LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES HYBRIDES, LES ROBOTS, LES CLONES ET PLUS... (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 37, 8, 913, 14, 15  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> LES HYBRIDES, LES ROBOTS, LES CLONES ET PLUS... (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Mar - 02:26 (2014)    Sujet du message: DAD MAY JOIN TWO MOMS FOR DISEASE-FREE DESIGNER BABIES Répondre en citant

DAD MAY JOIN TWO MOMS FOR DISEASE-FREE DESIGNER BABIES

By Elizabeth Lopatto 2014-02-25T05:01:00Z

A new technology aimed at eliminating genetic disease in newborns would combine the DNA of three people, instead of just two, to create a child, potentially redrawing ethical lines for designer babies.

The process works by replacing potentially variant DNA in the unfertilized eggs of a hopeful mother with disease-free genes from a donor. U.S. regulators today will begin weighing whether the procedure, used only in monkeys so far, is safe enough to be tested in humans.

Because the process would change only a small, specific part of genetic code, scientists say a baby would largely retain the physical characteristics of the parents. Still, DNA from all three -- mother, father and donor -- would remain with the child throughout a lifetime, opening questions about long-term effects for this generation, and potentially the next. Ethicists worry that allowing pre-birth gene manipulation may one day lead to build-to-order designer babies.

“Once you make this change, if a female arises from the process and goes on to have children, that change is passed on, so it’s forever,” Phil Yeske, chief science officer of the United Mitochondrial Disease Foundation, said by telephone. “That’s uncharted territory; we just don’t know what it means. Permanent change of the human germline has never been done before, and we don’t know what will happen in future generations.”
FDA Hearing

The Food and Drug Administration is scheduled today and tomorrow to explore the issue at a meeting, with doctors and researchers scheduled to talk. The FDA will then decide whether to allow scientists at Oregon Health & Science University in Portland, who engineered the approach, to move their testing program from macaque monkeys to woman.

Potentially, the procedure may cut off mitochondrial diseases that are passed down through females and occur in about 1 in 4,000 people. One example is Melas syndrome, which causes a person to have continuing small strokes that damage their brains, leading to vision loss, problems with movement, dementia and death, according to the National Institutes of Health.

“What the FDA needs to think about is that this isn’t a procedure to repair mitochondrial disease,” said Vamsi Mootha, a professor of systems biology and medicine at Harvard Medical School in Boston who studies mitochondrial disorders. “It’s designed to prevent disease. It’s designed to offer a woman who’s a carrier for disease more options.”

Shoukhrat Mitalipov, the researcher heading the Oregon team’s work, declined to comment before the FDA meeting.
Monkey Research

In early research, four macaque monkeys were born from the procedure, according to a 2009 report by the Oregon researchers in the journal Nature. They were reported as healthy at age 3.

In October 2012, Nature published reports that the technique had also been used in human egg cells. The resulting embryos were allowed to develop to the blastocyst stage, which usually occurs about five days after fertilization.

About half of the egg cells displayed normal development, the scientists found. Though the procedure is legal in the laboratory, the embryos that result from it can’t be implanted in women without the FDA’s consent, leading to today’s session.

There are two types of DNA: nuclear, which is handed down by both parents, and mitochondria, which only comes from the mother. The technology replaces a donor’s nuclear DNA, which determines things like hair color and intelligence, with the same material from the prospective mother, leaving the healthy mitochondria from the donor in place.

The new lab-made egg is then fertilized with the father’s sperm in vitro and implanted in the mother’s womb.

This isn’t the first time that scientists have attempted to disrupt the actions of mitochondria DNA to help fight disease, or the first time the FDA has considered the issue.
Earlier Method

From 1997 to 2003, about 30 children worldwide were born using a method that injected donor mitochondria DNA into eggs after they were fertilized. The first baby born with this technique was reported in 1997. In 2003, though, the FDA told fertility clinics that genetically manipulated embryos were considered a biological product, and subject to regulation, essentially halting the technique in humans.

The lives of those children should be thoroughly investigated before the new procedure is cleared for use in a human trial, said Sheldon Krimsky, a professor of Urban & Environmental Policy & Planning at Tufts University in Boston.
Ethical Issues

In the 1982 position paper, “Splicing Life,” the President’s Commission for the Study of Ethical Problems in Medicine and Biomedical and Behavioral Research made a distinction between gene therapy that takes place after someone is born compared with manipulation that occurs before, altering the body’s genome.

There was broad consensus that the latter, called germ-line engineering, shouldn’t be pursued, said Krimsky, who was one of the consultants for the paper. That changed “starting in the late 1990s, when people started whittling away at that distinction,” he said in a telephone interview.

“You’re altering the genome of an unborn child, someone who can’t make a judgment about whether they want to be genetically modified,” Krimsky said by telephone. “What will be next, once you allow this?”

Scientists also are concerned that the procedure may not be safe, according to a paper in September 2013 in the journal Science, whose lead author was evolutionary biologist Klaus Reinhardt at the University of Tuebingen in Germany.

Reinhardt’s paper noted that male mice bred from this technique sometimes had altered breathing, as well as reduced learning and exploring capabilities, according to earlier research. Female mice weren’t tested.

The research in mice suggests that the replacement technique may destroy some lines of communication between mitochondria and the cell’s transplanted nucleus, Reinhardt’s editorial said. Though the macaque monkeys don’t show the same problems, there may be long-term issues from the DNA replacement, he wrote.

To contact the reporter on this story: Elizabeth Lopatto in New York at elopatto@bloomberg.net

To contact the editor responsible for this story: Reg Gale at rgale5@bloomberg.net

http://www.bloomberg.com/news/2014-02-25/dad-may-join-two-moms-for-disease-…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Mar - 02:26 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Mar - 02:33 (2014)    Sujet du message: GMO HUMAN EMBRYOS HAVE ALREADY BEEN CREATED Répondre en citant

GMO HUMAN EMBRYOS HAVE ALREADY BEEN CREATED

February 25, 2014



A meeting at the FDA on experiments to create GMO humans has brought disturbing information to light. Action Alert!

Today, the US Food and Drug Administration held day one of a public meeting outlining the creation of genetically modified humans. These experiments won’t take place in the distant future. In fact, GMO embryos have already been created via in vitro experiments.

Specifically, the FDA is discussing the genetic manipulation of human eggs and embryos in order to prevent inherited mitochondrial disease and treat infertility. The GMO techniques under consideration include manipulation at the mitochondrial level to replace or augment mutant rDNA and methods that could create babies with three parents.

While the FDA has stated that the agency “recognizes” that there are “ethical and social policy issues” to be considered—and despite the fact that forty-four countries have already banned this kind of genetic manipulation—the FDA won’t bother to discuss if human clinical trials should take place (that’s considered to be “outside the scope” of the meeting). Instead, they’ll outline how such trials should be conducted.

Meeting participants will deliberate on what animal and in vitro studies (experiments that take place outside of a living organism) will be necessary before human experimentation, as well as the potential risks for study participants and “any children that result from such studies.”

For now, the desired genetic outcomes discussed will be limited to the prevention of inherited mitochondrial diseases (e.g., LHON) or infertility due to abnormalities in the quality and quantity of mitochondria in female eggs—though there is no scientific consensus on how important mitochondrial factors are to female infertility.

A bit of background on why mitochondria are the focus here: mitochondria are your cells’ “powerhouses” that, among other things, generate the energy (ATP) you need to survive. Mitochondria have their own DNA—called mtDNAthat is more prone to mutation than nucleic DNA. In fact, it is the accumulation of mitochondrial mutations that can contribute to aging, cancer, and metabolic diseases.

Some mutations in mtDNA can trigger mitochondrial disease, which can then be passed from mother to child (but not father to child). Due to a number of factors, it’s extremely difficult to predict how sick a child will become from its mother’s mitochondrial mutations. They could even be asymptomatic.

An FDA document outlines disturbing potential pitfalls of clinical trials to create GMO humans:

Sex selection. Because female children produced from mitochondrial manipulation could still pass on mutant mtDNA, the use of “gender selection” could enter into human trials. This means scientists would specifically choose male embryos for implantation, while rejecting female embryos. This could set the stage for sex selection by the American public. The ramifications of sex selection are very real: in India and China, sex selection has led to a skewed ratio of men to women, which may, in turn, be contributing to violence against women.

Three-parent babies. The FDA discusses the creation and study of “three-parent” embryos, in which the mutated mtDNA from Mom #1’s egg is replaced with healthy mtDNA from Mom #2 (which is then fused, via in vitro fertilization, with Dad’s sperm). This technology could “trigger all kinds of devastating problems (most likely through epigenetic changes)” that might not become evident until the fetus is already developing.

Dangerous epigenetic changes. As we reported recently, epigenetics considers how outside influences (i.e., environmental factors) may affect the way genes are expressed. As noted above, studies show that techniques like mtRNA could cause unpredictable epigenetic changes in embryos, resulting in birth defects.

Sick children. “Of particular concern” to the FDA is that it may be impossible to predict how genetic modification will affect a child until it is born. This means these seemingly inevitable GMO human experiments may lead to very sick children.

The “Gattaca effect.” It’s easy to see how the concept of GMO humans could quickly get out of hand. Beyond sex selection, it’s foreseeable that such technology could be used to genetically engineer children with desirable physical and health traits. This also raises the question of the affordability of these therapies—might there come a day where only the super-rich could afford genetically perfect children?

One thing not mentioned in the FDA document is the risk that non-human genetic material could be added at some point. This is a truly terrifying thought—and a distinct possibility.

If you’re interested in virtually participating in tomorrow’s public meeting, you may do so online, via the FDA’s webcast link.

Action Alert! In keeping with our “favor nature” philosophy, ANH-USA thinks this is a potentially tragic road to go down. If you agree, you can send a message to the FDA here.

http://www.anh-usa.org/gmo-human-embryos-have-already-been-created/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Mar - 16:33 (2014)    Sujet du message: "JE N'AI PAS UNE ÂME, JE SUIS UNE ÂME" Répondre en citant

"JE N'AI PAS UNE ÂME, JE SUIS UNE ÂME"

Quelle hérésie de cette grande Babylone remplie d'esprits de démons. Ils tentent de nous faire croire que nous sommes une âme et que mon âme peut elle-même construire mon propre organisme. N'est-ce pas le même vieux mensonge de Satan, qui dès le commencement des temps, a convaincu Eve et son époux Adam de ne pas écouter ce que Dieu leur avait dit, et qu'en fait ils seraient comme des dieux,? Genèse 3:4-5. N'est-ce pas vers cela que tente de nous convaincre Rome, à travers ce message de démons?

"Mon corps, c'est mon âme", c'est ce qu'on tente de nous faire croire. Voyons ce que la Bible nous dit sur le sujet : "Car l'âme de toute chair, c'est son sang, qui est en elle." Lévitique 17:14 . Dieu sépare donc le corps de l'âme. Le corps est lui mortel alors que l'âme est immortelle.

Pour les cannibalistes et les vampires, c'est une grande porte ouverte pour bouffer tout ce qui tombe sous leurs dents! Les buveurs de sang que nous retrouvons dans différentes anciennes et modernes croient tous qu'en buvant le sang d'une personne, ils acquièreront de nouveaux pouvoirs divins. Nous assistons présentement à une montée de tous ces rituels sataniques et d'un monde qui devient un peu barbare de jour en jour.

L'ADN que l'on corrompt de plus en plus de toutes les manières changent également mais on va nous faire croire que c'est pace que les humains n'ont pas encore atteint le plein potentiel de leur conscience. A partir d'une vérité, on réécrit l'histoire pour nous amener et nous faire entrer dans ce monde de ténèbres. Dieu a-t-il parlé? Nous a-t-il démontré le corps, l'âme et l'esprit étaient distincts? Certainement, et si nous ne voulons pas tomber dans la même hérésie que ces "hommes instruits par le diable" tentent de nous faire croire, nous sommes bien mieux de consulter Celui-là même qui nous a créé.


Episode 13 : l'ADN

Rome, 16 mars 2014 (Zenit.org) Brunor | 255 clics

Résumé : Je n’ai pas une âme : je suis une âme qui organise des atomes pour construire mon organisme. Je n’ai pas un corps et une âme : mon corps, c’est mon âme… qui organise des atomes.

Et mon chat ? Il n’a pas une âme, il est une âme, lui aussi. (Les Hébreux bibliques précisent qu’en plus d’être une « âme vivante comme les plantes et les animaux, l’être humain a quelque chose de plus qui change tout : un ruah= souffle=esprit qui vient du Créateur lui-même.)

De même, ma plante verte et mon poisson rouge, sont des âmes (vivantes) qui organisent des atomes selon le plan de fabrication de chacun, écrit dans le langage de l’ADN avec l’alphabet de quatre lettres de l’ADN, ce qui permet 64 combinaisons possibles, autrement dit 64 mots. (4 puissance 3= 64). Mais trois de ces combinaisons ne servent pas à écrire un mot, et nos chercheurs se sont demandés quelque temps à quoi ces 3 combinaisons pouvaient bien servir. Ils ont trouvé : ces trois « codons » servent pour la ponctuation, ils informent le système de lecture : fin de la phrase, nouvelle phrase ! Pour éviter toute confusion. Génial non ? Tout ça existait il y a 3,5 milliards d’années et comme on ne sait pas qui l’a mis en place, pour éviter de se poser trop de questions, on a coutume de dire que ça c’est fait tout seul, par « hasard ».

Et dire qu’on croyait encore il y a quelques années que la vie pouvait commencer toute seule, de façon « naturelle » !

Nous sommes tellement ignorants de la complexité des organismes vivants que nous sommes prêts à croire encore que la vie peut naître … par « hasard » ! Comme disait Démocrite. Bien sûr, si la vie résultait de la simple rencontre comparable à celle d’un tube de peinture bleue avec un tube de peinture jaune, on sait bien que ce mélange n’a besoin d’aucune intelligence organisatrice pour faire du… vert.

Louis Pasteur écrivait dans les années 1861 (je cite de mémoire) : « Si les matérialistes arrivaient à démontrer que la matière est capable de s’organiser toute seule pour produire la vie, ils auraient gagné la partie. »

Quel est le bilan, 150 ans plus tard ? Personne n’a pu démontrer que la matière s’organise seule, mais on a réussi à nous le faire croire.

Par ignorance de la complexité du vivant nous sommes prêts à croire au Père Noël de la génération spontanée qui nous fait croire que la vie peut « émerger » comme ça. En fait, ce terme « émerger » n’est pas neutre : il appartient au vocabulaire de la philosophie d’Empédocle (-490-435), pour qui les âmes qui préexistaient déjà dans un monde invisible « émergent » dans ce monde, c’est-à-dire deviennent visibles. Selon cette philosophie, il n’y a pas de « commencement ».

De même, on dit à juste titre d’un petit voilier d’enfant, qu’il émerge dans bassin du jardin du Luxembourg, car ce voilier –qui existait déjà- ayant sombré momentanément, avait disparu à nos yeux avant d’émerger à nouveau… Mais le bateau existait déjà : ni commencement, ni naissance.

Or, quand la première forme de vie a commencé d’exister (il y a 3,5 milliards d’années), la question n’est plus de croire qu’elle a « émergé » de la « soupe primordiale », comme si elle existait déjà dans un monde invisible selon une mythologie archaïque.

En tout cas comme nous l’avons vu la dernière fois, aujourd’hui nos scientifiques savent beaucoup mieux qu’au XIX° siècle à quel point est complexe, le système qui a dû être inventé et mis en place pour que les premiers êtres vivants puissent non pas émerger, mais commencer d’exister. Le message est premier (et tout le système des deux langages et du traducteur pour le communiquer). Sans lui rien ne fut.

Un lycéen me fait remarquer que « tout ça c’est de la chimie monsieur, et donc les atomes se débrouillent très bien tout seuls »… En effet, les 4 lettres de l’alphabet de l’ADN et les 20 lettres de l’alphabet des protéines, c’est « de la chimie » comme vous dites, jeune homme… De même que les livres d’une bibliothèque ne sont rien d’autre que de la chimie : des molécules d’encre posées sur des molécules de papier lui-même tiré à partir du bois, qui est naturel… Mais voilà, cette chimie est capable de transporter de l’information. C’est sa raison d’être. On peut s’arrêter à cette « matière » et déclarer : il n’y a que ça dans un livre. La matière est seule et elle s’organise toute seule. Mais nous savons qu’en réalité, si deux livres semblent absolument identiques du point de vue de la matière qui les compose, le message contenu, lui est radicalement différent.

"L’Odyssée" n’est pas "Blanche neige" ! Il a fallu placer les lettres dans un certain ordre informé pour composer des mots compréhensibles qui vont composer des phrases lisibles, capables de transmettre un message, lui aussi intelligible. La matière est identique, les messages sont différents.

