LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

DATABASE BIG BROTHER

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST -> DATABASE BIG BROTHER (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 30 Juil - 13:59 (2011)    Sujet du message: DATABASE BIG BROTHER Répondre en citant

Sujet: DATABASE BIG BROTHER Bas
 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 09/04/2007 18:59:31
AU COEUR DE MATRIX

CECI N'EST PAS DE LA SCIENCE FICTION

Au cœur de MATRIX : le système philippin des cartes d'identité par Herbert Docena* 

Translators : Bénédicte Coste and Jean-Pierre Renard 

Le projet Matrix (“multi-state anti-terrorist information exchange” ou échange d'informations anti-terroristes multi-états) est une base de données géante qui contient des millions d'informations personnelles : caractéristiques physiques, ethniques, adresses actuelle s et passées, numéros de téléphone, casier judiciaire, informations immobilières, photos des voisins et des collègues de travail, informations relatives au véhicule, relevés bancaires, certificats de mariage et de divorce. 

La liste d'informations complète est tenue secrète, ce qui fait que ne personne sait précisément – sauf ceux qui y ont accès – ce qu'il y a d'autre dans Matrix. Cette base de données est gérée par une société privée et financée en partie par le Ministère américain de la justice et contrôlée par le Ministère américain de la sécurité intérieure et accessible à des responsables américains. 

Après le 11 septembre, ses programmateurs ont inventé un “quotient de terrorisme” pour chercher des “terroristes potentiels” parmi les personnes qui y figurent. Cette pratique s'appelle le “data mining”, (extraction et gestion des connaissances) l'analyse assistée par ordinateur de grandes quantités d'informations personnelles afin d'identifier des schémas de conduites censées indiquer une activité “terroriste”

Cette analyse est ensuite utilisée pour établir des “profils” ou attribuer des niveaux de risque aux individus. Par le biais des calculs de cet ordinateur géant, 120 000 perso nn es ont ainsi atteint un résultat indiquant qu'elles possédaient un “taux élevé de terrorisme potentiel”. Leurs noms ont été transmis au FBI, aux services secrets ainsi qu'à d'autres services de police. Des arrestations ont eu lieu par dizaines mais jusqu'à présent, leur identité et leur sort restent secrets. 

Matrix a des allures de roman de science-fiction mais le système est bien réel et son existence n'est ni niée ni classée secret défense. Bien que le gouvernement américain rejette toute théorie du complot, il y a de bonnnes raisons de penser que Matrix constitue un bon modèle de ce que le gouvernement philippin a l'intention de faire avec toutes les données dont il veut s'emparer par le biais de son projet de carte d'identité nationale. 

Il est important de souligner que ce qui est crucial pour ce système de cartes d'identité n'est pas le morceau de plastique en soi mais la grande quantité d\'informations qui accompagne chaque carte. Même la Cour suprême des Philippines , qui a cassé la décision de l'ex-président Fidel Ramos qui voulait appliquer ce système, a reconnu l'objectif du gouvernement en déclarant que ce système pouvait lui conférer le «pouvoir de rassembler un dossier accablant contre des citoyens sans méfiance». 

Avec ce système, tous les Philippins sont censés recevoir un «numéro national» dès leur naissance, pendant que leurs renseignements d'ordre personnel sont reliés à une base de données centrale. Le gouvernement a d'ailleurs entrepris de regrouper toutes les informations en provenance des différents services dans un seul système. Le secrétaire à la Défense Avelino Cruz a explicité l'idée sous-jacente en déclarant qu'«Avec un numéro pour chacun, il [était] plus facile de vérifier les dossiers à partir d'un ordinateur». 

Ce que le gouvernement ne claironne pas, c'est que la base de données n'a pas seulement pour objectif d'héberger les numéros de sécurité sociale, celui des assurés du secteur public et d'autres renseignements. Le projet de loi du Sénateur Panfilo Lacson's mentionne expressément que : «La carte d'identité contiendra des données essentielles pendant que des données plus sensibles et confidentielles seront stockées dans des systèmes informatiques fermés». Le Secrétaire de l'intérieur Angelo Reyes a déclaré que les cartes devraient contenir d'autres «éléments caractéristiques». Cruz souhaiterait y inclure le casier judiciaire. Il est important de savoir que les données accessibles au détenteur de chaque carte ne sont pas destinées à être identiques à ce qui sera collecté par le gouvernement et auquel il aura accès. Les données seront uniquement «confidentielles» pour le porteur, non pour ceux qui les stockeront. 

Qu'est-ce que le gouvernement a l'intention de faire de toutes ces informations «sensibles et confidentielles» ? Des efforts ont été entrepris pour présenter le projet comme un simple plan innocent destiné à faciliter les transactions du gouvernement ou, pour alléger les portefeuilles, comme l'a déclaré le secrétaire de presse Ignacio Bunye. 

Mais comme l'a ouvertement déclaré la présidente Arroyo, le projet est nécessaire afin de «renforcer notre efficacité contre le terrorisme», ce qui, soit dit en passant, est aussi le but avoué de Matrix. Le système de carte d'identité sera utilisé pour créer une énorme base de données centralisée contenant tous les dossiers sur tous les Philippins, afin de garder l'œil sur tous ceux qu'il désignera comme «terroristes» dans un premier temps, et de détecter des «terroristes potentiels» parmi la population dans un second temps.

Mais qui va décider de ce qu'est un «terroriste» ? Avec la coopération étroite entre les USA et les Philippines dans la «guerre contre le terrorisme», ce ne sera pas seulement la Présidente Gloria Macapagal-Arroyo qui aura la clé de notre Matrix local et qui décidera de la définition du bon citoyen. Il y a des raisons de penser que le système philippin de cartes d'identité fait partie d'un projet ambitieux, conduit par les USA et destiné à établir une infrastruture mondiale d'identification et de surveillance visant à s'assurer que pratiquement chacun sur terre est identifié et que tous nos mouvements, nos communications, nos transactions sont surveillés, enregistrés et stockés dans des bases de données reliées entre elles et accessibles à divers gouvernements. 

Tout ceci peut là encore paraître relever d'une théorie du complot mais en fait, la technologie actuellement disponible satisfait déjà aux exigences en voie de concrétisation de cette infrastr uct ure mondiale de surveillance. Ce n'est pas seulement aux Philippines qu'on observe une tendance à la création de systèmes nationaux de cartes d'identité et des bases de données qui les accompagnent, mais dans plusieurs autres pays. Un système d'identification mondial de facto a été mis en place avec l'adoption de la norme des passeports biométriques qui accompagne le développement d'un système global destiné à suivre tout mouvement et à surveiller toutes les communications et les transactions. Des bases de données nationales, internationales, privées et publiques sont reliées, mises en réseau et rendues compatibles d'une façon inédite : le «data-mining» prolifère. 

Et tout ceci se déroule dans un contexte plus large, marqué par l'introduction de « lois anti-terroristes » partout dans le monde, et accompagné par l'harmonisation croissante des services de police des différents pays. Ces lois «anti-terroristes» donnent invariablement un statut légal aux arrestations sans mandat et aux détentions à durée indéterminée, assouplissent les règles sur les écoutes téléphoniques, la surveillance générale et personnelle des transactions, le gel des avoirs etc, le tout sans que les responsables n'aient à prouver l'existence de motifs raisonnables pour agir ainsi. Dans certains cas, ces lois prévoient l'autorisation des fouilles, des arrestations et des procès « secrets » au sens où l'individu n'a pas le droit de signaler à quiconque qu'il a été fouillé, arrêté ou jugé.

Tout ceci permettra-t-il d'enrayer le «terrorisme» ? Prospero Nograles, membre du Congrès philippin et partisan de l'introduction des cartes d'identité a récemment admis lors d'un entretien télévisé qu'il «n'y avait pas de garantie». Lorsqu'on les presse de répondre, les responsables gouvernementaux sont souvent incapables d'expliquer exactement comment un système de cartes d'identité aurait pu empêcher l'attentat de Makati. 

Le système de cartes d'identité nationale aidera-t-il à attraper des «terroristes» ? Tout dépend de la définition des « terroristes » selon la présidente Gloria Macapagal-Arroyo ou G. Bush : Nelson Mandela fut jadis qualifié de « terroriste » et les Irakiens qui exercent leur droit de résistance à l'occupation de leur pays conformément à ce qui est gravé dans la Convention de Genève sont eux aussi assimilés à des «terroristes». Comme l'a admis l'ex-directeur des services de sécurité canadiens, les définitions du «terrorisme» peuvent «très facilement recouvrir des comportements qui ne ressemblent pas du tout au terrorisme». 

Seront tout particulièrement vulnérables les militants, l'opposition politique et pratiquement quiconque dont l'existence et les actions minent les intérêts de ceux qui ont le pouvoir de décider de la définition du « terroriste ». Les Musulmans seront davantage stigmatisés car la discrimination est intrinsèque au profilage et au « data-mining ». Mais bien qu'ils soient les plus exposés, Musulmans et militants ne sont pas les seuls à être en danger désormais. Avec les lois anti-terroristes qui fondent la présomption de culpabilité de chacun, avec le «data-mining » qui traite tout individu comme un criminel en puissance sauf si son « quotient de terrorisme» le dément, nous sommes tous des « terroristes potentiels » à présent. Pas des « terroristes » comme les autres mais des «terroristes encartés». Et on va tous avoir des cartes d'identité pour le prouver. 

Herbert Docena est chercheur associé à Focus on the Global South. 

Cet article est un extrait du rapport «Surveillance permanente : le système national philippin de cartes d'identité et le projet mondial de collecte de données et de surveillance individuelle » ("Under the Watchful Eye: The Philippines National ID System and the Global Project to Compile Dossiers and Keep an Eye on Everyone") qui peut être téléchargé sur le site 


www.focusweb.org/pdf/NatID article-format.pdf

http://www.focusweb.org/main/html/Article620.html 

--Message edité par maria le 2007-04-09 23:14:48-- 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 10/04/2007 00:05:13
'CHERTOFF : LES CRAINTES CONCERNANT LA VIE PRIVÉE

Chers amis, 

L'article que je vous ai traduit en français ci-dessous, et qui a été publié sur http://www.usatoday.com/news/washington/2005-08-10-chertoff-interview_x.htm , se révèle d'une importance CAPITALE pour comprendre la façon dont le gouvernement manipule les gens afin d'obtenir plus de CONTROLE (contrôle des populations en l'occurence), de SURVEILLANCE, de CENTRALISATION... et de REPRESSION. 

Vous allez voir dans l'article que le gouvernement associe et même CONFOND VOLONTAIREMENT les notions de "vie privée" et de "sécurité". Pas étonnant, puisque le but est de parvenir à un état-policier, à une dictature sécuritaire !

Le tout, évidemment, sous le prétexte de la lutte "contre le terrorisme", lutte créée de toute pièce par ailleurs et au nom de laquelle on justifie TOUTE DERIVE LIBERTICIDE ET DE CONTROLE... 

Et vous allez voir aussi de quelle façon répugnante on FAIT DU CHANTAGE, on MENACE et l'on EFFRAIE la population afin qu'elle accepte des contrôles plus nombreux, et qu'elle fournisse plus dinformations qui vont se retrouver... sur des BASES DE DONNEES CENTRALISEES. Absolument abominable, inacceptable et dégueulasse !

Bien évidemment, le ministre ici interviewé considère que les craintes de la population concernant la vie privée et l'augmentation des contrôle et de la prise de données privées sont "injustifiées"... Ce genre de politicard véreux et maléfique devrait être viré sur-le-champ !

Je vous laisse lire l'article ci-dessous, accompagné de quelques commentaires. 

Que cette lecture vous aide à comprendre la façon dont le mal évolue un peu partout, et qu'il vous aide à pouvoir REAGIR et dire "NON" lorsque les mêmes arguments à la noix seront invoqués dans nos pays ! 

Bonne lecture, bonne réaction et SURTOUT, BONNE ACTION ! 

Vic.


Source: http://www.usatoday.com/news/washington/2005-08-10-chertoff-interview_x.htm[/g]

CHERTOFF : LES CRAINTES CONCERNANT LA VIE PRIVÉE NE SONT PAS JUSTIFIÉES

Par Thomas Frank, USA Today 

Le secrétaire (=ministre) du Homeland Security (sécurité de la patrie), Michael Chertoff, a dit mardi que «les Américains doivent apaiser leurs soucis par rapport au fait de donner de l'information personnelle au gouvernement -- surtout s'ils veulent voler à l'abri du terrorisme.»

Chertoff a dit «qu'il y a trop d'inquiétude concernant un projet de la Transportation Security Administration (administration de la sécurité des transports) visant à rassembler les noms et prénoms des passagers et leur date de naissance avant qu'ils embarquent

«L'Américain moyen fournit l'information pour obtenir une carte CVS (carte de réduction de pharmacie) qui est bien plus détaillée que ce que la TSA (Transportation Security Administration) va vérifier,» a raconté Chertoff aux journalistes et rédacteurs rasemblés dans les quartiers généraux de sièges sociaux de USA Today à McLean, en Virginie.

«Mais je souligne réellement le fait que donner un peu plus d'information protège la vie privée


Commentaire : on voit ici comment ce "Chertoff", ministre et homme de main du gouvernement Bush, fonctionne. D'abord, il cite un exemple anodin qui va dans son sens (la carte de réduction de pharmacie pour laquelle les gens donnent déjà trop d'informations) et qui explique aux gens qu'ils donnent déjà trop d'information personnelle, que leur vie privée est déjà minée. Pourquoi donc s'alarmer alors d'un peu moins de vie privée encore ?

Ensuite, il effecteur un amalgame et même une confusion honteuse entre la vir privée et la sécurité, qui sont pourtant 2 concepts TRES éloignés. Le but est simple, évidemment : faire primer dans la tête des gens la sécurité sur la vie privée. Mais la sécurité qu'il propose est basée uniquement sur des contrôles et un renforcement de la centralisation des données collectées par l'Etat. Cela nous mène évidemment de plus en plus près d'une dictature sécuritaire, d'un état-policier.

«Voudriez-vous plutôt donner votre adresse et date de naissance à une base de données sécurisée et ne pas être mis sur le côté et interrogés,» a-t-il dit, «ou préféreriez-vous ne pas la donner et avoir une probabilité accrue que vous allez être appelés hors du rang et que l'on fasse une recherche secondaire de votre sac et qu'ils vous demandent un tas de questions personnelles en face de tout le monde autrement

[g]Commentaire : VOILA LE CHANTAGE IGNOBLE AUQUEL ON SOUMET LES CITOYENS AMERICAINS ! C'est un entretien VOLONTAIRE et DELIBERE de la PSYCHOSE et de l'esprit de PEUR que le gouvernement U.S. développe chez ses citoyens. En gros, on leur dit : "Préférez-vous donner un peu plus de données privées et personnelle, ou être emmerdés par nos patrouilles, fouillés sans autre forme de procès et interrogés devant tout le monde à l'aéroport ?"


