LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

OBAMA - SON AGENDA - SON ÉQUIPE -- OBAMA - HIS AGENDA - HIS TEAM (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> OBAMA- SON AGENDA - SON ÉQUIPE -- OBAMA - HIS AGENDA - HIS TEAM (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Mar - 22:49 (2014)    Sujet du message: LA BIOGRAPHIE CACHEE DES OBAMA : UNE FAMILLE AU SERVICE DE LA CIA Répondre en citant

LA BIOGRAPHIE CACHEE DES OBAMA : UNE FAMILLE AU SERVICE DE LA CIA

De 1983 à 1984, Barack Obama exerça en tant qu’analyste financier au sein de la Business International Corporation, connue comme société écran de la CIA



Business International Corporation, la société écran de la CIA dans laquelle exerçait le futur président des États-Unis, organisait des conférences réunissant les dirigeants les plus puissants et employait des journalistes comme agents à l’étranger. Le travail qu’y a mené Barack Obama à partir de 1983 concorde avec les missions d’espionnage au profit de la CIA qu’a remplies sa mère, Stanley Ann Dunham dans les années 1960, après le coup d’État en Indonésie, pour le compte d’autres sociétés écrans de la CIA, dont l’East-West Center de l’Université de Hawaii, l’Agence des États-Unis pour le développement international (United States Agency for International Development, USAID) [1]et la Fondation Ford [2]. Dunham rencontra et épousa Lolo Soetoro, le beau-père d’Obama, à l’East-West Center en 1965. Soetoro fut rappelé en Indonésie en 1965 en tant qu’officier de haut rang afin d’assister le général Suharto et la CIA dans le sanglant renversement du président Sukarno [3]

Barack Obama senior rencontra Dunham en 1959 lors de cours de russe à l’Université de Hawaii. Il figurait parmi les heureux élus d’un convoyage aérien entre l’Afrique de l’Est et les États-Unis pour faire entrer 280 étudiants dans diverses institutions universitaires états-uniennes. Selon un rapport de l’agence Reuters de Londres du 12 septembre 1960, cette opération bénéficiait simplement d’une « aide » de la seule Fondation Joseph P. Kennedy. Elle visait à entraîner et endoctriner de futurs agents d’influence en Afrique, un continent alors en passe de devenir le terrain de la lutte de pouvoir entre les États-Unis, l’Union soviétique et la Chine pour peser sur les régimes des pays nouvellement indépendants ou sur le point de le devenir.

Lors du choix des étudiants expatriés, Masinda Muliro, le vice-président de l’Union démocratique africaine du Kenya (Kenyan African Democratic Union, KADU), avait dénoncé les préférences tribales favorisant la majorité ethnique des Kukuyus et du groupe minoritaire des Luo. Ce favoritisme privilégiait les sympathisants de l’Union nationale africaine du Kenya (Kenyan African National Union, KANU), dirigée par Tom Mboya, au passé nationaliste et syndicaliste. C’est Mboya qui choisit d’envoyer Barack Obama senior étudier à l’Université de Hawaii. Obama senior, alors marié, père d’un enfant et en attente d’un deuxième enfant au Kenya, épousa Dunham sur l’île de Maui le 2 février 1961. Dunham était enceinte de Barack Obama depuis trois mois au moment de son union avec Obama senior. Celui-ci devint le premier étudiant africain à intégrer une université états-unienne.

Toujours selon Reuters, Muliro aurait également déclaré vouloir envoyer une délégation aux États-Unis pour enquêter sur les étudiants kenyans ayant reçu des « présents » de la part des États-Uniens et pour « s’assurer que les cadeaux faits aux étudiants à l’avenir [soient] gérés par des personnes sincèrement soucieuses du développement du Kenya. »


La CIA habría reclutado a Tom Mboya en el marco de un programa llamado « liberación selectiva », programa generosamente financiado por la CIA y cuyo objetivo era aislar al presidente Kenyatta, quien fue el fundador de la República de Kenia, y considerado por la agencia de espionaje estadounidense como una persona de « no confianza ».

Mboya reçut à l’époque une subvention de 100 000 dollars de la part de la Fondation Joseph P. Kennedy, dans le cadre du programme d’invitation d’étudiants africains, après avoir refusé la même offre de la part du Département d’État. À l’évidence, Mboya s’inquiétait des soupçons qu’aurait éveillés une assistance états-unienne directe chez les politiques kenyans procommunistes, déjà suspicieux de ses liens avec la CIA. Le programme fut financé par la Fondation Joseph P. Kennedy et par la Fondation des étudiants afro-américains. Obama senior ne faisait pas partie du premier groupe acheminé par avion aux États-Unis mais de l’un des suivants. Ce programme d’aide aux étudiants africains, organisé par Mboya en 1959, incluait des étudiants originaires du Kenya, de l’Ouganda, du Tanganyika, de Zanzibar, de la Rhodésie du Sud et du Nord et au Nyassaland (l’actuel Malawi).

Reuters rapporte également que Muliro accusait le favoritisme présidant à la sélection des bénéficiaires de l’aide états-unienne « de perturber et d’aigrir les autres étudiants africains. » Muliro affirmait que « l’avantage était donné aux tribus majoritaires [les Kikuyus et les Luo] et que de nombreux étudiants sélectionnés par les États-Unis avaient échoué aux examens d’admission alors que d’autres étudiants non-sélectionnés faisaient état de meilleures recommandations. »


Enviado a Hawai por la CIA, Barack Obama senior, es decir el padre del actual presidente de los EEUU, Barack Obama junior, llevando las tradicionales flores en el cuello símbolo de bienvenida en la isla, se deja fotografiar en compañía de Stanley Dunham (a la izquierda de Obama senior), es decir el abuelo materno del presidente Barack Obama.

Obama senior était l’ami de Mboya et originaire de la tribu des Luo. Après l’assassinat de Mboya en 1969, Obama senior témoigna au procès du meurtrier présumé. Obama senior affirma avoir été la cible d’une tentative de meurtre en pleine rue après sa comparution au tribunal.

Obama senior quitta Hawaii pour Harvard en 1962 et divorça de Dunham en 1964. Il épousa une étudiante de Harvard, Ruth Niedensand, une Etats-unienne juive, avec qui il retourna au Kenya et eut deux enfants. Leur union se termina également par un divorce. Obama senior travailla au ministère des Finances et au ministère des Transports kenyans ainsi qu’au sein d’une compagnie pétrolière. Obama senior se tua dans un accident de voiture en 1982 ; les principaux hommes politiques kenyans assistèrent à ses funérailles, dont Robert Ouko, qui deviendra ministre des Transports et sera assassiné en 1990.

Les documents de la CIA indiquent que Mboya était un important agent d’influence pour le compte de la CIA, non seulement au Kenya mais dans toute l’Afrique. D’après un rapport hebdomadaire secret de la CIA (CIA Current Intelligence Weekly Summary) en date du 19 novembre 1959, Mboya était chargé de surveiller les extrémistes lors de la deuxième Conférence panafricaine de Tunis (All-Africa People’s Conference, AAPC). Le document rapporte que « de sérieuses frictions [s’étaient] développées entre le Premier ministre du Ghana, Kwame Nkrumah, et le nationaliste kenyan Tom Mboya qui [avait] activement participé en décembre [1958] à la surveillance des extrémistes lors de la première Conférence panafricaine à Accra. » Les termes « activement participé » semblent indiquer que Mboya coopérait avec la CIA, dont le rapport fut établi par ses agents sur le terrain à Accra et à Tunis. C’est pendant cette période de « collaboration » avec la CIA à Accra et à Tunis que Mboya alloua à Obama senior une bourse d’études et lui offrit la possibilité de s’expatrier et d’entrer à l’Université de Hawaii, où il rencontra et épousa la mère de l’actuel président des États-Unis.

Dans un rapport hebdomadaire secret de la CIA plus ancien, daté du 3 avril 1958, apparaissent ces mots : « [Mboya] reste l’un des dirigeants africains les plus prometteurs. » La CIA, dans un autre rapport hebdomadaire secret, daté du 18 décembre 1958, qualifie le nationaliste kenyan MBoya de « jeune porte-parole capable et dynamique » lors de sa participation aux débats de la Conférence panafricaine ; il fut perçu comme un opposant aux « extrémistes » tels que Nkrumah, soutenu par « les représentants sino-soviétiques. »

Dans un document de la CIA déclassifié sur la Conférence panafricaine de 1961, le conservatisme de Mboya, à l’instar de celui du Tunisien Taleb Slim, est clairement défini comme le contrepoids à la politique de gauche du clan Nkrumah. Les procommunistes avaient été élus à la tête du comité organisateur de la Conférence panafricaine lors de la conférence du Caire en 1961, à laquelle assista Mboya. Dans le rapport de la CIA, le nom de plusieurs de ces dirigeants sont cités : celui du Sénégalais Abdoulaye Diallo, le Secrétaire général de la Conférence panafricaine, de l’Algérien Ahmed Bourmendjel, de l’Angolais Mario de Andrade, de Ntau Mokhele du Basutoland (ex-Lesotho), du Camerounais Kingue Abel, d’Antoine Kiwewa du Congo belge (l’actuelle RDC), du Ghanéen Kojo Botsio, du Guinéen Ismail Touré, de T. O. Dosomu Johnson du Liberia, du Malien Modibo Diallo, du Marocain Mahjoub Ben Seddik, de Djibo Bakari du Niger, de Tunji Otegbeya du Nigeria, de Kanyama Chiume du Nyassaland, du Somalien Ali Abdullahi, du Sud-Africain Tennyson Makiwane, et de Mohamed Fouad Galal des Émirats arabes unis.

Les seuls participants ayant reçu l’approbation de la CIA furent Mboya (dont tout porte à croire qu’il était un indicateur de la CIA), Joshua Nkomo, originaire de Rhodésie du Sud, B. Munanka du Tanganyika, le Tunisien Abdel Magid Shaker et l’Ougandais John Kakongé.

Nkrumah sera finalement limogé en 1966, après un coup d’État militaire organisé par la CIA, alors qu’il effectuait une visite d’État en Chine et au Nord-Viêt-Nam. Cette opération fut mise en œuvre un an après celle que l’Agence mena contre le président Sukarno, autre coup d’État militaire dans lequel la famille maternelle d’Obama joua un rôle. Certains éléments donnent à penser que l’assassinat de Mboya en 1969 fut organisé par des agents chinois agissant pour le compte des factions gouvernementales chargées par le président kenyan, Jomo Kenyatta, de lutter contre Mboya et par là même, d’éliminer un homme politique africain pro-états-unien de premier plan. Toutes les ambassades de Nairobi avaient mis leurs drapeaux en berne en hommage à Mboya, sauf une, celle de la République populaire de Chine.


Jomo Kenyatta, primer presidente de Kenia después de salir del colonialismo.


Le jeune « Barry » Obama Soetoro, alors âgé de 10 ans, en compagnie de son beau-père Lolo Soetoro, de sa mère, Ann Dunham Obama Soetoro, et de sa demi-sœur, Maya Soetoro. (photo de famille, publiée par Bloomberg News)

Dans la première partie de ce dossier spécial, le Wayne Madsen Report (WMR) révélait les liens entre Barack Obama senior et le convoyage aérien entre l’Afrique et les États-Unis d’un groupe de 280 étudiants originaires d’Afrique du Sud et des nations d’Afrique de l’Est indépendantes ou sur le point de le devenir. En leur attribuant des diplômes universitaires, les États-Unis s’assuraient la sympathie des heureux élus et espéraient contrer les projets similaires que mettaient en œuvre l’Union soviétique et la Chine. Barack Obama senior fut le premier étudiant étranger à s’inscrire à l’Université de Hawaii. Obama senior et la mère de Barack Obama, Ann Stanley Dunham, se rencontrèrent en cours de russe en 1959 ; ils se marièrent en 1961.

Le programme d’invitation d’étudiants africains était géré par le leader nationaliste Tom Mboya ; il était le mentor et ami d’Obama senior, et comme lui originaire de la tribu des Luo. Les documents de la CIA cités dans la première partie de ce dossier établissaient la collaboration active de Mboya avec la CIA dans le but d’empêcher les nationalistes prosoviétiques et prochinois de prendre l’ascendant sur les mouvements nationalistes panafricains dans les milieux politique, étudiant et ouvrier.

L’un des opposants les plus acharnés de Mboya était le premier Président de la République du Ghana, Kwame Nkrumah, renversé en 1966 lors d’une opération montée par la CIA. L’année suivante, Barack Obama et sa mère rejoignirent Lolo Soetoro en Indonésie. Soetoro avait rencontré Ann Dunham en 1965 à l’Université de Hawaii, alors que le jeune Barack était âgé de quatre ans.

En 1967 donc, Barack et sa mère s’installaient à Jakarta. En 1965, Lolo Soetoro avait été rappelé par le général Suharto pour servir dans le haut-commandement militaire et aider à la planification, avec le soutien de la CIA, du génocide d’Indonésiens et de Sino-indonésiens procommunistes à travers tout le pays. Suharto consolida son pouvoir en Indonésie en 1966, l’année même où Mboya aida la CIA à trouver les soutiens nécessaires parmi les nationalistes panafricains pour renverser le Président Nkrumah au Ghana.

