LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

CONTRÔLE DE LA NOURRITURE/FOOD CONTROL (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 313, 14, 15
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> CONTRÔLE DE LA NOURRITURE /FOOD CONTROL / PROPERTY RIGHTS / DROITS A LA PROPRIETE(PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Sam 10 Sep - 01:40 (2016)    Sujet du message: U.S. GOVERNMENT BANS NATIVE AMERICAN TRIBE FROM PROTESTING ON THEIR OWN LAND – SEND IN POLICE TO REMORE PROTESTORS – INDIGENOUS PEOPLE / BREAKING : JUSTICE DEPARTMENT OVERRULES COURT, DAKOTA ACCESS PIPELINE CONSTRUCTION HALTED Répondre en citant

U.S. GOVERNMENT BANS NATIVE AMERICAN TRIBE FROM PROTESTING ON THEIR OWN LAND  – SEND IN POLICE TO REMORE PROTESTORS – INDIGENOUS PEOPLE



A North Dakota federal court has prohibited indigenous tribes from protesting the Bakken pipeline on their own reservations.

Dakota Access, a developer of the pipeline, filed the report citing “Worker and law enforcement safety was at risk”.

This reaction originates from the non-violent protest by the Sanding Rock, Rose Bud and lower Brule Sioux.Dave Archambault II, chairman of the Standing Rock Sioux Tribe said, “as we have said from the beginning, demonstrations regarding Dakota Access must be peaceful.”

Even though there had been no report of violent confrontation with police or otherwise, removing the protest encampments and demonstrators may proceed.

The Bakken pipeline is the less popular version of the Keystone XL pipeline. The Bakken pipeline is 1,134-mile long underground oil pipeline project for crude oil from the Bakken oil fields in Northwest North Dakota, through SouthDakota, Iowa and end in Patoka, Illinois.

The Bakken project runs through Native American sacred sites, water sources, such as the Mississippi and Missouri rivers.When money is to be made like $3.8-billion and 570,000 barrels of sweet crude oil every day to feedAmerica’s oil habit, we don’t let scared sites or ecosystems get in the way.

Read more : http://indigenous-network.com/u-s-government-bans-native-american-tribe-fro…

BREAKING : JUSTICE DEPARTMENT OVERRULES COURT, DAKOTA ACCESS PIPELINE CONSTRUCTION HALTED


September 9, 2016   |   Nick Bernabe
  
(ANTIMEDIA) North Dakota — On Friday, a federal court sided with Energy Transfer Partners, allowing the company to continue construction on the Dakota Access Pipeline. The ruling came after the Standing Rock Sioux tribe attempted to halt the pipeline’s construction through the justice system because they claimed it would violate federal laws and jeopardize their water supply. However, the Department of Justice, the Department of the Interior, and the Department of the Army quickly overruled the court’s decision, placing a temporary halt on Dakota Access pipeline construction on Army Corps of Engineering lands. Their statement says the decision will take effect until the Army “can determine whether it will need to reconsider any of its previous decisions regarding the Lake Oahe site under the National Environmental Policy Act (NEPA) or other federal laws.”
 
The press release continued:
“Therefore, construction of the pipeline on Army Corps land bordering or under Lake Oahe will not go forward at this time. The Army will move expeditiously to make this determination, as everyone involved — including the pipeline company and its workers — deserves a clear and timely resolution. In the interim, we request that the pipeline company voluntarily pause all construction activity within 20 miles east or west of Lake Oahe.”

This development comes on the heels of North Dakota Governor Jack Dalrymple’s decision to activate the state’s National Guard on Thursday, stoking fears that tensions on the ground could grow. Currently, Native American protesters, or “water protectors,” are staging a peaceful blockade against the pipeline’s construction.

The Justice Department statement’s language could be interpreted as a “voluntary” request to the pipeline builders, and it’s unclear whether Energy Transfer Partners will comply with the request.
 
Meanwhile, opposition on the ground to the Dakota Access pipeline continues to swell as thousands of water protectors continue to stream into the area to join the blockade. At this time it remains unclear how the addition of the National Guard, a flood of reinforcements to the protests, and the Justice Department’s statement will affect tensions on the ground.

As the agencies’ statement surprisingly asserted:
In recent days, we have seen thousands of demonstrators come together peacefully, with support from scores of sovereign tribal governments, to exercise their First Amendment rights and to voice heartfelt concerns about the environment and historic, sacred sites.  It is now incumbent on all of us to develop a path forward that serves the broadest public interest.”

RELATED ON ANTI-MEDIA

5 Times the National Guard Was Used (& What It Means for the Pipeline Protesters)
Why There’s a Media Blackout on the Native American Oil Pipeline Blockade

http://theantimedia.org/justice-department-dakota-access-pipeline/


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 10 Sep - 01:40 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 13 Oct - 01:29 (2016)    Sujet du message: STEPHANE LE FOLL VOUDRAIT UTILISER LES EXCEDENTS DE VIANDE EUROPEENS POUR DES «BESOINS HUMANITAIRES» Répondre en citant

STEPHANE LE FOLL VOUDRAIT UTILISER LES EXCEDENTS DE VIANDE EUROPEENS POUR DES «BESOINS HUMANITAIRES»