Les nazis en faisaient autant avec les Juifs, les gitans et autres "suspects" lors de leurs contrôles. Tout ceci permet d'effectuer une DISCRIMINATION, de renforcer la CRAINTE des gens vis-à-vis des troupes travaillant pour le gouvernement. NOUS ASSISTONS ICI A LA RENAISSANCE DE LA GESTAPO, MAIS VERSION AMERICAINE ! 

[/g]Chertoff s'est juré de mettre en application Secure Flight ("Vol Sûr"), un projet du gouvernement fédéral pour réperer les terroristes potentiels en contrôlant le background des passagers. Dans le cadre de ce projet, les passagers seront encouragés -- mais pas obligés -- de donner leurs noms, prénoms et dates de naissance lorsqu'ils réservent un siège. La TSA espérait commencer à tester Secure Flight ce mois-ci, mais cet agenda est mis en doute.

[g]Commentaire: voilà donc le VERITABLE BUT de cette canaille de Chertoff : il s'est JURE de mettre en oeuvre ce plan de "Secure Flight", qu'il soit juste ou non, qu'il soit utile ou non !


Le système actuel, en place depuis bien avant les attaques du 11 septembre 2001, exige que les lignes aériennes fassent les contrôles de background. Les passagers doivent donner seulement leur nom de famille et leur première initiale pour réserver un vol

Le conseiller législatif de l'American Civil Liberties Union (syndicats des libertés civiles américaines), Tim Sparapani, a dit que rassembler plus d'information concernant les passagers est un gaspillage de temps et d'argent.«

"Le public n'obtient aucune sécurité avancée en donnant plus d'information," a dit Sparapani. Les pirates de l'air potentiels peuvent facilement passer les contrôles de background, a -t-il dit, soit en gardant un casier judiciaire vierge ou en volant l'identité de quelqu'un. L'argent ferait mieux d\'être dépensé en machines qui détectent les explosifs plastiques sur les passagers ou dans les sacs,» a-t-il dit.

Commentaire : voilà la façon dont démonte cette mesure à la con et dont on prouve que cette mesure dictatoriale du "Secure Flight" est absolument INJUSTIFIEE et INUTILE. En effet, Sparapani vient de le démontrer : cette mesure est une perte de temps, un gaspillage d'argent, et de plus, elle n'est pas même efficace ! Quel est donc le VERITABLE BUT derrière tout cela, alors ? La réponse, vous la connaissez déjà : DAVANTAGE DE CONTROLE ET DE SURVEILLANCE DU CITOYEN, DAVANTAGE DE MOYENS DE PRESSION ET DE REPRESSION DE L'ETAT SUR LA POPULATION ! 

Chertoff a reconnu que «le problème lié à la vie privée est devenu si sensible, mais il a ajouté que nous sommes toujours dans un modèle très primitif de la façon dont nous repérons les personnes.» Des millions de passagers reçoivent un examen minutieux supplémentaire à laéroport ou sont empêchés de vols chaque année lorsque leurs noms ressemblent à celui de suspects de terrorisme

«Nous devons commencer à nous diriger vers... un modèle plus précis... ce qui, je pense, protégerait davantage la vie privée,» a dit Chertoff. Les données personnelles "peuvent être très utiles pour repérer les 'faux positifs'qui mènent les passagers à être interrogés ou fouillés.

Commentaire : une fois de plus, Chertoff avance la carte de la PEUR et du CHANTAGE ! Il nous dit ici, en substance : "Votre nom pourrait fort bien ressembler à celui d'un terroriste, et vous pourriez très bien vous voir refuser le droit d'embarquer dans l'avion. Sans compter les fouilles et interrogatoires, et la honte d'être dénoncé devant tous les autres... Alors qu'en donnant un peu plus d'information, on vous foutra la paix."

Une question D'IMPORTANCE PRIMORDIALE jaillit ici : les citoyens américains vont-ils faire comme tous ces "bons citoyens Allemands" sous le système nazi, à savoir SE TAIRE, NE SURTOUT PAS REAGIR, ET LAISSER FAIRE (même les atrocités les plus épouvantables) ??? OU VONT-ILS SE REBIFFER ET REAGIR ??? 

S'ils ne bougent pas et laissent faire, les U.S.A. deviennent alors un état-policier, une dictature, un totalitarisme, une nouvelle forme de nazisme... Et malheureusement, c'est ce qui est en train de se passer ! 

Chertoff a également fortement soutenu un programme qui donne des cartes d'identité spéciales aux gens qui fournissent des données personnelles étendues et sont certifiés par le gouvernement comme personnes n'ayant aucun lien terroriste ni mandat criminel. "J'espérerais que par la suite un grand nombre de personnes réussissent à pénétrer dans un programme de confiance ou de contrôle pour voyageur qui leur permet de se déplacer beaucoup plus aisément dans et hors du pays et à l'intérieur du pays," a-t-il indiqué.

Commentaire : comme c'est "bizarre" que cette fripouille de Chertoff soutienne le projet de cartes d'identité spéciales à l'heure où un certain projet du nom de Real ID Act va être mie en application, n'est-ce pas ? ABOMINABLE !

Secure Flight est le second effort de la TSA pour rassembler plus d'information au sujet des passagers aériens. L'été passé, l'agence a tué un programme connu sous le nom de "CAPPS II"; parmi les soucis invoqués, certains provenant de l'intérieur de la TSA, on trouvait qu'il était trop intrusif.

Commentaire : vous avez donc compris comment fonctionne le système : si un projet est refusé, on revient l'année suivante (ou quelques années après) avec le MEME PROJET, voure même un PROJET ENCORE PIRE, et ce jusqu'à ce que la population, épuisée à force de lutter, accepte !

Ce type de fonctionnement devrait être INTERDIT à tout jamais du système : quand le population a dit non, C'EST NON, une bonne fois pour toutes !  


Conclusion : prenons bien garde à ce qu'un système tel que celui des U.S.A. ne se reproduise pas chez nous ! TIENS, MAIS AU FAIT, N'EST-ON PAS EN TRAIN DE RENFORCER, DANS NOS PAYS AUSSI, TOUTES LES MESURES DE SECURITE DANS LES AEROPORTS ET LES CONTROLES DES VOYAGEURS (biométrie, passeports à données biométriques et à puce électronique etc.) ??? Vous l'avez compris, mes amis : ON ESSAIE DEJA, A L'HEURE ACTUELLE, DE REPRODUIRE CE SCHEMA AMERICAIN DANS NOS PAYS !!! 

LAISSERONS-NOUS FAIRE, comme les "bons citoyens Allemands" du système nazi de '40-'45, OU REAGIRONS-NOUS ET NOUS DRESSERONS-NOUS CONTRE LA DICTATURE SECURITAIRE NAZIE QUI NOUS ARRIVE ???

A méditer fortement, car les conséquences pourraient bien être TERRIBLES !
 

--Message edité par maria le 2007-04-10 00:16:26--[/b] 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 10/04/2007 09:36:46
LE NOUVEAU RECENSEMENT : UN ASSAUT GLOBAL SUR VOTRE VIE PRIVÉE

Jarret Wollstein/Towards Liberty | Le 1er septembre 2006.  

Le gouvernement fédéral a tranquillement commencé à utiliser une nouvelle fiche de recensement incroyablement intrusive appelée « The American Community Survey » (l'enquête de la Communauté américaine). Jusqu'à 1 million de ménages par an recevront ce questionnaire.   

Cette nouvelle fiche de «recensement» fait 24 pages de long, et exige que vous mettiez à nu chaque détail de votre vie, y compris combien vous gagnez, ce que votre maison vaut, des détails sur votre santé, l’heure à laquelle vous partez pour le travail, vos adresses précédentes, vos grossesses, argents reçus du gouvernement, et ainsi de suite.   

Je dis bien « exige », parce que vous pouvez recevoir une amende allant jusqu'à $1.000 pour chacune des 72 questions à laquelle vous ne répondez pas ou à laquelle vous répondez «incorrectement.» Cependant, jusqu'ici personne n'a reçu d’amende pour ne pas avoir répondu, et ils ne le feront probablement pas si la résistance publique est forte.   

Les façons dont le gouvernement pourrait utiliser ces informations pour vous nuire sont époustouflantes. Par exemple, toute anomalie financière avec l'IRS (fisc américain) ou les registres de sécurité sociale pourrait avoir comme conséquence votre poursuite en tant que criminel devant les tribunaux. Connaître le moment où vous partez pour le travail pourrait permettre à la police, qui agit sous le Patriot Act, d'entrer secrètement dans votre maison.  

L’American Community Survey exige également que vous rendiez compte des activités des membres de votre famille, de vos employeurs et de vos compagnons de chambre. Joseph Staline aurait à peine pu réclamer davantage de pouvoirs de surveillance. Vous pouvez télécharger l'enquête sur www.census.gov/acs/www/ .   

L'article I de la Constitution permet au gouvernement de mener un recensement du peuple une fois tous les dix ans afin de déterminer les zones de vote. Rien dans la Constitution ne donne au gouvernement le pouvoir d’espionner continuellement le peuple ou de s’introduire dans  chaque détail intime de leurs vies.   

Comme le membre du Congrès Ron Paul le fait remarquer, les questions qui se trouvent sur l'American Community Survey sont «risibles et insultantes,» et ces informations ne sont en rien l’affaire du gouvernement. J'espère ardemment que des millions d'Américains brûleront leurs questionnaires ou les perdront accidentellement.
 

--Message edité par maria le 2007-04-14 22:56:39-- 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 10/04/2007 17:26:05
TEENAGERS WARY OF NEW CHILDREN'S DATABASE

Kablenet | September 12 2006

Lack of trust may hinder the children's index, according to a new survey.

Teenagers have said they might stop telling practitioners about their problems because they do not trust the confidentiality of the new national children's database.

Research by the Office of the Children's Commissioner (OCC) has revealed that the Children's Information Sharing Index is causing anxiety and arousing suspicion.

Young people, aged 14 to 20, polled by the National Society for the Prevention of Cruelty to Children for the OCC, said they may be deterred from using family planning and mental health services if they thought information about their use was not confidential. They also said they are worried about the security of the index and the "potential risks" of having such a huge amount of information in one place.

"Several commented that every system has its weaknesses and that they expected there would eventually be a breach of security," the report says.

The teenagers also expressed anxieties that data about them would not always be accurately recorded and kept up to date.
Many of those polled were adamant that teachers should not have use of the system, citing examples of teachers sharing information about bullying which may place them at "greater risk".

The report recommends that the Department for Education and Skills (DfES), which is in charge of the index, and other government departments give serious consideration to maintaining data quality.

An OCC spokesperson told GC News: "(Practitioners) only get limited access to the index and the DfES has just launched a consultation so they can get the views of young people."

The index will be launched in 2008 in England and Wales at an initial cost of £224m. The government says to protect young people the state must gather records on 12m children and their families.

Information held in separate local databases, family doctors' records, nursery reports, and children's examinations will be put into one system.


http://www.prisonplanet.com/articles/September2006/120906Teenagers.htm
 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 10/04/2007 23:18:42
SWISS OFFICIAL SAYS BANKS BROKE LAW BY SUPPLYING DATA TO U.S

By DAN BILEFSKY and ERIC LICHTBLAU
Published: October 14, 2006

PARIS, Oct. 13 — Swiss banks broke their nation’s laws by providing banking information to American counterterrorism officials, Switzerland’s top data-protection official said Friday.

The banks, known for safeguarding privacy, should have informed customers using the Swift money-transfer service that their data could be passed on to third parties, the Swiss official, Hanspeter Thür, said in Bern, according to The Associated Press. 

Just the possibility of the data being leaked should have been grounds enough to warn customers, he said. His statement was at odds with the views of the Swiss finance minister, Hans-Rudolf Merz, who said last month that giving the Central Intelligence Agency such access did not infringe on the country’s banking secrecy rules.

After the Sept. 11, 2001, terrorist attacks, Swift provided records on millions of international banking transactions to the American government in response to subpoenas from the Treasury Department. Swift — formally the Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication — operates a secure electronic-messaging service used by some 7,800 financial institutions to make international money transfers worth $6 trillion a day. 

Analysts at the C.I.A. have used the records to conduct tens of thousands of individual examinations of banking records in search of evidence and patterns of possible terrorist financing. A prime focus of the effort has been on international transactions coming into and out of the United States. 

Swift and American officials have defended the operation as a vital and lawful effort to cut off money to terrorists, but it has come under sharp international criticism. 

Mr. Thür said the issue was whether information could be given to countries whose data protection laws are less stringent than Switzerland’s.

He urged that a solution be negotiated by which United States laws and European data-protection rules are standardized. Some European officials want the appointment of an independent, European-based auditor to guard against abuses, in place of a Washington consulting firm that now has that role.

Switzerland is not a member of the European Union, which separately has lashed out at Swift. European Union legislators criticized the consortium in early October; at the same time, one of Swift’s supervisors, the European Central Bank, acknowledged that it had known for years that the consortium was giving confidential banking records to the United States authorities.

Earlier, the privacy commission for Belgium, where Swift is based, accused the consortium of flouting European rules. “It has to be seen as a gross miscalculation by Swift that it has, for years, secretly and systematically transferred massive amounts of personal data for surveillance without effective and clear legal basis and independent controls in line with Belgian and European law,” the report said.

Dan Bilefsky reported from Paris, and Eric Lichtblau from Washington.


http://www.nytimes.com/2006/10/14/world/europe/14swift.html?_r=1&oref=slogin 
 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 12/04/2007 14:48:02
U.S.A.: DICTATURE GOUVERNEMENTALE ET SUPPRESSION TOTALE DE LA VIE PRIVEE !!! 

Chers amis,

Je vous l'avais annoncé depuis belle lurette. Nous y voici : les U.S.A., A MOINS D'UNE REVOLUTION POPULAIRE EN BONNE ET DUE FORME, sont foutus, réduits à l'état d'une DICTATURE HONTEUSE !

Le GOUVERNEMENT est responsable de tout ceci, et l'article ci-dessous (qui parle d'une nouvelle enquête obligatoire et liberticide) en atteste.

