LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

CAMPAGNE DE VACCINATION (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> CAMPAGNE DE VACCINATION -VACCINATION CAMPAIGN (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Déc - 02:26 (2013)    Sujet du message: PARENTS LOSE CUSTODY OF TEEN AFTER SEEKING 2nd MEDICAL OPINION; GIRL INDEFINITELY DETAINED IN SPYCH WARD Répondre en citant

PARENTS LOSE CUSTODY OF TEEN AFTER SEEKING 2nd MEDICAL OPINION; GIRL INDEFINITELY DETAINED IN SPYCH WARD

“I truly believe she is being used as a guinea pig for medical experiments."


Posted on December 17, 2013 by O.D. in News


http://www.policestateusa.com/category/news/

Justina’s is only allowed 2 family members per visit, once per week, for one hour.
Source: (freedombytes.info)


BOSTON, MA — A judge has ruled that a Boston teen may continue to be held captive in a hospital and forcibly drugged… indefinitely.  The tragic series of events began when a doctor discarded an earlier medical diagnosis and declared another, prompting objections from her parents and threats to discharge her from Boston Children’s Hospital to take her to get a second opinion.  An epic battle of egos ensued, and the hospital decided that the parents’ insolence in challenging the doctor was tantamount to child abuse.  Without a trial or having broken a specific law, the girl was stripped from her parents’ custody and the state of Massachusetts has kept her indefinitely detained in a hospital since February 2013.  Based on the latest ruling, the girl may very well be locked in a psychiatric ward until she turns 18 years old.

This past December 14th marked exactly ten months since 15-year-old Justina Pelletier was taken from her parents and placed in the custody of Boston Children’s Hospital (BCH).

Local news station, FOX CT, alleges that internal documents that they have obtained show that doctors called in child protection specialists (DCF) at the first sign of disagreement between the Pelletier family and their medical experts. Boston Children’s denied that this is the case in an email to FOX CT (Connecticut):

Citation:



“The Hospital is not the custodian or the legal guardian of the patients in its care, nor is it affiliated with any state agency. Our staff are caring and supportive professionals who aim to provide the best and most appropriate care for each and every child, regardless of diagnosis.”





Justina Pelletier enjoyed ice-skating before being confined to Boston Children’s Hospital.
(Source: Daily Mail)


Justina was diagnosed three years ago by respected medical experts from Tufts Medical Center with mitochondrial disease, which causes muscle pain, weakness and loss of coordination. Despite her condition, she led the active life of a normal 15-year-old and enjoyed ice-skating, hiking and spending time with her family.

That was before February, when Justina came down with the flu and was admitted to Boston Children’s Hospital to see her gastroenterologist, who had recently transferred from Tufts.  A mere three days later, other doctors — primarily neurologist, Dr. Jurriaan Peters — dismissed her previous diagnosis of mitochondrial disease, and instead diagnosed her with somatoform disorder. This, in essence, changed her diagnosis from a physical condition to a stress-related mental illness – a psychiatric disorder that causes sufferers to feel pain, although there is no physical cause.

Doctors and hospital psychiatrists wield such power that merely suggesting that a patient’s problems are more psychiatric than physical paves the way for the hospital to call in the state child-protection agency. Once medical child abuse has been alleged, the state agency is legally obligated to investigate all complaints. Unfortunately, as the Boston Globe points out:
Citation:



“Many parents and their advocates complain, however, that the state agency, because of its lack of in-house medical expertise and its longstanding ties with Children’s, is overly deferential to the renowned Harvard teaching hospital.”




When Justina’s parents, Lou and Linda Pelletier, challenged the diagnosis by insisting on a second opinion, they were told that they could not take her from the hospital and were promptly escorted out of the hospital by security. Four days later, a judge awarded custody of Justina to the Massachusetts Department of Children and Families (DCF).


Justina Pelletier’s sisters: From left to right, Julia, Jennifer, and Jessica.
(Source: listwns.com)


“They came in, and they said we cannot take Justina out of the hospital. They called DCF,” says Linda Pelletier, Justina’s mother.

It is kidnapping,” says Lou Pelletier, “We don’t even know what they are doing to her. No one will tell us about her treatment. They have kidnapped her, taken her off medications that worked and left her to suffer in pain.”

Ironically, the Pelletiers say Boston Children’s accused them “overmedicalizing” their daughter before taking her from them and restricting their access to her. Yet, behind the scenes, the hospital called DCF immediately after Justina’s parents challenged the somatoform diagnosis, alleging that they had abused or neglected her.

“They were actually being accused of being too active in pursuing health care matters for their child,” West Hartford psychologist Dean Hokanson, who has worked with Justina for five years, told WTIC.


Justina Pelletier’s family is only allowed two twenty-minute phone calls with her per week.
(Source: boston.com)


According to FOX CT, a report written in Ap

http://www.policestateusa.com/2013/justina-pelletier-custody-battle/


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 24 Déc - 02:26 (2013)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Déc - 02:36 (2013)    Sujet du message: GENOCIDE: UN PROGRAMME DE VACCINATION DE MASSE CONTRE LA POLIOMYELITE VA CIBLER 500.000 PETITS SURVIVANTS DU TYPHON HAIYAN ALORS QUE LA POLIO EST ERADIAUE DEPUIS 20 ANS Répondre en citant

GENOCIDE: UN PROGRAMME DE VACCINATION DE MASSE CONTRE LA POLIOMYELITE VA CIBLER 500.000 PETITS SURVIVANTS DU TYPHON HAIYAN ALORS QUE LA POLIO EST ERADIQUE DEPUIS 20 ANS

Lundi 23 décembre 2013




Ou comment procéder pour récupérer un pays. 1) Faire fabriquer des stocks de vaccins; 2)transformer une tempête tropicale en super-typhon; 3) Arriver en sauveur (OMS et UNICEF = USA); 4)Organiser une vaccination inoculation de masse des tout-petits; 5)Attendre quelque temps les effets mortels des vaccins qui feront place nette.
Bill Gates doit en trépigner d'impatience...

Pas de polio aux Philippines depuis 1993, mais un programme de vaccination de masse contre la poliomyélite va cibler 500.000 petits survivants du typhon.

De Brian Shilhavy | Contributeur de Wake Up World

4 décembre 2013

L'UNICEF a acheté pour plus de 2 millions de dollars de vaccins pour les victimes du typhon aux Philippines. Les entreprises pharmaceutiques occidentales cherchent à faire d'énormes ventes grâce à une campagne agressive pour vacciner plus de 500.000 enfants dans les zones touchées par le typhon.

À la suite de l'une des tempêtes les plus fortes qu'ait jamais connue la terre, l'endroit le plus dangereux pour les enfants aux Philippines en ce moment pourrait bien être les centres d'évacuation, ou de vivre près de l'un d'eux.

La semaine dernière, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS ) et l'UNICEF ont commencé un programme agressif de vaccination anti-polio et rougeole pour plus de 500.000 enfants dans les régions des Philippines touchées par le typhon. Ils ont déjà vacciné plus de 30.000 enfants à Tacolban, l'une des régions les plus touchées.

"C'est une situation pratiquement sans précédent que seulement deux semaines et demi après une catastrophe de cette ampleur, avec ce niveau de dévastation et ces défis logistiques, une campagne de vaccination de masse soit déjà mise en place", a rapporté le Dr Julie Hall, représentante de l'OMS dans les Philippines.

Les enfants sont vaccinés contre la rougeole et la polio, bien que les taux de rougeole soient très faibles et en baisse aux Philippines, et qu'il n'y a pas eu un seul cas de polio depuis 1993.

Dans la vidéo ci-dessous, Heather Papowitz, conseiller principal pour l'UNICEF, déclare qu'ils vaccinent les enfants contre la rougeole, même si ils ont déjà été vaccinés contre la maladie, parce que les campagnes de vaccination précédentes n'étaient "pas suffisantes pour les protéger, donc nous devons les faire vacciner dès que possible".

Est-ce une déclaration de l'inefficacité des vaccins anti-rougeole qui ont besoin d'être réinjectés de façon répétée, ou qu'en quelque sorte les catastrophes comme ce typhon requièrent des doses plus élevées du vaccin ? Quel que soit le raisonnement, cela ouvre aux entreprises pharmaceutiques un marché plus large pour leurs produits.

En ce qui concerne leur objectif de vacciner 500.000 enfants avec le vaccin oral anti-polio très dangereux, elle déclare : « En ce qui concerne la poliomyélite, elle a déjà été éradiquée dans les Philippines, aussi, nous voulons juste nous assurer qu'elle ne revienne pas."

Regardez la VIDEO :



http://www.youtube.com/watch?v=PBNeFBJgKH8&hd=1

Selon les statistiques fournies par l'OMS, la rougeole est rare et en déclin aux Philippines. Dans un pays de plus de 90 millions d'habitants, il y avait 6554 cas confirmés de rougeole en 2011, 1536 cas confirmés en 2012, et au 11 novembre 2013, seulement 951 cas confirmés.

Si vous êtes le parent d'un enfant philippin et que les travailleurs humanitaires occidentaux vous disent de faire vacciner votre enfant contre la rougeole (peu importe si votre enfant a déjà été vacciné), vous devez vous demander pourquoi vous devriez le laisser exposé à de dangereux vaccins de l'Ouest, alors que la maladie est déjà en baisse et affecte donc très peu de gens dans votre pays.

Quant au vaccin oral contre la polio, il contient le virus vivant de la polio, et est connu pour entraîner la polio et sa paralysie. Celui-ci n'est plus donné aux États-Unis, seulement dans les pays pauvres comme l'Inde, le Pakistan (où beaucoup de gens sont en train de la développer et d'y résister), et maintenant aux Philippines. Beaucoup ont appelé à un arrêt du vaccin oral vivant atténué, en raison du fait qu'il peut effectivement causer la polio et aussi une paralysie flasque aiguë.

En Inde, par exemple, la "campagne d'éradication de la poliomyélite"à l'aide du vaccin vivant oral a causé 47.500 cas de paralysie flasque aiguë en une seule année ! Allons-nous commencer maintenant à voir des cas de polio et de paralysie se poser aux Philippines, où actuellement il n'y en a pas, à la suite de ce vaccin dangereux et dépassé contre la polio avec 500.000 enfants pour cibles ? Nous le verrons assurément, car c'est exactement ce qui se passe dans d'autres pays comme l'Inde et le Pakistan.

Le vaccin contre la rougeole est loin d’être sans risque non plus. Le Dr Viera Scheibner souligne dans son excellent article à propos de l'histoire du vaccin contre la rougeole, que les foyers de rougeole atypiques sont apparus à la suite du vaccin, et que l'immunité naturelle est affectée lorsque le vaccin est introduit, ce qui peut conduire à une plus grande incidence de rougeole. Comme je l'ai souligné plus haut, la rougeole est déjà en déclin aux Philippines et n'affecte qu'une partie infime de la population.

Je ne suis pas sûre qu'il existe actuellement un vaccin contre seulement la rougeole disponible sur le marché, car la grande majorité des vaccins anti-rougeole sont aujourd'hui compris dans une combinaison de 3 vaccins : oreillons, rougeole et rubéole (ROR). Assurez-vous de lire les ingrédients, ainsi que les sections CONTRE-INDICATIONS, AVERTISSEMENTS : PRÉCAUTIONS et EFFETS INDÉSIRABLES avant d'accepter que vos enfants soient vaccinés. Ces sections sont rarement communiquées ou expliquées aux parents avant la vaccination, et des réactions et des décès se produisent, comme en témoignent les procès contre les vaccins aux États-Unis, et aussi celui d'un tribunal italien.

J'encourage les gens à communiquer avec le président Aquino et le Dr Enrique Ona (Secrétaire de la Santé) afin qu'ils étudient soigneusement ce sujet et puissent être pleinement informés sur ces questions. Les dangers du vaccin vivant oral contre la polio et les terribles effets secondaires résultant de la paralysie sont très bien documentés dans la littérature scientifique. Nous avons également publié des articles de médecins et scientifiques titulaires de doctorats qui résument les études scientifiques révisées par des pairs et l'histoire des vaccins qui ne sont pas couramment abordés dans les médias grand public américains, la plupart du temps pro-pharmaceutiques.

Pourquoi les enfants de moins de 5 ans meurent-ils dans les pays où œuvre l'UNICEF ?

Il serait également prudent de faire des recherches sur l'UNICEF, qui aime se présenter comme un défenseur de la santé des enfants. Leur bilan ne correspond pas à cette image qu'ils aiment projeter.

Dans un rapport publié dans Lancet en 2004, il a été révélé que, dans les pays où œuvrait l'UNICEF, les décès d'enfants de moins de 5 ans ont en fait augmenté !

Est-ce une coïncidence que ce soit le même groupe d'âge que cible l'UNICEF avec ses programmes de vaccination ? Les pays qui ont connu la plus forte augmentation du nombre de décès étaient tous des pays pauvres : l'Inde (2,4 millions de décès), le Nigéria (834.000 décès), la Chine (784.000 décès), le Pakistan (565.000 décès), la République démocratique du Congo (484.000 décès), et l’Éthiopie (472.000 décès). Est-ce que les Philippines devront être maintenant ajoutées à cette liste tragique ?

La plus importante entité de financement de l'UNICEF est le gouvernement des États-Unis. Les gens aux Philippines et d'autres pays pauvres ont besoin de comprendre que le gouvernement des États-Unis, contrairement à tout autre gouvernement dans le monde, a adopté des lois donnant 100% d'immunité juridique aux sociétés pharmaceutiques en cas de préjudice ou dommage à la suite des effets indésirables des vaccins.

Cela leur donne des possibilités illimitées pour envahir le marché avec de nouveaux vaccins, indépendamment de leur sécurité, et souvent les vaccins plus impopulaires sont distribués aux pays les plus pauvres dans le cadre d'efforts "humanitaires", financés par aucun contrôle et aucun contrepoids pour s'assurer que son pays reçoit des vaccins sûrs et efficaces.

J'ai vécu aux Philippines durant plusieurs années, et traversé quatre super typhons. J'ai également participé à des opérations d'aide humanitaire après des catastrophes naturelles ou d'origine humaine. Le montant de la fraude et de la corruption qui se produit lorsque des millions, voire des milliards de dollars sont donnés à des fins «humanitaires» après une tragédie de ce genre est toujours un problème, et cela me semble être le cas ici où les entreprises pharmaceutiques profitent de la tragédie des Philippines et du typhon Yolanda pour promouvoir leur programme de vaccination.

Les ventes de produits pharmaceutiques s'affaissent aux États-Unis, et ils sont à la recherche de nouveaux marchés, en particulier dans les pays les plus pauvres. La rougeole est en baisse aux Philippines et y est rare, et il n'y a aucun cas de poliomyélite. Mais cela peut tout changer maintenant, grâce à ce programme de vaccination qui peut, paradoxalement, provoquer la maladie que le vaccin est censé prévenir, entraînant encore plus de programmes de vaccination à l'avenir avec l'affirmation selon laquelle ces maladies sont maintenant de retour, créant ainsi un marché lucratif pour les compagnies pharmaceutiques occidentales.

Ce qui est nécessaire en ce moment aux habitants des zones touchées des Philippines, particulièrement les enfants de moins de 5, c'est de l'eau potable et de la nourriture saine, et une aide pour reconstruire leurs maisons et l'infrastructure. Les millions de dollars dépensés avec les vaccins dangereux pourraient être mieux mis à profit pour des options beaucoup plus saines et plus sûres qui vont vraiment aider les gens, plutôt que des vaccins dangereux qui pourraient finir par rendre les enfants invalides et leur nuire au moment où ils sont le plus vulnérables. Les représentants du gouvernement et des citoyens aux Philippines ont besoin de comprendre la motivation aux fins de profits qu'il y a à distribuer des vaccins et comment les gouvernements occidentaux financent des groupes comme l'OMS et l'UNICEF pour la promotion de leurs programmes dans les pays les plus pauvres. Dans le processus, ils exploitent les membres les plus démunis de votre société, les enfants de moins de 5 ans ! Secouez le manteau du colonialisme occidental et dites à l'OMS et à l'UNICEF d'arrêter dès maintenant leur programme de vaccination dans les zones touchées par les typhons !

