LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

GOVERNMENT ON THE GO: INCREASING MOBILITY AND IMPLEMENTING THE DIGITAL GOVERNMENT STRATEGY 2012 (PARTIE 2)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST -> GOVERNMENT ON THE GO: INCREASING MOBILITY AND IMPLEMENTING THE DIGITAL GOVERNMENT STRATEGY 2012 (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Dim 15 Juil - 15:13 (2012)    Sujet du message: GOVERNMENT ON THE GO: INCREASING MOBILITY AND IMPLEMENTING THE DIGITAL GOVERNMENT STRATEGY 2012 (PARTIE 2) Répondre en citant








Government Executive’s Government Business Council invites you to be among the first to see new research findings in a complimentary webcast:


GOVERNMENT ON THE GO:
INCREASING MOBILITY AND IMPLEMENTING THE DIGITAL GOVERNMENT STRATEGY
On-Demand Webcast
Duration: 1 hour

The development of new mobile applications offers federal managers an opportunity to improve a variety of tasks, including project management and professional training. As these opportunities grow, however, challenges such as data access issues, slow mobile application deployment times and security arise. The new Digital Government Strategy aims at addressing these challenges while coordinating a targeted approach to ensure privacy and security in the new digital age.

How are federal managers using and accessing data? What can agencies learn from this to develop applications that are popular with federal managers? Join the Government Business Council and Symantec for a webcast to hear the results of a recent survey on the perceptions, attitudes and experiences of federal managers regarding the use of data and applications.

Hear federal managers’ views on:

  • Preference of privately vs. publicly developed applications
  • Usability of data over security
  • Whether agencies can delivers high-quality applications and data access
Moderated by:
Dana Grinshpan Research Manager
Government Business Council
Speaker:
Tiffany Jones Director, Public Sector Programs and Strategic Initiatives
Symantec


Underwritten by:



https://event.on24.com/eventRegistration/EventLobbyServlet?target=registrat…
  


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 15 Juil - 15:13 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Déc - 19:58 (2012)    Sujet du message: WHITE HOUSE'S DIGITAL STRATEGY Répondre en citant

WHITE HOUSE'S DIGITAL STRATEGY

The Obama administration's digital strategy, titled “Building a 21st Century Platform to Better Serve the American People,” aims to ensure agencies manage mobile devices safely and affordably and to give citizens mobile access to everything from government websites and applications to raw survey and satellite data.



 

White House photo

http://www.nextgov.com/cio-briefing/white-houses-digital-strategy/56300/?or…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Déc - 20:02 (2012)    Sujet du message: SECURITY PRESENTED AS THE FOUNDATION OF NEW FEDERAL DIGITAL STRATEGY Répondre en citant

SECURITY PRESENTED AS THE FOUNDATION OF NEW FEDERAL DIGITAL STRATEGY



Pavel Ignatov/Shutterstock.com


May 25, 2012

A new guidebook for mobile-enabled government aims to squelch privacy and security concerns common to tiny devices by protecting sensitive data before it ever reaches a phone.

The 31-page White House strategy issued Wednesday for delivering agency services via apps attaches the word “secure” to almost every activity description.

A graphic visualizing the flow of digital services under the plan titles its foundational layer, Security & Privacy.

At the same, the paper acknowledges the mobile model’s goals of openness and collaboration can “have the potential to make devices and data vulnerable to malicious or accidental breaches of security and privacy.” Laptops have long carried similar risks, but smaller-size smartphones and tablets increase the chances of losing data or opening agency networks to unauthorized users, the strategy states.

To address the conflict between transparency and security, the blueprint calls for partitioning sensitive information prior to transmission by, among other things, requiring strong identity verification.

This way, “data owners can focus more effort on ensuring the safe and secure delivery of data to the end customer and fewer resources on securing the device that will receive the data,” the strategy states.

The paper contemplates moving much of the government’s digital intelligence to the cloud -- or remote data centers -- to reach the point of using essentially dummy phones.

“If applications, operating systems and data reside in an appropriately secured cloud environment rather than on a device, this will limit the potential impact to an agency in the event a device is lost, stolen or compromised,” the strategy states.

The Defense and Homeland Security departments, along with the National Institute of Standards and Technology, will do much of the heavy lifting to install the security layer of the strategy. Within 12 months, the trio must craft standard security requirements for broadening the use of mobile and wireless devices in government, according to the plan.

To keep certain digital services confidential, particularly those involving citizen information, the federal Chief Information Officers Council will develop instructions for deploying privacy controls during the next six months. Within that time frame, the council also will teach agency privacy and legal specialists about the latest options for preventing the unnecessary collection of personal data, minimizing how long data is stored and notifying users of data breaches.

(Image via Pavel Ignatov/Shutterstock.com /Shutterstock.com)

http://www.nextgov.com/cybersecurity/2012/05/security-presented-foundation-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 18 Déc - 17:34 (2012)    Sujet du message: THE FEDERAL TECHNOLOGIST'S OUTLOOK TO 2013 Répondre en citant

 
THE FEDERAL TECHNOLOGIST'S OUTLOOK TO 2013  
   
With the federal government setting high expectations on efficiency and innovation, IT literacy has never been more important to your agency.
In this exclusive webcast, Government Business Council, Government Executive Media Group's research and analysis division, will break down specifics on how big data, data center consolidation, health IT, mobility, cybersecurity and cloud have impacted government over the past year and how they will evolve into the new year.

Join us today to learn:
  • New security policies and tactics amid the rising popularity of BYOD
  • What the popularization of green data centers means for feds
  • How to overcome 2012 setbacks to the "Cloud First" Policy


>> CLICK HERE TO REGISTER!
Speakers Include:
Allan Friedman
Research Director, Center for Technology Innovation, Brookings Institute


Jennifer Kerber
President, TechAmerica Foundation


Moderated By:
Dana Grinshpan
Research Manager, Government Business Council


http://syndication.atlantic-media.us/GE_marketing/Events/121812_TechGuideemail6.html



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Déc - 15:47 (2012)    Sujet du message: VATICAN DISCLOSES POPE'S TWITTER HANDLE: @pontifex Répondre en citant

VATICAN 2.0

VATICAN DISCLOSES POPE'S TWITTER HANDLE: @pontifex


Reuters, 03/12 13:05 CET


By Philip Pullella

VATICAN CITY (Reuters) – It’s official. Pope Benedict’s handle on Twitter will be @pontifex.

He already has 1.2 billion “followers” in the standard sense of the word but next week he will have another type when he enters what for any 85-year old is the brave new world of Twitter.

The Vatican said on Monday that the pope will start tweeting on December 12, the feast of the Madonna of Guadalupe.

“The handle is a good one. It means ‘pope’ and it also means ‘bridge builder’,” said Greg Burke, senior media advisor to the Vatican.

“The pope wants to reach out to everyone,” he told a news conference.

The first papal tweets will be answers to questions sent to #askpontifex.

The tweets will be going out in Spanish, English, Italian, Portuguese, German, Polish, Arabic and French. Other languages will be added in the future.

“We are going to get a spiritual message. The pope is not going to be walking around with a Blackberry or an iPad and no one is going to be putting words into the pope’s mouth. He will tweet what he wants to tweet,” Burke said.

Primarily the tweets will come from the contents of his weekly general audience, Sunday blessings and homilies on major Church holidays. They will also include reaction to major world events, such as natural disasters.

Benedict will be sending his first tweet himself on December 12 but in the future most will be written by aides and he will sign off on them before they are sent in his name.

But while the pope will be one of the world’s most high-profile tweeters and have many followers, he will not be following anyone himself.

The pope’s Twitter page is designed in yellow and white – the colours of the Vatican, with a backdrop of the Vatican and his picture. It may change during different liturgical seasons of the year and when the pope is away from the Vatican on trips.

FEAR OF HACKING

The Vatican said precautions had been taken to make sure the pope’s certified account is not hacked. Only one computer in the Vatican’s secretariat of state will be used for the tweets.

“The Pope’s presence on Twitter is a concrete expression of his conviction that the Church must be present in the digital arena,” the Vatican said.

“This initiative is best understood in the context of his reflections on the importance of the cultural space that has been brought into being by the new technologies … the pope’s presence on Twitter can be seen as the ‘tip of the iceberg’ that is the Church’s presence in the world of new media,” it said in a statement.

The pope, who still writes his speeches and books by hand, has given a qualified blessing to social networking.

In a document issued last year, he said the possibilities of new media and social networks offered “a great opportunity”, but warned of the risks of depersonalisation, alienation, self-indulgence, and the dangers of having more virtual friends than real ones.

In 2009, a new Vatican website, www.pope2you.net, went live, offering an application called “The pope meets you on Facebook”, and another allowing the faithful to see the pontiff’s speeches and messages on their iPhones or iPods.

The Vatican famously got egg on its face in 2009 when it was forced to admit that, if it had surfed the web more, it might have known that a traditionalist bishop whose excommunication was lifted had for years been a Holocaust denier.

(Reporting By Philip Pullella, editing by Paul Casciato)



http://www.euronews.com/newswires/1747128-vatican-discloses-popes-twitter-handle-pontifex/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Dim 20 Jan - 16:27 (2013)    Sujet du message: BELGIQUE TECHNO-NAZIE : ARRIVEE DE L’ORDONNANCE ELECTRONIQUE A PUCE ! LES ORDONNANCES PAPIER CONDAMNEES ! Répondre en citant

BELGIQUE TECHNO-NAZIE : ARRIVEE DE L’ORDONNANCE ELECTRONIQUE A PUCE ! LES ORDONNANCES PAPIER CONDAMNEES !



