LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

PEACE TREATY -TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 512, 13, 14  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ISRAËL et le MOYEN-ORIENT -> PEACE TREATY - TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 9 Mar - 02:20 (2013)    Sujet du message: OBAMA DEMANDE MAINTENANT LE RETRAIT D’ISRAËL Répondre en citant



OBAMA DEMANDE MAINTENANT LE RETRAIT D’ISRAËL



"Voici, je ferai de Jérusalem une coupe d'étourdissement pour toutes les nations d'alentour, Et aussi pour Juda dans le siège de Jérusalem. En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples..."
Zacharie 12:2-3

Publié le 08 mars, 2013 | par Sentinelle
Le 6 mars 2013 –

Selon des rapports d’Israël National News et du World Tribune d’aujourd’hui, le président américain, Barack Obama, sera porteur d’un gros bâton quand il se rendra en Israël, plus tard ce mois-ci.



Des sources israéliennes ont déclaré au Tribune que Barack Obama avait exigé un calendrier complet pour le retrait d’Israël des régions de Judée et Samarie, appelée communément de nos jours comme la Cisjordanie. Les sources ont indiqué que « Barack Obama avait clairement fait savoir à Netanyahu que sa visite n’était pas une simple session de photos, mais, concernait les affaires de l’Iran et d’un état palestinien. L’implication en est que si Israël ne lui donne pas quelque chose pour qu’il puisse travailler, alors, il va agir de son propre chef. »

Comme Américain, comme Chrétien et comme amoureux d’Israël, je soutiens qu’Israël est un état indépendant dont les affaires ne concernent en rien le président des États-Unis. C’est une chose pour un gouvernement d’être un ami et un allié. C’en est une autre pour le chef d’un gouvernement, celui qui prétend être un ami, d’exiger qu’une autre nation exécute ses ordres.

Les messages contradictoires du président Obama au cours des quatre dernières années deviennent de plus en plus clairs, maintenant que son pompeux « Je peux faire ce que je veux » de son second mandat a commencé. Il semble que le tyran de quartier et intimidateur communautaire soit maintenant prêt à devenir un tyran international. Il continue à permettre l’arrivée de l’aide vers l’Égypte dirigée par les Frères Musulmans, y compris de l’armement militaire meurtrier. John Kerry, le nouveau Secrétaire d’État des États-Unis, a annoncé plus d’aide américaine aux rebelles syriens, qui sont constitués d’un mélange du Hezbollah, d’Al-Quds, d’Al-Qaïda et d’autres groupes terroristes. Et, soudainement, le vice-président Joe Biden a averti l’Iran que « Barak Obama ne bluffait pas ».

Dans chacun de ces scénarios, il semble clair que le président Obama a des plans précis pour le Moyen-Orient et qu’il a l’intention de faire les choses à sa manière.

Il n’existe pas d’amour éperdu entre le président Obama et Benjamin Netanyahu. Il y a eu des déclarations récentes que l’équipe du président avait travaillé avec les partis d’opposition d’Israël pour empêcher Netanyahu de former un nouveau gouvernement. Obama place le fardeau des négociations de paix sur les épaules de Netanyahu. Où sont les demandes similaires du président envers l’Autorité palestinienne, qui continue à créer de nouvelles façons d’éviter les négociations ?

Mis à part « l’audace » d’Obama, il y a un autre gros problème. L’Autorité Palestinienne veut TOUTE la Cisjordanie. Et, c’est ce qu’Obama veut également. Cela ne leur appartient pas. Cela appartient à Israël. C’est à Israël de déterminer la façon de traiter la question. Ce n’est pas à Barak Hussein Obama et à son style de « diplomatie » de cape et d’épée qu’il a appris dans les rues de Chicago.

Nous devons prier pour que Binjamin Netanyahu soit en mesure de former une coalition forte avant que Barack Obama arrive. Nous avons besoin de prier pour le courage et la détermination de Binjamin Netanyahu afin qu’il soit en mesure de regarder Barack Hussein Obama directement dans les yeux et lui dire de rentrer chez lui et de faire le ménage dans sa propre maison avant de prendre la position du potentat du Moyen-Orient. Priez avec nous pour la paix à Jérusalem (Psaume 122:6). Barack Hussein Obama ne reconnait même pas Jérusalem comme la capitale d’Israël.

http://cybertribenetwork.blogspot.ca/2013/03/obama-now-demanding-israeli-withdrawal.html?m=1 
  
Traduit par PLEINSFEUX.ORG

http://pleinsfeux.org/obama-demande-maintenant-le-retrait-disrael/?utm_sour…




Dernière édition par maria le Sam 9 Mar - 19:30 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 9 Mar - 02:20 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 9 Mar - 02:28 (2013)    Sujet du message: OBAMA NOW DEMANDING ISRAELI WITHDRAWAL Répondre en citant


OBAMA NOW DEMANDING ISRAELI WITHDRAWAL

"Behold, I will make Jerusalem a cup of trembling unto all the people round about, when they shall be in the siege both against Judah and against Jerusalem. And in that day will I make Jerusalem a burdensome stone for all people: all that burden themselves with it shall be cut in pieces, though all the people of the earth are gathered together against it."
Zechariah 12:2-3



According to reports today by theIsrael National News and the World Tribune, U.S. President Obama will be carrying a big stick when he visits Israel later this month.

Israeli sources told the Tribune that Obama has demanded a timetable for Israel’s complete withdrawal from the areas of Judea and Samaria, commonly referred to these days as the West Bank. The sources said that “Obama has made it clear to Netanyahu that his visit is not about photo-ops, but the business of Iran and a Palestinian state. The implication is that if Israel won’t give him something he can work with, then he’ll act on his own.”

As an American, as a Christian, and as a lover of Israel, I submit that Israel is an independent state over whose affairs the President of the United States has no business. It is one thing for a government to be a friend and an ally. It is quite another for a leader of one government, one who claims to be a friend, to demand that another nation do his bidding.

President Obama’s mixed messages over the last four years are becoming cleared now that his pompous “I can do whatever I want” second term has begun. It appears that the neighborhood bully/community organizer is ready to become an international bully. He continues to allow aid to flow to the Muslim Brotherhood led Egypt, including lethal military weaponry. John Kerry, the new U.S. Secretary of State, has announced more U.S. aid to the Syrian rebels who are made up of a mix of Hezbollah, Al Quds, Al Qaeda and other terrorist groups. And suddenly Vice President Joe Biden has warned Iran that “Barak Obama is not bluffing.”

In each of these scenarios it seems clear that President Obama has definite plans for the Middle East and that he intends to see things done his way.

There is no love lost between President Obama and Benjamin Netanyahu. There have been recent claims that the president’s advance team has been working with Israel opposition parties to prevent Netanyahu from forming a new government. Obama place the burden of negotiations for peace squarely on the shoulders of Mr. Netanyahu. Where are the similar demands from him to the Palestinian Authority, who keep creating new ways to avoid negotiating?


Aside from Obama’s “audacity,” there is another problem. The PA wants ALL of the West Bank. And that’s what Obama wants. It does not belong to them. It belongs to Israel. It is up to Israel to determine how to handle the issue. It is NOT up to Barak Hussein Obama and the swashbuckling style of “diplomacy” that he learned on the streets of Chicago.

We need to pray for Mr. Netanyahu to be able to form a strong coalition before Mr. Obama arrives. We need to pray for the courage and resolve for Mr. Netanyahu to be able to look Mr. Obama straight in the eyes and tell him to go home and get his own house in order before he takes the position of Middle Eastern Potentate. Pray along with us for the peace of Jerusalem (Psalm 122:6). Mr. Obama doesn’t even recognize it as the capital of Israel.

Source material includes Ynet News, Israel National News, and the World Tribune.

http://cybertribenetwork.blogspot.ca/2013/03/obama-now-demanding-israeli-wi… 


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Mar - 18:44 (2013)    Sujet du message: OBAMA DOWNPLAYS PROSPECTS FOR MIDEAST PEACE Répondre en citant

OBAMA DOWNPLAYS PROSPECTS FOR MIDEAST PEACE


Mar 7, 7:54 PM (ET)
By JULIE PACE
  

 
WASHINGTON (AP) - President Barack Obama told American Jewish leaders Thursday that near-term prospects for Mideast peace may be bleak, but a DEAL WITH THE PALESTINIANS REMAINS THE ONLY WAY FOR ISRAEL TO ACHIEVE LONG-TERM SECURITY. Obama said he has no intention of delivering a "grand peace plan" when he travels to the Mideast later this month, downplaying expectations for a breakthrough on his highly anticipated visit to Israel and the West Bank. However, he said that doesn't preclude him from launching such an effort in the coming months, according to a person who attended the hourlong private White House meeting.
 
The White House has not publicly announced the dates for the president's trip, though Israeli news media have reported he will arrive on March 20. Obama will also make stops in Ramallah and Jordan.
 
In his meeting Thursday, Obama acknowledged that he would be visiting Israel during a difficult political period for the U.S. ally. Elections in January weakened Israeli Prim e Minister Benjamin Netanyahu, who has since struggled to form a coalition government.

Netanyahu recently asked Israeli President Shimon Peres for a two-week extension to build the coalition, putting his new deadline just ahead of Obama's expected arrival in Israel.
 
The president said pursuing sweeping peace talks now would be premature, given that Israel is still working to form a new government. He also said he wanted to avoid the appearing as though he was favoring any one political party, according to the person in attendance, who was not authorized to discuss the gathering publicly and requested anonymity.
 
Obama sought to restart peace talks in 2011, but the effort collapsed within weeks. Palestinians refuse to resume negotiations unless Israel stops building settlements in the West Bank and East Jerusalem. Netanyahu says talks should resume without any preconditions, and he has even allowed stepped-up construction in the territories since the United Nations moved to recognize a de facto state of Palestine in November.
 
The White House did not put the meeting with Jewish leaders on the president's public schedule. A White House official later said Obama sought input from the leaders on his trip and underscored that it would be an opportunity for him to speak directly to the Israeli people.
 
National Jewish Democratic Council chairman Marc Stanley was among those who attended Thursday's meeting. He said Obama reiterated his "unshakeable support for Israel and explained that his upcoming trip will be focused on discussing with his Israeli counterparts the critical issues facing the Jewish state, including Iran, the peace process, and Syria."
 
In addition to his meetings with Netanyahu, Obama will also hold talks with Palestinian Authority President Mahmoud Abbas while in the region. He told the Jewish leaders Thursday that he would emphasize to Abbas that PEACE remains possible, though very difficult given the current climate in the region.
 
While in Israel, Obama is also expected to note that Israel's proximity in an increasingly dangerous region, given the instability in Syria and the potential nuclear threat from Iran. He'll likely reiterate that all options, including military force, remain on the table when it comes to dealing with Iran, while also touting the impact of strident economic sanctions.
---
Follow Julie Pace on Twitter at http://twitter.com/jpaceDC
 
http://apnews.myway.com/article/20130308/DA4SJDJO3.html







Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Mar - 23:06 (2013)    Sujet du message: SECOND VATICAN STATE TO BE ESTABLISHED IN JERUSALEM Répondre en citant

SECOND VATICAN STATE TO BE ESTABLISHED IN JERUSALEM

The Old City of Jerusalem will become a “special regime”. It will be an autonomous, self-governing entity. The Chief Administrator will have minimum reliance on the existing regimes and structures”.


On the left of the Pope the Commander Swiss guards Elmar Theodor Mäder to right personal bodyguard, the Pope Benedict, Domenico Giani is the Inspector General of the Corpo della Gendarmeria, the police and security force of Vatican City.

