LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

PEACE TREATY -TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 12, 13, 14  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ISRAËL et le MOYEN-ORIENT -> PEACE TREATY - TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 11 Nov - 20:18 (2012)    Sujet du message: VOTERS TO OBAMA: MOVE NOW ON PALESTINE Répondre en citant

VOTERS TO OBAMA: MOVE NOW ON PALESTINE
 
By James Wall (about the author) Permalink (Page 1 of 2 pages)
OpEdNews Op Eds 11/8/2012 at 23:11:24



 
 




Joy and relief are evident on the faces of the Obama family, shown here arriving back in Washington , the day after the election. Obama's victory over Mitt Romney November 6, was also a moment of deep satisfaction for that segment of the American voting public that longed for a happy ending to what has been a bitter, contentious presidential campaign.


The "dark moon" that rose after Obama's dismal first debate performance, was finally blown away. The people had voted, many standing in Republican-engendered long lines, lines that in Florida continued until 1:30 a.m., several hours after Mitt Romney conceded. Except for North Carolina, every swing state went for Obama.

The voters wanted Obama to have a second term. They made him the first second-term Democratic president to win a majority of the popular vote since Franklin D. Roosevelt. Bill Clinton won his second term with less than a majority of the popular vote.

This strong election victory sent two message to the President: The majority of voters did not trust Romney's economic policies, and they are tired of fighting Israel's wars. Implied in that second message is a demand: Move now on Israel's decades-old occupation of the Palestinian people. In short, move now on Palestine.

To those who would say, there was no mandate on Palestine in this election, let them listen to the music, not just to the words. Israel's wars come directly from its Occupation of Palestine. End the Occupation, and you end Israel's embrace of military solutions. Now is the time to move on Palestine.

Israeli loyalist and casino billionaire Sheldon Adelson does not believe this, which is why he gambled on a Mitt Romney victory over Obama. Adelson also gambled with heavy spending on carefully chosen congressional races. He was a big loser in this election.

Adelson lost the $20 million investment he gave to Romney's super PAC. In addition, the Jewish publication, Forward, lists other Adelson loses in targeted congressional races. Adelson gave $1.5 million to the campaign of Republican George Allen, who lost his bid for a Virginia Senate seat to Democrat Tim Kaine. Other Adelson Republican congressional bets included a $1 million contribution to Florida Republican Connie Mack, who lost in his attempt to unseat incumbent Democratic Senator Bill Nelson.



In New Jersey, Democratic 9th District Congressman Bill Pascrell (shown here) faced a general election opponent, Orthodox Rabbi Shmuley Boteach, a Republican on a "fool's errand" who chose to run against Pascrell in a district drawn as a Democratic district.

Earlier this year, Pascrell had won a primary race against his fellow Democrat and AIPAC-supported opponent, Steve Rothmand.
In spite of the unfavorable odds, Adelson gambled on Boteach in the general election, giving Boteach's Patriot Prosperity PAC, $1 million. Adelson and his wife also gave Rabbi Boteach's campaign, $10,000. Boteach lost to Congressman Pascrell.

These congressional races should be received as messages to President Obama. What these losses say to the President is that heavy spending from pro-Israel billionaires do not automatically produce election winners.

Another message to Obama comes in the dismal electoral failures of two Tea Party heroes, Joe Walsh and Adam West, two Republicans who drew criticism for implied and/or actual signs of Islamophobia.

In Illinois, Joe Walsh lost his Congressional seat to his Democratic opponent, Iraqi war veteran Tammy Duckworth.

Walsh received considerable outside Republican funding to hold on to his district seat. His opponent lost both legs and a partial loss of one arm, after being shot down in her Apache helicopter in Iraq. Instead of acknowledging her sacrifice and moving on, Walsh criticized Duckworth's references to her war experiences -- not a good campaign move.

The Council on American-Islamic Relations (CAIR), reported on Walsh's use of Islamaphobic language in his campaign:
Citation:
"Earlier this year, when a town hall meeting attendee told him that he was 'looking for some godly men and women in the Senate, in the Congress, who will stand in the face of the danger of Islam,' Walsh left the door open for suspicion of every Muslim living in Illinois when he responded, saying radical Islam is more of a threat 'now than it was right after 9/11,' and 'it's here. It's in Elk Grove. It's in Addison. It's in Elgin. It's here.'"




Congressman Alan West, an African-American Iraqi war veteran, is described in glowing terms in a book entitled, The Teavangelicals, written by conservative Christian journalist, David Brody. The title comes from an amalgamation of Tea Party and Christians evangelicals. Here Brody explains the appeal West has to evangelicals:
Citation:
"Specifically, evangelicals will be attracted to his strong defense of Israel and his absolute obliteration of radical Islam. Be forewarned if you try to defend radical Islam through the Koran at a town meeting you had better be ready to get a mouthful from West. An employee for the Council on American-Islamic Relations (CAIR) showed up at a Pompano Beach, Florida, event asking him to point to a spot in the Koran where it tells Muslims to kill Americans.

"West swatted the question away, telling him that it wouldn't say that because America wasn't even around when the Koran existed. But that wasn't the end of it . . . not by a long shot. West continued to point out a series of Muslim aggressive acts over the centuries and concluded by telling the questioner, 'Don't come up here and try to criticize me! Put the microphone down and go home.'" (page 153)


Congressman West was defeated in his attempt to return for a second term to the House of Representatives. As of late Thursday afternoon, West had still not conceded that he had lost, even though a 2,500 vote margin enjoyed by his opponent, was outside the state's mandated vote percentage recount. A court case is pending.

There was also a notable example in a Wisconsin election that attacks against political opponents as "anti-Israel" no longer produce the automatic silver bullet of certain defeat. In the race for a vacant Wisconsin Senate seat, former Republican Governor and Republican Senate candidate Tommy Thompson, alleged that his Democratic opponent, Congresswoman Tammy Baldwin, was "anti-Israel."

It didn't fly very far. The charge was reported in local media but it did not gain much additional traction. The allegation also did not reach national prominence. Why would it? Congresswoman Baldwin was already known in the national media as the candidate who might become the first openly Lesbian U.S. Senator. Baldwin won the Senate seat, another indication that being called "anti-Israel" is losing its potency.

One election does not a movement make. But this one election sent a series of messages to President Obama. His victory should enable him to "conduct policy with much more vigor," as Palestinian Journalist Daoud Kuttuab explains in a posting for Huffington Post.
Citation:
"Reelected U.S. President Barack Obama is expected to be able to conduct policy with much more vigor. While on domestic and economic issues he will need to work with a Republican House (the Senate will be Democratic), foreign relations is where the executive branch (the White House and the State Department) has the ability to apply his policies.
 
"America's first African American president who grew up in several parts of the world should be able to produce a foreign policy much closer to his heart and beliefs without having to worry about another election. Second-term U.S. presidents, who naturally care about their legacy, often look overseas to find ways for history to remember them.

"War and peace cannot be addressed in any part of the world more than in the Middle East, where the U.S. is fighting a war in Afghanistan and will continue to need to win the hearts and minds of Arabs and Muslims. Obama's win also signals a clear vote of confidence from American Jews who voted for him. More than 70 percent of U.S. Jews supported the president (unlike American Israelis who supported Romney)."


President Obama no longer has any need to bend to the will of the Israel Lobby. His reelection and a second term removes him from ever again having to raise campaign funds or to be swayed from his core convictions by political expediency. Now is the time for this reelected President to make peace in the Middle East his highest foreign policy goal.

The voters have spoken: Mr. President, you are free to move now on Palestine.

http://www.opednews.com/articles/Voters-to-Obama-Move-Now-by-James-Wall-121108-185.html


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 11 Nov - 20:18 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 27 Nov - 20:18 (2012)    Sujet du message: ÉTAT PALESTINIEN À L’ONU : LA FRANCE VOTERA OUI Répondre en citant

ÉTAT PALESTINIEN À L’ONU : LA FRANCE VOTERA OUI



La France votera oui au nouveau statut de la Palestine à l’ONU en tant qu’Etat observateur, a annoncé le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius en réponse, ce mardi, à la question de mon ami François Asensi, député du Front de gauche en séance à l’Assemblée nationale.

Cette décision attendue en France et dans le monde par de nombreux progressistes pèsera positivement lors du vote en fin de semaine de l’Assemblée générale des Nations-Unies suite à la demande du Président palestinien Mahmoud Abbas.

Avec l’obtention de ce nouveau statut, c’est un pas significatif qui sera franchi en faveur du droit international, de la PAIX, de la JUSTICE, et vers LA RECONNAISSANCE DÉFINITIVE D'UN ÉTAT PALESTINIEN.

http://patricklehyaric.net/2012/11/27/etat-palestinien-a-lonu-la-france-votera-oui/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 28 Nov - 17:02 (2012)    Sujet du message: PEACE TREATY -TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2) Répondre en citant

FRANCE TO BACK PALESTINIAN BID FOR UN STATUS

 27 November 2012 Last updated at 14:33 ET


The Palestinian Authority president has said he does not want any confrontation with Israel or the US

France has confirmed it intends to vote for Palestinian non-member status at the United Nations later this week.

Foreign Minister Laurent Fabius said France had long backed Palestinian ambitions for statehood and would vote yes "out of a concern for coherency".

The Palestinians are asking the UN General Assembly to upgrade their status from permanent observer to a "non-member observer state".

Israel and the US oppose the move, due to be voted on later this week.

They are concerned that the Palestinians are trying to seek full statehood via the UN, rather than through negotiation as set out in the 1993 Oslo peace accords under which the Palestinian Authority was established.

Barbara Plett BBC UN correspondent


France's decision to support the Palestinians at the UN is significant.

The Palestinians are guaranteed to win the vote for an upgrade to the status of non-member state because of strong sympathy from the post-colonial nations which dominate the General Assembly.

But they see the level of European support as a measure of diplomatic weight.

President Abbas's approach has been to rely on the West to press Israel for better terms in peace talks, and on Europe to serve as a counterweight to American support for Israel.

But it's precisely because Israel and the US are so opposed to the Palestinian bid (the Americans as a matter of policy favour bilateral negotiations only and reject any referral to the UN) that key European states such as Germany and the UK are hesitant: they're afraid the move will poison chances for a return to talks, despite Mr Abbas's pledge to do exactly that.

Neither country has publicly said how it will vote.


Washington has warned that it could hinder rather than help future dialogue.

Britain 'undecided'

"You know that for years and years France's consistent position has been the recognition of the Palestinian state," Laurent Fabius told the lower house of parliament.

"That is why when the question is raised on Thursday and Friday, France will respond with a 'yes'."

Backing international recognition of a Palestinian state was a campaign pledge made by Francois Hollande before he became France's president earlier this year.

It was a policy first set out by Francois Mitterand in 1982, and has been pursued by Mr Hollande's predecessor Nicolas Sarkozy.

However, Mr Fabius cautioned that the vote came at a delicate time - with a recent "extremely fragile" ceasefire between Israel and Hamas, looming Israeli elections and a new administration of re-elected US President Barack Obama.

"It's only with negotiations between the two sides that we demand immediately, without any preconditions, that a Palestinian state can become a reality," he said.

France - a permanent member of the UN Security Council - is the first major European country to come out in favour of the move.

Germany is expected to vote against, while the UK's ambassador to the UN, Mark Lyall Grant, said on Tuesday that London remained undecided.

According to AFP news agency, Mr Lyall Grant told reporters the UK thought the Palestinians should delay the application, but was still in talks with the Palestinian Authority and would decide "in due time" how to vote.

Austria says it will also back the Palestinian bid and claims that more than half of the European Union's 27 member states will vote for the proposal, AFP reports.

Observers say the application is likely win approval in the 193-member UN General Assembly, as it needs only a simple majority to pass. According to the Palestine Liberation Organisation (PLO), more than 130 countries already grant the Palestinians the rank of a sovereign state.

'Unilateral steps'

Palestinian UN statehood bid
  • Palestinians currently have permanent observer entity status at the UN
  • They are represented by the Palestine Liberation Organisation (PLO)
  • PLO officials now want an upgrade so that a state of Palestine has full member status at the UN
  • They seek recognition on 1967 boundaries - in the West Bank, including East Jerusalem, and Gaza
  • Enhanced observer member status could be an interim option


An upgrade in status would allow the Palestinians to participate in General Assembly debates and improve their chances of joining UN agencies and the International Criminal Court (ICC), although the process would be neither automatic nor guaranteed.