L’influence qu’exerça Mboya sur le régime de Kenyatta se prolongera longtemps après sa mort, quand Obama senior était toujours en vie. En 1975, Josiah Kariuki, un socialiste membre du parti KANU (parti dont il aida à la mise en place avec Mboya et Obama senior) était assassiné. Après ce meurtre, Kenyatta renvoya du gouvernement trois ministres insoumis qui « étaient liés personnellement soit à Kariuki, soit à Mboya. » Cette information fut d’abord classée secrète (niveau de classification Umbra) ; elle apparait dans plusieurs notes de service de la CIA au Moyen-Orient, en Afrique et en Afrique du Sud. Elle fut par la suite diffusée sur le réseau COMINT le 24 juin 1975. Les renseignements figurant dans ce rapport, comme le montre son niveau de classification, proviennent d’écoutes effectuées par le ministère de l’Intérieur kenyan. Personne n’a jamais été accusé du meurtre de Kariuki.

La mise sur écoute des associés de Mboya et de Kariuki est une preuve que la NSA et la CIA maintinrent leur surveillance sur Barack Obama senior ; un individu, en sa qualité de ressortissant étranger aux États-Unis, qui était susceptible d’être soumis occasionnellement à la mise sur écoute légale, dont se chargent la NSA et le Government Communications Headquarters (GCHQ, le service de renseignement électronique du gouvernement britannique).

http://rustyjames.canalblog.com/archives/2013/07/17/27660997.html


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 24 Mar - 22:49 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Avr - 13:01 (2014)    Sujet du message: OBAMA SAYS THE CONSTITUTION IS OUT DATED-INTERNATIONAL LAW IS SUPREME Répondre en citant

OBAMA SAYS THE CONSTITUTION IS OUT DATED-INTERNATIONAL LAW IS SUPREME



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=U5DK17G3Zrg&hd=1



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 3 Avr - 12:39 (2014)    Sujet du message: BARACK OBAMA DISCUTE IRAN ET SYRIE AVEC LE ROI D'ARABIE SAOUDITE Répondre en citant

BARACK OBAMA DISCUTE IRAN ET SYRIE AVEC LE ROI D'ARABIE SAOUDITE

... et sûrement du rôle de leader international qu'aura Obama pour les prochaines années, jusqu'au retour du vrai messie d'Israël




Par par Jeff Mason et Steve Holland | Reuters – ven. 28 mars 2014


Reuters/Reuters - Barack Obama et le roi Abdallah d'Arabie saoudite, à Ryad. Le président américain espère convaincre les dirigeants du royaume wahhabite que les craintes d'un désengagement de Washington Reuters - il y a 32 minutes


par Jeff Mason et Steve Holland

RYAD (Reuters) - Barack Obama a déclaré vendredi au roi Abdallah d'Arabie saoudite qu'il n'accepterait pas un mauvais accord sur le programme nucléaire de l'Iran, a annoncé un responsable américain en rendant compte d'un entretien de deux heures.

Si les deux chefs d'Etat ont discuté de leurs "différends tactiques", ils ont reconnu être sur la même ligne en ce qui concerne leurs intérêts stratégiques, a indiqué ce responsable.

Selon un communiqué publié par la Maison blanche à l'issue des deux heures de discussion, Barack Obama a réaffirmé l'importance pour lui de liens "forts" entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, premier exportateur mondial de pétrole.

"Je pense qu'il était important d'avoir la possibilité de venir le rencontrer (le roi Abdallah) de visu et de lui expliquer la détermination du président à empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire", a indiqué le responsable.

La réunion a permis d'assurer au roi que "nous n'accepterons pas un mauvais accord et que l'accent mis sur la question nucléaire ne signifie pas que nous ne sommes pas préoccupés (...) par les activités déstabilisatrices de l'Iran dans la région."

Le président et le roi ont également abordé en profondeur le dossier syrien. Les deux pays travaillent "très bien" ensemble à promouvoir la transition politique et à soutenir les groupes modérés de l'opposition, a expliqué le responsable américain.

L'Arabie saoudite n'a pas fait de commentaire immédiat sur la rencontre. Mais, selon la presse d'Etat, les discussions ont été centrées sur la paix au Proche-Orient et la crise syrienne.

Selon le communiqué de la Maison blanche, les deux pays coopèrent sur la Syrie et l'Iran ainsi que dans la lutte contre l'extrémisme et soutiennent les discussions de paix au Proche-Orient.

Barack Obama a été reçu par le roi Abdallah et plusieurs autres membres de la famille régnante à la résidence royale de Raoudat Khouraïm, au nord-est de Ryad.

ASSISTANCE RESPIRATOIRE

Le roi, âgé de 89 ans, paraissait en bonne forme, bien qu'équipé apparemment d'un petit appareil d'assistance respiratoire.

La télévision saoudienne a montré Barack Obama, qui était accompagné du secrétaire d'Etat John Kerry et de sa conseillère à la sécurité nationale, Susan Rice, écoutant attentivement pendant que le roi parlait.

Dans le dossier syrien, les dirigeants saoudiens souhaitent que les Etats-Unis infléchissent leur position à l'égard des rebelles, que Ryad soutient activement. Ils se sont inquiétés par le passé des réticences de Washington à fournir des missiles sol-air aux insurgés, craignant qu'ils ne tombent entre les mains d'islamistes.

"Lors de son entrevue avec le roi Abdallah à Ryad, le président Obama a souligné l'importance que les Etats-Unis accordent à leur étroite relation avec l'Arabie saoudite qui dure depuis plus de 80 ans", dit la Maison blanche.

Selon le conseiller adjoint à la sécurité nationale, Ben Rhodes, la coordination avec l'Arabie saoudite sur le dossier syrien, notamment en ce qui concerne l'aide aux rebelles, s'est améliorée.

"C'est en partie la raison pour laquelle je pense que nos rapports avec les Saoudiens sont meilleurs qu'au cours de l'automne dernier, lorsque nous avions certaines divergences stratégiques sur notre politique syrienne", a-t-il déclaré aux journalistes qui accompagnaient la délégation à bord de l'avion présidentiel.

Selon le Washington Post, les Etats-Unis seraient prêts à intensifier leur aide secrète aux rebelles syriens dans le cadre d'un programme en discussion avec leurs alliés au Proche-Orient, notamment l'Arabie saoudite.

La famille régnante saoudienne, sunnite, juge impératif de faire tomber le régime d'Assad afin de faire barrage à la domination de l'Iran chiite sur les pays arabes, point de vue que ne partage pas Washington.

En aidant les insurgés, les Saoudiens espèrent modifier l'équilibre des forces pour amener les principaux soutiens du régime syrien à accepter l'idée d'une alternance politique.

(Eric Faye, Guy Kerivel, Jean-Philippe Lefief et Danielle Rouquié pour le service français)

https://fr.news.yahoo.com/barack-obama-reçu-par-le-roi-abdallah-darabie-171…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Avr - 14:03 (2014)    Sujet du message: DEM POLITICIAN APPOINTED BY OBAMA DEFENDS MUSLIM AIRLINE THAT BANS ISRAELI JEWS Répondre en citant

DEM POLITICIAN APPOINTED BY OBAMA DEFENDS MUSLIM AIRLINE THAT BANS ISRAELI JEWS

Islamic Jew hatred



As much as they play the race card, the Obama administration traffics in even more vicious racism. This administration is grotesque.
Citation:

“Dem Politician Appointed by Obama Defends Muslim Airline that Bans Israeli Jews,”  By Daniel Greenfield, April 24, 2014

Anthony Foxx was the Democratic Mayor of Charlotte. Obama called him an “impressive leader” when he appointed him Secretary of Transportation and he certainly is leading when it comes to defending Muslim discrimination against Israeli Jews.


Citation:


In late 2013, a formal complaint was filed with the U.S. Secretary of Transportation (Secretary) alleging illegal discrimination by Kuwait Airways (KA) on the basis of national origin, in violation of federal law proscribing such discrimination by air carriers. The complaint concerned the airline’s refusal to transport Israeli nationals on nonstop flights from New York to London.

The Secretary denied the complaint earlier this year, asserting that KA had not violated any U.S. anti-discrimination law because the airline is required to comply with Kuwaiti law, which prohibits Israeli passport holders from entering Kuwait. As the attorney now pursuing this matter correctly articulated, “In essence, the Secretary determined that Kuwait Airways did not violate U.S. law because that airline was required by Kuwaiti law to discriminate against Israeli nationals.” The Secretary’s rationale is particularly unfounded because the flight at issue goes from New York to London; the fact that Israeli passport holders cannot enter Kuwait is wholly irrelevant. Moreover, if any entity conducts business in the United States, it must comply with U.S. law.

Dissatisfied with the response, Eldad Gatt, who filed the initial complaint, commenced an action in U.S. federal court in March 2014, appealing the Secretary’s denial and requesting appropriate relief, arguing that “[t]he Secretary has officially endorsed Kuwait Airways’ policy of boycotting Israeli nationals, and has explicitly authorized Kuwait Airways to continue its blatantly discriminatory practices.”



Gatt’s petition was served to Foxx and Holder. The agency has tried to hide behind Kuwait’s passport laws, but if Kuwait wants to operate an airline serving non-Muslim countries and in transit between non-Muslim countries, it has to operate under US laws.

If Kuwait Airlines were to deny a ticket to a gay man because homosexuality is against the law in Kuwait, would Holder and Foxx and Obama be okay with that?
Citation:

Yousuf Mindkar, the director of public health at the Kuwaiti health ministry, told Al Rai that he wants to use a “gay detector test” to keep LGBT expatriates out of Kuwait and other Gulf Cooperation Countries (GCC).

“We will take stricter measures that will help us detect gays,” he said in a translation provided by Gulf News.



What about denying tickets to unaccompanied women? How far will Obama, Foxx and Holder go in defending Islamic bigotry?

http://pamelageller.com/2014/04/dem-politician-appointed-obama-defends-musl…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 6 Mai - 13:42 (2014)    Sujet du message: 'HE MADE HIMSELF THE SAVIOR, AND PEOPLE ATE IT UP' Répondre en citant

'HE MADE HIMSELF THE SAVIOR, AND PEOPLE ATE IT UP'

Adulation for Obama likened to earlier 'hero' for the people

Published: 7 days ago (April 2014)



By Laura Adelmann

MINNEAPOLIS – Barack Obama’s first presidential campaign, with its messianic characterizations – the photographs in which a halo was cast around his head, the worship-like adulation from crowds – gave Holocaust survivor Anita Dittman nightmares.

About Adolf Hitler.

The petite 86-year-old over the weekend told a riveted audience at Olive Tree Ministry’s “Understanding the Times” conference it’s because she sees clear parallels between Nazi Germany and present-day America.

A young girl in Germany when Hitler came to power, Dittman said her experiences amplified the alarm she felt.

Her miraculous story of God’s overwhelming providence that preserved her life despite brutal Nazi persecution is told in the soon-to-be released and uplifting WND documentary film “Trapped in Hitler’s Hell.”

A 20-minute preview of the film, which was produced by WND founder, Editor and CEO Joseph Farah and directed by WND Films Vice President George Escobar, premiered at the conference where Dittman revealed her concerns for America.

The movie and companion book of the same name are to be released May 6.

Dittman said her nightmares were triggered by the left’s gushing adoration of Obama as a perceived savior.

Establishment media were equally enamored with Obama and failed to vet him to the American public, as most famously exemplified by MSNBC’s Chris Matthews, who described experiencing a “thrill up (his) leg” when he heard the then-candidate speak.

The media’s infatuation helped cultivate the atmosphere that ushered Obama into the most powerful office on earth.

Establishment media reporters didn’t question his qualifications or competencies; conservative news outlets that investigated his birth certificate were openly mocked.

Media also never asked him hard questions about his disturbing history of close associations with communists and terrorists that included Frank Marshall Davis, Bill Ayers and Bernardine Dohrn, she said.

Liberals’ blind idolization of Obama mirrored Germany’s hypnotic fascination with Hitler, Dittman said of the racist tyrant whose vitriolic rhetoric dehumanized the Jewish people as a prelude to his attempts at total annihilation.

Obama’s empty rhetoric that energized his followers chilled Dittman, who compared it to lies peddled in Germany painting promises of a bright future.

Pre-order the special “Trapped in Hitler’s Hell” package now!

“It’s a similar time,” Dittman said. “We are financially in a problematic time. So was Germany. Hitler came in, and he made himself the savior, and people ate it all up because he made it sound wonderful how he would straighten everything out … and that is happening today, too.”

In America, the people treated Obama like he was heaven-sent.

Journalist Barbara Walters admitted last year during an interview with Piers Morgan that media members saw him as their god.








“We thought that he was going to be – I shouldn’t say this at Christmastime – but the next messiah,” Walters said.

Empty promises

As in America, Dittman noted that when Hitler swept into power, the country was facing economic hardship, and the people wanted someone to soothe their worries and usher in prosperity.

Obama’s promises included no tax increases on the poor, a five-day waiting period to sign bills so people could read them and creation of the most open and transparent administration in history.





Instead, Obama’s scandal-riddled presidency has included rushed spending bills, increased taxes affecting all and an administration that strategized to sic the IRS and Department of Justice on conservative groups.

In Germany, Hitler focused on the people’s emotions, offering them promises of prosperity: good jobs for the many unemployed, a return to stability and security.