La chimie de l’encre et du papier a certainement autant de difficulté à s’écrire toute seule que les instructions de l’ADN qui commandent à la couleur de mes yeux, de mes cheveux, de ma peau, et qui précisent noir sur blanc, si je suis masculin ou féminin, et si j’appartiens à l’espèce humaine ou à celle des hamsters…

(16 mars 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/je-n-ai-pas-une-ame-je-suis-une-ame


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Mar - 10:44 (2014)    Sujet du message: JANUARY 2014 BREAKING NEWS MIXING DNA WITH ANIMAL DNA LAST DAYS FINAL HOUR NEWS PROPHECY Répondre en citant

A ECOUTER D'URGENCE (en anglais) ! CHIMERISATION GENETIQUE : mélange d'ADN humain avec de l'ADN d'animaux ! Avec Tom Horn, auteur du livre Beast Tech sur les puces implantables et du livre Exo-Vaticana, entre autres...

JANUARY 2014 BREAKING NEWS MIXING DNA WITH ANIMAL DNA LAST DAYS FINAL HOUR NEWS PROPHECY



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=kvSrg8qT0hY&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 23 Mar - 14:09 (2014)    Sujet du message: NEW FORM OF GMO SNEAKING INTO FOOD SUPPLY THIS YEAR Répondre en citant

NEW FORM OF GMO SNEAKING INTO FOOD SUPPLY THIS YEAR

"And it was when men continued to rebel and transgress against God, and to corrupt their ways, that the earth also became corrupt." Book of Jasher 2:9

"And their judges and rulers went to the daughters of men and took their wives by force from their husbands according to their choice, and the sons of men in those days took from the cattle of the earth, the beasts of the field and the fowls of the air, and taught the mixture of animals of one species with the other, in order therewith to provoke the Lord ; and god saw the whole earth and it was corrupt, for all flesh had corrupted its ways upon earth, all men and all animals." Book of Jasher 4:18


Old-Thinker News | March 17, 2014



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=xJZcy7q2RTg&hd=1

By Daniel Taylor

“Within 50 years we could have more life forms invented in a lab than we have ever identified in nature.” – Fidelity Investments

“This year [Evolva] will release a product that has been created by genetically modified yeast that converts sugars to vanillin. It will be the first major synthetic-biology food additive to hit supermarkets.” - Nature.com

A Switzerland based company called Evolva has developed a synthetic vanilla that is set to be released in 2014. The vanilla is created using a process of genetic engineering called synthetic biology.

Synthetic biology, according to a 2005 European Commission paper is “…the engineering of biology… the synthesis of complex, biologically based (or inspired) systems which display functions that do not exist in nature.” Unlike the older science of splicing genes from different species together, synthetic biology is seeking to create whole new organisms that do not exist on earth.

Evolva’s synthetic vanilla is created by inserting computer coded DNA into yeast. This new method of genetic engineering is called “natural” by Evolva.

Environmental organizations like Friends of the Earth have recognized the potential danger posed by synthetic biology. In its Synthetic Biology Vanillin fact sheet, FoE points out the distinct lack of oversight regarding the health impact of ingesting these engineered ingredients. The organization has launched a campaign called No Synbio Vanilla to tell ice cream makers Haagen Dazs, Dreyers, Baskin Robbins and others not to use synthetic biology vanilla.

Foods that have been genetically modified in the “traditional” method have been linked to sterility in hamsters. The dramatic rise in food allergies has also been speculated to be linked to GMO foods. What health impacts will emerge after eating foods with synthetic DNA that our environment and our bodies have never before encountered?

The Big Picture

Synthetic biology goes well beyond engineering our food. Geneticist Craig Venter is a pioneer in the field of synthetic biology. In 2010 the media hailed his team’s success in creating “the first self-replicating species we’ve had on the planet whose parent is a computer.”

Currently, companies cannot patent naturally occuring DNA. Synthetic biology will allow syn-bio companies a loophole through patent laws. “One could theoretically upload a DNA sequence onto a computer, “print out” an exact copy of that DNA sequence, and patent the synthetic DNA sequence as an invention,” Gene Watch reports.

Google founder Larry Page met with Craig Venter in California at the Edge billionaires meeting in 2010. Also present were representatives from the State department, Bill Gates, Anne Wojcicki, Bill Joy and dozens of other tech company CEO’s and scientists.

The Edge Billionaire meetings have discussed the future of genetic engineering, biocomputation and re-designing humanity in a transhumanist era. Physicist Freeman Dyson described the individuals leading this group as having god-like power to create entirely new species on earth in a “New Age of Wonder”. He describes them as:

“…a new generation of artists, writing genomes as fluently as Blake and Byron wrote verses, might create an abundance of new flowers and fruit and trees and birds to enrich the ecology of our planet.”

In the societal divide that will inevitably ensue over the development of these technologies, Fred Charles Ikle, Undersecretary of Defense for Policy under President Reagan, sees a possibility of “Annihilation from Within.” “The prospect is that in the decades ahead, biotechnology – together with other sciences – may fundamentally change the human species and thus pose an elemental threat to democracy, the world order, and indeed to all civilizations,” writes Ikle.

The technological elite are engaged in a mission to attain full spectrum dominance over life and its complex processes, and in the process re-write the genetic code of the planet.

http://www.oldthinkernews.com/2014/03/new-form-of-gmo-sneaking-into-food-su…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Mar - 11:54 (2014)    Sujet du message: LA STRATEGIE DIABOLIQUE DES FUTURES PLANTES OGM Répondre en citant

LA STRATEGIE DIABOLIQUE DES FUTURES PLANTES OGM

Si ça peut tuer les insectes, ça peut aussi tuer les humains ou les rendre très malades, vous ne croyez pas! Le risque est grand et souvent mortel. Un autre agenda de mort de ceux qui ont pris le contrôle du secteur alimentaire. Ce procédé de "faire fabriquer le pesticide directement par la plante évite aux agriculteurs d'en épandre sur leurs cultures" peut grandement tromper les gens, nos gouvernants pourraient dire que dans tel ou telle région, aucun insecticide n'est répandu sur les cultures, alors qu'en fait il est intégré à même l'organisme de la culture de la région. Encore une fois, comme nous le voyons se faire chez les humains, via le transhumanisme, nos grands scientifiques démoniaques qui se disent "créateurs" s'amusent à corrompre l'ADN, tel que créé par le Créateur. Ils ne créent rien du tout, ils ne font que modifier l'ADN et ses gènes à partir d'une cellule saine. Une abomination, c'est tout ce que c'est. Une abomination qui a pour but final de détruire la création divine. L'article souligne que "On peut dans ce cas considérer que la plante a été transformée en poison pour ces insectes" et après on se demande pourquoi il y a tant de cas de cancers et de d'autres maladies débilitantes! Il est dit que "les premières plantes OGM à ARN interférent devraient arriver sur le marché d'ici à la fin de la décennie". Permettez-moi d'en douter, ils sont déjà là. Si vous n'avez pas lu le document important "The Future is now" http://www.stopthecrime.net/docs/nasa-thefutureof-war.pdf , SILENT WEAPONS FOR QUIET WARS
http://www.stopthecrime.net/docs/SILENT WEAPONS for QUIET WARS.pdf ainsi que l'agenda réel sur les OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT pour 2015 mis en place par les Nations-Unies et appliqué au niveau local dans tous les pays, je vous encourage à le faire : cela devrait vous convaincre sur leurs réelles intentions.






18 août 2013, par Pierre Barthélémy

Jeudi 1er août, le Conseil d'Etat a annulé le moratoire qui frappait depuis 2012 le MON810, un maïs transgénique de la firme américaine Monsanto. Le MON810 est une plante à laquelle un gène a été ajouté pour qu'elle produise une toxine dite "Bt" (du nom de la bactérie Bacillus thuringiensis qui la synthétise naturellement), toxine qui tue les insectes ravageurs de ce maïs, comme la pyrale, en paralysant l'intestin des larves. Dans l'esprit des créateurs de cette plante transgénique, faire fabriquer le pesticide directement par la plante évite aux agriculteurs d'en épandre sur leurs cultures. Cette décision du Conseil d'Etat a une nouvelle fois relancé le débat sur la culture d'organismes génétiquement modifiés (OGM) en France, les opposants aux OGM soulevant plusieurs arguments, comme les risques pour la santé des consommateurs (humains ou animaux d'élevage), la contamination des cultures non-OGM et du miel, le fait que certains insectes utiles seraient victimes de la plante ou bien le développement de résistances à la toxine chez les nuisibles.

Ce débat, qui a depuis longtemps quitté le domaine de la science pour tomber dans celui de la politique – les arguments exploités par les uns et les autres étant plus d'ordre idéologique que biologique –, pourrait bien de toute manière devenir rapidement un combat d'arrière-garde avec la future génération de plantes transgéniques, ainsi que le souligne Science dans son numéro spécial du 16 août, consacré à l'épineuse question des pesticides. En effet, les OGM de demain ne seront plus conçus suivant le principe assez basique qui consistait à leur faire produire l'insecticide. Non, ils seront l'insecticide, grâce à une stratégie diabolique, celle de l'interférence ARN.

Derrière cette expression se cache un phénomène dont la découverte a valu à Craig Mello et Andrew Fire le Nobel de médecine 2006. Pour le comprendre, il faut entrer dans le mécanisme cellulaire. Dans le noyau se trouve l'ADN, qui constitue le support de l'information génétique et détient la recette de fabrication des protéines indispensables à la vie. En revanche, l'usine qui synthétise ces protéines est située dans le cytoplasme de la cellule, c'est-à-dire à l'extérieur du noyau. Pour fabriquer une protéine, il faut par conséquent copier l'information contenue dans le gène qui, au sein de l'ADN, correspond à cette protéine, puis la transporter à l'extérieur du noyau. C'est le rôle de l'ARN messager.

Ce qu'ont découvert Mello et Fire, c'est que l'on pouvait, à l'aide d'un ARN dit "interférent", intercepter le facteur en cours de route : de tout petits morceaux de cet ARN interférent viennent se coller à l'ARN messager, ce qui entraîne sa destruction. Conclusion : le message ne parvient jamais à l'usine à protéines, la protéine n'est pas synthétisée et son gène est comme éteint. Le phénomène de l'interférence ARN se retrouve dans la nature, soit pour lutter contre l'introduction de génomes étrangers (de virus, par exemple), soit pour moduler l'expression de certains gènes.

L'idée des fabricants de semences OGM consiste à faire fabriquer à leurs plantes un micro-ARN interférent réduisant au silence une protéine-clé pour l'organisme des insectes ravageurs. Une fois que ces derniers auront croqué dans la plante et assimilé l'ARN interférent en question, celui-ci empêchera la production de la protéine vitale et l'animal mourra. On peut dans ce cas considérer que la plante a été transformée en poison pour ces insectes. Une étude canadienne publiée en 2009 a montré que la technique fonctionnait avec plusieurs parasites bien connus, comme le tribolium rouge de la farine, le puceron du pois ou le sphinx du tabac. Autre point important de cette étude : il est possible de cibler une espèce sans porter préjudice à ses cousines proches. Ces chercheurs ont ainsi choisi un gène présent chez quatre drosophiles, mais dont l'écriture varie suivant les espèces. En sélectionnant très précisément un petit morceau du code génétique spécifique à l'une de ces mouches, il a été possible d'éteindre le gène chez elle, alors qu'il demeurait actif chez les trois autres espèces.

Ainsi que l'explique Science, les premières plantes OGM à ARN interférent devraient arriver sur le marché d'ici à la fin de la décennie. Les semenciers se sont mis en ordre de bataille, comme le Suisse Syngenta qui, pour plus de 400 millions d'euros, a racheté en 2012 l'entreprise belge DevGen, spécialiste de l'interférence ARN. Monsanto n'est pas en reste qui, toujours en 2012, s'est allié à un autre champion de cette biotechnologie, Alnylam Pharmaceuticals. Par ailleurs, au cours de l'année écoulée, les chercheurs de Monsanto ont publié deux articles (ici et là) dans lesquels ils expliquent avoir mis en sommeil, par interférence ARN, un gène de la chrysomèle des racines du maïs, insecte qui coûte un milliard de dollars par an aux producteurs de maïs américains.

Toute la question est désormais de savoir si ces OGM produisant des micro-ARN interférents seront sans risque pour les mammifères (hommes ou bétail) qui les consommeront. On a longtemps pensé (et certains le pensent toujours) que ces minuscules molécules étaient trop fragiles pour résister au processus de digestion. Mais une étude chinoise publiée en 2011 par la revue Cell Research est venue jeter le doute : ses auteurs affirmaient avoir retrouvé dans le sang d'humains des micro-ARN interférents provenant de plantes diverses et notamment du riz. Et un de ces ARN interférents était même capable de réguler l'élimination du cholestérol !

L'étude ne parlait absolument pas des futurs OGM, mais cela n'a pas empêché le site AlterNet de faire le rapprochement et de lancer l'alerte. De ce long pamphlet contre les OGM, pas toujours très exact, je retiendrai la seule proposition scientifique sensée : avant toute commercialisation d'une plante transgénique fonctionnant sur le principe de l'interférence ARN, il faudra évidemment prendre la précaution élémentaire de vérifier que le micro-ARN sélectionné n'ira pas, par un hasard malheureux, éteindre un gène d'Homo sapiens ou des principaux animaux d'élevage.

Pour le reste, on laissera aux hommes politiques, aux lobbies de tout bord et aux instituts de sondage le soin de décider si les OGM doivent ou pas être cultivés...

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2013/08/18/la-strategie-diabolique…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 30 Mar - 11:35 (2014)    Sujet du message: PLASTIQUE – UN CRÂNE IMPRIME EN 3D IMPLANTE AVEC SUCCES … Répondre en citant

PLASTIQUE – UN CRÂNE IMPRIME EN 3D IMPLANTE AVEC SUCCES …

Y a-t-on ajouté un implant cérébral pour modifier le comportement et en faire des instruments diaboliques de ce nouveau système global? Ces Mengele se prennent pour des dieux et corrompent tout ce qu'ils touchent, ne l'oubliez pas!

30 mars, 2014

Posté par voltigeur sous Actualité générale, Découvertes/sciences, Médical et alimentation, Réflexion

Une performance pour l’équipe médicale!…On arrête pas le progrès..On pourrait imprimer un cerveau?, ça manque cruellement à certains….


Ce crâne en plastique a été imprimé en 3D. (UMC Utrecht université)

Les imprimantes 3D vont sûrement révolutionner notre quotidien dans les décennies à venir. Elles devraient aussi transformer la médecine. The Dutch News a révélé mardi 25 mars qu’une équipe de chirurgiens a implanté avec succès un crâne imprimé en 3D à une patiente de 22 ans.

L’opération, réalisée il y a trois mois, a duré 23 heures et était vitale pour la patiente : le crâne de la jeune femme devenait de plus en plus épais jusqu’à exercer une pression sur son cerveau. Une équipe de médecins de l’université d’Utrecht, aux Pays-Bas, a donc décidé de remplacer la quasi-totalité de son crâne par une prothèse plastique, imprimée en 3D par une société australienne spécialisée.

« Les implants utilisés habituellement sont faits à la main avec une sorte de ciment qui est loin d’être idéal », a expliqué au média hollandais le neurologue Ben Verweij, qui a dirigé l’opération. « Utiliser l’impression 3D nous a permis de réaliser un crâne d’une taille strictement identique. Cela n’a pas que des avantages esthétiques mais permet aux patients de recouvrir plus rapidement leurs fonctions cérébrales qu’avec la méthode traditionnelle. »

L’implantation de fragments de visage imprimé en 3D avait déjà été pratiquée mais, d’après le site Gizmodo, une opération d’une telle ampleur est une première mondiale. Aujourd’hui la patiente va bien.

Attention, les images qui suivent sont celles de l’opération et peuvent choquer.

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/03/30/plastique-un-crane-imprime-en-3d-imp…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Avr - 00:01 (2014)    Sujet du message: L’HYBRIDE MI-HOMME MI-ANIMAL : UNE CATASTROPHE GENETIQUE Répondre en citant

L’HYBRIDE MI-HOMME MI-ANIMAL : UNE CATASTROPHE GENETIQUE

9 février, 15:52


Photo: RIA Novosti

Par La Voix de la Russie | Des scientifiques de différents pays créent d’étranges hybrides d’hommes et d’animaux qui pourraient causer des ravages dans notre société. Les progrès réalisés en matière de génie génétique aux cours des dix dernières années seulement ont surpris les scientifiques et les simples observateurs.

Aujourd’hui, même de simples étudiants sont en mesure créer chez eux de nouvelles formes de vie. Les lois sont dépassées par les jeux des scientifiques. Les scientifiques du monde entier attendent pour faire connaître au monde entier leur nouvelle création, diffuser ce qui récemment encore n’était qu’une illusion.

Ces nouvelles formes de vie ne sont pas en elles-mêmes illégales, mais elles peuvent constituer un danger pour la société. Il est impossible de dire ce qui se passera si elles se mettent à se multiplier.