Chers amis,

Je vous avais averti longtemps à l’avance du développement décrit ci-dessous… Vous n’en avez apparemment pas tenu compte, puisqu’il n’y a eu aucune réaction. Vous êtes donc D’ACCORD pour rentrer dans ce système de DICTATURE ELECTRONIQUE.

Je n’irai pas par quatre chemins : NOUS SOMMES CLAIREMENT SUR LA VOIE QUI MÈNE AUX PUCES ÉLECTRONIQUES IMPLANTABLES (prévues aux alentours de 2020). Nous voyons que TOUT VA DÉSORMAIS PASSER PAR L’ÉLECTRONIQUE (CE QUI, CONTRAIREMENT À CE QUE L’ON VEUT VOUS FAIRE CROIRE, N’IRA PAS SANS PROBLÈMES DE SÉCURITÉ, PUISQUE TOUT CE QUI EST ÉLECTRONIQUE EST… PIRATABLE !).

LES CARTES À PUCE SURGISSENT DÉSORMAIS PARTOUT, DANS TOUS LES DOMAINES. On a même commencé à les concentrer sur un support commun, ou en tout cas sur des supports moins nombreux.

L’ARTICLE QUI SUIT NOUS SIGNALE QUE LA BELGIQUE VA SUPPRIMER LES ORDONNANCES PAPIER ET METTRE EN ROUTE LES ORDONNANCES ÉLECTRONIQUES. DANS UN PREMIER TEMPS, LES ORDONNANCES PAPIER CONTINUERONT D’EXISTER, MAIS UN CODE-BARRES Y SERA AJOUTÉ !

Les PROBLÈMES DE LIBERTÉS ET DE VIOLATION DE VIE PRIVÉE sont donc garantis. Attendez-vous à ce que des bases de données concernant la santé et la consommation en médicaments des citoyens belges, circulent bientôt en toute impunité…

L’article, ci-dessous.

BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.



Source : http://actualite.fr.be.msn.com/actualitebelge/lordonnance-médicale-papier-v…


09-1-2013 08:17 | Par VIM, www.belga.be

L'ORDONNANCE MEDICALE PAPIER VA DISPARAITRE



L'Inami devrait donner d'ici peu le feu vert à la généralisation des ordonnances électroniques, affirme mercredi Sudpresse.

Les conclusions du PROJET RECIP-E, mené depuis deux ans à l'initiative des associations professionnelles de prestataires de soins, sont positives et montrent que LA BELGIQUE EST PRETE A UNE GENERALISATION DU SYSTEME DE PRESCRIPTIONS ELECTRONIQUES.

Selon le chef du projet, Marc Nyssen, ingénieur et professeur d'informatique médicale à la VUB, L'ORDONNANCE ELECTRONIQUE POURRAIT ETRE GENERALISEE DANS LES TROIS ANNEES A VENIR.

PENDANT LA PERIODE TRANSITOIRE, LA PRESCRIPTION PAPIER RESTERA LE DOCUMENT LEGAL MAIS ELLE SERA DOTEE D'UN CODE-BARRES SUPPLEMENTAIRE, indiquant au prestataire de soins (kiné, pharmacien, infirmier) qu'il y a une prescription électronique jointe.

L'ORDONNANCE ELECTRONIQUE devrait permettre de lutter contre les erreurs et falsifications. Les conclusions doivent être transmises prochainement à l'Inami.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 25 Jan - 16:18 (2013)    Sujet du message: 'TECHNOPHOBIC' WASHINGTON DRAGS DOWN GOVERNMENT INNOVATION, CARLY FIORINA SAYS Répondre en citant

'TECHNOPHOBIC' WASHINGTON DRAGS DOWN GOVERNMENT INNOVATION, CARLY FIORINA SAYS

Carly Fiorina Rich Pedroncelli/AP


Because “Washington is filled with people who are somewhat technophobic,” government is not using technology as effectively as other sectors, said Carly Fiorina, the former chairman and CEO of Hewlett-Packard and Co., who has served on advisory boards for the CIA and the State and Defense departments.

Two key former Pentagon officials offered a more flattering assessment of the state of federal technology on Thursday at a forum on “Innovation for Government Effectiveness” hosted by the Center for Strategic and International Studies.

Government has made progress, Fiorina said, citing the Defense Department’s drones and Vice President Biden’s “video fireside chat” on gun violence held on Thursday. But it hasn’t put technology to use to the same extent as political campaigns and the entertainment industry, as exemplified by the viewer text-in voting of the TV show American Idol.

“Whatever your political philosophy, it’s fair to say citizens’ expectation for transparency and accountability, and for their own opportunity to participate are rising,” said Fiorina, a former Republican Senate candidate from California.

“Government will be providing more services with less money to go around, so the only way is to apply technology in a transformative way.”

She gave the example of a California office that verifies citizen eligibility for Medicaid. Live staffers working set hours answered phone calls on average only after 23 rings. But a new, privately designed website now gets more rapid answers to applicants who answer five brief questions online. “It means not just using technology to automate existing process, but to fundamentally change how business is done,” Fiorina said.

William Lynn, former deputy Defense secretary and now chief executive officer of DRS Technologies, said the fact that government lacks the efficiency of private business “misses the point” of government’s “long record of accomplishments in innovation.” He cited an array of cutting-edge technological feats such as NASA’s recent landing on Mars; the Navy Research labs’ work in nanotechnology; cancer and AIDS research at the National Institutes of Health; and the Energy Department’s work in wind and solar power.

“Government is a highly innovative institution, but it is not operating at the level we need it to be,” Lynn said, citing four basic restraints not faced by private sector innovators. First is government’s “sheer size, scale and scope of mission. Its 4.5 million employees is the equivalent of 15 General Electrics, spread from the space station to Antarctica, with the largest ocean fleet in the world,” Lynn said. The U.S. intelligence community “would be the envy of any research company.”

Government is also distinguished by its “world-class responsibilities” for 320 million people, and a billion more protected by treaties. “These can’t be negotiated, redirected or wished away,” nor can government research and development “be selectively turned off,” he said.

Other constraints include Congress, “which is always supportive of reform in general but opposed to specifics that affect individual members,” he said.

The government’s reward and compensation system contrasts with industry by offering less pay in return for stability, longevity and good benefits, Lynn said, adding that the system values “length of service over results.” The federal “monolithic promotion structure hinders government’s ability to attract the best and brightest,” he said. Finally, new initiatives are “hard to implement across government, and the core performance metrics are harder to identify” than in the business world.

Such barriers can be overcome, he said, in a few key “nuanced” ways. While recognizing the enormity of the challenge, government can become an “employer of choice” that delivers good products and services by highlighting its non-monetary benefits. The Pentagon, he noted, was the first agency to embrace racial and ethnic diversity, and it has strived to learn from IBM’s “culture of respect for employees’ relationships with managers and pride in the institution.”

Government could also compete favorably in providing “room to broaden intellectual and career growth,” Lynn said. That means allowing engineers to capitalize on opportunities to work in areas as diverse as space science and metallurgy. “We need to rethink the model for career paths,” he added, noting that the Millennial generation “views job security as a quaint relic of the past.” They expect job rotations, even outside of government, “a healthy degree of turnover.”

Lynn recommended that government “fix its broken relationship with Congress,” which prevents flexibility in budgeting. He would apply Base Closing and Realignment Commission procedures—which involve an expert panel recommending a plan that lawmakers then vote up or down—to reforming the military’s retirement healthcare benefits, a key cost driver.

Government service means “doing a mission for your country, it will never compete on a level playing field on pay,” Lynn said. Asked whether the current federal pay freeze impedes hiring top employees, Lynn said, “it hurts in a discreet way, but the bigger restraint is the cap on government spending on salaries driven by congressional pay. The Senior Executive Service crashes against that cap, so the compression in mid- to top levels is the more serious problem.”

A portrait of the military as a cutting-edge innovator was offered by Gen. James “Hoss” Cartwright, former vice chairman of the Joint Chiefs of Staff now with the CSIS: “We don’t like to say it, but wars and conflicts have a way of becoming an incubator for innovation.” He gave as an example the 21st century battlefield’s medical triage, which altered Civil War-era approaches to mass casualties to raise survival rates of injured troops from 60 percent to more than 98 percent. The conflict in Afghanistan “is the first war in history where the male population aged 18 to 35 grew,” he said. He also pointed to “predictive analytics” that allow troops with smartphones, instead of the old “trolling for trouble,” to use intelligence data to be at the right place at the right time with the right capability.
A fundamental shift in Defense strategy, Cartwright said, is “standardization of technology. We have moved away from scale and exquisite platforms.” Where World War II was fought with Armies and Vietnam with divisions, now the U.S. fights with brigades. Before, if we had a problem, “we built a platform to solve it,” he said. “But this is a cost-imposing strategy, and reality changes so fast as we move out of industrial age to information age” that the new challenge is “the ability to move knowledge, data and censors around the battlefield to adapt.

The key in man-to-machine interface is standard technologies that are “agnostic” across domains and platform,” Cartwright said, noting “Moore’s law,” which foresees obsolescence every 18 months. “We need to learn to build platforms that can be adapted in 10 to 15 years—we are almost perfect at not guessing right. Certain systems are used now in ways they weren’t designed for, but we expect some 19-year-old high school graduate to know the difference,” he said. The “leverage in the Information Age is in the cognitive realm, not in the industrial side.“

Cartwright highlighted the generation gap in technological adaptability. One young soldier he met recently asked, “Why have an iPad on the battlefield? IPads are for old people!” The 19-year-old who “grew up digital sees the culture change instantly,” he said. “It’s the middle managers who resist. This is the most difficult stuff for leaders and the senior executives.”

