteri Gogitidze du quartier Alexeevka où se trouve le laboratoire. (©Al Mayadeen TV)


Albert Nurbekyan, qui vit à environ 300 m du laboratoire, montre les quatre cheminées du Centre Lugar qui dégagent de la fumée la nuit. (©Al Mayadeen TV)

“Parfois, le vent dégage une odeur d’œufs pourris. Réveillée tôt un matin, j’ai remarqué  la fumée violette provenant du laboratoire. La nuit, ils laissent sortir la fumée pour que les gens ne voient pas. Pourquoi la nuit, que nous cachent-ils ?, nous demande-t-il et nous fait état ensuite d’un autre fait inquiétant : ” Il y a de grands tuyaux en plastique bleu le long de cette rue (celle du laboratoire) et de là,  tout va vers la rivière qui est à 3-4 km. Non seulement ils polluent notre air, mais ils empoisonnent aussi notre eau.”
 
Lu ici

http://www.wikistrike.com/2018/10/immunite-diplomatique-utilisee-dans-le-tr…


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Sun 7 Oct - 14:17 (2018)    Post subject: THE FACES OF EVIL / MONSANTO GMO MOSQUITO BEING RELEASE IN CALIFORNIA? OUTBREAK PANDEMIC SOON? / BIOWEAPON? SCIENTISTS SOUND ALARM OVER DARPA PLANS TO SPREAD VIRUSES USING INSECTS Reply with quote

THE FACES OF EVIL



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=0xzPPLK_OvA&t=30s


MONSANTO GMO MOSQUITO BEING RELEASE IN CALIFORNIA? OUTBREAK PANDEMIC SOON?



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=VB_5zD_RjhI


BIOWEAPON? SCIENTISTS SOUND ALARM OVER DARPA PLANS TO SPREAD VIRUSES USING INSECTS


Profile picture for user Tyler Durden
by Tyler Durden
Fri, 10/05/2018 - 21:35

A team of scientist sounds the alarm in a new Science Policy Forum report about a mysterious US government program that is developing genetically modified viruses that would be dispersed into the environment using insects. The virus-infected or 'Frankenstein' insects are being developed as countermeasures against potential natural and engineered threats to the US food supply. The program is operated by the Pentagon’s Defense Advanced Research Project Agency (DARPA) could be viewed as an attempt to develop an entirely new class of bioweapons that would prompt other nations to seek similar weapons, they cautioned.

The researchers from the Max Planck Institute for Evolutionary Biology and the University of Freiburg both in Germany, and the University of Montpellier in France suggest DARPA's program could likely breach the Biological Weapons Convention, the first multilateral disarmament treaty banning the development, production, and stockpiling of biological and toxin weapons.

Dubbed the "Insect Allies" program, DARPA began modifying insects in 2017, with the plan to produce more resilient crops to help farmers deal with climate change, drought, frost, floods, salinity, and disease, said Gizmodo. The technology at the center of the program is an entirely new method of genetically modifying crops. Instead of modifying seeds in a lab, farmers would send swarms of insects into their crops, where the genetically modified bugs would infect plants with a virus that passes along the new resilience genes, a process known as horizontal genetic alteration. Hence the technology’s name—Horizontal Environmental Genetic Alteration Agents (HEGAA).

For HEGAA to work, Gizmodo explains that DARPA labs develop a virus that is inserted into the chromosome of a target organism. Scientists would use leafhoppers, whiteflies, and aphids genetically altered in the lab using CRISPR, or a variant of a gene-editing system, to carry the virus into crops. Each plant would then be infected by the insect, triggering the intended effects of protecting crops from natural and or human-made threats.

However, the lead author of the report, Richard Guy Reeves from the Department of Evolutionary Genetics at the Max Planck Institute for Evolutionary Biology, says DARPA's Insect Allies program is disturbing and an example of dual-use research in which the US government, in addition to aiding farmers' crops, is also developing a biological weapon.

