LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE VIRUS EBOLA EST DE RETOUR - CORONAVIRUS MERS - LA PESTE BUBONIQUE (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> LE VIRUS EBOLA EST DE RETOUR - CORONAVIRUS MERS - LA PESTE BUBONIQUE - LEISHMANIOSE - ZIKA VIRUS (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 16 Aoû - 18:08 (2014)    Sujet du message: NOUVEL ORDRE MONDIAL, SOROS, GATES : COMMENT MAINTENIR LE CONTRÔLE SUR LA POPULATION PAR LA PEUR DU VIRUS EBOLA? (MAJ: lE BREVET EBOLA US) Répondre en citant

NOUVEL ORDRE MONDIAL, SOROS, GATES : COMMENT MAINTENIR LE CONTRÔLE SUR LA POPULATION PAR LA PEUR DU VIRUS EBOLA? (MAJ: lE BREVET EBOLA US)

"ce virus est-il réellement une problématique mondiale à venir ou un simple outil de contrôle des masses de plus dans l'agenda du nouvel ordre mondial?" Je pense qu'il y a un peu des deux. Cette vaste pandémie, qui se met en place, fera avancer grandement leur agenda sur les 2 plans ; à savoir la complète militarisation de la planète qui sous le couvert de la pandémie déplacera des milliers d'individus vers les zones prévues à cet effet. Voir le vidéo suivant pour les zones de quarantaine qui fait partie du programme de Agenda 21 https://www.youtube.com/watch?v=EWF8ZVKWeiU , et enfin un culte satanique de grande ampleur pour la Femme Ecarlate. Avec toutes ses grandes mobilisations pour Gaza et pour Israël ainsi que ce grand rallye international, dans plus de 150 pays, en support pour les chrétiens d'Irak, le tout ayant été placé sous les prières à la Vierge Marie et des demandes d'interventions auprès des Nations Unies par tout ce grand mouvement communiste catholique et à la demande du Pape François, eh bien, de placer des gens contaminés dans les rangs et/ou en utilisant d'autres techniques militaires, il pourrait être possible de propager ce virus à une vitesse vertigineuse parmi les populations. Voir les dernières nouvelles sur ce sujet afin de vous rendre compte par vous-mêmes de ce qui se passe de ce côté-là.

Une chose est certaine : Si vous mettez votre confiance en l'homme et en Marie, l'usurpatrice de la Royauté du Seigneur Yeschoua, vous serez emportés dans ce tourbillon de la mort physique et éternelle. Tous ces grands de ce monde, qui travaillent main dans la main pour mener à bien ce Nouvel Ordre Mondial n'auront aucune pitié pour vous. Leur agenda, nous vous le faisons connaître depuis des années. Maintenant, la grande ruine arrive sur les nations, sur les familles, les amis, les voisins, etc dans plusieurs domaines distincts tous énumérés dans Apocalypse 6. Le tic-tac prophétique avance dangereusement. Le temps de juger les nations est venu. Echapperez-vous à la colère de Dieu ou serez-vous entraîner vers la géhenne pour l'éternité? A chacun de choisir qui il veut servir!



mercredi 13 août 2014




Je ne sais pas ce que vous en pensez mais cette histoire d'Ebola commence de plus en plus à ressembler à une vaste manipulation. La peur, qu'elle soit fondée ou non, est un formidable outil de contròle des populations et les gouvernements en usent et en abusent depuis des lustres. Pour commencer, on nous parle d'un virus sans aucun traitement alors que manifestement les américains en ont dejà un qui fonctionne et que leurs compatriotes ont déjà pu en bénéficier. Obama considère quand à lui que ce serait prématuré de fournir le remède en Afrique (hmm hmm).

 Ensuite on nous dit que le taux de mortalité peut aller jusqu'à 90% alors que dans les faits c'est plutôt entre 50% et 55% (mais c'est vrai que 90, c'est plus effrayant pour la population et ça rappelle le docteur Pianka qui voulait exterminer 90% de la population mondiale via une propagation aérosol d'Ebola parce qu'il considérait que l'on est trop nombreux). 
https://www.blogger.com/null

Alors que la grippe saisonnière tue entre 250 000 et 500 000 personnes par an dans le monde sans faire paniquer pour autant le monde entier, Ebola en a tué moins de 1000 jusque là et le tout dans une zone restreinte, ce virus ne se transmettant pas de la même manière (du moins officiellement). 

Une possibilité pour ce soudain branle-bas de combat international (état d'urgence au Libéria, l'OMS déclare qu'Ebola est désormais une urgence de santé publique de portée internationale avec "des conséquences particulièrement graves" selon eux, alerte maximale de la CDC aux US, kits de détection, protection et décontamination pour les équipes en charges des armes de destructions massive pour les guardes nationaux des 50 états américains) serait que la contamination du virus Ebola puisse bien être aéroportée car une étude de 2012 rapporte une contamination entre des cochons et des singes par aérosol. Dans ce cas, ce serait les médias qui nous mèneraient en bateau en sous-estimant la menace.  

En tout cas, cette soudaine épidémie tombe à pique car les firmes pourront tester leurs vaccins expérimentaux. La firme pharmaceutique Tekmira, financée par Monsanto, a travaillé à l'élaboration d'un médicament antiviral. Elle en était aux tests cliniques de phase 1 sur les humains en Janvier dernier. Surprise: le commanditaire de cette recherche est le DOD (département de la défense des États-Unis) le tout pour un contrat de 140 millions de dollars. Cette recherche portait sur la sécurité, la tolérance et la phamacocinétique du médicament sur des personnes en bonne santé. L'émergence du foyer épidémique en Afrique arrivait quelque mois après.

La journaliste d'investigation Jane Burgermeister a également découvert des éléments intéressants au laboratoire du Kenema Goverment Hospital de la Sierra Leone, qui semble être le foyer initial de l'épidémie (les habitants ne s'y trompent pas d'ailleurs car il y a eu des émeutes devant l'hòpital. La presse a alors inventé un bobard pour les justifier en parlant d'une infirmière folle qui aurait répandu une rumeur). Des scientifiques américains travaillent dans ce laboratoire depuis au moins 2011 sur la fièvre de Lassa.

Un consortium de scientifiques travaille dans ce labo sur le virus Ebola avec entre autre le docteur James E. Robinson comme investigateur principal, scientifique qui travaille sur 4 projets de la fondation Bill Gates (grand adepte de la dépopulation par la vaccination accessoirement). Nous trouvons également dans ce consortium le Dr. Pardis C. Sabeti, qui a obtenu une bourse de la Rhodes Scholarship (Cecil Rhodes = 100% Nouvel ordre mondial) et a reçu également son adoubement de George Soros via un partenariat avec son ONG pseudo philantropique Open Society Foundation. Cette fondation est d'ailleurs solidement implantée en Afrique de l'Ouest avec son initiative OSIWA présente dans 9 pays (Ebola a dejà frappé dans au moins 4 d'entre eux). Quand à Stephen Gire, il a des liens avec le CDC et l'armée américaine. Autant dire que ce consortium est infiltré à 100%. 

Còté américain, non seulement, il existait déjà un ordre exécutif datant de 2003 qui permettait l'arrestation et la détention de personnes contaminés par Ebola et le SARS mais Obama a signé un amendement le 31 Juillet afin que cette directive englobe tous les syndromes respiratoires aigues (terme assez vague pouvant englober de nombreuses pathologies).

 On nage en plein délire car le site de la CDC indique même que les personnes en bonne santé pourront être mises en quarantaine. Donc en gros, ils ont tout prévu pour pouvoir arrêter ou mettre en quarantaine à peu près qui ils veulent aux Etats-Unis si besoin grâce à cette menace. Voilà comment on crée de toute piêce une situation de crise pour la récupérer ensuite magistralement pour servir ses propres intérêtes (on notera que cette frénésie se retrouve essentiellement aux Etats-Unis), et lorsque l'on voit qui finance les recherches pour un remède, il y a de quoi se poser des questions quand à la finalité de cette propagande ebolesque qui nous envahit ces dernières semaines.

 MAJ 08/08:
 Ce qui est très révélateur également c'est que le CDC a déposé en 2009 un brevet sur une souche Ebola extraite d'un malade et il revendique aujourd'hui la paternité de tout ce qui détient au minimum 70% du patrimoine génétique de ce virus car leur "invention révèle la séquence génétique complète du virus Ebobun".

En fait, ils disposent de tout y compris d'un vaccin. Je cite:

"l'invention fournit un procédé pour propager le virus hEbola dans des cellules hôtescomprenant l'infection des cellules hôtes par le virus hEbola isolé selon l'invention décrit ci-dessus, mise en culture des cellules hôtes afin de permettre au virus de se multiplier, et la récolte des virions qui en résultent

Dans un autre aspect, l'invention fournit des préparations de vaccin, comprenant le virus hEbolay compris des formes recombinantes et chimères du virus, des molécules d'acides nucléiques constituées par le virus, ou sous-unités protéiques du virus. L'invention fournit aussi une formulation de vaccin comprenant une quantité thérapeutiquement ou prophylactiquement efficace du virus de l'invention hEbola décrit ci-dessus, et un support pharmaceutiquement acceptable." 

Pouquoi les Etats-Unis ont-ils breveté l'un des virus les plus mortels qui soit? Comment se fait-il que le CDC, propriétaire de ce brevet, soit justement à l'oeuvre depuis plusieurs années dans la Sierra Leone, lieu ou l'épidémie a fait le plus de morts (près de 900 à ce jour)? Et le pire c'est que le brevet américain parle d'une méthode pour préparer des formes reconbinées ou chimériques de leur variante d'Ebola.Or il semblerait que la variante actuelle soit identique à la forme Zaïre seulement à 97%. Changer une petite partie d'une séquence génétique peut tout changer. Un patient nigérian qui n'avait pas été mis en quarantaine à temps a contaminé huits personnes qui l'avaient soigné.