Investigative Journalism

This is a policy proposal from Jerusalem Old City Initiative”. The proposal is a fruit of the peace process, and INTERFAITH DIALOGUES between Jews, Muslims, Catholics and claimed to be “Christians”.




People are not aware that the planning of a the seat of the last antichrist has reached its final stages. This work got a booster after the implementation of the Oslo PEACE ACCORD”.

The final push for the end game, started with the formation of The Council of the Religious Institutions of the Holy Land in 2005. This council has Muslims, Jews, Catholics and claimed to be “Christians” in its governing body.

When you read their statement of faith, you are introduced to the final One World Religion. They try to tell us that all faiths leads to the same god. Now they plan the arrival of their leader.

 Statement of faith:


Citation:
As religious leaders of different faiths, who share the conviction in the one Creator, Lord of the Universe; we believe that the essence of religion is to worship G-d and respect the life and dignity of all human beings, regardless of religion, nationality and gender”.



This is the councils website:
Did you know that both The Chief Rabbinate of Israel and the The Islamic Sharia Courts of the PA is supporting this Norwegian proposed INTERFAITH INITIATIVE” in Jerusalem?


Lutheran priest Trond Bakkevig

And the head of this council is a Norwegian Lutheran priest, Mr. Trond Bakkevig. He is supported by the Church of Norway, and the World Council of Churches.

And when the final peace dealalmost went through in Annapolis in November 2007, The Religious interfaith Council was getting ready to party in the Norwegian Embassy in Washington.

To get the Old City of Jerusalem ready for a special regime to come, The peace makershave formed an International work shop called Jerusalem Old City Initiative. This initiative is sponsored by the mainly protestant Christian republic of Canada. Their head office is at The University of Windsor in Ontario, Canada.

The website of “Jerusalem Old City Initiative”.


Members of the Council of Religious Institutions in the Holy Land at the Norwegian ambassador's residence in Washington DC. They met prior to peace talks in Annapolis.

When you go through this web-site, reading strategic documents, reports and plans, you will be stunned by what they have suggested.

It is a copy-cat plan of the foundation of the Vatican statehood in 1929.

And the ideas of how to rule this Old City statehood in Jerusalem, seems to be collected from the governance of the present Papal system.

The final plan will be presented to the government of Israel as an offer, they simply “have to” accept.

The new statehood in Eastern Jerusalem will have a Chief administratorwho govern a “special regime”. His powers will be similar to the Pope of Rome.

Please take a closer look at their web-sites.

Below are some of the suggestions from Jerusalem Old City initiative.

The Chief Administrator will be lifted above the laws. He will have his own statehood, and his inhabitants will be a closed circle of faithful servants. From this seat, He can practice his lawlessness.

These suggestions are found in the summaries of the executive reports:



Citation:
1. An autonomous bureaucracy

Citation:

2. To have its own inhabitants.

Citation:

3. A robust security force.

Citation:

4. A Council, a partly democratically elected body with power of veto over actions of the Administrator.

Citation:

5. Old City as a single unit under a single administrator, having executive authority.

Citation:

6. Agreement between the parties, with two national capitals, Al Quds and Yerushalayim.

Citation:

7. A single Old City Police service to be established.



This is an image, copied from Jerusalem Old City initiative website.

This is the text found in one of the strategic document on this web site.


Citation:
Key Characteristics and Functions of the Special Regime The proposed special regime, headed by a Chief Administrator, would be responsible for the efficient and equitable management and governance of the Old City, including ensuring the sanctity of and access to the Old City’s Holy Sites.

To meet these responsibilities, the special regime would require an empowered autonomous bureaucracy — one whose leadership has the confidence of both Israel and Palestine and one that is vested with both the authority and the capacity to administer, manage, and police specific aspects of the Old City and its inhabitants.

A key function of the Special Regime this regime would be to ensure equity, law, and order. Security will be the test of any peace agreement: if order in the Old City breaks down, any Israeli-Palestinian peace agreement itself will be at risk.

Thus, the Old City Special Regime would require a robust security force, with the capacity both to deliver even-handed law enforcement and justice and to confront successfully large-scale security threats, including potential efforts by extremists from the various camps seeking to undermine an Israeli-Palestinian peace agreement.





Lets take a look at a photo feature on what a second Vatican statehood in Jerusalem might look like:



First the Old City security force, as a model from the Vatican City.


The Chief Administrator in the Old City will need to have proper security around him.



Like in the Vatican, security officers needs to scan people entering the Zone.



The Watchmen needs to have proper guns, like this assault rifles available for the Swiss guards in the Vatican.



Its not enough with a few men. Like the Swiss guard in the Vatican, there has to be a proper regiment.



And when the noblemen and freemasons enter the Zone, they need to feel secure. In the center, US President Obama.



To met the Chief Administrators in the Vatican, you need to get your belongings scanned.



The powerful head of the Vatican state greet his police force on certain occasions.



The Pope visited the Old city in Jerusalem in May 2009, to inspect the proper facilities for a head office. He also met his inter faith colleagues.


Catechism (doctrines) of the Catholic Church
Citation:
841 The Church’s relationship with the Muslims.
The plan of salvation also includes those who acknowledge the Creator, in the first place amongst whom are the Muslims; these profess to hold the faith of Abraham, and together with us they adore the one, merciful God, mankind’s judge on the last day.”

http://ivarfjeld.com/2012/02/18/second-vatican-state-to-be-established-in-j…







Dernière édition par maria le Dim 17 Mar - 22:09 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 08:51 (2013)    Sujet du message: LATEST NEWS - OBAMA TO OFFICIATE VATICAN ISRAELI COVENANT!? Répondre en citant

LATEST NEWS - OBAMA TO OFFICIATE VATICAN ISRAELI COVENANT!?



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=_wVfp6ZMD9E


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 16:08 (2013)    Sujet du message: JOINT COMMUNIQUE OF THE BILATERAL WORKING COMMISSION BETWEEN THE HOLY SEE AND PALESTINE Répondre en citant

JOINT COMMUNIQUE OF THE BILATERAL WORKING COMMISSION BETWEEN THE HOLY SEE AND PALESTINE

Vatican City, January 31, 2013 (Zenit.org). | 379 hits

Following the bilateral negotiations held in past years with the Palestine Liberation Organization (P.L.O), an official meeting took place in Ramallah on the 30th of January 2013, at the Ministry of Foreign Affairs of the State of Palestine.

The talks were headed by H.E. Dr. Riad Al-Malki, Minister of Foreign Affairs of the State of Palestine, and Msg. Ettore Balestrero, Under-Secretary for the Holy See’s Relations with States.

The Parties exchanged views regarding the draft Agreement under discussion, especially the Preamble and Chapter I of the mentioned Agreement. The talks were held in open and cordial atmosphere, expression of the existing good relations between the Holy See and the State of Palestine. The Delegations expressed the wish that negotiations be accelerated and brought to a speedy conclusion. It was thus agreed that a joint technical group will meet to follow-up.

Gratitude was expressed for the Holy See’s contribution of 100.000 euro towards the restoration of the roof of the Basilica of the Nativity in Bethlehem.

The Holy See Delegation was composed of H.E Archbishop Giuseppe Lazzarotto, Apostolic Delegate to Jerusalem and Palestine; H.E. Archbishop Antonio Franco, Apostolic Nuncio; H.E. Msgr. Selim Sayegh, Auxiliary Bishop Emeritus of the Latin Patriarchate of Jerusalem; Msgr. Maurizio Malvestiti, Under-Secretary of the Congregation for Oriental Churches; Msgr. Alberto Ortega Martin, Counsellor in the Section for the Relations with States of the Secretariat of the State; Msgr. Waldemar Stanislaw Sommertag, Counsellor of the Apostolic Delegation in Jerusalem and Palestine; Fr. Emil Salayta, President of the Ecclesiastical Court of the Latin Patriarchate; Fr. Pietro Felet S.C.J., Secretary General of the A.O.C.T.S.; Fr. Ibrahim Faltas O.F.M., Administrator of the Custody of the Holy Land; Mr. Sami E. Shehadeh, Advocate.

The Delegation of the State of Palestine was composed of H.E. Hanna Amira, P.L.O. Executive Committee Member; H.E. Minister Ziad Al-Bandak, Palestinian President’s Advisor for Christian Relations; H.E. Issa Kssasieh, Deputy of P.L.O. Negotiations Department; H.E. Ambassador Rawan Sulaiman, Assistant Minister of Foreign Affairs; Mr. Ammar M.Hijazi, Counsellor of the Political Committee; H.E. Ambassador Dr. Amal Jadou, Assistant Minister for European Affairs.

[Original text: English]

(January 31, 2013) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/joint-communique-of-the-bilateral-working-commission-between-the-holy-see-and-palestine


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 16:09 (2013)    Sujet du message: « DE GLORIA OLIVAE » : LE PAPE BENOÎT XVI EST SUR LE POINT D’OBTENIR UN SIEGE A JERUSALEM SUR LE SITE DU TOMBEAU DU ROI DAVID !!! Répondre en citant



« DE GLORIA OLIVAE » : LE PAPE BENOÎT XVI EST SUR LE POINT D’OBTENIR UN SIEGE A JERUSALEM SUR LE SITE DU TOMBEAU DU ROI DAVID !!!






« De Gloria Olivae »…

Chers amis,
Souvenez-vous des maximes de Malachie, aussi connues sous le nom de « prophétie des papes de Saint Malachie ». Ces maximes, rédigées fin du 11e / début du 12e siècle par Malachie, l’évêque irlandais d’Armagh, conféraient une phrase en latin décrivant l’œuvre qui caractérisait chaque pape, y compris les papes à venir, mais sans donner toutefois le nom de ces papes à venir.
Le dernier pape officiel de cette prophétie (et qui est supposé être le dernier pape avant les temps apocalyptiques) possède la maxime « De Gloria Olivae » (littéralement, « de la gloire de l’olive »)… et ce dernier pape officiel est le pape actuel, à savoir Benoît XVI !

LE LIEN ENTRE BENOIT XVI ET L’OLIVE ETAIT LOIN D’AVOIR ETE EFFECTUE, JUSQU’AU MOMENT OU L’ON A APPRIS, IL Y A UN AN OU DEUX, QUE BENOIT XVI LORGNAIT SUR UNE PARTIE DE JERUSALEM EST QUI CONTENAIT LE FAMEUX MONT DES… OLIVIERS !

LE MONT DES OLIVIERS EST CELUI OU JESUS A PRIE AVANT D’ETRE ARRETE ET CRUCIFIE.

AUJOURD’HUI, NOUS OBTENONS, AVEC L’ARTICLE QUE JE VOUS AI FIDELEMENT TRADUIT CI-DESSOUS, LA CONFIRMATION SELON LAQUELLE LE VATICAN SOUHAITE ACQUERIR CERTAINES PARTIES DE LA VILLE DE JERUSALEM, DONT NOTAMMENT LE MONT DES OLIVIERS.

SI L’ON SE REFERE A LA MAXIME DE MALACHIE, IL SEMBLERAIT QUE BENOIT XVI PUISSE Y PARVENIR.

CETTE SEMAINE, UN ACCORD A ETE PASSE ENTRE LE VATICAN ET LE GOUVERNEMENT ISRAELIEN. SELON CET ACCORD, LE PAPE GAGNERAIT UN SIEGE OFFICIEL - DONC L’AUTORITE ET LE DROIT - DE CELEBRER UNE MESSE DANS LA SALLE OU L’ON CONSIDERE GENERALEMENT QUE LA DERNIERE CENE (LE DERNIER REPAS DE JESUS AVEC SES DISCIPLES) A EU LIEU, ET CETTE SALLE SE SITUE SUR LE SITE DIT DU « TOMBEAU DU ROI DAVID », SUR LE MONT SION.