SOUVENEZ-VOUS-EN : LE GOUVERNEMENT NE VEUT PAS NECESSAIREMENT VOTRE BIEN ! Et en ces temps d'avènement du Nouvel ordre mondial, c'est même plutôt le contraire : le gouvernement VEUT VOUS NUIRE, A VOUS, A VOS LIBERTES ET A VOTRE VIE PRIVEE !

Je rappelle pour ceux qui tenteraient encore de fermer vainement les yeux que NOUS SUIVONS EXACTEMENT LE MEME CHEMIN QUE LES U.S.A., mais avec juste QUELQUES MOIS DE RETARD. A bon entendeur...

Voici donc ci-dessous un article très alarmant posté par un Américain furieux et épris de liberté, et qui nous indique sans le moindre doute que les USA sont devenus une terre d\'esclavage et de dictature dans laquelle le gouvernement maléfique est en train de détruire tout ce qu'il restait de vie privée...

Bonne lecture, bonne réflexion... ET BONNE INSURRECTION, SURTOUT ! 

Vic.
 

Sources ANGLAIS : http://www.prisonplanet.com/articles/September2006/010906Census.htm et http://www.free-market.net/towards-liberty/new-census.html[/g][/color]  

LE NOUVEAU RECENSEMENT : UN ASSAUT GLOBAL SUR VOTRE VIE PRIVÉE 
 
Jarret Wollstein/Towards Liberty | Le 1er septembre 2006.  

Le gouvernement fédéral a tranquillement commencé à utiliser une nouvelle fiche de recensement incroyablement intrusive appelée «The American Community Survey» (l'enquête de la Communauté américaine). Jusqu'à 1 million de ménages par an recevront ce questionnaire.   

Cette nouvelle fiche de «recensement» fait 24 pages de long, et exige que vous mettiez à nu chaque détail de votre vie, y compris combien vous gagnez, ce que votre maison vaut, des détails sur votre santé, l’heure à laquelle vous partez pour le travail, vos adresses précédentes, vos grossesses, argents reçus du gouvernement, et ainsi de suite.   

Je dis bien «exige», parce que vous pouvez recevoir une amende allant jusqu'à $1.000 pour chacune des 72 questions à laquelle vous ne répondez pas ou à laquelle vous répondez «incorrectement.» Cependant, jusqu'ici personne n'a reçu d’amende pour ne pas avoir répondu, et ils ne le feront probablement pas si la résistance publique est forte.   

Les façons dont le gouvernement pourrait utiliser ces informations pour vous nuire sont époustouflantes. Par exemple, toute anomalie financière avec l'IRS (fisc américain) ou les registres de sécurité sociale pourrait avoir comme conséquence votre poursuite en tant que criminel devant les tribunaux. Connaître le moment où vous partez pour le travail pourrait permettre à la police, qui agit sous le Patriot Act, d'entrer dans secrètement votre maison.  

L’American Community Survey exige également que vous rendiez compte des activités des membres de votre famille, de vos employeurs et de vos compagnons de chambre. Joseph Staline aurait à peine pu réclamer davantage de pouvoirs de surveillance. Vous pouvez télécharger l'enquête sur www.census.gov/acs/www/.   

L'article I de la Constitution permet au gouvernement de mener un recensement du peuple une fois tous les dix ans afin de déterminer les zones de vote. Rien dans la Constitution ne donne au gouvernement le pouvoir d’espionner continuellement le peuple ou de s’introduire dans  chaque détail intime de leurs vies.   

Comme le membre du Congrès Ron Paul le fait remarquer, les questions qui se trouvent sur l'American Community Survey sont «risibles et insultantes,» et ces informations ne sont en rien l’affaire du gouvernement. J'espère ardemment que des millions d'Américains brûleront leurs questionnaires ou les perdront accidentellement.
 

--Message edité par maria le 2007-04-14 22:57:01--
 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 13/04/2007 19:49:48
ENREGISTREMENT ELECTRONIQUE CONTRE LE TRAVAIL AU NOIR 

Source : journal belge «Metro» ( http://www.metrotime.be ) du jeudi 30 novembre 2006, p.17. 

Bruxelles – Dès janvier prochain, un système d’enregistrement électronique destiné à combattre l’embauche clandestine d’ouvriers étrangers dans le secteur de la construction en Belgique sera instauré, a annoncé le ministre de l’Emploi Peter Vanvelthoven. 

Les inspecteurs qui effectueront une descente inopinée sur un chantier pourront ainsi déterminer rapidement si des ouvriers étrangers travaillent clandestinement ou non. Les inspecteurs pourront ainsi dresser immédiatement un procès-verbal après avoir vérifié l’identité des ouvriers dans une banque de données. 

Un projet de loi est également en préparation, en vue de rendre l’entrepreneur principal responsable des cas de travail au noir dans une entreprise sous-traitante.

 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 13/04/2007 20:16:34
ACLU URGES U.S. TO STOP COLLECTION OF TRAVERLE DATA

By Ellen Nakashima
Washington Post Staff Writer
Saturday, December 2, 2006; Page A05

Privacy advocates yesterday called on the federal government to scrap a Department of Homeland Security data-mining program designed to create terrorism risk assessments for every traveler who enters or leaves the United States.

The Automated Targeting System began as a means of screening cargo but was quietly expanded in recent years to screen and create risk profiles that will be retained for 40 years, The Washington Post reported last month after a notice describing the system appeared in the Federal Register.

The government has been scrutinizing air passengers for risks for 10 years, and assessments of some land border crossers have been conducted for about two years, a Customs and Border Protection official said in an interview Thursday.

The risk profiles, which single out travelers for extra attention from customs officials, were disclosed publicly for the first time in the Nov. 2 notice, raising concerns among privacy advocates.

In formal comments filed Friday with the Department of Homeland Security, of which the customs agency is a part, the ACLU urged the government to abandon the program.

"How come we never heard about it before?" said Barry Steinhardt, director of the ACLU's Technology and Liberty Project. "The fact that they\'ve been doing it for 10 years, under what authority?"

David Sobel, senior counsel for the Electronic Frontier Foundation, said he believes the program's existence without notice violates the 1974 Privacy Act. He, too, opposes the program.

"I don't see the logic of collecting massive amounts of information on millions of innocent citizens in the name of locating a small number of suspected terrorists," he said. "Casting that large a net raises issues both with respect to the security benefits as well as the privacy impact of the system."

Customs officials expressed exasperation with the call to abandon the program.

"How do they expect us to determine who's safe and who's at risk?" asked Patrick Jones, an agency spokesman. "We have over one million people coming into the country every day, and our job is to protect the American public from people who might want to harm the American public."

A separate proposal to conduct risk assessments on air passengers, called CAPPS II, raised so much controversy in 2004 that it was derailed, and a successor program has stalled.

Jayson P. Ahern, a Customs and Border Protection assistant commissioner, said the agency intends to eventually enter data for all border crossers in the ATS database. [u:c10e1e9539]The data include name, date of birth, flight itineraries and credit card information. It also can include a customs inspector's interview notes on a traveler.

Ahern said travelers are screened for risk based on "assumptions" that he would not disclose. Those deemed potentially risky would be flagged for follow-up, he said. The system does not assign a numeric score or color code, he said.

"When you look at all the [risk] factors, it just kicks it out that this person is a target for follow-up," Ahern said. In other words, he said, "somebody's targeted or not."

Government officials asserted that creating a vast database over time on travelers -- including those who are law-abiding -- will help analysts build models of normal and suspicious behavior. Ahern said 309 million land and sea border crossings and 87 million air border crossings are made each year. More than 95 percent are for lawful reasons, he said.

Staff writer Spencer S. Hsu and staff researcher Madonna Lebling contributed to this report.


http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2006/12/01/AR200612010…
 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 15/04/2007 09:52:46
UN ADSL SURPUISSANT

Chers amis,

L'article de PROPAGANDE des mass médias nazis ci-dessous, à ne pas manquer et agrémenté de mes commentaires , constitue un exemple supplémentaire et nous démontre une fois de plus combien les projets abominables des gouvernements pourris et fascistes, de l'industrie avide et inhumaine et des Frankenstein de scientifiques mettent l'organisme en danger et rabaissent peu à peu le vivant au rang de vulgaire produit. 

Bonne lecture, BONNE OPPOSITION... OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : journal belge «Metro» ( http://www.metrotime.be ) du 03 janvier 2007, p.1

UN ADSL SURPUISSANT

Louvain – Des chercheurs de l’Université catholique flamande de Louvain (KUL), de l’Université de Washington et de l’Académie des Sciences de Pékin ont découvert un nouveau matériel organique capable de transporter des informations via Internet à une vitesse 37.500 fois supérieure à l’ADSL classique.

Commentaire : WAAOUW ! se diront les cons-sommateurs et autres cinglés de technologie, aveuglés par les capacités techniques de cette invention présentée, à nouveau, sous un aspect PROPAGANDISTE et «merveilleux». MAIS CE SUR QUOI IL FAUT METTER L’ACCENT, C’EST EVIDEMMENT LE FAIT QUE C’EST AVEC DU MATERIEL ORGANIQUE (cellules, neurones, ADN et tutti quanti, d’origine végétale, animale ou…  humaine, on n’en est plus à cela près) QUE CE «PROGRES» VA ETRE REALISE ! 

Voilà qui préfigure encore de bien mauvais jours pour les êtres vivants, qui vont être de plus en plus exploités dans des buts douteux et hasardeux afin de servir le progrès technologique et les profits que cela génère. On se dit qu’à ce rythme et avec l’absence ou le contournement d’éthique actuel, le vivant va finir par être sacrifié et utilisé pour des utilisations « non vivantes ». Ainsi la vie est-elle de plus en plus menacée par le matérialisme et l’ultralibéralisme ambiants…  

Ils espèrent maintenant pouvoir développer un modulateur électro-optique afin de commercialiser cette découverte.

Commentaire : comme quoi le but avoué et recherché est bien celui du PROFIT…

Un modulateur favorisera en effet la transformation des signaux électriques en données optiques, permettant ainsi le transport par fibre optique. Le matériel découvert par les chercheurs, de par sa nature organique, est beaucoup plus sensible à la lumière que les technologies existantes. Cette sensibilité accroît de manière considérable la rapidité de transmission des informations.

http://www.kul.be 

Commentaire et conclusion : on aurait pu penser qu’on allait enfin nous signaler qu’en raison de sa nature organique, ce matériel présentait des risques et des questions éthiques auxquels il allait falloir prêter la plus grande attention… Et bien non ! Cet honteux article de propagande poursuit et conclut en insistant sur les « merveilleuses » capacités que le matériel organique va pouvoir fournir. Autant vous dire que les problèmes éthiques, on s'en fout, que ce soit la science, l’industrie, le gouvernement ou même une partie du peuple ! Nous ne sommes pas sortis de l’auberge… Si une prise de conscience, une réaction, une opposition très ferme et un changement des mentalités ne s’effectuent pas TRES rapidement, le prix à payer sera terrible, cela ne fait aucun doute. 


--Message edité par maria le 2007-04-15 09:53:13-- 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 15/04/2007 10:06:36
"TENDANCES 2007" : LES DOSSIERS MÉDICAUX INFORMATISÉS ET LA VERICHIP EN FONT PARTIE !

Chers amis,

Afin de vous donner un petit avant-goût de ce que nous réserve 2007, voici un article qui vient de sortir...

On nous y signale déjà que les DOSSIERS MEDICAUX INFORMATISES (et cela inclut bien évidemment les BASES DE DONNNEES CENTRALISEES qui vont inévitablement avec) seront de la partie ! Or, je le rappelle, une base de données centralisée est un prérequis obligatoire si l'on souhaite que les puces sous-cutanées puissent suivre par la suite. Inutile de vous faire un dessin, je suppose...

Et comme par le plus malencontreux des "hasards", on en vient à parler de PUCE IMPLANTABLE et de la VERICHIP ! Cela en dit long, suffisamment en tout cas que pour que vous sachiez que si aucune réaction ne surgit face à ces technologies liberticides (et de contrôle mental et comportemental dans le cas des puces implantables), ces dispositifs crapuleux vont se développer à vitesse grand V ! Et étant donné l\'absence totale de réaction digne de ce nom, on est en droit de se faire du mouron...

Détail intéressant : nous apprenons dans cet article que la base de donnée centralisée de Verichip Corp. concernant les personnes pucées est située dans une infrastructure de l'entreprise CareGroup !

L'article en anglais, ci-dessous, Vic.


SEVEN TRENDS FOR 2007 

Michael Mcclellan, Neal Mcwhorter, and David Patterson 

Mon Jan 1, 3:00 AM ET

]Onward and upward. That classic phrase describes not only optimism as IT heads into a new year, but also a literal expression of what organizations must do to maintain their competitive edge.

Through layoffs, outsourcing and the first disruptions from what will eventually become the great baby-boomer retirement bubble, businesses must capture core knowledge so they can push onward, despite the loss of institutional wisdom. And to become smarter organizations that can twist and turn with market changes, business and IT execs must focus upward to a higher level and bring clarity to processes, rules and services.
Capturing the knowledge of departing employees and empowering business analysts so they can design agile organizations are two of seven trends identified by INTELLIGENT ENTERPRISE as we mark the turn into 2007. A third is the business imperative to improve data quality and integration, exemplified by the halting progress toward standard electronic medical records. Three key technology trends are the shift to parallel programming to take advantage of new computing architectures; changing strategies for business intelligence aimed at delivering real-time information value; and the race to establish new forms of business integration through service orientation.

......Integration as Cure: the Future of Medical Records. During Hurricane Katrina, there was a crying need for electronic medical records (EMRs) that could be read by ER rooms and doctors. "A patient would walk in and a doctor would ask him what medications he was on," says Dr. Lynn Harold Vogel, CIO at The University of Texas's MD Anderson Cancer Center. "A typical response was, 'I take two yellow ones in the morning, three blue ones at lunch and a pink one with dinner." "We had physicians sitting with patients going through the Physician's Desk Reference, which has pictures of pills, pointing out which pills they took." 

Electronic health records could improve care, reduce errors and eventually lower costs, but obstacles abound. Most hospitals and doctors' offices use noninteroperable software and databases. More than 25 health-care software providers, including Cerner and EpicSystems, offer programs written in arcane languages like MUMPS and databases such as Cache, and they're apparently unwilling to rewrite their software to meet the HL7 standard for sharing health-care data. Also, some say HL7 is no panacea. "HL7 is a lot like Unix," Vogel says. "My version of Unix may be slightly different than yours, so it's always a problem to get everybody to do exactly the same thing." 