 Alors, ce virus est-il réellement une problématique mondiale à venir ou un simple outil de contrôle des masses de plus dans l'agenda du nouvel ordre mondial? Dans les deux cas, ils ont le remède, pas nous (les perfusions de vitamine C, c'est bien gentil mais qui nous les fera en cas de besoin?) et d'une manière ou d'une autre la récupération de cette épidémie par les gouvernements et médias confirment que c'est une épidémie montée de toute pièce. Reste à savoir si elle aura réellement une répercussion internationale ou si ce sera une Psy Ops du genre de l'intox de 2009 pour H1N1.

Publié par Fawkes News

Source trouver: Fawkes
Publié par Fabian Gehrig à 06:20:00

http://spread-the-truth777.blogspot.ch/2014/08/nouvel-ordre-mondial-soros-g…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 16 Aoû - 18:08 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 00:01 (2014)    Sujet du message: EBOLA: LA GUINEE DECLARE L'URGENCE SANITAIRE NATIONALE, L'OMS DECLARE L'URGENCE SANITAIRE MONDIALE ! Répondre en citant


EBOLA: LA GUINEE DECLARE L'URGENCE SANITAIRE NATIONALE, L'OMS DECLARE L'URGENCE SANITAIRE MONDIALE !


Les plans machiavéliques et mondialistes sont en cours, et la dépopulation se poursuit et s'étend... pas rien que par le virus Ebola, mais de milliers de façons différentes. Des mesures s'apparentant fortement à la LOI MARTIALE sont en cours, officiellement "afin de contenir l'épidémie"...

Bien sûr, le grand épouvanteur qu'est l'OMS s'en donne à coeur-joie.

L'article, ci-dessous... Vic.

Source : https://yahoo.skynet.be/actualites/article/1080820/ebola-la-guinee-decrete-…

EBOLA - LA GUINEE DECRETE "L'URGENCE SANITAIRE NATIONALE"

(Belga) Le président guinéen Alpha Condé a décrété à compter de mercredi "l'urgence sanitaire" dans son pays contre l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola, dans une déclaration lue à la télévision publique guinéenne.

"L'OMS (Organisation mondiale de la Santé) a décrété l'urgence sanitaire mondiale contre la maladie à virus Ebola. Considérant que la Guinée est signataire de la constitution de l'OMS, je déclare l'urgence sanitaire nationale contre la maladie à virus Ebola en République de Guinée", selon cette déclaration.

Il annonce une série de neuf mesures en vigueur "à partir du 13 août", dont des renforcements de contrôle, des restrictions de déplacements et l'interdiction de transférer des corps "d'une localité à une autre jusqu'à la fin de l'épidémie".

Il est ainsi instauré "un cordon sanitaire tenu par les agents de santé et les services de sécurité et de défense à tous les postes frontaliers d'entrée" en Guinée, selon la déclaration.

En outre, "les mouvements de personnes sont restreints et soumis aux mesures de contrôle sanitaires aux différents points de passage terrestres, maritimes et aéroportuaires".

La déclaration stipule également que "tous les personnels de santé et services de sécurité et de défense sont mobilisés pour la lutte contre la maladie", et que toutes les composantes de l'Etat et de la société sont invitées "à s'associer à la lutte" au plan de la sensibilisation et de la prévention.

"Toute personne qui s'opposera ou incitera à s'opposer de quelque manière que ce soit à la détection, au traitement, à l'isolement ou à l'examen d'un malade, d'un suspect ou d'un contact sera considéré comme une menace contre la santé publique et subira la rigueur de la loi", indique la déclaration, sans autres précisions.

(Belga)



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Aoû - 23:25 (2014)    Sujet du message: EBOLA DECLARED AN 'INTERNATIONAL EMERGENCY' Répondre en citant



EBOLA DECLARED AN 'INTERNATIONAL EMERGENCY'




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=DXPDoxhhlFk


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 20 Aoû - 23:52 (2014)    Sujet du message: NWO AND THE UNITED STATES : PROVEN CURE FOR EBOLA, AMA LIES & MARTIAL LAW Répondre en citant

NWO AND THE UNITED STATES : PROVEN CURE FOR EBOLA, AMA LIES & MARTIAL LAW



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=mwfBbLiGKOc


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 26 Aoû - 01:21 (2014)    Sujet du message: LA «GUERRE» CONTRE EBOLA SERA DE LONGUE HALEINE, JUGE L’ONU Répondre en citant

LA «GUERRE» CONTRE EBOLA SERA DE LONGUE HALEINE, JUGE L’ONU

25 août 2014 14h01 | Agence France-Presse à Freetown | Actualités internationales


  Photo: Carl de Souza Agence France-Presse Selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) arrêté au 20 août, le virus Ebola a fait 1427 morts sur 2615 cas recensés en Afrique de l’Ouest.

La «guerre» contre le virus Ebola n’est «pas gagnée» et pourrait prendre six mois, a averti lundi en Sierra Leone le coordinateur de l’ONU contre l’épidémie qui sévit en Afrique de l’Ouest, le Dr David Nabarro.

Dans ce combat, un nouveau front s’est ouvert en Afrique centrale, avec la découverte d’un foyer dans une zone reculée de République démocratique du Congo (RDC), distinct de celui qui a embrasé l’ouest du continent, d’après les autorités sanitaires congolaises et internationales.

L’épidémie qui s’est déclarée au début de l’année en Guinée, avant de se propager au Liberia et à la Sierra Leone voisines, puis au Nigeria, est la plus grave de l’histoire de cette fièvre hémorragique, identifiée en 1976 en RDC.

Après une période d’accalmie, elle a repris de plus belle en juillet, faisant au total 1427 morts: 624 au Liberia, 406 en Guinée, 392 en Sierra Leone et 5 au Nigeria, sur un total de 2615 cas (confirmés, probables ou suspects), selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) arrêté au 20 août.

«La lutte pour vaincre Ebola n’est pas une bataille, mais une guerre, qui exige que tout le monde travaille ensemble, dur et efficacement», a déclaré le Dr Nabarro en Sierra Leone, deuxième étape de sa tournée des pays touchés. Il a dit «espérer que ce sera terminé dans six mois».

«Sommes-nous en train de perdre ou de gagner? Tout ce que je peux dire, c’est que nous ne l’avons pas encore gagnée», a ajouté l’épidémiologiste britannique.

«Nous travaillons sur des mesures exceptionnelles sur six mois pour maîtriser rapidement la maladie», a-t-il indiqué.

Problème d'approvisionnement

Il a déploré la suspension par de nombreuses compagnies aériennes de leurs liaisons avec les pays touchés, qui rend «beaucoup plus difficile», voire «pas possible» pour l’ONU d’«acheminer du personnel et du matériel» afin de remplir sa mission.

Au Liberia, le pays le plus touché, un médecin contaminé par le virus et traité avec le sérum expérimental américain ZMapp, le Dr Abraham Borbor, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi, a annoncé le gouvernement libérien.

Le Japon a proposé lundi de fournir un traitement expérimental mis au point par une entreprise nippone, homologué en mars dans le pays comme antiviral contre la grippe, afin de lutter contre Ebola si l’OMS en faisait la demande.

Un expert médical de l’OMS, spécialiste en épidémiologie, a été contaminé en Sierra Leone, le premier cas parmi les quelque 400 personnes déployées dans les pays touchés.

De nationalité sénégalaise, cet expert devait être transféré de Freetown vers «un centre de soins en Europe», a annoncé lundi Dakar.

L’Europe a accueilli dimanche un deuxième malade d’Ebola, après un prêtre espagnol infecté au Liberia et décédé le 12 août: William Pooley, 29 ans, un infirmier bénévole britannique contaminé à Kenema, dans l’est de la Sierra Leone, épicentre de l’épidémie.

Soigné dans une unité d’isolement au Royal Free Hospital de Londres, il a appris sa contamination samedi et a «une bonne chance de s’en sortir», selon Robert Garry, un médecin américain qui a travaillé avec lui à Kenema.

Désormais en RDC

Et l’Afrique de l’Ouest n’est désormais plus la seule touchée: le virus Ebola a ressurgi dans une zone reculée du nord-ouest de la RDC, la septième épidémie enregistrée dans ce pays, faisant 13 morts.

L’OMS partage l’avis des autorités congolaises sur le caractère isolé de cette épidémie, «totalement indépendante de celle qui sévit actuellement en Afrique de l’Ouest», a précisé un responsable de l’organisation à Kinshasa sous couvert d’anonymat.

Les autorités congolaises ont lancé leur riposte lundi. Le ministre de l’Intérieur, Richard Muyej, a remis à Kinshasa un lot de thermomètres laser aux responsables de la province de l’Equateur.

Le ministre de la Santé Félix Kabange Numbi a sollicité l’appui financier de la communauté internationale: selon lui, le pays a besoin immédiatement de 2 millions de dollars (1,5 million d’euros) pour lutter contre la maladie.

Le secteur concerné, près de la ville de Boende, à environ 800 km au nord-est de Kinshasa, a été placé en quarantaine sur une zone d’une centaine de kilomètres carrés.

Au total, au moins 11 malades ont été isolés et plus de 80 personnes ayant eu des contacts avec des malades sont suivies «par une équipe spécialisée».


http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/416783/la-guerre-contre-ebola-n-est-pas-gagnee-selon-l-onu


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Aoû - 03:15 (2014)    Sujet du message: CDC DIRECTOR TALKS TO CNN Répondre en citant

CDC DIRECTOR TALKS TO CNN



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=vxz06CJmSPo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Aoû - 03:18 (2014)    Sujet du message: WHO SETS STAGE TO OK EXPERIMENTAL EBOLA DRUGS - CLOSED DOOR MEETING Répondre en citant

WHO SETS STAGE TO OK EXPERIMENTAL EBOLA DRUGS - CLOSED DOOR MEETING



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=sBe72LG_9kU


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Aoû - 00:06 (2014)    Sujet du message: EBOLA : L'OMS PRESENTE UNE FEUILLE DE ROUTE POUR RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA MALADIE Répondre en citant

EBOLA : L'OMS PRESENTE UNE FEUILLE DE ROUTE POUR RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA MALADIE

Vous pouvez croire tout le contraire de ce qui est rapporté.