A titre d’exemple, on peut rappeler que des scientifiques ont créé des souris avec un chromosome humain artificiel. Ceci est considéré comme une avancée qui pourra permettre de développer de nouvelles formes de traitements d’un certain nombre de maladies. Selon Lifenews.com, des scientifiques de l’Université du Wisconsin ont réussi la transplantation de cellules d’un embryon humain dans le cerveau d’une souris. Les cellules se sont développées, et ont rendu la souris plus intelligente. Ces souris peuvent sortir d’un labyrinthe et apprendre des signaux sonores bien plus vite qu’avant la transplantation.

Une question se pose : la transplantation de tissus humains sur des animaux apporte-t-elle plus de bien que de mal ? Il est déjà clair aujourd’hui que le développement d’organes humains transplantés sur des animaux n’est plus de la science-fiction mais bien une nouvelle réalité. Les scientifiques japonais ont commencé à utiliser les porcelets pour la culture d’organes humains, ce qui requiert jusqu’à une année.

Selon Infowars.com, le principal objectif de ces pratiques est d’augmenter le nombre d’organes disponibles à des fins médicales. Mais le gouvernement japonais s’est donné d’autres objectifs : les scientifiques développent les conditions permettant de mener des recherches sur des embryons humains.

Thetruthwins.com indique que si des organes humains se développent dans un porcelet, il ne s’agit plus à 100 % d’un porcelet. Et l’organe humain qui s’est développé dans un porcelet ne peut pas être à 100 % humain. Les receveurs de tels organes devront consentir à l’introduction dans leur organisme d’organes hybrides mi-hommes mi-animaux.

Les conséquences de cette hybridation pourraient menacer notre société dès maintenant, et dans le futur, mais le plus grand danger demeure l’impossibilité d’anticiper les conséquences d’une perte de contrôle sur ces hybrides.

Le plus inquiétant est qu’une série de pays ne disposent d’aucune loi pour restreindre la création de ces êtres, ce qui rend leur production incontrôlable. De plus, aucun « châtiment » n’est prévu pour ces créatures en cas de préjudice causé par ces dernières à leur entourage.

Certains pensent que l’utilisation d’animaux pour la culture d’organes humains pourrait entraîner la destruction de la nature. En 2011, le Daily Mail a rapporté que des scientifiques britanniques avaient créé plus de 150 embryons hybrides mi-hommes mi-animaux, mais cela n’inquiète pas les lecteurs.

D’autres exemples ont été rapportés par le journal Slate : des chèvres donnant du lait humain, une structure anatomique anale introduite chez une souris, et des médecins ayant créé un système immunitaire humain pour les animaux. Et il ne s’agit là que des projets dont nous sommes informés. Il peut y en avoir d’autres. L’hybride mi-homme mi-animal est possible, mais le débat portant sur les avantages et les inconvénients d’une telle création se poursuit. T
 
Sources : La Voix de la Russie, Thetruthwins.com, Lifenews.com, Infowars.com

http://french.ruvr.ru/2014_02_09/L-hybride-mi-homme-mi-animal-la-catastroph…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 5 Avr - 13:18 (2014)    Sujet du message: EVOLVING SOFT ROBOTS WITH MULTIPLE MATERIALS (MUSCLE, BONE, ETC.) Répondre en citant

"EVOLUTION" IN ACTION

EVOLVING SOFT ROBOTS WITH MULTIPLE MATERIALS (MUSCLE, BONE, ETC.)



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=z9ptOeByLA4&hd=1




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 9 Avr - 10:09 (2014)    Sujet du message: UNE LOI DE LA NATURE, TROP OUBLIEE Répondre en citant

UNE LOI DE LA NATURE, TROP OUBLIEE

Les indices pensables, 16e épisode! Rome, 6 avril 2014 (Zenit.org) Brunor 


Résumé : Nous avons vu que l’hypothèse énoncée par Aristote, d’une intelligence organisatrice, est redevenue une hypothèse rationnelle depuis la découverte de l’ADN. Elle nous apprend que les atomes ne s’organisent pas tous seuls, mais selon les instructions du message génétique de chaque être vivant pour construire son organisme.

Non seulement il n’existe PAS de « matière vivante », il n’existe que de la matière animée, c’est-à-dire des atomes qui sont organisés par les instructions écrites sur le message génétique pour déterminer toute ma construction physique : couleur de mes yeux, de mes cheveux, masculin ou féminin, espèce humaine ou koala… Mais nous allons voir un aspect qui est régulièrement «oublié » lorsqu’il est question de réfléchir sur la complexité du vivant et tout ce qui doit être mis en œuvre pour sa construction et son développement.

A en croire les différentes philosophies qui se proclament « matérialistes », l’apparition de la vie sur terre (ou sur telle autre planète) serait un phénomène tout à fait naturel qui, comme tout phénomène naturel, dépendrait uniquement des « lois de la nature »… On nous répète sur tous les tons que la vie a « émergé », tout à fait par hasard, (c’est-à-dire : sans aucune intelligence organisatrice comme disait Démocrite qui croyait à un chaos primordial d’atomes en mouvement) dans une soupe primordiale… Autrement dit, tout ça est un phénomène naturel qui n’a besoin de personne. Ce qui n’est pas sans rappeler à nos lecteurs la vieille croyance archaïque en la génération spontanée. (voir articles précédents.)


En nous racontant tout cela, ils oublient de nous dire qu’au contraire, il existe une loi de la nature qui effectue plutôt le travail naturel inverse ! C’est-à-dire que l’apparition de la vie, il y a environ 3,5 milliards d’années, serait en réalité, un phénomène plutôt « non naturel ». Attention ! Je ne parle pas ici de la question de la transmission de la vie, mais de la grande question de l’apparition de la vie, sur notre planète, ou ailleurs. Qu’est-ce qui nous permet de dire que ce phénomène est « non naturel » ?


D’abord parce que doivent être inventés et mis en place les deux langages et les deux alphabets de l’ADN et des protéines ainsi que le traducteur (voir Prix Nobel de Chimie 2009), système génial qui relève d’une intelligence organisatrice qu’il faudra, si possible, essayer d’identifier.


Mais, de plus, parce que nous savons aujourd’hui qu’il existe une loi de la nature qu’on oublie trop facilement dans cette réflexion. Une loi de la nature qui lutte farouchement contre toute organisation complexe et qui finit pas l’emporter. C’est le « Second Principe de la thermodynamique ». On l’appelle aussi « Principe de Carnot-Clausius », et malheureusement en France, personne n’en entend jamais parler au cours de sa scolarité, excepté les seuls élèves ingénieurs qui en étudient les équations, « plutôt rébarbatives », selon eux, le plus souvent sans en percevoir toute la portée. Pourtant, ce Principe découvert au début du XIXe siècle par le Français Nicolas-Sadi Carnot (1796-1832), pourrait nous intéresser car il nous concerne tous, sans exception.

Il nous apprend que dans notre Univers, toute structure organisée s’use et vieillit de façon irréversible, si elle ne reçoit plus d’information(1). Et ce, bien avant que les hommes soient présents sur Terre, mais depuis le commencement de l’Univers, il y a 13,81 milliards d’années. Le prussien Rudolf Clausius (1822-1888) a compris que ce Principe découvert par Carnot, avait une dimension universelle, et il lui a donné le nom d’entropie, à partir du grec entropé pour signifier ce qu’elle est : une  involution, une régression, exactement le contraire d’une évolution ou d’une progression. Vers 1850, Clausius l’énonce ainsi : « Toute composition, physique, chimique ou biologique, qui ne reçoit plus d’information, tend à retourner à son état le plus probable qui est la poussière, la dispersion. »

La semaine prochaine : Le second Principe de la thermodynamique expliqué à des enfants de 12 ans.

(1) Voir Les indices pensables, (série d’albums Bd par Brunor). Tome 4 : La Lumière fatiguée.


( 6 avril 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/une-loi-de-la-nature-trop-oubliee



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 9 Avr - 10:46 (2014)    Sujet du message: POUR RENDRE AU HASARD CE QUI EST AU HASARD... Répondre en citant

POUR RENDRE AU HASARD CE QUI EST AU HASARD...
 
15e épisode Rome, 30 mars 2014 (Zenit.org) Brunor 


Résumé : Nous avons compris que  ce n’est ni l’œuf, ni la poule, qui est premier, mais le message génétique. C’est lui qui contient toutes les instructions pour construire l’œuf et la poule. Depuis cette découverte, la question d’une intelligence organisatrice a cessé d’être irrationnelle.

Ne disons pas trop vite que le « hasard » n’existe pas. On voit bien qu’il y a du "hasard " dans ce monde, puisque, tout n'est pas sous le contrôle d'un ou plusieurs dieux qui manipuleraient  tout comme des marionnettes. Donc, il y a ce qu'on appelle du "hasard", autrement dit : des évènements soumis aux seules lois des probabilités, non programmés par une intelligence organisatrice : tel accident, telle rencontre…

Mais la question est : le "hasard" seul, est-il capable de créer des structures hautement improbables comme des êtres vivants (libellule, pamplemousse, zèbre, être humain). C'est LA grande question. Car il faudrait que ce "hasard", sourd muet aveugle et sans intelligence par définition(1), ait réussi à inventer tout seul deux alphabets, deux langages et un traducteur entre les deux... Et qu'il ait été capable, seul, de rédiger des instructions cohérentes, capables à leur tour de créer des êtres de plus en plus complexes au cours du temps et de leur donner vie, bien entendu.

Donc, la question se discute. Elle n'est plus du tout "absurde" ni "religieuse" ni "irrationnelle" ... Au contraire, cette question devient de plus en plus rationnelle, plus nous découvrons la complexité des êtres vivants, ce que Pasteur et Darwin ne pouvaient pas encore savoir à leur époque : 100 ans avant le découverte de l'ADN !
Lors d’une de mes conférences devant des jeunes de Terminale, leur professeur m’interpelle de façon inattendue : « Monsieur c’est bien joli de critiquer le hasard, mais vous n’avez même pas cité l’expérience de Miller ! »…

-Eh bien Monsieur, parlons-en, puisque vous me le demandez. N’hésitez pas à intervenir si je me trompe… Stan Miller pensait qu’en reconstituant les conditions de la planète Terre telles qu’elles se présentaient à l’époque du commencement de la vie (il y a environ 3,5 milliards d’années), il serait possible de montrer que l’apparition de la vie est assurément un phénomène tout à fait naturel. Il mit dans des ballons les gaz qui devaient sans doute composer l'atmosphère de cette Terre primitive reconstituée artificiellement. (2) L’expérience eut lieu à l’université de Chicago, et Miller et Urey obtinrent quelques résultats. Les années suivantes, Miller espérait trouver mieux, mais il obtint approximativement les mêmes résultats.

C’était en 1953, et il semble que depuis, on n’ait guère enregistré de progrès… C’est sans doute la raison pour laquelle on ne parle plus tellement de cette expérience. Et le professeur des Terminales n’a pas insisté.


Mais il peut arriver qu’on en entende parler sous forme de rumeurs invraisemblables : comme si Miller avait réussi à créer de la vie !... Ou comme s’il avait obtenu pratiquement toutes les lettres de l’alphabet des acides aminées, alors qu’il n’en a obtenu au mieux que 13 sur 22, semble-t-il … Ainsi que des sucres, des lipides, et quelques composants des acides nucléiques, mais pas d'acides nucléiques entiers (ADN ou ARN).

Cette vie dont on nous dit qu’elle a émergé « par hasard », toute seule, nos meilleurs scientifiques essaient de la faire émerger, et en y mettant beaucoup d’intelligence (le contraire du hasard), ils n’y arrivent pas. Ils ont beau connaître tous les atomes qui constituent le moindre organisme composé d’une seule cellule, ils ont beau rassembler tous ces atomes et essayer de leur donner vie, ils n’obtiennent qu’un agglomérat d’atomes mais toujours pas de vie… Et s’ils réussissaient à en obtenir un jour, ce sera sans doute grâce à leur génie, et non grâce à l’absence d’intelligence qu’on a coutume de nommer « hasard » (3).


Cette expérience de Miller, était sans aucun doute une bonne idée, mais réfléchissons un peu. Supposons que Miller et Urey aient réussi à obtenir spontanément toutes les molécules nécessaires aux deux langages (ADN et protéines) cela ne ferait que repousser la question d’une intelligence créatrice. Car cela nous apprendrait juste que des lois de la nature dirigent la fabrication de ces molécules et leur organisation. De même que des lois identifiées conduisent les molécules d’oxygène et celles d’hydrogène à s’associer « spontanément » dans certaines conditions pour faire H2O : de l’eau à l’état liquide ou solide ou gazeux. Mais la question qui se pose est : une loi est-elle capable de s’auto-rédiger ? De s’auto- organiser ? De s’auto proclamer ? Généralement pour qu’il y ait une loi et pour qu’elle soit respectée, il faut bien qu’il y ait de l’intelligence qui préside à l’invention de cette loi et à sa mise en place. Il faut un ou plusieurs auteurs. Qui donc est l’auteur des fameuses « lois de la nature » qui sont entrées dans le langage commun ? Une fois de plus, la question de l’intelligence créatrice ou organisatrice n’est pas ridicule ni absurde ni irrationnelle. Elle est de plus en plus actuelle, surtout depuis que nous connaissons le second Principe de la thermodynamique et ses conséquences…

Mais ce sera pour la prochaine fois !

(1)   On a bien noté que le contraire du hasard n’est pas  le déterminisme, mais l’intelligence.

(2)   méthane, ammoniac, dihydrogène, vapeur d'eau.
(3) Car même lorsqu’une invention est due à une erreur ou à du « hasard », ce n’est pas le « hasard » qui est génial, mais l’intelligence du chercheur qui en tire profit.


Dessin à partir de la couverture du tome 3 des Indices pensables.

(30 mars 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/pour-rendre-au-hasard-ce-qui-est-au-hasard



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 12 Avr - 13:43 (2014)    Sujet du message: ARTIFICAL REPRODUCTIVE TECHNOLOGY : CONSTRUCTING A DYSTOPIA Répondre en citant

ARTIFICAL REPRODUCTIVE TECHNOLOGY : CONSTRUCTING A DYSTOPIA

 Beings Less and Less Dependent on Parents to Exist

Washington, D.C., April 10, 2014 (Zenit.org) Denise Hunnell, MD 

Both the 1932 novel Brave New World by Aldous Huxley and the 1997 science fiction movie “Gattaca” are classified as dystopias because they depict societies riddled with misery, tragedy, and a dehumanizing culture. Both attribute this decline in civilization to manipulations of human genetics and perversions of human reproduction. In Brave New World the traditional family structure has completely disintegrated and children are manufactured in “hatcheries” through in vitro fertilization (IVF) and gestation. In “Gattaca,” human beings are “enhanced” through genetic alterations, and those who do not have their DNA modified are seen as second-class citizens.

It is curious that genetically modified humans can be clearly seen as dangerous and undesirable in fiction but are celebrated as great achievements in current biomedical sciences. In the name of progress we are steadily marching forward to separate human procreation from human relationships and make it a laboratory procedure.

The floodgates of artificial reproductive technology were opened in Great Britain on July 25, 1978, with the birth of Louise Brown, the first “test tube” baby. In the ensuing years the use of IVF has fueled the growth of the multi-billion dollar fertility industry. The growing demand for ova to produce children for infertile couples has led to the widespread exploitation of young women as egg donors. Similar exploitation of poor women in countries like India has occurred as couples seek both egg donors to help conceive a child and a surrogate mother to gestate the child. Both women and children are dehumanized as human reproduction is commercialized.

The development of pre-implantation genetic diagnosis (PGD) pushed artificial reproductive technology to a new level of genetic manipulation. It is no longer sufficient to conceive a child, but that child must now be “defect free.” Embryos are conceived through IVF, but before they are implanted in the uterus, their DNA is screened for chromosomal abnormalities. Embryos found to have undesirable genetics are discarded as medical waste with no regard for their humanity. These nascent human beings may be destroyed because they have chromosomal patterns linked to diseases like Down syndrome or Trisomy 18, or they may have the gene linked to familial cancers, or they may just be the wrong sex. Sex-selection abortions and sex-selection of embryos for implantation have led to serious gender imbalances in countries like China and India where sons are highly preferred over daughters. 

If one can select against undesirable traits, the next logical leap is to choose embryos that have desirable features. With the help of a billion dollar investment from the Chinese government, the Chinese firm B.G.I. is working to make selecting the most intelligent embryo a viable option. It is not unreasonable to think that the selection for other traits such as physical attractiveness or athletic ability cannot be far behind.