Who will pay for the necessary new technology and national framework? Hospitals prefer to keep their patients in their hospital, and their data in-house. Doctors' practices tend to be undercapitalized and have tiny IT budgets. Medicare, Medicaid and publicly traded insurance companies like Aetna and Prudential are all under increasing pressure to keep costs down. Employers already pay a lot for health care--General Motors spends more on employee health care than it does on steel for its cars; Starbucks spends more on health care than it does on coffee beans. Although EMRs could drive such costs down, someone has to make a large up-front investment to make it happen.

Yet e-medical record initiatives abound:

n More than 200 Regional Health Information Organizations (RHIOs) have been established in the past few years to promote the sharing of health information. Two of the most successful are in Santa Barbara, Calif., and in Indianapolis, cities that have histories of institutional cooperation. In November, Vermont's RHIO chose GE Healthcare to provide a statewide hosted EMR system that will store medication history for consenting patients; it will be initially available at two pilot hospitals. Vermont's RHIO is also building an exchange to connect providers, payers and patients throughout the state. So far the project is being funded by $1.4 million in seed funding from the state legislature. But who will fund it when that money is used up?

n Some vendors, such as RedMedic, offer patients hosted access to a secure, Web-based electronic record the patients maintain and control. In December, five big U.S. employers--Applied Materials, BP, Intel, Pitney Bowes and Wal-Mart--launched a health-record system that will provide a similar service for their 2.5 million employees starting in mid-2007. It uses the Connecting for Health Common Framework developed by a collaboration of medical groups, insurers and nonprofit groups. Will other facilities adopt this framework? 

n Taking the idea of a portable health record to a new level, John Halamka, CIO at Boston's CareGroup Healthcare System, had an RFID chip implanted in his arm a year ago. The VeriChip contains a 16-digit identification number that can be read with a special reader and is linked to a database at a CareGroup facility. Issues with this approach include the fact that a health care provider can't tell if a patient has a chip implanted and that readers could be used to obtain patient information without the patient's consent (not to mention, most people don't want a chip implanted in their body). 

n A handful of medical institutions, including The University of Texas' MD Anderson Cancer Center, are building their own electronic health record systems. MD Anderson is re-architecting its clinical software from Microsoft Visual Basic to .net. With the help of consulting firm Avenade, the Center is using web services to gather data from legacy databases, and plans to make its EMRs accessible to authorized outside doctors through a portal. Such hospital-initiated efforts could be linked through common patient identification numbers, the way state motor-vehicle bureaus use a common drivers' license database. 

So, plenty of smart people are working on the challenge of integrating systems and information via EMRs. Maybe 2007 will be the year they start talking to each other and working together.

-- Penny Crosman


Read all on  : http://news.yahoo.com/s/cmp/20070102/tc_cmp/196603897 

--Message edité par maria le 2007-04-18 19:53:57-- 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 15/04/2007 10:08:10
U.K. : DOSSIERS MEDICAUX INFORMATISES LIBERTICIDES OBLIGATOIRES ET CONSULTABLES PAR LA POLICE ET LES SERVICES DE SECURITE, AVEC OU SANS LE CONSENTEMENT DES PATIENTS

Chers amis, 

Décidément, les Britanniques commencent à avoir autant besoin d’une révolution que les Américains…   

DESORMAIS, LES DOSSIERS MEDICAUX DES PATIENTS SERONT SYSTEMATIQUEMENT MIS SUR UNE BASE DE DONNEES CENTRALISEE (nous connaissons le RISQUE ELEVE DE DICTATURE que la centralisation représente et que les bases de données centralisées représentent donc, elles aussi), AVEC OU SANS LEUR CONSENTEMENT!    

PIRE : LES CITOYENS BRITANNIQUES NE POURRONT S’OPPOSER D’AUCUNE FACON NI ARRETER LE CHARGEMENT DE LEURS DONNEES MEDICALES SUR CETTE BASE DE DONNEES LIBERTICIDE!!!    

ET EN PLUS, CES INFORMATIONS SERONT AUSSI DIRECTEMENT CONSULTABLES PAR LES POLICIERS ET LES SERVICES DE SECURITE (MI5, MI6)!   

Seule la British Medical Association semble s’opposer à ce projet maléfique jusqu’à présent (MAIS OU EST DONC LA REACTION DU PEUPLE ???). 

C’est un article du journal « The Guardian » qui a révélé ces horreurs liberticides. 

BIEN ENTENDU, LE MINISTERE DE LA SANTE ET LES IGNOBLES CRAPULES DU N.H.S. (National Health Service ou Service National de Santé) NIENT TOUT EN BLOC OU MINIMISENT LES FAITS ET TENTENT DE RASSURER LE PEUPLE, COMME D’HABITUDE (ne surtout pas créer de vagues ni d’opposition) !  AH, LES CHAROGNES!!!  

Je tiens ici à rappeler que les BASES DE DONNEES MEDICALES CENTRALISEES sont un PREREQUIS OBLIGATOIRE afin de pouvoir faire fonctionner correcteemnt les PUCES RFID IMPLANTABLES!!!  

OR, le Royaume-Uni est le SEUL pays à avoir et à commercialiser A LA FOIS 2 puces sous-cutanées : la VERICHIP de Verichip Corp. et la ID100IH de Trovan!!!   Le lien est évident à faire, il me semble...  

Mes chers amis, si dans NOS pays, nous ne réagissons pas IMMEDIATEMENT CONTRE LES LOIS, PROJETS DE LOI, MESURES ET TECHNOLOGIES LIBERTICIDES, NOUS ALLONS FINIR COMME LES CITOYENS DE GRANDE-BRETAGNE FASCISTE, SURVEILLES, CONTROLES ET REPRIMES A TOUT MOMENT!!!   

La situation est extrêmement grave et les libertés déjà fort compromises, au Royaume-Uni, qui se transforme en Etat-policier rempli de citoyens-esclaves…  

A NOUS DE FAIRE EN SORTE QUE CELA NE SE PRODUISE JAMAIS CHEZ NOUS!!!   

L’article traduit en français spécialement pour vous, ci-dessous… 

Bonne lecture, ET BONNE INSURRECTION,SURTOUT ! Vic.


Source : http://www.theregister.co.uk/2006/11/06/nhs_records/ 

LES PATIENTS NE SONT PAS AUTORISÉS À ARRÊTER LE CHARGEMENT DES REGISTRES MÉDICAUX

La vie privée n’est pas une nécessité médicale au Royaume-Uni 

Jusqu'à 50 millions de registres de santé seront placés sur le nouveau système NHS IT en Grande-Bretagne, avec ou sans le consentement des patients, a déclaré un article. Le journal «The Guardian» a indiqué qu'on ne permettra pas aux patients de s'opposer au chargement de l'information sur ce système. 

Le journal déclare également que le système pourrait rendre l'information médicale disponible à la police et aux services de sécurité plus facilement qu'avant. Cette déclaration est rejetée par le ministère de la Santé. « Les règles sont bien établies et les nouveaux systèmes de registre électronique ne les changent pas de quelque façon que ce soit, » a dit la porte-parole.  Rolling Eyes 

Un reportage du Guardian basé sur son enquête a indiqué que les détails des maladies mentales, que les avortements, que la grossesse, que le statut face au HIV, que la prise de drogues et que l'alcoolisme pourraient être inclus dans le profil des patients, et qu'il y avait un manque de garde-fou pour les données une fois qu’elles se trouvaient sur le système. 

Le nouveau système NHS est controversé en raison de son coût croissant et de son échelle de temps de réalisation qui ne cesse de s’allonger. Le rapport a indiqué qu'un système virtuel «d'enveloppe scellée» était en place pour protéger l'information sensible, mais que ce sceau peut être brisé par les professionnels médicaux si «l’on considère que les intérêts du grand public représentent une plus grande importance que votre confidentialité». 

Cela fait contraste avec la situation actuelle où la police doit obtenir une quantité d'information limitée de la part d’un généraliste qui connaît le patient ou doit obtenir un mandat du tribunal concernant les données. 

Le porte-parole du NHS a dit : «Le NHS ne permet aucun accès externe aux registres de ses patients, à moins que ceci soit explicitement exigé par loi. La police n'a aucun pouvoir pour exiger l'accès aux registres des patients du NHS. En l'absence de condition légale, le NHS peut, et devrait en effet, révéler les informations sur les patients qui sont liés à des crimes sérieux ou pour protéger le public contre des risques significatifs.» 

Les patients ne seront pas autorisés à stopper le fait que leurs données sont placées sur le système, un mouvement auquel s’oppose la British Medical Association (l'association médicale britannique). « Nous croyons que le gouvernement devrait obtenir une permission explicite des patients avant de transférer leur information sur la base de données centralisée, » a dit un porte-parole de l'association médicale britannique.
 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 15/04/2007 11:44:45
LE RÉSEAU ÉCHELON



Depuis l’accord de coopération UKUSA conclu en 1946 pendant la guerre froide jusqu’au déploiement actuel du réseau «Échelon», ce film, très ... bien documenté, se penche sur le développement tentaculaire des réseaux internationaux d’interception et d’écoute des télécommunications transmises par satellite. 

VIDÉO, et lire la suite sur :
 http://video.google.fr/videoplay?docid=1319842311215805304&q=echelon'); 

--Message edité par maria le 2007-04-15 11:45:05-- 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 15/04/2007 13:48:46
LES DOSSIERS DE SANTE ELECTRONIQUES GAGNENT DU TERRAIN DANS L'ENSEMBLE DU PAYS

Nous allons vers une sorte de «casier médico-social» obligatoire sur Internet . 

Obligatoire car les remboursements de soins de santé y seront subordonnés. Cela se passe déjà en France : Cfr : http://www.webzinemaker.com/adas/ Un projet de loi était annoncé pour la Belgique. Voir ici le discours associé pour le Canada.Nous allons vers une sorte de «casier médico-social» obligatoire sur Internet. 

Obligatoire car les remboursements de soins de santé y seront subordonnés. Cela se passe déjà en France : Cfr : http://www.webzinemaker.com/adas/ Un projet de loi était annoncé pour la Belgique. Voir ici le discours associé pour le Canada.


http://www.cnw.ca/fr/releases/archive/June2005/23/c5577.html 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 15/04/2007 15:43:52
LE PROJET D'UN FICHIER NATIONAL DES ÉLÈVES MET L'ANGLETERRE EN ÉMOI

samedi 23 décembre 2006.

Selon le Guardian, les pratiques en matière de protection des données rendent dangereux le projet de créer un fichier national des élèves, analogue à notre Base-élèves franchouillarde.

Les Anglais sauront-ils refuser ce à quoi bien peu de nos compatriotes envisagent de résister et qui pourtant constitue un risque majeur ?

The Education Guardian, le 18 décembre 2006 [1]

D’après une enquête dont les résultats viennent d’être publiés, la majorité des écoles anglaises enregistrent les données sensibles concernant leurs élèves, telles que leur adresse et les informations de nature médicale, dans des systèmes informatiques non sécurisés.

La suite :
 http://altermonde-levillage.nuxit.net/spip.php?article8113



 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 16/04/2007 09:58:05
LUTTE CONTRE LE CRIME ET L'INSÉCURITÉ : UN POTENTIEL BIG BROTHER EUROPÉEN…

Thursday 21 December 2006

Image Hosted by ImageShack.usIl est proposé de modifier le Système d’information de Schengen “SIS” qui bien que qualifié de “succès” ne pourra pas fonctionner avec plus de 18 Etats membres. “SIS II” devrait donc devenir, selon les européistes, un système technologiquement très avancé et permettant aussi aux nouveaux États membres d’appliquer l’acquis de Schengen dans sa totalité en supprimant les contrôles aux frontières intérieures avec ses voisins.

Conçu au départ sous l’angle, séduisant pour nous, de la coopération entre Etats membres, notamment à la coopération policière et judiciaire en matière pénale on peut s’interroger aujourd’hui sur les risques d’une dérive à la fois fédéraliste et totalitaire qu’un tel outil peut permettre. Ce potentiel Big Brother européen possède en effet la plus vaste base de données sur les personnes avec plus de 15 millions d’entrées contenant des informations allant du nom et prénom, des particularités physiques jusqu’aux billets de banque perdus, volés ou détournés.

Outre qu’une telle concentration d’informations pourrait constituer une menace contre la vie privée et la liberté de penser, il est légitime de craindre que SIS II ne déborde de sa mission principale de coopération policière et judiciaire pour devenir un jour le mouchard subjectif du système européiste et mondialiste.

Carl Lang


http://flandre.novopress.info/?p=1776
 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 18/04/2007 09:48:46
LA COMMISSION EUROPEENNE VEUT CREER UNE BASE DE DONNEES D'EMPREINTES DIGITALES !!!

Chers amis, 

Voici la suite de la DISPARITION DES LIBERTES AU NIVEAU EUROPEEN !!!    

Cette salope de Commission européenne, vendue au nouvel ordre mondial et cherchant A TOUT PRIX a SUPPRIMER les libertés et la vie privée des citoyens afin de CONTROLER, SURVEILLER ET REPRIMER les gens, propose à présent de créer une base de données centralisée d'empreintes digitales !  Le tout sous l'attrape-nigaud de la "sécurité", bien entendu...  

La DICTATURE SE CONCRETISE...  

Vic.


LA COMMISSION EUROPEENNE VEUT CREER UNE BASE DE DONNEES D'EMPREINTES DIGITALES !!!

Source : http://www.lemonde.fr/web/imprimer_element/0,40-0@2-651865,50-884847,0.html  

LEMONDE.FR | 19.03.07 | 15h30 • Mis à jour le 
19.03.07 | 15h49 

La Commission européenne propose de mettre en œuvre "une base de données centralisée d'empreintes digitales" afin de "faciliter l'échange d'informations entre services répressifs et prévenir le phénomène de radicalisation", de lutter "contre la criminalité organisée et le terrorisme" et de "garantir la libre circulation des personnes au sein d'une Union élargie". 

L'information, qui tient sur une seule ligne en page 13 de la "Stratégie politique annuelle pour 2008" de la Commission européenne, a été révélée par le Times, vendredi 16 mars. Le quotidien rapporte que CETTE BASE DE DONNEES, qui pourrait être déployée fin 2008, CONTIENDRAIT AUSSI BIEN LES EMPREINTES DES PERSONNES CONDAMNEES QUE CELLES DES SIMPLES SUSPECTS. Les 27 pays de l'Union seraient invités à y participer, et DES PAYS TIERS, A COMMENCER PAR LES ETATS-UNIS, POURRAIENT EUX AUSSI Y ACCEDER. 