Want to contribute to this story? Share your addition in comments.

Stay up-to-date with federal news alerts and analysis — Sign up for GovExec's email newsletters

http://www.govexec.com/technology/2013/01/technophobic-washington-drags-down-government-innovation-carly-fiorina-says/60871/?oref=nextgov_today_nl


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 14 Mai - 18:11 (2013)    Sujet du message: WHITE HOUSE ORDERS AGENCIES TO FOLLOW NEW OPEN DATA STANDARDS Répondre en citant

WHITE HOUSE ORDERS AGENCIES TO FOLLOW NEW OPEN DATA STANDARDS




Vacclav/Shutterstock.com

By Joseph Marks May 9, 2013

Government agencies must collect and publish new information in open, machine-readable and, whenever possible, non-proprietary formats, according to a White House executive order and open data policy published Thursday.


The new policy also gives agencies six months to create an inventory of all the datasets they collect and maintain; an updated list of datasets that are open to the public; and an online system to gather feedback from users about how they’d like such information to be presented.

The idea behind the initiative is that information the government collects for the purposes of management, regulation and security can also be used by private sector and nonprofit entrepreneurs to build products that aid consumers and turn a profit. A billion dollar industry, for example, has been built on government-supplied Global Positioning System information, most notably in the mobile apps market.

In other cases, public access to government data can raise public awareness of an issue or lead to smarter consumer choices. The website WeMakeItSafer, for example, aggregates government information about product recalls. On Wednesday, the government released troves of Medicare data that showed wide cost variations that experts said could intensify pressure for hospital billing reforms.

“Starting today, we’re making even more government data available online, which will help launch even more new startups,” President Obama said in a statement. “And we’re making it easier for people to find the data and use it, so that entrepreneurs can build products and services we haven’t even imagined yet.”

Government contractors and the open government community both applauded the executive order.

Hudson Hollister of the Data Transparency Coalition trade association noted that better maintained government data could help contractors save money by allowing them to automate more reporting and compliance processes.

“Spending and programs would become more efficient, because data standards would permit the deployment of big data analytics to find waste and fraud,” he said. “Even our capital markets would benefit, because public regulatory filings converted into open data would be a more accessible source of actionable information for investors.”

The order also won praise from the technology vendor’s association TechAmerica and the Sunlight Foundation transparency group.

“Open data empowers Americans to know how government functions, gives them the means to get engaged and enables them to oversee the special interests,” Sunlight Executive Director Ellen Miller said. “Having both the government and the public understand the purpose, power and possibilities of open data is at the heart of a well-functioning democracy.”

An open data policy has been in the works at least since federal Chief Information Officer Steven VanRoekel VanRoekel released his digital government strategy in May 2012.

Thursday's policy and executive order were accompanied by a primer on best practices and useful tools for government data published on the open development site Github.

The policy also requires agencies to apply standard metadata, meaning information about the data, to all new datasets it collects, including when and where the information was collected and any concerns about its validity.

In a statement announcing the policy, the White House also pledged to reboot the government’s central information repository Data.gov in the next few months with new services including improved visualization and mapping tools, better metadata and more application programming interfaces, or APIs, which automatically stream information from one computer to another.

The White House also pledged to release more tools on Github to help developers make use of government data, including a tool that automatically converts standard spreadsheets into APIs.

(Image via Vacclav/Shutterstock.com)

http://www.nextgov.com/big-data/2013/05/white-house-orders-agencies-follow-…


Revenir en haut
vicflame


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2012
Messages: 206

MessagePosté le: Jeu 7 Nov - 18:43 (2013)    Sujet du message: UE NAZIE 666: LES "VILLES INTELLIGENTES"... Répondre en citant




BELGIQUE ET EUROPE : PROPAGANDE : TRANSFORMER LES VILLES EN TROUS LIBERTICIDES, EN « VILLES INTELLIGENTES » !





Oh comme il fera « bon » vivre, dans la ville intelligente (smart city) du futur !!!



Chers amis,


L’article de propagande mensongère et putride qui suit provient d’une revue belge réalisée par le SPW (Service Public de Wallonie), DONC PAR UN ORGANE GOUVERNEMENTAL QUI N'EST RIEN D'AUTRE QUE LE VALET SERVILE DE L'UNION EUROPEENNE.

On nous y présente LA VISION HORRIBLE ET LE PROJET INFECT DE L’UNION EUROPÉENNE POUR LES VILLES EUROPÉENNES : LE PROJET DES « VILLES INTELLIGENTES ».

CE PROJET ATROCE Y EST BIEN SÛR PRÉSENTÉ SOUS LES MEILLEURS AUSPICES ET AVEC DES TERMES POSITIFS, SANS LA MOINDRE CRITIQUE ! J’insiste lourdement sur ceci : COMME D’HABITUDE, LE PROJET PROVIENT D’UNE INSTANCE SUPRANATIONALE ET MONDIALISTE : L’UNION EUROPÉENNE (qui, comme nous le savons, possède une structure juridique nazie – cf. http://www.relay-of-life.org/fr/chapter.html ) !

On insiste lourdement dans cet article propagandiste sur les MENSONGES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L’ÉCONOMIE DE CO2 (alors que le réchauffement climatique est aussi dû À L’ACTIVITÉ SOLAIRE, mais chut ! Il ne faut surtout pas que cette vérité se répande !). EN TERMES DE « DÉVELOPPEMENT DURABLE », ON OUBLIE FORTEMENT DE DIRE QUE LES NOUVELLES TECHNOLOGIES PROPOSÉES CONTIENNENT DE NOMBREUX MÉTAUX LOURDS, PRODUITS CHIMIQUES, COMPOSANTS NANOTECHNOLOGIQUES ET DÉGAGENT DES ONDES NOCIVES POUR LA SANTÉ (Wi-Fi, GSM etc.) !

Comme quoi, l’argument soi-disant « écologique » cache bien souvent des effets malfaisants…

On fait également l’apologie des sirènes trompeuses d’une vie « plus agréable » ou « plus attractive », ainsi que d’une solution économique viable à de multiples points de vue. LA RÉALITÉ EST TOUT AUTRE ! TOUTES CES TECHNOLOGIES VONT COÛTER LA PEAU DES FESSES… AUX CITOYENS, ET VONT ENGENDRER DES DÉPENSES FOLLES EN TEMPS DE CRISE ÉCONOMIQUE ! DE PLUS, TOUTES CES TECHNOLOGIES (COMPTEURS INTELLIGENTS À PUCE RFID, ANTENNES-RELAIS, GSM, BIOMÉTRIE ETC.) VONT AIDER À LA CRÉATION D’UNE PRISON VIRTUELLE ET ÉLECTRONIQUE DANS LAQUELLE LES GENS N’AURONT PLUS AUCUNE LIBERTÉ ! IL SUFFIT DE VOIR LES MESURES QUI ONT DÉJÀ ÉTÉ MISES EN PLACE CES DERNIÈRES ANNÉES (CAMÉRAS DE VIDÉOSURVEILLANCE, CARTES D’IDENTITÉ À PUCE, PASSEPORTS BIOMÉTRIQUES, BASES DE DONNÉES CENTRALISÉES ETC.) POUR S’EN RENDRE COMPTE. ET QUAND CES TECHNOLOGIES NE SONT PAS LIBERTICIDES, ELLES SONT MAUVAISES POUR LA SANTÉ. Le cadre de vie « plus agréable » n’est donc qu’un leurre de plus ! Quant à la prétendue « attractivité », elle n’attirera que les gens mal informés ou désinformés (par le gouvernement et les mass médias) et les fans décérébrés de nouvelles technologies…

Bien entendu, le but évident est que l’on se rapproche de plus en plus de la SOCIÉTÉ-PRISON tant désirée par les mondialistes !

CAR DANS CETTE SOCIÉTÉ HIGH-TECH, L’INDIVIDU SERA FICHÉ ET PISTABLE À TOUT MOMENT, PUNISSABLE POUR LA MOINDRE INFRACTION MINEURE, ET DEVIENDRA L’ESCLAVE ABSOLU. LE BUT ULTIME ÉTANT, BIEN SÛR, UNE IMMONDE MICRO-PUCE DE CONTRÔLE BIOLOGIQUE TOTAL IMPLANTÉE DANS LE CORPS…

Si vous aviez encore ne serait-ce que l’ombre d’un doute concernant les projets malsains de l’Union européenne et de votre pays, amis belges, vous voici définitivement fixés !

En Belgique, c’est la ville de Namur qui est la meneuse dans cette tendance abominable des « villes intelligentes », mais des dizaines de villes belges et des centaines de villes européennes font déjà partie de ce sinistre projet…

L’article de merde, ci-dessous…

BONNE RÉVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.







Un autre aperçu de la « ville intelligente » du futur ?


Source : revue trimestrielle belge « Réactif » n°75 de juin, juillet et août 2013, p. 3, 4 et 5.K




SMART ATTITUDE
POUR UN MONDE PLUS « INTELLIGENT »


Il y a encore un siècle, seule une personne sur sept dans le monde vivait en ville. Aujourd’hui, la moitié de la population est citadine, et cette proportion augmente régulièrement d’année et année.

