LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SÉCURITÉ NATIONALE/CYBERSURVEILLANCE AU CANADA (PARTIE 2)
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CANADA -> SÉCURITÉ NATIONALE/CYBERSURVEILLANCE AU CANADA/ET NOTRE FUTUR (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 7 Mai - 18:30 (2012)    Sujet du message: SÉCURITÉ NATIONALE/CYBERSURVEILLANCE AU CANADA (PARTIE 2) Répondre en citant

PROJET DE LOI : PERMETTRE AUX POLICIERS D'ARRÊTER LES MANIFESTANTS QUI SE COUVRENT LE VISAGE LORS DE MANIFESTATIONS, OU D'ATTROUPEMENTS ILLÉGAUX

VIDÉO :  http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#idMedia=5892240&lang=f…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 7 Mai - 18:30 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Mai - 17:38 (2012)    Sujet du message: BOMBES FUMIGÈRES : LES DISPOSITIONS ANTITERRORISTES DEVAIENT-ELLE S'APPLIQUER? Répondre en citant

BOMBES FUMIGÈRES : LES DISPOSITIONS ANTITERRORISTES DEVAIENT-ELLE S'APPLIQUER?

Par un article comme celui-ci, plus aucun doute. Les lois internationales antiterroristes que le président Obama met en place dans tous les pays, sous le couvert de la "SÉCURITÉ" ont donc bien atteint la frontière du Canada. S'il y a encore des doutes pour certains sur les plans réels de ce grand conflit étudiant, eh bien on peut voir clairement où l'on s'en va : l'état-policier et la dictature onusienne se positionne clairement dans ce beau pays qu'est le mien.

Les lois sur les gens masqués sont aussi sur le point d'être adoptées au niveau fédéral et local (Montréal), mais soyez sûr que tous les paliers gouvernementaux vont aller de l'avant avec cet agenda afin de pouvoir criminaliser le plus de personnes possibles.

Ne croyez surtout pas que la situation va aller en s'améliorant. Toute la destruction que vous voyez dans d'autres pays, les groupes rebelles et nazis qui font leur apparition partout, l'augmentation de la violence urbaine, les gens qui s'entretuent, les chrétiens qui sont exterminés par les amis du Jihad, les forces militaires faisants leur apparition avec leur gros logo de l'ONU qui arrivent soudainement pour soi-disant rétablir la PAIX et la SÉCURITÉ, alors vous avez là tout ce qu'il faut pour concocter la destruction d'une nation entière et l'esclavage assuré à venir pour la majorité des citoyens.


Mise à jour le dimanche 13 mai 2012 à 13 h 28 HAE


L'ex-bâtonnier du Québec Gilles Ouimet © Radio-Canada

L'ex-bâtonnier du Québec Gilles Ouimet estime que les accusations d'incitation à craindre un acte terroriste portées contre quatre étudiants dans l'affaire des bombes fumigènes dans le métro de Montréal ne respectent pas l'esprit de la loi.

L'ex-bâtonnier considère que comme société, il était nécessaire de sanctionner les individus responsables des incidents dans le métro en vertu du Code criminel. « Mais [...] je vous avoue que, moi, personnellement, d'incorporer dans ce débat, qui est déjà large, la notion de s'agit-il de terrorisme ou pas, je ne suis pas certain qu'on a amélioré les choses », conclut-il.

Il a été surpris de la décision du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DCPC) de porter de telles accusations. « Dans la définition d'activité terroriste, on a spécifiquement exclu les revendications politiques, les grèves. Alors, la définition d'activité terroriste exclut à première vue ce comportement si, évidemment, il est relié à la grève étudiante par exemple », affirme Me Ouimet. Selon lui, il s'agissait pour le DCPC d'envoyer un message.

Le juriste explique en quoi consiste cette infraction qui a été ajoutée au Code criminel en 2004 : « Si je peux utiliser une image, c'est la mauvaise blague en matière de terrorisme. C'est une infraction [...] qui vise à criminaliser le fait d'avoir un comportement qui permet raisonnablement de craindre qu'on va se livrer à des activités terroristes. »

En plus d'être accusés d'incitation à craindre un acte terroriste, les trois femmes et l'homme soupçonnés d'avoir lancé des bombes fumigènes dans le métro de Montréal jeudi devront répondre à des accusations de complot et de méfait ayant causé des dommages de plus de 5000 $.

L'homme est aussi accusé de possession prohibée d'une arme blanche. Les quatre personnes, qui ont été arrêtées vendredi après s'être rendues à la police, sont toujours détenues et devraient retourner en cour lundi matin.

Les engins fumigènes déposés en pleine heure de pointe dans trois stations de métro ont entraîné la fermeture de tout le réseau, une première depuis 1989. Le service a été perturbé pendant près de trois heures, touchant quelque 125 000 usagers.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/05/13/002-fumigene-accusation-batonnier.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Mai - 17:44 (2012)    Sujet du message: DES CLIENTS DE BARS PRIS EN PHOTO Répondre en citant

DES CLIENTS DE BARS PRIS EN PHOTO

Mise à jour le samedi 12 mai 2012 à 15 h 25 HAE


Des bars d'Ottawa numérisent les cartes d'identité de leurs clients.

Certains bars d'Ottawa prennent désormais la photo de tous leurs clients à l'entrée et numérisent leurs papiers d'identité. Six établissements de la capitale utilisent déjà cette technologie et d'autres songent à l'adopter.

Le système enregistre le nom, l'âge et la photo du client. La technologie est programmée pour supprimer l'information personnelle des clients après 24 heures. Les trouble-fêtes verront cependant leur réputation entachée. Leurs informations pourraient être transmises aux policiers ou partagées avec d'autres établissements.

En plus d'identifier les individus violents, le système cible aussi les clients qui consomment de manière excessive, qui prennent des drogues illégales ou qui harcèlent d'autres clients.




Stephen Monuk, propriétaire de bars dans le marché By à Ottawa

Stephen Monuk, propriétaire de neuf bars dans le marché By, estime que les employés et les clients se sentent plus en sécurité. Il ajoute que les clients qui n'ont rien à cacher sont satisfaits de cette technologie. Il est persuadé que la mesure sera éventuellement adoptée par tous les bars du marché By.

La numérisation des données personnelles des clients a commencé dans l'Ouest canadien, où elle a été critiquée.

En Alberta, le commissaire à la vie privée a fait cesser cette pratique dans certains établissements puisque ceux-ci vendaient les informations personnelles de leurs clients à des firmes de marketing.

http://www.radio-canada.ca/regions/ottawa/2012/05/12/003-numerisation-identite-bars-ottawa.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Mai - 16:53 (2012)    Sujet du message: LE NOUVEAU CODE DE CONDUITE DE LA SRC INQUIÈTE LE SYNDICAT Répondre en citant

LE NOUVEAU CODE DE CONDUITE DE LA SRC INQUIÈTE LE SYNDICAT

Publié le 01 mai 2012 à 05h00 | Mis à jour le 01 mai 2012 à 07h58

Le Syndicat des communications de Radio-Canada dénonce les modifications apportées au Code de conduite des employés de la société d'État.

Photothèque Le Soleil


Le Syndicat des communications de Radio-Canada dénonce les modifications apportées au Code de conduite des employés de la société d'État.
Photothèque Le Soleil

(Québec) L'imposition d'un nouveau code de conduite aux employés de Radio-Canada risque de transformer les journalistes en porte-parole des ministres conservateurs, craint le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC).

Un grief contre le code en question a été déposé à la mi-avril par le Syndicat, qui en a informé ses membres samedi dernier, explique au Soleil le président du SCRC, Alex Levasseur.

Le président dénonce que la haute direction de Radio-Canada exige des employés l'équivalent d'un «serment d'allégeance» aux ministres du gouvernement Harper, au même titre que les fonctionnaires fédéraux.

Des modifications ont été apportées au Code de conduite qui encadre la pratique des employés de Radio-Canada le 2 avril dernier. Le précédent code datait de novembre 2006.
 
Parmi les irritants pour le Syndicat, l'obligation que les employés «aident les ministres à rendre compte au Parlement et à la population canadienne».

Une mesure qui va à l'encontre de la «saine distance» qui doit séparer le gouvernement et le diffuseur public, dénonce M. Levasseur. Toute la différence entre faire un travail de journaliste et celui de porte-parole, poursuit-il.

«C'est complètement offensant, dit le président du SCRC. On ne peut pas accepter d'être à la solde ou de nous asservir au pouvoir politique. [...] Il faut dénoncer cela.»

Les dépenses excessives de la ministre conservatrice Bev Oda, à Londres, auraient-elles pu être dénoncées par Radio-Canada en vertu de ce nouveau code? demande M. Levasseur «Ce n'est vraiment pas certain, soutient-il. Je ne pense pas qu'on puisse dire que ça "aide" la ministre.»

Aussi, l'application de Loi sur la protection des fonctionnaires divulgateurs d'actes répréhensibles accole le statut de «fonctionnaire» aux journalistes, sans tenir compte de leur obligation d'indépendance professionnelle, dit M. Levasseur.

Selon lui, le contenu du nouveau code a été approuvé par le conseil d'administration et son président, Hubert Lacroix. Ce dernier rencontre régulièrement et en privé le ministre du Patrimoine canadien, James Moore, poursuit M. Levasseur.
«Intimidation»

Comme le code de conduite précédent, le nouveau prévient que l'employé qui ne s'y conforme pas «s'expose à des mesures disciplinaires pouvant aller jusqu'au congédiement immédiat».

En assemblée générale, samedi, la lecture de ces nouveaux éléments a fait «tomber les bras» des travailleurs de l'information de Radio-Canada, dit M. Levasseur. Le Syndicat estime que cela s'inscrit dans l'entreprise d'«intimidation» du gouvernement envers la société d'État, qui s'ajoute aux récentes compressions budgétaires.

Alors qu'elles étaient inexistantes, au moins deux références aux élus et à leur rôle se retrouvent dans le nouveau code.

 Outre le passage sur les ministres, il est stipulé que «les employés de CBC/Radio-Canada reconnaissent que les élus sont responsables devant le Parlement et, par conséquent, devant la population canadienne». On précise que les employés doivent se conformer aux lois, politiques et directives «d'une manière qui est et paraît non partisane et impartiale».

Ces obligations s'appliquent aussi bien au service des nouvelles qu'à des émissions comme Tout le monde en parle ou Et Dieu créa Laflaque, estime M. Levasseur.

Chaque année, tous les employés doivent signer une copie du code de conduite et la faire parvenir à leur gestionnaire pour confirmer qu'ils ont «lu et compris» le document. Le SCRC exhorte ses membres à ne pas signer le nouveau code avant que ses représentants en sachent plus sur ses implications.

Le grief du Syndicat affirme que le code contrevient à la «liberté d'expression» et aux «obligations professionnelles des membres». Le syndicat des techniciens de la société d'État en aurait fait un similaire, affirme M. Levasseur. Une information que Le Soleil n'a pu confirmer en soirée.

La haute direction de Radio-Canada a refusé de s'expliquer en raison du grief déposé. «Quand on reçoit un grief comme ceux-là, on les analyse et on ne fait pas de commentaire, indique le porte-parole Marco Dubé. On va le lire attentivement et on réagira en temps et lieu.»

http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/television-et-radio/201204/30/01-4520535-le-nouveau-code-de-conduite-de-la-src-inquiete-le-syndicat.php


Dernière édition par maria le Dim 21 Oct - 17:07 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 15:39 (2012)    Sujet du message: QUEBEC GOVT INTRODUCES EMERGENCY LAW TO TRY AND HALT STUDENT PROTEST Répondre en citant

QUEBEC GOVT INTRODUCES EMERGENCY LAW TO TRY AND HALT STUDENT PROTEST



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=cczBzOi1Wls&feature=g-all-u

CHAREST ANNONCE UNE LOI SPÉCIALE !

Beau discours rassembleur pour ceux qui sont ignorants de l'agenda global. Si seulement il mettait en pratique ce qu'il prêche et dénonçait le réel programme de ce chaos mondial bien planifié, cette situation ne serait jamais arrivé. Mais comme toujours, on met tout sur le dos du petit peuple qui est mené en galère par cette caste démoniaque et qui ne voit pas la suite qui vient dans quelques semaines. Nous n'avons qu'à regarder comment la situation dégénère dans les autres pays pour voir ce qui vient chez nous, très bientôt! 




VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=ywgcwVoAvv8&feature=related


Dernière édition par maria le Jeu 17 Mai - 22:33 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Mai - 17:29 (2012)    Sujet du message: CANADA : TOUS LES POISSONS NE NAISSENT PAS ÉGAUX Répondre en citant

AGENDA 21

CANADA : TOUS LES POISSONS NE NAISSENT PAS ÉGAUX



Projet de loi C-36

VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=HRW1ZOIRk3o&list=UUi8BnqbhQripV0V-gqx7oEg&index=1&feature=plcp

Par ce projet de loi, non seulement le gouvernement prend de force le contrôle sur toutes les cours d'eau (y compris sur vos/nos terres, mais cette loi C-36 va changer beaucoup plus que ce que rapporte la nouvelle. Par cette loi, très très bientôt les canadiens n'auront plus le droit et l'accès à la pêche (sous le couvert de la protection des espèces), et le gouvernement canadien pourra faire ce qu'il veut sur ses grands cours d'eau pour le développement des ressources naturelles.

Ceci n'est pas le fruit du hasard et je vous avertis depuis déjà quelques temps que ces choses viendraient.