Deux sages-femmes portant des équipements de protection contre Ebola s’occupent d’une mère avec son nouveau-né dans une clinique à Monrovia, au Libéria. Photo FNUAP Liberia

28 août 2014 – L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a présenté jeudi une feuille de route pour renforcer la lutte contre l'épidémie d'Ébola en Afrique de l'Ouest. L'objectif est d'arrêter la transmission de la maladie, de gérer les conséquences de sa propagation au niveau international et d'aider les pays à faire face à l'impact socio-économique de l'épidémie.

L'OMS affirme qu'il est urgent et nécessaire de renforcer considérablement la lutte contre Ébola au niveau international, puisque près de 40% des cas répertoriés ont eu lieu au cours des trois dernières semaines.

« La feuille de route a été mise en place grâce à la contribution d'un grand nombre de partenaires, dont les autorités sanitaires des pays affectés, l'Union africaine, les banques de développement, les agences onusiennes, Médecins Sans Frontières et les pays qui apportent une contribution financière directe », a expliqué l'OMS dans un communiqué de presse.

Le nombre total de cas probables et confirmés d'Ébola dans les quatre pays affectés (Guinée, Libéria, Nigéria et Sierra Leone) s'élève désormais à 3.069, et 1552 personnes sont mortes de la maladie, a précisé l'OMS.

Selon l'agence onusienne, la feuille de route servira de cadre pour actualiser les plans opérationnels de lutte contre la maladie. La priorité sera accordée aux besoins des centres de soins et de gestion, à la sensibilisation et à la mobilisation sociale et aux enterrements sécurisés. Les plans seront basés sur des données spécifiques selon les régions et qui sont régulièrement actualisées dans des rapports de situation.

La feuille de route couvre toutes les dimensions sanitaires de l'action au niveau international, dont les risques de l'apparition de goulets d'étranglements qui doivent être résolus au niveau international, tels que la fourniture d'équipements de protection individuels, de désinfectants et de housses mortuaires.

Cette feuille de route de l'OMS sera complétée par la mise en place de systèmes de coordination entre les agences onusiennes qui permettront de faire appel aux capacités et compétences spécifiques de chacune de ces agences, y compris dans les domaines de la logistique et du transport. Ces systèmes de coordination devront également faciliter la fourniture de services essentiels, tel que la distribution de denrées alimentaires, d'eau potable, de services de santé et d'assainissement.



News Tracker: autres dépêches sur la question

Ebola : la suspension de vols vers les pays touchés n'est pas justifiée, selon l'ONU

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33195#.U_-nFidKTFA


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Aoû - 00:23 (2014)    Sujet du message: ENTRETIEN : LE COORDONNATEUR DE L'ONU POUR EBOLA S'ATTAQUE AUX MYTHE ENTOURANT LA MALADIE Répondre en citant

ENTRETIEN : LE COORDONNATEUR DE L'ONU POUR EBOLA S'ATTAQUE AUX MYTHE ENTOURANT LA MALADIE

En 2009 : ...Jane Burgermeister a récemment déposé une plainte auprès du FBI. Elle accuse l’Organisation Mondiale de la Santé, L’ONU, et plusieurs personnalités politiques hauts placés de vouloir commettre un génocide de masse....

...
Les personnalités visées par la plainte sont Barack Obama, David Nabarro (Coordinateur de la grippe porcine à l’ONU), Janet Napolitano (Secrétaire d’état à la Sécurité Intérieure), David de Rotschild, David Rockefeller, George Soros, (investisseur international), Werner Faymann (Chancelier d’Autriche), Alois Stoger (Ministre de la santé Autrichienne)....

-----

L'article au complet :http://revelation-sacraal.over-blog.com/article-33317482.html http://revelation-sacraal.over-blog.com/tag/complots%20-%20%20chaos%20progr…




Le Coordonnateur principal du système des Nations Unies pour la maladie à virus Ebola. Photo ONU/Mark Garten

21 août 2014 – Alors que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) renforce son action contre l'épidémie de maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest, l'Organisation des Nations Unies au sens large a lancé un effort sans précédent de coordination pour aider la Guinée, le Libéria, le Nigéria et la Sierra Leone à enrayer la propagation du virus, qui a fait plus de 1.200 morts et affecte maintenant plus de 1 million de personnes dans toute la région.

Les efforts de l'Organisation pour lutter contre l'épidémie ont bénéficié d'un coup de pouce la semaine dernière quand le Secrétaire général Ban Ki-moon a nommé le Dr David Nabarro, un médecin britannique et expert en santé publique, comme Coordonnateur principal du système des Nations Unies pour le virus Ebola, en appui au travail accompli par la Directrice-générale de l'OMS, le Dr Margaret Chan, et son équipe. La maladie a été identifiée en mars en Guinée et a récemment été qualifiée d'urgence de santé publique à portée internationale par l'OMS.

Dans un entretien avec le Centre d'actualités de l'ONU avant de partir pour sa première mission en Afrique de l'Ouest, le Dr Nabarro aborde certaines questions essentielles auxquelles sont confrontés les gouvernements de la région : le renforcement des secteurs de la santé dans les pays touchés, la protection des agents de santé qui se trouvent en première ligne, et la lutte contre la peur et la stigmatisation associées au virus Ebola.

Centre d'actualités de l'ONU: Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur la situation actuelle dans les pays touchés? Que fait l'OMS pour protéger les travailleurs de la santé dans la région?

David Nabarro : La maladie à virus Ebola s'est propagée dans quatre pays d'Afrique de l'Ouest au cours des derniers mois. Dans trois de ces pays, c'est vraiment une grave épidémie. Sans doute, le premier pays à être touché a été la Guinée, et ce pays a connu des vagues d'infection. Mais maintenant, nous nous intéressons surtout à deux autres pays - le Libéria et la Sierra Leone - où les taux d'infection semblent augmenter. Nous observons de nouveaux cas signalés chaque jour dans différentes régions, notamment au Libéria et en Sierra Leone. La situation en Guinée est un peu plus stable. A l'avenir, nous craignons que l'épidémie continue de se propager et qu'on ne puisse pas la contrôler rapidement.

Centre d'actualités de l'ONU: Est-ce que l'OMS prend des mesures spécifiques pour protéger les agents de santé dans la région?

David Nabarro : Cette épidémie est particulièrement préoccupante pour le secteur de la santé. Et quand je parle du secteur de la santé, je veux dire les ministères de la santé, ainsi que les organisations partenaires qui travaillent avec ces ministères afin d'aider les gens à rester en bonne santé et à ne pas tomber malades, et les organisations internationales comme l'Organisation mondiale de la santé, qui est particulièrement impliquée dans cet effort. L'OMS et d'autres ont poussé à ce que deux choses se produisent. Tout d'abord, que le secteur de la santé soit en mesure d'aider à diagnostiquer les gens qui sont considérés comme ayant la maladie à virus Ebola, et ensuite de leur permettre d'avoir le bon traitement dont ils ont besoin.

Dans le cas de tous les pays touchés, ce sont les services de santé nationaux qui sont en première ligne et ils sont soutenus par des organisations partenaires et par l'Organisation mondiale de la santé, qui prend des mesures notamment pour essayer de permettre au personnel chargé des soins de santé de fournir un traitement approprié et de ne pas contracter eux-mêmes la maladie. C'est un défi important parce que le virus Ebola est contagieux. Mais si les précautions adéquates sont prises, il n'y a pas d'infection. Nous savons que le virus se transmet d'une personne à une autre par les fluides corporels. Cela signifie, par exemple, les vomissures ou les selles ou peut-être même la salive. Si vous pouvez vous protéger du contact avec les fluides corporels d'une personne infectée, vous ne serez pas infecté.

Ainsi, les secteurs de la santé, avec les différentes organisations partenaires et l'OMS, sont chargés d'apporter des conseils au sujet des précautions à prendre afin de prévenir l'infection. Et c'est la clé pour essayer de trouver des moyens permettant de contrôler la maladie, de fournir un traitement approprié et en même temps d'éviter aux agents de santé et à d'autres d'être infectés.

Centre d'actualités de l'ONU : Quelles sont les risques de propagation du virus dans les pays en dehors de la région et que fait l'ONU pour empêcher que cela se produise?

David Nabarro : Alors que les informations sur l'infection par le virus Ebola se sont propagées, la communauté internationale a demandé à l'Organisation mondiale de la santé de fournir des conseils sur ce qu'il faut faire à ce sujet. Tout d'abord, l'OMS a convoqué une réunion de son Comité d'urgence, et ce comité a conclu que l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest est une urgence de santé publique à portée internationale. Cela signifie qu'il y a une série de mesures qui sont prises pour contrôler l'épidémie et pour aider les personnes touchées, et aussi pour essayer d'empêcher la propagation de la maladie à d'autres pays de la région. Cela signifie essayer de trouver les gens qui sont infectés, établir des restrictions sur leurs déplacements afin qu'ils ne puissent pas voyager et infecter d'autres personnes, et les mettre en quarantaine dans des endroits où ils peuvent obtenir un traitement approprié et un soutien. C'est la base des efforts visant à prévenir la propagation.

Maintenant, bien sûr, cela ne signifie pas que vous empêchez tous les gens de voyager en provenance des pays touchés. Cela ne signifie pas que vous empêchez tous les voyages vers les pays touchés. Il s'agit de se concentrer sur les personnes qui sont susceptibles d'avoir la maladie ou d'avoir été exposées à la maladie. Ce sont elles que nous essayons d'empêcher de se déplacer.

Centre d'actualités de l'ONU : Comment l'épidémie affecte-t-elle les opérations de maintien de la paix des Nations Unies et d'autres opérations vitales en Afrique de l'Ouest? Est-ce que le personnel des Nations Unies peut voyager dans les pays les plus touchés?

David Nabarro : Je tiens à être clair, très clair. Rien ne justifie d'empêcher les gens de se rendre dans les pays qui sont actuellement touchés par l'épidémie de fièvre Ebola. Le problème est que vous voulez empêcher les gens d'entrer en contact étroit avec des personnes atteintes de la maladie à virus Ebola, en particulier de les toucher. Cela signifie identifier les personnes qui ont la maladie et les aider à éviter d'être en contact avec d'autres personnes. Mais cela ne signifie pas que vous avez une sorte d'interdiction générale de voyager dans les pays touchés.

