LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

CAMPAGNE DE VACCINATION (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> CAMPAGNE DE VACCINATION -VACCINATION CAMPAIGN (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Mar 18 Oct - 04:22 (2016)    Sujet du message: NAVY MEDICINE EMPHASIZES READINESS DURING FLU SEASON 2016 Répondre en citant

NAVY MEDICINE EMPHASIZES READINESS DURING FLU SEASON 2016

Story Number: NNS161015-04Release Date: 10/15/2016 3:34:00 PM

By Steve Van Der Werff, U.S. Navy Bureau of Medicine and Surgery public affairs


161014-N-GL720-001 FALLS CHURCH, Va. (Oct. 14, 2016) Vice Adm. Forrest Faison, Navy surgeon general and chief, Bureau of Medicine and Surgery, left, receives his flu shot from Seaman Recruit William McGee (right) at Defense Health Headquarters. Navy Medicine military treatment facilities across the globe are administering the flu vaccine to keep Sailors, Marines and their families healthy, ready and on the job. (Official U.S. Navy photo/Released)

FALLS CHURCH, Va. (NNS) -- Fall is the unofficial start of flu season and Navy Medicine is stressing the importance of readiness for Sailors, Marines and their families.

Vice Adm. Forrest Faison, Navy surgeon general and chief, Bureau of Medicine and Surgery (BUMED), received his flu shot to set the example for all Sailors, Marines and their families this flu season, Oct. 13/14.

"It is essential that Sailors, Marines and their families get their flu shot," said Faison. "The flu can have a significant impact on readiness, but vaccination is the best way to protect and reduce the risk while keeping yourself and your loved ones healthy."

The seasonal flu vaccination is mandatory for all Department of Defense uniformed personnel who are not medically or administratively exempt.

Navy Medicine's goal is to immunize 90 percent of Sailors and Marines, and provide 100 percent vaccine access for Navy and Marine families by mid-December. However, Navy Medicine will not use the intranasal (nasal spray) live attenuated influenza vaccine this year because it is considered ineffective by the Centers for Disease for Control (CDC).

"We will reach our goal through aggressive immunization campaigns and shot exercises." said Lt. Cmdr. Jaime Vega, BUMED public health officer. "It's never too late to get your flu shot. Whether you work on a ship or in an office setting, the flu is a force reducer and affects the combat readiness of our warfighters."

According to the CDC, the most effective way to reduce seasonal flu and its complications comes in the form of vaccination. It takes about two weeks after a flu vaccine is administered for an individual to be protected from the flu, so it's important to get a vaccine before the flu virus spreads in your community.

"Flu season begins in the fall and remains a health threat until late spring. The seasonal flu vaccine not only helps protect vaccinated individuals, it also helps protect entire communities by preventing and reducing the spread of disease," Vega said. "Everyone, even those as young as six months, should get their influenza vaccine each year. It is especially important for pregnant women and people with chronic diseases such as asthma and diabetes, and those with weakened immune systems."

In addition to receiving the flu vaccine, maintaining a clean work environment, practicing consistent hygiene, and managing staff exposure are other measures to reduce the spread of flu.
Vega offers additional tips for preventing the flu:

- Wash your hands often with soap and water, especially after you cough or sneeze
- Wash your hands with soap and water after touching commonly-used door handles or office equipment
- Cover your mouth when you cough or sneeze
- Avoid touching your eyes, nose or mouth; germs spread this way
- Avoid close contact with sick people
- While sick, limit contact with others as much as possible to keep from infecting them
- Stay home if you are sick until at least 24 hours after you no longer have a fever, or signs of a fever without the use of a fever-reducing medicine such as acetaminophen

Navy Medicine military treatment facilities across the world began administering the flu vaccine to Sailors, Marines and their families in September.

For more information on the seasonal flu and how to protect yourself and your family, visit the Navy and Marine Corps Public Health Center Influenza webpage here:
www.med.navy.mil/sites/nmcphc/epi-data-center/influenza/Pages/default.aspx.

Navy Medicine is a global health care network of 63,000 personnel that provides health care support to the U.S. Navy, Marine Corps, their families and veterans in high operational tempo environments at expeditionary medical facilities, medical treatment facilities, hospitals, clinics, hospital ships and research units around the world.

For more information, visit www.navy.mil, www.facebook.com/usnavy, or www.twitter.com/usnavy.

For more news from Navy Medicine, visit www.navy.mil/local/mednews/.


http://www.navy.mil/submit/display.asp?story_id=97187



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Oct - 04:22 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Oct - 04:15 (2016)    Sujet du message: FRANCE : LES DEPUTES AUTORISENT LES VACCINATIONS ANTI-GRIPPE PAR LES PHARMACIENS Répondre en citant

FRANCE : LES DEPUTES AUTORISENT LES VACCINATIONS ANTI-GRIPPE PAR LES PHARMACIENS

  Il y a 5 jours, le mercredi 19 octobre 2016

ACTUALITÉ

Les députés ont décidé mardi soir d’autoriser à titre expérimental les pharmaciens à procéder à des vaccinations contre la grippe afin d’améliorer la couverture vaccinale dans le pays, dans le cadre de l’examen en commission du projet de budget de la Sécurité sociale.
    
    En commission des Affaires sociales, les députés ont ainsi adopté un amendement de la députée socialiste Michèle Delaunay, rapporteure pour l’Assurance maladie, qui stipule que « l’État peut autoriser, à titre expérimental et pour une durée de trois ans, le financement (…) de l’administration par les pharmaciens du vaccin contre la grippe saisonnière aux personnes adultes », un décret devant fixer les conditions d’application de cette expérimentation, notamment en ce qui concerne les modalités de formation des pharmaciens.

http://www.bvoltaire.fr/actu/les-deputes-autorisent-les-vaccinations-anti-g…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Mer 7 Déc - 06:28 (2016)    Sujet du message: ISRAEL : FREE FLU SHOTS IN SCHOOLS Répondre en citant

ISRAEL : FREE FLU SHOTS IN SCHOOLS


Zev Stub    

Tuesday, 06 December 10:17 AM

reply by email    share    forward


The Health Ministry's campaign to vaccinate second- grade children against the flu throughout the school system has not been very successful, as nurses managed to “find” only 55% of them, and the parents of just 60% of those agreed to the shot.

All Israeli residents are entitled to free flu shots from their health fund, which provides them to children when parents bring them into the insurer’s community clinic in the autumn and winter months.

Full Story (JPost)


You can get the shot anytime from your Kupat Cholim. Contact them for details.  



http://www.janglo.net/index.php?option=com_adsmanager&page=display&…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Dim 25 Déc - 03:12 (2016)    Sujet du message: UN VACCIN ANTI-EBOLA ELABORE PAR L'OMS ET SES PARTENAIRES CONFIRME SON EFFICACITE Répondre en citant

UN VACCIN ANTI-EBOLA ELABORE PAR L'OMS ET SES PARTENAIRES CONFIRME SON EFFICACITE

...vaccin expérimental développé la firme pharmaceutique GlaxoSmithKline et testé par le NIAID (en), l'organisme américain chargé de la lutte contre les allergies et les maladies infectieuses, comme traitement potentiel contre la maladie à virus Ebola...
 


Une équipe de vaccination contre Ebola au travail à Katongourou, en Guinée. Photo: OMS/S. Hawkey

23 décembre 2016 – D'après les résultats publiés vendredi dans la revue médicale 'The Lancet', un vaccin anti-Ebola expérimental lancé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ses partenaires s'est révélé hautement protecteur contre ce virus mortel. :roll:

Appelé rVSV-ZEBOV, ce vaccin a été étudié dans le cadre d'un essai majeur portant sur 11.841 personnes en Guinée, pendant l'année 2015. Parmi les 5.837 sujets ayant reçu le vaccin, aucun cas d'Ebola n'a été enregistré 10 jours ou plus après la vaccination. En comparaison, on a relevé 23 cas 10 jours ou plus après la vaccination chez les personnes n'ayant pas reçu ce vaccin.

« Si ces résultats convaincants arrivent trop tard pour ceux qui ont déjà perdu la vie lors de l'épidémie d'Ebola qui a frappé l'Afrique de l'Ouest, ils montrent que face à la prochaine flambée de cette maladie, nous ne serons pas sans défense », a indiqué le Dr Marie-Paule Kieny, Sous-Directeur général de l'OMS pour les systèmes de santé et l'innovation et principale responsable de l'étude.

Depuis la première identification du virus Ebola en 1976, des flambées sporadiques ont été notifiées en Afrique. Mais l'épidémie qui a endeuillé de 2013 à 2016 l'Afrique de l'Ouest, en faisant plus de 11.300 morts, a fait ressortir la nécessité d'un vaccin.

Une expérimentation vaccinale « en cercle »

L'essai de ce vaccin s'est déroulé dans la région côtière de la Basse-Guinée, une zone où la Guinée recensait encore de nouveaux cas d'Ebola lorsqu'il a débuté en 2015. Il fait appel à un concept innovant, une démarche vaccinale dite «en cercle», aussi utilisée pour éradiquer la variole.

Chaque fois qu'un nouveau cas d'Ebola était diagnostiqué, l'équipe de recherche retrouvait toutes les personnes ayant été en contact avec ce cas au cours des 3 semaines précédentes, et notamment les personnes vivant dans le même foyer, visitées par le malade ou ayant été en contact étroit avec lui, ses vêtements ou son linge, ainsi que certains «contacts de contacts». Au total, 117 grappes (ou «cercles»), comprenant en moyenne jusqu'à 80 individus, ont été identifiées.

Initialement, les membres des cercles ont été répartis de manière aléatoire afin de recevoir le vaccin immédiatement ou après un délai de 3 semaines et la vaccination n'a été proposée qu'aux adultes de plus de 18 ans. Après la publication de résultats provisoires montrant l'efficacité du vaccin, celui-ci a été proposé immédiatement à tous les cercles et l'essai a été ouvert aux enfants de plus de 6 ans.

Dr Marie-Paule Kieny, Sous-Directeur général de l’OMS pour les systèmes de santé et l’innovation et principale responsable de l’étude

Outre qu'il montre la haute efficacité du nouveau vaccin chez les personnes vaccinées, l'essai fait aussi apparaître que les personnes non vaccinées appartenant aux cercles ont bénéficié d'une protection indirecte contre le virus Ebola grâce à la démarche de vaccination en cercle (par le biais d'une immunité dite «collective»). Néanmoins, les auteurs font remarquer que l'essai n'était pas conçu pour mesurer cet effet, de sorte que des travaux de recherche supplémentaires seront nécessaires.

Le résultat d'une collaboration internationale et d'un partenariat public-privé

L'expérimentation de ce vaccin a été dirigée par l'OMS, conjointement avec le ministère guinéen de la santé, Médecins sans frontières et l'Institut norvégien de santé publique, en collaboration avec d'autres partenaires internationaux.

Le vaccin a été fabriqué par la société Merck, Sharpe & Dohme. En janvier, Gavi, l'Alliance du Vaccin, a fourni 5 millions de dollars à Merck en prévision des futurs achats de ce vaccin, une fois qu'il sera approuvé, préqualifié et recommandé par l'OMS. Dans le cadre de cet accord, la société Merck s'est engagée à garantir la disponibilité de 300.000 doses de vaccin pour une utilisation d'urgence pendant la période intermédiaire et à soumettre le vaccin pour autorisation d'ici fin 2017.

