LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

CAMPAGNE DE VACCINATION (PARTIE 2)
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> CAMPAGNE DE VACCINATION -VACCINATION CAMPAIGN (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 9 Mai - 18:58 (2012)    Sujet du message: CAMPAGNE DE VACCINATION (PARTIE 2) Répondre en citant

CHIEF EXECUTIVE OF GAVI WANTS TO 'IMMUNIZE EVERY KID ON EARTH'

Saturday, May 05, 2012 by: Ethan A. Huff, staff writer

NaturalNews) The Bill & Melinda Gates Foundation-backed group Global Alliance for Vaccines and Immunizations (GAVI) is on a mission to forcibly vaccinate every single child on the planet against every single known "preventable disease." And the group's CEO, Seth Berkley, believes he can actually make this happen with enough cash, political force, and distribution systems in place.

Cloaked in a veil of humanitarianism, GAVI's vaccination agenda has been spreading across the globe like a virus, as hundreds of millions of children around the world have already been vaccinated, and many more are on the way. But the group's vaccination push will not stop until every child in the world is vaccinated, even if it means having to use force.

This is what happened, after all, in Malawi back in 2011, where Malawian children were vaccinated at gunpoint. Reports at the time indicated that parents of unvaccinated children that had tried to escape a local vaccination mandate were tracked down and apprehended, and their children forced to receive the jabs as part of the United Nations' Millennium Development Goals (http://www.naturalnews.com/033119_vaccinations_gunpoint.html ).

None of this would have been possible, however, had GAVI been allowed to crumble back in 2010 when it was suffering severe financial problems. But former Microsoft CEO Bill Gates came in and saved the day, according to Reuters, by working together with GAVI and the British government to coerce much needed funding, to the tune of $4.3 billion, out of donors.

And this is hardly a surprise, since Bill Gates himself has been on a personal mission to vaccinate the entire world as well. At a 2011 GAVI conference, Gates explained to attendees how the world needs "vaccine equity," which he later defined as vaccinating everybody on earth (http://www.naturalnews.com/032900_Bill_Gates_vaccinations.html ).

"It's now that we're gonna start to get the last two vaccines that rich kids take for granted, the pneumococcal and rotavirus, and over these next five years, get them out to every child everywhere," said Gates at that time. "That means for the first time ever that we have equity in vaccines."

So there you have it, folks. One of the world's richest men, in partnership with a multi-billion dollar public-private partnership and several powerful world governments, is actively working towards a 100 percent vaccination rate among the world's children. Are you prepared to stand up to this jackbooted medical mafia when they come for your children?

Sources for this article include:

http://www.reuters.com

http://www.naturalnews.com/035777_GAVI_immunization_children.html#ixzz1u1RP…







Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 9 Mai - 18:58 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 9 Mai - 19:50 (2012)    Sujet du message: L'ONU LANCE UNE CAMPAGNE CONTRE LES INFECTIONS DES ENFANTS PAR LE VIH Répondre en citant

L'ONU LANCE UNE CAMPAGNE CONTRE LES INFECTIONS DES ENFANTS PAR LE VIH


La campagne « Croyons-le, allons-y » de l'ONUSIDA


8 mai 2012 –

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA) a lancé mardi la campagne « Croyons-le, allons-y » afin de mobiliser l'opinion sur l'Objectif du Millénaire pour le développement (OMD) de prévenir de nouvelles infections de VIH/Sida chez les enfants avant 2015 et d'assurer que les mères vivant avec le virus restent en bonne santé.

« Nous avons une opportunité unique de changer le monde. Nous avons reçu l'engagement des dirigeants du monde pour atteindre cet objectif, mais le temps presse. Nous ne pouvons pas passer de 390.000 à zéro sans votre soutien », a déclaré le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, dans un communiqué de presse.

Selon l'ONUSIDA, quelques 390.000 enfants sont infectés par le VIH chaque année, et jusqu'à 42.000 femmes séropositives meurent de complications liées au Sida pendant leur grossesse.

La campagne fait partie du plan d'action mondial qui a été adopté l'année dernière lors de la réunion de haut-niveau des Nations Unies sur le Sida, lorsque les dirigeants du monde se sont engagés à mettre fin aux infections du VIH des enfants avant 2015.

Les trois objectifs majeurs de la campagne seront de sensibiliser le public sur les faits liés à la prévention de nouvelles infections d'enfants, de communiquer sur les manières dont le public peut aider à atteindre les objectifs et enfin de promouvoir le soutien aux organisations qui travaillent pour améliorer la santé des mères séropositives.

La campagne « Croyons-le, allons-y » a reçu le soutien de l'actrice Naomi Watts et de la chanteuse Annie Lennox, qui sont toutes deux Ambassadrices de bonne volonté de l'ONUSIDA. Elles apparaitront dans un message vidéo produit par l'ONUSIDA pour faire connaitre la campagne, avec l'aide d'autres célébrités, dont Whoopi Goldberg, qui est Ambassadrice de bonne volonté du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), et les acteurs Blair Underwood et Dennis O'Hare.

L'ONUSIDA travaille également avec le dessinateur Sujean Rim pour créer une série de cartes en ligne qui peuvent être partagées sur les médias sociaux.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28147&Cr=ONUSIDA&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 22 Mai - 16:13 (2012)    Sujet du message: WORLD HEALTH ORGANISATION TO DECLARE GLOBAL POLIO EMERGENCY Répondre en citant



WORLD HEALTH ORGANISATION TO DECLARE GLOBAL POLIO EMERGENCY


The World Health Organisation is expected this week to declare polio a global health emergency as it battles complacency in an attempt to eradicate the deadly virus forever.

A child is given a polio vaccine in Pakistan Photo: EPA

By Rob Crilly, Islamabad
11:20PM BST 20 May 2012

This year has seen a decline in cases but health officials say they have only half the funding they need to wipe out the disease in its last three remaining havens — Pakistan, Afghanistan and Nigeria.

Sona Bari, spokeswoman for the polio eradication programme at the World Health Organisation, said the world faced a “now or never” moment.

Failing to stamp out the disease could mean recent gains are reversed and as many as 200,000 children crippled by polio in the next decade.

“We are really on a tipping point between success and failure,” she said.

The first polio vaccine was developed in the 1950s and a second version — given orally — is credited with reducing cases by more than 99 per cent.

Related Articles



27 Mar 2009



28 Mar 2012

However, efforts to eradicate the disease completely have stalled in recent years.

In 2011 a surge in the disease was reported across Pakistan, Afghanistan and Nigeria, with 650 cases around the world.

So far this year, India has been declared polio free and the first four months of the year have seen cases drop substantially in the three endemic countries — offering a real chance that polio could now be wiped out if health officials secure $1bn to meet their target of $2bn for the year ahead.

The issue will be discussed by ministers of health from around the world at a meeting of the World Health Assembly which begins in Geneva on Monday.

They are expected to declare a global health emergency, attracting extra funding and possibly also allowing polio-free countries to vaccinate people arriving at airport terminals from affected countries.

Each of the three countries has its own problems. In Nigeria a fragmented health care system makes it difficult to deliver vaccines, while Afghanistan and Pakistan are struggling with conflicts that put children beyond the reach of health workers.

In Pakistan, hardliners have repeatedly told parents the programmes are part of an American plot to make Muslims infertile.

And suspicions about all vaccines are running high after the CIA used a fake hepatitis campaign last year to try to gather evidence on Osama bin Laden’s presence in the country.

But health workers have a new secret weapon — a series of fatwas or religious rulings from clerics around the world imploring parents to ignore rumours that vaccination is un-Islamic.

They have even recruited one of Pakistan’s most hard line religious leaders, Sami ul-Haq, known as the father of the Taliban for his role in training many of students who went on to take over Afghanistan in the 1990s.

He recently launched an immunisation drive at his madrassah, near the north-western city of Peshawar, giving oral drops to his own grandson.

“Giving polio drops to children is very much Islamic,” he said at the time.

The biggest challenge is reaching tens of thousands of children in tribal areas close to the border with Afghanistan, where government forces are battling militants.

Government and WHO teams have been set up at the edge of to vaccinate children as families flee.

That still leaves an estimated 50,000 unvaccinated children in the war zones, according to Dr Nima Abid, head of the WHO’s polio efforts in the country.

“We are talking about eradication,” he said. “Not just control. So we have to reach these children.”

http://www.telegraph.co.uk/health/healthnews/9278337/World-Health-Organisation-to-declare-global-polio-emergency.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Mai - 16:10 (2012)    Sujet du message: DISCONCERTING EVENTS AT U.S. PUBLIC SCHOOLS - STUDENTS SICKENED BY 'MYSTERY ILLNESSES' - MAY 2012 Répondre en citant

DISCONCERTING EVENTS AT U.S. PUBLIC SCHOOLS - STUDENTS SICKENED BY 'MYSTERY ILLNESSES' - MAY 2012



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=GAza9aIFFg0&feature=share


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 16:21 (2012)    Sujet du message: CDC WANTS TO GO AFTER ALL BABY BOOMERS WITH VACCINES FOR A PHANTOM VIRUS Répondre en citant

CDC WANTS TO GO AFTER ALL BABY BOOMERS WITH VACCINES FOR A PHANTOM VIRUS

Wednesday, May 30, 2012 by: Paul Fassa

(NaturalNews) The Centers for Disease Control (CDC) is predicting an epidemic of hepatitis C (Hep-C) among baby boomers. So in order to preempt this epidemic, they have drafted a proposition to have everyone born between 1945 and 1965 tested for Hep-C in order to receive treatments and vaccinations (after diagnosis) with Hep-A and B vaccines.

That seems like a nasty proposition: two vaccinations that pretend to be designed for Hep-C. The Hep-B vaccine has an impressive track record of reported serious adverse reactions and deaths. They don't have a Hep-C vaccination. Could it be because there is no virus?

Dr. Michael Tierra and Sepp Hasslberger report how Chiron, a diagnostic department of Novartis Vaccines, spent years struggling to find a Hep-C virus. After lots of manipulation the came up with footprint of a shadow, or a phantom virus, that enabled them to create a blood screening test for Hep-C that has made them a lot of money.

Normally, when high liver enzyme counts are discovered in a blood test, a Hep-C test is ordered. The experts who debunk this test argue that the phantom virus does not pass the full criteria of an actual infectious virus.

Keep in mind that Hep-C is supposedly transmitted by blood, not saliva or sex fluids. Nobel prize winning virologist Peter Duesberg also thinks there is no Hep-C virus.

So do journalist Torsten Engelbrecht and Dr. Claus Koehnlein who put out the book Virus Mania. Their book debunks virus claims for several diseases. But Big Pharma intends to profit highly from fear mongering then developing harmful bogus vaccines and medicines.

Those who agree on the absence of a virus causing Hep-C tend to agree that HIV does not cause AIDS. Gary Null, PhD health activist and author has an actual list of 2729 experts who seriously doubt the AIDS-HIV virus paradigm as of November 2010.


CDC and Big Pharma's agenda for disease creation


It's obvious that there is money to be made by scaring almost everyone born between 1945 and 1965 into getting the test and the Hep-A and dangerous Hep-B vaccinations. That should kill off a few and lighten the Social Security payout burden a bit. But on the other hand, Medicare and Medicaid costs may spike.

The CDC claims baby boomers were likely to experiment with injected drug use and should be screened. The Hepatitis Education Program (HEP) of Seattle, Washington writes: "More than 15,000 Americans ... die each year from hepatitis C-related illness, such as cirrhosis and liver cancer, ... ."

Notice it says die from Hep-C related illnesses. Part of that could be from the interferon drugs (chemo for Hep-C) or other meds prescribed for those diagnosed with Hep-C.

Several drugs and antibiotics carry warnings of liver damage. Even over the counter Tylenol, which contains liver damaging acetomenophine, causes liver damage. Detox and diet don't make money for Big Pharma, but getting more liver disease patients by putting out liver damaging drugs creates more revenue.

Naturopath Michael Tierra and others have handled Hep-C conditions with herbs and good diet. Many who have been diagnosed lead normal lives with only slight changes in their lifestyles. Hep-C is probably a label for an overburdened toxic liver, which is likely in our toxic age of processed foods and environmental pollution.

This program may fit nicely into either Obama of Romney health care agendas: No Hep-C test and vaccinations could mean no health care even as you pay into program. It may come to pass that dreaded test and vaccination agents knock on senior citizens' doors demanding entry.

Sources for this article include:

Warning of CDC's announcement
http://www.activistpost.com

An "official" version of the CDC plan http://infoviewer.biz

Health Supreme site's take on the phantom virus by Sepp Hasslberger http://www.newmediaexplorer.org

Dr. Michael Tierra's questions Hep-C virus claim and heals Hep-C with natural treatments http://www.planetherbs.com

"Official" Hep-C information http://www.hepeducation.org/hep-ab-vaccination

Interview of Nobel Prize awarded virologist Peter Duesberg http://vaccinesaredangerous.blogspot.com

Gary Null's list of almost 3,000 HIV - AIDS doubters http://www.garynull.com/home/the-2729-aids-doubters.html

Full documentary HIV - AIDS Fact or Fraud http://topdocumentaryfilms.com/hiv-aids-fact-or-fraud/

About the author:
Paul Fassa is dedicated to warning others about the current corruption of food and medicine and guiding others toward a direction for better health with no restrictions on health freedom. You can visit his blog at
http://healthmaven.blogspot.com



http://www.naturalnews.com/036021_CDC_hepatitis_baby_boomers.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Mai - 16:33 (2012)    Sujet du message: SWINE FLU VACCINE CAUSES CHRONIC NERVOUS SYSTEM Répondre en citant

SWINE FLU VACCINE CAUSES CHRONIC NERVOUS SYSTEM



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=gM795W07z7o



The nation of Finland has now openly admitted that the swine flu vaccine “conclusively” causesnarcolepsy, a chronic nervous system disorder that makes people uncontrollably fall asleep. The Finnish government, in acknowledging this link, says it will pay for “lifetime medical care” for 79 children who have been irreparably damaged by the swine flu vaccine.

Narcolepsy isn’t the only side effect now admitted to be caused by swine flu vaccines: 76 of the 79 children also suffered hallucinations and “paralyzing physical collapses,” say Finnish researchers.


Remarkably, even though the link between swine flu vaccines and permanent neurological damage in children is now openly admitted by the Finnish government, there is absolutely no talk about halting the utterly unscientific ritual of injecting children with flu vaccines in the first place. Not only are flu vaccines harmful to children (as is now admitted), but flu vaccines don’t even work! A simple daily dose of vitamin D would do far more to halt influenza than any vaccine (http://www.naturalnews.com/029760_v…).U.S. refuses to admit vaccines harm anyone

The U.S. government, of course, still refuses to admit vaccines cause any harm whatsoever. Both the government and the vaccine industry continue to push the fabricated fairy tale that “vaccines are safe and effective,” meaning they harm no one but help everyone. Yet the truth is practically the polar opposite: Vaccines harm countless millions of children each year in ways that are usually never linked to vaccines (mild mental retardation, suppressed immune function, learning disabilities, etc.). At the same time, vaccines are all but worthless at preventing infections. Even the vaccine industry’s own research shows that flu shots only work on 1 out of 100 people, meaning they’recompletely uselessfor 99 percent of those who take them (http://www.naturalnews.com/029641_v…).

Instead of admitting the truth that vaccines cause autism, the U.S. government has conspired with vaccine manufacturers to create aVaccine Injury Compensation Programwhich essentially pays “hush money” to parents of permanently harmed children to make sure they cannot bring their claims of harm to federal courts (http://www.naturalnews.com/033635_v…).

Even worse, the medical establishment — which is heavily influenced if not downright dominated by pharmaceutical interests — absolutely refuses to advocate vitamin D as a flu prevention nutrient. Vitamin D is safe, effective and affordable. It’s available without a prescription and could save literally billions of dollars in national health care costs for just pennies per day per person. So why won’t the medical establishment promote vitamin D? Preciselybecauseit would cost the industry billions of dollars in lost profits from all the sickness and degenerative disease that is prevented by vitamin D.

Of course vaccines cause autism!

There is absolutely no question in the mind of any reasonably informed person that vaccines cause neurological damage, including (but not limited to) autism. Only the corporate-whore scientists around the world continue their charade that vaccines are not linked to autism; or that vaccines even work in the first place. Most Americans haven’t yet heard the secret interview with Merck vaccine scientist Dr. Maurice Hilleman where he openly admits vaccines carry dozens of strains of cancer-causing “stealth” viruses.

Read the transcript here:

Listen to the interview at:
http://naturalnews.tv/v.asp?v=13EAA…

Similarly, most people still don’t know that Dr. Jonas Salk, the celebrated “grandfather” of vaccines who is credited with creating the polio vaccine, was anunindicted medical criminalwho committed heinous crimes against humanity in the name of “medical science.” (http://www.naturalnews.com/031564_J…)

In fact, the whole history of vaccines and medicine has been utterly distorted by the medical establishment to paint vaccines in a glorified light of public health. But the real story is that vaccines are now — and have always been — tools forcausing diseaseand promoting sickness so that the pharmaceutical industry can benefit as a result.