Et cela signifie bien sûr que le personnel des Nations Unies peut continuer et doit continuer à travailler dans les pays touchés par la maladie à virus Ebola. Cela vaut aussi pour les soldats de la paix. Ils ont un rôle vital à jouer dans certains pays de la région, et bien sûr nous encourageons les soldats de la paix à prendre les précautions nécessaires pour ne pas être en contact étroit avec des personnes atteintes de la maladie. Mais cela ne signifie pas que les voyages du personnel des Nations Unies dans les pays touchés par la maladie à virus Ebola sont interdits ou sujets à restriction. Je veux être très clair à ce sujet.

Centre d'actualités de l'ONU : Vous avez rencontré des représentants des pays touchés. Quelles étaient leurs principaux messages pour vous?

David Nabarro : J'ai rencontré les représentants des pays touchés par la maladie à virus Ebola et ils m'ont fait savoir que leurs peuples et eux-mêmes étaient déterminés à réduire la transmission de cette maladie. Ils veulent être impliqués dans l'effort destiné à mettre la maladie sous contrôle. Ils veulent que le système des Nations Unies, dirigé notamment par l'Organisation mondiale de la santé, les aide à avoir des services de santé solides qui puissent fournir de meilleurs soins aux personnes qui sont touchées ou menacées par la maladie à virus Ebola.

Les représentants des pays touchés m'ont dit que je devais garder à l'esprit que la réaction à la maladie à virus Ebola a d'importantes conséquences économiques et sociales pour leurs populations. Ils m'ont demandé de faire de notre mieux pour fournir des informations exactes sur la maladie, sur les façons dont elle est transmise, sur les façons dont l'infection peut être évitée. Ils ont demandé que l'ensemble du système des Nations Unies travaille de manière coordonnée pour les soutenir. Ils nous ont demandé d'être avec eux alors qu'ils affrontent l'épidémie actuelle et qu'on les aide à reconstruire après.

Ils nous ont rappelé qu'ils sont sortis d'une guerre civile tout récemment et qu'ils se développent très bien. C'est un revers très sérieux et ils nous ont demandé de les aider à revenir sur cette voie. J'ai été en mesure de les rassurer et de leur dire qu'au plus haut niveau des Nations Unies, il y a un engagement absolu à soutenir ces pays et à les aider, eux et leurs peuples, à faire face à l'épidémie actuelle.

Centre d'actualités de l'ONU: Que peut-on faire pour empêcher le public de paniquer? Est-ce que les médias sociaux sont utilisés pour faire passer le message des Nations Unies?

David Nabarro : Tout d'abord, le message que tous les agents de santé tentent de faire passer, c'est que nous devons travailler ensemble pour tenter d'empêcher que la maladie à virus Ebola affecte les communautés et se propage. Et travailler ensemble veut dire que chacun d'entre nous comprend la façon dont la maladie est transmise, que nous travaillons tous pour permettre aux personnes qui ont été infectées d'avoir accès à un traitement approprié, que nous travaillons tous pour permettre aux personnes qui ont été infectées d'éviter de transmettre la maladie à d'autres. Cela implique l'ensemble de la société. Cela veut dire un mouvement social pour obtenir que la maladie soit sous contrôle. Cela ne peut pas simplement être fait par quelques médecins et infirmières.

Et cela signifie que la communication est essentielle. La mobilisation sociale est la clé. Les médias sociaux sont un moyen essentiel de communication. Nous savons, en parlant avec les communautés, qu'il y a certaines pratiques, en particulier liées aux soins aux personnes ou quand il s'agit de les aider au moment où elles meurent, qui ont un rôle particulièrement important dans l'augmentation de la transmission du virus. Et cela signifie que, en travaillant avec les communautés, il est possible de leur permettre d'éviter les infections en diffusant des informations précises sur la façon dont les gens peuvent éviter de s'infecter eux-mêmes.

C'est là que les médias sociaux ont un rôle clé à jouer. Ceux-ci sont déjà utilisés dans la région par des professionnels de la santé. Et l'Organisation mondiale de la santé et d'autres organisations au sein des Nations Unies, y compris l'ensemble de la communauté de maintien de la paix, apportent leur soutien grâce à la radio, à travers d'autres médias et par la communication directe entre personnes.

Centre d'actualités de l'ONU : Quelles sont les plus récentes informations concernant les médicaments expérimentaux utilisés pour traiter le virus Ebola? Quelle est la position de l'ONU à ce sujet?

David Nabarro : Récemment, l'attention s'est focalisée sur les médicaments expérimentaux qui ont été produits par certains laboratoires pour le traitement possible de la maladie à virus Ebola. L'attention s'est aussi focalisée sur l'utilisation de vaccins, dont certains sont en cours de test. La première chose que j'ai à dire, c'est que ces médicaments et ces vaccins ne sont pas encore passés par la totalité des tests de pré-production qui sont nécessaires avant qu'un médicament soit autorisé à être vendu et recommandé pour le traitement ou la prévention.

Cependant, l'Organisation mondiale de la santé a récemment réuni un certain nombre de différents organismes pour fournir des conseils éthiques sur la manière dont l'accès à des traitements expérimentaux pourrait être accéléré pour les communautés et les individus qui sont touchés par la maladie à virus Ebola. Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir. Il y a encore beaucoup de travail à faire. Mais mes collègues de l'Organisation mondiale de la santé m'ont assuré qu'ils cherchaient à accélérer l'accès, qu'ils travaillaient avec les différents producteurs, et essayaient aussi d'aider à mobiliser des fonds pour rendre cela possible. Donc, nous allons voir ce qui se passe. C'est certainement un domaine qui bénéfice d'une grande attention.

Centre d'actualités de l'ONU : Compte tenu de la stigmatisation et de la peur associées au virus, qu'est-ce qui peut être fait pour réinsérer les survivants dans la société?

David Nabarro : Les gens qui se battent contre la maladie à virus Ebola sont des gens courageux. Les gens qui les soutiennent sont des gens courageux. Ce courage est extraordinaire. Quand j'entends et vois que les gens ont survécu la maladie à virus Ebola, je les vois comme des gens qui non seulement ont fait preuve d'un courage énorme, mais aussi qui ont un énorme potentiel. De plus en plus, ces personnes se portent volontaires pour aider au traitement de ceux qui sont encore infectés par le virus. De plus en plus, elles deviennent des ambassadeurs pour la communauté des personnes qui sont menacées par la maladie à virus Ebola.

Ce sont de vrais partenaires. Si quelqu'un dit qu'on devrait les tenir à l'écart, ma réponse est qu'on raterait un énorme potentiel. Ce sont les vrais champions. Ce sont les gens avec qui vous devriez travailler parce qu'ils sont de plus en plus le pilier de l'action communautaire pour essayer d'empêcher l'infection et pour encourager de meilleures installations pour le traitement des malades.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33152#.U_-oaSdKTFA



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 30 Aoû - 01:02 (2014)    Sujet du message: VIRUS EBOLA : LA GRANDE-BRETAGNE CHERCHE DES COBAYES HUMAINS POUR TESTER UN VACCIN Répondre en citant

VIRUS EBOLA : LA GRANDE-BRETAGNE CHERCHE DES COBAYES HUMAINS POUR TESTER UN VACCIN

Ils n'ont qu'à l'essayer sur tous les petits dieux qui dirigent ce monde. Ils auraient des cobayes plus qu'il n'en faudrait et cela règlerait déjà, en partie, le problème de la surpopulation, sujet qui leur est si cher! Ce vaccin sera comme tous les autres, une arme de destruction massive contre les populations.

Par
Florentin Collomp - le 29/08/2014

Une campagne d'essai accélérée débute sur un prototype de vaccin contre le virus Ebola. Si les résultats sont concluants, la vaccination pourrait débuter dès l'an prochain. Une mobilisation exceptionnelle de la communauté scientifique.

De notre correspondant à Londres

Laboratoire pharmaceutique recherche volontaires pour tests d'un vaccin contre Ebola. Urgent. Quelque 60 cobayes humains britanniques vont recevoir en septembre une injection d'un prototype de vaccin contre le virus qui a déjà tué plus de 1.500 personnes en Afrique de l'Ouest. Selon l'Organisation mondiale de la Santé, il pourrait contaminer plus de 20.000 personnes dans les neuf mois à venir.


Une campagne accélérée d'essais cliniques est lancée en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Afrique sur un vaccin développé par GlaxoSmithKline (GSK) et le National Institutes of Health américain. Les essais vont se dérouler sous la houlette du laboratoire de recherche Jenner Institute à l'université d'Oxford, qui vient de débuter le recrutement de 60 volontaires. Les candidats doivent être âgés de 18 à 50 ans et en bonne santé. Ils recevront, une fois l'approbation éthique et règlementaire obtenue, dès la mi-septembre, une injection d'une seule protéine d'Ebola, et non le virus lui-même, pour provoquer une réaction immunitaire. Il n'y a donc pas de risque de contamination.

«Nous savons que ce vaccin va marcher mais nous devons le prouver»

Selon le professeur Adrian Hill, responsable de l'essai à Oxford, il n'y aura aucune difficulté à trouver des candidats. «Nous recrutons environ 2.000 cobayes par an pour des essais de vaccination sur la malaria ou l'hépatite C. Les volontaires reçoivent un document d'une quinzaine de pages d'information. Il n'y a quasiment aucun effet secondaire à part une douleur passagère au bras et un peu de fièvre éventuellement. Nous savons que ce vaccin est sûr et qu'il va marcher mais nous devons le prouver», explique le chercheur. Les volontaires ne sont indemnisé qu'à hauteur de quelques centaines d'euros pour leur temps et leurs déplacements.

L'objectif est de démonter que le vaccin ne produit pas d'effet secondaire et de déterminer la dose appropriée. Il n'a été testé que sur des singes pour l'instant avec des résultats «prometteurs». D'autres campagnes d'essais cliniques seront conduites dans la foulée aux États-Unis, en Gambie et au Mali. Un second type de vaccin sera parallèlement testé aux États-Unis.