Si nous regardons les lois internationales pour la protection des espèces qui sont poussées au maximum, ces dernières semaines ainsi que les Ordres Exécutifs américaines sur le contrôle total du pays, eh bien, nous voyons que cela faisait partie de leur agenda depuis longtemps.

Ordre Exécutif 10997 : Saisie de toutes les ressources électriques et du carburant, incluant l'essence et les minéraux.

Ordre Exécutif 11005 : Saisie des chemins de fer, des cours d'eau intérieurs et des installations d'entreposage.

Écoutez le vidéo au complet. Vous verrez que presque la majorité des Ordres Éxécutifs sont maintenant opérationnels non seulement en Amérique et au Canada mais dans presque tous les pays sur cette Terre, sous le couvert et avec le pouvoir des forces militaires http://www.youtube.com/watch?v=CXffOS8-X7c et des différentes ONG qui contrôlent les masses.

Le Canada partenaire avec les États-Unis et membre des Nations Unies ne fait que mettre en place les lois dictatoriales internationales tout en nous le présentant sous le couvert du programme environnemental ; pour la protection des espèces et des ressources naturelles. C'est carrément un vol de nos terres et de nos cours d'eau par un simple changement d'écriture dans la loi. Si vous lisez le programme d'Agenda 21, vous y trouverez toute la séduction mise de l'avant pour faire croire au bon peuple que c'est pour son bien et pour l'avenir de l'humanité et des espèces. Une autre fable bien montée par tous les partenaires internationaux, les grandes corporations (avec leurs annonces publicitaires qui remplissent nos écrans), les partis politiques qui poussent au maximum l'agenda environnemental, et les milliers de personnes non-informés qui suivent ce mouvement qui est en train de les entraîner vers leur chute et leur destruction.

Quant aux ressources électriques, il y a bien sûr l'électricité (qui sera bientôt coupée dans toutes les maisons, ceci étant un autre sujet), mais les cours d'eau sont aussi concernés puisque la majorité de notre électricité vient des grands barrages hydro-électriques. Cela peut toucher tous les projets que ces nazis ont en tête.

Si nous l'appliquons à ce qui nous est rapporté dans leur vidéo, eh bien, ils n'auront plus besoin de permission pour dans la main-mise des ressources naturelles. Ils pourraient donc arriver sur vos terres et creuser et/ou bâtir tout ce qu'ils auront décidé pour avoir plus de richesses et de pouvoir, et vous/nous n'aurons plus un mot à dire. Et ils ont le même projet pour les forêts http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=25353&Cr=for%C3%AAts&Cr1=
Par cela, ils pourront délocaliser toutes populations pour la protection des territoires et bla bla bla.

Ordre Éxécutif 10999 : Saisie de toutes Ressources Alimentaires, des Fermes et de l'Équipement de Fermes.

Cette loi est en force aux États-Unis depuis quelques mois et par toutes sortes de stragèmes environnementals et au nom de la Santé Publique, les gens se font voler (saisir) par leur gouvernement le travail de toute une vie et se retrouvent sur la paille ayant de fortes amendes à payer ou encore prend le chemin de la prison, le tout avec l'aide de Blackwater (XE), une milice privée bien entraîné pour s'être pratiquée dans d'autres pays durant plusieurs années et qui ont été engagés par la grande corporation Monsanto qui contrôle toute l'industrie alimentaire avec quelsques partenaires, et qui travaillent de concert avec la FDA, qui a à sa tête un directeur venant de chez Monsanto. Comment espérer que le peuple sera écouté et protégé quand tout est contrôlé par les amis corporatifs de ce système mondial qui veulent toute la part du gâteau?




Le projet de loi C-36, quand nous faisons une recherche plus approfondie touchent énormément de domaines, semblables aux O.E de l'enfer des États-Unis. Elle touche, entre autres, le rappel des aliments http://www.fasken.com/fr/publications/detail.aspx?publication=1dfaa655-68b1-4e5b-bbd0-09b0e37b8515 , les lois antiterroristes http://www.justice.gc.ca/fra/nouv-news/cp-nr/2004/doc_31338.html , le régime des pensions http://www.rhdcc.gc.ca/fra/sv-rpc/legislation/loic_36.shtml . Ce ne sont que quelques-uns des projets pour faire de ce pays une vaste prison, mais pourquoi tous ces domaines différents sont associés au projet de loi C-36? Au bout de la ligne, ce qu'il est important de comprendre c'est que ce système central de la Bête passe maintenant aux choses sérieuses et va s'emparer de tout tout tout.

C'est de la pure tyrannie à l'échelle internationale, mise en place par des tyrans qui outre-passent les lois divines et instaure leur royaume luciférien. Par ce que nous voyons avec les fermiers aux États-Unis qui sont opprimés de toutes les manières possibles, soyez sûr qu'ils prendront tous les moyens pour vous enlever de leur route partout ailleurs.

Voilà une bonne raison de ne pas mettre sa confiance dans les hommes mais en Dieu seul. Lorsque la nation ne reconnaissait que Dieu comme seul Dieu et obéissait à ses lois et respectait ce que Dieu lui demandait, eh bien, la nation était bénie, les hommes, les femmes, les enfants vivaient dans la Paix et sous une vraie Justice. Le péché était éradiqué du milieu du peuple afin que ce cancer ne se répande point dans tout le pays. N'est-ce pas le contraire que nous voyons maintenant? Il est temps pour chacun de venir ou de revenir à Son Sauveur et de rejeter ce système pourri mis en place par le camp ennemi de Dieu qui ne travaille que pour amener nos âmes vers la perdition et vers un monde sans amour, sans compassion et sans espérance!

Maria


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 19 Mai - 18:18 (2012)    Sujet du message: MONTRÉAL : LE RÈGLEMENT ANTIMASQUE EST ADOPTÉ Répondre en citant

MONTRÉAL : LE RÈGLEMENT ANTIMASQUE EST ADOPTÉ

VIDÉO : http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/5906783

Mise à jour le vendredi 18 mai 2012 à 22 h 56 HAE
Le reportage de Davide Gentile


Le règlement municipal encadrant les manifestations a été adopté vendredi à l'Hôtel de Ville de Montréal. Les élus l'ont adopté par 33 voix contre 25.
Le règlement prévoit que les organisateurs d'une manifestation devront fournir l'itinéraire prévu à la police et que toute personne qui y participe devra avoir le visage découvert. Les contrevenants s'exposeront à des amendes de 500 $ à 1000 $ pour une première infraction, de 1000 $ à 2000 $ pour une seconde, et de 2000 $ à 3000 $ pour une troisième.

Les deux partis d'opposition, qui ont voté contre ce règlement, jugeaient que le moment était mal choisi pour son adoption et qu'il était trop rigide et inutile.
« On peut bien adopter tous les règlements municipaux et les empiler les uns sur les autres, mais il restera toujours la même réalité, que ce sont les dispositions des lois, soit à l'Assemblée nationale ou à la Chambre des communes, qui auront priorité », a affirmé la chef de l'opposition, Louise Harel, qui entendait initialement appuyer le projet de loi. Elle a expliqué sa volte-face par le « grand flou » de ce règlement.

« Le fédéral est en train de légiférer sur les masques, Québec doit terminer de légiférer sur les manifestations dans les places publiques. Alors, ça ne sert absolument à rien ce qu'on a fait ce matin, mais ça permet de détourner le sujet. Ça ne va pas bien pour Gérald Tremblay [et il décide de se] faire du capital politique avec la loi et l'ordre, avec un règlement qui, objectivement, ne sert absolument à rien », soutient de son côté le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron.

Un règlement qui ne fait pas l'unanimité

Le vote sur le règlement a été précédé d'un débat.

Le chef du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Marc Parent, a tenté de rassurer les élus. Il a précisé que la police utiliserait ce nouvel outil avec discernement. Il a notamment indiqué que les masques pourraient être tolérés pendant les grands froids hivernaux ou lorsque les manifestations se déroulent dans l'ordre et dans une atmosphère bon enfant.

Le chef Parent estime que les policiers font déjà preuve de discernement, puisque des règlements interdisent à la population de marcher dans la rue et que les bâtons qui servent à tenir les pancartes des manifestants pourraient être - dans une interprétation rigoriste - qualifiés d'objets contondants.
Le maire Gérald Tremblay juge lui aussi que les policiers se montreront à la hauteur, même si la loi exigera du discernement de leur part. Il a réitéré son appui au projet de loi malgré l'opposition des groupes de défense des droits.

« La garantie, c'est l'expérience, c'est la compétence, c'est le discernement de nos policières et de nos policiers. J'ai confiance en eux. On a vécu 1000 manifestations par année à Montréal. Comment se fait-il que dans la très grande majorité des cas, 98 %, on n'a pas de problème? », a dit le maire Tremblay.

Plus tôt, devant l'interrogation de la chef de l'opposition, Louise Harel, qui se demandait si les policiers arrêteraient des gens qui se masquent le visage pour se protéger des gaz irritants lancés par la police, le chef du contentieux de la Ville de Montréal, Alain Cardinal, a fait valoir que dans un tel cas, les manifestants se trouvent déjà en situation illégale. M. Cardinal soutient que les policiers n'utilisent ces gaz que lors d'un recours à la force dans une manifestation jugée illégale. Or, les manifestants qui demeurent sur place se trouvent déjà en infraction, avec ou sans masque.

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/05/18/001-masques-reglemen…




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 19 Mai - 18:27 (2012)    Sujet du message: QUÉBEC : MANIFESTATIONS CONTRE LA LOI SPÉCIALE Répondre en citant




CANADA - QUÉBEC : MANIFESTATIONS CONTRE LA LOI SPÉCIALE


Mise à jour le samedi 19 mai 2012 à 9 h 58 HAE

VIDÉO : http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/5906794
Images de la manifestation à Montréal



Des milliers de personnes ont manifesté à Montréal pour une 25e soirée consécutive, et des centaines de manifestants ont marché dans les rues de Québec, pour dénoncer la loi spéciale adoptée vendredi par les parlementaires québécois pour mettre fin au conflit étudiant.

Vers 22 h, la manifestation de Montréal a été déclarée illégale par la police de Montréal à la suite d'actes criminels. Selon le porte-parole de la police Yannick Ouimet, des cocktails Molotov ont été lancés sur des policiers. Des gaz lacrymogènes et de bombes assourdissantes ont été utilisés contre certains manifestants.

La manifestation s'est par la suite poursuivie pacifiquement, avant de se disperser vers 3 h 30.

Quatre personnes arrêtées

Quatre personnes ont été arrêtées, après qu'une vitrine de la Banque de Montréal, sur l'avenue Mont-Royal, eut été fracassée.

À Québec, la manifestation qui a rassemblé des centaines de personnes s'est déroulée pacifiquement. Les manifestants s'étaient donné rendez-vous devant l'Assemblée nationale avant d'entreprendre une longue marche dans les rues de la capitale.

Des rassemblements ont aussi eu lieu à Gatineau, à Rimouski et à Sherbrooke, où la police a procédé à 14 arrestations. La manifestation avait été déclarée illégale dès le départ.


Loi 78 (version amendée)
http://www.scribd.com/Radio-Canada/d/94118651-Loi-78-version-amendee


http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/05/18/002-manifestation-etudiants-vendredi.shtml


 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mar 22 Mai - 18:34 (2012)    Sujet du message: UN RESTAURATEUR ARRÊTÉ DANS SON COMMERCE Répondre en citant

UN RESTAURATEUR ARRÊTÉ DANS SON COMMERCE

Rappelez-vous ce qui arrivait, à une autre époque pas très lointaine, à ceux qui aidaient les résistants, les juifs et les chrétiens. Eh bien, nous voyons que le Canada est en train de s'ajuster sur les mêmes mesures draconniennes. Mais comme le dit le maire Tremblay "nos policiers font un excellent travail" Pour la déontologie, oubliez cela. Les dossiers s'empillent et personne ne s'en occupe!!!

Publié le 22 mai 2012 à 05h00 | Mis à jour à 05h00








«C'est inacceptable. Ce sont des droits civils fondamentaux qui ont été bafoués. Que les policiers soient là pour rétablir l'ordre, tout à fait. Je suis commerçant et j'en ai besoin. Mais qu'un policier décide d'entrer dans un commerce et arrête arbitrairement une personne qui s'adonne à être le propriétaire, ça non», dénonce Dominique Dion.

Photo: Ninon Pednault, La Presse


=author%3APierre-Andr%C3%A9+Normandin&sort=recent]Pierre-André Normandin
La Presse


Un restaurateur dénonce l'arrestation arbitraire dont il dit avoir fait l'objet samedi soir alors qu'il se trouvait dans son commerce de la rue Saint-Denis. Dominique Dion assure que son seul crime a été d'arborer le carré rouge sur la poitrine.


«J'ai l'impression qu'il y a quelques policiers qui perdent les pédales et ça entache la réputation de l'ensemble de la police», dénonce le propriétaire du Zero8.

Dominique Dion ne le cache pas, il appuie la cause étudiante: il estime qu'il doit ses succès en affaires à sa maîtrise, «payée par les Québécois».

Samedi soir, les manifestations ont débordé près de son restaurant, rue Saint-Denis. La tension a rapidement grimpé quand deux brasiers ont été allumés au coin de la rue Ontario. Vers 23 h, Dominique Dion décide d'ouvrir les portes de son commerce, alors fermé, pour permettre aux personnes réfugiées sur sa terrasse de quitter le tumulte par la ruelle. «Il n'y avait pas de casseurs, pas de gens cagoulés», assure-t-il.