The horrifying truth about the vaccine industry and medical establishment

Remember, this is the same industry that got caught conducting outrageous medical experiments on Guatemalan prisoners (http://www.naturalnews.com/033483_G…). These are the same people who ran Tuskegee experiments on African Americans, too (http://www.naturalnews.com/029924_m…).

Do you honestly think these samevaccine criminalswould not also use innocent children for their own mass inoculation medical experiments? Remember: These are hard-core, Nazi-style criminals we’re talking about here. This is who runs the pharmaceutical industry. The former chairperson of Bayer, for example, was a convicted Nazi war criminal who was indicted and sentenced at the Nuremburg trials:

Don’t believe me? Read your history:

“Dr. Fritz ter Meer, a director of IG Farben who was directly involved in developing the nerve gas, Zyklon-B, which killed millions of Jews, was sentenced to seven years in prison but was released after four years through the intervention of Rockefeller and J.J. McCloy, then U.S. High Commissioner for Germany. An unrepentant Fritz ter Meer, guilty of genocide and crimes against humanity, returned to work in Bayer where he served as Chairman for more than 10 years, until 1961. This same ter Meer, a convicted Nazi war criminal, went on to become one of the initiators of the Codex Alimentarius Commission in 1962, an organization that was nurtured by the World Health Organization (WHO), the Food and Agriculture Organization (FAO), and latterly the World Trade Organization (WTO).” (http://www.naturalnews.com/024534_E…)

Governments know vaccines maim and kill children — that’s exactly why they push them so aggressively

You see, every world government already knows that vaccines are murder. They know vaccines kill and maim children. They know vaccines cause autism and neurological disorders. They know this and thenthey keep promoting vaccines anyway. Why? Because they are mass murderers who have philosophical roots in Nazi Germany and the eugenics movement. Even today’s FDA can be traced backed to eugenics and population control. Bill Gates, who promotes world vaccination, openly admits that vaccines and health care can “reduce world population by 10 to 15 percent” if they “do a good job.” (http://www.naturalnews.com/029911_v…)

Don’t believe me? Watch Bill Gates say it himself in this video:
http://www.naturalnews.tv/v.asp?v=A…

Vaccines are not given to children with the “accident” that they kill some children and cause neurological disorders in others; no, they are given to children BECAUSE they cause neurological disorders, organ failure, infertility, reduced intelligence and numerous other side effects.

Today’s vaccines create tomorrow’s health care customers, you see.

Vaccines keep Big Pharma in business based on repeat profits

How else is Big Pharma supposed to ensure its future profits if the population were actually allowed to stay healthy? The whole point of vaccines is to DAMAGE HUMAN HEALTH and rake in trillions of dollars in long-term profits from all the suffering and disease caused by those vaccines.

C’mon, folks: Do youreallythink all these for-profit companies are trying to HELP humanity? Do you really think drug company CEOs are goody-goody humanitarians who would give up their shareholder profits and drive their own companies out of business by promoting lasting health?

Wake up, people. Wake up and smell the coffee. Drug companies think absolutely nothing of murdering Nigerian children (http://www.naturalnews.com/023654.html) or even using your own children as medical experimentsas long as they make more money in the process. And as the editor of NaturalNews, having seen countless documents, tips, testimonials and other sources of information that have been given to me over the years, I can tell you with absolute certainty thatthe pharmaceutical industry is actively using vaccines to CAUSE degenerative diseaseas a way to lock in future profits from that disease.

Vaccines are a business continuity strategy used by the for-profit pharmaceutical industry

It’s just like a greasy car mechanic throwing some solvents into your gas tank so that you have to come back for engine repairs after a few hundred miles. The drug companies are willing to doanythingto guarantee their profits, and that includes committing acts of genocide against the human race as long as it fattens their bottom line profits.

We are not dealing with ethical, principled human beings in the pharmaceutical industry, folks. We are dealing with criminal-minded monsters who have found a way to selfishly enrich themselves at the expense and suffering of others.

And they relish in it. They get off on watching children suffer and die from their vaccines. They get a rise out of the fact that they are pulling off this scam with such success that the sheeple of the world will actually line up at their local pharmacies andbegto be injected with the very chemical adjuvants and live viral materials that will destroy their health and turn them into lifetime medical victims.

The sick, demented medical elite who engineer all this (which includes top people at the FDA, by the way), are likemodern-day vampireswho suck the life out of innocent little children in order to feed their own devilish appetites for wealth and power. And watching it all happen every day in America, Finland, and everywhere else around the world is absolutely infuriating. That’s why I work so hard to expose these medical quacks for the true criminals they really are. These people who lead Big Pharma and the vaccine industry wouldinfect your baby with cancerif it guaranteed them chemotherapy profits two decades down the road.

These people should be arrested, thrown in prison and charged with their role in these crimes against humanity. Occupy Wall Street is just one movement that’s rising up in opposition to the total scam of the fraudulent banking industry and the Federal Reserve, but we need another movement: Occupy Big Pharma where the sick, degenerate masses who have been harmed by all these vaccines and deadly pharmaceuticals march on the drug companies and arrest their CEOs for crimes against humanity.

I know that day is coming. There will be a day when the angry, diseased masses figure out the depth of the medical crimes that have been committed against them in the name of “public health…” and they willrage against the machine.

To all the vaccine company CEOs out there: Enjoy your millions right now, because there will come a day when you have to answer for how you got that money and who really had to pay the price for your financial windfall. Hundreds of millions of children are harmed today around the world because of vaccines, and that number will continue to rise with each passing year that we allow humanity to be chemically assaulted by these biological weapons known as “vaccines.”

http://worldtruth.tv/swine-flu-vaccine-causes-chronic-nervous-system-disord…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 7 Juin - 15:16 (2012)    Sujet du message: DEPOPULATION : VACCIN-TUEUR : UNE ENFANT PARALYSEE EN RAISON DES VACCINS, ET VOLEE A SA MERE PAR LE TERRORISME D’ETAT !!! Répondre en citant



DEPOPULATION : VACCIN-TUEUR : UNE ENFANT PARALYSEE EN RAISON DES VACCINS, ET VOLEE A SA MERE PAR LE TERRORISME D’ETAT !!!






Chers amis,

Le terrible article qui suit finira de vous convaincre non seulement de la DANGEROSITÉ EXTRÊME DES VACCINS, mais aussi des PRATIQUES INHUMAINES, TOTALITAIRES ET CORROMPUES DE NOS GOUVERNEMENTS. DES GOUVERNEMENTS QUI, SANS LA MOINDRE VERGOGNE, DÉFENDENT L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE MEURTRIÈRE ET PUNISSENT DE FAÇON INIQUE TOUTE PERSONNE QUI DÉNONCE LES ABOMINATIONS VACCINALES.

Nos gouvernements sont CORROMPUS jusqu’au trognon, et sont SOUMIS aux mondialistes criminels et à l’industrie pourrie.

TANT QUE DES RÉVOLUTIONS OU GUERRES CIVILES NE SE SERONT PAS PRODUITES AFIN DE DÉTRUIRE CE $YSTÈME PUTRIDE, LES HORREURS SE POURSUIVRONT, ET LE NOMBRE DE MORTS ET DE VICTIMES INNOCENTES (peut-être vous-même ou un membre de votre famille, voire un de vos enfants) CROÎTRA SANS CESSE.

A bon entendeur…

L’article révoltant, ci-dessous.

BONNE RÉVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.

P.S. : merci à la personne qui m’a signalé cet article !


Source : http://www.initiativecitoyenne.be/article-une-enfant-paralysee-par-les-vaccinations-et-volee-a-sa-mere-par-l-etat-106500153.html

Mercredi 6 juin 2012

UNE ENFANT PARALYSEE PAR LES VACCINATIONS ET VOLEE A SA MERE PAR L'ETAT

Par Christina England, 13 avril 2012. Publié sur Vactruth : http://vactruth.com/2012/04/13/paralyzed-by-vaccinations/ 


La petite fille a développé une paralysie après ses injections de vaccins.

** Les noms ont été modifiés pour protéger l’identité de cette famille. Toutes les citations sont les mots exacts de la maman et il faut avoir à l’esprit que l’anglais n’est pas la langue d’origine de la mère.

EMMA EST UNE PETITE FILLE DE SIX ANS QUI SOUFFRE DE SÉVÈRES DOMMAGES VACCINAUX, TELS QUE PLUSIEURS EXPERTS RÉPUTÉS ONT PU LE VÉRIFIER. EMMA EST TOTALEMENT PARALYSÉE ET INCAPABLE DE BOUGER LA MOINDRE PARTIE DE SON CORPS. ELLE NE PEUT PAS PARLER ET RESPIRE GRÂCE À L’AIDE D’UN MINCE TUBE INSÉRÉ DANS SA TRACHÉE (TRACHÉOTOMIE).

AU LIEU DE L’AIDE ET DE L’INDEMNISATION AUXQUELLES LA FAMILLE DEVRAIT RECEVOIR, EMMA A ÉTÉ VOLÉE À SA MÈRE PAR L’ETAT ET PASSE SES JOURNÉES DANS CE QUE SA MÈRE DÉCRIT COMME « UNE TERRIBLE INSTITUTION POUR HANDICAPÉS ». AU LIEU DU SOUTIEN DONT LA MAMAN D’EMMA A BESOIN POUR VENIR À BOUT DE CE QUI EST ARRIVÉ À SA FILLE, ELLE A ÉTÉ ACCUSÉE DE CHERCHER DES RÉPONSES AVEC TROP D’INSISTANCE POUR TROUVER L'AIDE DE PROFESSIONNELS QU’ELLE PENSAIT LES PLUS UTILES POUR SA FILLE.

Mme X, la mère d’Emma, est dévastée et déclare qu’elle n’a rien fait de mal. Elle m’a raconté :

« J’ai un casier judiciaire vierge, je n’ai pas d’antécédents d’usage de drogues ou de quelque autre substance, jamais aucune cure de désintoxication, rien ! Tout ce qu’on me reproche c’est de parfois agir avec la peur que les jours de ma fille soient comptés.

Je veux qu’elle sorte de là TOUT DE SUITE !

QUAND J’AI ÉTÉ LUI RENDRE VISITE HIER, SA PEAU PUAIT, L’ORIFICE DE TRACHÉOTOMIE ÉTAIT SALE ET SANGUINOLENT, ELLE SE TROUVAIT DANS UNE PETITE CHAMBRE SURCHAUFFÉE SANS VENTILATEUR OU AIR CONDITIONNÉ, ON NE LUI PERMET PAS DE PRENDRE UN BAIN, DE SORTIR EN PROMENADE, LE PERSONNEL NE SAIT PAS CE QU’EST UN INSUFFLATEUR/EXSUFFLATEUR (UN APPAREIL QUI SERT À ASPIRER LES SÉCRÉTIONS RESPIRATOIRES DES GENS QUI NE SAVENT PAS TOUSSER DE FAÇON AUTONOME, DE FAÇON À ÉVITER QU'ILS PUISSENT S'ÉTRANGLER), UN DISPOSITIF POURTANT VITAL POUR MA FILLE. NE PAS SAVOIR COMMENT FONCTIONNE CE GENRE DE MACHINE EST INACCEPTABLE PARCE QUE S'IL ARRIVE QUELQUE CHOSE ET QU'ILS NE SAVENT PAS COMMENT L'UTILISER, EMMA POURRAIT MOURIR! ELLE PRÉSENTE EN OUTRE UNE SALE COUPURE AU NIVEAU DU COU, QUE LES INFIRMIÈRES ONT DÛ LUI FAIRE PAR NÉGLIGENCE, EN CHIPOTANT DE FAÇON IMPRUDENTE À SON ORIFICE DE TRACHÉOTOMIE.

LA MANIÈRE DONT ILS ONT KIDNAPPÉ MA FILLE QU'ILS M’EMPÊCHENT À PRÉSENT DE VOIR RELÈVE D’UNE SITUATION CAUCHEMARDESQUE. »

Hélas, EMMA N’EST QU’UN DE CES 10 000 ENFANTS, EN GRANDE-BRETAGNE, QUI ONT ÉTÉ ENLEVÉS À LEURS PARENTS POUR ÊTRE « PLACÉS », DEPUIS AVRIL 2011. Aujourd’hui, le Daily Mail (1) a rapporté que BEAUCOUP DE CES ENFANTS FAISAIENT PARTIE DE STATISTIQUES SANS CESSE CROISSANTES QUI EFFRAIENT LES PROFESSIONNELS ET SELON LESQUELLES UN GRAND NOMBRE D’ENFANTS VULNÉRABLES SONT ENLEVÉS INUTILEMENT À LEURS PARENTS POUR ALLER LANGUIR DANS DES SYSTÈMES DE SOINS QUI NE LEUR CONVIENNENT PAS.

COMMENT EST-IL POSSIBLE QU’UN ENFANT GRAVEMENT ENDOMMAGÉ PAR LES VACCINS PUISSE FIGURER DANS CES STATISTIQUES ÉPOUVANTABLES ? 


La façon dont tout s'est déroulé 


 

Emma était une enfant heureuse 

EMMA N’A PAS COMMENCÉ SA VIE COMME UNE HANDICAPÉE ; ELLE ÉTAIT TOUT À FAIT NORMALE ; c’était une petite fille audacieuse qui aimait trottiner, qui adorait ses jouets. Mais bien qu’étant née tout à fait normale, elle était souvent malade ; son système immunitaire était affaibli ; elle faisait des infections à répétition qui nécessitaient à la fin la prise d’antibiotiques pendant des semaines.

MADAME X PENSE QUE LES PROBLEMES D’EMMA ONT VRAIMENT COMMENCE AVEC SES PREMIERES VACCINATIONS DE ROUTINE. DANS LES HEURES QUI SUIVAIENT LES VACCINATIONS, ELLE S’AFFAIBLISSAIT, FAISAIT DE LA FIEVRE ET REFUSAIT DE MANGER. INQUIETE, MADAME X TRANSPORTA EMMA A L’HOPITAL LE PLUS PROCHE. LES MEDECINS EXPLIQUERENT QU’EMMA AVAIT ATTRAPE UN VIRUS et se sentirait bientôt mieux.

N’établissant pas encore de lien avec les vaccinations et ignorant fort heureusement que cette situation n’était que le début de tous les déboires de sa fille, Madame X ramena son bébé à la maison.

AU FIL DES MOIS, MADAME X REMARQUA QUE C’ÉTAIT APRÈS CHAQUE VACCINATION QU’EMMA DEVENAIT MALADE, BIEN QU’ELLE ÉTAIT TOUJOURS CONVAINCUE QUE LES VACCINS ÉTAIENT CE QU’IL Y AVAIT DE MIEUX POUR SON ENFANT. SUR LES CONSEILS DE SON MÉDECIN, ELLE CONTINUA À FAIRE VACCINER SA FILLE. Madame X avoue :

"Il ne m’est jamais venu à l’esprit que les problèmes de ma fille pouvaient avoir été provoqués par les vaccinations. Dans mon entourage, PERSONNE NE M’AVAIT JAMAIS DIT QUE LES VACCINS POUVAIENT AVOIR DES EFFETS SECONDAIRES."

LES VÉRITABLES PROBLÈMES D’EMMA N’ONT VRAIMENT COMMENCÉ À DEVENIR APPARENTS QU’APRÈS SA VACCINATION ROR À 13 MOIS. Jusqu’alors, Emma s’était développée normalement, elle avait commencé à marcher, à parler, elle était bien vivante.

APRÈS AVOIR REÇU SON VACCIN ROR, EMMA EST DEVENUE TRÈS MALADE ; ELLE AVAIT FAIT UNE TRÈS MAUVAISE RÉACTION AU VACCIN. C’EST ALORS QUE MADAME X COMMENÇA À ÉTABLIR DES LIENS ET COMMENÇA À RÉALISER QUE C’ÉTAIENT BIEN LES VACCINATIONS QUI AVAIENT CAUSÉ LES PROBLÈMES DE SA FILLE. MALHEUREUSEMENT POUR LA PETITE EMMA, C’ÉTAIT DÉJÀ TROP TARD ; LE DOMMAGE ÉTAIT FAIT.

A 15 MOIS, EMMA COMMENÇA À PERDRE L’ÉQUILIBRE. ELLE TOMBAIT RÉGULIÈREMENT SUR SA FIGURE SANS POUVOIR SE PROTÉGER DE SES BRAS ET DE SES MAINS. Très inquiète, Madame X conduisit Emma chez un neurologue. Tous les tests standards réalisés montraient que la situation était normale.

PETIT À PETIT, EMMA PERDIT LE CONTRÔLE DE SES BRAS COMME DU HAUT DU TORSE ET EN JUIN 2008, ALORS QU’ELLE AVAIT À PEINE DEUX ANS, ELLE NE PARVENAIT PLUS À RESPIRER. C’EST ALORS QU’ELLE FUT DIRIGÉE VERS LES SOINS INTENSIFS PÉDIATRIQUES.