À propos de l'auteur

Brian Shilhavy a appris de première main à la fin des années 1990 et au début de l'année 2000 que la vérité concernant la santé et la nutrition sur les graisses et les huiles n'a PAS été publiée dans les médias traditionnels. Vivre en milieu rural aux Philippines avec sa femme philippine et ses enfants lui a appris beaucoup de choses sur la nutrition des indigènes en général, et sur l'huile de noix de coco en particulier. Voir des gens de 70 et 80 ans qui ont consommé toute leur vie de grandes quantités de graisses saturées, encore en vie et travaillant à la ferme au lieu de se reposer dans les maisons de retraite médicalisées a été une véritable révélation. Cela a conduit Brian à commencer une étude sur la question des graisses et des huiles, et la sur la théorie lipidique des maladie cardiaques.

Il a commencé à publier cette recherche sur Internet (CoconutOil.com), et quand lui et sa femme ont commencé à offrir de l'huile bio de coco vierge sur le marché américain, les témoignages ont commencé à affluer. La révolution huile de coco avait commencé. Aujourd'hui, Health Impact News couvre des questions sur la santé qui sont généralement censurées dans les médias traditionnels.

Source: wakeup-world

Traduction: BBB (Valérie)

Source trouver: Fawkes

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2013/12/genocide-un-programme-de-vac…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Déc - 18:37 (2013)    Sujet du message: NEW YORK VA VACCINER DE MANIERE OBLIGATOIRE LES ENFANTS DE LA VILLE CONTRE LA GRIPPE AVEC UN VACCIN CONTENANT DU MERCURE Répondre en citant


 NEW YORK VA VACCINER DE MANIERE OBLIGATOIRE LES ENFANTS DE LA VILLE CONTRE LA GRIPPE AVEC UN VACCIN CONTENANT DU MERCURE 

Lundi 23 décembre 2013



 
  De tous les métaux lourds toxiques, le mercure est le plus catastrophique pour le cerveau. Aucun scientifique ose admettre que le mercure ne présente aucun risque injecté dans le corps d'un enfant, et ce, à n'importe quelle dose, et le CDC n'a jamais établi de niveau «sécuritaire» de mercure dans le sang humain pour la simple raison qu'il n'y a pas de niveau sûr. 

Pourtant, le Conseil sanitaire de New York a décidé que tous les petits new-yorkais recevrons une piqûre  contenant une dose dévastatrice de mercure toxique pour des raisons de «santé publique». 


En effet, dans le cadre de la lutte contre la grippe, ces enfants seront tous vaccinés au mercure,  cependant que des métaux lourds de neurotoxine connus comme le mercure, et après maintes revendications, aient été prohibés des établissements hospitaliers.

Le CDC a pourtant admis que tous les vaccins contre la grippe contiennent encore du mercure, mais seulement pour se protéger d'une contamination une fois le flacon ouvert.  

Les vaccins sont si dangereux que l'Industrie du vaccin a dû se protéger derrière une immunité juridique pour continuer leurs petites affaires...

En attendant, ces enfants de la ville de New-York s'apprêtent à recevoir leur dose, non par souci de bien-être, mais pour que l'Industrie s'en mette plein les poches.

Alexander Doyle pour WikiStrike  

Source: Natural News

http://www.wikistrike.com/article-new-york-va-vacciner-de-maniere-obligatoire-les-enfants-de-la-ville-contre-la-grippe-avec-un-vaccin--121736553.html



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 29 Déc - 13:55 (2013)    Sujet du message: H1N1 FLU VIRUS SURFACES IN CHICAGO Répondre en citant



WAR VACCINATION PROPAGANDA

H1N1 FLU VIRUS SURFACES IN CHICAGO

December 26, 2013 4:36 PM




(CBS) – Nearly two dozen cases of the potentially deadly H1N1 flu virus have been confirmed in the Chicago area, CBS 2 has learned.


Finding the flu virus among patients at Loyola University Medical Center in Maywood is keeping special machines working overtime right now. Seven patients at Loyola tested positive for Influenza A on Christmas Eve. Five of them had the H1N1 strain known as swine flu.

They’ve detected a sudden burst of the 2009 swine flu spreading right here in the Chicago area. Microbiologist Paul Schreckenberger says last week alone, 21 patients tested positive for Influenza A. All but one of those cases were the 2009 H1N1 swine flu.

“We don’t know why it’s emerging,” Schreckenberger says.

He says people may have gotten a false sense of security over the last couple of flu seasons, which were comparatively mild.

In Texas, the rush is on for flu shots. The very flu shots that Texans Dustin Wright, and his wife, Ashley, never received.

Dustin was hit with H1N1 flu strain, or swine flu, and he died Dec. 5.

“You don’t think it will happen to you,” Ashley says.

H1N1 is causing 80 percent of the flu infections this year in Texas. It’s the same strain that triggered a nationwide pandemic in 2009. But at that time, it was new. Now, it’s not, and the current flu vaccine offers protection.

“That really is, in terms of prevention and protection, the best method, in terms of reducing transmission or spread of influenza,” Rush University Medical Center physician Alexander Tomich says.

But remember, it takes two weeks after you get the shot to build up the anti-bodies that provide protection from the flu. So, the earlier you get it the better.

According to the Centers for Disease Control, less than half of all Americans get a flu shot each year.



http://www.redflagnews.com/headlines/update-potentially-deadly-h1n1-flu-virus-behind-80-percent-of-flu-infections-this-year



Dernière édition par maria le Mar 7 Jan - 23:58 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 29 Déc - 15:08 (2013)    Sujet du message: WHY ARE BABIES DYING IN CHINA AFTER RECEIVING THE HEPATITIS B VACCINE? Répondre en citant

WHY ARE BABIES DYING IN CHINA AFTER RECEIVING THE HEPATITIS B VACCINE?

December 29, 2013

Health Impact News

At least nine babies have died in China the past few weeks after being injected with the Hepatitis B vaccine.

In China, the Hepatitis B vaccine is given in three stages. The first shot is taken immediately after birth. The second and third shots of the vaccine are taken after a baby is one month and then six months old.

The pharmaceutical company manufacturing the vaccine has conducted quality control tests on the batch currently in the market, and has not found anything wrong with the vaccine. Similar statements have been made by health authorities:

The drug supervision department in Shenzhen says their test results indicate the vaccines were safe.

“According to our investigation, BioKangtai has produced the vaccine strictly under required standards. And their samples have passed our tests.” Wang Lifeng with Drug Administration of Shenzhen said.

The deaths, which have occurred within a very short time after receiving the vaccine, are gaining wide exposure in the China media. Because vaccines are almost always promoted as safe, injuries and deaths often are not associated with the vaccine, so there may be more deaths than have currently been reported. One of the deaths was reported by a family member after hearing about other babies dying shortly after receiving the vaccine in the media. When the family originally was fighting to save the baby from dying, they had not suspected the vaccine.

Reaction in the media and the medical community in China is in stark contrast to how news like this is often reported in the U.S., where the mainstream media is reluctant to report any negative news regarding vaccines, and most doctors refuse to even acknowledge the risks vaccines carry.

Here are some quotes from the China media:

“Doctors also warn that the hepatitis B vaccine is not suitable for all newborns. Those suffering from fever, weak immune system, low birth weight
or serious eczema should not be given the vaccination.”


“As the investigation continues, medical experts are reminding parents that infants don’t need to receive hepatitis B vaccines immediately after being born. They say it’s ok for parents to wait until the investigation results come out, before deciding whether they want to use the vaccines or not.”

In the U.S., one never reads any cautionary advice like this, in spite of the fact that deaths and serious adverse reactions do occur often. The medical community and the mainstream media have a code of ethic that believes if one makes negative statements about vaccines, it will lead to a decrease in those seeking vaccines, which overall are necessary to the survival of the human race. So the concept of the “greater good” sacrifices those who are killed or injured. Even when the government settles claims for deaths and vaccine damages, this is not reported in the mainstream media, and no investigation or research is conducted to find the cause and try to prevent them from happening again.

http://healthimpactnews.com/2013/why-are-babies-dying-in-china-after-receiving-the-hepatitis-b-vaccine/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 4 Jan - 20:10 (2014)    Sujet du message: [Watch] FORCED VACCINATIONS BY DRONE COMING TO A FACILITY NEAR YOU? Répondre en citant

[Watch] FORCED VACCINATIONS BY DRONE COMING TO A FACILITY NEAR YOU?

Posted by: Rick Wells Posted date: January 03, 2014 In: International, News, Opinion, Videos



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=T9vZLlJhI7o&hd=1


Notice towards the end of the video above how Billionaire Bill Gates says he’s going to be able to lower population through vaccines. One would naturally think that vaccines would cause an increase in population by extending the life expectancy and saving lives. It makes you wonder what kind of vaccines he’s developing and if their purpose is consistent with our historic understanding. The second video expands on his comments above.

In 2010 Gates announced his Bill and Melinda Gates Foundation was making a $10 billion pledge over the next decade, saying, “We must make this the decade of vaccines.”

As a result of a large grant from the Gates Foundation, overseen by the WHO and UNICEF, $1.7 million is being split among 17 different initiatives with a stated purpose, according to the Director, Michel Zaffran to, “ensure new vaccines reach the millions of people in the poorest countries. The time for ‘business as usual’ has passed—it’s time for bold ideas.”

One of those bold ideas is the use of UAVs, commonly known as drones, to ferry vaccines into remote areas quickly and inexpensively. A group of Harvard-MIT Health Sciences and Technology Division students are working on the project, with another $1million possible with a successful outcome or progress.

According to the website, vactruth.com, over 12 million doses of Raboral V-RG are dropped from unmanned aircraft over the United States every year. Whether those numbers are accurate at this time or not, the technology exists so if it is not currently a reality it will be soon.

Aerial spraying of pesticides, such as that to fight west Nile virus has been going on for years.

With the existence of individual methods, the morphing of technologies and applications from one program to another is probable. An ability to deliver vaccines in an aerial form, with a broad application similar to that of the pesticides, but in a manner where the intended recipient is a human will be achieved. It probably already exists.

Programs would not necessarily require consent. The participants would not even know of their involvement in a test or in an inoculation program. They just receive the vaccine when they breathe.




VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=6WQtRI7A064&hd=1

The situation involving the aerial spraying that has been termed “chemtrails” is becoming accepted as fact as evidence continues to mount. No consent was sought or given. Denials of a program counteract the messy issue of accountability.

Trusting a government or NGO to be responsible with aerial vaccine delivery systems, if developed as expected, is an untenable position to be in. Most governments act above the law when possible. Third world citizens particularly, lack the resources to resist oppression and to fight abuse.

Bill Gates likes to play the role of the philanthropic father figure. His father headed up Planned Parenthood, when he was a child, so population control is in Bill Gates’ blood.

It is no great leap when considering Gates’ publicly-stated views on population control and his work with vaccines to question the sincerity of his motives.  Having a claim to infamy as the first family in the abortion business is bad enough. Nobody wants to be his lab rat in a field test.

Please scroll to the bottom of this page for more posts from Rick Wells, or to “Like” him on Facebook or “Follow” him on Twitter.

http://freepatriot.org/2014/01/03/watch-forced-vaccinations-drone-coming-fa…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 6 Jan - 17:09 (2014)    Sujet du message: 15 JOURS DE TAULE POUR AVOIR REFUSE DE FAIRE VACCINER LEUR ENFANT Répondre en citant

15 JOURS DE TAULE POUR AVOIR REFUSE DE FAIRE VACCINER LEUR ENFANT 

 


  Vendredi 3 janvier 2014


Un couple originaire de Hasselt (Limbourg) a été condamné par défaut lundi par le tribunal correctionnel de Hasselt à une peine de prison de 15 jours et à 275 euros d’amende pour ne pas avoir autorisé leur fille à être vaccinée contre la poliomyélite.

La vaccination contre la polio est obligatoire en Belgique depuis 1967 pour les enfants entre deux et 18 mois.

Le tribunal s’est basé sur les déclarations et constatations de l’inspecteur d’hygiène fédéral et de l’organisation pour la petite enfance Kind en Gezin.

Le couple n’a pas comparu devant le tribunal et a donc été condamné par défaut.

http://www.wikistrike.com/article-15-jours-de-taule-pour-avoir-refuse-de-faire-vacciner-leur-enfant-121879081.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 16 Jan - 13:29 (2014)    Sujet du message: FATHER JAILED FOR LIFE WITHOUT PAROLE AFTER HIS 12 WEEK-OLD DAUGHTER DIED AFTER RECEIVING 8 VACCINATIONS! Répondre en citant

FATHER JAILED FOR LIFE WITHOUT PAROLE AFTER HIS 12 WEEK-OLD DAUGHTER DIED AFTER RECEIVING 8 VACCINATIONS!



On January 15, 2014, Mr. John Sanders was sentenced to life in prison without parole for the murder of his 12 week-old baby daughter, Ja’Nayjah, who died just 24 days after receiving eight vaccinations in one day.

Ja’Nayjah Sanders was born a healthy, normal baby and received routine vaccinations, along with her mother, Marrie, before leaving the hospital. Two days later, at a routine checkup, the doctor told Marrie that her daughter had lost a couple of pounds since her birth and asked her to bring the baby back the next day for tests.

However, believing that her daughter was fine, Marrie decided to ignore the doctor’s advice and wait until her next scheduled appointment, when Ja’Nayjah was scheduled to receive her routine vaccinations.

A Tragic Vaccine Injury

This is a decision Marrie now bitterly regrets, because shortly before her appointment was due, Ja’Nayjah’s health began to deteriorate and she began vomiting continuously. As Marrie was worried about her daughter’s condition, she mentioned this to the doctor at the baby’s appointment.

However, the doctor appeared unconcerned and told Marrie that Ja’Nayjah was probably ‘eating too much.’ Instead of checking the baby over thoroughly, as one would expect, the doctor proceeded to ignore the warning signs that something could be very wrong regarding the health of this child and instead vaccinated the sick baby with the eight vaccinations listed on her vaccination card. These were the triple vaccine, the DTaP; polio; Rotavirus; hepatitis B, meningitis; and the Hib vaccination.

Marrie told VacTruth:

“After Ja’Nayjah came home from receiving her shots, she just wasn’t the same baby anymore. Before, she was this cheerful, happy baby, but after, she just changed and wasn’t as bright and cheerful as she once was. She started wheezing, was congested and was still throwing up. And when she cried, she would scream an unusual scream, almost as [if] she [were] screaming in pain. After her shots, her dad bought some infant Tylenol, which I would give her twice a day.”

However, once again, Marrie decided that she would not bother the doctor because he had told her that babies often become unwell after vaccinations.

This is a myth told to mothers on a daily basis regarding vaccinations, and in my opinion, could not be further from the truth. It stands to reason that if vaccinations were good for a child’s health, they would not cause a healthy baby to become feverish, develop rashes and have fits.

Due to a recent separation from her partner, Marrie decided to visit John with Ja’Nayjah a few weeks later.

Marrie picks up the story:

“The night before we went to see John, Ja’Nayjah was very fussy and was acting irritated. I eventually fed her a bottle and she went to sleep. I woke up the next morning, left Ja’Nayjah, and left her with John. Within an hour of me leaving, I received a text message from John saying the baby stopped breathing and that he was at the hospital. I called him and he told me that she woke up screaming, and when he was in the kitchen making her a bottle, she stopped screaming, and when he returned, she was unresponsive.

When I made it to the hospital, she was unconscious, and after about a hour of being there, we had to be transported to a different hospital where she had the CT Scan and the doctor told me that she looked as if she had been shaken because of the bleeding on her brain. I phoned John, asked him why he shook my baby, and he said that he didn’t.

While at the hospital, she had to have emergency brain surgery and blood transfusions. She died in my arms after spending about 12 hours in the hospital.”

Marrie says that she absolutely believes that John did not shake Ja’Nayjah and that her daughter only became ill after receiving her routine vaccinations. However, despite this fact, John was immediately arrested for killing 12 week-old Ja’Nayjah.

He has since been jailed for life without parole for her murder.

What Did Kill Baby Ja’Nayjah?