Insect Allies is reportedly backed by $27 million of funding. According to Gizmodo, there are four academic research teams currently working on the project, including researchers at the Boyce Thompson Institute in New York, Pennsylvania State University, Ohio State University and the University of Texas at Austin. DARPA maintains that "all work is conducted inside closed laboratories, greenhouses, or other secured facilities," and that the insects have built-in lifespans to limit their spread. By 2020 or 2021, DARPA is planning on testing the virus-infected insects on crops inside greenhouses at undisclosed locations.

Reeves said the use of insects as a vehicle for genetic modification is a horrible idea because they cannot be controlled and indicates that traditional overhead sprays to deliver HEGAAs is the safest bet. DARPA says insects are the only practical solution, as overhead spraying of HEGAAs would require increased farming infrastructure -- something that is not available to all farmers.

The report specifies how there is currently no global regulatory framework to support this new way of transporting HEGAAs to crops, which if not supervised correctly, could lead to potential mishaps.

The scientists of the report interpret DARPA's insect program as "an intention to develop a means of delivery of HEGAAs for offensive purposes," such as conducting biological warfare.

These genetically modified bugs could be implanted with a dangerous plant-killing disease that the Trump adminstration could unleash over farmland in Venezuela, Syria, Iran, North Korea, Russia, and or even China, that would decimate the countries' food supply.

The introduction of this potentially dangerous technology, the scientists argue, would usher in an entirely new class of biological, insect-dispatched weapons that could be considered weapons of mass destruction. Scientists warn that this technology would spur rival nations to develop similar insect programs.

In response to a Gizmodo question, a spokesperson for DARPA said it welcomes academic dialogue about the Insect Allies program, but criticizes the conclusion of the report, saying it is "misleading and peppered with inaccuracies."

Blake Bextine, DARPA Program Manager for Insect Allies, rejects many of the claims made by Reeves.

"DARPA is not producing biological weapons, and we reject the hypothetical scenario," Bextine told Gizmodo.

"We accept and agree with concerns about potential dual use of technology, an issue that comes up with virtually every new powerful technology. Those concerns are precisely why we structured the Insect Allies program the way we did, as a transparent, university-led, fundamental research effort that benefits from the active participation of regulators and ethicists and proactive communication to policymakers," said Bextine.

The purpose of Insect Allies program, he states, is to prepare for a new era of emerging threats to US agriculture. Brextine added that DARPA is evaluating the potential environmental impacts of HEGAAs.

"DARPA is extraordinarily sensitive to environmental risks and off-target effects, and has structured the Insect Allies program to identify and mitigate them," he said. "DARPA has mandated multiple levels of biosafety and biosecurity at each stage of the program."

If DARPA’s program succeeds, they will have developed gain-of-function treatments that can be delivered to the "right plants" and the "right tissue," he said. In other words, DARPA wants precision guided biological weapon insects.

Jason Delborne, an Associate Professor at North Carolina State University, an expert in genetic engineering, says the concerns seem "appropriate."

"The social, ethical, political, and ecological implications of producing HEGAAs are significant and worthy of the same level of attention as exploring the science underpinning the potential technology," Delborne told Gizmodo.

"The authors argue persuasively that specifying insects as the preferred delivery mechanism for HEGAAs is poorly justified by visions of agricultural applications.

The infrastructure and expertise required for spraying agricultural fields—at least in the U.S. context—is well established, and this delivery mechanism would offer greater control over the potential spread of a HEGAA."

DARPA could be on the cusp of obtaining a new biological weapon that would most certainly be used against Venezuela, Syria, Iran, North Korea, Russia, and or even China, to cripple the countries' food supply and lead to a regime change without firing a signal shot -- this the future of warfare.

https://www.zerohedge.com/news/2018-10-05/bioweapon-fears-darpa-plans-sprea…


Last edited by maria on Mon 8 Oct - 01:49 (2018); edited 1 time in total
Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Sun 7 Oct - 14:24 (2018)    Post subject: DES SCIENTIQUES SONNENT L'ALARME CONCERNANT LE PROGRAMME « INSECTES ALLIES » DE LA DARPA QUI POURRAIT ÊTRE UTILISE COMME ARME BIOLOGIQUE Reply with quote