Des études supplémentaires sont en cours pour fournir davantage de données sur l'innocuité du vaccin pour les enfants et d'autres populations vulnérables telles que les personnes vivant avec le VIH. Dans le cas où la flambée d'Ebola repartirait avant son approbation, ce vaccin serait rendu accessible par une procédure appelée « usage compassionnel », permettant de l'utiliser après l'obtention d'un consentement éclairé. Merck et les partenaires de l'OMS travaillent à la compilation des données pour appuyer les demandes d'autorisation.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Guinée : l'OMS coordonne une campagne de vaccination pour contenir une nouvelle flambée d'Ebola
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=36943

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=38700


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Mai - 22:26 (2017)    Sujet du message: PAS VACCINES, L'ALLEMAGNE DEMANDE AUX ENFANTS DE DENONCER LEURS PARENTS (GERMANY WANTS KIDS TO INFORM AUTHORITIES IF THEIR PARENTS CAN'T PROVE THEY VACCINATED THEM) Répondre en citant

PAS VACCINES, L'ALLEMAGNE DEMANDE AUX ENFANTS DE DENONCER LEURS PARENTS (GERMANY WANTS KIDS TO INFORM AUTHORITIES IF THEIR PARENTS CAN'T PROVE THEY VACCINATED THEM)

Publié par wikistrike.com sur 27 Mai 2017, 10:50am

Catégories : #Santé - psychologie


 
BERLIN (AP) — The German government wants kindergartens to inform authorities if parents fail to prove they have attended a doctors' consultation on child vaccinations.

The measure is part of a government effort to improve vaccination rates in the country. These have dropped in recent years, exposing children and adults to potentially dangerous illnesses such as measles.

Authorities already can impose a fine of 2,500 euros ($2,800) on parents who persistently refuse to attend the vaccine consultations, compulsory for children attending kindergarten. But the authorities didn't always know which parents had dodged the consultations.

Parliament will vote on the measure Thursday.

Germany has reported 410 measles cases so far this year, more than in the whole of 2016. A 37-year-old woman died of the disease this month in the western city of Essen.
 
Source

http://www.wikistrike.com/2017/05/pas-vaccines-l-allemagne-demande-aux-enfa…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Mai - 22:27 (2017)    Sujet du message: LA SUEDE INTERDIT LA VACCINATION OBLIGATOIRE Répondre en citant

LA SUEDE INTERDIT LA VACCINATION OBLIGATOIRE

Publié par wikistrike.com sur 25 Mai 2017, 09:28am
Catégories : #Santé - psychologie



Notamment en fonction de « graves problèmes de et le fait que pareilles lois violeraient les droits constitutionnels des citoyens qui doivent avoir leur mot à dire dans leurs soins de santé (Extraits) 
 
Bawter Dimitry News, 12 mai 2017   

La Suède a rejeté les vaccinations obligatoires, après avoir évoqué « de graves problèmes de santé » ainsi que le fait que l'obligation violerait les droits constitutionnels des citoyens de choisir ce qui peut ou non convenir à leur propre santé. 

Le 10 mai 2017, le Parlement Suédois a rejeté sept motions qui auraient inclus des vaccinations obligatoires dans la loi. Le Parlement a fait savoir « Si nous introduisions des vaccinations obligatoires ou forcées, cela violerait notre [Constitution Suédoise] » 

Notant également « la résistance massive à toute forme de coercition en matière de vaccination », le Parlement a aussi fait référence aux « réactions indésirables graves et fréquentes » chez les enfants qui reçoivent les vaccinations. 

« Le NHF Suède a fait parvenir une lettre au Comité en expliquant que l'introduction de vaccinations obligatoires ou forcées telles qu'elles ont été soumises dans la requête d'Arkelsten violerait la Constitution. De nombreuses autres personnes ont fait parvenir une correspondance au Parlement et interpellé les politiciens et le Parlement. Les politiciens n'ont pu faire que remarquer qu'il existait une résistance massive à toutes les formes de coercition en matière de vaccination. 

« Le NHF Sweden a également fait ressortir à quel point les réactions indésirables peuvent être fréquentes au cours d'une année de vaccination. [...] En outre, il convient de tenir compte que chaque groupe d'âge recevra deux fois le vaccin ROR, de sorte que les effets secondaires seront multipliés par deux. Il convient aussi de ne pas oublier, qu'en outre des réactions indésirables similaires s'appliquent à d'autres vaccins. 

« Dans la lettre, nous avons même inclus une liste exhaustive d'additifs trouvés dans les vaccins - substances qui ne sont pas des aliments pour la bonne santé et ne doivent certainement pas se retrouver dans le corps des bébés ou des enfants. Nous avons également inclus pour les législateurs une très importante liste d'études qui démontrent que la vaccination est une mauvaise idée. 

On pourra trouver ci-dessous le rapport complet : http://www.thenhf.se/riksdagen-rostade-nej-till-alla-vaccinmotioner/ 

La décision judicieuse du Parlement Suédois fait fi, et va à l'encontre de ce qui se passe aux Etats-Unis comme dans les autres pays occidentaux. Big Pharma tient les législateurs sous sa coupe ; elle leur dicte sa politique en utilisant les médias corrompus pour calmer les dissidents. 

Robert F. Kennedy Jr. s'est récemment manifesté dans le Show Tucker Carlson où il a courageusement exposé « l'état de cette mafia sans loi » que représente Big Pharma et leur « très lucrative » escroquerie vaccinale. 

« L'industrie pharmaceutique est si puissante, a expliqué RFK Jr. Elle donne 5,4 milliards de dollars par an aux médias. Elle s'est débarrassée des avocats... Elle a été réellement capable de contrôler le débat et de réduire des gens comme moi au silence. » 

Quand on lui a demandé comment il était possible que la situation soit à ce point si mauvaise, Robert F. Kennedy Jr. a expliqué : « que le Congrès accordait à Big Pharma une immunité légale globale » lorsqu'il s'agit des vaccins. 

Big Pharma est devenue la loi après que le président Reagan ait signé la loi sur les dommages liés aux vaccins infantiles. Ces gens peuvent ainsi mettre des ingrédients toxiques dans les vaccins. Ces éléments peuvent gravement endommager la santé de vos enfants- mais il est impossible de les poursuivre en justice. 

« Ce que vous devez comprendre, c'est que le régime des vaccins a considérablement changé depuis 1989. La raison pour laquelle il a changé, c'est que le Congrès sous l'influence de l'industrie pharmaceutique, a fait ce qui n'a jamais été réalisé pour aucune autre industrie - le Congrès a accordé une immunité légale générale pour tous les fabricants de vaccins.  

« Donc peu importe les protocoles, peu importe l'absence de contrôle de la qualité, peu importe la toxicité des ingrédients ou les dommages graves qui peuvent être causés aux enfants, il vous est impossible d'entamer des poursuites à leur encontre. 

« Il n'y a donc pas de témoignage, pas de découverte, pas de recours collectifs et... tout à coup les vaccins deviennent éminemment rentables. » 

Les énormes profits de cette industrie non réglementée ont fait en sorte que les compagnies Big Pharma se sont engagées à produire de nouveaux vaccins parfois inutiles qui sont injectés dans le corps des jeunes enfants - souvent plus de dix à la fois. 

« C'est devenu une véritable ruée vers l'or pour l'industrie pharmaceutique d'ajouter de nouveaux vaccins au schéma de vaccinations. » 

Mais à quel prix ? L'industrie du vaccin, en vertu de ses propres règles - ou plutôt en vertu de l'absence de règles - nous rend impossible l'accès aux faits. Depuis longtemps, le Président Trump demande une enquête indépendante sur la sécurité des vaccins. Robert F Kennedy Jr. a fait la même demande. 

[...] « J'ai reçu trois vaccins et j'étais donc tout à fait en ordre. J'ai maintenant 63 ans. Pour pouvoir être en ordre mes enfants ont dû recevoir 69 doses de 16 vaccins. 

Nombre de ces vaccins ne concernent même pas les maladies transmissibles. Prenons l'exemple de l'hépatite B qui s'attrape par des rapports sexuels non protégés ou chez des personnes qui partagent des aiguilles. - Pourquoi donc administrons-nous ce vaccin à un enfant le premier jour de sa vie ? Et, en outre, il contient du mercure ! » 

Tucker demande : « Nous administrons vraiment ce vaccin à des enfants ? » 

« Nous continuons à leur administrer ce vaccin. Le mercure a été retiré de trois vaccins, mais il reste présent dans le vaccin contre la grippe et on en trouve encore dans plusieurs vaccins distribués dans le monde. Il faut savoir qu'il s'agit de la plus puissante neurotoxine non radioactive connue. 

« Comment est-il possible que nous injections pareil produit à des enfants ? » 

Robert F. Kennedy Jr. a essayé de mettre cette situation scandaleuse dans un contexte. 

« Si vous prenez un flacon de ce vaccin et qu'il vous arrive de le briser, vous devez vous en débarrasser selon les règles légales qui sont d'application pour les produits dangereux. Vous devez, en outre évacuer le bâtiment où l'accident s'est produit. Pourquoi auriez-vous l'audace d'injecter ce produit dans le corps d'un enfant ? » 

VIDEO : RFK Jr. My meeting with President Trump on vaccines 

Source: Yournewswire
 
Lu ici

http://www.wikistrike.com/2017/05/la-suede-interdit-la-vaccination-obligato…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Mai - 22:33 (2017)    Sujet du message: VACCINATION, VACCINS ET PRODUITS BIOLOGIQUES Répondre en citant

VACCINATION, VACCINS ET PRODUITS BIOLOGIQUES


Recommandations de l'OMS pour la vaccination systématique - tableaux récapitulatifs

Afin d'aider les directeurs de programme à développer des calendriers de vaccination optimaux, l'OMS a compilé dans quatre tableaux récapitulatifs les informations clés des recommandations actuelles relatives à la vaccination de routine.
Liens vers des tableaux:
mars 2017
Le tableau 1 résume les vaccinations de routine recommandées pour tous les groupes d'âge : enfants, adolescents et adultes. À ce titre, il donne un aperçu des recommandations de vaccination pour tous les âges, y compris les primovaccinations et les doses de rappel.

Le tableau 2 fournit des informations détaillées sur les vaccinations de routine pour les enfants, indiquant l'âge à la première dose et aux intervalles. Il réitère les recommandations sur la primovaccination et les doses de rappel.

Dans le tableau 3, l'OMS a consolidé ses recommandations pour la vaccination interrompue ou tardive. Ces situations exceptionnelles peuvent être difficiles pour les travailleurs de la santé car ils ne connaissent pas systématiquement la procédure à suivre dans ces cas.

Le tableau 4 résume les recommandations de l'OMS pour le personnel de santé en charge de la vaccination.

Il est important de noter que ces recommandations ne sont qu'une compilation, dans un nouveau format, des recommandations de vaccination de routine de l'OMS existantes. Toutes les recommandations sont issues des notes de synthèse de l'OMS publiées dans le Relevé épidémiologique hebdomadaire. Les tableaux sont mis à jour dès qu'une nouvelle recommandation de l'OMS est publiée.

Les tableaux sont conçus pour une utilisation par les gestionnaires nationaux de vaccination et les principaux décideurs, les présidents et les membres des comités consultatifs nationaux sur la vaccination et les organisations partenaires, y compris les industriels.