He held massive rallies, featuring marching bands and banners, all organized, orchestrated and broadcast to the masses, commanding audiences with appealing messages and empty promises.

“The only promise Hitler ever kept was killing the Jews,” Dittman said.

Spiritual truths

The state of America’s churches also concerns Dittman, who said German churches fell away from the Bible before Hitler came into power.

She said many American churches are likewise walking away from the truth of Scripture, turning from biblical truths and opening the door to deception.

“That’s how Hitler got into the churches,” she warned.

Hear some of Dittman’s comments:


VIDEO : Go to the direct link 


Conference host Olive Tree Ministries Director Jan Markell agreed.

She also cited comparisons between Nazi Germany and America, including the country adopting socialized medicine, banning prayer from school and a growing fascination with mystical spirituality.

Markell said Hitler was fascinated with mysticism, because “he knew it would crumble the Christian faith.” She warned that Christian churches in America are likewise trying spiritual traps such as walking the labyrinth, “Christian” yoga and contemplative prayer.

Conference speaker pastor Skip Heitzig emphasized the importance of Israel and the Jewish people to God, noting that without the Jews, there would be no savior.

Dr. Erwin Lutzer emphasized how the Jews have been persecuted and are still facing persecution today.

He cited concerns that Christian churches in America are being turned into Muslim mosques. He encouraged Christians to be brave, strong in their faith and witness to Muslims, because God has brought them to Christians’ doorsteps.

Speaker Eric Barger of Take A Stand! Ministries also cited concerns about where the country is headed.

“Some generations are going to live in the perilous times,” Barger said. “And. I believe it’s us.”

Concerning signs

During the 12 years Hitler was in power, Dittman suffered the kind of persecution she fears is in America’s future.

As a child, she was bullied by peers and teachers, publicly ostracized and condemned. She eventually was forced with her mother into the Jewish ghetto, where they lived in fear as they witnessed roundups, constantly battling starvation before and after being sent to a concentration camp.

Her story, as written by Markell and told in the WND documentary, portrays atrocities Dittman endured but leaves audiences uplifted, because of her constant focus on God and His amazing hand of protection over her.

“Anita has always been one who gives all the glory for her survival to the Lord,” Markell said. “And it was a daily survival, too, between 1933 and 1945. She had to call on God for supernatural wisdom (and) supernatural, just incredible, insight to escape, to survive. On and on and on, one scene after anther.”

She survived a Nazi nurse’s repeated diabolical attempts to kill her, was protected when forced out in the open during the bombing of Dresden, was provided protective “angels” in critically dangerous situations and, above all, given the grace to understand God’s wisdom in the verse she often quotes, Romans 8:28:

“And we know that all things work together for good to them that love God, to them who are called according to his purpose.”

Lessons learned

Dittman’s testimony left a lasting impression on Ashley LeClair of Brooklyn Park, Minnesota.

The 28-year-old transportation sales representative said hearing Dittman’s story is significant because it brought to life the history that she has only previously known through black-and-white photographs.

“Seeing how God brought her through those events and how God was with her every moment of every day was inspiring,” LeClair said. “And God is still using her today as she tells that story. Regardless of your situation, God is always with you.”

LeClair also said she was disturbed to hear the comparisons between Nazi Germany and America.

She worries that not enough people are paying attention to the signs of the times or realize how closely things that have happened in America mirror Nazi Germany.

“I think there are a lot of people in America who don’t pay attention and don’t care to know the details,” she said.

She called for Christians to be informed and take a stand when they see things happening that they know are wrong instead of being intimidated into watching society take steps away from the biblical values that built the country.

“Starting with government, we have made certain decisions that parallel Germany back then,” she said. “It starts small, but all these acts that are passing little by little that are really changing the course of America. I think it’s very scary and really traumatic to see if that is where we’re headed.”

Tyler Agness, 20, of Coon Rapids said Dittman’s story was inspiring because of the strength of her faith.

“God carried her through everything, and she held on that whole time,” he said. “God has totally blessed her with everything she has gone through … she gave me hope.”

Dittman said she never wants anyone to feel sorry for her but instead praise God for his obvious protection on her life.

Pre-order the special “Trapped in Hitler’s Hell” package now!





http://www.wnd.com/2014/04/he-made-himself-the-savior-and-people-ate-it-up/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Mai - 23:05 (2014)    Sujet du message: SHOCKING! OBAMA ANNOUNCES NEW WORLD ORDER 2014 SPEECH Répondre en citant



SHOCKING! OBAMA ANNOUNCES NEW WORLD ORDER 2014 SPEECH


Ajoutée le 26 mai 2014

"ordinary men and women are too small-minded to govern their own affairs...individuals must surrender their rights to an all-powerful sovereign"



This has got to be the most quick and blatant declaration of the New World Order I have ever seen, delivered with practically robotic precision.

US puppet-president Barack Hussein Obama explains with cool indifference to individual rights and liberties, in a statement that not only reflects what is in store for the American people but for people all around this world as they literally surrender their rights under what is sure to be terrible penalties otherwise.

This is seriously one of the most disturbing things Obama has ever said and given what we have had to put up with from this drone-wielding, whistle-blower incarcerating, freedom of speech supressing sociopath that is really saying something.




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=eJukZTtJxFo&feature=youtu.be



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=t-1u1xJTPTI


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Juin - 03:56 (2014)    Sujet du message: S.D. REPUBLICAN PARTY CALLS FOR OBAMA IMPEACHMENT Répondre en citant

S.D. REPUBLICAN PARTY CALLS FOR OBAMA IMPEACHMENT

Nothing will stop this man except the hand of God.

 Political Smokeout

 David Montgomery, dmontgome@argusleader.com 5:38 p.m. CDT June 21, 2014


(Photo: AP Photo/Pablo Martinez Monsivais )

The South Dakota Republican Party state convention passed a resolution calling for the impeachment of President Barack Obama Saturday.
The resolution says Obama has "violated his oath of office in numerous ways." It specifically cites the release of five Taliban combatants in a trade for captive U.S. soldier Bowe Bergdahl, Obama's statement that people could keep insurance companies, and recent EPA regulations on power plants.
"Therefore, be it resolved that the South Dakota Republican Party calls on our U.S. Representatives to initiate impeachment proceedings against the president of the United States," the resolution reads.

Allen Unruh of Sioux Falls sponsored the resolution.

"I've got a thick book on impeachable offenses of the president," Unruh said, calling on South Dakota to "send a symbolic message that liberty shall be the law of the land."

Delegate David Wheeler of Beadle County disagreed.

"I believe we should not use the power of impeachment for political purposes," Wheeler said. "By doing this, we would look petty, like we can't achieve our political goals through the political process."

Larry Eliason of Potter County agreed, noting that he opposed the impeachment resolution even though "the only thing (Obama's) done the last six years that I approve of is when he adopted a pet."

But Larry Klipp of Butte County, a retired Marine, said matters go beyond mere political disagreements with Obama.

"If anyone in this room cannot see the horrendous, traitorous scandals run by the Obama administration, I will pray for you," Klipp said.

Delegates voted 191-176 in favor of the resolution. The Pennington County delegation voted 47-9 in favor of the impeachment resolution, and Minnehaha County voted 28-15 in favor.

Rep. Kristi Noem, South Dakota's lone delegate in the House of Representatives — which has the power to initiate impeachment proceedings — was cool to the resolution.

Noem, who addressed the Republican convention Saturday morning, hours before the resolutions was voted on, doesn't believe impeachment is the "best way" to deal with Obama.

"The congresswoman currently believes the best way for Congress to hold the president accountable is to continue aggressive committee oversight and investigations into the administration's actions like the ongoing VA scandal, the targeting of conservative groups by the IRS, Benghazi, and the recent Taliban prisoner exchange," said Brittany Comins, Noem's spokesperson.

If the House voted to impeach Obama, the Senate would then rule on the validity of the charges. It takes a two-thirds majority in the Senate to remove a president from office.

http://www.argusleader.com/story/davidmontgomery/2014/06/21/sdgop-obama-impeachment/11212075/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 30 Juin - 02:55 (2014)    Sujet du message: NEW WORLD ORDER DECLARED (2014 ALERT)- OBAMA'S NEW AMERICA Répondre en citant

NEW WORLD ORDER DECLARED (2014 ALERT)- OBAMA'S NEW AMERICA



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=WahMK5NFpc8


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Juil - 00:39 (2014)    Sujet du message: THE 'ONE WORLD GOVERNMENT' BARACK HUSSEIN OBAMA IS WORKING TO ESTABLISH IS 'ISLAMIC' Répondre en citant

THE 'ONE WORLD GOVERNMENT' BARACK HUSSEIN OBAMA IS WORKING TO ESTABLISH IS 'ISLAMIC'

Fullfil, mission accomplie!

Posted on October 28, 2011 by retireddon



Posted: October 28, 2011 | Author: barenakedislam

Forget about Obama’s claims of “democracy breaking out all over the Middle East.” He lied.

Now that Barack Obama has helped to bring down secularist Middle East governments in Tunisia, Egypt, and Libya, with more to come, Muslim groups in the region are working harder than ever to re-establish an Islamic caliphate, or Islamic state. The last caliphate was located in Istanbul, Turkey. For 400 years, from 1517 until after WWI, Istanbul was the political center of the Muslim world. But in 1924, the Turkish leader Attaturk abolished the caliphate. Today, Muslims are hoping for its return.

Modern Islamic groups like the Taliban, al Qaeda, Hamas, Hizb ut-Tahrir, and the granddaddy of them all, the Muslim Brotherhood, share the goal of restoring the caliphate. What the Muslim Brotherhood would like to see is a strong, powerful Islamic government armed with nuclear weapons.”

Posted on 28 Oct 11 by BNI

https://windsorcoactforamerica.wordpress.com/2011/10/28/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 14:47 (2014)    Sujet du message: WHICH WORLD LEADER CRAVES THE MOST ATTENTION ON SOCIAL MEDIA? Répondre en citant

WHICH WORLD LEADER CRAVES THE MOST ATTENTION ON SOCIAL MEDIA?


Obama participated in a Twitter "Town Hall" event in 2011. // Charles Dharapak/AP file photo

By Ross Gianfortune July 1, 2014

The 2008 and 2012 presidential campaigns of Barack Obama were lauded for their digital acumen and, specifically, the camp's use of social media. According to a new study, Obama has translated those Twitter skills to the White House, though he sometimes lags behind other world leaders in engagement.

Twiplomacy, an annual survey by global public relations and communications firm Burson-Marsteller, measures the ways heads of state, ministries and government accounts use Twitter.

The @BarackObama account leads the list of government and world leader accounts as the most followed. With more than 43.7 million followers, the account nearly triples the collected nine accounts of runner up Pope Francis' 14.1 million followers. Indonesian President Susilo Bambang Yudhoyono's account is third with 5.1 million followers, and newly elected Indian Prime Minister Narendra Modi ranks fifth with 5 million followers.

The official White House account ranks fourth on the list and is separate from the @BarackObama account, which is run by Obama's nonprofit Organizing for Action (the organization closely tied with the Obama campaigns and Obama for America). The United States government has already reserved @POTUS in case Obama's successor decides to use the account for official purposes. The account is currently private, so information about number of accounts it follows or tweets it has posted is not available. Vice President Joe Biden tweets via the official U.S. government @VP account, which has 317,000 followers.

http://www.nextgov.com/cio-briefing/2014/07/which-world-leader-craves-most-attention-social-media/87664/?oref=nextgov_today_nl


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 15:54 (2014)    Sujet du message: ISLAMIC RELIEF USA CEO ABED AYOUB REAPPOINTED TO U.S. STATE DEPARTMENT RELIGION AND FOREIGN POLICY WORKING GROUP Répondre en citant





ISLAMIC RELIEF USA CEO ABED AYOUB REAPPOINTED TO U.S. STATE DEPARTMENT RELIGION AND FOREIGN POLICY WORKING GROUP


posted by relkhatib, 3rd May 2013, Categories: Press Releases Tags: Abed Ayoub, American Jewish World Service, Bread for the World, Catholic Relief Services, faith-based, Faith-based Groups and Development and Humanitarian Assistance, humanitarian, islam, Islamic Relief USA, Muslim, religion, U.S. State Department, World Vision

(Alexandria, VA) — Islamic Relief USA CEO Abed Ayoub has been reappointed to the U.S. State Department’s Religion and Foreign Policy Working Group. His next term will be for two years.

In his role, Ayoub will participate in DIALOGUE and provide input on relevant topics, including the challenges of and opportunities for partnership among the various organizations represented in the group. He, along with other group members, also will identify model action programs and projects for collaboration between government agencies and nongovernmental organizations (NGOs).

“We feel honored to be asked to join this group for another two years, working with diverse leaders to help bring reform,” Ayoub said. “As a humanitarian organization, we can bring a lot to the table.”

Ayoub will also serve on the Faith-based Groups and Development and Humanitarian Assistance subgroup, which examines faith-based organizations’ challenges, opportunities and resources in addressing societal needs for humanitarian assistance. In addition, this forum will work to ensure NGOs’ freedom to operate and and deliver humanitarian aid.

Other members of the subgroup represent World Vision, Catholic Relief Services, Bread for the World, and American Jewish World Service.

“The State Department wants to better engage faith-based organizations,” Ayoub said. “Hopefully, by participating in these groups, Islamic Relief USA can further its role in providing solutions to critical humanitarian issues and alleviating the suffering of people around the world.”