The idea of building the perfect child is part of the philosophical principle of “procreative beneficence”.  The term was coined by Oxford professor Julian Savulescu, and refers to a form of utilitarianism that asserts parents have a moral obligation to produce the best child possible. The utilitarian foundation of his reasoning only values those who produce a material benefit to others. The sick, the weak, and the disabled drain resources and are therefore disposable. Professor Savulescu freely admits this amounts to eugenics. He justifies it as providing the greatest good to most people. However, the “good” that he seeks only benefits the strong and powerful, and is obtained at the expense of the weak and vulnerable.

Current reproductive technology requires fully formed gametes, ova and sperm, to produce human embryos. What if that requirement was removed? The next big leap in artificial reproductive technology is in vitro gametogenesis. Adult or embryonic stem cells are manipulated in the laboratory to function as gametes. This removes the need for both male and female donors. Ova and sperm can be produced from stem cells from either a man or a woman. This would allow same-sex couples to have children that are genetically related to both partners. Theoretically, in vitro gametogenesis could allow a single person to use his own cells to produce two gametes and have a child with only one biological parent.

In a 2013 article in the Journal of Medical Ethics,Dr. Robert Sparrow of Monach University in Australia invokes Savulescu’s procreative beneficence and outlines the potential uses of in vitro gametogenesis. He suggests that this technology would allow the breeding of better humans. Embryos could be produced and screened for desirable traits. Instead of implanting these embryos for gestation, their stem cells could be harvested and used to make more gametes. These would be used to make another generation of embryos that are again screened and selected. This process could be repeated again and again until the desired refinement of the genome is achieved. The embryo who is ultimately selected for full gestation may actually be several generations removed from his last relative who was actually born. Dr. Sparrow points out that the use of in vitro gametogenesis could shorten the time span between successive generations to a matter of months instead of a matter of decades.

In vitro gametogenesis does not require naturally formed gametes, but it does require naturally formed DNA. Dr. Jef Boeke and his research team, working at both Johns Hopkins University in Baltimore and New York University, are working to remove even that constraint. They have successfully constructed the first synthetic yeast chromosome. The yeast has a cell structure very similar to humans, so this work is seen as the first steps towards producing a completely synthetic human genome. While the research is in its infancy, the ultimate goal is mind-boggling. Children that have no biological parents could be produced from gametes made with synthetic DNA. Their DNA would be designed in the laboratory to meet the specifications of whoever is commissioning their creation. 

Biomedical science has the potential to alleviate great human suffering. However, when it is applied without careful consideration of the consequences it harms far more than it heals. Artificial reproductive technology takes human procreation out of the constraints of natural law and into the realm of human folly. It takes remarkable hubris to suggest that the value of any human being is subject to the judgment of others. Every human being is imbued with an intrinsic dignity and inestimable worth. This value is independent of his stage of development, his state of health, his mental acuity, or his physical prowess. Pursuing lines of scientific inquiry and technological development that disregard human dignity is not progress. Instead, such endeavors pave the way to making the dystopia of fiction a reality.

(April 10, 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/artificial-reproductive-technology-constru…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 12 Avr - 13:59 (2014)    Sujet du message: COLORADO REACTS TO BILL THAT WOULD UNDO PRO-LIFE SUCCESSES Répondre en citant

COLORADO REACTS TO BILL THAT WOULD UNDO PRO-LIFE SUCCESSES
 
Legislation Seen as 1st of Its Kind in the U.S. Denver, Colorado, April 10, 2014 (Zenit.org) |

-----

The enemy of God under the marial New Evangelization controlling both side, so you can expect that nothing will change to protect the children. You can assume that the depopulation agenda to replace humans
by the "reproductive healthcare" and evil hybrides will continue.


Archbishop Samuel J. Aquila.
He received his licentiate in sacred theology from Weston Jesuit School of Regis University
a passion for pro-life advocacy and a heart for the youth...
...Since Blessed John Paul II's historic visit, the Denver archdiocese has been the launch site for numerous ministries under the banner of the New Evangelization – the late Pope's call for reaching formerly Christian societies with the Gospel...
...“It's been very exciting to see what's happened in terms of the New Evangelization,” the archbishop-designate noted. “I want to continue all of the work that has been done by both my predecessors.”...
Read more : http://clericalwhispers.blogspot.fr/2012/06/joy-overcomes-denvers-future-ar…

-----
The Archdiocese of Denver today called on the faithful to oppose a bill in Colorado legislature that would, according to the state's Catholic conference, pose "an undeniable and irreparable danger" to pro-life laws.

“This bill would go far beyond just (Freedom of Choice Act) abortion concerns and wouldcreate a ‘fundamental right’ to not only abortion, but also to other things defined as ‘reproductive healthcare’ in this bill,” said conference director Jenny Kraska. “In fact proponents of this bill state that this bill will be the first of its kind in the country.”

The bill is being debated today.

“It’s very broadly written and therefore has the potential to be broadly interpreted,” Kraska said. “It has the potential to overturn and make null and void good laws like parental notification for children who want to get an abortion.”

Karna Swanson, spokeswoman for the Archdiocese of Denver, said the bill could “be a devastating blow that would firmly establish a culture of death here in Colorado.”

“The pro-life movement has been working for decades to promote legislation that protects life and promotes a culture that is life-giving and life-affirming. This legislation directly attacks those efforts, and threatens to sever that most beautiful bond between mother and child,” Swanson said.

She added that the bill would “threaten the many initiatives here in Colorado that aim to help mothers through an unplanned pregnancy, which would be particularly tragic for poor women who depend on these services that they can’t find anywhere outside of the pro-life movement.”

The two-page bill proposes that no government entity may create policies that deny or interfere with an individual’s reproductive healthcare decisions. “Individuals” with this “right” are not defined in the law, she said.

“Even the definitions alone they want to put in statute are extraordinarily dangerous and have far reaching impacts,” Kraska said.

--

On the Net:

For more information, see article in the Denver Catholic Register: http://denvercatholicregister.org/abortion-rights-bill-hits-state-capitol/#…

(April 10, 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/colorado-reacts-to-bill-that-would-undo-pr…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 16 Avr - 13:04 (2014)    Sujet du message: DES MILLIONS DE MOUSTIQUES OGM SUR LE POINT D'ÊTRE LÂCHES DANS LA NATURE AU BRESIL Répondre en citant

DES MILLIONS DE MOUSTIQUES OGM SUR LE POINT D'ÊTRE LÂCHES DANS LA NATURE AU BRESIL

16 avril, 2014 Posté par Ender sous Écologie, environnement et animaux

Les premiers insectes OGM, autant dire des chimères, sont sur le point d’être expérimentés grandeur nature au Brésil. Si la décision est prise par les autorités Brésiliennes, on entrera alors dans l’inconnu le plus total. Le début de la fin pour les insectes (qui se trouvent à la base de la chaîne alimentaire !) ?
Citation:



Le moustique OX513A sera peut-être le premier animal – ou plutôt insecte – transgénique que vous rencontrerez dans la nature. Conçu par une entreprise britannique, ce moustique OGM doit servir à lutter contre la propagation de la dengue. Après des tests grandeur nature, le Brésil est sur le point de donner son feu vert à sa commercialisation. Problème : aucune étude indépendante n’a été réalisée pour mesurer les conséquences de la production massive de cet insecte transgénique. Et son efficacité contre la dengue est contestée.




Ce n’est malheureusement pas un scénario de série B. Pour la première fois, des animaux génétiquement modifiés vont être commercialisés en milieu ouvert. Le Brésil est sur le point d’autoriser l’usage de moustiques génétiquement modifiés. Le 10 avril, la Commission brésilienne en charge des OGM (CNTBio) a approuvé, à 16 voix contre une, la dissémination dans l’environnement du moustique transgénique Aedes aegypti commercialisé par l’entreprise britannique Oxitec [1]. Le nom de code de cette lignée de moustiques génétiquement modifiées est OX513A. Pour les autorités brésiliennes, l’enjeu est de lutter contre la dengue, une infection virale potentiellement mortelle transmise à l’être humain par la piqûre de moustiques femelles. En 2013, 2,35 millions de cas de dengue, dont plus de 37 000 étaient des cas d’infection sévère, ont été signalés sur le continent américain, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

D’après la société Oxitec, qui a déposé la demande de commercialisation en juillet 2013, ces moustiques transgéniques permettraient de « contrôler » la population des moustiques porteurs de dengue en les rendant stériles. Des essais ont eu lieu dans plusieurs villes du Brésil depuis 2011, notamment à Juazeiro dans l’État de Bahia (nord-est du pays). 17 millions de moustiques mâles y ont été relâchés en deux ans, selon un reportage vidéo de France 24. C’est dans cette même ville qu’a été inaugurée à l’été 2012 l’usine Moscamed, co-gérée par le ministère de l’Agriculture brésilien, qui multiplie les œufs de moustique conçus par Oxitec. Du ministère de la Santé aux sociétés Oxitec et Moscamed, les propos sont unanimes : les lâchers de moustiques mâles génétiquement modifiés réduisent drastiquement – de 79% à 90% – la population de moustiques sauvages au bout de six mois.

Aucune étude indépendante

La technique utilisée par Moscamed consiste à insérer un gène perturbateur dans des œufs de moustiques qui les rend dépendants à un antibiotique, la tétracycline. Ce médicament est indispensable pour leur croissance, explique Oxitec. L’usine Moscamed se charge de détruire les œufs femelles et assure ne relâcher que les mâles qui ne peuvent pas piquer, donc transmettre la dengue. Ces moustiques mâles génétiquement modifiés sont censés s’accoupler dans la nature avec des femelles « sauvages » et engendrer des descendants non viables, contribuant ainsi à leur extinction progressive.

« Ces moustiques, lâchés dans la nature en quantité deux fois supérieure à celle des moustiques non transgéniques, attireront les femelles pour copuler mais leur progéniture n’atteindra pas l’âge adulte, ce qui devrait réduire la population de l’Aedes aegypti »
, avance le ministère de la Santé brésilien.


Or, aucune étude indépendante n’a validé les données avancées par Oxitec. Pour de nombreuses organisations écologistes, « le dossier est lacunaire. Aucun plan de suivi post-commercial n’est fourni par l’entreprise, et les soi-disant « résultats probants » des essais en champs (commencés en février 2011) n’ont pas été publiés », rappelle l’association Inf’OGM. Les essais réalisés avec ce même moustique génétiquement modifié, dans les îles Caïmans, ont également montré que la technologie n’était pas si efficace, et qu’il faudrait plus de sept millions de moustiques génétiquement modifiés stériles, par semaine, pour avoir une chance de supprimer une population sauvage de seulement 20 000 moustiques [2].

Reproduction incontrôlée d’insectes OGM ?


N’y a t-il par ailleurs aucune chance que ces OGM, présentés comme « stériles », se reproduisent ? Selon un document confidentiel rendu public par l’ONG anglaise GeneWatch – qu’elle a pu obtenir grâce aux lois britanniques sur la liberté d’information –, les moustiques génétiquement modifiés par Oxitec ne sont pas aussi stériles que prévu. La tétracycline, le fameux antibiotique dont dépendent ces insectes génétiquement modifiés, est très largement présente dans les eaux usées et dans la viande issue d’élevage industriel. « Or, les moustiques qui transmettent la dengue se reproduisent dans des environnements largement pollués par les eaux usées, souligne Christophe Noisette, d’Inf’OGM. En présence de cet antibiotique, leurs progénitures ont un taux de survie de 15 % environ et leur descendance sont capables d’atteindre l’âge adulte ».

L’étude citée par GeneWatch mentionne aussi que les moustiques GM peuvent survivre, même sans la présence de tétracycline, à hauteur de 3 %, ce qui rend impossible le contrôle de millions de moustiques lâchés dans la nature. « C’est un défaut fondamental de la technologie d’Oxitec qui devrait donc arrêter ses expériences », réagit Helen Wallace, directrice de GeneWatch. Aux côtés d’autres organisations [3], GeneWatch exprime également sa crainte que le nombre de « moustiques-Tigre » (Aedes albopictus), originaires d’Asie et également vecteurs de la dengue, n’augmente. Cette espèce extrêmement invasive pourrait en effet occuper la niche
écologique laissée par l’élimination des moutisques Aedes aegypti. C’est sur la base de cette absence d’étude d’impacts indépendante qu’une pétition a été lancée en Floride où la firme Oxitec avait prévu des essais à ciel ouvert. La pétition a recueilli près de 130 000 signatures et l’expérience dans cet Etat américain a été repoussée jusqu’à nouvel ordre.


Du coté d’Oxitec, on assure que cette technique serait « réversible ». « Les moustiques sauvages reviennent lorsque l’on arrête de traiter la zone ». Et c’est là une des clés financières pour Oxitec. Car les moustiques OGM fonctionnent comme des insecticides : pour qu’ils soient efficaces, il faut inonder les zones à traiter en permanence, ce qui implique une production continue de millions de moustiques transgéniques. En bout de course, des millions d’euros pour Oxitec qui a le monopole de cette « technologie ». Et qui a d’ores et déjà breveté l’idée dans la plupart des pays touchés par la dengue. Or, la moitié de la population mondiale environ est exposée au risque d’après l’OMS. Il ne reste plus à Oxitec qu’à attendre la confirmation de l’autorisation par l’Etat brésilien avant de commencer à percevoir ses royalties.

Le moustique OX513A deviendra alors le premier animal OGM librement commercialisé. D’autres animaux génétiquement modifiés ont déjà été autorisés, comme des poissons transgéniques fluo, nommés Glofish et Night Pear, destinés à un usage décoratif en aquarium
. Mais ils sont censés demeurer en milieu confiné.


@Sophie_Chapelle

http://lesmoutonsenrages.fr/2014/04/16/des-millions-de-moustiques-ogm-sur-le-point-detre-laches-dans-la-nature-au-bresil/




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 24 Avr - 02:10 (2014)    Sujet du message: DNA EDITING : CURING DISEASE OR CAUSING IT? Répondre en citant

DNA EDITING : CURING DISEASE OR CAUSING IT?



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Li-KxOraT1I&hd=1



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 25 Avr - 01:29 (2014)    Sujet du message: NASA'S NEW MISSION : WARBOTS? Répondre en citant

NASA'S NEW MISSION : WARBOTS?

 'Terminator' coming alive as agency explores humanoids 'for Earth applications'

Published: 2 days ago


  Steve Peacock About | Email | Archive

Steve Peacock is a freelance writer and photographer whose work has appeared in the Tampa Tribune, WND, Drug Enforcement Report, Corrections Journal and the Revered Review. He also is a teacher, storyteller, actor and poet.



While the federal government’s increased use and advocacy of drones over U.S. skies is widely known, its promotion of another technological advancement has received less attention: the accelerated deployment of “humanoid robots” into American society.

WND has discovered that NASA is recruiting help from industry and academia to speed up the commercialization of such robotic humanoids “for Earth applications.”

Among the applications is warfare, the agency said.

NASA said technical hurdles remain before sending human-like machines into combat operations and other “hazardous and remote environments.” Among the obstacles are “object recognition/detection” and “artificial vision,” according to a Sources Sought notice that WND discovered via routine database research.

The Johnson Space Center is open to producing intellectual property that NASA and its partners could co-own.

The government, however, also expressed willingness to fully fund the research and development and is equally open to allowing the products to “become the property of the partner” rather than the U.S. citizens who foot the bill for the initiatives.

The oil and gas industries in particular may benefit from the taxpayer-provided endeavor, the document says. Fire and rescue, telemedicine and post-disaster recovery also fall within the realm of possible uses for humanoid robots, according to NASA.

The U.S. has been using space-based humanoid robots for years. The time has come, NASA said, to leverage these technologies “to advance life on Earth.”

Although NASA began recruiting partners earlier this year, it has extended the deadline until May 31 to submit letters of interest in the project, according to a modified notice released April 10.

The pursuit of these and other “futuristic” endeavors comes at a time when a majority of Americans polled (59 percent) believe “technological advancements will lead to a future in which people’s lives are mostly better, while 30 percent believe that life will be mostly worse,” according to the Pew Research Center.

Specific to unmanned aerial vehicles, however, “the public is largely unenthusiastic,” the survey concluded.

It determined that 63 percent of Americans see it as a negative development if “personal and commercial drones are given permission to fly through most U.S. airspace.” Only 22 percent “think it would be a change for the better.”

Pew noted that the “widespread use of personal and commercial drones” is not futuristic but is imminent, depending as much on federal regulatory decisions as on advanced engineering.

Indeed, the Federal Aviation Administration soon will hold an open meeting to help it determine some of the next steps toward integrating drones into the National Airspace System.

Though the meeting will address issues such as privacy practices for UAS operations, FAA’s idea of “public” apparently is limited to government, university and industry players who will help the Obama administration succeed in making drones an ordinary part of Americans’ lives.

The gathering will focus on FAA’s intention to create an Air Transportation Center of Excellence, or COE, for Unmanned Aircraft Systems, a planned taxpayer-funded consortium of groups who hold a stake in pervasive drone deployment.

The announcement for the public meeting fails to make reference to citizen interest or participation, though neither does it explicitly prevent the public from participating. It does, however, express FAA’s desire to ensure “equal access for all academic and industry registrants.”