So, was John responsible for Ja’Nayjah’s death, or did she suffer a severe adverse reaction to the vaccinations, as suspected by her mother?

Reading through the autopsy report, I noticed it is full of inaccuracies and raises many unanswered questions. On page 1, it states:

“Ja’Nayjah Sanders, a 3 month old female infant, reportedly presented to McLaren Health Center in cardiopulmonary arrest. Following resuscitation, she was transferred to Sparrow Hospital. A CT Scan demonstrated subdural hemorrhaging. During a craniotomy, the brain was noted to be nonpulsatile. Complications of the brain injury with hypoxia developed, including disseminated intravascular coagulation, metabolic acidosis and pneumonia. The child died while hospitalized. The admission to the hospital occurred on 01.04.2013. The baby was pronounced dead at 22.30 hours.

Reportedly, Ja’Nayjah had not been sick in the recent past and had not taken any medications. There were no known birth defects and the child received appropriate well visits. There was no exposure to ill persons or pets in the recent past and the baby did not attend daycare. The mother began prenatal care at 8 weeks of pregnancy. The baby had no health issues when born and the delivery was vaginal. The child was full term. The baby was formula fed with Enfamil. The child reportedly was normal, happy and playful 24 hours before becoming unresponsive. The body temperature at the hospital was 96 degrees. Between 8 o’clock and 9 a.m. on the date of the death, the father reports going to get a bottle for the baby and that while he was filling it, the baby stopped crying so he went over to check why. At that point, he found the baby unresponsive and not breathing. The father of Ja’Nayjah called his uncle; his uncle came over in a car, picked up Mr. Sanders and the baby and drove them to McLaren Hospital in Lansing, Michigan.” (own emphasis)

The coroner’s report certainly does not tie up with what the mother says.

It is clear that this little girl had been ill on both occasions that she had been seen by her doctor. Despite this fact, the doctor failed to examine Ja’Nayjah and had continued to vaccinate her even though she was clearly a sick child.

Interestingly, the autopsy also states:

“Gastrointestinal system: Representative sections obtained from the small and large intestines are free of significant histopathological abnormalities. The very superficial mucosa of the stomach displays early hemorrhage.”

This could mean that this baby had been suffering from some degree of gastritis, which would have accounted for the baby’s continual vomiting and subsequent bleeding in the stomach. [1]

The coroner also reported that Ja’Nayjah’s lungs were congested. This would be in line with Marrie’s report of ‘wheezing and congestion’ observed after her eight vaccinations.

A Different Child’s Name Appears On The Scans

The autopsy report is not the only report to raise serious questions about the way the evidence was gathered and presented to the court. It has since emerged that several of the scans used as evidence to convict Mr. Sanders appear to have a different child’s name on altogether!!! How is this possible?

Are the scans belonging to Ja’Nayjah in another child’s file?

This is gross medical negligence on the part of the hospital and raises many concerns about how this case was prepared for trial.

Did Ja’Nayjah Have An Underlying Medical Condition?


Baby Ja’Nayjah died just 24 days after receiving eight vaccinations in one day.

Is it possible that Ja’Nayjah was suffering from a vitamin C deficiency? This condition is often brought on by receiving multiple vaccinations.

In 2006, Dr. Michael Innis wrote a paper published in the Journal of American Physicians and Surgeons, titled Vaccines, Apparent Life-Threatening Events, Barlow’s Disease, and Questions about Shaken Baby Syndrome, in which he discussed whether or not the unexplained bruising, subdural hemorrhages, and retinal hemorrhages currently being diagnosed as shaken baby syndrome (SBS) is caused not by parents viciously shaking their children, but rather a vitamin C deficiency brought on by multiple vaccines. [2]

His paper discussed two separate cases of babies who became ill shortly after multiple vaccinations. Both children were found to have suffered fractures and bleeds to the brain.

In his discussion, Dr. Innis stated that:

“As far as we are aware, no one has measured the blood levels of vitamin C or histamine in cases of suspected SBS. The possible existence of vitamin C deficiency is therefore hypothesized from clinical, radiological, and other laboratory findings. There are several features, common to both cases, that predispose to or are consistent with a diagnosis of vitamin C deficiency:

1. The mothers had documented nutritional problems and were unwell during their pregnancies.

2. The mothers smoked during their pregnancies, thereby lowering their own and their infants’ vitamin C levels.

3. Both infants were being formula-fed at the time of their illnesses, and the mothers were not advised to give supplemental vitamin C.

4. Both parents reported early evidence consistent with Barlow’s disease: spontaneous bruising in one infant and delayed wound healing in the other.

5. Both infants had deficiencies in essential and nonessential amino acids necessary for the production of normal collagen, which is essential to prevent scurvy.

6. Both infants had evidence of liver dysfunction.

7. Unexplained fractures were recorded in both children.

In addition to the low amino acid levels, the second infant had additional evidence of malnutrition in that the serum albumin, calcium, and hemoglobin levels were all low.

Animal experiments have demonstrated that administration of vitamin C can counter some of the ill effects of nicotine in newborns. This suggests that mothers who smoke may compromise vitamin C levels in their children.”

Dr. Innis has now studied all the paperwork in Ja’Nayjah’s case and he has confirmed that this child had an underlying illness and that vaccinations could have led to her death. An appeal will be launched to release her father from life in prison.

More Evidence Supports The Dangers Of Multiple Vaccinations

It appears that Dr. Innis’s work and research is in line with a paper written by the late Dr. Archie Kalokerinos, M.D., titled Shaken Babies in a section titled The Role Played by Vaccine Administration. He stated:

“I would like to avoid this subject but cannot do so.

It is not a matter of whether vaccines should or should not be used.

It is a matter of – Is there a role for vaccines in the pathogenesis of the Shaken Baby Syndrome?

In several cases (probably a significant number) the final collapse followed within a very short period of a vaccine administration. In the Sally Clark case, this happened with her two babies. She refused to have her third baby (born after she was charged) vaccinated.

There is no doubt, in my mind (and this is based on long experience) that despite advice to the contrary it is not wise to administer vaccines to sick infants—including infants with ‘colds.’ This is because, with infections (including ‘colds’), endotoxin is likely to be produced in the gut in excessive amounts, and liver detoxification processes are likely to be stressed.

Immediately, some practitioners are going to state that in many situations some infants ‘always have colds.’ This applies particularly to groups such as Australian Aborigines. The answer to that is to supplement, first, with vitamin C and zinc. Risks will then be reduced enormously (but not completely).

Mechanisms involved with vaccine administration include excessive endotoxin formation. Knowing this allows one to follow the remainder of the pathway towards the development of the pathologies found in so-called ‘shaken babies.’” (emphasis added)

He concluded that:

I have no doubt that this ‘shaken baby’ business will eventually be recorded as one of the worst pages in the history of pediatrics. And the saddest part of it all concerns the fact that, while important doctors are busy collecting ‘evidence’ for the prosecution, vital issues that can save many lives are being not only ignored but destroyed with intense hostility.” (emphasis added) [3]

This is an excellent paper in which Dr. Kalokerinos made his view abundantly clear, especially in the sections that I have emphasized.

Conclusion

Despite Marrie’s obvious concerns that her daughter may have suffered from possible vaccine injuries, vaccines were the last things on anyone’s mind when it came to charging and sentencing Mr. Sanders. In fact, absolutely no expert witnesses from any field of medicine was asked to give evidence in Mr. Sanders’ defense. This case was completely one-sided, hinging on weak, flimsy evidence, all of which was completely circumstantial.

The only way that this prosecution team could know for sure that Mr. Sanders shook his baby daughter to death would have been video evidence or a credible eyewitness account. Since there was no video evidence and no eyewitness account, the prosecution’s account and ‘evidence’ should be counted as nothing more than conjecture and hearsay.

Yet again, this case proves that other possible causes for this child’s ill health, including vaccine injuries, were ignored in favor of blame. Mr. John Sanders should be released immediately and then sue this hospital for medical incompetence, medical malpractice and false imprisonment.

 References

1. http://www.merckmanuals.com/professional/gastrointestinal…

2. www.jpands.org/vol11no1/innis.pdf

3. http://www.freeyurko.bizland.com/kaloksb1.html

http://vactruth.com/2014/01/16/death-after-8-vaccines/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Mar - 14:22 (2014)    Sujet du message: LE GOUVERNEMENT BRITANNIQUE VA DEBOURSER AU MOINS 60 MILLIONS DE LIVRES POUR LES VICTIMES D'EFFETS NEUROLOGIQUES DU VACCIN H1N1 Répondre en citant

LE GOUVERNEMENT BRITANNIQUE VA DEBOURSER AU MOINS 60 MILLIONS DE LIVRES POUR LES VICTIMES D'EFFETS NEUROLOGIQUES DU VACCIN H1N1

Si cela est vrai que le gouvernement déboursera des $$$ de dollars pour les victimes, ce sera une première concernant cette vaste vaccination qui a fait tant de ravages, à travers le monde. Car sous cette vaccination, les grandes compagnies pharmaceutiques se sont fait passer des lois pour se protéger contre toute poursuite. Cette vaste expérimentation contre le petit peuple qui a été contestée par des milliers de personnes qui ont refusé ce vaccin empoisonné sont devenus pour plusieurs des parias, des conspirateurs pour leur entourage. Cette vaccination devenue obligatoire dans plusieurs secteurs publics et hospitaliers font une guerre sans merci contre les personnes qui refusent le vaccin : même jusqu'à perdre leur emploi et/ou se faire enlever leur(s) enfant(s) par l'état criminel qui soutient tout ce programme eugénique. Un autre agenda se pointe également à l'horizon dans plusieurs pays : celui d'exterminer toutes les personnes (enfants-vieillards et personnes malades) car ils seraient devenus un poids pour la société. Programme eugénique des Objectifs du Millénaire pour le Développement 2015.

Des victimes de dommages cérébraux suite à la vaccination contre la grippe porcine vont recevoir

60 millions de livres de dédommagement

D’après Tom Porter, 2 mars 2014


Flacons-nombreux.jpg Josh : « Je souhaiterais n’être jamais né ! »

Sa maman se sent terriblement coupable de l’avoir fait vacciner

Les patients qui ont souffert de dommages cérébraux à la suite de la vaccination contre la grippe porcine vont, en dédommagement, recevoir des millions de livres du gouvernement britannique.

Le gouvernement devrait recevoir un montant de 60 millions de livres (= près de 72 MILLIONS euros) pour les 60 victimes qui devraient, chacune, recevoir 1 million de livres (= environ 1,2 million d'euros).

Peter Todd, l’avocat qui a représenté un grand nombre de demandeurs, a déclaré au Sunday Times : « On n’a jamais vu une chose pareille. Les victimes de ce vaccin souffrent d’une maladie incurable et permanente qui nécessitera un traitement médicamenteux important.»

A la suite de l’épidémie de grippe porcine de 2009, environ 60 millions de personnes, dont principalement des enfants, ont reçu ce vaccin.

Il s’est avéré dans la suite que le vaccin Pandemrix pouvait provoquer la narcolepsie et la cataplexie chez environ une personne sur 16.000. On s’attend à voir encore de nombreux autres cas semblables.

Partout en Europe et jusqu’à présent, plus de 800 enfants ont été rendus malades par ce vaccin.

La narcolepsie affecte le cycle du sommeil d’une personne en l’empêchant de dormir pendant plus de 90 minutes à une heure. Elle peut aussi la faire tomber inconsciente au cours de la journée. La maladie peut endommager les fonctions mentales, la mémoire et conduire à des hallucinations ou à la maladie mentale.

La cataplexie peut faire perdre conscience à une personne quand celle-ci éprouve de fortes émotions, y compris quand ces personnes commencent à rire.

Le vaccin Pandemrix a été fabriqué par le géant pharmaceutique Glaxo Smith Kline qui a refusé d’approvisionner les gouvernements s’il n’était pas indemnisé par rapport à toute plainte pour dommages causés. La compagnie payera la facture et réclamera l’argent au gouvernement.

« Il n’existe aucun doute dans mon esprit que le Pandemrix ait augmenté la fréquence des cas de narcolepsie chez les enfants dans certains pays – et probablement dans la plupart des pays. » a déclaré Emmanuelle Mignot, spécialiste des troubles du sommeil à l’Université de Stanford (USA), à l’Agence Reuters.

Mignot a été payée par GSK pour effectuer une recherche sur les effets de ce vaccin.

Parmi les personnes touchées, il y a eu des membres du NHS (Service National de Santé) dont beaucoup sont maintenant incapables de travailler en raison des symptômes provoqués par le vaccin. Ces personnes se préparent à poursuivre le gouvernement pour les millions de revenus perdus.

Cependant, la grande majorité des patients atteints, soit environ 80% - sont des enfants.

Parmi eux se trouve Josh Hadfield du Somerset qui est sous médicaments anti-narcolepsie, et qui coûtent à ses parents la somme de 15.000 livres (18.000 euros) par an pour l’aider à rester éveillé pendant la journée d’école.


Josh-Hadfield-et-sa-maman-Caroline.JPG

Josh Hadfield et sa maman Caroline à qui les autorités britanniques avaient d'abord refusé une indemnisation dérisoire de 120 000 £...

« Si vous le faites rire, il s’effondre. Sa mémoire est sérieusement touchée. Il n’existe aucun remède. Il dit qu’il souhaiterait n’être jamais né. Je me sens terriblement coupable de l’avoir fait vacciner », déclare sa maman, Caroline Hadfield, 43 ans).

Malgré un avertissement de 2011 de l’Agence européenne du médicament contre l’utilisation de ce vaccin chez les moins de 20 ans, et malgré une étude qui montre un risque 13 fois plus élevé de narcolepsie chez les enfants vaccinés, GSK a refusé de reconnaître un lien.

« Des recherches complémentaires sont nécessaires pour confirmer le rôle que le vaccin peut avoir joué dans le développement de la narcolepsie chez les personnes concernées », a indiqué la compagnie dans un communiqué.

Sources: International Business Times & The Mirror

C’est toujours la même chose : l’Etat conseille aux gens des vaccins hasardeux (et ils le sont hélas tous, pas que les vaccins pandémiques !) puis essaie de payer le moins possible ou mieux encore, de ne rien payer du tout, laissant les gens se démener comme des fous pour espérer au bout du compte une indemnisation indispensable, bien que cela ne leur rendra cependant jamais la santé qui leur a été volée ! La famille de Robert Fletcher, handicapé à vie après le vaccin ROR (il ne sait plus ni parler, ni marcher ni manger seul depuis lors) en sait quelque chose : il lui a fallu 18 ans de combat judiciaire pour arracher une somme de 90 000 £, montant tout à fait dérisoire au regard du préjudice subi !

Mais ce qui est le plus instructif, le plus utile et à la fois le plus urgent en vue de ce qui se prépare notamment (les pandémies si bien préparées et tant attendues dont ce site a déjà parlé plus d’une fois) c’est de se rappeler les propos faussement rassurants des autorités qui disaient avoir bien évalué ce vaccin, qu’il était sûr, non expérimental, faisable chez les femmes enceintes etc. etc.

Voyez notamment cette vidéo-ci :



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=YPcaGtztKM0&hd=1

Voir aussi le "film" d'Initiative Citoyenne ("H1N1 ou le réveil salutaire du citoyen").

Puis confrontez cela au lien suivant et à la vidéo suivante, en vous demandant si vous êtes prêt à vous faire vacciner lors de la pandémie suivante :



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=QU3bCHGCV2Q&hd=1

Dimanche 16 Mars 2014

http://www.alterinfo.net/Le-gouvernement-britannique-va-debourser-au-moins-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Mar - 12:05 (2014)    Sujet du message: IRAK: PREMIERS CAS DE POLIO DEPUIS 2000 Répondre en citant

IRAK: PREMIERS CAS DE POLIO DEPUIS 2000

En novembre 2013
... En Iraq, une campagne a débuté dans l'ouest du pays...
vers la fin de l'article

et dans d'autres pays mentionnés dans cet article

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=31473&Cr=polio&Cr1=

"Polio eradication this week:

In Cameroon, due to continued circulation of wild poliovirus type 1 (WPV1), gaps in surveillance and influx of vulnerable populations from Central African Republic (CAR), the World Health Organization is elevating the risk assessment of international spread of polio from Cameroon to ‘very high’. More.

