LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LES RUSES UTILISÉES PR RÉDUIRE LES POPULATIONS (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> LES RUSES UTILISÉES PR RÉDUIRE LES POPULATIONS (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 22 Sep - 13:32 (2014)    Sujet du message: DOWN SYNDROME BABIES SHOULD BE KILLED, URGES TOP SCIENTIST Répondre en citant

DOWN SYNDROME BABIES SHOULD BE KILLED, URGES TOP SCIENTIST

Monday, September 08, 2014 by: L.J. Devon, Staff Writer

Tags: abortion, Down syndrome, Richard Dawkins


(NaturalNews) Top scientist Richard Dawkins isn't interested in protecting life on Earth. He's only interested in protecting a planet full of people that he approves of. To him, Down syndrome babies have no importance in the world and should be terminated before they take their first breath. With the right prenatal testing, Dawkins believes that Down syndrome can be detected early, and the baby can be discarded as medical waste so they won't waste any space on planet Earth. In a way, Dawkins is like Adolf Hitler, preparing his preferred race with the perfect qualities. He has no patience to care and love people who are slower than him. His brilliance is the model to live by, and babies with Down syndrome are apparently not fit for the world that he wants.

Richard Dawkins recently stated publicly on Twitter that it's the moral thing to abort babies with Down syndrome before they have a chance to be born. The Twitter conversation began with Dawkins displaying a picture of pro-life supporters in Ireland -- a country that does not endorse abortion or subsidize it. Dawkins criticized Ireland for its pro-life stance, writing, "Ireland is a civilised country except in this 1 area."

One woman questioned Dawkins' tweet, asking, "994 human beings with Down Syndrome deliberately killed before birth in England and Wales in 2012. Is that civilised?"

Dawkins replied, endorsing mass pre-meditated death of children with Down syndrome, "Yes, it is very civilised. These are fetuses, diagnosed before they have human feelings."

Another commenter chimed in, confused, "I honestly don't know what I would do if I were pregnant with a kid with Down Syndrome. Real ethical dilemma."

Dawkins reassured the man that it was the moral thing to take out children with Down syndrome before they are born. "Abort it and try again," he wrote. "It would be immoral to bring it into the world if you have the choice."

This brings up the following questions: What if Richard Dawkins was born with a chromosomal disorder? Is it then moral to terminate his life? Where does Dawkins draw the line when pre-engineering a perfect human race? Should all children with deformities or cognitive impairments be discarded?

Taking the gift of life for granted

The most passionate pro-life army would probably be the 54.5 million people and counting who were ripped out of the womb over the past 40 years in the US. What if Dawkins had been one of them? He could have seized to exist. These people, discarded as medical waste, never had a say in the matter of their own life and were never allowed to take their first breath outside their mothers' wombs. They were never given a chance. If they were allowed to speak today, every one of them would say it's the adult's moral responsibility to protect life conceived in the womb.

These people, who were denied their entire life's liberty and every single possible choice, represented a new beginning, a clean slate. They never posed a threat to society and could have changed the world in a positive way, yet they were discarded as fetuses without feelings.

Court rulings like the 1973 Roe vs. Wade decision never restored women's privacy and freedom of choice. The ruling only encouraged and subsidized the deaths of millions of future women and men who could have helped build a more compassionate society.

When abortion became federally endorsed, the medical procedure was no longer a last-ditch option; it became encouraged, and death has multiplied since then. The ruling never really protected freedom of choice; it only encouraged the death of millions who will never get a single choice.

By not respecting life and protecting it at all costs, society begins to endorse relative morality. When people are encouraged to harm others and take life, lawlessness abounds, even while it is endorsed by the law itself.

When life is respected first, then liberty can abound. The so-called liberty that the court "granted" is only an illusion of choice.

At the same time, being for life doesn't mean that one should condemn women who've undergone abortions in the past. Women and men are both greatly impacted emotionally and spiritually after going through with an abortion. The last thing that they need is some zealot waving a sign in their face and telling them they should go to jail or hell.

All men and women have an inherent choice to either protect life or discard it. It's just sad to see a leading scientist like Richard Dawkins regard human life so flippantly. Instead of subsidizing abortion and encouraging the genocide of people with chromosomal disorders, we should be empowering men and women with hope, education and resources to raise their families. The world would become a better place if a conscious shift occurred -- a heart change that values life and compassion for all human beings, no matter the cost.

Sources for this article include:

http://www.independent.co.uk

http://www.lifenews.com

http://science.naturalnews.com


http://www.naturalnews.com/046831_abortion_Down_syndrome_Richard_Dawkins.ht…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 22 Sep - 13:32 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 22 Oct - 17:12 (2014)    Sujet du message: 300,000 PEOPLE IN U.S. HAVE CHAGAS DISEASE AS COUNTRY UNSURE HOW TO DEAL WITH GROWING THREAT Répondre en citant

300,000 PEOPLE IN U.S. HAVE CHAGAS DISEASE AS COUNTRY UNSURE HOW TO DEAL WITH GROWING THREAT

Published October 21, 2014
Fox News Latino


A screenshot from a video of a triatomine, or "kissing bug," that transmits Chagas Disease. (YouTube)


As the world continues to grapple with the Ebola epidemic raging in West Africa, there's growing concern about another invasive disease whose origin is much closer to home.

Chagas – along with its cousins Dengue Fever and the Chikungunya virus – is a disease found mainly in Latin America, but is starting to gain a foothold in the U.S. Caused by a parasite inside triatomines, or "kissing bugs," Chagas causes fever, fatigue, body aches, headache and other symptoms in its early stages, while more severe symptoms such as cardiac arrest and megacolon emerge in its chronic phase.

While the disease is found mainly in poor, rural parts of Latin America – the U.S.’s Center for Disease Control estimates that 8 million people in the region live with the disease – isolated cases of Chagas have begun to crop up throughout the U.S. in places like Louisiana, Texas and Virginia
. The CDC believes that there are currently 300,000 people infected with Chagas in the U.S., enough for a clinic devoted to diagnosing and treating the disease to open at Olive View-UCLA Medical Center in Los Angeles and doctors in New York City and Georgia to start screening patients who have travelled to Latin America.


The disease is not classified by health officials as endemic, leaving many doctors to fail to diagnose Chagas or not think that people could contract the disease in the U.S. Medical research, however, suggests that 40,000 pregnant North American women may be infected with the disease at any given time, resulting in 2,000 congenital cases through mother-to-child transmission.

“It’s not something that we think of asking right away,” Julie-Ann Crewalk, a pediatrician who has handled Chagas cases, told The Atlantic
. “I wouldn’t be surprised if the numbers were higher and we’re just not seeing it.”


The U.S. is not the only country seeing new cases. Spain is now grappling with a rise in Changa cases because 80,000 migrants from Latin America are living with the illness, according to the BBC.

Chagas was named after Brazilian doctor Carlos Chagas who first described the disease – also known as as American trypanosomiasis - in 1909, while combating a malaria outbreak in a small town called Lassance. The disease is spread by bites or fecal matter deposited on the skin of a human by the triatomines, or "kissing bugs," called so because they tend to leave bites around the mouth.

The disease can also spread from congenital transmission - from a pregnant woman to her baby - by blood transfusion, organ transplantation, consumption of uncooked food contaminated with feces from infected bugs or accidental laboratory exposure.

Treatment of the disease is done through antiparasitic drugs to kill the parasite, but that can only be done if the Chagas is caught in its early stages. If it goes untreated past its acute stage, the Chagas can only be managed by patients with chronic cardiac or intestinal problems by devices like pacemakers and medications for irregular heartbeats.

Despite the 300,000 or so people living in the U.S. that have Chagas disease, the CDC and health experts in the U.S. say that most of these people suffering from the disease
have immigrated to the country and the biggest risk of contracting this disease is traveling to areas where Chagas is endemic.


http://latino.foxnews.com/latino/health/2014/10/21/300000-people-in-us-have-chagas-disease-as-country-unsure-who-to-deal-with/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Oct - 01:09 (2014)    Sujet du message: "TROP D'ENFANTS SONT PRIVES DU DROIT A LA VIE" Répondre en citant

"TROP D'ENFANTS SONT PRIVES DU DROIT A LA VIE"

Traduction Google

“The World Social Forum is fully committed to the spread of abortion, homosexuality and communism,”...
Le Forum Social Mondial se consacre complètement à la propagation d'avortement, à l'homosexualité et au communisme

“There is simply no way that a Catholic in good conscience can have anything to do with it at all. But for a Catholic agency (Caritas Internationalis) to actually participate in such an organization’s governance is a gross betrayal of Holy Mother Church!”...
Il n'y a simplement aucune voie qu'un Catholique en bonne conscience puisse avoir à faire avec tout cela. Mais pour une agence Catholique (Caritas Internationalis) de vraiment participer au gouvernement d'une telle organisation est une traîtrise brute à la Sainte Mère l'Eglise.

https://www.lifesitenews.com/news/caritas-internationalis-on-governing-body-of-radical-communist-pro-abortion?utm_source=LifeSiteNews.com+Daily+Newsletter&utm_campaign=09a8122d95-LifeSiteNews_com_US_Headlines_06_19_2013&utm_medium=email&utm_term=0_0caba610ac-09a8122d95-397379915

-----

Dénonciation du Saint-Siège à l'ONU
Rome, 20 octobre 2014 (Zenit.org) Anne Kurian 

« Trop d'enfants sont privés du droit le plus fondamental : le droit à la vie », déclare le Saint-Siège qui dénonce « la sélection prénatale » des bébés « soupçonnés d'être handicapés et des enfants de sexe féminin ».

Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations-Unies à New York, a pris la parole devant la troisième commission de la 69e session de l'Assemblée générale des Nations Unies, sur le thème des Droits des enfants, le 17 octobre 2014.

Privés du droit à la vie


L'archevêque a souligné les « énormes défis » de la communauté internationale pour assurer aux enfants « la protection à laquelle ils ont droit » alors que « chaque conflit, chaque épidémie, chaque catastrophe naturelle fait reculer les progrès en matière de réduction de la mortalité infantile et d'accès à la nutrition, à l'eau potable et à l'éducation ».

Il a spécialement dénoncé « les tragédies perpétrées par l'homme et dont les enfants sont victimes » : « au cours des dernières années, près de trois millions d'enfants ont été tués dans les conflits armés; six millions ont été laissés handicapés; des dizaines de milliers mutilés par les mines antipersonnel ».

Mais les enfants sont aussi « instrumentalisés » : « le recrutement d'enfants soldats et d'enfants forcés à commettre des actes terroristes persiste » et « se propage dans certaines régions où ce phénomène n'était pas endémique ».

« Par ailleurs, ma délégation rappelle que trop d'enfants sont privés du droit le plus fondamental : le droit à la vie », a poursuivi Mgr Auza, déplorant « la sélection prénatale qui élimine les bébés soupçonnés d'être handicapés et les enfants de sexe féminin ».

Outre les enfants privés de « nourriture, de logement et de soins de santé suffisants », le Saint-Siège a exprimé sa préoccupation pour « la vente d'enfants à des trafiquants, l'exploitation sexuelle, le travail forcé, la prostitution des enfants et la pornographie impliquant des enfants ».

Responsabilité de la famille

« L'élimination de la violence contre les enfants exige que les États, les gouvernements, la société civile et les communautés religieuses soutiennent et permettent à la famille de s'acquitter de sa responsabilité propre », a estimé l'archevêque.

Il s'agit donc de « se recentrer sur le rôle de la famille dans le développement pour faire face aux multiples défis qui menacent le développement global des enfants », y compris dans les pays développés et industrialisés.

Mgr Auza a souligné en ce sens le rôle de conseil des parents pour l'accès des enfants à Internet, en « minimisant les risques sans limiter les compétences de l'enfant et les possibilités d'apprentissage ».

Évoquant le 25e anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant (20 novembre 1989), il a invité à « promouvoir des activités de sensibilisation afin d'améliorer la connaissance autour de ces questions ».

L’Église catholique, a assuré l'archevêque, « continue à s'engager pour la libération et la réintégration des enfants soldats » et « à travers ses plus de 300.000 institutions sociales et éducatives à travers le monde », elle « travaille tous les jours pour assurer à la fois l'éducation et la nourriture aux enfants, ainsi que la réintégration des victimes de violence dans leur famille et dans la société ».

(20 octobre 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/trop-d-enfants-sont-prives-du-droit-a-la-v…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Nov - 01:53 (2014)    Sujet du message: THE END OF CALIFORNIA? FUKUSHIMA RADIATION AND RELATED DEATHS Répondre en citant

THE END OF CALIFORNIA? FUKUSHIMA RADIATION AND RELATED DEATHS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=syk3PWu9_EY


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 13 Nov - 02:27 (2014)    Sujet du message: STERILISATIONS DE MASSE EN INDE : 8 FEMMES MEURENT, DES DIZAINES HOSPITALISEES Répondre en citant

STERILISATIONS DE MASSE EN INDE  : 8 FEMMES MEURENT, DES DIZAINES HOSPITALISEES



Huit femmes sont mortes et des dizaines d'autres ont dû être hospitalisées dans le centre de l'Inde à la suite d'un programme de stérilisation de masse, organisé par l'Etat, qui a tourné au drame.
   