Sur les images captées par sa caméra de surveillance, mises en ligne hier, on peut voir des policiers accourir. Dominique Dion affirme qu'un agent «agressif» l'a empoigné et forcé à s'agenouiller sur sa terrasse afin de l'arrêter. Le restaurateur dit avoir passé six heures dans une cellule avant d'être relâché. Aucune accusation n'a été retenue contre lui et il n'a pas reçu de constat d'infraction.


«C'est inacceptable. Ce sont des droits civils fondamentaux qui ont été bafoués. Que les policiers soient là pour rétablir l'ordre, tout à fait. Je suis commerçant et j'en ai besoin. Mais qu'un policier décide d'entrer dans un commerce et arrête arbitrairement une personne qui s'adonne à être le propriétaire, ça non», dénonce Dominique Dion. Le restaurateur, qui sort de cette aventure les poignets endoloris par les lanières de plastique qui servent de menottes, envisage de porter plainte au Comité de déontologie policière et d'intenter une poursuite civile contre le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Déontologie policière

«Je ne défendrai pas l'indéfendable. On n'est pas infaillible, on n'aura pas une note de 100%. Les policiers sont des humains, ils sont là depuis 100 jours, ils ont fait pas loin de 250 manifestations. Si des gens jugent qu'un policier a mal agi, il y a la déontologie», a déclaré le commandant Ian Lafrenière, porte-parole du SPVM, en réaction aux témoignages qui font surface.

Dominique Dion n'est pas le seul à dénoncer le travail policier. Un homme qui dit avoir été tabassé sans raison par des agents a d'ailleurs visité quelques bars de la rue Ontario hier midi pour demander aux propriétaires si leurs caméras de surveillance avaient capté la scène.

Plusieurs témoignages circulent également en ligne. Deux vidéos ont notamment été visionnées par des milliers d'internautes. L'une montre une policière en train d'asperger de gaz poivre des manifestants qui refusent de reculer. Dans l'autre, on voit une voiture de patrouille pousser un jeune homme qui se tient à son capot avant de tomber sur le côté. Le commandant Ian Lafrenière appelle à la prudence dans l'interprétation de ces images. «Il faut être un sans-génie pour essayer d'arrêter une voiture avec ses mains. Des gens autour lançaient des projectiles. Le policier est parti parce que, s'il s'était arrêté dans une foule au bord de l'émeute, il aurait fait quoi? Il se serait fait lancer plein de projectiles.»

http://www.lapresse.ca/actualites/dossiers/conflit-etudiant/201205/21/01-4527276-un-restaurateur-arrete-dans-son-commerce.php


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mer 23 Mai - 15:07 (2012)    Sujet du message: RÉFORME DE L'ASSURANCE-EMPLOI : IL N'Y A PAS DE MAUVAIS EMPLOIS, DIT JIM FLAHERTY Répondre en citant

RÉFORME DE L'ASSURANCE-EMPLOI : IL N'Y A PAS DE MAUVAIS EMPLOIS, DIT JIM FLAHERTY

Exactement les mêmes mesures mise en place sous le gouvernement UMP de Sarkozy, l'an dernier. Ceci est un signe évident que l'état esclave prend place au Canada et que ce système babylo-romain impose sa volonté de manière draconnienne après avoir détruit plusieurs secteurs d'activités économiques et mis des milliers de personnes dans une situation plus que précaire.

Par ces stratégies de nouvelle gouvernance mondiale, l'état-esclave peut maintenant aller de l'avant et ils vont imposer au bon peuple, qui n'a rien venu venir, leur nouvelle vision du futur en utilisant les humains comme manne à bon marcher pour rebâtir leur nouveau monde avec toute la technologie intelligente qu'ils ont  mis en place ces dernières années pour une surveillance totale des citoyens. Un monde déshumanisé où l'homme n'est considéré que comme une ressource humaine obéissant au doigt et à l'oeil de ces tyrans. Et plus, ils vont couper dans les services sociaux, dans les pensions et autres revenus, plus les peuples vont devenir esclaves de leur gouvernement et de ces grandes entreprises qui les fera travailler pour une bouchée de pain, pendant qu'eux se rempliront les poches. Voilà, le triste constat qui se cache derrière ce partenariat PPP.

Vous aurez remarqué le vaste programme d'emploi pour les immigrants qui entrent à pleine porte dans notre pays et qui sont pris en charge par le système. Dans ce programme, il y a toute la technologie ID, un véritable piège pour des milliers de personnes. De plus, si nous voyons ce qui se passe ailleurs, souvent les passeports sont confisqués et les immigrants condamnés à une vie misérable. Ceci deviendra chose normale dans peu de temps au Canada aussi. L'autre volet immigrant sert à faire rentrer les radicaux islamistes qui dès qu'ils en recevront l'ordre fondront sur les canadiens et imposeront leur religion de "PAIX"!!!

Si vous êtes considérés comme un terroriste ou un ennemi combattant, vos chances de trouver un emploi deviennent de plus en plus incertaines, car les dirigeants de ces grandes entreprises exercent de plus en plus sur le peuple une main pesante où le droit de s'exprimer sur les sujets chauds ne sont et ne seront plus  tolérés.

Nous n'avons qu'à regarder le nombre de fermetures d'usines qui ont lieu, ces dernières années, on voit clairement que le peuple n'est tout simplement plus écouté et respecté et qu'on ne se gêne plus pour mettre dehors toute personne qui parle contre le gouvernement et/ou les réformes sociales. Le projet de loi C-38 est un autre de ces projets qui s'ajuste sur les lois de la bonne gouvernance internationale pour le contrôle de ce monde et de ses habitants.

RÉFORME DE L'ASSURANCE-EMPLOI : IL N'Y A PAS DE MAUVAIS EMPLOIS, DIT JIM FLAHERTY

CP | Par Stéphanie Marin, La Presse Canadiennehttp://quebec.huffingtonpost.ca/2012/05/14/rforme-assurance-emploi_n_151621…
Publication: 14/05/2012 17:39 Mis à jour: 15/05/2012 12:15



OTTAWA - Il n'y a pas de mauvais emplois, a affirmé lundi le ministre des Finances Jim Flaherty alors que plusieurs craignent que le gouvernement ne modifie l'assurance-emploi pour forcer les chômeurs à accepter n'importe quel boulot.

Le gouvernement semble ainsi envoyer un signal qu'il s'apprête à serrer la vis aux chômeurs en rendant l'accès à l'assurance-emploi plus difficile.

Vendredi, le Nouveau Parti démocratique (NPD), le Bloc québécois et des centrales syndicales ont fait une sortie pour dénoncer le fait que le gouvernement fédéral s'apprêterait selon eux à contraindre les prestataires d'assurance-emploi à accepter des emplois moins bien rémunérés et hors de leur domaine de compétence.

Ces modifications à l'assurance-emploi seraient noyées dans l'immense projet de loi C-38 qui vise à mettre en oeuvre le dernier budget.







L'opposition à Ottawa se plaint que la pièce législative vise bien plus que le budget et n'est en fait qu'un fourre-tout pour toutes sortes de changements impopulaires qui éviteront ainsi d'être trop remarqués.

Entre autres choses, le gouvernement s'apprêterait à modifier les définitions d'emploi convenable et non convenable pour les fins de l'assurance-emploi, ce qui aurait des conséquences importantes pour ceux qui reçoivent des prestations.

Questionné lundi à savoir si l'on verra des ingénieurs cueillir des fruits dans les champs parce qu'ils n'auront plus droit à leurs prestations, le ministre Flaherty a répliqué qu'«il n'y pas de mauvais emplois».
«Le seul mauvais travail est de ne pas avoir de travail, a-t-il dit. On doit faire ce qu'il faut pour gagner sa vie.»

Lors d'un point de presse convoqué pour enjoindre l'opposition à adopter rapidement C-38, il a fait valoir qu'il avait déjà travaillé comme chauffeur de taxi et arbitre au hockey.

Mais l'opposition se plaint justement du bâillon imposé sur C-38 qui l'empêche d'étudier le projet en profondeur. Elle s'oppose aussi à l'idée de devoir voter sans connaître cette nouvelle définition «d'emploi convenable».

Tentant de calmer le jeu, M. Flaherty a confirmé qu'il y aura une définition plus large de la notion «d'emploi acceptable». Mais pour les détails, il renvoie la balle à la ministre responsable des Ressources humaines, Diane Finley, et préfère la laisser faire part des changements envisagés et des définitions retenues.

Il a toutefois averti que le pays va faire face — et doit déjà composer — avec une pénurie d'emplois dans plusieurs domaines. Il souhaite voir plus de personnes avec des handicaps, des personnes âgées et des autochtones sur le marché du travail.

Pour ce faire, il faut «se débarrasser des mesures tendant à décourager l'emploi», croit-il.

La porte-parole néo-démocrate en matière de Finances, Peggy Nash, croit que les Canadiens devraient être préoccupés par la position que semble adopter le gouvernement dans ce dossier.

«Si vous êtes un concepteur de logiciels, est-ce que vous devrez travailler chez Tim Horton? Si vous êtes un professeur ou une infirmière sans emploi, devrez-vous travailler dans le domaine agricole et cueillir des fruits?» a-t-elle demandé.

«Ce serait un gaspillage monstre de compétences (...), de talent et de formation», a-t-elle ajouté.

Elle a rappelé que l'assurance-emploi est une «assurance» payée par les travailleurs et leurs employeurs et n'est pas un programme financé par le fédéral.

Le député libéral Marc Garneau estime que les propos du ministre sont une menace pour les Canadiens qui ne veulent pas accepter un emploi dans un autre domaine ou une autre ville.

Quant au député bloquiste André Bellavance, il a souligné que le «débat reste à faire sur cette question», puisque les changements n'ont pas été expliqués par le gouvernement.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2012/05/14/rforme-assurance-emploi_n_1516213.html?ref=politique&just_reloaded=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Mai - 20:01 (2012)    Sujet du message: SÉCURITÉ RENFORCÉE À L'AÉROPORT DE MONTRÉAL Répondre en citant

SÉCURITÉ RENFORCÉE À L'AÉROPORT DE MONTRÉAL

Mise à jour le mardi 22 mai 2012 à 13 h 28 HAE 




La sécurité a été renforcée à l'aéroport Montréal-Trudeau depuis lundi soir, dans le contexte des manifestations à Montréal.

Des policiers surveillent les véhicules qui pénètrent sur le terrain de l'aéroport. Ils discutent avec les usagers et font des fouilles des véhicules ou des autobus « si le besoin s'en fait sentir », dit l'agent Simon Delorme, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Le SPVM indique qu'aucune menace spécifique contre l'aéroport n'a été notée et que la présence policière a été renforcée à titre préventif. « C'est uniquement pour que les gens qui utilisent l'aéroport se sentent en sécurité », précise l'agent Delorme.

À la fin du mois d'avril, le consulat américain a publié une alerte aux voyageurs et aux citoyens américains résidents à Montréal et ailleurs au Québec pour leur recommander d'éviter les lieux où les protestations se tiennent.

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/05/22/003-aeroport-securite-renforcee.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Juin - 19:00 (2012)    Sujet du message: SUBCOMMITTEE ON BILL C-38 OF THE STANDING COMMITTEE ON FINANCE / SOUS-COMITÉ SUR LE PROJET DE LOI C-38 Répondre en citant

SUBCOMMITTEE ON BILL C-38 OF THE STANDING COMMITTEE ON FINANCE (MAY 29, 2012)

In Committee From The House Of Commons

VIDEOS

May 28, 2012 : http://www.cpac.ca/forms/index.asp?dsp=template&act=view3&pagetype=…

May 29, 2012 : http://www.cpac.ca/forms/index.asp?dsp=template&act=view3&pagetype=…


Finance (May 30, 2012)

MPs continued with their study of the budget implementation bill. Witnesses discussed proposed amendments including those to the Coasting Trade Act and the Investment Canada Act contained in Bill C-38.

The following individuals testified: Len Zedel (Memorial University of Newfoundland, as an individual), Bob Kingston (Agriculture Union), Philippe Bergevin (C.D. Howe Institute), David Skinner (Consumer Health Products Canada), Matthew Holmes (Canada Organic Trade Association), Richard Wright (Nalcor Energy), Richard Steiner (University of Alaska, as an individual), and Erin Weir (United Steelworkers).


While Question Period often attracts the most attention on Parliament Hill, a great deal of work actually occurs in committee rooms. MPs conduct studies, review legislation, produce reports, and hear from ministers, government officials, and outside experts on issues of national importance.

The current standing committees are:


  • Aboriginal Affairs and Northern Development
  • Access to Information, Privacy and Ethics
  • Agriculture and Agri-Food
  • Canadian Heritage
  • Citizenship and Immigration
  • Environment and Sustainable Development
  • Finance
  • Fisheries and Oceans
  • Foreign Affairs and International Development
  • Government Operations and Estimates
  • Health
  • Human Resources, Skills and Social Development and the Status of Persons with Disabilities
  • Industry, Science and Technology
  • International Trade
  • Justice and Human Rights
  • Liaison
  • National Defence
  • Natural Resources
  • Official Languages
  • Procedure and House Affairs
  • Public Accounts
  • Public Safety and National Security
  • Special Committee on the Canadian Mission in Afghanistan
  • Status of Women
  • Transportation, Infrastructure and Communities
  • Veterans Affairs


...

http://www.cpac.ca/forms/index.asp?dsp=template&act=view3&template_…


SOUS-COMITÉ SUR LE PROJET DE LOI C-38 DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES (29 mai 2012)

Les comités de la Chambre des communes

VIDÉOS

28 mai, 2012 : http://www.cpac.ca/forms/index.asp?dsp=template&act=view3&pagetype=…

29 mai, 2012 : http://www.cpac.ca/forms/index.asp?dsp=template&act=view3&pagetype=…




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Juin - 19:22 (2012)    Sujet du message: ENVIRONNEMENT : HARPER VEUT COUPER LES VIVRES À SES OPPOSANTS Répondre en citant



ENVIRONNEMENT : HARPER VEUT COUPER LES VIVRES À SES OPPOSANTS

Mise à jour le vendredi 8 juin 2012 à 14 h 06 HAE

VIDÉO : http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/5932515

Le projet C-38 controversé

Comme si les relations entre les environnementalistes et les conservateurs n'étaient pas encore assez tendues, le premier ministre Stephen Harper est venu jeter de l'huile sur le feu jeudi en s'engageant à couper les vivres aux groupes qui s'opposent aux projets énergétiques de son gouvernement.