XXX   

Islamic Relief USA, based in Alexandria, Va., is a nonprofit 501(c)(3) humanitarian organization with nine consecutive 4-star ratings from Charity Navigator through 2012, and subsequent above-average ranking. Its mission is to alleviate suffering, hunger, illiteracy and disease regardless of color, race, gender or creed, and to provide aid in a compassionate and dignified manner. Islamic Relief USA aims to provide rapid relief in the event of human and natural disasters and to establish sustainable local development projects, allowing communities to better help themselves. In 2011, Islamic Relief USA programs benefited more than 5 million people in 34 countries, including the United States.

In addition to its high rating on Charity Navigator, Islamic Relief USA meets all of the Standards for Charity Accountability of the BBB Wise Giving Alliance, a national charity monitoring group affiliated with the Better Business Bureau system. Islamic Relief USA is on the U.S. government’s Combined Federal Campaign (CFC) charity list, and it is also a signatory to the code of conduct of the International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies.

MEDIA CONTACT:
media@irusa.org

http://www.irusa.org/press-releases/islamic-relief-usa-ceo-abed-ayoub-reappointed-to-u-s-state-department-religion-and-foreign-policy-working-group/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 8 Juil - 19:42 (2014)    Sujet du message: OHIO : MUSLIM WORKING FOR HOMELAND SECURITY RE-SUES EXPERTS WHO EXPOSED HIS TERROR TIES Répondre en citant

OHIO : MUSLIM WORKING FOR HOMELAND SECURITY RE-SUES EXPERTS WHO EXPOSED HIS TERROR TIES

Posted on July 8, 2014 by creeping


He already dropped the charges once. via Courthouse News Service. h/t Bare Naked Islam

 COLUMBUS, Ohio (CN) – A Muslim “multicultural relations officer” for Ohio’s Office of Homeland Security claims in court that Internet bloggers defamed him and cost him his job by posting that he was an “Islamist mole” who sympathized with terrorists.

Omar Alomari sued the City of Columbus, Todd Alan Sheets, Stephen Coughlin, John Guandolo, Patrick Poole and a John Doe known on the Internet as “Rusty Shackleford,” in Franklin County Court of Common Pleas.

Alomari was hired as a full-time multicultural relations officer in 2006 by the Office of Homeland Security (OHS), and was in charge of building relationships between the state agency and the Muslim community.

After he published two articles on Islamic culture and radicalization in 2007, Alomari says, “defendant Poole began writing a series of articles condemning individuals and organizations within Central Ohio’s Muslim communities as terrorists or terrorist sympathizers.”

Alomari claims Poole also began making public records requests for emails and other communications from the multicultural relations officer to Muslims in his area.

After the records requests, Alomari says, defendant Shackleford – who operates a blog called the Jawa Report – “began posting articles claiming that plaintiff had ties to terrorists, terrorist organizations, and/or organizations with links to terrorism.”

The complaint states: “the Jawa Report (a) labeled plaintiff an ‘Islamist mole,’ a ‘radicalized fox,’ ‘a former agent of a foreign government,’ and ‘a lying scumbag,’ (b) alleged that plaintiff was an ‘information pipeline’ to terrorists, (c) asserted that plaintiff’s work ‘help[ed] encourage radicalization,’ and (d) alleged that plaintiff ‘escorted’ terrorists into OHS.

“The Jawa Report alleged that plaintiff ‘liked to have sex with pretty blond-haired, blue-eyed infidel coeds,’ and labeled plaintiff ‘a serial sexual harasser.’”

Alomari claims that defendant Sheets – a member of the Columbus Police Department’s Terrorism Early Warning Group (TEWG) – organized a police training session on weapons of mass destruction and “included a photo of plaintiff and labeled plaintiff as a potential terrorist and/or stated that plaintiff had affiliations with terrorists and/or terrorist organizations.”

Alomari claims that during a 2010 training session titled “Understanding the Threat to America,” defendants “Coughlin, Guandolo and Poole accused plaintiff of being a ‘suspect,’ alleged that plaintiff used his position within OHS to ‘connect with terrorists,’ and promised to ‘keep digging’ into plaintiff’s background to ‘expose’ him as a terrorist or terrorist sympathizer.”

Alomari says he informed his supervisor of the remarks made at the training sessions, and after the assistant chief of police was contacted, the TEWG destroyed all of the documents bearing Alomari’s name or picture.

Alomari seeks compensatory and punitive damages for invasion of privacy, tortious interference with business contract, negligent supervision and spoliation of evidence. He claims he lost his job with the OHS because of the false statements linking him with terrorists.

He is represented by Lauren Knoll, in Dublin, Ohio.

 Much more from previous posts on al-Omari. The Columbus Dispatch reported this in July, 2010, Ohio Homeland Security official fired for not disclosing previous firing:

An Ohio Homeland Security official has been fired for failing to fully disclose his background when he began working for the state in late 2006.

Omar Alomari, 59, was fired Tuesday for dishonesty stemming from his failure to list his prior employment at Columbus State Community College, where he was fired after an improper consensual sexual affair with a student.

Alomari also gave “false information” when he was interviewed by investigators, according to his discharge letter from Thomas Stickrath, director of the Ohio Department of Public Safety.

Jawa Report reported, Ohio Homeland Security had to destroy thousands of Alomari’s “anti-radicalization” brochures for promoting terror-linked groups:

Again from Jawa, Ohio Homeland Security multicultural affairs director Omar Alomari sued his sexual harassment victim. Read it all and see all Jawa Reports posts on Alomari here.

http://creepingsharia.wordpress.com/2014/07/08/ohio-muslim-working-for-homeland-security-re-sues-experts-who-exposed-his-terror-ties/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 23 Juil - 10:16 (2014)    Sujet du message: LA RECETTE DU «CHANGEMENT» Répondre en citant




Publié le 22 juillet, 2014 | par Equipe de Pleinsfeux

LA RECETTE DU «CHANGEMENT»


ENGLISH : THE RECIPE OF CHANGE
http://www.sagacityweb.com/2014/06/the-recipe-of-change/

Par Erik Lee – Le 17 juin, 2014

Lorsque Barack Hussein Obama a fait sa campagne pour la présidence, il a fait la promotion du thème du « changement ».  Alors qu’il a capté la passion de la jeunesse et des millions de personnes avec sa campagne populaire pour l’égalité sociale et économique, les changements qui se sont produits et qui se produisent présentement sont très éloignés des espoirs utopiques que les masses avaient envisagés.

En écrivant cet article, nous voyons une déstabilisation massive de l’Irak à la suite du retrait total des troupes américaines du pays.  Le résultat de cette décision a maintenant mis des missiles américains Stinger capables de détruire des aéronefs militaires et civils entre les mains de l’organisation terroriste ISIS, un groupe considéré comme plus impitoyable qu’Al-Qaïda.

Les scandales sont si répandus que les équipes médiatiques qui choisissent de les couvrir ont du mal à tous les suivre.  Il semble que le monde se précipite tête baissée dans les prophéties de Matthieu 24:5-8 et d’Ézéchiel 38:1-23.  Quel est le changement que le président Obama et son administration ont envisagé ? Regardons deux domaines passionnants pour notre président qui peuvent diriger ses objectifs et ses actions.  Mais, d’abord, comme point de référence, regardons ce que dit la Constitution des États-Unis et le serment qu’un président américain jure de respecter. 



Lorsque le Président des États-Unis prononce son serment d’office, avec la main gauche sur la Bible et la main droite levée, le nouveau président jure de préserver, de protéger et de défendre la nation et la Constitution.  Ce serment lui-même vient directement de l’article 2, de la section 1 de la Constitution elle-même.  Bien que le président Obama ait pris ce serment à deux reprises, ses politiques, ses déclarations et ses actions suggèrent qu’il opère avec quelque chose de différent.  Au cours des six dernières années, le président et son administration, ont été criblés de controverses nationales et internationales qui sont habituellement traitées par les médias comme une politique libérale, des gaffes de protocole, ou un manque général d’expérience lorsqu’il s’agit des affaires étrangères.

Pourrait-il y avoir une autre raison pour laquelle nous continuons à voir ces événements qui n’ont rien à voir avec les erreurs politiques ?

Défenseur de la foi de l’Islam

En tant que sénateur avec une montée rapide à l’improviste, le président Obama a remporté la victoire de la Maison Blanche en 2008 sur le thème du « changement ». Alors que la plate-forme de la campagne d’Obama reliait publiquement le  « changement » aux sujets des inégalités sociales et les causes environnementales, il existait un thème sous-jacent qui a émergé de sa présidence, notamment sur le plan international.  Alors que le président déclare être chrétien, il montre une forte passion pour défendre et accéder à la religion de l’Islam.  Quand nous examinons certaines des controverses et des déclarations du président Obama lui-même au fil des années et les mesurons avec les déclarations ci-dessus, un modèle semble démontrer une déférence envers l’Islam sur la défense de la Constitution et sur sa prétendue foi en Jésus Christ.



L’échange de prisonniers Bergdahl/Talibans

Le 31 mai 2014, le président Obama et son administration, ignorant toutes leurs obligations légales envers le Congrès, ont secrètement fait un accord afin de libérer le sergent Bowe Bergdahl en échange de la libération de cinq hauts dirigeants talibans.  Cette décision au style impérial a suscité les critiques des deux côtés de la Chambre des Représentants ainsi que de nombreux défenseurs de la Constitution à travers les États-Unis.  Bien qu’il existe une grande controverse au sujet de Bergdahl lui-même avec des allégations selon lesquelles il peut effectivement avoir déserté son peloton et cherché à rencontrer les talibans, la préoccupation profonde est ce que le président Obama pensait lors de la libération de cinq dirigeants islamiques des talibans qui, de l’aveu même d’Obama, retourneront probablement dans le champ de bataille contre notre pays.  Non seulement ils étaient dangereux quand ils ont été pris, mais maintenant, ils sont soulevés comme des héros par nos ennemis qui vont maintenant être plus encouragés à mettre la vie de plus d’américains et d’alliés des américains en danger.  Lors d’une conférence de presse où les parents de Bergdahl parlaient de la libération de leur fils, le président Obama a nettement eu un sourire quand le père de Bowe Bergdahl a loué Allah en disant, « Bismillah ir-Rahman ir-Rahim », ce qui signifie, « Au nom d’Allah, le plus aimable, le plus compatissant ».



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=K9UxHGOw7uw

L’attaque de Benghazi

Wikipédia déclare que le 11 septembre 2012 des militants islamistes ont attaqué l’ambassade américaine en Libye et ont tué l’ambassadeur J. Christopher Stevens et Sean Smith, du service de la direction de gestion de l’information des États-Unis.  Stevens a été le premier ambassadeur américain tué en service depuis 1979. L’attaque s’est poursuivie et quelques heures plus tard dans la matinée du lendemain, une seconde attaque visant une annexe de la CIA à environ un mile  dans un complexe différent a tué deux entrepreneurs de la CIA, Tyrone S. Woods et Glen Doherty.  Bien que les rapports de presse initiaux indiquaient que Woods et Doherty étaient des agents de sécurité du Département d’État, l’ancienne secrétaire d’État, Hillary Clinton, a depuis confirmé que les deux hommes étaient des agents de la CIA.  Dix autres personnes ont été blessées dans les attaques qui ont été condamnées par les gouvernements de la Libye, des États-Unis et de nombreux autres pays à travers le monde.

L’administration de la Maison Blanche, avec un certain succès initial, a trompé la nation et le monde en déclarant que les attaques provenaient de manifestations spontanées de musulmans en raison d’une vidéo sur internet qui dénigrait Allah. Maintenant, presque deux ans après l’attaque et les tromperies continuelles des multiples agents de l’administration, il a été révélé que la Maison Blanche avait concocté l’histoire de la vidéo musulmane pour aider à atténuer toute perception de controverses au Moyen-Orient dans une année électorale.  Bien que cette couverture ait peut-être été politiquement motivée, le championnat et la défense de l’Islam a été le centre de la mise en scène pendant les semaines qui ont suivi l’attaque.  Et, encore plus flagrante, la question demeure à savoir pourquoi la Maison Blanche n’a pas donné l’ordre à nos forces militaires de tenter de sauver nos citoyens américains qui étaient en danger mortel.  Bien que les forces n’aient pas été en mesure de sauver l’ambassadeur à temps, les vies de Tyrone S. Woods et de Glen Doherty auraient pu être sauvées si l’ordre en avait été donné.  La Maison Blanche regardait et cachait le tout alors que des vies américaines étaient perdues.

Obama ordonne à la NASA de se rapprocher des Nations Musulmanes

Après l’annulation du programme Constellation de la NASA qui devait fournir un nouveau véhicule de transport pour mettre des Américains dans l’espace, le président Obama a donné une nouvelle mission à la NASA ; Il a chargé le nouvel administrateur de la NASA, Charles Borden, de « trouver un moyen de se rapprocher du monde musulman et de s’engager avec des nations à dominance musulmane afin de les aider à se sentir bien avec leur contribution historique à la science. . . et les mathématiques et le génie ».

