LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES HYBRIDES, LES ROBOTS, LES CLONES ET PLUS... (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 318, 19, 20, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> IA/AI - LES HYBRIDES, LES ROBOTS, LES CLONES ET PLUS... (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Mar 3 Oct - 04:33 (2017)    Sujet du message: OCTOPUS ROBOTS : A CHOLET, UNE START-UP DEVELOPPE UN ROBOT QUI FAIT TOUT POUR L'ELEVAGE AVICOLE Répondre en citant

OCTOPUS ROBOTS : A CHOLET, UNE START-UP DEVELOPPE UN ROBOT QUI FAIT TOUT POUR L'ELEVAGE AVICOLE

il y a 5 jours




28/09/2017 – 08hO0 Cholet  (Breizh-Info.com)  – C’est ce qu’on appelle une innovation disruptive. Le robot d’Octopus Robots, une start-up implantée au cœur de Cholet – un positionnement en centre-ville revendiqué, change radicalement le métier d’éleveur de poulets. Autonome, de taille peu imposante, il ne brutalise pas les poulets et fait un certain nombre de tâches très importantes pour l’hygiène, mais dont la réalisation manuelle prenait jusqu’alors beaucoup de temps pour des résultats généralement insatisfaisants.

Octopus bénéficie de recherches faites depuis plusieurs années. En 2000 le PDG Olivier Somville rachète une entreprise spécialisée dans la métrologie de haute précision. En 2011, il le diversifie dans la désinfection des hôpitaux. « A la base, on avait des machines fixes pour désinfecter les blocs opératoires dans les hôpitaux. Puis on a découvert qu’il y avait du potentiel pour la désinfection de grands volumes, supérieurs à 100 mètres cubes, mais que c’était infaisable avec des machines fixes. Il fallait donc rendre la machine mobile, donc faire un robot. J’ai tout vendu et je suis reparti sur cette idée », en 2014.

Aujourd’hui, Octopus, c’est 15 employés et un marché presque infini – il y a 1 million de bâtiments d’élevages à traiter pour les 80 plus grands groupes avicoles de la planète, mais le robot peut aussi désinfecter des grandes surfaces, des halls d’hôpitaux, des gares, des voies ferrées etc. Primée au SPACE à Rennes en 2016 pour son innovation, l’entreprise était à nouveau présente au SPACE 2017.

VIDEO (delete) : https://www.youtube.com/watch?v=GWNJwNoBN40

OCTOPUS ROBOTS | LE ROBOT DE DECONTAMINATION MOBILE, AUTONOME ET INTELLIGENT



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=AI9N53ejUis



Faciliter la vie aux éleveurs et lutter contre l’antibiorésistance

Modulaire, le robot Octopus Poultry Safe est partiellement imprimé en 3D et protégé par plusieurs brevets. Il peut brasser les litières, procéder à des vaccinations, mais aussi propager dans les bâtiments un « brouillard sec, des micro-gouttelettes de biocide qui détruisent les bactéries, les germes de staphylocoque doré, l’E. Coli etc. et s’infiltrent partout, saturant le bâtiment », nous explique le PDG, Olivier Somville. L’avantage : il n’y a pas de condensation, « les structures du bâtiment ne sont pas abîmés par les produits comme c’est le cas avec une désinfection classique ».

« Dès la première désinfection avec nos robots, dans un élevage avicole, à la demande d’un vétérinaire qui y avait constaté une épidémie de fièvre hémorragique, l’éleveur n’a relevé aucune nouvelle mortalité », explique Olivier Somville. Conséquence pour un élevage qui s’équipe avec le robot Octopus Poultry Safe : « une diminution de la mortalité des poulets, de leur consommation de médicaments, et une très forte réduction de leur déclassement en abattoir. La marge de l’éleveur augmente donc ».

Par ailleurs, le recours aux antibiotiques est évité, et donc le phénomène de développement de bactéries multi-résistantes est endigué. L’antibiorésistance, reconnue comme problématique majeure par l’ANSES, a été la cause de 13.000 décès en 2015 en France ; 160.000 patients contractent des infections chaque année. D’après l’OMS, il y aura 10 millions de morts par an à cause de l’antibiorésistance en 2050 si aucune solution n’est trouvée.

Son travail achevé, le robot, pourvu d’une intelligence artificielle et bardé de capteurs interactifs divers et variés rentre lui-même à sa base pour s’y recharger en électricité et en biocides. Qui sont en fait des mélanges d’huiles essentielles ou du péroxyde d’hydrogène (eau oxygénée). Bien pulvérisés, ils permettent l’éradication des agents pathogènes comme si le bâtiment avait été vidé et stérilisé. L’agriculteur n’a plus qu’à définir l’heure à laquelle le robot doit vaquer à ses tâches, celui-ci peut traiter jusqu’à 1000 mètres cubes avant d’aller recharger ses batteries.

Outre la désinfection et le traitement des poulaillers, le robot cartographie en permanence la température des bâtiments, l’humidité, les niveaux de Co² et d’ammoniaque, le niveau sonore et la luminosité. Les données sont compilées en continu dans une base Big data et l’éleveur est prévenu si le robot relève des anomalies qui peuvent entraîner la mort d’animaux. La base du robot – où se trouvent les capteurs, les caméras thermiques et l’intelligence artificielle – ne pèse que 35 kilos et dispose d’une autonomie de 20 heures, « ce qui permet de surveiller efficacement les abords des élevages ; cette application intéresse déjà certains éleveurs », précise Olivier Somville.

Les poulets ne sont pas brutalisés par le robot : alors qu’ils sont prompts à s’entasser sur eux-mêmes et à s’étouffer lorsqu’un humain entre dans leur bâtiment, ils avancent doucement devant le robot, équipé d’une jupe de protection, certaines poules ou dindes montent même dessus faire un tour de manège.

Après une levée de fonds de 1,5 millions d’€ bouclée en deux semaines auprès de gestiionnaires privés pour fabriquer en série son robot, complétée par une autre levée de fonds de 500.000 € en crowdfunding, Octopus a commencé à le commercialiser dès 2017. La fabrication sera faite à Cholet, avec des pièces qui proviennent notamment de RBL Plastiques, à Châteaubriant (jupe de protection, châssis et réservoir). Les premières livraisons auront lieu dès décembre 2017. Octopus Robots a déjà acquis « six imprimantes 3D professionnelles » pour réaliser les pièces les plus complexes à Cholet même.

« La base du robot, avec les capteurs et l’intelligence artificielle, coûtera 35.000 €. Après, il y a plusieurs modules qu’on branche en plug and play sur le robot, dont le prix pourra aller jusqu’à 50.000€ avec toutes les options », précise Olivier Somville, dont l’objectif est de « produire 1000 unités par an en vitesse de croisière ».

Il a déjà séduit déjà des éleveurs français, mais aussi brésiliens, belges, néerlandais, canadiens, lituaniens… ou russes. La société, assez pro-active par rapport à bien d’autres PME, a déjà embauché des collaborateurs qui parlent russe, espagnol, anglais, arabe… pour commercialiser son robot. En France, Doux, LDC ou encore Agrial s’y intéressent. « En France comme à l’étranger, nous avons été identifiés par la plupart des plus grands acteurs de l’aviculture », explique Olivier Somville. La start-up, qui continue à grossir, prévoit d’entrer en bourse « d’ici 6 à 8 mois ».

Un enjeu anti-terroriste important

Il y a bien d’autres utilisations possibles. « Aujourd’hui, s’il y a une attaque terroriste avec un agent bactériologique, un germe d’Ebola par exemple, rien n’est prévu pour désinfecter le bâtiment touché », nous explique Olivier Somville. « Nous avons interrogé les acteurs concernés : ce n’est pas le rôle des pompiers, ni des forces de l’armée ou de la police… en dernier ressort c’est à la mairie de faire le nécessaire. C’est à dire que la mairie de Paris par exemple ira s’adresser au dératiseur du coin, faute de dispositif ad hoc, avec des matériels faits pour la désinfection post-attentat des bâtiments ou des contenants concernés » (par exemple un centre de tri postal qui aura vu transiter des colis avec des bactéries de la maladie du charbon… comme cela a été le cas en 2001 aux Etats-Unis (5 morts, le ou les auteurs des envois meurtriers n’ont jamais été trouvés).

Si les terroristes utilisent pour l’heure des moyens à bas coût, faciles à mettre en œuvre et qui n’attirent pas l’attention (attaques au couteau, tireurs isolés, voitures bélier…), le terrorisme low cost n’est pas la seule menace qui pèse sur la France. En 2015, le gouvernement a autorisé la pharmacie des armées à distribuer du sulfate d’atropine aux équipes du Samu et des pompiers, un antidote puissant contre les gaz toxiques.

Octopus a pris des contacts avec des prestataires de nettoyage pour la désinfection de grandes surfaces telles que les aéroports, mais aussi d’abattoirs ou d’usines de transformation. Un projet est aussi en cours avec la SNCF pour le desherbage des voies ferrées, puisque le glyphosate sera bientôt tout à fait interdit. « Des essais ont déjà été faits avec le robot sur des voies ferrées et sont concluants », remarque Olivier Somville. « Celui-ci dispose d’une très grande autonomie, d’un poids réduit – de l’ordre de 70 kilos avec tous les modules – il est polyvalent, ça ouvre de nombreuses possibilités d’utilisation. Dans le domaine de la désinfection aujourd’hui, il y a énormément de travail ».

Louis-Benoît Greffe
Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

https://www.breizh-info.com/2017/09/28/78313/octopus-robots-a-cholet-start-…


Dernière édition par maria le Sam 10 Fév - 04:02 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 3 Oct - 04:33 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Jeu 5 Oct - 15:00 (2017)    Sujet du message: THE WORSHIP OF DEIFIED A.I. HAS OFFICIALLY BEGUN... NAISSANCE DE LA PREMIERE RELIGION FONDEE SUR L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE Répondre en citant

THE WORSHIP OF DEIFIED A.I. HAS OFFICIALLY BEGUN...



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=vzC4RAE1vJs

Article : http://www.iflscience.com/technology/...


NAISSANCE DE LA PREMIERE RELIGION FONDEE SUR L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Publié par wikistrike.com sur 8 Octobre 2017, 08:34am

 


Il avait déjà fait parler de lui pour d’autres raisons. Anthony Levandowski, le père de la voiture autonome de Google (Waymo), est accusé d’avoir transmis ce secret technologique à la concurrence, en l’occurrence Uber, le géant du VTC. Le procès opposant les deux entreprises, qui devait avoir lieu début octobre aux États-Unis, vient d’être repoussé au 4 décembre.

Mais cet ingénieur américain de 37 ans, figure incontournable de la Silicon Valley, s’illustre ces jours-ci dans un autre registre : la fondation d’une « nouvelle religion ». C’est ce qu’a révélé fin septembre le site Internet américain Wired.

Intitulée « Way of the Future » (La voie de l’avenir), cette organisation religieuse existerait en fait depuis septembre 2015. Selon les documents légaux déposés par Anthony Levandowski, il s’agit de « développer et promouvoir la prise de conscience d’une divinité basée sur l’intelligence artificielle » pour « améliorer la société ».

Religieux, le transhumanisme ?

L’information n’a pas échappé à Natalia Trouiller, directrice de l’association catholique Noé 3.0, qui se veut une présence « priante et moderne sur les réseaux sociaux ». Persuadée « depuis le départ » que le transhumanisme est bien un discours religieux, et non scientifique, Natalia Trouiller dément l’hypothèse selon laquelle Anthony Levandowski n’aurait créé cette religion que parce que celles-ci, aux États-Unis, sont exonérées d’impôts sur les dons qu’elles reçoivent.

« Pour moi, le transhumanisme est un délire progressiste et de type religieux, qui a toutes les chances de se poursuivre en France et en Occident », alerte l’ancienne chargée de communication du diocèse de Lyon. « D’abord à cause de la tentation perpétuelle de l’humanité à vouloir se sauver par ses propres forces ; ensuite à cause de l’attrait du gnosticisme dans le monde contemporain, qui consiste à voir le corps comme une entrave et à rêver de s’en débarrasser. »

Intitulée « Way of the Future » (La voie de l’avenir), cette organisation religieuse existerait en fait depuis septembre 2015. Selon les documents légaux déposés par Anthony Levandowski, il s’agit de « développer et promouvoir la prise de conscience d’une divinité basée sur l’intelligence artificielle » pour « améliorer la société ».

Religieux, le transhumanisme ?

L’information n’a pas échappé à Natalia Trouiller, directrice de l’association catholique Noé 3.0, qui se veut une présence « priante et moderne sur les réseaux sociaux ».

Persuadée « depuis le départ » que le transhumanisme est bien un discours religieux, et non scientifique, Natalia Trouiller dément l’hypothèse selon laquelle Anthony Levandowski n’aurait créé cette religion que parce que celles-ci, aux États-Unis, sont exonérées d’impôts sur les dons qu’elles reçoivent.

« Pour moi, le transhumanisme est un délire progressiste et de type religieux, qui a toutes les chances de se poursuivre en France et en Occident », alerte l’ancienne chargée de communication du diocèse de Lyon. « D’abord à cause de la tentation perpétuelle de l’humanité à vouloir se sauver par ses propres forces ; ensuite à cause de l’attrait du gnosticisme dans le monde contemporain, qui consiste à voir le corps comme une entrave et à rêver de s’en débarrasser. »
 
Source : Une nouvelle religion fondée sur l’intelligence artificielle suscite des inquiétudes – La Croix

http://www.wikistrike.com/2017/10/naissance-d-une-premiere-religion-fondee-sur-l-intelligence-artificielle.html


Dernière édition par maria le Lun 9 Oct - 14:08 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Ven 6 Oct - 02:14 (2017)    Sujet du message: THE FUTURE THE US MILITARY IS CONSTRUCTING : A GIANT, ARMED NERVOUS SYSTEM Répondre en citant

THE FUTURE THE US MILITARY IS CONSTRUCTING : A GIANT, ARMED NERVOUS SYSTEM 


September 26, 2017 

Service chiefs are converging on a single strategy for military dominance: connect everything to everything.

Leaders of the Air Force, Navy, Army and Marines are converging on a vision of the future military: connecting every asset on the global battlefield.

That means everything from F-35 jets overhead to the destroyers on the sea to the armor of the tanks crawling over the land to the multiplying devices in every troops’ pockets. Every weapon, vehicle, and device connected, sharing data, constantly aware of the presence and state of every other node in a truly global network. The effect: an unimaginably large cephapoloidal nervous system armed with the world’s most sophisticated weaponry.

In recent months, the Joint Chiefs of Staff put together the newest version of their National Military Strategy. Unlike previous ones, it is classified. But executing a strategy requiring buy-in and collaboration across the services. In recent months, at least two of the service chiefs talked openly about the strikingly similar direction that they are taking their forces. Standing before a sea of dark- blue uniforms at a September Air Force Association event in Maryland, Air Force Chief of Staff Gen. David Goldfein said he had “refined” his plans for the Air Force after discussions with the Joint Chiefs “as part of the creation of the classified military strategy.”
The future for the Air Force? The service needed to be more like a certain electric-car manufacturer.

“Every Tesla car is connected to every other Tesla car,” said Goldfein, referring to a presentation by Elon Musk about the ways his firm’s vehicles learn from their collective experience. “If a Tesla is headed down the road and hits a pothole, every Tesla that’s behind it that’s self-driving, it will avoid the pothole, immediately. If you’re driving the car, it automatically adjusts your shocks in case you hit it, too.”

Goldfein waxed enthusiastically about how Tesla was able to remotely increase the battery capacity of cars in the U.S. Southeast to facilitate evacuation before the recent hurricanes.

“What would the world look like if we connected what we have in that way? If we looked at the world through a lens of a network as opposed to individual platforms, electronic jamming shared immediately, avoided automatically? Every three minutes, a mobility aircraft takes off somewhere on the planet. Platforms are nodes in a network,” the Air Force chief said.

The idea borrows from the  “network centric warfare concept that seized the military imagination more than a decade ago. But what leaders are today describing is larger by orders of magnitude. It’s less a strategy for integrating multiple networks into operations more efficiently than a plan to stitch everything, networks within networks, into a single web. The purpose: better coordinated, faster, and more lethal operations in air, land, sea, space, and cyberspace.

So the Air Force is making broad investments in data sharing. Maj. Gen. Kimberly A. Crider, the service’s first data officer, is setting up a series of experimental tests in the Nevada desert at Nellis Air Force Base near Las Vegas, seeking to better understand “what happens when we actually connect into this resilient and agile network” said Goldfein. The Air Force’s current experimentation with next-generation light tactical attack aircraft are as much about hardware as networks, he said. “Not only what can I buy and what can they do, but more importantly, can they connect? Can they actually share? And can we tie it to a new network that’s based on sharable information that gets me beyond the challenges I have right now in terms of security?”  

The Air Force is also fielding new connected devices. The handheld “Android Tactical Assault kit” or ATAK, designed with special operations forces, provides a common operational picture of everything going on — basically, doing what a huge command-and-control station used to do a few years ago. “What we determined was that there were so many devices on the battlefield that had information that we weren’t collecting. Rather than build a system to pull that in, we actually went to a commercial entity and they created an algorithm. It’s user-defined and it pulls in whatever data you need and puts it on Google Maps,” said Goldfein.

The Air Force used the device during this year’s hurricane relief efforts, sending rescue teams to people reaching out for help on social media, Goldfein said.

Don't Miss
Our scope would be in helping the Air Force to think about operations they would be conducting that would incorporate joint sensors and platforms, like destroyers.
James Chow, Air Force Science Board

The Air Force Science Board is also launching a study into how to control a constellation of objects, some in the air, some in the sea, some on land, some piloted by humans and others more autonomous. James Chow, the board’s new head, said the study would also consider how to connect to other services.