De passage à Paris pour rencontrer le nouveau président français François Hollande, Stephen Harper y est allé d'une déclaration qui risque d'envenimer davantage les relations déjà difficiles entre les environnementalistes et son gouvernement.

Interrogé sur le financement offert par Environnement Canada à certains groupes qui s'opposent à des projets énergétiques, le premier ministre a répondu sans équivoque : SI LE GOUVERNEMENT FINANCE DES GROUPES ENVIRONNEMENTAUX QUI NE PARTAGENT PAS SON OPINION, LEURS VIVRES SERONT COUPÉS.

À Ottawa, les réactions ne se sont pas fait attendre. « Pour moi, pour un premier ministre, dire quelque chose comme ça, c'est incroyable, c'est ignorant et c'est vraiment dangereux », a déploré le leader parlementaire du Nouveau Parti démocratique (NPD), Nathan Cullen. = bla, bla, bla, ils travaillent tous ensemble

« C'est clair que ce gouvernement n'est pas intéressé à avoir ce DIALOGUE, n'est pas intéressé à avoir des différents points de vue et n'aime pas la recherche qui n'est pas d'accord avec [son] idéologie », a pour sa part affirmé le chef intérimaire du Parti libéral du Canada, Bob Rae.

« Faire taire la dissidence »

Le porte-parole du Sierra Club du Canada David Green a quant à lui déclaré sur les ondes de RDI vendredi que Stephen Harper « veut faire taire la dissidence, mais pire que ça, il veut faire taire des groupes environnementaux qui agissent de façon professionnelle pour éviter des dommages environnementaux. »

L'environnementaliste croit que le premier ministre veut « des projets sans aucune surveillance environnementale indépendante. » « Il veut des projets, où on signe au bas de la page ce que le promoteur veut », a déclaré M. Green.

Le coordonnateur général d'Équiterre Sidney Ribaux a lui aussi critiqué les propos du gouvernement conservateur. Selon lui, l'une des missions des organisations est d'intervenir dans « les débats publics, d'émettre des points de vue qui sont souvent ceux des citoyens [...] et de faire avancer le débat . »

M. Ribaux pense que si Ottawa veut couper les fonds à toutes les organisations qui ne sont pas d'accord avec lui, il finira par « couper les fonds à toutes les organisations, qu'elles soient de gauche, de centre ou de droite. » En agissant ainsi, le gouvernement souhaite qu'il y ait « moins d'interventions pour faire passer plus rapidement certains projets industriels », dit-il.

D'après lui, le gouvernement tient « mordicus » au développement minier et des sables bitumineux. Il « met de côté tous les obstacles potentiels au développement de ces projets, notamment les pipelines qui vont acheminer les sables bitumineux vers l'ouest et éventuellement vers la Chine », affirme-t-il. M. Ribaux estime que le gouvernement subira beaucoup de pression pour modifier son projet de loi.

Abolition de la Table ronde sur l'environnement et l'économie

Cette sortie du premier ministre survient au moment où les conservateurs viennent d'abolir la Table ronde nationale sur l'environnement et l'économie, dont le mandat est de conseiller le gouvernement fédéral. Cet organisme a été créé en 1988 lorsque le gouvernement conservateur de Brian Mulroney dirigeait le pays.

Même l'ancien député conservateur et réformiste qui siège au sein de l'organisme, Bob Mills, estime que le gouvernement Harper va trop loin. « Nous n'avons pas besoin de meneuses de claque, mais des gens intelligents », a-t-il lancé.

Le ministre de l'Environnement, Peter Kent, se défend en disant que le budget de 5 millions de dollars peut être mieux utilisé pour protéger l'environnement et l'économie.

Quoi qu'il en soit, jamais le gouvernement n'a été aussi clair dans son désir d'atténuer la contestation. Cette nouvelle déclaration survient au moment où il s'apprête à modifier une série de lois et de règlements dans son controversé projet de loi omnibus C-38.

Le projet de loi propose entre autres d'accélérer le processus d'évaluation environnementale, et confirme le retrait du Canada du protocole de Kyoto.

Projet de loi C-38. C'est un document de 431 pages touchant 69 lois portant sur différents thèmes, tels que l'environnement, la fiscalité, l'immigration et la sécurité de la vieillesse. Au lieu d'être examinées par un comité parlementaire, ces questions seront débattues par un sous-comité du comité des finances.

VIDÉOS :
Le projet C-38 controversé
http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/5932515

Hyperlien - Des écologistes dénoncent le projet de loi C-38

Les précisions de Marc Godbout
http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/5931625

Entrevues avec Sidney Ribaux, coordonnateur général d'Équiterre
http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/5932483

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2012/06/08/001-environnement-projet-financement-coupes-vivres-stephen-harper.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Juin - 19:41 (2012)    Sujet du message: GRAND PRIX : UNE TRENTAINE D'ARRESTATIONS «PRÉVENTIVES» Répondre en citant



GRAND PRIX : UNE TRENTAINE D'ARRESTATIONS «PRÉVENTIVES»
Mise à jour il y a 7 minutes

| Radio-Canada avec La Presse Canadienne



La police arrête une personne à la station de métro Jean-Drapeau



COUVERTURE EN DIRECT - Grande effervescence et forte présence policière à l'île Sainte-Hélène et à l'île Notre-Dame, théâtre du Grand Prix de formule 1 du Canada qui a lieu dimanche à 14 h.

Aux aguets, les policiers procèdent à des fouilles minutieuses aux abords du site du circuit Gilles-Villeneuve.

Le Service de police de la ville de Montréal (SPVM) affirme avoir effectué une trentaine d'arrestations « préventives ».

Une personne aurait été arrêtée au métro Berri-UQAM pour intimidation à l'encontre d'un agent de la paix, alors qu'une autre aurait été appréhendée dans une station du métro Laval pour possession d'une imitation d'arme à feu.

Jeune homme arrêté puis relâché par les policiers à la station de métro Berri-UQAM © PC/Peter Mccabe




Des gens portant ou dissimulant des habits noirs dans leur sac seraient également visés par les policiers, à l'instar des personnes arborant un carré rouge.

Plus tôt dans la journée, une fausse alerte à la bombe au métro Longueuil a causé dimanche matin une brève interruption du service sur la ligne jaune. Un homme dans la cinquantaine a été arrêté relativement à cet incident.

Par ailleurs, une manifestation d'une centaine de personnes a eu lieu près de la rue Crescent du centre-ville de Montréal, où ont lieu les festivités du Grand Prix. Deux manifestants ont été arrêtés.

Une autre manifestation, à vélo celle-ci, est prévue à 14 h et devrait démarrer du parc Lafontaine, à Montréal.

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/06/10/001-grand-prix-tension-dimanche.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Juin - 19:19 (2012)    Sujet du message: DE PUISSANTES CAMÉRAS ET MICROPHONES AUX FRONTIÈRES CANADIENNES: TAISEZ-VOUS! Répondre en citant

DE PUISSANTES CAMÉRAS ET MICROPHONES AUX FRONTIÈRES CANADIENNES: TAISEZ-VOUS!


Des caméras et microphones de haute technologie seront disposés aux frontières canadiennes, tant au niveau des voitures que des avions. Ce programme de surveillance a reçu beaucoup de critiques concernant des ligues de défense de droit à la vie privée et des actions ont été entreprises au gouvernement pour réglementer le programme qui aurait été mis en veille jusqu'à la mise en place de nouveaux règlements.

cdp

OTTAWA HALTS PROGRAM TO EAVESDROP ON TRAVELLERS


Passengers line-up to purchase tickets at Air Canada at Dorval Airport in Montreal.(Ryan Remiorz / THE CANADIAN PRESS)




Updated: Tue Jun. 19 2012 20:59:13

CTVNews.ca Staff


Ottawa has put the brakes on a high-tech eavesdropping program that would allow authorities to listen in on conversations taking place at border crossings and airports.

Public Safety Minister Vic Toews asked the Canadian Border Services Agency to halt the contentious program on Tuesday after numerous critics denounced it as an invasion of privacy.

The audio surveillance program has been suspended until a Privacy Impact Assessment can be conducted and the government can review recommendations from the Privacy Commissioner, according to a spokesperson for Toews.

The CBSA plan involved hooking up state-of-the-art microphones and cameras at select travel hubs to listen in on the discussions of travellers.

Federal officials say Toews' decision comes after the CBSA mistakenly activated the surveillance equipment at an airport and recorded a conversation between an agent and a traveller, CTV's Daniele Hamamdjian reported.

Assistant privacy commissioner Chantal Bernier told CTV's Power Play Tuesday she is pleased that Toews has halted the program until the assessment is completed.

"Minister Toews has put the process back on track and we welcome that," she said.

Bernier explained what a Privacy Impact Assessment actually entails.

A PIA takes a proposed program or policy and assesses what privacy implications are involved, said Bernier.

The Office of the Privacy Commissioner then reviews the assessment and makes recommendations to ensure the program complies with privacy laws.

"The outcome is a program that both meets policy objectives, such as public safety, and respect for privacy," said Bernier.

In order to satisfy the privacy office, Bernier said the CBSA must provide empirical evidence that there is a need to collect audio and video recordings of travellers, as well as show that the information collected will be handled properly.

The CBSA must set clear parameters on what kind of conversations officers will be collecting and provide rationale on why the conversations must be recorded, said Bernier.

"For example, is it only the conversations between the officer and an individual that will be taped or is it more?" she asked. "If it is more, why? For what purposes?

"That is precisely the point of a full privacy impact assessment," she said.

The privacy office does not approve policies, it only makes recommendations, said Bernier.

Bernier said a similar assessment was successfully done before the use of body scanners in Canada's airports was implemented.

Surveillance cameras are typical fixtures at airports and border crossings, but many argue the introduction of microphones takes the idea of security too far.

Mary-Jane Cardillo, a Florida resident who is visiting British Columbia, said the prospect of a border agent being able to listen in on her discussions is worrisome.

"As long as I'm in my car, (conversation) should stay in my car," she told CTV British Columbia on Monday.

A representative for the B.C. Civil Liberties Association says her concerns are justified.

If the audio eavesdropping program is reintroduced, it will allow for the "seamless transfer of Canadians' private information to the United States on the purported justification of security around the border," said BCCLA Policy Director Micheal Vonn.

Even border agents have expressed concern that their workplace conversations might not be so private anymore, according to a spokesperson for the union representing the workers.

"If that dialogue is being captured, what's it going to be used for? Who's going to be listening to it? How long is it going to be kept?" said Bob Jackson of the Public Service Alliance of Canada.

For its part, Minister Toews' office has said the technology could be helpful in detecting criminal activity, but concedes that it doesn't want to infringe on anyone's rights.

"It is important for agencies tasked with protecting Canadians to have the right tools to catch smugglers and keep criminals and other unwelcome individuals out of Canada," read a statement from Public Safety spokesperson Julie Carmichael.

"It is equally important that these tools do not infringe on individuals' privacy in a way that is unjustified or unnecessary to ensure security."

The CBSA manages 119 land-border crossing and 13 international airports

With a report from CTV British Columbia's Scott Roberts


http://winnipeg.ctv.ca/servlet/an/local/CTVNews/20120619/cbsa-microphones-at-travel-hubs-initiative-120619/20120619/?hub=WinnipegHome


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mar 3 Juil - 18:04 (2012)    Sujet du message: SÉCURITÉ NATIONALE/CYBERSURVEILLANCE AU CANADA (PARTIE 2) Répondre en citant

LE CANADA PARMI LES PLUS ACTIFS POUR LES DEMANDES DE RENSEIGNEMENTS CONFIDENTIELS

=author%3APhilippe+Teisceira-Lessard&sort=recent]Philippe Teisceira-Lessard, La Presse (Montréal)
03 juillet 2012 | 07 h 32


Le Canada arrive au troisième rang des pays les plus actifs en demandes de renseignements confidentiels contenus dans les comptes Twitter d'internautes, selon les administrateurs du réseau social.
Au cours des six premiers mois de 2012, les autorités canadiennes ont demandé à 11 reprises à Twitter de lui transmettre des renseignements non publics sur des abonnés du site.

L'entreprise a accepté dans deux cas seulement, selon des données rendues publiques lundi.

Les États-Unis ont quant à eux demandé à Twitter de leur transmettre des données à 679 reprises, avec succès dans 75% des cas.