Registration for the Washington, D.C.-area meeting is “open to the public on a first come, first served basis by online registration only” via the center website.

Though the COE initially will focus on drone-related R&D, FAA will leverage the center to help it “fill some gaps in its roadmap to integrate” drones into the national airspace in a “safe, efficient and timely” fashion.

http://www.wnd.com/2014/04/nasas-new-mission-warbots/


Loading...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Avr - 23:51 (2014)    Sujet du message: MAKING NANOELECTRONICS LAST LONGER FOR MEDICAL DEVICES, 'CYBORGS' Répondre en citant

MAKING NANOELECTRONICS LAST LONGER FOR MEDICAL DEVICES, 'CYBORGS'

by Staff Writers
Washington DC (SPX) Feb 24, 2014



illustration only

The debut of cyborgs who are part human and part machine may be a long way off, but researchers say they now may be getting closer.

In a study published in ACS' journal Nano Letters, they report development of a coating that makes nanoelectronics much more stable in conditions mimicking those in the human body. The advance could also aid in the development of very small implanted medical devices for monitoring health and disease.

Charles Lieber and colleagues note that nanoelectronic devices with nanowire components have unique abilities to probe and interface with living cells. They are much smaller than most implanted medical devices used today.

For example, a pacemaker that regulates the heart is the size of a U.S. 50-cent coin, but nanoelectronics are so small that several hundred such devices would fit in the period at the end of this sentence.

Laboratory versions made of silicon nanowires can detect disease biomarkers and even single virus cells, or record heart cells as they beat. Lieber's team also has integrated nanoelectronics into living tissues in three dimensions - creating a "cyborg tissue."

One obstacle to the practical, long-term use of these devices is that they typically fall apart within weeks or days when implanted. In the current study, the researchers set out to make them much more stable.

They found that coating silicon nanowires with a metal oxide shell allowed nanowire devices to last for several months. This was in conditions that mimicked the temperature and composition of the inside of the human body. In preliminary studies, one shell material appears to extend the lifespan of nanoelectronics to about two years.

http://www.robodaily.com/reports/Making_nanoelectronics_last_longer_for_medical_devices_cyborgs_999.html



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Avr - 11:16 (2014)    Sujet du message: ROBODOC TO THE RESCUE : NASA TO SEND ROBOTIC DOCTOR TO SPACE Répondre en citant

ROBODOC TO THE RESCUE : NASA TO SEND ROBOTIC DOCTOR TO SPACE

by Staff Writers
Moscow (Voice of Russia) Feb 24, 2014


illustration only

NASA is developing a humanoid robot to perform medical procedures, including surgery, at the International Space Station and even en route to Mars.

The robot, which is named 'Robonaut 2,' is now undergoing further development and tests at Houston Methodist Research Institute.

Dr. Zsolt Garami, an instructor at the institute, told Computerworld that there is already a robot at the space station that can perform basic tasks, such as pressing buttons. However, he stated that Robonaut could serve a different, more advanced purpose than its predecessor - by acting as a nurse or physician.

"Our motivation was really when we saw astronauts perform ultrasounds on each other or on themselves.
Why not have a robot help? There's already a robot up in the space station, and he's already shown that he can switch buttons reliably. Why not make him a nurse or a physician?" said Garami.


Robonaut 2, or 'R2,' is the twin of an earlier R2 robot which was taken to the International Space Station (ISS) in 2011.

It has taken about 11 years to build the $2.5 million robot, which runs on 38 PowerPC processors. Those processors include 36 embedded chips that control the joints in its legs and arms.

Garami said he is confident that the robot will not have any trouble at the ISS, adding that his humanoid student is working much faster and more dexterously than his human students.

"I would say that within an hour I trained him more than with other students I've been working with for a week, so I think he's learning really fast," Garami said in a video released by NASA.

In the video, the automaton performs an ultrasound scan on a mannequin and demonstrates using a syringe as if it were giving an injection.

"His motions, without shaky hands, are very precise and gentle. There were no sudden motions," Garami told Computerworld.

Research shows that robots may be better at carrying out certain kinds of surgery than humans.

A study by the University of Maryland School of Medicine in 2008 showed that patients who underwent minimally invasive heart-bypass surgery using a robot had shorter hospital stays, faster recovery times, and fewer complications than patients who had undergone traditional surgery.

Garami wants Robonaut to perform surgery in space one day.

"Say you're sending two people to Mars and one has a medical emergency. One astronaut needs help but they're going to be 15 to 20 minutes with no video signal. They're left alone with no connection to Earth...I feel Robonaut could be a partner for them, helping them," he said.

Robonaut can't perform surgery just yet, but it is just about ready to perform CPR.

But Garami also has earthly intentions for Robonaut, believing the robot could be a huge asset to the military. He says that instead of sending a nurse or an army medic to save a life, Robonaut could carry the soldier out of danger and give medical assistance at the same time.

A spokesperson for NASA was a bit more grounded about how soon Robonaut might be on active duty, whether in space or on the battlefield.

"We are really just starting to explore this capability down here on the ground, and theirs is a significant amount of research to do before we would be able to make the jump to space," he said.

Source: Voice of Russia

http://www.robodaily.com/reports/RoboDoc_to_the_rescue_NASA_to_send_robotic_doctor_to_space_999.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Avr - 11:24 (2014)    Sujet du message: ROLLS-ROYCE BELIEVES TIME OF DRONE CARGO SHIPS HAS COME Répondre en citant

ROLLS-ROYCE BELIEVES TIME OF DRONE CARGO SHIPS HAS COME

by Staff Writers

Moscow (Voice of Russia) Mar 03, 2014


A practical step towards robotic maritime future is going to be made on local sea routes in the EU and the US, where lanes in coastal waters are operating under one jurisdiction.

Marine innovation engineering department at Rolls-Royce has presented a draft design of an ocean-going robo-vessel that could enter service within a decade. Experts remain highly skeptical that computers could replace human instincts anytime soon.

Rolls-Royce (RR/) Holdings Plc, which started designing autonomous cargo vessels in 2013, have presented in Bloomberg original computer design of crewless cargo ships. The vessels have a distinct difference from all modern ships: they lack any deck housing whatsoever.

"The idea of a remote-controlled ship is not new, it has been around for decades, but the difference is the technology now exists," announced Oskar Levander, head of marine innovation engineering at Rolls-Royce, in an interview to the Financial Times last December.

The explosion in development of drones operating in all environments predetermines that robotic vehicles and vessels are going to revolutionize transportation worldwide. And for the world's $375 billion shipping industry currently delivering 90 percent of world trade, that is going to be a hell of a challenge.

The bright outlook of saving money in commercial navigation by introducing robotic vessels keeps haunting British engineers, who want to stake a claim on being among the pioneers of drone cargo ships.

Rolls-Royce specialists realize that at the moment international regulators are not ready to embrace the idea of civil sea drones, but a journey of a thousand miles begins with a single step, so they are initiating public debate on the issue.

The company is now pushing for organizing legal arrangements for the huge undertaking because without agreed international regulations on drone seafaring in place all talks about creating robotic fleet are useless: the absence of legal market would be a barrier to demand.

"There is no point us developing remote-controlled ships if there isn't a market to sell them into," said Levander, Rolls-Royce's vice-president of innovation in marine engineering and technology, to Bloomberg. "We can make it happen faster technologically than we can on the regulatory side."

"Now the technology is at the level where we can make this happen, and society is moving in this direction," Levander said. "If we want marine to do this, now is the time to move."

A practical step towards robotic maritime future is going to be made on local sea routes in the EU and the US, where lanes in coastal waters are operating under one jurisdiction, he predicts.

"I think it will take more than 10 years before you have all the global rules in place, but you may have a local administration that is prepared to run [robotic ships] sooner," said Levander.

With the drone frenzy that engulfed America's military and even internet merchandise, with Google buying robot producers and Amazon announcing drone deliveries within five years' time unmanned maritime is inevitable, Levander believes.


"It is happening in all the other industries so it is only logical that it should happen in marine," he said.

With computers generally increasing their roles in navigation and operations, the transition to drone ships will happen gradually, assured Levander. Container and dry-bulk carrier ships are likely to get rid of crews first, while hazardous materials such as flammable oil and liquefied natural gas will demand manned steering, because of the "perception that having people on board is safer," he said. With time, remote-controlled ships will become even safer to operate than manned ones today, assured the Rolls-Royce expert.

The EU is currently funding 3.5-million-euro Maritime Unmanned Navigation through Intelligence in Networks project (MUNIN), similar to that of a plane's autopilot, when one crew sets a course for vessel and leaves the ship, whereas another crew meets the vessel overseas close to the destination port and sails it to the pier.

Drone skeptics

The economies of the robotic cargo vessels are obvious: no crew costs (average $3,299 a day, or about 44 percent of total operating expenses for a large freighter, according to Moore Stephens LLP, quoted by Bloomberg), no life-support system expenses, more space for cargo in absence of a bridge, control cabin and staterooms. Apart from giving additional space for cargo, such ships would use 15 percent less fuel, according to Bloomberg.


But potential investment needed to make ships steer themselves to destination might be high enough to consider the idea financially unattractive.

"I don't think personally that there's a huge cost-benefit in unmanned ships today, but technologically it's possible,"said Tor Svensen, chief executive officer of maritime for DNV GL, the largest company certifying vessels for safety standards, in early February. "My prediction is that it's not coming in the foreseeable future."

The UK-based International Association of Classification Societies so far hasn't developed unified rules for unmanned vessels operation.

"Can you imagine what it would be like with an unmanned vessel with cargo on board trading on the open seas? You get in enough trouble with crew on board," the organization's secretary Derek Hodgson told Bloomberg in early January. "There are an enormous number of hoops for it to go through before it even got onto the drawing board."

The London-based International Chamber of Shipping confirmed that drone ships are illegal under current international conventions. The chamber, representing over 80 percent of the global fleet, does not considering the issue serious at this point, shared spokesman Simon Bennett earlier in February.

"I'm not very much of a fan and think this is a long way off," said Peter Hinchliffe, secretary-general of the International Chamber of Shipping.

The International Maritime Organization (IMO), the UN agency that has overseen global shipping for almost 70 years, so far hasn't received any proposals on unmanned or remote-controlled ships, spokeswoman Natasha Brown confirmed in an email. The IMO's regulations apply to any vessel exceeding 500 gross tons, battleships and fishing boats excluded.

Without complying with IMO regulations, no robotic ships would be considered seaworthy and eligible for insurance, stressed Andrew Bardot, secretary and executive officer of the London-based International Group of P&I Clubs, representing 90 percent of the world fleet.

Besides legal obstacles, there is a human factor as well as there are well over a million seafarers worldwide.

The International Transport Workers' Federation, representing about 600,000 world's skilled maritime specialists strictly oppose the innovation, warning of the "dangers posed to the environment by unmanned vessels."

"It cannot and will never replace the eyes, ears and thought processes of professional seafarers," maintained Dave Heindel, chairman of the ITF's seafarers' section in London, in an emailed statement.

While Rolls-Royce maintains that unmanned ships are going to be more resistant to pirate attacks because there will be "no crew to take hostage," others believe the drone ships will see piracy flourish, because any remotely-controlled mechanism could be hijacked or manipulated, just like the American spy drone RQ-170 Sentinel safely grounded by Iranian military in 2011.

"Take the crews off a ship, and I will become a pirate,"wrote user rubadubdoobie in comments on the Bloomberg website.

"There are billions of dollars aboard nearly all of these ships. An unguarded ship, few security measures, billions of dollars as a sitting duck.... only a fool would NOT become a pirate, if there was literally no one to stop you or even ID you," wrote rubadubdoobie, adding that "These ships would be an unguarded ATM sitting in the middle of the ocean."

Source: Voice of Russia

http://www.robodaily.com/reports/Rolls_Royce_believes_time_of_drone_cargo_ships_has_come_999.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 1 Mai - 00:34 (2014)    Sujet du message: GOOGLE SAYS DRIVING FORWARD ON AUTONOMOUR CAR Répondre en citant

GOOGLE SAYS DRIVING FORWARD ON AUTONOMOUR CAR

by Staff Writers
San Francisco (AFP) April 28, 2014



Google said Monday it has made progress on its self-driving car and was "more optimistic" about its goal of developing a vehicle that can operate "without human intervention."

In a blog post, Google said that since its last update in August 2012, "we've logged thousands of miles on the streets of our hometown of Mountain View, California" to refine the software needed for autonomous vehicles.

Google, which has been testing self-driving cars since 2010, said it has overcome some of the obstacles in urban driving.


"A mile of city driving is much more complex than a mile of freeway driving, with hundreds of different objects moving according to different rules of the road in a small area," said the post from Chris Urmson, head of Google's self-driving car project.

"We've improved our software so it can detect hundreds of distinct objects simultaneously -- pedestrians, buses, a stop sign held up by a crossing guard, or a cyclist making gestures that indicate a possible turn. A self-driving vehicle can pay attention to all of these things in a way that a human physically can't -- and it never gets tired or distracted."

Google posted a video on its blog which illustrated how the autonomous car navigates through construction zones, detects pedestrians and cyclists, and handles railroad crossings, for example.

"As it turns out, what looks chaotic and random on a city street to the human eye is actually fairly predictable to a computer," Urmson said.

"We still have lots of problems to solve, including teaching the car to drive more streets in Mountain View before we tackle another town, but thousands of situations on city streets that would have stumped us two years ago can now be navigated autonomously. Our vehicles have now logged nearly 700,000 autonomous miles, and with every passing mile we're growing more optimistic that we're heading toward an achievable goal -- a vehicle that operates fully without human intervention."

bur-rl/bfm

http://www.spacemart.com/reports/Google_says_driving_forward_on_autonomous_car_999.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 12:23 (2014)    Sujet du message: WORLD'S MOST DISGUSTING ANIMAL? GOBLIN SHARK CAUGHT OFF THE COAST OF FLORIDA Répondre en citant

WORLD'S MOST DISGUSTING ANIMAL? GOBLIN SHARK CAUGHT OFF THE COAST OF FLORIDA 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Qh1Yy9mLVQY


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 6 Mai - 13:31 (2014)    Sujet du message: «NOUS CONSTRUISONS IRON MAN»: POURQUOI CETTE BLAGUE DE BARACK OBAMA N'EN EST PAS UNE Répondre en citant

«NOUS CONSTRUISONS IRON MAN»: POURQUOI CETTE BLAGUE DE BARACK OBAMA N'EN EST PAS UNE
 

Par Andréa Fradin | publié le 28/02/2014 à 17h44, mis à jour le 28/02/2014 à 17h54



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=77pnVFLkUjM

Barack Obama le 25 février et photo du film Iron Man

La formule a eu le don de provoquer l'hilarité.

A l'occasion d'un discours le 25 février dernier à la Maison Blanche, Barack Obama a lancé dans un sourire qu'«en gros, il était là pour annoncer que [les Etats-Unis] construisent Iron Man».

Et de poursuivre la petite blague (après 18 secondes sur la vidéo):
Citation:

«Je vais d'ailleurs décoller dans une seconde!
C'est un projet sur lequel on travaille depuis un certain temps [rires].
Pas vraiment....
Peut-être....
C'est [une information] classifiée!»



Au-delà de l'indéniable talent d'animateur du président des Etats-Unis et des rires de la salle, des observateurs se sont attardés sur l'annonce en elle-même: la construction d'Iron Man. Ou plus exactement, de l'incroyable armure du super héros du même nom, qui habite les pages des comics Marvel depuis les années 1960.

Ce personnage de génie multimillionaire dragueur et porté sur la bouteille, incarné au cinéma par Robert Downey Jr., tire en effet son super pouvoir non pas d'une mutation génétique, ou d'origines extraterrestres, mais d'une combinaison qu'il a créée de toute pièce, truffée de capteurs et d'armes ultra-sophistiqués.

Si les gens ont pris l'annonce de Barack Obama pour une blague, «la vérité est que oui, l'armée américaine construit Iron Man, écrit Gizmodo, et les premiers prototypes arrivent en juin».

Cette version militaire, américaine –et bien réelle– de l'armure du super héros porte le petit nom de TALOS pour «Tactical Assault Light Operator Suit» («armure légère d'assaut tactique»), rappelle Slate.com.

VIDEO : http://www.slate.com/blogs/future_tense/2014/02/27/obama_admits_that_iron_m…

Si cet Iron Man là ne vole pas, ou ne contient pas «de petits missiles», «la liste des fonctionnalités reste tout de même extrêmement impressionnante», écrivait déjà Gizmodo en novembre dernier.

Protection contre les balles et les chocs, armure ignifugée, technologies et capteurs embarqués, peut-on lire dans la plaquette officielle délivrée en mai 2013 par les Forces d'Opérations Spéciales américaines, mais surtout un dispositif visuel placé au niveau de la tête «qui donnera des informations en temps réel sur l'affrontement, ainsi qu'une vision nocturne», complète Gizmodo.