A new case of WPV1 was also reported this week in Equatorial Guinea with onset of paralysis on 28 January from Centro Sur province, close to the border with Cameroon. This is the first polio case reported from the country since 1999. Genetic sequencing indicates that the isolated virus is linked to transmission in Cameroon. To interrupt WPV1 transmission, outbreak response activities are currently being planned, including NIDs in early April."


En lisant cet article, vous verrez de nombreux autres pays qui se sont associés à leur agenda de vaccination et dont les ravages se font déjà sentir. Vous y trouverez également, le plan d'éradication de la Polio de 2013 à 2018 "Polio Eradication & Engame Strategic Plan 2013-2018". Quand tout le monde est mort, il n'y a plus de problème avec la polio, n'est-ce pas? http://www.polioeradication.org/Home.aspx

-----

Home ACTUALITE Flash Actu

Par lefigaro.fr avec AFP
Mis à jour le 26/03/2014 à 23:10
Publié le 26/03/2014 à 23:08

Le ministère irakien de la Santé a annoncé aujourd'hui la découverte dans le pays de premiers cas suspects de poliomyélite depuis 14 ans, dont l'origine pourrait être la Syrie voisine. Les cas suspects ont été diagnostiqués auprès de jeunes enfants près de la capitale Bagdad, a indiqué le porte-parole de ce ministère Ziad Tariq. "Nous avons trouvé des cas suspects de polios à Bab al-Sham, près de Bagdad", a-t-il dit. Il a précisé que ces cas n'avaient pas encore été confirmés et que des échantillons avaient été envoyés aux Etats-Unis, pour analyses.

Si les résultats - attendus dimanche - sont positifs ce seront les premiers cas de polio en Irak depuis 2000. "Nous pensons que l'origine de ces cas est la Syrie", a dit ce responsable, ajoutant que l'Irak accueille des milliers de réfugiés ayant fui le conflit en Syrie et que la situation sur le plan sanitaire est compliquée parce que la province d'al-Anbar, théâtre de violences, est frontalière de la Syrie. Début janvier, des combattants anti-gouvernementaux se sont emparés de Fallouja et de quartiers de Ramadi, deux villes de cette province, dont ils détiennent encore le contrôle de certains secteurs.

Au début du mois, les Nations unies ont annoncé qu'une importante campagne de vaccination contre la polio allait être lancée au Moyen-Orient après la découverte de cas de polio en Syrie. Dix millions d'enfants doivent être vaccinés courant mars en Syrie, en Irak, en Egypte, en Jordanie et au Liban, selon l'Unicef.
Tariq a indiqué que la campagne avait déjà commencé en Irak et se poursuivrait jusqu'au 6 avril.

Fin 2013, l'ONU avait indiqué avoir recensé 17 enfants touchés par la polio en Syrie, les premiers cas depuis 1999: 15 dans la province de Deir Ezzor (est), où les rebelles contrôlent de larges zones, un à Alep (nord) et un à Douma, près de Damas.

La poliomyélite est une maladie très contagieuse qui frappe surtout les enfants de moins de 5 ans. Elle peut provoquer la paralysie en quelques heures et être fatale dans certains cas.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/03/26/97001-20140326FILWWW00423-irak…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Avr - 11:00 (2014)    Sujet du message: FLU VACCINE LEAVES CHILD SEVERELY BRAIN DAMAGED Répondre en citant

FLU VACCINE LEAVES CHILD SEVERELY BRAIN DAMAGED

Posted on March 31, 2014 by Family Health Freedom Network




A family in Perth, Australia, is seeking compensation from the pharmaceutical company CSL Limited. Their daughter Saba became severely disabled after she received the flu vaccine Fluvax in 2010. The family is suing CSL Limited for their daughter’s pain, suffering, loss of enjoyment of life, profound disability, medical care and travel expenses, stating that Fluvax caused their daughter to become severely brain-damaged and almost completely blind.

Mr. and Mrs. Button say that their daughter received the influenza vaccine on April 19, 2010, and was later rushed to Princess Margaret Hospital, suffering from convulsions. Saba, now four, has been left quadriplegic and almost completely blind, and reports state that, three years later, she is stilling suffering from regular seizures and requires constant medical care.

Three Days Too Late

The Buttons’ case is being heard at the Federal Court, and if the family wins, they could receive Australia’s largest medical compensation payout of all time.

The West Australian reported on the story:

“… CSL lawyer Belinda Thompson claimed Saba had two other shots, Neisvac and Priorix, on the same day and alleged they may have caused febrile convulsions and fever.

Ms. Thompson said CSL was not required to do pre-marketing clinical studies for seasonal flu vaccines. She said her client was not told of at least 90 other children presented to Princess Margaret Hospital with adverse reactions – 19 of which involved seizures or convulsions – after receiving Fluvax between March 18 and April 15.

She said the WA Health Department was formally notified of these cases on April 16. The flu campaign was suspended on April 22.

The next day, the Commonwealth Chief Medical Officer advised the vaccine should not be given to children aged five and under.” [1]

Later that year Fluvax was suspended and was finally banned completely for use in the under-five age group.

When a vaccine is banned from use on children of a certain age, one would expect that no more children of that age group would be vaccinated. However, this is not always the case, because on April 22, 2013, the Medical Observerreported that eleven children were ‘mistakenly’ vaccinated with the vaccine, including three in NSW. [2]

This is three full years after the vaccine was banned for use on children under the age of five.

On April 16, 2013, the Medical Observer stated that the estimated risk of febrile convulsions in young children after being vaccinated with CSL’s trivalent inactivated vaccine (Fluvax) was 3 –10 per 1000 children and that this vaccine is no longer registered for children under five in Australia, the US and the UK. [3]

Avoid Giving This Vaccine to Young Children, Says the CDC

In August 2010, the Centers for Disease Control sent out a very strong press release about this vaccine. They stated:

“During the 2010 influenza season in Australia, administration of a 2010 Southern Hemisphere seasonal influenza trivalent inactivated vaccine (TIV) (Fluvax Junior and Fluvax) manufactured by CSL Biotherapies was associated with increased frequency of fever and febrile seizures in children aged 6 months through 4 years. Postmarketing surveillance indicated increased reports of fever in children aged 5-8 years after vaccination with Fluvax compared to previous seasons. An antigenically equivalent 2010-11 Northern Hemisphere seasonal influenza TIV (Afluria) manufactured by CSL Biotherapies is approved by the Food and Drug Administration (FDA) for persons aged ≥6 months in the United States.” [4]

 Name: Email:


I found the next section of their statement to be particularly interesting and I have to wonder how many parents are actually given this information before having their child vaccinated.

“Prescribing information for the 2010-11 Afluria formulation includes a warning that ‘Administration of CSL’s Southern Hemisphere influenza vaccine has been associated with increased postmarketing reports of fever and febrile seizures in children predominantly below the age of 5 years as compared to previous years.’”

The CDC stated that in the USA the flu vaccine is recommended for all persons from the age of six months plus. On August 5, 2010, the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) recommended that the Afluria vaccine should also not be administered to children from ages six months to eight years. Instead, they should receive other licensed flu vaccinations. They said:

“If no other age-appropriate, licensed inactivated seasonal influenza vaccine is available for a child aged 5-8 years who has a medical condition that increases their risk for influenza complications, Afluria can be used; however, providers should discuss with the parents or caregivers the benefits and risks of Afluria use before administering this vaccine to children aged 5-8 years.”

So, how many vulnerable children are still being vaccinated without the complications being discussed with their parents? And why are these dangerous vaccines still being administered to children?

How Dangerous is the Flu?

In a paper she wrote titled Health, Disease & Some History of Medicine, homeopath and general practitioner Dr. Jayne Donegan said that most of Western medicine is based on the “germ theory.” She says that, according to the germ theory of disease, if you come into contact with bacterium or a virus, unless you have had it before and you are immune to it, you will catch the disease.

Donegan says that if the germ theory were true, then everyone on a bus that was carrying someone with flu would catch the flu, but they don’t. Instead, the only people who catch the flu are those who are prone or susceptible to catching it.

Donegan believes that catching diseases and illnesses is a good thing. She believes that children become susceptible to appropriate infectious diseases at an acceptable age, when their immune system needs to learn what to do and when they need a clean-out. She says that once they have been nursed through an illness successfully, their parents will often notice they develop new skills and abilities. [5]

Her paper is simply written and easy to understand, and a must-read for all parents contemplating vaccination.

The flu can be dangerous and can lead to life-threatening illnesses such as pneumonia. However, in general, most healthy humans can come through the flu quite easily with no ill effects. Most doctors recommend bed rest, plenty of fluids and Calpol/Paracetamol/Advil to reduce the fever.

In the 2012/2013 season, despite the hype, the total number of pediatric influenza-associated deaths, according to the CDC, was 154, which is minimal, given the size of the USA. [6]

If all cases of flu were life-threatening, then everybody who suffers a bout of flu would be rushed to the hospital in the same way as a person suffering from meningitis. They are not, proving that all cases of flu are not life-threatening. I am not saying that the flu is not the slightest bit dangerous, but I am saying most healthy people can sail through the flu as they can a common cold.

How Effective is the Flu Vaccine?

A common question that parents ask is, Does the flu vaccine protect children against the flu? Sadly, the answer to this question is, No, it does not. Vaccinated children can still catch the flu.

In January 2013, The Daily Beast reported that CDC Director Dr. Thomas Frieden acknowledged that the flu shot is only 62 percent effective in reducing symptoms of the disease. [7] This means that out of every 100 people vaccinated with the flu shot, 38 of them will get the flu anyway.

The Daily Beast stated that not only can you catch the flu after receiving the flu shot, but by receiving the vaccine, you are also being vaccinated with dead viruses and, in most cases, preservatives made from mercury and other toxins that keep the vaccination fresh. They reported that thimerosal contains approximately 49 percent ethylmercury, and can cause impaired neurological development in children, as well as headaches, respiratory distress, and gastrointestinal damage.

I checked an additional source to confirm that CDC Director Dr. Thomas Freiden did indeed say that the flu vaccine is only effective in 62% of people vaccinated. [8]

Conclusion

After reading realms of information about the flu shot and the many tragic cases of vaccine-injured children, including the sad case of Saba Button, in my opinion, a child is far more likely to suffer serious side effects from the flu vaccine than from the flu itself.

However, despite the many children who have become seriously ill after various flu vaccines, the governments around the world continue to portray the flu vaccine as safe and effective.

Many flu vaccines still contain thimerosal, an ingredient that is said to have been removed from vaccines from as far back as 2007. [9] Since that time, this dangerous ingredient has slowly crept back into many childhood vaccines, albeit at a reduced level. You have to wonder why that is happening. In my opinion, the governments need to make up their minds. Thimerosal is either dangerous, or it is not. They cannot have it both ways.

As another flu season is approaching, parents need to educate themselves fully about the pros and cons of having their children vaccinated. It is clear that banned vaccines are still being administered to children and this could mean that many more children will become severely brain-damaged, like Saba, as a result.

I would recommend that all parents educate themselves before they vaccinate their children during this coming flu season.

Let us all think of little Saba and her family as they go through this difficult time.

Sources
  1. http://au.news.yahoo.com/thewest/a/-/wa/17845400/company-denies-fault-over-ill-baby/
  2. http://www.medicalobserver.com.au/news/banned-flu-vax-given-to-children
  3. http://www.medicalobserver.com.au/news/flu-vaccines-need-more-scrutiny-to-keep-public-trust
  4. http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm5931a4.htm
  5. http://www.jayne-donegan.co.uk/free-articles/%post%
  6. http://www.cdc.gov/flu/weekly/
  7. http://www.thedailybeast.com/articles/2013/01/18/facts-for-fighting-the-flu.html
  8. http://www.cdc.gov/media/releases/2013/t0111_flu_season.html
  9. http://www.wired.com/wiredscience/2007/09/vaccine-experts/
Original Article

http://www.fhfn.org/flu-vaccine-leaves-child-severely-brain-damaged/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 28 Mai - 03:36 (2014)    Sujet du message: WHITE HOUSE ADMITS STAGING FAKE VACCINATION OPERATION TO GATHER DNA FROM THE PUBLIC Répondre en citant

WHITE HOUSE ADMITS STAGING FAKE VACCINATION OPERATION TO GATHER DNA FROM THE PUBLIC



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=aI4xJSJOVGs



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=i6CPdMPok8A




Tuesday, May 27, 2014


by
Mike Adams, the Health Ranger
Tags: fake vaccines, DNA harvesting, White House

(NaturalNews) The White House has officially admitted that fake vaccination programs have been used by the United States as a cover for covertly stealing DNA samples from the public as part of the so-called "war on terror." The aim of the scheme, carried out in the Middle East, was to use DNA analysis to identify suspected terrorists who would then be targeted to be killed by the United States.

As the New York Times reported in 2011, "In the months before Osama bin Laden was killed, the Central Intelligence Agency ran a phony vaccination program in Abbottabad, Pakistan, as a ruse to obtain DNA evidence from members of Bin Laden's family thought to be holed up in an expansive compound there." (1)

"CIA agents recruited a senior Pakistani doctor to organize the vaccine drive in Abbottabad, even starting the "project" in a poorer part of town to make it look more authentic," reports The Guardian (2).

This scheme, first unveiled in 2011, is the first time in history that the U.S. government has been forced to admit using a "public health" activity to secretly and illegally harvest DNA from the public in an attempt to assassinate one individual.

How exactly could a vaccination program harvest DNA from people? It's a simple matter, really. As The Guardian explains, "nurses could have been trained to withdraw some blood in the needle after administrating the drug."

White House says it will stop using fake vaccination programs to gather DNA and kill people

Now the White House says it will no longer use fake vaccination campaigns as a tactic in the "war on terror." And the people of the world are supposed to automatically trust this promise even though it comes from the exact same regime that ran the deceptive vaccination operation in the first place.

It's almost as if the White House is saying, "Yeah, we ran a fake vaccination op; we harvested the DNA of your children; we lied to your people under the cover of public health and we got caught... but NOW you can trust us! We promise!"

This seemingly ludicrous promise just surfaced this week as part of a White House announcement that the United States would "not use vaccination programs as cover for spy operations," according to Yahoo News. (3)

The White House is concerned that because of the CIA's use of fake vaccination programs in the past, people in the Middle East no longer trust vaccines. (Gasp! Imagine that!) This has nearly the entire medical establishment freaked out, terrified that somebody somewhere might say "No!" to vaccines and thereby destroy the entire human civilization with polio. Click here to read my recent story on W.H.O. fear mongering and hysterics surrounding the fabricated polio "global health emergency."

According to Yahoo News, White House anti-terrorism advisor Lisa Monaco has now relayed this new claim to the deans of 13 public health schools in the United States. She reportedly added, "the agency will not seek to obtain or exploit DNA or other genetic material acquired through such programs," once again confirming the CIA had been using fake vaccination programs to acquire DNA samples in order to track down human targets for termination.

All this validates the true description that vaccines have been used as weapons of war against individuals the United States considers to be its enemies.

I remember reporting on this several years ago and being called a "conspiracy theorist" for doing so. Yet once again, the facts have emerged that proved us correct in being intelligent conspiracy analysts who investigate deception in the world.

As I've since written, anyone who believes there are no such thing as conspiracies is mentally retarded. The White House, in fact, is openly admitted it ran a "vaccine conspiracy" as a tactic of warfare. (A "conspiracy" merely consists of two or more people plotting to deceive others. This fake vaccination scheme was, by definition, an elaborate conspiracy.)

Pakistan and the WHO's polio fearmongering

But now the backlash against the fake immunization scheme has U.S. officials in a panic. They now realize they've discredited all trust in western vaccines. After all, if the White House now admits using fake vaccination ops to coverly gather DNA evidence, what's to stop the U.S. from using fake vaccination programs to accomplish other nefarious things like injecting people with stealth cancer viruses?

Oops, that already happened. It happened right here in the United States, in fact, when 98 million Americans were found to have been injected with polio vaccines contaminated with cancer-causing viruses. In order to make sure no one learned about this deadly vaccine snafu, the CDC quietly removed all accounts of this history from its website.