L’anneau du président qui déclare sa foi islamique



Depuis plus de 30 ans, le président Obama a porté une bague de mariage qui semble être inscrite de l’expression de la foi islamique connu comme Shahada qui proclame, « Il n’y a pas d’autre Dieu qu’Allah ».  Est-ce que ceci déclare d’une manière concluante que Barak Obama est un musulman ?  Non !  Beaucoup de gens qui déclarent être chrétiens n’ont aucune idée de ce que cela signifie vraiment d’être soumis à Jésus-Christ comme la Bible l’enseigne. (Jean 3:16, Jean 15:1-11, Romains 10:9-10, 2 Corinthiens 5:17, Éphésiens 1:13-14, Philippiens 1:12).  Ceci pourrait très bien avoir été seulement un joli anneau de mariage que Michelle voulait lui obtenir.  Ceci dit, toute personne vraiment chrétienne ne porterait jamais sciemment une telle bague puisque le dieu Allah n’est pas le Dieu de la Bible qui a un Fils (Jésus-Christ) et le Saint-Esprit qui fait la nature trinitaire de Dieu. Ceci est tout à fait incompatible avec la religion de l’Islam puisqu’elle enseigne que Dieu n’a pas de fils.

Déclarations du président au sujet de la foi

Alors que le président affirme être chrétien, ses proclamations et des actions au cours de sa présidence ont été bizarrement inclinées vers l’Islam et surtout vers l’universalisme (de nombreux chemins mènent au salut).  Regardons ces 20 citations de Barack Obama sur l’Islam, sur le Christianisme et sur l’Universalisme.

Les 20 citations de Barack Obama sur l’Islam et Mahomet

1. « L’avenir ne doit pas appartenir à ceux qui calomnient le Prophète de l’Islam »

2. « Le son le plus doux que je connaisse est l’appel musulman à la prière »

3. « Nous allons exprimer notre profonde gratitude envers la foi islamique, qui a tant fait au    cours des siècles pour façonner le monde, y compris dans mon   propre pays. »

4.« En tant qu’étudiant de l’histoire, je connais aussi la dette de la civilisation envers l’Islam. »

5. « L’Islam a une fière tradition de tolérance. »

6.« L’Islam a toujours fait partie de l’Amérique. »

7.« Nous allons encourager davantage d’Américains à étudier dans lescommunautés musulmanes. »

8  « Ces rituels nous rappellent les principes que nous avons en commun, et le rôle de l’Islam dans la  promotion de la justice, du progrès, de la tolérance et de la dignité de tous les êtres humains. »

9.« L’Amérique et l’Islam ne sont pas exclusifs et ne doivent pas être en compétition. Au lieu de cela, ils se chevauchent et partagent des principes communs de justice et de progrès, de tolérance et de dignité de tous les êtres humains. »

10. « Je déclare clairement que l’Amérique n’est pas, et ne sera jamais, en guerre avec l’Islam. »

11. « L’Islam ne fait pas partie du problème dans la lutte contre l’extrémisme violent,et l’Islam est une partie importante de la promotion de la paix. »

12.« J’ai donc connu l’Islam sur trois continents avant d’arriver dans la région ou l’Islam a d’abord été révélé »

13. « Dans les temps anciens, et de nos jours, les communautés musulmanes ont  été à la pointe de l’innovation et de l’éducation. »

14. «Tout au long de l’histoire, l’Islam a démontré à travers les mots et les actes, les possibilités de la tolérance religieuse et de l’égalité raciale. »

15. « Le Ramadan est la célébration d’une foi connue pour sa grande diversité et son égalité raciale »

16.« Le Saint Coran nous dit : « Ô hommes !  Nous vous avons créés mâles etfemelles ; Et nous avons fait de vous des nations et des tribus, pour que vous   vous connaissiez les uns les autres. »

17. « Je me réjouis d’accueillir un dîner Iftar pour célébrer le Ramadan ici à laMaison Blanche, et je vous souhaite un mois béni. »

18. « Nous avons vu les résultats dans les générations d’immigrés musulmans, les agriculteurs et les travailleurs d’usine, contribuant à la construction des chemins de fer et à la construction de nos villes, les innovateurs musulmans qui ont aidé à construire certains de nos plus hauts gratte-ciels et qui ont aidé à percer les secrets de notre univers. »

19. « Cette expérience guide ma conviction que le partenariat entre l’Amérique et l’Islam doit se fonder sur ce qu’est l’islam, pas ce qu’elle n’est pas. Et, je considère que c’est ma responsabilité en tant que président des États-Unis de lutter contre les stéréotypes négatifs de l’Islam où qu’ils apparaissent. »

20. « Je sais aussi que l’Islam a toujours été une partie de l’histoire de l’Amérique. »

20 citations de Barack Obama sur le Christianisme et la Bible

1.   « Quoi que nous ayons été autrefois, nous ne sommes plus une nation chrétienne »

2. « Nous ne nous considérons pas comme une nation chrétienne. »

3. « Quels passages des Écritures devraient guider notre politique publique ? Devrions-nous aller avec le Lévitique, qui suggère que l’esclavage est OK et que la consommation de coquillages est une abomination ?  Ou nous pourrions aller avec le Deutéronome, qui suggère de lapider votre enfant s’il s’écarte de la foi ? »

4.  « Même ceux qui prétendent l’inerrance de la Bible font des distinctions entre les édits bibliques, ressentant que certains passages, les Dix commandements, par exemple, ou une croyance en la divinité du Christ, sont au cœur de la foichrétienne, tandis que d’autres sont plus culturellement spécifiques et peuvent être modifiés pour accueillir la vie moderne. »

5. « Les Américains le comprennent intuitivement, et c’est la raison pour laquelle la majorité des catholiques pratiquent le contrôle des naissances et certains de ceux qui s’opposent au mariage homosexuel néanmoins sont opposés à un amendement constitutionnel pour l’interdire.  Les dirigeants religieux ne doivent pas accepter une telle sagesse dans les conseils à leurs troupeaux, mais, ils doivent reconnaître cette sagesse dans leurs politiques. »

6.   Du livre d’Obama, The Audacity of Hope : « Je ne suis pas prêt à voir l’état renier aux citoyens américains une union civile qui confère des droits équivalents sur des questions aussi fondamentales que les visites d’hôpitaux ou la couverture d’assurance santé tout simplement parce que les gens qu’ils aiment sont du même sexe, et je ne suis pas plus prêt à accepter une lecture de la Bible qui considère une ligne obscure dans Romains comme étant une meilleure définition du christianisme que le Sermon sur la Montagne.

7.   Réponse d’Obama lorsqu’on lui a demandé quelle était sa définition du péché : « être hors de l’alignement avec mes valeurs. »

8.  « S’il ne suffisait de proclamer ma croyance en Jésus-Christ et qu’il est mort pour mes péchés, et que c’est tout ce qu’il y a à faire, les gens n’auraient pas à continuer à aller à l’église, n’est-ce-pas. »

9.  « C’est quelque chose laquelle je suis sûr que j’aurais de sérieux débats avec mes frères chrétiens.  Je pense que la chose la plus difficile pour toute religion, y compris le Christianisme, c’est qu’à un certain niveau, il y a un appel à évangéliser et à convertir.  Il y a la croyance, certes dans certains milieux, que les gens qui n’ont pas embrassé Jésus-Christ comme leur sauveur personnel iront en enfer. »

10.« J’ai du mal à croire que mon Dieu puisse consigner les quatre cinquième du

monde en enfer.  Je ne peux pas imaginer que mon Dieu permettrait à un petit enfant hindou en Inde qui n’a jamais interagit avec la foi chrétienne de brûler en quelque sorte pour toute l’éternité.  Ce n’est tout simplement pas une partie de mon maquillage religieux ».

11.« Je ne prétends pas avoir connaissance de ce qui se passe après ma mort. Mais, je crois fermement que si la récompense est ici et maintenant ou dans l’au-delà, aligner ma foi et mes valeurs est une bonne chose. »

12.« Je l’ai déjà dit, et je sais que cela soulève des questions dans l’esprit de certains évangéliques : je ne crois pas que ma mère, qui n’a jamais officiellement embrassé le Christianisme pour autant que je le sache … je ne crois pas qu’elle soit allée en enfer « .

13.« Ceux qui s’opposent à l’avortement ne peuvent pas simplement invoquer la volonté de Dieu, ils doivent expliquer pourquoi l’avortement viole un principe qui est accessible aux personnes de toutes les religions. »

14. Sur son soutien à l’union civile pour les couples homosexuels : « Si les gens trouvent cela controversé, alors je voudrais juste les référer au Sermon sur la Montagne. »

15.  « Vous allez dans ces petites villes de Pennsylvanie et, comme dans beaucoup de petites villes du Midwest, les emplois ont maintenant disparus depuis 25 ans et rien ne les a remplacés.  Et ils sont passés par l’administration Clinton, et l’administration Bush, et chaque administration successive a dit que de toute façon ces communautés allaient se régénérer et elles ne l’ont pas fait.  Et il n’est donc pas surprenant qu’ils deviennent amers, qu’ils s’accrochent aux armes à feu ou à la religion ou à l’antipathie pour les gens qui ne sont pas comme eux, ou qui ont un sentiment anti-immigrant ou un sentiment anti-commerce comme moyen d’expliquer leurs frustrations. »

16. « Dans notre famille, la Bible, le Coran et la Bhagavad Gita reposaient sur la tablette aux côtés de livres de la mythologie grecque et nordique et africaine. »

17. « Le jour de Pâques ou le jour de Noël, ma mère pouvait m’amener à l’église, comme elle m’amenait au temple bouddhiste, à la célébration du Nouvel An chinois, au temple shintoïste, et aux anciens lieux de sépulture hawaïennes. »

18.« Nous avons les Juifs, Les Musulmans, les Hindous, les athées, les agnostiques, les Bouddhistes, et leur propre voie vers la grâce est celle que nous devons vénérer et respecter autant que notre propre voie. »

19.  « Nous avons tous la responsabilité de travailler pour le jour où les mères Israéliennes et Palestiniennes pourront voir leurs enfants grandir sans peur ; Où la terre sainte des trois grandes religions sera un endroit de paix comme Dieu a voulu qu’elle soit ; Où Jérusalem sera un foyer sûr et permanent pour les Juifs et les Chrétiens et les Musulmans, et une place pour tous les enfants d’Abraham pour se mêler ensemble dans la paix comme dans l’histoire d’Isra quand Moïse, Jésus et Mahomet, que la paix soit sur eux, se sont rejoints dans la prière. »

20. « Je crois qu’il y a beaucoup de chemins vers la même place, et c’est une croyance qu’il existe une puissance supérieure, une croyance que nous sommes connectés en tant que peuple. »

Qu’est-ce que cela veut dire ?  Barack Obama est-il un musulman ?  La Bible déclare que par les fruits d’une personne, vous les reconnaîtrez (Matthieu 7:16-20). Alors que le président va à l’église, et proclame être chrétien, ses actions ne montrent pas qu’il est un disciple dévoué de Jésus-Christ.  C’est très commun à beaucoup de gens aux États-Unis qui disent être chrétiens, mais, n’ont aucune idée de ce que signifie vraiment être engagé à Jésus-Christ.  Cela dit, même s’il a été influencé par l’Islam dans sa jeunesse, ses actions ne démontrent pas qu’il soit un musulman engagé non plus !  Pourquoi ?  Un Musulman (ou un Chrétien ou un Juif engagé, d’ailleurs) ne se serait jamais engagé à promouvoir l’homosexualité comme un comportement acceptable comme le fait le président !

L’influence du marxisme

Les influences de la jeunesse du président, les associations d’adultes, les rendez-vous de l’administration, et les positions politiques démontrent qu’il était et qu’il est toujours influencé par les idéaux du marxisme.  Et, un marxiste tire son inspiration du Manifeste Communiste.

Le communisme, de son propre aveu, est athée !

Dans le Manifeste Communiste de Karl Marx de 1848, nous trouvons alors les principes de base du communisme.  L’abolition des vérités éternelles, de la religion et de la morale.  Regardez les extraits suivants du Manifeste Communiste :

Extrait du Chapitre 1 du Manifeste Communiste.

« Dans la condition du prolétariat, ceux de la vieille société en général sont déjà pratiquement submergés.  Le prolétaire est sans propriété ; Sa relation avec sa femme et ses enfants n’a plus rien de commun avec les relations familiales bourgeoises ; Le travail de l’industrie moderne, la soumission moderne au capital, comme en Angleterre, en France, en Amérique et en Allemagne, l’a dépouillé de tout caractère national.  La loi, la morale, la religion, sont pour lui autant de préjugés bourgeois derrière lesquels se cachent en embuscade autant d’intérêts bourgeois. »

Extrait du Chapitre 2 du Manifeste Communiste.

« Quand le monde antique était dans ses derniers soubresauts, les religions anciennes ont été remplacées par le Christianisme.  Quand les idées chrétiennes ont succombé au 18ième siècle aux idées rationalistes, la société féodale livrait sa dernière bataille à la bourgeoisie alors révolutionnaire.  Les idées de la liberté religieuse et de la liberté de conscience ne firent que proclamer le règne de la libre concurrence dans le domaine de la connaissance.  « Sans aucun doute, » il sera dit, « que les idées religieuses, morales, philosophiques et juridiques ont été modifiées dans le cours du développement historique.  Mais, la religion, la morale, la philosophie, la science politique et le droit, ont constamment survécu à ces changements ».  « Il y a de plus des vérités éternelles, telles que la liberté, la justice, etc.., qui sont communes à tous les états de la société.  Mais, le communisme abolit les vérités éternelles, il abolit toute religion et toute morale, au lieu de les constituer sur des bases nouvelles ; il agit donc en contradiction avec toute l’expérience historique passée ». »

Extrait du Chapitre 4 du Manifeste Communiste.