DES SCIENTIQUES SONNENT L'ALARME CONCERNANT LE PROGRAMME « INSECTES ALLIES » DE LA DARPA QUI POURRAIT ÊTRE UTILISE COMME ARME BIOLOGIQUE

Publié par wikistrike.com sur 7 Octobre 2018, 08:03am
Catégories : #Science - technologie - web - recherche
 


Une équipe de scientifiques tire la sonnette d'alarme dans un nouveau rapport du Science Policy Forum sur un mystérieux programme du gouvernement américain qui développe des virus génétiquement modifiés qui seraient dispersés dans l'environnement à l'aide d'insectes. Les insectes «Frankenstein» infectés par le virus sont en train d'être développés en vue de contrer les menaces potentielles naturelles et artificielles dans l'approvisionnement en nourriture aux États-Unis. Le programme, géré par la DARPA (Agence de recherche avancée sur les projets de défense) du Pentagone, pourrait être considéré comme une tentative de développer une classe entièrement nouvelle d’armes biologiques qui inciterait d’autres pays à rechercher des armes similaires.
 
Les chercheurs de l'Institut Max Planck de biologie évolutive et de l'Université de Fribourg en Allemagne, ainsi que de l'Université de Montpellier en France, suggèrent que le programme de la DARPA pourrait constituer une violation de la Convention sur les armes biologiques, le premier traité de désarmement multilatéral interdisant le développement, la production et le stockage des armes biologiques et des toxines.
 
Surnommé le programme "Insect Allies", la DARPA a commencé à modifier les insectes en 2017, avec un plan visant à produire des cultures plus résilientes pour aider les agriculteurs à faire face au changement climatique, soit à la sécheresse, au gel, aux inondations, à la salinité et aux maladies, a déclaré Gizmodo. La technologie au centre du programme est une méthode entièrement nouvelle de modification génétique des cultures. Au lieu de modifier les semences dans un laboratoire, les agriculteurs envoyaient des essaims d'insectes dans leurs cultures, où les insectes génétiquement modifiés infecteraient les plantes avec un virus transmettant les nouveaux gènes de résilience, un processus connu sous le nom d'altération génétique horizontale. D'où le nom de la technologie: agents de modification génétique environnementale horizontale (HEGAA).
 
Pour que l'HEGAA fonctionne, Gizmodo explique que les laboratoires de la DARPA développent un virus qui est inséré dans le chromosome de l'organisme cible. Les scientifiques utilisent des cicadelles, des aleurodes et des pucerons génétiquement modifiés en laboratoire à l'aide de CRISPR, ou d'une variante d'un système d'édition de gènes, pour transporter le virus dans les cultures. Chaque plante serait alors infectée par l’insecte, ce qui aurait pour effet de protéger les cultures des menaces naturelles ou anthropiques.
 
Cependant, l'auteur principal du rapport, Richard Guy Reeves du Département de génétique évolutive de l'Institut Max Planck de biologie évolutive, a déclaré que le programme Insect Allies de la DARPA est troublant et constitue un exemple de recherche à double usage dans laquelle le gouvernement américain pour aider les cultures des agriculteurs, développe également une arme biologique.
 
Les "insectes alliés" seraient soutenus par un financement de 27 millions de dollars. Selon Gizmodo, quatre équipes de chercheurs universitaires travaillent actuellement sur le projet, notamment des chercheurs du Boyce Thompson Institute à New York, de la Pennsylvania State University, de l'Ohio State University et de l'Université du Texasà Austin. La DARPA maintient que "tout le travail est effectué dans des laboratoires fermés, des serres ou d'autres installations sécurisées" et que les insectes ont une durée de vie intégrée pour limiter leur propagation. En 2020 ou 2021, la DARPA prévoit de tester les insectes infectés par le virus sur les cultures dans les serres dans des endroits non divulgués.
 
Reeves a déclaré que l'utilisation d'insectes en tant que véhicule de modification génétique est une idée horrible car ils ne peuvent pas être contrôlés et indique que les pulvérisations aériennes traditionnelles pour délivrer des HEGAA constituent le pari le plus sûr. Selon la DARPA, les insectes sont la seule solution pratique, car la pulvérisation en surface des HEGAA nécessiterait une infrastructure agricole accrue, ce qui n'est pas disponible pour tous les agriculteurs.
 