To anyone with half a brain still functioning, however, it's crystal clear that vaccines have already been used as weapons of war by the United States. This is openly admitted now by the White House along with a promise that "we won't do it again."

This is the same White House that promised nationwide GMO labeling, closing down secret military prisons and balancing the federal budget, by the way. In the category of "promises kept," the present-day White House has achieved virtually nothing.

Could U.S. vaccination scheme be used to gather DNA on Americans?

It's no longe an outlandish question. This is precisely what the White House has already admitted to doing on foreign soil. Could the same thing now be conducted on U.S. soil and aimed at Americans?

Of course it could. What better way to get millions of people to line up and voluntarily give up DNA samples than to invent a fictitious "pandemic" and offer a "lifesaving treatment" in the form of a vaccine?

Most of the masses have already been trained to accept any and all injections the government wants them to endure, so as long as a DNA harvesting campaign is framed in the language of "public health," resistance will be virtually nonexistent.

Most of the vaccines Americans already take are utterly useless to begin with. For example, Americans are still being vaccinated against polio even though there hasn't been a single case of polio in the USA for 35 years. To help make sure more people get injected with medically unnecessary polio vaccines, the W.H.O. recently fabricated an hysterical tabloid-style "global health emergency" that inferred we would all die miserable deaths if we didn't immediately rush out to get injected with more polio vaccines.

Flu shots, similarly, have almost zero efficacy and have been scientifically proven to accomplish nothing in nearly 99 out of 100 people who receive them. At the same time, the CDC openly admits flu shots still contain toxic mercury, a documented neurotoxic heavy metal that destroys brain tissue.

Five amazing uses for vaccines (as proven by recent history)

Vaccines do have their uses, ultimately. They're really great at these five things:

1) Administering mercury to the population
2) Covertly harvesting DNA from the public
3) Providing a cover story for CIA operations
4) Injecting millions of people with stealth cancer viruses
5) Training the population to practice "medical obedience"

But vaccines are really, really terrible at doing the thing the one thing they claim to be all about: preventing infectious disease.

It turns out the best defenses against infectious disease are:

* Excellent nutrient intake from a wide variety of fresh plants
* Good public hygeine and public sanitation systems
* Healthy levels of vitamin D across the population
* Regular hand washing by medical staff and patients
* Deliberate exposure to friendly microbes in soils and even farm animals
* Avoidance of exposure to immunosuppressive substances such as tobacco smoke or heavy metals

If you'd really like to learn the historical truth about vaccines vs. infectious disease, read this outstanding book by Dr. Suzanne Humphries entitled Dissolving Illusions: Disease, Vaccines, and The Forgotten History.

Her website also features a huge collection of eye-opening graphs citing scientific evidence that completely contradicts the false vaccination narrative currently being pushed by the U.S. government.

Example: This graph shows how measles was already virtually eradicated even before the introduction of the measles vaccine. Today, medical institutions falsely claim that vaccines alone are responsible for eradicating diseases like measles, smallpox and polio. But if vaccines alone caused the decline, then why did nearly all the decline in measles happen BEFORE the introduction of the measles vaccine? (Can vaccines travel through time?)



http://www.naturalnews.com/045318_fake_vaccines_DNA_harvesting_White_House.…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Juin - 23:27 (2014)    Sujet du message: SOMALIE : L'UNICEF ET L'OMS PREPARENT UNE CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA ROUGEOLE Répondre en citant

SOMALIE : L'UNICEF ET L'OMS PREPARENT UNE CAMPAGNE DE VACCINATION CONTRE LA ROUGEOLE


Des enfants attendent une distribution de nourriture par l’UNICEF à Mogadiscio, en Somalie. Photo UNICEF/Kate Holt

10 juin 2014 – Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a exprimé mardi sa préoccupation concernant une épidémie de rougeole en Somalie qui expose des milliers d'enfants à un risque de mort ou de séquelles permanentes s'ils ne sont pas vaccinés d'urgence.

En mars et avril, il y a eu plus de 1.350 cas suspectés de rougeole, soit quatre fois plus que le nombre de cas répertoriés à la même période l'année dernière. Plus de 1.000 cas suspects ont été répertoriés pour le seul mois de mai.

Par conséquent, les autorités sanitaires somaliennes ont lancé plusieurs campagnes locales de vaccination avec le soutien de l'UNICEF et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des campagnes de plus grande envergure sont en préparation dans les zones les plus affectées de Bari, Nugaal, Mudug, Banadir, et dans le Juba inférieur en juin qui devraient atteindre un demi-million d'enfants âgés de moins de cinq ans.

« Il y a une forte prévalence d'enfants malnutris en Somalie », a affirmé la Représentante de l'UNICEF en Somalie, Sikander Khan, dans un communiqué de presse. « Les enfants malnutris sont plus vulnérables face aux maladies, et encourent des risques plus importants de mourir ou d'avoir des séquelles permanentes, telle que de perdre la vue ou l'ouïe à cause de la rougeole ».

Plus de vingt ans de conflits armés ont décimé le secteur de la santé en Somalie, et le pays est classé parmi les derniers au monde en ce qui concerne les indicateurs de santé et de nutrition. Près d'un enfant sur cinq meurt avant son cinquième anniversaire, et la rougeole est l'une des premières causes.

« Nous sommes très inquiets. Nous savons que le taux d'immunisation est extrêmement bas parmi les enfants somaliens et nous devons faire en sorte que le plus grand nombre soient vaccinés au plus vite », a souligné le Représentant de l'OMS en Somalie, Ghulam Popal.

Selon les estimations, moins d'un tiers des enfants somaliens de moins d'un an ont été vaccinés contre la rougeole en 2013. Dans certaines régions ce taux ne dépasse même pas 15%. Selon l'OMS, jusqu'à 10% des enfants affectés par la rougeole en Somalie pourraient mourir de complications liées à la maladie.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=32759#.U5d3iyclKBU


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Juin - 19:57 (2014)    Sujet du message: GLOBAL POLIO VACCINE Répondre en citant

GLOBAL POLIO VACCINE

Analysez ce qui se passe dans le monde avec ce vaccin contre la polio et faites-vous votre propre idée sur cette  campagne de vaccination qui est
supposée sauver tant de vies. Demandez-vous également, pourquoi dans certains pays, les militaires avec leurs gros fusils sont utilisées pour OBLIGER les parents à faire vacciner leur(s) enfant(s). Comme le démontre le document, ce projet est global, donc il viendra tôt ou tard dans chacun de nos pays. Voyez aussi les principaux organismes et joueurs dans cet omerta de la mort.





Depuis son lancement en 1988 à l’occasion de l’Assemblée mondiale de la Santé, l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP) a permis de réduire l’incidence mondiale de la poliomyélite de plus de 99% et le nombre de pays d’endémie de 125 à 3. Sans cet effort mondial, plus de 10 millions de personnes qui marchent aujourd’hui seraient paralysées.

Pdf document :  http://www.polioeradication.org/Portals/0/Document/Resources/StrategyWork/P…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Juin - 20:10 (2014)    Sujet du message: INTENSIFICATION DE L'INITIATIVE MONDIALE POUR L'ERADICATION DE LA POLIOMYELITE / POLIOMYELITIS : INTENSIFICATION OF THE GLOBAL ERADICATION INITIATIVE Répondre en citant

INTENSIFICATION DE L'INITIATIVE MONDIALE POUR L'ERADICATION DE LA POLIOMYELITE

21 mars 2014

Rapport du Secrétariat




Document : http://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA67/A67_38-fr.pdf


POLIOMYELITIS : INTENSIFICATION OF THE GLOBAL ERADICATION INITIATIVE

21 March 2014



Document : http://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA67/A67_38-en.pdf



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Juil - 23:39 (2014)    Sujet du message: MOBILISATION DES STRUCTURES CATHOLIQUES CONTRE LA TUBERCULOSE Répondre en citant

MOBILISATION DES STRUCTURES CATHOLIQUES CONTRE LA TUBERCULOSE

Intervention de Mgr Zimowski Rome, 4 juillet 2014 (Zenit.org) Anita Bourdin 


Le Saint-Siège appelle à une mobilisation pour vaincre la tuberculose. C'est ce que demande le président du Conseil pontificla pour la pastorale du monde de la santé, Mgr Zygmunt Zimowski, à la Conférence sur l’élimination de la tuberculose, qui se tient actuellement à Rome.

"Les institutions sanitaires basées sur la foi, qui oeuvrent souvent en communauté avec de faibles revenus et difficiles à atteindre, seront des partenaires importants dans l’effort pour rendre les soins contre la tuberculose accessibles à tous ceux qui en ont besoin", a déclaré Mgr Zimowski.

"Il est de notre devoir de faire en sorte que le droit à la santé soit une réalité pour tous les citoyens", a rappelé.

Il donne des chiffres: entre 1995 et 2012, 22 millions de personnes atteintes de tuberculose ont été sauvées.

Mais ces données, estime Mgr Zimowski, ne doivent pas donner lieu à de l'"autosatisfaction" car, rien que pendant l’année 2012, on estime à 8,6 millions le nombre de cas et à 1,3 million les personnes mortes de tuberculose.

La tuberculose, a-t-il rappelé, "est une maladie qui touche principalement les personnes les plus pauvres", et les plus vulnérables: les femmes, les enfants et les malades du sida. C’est pourquoi, il préconise une stratégie mondiale pour lutter contre cette "maladie qui tue".

Avec une traduction de Constance Roques

( 4 juillet 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/mobilisation-des-structures-catholiques-co…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Aoû - 01:21 (2014)    Sujet du message: #CDCWhistleblower WILLIAM THOMPSON ISSUES HISTORIC STATEMENT Répondre en citant

#CDCWhistleblower WILLIAM THOMPSON ISSUES HISTORIC STATEMENT 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JSlOOHGXssE


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 15 Sep - 00:48 (2014)    Sujet du message: DES CENTAINES DE FEMMES EN COLOMBIE S'EVANOUISSENT APRES AVOIR ETE VACCINEES AU GARDASIL Répondre en citant

DES CENTAINES DE FEMMES EN COLOMBIE S'EVANOUISSENT APRES AVOIR ETE VACCINEES AU GARDASIL

dimanche 14 septembre 2014


En Colombie, des centaines d’adolescentes frappées par une maladie mystérieuse
Staff Associated Press

Toutes ces filles avaient, dans les mois qui ont précédé, été vaccinées avec le vaccin Gardasil contre le HPV. Cette situation a conduit les parents à pointer du doigt les autorités et le fabricant américain du vaccin Merck.

THE CANADIAN PRESS  AP,  Daily Free Press, Charles Buchanan

BOGOTA, Colombie – Une mystérieuse maladie a submergé une petite ville du nord de la Colombie où des dizaines de filles ont dû être hospitalisées avec des symptômes dont les parents craignaient qu’ils soient dus à une réaction indésirable au vaccin anti-HPV.

Les autorités disent qu’elles ne savent toujours pas ce qui a pu provoquer ces symptômes chez plus de 200 jeunes filles à El Carmen de Bolivar. Ces symptômes allaient des maux de tête à l’évanouissement, en passant par l’engourdissement des extrémités. Certains ont laissé entendre que les habitants de cette ville colombienne proche des Caraïbes pourraient être confrontés à un cas rare d’hystérie collective. = Quelle connerie --- hystérie colective mais les autorités disent ignorer ce qui a pu provoquer ces symptômes. Jusqu'à quand tous ces criminels seront tolérés?

Les parents sont inquiets parce que toutes ces filles de 9 à 16 ans avaient été vaccinées par le Gardasil dans les derniers mois. Mercredi les habitants ont défilé pacifiquement pour exiger une enquête approfondie. Le maire de la ville, par ailleurs aussi médecin, le Dr Francisco Vega, a expliqué à l’Associated Press que ces maladies sont d’abord apparues à la fin du mois de mai et n’ont cessé de se multiplier depuis. Au cours du week-end, 120 jeunes filles ont été transportées à l’hôpital de la ville dont les structures médicales ont très vite été débordées. Aucun de leurs symptômes ne menaçait leur vie et toutes ont depuis pu rentrer chez elles. = Oui, mais dans quelle condition sont-elles maintenant quant on voit les séquelles de ce vaccin sur des milliers d'adolescents (es)?

Selon les spécialistes de la santé et les toxicologues qui avaient été dépêchés pour recueillir des échantillons de sang, ainsi que pour évaluer les risques environnementaux possibles, il n’y aurait aucune preuve que le vaccin qui a fait l’objet de tests et de réglementation à l’échelle mondiale, soit à blâmer.


Une adolescente transportée à l'hôpital après s'être évanouie à El Carmen de Bolivar en Colombie, le 3 septembre 2014. Joaquin SARMIENTO / AFP

 Le ministre de la Santé, Alejandro Gaviria a critiqué la couverture médiatique de ces cas qui a engendré une inquiétude et une panique soi-disant non fondées au sujet du vaccin qui a déjà été administré à 2,9 millions de femmes en Colombie.

 « D’un côté, nous avons le poids des preuves scientifiques et de l’autre des opinions et des préjugés. »  a-t-il déclaré mercredi, ajoutant que le cancer du col de l’utérus coûte la vie à plus de 3.000 femmes chaque année en Colombie. = propagande mensongère

 Veronica Trulin, responsable de la communication pour Merck en Amérique latine a déclaré que tous les lots du vaccin, y compris ceux qui ont été envoyés en Colombie répondaient à toutes les normes de qualité et de sécurité requises.

 « Nous ne commentons pas les spéculations au sujet de nos produits » a-t-elle déclaré dans un e-mail.-  La presse Canadienne, 2014.

Sources : GlobalNews.ca20Minutes.fr

Source trouver:Rustyjames

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2014/09/des-centaines-de-femmes-en-c…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Sep - 02:58 (2014)    Sujet du message: HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE : VACCINER LES PETITES FILLES CONTRE LE HPV Répondre en citant

HAUT CONSEIL DE LA SANTE PUBLIQUE : VACCINER LES PETITES FILLES CONTRE LE HPV

16 septembre 2014 6:17 ·





 
Le Haut conseil de la santé publique a publié le 10 septembre un avis recommandant de vacciner à grande échelle contre le papillomavirus humain (HPV) en visant directement l’ensemble des petites filles de 9 ans, par des campagnes qui se dérouleraient au sein de l’école.
 
Le HPV est un virus lié aux cancers génitaux, et notamment au cancer du col de l’utérus ; son mode de transmission le plus fréquent est le contact sexuel et les populations les plus à risque sont les femmes qui multiplient les partenaires. Considérer les petites filles de 9 ans comme faisant d’office partie de ces populations à risque, et les vacciner massivement contre le HPV alors que le dépistage précoce permet de bien éviter le développement de la maladie est pour le moins curieux, d’autant que les effets secondaires des vaccins – Gardasil ou Cervarix – peuvent être graves.
 
Le Haut conseil de la santé publique ne fait en réalité que suivre l’exemple de nombreux pays où la vaccination systématique ou quasi systématique est à l’ordre du jour. En l’occurrence il a fondé ses recommandations de vaccination à l’école primaire en observant les « meilleures pratiques » à l’étranger, en invoquant l’exemple du Danemark où 80 % des jeunes filles de 12 à 15 ans ont reçu les deux doses (à plus de 100 € l’unité !) requises et où, depuis le début des campagnes en 2006, les lésions cervicales précancéreuses ont reculé de 73 % selon les autorités sanitaires.
 
La France ne compte aujourd’hui que 30 % des jeunes femmes de 12 à 27 ans vaccinées contre le HPV. 




Les effets secondaires du vaccin anti-HPV
 
L’annonce de campagnes de vaccination systématiques intervient malgré des polémiques grandissantes sur l’innocuité du vaccin contre le HPV. En avril de cette année, 25 plaintes ont ainsi été déposées en France contre le Gardasil, liées à l’apparition de maladies auto-immunes.
 
Des campagnes similaires menées actuellement au Brésil et en Colombie – là aussi dans les écoles, visant des fillettes de 9 et 10 ans – ont défrayé la chronique récemment en Amérique latine où les vaccinations anti-HPV ont été suivies ici et là de vagues d’hospitalisations que les populations locales n’hésitent pas à considérer comme des effets secondaires.
 