Début de la production de 10.000 doses

Le vaccin à l'étude, développé depuis 2011, a été mis au point par la société italienne de biotechnologies Okairos, acquise l'an dernier par GSK pour 250 millions d'euros. Il correspond à la souche zaïroise du virus observée en Afrique de l'Ouest, différente de la nouvelle souche qui vient de toucher le Congo. L'essai clinique est financé à hauteur de 3,5 millions d'euros par GSK, le gouvernement britannique et le Wellcome Trust.

Les premiers résultats de l'étude sont attendus à la fin de l'année. «En règle générale, il faut au minimum dix ans pour développer un vaccin mais, vu l'urgence de la situation, un consortium international a été créé pour accélérer ce processus. En fonction des données obtenues, l'OMS pourrait organiser une première campagne de vaccination compassionnelle pour les populations les plus à risque dès l'année prochaine», explique une porte-parole de GSK. En même temps que se déroulent les essais cliniques, GSK lance la production de 10.000 doses du vaccin qui seront disponibles s'ils sont jugés concluants.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/08/29/22730-virus-ebola-grande-bretagne-cherche-cobayes-humains-pour-tester-vaccin


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Sep - 23:56 (2014)    Sujet du message: EBOLA : 10 000 CAS PREVUS AVANT 3 SEMAINES, PLUS DE 100 000 D'ICI DECEMBRE ! Répondre en citant

EBOLA : 10 000 CAS PREVUS AVANT 3 SEMAINES, PLUS DE 100 000 D'ICI DECEMBRE !

jeudi 4 septembre 2014

 À ce rythme, il faudrait donc compter 100 millions de cas vers le milieu de l'année 2015.




tr_bq a écrit:

Une modélisation mathématique sur l'évolution de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest évoque une flambée inquiétante des cas ces prochains mois, rapporte mercredi le site Mediapart.

Dans une modélisation mathématique réalisée par le professeur de physique à Northeastern Alessandro Vespignani, le nombre de cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest exploserait en quelques mois, relève mercredi le site Mediapart.




 
Cette étude évoque une première flambée d'ici le 24 septembre avec plus de 10'000 personnes touchées. Au 1er décembre ce chiffre pourrait être multiplié par 10. Le physicien évoque plus de 100'000 personnes infectées.

"Les chiffres sont vraiment effrayants", souligne Alessandro Vespignani à la revue Science. "Nous espérons tous que ces projections ne se réaliseront pas", ajoute-t-il.

Cette modélisation table néanmoins sur l'hypothèse que les moyens mis en oeuvre pour contenir l'épidémie ne sont pas augmentés, précise l'article.

Contactée par la RTS, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ne souhaite pas commenter des "modèles théoriques". "C'est un modèle mathématique comme un autre. Il y en a eu et il y en aura encore", précise une porte-parole.

http://www.rts.ch/info/sciences-tech/reperages-web/6113584-plus-de-100-000-…

Source trouver: Leschroniquesderorschach

Publié par Fabian Gehrig à 20:27:00

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2014/09/ebola-10-000-cas-prevus-avan…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 6 Sep - 00:13 (2014)    Sujet du message: EBOLA “SPIRALING OUT OF CONTROL” – CDC DIRECTOR Répondre en citant

EBOLA “SPIRALING OUT OF CONTROL” – CDC DIRECTOR



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=M8GDC19jqjc


Dernière édition par maria le Dim 7 Sep - 00:55 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 6 Sep - 19:37 (2014)    Sujet du message: L'ONU APPELLE A LA MOBILISATION MONDIALE POUR STOPPER EBOLA DANS SIX A NEUF MOIS Répondre en citant

L'ONU APPELLE A LA MOBILISATION MONDIALE POUR STOPPER EBOLA DANS SIX A NEUF MOIS

ENGLISH : Ban issues ‘international rescue call’ to halt Ebola epidemic
http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48651#.VAtGtSfnS-M



Une femme montre une photo de survivants qui ont quitté le centre de traitement d’Ebola à Kenema, en Sierra Leone. Photo UNICEF/Jo Dunlop

5 septembre 2014 – A l'issue d'une réunion de haut-niveau de dirigeants et d'experts du système des Nations Unies sur l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé vendredi à la mobilisation internationale pour stopper la transmission de la maladie dans six à neuf mois.

« Les prochaines semaines seront cruciales. Les populations de Guinée, du Libéria et de Sierra Leone en particulier attendent de nous un soutien. Elles comptent sur nous pour une augmentation massive de l'assistance : davantage de médecins, d'infirmières et de lits, davantage d'équipements, de camions et d'autres véhicules », a dit M. Ban lors d'un point de presse à l'issue de cette réunion au siège de l'ONU à New York.

La Directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Dr Margaret Chan, et le Coordonnateur spécial du système des Nations Unies pour Ebola, le Dr David Nabarro, étaient présents à cette réunion. Le Président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, et d'autres responsables d'agences, de fonds et de programmes onusiens y ont également participé par téléconférence.

« L'objectif est d'arrêter la transmission d'Ebola dans les pays affectés dans six à neuf mois et d'empêcher la propagation internationale du virus. Cela peut être fait s'il y a une mobilisation, qui est urgente et nécessaire, dans les pays affectés et de la part de la communauté internationale », a souligné le Secrétaire général.

Il a appelé la communauté internationale à contribuer à la feuille de route établie par l'OMS pour lutter contre l'épidémie et à fournir les 600 millions de dollars nécessaires pour des fournitures en Afrique de l'Ouest.Il a jugé nécessaire des contributions venant des gouvernements, du secteur privé, des institutions financières et des organisations non gouvernementales. Lors de la réunion, il a été décidé d'établir un Centre de crise Ebola pour une meilleure synergie et une plus grande efficacité des efforts des nombreux partenaires au sein de l'ONU et en dehors.

« Le nombre de cas augmente de manière exponentielle. La maladie se propage bien plus rapidement que l'intervention. Les gens sont de plus en plus frustrés que la maladie ne soit pas sous contrôle », a souligné M. Ban.

Au 31 août 2014, le nombre de cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest s'élevait à 3407 et le nombre de décès à 1848, selon l'OMS. La majorité des cas et des décès ont été signalés dans trois pays : la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. Le Nigéria compte 21 cas et 7 décès. Et le Sénégal a désormais un cas confirmé d'Ebola.

Ban Ki-moon a appelé les compagnies aériennes et maritimes à ne pas annuler leurs vols et amarrages dans les pays affectés. « Interdire les vols et les services maritimes n'empêchera pas Ebola de se propager, mais cela empêchera les équipes médicales d'atteindre les gens qui en ont le plus besoin », a-t-il dit. « La stigmatisation et les rumeurs peuvent faire autant de dégâts que le virus lui-même. »

Le Secrétaire général a souligné qu'il était crucial de se rappeler qu'Ebola pouvait être évité et contrôlé. Cela a été fait ailleurs par le passé. « Et nous pouvons le faire aujourd'hui aussi. Nous savons ce qu'il faut faire et ce qui doit être fait », a-t-il dit.

A Genève, à l'issue d'une réunion d'experts de deux jours organisée par l'OMS, l'agence onusienne a décidé vendredi d'autoriser des thérapies à base de sang et des sérums de convalescence pour lutter contre Ebola dans les pays touchés.

News Tracker: autres dépêches sur la question

Ebola : l'OMS réunit des experts sur les traitements et vaccins potentiels

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33241#.VAtF2CfnS-M 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 6 Sep - 19:48 (2014)    Sujet du message: EBOLA : L'OMS REUNIT DES EXPERTS SUR LES TRAITEMENTS ET VACCINS POTENTIELS Répondre en citant

EBOLA : L'OMS REUNIT DES EXPERTS SUR LES TRAITEMENTS ET VACCINS POTENTIELS

Sûrement tous des experts associés aux grandes industries pharmaceutiques. Ce n'est jamais bon signe car l'OMS et ses partenaires, nous le savons, n'ont que des plans de morts et de destruction pour les humains de la Terre, et condamnent fortement tous ceux qui ne pensent pas comme eux ou qui dénoncent tous les crimes commis sous la protection de la santé publique. Ces experts, si on pense à un gars comme Eric Pianka et des centaines d'autres qui vont dans le même sens, eh bien, leur agenda globaliste est très clair. Vous remarquerez qu'aucun expert ne nous parle et ne dénonce que ce virus Ebola a été créé en laboratoire.

Les programmes de DEVELOPPEMENT DURABLE, des OBJECTIFS DU MILLENAIRE, l'ENVIRONNEMENTAL, d'AGENDA 21 etc, ont tous cette même et unique pensée pour soi-disant sauver la planète.
Les raisons invoquées : combattre le CO2, la surpopulation ainsi que réduire la pauvreté sont les thèmes qui reviennent le plus souvent.



Un agent de santé en Sierra Leone avec un échantillon de sang pour vérifier la présence du virus Ebola. Photo IRIN/Tommy Trenchard

4 septembre 2014 – L'Organisation mondiale de la santé (OMS) réunit jeudi et vendredi à Genève des experts et des personnes oeuvrant à endiguer la maladie à virus Ebola en Afrique de l'Ouest pour discuter des traitements et vaccins potentiels contre ce virus.

« La flambée actuelle de virus Ebola en Afrique de l'Ouest est sans précédent par son ampleur et sa complexité et par la charge qu'elle impose aux systèmes de santé. Il existe une demande et un intérêt forts de la part du public pour toute solution qui offrirait l'espoir d'un traitement définitif », souligne l'OMS dans un communiqué de presse.

Toute une gamme d'interventions n'ayant pas fait leurs preuves (produits sanguins, thérapies immunitaires médicaments et vaccins) sont en cours de développement à des stades divers, mais aucun d'eux n'a encore été homologué pour un usage standard.

Au début du mois d'août, un groupe d'experts convoqué par l'OMS a conclu que, dans les circonstances particulières de cette flambée et sous réserve que certaines conditions soient remplies, il était conforme à l'éthique de proposer de telles interventions n'ayant pas encore fait leurs preuves en tant que traitements ou prophylaxies potentiels de l'infection.

La réunion de jeudi et vendredi rassemble des experts travaillant dans le champ des interventions contre le virus Ebola ainsi que des personnes œuvrant à endiguer la maladie, dont des décideurs politiques provenant de pays touchés, des spécialistes de l'éthique, des cliniciens, des chercheurs, des personnes participant à l'élaboration de la réglementation et des représentants des patients.