CET ACCORD DEVRAIT ETRE RATIFIE AU MOIS DE JUIN DE CETTE ANNEE, DONC DANS A PEINE 5 MOIS.

D’AUTRES SITES DE JERUSALEM ET EN DEHORS DE JERUSALEM FONT LA CONVOITISE DU VATICAN, ET LE MONT DES OLIVIERS EN FAIT BIEN SUR PARTIE.

NEANMOINS, IL S’AGIT LA DE MANŒUVRES EXCESSIVEMENT DANGEREUSES, QUI RISQUENT D’ACCROITRE LES TENSIONS ET SEMER ENCORE UN PEU PLUS LA ZIZANIE A JERUSALEM !

EN EFFET, LES JUIFS DENONCENT LA TENTATIVE D’EXPULSER LES JUIFS DE LA VIEILLE VILLE, AINSI QUE LE FAIT INDENIABLE SELON LEQUEL LE VATICAN DEFEND LEURS ENNEMIS, LES ARABES, AINSI QUE LA CREATION DE L’ETAT DE PALESTINE. D’AUTRE PART, LE VATICAN A SOUTENU L’OLP ET LES ARABES DEPUIS DES ANNEES VIA CERTAINS ACCORDS PRECIS (VOIR ARTICLE CI-DESSOUS) !

LE VATICAN RISQUE DONC FORT D’ETRE LA SOURCE DE NOUVELLES VIOLENCES A JERUSALEM !

Nous sommes en droit de nous interroger sur le but de telles manœuvres… Il est étonnant que des chefs soi-disant « spirituels », comme le pape, n’aient pas encore compris que ce n’étaient pas les lieux MATERIELS et autres endroits de pèlerinage potentiels qui importaient, mais bien les enseignements SPIRITUELS que Dieu et Jésus nous ont laissés pour guides !

MAIS BIEN ENTENDU, IL S’AGIT D’UN EFFORT D’INTERNATIONALISATION (COMPRENEZ DE MONDIALISATION IMPERIALISTE) DU VATICAN AFIN D’ETENDRE SES AVOIRS, SON POUVOIR ET SON PRESTIGE…

QUOI QU’IL EN SOIT, LA MAXIME « DE GLORIA OLIVAE » POSSEDE DESORMAIS UN SENS BIEN PRECIS, ET IL SERA INTERESSANT DE VOIR OU CELA VA MENER. MAIS LES DANGERS SONT ENORMES…

L’article, traduit pour vous en français, ci-dessous…

Vic.



Source : http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/12814#UQxq6qXhoqJ


EXCLUSIF: UN SIÈGE POUR LE PAPE SUR LE SITE DU TOMBEAU DU ROI DAVID

Publié le vendredi 01 février 2013, à 11:16

ISRAËL SEMBLE AVOIR VENDU JERUSALEM AU VATICAN.

Giulio Meotti, l’auteur de cet article, un journaliste italien pour le canard Il Foglio, rédige une chronique bi-hebdomadaire pour Arutz Sheva. Il est l'auteur du livre « Une nouvelle Shoah », livre qui a effectué des recherches sur les histoires personnelles des victimes du terrorisme en Israël, et qui a été publié par Encounter. Ses écrits ont fait leur apparition dans des publications telles que le Wall Street Journal, Frontpage et Commentary. Il travaille sur un livre concernant le Vatican et Israël.
UN ACCORD HISTORIQUE A ETE REDIGE ENTRE ISRAËL ET LE VATICAN. LES AUTORITES ISRAELIENNES ONT ACCORDE AU PAPE UN SIEGE OFFICIEL DANS LA SALLE OU LA DERNIERE CENE EST CENSEE AVOIR EU LIEU, SUR LE MONT SION A JERUSALEM, ET OU CERTAINS CHERCHEURS CONSIDERENT QUE DAVID ET SALOMON, LES ROIS JUIFS DE JUDEE, SONT EGALEMENT ENTERRES.

C’EST L'ABOUTISSEMENT D'UNE LONGUE CAMPAGNE MENEE PAR L'EGLISE CATHOLIQUE AFIN DE RETROUVER L'INTENDANCE RELIGIEUSE SUR LE LIEU OU JESUS EST CENSE AVOIR ROMPU LE PAIN ET BU LE VIN AVEC SES DISCIPLES, LA VEILLE DE SA CRUCIFIXION.

C'est un énorme problème qui a été poussé et adopté SANS AUCUN DEBAT PUBLIC.

Selon nos sources, CET ACCORD, QUI DEVRAIT ETRE RATIFIE AU MOIS DE JUIN PROCHAIN, DONNE AU PAPE UN « POUVOIR SPECIAL » SUR LE SECOND ETAGE DE L'IMMEUBLE, DE SORTE QUE LES PELERINS CHRETIENS POURRONT CELEBRER DES CEREMONIES RELIGIEUSES COMME LE PAPE JEAN-PAUL II L’A FAIT EN L’AN 2000.

CET ACCORD CONSTITUE LA CAPITULATION D'ISRAËL FACE AUX EFFORTS DU VATICAN DE "CHRISTIANISER" CE LIEU SAINT, comme lorsqu’un couvent catholique a été construit à Auschwitz.

L'EGLISE CATHOLIQUE A LONGTEMPS VOULU LE CONTROLE SUR UNE PARTIE DE LA REGION DU MONT SION AFIN DE LA TRANSFORMER EN UN CENTRE INTERNATIONAL RELIGIEUX POUR LES CATHOLIQUES. Le modèle de l'accord est libellé comme suit : "Le Vatican cède cette utilisation du Cénacle à la Custodie de Terre Sainte qui gardera le Cénacle ouvert de 6 heures à 8 heures du matin pour la célébration de la Sainte Messe".

À LONG TERME, CE GESTE VA ACCROITRE LES TENSIONS ENTRE LES JUIFS ET LES ACTIFS CONSIDERABLES DU VATICAN. L'ÉGLISE A LONGTEMPS TRAVAILLE AFIN DE REDUIRE LES DROITS DES JUIFS A JERUSALEM ET DANS LA VIEILLE VILLE. A PRESENT, APRES QUE L’AUTORITE MUSULMANE WAQF AIT EXPULSE LES CHRETIENS DU MONT DU TEMPLE ET L'AIT TRANSFORME EN UNE MOSQUEE, C'EST AU TOUR DU VATICAN DE METTRE LA MAIN SUR LA JERUSALEM JUIVE.

LA CUSTODIE DE TERRE SAINTE, L'ORDRE FRANCISCAIN QUI, AVEC L'APPROBATION DU VATICAN, EST EN CHARGE DES LIEUX SAINTS, FAIT CAMPAGNE AVEC LES ARABES CONTRE ISRAËL.

DES LE MOIS DE MAI DE L’AN 2000, YASSER ARAFAT RENCONTRA LES ECCLESIASTIQUES ISLAMIQUES ET CHRETIENS DANS LES BUREAUX DE LA PRESIDENCE A RAMALLAH AFIN DE SOUTENIR LA SOUVERAINETE ARABE PALESTINIENNE SUR JERUSALEM. Parmi les membres du clergé qui assistèrent à cette réunion, on trouvait Diodore Ier, patriarche de l'Eglise orthodoxe grecque, Torkom II, patriarche de l'Eglise orthodoxe arménienne, le Patriarche catholique Michel Sabbah et des représentants de la Custodie de Terre Sainte.

"Une réunion officielle a eu lieu à Ramallah, en Palestine, au ministère des Affaires étrangères de l'Etat de Palestine". Il s'agit de la note officielle du bureau de presse du Vatican, à propos de la RENCONTRE ENTRE LES RESPONSABLES CATHOLIQUES ET LES REPRESENTANTS DE L'OLP QUI A EU LIEU CETTE SEMAINE-CI.

LE VATICAN DEMANDE EGALEMENT QU'ISRAËL CEDE DES DIZAINES DE SITES SOUS LE CONTROLE DU VATICAN, 19 EN JUDEE ET EN SAMARIE, ET 28 A JERUSALEM.

L'EGLISE CATHOLIQUE VEUT DISCUTER DE CERTAINES PROPRIETES SUR LE MONT DES OLIVIERS, HAR HAZEITIM, QUI CONSTITUE L'HISTOIRE MEME DU PEUPLE JUIF. SI VOUS VOULEZ GARDER JERUSALEM UNIFIEE, VOUS DEVEZ GARDER HAR HAZEITIM. LE VATICAN LE SAIT.

En 1989, des accusations furent portées par les autorités catholiques selon lesquelles Israël profanait le Cénacle du Mont Sion. Ces accusations, qui furent publiées dans le journal des évêques d'Italie Avvenire, déclaraient que les Israéliens avaient posé une plaque commémorative sur le toit du Cénacle. Cette plaque avait été mise en place après la guerre d'Indépendance en 1948 à la mémoire des soldats tombés dans la Vieille Ville et dont le lieu de sépulture était inconnu. Chaque année, les familles endeuillées nettoyaient cette plaque.

Pourquoi les autorités catholiques se plaignirent-elles ? L'année dernière, une accusation similaire fut effectuée par les autorités catholiques et selon laquelle Israël veut "judaïser" le Mont Sion.

Si le Vatican venait à gagner la souveraineté sur le Mont Sion, des millions de pèlerins chrétiens se précipiteront vers le site, et ceci menacera la présence israélienne dans le quartier juif de la Vieille Ville, ainsi que l'accès juif au mur occidental.

LE VATICAN VEUT EXPULSER LES JUIFS DE LA VIEILLE VILLE ET, APPAREMMENT, LE GOUVERNEMENT D'ISRAËL EST D'ACCORD AVEC LUI. TRANSFORMER LE CENACLE EN UNE EGLISE ACTIVE EST AUSSI UNE FAÇON DE PROFANER LA SAINTETE DU LIEU CONNU SOUS LE NOM DE « TOMBEAU DE DAVID ».

Le Vatican et l'Organisation de Libération Palestinienne (OLP) ont exprimé une position commune dans l'Accord de base du 15 février 2000, lequel vise à soutenir la reconnaissance d'un statut spécial pour la ville de Jérusalem. DANS CE MEMORANDUM, SIGNE PAR LES RESPONSABLES DU VATICAN ET PAR L'OLP, UNE ORGANISATION DEDIEE A LA DEPORTATION MASSIVE DES JUIFS D'ISRAËL, L'ÉGLISE CATHOLIQUE VEUT QU’ISRAËL RENONCE A LA SOUVERAINETE SUR LE MUR DES LAMENTATIONS ET LE MONT DU TEMPLE. LE PREAMBULE DE CET ACCORD VATICAN-OLP SUR JERUSALEM MONTRE QUE L'ATTITUDE DU VATICAN PAR RAPPORT A LA CAPITALE D'ISRAËL EST TOUJOURS COINCEE DANS L'IMPARDONNABLE RHETORIQUE ANTISEMITE DES ANNEES 1940.

Jusqu'en 1948, l'accès des chrétiens au Cénacle fut sévèrement limité, parce qu’il avait été utilisé comme une mosquée. DEPUIS LORS, L'ETAT D'ISRAËL S'EST ENGAGE A PROTEGER LES LIEUX SAINTS DE TOUTES LES RELIGIONS, ET A GARANTIR LE DROIT DE CULTE POUR TOUTES LES RELIGIONS.

Mais aucun gouvernement israélien ne doit tolérer une politique de division, de « contrôle partagé » ou « d'INTERNATIONALISATION » qui ouvre la porte à un retour à l'apartheid arabe de l'occupation jordanienne entre 1948 et 1967.