Le Japon a décidé en octobre dernier de ne plus soutenir les campagnes de vaccination en raison des doutes sur l’efficacité du vaccin, et en l’absence de données sur ses effets à long terme.



http://reinformation.tv/hcsp-vacciner-contre-le-hpv/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Sep - 03:17 (2014)    Sujet du message: HEALTH OFFICIALS URGE FLU VACCINATION Répondre en citant

HEALTH OFFICIALS URGE FLU VACCINATION



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=h7-lBRTUcFc


LA VIE TRAGIQUE D'UNE EX-INFIRMIERE APRES UN VACCIN ANTIGRIPPAL  

Vous avez été vacciné, mais peut-être n'avez-vous pas de séquelles sévères comme cette ex-infirmière, mais qui sait demain??? Les poisons mis dans les vaccins peuvent causer plusieurs désordres physiques que nos chers scientifiques peuvent faire passer pour d'autres maladies afin de cacher leurs crimes.

Pour Joan, le Guillain-Barré est bien plus qu'un terme médical... découvrez 5 minutes de son calvaire quotidien avec cet extrait final d'une l'interview de 45 minutes réalisée par Barbara Loe Fisher, présidente du National Vaccine Information Center (NVIC) et consultable intégralement ici: https://www.youtube.com/watch?v=BRcZZROphLM&feature=player_embedded



ENGLISH VIDEO (Sous-titré en français) : https://www.youtube.com/watch?v=tUXz1DOl46Y


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 20 Sep - 01:14 (2014)    Sujet du message: VACCIN CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN Répondre en citant

VACCIN CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN



Une jeune fille âgée de 12 ans meurt quelques heures après avoir reçu le vaccin contre le Virus du Papillome Humain.

Par Jeffry John Aufderheide – Le 19 août 2014

La famille d’une jeune fille de 12 ans du Wisconsin qui est décédée quelques heures après avoir reçu un vaccin contre le Virus du Papillome Humain est en deuil de la perte de leur fille.  Meredith Prohaska, décrite comme étant une jeune fille très active et en bonne santé, est décédée le 30 juillet.

Selon un rapport de nouvelles, la mère de Meredith l’a emmenée chez le médecin pour un mal de gorge.  Au rendez-vous avec le médecin, elle a reçu le vaccin contre le Virus du Papillome Humain.  Plus tard dans l’après-midi, la mère a trouvé sa fille étendue sur le sol, et elle a ensuite été déclarée morte à l’hôpital.  Les parents soupçonnent le vaccin comme la principale cause de la mort de leur fille.  Toutefois, le rapport d’autopsie de Meredith a déclaré que la cause de sa mort était non-concluante.

Le dogme médical est à l’abri des « nouvelles idées », surtout quand çà provient d’un parent sur ce sujet en particulier.  Beaucoup de familles partagent également l’histoire de Meredith ; Les souffrances émotionnelles et les douleurs ne sont que trop familières.

Mais, en dépit de sa mort, toutes les excuses seront données pour éloigner des vaccins ; C’est ce qu’on appelle l’endoctrinement médical ; Et, il y a une très bonne raison de le faire.  Le message banal des chercheurs médicaux, susceptibles d’aider les parents en deuil : « Nous ne savons pas ce qui a tué votre fille, mais, nous savons que ce n’était pas le vaccin … les vaccins se sont avérés sûrs et efficaces.  Nous sommes vraiment désolés pour votre perte ».

C’est presque le message exact que le Dr Geoffrey Swain a offert, comme un bon petit perroquet, dans une entrevue immédiatement après sa conversation avec les parents en deuil.  Il a un rôle important pour calmer les craintes des parents au sujet des vaccins, et ses motifs pour manipuler l’opinion publique n’étaient pas si évidents, mais, si vous saviez qu’il a reçu de l’argent des Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies, ou une organisation qui fait la promotion des vaccins, vous pourriez avoir une opinion différente de lui.

Bien qu’il soit rapporté que les tests médicaux pour la jeune fille vont prendre des mois pour recevoir une réponse, vous pouvez prendre ce script prévisible des enquêteurs médicaux à la banque.

Voici pourquoi …

Le système est protégé

Saviez-vous, à titre d’exemple, que les ventes mondiales de Gardasil, seulement un des vaccins contre le Virus de Papillome Humain fabriqués par Merck Pharmaceuticals, ont été de 1,8 milliards de dollars en 2013 ?

Saviez-vous également que depuis 2006, plus de 35270 effets secondaires indésirables causés par les vaccins contre le Virus de Papillome Humain ont été signalés au Système de Compilation des Effets Secondaire des  Vaccins (VAERS) ? Ceci n’est certainement pas une bonne nouvelle pour les agences gouvernementales et çà ne devrait pas l’être pour vous, non plus.

Les mêmes entreprises qui fabriquent des vaccins créent aussi des médicaments qui sont la quatrième cause de décès aux États-Unis ; Alors, ils ont la très mauvaise réputation de laisser un chemin de mort et de destruction.

Je dis tout cela parce que la vérité suivante est difficile à avaler : Les bénéfices provenant de la vente de vaccins sont protégés par la loi.  Les bénéfices provenant de la vente de vaccins doivent être protégés à tout prix.  Et, bien sûr, les fabricants de vaccins profitent de centaines de millions de dollars chaque année en vendant leurs vaccins à des médecins et à des organismes gouvernementaux.

La Loi Nationale sur les Blessures des Vaccins chez les Enfants de 1986 (Public Law 99-660) a créé le Programme National de Compensation des Blessures des Vaccins (VICP).  En vertu de ce programme, les fabricants de vaccins (et les médecins) ont une immunité complète de toutes les responsabilités juridiques si votre enfant est blessé par leur produit.

Cette loi donne aux parents, comme aux parents de Meredith, très peu d’options pour demander une indemnisation légalement.  Toutefois, cette loi ne vous interdit pas de poser des questions à votre médecin au sujet des vaccins ou d’exiger une exemption d’injection pour votre enfant.

Par pure coïncidence, le questionnement des vaccins est le plus grand ennemi pour les profits et le système des compagnies pharmaceutiques.  Et voici l’arnaque : Pour que ce système fonctionne, vous devez être convaincus de faire vacciner votre enfant.

Des effets secondaires indésirables des vaccins sont généralement minimisés

Dans la société, il est tabou de questionner votre médecin au sujet des vaccins, qui, plus souvent qu’autrement, agit comme un « Vendeur d’Injections »,ou une marionnette, pour l’industrie pharmaceutique, comme le Dr Geoffrey Swain, au lieu d’être un professionnel de la santé.

Pendant le rapport de nouvelles de la mort de Meredith Prohaska, le Dr Geoffrey Swain, professeur et docteur en médecine pour le Département de la Santé de Milwaukee, a déclaré : « Les vaccins en général et le vaccin contre le Virus de Papillome Humain, en particulier, sont très, très sécuritaires.  C’est un vaccin très sécuritaire et très efficace et les effets secondaires graves sont d’environ un sur un million … »

Pourquoi le Dr Geoffrey Swain minimise-t-il le rôle des vaccins dans la mort de Meredith Prohaska dans son entrevue de nouvelles ?

Serait-ce parce qu’il a reçu un prix des Centres pour le Contrôle et la Prévention des Maladies de plus de 900000 dollars pour étudier les taux de vaccination ?  Ou peut-être parce qu’il a reçu plus de $159999 de la Fondation Robert Wood Johnson, une organisation à but non lucratif faisant la promotion des vaccins, qui étudie comment les cliniques en milieu scolaire pourraient augmenter les taux de vaccination ?

Peut-être que ses rôles dans le Groupe de Travail de l’Immunisation pour les Écoles Publiques de Milwaukee, Conseil sur les Pratiques de l’Immunisation de Wisconsin, le Groupe de Travail Consultatif pour l’Immunisation Nationale, et l’Association Nationale du Comté et des Officiels de la Santé de la Ville (NACCHO) auraient une certaine influence sur la raison pour laquelle il favorise les vaccins ?

Êtes-vous certains qu’il n’y a pas un agenda caché ?

Quelles que soient ses motivations, la mort de Meredith Prohaska est un désastre pour les relations publiques en attente de se produire et son rapport d’autopsie doit rester non concluant.  Admettre qu’un vaccin puisse être la cause de sa mort pourrait « effrayer » les autres parents à faire vacciner leur enfant, et ce ne serait certainement pas bon pour les affaires.

Une des autres actions les plus puissantes et efficaces que vous pourriez prendre afin de devenir un parent éclairé, serait de commencer à enquêter sur les vaccins immédiatement.

Résumé

La perte soudaine de la jeune vie de Meredith Prohaska peu de temps après avoir été vaccinée est une histoire extrêmement tragique.

Malheureusement, je prédis que ses parents n’obtiendront pas beaucoup de réponses quant à la cause exacte de sa mort.  Je comprends que beaucoup d’entre vous, à la lecture de cette histoire, peuvent sympathiser avec ses parents parce que vous avez également rencontré ce « mur du silence » imposé médicalement.

Rien ne pourrait endommager plus la réputation d’une marque d’entreprise que leurs vaccins mutilant ou tuant des enfants ; Il est strictement interdit de discuter de ce sujet.

Source : http://vactruth.com/2014/08/19/vaccine-time-bomb-12-year-old-girl-dies/

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

http://pleinsfeux.org/vaccin-contre-le-virus-du-papillome-humain/#.VByt8Sc0…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Sep - 00:19 (2014)    Sujet du message: EMPLOYEES PHARMACEUTICAL GIANT GlaxoSmithKline (GSK) DUMPED MORE THAN 45 LITERS OF CONCENTRATED LIVE POLIO INTO THE WATER AT A BELGIAN TREATMENT PLAN EARLIER THIS MONTH ACCORDING TO A STATEMENT FROM HEALTH OFFICIALS. Répondre en citant

EMPLOYEES PHARMACEUTICAL GIANT GlaxoSmithKline (GSK) DUMPED MORE THAN 45 LITERS OF CONCENTRATED LIVE POLIO INTO THE WATER AT A BELGIAN TREATMENT PLAN EARLIER THIS MONTH ACCORDING TO A STATEMENT FROM HEALTH OFFICIALS.



press release from the Federal Public Service (FPS) Health, Food Chain Safety and Environment in Belgium stated that “human error” resulted in the live virus making its way into the Lasne and Dyle rivers in Rixensart on Sept. 2.

“The liquid was rejected, according to initial information provided by the firm GSK, due to human error during the process of vaccine production,” the press release states. “The water from the treatment plant in question is not discharged to the supply network for drinking water.”

Swimmers and fishermen face “limited” danger according to a risk analysis conducted by the Scientific Institute of Public Health and the Supreme Council of Health, which also encouraged worried residents to contact their doctors to debate “re-vaccination.”

“For precautionary measures, samples of sludge and water from the treatment plant, the Lasne and Dyle will be taken to permit an assessment of the persistence of the virus,” stated the press release. “Pending these results, it is advised to avoid contact with the water downstream of the WWTP Rosieres, to the confluence of the Lasne with Dyle.”

While details are scarce, the incident raises many questions given the vast amount of technical safeguards allegedly in place as well as the company’s questionable history.

GSK’s disregard for human life resulted in a laughable $93,000 fine by an Argentinian judge in 2012 after 14 babies died during illegal lab vaccine trials.

“These doctors took advantage of the many illiterate parents whom take their children for treatment by pressuring and forcing them into signing these 28-page consent forms and getting them involved in the trials,” a health professional said. “Laboratories can’t experiment in Europe or the United States, so they come to do it in third-world countries.”

A confidential GSK document leaked to the press in 2012 also revealed that the company’s 6-in-1 vaccine Infanrix Hexa killed 36 infants within a two-year period. The document went on to detail 1,742 reports of adverse reactions to the vaccine, 503 of which were extremely serious.

In 2010, Food and Drug Administration (FDA) officials revealed that GSK’s Rotarix http://www.nvic.org/NVIC-Vaccine-News/April-2010/Vaccine-Contamination-Pig-…vaccine secretly contained swine virus DNA. Traceable levels of DNA from the avian leukosis virus and the simian retrovirus were also found in GSK’s measles vaccine and RotaTeq vaccine.

Other major pharmaceutical companies such as Bayer have been engaged in major criminal behavior as well. During the 1980s, Bayer knowingly sold HIV-contaminated blood products to hemophiliacs across the world, resulting in a decades-long lawsuit.

GSK is currently testing an experimental Ebola vaccine on volunteers in Britain and the United States.

http://www.infowars.com/pharmaceutical-giant-dumps-live-polio-virus-into-be…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Sep - 01:38 (2014)    Sujet du message: NHB PREPS FOR SEASONAL FLU VACCINATIONS Répondre en citant

NHB PREPS FOR SEASONAL FLU VACCINATIONS

Story Number: NNS140923-09Release Date: 9/23/2014 11:12:00 AM

 By Douglas H. Stutz, Naval Hospital Bremerton Public Affairs

BREMERTON, Wash. (NNS) -- Naval Hospital Bremerton's (NHB) Preventive Medicine will start providing annual influenza vaccinations, Oct. 24-29, for uniformed service members, eligible beneficiaries and DoD civilians who have not had the opportunity to be vaccinated this year.

The vaccinations will be given at NHB's Health and Education Center on Naval Base Kitsap Bangor, 2850 Thresher Ave., commencing Friday, Oct. 24, from 2 p.m. to 7 p.m., Saturday, Oct. 25, and Sunday, Oct. 26, from noon until 5 p.m. and again Monday Oct. 27 to Wednesday Oct. 29, from 2 p.m. to 7 p.m.

More information may be obtained at the Flu Hotline, (360) 315-4469. For updates on Flu Clinic wait times, please call (360) 315-4463

Annual seasonal influenza vaccinations are required for all active duty military personnel, selected Reserves and healthcare workers. Navy Medicine's seasonal influenza vaccine immunization program is designed to protect Sailors and Marines, mission-essential healthcare personnel and eligible beneficiaries.

The Centers for Disease Control and Prevention (CDC) notes that between 1976 and 2006, flu-associated deaths in the U.S. range from a estimated low of approximately 3,000 to a high of 49,000.

The CDC Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) states that an annual influenza vaccination is recommended for everyone over six months of age who do not have adverse reactions. Children younger than six months are considered not old enough to receive a flu shot. A vaccination should occur before onset of influenza activity in the community. Health care providers should offer vaccination soon after vaccine becomes available and should be offered as long as influenza viruses are circulating. The two ways of receiving the vaccine are with FluMist (nasal spray vaccine) or an injectable vaccine (shot).

The nasal spray vaccine is approved for use in people 2 years through 49 years of age. People who cannot get the nasal spray vaccine are children younger than 2 years and adults 50 years and older.

"FluMist is for healthy people ages 2-49 years. ACIP strongly recommends that healthy children receive FluMist since recent studies show a better coverage in children than the injectable. Flumist is a quadrivalent vaccine and protects children from two type A's and two type B's. Type B Influenza's typically affect children and increase the importance of a quadrivalent vaccine. Injectable influenza vaccine should be reserved for those that cannot qualify for FluMist whenever possible," explained Blaine Brock, Preventive Medicine Department division officer.

Brock attests that in regard to tracking influenza it has been business as usual.

"We expect a peak in late December and again in February and March so it is good to get vaccinated early and before December if you intend to be covered for the holidays," stated Brock.

Immunization is not only the the primary method of reducing seasonal influenza illness but also lessens any associated complications by enhancing force immunity. The seasonal influenza vaccine helps protect vaccinated individuals, as well as protects entire communities by preventing and reducing the spread of the disease.

"Everyone who is at least six months of age should get a flu vaccine. It's especially important for some people to get vaccinated, such as people who are at high risk of developing serious complications like pneumonia if they get sick with the flu and people who have certain medical conditions including asthma, diabetes and chronic lung disease. People who are 65 years and older need to get the vaccine, as do pregnant women and people who live with or care for others who are a high risk of developing serious complications," stressed Dr. Dan Frederick, NHB Population Health expert, adding that influenza is not the common cold.

Influenza can be a severe to life-threatening disease and getting an annual influenza vaccine immunization (either the traditional shot in the arm or the newer nasal spray vaccine) protects many people from getting the disease or becoming severely ill.