Madame X explique :

« Peu de temps après, LE NEUROLOGUE ME FIT COMPRENDRE QU’EMMA ÉTAIT MALADE, MAIS QU’IL NE POSSÉDAIT PAS DE PREUVES PAR RAPPORT À UN DIAGNOSTIC PRÉCIS. AUCUN TRAITEMENT NE FUT DONC ENTREPRIS. J’étais dévastée, j’avais peur que ma petite ne meure. J’étais envahie par le désespoir et la tristesse. J’ai ainsi passé plusieurs semaines comme hébétée. Je ne sais pas ce qui s’est passé, mais après deux mois, quelque chose m’a dit intérieurement qu’Emma n’allait pas mourir et que je ne pouvais pas continuer ainsi sans savoir ce qui avait rendu ma fille aussi malade. J’ai senti que je devais me reprendre et continuer la lutte. Il fallait que je prenne conseil ailleurs. J’AI ALORS CONDUIT EMMA CHEZ LES PLUS GRANDS SPÉCIALISTES DE GRANDE- BRETAGNE. ILS ONT FAIT DES TAS DE TESTS, MAIS TOUJOURS AUCUNE RÉPONSE !! »

COMME MADAME X COMMENÇAIT À RÉALISER QUE LES VACCINATIONS ÉTAIENT VRAIMENT LE PROBLÈME, SON INSTINCT MATERNEL LUI SOUFFLA DE NE PLUS AUTORISER LA MOINDRE VACCINATION. Cependant, comme nous le savons tous, les médecins savent se montrer extrêmement persuasifs, surtout quand on est seule, paniquée et qu’on a besoin de faire confiance à quelqu’un pour sauver la vie de son enfant. C’est alors qu’il est très facile de croire ce que ces gens vous racontent.
C’est ainsi qu’EN DÉPIT DE CE QU’AVAIT PENSÉ ET DÉCIDÉ MADAME X, LE VACCIN ANTI- GRIPPAL FUT MALGRÉ TOUT ADMINISTRÉ À EMMA DONT L’ÉTAT SE DÉTÉRIORA IMMÉDIATEMENT.

Madame X raconte ce qui s’est passé dans la suite :

« Le jour suivant, ses yeux n’arrêtaient pas de bouger de gauche à droite et, comme elle perdait du sang sans raison apparente, elle dut subir une transfusion de 500 ml. Elle continua à être si malade que j’ai cru qu’elle allait mourir. C’est alors que j’ai eu l’impression d’une voix et d’une guidance invisible qui voulaient me faire comprendre que L’ÉTAT DE SANTÉ DE MA FILLE ÉTAIT VRAISEMBLABLEMENT DÛ AUX VACCINS. J’AI COMMENCÉ ALORS À RÉFLÉCHIR TRÈS SÉRIEUSEMENT À LA CHOSE, ET TOUT EST FINALEMENT DEVENU TRÈS CLAIR : LES SYMPTÔMES QUE PRÉSENTAIENT MA FILLE ÉTAIENT BEL ET BIEN DUS AUX EFFETS SECONDAIRES DES VACCINATIONS. ! »

Quatre experts reconnaissent que l’état de santé d’Emma a été provoqué par les vaccinations

Craignant le pire pour sa fille, Madame X entreprit tout ce qui était en son pouvoir pour venir en aide à sa fille. Elle commença à voyager ; elle consultait médecin après médecin pour pouvoir obtenir un avis, de l’aide et un traitement. LES MÉDECINS QU’ELLE CONSULTA LUI EXPLIQUÈRENT QUE L’ÉTAT DE SANTÉ D’EMMA AVAIT ÉTÉ PROVOQUÉ PAR LES VACCINATIONS. (VID, Vaccine Induced disease ce qui veut dire en français Maladie induite par les vaccins)

MADAME X FIT ALORS L’IMPOSSIBLE POUR OBTENIR LE RAPPORT DE QUATRE DES MEILLEURS EXPERTS MONDIAUX. CES QUATRE EXPERTS DÉCLARÈRENT QUE LA SANTÉ D’EMMA S’ÉTAIT DÉTÉRIORÉE À LA SUITE DES VACCINATIONS.

Ci-dessous quelques extraits de ces rapports :

Expert n°1

23.01.2012

Mon diagnostic, pour la maladie d'Emma, née le ___________-2006 repose sur des constatations cliniques mais qui sont corroborées par certaines investigations au sujet de sa polyneuropathie sensitivo-motrice impliquant les nerfs du tronc cérébral et les nerfs périphériques. Ce diagnostic a été accepté par d'autres avant que je ne me penche sur ce cas et Emma avait reçu des traitements substantiels à base d'immunoglobulines et de corticoïdes. Selon moi, IL S'AGIT LE PLUS PROBABLEMENT D'UNE REPONSE AUTO-IMMUNE SUITE A LA VACCINATION. Un diagnostic suggestif d'une certaine forme d'atrophie musculaire n'a jamais été confirmé et fut écarté par la suite.

Expert n°2

31.03.2010

Aujourd’hui la patiente est complètement paralysée. Elle ne peut plus contrôler que ses yeux et ses paupières. Elle a besoin d’une aide respiratoire 24h sur 24. La patiente a été examinée par différents experts et SON ÉTAT CLINIQUE NE CORRESPOND À AUCUN SYNDROME NEUROLOGIQUE CONNU. CEPENDANT, L’ANAMNÈSE MINUTIEUSE ET LE FAIT QUE SES SYMPTÔMES SE SONT PRODUITS APRÈS LA VACCINATION SUGGÈRENT UNE HAUTE PROBABILITÉ QUE L’ÉTAT DE SANTÉ ACTUEL DE LA PATIENTE PUISSE ÊTRE LA CONSÉQUENCE D’UN SYNDROME INDUIT PAR LA VACCINATION (VIDS, Vaccination Induced Damage Syndrome)

Faute d’une meilleure explication du diagnostic de ma fille, il me semble que l’explication VIDS est très vraisemblablement la cause de son état de santé.

Expert N°3

12.12.2011.

Je joins une copie de mon rapport sur le cas d’Emma__________.ELLE EST GRAVEMENT ATTEINTE PAR CE QUI EST LE PLUS VRAISEMBLABLEMENT LE RÉSULTAT D’UNE NEUROPATHIE SENSITIVO-MOTRICE AYANT FAIT SUITE À L’IMMUNISATION. Les membres et le corps lui-même sont dans une grande faiblesse ; les nerfs du tronc cérébral sont aussi affectés. L’alimentation gastrique, et l’assistance respiratoire nécessitées par l’état de l’enfant ne sont plus suffisants. Il est nécessaire de pratiquer une TRACHÉOTOMIE suite à l’oedème visible dans la région laryngée.

Expert N°4

28.02.2012.

Emma________. J’ai été satisfait de constater que LES MÉDECINS CONSULTÉS ONT TOUS ÉTÉ D’ACCORD POUR DÉCLARER QUE LA MALADIE AUTOIMMUNE D’EMMA ÉTAIT LA RÉSULTANTE DES VACCINATIONS INFANTILES DE ROUTINE, LE VACCIN ROR AYANT CONSTITUÉ L’ÉLÉMENT FINAL DE SON HANDICAP.

EN DÉPIT DE TOUTES CES PREUVES ET ALORS QU’EMMA ÉTAIT DÉSESPÉRÉMENT MALADE ET HANDICAPÉE, LES AUTORITÉS DÉCIDÈRENT QUE LA SANTÉ D’EMMA N’AVAIT PAS DU TOUT ÉTÉ ALTÉRÉE PAR LES VACCINATIONS. Dans leur rapport, ils écrivent qu’Emma souffre d’atrophie musculaire spinale, maladie qui avait déjà été exclue, comme indiqué dans le premier rapport des experts.

DANS LE BUT DE CALMER L’UN DES EXPERTS REPRIS CI-DESSUS QUI AVAIENT FAIT TROP DE BRUIT AU SUJET DES PROBLÈMES DE SANTÉ D’EMMA, LES AUTORITÉS LE MENACÈRENT DE RETIRER SA LICENCE S’IL NE SE TENAIT PAS TRANQUILLE. MALHEUREUSEMENT CE MÉDECIN COURAGEUX ET DÉJÀ ÂGÉ, MOURUT D’UNE ATTAQUE CARDIAQUE PEU DE TEMPS APRÈS. CETTE CRISE CARDIAQUE FATALE FUT-ELLE LE RÉSULTAT DE LA MANIÈRE DONT CE MÉDECIN AVAIT ÉTÉ TRAITÉ ? Cette question ne trouvera malheureusement jamais de réponse.


 Emma paralysée après avoir été vaccinée 

Les derniers rapports sur la santé d’Emma disent qu’elle souffre d’une anomalie génétique qui l’empêche d’assimiler la vitamine B2, ainsi que d’autres vitamines. Elle reçut donc un traitement comprenant cette vitamine B2.

LES AUTORITÉS qui avaient reconnu que Madame X était une femme charmante qui comprenait bien les problèmes de sa fille, qu’elle faisait tout son possible pour la soigner, DÉCLARÈRENT CEPENDANT QU’ELLE NE POURRAIT PAS S’OCCUPER À PLEIN TEMPS D’UN CAS COMME CELUI DE SA FILLE QUI ENGENDRERAIT UN STRESS TROP IMPORTANT. CES AUTORITÉS FINIRENT PAR FAIRE ENTENDRE QUE MADAME X DEVAIT AVOIR DES PROBLÈMES DE SANTÉ MENTALE.

CE GENRE DE SITUATION SE PASSE RÉGULIÈREMENT DANS LA MAJORITÉ DES CAS OÙ UNE COMPLICATION VACCINALE S’EST PRODUITE. Je n’ai pas encore rencontré de famille où les choses ne se sont pas produites de cette façon.

MADAME X, COMME BEAUCOUP D’AUTRES PARENTS, A FINALEMENT DÛ SE SOUMETTRE À DES HEURES DE TESTS ET D’ÉVALUATIONS PSYCHIATRIQUES.

LES SERVICES SOCIAUX ONT ALORS DÉCLARÉ QUE MADAME X ÉTAIT NÉGLIGENTE VIS-À-VIS DE SA FILLE, QU’ELLE METTAIT EN FAIT LA VIE DE SA FILLE EN DANGER EN COURANT D’UN EXPERT À L’AUTRE POUR OBTENIR DES ÉVALUATIONS, DES RÉPONSES ET DES TRAITEMENTS QUI N’EXISTAIENT PAS EN GRANDE BRETAGNE.

A ces accusations, Madame X rétorqua que LE TRAITEMENT QU’ELLE A FINALEMENT PU TROUVER À L’ÉTRANGER A, EN FAIT, BEL ET BIEN SAUVÉ LA VIE DE SA FILLE et que tout ce dont elle est coupable est d’avoir tenté l’impossible pour sauver son enfant qui était quasi mourante.

A la suite des accusations dont elle avait fait l’objet, MADAME X REÇUT L’INTERDICTION DE PHOTOGRAPHIER SON ENFANT, ET N’ÉTAIT AUTORISÉE À LUI RENDRE VISITE QUE TOUS LES 7 À 10 JOURS, SOUS STRICTE SURVEILLANCE.

Charles Pragnell qui est un consultant indépendant en gestion, défenseur des familles, expert en protection de l’enfance, a déjà pu apporter plusieurs éléments de preuve dans des procès en Angleterre, Ecosse et Nouvelle Zélande.

Dans son article « HARCÈLEMENTS OBLIGATOIRES DES ENFANTS ET DES FAMILLES » (2), il explique :

« La recherche montre que PLUSIEURS CENTAINES DE MILLIERS D’ENFANTS, AINSI QUE LEURS FAMILLES SONT PLACÉS, SANS RAISONS VALABLES, SOUS LA SURVEILLANCE D’ORGANISMES DE PROTECTION DE L’ENFANCE. CES PERSONNES QUI SONT AINSI SOUMISES À DES ENQUÊTES INQUIÉTANTES, SE VOIENT ÉVIDEMMENT STIGMATISÉES DANS LEUR ENTOURAGE ET FINISSENT PAR SE RETROUVER COMPLÈTEMENT ISOLÉES. Beaucoup de familles signalent que CES ENQUÊTES INUTILES ONT DÉVASTÉ ET MÊME DÉTRUIT LEURS VIES. D’AUTRES RECHERCHES ONT AUSSI MONTRÉ QUE LES ENFANTS ONT SOUFFERT DE GRAVES ET LONGS TROUBLES ÉMOTIONNELS À LA SUITE DE CES TYPES D’ENQUÊTES. »

DANS UN AUTRE ARTICLE (3), IL EST FAIT ÉTAT DU NOMBRE IMPORTANT D’ENFANTS QUI ONT SOUFFERT DE GRAVES TROUBLES À LA SUITE DES EFFETS SECONDAIRES DES VACCINATIONS. IL PENSE QUE DE NOMBREUX PARENTS SONT FAUSSEMENT ACCUSÉS D’ABUS D’ENFANTS APRÈS UNE VACCINATION. Il poursuit en disant que très souvent CES PARENTS SONT MONTRÉS DU DOIGT PAR LES AGENCES DE PROTECTION DE L’ENFANCE POUR NÉGLIGENCE OU EXCÈS D’ANXIÉTÉ. Il déclare :

« Ces parents sont accusés d’être hyper anxieux, et s’il leur arrive de demander plusieurs avis médicaux, ils sont également épinglés. AU ROYAUME-UNI, CES PARENTS SONT CONVOQUÉS À DES CONFÉRENCES ORGANISÉES PAR LA PROTECTION DE L’ENFANCE APRÈS AVOIR ÉTÉ SOUMIS À DES ENQUÊTES EXTRÊMEMENT INVASIVES. ILS NE SONT PAS AUTORISÉS À ÊTRE REPRÉSENTÉS BIEN QU’ILS SOIENT ACCUSÉS D’INFRACTION PÉNALE POUR AVOIR NÉGLIGÉ LEUR ENFANT. ILS SONT ENSUITE SOMMAIREMENT DÉCLARÉS COUPABLES EN FONCTION DES OPINIONS ET DES SUPPOSITIONS DES PROFESSIONNELS PRÉSENTS DONT BEAUCOUP NE LES ONT JAMAIS RENCONTRÉS.»

Ceci est exactement ce dont Madame X a été accusée. L’opinion de Monsieur Pragnell correspond parfaitement à celle de Lisa Blakemore-Brown, psychologue auteur et expert en matière d’autisme. Dans un article « L’arnaque du vaccin contre la rougeole » paru dans le journal « The Independent Newspaper », elle déclare :

« Le professeur Elisabeth Miller, chef du département « Immunisation » au Royaume- Unii a travaillé en étroite collaboration avec Bob Chen au CDC QUAND LES PREMIÈRES ÉTUDES SUR LE THIMÉROSAL FURENT « ARRANGÉES ». Cette personne siégeait dans le « Committee for Vaccination and Immunisation/Adverse Reactions Sub Committee » avec le Dr David Salisbury et le professeur Roy Meadow quand le vaccin ROR fut introduit.

Dans le cas de Sally Clark, le professeur Meadow l’accusa de tuer ses deux enfants qui venaient juste d’être vaccinés ; l’un de ses enfants avait juste été vacciné 5 heures auparavant. A ma connaissance, en tant que psychologue spécialisé dans les cas d’autisme depuis 1993 et travaillant en tant que psychologue spécialisée dans ces questions depuis 1984, je puis affirmer que BEAUCOUP DE PARENTS DONT LES ENFANTS ONT MAL RÉAGI À UN VACCIN ONT ÉTÉ FAUSSEMENT ACCUSÉS DU SYNDROME DE MUNCHHAUSEN PAR PROCURATION (MSBP). DES EFFETS SECONDAIRES CONNUS DE VACCINS ONT ÉTÉ TRANSFORMÉS EN ABUS D’ENFANTS. ON A ENSEIGNÉ AUX SERVICES À VOIR LES CHOSES DE CETTE MANIÈRE ET À AGIR EN CONSÉQUENCE. CERTAINS PARENTS SE SONT VUS ARRACHER LEURS ENFANTS, D’AUTRES ONT ÉTÉ MIS EN PRISON ET SALLY CLARK A PERDU ET SES ENFANTS ET LA VIE. »

Il semble que QUAND UNE COMPLICATION VACCINALE SE PRODUIT, LE GOUVERNEMENT ET LA PROFESSION MEDICALE FONT L'IMPOSSIBLE POUR ETOUFFER L'AFFAIRE ET PROTEGER LES PROGRAMMES DE VACCINATION. N’est-il pas plus facile de REJETER LA FAUTE SUR LES PARENTS ? Quand un enfant est victime de complications vaccinales, les parents sont automatiquement accusés de négligence ou d’abus d’enfants, ce qui détourne l’attention des vaccinations en la dirigeant directement sur les parents.

AU ROYAUME-UNI, C’EST CE QU’ON APPELLE SANS RIRE LA « PROTECTION DE L’ENFANCE». PERSONELLEMENT, JE PARLERAIS PLUTÔT DE PROTECTION DES PROGRAMMES VACCINAUX ET DES SOLDES BANCAIRES.