Les tableaux ne sont pas destinés à être utilisés directement par les travailleurs de la santé. Leur objectif est d'aider les décisions techniques relatives au calendrier de vaccination national.

En consolidant ses nombreuses recommandations dans des tableaux récapitulatifs, l'OMS espère faciliter l'accès à ses conseils stratégiques et soutenir des programmes nationaux de vaccination afin d'examiner de manière critique, et peut-être modifier, leurs calendriers de vaccination.

L'OMS espère que les tableaux serviront à mettre en évidence les disparités entre les pays et à sensibiliser les décideurs aux recommandations qui ne sont pas suivies. Plusieurs pays administrent convenablement des antigènes vaccinaux additionnels, mais accusent un certain retard à fournir le nombre adéquat de doses, ou de doses de rappel, de vaccins traditionnels et accordent peu de considération aux groupes plus âgés. Ces tableaux peuvent contribuer à étendre équitablement les avantages de la vaccination à tous les enfants, adolescents et adultes, conformément aux objectifs du Plan d'action mondial pour les vaccins (GVAP).

L'OMS souhaiterait recevoir des commentaires sur le contenu et le format de ces tableaux.

Remarque : Le petit « Guide d'orientation » est conçu comme un document d'accompagnement pour faciliter l'utilisation des tableaux récapitulatifs de l'OMS.

Dernière mise à jour: 3 avril 2017
 
   
http://www.who.int/immunization/policy/immunization_tables/fr/ 
 
 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Sam 10 Juin - 11:58 (2017)    Sujet du message: YEMEN : UNE CAMPAGNE NATIONALE CONTRE LA POLIO VACCINE CINQ MILLIONS D'ENFANTS / Yemen: UNICEF vaccination campaign reaches five million children / WHO: YEMEN CHOLERA CASES PASS THE 100,000 MARK Répondre en citant

YEMEN : UNE CAMPAGNE NATIONALE CONTRE LA POLIO VACCINE CINQ MILLIONS D'ENFANTS

ENGLISH : Yemen: UNICEF vaccination campaign reaches five million children
http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=56320

Mise à jour 13-04-2017


Pour le Yémen, plus de 5 millions d'enfants viennent de recevoir le vaccin contre la polio et freiner la propagation de la rougeole, avec le soutien de la Banque mondiale, du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) . Dans l'article en anglais, on rajoute  que des milliers de travailleurs de la santé, des éducateurs de la santé, que les leaders religieux et le conseil local sont aussi impliqués dans le projet (thousands of health workers, health educators, religious leaders and local council officials) http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=39286 , http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=56531 . Nous entendrons parler, dans quelques temps, d'une nouvelle pandémie en train de ravager ce pays.



Une petit garçon est vacciné contre la polio à Sa’ada, au Yémen. (archives). Photo UNICEF/UN026952/Madhok

9 mars 2017 – Dans un contexte de regain de violence, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et ses partenaires ont terminé la première partie d'une campagne nationale de vaccination qui a permis d'atteindre 5 millions d'enfants âgés de moins de cinq ans.

Lors de cette campagne, 40.000 personnes à travers le Yémen ont participé à cette vaccination contre la polio et à la fourniture de suppléments en vitamine A.

Des équipes mobiles ont atteint les enfants partout où ils se trouvaient, y compris dans les endroits où l'accès aux services de santé a été interrompu par les combats. Les professionnels de santé ont montré une détermination héroïque à traverser les lignes de front, les montagnes et les vallées pour vacciner les enfants, selon l'UNICEF.

« Au cours des deux dernières années, davantage d'enfants sont morts de maladies évitables que de la violence. C'est pourquoi les campagnes de vaccination sont si cruciales pour sauver la vie des enfants du Yémen et assurer leur avenir », a déclaré la Représentante de l'UNICEF au Yémen, Dr Meritxell Relaño, dans un communiqué de presse.

La campagne intervient à un moment critique. Les enfants au Yémen sont menacés par la famine et la malnutrition a considérablement augmenté les risques de maladies. Plus de la moitié des installations médicales du Yémen ne fonctionnent plus et le système de santé est sur le point de s'effondrer.

À mesure que les besoins augmentent, l'UNICEF intensifie sa réponse humanitaire, notamment en fournissant un traitement contre la malnutrition aiguë sévère à 323.000 enfants et des services de santé de base à un million d'enfants et à plus d'un demi-million de femmes enceintes et allaitantes.

« Les enfants meurent parce que le conflit les empêche de recevoir les soins de santé et la nutrition dont ils ont besoin de toute urgence. Leur système immunitaire est faible à cause de la faim qui les affectent depuis des mois », a déclaré le Dr Relaño. « Nous appelons toutes les parties au conflit à trouver une solution politique à cette crise qui inflige des souffrances incalculables aux enfants ».

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=39102


UPDATE



WHO: YEMEN CHOLERA CASES PASS THE 100,000 MARK

2 months after the massive vaccination of the population



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=DfS5MlczpZ0

Ajoutée le 8 juin 2017

The number of suspected cholera cases in war-torn Yemen has risen to more than 100,000 since an outbreak began on April 27, the World Health Organization said on Thursday.

The rapid spread of the disease through 19 of Yemen's 23 governorates highlighted a humanitarian catastrophe in Yemen after two years of war that has disabled most health care facilities, according to the U.N. humanitarian office.

"To date, 101,820 suspected cholera cases and 789 deaths have been reported in 19 governorates," WHO spokesman Tarik Jasarevic told Reuters.

The WHO has warned that the number of cases could hit 300,000, but the daily number of new ones declined slightly in the week to June 5 to 3,432, compared with 3,651 in the previous seven-day period.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Mar 13 Juin - 03:27 (2017)    Sujet du message: VICTORIA, AUSTRALIA HAS MANDATED THAT CHILDREN SHOULD SEE A DOCTOR AT LEAST ONE A WEEK TO RECEIVE DRUGS AND MEDICAL TREATMENT WITHOUT PARENTAL CONSENT Répondre en citant

VICTORIA, AUSTRALIA HAS MANDATED THAT CHILDREN SHOULD SEE A DOCTOR AT LEAST ONE A WEEK TO RECEIVE DRUGS AND MEDICAL TREATMENT WITHOUT PARENTAL CONSENT

Sunday, June 11, 2017 by: Tracey Watson
 
Tags: Australia, health care visits, health freedom, medical choice, parenting, schools, teenagers, Teens, Victoria




(Natural News) A $43.8 million (about $33 million U.S. Dollar) state-run initiative called “Doctors in Secondary Schools” has been rolled out in the state of Victoria, Australia. This program promises to “fund general practitioners (GPs) to attend up to 100 Victorian government secondary schools up to one day a week to provide medical advice and health care to those students most in need.” While the concept of providing free medical care for in-need teens sounds great on the surface, it has been met with a storm of controversy, for multiple reasons.

For one thing, many see this as a way for the state to line the pockets of Big Pharma and government officials with ties to drug companies. These connections run all the way to the top, with The Mind Unleashed reporting that Prime Minister Malcolm Turnbull and his wife are connected to some of the biggest of all Big Pharma corporations. For example, while the prime minister has pushed for government-mandated vaccinations, his wife serves as chair of the pharmaceutical corporation Prima Biomed.

Many parents are also gravely concerned about their daughters being issued with contraceptive pills at school without their knowledge or consent. Of course, the mainstream media mocks their fears, with Matt Young of News.com.au saying, “I’m here to slap some reality into that overly-cautious parental mind of yours. We don’t live in a perfect world. And sadly, parents, your teenagers are going to have sex and probably not tell you about it. Just like my generation, and yours, did all those years back. How refreshing though that this generation will have an expert to talk to about it confidentially.”

The wording of the program is also of great concern to many parents, since it mandates that even if a parent “expressly states” that they do not want their child to receive medical treatment from these doctors, the GP can go ahead and do so as long as he or she deems the child to be “mature enough.”

The program also promises to provide “primary health care” to these kids, but never clarifies what this health care will consist of. Will it include vaccinations? Will children whose parents have carefully prevented them from receiving dangerous vaccines be given these shots anyway, without permission? Most likely, these teens will have the HPV vaccine pressed on them, especially if they’ve been handed contraceptives and effectively given the green light to start having sex.

Children worldwide have suffered horrific side effects and life-altering disabilities after receiving this vaccine, and it has actually been banned in several countries, but this is not likely to prevent doctors from administering it at these weekly “health care” visits.

And what about psych evaluations? Hormonal swings mean that teenagers are notoriously all over the place when it comes to their moods. Most parents are aware of this and monitor their kids carefully. That doesn’t mean that kids need to be given antidepressants and other psychotropic drugs to cope. Nonetheless, the number of children being handed prescriptions for these drugs has risen dramatically in the past few years, and the doctors in the Australian program are likely to follow the trend. This means that children could be given mind-altering drugs which are known to cause suicidal behavior in teenagers without the knowledge or consent of their parents.

While Victoria, Australia, may seem very far away, similar government policies have been instituted in the U.S. with many states refusing unvaccinated children entrance to schools and day care facilities. A Texas lawmaker recently made the statement that the second a child is removed from their home they become “a child of the state,” and that such children should receive whatever medical treatment the state deems fit as soon as possible. Governments worldwide are exerting more and more control over children, doing their best to sever the ties that bind kids to their parents.

Sources:
TheMindUnleashed.com
News.com.au
Education.Vic.gov.au

http://www.naturalnews.com/2017-06-11-victoria-australia-has-mandated-that-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Dim 18 Juin - 09:51 (2017)    Sujet du message: FRANCE : LA MINISTRE DE LA SANTE REFLECHIT A RENDRE OBLIGATOIRE 11 VACCINS INFANTILES (AU LIEU DE TROIS AUJOURD'HUI ) Répondre en citant

FRANCE : LA MINISTRE DE LA SANTE REFLECHIT A RENDRE OBLIGATOIRE 11 VACCINS INFANTILES  (AU LIEU DE TROIS AUJOURD'HUI )

Aujourd'hui seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires : diphtérie, tétanos et poliomyélite et huit autres seulement recommandés.


Agnès Buzyn, le 14 juin 2017 à la sortie du palais de l'Elysée.  (PATRICK KOVARIK / AFP)

franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le 16/06/2017 | 08:19
publié le 16/06/2017 | 06:26

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, réfléchit "à rendre obligatoire, pour une durée limitée, les onze vaccins destinés aux enfants". Elle l'annonce dans une interview au Parisien, vendredi 16 juin.

Aujourd'hui, seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires : diphtérie, tétanos et poliomyélite et huit autres, dont la coqueluche, l'hépatite B ou la rougeole sont seulement recommandés, rappelle la ministre. Mais "ce double système est une exception française. Cela pose un vrai problème de santé publique", estime-t-elle, rappelant que "la rougeole réapparaît" et qu'elle a causé la mort de 10 enfants depuis 2008. "Le taux de couverture est de 75% alors qu'il devrait être de 95%", souligne-t-elle et "on a le même problème avec la méningite. Il n'est pas supportable qu'un ado de 15 ans puisse mourir parce qu'il n'est pas vacciné".