As has also been the case in the past, Puget Sound Naval Shipyard (PSNS) will be offered vaccinations by the Branch Health Clinic PSNS in a future PSNS advertised campaign, and NHB's Preventive Medicine team will take care of Naval Base Kitsap (NBK) Bremerton, NBK Bangor and commands such as Intermediate Maintenance Facility and Naval Facilities Engineering Command Northwest as well as the advertised clinics.

According to Tom Shirk, NHB Infection Control division expert, there are also multiple steps that can be done daily to mitigate the potential spread of the flu.

"Maintaining a clean work environment, good hygiene practices and managing workforce exposure - social distancing, tele-working, sick leave, etc. - are effective methods to reduce the risk of spreading influenza," said Shirk, citing that citing that vaccination not only helps protect families, it also helps prevent the loss of work and is the primary form of prevention.

The CDC also cites that influenza is thought to spread mainly from people touching something with influenza viruses on it and then touching their mouth or nose. One of the challenging aspects of flu is that someone who becomes infected can infect others one day before they have symptoms and up to five days after becoming sick. Influenza usually causes mild to severe illness, and uncommonly can lead to death. Symptoms of influenza include fever, headache, extreme tiredness, dry cough, sore throat, chills, runny or stuffy nose and muscle aches. Stomach symptoms such as nausea, vomiting and diarrhea also can occur but are more common in children than adults. Traditionally, seasonal flu impacts the elderly and the young.

The goal, Shirk says, is to constantly use common-sense approaches to combating the virus.

"Along with regular hand washing with soap and water, we encourage everyone who visits our hospital or any branch clinics to use our alcohol-based hand sanitizers. They are phenomenally effective in eliminating the transfer of a virus. We have increased the number of dispensers in NHB so anyone entering and leaving, or waiting by the elevators can use them," commented Shirk.

General information of seasonal influenza can be found at http://www.cdc.gov/flu/.

What can people do to protect themselves against the flu virus?

Naval Hospital Bremerton follows CDC recommendations to:
*Avoid close contact with people who are sick, when you are sick, and keep your distance from others to protect them from also getting sick.
*If possible, stay home from work, school and errands when you are sick. You will help prevent others from catching your illness.
*Cover your mouth and nose with a tissue when coughing or sneezing. It may prevent those around you from getting sick.
*Washing your hands often will help protect you from germs.
*Avoid touching your eyes, nose or mouth. Germs are often spread when a person touches something that is contaminated with germs and then touches his/her eyes, nose or mouth.

For more news from Naval Hospital Bremerton, visit www.navy.mil/local/nhb/.


http://www.navy.mil/submit/display.asp?story_id=83479



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Oct - 01:22 (2014)    Sujet du message: DRUG IN VACCINE THAT KILLED SYRIAN CHILDREN HAS BEEN IDENTIFIED, SAYS WHO Répondre en citant

DRUG IN VACCINE THAT KILLED SYRIAN CHILDREN HAS BEEN IDENTIFIED, SAYS WHO




Fifteen children died in northern Syria due to the incorrect use of a drug in a measles vaccine, according to the World Health Organization, WHO.

The children from Syria's Idlib province received the contaminated measles vaccination as part of a UN immunization campaign in September.

A WHO investigation revealed that the vaccine was incorrectly reconstituted with a muscle relaxant drug.

Ampoules of the drug were mistakenly added to vaccination packs prepared in a distribution centre in Idlib province.

It was then supplied to four health teams on the second day of the measles campaign.

WHO called the incident a "tragic event."

It is urging health partners to rebuild confidence in vaccination programmes and ensure that all children have access to life saving immunizations.

Daniel Dickinson, United Nations.

http://www.unmultimedia.org/radio/english/2014/09/drug-that-killed-syrian-children-in-vaccination-campaign-has-been-identified-says-who/#.VCsy8Cc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 9 Oct - 01:09 (2014)    Sujet du message: NAVY STUDY CONFIRMS VACCINE EFFECTIVENESS IN RECRUITS Répondre en citant

NAVY STUDY CONFIRMS VACCINE EFFECTIVENESS IN RECRUITS

Story Number: NNS141007-17Release Date: 10/7/2014 5:09:00 PM  

By Anna Hancock, Naval Health Research Center Public Affairs Officer

SAN DIEGO (NNS) -- A recent study led by the Naval Health Research Center (NHRC) in San Diego confirmed the effectiveness of the adenovirus vaccine after observing a 100-fold decline in respiratory illnesses in U.S. military recruits.

The study, published in Clinical Infectious Diseases (CID) this summer, examined the impact on Navy, Marine Corps, Air Force, Coast Guard, and Army recruits after the sole manufacturer ceased production for a 12-year period starting in 1996. Since the resumption of the vaccine in 2011, the study highlights the vaccine prevented an estimated three deaths and up to 8,100 hospitalizations within the military population.

"Febrile Respiratory Illnesses (FRI) resulting from adenovirus were responsible for an estimated $600 million in training time lost and medical expenses during the 12 years with no vaccines," explained Anthony Hawksworth, an analyst at NHRC and coauthor of the study. "Adenovirus, which causes flu-like symptoms and often leads to pneumonia, greatly impacted training during the nonvaccine period, disrupting training schedules and causing a significant number of recruits to drop out of the program."

Accounting for the cost of the vaccines, according to Hawksworth, NHRC estimates an annual savings of $20 million since vaccine resumption.

For a recruit, basic training or "boot camp" is a vigorous six- to 12- week training program. It teaches the fundamentals of military service and trainees undergo rigorous physical fitness programs. Adenovirus is the most prevalent and most widely spread virus in military training environments - with estimates of up to 80 percent of recruits infected - without adenovirus vaccines.

As Hawksworth noted, "administering the vaccine wasn't an option during this time because the manufacturer made a business decision to stop making it. The military took prevention measures such as increased hand washing and other environmental controls but literature shows, as does our study, that those methods are not nearly as effective as vaccination."

FRI surveillance for this study took place at eight military recruit training facilities across the U.S. from 1996 until 2013. When vaccine supplies ran out, experts saw the virus become highly endemic in recruit training centers. In 2001, the Army worked with pharmaceutical companies to resume production. NHRC then tested the vaccines with Army counterparts and it received FDA approval in 2011.

"After the military reinstated the vaccine, the average plummeted from about 250 cases of the virus each week to two," said Hawksworth.

NHRC regularly conducts disease surveillance around the world, including within San Diego-based military populations and at the U.S.-Mexico border in collaboration with the Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Military health care officials at NHRC are required to report a weekly FRI update as part of the Armed Forces Health Surveillance Program, the global health surveillance proponent for epidemiology across the Department of Defense.

"This is a study that can easily be translatable to the civilian sector," explained Cmdr. Gary Brice, NHRCs director for the Operational Infectious Diseases Directorate. "Our results reinforce the message that FDA-approved vaccines are safe and very effective. For our military service members, protecting them is our primary mission."

As the DoD's premier deployment health research center, NHRCs cutting-edge research and development is used to optimize the operational health and readiness of the nation's armed forces. Within close proximity to more than 95,000 uniformed service members, world-class universities, and industry partners, NHRCs expert team sets the standards in joint ventures, innovation, and practical application.

To view the weekly Febrile Respiratory Illness Surveillance Update, visit http://www.med.navy.mil/sites/nhrc/Pages/Research-and-Development-Focus-Are….

For more news from Naval Health Research Center, visit www.navy.mil/local/nhrc/.


http://www.navy.mil/submit/display.asp?story_id=83732


Dernière édition par maria le Jeu 27 Nov - 02:40 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 11 Oct - 17:02 (2014)    Sujet du message: ÉDIFIANT – VACCINS : L’INDE POURSUIT LA FONDATION BILL ET MELINDA GATES Répondre en citant

ÉDIFIANT – VACCINS : L’INDE POURSUIT LA FONDATION BILL ET MELINDA GATES

Les mêmes, qui sont à mettre en place la grande vaccination contre le Ebola, dont Bill Gates détient les "patents", ce qui montre bien que ce virus n'est pas arrivé par hasard. Si donc une personne est infectée par le virus du Ebola, la personne devient donc la propriété de Bill Gates qui tient désormais votre/notre vie entre ses mains, à cause des droits légaux, via les "patents" qui lui appartienne. Et comme nous savons que le virus Ebola a été créé pour semer la mort, eh bien...

C'est exactement la même corruption que nous retrouvons avec Monsanto. Si un agriculteur biologique se retrouve avec des semences de Monsanto sur ses terres, Monsanto peut revenir contre lui, et réclamer son dû, à cause des liens légaux qu'il a sur ses semences. C'est la même fraude qui se produit avec le virus Ebola.

Nous retrouvons dans cette alliance infâme, les mêmes acteurs, qui sont à mettre en place un vaccin expérimental sur les humains de toute la planète, pour soi-disant lutter contre le Ebola avec cette fois-ci, une intervention globale militaire, ce qui mettra définitivement tous les pays sous le contrôle d'une tyrannie certaine. Une fois sur place, ils ne partiront plus. C'est une des hautes trahisons des Nations Unies, envers les citoyens de la Terre, afin d'amener ce règne de grande terreur au nom de la PAIX et de la SECURITE GLOBALE. Les changements climatiques, le terrorisme et l'économie serviront aussi de tremplin pour prendre le contrôle total sur chacune de nos vies. La ruine est à la porte, et personne n'y échappera.  Notre petite vie, telle que nous l'avons connu est sur le point de se terminer. Les tyrans fondent sur les nations. Ils sont bien décidés et maintenant prêts à aller de l'avant dans cette tyrannie globale.

Vos tyrans, encore une fois, se déguisant en ange de lumière et en sauveur.

Les vaccins ont été financés par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) une organisation financée par le Programme de vaccination de la fondation pour enfants Bill et Melinda Gates , la Fédération internationale des associations de fabricants de produits pharmaceutiques, la Fondation Rockefeller, le Fonds (UNICEF) des Nations Unies pour l’enfance, l’ Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Banque mondiale.

Sur le rapport officiel, l’ Express Tribune, qui l’a examiné en exclusivité,  a déclaré :

09 octobre 2014

 Santé Réseau International


Édifiant – Vaccins : L’Inde poursuit la Fondation Bill et Mélinda Gates pour avoir testé sans leur consentement des vaccins sur des enfants ( lls auraient provoqué 10 000 décès liés à la vaccination rien qu’au Pakistan) !

Décidément, le nom de GATES et de leur fondation ressort beaucoup en ce moment, notamment quant au EBOLA dont on a déjà parlé :
  
  
Un laboratoire d’armes biologiques US en Sierra Leone , à l’épicentre de la flambée de fièvre Ebola : De la Fondation Soros a la Fondation Bill et Melinda Gates !




Lisez c’est édifiant , ils ont forcé des enfants à se faire vacciner, initié et diffusé des programmes de vaccination « préventifs » nocifs voir mortels, testé des vaccins sur les populations locales, notamment les enfants, et beaucoup en sont morts ou sont tombés malades… en Inde , Afrique etc …
  
  
Alors, théorie du complot ?

Ça provient d’un rapport de quatre pages qui a été récemment publié par the Economic Times en Inde (et aussi d’autres rapports, dont officiels) … c’est du sérieux !

Ah le gentil Bill GATES qui met ses dizaines de milliards de $ pour sauver les enfants d’Afrique (déjà il ne dépense que les intérêts de sa fortune …) , n’est qu’un mythe, pire, c’est un mensonge éhonté !  
  
  
 C’est tout le contraire en fait , ils répandent la mort chez les enfants pauvres, et on a des sources indéniables .
  
  
Revue de presse 2013-2014 Z@laresistance
  
  
Bill Gates face à un procès pour avoir testé sans consentement le vaccin sur des enfants en Inde; il semble que ses crimes contre l’humanité l’ont finalement rattrapé. Un récent rapport publié par Health Impact News a indiqué que la Fondation Gates s’est trouvée face à un procès en cours, en raison d’une enquête qui est menée par la Cour suprême de l’Inde.

Health Impact News a déclaré: 
« Bien que la fraude et la corruption sont révélées sur une base quasi quotidienne maintenant dans l’industrie du vaccin, les grands médias US continuent d’ignorer largement ces histoires hors des États-Unis, cependant, les empires de la  vaccination commencent à s’effriter, tout comme les informations provenant des versions anglaises des médias grand public qui sont disponibles sur Internet.

Un de ces pays est l’Inde, où la Fondation Bill & Melinda Gates et leur empire de vaccins sont sous les feux des projecteurs, une instance contre eux est actuellement en cours d’étude par la Cour suprême de l’Inde « . [1]  L’article de Health Impact News est centré en grande partie sur un rapport de quatre pages qui a été récemment publié par the Economic Times en Inde.

Désireux d’en savoir plus, j’ai étudié leur histoire et découvert que l’Organisation mondiale de la Santé, la Fondation Gates et deux organismes financés par eux, le PATH (Programme for Appropriate Technology in Health) et l’Alliance GAVI (Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination), se sont retrouvés sous les feux des projecteurs après une pétition à l’origine soumise à la Cour suprême de l’Inde, par Kalpana Mehta, Nalini Bhanot et le Dr Rukmini Rao en 2012, qui  a finalement été entendue par les tribunaux..

Les pétitionnaires ont déclaré:
« BMGF, PATH et l’OMS ont été criminellement négligents sur des expérimentations de vaccins et leurs effets secondaires , sur une population vulnérable, sans instruction et sous-informée  dont les administrateurs scolaires , les étudiants et leurs parents n’ont pas été informés et ont donné leur consentement sans être éclairés ou conseillés sur les effets indésirables potentiels ou qui doivent être surveillés. » [2]   

Les jeunes filles testées avec des vaccins HPV

L’ Economic Times of India a publié son rapport en Août 2014 Ils ont déclaré que, en 2009, des tests ont été effectués sur 16 000 enfants des écoles de  l’Andhra Pradesh, en Inde, en utilisant le vaccin papillomavirus humain (HPV), le Gardasil.

Selon le rapport rédigé par KP Narayana Kumar, dans le mois de la réception du vaccin, de nombreux enfants sont tombés malades et, en 2010, cinq d’entre eux étaient morts. Deux autres enfants auraient trouvé la mort dans Vadodara, Gujarat, où l’on estime a 14.000 les enfants des tribus  locales qui ont été vaccinés avec une autre marque du vaccin contre le VPH, Cervarix, fabriqué par GlaxoSmitheKline (GSK).

Ce qui est est choquant, c’est que le rapport indique que la plupart des formulaires de consentement utilisés pour vacciner les jeunes filles ont été signés «illégalement», soit par les gardiens des auberges où beaucoup de filles résidaient, ou en utilisant les empreintes digitales de parents analphabètes.

Cette parodie n’a pas été découverte jusqu’à ce qu’une équipe de militants de la santé de l’organisation non gouvernementale SAMA, une organisation spécialisée dans la santé des femmes, a décidé d’enquêter sur ce qui s’était passé.

Selon le rapport, ils ont été choqués de découvrir que un total de 120 filles était malades, souffrant d’une variété de symptômes, y compris « des crises d’épilepsie, de graves maux d’estomac, des maux de tête et des sautes d’humeur. »

Cette information est d’autant plus choquante quand vous découvrez que l’organisation qui avait financé l’étude n’était autre que la Fondation Bill et Melinda Gates, qui a déclaré le projet comme étant une réussite totale.