Références

1. Laura Clark Daily Mail ‘10,000 children taken into care: Numbers have doubled in the past four years’ Read more: http://www.dailymail.co.uk/news/article-2128465/10-000-children-taken-care-…

2. Charles Pragnell – Mandatory Persecution of Children and Families http://www.fassit.co.uk/persecution_of_children.htm

3. Charles Pragnell – Vaccines and Child Abuse Accusations http://www.fassit.co.uk/vaccines_child_abuse.htm

4. Lisa Blakemore-Brown – The Independent Newspaper Measles Vaccine http://www.theoneclickgroup.co.uk/news.php?id=2739#newspost


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 7 Juin - 15:21 (2012)    Sujet du message: DEPOPULATION : NOUVEAU CAS DE DÉCÈS D’UN BÉBÉ SUITE À UNE VACCINATION TOXIQUE ! Répondre en citant

DEPOPULATION : NOUVEAU CAS DE DÉCÈS D’UN BÉBÉ SUITE À UNE VACCINATION TOXIQUE !





Chers amis,

VOICI À NOUVEAU UN CAS DE DÉCÈS D’UN BÉBÉ SUITE AUX VACCINS TOXIQUES !

Il est désormais clair que SANS RÉACTION TRÈS FAROUCHE DES PARENTS CONTRE LES AUTORITÉS POURRIES ET VENDUES AU LOBBY DE L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE MONDIALISTE, LES DÉCÈS SE POURSUIVRONT TAMBOUR BATTANT.

VOUS êtes les SEULS décideurs de votre futur, de la santé ou de l’empoisonnement de vos enfants par les vaccins-tueurs.
A bon entendeur…

L’excellente mais très triste article, ci-dessous.

BONNE RÉVOLUTION… OU BON EMPOISONNEMENT ET BONNE MORT ! Vic.


P.S. : merci à la personne qui m'a signalé cet article ! Elle se reconnaîtra...

Source :
http://www.initiativecitoyenne.be/article-deces-d-un-enfant-a-renaix-une-semaine-apres-ses-vaccins-106525052.html

Mercredi 6 juin 2012

DECES D'UN ENFANT A RENAIX, UNE SEMAINE APRES SES VACCINS




Le journal néerlandophone De Morgen rapporte ce jour, sur son site internet (cf.
http://www.demorgen.be/dm/nl/989/Binnenland/article/detail/1449996/2012/06/06/Kind-en-Gezin-onderzoekt-overlijden-peuter-in-Ronse.dhtml?utm_source=RSSReader&utm_medium=RSS ), le DECES A RENAIX DE XANDRO, UN ENFANT D'UN AN ET DEMI, UNE SEMAINE SEULEMENT APRES SES VACCINS EFFECTUES A KIND & GEZIN (L'EQUIVALENT NEERLANDOPHONE DE L'ONE).

Kind & Gezin dit mener l'enquête sur le décès de cet enfant. LES PARENTS ONT DIT DANS LE CADRE DU JOURNAL DE VTM QUE LEUR ENFANT ETAIT DECEDE SUITE A UNE VACCINATION MAIS KIND EN GEZIN A INSISTE POUR DIRE QU'IL ETAIT TROP TOT POUR TIRER LA MOINDRE CONCLUSION SUR LE LIEN ENTRE LE DECES ET LA VACCINATION.

Selon les parents de l'enfant, C'EST SUITE A CETTE CONSULTATION A KIND & GEZIN QUE LE BAMBIN A FAIT UN ARRET CARDIAQUE. L'ENFANT A REÇU LES INJECTIONS EN DEPIT D'UNE SANTE FRAGILE QUI S'ETAIT DETERIOREE DEPUIS UNE INFECTION AU VIRUS RESPIRATOIRE SYNCYTIAL (RSV), contractée six mois auparavant, ont encore expliqué les parents.

"UN MEDECIN DE KIND & GEZIN A VACCINE L'ENFANT LE 25 MAI DERNIER ET LE 3 JUIN, L'ENFANT EST DECEDE" a réagi Leen Du Bois, porte-parole de Kind & Gezin. CELLE-CI A BIEN INSISTE A CE STADE POUR DIRE QU'IL ETAIT ENCORE TROP TOT POUR CONSIDERER QU'IL Y A LE MOINDRE LIEN ENTRE LE DECES ET LA VACCINATION. Kind & Gezin est présentement en train d'ANALYSER ce cas a-t-elle aussi déclaré. "Nous allons maintenant, avec toutes les données dont nous disposons, chercher à établir ce qui s'est réellement passé".

ENFIN, KIND & GEZIN SOULIGNE QUE LES PARENTS NE DEVRAIENT PAS S'INQUIETER INUTILEMENT AU SUJET DES VACCINATIONS.

VIDEO : voir sur
http://www.initiativecitoyenne.be/article-deces-d-un-enfant-a-renaix-une-semaine-apres-ses-vaccins-106525052.html

Selon cette vidéo, une autopsie a été ordonnée. LES PARENTS DEPLORENT LE FAIT QUE LE MEDECIN AIT QUAND MEME VACCINE LEUR ENFANT ALORS QU'IL ETAIT MALADE ET ESTIMENT QUE CELUI-CI AURAIT DU S'ABSTENIR DANS PAREILLES CIRCONSTANCES. Selon ce que dit cette vidéo, S'IL S'AVERE QUE KIND & GEZIN A COMMIS UNE FAUTE, LES PARENTS INTRODUIRONT UNE PLAINTE. ILS ONT DEJA REÇU PLUS D'UNE CENTAINE DE REACTIONS SUR LEUR PAGE FACEBOOK.


Les parents de Xandro, dans une tristesse dont on imagine la profondeur

POUR CEUX QUI CONNAISSENT UN MINIMUM LE SUJET DES VACCINS, IL Y A D'ORES ET DEJA UNE CERTITUDE A CE STADE : C’EST QUE JAMAIS LES OFFICIELS N’ADMETTRONT LE MOINDRE LIEN ENTRE CE DECES ET LES VACCINS ET CE, QU’IL Y AIT ENQUETE OU PAS.

Il est en effet crucial de prendre conscience des POINTS COMMUNS ENTRE TOUS CES CAS QUI SE SUCCEDENT, que ce soit celui de cette petite fille paralysée par les vaccins et volée à sa mère par l’Etat en Grande-Bretagne (cf.
http://www.initiativecitoyenne.be/article-une-enfant-paralysee-par-les-vaccinations-et-volee-a-sa-mere-par-l-etat-106500153.html ), celui de la petite de Charleroi (cf. http://www.initiativecitoyenne.be/article-deces-suspect-d-un-bebe-a-charleroi-un-ou-plusieurs-vaccin-s-en-cause-90593601.html ) ou beaucoup d’autres cas encore : A CHAQUE FOIS, LES OFFICIELS NIENT TOUT EN BLOC, TOUT SIMPLEMENT PARCE QUE RECONNAITRE PUBLIQUEMENT LE LIEN ENTRE LEURS DIVINS VACCINS ET LE MOINDRE DECES ELOIGNERAIT A FORT JUSTE TITRE DES MILLIERS DE PARENTS DES VACCINS QU’ILS VEULENT FOURGUER A TOUS AVEC UN MINIMUM D’EXCEPTIONS ET DE CONTRE-INDICATIONS MEDICALES POSSIBLES.

Et on le voit, LE RESULTAT EST TRAGIQUE ET HORRIFIANT, C’EST CELUI DU SACRIFICE INACCEPTABLE D’ENFANTS DONT LA VIE EST A JAMAIS DETRUITE, SOIT DU FAIT DU DECES OU DE SEQUELLES GRAVES ET IRREVERSIBLES QUI SONT UNE TRAGEDIE POUR LES FAMILLES EN PLUS D’ETRE UN FARDEAU FINANCIER CONSEQUENT POUR LA SOCIETE.

Il semble évident que LA MAUVAISE FOI DES OFFICIELS est à l’œuvre puisqu’ils NIENT jusqu’au fait, pourtant scientifiquement établi, QUE LES VACCINATIONS AFFAIBLISSENT LE SYSTEME IMMUNITAIRE ET INDUISENT UNE IMMUNODEPRESSION QUI EST LA SOURCE POSSIBLE DE TOUTE UNE SERIE D’INFECTIONS OPPORTUNISTES POTENTIELLEMENT GRAVES.(cf. références scientifiques indiquées au point (18 ) en page 16/22 du document pdf suivant :
http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/Notre-reponse-a-la-reponse-de-Mme-Onkelinx.pdf ) EXACTEMENT COMME ILS NIENT AUSSI LE LIEN ENTRE MORT SUBITE DU NOURRISON ET VACCINATION, UNE CONNEXION POURTANT ETABLIE PAR PLUSIEURS PUBLICATIONS SCIENTIFIQUES RIGOUREUSES. Et puis rappelons aussi les travaux du Dr Viera Scheibner d'Australie qui a montré, elle aussi, un LIEN EVIDENT ENTRE VACCINATION ET MORT SUBITE DU NOURRISSON avec la mise en évidence de ce qu'elle a appelé "la dynamique des jours critiques" (cf. http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/3/27/09/71/dec-2011/Nexus-janvier-fevrier-2006.pdf ) et la démonstration que CHAQUE DOSE DE VACCIN ALTERE AINSI LA RESPIRATION DE L'ENFANT PENDANT 48 JOURS !

LE DENI DESESPERANT ET DEFINITIF AUQUEL ON PEUT HELAS S’ATTENDRE EST PITOYABLEMENT ILLUSTRE PAR L’ATTITUDE DE L’ONE, QUI A L’INDECENCE DE NIER TOUT LIEN ENTRE LE VACCIN ANTI-HEPATITE B ET LA SCLEROSE EN PLAQUES ALORS QU’UN TEL EFFET FIGURE POURTANT DANS LA NOTICE DES VACCINS ET QU’ILS CONSEILLENT POURTANT, IRONIE DU SORT, DE TOUJOURS BIEN LIRE!

Le discours de circonstance est donc toujours le même (« on va mener l’enquête pour savoir exactement ce qui s’est passé ») mais LE RESULTAT EST ETRANGEMENT TOUJOURS SI PREVISIBLE et on sait tous que LES VACCINS SORTIRONT TOUJOURS BLANCHIS ET que LES PARENTS RESTERONT AINSI TOUJOURS TRAHIS PAR RAPPORT A LA CONFIANCE NON MERITEE QU’ILS AVAIENT MISE EN TOUTES CES INSTANCES QUI SE TARGUENT POURTANT DE PROTEGER LA SANTE DE L’ENFANT !

En réalité, comment s’étonner de tels décès d’enfants lorsqu’on sait qu’il n’y a JAMAIS de véritables groupes témoins/groupes placebos (cf.
http://www.initiativecitoyenne.be/article-vaccins-le-vrai-scandale-des-faux-placebos-97058382.html ) dans les essais cliniques de vaccins et que donc le taux d'effets secondaires est toujours artificiellement gonflé dans le faux groupe placebo CE QUI PERMET DE FAIRE PASSER LES VACCINS COMME BEAUCOUP PLUS SURS QUE CE QU'ILS NE SONT REELLEMENT ?

COMMENT S’ETONNER DE TELS DECES D’ENFANTS ALORS QU’IL N’Y A JAMAIS, CONTRAIREMENT AUX AUTRES MEDICAMENTS, D’ANALYSE PHARMACOCINETIQUE (cf.
http://www.initiativecitoyenne.be/article-la-securite-des-vaccins-n-a-jamais-ete-une-priorite-97113833.html ) IMPOSEE AUX VACCINS, c'est-à-dire des analyses qui étudient le devenir des différents composants du vaccin une fois administré dans le corps après injection ?

TANT QUE LES VACCINS CONTINUERONT DE BENEFICIER DE TELS PASSE-DROITS, que l’évaluation de leur prétendue sécurité continuera d’être limitée à quelques jours, qu’ils continueront d’être dispensés de tests pour évaluer leurs potentiels cancérogène, mutagène et tératogène, qu’on ne tiendra pas compte de la sous-notification notoire de leurs effets secondaires (cf.
http://idata.over-blog.com/3/27/09/71/2011/AFSSAPS-sous-notification.JPG ) et que les conflits d’intérêts régneront en maîtres ici en Belgique, au niveau européen ou celui de l’OMS, CES DRAMES SE REPRODUIRONT ET LA ROULETTE RUSSE FERA QUE CELA POURRA POTENTIELLEMENT TOMBER SUR CHACUN DE VOS ENFANTS, A LA MANIERE D'UN TERRIBLE TERRORISME SANITAIRE hélas.

Une telle situation est déjà gravissime en soi mais si en plus, LES PARENTS ne sont même pas avertis du caractère, par définition, expérimental de TOUS ces cocktails de vaccins qu’on administre à la chaîne à leurs enfants, ils SONT EN DROIT ET ONT MEME LE DEVOIR MORAL DE SE RETOURNER CONTRE CES AUTORITES INDIGNES QUI LES ONT AINSI VOLONTAIREMENT TROMPES, EN DEPIT DU FAIT QU’ELLES ONT ETE PLUS D’UNE FOIS ALERTEES PAR DES ASSOCIATIONS COMME LES NÔTRES.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 8 Juin - 21:12 (2012)    Sujet du message: INDIA : 27 CHILDREN DIE OF MYSTERIOUS DISEASE Répondre en citant

INDIA : 27 CHILDREN DIE OF MYSTERIOUS DISEASE

INDIA : 27 CHILDREN DIE OF MYSTERIOUS DISEASE

Patna, June 5, 2012, DHNS:

With three more deaths reported on Tuesday, altogether 27 children have died so far in the last 11 days in Muzaffarpur and Gaya due to a mysterious disease. It is suspected that most of the children have succumbed to brain-fever, also called encephalitis, but the health department officials in Bihar have not confirmed the cause of the death yet.

“It is yet to be confirmed whether the deaths are due to encephalitis or any other ailment,” said Dr SP Singh, Director-in-chief, Health Services. Singh has sought a detailed report from the civil surgeons of the two districts.

Meanwhile, Health Commissioner Amarjit Sinha rushed to Muzaffarpur on Tuesday and took stock of the alarming situation. Altogether 19 children have died in the district due to ‘brain fever’. He assured the parents that those children admitted in Muzaffarpur hospitals would be shifted to Patna for best possible treatment.


http://www.deccanherald.com/content/254843/27-children-die-mysterious-disease.html 

CENTRE TO LAUNCH MASS VACCINATION DRIVE IN SIX DISTRICTS

Just one more vaccination to finish the death killing of childrens

PATNA: Centre has agreed in principle to undertake mass vaccination campaign in six districts of Bihar, including Gaya and Muzaffarpur where more than 20 children have died due to suspected encephalitis during the last 15 days.

Principal secretary, health, Amarjeet Sinha said, "We had earlier requested the Centre to carry out a mass vaccination programme against Japanese Encephalitis (JE) in Gaya and other affected districts. However, the Centre had expressed its inability due to shortage of vaccines. But, keeping in view the urgency of situation, it has now decided to launch mass vaccination campaign in affected regions. The regions include Gaya and Muzaffarpur, the two most severely affected districts."

Sinha claimed that only a single case of suspected encephalitis was reported from Gaya in the last 72 hours while two children admitted earlier were undergoing treatment. Both the children are from Aurangabad and Imamganj, Gaya, he said, adding a team from Patna will go to the affected villages on Friday where a mass vaccination drive would be launched in affected areas and Mahadalit localities. In Muzaffarpur, Sinha said four children were admitted to hospital on Thursday - two in Sri Krishna Medical College and Hospital and two at a private nursing home.

Strongly refuting the reports of children dying due to suspected encephalitis in Patna Medical College and Hospital (PMCH), Sinha said, "Not a single death has occurred at the PMCH. The casualties were due to heatstroke and dehydration coupled with convulsion syndrome." With regard to Gaya and Muzaffarpur, he said even samples tested by Rajendra Memorial Research Institute (RMRI) for suspected JE were negative.

Sinha, who visited both Muzaffarpur and Gaya on Tuesday, said, "In Muzaffarpur, the number of deaths reported from government medical college hospital was less than Kejriwal Hospital, which does not have an ICU. We have arranged for two ambulances there."

In a new development, the state health department has found substance in the theory propounded by a Muzaffarpur doctor, who has attributed the disease to excessive heat and humidity. "During my Muzaffarpur visit, at almost every hospital reporting encephalitis cases, I encountered children with extreme dehydration. Surely, there has been some connection between the excessive heat condition prevailing in the state and the deaths. That with the onset of monsoon, the disease subsides, gives credence to the theory," he said. He said the referred cases to both Muzaffarpur and Gaya had come from East Champaran and Sheohar districts.

http://timesofindia.indiatimes.com/city/patna/Centre-to-launch-mass-vaccination-drive-in-six-districts/articleshow/13913796.cms


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Juin - 17:40 (2012)    Sujet du message: UNICEF APPELLE À RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA DIARRHÉE ET LA PNEUMONIE CHEZ LES ENFANTS Répondre en citant

UNICEF APPELLE À RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA DIARRHÉE ET LA PNEUMONIE CHEZ LES ENFANTS



Une femme s'occupe de son bébé après avoir reçu des conseils sur des soins à domicile contre la diarrhée entre autre. Photo UNICEF


8 juin 2012 –

Un rapport publié vendredi par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) met en évidence l'immense potentiel pour sauver les vies d'enfants, surtout dans les pays en développement, en renforçant la lutte contre la pneumonie et la diarrhée, qui sont les deux causes majeures de mortalité chez les enfants âgés de moins de cinq ans.