Le rapport précise qu’il n’existe actuellement pas de cadre réglementaire mondial pour prendre en charge cette nouvelle façon de transporter les HEGAA vers les cultures, lesquelles, si elles ne sont pas correctement supervisées, pourraient entraîner des accidents.
 
Les scientifiques du rapport interprètent le programme de la DARPA sur les insectes comme "une intention de développer un moyen d’apporter des HEGAA à des fins offensives", telles que la conduite d’une guerre biologique.
 
Ces insectes génétiquement modifiés pourraient être implantés avec une maladie mortelle que l’administration Trump pourrait déclencher sur des terres agricoles au Venezuela, en Syrie, en Iran, en Corée du Nord, en Russie et même en Chine, qui décimerait l’approvisionnement en nourriture du pays.
 
Les scientifiques soutiennent que l'introduction de cette technologie potentiellement dangereuse ouvrirait la voie à une classe entièrement nouvelle d'armes biologiques, expédiées par des insectes, qui pourraient être considérées comme des armes de destruction massive. Les scientifiques avertissent que cette technologie inciterait les nations rivales à développer des programmes similaires.
 
Lire la suite:
https://www.zerohedge.com/news/2018-10-05/bioweapon-fears-darpa-plans-sprea…

http://www.wikistrike.com/2018/10/des-scientifiques-sonnent-l-alarme-concer…


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Wed 10 Oct - 01:11 (2018)    Post subject: LES US ET LES ARMES BACTERIOLOGIQUES... / Scientists Raise Alarm Over U.S. Bio-Weapon Programs Reply with quote

LES US ET LES ARMES BACTERIOLOGIQUES... 

ENGLISH : Scientists Raise Alarm Over U.S. Bio-Weapon Programs
http://www.moonofalabama.org/2018/10/scientists-raise-alarm-over-us-bio-wea…

…des scientifiques tirent la sonnette d’alarme au sujet du programme d’armes bactériologiques étatsunien



Par Moon of Alabama – Le 6 octobre 2018

Des preuves récentes d’essais de substances biologiques létales à Tbilissi, en Géorgie, ont suscité l’inquiétude au sujet de la recherche américaine sur les armes biologiques dans certains pays étrangers. Des scientifiques européens sont extrêmement préoccupés par un douteux programme de recherche, financé par le Pentagone, qui semble destiné à propager des maladies aux cultures, aux animaux et aux humains à l’étranger. La création de telles armes et des moyens spéciaux de les distribuer est interdite par le droit national et international.

Les États-Unis mènent des recherches sur les armes biologiques dans le monde entier :
Quote:


Des scientifiques de la guerre biologique utilisant la couverture diplomatique testent des virus d’origine humaine dans des laboratoires biologiques du Pentagone, disséminés dans 25 pays à travers le monde. Ces biolaboratoires américains sont financés par la Defense Threat Reduction Agency (DTRA) dans le cadre d’un programme militaire de 2,1 milliards de dollars – Cooperative Biological Engagement Program (CBEP), et sont situés dans des pays de l’ex-Union soviétique comme la Géorgie et l’Ukraine, le Moyen-Orient, le Sud-Est asiatique et l’Afrique.



Jusqu’au milieu des années soixante-dix, l’armée américaine a testé des armes de guerre biologique sur la population américaine, parfois à grande échelle et sur des races spécifiques. Après qu’une enquête du Congrès eut révélé l’ampleur du programme, de tels tests ont été transférés à l’étranger.