La proposition fait suite à la conclusion, le 15 février, d'un accord politique sur la mise en réseau des bases de données policières et la transposition des dispositions essentielles du traité de Prüm dans le cadre juridique de l'Union européenne. Signé en mai 2005 par sept Etats européens (Belgique, Allemagne, France, Luxembourg, Pays-Bas, Autriche et Espagne), et soutenu, depuis, par neuf autres pays membres, il permet aux services de police d'accéder aux bases de données dactyloscopiques (empreintes digitales) et génétiques, ainsi qu'aux fichiers de plaques d'immatriculation, des autres signataires. 

L'accès se fait sur la base d'une procédure dite du "hit/no hit" : en cas de concordance ("hit") entre empreintes "anonymes", les données personnelles peuvent ensuite être transmises dans le cadre d'une procédure judiciaire. Le croisement des bases de données ADN allemandes et autrichiennes, commencé en décembre 2006, a ainsi révélé près de 3 000 concordances entre des empreintes relevées dans les deux pays concernant plusieurs affaires – dont 31 meurtres et homicides, 23 infractions à caractère sexuel, 149 vols avec violence et 2 294 "autres délits". 

UNE FORME DE "CONTOURNEMENT" DES INSTITUTIONS EUROPÉENNES 

La coopération policière permise par le traité de Prüm PERMET EGALEMENT LE FRANCHISSEMENT DES FRONTIERES, SANS AUTORISATION PREALABLE, par les fonctionnaires de police en cas de "situation d'urgence", LA CREATION DE PATROUILLES MIXTES, DE GARDES ARMES A BORD D'AERONEFS ET L'ATTRIBUTION DE COMPETENCES DE PUISSANCE PUBLIQUE NATIONALE A DES POLICIERS ETRANGERS, ou encore LA TRANSMISSION D'INFORMATIONS PERSONNELLES SUR DES PERSONNES SUSPECTEES de terrorisme, ou susceptibles d'actes de violence à l'occasion de "manifestations de masse", "dans le domaine sportif ou EN RAPPORT AVEC DES REUNIONS DU CONSEIL EUROPEEN". 

Dans son avis sur le traité de Prüm, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) remarquait que si "le droit des personnes à être renseignées et indemnisées fait partie du dispositif, de même que le droit à faire rectifier ou supprimer leurs données, (...) EN CAS DE VIOLATIONS GRAVES, NOTAMMENT SUR LA SECURITE ET LA CONFIDENTIALITE DES TRAITEMENTS, AUCUNE MESURE DE SANCTION N'EST PREVUE VIS-A-VIS DES AUTORITES REPRESSIVES RESPONSABLES". La CNIL déplorait également une "forme de 'contournement' des institutions européennes dans un domaine relevant de la compétence de l'Union européenne". 

Le contrôleur européen de la protection des données (CEPD) désapprouve lui aussi "le processus qui a abouti à ce traité". "CELA SIGNIFIE EN OUTRE QUE LE PARLEMENT EUROPEEN N'EXERCE AUCUN CONTROLE DEMOCRATIQUE ET LA COUR DE JUSTICE AUCUN CONTROLE JURIDICTIONNEL", souligne-t-il. De plus, note le CEPD, il faudrait "prévoir des garanties adéquates juridiquement contraignantes pour éviter que les progrès scientifiques ne permettent d'obtenir à partir de profils ADN des données à caractère personnel". 

Christian Estrosi, ministre délégué à l'aménagement du territoire, qui remplaçait Nicolas Sarkozy lors de la signature de l'accord avec les ministres européens de l'intérieur, avait de son côté «surpris ses collègues en déclarant que LES CITOYENS SERAIENT MIEUX PROTEGES SI LEURS DONNEES ADN ETAIENT RECUEILLIES DES LEUR NAISSANCE.» 

Jean Marc Manach
 

--Message edité par maria le 2007-04-18 09:49:03-- 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 19/04/2007 11:23:01
TERROR DATABASE HAS QUADRUPLED IN FOUR YEARS

U.S. Watch Lists Are Drawn From Massive Clearinghouse

By Karen DeYoung
Washington Post Staff Writer
Sunday, March 25, 2007; A01

Each day, thousands of pieces of intelligence information from around the world -- field reports, captured documents, news from foreign allies and sometimes idle gossip -- arrive in a computer-filled office in McLean, where analysts feed them into the nation's central list of terrorists and terrorism suspects.

Called TIDE, for Terrorist Identities Datamart Environment, the list is a storehouse for data about individuals that the intelligence community believes might harm the United States. It is the wellspring for watch lists distributed to airlines, law enforcement, border posts and U.S. consulates, created to close one of the key intelligence gaps revealed after Sept. 11, 2001: the failure of federal agencies to share what they knew about al-Qaeda operatives.

But in addressing one problem, TIDE has spawned others. Ballooning from fewer than 100,000 files in 2003 to about 435,000, the growing database threatens to overwhelm the people who manage it. "The single biggest worry that I have is long-term quality control," said Russ Travers, in charge of TIDE at the National Counterterrorism Center in McLean. "Where am I going to be, where is my successor going to be, five years down the road?"

TIDE has also created concerns about secrecy, errors and privacy. The list marks the first time foreigners and U.S. citizens are combined in an intelligence database. The bar for inclusion is low, and once someone is on the list, it is virtually impossible to get off it. At any stage, the process can lead to "horror stories" of mixed-up names and unconfirmed information, Travers acknowledged.

The watch lists fed by TIDE, used to monitor everyone entering the country or having even a casual encounter with federal, state and local law enforcement, have a higher bar. But they have become a source of irritation -- and potentially more serious consequences -- for many U.S. citizens and visitors.

In 2004 and 2005, misidentifications accounted for about half of the tens of thousands of times a traveler's name triggered a watch-list hit, the Government Accountability Office reported in September. Congressional committees have criticized the process, some charging that it collects too much information about Americans, others saying it is ineffective against terrorists. Civil rights and privacy groups have called for increased transparency.

"How many are on the lists, how are they compiled, how is the information used, how do they verify it?" asked Lillie Coney, associate director of the Washington-based Electronic Privacy Information Center. Such information is classified, and individuals barred from traveling are not told why.

Sen. Ted Stevens (R-Alaska) said last year that his wife had been delayed repeatedly while airlines queried whether Catherine Stevens was the watch-listed Cat Stevens. The listing referred to the Britain-based pop singer who converted to Islam and changed his name to Yusuf Islam. The reason Islam is not allowed to fly to the United States is secret.

So is the reason Maher Arar, a Syrian-born Canadian, remains on the State Department's consular watch list. Detained in New York while en route to Montreal in 2002, Arar was sent by the U.S. government to a year of imprisonment in Syria. Canada, the source of the initial information about Arar, cleared him of all terrorism allegations last September -- three years after his release -- and has since authorized $9 million in compensation.

TIDE is a vacuum cleaner for both proven and unproven information, and its managers disclaim responsibility for how other agencies use the data. "What's the alternative?" Travers said. "I work under the assumption that we're never going to have perfect information -- fingerprints, DNA -- on 6 billion people across the planet. . . . If someone actually has a better idea, I'm all ears."

'Thousands of Messages'

The electronic journey a piece of terrorism data takes from an intelligence outpost to an airline counter is interrupted at several points for analysis and condensation.

President Bush ordered the intelligence community in 2003 to centralize data on terrorism suspects, and U.S. agencies at home and abroad now send everything they collect to TIDE. It arrives electronically as names to be added or as additional information about people already in the system.

The 80 TIDE analysts get "thousands of messages a day," Travers said, much of the data "fragmentary," "inconsistent" and "sometimes just flat-out wrong." Often the analysts go back to the intelligence agencies for details. "Sometimes you'll get sort of corroborating information," he said, "but many times you're not going to get much. What we use here, rightly or wrongly, is a reasonable-suspicion standard."

Each TIDE listee is given a number, and statistics are kept on nationality and ethnic and religious groups. Some files include aliases and sightings, and others are just a full or partial name, perhaps with a sketchy biography. Sunni and Shiite Muslims are the fastest-growing categories in a database whose entries include Saudi financiers and Colombian revolutionaries. U.S. citizens -- who Travers said make up less than 5 percent of listings -- are included if an "international terrorism nexus" is established. A similar exception for the administration's warrantless wiretap program came under court challenge from privacy and civil rights advocates.

Information Sharing

Every night at 10, TIDE dumps an unclassified version of that day's harvest -- names, dates of birth, countries of origin and passport information -- into a database belonging to the FBI's Terrorist Screening Center. TIDE's most sensitive information is not included. The FBI adds data about U.S. suspects with no international ties for a combined daily total of 1,000 to 1,500 new names.

Between 5 and 6 a.m., a shift of 24 analysts drawn from the agencies that use watch lists begins a new winnowing process at the center's Crystal City office. The analysts have access to case files at TIDE and the original intelligence sources, said the center's acting director, Rick Kopel.

Decisions on what to add to the Terrorist Screening Center master list are made by midafternoon. The bar is higher than TIDE's; total listings were about 235,000 names as of last fall, according to Justice Department Inspector General Glenn A. Fine. The bar is then raised again as agencies decide which names to put on their own watch lists: the Transportation Security Administration's "no-fly" and "selectee" lists for airlines; Consular Lookout and Support System at the State Department; the Interagency Border and Inspection System at the Department of Homeland Security; and the Justice Department's National Crime Information Center. The criteria each agency use are classified, Kopel said.

Some information may raise a red flag for one agency but not another. "There's a big difference between CLASS and no-fly," Kopel said, referring to State's consular list. "About the only criteria CLASS has is that you're not a U.S. person. . . . Say 'a Mohammed from Syria.' That's useless for me to watch-list here in the United States. But if I'm in Damascus processing visas . . . that might be enough for someone to . . . put a hold on the visa process."

All of the more than 30,000 individuals on the TSA's no-fly list are prohibited from entering an aircraft in the United States. People whose names appear on the longer selectee list -- those the government believes merit watching but does not bar from travel -- are supposed to be subjected to more intense scrutiny.

With little to go on beyond names, airlines find frequent matches. The screening center agent on call will check the file for markers such as sex, age and prior "encounters" with the list. The agent might ask the airlines about the passenger's eye color, height or defining marks, Kopel said. "We'll say, 'Does he have any rings on his left hand?' and they'll say, 'Uh, he doesn't have a left hand.' Okay. We know that [the listed person] lost his left hand making a bomb."

If the answers indicate a match, that "encounter" is fed back into the FBI screening center's files and ultimately to TIDE. Kopel said the agent never tells the airline whether the person trying to board is the suspect. The airlines decide whether to allow the customer to fly.

TSA receives thousands of complaints each year, such as this one released to the Electronic Privacy Information Center in 2004 under the Freedom of Information Act: "Apparently, my name is on some watch list because everytime I fly, I get delayed while the airline personnel call what they say is TSA," wrote a passenger whose name was blacked out. Noting that he was a high-level federal worker, he asked what he could do to remove his name from the list.

The answer, Kopel said, is little. A unit at the screening center responds to complaints, he said, but will not remove a name if it is shared by a terrorism suspect. Instead, people not on the list who share a name with someone listed can be issued letters instructing airline personnel to check with the TSA to verify their identity. The GAO reported that 31 names were removed in 2005.

A Process Under Fire

A recent review of the entire Terrorist Screening Center database was temporarily abandoned when it proved too much work even for the night crew, which generally handles less of a workload. But the no-fly and selectee lists are being scrubbed to emphasize "people we think are a danger to the plane, and not for some other reason they met the criteria," Kopel said.

A separate TSA system that would check every passenger name against the screening center's database has been shelved over concern that it could grow into a massive surveillance program. The Department of Homeland Security was rebuked by Congress in December for trying to develop a risk-assessment program to profile travelers entering and leaving the United States based on airline and financial data.

Kopel insisted that private information on Americans, such as credit-card records, never makes it into the screening center database and that "we rely 100 percent on government-owned information."

The center came in for ridicule last year when CBS's "60 Minutes" noted that 14 of the 19 Sept. 11 hijackers were listed -- five years after their deaths. Kopel defended the listings, saying that "we know for a fact that these people will use names that they believe we are not going to list because they're out of circulation -- either because they're dead or incarcerated. . . . It's not willy-nilly. Every name on the list, there's a reason that it's on there."


http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/03/24/AR200703240… 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 06/05/2007 11:59:18
CONSERVATION DES DONNÉES INTERNET : UN DÉCRET EN PRÉPARATION PROVOQUE UN TOLLÉ

AFA, Geste, Iris…Plusieurs organisations Internet réagissent à l'élaboration d'un décret qui "exprime le fantasme de Big Brother". Enquête.

La suite :
 http://www.vnunet.fr/fr/vnunet/news/2007/04/26/conservation-donn-es-internet 

 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 12/05/2007 12:52:48
HAVING WON A PULITZER FOR EXPOSING DATA MINING, TIMES NOW EAGER TO DO ITS OWN DATA MINING

Barely a year after their reporters won a Pulitzer prize for exposing data mining of ordinary citizens by a government spy agency, New York Times officials had some exciting news for stockholders last week: The Times company plans to do its own data mining of ordinary citizens, in the name of online profits. 
The news didn't make everyone all googly-eyed. In fact, some people at the paper's annual stockholders meeting in the New Amsterdam Theatre exchanged confused looks when Janet Robinson, the company's president and CEO, uttered the phrase "data mining." Wasn't that the nefarious, 21st-century sort of snooping that the National Security Agency was doing without warrants on American citizens? Wasn't that the whole subject of the prizewinning work in December 2005 by Times reporters Eric Lichtblau and James Risen? 

And hadn't the company's chairman and publisher, Pinch Sulzberger, already trotted out Pulitzers earlier in the program? 

Yes, yes, and yes. But Robinson was talking about money this time. Data mining, she told the crowd, would be used "to determine hidden patterns of uses to our website." This was just one of the many futuristic projects in the works by the newspaper company's research and development department. Heck, she added, the R&D department, when it was founded several years back, was "a concept unique in the industry." 

These days, of course, all media outlets—not just the Times—are trying to bulk up their online presence, and many are desperately attempting to learn more about their readers' habits and then target ads to them. The old-line newspaper companies in particular are under immense pressure to figure out how to make double-digit leaps in profits annually—something they didn't have to worry about doing before websites spirited away huge chunks of newspapers' classified advertisers. 