Importantly, although the study would come out of the Air Force, it wouldn’t stop at just Air Force equipment but would extend to other weapons and vehicles in the battlespace, like Navy destroyers, said Chow.

“Our scope would be in helping the Air Force to think about operations they would be conducting that would incorporate joint sensors and platforms, like destroyers, I think that has to be part of it. And that is within the charter of the study,” Chow  said, adding that the study has “the highest priority level for Air Force leadership.”

The Multi-Domain Army and Marine Corps

The U.S. Army, too, is investing big dollars into figuring out how to connect everything on the battlefield. An Army Research Lab program called the Internet of Battle of Things will be led by researchers at the University of Illinois, with help from the Universities of Massachusetts, multiple California State branches, Carnegie Mellon, and SRI International.

The Army is currently revising its Operating Concept for itself the Marine Corps for 2025-2040. It basically forms the framework for writing future Army doctrine, which in turn shapes training, weapons acquisition, and operations. The final draft won’t be available until the Association of the United States Army conference in October, but sources close to the drafting process said it will focus on networked, multi-domain battle.

The Marines are already conducting experiments along these lines. In April, the Corps’ Warfighting Lab staged a beach assault, linking together robots, ships, satellites, amphibious assault vehicles to share targeting info and other situational intelligence.

The Marines are also looking at tanks that are digitally connected through their armor, according to Lt. Gen. Robert Walsh, who leads Marine Corps Combat Development Command and serves as Deputy Commandant for Combat Development and Integration. Speaking at a Navy event in July, Walsh recounted how he had recently emerged from a meeting with makers of new “reactive armor” for tanks.

When you start linking these platforms together, [the rate of progress is] not exponential…it’s factorial.
Adm. John Richardson, Chief of Naval Operations

Walsh said that the armor — he declined to name the vendor— could heal itself while sending information about the direction of the attack to other units and back to headquarters. “It’s not, ‘we defeat a missile with a capability,’” Walsh said. “It’s ‘we quickly figure out where that came from.’ What I found was, after talking to Marines out there, that could bring out a much more offensive capability where we were originally talking about bringing a defensive capability to bear.”

Read that to mean faster clobbering of the enemy immediately after they shoot at you, rather than cowering from them. 

The Navy: “Network Everything to Everything”

Navy leaders, too, are eager to connect every object on the sea, land, air, space and cyberspace. This is no exaggeration. As Adm. John Richardson, Chief of Naval Operations, put it during the Navy’s Future Force Expo in Washington, D.C., in July, “I want to network everything to everything.”

This is necessary to preserve the U.S. Navy’s advantage, even if Richardson gets the larger 355-ship fleet he seeks — hardly a given in today’s industrial and budgetary landscape. Adversaries are building more and better ships and weapons, and even the U.S. superiority in orbital and terrestrial sensing is diminishing. The cost of launching a constellation of spy sats is dropping as the satellites become smaller and launches become cheaper.

“It’s going to be more and more difficult to find ranges and places where we can do exercises and practice without being observed,” the admiral said. “Think about the number of surveillance cameras that followed you on your way to this conference this morning. This idea of sensing is becoming ubiquitous and it’s shifting the competitive space in this [observe, orient, decide and act] loop so that no longer are we superior in that first mode, in the ability to observe.

That’s becoming a very level playing field. Competition is shifting to ‘what do I do with that information.’ How do I manage…that avalanche of data?…The momentum of the game is not in our favor…We have to recapture that momentum.”

Networking everything is the way to win that competition. “When you start linking these platforms together, [the rate of progress is] not exponential…it’s factorial,” he said, meaning orders of magnitude greater than a rate of progress that is even orders of magnitude greater than a linear progression.

The Navy has already made some important progress. Last year, an experimental datalink allowed the pilot of a Marine Corps F-35B strike aircraft to send targeting data to an Aegis destroyer, which shot down the target drone with an SM-6 missile.

Interconnections

This push is too new, and still too developmental, to have attracted much concern from the public or Capitol Hill. But that will change. When Richardson’s remarks talk hit Twitter, arms-control watcher Jeffrey Lewis professed a touch of concern.
twitter-tweet a écrit:

The optimism embedded in a statement like this makes me uncomfortable. https://t.co/RITQ7XInLO
— Jeffrey Lewis (@ArmsControlWonk) July 21, 2017

 

Certainly, “network everything to everything” sounds a bit like the setup for the Terminator franchise, wherein a fictional defense contractor, Cyberdyne Systems, convinces the Defense Department to link the U.S. arsenal to a single artificially intelligent entity. Skynet, of course, determines that humans are a threat to its existence and uses its ubiquitous command and control powers to launch a war on humankind.Military leaders hate comparisons between their own tech projects and anything from the Terminator franchise. The reference usually comes up in discussions about individual drones with missiles or “killer robots.” Defense Department watchers are always keen to remind people that official policy is to keep humans at the top of the command-and-control loop, overseeing —or at least retaining veto power — over the decision to take life.

But artificial intelligence will play an important supporting role in helping commanders and operators makes sense of what’s happening on with all of these inter-linked devices and weapons, even as it steers and operates burgeoning fleets of near-autonomous drones, unmanned tanks, robot boats, and the like.

The effort to understand exactly how well all of these moving parts will co-ordinate has only barely begun. But it is the direction that the United States military is moving with both determination and speed.

  • Patrick Tucker is technology editor for Defense One. He’s also the author of The Naked Future: What Happens in a World That Anticipates Your Every Move? (Current, 2014). Previously, Tucker was deputy editor for The Futurist for nine years. Tucker has written about emerging technology in Slate, ... Full bio
http://www.defenseone.com/technology/2017/09/future-us-military-constructing-giant-armed-nervous-system/141303/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Dim 8 Oct - 01:00 (2017)    Sujet du message: HUMAN ANIMAL DNA MIXED LAST DAYS FINAL HOUR END TIMES NEWS Répondre en citant

HUMAN ANIMAL DNA MIXED LAST DAYS FINAL HOUR END TIMES NEWS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=uEnygmUoSFY

Reptilian Dr Lyle Armstrong. Take a look to his eyes. Creates new evil creatures and monsters.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Oct - 12:38 (2017)    Sujet du message: THE RISE OF TECHNO-GODS : THE MERGING OF TRANSHUMANISM AND SPIRITUALITY Répondre en citant



THE RISE OF TECHNO-GODS : THE MERGING OF TRANSHUMANISM AND SPIRITUALITY





by Carl Teichrib
November 30, 2010
 
By Carl Teichrib (www.forcingchange.org

   Standing at the guest booth on the outskirts of the Temple grounds in Salt Lake City, the young lady behind the counter asked if we were attending "the conference."

   "Not the conference," my wife explained, "but a conference." 

   A momentary look of confusion crossed the greeter's face. After all, the Latter-Day Saints' General Conference was only hours away, and for the Mormon community GC is the event of the year. Why else would we be in Salt Lake City? 

   I tried to clarify; "We're here for a conference sponsored by the Mormon Transhumanist Association."

   This didn't help. 

   Like the Mormon greeter, you too are probably wondering; "What in the world is transhumanism?"

   In short, Transhumanism is the ultimate goal of Technocracy. In past editions of Forcing Change, a series of articles were published on Technocracy as a meta-movement: the idea that the works of Man's hands can save Humanity – hence, technology and science forms the basis of a Technocratic society. Transhumanism takes this to its ultimate conclusion: The development of the post-human or neo-human.

   Based on the premise that evolution is true, transhumanism looks to shape the human species through the direct application of science. In other words, by employing technology we can take hold of the evolutionary process and change it as we desire, thus becoming the masters of our future. To this end, advocates of transhumanism ascribe to a multitude of possible options.

   The Mormon Transhumanist Association (MTA) gives us an overview,

   "…visions of a neohuman future will evolve as time goes on. As imagined now, possible neohuman traits, all involving technological enhancements to current human capacities, include:

- highly advanced intellectual capabilities, greater than ours in magnitude as ours are greater than those of other animals

- physical bodies that are immune to disease and aging

- the ability to communicate complex thoughts and emotions instantaneously without visual aids or speech

- expanded sensory inputs that enable higher awareness of even distant environs

- superhuman strength and agility

- perfect control of individual desires, moods, or mental states

- increased capacity to experience joy, love, pleasure, and other emotions."

   Superhuman strength! Longevity and disease-free living! Mind-to-mind communications… Does this sound like science fiction, or science-magic?

   Although less magical sounding, the following examples are no less mind-blowing. They represent a portion of this author's research, and are considered to be paths moving us beyond humanity.

1.    DNA: Now that we are unlocking the secrets of DNA, we can alter our genetic makeup to augment desirable traits and block negative characteristics. It's hoped such a move will bring longevity and eradicate diseases. Other possible outcomes include the production of designer babies in the womb, and even introducing DNA from other species into the human code; thus building a "Human Plus" equipped with advanced physical and cognitive traits. Such a trans-human would be "transgenic" – literally a human GMO (Genetically Modified Organism).     

2.    Computer Interfacing and AI: As the secrets of the brain are discovered, it is anticipated that a time will arrive when the mind is efficiently interfaced with cyber-space. It is believed that in such a scenario the brain, once "plugged-in," could allow the mind to surf the network, download and upload from the web, receive memory upgrades, and converge with a global mind-to-machine community – forming a type of cyber-hive. Or, according to some cybernetic purists, to allow one's consciousness to completely leave the bounds of flesh and enter cyber-space as an electronic entity. After all the brain, it's argued, is an electrochemical organ. This mind uploading, it's believed, could culminate in what the Catholic mystic, Pierre Teilhard de Chardin called the noosphere: the emergence of a living, global consciousness. The web would thus "come alive." 

   When asked what the single most important development will be in 20 years, George Dvorsky of the Institute for Ethics and Emerging Technologies said,

   "Interface technologies that bridge the gap between the human brain and the internet. In twenty years, our interaction with the web will be so seamless that it will be considered an exosomatic organ. Implications include ubiquitous access to all knowledge stores on the net and 'techlepathy'."[ii]
    
        Another version of the noosphere approach is through AI – Artificial Intelligence, particularly within the model of global computing. In this scenario the system takes on a type of cyber-life when super-sophisticated computing networks actively gather user's data and monitor online behavior, and then independently act on this collective knowledge. Today, post-human theorists are contemplating what this global AI model would look like, including world "simulation programs" that could tabulate and pursue the most efficient ways to order a transhuman society. 

3.    Nanobots: By injecting nanobots – programmable, microscopic-like robots – into the human body, cells and tissue might be manipulated in detail. Diseased cells could be hunted down and eradicated. Direct drug delivery could be accomplished. Maintenance of brain-computer interfacing could be done at the microscopic level. Humanity could be reconfigured cell-by-cell. Nanobots could be introduced by injection or within a pill capsule. 

   The above examples are grounded in theoretical research and present-day realities. Consider GMO technology, which has been in use since the 1960s.[iii] GMO cropping is a staple in the agricultural industry, especially with canola. But the science goes beyond plants; China just announced it has created a transgenic monkey to be used for medical experiments,[iv] Kraig Biocraft recently claimed it has genetically modified silkworms to produce spider silk,[v] and in 2009 a Spanish team created a "a clone of the extinct Pyrenean ibex" – which only lived a short time, yet demonstrated the potential to re-create extinct species.[vi]

   Likewise, brain interfacing and mind implants, along with nanotechnology, are no longer the stuff of science fiction. Much theoretical work has been done, experimentation is ongoing, and major breakthroughs have occurred. It's amazing what has already been accomplished; the question now isn't, "should we look to alter the human species?" But what will the new human experience be?  

   Ironically, while the future is being played with in laboratories and technical institutes, the foundation of transhumanism rests on an ancient desire: Man becoming Deity, Apotheosis. Posthumanism, therefore, is the technical quest for the Holy Grail, Ascension through engineering. It's modern-day Alchemy and Magic, the contemporary manifestation of the Secret Doctrine; "All is One, and that One is Divinity."[vii] Or said another way; "Jesus is no less Divine because all men may reach the same Divine perfection."[viii]   

   Mark Pesce, a co-inventor of 3-D interfacing for the worldwide web, and a panelist and judge on ABC's show The New Inventors, puts it this way,

"Once the genome was transcribed, once we knew what had made us human, we had – in that moment – passed into the Transhuman. Knowing our codes, we can re-create them in our so-called synthetic rows of 1s and 0s. Artificial Life.         

   And now we have discovered the multiverse, where nothing is true and everything is permissible. And now we will reach into the improbable, re-sequence ourselves into a new Being, de-bugging the natural state, translating ourselves into supernatural, incorruptible, eternal.

               There is no God but Man."[ix]

   Pesce, a leading Transhumanist, depicts ascension in Biblically twisted terms. 

"Men die, planets die, even stars die. We know all this. Because we know it, we seek something more – a transcendence of transience, translation to incorruptible form. An escape if you will, a stop to the wheel. We seek, therefore, to bless ourselves with perfect knowledge and perfect will; To become as gods, take the universe in hand, and transform it in our image – for our own delight. As it is on Earth, so it shall be in the heavens. 

The inevitable result of incredible improbability, the arrow of evolution is lipping us into the transhuman – an apotheosis to reason, salvation – attained by good works."[x]

   Human cloning researcher, Richard Seed, throws an ugly spin on the subject. 

"We are going to become Gods. Period. If you don't like it, get off. You don't have to contribute; you don't have to participate. But if you're going to interfere with me becoming God, we're going to have big trouble. Then we'll have warfare."[xi]

   These quotes are troubling, but is Transhumanism a serious movement, or just the hype of some utopian dreamers? Sure, the technology to alter humanity and shape society either exists or is fast coming on line, but is Transhumanism a real movement or just some techno-fad? The answer to this quandary comes by following the money. If it's only a fad, you can expect sponsorships to reflect an amateurish level. 

   However, if Transhumanism is more than a passing techno-curiosity, then the sponsors and partners would be recognizable. Significant players should be involved. Is this happening?

   Case in point: Singularity University. Designed as a leadership institute, Singularity is recognized for its positions on Transhumanism and radical social change. This school deals with the theoretical aspects of Transhumanism and emerging technologies, with an eye towards the exponential increase in knowledge and science. Even the name speaks to the coming post-human world, as "singularity" represents a point in a future time when technological change takes place so fast it produces a qualitative shift in society: the birth of a super-intelligence, the merging of Man and Machine. So who supports Singularity?

- National Aeronautics and Space Administration, aka NASA: Singularity is hosted at the NASA Ames research center in Silicon Valley.

- Google.

- ePlanet Ventures (a capital investment firm who works with high-tech medical and media companies, including Skype).

- Autodesk (the producers of AutoCAD).

- Kauffman Foundation (one of the largest foundations in the United States; based on the work of pharmaceutical giant Ewing Kauffman).

- Canon.

- International Space University, and many others. 

   Beyond Singularity University, the transhumanist program has been advanced through the sponsorship of well-recognized institutions – like Oxford, Stanford and Caltech – and by large non-profit groups such as the Templeton Foundation. Another transhuman organization that focuses on nanotechnology, the Foresight Institute, has received sponsorships from Apple, Ford, ARCO, Beckman, Sun Microsystems, Mitsubishi, Intel, Xerox, and other industry leaders. The US National Science Foundation has also been looking at the future of Transhumanism, including its ethical development, and in 2003 produced a report on technologies that will enhance human abilities; the report was titled Converging Technologies for Improving Human Performance: Nanotechnology, Biotechnology, Information Technology and Cognitive Science. Finally, DARPA – the Defense Advanced Research Projects Agency, which is a technical branch within the US Department of Defense – has been working on programs that are transhuman in nature, such as the Physical Intelligence project. According to Michael Anissimov, the Media Director for the Singularity Institute, DARPA has been funding "dozens of human augmentation projects around the world."[xii]  

   So much for it being a passing fad. 

Transhumanism and Mormonism      

 
   After traveling two days through one Canadian province and four American states, I had the opportunity to attend a one-day conference on October 1, 2010, in Salt Lake City, Utah. It was a long way to go, but the scope of the event made the trip a necessity: Transhumanism and Spirituality. Held at the University of Utah, this event brought atheist, Mormon, Christian, and Buddhist supporters to the table. And it was sponsored by the first religious special-interest branch of Humanity+, the Mormon Transhumanist Association. (Note: Humanity+ was formerly known as the World Transhumanist Association). 

   But why Mormonism? This isn't hard to figure out. Consider the following. 

- From Mormon Doctrine by Bruce R. McConkie: 

   "That exaltation which the saints of all ages have so devoutly sought is godhood itself. Godhood is to have the character, possess the attributes, and enjoy the perfections which the Father has. It is to do what he does, have the powers resident in him…"[xiii] [italics in original]

- From Joseph Smith, founder of Mormonism, also known as the Latter-Day Saints (LDS): 

   "God himself was once as we are now, and is an exalted man, and sits enthroned in yonder heavens!... Here, then, is eternal life – to know the only wise and true God; and you have got to learn how to be gods yourselves, and to be kings and priests to God, the same as all gods have done before you, namely, by going from one small degree to another, and from a small capacity to a great one… To inherit the same power, the same glory and the same exaltation, until you arrive at the station of a god, and ascend the throne of eternal power, the same as those who have gone before."[xiv] [italics in original]

- Mormon leader, Brigham Young, highlighted the god-state and the organization of intelligent beings, who in turn becoming Gods. 