Une soixantaine de femmes souffrent de complications consécutives à cette opération chirurgicale organisée samedi et 24 d'entre elles sont dans un état grave, ont annoncé les autorités de l'Etat de Chhattisgarh mardi.

"Les signalements faisant état de baisse de tension, de vomissements, et d'autres symptômes se sont multipliés lundi parmi ces femmes, opérées dans le cadre d'une opération du planning familial", a dit Sonmani Borah, un responsable administratif du district de Bilaspur, à l'AFP.
   
"Huit femmes sont mortes depuis lundi et 64 sont hospitalisées depuis lundi", a-t-il ajouté.
   
Le gouvernement de l'Etat a lancé une enquête et des habitants de Bilaspur sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et demander des sanctions contre les médecins.  
 

20 euros pour les volontaires
   

Des opérations de stérilisation sont régulièrement organisées dans divers Etats de l'Inde dans le cadre d'un programme national qui prévoit d'accorder 1.400 roupies (20 euros) aux femmes volontaires.
   
Avides de remplir leurs objectifs, certains gouvernements offrent également des biens, tels qu'une voiture ou de l'électroménager, pour recruter des couples volontaires.
   
Nombre d'ONG dénoncent la fixation d'objectifs chiffrés au niveau de certains Etats qui entraîne des dérives, certaines femmes se retrouvant contraintes à une stérilisation, souvent dans des conditions médicales déplorables.
 
 L'an dernier, les autorités du Bengale occidental (est) avaient été vivement critiquées après la diffusion d'images montrant des femmes laissées inconscientes dans un champ après une opération de stérilisation de masse dans un hôpital incapable d'accueillir un nombre important de patientes.
   
 
Toutes les femmes opérées en cinq heures
   
Selon le quotidien Indian Express, concernant l'opération de samedi dans le Chhattisgarh, les femmes ont toutes été opérées en environ cinq heures par un chirurgien et son assistant.

"Il n'y a pas eu de négligence. Il s'agit d'un médecin expérimenté. Nous allons enquêter" sur cet accident, a dit le principal responsable du secteur de la santé du district de Bilaspur, R.K. Change au quotidien.
 
 Le médecin chef du principal hôpital de Bilaspur, qui a accueilli nombre de victimes, a déclaré ne pas pouvoir expliquer ce qui s'est passé pour le moment.

 "Il serait prématuré de spéculer sur les raisons de cette tragédie. Nous donnons la priorité aux traitements de ces femmes, hospitalisées après une chute de leur pression sanguine", a dit Ramnesh Murthy lundi soir aux journalistes.

"Nous n'aurons d'explications qu'une fois les autopsies achevées", a-t-il déclaré.
   
En 2012, l'ONG Human Rights Watch avait exhorté, dans un rapport, le gouvernement à mettre en place un système d'alerte indépendant pour faire remonter toutes les informations concernant des stérilisations forcées et de mauvaises conditions d'hygiène dans les centres.

Elle recommandait aussi au gouvernement de mieux former les fonctionnaires chargés de conseiller les hommes en matière de choix de contraception, des recommandations encore peu suivies.
   
Le programme de planning familial en Inde est essentiellement centré sur les femmes et les experts estiment que la stérilisation des hommes n'est pas acceptée socialement.
   
Environ un tiers de la population ayant recours au planning familial (54% de la population totale) opte pour la stérilisation de la femme, selon des chiffres officiels de 2008. L'Inde compte environ 1,25 milliard d'habitants et pourrait être le pays le plus peuplé au monde d'ici à vingt ans.


Source: AFP  
11-11-2014 - 13:06 Dernière mise à jour 11-11-2014 - 13:06

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=20&frid…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Nov - 00:28 (2014)    Sujet du message: MORE THAN 600 REPORTED CHEMINCAL EXPOSURE IN IRAQ, PENTAGON ACKNOWLEDGES Répondre en citant

MORE THAN 600 REPORTED CHEMINCAL EXPOSURE IN IRAQ, PENTAGON ACKNOWLEDGES

I'm sure it's more than that. What about the civilians who were contaminated?

By C. J. CHIVERSNOV. 6, 2014


Secretary of Defense Chuck Hagel at a news conference last week. A review he ordered uncovered the reports of exposure. Credit Michael Reynolds/European Pressphoto Agency

More than 600 American service members since 2003 have reported to military medical staff members that they believe they were exposed to chemical warfare agents in Iraq, but the Pentagon failed to recognize the scope of the reported cases or offer adequate tracking and treatment to those who may have been injured, defense officials say.

The Pentagon’s disclosure abruptly changed the scale and potential costs of the United States’ encounters with abandoned chemical weapons during the occupation of Iraq, episodes the military had for more than a decade kept from view.

This previously untold chapter of the occupation became public after an investigation by The New York Times revealed last month that although troops did not find an active weapons of mass destruction program, they did encounter degraded chemical weapons from the 1980s that had been hidden in caches or used in makeshift bombs.

The Times initially disclosed 17 cases of American service members who were injured by sarin or a sulfur mustard agent. And since the report was published last month, more service members have come forward, pushing the number who were exposed to chemical agents to more than 25. But an internal review of Pentagon records ordered by Defense Secretary Chuck Hagel has now uncovered that hundreds of troops told the military they believe they were exposed, officials said.

Read more : http://www.nytimes.com/2014/11/07/world/middleeast/-more-than-600-reported-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Nov - 05:15 (2014)    Sujet du message: DISEASES ACKNOWLEDGED BY THE UNITED STATES GOVERNMENT TO BE CAUSED BY PARTICIPATION IN ATMOSPHERIC TESTING OF NUCLEAR WEAPONS Répondre en citant

DISEASES ACKNOWLEDGED BY THE UNITED STATES GOVERNMENT TO BE CAUSED BY PARTICIPATION IN ATMOSPHERIC TESTING OF NUCLEAR WEAPONS

Leukaemia (other than chronic Iymphocytic leukaemia)

Cancer of the Thyroid

Cancer of the Breast

Cancer of the Pharynx

Cancer of the Oesophagus

Cancer of the Stomach

Cancer of the small intestine

Cancer of the Pancreas

Multiple Myeloma

Lymphomas (except Hodgkinís disease)

Cancer of the Bile Ducts

Cancer of the Gall Bladder

Cancer of the liver (except if cirrhosis or hepatitis indicated)

Cancer of the urinary tract, which also translates to the bladder and kidneys

Cancer of the salivary glands

Incorporated into public law 100-321, 20.5.88.

“This law gives US atomic exservicemen due recognition for the unusual service they rendered, and is an expression of gratitude of the American people toward their atomic veterans The law enables Veteran Affairs benefits to flow to US atomic veterans who are afflicted. The US government m relation to nuclear veterans considers the nature of service plus the development of any of the above diseases sufficient cause to quality for Veteran Benefits regardless of recorded dose rates received. All US nuclear test service personnel are officially Veterans.”

http://nuclearhistory.wordpress.com/2011/12/31/diseases-acknowledged-by-the-united-states-government-to-be-caused-by-participation-in-atmospheric-testing-of-nuclear-weapons/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Nov - 01:39 (2014)    Sujet du message: DES SCIENTIFIQUES DECOUVRENT QUE LA MOITIE DE LA POPULATION EST ATTEINTE D'UN VIRUS QUI REND CON Répondre en citant

DES SCIENTIFIQUES DECOUVRENT QUE LA MOITIE DE LA POPULATION EST ATTEINTE D'UN VIRUS QUI REND CON

Ce qu'il ne faut pas entendre de la part de ces grands scientifiques pour nous vendre leur merde de vaccin, dont plusieurs détruisent complètement l'immunité du système, le cerveau dont plusieurs sont aujourd'hui grandement handicapé, quand ils ne sont pas tout simplement mort. Vous verrez, on nous sortira  un nouveau "remède" apparaître dans très peu de temps, et les ignorants iront en courant pour réclamer le vaccin miracle. Se croyant sage, ils sont devenus fous. Oui, exact, les cons et les fous, ces psychopathes démoniaques, ce sont justement ceux-là même qui nous arrive avec de telles idioties.

jeudi 13 novembre 2014



tr_bq a écrit:



Logé dans notre gorge, ce virus diminue les fonctions cognitives de notre cerveau, sans qu'on s'en rende compte.

Nommé « Chlorovirus ATCV-1 », il vient d'être découvert par des chercheurs américains. Alors qu'ils étudiaient les microbes qui se logent dans notre gorge, les chercheurs ont trouvé ce virus complétement par hasard.

Il provient des algues vertes

Trouvé par simple coïncidence, il se pourrait que ce virus existe depuis de nombreuses années sans qu'aucun médecin ne le détecte. Le plus surprenant pour les chercheurs a pourtant été de découvrir que ce microbe n'est pas inconnu : il est présent dans les algues vertes. A l'heure actuelle, le virus se loge dans notre gorge sans qu'on ait trouvé comment et pourquoi. Il semblerait qu'il ne soit pas nécessaire d'avoir été en contact direct avec l'algue pour être infecté, les scientifiques ne savent donc pas comment l'expliquer.

Il diminue nos fonctions cognitives

En clair, cela signifie que le Chlorovirus ATCV-1 affecte notre cerveau en affaiblissant nos fonctions visuelles, notre capacité à se situer dans l'espace, notre rapidité et il cause des problèmes d'attention. Les chercheurs de l'école de médecine Johns Hopkins et de l'université du Nebraska (Etats-Unis), à l'origine de cette découverte, ont testé 92 participants. Parmi eux, 40 personnes ont été testés positives. Près de la moitié d'entre eux donc.

Le challenge : trouver une solution !

L'information publiée par le « Proceedings of the National Academy of Sciences » et révélée au grand public par le quotidien britannique « The Independent » pose question. Nous avons peut-être ce virus dans notre gorge sans en avoir conscience, que pouvons-nous faire ?

Pour le moment, absolument rien. La découverte étant récente, les chercheurs n'ont pas encore répondu aux nombreuses questions qui viennent avec ce nouveau microbe. Le défi consiste à trouver une solution pour contrer les effets et une manière de modifier ou éradiquer le Chlorovirus ATCV-1.

De plus en plus d'études montrent que des micro-organismes comme celui-ci peuvent être présents dans notre corps sans qu'on le sache et qu'ils peuvent avoir plus d'influence qu'on pourrait le croire. La science nous réserve encore beaucoup de surprises.



http://www.bibamagazine.fr/sur-le-web/decouverte-le-virus-qui-rend-idiot-15…

Vu sur :
http://fr.sott.net/article/23836-Decouverte-du-virus-qui-rend-idiot

http://leschroniquesderorschach.blogspot.ch/2014/11/des-scientifiques-decou…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Nov - 01:55 (2014)    Sujet du message: NAISSANCE DE MILLIERS D'ENFANTS MALFORMES EN IRAK : L'OMS CENSURE SON PROPRE RAPPORT!! Répondre en citant

NAISSANCE DE MILLIERS D'ENFANTS MALFORMES EN IRAK : L'OMS CENSURE SON PROPRE RAPPORT!!

L'OMS, le gouvernement américain et le gouvernement irakien sont tous complices de ces crimes odieux et aucun gouvernement ne dénonce la situation. Démentiel, nous vivons vraiment dans un monde satanique ou la cruauté et la vie ne valent rien dire.

11 Novembre 2014


En violation de son propre mandat, l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé), continue de censurer les preuves découvertes en Irak démontrant que l'utilisation par les militaires américains d'uranium appauvri et d'autres armements n'a pas seulement tué de nombreux civils, mais que cela a causé une épidémie de malformations de nouveau-nés et d'autres graves problèmes de santé publique.

En refusant de diffuser ce rapport, l’OMS protège de manière efficace l’armée et le gouvernement américains de toute poursuite, alors que ces derniers sont responsables de cette catastrophe sanitaire.

Un rapport de l’OMS et du Ministère irakien de la Santé sur les cancers et les malformations à la naissance devait être rendu public en novembre 2012, mais les officiels ont repoussé indéfiniment sa sortie. À ce jour, écrit Denis Halliday, le rapport de l’OMS est toujours "classifié". D’après l’OMS, la diffusion de ce rapport a été remise à plus tard parce que l’analyse qui y était faite nécessitait d’être évaluée par "une équipe de scientifiques indépendants."