If they are allowed to sign the ICC's founding treaty, the Rome Statute, the Palestinians hope to take legal action in the court to challenge Israel's occupation of the West Bank.

The bid follows a failed attempt in 2011 by Mahmoud Abbas, the president of the Palestinian Authority and chairman of the PLO, to join the UN as a full member state. The proposal failed because of a lack of support in the Security Council.

As well as seeking to become a non-member observer state, the latest Palestinian resolution also calls for a Middle East settlement that "fulfils the vision of two states, an independent, sovereign, democratic, contiguous and viable state of Palestine, living side-by-side in peace and security with Israel, on the basis of the pre-1967 borders."

Israel opposes any pull-back to the 1967 lines.

Israeli foreign ministry spokesman Lior Ben Dor told the BBC earlier this month that President Abbas would be in breach of the Oslo peace accords if he continued to press for UN recognition.

And he warned that if the Palestinians sought to ask the ICC to resolve disputes with Israel, then Israel would "take unilateral steps to protect its interests".

He did not elaborate on what those measures would be, but reports in the Israeli media suggested they might include halting the transfer of tax revenue to the Palestinian Authority and restricting the movement of Palestinian officials through the West Bank.

President Abbas has said he does not "want any confrontations with the United States or Israel", adding: "If we can start a dialogue or negotiations the day after the [UN] vote, we will."

The Palestinians have long sought to establish an independent, sovereign state in the West Bank, including East Jerusalem, and the Gaza Strip. However, two decades of on-and-off peace talks have failed.

The latest round of negotiations broke down in late 2010 over the issue of Jewish settlement building in the West Bank and East Jerusalem. Attempts to restart direct talks have failed.


http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-20514194


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 28 Nov - 17:03 (2012)    Sujet du message: ISRAEL : U.N. CHIEF BAN KI MOON CALLS FOR THE CREATION OF A PALESTINIAN STATE (NOV 27, 2012) Répondre en citant

ISRAEL : U.N. CHIEF BAN KI MOON CALLS FOR THE CREATION OF A PALESTINIAN STATE (NOV 27, 2012)

Take a look to the flags behind him

The final stages are being set for the Antichrist to sign the 7 year peace treaty with Israel. Keep looking up, your redemption is drawing nigh.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=oat5PzWOZxo&feature=share


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 28 Nov - 23:20 (2012)    Sujet du message: A CONTROVERSY WITH THE NATIONS Répondre en citant

A CONTROVERSY WITH THE NATIONS



Wednesday, November 28, 2012 2:07 PM

... the LORD has a controversy with the nations

"Therefore you shall prophesy against them all these words, and you shall say to them,
`The LORD will roar from on high And utter His voice from His holy habitation;
He will roar mightily against His fold. He will shout like those who tread the grapes,
Against all the inhabitants of the earth. A clamor has come to the end of the earth,
Because the LORD has a controversy with the nations. He is entering into judgment with all flesh;
As for the wicked, He has given them to the sword,' declares the LORD."
Thus says the LORD of hosts, "Behold, evil is going forth From nation to nation,
And a great storm is being stirred up From the remotest parts of the earth.
- Jeremiah 25:30-32


...

When will Israel wake up to the fact that she is courting disaster with US/NATO who is seducing her into a trap of deception
and death that only her Messiah can deliver her? There is one saying that goes "if you dance with the devil you're going to get burned."

Both the believing church and Israel has been blindly dancing with a political devil hoping for deliverance.

Who is ultimately the most evil of the nations? A country and/or alliance that holds up and olive leaf in one hand and
a sword in the other, all the while corralling all the others (all nations will come up against Jerusalem) to join in her trap.

Surely America using Egypt to broker this latest false peace should be a trumpet blast in the ears of all as before the ink
even dries on the document the Egyptian Muslim Brotherhood calls for jihad to "liberate" the Palestinians. Again, as
an American citizen myself I know there is a remnant of believers and a minority of those in the government and those
in the military that do not believe this way, but the official foreign policy of the United States has been nothing other
than Imperialist at the behest of the "woman riding the beast" for quite some time. It is time to awaken from this stupor,
slumber, and rely wholly on our Lord and Savior Jesus Christ and nothing else. He is coming very soon!

...

They make shrewd plans against Your people, And conspire together against Your treasured ones.
They have said, "Come, and let us wipe them out as a nation, That the name of Israel be remembered no more."
For they have conspired together with one mind; Against You they make a covenant:
- Psalms 83:3-5

http://campaign.r20.constantcontact.com/render?llr=azwev8bab&v=001KdaRo… 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 28 Nov - 23:34 (2012)    Sujet du message: LE COORDONNATEUR SPÉCIAL POUR LE PROCESSUS DE PAIX AU MOYEN-ORIENT SOULIGNE L'URGENCE DE RAVIVER LA SOLUTION À DEUX ÉTATS Répondre en citant

LE COORDONNATEUR SPÉCIAL POUR LE PROCESSUS DE PAIX AU MOYEN-ORIENT SOULIGNE L'URGENCE DE RAVIVER LA SOLUTION À DEUX ÉTATS

 

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, salue un garçon Palestinien lors de sa visite à Gaza le 25 novembre dernier. Photo: ONU/Shareef Sarhan

27 November 2012 – Moins d'une semaine après la fin des hostilités entre Israël et le Hamas, le Conseil de sécurité a entendu mardi le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, qui a estimé que le statu quo était devenu intenable.

Cet exposé périodique sur la situation au Moyen-Orient s'est déroulé alors que le 21 novembre, un accord de cessez-le-feu, facilité par l'Égypte, a été conclu entre les parties au conflit, et que le 29, l'Assemblée générale des Nations Unies se prononcera sur une demande d'admission de la Palestine en tant qu'État observateur non membre des Nations Unies.

« Ces deux développements essentiels nous rappellent que le statu quo est intenable et qu'il est vital d'identifier les moyens de relancer le processus de paix », a plaidé M. Serry. « La passion qui entoure la demande d'admission de la Palestine en tant qu'État observateur non membre témoigne de la distance actuelle entre les parties. »

Le Coordonnateur spécial a rappelé que le Secrétaire général, qui avait dressé le bilan de sa mission au Moyen-Orient devant les quinze membres du Conseil le 21 novembre, lui avait demandé de rester au Caire pour observer le respect du cessez-le-feu et contribuer à la recherche d'un accord sur les éléments essentiels de ce cessez-le-feu.

« Dans l'accord qu'ils ont signé, Israël et les factions palestiniennes ont en effet convenu de cesser toutes les hostilités et d'entamer, à l'issue d'une trêve de 24 heures, des discussions sur les questions sous-jacentes au conflit en vue de parvenir à un cessez-le-feu définitif », a-t-il précisé.

Rappelant que la résolution 1860 de 2009 fournissait le cadre juridique international d'une stabilisation durable de la situation à Gaza, le Coordonnateur spécial a déploré que les éléments clefs contenus dans ce texte n'aient pas encore été mis en œuvre, en particulier ses volets relatifs à la fin de la contrebande d'armes et à l'ouverture des points de passage.

« L'accord de cessez-le-feu fournit le cadre de discussion d'une ouverture de ces points de passage et d'une facilitation de la libre circulation des personnes et des biens, tout en prévoyant la fin des hostilités dirigées contre des civils résidant dans les zones frontalières », a précisé le Coordonnateur spécial.

Il s'est félicité qu'Israël ait accepté le principe d'étendre la zone de pêche le long des côtes de Gaza à six milles marins en précisant que cela reste néanmoins insuffisant. Selon M. Serry, il est nécessaire qu'Israël autorise également les importations de matériaux de construction par les points de passage existants et que les parties prenantes favorisent la réconciliation intrapalestinienne.

« J'espère que cette crise à Gaza sera l'occasion pour les factions palestiniennes de surmonter durablement leurs divergences », a-t-il souhaité, en estimant que les populations de Gaza et de Cisjordanie n'attendaient rien de moins de leurs dirigeants.

De retour d'un déplacement à Gaza le 25 novembre, le Coordonnateur spécial a fait le bilan « de la violence dévastatrice » qui a touché la bande de Gaza. « 158 Palestiniens ont été tués, parmi lesquels 103 civils, dont 33 enfants et 13 femmes, ainsi que six Israéliens, dont 4 civils et 2 soldats », a-t-il précisé.

Indépendamment de ce que décidera l'Assemblée le 29 novembre quant à la demande de la Palestine, M. Serry a déclaré qu'il était crucial de penser à ce qui se passera le jour d'après et de sauvegarder les avancées capitales enregistrées dans l'édification d'institutions palestiniennes solides. Les mesures prises par le Président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le Premier Ministre, Salam Fayyad, ont permis d'instaurer une véritable sécurité et d'améliorer la situation économique. Ces progrès risquent aujourd'hui d'être anéantis. Les deux dirigeants, qui doivent être félicités pour ces réalisations, doivent être protégés, a-t-il insisté.

Quant au Quatuor, sa crédibilité est aujourd'hui en jeu, selon M. Serry. Tout en rappelant que la Ligue des États arabes envisageait de modifier sa position vis-à-vis du processus de paix, M. Serry a souligné qu'il y avait « urgence » pour le Quatuor de redéfinir son rôle afin d'aller de l'avant.

« La solution à la question palestino-israélienne, sous la forme d'une solution négociée à deux États, constitue la meilleure contribution que la communauté internationale peut apporter à la stabilité régionale », a ajouté M. Serry.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29410&Cr=Moyen+Orient&Cr1=Serry


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 29 Nov - 19:49 (2012)    Sujet du message: TWO PALESTINIAN GOALS AT UN: Répondre en citant

TWO PALESTINIAN GOALS AT UN: HAVE ALL DISPUTED LAND DECLARED "OCCUPIED" AND HAVE TERRORISTS DECLARED LEGITIMATE FREEDOM FIGHTERS

by Itamar Marcus and Nan Jacques Zilberdik

The Palestinian Authority wishes to achieve a number of political gains by having the UN vote today, recognizing "Palestine" as a non-member observer state. First, all lands that are disputed and whose future must be negotiated according to the Oslo Accords, the PA wants declared Palestinian "occupied territory." Second, they claim that UN recognition would change the status of Palestinian terrorists in Israeli prisons to legitimate freedom fighters and prisoners of war.
1- Changing the status of land under Israeli administration since 1967 to "occupied territory"

PA Foreign Minister Riad Al-Maliki:
"If Palestine receives status of a non-member state in the General Assembly, there will be positive effects on all levels in the future... Israel will no longer be able to define the occupied territories as disputed lands. They will become lands of a separate, occupied state."
[[i]Al-Hayat Al-Jadida[/i], July 24, 2012]

PA Chairman Mahmoud Abbas:
"During a speech at a meeting of the Arab League Ministerial Council, President Abbas said: ... 'We will hand in the application and request that it be voted on this November 29... We want to establish that the Palestinian territories that were [taken] in 1967 including Jerusalem [are occupied], since Israel has a different approach. It says that the territories occupied in 1967 are disputed territories. In other words, up for negotiations'"
[[i]Al-Hayat Al-Jadida[/i], Nov. 13, 2012]

2- Changing the status of Palestinian terrorists who have targeted civilians into legitimate fighters and prisoners of war

"Minister of Prisoners, Issa Karake said that the [PA] leadership's application to the UN to wrest [from it] international recognition of a Palestinian state, which is not a member of the UN, will raise the legal status of the prisoners and will offer international protection of their rights and their honor... He said that the prisoners will become captives of a state (i.e., Palestine), hostages and detainees in another state (i.e., Israel). The state's (Palestine's) legal status will turn them into prisoners of war who are detained illegally in the prisons inside Israel."
[[i]Al-Hayat Al-Jadida[/i], Nov. 13, 2012]

Already last year, PA Minister of Prisoners Karake said that UN recognition would indicate that the international community retroactively legitimizes Palestinian violence:

"[PA Minister of Prisoners' Affairs, Issa] Karake... explained that the international recognition of the Palestinian State changes all the imprisoned Palestinians into prisoners of a state, prisoners of war held hostage in another state... He noted that the recognition of the state means recognition of the legitimacy of the Palestinian struggle that the Palestinian nation fought, in the search for freedom and independence. In addition, it [recognition of a state] indicates that the struggles (Arabic- Nidalat) of the prisoners are legitimized and legal according to UN Resolutions, international laws and the third and fourth Geneva Conventions."
[[i]Al-Hayat Al-Jadida[/i], Sept. 8, 2011]

Note: The Palestinian Authority uses the word nidal - literally 'struggle' - as a general term that includes all acts against Israel - including terror against civilians.