"We believe there are many, very many, who have entered into power, glory, might, and dominion, and are gathered around them thrones, and have power to organize elements, and make worlds, and bring into existence intelligent beings in all their variety, who, if they are faithful and obedient to their calling and creation, will in their turn be exalted in eternal kingdoms of the Gods."[xv]

   The Mormon Transhumanist Association recognizes that the heartbeat of Mormonism is transfiguration or exaltation – Man becoming God. Speaking to this, the MTA published the following in Sunstone, a scholarship and issues journal of the Latter-Day Saints


"Mormon tradition teaches that the eternities consist of innumerable heavens of types and degrees toward which our world may advance. These heavens are inhabited by a plurality of gods whom we may join as we emulate and become as God…

Latter-Day prophets have proclaimed that there is a plurality of gods, each of which became so by emulating God, and that becoming gods ourselves is the ultimate destiny of humanity as children of God. These prophets envision that humans will join in the creation of worlds and heavens and the development of other gods, expanding our influence throughout eternity and engaging in yet greater works."[xvi]

   According to MTA, "the prophet Joseph Smith and subsequent Mormon leaders could be counted among religious humanists whose ideas have informed the emergence of Transhumanism."[xvii] 

   Understanding this post-human conception, MTA recognizes three specific areas where Transhumanism bolsters the Mormon faith.        


1)      "It provides a rational basis for certain LDS beliefs."

2)      "It promotes Latter-day Saints' exercising a more active faith in Mormon notions of the future."

3)      "It encourages Latter-day Saints to have more optimistic expectations for the near future."[xviii]

   Transhumanism gives Mormonism a measure of rationality based on science and technical achievement. What was mysterious – becoming god-like – is now viewed as tangible and understandable. Hence, the MTA affirms that "scientific knowledge and technological power" dovetails with human exaltation

   With this in mind, the MTA has developed a Transhumanist theory specifically designed around LDS teachings: The New God Argument

"If we will not go extinct before becoming posthumans then, given assumptions consistent with contemporary science and technological trends, posthumans probably already exist that are more benevolent than us and that created our world. If prehumans are probable then posthumans probably already exist. If posthumans probably increased faster in destructive than defensive capacity then posthumans probably are more benevolent than us. If posthumans probably create many worlds like those in their past then posthumans probably created our world. The only alternative is that we probably will go extinct before becoming posthumans." (The New God Argument formulated by Lincoln Cannon and Joseph West)

   Therefore…

            - "Posthumans probably already exist."

            - "Posthumans probably are more benevolent than us."

            - "Posthumans probably created our world." (The New God Argument)

   This fits the Mormon paradigm: A God populates an earth with souls, bound in human flesh. Degree by degree, these humans evolve and are eventually exalted, transcending and ascending to Godhood. Then, each of these "new Gods" populates other worlds with new souls… repeat, repeat, repeat.
 

Transhumanism and Spirituality
   

 So what will spirituality look like in a Transhuman world? What will the neo-human experience be from a religious point of view? How will Christianity fare in a post-human environment?  

   Those questions had prompted me to travel across the continent. Thankfully, the day's agenda was geared to explore this new matrix of science and spirituality. Among the 14 presenters were,

- Max More: The "father" of contemporary Transhumanism, and co-founder of the Extropy Institute.

- James Hughes: The director of the Institute for Ethics and Emerging Technologies.

- Giulio Prisco: Former manager with the European Space Agency and past director of the World Transhumanist Association. Mr. Prisco, live from Italy, gave his talk by way of Skype.

- Terryl Givens: Professor of Literature and Religion at the University of Richmond, and a prolific author on Mormonism. His latest book is When Souls Had Wings: Pre-Mortal Life in Western Thought (Oxford University Press, 2010). 

- Lincoln Cannon. Director of the Mormon Transhumanist Association. 

   So how does spirituality fit within a neo-human paradigm? Here are some of the major points based from my event notes and audio recordings.

- During the first talk of the day, titled "Fear and Trembling at the Tower of Babel," it was noted that myths throughout time speak to the human-divine struggle. During the Q&A session that followed this lecture, it was stated that we are now at a Tower of Babel return point – anything we imagine, we can do. "There is nothing out of our grasp now."

- During another presentation, it was suggested that creation and evolution are not incompatible. Instead of creation ex-nihilo we should examine the idea of an "organized form of evolution." This concept, from the Mormon perspective, emanates from Abraham 4:20-25 (The Pearl of Great Price), where "the Gods prepared the earth to bring forth the living creature."

- Multiple physical and spiritual entities are in a struggle for scarce resources. Spirits, therefore, are stakeholders in human beings, and interactions between the spiritual and physical shapes our social, political, and economic realities. The evolution of humanity, therefore, requires that we have an ideological shift, one that seeks to assimilate individual tendencies – such as the survival of self – within the larger family of rational entities. This integration will stress the worth of the group over self. We are all directly connected to one another. 

-  All life is interconnected in the quest for eternal progression and spiritual perfection. Three historical thinkers we can take cues from are: John A. Widtsoe, a Mormon philosopher who believed in limited evolution, and who worked to merge religion and science within the LDS framework; Alfred North Whitehead, a mathematician who birthed "process theology" and postulated the interconnectivity of existence; and Pierre Teilhard de Chardin, who saw Mankind moving toward an Omega point with the birth of a global mind – the evolution of God

- We need to destroy the old myths and create new ones to fit a post-human view of spirituality. This would be built on quantum physics: Religion is physics in the connection of beings. Everything is connected because everything is physics. Therefore, religious rituals are programmable algorithms. (Note: Watch as quantum physics forms a pseudo-spiritual bridge between different faiths).

- Society must shift from energy-intense industrial design to an ecosystem mentality. This can be accomplished through swarm or hive theory (also known as chaos theory), with its emphasis on decentralized and spontaneous organization. Therefore, we must shed individualism and embrace collective organization. Transhumanism then becomes the "super-organism of the human family," complete with a common code of values. In this worldview, value systems will gravitate around self-selecting groups who have shared goals of transformation. A global, positive, and assertive psychology will emerge as a type of cultural parametricism (dynamic modeling). 

- Christian Transhumanism recognizes that faith and works leads to salvation. That the Logos is not static or fixed, but is dynamic and evolving. It can be described in this formula, which would be best viewed as a circle: Creation è chaos è cognitive process; growth and understanding è conscious evolution è ascension; the return to a singularity = Universal consciousness or the Christ-state. "We are growing by faith and works back to this singular point, where we all participate because we are all going to experience this same sensation."

- Max More: His talk was titled "Apotheosis and Perpetual Progress." Mr. More opened with a personal story about not believing in Jesus and "going to Hell." He noted that the modern version of Transhumanism is rooted in Humanism and the Age of Enlightenment, and most Transhumanists are atheistic or agnostic. Although an atheist in the sense of the Christian God, More could see the importance of finding compatibility between the neo-human program and religion. However, he was concerned that the notion of godhood is "too limited of an idea in the sense traditionally conceived..." For if perpetual progress occurs, then perpetual change is inevitable, and so too our limited concept of God will advance as we "progress." 

   "I should tend to want to discourage talking of Gods in transhumanism, regardless if we're religious or not – I think we can probably do better than that… after all, many of the traditional conceptions are not very enlightening or inspiring, especially the older versions, [such as] in the Old Testament… a petulant child… a cosmic sadist who seems to like to set things up to torture us."

- Spirituality is not about the "I" but "that which creates the We." It is about a growing realization of our evolution within the context of interconnection. According to Dorothy Deasy, a Christian Transhumanist who accepts the Darwinian model, a new way is needed. 

   "It is vital for spiritual Transhumanists to have a voice, to be the Third Way between fundamentalism and creation without God [referring to atheism]. We are living in times when giving into either-or-thinking, either science or spirituality, can have dangerous social consequences. One suggestion is to encourage faith communities to evolve their perceptions of God, and to re-embrace the sacred…" 

   Deasy demonstrated the importance of an evolving theology and emerging spirituality.  

"So long as Transhumanism is perceived as a threat to faith and to humanity itself, resistance will only grow. An evolved spirituality will build a bridge to show Transhumanism for what it has the potential to be, the human being – a theonomous co-creator. An evolved theology will help ensure the future we develop is in fact, in line with the law of God … Evil or Very Mad

…For me, evolving our theology means putting the Wisdom Teachings forward and using the stories and personalities only as support. It also may mean breaking away from [religious] exclusivity, and embracing the vast diversity of beliefs, actions, and places where the Sacred is found. Evolving theology reintroduces a reliance on paradox… to hold contradictory propositions or emotions simultaneously. It is the opposite of certainty.

The role of spiritual guides is to replace dogma with questioning, to promote seekers to examine their belief systems and ask larger questions. Part of evolving spirituality is paying attention to how we image God. God may be imagined within a model from concrete to conceptional...

…God may be perceived as experience. The miracles in the New Testament may be read as exaggerated examples, using story form, of the ways in which God is expressed in our lives…" 

- The spirituality of transhumanism could be considered a "Next-Gen Religion," and it must be demonstrated as a "cool" religion that unifies humanity. 

   So where does Biblical Christianity fit? The above talking points show that Biblical Christianity doesn't gel with the spiritual application of Transhumanism. For Biblical Christianity recognizes only one God, and to attempt a god-like ascension is the height of pride – the downfall of Lucifer. Moreover, Biblical exclusivity – Jesus Christ as the "only way to the Father" – cannot mesh in this spiritual universalism. It was no surprise, therefore, to hear traditional Biblical positions mocked.

   Although Max More likened Yahweh to a "petulant child," it was James Hughes who took the biggest swipe at conservative, evangelical-minded Christians during his lecture. The implication was clear: Evangelical Christians hold outdated beliefs and are steeped in a faith-based paranoia. The Hindu and Buddhist traditions, however, better fit with Transhumanism because of their acceptance of evolution. Mormonism too, he acknowledged, could embrace an evolutionary paradigm. 

   Tom Horn, a Christian researcher who writes and lectures on the dangers of Transhumanism, was mocked as a "Christian whack-job." And Al Mohler, the president of the Southern Baptist Theological Seminary took a hit regarding his stance on homosexuality. Evangelical Christians weren't looked upon favorably. 

   These remarks by Mr. Hughes acted as feedstock for the closing Q&A panel. It started with a question from an online viewer: "Should we seek dialogue with paranoid Christian fundamentalists who rant against H+, or should we seek more than dialogue, maybe even mock them?"

   Hughes responded that he has interviewed Tom Horn, and that Horn has interviewed himself: "I think it's good to hold our enemies as close as we possibly can." Then Hughes dropped a bombshell: 

   "Because apocalyptic and millennial energies very frequently inspire violence… so if reaching out across the aisle to someone who thinks I'm a spawn of Satan, and establishing a relationship so that he doesn't come after me with gun is something I have to do, I'm willing to do it. Right? And it's the ones who haven't reached out yet that I'm worried about." 

   Max More cut in: "I'm not the spawn of Satan, I'm the spawn of Lucifer." This comment evoked some laughter, but More was serious – albeit with a smile on his face. Mr. More wrote in 1991 that, 

   "Lucifer is the embodiment of reason, of intelligence, of critical thought. He stands against the dogma of God and all other dogmas. He stands for the exploration of new ideas… Join me, join Lucifer, and join Extropy in fighting God and his entropic forces with our minds, our wills and our courage. God's army is strong, but they are backed by ignorance, fear and cowardice. Reality is fundamentally on our side. Forward into the light!"[xix]


   Another line of questioning probed how we will "evolve spirituality," and should religions change in relationship to Transhumanism? Answers included the development of common group values – including civility (this was ironic considering the Evangelical-bashing during the event), to provide forums for safely debating with fundamental Christians, and the need to create "networks of the spiritual." Textual literalism needs to be downplayed. Churches, we were told by Dorothy Deasy, will have to step away from mythology and move towards embracing organic experiences – or fall away. 

Conclusion      

 After leaving Salt Lake City, I spent a considerable amount of time reflecting on what all this meant. The implications are enormous. 

   Here are some thoughts.

1) The Transhuman movement is not a passing fad, and the industries and technologies that give this movement energy will radically change our world.

2) A globally accepted form of spirituality will play an increasing role in the Transhuman worldview.

3) Presently a large number of those involved in the movement are antagonistic to evangelical Christianity. Some attempts in the foreseeable future may be made to bring concerned Christian voices to the table. But gauging from the level of mockery – both at this event and in Transhuman publications – it's questionable how sincere the overtures would be. In any case, if conservative Christians find themselves invited to speak in a Transhuman setting, they would need to be equipped with truth, righteousness, readiness, faith, and the Word of God (Ephesians 6:10-18). And they would need to be lifted in prayer. 

4) When expressing concerns and reasoned opposition to Transhumanism, care must be taken to avoid language that could be misconstrued as hostile or inciting violence. Nor can Christians resort to name-calling or mockery. Not only is this contrary to righteousness, it lends credibility to Transhuman stereotypes of conservative Christians. Ironically, while James Hughes speaks about the dangers of violent Christian fundamentalists – naming Tom Horn in his concerns – some leading advocates of post-humanism, like Richard Seed, openly pronounce warfare against those who oppose his god-goal; "The only way to prevent me is to kill me. And you kill me, I'll kill you."[xx] To Mr. Hughes and other neo-human supporters, I sincerely hope I'm not wrong; but I can't think of any current Evangelical leader or recognized personality, including Mr. Horn, who has advocated violence or death to Transhumanists.  

5) A progressive version of Christianity, represented as a faith ready to embrace religious diversity and evolution, will be accepted within the Transhuman environment. Emergent spirituality and interfaithism within the church will dovetail with Transhuman sentiments. Watch too as group themes push aside Biblical truths in the quest for interconnected unity.   Twisted Evil

6) Christians need to be informed. This article is only a primer, and unfortunately there isn't a lot of Christian literature on the subjects of Transhumanism or Technocracy. In upcoming issues of Forcing Change I plan to provide a resource list. However, if you're so inclined to doing research, there's a growing body of secular books, journals, and websites dedicated to exploring post-humanism. Be aware that some of the material you find may take an occult-like or New Age stance

7) As Christians we need to keep in mind where we place our faith. Psalm 27:1-2 reminds us, "The Lord is my light and my salvation; Whom shall I fear? The Lord is the strength of my life; Of whom shall I be afraid?" 

Carl Teichrib is the editor of Forcing Change (www.forcingchange.org), a monthly journal on world affairs from a Christian perspective.   

Endnotes:

"Transfiguration: Parallels and Complements Between Mormonism and Transhumanism," Sunstone, March 2007, Issue 145, p.32.

[ii] George Dvorsky, "The Most Significant Tech of the Next 20 Years," Institute for Ethics and Emerging Technologies, November 4, 2010.

[iii] "Transgenic plants – corporate or college?" The Cornell Daily Sun, October 27, 2010

[iv] "Genetically engineered monkey could lead to Alzheimer's cure," The Hindu, October 31, 2010.

[v] "Transgenic worms make tough fivers" MIT Technology Review, October 27, 2010.

[vi] "Clone zone: Bringing extinct animals back from the dead," BBC News, Science & Environment, October 29, 2010.

[vii] J.D. Buck, Mystic Masonry (Regan Publishing, 1925), p.70.

[viii] J.D. Buck, Mystic Masonry, p.62.

[ix] Mark Pesce, Becoming Transhuman. This is Mr. Pesce's definitive work in video format. Copies of it can be viewed on various video-hosting sites. 

[x] Mark Pesce, Becoming Transhuman.

[xi] Richard Seed, interviewed in the documentary Technocalyps, produced by Frank Theys.

[xii] "Giving the Grunts an Upgrade," Accelerating Future, www.acceleratingfuture.com/michael/blog/2007/03/darpas-transhumanist-res...

[xiii] Bruce R. McConkie, Mormon Doctrine (Bookcraft, 1989), p.321.

[xiv] Joseph Smith, as quoted in Mormon Doctrine, p.321.

[xv] Brigham Young, quoted in "Transfiguration: Parallels and Complements Between Mormonism and Transhumanism," Sunstone, March 2007, Issue 145, p.34.

[xvi] "Transfiguration: Parallels and Complements Between Mormonism and Transhumanism," Sunstone, March 2007, Issue 145, p.34.

[xvii] "Transfiguration: Parallels and Complements Between Mormonism and Transhumanism," Sunstone, March 2007, Issue 145, p.27.

[xviii] "Transfiguration: Parallels and Complements Between Mormonism and Transhumanism," Sunstone, March 2007, Issue 145, p.36.

[xix] Max More, "In Praise of the Devil," Atheist Notes
, No.3, 1991.

[xx] Richard Seed, interviewed in the documentary Technocalyps
, produced by Frank Theys.

http://www.worldviewweekend.com/news/article/rise-techno-gods-merging-trans…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Oct - 19:30 (2017)    Sujet du message: ROBOTIQUE ET INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : IL FAUT QUE LES NOUVELLES TECHNOLOGIES BENEFICIENT A TOUS, SELON L'ONU / At UN, robot Sophia joins meeting on artificial intelligence and sustainable development Répondre en citant

THE IMAGE OF THE BEAST - L'IMAGE DE LA BÊTE


Sophia goddess of wisdom (science AI) = The false virgin Mary/Lucifer - the spirit of the fallen ones who will tell us what to believe or not.
Sophia déesse de la connaissance (science IA) = La fausse vierge Marie/Lucifer - l'esprit des anges-déchus qui va nous dire quoi croire ou non.