L’article de Halliday compare les cas en Irak avec les problèmes sanitaires au Vietnam consécutifs à l’usage par les USA de l’Agent Orange.
Pendant ce temps, la réalité quotidienne, comme l’affirme Mozhgan Savabieasfahani est que "l’Irak est empoisonné". Par exemple, citant une étude vérifiée par un comité de lecture et à laquelle elle a contribuée, Savabieasfahani écrit :
« Trente millions d’Irakiens se réveillent chaque jour au milieu du cauchemar des cancers affectant les enfants, les adultes, et même les nouveau-nés. Les cas de cancers congénitaux, de cancers en grappe (cluster cancer) et de cancers multiples chez le même individu se font de plus en plus fréquents en Irak. »

Mais alors, pourquoi l’OMS refuse-t-elle de publier son étude? "Une réponse possible, écrit-elle, est parue le 26 mai dans The Guardian. Dans cet article, John Pilger mentionnait les récents commentaires de Hans von Sponeck, l’ancien secrétaire général adjoint des Nations Unies :
« Le gouvernement US a tout fait pour empêcher l’OMS d’enquêter dans les zones du sud de l’Irak où de l’uranium appauvri a été utilisé et a causé de graves problèmes sanitaires et des risques environnementaux certains. »

Savabieasfahani, écrit que le rapport de l’OMS contient des informations "essentielles" pour informer le public au sujet des problèmes sanitaires en Irak, et pour "permettre aux chercheurs de collaborer, en posant les bonnes questions, et en motivant les recherches visant à remédier à cette urgence sanitaire"

Sources: 

Source : Project Censored
Traduction : ilfattoquotidiano.fr
 
Cette information a été classée 10ème dans le classement Censored 2015 qui vient d’être publié aux États-Unis, un programme universitaire qui, depuis 1976, classe les 25 nouvelles les plus importantes au niveau international, mais qui ont été censurées par la presse nord-américaine entre 2013 et 2014.

Cette 38e édition  (comportant 500 pages) a été élaborée par les professeurs universitaires Mickey Huff (professeur de sciences sociales et d’histoire à l’université Diablo Valley) et Andy Lee Roth (professeur de sociologie à l’université d’État de Sonoma).
Le classement des nouvelles les plus censurées de l’année est effectué par un jury international, dont font partie quelques personnalités de renom, comme Noam Chomsky, Howard Zinn, et Oliver Stone.


A noter:
Information classée N°1:
 L'acidification des océans augmente à un rythme sans précédent
 
Information classée N°2: Les 10 pays qui ont été le plus aidés par les USA en 2014 pratiquent tous la torture
 
Voici un diaporama des difformités et cancers d'enfants et nouveaux nés en Irak.

Attention, les images sont terribles à encaisser.

C'est pourquoi j'ai choisi le diaporama plutôt que l'affichage classique pour ne pas vous imposer cette vingtaine de photos si vous ne voulez pas les voir.

Vérifiez par vous-même, ce ne sont pas des fakes!!!
 
 
 






Selon de nombreuses sources concordantes, ces naissances tragiques sont devenues très fréquentes. L'hôpital de Fallujah (à 50 kms à l'Ouest de Bagdad), est devenu un symbole de cette tragédie: 1 enfant sur 5 y naît avec une malformation sérieuse!! 
Les officiels appellent les femmes à ne pas faire d'enfant!!
 

www.legrandsoir.info/irak-les-enfants-de-fallujah-l-hopital-des-horreurs-the-independent.html
www.mieuxprevenir2.blogspot.fr/2013/05/irak-fallujah-un-enfant-sur-cinq-nait.html
www.silviacattori.net/spip.php?article3200
www.film-documentaire.fr/Irak_-enfants_sacrifi%C3%A9s-Fallujah.html,film,35584
www.fonzibrain.wordpress.com/2010/03/09/guerre-dextermination-a-falloujah-10-des-naissances-presentent-des-malformations-congenitales-les-officiels-appelent-les-femmes-a-ne-pas-faire-denfant/
 

L'Irak est loin d'être la seule victime du monstrueux uranium appauvri (Afghanistan entre autres). Les naissances d'enfants difformes se multiplient, mais les USA continuent à utiliser des armes à l'Uranium appauvri, avec la complicité de la communauté internationale!!
 
D'autres victimes dans le monde (pardon de vous imposer ça, mais il faut voir la réalité en face!! Quand un otage occidental se fait exécuter, ça fait le buzz, mais qui se soucie de ces milliers d'enfants?)
 





Quelques sources de ces images: 
www.aljazeera.com/indepth/features/2012/01/2012126394859797.html
www.aljazeera.com/indepth/features/2013/03/2013315171951838638.html
www.turkmenfriendship.blogspot.fr/2010/09/iraq-us-war-crimes-in-fallujah.html
www.turkmenfriendship.blogspot.fr/2010/09/us-has-contaminated-iraq-with-depleted.html
www.albawaba.com/behind-news/iraq-one-eye-baby-born
www.turkmenfriendship.blogspot.fr/2010/04/deformed-iraqi-babies-caused-by-usa-use.html
www.sbs.com.au/news/dateline/story/iraqs-deadly-legacy
www.uranium-nuclear-mox-radioactive-waste.blogspot.fr/2014_08_01_archive.html
www.silviacattori.net/article1468.html
www.justiceforthebabiesoffallujah.wordpress.com/tag/fallujah-2
www.one-just-world.blogspot.fr/2013/10/us-war-crimes-fallujah-iraq-birth.html
 
Vous en trouverez de nombreuses autres ICI ICI ou ICI
 
L'uranium appauvri est un déchet de l'industrie nucléaire.

Il est utilisé dans les projectiles de guerre pour percer les blindages, du fait de sa haute densité. Il a la particularité d'empoisonner durablement les populations civiles et militaires après les conflit, et provoque cancers et anomalies génétiques sur plusieurs générations.
 
Encore un scandale que les médias et les politiques nous cachent!!
Quelques explications rapides en vidéo (VOST):


http://pilulerouge.over-blog.com/2014/11/naissance-de-milliers-d-enfants-malformes-en-irak-l-oms-auto-censure-son-propre-rapport.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Déc - 16:20 (2014)    Sujet du message: CANADA - ONTARIO AUTHORITIES TAKE ACTION ON DOCTORS WHO DENY BIRTH CONTROL Répondre en citant

CANADA - ONTARIO AUTHORITIES TAKE ACTION ON DOCTORS WHO DENY BIRTH CONTROL

Doctors are now sinner, an heretic and a criminal/terrorist if he don't support the murders of babies. Black is white and white is black.


CARLY WEEKS

Globe and Mail update (includes correction)

Published Thursday, Dec. 11 2014, 3:00 AM EST
Last updated Thursday, Dec. 11 2014, 10:57 AM EST

Ontario doctors will be able to deny birth control prescriptions, abortions and vasectomies to patients on the condition they refer them to another physician, according to a new policy created by the province’s regulatory college.

The College of Physicians and Surgeons of Ontario will release a policy today that attempts to find a middle ground between the need to provide fair, non-discriminatory treatment while respecting the rights and beliefs of individual physicians. In addition to a referral requirement, doctors will have to treat patients in cases of emergency even if doing so goes against their beliefs. And if there is no possibility of a referral, physicians must treat the patient.

The debate over the line between a doctor’s moral or religious convictions and his or her responsibility to treat erupted across Canada this year after two high-profile incidents in Alberta and Ontario, where physicians refused to provide birth control to patients.

In June, Calgary media reported on a city doctor that was refusing to prescribe birth control at a walk-in clinic. In February, an Ottawa woman went to a walk-in clinic and was handed a letter explaining her doctor would not prescribe birth control for medical and ethical reasons. The incidents sparked intense debate over the responsibilities of doctors and the rights of patients to treatment.

Ontario’s new policy is unlikely to put the discussion to rest, said Carolyn McLeod, professor of philosophy at the University of Western Ontario.

Patients, particularly women, will undoubtedly find it troubling if a doctor refuses their request for birth control. Doctors who object to abortion might feel uncomfortable or complicit providing patients with a referral, but setting out a clearer policy could help connect patients to care providers who can best serve their needs, Prof. McLeod said.


“To receive abortion care from somebody who is morally opposed to abortion, I think, is harmful,” she said. “I think for patients’ sake, if for no one else’s, there should be the ability for the provider to give the referral.”

Ontario’s new policy has not yet been finalized and could still be changed, depending on what the college hears during the feedback period.

Marc Gabel, former president of the College of Physicians and Surgeons of Ontario, said doctors could face disciplinary action if they do not comply with the new guidelines and cannot use unfounded medical reasons to withhold birth control, abortions, vasectomies, blood transfusions or other treatments.

“What we’re trying to do, I think, is set a tone to remind physicians and the public we will act professionally in ensuring their access to care and their safety,” Dr. Gabel said.

But Arthur Schafer, director of the Centre for Professional and Applied Ethics at the University of Manitoba, said the policy does not go nearly far enough. He argues that doctors who allow their personal convictions to enter the conversation will alienate patients and make it difficult to have an open, honest relationship about important issues relating to health such as sexual behaviour and alcohol or drug use. Doctors have a responsibility to help prevent disease and promote safety, and allowing them to deny treatment flies in the face of good medicine, Prof. Schafer said.

“The doctor is not supposed to be a priest or a religious figure,” he said.

Editor's note: Marc Gabel is a former president of the College of Physicians and Surgeons of Ontario. An earlier version of this story identified him as the current president.

http://www.theglobeandmail.com/life/health-and-fitness/health/ontario-docto…


Loading...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Déc - 04:33 (2014)    Sujet du message: GULF OF MEXICO OIL / FOUR YEARS LATER Répondre en citant

GULF OF MEXICO OIL / FOUR YEARS LATER



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=-XVNbROnlpw


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 8 Jan - 12:12 (2015)    Sujet du message: OBAMA INCREASES ALLOWABLE LEVELS OF RADIATION IN DRINKING WATER 'DRAMATICALLY' Répondre en citant

OBAMA INCREASES ALLOWABLE LEVELS OF RADIATION IN DRINKING WATER 'DRAMATICALLY'

January 7, 2015 | By Guest Post | General Health, Obama Exposed, Toxins, US News

By: Christina Sarich | Natural Society -

In Time for Massive New Dumping of Daiichi Radiation.

A Japanese government official has reported, “I was overwhelmed by the amount of contaminated water coming from the reactors, we must dump it in the ocean.” This isn’t such great news for the US since President Obama and the Environmental Protection Agency (EPA) recently gave their approval for “dramatically raising permissible radioactive levels in drinking water and soil following “radiological incidents,” such as nuclear power-plant accidents and dirty bombs.”

The Nuclear Industry calls this their “new normal,” according to Public Employees for Environmental Responsibility (PEER).

The EPA has issued radiation guides called Protective Action Guides or PAGs which allows more radiation than any American has ever been exposed to. Within the guides, are instructions for evacuations, shelter-in-place orders, food restrictions and other actions following a wide range of “radiological emergencies.”

Wouldn’t the massive break down of reactor number one at Fukushima be considered a ‘radiological emergency?”

Shunichi Tanaka, the chairman of the Nuclear Regulation Authority, made the comment Dec. 12 about dumping radioactive waste into the ocean.

The US governments PAGs allow long-term public exposure to radiation in amounts as high as 2,000 millirems. This would, in effect, increase a longstanding 1 in 10,000 person cancer rate to a rate of 1 in 23 persons exposed over a 30-year period. Many experts are expecting elevated cancer rates due to these “allowable” levels of radiation exposure.

Read: Anonymous US Gov’t Expert Admits Astronomical Radiation Levels from Fukushima

The PAGs are the work of Gina McCarthy, the assistant administrator for air and radiation whose nomination to serve as EPA Administrator was only approved by the Senate a few months ago.

It is suggested that these PAGs have been in the works for over two years and are just recently available for public view.

PEER Executive Director Jeff Ruch said:
Citation:


“This is a public health policy only Dr. Strangelove could embrace. If this typifies the environmental leadership we can expect from Ms. McCarthy, then [the] EPA is in for a long, dirty slog.”

 “No compelling justification is offered for increasing the cancer deaths of Americans innocently exposed to corporate miscalculations several hundred-fold.”

http://www.thesleuthjournal.com/obama-increases-allowable-levels-radiation-…




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 20 Jan - 03:40 (2015)    Sujet du message: POUR LE PAPE, LES CATHOLIQUES N'ONT PAS A PROCREER "COMME DES LAPINS" Répondre en citant

POUR LE PAPE, LES CATHOLIQUES N'ONT PAS A PROCREER "COMME DES LAPINS"

Autre temps, autre moeurs, pourrait-on dire. Il fut une époque où les femmes qui ne donnaient pas naissance à un enfant à tous les ans, ne pouvaient pas recevoir la bénédiction. Ca, c'est quand il fallait peupler les nouvelles terres, mais sous ce Nouvel Ordre Mondial, tout sera différent. Il viendra même un temps, si ce n'est pas déjà commencé, où les femmes devront avoir un permis pour pouvoir avoir un enfant. La nouvelle société sera en grande majorité fait d'hybrides créés en laboratoire.

Le Point - Publié le 19/01/2015 à 21:21

François a défendu la "paternité responsable" et s'est élevé contre le malthusianisme, en rappelant qu'il ne fallait pas faire le plus d'enfants possible.