Comment y remédier alors ? "Nous réfléchissons donc à rendre obligatoires les onze vaccins (poliomyélite, tétanos, diphtérie, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole, hépatite B, bactérie Haemophilus influenzae, pneumocoque, méningocoque C) pour une durée limitée, qui pourrait être de cinq à dix ans", a indiqué la ministre, soulignant que "l'Italie l'a fait la semaine dernière".

"Ce serait une hérésie"

"Dès que l'on parle d'obligation vaccinale, cela déclenche des polémiques", prévient dans les colonnes du quotidien le professeur Alain Fischer, président de la concertation citoyenne sur les vaccinations. "Malheureusement, il n'y a pas d'autres solutions pour lutter contre la recrudescence des maladies infantiles. C'est un mal transitoire pour un bien sur le long terme", a-t-il affirmé.

"Ce serait une hérésie", lui répond dans le journal Jacques Bessin, président de l'Union nationale des associations citoyennes de santé (UNACS). Selon lui, "les vaccins ont des effets secondaires neurologiques, musculaires mal mesurés et parfois irréversibles".
ftvi_content_quote a écrit:



On ne laissera pas faire
Jacques Bessin, président de l'UNACS
Le Parisien




Face à cette hostilité, la ministre répond qu'il "faut faire œuvre de pédagogie". "La vaccination, ce n'est pas seulement l'intérêt qu'on y trouve soi-même, c'est un enjeu de solidarité, une façon de protéger l'ensemble de la société", a-t-elle dit. Face aux critiques estimant que cette décision ferait la part belle aux laboratoires pharmaceutiques, Agnès Buzyn "refuse qu'on (lui) colle cette étiquette".

A lire aussi
http://www.francetvinfo.fr/sante/politique-de-sante/la-ministre-de-la-sante-reflechit-a-rendre-obligatoire-11-vaccins-infantiles-au-lieu-de-trois-aujourd-hui_2239119.html#xtor=AL-85


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Mar 27 Juin - 07:23 (2017)    Sujet du message: 15,000 PEOPLE MARCH IN ROME AGAINST AN OPPRESSIVE NEW MANDATORY VACCINE LAW Répondre en citant

15,000 PEOPLE MARCH IN ROME AGAINST AN OPPRESSIVE NEW MANDATORY VACCINE LAW

VIDEO : https://vimeo.com/221496001

de Francesca AlessePlusIl y a 2 semaines

Italians gathered to protest the decree-law that will raise the number of mandatory vaccines from 4 to 12. The law proposed by the Minister of Health Lorenzin will become effective unless the parliament blocks it. According to this law the unvaccinated kids will loose their right to education, their parents will be fined up to euros 7,500, and more importantly the kids will be taken away by the local child protective services.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Jeu 29 Juin - 21:16 (2017)    Sujet du message: UNICEF: YEMEN CHOLERA CASES SURPASSED 200,000 Répondre en citant

UNICEF Evil or Very Mad : YEMEN CHOLERA CASES SURPASSED 200,000

-----


NATIONWIDE IMMUNIZATION CAMPAIGN PROTECTS 5 MILLION CHILDREN AGAINST POLIO IN WAR-TORN YEMEN



WHO UNICEF and the World Bank are working closely with health authorities to keep Yemen polio-free and curb the spread of measlesSupport from the World Bank, WHO and UNICEF critical to reach every vulnerable child

 
SANA’A, 8 April 2017 — In an effort to keep Yemen polio-free, nearly 5 million children under the age of 5 have been vaccinated in a nationwide campaign covering all governorates in the country. The campaign was supported by a partnership between the World Bank, UNICEF and WHO launched in February 2017.

Read more : http://www.emro.who.int/media/news/nationwide-immunization-campaign-protect…

-----

WHO EXPRESSES THANKS AND APPRECIATION TO HIS ROYAL HIGHNESS, CROWN PRINCE OF SAUDI ARABIA, FOR HIS GENEROUS INITIATIVE TO FUND CHOLERA RESPONS ACTIVITIES IN YEMEN


...King Salman Humanitarian Aid and Relief Centre in Saudi Arabia, has announced a donation of US $66.7 million to UNICEF, WHO and their partners to contain the outbreak of cholera in Yemen, in response to their urgent call for much needed funds...

http://www.emro.who.int/media/news/who-expresses-thanks-and-appreciation-to-his-royal-highness-crown-prince-of-saudi-arabia-for-his-generous-initiative-to-fund-the-cholera-response-activities-in-yemen.html

-----

10 hours ago June 29, 2017


  Yemenis infected with cholera wait for treatment at Sabaeen Hospital in Sanaa on June 13, 2017.

Int'l Organizations - News - Top - World

UNICEF, the United Nations International Children’s Emergency Fund, said it was sending aids aid to Yemen, hoping to beat back the two-month cholera outbreak which has spread to 218,000 people.

Three UNICEF charter planes have delivered 36 tons of lifesaving medical and water purification supplies to Yemen to scale up efforts to combat the world’s worst cholera outbreak.

The supplies included, 750,000 sachets of Oral Rehydration Salt (ORS) enough to treat 10,000 people,   10.5 million water purification tablets and other sanitation items.

“We are in a race against time. Our teams are working with partners not only to provide treatment to the sick and raise awareness among communities, but also to rapidly replenish and distribute supplies and medicines ,” said Dr Sherin Varkey, UNICEF Deputy Representative in Yemen.

“More airlifts of critical supplies will continue in the coming days,” Varkey ADDED.

In just two months, cholera has spread to almost every governorate of Yemen. Already more than 1,300 people have died – one quarter of them children. Civil servants, including doctors, nurses, water engineers and rubbish collectors have not been paid for nearly 10 months.

Yemen has been since March 2015 under a brutal aggression by Saudi-led coalition. Tens of thousands of Yemenis have been injured and martyred in Saudi-led strikes, with the vast majority of them are civilians.

The coalition has been also imposing a blockade on the impoverished country’s ports and airports as a part of his aggression which is aimed at restoring power to fugitive former president Abdrabbuh Mansour Hadi.

Two years of war have killed more than 10,000 people, wounded 45,000 others, and displaced more than 11 percent of the country’s 26 million people.

Source: Agencies

http://english.almanar.com.lb/294963


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Juil - 13:00 (2017)    Sujet du message: VACCINS, NON, MADAME BUZYN, VOUS N'AVEZ AUCUN DROIT SUR MES ENFANTS Répondre en citant

VACCINS, NON, MADAME BUZYN, VOUS N'AVEZ AUCUN DROIT SUR MES ENFANTS

il y a 3 heures



Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info.com, publiait jeudi 29 juin une tribune libre sur le site Boulevard Voltaire, que nous vous proposons ci-dessous. Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Ainsi donc, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, vous avez indiqué réfléchir à rendre obligatoires onze vaccins, comme l’a suggéré le Conseil d’État. Par ces déclarations, vous adressez votre mépris vis-à-vis des millions de Français sceptiques sur la politique vaccinale en France.

Ainsi qu’à tous ces médecins, ou scientifiques, qui, eux aussi, pour une partie d’entre eux tout du moins, ne sont pas des ayatollahs de la vaccination obligatoire.

Mais de quel droit, Madame Buzyn, entendez-vous décider de ce que les parents doivent ou ne doivent pas faire concernant leurs enfants ?

Vos successeurs, et aujourd’hui vous-même, vous montrez par ailleurs incapables d’endiguer la recrudescence de nouvelles maladies contagieuses (gale, syphilis, tuberculose…) liées aux arrivées de migrants non soignés partout en Europe.

Et vous prétendez aujourd’hui sérieusement nous dire ce que nous devons faire ou pas en matière de santé publique ?

Et vous entendez donc, par la loi, par la prison s’il faut (et pourquoi pas par le retrait de garde ?), nous forcer à injecter dans les corps de nos enfants une série de produits dont vous ne pouvez pas certifier qu’ils n’auront aucun effet secondaire ?

« Nous ne nions pas les troubles et les souffrances rencontrés par les gens qui pensent être victimes de l’aluminium présent dans les vaccins, mais il faut bien admettre que l’origine de leur état n’est pas encore établie », écrivaient, en 2016, Julie Boulier et Louise Cluny (Rougeole Epidémiologie), qui demandaient à ne pas soutenir la pétition du professeur Joyeux.

Mais le principe de précaution n’est-il pas une des bases de la médecine ?

Ce ne sont pas des adultes, que vous voulez vacciner de force.

Mais bien des bébés, dont le système immunitaire est, par définition en construction, donc par définition instable.

Non, Madame Buzyn, vous n’avez aucun droit sur mes enfants. Ni sur ceux des autres. Non, Madame Buzyn, la vaccination obligatoire n’est pas le remède miracle pour en finir avec certaines affreuses maladies.

Avant de vouloir contraindre, réfléchissez à savoir pourquoi l’Allemagne, et sa vaccination seulement recommandée pour le DTP, possède le même taux de vaccination qu’en France. Demandez-vous pourquoi 15 pays sur 29 pays européens (en comptant la Norvège et l’Islande) n’ont pas d’obligation vaccinale.

Madame Buzyn, mes enfants ont plus de chance, dans la magnifique société que vous leur offrez aujourd’hui, de mourir contaminés par une maladie exotique que vous et vos ministres laissez importer « au nom de la solidarité » que des suites du tétanos ou de la rougeole.

Madame Buzyn, mes enfants ont également plus de chance d’être, demain, victimes d’un attentat islamiste ou d’une agression mortelle dans le pays du « mourir ensemble » que d’une méningite foudroyante.

Alors, s’il vous plaît, ne venez pas nous dire ce que nous devons faire pour nos enfants, vous qui – avec votre gouvernement et ceux qui vous ont précédée – vous montrez quotidiennement incapables de les protéger.

À bon entendeur…

Yann Vallerie

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

http://www.breizh-info.com/2017/07/01/73060/vaccins-non-madame-buzyn-navez-droit-enfants


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Juil - 09:34 (2017)    Sujet du message: SERGE RADER : « LE LOBBY INDUSTRIEL DES LABORATOIRES DE VACCINS A ENCORE FRAPPE ! » Répondre en citant

SERGE RADER : « LE LOBBY INDUSTRIEL DES LABORATOIRES DE VACCINS A ENCORE FRAPPE ! »

Combien de médecins et de scientifiques sérieux ont soit perdu leur licence ou furent tués pour avoir exposé cette fraude qui ne sert qu'à abrutir, à rendre malade les enfants de manière irréversible ou qui les tuent? Ne voyez-vous pas cet agenda génocidaire de nos enfants que nous voyons dans tous les pays où arrivent de grandes campagnes de vaccination? Et maintenant cette tyrannie contre les parents qui refusent la vaccination. Après avoir imposé cette même obligation, à la pointe du fusil et par des lois criminalisantes à d'autres pays, ils sont maintenant prêts à l'imposer en Europe et en Amérique.

  Hier

Serge Rader
Pharmacien, lanceur d'alerte

  Deux cents grands noms de la médecine viennent de lancer un appel dans Le Parisien en faveur de la vaccination obligatoire, notamment pour onze vaccins destinés aux enfants.

Pour Serger Rader, la seule explication est à chercher du côté du lobby industriel des laboratoires : selon lui, aucune urgence, aucune épidémie ne justifie de passer de trois vaccins à onze vaccins.

200 grands noms de la médecine, qu’ils soient médecins ou responsables hospitaliers viennent de lancer un appel dans Le Parisien en faveur de la vaccination obligatoire , notamment pour 11 vaccins destinés aux enfants.