Un dispositif pas complètement futuriste puisque le chef des Opérations spéciales américaines déclarait en février que les premiers prototypes «pourraient être testés cet été», rapporte le site Defense Tech. Le déploiement de l'armure sur le terrain est pour sa part fixé à l'horizon 2018.

Une panoplie à ajouter au contingent déjà bien fourni de drones et de robots de combat que compte l'armée américaine, qu'elle entend en plus continuer à développer.
Et pour mener à bien cette mission de recherche et développement, soutenue notamment par l'emblématique Darpa (d'où proviennent notamment les prémices d'Internet), l'Administration pourra en plus compter sur la capacité du Président à désamorcer les peurs liés à un éventuel soulèvement d'une armée de robots façon Terminator.

Barack Obama et ses équipes ont en effet le don de savoir s'emparer de l'univers de la culture populaire: la preuve ici avec Iron Man ou début 2013 avec Star Wars, quand la Maison Blanche avait répondu avec beaucoup d'humour à une pétition demandant la construction de l'Etoile noire:
Citation:

«L’Administration partage votre désir de création d’emplois et d’une défense nationale forte, mais une Etoile de la Mort n’est pas envisageable. Voici quelques raisons:
  • La construction d’une Etoile de la Mort a un prix estimé à plus de 850.000.000.000.000.000$. Et nous travaillons dur pour réduire le déficit, pas pour l’augmenter.
  • L’administration ne soutient pas l’explosion de planètes.
  • Et pourquoi dépenserions-nous sans compter les dollars de vos impôts pour construire une Etoile de la Mort avec une faille fondamentale qui peut être exploitée par un vaisseau piloté par un seul homme?»



Dans la même veine, Washington avait officiellement réagi à une vidéo complotiste expliquant que les garde du corps de Barack Obama étaient des extraterrestres de type reptiliens, capables de changer de forme. La porte-parole du Conseil de sécurité nationale, rattaché à la Présidence, avait répondu à Wired qu'elle «ne pouvait pas confirmer les affirmations faites dans cette vidéo, mais que tout programme visant à protéger le Président avec des aliens ou des robots aurait probablement été limité ou éliminé du budget». Et de conclure: 
Citation:

«Je vous renvoie à la Zone 51 pour plus de détails.»

http://www.slate.fr/life/84021/iron-man-serieux-blague-obama-robot-armee




Revenir en haut
vigilance2013


Hors ligne

Inscrit le: 09 Mai 2014
Messages: 1
Localisation: FRANCE
Masculin

MessagePosté le: Ven 9 Mai - 14:13 (2014)    Sujet du message: GMO HUMAN CREATION Répondre en citant

 GMO HUMAN CREATION

 Pour nous  qui travaillons le sujet  sur tous les aspects liés au clonage humain , il y a là une similitude ( bien que partielle car il y a un embryon génomique au départ  ) : l'homme intervient dans un moment et un lieu ou se produit  ce qui est "réservé à Dieu seul": créer un nouvel être humain .... Explications :

Certains n'aiment pas que l'on évoque la pensée catholique . Néanmoins nous la donnons au moins pour les lecteurs ... catholiques et sinon  ceux qui sont fidèles à la loi naturelle ( le bon sens  commun) :

-le pape Pie XII dans une Encyclique (Humani Generi) affirme  que Dieu crée " directement " une ame spirituelle  ( n'oublions pas que sans ame spirituelle personne ne peut vivre , et que celle ci est inséparable du corps et de l'ame humaine, les trois restant inséparables ; c'est le principe m^me de la foi en la résurrection des corps dont parlent les Ecritures )

- le pape jean Paul II quant a lui répondait a une question lancinante  sur le principe de l'animation de l'être humain : est-elle immédiate ( dès que la première cellule humaine  embryonnaire apparait , après la fécondation de l'ovule ) ? , ou est-elle tardive ( courant très large  de ceux qui disent que l'âme spirituelle ne peut habiter l'être humain embryonnaire  que s'il est capable de relation humaine - ce qui n'est pas faux -  donc il faut que soit formé le tissu nerveux du cerveau et du coeur ) ? Ce pape a répondu : "Dieu crée une âme spirituelle qui imprègne et vivifie le génome dès son apparition"  ( 24 fevrier 1998 )

- depuis les scientifiques ont demontré l'existence de stimulus  et relations entre l'enfant et la mère dès la conception, ce que  relèvera le pape suivant Benoit XVI devant ces  faits confirmés par les scientifiques présents a l'Accadémie Pontificale pour la vie , comme pour confirmer ce que disait son prédécesseur.

L'exegese  sur fond du principe de l'animatioon immediate ( nous avons fait une enquete sur 5000 personnes choisies en France dans des villes importantes  moyennes  et rurales : 90% repondaient aussitot leur reponse spontanée : l'enfant recoit une ame , est animé , des sa conception) , a été faite  qui decouvre une hypothèse que personne n'a reussi a contredire : si Dieu est reellement present au moment et au lieu de la création humaine  ( l'homme lui m^me qu'il est en train de créer ) dans Son Acte Pur , alors celuici constitue un Sanctuaire  Divin , et sans voile , (sans intermediaire ).. Ce que le prophète Daniel au Ch 9  appelle le Saint des Saints  ne peut être le Saint des Saints du Temple de Jérusalem d'alors puisque  a la mort du Christ , dit l'Evangile , le "voile se déchira " et les prophéties avaient prevenu : quand le Messie sera venu il n'y aura plus de Saint des Saints ni de culte . Jesus dit lui m^me quand il parle du Temple ( le saint des Saints ) qu'il reconstruira  apres 3 jours ( sa résurrection ) : " il parlait du temple de Son Corps " .... Sans trop se tromper le sanctuaire nouveau c'est le Corps de l'Homme.

Nouvellement  "corps -ame -et esprit" inséparé de son créateur au moment de sa Création tel est le sort de tout homme : il est ce lieu du Sanctuaire  Divin  au moment même ou Dieu le crée.

Sinon comment comprendre ce que Daniel désigne  pour le déclenchement de la fin des temps ( Dn 9, 25)  comme la profanation du lieu Saint  : ce ne peut être la profanation de l'Eucharistie  qui selon les catholiques  permet de dire que le pain consacré EST le Corps du Christ ( Dieu vivant) ; selon plusieurs théologiens il ya encore  un voile  celui du pain  et de plus ce pain consacré a été profané depuis bien des siècles dans les messes noires et rites sataniques ... ce n'est de ce fait pas de cet acte sacrilège dont Daniel (sous la lumière de l'Archange Gabriel) voulait parler.

S'introduire  , introduire la main de l'homme ,  fut-il scientifique , dans ce moment pour agir  à la place de Dieu, en l'ignorant , en abominant le corps  - gène primordial d'une personne ( qui ne mourra jamais selon la Révélation ), en le privant de sa génération naturelle ( = union de son père et de sa mère ou du moins de leurs dons réciproques de leurs gamètes sexuelles ), de père , de mère ( par défaut elle sera "porteuse" ), cela constitue une abomination  et une désolation aussi pour cet enfant marqué des sa conception artificielle : un transfert "nucléaire " ( 1er traumatisme  contre nature ) dans un ovocyte "e-nucléé" ( 2ème traumatisme contre nature )  et "scission nucléaire" après transfert  par des impulsions electriques ( a son échelle de vrais éclairs ) jusqu'à ce que les mitoses  se renouvellent sans ces aides techniques . L'enfant en sera marqué  affectivement , psychologiquement , génétiquement . C'est bien  autrement que ce qu'on veut parfois faire croire :" le clone humain n'est rien d'autre qu'un jumeau "

Il s'agit bien d'une création contre nature aux conséquences innombrables et incalculables qui s'ajoute au fait qu'elle soit "sacrilège "

Pardon d'avoir été long.

 je recueille vos reactions positives et negatives : nous cherchons la verité !!

_________________
Vigilance clonage France depuis 1995 travail sur bioéthique, ontologie, politique, theologie et clonage humain . ses alertes : [url=http://catholiquedu.free.fr/INSTITUTNAZARETH.htm]


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 12 Mai - 01:56 (2014)    Sujet du message: PREMIER CLONAGE DE CELLULES ADULTES POUR CREER DES CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES Répondre en citant

 PREMIER CLONAGE DE CELLULES ADULTES POUR CREER DES CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES

 Nous avions posté l'alerte 21 qui donnait une depeche AFP exposant le succès de clonage et de son developpement humain jusqu'au stade uterin  Ici il s'agit de voir que des clones humains sont générables par la peau de personnes vivantes : le clonage humain  considéré comme crime contre l'espece humaine est  réalisable a tous les stades de son developpement ( en toute legalité en France si cela est réalisé a partir d'embryons humains  depuis Juillmet 2013 l'utilisation des embryons huùmains est autorisée pour la recherche et la PMA  , à l'instar de clones humains de personnes vivantes ou decédéespour lesquels la loi  bioéthique interdit depuis son vote en 2004 et condamne leurs auteurs  ) 


 http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/premier-clonage-de-cellules-adultes-pour-creer-des-cellules-souches-embryonnaires-18-04-2014-3778701.php

il s'agit bien de clonage humain de personnes vivantes considérées en France comme un crime contre l'espèce humaine ( preambule loi Bioethique 2004) 

 voici la depeche AFP

 PREMIER CLONAGE DE CELLULES ADULTES POUR CREER DES CELLULES SOUCHES EMBRYONNAIRES

 18 avril 2014, 19h18


Un chercheur travaille sur des cellules souches Spencer Platt


Des scientifiques aux Etats-Unis sont parvenus pour la première fois à cloner des cellules adultes humaines pour créer des cellules souches embryonnaires correspondant à l'ADN du donneur, une avancée dans la médecine régénératrice destinée à traiter des pathologies incurables.

Le corps médical fonde moult espoirs sur le clonage thérapeutique qui, à terme, pourrait permettre de réparer ou de remplacer des organes endommagés pour traiter le cancer, la cécité ou la maladie d'Alzheimer.

Dans le cadre de cette étude, les chercheurs ont utilisé la même technique que celle développée par le Dr Shoukhrat Mitalipov, le premier à créer en 2013 des cellules souches embryonnaires humaines à partir de cellules de peau, en recourant au clonage. Mais dans ce cas, la procédure avait été effectuée avec de l'ADN provenant d'un nouveau-né de huit mois.

Les cellules souches embryonnaires sont dites pluripotentes car ce sont les seules cellules capables de se différencier en tous types de cellules de l'organisme (cardiaques, hépatiques, pulmonaires...), qui en compte 200, et de se multiplier sans limite.

La recherche, publiée en ligne jeudi dans la revue américaine Cell Stem Cell, a été menée en Californie avec deux hommes de 35 et 75 ans par une équipe de chercheurs dont le Dr Robert Lanza, responsable scientifique d'Advanced Cell Technology. Elle a été en partie financée par le gouvernement sud-coréen.

Les chercheurs ont utilisé le noyau des cellules de la peau des deux hommes qu'ils ont transféré dans des ovocytes humains de donneurs, dont ils avaient retiré le noyau.

Les ovocytes ont ensuite généré des embryons primitifs. C'est à partir de ces derniers que les cellules souches embryonnaires à l'ADN similaire à celui des donneurs ont été produites.

Etant donné que "l'incidence de nombre de maladies pouvant potentiellement être traitées avec des cellules souches pluripotentes augmente avec l'âge, le clonage thérapeutique concernera surtout des adultes plus âgés", soulignent les chercheurs.

"Jusqu'alors, on n'était pas parvenu à cloner des cellules adultes pour créer des cellules souches embryonnaires". Ce processus paraissait plus difficile qu'avec des cellules de jeunes enfants ou de foetus, précisent-ils.

Cette approche présente l'avantage de ne pas utiliser d'embryons fertilisés pour obtenir des cellules souches, une technique qui soulève d'importantes questions éthiques, car dans ce cas l'embryon est détruit.

Mais les détracteurs de cette technique, comme l'Eglise catholique, estiment qu'elles présentent le risque de dérapage et de mener au clonage d'êtres humains, ce que contestent des scientifiques.

L'approche utilisée par ces chercheurs est similaire en principe à celle qui avait permis le premier clonage d'un animal et donné naissance à la brebis Dolly en 1996.

Les chercheurs ont depuis cloné 20 espèces, mais jamais de singes ou de primates dont la biologie de reproduction proche de celle des humains est plus complexe.

mais l'article AFP a tout faux sur le plan de ses commentaires  :
- il laisse croire que cette technique ne detruit pas d'embryons humains ( puisqu'elle utilise des cellules de peau d'adultes) alors que justement elle crée par la technique du clonage humain des êtres embryonnaires humains qui sont justement développés puis detruits à leur tour , au stade du blastocyste ( 7 è jour apres la conception du clone ), pour permettre d'en extraire et cultiver les trois lignées cellulaires (cardiaques, hépatiques, pulmonaires...),
 
-selon eux les detracteurs ( l'Eglise ) ne s'opposeraient qu'au fait que cela conduirait à deraper vers le developpement de ces êtres humains audelà du stade de blastocyste ( communément appelé clonage reproductif , qualifie et penalise comme crime contre l'espèce humaine ): les détracteurs c'est donc la loi elle m^me, du moins en France !!
 
- selon eux , la technique permet d'éviter d'utiliser de detruire des embryons humains surnuméraires pour developper de telles lignées cellulaires : c'est faux, puisque depuis le vote de juillet 2013 la loi française autorise pleinement l'utilisation des embryons humains surnuméraires pour la PMA et la recherche biomedicale (seul le clonage humain de personnes adultes et vivantes ou decédées est interdit , mais la loi ne l'interdit plus ni ne le penalise s'il est effectué a partir justement d'êtres humains non nés, autrement dit des embryons humains "abandonnés a la recherche", si leurs parents ne le demandent pas expréssément - encore faudrait-il que quelqu'un les informe que leur "enfant" pourrait être utilisé pour fabriquer des clones !!! )
 
-selon l'auteur c'est une réussite thérapeutique : c'est entièrement faux puisqu'il est reconnu par tous que ces lignées cellulaires sont hautement porteuses de risques cancérigènes : c'est d'ailleurs le motif qui prevaut a l'interdiction du clonage humain thérapeutique

( la finalité n'est donc pas la thérapeutique mais la transgression en matière de création humaine sans père , ni mère , ni patrimoine biologique paternel ou maternel , et sans contrainte de ce fait ethique, sociale, ni politique ( discernement lmaissé en France à la diligence des chercheurs , fussent ils des cloneurs , en France sans préjudice pour eux ).

Ainsi cet article est rien moins que se rendre complice d'une transgression inégalée faute d'éclairer le lecteur sur ce qui se passe vraiment : un eugénisme industriel sur un mode condamné à Nuremberg dans leur principe comme dans leur intention.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 12 Mai - 02:00 (2014)    Sujet du message: ALERTE 21 : LE CLONAGE HUMAIN REALISABLE DANS LES LABORATOIRES Répondre en citant

ALERTE 21 : LE CLONAGE HUMAIN REALISABLE DANS LES LABORATOIRES

CLONAGE HUMAIN    réalisé avec succès  jusqu'au stade uterin

Alerte 21 janvier 2013 

plusieurs tentatives infructueuses dans le monde ces dernières années .Recherche sur les cellules aux Etats-Unis. – AFP Alors que la recherche sur les cellules souches humaines était quasiment au point mort depuis quinze ans , des chercheurs américains viennent de mettre au point une nouvelle technique. Ces scientifiques de l’Université des sciences et de la santé et du Centre national de recherche sur le primate de l’Oregon ont démontré pour la première fois avec leurs travaux dévoilés mercredi qu’il est possible de créer des cellules souches embryonnaires génétiquement identiques à la personne dont elles sont dérivées. Ceci en transplantant du matériel génétique d’une cellule de peau adulte dans un ovocyte dont l’ADN avait été retiré . Ils sont parvenus à reproduire pour l’homme la même technique que celle utilisée pour la brebis Dolly, premier mammifère cloné de l’histoire à partir d’une cellule somatique adulte, cellule n’étant pas à l’origine de gamètes (spermatozoïdes ou ovules). « C’est un exploit sans équivalent », a jugé le biologiste George Daley de l’université d’Harvard. « Ils ont réussi là où de nombreux autres groupes, y compris le mien, avaient échoué. « Si l’exploit des biologistes de l’Oregon parvient à être répété par d’autres scientifiques dans d’autres laboratoires, cela offrirait un moyen, nettement plus efficace, de produire des cellules souches embryonnaires ». Des réticences : Si cette production de cellules souches peut aider au traitement de pathologies parfois très graves, elle demeure évidemment liée à la création in vivo par clonage d’êtres humains. Avant même que les résultats de l’étude soient rendus publics, une association britannique, Human Genetic Alert, en a dénoncé la publication. « Des scientifiques ont finalement libéré le bébé de ce que les apprentis cloneurs attendaient : une méthode pour créer de manière fiable des embryons humains clonés », a dit le docteur David King. « Cela rend impératif d’instaurer une interdiction internationale du clonage humain avant que soient menées de nouvelles recherches de ce genre », a-t-il ajouté, jugeant « totalement irresponsable d’avoir publié cette étude ».
Les cellules souches embryonnaires: avancée dans le clonage humain ?