Earlier this year, Palestinian Media Watch released a bulletin explaining the Palestinian Authority strategy. Last year, the PA went to the UN requesting full statehood recognition. In the days following last year's request for statehood, official PA TV celebrated the request by playing clips that show maps of the future Palestinian state. As opposed to Abbas' declaration at the UN recognizing Israel, the maps on PA TV showed a Palestinian state replacing Israel.
The following are longer excerpts of the article on Karake's statements:

Headline: "Karake: Our application to the UN [to achieve] recognition of the State of Palestine will raise the legal status of the prisoners"

"Minister of Prisoners, Issa Karake said that the [PA] leadership's application to the UN to wrest [from it] international recognition of a Palestinian state which is not a member of the UN will raise the legal status of the prisoners and will offer international protection of their rights and their honor... He said that the prisoners will become captives of a state (i.e., Palestine), hostages and detainees in another state (i.e., Israel). The state's (Palestine's) legal status will turn them into prisoners of war who are detained illegally in the prisons inside Israel. He added: 'If the State of Palestine is recognized, it will be easy for us to call on the parties to the Geneva Conventions to assemble in order to apply the Geneva Conventions to the territories of the occupied state. This includes [applying the Conventions to] the prisoners and in addition, we will be able to prosecute the Israelis and hold them accountable for actions and crimes that have been committed and continue to be committed against the prisoners in prison.'"
[[i]Al-Hayat Al-Jadida[/i], Nov. 13, 2012]


http://palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=8111


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 29 Nov - 20:19 (2012)    Sujet du message: LA PALESTINE VA ACCÉDER AU STATUT D'ÉTAT OBSERVATEUR À L'ONU Répondre en citant

LA PALESTINE VA ACCÉDER AU STATUT D'ÉTAT OBSERVATEUR À L'ONU
NEW YORK (Nations unies) (AFP) - 29.11.2012 17:21 - Par André VIOLLAZ


Citation:
Les Palestiniens devraient acquérir jeudi une nouvelle stature internationale en accédant au rang d'Etat observateur non-membre à l'ONU, une évolution suscitant pour l'instant une réaction mesurée d'Israël et de son allié américain.




 
Le président palestinien Mahmoud Abbas et le secrétaire général des Nations unies Ban ki-moon se serrent la main, le 29 novembre 2012 à New York

AFP - Henny Ray Abrams
Les Palestiniens devraient acquérir jeudi une nouvelle stature internationale en accédant au rang d'Etat observateur non-membre à l'ONU, une évolution suscitant pour l'instant une réaction mesurée d'Israël et de son allié américain.
AFP - Henny Ray Abrams


Mahmoud Abbas le 27 septembre à la tribune de l'assemblée générale de l'Onu
AFP/Archives - Emmanuel Dunand

La résolution est assurée de recueillir la majorité simple requise à l'Assemblée générale des Nations unies. Elle accorde à la Palestine le statut "d'Etat observateur non membre" de l'ONU et "exprime l'espoir que le Conseil de sécurité considérera de manière favorable" sa candidature comme membre à part entière, déposée en septembre 2011 par Mahmoud Abbas.
AFP/Archives - Emmanuel Dunand


Cartes et fiche pays des territoires palestiniens
AFP -

Les Américains ont tenté in extremis mercredi sans succès de dissuader le président palestinien Mahmoud Abbas de poursuivre ses efforts pour rehausser son statut à l'ONU. M. Abbas a rencontré à New York le secrétaire d'Etat adjoint américain Willliam Burns et l'envoyé spécial pour le Proche-Orient David Hale.
AFP -

Les Palestiniens devraient acquérir jeudi une nouvelle stature internationale en accédant au rang d'Etat observateur non membre à l'ONU, malgré l'opposition d'Israël et de son allié américain.

Le président palestinien Mahmoud Abbas va présenter à l'Assemblée générale de l'ONU, à partir de 20H00 GMT, un projet de résolution octroyant à la Palestine, actuellement "entité" observatrice, le statut "d'Etat observateur non membre".

A Jérusalem, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé qu'un vote positif de l'Assemblée "ne changera rien sur le terrain" et que la résolution "ne va pas faire avancer la création d'un Etat palestinien (mais) au contraire va l'éloigner". = Faux

Cependant, Israël a annoncé qu'il n'annulerait aucun accord conclu avec les Palestiniens.

Devant le Comité de l'ONU sur les droits inaliénables du peuple palestinien, en présence de M. Abbas, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon a demandé solennellement jeudi aux dirigeants palestiniens et israéliens de "ranimer le processus de paix", qui est dans l'impasse depuis deux ans, en reprenant des "négociations directes". = ils n'ont aucun droits et encore moins inaliénables, car Dieu a donné cette Terre au peuple juif.

M. Abbas n'a pas pris la parole mais, dans un message lu par son ministre des Affaires étrangères Riyad al-Malki, il a réaffirmé que la demande palestinienne de devenir Etat observateur était "un effort constructif pour préserver la solution à deux Etats", Israël et un Etat palestinien, et un "investissement en faveur de la PAIX".

Le projet de résolution "exprime l'espoir que le Conseil de sécurité considèrera de manière favorable" la candidature de la Palestine comme membre à part entière, déposée en septembre 2011 par M. Abbas mais torpillée au Conseil par une menace de veto américain.

Il appelle aussi à une reprise des négociations de paix israélo-palestiniennes pour qu'un Etat de Palestine puisse coexister "aux côtés d'Israël en PAIX et en SÉCURITÉ, sur la base des frontières d'avant 1967". = PAIX et SÉCURITÉ alors que leur seul désir est de voir disparaître tous les juifs de la surface de la Terre.

Menaces de sanctions

Ce texte est assuré de recueillir la majorité simple requise pour son adoption parmi les 193 pays membres. L'enjeu est davantage dans l'ampleur de la victoire palestinienne et dans les conséquences sur le terrain et au sein de l'ONU.

"A 130 voix pour, pas de quoi pavoiser mais si c'est 150 ou 160 ce sera un succès", analyse un diplomate occidental.

La date de jeudi n'a pas été choisie au hasard: il s'agit de l'anniversaire de l'adoption par l'ONU en 1947 du plan de partage de la Palestine mandataire, qui prévoyait un Etat juif et un Etat arabe.

Les ministres des Affaires étrangères de Jordanie, Turquie, Canada et Indonésie assisteront au vote et s'exprimeront peu avant, de même que Mahmoud Abbas et un représentant du Soudan au nom du groupe arabe, habilité à soumettre la résolution au vote de l'Assemblée. Le scrutin lui-même ne devrait donc pas intervenir avant 21H30 GMT.

Les Etats-Unis voteront contre, comme le Canada. = Continue de jouer la carte du silence et de l'hypocrisie jusqu'à ce que l'homme du péché soit enfin révélé au monde entier

Pour Washington et Israël, seule la négociation directe peut mener à la création d'un Etat palestinien. De leur côté, les Européens arrivent divisés à ce vote. Sur les 27 pays de l'Union européenne, une douzaine sont en faveur de la résolution dont la France. Mais Berlin va s'abstenir et Londres hésite encore. La Russie s'est dite favorable, comme la Turquie et la Suisse.

L'Union européenne a rappelé jeudi qu'elle était "prête à reconnaître un Etat palestinien au moment opportun" mais que la priorité était de reprendre les négociations. Plusieurs des Européens, selon des diplomates, estiment que le moment est mal choisi et redoutent aussi que Washington ne coupe les vivres aux agences de l'ONU auxquelles les Palestiniens, avec leur nouveau statut, pourront adhérer.

Ce qui inquiète de leur côté Israéliens et Américains, mais aussi les Britanniques, c'est la possibilité qu'auraient désormais les Palestiniens de rejoindre la Cour pénale internationale et d'y porter plainte contre Israël. Des responsables palestiniens ont évoqué cette hypothèse si Israël poursuit sa politique de colonisation en Cisjordanie.

Israël et les Etats-Unis ont brandi la menace de sanctions en cas de vote positif. Le Congrès pourrait ainsi refuser de verser 200 millions de dollars d'aide promis aux Palestiniens. Israël pourrait bloquer les taxes qu'il perçoit pour le compte de l'Autorité palestinienne, réduire le nombre de permis de travail pour les Palestiniens, voire abroger les accords de paix d'Oslo de 1993.

En compensation, la Ligue arabe a promis aux Palestiniens un "filet de sécurité" de 100 millions de dollars par mois. = qui viendra sûrement des États-Unis par l'entremise de pays alliés et tous unis à ce printemps arabe et amis de la Palestine.

© 2012 AFP

http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-la-palestine-va-acced…




Dernière édition par maria le Sam 1 Déc - 19:40 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Nov - 04:07 (2012)    Sujet du message: UN RECOGNISES PALESTINE AS NON-MEMBER STATE Répondre en citant

UN RECOGNISES PALESTINE AS NON-MEMBER STATE



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=HP3moV2gi1s&sns=fb

FULL SPEECH: MAHMOUD ABBAS ADDRESSES THE UN



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=Hsv0GUNcGG8


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Nov - 23:19 (2012)    Sujet du message: UN TWITTER TYPO CALLS FOR ’1-STATE SOLUTION’ TO MIDEAST CONFLICT Répondre en citant

UN TWITTER TYPO CALLS FOR ’1-STATE SOLUTION’ TO MIDEAST CONFLICT


By Eric Pfeiffer, Yahoo! News
Reporter




Was this United Nations tweet the biggest typo in Twitter history? (Instagram)

Social media's greatest asset is also its greatest liability: the ability to reach millions of people around the world with the click of a button.

Such was the case on Thursday, when the United Nations accidentally published a tweet calling for a "1-state solution" to the ongoing conflict between Israel and the Palestinians.  = accidentally published, yeah, sure!!! Read this. This is the real agenda http://www.jstor.org/discover/10.1525/jps.2011.XL.2.62?uid=3739464&uid=…

At 2 p.m. on Thursday, this tweet went out to @UN's 1,132,872 followers:

"On Day of Solidarity with Palestinians, Ban Ki-moon stresses urgency of reaching 1-state solution."

However, the tweet also linked to a U.N. press release calling for a two-state solution in the troubled region.

The tweet typo was especially ill-timed coming on the heels of a historic and controversial U.N. vote to give de facto statehood recognition to the Palestinians, despite objections from the U.S. and Israel.

Instagram user Dan Ming was quick to highlight the typo, calling it a "typo of epic proportions."

The offending tweet was quickly deleted and then replaced with one reading:

"On Day of Solidarity w/ Palestinians, Ban Ki-moon stresses urgency of reaching 2-state solution (corrected tweet)"

The United Nations Twitter account was quick to fix and acknowledge its typo (Twitter)

The digital age certainly has seen its share of typos going viral. In May, the University of Texas was the subject of ridicule for a flier advertising its "Pubic Affairs" Department in a commencement announcement.

Still, the author of the offending U.N. tweet did elicit some sympathy in the social sphere. Twitter user BK Chambers wrote: "That 1 state tweet was possibly the biggest typo in Twitter history. But I feel so bad for the @UN social person. #happyhoursomewhere"

http://ca.news.yahoo.com/blogs/sideshow/un-twitter-typo-calls-1-state-solution-middle-193718515.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 05:01 (2012)    Sujet du message: LA PALESTINE DEVIENT ÉTAT OBSERVATEUR À L’ONU Répondre en citant

LA PALESTINE DEVIENT ÉTAT OBSERVATEUR À L’ONU




La résolution a été adoptée à 138 voix contre 9. Netanyahu taxe Abbas de « propagande mensongère », Hollande prône un « DIALOGUE direct ».