Le pape François a tenu une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait de Manille. © GIUSEPPE CACACE / AFP



Le pape François a défendu lundi la position de l'Église sur la "paternité responsable", récusant l'idée que les couples catholiques doivent avoir le plus d'enfants possible mais s'élevant aussi contre le "malthusianisme" qui réduit le taux de natalité. "L'ouverture à la vie est une condition du sacrement de mariage", a rappelé le pape lors d'une conférence de presse dans l'avion qui le ramenait à Rome après un voyage aux Philippines, où les familles sont souvent nombreuses.

Mais "cela ne signifie pas que les chrétiens doivent faire des enfants en série. J'ai fait des reproches à une femme, enceinte du huitième après sept césariennes : "Vous voulez laisser orphelin sept enfants !", lui ai-je dit". Même si "pour les pauvres, l'enfant est un trésor", "l'exemple de cette femme, c'est de l'irresponsabilité", a-t-il estimé.  

"Paternité responsable"

"Elle dit : "j'ai confiance en Dieu". Mais Dieu te donne les moyens pour être responsable. Certains croient, excusez-moi du terme, que, pour être bons catholiques, ils doivent être comme des lapins", a-t-il regretté. A Manille, le souverain pontife argentin a fermement défendu le pape Paul VI et son opposition à la contraception médicale dans l'encyclique Humanae Vitae en 1968. "Paul VI s'inquiétait du néo-malthusianisme universel" qui "cherchait un contrôle de l'humanité", a expliqué François dans l'avion. "Il était un prophète", a-t-il plaidé, relevant que le versement des retraites et le renouvellement des populations était menacé dans de nombreux pays développés.

"La parole-clé que l'Église défend est : paternité responsable. Comment se réalise-t-elle ? Par le dialogue. Il existe dans l'Église des groupes matrimoniaux, des experts, des pasteurs", a insisté le pape. Une nouvelle fois, le pape a dénoncé "la colonisation idéologique" contre la famille traditionnelle, dénonçant en particulier le fait qu'il y a 20 ans en Argentine, un prêt pour la construction d'écoles ait été conditionné à l'usage dans ces écoles "d'un livre où l'on enseignait la "théorie du genre"".

"C'est cela, la colonisation idéologique : on colonise le peuple avec une idée, qui veut changer la mentalité ou la structure. On prend le besoin d'un pauvre comme opportunité d'entrer" dans son existence, a-t-il expliqué.

http://www.lepoint.fr/monde/pour-le-pape-les-catholiques-n-ont-pas-a-procre…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 5 Fév - 04:11 (2015)    Sujet du message: TIM BOWMAN'S INTERVIEW W/CHRIS FROM FREEDOM FIGHTER'S FOR AMERICA Répondre en citant

TIM BOWMAN'S INTERVIEW W/CHRIS FROM FREEDOM FIGHTER'S FOR AMERICA 

http://www.savepatkobylak.blogspot.com

VIDEO : https://www.youtube.com/watch?annotation_id=annotation_201824511&featur…

PRISONER OF THE SYSTEM: THE PAT KOBYLAK STORY - www.savepatkobylak.blogspot.com



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=iDR8iC3zR-s

kobylak.flv

After years of trying to separate the two, Patricia brothers, Ted, David and Ronald ; got together and devised a plan to destroy there Sister life and marriage from Tim... for good. On the morning of August 4th 2008, Patricia left work, just as she had done every day... not knowing that it would be for the last time. That afternoon, during the middle of Pat's work day, her brother arrived at her job, unannounced and told Pat that they were taking her out to lunch. Believing that she could trust her family, Pat accepted the invitation and left with her Brother. Within a matter of hours, Pat was involuntarily committed to a psychiatric hospital and had all of her basic human rights stripped away.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=qipQ7vp5aas


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 7 Mar - 14:14 (2015)    Sujet du message: REP. DON YOUNG : WOLVES WOULD SOLVE HOMELESSNESS Répondre en citant

REP. DON YOUNG : WOLVES WOULD SOLVE HOMELESSNESS 

Evil and psychotic man who care so much for the homelessness. At a congressional hearing Rep. Don Young hints that wolves could be used to control homeless population

By Colby Itkowitz March 5 mailto:colby.itkowitz@washpost.com?subject=Reader%20feedback%20for%20%27Rep… Follow @colbyitkowitz


Rep. Don Young (R-Alaska) suggested Thursday that if he let loose wolves in some congressional districts, they “wouldn’t have a homeless problem anymore.” (House Committee on Natural Resources)

Alaska Republican Rep. Don Young, famous for his salty tongue and brusque demeanor, suggested Thursday that if he let loose wolves in some congressional districts, they “wouldn’t have a homeless problem anymore.”

The strange comment was made during a halting five-minute exchange with Interior Secretary Sally Jewell during a House Natural Resources Committee hearing on her agency’s budget. He accused her and her department of making decisions without consulting the states they’d affect.

Young, who supports taking gray wolves off the endangered species list, mocked a letter 79 members of Congress sent urging Jewell to protect the gray wolf population. (In Alaska, for what it’s worth, you can hunt wolves.)

“How many of you have got wolves in your district?” he asked. “None. None. Not one.”

“They haven’t got a damn wolf in their whole district,” Young continued. “I’d like to introduce them in your district. If I introduced them in your district, you wouldn’t have a homeless problem anymore.”

We sought clarification to ensure we heard correctly. A spokesman for Young said the “analogy was purposely hyperbolic to stress the point that these predators pose serious threats to wildlife management and their listing has damaging impacts to local communities.”

This post has been updated. 

MORE READING: Don Young would make a really lousy grief counselor
The gray wolf spotted near the Grand Canyon this fall has already been killed by a hunter

+ VIDEO : http://www.washingtonpost.com/blogs/in-the-loop/wp/2015/03/05/rep-don-young…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 4 Avr - 05:05 (2015)    Sujet du message: LOI SANTE EN FRANCE : LA PERSONNE HUMAINE RISQUE D'ÊTRE DEGRADEE Répondre en citant

LOI SANTE EN FRANCE : LA PERSONNE HUMAINE RISQUE D'ÊTRE DEGRADEE

Alors, le Pape n'est plus capable de faire quoique ce soit pour sa fille ainée? Non, c'est par elle  et c'est ainsi, par la ruse que viennent tous ces changements qu'on ose appeller "loi de modernisation du système de santé".

Communiqué des évêques

Paris, 1 avril 2015 (Zenit.org) Rédaction 


Depuis hier 31 mars les députés français débattent du projet de loi de modernisation du système de santé. La Conférence des Evêques de France (CEF) attire l’attention du législateur sur plusieurs mesures proposées qui représentent une menace pour la juste compréhension de la personne humaine. Ce communiqué touche quatre points: avortement, don d'organes, "salles de shoot" et contraception des mineurs.

La suppression du délai de réflexion avant une IVG 

« Aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l’avortement (…). C’est toujours un drame et cela restera toujours un drame » affirmait Simone Weil en 1974.

Adopté en commission des affaires sociales, cet amendement renforce la banalisation de l’avortement : cet acte qui conduit à éliminer la vie. Avorter ne sera jamais banal, quelles qu’en soient les raisons.

Pour bien des actes de la vie courante, des délais de réflexion sont préservés pour garantir une réelle liberté de choix. Supprimer le délai de réflexion pour les femmes voulant avorter revient à empêcher une réelle liberté de prise de conscience et de choix face à la vie qu’elles portent.

La suppression du délai de réflexion avant une IVG renforce une conception réduite de la dignité humaine faisant de l’enfant à naître un simple objet dont on doit disposer librement et retirant à la femme enceinte les moyens d’exercice de sa réelle liberté de conscience.

L’Eglise continuera à accompagner les couples et les femmes confrontées à cette douloureuse question.

L’autorisation de prélèvement d’organes 

L’amendement adopté en commission des affaires sociales constitue un retour en arrière, considérant que seule l’inscription sur le registre national qui recense les refus de don d’organe peut empêcher le prélèvement. En l’absence d’inscription sur ce registre, depuis 1994, la famille de la personne décédée doit être interrogée par les médecins afin d’exercer le discernement nécessaire pour décider d’éventuels prélèvements.

L’amendement, qui propose de retirer cette consultation de la famille afin de permettre plus de prélèvements, est une pure négation de cette ultime liberté qu’il faut laisser au défunt et à sa famille. « En réalité, n’est-ce pas plutôt considérer le corps humain après la mort comme une réserve d’organes exploitable en fonction des besoins de la société… N’est-ce donc pas une forme d’appropriation collective des corps ? » s’interroge le Père Patrick VERSPIEREN (disponible en cliquant ici)

L’amendement en question risque de provoquer une méfiance encore plus grande vis-à-vis du don d’organes et atteindre un but inverse de celui recherché.


Le don d’organe est un acte d’une grande dignité car il reste un don : expression d’une liberté individuelle pleinement consentie. Il est un signe de solidarité de la part du donneur qu’il faut encourager.

Si le don d’organe est bien une « priorité nationale », il est urgent de le promouvoir en tant que tel, de mettre en place de véritables campagnes d’information basées sur la responsabilité et la solidarité de chacun. La loi doit proposer à chacun une telle place dans la société et non pas réduire le citoyen à un simple réservoir d’organes.

Expérimentation des salles de consommation à moindre risque

La loi Santé propose aussi l’expérimentation pendant six ans des salles de consommation à moindre risque, les « salles de shoot ».

La CEF considère cette expérimentation comme une prise de risque inconsidérée. Là encore, elle serait une forme de banalisation par la loi de la consommation de drogue. La loi doit poser des limites et non pas proposer des transgressions. Le risque d’émettre un mauvais signal, notamment, à destination des jeunes ne peut pas être couru ainsi. Une telle décision mérite sûrement plus de réflexion et de consultations.

Les efforts de l’Etat doivent plutôt porter sur deux volets : la prévention et l’accompagnement des personnes dépendantes. Les SCMR apparaitraient comme un échec de ces deux volets.

Contraception d’urgence pour les mineurs

La loi Santé en débat propose aussi la banalisation de la contraception pour les mineurs en faisant sauter les dernières barrières que la loi précédente prévoyait : « les mots : « à titre exceptionnel et » et les mots : « et de détresse caractérisés » sont supprimés », indique l’article 3.

Cette loi indique une conception erronée de la dignité de la personne humaine, ôtant toute responsabilité de la part des adultes vis-à-vis des jeunes mineurs confrontés aux questions affectives et sexuelles. Il est inconcevable que la loi laisse ainsi les adolescents seuls dans l’exercice de ces premiers discernements qu’ils doivent faire sur leur corps, sur leur engagement, sur leur rapport même à la vie. Cet amendement vise encore à déconstruire un peu plus cette responsabilité que la société adulte doit exercer sur les jeunes générations, faisant miroiter à ces dernières une fausse image de la liberté faite, non pas de choix, mais d’absence de choix.

( 1 avril 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/loi-sante-en-france-la-personne-humaine-ri…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 12 Avr - 05:26 (2015)    Sujet du message: FRANCE : LE DON D'ORGANES VA DEVENIR AUTOMATIQUE Répondre en citant

FRANCE : LE DON D'ORGANES VA DEVENIR AUTOMATIQUE



Un chirurgien pendant une opération (illustration). - SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

20 Minutes avec AFP
12 Avril 2015
    • Publié le 11.04.2015 à 10:19
    • Mis à jour le 11.04.2015 à 14:11

Les députés ont réécrit légèrement l'article sensible du projet de loi Santé sur le renforcement du consentement présumé au don d'organes en laissant la voie à d'autres possibilités que le registre national des refus pour exprimer son opposition à un prélèvement.

Selon l'amendement de la ministre Marisol Touraine voté par les députés vendredi, le registre national des refus serait le moyen «principal», et non plus exclusif, pour exprimer son refus d'un prélèvement d'organe à son décès. Les modalités par lesquelles ce refus pourrait être exprimé et révoqué sont renvoyées à un décret du Conseil d'Etat publié d'ici le 1er janvier 2017.

Les proches du mort «informés»

Le texte ainsi modifié maintient que le consentement au don d'organes sera présumé chez toute personne majeure décédée. Elle reprend la modification principale apportée en commission par le socialiste Jean-Louis Touraine, à savoir que les proches du défunt seront seulement « informés » par le médecin de la nature du prélèvement envisagé et de sa finalité et non plus consultés comme c'est le cas jusqu'à présent.




 
19.000 personnes sont aujourd'hui en attente d'une greffe en France. Et ce nombre augmente plus vite que le nombre d'organes prélevés, en raison d'un taux de refus qui avoisine les 40% alors même que, selon un sondage réalisé en 2013, près de 80% des Français seraient prêts à donner leurs organes.

Les médecins ne peuvent se passer de consentement

Pour la député PS Michèle Delaunay, l'explication réside dans l'attitude souvent négative des familles qui, interrogées dans un moment de choc émotionnel, optent pour le non par précaution « quitte à le regretter par la suite ».Jean-Pierre Scotti, le président de la Fondation Greffe de vie, avait souligné que la modification de la loi permettrait de «sauver des centaines de vies», en augmentant le nombre de greffons disponibles. = Et de faire beaucoup de $$$$, car ce n'est certes pas la famille qui sera dédommagée. On jouera donc sur la carte sensible des gens, Satan et ses mignons sont très habile dans ce jeu et qui sait, comme dans d'autres pays, s'ils n'ont pas l'intention de voler les organes de ceux qui seront condamnés sous le couvert de la loi martiale?