Not that anyone would confuse an old-line media company like the Times with a modern data expert like Google, but Sulzberger himself made kind of a comparison earlier in the stockholders' meeting. Morgan Stanley and other investors have ragged on the Times for having a two-tiered stock structure that protects the powerful voting shares from falling into the "wrong" hands. Sulzberger reminded the crowd that Google stock, that most coveted of Wall Street delicacies, also comes in two tiers. 

But that's business. Do readers really want data-mining behavior from their newspapers—not just the Times but every other big media outlet? Do they want newspaper databases to store reading histories, minute by minute, until one day the government shows up to examine ordinary citizens' shopping and viewing and chatting habits in detail? If you think it can't happen, ask the librarians who've been told to hand over readers' checkout records under the Patriot Act. 

Jim Harper, director of information policy studies at the libertarian Cato Institute, agrees that the prospect of a media-compiled reader-habit database is worrisome. 

"My concern is, what happens when the government comes in and subpoenas it?" he says. "It's bad news to keep long, deep storehouses of information about how people use the Internet." 

Harper notes that the Justice Department has been pushing since last spring for a "data retention" law that would require Internet service providers to warehouse their customers' online activity for the convenience of government investigators. 

Ancient Times man Arthur Gelb made this hardly surprising observation to the Observer the other day: "[i]Some day we'll all be reading our papers electronically
." But the problem with reading papers electronically is that they can also read you. 

http://www.villagevoice.com/nyclife/0718,hagey,76522,15.html 

--Message edité par maria le 2007-05-12 12:54:33-- 

 maria
 Administrateur
 Messages postés : 20960
 
  Posté le 13/06/2007 15:06:51
FBI WANTS TO MINE MASSIVE DATABASE IN SEARCH FOR TERRORISTS

By MICHAEL J. SNIFFEN
Associated Press Writer

Related Content
http://democrats.science.house.gov/Media/File/AdminLetters/miller_snsbrnner… 

WASHINGTON --The FBI wants to compile a massive computer database and analyze it for clues to unmask terrorist sleeper cells.

A North Carolina congressman is one of two who are worried about whether the bureau will protect the privacy of U.S. citizens.

Reps. Brad Miller, D-N.C., and James Sensenbrenner, R-Wis., the chairman and ranking Republican on the House Science and Technology investigations subcommittee, asked the Government Accountability Office to investigate the proposal. Their June 4 letter to GAO was released Tuesday.

Miller and Sensenbrenner questioned both the FBI's ability to properly manage such a large trove of data and whether predictive data.m.ining even works or just falsely casts suspicion on innocent people.

The FBI is seeking $12 million in the fiscal year beginning Oct. 1 for its Foreign Terrorist Tracking Task Force to set up a National Security Branch Analysis Center, with 59 employees, including 23 contractors and five FBI agents.

Justice Department budget documents submitted to Congress predict the center will hold 6 billion records by 2012 and "the universe of subjects will expand exponentially." That would equal "20 separate 'records' for each man, woman and child in the United States," the congressmen wrote.

The center "will leverage existing data.m.ining tools to help identify relationships between individuals, locations and events that may be indicators of terrorist or other activities of interest," the Justice documents said, and these efforts "will improve efforts to identify 'sleeper cells.'"

Eleven workers in a Proactive Data Exploitation unit will be assigned to ferret out patterns of suspicious behavior in the data, the congressmen wrote.

They said the program resembles the Pentagon's Total Information Awareness anti-terror data.m.ining research program. Congress ended TIA in 2003 out of privacy concerns, but much of its research was transferred to secret accounts in other agencies.

FBI spokesman Mike Kortan had no comment on the letter but pointed out that bureau policy requires that "we adhere to all established DOJ guidelines, FBI policy and the law" when data.m.ining.

Miller and Sensenbrenner quoted Jeff Jonas, a data.m.ining expert and IBM Distinguished Engineer, as saying "data.m.ining for terrorism discovery ... would waste taxpayer dollars, needlessly infringe on privacy and civil liberties and misdirect the valuable time and energy of the men and women in the national security community."

Jonas recently wrote that because there are so few known terrorist patterns of behavior, this kind of search would "flood the national security system with false positives - suspects who are truly innocent."

The two congressmen added that the FBI's history suggests "the agency may have difficulty developing and operating" such a center. "The FBI has historically been unable to develop information systems in a reliable cost-effective and technically proficient manner," they wrote.

They noted:

-The FBI junked its Virtual Case File computerized records system in 2005 after spending $170 million without solving technical troubles. The replacement is reportedly running behind schedule.

-An FBI consultant was able to hack into classified bureau computers last year and access counterespionage and witness protection files and 38,000 FBI passwords, including Director Robert Mueller's.

-In March, Justice's inspector general found that FBI agents using National Security Letters "had demanded personal data without proper authorization, improperly obtained personal telephone records and banking records and underreported to Congress how often it used national security letters to obtain information on thousands of U.S. citizens." The inspector general found 48 violations of law and estimated there were 3,000 violations between 2003 and 2005.

-The GAO found in 2005 that the Foreign Terrorist Tracking Task Force did not comply with all privacy and security laws and rules for handling sensitive information.

The congressmen asked the GAO to determine what records will be acquired, from which agencies or commercial entities, who will be granted access to them and under what restrictions. GAO also was asked to learn whether the center will contain records on U.S. citizens and what the bureau has done to guarantee those are accurate and protected from misuse and how they will be used.

http://www.charlotte.com/204/story/157446.html 



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 30 Juil - 13:59 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Juin - 16:43 (2012)    Sujet du message: DATABASE BIG BROTHER P.2 Répondre en citant

Administrateurs :maria
Forum LE VOILE DÉCHIRÉConnecté sous maria | Se déconnecter
en ligne : Il y a 10 connectés. Cliquez pour voir la liste
Inscription
|
Profil
|
Messages Privés
|
Recherche
|
Online
|
Aide
| Créer un blog gratuit



Index du forum
LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST
DATABASE BIG BROTHER


Notification par email
|
Prévenir les modérateurs

Pages :

Prec. 1 2 3 Suiv.
Auteur :Sujet: DATABASE BIG BROTHER Bas
maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 19/06/2007 21:12:27 (20/06/2007 06:12:27)

WORLD'S LARGEST BIOMETRIC DATABASE GIVEN GO-AHEAD

By Mick Meaney
RINF Alternative News

The European Parliament has backed proposals to set up a European Visa Information System (VIS) and create the world’s largest biometric database, holding 70 million sets of fingerprints.

The database will also allow police across the European Union to pool and share DNA records.

The new system advances the ‘Big Brother’ threat to civil privacy and the Conservatives have condemned the reports as an invasion of privacy rights and called for Britain to opt out.

“The implications… are far-reaching and will affect all EU citizens. To give just one example, the provisions of this Treaty could mean that data be shared and exchanged on all EU citizens regardless of whether they are suspected or convicted of a crime.” Said Philip Bradbourn MEP, Conservative Justice and Home Affairs Spokesman. “Overall this…is a classic example of where a few member states are trying to impose their system on all member states. The eight countries signed up to the Prum Treaty are now trying to foist it upon the rest.”

European Data Protection Supervisor Peter Hustinx expressed his own concern: “The circle of data subjects that can be included in this system is not limited to data of persons suspected or convicted of specific crimes.”

Liberal Democrat Justice Spokesperson, Baroness Sarah Ludford MEP backed the measures but stated “the potential consequences of misuse or abuse would deeply undermine civil liberties.”

However Labour MEP Michael Cashman said “I welcome the adoption of this report after long and complex negotiations. I believe the final agreement represents a balanced and constructive approach. It will enable our member states to record and exchange information regarding visa applications in a more coherent way whilst at the same time ensuring applicants’ rights are protected. On biometrics, it is essential for the EU to take a coherent position on this issue. Technologies such as biometrics can and will improve our security without infringing on our civil liberties if properly and appropriately used. We must embrace this technology rather than shy away from it.”


http://rinf.com/alt-news/surveillance-big-brother/worlds-largest-biometric-…

maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 27/06/2007 22:12:39 (28/06/2007 07:12:39)

US-EU AIRLINE DATA ACCORD REACHED

BBC News
Wednesday, June 27, 2007

EU and US negotiators have struck a deal on sharing information about transatlantic flight passengers.

No details are officially available, but EU sources say data will be kept by US security agencies for 15 years.

Under agreements reached after the 9/11 attacks, European airlines must provide 34 pieces of information about passengers flying into the US.

The latest deal expires at the end of July. A replacement agreement must be approved by the EU's 27 member states.

Wednesday's deal was reached in talks between European Union Justice and Security Commissioner Franco Frattini, German Interior Minister Wolfgang Schaeuble and US Homeland Security Secretary Michael Chertoff.

The US and the EU have differed on ways to balance security needs with concern for passengers' privacy.

A previous deal lapsed last October. The two sides failed to agree on terms for a full renewal and only reached an interim agreement.

Earlier, EU officials approved a separate agreement giving US counter-terrorist investigators access to details of international money transfers processed by the Brussels-based Swift network.

Washington says it needs the information to track and block terrorist funding, but EU regulators ruled that the original arrangement broke the union's privacy laws.


http://www.prisonplanet.com/articles/june2007/270607dataaccord.htm

maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 26/07/2007 08:27:40 (26/07/2007 17:27:40)

HAUTE TRAHISON : L’U.E. AUTORISE LA COMPAGNIE SWIFT A POURSUIVRE IMPUNEMENT LA VIOLATION DE VOS DROITS ET LA TRANSMISSION AUX USA DES DONNEES BANCAIRES DES EUROPEENS !!!

Chers amis,

Souvenez-vous de ce triste épisode concernant la violation des données privées des Européens…

Alors que cette prostituée d’Union européenne a déjà autorisé la rétention des données Internet et des SMS de TOUTE PERSONNE sous l’excuse minable du « terrorisme » (ce terrorisme monté de TOUTE PIECE par les USA lors du 11 septembre 2001 ), VOICI UNE NOUVELLE FOIS LA PREUVE QUE L’UNION EUROPEENNE CRACHE SUR VOS LIBERTES ET EST VENDUE AUX INTERETS ATLANTISTES ET MONDIALISTES DU NOUVEL ORDRE MONDIAL !

Fin 2006, nous apprenions que la compagnie financière Swift (un compagnie MONDIALE basée en Belgique et qui s’occupe des transactions bancaires des Européens – par cartes à puces, soit dit en passant) avait ACCEPTE de transmettre aux autorités américaines les données bancaires (et donc PRIVEES) des citoyens d’Europe ! Il y avait eu scandale à l’époque, et des réactions oratoires et hypocrites des politiciens. Je vous avais dit d’être bien attentifs, car étant donné que Swift est un organisme MONDIAL (= NOUVEL ORDRE MONDIAL), malgré les molles déclarations outrées de ces sans-couille de politicards, il n’y aurait AUCUNE MENACE NI AUCUNE PUNITION appliquée par les pays européens envers Swift.

J’avais mis dans le mille !

AUJOURD’HUI, NOUS APPRENONS QUE L’UNION EUROPEENNE DONNE SON ACCORD AFIN QUE SWIFT CONTINUE DE VIOLER VOS DONNEES PRIVEES ET VOS DROITS EN LES TRANSMETTANT AUX AUTORITES FASCISTES DES USA DICTATORIAUX !!! CES DONNEES POURONT ETRE CONSERVEES PENDANT… 5 ANS !!!!!!!

Et devinez quoi ? Ce serait apparemment là la conclusion de cette épisode de TRAÎTRISE de la part de nos pays d'Europe ! "Fin de la polémique", nous indique l'article puant des putes des mass médias ci-dessous... Les TRAÎTRES qui nous gouvernent ont commis un NOUVEAU CRIME contre vous, et ce crime devrait rester impuni ?!? QUAND DONC LES CITOYENS VONT-ILS SE LEVER ET CONDAMNER POUR HAUTE TRAHISON LES CRAPULES QUI NOUS GOUVERNENT ???

Oh, certes, bien sûr, il y a eu des « conditions » (ce qui ne change rien au résultat, notez-le bien), mais l’important est de constater que L’EUROPE EST UNE VENDUE ET SE TORCHE LE CUL AVEC VOS LIBERTES, VOTRE VIE PRIVEE, VOTRE SOUVERAINETE ET VOS DROITS CONSTITUTIONNELS !!!

Ajoutez tout ceci aux INNOMBRABLES mesures et technologies LIBERTICIDES mises en place depuis 2001 et encore en ce moment dans l’ENSEMBLE des pays d’Europe (cf. les dernières nouvelles que je vous ai postées), et vous ne pourrez que constater que les gouvernements félons et organismes supranationaux (Commission européenne, OTAN, UE, Nations Unies et tutti quanti) CONSPIRENT en ce moment CONTRE VOS INTERETS ET LIBERTES en suivant le DIKTAT du Nouvel Ordre Mondial !!!

La SEULE et UNIQUE solution, si nous voulons éviter la dictature NAZIE et mondiale du N.O.M. , c’est LA REVOLUTION !!!

Il ne nous reste qu’un temps EXCESSIVEMENT COURT pour réagir… Si, D’ICI LA FIN DE L’ANNEE 2007, des mouvements révolutionnaires n’éclatent pas dans votre pays et dans un peu tous les pays d’Europe, nous allons retomber dans les excès de la seconde guerre mondiale, avec un NAZISME basé sur les technologies et mesures liberticides afin de lutter contre les « terroristes », les « délinquants » et les « subversifs » ( = N’IMPORTE QUI ET TOUT LE MONDE A LA FOIS, étant donné les excès qui ont déjà été constatés à ce niveau) !!!

LA REVOLUTION, OU BIEN L’ESCLAVAGE ET LA SOUFFRANCE ???

LE CHOIX NE DEPEND QUE DE VOUS !!!

L’article HONTEUX et CRAPULEUX, ci-dessous… Vic.


Source : http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-l-ue-autorise-swift-a-tra…

L'UE AUTORISE SWIFT À TRANSMETTRE DES DONNÉES PERSONNELLES, SOUS CONDITION

Edition du 29/06/2007 - par Olivier Rafal

Ce qui avait commencé comme un scandale l'année dernière, le transfert de données personnelles de citoyens européens par l'institution financière Swift au Trésor américain, se conclut aujourd'hui par des accolades de bon aloi. Swift, dont le rôle est d'assurer les échanges de données informatisées entre plus de 8 000 institutions financières, pourra continuer de transférer des informations relatives aux mouvements de fonds aux Etats-Unis, à condition de signer l'accord dit 'Safe Harbor'. Celui-ci engage le destinataire des données à respecter les critères de protection européens, et oblige également les banques à informer leurs clients de la possibilité de ce transfert.