« Nous savons comment combattre ces deux infections. En renforçant des interventions de base, nous pourrions surmonter les plus grands obstacles qui se posent aujourd'hui à l'amélioration des chances de survie des enfants », a assuré le Directeur exécutif de l'UNICEF, Anthony Lake, dans un communiqué de presse.

La pneumonie et la diarrhée sont responsables de près d'un tiers des décès chez les enfants âgés de moins de cinq ans dans le monde, soit plus de deux millions d'enfants par an. Presque 90% de ces décès ont lieu en Afrique sub-saharienne ou en Asie du sud.

La prévention et le traitement de ces maladies s'appuient sur des éléments très simples, comme une MEILLEURE VACCINATION, L'ALLAITEMENT MATERNEL, UNE HYGIÈNE DES MAINS RÉGULIÈRE, UN ACCÈS ÉLARGI À L'EAU POTABLE ET LA FOURNITURE DE SELS DE RÉHYDRATATION pour certains enfants atteints de diarrhée, ainsi que d'antibiotiques pour traiter les cas de pneumonie bactérienne.

Le traitement des enfants atteints de pneumonie ne se fait pas de façon systématique, un tiers seulement des enfants affectés recevant des antibiotiques. Il en va de même pour les enfants souffrant de diarrhée, dont un tiers a besoin d'être soigné à l'aide de sels de réhydratation peu onéreux.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28332&Cr=UNICEF&Cr1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 20 Juin - 12:39 (2012)    Sujet du message: U.S. FORCES SUPPORT ANTI-MALARIA HEALTH CAMPAIGN IN AFRICA Répondre en citant

U.S. FORCES SUPPORT ANTI-MALARIA HEALTH CAMPAIGN IN AFRICA

Posted by: Health.mil Staff

Tuesday, June 19, 2012

Two new task forces set up by U.S. Africa Command are supporting global health efforts to combat malaria, with a focus in sub-Saharan Africa.

Ninety percent of the world’s malaria-related deaths are reported in Africa, mostly in the sub-Saharan region, and the disease kills some 600,000 African children each year. Malaria is a disease caused by a parasite which is transmitted via the bite of infected mosquitoes. In an interview with the American Forces Press service, Army Col. (Dr.) John Andrus, Africom’s deputy surgeon and medical logistics division chief said, “The toll is so devastating that it overshadows Africa’s other medical challenges, including HIV/AIDS and tuberculosis.”

Africom’s regional task forces will help partner nations present a unified front against the problem. The command stood up the East African Malaria Task Force in December with plans to form a similar task force in West Africa by the year’s end, Andrus reported.  The East African task force covers Burundi, Kenya, Uganda, South Sudan, Rwanda and Tanzania .

“This is a wonderful example of what it means to work with our partners, assist them in coming up with solutions to their own challenges, and then to be a partner with them as we move toward addressing those challenges,” Andrus said. Ultimately, he said, this supports the concept of, “stability through health.” Andrus added, “Helping partner nations protect their military forces against disease supports the bigger goal of establishing professional militaries that are trusted by their populations and able to respond to crises.”

Read the AFPS article

Read more about U.S. Africa Command


Category:

Tags healthGlobal Health Engagement


http://www.health.mil/blog/12-06-19/U_S_Forces_Support_Anti-Malaria_Health_Campaign_in_Africa.aspx


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 20:24 (2012)    Sujet du message: CAMBODIA LAUNCHES NATIONAL MEASLES IMMUNIZATION CAMPAIGN AND BUY RS GOLD HERE Répondre en citant

CAMBODIA LAUNCHES NATIONAL MEASLES IMMUNIZATION CAMPAIGN AND BUY RS GOLD HERE (2011) 


Cambodian children dying from mysterious illness



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=ruX6y3bidbs 


The particular Cambodian federal government brought out Thurs the 2011 Measles Immunization Campaign focused to vaccinate most infants and children good old via On the lookout for months to decades using a person measure associated with measles vaccine. For a unique marriage ceremony with Phnom Penh in addition to gone to by the Reverend involving Wellness, Governor of Phnom Penh Municipality along with associates with overall health improvement lovers, Bun, reverend with well being stated "the This year Measles Immunization Plan goals to be able to vaccinate many infants and children aged from Being unfaithful many months to many years with one dosage connected with measles vaccine".

Your Reverend involving Health revealed which the 2011 Measles Immunization Promotion has the full assist of the Authorities regarding Cambodia, and it's thought to be critical with additional strengthening well being products and services delivery, for communities in hard to get to locations which rely on outreach products and services on the neighborhood overall health middle. A Ministry of Health, in conjunction with 27 different places plus territories inside American Hawaiian, have focused on experienceing this nationwide intention on the removal of measles simply by 2012. Measles carries on result in sizeable death in addition to disability around the world, especially in small infants and children, in spite of a powerful and safe vaccine which puts a stop to measles disease being offered for quite a while currently.

In line with public facts introduced with the Ministry of Wellbeing, measles acne outbreaks are already developing around Cambodia recently, along with The new year had the biggest number of small children acquiring measles. Dr .. Pieter, associated with the planet Health Corporation Region documented within the marriage ceremony in which "the success of this measles immunization strategy is crucial for Cambodia achieving their country's goal with measles treatment by Next year, plus keeping further outbreaks associated with measles in the nation.

Among today plus the end associated with Walk, the actual Secretary of state for Wellbeing might be sending vaccination teams, supported by village wellbeing assist set throughout the region.

This article comes from Jack, and he is a good worker in our company, our company sells the Battle of the
Runescape Gold and RS Gold. If you want to buy RS Gold, you can come to our company, we will wait for you.

http://lhh123.skyrock.com/3077077759-Cambodia-Launches-National-Measles-Immunization-Campaign-and-Buy-RS.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Juil - 13:21 (2012)    Sujet du message: LABOUR CAMP FOR VACCINE DAD Répondre en citant

LABOUR CAMP FOR VACCINE DAD

2nd September 2011


A court in the Chinese capital has upheld the sentencing of the father of a child sickened by a tainted tuberculosis vaccine to five months in labour camp after he repeatedly campaigned for public acknowledgement of the problem.

The Beijing Intermediate People's Court upheld the sentence of five months' "re-education through labour" handed to parent activist Yang Yukui on Tuesday, during a brief closed-doors session with no trial, his wife said.

Yang was detained in Beijing's Western district on Aug. 15 on charges of "provoking disputes and causing trouble."

The couple's five-year-old son Yang Xinhao has been in and out of hospital ever since being given a bacille Calmette-Guerin (BCG) vaccination shortly after birth, they say.

"There was no trial, just a sentence," said Yang's wife, Zhou Suying, who attended the sentencing. "The original sentence of five months was upheld [on appeal]."

Yang has rejected the sentence and denied the charges, she said.

"But he has been given no opportunity to speak," Zhou said. "He was taken away as soon as the sentence was passed. I could still hear him shouting in the corridor."

Tainted vaccine

Yang's detention came during one of several trips to the Beijing Children's Hospital to try to persuade staff to address his son's problem after the child developed strange swellings across his body following a BCG vaccination for tuberculosis.

Yang Xinhao experienced widespread swelling of his lymph nodes following the jab, according to his parents.

The problem appears to be commonly reported in China.

According to an article published on the Jinshengwang health care website by the Puyang No. 5 People's Hospital in central Henan province, doctors at the hospital saw 17 cases of children who experienced similar problems to Yang Xinhao.

Between 2002 and 2005, the hospital treated 11 boys and eight girls aged between six months and 18 months who experienced lymph-node swellings following a BCG injection.

Zhou said the charges were an attempt to deflect attention from official responsibility for tainted vaccines.

"Once again, they accused [him] of threatening doctors, but nothing like that ever happened," she said. "The main reason is that Yang Yukui started petitioning on behalf of our child."

"This is an act of oppression on the part of the government," Zhou said. "The security guards outside the ministry of health surrounded Yang Yukui, beating him up until he sustained a fracture. Now they are saying we were the ones doing the beating."

Zhou said she had asked the court to view security camera footage from the alleged encounter, which she said would show security guards attacking the couple, to no avail.

"They said they had no power to do this," she said.

Yang's lawyer declined to comment on the case.

"You should speak to his family," the lawyer said. "It's not convenient for me to speak."

Avoiding the problem

Tainted and substandard vaccines are frequently the subject of complaints against health care providers and government departments by parents across China.

However, while officials sometimes offer compensation to the families of those affected, they refuse to admit publicly that there is a problem, sparking widespread anger and renewed activism.

A cutting-edge report in the China Economic Times revealed last year that improperly stored vaccines were administered by Shanxi health officials.

Routine vaccinations for encephalitis, hepatitis B, and rabies between 2006 and 2008 killed four children and sickened more than 70 others, the paper said.

Tainted vaccinations were still being used as late as March 2009, reports said.

The incident was one of a string of safety scandals to hit Chinese foods and medicines.

Last November, authorities in the northern province of Shanxi detained parent activist Yi Wenlong, who tried for several years to lodge a complaint against Shanxi health officials after his daughter was given a faulty encephalitis vaccine at her school in 2006.

Anger over sentence

Yi said in an interview on Tuesday that he fully supported Yang's attempts to expose the problem of tainted vaccines in China, and expressed anger at the sentence.

"For as long as there are vaccine victims and their parents, we won't fear oppression, because our children need medical treatment," Yi said.

"If you bring down one, there will be even more who stand up in their place," he said. "The harder you suppress them, the more popular anger there will be."

China's pharmaceutical industry is highly lucrative but poorly regulated, resulting in a string of fatalities blamed on counterfeit or shoddy medications in recent years.

China's former top drug regulator was executed in 2007 for taking millions of dollars in bribes to approve substandard medicines, including an antibiotic that killed at least 10 people.

Reported by Ding Xiao for RFA's Mandarin service, and by Fung Yat-yiu for the Cantonese service. Translated and written in English by Luisetta Mudie.


http://www.healthcare-today.co.uk/news/labour-camp-for-vaccine-dad/19604/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Juil - 03:07 (2012)    Sujet du message: ARMY MEDIC COURT-MARTIALED FOR REFUSING EXPERIMENTAL VACCINE Répondre en citant

ARMY MEDIC COURT-MARTIALED FOR REFUSING EXPERIMENTAL VACCINE
 
Mike talks with a U.S. Army Medic, Sean Niemi, who reports about refusing to take and give his troops, an experimental vaccine and being court martialed in the aftermath. He also points out how the army ignored it's own laws just so he could be made an example of, incase others might follow his footsteps. Money was withheld as well.



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=Xhdh3UpK0Yo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Juil - 17:41 (2012)    Sujet du message: UNE MALADIE TUEUSE D'ENFANTS AU CAMBODGE: ET SI C'ÉTAIT LEURS VACCINS? Répondre en citant

UNE MALADIE TUEUSE D'ENFANTS AU CAMBODGE: ET SI C'ÉTAIT LEURS VACCINS?


Voir les campagnes de vaccination qui ont eu lieu au Cambodge, ces dernières années.

http://scholar.google.ca/scholar?q=VACCINATION+CAMPAIGN+CAMBODGE&hl=fr&as_sdt=0&as_vis=1&oi=scholart&sa=X&ei=2Ez8T7SEJMnh0wGJltjGBg&ved=0CFIQgQMwAA



Plusieurs articles (sur Destinationsante, sur Asie-Info,...) font état de plus d'une soixantaine de morts d'enfants ces trois derniers mois au Cambodge. Les enfants auraient présenté une dégradation rapide de leur fonction respiratoire avec également des symptômes d'ordre neurologique.

Sur 62 enfants touchés, 61 en seraient décédés selon Destinationsante (Asie-Info faisant état de chiffres plus élevés d'hospitalisations), avec des décès qui survenaient dans les 24 premières heures d'hospitalisation. La maladie ne semble pas contagieuse et selon l'Institut Pasteur du Cambodge qui aurait déjà effectué plusieurs analyses, le virus H5N1 n'est pas en cause, pas plus qu'un autre virus grippal, le SRAS ou le Nipah. D'autres maladies qui sévissent également dans ce pays sont scrutées attentivement comme la dengue, le chikungunya ou la maladie pieds-mains-bouche (fièvre aphteuse).

Selon l'OMS, "il pourrait s’agir d’une combinaison de différentes maladies avec les mêmes signes cliniques, mais causée par différents pathogènes, ou de quelque chose de nouveau." 
 
Hélas, ce n'est certainement pas l'OMS qui viendra suspecter un lien possible entre le décès de ces enfants et les vaccins qu'ils auraient précédemment reçus. Et pourtant, pour ceux qui connaissent un peu le sujet, un tel lien à ce stade reste à tout le moins possible puisque : 
 
- les vaccins amoindrissent et affaiblissent les défenses immunitaires (contrairement aux fausses allégations comme quoi "ils renforceraient le système immunitaire"), laissant ainsi les individus vaccinés particulièrement vulnérables à une foule de maladies opportunistes pouvant s'avérer graves et même parfois fatales dans les suites d'une précédente vaccination. De ce fait, les vaccinations peuvent parfois avoir une responsabilité indirecte mais non moins décisive dans un nombre considérablement sous-estimé de situations, en plus de leurs effets secondaires directs, que ceux-ci soient plus ou moins rapides à se manifester ou plus différés dans le temps.

- les vaccins peuvent tout à fait donner lieu à des effets secondaires graves d'ordre respiratoire et également neurologique pouvant parfois s'avérer mortels.  
- ces enfants pourraient avoir reçu certains lots de vaccins contaminés ou particuliers.
- les effets secondaires des vaccins sont pour la plupart non contagieux (sauf quand il s'agit de vaccins à virus vivants atténués pouvant se transmettre de personne à personne)  
- les enfants font incontestablement partie des personnes les plus vaccinées puisqu'une majorité de vaccinations sont particulièrement concentrées dans l'enfance, avec un calendrier vaccinal de plus en plus démentiel, même dans les pays pauvres qui ne cessent d'imiter, sous l'instigation de l'OMS, les pays occidentaux dans leur inflation vaccinale des plus déraisonnables.
- les vaccins, de par leurs risques pour l'ADN humain (ils contiennent plusieurs subtances mutagènes) et les recombinaisons microbiennes qu'ils favorisent, sont une des grandes causes les plus vraisemblables de l'émergence d'une infinité de nouvelles maladies désespérantes dont plusieurs sont réétiquetées de façon bien commode "maladies orphelines". 
 
Mais il y a bien sûr fort à parier que ce genre de question d’un lien possible avec les vaccinations ne sera même jamais envisagé ni officiellement évoqué et que le public ne sera donc jamais informé de tous les vaccins (et numéros de lots) reçus par les enfants hospitalisés et décédés….
George Bernard Shaw, Prix Nobel de Littérature 1925, le disait déjà à son époque où il y avait encore beaucoup moins de vaccins qu’aujourd’hui: « Si l’on pouvait mettre à jour tous les décès par vaccination dans le monde entier, ces chiffres feraient frémir Hérode lui-même. »

http://www.initiativecitoyenne.be


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Juil - 15:19 (2012)    Sujet du message: YEMEN TO RECEIVE US FOOD AID Répondre en citant

YEMEN TO RECEIVE US FOOD AID

... and vaccine



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=bnh-IJ9imbs


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Juil - 16:09 (2012)    Sujet du message: FORME GRAVE DU SYNDROME PIEDS-MAINS-BOUCHE : LE CAMBODGE FERME SES ECOLES Répondre en citant

FORME GRAVE DU SYNDROME PIEDS-MAINS-BOUCHE : LE CAMBODGE FERME SES ECOLES


Vaccination campaign in Cambodge since 2010 - Campagne de vaccination au Cambodge depuis 2010

http://scholar.google.ca/scholar?q=VACCINATION CAMPAIGN CAMBODGE&hl=fr&…

Monde, mercredi 18 juillet 2012 il y a 32 min 129 vues powered by BELGA




(Belga) Le CAMBODGE a fermé toutes ses écoles maternelles et primaires mercredi pour empêcher la PROPAGATION D'UN VIRUS PROVOQUANT UNE FORME GRAVE DU SYNDROME PIEDS-MAINS-BOUCHE, a indiqué le gouvernement.

Au moins 54 enfants, la plupart âgés de moins de trois ans, sont morts de cette maladie depuis avril, sur 61 cas rapportés, SELON LE DERNIER BILAN DE L'ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE (OMS).

La fermeture des établissements, qui touche des dizaines de milliers d'élèves, moins de deux semaines avant les vacances annuelles de la plupart des écoles, est destinée à RASSURER les parents, a expliqué à l'AFP Mak Vann, secrétaire d'Etat au ministère de l'Education. "C'est pour éviter la propagation de la maladie", a-t-il ajouté.

La maladie et son TAUX DE MORTALITE ELEVE avaient dans un premier temps laissé perplexes les autorités sanitaires cambodgiennes.