Kumar a écrit:
« Selon la Fondation Gates, l’OMS, la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique, et la Fédération des sociétés d’obstétrique et de gynécologie de l’Inde ont tous recommandé la vaccination » à titre préventif , éprouvée et très efficace pour le cancer du col utérin. ‘ Les vaccins  utilisés dans ce projet sont autorisés en Inde et ont été administrés en toute sécurité des dizaines de millions de fois dans le monde , ce qui a empêché d’innombrables cas de maladies, de cancer , et la mort », soutient un porte-parole de BMGF dans une réponse envoyée par courriel (voir GAVI et PHFI … ‘ »

«Le rôle de BMGF dans le financement des études controversées, cependant, a conduit de nombreux militants de la santé en Inde à exprimer leurs appréhensions. «le BMGF doit assumer l’entière responsabilité parce que ce domaine est financé par lui. C’est également contraire à l’éthique quand les gens qui défendent la cause des vaccins sont les mêmes que ceux qui investissent dans le développement de vaccins », a déclaré V Rukmini Rao, l’un des militants qui ont déposé une pétition devant la Cour suprême dans le cadre des études sur les vaccins contre le VPH. » [3]




La Fondation Gates, l’OMS, le PATH, GAVI, l’UNICEF derrière les désastres des vaccins au Tchad

En Décembre 2012, dans le petit village de Gouro, au Tchad, en Afrique, situé sur le bord du désert du Sahara, cinq cents enfants ont été enfermés dans leur école, menacés que s’ils n’étaient pas d’accord pour être vacciné de force avec un vaccin méningite A , ils n’auraient pas pu poursuivre leurs études.

Ces enfants ont été vaccinés à l’insu de leurs parents. Ce vaccin est un produit sans licence qui en est toujours à ses troisième et quatrième phases de test.

En quelques heures, cent six enfants ont commencé à souffrir de maux de tête, de vomissements, de convulsions incontrôlables sévères et de paralysie. L’attente d’un médecin par les enfants a commencé. Ils ont dû attendre une semaine complète pour qu’un médecin  arrive, alors que l’équipe de vaccinateurs avait procédé à la vaccination d’autres enfants dans le village.

Lorsque le médecin est finalement arrivé, il ne pouvait rien faire pour les enfants.L’équipe de vaccinateurs, en voyant ce qui était arrivé, a fui le village dans la peur.

Le rapport original fut rapporté  dans un petit journal local appelé La Voix , le seul journal à avoir publié l’histoire originale; il a déclaré que quarante enfants ont finalement été transférés dans un hôpital de Faya et envoyés plus tard par avion à deux hôpitaux de N’Djamena, la capitale du Tchad.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ZEBGG7KFQpU

Une Enquête gouvernementale dit que le GAVI est responsable de multiples décès

Malgré le fait que la Fondation Gates dit de ses vaccins que c’est  « l’un des meilleurs achats pour la santé mondiale», une enquête gouvernementale au Pakistan a découvert tout le contraire.

En 2011, l’ Express Tribune a publié un article indiquant que:
« ISLAMABAD: Une enquête du gouvernement a constaté que les vaccins contre la polio pour les enfants, financés par l’Alliance mondiale pour les vaccins, et la vaccination sont à l’origine de décès et d’incapacités dans tous les pays régionaux, y compris le Pakistan.

Cette révélation surprenante fait partie d’un rapport d’enquête préparé par la Commission d’inspection du Premier ministre (PMIC) sur le fonctionnement du Programme élargi de vaccination (PEV). Le PMIC, dirigé par Malik Amjad midi, qui a recommandé que le Premier ministre Youssouf Raza Gilani suspende immédiatement l’administration de tous les types de vaccins financés par le GAVI « .

Selon l’ Express Tribune , les principales vaccinations en question étaient le vaccin contre la polio et le vaccin 5-en-1 pentavelent, dont on a prouvé qu’ils sont responsables de la mort et de l’invalidité d’un certain nombre d’enfants au Pakistan, en Inde, au Sri Lanka, au Bhoutan et au Japon.

Les vaccins ont été financés par l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) une organisation financée par le Programme de vaccination de la fondation pour enfants Bill et Melinda Gates , la Fédération internationale des associations de fabricants de produits pharmaceutiques, la Fondation Rockefeller, le Fonds (UNICEF) des Nations Unies pour l’enfance, l’ Organisation mondiale de la Santé (OMS) et la Banque mondiale.

Sur le rapport officiel, l’ Express Tribune, qui l’a examiné en exclusivité,  a déclaré :
« Le rapport indique que,« Les vaccins achetés ne sont pas testés dans les laboratoires afin de confirmer leur efficacité et leur authenticité . Cela laisse place à l’utilisation de vaccins parasites et de contrefaçon. » [7] (souligné dans l’original)

Si cela est vrai, alors une fois de plus la Fondation Gates a été liée à des initiatives de vaccination de masse en utilisant des vaccins non testés,  pratiquant des vaccinations dangereuses.

La Fondation Gates blâmée pour 10 000 décès liés à la vaccination

En 2013, un autre rapport a dénoncé la Fondation Gates et l’Alliance GAVI comme étant responsable de plusieurs décès à l’aide de vaccins non testés sur les enfants du monde en développement.

Le rapport, publié sur le site Occupy corporatism et écrit par Susanne Posel, a déclaré:
« Il a été découvert par le biais d’une enquête, que le GAVI a utilisé un vaccin non testé; qu’il administrait  ce vaccin dangereux aux enfants pakistanais , ce qui montre le manque d’empathie associé à ces organisations.

Le GAVI a été blâmé pour la mort de 10 000 enfants au Pakistan quand ils sont venus et ont  administré des vaccins contre la polio qui ont abouti à des pertes « . = Sans compter le nombre de morts et d'handicapés, à travers le monde

http://vactruth.com/2014/10/05/bill-gates-vaccine-crimes / resistanceauthentique
References
  1. http://healthimpactnews.com/2014/bill-melinda-gates-foundation-vaccine-empire-on-trial-in-india/
  2. http://holyhormones.com/womens-health/cancer-womens-health…
  3. http://articles.economictimes.indiatimes.com/2014-08-31…
  4. https://www.youtube.com/watch?v=ZEBGG7KFQpU
  5. https://www.youtube.com/watch?v=dsxSlT_sBRk
  6. http://www.gatesfoundation.org/Media-Center/Press-Releases…
  7. http://tribune.com.pk/story/293191/vaccine-nation-globally-supported-company-is-funding-fatal-polio-shots/
  8. http://pharmabiz.com/NewsDetails.aspx?aid=68352&sid=1
  9. http://www.occupycorporatism.com/the-shocking-truth-about-syrian-polio-resurgence…
  10. http://www.gavi.org/about/partners/bmgf/
  11. http://www.blogtalkradio.com/publicadvocate…
  12. http://www.oxforddictionaries.com/us/definition/american_english/hero
http://reseauinternational.net/edifiant-vaccins-linde-poursuit-fondation-bi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 17 Oct - 02:12 (2014)    Sujet du message: GET YOUR FLU VACCINATION Répondre en citant

GET YOUR FLU VACCINATION

October 16, 2014


Service members worldwide are encouraged to get their flu vaccines this year.

VIDEO : http://www.sendspace.com/file/2vhaz0

http://www.navy.mil/viewVideo.asp?id=19899


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 21 Oct - 03:06 (2014)    Sujet du message: FRANCE : LES PHAMACIENS ET LES SAGES-FEMMES POURRONT VACINER LES PATIENTS Répondre en citant

FRANCE : LES PHAMACIENS ET LES SAGES-FEMMES POURRONT VACINER LES PATIENTS

Pour la santé des français. Oui, bien sûr!

VIDEO : http://link.brightcove.com/services/player/bcpid694908207001?bckey=AQ~~,AAA…

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/10/20/20002-20141020ARTFIG00243-les…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 28 Oct - 02:00 (2014)    Sujet du message: NE PAS FAIRE VACCINER SES ENFANTS : DEUX ANS DE PRISON ET 30 000 EUROS D'AMENDE Répondre en citant



TYRANNIE VACCINALE

NE PAS FAIRE VACCINER SES ENFANTS : DEUX ANS DE PRISON ET 30 000 EUROS D'AMENDE


26 octobre 2014


C’est le risque encouru par les parents qui estiment que les vaccins sont un poison pour leurs enfants.

Les laboratoires ont bien fait leur travail en ne laissant pas le choix aux français… La seule solution pour ne pas avoir de problème est de se faire faire de faux certificats. C’est une affaire à suivre avec attention car la réponse qui sera apportée à la QPC (Question prioritaire de constitutionnalité) pourrait ouvrir une brèche et laisser plus de liberté aux parents désireux d’éloigner leurs progénitures des vaccins.

Lu sur Le Figaro : Un couple comparaît le 9 octobre pour maltraitance devant le tribunal correctionnel d’Auxerre, dans l’Yonne. Motif: ils refusent de faire vacciner leur fille de trois ans contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP), rapporte le site de France Info. Samia et Marc, qui ont deux enfants âgés de 15 mois et trois ans, se défendent d’être des illuminés. Leur choix est même très réfléchi, assurent-ils. «Il y a des études sérieuses qui sont menées aujourd’hui et qui prouvent que les vaccins peuvent rendre malades nos enfants plus que les protéger», explique Samia Larère à France Info. «Il y a des adjuvants (dans ces vaccins) comme le mercure et l’aluminium qui sont dangereux.»

Le couple milite pour la liberté de vaccination. «Si l’on va devant les tribunaux, ce n’est pas que pour nous, c’est évidemment pour faire évoluer cette loi (…) Il n’y a pas d’obligation thérapeutique en France, on est couvert par la loi Kouchner de 2002», fait valoir le père, Marc Larere. En début d’audience, leur avocat Me Emmanuel Ludot déposera une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) en ce sens. «Ils ne font pas dans l’anti-vaccin primaire, ils n’appartiennent à aucune structure, aucune secte. Les vaccins, d’accord, mais sans adjuvants», explique-t-il. «Je vais très certainement obtenir la saisie du Conseil constitutionnel pour savoir si l’on peut imposer un vaccin.»

http://www.sante-nutrition.org/pas-faire-vacciner-ses-enfants-ans-prison-30…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 28 Oct - 02:18 (2014)    Sujet du message: ENORME PLONGEON DES TAUX DE VACCINATION EN MATERNELLE : LES OFFICIELS DECONCERTES Répondre en citant

ENORME PLONGEON DES TAUX DE VACCINATION EN MATERNELLE : LES OFFICIELS DECONCERTES

Tout cela met un frein à leur agenda génocidaire contre les humains, ce qui ne fait certes pas leur affaire, ni celles des grandes compagnies pharmaceutiques. Comme vous avez pu le voir pour la France, on attaque carrément les parents qui refusent la vaccination pour leur(s) enfant(s). Ces derniers risquent la prison et une forte amende, sans compter que le gouvernement totalitaire pourrait user de son droit pour kidnapper les enfants, sous le couvert de les sauver des mauvais traitements infligés par ces parents "indignes". Ses sorciers de la science médicale sont bien décidés à faire la vie dure à ceux qui osent penser par eux-mêmes et qui font ce qui est le mieux pour les leurs. C'est également une usurpation de l'état sur le droit des parents. Cette guerre vaccinale va prendre de l'ampleur avec la présente pandémie qu'ils sont à préparer pour le virus Ebola et ils feront une guerre féroce aux récalcitrants. Vous ne croyez pas encore que le diable existe? Pourtant, il est à l'oeuvre tout autour de nous et son empire qui ne cesse de s'imposer vous fera vivre les pires cauchemars, mais la voie du malin continuera à nous faire croire, que le Pape aime les petits enfants, que nos grands scientifiques de l'OMS et de la FDA ont à coeur notre santé, etc. Regardez de plus près tous les enfants qui sont morts ou qui en sont rendus avec des séquelles graves, suite à toutes ses vaccinations, et dites-moi qui est indigne d'agir ainsi envers les humains et les petits enfants. Des démons, je vous dis, des démons...

Jeudi 2 octobre 2014




 
D’après Christina Sarich, 29 septembre 2014  

Le nombre de parents qui décident de ne pas faire vacciner leurs enfants se développe à un rythme alarmant – du moins si l’on en croit les fonctionnaires désarçonnés par le réveil de l’humanité.  

Comme les calendriers de vaccination proposés par les autorités américaines de Santé sont extrêmement lourds, on peut comprendre que de nombreux parents se font un devoir de refuser les vaccinations. Depuis les années 1950, le nombre de vaccins que les petits en-dessous de 6 ans doivent recevoir a augmenté de 414%.  

Les parents de Californie en ont apparemment assez. Ils refusent de faire vacciner leurs enfants qui sont à la maternelle.  

Les experts de Santé publique disent que ces refus de faire vacciner les enfants contribue à la résurgence par exemple de la rougeole à travers l’état, et peut conduire à de graves flambées « d’autres maladies ». Mais ceci n’est rien d’autre que de l’alarmisme parfaitement dans la ligne de ceux qui veulent fourguer des vaccins à tout prix.  

En fait, il existe de nombreuses études qui montrent que les enfants non vaccinés sont en bien meilleure santé que les enfants vaccinés.  

Le pourcentage des enfants d’écoles maternelles dans lesquelles au moins 8% des petits ne sont pas complètement vaccinés (pour raisons de croyances personnelles) a plus que doublé.  

Les officiels de la Santé ne sont pas satisfaits de cette tendance, car ils croient à « l’immunité de groupe » qui, selon les « experts » exige que, pour la rougeole et la coqueluche, 92% des enfants soient vaccinés. Le CDC (Centres de Contrôle des Maladies et de Prévention) encourage très fort la notion « d’immunité de groupe» mais avec comme conséquence directe une immunité muqueuse très faible chez les enfants.  

Dire que la maladie va se propager si on n’atteint pas un taux de vaccination de 95% est un mensonge. En vérité la plupart des états ne parviennent même pas à atteindre les objectifs fixés par le CDC: atteindre un taux de 80% des vaccinations de base chez les enfants.  

Au cours de ces dernières années, le Colorado a atteint un taux de 65%, alors qu’en Floride, il était de 75%. Cette situation n’en a pas pour autant provoqué une épidémie soudaine de rougeole, de grippe ou de coqueluche.  

Certains experts pensent que « l’immunité de groupe » est un mythe créé de toutes pièces par ceux qui pourraient en tirer profit. Il semble que beaucoup de parents californiens soient d’accord avec cette manière de voir les choses, ou du moins qu’ils se méfient des vaccins en général.  

« Cinq jours par semaine dans une petite classe » disait Shannon Stokley, épidémiologiste au Centre National d’Immunisation et des Maladies Respiratoires qui fait partie du CDC, «  Ce sont les conditions idéales pour la propagation des germes et des infections. »  

Ce dont Stokley semble ne pas tenir compte, ce sont les nombreux autres facteurs qui peuvent contribuer à créer des épidémies.  

Barbara Loe Fisher, Présidente du Centre National d’Information sur les Vaccins (NVIC) fait valoir que les vaccins sont responsables de l’augmentation du nombre d’enfants et d’adultes qui souffrent de troubles neurologiques et de troubles du système immunitaire, d’hyperactivité, de troubles de l’apprentissage, d’asthme, de fatigue chronique, de lupus, de polyarthrite rhumatoïde, de scléroses en plaques, et de troubles épileptiques. Elle pense aussi que d’autres études sont nécessaires pour surveiller les effets à long terme des vaccinations. Elle veut que les médecins puissent être absolument certains que les vaccins sont sûrs et n’endommagent pas la santé.  

Neil Miller, chercheur en vaccinologie souligne par exemple que le vaccin polio est aujourd’hui responsable de chaque nouveau cas de polio aux Etats-Unis.  

En Californie, les taux de vaccination sont en baisse depuis les années 1980.  

La tendance est particulièrement marquée dans le comté d’Orange où la proportion d’élèves de maternelle qui ont reçu tous leurs vaccins est tombée de 92,9% en 2003 à 89,3 en 2012, principalement dans les régions les plus riches du bord de mer. Le comté est également aux prises avec la plus grande épidémie de rougeole de l’état : 22 cas. Le CDC attribue la récente épidémie aux anti-vaccins. […]  

Même des titres élevés d’anticorps ne donnent que 68% de chances d’être protégé de la rougeole. En Afrique, la vaccination ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) a réduit les maladies contre lesquelles on vaccinait, mais a doublé le taux de mortalité chez les nourrissons après une seule dose.  

[…]
 
Source : NaturalSociety

http://www.initiativecitoyenne.be/article-enorme-plongeon-des-taux-de-vaccination-a-la-maternelle-les-officiels-sont-deconcertes-124701571.html


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:18 (2016)    Sujet du message: CAMPAGNE DE VACCINATION (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> CAMPAGNE DE VACCINATION -VACCINATION CAMPAIGN (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 3 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com