Au 31 août 2014, le nombre de cas d'Ebola en Afrique de l'Ouest s'élevait à 3407 et le nombre de décès à 1848. La majorité des cas et des décès ont été signalés dans trois pays : la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. Le Nigéria compte 21 cas et 7 décès. Et le Sénégal a désormais un cas confirmé d'Ebola. 

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33237#.VAtHfSfnS-M


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 7 Sep - 00:52 (2014)    Sujet du message: EBOLA : LES THERAPIES A BASE DE SANG ET LES SERUMS AUTORISES Répondre en citant

EBOLA : LES THERAPIES A BASE DE SANG ET LES SERUMS AUTORISES

Qu'est-ce c'est que ça? A regarder de plus près car c'est une technique nouvelle, une autre folie de style vaudou. On ne sait vraiment pas ce qu'ils vont vraiment mettre dans ses produits ni les effets sur les patients. Tenez-vous loin de ses sorciers médicaux qui ne veulent que voir ce monde se transformer en zombie déchaîné. On n'a jamais vu pareille médication pour vaincre le virus Ebola.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=q1yrpk8eaWw


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 7 Sep - 00:57 (2014)    Sujet du message: EBOLA : CONFINEMENT DE QUATRE JOURS POUR LES HABITANTS DE LA SIERRA LEONE / SIERRA LEONE IN LOCKDOWN TO FIGHT KILLER EBOLA VIRUS Répondre en citant

EBOLA : CONFINEMENT DE QUATRE JOURS POUR LES HABITANTS DE LA SIERRA LEONE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=cOatY5bPObs

SIERRA LEONE IN LOCKDOWN TO FIGHT KILLER EBOLA VIRUS




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=jrAPnDFOKnM


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 9 Sep - 16:30 (2014)    Sujet du message: EBOLA CO-DISCOVERER : "EVERYBODY IS NOW AT RISK" Répondre en citant

EBOLA CO-DISCOVERER  : "EVERYBODY IS NOW AT RISK"

"Dr. Peter Piot, who co-discovered Ebola". No, he did'nt. Except the fact that many peoples are now dying in these countries, we saw how this Ebola virus was reactivated in maybe worst. 

September 8, 2014
By Susan Duclos

For those that wave away the theory that this latest Ebola outbreak could very well be man-made as some type of bio warfare or a test of multiple engineered strains, only have to look at some of the dire warnings and statements from Dr. Peter Piot, who co-discovered Ebola. Dr. Piot makes it very clear that this strain, this outbreak, is not behaving as any other outbreak of this deadly virus has before, and that it is hopping around, especially in Liberia, Guinea and Sierra Leone, according to ABC News

"The epidemic is now so vast and so extensive that one should consider that in the three (hardest-hit) countries, everybody is now at risk and it won't be over until the last case has survived and six weeks have passed," said Piot, who runs London's School of Hygiene and Tropical Medicine.

According to the same report, Doctors Without Borders shuttered a facility in an area where they believed they had beaten the Ebola virus back and it is now surging again in one of the first places the outbreak first surfaced. Marc Poncin, the emergency coordinator for Doctors Without Borders in Guinea says "Everything we do is too small and too late. We're always running after the epidemic."

While Piot speaks to the three hardest hit countries, news has broken that over 1,000 people in India are now being tracked after returning from Ebola affected areas, and in the last 24 hours, 201 passengers from the affected countries have arrived at the airports of Mumbai (88), Delhi (58), Chennai (24), Bangalore (15), Kochi (11), Thiruvananthapuram (4) and Kolkata (1).

Then we have another anomaly reported by Reuters which highlights a newly created map that shows that "at risk" areas for "zoonotic events," meaning the virus jumping from animals to humans, is far larger than originally believed and that "large swathes of central Africa as well as the western part of the continent have traits of what the scientists called 'the zoonotic niche' for Ebola."



According to latest data from the World Health Organisation (WHO), almost 2,100 have died from Ebola in the current West Africa outbreak, which has infected at least 4,000 people in Guinea, Sierra Leone, Liberia, Nigeria and Senegal. The WHO says it will take months to bring the epidemic under control and is warning there may be up to 20,000 cases before it is stopped.

Another new report states that a patient in Miami, Florida, who has been tested for Ebola due to Ebola-like symptoms, is being retested after the initial test came back negative... with the assertion that the patient, who is not being named, is being retested "to be sure."

With International travel and Ebola symptoms with one of the current strains, because "coincidently," there is another outbreak in the Congo that officials claim is not related to the one in west Africa, taking up to three weeks to manifest, it has been said that there could be a three week lull before an explosion of cases could be seen worldwide.

What are the odds of multiple strains causing outbreaks that are claimed to be "unrelated" in different areas, with experts bluntly stating this Ebola virus is not acting in a manner seen before,  without this being deliberate and man-made?

CDC: "WINDOW IS CLOSING" TO STOP EBOLA



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=1tOD1qtSObI

http://www.allnewspipeline.com/Ebola_Everybody_Is_Now_At_Risk.php


BRIEFING ON PATIENT WITH EBOLA VIRUS - THE NEBRASKA MEDICAL CENTER



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=PmxZgPqe_f4


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 02:58 (2014)    Sujet du message: MYSTERIOUS X FILES DISEASE - EBOLA COULD KILL 5 MILLION - US BUYS 160k EBOLA SUITS Répondre en citant

MYSTERIOUS X FILES DISEASE - EBOLA COULD KILL 5 MILLION - US BUYS 160k EBOLA SUITS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=tpzONXYYMbQ


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 03:17 (2014)    Sujet du message: 12 SEPTEMBER 2014 BREAKING NEWS TRAVELERS HEALTH HAZARD ALERT EBOLA etc... Répondre en citant

12 SEPTEMBER 2014 BREAKING NEWS TRAVELERS HEALTH HAZARD ALERT EBOLA etc...



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=cSU3Lizx0wo


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 04:21 (2014)    Sujet du message: EBOLA : BAN DISCUTE AVEC OBAMA DE LA NECESSITE DE RENFORCER LA LUTTE CONTRE L'EPIDEMIE Répondre en citant

EBOLA : BAN DISCUTE AVEC OBAMA DE LA NECESSITE DE RENFORCER LA LUTTE CONTRE L'EPIDEMIE


Un employé dans un centre de traitement contre la maladie à virus Ebola en Sierra Leone prend soin d’une malade. Photo IRIN/Tommy Trenchard

9 septembre 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a discuté lundi au téléphone avec le Président américain Barack Obama, au sujet de la nécessité de renforcer de toute urgence les efforts internationaux pour lutter contre l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest.

« Le Secrétaire général a informé le Président Obama qu'il prévoyait d'organiser une réunion de haut niveau lors de l'Assemblée générale (des Nations Unies) pour insister sur les besoins et les mesures que devraient prendre les gouvernements, les organisations non gouvernementales, le secteur privé et les institutions universitaires », a indiqué mardi le porte-parole du Secrétaire général dans une note à la presse.

Lors de leur conversation téléphonique, les deux responsables ont également discuté de la situation en Iraq et en Syrie.

« Le Secrétaire général a salué les efforts pour construire une large coalition destinée à lutter contre la menace posée par les extrémistes qui occupent de grandes zones de l'Iraq et de la Syrie. Il a remercié le Président Obama pour les efforts américains destinés à apporter une assistance humanitaire aux Iraquiens dans le besoin, en particulier dans les zones rendues inaccessibles par les extrémistes », a encore dit le porte-parole.

M. Ban a également salué le projet du Président Obama de présider une session du Conseil de sécurité sur les combattants terroristes étrangers lors de l'Assemblée générale.

Les deux responsables ont aussi discuté de la situation en Ukraine et de l'importance d'un système efficace de surveillance du cessez-le-feu dans l'Est de ce pays. Ils ont enfin discuté du prochain sommet sur le climat organisé par le Secrétaire général le 23 septembre.

News Tracker: autres dépêches sur la question

Des milliers de nouveaux cas d'Ebola au Libéria dans les trois prochaines semaines - OMS

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33258#.VBOpWifnS-M


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Sep - 04:25 (2014)    Sujet du message: EBOLA : LE LIBERIA CONFRONTE A LA PLUS GRAVE MENACE DEPUIS LA FIN DE LA GUERRE, SELON L'ONU Répondre en citant

EBOLA : LE LIBERIA CONFRONTE A LA PLUS GRAVE MENACE DEPUIS LA FIN DE LA GUERRE, SELON L'ONU


La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour le Liberia, Karin Landgren, au Conseil de sécurité. Photo: ONU

9 septembre 2014 – A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée au Libéria, la Représentante spéciale du Secrétaire général dans ce pays, Karin Landgren, a prévenu mardi que l'épidémie d'Ebola constituait la plus grave menace à laquelle les Libériens étaient confrontés depuis la fin de la guerre civile en 2003.

« La propagation de la maladie à virus Ebola est sans pitié. Le Ministère de la santé estime que le nombre de cas signalés dépasse 2.070, avec plus de 1.200 morts, mais ces chiffres minimisent le véritable bilan d'Ebola », a dit Mme Landgren, qui est aussi la chef de la Mission des Nations Unies au Libéria (MINUL), lors d'un exposé devant les membres du Conseil de sécurité.

« La rapidité et l'ampleur des pertes en vies humaines, et les répercussions économiques, sociales, politiques et sécuritaires de cette crise affectent profondément le Libéria », a-t-elle ajouté. « Contrairement à un séisme ou à une inondation, cette crise croît de manière exponentielle, chaque nouvelle infection en engendrant d'autres. »

La Représentante spéciale a rappelé que le système de santé du Libéria était le plus faible de la région, malgré une décennie d'efforts de partenariat.

Mme Landgren a indiqué que la MINUL jouait un rôle important en termes de logistique dans la lutte contre Ebola, en coordination avec le Ministère libérien de la santé. La Mission dirige une équipe inter-agences qui inclut notamment l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

« La MINUL a promis de fournir son plein soutien et continue d'étudier la panoplie de moyens que nous pouvons apporter pour mettre fin à ce fléau », a-t-elle ajouté.