Des entreprises privées utilisent des laboratoires contrôlés par le gouvernement américain dans des pays étrangers pour des recherches biologiques secrètes menées sous contrat par l’armée américaine, la CIA et le Département de la sécurité intérieure. Le mois dernier, la journaliste bulgare Dilyana Gaytandzhieva a écrit au sujet de l’un de ces laboratoires biologiques sous contrôle américain :
Quote:


L’ambassade des États-Unis à Tbilissi transporte du sang humain congelé et des agents pathogènes, sous cargaison diplomatique, pour un programme militaire secret étatsunien. Des documents internes, impliquant des diplomates américains dans le transport et l’expérimentation d’agents pathogènes sous couverture diplomatique, m’ont été révélés par des initiés géorgiens. Selon ces documents, des scientifiques du Pentagone ont été envoyés en République de Géorgie et ont reçu l’immunité diplomatique pour mener des recherches sur les maladies mortelles et les insectes piqueurs au Lugar Center, le laboratoire biologique du Pentagone à Tbilissi, capitale de la Géorgie.



Al Mayadeen TV a diffusé un reportage vidéo sur le laboratoire et ses effets mortels sur les ” patients “ géorgiens.

La semaine dernière, le ministère russe de la Défense et le ministère russe des Affaires étrangères ont accusé les États-Unis de recherche illégale sur les armes biologiques dans ce laboratoire de Tbilissi :
Quote:


La question de ce qui pourrait se passer dans le centre de recherche secret sponsorisé par les États-Unis et hébergé par ce voisin du sud de la Russie a été soulevée par l’armée russe jeudi après avoir étudié les dossiers publiés en ligne par un ancien ministre géorgien.

Ces documents font état de la mort de 73 personnes sur une courte période de temps, ce qui indique qu’il s’agit d’un test d’agents chimiques ou biologiques hautement toxiques à taux de létalité élevé, a déclaré Igor Kirillov, commandant de la branche militaire russe responsable de la défense des troupes contre les armes radiologiques, chimiques et biologiques.



Les États-Unis ont rejeté ces allégations sans donner d’explication pour ces documents fuités, le type des recherches effectuées près de Tbilissi, le secret et la sécurité inhabituels qui entourent ce laboratoire.

Il n’y a pas que les Russes et les Géorgiens qui s’inquiètent des recherches secrètes des États-Unis sur la guerre biologique. Des scientifiques allemands et français ont récemment tiré la sonnette d’alarme au sujet d’un autre projet de recherche douteux du Pentagone.


par MPG/D.Duneka
 
En octobre 2016, la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) a annoncé un nouveau projet nommé Insect Allies :
Quote:


Un nouveau programme DARPA est sur le point d’offrir une alternative aux réponses face aux menaces agricoles traditionnelles, en utilisant la thérapie génique ciblée pour protéger les plantes matures pendant leur cycle de croissance. La DARPA propose de s’appuyer sur un système de diffusion naturel et très efficace en deux étapes pour transférer les gènes modifiés aux plantes : les insectes vecteurs de virus des plantes qu’ils transmettent. Ce faisant, la DARPA vise à transformer certains insectes ravageurs en “Insect Allies”, d’où le nom de ce nouveau projet.


Le scénario décrit par la DARPA est assez complexe. Si une culture, par exemple de maïs, était largement infectée par une maladie, un virus serait manipulé et appliqué sur la culture. Le virus génétiquement modifié lui-même modifierait génétiquement la culture pour ” guérir “ la maladie. Les insectes infectés seraient utilisés pour répandre les virus dans les champs.

Le programme est géré par l’Office des technologies biologiques (BTO) du DARPA. Il n’est pas bon marché. Au moins 27 millions de dollars y ont été engagés. Si le programme discuté était à des fins purement agricoles, pourquoi la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), qui fait partie du Pentagone, proposerait-elle et financerait-elle de telles recherches ?

Des scientifiques de l’Institut Max Planck de biologie évolutive de Plön (Allemagne) et de l’Institut des sciences de l’évolution de Montpellier (France), ainsi que des juristes de l’Université de Fribourg soulignent que la méthode que DARPA veut appliquer n’a guère de sens pour les objectifs agricoles déclarés.