Ce vol légal servira, certes, aux besoins humanitaires des riches, pendant que le petit peuple continuera à crever de faim. Rappelez-vous le temps où les rois allaient de ferme en ferme et choisissaient les meilleurs troupeaux et tous les autres animaux, sans oublier les jeunes filles, qui par milliers devenaient les esclaves de ces seigneurs avides de pouvoir. Rien ne change sinon les méthodes rusées de cet empire royal luciférien. Ses parasites de la société qui ne cherchent qu'à faire le mal et à opprimer le peuple continueront à s'empiffrer et continueront de rire de ceux qui ont le courage de se lever le matin afin de faire quelque chose de productif pour eux et la société. Courage, un jour le Messie reviendra et ils recevront le salaire qu'ils mérite. Elevez vos voies vers le Seigneur afin qu'Il envoie un Sauveur comme les hébreux l'ont fait du temps de leur esclavage en Egypte. Eux aussi ont connu ce genre d'oppression et d'esclavage et beaucoup de nations et tous les continents sont en train d'être ravagés par et sous la conquête de l'Empire Romain. Des milliers de gens travaillent activement avec cet Empire, nous le voyons dans tous les domaines, et malheureusement, combien ne voient pas ce piège et font entièrement confiance à ce système. Ils sont esclaves et ne s'en rendent même pas compte et ils font appel à leurs oppresseurs pour les sauver. C'est triste de voir un tel aveuglement mais le Seigneur nous en avait averti depuis déjà bien longtemps. 

Les petits agriculteurs se sont bien fait piégé de part les nouvelles technologies agricoles, et aujourd'hui, ils en payent le prix. Maintenant qu'ils sont pris jusqu'au cou, Stéphane Le Foll va apporter une solution miracle : voler légalement le peuple pour des besoins humanitaires, alors qu'il pourrait proposer tant d'autres options qui pourraient sauver les agriculteurs. Le taux de suicide en France est de plus en plus élevé dans ce domaine, car ils se sentent abandonné par le système. Mais justement, ce n'est pas dans le système qu'il faut mettre sa foi, mais en Celui qui peut sauver l'âme et le corps.

6 oct. 2016, 22:22


© Philippe Wojazer Source: Reuters

L'Europe pourrait utiliser ses surplus de viande pour satisfaire des besoins humanitaires, a déclaré le 6 octobre le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, lors du Sommet de l'élevage, où il a été chahuté par des éleveurs.

«C'est une demande que j'ai faite à l'échelle européenne pour poser comme principe que, comme on a énormément de viande en excédent, et qu'il y a des besoins humanitaires, l'Europe pourrait s'organiser pour [...] utiliser cette viande en excédent pour apporter des solutions à des gens qui aujourd'hui ont de grandes difficultés. C'est aujourd'hui sur la table, c'est un objectif», a déclaré à la presse le ministre de l'Agriculture.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=1JpH6mA1gZw

La crise bovine et la chute des cours de la viande est due en partie à l'arrivée sur les marchés européens de dizaines de milliers de carcasses de vaches laitières abattues pour tenter de réduire la surproduction laitière européenne et pour faire remonter les cours du lait.

«On a aussi mis en place des assurances crédit-export spécifiques et 7 millions d'euros pour la promotion [de la viande], auxquels s'ajouteront les 15 millions d'euros» (annoncés le 5 octobre par Bruxelles pour les 28 pays de l'UE), a souligné le ministre, précisant : «Tout ça, pour essayer de redonner des débouchés à une filière qui en manque.»

Stéphane Le Foll chahuté par des éleveurs de bovins

La visite du ministre a rapidement fait monter la température puisqu'une délégation de la Fédération nationale bovine (FNB), qui avait revêtu des t-shirts rouges sur lesquels était marqué «éleveurs en colère », attendait le ministre de pied ferme devant le stand d'Interbev, où avait lieu une réunion avec les responsables de l’inter-profession bovine. L'irruption d'un petit cortège de la Coordination rurale au moment où le ministre sortait du stand a provoqué une belle bousculade et quelques échanges musclés.

Lire aussi

Les agriculteurs réunis devant le château de Chambord Les agriculteurs en colère face aux ministres européens menant la «vie de château» à Chambord
https://francais.rt.com/economie/25814-agriculteurs-colere-face-ministres-e…

Stéphane Le Foll, qui l'an dernier n'avait pas déambulé dans les allées du sommet où est rassemblée la fine fleur de l'élevage français, aura passé au total près d'une heure et demie au milieu des stands. Il a signé le livre d'or de la race Charolaise, invitée d'honneur de ce 25e salon, qui compose la moitié du cheptel bovin à viande de France.

«J'ai ouvert mes livres de comptes et je réalise que je vends aujourd'hui la viande exactement au même prix que lorsque je me suis installé, en 1981, alors que les charges, elles, n'ont pas arrêté de progresser», a confié à l'AFP Bernard Blondeau, un éleveur de bovins dans la Nièvre venu manifester.

Plus loin, Laurent Goudeclin, exploitant laitier dans le Lot-et-Garonne et militant de la Coordination rurale, se dit «écœuré» par la chute des cours du lait. «On travaille pour rien. Je n'ai pu avoir mes terres que parce que mes parents me les ont transmises, mais si la situation continue comme ça, avec les terres qui deviennent des placements de patrimoine pour la finance, nous, on va retourner au métayage», a-t-il prévenu.

Lire aussi

Crise du lait : Stéphane Le Foll indique ne pas avoir le numéro de portable du PDG de Lactalis

https://francais.rt.com/france/25606-crise-lait-foll-indique-ne

https://francais.rt.com/france/27288-france-stephane-foll-voudrait-utiliser…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 13 Oct - 06:13 (2016)    Sujet du message: FRANCE : LOGEMENTS SOCIAUX A PARIS : ANNE HIDALGO A TROUVE UN NOUVEAU GISEMENT ! Répondre en citant

FRANCE : LOGEMENTS SOCIAUX A PARIS : ANNE HIDALGO A TROUVE UN NOUVEAU GISEMENT !