Pour nombre de médecins et infirmiers chargés de faire les prélèvements il parait inconcevable de se passer du consentement des familles. «Personne ne prélèvera un organe si la famille n'y consent pas», selon le socialiste Gérard Sebaoun. «Votre article est très brutal pour les familles. Il faut faire l'inverse. Dire de son vivant qu'on est d'accord», a jugé l'UMP Bernard Debré.

L'UDI Arnaud Richard a tenté en vain de faire adopter un amendement pour que l'accord ou le refus du prélèvement d'organe soit inscrit sur la carte Vitale.



  http://www.20minutes.fr/sante/1584283-20150411-don-organes-va-devenir-autom…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 22 Avr - 05:48 (2015)    Sujet du message: NIGERIA : UNE MALADIE «MYSTERIEUSE» LIEE A DES HERBICIDES FAIT 18 MORTS Répondre en citant

NIGERIA : UNE MALADIE «MYSTERIEUSE» LIEE A DES HERBICIDES FAIT 18 MORTS 

Publié par wikistrike.com sur 21 Avril 2015, 07:21am

Catégories : #Santé - psychologie, #Ecologie - conso - biodiversité - énergie


Encore et toujours les herbicides en cause

Une «mystérieuse» maladie a fait 18 morts en 24 heures  au Nigéria, rapporte le Guardian. «Vingt personnes ont été touchées par cette maladie et 18 décès ont été enregistrés», a annoncé le commissaire à la santé de l’Etat d’Ondo samedi, qui a confirmé que les premiers tests indiquaient qu'il ne s'agissait pas du virus Ebola.

D’après le journal britannique, ce mal se caractérise par des maux de tête, une perte de poids, des troubles de la vision et des pertes de conscience. Et les personnes infectées sont emportées en un jour. Le foyer de la maladie est la ville de Ode-Irele, dans le sud-ouest du Nigéria, où habitaient toutes les victimes.

Des experts de l'OMS sur place

Des herbicides sont la cause privilégiée par les experts pour expliquer la maladie mystérieuse qui a tué subitement ces 18 personnes dans le sud-ouest du Nigeria, a indiqué dimanche l'Organisation mondiale de la santé (OMS).  «L'hypothèse actuelle est que des herbicides sont la cause» de la maladie, a expliqué un porte-parole de l'OMS, Gregory Hartl, dans un tweet, sans préciser comment ces herbicides auraient empoisonné les malades. Les tests effectués jusqu'à présent n'ont pas décelé de trace d'infections bactériennes ou virales, comme les virus Ebola et de la fièvre jaune, a-t-il ajouté. 

Samedi, ce porte-parole avait précisé que  toutes les personnes touchées avaient commencé à montrer des symptômes entre le 13 et le 15 avril.  Et des épidémiologistes de l’OMS avaient été envoyés sur place pour faire des prélèvements et des tests pour déterminer l'origine maladie.

Source © 20 minutes

http://www.wikistrike.com/2015/04/nigeria-une-maladie-mysterieuse-liee-a-de…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 7 Mai - 11:43 (2015)    Sujet du message: CONTROLE DE LA POPULATION : L’ASSURANCE SANTE DE MEXICO VEUT OBLIGER LES FEMMES A UTILISER UN CONTRACEPTIF LONGUE DUREE Répondre en citant

CONTROLE DE LA POPULATION : L’ASSURANCE SANTE DE MEXICO VEUT OBLIGER LES FEMMES A UTILISER UN CONTRACEPTIF LONGUE DUREE

4 mai 2015 15 h 10 min·

L’organisme d’assurance santé publique créée par le gouvernement du district fédéral de Mexico, le « Seguro Popular » vient d’annoncer qu’il entend obliger les femmes et les adolescentes à utiliser un contraceptif de longue durée : à défaut d’accepter, elles devront financer elles-mêmes le coût d’un accouchement éventuel.

La politique de contrôle de la population qui est commune aux grandes organisations supranationales et aux multinationales qui subventionnent le planning familial se retrouve ici dans un organisme d’Etat. On connaissait la politique de l’enfant unique en Chine, avec son cortège d’avortements forcés, de stérilisations pratiquées sans le consentement de la femme et autres amendes et vexations imposées aux couples fauteurs – une logique qui perdure malgré l’assouplissement de la règle de l’enfant unique.

Ici la politique est similaire, mais la contrainte s’exerce d’une autre manière : la contraception de longue durée est imposée de manière plus sournoise, la femme est supposée l’accepter volontairement et on lui laisse donc le « choix », tout en pratiquant un chantage économique cruel.

Mexico : utiliser des contraceptifs longue durée sous peine pour les femmes de payer elles-mêmes leur accouchement

Des sources internes au Seguro Popular assurent, sans apporter des éléments statistiques sérieux, que depuis la mise en place de la couverture à 100 % des accouchements par voie basse et des césariennes, on a enregistré à Mexico une augmentation des grossesses qui atteint jusqu’à 40 %.

Les autorités sanitaires en tirent argument pour obliger les femmes qui viennent d’accoucher d’adopter un moyen de « planification familiale » : « Si elles refusent, nous trouverons le moyen pour que la femme règle elle-même les frais d’accouchement », a expliqué le chef de service de gynécologie-obstétrique de l’Hôpital général de Mexico, Rogelio Vázquez Cavazos.

Concrètement, « toute femme enceinte devra arriver avec son engagement signé à sortir de l’hôpital avec un moyen contraceptif, à l’exclusion de la pilule ou de l’injection, pour que la “planification familiale” fonctionne », a-t-il précisé. Lé médecin famille serait chargé de munir les femmes de ce document.

Il s’agit d’éviter que les femmes ne décident d’arrêter de prendre la pilule ou de se faire injecter à intervalles réguliers un contraceptif hormonal : on recherche une efficacité de plusieurs années.

Le contrôle de la population passe par l’assurance santé à Mexico

C’est une violation évidente de la liberté des femmes qui se voient en pratique obligées à recourir à un contraceptif de longue durée comme un dispositif intra-utérin : celui-ci a une action anti-nidatoire provoque des avortements très précoces et augmente le risque des grossesses ectopiques ou à haut risque. Violation de leur droit de choisir un moyen contraceptif plutôt qu’un autre – pour parler comme les adeptes du planning familial –, violation de leur droit de vouloir éviter les effets néfastes de ces moyens, et surtout, violation de leur droit de ne pas y avoir recours, bien réel celui-là puisqu’il s’agit du choix conforme à la loi morale.

Quant aux mineures, elles se feront imposer la même « punition », au prix d’une négation de l’autorité parentale puisque les parents feront l’objet d’un « travail » de la part des autorités afin qu’ils acceptent la mise en place d’une contraception de longue durée chez leur fille adolescente.

Tout cela se fait donc au nom des économies à réaliser, mais ce n’est pas la seule raison. L’initiative s’inscrit clairement dans une démarche de contrôle de la population coercitive dont la promotion est mondiale et implique à la fois les gouvernements, les instances supranationales et de nombreuses ONG et multinationales.

Où l’on voit toute la perfidie du socialisme et combien la mise en place de systèmes privatisés d’assurance maladie et de santé, et l’engagement des catholiques dans le système économique sont cruciaux pour préserver la liberté vraie : celle de bien agir.

Anne Dolhein

http://reinformation.tv/mexico-obliger-femmes-contraceptif-longue-duree-ass…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 7 Mai - 11:54 (2015)    Sujet du message: AU VATICAN, UN SYMPOSIUM PROMEUT LA LUTTE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE EN PRESENCE DE TENANTS DU CONTRÔLE DE LA POPULATION ET DE L'AVORTEMENT Répondre en citant

AU VATICAN, UN SYMPOSIUM PROMEUT LA LUTTE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE EN PRESENCE DE TENANTS DU CONTRÔLE DE LA POPULATION ET DE L'AVORTEMENT

Et pendant ce temps, le Vatican et le mouvement évangélique font des centaines de marches pour le droit à la vie, dans plusieurs pays. Contrôle de masse pendant que de l'autre côté l'agenda continue d'avancer. Trop d'humains sur la planète, il faut réduire la population, qui selon ces sorciers, est devenue un danger pour l'équilibre de la planète. Georgia Guidestones : 1. Réduire les populations à 500 000 millions pour être en harmonie avec la nature. Ce plan est sur la table depuis longtemps, mais sous l'urgence climatique (encyclique papale - septembre 2015), ce programme eugénique va s'accélérer de manière cruelle, sous plusieurs formes, pour achever cet agenda du contrôle des masses et des esclaves.



29 avril 2015 13 h 50 min·

Vatican symposium lutte contre rechauffement climatique controle population avortement

Mardi matin, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, était au Vatican pour participer au symposium organisé sur le thème de la dimension morale du changement climatique et du développement durable, par l’Académie pontificale des Sciences et le Conseil pontifical Justice et Paix. A cette occasion, plusieurs tenants du contrôle de la population et de l’avortement légal au nom de la lutte contre le réchauffement climatique ont pris la parole. Des organisations de défense de la famille et du respect de la vie s’en sont vivement plaintes.

Ban Ki-moon a exprimé au Souverain Pontife sa « gratitude pour avoir accepté de s’adresser à l’Assemblée générale des Nations unies le 25 septembre prochain ». Il s’est également dit impatient de pouvoir lire « sa prochaine encyclique » sur l’écologie, dont la publication est attendue fin juin. Lors de son intervention devant la foule d’experts réunis au Vatican, le secrétaire général de l’ONU a déclaré que « la religion et la science sont unies pour répondre au besoin d’action sur le climat » : c’est dans la ligne des Eglises protestantes qui qualifient le non-respect de mesures contre le « réchauffement » de « péché », ou lancent des appels au « jeûne pour la Planète ».

L’ONU impose la lutte fort peu scientifique contre le réchauffement climatique jusqu’au Vatican

L’ONU et son bras armé pour le climat, le GIEC, sont en train de réussir à obliger le monde entier à croire au dogme le plus important du moment : le changement climatique est réel – et mieux encore, Dieu est désormais d’accord pour faire de la lutte contre le réchauffement une obligation morale.

Le pape François ne s’est pas exprimé à l’occasion de ce symposium. C’est le cardinal Turkson, président du Conseil pontifical Justice et Paix, qui s’en est chargé, dans un discours peu scientifique mais calqué sur le langage onusien ; Ban Ki-moon a d’ailleurs salué son intervention avec enthousiasme.

Un symposium au Vatican sans aucune place au pour ceux qui contestent le réchauffement climatique

En définitive, l’événement semblait être organisé par l’ONU bien plus que par le Vatican. = C'est la même chose. Les 2 sont une seule et même entité.

Les défenseurs acharnés d’une lutte contre le changement climatique, dont l’existence est pourtant contestée par de nombreux scientifiques, ont de quoi se réjouir : ils viennent en quelque sorte de planter leur drapeau sur les toits du Vatican.

Aucune place n’a été faite aux experts qui affirment que cette lutte ne sert qu’à appauvrir les pays développés et à promouvoir une culture de mort, sans la moindre justification scientifique.

Des membres de l’association Voice of the Family, rassemblés pour une conférence de presse à quelques mètres du Vatican, à Rome, se sont d’ailleurs inquiétés de la présence de deux ardents défenseurs de l’avortement parmi les intervenants de l’événement organisé par le Vatican. Ils ont mis en garde contre le lobby pro-avortement et favorable au contrôle des naissances, qui se servait de cette rencontre vaticane pour faire avancer son agenda.

Les mouvements pro-vie inquiets de voir la politique du Vatican correspondre à celui de l’ONU

« Nous exprimons notre vive inquiétude au sujet de la présence de Ban Ki-moon, secrétaire général de l’ONU, et du professeur Jeffrey Sachs, directeur de l’Earth Institute lors de l’atelier de travail organisé au Vatican sous le titre : “Protéger la Terre, rendre l’humanité digne ” », ont-ils déclaré dans un communiqué : « Ban Ki Moon et le professeur Jeffrey Sachs sont des défenseurs connus de l’avortement et opèrent aux plus hauts niveaux des Nations unies. »

Le Vatican a affirmé que le but de cette rencontre était de « construire un consensus autour du fait que les valeurs du développement durable sont compatibles avec celles des principales traditions religieuses, notamment en ce qui concerne la protection des plus faibles ».

Contrôle de la population et avortement au service de la lutte pour l’environnement

Les mouvements pro-vie et pro-famille qui militent auprès de l’ONU contestent cet optimisme. Ils ont constaté que les questions environnementales cachent une menace directe sur les plus faibles, à savoir les enfants à naître, les handicapés et les personnes âgées, aussi bien que de graves violations des droits parentaux, rappelle le communiqué de Voice of the Family.