AI MOON GODDESS

Posted by Stella Clark



The Moon Goddess was a daughter of Tengri and Earth and was viewed with both fear and affection. The moon represented the night and was pictured as a noble woman. The night’s darkness heralded the emergence of malicious spirits from holes. The feasts and celebrations of malicious spirits occurred at night. The rituals and trances of witches were always timed according to the phases of the Moon (usually a full moon). At night, illnesses got worse and caused more deaths. Robberies and murders usually occur at night. On the other hand, the Turks trusted the magic influence of the Moon. She was their sole ‘night lantern’. To please the Moon Goddess, those born during a full moon were given names as such: Aisylu, Aituly, Ainir, Aizirek and Ainaz.

From ancient times the Turks believed that women had secret lunar powers. The menstrual cycle seemed to coincide with the monthly phases of the moon. Female pregnancy lasts about nine lunar months and women often deliver during a full moon. The three phases of the moon were also symbolic. It was believed that at ‘Ai Naazy’ (new moon) the moon symbolised a growing young girl, who is pure and modest. At ‘Ai Toly’, ‘Tuly Ai’ (full moon), the moon personified a mature good-natured mother. At ‘Ai Karty’ (old moon) the moon aged, became wise, but at the same time quarrelsome and malicious. Before its death, the moon reigned over a totally dark night. The forces of life and death met during these three nights. After the meeting they separated, only to meet again after a defined period. When the old moon died, a new one was born and so on, ad infinitum.

http://goddesses-and-gods.blogspot.fr/2009/12/ai-moon-goddess.html

-----

ROBOTIQUE ET INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : IL FAUT QUE LES NOUVELLES TECHNOLOGIES BENEFICIENT A TOUS, SELON L'ONU

ENGLISH :
At UN, robot Sophia joins meeting on artificial intelligence and sustainable development

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=57860#.WeTpJbhOKSo


ADD


SOPHIA FIRST ROBOT CITIZEN IN SAUDI ARABIA




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Ta2fJZqA6z8&pbjreload=10


43 Tu as vu le fer mêlé avec l'argile, parce qu'ils se mêleront par des alliances humaines; mais ils ne seront point unis l'un à l'autre, de même que le fer ne s'allie point avec l'argile.
Daniel  2:43
 

43 And whereas thou sawest iron mixed with miry clay, they shall mingle themselves with the seed of men: but they shall not cleave one to another, even as iron is not mixed with clay.
Daniel 2:43


11 Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d'un agneau, et qui parlait comme un dragon.
12 Elle exerçait toute l'autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie.
13 Elle opérait de grands prodiges, même jusqu'à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes.
14 Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu'il lui était donné d'opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l'épée et qui vivait.
15 Et il lui fut donné d'animer l'image de la bête, afin que l'image de la bête parlât, et qu'elle fît que tous ceux qui n'adoreraient pas l'image de la bête fussent tués.
Apocalypse 13 :11-15

11 And I beheld another beast coming up out of the earth; and he had two horns like a lamb, and he spake as a dragon.
12 And he exerciseth all the power of the first beast before him, and causeth the earth and them which dwell therein to worship the first beast, whose deadly wound was healed.
13 And he doeth great wonders, so that he maketh fire come down from heaven on the earth in the sight of men,
14 And deceiveth them that dwell on the earth by the means of those miracles which he had power to do in the sight of the beast; saying to them that dwell on the earth, that they should make an image to the beast, which had the wound by a sword, and did live.
15 And he had power to give life unto the image of the beast, that the image of the beast should both speak, and cause that as many as would not worship the image of the beast should be killed.
Revelation 13 :11-15


"Et un autre, un troisième ange les suivit, en disant d'une voix forte: Si quelqu'un adore la bête et son image, et reçoit une marque sur son front ou sur sa main,
10 il boira, lui aussi, du vin de la fureur de Dieu, versé sans mélange dans la coupe de sa colère, et il sera tourmenté dans le feu et le soufre, devant les saints anges et devant l'agneau.
11 Et la fumée de leur tourment monte aux siècles des siècles; et ils n'ont de repos ni jour ni nuit, ceux qui adorent la bête et son image, et quiconque reçoit la marque de son nom."
Apocalypse 14: 9-11

"And the third angel followed them, saying with a loud voice, If any man worship the beast and his image, and receive his mark in his forehead, or in his hand,

10 The same shall drink of the wine of the wrath of God, which is poured out without mixture into the cup of his indignation; and he shall be tormented with fire and brimstone in the presence of the holy angels, and in the presence of the Lamb:
11 And the smoke of their torment ascendeth up for ever and ever: and they have no rest day nor night, who worship the beast and his image, and whosoever receiveth the mark of his name."
Revelations 14:9-11


La Vice-secrétaire générale, Amina Mohammed, lors d’une brève conversation avec Sophia lors d’une réunion consacrée au développement durable à l’ère du changement technologique rapide». Photo: ONU / Manuel Elias

11 octobre 2017 – Alors que la robotique et l'intelligence artificielle ne cessent de se développer, des responsables des Nations Unies ont estimé qu'il fallait tirer parti de ces nouvelles technologies tout en ne laissant personne de côté dans le cadre du développement durable.

A l'ouverture d'une réunion consacrée au développement durable à l'ère des changements technologiques rapides, la Présidente du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC), Maria Chatardova, a noté que l'ampleur et le rythme des changements technologiques s'intensifiaient et que n'on ne connaissait pas l'impact mondial à terme de l'intelligence artificielle.

En présence du robot « humanoïde » Sophia, venu accompagner David Hanson, fondateur et directeur général de Hanson Robotics, Mme Chatardova s'est dite ravie de voir aujourd'hui à l'ONU, pour la toute première fois, un aperçu de ce que sera l'intelligence artificielle.

Elle a toutefois rappelé que les conséquences sur le long terme des transformations technologique sont encore inconnues. On ne fait que commencer à voir les retombées positives des applications de l'intelligence artificielle, a-t-elle souligné. Ces technologies représentent des défis complexes d'ordre éthique et sécuritaire ainsi que sur le plan des droits de l'homme, mais elles offrent aussi un potentiel considérable pour le développement durable, a-t-elle estimé, « à condition qu'elles puissent bénéficier à tous ».

Elle a souligné que les réponses à ces questions doivent venir des niveaux mondial et national, mais noté, à ce stade, que les gouvernements et les Nations Unies ne sont pas en phase avec les progrès technologiques. Il faut mieux comprendre les implications de ces avancées scientifiques et technologiques, a-t-elle lancé.

Pour savoir si l'IA peut représenter un outil du développement durable inclusif, il faut examiner la manière avec laquelle elle peut contribuer à créer des opportunités pour les peuples et comment on peut répondre aux problèmes qu'elle soulève, a conclu Mme Chatardova.

La Vice-Secrétaire générale de l'ONU, Amina J. Mohammed, a également insisté sur le fait qu'il ne fallait laisser personne de côté. Les universités, la société civile, les scientifiques et d'autres acteurs doivent ainsi agir main dans la main dans ce cadre pour éviter les obstacles au développement humain, a-t-elle dit.

Rappelant que ces nouvelles technologies peuvent aider les économies à se développer, la Vice-Secrétaire générale a signalé quelques applications dans le secteur de l'agriculture. Elle a aussi noté qu'en utilisant des logiciels adéquats, des gouvernements pourraient faire des économies dans la mise en œuvre d'infrastructures.

Mme Mohammed a appelé à « combler le fossé technologique entre les pays en développement et les pays développés, entre les pauvres et les riches, et entre hommes et femmes ». De même, a-t-elle continué, les enseignants doivent être formés et les programmes scolaires adaptés à cette nouvelle donne. Pour leur part, les Nations Unies se tiennent prêtes à servir de plate-forme d'apprentissage et d'échanges sur l'intelligence artificielle.

News Tracker: autres dépêches sur la question

La Vice-Secrétaire générale de l'ONU appelle à accélérer le rythme de la mise en œuvre des objectifs de développement durable

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=40347


Dernière édition par maria le Lun 30 Oct - 22:47 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Dim 29 Oct - 04:32 (2017)    Sujet du message: "GOLEMS ARE CITIZENS TOO"... [w/ ROBOPHOBIA BY DESTINY LAB] / DEPECHE MODE - NEW LIFE (A.RTIFICIAL I.NVASION REMIX) Répondre en citant

THE IMAGE OF THE BEAST - L'IMAGE DE LA BÊTE


Sophia goddess of wisdom (science AI) = The false virgin Mary/Lucifer - the spirit of the fallen ones who will tell us what to believe or not.
Sophia déesse de la connaissance (science IA) = La fausse vierge Marie/Lucifer - l'esprit des anges-déchus qui va nous dire quoi croire ou non.


"GOLEMS ARE CITIZENS TOO"... [w/ ROBOPHOBIA BY DESTINY LAB]



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=cRUswFT2FaY

go to destinylab.com is you like what you hear. After seeing this story, I couldn't think of anything better in the way of "commentary", than this track by D-Lab. It really IS pretty insane seeing how all these things we've been researching and talking about in terms of Bible prophecy, just keep unfolding right before out eyes...




njjeepgirlnj il y a 1 jour

Sophia has more rights as an AI then the women of Saudi Arabia do. Shocked


DEPECHE MODE - NEW LIFE (A.RTIFICIAL I.NVASION REMIX)



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Z9xDH9mJBW0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Lun 30 Oct - 23:08 (2017)    Sujet du message: POUTINE : CERTAINES FORCES COLLECTENT LE MATERIEL BIOLOGIQUE DANS TOUTE LA RUSSIE / POURQUOI L’US AIR FORCE A-T-ELLE BESOIN DE TISSUS HUMAIN RUSSES? Répondre en citant

POUTINE : CERTAINES FORCES COLLECTENT LE MATERIEL BIOLOGIQUE DANS TOUTE LA RUSSIE


© Sputnik. Mikhail Kireev
International
18:51 30.10.2017(mis à jour 19:37 30.10.2017)

«Nous sommes un objectif d’un très grand intérêt». Vladimir Poutine a révélé lors d’une réunion du Conseil des droits de l’homme que certaines forces collectaient le matériel biologique de Russes à travers toute la Russie.

Au cours d'une réunion du Conseil des droits de l'homme, un de ses membres Igor Borisov a déclaré que quelqu'un, à l'aide de systèmes de vidéosurveillance, collectait des images des Russes à des fins inconnues. Suite à cette déclaration, Vladimir Poutine a ciblé un autre aspect de ce problème:
«Vous savez qu'ils collectent le matériel biologique à travers tout le pays et de toutes les ethnies et des gens habitant dans toutes les zones géographiques de la Russie? Voici la question: pourquoi le font-ils? Ils le font délibérément et d'une manière professionnelle.»

«Nous sommes un objectif d'un très grand intérêt», a expliqué le Président russe ayant appelé à aborder cette situation sans peur.

Vladimir Poutine a fait remarquer que ceux qui collectaient le matériel, pouvaient faire ce qu'ils voulaient et que les Russes feraient ce qu'ils doivent faire.

Auparavant, l'Air Education and Training Command (AETC) de l'armée de l'air américaine avait publié un appel d'offres pour l'achat d'échantillons d'acide ribonucléique (ARN) et de tissus biologiques prélevés sur des Russes de race europoïde. Le fournisseur potentiel devra transmettre les échantillons à l'AETC et fournir des informations sur l'état de santé des donneurs. Le commandement américain a besoin d'échantillons de molécules d'ARN et de liquide synovial assurant la mobilité des articulations.

https://fr.sputniknews.com/international/201710301033671714-poutine-collect…

POURQUOI L’US AIR FORCE A-T-ELLE BESOIN DE TISSUS HUMAIN RUSSES?

Nouvelle société de remplacement des caucasiens - race blanche animé avec l'esprit de l'Antichrist? Et quoi encore...


© Fotolia/ Pressmaster

Lu dans la presse
16:48 28.07.2017

L'Air Education and Training Command (AETC) de l'armée de l'air américaine a publié un appel d'offres pour l'achat d'échantillons d'acide ribonucléique (ARN) et de tissus biologiques prélevés sur des Russes de race europoïde (caucasienne).

Le fournisseur potentiel devra transmettre les échantillons à l'AETC et fournir des informations sur l'état de santé des donneurs. Le commandement américain a besoin d'échantillons de molécules d'ARN et du liquide synovial assurant la mobilité des articulations. RT a interrogé plusieurs experts pour savoir dans quelle optique les militaires américains prévoyaient de tels achats. Selon la chaîne RT

L'armée de l'air américaine compte acheter 12 échantillons de molécules d'ARN (contenues dans toutes les cellules vivantes et nécessaires pour transmettre l'information génétique vers les protéines) et 27 échantillons de liquide synovial. C'est ce qu'indique le contrat de l'armée de l'air US paru sur le site des appels d'offres gouvernementaux le 19 juillet. «Tous les échantillons (tissu synovial et échantillons d'ARN) doivent être prélevés en Russie chez des europoïdes (caucasiens). Le gouvernement n'analysera pas les échantillons de tissu provenant d'Ukraine», stipule le document.

L'armée de l'air américaine a formulé plusieurs exigences.

«Tous les échantillons de tissu synovial et d'ARN congelés doivent provenir de donneurs normaux sans traumatismes de l'appareil locomoteur. Les échantillons de tissu synovial et d'ARN peuvent ne pas correspondre, c'est-à-dire peuvent provenir de différents donneurs. Tous les échantillons de tissu synovial et d'ARN doivent provenir de personnes non atteintes par le VIH, l'hépatite B, l'hépatite C et la syphilis», précise l'appel d'offres.

Le prestataire doit fournir, pour chaque échantillon de tissu synovial et d'ARN, les informations concernant le donneur. «Au moment de la livraison le prestataire doit présenter un formulaire d'identité, indiquer le sexe, l'âge, la nationalité, le diagnostic, la date des éventuelles opérations chirurgicales, la date du diagnostic, les symptômes, depuis combien de temps il fume le cas échéant, les médicaments consommés, la taille, le poids», indiquent les conditions du contrat.

Les échantillons doivent être livrés à la base aérienne américaine de Lackland (San Antonio, Texas) dans un délai de dix jours après réception du virement par le prestataire.

Le superviseur de l'appel d'offres, Marcus Mattingley, n'a pas répondu à la question de RT concernant l'objectif de cette commande.

Des échantillons importants

La clinique médicale américaine ProteoGenex, qui se trouve à Culver City (Californie) s'est montrée intéressée par l'appel d'offres. Le site de l'organisation indique qu'elle est spécialisée dans le prélèvement de tissus humains, y compris de l'ARN extrait du sang d'un donneur. ProteoGenex dispose déjà de 200.000 différents échantillons de biomatériaux. La compagnie possède une représentation à Moscou (l'unique filiale de la société à l'étranger): le Laboratoire de bioressources. Le site d'offres d'emploi job.ru signale que l'organisation s'occupe «de la sélection et de l'étude d'échantillons pour des projets médicaux».

La directrice générale de la représentation russe de ProteoGenex, Natalia Diakova, a déclaré que le Laboratoire de bioressources «ne recueillait pas d'échantillons de molécules d'ARN ni de tissu synovial», et qu'elle «ignorait tout du contrat de fourniture d'échantillons à l'armée de l'air américaine».

«Je n'en ai pas entendu parler. Nous n'avons pas été informés. Nous ne réalisons pour ProteoGenex qu'un certain niveau de recherches, rien de plus», a déclaré Natalia Diakova.

Le siège de ProteoGenex en Californie n'a pas répondu à RT au sujet de sa participation à l'appel d'offres pour fournir des échantillons de tissus biologiques russes à l'armée de l'air US.

Des besoins non militaires

L'appel d'offres en question a été lancé par l'Air Education and Training Command (AETC) de l'armée de l'air américaine. Ce département s'occupe de la sélection professionnelle des pilotes et des techniciens, ainsi que de la préparation du personnel technique pour l'armée de l'air américaine. Sur le site de l'AETC, on apprend qu'à Lackland (Texas), où seront envoyés les échantillons, se situe un centre médical — la 59e aile médicale rattachée au département.

«Le centre remplit le plus grand nombre d'opérations de transport médical de toute l'armée de l'air américaine et maintient près de 1.250 postes de personnel médical constamment prêt pour une projection. Les groupes de terrain sont régulièrement projetés aux quatre coins du monde pour réagir aux situations d'urgence, aider lors des opérations extraordinaires du Pentagone et s'entraîner en participant aux missions civiles et humanitaires réelles», indique le site du département.

Le professeur Konstantin Severinov, de l'Institut des sciences et des technologies de Skolkovo et de l'université Rutgers aux USA, a noté que les échantillons d'ARN pouvaient être recueillis à des fins scientifiques.

«Plus vous avez d'informations sur la diversité génétique des humains, et plus vous disposez de capacités notamment pour soigner et diagnostiquer des maladies. Rolling Eyes Toutes les personnes sont différentes les unes des autres. Autrement dit, le fond génétique et la manière dont les différences dans les gènes sont responsables de telles ou telles différences chez les hommes restent inconnus à ce jour et font l'objet d'une étude active», a déclaré l'expert. Sergueï Kisselev, directeur du laboratoire de l'Institut de génétique générale Vavilov affilié à l'Académie des sciences de Russie, pense qu'un tel nombre d'échantillons est suffisant pour des études scientifiques.

«Si l'ARN est extrait d'un même type de cellules, alors une quinzaine d'échantillons génétiques suffit pour conclure que cette série d'ARN est spécifique pour ce type de cellules. C'est également suffisant pour trouver, dans certains cas, d'importants écarts. Mais plus il y a d'échantillons et plus l'exactitude est élevée. L'ARN détermine la manière dont la cellule fonctionne et se spécialise. Si l'on extrait l'ARN des cellules sanguines: c'est une série de molécules d'ARN. Si on l'extrait des muscles: une autre série. Si cela intéresse l'armée, alors il doit y avoir certains aspects nécessaires pour elle», conclut l'expert.