  Hier



La monarchie avait inventé la mixité sociale, la République, paradoxalement, a créé des ghettos.

Jean-Michel Léost
Professeur honoraire 

Souvenons-nous du roman de Balzac, Le Père Goriot : ce riche vermicellier s’est retiré à la maison Vauquer, au premier étage, réservé aux riches. Mais ruiné par ses filles, il doit déménager au deuxième, puis au troisième – l’étage des pauvres. Depuis le XVIIe siècle, il était courant que toutes les couches de la société se superposent dans les mêmes immeubles. Plus on montait les escaliers, plus on était démuni. La mixité sociale était alors une réalité.

À la fin du XIXe, on commence à construire des immeubles séparés pour loger les classes populaires. Mais c’est surtout après la Seconde Guerre mondiale et le baby-boom que surgissent, dans les banlieues, les grands ensembles. Certes, la crise du logement est réelle : on a encore en mémoire l’appel de l’abbé Pierre pendant l’hiver 1954. Mais, devant l’urgence, on construit des barres d’immeubles, sans réfléchir suffisamment aux conséquences. La monarchie avait inventé la mixité sociale, la République, paradoxalement, a créé des ghettos.

Mais voici qu’Anne Hidalgo découvre qu’elle ne peut plus supporter cette ségrégation : elle a donc, en 2015, entrepris une action pour introduire un peu de diversité sociale.
Ce plan vient d’être relancé : on va s’attaquer aux chambres de bonne de la capitale. Il y en aurait plus de 100.000, la plupart inutilisées ou insalubres. « Nous cherchons à activer tous les leviers pour produire de nouveaux logements. Là, nous avons identifié un gisement nouveau », a indiqué à l’AFP Ian Brossat, adjoint PCF au logement.

L’objectif ? Aménager, dans les quatre ans à venir, 1.000 logements en regroupant des chambres et en subventionnant les travaux de rénovation nécessaires. En outre, pour créer du logement social, la mairie envisage d’acheter des chambres, à l’amiable ou, si le propriétaire est récalcitrant, en pratiquant des expropriations. Un budget de 10 millions d’euros sur le mandat est prévu pour ces opérations.

Qu’Anne Hidalgo veuille remettre un peu de diversité sociale dans la capitale et renouer avec des formes de solidarité qui pouvaient exister sous la monarchie pourrait être une intention louable. Mais on constate que ces chambres de bonne sont majoritairement situées dans des quartiers de l’ouest de Paris, détenus par la droite. Pourquoi les bourgeois du XVIe ne participeraient-ils pas à l’effort de solidarité ? Ils ont déjà protesté contre la décision unilatérale de construire un centre d’hébergement pour migrants et sans-abri sur le site classé du bois de Boulogne. Quel égoïsme social, n’est-ce pas ?

Le maire de Paris semble oublier que la pénurie de logements, les prix exorbitants à l’achat ou à la location en excluent non seulement les plus démunis, mais aussi les classes moyennes, les familles avec enfants qui n’ont pas droit aux logements sociaux. Mais rien n’est fait pour améliorer leur situation. Dans cette affaire de chambres de bonne, on a le sentiment que la politique est dictée plus par des considérations idéologiques – une forme nouvelle de lutte des classes – que par un esprit de solidarité.

Sans compter que la désaffection pour la vie en couple, l’accroissement des divorces et des séparations contribuent à augmenter les besoins en logements. Mais on ne va pas demander à Anne Hidalgo de prendre des mesures pour favoriser le développement harmonieux de la famille, quand même ! N’a-t-elle pas déclaré que « l’influence négative de la Manif pour tous, dont les valeurs vont contre le progrès et l’égalité, sur la droite francilienne, serait très préjudiciable pour la société parisienne et francilienne » ? C’est tout dire !

http://www.bvoltaire.fr/jeanmichelleost/logements-sociaux-a-paris-anne-hida…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Oct - 03:59 (2016)    Sujet du message: FRANCE : L’ETAT PEUT-IL VOUS EXPROPRIER VOTRE MAISON DU JOUR AU LENDEMAIN? Répondre en citant

FRANCE : L’ETAT PEUT-IL VOUS EXPROPRIER VOTRE MAISON DU JOUR AU LENDEMAIN?

 Publié par Rédaction le Vendredi 14 Octobre 2016 : 14h38



Sur des motivations politiques, la mairie de Paris a décidé de confisquer le terrain d’un oncle de Bachar el-Assad afin d’y construire un logement HLM. Mais comment se passe la procédure d’expropriation en règle générale ?

C’est une mesure radicale qui ne va pas réchauffer les relations entre la France et la Syrie. Le Conseil municipal a décidé d’exproprier un terrain de 780 mètres carrés, dans le très chic XVIe, qui appartenait à Rifaat el-Assad, oncle du président syrien. D’ici trois ans, vingt-neuf logements HLM et une crèche seront construits. 
 

Cette expropriation n’est pas que sociale, elle est aussi politique. Ce "bien mal acquis, obtenu avec de l’argent volé au peuple syrien par l’un des pires régimes au monde, va servir l’intérêt général", a déclaré Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris.

Il a fallu trois ans de procédure pour récupérer ce terrain tombé en friche. La mairie de Paris a dû indemniser l’oncle de Bachar el-Assad en lui versant 9,5 millions d’euros, que l’Etat français a par ailleurs bloqué en raison d’une enquête sur son patrimoine.