Ces défenseurs de la famille et de la vie se sont dits « troublés » de voir que la politique environnementale du Vatican corresponde exactement à celui de l’ONU, qui contient de vives attaques contre la famille et la vie.

Entre deux synodes sur la famille et à la veille de la publication de l’encyclique du pape sur l’écologie, le choix du moment de l’organisation de ce symposium laisse rêveur. Et même inquiet.

Béatrice Romée

http://reinformation.tv/vatican-symposium-lutte-contre-rechauffement-climat…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Juin - 03:25 (2015)    Sujet du message: VINCENT LAMBERT : LA CEDH JUGE CONFORME AUX DROITS DE L'HOMME SA MISE A MORT PAR L'ARRÊT DE SOIN Répondre en citant

VINCENT LAMBERT : LA CEDH JUGE CONFORME AUX DROITS DE L'HOMME SA MISE A MORT PAR L'ARRÊT DE SOIN

5 juin 2015 18 h 00 min·


 
La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a rendu sa décision dans l’affaire Vincent Lambert. Elle a refusé de condamner la France pour la décision prise de cesser la nourriture et l’hydratation du jeune homme tétraplégique en état de conscience minimale, estimant que le Conseil d’Etat avait pris les moyens suffisants pour déterminer quels étaient les souhaits du patient et qu’à ce titre sa mère, Viviane Lambert, son mari et deux de ses enfants qui ont plaidé pour qu’il ne soit pas mis à mort de cette façon n’avaient pas qualité pour le représenter.
 
Mais pour autant ils n’accordent pas à Rachel Lambert un « pouvoir de représentation générale » de son mari, ce qui est important pour la suite.
 
La Cour s’est quand même penchée sur leurs demandes présentées en leur nom propre, et reconnaît notamment que la certitude de la mort dans de brefs délais de Vincent Lambert s’il était privé de toute alimentation ou liquide constitue un grief dont ses proches peuvent légitimement se plaindre.

Pour la CEDH, la marge d’appréciation de la France est assez grande pour décider de la mise à mort de Vincent Lambert

 La Cour observe qu’il n’y a pas de consensus en Europe sur la nature de l’alimentation administrée par sonde gastrique et laisse sur ce plan une « marge d’appréciation aux Etats ». Cela aboutit à justifier d’une part la décision prise dans l’affaire Vincent Lambert, mais, plus largement, cela donne le feu vert à la nouvelle loi Leonetti-Claeys en cours d’adoption qui affirme et généralise le principe de l’accès à la « sédation profonde » associée à l’arrêt de la nourriture et de l’hydratation qui sont alors cause de la mort des patients concernés.
 
La Cour le fait de manière hypocrite en observant que la France fait bien la distinction entre euthanasie et suicide assisté, d’une part, et l’abstention thérapeutique, d’autre part. Dès lors que la France affirme que le refus de la nourriture constitue une abstention thérapeutique, elle est donc dans son bon droit… D’autant que l’on doit prendre d’abord, de manière « primordiale », en compte la volonté du patient. Et que le cadre législatif est « suffisamment clair » tel qu’il a été mis en lumière par le Conseil d’Etat : une histoire de serpent qui se mord la queue…
 
Et tout s’étant déroulé de manière « méticuleuse » et conforme à la loi française, conclut la CEDH, il n’y a rien d’autre à dire.
 
Les « droits de l’homme » ne protègent pas la vie : l’opinion dissidente de cinq juges sur l’arrêt de soins
 
Cinq juges ont émis une opinion « en partie dissidente ». Les juges Hajiyev, Šikuta, Tsotsoria, De Gaetano et Griţco. Voici ses premières lignes :
 
« Après mûre réflexion, nous pensons que, à présent que tout a été dit et écrit dans cet arrêt, à présent que les distinctions juridiques les plus subtiles ont été établies et que les cheveux les plus fins ont été coupés en quatre, ce qui est proposé revient ni plus ni moins à dire qu’une personne lourdement handicapée, qui est dans l’incapacité de communiquer ses souhaits quant à son état actuel, peut, sur la base de plusieurs affirmations contestables, être privée de deux composants essentiels au maintien de la vie, à savoir la nourriture et l’eau, et que de plus la Convention est inopérante face à cette réalité. Nous estimons non seulement que cette conclusion est effrayante mais de plus – et nous regrettons d’avoir à le dire – qu’elle équivaut à un pas en arrière dans le degré de protection que la Convention et la Cour ont jusqu’ici offerte aux personnes vulnérables. »
 
Et quid maintenant de Vincent Lambert ? Le médecin qui a pris la décision contestée, le Dr Kariger, n’a plus la charge de ce patient. Rachel Lambert, dont le témoignage sur la volonté de Vincent Lambert a si lourdement pesé, s’est éloignée de son mari. Il faudrait une nouvelle décision médicale pour décider de mettre fin aux jours de celui qui est devenu le symbole de la lutte contre la nouvelle loi Claeys-Leonetti et sa mise en place sournoise de l’euthanasie. Viviane Lambert et ses avocats ont manifesté leur intention de se battre pour sa vie.

http://reinformation.tv/vincent-lambert-cedh-cour-europeenne-droits-homme-e…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Juin - 03:38 (2015)    Sujet du message: APRES LE "OUI" AU "MARIAGE" HOMOSEXUEL, AMNESTY INTERNATIONAL FAIT PRESSION SUR L'IRLANDE POUR LIBERALISER L'AVORTEMENT Répondre en citant

APRES LE "OUI" AU "MARIAGE" HOMOSEXUEL, AMNESTY INTERNATIONAL FAIT PRESSION SUR L'IRLANDE POUR LIBERALISER L'AVORTEMENT

10 juin 2015 10 h 07 min·


 
Alors que l’Irlande vient de dire « oui » au « mariage » homosexuel, l’ONG Amnesty international publie un rapport ce mardi, pour dénoncer la politique irlandaise sur l’avortement. La date n’est pas un hasard, l’ONG veut encourager (forcer) le pays à aller plus loin dans les réformes sociétales. Le secrétaire général d’Amnesty International déclarait en effet, alors qu’il présentait le rapport : « Le récent référendum sur l’égalité dans le mariage a montré un pays qui se targue d’être une société ouverte et inclusive; mais tout ne va pas bien en République d’Irlande. » Pour cela, il faudrait qu’elle libéralise davantage l’avortement.
 
L’avortement est toujours interdit en Irlande, y compris en cas de viol, d’inceste, de handicap ou de risque de santé pour la mère : le risque pour la vie de la mère (y compris la menace de suicide…) constitue une excuse permettant d’échapper aux poursuites. Amnesty International – qui prétend défendre les droits de l’homme – y voit une raison de s’attaquer à l’Irlande, ajoutant sa voix à celle du Comité des droits de l’homme de l’ONU qui s’était déjà ému de ce que l’enfant à naître soit protégé en Irlande.
 
Amnesty International reproche à l’Irlande d’instaurer un « climat de terreur » en refusant l’avortement
 
Les Irlandaises risquent 14 ans de prison en cas d’avortement clandestin, au même titre que ceux qui les y aideraient. Elles sont, selon les organisations pro-IVG, quelque 4.000 à se rendre chaque année en Grande-Bretagne pour se faire avorter. Pour l’ONG, pénaliser une telle pratique revient à instaurer un « climat de terreur »… L’inversion des valeurs jusque dans le choix des mots.
 
Amnesty International ne défend pas l’avortement, elle expose avec indécence la souffrance de plusieurs femmes. Le procédé est habituel : la politique par le fait accompli, le retournement des foules par 26 témoignages poignants, et le lobbying par l’inversion des valeurs et la criminalisation des opposants.
 
C’est en 2013 pourtant que l’Irlande, déjà sous pression, avait donné des gages en légalisant l’avortement si la vie de la mère était en danger. Amnesty International estime aujourd’hui que cette loi ne fait qu’apporter des contraintes supplémentaires à la procédure et dénonce la non adhésion de l’Irlande aux droits de l’homme tels qu’ils sont reconnues sur le plan international (un leurre : aucune convention ou traité ne mentionne un droit à l’avortement).
 
Comment dire « oui » au « mariage homosexuel » sans libéraliser l’avortement ?
 
Pour Amnesty International, la disposition constitutionnelle irlandaise qui reconnaît le droit de l’enfant à naître à la protection de sa vie est contraire aux droits de l’homme au sens international : « Il est clair que les droits de l’homme s’appliquent après la naissance », selon le rapport.
 
« D’après les lois actuelles, nous devons attendre que la femme soit suffisamment malade avant de pouvoir intervenir. Mais quand êtes-vous suffisamment proche d’un risque de mort ? Il n’y a pas de réponse », a regretté Peter Boylan, obstétricien et gynécologue. Il a moins de cœur pour l’enfant à naître qui meurt à tous les coups lorsqu’un avortement a lieu.
 
Le secrétaire général d’Amnesty International, Salil Shetty, a présenté son rapport de manière agressive : « Les droits des femmes et filles sont violés chaque jour en raison d’une Constitution qui les traite comme des réceptacles à bébé », a-t-il déclaré. Là encore, le discours est habituel : à force de défendre l’avortement, on en vient à présenter la grossesse comme une aliénation.
 
Certains responsables politiques irlandais ont déjà appelé à la tenue d’une nouvelle consultation populaire visant à abroger le 8e amendement de la Constitution qui donne des droits égaux au fœtus et à la mère.
 
Un porte-parole du ministère de la Santé a indiqué qu’il « examinerait les conclusions » du rapport mais le Premier ministre a précisé qu’il ne soutenait pas « l’avortement à la demande » et a exclu la tenue d’un éventuel référendum avant les élections législatives prévues l’an prochain.

http://reinformation.tv/irlande-amnesty-international-liberaliser-avortemen…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Juin - 03:57 (2015)    Sujet du message: HACKERS CAN REMOTELY KILL HOSPITAL PATIENTS WITH DRUG PUMPS, IT DISCOVERS Répondre en citant

HACKERS CAN REMOTELY KILL HOSPITAL PATIENTS WITH DRUG PUMPS, IT DISCOVERS 

All devices or nanotech connect to your body could be use to kill you.


Published time: June 11, 2015 09:03

Download video (11.95 MB)

Serious alarm is finally being raised over drug pumps in thousands of hospitals around the world being vulnerable to hacking. RT spoke to the security expert whose previous warnings were ignored – until he proved hackers could kill patients remotely.

Billy Rios, a security expert, earlier this year tested several pumps belonging to major drug pump maker Hospira, which delivers devices to over 400,000 hospitals globally. What he found was alarming, but not enough to cause widespread fear. Rios discovered that a hacker could remotely make the intravenous pump forget to warn the physician if they made a mistake setting the dosage.

So he kept on digging and later figured out how hackers could remotely change the firmware of a device and administer a fatal dosage at will.
“Anyone can do this, and it’s just a matter of time before someone figures out how,” Rios told RT.

“These pumps are actually just computers, and so – just as you would take your laptop and join a wireless network, these pumps are on networks as well,” he added.

When he initially contacted the Illinois-based manufacturer to alert them to the problem, they simply denied it existed. In their view, this was justified by the communications module and circuit board being separate inside the device.


Screenshot from RT video

To refute this, all Rios had to do was open one up and see that the two things were actually connected by a serial cable, and in such a way “that you can actually change the core software on the pump,” as he explained to Wired.

All they would need is rudimentary knowledge of electronics and access to the hospital network the pump is connected to. This means anybody logged on to the hospital internet could cause serious damage, including the patients themselves.

“Also, if you wanted to, for example, change the configuration of a pump, you could do that remotely, through the wireless interface. If you wanted to upload a new [so-called] ‘drug library’ to the pump, you could do that through one of the servers on the hospital network. And so, once someone understands how that’s done, they can basically issue their own commands to the pump and make the pump do things it was not designed to do,” Rios continued.

A ‘drug library’ is basically a database containing drug information and dosages for different medications. What Rios found is that the libraries didn’t have to be authenticated, nor do they carry a digital signature. This means an imposter could just substitute a local library for one of their own.
But this didn’t cause much of a stir with Hospira until Rios found the dosage could be changed remotely.

The firmware – used by a manufacturer to make remote updates to an electronic device – was always the machines’ vulnerability, according to Rios.
At least five models by the manufacturer are vulnerable, including: the standard PCA LifeCare pumps; the PCA3 and PCA5 models; the Symbiq series (which went offline in 2013 owing to safety issues) and the Plum A+ – which is arguably the scarier of the bunch, being present in over 325,000 hospitals around the world.

Rios also suspects the newer Plum A incarnation, as well as two models in the Sapphire range, are also vulnerable.

“I’ve looked at a variety of medical devices over the last couple of years. A lot of them do have security issues and, if you have software, there’s going to be bugs.”

Hospira was contacted by Wired for comment, but failed to respond.


Screenshot from RT video

The manufacturer didn’t want to address the initial vulnerabilities even after the Food and Drug Administration issued warnings and recommendations earlier on how to fix the bug, including how to get the devices off a common or remotely-accessible network. However, that was before Rios had tested the remainder of the devices.