« … Les communistes appuient dans tous les pays tout mouvement révolutionnaire contre l’ordre social et politique existant.  Dans tous ces mouvements, ils apportent à l’avant, comme question de premier plan dans chacune, la question de la propriété, quel que soit son degré de développement à l’époque.  Enfin, ils travaillent partout à l’union et l’entente des partis démocratiques de tous les pays. Les communistes ne s’abaissent pas à dissimuler leurs opinions et leurs projets.  Ils proclament ouvertement que leurs buts ne peuvent être atteints que par le renversement violent de tout l’ordre social.  Que les classes dirigeantes tremblent à une révolution communiste.  Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. »

Le seul but du communisme est la promotion et la protection des personnes de la classe ouvrière (prolétariat) et l’abolition de toute religion et de toute morale.  Ces objectifs seront appliqués par l’état.  C’est l’ensemble de la plateforme du changement des présidents.  Un changement au communisme.  Donc, si le Président est influencé par le communisme marxiste, et que le communisme est athée de son propre aveu, comment le Président peut-il en même temps déclarer être chrétien et avoir encore une déférence envers l’Islam ?  Alors que seul Dieu connaît vraiment les croyances et les ambitions de cœur de Barack Obama, ce qui suit peut être quelques-uns des scénarios qui animent la passion du président pour le changement.

- Avec ses politiques influencés par les objectifs marxistes dans sa jeunesse, le  Président estime que les États-Unis ont influencé la corruption capitaliste et les inégalités dans le monde.  Avec une faible compréhension de la Bible, le président dispose d’une vision « universel » de Dieu qui stipule que toutes les religions et les croyances mènent à Dieu.  Avec la communication politique, tous les problèmes internationaux et la paix dans le monde peuvent facilement être obtenus par la politique. 

- Tout en étant attaché à l’objectif de répandre le communisme sous le couvert de l’égalité économique et sociale, le président est naïf ou aveugle aux réalités de l’Islam militant et son but pour un gouvernement islamique théocratique dans le monde entier (califat).

- Bien qu’engagé dans l’objectif de répandre le communisme sous le couvert de l’égalité économique et sociale, les influences islamiques du président dans sa jeunesse l’ont rendu favorable à la foi de l’Islam.  En conséquence, sa politique étrangère semble favoriser et protéger la foi de l’Islam sur la protection des Chrétiens, des Juifs et de la Constitution des États-Unis.

- Bien conscient de la nature chaotique de l’Islam véritable, le président capitalise sur les effets de la révolution islamique mondiale en par ses actions ou son inaction dans le théâtre international.

Le résultat se traduira par une augmentation des attaques terroristes en Amérique et une possible invasion qui produiront plus de peur, d’où une raison pour le gouvernement d’accroître la sécurité et le contrôle pour protéger les citoyens. Ensuite, la promesse du « changement » sera terminée.

Lorsque les citoyens des États-Unis seront sous contrôle réglementaire, économique, environnemental et moral, comme en Russie, à Cuba, en Argentine, et bien d’autres, les États-Unis vont devenir un état communiste.

En effet, certains disent que nous avons déjà passés le point de non-retour.

Comment est-ce possible et pourquoi ?

Alors que le président Obama, et son administration, ont peut-être été le catalyseur du changement, il y a de nombreuses raisons pour que les États-Unis d’Amérique aient glissé depuis ses débuts.  Un des grands contributeurs est l’apathie de ses citoyens.  Un gouvernement formé « pour le peuple, par le peuple » exige beaucoup de responsabilité par sa population pour être « mentalement » impliqué et « activement engagé » dans son gouvernement.  Cela nécessite une diligence raisonnable de chaque citoyen recherchant par eux-mêmes et de ne pas avoir aveuglément confiance à un parti politique ou une simple source de nouvelles dirigeant les discussions sur les croyances et les mœurs d’un des candidats avant le vote.  Si la personne n’a aucune intégrité, comment la population peut-elle avoir confiance dans tout ce que peut dire un candidat ?

Cela dit, la raison principale pour la chute de l’Amérique est, en grande partie, que ses citoyens ont abandonné la Parole de Dieu.  Maintes et maintes fois dans l’Ancien Testament de la Bible, les bénédictions ou les jugements d’Israël dépendaient de sa soumission à Dieu.  Si la nation d’Israël suivait Dieu et ses préceptes, la nation était bénie.  Si, toutefois, elle se détournait de Dieu, elle était jugée.

Il y a l’histoire que si vous jetez une grenouille dans une casserole d’eau bouillante, elle sautera immédiatement pour sauver sa vie.  Si, toutefois, vous prenez la même grenouille et la mettez dans une casserole d’eau à température ambiante, puis, mettez la casserole sur la cuisinière, la grenouille ne tentera pas de se sauver et finira par mourir dans l’eau bouillante.

C’est la même chose avec l’humanité et le mal, et plus particulièrement, les habitants de l’Amérique.  Ce qui a commencé comme une nation soumise aux préceptes de la Bible a commencé à glisser il y a plus de 150 ans.  L’adhésion des États-Unis à la Parole de Dieu a lentement commencé à s’affaiblir alors que les tromperies de l’ennemi ont commencé à prendre racine dans notre culture.

L’acceptation de la philosophie de naturalisme au début des années 1830 a donné naissance à la notion d’évolution et, sans aucune surprise, au communisme au milieu des années 1800.  Avec l’implantation des semences de la tromperie, l’influence de l’athéisme a augmenté et a été propagée par des personnes notables avec beaucoup d’influence, comme Dewy, le père de notre système d’éducation moderne.  Sur le front occultiste, les gens du début du 20ième siècle, comme Allester Crowley, ont commencé à promouvoir la loi satanique « Fais ce que tu veux ce qui est l’ensemble de la loi » qui a fait son chemin jusque dans la révolution des années 60 et a influencé beaucoup de la musique actuelle.

La télévision a migré de « I Love Lucy » à « I Dream of Jeannie » et « Bewitched » qui étaient des émissions mignonnes qui faisaient la promotion des Génies qui sont des démons et des sorcières arabes comme étant des caractères acceptables bienveillants.  Maintenant, les vampires, la nécromancie et l’occultisme sont élevés au niveau héroïque dans les émissions de télévision.  Une fois de plus, nous commençons avec I Love Lucy où le mari et la femme étaient dans des lits séparés (cela était dû au fait que, lorsque le programme a d’abord été diffusé, un acteur et une actrice dans un même lit aurait été jugé inapproprié).  Puis, vint le Brady Bunch qui était maintenant dans un même lit, mais, le plus important a été la première famille recomposée de la télévision.  (Les parents ont des enfants de mariages précédents).  Un peu plus tard, les familles brisées, l’immoralité sexuelle et à peu près toutes les positions opposées à la volonté de Dieu se sont tissés dans le thème central d’à peu près toutes les émissions télévisées.  Bonne chance pour élever vos enfants avec la télé … (1 Pierre 5:8)

En bref, notre pays est devenu moralement corrompu, en faillite spirituelle et, par l’apathie, permettra au communisme de prendre le contrôle … à moins que…

Que pouvons-nous faire ?

Je crois fermement que nous vivons dans les temps de la fin.  Quoi qu’il arrive à l’Amérique ce sera une petite partie des plus grandes prophéties énoncées dans Ézéchiel, Matthieu 24, 2 Thessaloniciens, et toute l’Apocalypse.  Rappelez-vous que c’est Dieu qui donne le pouvoir aux dirigeants et les place sur les nations.  Si vous avez un pays qui a tourné le dos à Dieu, nous ne devrions pas être surpris de voir un président comme Barack Obama à la barre de la direction de notre pays.  Il a été élu selon la volonté du peuple, avec son agenda communiste du changement.  Pourquoi ?  Parce qu’à la base, les gens des États-Unis ne veulent pas suivre Dieu.  Ils sont devenus la culture qui est décrite dans 2 Timothée 3:1-9 et ont acheté les mensonges de Satan qui dit que vous pouvez faire ce que vous voulez, « Just do it ».  Ils n’en ont jamais considéré les conséquences.  Une personne qui ne se soumet pas à la volonté de Dieu et à la protection spirituelle du Saint-Esprit est ouverte aux influences du diable et à ses propres désirs charnels tout aussi destructeurs (Galates 5:19-21). Pour que notre pays puisse guérir, chaque personne doit d’abord accepter Jésus-Christ comme son Sauveur personnel et se repentir de ses péchés et arrêter de se laisser séduire par les manières du monde.  Ensuite, leur famille, leur quartier, leur ville, leur département et leur région doivent accepter la volonté de Dieu dans tout le pays.  Lorsque vous votez, ne votez pas aveuglément pour un parti.  Faites vos recherches pour qui vous voterez.

- Sont-ils chrétiens ?

- Croient-ils que la Bible est la Parole infaillible de Dieu ? (Si ce n’est pas le cas, ils ne savent même pas ce que  cela signifie d’être chrétien, parce qu’opposés à l’écoute de la Parole de Dieu, ils font Dieu à leur image

- S’écartent-ils de la Parole de Dieu? (Est-ce qu’ils sont fades sur des sujets difficiles comme l’homosexualité, l’avortement et la prière ?)

- Sont-ils inébranlables sur leurs convictions ou sont-ils juste ajustables ?

Ce n’est pas seulement une question pour les élections nationales, ceci importe aussi pour les élections locales et des états.  Si le candidat est soumis à la Parole de Dieu, par leur soumission à Jésus-Christ, ils prendront des décisions divines en cours de mandat.  En ce qui concerne Barack Obama, il est le président élu des États-Unis. Priez pour lui et ne le maudissez pas!

- Priez pour lui pour qu’il soumette sa vie à Jésus-Christ.

- Priez pour qu’il se repente de ses actions passées qui ne sont pas agréables à Dieu et, en tant que commandant en chef, pour qu’il se repente pour la nation.  Priez pour qu’il soit gouverné par l’Esprit Saint et soumis à Galates 5:22 au lieu de Galates 5:19-21.

- Priez pour qu’il devienne le champion de la Bible et un défenseur de la foi en Dieu le Père, en Dieu le Fils qui est Jésus-Christ, et en Dieu le Saint Esprit.

- Priez pour que si le cœur de Barack Obama est contre Dieu, lui et tous ceux qui suivent sa voie soient rapidement démis de leurs fonctions par le processus juridique et par le processus de vote des États-Unis, et remplacés par des personnes soumises à Dieu.

- Et, tous les jours, priez pour que Dieu ne fasse pas disparaître sa lampe de protection sur notre pays.
Que Dieu vous bénisse alors que vous priez, étudiez et vous soumettez à Dieu et à Sa Parole, la Bible !  

http://www.sagacityweb.com/2014/06/the-recipe-of-change/

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

http://pleinsfeux.org/la-recette-du-changement/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 26 Juil - 04:27 (2014)    Sujet du message: OBAMA DECLARES @ SEATTLE FUNDRAISER "THE OLD ORDER IS NOT WORKING WE NEED A NEW ORDER" Répondre en citant

OBAMA DECLARES @ SEATTLE FUNDRAISER "THE OLD ORDER IS NOT WORKING WE NEED A NEW ORDER"



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=LKSIKHU0hV4


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Aoû - 03:22 (2014)    Sujet du message: THE NEW CON-STITUTION Répondre en citant

THE NEW CON-STITUTION



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=NFwtTM1nkHA


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 1 Sep - 02:53 (2014)    Sujet du message: 'NEVER AGAIN' OR 'NOW AND THEN' Répondre en citant



'NEVER AGAIN' OR 'NOW AND THEN'




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=kro8Iy-E-WM


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 2 Sep - 03:31 (2014)    Sujet du message: PRESIDENTIAL APPOINTMENT : FATIMA NOOR Répondre en citant

PRESIDENTIAL APPOINTMENT : FATIMA NOOR

August 28, 2014 by TMO


   

   
The University of Memphis’ Leadership Education and Development (LEAD) program graduate Fatima Noor has been appointed special assistant in the Office of the Director for U.S. Citizenship and Immigration Services in the Department of Homeland Security. 