L’Etat peut exproprier pour cause d’utilité publique

Si ce fait d’actualité est singulier et ponctuel, qu’en est-il de manière générale ? En France, l’Etat peut exproprier une ou plusieurs personnes pour cause d’utilité publique. C’est-à-dire que si la réalisation d’un métro, une route, une infrastructure servant la collectivité est votée, les propriétaires dont les maisons entraveraient ces travaux peuvent se voir signifier une demande d’expropriation de leur(s) bien(s) afin de permettre la réalisation du projet.

C’est par exemple ce qu’il s’est passé dans le projet de création de l’aéroport controversé de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Le 25 janvier, la justice a décidé de valider les expulsions des habitants opposés à cet aéroport. En tout, onze familles d’irréductibles contestataires qui occupent des habitations, dont quatre exploitations agricoles, ont eu deux mois pour plier bagages.

A lire aussi – Falaises : ces habitations menacées le long des côtes françaises

Une décision qui n’a pas fait flancher les convictions de Sylvain Fresnau, l’un des quatre exploitants expulsables. Avec d’autres expropriés, il a décidé de lutter jusqu’au bout et de rester sur son domaine. "Après cette décision de justice, un huissier est venu chez moi pour me signifier l’ordre d’expulsion. Mes animaux ont dû partir le jour-même, quant à moi j’avais jusqu’au 21 mars", explique-t-il à Planet.fr. Mais Sylvain Fresnau a décidé de rester chez lui. La seule chose qu’il craint – et encore – c’est une expulsion manu militari par les forces de l’ordre. "Il n’y a que la force qui peut nous faire sortir !", clame celui pour qui le ciel s’est assombri en 2012.

"Un jour, un huissier est venu nous dire : ‘Voilà, vous êtes en procédure d’expropriation, la société Vinci va venir estimer vos biens’", se rappelle-t-il. "J’ai refusé qu’on vienne dans ma propriété, alors le juge de l’expropriation est venu estimer lui-même mes biens", explique l’exploitant agricole. Dans le restant des cas, un accord à l’amiable avait été trouvé entre les propriétaires de terres et la société Aéroports du Grand Ouest (AGO).

L’Etat peut aussi vous exproprier si vous êtes en danger

A noter que l’Etat peut aussi exproprier des propriétaires s’il juge que ces personnes dans en danger de mort dans leur habitation, bien souvent exposée à des risques naturels. Le cas de Willy Hocquet, un habitant de Dieppe âgé de 85 ans, avait fait les gros titres en mars dernier. Résidant près d’une falaise qui s’érode continuellement, il a été poussé à quitter sa superbe demeure. Mais en vertu de la loi Barnier de 1995 sur "la sauvegarde des populations menacées par certains risques naturels majeurs", la ville va lui racheter sa maison aux prix du marché (500 000 euros en l’occurrence) et se fera ensuite rembourser par l’Etat.

Que disent les articles de loi ?

L’expropriation, aussi brutale qu’elle soit, est tout à fait légale. L’article 17 de la Déclaration des droits de l’Homme, indique que nul ne peut être privé de sa propriété, "droit inviolable et sacré", sauf "lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité". L’article 545 du Code civil ne dit pas autre chose : "Nul ne peut être contraint de céder sa propriété, si ce n’est pour cause d’utilité publique, et moyennant une juste est préalable indemnité".

En pratique, c’est un juge administratif qui est chargé des dossiers d’expropriation. Celui-ci s’assure que les inconvénients nés de l’expropriation ne sont pas excessifs par rapport aux avantages. Et c’est là le nœud du problème : comment calculer à sa juste valeur un bien exproprié ? L’article L13-13 du Code de l’expropriation dispose que l’indemnité allouée ne peut couvrir que le préjudice matériel, direct et certain. En revanche, le préjudice moral n’est pas indemnisable. Toutefois, le dédommagement peut se faire en nature, exemple : un commerçant auquel on propose un local identique à celui exproprié.

Du reste, il est toujours possible pour la personne expropriée de recourir à un accord à l’amiable avec l’Etat pour le dédommagement. Celle-ci peut enfin s’opposer à la procédure d’expropriation de sa maison en faisant un recours devant le tribunal administratif.


http://www.planet.fr/societe-letat-peut-il-vous-exproprier-votre-maison-du-…[Planet-a-la-Une]-20161016



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Oct - 10:47 (2016)    Sujet du message: 40 COPS WITH RIOT GEAR, ARMORED VEHICLE AND LRAD SWARM 5 PRAYING NATIVE AMERICANS AT DAPL Répondre en citant

40 COPS WITH RIOT GEAR, ARMORED VEHICLE AND LRAD SWARM 5 PRAYING NATIVE AMERICANS AT DAPL



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=F8WNAu6BDuY


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 07:08 (2016)    Sujet du message: USA: 117 PROTESTERS ARRESTED FROM NORTH DAKOTA PIPELINE SACRED SITE [flash width=425 height=350 loop=true]http://www.youtube.com/v/D3FtroH9wwM[/flash] VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=D3FtroH9wwM Ajoutée le 27 oct. 2016 National Guard troops an Répondre en citant

USA: 117 PROTESTERS ARRESTED FROM NORTH DAKOTA PIPELINE SACRED SITE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=D3FtroH9wwM

Ajoutée le 27 oct. 2016

National Guard troops and police were deployed in the removal of Dakota Access Pipeline protesters from the Cannon Ball Camp site, where they had been camping since April, at around 18:30 EST (22:30 GMT) on Thursday.