Mais la semaine dernière, l'OMS avait finalement annoncé que la plupart des victimes avaient été testées positives à l'ENTEROVIRUS EV 71, FORME MORTELLE DE LA MALADIE PIEDS-MAINS-BOUCHE, RELATIVEMENT REPANDUE EN ASIE. L'Organisation avait également découvert que l'utilisation de stéroïdes lors du traitement avait aggravé l'état des patients, dont les symptômes incluent une forte fièvre et des problèmes respiratoires.

En THAÏLANDE voisine, où la situation est moins grave, une vingtaine d'écoles de Bangkok ont été fermées ces derniers jours, mais seulement trois n'avaient pas rouvert leurs portes mercredi, selon l'administration de la capitale.

Le syndrome pieds-mains-bouche est TRES CONTAGIEUX mais sa transmission peut être évitée par le respect de règles d'hygiène strictes, selon les experts. (MUA)

http://yahoo.skynet.be/actualites/monde/article/896885/forme-grave-syndrome…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Juil - 15:01 (2012)    Sujet du message: MICHEL SIDIBÉ : « JE CROIS QUE NOUS SOMMES AU DÉBUT DE LA FIN DE LA PANDÉMIE DE VIH/SIDA » Répondre en citant

MICHEL SIDIBÉ : « JE CROIS QUE NOUS SOMMES AU DÉBUT DE LA FIN DE LA PANDÉMIE DE VIH/SIDA »

Programme des Objectifs du Millénaire, agenda génocidaire, à atteindre pour 2015.

 

Le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé, prononce un discours lors de la Conférence internationale sur le sida à Washington, le 22 juillet 2012. ONU Photo/Chris Kleponis.

23 juillet 2012 –

Pour la première fois depuis 22 ans, la Conférence internationale sur le sida se tient aux États-Unis, après la levée, en 2009, de l’interdiction de voyager imposée aux personnes atteintes du VIH/sida. Venu à Washington pour l’occasion, le Directeur exécutif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), Michel Sidibé, y voit un signe encourageant à un moment crucial de la lutte contre la pandémie. Un signe qui confirme selon lui qu’une nouvelle forme de solidarité est à l’œuvre, où l’appropriation nationale par les pays les plus touchés joue un rôle de premier plan, comme il l’explique dans un entretien accordé au Centre d’actualités de l’ONU.

Quelle est l’ambition de cette 19ème édition de la Conférence internationale sur le sida ?

Je crois que nous sommes entrés dans une nouvelle ère. Pendant très longtemps, nous nous sommes contentés de gérer une situation d’urgence, mais la conférence qui débute dimanche inaugure ce que j’appellerai le début de la fin de l’épidémie. Nous avons la science, nous avons la preuve que des résultats peuvent être obtenus par les pays concernés eux-mêmes et c’est pour moi le principal objectif de cette rencontre.

Quelle signification revêt le fait que cette conférence se tient pour la première fois aux États-Unis en plus de 20 ans ?

C’est pour moi la victoire du droit, du droit humain, parce que les États-Unis ne reconnaissaient pas pendant longtemps aux malades du VIH/sida le droit de se rendre dans ce pays. La levée de cette interdiction par l’administration Obama est un signe fort qui démontre très clairement qu’il est possible de travailler ensemble lorsque les droits humains sont respectés.

Quelles sont les principales conclusions du nouveau rapport sur le VIH/sida, que l’ONUSIDA fait paraître aujourd’hui ?

Le rapport met en évidence l’émergence d’un nouveau paradigme de développement, construit autour de la responsabilité partagée et d’un effort constant d’appropriation. Ainsi, entre 2006 et 2011, 81 pays ont augmenté de plus de 50% leurs investissements consacrés à la lutte contre le VIH/sida, dont 33 pays africains, qui les ont augmentés de 55%. Au cours de la même période, les pays d’Afrique subsaharienne ont accru de 97% leurs dépenses publiques et ce chiffre ne tient même pas compte de l’Afrique du Sud qui, à elle seule, a investi deux milliards de dollars dans la lutte contre le VIH/sida, alors qu’il y a encore quelques années, il n’était pas possible de rallier ce pays à ce combat.

Plus d’un an après son lancement, où en est la mise en œuvre du Plan mondial pour éliminer les nouvelles infections à VIH chez les enfants à l'horizon 2015 et maintenir leurs mères en vie: 2011-2015 ?

L’élimination de la transmission de la mère à l’enfant est un objectif que nous pouvons atteindre facilement. C’est pourquoi l’ONUSIDA a mobilisé les 22 pays qui concentrent 95% de ce type d’infection. Le rapport constate qu’en moins de deux ans, une réduction de 20% a été possible dans 15 pays les plus touchés. Au total, le nombre de nouvelles infections par la transmission de la mère à l’enfant a été réduit de plus de 100.000. Avec une solidarité agissante, il est possible d’atteindre l’objectif que nous nous sommes fixés.

Depuis que vous avez pris vos fonctions à la tête du Programme commun en 2009, avez-vous constaté un recul de la discrimination et de la stigmatisation vis-à-vis des malades du VIH/sida ?

Le plus important, c’est que le débat est là. La semaine dernière, à New York, l’ONUSIDA et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) ont lancé un rapport conjoint, qui dénonce l’impact négatif des lois restrictives sur les droits humains et sur la réponse à la pandémie et démontre même que les législations de ce type augmentent les risques d’infection par le VIH. Aujourd’hui, un dialogue, autrefois impensable, est possible en ce qui concerne les personnes considérées comme étant à risque, à savoir les homosexuels, les travailleurs du sexe et les toxicomanes, souvent marginalisés et exclus. Même dans les pays où il était difficile d’en parler jusqu’à présent, une ouverture se fait sentir pour donner à ces individus un accès aux traitements, une décision indispensable pour parvenir à endiguer la pandémie. La discrimination reste cependant notre plus grand champ de bataille et c’est la raison pour laquelle j’ai cherché à interpeller l’opinion publique internationale avec l’idée de « zéro discrimination », parce que je crois que la discrimination, c’est notre décision. On peut toujours réformer des lois qui restreignent ou interdisent l’accès de certains individus à des services ou à des traitements, comme en témoigne l’exemple des États-Unis ou de la Chine, qui a également mis fin aux interdictions d’entrée sur le territoire pour les malades du VIH/sida.

Alors que la lutte contre la pandémie de VIH/sida enregistre des progrès encourageants depuis quelques années, où en sont les efforts de lutte contre la tuberculose ?

À la tête d’ONUSIDA, j’ai essayé de faire en sorte que le sida ne soit plus traité de manière isolée, mais au contraire de faire le lien entre cette maladie et la tuberculose, le lien entre le sida et la santé maternelle et la santé de l’enfant. Notre objectif, c’est de réduire de 50% la mortalité due à la tuberculose. Le problème auquel nous nous heurtons, c’est que le mouvement social très fort en faveur de la lutte contre le VIH/sida n’existe pas pour la tuberculose. C’est la raison pour laquelle nous tentons de jeter des passerelles pour sensibiliser et plaider en faveur de la réduction de la mortalité due à la coïnfection, qui représente un quart des décès des malades du sida.

Alors que la transmission du VIH/sida peut être réduite de 96%, peut-on considérer que l’on est arrivé au début de la fin de la pandémie ?

Les traitements antirétroviraux permettent actuellement de prolonger la durée de vie et de réduire la transmission de 96%. Mais nous devons continuer de mobiliser la communauté internationale pour trouver un vaccin ou un remède, qui fait toujours défaut à notre arsenal visant à progresser plus rapidement vers la fin de l’épidémie.

À cet égard, que penses l’ONUSIDA de l’antirétroviral Truvada, approuvé lundi par la FDA ?

Je pense que c’est un médicament extraordinaire, l’un des meilleurs sur le marché aujourd’hui. Truvada est un de ces outils qui va permettre de réduire la transmission et d’ouvrir la voie à des traitements plus adéquats et avec moins d’effets secondaires pour les patients. Son utilisation doit être sélective, ce médicament ne pouvant être mis à disposition de tous et à tout moment. Il faut continuer de promouvoir le recours aux préservatifs, qui restent un élément très important de la prévention primaire.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28625&Cr=ONUSIDA&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Lun 30 Juil - 14:26 (2012)    Sujet du message: HEPATITE B : UN VACCIN DANGEREUX ! Répondre en citant

HEPATITE B : UN VACCIN DANGEREUX !



Chers amis,

Voici encore un exemple de VICTIME DES VACCINS TOXIQUES ! Un de plus !

COMBIEN FAUDRA-T-IL DONC DE MORTS ET D’ESTROPIÉS SUPPLÉMENTAIRES AVANT QUE LES GENS COMPRENNENT QUE LES VACCINS SONT DANGEREUX ET QU’IL FAUT ARRÊTER D’ÉCOUTER LES SOI-DISANT « EXPERTS » DES LABOS ET DES HÔPITAUX, QUI SONT VENDUS À L‘INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE CRIMINELLE !?

LA JEUNE FEMME DONT IL EST QUESTION CI-DESSOUS A ÉTÉ VICTIME DU VACCIN TOXIQUE CONTRE L’HÉPATITE B IL Y A 19 ANS, ALORS QU’ELLE AVAIT 18 ANS. ELLE N’EST MÊME PLUS CAPABLE DE MANGER !

Et tout cela parce que ses pauvres parents ont commis l’erreur de vouloir la PROTEGER. Autrement dit, ils ont cru au mythe et au leurre de la SECURITE intégrale !

Même les STRATÉGIES INFECTES ET CRIMINELLES DE L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE sont dévoilées dans ce qui suit ! A ne pas manquer !

Lisez les réactions de ces malheureux parents en détresse, et réfléchissez bien à ce que ce geste banalisé (la vaccination) peut avoir comme conséquences IRREVERSIBLES sur la santé de vos enfants.
L’article, ci-dessous.

BONNE RÉVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE, BONNE MALADIE ET BONNE MORT ! Vic.

P.S. : un grand merci à la personne qui m’a signalé cet article ! Elle se reconnaîtra…

P.P.S. : vous constaterez aussi que l'Injustice des magistrats vendus a débouté les parents ! Le lien avec le vaccin, selon les "experts", ne pouvait soi-disant pas être totalement prouvé scientifiquement ! Ah, elle est belle, la "science" !




Source : http://www.initiativecitoyenne.be/article-la-rage-d-un-pere-le-vaccin-hepat…

Dimanche 29 juillet 2012

LA RAGE D'UN PERE: "LE VACCIN HEPATITE B A FICHU LA VIE DE MA FILLE EN L'AIR!"

Ce récit bouleversant, c'est celui de SANDRINE, QUI A DECLENCHE UNE SCLEROSE EN PLAQUES A 18 ANS, UN MOIS SEULEMENT APRES AVOIR ETE VACCINEE CONTRE L'HEPATITE B EN 1994, EN FRANCE. DEPUIS 19 ANS, LA MALADIE A INLASSABLEMENT PROGRESSE AU POINT QUE SANDRINE NE SAIT PLUS NI MARCHER, NI PARLER, NI MEME MANGER.
SON ETAT NECESSITE DONC DES SOINS CONSTANTS, QUE LUI PRODIGUENT AVEC AMOUR ET COMPASSION SES ADMIRABLES ET TRES COURAGEUX PARENTS. CEUX-CI SONT TOUTEFOIS TRES ANGOISSES, ET ON LES COMPREND, A L'IDEE DE CE QUI ARRIVERA A LEUR FILLE UNE FOIS QU'ILS NE SERONT PLUS LA POUR S'EN OCCUPER, ET CE D'AUTANT PLUS QUE LA "JUSTICE" LES A DEBOUTES!

En découvrant ce cas, vous pourrez vous rendre compte à quel point MEME LES CAS LES PLUS DRAMATIQUES D'HEPATITE B NE SE SOLDENT POURTANT JAMAIS PAR UN SORT AUSSI TRAGIQUE EN TERMES DE QUALITE DE VIE...

Voir l'extrait de "Vaccins, le Virus du doute" (voir entre 14'41'' et 19'30'') :




VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=O4KDD28CvmM



« LES SYMPTOMES SONT APPARUS RELATIVEMENT VITE, DES FEVRIER ’94, UN MOIS GROSSO MODO APRES LA VACCINATION. Elle était en pleine santé ; elle était heureuse de vivre etc. – DU JOUR AU LENDEMAIN, ELLE SE RETROUVE DANS UN FAUTEUIL ROULANT et l’on se dit : on l’a fait vacciner pour la PROTEGER. Donc je me dis, on l’a fait vacciner pour la protéger, hein c’est ça l’objectif, et résultat, elle est plus malade encore que si elle n’avait pas été… Donc, voilà, moi ça me fait hurler de rage ça c’est clair. »

LE LIEN ENTRE LA MALADIE DE SANDRINE ET LA VACCINATION AVAIT ETE SUGGERE A L’EPOQUE PAR LE NEUROLOGUE QUI L’A DIAGNOSTIQUEE, MAIS RIEN D’OFFICIEL N’AVAIT ETE ECRIT. DEPUIS, L’ETAT DE SANDRINE NECESSITE UNE PRESENCE DE CHAQUE INSTANT.



« C’EST UNE VIE QUI EST FICHUE EN L’AIR. C’EST ÇA QU’IL FAUT QUE LES GENS VOIENT ! C’est que, MA FILLE AVAIT 18 ANS A L’EPOQUE. CA FAIT 19 ANS QU’ELLE EST COMME ÇA MAINTENANT. »





La maman : « Une seringue toutes les 10 minutes pour qu’elle ait bien le temps de digérer chaque seringue. » (note d'IC: via une sonde gastrique donc)

Journaliste : « Elle ne peut plus manger ? »

La maman : « Non, plus du tout ! »

Le papa : « Il paraît tout à fait logique de DEMANDER DES COMPENSATIONS, non pas strictement financières ; ce n’est pas ça qui lui rendra effectivement la santé, c’est clair, mais au moins aménager. Moi, ce que je veux c’est aménager son existence à partir du moment où nous ne serons plus en mesure de nous en occuper. »



Comme des centaines d’autres familles dans le même cas, LES PARENTS DE SANDRINE ONT ALORS SAISI LA JUSTICE. SANS SUCCES !

Le papa : « Les EXPERTS ont dit que, compte tenu de la chronologie des évènements, il pouvait y avoir un lien effectivement avec le vaccin hépatite B, mais ils NE POUVAIENT PAS PROUVER le lien vraiment établi entre la vaccination et la pathologie. Mais le tribunal, lui, a retenu effectivement cette absence de démonstration de lien de causalité. Donc, NOUS AVONS ETE DEBOUTES PUREMENT ET SIMPLEMENT. »

DEPUIS 1998, 2600 FAMILLES ONT SIGNALE DES EFFETS SECONDAIRES GRAVES SUITE A CE VACCIN. Faut-il y voir un lien de cause à effet ? Pour certains médecins le doute subsiste.

Pour estimer le risque, le Dr le Houezec (pédiatre) s’est plongé dans les chiffres de l’Assurance Maladie. Nombre de vaccins vendus, cas de scléroses en plaques, il en a fait des courbes.



« Si on compare les deux courbes, (celle des) scléroses en plaques et (celle des) ventes de vaccins, on s’aperçoit que 1994, 1995 ET 1996, CE SONT LES TROIS ANNEES OU IL Y A EU LE PLUS DE VACCINS VENDUS EN FRANCE ET, COMME PAR HASARD, C’EST JUSTE A CE MOMENT-LA QU’ON A UNE AUGMENTATION DU NOMBRE DE SCLEROSES EN PLAQUES NOUVELLES ET DU NOMBRE DE MALADIES NEURO-DEGENERATIVES GRAVES. »

Jean Stéphenne, ex PDG de GSK Biologicals, (= section Vaccins) à une conférence sur les facteurs-clés de la réussite de son entreprise au cours de son histoire, le 27 juin 2012, au Cercle du Lac:

   



« Je dirais que nous avons surpris toute l’industrie en disant ben voilà, nous avons acheté tous les brevets sur l’hépatite B. C’était la première fois qu’un vaccin était protégé par brevet. Nous avons tous les brevets et maintenant vous les concurrents, si vous voulez venir sur le marché, vous allez devoir négocier avec nous. Et je pense que c’est comme ça que la société s’est créée et est devenue successful. Et puis après, on a développé si vous voulez des VACCINS COMBINES. C'EST-A-DIRE QU’ON A MIS L’HEPATITE B AVEC TOUT D’AUTRES PRODUITS QUI N’ETAIENT PAS PROTEGES PAR BREVETS ET EN FAISANT ÇA EVIDEMMENT, ON RENDAIT LES PRODUITS COMBINES PROTEGES. MAIS DONC LA STRATEGIE, C’EST PAS PLUS COMPLIQUE QUE ÇA. Avoir l’esprit MARCHAND ET ECONOMIQUE est très important, en parallèle de l’esprit scientifique et innovation. » (voir l'entièreté des propos disponibles sur youtube :




VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=eOdxYe_bUhU ).