Si cette migration croissante vers les grandes agglomérations urbaines confère une influence grandissante aux villes, cette URBANISATION « TOUS AZIMUTS » n’est pas sans danger pour la planète : outre un risque de surpopulation, elle entraîne des rejets de CO2 massifs, un surcroît déchets et une consommation élevée de ressources non renouvelables. C’est pourquoi DES VILLES come Singapour, Amsterdam, Stockholm, Genk ou Namur – c’est-à-dire les municipalités, mais également les entreprises et les citoyens, véritables moteurs du tissu économique urbain – SE VEULENT DE PLUS EN PLUS INTERCONNECTÉES ET INTELLIGENTES (SMART CITIES).



Solutions intelligentes


Pour comprendre cette notion d’intelligence urbaine, il est bon de rappeler que les villes offrent de plus en plus de services adossés à des TECHNOLOGIES DITES INTELLIGENTES qui, une fois intégrées aux infrastructures urbaines, contribuent à accroître l’efficacité des services dispensés, et ce à moindre coût. Susceptibles d’être étendues à l’ensemble de la ville, ces technologies permettent aujourd’hui d’optimiser la consommation d’eau et d’électricité, de gérer la production d’énergie ou encore de doter le réseau routier de péages automatiques. A ces solutions, s’ajoutent d’autres technologies essentielles, comme les RÉSEAUX ÉVOLUÉS (SMART GRIDS), qui visent à améliorer la production et la distribution d’électricité, les services, les logiciels et les COMPTEURS INTELLIGENTS (SMART METERS), ainsi que les RÉSEAUX DE TÉLÉCOMMUNICATIONS À HAUT DÉBIT.



Au-delà de la technologie


Pour autant, la seule prise en compte de l’aspect technologique ne saurait permettre à une ville de renforcer à la fois son engagement en faveur du développement durable et son attractivité. La question du mieux-vivre en ville dépasse en fait le cadre purement technologique pour S’ÉTENDRE À L’ENSEMBLE DES PRESTATIONS ET DES CAPACITÉS URBAINES : urbanisme responsable, relations villes centres et périphérie, gouvernance, participation des acteurs, articulation institutionnelle entre les niveaux de décision, démocratie des processus de décision, précarité énergétique… C’est que la nécessaire gestion durable des ressources coïncide avec un autre objectif stratégique : la création d’un ENVIRONNEMENT SOCIO-ÉCONOMIQUE attractif au sein duquel citoyens, entreprises et administrations pourront vivre, travailler et échanger.

SKe.






SMART CITIES
DES VILLES INTELLIGENTES ET CITOYENNES



La ville de demain devra concilier deux impératifs majeurs : gérer les ressources dans une perspective durable et créer un environnement socio-économique attractif. Chaque cas étant différent, il n’existe cependant pas de règle universelle pour développer les multiples capacités propres à ces « smart cities ». Explication.


Le constat est sans appel ! La population mondiale a plus que triplé en moins de cinquante ans et, pour la première fois, 55% des humains vivent aujourd’hui en ville. Si les cités occupent aujourd’hui 2% de la surface de la planète, elles consomment 50% de l’énergie produite et génèrent 75% des émissions de CO2. Les défis posés par cette explosion de la population urbaine sont colossaux : manque d’espace, croissance exponentielle de la demande en eau, en nourriture et en énergie (la consommation mondiale d’énergie devrait augmenter de 35% d’ici 2035 – selon l’Agence internationale de l’énergie), pollution, engorgement voire saturation des infrastructures et des services publics, inégalités sociales…
Pour les surmonter, les organismes publics comptent désormais s’appuyer sur le concept de « smart city » pour rendre leurs infrastructures et services-clés plus flexibles, interactifs, et efficaces… en un mot, plus « intelligents », dans une dynamique sociale et environnementale durable.



Quand l’Europe s’engage


EN EUROPE, où près des trois quarts des habitants vivent en ville et consomment 75% de l’énergie de l’Union, LA COMMISSION EUROPÉENNE A LANCÉ DÈS 2011, DANS LE CADRE DE SON SET PLAN (STRATEGIC ENERGY TECHNOLOGY PLAN / Plan stratégique pour les technologies énergétiques), L’INITIATIVE « VILLES ET COMMUNAUTÉS INTELLIGENTES » (SMART CITIES AND COMMUNITIES). Cette initiative AU DÉPART CENTRÉE SUR LES TECHNOLOGIES ÉNERGÉTIQUES (approvisionnement et gestion de l’énergie en ville, bâtiment et intégration du renouvelable) A UN AN PLUS TARD ÉTÉ ÉLARGIE AUX SECTEURS DU TRANSPORT ET DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS (TIC). ELLE A AINSI ÉTÉ RENOMMÉE « PARTENARIAT D’INNOVATION EUROPÉEN POUR LES VILLES ET LES COMMUNAUTÉS INTELLIGENTES ». Ce partenariat est l’un des 5 défis identifiés par l’Union européenne dans le cadre de sa POLITIQUE D’INNOVATION (1).



Modèle énergétique durable


Au regard de ce programme, d’autres initiatives comme le Réseau européen Energy cities, la plateforme Smart Cities (http://eu-smartcities.eu/ ) ou la Convention des maires tentent de démontrer que la ville est le périmètre idéal pour favoriser la transition vers un modèle énergétique durable, à basse consommation et à haute qualité de vie. Loin de représenter un avenir de privation et de frustration, cette perspective est au contraire prometteuse en termes d’amélioration du bien-être, de recul de la précarité énergétique, mais aussi de développement de nouveaux emplois. A travers le partage d’expériences et de bonnes pratiques, ces réseaux entendent prouver qu’un CHANGEMENT DE DIRECTION SUR LE TERRAIN est possible. Ville dédiée au vélo à Odense, au Danemark, ville 0% combustible fossile à Växjö en Suède, ville compacte à Munich : de la mobilité à l’approvisionnement énergétique en passant par l’aménagement du territoire, les exemples de villes européennes qui font preuve d’initiatives ambitieuses se multiplient.
Pour Gérard Magnin, Délégué Général d’Energy Cities : « L’initiative « Smart Cities and Communities » peut être considérée comme le « laboratoire technologique » de la Convention des Maires (lire en page 6). Cette dernière initiative embrasse en effet un spectre beaucoup plus large de stratégies urbaines : l’urbanisme, les relations villes-centre et périphérie, la gouvernance, l’implication des acteurs, l’articulation institutionnelle entre les niveaux de décision, la démocratie des processus de décision, la précarité énergétique, etc. »
C’est que la ville intelligente se différencie des autres cités par sa dimension à la fois durable et attractive. Dans cet esprit, le développement durable est important en raison non seulement de ses retombées positives au plan social, mais également  de son rôle clé dans la création d’un cadre de vie agréable – à même d’assurer la santé et la prospérité d’une ville, de ses citoyens et de ses entreprises.

SKe.

(1)    Voir http://ec.europa.eu/research/innovation-union/index_en.cfm?pg=eip




LES 5 CLES DE L’INTELLIGENCE URBAINE


POUR DEVENIR INTELLIGENTES, LES VILLES ACTUELLES DOIVENT DÉVELOPPENT UNE GESTION INTÉGRÉE DE SERVICES INNOVANTS ET PERFORMANTS DANS LES DOMAINES SUIVANTS :  


1.    Transports et mobilité intelligente

Intégrer différents modes de transport qui induisent une empreinte environnementale réduite, optimisent l’utilisation de l’espace urbain et offrent aux citadins une gamme variée de solutions de mobilité (multimodalité). A titre d’exemple, Helsinki a mis en place le système KAMO comprenant un guide mobile à l’attention des usagers des transports publics de la ville.


2.    Environnement durable

Agir dans deux domaines principaux : les déchets (récupération et valorisation des déchets) et l’énergie (efficacité énergétique, gestion intelligente de la production et consommation par les smart grids, intégration de l’énergie d’origine renouvelable, stockage de l’énergie, habitat intelligent (Nearly zero energy buildings). A Heerlen aux Pays-Bas, la ville est en train de démontrer que d’anciennes mines de charbon inondées peuvent se transformer en sources d’énergie renouvelable avec la première centrale géothermique à eau minière du monde. Depuis 2008, l’eau chaude et l’eau froide sont pompées et remontées des tunnels de la mine pour servir de chauffage central et de climatisation dans 440 maisons neuves, sur une superficie de 57000 m2 d’immeubles neufs et de 84500 m2 d’immeubles existants (environ 1800 équivalents-logements), à usage commercial ou industriel. La réduction des émissions de CO2 de cette opération est estimée à 55%.


3.    Urbanisation responsable et habitat intelligent

Réinventer des formes urbaines qui privilégient la densification, la convivialité et le vivre ensemble. Le redéveloppement urbain en cours à Hammarby Sjöstad (voir photo ci-contre), dans la municipalité de Stockholm, tient compte de tous les aspects : eau, aménagement du territoire, mobilité, énergie, mixité, qualité architecturale, gestion des déchets (3).


4.    Technologies de l’information et de la communication

Développer des NTIC (DOMOTIQUE, CAPTEURS ET COMPTEURS INTELLIGENTS, SUPPORTS NUMÉRIQUES, DISPOSITIFS D’INFORMATION, etc.) pour une meilleure gestion urbaine grâce à l’obtention et à l’analyse d’informations clés. Amsterdam smart city est en bel exemple en la matière.


5.    Gouvernance et participation citoyenne

L’utilisation des NTIC ne crée pas en soi une ville intelligente. Ces technologies doivent être déployées en complément d’une stratégie plus globale pour la ville en vue de répondre aux besoins des citoyens sur le long terme. La ville intelligente est alors celle qui se reconstruit autour des besoins de ses habitants.