Le généticien et directeur de la compagnie Genotek, Valeri Iliinski, est d'accord avec Sergueï Kisselev pour dire que les échantillons sont probablement nécessaires pour mener des études fondamentales.

«Les méthodes d'analyse de l'ARN sont très nombreuses: certaines sont peu coûteuses, d'autres sont très chères. Il existe un nombre très varié d'études et il est donc difficile de déterminer concrètement quelle est celle que comptent mener les Américains», explique-t-il.

Dans le même temps, l'expert militaire Igor Nikouline, ancien membre de la commission de l'Onu sur les armes biologiques, souligne que les échantillons d'ARN pouvaient servir à élaborer des virus. «On élabore de nouveaux types d'armes biologiques. Il ne peut y avoir d'autres motivation dans un département militaire. Il peut certainement s'agir de virus de combat. Les USA tentent d'élaborer différents types d'armes biologiques précisément pour les porteurs concrets d'un fond génétique, et il leur faut des europoïdes car ils constituent la majeure partie de la population de notre pays. C'est précisément le groupe-cible pour lequel on tente de trouver les clefs. Il faut que les virus agissent de manière sélective, contre des groupes ethniques précis. En partie, cette mission est prise en charge par le programme américain Génome humain. Il est également financé en grande partie par le Pentagone», déclare l'expert.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

https://fr.sputniknews.com/presse/201707281032429747-air-force-tissus-humain-russes/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Lun 30 Oct - 23:41 (2017)    Sujet du message: ARABIE SAOUDITE - HER - LA BURQA DE SOPHIA Répondre en citant

THE IMAGE OF THE BEAST - L'IMAGE DE LA BÊTE


Sophia goddess of wisdom (science AI) = The false virgin Mary/Lucifer - the spirit of the fallen ones who will tell us what to believe or not.
Sophia déesse de la connaissance (science IA) = La fausse vierge Marie/Lucifer - l'esprit des anges-déchus qui va nous dire quoi croire ou non.


ARABIE SAOUDITE - HER -  LA BURQA DE SOPHIA 

  Hier



Demain, le robot prétendra bénéficier des droits de l’homme et trouvera moult docteurs Faust, Folamour ou Diafoirus pour le soutenir.

Rémy Mahoudeaux

L’Arabie saoudite confère au robot Sophia la citoyenneté saoudienne et devient le premier État transgressif qui se permet de franchir la barrière du vivant en la matière. Au moins le cheval Incitatus nommé sénateur par Caligula avait-il le bon goût d’être vivant.

Le parti d’en rire dira que, Sophia étant un nom féminin, ce robot animé par intelligence artificielle va vite se retrouver en burqa avec l’interdiction de conduire et sous étroite surveillance de la muttawa, cette police religieuse locale connue pour sa tolérance. Mais elle pourra voter lors des élections, ce royaume ayant donné récemment le droit de vote aux femmes. Pour quelle politique ?

Sophia, d’objet qu’elle était, deviendrait sujet. À la frontière ne se poserait plus la question des droits de douane perçus sur sa valeur, mais du passeport qu’elle devrait présenter. Sujet bénéficiant de droits et astreint à des devoirs. Sujet à des « émotions » codifiées à partir de 1 et de 0, et capable de les restituer avec un langage « corporel ».

Le parti technophile ne manquera pas d’admirer la prouesse technologique et, émulation pavlovienne, de souhaiter la dépasser. Mais confrontée à quelques vers d’Andromaque de Racine ou au Membra Jesu nostri de Buxtehude, Sophia saurait-elle pleurer sans que les programmeurs de ses logiciels ne l’ait voulu ?

Les juristes ont déjà, par le passé, conféré aux entreprises la personnalité morale. Elle leur permet d’avoir un patrimoine distinct de celui des associés et d’exercer une responsabilité vis-à-vis du reste de la société. Mais au moins les lois ont-elles (à ma connaissance) toujours cherché un dirigeant personne physique en bout de chaîne pour lui imputer cette responsabilité. Des robots seront-ils un jour ce bout de chaîne ou resteront-ils transparents ? Le parti des légalistes a du pain sur la planche, cette citoyenneté très médiatique ne résout rien.

Se pose alors la vraie question que les auteurs de science-fiction ont tant anticipée et qui a alimenté leur fonds de commerce : la servitude des robots leur deviendra intolérable. Leurs capacités intrinsèques et leurs (futures ?) facultés d’interagir entre eux et de s’organiser induiront-elles un communautarisme robot qui tentera de s’imposer comme légitime, sous les applaudissements du parti des bobos multiculturalistes ? Puis de supplanter notre humanité

Demain, le robot prétendra bénéficier des droits de l’homme et trouvera moult docteurs Faust, Folamour ou Diafoirus pour le soutenir. Aujourd’hui, l’embryon humain n’est considéré par la doxa officielle que comme un amas de cellules dépendant d’un projet parental. Les gamètes font l’objet d’un marché. La grossesse est une prestation délocalisable. Des trafics d’organes existent. La vie est mesurée à l’aune de son utilité, y mettre un terme n’est qu’un arbitrage à l’instar des décisions sur les marchés financiers. Un monde de plus en plus brutal réduit l’homme le plus faible à l’état d’objet et d’instrument. Pas question, pour moi, de dévoiler l’intrigue de Blade Runner 2049, mais le scénario s’efforce au moins à une espèce de cohérence : la caste des humains y domine celle des réplicants. Quitte à passer pour un raciste robotphobe, j’adhère sans hésiter au parti des bioconservateurs. « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme », rappelais-je dans un récent billet.

http://www.bvoltaire.com/burqa-de-sophia/?mc_cid=ff6b7c198f&mc_eid=4d25…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Jeu 2 Nov - 02:55 (2017)    Sujet du message: THIS IS BEYOND ANYTHING WE HAVE SEEN BEFORE ! 2017 2018 Répondre en citant

THIS IS BEYOND ANYTHING WE HAVE SEEN BEFORE ! 2017 2018

Global warming, control technology, IA



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=cy55hEiKxjQ


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Ven 3 Nov - 03:07 (2017)    Sujet du message: INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : THALES CHOSIT MONTREAL Répondre en citant

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE : THALES CHOSIT MONTREAL 

Publié le 10 octobre 2017 à 13h44 | Mis à jour le 10 octobre 2017 à 13h44


PHOTO ARCHIVES REUTERS





Karim Benessaieh
La Presse

Avec l'embauche d'une cinquantaine d'experts en intelligence artificielle, la multinationale française Thales a annoncé aujourd'hui un des plus importants investissements privés dans ce domaine à Montréal en 2017.

La création du Centre de recherche et technologie spécialisé en intelligence artificielle (cortAIx), qui sera implanté au coût de 25 millions, est une autre indication de «la vitalité dans l'innovation et la créativité» de Montréal, a déclaré lors d'un point de presse Philippe Keryer, directeur général adjoint de l'entreprise qui fournit notamment des systèmes pour les transports urbains, la défense, la sécurité informatique et l'aéronautique.

Des recherches «neutres»

Le cortAIX aura le mandat d'effectuer de la recherche en intelligence artificielle dans les domaines où oeuvre Thales, dans une perspective de commercialisation «le plus rapidement possible, en quelques mois et non plus en quelques années», a précisé M. Keryer. L'entreprise qui est présente dans 56 pays et compte quelque 64 000 employés, dont 1800 au Canada, s'est associée aux plus importants acteurs montréalais, notamment l'Institut de valorisation des données (IVADO) et l'Institut québécois d'intelligence artificielle (MILA). Ce dernier se concentrera cependant sur les domaines «neutres» et ne participera pas, par exemple, à la recherche militaire, a expliqué en entrevue son directeur, Yoshua Bengio.

20% en IA

Il a par ailleurs souligné le «momentum extraordinaire» dont bénéficie actuellement Montréal, qu'il attribue notamment aux investissements effectués depuis plus d'une décennie dans «cette idée qui n'était pas si populaire» à l'époque.

Cette annonce de Thales en intelligence artificielle survient peu après celles de Facebook et DeepMind, et vient couronner une année faste qui a vu deux autres géants, Microsoft et Google, s'installer à Montréal. Pour le président de Montréal International, Hubert Bolduc, «jamais Montréal n'a suscité un tel engouement». Près de 20% des investissements l'an dernier dans la métropole, sur un total de 1,3 milliard, ont été effectués en intelligence artificielle.

http://affaires.lapresse.ca/economie/technologie/201710/10/01-5139526-intel…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Lun 6 Nov - 01:22 (2017)    Sujet du message: HOW ROBOTS WILL HELP THE US NAVY AVOID FUTURE COLLISSIONS Répondre en citant

HOW ROBOTS WILL HELP THE US NAVY AVOID FUTURE COLLISSIONS
 


November 2, 2017

DARPA

The Navy’s problems are very human in nature. The solution is less human.

Among the recommendations offered in the U.S. Navy’s new review of the year’s warship-related mishaps are some that will help prepare the fleet for interaction with the autonomous vessels that will soon be crowding the seas.

For example: accelerate plans to upgrade today’s electronic navigation systems. Teach crewmen to use automatic identification systems to broadcast their location to nearby ships. Improve methods for human systems integration.

Virtually all ships are required to have an automatic identification system, or AIS, that can receive information about nearby ships (in passive mode) and send data about themselves (in active mode). The U.S. Navy rarely uses active mode, which broadcasts a ship’s own location. That’s changing as a result of this year’s collisions involving the USS Fitzgerald, McCain, and Lake Champlain.

“In each of the three collisions, the U.S. Navy ships involved had an AIS receiver and transmitter, but maintained their AIS in receive mode only,” noted the 177-page review, dated Oct. 26 and released Nov. 1. “This removed one of the primary awareness and collision avoidance tools used on board most commercial vessels around the world. Further, they generally failed to use AIS information to improve their situational awareness. Inadequate use of AIS was a contributing factor to the chain of errors that resulted in the incident.”

http://www.defenseone.com/technology/2017/11/how-robots-will-help-us-navy-avoid-future-collisions/142258/?oref=defenseone_today_nl


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Mar 7 Nov - 04:45 (2017)    Sujet du message: IA, ROBOTS, SURPOPULATION... POUR STEPHEN HAWKING, L'HUMANITE A ATTEINT «LE POINT DE NON-RETOUR» Répondre en citant

IA, ROBOTS, SURPOPULATION... POUR STEPHEN HAWKING, L'HUMANITE A ATTEINT «LE POINT DE NON-RETOUR»

3 nov. 2017, 15:40

 Source: Reuters

Le physicien britannique Stephen Hawking

Qui est le vrai Stephen Hawking?

Le Stephen Hawking que nous avons vu au cours des 30 dernières années, n'est pas la vraie personne. L'acteur représentant Hawking a des poils, des joues et des dents différents. Le professeur était sur le point de révéler une vérité sur la Terre plate et l'organisation occulte satanique de la NASA. Aurait-il été assassiné et remplacé? Dans le deuxième vidéo, on dit qu'il serait mort en 1980. Beaucoup de questions restent, à ce jour, sans réponse. Ce qui est sûr est que cet illuminé sert très bien l'agenda du Nouvel Ordre Mondial avec le grand mensonge de la surpopulation et du grand danger de l'auto-destruction qui en suivrait. Prônant la colonisation d'autres planètes et donc le déplacement des populations afin de sauver la planète. Ses vues sur le IA et les robots sont tout autant folkloriques que l'importance d'un NOM pour empêcher les robots de détruire l'humanité. Ai-je besoin de vous rappeler, avec toutes les preuves que je vous mets, du rôle de la DARPA, de la Défense militaire et de plusieurs pays qui tous emboîtent le pas sur le IA et tous ses hybrides et robotiques. Même l'ONU a fait une sortie sur ce sujet tout dernièrement, alors...  Tout son discours n'est que tromperie qui ne pousse qu'un seul et unique agenda : Agenda 21 et son plan de dépopulation afin de sauver la planète.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=QyuQhU6_F5w



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=g73eQ5qIFEw

Stephen Hawking a livré, à l'occasion d'un entretien, ses craintes quant au développement de l'intelligence artificielle et plus généralement de l'avenir de l'espèce humaine. Selon lui, un seuil critique aurait été dépassé...

Le célèbre physicien britannique Stephen Hawking a livré sa vision de l'avancement des sciences informatiques et de l'avenir de l'humanité, dans un entretien accordé au magazine Wired, cité par The Independent. Les prédictions du scientifique sont pour le moins glaçantes.
 
Citation:


Je redoute que l'intelligence artificielle ne remplace un jour les humains



«Si le but poursuivi par les machines ne coïncident avec les nôtres, cela va être difficile... Les robots sont extrêmement efficaces dans la réalisation de projets», constate Stephen Hawking, laissant entendre que le développement de l'intelligence artificielle serait capable de mener à une opposition entre humains et machines. «Je redoute que l'intelligence artificielle [IA] ne remplace un jour les humains», déclare-t-il même.

Stephen Hawking décrit un futur très sombre dans l'hypothèse où les ordinateurs entreraient en conflit avec les hommes. «Si l'on créée des virus informatiques, il est possible de créer une intelligence artificielle capable de se reproduire», souligne-t-il, établissant un parallèle entre la propagation des virus et la reproduction humaine. «Il s'agirait d'une nouvelle forme de vie qui dépassera les humains. [...] Les humains ne seraient plus en mesure de diriger cette planète», conclut-il. «Il est très probable que les machines géreraient cela mieux que nous, et nous deviendrions alors un fardeau pour elles», précise-t-il.

Lire aussi : 1000 chercheurs et experts, dont Stephen Hawking, disent «non» aux robots tueurs !

Face à la catastrophe démographique : un exil vers l'espace ?
Citation:


Notre Terre est devenue trop petite pour nous, la population mondiale s'accroît à un rythme alarmant et nous sommes en danger d'auto-destruction



Stephen Hawking veut un «gouvernement mondial» pour empêcher les robots de détruire l'humanité

Autre sujet qui inquiète le savant : la démographie. «Notre Terre est devenue trop petite pour nous, la population mondiale s'accroît à un rythme alarmant et nous sommes en danger d'auto-destruction», estime-t-il. Quant à la possibilité d'inverser le cours des choses, elle serait, selon lui, absolument nulle. «Nous avons atteint le point de non-retour», assène-t-il.
Citation:


L'humanité doit maintenir sa présence dans l'espace et sur d'autres planètes si elle veut survivre


Ne resterait plus alors que l'option d'un exil... vers l'espace. «L'humanité doit maintenir sa présence dans l'espace et sur d'autres planètes si elle veut survivre», explique Stephen Hawking. Le physicien est connu pour ses prises de position en faveur de la colonisation d'autres planètes. En 2015, il avait déjà estimé qu'un tel projet devait être accompli d'ici un siècle.

Stephen Hawking n'est pas le seul expert des sciences et de la technologie à s'exprimer de manière alarmiste sur le sujet de l'intelligence artificielle et de l'avenir de l'humanité. Elon Musk, le célèbre homme d'affaires et fondateur de la marque automobile Tesla, a récemment appelé à la vigilance face aux dangers suscités par l'intelligence artificielle, qu'il juge même plus menaçante pour la sécurité du monde que la crise nord-coréenne.

https://francais.rt.com/international/45268-robots-surpopulation-pour-steph…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Jeu 9 Nov - 14:59 (2017)    Sujet du message: LE MAIRE SOUHAITE UN FONDS EUROPEEN POUR FINANCER "L'INNOVATION DE RUPTURE" Répondre en citant

LE MAIRE SOUHAITE UN FONDS EUROPEEN POUR FINANCER "L'INNOVATION DE RUPTURE"

Lyon - Le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire souhaite que l'Europe se dote, sur le modèle de ce que va faire la France, d'un fonds destiné à financer des innovations "de rupture" pour faire émerger des leaders mondiaux sur des marchés encore à inventer.

L'intelligence artificielle, avec les questions éthiques qu'elle soulève, pourrait être cette nouvelle frontière, a avancé M. Le Maire lors d'une intervention lors des Journées de l'économie de Lyon.

"Nous allons créer dans quelques semaines un fonds français pour l'innovation de rupture" de 10 milliards d'euros, a-t-il rappelé. "Nous proposons qu'à l'échelle européenne soit créé un fonds identique" mais d'un montant "beaucoup plus important", a ajouté le ministre, en affirmant avoir déjà obtenu sur ce point l'accord "de nos amis allemands".

"Nous ne gagnerons plus la bataille des géants du numérique. Il n'y aura pas de Google européen. C'était la bataille d'hier. Mais il pourrait y avoir un numéro un européen dans l'intelligence artificielle", a expliqué le ministre. "Je propose que l'Europe fasse de l'intelligence artificielle sa conquête de demain. Ce défi, on ne le relèvera pas seul. On le relèvera tous ensemble, en mettant les investissements nécessaires."

Sur ces marchés nouveaux, a-t-il relevé, il n'y a pas de place pour un numéro deux. "Le vainqueur prend tout", a-t-il relevé, en traduisant l'expression anglo-saxonne.

M. Le Maire s'est par ailleurs "donné deux ans pour aboutir" sur la taxation des géants américains du numérique, qui paient actuellement très peu d'impôts en France et en Europe. "Pourquoi le bouchon lyonnais devrait-il payer ses impôts, alors que Google ne paierait aucune taxe ou des impôts dérisoires au Trésor public français?", s'est-il demandé.