L’Onu adopte par 138 voix contre 9 le statut d’Etat observateur à la Palestine

La Palestine est devenu ce jeudi soir, à 138 voix contre 9, Etat observateur à l’ONU.

L’Assemblée générale reconnaît ainsi implicitement l’existence d’un Etat palestinien souverain, malgré les menaces de représailles financières brandies par les Etats-Unis et Israël contre l’Autorité palestinienne.

Le projet de résolution accordant le statut d’ »Etat non membre » à une Autorité palestinienne jusqu’ici mentionnée en tant qu’ »entité » était attendu.

Son président, Mahmoud Abbas, qui s’est lui-même chargé de rallier les suffrages des 193 Etats membres, a obtenu l’appui d’une quinzaine de gouvernements européens, dont ceux de la France, de l’Italie et de l’Espagne.

Le vote coïncide avec le 65ème anniversaire de l’adoption de la résolution 181 de l’Assemblée générale sur le partage de la Palestine.

Hollande invite à un « dialogue direct »

Le président français a appelé à la reprise des négociations entre Palestiniens et Israéliens « sans conditions et le plus rapidement possible », après le vote à l’Assemblée générale de l’ONU accordant à la Palestine le statut d’Etat non membre observateur.

« Le dialogue direct est en effet la seule voie pour trouver une issue définitive à ce conflit. La France est prête à y contribuer, en amie à la fois d’Israël et de la Palestine », a t-il déclaré.

« Propagande mensongère »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a dans la foulé vivement condamné jeudi soir le discours prononcé par le président palestinien Mahmoud Abbas devant l’Assemblée générale de l’ONU : « L’ONU a entendu ce discours rempli de propagande mensongère contre Tsahal et les citoyens d’Israël. Ce n’est pas ainsi que s’exprime un homme épris de paix », a déclaré M. Netanyahu, selon ce communiqué.

« Contre-productif » pour Obama

Washington avait dépêché William Burns et David Hale, secrétaire d’Etat adjoint et émissaire pour le Proche-Orient, à New York pour tenter une dernière fois de convaincre le président de l’Autorité palestinienne de renoncer à son projet.

La secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, avait par ailleurs rappelé la position de l’administration Obama, qui juge l’initiative « contre-productive » et plaide pour une relance du processus de paix israélo-palestinien.

La solution fondée sur la coexistence pacifique de deux Etats « passe par Jérusalem et Ramallah, pas par New York. Le seul moyen d’obtenir une solution durable, c’est d’entamer des négociations directes », a-t-elle souligné.

Source trouver: Lesmoutonsenrages

http://spread-the-truth777.blogspot.ca/2012/11/la-palestine-devient-etat-ob…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 05:33 (2012)    Sujet du message: LA PALESTINE ÉTAT OBSERVATEUR NON MEMBRE DES NATIONS UNIES Répondre en citant

LA PALESTINE ÉTAT OBSERVATEUR NON MEMBRE DES NATIONS UNIES

Oui, le Vatican fait aussi partie d'État observateur à l'ONU, mais cela est une ruse pour mieux couvrir tous ses crimes. En réalité, c'est lui qui le dirige. Que pouvons-nous en déduire concernant la Palestine quand nous voyons que le monde se tient derrière un état terroriste qui appelle à la destruction du peuple de Dieu? N'est-ce pas une autre hypocrisie pour faire avancer leur agenda?

Déclaration du Saint-Siège

Anita Bourdin

ROME, jeudi 29 novembre 2012 (Zenit.org) – La Palestine est devenue ce jeudi soir, 29 novembre 2012, un "Etat Observateur non membre" des Nations Unies, à l'instar du Saint-Siège. Le Vatican attend maintenant des Nations Unies "une décision qui permette la réalisation concrète" de l'objectif d'une "solution définitive" avec "deux Etats". = Faux, la solution véritable est un seul État, la Palestine mais ça, ils ne vous le diront pas

Le Saint-Siège rappelle sa position "en faveur de la reconnaissance d’un statut spécial internationalement garanti pour la ville de Jérusalem, dans le but, en particulier, de préserver la liberté de religion et de conscience, l’identité et le caractère de Jérusalem en tant que Ville Sainte, ainsi que le respect des Lieux Saints qui s’y trouvent et l’accès à ces mêmes Lieux Saints". = Statut spécial, comme de faire de Jérusalem une ville islamique. Jérusalem est la cité de l'Éternel, c'est donc une usurpation de la terre donnée au peuple Juif par Dieu lui-même

Il invite à "prendre les initiatives permettant d’instaurer une PAIX DURABLE dans le respect des droits des Israéliens et des Palestiniens": "La PAIX a besoin de décisions courageuses !" = Faux, il n'y a aucun respect pour les Israéliens, c'est une guerre de conquête qui prend place, en ce lieu, donc aucune possibilité de PAIX DURABLE, de PAIX et surtout de JUSTICE car tout se fait au nom d'un faux dieu et sur le mensonge

Et ceci "en faveur de la construction de la PAIX et de la STABILITÉ dans la JUSTICE et dans le respect des aspirations légitimes, aussi bien des Israéliens que des Palestiniens".

Voici le texte la déclaration sur le vote de l'Assemblée de l'ONU sur la Palestine que le Saint-Siège publie ce jeudi soir à 23 h.

Déclaration du Saint-Siège

Le jeudi 29 novembre 2012, l’Assemblée générale a approuvé à la majorité la Résolution faisant de la Palestine un Etat Observateur non membre des Nations Unies.

1. Le Saint-Siège a suivi de près et avec attention les étapes qui ont mené à cette décision importante, en s’efforçant de rester au-dessus des parties et d’agir conformément à sa nature religieuse et à la mission universelle qui le caractérise, et en tenant compte de l’attention spécifique qu’il accorde à la dimension éthique des problématiques internationales. = oui, oui, bien sûr mais n'est-ce pas là que Rome veut y installer l'homme du péché pour régner sur les nations?

2. Le Saint-Siège estime en outre que ce vote doit se situer dans le cadre des efforts visant à trouver une solution définitive, avec le soutien de la communauté internationale, à la question déjà abordée par la Résolution 181 du 29 novembre 1947 par l’Assemblée générale des Nations Unies. Ce texte a posé les bases juridiques de l’existence de deux Etats ; un des deux a déjà vu le jour, l’autre n’a pas été créé dans les soixante-cinq années qui ont suivi. = Oui, avec le soutien d'une organisation internationale remplie et contrôlée par les démons

3. Le 15 mai 2009, à son départ de l’aéroport international de Tel Aviv, à la fin de son pèlerinage en Terre Sainte, le Pape Benoît XVI s’est exprimé en ces termes :
Plus de sang versé ! Plus de combats ! Plus de terrorisme ! Plus de guerre ! Au contraire, engageons-nous à briser le cercle vicieux de la violence. Que règne une paix durable basée sur la justice, et que viennent une réconciliation authentique et une pacification ! Puisse être reconnu universellement que l’Etat d’Israël a le droit d’exister, de jouir de la paix et de la sécurité à l’intérieur de frontières reconnues internationalement ! De même puisse être reconnu le droit du Peuple Palestinien à une patrie souveraine et indépendante pour y vivre dans la dignité et se déplacer librement ! Puisse la solution des deux Etats devenir une réalité, et ne pas demeurer seulement un rêve ! = Mais cette violence, c'est vous même qui la créé, monsieur Ratzinger!

4. Dans le sillage de cet appel, le Secrétaire pour les Rapports avec les Etats, Mgr Dominique Mamberti, dans une intervention devant l’Assemblée générale en 2011, a souhaité que les Organes compétents des Nations Unies prennent une décision qui permette la réalisation concrète d’un tel objectif.

5. Le vote du 29 novembre 2012 exprime les sentiments de la majorité des membres de la communauté internationale et accorde aux Palestiniens une présence plus significative au sein des Nations Unies. Dans le même temps, le Saint-Siège est convaincu que ce résultat ne représente pas, à lui seul, une solution suffisante aux problèmes de la Région : pour y répondre de manière adéquate il faudra, en effet, s’engager résolument en faveur de la construction de la PAIX et de la STABILITÉ dans la JUSTICE et dans le respect des aspirations légitimes, aussi bien des Israéliens que des Palestiniens.

6. C’est pour cette raison que le Saint-Siège a invité, à plusieurs reprises, les responsables des deux Peuples à reprendre les négociations en toute bonne foi et à éviter d’accomplir des actions ou de poser des conditions en contradiction avec les déclarations de bonne volonté et la recherche sincère de solutions offrant les fondements solides d’une paix durable. En outre, le Saint-Siège a adressé un appel pressant à la Communauté internationale pour qu’elle renforce son engagement et stimule sa créativité, afin de prendre les initiatives permettant d’instaurer une PAIX DURABLE dans le respect des droits des Israéliens et des Palestiniens. La paix a besoin de décisions courageuses ! = PAIX DURABLE = PLUS UN SEUL JUIF DE VIVANT!

7. A la lumière du résultat du vote de l’Assemblée générale des Nations Unies du 29 novembre 2012 et pour encourager la communauté internationale et en particulier les parties directement concernées, à une action incisive en vue des objectifs exposés ci-dessus – le Saint-Siège salue la décision de l’Assemblée générale faisant de la Palestine un Etat Observateur non membre des Nations Unies.

L’occasion est propice pour rappeler également la position commune exprimée par le Saint-Siège et l’OLP dans leur accord fondamental du 15 février 2000, en faveur de la reconnaissance d’un statut spécial internationalement garanti pour la ville de Jérusalem, dans le but, en particulier, de préserver la liberté de religion et de conscience, l’identité et le caractère de Jérusalem en tant que Ville Sainte, ainsi que le respect des Lieux Saints qui s’y trouvent et l’accès à ces mêmes Lieux Saints. = OLP = Organisation pour la libération de la Palestine = terroristes qui appellent au Jihad. Bravo, on sait vraiment, sans ambiguité de quel côté vous vous tenez!

http://www.zenit.org/article-32699?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 05:51 (2012)    Sujet du message: « ISRAËL EST PRÊT À VIVRE EN PAIX AVEC UN ÉTAT PALESTINIEN » Répondre en citant

« ISRAËL EST PRÊT À VIVRE EN PAIX AVEC UN ÉTAT PALESTINIEN »

Ce message est de la pure hypocrisie tentant de nous faire croire qu'ils soutiennent Israël avec un tel document. quand on sait et que l'on connaît les ententes pour asseoir le pouvoir Romain en Terre-Sainte et les liens étroits qui unissent les frères musulmans, le Conseil Mondial des Églises et l'ONU.

Déclaration de l'ambassade d'Israël près le Saint-Siège

Anita Bourdin

ROME, vendredi 30 novembre 2012 (Zenit.org) – « Israël est prêt à vivre en PAIX avec un Etat palestinien. Cependant, pour une PAIX DURABLE, la sécurité d’Israël doit être garantie », déclare, dans un communiqué en anglais de ce 30 novembre, l’ambassade d’Israël près le Saint-Siège.

Au lendemain de l’obtention par l’Autorité palestinienne du statut d’Etat observateur non-membre à l’ONU, l’ambassade déclare en outre que « les Palestiniens doivent reconnaître l’Etat juif et qu’ils doivent être prêts à mettre fin au conflit avec Israël ».
Et pour parvenir à la PAIX, il faut des “accords directs entre les parties”, insiste le communiqué.