Jérusalem n'est pas à vendre. Pendant des milliers d'années, la région du Cénacle fut presque toujours totalement fermée aux Juifs.

La souveraineté sur le Mont Sion est politique, pas seulement religieuse. LE JOUR APRES QUE LE PAPE AIT CELEBRE UNE MESSE SUR LE MONT. SION EN 2000, IL SE RENDIT AU QUARTIER GENERAL DE YASSER ARAFAT POUR SOUTENIR LE DROIT DES PALESTINIENS A Y REVENIR.

QUELQUES MOIS PLUS TARD, LA GUERRE D'OSLO COMMENÇA. Et les Juifs furent sacrifiés à nouveau sur l'autel de la « paix ». Ce fut leur dernière cène.

CETTE SEMAINE, LE VATICAN, DANS SES DOCUMENTS OFFICIELS, A COMMENCE A PARLER DE « L’ÉTAT DE PALESTINE ».

(Pour vous rendre sur un site concernant les tentatives chrétiennes visant à gagner un effet de levier en Israël, cliquez ici: http://jewishisrael.com/ )


Dernière édition par maria le Dim 17 Mar - 19:29 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 16:10 (2013)    Sujet du message: Op-Ed: EXCLUSIVE: A SEAT FOR THE POPE AT KING DAVID'S TOMB Répondre en citant



Op-Ed: EXCLUSIVE: A SEAT FOR THE POPE AT KING DAVID'S TOMB

Published: Friday, February 01, 2013 11:16 AM

Israel seems to have sold Jerusalem to the Vatican.


Giulio MeottiThe writer, an Italian journalist with Il Foglio, writes a twice-weekly column for Arutz Sheva. He is the author of the book "A New Shoah", that researched the personal stories of Israel's terror victims, published by Encounter. His writing has appeared in publications, such as the Wall Street Journal, Frontpage and Commentary. He is at work on a book about the Vatican and Israel.
► More from this writer

An historic agreement has been drafted between Israel and the Vatican. The Israeli authorities have granted the Pope an official seat in the room where the Last Supper is believed to have taken place, on Mount Zion in Jerusalem, and where David and Solomon, Jewish kings of Judea, are considered by some researchers, to also be buried.

It is the culmination of a long campaign by the Catholic Church to regain religious stewardship over the place where Jesus is supposed to have broken bread and drunk wine with his disciples on the eve of his crucifixion.

This is an enormous issue pushed through without any public debate.

According to our sources, the agreement, which is expected to be ratified next June, gives the Pope a “special authority” over the second floor of the building, so that Christian pilgrims will be able to celebrate religious functions like Pope John Paul did in 2000.

The agreement constitutes Israel’s capitulation to the Vatican’s efforts to “Christianize” the holy site, like when a Catholic convent was built in Auschwitz.

The Catholic Church has long wanted control over part of the area on Mt. Zion so as to turn it into an international religious center for Catholics. The blueprint of the agreement reads as follows: “The Vatican hands over this use of the Cenacle to the Custody of the Holy Land which will keep the Cenacle open from 6 AM to 8 AM for the celebration of the Holy Mass”.

In the long term, the gesture will increase tensions between Jews and the large assets of the Vatican. The Church has long been working to reduce Jewish rights in Jerusalem and in the Old City. Now, after the Muslim Waqf authority expelled the Christians from the Temple Mount and turned it into a mosque, it’s the turn of the Vatican to lay its hands on the Jewish Jerusalem.

The Custody of the Holy Land, the Franciscan order who, with Vatican approval, is in charge of the holy sites, campaigns with the Arabs against Israel.

As far back as May 2000, Yasser Arafat met Islamic and Christian clergymen at the presidential offices in Ramallah to back Palestinian Arab sovereignty over Jerusalem. Among the clergymen who attended the meeting, Diodoros I, patriarch of the Greek Orthodox Church, Torkom II, patriarch of the Armenian Orthodox Church, Catholic Patriarch Michel Sabbah and officials from the Custody of the Holy Land.

"An official meeting took place in Ramallah, Palestine, at the Ministry of Foreign Affairs of the State of Palestine". This is the official note of the Vatican press office about the meeting between the Catholic officials and the PLO representatives which took place this week.

The Vatican is also asking that Israel hand over to the Vatican’s control dozens of sites, 19 in Judea and Samaria and 28 in Jerusalem. The Catholic Church want to discuss some properties on Mount of Olives, Har Hazeitim, which is the very history of the Jewish people. If you want to keep Jerusalem united, you have to keep Har Hazeitim. The Vatican knows that.

In 1989 charges were made by the Catholic authorities that Israel desecrated the Cenacle on Mount Zion. The charges, which appeared in the Italian bishops’ newspaper Avvenire, said that the Israelis put a memorial plaque on the roof of the Cenacle. The plaque was put in place after the 1948 War of Independence in memory of soldiers who fell in the Old City and whose burial place was unknown. Every year, the bereaved families cleaned the plaque.

Why did the Catholic authorities complain? Last year a similar charge was made from the Catholic authorities that Israel wants to “Judaize” Mount Zion.

Should the Vatican gain sovereignty over Mount of Zion, millions of Christian pilgrims will flock to the site, and this will threaten the Israeli presence in the Old City’s Jewish Quarter and Jewish access to the Western Wall.

The Vatican wants the Jews out of the Old City and apparently Israel’s government is agreeing with them. Turning the Cenacle into an active church is also a way of desecrating the holiness of the site known as the Tomb of David.

The Vatican and the Palestinian Liberation Organisation expressed a common position in the Basic Agreement of 15 February 2000, intended to support the recognition of a special statute for the City of Jerusalem. In the memorandum, signed by Vatican officials and the PLO, an organization dedicated to the mass deportation of Israel’s Jews, the Catholic Church wants Israel relinquishing sovereignty at the Western Wall and the Temple Mount. The Vatican-PLO agreement’s preamble on Jerusalem shows that the Vatican's attitude on Israel's capital is still stuck in the unforgivable anti-Semitic rhetoric of the 1940s.

Until 1948, Christian access to the Cenacle was severely limited, because it was used as a mosque. Since then, the State of Israel is committed to protecting the holy places of all religions, and guaranteeing the right of worship for all faiths.

But no Israeli government must tolerate any policy of division, “shared control” or “internationalization” that opens the door to a return to the Arab apartheid of Jordanian occupation between 1948 and 1967.

Jerusalem is not for sale. For thousands of years, the Cenacle area was almost always totally closed off to Jews.

Sovereignty over Mount Zion is politics, not only religion. The day after the Pope celebrated a mass on Mt. Zion in 2000, he went to Yasser Arafat headquarter to support the Palestinians’ right to return.

A few months later, the Oslo war began. And Jews were sacrified again on the altar of “peace”. It was their last supper.

This week, the Vatican in its official documents began referring to the " State of Palestine".

(For a site on Christian attempts to gain leverage in Israel,

http://www.israelnationalnews.com/Articles/Article.aspx/12814#.UQxq6qXhoqJ


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 16:11 (2013)    Sujet du message: SECOND VATICAN STATE TO BE ESTABLISHED IN JERUSALEM Répondre en citant

SECOND VATICAN STATE TO BE ESTABLISHED IN JERUSALEM



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=CRHHRxRp6hU


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 16:13 (2013)    Sujet du message: THE VATICAN AND THE STATE OF ISRAEL Répondre en citant

THE VATICAN AND THE STATE OF ISRAEL



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=WPXIGRBhaMI


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mar - 16:14 (2013)    Sujet du message: ISRAEL & VATICAN REACH HISTORIC AGREEMENT OVER MT. ZION (CHRIS PUTNAM PART 2) Répondre en citant

ISRAEL & VATICAN REACH HISTORIC AGREEMENT OVER MT. ZION (CHRIS PUTNAM PART 2)



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=xFjcgHsRmzk


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 17:51 (2013)    Sujet du message: OBAMA RENCONTRE DES GROUPES PRO-HEZBOLLAH AVANT SON VOYAGE AU PROCHE-ORIENT Répondre en citant

OBAMA RENCONTRE DES GROUPES PRO-HEZBOLLAH AVANT SON VOYAGE AU PROCHE-ORIENT


ENGLISH : Obama Meets With Pro-Hezbollah Groups Ahead of Mideast Trip
http://frontpagemag.com/2013/ryan-mauro/obama-meets-with-pro-hezbollah-groups-ahead-of-mideast-trip/?utm_source=FrontPage+Magazine&utm_medium=email&utm_campaign=76e0a71b6f-Mailchimp_FrontPageMag

mars 12th, 2013
Rub - Europe-Israel.org




12 mars 2013 Par Ryan Mauro
Traduction Nancy Verdier pour Europe-Israël

Lundi, le président Obama en guise de préparation de son voyage au Moyen-Orient a rencontré une dizaine de représentants musulmans et arabes qui lui ont fourni des «recommandations». Parmi les participants il y avait des représentants du Conseil Musulman des Affaires Publiques (MPAC) et de l’American-Arab Anti-Discrimination Committee (ADC), deux groupes anti-israéliens porteurs d’un plaidoyer pro-Hezbollah. La réunion a eu lieu quatre jours après sa rencontre avec les dirigeants juifs.  

Par un communiqué de presse conjoint l’ADC, l’American Task Force pour la Palestine, la Fédération américaine de Ramallah Palestine et l’Institut arabo-américain se sont félicités de la réunion. Par ailleurs, le MPAC a signalé à ses partisans que le directeur de son bureau de Washington DC, Haris Tarin, était également présent. Il avait déjà été remercié par le président Obama lors d’un appel téléphonique personnel, pour son activisme le 13 Juillet 2011. L’ADC avait déjà tenté d’attirer l’attention du président Obama en participant à l’organisation d’un rassemblement interreligieux dans la capitale « Pas de Chèque en blanc pour Israël » au moment de Inauguration Day (le Jour de l’Investiture) .

La rencontre a eu lieu dans le salon Roosevelt près du Bureau Ovale en présence de responsables non identifiés de la sécurité nationale et de la conseillère principale Valérie Jarrett, celle-là même qui fit le discours d’ouverture du congrès annuel de 2009 de la Société Islamique d’Amérique du Nord, un groupe affilié aux Frères Musulmans. La réunion n’a apparemment pas donné toute satisfaction aux invités. Le président de l’ADC, Warren David, qui a quitté la réunion avec « un sentiment doux-amer » s’est plaint de ce que le Président Obama avait laissé tomber de nombreux Arabes-Américains avec sa politique au Moyen-Orient.

L’ADC a été fondé par le premier sénateur arabo-américain, qui a fait l’éloge du Hezbollah pendant sa guerre avec Israël en 2006. Il a également déclaré que les sionistes étaient secrètement derrière les attaques du 9/11. La direction de l’ADC s’est opposée à ce que le Hezbollah soit désigné comme Organisation Terroriste Etrangère. En 2000, un porte-parole de l’ADC a qualifié le Hezbollah de «force de libération responsable. » L’ADC a également rendu hommage à Helen Thomas pour avoir dit des Juifs d’Israël qu’ils devraient « foutre le camp de Palestine» et aller en Pologne.

De même, le MPAC s’est élevé contre les désignations du Hamas et du Hezbollah comme groupes terroristes dans un document de politique de 2003. D’autre part, il a qualifié Israël d’Etat sponsor du terrorisme en 2001. Il a déclaré que le bombardement de 1983 de la caserne des Marines américains au Liban ne constituait pas un acte terroriste. En 2006, le MPAC a expliqué qu’il ne prenait en compte qu’un «fait très pertinent» et ne défendait pas l’attaque. En 1998, le co-fondateur et conseiller principal du MPAC, Maher Hathout a déclaré que les attaques du Hezbollah contre les forces armées étaient « légitimes » et l’année suivante, le président du MPAC, Salam al-Marayati a dit que les attaques contre les soldats israéliens constituaient une «résistance légitime».