(2)    www.amsterdamsmartcity.com
(3)    www.sweden.se/fr/Accueil/Travailler-vivre/A-lire/Hammarby-Sjostad-la-vie-en…



NAMUR, PREMIÈRE SMART CITY DE WALLONIE


Dans un classement RÉALISÉ PAR AGORIA (LA FÉDÉRATION DE L’INDUSTRIE TECHNOLOGIQUE), la Ville de Namur se positionne à la septième place (sur 15) des administrations communales belges développant des projets de smart cities.

En 2012, la fédération de l’industrie technologique Agoria avait déjà établi un premier classement des villes intelligentes après une analyse portant sur les 25 plus grandes villes et communes de notre pays. Namur s’était alors classée à la 14e place, tout en étant la première ville wallonne.
 
SUR CES 25 VILLES, 15 ONT PRÉSENTÉ, AU LENDEMAIN DES ÉLECTIONS COMMUNALES, DES DÉCLARATIONS DE POLITIQUE GÉNÉRALE VISANT À TRANSFORMER LEUR AGGLOMÉRATION EN VILLE INTELLIGENTE, sur base de projets durables et intelligents dans les domaines de l’énergie, des bâtiments, de la mobilité, de l’e-gov, de la santé, des espaces publics, de la gestion de l’eau et des déchets et des réseaux de communication modernes. Dans ce nouveau classement, Namur se retrouve à la 7e place, juste après Bruxelles et toujours première ville wallonne (le trio de tête étant occupé par Gand, Malines et Genk).

DANS CET ESPRIT, NAMUR VA NOTAMMENT DOTER  SES ESPACES PUBLICS D’UN ACCÈS WI-FI afin de guider les visiteurs vers les sites touristiques et culturels. Elle compte également promouvoir le développement d’un incubateur numérique, l’aménagement smart du site du Grognon (au pied de la citadelle), le développement du Caméo (ancien cinéma) comme un lieu d’animation entre « smart et entrepreneurs »…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 6 Déc - 13:28 (2013)    Sujet du message: TREASURY, RECOVERY BOARD OFFICIALS EMBRACE EFFORTS TO STANDARDIZE FEDERAL DATA Répondre en citant

TREASURY, RECOVERY BOARD OFFICIALS EMBRACE EFFORTS TO STANDARDIZE FEDERAL DATA




It’s time for the government “to come into this century” and recast agency spending data so that it’s standardized and interoperable, a key Recovery Board official told an industry breakfast on Thursday.

Nancy DiPaolo, the independent board’s chief of congressional and intergovernmental affairs, said “it was so exciting” when the House on Nov. 18 nearly unanimously passed the Data Accountability and Transparency Act that would codify the standardization movement, following approval of a similar bill by the Senate Homeland Security and Governmental Affairs Committee.

But neither the Recovery Board nor the Treasury Department—the two agencies spearheading the movement toward open and consistently formatted federal data—are waiting on the bill to begin embracing the effort, said Hudson Hollister, executive director of the industry and nonprofit group called Data Transparency Coalition, which sponsored the event.

Marcel Jemio, chief data architect of Treasury’s Fiscal Service and a veteran of the private sector, said, “The importance of data is like the new black. It used to be considered a back-end thing, as in let the IT guys do it. But there’s been a mind shift in how it’s thought of. We’re not just talking techies, but how data drives business.”

Getting the government’s data in sync with the business world would be a “wedge” in restoring the public’s fallen trust in government, Jemio added, in addition to boosting economic growth and improving management, though, he admits, openness makes government vulnerable. “I know what it takes to get to the C-word in this town, consensus, to work collaboratively,” he said. “The future is bright for standardization, and leaders must embrace the uncertainty.”

Marisa Schmader, a project support division director at Treasury, said her agency has embarked on a “research and development effort, a prototype in intelligent data,” which, like the familiar consumer barcode, can provide financial products with “context and information that makes it open and accessible in meaningful ways.” She said the current budget crunch is “an opportunity for standardization.”

Christina Ho, executive director for data transparency at Treasury’s Fiscal Service, described how Treasury has assumed more responsibility for cross-government leadership on data, such as running the USASpending website. “I don’t think we’re good at implementing things across the board,” she said, in part because “we can’t make it mandatory—we have to build a collaborative forum.”

The Recovery Board, since its founding in 2009, has developed “a unique ability to standardize and analyze large volumes of data,” said Executive Director Ross Bezark, noting that the board’s authority was recently extended for two more years following the emergency aid spending package for victims of Hurricane Sandy. “We show that government can provide data to the public as well as for use by experts and program managers,” a need that was discussed at least 50 years ago when President Lyndon Johnson’s team tackled issues around automated data processing, he said. ‘Introducing consistency will allow better transparency and oversight while saving money, and give government a better ability to prevent fraud or at least interrupt it sooner.”

DiPaolo added that the board has learned good lessons by collaborating with multi-agency inspectors general and with state governments, noting that governors brought pressure for the federal government to track where spending actually goes rather than merely “chucking money and walking away,” she said. “We created Recovery.gov, but 55 states and territories each created their own websites to provide accountability and give people a say in government.”

Forced to do more with less under sequestration, she added, “Federal agencies want to spend more on their missions rather than dumping money into old systems that require them to report tons of data and not know what to do with it. This is not a new reporting requirement.”

Passage of the DATA Act is not considered a sure thing, given some disagreements on the role of the Office of Management and Budget and the centralization of data. The Congressional Budget Office on Wednesday released a score of the Senate version of the DATA Act, saying implementation would cost $300 million from 2014 to 2018.

(Image via Dmitry Strizhakov/Shutterstock.com)

http://www.nextgov.com/cio-briefing/2013/12/treasury-recovery-board-officia…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 8 Juil - 19:30 (2014)    Sujet du message: WELCOME TO GovExec STATE & LOCAL Répondre en citant



WELCOME TO GovExec STATE & LOCAL

Govexec Update

July 8, 2014
 
 
 
Welcome to GovExec State & Local // Michael Grass

I'm proud to announce the launch of Government Executive State & Local, GovExec's expansion into covering states, counties and cities.

Our coverage centers on innovation in government operations, and how it's being applied to public services, infrastructure, health care, security and budgeting – to name just a few areas we'll be following.

In just our first week, you'll find reports on innovative efforts in technology, finance and transportation in states like Ohio, New Mexico and Colorado and local jurisdictions like King County in Washington state, Indianapolis and Tecumseh, Michigan.


Our focus is less on politics and campaigns and more on the core functions of state and local government. We want to be a place where best practices, ideas and common challenges are communicated across jurisdictional boundaries on multiple platforms. We seek to engage with practitioners, decision makers and others aiming to make a difference in how their jurisdictions overcome obstacles and serve the public.

As befits an innovation-centric publication, we're a digital operation. We're starting with a channel on GovExec.com, but we'll quickly branch out with online assessment tools, apps, ebooks and other digital initiatives. We're building a nationwide network of correspondents and contributors.

So, what's my background and experience with local government?

Although I've matured professionally in Washington, D.C.'s media ecosystem, I've been lucky to have worked largely in the local arena, where stories have more direct impact on the day-to-day lives of Americans.

While my family has 150-year-old roots in the District of Columbia, I grew up in East Grand Rapids, Michigan. I graduated from the University of Michigan in Ann Arbor and later moved to the nation's capital, where I initially worked as a consultant at the Federal Transit Administration. There, I not only interacted with local transit agencies, but with a variety of state, county and local government officials.

I've worked as a copy editor and writer at Roll Call on Capitol Hill, co-founded DCist.com, and edited D.C., Maryland and Virginia local news for The Washington Post Express and The Huffington Post. I was deputy managing editor at The New York Observer's Politicker.com, which had a team based in 17 states and the nation's capital during the 2008 campaign cycle. I also helped manage a non-profit network of state-based politics and policy news sites, which exposed me to local issues in Colorado, Iowa, Michigan, Minnesota and New Mexico.

We live in a nation with a vibrant mix of local governments, and I'd love to hear from you about your particular locality. Please email me your story ideas, tips, comments and suggestions.

Please follow us on Twitter and like us on Facebook. Even better, sign up for our daily State & Local email newsletter.

— Michael Grass
Senior Editor, GovExec State & Local

e-mail

 



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Déc - 04:48 (2014)    Sujet du message: MAKING THE GRADE IN DIGITAL GOVERNMENT Répondre en citant

MAKING THE GRADE IN DIGITAL GOVERNMENT



http://www.eventbrite.com/e/making-the-grade-in-digital-government-tickets-12830246613?aff=eorg


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 01:08 (2014)    Sujet du message: MHS HEALTH IT DIRECTORATE SEEKS TO STANDARDIZE, CONSOLIDATE EFFORTS Répondre en citant

MHS HEALTH IT DIRECTORATE SEEKS TO STANDARDIZE, CONSOLIDATE EFFORTS



12/4/2014By: Health.mil Staff

Related Topics: Technology, Health Information Technology

Computers and the networks they’re on are important tools for communication. When it comes to a health care setting, those information technology requirements can be even more vital. At this year’s Association of Military Surgeons of the United States conference in Washington, D.C., the Military Health System’s Chief Information Officer David Bowen spoke in detail about MHS’s efforts to standardize, reengineer and consolidate health IT services.

“We’re going to be looking at how we rationalize our infrastructure, standardize that, how do we use technology to centrally manage it, with an emphasis on cost-effectiveness, better reliability, and more up-time for our users and fewer problems,” Bowen said.