“Israël a déjà prouvé qu’il était prêt à faire la PAIX avec les pays voisins arabes, en signant des accords avec l’Egypte et la Jordanie”, rappelle la même source, qui ajoute: “Israël a cherché la PAIX avec les Palestiniens”, et souhaite “un DIALOGUE direct” : “Le chemin de la PAIX passe entre Jérusalem et Ramallah”, et pas par “New York”. Selon l’ambassade le passage par l’ONU éloigne les “chances de PAIX.” = Pas par New York, là où est le siège des Nations Unies. Mais vous êtes la tête de cette vaste organisation criminelle et démoniaque!!! Hypocrite!

http://www.zenit.org/article-32705?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 18:55 (2012)    Sujet du message: ICC EXAMINING 'LEGAL IMPLICATIONS' OF PA STATEHOOD BID Répondre en citant

ICC EXAMINING 'LEGAL IMPLICATIONS' OF PA STATEHOOD BID

Rome Statute of the International Criminal Court - Connection with the Vatican

The Rome Statute of the International Criminal Court (or Rome Statute) is the treaty which established the

International Criminal Court (ICC).
Read more : http://www.economicexpert.com/a/Rome:Statute:of:the:International:Criminal:Court.html

Obama Said to Have Rejoined International Criminal Court
http://the2012scenario.com/2012/05/obama-said-to-have-rejoined-internationa…

-----

The International Criminal Court says it is considering the legal implications of the UN vote to recognize the PA as a non-member state.

By Elad Benari, Canada
First Publish: 11/30/2012, 10:26 PM


United Nations General Assembly
Reuters

The International Criminal Court's (ICC) prosecutor's office said on Friday it was considering the legal implications after the UN General Assembly's overwhelming vote to recognize the Palestinian Authority as a non-member state.

"The Office of the Prosecutor takes note of the decision" and will now "consider the legal implications of this resolution," it said in a statement sent to AFP but declined to elaborate.

In 2009, the PA asked the ICC prosecutor's office to investigate alleged war crimes committed by the IDF during Operation Cast Lead in Gaza.

However, only a state can launch such a request under international law, which is why former prosecutor Luis Moreno-Ocampo earlier this year decided to leave it up to the "competent organs of the United Nations" to decide whether or not the PA was a state.

Now that the UN resolution has passed, noted AFP, the PA may ratify the court's founding treaty, the Rome Statute. That could open the door for an investigation, despite intense pressure by countries including the U.S., Britain and France to desist.

Before the vote in the UN, France warned the PA against taking action against Israel in the ICC should it be granted upgraded status.

"Speaking purely of the law, from the moment there is a recognition of a state, even as a non-member and observer, it would have the possibility of referring such-and-such a state to the court," France’s Foreign Minister Laurent Fabius said.

"However if we want to move toward negotiations and find a solution, it is obvious that elements should not be used", he added.

Independent from the UN, the Hague-based court can prosecute individuals guilty of genocide, war crimes and crimes against humanity, but only in countries that have ratified the Rome Statute, or countries which recognizes its authority.

As in the case of Libya last year, an investigation can also be opened through a UN Security Council referral.

While a Security Council referral for an investigation remains remote since the United States would likely veto the decision, there are two other possible routes to a probe.

The ICC's chief prosecutor Fatou Bensouda may decide to ask ICC judges to authorize a probe, or an ICC member country may refer a situation to the prosecutor and ask her to investigate.

PA Chairman Mahmoud Abbas indicated on Friday that his people would refer Israel to the ICC only in a case of "aggression" by the Jewish state.

"Going to the ICC is now our right, but we are not going to do it now, and we will not do it, except in the case of aggression" by Israel, he told reporters in New York, according to AFP.

Palestinian Authority leaders threatened this week they would petition the ICC if an investigation finds proof that late PLO head Yasser Arafat was poisoned.

"If it is proved that Arafat was poisoned, we will go to the international court," said Tawfiq Tirawi, head of the PA commission investigating Arafat's death, referring to the International Criminal Court (ICC).

"We will wait for the results of the investigation," he said. "We are not accusing anyone so far but regardless of the result, we will continue looking for the truth about how he died.”

Arafat died at a French military hospital near Paris in November 2004 at the age of 75, with experts unable to say what killed him. Many Arabs believe he was poisoned by Israel.
Some Israelis have expressed concern that the PA investigation points to a plan to

frame Israel for Arafat’s death.

(Arutz Sheva’s North American Desk is keeping you updated until the start of Shabbat in New York. The time posted automatically on all Arutz Sheva articles, however, is Israeli time.)

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/162723#.ULomGv4V1OM.facebook


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 19:19 (2012)    Sujet du message: CANADA CALLS BACK DIPLOMATS AFTER UN BID Répondre en citant

CANADA CALLS BACK DIPLOMATS AFTER UN BID 

Is this decision from Canada to orders back delagates to Israel and Ramallah by the luciferian illuminati John Baird, the signal for the coming great war - one-state solution, against Israel?

Canada orders back delegates to Israel and Ramallah in order to assess the implications of UN's recognition of 'Palestine'.

By Elad Benari, Canada
First Publish: 11/30/2012, 9:45 PM



John Baird
Reuters

Canada on Friday ordered back its heads of mission in Israel and Ramallah, as well as its envoys to the United Nations and Geneva, after the Palestinian Authority’s bid for an upgraded status at the United Nations was passed with a large majority.

"Canada is deeply disappointed but not surprised by yesterday's result at the United Nations General Assembly," Foreign Affairs Minister John Baird said in a statement, according to AFP.

"Our government's position is clear: the only way to achieve a just and lasting peace is through negotiations, not unilateral actions,” he said.

"To that end, Canada is bringing its heads of missions in Israel and Ramallah and its permanent representatives to the UN in New York and Geneva back to Ottawa temporarily to assess the implications of yesterday's UN General Assembly vote and inform Canada's response to it.

"Canada will now review the full range of its bilateral relationship with the Palestinian Authority," emphasized Baird.

On Thursday, Canada joined Israel and the United States as one of only nine countries opposing the PA’s bid. The UN General Assembly backed non-member observer status for the PA by an overwhelming vote of 138 against nine, with 41 abstentions.

Other countries that voted against, besides Israel and Canada, were the United States, the Czech Republic, Panama, the Marshall Islands, Micronesia, Nauru and Palau.

Baird has, however ruled out that his country would cut off its ties with the PA.

“We’re not, obviously, looking at breaking off relations with the Palestinian Authority,” he said, according to a report in The Globe and Mail.

He also said that he was impressed with the results from Canadian aid to the PA government in Judea and Samaria, a suggestion that Ottawa will not cut it off completely. Canada has provided $300-million in aid over the past five years.

Baird’s warning of retaliation has, however, provoked a stark response from the Palestinian Authority, The Globe and Mail reported.

The PA’s chief negotiator said Canada has “disqualified” itself from any future role in the Middle East peace process with its vitriolic opposition to upgraded UN status for the PA.

Chief negotiator Saeb Erekat said that Canadian threats of reprisals and Baird’s decision to personally campaign against the resolution at the UN have ruled Ottawa out of a future role.

“I believe this government is more Israeli than the Israelis, more settler than the settlers,” he said in an interview with The Globe and Mail. “I think they have disqualified themselves from playing any role in the Middle East peace process.”

Baird took a prominent role in a debate before the UN vote on Thursday, providing a direct and lengthy argument against the PA bid, and serving as a staunch ally to the Israeli government’s interests.

“This resolution will not advance the cause of peace or spur a return to negotiations. Will the Palestinian people be better off as a result? No,” Baird said. “On the contrary, this unilateral step will harden positions and raise unrealistic expectations while doing nothing to improve the lives of the Palestinian people.”

Baird’s speech argued that the UN itself has repeatedly endorsed the rule that the only path to Middle East peace comes through negotiations – and that accepting the Palestinian Authority as a “non-member observer state” breaches that principle.

“It is for these reasons that Canada is voting against this resolution,” Baird said. “As a result of this body’s utterly regrettable decision to abandon policy and principle, we will be considering all available next steps.”

Canadian Prime Minister Stephen Harper had personally intervened to pressure PA Chairman Mahmoud Abbas to drop his bid for upgraded status at the United Nations.

Harper, who had been in New York to accept an award and attend the opening of a new session of the United Nations at the end of September, had "a short, brusque meeting with [Palestinian Authority President Mahmoud] Abbas," The Globe and Mail reported.

"In a little room at the United Nations, Mr. Harper skipped most of the pleasantries in a 15-minute meeting, according to sources briefed on the session, and told Mr. Abbas he had come to deliver a message: If you keep doing what you're doing, he said - referring to the Palestinian bid for upgraded status - 'there will be consequences,'" the newspaper reported.

(Arutz Sheva’s North American Desk is keeping you updated until the start of Shabbat in New York. The time posted automatically on all Arutz Sheva articles, however, is Israeli time.)

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/162720


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 19:52 (2012)    Sujet du message: LE VOTE SUR LA PALESTINE EN UNE CARTE INTERACTIVE Répondre en citant

LE VOTE SUR LA PALESTINE EN UNE CARTE INTERACTIVE
par
Florent Daudens
publié le 30 novembre 2012 à 11 h 40

L’Assemblée générale de l’ONU a adopté la résolution faisant de la Palestine un État observateur non membre de l’ONU par 138 voix pour, 9 voix contre et 41 abstentions.

Qui a voté quoi? La réponse avec notre carte interactive ci-dessous. Vous pouvez afficher trier les pays selon le vote ou encore utiliser le moteur de recherche en-dessous de la carte.


Vous rendre sur le lien pour avoir une meilleure image

http://blogues.radio-canada.ca/surleweb/2012/11/30/vote-palestine-onu-carte…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Déc - 22:05 (2012)    Sujet du message: WHO OWNS THE LAND OF ISRAEL? PALESTINIANS OR JEWS? Répondre en citant

WHO OWNS THE LAND OF ISRAEL? PALESTINIANS OR JEWS?

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=UVBOnS_QlgE&feature=autoshare


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Déc - 03:31 (2012)    Sujet du message: TURKEY WANTS PALESTINE TO BECOME FULL MEMBER OF UN' Répondre en citant

TURKEY WANTS PALESTINE TO BECOME FULL MEMBER OF UN'

Ankara hosts Arab foreign ministers' summit in show of support for Palestinians. FM Davutoglu says Turkey wants to 'see Palestinian flag wave outside United Nations' building'

News agencies 

Published: 12.01.12, 20:16 / Israel News
Turkey wants to see the Palestinian flag wave outside the United Nations' building as one of the world body's full members, Turkish Foreign Minister Ahmet Davutoglu said Saturday.

According to the Turkish daily Hurriyet, Davutoglu's remark was made during the fifth Turkish-Arab Cooperation Forum, held in Istanbul.

Related stories:


Turkey hosted 15 countries, represented at foreign ministers level, Saturday, in a summit said to be a show of support of the Palestinian Authority following its successful UN bid to upgrade its status to that of an "observer state."

The Palestinian bid garnered an overwhelming majority at the UN General Assembly, with 138 countries voting in favor of it. Forty-one nations abstained in the vote, five were absent altogether and nine nations voted against it.



The 'Palestinian flag' cake (Screenshot)


Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdogan and the Arab foreign ministers celebrated the Palestinians' success with a special "Palestinian flag" cake.

"Our responsibility for the Palestinian people has not ended yet," Davutoglu said. "We will keep on working to make Palestine attain the position it deserves on an international platform.

"It is time to harshly react to Israel's policies, which have damaged the peace process, he said.

Turkey's European Union Minister and Chief Negotiator Egemen Bagis, speaking at the summit, said that "Turkish Prime Minister Recep Tayyip Erdogan was the biggest architect of Palestine's historic day.

"This is the final point of the process that was initiated with the '1 minute' rise," Bagis said, referring to the talks held at the World Economic Forum between Erdogan and President Shimon Peres.

According to a report by Turkey's Anadolu News Agency, Bagis further stated that "Israel has no possibility of being in peace unless the Palestinian people, oppressed for many years, regain their state, their flag and their capital city Jerusalem."

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4314070,00.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Déc - 18:51 (2012)    Sujet du message: POPE AND PLO WANTS “SPECIAL REGIME” IN JERUSALEM Répondre en citant

POPE AND PLO WANTS “SPECIAL REGIME” IN JERUSALEM

The Vatican hailed a “Palestinian” state and called for an internationally guaranteed special status for Jerusalem.


The Pope and the PLO has agreed to work for the eviction of Zionism in Jerusalem.



In a statement the Vatican said it was a “propitious occasion” to recall a “common position” on Jerusalem expressed by the Vatican and the Palestine Liberation Organisation when the two sides signed a basic agreement on their bilateral relations in 2000.