 
Le Japon arrive en deuxième place avec 98 demandes pour un taux de succès de 20%.

http://techno.lapresse.ca/nouvelles/201207/03/01-4540166-le-canada-parmi-les-plus-actifs-pour-les-demandes-de-renseignements-confidentiels.php


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 9 Sep - 00:26 (2012)    Sujet du message: COMBATING TERRORIST ACT - ANTITERRORIST MESURES - INDEFINITE DETENTION /LOI SUR LA LUTTE CONTRE LE TERRORISTE - MESURE DU TERRORISTE - DÉTENTION PRÉVENTIVE Répondre en citant





COMBATING TERRORIST ACT - ANTITERRORIST MESURES - INDEFINITE DETENTION

Justice Minister Rob Nicholson appears at a special Senate committee on Bill S-7, which contains several anti-terrorism provisions.

March 26, 2012

VIDEO : http://www.cpac.ca/forms/index.asp?dsp=template&act=view3&pagetype=vod&hl=e&clipID=6775

45mtes
Check also for Bill S-9


The same US agenda (NDAA)

President Obama Signs Indefinite Detention Into Law

http://www.aclu.org/blog/national-security/president-obama-signs-indefinite-detention-law



LOI SUR LA LUTTE CONTRE LE TERRORISTE - MESURE DU TERRORISTE - DÉTENTION PRÉVENTIVE

Le ministre fédéral de la Justice, Rob Nicholson comparaît devant un comité sénatorial spécial étudiant le projet de loi S-7, qui contient plusieurs dispositions ayant trait à la lutte contre le terrorisme.

26 Mars 2012

VIDÉO : http://www.cpac.ca/forms/index.asp?dsp=template&act=view3&pagetype=vod&hl=f&clipID=6775

47 mtes
Regardez aussi pour la loi S-9

Le même agenda qu'aux États-Unis. Lisez l'article suivant pour comprendre l'agenda réel se cachant derrière ce langage dialectique.

Traduit par Vic

Le 31 décembre 2011
Posté par Amanda Simon, de l’ACLU, à 16h20

LE PRÉSIDENT OBAMA SIGNE ET TRANSFORME LA DETENTION INDEFINIE EN LOI

DÉTENTION INDÉFINIE

LE PRESIDENT OBAMA A SIGNE (cf. https://www.aclu.org/national-security/president-obama-signs-indefinite-det…) LE NATIONAL DEFENSE AUTHORIZATION ACT (NDAA OU LOI NATIONALE CONCERNANT L’AUTORISATION DE LA DEFENSE) AUJOURD'HUI (cf. http://www.aclu.org/ndaa ), PERMETTANT A LA DETENTION ILLIMITEE D'ETRE CODIFIEE DANS LA LOI.

Comme vous le savez, la Maison Blanche avait menacé d'opposer son veto à une version antérieure de la NDAA, mais avait fait demi-tour peu avant que le Congrès vote à propos du projet de loi final (cf. https://www.aclu.org/blog/national-security/senate-rejects-amendment-bannin…). Alors que le président Obama avait publié une déclaration signée disant qu'il avait de « sérieuses réserves » concernant ces dispositions, cette déclaration s'applique uniquement à la façon dont son administration l'utiliserait et n'affecte pas la faon dont la loi est interprétée par les administrations suivantes.

CE STATUT EST PARTICULIEREMENT DANGEREUX PARCE QU'IL N'A PAS DE LIMITES DANS LE TEMPS OU AU NIVEAU GEOGRAPHIQUE, ET IL PEUT MEME ETRE UTILISE CE PRESIDENT-CI ET PAR LES PRESIDENTS FUTURS AFIN DE DETENIR MILITAIREMENT DES PERSONNES CAPTUREES LOIN DE TOUT CHAMP DE BATAILLE.

SOUS L'ADMINISTRATION BUSH, DES REVENDICATIONS SEMBLABLES CONCERNANT UNE AUTORITE DE DETENTION DANS LE MONDE ENTIER AVAIENT ETE UTILISEES AFIN DE GARDER EN DETENTION MILITAIRE MEME UN CITOYEN AMERICAIN DETENU SUR LE SOL AMERICAIN, ET DE NOMBREUSES PERSONNES AU CONGRES AFFIRMENT A PRESENT QUE LA NDAA DEVRAIT ETRE ENCORE UTILISEE DE LA MEME MANIERE.

L'ACLU ESTIME QUE TOUTE DETENTION MILITAIRE DES CITOYENS AMERICAINS OU D'AUTRES PERSONNES AU SEIN DES ETATS-UNIS EST INCONSTITUTIONNELLE ET ILLEGALE (cf. http://www.aclu.org/blog/national-security/senators-demand-military-lock-am…), Y COMPRIS SOUS LA LOI NDAA. EN OUTRE, L'AMPLEUR DU POUVOIR DE DETENTION DE LA LOI NDAA VIOLE LE DROIT INTERNATIONAL PARCE QU'ELLE N'EST PAS LIMITEE AUX PERSONNES CAPTUREES DANS LE CADRE D'UN VERITABLE CONFLIT ARME TEL QUE CELA EST REQUIS PAR LES LOIS DE LA GUERRE.

Nous sommes extrêmement déçus que le président Obama ait signé ce projet de loi, même si son administration revendique déjà un pouvoir de détention trop large dans les tribunaux. TOUT ESPOIR QUE L'ADMINISTRATION OBAMA RECULE CONCERNANT CES REVENDICATIONS, A SOMBRE AUJOURD'HUI. Heureusement, nous avons trois branches gouvernementales, et LE DERNIER MOT SUR LA PORTEE DU POUVOIR DE DETENTION APPARTIENT A LA COUR SUPREME, QUI N'A PAS ENCORE STATUE SUR L'ETENDUE DE CE POUVOIR DE DETENTION. Mais le Congrès et le président ont également un rôle à jouer dans le nettoyage de la pagaille qu'ils ont créée, car aucun citoyen américain ni personne d’autre ne devrait vivre dans la peur de ceci ou d’un futur président qui utilisera a mauvais escient ce pouvoir de détention de la NDAA.

L'ACLU combattra les autorités de détention dans le monde entier partout où nous le pouvons, que ce soit dans en justice, au Congrès, ou au niveau international.

En savoir plus sur la détention indéfinie: Inscrivez-vous pour les alertes concernant l’actualité (cf. https://secure.aclu.org/site/SPageServer?pagename=UN_email_sign_up&s_su…) , suivez-nous sur Twitter (cf. http://www.twitter.com/aclu ), et ajoutez-nous via le bouton « like » sur Facebook (cf. http://www.facebook.com/aclu.nationwide ).



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mer 12 Sep - 14:25 (2012)    Sujet du message: HARPER SAYS 'ISLAMICISM' BIGGEST THREAT TO CANADA Répondre en citant

HARPER SAYS 'ISLAMICISM' BIGGEST THREAT TO CANADA

Pure hypocrisy and lies when we see what's going on in Canada. Islamic immigration, CAIR Canada (Hamas terrorist group) and all accomodations for all these groups under freedom of religion. The government is using these lies to push antiterrorist laws in Canada, the same game we can see in other countries.

VIDEO :
Prime minister says Conservatives will bring back controversial anti-terrorism laws

CBC News
Posted: Sep 6, 2011 9:02 PM ET
Last Updated: Sep 6, 2011 11:20 PM ET

Harper

In an exclusive interview with CBC News, Prime Minister Stephen Harper says the biggest security threat to Canada a decade after 9/11 is Islamic terrorism.

In a wide-ranging interview with CBC chief correspondent Peter Mansbridge that will air in its entirety on The National Thursday night, Harper says Canada is safer than it was on Sept. 11, 2001, when al-Qaeda attacked the U.S., but that "the major threat is still Islamicism."


Prime Minister Stephen Harper talks with CBC chief correspondent Peter Mansbridge about how Canada changed after 9/11. CBC

"There are other threats out there, but that is the one that I can tell you occupies the security apparatus most regularly in terms of actual terrorist threats," Harper said.

Harper cautioned that terrorist threats can "come out of the blue" from a different source, such as the recent Norway attacks, where a lone gunman who hated Muslims killed 77 people.

But Harper said terrorism by Islamic radicals is still the top threat, though a "diffuse" one.

Full interview Thursday

CBC's exclusive interview with Stephen Harper about how 9/11 changed Canada, and how it changed him, runs this Thursday night on The National.

"When people think of Islamic terrorism, they think of Afghanistan, or maybe they think of some place in the Middle East, but the truth is that threat exists all over the world," he said, citing domestic terrorism in Nigeria.

The prime minister said home-grown Islamic radicals in Canada are "also something that we keep an eye on."

Tories to resurrect controversial anti-terrorism laws

Harper said his government will bring back anti-terrorism clauses that were brought in in 2001 but were sunset in 2007 amid heated political debate.

There were two clauses at the heart of the debate:
  • One allowed police to arrest suspects without a warrant and detain them for three days without charges if police believed a terrorist act may have been committed.
  • The other allowed a judge to compel a witness to testify in secret about past associations or perhaps pending acts under penalty of going to jail if the witness didn't comply.

Neither clause was used by police or prosecutors in the five years before they expired.

In October 2006, a parliamentary committee recommended extending the two provisions.

The Conservatives put forward a proposal to keep the measures in place for three more years, but the three opposition parties united to defeat the proposal in February 2007 by a 159-124 vote.

The rest of the legislation remained in force.

P.O.V.:

Do you agree with Prime Minister Harper? Take our survey.

When asked by Mansbridge if he would try to bring those laws back, Harper replied: "That is our plan."

"We think those measures are necessary. We think they've been useful," he said.

"And as you know … they're applied rarely, but there are times where they're needed."

http://www.cbc.ca/news/canada/story/2011/09/06/harper-911-terrorism-islamic…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 22 Sep - 19:32 (2012)    Sujet du message: PAULINE MAROIS ANNULE LA HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ ET CONFIRME LA FERMETURE DE GENTILLY-2 Répondre en citant




PAULINE MAROIS ANNULE LA HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ ET CONFIRME LA FERMETURE DE GENTILLY-2



LOI 78

La première ministre annule la hausse des droits de scolarité décidée par l'ancien gouvernement libéral et décrète la fin du nucléaire au Québec. Ce qui m'intéresse dans cet article est la loi 78.

Lors de son premier point de presse aux commandes du gouvernement du Québec, jeudi après-midi, Pauline Marois a aussi annoncé l'abrogation, vendredi, des dispositions de la loi 12 (ancien projet de loi 78) concernant l'interdiction de manifester. Voir ce qui prend place sous les lois canadiennes, qui sont maintenant sous autorité militaire.

Va-t-elle aussi abolir le règlement municipal de Montréal, adopté en mai 2012 empêchant les manifestants de se couvrir le visage? Va-t-elle aussi abolir la loi permettant aux policiers d'arrêter les manifestants et de les fouiller? Ce n'est pas le discours que nous avons entendu par certains, suite à l'attentat "planifié" du Métropolis. Va-t-elle aussi empêcher que les citoyens du Québec soit désarmés, sous les nouvelles lois sur le désarmement que les Nations Unies sont à finaliser? Va-t-elle aussi modifier la loi afin que nous puissions circuler en toute tranquilité sur les routes du Québec, sans être espionnés par tous ces radars et caméras et sans avoir des check-points un peu partout pour nous contrôler? Va-t-elle faire modifier la loi afin que le SWAT TEAM n'ait plus le droit de défoncer les portes pour entrer chez les citoyens? Nous protègera-t-elle contre la carte d'identité et le micro-puçage des populations? Que fera-t-elle lorsque les lois internationales pour lutter contre le droit à l'expression et contre l'Islamophobie seront décrétées? Sera-t-elle là pour protéger ses citoyens, les chrétiens et les juifs? Vous pouvez être sûr que non. Bref, le projet de PAIX et de SÉCURITÉ va continuer d'avancer avec toutes les ruses et séductions nécéssaires pour endormir le bon peuple,  pour l'établissement de ce Nouvel Ordre Mondial totalitaire.

Le problème n'est pas d'être associé au Canada, le problème est d'être associé à cette vaste organisation luciférienne des Nations Unies. Et par ce que je vois, madame Marois n'y voit quant à elle aucun problème, nous démontrant ainsi à quel Dieu elle est soumise : le dieu des ténèbres, le dieu de destruction et de chaos. bien qu'elle dit vouloir se dissocier du Canada et former une nation Québécoise, tout ce qu'elle met en place est exactement le même agenda que le Canada, soumis à cette globalisation,  met en place.



Vous aurez remarqué que Martine Desjardins continuera à représenter et à supporter la jeunesse étudiante alors que Léo Bureau-Blouin a obtenu une promotion pour ses fidèles services au parti communiste.

Nous verrons bien ce qu'il en sera durant d'autres mobilisations étudiantes ou de d'autres domaines ou lorsque les groupes radicaux islamistes commenceront à semer la pagaille au Québec. Nous voyons dans les autres pays les forces policières/militaires spéciales prendrent position devant les ambassades et durant les mobilisations islamiques.

Sa décision me surprend énormément mais n'oublions pas que sous le gouvernement fédéral, les lois sont toutes en place pour restreindre la liberté des citoyens. Toutes ces ententes d'entraides avec leurs partenaires américains de la Défense Nationale et de l'OTAN avec tout son arsenal militaire et ses robots tueurs. Déjà, nous commençons à voir de plus en plus d'hélicoptères noires militaires et nous avons aussi vu un drône au-dessus de Montréal, il y a quelques semaines, lors d'une manifestation au Circuit Gilles-Villeneuve et dont les médias ont minimisé leur présence.

Maintenant que les jeunes sont retournés sur les bancs d'école, le peuple va se rendormir, mais je vous le dis : restez éveiller car ce qui vient sur ce pays et dans cette province, la plupart des gens ne l'auront pas vu venir.