Quelle est votre réaction à cette demande de vaccination systématique ?

Je suis scandalisé.

Le lobby industriel des laboratoires de vaccins a encore frappé.

Tous ces gens-là doivent leur carrière à l’industrie pharmaceutique.

Ils ne seraient pas devenus professeurs, ou autre, s’ils n’avaient pas signé toutes les conventions.

Pour ne citer que le professeur Guy Madit, il a 72 conventions avec les laboratoires.

Mais, c’est la même chose pour toute la liste, et pour ne citer que les premiers signataires: Launay, Bricaire, Bégué, Mattéi de l’académie de médecine, Le Sage, Bergmann, Bougenot.

Il ne manque plus que les noms de cette association qui s’appelle Infovac d’une vingtaine de pédiatres à la solde des laboratoires. Comme cela, on en aurait eu 220.
C’est tout à fait scandaleux.

Il n’y a vraiment aucune urgence et aucune priorité pour passer de 3 vaccins obligatoires à 11.
C’est scandaleux.

Je signale au passage que la Suède vient de décréter anticonstitutionnelle l’obligation vaccinale.

Si 41% des Français se posent des questions sur les vaccins, c’est parce qu’ils ont été frappés par les effets collatéraux des vaccins. Ces effets ne remontent pas à la Pharmacovigilance.

Pharmacovigilance ne fonctionne pas dans notre pays.

Il y a quand même des arguments qui sont sortis par ces médecins, notamment concernant les épidémies.
Comment y répondez-vous?

Ce sont toujours les mêmes arguments éculés. Ils n’ont plus lieu d’être.

Ces gens-là ne connaissent pas les dossiers.

Ils disent que la vaccination systématique a permis d’éradiquer la variole.

C’est totalement faux.

C’est bien l’endiguement et l’isolement des malades qui a éradiqué la variole.

On pourrait en parler pendant des heures.

Ils disent qu’il y a une réduction de la couverture pour la rougeole. C’est entièrement faux.

Madame Agnès Buzyn a parlé de 75%.

J’ai les chiffres qui émanent de l’InVS (Institut de veille Sanitaire).

Il faut arrêter de dire des mensonges.

Ce n’est pas comme cela que les Français vont adhérer au discours des vaccins.

Les vaccins sont nécessaires, mais ils posent des problèmes aujourd’hui, notamment dans leur composition.

Des doses astronomiques d’aluminium sont injectées dans ces petits êtres innocents que sont les nourrissons.

Il y a des problèmes avec d’autres excipients.

Il y a des problèmes avec le mercure.

Tous les vaccins renferment du mercure lié au process de fabrication.

Ce mercure est le métal le plus toxique.

Plus récemment, des études publiées dans des revues scientifiques américaines ont révélé qu’il sont bourrés de nanoparticules métalliques toxiques qui, une fois injectées, ne sont pas biodégradables.

Elles sont toxiques, les vaccins en sont pleins, mais « circulez il n’y a rien à voir ».
C’est inadmissible !

Vous vous considérez aujourd’hui comme un lanceur d’alerte.

Comment expliquez-vous que vos propos ne soient pas entendus ou relayés ?

Je pose des questions qui restent sans réponse.

Cela fait partie de la stratégie mondialiste des 4 grands producteurs de vaccins, 2 Américains, 1 Anglais et notre Français national Sanofi. Sanofi est un lobby surpuissant au niveau politique.

J’accompagne toutes ces familles comme les 700 familles qui ont déposé plainte pour l’affaire Méningitec à Clermont-Ferrand.

Je vais les soutenir et dire qu’il faut changer la politique vaccinale.

Je ne crois pas du tout à l’information transparente des autorités.

Tout est verrouillé par le lobby industriel.

Qu’on laisse les gens décider de leur sort !

Que comptez-vous faire à l’avenir pour contrer cet appel des 200 médecins ?

Nous avons une dizaine de textes juridiques pour nous.

Toutes les associations des usagers, de patients, de victimes, etc, feront valoir ces textes juridiques pour contrer cette obligation vaccinale qui n’a pas lieu d’être.

Il n’y a aucune urgence, il n’y a aucune épidémie en France.

Tout ce qu’on vous met en avant, la peur, etc, pour passer à une obligation vaccinale à 11, est uniquement la conséquence du lobby industriel.

http://www.bvoltaire.fr/lobby-industriel-laboratoires-de-vaccins-a-frappe/?…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Juil - 09:48 (2017)    Sujet du message: DES MEDECINS CONTRE LES VACCINS : LA FACE CACHEE DONT ON NE PARLE PAS Répondre en citant

DES MEDECINS CONTRE LES VACCINS : LA FACE CACHEE DONT ON NE PARLE PAS

ENGLISH :
Doctors Against Vaccines: The Other Side of the Story is Not Being Told
http://healthimpactnews.com/2014/doctors-against-vaccines-the-other-side-of-the-story-is-not-being-told/
 
 12 mars 2014
 
Des médecins contre les vaccins : la face cachée dont on ne parle pas !
 
Par Health Impact News, 10 mars 2014
 
  Les grands médias pro-pharma souhaiteraient que tout le monde puisse croire que les médecins et les “scientifiques » sont tous d’accord pour reconnaître que les vaccins sont sûrs et efficaces, et que les dissidents ne sont que des parents peu instruits ou mal informés. 
   
Ce n’est évidemment pas vrai. Les médecins et les scientifiques qui osent s’exprimer contre le « statu quo », en mettant leur propre carrière en péril pour faire apparaître l’autre face de la réalité, sont bien sûr peu nombreux. Mais cela ne veut pas dire que ces courageux médecins n’existent pas. Ils sont tout simplement moins nombreux parce qu’ils font passer la vérité et le bien-être du public avant des liens financiers avec l’industrie pharmaceutique.
 
 
Leslie Manookian, productrice du film « The Greater Good » recense une liste de 150 scientifiques et médecins qui se sont sérieusement et publiquement interrogés sur le problème des vaccins. En voici la liste : http://www.greatergoodmovie.org/news-views/doctors-and-scientists-with-conc…
   
Ci-dessous, vous pourrez trouver trois interviews de médecins et de scientifiques qui tentent de présenter cette fameuse « face cachée » des vaccinations
   
Dr Suzanne Humphries, MD  
 
Vidéo Interview du Dr S.Humphries sur les vaccins (en anglais)



https://www.youtube.com/watch?v=efto1LpWkKw
 
   Le Dr Suzanne Humphries, néphrologue, explique que l’industrie du vaccin ne montre pas les deux faces de la réalité vaccinale. Elle souhaite que les parents puissent bien s’informer avant de soumettre leurs enfants à des vaccins qui pourraient leur provoquer de graves dommages de santé ou même entraîner la mort. Elle veut souligner le raisonnement du gouvernement et de l’industrie pharmaceutique qui considèrent que « les gens sont assez stupides » pour croire que les vaccins sont « miraculeux ». C’est la raison pour laquelle, ils sont décidés à continuer à faire administrer des vaccins.
 
  Citations :
   
«  Pourquoi doit-on rendre obligatoires des produits aussi « merveilleux » ?
   
«  Ceux qui ont inventé les vaccins ont opté pour un système de croyances qui considère que tous les bébés naissent avec des systèmes immunitaires inadéquats » (et dès lors ont besoin des vaccins pour les « sauver » des maladies.)
   
Le Dr Humphries fait remarquer que la plupart des médecins croient que Mère Nature est imparfaite. Les médecins cependant ne savent pas comment il convient de s’occuper d’un système immunitaire. Ils ne l’ont tout simplement pas appris sur les bancs de l’université. On finit par avoir toute une société qui ne sait pas comment fonctionne le système immunitaire, qui ne sait pas comment on doit prendre soin de son système immunitaire, qui ne sait pas quels nutriments, minéraux, enzymes, vitamines etc. sont nécessaires au bon fonctionnement du système immunitaire, qui ne sait pas quel type d’alimentation est nécessaire au système immunitaire, et quand ce dernier montre des signes de faiblesse, « c’est la faute de Dieu ». Il nous faut un vaccin.»
 
  Dr Sherri Tenpenny   
 
Vidéo en anglais : « sécurité vaccinale : un crime contre l’humanité ? »

 

 
http://www.youtube.com/watch?v=CAJb01ZiJNk
 
  Le Dr Sherri Tenpenny est docteur en ostéopathie, directrice et fondatrice de OstéoMedII, une clinique située en Ohio. Le Dr Tenpenny parle de l’absence d’études de sécurité menées sur les vaccins. Elle souligne que les études sont réalisées uniquement sur des individus en bonne santé. Ces individus ne sont pas représentatifs d’une grande partie de la société qui doit recevoir les vaccins. On n’étudie jamais les vaccins sur les gens atteints de maladies chroniques ou qui prennent toute une série de médicaments.
 
  Le Dr Tenpenny se demande si oui ou non les vaccins sont efficaces. Elle veut clairement faire apparaître la différence qui existe entre les « anticorps vaccinaux » et l’immunité naturelle. Elle veut permettre au public de comprendre que quand on prétend qu’ « vaccin est efficace », cela veut tout simplement dire que ce vaccin a crée des anticorps spécifiques d’une maladie, mais non pas que les preuves ont été apportées que ce vaccin empêchera les personnes vaccinées de faire la maladie. Elle fait allusion au nombre croissant de cas aux Etats-Unis où des foyers de maladies se produisent dans des populations vaccinées, et complètement vaccinées contre la maladie dont ils souffrent. 
   
Dr Meryl Nass
  
Interview en anglais du Dr Meryl Nass

 

 
http://www.youtube.com/watch?v=oimq1YrDi3w
 
 
Le Dr Meryl Nass est spécialisée en médecine interne. Elle explique l’effet tourniquet qui existe entre les fabricants de vaccins et le gouvernement américain. Elle commente la controverse du Gardasil et dit : « il n’est pas possible que des filles en excellente santé puissent ainsi mourir subitement. » Le Dr Nass est également expert en matière de vaccin contre l’anthrax et le syndrome de la Guerre du Golfe.  

http://expovaccins.over-blog.com/article-des-medecins-contre-les-vaccins-la…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Lun 10 Juil - 11:54 (2017)    Sujet du message: ALERT - FL COURT RULES CATHOLIC SCHOOL CAN REQUIRE VACCINES AS "RELIGION" OVER PARENTS' STAT & FED RIGHTS! PLEASE HELP US APPEAL THIS DECISION NOW ! Répondre en citant

ALERT - FL COURT RULES CATHOLIC SCHOOL CAN REQUIRE VACCINES AS  "RELIGION" OVER PARENTS' STAT & FED RIGHTS! PLEASE HELP US APPEAL THIS DECISION NOW !



FL Appellate Court Confuses Medical Science & Religion
 
Lawsuit to Save Religious Exemption
https://www.gofundme.com/lk9634

Last week, Florida's First District Court of Appeals ruled in favor of a Catholic bishop's abrupt change of policy that now forbids religious exemptions in his diocese's schools, despite parent's state statutory and federal Constitutional right to  exercise the exemption. The court erroneously framed the dispute as being a conflict between the parents' and diocese's religious beliefs. However, the court ignored two simple, critical legal points: 1) One does not have a Constitutionally protected religious belief simply by claiming so, the belief must be objectively "rooted in religion." Vaccination, of course, is unquestionably rooted in science, and the law sees science and religion as mutually exclusive realms (what in the world was the court thinking?!); and 2) The court completely ignored the Catholic school's participation in a state program in which participants agree, by state law, to follow all Florida laws. So, even if the bishop could refuse religious exemptions otherwise, he waived that right by his participation in that state program.