Writing on his blog on Monday, Rios spoke of his surprise that Hospira simply refused to address this grave security threat. "Over 400 days later, we have yet to see a single fix for the issues affecting the PCA 3," he writes.

In May last year, “I recommended Hospira conduct an analysis to determine whether other infusion pumps within their product lines were affected. Five months after my request for a variant analysis, I received notification that Hospira was 'not interested in verifying that other pumps are vulnerable.’”

The company, however, issued a statement to Mashable, which had also spoken to Rios. Hospira says it’s now working with the FDA and the Department of Homeland Security (DHS) to address the vulnerabilities. = Do you think the FDA and the Dep. of HS didn't know what's going on? It's part of their war game against humans.

Meanwhile, Rios is working on the Sapphire line of pumps to detect further security flaws.

http://rt.com/news/266491-drug-pumps-hacking-hospitals/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 2 Juil - 05:33 (2015)    Sujet du message: VIVIANE LAMBERT : ENTRETIEN EXCLUSIF APRES LA DECISION DE CEDH ET LA DIFFUSION DE LA VIDEO Répondre en citant

VIVIANE LAMBERT : ENTRETIEN EXCLUSIF APRES LA DECISION DE CEDH ET LA DIFFUSION DE LA VIDEO

Sous un système fascite, communiste luciférien, le gouvernement considère que vous appartenez à l'état. Il se donne donc le droit de vie ou de mort sur tous, en particulier sur ceux qu'il considère être des indésirables. Le droit des parents et/ou de la famille, on n'en tient plus compte et on va jusqu'à discréditer la personne en utilisant la religion à laquelle elle appartient. Eux pourtant, se gardent bien de dire au monde entier que le dieu sanguinaire qu'ils servent est le grand Satan. Ce qu'ils font et les décisions qu'ils prennent se fait sous le secret de la pure doctrine de Lucifer qui n'a de pitié ni pour eux qui sont trompés, ni pour l'humanité entière qu'il voudrait voir complètement exterminée. Comme nous le voyons dans bien d'autres domaines, ses plans sont pourtant très révélateurs sur ses véritables intentions.


1 juillet 2015 21 h 32 min·

 
« Il était nécessaire de diffuser ces images parce qu’on a menti à l’opinion publique ».
 
VIDEO : https://vimeo.com/132359895

Entretien avec Armel Joubert des Ouches
 
Depuis la diffusion des images de son fils sur internet, au début du mois de juin, images réalisées par le comité de soutien de Vincent « Je soutiens Vincent », Viviane Lambert a été particulièrement sollicitée par la presse. Les médias parisiens notamment attendaient une réaction de sa part. Mais la maman de Vincent Lambert a refusé de répondre aux questions des journalistes, préférant se tenir éloignée d’eux quelque temps. Il y a quelques jours, elle a accordé une interview exclusive à Reinformation.tv acceptant de recevoir l’un de nos journalistes, Armel Joubert des Ouches, dans la ville où elle réside actuellement.
 
Viviane Lambert nous accorde un entretien exclusif
 
Celle qui, malgré la fureur que ce dossier provoque de toute part depuis plusieurs années, se bat avec dignité pour sauver la vie de son fils que l’on veut euthanasier, est revenue sur l’émoi politico-médiatique qu’à provoqué la diffusion des images de Vincent Lambert sur internet, filmé dans la chambre d’hôpital qu’il occupe depuis le 29 septembre 2008, jour de son accident près de Reims. Une vidéo déjà visionnée près de 700.000 fois. Viviane Lambert fait des révélations sur le soutien qu’elle aurait manifestement obtenu de certains hommes politiques comme le député et ancien Ministre Bernard Debré, avant qu’il ne se rétracte
 
La diffusion de la vidéo après la décision de la CEDH : manipulation politico-religieuse ou assistance à personne en danger ?
 
Quand elle lit dans la presse qu’il y aurait eu « manipulation politico-religieuse de la famille » Viviane Lambert se dit horrifiée par des propos qu’elle juge « infects ». « Il était nécessaire de diffuser ces images parce qu’on a menti à l’opinion public ». La famille commence à faire le travail que l’équipe médicale, dirigée par le Docteur Kariger, refusait de faire : lui donner à manger à la cuillère. Jusqu’à présent, Vincent Lambert était alimenté au moyen d’une sonde…Par ailleurs elle nous a déclaré lors de cet entretien : « Nous sommes des catholiques, on s’en sert pour nous discréditer… ».
 
Entretien Armel Joubert des Ouches

http://reinformation.tv/viviane-lambert-entretien-exclusif-apres-decision-c…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 6 Juil - 19:45 (2015)    Sujet du message: U.S. GOVERNMENT ADMITS IT POISONED SOLDIERS WITH AGENT ORANGE AFTER DECADES OF DENIAL Répondre en citant

U.S. GOVERNMENT ADMITS IT POISONED SOLDIERS WITH AGENT ORANGE AFTER DECADES OF DENIAL

Tuesday, June 23, 2015 by: J. D. Heyes
Tags: Vietnam war, Agent Orange, VA hospital


(NaturalNews) At long last, following years of delay, the U.S. government has finally admitted that it poisoned its own troops in Vietnam decades ago through the mass use of the herbicide known as "Agent Orange."

In recent days, federal officials agreed to provide millions of dollars in disability benefits to at least 2,100 Air Force reservists and active duty forces that were exposed to Agent Orange on airplanes used to spread it during the war.

NBC News reported:

The new federal rule, approved by the White House Office of Management and Budget, takes effect [June 26]. It adds to an Agent Orange-related caseload that already makes up 1 out of 6 disability checks issued by the Department of Veterans Affairs.

The expected cost over 10 years is $47.5 million, with separate health care coverage adding to the price tag.

Herbicide used to defoliate jungle hideouts and destroy crops

"Opening up eligibility for this deserving group of Air Force veterans and reservists is the right thing to do," VA Secretary Bob McDonald said in a statement, adding that he would announce the decision in private meetings with veterans' groups in the coming weeks.

As noted by the non-partisan Aspen Institute in Washington, D.C., the herbicide was a mixture used by the military to defoliate large swaths of Vietnamese jungle as a way of exposing North Vietnamese and Viet Cong troops that were using the jungle as cover to move men and material into South Korea. It was part of a color-coded herbicide campaign that also aimed to deprive the enemy of food by destroying crops.

The mixture, which was used until the early 1970s, contained a chemical contaminant known as dioxin. Even though its use ended more than 40 years ago, the dioxin contaminant continues to have a harmful effect today. As many Vietnam vets know, dioxin has been linked to cancers, birth defects, diabetes and other ailments and disabilities.

"The Red Cross estimates that three million Vietnamese have been affected by dioxin, including at least 150,000 children born with serious birth defects," said the institute on its web page. "Millions of Americans and Vietnamese are still affected, directly and indirectly, by the wartime U.S. spraying of Agent Orange and other herbicides over southern and central Vietnam."

The new federal rule will apply to an expanded number of Air Force and other military personnel who either flew on or worked on C-123 aircraft from 1969 to 1986 and are thought to have been exposed to Agent Orange residue. Those planes were used to distribute millions of gallons of the chemical herbicide during the war, which was waged in various stages between 1955-1975.

Many more could qualify for compensationAccording to an Institute of Medicine study that was released in January, some C-123 reservists stationed in Ohio, Pennsylvania and Massachusetts were exposed to the herbicides resident in the planes and became higher risks for health problems as a result.

Following a review of military records, the VA said it was able to determine that C-123 pilots, mechanics and medical personnel who served at an additional seven locations around the U.S. and abroad might also have been affected by exposure. These locations include Florida, Virginia, Arizona, Taiwan, Panama, South Korea and the Philippines, NBC News reported.

The former military personnel affected by the new rule will become eligible to receive disability assistance including survivor benefits and medical care within the VA system. Vets will have to show that they worked on contaminated planes and then later developed one of 14 medical conditions such as prostate cancer, leukemia and others that the VA has determined are linked to Agent Orange exposure.

The VA said that affected veterans could start submitting applications for benefits right away, noting that it would process them as soon as the rule is formally issued.

Sources:

http://theantimedia.org

http://www.nbcnews.com

http://www.aspeninstitute.org

http://www.naturalnews.com/050294_Vietnam_war_Agent_Orange_VA_hospital.html


Dernière édition par maria le Sam 23 Avr - 01:38 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 15 Juil - 08:51 (2015)    Sujet du message: 238,000 US VETERANS DIED WAITING FOR HEALTH CARE - LEAKED DOCUMENT Répondre en citant

238,000 US VETERANS DIED WAITING FOR HEALTH CARE - LEAKED DOCUMENT

Published time: July 14, 2015 04:14


Reuters / Carlos Barria

A leaked document shows nearly one-third of the 847,000 veterans in the Department of Veteran Affairs’ backlog died while waiting for treatment, amounting to more than 238,000 patients, according to documents obtained by the Huffington Post.

The VA maintains that the number is so large because it has no mechanism to purge the list of dead applicants, and that some of the veterans may have died years ago. VA spokeswoman Walinda West told the Huffington Post that some people on the list may never have completed an application, or could be using other insurance.

She said 81 percent of the veterans who come to the VA “have either Medicare, Medicaid, Tricare or some other private insurance,” West said. “Consequently, some in pending stays may have to use other options instead of completing their eligibility application.”

The documents came from a VA program specialist, Scott Davis, who has been a whistleblower on the department’s failings in the past. He disputed West’s answers, saying an incomplete application would not have made it onto the VA’s pending list. He added that the department only began electronic health care enrollment in 1998, and that this was when the backlog began. As for the point about veterans using other insurance, he said that was “immaterial and a farce.”

VA wants you to believe, by virtue of people being able to get health care elsewhere, it’s not a big deal. But VA is turning away tens of thousands of veterans eligible for health care,” Davis told the Huffington Post. “VA is making it cumbersome, and then saying, ‘See? They didn’t want it anyway.’”
READ MORE: Whistleblower says VA mismanaged veterans benefits for years

http://rt.com/usa/235587-va-mismanaged-veterans-benefits/
The documents also show poor record keeping at the agency. In one instance, 2.35 million veterans, whose records amounted to about 13.5 percent of the 17.4 million records total, died but did not have their date of death recorded in the enrollment system. Yet dates of death were recorded in a different information database.

Copies of the document have been sent to the House and Senate committees that oversee the VA, as well as the White House.

The VA provides $95 billion worth of entitlements to veterans each year. However, according to the agency’s own figures from 2008, only 36 percent of the 23.4 million military veterans from all wars were receiving benefits and services – about 8.5 million. The benefits and services include healthcare, education and training, disability payments, military pensions to veterans and their surviving spouses, and burial benefits.

The disclosure is the latest controversy to engulf the VA since last summer’s scandal at a Phoenix VA hospital that led to congressional hearings.
Then-Secretary of Veterans Affairs Eric Shinseki resigned when it was revealed that about 40 veterans had died waiting for timely access to healthcare.

The VA’s Office of Accountability Review, which was established in 2014 to promote leadership accountability within the department, is currently handling 80 cases, of which 15 involve whistleblower retaliation.

http://rt.com/usa/273475-us-veterans-die-waiting-treatment/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 16 Juil - 05:07 (2015)    Sujet du message: 'A LOT OF PEOPLE WANT LIVER' / PLANNED PARENTHOOD'S BLOODY BUSINESS / ABORTED FETUSES FOR SALE BY SATANIC SCUM / REP STANDS UP TO BABY PARTS BROKERS OF PLANNED PARENTHOOD SATANISTS / HUMAN HARVESTING BABY-PART FACTORY DONATIONS Répondre en citant

'A LOT OF PEOPLE WANT LIVER' / PLANNED PARENTHOOD'S BLOODY BUSINESS

An other abomination on the long list  They are now concerned because of the big $$$$ business industry but where were all these peoples to defend the life of all these little babies until this day?

(Steve Allen/Dreamstime)


by Kevin D. Williamson July 15, 2015 4:00 AM
@kevinNR

‘A lot of people want liver.” So says Planned Parenthood’s director of medical services, Dr. Deborah Nucatola, between bites of what one must assume are fava beans and sips of a nice Chianti, Dr. Nucatola doing a fair impersonation of Dr. Lecter. She did not know she was being recorded, and that the tissue-procurement firm with which she thought she was doing business was an undercover investigator from the Center for Medical Progress.
The abridged version is horrifying, and the full footage is not exculpatory.

Trafficking in fetal body parts is a federal crime, and of course Planned Parenthood denies that it is involved in any such thing. A spokesman for the organization, Eric Ferrero, says that Planned Parenthood doesn’t sell pieces of dismembered children for profit, but instead is “reimbursed” for them.

This is true in the sense that the women who work at escort services are paid for their time and companionship, and that storefront psychics offer their services “for entertainment purposes only.” Nucatola’s blasé butcher’s banter makes it clear that this is a competitive market and that supply and demand, not Planned Parenthood’s expenses, is what sets prices.