D’arès J.Gallagher BBC News : Un embryon au stade blastocyste

Le clonage humain a donc bien été utilisé pour produire des embryons précoces, marquant une "étape importante" pour la médecine, disent des chercheurs américains.

Dr David King, qui appartient au groupe Human Genetics Alert, a averti que: "Les scientifiques ont finalement accouché ce que d'éventuels cloneurs humains ont tant désiré: une méthode pour créer de façon fiable des embryons humains clonés.

"Il est donc impératif que nous créons une interdiction juridique internationale sur le clonage humain avant que d'autres recherches aient lieu. C'est extrêmement irresponsable d'avoir publié cette recherche."

La technique utilisée - transfert de noyau de cellule somatique – à partir de cellules de la peau prélevées sur un adulte. L'information génétique a été placé à l'intérieur d'un ovule d'une donneuse dépouillé de son propre ADN. L'électricité a été utilisée pour encourager l'oeuf à se développer en embryon.. L'oeuf cloné n’avait jamais pu dépasser le stade de la cellule 6-12. Voici qu’une équipe de l'Oregon Health and Science University a pu mettre faire passer l'embryon au stade blastocyste - environ 150 cellules - ce qui est suffisant pour fournir une source de cellules souches embryonnaires.

Bébés clonés? Les scientifiques pourraient cloner entièrement une personne? Ces chercheurs ont certainement développé un embryon cloné plus que quiconque.

Mais la production d'un embryon âgé de cinq jours reste un monde si on le compare, disent-ils à une femme donnant naissance au premier clone humain.
L'embryon devra être implanté comme par FIV…

La technique prend un unique échantillon de cellules de la peau du patient cloné, mais les convertit en utilisant des protéines de cellules souches «pluripotentes induites».. Le Prof. Mason a déclaré que le programme de travail se penchait vers les cellules souches pluripotentes induites: «Il a eu beaucoup d'élan derrière elles, beaucoup de fonds et beaucoup de gens puissants maintenant." .

C’est que le Dr Lyle Armstrong, de l'Université de Newcastle avoue: "En fin de compte, les coûts de transfert cellulaire méthodes basées nucléaires somatiques pour la fabrication de cellules souches pourraient être prohibitifs." 

 EXTRAIT DE ALERTE 21 POSTEE EN JANVIER 2013 SUR

 http://catholiquedu.free.fr/INSTITUTNAZARETH.htm




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 16 Mai - 00:36 (2014)    Sujet du message: REPUTATION ET TRANSHUMANISME : GOOGLE DEVIENT-IL SANS LE DIRE UN «DR JEKYLL ET MR HYDE» ? Répondre en citant



REPUTATION ET TRANSHUMANISME : GOOGLE DEVIENT-IL SANS LE DIRE UN «DR JEKYLL ET MR HYDE» ?


9 mai 2014

Depuis quelques années, Google effectue des acquisitions très ciblées aux antipodes de ce qui constitue son ADN initial, à savoir l’indexation des contenus du Web et sa mise à disposition à travers diverses plateformes de diffusion comme YouTube, Android et Google +. Ces incursions d’un autre genre au croisement de la biotechnologie, de l’intelligence artificielle et de la robotique sont motivées notamment par la philosophie transhumaniste dont les deux fondateurs de Google sont proches. Pourtant, rien ou presque dans la communication corporate de l’entreprise ne s’attarde vraiment sur ces chantiers loin d’être superfétatoires. A ne rien laisser filtrer sur ses intentions exactes, Google risque-t-il un jour d’affronter un renversement d’image encore plus problématique que les controverses actuelles qui lui collent aux basques sur la protection des données persos et l’optimisation fiscale à tout crin ? Réflexions sur des signaux faibles dont il faudrait tenir compte.

Pour le quidam moyen, Google est un puissant et très pratique moteur de recherche sur Internet. Pour le technophile plus averti, Google est un prolifique incubateur de nouvelles technologies d’où sont sortis par exemple le système d’exploitation mobile Android, le navigateur Web Chrome mais aussi des projets plus fantasques comme la Google Car qui se conduit toute seule ou le projet Loon qui vise à fournir une connectivité ultra haut-débit pour les zones rurales grâce à des ballons stratosphériques. Pour les consommateurs, Google est aussi la ludique plateforme vidéo YouTube, l’incomparable cartographie visuelle StreetView et Earth ou encore la messagerie électronique Gmail. La liste est loin d’être exhaustive. Pour tous, c’est un champion hors catégorie à la trésorerie illimitée grâce à la manne publicitaire en ligne encaissée par le géant de Mountain View.

Google aujourd’hui : quelle perception ?






Cette vision est précisément celle qui forge et alimente aujourd’hui la réputation de Google. Une entreprise qui fascine indubitablement par son insondable capacité à multiplier les innovations numériques tout en élargissant sa présence dans de multiples secteurs économiques de manière plutôt disruptive. Mois après mois, le géant de Mountain View devient le poumon incontournable de divers écosystèmes. Il y a les marques vedettes comme YouTube, Chrome, Android mais aussi une cohorte de services toujours plus pointus comme par exemple Wallet, un système de paiement électronique sur mobile adopté actuellement par 10 millions d’utilisateurs (1). En janvier 2014, Google a ainsi posé le pied dans un nouvel univers en rachetant le fabricant de thermostats connectés Nest Labs pour 3,2 milliards de dollars (2). Spécialisée dans les produits intelligents pour la maison, cette start-up permet à Google d’entrer puissamment dans l’univers prometteur de la domotique.

Evidemment, cette ubiquité qui ne cesse de proliférer, ne manque pas de faire grincer des dents. Les acteurs traditionnels des secteurs pénétrés par Google se rebiffent et accusent ce dernier de position dominante et de tuer la concurrence à petit feu, notamment en manipulant l’algorithme du moteur de recherche qui favoriserait selon eux les produits et les services concoctés à Mountain View et dans les autres centres R&D de Google. D’autres s’agacent du non-respect des droits intellectuels comme dans le secteur de l’édition, de la télévision, de la culture et du manque à gagner induit par ces pratiques. Quant aux autorités politiques, elles ferraillent sans relâche contre la vision cavalière de Google au sujet de la collecte des données personnelles mais également sur l’astucieuse tuyauterie d’optimisation fiscale de Google d’où s’évaporent (en toute légalité) des montants dont les caisses des Etats seraient bien preneuses en ces temps d’économie troublée.

Une communication soigneusement pesée et séductrice

Face à ces multiples herses que les médias ne manquent pas de relayer à intervalles réguliers, Google ne reste pas sans réaction. Les dirigeants de Mountain View ont bien compris que le bras-de-fer peut temporairement aider à poser les jalons et gagner du terrain mais aussi qu’à un moment donné, le registre doit cultiver d’autres cordes thématiques. La première d’entre elles est la corde historique de la magie des produits Google et le discours enchanteur qui va de pair à l’intention des utilisateurs. Chez Google, toutes les énergies sont officiellement mobilisées vers la praticité, l’efficacité et le plaisir des expériences avec les services du géant du Web. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder l’actuelle campagne de publicité pour Chromecast diffusée sur les chaînes de télévision française. Force est de reconnaître que les outils mis à disposition sont incroyablement géniaux et d’une puissance rarement égalée.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=T0mr-HA1flc




Ensuite, Google sait cultiver et adoucir son image lorsque le contexte d’un pays l’exige. La deuxième corde activée est celles des partenariats technologiques avec des pépinières et des initiatives à but non lucratif pour apaiser les tensions et montrer au final que l’entreprise sait aussi se montrer citoyenne dans ses contrées d’adoption. Un emblématique exemple de cette approche est le Google Art Project avec des musées un peu partout dans le monde. Ces derniers disposent gracieusement des technologies de Google pour numériser des œuvres issues de leurs collections et permettre ensuite des visites virtuelles en haute définition sur Internet. Une recette que Google a déclinée à nouveau en 2013 pour la presse française avec laquelle elle était en conflit financier. Un fonds doté de 60 millions d’euros sur trois ans a ainsi vu le jour pour « trouver de nouveaux modèles d’affaire par l’innovation » (3) pour les sites d’info en ligne.

Autre atout d’image largement exhibé par Google : les conditions de travail « fun » en vigueur dans les bureaux et les Googleplexs. On ne compte effectivement plus les reportages sur l’ambiance « cool » des bâtiments aux couleurs vives où chaque employé peut se relaxer quand il veut en allant disputer une partie de Playstation, méditer au calme devant un aquarium reposant, se faire masser, jouer de la guitare électrique ou se sustenter dans les cantines et kitchenettes regorgeant de victuailles pour tous les goûts. Un pari payant puisque Google truste les distinctions RH et reste plébiscité par les moins de 40 ans. Tout récemment, Google a réactivé le filon en médiatisant largement celui qu’on surnomme « le chic type de Google » (4), Chade-Meng Tan. Auteur d’un programme de méditation best-seller, l’ex-programmeur donne des conférences itinérantes dans les locaux de Google sur la nécessaire empathie managériale !

Pendant ce temps-là, un autre agenda …


L’un des fameux robots de guerre de Boston Dynamics

Aujourd’hui, c’est véritablement ce fond d’image qui prévaut largement dans le traitement médiatique de Google et dans sa perception par l’opinion publique. La tonalité n’y est certes pas toujours sympathique et la polémique constamment en train d’affleurer. Néanmoins, les débats se cristallisent avant tout autour de la domination de Google et l’empire sans cesse en expansion que ce dernier tisse sur la Toile. Pourtant, en parallèle de cette profusion d’innovations technologiques et de partenariats divers, Google pousse également ses pions dans des domaines moins connexes au pur code informatique. Depuis deux ans, l’entreprise a en effet accru significativement son implication dans trois marchés bien spécifiques : l’intelligence artificielle, la robotique et la biotechnologie avec pour cette dernière un objectif de repousser la mort et les maladies !

Assez étonnamment, les médias ne s’en sont globalement que peu fait l’écho hormis quelques entrefilets çà et là. De même, il est bien ardu de trouver des informations détaillées sur les sites et blogs officiels de Google au sujet de ces chantiers d’un genre nouveau mais loin d’être négligeables. Pourtant, dans le domaine de l’intelligence artificielle, Google a fait un sacré bond en à peine un an en mettant successivement la main sur la start-up canadienne DNNresearch qui travaille dans les neurosciences et la start-up britannique DeepMind acquise pour 500 millions de dollars (5). En vue d’améliorer la puissance de son moteur de recherche, Google s’intéresse effectivement depuis un certain temps à la compréhension des schémas neuronaux humains et à leur réplication informatique dans une machine capable d’apprendre par elle-même.

Or, l’histoire ne s’arrête pas à l’amélioration scientifique du célèbre algorithme Google. Dans le même temps, Mountain View a mis le paquet pour racheter neuf sociétés de robotique (6) dont Boston Dynamics, connu pour les robots mis au point pour l’armée américaine, et Atlas pour son humanoïde bipède utilisable dans les situations de catastrophes naturelles. Enfin, troisième pan de l’agenda : l’accélération dans les biotechnologies et notamment le séquençage de l’ADN humain. En 2007, Google avait déjà investi 3,9 millions de dollars (7) dans 23andMe, une start-up dirigée par l’ex-femme d’un des deux fondateurs et visant à analyser le code génétique pour dépister les risques de maladies. En septembre 2013, le géant du Web frappe fort en annonçant la création de Calico. Financée par Google et dirigée par Arthur D. Levinson (actuel CEO de Genentech, un leader mondial en biotechnologies), la start-up vise ni plus ni moins à repousser la mort grâce à une connaissance encore plus fine de l’ADN.

Une autre image corporate se dessine



Loin d’être un scénario farfelu d’amateurs de science-fiction, les avancées de Google se sont également traduites par l’arrivée d’experts aux profils suffisamment explicites pour comprendre que Google devient autre chose qu’un simple géant numérique. Fin 2012, c’est d’abord Ray Kurzweil qui rejoint Google pour travailler sur « l’apprentissage automatisé et le traitement du langage » (8). En avril 2014, c’est Cynthia Kenyon, une autre ponte de la science qui est venue renforcer les projets de Google en rejoignant Calico avec son immense bagage sur les mutations génétiques étudiées à l’Université de Californie à San Francisco.

La figure de Ray Kurzweil est particulièrement symbolique de ce virage amorcé par Google. L’homme est en effet considéré comme le gourou du transhumanisme. Ce terme s’est répandu dans les années 90 à mesure que les nanotechnologies, la biologie génétique, l’informatique et les sciences cognitives ont commencé à converger sur des recherches communes et le concept d’« homme augmenté ». Chirurgien et président de DNA Vision, Laurent Alexandre résume cette philosophie (9) : « Les transhumanistes soutiennent une vision radicale des droits de l’humain (…) Selon eux, l’humanité ne devrait avoir aucun scrupule à utiliser toutes les possibilités de transformation offertes par la science (…). L’homme du futur serait ainsi comme un site Web, à tout jamais une « version béta », c’est-à-dire un organisme-prototype voué à se perfectionner en continu. Cette vision pourrait sembler naïve. En réalité, un lobby transhumaniste est déjà à l’œuvre des NBIC pour changer l’humanité ».

Ce courant de pensée touche de surcroît particulièrement les deux fondateurs de Google, Larry Page et Sergey Brin. En 2013, le premier a expliqué sur sa page Google + qu’il souffrait d’une paralysie partielle des cordes vocales. Quant au second, il est connu pour être génétiquement prédisposé à la maladie de Parkinson. Or, Google est précisément un des gros soutiens financiers de la Singularity University de Ray Kurzweil qui promeut cette vision futuriste d’un homme aux capacités décuplées par la technologie.

Quelles conséquences sur la réputation de Google ?



Pour l’instant, peu de personnes ont réellement conscience de ce visage un peu science-fictionnesque de Google. Pourtant, il n’a rien de délirant. En janvier 2014, Google a d’ailleurs annoncé une avancée très concrète sous la forme d’une lentille oculaire intelligente. Celle-ci permettra de surveiller certains aspects du corps humain comme le niveau de glucose pour les diabétiques et d’envoyer instantanément l’information à un ordinateur. L’hybridation entre l’ordinateur et l’humain n’est donc pas une lubie mais véritablement un nouveau terrain de développement technologique dont Google a finement perçu les perspectives et les enjeux.

Là où la problématique pourrait dans un proche avenir se corser, c’est que Google n’est pas pour autant d’une grande prolixité sur le sujet. Sur ses sites Web et ses blogs, il est quasiment impossible de trouver trace de contenus évoquant ouvertement ces projets transhumanistes. Excepté quelques concessions ponctuelles comme le récent reportage inédit du magazine américain Fast Company dans les locaux du très secret Google X Lab, le géant de Mountain View ne se montre guère bavard sur ce puzzle qu’il assemble à travers ses récents investissements financiers en intelligence artificielle, robotique et biotechnologie.

C’est là un piège potentiellement très crisique pour la réputation de Google. Dans une société contemporaine dominée par la défiance et un certain sentiment conspirationniste plutôt florissant, continuer à œuvrer à l’abri des regards revient à s’exposer au soupçon et in fine au rejet radical. Pour Google, l’équation est d’autant plus cruciale que son image est déjà quelque peu écornée en matière de respect de la vie privée et des données personnelles depuis l’affaire Snowden.

Or, on le voit actuellement avec les Google Glass. Si les thuriféraires inconditionnels de gadgets technos sont volubiles et enthousiastes, les réticences se font jour de manière croissante devant ces bésicles plutôt intrusives. Pour le moment, Google poursuit sur sa ligne corporate du « monde meilleur grâce à Google » pour se justifier. Pas sûr que cela suffise à lever les doutes, vaincre les peurs et faire accepter les changements. Surtout lorsqu’on parle d’un être humain qui pourrait bientôt être capable de fonctionner comme un algorithme !