There were many other problems with the court's opinion, including the court overstepping its authority by questioning the legislative findings about vaccines and infectious disease, a step prohibited by the U.S. Supreme Court's landmark 1905 Jacobson v. Mass vaccine case that remains the foundation for vaccine policy to this day.

The FL appellate court's decision has disturbing implications. If a church can unilaterally declare that vaccination is a "religious" belief without the court applying the legally required objective assessment, and thereby remove itself from state authority, what else can the church unilaterally deem "religious" to remove its actions from state scrutiny? Indeed, what could it *not* randomly deem to be a religious belief to escape state scrutiny? Can any religious school now require any medical treatment for its students in the name of religion? The FL appellate court has blatantly stepped outside of well-established law and created a very dangerous slippery slope.

Whatever the reason--fear of infectious disease, fear of retaliation from the Catholic Church, or who knows what--this horrible decision *must* be challenged!

The immediate concern is religious schools in Florida; and secondarily, religious schools throughout the nation that will no doubt use this decision to justify mandating vaccines in violation of parents' Constitutional rights. But the buck will not stop there. Like every other erosion of our rights, this is just one more step toward the eventual goal of removing all exemption rights for anyone, anywhere, at anytime. So, unless we stop this train now, it will continue to gain speed as it rolls further down the track.

The family is already $20K in the hole from the trial and first level of appeal, and they need about $15K - $20K within the next 3 weeks to retain counsel to ask the Florida State Supreme Court to review and reverse the court of appeals' erroneous decision. Please donate, and please spread the word. If a few thousand people each donate just a few dollars, we'll get there, but we won't get there if you leave this to everyone else. Please help -- donations in any amount are appreciated!

The Go Fund Me page is here:

Lawsuit to Save Religious Exemption
https://www.gofundme.com/lk9634
If sufficient funds are not raised or the FL State Supreme Court refuses to hear this case, all funds will go toward the family's current legal debt.
Questions about the case:

Vaccine Rights Attorney Alan Phillips, J.D. 
Co-counsel pro hac vice & pro bono
www.vaccinerights.com
attorney@vaccinerights.com


http://us8.campaign-archive1.com/?u=e05b7d7adb6e660d8cf0748f9&id=5c4fa8…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Lun 10 Juil - 11:57 (2017)    Sujet du message: "TO REFUSE TO HAVE YOUR CHILDREN VACCINATED IS AN ATTACK ON SOCIETY... Répondre en citant

"TO REFUSE TO HAVE YOUR CHILDREN VACCINATED IS AN ATTACK ON SOCIETY...



An other prophet of hell who do not denounce poisons in vaccines who kill thousand of peoples all around the world. In The Book of Sirach ch 38, apocryphe bible :

1
Honour the physician for the need thou hast of him: for the most High hath created h
im.
2
For all healing is from God, and he shall receive gifts of the king.
3
The skill of the physician shall lift up his head, and in the sight of great men he shall be praised.
4
The most High hath created medicines out of the earth, and a wise man will not abhor them.
5
Was not bitter water made sweet with wood?
6
The virtue of these things is come to the knowledge of men, and the meet High hath given knowledge to men, that he may be honoured in his wonders. http://st-takla.org/.../Deuterocanon-Apocrypha_El-Asfar...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Mar 25 Juil - 19:59 (2017)    Sujet du message: CHILDREN IN 7th GRADE WILL BE FORCIBLY INJECTED WITH HPV VACCINE IF THEY WISH TO REMAIN IN PUBLIC SCHOOL Répondre en citant

CHILDREN IN 7th GRADE WILL BE FORCIBLY INJECTED WITH HPV VACCINE IF THEY WISH TO REMAIN IN PUBLIC SCHOOL

May 21, 2017 SatyaRaj


Authority & Control Drug Control Human Rights Truth Feed

Children in 7th grade will be forcibly injected with HPV vaccine if they wish to remain in public school:
In a highly controversial, unprecedented motion, members of the Allegheny County Health Department in Pittsburgh, PA, have publicly revealed that they’re considering administering a countywide mandate to require all 7th grade girls and boys to receive the HPV vaccine before receiving admittance into school for the 2017–18 school year.

Since the news broke last week, natural health advocates and anti-vaccine activists have been in an outrage, condemning the corporate Big Pharma-funded mandate.

The HPV vaccine is readily available to the public; that, coupled with the fact that the Human papilloma virus is transmitted exclusively through sexual activity, makes the necessity of administering a vaccine with such controversial side effects to grade school children absurd.

If passed, the mandate would make Allegheny County the only county in the state to have different vaccine regulations to the rest of Pennsylvania. While the mandate would only affect school children attending schools within Allegheny County, many fear that if the mandate is a success, other U.S. counties and states could easily follow suit.

The plot thickens, as Health Impact News reported that medical professionals who spoke in favor of administering the HPV vaccine at a recent meeting organized by the Allegheny County Health Department, had “conflicts of interest related to vaccine manufacturers that they failed to disclose.”

The problem doesn’t only lie in the fact that county officials are attempting to forcibly administer Big Pharma vaccines to the public, but that they’re attempting to administer arguably the most controversial of all vaccines to children.

In January 2016, the American College of Pediatricians (ACP), one of the world’s foremost organizations dedicated to the health and well-being of children, issued a press release warning the public of the dangers of administering the HPV vaccine to children.

In their report, the ACP referenced numerous cases of sterilization experienced by young women who had received Gardasil (a brand of HPV vaccine), as well as the research conducted by Dr. Sin Hang Lee, exposing fraudulent studies conducted by pharmaceutical companies in attempts to falsely alter their products’ safety marketability.

Scott Field, M.D., and current member of the American College of Pediatricians board of directors, warned: “It has recently come to the attention of the College that one of the recommended vaccines [HPV] could possibly be associated with the very rare but serious condition of premature ovarian failure (POF), also known as premature menopause.”

Field also outlined in the ACP’s report that many cases of adverse reactions to HPV vaccinations often go unreported, because healthcare professionals have failed to receive the proper training in order to recognize an association between HPV vaccinations and cases of POF.

Additionally, Vaccine Impact reported that an “overwhelming majority (76%) of VAERS reports [Vaccine Adverse Event Reporting System] since 2006 with ovarian failure, premature menopause, and/or amenorrhea are associated solely with Gardasil.”

Why Allegheny County officials would want to significantly increase the chances of their schools’ 7th graders contracting life-altering diseases – such as premature ovulation failure – by administering mandatory HPV vaccines to their students is anyone’s guess. But, the facts are there.

If you are a resident of Allegheny County, and are inclined to take up arms against Big Pharma putting the health of your county’s children at risk, you can take action now, and write your senator. The Allegheny County Health Department asked for public comments on the proposed mandate by July 7, with a promise to issue an official report by July 13, including “a recommendation on whether or not to proceed with mandating the HPV vaccine through the regulatory process for the 2017-18 school year.

http://www.alternativenewsnetwork.net/children-7th-grade-will-forcibly-inje…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Aoû - 23:10 (2017)    Sujet du message: THE GLOBAL CRACKDOWN ON PARENTS WHO REFUSE VACCINES FOR THEIR KIDS HAS BEGUN Répondre en citant



THE GLOBAL CRACKDOWN ON PARENTS WHO REFUSE VACCINES FOR THEIR KIDS HAS BEGUN 
 

Julia Belluz 6 hrs ago
 

  © Andrew Harrer/Bloomberg Medical assistant Luis Lobos uses a syringe to administer a vaccine to an infant at a Community Clinic Inc. health center in Silver Spring, Maryland, U.S., on Wednesday, April 8, 2015.

Countries like Italy and Australia are tired of measles outbreaks — so they're moving to fine anti-vaccine parents.

There’s a school of thought that refusing vaccines on behalf of your children amounts to child abuse, and that parents should be punished for their decision. We know vaccines are overwhelmingly safe and effective at preventing the spread of disease. And yet failing to immunize children can put them (and vulnerable people around them) at tremendous risk of illness or even death when outbreaks get rolling.

Now it seems Australia and a number of countries in Europe are fed up enough with vaccine-refusing parents that they’re experimenting with punitive measures. We haven’t quite reached the level of child abuse charges, but moms and dads in these countries may face fines if they fail to give their kids the recommended shots. In Australia, schools that let the unvaccinated kids in would be fined too. This marks a pretty aggressive shift in how we manage vaccine refusers and the costly, deadly outbreaks of diseases like measles and whooping cough they help spark.

Here’s a quick roundup of the global crackdown on vaccine-refusing parents:
  • Italy’s parliament recently passed a law that makes 10 childhood vaccinations mandatory for kids up to age 16, and requires parents to prove their children are immunized before entering school or else face a €500 (about C$745) noncompliance fine.
  • Germany is also cracking down on vaccine-refusing parents, considering fines of up to €2,500 (about C$3,725) for parents who refuse counseling from their doctors about vaccines.
  • In France, the health ministry is making 11 vaccines — up from the current three (diphtheria, tetanus, and polio) — mandatory for children by 2018, though there’s no talk of a fine there yet.
  • Further afield, the state of South Australia is considering punishing vaccine-denier enablers with its “no jab, no play” legislation: The law would ban unvaccinated kids from preschool and day care and fine schools that admit un-immunized children $30,000 Australian dollars ($30,106 USD). The law in South Australia is modeled on similarly stringent laws in other Australian states, and across the country, parents with children who aren’t immunized aren’t eligible for child care benefits.

Europe has long struggled with a vaccine mistrust problem (more on that here), and these new laws or policy proposals arose in the context of ongoing, unprecedented measles outbreaks across the continent. Australia has also dealt with its share of vaccine-preventable disease outbreaks, and the government crackdown is part of a push to get 95 percent of Australian children vaccinated with routine immunizations, above the current rate of 93 percent.

Before we consider punishing American parents, we might try this

The anti-vaccine landscape in America isn’t all that different. Here, vaccine skeptics have also been persuading more parents in a number of states to refuse shots for their children. So is the US ready for a similar crackdown?

“I think we're not there in the US, unless there is an outbreak of a serious epidemic requiring a public health emergency,” said Baylor College infectious disease researcher Peter Hotez.

Punishing parents for doing things that could harm their kids is not without precedent in the US, either. For example, there are laws in various states requiring parents to use car seats or seat belts for their children or else pay a fine or be docked driver's license points. Same goes for firearm storage laws.

But before we start fining anti-vaxxers, there are some much more basic steps the US could take that would improve vaccination rates. And they involve simply making it harder for parents to opt out of routine shots on behalf of their kids. California offers an instructive example of what that could look like for the rest of America.

The US is currently a patchwork of vaccine laws, and states with tougher laws have lower rates of vaccine refusals

Vaccines fall under the public health jurisdiction of the states. And there’s currently a lot of variation across the US when it comes to immunization requirements.

All 50 states currently have legislation requiring vaccines for students — but almost every state allows exemptions for people with religious beliefs against immunizations, and 18 states grant philosophical exemptions for those opposed to vaccines because of personal or moral beliefs. (The exceptions are Mississippi, California, and West Virginia, which have the strictest vaccine laws in the nation, allowing no philosophical or religious exemptions.)