The Vatican’s re-stating of its position on Jerusalem, which has remained mostly dormant for years, was bound to irk Israel, which says there is no need for an international status for Jerusalem because those guarantees already exist.

Israel declared Jerusalem its “united and eternal” capital in 1980 after annexing East Jerusalem in the Six Day War in 1967. World powers have not recognized the annexation.

Israel has always resisted the concept of any form of international mandate over Jerusalem.

It has been some time since the Vatican re-stated its position on the city so forcefully, and Thursday’s statement was bound to be received negatively by Israel, a diplomat with direct knowledge of their relations said.

Israel has always maintained that it already guarantees the city’s special nature as sacred to the three great monotheistic religions – Christianity, Judaism and Islam.

Source: Reuters.

My comment:

The Pope has been fighting for the control of Jerusalem for almost 750 years. He lost the ‘Holy City” in 1291 A.D, after ruling there for almost 200 years.

Not so strange, the Vatican became a “PEACE PARTNER” with the PLO. The Islamic terror-organization was formed in 1964, for the sole purpose of evicting the Zionist rulers from Jerusalem.

We know that the last replacement-Messiah will come and rule in Jerusalem. It will be a brief rule, and a rule based on cheating on the Jews, a rule formed on an ideology of lies and blasphemy against God of the Bible.

We can do nothing to stop this rule. But we can rejoice that it will be brief.

Jesus the Messiah will return and bring a brutal end to this “special regime” invented and promoted by the Papacy.

Paul the Apostle explained that this last man of lawlessness will be killed by the splendor of the return of Jesus.


Citation:
2 Thessalonians 2:8And then the lawless one will be revealed, whom the Lord Jesus will overthrow with the breath of his mouth and destroy by the splendor of his coming.




So: Rejoice, all saints. Be extremely glad.

The Pope, the PLO and the United Nations will all burn on the last day of Judgment.


And all who obeyed the Word of God will be gathered home to their mansion prepared for them in the Kingdom of Heaven. Amen.

Written by Ivar


http://ivarfjeld.wordpress.com/2012/12/01/pope-and-plo-wants-special-regime-in-jerusalem/


Dernière édition par maria le Ven 7 Déc - 18:01 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Déc - 22:36 (2012)    Sujet du message: 'UN VOTE ANTI-ISRAELI, WE NEED TO GO HAND IN HAND TO PEACE WITH PALESTINE' Répondre en citant

'UN VOTE ANTI-ISRAELI, WE NEED TO GO HAND IN HAND TO PEACE WITH PALESTINE'



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=flvZZaNNn40


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Déc - 22:47 (2012)    Sujet du message: ABBAS DECLARES YERUSHALAYIM ‘ETERNAL CAPITAL OF PALESTINE’ Répondre en citant

ABBAS DECLARES YERUSHALAYIM ‘ETERNAL CAPITAL OF PALESTINE’

Sunday December 2, 2012 10:40 AM



PA Chairman Mahmoud Abbas today promised someday the PA flag would fly over “Jerusalem, eternal capital of the state of Palestine.”

Thousands of people greeted Abbas rapturously upon his return from the United Nations, where the General Assembly granted the PLO, representing the PA, upgraded status as a nonmember observer state.

“Raise your heads high, because you are Palestinians!” Abbas told the joyous crowd, waving PA flags in the PA capital of Ramallah, located in Samaria.

“You have proof that you are stronger than the occupation, because you are Palestinians… stronger than the settlements, because you are Palestinians.

“We were threatened with punishment and sanctions from various sides,” Abbas continued, in a reference to attempts by the United States and Israel to dissuade him from proceeding with the application.

“And if we had listened to those threats we wouldn’t have gone to the U.N.

“One day, a young Palestinian will raise the Palestinian flag over Jerusalem,” he vowed, “the eternal capital of the state of Palestine!”

Read more from ARUTZ SHEVA
{Matzav.com Newscenter}

http://matzav.com/abbas-declares-yerushalayim-eternal-capital-of-palestine


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Déc - 04:24 (2012)    Sujet du message: UN « COUP DE FORCE » DÉSIGNANT JÉRUSALEM, CAPITALE DE PALESTINE EST PRÉVISIBLE !, PAR ARNOLD LAGÉMI Répondre en citant

UN « COUP DE FORCE » DÉSIGNANT JÉRUSALEM, CAPITALE DE PALESTINE EST PRÉVISIBLE !, PAR ARNOLD LAGÉMI

N'est-ce pas ce qu'a effectivement déclaré le président de la Palestine "Abbas Declares Yerushalayim "Eternal Capital of Palestine", ces derniers jours? http://matzav.com/abbas-declares-yerushalayim-eternal-capital-of-palestine

Sunday

décembre 3rd, 2012
CSL-Europe-Israël.org




La supercherie et le mensonge, surtout quand le vent est en poupe, ressemblent à des fauves en chasse : Le flair s’affine devant la proie encore lointaine mais qu’on devine accessible. Après avoir reçu de l’ONU, l’identité convoitée d’Etat, les Palestiniens ne tarderont pas à demander, exiger que Jérusalem soit, au plus vite, reconnue capitale du nouvel Etat Palestinien.

Peut-être même, que sera monté le simulacre de vote à l’ONU. Les USA apposeront leur véto mais, ayant abandonné les procédures d’équité pour la réalité pragmatique du « coup de force », tout se passera comme si le blocage au Conseil de Sécurité, n’empêchera pas, par exemple, les Palestiniens de soumettre le dossier à la Cour Internationale, pour avis, sinon pour décision ou faire pression sur la Ligue Arabe afin que celle-ci chargeât le pape d’en exprimer la demande et d’en justifier la légitimité. Celui-ci empêtré dans les problèmes sécuritaires frappant les communautés chrétiennes vivant dans les pays arabes, y verra, peut être l’occasion d’un répit.

En dépit du soutien américain, n’oublions pas l’inaptitude de celui-ci à empêcher la reconnaissance onusienne de l’Etat Palestinien.
Plus d’une ruse peut se substituer au droit et rendre la volonté palestinienne inéluctable. Quelle sera alors la position du gouvernement israélien ?

Le poison fatal, le danger ultime, c’est l’initialisation d’un procédé d’une extrême dangerosité qui a fait que, pour une décision aussi essentielle à la stabilité du Moyen Orient qu’à la paix du monde, l’ONU a pris une décision sans même consulter Israël, créant ainsi un précédent qui pourrait être utilisé pour la reconnaissance de Jérusalem, comme capitale de l’Etat Palestinien.

Au-delà du fait, le mode opératoire choisi atteste la limitation du droit d’Israël à commenter une décision le concernant au premier chef. Implicitement le vote historique de l’ONU ayant écarté Israël, s’est comporté comme si l’Etat d’Israël n’avait pas, lui, de reconnaissance juridique. La parade est trouvée. On décide, le monde et Israël s’inclineront !

De plus, il y a dans le comportement palestinien le désir de savoir si l’Occident pose on non des limites aux revendications palestiniennes. L’absence de tout rappel à l’ordre, signifie, confirme et invite à de nouvelles demandes, quand bien même, elles relèveraient de l’insolite, de l’extravagance et de la provocation.

Les Palestiniens savent la place que tient Jérusalem dans l’histoire et la conscience d’Israël. Ils savent aussi que le Saint-Siège est favorable à l’internationalisation des Lieux Saints. Quant à l’Europe, sa promiscuité avec toutes les formes de compromission la prépare à l’abandon de l’intérêt, quand bien même vital, d’Israël, si elle devait y trouver une amorce de longévité que son absence d’ambition a réduit à une coalition de la médiocrité !

Le monde est donc mis sous tension et placé dans l’obligation d’un choix !

Je disais hier que si Israël démontre effectivement sa force, que les Nations sentent et sachent, « l’Etat de Palestine » en premier, que « jeter le bouchon » trop loin entraînerait des conséquences lourdes, nous assisterions à une modération prévisible de l’adversaire.

Ce qui reste préoccupant, cependant, c’est l’inévitabilité du problème posé par Jérusalem. Car un Etat sans capitale n’est pas un Etat. Ce qui est inquiétant donc, c’est le black-out gouvernemental à ce sujet.

Espérons qu’il s’agit là de l’application du mot fameux « Un vieux soldat n’abat pas toutes ses cartes en même temps. » Sinon…
On aimerait donc entendre le Premier Ministre confirmer que le gouvernement d’Israël est conscient de la proximité de ce nouveau danger !

Source : Arnold Lagémi

http://www.europe-israel.org/2012/12/un-coup-de-force-designant-jerusalem-capitale-de-palestine-est-previsible-par-arnold-lagemi/




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Déc - 04:40 (2012)    Sujet du message: SELON L’ONU: « ISRAËL OCCUPE ILLÉGALEMENT LE MUR DES LAMENTATIONS… » Répondre en citant

SELON L’ONU: « ISRAËL OCCUPE ILLÉGALEMENT LE MUR DES LAMENTATIONS… »

décembre 3rd, 2012
Europe-Israel.org


 

Le vote de l’Assemblée générale déclarant que la Palestine, dans les frontières d’avant 1967, est un «état», du moins à certaines fins, aurait de mauvaises conséquences juridiques, si elles venaient à être prises au sérieux par la communauté internationale. Cela voudrait dire qu’Israël, qui a gagné une partie du territoire jordanien dans Jérusalem-Ouest après la guerre de 1967, occupe illégalement le Mur des lamentations (site le plus sacré du judaïsme), le quartier juif de la vieille Jérusalem (où les juifs ont vécu pendant des milliers d’années), les routes qui mènent à l’Université hébraïque (qui a été créée bien avant qu’Israël soit un Etat) et d’autres domaines nécessaires à la sécurité de ses citoyens.

Cela signifierait également que la Résolution 242, dont le but était de permettre à Israël de conserver une partie des territoires conquis pendant la guerre défensive de 1967, serait annulée par le vote de l’Assemblée Générale, quelque chose de la Charte des Nations Unies interdit explicitement. Ce serait la première fois dans l’histoire qu’une nation doive retourner toutes les terres qu’elle a gagnée légalement.



Si tous les territoires conquis par Israël dans sa guerre défensive sont illégalement occupés, alors le Nouvel Etat de Palestine pourrait porter l’affaire devant la Cour Pénale Internationale afin de faire emprisonner les leaders politiques et militaires israéliens impliqués dans « l’occupation » de ce territoire… Cela signifie que pratiquement tous les dirigeants israéliens pourraient être mis en cause. Ils ne pourraient alors plus voyager à l’étranger où ils risqueraient d’être extradés vers la Haye.

Ces conclusions absurdes suivent le théâtre de l’absurde qui a eu lieu lors de l’Assemblée générale, pour la millième fois, en publiant une déclaration unilatérale hors de propos sur la Palestine. Comme Abba Eban l’a dit un jour: «Si l’Algérie présentait une résolution de l’Assemblée générale que le monde était plat et qu’Israël l’avait aplati, elle passerait avec 100 voix pour contre 10, avec 50 abstentions.» C’est à peu près ce qui s’est passé l’autre jour. Je me demande si les pays européens qui ont voté pour la résolution connaissaient les erreurs légales qu’ils étaient en train de mettre en place.

Ce n’était pas la résolution d’une reconnaissance de la solution à deux Etats, car un nombre considérable d’États qui ont voté en faveur de la création de la Palestine ne reconnaissent pas le droit à Israël d’exister.

Ce qu’ils voulaient, c’était une solution à Un état, un autre état appliquant la sharia qui ne permettra pas aux juifs ou aux chrétiens des droits égaux.

D’ailleurs, cette résolution onusienne n’encourage pas plus les palestiniens à faire un pas vers la paix puisque rien ne les oblige à négocier avec Israël, comme pourtant Jérusalem le souhaite tant. Les Palestiniens sont désormais peu enclins à négocier un état, ce qui nécessiterait d’importants compromis et sacrifices de tous les côtés. Ils pensent maintenant qu’ils peuvent obtenir leur État reconnu, sans la nécessité d’abandonner le droit au retour ou à faire le genre de compromis territoriaux nécessaires à la sécurité d’Israël. L’action des Nations Unies ne fera que décourager les Palestiniens d’entrer dans des négociations sérieuses avec Israël.