  
She majored in psychology with minors in Spanish and international relations. She recently completed a month-long research fellowship in psychology hosted by Carnegie-Mellon and the University of Pittsburgh; her research will be ongoing for this program. Noor was a leader in many honor societies at the U of M. She has done volunteer work with World Relief Memphis and the Tennessee Immigrant and Refugee Rights Coalition.   
16-36   

Readers who viewed this page, also viewed:

Related Postshttp://muslimmedianetwork.com/mmn/?p=16040


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 6 Sep - 01:38 (2014)    Sujet du message: SEC OF STATE JOHN KERRY ON U.S. RELATIONSHIP WITH MUSLIMS Répondre en citant

ALERT ! SEC OF STATE JOHN KERRY ON U.S. RELATIONSHIP WITH MUSLIMS 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=pOhIvKRZJ_8


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 8 Sep - 22:21 (2014)    Sujet du message: OBAMA AGENDA - SEPTEMBER 8, 2014 Répondre en citant

September 8, 2014

-- President Obama will meet with Congressional leaders Tuesday and deliver a speech on Wednesday outlining his plans for a U.S. military response to ISIS, he said in an interview on NBC's "Meet the Press." The U.S. launched new airstrikes on Saturday targeting ISIS fighters who were moving toward the Haditha Dam on the Euphrates River, about 175 miles north of Baghdad. The strikes, on two towns about ten miles from the dam, are aimed at disrupting ISIS supply lines. (Washington Post, New York Times) Some military planners say destroying ISIS could require a military campaign lasting 36 months or more. (New York Times)

-- Obama also said he is likely to send military resources to West Africa to help contain the Ebola outbreak. The White House asked Congress last week to appropriate $58 million to deal with the disease. (Washington Post)

-- President Obama's decision to delay action on immigration measures until after Election Day came after weeks of debate between the White House and Capitol Hill Democrats. White House advisors got nervous about polling that showed any immigration action would negatively impact Democratic candidates in the midterms. (BuzzFeed) Erika Andiola, co-director of DREAM Action Coalition: "Latino community officially thrown under the bus by Obama." (Arizona Republic) Reid's Take: Obama put himself in a no-win situation by promising action at the end of summer if the House didn't act. The House was never going to act, and now even Obama's allies are upset. Andiola's quote is one version of about a dozen stories that appeared in big regional papers over the weekend.

-- The White House's spin: "ecause of the Republicans’ extreme politicization of this issue, the President believes it would be harmful to the policy itself and to the long-term prospects for comprehensive immigration reform to announce administrative action before the elections." (Washington Post)

http://www.washingtonpost.com/blogs/post-politics/wp/2014/09/08/read-in-welcome-back-congress-edition/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Sep - 03:11 (2014)    Sujet du message: OBAMA FULL SPEECH ON ISLAMIC STATE / SENATE HOMELAND SECURITY HEARING ON CYBERSECURITY AND TERROR THREATS Répondre en citant



DECLARATION OF WAR AGAINST ISIS



PEACE AND SECURITY

OBAMA FULL SPEECH ON ISLAMIC STATE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=jDosTWtzD60

SENATE HOMELAND SECURITY HEARING ON CYBERSECURITY AND TERROR THREATS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=PINnRUalCZY

https://www.youtube.com/watch?v=jDosTWtzD60


Dernière édition par maria le Jeu 11 Sep - 13:46 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Sep - 13:07 (2014)    Sujet du message: OBAMA PROMET DES FRAPPES CONTRE LES DJIHADISTES, OU QU'ILS SOIENT Répondre en citant



DECLARATION DE GUERRE CONTRE ISIS



OBAMA PROMET DES FRAPPES CONTRE LES DJIHADISTES, OU QU'ILS SOIENT

DECLARATION DE GUERRE CONTRE ISIS OU CONTRE DIEU?

Vous verrez que ce seront tous les chrétiens ou qu'ils soient et quelque soit leur dénomination qui seront sous attaque. Car pour le Nouvel Ordre Mondial et cette élite satanique, ce sont eux qui sont les vrais terroristes. « Nous poursuivrons les terroristes qui menacent notre pays, où qu'ils soient ». Le fait de vouloir entraîner et d'armer les rebelles syriens ou autres n'est rien de nouveau, mais cette fois-ci, le président veut unir les forces sunnites et autres groupes rebelles en partenariat avec les militaires alliés pour combattre supposément ISIS, en Irak et en Syrie. Forces qu'ils ont eux-même créé pour le grand jour de destruction. Le président est donc en train d'unir "officiellement" toutes les troupes combattantes islamistes ou autres sous son aile, pour lutter contre un ennemi commun.
Il a aussi rappelé la décapitation par les djihadistes de deux journalistes, James Foley et Steven Sotloff, qui a choqué le public américain. Cette guerre globale est donc basée sur le mensonge, car il n'y a aucunes preuves sur ses 2 décapitations, sinon le même message rapporté par cette caste luciférienne pour convaincre du bien fondé de l'action contre ISIS.


Mais qui est vraiment l'ennemi commun pour cette caste satanique? L'ennemi commun est le peuple qui véhicule les valeurs de Dieu. La complète destruction des valeurs judéo-chrétiennes : voilà le vrai but de cette guerre et ISIS a été créé justement pour cela. L'antichrist Obama et le Vatican vont accomplir les prophéties annoncées depuis des siècles. Mais à travers cela, Dieu utilisera l'Antichrist pour amener son jugement divin sur toutes les nations qui se sont soulevés contre Lui et contre la ville Sainte, et détruira ensuite cette grande armée qui se soulève contre Lui et Son peuple.

Obama contre l'État islamique. Non, pas du tout. Cette nouvelle guerre engendrera le chaos et la destruction sur toute la Terre, car ISIS de son côté, entreprendra une vaste destruction dans tous les pays, suite au message du président Obama. Toutes les cellules dormantes vont se réveiller pour lancer une offensive majeure sur tous les territoires. Et cela, nous pouvons le voir déjà avec de grands Imams qui appellent les factions islamistes à semer la terreur partout où ils se trouvent. Ceci amènera donc les nations à élever au maximum toules  leur mesures de sécurité. C'est ainsi que la loi martiale globale s'établira pour amener PAIX et SECURITE dans le monde. Ecoutez ce video qui vient tout juste de sortir, au lendemain du discours du Potus Obama.

Senate Homeland Security Hearing On Cybersecurity and Terror Threats




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=PINnRUalCZY


La PAIX est maintenant complètement enlevé de la Terre et les populations vivront dans une terreur permanente ne sachant jamais où ISIS pourrait frapper. Seul, le vrai peuple de Dieu trouvera à travers ce chaos, la PAIX spirituelle, quelque soit l'endroit où il se trouvera, car il connaît les prophéties annoncées depuis longtemps ainsi que les promesses à venir de leur Dieu. Cherchez donc refuge sous l'aile du Seigneur pendant qu'il en est encore temps pour votre âme et pour votre éternité.

La Bible nous dit que l'Antichrist fera la guerre aux saints. Je pense que son discours va dans ce sens si l'on comprend leur agenda global se cachant derrière tout ce langage dialectique. ISIS sera un jour détruit, mais comme le président le dit lui-même, cela prendra des années pour régler le problème.

-----

Mise à jour le jeudi 11 septembre 2014 à 0 h 20 HAE

Radio-Canada avec Associated Press, Reuters et Agence France-Presse

VIDEO : http://ici.radio-canada.ca/widgets/mediaconsole/medianet/7157123/?seektime=…


Obama contre l'État islamique : compte rendu de Christian Latreille, point de vue canadien avec Emmanuelle Latraverse et analyse de Charles-Philippe David

Le président américain, Barack Obama, est prêt à lancer des frappes aériennes en Syrie pour combattre l'État islamique (EI) et annonce que les raids contre les djihadistes seront étendus en Irak.

« Il faudra des années pour éradiquer ce cancer qu'est l'État islamique. » — Barack Obama

Dans un discours de 13 minutes prononcé depuis la Maison-Blanche, mercredi soir, M. Obama a annoncé l'envoi de 475 conseillers supplémentaires pour épauler les forces irakiennes. L'aide militaire destinée à l'opposition syrienne sera aussi augmentée.

Les États-Unis s'engagent dans une vaste campagne militaire visant à « affaiblir et à détruire » le groupe extrémiste, a affirmé le président. Il s'agit d'une mission fondamentalement différente de celles menées ces dernières années en Irak et en Afghanistan, étant donné qu'aucun militaire américain ne sera déployé au sol, a-t-il tenu à préciser.

M. Obama a rappelé que son pays avait lancé « avec succès » 150 frappes militaires contre des cibles de l'État islamique en Irak. La liste de cibles sera augmentée, a-t-il dit, pour inclure les « installations stratégiques, logistiques et opérationnelles » de l'état-major des djihadistes.

Le président dit compter désormais sur une « vaste coalition » de pays alliés qui prendront part à l'effort pour combattre les djihadistes.

« J'ai dit clairement que nous traquerons les terroristes qui menacent notre pays où qu'ils soient. Cela signifie que je n'hésiterai pas à agir contre l'EI en Syrie, ainsi qu'en Irak. » — Barack Obama

À lire aussi :

Le président demande au Congrès l'autorisation d'entraîner et d'armer les rebelles syriens qui combattent à la fois l'État islamiste et les troupes loyalistes du président Bachar Al-Assad en Syrie. Le gouvernement devra aussi débloquer la somme de 500 millions de dollars.

L'Arabie saoudite, un des plus importants alliés des États-Unis au Moyen-Orient, a offert d'accueillir les bases d'entraînements, a-t-il précisé. Il dit avoir l'autorité d'aller de l'avant avec son opération, mais qu'il préfère avoir l'appui du Congrès en signe d'unité.

Le président de la Chambre des représentants, le républicain John Boehener, n'a pas semblé emballé par le discours du président. Il a reconnu que M. Obama avait présenté des arguments solides pour des actions, il n'avait pas présenté un plan concret.

« Un discours n'est pas la même chose qu'une stratégie », a-t-il commenté.

Les États-Unis continueront aussi d'acheminer de l'aide humanitaire aux populations qui subissent les exactions des militants de l'EI.

Le Canada derrière les États-Unis

Le directeur des communications du premier ministre Stephen Harper a réitéré, après le discours, l'appui du Canada à la stratégie américaine. Il a rappelé que le Canada avait envoyé des conseillers et de l'aide humanitaire en Irak. Jason MacDonald a toutefois exclu que le Canada envoie des effectifs militaires en Syrie.

« Nous poursuivrons les terroristes qui menacent notre pays, où qu'ils soient »

Le président a voulu faire œuvre de pédagogie, en expliquant aux Américains que l'EI était une organisation terroriste qui menace la stabilité au Moyen-Orient et qui met en danger le personnel américain sur place.

« L'État islamique n'a rien à voir avec l'islam. Aucune religion ne demande de tuer des innocents [...]. Et l'État islamique n'est pas un État [...]. Aucun gouvernement ou peuple ne le reconnaît comme tel. C'est une organisation terroriste, pure et simple. Sa seule vision est le massacre de ceux qui se trouvent sur son chemin. » — Barack Obama

Il a aussi rappelé la décapitation par les djihadistes de deux journalistes, James Foley et Steven Sotloff, qui a choqué le public américain.

Barack Obama a insisté sur le fait qu'il ne s'agissait pas d'une guerre américaine. « Ce n'est pas notre guerre personnelle. La puissance américaine peut apporter une contribution décisive mais nous pouvons faire cette guerre à la place des Irakiens. Nous ne pouvons pas non plus remplacer nos partenaires arabes pour rendre la région plus sûre. Notre objectif est clair : nous affaiblirons et, à terme, détruirons l'État islamiste par une stratégie globale de contre-terrorisme ».



Le président s'était attiré les critiques de ses adversaires et d'une partie du public après avoir dit plus tôt cet été que les États-Unis n'avaient pas encore de stratégie pour lutter contre les djihadistes. Il avait aussi refusé de s'impliquer militairement en Syrie, l'an dernier, malgré l'usage par le régime de Bachar Al-Assad d'armes chimiques, un crime qu'il avait promis de punir.

Les États-Unis appuient les forces gouvernementales irakiennes et kurdes en bombardant depuis le début d'août les combattants radicaux sunnites de l'EI.

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/international/2014/09/10/009-annonce-b…


Loading...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 15 Sep - 22:43 (2014)    Sujet du message: ISIS IS NOT ISLAMIC? Répondre en citant

ISIS IS NOT ISLAMIC?

by Daniel Pipes
Sep 10, 2014

Cross-posted from National Review Online, The Corner

Translations of this item:



In a televised address this evening, President Barack Obama outlined his ideas on how to defeat the Islamic State. Along the way, he declared the organization variously known as ISIS or ISIL to be "not Islamic."

In making this preposterous claim, Obama joins his two immediate predecessors in pronouncing on what is not Islamic. Bill Clinton called the Taliban treatment of women and children "a terrible perversion of Islam." George W. Bush deemed that 9/11 and other acts of violence against innocents "violate the fundamental tenets of the Islamic faith."



Word magic permits Obama to turn ISIS into a "not Islamic" organization.

None of the three has any basis for such assertions. To state the obvious: as non-Muslims and politicians, rather than Muslims and scholars, they are in no position to declare what is Islamic and what is not. As Bernard Lewis, a leading American authority of Islam, notes: "it is surely presumptuous for those who are not Muslims to say what is orthodox and what is heretical in Islam." (That Obama was born and raised a Muslim has no relevance here, for he left the faith and cannot pronounce on it.)


Indeed, Obama compounds his predecessors' errors and goes further: Clinton and Bush merely described certain actions (treatment of women and children, acts of violence against innocents) as un-Islamic, but Obama has dared to declare an entire organization (and quasi-state) to be "not Islamic."

The only good thing about this idiocy? At least it's better than the formulation by the Council on American-Islamic Relations (known as CAIR) which has the nerve to call ISIS "anti-Islamic."