Le 9/11, Al-Marayati avait déclaré qu’Israël devait être considéré comme suspect. Hathout a également lancé des bruits sur une conspiration du 9/11. En 2000, Hathout faisait référence à Israël comme «bouchers» et «un Etat d’apartheid» et prédisait que les gouvernements arabes seraient « jetés dans les fosses de l’histoire de la trahison» par une «intifada générale. »

Hathout et son frère, un autre co-fondateur du MPAC, sont des disciples d’Hassan al-Banna, le fondateur des Frères Musulmans pour l’organisation desquels, il avaient autrefois servi. Ils ont continué à promouvoir la prédication islamiste d’al-Banna dans les années 1990. Cependant, Hathout a déclaré qu’il s’opposait à la prise de pouvoir des Frères Musulmans en Egypte et que la Charia, le code pénal islamique n’était plus applicable. Il a récemment exprimé une opinion tolérante à l’égard des homosexuels. Quels que soient ses points de vue sur la charia, ses positions sur Israël et sur le Hezbollah sont indéniables.

Cette réunion constitue le dernier chapitre de l’histoire des liens entre ADC, le MPAC et l’administration Obama. Kareem Shora, qui a été nommé au Conseil Consultatif du Ministère de la Sécurité Intérieure et qui a ensuite été au service de la communauté comme agent de liaison à la DHS, est fonctionnaire ADC depuis 1999 et en est le Directeur Exécutif National.

En Septembre 2009, le MPAC célébrait sa participation à une douzaine de dîners d’Iftar avec des agences gouvernementales. En 2010, le Département d’Etat a demandé à al-Marayati de s’exprimer en Europe. Le ministère de la Défense s’est excusé auprès du MPAC en Février 2012 pour la destruction accidentelle par le feu d’un Coran en Afghanistan. Le 8 Février 2012, le MPAC, ADC, la Société Islamique d’Amérique du Nord et d’autres groupes ont rencontré le directeur du FBI pour discuter du contenu de sa formation au contre-terrorisme. Par la suite, le FBI a déclaré qu’il allait examiner la formation d’une équipe commune pour la mise en forme des épreuves de contrôle.

L’entretien avec le président Obama destiné à fournir des «recommandations» est troublant. Leur passé a-t-il même été pris en compte? Quel type de conseils a été remis au président, son administration et les élus? Et pourquoi ne pas avoir sollicité des voix plus modérées pour une assistance à la lutte contre l’islamisme, l’antisémitisme et les autres causes qui attisent le conflit?

Les discussions de lundi montrent l’influence que ces groupes ont eue dans le passé et, surtout, l’influence qu’ils auront dans les quatre prochaines années.

http://www.europe-israel.org/2013/03/obama-rencontre-des-groupes-pro-hezbol…

Autre article
La visite de Barack Obama à Jérusalem-Est doit se faire en collaboration avec l'AP, selon un ministre palestinien

http://www.crif.org/fr/revuedepresse/la-visite-de-barack-obama-à-jérusalem-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Mar - 18:40 (2013)    Sujet du message: HAMAS: ‘DECLARATION OF WAR’ IF OBAMA VISITS TEMPLE MOUNT Répondre en citant

RUMOR OF WAR

HAMAS: ‘DECLARATION OF WAR’ IF OBAMA VISITS TEMPLE MOUNT

Connect de dots with this meeting with the Hezbollah Groups. Do you think this was not part of their discussion to be able to start WWIII?
"Obama Meets With Pro-Hezbollah Groups Ahead of Mideast Trip"
http://frontpagemag.com/2013/ryan-mauro/obama-meets-with-pro-hezbollah-groups-ahead-of-mideast-trip/?utm_source=FrontPage+Magazine&utm_medium=email&utm_campaign=76e0a71b6f-Mailchimp_FrontPageMag


March 12, 2013 10:18 AM


A Palestinian man prepares to throw a snowball outside the Al-Aqsa mosque compound in the old city of Jerusalem on Jan. 10, 2013. (credit: AHMAD GHARABLI/AFP/Getty Images)

WASHINGTON (CBSDC/AP) — Hamas is warning that if President Obama visits the Temple Mount it would be a “declaration of war” against the Islamic world.

Israel National News reports the terror group made the threat during a protest march at the religious site following riots on Friday.

Mushir al-Masri, a Hamas spokesman, called for a third intifada if Obama visits the contested religious site in Jerusalem’s Old City between Israelis and Muslims.

Public Security Minister Yitzchak Aharonovich believes the warning will lead to violence flaring up in the region ahead of the president’s visit.

“The Palestinians have not said the final word yet and we expect that there will be attempts to take advantage of the upcomingevents, like the visit by Barack Obama, in order to continue the violence,” Aharonovich told Israel National News.

White House officials have said Obama doesn’t plan on visiting the Temple Mount during his trip.

Both Israelis and Muslims have claimed sovereignty over the Temple Mount since Israel liberated the site during the 1967 Six-Day War. Israel left the Waqf in charge of the compound.

Obama met with about 10 leaders of Arab American groups on Monday, encouraging the president to deliver a message of hope to the Palestinian people.

“[T]here are opportunities for him to say things that get into the public discourse about America’s commitment to them, about America’s understanding of their situation,” Jim Zogby, president of the Arab American Institute, told The Associated Press.

Following the meeting, the White House said Obama told the group that his trip was not meant to resolve a specific policy issue, but that it was an opportunity for Obama to demonstrate U.S. commitment to the Palestinian people.

Obama told them he intends to reiterate the U.S. commitment to Israel’s security and to discuss regional concerns – including Syria – with Jordan’s leadership, the White House said.

http://washington.cbslocal.com/2013/03/12/hamas-declaration-of-war-if-obama-visits-temple-mount/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 18:30 (2013)    Sujet du message: THE PLACES OBAMA WILL AVOID Répondre en citant

THE PLACES OBAMA WILL AVOID

When does the 'Unbreakable Bond' become an abusive relationship?

By: Vic Rosenthal
Published: March 17th, 2013


Photo Credit: Yori Yanover

According to a recent News item:

Citation:
The U.S. Embassy has excluded Ariel University, located in the West Bank [Samaria - ed.], from the invitation list for President Barack Obama’s speech to Israeli students during his visit next week.


According to student union representatives, the embassy contacted the other seven accredited Israeli universities, all of which are located within the pre-1967 lines, but not the sole Israeli university located in the West Bank.

Ariel University Student Union head Shay Shahaf said he hoped the omission was an error that can be corrected rather than a political statement with respect to their location.

He noted that his school became Israel’s eighth accredited university in December and that there still might be confusion over its students’ status.

Shahaf is being polite. Don’t hold your breath for a correction — this is the State Department that can only mumble when asked what the capital of the state of Israel is.

Which brings us to this:

Citation:
U.S. President Barack Obama has decided not to address the Knesset during his visit to Israel next week. Senior U.S. officials said that, after long deliberations and discussions, the White House decided that the president will address students from universities in Israel at the ICC (Binyaney Ha’uma) in Jerusalem.



That initial snub did not go unnoticed. The Prime Minister’s Office and a number of Knesset members passed messages to the White House saying they would be much happier if the speech took place in the Knesset. But senior U.S. officials have insisted that Obama decided to deliver his messages directly to the Israeli public, especially the younger generation, not just to politicians in the Knesset.

This is beyond weird. Where else but the Knesset, the seat of the government of Israel, would such an address be appropriate? When Netanyahu came to the U.S., he spoke in front of Congress, not at, say, Georgetown University.

But you just have to think like a State Department official and it becomes clear: the Knesset is the seat of Israel’s government, and the Knesset is located in … Jerusalem! So speaking before the Knesset constitutes de facto recognition that Jerusalem is the capital of Israel. That wasn’t hard, was it?

The message sent by these and numerous other incidents is that the U.S. does not recognize Israel as a sovereign state, a state with the power to accredit universities, and to declare that the city which has been the seat of government for the 65 years since its founding is in fact its legitimate capital.

The case of the abused wife with a rich husband who gives her everything she wants except her autonomy is a cliché of fiction, but certainly exists in real life.

When does the Unbreakable Bond become an abusive relationship?

Visit Fresno Zionism.

About the Author: Vic Rosenthal created FresnoZionism.org to provide a forum for publishing and discussing issues about Israel and the Mideast conflict, especially where there is a local connection. Rosenthal believes that America’s interests are best served by supporting the democratic state of Israel, the front line in the struggle between Western civilization and radical Islam. The viewpoint is not intended to be liberal or conservative — just pro-Israel.

http://www.jewishpress.com/blogs/fresno-zionism/the-places-obama-will-avoid…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 18:59 (2013)    Sujet du message: OBAMA TO TRAVEL JERUSALEM IN 'THE BEAST' Répondre en citant

OBAMA TO TRAVEL JERUSALEM IN 'THE BEAST'



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=lBUjn2eWc1w


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 19:21 (2013)    Sujet du message: ALERT ! STATUE OF OBAMA TO BE PUT UP IN ISRAEL ! OBAMANATION OF DESOLATION ! Répondre en citant


ALERT ! STATUE OF OBAMA TO BE PUT UP IN ISRAEL ! OBAMANATION OF DESOLATION !

Rev. 13:15?



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=f5HyHefit_M


JERUSALEM PREPARING OBAMA ICE SCULPTURE

PR campaign targets hundreds of journalists covering US president's visit in bid to show Israeli capital's 'unknown side'

Itamar Eichner

Published: 02.20.13, 13:54 / Israel News
 The Prime Minister's Office and the Jerusalem Municipality are hard at work in preparations for US President Barack Obama's visit to Israel, scheduled for March 20.

At the same time, special attention is targeted at the hundreds of journalists expected to swarm the capital to cover the presidential visit, codenamed "Unbreakable Alliance."

An initiative by Jerusalem's Mayor Nir Barkat intends to take advantage of the wide coverage to unleash a public relations barrage and to present to them "Jerusalem's other side."

According to the plan, journalists will be taken on tours around Jerusalem and will visit the main historical sites, such as City of David and the Western Wall Tunnel.

They will also be taken to an Israel Museum's exhibition about King Herod and to the Ice City, where they will see a custom built ice sculptor in Obama's image.

The journalists will also be taken for a tour of Jerusalem's nightlife in various bars and clubs in the city's center.

One of the attractions will include a visit to the Mahane Yehuda Market, where journalists will be taken for meals in the Market's restaurants.

Meanwhile, the city streets, especially where the presidential motorcade will drive through, are being painted and prepped with flags and special lighting.

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4347338,00.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 19:35 (2013)    Sujet du message: ISRAEL-PALESTINE PEACE AGREEMENT REVEALED FOR OBAMA VISIT ; ISRAEL ICE SCULPTURE MADE IN OBAMAS IMAGE Répondre en citant

ISRAEL-PALESTINE PEACE AGREEMENT REVEALED FOR OBAMA VISIT ; ISRAEL ICE SCULPTURE MADE IN OBAMAS IMAGE



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=wMwW6wq0AgM


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Mar - 19:50 (2013)    Sujet du message: OBAMA'S UPCOMING VISIT TO JERUSALEM - "HE WILL PUT AN END TO SACRIFICE AND OFFERING" Répondre en citant

OBAMA'S UPCOMING VISIT TO JERUSALEM - "HE WILL PUT AN END TO SACRIFICE AND OFFERING"



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=DvEEm0kDtkA


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 18 Mar - 18:21 (2013)    Sujet du message: DÉCOUVREZ EN EXCLUSIVITÉ LES DÉTAILS DU PARCOURS DU PRÉSIDENT OBAMA EN ISRAEL ! Répondre en citant

DÉCOUVREZ EN EXCLUSIVITÉ LES DÉTAILS DU PARCOURS DU PRÉSIDENT OBAMA EN ISRAEL !