L’action des Nations Unies incitera également le Hamas à continuer à tirer des roquettes sur Israël, sur une base périodique, afin de provoquer des représailles israéliennes.

Dans l’ensemble, avec ce vote des Nations Unies, il sera difficile de parvenir à une solution pacifique de deux États, acceptable pour les deux parties.

David Da Silva – JSSNews

http://www.europe-israel.org/2012/12/selon-lonu-israel-occupe-illegalement-le-mur-des-lamentations/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Déc - 16:15 (2012)    Sujet du message: ISRAEL - WORLD SUPPORT FOR PALESTINE UNPRECEDENTED Répondre en citant

ISRAEL - WORLD SUPPORT FOR PALESTINE UNPRECEDENTED



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=bDDQiqbcLHc


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Déc - 19:07 (2012)    Sujet du message: L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU ACCORDE LE STATUT D'ÉTAT OBSERVATEUR NON-MEMBRE À LA PALESTINE Répondre en citant

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L'ONU ACCORDE LE STATUT D'ÉTAT OBSERVATEUR NON-MEMBRE À LA PALESTINE


Vue de l'Assemblée générale lors de la séance d'adoption de la résolution accordant le statut d'État observateur non-membre auprès de l'ONU. Photo: ONU/Mark Garten

29 novembre 2012 – L'Assemblée générale des Nations Unies a accordé jeudi à la Palestine le statut d'État observateur non-membre auprès de l'ONU en adoptant une résolution qui considère également urgent de reprendre et d'accélérer les négociations dans le cadre du processus de paix au Moyen-Orient.

Ce vote – 138 voix pour, neuf contre et 41 abstentions – coïncidait avec la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

« Nous ne sommes pas venus ici pour retirer la légitimité de l'État établi il y a tant d'année qu'est Israël. Nous sommes venus pour affirmer la légitimité de celui qui doit maintenant accéder à l'indépendance, je parle de la Palestine », a lancé le Président de l'Autorité palestinienne aux 193 États Membres de l'ONU.

Mahmoud Abbas a rappelé que la communauté internationale devait faire un pas décisif vers la réparation « d'une injustice historique sans précédent » infligée au peuple palestinien depuis 1948.

De son côté, le représentant d'Israël auprès des Nations Unies, Ron Prosor, a indiqué que son pays ne pouvait accepter une résolution « partiale » desservant la PAIX, qui ne peut être obtenue selon lui qu'au travers des négociations.

Les négociations entre Israéliens et Palestiniens sont dans l'impasse depuis 2010, après le refus d'Israël de geler ses activités de peuplement dans les territoires palestiniens occupés.

« Le vote d'aujourd'hui souligne l'urgence de reprendre des négociations significatives », a affirmé de son côté le Secrétaire général. « Nous devons donner une nouvelle dynamique à nos efforts collectifs afin d'assurer qu'un État palestinien indépendant, souverain, démocratique, uni et viable puisse exister aux côtés d'Israël. J'exhorte les parties prenantes à renouveler leurs engagements en faveur d'une PAIX négociée ».

La résolution adoptée cet après-midi exprime également l'espoir que le Conseil de sécurité examinera favorablement la demande présentée le 23 septembre 2011 par l'État de Palestine, « qui souhaite devenir membre de plein droit de l'Organisation des Nations Unies ».

Cette demande, qui ferait de la Palestine le 194ème État Membre de l'ONU, est actuellement bloquée en raison de l'incapacité du Conseil à parvenir à une décision unanime à ce sujet. En effet, toute demande d'adhésion doit impérativement être approuvée par cet organe.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29428&Cr=palestine&Cr1=statut


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 4 Déc - 19:11 (2012)    Sujet du message: L’AGRESSION D’ISRAËL CONTRE GAZA VISE À SABOTER L’OCTROI DU STATUT D’ÉTAT OBSERVATEUR Répondre en citant

Assemblée générale
AG/PAL/1248

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York


Citation:
Comité pour l’exercice des droits

inaliénables du peuple palestinien
346è séance - matin

L’AGRESSION D’ISRAËL CONTRE GAZA VISE À SABOTER L’OCTROI DU STATUT D’ÉTAT OBSERVATEUR  
AU SEIN DE L’ONU À LA PALESTINE, ACCUSE L’OBSERVATEUR PERMANENT DE LA PALESTINE
 
Réuni ce matin sur la situation au Moyen-Orient, le Comité pour l’exercice  
des droits inaliénables du peuple palestinien a adopté quatre projets de résolution
 
« Les israéliens s’appuient sur de nombreux prétextes pour lancer l’agression actuelle contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza. Mais la principale raison de cette attaque est de saboter les efforts palestiniens visant à faire adopter le projet de résolution demandant que la Palestine jouisse du statut d’État observateur au sein des Nations Unies, un texte qui sera présenté à l’Assemblée générale le 29 novembre prochain », a affirmé l’Observateur permanent de la Palestine auprès des Nations Unies, M. Riyad Mansour, devant le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien.
Le Comité s’est réuni ce matin pour faire le point de la situation dans le Territoire palestinien occupé et a adopté quatre projets de résolution qui portent respectivement sur les activités du Comité; sur la Division des droits des Palestiniens du Secrétariat, sur le Programme spécial d’information du Département de l’information du Secrétariat, et sur le règlement pacifique de la question de Palestine. Ces projets de textes seront soumis à l’Assemblée générale pour adoption. Le Comité a également entendu un exposé du représentant à New York de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), M. Richard Wright.

Le Président du Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, M. Abdou Salam Diallo (Sénégal), a exprimé sa profonde préoccupation suite à l’opération militaire à grande échelle qu’Israël a lancée la semaine dernière contre la bande de Gaza. À ce jour, 94 Palestiniens ont été tués, y compris 50 civils, dont plusieurs enfants, et trois civils israéliens ont trouvé la mort à la suite d’un tir de roquette provenant de Gaza, a indiqué le Président du Comité. Poursuivant son intervention, M. Diallo a présenté les faits nouveaux intervenus depuis la dernière réunion du Comité en octobre dernier, citant notamment la dernière réunion de ce Comité, et la tenue d’une réunion publique du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient. Parmi les évènements survenus sur le terrain, le Président du Comité a cité l’approbation par les autorités d’Israël de la construction de 797 logements nouveaux à Jérusalem-Est; la tenue d’élections municipales à Gaza et en Cisjordanie, et sur un plan différent, la remise du rapport du Rapporteur spécial sur les droits de l’homme dans les territoires occupés, recommandant le boycottage des entreprises qui tirent une partie de leur chiffre d’affaires des activités menées dans les colonies israéliennes. Enfin, il a évoqué le projet de résolution visant à accorder le statut d’État observateur à la Palestine, dont l’Assemblée doit être saisie dans les jours qui viennent.

Dans son exposé au Comité, l’Observateur permanent de la Palestine auprès des Nations Unies, M. Riyad Mansour, a rappelé les efforts menés par l’Autorité palestinienne depuis le début de l’agression israélienne contre la bande de Gaza il y a cinq jours. À ce titre il a cité les lettres adressées au Conseil de sécurité dans le but de lui fournir des détails et des éléments de preuve au sujet des crimes commis par Israël dans la bande de Gaza, ainsi que la convocation d’une réunion des ambassadeurs arabes auprès des Nations Unies et une entrevue avec le Président du Conseil de sécurité.

L’Autorité palestinienne avait espéré que le Conseil de sécurité allait prendre les responsabilités qui lui incombent et exiger qu’un terme soit mis à l’agression dont est victime le peuple de Gaza, comme il l’avait fait le 28 décembre 2008 après plusieurs jours d’attaques israéliennes contre la bande de Gaza, a expliqué M. Mansour. Cependant, à ce jour, le Conseil de sécurité n’a toujours pas adopté une attitude similaire, a-t-il regretté, en expliquant cette attitude du Conseil par l’opposition manifestée d’un de ses membres permanents, une des plus grandes puissances qui y siège. La délégation palestinienne est profondément déçue par ce manque de réaction du Conseil de sécurité et par le fait qu’il n’ait pas été en mesure de mettre un terme à l’agression que subit le peuple palestinien, compte tenu du fait que le Conseil est l’instance principale des Nations Unies chargée de veiller au maintien de la paix et de la sécurité à travers le monde. L’agression israélienne qui a déjà tué 103 Palestiniens dans la bande de Gaza, dont une majorité d’enfants, a atteint son pic hier après le meurtre délibéré de 11 membres d’une même famille, a rappelé M. Mansour avant d’exhorter le Conseil de sécurité à faire entendre sa position et à demander un arrêt immédiat des hostilités menées contre le peuple palestinien.

M. Mansour a également indiqué qu’il avait eu une entrevue avec le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, qui doit se rendre dans la région sous peu.

Il a réitéré la position exprimée par le Président Mahmoud Abbas, qui a clairement indiqué qu’il s’agit bien d’une agression contre la Palestine toute entière et non pas contre un groupe en particulier.

« Les Israéliens ont de nombreuses raisons de lancer cette agression contre le peuple palestinien. Mais la principale est leur volonté de saboter les efforts palestiniens visant à faire adopter le projet de résolution qui nous donnerait le statut d’État observateur aux Nations Unies », a affirmé M. Mansour. Il a demandé à tous les États Membres de bien vouloir se porter coauteurs de ce projet de texte qui, d’ores et déjà a été très bien accueilli par les États Membres. À ce sujet, M. Mansour a indiqué que les ministres de l’Union européenne étaient sur le point de prendre une décision sur ce texte, et a émis l’espoir de les voir entériner ce projet. « Nous espérons que l’Europe sera du bon côté de l’histoire », a-t-il déclaré.

Compte tenu de la signification du 29 novembre 2012 pour le peuple palestinien, la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien aura cette année un sens très particulier dans la mesure où elle sera l’occasion pour la communauté internationale de reconnaitre l’État de Palestine comme État observateur au sein des Nations Unies, a-t-il fait remarquer.

Suite à cet exposé, le représentant de Cuba a invité le Comité pour l’exercice des droits inaliénables du peuple palestinien à saisir le Président du Conseil de sécurité pour lui demander une intervention concrète du Conseil, face aux récentes hostilités israéliennes contre les habitants de la bande de Gaza. L’Observateur permanent de la Palestine, M. Ryad Mansour, a salué cette proposition qui contribuerait aux efforts collectifs visant à mettre un terme aux violences contre le peuple palestinien. Le représentant de la Turquie a également exigé que les Nations Unies et le Conseil de sécurité, en particulier, réagissent.

De son côté, M. Wright, représentant de l’UNRWA à New York, a expliqué que depuis le début des attaques militaires israéliennes, toutes les écoles et les hôpitaux de Gaza sont fermés jusqu’à nouvel ordre, et que des installations de l’UNRWA ont été touchées. Cependant, l’UNRWA a ouvert des centres d’accueil dans le but de réduire les souffrances des civils, a-t-il indiqué. Dans l’immédiat, les besoins de l’UNRWA se chiffrent au total à 12,7 millions de dollars dont 6 millions pour l’aide alimentaire d’urgence, a précisé M. Wright. Un million et demi de dollars iraient à la réparation des abris détruits, et 400 000 dollars à l’achat de médicaments, a-t-il chiffré. Ce montant pourrait évoluer en fonction de la détérioration de la situation, a-t-il ajouté.

S’agissant de la situation en Syrie, M. Wright a indiqué que la situation dans ce pays avait aussi accru les besoins en matière d’assistance pour les réfugiés. De nombreuses personnes ont été déplacées, alors qu’ailleurs les capacités d’accueil sont limitées, a-t-il dit. À moins que l’UNRWA n’obtienne une aide supplémentaire, les capacités d’action de l’Office seront nulles d’ici à janvier 2013, a-t-il prévenu. En Cisjordanie, les pratiques israéliennes, en particulier la politique de colonisation au profit de colons juifs et de déplacement des populations palestiniennes, ont eu des impacts sur les activités de l’UNRWA. Il en est de même au Liban où il est nécessaire de reconstruire le camp de Nahr el-Bared, détruit en 2011, a dit M. Wright.