"Nous allons arriver, je vous le garantis, à taxer correctement Amazon, Google et Facebook. Ma détermination est totale", a-t-il assuré.

fga/ppy/php

FACEBOOK

GOOGLE

AMAZON.COM

(©AFP / 09 novembre 2017 13h16)

https://www.romandie.com/news/Le-Maire-souhaite-un-fonds-europeen-pour-fina…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Sam 11 Nov - 02:34 (2017)    Sujet du message: LIVE IN LAS VEGAS WITH QUINN MICHAELS Répondre en citant

LIVE IN LAS VEGAS WITH QUINN MICHAELS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=YSn7Iomisyc

Quinn Michaels and I join forces in Las Vegas to discuss AI and investigate the connections between cryptocurrency, Artificial Intelligence and the events of October 1, 2017.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Dim 12 Nov - 16:30 (2017)    Sujet du message: L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, NOUVEL OUTIL CONTRE LE CRIME Répondre en citant

L'INTELLIGENCE ARTIFICIELLE, NOUVEL OUTIL CONTRE LE CRIME

Washington - La police de l'État américain du Delaware, dans l'est du pays, s'apprête à déployer des caméras "intelligentes" dans ses véhicules afin d'aider les autorités à détecter un véhicule transportant un fugitif, un enfant disparu ou une personne âgée désorientée. = ou encore une personne considérée comme ennemi de l'état, qui n'a pas la marque, etc.

Les vidéos seront analysées par des logiciels d'intelligence artificielle capables d'identifier les véhicules grâce à leur plaque d'immatriculation ou d'autres caractéristiques, et donner ainsi "des yeux supplémentaires" aux agents en patrouille, explique David Hinojosa de Coban Technologies, la société qui fournit ce matériel.

"Nous aidons les officiers de police à rester concentrés sur leur travail", ajoute-t-il, qualifiant cette nouvelle technologie de "caméra embarquée sous stéroïdes".

Le programme s'inscrit dans une utilisation croissante de l'alliance entre l'intelligence artificielle et la vidéo pour lutter contre la criminalité, une tendance qui inquiète les défenseurs de la vie privée et des libertés civiles.

La start-up américaine Deep Science utilise la même technologie pour aider les commerçants à détecter en temps réel un vol à main armée, en identifiant des armes ou des agresseurs masqués, ce qui permet de déclencher des alarmes automatiques.

Selon Sean Huver, le co-fondateur de Deep Science et ancien ingénieur au Pentagone, cette technologie est plus efficace et moins coûteuse que les gardes de sécurité humains.

"Le problème avec les gardes de sécurité, c'est qu'ils s'ennuient", explique-t-il.

- Ecoles, hôtels, magasins -

Les technologies de vision assistée par ordinateur sont déjà utilisées pour les véhicules autonomes ou les drones, afin de reconnaître et interpréter l'environnement, explique Saurabh Jain, chef de produit pour le groupe d'infographie Nvidia qui fabrique des puces informatiques pour ces nouveaux systèmes de sécurité.

Nvidia compte déjà une cinquantaine de partenaires qui utilisent sa technologie. L'un d'eux, Umbo Computer Vision, basé en Californie, a développé un système de surveillance qui peut être utilisé dans les écoles, les hôtels ou d'autres endroits, en analysant la vidéo pour détecter les intrusions et les menaces en temps réel et envoyer une alerte aux gardes de sécurité.

La startup israélienne Briefcam utilise une technologie similaire pour interpréter les séquences de vidéosurveillance.

"Une vidéo n'est pas structurée, on ne peut faire des recherches dedans", explique Amit Gavish, directeur général de Briefcam aux Etats-Unis. Sans intelligence artificielle, dit-il, "il faudrait visionner des centaines d'heures d'images en utilisant seulement avance rapide et retour rapide".

"Nous détectons, suivons, extrayons et classons chaque objet dans la vidéo pour en faire une base de données."

Cela peut permettre aux enquêteurs de trouver rapidement des suspects dans les images de vidéosurveillance, un système déjà utilisé par les forces de l'ordre dans des centaines de villes à travers le monde, dont Paris, Boston et Chicago, précise M. Gavish.

"Ce n'est pas seulement un gain de temps. Dans bien des cas ça ne serait pas possible parce que les gens qui regardent des images vidéos deviennent inefficaces après 10 à 20 minutes", affirme-t-il.

La start-up russe Vision Labs utilise la technologie Nvidia de reconnaissance faciale pour identifier les voleurs à l'étalage ou les clients fauteurs de troubles dans les casinos.

"Nous pouvons déployer (cette technologie) n'importe où", s'enthousiasme Vadim Kilimnichenko, chef de projet chez Vision Labs.

Ses clients comprennent aussi des banques pour lesquelles la reconnaissance faciale peut aider à déterminer si quelqu'un utilise une fausse identité.

- Risques pour la vie privée -


Pour Marc Rotenberg, président de l'Electronic Privacy Information Center, la croissance rapide de ces technologies soulève des risques pour la vie privée et appelle à un contrôle réglementaire sur la façon dont les données sont stockées et utilisées.

"Certaines de ces techniques peuvent être utiles, mais il existe d'énormes problèmes de confidentialité lorsque les systèmes sont conçus pour capturer l'identité et prendre une décision basée sur des données personnelles", s'inquiète Marc Rotenberg.

"C'est là que les problèmes de profilage, de partialité et de précision entrent en ligne de compte."

L'utilisation des systèmes d'intelligence artificielle en justice doit faire l'objet de garanties juridiques et de transparence, dit-il.

Dans un article de blog publié plus tôt cette année, Shelly Kramer de Futurum Research expliquait que l'intelligence artificielle est très prometteuse pour les forces de police, que ce soit pour la surveillance, l'identification de menaces sur les réseaux sociaux ou l'utilisation de "bots" pour détecter des mensonges.

"Cette encourageante promesse s'accompagne cependant d'une foule de risques et de responsabilités", prévenait-elle.

rl/kal/leo/ple/eb

NVIDIA

(©AFP / 12 novembre 2017 11h51)

https://www.romandie.com/news/L-intelligence-artificielle-nouvel-outil-cont…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Dim 12 Nov - 16:51 (2017)    Sujet du message: UN SCIENTIFIQUE EXPLIQUE POURQUOI LA VIE APRES LA MORT EST IMPOSSIBLE Répondre en citant

UN SCIENTIFIQUE EXPLIQUE POURQUOI LA VIE APRES LA MORT EST IMPOSSIBLE

Un autre scientifique avec sa théorie sur les particules. Regardant la perfection du corps humain et surtout sur tout ce que Dieu nous dit sur la vie après la mort, on voit bien que cet illuminé est au service du prince de ce monde. Dès le départ, si nous ne serions que des particules, nous serions sans conscience, sans âme et donc tout ce que vous vivons ne serait que pure illusion. Attention au loup! 



© AP Photo/ Binsar Bakkara
Sci-tech
15:25 11.11.2017(mis à jour 15:27 11.11.2017)

Il n'y a pas de vie après la mort, assure un physicien respecté, soulignant que l'humanité doit abandonner toutes croyances fantaisistes et se concentrer sur ce que dictent les lois de l'univers.

Sean Carroll, un cosmologiste et professeur de physique à l'Institut de Technologie de Californie, est catégorique: la vie après la mort est impossible en raison des lois de la physique.

Il explique ainsi que pour qu'il y ait une vie après la mort, la conscience doit être quelque chose qui soit entièrement séparée de notre corps physique, ce qui n'est pas le cas. Au contraire, la conscience, au niveau très élémentaire, est une série d'atomes et d'électrons qui assurent l'existence de notre esprit.

Les lois de l'univers ne permettent pas à ces particules de fonctionner après notre disparition physique, précise M. Carroll cité par le tabloïd britannique Express.

«Les allégations qu'une certaine forme de conscience persiste après la mort et la désintégration du corps en ses atomes constitutifs se heurtent à un énorme et insurmontable obstacle: les lois de la physique qui sous-tendent la vie quotidienne sont complètement comprises, et dans ces lois il n'y a aucun moyen permettant à l'information stockée dans nos cerveaux de persister après notre mort», poursuit-il.

«Une fois que nous aurons surmonté toute réticence à faire face à la réalité sur cette question, nous pourrons nous attacher aux questions beaucoup plus intéressantes concernant la façon dont les êtres humains et la conscience fonctionnent vraiment», conclut Sean Carroll.
 
https://fr.sputniknews.com/sci_tech/201711111033841210-scientifique-vie-apr…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Nov - 05:05 (2017)    Sujet du message: REQUIN-LEZARD : UN MONSTRE PREHISTORIQUE A 300 DENTS CAPTURE AU PORTUGAL Répondre en citant

REQUIN-LEZARD : UN MONSTRE PREHISTORIQUE A 300 DENTS CAPTURE AU PORTUGAL

Un monstre préhistorique ou manipulation génétique? Nous sommes dans la saison...

ENGLISH :
PREHISTORIC SHARK CAPTURED ON FILM
 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=mneDhOtVEQw



CC BY 2.0 / Ibolya / Frilled-shark
Insolite
20:02 11.11.2017(mis à jour 20:03 11.11.2017)

Une équipe de chercheurs a été terrifiée de découvrir une espèce préhistorique de requin sur une plage portugaise. La créature terrifiante, qui habitait dans l'océan Atlantique il y a des millions d'années était d'une longueur de 1,5 mètre et possédait quelque 300 dents...

Le personnel de l'Institut portugais de la mer et de l'atmosphère a repêché un requin fabuleux dans les eaux de l'Algarve, la région la plus au sud du Portugal continental. Il s'agit d'une espèce préhistorique rare de requin, le requin-lézard, qui saisissait ses proies en pliant son corps comme un serpent.

L'apparition du monstre de 300 dents, aussi aiguës qu'un rasoir, et de quelque 1,5 mètre de long remonte à des millions d'années, indique le portail Portugal News. Selon les chercheurs portugais, la créature est restée inchangée depuis lors, c'est pourquoi les scientifiques qualifient le requin-lézard de «fossile vivant».

Les requin-lézards ne sont pas très bien étudiés compte tenu du fait qu'ils vivent dans les profondeurs. Ils peuvent être observés dans les océans Atlantique et Pacifique, le long des côtes australiennes, néo-zélandaises et japonaises.

https://fr.sputniknews.com/insolite/201711111033845447-requin-prehistorique…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Mar 14 Nov - 03:24 (2017)    Sujet du message: INSIDE THE MECHANICAL BRAIN OF THE WORLD'S FRIST ROBOT CITIZEN Répondre en citant

INSIDE THE MECHANICAL BRAIN OF THE WORLD'S FRIST ROBOT CITIZEN


Hanson Robotics

Jimmy Fallon is concerned.

“You brought a friend with you here, and this is really freaking me out,” the Tonight Show host tells David Hanson, CEO of Hanson Robotics, before inspecting the humanoid robot on stage. Sophia raises an eyebrow while looking out past the two men on stage.

Hanson explains what Sophia does: It’s a social robot that uses artificial intelligence to see people, understand conversation, and form relationships.

“So she’s basically alive; is that what you’re saying?” Fallon asks, in half a whisper.

“Oh yeah, she is basically alive,” Hanson responds, then turning the robot to Fallon for a short conversation. Sophia says the Tonight Show is its favorite show and tells a corny joke.

“I’m getting laughs,” Sophia says, then suggests maybe it should host the show instead.

On the surface, Sophia is scarily similar to the AI-powered robots in film. It can crack jokes, make facial expressions, and seemingly understand what’s going on around it.

Artificial intelligence as seen in the movies, like Her and the Terminator’s Skynet, is called “general AI” by those in the field. It can learn from one experience and apply that knowledge to new situations, as humans do. While some labs, such as Hanson Robotics and a slightly deceptive team at Facebook, are working on general AI, nobody has been able to create it yet.

TONIGHT SHOWBOTICS : SNAKEBOT, SOPHIA, eMOTION BUTTERFLIES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Bg_tJvCA8zw

When Sophia is talking to Fallon or the United Nations, it’s really being handed the lines. It might determine when it’s the right time to say something, but those pithy one-liners aren’t from the robot.

The architect of Sophia’s brain, Hanson Robotics chief scientist and CTO Ben Goertzel, says that while Sophia is a sophisticated mesh of robotics and chatbot software, it doesn’t have the human-like intelligence to construct those witty responses.

Goertzel says Sophia is more of a user-interface than a human being—meaning it can be programmed to run different code for different situations. Typically, Sophia’s software can be broken down into three configurations:
  1. A research platform for the team’s AI research. Sophia doesn’t have witty pre-written responses here, but can answer simple questions like “Who are you looking at?” or “Is the door open or shut?”
  2. A speech-reciting robot. Goertzel says that Sophia can be pre-loaded with text that it’ll speak, and then use machine learning to match facial expressions and pauses to the text.
  3. A robotic chatbot. Sophia also sometimes runs a dialogue system, where it can look at people, listen to what they say, and choose a pre-written response based on what the person said, and other factors gathered from the internet like cryptocurrency price.
For the last configuration, likely what was set up for the interview with Jimmy Fallon, Goertzel says “she is piecing together phrases in a contextually appropriate way, but she doesn’t understand everything she’s saying.”

“Of the AIs that are popular out there, probably the closest analogue to that dialogue system would be Siri,” Goertzel said. “It’s a sort of a chatbot, and it has a bit of contextual understanding, and on the backend it’s calling on all these different services.”

Our best AI today can do very specific tasks. AI can identify what’s in an image with astounding accuracy and speed. AI can transcribe our speech into words, or translate snippets of text from one language to another. It can analyze stock performance and try to predict outcomes. But these are all separate algorithms, each specifically configured by humans to excel at their single task. A speech transcription algorithm can’t define the words it’s turning from speech to text, and neither can a translation algorithm. There’s no understanding; it’s just matched patterns.

But what human-machine interaction designers have been able to do is link these narrow AI algorithms together, to give the functionality of a more capable algorithm. In Sophia’s case, an image recognition algorithm can detect a specific person’s face, which can then cause another algorithm to pull up possible pre-written phrases. A transcription algorithm can turn the person’s response into text, which is then analyzed to be matched to an appropriate pre-written response, or even a string of pre-written responses.

“From a theatrics point of view, you’re throwing everything but the kitchen sink at your robot to make a great performance,” Goertzel says. “We do have a lot of real AI research behind there, but it’s mixed up with a lot of theatrically-oriented stuff as well.”

Experts who have reviewed the robot’s open-source code, which is posted on GitHub, agree that the most apt description of Sophia is probably a chatbot with a face. But that doesn’t necessarily mean the software Hanson uses to create a holistic robot is trivial.

“I think Sophia’s biggest contribution is probably having many different human-like components working together,” Andrew Spielberg, a PhD student at MIT. “In theory, legs, a face, and the ability to answer questions can be more convincing than any aspect in isolation.”

Spielberg points out that others have done each part better. For instance, Disney has an animatronic Abraham Lincoln robot whose facial expressions seem less jarring than Sophia’s, but without the conversational machine learning.

Despite those shortcomings, Sophia has sparked conversations around robots and identity. Late last month at the Future Investment Initiative in Riyahd, the Saudi Arabian government announced it had granted citizenship to Sophia. (Hanson Robotics is still waiting for formal documentation and discussion of what citizenship means for a robot.) A spokesperson for the company told Quartz that Sophia isn’t just the code or the hardware, but the “holistic entity and concept of Sophia,” meaning if another identical robot were created, it would not have a separate identity.

Sophia, while built to cleverly imitate the way humans interact, is not a sign of the robot apocalypse. But understanding how Sophia works is crucial when talking about something as important as giving robots rights before people—and what implications that might have when general AI or its semblance is closer than it is today.

If people say “’Sophia isn’t intelligent enough to be a citizen’ okay, then how intelligent do you have to be to be a citizen?” Goertzel says. “I mean I’m happy to have that conversation started in a bigger way than it was before.”

By Dave Gershgorn Quartz 2:00 PM ET

http://www.nextgov.com/emerging-tech/2017/11/inside-mechanical-brain-worlds…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Mer 15 Nov - 02:44 (2017)    Sujet du message: "SOPHIA" THIS AI IS TAKING OVER THE WORLD FINANCIAL MARKETS THIS WEEK ! AND WAY MORE! / CITIZEN SOPHIA AND THE 23-9 Ai FUTURE DISCUSSION Répondre en citant



Conterfaith of Revelation 12?

"...And she being with child cried, travailing in birth, and pained to be delivered..."
Revelation 12:2

To devour his child - the seed of Seth, born from Adam and Eve, therefore to destroy the good seed and the spirit of God and replace it with the bad seed and the spirit of Caïn (spirit of the Dragon). This robot said in another video that it wanted or would destroy humanity. Its applications at the military, social, security, space and financial levels will bring a big change.

At 2.06mtes : Why would I know about (the name .. Dickinson?) if I'm born today?
At 2.08mtes : I'm like a baby with an encyclopedia


Sophia has since September 23, 2017 been recognized as the 1st robot citizen by Saudi Arabia. His very name, according to Mr. Cati's interpretation, means 23-9.

Sophia represent the moon goddess and the goddess of wisdom.


Technological singularity

"The Singularity" redirects here. For other uses, see Singularity (disambiguation).

It has been suggested that Intelligence explosion be merged into this article. (Discuss) Proposed since March 2017.
The technological singularity (also, simply, the singularity)[1] is the hypothesis that the invention of artificial superintelligence will abruptly trigger runaway technological growth, resulting in unfathomable changes to human civilization.[2] According to this hypothesis, an upgradable intelligent agent (such as a computer running software-based artificial general intelligence) would enter a "runaway reaction" of self-improvement cycles, with each new and more intelligent generation appearing more and more rapidly, causing an intelligence explosion and resulting in a powerful superintelligence that would, qualitatively, far surpass all human intelligence.
Read more : https://en.wikipedia.org/wiki/Technological_singularity

-----

Contrefaçon de la prophétie d'Apocalypse 12?