Police lined up in a row, moving southward and slowly forcing protesters off the site. The stand-off lasted hours during which some demonstrators burned tires and other objects and others sang and prayed in protest at the removal. At least 117 people were arrested.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 23:43 (2016)    Sujet du message: UPDATE NOT GUILTY AMMON BUNDY'S LAWYER TACKLED BY MARSHALS AFTER OREGON STANDOFF VERDICT / ACQUITTEMENT DE SEPT OCCUPANTS ARMES D'UN PARC EN OREGON Répondre en citant

UPDATE NOT GUILTY AMMON BUNDY'S LAWYER TACKLED BY MARSHALS AFTER OREGON STANDOFF VERDICT



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=vYXnCy7Yemo&spfreload=10

Learn More:
http://koin.com/2016/10/27/jury-reach...
https://www.essentialdrugstore.com/

ACQUITTEMENT DE SEPT OCCUPANTS ARMES D'UN PARC EN OREGON 



Neil Wampler, l'un des acquittés, se réjouit du verdict du tribunal fédéral, à Portland, le 27 octobre.   Photo : AP/Don Ryan
 
Un tribunal fédéral américain a acquitté jeudi sept manifestants armés qui avaient occupé un parc naturel de l'Oregon pendant plus d'un mois en début d'année. = Parc naturel de l'Oregon parce que le gouvernement s'est approprié de la terre appartenant à cette famille. Plusieurs autres familles sont aussi concernés par ce vol des terres.

Radio-Canada avec Agence France-Presse

Les sept accusés, dont les deux frères Ammon et Ryan Bundy, chefs de file de la contestation, étaient poursuivis pour avoir tenté d'empêcher des employés fédéraux d'entrer dans le parc national Malheur « par la force et l'intimidation ».

Le groupe, essentiellement composé d'éleveurs et d'anciens militaires provenant de plusieurs États, réclamait la restitution des terres fédérales « au peuple ». Il dénonçait aussi ce qu'il jugeait comme étant des conditions de plus en plus dures imposées aux éleveurs par le gouvernement fédéral.

Certains de ces militants étaient aussi poursuivis pour possession illégale d'arme à feu, et pour vol de biens du gouvernement.

Les accusés étaient passibles de plusieurs années derrière les barreaux.

Ammon et Ryan Bundy restent toutefois détenus pour une autre affaire de confrontation armée avec la police dans le Nevada. Les autres manifestants acquittés ont été libérés.

Soulagement chez les acquittés

Les partisans des manifestants ont crié de joie lors de l'annonce de la décision du tribunal à Portland, à l'issue d'un mois et demi de procès, ont rapporté les médias locaux.
Le verdict constitue « une formidable victoire pour l'Amérique rurale, et une défaite humiliante et désastreuse pour le gouvernement fédéral corrompu », a estimé Neil Wampler, l'un des acquittés, cité par le quotidien The Oregonian.

Le mouvement de protestation avait pris naissance pendant une marche en faveur de Dwight Hammond, 73 ans, et de son fils Steven, 46 ans, deux propriétaires de ranch de la ville de Burns condamnés à la prison pour avoir incendié des terres publiques.

Le 2 janvier, les protestataires ont commencé à occuper le parc Malheur, situé à 80 km de là. Le mouvement a pris de l'ampleur par la suite.

L'occupation a duré 41 jours. La police était parvenue à faire évacuer les lieux le 11 février.

Le porte-parole des manifestants, LaVoy Finicum, avait été abattu fin janvier par les policiers qui tentaient de l'arrêter lors d'une intervention routière.

À l'issue de l'occupation du parc, 26 personnes avaient été inculpées. Onze d'entre elles étaient parvenues à un accord à l'amiable avec les procureurs avant d'être jugées. Les poursuites avaient été abandonnées contre un des militants. Les sept derniers seront jugés en février.

Dans un message diffusé sur Twitter, la gouverneure de l'Oregon, Kate Brown, qui avait fortement critiqué les occupants, s'est dite « déçue ».

De son côté, le Center for Western Priorities, un groupe de défense de la nature, a déploré sur Facebook le verdict rendu, qui « va enhardir les groupes extrémistes ». = Si donc, le gouvernement vole vos terres et vos biens et que vous essayez de vous défendre, vous serez considérés comme des extrémistes, des terroristes et pourrez aussi être accusés de crimes contre l'humanité si vous vous trouvez sur les terres du gouvernement, comme nous avons pu le voir au niveau des Nations Unies.

À lire aussi :
http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2016/10/28/001-oregon-manifestants-armes-acquitte-occupation-parc-malheur-armes-bundy-milice.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 8 Nov - 03:51 (2016)    Sujet du message: UNDERCOVER STING NABS CALIFORNIA MOTHER SELLING CEVICHE THROUGH FACEBOOK GROUP Répondre en citant

UNDERCOVER STING NABS CALIFORNIA MOTHER SELLING CEVICHE THROUGH FACEBOOK GROUP

By Samantha Schmidt November 7 at 5:19 AM



(Courtesy of Mariza Ruelas)

Mariza Ruelas never expected a plate of ceviche would lead her to the court house and maybe even a possible jail sentence.

For more than a year, undercover investigators in San Joaquin County, California tracked the sales of food — such as homemade tamales, tortillas and cakes — through a community Facebook group, a sting that Mariza Ruelas called a “waste of time and resources and taxpayers’ money.”

Ruelas, a single mother of six, first came across the Facebook group about two years ago when she needed a last-minute cake for her daughter’s quinceañera, the Hispanic coming-of-age celebration on a young woman’s 15th birthday.

The community forum, 209 Food Spot, allowed Stockton, Calif. residents to share recipes, organize potlucks and occasionally sell or exchange food items.