* *** *
 

À l’intention des organes d’information • Document non officiel  
 



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 6 Déc - 19:55 (2012)    Sujet du message: WHAT U.N. RECOGNITION OF PALESTINE REALLY MEANS Répondre en citant

WHAT U.N. RECOGNITION OF PALESTINE REALLY MEANS

By Anne Bayefsky
November 30, 2012 9:41 A.M.


To comprehend what went down at the U.N. on Thursday when the Palestinians were given “non-member observer state status” by a vote of 138 for, 9 against, and 41 abstentions, consider these statements made in New York over the course of the day:


Palestinian President Mahmoud Abbas, U.N. “Day of Solidarity with the Palestinian People” event; (statement delivered by Foreign Minister Riad Malki, New York, Thursday morning: “Israel’s admission to the United Nations in 1949 was accompanied by two conditions: Israel’s commitment to . . . the return of Palestine refugees to their homes…”


President Abbas, General Assembly, New York, Thursday afternoon: “The Palestinian people . . . miraculously recovered from the ashes of Al-Nakba of 1948 which was intended to extinguish their being. . . . Israeli occupation is . . . an apartheid system . . . which institutionalizes the plague of racism.”


Palestinian ambassador Riyad Mansour, opening of a Palestinian U.N. exhibit, New York, Thursday evening: “Today we have legislated a Palestinian state with the 1967 borders and East Jerusalem as its capital.”


So the real deal is this. Israel’s legitimacy is not recognized by the Palestinian leadership. It is conditional and it is conditioned upon alleged prerequisites (of a right of return and the end of a Jewish state) that have not, and will not, be met.

The Palestinian narrative is a fiction. It is deliberately crafted to mirror that of the Jewish people, beginning with the biggest lie of all — that the catastrophe of the creation of the state of Israel is equivalent to the Holocaust.
Israel is alleged to be akin to apartheid South Africa, so that its legitimacy is continually in jeopardy. After all, the South African regime had to be destroyed by lethal politics.

And the whole point of the exercise was to legislate — that is, impose — results on Israel on Palestinian terms. Negotiations are a joke. The U.N. will do Palestinians’ “negotiation” for them.

No wonder the outcome was met by the loud applause of a room full of the representatives of dictators and thugs (the majority of U.N. members are not full democracies), and NGO/“civil society” hacks who had been brought in by the U.N. Division for Palestinian Rights. (A letter of Division Director Wolfgang Grieger states that he had personally reserved at least 100 spots in the gallery.) Sitting in the gallery myself, I noticed that during Abbas’s lengthy speech the outbursts of clapping across the gallery would commence before the translation of Arabic sentences into other languages had finished. It was an exercise in what one might call Benghazi-style spontaneity.

The only question that remains, therefore, is this. Now that decades of Palestinian intransigence and belligerence have been richly rewarded by the U.N. majority, how soon will Palestinians start targeting and harming Israeli Jews with impunity again?

— Anne Bayefsky is Director of the Touro Institute on Human Rights and the Holocaust.

http://www.nationalreview.com/corner/334495/what-un-recognition-palestine-really-means-anne-bayefsky#


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Déc - 18:13 (2012)    Sujet du message: LE PRÉSIDENT TURC DEMANDE À ISRAËL DE TIRER UNE LEÇON DU VOTE EN FAVEUR DES PALESTINIENS À l'ONU Répondre en citant

LE PRÉSIDENT TURC DEMANDE À ISRAËL DE TIRER UNE LEÇON DU VOTE EN FAVEUR DES PALESTINIENS À l'ONU

Revue de presse
Publié le 13 Décembre 2012

Le président turc Abdullah Gül a appelé mardi 11 décembre 2012 Israël à tirer les leçons du vote de l'ONU qui a accédé à la demande palestinienne de devenir un État observateur non membre de l'organisation.



  M. Gül s'est exprimé à ce lors d'une conférence de presse en présence de son homologue palestinien Mahmoud Abbas dans la capitale turque, Ankara: "Nous souhaitons tous la PAIX et la PROSPÉRITÉ pour la Palestine. C'est Israël qui devrait tirer la leçon la plus importante de ce vote", a-t-il souligné. "Israël devrait retourner à la table des négociations de manière pacifique et reprendre les négociations", a ajouté le président turc…

http://www.crif.org/fr/revuedepresse/le-président-turc-demande-à-israël-de-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Déc - 19:28 (2012)    Sujet du message: LE PREMIER MINISTRE DE GÉORGIE: « LES ÉTATS-UNIS NOUS ONT DIT DE VOTER POUR LES PALESTINIENS À L’ONU… » Répondre en citant

LE PREMIER MINISTRE DE GÉORGIE: « LES ÉTATS-UNIS NOUS ONT DIT DE VOTER POUR LES PALESTINIENS À L’ONU… »

décembre 19th, 2012
Europe-Israel.org



 

L’homme d’affaires israélien Gabriel Mirilashvili, chef du Congrès mondial des Juifs géorgiens, a obtenu de la part du gouvernement de la Géorgie les raisons exactes qui ont poussées le pays à voter en faveur de la reconnaissance d’un Etat Palestinien avec le statut d’observateur à l’ONU.

Alors que les Américains ont joué « le grand ami d’Israël » de manière officielle, l’ambassadeur américain auprès de l’ONU, Richard Norlan, a eu un entretien privé avec le Premier Ministre géorgien Bidzina Ivanishvili, lors duquel il a expliqué que la Géorgie devrait soutenir la partie palestinienne.

C’est le Premier Ministre géorgien Bidzina Ivanishvili qui a personnellement dévoilé les détails de la conversation avec le Norland. Par ailleurs, il est à noter qu’il existe une transcription du protocole officiel entre le Premier Ministre et l’ambassadeur américain.

Le président du comité Défense du Parlement géorgien a expliqué il y a une semaine « soutenir l’appropriation à l’ONU du statut d’Etat observateur aux Palestiniens », une décision « fondée sur l’intérêt public ». « Les questions les plus délicates concernant l’indépendance de la Palestine ont été retirées de la résolution.

A cet égard, les autorités géorgiennes ont procédé à des consultations avec les pays partenaires, dont les États-Unis et d’autres, pour savoir quel était la bonne décision à prendre. »

Mon Dieu, gardez-moi de mes amis. Quant à mes ennemis, je m’en charge !

Damien Malvoust – JSSNews

http://www.europe-israel.org/2012/12/le-premier-ministre-de-georgie-les-etats-unis-nous-ont-dit-de-voter-pour-les-palestiniens-a-lonu/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Déc - 19:37 (2012)    Sujet du message: SAUDI COLUMNIST: THE TIME HAS COME TO ANNEX GAZA TO EGYPT Répondre en citant

Citation:
SAUDI COLUMNIST: THE TIME HAS COME TO ANNEX GAZA TO EGYPT
 


In an article published in the official Saudi daily Al-Sharq, columnist Ibrahim Aal Majari called to annex Gaza to Egypt, as it was between 1948 and 1967 before being captured by Israel. According to Majari, the annexation would protect residents of Gaza from Israel and alleviate Egyptian-Israeli tensions arising from the conflict between Israel and Hamas.[1]

The following are excerpts from his article: [2]


Ibrahim Aal Majari



"First, we congratulate the residents of Gaza for their victory, and we thank them for their persistent [stand] against this oppressive, criminal enemy [Israel]. This victory has pleased all Arabs and Muslims. Second, after the changes that occurred in the region, and especially in Egypt, and after the victory in the [Gaza] Strip, the conditions have ripened to present the idea of annexing Gaza to Egypt.

"This idea is the best way to end the Israeli attacks on Gaza, and it should be realized, because [this situation has already existed] in the past. As you know, Gaza was under Egyptian control from 1948 until 1967, when Israel occupied the Gaza Strip and Sinai. For years following the [1967] war, Egypt demanded the liberation of its occupied territories – Sinai and the [Gaza] Strip – until President Sadat relinquished Gaza in the Camp David Accords and saddled its residents and the Palestinian people with the responsibility of negotiating for the liberation and autonomy [of Gaza].

"Sadat's [decision to] relinquish an area that had been under Egyptian control for decades was a wanton act, [and it was perpetrated] by him and his associates alone, since most of the Egyptian people was displeased by this agreement that separated Gaza from Egypt. [Sadat] negotiated the [agreement] alone and signed it without presenting it to the Egyptian parliament or seeking his people's position [on it].

"Annexing Gaza to Egypt will not contradict the peace agreements or the Arab initiative. On the contrary – it is an effective solution for Gaza residents, [because it will place them] under Egypt's patronage and protection. Furthermore, it is the best [solution] for Egypt, [because it will] relieve the ongoing tensions and conflict between Gaza and Israel – a conflict that negatively affects [Egypt's] national security and economy, and which causes [Egypt] embarrassment vis-à-vis the outside world, which insists that [Egypt's] borders with Gaza be supervised.

"Annexing Gaza to Egypt will not meet with objections from Israel, the U.S., or even the U.N., because it is up to Gaza and its residents to decide their own fate. Moreover, Israelis want this annexation more than anyone, since it would rid them of the threat of armed groups, ensure Egypt's sovereignty over the [Gaza] Strip, and end the attacks on [Israel from Gaza].

"There is also the geographic matter: How can the [West] Bank unite with Gaza despite the geographic separation? How can two entities separated by Israel comprise one homeland? [Does anyone really believe that] Israel will open passages for Palestinians between Gaza and the [West] Bank running through its territory, or that it will implement Defense Minister Ehud Barak's plan to dig a 57 kilometer tunnel for Palestinians to pass through? Can we envision a land swap in which the Palestinian Authority relinquishes territory in the [West] Bank in return for Israel giving the Palestinians land that connects the [West] Bank to the [Gaza] Strip? This is an unrealistic suggestion, because Israel would refuse to split in two. Therefore, the dream of establishing one homeland out of two entities that are geographically separated by more than 60 kilometers is a pipe dream and a mirage.

"Annexing [Gaza to Egypt] will not harm the Palestinian national cause or the implementation of the Arab initiative. On the contrary – it will strengthen negotiations. The Arab initiative demands [the liberation of] the [West] bank, Gaza and the Golan Heights, but if Gaza is liberated, all that remains is to focus on the other two demands.

"In the last few years, the heroes have liberated Gaza and removed the Israeli settlements there, and now they have defeated Israel and demonstrated their complete control over the [Gaza] Strip. The current focus should be on the West Bank and the efforts to support it and the resistance there. It would be a mistake on the part of the Arabs and the world to focus [only] on Gaza, its residents and its rehabilitation, and to neglect the rehabilitation of the [West] Bank and the political and material support for it. This is Israel's plan – it wants all eyes on Gaza while it Judaizes Jerusalem, expands settlements and seizes land in the [West] Bank.

"Egypt cannot focus on economic reforms and development, and cannot rid itself of this chronic headache, caused by repeated problems [relating to] Gaza, unless it annexes it. Instead of calling to open the Rafah border crossing, we must call to open all Egyptian crossings, schools, universities, hospitals, and markets to Gaza residents. Instead of remaining in the Gaza prison at the mercy of the opening [or closing] of the crossings, let them pass freely to the land of liberty and justice, the land of revolution and honor."


[1] It should be mentioned that in October 2009, the editor-in-chief of the official Saudi daily Al-Riyadh, Turki Al-Sudairi, published two articles in which he claimed that the solution for the chronic instability in Lebanon was to return it to Syria, from which it was separated in the Sykes-Picot Agreement. Al-Sudairi also defended his position in an interview with Alarabiya.com, claiming it was only his personal opinion.

Following the uproar caused by his statements, Al-Sudairi published a third article in which he retracted his position and apologized. See MEMRI Special Dispatch No. 2595, 'Al-Riyadh' Editor: 'Why Shouldn't Lebanon Return to Syria?', October 14, 2009, and MEMRI Special Dispatch No. 2598, 'Al-Riyadh' Editor Retracts Call to Return Lebanon to Syria, October 15, 2009.


[2] Al-Sharq (Saudi Arabia), November 26, 2012.





http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/6885.htm


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:25 (2016)    Sujet du message: PEACE TREATY -TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ISRAËL et le MOYEN-ORIENT -> PEACE TREATY - TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, … 12, 13, 14  >
Page 2 sur 14

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com