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Lun 30 Juil - 15:42 (2012)    Sujet du message: L'OMS PROPOSE UN CADRE D'ACTION MONDIAL POUR RENFORCER LA LUTTE CONTRE L'HÉPATITE VIRALE Répondre en citant


L'OMS PROPOSE UN CADRE D'ACTION MONDIAL POUR RENFORCER LA LUTTE CONTRE L'HÉPATITE VIRALE


L'hépatite virale, une inflammation du foie tue environ un million de personnes par an. Photo: IRIN/Kamila Hyat


26 juillet 2012 –


A l'approche de la Journée mondiale contre l'hépatite, qui sera observée le 28 juillet et dont le thème est cette année «Plus proche qu'on ne croit», l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a invité jeudi les gouvernements à intensifier leurs efforts de lutte contre l'hépatite virale, une inflammation du foie qui tue environ un million de personnes par an.

On estime en outre que 500 millions de personnes souffrent de maladies chroniques liées à l'hépatite, une cause majeure du cancer du foie et de la cirrhose.

«Dans l'immense majorité des cas, les personnes infectées par l'hépatite ne s'en aperçoivent pas et ne sont pas diagnostiquées, ni traitées », explique le Dr Sylvie Briand, du Département de l'OMS chargé des pandémies et des épidémies. « Ce n'est qu'en faisant mieux connaître les différentes formes d'hépatite et les moyens de prévention et de traitement que l'on pourra prendre les premières mesures pour endiguer complètement la maladie et sauver des milliers de vie », a-t-elle ajouté.

Compte tenu de l'ampleur de l'épidémie – une personne infectée sur 12 dans le monde – et des progrès récents dans la prévention et le traitement, l'Assemblée mondiale de la Santé a décidé, en 2010, de faire du 28 juillet la Journée mondiale contre l'hépatite. Celle-ci vise à faire mieux comprendre le problème mondial de santé publique qu'est l'hépatite et à stimuler le renforcement des mesures de prévention et de lutte dans tous les pays du monde.

Cette année, à la veille de la Journée mondiale, l'OMS publie un nouveau cadre mondial pour combattre cette maladie, intitulé « Prévention et lutte contre l'hépatite virale: cadre pour une action mondiale », avec quatre domaines d'action prioritaires pour prévenir et traiter ces infections.

La sensibilisation, avec la promotion des partenariats et la mobilisation des ressources, représente la première de ces priorités, suivie de l'intégration des données scientifiques dans la politique et l'action, de la prévention de la transmission et du dépistage, des soins et du traitement.

L'OMS collaborera avec ses États Membres et ses partenaires pour aider à élargir l'accès des personnes qui en ont besoin aux programmes de prévention, de soins et de traitement. Le cadre orientera l'élaboration de stratégies régionales et spécifiques dans les pays pour combattre l'hépatite, précise l'OMS.

Il existe cinq virus de l'hépatite, définis par les types A, B, C, D et E. Les types B et C sont très préoccupants parce qu'une grande proportion des sujets infectés par ces virus peuvent ne ressentir aucun symptôme au premier stade de la maladie et ne se rendre compte de leur infection qu'une fois arrivée au stade de la maladie chronique, parfois plusieurs décennies plus tard. De plus, ces deux virus, à l'origine de près de 80% des cas de cancer du foie, sont la principale cause de cancer hépatique et de cirrhose.

Les hépatites B, C et D se transmettent par l'intermédiaire du sang d'une personne infectée, par exemple lors d'injections à risque ou de transfusions de sang non dépisté, ou lors de rapports sexuels non protégés dans le cas de l'hépatite B ou C. Le type D n'infecte que les personnes déjà atteintes par le type B. Les types A et E se transmettent en général par l'intermédiaire d'eau ou d'aliments contaminés et sont étroitement liés à un assainissement insuffisant et à une mauvaise hygiène personnelle.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28653&Cr=OMS&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 25 Sep - 17:33 (2012)    Sujet du message: USA : CHILDREN HERDED LIKE CATTLE INTO MARYLAND COURTHOUSE FOR FORCED VACCINATIONS AS ARMED POLICE AND ATTACK DOGS STAND GUARD Répondre en citant



USA : CHILDREN HERDED LIKE CATTLE INTO MARYLAND COURTHOUSE FOR FORCED VACCINATIONS AS ARMED POLICE AND ATTACK DOGS STAND GUARD

Monday, November 19, 2007
by Mike Adams, the Health Ranger
Editor of NaturalNews.com

(NaturalNews) Following the State of Maryland's threats against parents who refuse to have their children vaccinated, children were herded into a Price George County courthouse being guarded by armed personnel with attack dogs. Inside, the children were forcibly vaccinated, many against their will, under orders from the State Attorney General, various State Judges and the local School Board Director, all of whom illegally conspired to threaten parents with imprisonment if they did not submit their children to vaccinations.

The State of Maryland has now turned to Gestapo tactics to force its medical will upon the People, stripping parents of any right to decide how they wish to protect their own children from infectious disease. Health authorities there have already announced their intent to essentially kidnap parents and throw them in jail, removing them from their children for up to thirty days if they continue to refuse to have their children vaccinated. This will all be conducted at gunpoint, with armed personnel and attack dogs at the ready, making sure nobody steps out of line, and suppressing any attempt at public dissent against the Orwellian vaccination policies.

The entire campaign against these parents is blatantly illegal. There is no law in Maryland requiring the vaccination of children, thus parents who refuse to do so may not be legally charged with violating any law. Instead, Maryland health and school authorities are using Gestapo-like tactics, threatening to charge the parents with child truancy violations, criminalizing them for daring to protect their children from the dangerous chemicals found in vaccines (including thimerosal, a chemical additive containing a neurotoxic form of mercury).

The desperation of organized medicine is becoming increasingly apparentAs more and more parents are becoming informed about the dangers of vaccinations and their link to autism, state health authorities are increasingly turning to "Gunpoint Medicine" to force the People to submit to the poisons of conventional medicine. Parents who attempt to save their children from deadly chemotherapy chemicals are being arrested and having their children kidnapped by Child Protective Services (see http://www.NaturalNews.com/Abraham_Cherrix.html ), and oncologists who used to be armed only with radiation machines and chemotherapy injectors and now arming themselves with U.S. Marshals and other local law enforcement authorities who are using loaded firearms to enforce "the will of the State" against parents who resist.

Even the American Association of Physicians and Surgeons (AAPS) announced its strong opposition to the Maryland "Gunpoint Medicine" vaccination campaign. In a press release published Nov. 16, the AAPS states:

The Association of American Physicians and Surgeons today condemned the “vaccine roundup” executed in Prince George’s county Maryland this week, and promised to do everything it can to support parents who refuse to immunize their children.

“This power play obliterates informed consent and parental rights,” said Kathryn Serkes, director of policy for the Association of American Physicians and Surgeons (AAPS), one of the few national physician groups that refuse corporate funding from pharmaceutical companies.

In a scenario reminiscent of cattle round-ups, the state’s attorney has issued summons to more than 1600 parents of children who have not provided certificates of immunization for their children. But instead of toting a cattle prod, this state’s attorney chooses to wield a syringe to keep the “herd” in line.

http://www.naturalnews.com/022267.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 25 Sep - 17:37 (2012)    Sujet du message: DOCTORS OPPOSE MARYLAND VACCINE ROUNDUP Répondre en citant



DOCTORS OPPOSE MARYLAND VACCINE ROUNDUP


Nov 16, 2007

November 16, 2007
For Immediate Release:

Expect dangerous reactions when children are treated like cattle

Washington, D.C. -- The Association of American Physicians and Surgeons today condemned the “vaccine roundup” executed in Prince George’s county Maryland this week, and promised to do everything it can to support parents who refuse to immunize their children.

“This power play obliterates informed consent and parental rights,” said Kathryn Serkes, director of policy for the Association of American Physicians and Surgeons (AAPS), one of the few national physician groups that refuse corporate funding from pharmaceutical companies.

In a scenario reminiscent of cattle round-ups, the state’s attorney has issued summons to more than 1600 parents of children who have not provided certificates of immunization for their children. But instead of toting a cattle prod, this state’s attorney chooses to wield a syringe to keep the “herd” in line.

Parents have been told to appear in Court on Saturday, and to subject their children to on-the-spot state-mandated vaccines of up 17 vaccine doses, or face imprisonment. Parents who ignore the court’s demands could face a $50 fine for every day their child is out of compliance or up to 10 days in jail.

“This campaign of intimidation to brutally enforce blanket vaccine mandates by government agencies and the school district gives no consideration for the rights of the parents or the individual medical condition of the child,” said Serkes.

Children should be carefully screened, medical records taken and decisions made carefully – not in an ad hoc assembly-line clinic in a county courtroom and under the brutal watch of law enforcement. This is a man-made disaster ready to waiting to detonate. Children could receive a dangerous cocktail of several vaccines without proper examinations. “The procedure is reckless and subjects children to the risk of severe reactions. Physicians would not be allowed to treat children in this way, without individual histories and physical exams – or informed consent,” said Jane M. Orient, M.D., AAPS Executive Director.

Money and politics may be at the center of the round of threats. The school district will lose a substantial amount of state funding if students do not comply with the vaccine mandate. "Apparently the district wants that money, even if it gets it off the backs of children,” said Serkes.

Mr. Ivey apparently has no problem invoking his own right to informed consent and parental control. In a radio interview on Thursday, he admitted that he has chosen to refuse the hepatitis B vaccines for his own children. “It’s interesting that parents have to ask the state’s permission by filing a form if they want to make the same decision for their children that he made for his own,” said Dr. Orient.

But his galling hypocrisy clearly demonstrates that not every vaccine is right for every child.

In their efforts to help the targeted parents, AAPS is contacting as many of them as possible to educate them about their rights under Maryland law and questions to ask before deciding whether vaccination is appropriate for their child (see below). “We’ll do our best to help the parents make an informed decision,” said Serkes. Representatives will also be on hand at the courthouse on Saturday, and AAPS is working to set up a legal team to help parents who refuse the vaccinations.

AAPS will also work with the National Vaccine Information Center to make sure parents are informed on how to report any adverse reactions to the Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS). Such reporting is actually required, but even medical professionals are lax about filing the reports. Don’t expect the police to do it. The State’s Attorney General, the manufacturers, and the people giving the shots are immune from liability if the shots hurt somebody, however.

AAPS is also acting as coordinator for the “Hands Off Our Kids” coalition of parents across the country who were instrumental in overturning Texas Governor Perry’s executive order requiring the HPV vaccine for school girls last spring. The coalition is appealing to Gov. O’Malley to intervene in the case and work with the legislature to pass a philosophical exemption provision. (The letter to the governor is posted at
http://www.AAPSonline.org.)

“All eyes are on PG County,” said Serkes. “It’s not just a local now, and parents across the country are ready to fight.”

###


http://www.aapsonline.org/index.php/article/doctors_oppose_maryland_vaccine_roundup/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 19:04 (2012)    Sujet du message: NATIONAL VACCINE INFORMATION CENTER (NVIC) SAYS CA GOVERNOR BROWN FAILS TO VETO VACCINE BILL BUT AFFIRMS PERSONAL AND RELIGIOUS EXEMPTIONS Répondre en citant

NATIONAL VACCINE INFORMATION CENTER (NVIC) SAYS CA GOVERNOR BROWN FAILS TO VETO VACCINE BILL BUT AFFIRMS PERSONAL AND RELIGIOUS EXEMPTIONS


VIENNA, Va.--(BUSINESS WIRE)--The non-profit National Vaccine Information Center (NVIC) expressed disappointment that California Governor Jerry Brown signed a controversial vaccine bill (AB2109) requiring parents to get the signature of a medical doctor or state designated health care worker to obtain a personal belief exemption to vaccination for their children attending daycare or school. NVIC opposed the bill but noted that Governor Brown listened to public concerns and sent a strongly worded letter to the Assembly reaffirming the right of parents to decline vaccinations for personal and religious beliefs.
Citation:
“Governor Brown should have vetoed this unnecessary bill”


“Governor Brown should have vetoed this unnecessary bill,” said NVIC co-founder and president Barbara Loe Fisher. ”He knew it was a bad bill and made it less oppressive by clearly reaffirming the fundamental right of parents to follow their conscience and religious beliefs when making vaccine decisions for their children.”

In a strongly worded letter to the Assembly, Governor Brown directed the Department of Public Health “to allow for a separate religious exemption on the form” that does not require a medical provider’s signature and make sure “parents are not overly burdened” by the law’s implementation.

NVIC Director of Advocacy Dawn Richardson said, “Americans stood up and made their voices heard in two states this year – Vermontand California – to protect personal and religious vaccine exemptions. That stand will be made in every state where drug company and medical trade lobbyists try to strip away parental, informed consent and First Amendment rights.”

In both California and Vermont, there were bi-partisan, diverse groups of parents, health care professionals, legislators and religious freedom advocates testifying in legislative hearings and holding public demonstrations protesting the erosion of parental informed consent rights. Lobbyists for public health officials, American Academy of Pediatrics, Every Child by Two, California Immunization Coalition and other medical trade groups testified in support of eliminating or narrowly restricting vaccine exemptions.

In California, Dawn Winkler, Michele Gutierrez, and Rob Schneider were among the parents testifying that AB2109 was not about education but about forcing parents to pay for a doctor office visit to beg hostile pediatricians, who are throwing parents out of their offices if they do not follow recommended vaccination schedules, to sign a personal belief exemption. Poor parents, they said, would be disproportionately affected.

The National Vaccine Information Center (NVIC), founded in 1982, is the oldest and largest consumer led non-profit organization dedicated to preventing vaccine injuries and deaths through public education and defending the informed consent ethic.

Contacts
National Vaccine Information Center
Barbara Loe Fisher, 703-938-0342


http://www.businesswire.com/news/home/20121001005593/en/National-Vaccine-In…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Oct - 17:09 (2012)    Sujet du message: UN PARTENARIAT PARRAINÉ PAR LES NATIONS UNIES AIDE LA TANZANIE À RÉDUIRE DE MOITIÉ SON TAUX DE MORTALITÉ INFANTILE Répondre en citant

 UN PARTENARIAT PARRAINÉ PAR LES NATIONS UNIES AIDE LA TANZANIE À RÉDUIRE DE MOITIÉ SON TAUX DE MORTALITÉ INFANTILE



Le maire de New York, Michael Bloomberg, le Secrétaire général Ban Ki-moon, le Président de la Tanzanie, Jakaya Kikwete, et Helen Agerup en conférence de presse. Photo: UN/J Carrier

2 October 2012 – La Tanzanie a accompli des progrès significatifs dans la réduction de la mortalité maternelle et infantile grâce à un programme parrainé par les Nations Unies qui unit les efforts des secteurs public et privé pour éradiquer ce fléau, l'un des pires à sévir dans le monde en développement, ont annoncé mardi des responsables onusiens.

Lors d'une conférence de presse donnée aujourd'hui au Siège des Nations Unies et à laquelle ont pris part le Président de la Tanzanie, Jakaya Kikwete, le maire de New York, Michael Bloomberg, et le Docteur Helen Agerup, chef de la Fondation H&B Agerup, le Secrétaire général a salué la Stratégie mondiale pour la santé des femmes et des enfants, destinée à promouvoir des partenariats tangibles sur le terrain. « Afin de maintenir l'élan, nous avons besoin de partenariats. Nous avons besoin de maires et de présidents, d'activistes de la société civile et de personnels de soins », a déclaré M. Ban en notant que le partenariat conclu entre ces trois dirigeants avait permis à lui seul, en deux ans, de faire reculer d'un tiers la mortalité maternelle dans les régions de Kigoma, de Morogoro et de Pawni, en Tanzanie. Élaborée sous les auspices du Secrétaire général avec le soutien du Partenariat pour la santé de la mère, du nouveau-né et de l'enfant, la Stratégie mondiale a été lancée au même moment que le Sommet des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) en 2010, avec des promesses de contributions d'un montant de près de 40 milliards de dollars.
 
Ce Partenariat a pour ambition de réaliser les quatrième et cinquième OMD, qui portent sur la réduction de la mortalité infantile et l'amélioration de la santé maternelle. Dans ses remarques, le Secrétaire général a noté que le Président Kikwete était l'un des premiers dirigeants au monde à soutenir la Stratégie mondiale. M. Bloomberg, connu pour son engagement à améliorer la santé des New-Yorkais, s'efforce aussi d'aider les femmes enceintes et leurs nourrissons en milieu rural ou isolé. Le Docteur Agerup, a-t-il ajouté, veille à ce que la Fondation H&B Agerup, qu'elle dirige, investisse dans la santé des femmes et des enfants au cours des prochaines années.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29110&Cr=tanzanie&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Oct - 17:11 (2012)    Sujet du message: 50 MILLIONS DE PERSONNES VONT ÊTRE VACCINÉES CONTRE LA MÉNINGITE EN AFRIQUE : GAVI Répondre en citant


50 MILLIONS DE PERSONNES VONT ÊTRE VACCINÉES CONTRE LA MÉNINGITE EN AFRIQUE : GAVI


Des gens attendant de se faire vacciner contre la méningite au Burkina Faso.

4 October 2012 – Les efforts pour éliminer la méningite dans les pays à risque vont s'intensifier dans les trois prochains mois avec la vaccination contre la maladie de plus de 50 millions de personnes dans sept pays d'Afrique, a annoncé jeudi l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI).