As a hobby, about once a month, Ruelas began offering up her own dishes — a tray of rice and beans in exchange for a birthday cake, her staple chicken-stuffed avocados to those who requested it, she said in a phone interview with the Post.

Then, in July, she received a letter in the mail: she was being summoned to court. Ruelas, along with several other group members, faced citations for two misdemeanors — operating a food facility and engaging in business without a permit. An undercover investigator had ordered a ceviche from her through the Facebook group in October 2015 as part of a sting.

At least a half-dozen other members accepted a plea deal of one year of probation, a $235 fine and 40 hours of community service. Ruelas was offered a deal with twice the community service, three years of probation and the $235 fine, so she refused to accept it, she said.

The single mother of six is headed to trial and faces up to a year in jail for her misdemeanors.

“We didn’t see any harm in that,” she said, of selling and exchanging meals through the group. “There wasn’t anybody selling it daily. A lot of times, they were just getting back what they put into the ingredients.”

She hadn’t ever looked into obtaining a permit, Ruelas said, because she only sold or exchanged food items once or twice a month at most, as a hobby on occasional weekends. It was an activity she enjoyed sharing with her children, ages 6 through 20, who would help prepare and deliver some of the dishes with her.

Sometimes, during the holidays, Ruelas and her children would donate the meals to the homeless, Ruelas said.

“The purpose wasn’t to sell food,” Ruelas said. “We wanted to bring something positive to our community.” She mentioned Stockton’s high crime and soaring homicide rates.
“They took the time to be investigating for over a year now,” she said of her case. “But they can’t solve all these unsolved murders?”

Kelly McDaniel, the San Joaquin County Deputy District Attorney, told the local Fox affiliate that the 209 Food Spot Facebook group was sent a warning before charges were filed. She added that selling any food not subject to health department inspection is a danger to the public and undercuts business owners who purchase permits to cook and sell food.

“People are assuming that I was taking from other businesses,” Ruelas said. “It’s not something that I was trying to make a business out of.”

Ruelas has been out of work for two years, for personal reasons and to care for her children. After paying rent, electricity, water and other monthly bills, she only has $200 per month left for food and necessary shopping, she said. Simply paying the $235 fine for her misdemeanors would be a blow to her family’s finances.

Although she rarely earned much of an income from the food sales through the Facebook group, she occasionally received useful items — such as clothes for the kids — in exchange for food. When a neighbor knew she needed furniture for her home, he offered to give her family couches in exchange for a home-cooked meal.

“I have two kids that are going to have a birthday party next week and I have no idea what I’m going to do about it,” she said.

On Sunday, Ruelas posted a message from her 17-year-old daughter, Mariyah, on Facebook. She said she didn’t want to be home when her mother made phone calls to her lawyer or to reporters about the case. It scared her, she wrote, thinking about her mom going to jail and leaving her and her siblings without a parent.

“That’s just sad,” Ruelas wrote in the Facebook post. “I need this done already so we can just breathe.”

https://www.washingtonpost.com/news/morning-mix/wp/2016/11/07/undercover-st…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 18 Nov - 17:14 (2016)    Sujet du message: FRANCE : BLOIS : UN ARRÊTE MUNICIPAL POUR LIMITER LA DISTRIBUTION DES REPAS CHAUDS AUS SDF Répondre en citant

FRANCE : BLOIS : UN ARRÊTE MUNICIPAL POUR LIMITER LA DISTRIBUTION DES REPAS CHAUDS AUS SDF
 
dimanche 24 janvier 2016 Benji

Savez-vous que des personnes sans domiciles décèdent dans le plus grand silence en France? Ce fut le cas dernièrement à Paris, une place d’hébergement d’urgence avait été demandée, en vain… Ces SDF, 24% ont un emploi, et le nombre de personnes n’ayant aucun domicile a augmenté de 44% en 11 ans.

Jusqu’à présent, une « guerre » était menée pour empêcher les SDF se dormir n’importe où (cachez cette misère mauvaise pour les affaires…), voilà que maintenant on réduit leurs possibilités de se nourrir, ce que les maraudeurs des Restos du coeur ne parviennent pas à comprendre
Citation:





Polémique entre les Restos du Cœur et la municipalité de Blois. La cause : un arrêté pris début janvier par la mairie de gauche pour limiter la distribution de repas chauds aux SDF.
 

Polémique entre les Restos du Cœur et la municipalité de Blois (Union de la gauche)

Tout est parti d’un arrêté municipal datant du 6 janvier dernier, règlementant et réduisant la distribution de repas chaud aux Sans Domicile Fixe dans les rues de Blois à certains endroits. Depuis, les Restos du Cœur ne sont plus autorisés à faire leurs « maraudes » que trois fois par semaine au lieu de cinq.

Extrait de l’arrêté : 
« Les Restos du Cœur sont autorisés à occuper le domaine public à l’occasion de la distribution de produits alimentaires qui se déroulera les lundis, mercredis et vendredis. »

La bonne gestion de l’espace public
Pour la mairie, Blois est une ville touristique et cet arrêté résulte de la bonne gestion de l’espace public.

Article en intégralité sur France3-regions.francetvinfo.fr



Ce sont 35 à 40 SDF qui n’aurons plus accès aux repas généreusement fournis par les maraudeurs des restos du coeur, par contre pour les migrants, 40 parmi ceux arrivés dans la ville fin Octobre 2015 ont été logés en chambre individuelle dans les locaux de l’AFPA. La réponse de la Mairie à ce sujet ayant été: « Oui, la Ville est informée et espère que cette arrivée se passe dans les meilleures conditions, dans le respect des êtres humains.»