PAULINE MAROIS ANNULE LA HAUSSE DES FRAIS DE SCOLARITÉ ET CONFIRME LA FERMETURE DE GENTILLY-2

LOI 78

Par Lili Boisvert | Radio Canada – ven. 21 sept. 2012


Ces premières mesures sont mises en oeuvre par décrets ministériels, et ne requièrent donc pas l'aval des députés de l'Assemblée nationale, où le Parti québécois est minoritaire.

À propos des droits de scolarité, le plafond des droits annuels pour 2012-2013 sera maintenu à 2168 $. De plus, pour cette année, le gouvernement maintient la bonification de 39 millions de dollars de l'aide financière prévue par le gouvernement Charest, parallèlement à la hausse des droits. « Je crois que ce serait incorrect de récupérer cette aide », a déclaré Mme Marois. La bonification sera donc disponible pour les étudiants qui n'ont pas encore fait de demande d'aide.

Quant aux décisions à venir au sujet du financement des universités, Pauline Marois rappelle qu'elle est pour une indexation des droits de scolarité au coût de la vie, une suggestion qu'elle considère comme raisonnable.

La question sera débattue lors du sommet sur le financement des universités qu'entend tenir le PQ dans les 100 premiers jours de son gouvernement. Le ministre de l'Enseignement supérieur, Pierre Duchesne, pilotera ce dossier.

Les trois principales associations étudiantes ont réagit positivement à l'annonce de Mme Marois. La présidente de la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Martine Desjardins, a toutefois signifié mercredi qu'elle espérait que Pauline Marois renonce à son projet d'indexer les droits de scolarité universitaires.

Québec solidaire a également salué l'annulation des droits de scolarité, tout en déplorant la proposition d'indexation de la première ministre.

Du côté du Parti libéral, le chef par intérim de l'opposition officielle, Jean-Marc Fournier, estime que la première action du gouvernement Marois va à l'encontre du développement économique de la province parce que les universités « contribuent directement à la prospérité économique du Québec » et que la première ministre compromet leur financement « sans proposer d'alternative ».

...

http://fr-ca.actualites.yahoo.com/pauline-marois-annule-la-hausse-des-droits-scolarit%C3%A9-192805677.html


Dernière édition par maria le Sam 22 Sep - 20:26 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 22 Sep - 20:22 (2012)    Sujet du message: CANADIANS SECURITY LAWS Répondre en citant

BILL C-309 - LOI C-309

What they're not telling us : Canada is now under military regime

Ce qu'ils ne nous disent pas : Le Canada est maintenant sous régime militiare

PREVENTING PERSONS FROM CONCEALING THEIR IDENTITY DURING RIOTS AND UNLAWFUL ASSEMBLIES ACT
An Act to amend the Criminal Code (concealment of identity) - Loi modifiant le Code criminel (dissimulation d'identité)
http://openparliament.ca/bills/41-1/C-309/

ANTI-TERRORISM ACT (S.C. 2001, c. 41)

http://laws-lois.justice.gc.ca/eng/acts/A-11.7/index.html

LOI ANTITERRORISTE (L.C. 2001, ch. 41)

http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/A-11.7/index.html

and more concerning the UN/USA Security laws for canadians citizens - et plus concernant les lois de l'ONU et des États-Unis pour les citoyens canadiens. 

English : http://laws-lois.justice.gc.ca/eng/acts/ 

Français : http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/ 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 17:04 (2012)    Sujet du message: BE DETAINED WITH NO ACCUSATIONS UP TO 12 MONTHS CANADA TO PASS ANTI-TERRORISM LAWS NDAA STYLE Répondre en citant



BE DETAINED WITH NO ACCUSATIONS UP TO 12 MONTHS CANADA TO PASS ANTI-TERRORISM LAWS NDAA STYLE



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=pM8ug5k8Vv8


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 22 Oct - 00:00 (2012)    Sujet du message: DEUX FOIS PLUS DE CAMÉRAS DANS LE RÉSEAU DU MÉTRO DE MONTRÉAL Répondre en citant

DEUX FOIS PLUS DE CAMÉRAS DANS LE RÉSEAU DU MÉTRO DE MONTRÉAL

Bâtir une société prison sous le couvert de la SÉCURITÉ. Sans compter votre carte mensuelle de transport ou le ticket de transport que vous devez avoir sur vous afin que l'on puisse vous suivre à la trace. $$$$ amendes salées.

Mise à jour le vendredi 19 octobre 2012 à 19 h 34 HAE

VIDÉOS :

http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/6095059/?seektime=…

http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/6095059

Caméras dans le métro : souriez vous êtes surveillés

Le nombre de caméras de surveillance dans le métro de Montréal va presque doubler d'ici un an, avec l'installation d'un système de surveillance qui sera branché dans les nouvelles voitures.

Au total, ce sont 1872 caméras qui s'ajouteront dans le réseau du métro. La Société de transport de Montréal (STM) compte déjà quelque 2000 caméras de surveillance dans les 68 stations de métro de la région métropolitaine.

« Dans chaque voiture de métro, il y aura quatre caméras. Elles devraient pouvoir couvrir environ 90 % de la surface à l'intérieur du métro », explique Dominique Lemay, directeur principal du métro à la STM.

« Ces caméras seront toutes reliées à l'opérateur qui pourra voir tout ce qui se passe. On a un système que nous sommes en train d'installer à l'heure actuelle qui va permettre d'envoyer les images au centre de contrôle du métro », poursuit-il.

Les données seront conservées dans un serveur informatique durant 72 heures.

Des craintes au sujet de la vie privée

La Ligue des droits et libertés craint quant à elle des dérapages dans l'utilisation de ces nouvelles caméras, notamment en ce qui a trait à la vie privée des usagers.


Caméra installée dans une voiture de métro

« On a constaté que certains opérateurs faisaient du profilage. Certaines personnes étaient observées non pas pour ce qu'elles avaient fait, mais en raison de leur appartenance à des groupes ciblés comme étant plus dangereux », soutient Dominique Peschard, président de la Ligue des droits et libertés du Québec.

La Ligue des droits rejette aussi l'argument de l'effet dissuasif qu'auraient les caméras auprès des criminels.

« Des études qui ont été faites à Londres et ont démontré qu'il n'y avait pas de lien entre le taux de criminalité et la présence de ces caméras-là », ajoute M. Peschard.

La STM voit plutôt en ces caméras une amélioration de son service aux usagers.

« Si jamais une personne est malade dans une voiture, les gens vont pouvoir utiliser l'interphone et parler à l'opérateur qui va voir ce qui se passe. Quand la rame va s'immobiliser à la prochaine station, les ambulanciers seront déjà en route », affirme M. Lemay.

La Commission d'accès à l'information du Québec aurait aussi été consultée au sujet des nouvelles caméras.
« [La Commission conclut] que si on respecte ce que l'on prétend faire, avec quelques ajustements, on peut le faire, dans le respect de la vie privée », dit-il.

Les nouvelles voitures seront en service dès l'été 2014.

D'après le reportage de Pascal Robidas

http://www.radio-canada.ca/regions/Montreal/2012/10/19/004-metro-cameras-surveillance-voitures.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Oct - 23:12 (2012)    Sujet du message: POLICE NEED NEW INTERNET SURVEILLANCE TOOLS, SAY CHIEFS Répondre en citant

POLICE NEED NEW INTERNET SURVEILLANCE TOOLS, SAY CHIEFS

The Online Police: Bill C-30 would give police access to internet communications without a warrant

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=9u86yuI9CHg&feature=g-hist

Police need new internet surveillance tools, says The Canadian Association of Police Chiefs

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=2HXJ4jH_u2M&feature=g-hist

Bill C-30 would give police access to internet communications without a warrant

CBC News
Posted: Oct 26, 2012 2:02 PM PT
Last Updated: Oct 26, 2012 7:20 PM PT


The Canadian Association of Police Chiefs is calling on the federal government to pass its controversial internet surveillance bill so police can fight cybercrime more effectively.

Association president and Vancouver police Chief Jim Chu says he is concerned Bill C-30 will die on the order paper, meaning officers investigating criminal activity on cellphones and the internet will still have to get a warrant every time they want to intercept communications by cybercriminals.

"Law enforcement continues to be handcuffed by legislation introduced in 1975, the days of the rotary telephone," said Chu on Friday morning in Vancouver.

Bill C-30 was introduced by Public Safety Minister Vic Toews last winter and was immediately criticized by many groups concerned about the sweeping powers it would give the government to track the ordinary activities of citizens online without judicial oversight.

Bill C-30 stalled in the House 
 
The legislation was tabled in the House but has not been debated since a massive public backlash when it was released.
But Chu insists it's not about spying — it's about getting timely information from telecommunications providers.

pullq a écrit:
'Right now there are gangsters out there communicating about killing someone and we can't intercept that.'—Vancouver deputy police chief Warren Lemcke

"If we don't take a strong stance on this issue Canadians won't appreciate the limitations that constrain law enforcement in the cyberworld," said Chu on Friday in Vancouver.

Chu said that if Bill C-30 passes internet and cellphone providers will have to release the name, address, phone number, email and IP information of suspects to police.

That's essential in this era of gangsters and cyberbullies, he said.

Deputy police chief Warren Lemcke agrees.

"Like the chief said, I can tell you right now there are gangsters out there communicating about killing someone and we can't intercept that," said Lemcke.

Critics question unchecked powers
 
Section 34 of the bill essentially would give any government appointed agents, who may or may not be a police or intelligence officer, the right to access and copy any information and documentation collected by internet providers and telecommunications companies, without the need for a warrant, judicial oversight or even a criminal investigation.

It would also require those communications companies to install the surveillance technology and software necessary to enable them to monitor and gather phone and internet traffic for the government.

Critics say the information will be more vulnerable to hackers and consumers will end up paying for the cost of the equipment needed for companies to implement the legislation.

Chu said he agrees that Section 34 is problematic.

"While the CACP endorses Bill C-30, we would like to make it clear there is one part of the bill that has posed concerns to some and we share that concern," Chu said in a release.

"It is easy to understand why some might conclude from that wording that inspectors would have unfettered access to Canadians' personal records when doing these inspections. While we realize that's not the intention of this section, this must be clarified."

http://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/story/2012/10/26/bc-jim-chu-internet-surveillance.html 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Oct - 23:24 (2012)    Sujet du message: PARTENARIAT CANADA-ÉTATS-UNIS POUR LA CYBERSÉCURITÉ Répondre en citant

PARTENARIAT CANADA-ÉTATS-UNIS POUR LA CYBERSÉCURITÉ

Mise à jour le vendredi 26 octobre 2012 à 22 h 23 HAE


Photo : iStock

Le Canada et les États-Unis vont travailler de concert pour protéger leurs infrastructures technologiques contre des cyberattaques. Les deux pays ont annoncé vendredi le lancement d'un plan commun, qui sera placé sous la supervision du ministère de la Sécurité publique au Canada et du Département de la Sécurité publique aux États-Unis.

Le Plan d'action vise à améliorer la collaboration entre les deux pays sur la gestion des cyberincidents. Il s'agit de protéger les infrastructures numériques communes en permettant des interventions conjointes lorsque les évènements le dictent.

« Le Canada et les États-Unis ont intérêt à travailler en partenariat à la protection des infrastructures communes. Nous tenons à travailler ensemble afin d'assurer la protection des systèmes cybernétiques essentiels, de rétablir les services en cas de perturbation et d'améliorer la sécurité du cyberespace pour tous les citoyens. » — Vic Toews, ministre canadien de la Sécurité publique

Le Plan d'action comprend également un volet pour stimuler la participation du secteur privé et l'échange d'informations. En septembre, le ministre Toews avait déjà présenté un nouveau partenariat entre son gouvernement et une coalition d'entreprises privées, d'organismes gouvernementaux et d'organisations à but non lucratif afin de faciliter l'information du public quant aux mesures de sécurité pertinentes lors de la navigation sur Internet.

Cette annonce intervient peu après l'avertissement lancé au début du mois par les États-Unis à l'effet que des équipements de télécommunications fournis par les groupes chinois Huawei (OUA OUÉ) et ZTE pourraient être utilisés à des fins d'espionnage.

Plusieurs mesures déjà annoncées

Cette collaboration s'inscrit également dans le cadre du Plan d'action Par-delà la frontière pour la sécurité du périmètre et la compétitivité économique, annoncé par les deux gouvernements en décembre 2011. Des initiatives visant notamment la protection des renseignements personnels, la sécurité du fret maritime et la circulation des personnes entre le Canada et les États-Unis ont déjà été présentées.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Vic Toews


Le gouvernement canadien a récemment annoncé un investissement de 155 millions $ pour la sécurité des réseaux informatiques, afin de permettre une meilleure coordination de la réponse des autorités fédérales et provinciales en cas de cyberattaque. Le Canada a également lancé depuis peu une campagne de sensibilisation sur le sujet, intitulée Pensez cybersécurité, destinée aux citoyens.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2012/10/26/004-entente-cybersecurite-frontiere.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 18:03 (2012)    Sujet du message: IMMIGRATION: UNE LOI DÉCHIRANTE POUR LES FAMILLES Répondre en citant

IMMIGRATION: UNE LOI DÉCHIRANTE POUR LES FAMILLES

Cette nouvelle loi est pour bien sûr le petit peuple qui chercherait à se réfugier dans notre pays pour tenter d'échapper à la tyrannie dans leur pays. Des cellules de prison pour ceux-ci et la séparation de la famille. Les vrais criminels, eux, jihadistes et groupes rebelles employés par notre gouvernement pour foutre le bordel, lui, recevra tous les papiers nécessaires et entrera, au Canada, par la grande porte. Merci à notre bon gouvernement pour sa grande compassion!