17 mars 2013 | Classé dans: Bonnes Nouvelles,L'Actualité en Israël | Publié par: admin X



Le Président Américain arrivera en Israël, ce mercredi de la semaine prochaine. Il commencera son programme avec une cérémonie d’accueil à l’aéroport avec le président Peres et le Premier ministre Netanyahu.

Suite à cette cérémonie d’arrivée, chaque dirigeant prendra la parole, le Président pourra découvrir le Dome de fer positionné à l’aéroport de Ben Gourion pour montrer où vont les investissements américains.

Par la suite, le Président aura des rencontres tout au long de l’après-midi à la fois avec le président Shimon Peres et le Premier ministre Netanyahu. Tout d’abord, il s’entretiendra avec le président Peres dans sa résidence. Les deux présidents auront la chance de passer du temps ensemble et de faire des déclarations .

Par la suite, le président ira à la résidence du Premier ministre Netanyahu, où il aura une chance d’avoir une rencontre bilatérale avec le Premier ministre Netanyahu, suivie d’une conférence de presse, puis suivi d’un dîner de travail.

Le Président et le Premier ministre Netanyahu auront l’occasion d’avoir une discussion très large sur les différentes questions – sécurité, politique et économique .

Le lendemain, jeudi, le président va commencer sa première visite au Musée d’Israël pour voir les manuscrits de la mer Morte, qui sont un témoignage, bien sûr, de l’histoire du peuple juif en Israël .

Par la suite, il visitera une exposition de technologie, également au musée, dans laquelle il sera en mesure de voir quelques-uns des signes remarquables et des progrès technologiques réalisés au sein d’Israël, comme l’innovation remarquable qui contribue à alimenter l’économie israélienne et l’économie mondiale. Un choix important pour justifier la coopération économique entre les deux pays : américain et israélien .

Par la suite, le président se rendra à Ramallah ou il aura une rencontre bilatérale avec le président Abbas de l’Autorité palestinienne. Et puis, les deux dirigeants auront une conférence de presse, et iront déjeuner . Les États-Unis ont soutenu le renforcement des institutions de l’Autorité palestinienne en Judée Samarie, c’est une occasion de discuter du soutien américain à l’Autorité palestinienne, ainsi que de discuter pour trouver des moyens pour promouvoir la PAIX PALESTINIENNE selon la Maison Blanche.

Après le déjeuner de travail, le président rejoindra le Premier ministre Salam Fayyad au Centre de jeunesse Al-Bireh , également à Ramallah. Encore une fois, il s’agit d’une occasion pour le Président de constater de visu une partie du travail qui se fait pour développer les institutions de la Judée Samarie.

Puis il se rendra au Centre de Jérusalem et la Convention internationale en fin d’ après-midi, où il prononcera un discours devant le peuple israélien. Le discours se fera devant un nombre significatif d’étudiants universitaires israéliens ( sauf les étudiants des universités de Judée Samarie) et les partenaires au sein de l’ambassade avec Israël. = "the Knesset is the seat of Israel’s government, and the Knesset is located in … Jerusalem! So speaking before the Knesset constitutes de facto recognition that Jerusalem is the capital of Israel"

Le président ne se rendra pas à la Knesset qui est le siège du gouvernement israélien, car le Knesset est situé à Jérusalem! Et de parler devant la Knesset constiturait de facto la reconnaissance que Jérusalem est la capitale d'Israël http://www.jewishpress.com/blogs/fresno-zionism/the-places-obama-will-avoid… .

Le discours du Président mettra l’accent sur la nature des liens entre les Etats-Unis et Israël, le vaste programme travaillé ensemble pour la sécurité, la paix, la prospérité économique et l’avenir de cette relation, et discuter non seulement de la nature des défis vers l’avenir du 21ème siècle.

Suite à ce discours, plus tard cette nuit-là, le président dînera avec le Président Peres. Et le président Obama rappellera au président Peres la Médaille de la Liberté, la plus haute distinction civile américaine, l’an dernier à la Maison Blanche.

Vendredi, le président va commencer sa journée en se rendant au Mont Herzl, où il déposera une gerbe à la fois sur les tombes de Herzl et Rabin, et parlera des contributions importantes de ces deux grandes figures de l’histoire d’Israël et de l’histoire juive .

Suite à cette visite, il se rendra à Yad Vashem pour déposer une gerbe et faire un discours pour marquer l’histoire très sombre de l’Holocauste. Le président s’est déja rendu dans ce Musée auparavant en 2008 en tant que sénateur et avait été très ému par cette expérience.

Suite à la visite à Yad Vashem, le président se rendra à Bethléem, où il visitera l’église de la Nativité, des sites importants pour le peuple palestinien, également importants pour les chrétiens du monde entier.

Le Parcours du President Américain se termine en Israel et débutera en Jordanie pour une rencontre bilatérale avec le roi Abdallah où il passera la nuit à Amman.

http://alyaexpress-news.com/2013/03/decouvrez-en-exclusivite-les-details-du-parcours-du-president-obama-en-israel/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 19 Mar - 18:09 (2013)    Sujet du message: NETANYAHU'S GIFT TO OBAMA: SYMBOL OF THE U.S.-ISRAEL CONNECTION Répondre en citant



NETANYAHU'S GIFT TO OBAMA: SYMBOL OF THE U.S.-ISRAEL CONNECTION

Netanyahu will give Barack Obama a chip in which the independence scrolls of both countries are embedded side by side.

By Elad Benari
First Publish: 3/18/2013, 3:15 AM



Netanyahu's gift to Obama
Prime Minister's Office

During the working meeting between Prime Minister Binyamin Netanyahu and President Barack Obama this coming Wednesday, the Prime Minister will give the American President a symbolic gift: a nanochip with gold coating, in which the independence scrolls of both Israel and the U.S. are embedded side by side.

The nanochip will be placed on a Jerusalem stone from the Second Temple period which is normally used for sealing pottery in which liquids and perfumes had been stored. The gift was developed by the Russell Berrie Nanotechnology Institute at the Technion in Haifa.

The Prime Minister's Office said on Sunday that the unique gift symbolizes the key messages of the visit - the strong and deep relationship between Israel and the United States and the shared values between the ​​nations, the thousand-year relationship between the people of Israel and the land of Israel, and Israel’s leadership when it comes to technological research and development.

During his visit, Obama will meet with Netanyahu in Jerusalem and Palestinian Authority Chairman Mahmoud Abbas and his premier Salam Fayyad in Ramallah to hear their perspective on how to resolve the decades-long conflict.

Last week, Obama said in an interview with Israel’s Channel 2 News that his trip is meant to "listen" to both sides and hear their views on how to move forward after over two years without peace talks.

"My goal on this trip is to listen. I intend to meet with Bibi (Netanyahu)... I intend to meet with Fayyad and Abu Mazen (PA Chairman Mahmoud Abbas) and to hear from them what is their strategy, what is their vision, where do they think this should go?" said Obama.

"To Abu Mazen, I will say that trying to unilaterally go to, for example, the United Nations, and do an end run around Israel, is not going to be successful," he said.

"To Bibi (Netanyahu) I would suggest to him that he should have an interest in strengthening the moderate leadership inside the Palestinian Authority ...For example, making sure that issues like settlements are viewed through the lens of: Is this making it harder or easier for Palestinian moderates to sit down at the table," added Obama.

Last year, when Netanyahu visited Washington, around the holiday of Purim, he gave Obama a copy of the Book of Esther – wherein the wicked Haman seeks to destroy the Jewish people throughout the Persian Empire.
The gift was seen as a way for Netanyahu to draw a parallel between the Purim story and Israel's modern day conflict with Iran.

Iranian leaders – including President Mahmoud Ahmadinejad – have repeatedly called for the destruction of the Jewish state, referring to Israel as a "one bomb state."

http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/166318#.UUh3Xx03x68.facebo…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 19 Mar - 18:18 (2013)    Sujet du message: US PRESIDENT'S IMAGE ALSO PUMMELED WITH SHOES IN BETHLEHEM PROTEST, TWO DAYS AHEAD OF MUCH-TOUTED VISIT TO REGION Répondre en citant

US PRESIDENT'S IMAGE ALSO PUMMELED WITH SHOES IN BETHLEHEM PROTEST, TWO DAYS AHEAD OF MUCH-TOUTED VISIT TO REGION

March 18, 2013, 8:14 pm



A man drives his car over a poster of US President Barack Obama in the West Bank city of Bethlehem, Monday, March 18, 2012 (photo credit: AP/Nasser Shiyoukhi)

Related Topics More on this story

JERUSALEM (AP) — Palestinians have vandalized a banner bearing President Barack Obama’s image just days before his visit. 

The Palestinians tore down the banner, hurled shoes at it and spray painted it with swastikas. Associated Press TV video showed a taxi driving over the banner before it was set on fire in the West Bank town of Bethlehem on Monday.

Video broadcast on Israel’s Channel 10 also showed an official Palestinian Authority car driving over the banner.
Obama arrives in Israel on Wednesday. He heads to the West Bank Thursday.

The banner with Obama’s picture is among many hung by activists, asking the president to take note of the lack of 3G frequencies in the West Bank. Israeli authorities control cellular networks there and they have not granted Palestinian telecommunication companies 3G.

The Palestinians have long felt aggrieved by the US, accusing it of being biased toward Israel.

http://www.timesofisrael.com/palestinians-vandalize-obama-banner-with-swast…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 20 Mar - 17:07 (2013)    Sujet du message: JEWISH RABBI CONDEMNS VATICAN AGENDA WITH ISRAEL! רב מגן הוותיקן אג'נדה Répondre en citant

JEWISH RABBI CONDEMNS VATICAN AGENDA WITH ISRAEL! רב מגן הוותיקן אג'נדה



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=MNfPe53oB9s


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 17:02 (2013)    Sujet du message: PALESTINIANS DESERVE SOVEREIGN STATE, END TO ISRAELI OCCUPATION - OBAMA Répondre en citant

PALESTINIANS DESERVE SOVEREIGN STATE, END TO ISRAELI OCCUPATION - OBAMA
 
OBAMA ARRIVES IN ISRAEL TO QUESTIONS ABOUT SYRIA'S CHEMICAL WEAPONS, IRAN



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=E4Bugft5kl4


Published time: March 21, 2013 11:51
Edited time: March 21, 2013 14:21




American President Barack Obama confirms the US is committed to creating two independent states, Israel and Palestine, whatever time it takes to reach the goal. Obama stressed direct talks between Palestinians and Israelis is the only way to do so.

Obama spoke at a news conference in the West Bank with Palestinian Authority President Mahmoud Abbas.

He confirmed the US is committed to creating two independent states, Israel and Palestine, however long it takes. Obama stressed direct talks between Palestinians and Israelis is the only way to reach the goal.

He says Palestinians should not have to confront the daily indignities that come with occupation.

Obama says the US needs a “viable and contiguous”Palestinian state co-existing alongside the state of Israel.

The US president condemned construction of new Israeli settlements on Palestinian territories.

"I told Mr. Netanyahu that it has been US policy not to consider settlement activity to be constructive, appropriate or advance the cause of peace,” criticized Obama.

Still, Obama acknowledged that Israeli politics is a complicated matter and that the issue of settlements cannot be “resolved overnight”.

"I want both sides [Israel and Palestine] to be doing what they can to build a sense of trust, and I hope that the US government will be helpful in that," Obama said.