Bowen is the principal advisor to the Assistant Secretary of Defense for Health Affairs Dr. Jonathan Woodson and to Department of Defense medical leaders on all matters related to information management and information technology. He is also working closely with the Army, Navy and Air Force surgeons general to ensure that the transition to an health IT shared service operating model is well-managed.

“Among the benefits for patients we anticipate there will be reduced time spent in hospitals and better clinical outcomes for our war fighters,” Bowen told the audience during the session. “The DHA is also responsible for meeting the medical needs of the combat commanders, and HIT is an essential element to fulfilling this mission.”

http://www.health.mil/News/Articles/2014/12/04/MHS-Health-IT-Directorate-Se…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 01:11 (2014)    Sujet du message: CHURCHES AND OTHER RELIGIOUS ORGANIZATIONS CAN RECEIVE MORE DONATED TECHNOLOGY THROUGH EXPANDED ELIGIBILITY RULES Répondre en citant

CHURCHES AND OTHER RELIGIOUS ORGANIZATIONS CAN RECEIVE MORE DONATED TECHNOLOGY THROUGH EXPANDED ELIGIBILITY RULES

TechSoup Global Distributed $37 Million Worth of Technology Products to Nearly 10,000 Religious Organizations Last Year; Now Offers More Products to Additional Recipients
 
Contact: Ty Mays, 770-256-8710, tmays@inchristcommunications.com
 
SAN FRANCISCO, Calif., Dec. 1, 2014 /Christian Newswire/ -- TechSoup Global (www.techsoup.org), a nonprofit that donated $37 million worth of technology products and services to nearly 10,000 churches and other religious organizations last year, is now able to offer more products to additional recipients due to an expansion of donation eligibility rules by major technology companies.
 
A full list of technology donations and other services for religious organizations through TechSoup, as well as detailed eligibility requirements applying to individual programs and products, is available at www.techsoup.org/religious-organizations.
 
The recent expansion of donation eligibility rules means a broad spectrum of U.S. churches, synagogues, mosques, temples and other religious organizations, are now eligible to receive an even broader range of donated desktop and office software. The software, from some of the world's leading technology companies, including Microsoft and Intuit, covers a wide range of accounting, fundraising and donor management products.
 
In addition to product donations, TechSoup Global provides free resources that assist fellow nonprofits in making informed decisions about their technology needs. The organization also provides free learning resources, including detailed articles and how-tos, resources and toolkits on specific technology topics, and free weekly webinars.
 
"The changes to the eligibility requirements have allowed us to help more churches and other religious organizations than ever before," said Dan Webb, vice president of technology solutions and services at TechSoup Global. "Just imagine what donated and discounted software and hardware can do for a small nonprofit struggling to effectively raise support or reach its community with a compelling online message." 
 
To date, churches, schools, nonprofits and a host of other religious organizations have taken advantage of the new eligibility rules.
 
"TechSoup has been instrumental in providing economically feasible software to upgrade our computers to allow us to continue our services to our community," said James Davis of Bethany Presbyterian Church, Sacramento, Calif. "Our computers allow us to communicate via email with our members about not only worship activities, but also service activities. Computers also facilitate not only our financial activities, but also communications between our various co-operative organizations… It is amazing what can be done more efficiently when better communication is facilitated by the use of computers."
 
Michigan-based Hope Endeavors aims to bring hope to those suffering from extreme poverty in Malawi. The parachurch organization connects U.S.-based volunteers with opportunities there. One of the challenges that faced the nonprofit was how to integrate financial reporting between the U.S.-based and Malawian arm of the nonprofit. TechSoup Global delivered a donated copy of Intuit's QuickBooks to the organization, which has allowed Hope Endeavors to sync its financial reporting.   
 
"We are able to have our accountant in Malawi do the books and then send us the QuickBooks file," said Darcy McLane, executive director of Hope Endeavors. "Donors want to donate to a specific cause. They want to know that they are donating to a maize mill or a fishery or goat farm. QuickBooks has helped us manage our financial records, so we can report on those funds individually and accurately."
 
TechSoup Global is an international network of 53 partner NGOs in Africa, the Americas, Asia Pacific, Europe and the Middle East. For over 25 years, it has leveraged technology to build NGO capacity toward solving problems in local communities and fostering global social change. TechSoup Global's core competencies include running one of the world's biggest technology philanthropy programs; providing NGO validation services to funders and corporations; gathering, analyzing and distributing global social-sector data; and catalyzing community-oriented technology innovations.
 
To schedule an interview with Dan Webb, VP of Technology Solutions and Services at TechSoup Global, contact Ty Mays at (770) 256-8710 or tmays@inchristcommunications.com.

http://christiannewswire.com/news/1358475191.html



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 01:12 (2014)    Sujet du message: KEY MOVE STRENGTHENS U.S. OPERATIONS OF GLOBAL IT COMPANY SERVING FAITH-BASED ORGANIZATIONS Répondre en citant

KEY MOVE STRENGTHENS U.S. OPERATIONS OF GLOBAL IT COMPANY SERVING FAITH-BASED ORGANIZATIONS



Olive Technology's New CTO Based in Los Angeles
 
Contact: Ty Mays, 770-256-8710, tmays@inchristcommunications.com
 
COLORADO SPRINGS, Colo., Dec. 2, 2014 /Christian Newswire/ -- Olive Technology (www.olivetech.com), a global information technology services company with a large faith-based organizations client base, announced today J. P. Poveda has joined the firm as its chief technology officer. Poveda will be based in Los Angeles, placing him close to key clients and strengthening Olive's U.S. operations. 
 
Poveda has spent two decades working with enterprise systems and software engineering. He served as vice president of engineering for Rowl, Inc., a mobile application startup that Apple used as one of its featured social networking applications. He was also co-founder and senior vice president for Taskport, Inc., a technology company that became publicly traded through acquisition.
 
As CTO, Poveda will utilize his experience in systems architecture, software engineering and executive management to help Olive's growing list of clients discover and utilize effective alternatives to traditional IT services.  
 
Founded in 1996, Olive Technology serves faith-based nonprofit and for-profit clients by leveraging global resources, talent and technology. Since its founding, it has served clients in more than 10 countries. Services include web application development, mobile application development and website development, maintenance and enhancements.
 
Olive's clients include several leading faith-based organizations, including Saddleback Church, World Vision USA, Cru (formerly Campus Crusade for Christ), David C. Cook and International Bible Society.
 
"Olive Technology has a strong reputation for serving faith-based clients around the world," said Poveda. "My background in software engineering gives me a strong foundation upon which to help develop innovative technology solutions for clients around the world. Being based out of Los Angeles also gives me more immediate access to clients and their needs."   
 
Prior to coming to Olive Technology, Poveda was instrumental in helping raise more than $14 million and has negotiated contracts worth more than $2 million with Oracle and Dell. He currently serves on the board of directors for the Paul Carlson Partnership, which is devoted to medical and micro-finance development and relief in the Democratic Republic of Congo. He holds bachelor's and master's degrees and is an adjunct professor at Biola University.  
 
Additional information about Olive Technology is available at www.olivetech.com.
 
Olive Technology (www.olivetech.com), based in Colorado Springs, is an information technology services organization providing full-service solutions in software development and process management in a diverse industry environment. Olive was formed with the expressed purpose to better serve clients with effective alternatives to traditional IT services by leveraging global resources, talent and technology. Since its inception in 1996, it has provided comprehensive technology services to more than 100 clients in 10 countries.
 
To schedule an interview with J. P. Poveda or another representative from Olive Technology, contact Ty Mays @ 770-256-8710 or tmays@inchristcommunications.com


http://christiannewswire.com/news/940775203.html



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 3 Avr - 01:10 (2015)    Sujet du message: L'INTERNET DES OBJETS: A NIGHTMARE DYSTOPIAN OU TOUT LE MONDE ET TOUT SERA SURVEILLE SUR INTERNET Répondre en citant

L'INTERNET DES OBJETS: A NIGHTMARE DYSTOPIAN OU TOUT LE MONDE ET TOUT SERA SURVEILLE SUR INTERNET  
4 mars 2015 | Michael Snyder 

 
Pouvez-vous imaginer un monde où votre maison, vos véhicules, vos appareils et chaque dispositif électronique unique que vous possédez est constamment connecté à Internet? Ce ne est pas une grande vision qui est prévu pour un jour à l'avenir.  Ce est quelque chose qui est systématiquement mis en œuvre dès maintenant. En 2015, nous avons déjà "maisons intelligentes", les véhicules qui parlent les uns aux autres, les réfrigérateurs qui sont connectés à Internet et une télévision que nous espionner. Notre monde est de plus en plus interconnecté, et qui ouvre des possibilités merveilleuses.  Mais il ya aussi un inconvénient. Que faire si nous atteignons rapidement un point où il faut être connecté à Internet pour fonctionner dans la société?

Verrons-nous un jour où nous ne pouvons même pas faire les choses de base comme acheter, vendre, trouver un emploi ou ouvrir un compte bancaire sans elle?  Et que dire du potentiel d'abus du gouvernement? Un «Internet des choses» pourrait créer un cauchemar dystopique où tout le monde et tout seront constamment surveillés et suivis par le gouvernement? Ce est quelque chose à penser. Aujourd'hui, l'Internet est devenu une partie intégrante de notre vie qu'il est difficile de se rappeler comment nous jamais survécu sans elle. Et avec chaque année qui passe, le nombre d'appareils connectés à l'Internet continue de croître à un rythme exponentiel. Si vous ne avez jamais entendu parler de l '«Internet des choses» avant, ici, ce est un peu à ce sujet à partir de Wikipedia ...