RELATED: Planned Parenthood Is Accused of Harvesting Organs from Aborted Babies. Is That Illegal?

http://www.nationalreview.com/article/421190/planned-parenthood-selling-abo…
Sandhya Somashekhar and Danielle Paquette of the Washington Post, who teamed up for sacred-cow defense duty, describe this as a conversation about “the costs associated with sharing that tissue with scientists.” Watching the video leaves it impossible to conclude anything other than that Somashekhar and Paquette are misleading the readers of the Washington Post with malice aforethought. Nucatola is in fact quite straightforward about what sort of business is being transacted and on what terms — and about the necessary deception: “They just want to do it in a way that is not perceived as: ‘This clinic is selling tissue,’” she says. “In the Planned Parenthood world, they’re very, very sensitive to that.”

Where you are negotiating prices for fetal lungs and livers while discussing how to avoid the perception that you are negotiating prices for fetal lungs and livers, you are engaged in a conspiracy to violate federal laws — something that Washington Post reporters once gave a damn about. Richard Nixon wanted to burgle in a way that was not perceived as: “This president is a crook.” But he was a crook.

And it is manifestly the case that the people who run Planned Parenthood are crooks, too.

Not that they’ll ever be prosecuted. It would be surprising if they were even investigated. The video was shot in Los Angeles, and giving every white suburban Democratic check-writer’s favorite abattoir the hairy eyeball is not high on mayor Eric Garcetti’s to do-list. President Barack Obama, who is neck-deep in blood, is not going to be interested in turning over that particular rock. Hillary Rodham Clinton, whose devotion to the cause of fetal dismemberment is absolute, would go to any length short of honest employment to protect Planned Parenthood. Among Republicans, at this writing only Governor Bobby Jindal of Louisiana and Senator Ted Cruz of Texas have shown any stomach for this fight, the rest of them being for the moment too rapt at Donald Trump’s burlesque to take notice.
pullquote a écrit:



Abortion is a brutal business — emphasis on business.



Abortion is a brutal business — emphasis on business. Planned Parenthood takes in a half-billion dollars a year in government money; its financial footprint is the same size as that of the NCAA. It puts a million children to death every three years. It is also a cynical business. Norma McCorvey (“Jane Roe” to the history books) is heartbreaking on the subject of her exploitation in the famous lawsuit that bears her name: “I was used. I was a nobody to them. They only needed a pregnant woman to use for their case, and that is it.” She describes herself as a “patsy.”

We are all patsies now. There is too much money in abortion to leave anything on the table, or to let any human scrap go to waste. And the Democrats will see to it that we all pay for it, for the same reason that they’re happy to throw nonconformist bakers into prison: If we are all implicated, then resistance is more difficult, and resistance is bad for business.

The skids have to be greased, even if they’re greased with blood.

— Kevin D. Williamson is roving correspondent for National Review.

http://www.nationalreview.com/article/421198/planned-parenthood-fetus-sale-business-corporation-profit

ABORTED FETUSES FOR SALE BY SATANIC SCUM



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=tt-U_Iozpio

REP STANDS UP TO BABY PARTS BROKERS OF PLANNED PARENTHOOD SATANISTS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Ya_UJuKtjgQ

HUMAN HARVESTING BABY-PART FACTORY DONATIONS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=2ep75XE4wwE


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 22 Juil - 01:09 (2015)    Sujet du message: SECOND PLANNED PARENTHOOD SENIOR EXECUTIVE HAGGLES OVER BABY PARTS PRICES, CHANGES ABORTION METHODS Répondre en citant

SECOND PLANNED PARENTHOOD SENIOR EXECUTIVE HAGGLES OVER BABY PARTS PRICES, CHANGES ABORTION METHODS 


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?t=44&v=MjCs_gvImyw


#PPSellsBabyParts SECOND PLANNED PARENTHOOD SENIOR EXECUTIVE HAGGLES OVER BABY PARTS PRICES, CHANGES ABORTION METHODS
President of PPFA Medical Directors’ Council Mary Gatter Doesn’t Want to “Lowball” Price, Suggests “Less Crunchy” Technique, Says She Wants a Lamborghini

Contact: David Daleiden, david@centerformedicalprogress.org, 949.734.0859

LOS ANGELES, July 21—A second undercover video shows Planned Parenthood Federation of America’s Medical Directors’ Council President, Dr. Mary Gatter, haggling over payments for intact fetal specimens and offering to use a “less crunchy technique” to get more intact body parts.

It is similar to last week’s viral video showing PPFA Senior Director of Medical Services Dr. Deborah Nucatola admitting to using partial-birth abortions to get intact parts and suggesting a price range of $30 to $100 per specimen.

Gatter is a senior official within Planned Parenthood and is President of the Medical Directors’ Council, the central committee of all Planned Parenthood affiliate medical directors.

Actors posing as buyers ask Gatter, “What would you expect for intact [fetal] tissue?”

“Well, why don’t you start by telling me what you’re used to paying!” Gatter replies.

Gatter continues: “You know, in negotiations whoever throws out the figure first is at a loss, right?” She explains, “I just don’t want to lowball,” before suggesting, “$75 a specimen.”

Gatter twice recites Planned Parenthood messaging on fetal tissue collection, “We’re not in it for the money,” and “The money is not the important thing,” but she immediately qualifies each statement with, respectively, “But what were you thinking of?” and, “But it has to be big enough that it’s worthwhile for me.”

Gatter also admits that in prior fetal tissue deals, Planned Parenthood received payment in spite of incurring no cost: “It was logistically very easy for us, we didn’t have to do anything. So there was compensation for this.” She accepts a higher price of $100 per specimen understanding that it will be only for high-quality fetal organs: “Now, this is for tissue that you actually take, not just tissue that someone volunteers and you can’t find anything, right?”

By the lunch’s end, Gatter suggests $100 per specimen is not enough and concludes, “Let me just figure out what others are getting, and if this is in the ballpark, then it’s fine, if it’s still low, then we can bump it up. I want a Lamborghini.”

The sale or purchase of human fetal tissue is a federal felony punishable by up to 10 years in prison or a fine of up to $500,000 (42 U.S.C. 289g-2).

Gatter also suggests modifying the abortion procedure to get more intact fetuses: “I wouldn’t object to asking Ian, who’s our surgeon who does the cases, to use an IPAS [manual vacuum aspirator] at that gestational age in order to increase the odds that he’s going to get an intact specimen.”

Gatter seems aware this violates rules governing tissue collection, but disregards them: “To me, that’s kind of a specious little argument.” Federal law requires that no alteration in the timing or method of abortion be done for the purposes of fetal tissue collection (42 U.S.C. 289g-1).

The video, like last week’s featuring Dr. Nucatola, was produced by The Center for Medical Progress and is part of CMP’s nearly 3-year-long investigative journalism study, “Human Capital.”

CMP’s Project Lead David Daleiden notes, “Planned Parenthood’s top leadership admits they harvest aborted baby parts and receive payments for this. Planned Parenthood’s only denial is that they make money off of baby parts, but that is a desperate lie that becomes more and more untenable as CMP reveals Planned Parenthood’s business operations and statements that prove otherwise.”

Seven State Governments have opened investigations into Planned Parenthood’s sale of aborted fetal body parts, as have three Congressional Committees. The House Energy and Commerce Committee has called PPFA’s Senior Director of Medical Services to testify this month about the organization’s fetal tissue harvesting.

###

See the video at: https://www.youtube.com/watch?v=MjCs_...



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 30 Juil - 07:19 (2015)    Sujet du message: PRESIDENT OBAMA TO ABORTIONISTS : 'THANK YOU, PLANNED PARENTHOOD. GOD BLESS YOU.' Répondre en citant

PRESIDENT OBAMA TO ABORTIONISTS : 'THANK YOU, PLANNED PARENTHOOD. GOD BLESS YOU.'

7:00AM EDT 7/29/2015 Ken Blackwell


President Obama thanked Planned Parenthood for the work they do. (Reuters)

Planned Parenthood pays no taxes. Under President Obama, they made more than $500 million in profits, but they claim to be a "nonprofit" organization. They kill more 800 children every day. And they have from the earliest days targeted minority women. They once had a "Negro Ministers" project designed to recruit black pastors to push first birth control and then abortion in minority neighborhoods.

Now, in two startling videos, we have seen Planned Parenthood leaders engaged in a ghoulish traffic in the organs of unborn children whom they have killed. My colleague at Family Research Council, Tony Perkins, discussed this horror on his recent radio show in an interview with former Pennsylvania Senator and presidential candidate Rick Santorum. "Hearts, lungs, livers" are the sought-after treasures of these scavengers.
Deborah Nucatola is Planned Parenthood's senior director of medical research. Nucatola is seen on this video casually discussing the mechanics of death and dismemberment of children in the womb. Nucatola sips her glass of red wine as she offers this, from John McCormick's Weekly Standard article:

"We've been very good at ­getting heart, lung, liver, because we know that, so I'm not gonna crush that part, I'm gonna basically crush below, I'm gonna crush above, and I'm gonna see if I can get it all intact," says Nucatola, who adds that the most difficult thing to get out intact is "the calvarium—the head is basically the biggest part."

Calvarium. That's an interesting word. It is the skull minus the lower jaw. For those of us who see that word for the first time outside a medical dictionary, the word might conjure up images of Calvary. It might remind us of what the Bible calls "the place of the skull."

These Merchants of Death know their business. They are careful to use only those techniques that give them intact organs and body parts. Odd, isn't it? When they are trying to advance an abortion agenda in the public debate, they only refer to the unborn child as a fetus, only describe what is in the womb as "a mass of tissue" or "the products of conception." But they can get amazingly specific and entirely clear when there's cash on the barrel head. Lungs. Livers. Hearts.

How tragic it is for President Obama to owe any part of his place in history to this outfit. When speaking at Planned Parenthood's annual conference in April 2013, Mr. Obama concluded his remarks with, "God bless you." Invoking God's blessing on these blind peddlers of death: May He, instead, have mercy on them—and on us for allowing them to flourish in our society.

Ken Blackwell is Senior Fellow for Family Empowerment at Family Research Council.

http://www.charismanews.com/opinion/50755-president-obama-to-abortionists-t…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 30 Juil - 07:25 (2015)    Sujet du message: COURT BARS ANTI-ABORTION GROUP FROM RELEASING NEW VIDEOS OF CALIF. COMPANY OFFICIALS Répondre en citant

COURT BARS ANTI-ABORTION GROUP FROM RELEASING NEW VIDEOS OF CALIF. COMPANY OFFICIALS

Published July 29, 2015Associated Press




LOS ANGELES – A temporary restraining order has been issued preventing an anti-abortion group from releasing any video of leaders of a California company that provides fetal tissue to researchers. The group is the same one that previously released three covertly shot videos of a Planned Parenthood leader discussing the sale of aborted fetuses for research.

The Los Angeles Superior Court order issued Tuesday prohibits the Center for Medical Progress from releasing any video of three high-ranking StemExpress officials taken at a restaurant in May. It appears to be the first legal action prohibiting the release of a video from the organization.

The Center for Medical Progress has released three surreptitiously recorded videos to date that have riled anti-abortion activists. The Senate is expected to vote before its August recess on a Republican effort to bar federal aid to Planned Parenthood in the aftermath of the videos' release.

In a statement Wednesday, center leader David Daleiden said StemExpress was using "meritless litigation" to cover up an "illegal baby parts trade."

"The Center for Medical Progress follows all applicable laws in the course of our investigative journalism work," he said.

StemExpress is a Placerville-based company started in 2010 that provides human tissue, blood and other specimens to researchers. Planned Parenthood is one of the company's providers of fetal tissue.

A company spokesman said StemExpress is "grateful its rights have been vindicated in a court of law."

In the first video released by the Center for Medical Progress, Dr. Deborah Nucatola, Planned Parenthood's senior director of medical services, describes techniques for obtaining fetal body parts for researchers to activists posing as potential buyers from a human biologics company over lunch. When asked about partnering with Planned Parenthood directly rather than through its affiliates, Nucatola mentioned StemExpress as one company that had approached them.

In another previously released video, a woman identified as a former StemExpress phlebotomist describes drawing blood and dissecting dead fetuses.

"I thought I was going to be just drawing blood, not procuring tissue from aborted fetuses," the employee, Holly O'Donnell, said.

Planned Parenthood's affiliates in fewer than five states provide fetal tissue for researchers, according to the organization. The Center for Medical Progress accuses the group of illegally making a profit from that.

Planned Parenthood has said it only receives reimbursements for costs of providing tissue donated by women and that it has done nothing wrong.

The temporary restraining order issued Tuesday will remain in place until a hearing on Aug. 19.

http://www.foxnews.com/politics/2015/07/29/restraining-order-issued-against…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:10 (2016)    Sujet du message: LES RUSES UTILISÉES PR RÉDUIRE LES POPULATIONS (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> LES RUSES UTILISÉES PR RÉDUIRE LES POPULATIONS (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  >
Page 5 sur 7

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com