“States expect that in order to access public resources, like schools, camps, or child care centers, individuals must give up some autonomy to make sure everyone in the community is safe,” said University of Colorado Denver sociologist Jennifer Reich, who studies the anti-vaccine movement.

Perhaps unsurprisingly, the parts of the country that make it easier for people to opt out of their shots tend to have higher rates of ... people opting out of vaccines. So a lax regulatory environment can create space for more parents to refuse vaccines.

California has made it tougher to opt out of vaccines — with great results

Some states have been moving to crack down on this trend — most notably California — and they’re already seeing success in terms of boosting vaccine coverage rates.

California Gov. Jerry Brown signed a controversial bill in 2015 that required almost all schoolchildren in the state to be vaccinated, unless they have a medical reason for opting out. The law, SB277, was a response to a large measles outbreak that originated at the Disneyland theme park, and it means parents can no longer refuse to vaccinate their children for religious or philosophical reasons.

Early data from the California state health department suggest the law appears to have an impact — even before it went into effect. For the 2015-’16 school year, 93 percent of kids received all of the required vaccinations, up from 90 percent in 2014 and 2013.

Immunization rates in Mississippi and West Virginia — the other two US states with strict opt-out policies — suggest there are real public health benefits to making it harder for parents to refuse vaccines. In the 2014-’15 school year, more than 99 percent of kindergartners in Mississippi had their measles-mumps-rubella and diphtheria-tetanus-pertussis shots — the highest rate in the US. The rates for those vaccines were 98 percent for kindergartners in West Virginia.

These figures are much higher than the national averages (85 percent for diphtheria-tetanus-pertussis and 92 percent for the measles-mumps-rubella vaccines).

So there’s a lot of room for improvement at the state level to toughen up vaccine requirements, even before the US starts considering fines.

“It's looking like in California, simply closing nonmedical exemptions is having a desired effect in terms of boosting vaccine coverage in public schools,” Hotez said. “Based on that evidence, I think that needs to be the focus — closing nonmedical exemptions in the 18 states that still allow it.”

http://www.msn.com/en-ca/news/world/the-global-crackdown-on-parents-who-ref…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Jeu 10 Aoû - 11:41 (2017)    Sujet du message: WAR AGAINST ANTI-VAX IN AUSTRALIA Répondre en citant

WAR AGAINST ANTI-VAX IN AUSTRALIA



No name of the journal and the date of the article.

Australia has fallen into medical tyranny ruled by lies, fear, hostility and ignorance. You can get the documentary Vaxxed right here: http://amzn.to/2vjuCn3


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Aoû - 01:03 (2017)    Sujet du message: CALIFORNIA NOW THROWING PEOPLE IN JAIL FOR REFUSING VACCINATIONS Répondre en citant

CALIFORNIA NOW THROWING PEOPLE IN JAIL FOR REFUSING VACCINATIONS

Nov 28, 2016

The American people, young and old, now face the prospect of being thrown into jail unless they accept vaccinations.

In case you haven't noticed, there's an incremental push right now by the controlling elite to force vaccinations on all Americans, both young and old. And this agenda is gaining considerable traction in California, where legislators are now moving forward with plans to force childhood vaccines on all adults who work in daycare centers, both private and public.





Senate Bill 792, also known as the "Day care facilities: immunizations: exemptions" act, was presented quietly alongside SB 277, which eliminates personal, philosophical and religious vaccine exemptions for children who attend both private and public schools in the Golden State. The bill, as recently heard by the California Assembly Human Services Committee, reads as follows:

This bill, commencing September 1, 2016, would prohibit a day care center or a family day care home from employing any person who has not been immunized against influenza, pertussis, and measles. If passed, SB 792 would represent the first adult vaccine mandate in the U.S. that disallows exemptions for personal reasons, and that threatens criminal penalties for those who fail or refuse to comply. Here's how Vaccine Impact describes SB 792:

SB 792, would eliminate an adult's right to exempt themselves from one, some, or all vaccines, a risk-laden medical procedure.

This bill would make California the first state to require mandated vaccinations for all childcare workers, including all private and public school early childhood education programs (Headstart, Private preK and preschools), family daycares, and daycare centers.

SB 792 represents medical violence against adults

An affront to both medical and religious liberty, SB 792 appears to be the wave of the future in New America, where the perceived health of the "herd" is now more important than the health of the individual. Never before in the history of the United States have legislators pushed this hard to literally force vaccine injections on the public under duress.

But why do they feel the need to do this if vaccines really work and are truly safe as claimed? The answer is that vaccines aren't safe and effective, and more people than ever are acknowledging this truth and opting out of the "requirements" of the system through vaccine exemptions, hence the rush to eliminate these exemptions as quickly as possible, starting with California.

"This bill eliminates medical autonomy, crushes religious freedom, undermines personal freedom, and burdens quality providers with a non-optional series of medical interventions in the form of mandated vaccines that are not even 100% effective," adds Vaccine Impact.

...

http://www.wuc-news.com/2016/11/california-now-throwing-people-in-jail.html…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Ven 18 Aoû - 07:02 (2017)    Sujet du message: NEW RESEARCH SHOWS THAT THIS HPV VACCINE COULD PREVENT 93% OF CERVICAL CANCERS Répondre en citant

NEW RESEARCH SHOWS THAT THIS HPV VACCINE COULD PREVENT 93% OF CERVICAL CANCERS

The Royal Women's Hospital

In Brief A new study out of Australia has concluded that 93 percent of cases of cervical cancer are caused by seven strains of HPV, all of which are protected against by the Gardasil 9 vaccine. Unfortunately, while this vaccine has been approved for use in the U.S. since 2014, it is still unapproved in Australia.

A Numbers Game
 
An estimated 270,000 women die from cervical cancers each year, and their primary cause is the human papillomavirus (HPV). Now, a new study by the Royal Women’s Hospital in Melbourne and the Victorian Cytology Service suggests that up to 93 percent of cases of cervical cancer could be prevented by an HPV vaccine that currently isn’t approved for use in Australia.


 
Around three quarters of HPV infections are caused by just two of the nearly 200 strains of the virus: HPV 16 and HPV 18. Gardasil, the quadrivalent HPV vaccine that’s currently approved for use in Australia, protects against both of these forms.

During their study, which is published in the International Journal of Cancer, the researchers found that 77 percent of the 847 cervical cancer samples tested were caused by HPV 16 and 18. A further 16 percent were linked to HPV 31, 33, 45, 52, and 58. Gardasil 9, an HPV vaccine that was approved for use in the U.S. in 2014, protects against all seven of these strains.

Stamping Out Cancer
 
Based on these numbers, the researchers believe the Gardasil 9 vaccine could prevent up to 93 percent of cervical cancer cases.

“The new vaccine still protects against genital warts but is expanded to cover the seven most common viral types that cause cervical cancer,” said the senior author of the paper, Professor Suzanne Garland, in a Royal Women’s Hospital news release. “I do believe that if we continue with this high coverage of vaccination, we could almost wipe out cervical cancer in women.”

Moffitt Cancer Center Researcher Explains Benefit of New Gardasil 9 Vaccine



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=1EivzJ3nFz4

With the promising results of the study in hand, the next step is to ensure that as many people as possible have access to the Gardasil 9 vaccine. The Royal Women’s Hospital is hopeful that it will be adopted by Australia’s National HPV Vaccination Program as early as 2018.

Of course, to remove the threat of HPV causing cervical cancer completely, a vaccine would have to protect against the less common strains of HPV that comprise the remaining 7 percent of cases covered by this study. It remains to be seen how feasible that would be, but the extra coverage achieved by Gardasil 9 is definitely a big step forward.

References: New Atlas, Wiley Online Library

https://futurism.com/new-research-shows-that-this-hpv-vaccine-could-prevent…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Sam 2 Sep - 14:54 (2017)    Sujet du message: TEXAS LAWMAKER CLAIMS YOUR CHILDREN BELONG TO THE STATE / TEXAS LAWMAKER CLAIMS YOUR CHILD "BELONGS TO THE STATE" AND CAN BE FORCIBLY VACCINATED Répondre en citant

TEXAS LAWMAKER CLAIMS YOUR CHILDREN BELONG TO THE STATE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Bb5amN3MzHQ

TEXAS LAWMAKER CLAIMS YOUR CHILD "BELONGS TO THE STATE" AND CAN BE FORCIBLY VACCINATED




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Qwt5R-MpYe8


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Mar 5 Sep - 01:20 (2017)    Sujet du message: TX HEALTH OFFICIALS HUGE FLOOD VICTIMS GET TETANUS SHOT, BUT FAIL TO TELL VACCINE HAS CHANGED Répondre en citant

TX HEALTH OFFICIALS HUGE FLOOD VICTIMS GET TETANUS SHOT, BUT FAIL TO TELL VACCINE HAS CHANGED 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Lu2HIFi96Xo

Ajoutée le 4 sept. 2017


http://www.npr.org/sections/health-sh...
 http://www.jems.com/articles/2017/08/...
https://www.fema.gov/hurricane-harvey...
https://www.cdc.gov/vaccines/vpd/teta...
https://www.youtube.com/watch?v=xHOBR...
 https://www.youtube.com/watch?v=DRocv...
http://www.vaxxed.com/stories-categor...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Sep - 13:54 (2017)    Sujet du message: NEW METHOD CLAIMS TO COMBINE EVERY CHILDHOOD VACCINE INTO ONE SHOT Répondre en citant

NEW METHOD CLAIMS TO COMBINE EVERY CHILDHOOD VACCINE INTO ONE SHOT


© AP Photo/ Achmad Ibrahim
Life

04:25 17.09.2017(updated 07:05 17.09.2017)
 
US researchers are said to be close to being able to deliver every required vaccine in a single go, and kids and parents both will benefit.

A new medical technology is in development by researchers at the Massachusetts Institute of Technology (MIT) to combine every single nasty hypodermic-needle inoculation into one single shot, a move that will surely cause many families to breathe a sigh of relief, and could go a long way toward eradicating stubborn diseases globally. = diseases === you and me

Russia Sends 'World's First' Ebola Vaccine to Guinea

As described in the journal Science, the technology — a method of storing all those necessary vaccines in microcapsules that release within the body at specific times — has worked successfully in mice, according to a report by the BBC.

The list of necessary vaccines, including diphtheria, tetanus, whooping cough, polio, Hib and hepatitis B at the ages of eight, 12 and 16 weeks; a pneumococcal shot at eight weeks, 16 weeks and one year; the men B vaccine at eight weeks, 16 weeks and one year; the Hib/Men C vaccine at one year — as well as the ever-popular measles, mumps and rubella shots that occur at one year and at three years and four months — could now be bundled into one shot, a medical advancement unthinkable even ten years ago.

Reminiscent of a tiny cup filled with vaccine material and sealed by a lid that can be modified to break down and release its contents at a specific time, the new MIT-designed micro-particle could be used to combine all of those vaccines into a single jab.

In a set of preliminary tests conducted by the MIT researchers and reported in the journal Science, contents of the ‘cups' were modified to release at precisely nine, 20 or 41 days after being injected into laboratory mice.

Recent developments show that ‘cup' particles that release their contents hundreds of days after injection are viable, according to the researchers. The new technology remains to be tested on humans, but that day is not far off, according to MIT Professor Robert Langer.