Si ces conditions sont remplies, indique la Commission européenne, le ministère américain du Trésor pourra conserver ces données pendant 5 ans.

L'information avait été révélée en juin 2006 par le New York Times. Les Etats-Unis avaient alors expliqué qu'il s'agissait de tracer les mouvements de fonds des réseaux terroristes. Swift s'était défendu pour sa part en prétextant des menaces du gouvernement américain s'il n'obtempérait pas. L'Union européenne s'était ensuite fortement émue, s'inquiétant d'un possible espionnage économique.

L'accord trouvé entre l'UE, les USA et Swift met apparemment fin à la polémique. « L'Union européenne aura maintenant les garanties nécessaires que le Trésor américain manipule les données qu'il reçoit du serveur miroir de Swift aux Etats-Unis d'une manière qui prend en compte les principes européens de protection des données », a affirmé Franco Frattini, vice-président de la Commission, responsable des affaires de sécurité, de liberté et de justice.

Swift a promis de signer l'accord 'Safe Harbor' dans les jours qui viennent, et les banques se sont engagées à informer leurs clients avant septembre. Reste à voir ce qui se passera si un client refuse que ses données soient transmises.


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 19/08/2007 07:48:08 (19/08/2007 16:48:08)

JOINT COMMUNIQUE OF MEETING OF COUNCIL OF HEADS OF SCO MEMBER STATES

A regular meeting of the Council of Heads of Member States of the Shanghai Cooperation Organisation (SCO) took place on 16 August 2007 in Bishkek. President Nursultan Nazarbaev of the Republic of Kazakhstan, President Hu Jintao of the People’s Republic of China, President Kurmanbek Bakiev of the Kyrgyz Republic, President Vladimir Putin of the Russian Federation, President Emomali Rakhmon of the Republic of Tajikistan, President Islam Karimov of the Republic of Uzbekistan were in attendance.

Read more :
http://www.sectsco.org/html/01651.html

maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 20/08/2007 02:14:44 (20/08/2007 11:14:44)

PERFORMANCE APPRAISAL APPLICATION (PAA) VERSION 2.0 NOW AVAILABLE

Performance Appraisal Application (PAA) Version 2.0, the web-based tool that supports the performance planning and appraisal process of NSPS, is now accessible via My Biz or My Workplace in the Defense Civilian Personnel Data System (DCPDS). Developed based on user feedback, PAA Version 2.0 provides managers (higher-level reviewers), supervisors (rating officials), and employees with new features that make the PAA more user friendly.

Read more :
http://www.cpms.osd.mil/nsps/

maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 09/10/2007 01:15:08 (09/10/2007 10:15:08)

CAPITAL ! LA VISION DE LA « VIE PRIVEE » SELON LE NAZI MICHAEL CHERTOFF : UNE SURVEILLANCE PERMANENTE DES CITOYENS VIA UNE MULTITUDE DE MOYENS LIBERTICIDES !!!

«Je n'ai aucune raison de croire que celui qui m'enlèverait mes libertés, ne m'enlèverait pas, une fois en son pouvoir, tout le reste.» John Locke

Chers amis,

Oui, l’article qui suit est absolument capital. Et ce, à plusieurs niveaux :

1) Nous pouvons voir la démagogie, la propagande infecte et le LAVAGE DE CERVEAU en profondeur que les dirigeants ainsi que le NAZI Michael Chertoff, le sinistre ministre de la sécurité intérieure des USA, manient avec maestria.

2) Nous apercevons très clairement, à travers Chertoff, la VOLONTE DELIBEREE de ces crapules qui nous dirigent de nous ASSERVIR, de nous CONTRÔLER EN PERMANENCE, de nous DOMINER ET DE NOUS REPRIMER SANS ARRÊT.

3) Nous nous apercevons que les gens qui sont CENSES protéger nos libertés, y compris ici en Europe, sont des LÂCHES, d’infâmes sans-couilles qui, nous allons le voir dans l’article, permettent même au système liberticide de s’accentuer !

L’article-choc ci-dessous, agrémenté de mes commentaires avisés et de mes critiques justifiées.

BONNE INSURRECTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2007/09/26/005-Vie-privee-Che…

Mise à jour le mercredi 26 septembre 2007 à 21 h 52

Renseignements personnels


EN SAVOIR PLUS POUR PROTEGER LA VIE PRIVEE

Plus les autorités en savent sur quelqu'un, plus la vie privée de cette personne serait protégée, du moins pour quelqu'un qui n'a rien à se reprocher. C'est ce qu'a laissé entendre le secrétaire à la Sécurité intérieure américain, Michael Chertoff, mercredi, en ouverture de la conférence internationale des organisations de liberté civile et de protection de la vie privée, qui se tient à Montréal.

Commentaire : voilà donc la position honteuse, démagogue, ridicule et criminelle que tient ce NAZI de Chertoff ! Au nom de la sacro-sainte « lutte contre le terrorisme », vous devriez donc ABANDONNER VOS LIBERTES ET VOUS LAISSER ESPIONNER, CONTRÔLER, SURVEILLER ET REPRIMER EN PERMANENCE !

Selon lui, c’est une question de ne « rien avoir à se reprocher » ? Les Juifs non plus n’avaient pourtant rien à se reprocher en ’40-’45, alors que le pouvoir disposait via la Gestapo et de délateurs de nombreux renseignements à leur sujet. On sait où cela les a menés : d’abord dans des ghettos, avec une étoile jaune cousue sur leurs vêtements, puis dans des trains vers les camps de la mort et les crématoires ! Le fait de « n’avoir rien à se reprocher » ne justifie RIEN DU TOUT et surtout, IL NE PROTEGE PERSONNE CONTRE LES ABUS DE POUVOIR DE L’ETAT, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’une dictature ou d’un Etat-policier comme aux USA, au Royaume-Uni ou comme en France !

En outre, les « terroristes », aux USA (et dans nos pays, cela commence aussi), ce ne sont plus uniquement les gens qui font exploser des bombes afin de tuer des innocents et de semer la terreur. Non. Les « terroristes » incluent aussi, à l’heure actuelle, les activistes, les manifestants, les contestataires, les dissidents, les opposants de tout poil, les défenseurs des libertés (qui pourtant, n’ont certainement rien à se reprocher) !

La vérité, c’est que l’Etat n’a pas à interférer dans la vie privée des gens, et ce pour quelque raison que ce soit ! Un Etat qui espionne, surveille et contrôle en permanence ses citoyens N’EST PAS DEMOCRATIQUE. Que cela soit bien clair. Or, il est de notre DEVOIR DE CITOYEN DE LUTTER ET DE NOUS OPPOSER A TOUT CE QUI N’EST PAS DEMOCRATIQUE ET A TOUT CE QUI MENACE NOS LIBERTES !

Last but not least, Chertoff LEURRE les gens en leur faisant croire qu’un Etat qui possède beaucoup d’informations sur ses citoyens et qui les surveille et les contrôle est soi-disant le garant du bien-être et de la sécurité de ses citoyens. C’est TOTALEMENT FAUX ! Plus le pouvoir est centralisé, plus un Etat possède de renseignements sur ses citoyens et les surveille, PLUS LES LIBERTES SONT RESTREINTES, ET PLUS LES RISQUES DE DICTATURE SONT REELS !!!

C’est un FAIT HISTORIQUEMENT PROUVE (Chertoff ne doit pas être très fort en histoire… il préférait sans doute jouer au petit tyran ou à des jeux guerriers lorsqu’il était petit). L’argument paternaliste utilisé par Chertoff (et selon lequel l’Etat veut le « bien » pour son peuple et, finalement, est le seul à savoir ce qui est bon pour lui) est le MÊME que celui que les anciennes monarchies de droit divin invoquaient pour maintenir leur règne de dictature et leur autorité absolue !

Et quant on sait que l’Etat américain lui-même est IMPLIQUE et COUPABLE des attentats « terroristes » du 911, on se dit que le discours de Chertoff est vraiment le sommet de l’hypocrisie, de la manipulation et de la fourberie !

M. Chertoff a ainsi affirmé que des documents d'identification plus sécurisés et le partage des listes de passagers d'avions se rendant aux États-Unis augmenteraient non seulement la sécurité, mais aideraient davantage à protéger la vie privée des individus.

Commentaire : c’est vraiment du n’importe quoi ! De la basse démagogie made in new world order ! La “SECURITE” ne justifie pas tout, ET CERTAINEMENT PAS LA RESTRICTION DES LIBERTES ET DE LA VIE PRIVEE ! Rappelons aussi que la « sécurité absolue », la sécurité à tout prix est un MYTHE et un DANGER PERMANENT pour les libertés !

L’Etat américain (et de nombreux pays européens) fouillent sans scrupule dans la vie privée des gens. Cela n’est évidemment pas une protection de la vie privée, mais bien une VIOLATION des libertés constitutionnelles, des droits de l’Homme et de la dignité des individus. Cela constitue un CRIME CONTRE LE PEUPLE ET CONTRE L’HUMANITE. Oui, voilà ce qu’est ce répugnant asticot de Chertoff : un dangereux CRIMINEL.

Chaque année, environ 80 millions de personnes se rendent par avion aux États-Unis. Selon M. Chertoff, le partage des listes de passagers permettrait aux autorités de réduire de façon importante leurs cibles de filtrage à l'arrivée en sol américain et ainsi respecter davantage la vie privée.

Le secrétaire à la Sécurité intérieure explique son raisonnement en disant qu'au lieu de procéder au filtrage par hasard, il est plus souhaitable d'amasser « un peu » d'information sur toute personne se rendant aux États-Unis. « En mettant l'accent sur les gens présentant un plus haut risque, nous nous assurons de respecter davantage la vie privée de la grande majorité des voyageurs », a expliqué M. Chertoff.

Commentaire : ce que Chertoff ne précise évidemment pas, c’est que le système de suspicion, de surveillance de répression et de délation actuel va finir par considérer CHAQUE CITOYEN comme un criminel potentiel (c’est d’ailleurs DEJA le cas dans les aéroports américains, dans lesquels les technologies les plus liberticides et déshumanisantes sont d’ores et déjà d’application, de même que dans certains aéroports européens) ! Le développement de la biométrie, utilisée au départ uniquement pour les CRIMINELS, le prouve aisément.

Il a ensuite ajouté que l'utilisation de nouvelles cartes d'identité avec des puces électroniques et d'autres mesures sécuritaires difficilement copiables pourraient prévenir le vol d'identité d'individus.

Commentaire : ben voyons ! Avec ce genre de mentalité, les puces implantables deviendraient obligatoires dès demain pour chaque citoyen américain ! Ce sale type ne semble pas avoir lu les articles signalant que la RFID est hautement piratable (et nocive pour la santé et les libertés)… Il n’y a RIEN DE PLUS RISQUE QUE L’IDENTIFICATION ELECTRONIQUE, en ce qui concerne le vol d’identité ! Mais il faut bien que ce chef de la Gestapo américaine réussisse à faire avaler au peuple crédule que ces moyens d’identification électroniques sont tout à fait « sûrs », « positifs » et même qu’ils « protègent la vie privée ». Comme l'expliquait Hitler, plus un mensonge est gros, mieux il passe !

Pour appuyer ses propos, M. Chertoff a souligné, à titre d'exemple, qu'un permis de conduire, dans sa forme actuelle, pouvait être copié par n'importe qui à partir d'un ordinateur personnel. Cette personne pourra ensuite voler l'identité de son détenteur et envahir sa vie personnelle.

Selon lui, cette situation ne sera plus possible si on utilise une documentation sécurisée.

Commentaire : ce Chertoff est le roi des imbéciles ! On le lui a sans doute jamais expliqué que tout ce qui est électronique est PIRATABLE et FALSIFIABLE, et ce peu importe le degré de "sécurisation" ! La soi-disant « sécurité » des documents électroniques est elle aussi une FABLE, en laquelle seuls les faibles d’esprit auront la bêtise de croire ! Les moyens électroniques ne sont certainement pas plus sûrs que les schémas, filigranes, sigles spéciaux placés sur le papier, le carton ou le plastique. On remarquera que la soi-disant « facilité » de copier les documents papier américains n’a JAMAIS posé problème à ces salauds depuis que ces documents existent. Et subitement, là, aujourd’hui, cela les dérange ! Chertoff croit sans doute que la majorité des gens est aussi stupide et imbécile que lui ou que son demeuré de président (Caligula Bush).

Le discours de M. Chertoff a été accueilli plutôt froidement par les participants à la conférence.

Commentaire : vous allez voir que « froidement » n’est pas le mot exact. Son discours a été accueilli par des LÂCHES qui n’ont pas osé dire un mot de travers ni lui dire ses quatre vérités en face ! Mais poursuivons…

Le directeur de la technologie à l'Union des libertés civiles américaine, Barry Steinhardt, a ainsi indiqué que les États-Unis font des demandes de listes de passagers à des pays comme le Canada, mais qu'ils ne peuvent le faire sur leurs propres citoyens, notamment en raison de questions de vie privée.

Commentaire : Wouaouw ! Quelle opposition ! Quel argument ! ON croirait entendre un gamin de 5 ans tout intimidé ! M. Steinhardt ne cite nulle part les droits constitutionnels, ni les droits de l’Homme, ce qui aurait pourtant eu plus d’impact. Et il ne dénonce surtout pas Chertoff pour ce qu’il est : un FASCISTE et un NAZI au service de la DICTATURE bushienne !

Un responsable européen de la protection des données personnelles a abondé dans le même sens. Il a dénoncé que le gouvernement américain semblait bien préoccupé par la protection de la vie privée des citoyens des États-Unis, mais que ses préoccupations s'amenuisent rapidement lorsqu'il s'agit de protéger la vie privée des citoyens non américains.

Commentaire et conclusion : ici, c’est encore BIEN PIRE ! Ce type (un Européen), qui soi-disant « défend » nos libertés européennes, fait pis que mieux ! Ce qu’il dit est même EXTREMEMENT GRAVE, et ne peut être interprété que d’une seule façon dans l’esprit de ces dictateurs fêlés, c’est-à-dire comme une demande d’un renforcement de la « protection » de la vie privée des non américains partout dans le monde sur base du modèle de « protection » de la vie rivée des citoyens US… or, cette façon de « protéger » les citoyens américains, cela consiste à les ESPIONNER, à les SURVEILLER, à les CONTRÔLER, à les REPRIMER en permanence et à VIOLER LEUR VIE PRIVEE sans vergogne (c’est bien ce que Chertoff a expliqué plus haut) !!! Comprenez donc que les dirigeants américains peuvent interpréter cela comme un souhait d’étendre la surveillance à l’américaine A L’ENSEMBLE DES PAYS NON AMERICAINS, DONC AU MONDE ENTIER !!!