Les choses, dans l'IdO, peut se référer à une grande variété de dispositifs tels que les implants de surveillance cardiaque, les transpondeurs de biopuces sur les animaux de ferme, palourdes électriques dans les eaux côtières, les automobiles avec capteurs intégrés, ou dispositifs de fonctionnement sur ​​le terrain qui aident les pompiers à la recherche et de sauvetage.  Ces dispositifs de recueillir des données utiles à l'aide de différentes technologies existantes et se écoulent alors de façon autonome les données avec d'autres appareils. Exemples de marché actuelles comprennent des systèmes de thermostat intelligent et laveuse / sèche-linge qui utilisent wifi pour la surveillance à distance. Mais il ya aussi un côté sombre à l'internet des objets. La sécurité est un problème énorme, et quand que la sécurité est compromise les conséquences peuvent être absolument horrible. Il suffit de considérer l'exemple suivant ...

Ce est une étrange série d'événements qui pointent deux ingénieurs logiciels arméniens; une société de webcam basé en Chine Shenzen,; deux ensembles de nouveaux parents aux États-Unis; et d'un fluage inconnu qui aime à pirater bébé surveille à crier des obscénités à des enfants. "Réveillez-vous, petite ****," le pirate a crié au sommet de ses poumons numériques été dernier quand deux ans à Houston ne serait pas remuer; il lui arrivait d'être sourd. Un an plus tard, un pirate de moniteur pour bébé a de nouveau frappé en hurlant des obscénités à un 10-month-old dans l'Ohio. Les deux familles ont été l'aide d'un moniteur pour bébé connecté à Internet faite par Foscam basé en Chine. Le pirate a profité d'une faiblesse dans la conception de logiciels de la caméra qui les États-Unis repose ingénieurs informatiques arméniens révélées lors d'une conférence de sécurité à Amsterdam Avril dernier.

L'Internet nous permet d'atteindre dans le monde extérieur de l'intérieur de nos maisons, mais il permet également à l'inverse avoir lieu ainsi. Voulons-nous vraiment nous faire ce vulnérables? Malheureusement, nous vivons à une époque où les gens ne se arrêtent pas vraiment à considérer la baisse de nos capacités technologiques qui explosent. En fait, il ya beaucoup de gens qui sont extrêmement désireux de se connecter à l'Internet des objets. En Suède, il ya des dizaines de personnes qui ont volontairement eu micropuces implantées sous la peau. Ils se appellent "bio-pirates", et ils embrassent ce qu'ils considèrent comme la fusion à venir entre l'humanité et la technologie. Ce qui suit est ce que l'un des fondateurs d'une communauté bio-piratage basée en Suède avaient à dire au cours d'une récente interview ... "La technologie est déjà le cas», explique Hannes Sjoblad, l'un des fondateurs de BioNyfiken. «Nous assistons à une communauté à croissance rapide des personnes expérimentant avec des implants de puces, qui permettent aux utilisateurs d'effectuer rapidement et facilement une variété de tâches quotidiennes, comme permettre l'accès aux bâtiments, le déverrouillage des appareils personnels sans codes PIN et permettant l'accès en lecture à différents types des données stockées.

"Je considère que le décollage de cette technologie comme une autre interface moment important dans l'histoire de l'interaction homme-ordinateur, comme les lancements du premier bureau de Windows ou le premier écran tactile. Identification par le toucher est inné pour l'homme. codes PIN et mots de passe ne sont pas naturelles. Et chaque dispositif supplémentaire que nous avons à porter autour de nous identifier, que ce soit un porte-clés ou une carte magnétique, est juste un autre élément qui encombre nos vies. " Et bien sûr ce qui se passe aux États-Unis ainsi ... En Amérique, une communauté amateur dédié - les «biohackers" ou "broyeurs" - a expérimenté avec la technologie implantable depuis plusieurs années. Amal Graafstra, un programmeur et soi-disant «technologue en aventure" de 38 ans, a été insérant divers types de l'identification par radiofréquence (RFID) jetons dans la chair molle entre ses pouces et index depuis 2005. Les puces peuvent être lu par les scanners qui Graafstra a installés sur les portes de sa maison, et aussi sur son ordinateur portable, ce qui lui donne accès par un simple effleurement de la main, sans la nécessité pour les clés ou mots de passe. Mais vous ne avez pas à avoir un implant de micropuce.

Afin d'être une partie de l'internet des objets. En fait, il ya toute une série de «technologies portables" qui sont actuellement en cours de développement pour notre société. Par exemple, avez-vous entendu parler de «OnStar pour le corps" encore? Il permettra au personnel médical de surveiller constamment votre santé où que vous soyez ... intelligent, moins cher et le point-of-care capteurs, tels que ceux en cours d'élaboration pour le Nokia Sensing Xchallenge, va encore permettre à l''Checkup numérique' de ne importe où. Le monde de la «Quantified self» et «quantifiés santé» conduira à une nouvelle génération de technologies portables en partenariat avec l'intelligence artificielle qui vous aidera à déchiffrer et mettre ces informations à une action. Et cette «actionability 'est la clé. Nous entendons le terme Big Data utilisé dans différents contextes; lorsqu'il est appliqué à l'information de santé, il sera probablement l'intégration intelligente des ensembles de données massifs de «l'Internet des choses» avec les petites données sur votre activité, de l'humeur, et d'autres informations. Lorsqu'il est correctement filtrée, cet ensemble de données peut donner un aperçu sur un niveau macro - santé de la population - et micro - 'OnStar pour le corps »avec un service personnalisé« check lumière de moteur' pour aider à identifier les problèmes individuels avant qu'ils ne développent plus loin dans coûteux, difficiles à conditions -treat ou mortelles. Si cela semblait effrayant pour vous, cet article prochaine sera probablement vous souffler. Selon un sondage, environ un quart de tous les professionnels du 18 au 50-year-old tranche d'âge aimerait se connecter directement leurs cerveaux à l'Internet ...

Selon une enquête par le géant de la technologie Cisco Systems, environ un quart des professionnels âges 18-50 sauteraient sur ​​l'occasion d'obtenir un implant cérébral chirurgicale qui leur a permis de relier instantanément leurs pensées à l'Internet. L'étude a été réalisée sur 3700 adultes qui travaillent dans des emplois de cols blancs dans 15 pays.

"En supposant une société a inventé un implant cérébral qui a fait le World Wide Web accessible instantanément à leurs pensées, environ un quart serait aller de l'avant avec l'opération," l'étude a révélé . En fin de compte, ils ne vont pas avoir à forcer plupart d'entre nous de se connecter à l'Internet des objets. La plupart d'entre nous le faire avec impatience. Mais la plupart des gens ne sera jamais même arrêter de considérer le potentiel d'abus. Un Internet du Les choses pourraient donner aux gouvernements du monde entier la possibilité de surveiller en permanence et de suivre les activités de tout le monde sous leur puissance tout le temps. Si vous ne pensez pas que cela pourrait jamais se produire, peut-être vous devriez considérer les mots de l'ancien directeur de la CIA David Petraeus ...

«Articles d'intérêt seront situés, identifiés, surveillés et contrôlés à distance grâce à des technologies telles que l'identification par radiofréquence, réseaux de capteurs, petits serveurs embarqués, et pêcheurs de l'énergie - tous connectés à l'Internet de prochaine génération utilisant abondante, faible coût et haute puissance informatique " Vous commencez à obtenir l'image? Ils ont l'intention d'utiliser l'internet des objets pour espionner sur nous tous. Mais nous ne pouvons pas nous aider. Notre société a une histoire d'amour avec la nouvelle technologie. Et certaines des choses qui sont en cours d'élaboration en ce moment sont au-delà de ce que la plupart d'entre nous jamais rêvé était possible. Par exemple, Microsoft vient de publier une nouvelle vidéo promotionnelle mettant en vedette des hologrammes 3D, surfaces intelligentes, technologies portables de la prochaine génération, et "la mobilité des fluides "...

Le complexe, vidéo très produit montre technologies jaw-dropping comme un masque de plongée qui annote la mer avec des hologrammes 3D, un bracelet multipart qui relie ensemble pour devenir un dispositif de communication et interactifs, écrans flexibles qui automatiquement "réhydrater" avec des informations spécifiques aux personnes qui les utilisent.

http://www.prophecynewswatch.com/2015/March04/043.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Dim 11 Sep - 04:04 (2016)    Sujet du message: LES ORDINATEURS QUANTIQUES SERONT BIENTÔT LA MAIS SOMMES-NOUS PRÊTS A LA REVOLUTION QU'ILS VONT ENTRAÎNER? Répondre en citant

LES ORDINATEURS QUANTIQUES SERONT BIENTÔT LA MAIS SOMMES-NOUS PRÊTS A LA REVOLUTION QU'ILS VONT ENTRAÎNER?

Ere des machines

Publié le 9 Septembre 2016


L'ordinateur quantique, bien plus qu'un fantasme, suscite l'intérêt de grandes firmes telles qu'IBM, Microsoft ou Google. Ses capacités de calcul impressionnantes pourraient cependant représenter un danger pour la sécurité de nos données.


Avec des ordinateurs quantiques, nous serions en mesure d'explorer l'ensemble des données génomiques ; il serait possible de faire de la simulation relative au climat, de comprendre certains modèles de la nature… Crédit D-Wave

Atlantico : L'ordinateur quantique pourrait, de toute évidence, bousculer le monde dans lequel nous évoluons aujourd'hui. Tant et si bien que de plus en plus de firmes (IBM, Microsoft, Google, etc.) s'intéressent à son développement. Dans quelle mesure un tel bouleversement pourrait représenter un danger ? A l'heure où de plus en plus de données personnelles sont collectées, faut-il craindre une faille ?