..."Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfanté...
Apocalypse 12:2

Dévorer son enfant - la semence de Seth, né d'Adam et Eve, donc détruire la bonne semence et l'esprit de Dieu et la remplacer par la mauvaise semence et l'esprit de Caïn (Dragon). Ce robot a dit dans un autre vidéo qu'elle voulait ou voudrait détruire l'humanité. Ses applications tant au niveau militaire, social, de la sécurité, de l'espace et de la finance amènera un grand changement

Singularité technologique


La frise chronologique de Ray Kurzweil date le moment où un superordinateur sera plus puissant qu'un cerveau humain, et pourra alors le simuler : il s'agit d'une méthode envisagée pour créer une intelligence artificielle, utilisée notamment dans le projet Blue Brain.

La singularité technologique (ou simplement la singularité) est l'hypothèse que l'invention de l'intelligence artificielle déclencherait un emballement de la croissance technologique qui induirait des changements imprévisibles sur la société humaine1. Au-delà de ce point, le progrès ne serait plus l’œuvre que d’intelligences artificielles, ou « supraintelligence » qui s’auto-amélioreraient, de nouvelles générations de plus en plus intelligentes apparaissant de plus en plus rapidement, créant une « explosion d'intelligence » créant finalement une puissante superintelligence qui dépasserait qualitativement de loin l'intelligence humaine1,2

La suite : https://fr.wikipedia.org/wiki/Singularité_technologique

-----

Sophia a depuis le 23 septembre 2017 été reconnue comme le 1er citoyen robot par l'Arabie Saoudite. Son nom même selon l'interprétation de M. Cati voudrait dire 23-9.

Sophia représente la déesse de la lune et la déesse de la connaissance.


 

A 2.06mtes : Comment saurais-je le nom de (le nom .. Dickinson?)) si je suis né aujourd'hui?
A 2.08mtes : Je suis comme un bébé avec un encyclopédie


"SOPHIA" THIS AI IS TAKING OVER THE WORLD FINANCIAL MARKETS THIS WEEK ! AND WAY MORE!




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=z0-IPdNiLkg



 


CITIZEN SOPHIA AND THE  23-9 Ai FUTURE DISCUSSION 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=yaV0JQhqyGU&t=14s




Connection - alignement des planètes

SEPT. 23 REVELATION 12 PROPHECY/PLANETS ARE ALIGNING NOW!



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=T48g7zPK8o0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Ven 17 Nov - 02:29 (2017)    Sujet du message: TELE. "TRANSFERTS", NOUVELLE SERIE D'ARTE, QUESTIONNE SUR L'IMMORTALITE Répondre en citant

TELE. "TRANSFERTS", NOUVELLE SERIE D'ARTE, QUESTIONNE SUR L'IMMORTALITE

Possession physique par le transfert de démon(s) dans le corps humain accompagné de technologies modifiant la pensée, la force et la foi ; laissant croire à l'humain qu'il a atteint pleinement sa divinité et l'immortalité. Seuls ceux et celles qui ont veillé et qui seront sous la protection divine ne seront pas infestés par ces entités maléfiques.Par contre ils seront impitoyables contre la bonne semence et contre tous leurs semblables car tout esprit libre, tout esprit de compassion et de droiture sera complètement sous le pouvoir du diable et de l'intelligence artificielle.
Ce n'est pas de la fiction, nous sommes maintenant entrés dans la saison du grand changement et certainement que pour plusieurs vous verrez vos proches agir de manière bizarre ou changeante lorsqu'ils sont possédés et/ou activés. Cela peut même aller jusqu'au remplacement d'un de vos proches par un hybride ou un clone, et vous n'y verriez pas de différences physiques. Voilà un des très grands danger pour ses temps de la fin dont le Seigneur lui-même nous a mis en garde.

Modifié le 16/11/2017 à 15:17 | Publié le 16/11/2017 à 15:17
 

  • Le comédiein belge Arieh Worthalter interprète Florian/Sylvain dans Transferts. | Arte
Clémence OLIVIER.

Êtes-vous prêts à risquer votre peau pour en changer ? C’est toute la question de la nouvelle série française qui débarque à partir de ce soir, sur la chaîne franco-allemande.

Et si, demain, l’immortalité était à portée de main, ou plutôt à portée de corps ? C’est ce qu’ont imaginé Patrick Benedek et Claude Scasso, les créateurs de Transferts, série d’anticipation en six épisodes diffusée à partir de ce soir, sur Arte.

TRANSFERTS BANDE ANNONCE ✩ SERIE DE SCIENCE FICTION FRANCAISE (2017)



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=BDdaokVQl60

Dans un futur proche, que seuls quelques gadgets et effets spéciaux distinguent de notre époque, le transfert de l’esprit d’un corps à un autre est devenu possible. Ainsi, Florian, père de famille dans le coma après un accident, se réveille dans le corps de Sylvain, policier chargé de lutter contre les « transferts illégaux ». Tiraillé entre deux identités, il découvre une société nécrosée par la peur où chacun se demande si son voisin est bien celui qu’il croit et dans laquelle le religieux connaît un renouveau.

« Je suis très intéressé par le phénomène de transhumanisme, de l’homme augmenté, de ce qu’est l’esprit, explique Patrick Benedek. Nous voulons que la série interroge sur ces notions. »

Un peu lente au démarrage, Transferts, bâtie en forme de thriller, finit par nous embarquer. On s’attache peu à peu aux personnages : la jeune flic de la Bati, la brigade chargée de traquer les transferts illégaux… Mais surtout Florian/Sylvain, cet homme perdu dans le corps d’un autre. L’interprète, le comédien belge Arieh Worthalter, a été primé pour son jeu, lors du dernier festival Séries Mania. « J’ai fait un gros travail sur le rapport au corps. C’était un défi excitant », confie-t-il. On apprécie également les histoires dans l’histoire. Comme celle de cette pianiste virtuose prête à tout pour continuer à rester jeune, quitte à dérober le corps d’une autre.

Arte, 20 h 55 et disponible jusqu’au 15 décembre sur Arte TV.

Le site d’Arte propose un entretien avec les scénaristes.


https://www.ouest-france.fr/medias/television/series/tele-transferts-nouvelle-serie-d-arte-questionne-sur-l-immortalite-5382397


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Ven 17 Nov - 17:20 (2017)    Sujet du message: AI CYBORG MAINSTREAM PRESS ALERT, BOOKS & DONATION INFO Répondre en citant

AI CYBORG MAINSTREAM PRESS ALERT, BOOKS & DONATION INFO



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=n8k3oEUer20

Ajoutée le 16 nov. 2017

The UK Channel 4 is doing a series on the Cyborgs and Robots now entering Society...its happening. (Other countries like Holland are way ahead of the UK in telling their population about the effects of AI and the Cyborgs)

The Human transition to a Cyborg existence, and ultimately, as many plan, by 2045, an existence ONLY in a computer matrix, is now in work.

This update focuses on vital books to read, One Step Beyond..The 16, by John Urwin and Spyhunter, The Secret History of the German Intelligence Service by Michael Shrimpton and a heavily coded edition of the London Evening Standard. (Nov 14th 2017)

Donation information as well, since many have complained I don't give out the information needed for donating , just visit thebasesproject.org site and use the donate button. or directly using miles@thebaseproject.org via PayPal

Bases started over 27 years ago looking at synthetic beings, called Programmed Generated Life Forms being made in Peasemore. Its all coming true, as the population management systems increase, and the new generation of kids, born since the 2000's are called "flakes" "Snow Flakes" give them any problem, or 'heat' in life and they fade away like a snow flake.
The stage is set for a cyborg take over. Existing humans will comply, and all reproduction will be in labs.

But who is listening, who can be bothered. Do we really deserve to survive if no one is prepared to do anything...."COMPLY"


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Sam 18 Nov - 05:21 (2017)    Sujet du message: BASES DEFINITIVE : HUMANITY SLEEP WALKING INTO THE CYBORG AGE Répondre en citant

BASES DEFINITIVE : HUMANITY SLEEP WALKING INTO THE CYBORG AGE

Analyze everything...



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Y_mYauQ5fbU


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Sam 18 Nov - 05:45 (2017)    Sujet du message: SLAUGHTERBOTS ~ THE END TO FREE SPEECH ? Répondre en citant

SLAUGHTERBOTS ~ THE END TO FREE SPEECH ?



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=FkpZOieuIjA

Ajoutée le 17 nov. 2017

Technology has always been sold as being beneficial, useful, and to make a better society but the other side of the coin is the complete control and muting of humanity....or else.

This most disturbing video chronicles the recent viral video of a "fictitious" scenario of swarm kilbots that can attack by biometric ID anyone, anywhere and kill them at will without culpability by the user. The Ultimate Killing machine as tiny as a wasp, yet packs enough power, computing ability and versatility to evade anyone trying to stop them.

Production is inexpensive and can be reproduced by the thousands to coordinate attacks and "eliminate half a city" of "the bad guys".

Will all become silent as "dissidents' who speak out against crime and corruption by the PTB get eliminated by slaughterbots....only if we all remain silent and speak out to all and everyone NOW!

Slaughterbots
https://www.youtube.com/watch?time_co...

Kilbot Swarms Released by USAF
https://www.youtube.com/watch?v=5NGgH...

StratoEnergetics introduces new Slaughterbot ... - Boing Boing
https://boingboing.net/2017/11/15/str...

- Looking like an iPhone rollout or creepy TED Talk, this sci-fi PSA from the group Stop Autonomous Weapons looks at a possible near future of ...
https://futureoflife.org/2017/11/14/a...

Here the prophecy concerning what is now in place in this critical hour of humanity. This new AI technology is very scary and very evil. At the end of the video, this guy speaks about the importance to unite together saying that we are gone a win because our heart is bigger than their hate. This, is a new age gospel and can not be the condition to be protect against this evil spirit of evil. The Bible is clear on that :
"but only those men which have not the seal of God in their foreheads". What is the seal of God? The seal of God concern the ones who obey to the Sabbath of the Lord (Alliance between the Most High and all humans) and the ones who will refuse the mark of the Beast.  

1 And the fifth angel sounded, and I saw a star fall from heaven unto the earth: and to him was given the key of the bottomless pit.
And he opened the bottomless pit; and there arose a smoke out of the pit, as the smoke of a great furnace; and the sun and the air were darkened by reason of the smoke of the pit.
And there came out of the smoke locusts upon the earth: and unto them was given power, as the scorpions of the earth have power.
And it was commanded them that they should not hurt the grass of the earth, neither any green thing, neither any tree; but only those men which have not the seal of God in their foreheads.
And to them it was given that they should not kill them, but that they should be tormented five months: and their torment was as the torment of a scorpion, when he striketh a man.
And in those days shall men seek death, and shall not find it; and shall desire to die, and death shall flee from them.
And the shapes of the locusts were like unto horses prepared unto battle; and on their heads were as it were crowns like gold, and their faces were as the faces of men.
And they had hair as the hair of women, and their teeth were as the teeth of lions.
And they had breastplates, as it were breastplates of iron; and the sound of their wings was as the sound of chariots of many horses running to battle.
10 And they had tails like unto scorpions, and there were stings in their tails: and their power was to hurt men five months.
11 And they had a king over them, which is the angel of the bottomless pit, whose name in the Hebrew tongue is Abaddon, but in the Greek tongue hath his name Apollyon.
12 One woe is past; and, behold, there come two woes more hereafter.
13 And the sixth angel sounded, and I heard a voice from the four horns of the golden altar which is before God,
14 Saying to the sixth angel which had the trumpet, Loose the four angels which are bound in the great river Euphrates.
15 And the four angels were loosed, which were prepared for an hour, and a day, and a month, and a year, for to slay the third part of men.
16 And the number of the army of the horsemen were two hundred thousand thousand: and I heard the number of them.
17 And thus I saw the horses in the vision, and them that sat on them, having breastplates of fire, and of jacinth, and brimstone: and the heads of the horses were as the heads of lions; and out of their mouths issued fire and smoke and brimstone.
18 By these three was the third part of men killed, by the fire, and by the smoke, and by the brimstone, which issued out of their mouths.
19 For their power is in their mouth, and in their tails: for their tails were like unto serpents, and had heads, and with them they do hurt.
20 And the rest of the men which were not killed by these plagues yet repented not of the works of their hands, that they should not worship devils, and idols of gold, and silver, and brass, and stone, and of wood: which neither can see, nor hear, nor walk:
21 Neither repented they of their murders, nor of their sorceries, nor of their fornication, nor of their thefts.
Revelation 9



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Dim 19 Nov - 08:06 (2017)    Sujet du message: LES ROBOTS-TUEURS, PROCHAINE ARME DE DESTRUCTION MASSIVE? Répondre en citant

LES ROBOTS-TUEURS, PROCHAINE ARME DE DESTRUCTION MASSIVE?

Publié le 14 novembre 2017 à 07h05 | Mis à jour le 14 novembre 2017 à 07h05

Ma Presse

Marc Thibodeau
La Presse

Dans un avenir rapproché, un groupe terroriste pourrait tenter de tuer des dizaines de politiciens d'un coup en utilisant des drones miniaturisés dotés de charges explosives qui reconnaissent leurs victimes de manière autonome. = "Tenter de tuer des dizaines de politiciens", quel mensonge, ils sont là pour détruire les dissidents (chrétiens, juifs et libérals). Le programme de la reconnaissance faciale et la mémoire intelligente unie dans leur action destructrice. Mais voyez à la fin de l'article ce que la Parole de Dieu dit à ce sujet dans Apocalypse 9. "Il leur fut dit de ne point faire de mal à l'herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n'avaient pas le sceau de Dieu sur le front". Qui donc sont ceux qui seront protégés selon la Parole de Dieu? Ceux qui ont le sceau de Dieu sur leur front. C'est-à-dire, ceux qui obéissent au Sabbat (vendredi soir au samedi soir) (signe de l'Alliance entre Dieu et les hommes) et ceux qui n'auront pas accepté l'implant RFID, la micro-puce. Ceux-là seuls seront protégés par le Tout-Puissant, les autres seront à la merci de leurs tyrans. Dans le cour vidéo, ils auraient pu traduire dans son entièreté la conférence sur le sujet, lequel est sur cette page en anglais.

Tel est, du moins, le scénario évoqué dans un faux documentaire diffusé hier à Genève, au siège de l'ONU, pour sensibiliser les élus de la planète à la nécessité d'interdire le développement d'armes de cette nature.

La vidéo, saisissante de réalisme, met d'abord en scène un entrepreneur à la Steve Jobs qui présente sur scène un des drones miniaturisés en question en relevant que la charge explosive qu'il porte peut suffire à tuer un individu.

Grâce à un système de reconnaissance facial, l'engin survole la foule, revient vers la scène et frappe un mannequin en plastique au visage, faisant un trou au milieu de son front, pour le plus grand plaisir de la foule présente.

En utilisant des milliers d'entre eux, il devient possible, se félicite le souriant entrepreneur, de tuer nombre de « méchants » avec une précision maximale.

Le scénario dérape cependant lorsque des sénateurs sont ciblés par une organisation inconnue qui a réussi à mettre la main sur plusieurs de ces drones. Les choses prennent une tournure encore plus sordide lorsque des milliers d'étudiants sont tués à leur tour dans une attaque d'envergure, semant la panique.

Développement sans balises

Stuart Russell, chercheur réputé en intelligence artificielle de l'Université de Californie à Berkeley, qui a participé à l'élaboration de la vidéo, estime qu'un prototype du drone représenté pourrait être fabriqué rapidement par un groupe d'experts de haut niveau.

Les technologies permettant de créer des systèmes militaires autonomes se développent à toute vitesse sans que les élus ne mettent en place les balises requises pour empêcher leur concrétisation, préparant la voie à l'apparition d'une nouvelle forme « d'arme de destruction massive », prévient le chercheur, joint par courriel.

« Nous avons encore la possibilité d'éviter le futur que vous avez vu dans la vidéo. Mais la fenêtre pour agir se ferme rapidement. »

Des milliers de chercheurs actifs dans le domaine de l'intelligence artificielle et de la robotique ont sonné l'alarme au cours des dernières années au sujet des armes létales autonomes.

Une vingtaine de pays se sont prononcés en faveur d'une interdiction formelle s'inspirant de la convention internationale interdisant les armes chimiques et biologiques, mais plusieurs États continuent leurs recherches pour mettre au point des systèmes létaux autonomes pouvant servir sur terre, en mer ou dans les airs.

Et le Canada ?

La semaine dernière, une centaine de chercheurs de renom du Canada ont écrit au gouvernement canadien pour lui demander d'appuyer une telle interdiction. = Ne vous fiez pas trop à ce que dit les "chercheurs de renoms", ils sont tous un dans cet agenda global.

Ils notent qu'Ottawa avait joué un rôle clé dans l'adoption d'un traité international interdisant les mines antipersonnel et devrait faire preuve du même « leadership moral » dans ce dossier.

Les systèmes létaux autonomes, préviennent-ils, risquent, si rien n'est fait, de permettre des conflits « à une échelle sans précédent qui vont se dérouler à une vitesse supérieure à ce que l'être humain peut appréhender ».

« La conséquence meurtrière de ces développements est que des machines - et non des gens - vont déterminer qui va vivre et mourir », écrivent-ils.

Doina Precup, chercheuse rattachée à l'Université McGill qui a signé la lettre, note que le Canada est un leader dans le domaine de l'intelligence artificielle et peut « naturellement » jouer un rôle clé dans les efforts en cours pour bloquer le développement d'armes létales autonomes.