In the end, though, neither U.S. presidents nor Islamist apologists fool people. Anyone with eyes and ears realizes that ISIS, like the Taliban and Al-Qaeda before it, is 100 percent Islamic. And most Westerners, as indicated by detailed polling in Europe, do have eyes and ears. Over time, they are increasingly relying on common sense to conclude that ISIS is indeed profoundly Islamic. (September 10, 2014)


Sep. 10, 2014 addenda: (1) John Rossomando of the Investigative Project on Terrorism gathers more Islamist apolegetics at "Muslim Leaders Insist Islamic State Not Islamic."

(2) A reader asked me: If Obama, as non-Muslim, is in no position to decide ISIS is not Islamic, how am I, as non-Muslim, to decide that it is Islamic? Clever question, but I am not deciding anything, just listening to the claims made by ISIS and acknowledging them. More generally, if someone says he's Muslim, I take his word for it. Incidentally, f someone (e.g., Obama himself) says he's Christian, I take his word for it too. I am not in the business of judging theology or hearts.

http://www.danielpipes.org/blog/2014/09/isis-is-not-islamic


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Sep - 01:02 (2014)    Sujet du message: ADDITIONAL FOOTAGE - IMAGE OF THE BEAST (UPDATED) Répondre en citant

ADDITIONAL FOOTAGE - IMAGE OF THE BEAST (UPDATED)



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=fy5tzRGXH4U


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Sep - 02:06 (2014)    Sujet du message: OBAMA "WE STAND TOGETHER TO DEFEND THIS COUNTRY WE LOVE AND TO MAKE SURE JUSTICE IS DONE!" Répondre en citant






OBAMA "WE STAND TOGETHER TO DEFEND THIS COUNTRY WE LOVE AND TO MAKE SURE JUSTICE IS DONE!"


40 countries join Obama. Unity between EI and moderate rebels. Be prepare, the war is not against ISIS but the seed of God.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=TF32TGcdEZU


Dernière édition par maria le Ven 26 Sep - 19:36 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 00:34 (2014)    Sujet du message: REPLAY : REVIVEZ LE DISCOURS DE BARACK OBAMA DEVANT L'ONU Répondre en citant

69e assemblée des Nations Unies 24-09-2014



REPLAY : REVIVEZ LE DISCOURS DE BARACK OBAMA DEVANT L'ONU

"Nous bloquerons le cancer de l'extrémiste"
Barack Hussein Obama

 


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=EcY6d6Mhg-U


Dernière édition par maria le Jeu 25 Sep - 12:19 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 01:14 (2014)    Sujet du message: GREAT DECEPTION LEADER OF LIES - Christian Video Channel Répondre en citant

GREAT DECEPTION LEADER OF LIES - Christian Video Channel



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=GNvnmgszQHQ


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 01:23 (2014)    Sujet du message: THIS IS NOT A JOKE : WAIT UNTIL YOU SEE THE NAME OF THE CHARITY THE OBAMAS PARTNERED WITH ON 9/11 Répondre en citant

THIS IS NOT A JOKE : WAIT UNTIL YOU SEE THE NAME OF THE CHARITY THE OBAMAS PARTNERED WITH ON 9/11

September 12, 2014 By Jennifer Burke



On September 11, 2001, the Twin Towers of the World Trade Center exploded after 2 planes taken over by Islamic terrorists flew into them. Nearly 3,000 people died in the carnage. It is a day that was filled with fear and anger.



Since that day, Americans around the country have paid homage to those lives lost as we mark that dreadful anniversary each year. Barack and Michelle Obama, however, found an interesting and questionable way, as they claim, to remember 9/11.

The Obamas have encouraged Americans to participate in a day of service on 9/11. That may be a good intention, but many fail to see how that commemorates the day in any capacity that helps us never forget. If that is what they chose to do, that is one thing. But, for a president who recently stated he regretted golfing less than eight minutes after his speech about the beheading of James Foley because the optics were not good, this choice of service seems rather odd and very insensitive.


That’s right. Barack and Michelle Obama served a charity called KABOOM to remember 9/11.



While the charity itself may fit in with Mrs. Obama’s quest to get kids moving, perhaps a better charity event on this day would have been to raise money to do some kind of special program for the children and grandchildren of those who perished at the hands of Islamic terrorists on 9/11.

The folks on Twitter went ballistic.

What in the world were the Obamas thinking?

H/T Twitchy

http://www.tpnn.com/2014/09/12/this-is-not-a-joke-wait-until-you-see-the-na…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 03:10 (2014)    Sujet du message: LES ETATS-UNIS APPELLENT A RENFORCER LA COHESION DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE Répondre en citant

LES ETATS-UNIS APPELLENT A RENFORCER LA COHESION DE LA COMMUNAUTE INTERNATIONALE


Le Président des Etats-Unis, Barack Obama. Photo ONU/Mark Garten

24 septembre 2014 – Dans son discours à l'Assemblée générale de l'ONU, le Président des États-Unis, Barack Obama, a déclaré mercredi que son pays refusait de fonder l'ensemble de sa politique étrangère sur la réaction au terrorisme, mais qu'il mènerait une campagne ciblée contre l'État islamique d'Iraq et du Levant (EIIL), Al-Qaïda et les groupes associés.

« L'EIIL a terrorisé tous ceux qui se sont trouvé sur son chemin en Iraq et en Syrie. Les mères, les sœurs et les filles ont été victimes de viols comme arme de guerre. Des enfants innocents ont été abattus. Les cadavres ont été jetés dans des fosses communes. Les minorités religieuses ont été délibérément affamées. Les crimes les plus horribles que l'on puisse imaginer ont été commis, des personnes innocentes ont été décapitées, et des vidéos montrant ces atrocités ont été diffusées pour heurter la conscience du monde », a affirmé M. Obama.

« Nous avons réaffirmé que les Etats-Unis ne sont pas et ne seront jamais en guerre contre l'islam. Donc, nous rejetons toute suggestion d'un choc des civilisations », a-t-il souligné. « L'avenir de l'humanité dépend de notre capacité à nous unir contre ceux qui voudraient nous diviser sur des différences tribales, sectaires, raciales ou religieuses ».

Le Président américain s'est félicité que plus de 40 pays aient proposé de se joindre à une coalition créée pour combattre la menace posée par l'EIIL, et il a lancé un appel aux pays du monde à se joindre à cet effort.

Quant à la situation en Ukraine, M. Obama a accusé la Russie d'avoir annexé la Crimée contre la volonté du gouvernement ukrainien et d'avoir armé les séparatistes dans l'est du pays, alimentant la violence et un conflit qui a tué des milliers de personnes. Lorsque l'Ukraine a commencé à reprendre le contrôle de son territoire, la Russie a renoncé à la prétention de se contenter de soutenir les séparatistes, et des troupes ont franchi la frontière, a affirmé le Président des États-Unis.

« Nous allons imposer un coût à la Russie pour cette agression, et contrer les mensonges avec la vérité. Nous appelons les autres nations à nous rejoindre pour être du bon côté l'histoire – car si des gains modestes peuvent être gagnés par la force militaire, ils finiront par perdre si suffisamment de voix soutiennent le principe de la liberté des nations et des peuples à prendre leurs propres décisions », a déclaré M. Obama.

Concernant l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, le chef d'État américain a rappelé que son pays a dépêché des médecins et des spécialistes dans la région pour aider à endiguer la maladie et à trouver un traitement efficace.

« Nous devons renforcer les efforts pour arrêter une maladie qui risque de tuer des centaines de milliers de personnes, infliger des souffrances considérables, déstabiliser les économies, et provoquer une vague de déplacements. Il est facile de voir cela comme un problème lointain - jusqu'à ce qu'il ne le soit plus. C'est pourquoi nous allons continuer à mobiliser d'autres pays à prendre des engagements concrets pour lutter contre cette épidémie et améliorer la sécurité sanitaire mondiale à long terme », a expliqué M. Obama.

Le Président des États-Unis a souligné que les problèmes actuels dans le monde qu'il a évoqués sont les symptômes de l'incapacité du système international à suivre la cadence dans un monde de plus en plus interconnecté.

« Nous n'avons pas suffisamment investi dans les systèmes de santé publique dans les pays en développement. Trop souvent, nous avons choisi de ne pas appliquer les normes internationales lorsque cela était perçu comme inopportun. Et nous n'avons pas suffisamment confronté l'intolérance, le sectarisme et le désespoir qui alimentent l'extrémisme dans de nombreuses régions du monde », a indiqué M. Obama.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33361#.VCNquic0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Sep - 03:20 (2014)    Sujet du message: ADDRESSING UN ASSEMBLY, US PRESIDENT URGES COOPERATION TO COMBAT EXTREMISM, RENEW MULTILATERAL SYSTEM Répondre en citant

ADDRESSING UN ASSEMBLY, US PRESIDENT URGES COOPERATION TO COMBAT EXTREMISM, RENEW MULTILATERAL SYSTEM

VIDEO : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48813#.VCNtNyc0iSo

Barack Obama, President of the United States of America, addresses the general debate of the sixty-ninth session of the General Assembly. UN Photo/Mark Garten

24 September 2014 – With the world at a crossroads “between war and peace, disorder and integration”, United States President Barack Obama today urged cooperation at the United Nations to tackle “two defining questions at the root of many of our challenges”: rebuilding the fractured multilateral system on which the UN is based and “rejecting the cancer of violent extremism” spread by groups such as the Islamic State of Iraq and the Levant (ISIL).

“There is a pervasive unease in our world – a sense that the very forces that have brought us together have created new dangers, and made it difficult for any single nation to insulate itself from global forces,” Mr. Obama said, noting that right now, “an outbreak of Ebola overwhelms public health systems in West Africa; Russian aggression in Europe recalls the days when large nations trampled small ones in pursuit of territorial ambition; and the brutality of terrorists in Syria and Iraq forces us to look into the heart of darkness.”

“We come together with a choice to make – we can renew the international system that has brought so much progress or allow ourselves to be pulled back by more and more outbreaks of instability. For America, the choice is clear. We choose hope over fear,” said Mr. Obama, urging a world shaped through collective effort, rejecting fatalism or cynicism.

With “much to be done to meet the text of this moment” he said, firstly, all nations must observe and enforce international norms. In that regard, he flagged Russia’s actions in Ukraine as a challenge to post-war order. “Against the will of the Government in Kiev, Crimea was annexed. Russia poured arms into Eastern Ukraine, fuelling violent separatists and a conflict that has killed thousands…this is a vision of the world in which might makes right.”
Rejecting that vision, he said the US would “reinforce our NATO allies, and uphold our commitment to collective defence. We will impose a cost on Russia for aggression, and counter falsehoods with the truth. We call upon others to join us on the right side of history.” He also suggested the path of diplomacy and peace and the ideals the UN is designed to uphold.

Turning to today’s other main challenge, Mr. Obama said: "As we look to the future, one issue risks a cycle of conflict that could derail such progress…and that is the cancer of violent extremism that has ravaged so many parts of the Muslim world." Collectively, the world must take concrete steps to address the danger posed by “religiously motivated fanatics, and the trends that fuel their recruitment.”

“The terrorist group known as the Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) must be degraded, and ultimately destroyed,” he said, emphasizing that the group has terrorized all who they come across in Iraq and Syria ¬– women and girls had been subjected to rape as a weapon of war; children had been gunned down; religious minorities had been starved to death; and innocent human beings had been beheaded on video.

“No God condones this terror. No grievance justifies these actions. There can be no reasoning – no negotiation – with this brand of evil. The only language understood by killers like this is the language of force. So the United States of America will work with a broad coalition to dismantle this network of death,” the President declared.

Emphasizing that the United States would not act alone in that effort or send troops to occupy foreign, he said that instead, his Government would support Iraqis and Syrians fighting to reclaim their communities. “We will use our military might in a campaign of air strikes to roll back ISIL,” he declared, noting that already, over 40 nations have offered to join his country’s coalition against the extremist group.

“Today, I ask the world to join in this effort. Those who have joined ISIL should leave the battlefield while they can. Those who continue to fight for a hateful cause will find they are increasingly alone. For we will not succumb to threats; and we will demonstrate that the future belongs to those who build – not those who destroy. “

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48813#.VCNtNyc0iSo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Sep - 19:53 (2014)    Sujet du message: THE BEAST : THE LAWLESS ONE CHAIRS AS HEAD OF THE U.N. SECURITY COUNCIL (SEPT 24, 2014) Répondre en citant




THE BEAST : THE LAWLESS ONE CHAIRS AS HEAD OF THE U.N. SECURITY COUNCIL (SEPT 24, 2014)

The first beast (Pope Francis) gave his power to the second beast (President Obama) to accomplish the "divine" mission.

"And I beheld another beast coming up out of the earth; and he had two horns like a lamb, and he spake as a dragon.
And he exerciseth all the power of the first beast before him, and causeth the earth and them which dwell therein to worship the first beast, whose deadly wound was healed."
Revelation 13:11-12

"And it was given unto him to make war with the saints, and to overcome them: and power was given him over all kindreds, and tongues, and nations.
And all that dwell upon the earth shall worship him, whose names are not written in the book of life of the Lamb slain from the foundation of the world."
Revelation 13:7-8



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=napzuK5Vqeo


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:25 (2016)    Sujet du message: OBAMA - SON AGENDA - SON ÉQUIPE -- OBAMA - HIS AGENDA - HIS TEAM (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> OBAMA- SON AGENDA - SON ÉQUIPE -- OBAMA - HIS AGENDA - HIS TEAM (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 4 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com