La campagne d'immunisation couvrira le Bénin, le Cameroun, le Tchad, le Ghana, le Nigéria, le Sénégal et le Soudan. Ces sept pays sont vulnérables à de graves poussées saisonnières de cette maladie qui peut tuer en 48 heures, avec un total combiné de près de 430 millions de personnes exposées au risque, selon l'Alliance.   

Le Dr. Seth Berkley, président de l'Alliance GAVI, a précisé dans un communiqué que cette campagne de vaccination allait viser tout particulièrement les personnes les plus vulnérables, notamment les enfants et les jeunes adultes et qu'elle serait menée à bien avant la fin du mois de décembre.   

« La méningite a un impact terrible sur les populations vivant dans les zones vulnérables d'Afrique chaque année », a déclaré le Dr. Berkley. « C'est une maladie douloureuse qui peut tuer très vite ou laisser les victimes avec des handicaps qui vont constituer un fardeau pendant le reste de leur vie, » a-t-il ajouté.

« Personne ne comprend vraiment pourquoi cette région est particulièrement vulnérable mais tous les cinq, six ou sept ans, il y a des épidémies. Il peut y avoir des centaines de milliers, voire des millions de cas et cela met les économies de ces pays pratiquement à l'arrêt », a précisé le Dr. Berkley   

L'Alliance GAVI regroupe des pays en développement et des gouvernements de pays bailleurs de fonds, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), la Banque mondiale, l'industrie des vaccins, la Fondation Bill et Melinda Gates et d'autres organisations philanthropiques privées.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29122&Cr=GAVI&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Oct - 17:21 (2012)    Sujet du message: SOUDAN DU SUD : LES NATIONS UNIES TENTENT DE CONTENIR UN DÉBUT D'ÉPIDÉMIE D'HÉPATITE E DANS DES CAMPS DE RÉFUGIÉS Répondre en citant

SOUDAN DU SUD : LES NATIONS UNIES TENTENT DE CONTENIR UN DÉBUT D'ÉPIDÉMIE D'HÉPATITE E DANS DES CAMPS DE RÉFUGIÉS

Lorsque les réfugiés arrivent dans les camps de concentration, ils doivent être vaccinés afin de lutter contre de potentiels épidémies. Combien de campagne de vaccination ont eu lieu aussi dans les différentes villes de cette région? Combien de fois, vous ai-je démontrer les pandémies qui arrivent quelques mois après que les réfugiés soient installés dans ces camps? Le gouvernement utilise toujours les raisons sanitaires pour couvrir ses nombreux crimes génocidaires mais n'est-ce pas eux qui, sous des couverts humanitaires, mettent en place cet esclavage des temps modernes?



14 September 2012 – Aux côtés du gouvernement du Soudan du Sud et de ses partenaires, les Nations Unies tentent d'endiguer un début d'épidémie d'hépatite E, qui a déjà fait 16 victimes parmi les réfugiés de trois camps situés dans l'état du Haut Nil.

Vingt-trois cas d'hépatite E ont été confirmés dans les camps de Jamam, Yusuf Batil et Gendrassa, situés dans la partie nord-est du pays, selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Lors d'un point de presse donné aujourd'hui à Genève, le porte-parole du HCR, Adrian Edwards, a indiqué que, depuis le mois de juillet, des patients du camp de Jamam présentaient les symptômes de la jaunisse, qui peuvent être le signe avant-coureur de l'hépatite E. Le virus, qui s'attaque au foie, est transmis par la nourriture et l'eau contaminée par des excréments.

Il y a actuellement près de 170.000 réfugiés soudanais au Soudan du Sud, dont plus de la moitié dans le Haut Nil. Ils ont fui les états soudanais du Sud Kordofan et du Nil Bleu, poussés par le conflit et les pénuries alimentaires sévissant dans ces régions.

Sur les 16 décès signalés par le HCR, 13 ont été constatés dans le camp de Jamam, qui accueille environ 20.000 réfugiés et où 255 cas de jaunisse ont été enregistrés. Deux personnes sont mortes sur le site de Yuduf Batil et une autre sur celui de Gendrassa.

« L'hépatite E touche les individus âgés de 15 à 40 ans. Dans les trois camps où les cas de jaunisse ont été observés, plus de la moitié des patients sont âgés de 20 à 39 ans », a déclaré M. Edwards. « L'hépatite E est particulièrement dangereuse pour les femmes enceintes, leur taux de mortalité peut atteindre 20 à 25%. Parmi les victimes, se trouvent cinq femmes enceintes. »

Le HCR et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) tentent d'améliorer l'assainissement des camps et la distribution d'eau potable dans un contexte où les inondations et les surfaces contaminées posent un réel risque de santé », a-t-il ajouté.

Les agences s'efforcent également de promouvoir des améliorations sur le plan de l'hygiène, en conseillant aux réfugiés d'éviter de boire de l'eau non préalablement assainie, de manger de la nourriture crue ou lavée dans de l'eau non traitée, et de se laver dans des containers collectifs.

Le HCR cherche à mobiliser 186 millions de dollars pour prêter une assistance aux réfugiés soudanais, un appel sous-financé à hauteur de 40%.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28935&Cr=Soudan


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Oct - 17:30 (2012)    Sujet du message: HCR : MESURES DE LUTTE CONTRE LA JAUNISSE DANS LES CAMPS DE RÉFUGIÉS SOMALIENS DE DADAAB AU KENYS (ET CHOLERA) Répondre en citant

HCR : MESURES DE LUTTE CONTRE LA JAUNISSE DANS LES CAMPS DE RÉFUGIÉS SOMALIENS DE DADAAB AU KENYA (ET CHOLERA)



Un camp de réfugiés à Dadaab, au Kenya. Photo: UNHCR

  28 September 2012 – Le Haut Commissariat des Nations Unies aux réfugiés (HCR) a annoncé vendredi avoir pris une série de mesures énergiques pour contrer une épidémie de jaunisse aiguë dans le plus grand complexe de camps de réfugiés au monde, situé à Dadaab au Kenya.

Ces mesures portent essentiellement sur l'amélioration des équipements sanitaires et la promotion de bonnes pratiques en matière d'hygiène, dans ce complexe qui accueille plus de 470.000 réfugiés somaliens, a précisé le HCR dans un communiqué de presse.

« La semaine dernière, 223 cas de jaunisse aiguë ont été signalés dans les cinq camps de Dadaab. Quatre décès ont été confirmés, tous concernant des femmes qui venaient d'accoucher », a déclaré Andrej Mahecic, porte-parole du HCR, ajoutant que la jaunisse est généralement causée par le virus de l'hépatite E.

Le premier cas de jaunisse a été détecté dans le camp de réfugiés d'Ifo 2 à Dadaab il y a six semaines. La plupart des cas d'hépatite E ont été enregistrés dans les camps ne disposant pas de suffisamment de latrines ou parmi les nouveaux arrivants ayant de mauvaises habitudes d'hygiène. Il n'y a actuellement aucun vaccin contre l'hépatite E.

« La période d'incubation pour la jaunisse est d'un mois et nous craignons que le nombre de cas ne continue de croître », a indiqué Andrej Mahecic. En plus d'améliorer la qualité de l'eau et des installations sanitaires, d'augmenter les soins de santé, de rappeler l'importance d'utiliser les latrines et de respecter rigoureusement des mesures d'hygiène élémentaires (hygiène de l'alimentation et de l'eau, propreté des mains), les travailleurs humanitaires dans le domaine de la santé sont également formés à la surveillance et à l'identification de nouveaux cas.

Parallèlement, environ 80 cas de choléra ont été signalés dans la province kenyane du Nord-Est, principalement dans une installation proche de la frontière avec la Somalie. Une douzaine de décès ont été également rapportés en Somalie. Il n'y a pas eu de décès à Dadaab, où 18 cas ont été identifiés parmi les réfugiés qui ont eu des contacts avec des communautés affectées près de la frontière.

Le HCR a mis en place une équipe d'intervention comprenant des partenaires dans les domaines de la santé, de l'eau et de l'assainissement et une coordination quotidienne s'exerce au niveau du camp. Un pavillon d'isolement pour les malades du choléra a été ouvert au camp de Hagadera et du personnel supplémentaire a été formé pour traiter les cas. À l'heure actuelle, il existe des ressources pour gérer les 100 personnes touchées par le choléra. Des centres de traitement du choléra ont été ouverts dans les dispensaires du camp.

« Nous craignons que les maladies d'origine hydrique s'étendent avec l'arrivée de la saison des pluies en octobre et novembre », a indiqué Andrej Mahecic, en notant que les prévisions pour la région annoncent des pluies plus importantes que la normale. Cela pourrait nuire à la situation en matière d'assainissement à Dadaab car certaines parties du complexe des camps sont vulnérables aux inondations.

Cependant, c'est la mauvaise hygiène qui est la principale cause de l'infection à la fois pour le choléra et pour l'hépatite E et les efforts du HCR dans le domaine de la santé publique dans les camps de Dadaab visent à régler ce problème. En outre, la construction de 6.000 nouvelles latrines a commencé cette semaine.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29063&Cr=somalie&Cr1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Sam 6 Oct - 17:35 (2012)    Sujet du message: UN SALARIÉ PEUT-IL REFUSER DE SE FAIRE VACCINER ? Répondre en citant

UN SALARIÉ PEUT-IL REFUSER DE SE FAIRE VACCINER ?

Quand les partenaires s'associent à l'agenda global de vaccination sous le couvert de la SÉCURITÉ, jusqu'à vous obliger à être vaccination sous peine de perdre votre emploi.


samedi 29 septembre 2012

La vaccination en milieu professionnel est tantôt obligatoire en vertu d’une réglementation, tantôt recommandée par la médecine du travail et mise en application par l’employeur dans le cadre de sa mission de prévention des risques (C. trav., art. R. 4426-6).

Ces vaccinations ne sont pas accueillies avec le même enthousiasme par tous les salariés, en particulier quand il s’agit de l’hépatite B, ce vaccin étant réputé présenter des effets secondaires graves, entre autres celui de la sclérose en plaques. Ce risque est si bien avéré que la jurisprudence a admis à plusieurs reprises la prise en charge au titre des accidents du travail d’une sclérose en plaques développée après un vaccin contre l’hépatite (Cass. soc., 2 avril 2003, Cass. civ. 1 re, 22 janvier 2009). A propos d’une aide-soignante en milieu hospitalier, le Conseil d’Etat a même reconnu la responsabilité sans faute de l’Etat (CE, 10 avril 2009).

L’employeur, dans ces professions où le vaccin est obligatoire, se trouve donc écartelé entre deux principes sacrés, son obligation de SÉCURITÉ de résultat et le droit de tout individu de refuser des soins, comme le prouve l’affaire suivante.

Un employé des pompes funèbres passe une visite médicale au terme de laquelle le médecin du travail le déclare apte à travailler sous réserve d’une vaccination obligatoire. Opposé à ce vaccin, le salarié écrit à l’employeur pour lui demander comment il réagira s’il refuse. L’employeur lui répond qu’il ne pourra alors être maintenu dans l’entreprise. Néanmoins, il vérifie auprès du médecin du travail qu’il n’y a pas d’autres moyens de protection aussi efficaces : réponse négative.

Le salarié joue son va-tout, expliquant qu’il n’y a pas de danger de contagion vis-à-vis des collègues et propose de signer une décharge de responsabilité. Mais l’employeur ne peut prendre ce risque et le salarié est licencié.

La Cour de cassation estime qu’il a bien une cause réelle et sérieuse de licenciement, dès lors que le salarié ne justifiait d’aucune contre-indication médicale (Cass. soc., 11 juillet 2012). Les salariés qui craignent les effets nuisibles de certains vaccins doivent s’abstenir de postuler aux emplois où ceux-ci sont incontournables.


http://spread-the-truth777.blogspot.ca/2012/09/un-salarie-peut-il-refuser-de-se-faire.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+blogspot/vRGh+(SPREAD+THE+TRUTH


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Lun 8 Oct - 23:38 (2012)    Sujet du message: UN-BACKED VACCINATION DRIVE SEEKS TO PROTECT WEST AFRICANS FROM SEASONAL MENINGITIS Répondre en citant


UN-BACKED VACCINATION DRIVE SEEKS TO PROTECT WEST AFRICANS FROM SEASONAL MENINGITIS


A child receives a vaccine injection in Nairobi, Kenya. Photo: GAVI/R. Gangale




4 October 2012 – Over 50 million people in West Africa are to be immunized against seasonal meningitis over the next three months, marking a major step in a United Nations-supported campaign to eliminate the potentially fatal disease.

The immunization campaign, spearheaded by the GAVI Alliance, will cover Benin, Cameroon, Chad, Ghana, Nigeria, Senegal and Sudan.

“Meningitis takes a terrible toll on the people living in vulnerable parts of Africa every year. It is a painful disease which can kill quickly and often leaves victims with disabilities that will blight their lives,” said Seth Berkley, CEO of the GAVI Alliance, the members of which include the UN World Health Organization (WHO), the UN Children’s Fund (UNICEF) and the Meningitis Vaccine Project, amongst a range of other bodies.

The seven countries targeted are vulnerable to seasonal severe outbreaks of meningitis with up to 430 million people at risk from the illness, according to a news release issued by the GAVI Alliance.

“Nobody really understands exactly why just in that region. But every five to seven years there would be an epidemic. There would be hundreds of thousands if not millions of cases. And it would completely drive the economies to a halt,” said Dr. Berkley.

The vaccination drive will ensure those at high risk, particularly children and young adults, are vaccinated by the end of December.

The disease can kill the most severely affected patients within 48 hours and causes brain damage, hearing loss or learning difficulties in 20 per cent of sufferers. The most recent major outbreak, in 1996, saw 250,000 people contract meningitis, of which 25,000 died.

For its 2011-2016 programme, the GAVI Alliance plans to support immunisation efforts in all 26 countries in sub-Saharan Africa.
The Geneva-based GAVI Alliance is a public-private partnership aimed at improving health in the world’s poorest countries. Since its establishment in 2000, GAVI has financed the immunization of more than 325 million children and prevented more than five million premature deaths.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=43211&Cr=vaccine&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Oct - 04:01 (2012)    Sujet du message: UNICEF : LE VACCIN CONTRE LA PNEUMONIE EST DÉSORMAIS DISPONIBLE AU CONGO Répondre en citant

UNICEF : LE VACCIN CONTRE LA PNEUMONIE EST DÉSORMAIS DISPONIBLE AU CONGO


Une mère et son enfant au centre de soins Marian Ngouabi, au Congo-Brazzaville. Photo: Baudouin Mouanda
  
11 October 2012 – Le vaccin contre la pneumonie vient d'être introduit dans le programme élargi de vaccination en République du Congo, a annoncé jeudi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).   

« Grâce à ce nouveau vaccin, le Congo va pouvoir sauver la vie de nourrissons qui, chaque année, sont trop nombreux à succomber aux maladies dues au pneumocoque », a indiqué la représentante de l'UNICEF au Congo, Marianne Flach, au nom des Nations Unies et GAVI Alliance, un partenariat public-privé sur les questions d'immunisation, qui a joué un rôle essentiel dans cette campagne.

La République du Congo vient de faire un grand pas vers la réduction de la mortalité des enfants en devenant le 15ème pays d'Afrique subsaharienne à introduire le vaccin contre la pneumonie. Chaque année en Afrique, cette maladie tue près de la moitié des enfants âgés de moins de cinq ans. Au Congo, cette maladie provoque à elle seule environ 14 % de la mortalité infantile, ce qui en fait la 2ème cause de mortalité dans cette tranche d'âge après le paludisme.   

« Après les épidémies de poliomyélite et de rougeole qu'a connu notre pays, la République du Congo a fait de la vaccination une priorité nationale en cette année 2012, année de la Santé », a déclaré le ministre de la santé et de la population qui par la même occasion, a loué l'appui de l'UNICEF et de l'OMS, de même que l'apport financier de GAVI et de ses partenaires aux efforts de son pays.   

Parmi ces efforts, la réhabilitation de la chaîne de froid a été une entreprise décisive pour doter tous les centres de vaccination des capacités de stockage et de conservation pour le nouveau vaccin à administrer aux nourrissons âgés de 2 à 11 mois.

« L'introduction de ce vaccin sera accompagné de la mise en place de sites-sentinelles de surveillance et d'une évaluation de l'impact de l'introduction des nouveaux vaccins », selon le Dr Youssouf Gamatié, le représentant de l'OMS au Congo.

Le Congo fait partie des 20 pays soutenus financièrement par GAVI Alliance, qui a prévu d'introduire d'ici à 2015 le vaccin contre le pneumocoque dans plus de 45 pays en voie de développement  

Ce vaccin est disponible au Congo grâce à l'innovant mécanisme de garantie de marchés (AMC) de GAVI, qui incite les fabricants à accroître leur production, afin de rendre le vaccin accessible dans les pays en développement. L'AMC est financé par le Canada, l'Italie, la Norvège, la Fédération de Russie, le Royaume-Uni et la Fondation Bill Gates.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=29178&Cr=UNICEF&Cr1=


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:48 (2016)    Sujet du message: CAMPAGNE DE VACCINATION (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> CAMPAGNE DE VACCINATION -VACCINATION CAMPAIGN (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 1 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com