De son côté, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, se rendra au Libéria du 11 au 12 septembre, a indiqué le porte-parole du Secrétaire général lors d'un point de presse.

Lors de sa visite, M. Ladsous doit avoir des entretiens avec les autorités nationales et le personnel de la MINUL pour discuter de la façon dont le maintien de la paix des Nations Unies peut davantage aider le Libéria à lutter contre l'épidémie.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33260#.VBOqOifnS-M


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 15 Sep - 01:00 (2014)    Sujet du message: U.S. GOVERNMENT TO BUY 160,000 EBOLA HAZMAT SUITS TO PREPARE FOR FULL-BLOWN GLOBAL PANDEMIC : LISTEN TO EPISODE THREE OF PANDEMIC PREPAREDNESS Répondre en citant

U.S. GOVERNMENT TO BUY 160,000 EBOLA HAZMAT SUITS TO PREPARE FOR FULL-BLOWN GLOBAL PANDEMIC : LISTEN TO EPISODE THREE OF PANDEMIC PREPAREDNESS



Sunday, September 14, 2014
by Mike Adams, the Health Ranger

(NaturalNews) The U.S. State Department has just put out a bid for 160,000 Ebola hazmat suits, announced a U.S. manufacturer called "Lakeland Industries." The company's press release, published at Yahoo Finance, reads:

With the U.S. State Department alone putting out a bid for 160,000 suits, we encourage all protective apparel companies to increase their manufacturing capacity for sealed seam garments so that our industry can do its part in addressing this threat to global health.

This is just the latest sign that the U.S. government is now preparing for a full-blown global outbreak of Ebola which would reach U.S. cities.

While the government prepares its front-line emergency workers with hazmat suits, here at Natural News we are preparing the public to survive the pandemic and avoid becoming an additional burden on emergency resources. My widely-shared FREE online course Pandemic Preparedness at www.BioDefense.com has already been viewed by over 50,000 people with more visitors discovering the site each day.

To help empower the public with lifesaving information, we've now released part three of the FREE online audio course, available now at www.BioDefense.com

Episodes four, five, six and seven are currently in production and will be released next week.

All audio files in the course are non-copy-protected, easily downloadable, and may be openly shared via torrents or other P2P network. Help us save lives by sharing the truth about the exploding Ebola pandemic.

What you'll learn in Episode Three of "Pandemic Preparedness"

Pandemic Preparedness
teaches listeners a wealth of urgent lifesaving information about surviving a viral pandemic. Episode Three focuses on the government response to pandemics, including details that are rarely or never openly discussed by government authorities or the conventional media.

In this episode, you'll learn:

- Why every world power has developed biological weapons including Ebola strains

- Why some scientists openly seek to use engineered viruses to reduce human population

- How Ebola has the ability to rapidly mutate and evolve

- How long incubation periods allow people to covertly carry the virus even without their own knowledge (and without showing any symptoms)

- New executive orders that allow U.S. federal government to quarantine anyone at gunpoint

- The truth about numerous executive orders that give the federal government total control over all resources: food, farm animals, fuel, seeds, water, medicine, vehicles, etc.

- Why the media will always downplay the truth and follow a predictable script

- How the U.S. military may be used to quarantine entire cities in an outbreak

- Why it's very easy for infectious disease to enter the U.S. via the open southern border

Learn all this and much more in Episode Three at www.BioDefense.com



More news on Ebola pandemic

CDC bombshell: Ebola spread to USA 'inevitable'

Ebola vaccine gold rush: Tekmira investors need a full-blown pandemic to really cash in

http://www.naturalnews.com/046869_Ebola_pandemic_government_preparedness_ha…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Sep - 22:34 (2014)    Sujet du message: CDC ISSUES EBOLA CHECKLIST: 'NOW IS THE TIME TO PREPARE' Répondre en citant

CDC ISSUES EBOLA CHECKLIST: 'NOW IS THE TIME TO PREPARE'

By Paul Bedard | September 15, 2014 | 11:34 am

Topics: Washington Secrets FEMA HHS CDC Ebola


The Centers for Disease Control and Prevention, warning hospitals and doctors that “now is the time to prepare,” has issued a six-page Ebola “checklist” to help healthcare workers quickly determine if patients are infected.

While the CDC does not believe that there are new cases of Ebola in the United States, the assumption in the checklist is that it is only a matter of time before the virus hits home.

For example, one part reads: “Encourage healthcare personnel to use a ‘buddy system’ when caring for patients.” Another recommends a process to report cases to top officials:
Citation:

Plan for regular situational briefs for decision-makers, including:


Citation:


-- Suspected and confirmed EVD patients who have been identified and reported to public health authorities.



Citation:


-- Isolation, quarantine and exposure reports.



Citation:


-- Supplies and logistical challenges.



Citation:


-- Personnel status, and policy decisions on contingency plans and staffing.




The checklist has been distributed to major hospitals and even little ones, including an urgent center in Leesburg, Va.

“Every hospital should ensure that it can detect a patient with Ebola, protect healthcare workers so they can safely care for the patient, and respond in a coordinated fashion,” warns the CDC.

“While we are not aware of any domestic Ebola Virus Disease cases (other than two American citizens who were medically evacuated to the United States), now is the time to prepare, as it is possible that individuals with EVD in West Africa may travel to the United States, exhibit signs and symptoms of EVD, and present to facilities,” it adds.

Several hospital and medical websites have just begun to post the checklist online.

Paul Bedard, the Washington Examiner's "Washington Secrets" columnist, can be contacted at pbedard@washingtonexaminer.com.

Pdf document : http://s3.documentcloud.org/documents/1301646/hospital-checklist-ebola-prep…


http://washingtonexaminer.com/cdc-issues-ebola-checklist-now-is-the-time-to…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Sep - 00:36 (2014)    Sujet du message: U.S. ANNOUNCES EBOLA OFFENSIVE Répondre en citant

U.S. ANNOUNCES EBOLA OFFENSIVE 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=yeD2gh9x7p0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 17 Sep - 01:16 (2014)    Sujet du message: L'ONU A BESOIN D'UN MILLIARD DE DOLLARS POUR STOPPER EBOLA Répondre en citant

L'ONU A BESOIN D'UN MILLIARD DE DOLLARS POUR STOPPER EBOLA

Eh bien, après avoir mis en place cette pandémie, maintenant, ils nous demandent de les aider à vaincre Ebola. Et si on commençait par faire fermer toutes ces compagnies pharmaceutiques qui ont fait revivre ce virus et si on mettait en prison tous ceux qui sont associés à ce projet démentiel, le problème serait vite réglé.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=vrXXNVCwKQ0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Sep - 01:25 (2014)    Sujet du message: URGENCE EBOLA : NOUVEL APPEL A L'AIDE DES OEUVRES DE SAINT-JEAN-DE-DIEU Répondre en citant

URGENCE EBOLA : NOUVEL APPEL A L'AIDE DES OEUVRES DE SAINT-JEAN-DE-DIEU

Et voilà la Babylone qui veut sa part du gâteau aussi.


Le point sur la situation

Rome, 15 septembre 2014 (Zenit.org) Rédaction

"En présence de cette situation d’urgence, nous demandons une fois de plus votre collaboration et votre aide", écrit Frère Moises Martin Bosca dans une lettre parvenue ce 15 septembre 2014 dans toutes les œuvres Saint Jean de Dieu du monde, résume le site des oeuvres en ligne, dans cet article.

Dans sa missive, le responsable du Bureau des missions de l'Ordre hospitalier fait un point sur la situation liée à l'épidémie Ebola en Afrique de l'Ouest et rappelle que deux hôpitaux Saint Jean de Dieu du Liberia et de Sierra Leone avaient dû fermer dans le courant de l'été pour permettre les opérations de désinfection et de nettoyage suite au décès de plusieurs malades.

"Tant au Liberia qu’en Sierra Leone les contaminations et les décès se multiplient et échappent à tout contrôle", écrit Frère Moises. "Néanmoins, nous espérons que les mesures que les autorités sont en train d’adopter porteront leurs fruits et que la situation pourra s’améliorer. Pour l’heure, il faut tout mettre en œuvre pour endiguer, voire empêcher, la contamination, sachant qu’il faudra des mois avant de pouvoir maîtriser l’épidémie. Par ailleurs, nos hôpitaux ne cessent pas de prendre en charge les malades, tout en prenant les mesures nécessaires pour éviter la diffusion du virus."

Pour pouvoir rester ouverts, faute de recettes, les hôpitaux de l'Ordre hospitalier ont besoin de ressources humaines, matérielles et économiques. Un appel à l'aide avait déjà été lancé dans tous les centres de l'Ordre à travers le monde, permettant de récolter, à ce jour, 363.686,59 euros, dont plus de 100.000 ont été déjà utilisés pour les deux hôpitaux du Sierra Leone et du Liberia. Mais ce n'est pas suffisant, rappelle Frère Moises. "Selon nos estimations, d’ici la fin de l’année leurs besoins devraient s’établir autour de 700.000 euros. Par conséquent, et compte tenu du fait que nous devrons sans doute les aider encore pendant un certain temps, notre recherche de fonds continue."

"Puisse l’exemple de nos Frères et collaborateurs morts du virus Ebola nous inciter à vivre en profondeur notre hospitalité, en faisant preuve de générosité et de solidarité à l’égard de nos frères malades et contaminés", conclut le responsable du Bureau des missions de l'Ordre hospitalier de Saint Jean de Dieu.