Mahmud Abbas at the Muqata, the Palestinian Authority headquarters, in the West Bank city of Ramallah on March 21, 2013 (AFP Photo / Saul Loeb)

Palestinian Authority President Mahmoud Abbas added that "We never gave up our vision that settlement activity is illegal, that the Israeli government understands this. We hope they listen. We spoke about this with the president and we clarified this."

Abbas recalled that Israeli settlements are considered illegal also by the United Nations, which so far has issued “13 resolutions, not only condemning settlements, but demanding ending and removing them because they’re illegal.”

"We’re demanding nothing other than the implementation of international law," Abbas said, pointing out that the question of settlements is one of the biggest obstacles towards realization of a two-state solution.

Abbas said that the Palestinians recognize the state of Israel."We continue to recognize Israel according to the Road Map and the Arab Initiative,” he said.

Palestinian leader said he told President Obama that peace between the Palestinians and Israel cannot be achieved through violence, occupation, settlements, arrests or denial of refugee rights.
Despite the fact that the negotiation process between Israel and Palestine is stalled, no hope is lost and negotiation will continue.
“I absolutely believe that it is still possible, but I think it is very difficult,” Obama said.

http://rt.com/news/obama-israel-palestine-state-592/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 17:31 (2013)    Sujet du message: OBAMA À RAMALLAH: LA SOLUTION À DEUX ÉTATS TOUJOURS POSSIBLE Répondre en citant

OBAMA À RAMALLAH: LA SOLUTION À DEUX ÉTATS TOUJOURS POSSIBLE

ARRIVÉE D'OBAMA EN CISJORDANIE



VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=Q9wYeqVh8Ic


Publié le 21 mars 2013 à 06h26 | Mis à jour à 10h53

À lire aussi


Stephen COLLINSON, Nasser ABOU BAKR
Agence France-Presse
RAMALLAH

Barack Obama a affirmé jeudi que la solution à deux États «continuait à exister», lors d'une rencontre avec le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas, sans tracer de voie pour y parvenir et s'abstenant d'appeler au gel de la colonisation israélienne.

Le président américain a par ailleurs condamné le tir de deux roquettes contre Israël par un groupe armé de la bande de Gaza, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas, tout comme Mahmoud Abbas qui a de son côté «condamné la violence contre les civils, quelle qu'en soit la source, y compris le tir de roquettes».

M. Obama, arrivé peu avant 11 h (5 h à Montréal) à bord de son hélicoptère Marine One à la Mouqataa, le siège de la présidence à Ramallah, a été accueilli par Mahmoud Abbas, et un parterre de dirigeants palestiniens, avant d'entamer des entretiens qui ont duré près de deux heures et demie.

«Sur la base des conversations que j'ai eues avec le premier ministre (israélien Benyamin) Nétanyahou et le président Abbas, je pense que la possibilité d'une solution à deux États continue à exister», a déclaré M. Obama lors d'une conférence de presse conjointe avec Mahmoud Abbas à l'issue de la rencontre.

«Nous ne considérons pas la poursuite de la colonisation comme constructive, adéquate, ou de nature à faire avancer la cause de la paix», a ajouté le président américain, indiquant néanmoins que la question devrait être réglée lors de pourparlers de paix et non par un gel de la construction, comme l'exigent les Palestiniens.

M. Abbas a assuré que les Palestiniens étaient «prêts à appliquer leurs engagements requis par le processus de paix afin de parvenir à une solution à deux États, la Palestine et Israël», mais réaffirmé que la colonisation était un obstacle «catastrophique sur le chemin de la paix».

Avant même son départ de Ramallah, le conseiller politique du président palestinien Nimr Hammad a exclu «une reprise des négociations sans gel de la colonisation», précisant à l'AFP que Mahmoud Abbas en avait informé Barack Obama lors de leurs discussions.

«Fin de l'occupation»

Le président américain est le plus important dirigeant à se rendre dans les Territoires palestiniens depuis l'accession de la Palestine au statut d'État observateur à l'ONU le 29 novembre, à laquelle les États-Unis se sont opposés, a reconnu que «le peuple palestinien méritait la fin de l'occupation et des humiliations quotidiennes qui en découlent».

Au même moment, quelque 150 manifestants ont tenté d'approcher du complexe présidentiel, protégé par un important dispositif de sécurité pour protester contre cette visite.

Auparavant, en début de matinée, un groupe armé de la bande de Gaza a tiré deux roquettes qui se sont abattues à Sedrot dans le sud d'Israël sans faire de blessé, selon la police israélienne.

Le Hamas a assuré que ces tirs ne pouvaient être le fait des groupes armés de Gaza

«Il n'y a aucune relation entre la résistance et ces roquettes, si cela est crédible, en particulier compte tenu du moment et de leur cible», a affirmé dans un communiqué Taher al-Nounou, porte-parole du chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh.

L'armée israélienne a annoncé la fermeture jusqu'à nouvel ordre de l'unique point de transit pour les marchandises entre Israël et la bande de Gaza à la suite de ce tir.

Ismaïl Haniyeh a dit pour sa part dans un communiqué avant même les déclarations du président américain à Ramallah ne s'«attendre à aucune percée à la suite de la visite d'Obama».

«Nous ne considérons pas la politique américaine comme un soutien pour mettre fin à l'occupation (...) ainsi qu'à la légalisation de l'occupation et de la colonisation sous le slogan de la paix», a-t-il indiqué.

Barack Obama a prévenu que le but de son voyage, le premier de son second mandat, était d'«écouter », mais pas de lancer d'initiative de paix israélo-palestinienne, alors que les pourparlers qu'il avait relancés en septembre 2010 ont tourné court moins d'un mois plus tard.

La bande de Gaza, sous blocus israélien, ne figurait pas au programme de sa visite.

+ VIDÉO : http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201303/21/01-4633155-obama-a-ramallah-la-solution-a-deux-etats-toujours-possible.php


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 17:39 (2013)    Sujet du message: OBAMA SE POSE EN ALLIÉ INDÉFECTIBLE D'ISRAËL Répondre en citant

OBAMA SE POSE EN ALLIÉ INDÉFECTIBLE D'ISRAËL

Tout cela est de la pure propagande médiatique. Nous voyons bien ce qui est en train de se mettre en place pour amener cette dominance globale. Aucun d'eux n'a parlé de la domination romaine qui maintenant contrôle cette partie du monde tout comme au temps de l'Ancien Empire Romain, dernière époque où Jésus-Christ, le Messie était sur Terre. Rappelez-vous la grande persécution contre le peuple de Dieu à cette époque. Rappelez-vous tous ces pharisiens qui mangaient dans la main du Potus en place. Ariel Sharon et les rabbins d'Israël répètent exactement les mêmes erreurs du passé et ont remis, via des ententes secrètes, tout pouvoir au Pape pour la domination de la ville Sainte Jérusalem.

Publié le 20 mars 2013 à 06h40 | Mis à jour le 20 mars 2013 à 17h00
Stephen COLLINSON
Agence France-Presse

Jérusalem
Barack Obama s'est posé mercredi en allié indéfectible d'Israël, lui reconnaissant le droit de décider seul de l'opportunité d'une frappe contre l'Iran et mettant en garde le régime syrien contre l'utilisation d'armes chimiques.

> En images: Obama en Israël

Lors de sa première visite en tant que président américain, Barack Obama a également appelé à la paix entre Israël et ses voisins, notamment palestiniens.

Dès son arrivée à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, il a proclamé «l'alliance éternelle» entre les deux pays en affirmant que les États-Unis étaient «fiers d'être le plus fort allié d'Israël».

L'air décontracté, il a tombé la veste sur le tarmac, aussitôt imité par le Premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou venu l'accueillir, geste peu protocolaire interprété par les médias israéliens comme symbolique d'une volonté de repartir sur de meilleures bases, alors que les deux dirigeants, aux relations notoirement tendues viennent d'entamer leur deuxième mandat consécutif.

M. Nétanyahou l'a remercié de «défendre sans équivoque le droit d'Israël à exister».

M. Obama a ensuite inspecté une batterie du système antimissile Iron Dome, financé par les États-Unis.

La visite du président américain, la première de son nouveau mandat, intervient deux jours après l'investiture du nouveau gouvernement Nétanyahou, qui s'est fixé comme «principale priorité la défense et la sécurité», citant les «très graves menaces» provenant selon lui d'Iran et de Syrie.

«Je ne m'attends pas à ce que le Premier ministre prenne une décision sur la sécurité de son pays en s'en remettant à quelque autre pays que ce soit», a déclaré le président américain, en réponse à une question sur l'Iran lors d'une conférence de presse commune avec M. Nétanyahou à Jérusalem, après environ deux heures et demie d'entretiens.

Il a mis en garde Damas contre le recours aux armes chimiques, se déclarant «très sceptique» sur les affirmations selon lesquelles les rebelles syriens y auraient eu recours. L'utilisation d'armes chimiques contre le peuple syrien serait «une grave et tragique erreur», a affirmé M. Obama.

«Le régime Assad doit comprendre qu'il devra rendre des comptes», a-t-il ajouté, précisant que les États-Unis allaient enquêter sur les allégations d'utilisation d'armes chimiques en Syrie mardi pour la première fois en deux ans de conflit, que se renvoient les deux camps.

«Solution à deux États»

Lors d'une déclaration avec son homologue américain, le président israélien Shimon Peres avait auparavant insisté sur la nécessité d'empêcher les armes chimiques en Syrie de «tomber aux mains de groupes terroristes».

M. Netanyahu a assuré pour sa part qu'Israël restait «engagé en faveur de la solution de deux États pour deux peuples», pour résoudre le conflit avec les Palestiniens.

Sur le programme nucléaire controversé de Téhéran, priorité du voyage de M. Obama, la radio publique israélienne a estimé que des divergences subsistaient.

M. Nétanyahou aurait souhaité que le président Obama «lance plus clairement une menace d'attaque militaire américaine» au cas où l'Iran poursuivrait son programme nucléaire, selon le commentateur politique de la radio.

Barack Obama, qui a appelé Benyamin Ntanyahou par son surnom «Bibi» à sept reprises, a en outre annoncé que les États-Unis et Israël allaient «ouvrir des discussions» pour prolonger l'aide militaire américaine au-delà de 2017, alors que le ministère israélien de la Défense a annoncé une visite du secrétaire d'État américain à la Défense Chuck Hagel en avril.

Le président américain, qui arrive avec pour seule ambition déclarée d'«écouter» mais pas de lancer d'initiative de paix sur le Proche-Orient, s'entretiendra jeudi à Ramallah (Cisjordanie) avec le président palestinien Mahmoud Abbas.

Mercredi, quelque 200 militants palestiniens ont dressé des tentes sur le site d'un projet israélien de colonie controversé entre la Cisjordanie et Jérusalem-Est occupées, exprimant ainsi leur défiance envers «l'administration américaine qui soutient la colonisation et l'occupation».

Dans une tribune publiée par le quotidien israélien Haaretz, le négociateur palestinien Nabil Chaath a appelé le président américain à «des décisions fermes et courageuses avant qu'il ne soit trop tard», l'exhortant à renoncer à ses «appels à la reprise d'un "processus de paix" vide de sens».

VIDÉO : http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201303/20/01-4632746-obam…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 23:12 (2013)    Sujet du message: PRESIDENT OBAMA'S SPEECH IN THE JERUSALEM CONVENTION CENTER Répondre en citant

PRESIDENT OBAMA'S SPEECH IN THE JERUSALEM CONVENTION CENTER



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=djPUb9BK9MY


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Mar - 23:56 (2013)    Sujet du message: « LA PAIX EST NÉCESSAIRE, JUSTE, POSSIBLE » - OBAMA Répondre en citant


« LA PAIX EST NÉCESSAIRE, JUSTE, POSSIBLE » - OBAMA

Mise à jour le jeudi 21 mars 2013 à 11 h 24 HAE


| Radio-Canada avec Agence France-Presse et Reuters


Le président Barack Obama s'adresse aux Israéliens.