Publié le 27 décembre 2012 à 05h00 | Mis à jour à 07h10


 
Le projet de loi C-31 prescrit le placement en détention automatique pour certains demandeurs d'asile.

Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse (Archives)

À lire aussi

Sur le même thème 
  Du même auteur   

 Anabelle Nicoud
La Presse


En prévision de l'entrée en vigueur prochaine du projet de loi C-31, qui prescrit le placement en détention automatique pour certains demandeurs d'asile, l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) a établi une directive pour encadrer et limiter la détention des enfants, a constaté

La Presse grâce à la Loi sur l'accès à l'information.

Selon l'ASFC, les enfants sont de moins en moins nombreux à être placés en détention. Ils représentent tout de même 3% des personnes détenues par l'ASFC, un point qui vaut au Canada des critiques régulières de la part d'ONG.

L'ASFC estime cependant que la séparation de l'enfant et de ses parents n'est pas toujours dans le meilleur intérêt de l'enfant et est contraire aux obligations internationales du Canada. L'adoption du projet de loi C-31, qui prévoit la détention automatique des adultes faisant partie d'une «arrivée désignée» par le ministre, risque toutefois d'augmenter le nombre de séparations, selon la directive.

«L'ASFC veut autoriser l'hébergement d'enfants dans ses centres de prévention, pour certaines situations spécifiques», peut-on lire.

Consentement des parents

Les enfants de moins de 18 ans peuvent être placés en détention s'ils accompagnent leurs parents. Mais, pour ce faire, l'ASFC doit toujours s'assurer d'obtenir le consentement des parents.

«Dans toute situation où la détention pourrait affecter directement ou indirectement un enfant, l'agent des services frontaliers doit prendre en considération l'opinion des parents. Celle de l'enfant peut être aussi prise en compte, selon son âge et sa maturité», explique la directive.

De plus, l'ASFC prévoit des révisions informelles de détention des enfants une fois par semaine.

«Ils font un effort pour ne pas détenir des enfants, mais les enfants continueront à être détenus s'il n'y a pas d'autre solution», explique Janet Cleveland, chercheuse et psychologue au CSSS de la Montagne et à l'Université McGill. Elle cite l'exemple de certains pays européens où des travailleurs sociaux placent des familles immigrantes en résidence surveillée.

«On ne parle pas du tout de cette possibilité», constate Mme Cleveland, qui a beaucoup étudié l'impact de la détention sur la santé mentale des demandeurs d'asile.

Centre ou prison

L'ASFC gère trois centres de prévention de l'immigration, à Laval, Toronto et Vancouver. Dans les autres provinces, les immigrants sont détenus dans des prisons.

La nouvelle loi prévoit toutefois que les mineurs de plus de 16 ans qui ne voyagent pas avec leurs parents, mais qui font l'objet d'une «arrivée désignée» par le ministre soient placés en détention dans les centres ou même dans les prisons. «Peu importe ce que dit la directive, ça ne change pas la loi», estime

Mme Cleveland.

Les demandeurs d'asile peuvent être placés en détention à leur arrivée au Canada ou, une fois déboutés, avant leur expulsion. Les centres de prévention de l'immigration peuvent aussi accueillir des immigrants en situation irrégulière.

Plus de 4000 personnes ont été détenues par l'ASFC en 2009-2010 au Canada.

- Avec William Leclerc

http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/national/201212/26/01-4606902-immigration-une-loi-dechirante-pour-les-familles.php

NOUVELLES MESURES POUR LUTTER CONTRE LE PASSAGE DE CLANDESTINS



En vertu de la Loi visant à protéger le système d’immigration du Canada, le gouvernement lutte contre le passage de clandestins en :

  • permettant au ministre de la Sécurité publique de désigner comme une arrivée irrégulière l’arrivée au Canada d’un groupe de personnes et en assujettissant toutes les personnes impliquées aux dispositions de la Loi;
  • facilitant les poursuites contre les passeurs de clandestins;
  • imposant des peines d’emprisonnement minimales obligatoires pour les personnes reconnues coupables d’avoir fait passer des clandestins;
  • responsabilisant les propriétaires et exploitants de navires ayant servi à des opérations de passage de clandestins.

En vertu de la Loi, le gouvernement veille à la sécurité de nos rues et de nos collectivités en :

  • maintenant en détention les participants à une arrivée irrégulière désignée. Les contrôles des motifs de détention auront lieu dans les 14 jours suivant la mise en détention et tous les six mois par la suite jusqu’à ce qu’une décision favorable soit rendue par la Commission de l’immigration et du statut de réfugié relativement à la demande d’asile, ou jusqu’à ce que la libération soit ordonnée par la CISR ou par le ministre;
  • excluant les étrangers désignés âgés de moins de 16 ans de la détention obligatoire.

En vertu de la Loi, le gouvernement diminuera aussi l’attrait de venir au Canada au moyen d’une arrivée irrégulière désignée en :
 
  • interdisant à ces personnes de présenter une demande de résidence permanente pendant une période de cinq ans, ce qui les empêchera donc de parrainer des membres de leur famille pendant ce temps.

En outre, le gouvernement :

  • s’assure que les prestations de maladie qu’obtiennent ces personnes ne sont pas supérieures à celles qu’obtient la population canadienne;
  • améliore la capacité de demander une révision du statut de personne protégée des personnes qui retournent à leur pays d’origine et qui démontrent d’une autre façon qu’elles n’ont pas réellement besoin de la protection du Canada, ou qui ont produit de faux renseignements dans leur demande d’asile. Cette mesure s’applique à tous les demandeurs d’asile, et non uniquement à ceux qui sont venus au Canada dans le cadre d’une arrivée irrégulière désignée.

Date de modification : 2012-10-17

http://www.cic.gc.ca/francais/refugies/reforme-clandestins.asp


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 18 Fév - 20:25 (2013)    Sujet du message: LES TÊTES ROULENT À LA SECTION DES AGENTS DOUBLES DU SPVM Répondre en citant

CHANGEMENT DE GARDE OU PURGE INTERNE??

LES TÊTES ROULENT À LA SECTION DES AGENTS DOUBLES DU SPVM


Qu'est-ce qui se passe au sein de la Police de Montréal. Allégations contre des policiers et contre des agents d'infiltration de la Police. Assiste-t-on à une purge interne pour ne garder que les meilleurs éléments SS? Aux États-Unis, une purge dans les forces policières et militaires a présentement lieu concernant ceux qui n'appuieraient pas le président, sur le fait d'accepter de tirer sur des citoyens américains. Parfois les policiers prennent une retraite anticipée, parfois ils sont tués et c'est présenté dans les médias avec une histoire bien montée pour camoufler le crime. Une véritable hécatombe a lieu pour les militaires en d'autres pays. Au sein même de leur groupe ou de leur unité se trouvent d'autres militaires qui ont pour mission de tuer d'autres soldats. L'ennemi s'est rapproché d'eux. Ce n'est plus juste "Al Qaeda créé par la CIA) qui tirent au loin, maintenant, l'ennemi est dans leur propre tente.


Nous avons vu également, lors des grandes manifestations, que les policiers n'étaient pas là pour lutter avec le peuple contre la corruption et contre toutes ces lois iniques qui prennent place, les policiers étaient du côté du gouvernement. On a pu voir ce que cela a donné jusqu'à maintenant. Même modèle que dans les autres pays. Même si nous savons que tout était bien planifié d'avance, des deux côtés étants contrôlés par le même crasse luciférienne, on a pu voir les policiers supporté un système corrompu en place, plutôt que d'appliquer la vraie Justice.

J'ai pu constater aussi, comment certaines policières étaient harcelées sexuellement dans les forces policières jusqu'au niveau de la gendarmerie Royale du Canada et même dans l'Armée. De nombreuses causes de harcèlement sont présentement devant les tribunaux. Les policières ne sont soutenues ni par leur directeur de police, ni leurs confrères, elles sont seules dans leur combat. Il y a un véritable Omerta sur ce sujet. Et ici, on parle d'attouchements sexuels et d'agression sexuelle sur une autre personne, d'avoir caler 5 bières et d'avoir pris son volant, et de nouvelles allégations sur des vêtements, etc. Des choses qui se passent couramment dans la police et qu'on n'entend jamais parlé dans les médias. On ne donne aucun nom de ces personnes, donc impossible à vérifier l'histoire.

Pour moi, cela a plutôt l'air d'une purge interne, le tout basé sur une histoire créée de toutes pièces pour endormir le bon peuple. N'oubliez pas que tous les services de police sont contrôlées par Caritas Internationalis, donc par le Vatican et la franc-maçonnerie qui travaillent main dans la main pour amener cet ordre tyrannique à travers le monde. Que peut-il sortir de bon de tout cela sinon l'avancement de leur agenda d'état-policier?

Une autre situation à suivre de près.

LES TÊTES ROULENT À LA SECTION DES AGENTS DOUBLES DU SPVM


Le chef de police de la Ville de Montréal, Marc Parent, a rapidement donné le feu vert à une opération de nettoyage au sein du SPVM, à la suite d'allégations d'inconduite.
Photo: André Pichette, La Presse

FABRICE DE PIERREBOURG
La Presse

La section des agents d'infiltration du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est encore plongée dans la tourmente. Sa hiérarchie vient d'être décapitée et plusieurs syndiqués ont été mutés, alors que l'enquête interne sur des dérapages survenus lors d'une formation n'est même pas achevée, a appris La Presse. De nouvelles allégations planent également sur certains membres de cette escouade, qui fonctionnerait désormais au ralenti.

Le chef de police Marc Parent a été rapide sur la gâchette - un peu trop, au goût de certains. L'inspectrice qui chapeautait cette équipe d'agents d'infiltration (ou agents doubles) ciblée par une enquête interne a été rétrogradée - mesure rarissime - au poste de commandant. Cette policière, qui semble appréciée par ses collègues, a été affectée à des tâches administratives au quartier général de rue Saint-Urbain.

La purge, qui suscite stupeur et grincements de dents dans les rangs, selon nos sources, touche également la commandante de l'unité, mutée elle aussi au quartier général, loin du terrain.

Enfin, trois agents d'infiltration syndiqués auraient aussi été mutés.

«L'enquête a débuté à la suite d'allégations d'inconduite. Avant même que celle-ci soit achevée, la direction a déplacé des gens», s'est borné à indiquer le commandant Ian Lafrenière. Il n'a pas voulu donner plus de détails, ni confirmer les noms des personnes visées présentés par La Presse.

Section paralysée?

À l'interne, certains affirment que Marc Parent veut faire passer le message que tout le monde, «autant cadre que syndiqué, est imputable».

Mais d'autres s'inquiètent des conséquences sur le terrain de ce qui est perçu comme une chasse aux sorcières basée sur des allégations. Cela a pour effet de «paralyser» cette section, dont le rôle est pourtant essentiel.

Toute cette affaire rocambolesque a débuté en novembre 2012 dans un bar de Montréal. Plusieurs agents doubles «full patch» étaient réunis avec un jeune aspirant. Selon les dires de ce dernier, une jeune collègue aurait d'abord baissé son pantalon «et manipulé son sexe pour voir de quelle façon il réagirait», a raconté à La Presse une source digne de foi.

Il aurait aussi affirmé avoir été contraint «de caler cinq bières, puis de prendre le volant et de traverser l'île en auto».

L'aspirant n'a pas tardé à contacter les enquêteurs des affaires internes du SPVM et à porter plainte, notamment pour agression sexuelle.

Avisé du dossier, le chef de police Marc Parent avait ordonné l'ouverture d'une enquête et le déplacement immédiat de policiers de cette équipe.

Nouvelles allégations

Or, selon nos informations, de nouvelles allégations se sont ajoutées aux présumés dérapages évoqués plus haut. Les notes d'allocations vestimentaires de ces agents doubles, probablement ceux qui ont été mutés, seraient épluchées, car on soupçonnerait des irrégularités.

L'épisode de novembre 2012, s'il se confirme, rappelle un autre scandale survenu en 2004 dans les locaux de l'unité, rue Hochelaga. Une séance d'initiation avait alors dégénéré en beuverie. Des aspirants avaient été forcés à boire au point d'en être malades; leurs collègues féminines avaient été «invitées» à se déshabiller, un préalable à leur embauche, leur avait-on dit.

Il y aurait une quinzaine d'agents doubles dans la police à Montréal. En raison des risques encourus, leur mandat est plutôt court - deux ans en moyenne. Ils ont pour mission principale de frayer avec les groupes criminels et de les infiltrer. Un métier particulier, qui exige d'avoir des nerfs solides, de savoir se «décontaminer» - pour employer le jargon - de sa fonction de policier, implique forcément d'évoluer en permanence sur la corde raide. Les risques de dérapages sont donc plus importants, font remarquer les habitués du milieu.

http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201302/17/01-4622643-les-tetes-roulent-a-la-section-des-agents-doubles-du-spvm.php



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 18 Fév - 20:53 (2013)    Sujet du message: LA NOUVELLE ESCOUADE SUR L'INTEGRITÉ DE LA POLICE À PIED D'OEUVRE Répondre en citant

LA NOUVELLE ESCOUADE SUR L'INTEGRITÉ DE LA POLICE À PIED D'OEUVRE


Eh voilà! Une nouvelle unité d'intégrité de la Police vient d'être créée et oups la hiérarchie de la section des agents d'infiltration du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) est dans l'eau chaude jusqu'au coup, selon l'article précédent. Il faut bien montrer que la Police fait son travail pour laquelle elle est appelé.