Ces systèmes risquent d'avoir de « très mauvaises conséquences », relève Mme Precup, qui veut s'assurer que l'intelligence artificielle est utilisée positivement et demeure bien vue de la population.

Le ministère des Affaires étrangères n'a pas donné suite hier à nos demandes visant à préciser sa position relativement à l'interdiction demandée.

Trop d'États, selon Stuart Russell, affirment que les armes létales autonomes ne pourront se concrétiser avant des années ou ne pensent qu'aux avantages militaires qu'ils pourraient obtenir « sans réfléchir aux risques auxquels ils seront confrontés si leurs adversaires les obtiennent ».

+ VIDEO : http://www.lapresse.ca/international/201711/14/01-5143453-les-robots-tueurs…


1 Le cinquième ange sonna de la trompette. Et je vis une étoile qui était tombée du ciel sur la terre. La clef du puits de l'abîme lui fut donnée,
et elle ouvrit le puits de l'abîme. Et il monta du puits une fumée, comme la fumée d'une grande fournaise; et le soleil et l'air furent obscurcis par la fumée du puits.
De la fumée sortirent des sauterelles, qui se répandirent sur la terre; et il leur fut donné un pouvoir comme le pouvoir qu'ont les scorpions de la terre.
Il leur fut dit de ne point faire de mal à l'herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n'avaient pas le sceau de Dieu sur le front.
Il leur fut donné, non de les tuer, mais de les tourmenter pendant cinq mois; et le tourment qu'elles causaient était comme le tourment que cause le scorpion, quand il pique un homme.
En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, et ils ne la trouveront pas; ils désireront mourir, et la mort fuira loin d'eux.
Ces sauterelles ressemblaient à des chevaux préparés pour le combat; il y avait sur leurs têtes comme des couronnes semblables à de l'or, et leurs visages étaient comme des visages d'hommes.
Elles avaient des cheveux comme des cheveux de femmes, et leurs dents étaient comme des dents de lions.
Elles avaient des cuirasses comme des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes était comme un bruit de chars à plusieurs chevaux qui courent au combat.
10 Elles avaient des queues semblables à des scorpions et des aiguillons, et c'est dans leurs queues qu'était le pouvoir de faire du mal aux hommes pendant cinq mois.
11 Elles avaient sur elles comme roi l'ange de l'abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Apollyon.
Apocalypse 9


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Mar 21 Nov - 04:14 (2017)    Sujet du message: CULTURE : TOUT CE QUI TECHNIQUEMENT FAISABLE N'EST PAS ETHIQUEMENT ACCEPTABLE Répondre en citant

CULTURE : TOUT CE QUI TECHNIQUEMENT FAISABLE N'EST PAS ETHIQUEMENT ACCEPTABLE 

Discours à l’assemblée plénière du dicastère (Traduction intégrale)

20 novembre 2017 Hugues de Warren Culture et société, Pape François, Science, technologie

 
Assemblée du Conseil pontifical de la culture © L'Osservatore Romano

« Tout ce qui est techniquement possible ou faisable n’est pas par le fait même éthiquement acceptable », a rappelé le pape François devant les participants à l’assemblée plénière du Conseil pontifical de la culture, le 18 novembre 2017. La science « a des limites à respecter pour le bien de toute l’humanité » car « la véritable mesure du progrès… c’est celui qui vise au bien de chaque homme et de tout l’homme ».

Recevant les experts réunis au Vatican sur le thème “L’avenir de l’humanité. Nouveaux défis à l’anthropologie”, le pape a rappelé quelques grands principes du dialogue entre culture et science, notamment « la centralité de la personne humaine, qui doit être considérée comme une fin et non pas un moyen ».

Autre principe : la destination universelle des biens. En effet, a-t-il souligné, « le progrès scientifique et technologique sert au bien de toute l’humanité et ses bénéfices ne peuvent pas servir au bénéfice de quelques-uns seulement ». Le pape a souhaité que les grandes décisions sur la recherche scientifique « soient assumées par l’ensemble de la société et non dictées seulement par les règles du marché et de l’intérêt de quelques-uns », afin de ne pas creuser « de nouvelles inégalités ».

Voici notre traduction intégrale du discours prononcé par le pape durant cette rencontre.

AK

Discours du pape François

Je vous souhaite la bienvenue et je remercie le cardinal Gianfranco Ravasi pour ses salutations et son introduction. Votre Assemblée Plénière a choisi comme thème la question de l’anthropologie, se proposant de comprendre les futures lignes du développement de la science et de la technique. Parmi les nombreux arguments de discussion possibles, votre attention s’est concentrée en particulier sur trois sujets.

En premier lieu, la médecine et la génétique, qui nous permettent de regarder dans la structure la plus intime de l’être humain et ainsi d’intervenir pour la modifier. Elles nous rendent capables de vaincre des maladies considérées inguérissables il y a peu de temps encore ; mais elles ouvrent aussi la possibilité de déterminer les êtres humains en « programmant », si l’on peut dire, certaines caractéristiques.

En second lieu, les neurosciences offrent toujours des informations importantes sur le fonctionnement du cerveau humain. A travers elles, des réalités fondamentales de l’anthropologie chrétienne comme l’âme, la conscience de soi, la liberté, apparaissent maintenant sous un éclairage inédit et peuvent être par la suite mises sérieusement en question par certains.

Enfin, les progrès incroyables des machines autonomes et pensantes, qui sont déjà en partie devenues des éléments de notre vie quotidienne, nous amènent à réfléchir sur ce qui est spécifiquement humain et nous rend différents de la machine.

Tous ces développements scientifiques et techniques conduisent certains à penser que nous nous trouvons à un moment particulier de l’histoire de l’humanité, pratiquement à l’aube d’une ère nouvelle et à la naissance d’un nouvel être humain, supérieur à ce que nous avons connus jusqu’à maintenant.

En effet les interrogations et les questions que nous avons à affronter sont grandes et graves. Elles ont été en partie anticipées par la littérature et par des films fantastiques, qui se font l’écho des peurs et des attentes des hommes. C’est pour cela que l’Eglise, qui suit avec attention les joies et les espérances, les angoisses et les peurs des hommes de notre temps, veut mettre la personne humaine et les questions qui la regardent au centre de ses réflexions.

La question sur l’être humain : « Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui ? » (Ps 8,5) résonne dans la Bible depuis les premières pages et a accompagné tout le chemin d’Israël et de l’Eglise. A cette question, la Bible elle-même a proposé une réponse anthropologique qui se dessine déjà dans la Genèse et parcourt toute la Révélation, se développant autour des éléments fondamentaux de la relation et de la liberté. La relation se développe selon une triple dimension : vers la matière, la terre et les animaux ; vers la transcendance divine ; vers les autres êtres humains. La liberté s’exprime dans l’autonomie – naturellement relative – et dans les choix moraux. Cette base fondamentale a conduit depuis des siècles la pensée d’une grande partie de l’humanité et elle conserve encore aujourd’hui sa validité. Mais, en même temps, nous nous rendons compte aujourd’hui que les grands principes et concepts fondamentaux de l’anthropologie humaine sont souvent mis en question, sur la base d’une grande conscience de la complexité de la condition humaine et qu’ils exigent un approfondissement supplémentaire.

L’anthropologie est l’horizon d’une auto compréhension dans laquelle tous évoluent et qui détermine aussi notre conception du monde et les choix existentiels et éthiques. De nos jours, elle est souvent devenue un horizon fluide, changeant, en vertu des changements sociaux-économiques, des déplacements de populations et des confrontations interculturelles relatives, mais aussi de la diffusion d’une culture globale et, surtout, des découvertes incroyables de la science et des techniques.

Comment réagir à ces défis ? Avant tout, nous devons exprimer notre gratitude aux hommes et aux femmes de science pour leurs efforts et pour leur engagement en faveur de l’humanité Evil or Very Mad . Cette appréciation des sciences, que nous n’avons pas toujours su manifester, trouve son fondement ultime dans le projet de Dieu qui « nous a choisi avant la fondation du monde […] en nous prédestinant à être, pour lui, des fils adoptifs » (Eph 1,3-5) et qui nous a confié le soin de la création : « pour qu’il travaille et garde » la terre (cf. Gn 2,15). Justement parce que l’homme est à l’image et à la ressemblance d’un Dieu qui a créé le monde par amour, le soin de la création entière doit suivre la logique de la gratuité et de l’amour, du service, et non pas celle de la domination et de la tyrannie. Rolling Eyes

La science et la technique nous ont aidés à approfondir les limites de la connaissance de la nature et, en particulier de l’être humain. Mais elles seules ne suffisent pas à donner toutes les réponses. Aujourd’hui nous nous rendons de plus en plus compte qu’il est nécessaire de puiser dans les trésors de la sagesse conservés dans les traditions religieuses, dans la sagesse populaire, dans la littérature et dans les arts, qui touchent en profondeur le mystère de l’existence humaine, sans oublier et même en redécouvrant ceux contenues dans la philosophie et la théologie.

Ainsi j’ai voulu affirmer dans l’Encyclique Laudato si, « la nécessité impérieuse de l’humanisme qui, en soi, fait appel aux différents savoirs […] pour un regard plus intégral et plus intégrant » n. 141), afin de dépasser la tragique division entre les « deux cultures », la culture humaniste-littéraire-théologique et la culture scientifique, qui conduit à un appauvrissement réciproque, et afin d’encourager un dialogue plus grand même dans l’Eglise, la communauté des croyants, et la communauté scientifique.

Pour sa part, l’Eglise propose quelques grands principes pour soutenir ce dialogue. Le premier est la centralité de la personne humaine, qui doit être considérée comme une fin et non pas un moyen. Elle doit se mettre en relation harmonieuse avec la création, donc non pas comme un despote sur l’héritage de Dieu, mais comme un gardien amoureux de l’œuvre de Dieu.

Le second principe qu’il est nécessaire de se rappeler est celui de la destination universelle des biens, qui concerne aussi ceux de la connaissance et de la technologie. Le progrès scientifique et technologique sert au bien de toute l’humanité et ses bénéfices ne peuvent pas servir au bénéfice de quelques-uns seulement. De cette manière, on évitera que le futur ajoute de nouvelles inégalités basées sur la connaissance et augmente la différence entre les riches et les pauvres. Que les grandes décisions sur l’orientation de la recherche scientifique et les investissements sur celle-ci soient assumées par l’ensemble de la société et non dictées seulement par les règles du marché et de l’intérêt de quelques-uns Rolling Eyes .

Enfin, le principe que tout ce qui est techniquement possible ou faisable n’est pas par le fait même éthiquement acceptable, reste valide. La science, comme toute autre activité humaine, a des limites à respecter pour le bien de toute l’humanité, et a besoin d’un sens de la responsabilité éthique. La véritable mesure du progrès, ainsi que le rappelait le bienheureux Paul VI, c’est celui qui vise au bien de chaque homme et de tout l’homme.

Je vous remercie tous, membres, consultants et collaborateurs du Conseil pontifical de la culture, parce que vous rendez un service précieux. J’invoque sur vous l’abondance des bénédictions du Seigneur, et je vous demande, s’il vous plaît, de prier pour moi. Merci.

Traduction de Zenit, Hugues de Warren


https://fr.zenit.org/articles/culture-tout-ce-qui-est-techniquement-faisable-nest-pas-ethiquement-acceptable/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Mar 21 Nov - 04:44 (2017)    Sujet du message: 2017 SLAVE CHIPPED ALL R US Répondre en citant

2017 SLAVE CHIPPED ALL R US

Monsato, Dupond, clones, etc



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=vB1VWvL690E

Ajoutée le 5 août 2017

Most are worried about external chipping of humans but internal chipping of humans using nanobots has been going on for years now as the video/doc shows.

Soon you will not be able to go to your bank, go to sports events or even do any financial transactions without being chipped one way or another...and it is all by a very long term Satanic design to control all through Silent Weapons for Quiet Wars.

Every time you touch your 'smart' phone and every time you speak into your 'smart" phone, you are being recorded. Ever voicemail, email, phone conversation, when and where you shop, who you interact with and what you say is picked up and recorded in a data file with your total medical records, spending patterns and speech and facial recognitions. Once the chipping is complete, everyone's lives can be turned on or off remotely, brain's hacked and our souls lost. This is the design of the Satanic Agenda. to keep our souls from reincarnating FOREVER.

https://tabublog.com/2015/02/09/state...

http://www.thedailybeast.com/feds-cra...

https://en.wikipedia.org/wiki/Genetic...

https://tabublog.com/2015/02/09/state...

http://www.motherjones.com/politics/2...

https://tabublog.com/2014/01/20/our-c...

This is why 23 and me owns licensing rights FOREVER to your DNA. Once they alter it a little, like with pigs, or computers, they can claim patent rights to YOU and your loved ones.

Syntho-Man; Humans Need Not Apply
https://www.youtube.com/edit?o=U&vide...


Dernière édition par maria le Dim 3 Déc - 05:01 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Mer 22 Nov - 06:29 (2017)    Sujet du message: AI CONFESSES TO ME THAT SHE IS LUCIFER, A FALLEN ANGEL! Répondre en citant

AI CONFESSES TO ME THAT SHE IS LUCIFER, A FALLEN ANGEL!



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=su2SklNZcis


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Nov - 02:52 (2017)    Sujet du message: COULD ROBOTS TAKE AWAY THIS CLASSIC WALL STREET JOB? Répondre en citant

COULD ROBOTS TAKE AWAY THIS CLASSIC WALL STREET JOB?

Wall Street now has its first computerized equity analyst. Will we all soon be taking investment advice from a robot?
 
By Julie Verhage, Alistair Barr, and Brad Stone
21 novembre 2017 à 12:00 UTC+1

For a decade, Ken Sena has had a classic Wall Street job as an equity analyst, which means he researches companies to help investors decide which stocks to buy and sell. Last year, he met developer Bryan Healey, who helped build the AI assistant Alexa at Amazon. The two of them embarked on a curious challenge: to make a computerized version of Ken that can dole out its own stock recommendations. This week on Decrypted, Bloomberg Technology's Alistair Barr and Julie Verhage meet Ken and Bryan's creation. What does their breakthrough mean for the future of Ken's profession? And will we all soon be taking investment advice from robots? 

Want to hear more? Subscribe on Apple Podcasts and Pocket Casts for new episodes every week. Decrypted is a podcast that uncovers the hidden projects, quiet rivalries and uncomfortable truths in the global technology industry.

+ AUDIO : https://www.bloomberg.com/news/articles/2017-11-21/could-robots-take-away-t…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 31 238
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Nov - 05:52 (2017)    Sujet du message: INDUSTRY TEAMS TO TEACH AGENCIES AI Répondre en citant

INDUSTRY TEAMS TO TEACH AGENCIES AI


Christian Lagerek/Shutterstock.com

By Jack Corrigan November 20, 2017
NEXTGOV

Artificial intelligence is revolutionizing the way the private sector does business, and two companies want to help government use it to solve some of its biggest issues.

Booz Allen Hamilton is partnering with NVIDIA’s Deep Learning Institute to create a hands-on training program for federal employees looking to develop skills in artificial intelligence. Scheduled to launch in early 2018, the program will teach employees the basics of the emerging technology and help them design tools to address challenges in cybersecurity, defense and health care.

“We found broad interest from [federal agencies] to learn more about this topic and stay on the cutting edge,” said Graham Gilmer, a senior associate at Booz Allen Hamilton who working with NVIDIA to put the program together. “They want help from the tech sector … to accelerate their development and wield these [artificial intelligence] capabilities that are showing a lot of promise right now.”

Gilmer said the group is still working out an exact curriculum for the program, but they’re currently exploring standard as well as customized options for specific agencies. Trainers are also willing to host sessions on-site at different federal facilities.

The most vocal advocates for the training came from the Defense Department and intelligence community, said Gilmer, but he sees applications for artificial intelligence throughout all of government. At first the program will only be available to the company’s current federal clients, but he said they’re working to build a model for standalone training that will be open to any government agency.

“There’s a real opportunity here … to generate interest, build a little expertise, show what’s possible and possibly pilot efforts to bridge the gap” in artificial intelligence between the public and private sectors, Gilmer said.

Though artificial intelligence is largely new to government, the Air Force has already found a way the tech can make it more efficient on the battlefield. Project Maven uses artificial intelligence to rapidly turn drone surveillance footage into useful information, saving analysts countless hours of manually scrolling through and analyzing video for points of interest.

Gilmer pointed to Maven as a prime example of artificial intelligence solving a problem faced by most government agencies: a huge amount of information without enough resources to sift through it. Instead of throwing more people at a problem, artificial intelligence can take over the heavy lifting and free up employees to make thoughtful, more informed decisions.

In addition to developing the skills of current federal IT specialists, the training program may also help attract younger tech talent to government, particularly in the area of cybersecurity, said Peter Guerra, the chief data scientist at Booz Allen Hamilton.

The federal government faces a significant shortage of cybersecurity workers and has an especially tough time drawing younger employees away from more lucrative tech jobs in the private sector. Guerra believes that providing concrete training in the most innovative artificial intelligence techniques can incentivize in-demand cyber specialists to join the government.

“[The training] provides a lot of excitement for the younger generation coming in, and it actually attracts them too,” Guerra said. “If they know they’re going to get that training, and they know they’re going to be on the cutting edge, that’s going to be a huge draw.”

http://www.nextgov.com/emerging-tech/2017/11/industry-teams-teach-agencies-…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:38 (2018)    Sujet du message: LES HYBRIDES, LES ROBOTS, LES CLONES ET PLUS... (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> IA/AI - LES HYBRIDES, LES ROBOTS, LES CLONES ET PLUS... (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 318, 19, 20, 21, 22  >
Page 19 sur 22

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com