À croire que tous les humains n’ont pas la même valeur….

Donc, si des personnes habitant Blois ont la possibilité de partager un repas chaud le soir avec un SDF, n’hésitez pas, cela fera un heureux.

http://lesmoutonsenrages.fr/2016/01/24/blois-un-arrete-municipal-pour-limit…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 22 Nov - 04:39 (2016)    Sujet du message: DAKOTA PIPELINE : PROTESTERS SOAKED WITH WATER IN FREEZING TEMPERATURES Répondre en citant

DAKOTA PIPELINE : PROTESTERS SOAKED WITH WATER IN FREEZING TEMPERATURES 

More news and videos on Facebook
https://www.facebook.com/marshall.hannigan?pnref=story

by Tim Stelloh, Molly Roecker, Chiara Sottile and Daniel A. Medina

Police Use Tear Gas on Dakota Access Pipeline Demonstrators


Tear gas, freezing cold water and rubber bullets were used to disperse a crowd of 400 protesters at the Dakota Access Pipeline in clashes late Sunday and early Monday that left more than 150 activists and one law enforcement officer injured.

Linda Black Elk, a member of the Standing Rock Medic and Healer Council of the Catawba tribe, said she treated protesters for injuries and hypothermia and they were soaked by water in temperatures as low as 23 degrees.


PHOTOS: Pipeline Protesters Drenched With Water Cannon
 
"Last night was a really critical life or death situation," she told NBC News Monday. "There were hundreds of people out on the frontlines. People were first soaked down with tear gas and then sprayed with a bunch of water."

Standing Rock Sioux Chairman Dave Archambault II told NBC News that between 200-300 people were transported late Sunday night to a gymnasium on the Standing Rock Sioux reservation for treatment for hypothermia, facial and hand wounds, and other minor injuries. Approximately seven people with more serious injuries — including two elders who were tear gassed and who suffered near cardiac arrest — were sent to a hospital in Bismarck for emergency treatment, said Archambault.

He said the tribe was reaching out to the White House Monday with a request that the Obama administration intervene "due to the threat to public safety at Standing Rock."

"From the beginning, we've had water protectors attacked by guard dogs, rubber bullets and mace. Last night, law enforcement upped the ante by using exploding tear gas canisters and water cannons in sub-freezing temperatures," said Archambault. "There's no telling what law enforcement will do next."

Protestors say that the clashes began when they tried to remove a roadblock on a bridge north of their Oceti Sakowin "Water Protector" Camp. The roadblock, composed in part of burned-out trucks, has blocked the main route to the city of Bismarck since late October.

"The negotiation from law enforcement stated that they were going to remove them for their emergency services to get through ... to Bismarck. It's been 2.5 weeks, maybe 3, and they still haven't kept their word on that," said E'sha Hoferer,who live-streamed the clashes on Facebook.

Black Elk said the roadblock was an inconvenience and posed a risk for emergency personnel trying to access the protest camp.

"IMAGE: Standing Rock Sioux Dakota Access Pipeline protest"



Authorities spray water over Dakota Access Pipeline protesters in freezing temperatures Sunday night, Nov. 20, 2016. Dallas Goldtooth

She said more than 150 protesters had been injured. "There is a gentlemen who was hit with a rubber bullet in his head. There were rubber bullets flying everywhere in a crowd that was already blinded by tear gas."

Police used "concussions grenades, rubber bullets, tear gas, water cannons," she said, "and then they fired up the [Long-Range Acoustic Device] but as far as I know, it was never used."

Sheriff's spokesman Rob Keller told NBC News that no water cannon were deployed and that water was sprayed from a fire truck to control fires as they were being set by activists. However, video posted to Facebook by activists clearly showed authorities spray a continuous stream of water over demonstrators in areas where there were no fires.
 
A law enforcement officer was hit on the head by a thrown rock during the confrontation, Morton County Sheriff's Office said in an update at 1 a.m. local time (2 a.m. ET).

Post by NBC News.

In an earlier release, the sheriff's office described the clashes as "an ongoing riot on the Backwater Bridge, north of a protest camp" and said protesters' actions were "very aggressive."

Hoferer said he was hit with tear-gas and sprayed with water and that demonstrators were lighting fires to provide warmth.

"They're saying that we're causing multiple fires out here, but we're really only using them to stay warm," said Hoferer, 27. "I'm just a father with a phone that loves his water, that wants his water to be clean for his children and grandchildren."

The bridge had been closed since late October, when it was damaged in a fire after authorities evicted protesters from property owned by the pipeline developer.

Pro and Anti-Pipeline Protesters Express Concerns 1:20

In an account posted on Facebook, Indigenous Environmental Network organizer Dallas Goldtooth said "water protectors" removed the vehicle to gain access to North Dakota Highway 1806.

"It was to open up the road so in the daylight the world can see the face of militarized law enforcement and state oppression," Goldtooth wrote. "Police in response are using a water cannon, tear gas and concussion grenades on the crowd!!"

Related: What Will a Trump Presidency Mean for the Dakota Access Pipeline?
 
By 8:30 p.m., the sheriff's office said, one person had been arrested.

"IMAGE: Dakota Access Pipeline protest"


 

Protesters and authorities clash Sunday night over the Dakota Access Pipeline near Bismarck, North Dakota. Morton County Sheriff's Office

The clash comes days after organizers held coordinated demonstrations across the country to protest a 1,170-mile oil pipeline that has generated the largest American Indian protest movement in modern history. Thousands of people have flocked to North Dakota, where the Standing Rock Sioux Tribe argues that the proposed pipeline could permanently contaminate its water source, the Missouri River, as well as desecrate sacred sites.