L’éminent magazine américain Science a publié leurs travaux. Les scientifiques demandent si le projet fait partie d’un programme de recherche agricole ou d’un nouveau système d’arme biologique ?
Quote:


Dans le cadre d’un programme de recherche en cours financé par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) étatsunien, on vise à disperser des virus infectieux génétiquement modifiés qui ont été conçus pour modifier les chromosomes de cultures directement dans les champs.  …

Dans le contexte des objectifs déclarés du programme DARPA, nous sommes d’avis que les connaissances à acquérir dans le cadre de ce programme semblent très limitées quant à la capacité d’améliorer l’agriculture étatsunienne ou de répondre aux urgences nationales (à court ou à long terme). De plus, il n’y a pas eu de discussion adéquate sur les principaux obstacles pratiques et réglementaires à la réalisation des avantages agricoles prévus. Par conséquent, le programme peut être largement perçu comme un effort visant à mettre au point des agents biologiques et leurs vecteurs à des fins hostiles, ce qui, si cela était avéré, constituerait une violation de la Convention sur les armes biologiques (CIAB).
http://lesakerfrancophone.fr/des-scientifiques-tirent-la-sonnette-dalarme-au-sujet-du-programme-darmes-bacteriologiques-etatsunien


Dans sa réponse à cet article scientifique, la DARPA insiste à nouveau sur le fait que le programme a des fins purement agricoles. Mais cette réponse ne satisfait pas les demandes des scientifiques.

Le mécanisme de propagation des virus infectieux génétiquement modifiés pour modifier génétiquement et ” guérir “ les plantes dans les champs est lui-même source de problèmes et plein de dangers. Utiliser des insectes pour distribuer de tels virus frise la folie.

Si l’on a accès aux champs de cultures ciblés et si l’on a un virus génétiquement modifié pour influencer les plantes, pourquoi utiliser des insectes pour le distribuer ? Pourquoi ne pas utiliser le procédé bien connu de pulvérisation ciblée des champs affectés, comme c’est le cas aujourd’hui ? Ce n’est que lorsqu’on n’a pas accès aux champs, lorsqu’ils sont situés dans un pays étranger auquel les États-Unis n’ont pas accès, qu’il est logique d’utiliser des insectes à cette fin.

L’idée que le but réel (et illégal) de ces recherches américaines est la guerre biologique n’est pas du tout exagérée.

Pendant la guerre de Corée, les États-Unis ont lâché des insectes et des rongeurs infectés sur la Corée du Nord et la Chine pour infecter la population de maladies mortelles (voir l’article du Saker Francophone : “Le sale secret de la guerre de Corée”). Divers agents pathogènes, dont l’anthrax, ont été utilisés contre la population civile. Pendant la guerre du Vietnam, les États-Unis ont pulvérisé des milliers de kilomètres carrés de défoliants toxiques. Ils ont testé des armes biologiques sur les habitants d’Hawaï, de l’Alaska, du Maryland, de la Floride, du Canada et de la Grande-Bretagne. En 2002, des spores d’anthrax militarisées provenant du laboratoire de guerre biologique américain de Fort Derrick ont été utilisées pour faire peur aux politiciens américains et les amener à accepter le Patriot Act. Au moins cinq personnes ont été tuées. Et pourquoi l’U.S. Air Force cherche-t-elle des échantillons de tissu synovial et d’ARN prélevés spécifiquement sur des personnes de race blanche en Russie ?

Les programmes de guerre biologique sont extrêmement dangereux. Non seulement pour ” l’ennemi “, mais aussi pour sa propre population. Les maladies infectieuses et les agents pathogènes peuvent se propager dans le monde entier en quelques jours. Les modifications génétiques peuvent avoir des effets secondaires imprévisibles. Les virus peuvent franchir la barrière des espèces. Telles sont les bonnes raisons pour lesquelles de telles armes, et la recherche sur leur utilisation, sont interdites.