"We are very excited about this work," Langer detailed, adding, "For the first time, we can create a library of tiny, encased vaccine particles, each programed to release at a precise, predictable time, so that people could potentially receive a single injection that, in effect, would have multiple boosters already built into it."

Noting that ease and efficiency in getting vaccines into less developed areas of the world will have a positive effect on world health, Langer observed, "This could have a significant impact on patients everywhere, especially in the developing world."

A fellow MIT researcher observed that an all-in-one vaccine could "be the difference between not getting vaccinated" and receiving any vaccine at all, cited by the BBC.

https://sputniknews.com/art_living/201709171057457891-all-vaccines-in-one-s…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Dim 1 Oct - 03:38 (2017)    Sujet du message: LE VACCIN CONTRE LE VPH CONTINUE DE SUSCITER DES CRAINTES CHEZ LES PARENTS Répondre en citant

LE VACCIN CONTRE LE VPH CONTINUE DE SUSCITER DES CRAINTES CHEZ LES PARENTS 

Des craintes certaines et avec raison quand nous voyons tous les témoignages de parents concernés dont les enfants ont reçu ce vaccin, ce poison. Investiguez car ils veulent nos/vos enfants vivants comme des êtres anormal, abruti, corrompu ou mort. Le temple de Dieu, sous la Nouvelle Alliance se doit d'être corrompu et/ou détruit.

Et comme toujours, ils nous diront que c'est un droit pour un enfant de recevoir un tel vaccin, mais le parent lui sera jugé comme incompétent et mettant la vie de son enfant en danger, s'il s'y oppose. Il y a tellement de témoignages maintenant sur ce sujet pour celui qui veut savoir. Mais comme ils ont bien à coeur vos/nos enfants, ils imposent par la loi de plus en plus toutes ces vaccinations qui détruisent l'humain que Dieu a créé afin de nous corrompre le plus possible jusqu'à l'ultimatum finale.

Dieu a-t-il créé l'humain pour qu'à l'âge où la croissance se développe le plus pour les jeunes, qu'ils puissent tomber automatiquement malade afin de devoir recevoir ce/ces vaccins de merde? C'a n'a aucun sens, n'est-ce pas! Le grand serpent est derrière tout ce projet afin d'en détruire le plus qu'il peut. Une guerre féroce se lève dans tous les pays contre les parents les faisant passer pour des irresponsables s'ils refusent que leur enfant se fasse vacciner et plusieurs pays maintenant kidnappe les enfants afin de les protéger contre leurs parents inconscients et incapables de prendre de bonnes décisions pour leur enfant. L'état en lien avec le système médical et les services sociaux se sont appropriés le rôle de parent, sachant ce qui est bien ou non pour vos biens-aimés. 

Publié le 25 septembre 2017 à 08h07 | Mis à jour le 25 septembre 2017 à 08h07


Pour 2016-2017, ce sont 58 429 enfants âgés de 9-10 ans qui ont reçu au moins deux doses de vaccin contre les VPH, selon des données fournies par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS).
Archives La Presse canadienne, Chuck Stoody



 

Caroline St-Pierre
La Presse Canadienne

Vacciner ou ne pas vacciner? Alors que la rentrée scolaire est encore toute récente, plusieurs parents d'élèves de quatrième année doivent maintenant décider s'ils consentiront ou non à l'injection du vaccin contre les virus du papillome humain (VPH) pour leur enfant, une décision qui continue de susciter craintes et hésitations.

Le programme de vaccination contre les VPH vise notamment à prévenir les cas de cancer du col de l'utérus. = le grand mensonge

Pour 2016-2017, ce sont 58 429 enfants âgés de 9-10 ans qui ont reçu au moins deux doses de vaccin contre les VPH, selon des données fournies par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec (MSSS). Pour l'ensemble de la quatrième année du primaire, la couverture vaccinale contre les VPH s'est élevée à 73% chez les filles, proportion identique à celle de l'année précédente, souligne le ministère. Du côté les garçons, pour qui la couverture était offerte dans les écoles pour la première fois l'an dernier, on a observé un taux de 69%.

L'objectif du MSSS est une couverture vaccinale de 90%.

Ève Dubé, chercheure et anthropologue à l'Institut national de la santé publique du Québec, souligne toutefois que les cas d'enfants non vaccinés ne sont pas tous des cas où les parents ont refusé la vaccination. Dans certains cas, le formulaire de consentement n'a tout simplement pas été retourné, que ce soit par oubli, en raison de problèmes de littératie chez certains parents qui font en sorte que le formulaire est mal compris, ou encore par manque de temps pour s'informer.

Le vaccin contre les VPH a été testé par les autorités sanitaires du Canada et d'ailleurs dans le monde, qui ont conclu à son efficacité et à son innocuité. Le Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale de l'Organisation mondiale de la santé a réitéré, au cours de l'été, que le vaccin anti-VPH est «extrêmement sûr».

Malgré tout, certaines craintes persistent.


«Ce qu'on entend le plus souvent [de la part de parents], c'est la couverture médiatique négative qui a entouré [la campagne de vaccination], souligne Mme Dubé, dont les recherches s'intéressent aux causes des refus de la vaccination. Dès le début du programme, il y a eu des commentaires un peu négatifs. [...] Tout ça, c'est inquiétant pour le parent. On invoque beaucoup ça, il y a un peu de désinformation dans les médias par rapport à ce vaccin-là.»

Le directeur du département d'oncologie de la Faculté de médecine de l'Université McGill, Eduardo Franco, insiste sur l'innocuité du vaccin et, surtout, sur son efficacité pour contrer les VPH et, du même coup, le cancer du col utérin.

«Après le contrôle du tabagisme, je considère la vaccination contre les VPH comme étant la plus grande conquête de l'humanité contre le cancer», tranche-t-il, précisant par la suite que «c'est la première fois que nous pouvons enfin songer à utiliser le verbe 'éradiquer' pour un type de cancer».

«Avec la vaccination contre les VPH et les méthodes modernes de détection du cancer du col de l'utérus, nous pouvons finalement éliminer un type de cancer.»

Vacciner des enfants contre une ITS

Pour certains parents, l'hésitation à vacciner vient d'un inconfort à l'idée de protéger leur jeune enfant d'une infection transmissible sexuellement, puisque le virus se transmet lors de relations sexuelles, rapporte Ève Dubé.

Or, c'est entre 9 et 11 ans que le système immunitaire répond le mieux au vaccin contre les VPH, et il est préférable que l'enfant soit vacciné avant d'être exposé à la maladie, donc avant les premières relations sexuelles.

Pour ce qui est des effets secondaires, ils demeurent rares et minimes.

«Le risque d'anaphylaxie a été caractérisé comme étant approximativement de 1,7 cas par million de doses et la syncope a été reconnue comme une réaction courante à l'injection, associée au stress ou à l'anxiété. Aucune autre réaction indésirable n'a été identifiée», indiquait l'Organisation mondiale de la santé dans un rapport datant de l'été dernier.

Mme Dubé souligne de son côté que certains cas d'effets secondaires rapportés dans les médias n'ont pas été démontrés comme étant effectivement liés au vaccin, mais ont quand même contribué à susciter la crainte chez certains parents.

«Tout ce qui touche à la santé publique a des effets secondaires. Il n'y a pas de vaccin parfaitement sécuritaire, mais les avantages sont monumentalement plus grands que les risques des effets secondaires, qui sont infinitésimaux», conclut le Dr Franco.

Que sont les VPH?

La famille des virus du papillome humain (VPH) compte plusieurs types de virus, dont plus de 40 sont transmissibles sexuellement. Parmi ceux-ci, il y a les VPH à faible risque de cancer, dont certains causent des condylomes, ainsi que les VPH à risque élevé, qui peuvent causer le cancer.

La plupart des hommes et des femmes qui ont une vie sexuelle active auront une infection à VPH à un moment ou à un autre de leur vie. Une personne peut être infectée par plus d'un type de VPH au cours de sa vie. Elle peut aussi être infectée plus d'une fois par le même type de VPH.

Quels types de cancers les VPH peuvent-ils causer?

Les cancers du col de l'utérus, du vagin, de la vulve, du pénis, de l'anus et de la gorge.

Source: ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201709/25/01-5136399-le-vaccin-cont…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 364
Féminin

MessagePosté le: Ven 6 Oct - 01:20 (2017)    Sujet du message: ÉTATS-UNIS : UNE MERE REFUSE QUE SON ENFANT SOIT VACCINE, ELLE ECOPE DE 7 ANNEES DE PRISON / It Begins: Detroit Mother Sentenced BY COPS to Jail for Not Vaccinating Her Son Répondre en citant

ÉTATS-UNIS : UNE MERE REFUSE QUE SON ENFANT SOIT VACCINE, ELLE ECOPE DE 7 ANNEES DE PRISON


ENGLISH : It Begins: Detroit Mother Sentenced BY COPS to Jail for Not Vaccinating Her Son



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=yWAXkg0S-QA


Une mère du Michigan été condamnée à sept ans de prison pour avoir refusé de faire vacciner son fils pour des raisons religieuses.

 

  
« Si mon fils était forcé de se faire vacciner, je ne pourrais pas l’accepter ». Rebecca Bredow, une mère divorcée résidant dans le Michigan (États-Unis) a été condamnée à sept ans de prison mercredi 4 octobre pour avoir refusé de faire vacciner son fils de 9 ans pour « raisons religieuses ».

En 2016, un juge du comté d’Oakland l’avait déjà mise en demeure, exigeant qu’elle vaccine son enfant, rapporte le Washington Post. L’état du Michigan fait partie des vingts états américains autorisant l’exemption de vaccins pour raisons religieuses. Mais le père de l’enfant, qui en partage la garde, souhaite pour sa part que son fils soit vacciné. « Je comprends que vous aimiez vos enfants. Mais je pense que vous ne comprenez pas que votre fils a deux parents, et que le père a son mot à dire », a expliqué la juge à Rebecca Bredow.

Un argument que la mère, qui a confié au journal américain qu’elle savait qu’elle irait en prison, refuse d’entendre. « Je ne peux abandonner mes croyances religieuses », explique-t-elle ajoutant qu’elle n’est pas contre la vaccination. « Il est question de mes choix en tant que mère de pouvoir choisir ce que je fais médicalement pour mon enfant ». Selon elle, le père de l’enfant Mike Horn et elle était initialement d’accord pour ne pas faire vacciner leur fils.

Le Washington Post note que cette affaire judiciaire intervient dans un contexte où la mobilisation anti-vaccins prend de l’ampleur dans le pays. Avant d’entrer en campagne, Donald Trump lui-même faisait régulièrement le lien entre autisme et vaccination, sans que celui-ci n’ait jamais été avéré. = Faux, écoutez les témoignages de Robert Jr Kennedy et de d'autres experts qui font le lien entre l'autisme et certains vaccins.

Sources: Infowars / RTL


http://www.nouvelordremondial.cc/2017/10/05/etats-unis-une-mere-refuse-que-son-enfant-soit-vaccine-elle-ecope-de-7-annees-de-prison/


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:05 (2017)    Sujet du message: CAMPAGNE DE VACCINATION (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> CAMPAGNE DE VACCINATION -VACCINATION CAMPAIGN (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Page 7 sur 7

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com