Energy Transfer Partners, which is behind the pipeline, has said that it has taken measures to prevent such leaks and that the pipeline is far safer than transporting oil with trucks or trains.

+ VIDEO : http://www.nbcnews.com/storyline/dakota-pipeline-protests/dakota-pipeline-p…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 04:12 (2016)    Sujet du message: STATE REGULATORS DENY THE HOMELESS A FREE MEAL Répondre en citant

STATE REGULATORS DENY THE HOMELESS A FREE MEAL

by Tyler Durden
Nov 22, 2016 11:09 AM

Submitted by Brittany Hunter via The Mises Institute,

The holiday season is officially upon us, which means Americans will soon be feeling extra charitable. However, while random acts of kindness and helping those in need are as intertwined with the holiday season as colorful lights and gift giving, the government has chimed in to remind us that charitable efforts must be first be approved by the state.

The American Royal’s World Series of Barbecue is a longstanding tradition for community members of Kansas City, Missouri. Since 1899, the event has attracted the most talented barbecue chefs from all corners of the state, who gather annually to show off their skills. With so many BBQ experts in one place, there tends to be a fair amount of leftover food once the festivities come to a close.

Hating to waste such a vast amount of quality barbecue, some of the event’s BBQ gurus got together and founded the charitable group, Kookers Kare. Partnering with the Harvesters Community Food Network, Kookers Kare has made a tradition of donating the leftover food to local homeless shelters at the end of each annual event.

This year, the two groups collected over 3,000 pounds of meat and 1,200 pounds of sides, all bound for a local nonprofit organization called Hope City, where it was to be served to over 3,000 homeless citizens in need.

However, the Kansas City Health Department put the kibosh on Kookers Kare’s attempts to feed the homeless before anyone was even able to enjoy the food.

Claiming they had no fore knowledge of this charitable tradition, the health department forbid the food from being served to the needy. Suspiciously, the inspectors just happened to be doing a random inspection of Hope City the day the BBQ arrived.

All of that food was uninspected, so that makes it from an unapproved source, it cannot be served to the public,” Kansas City Health Department Operations Manager Joe Williamson said in response to the department’s decision to stop the food from being consumed.

The health department did not stop at simply forbidding the food from being served, they demanded that it be destroyed immediately. Those who had worked diligently to collect the food were forced to douse over 3,000 pounds of award-winning barbecue food with bleach, in order to ensure its destruction and appease the local health department. Meanwhile, 3,000 homeless individuals went without a meal that day .

After receiving negative feedback when this story surfaced in the news, the health department doubled down on its decision by saying, “3,000 people a year die of foodborne illness, so this is nothing to play with, it’s very serious.”

Harvesters Community Food Network Director of Communications, Sarah Biles lamented the health department’s decision and commented, “We’ve had a great partnership and we’ve been able to collect that food over the years. However, in recent year’s food safety regulations have gotten tighter and more strict and continue to change.”

For charitable individuals, giving back to their communities should not be an act that is tightly regulated by government entities. Instead, these volunteers should be met with open arms and positivity from state entities, rather than being demonized unless they have first sought the government’s seal of approval.

As disappointed as these volunteers may be, we can only imagine the disappointment among the 3,000 people who were denied a hot meal.

http://www.zerohedge.com/news/2016-11-22/state-regulators-deny-homeless-fre…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 17:27 (2016)    Sujet du message: USA : « LES PEAUX ROUGES » SANCTIONNES Répondre en citant

USA : « LES PEAUX ROUGES » SANCTIONNES

Depuis 4 heures 30 novembre 2016


Amérique et Europe - USA

Aux Etats-Unis, le gouverneur du Dakota du Nord a décidé de priver les habitants d’un site d’aide alimentaire pour les punir : leur crime? Des protestions contre la construction d’un oléoduc controversé.

Selon Fars News, le gouverneur du Dakota du Nord a également ordonné l’évacuation de la réserve des Sioux (autochtones) qui protestent contre la mise sur pied d’un oléoduc controversé dit « Dakota Access Pipeline ».

Le projet est censé traverser un fleuve à quelques centaines de mètres de la réserve de Standing Rock.

Quelques heures après la publication de cette information, et suite au tollé suscité dans les rangs des autochtones, les autorités ont été contraintes de révoquer leur décision : elles éviteront de dresser des clôtures physiques autour de la réserve des Sioux mais elles feront tout pour empêcher les habitants de s’approvisionner.

Le porte-parole du gouverneur a déclaré que les autorités du Dakota du Nord avaient décidé d’imposer une amende de 1000 dollars à tout véhicule transportant des produits de première nécessité dans la réserve.

Les protestations contre la construction de l’oléoduc long de 1185 kilomètres et d’un coût de 3,8 milliards de dollars ont commencé en avril dernier. Les protestataires dont la plupart sont des autochtones disent que non seulement le trajet de cet oléoduc affectera lourdement les ressources en eau dans cet Etat, pis encore il détruira les terres ancestrales des indiens.

Les protestataires ont monté des tentes, depuis quelques semaines, à proximité du site de ce projet d’oléoduc, et ils ne cèdent pas malgré la vague de froid extrême et le comportement violent de la police.

PressTV

http://french.almanar.com.lb/121350


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:37 (2016)    Sujet du message: CONTRÔLE DE LA NOURRITURE/FOOD CONTROL (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> CONTRÔLE DE LA NOURRITURE /FOOD CONTROL / PROPERTY RIGHTS / DROITS A LA PROPRIETE(PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 313, 14, 15
Page 15 sur 15

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com