Le gouvernement des États-Unis devrait respecter la loi et mettre fin à tous ces programmes, ne serait-ce que dans l’intérêt de protéger son propre peuple.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker francophone.

http://lesakerfrancophone.fr/des-scientifiques-tirent-la-sonnette-dalarme-a…


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Thu 18 Oct - 03:45 (2018)    Post subject: DEBORAH TAVARES WELL DOCUMENTED PLAN TO KILL BILLIONS FROM ILLUSION TO REALITY 2018, PT 1 Reply with quote

DEBORAH TAVARES WELL DOCUMENTED PLAN TO KILL BILLIONS FROM ILLUSION TO REALITY 2018, PT 1



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=A01aQfBDkVQ


Back to top
maria
Administrateur

Offline

Joined: 18 Jun 2011
Posts: 32,401
Féminin

PostPosted: Mon 12 Nov - 01:18 (2018)    Post subject: N’ABANDONNEZ PAS LA VISION DE SOINS DE SANTE POUR TOUS ! – EXHORTE LE COE / Don’t give up the vision of health care for all! urges WCC Reply with quote



N’ABANDONNEZ PAS LA VISION DE SOINS DE SANTE POUR TOUS ! – EXHORTE LE COE

Vous pensez que le Vatican et le mouvement charismatique/évangélique a vraiment à coeur votre santé quand nous voyons tous les ravages que l'OMS et l'UNICEF font dans le monde? Sans compter la marque de la bête (l'implant) que tous seront obligés de recevoir pour pouvoir avoir accès à ses soins de santé de tous ses sorciers qui ne font que détruire au nom de la santé. On peu mieux comprendre pourquoi les églises ne parlent jamais de la vaste conspiration contre les humains. 

ENGLISH : Don’t give up the vision of health care for all! urges WCC
https://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/dont-give-up-the-vision-of-h…


Un pédiatre ausculte un jeune patient à l’hôpital Ahli Arab à Gaza, en 2003. Photo: Paul Jeffrey/ACT

07 novembre 2018
Version française publiée le: 08 novembre 2018

Jésus était un guérisseur et dès son premier disciple jusqu’à aujourd’hui, de tout temps et dans toutes les régions du monde, les chrétiens se sont distingués par leurs actions de compassion, souvent héroïques, au service de la santé et de la guérison.

Pourtant, à l’heure actuelle, alors que nous célébrons les contributions œcuméniques des Églises, des instituts de santé et des réseaux sanitaires chrétiens du monde entier, le COE exhorte les Églises, leurs partenaires et les organisations internationales à redoubler leurs efforts pour garantir «la promotion des soins de santé primaires pour tous».

Dans une déclaration émanant de sa rencontre du 2 au 8 novembre à Uppsala, en Suède, le Comité exécutif du COE réaffirme que «le COE considère les services de santé de la meilleure qualité possible comme un droit humain fondamental et le fondement même de l’atteinte du don de Dieu qu’est la dignité pour tout être humain».

En 1967, le COE crée la Commission médicale chrétienne qui joue un rôle crucial dans la formulation des principes fondateurs de l’OMS et des initiatives de l’UNICEF pour dispenser des soins de santé primaires ainsi que dans l’aspiration de l’OMS à des soins de santé pour tous, dans le monde entier.

Or, soixante-dix ans après, la déclaration reconnaît que «la vision d’une "santé pour tous" demeure largement non réalisée».

En effet, la déclaration précise que «les soins de santé et les services associés se sont mus en une grande industrie guidée par la quête de profits, bien souvent au détriment des pauvres qui se retrouvent exclus».

La déclaration souligne la nécessité de compter sur des médicaments abordables, de mener des recherches pour des traitements contre les maladies qui touchent particulièrement les pauvres et les marginalisés, et de promouvoir des modes de vie sains.

Lire la déclaration complète du Comité exécutif (en anglais)
En savoir plus sur les différentes initiatives du COE dans le domaine de la santé et de la guérison
En savoir plus sur la collaboration du COE avec l’UNICEF

https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/dont-give-up-the-vision-of-health-care-for-all-urges-wcc


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 11:31 (2019)    Post subject: A H1N1 - H7N9 - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2)

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Forum Index -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> A H1N1 - H7N9 - LA PESTE BUBONIQUE - DOCUMENTS OFFICIELS ET + AUTRES PREUVES - DÉPOPULATION AGENDA (PARTIE 2) All times are GMT + 2 Hours
Goto page: <  1, 2, 313, 14, 15
Page 15 of 15

 
Jump to:  

Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group