Si tout cela n'était en fait qu'une pièce de théâtre digne du feuilleton imaginaire de Sandy Hook qui n'avait pour but que l'agenda de désarmement et de plus de sécurité? Quels sont donc les véritables raisons de cette nouvelle unité à part nous raconter des salades pour tenter de nous endormir?

Je ne le sais pas mais quand les Illuminati mettent en place quelque chose de nouveau, les raisons données comme véritables et officielles se révèlent toujours à des lumières de l'agenda réel. Il y a un grand vent de changement qui flotte sur ce monde, un monde virtuel et un monde réel. Prenons garde et veillons car la séduction est grande sous le couvert de cette fausse PAIX MONDIALE.

Publié le 31 janvier 2013 à 15h18 | Mis à jour le 31 janvier 2013 à 19h35


Marc Parent, chef de la police de Montréal.
Photo: Patrick Sanfaçon, archives La Presse 

Daniel Renaud
La Presse

Les enquêteurs de la nouvelle Escouade de protection de l'intégrité municipale de Montréal (EPIM) ne sont même pas tous nommés et leur futur lieu de travail, identifié et aménagé, que déjà ils ont du pain sur la planche.

«Nous avons reçu quelques informations», a indiqué cet après-midi à La Presse le chef de la police de Montréal, Marc Parent, qui a annoncé la création de l'EPIM à la mi-janvier, en compagnie du maire intérimaire de Montréal, Michael Applebaum.

«Mais pour le moment, il n'y a aucune enquête en cours. Nous en sommes encore au stade de la mise en place de l'escouade», a ajouté M. Parent qui a tenu ainsi à nuancer certains propos qui lui ont été prêtés voulant que des arrestations seraient effectuées dès cette année.

Les enquêteurs de la nouvelle escouade qui relève du SPVM auront comme mandat exclusif la lutte contre la collusion et la corruption dans l'appareil municipal, pas seulement dans le secteur des contrats et de la construction, mais également dans tous les services municipaux. Même les élus pourraient faire l'objet d'une enquête. «Personne n'est à l'abri. Nous avons toute l'indépendance nécessaire. Mais l'objectif est également de faire de la prévention», a assuré le chef Parent.

Une vingtaine d'enquêteurs et d'employés civils seront affectés à l'escouade dont les locaux seront gardés secrets. Vendredi, une ligne téléphonique pour rejoindre les enquêteurs, le (514) 280-EPIM (3746), devait être mise à la disposition de tous les employés municipaux. Il y aura également une adresse courriel: epim@spvm.qc.ca

Pas de froid

La Presse a rapporté que l'annonce de la création de cette nouvelle équipe avait été accueillie froidement par les responsables de l'Unité permanente anti-corruption qui n'avaient pas été avisés de la situation. Le Ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, a aussi réagi timidement et soulevé des questions sur d'éventuels dédoublements de mandats avec l'UPAC. À ce sujet, le chef Parent s'est fait rassurant même si, visiblement, des discussions sont encore nécessaires entre les différentes organisations de lutte à la corruption.

«On veut établir des passerelles avec chacune, respecter les entités existantes et ne pas provoquer de doublons. J'ai eu des discussions très ouvertes avec le patron de l'UPAC, Robert Lafrenière, le directeur de la SQ, Mario laprise, le sous-ministre de la Sécurité publique, Martin Prud'homme et même la juge France Charbonneau. Je n'ai senti aucune froideur ou tiedeur. Ces gens-là comprennent ce qui arrive à Montréal», a ajouté Marc Parent.

http://www.lapresse.ca/actualites/regional/montreal/201301/31/01-4617082-la-nouvelle-escouade-sur-lintegrite-de-la-police-a-pied-doeuvre.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4622643_article_POS2



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Ven 22 Fév - 13:39 (2013)    Sujet du message: CANADA LABELS ECO-ACTIVISTS AS TERRORISTS: REPORT Répondre en citant



CANADA LABELS ECO-ACTIVISTS AS TERRORISTS: REPORT


People hold a demonstration against the Keystone XL pipeline project in Victoria, Canada. (File photo)

Thu Feb 21, 2013 9:33AM GMT
5
The Canadian government defines environmental activists as ‘terrorists’ and calls them a ‘threat to national security,’ a report says.

Jeffrey Monaghan of the Surveillance Studies Center at Queen’s University in Kingston, Ontario, stated in a recent report that security documents released in January showed Canada’s national police force (Royal Canadian Mounted Police) and the Canadian Security Intelligence Service (CSIS) classify as a national security threat any Canadian who protests against the resource-based economy of the country, especially the fields of oil and gas production.


Citation:
It’s the new normal now for Canada’s security agencies to watch the activities of environmental organizations,” Monaghan said.

The security documents in the report were released under the freedom of information laws. The documents revealed that any protest against projects such as the Keystone XL tar sands pipeline project and the controversial gas fracking is defined as “a form of attack.”

In 2011, a man in Montreal, who wrote letters opposing shale gas fracking, was charged under Canada’s Anti-Terrorism Act.

In a Senate committee on national security and defense meeting on February 11, the Canadian government admitted that it was more worried about domestic terrorism and acknowledged that the great majority of its spying was conducted within Canada.

Monaghan added in his report that studies had shown that terrorism is a non-existent threat in Canada.

Critics say that by labeling activists as terrorists, the Canadian government is trying to overlook the demands of the protesters and strip them of their legal rights.

CAH/HSN/MA


http://www.presstv.ir/detail/2013/02/21/290091/canada-labels-activists-as-terrorists/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Avr - 22:04 (2013)    Sujet du message: ANTITERRORISME : LE PROJET DE LOI S-7 EST ADOPTÉ Répondre en citant


ANTITERRORISME : LE PROJET DE LOI S-7 EST ADOPTÉ

Mise à jour le jeudi 25 avril 2013 à 3 h 41 HAE
| Radio-Canada avec La Presse Canadienne


La chambre des communes (archives) Photo : PC/TOM HANSON

 S-7 : Loi modifiant le Code criminel, la Loi sur la preuve au Canada et la Loi sur la protection de l’information 
http://www.parl.gc.ca/LegisInfo/BillDetails.aspx?Language=f&Mode=1&billId=5385776  

Le projet de loi S-7 , qui vise à donner de nouveaux outils aux autorités fédérales pour LUTTER CONTRE LE TERRORISME, a été adopté mercredi soir par 183 voix contre 93 à la Chambre des communes.

Les députés conservateurs et libéraux ont approuvé la mesure, tandis que le Nouveau Parti démocratique (NPD) et les autres partis ont voté contre.

Le gouvernement avait décidé de ramener le sujet aux Communes, chamboulant l'ordre du jour à la dernière minute, lundi, la journée même où les autorités ont annoncé avoir déjoué un complot terroriste. L'heure est à l'action, avait-il soutenu en présentant le projet de loi.

Les conservateurs ont justifié leur empressement par l'attentat du marathon de Boston, qui a fait trois morts et quelque 180 blessés le 15 avril dernier. Pour la secrétaire parlementaire Candice Bergen, les récents événements démontrent que le terrorisme demeure une « menace réelle ».

Un porte-parole du ministère de la Justice, Andrew Gowing, a écrit dans un courriel que le projet de loi S-7 donnerait les moyens nécessaires aux forces de l'ordre pour permettre d'appréhender des gestes terroristes et de les neutraliser.

Des groupes de défense des droits civils ont toutefois souligné que plusieurs clauses du projet de loi n'étaient pas nécessaires et pourraient être remises en question sur le plan constitutionnel.

L'opposition estime quant à elle que l'empressement avec lequel le gouvernement fédéral a soumis au vote son projet de loi s'apparente drôlement à de l'opportunisme politique.

« Un gouvernement canadien responsable ne se serait pas contenté de repousser l'échéance jusqu'à ce qu'une tragédie se passe quelque part dans le monde », a lancé le député néo-démocrate de Chicoutimi-Le Fjord, Dany Morin, lors du débat.

S-7 en bref

Le projet de loi, qui circulait à Ottawa depuis plus d'un an, rétablit certaines dispositions du Code criminel qui ont été en vigueur entre 2001 et 2007, de manière à permettre la détention préventive, la liberté surveillée ou l'imposition de témoigner.

Ainsi, s'il y a des motifs raisonnables de croire qu'une personne détient des informations sur une infraction liée au terrorisme qui a été commise ou qui sera commise, la cour pourra forcer cette personne à comparaître.

Il sera aussi possible de faire comparaître une personne devant un juge afin de déterminer s'il est nécessaire de lui imposer des conditions raisonnables pour prévenir une activité terroriste.

Le gouvernement assure que certaines garanties ont été ajoutées pour protéger les droits des personnes en cause, mais l'opposition considère que ces garanties ne sont pas suffisantes.

Le projet modifie aussi le Code criminel en créant de nouvelles infractions relatives au fait de quitter ou de tenter de quitter le Canada pour commettre certaines infractions de terrorisme.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2013/04/24/006-projet-loi-s-7-adoption-lutte-terrorisme.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Juin - 20:04 (2013)    Sujet du message: LES « MILITANTS »: UNE MENACE À SURVEILLER SELON LE GOUVERNEMENT CANADIEN Répondre en citant

 
 

 
LES « MILITANTS »: UNE MENACE À SURVEILLER SELON LE GOUVERNEMENT CANADIEN 

* Le Canada s’approprie maintenant la définition du « terrorisme domestique » établie par le gouvernement américain qui permet la détention illimitée de toute personne appartenant à un groupe jugé subversif comme les écologistes, les anti-capitalistes, les libertariens, les théoriens du complot, les anti-vaccineux, le « home schooling », …………

(Ottawa) Certaines formes d’environnementalisme sont définies dans une nouvelle stratégie antiterroriste du gouvernement Harper comme étant des menaces à surveiller. 

Cible de critiques sévères dans le dossier de la torture depuis quelques jours, le ministre de la Sécurité publique, Vic Toews, a présenté cette stratégie à Ottawa hier matin. Il s’agit d’un document de 46 pages qui fait l’inventaire des responsabilités des agences, services et ministères fédéraux engagés dans la LUTTE CONTRE LE TERRORISME. 

On y classe les menaces en trois catégories: l’extrémisme islamiste sunnite violent, les autres types d’extrémisme international et «l’extrémisme d’origine intérieure militant pour des causes précises». 

Ces groupes extrémistes sont enclins à faire des revendications – légitimes ou illégitimes – portant sur la défense de diverses causes telles que les droits des animaux, la suprématie blanche, l’environnementalisme et l’anticapitalisme», explique-t-on à propos de cette dernière catégorie. 

«Bien qu’ils soient peu nombreux, certains groupes au Canada ont délaissé les manifestations pour encourager et appuyer des actes de violence ainsi que faire des menaces», ajoute-t-on. 

On conclut en disant: «Comme le démontrent les tragédies survenues à Oklahoma City en 1995 et en Norvège en 2011, il est essentiel de faire constamment preuve de vigilance puisqu’il est toujours possible que certains groupes – ou même une seule personne – adoptent une stratégie terroriste plus violente pour parvenir à leurs fins.» 

La critique néo-démocrate en matière d’environnement, Megan Leslie, s’est dite abasourdie. La députée néo-écossaise s’est elle-même fait qualifier de traître par le ministre des Ressources naturelles, Joe Oliver, pour s’être prononcée sur la scène internationale contre l’exploitation des sables bitumineux. 

«Ça dépasse les bornes. Ils sont allés beaucoup trop loin», a-t-elle lancé. 

Ce n’est pas la première fois que le gouvernement Harper s’attaque de front aux groupes environnementaux. Dans une lettre publiée le mois dernier, le ministre Oliver a accusé certains groupes environnementalistes «radicaux» de vouloir empêcher le Canada d’exploiter ses ressources naturelles. 

«Notre gouvernement ne restera pas assis pendant que la réputation internationale du Canada est souillée par des gens qui ne peuvent pas ou qui ne veulent pas reconnaître les faits», a-t-il prévenu une semaine plus tard. 

La stratégie définit le terrorisme comme étant, notamment, une omission ou une action commise «au nom d’un but de nature politique, religieuse ou idéologique en vue d’intimider la population quant à sa sécurité, entre autres sur le plan économique». 

Les mesures évoquées pour contrer la menace incluent les poursuites judiciaires, l’inscription sur la liste des entités terroristes, la surveillance, l’enquête, l’échange de renseignements, la prévention et l’éducation de la population.
 
Cette nouvelle stratégie survient aussi dans la foulée d’une campagne de «non-coopération» avec les services de renseignements canadiens, lancée par près de 80 organismes sociaux québécois. Cette campagne fait suite à des «visites de courtoisie» qu’auraient reçues des militants de la part d’agents des services de renseignements dans les mois précédant les Jeux olympiques et les sommets du G8 et du G20. 

Source:
http://www.cyberpresse.ca/environnement/201202/10/01-4494535-les-ecologistes-une-menace-a-surveiller-selon-ottawa.php 

http://les2temoinsdelapocalypse.info/les-opposants-au-nouvel-ordre-mondial-consideres-comme-terroristes-oui-selon-le-combatting-terrorism-center-ctc-branche-de-lus-army/


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:24 (2016)    Sujet du message: SÉCURITÉ NATIONALE/CYBERSURVEILLANCE AU CANADA (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CANADA -> SÉCURITÉ NATIONALE/CYBERSURVEILLANCE AU CANADA/ET NOTRE FUTUR (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com