Barack Obama a invité les Israéliens à l'empathie envers les Palestiniens jeudi lors d'un discours tenu devant des centaines de jeunes à Jérusalem, tout en leur rappelant qu'ils ont l'appui du « pays le plus puissant du monde ».

Plusieurs parmi les voisins d'Israël au Proche-Orient refusent de reconnaître son droit d'exister, a reconnu le président américain. « Ils peuvent aussi bien refuser le droit d'exister au ciel au-dessus de leur tête ou à la terre sous leur pied. Parce qu'Israël ne s'en va pas nulle part », a-t-il ajouté du même souffle.

Reprenant un ton conciliant, le président a affirmé que si les parents israéliens parlaient quelques instants avec les jeunes Palestiniens, comme lui-même l'a fait jeudi à Ramallah, ils verraient que ces enfants ne sont pas bien différents de leurs propres enfants.

Les enfants palestiniens ont le droit de vivre dans un État qui est le leur, a déclaré Obama à la foule de jeunes israéliens qui lui ont répondu par des applaudissements nourris.

« Ni l'occupation ni l'expulsion ne sont la solution. » — Le président Barack Obama

La sécurité d'Israël est non négociable, a assuré le président. En ce sens, il invite la communauté internationale à déclarer le mouvement chiite libanais Hezbollah « une organisation terroriste ».

Obama a également parlé de deux menaces qui pèsent sur Israël, mais aussi, dit-il, sur les États-Unis : les armes chimiques en Syrie et la nucléarisation de l'Iran.

À propos de l'Iran, le président a fermement affirmé que ce pays ne devait pas se procurer l'arme nucléaire. Cela représenterait un danger qui ne pourrait pas être endigué, a-t-il évalué.

« Toutes les options sont sur la table pour atteindre nos objectifs, l'Amérique fera ce qu'il faut pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire. » — Le président Barack Obama

Quant à la Syrie, Barack Obama a déclaré que le président Bachar Al-Assad, « un homme qui préfère tuer son propre peuple plutôt que de renoncer au pouvoir », doit partir pour que l'avenir de la Syrie puisse commencer. Il met cependant en garde contre l'utilisation d'armes chimiques contre le peuple syrien ou leur transfert à des groupes terroristes.

« Les Palestiniens méritent leur propre État »


Le président américain Barack Obama en compagnie du président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à Ramallah Photo : AFP/SAUL LOEB

Barack Obama s'était rendu à Ramallah un peu plus tôt pour rencontrer Mahmoud Abbas. Lors d'une conférence de presse tenue pendant cette visite, le président américain a dit que les Palestiniens « méritent leur propre État », ajoutant que « la possibilité d'une solution à deux États », israélien et palestinien, « continue à exister ».

ll a indiqué que les États-Unis souhaitaient toujours travailler au projet de création d'un État palestinien.

M. Obama a par ailleurs critiqué la colonisation israélienne qui « ne fait pas avancer la paix ». Il a indiqué que le secrétaire d'État américain, John Kerry, allait consacrer beaucoup de temps pour tenter de résoudre le conflit israélo-palestinien.

Manifestations hostiles

L'opinion publique palestinienne n'était toutefois pas aussi acquise au président américain que le public israélien. Quelque 150 manifestants ont tenté d'approcher du complexe présidentiel palestinien où avait lieu la rencontre à Ramallah, en brandissant des banderoles sur lesquelles on lisait : « Obama, tu n'es pas bienvenu ici » ou « Obama quitte Ramallah ».

Même du côté des autorités palestiniennes, l'accueil réservé à Obama a été plutôt froid, selon le correspondant de Radio-Canada sur place, Luc Chartrand.

« On a l'impression, chez les Palestiniens, que cette visite se situe bien en deçà de celle qu'avait faite Georges W. Bush en 2008 », explique le correspondant. « La question palestinienne semble être tombée beaucoup plus bas dans les priorités américaines au Moyen-Orient », dit-il.


« Je veux voir le village de mon père, d'accord Obama », peut-on lire sur une affiche d'un manifestant palestinien. Photo : AFP/ABBAS MOMANI

Obama condamne les tirs de roquettes

En matinée, des roquettes ont atteint le sud d'Israël, sans faire de blessés. Le président américain, à l'instar du président israélien et du président de l'Autorité palestinienne, a condamné cette attaque.

Plus tôt, un haut responsable du gouvernement israélien avait déclaré qu'Israël observerait de très près les propos du président Abbas à Ramallah pour voir s'il condamnerait les tirs de roquettes.

« Nous avons encore vu la menace de Gaza avec ces roquettes. Nous condamnons cette violation d'un important cessez-le-feu [conclu en novembre] qui protège les Israéliens comme les Palestiniens. » — Barack Obama

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, s'était déjà prononcé indirectement sur l'affaire pour condamner la violence contre les civils, « y compris le tir de roquettes ».

Du côté de Gaza, un porte-parole du Hamas, Sami Abou Zouhri, a affirmé que son mouvement « considère cette histoire de tir de roquettes comme de simples accusations israéliennes visant à gagner la sympathie d'Obama et à le monter contre les Palestiniens ».

Barack Obama a déjà prévenu que le but de son voyage était d'écouter et non de lancer de nouvelles initiatives de paix israélo-palestinienne. En septembre 2010, les pourparlers que le président américain avait voulu relancer avaient tourné court moins d'un mois plus tard.

Mercredi, le président américain a rencontré le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. Les visées nucléaires de l'Iran ont dominé les discussions, qui ont semblé plus cordiales que celles menées lors des précédentes rencontres entre les deux dirigeants.

Dans le cadre de sa tournée au Proche-Orient, le président Barack Obama s'envolera vendredi pour la Jordanie.

Sur le même sujet



http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2013/03/21/002-obama-vis…

DISCOURS D'OBAMA À LA JEUNESSE ISRAÉLIENNE

21-03-2013

AUDIO : http://www.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/6633893#
AUDIO : http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia=http://www.radio-canada.ca/Medianet/2013/CBF/Radiojournal201303211200_1.asx


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 22 Mar - 00:20 (2013)    Sujet du message: PRESIDENT PERES HONORS OBAMA WITH PRESIDENT'S MEDAL Répondre en citant

PRESIDENT PERES HONORS OBAMA WITH PRESIDENT'S MEDAL



"How beautiful on the mountains are the feet of those who bring good news, who proclaim peace, who bring good tidings, who proclaim salvation, who say to Zion, “Your God reigns!”"
Isaiah 52:7

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=9w9BolW_Ors




Dernière édition par maria le Ven 22 Mar - 04:22 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 22 Mar - 01:04 (2013)    Sujet du message: POURQUOI BARACK OBAMA REFUSE-IL DE SE RENDRE À LA KNESSET LORS DE SA VISITE OFFICIELLE EN ISRAËL ? Répondre en citant

POURQUOI BARACK OBAMA REFUSE-IL DE SE RENDRE À LA KNESSET LORS DE SA VISITE OFFICIELLE EN ISRAËL ?

20 mars 2013 | Classé dans: Général,L'Actualité en Israël | Publié par: admin X



L’ancien président de la Knesset a été stupéfait d’apprendre que le Président des Etats-Unis a exclu de sa visite de trois jours en Israël, un des lieux les plus représentés par l’État d’Israël : la Knesset



Membre de la Knesset, Ruby Rivlin (Likoud), qui a été le président de la Knesset auparavant, a expliqué pourquoi le président Hussein Obama ne veut pas visiter la Knesset.

« Cette décision du président américain Barack Obama de ne pas visiter la Knesset est « inquiétante », selon l’ancien président de la Knesset, Reuven Rivlin (Likoud Beytenu) a-t-il déclaré avant l’arrivée d’Obama en Israël ce mercredi.

Trois présidents américains se sont exprimés à la Knesset, ainsi que [l'ancien président égyptien Anwar] Sadate et les dirigeants de l’Europe », a déclaré Rivlin. «Le président Obama devrait parler au peuple d’Israël à travers ses représentants élus. »

Selon Rivlin, la décision d’Obama de ne pas parler à la Knesset est une cause inquiétante car il montre qu’il n’a pas confiance dans les représentants de la nation à laquelle il s’adresse.

Je ne pense pas que c’est une question de foi, mais Mr Obama tente de contourner les politiciens d’Israël. Nous sommes de retour aux offensives et au charme d’Obama comme en 2008, quand il pensait qu’il pouvait convaincre quiconque de quoi que ce soit. Et franchement, oui, c’est choquant.

L’ex-présidents Jimmy Carter, Bill Clinton et George W. Bush sont allés à la Knesset dans le passé. L’ancien président Richard Nixon a visité la Knesset, mais n’a pas donné un discours.

Comme nous le savons maintenant, grâce à Woodward et Bernstein, Nixon avait une phlébite à la jambe, ce qui ne lui a pas empêché de s’adresser à la Knesset.

Rivlin, à la demande du Premier ministre Binyamin Netanyahou et le Conseil National de Sécurité , Yaakov Amidror, a conclu des accords pour empêcher de perturber le discours du président américain ou même de manifester contre lui pour protester contre l’incarcération de l’agent Jonathan Pollard, afin de faciliter la venue d’Obama à l’Assemblée législative.

«Malheureusement, en dépit de ces accords, qui ont été signalés aux Américains, le président Obama a décidé de ne pas se rendre à la Knesset, une décision qui est de mauvais goût », a-t-il dit.

Obama devrait être forcé de faire face à des élus d’Israël au sujet de Pollard et sur bien d’autres sujets. L’ancien président de la Knesset a également protesté contre le raisonnement par lequel Obama a décidé de ne pas se rendre à la Knesset, car lors de sa dernière visite au Caire, il n’est pas allé au Parlement égyptien.

L’Egypte est une dictature et Israël, une démocratie, ce qui est censé être très différent. Je suis sûr que dans toutes les autres démocraties, Obama a visité l’Assemblée législative. Mais je vous laisse le soin de vérifier cela. »

Source : © Alyaexpress-Newshttp://alyaexpress-news.com/2013/03/pourquoi-barack-obama-refuse-de-se-rendre-a-la-knesset-lors-de-cette-visite-officielle/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 22 Mar - 21:38 (2013)    Sujet du message: NOUVELLE D'URGENCE 20 MARS 2013 Répondre en citant

NOUVELLE D'URGENCE 20 MARS 2013

Hier, lorsque Perez a remis la médaille de distinction, il a lu Isaïe 52:7, déclarant ainsi Obama Dieu. Plus de doute sur l'identité de l'Antichrist

"Qu'ils sont beaux sur les montagnes, Les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, Qui publie la paix! De celui qui apporte de bonnes nouvelles, Qui publie le salut! De celui qui dit à Sion: ton Dieu règne!"
Isaïe 52:7

Si vous lisez le verset 6, "C'est pourquoi mon peuple connaîtra mon nom; C'est pourquoi il saura, en ce jour, Que c'est moi qui parle: me voici!",



VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=L2vntw0Po8U


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:52 (2016)    Sujet du message: PEACE TREATY -TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ISRAËL et le MOYEN-ORIENT -> PEACE TREATY - TRAITÉ DE PAIX - ÉTAT PALESTINIEN - PALESTINIAN STATE (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 512, 13, 14  >
Page 4 sur 14

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com