Depuis le 9 septembre, l’hôpital de Lunsar (Sierra Leone) a progressivement rouvert. Au Liberia, l'ONG Juan Ciudad espère une réouverture courant octobre. Dans un communiqué publié le 11 septembre, l'ONG, qui assure le suivi de l'aide matérielle de l'Ordre hospitalier vers les pays atteints par Ebola, souligne que "la situation continue d'être très préoccupante" et que l'épidémie"se propage toujours sans possibilité d'être contrôlée". D'après l'Organisation mondiale de la santé, on compte à ce jour 4269 cas de personnes infectées et 2288 personnes décédées du virus en Afrique de l'Ouest.
(15 septembre 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/urgence-ebola-nouvel-appel-a-l-aide-des-oe…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Sep - 01:54 (2014)    Sujet du message: EBOLA : LE CHEF DE L'ONU SALUE LES MESURES ANNONCEES PAR LES ETATS-UNIS Répondre en citant

EBOLA : LE CHEF DE L'ONU SALUE LES MESURES ANNONCEES PAR LES ETATS-UNIS


Des denrées alimentaires fournies par les États-Unis pour les communautés affectées par Ebola au Libéria. Photo: PAM/Frances Kennedy

17 septembre 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est félicité vivement de l'annonce faite mardi par le gouvernement des États-Unis d'une série de mesures de soutien à la lutte mondiale contre la maladie à virus Ebola qui frappe plusieurs pays d'Afrique de l'Ouest.

Ces mesures annoncées par les Etats-Unis comprennent la construction d'unités de traitement d'Ebola et la fourniture de personnel, la mise à disposition de personnel spécialisé dans la logistique, la formation et l'ingénierie, ainsi qu'une aide humanitaire pour les soins de santé au niveau communautaire.

« Le Secrétaire général appelle la communauté internationale à être aussi audacieuse et courageuse dans sa réponse que ceux qui sont sur la ligne de front contre cette maladie », a dit le porte-parole de Ban Ki-moon dans une déclaration à la presse publiée mardi soir.

« La maladie à virus Ebola n'est pas seulement une crise sanitaire ; elle a des conséquences humanitaires, économiques et sociales graves qui pourraient se propager au-delà des pays touchés. Le Secrétaire général et les Nations Unies sont déterminés à agir plus vite et répondre à ce défi qui teste la coopération et la solidarité internationales », a-t-il ajouté.

Selon la presse, le Président américain Barack Obama a annoncé l'envoi de quelque 3.000 militaires américains en Afrique de l'Ouest pour participer à la lutte contre le virus Ebola, en concentrant particulièrement ses efforts sur le Libéria, l'un des trois pays touchés par l'épidémie avec la Guinée et la Sierra Leone.



News Tracker: autres dépêches sur la question

Ebola : le chef de l'ONU réclame une réponse exceptionnelle à une crise exponentielle

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33306#.VBoebSfnS-M


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Sep - 02:31 (2014)    Sujet du message: EBOLA : LE MONDE EN ORDRE DE MARCHE DERRIERE LES ETATS-UNIS Répondre en citant

EBOLA : LE MONDE EN ORDRE DE MARCHE DERRIERE LES ETATS-UNIS

17 septembre 2014 4:40 ·





 
Dans un discours prononcé depuis les Centers for disease control and prevention (Centre pour le contrôle et la prévention des maladies) à Atlanta, Barack Obama a déclaré que les Etats-Unis sont prêts à prendre la tête de la guerre contre Ebola, étant seuls à même de relever le défi. « Devant l’épidémie, le monde se tourne vers les Etats-Unis » pour diriger les efforts internationaux de lutte contre le virus qui pourrait « infecter des centaines de milliers de personnes ».
 
« C’est un défi global qui requiert une réponse globale », a insisté le président des Etats-Unis, qui avait déjà annoncé la mobilisation de moyens militaires avec l’envoi de 3.000 troupes américaines spécialisées dans le domaine médical vers les zones de péril en Afrique occidentale.
 

Marche forcée contre le virus
 
La réponse mondialisée – qui n’est pas sans rappeler la manière dont les organismes internationaux ont réagi aux épidémies de SRAS et de la grippe H1N1 – s’appuie nettement sur une gestion globale de la crise, indépendamment du fait de savoir si le risque de pandémie est réel. Pour l’heure Ebola a fait moins de 3.000 victimes. Mais dans les pays touchés – Guinée, Libéria, Sierra Leone – où le système de soins est incapable de faire face à l’afflux de malades, on meurt désormais davantage d’autres maladies que d’Ebola faute de moyens de se faire soigner, annonce une responsable de l’ONU.
 
Que les pays atteints manquent de matériel, de moyens, de lits, de médecins, d’équipement, d’hygiène, justifie sans aucun doute que l’aide soit apportée, d’autant que le taux de mortalité parmi les infectés entraîne forcément la panique. Mais le discours catastrophiste entretenu notamment par Obama est-il conforme à la réalité ?
 
Risque-t-on vraiment de voir « des nations entières réduites en cendres » ? C’est que qu’a déclaré le Dr Kent Brantly en témoignant devant le Congrès pour remercier Obama de ses initiatives. Il a lui-même été infecté par le virus, puis, heureusement, guéri.
 
Ebola, en croissance « exponentielle » ?

 
Du côté de l’ONU, le discours n’est pas moins alarmiste. Des responsables de l’ONU ont prévenu mardi à Genève qu’il va falloir « dix fois plus » de fonds qu’initialement prévu pour combattre la fièvre hémorragique provoquée par le virus Ebola : « un milliard de dollars ». « Cela donne une idée de l’ampleur de la crise », a déclaré le coordinateur David Nabarro à l’issue d’une réunion avec des donateurs. Il s’est félicité d’« une manifestation remarquable de solidarité mondiale sans précédent » face à Ebola : « Il faut construire une coalition mondiale ».
 
Les Etats-Unis, la Chine, la Grande-Bretagne, la Commission européenne et Cuba ont annoncé ces derniers jours des « contributions importantes ».
 
L’insistance sur la dimension « mondiale », « globale », « transnationale » de la crise est parlante. Comme si le virus ne pouvait que se répandre et ne pouvait être combattu que par les Etats-Unis ou par l’ONU.



http://reinformation.tv/ebola-monde-derriere-etats-unis/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Sep - 03:25 (2014)    Sujet du message: EBOLA : L'ONU ANNONCE UNE MISSION SANITAIRE D'URGENCE DES NATIONS UNIES Répondre en citant

EBOLA : L'ONU ANNONCE UNE MISSION SANITAIRE D'URGENCE DES NATIONS UNIES

ENGLISH : 
UN announces mission to combat Ebola, declares outbreak ‘threat to peace and security’

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48746#.VBuOLCfnS-M



Des médicaments et des équipements médicaux arrivent à l’aéroport de Freetown au Sierra Leone. Photo: UNICEF/Sulaiman Stephens

18 septembre 2014 – A l'occasion d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée jeudi à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a annoncé l'établissement d'une mission sanitaire d'urgence des Nations Unies pour stopper cette épidémie.

« Aucun gouvernement ne peut gérer cette crise tout seul. L'Organisation des Nations Unies ne peut pas le faire toute seule. Cette situation sans précédent nécessite des mesures sans précédent pour sauver des vies et garantir la sécurité », a dit M. Ban dans un discours devant les Etats membres du Conseil.

« Par conséquent, j'ai décidé d'établir une mission sanitaire d'urgence des Nations Unies, combinant la perspective stratégique de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de solides moyens logistiques et opérationnels », a-t-il ajouté. « Cette mission internationale, qui s'appellera la Mission des Nations Unies pour la lutte contre Ebola (UNMEER), aura cinq priorités : stopper l'épidémie, traiter les personnes infectées, assurer les services essentiels, préserver la stabilité et prévenir de nouvelles flambées épidémiques. »

Cette mission sera placée sous l'autorité d'un Représentant spécial du Secrétaire général, qui travaillera en coordination étroite avec les organisations régionales, telles que l'Union africaine et la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO).

« Notre objectif est d'avoir les premiers éléments de la Mission sur le terrain avant la fin du mois », a ajouté le Secrétaire général.

Ban Ki-moon a rappelé que l'épidémie est la plus importante que le monde ait connu. « Le nombre de cas double toutes les trois semaines. Il y aura bientôt plus de cas rien qu'au Libéria que dans les quarante ans de l'histoire de cette maladie », a-t-il souligné. « Dans les trois pays les plus touchés – la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone – la maladie détruit les systèmes de santé. »

Le Conseil de sécurité a adopté jeudi une résolution, à l'unanimité, dans laquelle il exhorte les Etats membres, en particulier de la région, et tous les acteurs compétents qui fournissent l'aide demandée, « de redoubler d'efforts en matière de sensibilisation du public ». Selon le Conseil, il faut notamment « contrer les informations erronées véhiculées au sujet du mode de transmission et de l'ampleur de l'épidémie et éviter d'alarmer inutilement les individus. »

Le Conseil de sécurité a également encouragé les gouvernements libérien, sierra-léonais et guinéen « à accélérer la mise sur pied de mécanismes nationaux qui permettent de diagnostiquer rapidement l'infection et d'isoler les cas suspects, d'offrir un traitement, de fournir des services médicaux efficaces aux secouristes, de mettre sur pied des campagnes d'éducation publique crédibles et transparentes et de renforcer les mesures de prévention et de préparation pour détecter les cas d'Ebola. »

Les membres du Conseil se sont inquiétés des effets préjudiciables que l'isolement a sur les pays touchés du fait des restrictions en matière de commerce et de déplacements qui leur ont été imposées et ont invité les Etats membres, y compris de la région, à lever ces restrictions.

Enfin, le Conseil de sécurité a engagé les Etats membres « à fournir une assistance et des ressources d'urgence, y compris des moyens médicaux à même d'être déployés, tels que des hôpitaux de campagne dotés de services d'experts, de personnel qualifié et de matériel suffisant, de services de laboratoire, de dispositifs de soutien logistique, et de transport et d'aide à la construction. »

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=33319#.VBuFaifnS-M


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 20 Sep - 03:29 (2014)    Sujet du message: UNITED NATIONS SECURITY COUNCIL MEETING ON THE EBOLA CRISIS Répondre en citant

UNITED NATIONS SECURITY COUNCIL MEETING ON THE EBOLA CRISIS 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=rhi8DeqltZY


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:24 (2016)    Sujet du message: LE VIRUS EBOLA EST DE RETOUR - CORONAVIRUS MERS - LA PESTE BUBONIQUE (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> LE VIRUS EBOLA EST DE RETOUR - CORONAVIRUS MERS - LA PESTE BUBONIQUE - LEISHMANIOSE - ZIKA VIRUS (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  >
Page 3 sur 8

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com