Sources

(1) – Gilles Fontaine – « Google sans limites » – Challenges – 30 avril 2014
(2) – Sarah Belouezzane – « Google fait la troisième grosse acquisition de son histoire » – Le Monde – 15 janvier 2014
(3) – Amaury de Rochegonde – « Dix-neuf titres bénéficiaires » – Stratégies – 9 janvier 2014
(4) – Chrys Ayres – « Le gourou de Google » – Le Parisien Magazine – 18 avril 2014
(5) – Rishona Campbell – « Google’s acquisition of DeepMind hints to more intelligent web searches » – Dashburst – 13 février 2014
(6) – Ash K ; Casson – « Step inside the incredible world of Google’s semi-secret Californian facility » – Herald Scotland – 2 mai 2014
(7) – Paul Loubière – « Et Google refait le monde à son image … sans limites » – Challenges – 30 avril 2014
(8) – « Kurzweil joins Google to work on new projects involving machine learning and language processing» – Kurzweil Accelerating Intelligence – 14 décembre 2012
(9) – Laurent Alexandre – « Google et les transhumanistes » – Le Monde – 24 avril 2014


http://www.leblogducommunicant2-0.com/2014/05/09/reputation-et-transhumanisme-google-devient-il-sans-le-dire-un-dr-jekyll-et-mr-hyde/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 16 Mai - 00:46 (2014)    Sujet du message: GOOGLES SINISTER DNA PLANS (VOSTFR) LES PLANS SINISTRES DE GOOGLE.mp4 Répondre en citant

GOOGLES SINISTER DNA PLANS (VOSTFR) LES PLANS SINISTRES DE GOOGLE.mp4



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=22ufILGg8Ak


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Mai - 12:11 (2014)    Sujet du message: CREATURES FROM THE DEEP SIGNAL MAJOR EARTH CHANGES : IS ANYONE PAYING ATTENTION? Répondre en citant

CREATURES FROM THE DEEP SIGNAL MAJOR EARTH CHANGES : IS ANYONE PAYING ATTENTION?

Genetic modification, nano Synthia creatures (Gulf of Mexico), Fukushima mutation, creatures from the abyss... ? All evil creatures of this new world order. Be on your guard.


Anna Martin
Sott.net

Thu, 22 May 2014 16:29 CDT


When we pay attention to what is happening with the animals of the world, they can tell us a lot about our environment and predict changes that we, as mere humans, would normally not pick up on as quickly (or at all). Like the canaries that were once used to detect toxic gas in coal mines, animals are sensitive to things that humans are often oblivious to (before it's too late), and noticing those 'things' can sometimes mean the difference between life or death for large numbers of people. Besides having senses that humans lack, animals also inhabit places that we don't, like the oceans and the skies, places that border our living space and eventually impact it. So, what happens to them often happens to us a little later.

Recently, I've noticed what seems to be a significant increase in odd animal behavior - particularly, very recently. I'll only talk about marine life here, though similar weirdness is affecting other animals and insects of the world. Let's begin with a few reports from the start of this month.

Rare and unknown fish popping up everywhere. What in the world is going on with that?

On May 1st, there was a report of a rare, nearly 7-foot-long, 100-pound Atlantic sturgeon found along the Connecticut River.


The Atlantic sturgeon found on the Connecticut river, May 2014.

On May 3rd, shrimp fishermen caught a goblin shark off Key West, Florida. The Goblin Shark is a species thought to swim only in deep waters off Japan and the Gulf of Mexico. These strange creatures are so rarely seen that this was only the second known sighting in the area. The first ever sighting was 10 years earlier.

 

Goblin shark

A very strange-looking creature for sure.

Stranger still (maybe strangest of all) was a report on May 4th of an unidentified fish-like creature with huge teeth found on a South African beach. There is speculation that the creature may be some kind of mutated species. Whatever it is, it's certainly bizarre.


Unidentified fish-like creature

On the same day, a fisherman caught what is believed to be a rare deep sea-dwelling 'Rhinochimaera' near Pamban, India.


Rhinochimaera

On May 8th, an extremely rare female deep-water megamouth shark was caught off the coast of Shizuoka, Japan. It is believed to be only the 58th known sighting of the animal on record, and only the 13th off of Japan.


Megamouth shark


Sea lion pups

Possibly related, on May 13th, on the other side of the Pacific, 650 emaciated and dehydrated sea lion pups washed up on the Californian coast over a two-month period, continuing a pattern from last year. The article states:
typ2 a écrit:


A new report from the National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) all but eliminates disease as a cause of the problem that saw another 1,600 pups stranded on beaches between January and April last year. While it does not settle on a single culprit, the report points a long finger at the decline of sardines in the region, a primary source of nourishment for sea lions.

The article goes on to say that an assessment found that sardine populations had collapsed 74% since 2007. So, if loss of sardines is starving the sea lions, what's happening to the sardines?

On May 16th, a rare deep-sea Lancetfish (with very sharp teeth) was found washed ashore in North Carolina.


Rare deep sea Lancetfish

On the same day, a monster jellyfish visited the beaches of southwest Wales, very far north of its native habitat in the warmer waters of the Mediterranean.


Monster jellyfish

On May 17th, a very unusual and unidentified fish was caught off a pier in Pensacola, Florida. The news report confidently states that "researchers will confirm the ID of the species", although they may have to search paleontological records since eyewitnesses said that it looked "prehistoric".


Not yet identified "prehistoric" looking fish


Melon headed whale

Lastly, on May 18th, a deep sea-dwelling melon-headed whale was rescued near Brunswick Heads, Australia. He was released back into deep water, but returned to shore soon after and beached himself again.

On top these sightings of rare and deepwater fish, there were also several reports of whales washing up dead:

May 6, 2014: Dead whale drifts into port of Felixstowe, UK

May 7, 2014: Dead sperm whale rotting on Cape St. George shoreline, Newfoundland

May 13, 2014: Dead whale found floating in Delaware River, Philadelphia

May 15, 2014: Humpback whale washes ashore at Öffersey, Iceland

May 15, 2014: 20-tonne southern right whale carcass beached near Cape Town, South Africa

May 16, 2014: Dead humpback whale found at Pareora Beach, New Zealand

You could say that dead whales aren't such an unusual occurrence, and, granted, some of the whales might have been caught in fishing line or struck by a boat, as some articles suggest, but when we consider the ever-increasing number of instances like these in recent years and the conditions surrounding them, along with all the reports of other marine die-offs and odd behavior, it doesn't seem plausible that fishing accidents can account for all of the cases. Death by natural causes, the Fukushima nuclear accident, and the BP oil spill disaster might also account for some incidents, though again, not likely all.


Oarfish

...

Read more : http://www.sott.net/article/279515-Creatures-from-the-deep-signal-major-Ear…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Mai - 13:15 (2014)    Sujet du message: DES CHERCHEURS ONT ELABORE UNE CELLULE ZOMBIE PLUS EFFICACE MORTE QUE VIVANTE ! Répondre en citant

DES CHERCHEURS ONT ELABORE UNE CELLULE ZOMBIE PLUS EFFICACE MORTE QUE VIVANTE !



Hadrien Miche, le 26 février 2013

La science fiction en a rêvé, vous en avez rêvé, les américains l’ont fait ! Ils ont réussi à développer une cellule morte… toujours en fonction… Vous avez dit zombie ? On vous explique tout ça…

Il s’agit d’une première mondiale, les chercheurs n’en reviennent toujours pas d’avoir réussi leur expérience et que les résultats surpassent ce qu’ils avaient imaginé : la cellule morte s’est montrée plus performante que lorsqu’elle était vivante, on imagine le pire…

Les scientifiques du Laboratoire National de Sandia et de l’Université du Nouveau-Mexique ont eu recours à une technique originale. Ils ont enduit des cellules de mammifères avec une solution de silice pour former une sorte de blindage perméable autour de la protéine de la cellule vivante, et permettre ainsi aux chercheurs de confronter la cellule à des températures et des pressions inimaginables pour une cellule vivante.

Chauffée à 400°C, la cellule s’évapore littéralement et laisse dans la silice une réplique tridimensionnelle des structures minéralisées et des fonctionnalités complexes de l’organisme vivant qu’elle était avec une précision quasi atomique, tout en préservant la spirale de l’ADN cellulaire. Étonnamment, la cellule morte reste capable d’effectuer certaines de ses anciennes fonctions. Parfois, elle les réussit même mieux que lors de son vivant grâce aux propriétés du silice qui lui permettent de résister à des températures et des pressions qu’elle n’aurait jamais pu endurer par exemple.

Le chercheur Bryan Kaehr déclare d’ailleurs : « Nos cellules zombies jettent un pont entre la chimie et la biologie
en créant des cellules qui, non seulement ressemblent comme deux gouttes d’eau à elles-mêmes mais sont aussi capables de travailler sans relâche ».




Nous sommes encore loin d’une Umbrella Corporation (l’entreprise responsable de l’apparition des zombies dans Resident Evil), mais les scientifiques sont plutôt dans l’optique d’utiliser ces structures de silice afin d’améliorer les performances de certains produits dans les secteurs environnementaux.

http://dailygeekshow.com/2013/02/26/decouvrez-le-premier-zombie-cree-par-lh…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Mai - 22:18 (2014)    Sujet du message: LE CODE GENETIQUE A ETE VIOLE AVEC SUCCES. L’ADN NE SERA PLUS JAMAIS CE QU'IL A ETE Répondre en citant

LE CODE GENETIQUE A ETE VIOLE AVEC SUCCES. L’ADN NE SERA PLUS JAMAIS CE QU'IL A ETE

8 mai 2014jeanyvesnau Uncategorized le monde, Nature, Science, Slate.fr

Bonjour

Des biologistes californiens viennent d’annonce avoir créé une bactérie dotée d’un code génétique d’un nouveau genre, inventé par l’homme. Un autre alphabet, enrichi, de la vie. Une prouesse technique ?  Une folie demain incontrôlable ? « First life with “ alien” DNA » titre  Nature qui publie cette première. La revue ajoute : An engineered bacterium is able to copy DNA that contains unnatural genetic letters.

L’anglais est toujours plus performant pour dire, synthétiquement, l’effrayant. « Scientists Add Letters to DNA’s Alphabet, Raising Hope and Fear » ajoute The New York Times (Andrew  Pollack) (voir ici)

Historique

A l’exception du Monde  et de Slate.fr  (disclaimer) les médias français ne se sont guère intéressés au sujet. Pont du 8 mai ?  Pour l’heure, retenez ces noms : Denis A. Malyshev et Floyd Romesberg. Ces biologistes travaillent au Scripps Research Institute de La Jolla (Californie). Avec six de leurs collègues ils annoncent avoir franchi une nouvelle étape, historique, dans la manipulation du vivant. Cette équipe signe donc dans Nature  une communication qui pourrait faire date dans l’histoire de la biologie (1).

Ils annoncent la création d’une bactérie porteuse d’un patrimoine génétique qui n’a jamais existé depuis le début de la vie sur la Terre : une bactérie dont le code génétique n’est plus seulement constitué des « quatre lettres  de l’alphabet du vivant » : les quatre « bases azotées » A, T, C, G structurant la célèbre hélice de l’ADN. Mais une bactérie comportant en son sein ces quatre « lettres » associées à deux autres, synthétiques, créées par les chercheurs américains. Il faudra bien vite écrire une suite à Gattaca.

Bactéries « augmentées »

En pratique l’équipe américaine annonce avoir réussi à intégrer dans le génome d’une Escherichia coli, une nouvelle paire de bases baptisées  « d5SICS » et « dNaM ». La prouesse technique réside dans le fait que ces deux éléments ont non seulement été « tolérés » par Escherischia coli mais que cette bactérie les a intégré au sein de son propre mécanisme de reproduction d’elle-même. En d’autres termes ces structures artificielles sont présentes dans la quasi-totalité de la descendance des bactéries artificiellement « augmentées ».  C’est cette transmission au fil de la réplication bactérienne qui constitue une  première.

L’affaire couvait de longue date. Il y a treize ans précisément  (Science du 20 avril 2001) nous découvrions les travaux de l’équipe américaine dirigée par Peter G. Schultz (Scripps Research Institute de La Jolla, déjà) et de celle, franco-américaine, dirigée par Philippe Marlière, fondateur de la société Evologic. Ces chercheurs étaient parvenus à créer, de deux manières différentes, une Escherichia coli ne correspondant plus vraiment aux règles du code génétique naturel, et contenant, en son sein, un acide aminé modifié.

Greffe synthétique

Le résultat d’aujourd’hui n’a été obtenu qu’au prix d’une succession de manipulations complexes. Il s’agissait en substance d’obtenir que ce microorganisme fruit d’une très longue évolution « accepte » cette greffe synthétique de nouvelles « lettres » du vivant.  Pour l’heure ces lettres sont tolérées au sein du vivant bactérien, ce qui constitue en soi un événement.

L’étape suivant, plus attendue encore, est de savoir si cette greffe s’intègrera pleinement dans l’intimité de la machinerie bactérienne et comment elle en modifiera le sens et les fonctions. Une intégration qui se transmettra d’elle-même. Que restera-t-il alors de l’antique Escherischia coli et quels seront les profils et les performances  des nouvelles Escherischia coli « augmentées » ?

Biologie réinventée

Il ne s’agit plus ici  d’une simple « recombinaison » de fragments de génomes créés à partir d’un alphabet du vivant, alphabet tenu jusqu’ici pour universel et indépassable. Il s’agit bien au contraire de la création d’une vie bactérienne nouvelle à partir d’un alphabet « enrichi » de deux nouvelles « bases ». De ce point de vue les perspectives ouvertes sont considérables, enthousiasmantes pour les uns, potentiellement effrayantes pour d’autres. Ces travaux réactivent à quarante de distance et sur une toute autre échelle les angoisses nées avec l’émergence des nouvelles techniques dite de « génie génétique » qui ont donné naissance aux OGM.

La publication de Nature pourrait bien être l’étape précédant une sorte de biologie réinventée, complétée, renouvelée par l’homme. Deux écoles s’opposent déjà. Pour les uns on peut voir là un Eldorado avec d’innombrables applications dans les champs environnementaux, énergétiques ou médicaux. Pour les autres il faudra vite déchanter quant aux applications commerciales.

Démiurge

Il semble clair, en revanche que l’homme a créé là des microorganismes bactériens qui pourront pianoter sur un nouveau clavier, infiniment plus large, de son métabolisme et de sa reproduction ; des microorganismes à mi chemin du naturel et de l’artificiel, aux frontières du « paranaturel » ; des bactéries comme frankensteinisées. On parle déjà ici de xénobiologie. Le chercheur français Philippe Marlière   voit la xébobiologie  comme la discipline qui verra la création de formes de vie radicalement étrangères à celles connues sur Terre, qu’il s’agisse de la chimie ou du codage génétique.

« Les travaux de Denis A. Malyshev et Floyd Romesberg  constituent le franchissement d’un « cap symbolique historique, a-t-il déclaré au Monde. Une troisième paire de bases entièrement artificielle a pu être répliquée in vivo. Il ne s’agit que de quelques générations dans une bactérie, mais le Rubicon est franchi. » M. Marlière ne dit pas ce qui attend l’homme sur l’autre rive du Rubicon. Ni ce qui, généralement, attend le démiurge au tournant.

A demain

(1)    “A semi-synthetic organism with an expanded genetic alphabet” Denis A. MalyshevKirandeep Dhami,Thomas Lavergne,Tingjian Chen,Nan Dai,Jeremy M. Foster,Ivan R. Corrêa & Floyd E. Romesberg Nature (2014 )doi:10.1038/nature13314

Pour l’histoire (et pour les spécialistes), l’abstract de la publication de Nature  :

« Organisms are defined by the information encoded in their genomes, and since the origin of life this information has been encoded using a two-base-pair genetic alphabet (A–T and G–C). In vitro, the alphabet has been expanded to include several unnatural base pairs (UBPs). We have developed a class of UBPs formed between nucleotides bearing hydrophobic nucleobases, exemplified by the pair formed between d5SICS and dNaM (d5SICS–dNaM), which is efficiently PCR-amplified1 and transcribed in vitro, and whose unique mechanism of replication has been characterized67. However, expansion of an organism’s genetic alphabet presents new and unprecedented challenges: the unnatural nucleoside triphosphates must be available inside the cell; endogenous polymerases must be able to use the unnatural triphosphates to faithfully replicate DNA containing the UBP within the complex cellular milieu; and finally, the UBP must be stable in the presence of pathways that maintain the integrity of DNA. Here we show that an exogenously expressed algal nucleotide triphosphate transporter efficiently imports the triphosphates of both d5SICS and dNaM (d5SICSTP and dNaMTP) into Escherichia coli, and that the endogenous replication machinery uses them to accurately replicate a plasmid containing d5SICS–dNaM. Neither the presence of the unnatural triphosphates nor the replication of the UBP introduces a notable growth burden. Lastly, we find that the UBP is not efficiently excised by DNA repair pathways. Thus, the resulting bacterium is the first organism to propagate stably an expanded genetic alphabet. »

http://jeanyvesnau.com/2014/05/08/le-code-genetique-a-ete-viole-avec-succes-ladn-nest-plus-ce-quil-a-ete/


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:24 (2016)    Sujet du message: LES HYBRIDES, LES ROBOTS, LES CLONES ET PLUS... (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> LES HYBRIDES, LES ROBOTS, LES CLONES ET PLUS... (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 37, 8, 913, 14, 15  >
Page 8 sur 15

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com