 
Jean-Gabriel Ganascia : Ce n'est pas tellement une faille qu'il faut craindre : si l'ordinateur quantique se développe, il disposera de capacités de calcul autrement plus élevées et considérables que les machines actuelles. Par conséquent, il sera en mesure de casser un certain nombre de mesures de protection, de cryptage. Aujourd'hui, la protection est intimement liée à la capacité de calcul des ordinateurs qui vont tenter de décrypter les informations. Si des ordinateurs quantiques, d'une puissance incomparable à celle des ordinateurs contemporains, s'essayent à décrypter ces modèles de protection, ils seront nécessairement beaucoup plus efficaces.

Il va de soi, cependant, que si nous avons affaire à des ordinateurs quantiques, nous aurons également accès à des capacités de cryptages plus importantes et donc à des clés plus grandes.

Cela signifie que pour se prémunir de tels risques, les gens devront s'équiper d'ordinateurs quantiques. Cela signifie également que les données anciennes, cryptées avec des méthodes traditionnelles, risquent d'être accessibles à l'ensemble de la population. Quand on sait qu'il s'agit actuellement de toutes nos données, de l'état civil à la santé en passant, par exemple, par les données bancaires, on imagine bien quel bouleversement cela peut représenter. Socialement, cela peut clairement avoir des côtés assez néfastes.

Le risque, c'est bien que toutes ces données soient visibles, piratées ou même falsifiées. Dans la mesure où elles seront accessibles à une majorité, cette majorité pourrait les transformer… sans que cela ne soit très facile de s'en rendre compte. Cela pourrait être utilisé par tout type d'individus malhonnêtes. = C'est donc dire que les gouvernements et sûrement de grandes corporations sont déjà capable de faire tout ce qui est rapporté ici-même, car ils sont bien plus avancés que ce qu'ils nous laissent croire. Et les impacts sur ceux qui sont micro-pucés, qu'en est-il? Il n'y aura pas plus de sécurité pour tous ces gens là. Un autre piège pour les citoyens qui devront acheter un tout nouveau matériel. Donc, beaucoup de $$$$$ encore dans la poche des grands de ce monde.

Attention, néanmoins. Ce qui constitue un danger considérable n'est pas le régime stable, qu'il s'agisse de l'ordinateur quantique ou de nos machines actuelles. C'est la transition, ce moment où l'on passe d'un monde à un autre. C'est pour cela qu'il faut être très attentif à ce qui va se produire, pour pouvoir anticiper quelques temps avant le changement. Cela soulève évidement certaine questions : sommes-nous prêts ? En l'état, non, certainement pas. Cependant, il est important de garder à l'esprit que l'ordinateur quantique n'arrivera pas demain, ni même l'année prochaine. Nous avons encore un peu de temps devant nous. Il n'est pas possible de se préparer à quelque chose qui demeure encore très improbable (à savoir son arrivée prochaine, pas son arrivée dans l'absolu). D'autant plus que nous disposons encore d'informations au sujet de son développement.

Si l'ordinateur quantique est aussi efficace pour décoder des données et rendre nos mécanismes de protection actuels obsolètes, peut-on espérer que sa capacité à crypter les données sera à la hauteur de sa capacité à les décrypter ? Quels sont les points de différences entre la cryptographie actuelle et la cryptographie quantique ?
 
Oui, bien sûr. Un ordinateur quantique permet des méthodes de cryptage qui sont plus robustes que les actuelles.

Il est important de réaliser que la cryptographie quantique n'est pas nécessairement liée à l'ordinateur quantique : il est possible d'avoir une cryptographie quantique sans ordinateur quantique. Il se peut donc que de telles méthodes de cryptographie précèdent les ordinateurs quantiques. Cela nous permettrait de mieux crypter les données et de les rendre plus difficiles à décrypter pour un ordinateur actuel certes, mais également pour un ordinateur quantique. Le principe de cette méthode consiste à transmettre des clés de cryptages sous forme quantique.

Par conséquent, les deux individus qui échangent s'envoient la même clé (générée aléatoirement, ce qui lui permet d'être à la fois très longue et particulièrement robuste). Si un tiers en venait à décrypter cette clé, la propriété des objets quantique est telle que les individus engagés dans l'échange pourraient se rendre compte qu'un observateur a dérobé la clé. C'est la raison pour laquelle il s'agit d'une méthode aussi efficace et qu'elle diffère des principes de cryptages actuellement utilisés.

Ceux-ci se divisent en deux catégories : le cryptage symétrique et le cryptage asymétrique. Concrètement, la cryptographie symétrique correspond à une clé de codage unique, qui est la même pour celui qui code et celui qui décode. La cryptographie asymétrique consiste à séparer ces deux clés : la clé publique et la clé privée. Une fois que le message est codé, il faut avoir accès à la clé privée, laquelle n'est pas envoyée, pour pouvoir décoder le message. C'est ce sur quoi reposent les méthodes de codages actuelles les plus puissantes.

Concrètement, la meilleure protection contre un ordinateur quantique, pour des données qui ont été cryptées selon les modèles symétriques ou asymétriques, c'est de les crypter à nouveau, de façon à ce qu'elles répondent au modèle quantique. Ce que nous pensions être des protections fiables – et qui le sont dans le cadre des ordinateurs actuels – sont tout simplement mises en échec face à la capacité de calcul ô combien supérieure d'un ordinateur quantique. Elles ne sont tout simplement plus fiables. Le problème étant que ces données sont très nombreuses et que nous ne penserons probablement pas à toutes les crypter de nouveau.

Cela soulève de nombreuses questions intéressantes, notamment celle des crypto-monnaies comme le Bitcoin. Ces crypto-monnaies reposent sur les techniques de cryptages. Elles sont liées à la confiance, elle-même liée à ces techniques de cryptage, qui garantit l'absence de nécessité d'une autorité référente pour la monnaie : tout le monde peut observer les choses. Une capacité de calcul beaucoup plus élevée, comme cela pourrait être le cas avec un ordinateur quantique, remettrait en cause les principes de cryptages sur lesquels reposent ces monnaies. De là à dire que cela signerait l'arrêt de mort du Bitcoin, ce n'est pas impossible. La question est ouverte.

Quelles sont les autres applications éventuelles de l'ordinateur quantique ? Quels sont les champs des possibles qu'il pourrait ouvrir ?
 
L'ordinateur quantique est en mesure de rendre des services considérables. L'intelligence artificielle dépend en grande partie de la puissance de calcul. Les techniques d'apprentissage des machines ont fait des progrès considérables grâce à l'augmentation des capacités des processeurs. Si cela continue, nous devrions pouvoir être en mesure de traiter plus encore de données. Cela pourrait servir à mettre en place de la reconnaissance des formes, de la vision, de la reconnaissance de la parole ; où pour traiter des données scientifiques, biologiques par exemple.

Cela contribuerait à l'avancée des connaissances de manière tout à fait considérable.

Tous les domaines qui nécessitent d'importantes ressources de calculs pourraient profiter de l'ordinateur quantique. Qu'il s'agisse de l'informatique (reconnaissance des formes, traitement de quantités massives de données), des domaines scientifiques… tous pourraient y trouver un intérêt. Avec des ordinateurs quantiques, nous serions en mesure d'explorer l'ensemble des données génomiques. Il serait possible de faire de la simulation relative au climat, de comprendre certains modèles de la nature… C'est pour toutes ces raisons que ces calculateurs pourraient représenter une avancée considérable.

Le développement de la loi de Moore devrait se poursuivre avec l'ordinateur quantique. Ce n'est pas du tout certain : il est possible que l'ordinateur quantique n'arrive pas à temps et que cette loi se poursuive infiniment, puisqu'il ne s'agit que d'une simple hypothèse de travail. Cela ne signifie pas pour autant qu'à l'arrivée de l'ordinateur quantique, les machines seront devenues plus intelligentes que les hommes. Quand bien même les capacités de calculs sont plus considérables, que cela change énormément de choses dans la vie de tous les jours, jusqu'à la compréhension de la nature, cela ne signifie pas que les machines seront plus intelligentes. Tout juste joueraient-elles un rôle différent dans l'organisation de la société. Cela induirait des bouleversements considérables. Mais les machines qui se substituent à l'homme demeurent une illusion.

Au vu de l'intérêt que génère l'ordinateur quantique, peut-on estimer son arrivée proche ?
 
Les informations que j'ai recueillies auprès de physiciens, laissent entendre que nous en sommes encore loin. Cela étant, on ne sait jamais : en matière de technologie, il existe des ruptures. Cependant, il se peut aussi que cela soit finalement une déception : c'est un domaine très complexe. Dans tous les cas, il est évident que l'ordinateur quantique n'arrivera pas d'ici 3 ou 4 ans. Passée cette estimation, il devient peu prudent de s'avancer. Cependant, il est clair que nous n'y sommes pas encore.

http://www.atlantico.fr/decryptage/ordinateurs-quantiques-seront-bientot-mais-sommes-prets-revolution-qu-vont-entrainer-jean-gabriel-ganascia-2814151.html?yahoo=1


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:51 (2016)    Sujet du message: GOVERNMENT ON THE GO: INCREASING MOBILITY AND IMPLEMENTING THE DIGITAL GOVERNMENT STRATEGY 2012 (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST -> GOVERNMENT ON THE GO: INCREASING MOBILITY AND IMPLEMENTING THE DIGITAL GOVERNMENT STRATEGY 2012 (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com