C’est tout bonnement HONTEUX : ces gens, qui sont SUPPOSES défendre les libertés du peuple, n’ont aucun cran et aucun courage. Ce sont des PLEUTRES et DES LÂCHES qui n’ont rien dans le pantalon ! Ces sans-couilles n’ont pas été foutus de dire ce qu’il fallait à Chertoff. Ce qu’il aurait fallu oser dire, c’était quelque chose du genre : « M. Chertoff, vous nous MENTEZ et vous tentez de nous manipuler de façon honteuse. Vous prétendez que davantage de surveillance de la part de l’Etat signifie davantage de sécurité et est un gage du respect de la vie privée. C’est archi-FAUX. La centralisation du pouvoir, la surveillance et l’espionnage de chaque citoyen ne mènent qu’à une seule chose : la TYRANNIE ! Vous êtes en train de copier ce que les Nazis ont effectué avant vous, M. Chertoff. VOUS ETES UN NAZI, un dangereux CRIMINEL, et vos paroles ne montrent aucun respect pour les droits et libertés de base, ni pour la vie privée, ni pour les individus. Vous êtes un DANGER pour la démocratie et pour la paix, et vous méritez d’être traîné devant une cour pénale internationale pour crime contre votre peuple et contre l’humanité. N’attendez aucune concession de notre part. »

Mais là, non… RIEN. Pas un mot de travers ! Ces « défenseurs des libertés » sont des lâches, des prostitués, des incompétents qui n’ont rien dans le froc ! ET C’EST SUR EUX QUE VOUS VOUDRIEZ COMPTER POUR QUE NOS LIBERTES SURVIVENT ???

Mes chers amis, une chose est désormais EXTRÊMEMENT CLAIRE : si VOUS-MÊMES, en tant qu’INDIVIDUS et que citoyens, NE VOUS SOULEVEZ PAS AFIN DE DEFENDRE VOS LIBERTES, vous tomberez (vous, votre famille, vos enfants, petits-enfants et vos amis) dans un régime REPRESSIF, POLICIER et TYRANNIQUE ! Et ce régime-là sera encore BIEN PLUS TERRIBLE que le régime nazi, ne serait-ce qu’au niveau technologique.

A VOUS d’agir, donc, en VOTRE NOM et au nom de vos proches, afin de PROTEGER VOTRE VIE PRIVEE, VOS LIBERTES, VOS DROITS et votre DIGNITE d’être humain souhaitant vivre dans une société respectueuse des libertés et des individus !

Je terminerai enfin par vous rappeler l’article 35 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1793 :

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

A bon entendeur…


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 01/07/2008 01:08:22 (01/07/2008 10:08:22)

FRANCE TECHNO-NAZIE : UN NOUVEAU FICHIER ET UNE NOUVELLE BASE DE DONNEES CENTRALISEE SUR LES BANDES DES CITES !!!

Chers amis,

Nicolas Sarkozy et son gouvernement de merdeux pro-nazis et anti-libertés pourront en tout cas se vanter d’avoir réalisé un exploit jamais atteint jusqu’ici et jamais égalé : celui d’avoir supprimé plus de 2 siècles de libertés et de démocratie relative en un peu plus d’un an !

Autre triste record à leur actif : celui d’avoir toujours considéré (et de continuer à considérer) les gens comme de la merde et de la « racaille » !

L’ARTICLE CI-DESSOUS NOUS SIGNALE AINSI L’APPARITION D’UNE ENIEME BASE DE DONNEES CENTRALISEE ET D’UN NOUVEAU FICHIER DE POLICE SPECIALISE ET DESTINE A REPERER, IDENTIFIER ET REPRIMER LES BANDES DES CITES !!!

LE BUT ET L'EXCUSE ? AMELIORER LA "PREVENTION" , C'EST-A-DIRE AMELIORER L'ARBITRAIRE !!!

On constatera donc que l’attitude du Sarkonazi et de son gouvernement de vipères à l’égard des gens des cités n’a pas changé d’un iota : racaille un jour, racaille toujours ! Le tout en tentant, via la propagande et la désinformation médiatique, de redorer son image. C’est là l’hypocrisie la plus éclatante qui soit.

Ce nouveau fichage des bandes des cités est initié par la répugnante et vomitive Rachida Dati.

Mais hélas, chers amis de fRANCE (petit « f », grand « RANCE »), vous avez déjà ACCEPTE une myriade d’autres mesures sans oser ouvrir la gueule. Vous avalerez donc bien cette nouvelle tranche de mesure policière, liberticide et répressive ? A moins que, écoeurés, vous vous décidiez ENFIN à réagir ?

L’article odieux des putes des mass médias ci-dessous…

BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/06/30/01016-20080630ARTFIG0026…

RACHIDA DATI VA FICHER LES BANDES DES CITES

Jean-Marc Leclerc

30/06/2008

Au cours des huit premiers mois de 2007, 147 rixes impliquant des groupes de jeunes ont été constatées en Ile-de-France, 10 % d'entre elles ayant lieu dans la capitale.

Ficher les bandes ? L'idée de la ministre de la Justice, Rachida Dati, n'est pas franchement nouvelle. Mais au fil des affaires qui visent la capitale, comme sur le Champ-de-Mars dans la nuit du 20 au 21 juin, une question ne cesse de se poser : pourquoi n'a-t-on pas été capable de prévoir de telles violences collectives ?

La police ne manque pas de rapports descrïptifs sur le phénomène. Dans une note du 5 septembre 2007, les Renseignements généraux de la Préfecture de police de Paris estiment que «la capitale (…) est particulièrement exposée aux déclenchements de rixes». On y parle de 147 affaires en Ile-de-France pour les huit premiers mois de 2007 contre 130 pour la même période en 2006. Et les analystes de préciser que «10 % des actes de violences collectives enregistrés en Ile-de-France ont eu lieu dans la capitale».

C'est donc pour améliorer la prévention que Rachida Dati propose aujourd'hui un «fichier sur les bandes organisées». «L'idée est d'identifier ces bandes», expliquait-elle, hier, dans le Journal du dimanche, mais aussi «d'anticiper leurs mouvements, de savoir comment elles se construisent, comment elles fonctionnent, comment elles agissent. De nombreux pays européens le font.»

«J'ai eu vendredi, à son initiative, une réunion avec le président de la République sur ce sujet», a-t-elle confié. Autant dire un quasi conseil de crise, car selon l'Élysée, étaient présents à ces discussions sa collègue de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, le secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant, le préfet de police de Paris, Michel Gaudin, et le directeur général de la police nationale, Frédéric Péchenard.

«Le président était en Israël quand les événements parisiens se sont produits et il voulait faire le point», explique-t-on dans son entourage. Il faut dire que le VIIe arrondissement n'avait pas connu de tels débordements depuis les manifestations contre le CPE en 2006. «Imaginez trois cents gaillards qui frappaient et rackettaient au hasard les gamins venus fêter entre amis la fin des épreuves du bac au pied de la tour Eiffel. Ils cassaient tout sur leur passage et nous avons compté plusieurs blessés dans nos rangs, dont un grave», se souvient l'un des responsables du maintien de l'ordre, la semaine dernière, dans la capitale. Bilan judiciaire de la soirée : 22 gardes à vue, 13 déferrements et seulement deux personnes incarcérées, ce malgré les lois renforçant la répression contre les mineurs délinquants.

«Mettre fin à une hypocrisie»

La garde des Sceaux l'assure aujourd'hui : «Nous interpellerons tous ceux qui ont commis ces violences.» Elle indique, au passage, que le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a été fermement invité à installer quinze caméras pour surveiller, de jour comme de nuit, les abords du Champ-de-Mars.

Les fichiers sont-ils vraiment une solution ? «Depuis le gang des Apaches au début du siècle dernier, celui des bandes à Paris est alimenté régulièrement, tandis que les RG nationaux détiennent une base de données qu'ils complètent avec le fichier des brigades spécialisées», précise un expert. «Mais il faut bien le reconnaître, tout cela est morcelé et fonctionne de façon assez artisanale», déplore un commissaire de police.

Pour Bruno Beschizza, le secrétaire général du syndicat de policiers Synergie-Officiers, majoritaire à Paris, le système Dati aurait «au moins le mérite de mettre fin à une hypocrisie en dotant la police d'un fichier officiel sur les bandes». Encore faudra-t-il que la Commission nationale sur l'informatique et les libertés ne décide pas d'interdire cette initiative.


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 27/07/2008 23:20:23 (28/07/2008 08:20:23)

fRANCE LIBERTICIDE ET TECHNO-NAZIE : APRES LES FICHIERS ARDOISE ET EDVIGE, VOICI LE FICHIER CRISTINA, CLASSE « SECRET DEFENSE », QUI DEBARQUE DANS LE SILENCE LE PLUS COMPLET !!!

Chers amis,

La fRANCE (petit »f » et grand « RANCE »), qui est désormais devenue, hélas, un ETAT-POLICIER et une DICTATURE sous son président-dictateur Sarkozy, ne cesse de s’enfoncer dans les mesures liberticides !

APRES LES DERNIERS FICHIERS DE POLICE LIBERTICIDES EN DATE (« ARDOISE » ET « EDVIGE », qui possèdent tous deux des données PRIVEES et qui, pour Edvige, fichent les jeunes dès 13 ans) , VOICI QU’UN AUTRE FICHIER, BAPTISE « CRISTINA » (pour «CENTRALISATION DU RENSEIGNEMENT INTERIEUR POUR LA SECURITE DU TERRITOIRE ET LES INTERETS NATIONAUX ») , DEBARQUE PRATIQUEMENT EN SECRET ET DANS LE DOS DES CITOYENS !

CE FICHIER CRISTINA EST CLASSE « SECRET DEFENSE », ET AUCUN ORGANE DE « DEFENSE OFFICIEL » NE PEUT INTERVENIR ! ET IL CONTIENDRA, BIEN ENTENDU, DES DONNEES PRIVEES (= suppression progressive de la vie privée), NON SEULEMENT SUR L'INDIVIDU, MAIS AUSSI SUR SES PROCHES (= suppression progressive de la liberté d'association)!!!

NOTONS QUE LES FICHIERS CRISTINA ET EDVIGE PROVIENNENT DE LA REFORME DU RENSEIGNEMENT (des services secrets, autrement dit) !

Le Sarkonazi n’a-t-il pas dit qu’il voulait un « homeland security » (basé sur le principe de l'exécutif unitaire selon Carl Schmitt, le juriste d'Adolf Hitler !) et un « FBI » ??? Voici donc à quoi mène sa politique atlantiste et mondialiste putride, répugnante, répressive et totalitaire !

Le pire, dans tout cela, c’est que la grande majorité du peuple croit sans doute encore à la MYSTIFICATION selon laquelle cela va aider à « remettre de l’ordre » en France et à arrêter les « criminels » !

Le gros problème, c’est qu’à présent, TOUTE PERSONNE en France, dès 13 ans, est CRIMINALISEE, c’est-à-dire considérée comme un criminel potentiel !

Autre gros problème : les nouveaux fichiers VIOLENT LA VIE PRIVEE des individus : le rang social, les tendances sexuelles, le rôle politique, économique, social, ou religieux, voire même les COMPORTEMENTS et les DEPLACEMENTS font partie des données reprises sur ces fichiers fascistes !

Le pouvoir ne cesse de se centraliser, et la direction que la France a pris vers la dictature ne cesse de se préciser et de se renforcer !

La contestation existe certes, mais elle est toujours MOLLE (on n’a pas encore vu de révolte digne de ce nom, simplement une contestation douce et démocratique dans un système qui, lui, ne possède plus une base démocratique du tout mais bien dictatoriale : la lutte « antiterroriste », le contrôle et la répression permanents de la police, et la société de la pensée unique ! ). Dans ce cas, attendons-nous à ce que cette contestation molle soit absolument inutile, et à ce que les dirigeants se moquent des arguments invoqués et crachent à la gueule du peuple (un peuple QUI NE SAIT PLUS SE FAIRE RESPECTER, hélas !).

Notons encore l’ABSENCE TOTALE D’OPPOSITION DE CETTE SALOPE DE CORROMPUE DE CNIL (financée par le gouvernement pourri, qui "s'interroge" face à ce danger imminent et qui, même pour le fichier Edvige, OSE encore donner un « AVIS FAVORABLE », avec quelques « réserves » quand même, histoire de ne pas dire qu’elle n’a rien foutu et de ne pas avouer que sa corruption est complète que son utilité est nulle).

SANS REACTION PERSONNELLE ET IMMEDIATE DE LA PART DES CITOYENS ET DES INDIVIDUS, LA FRANCE VA SOMBRER DANS L’ABYSSE DE LA SOCIETE DE CONTRAINTE !!!

La fRANCE s’américanise (et donc se renazifie), pour son plus grand malheur…

La suite sera TERRIBLE.

L’article des putes souillées des mass médias (qui tentent encore une fois, comme vous le constaterez, de BANALISER ces fichiers en TROMPANT le peuple en lui expliquant que ce genre de choses « existait déjà avant », et qu’il n’y a donc pas lieu de se préoccuper, de s’inquiéter ni re se révolter, surtout ), ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE ET BONNES SOUFFRANCES !

Vic.


Source : http://www.lemonde.fr/archives/article/2008/07/24/edvige-cristina-ardoise-l…

EDVIGE, CRISTINA, ARDOISE : LA DIFFICILE MOBILISATION CONTRE LES FICHIERS DE POLICE

LE MONDE | 24.07.08 | 14h21 • Mis à jour le 25.07.08 | 19h07

QUAND EDVIGE MASQUE CRISTINA... Trois cent vingt-huit associations, syndicats et partis politiques ont signé l'appel pour obtenir l'abandon du fichier de police baptisé Edvige (acronyme pour Exploitation documentaire et valorisation de l'information générale), et 46 110 personnes avaient paraphé, jeudi 24 juillet, la pétition. Parmi les dernières organisations à rejoindre le collectif Non à Edvige, figurent la branche française d'Amnesty International et, depuis le 22 juillet, la CFDT. La centrale syndicale, tout comme FO, a rejoint le mouvement pour déposer un recours devant le Conseil d'Etat.

PENDANT CE TEMPS, LE FICHIER CRISTINA (CENTRALISATION DU RENSEIGNEMENT INTERIEUR POUR LA SECURITE DU TERRITOIRE ET LES INTERETS NATIONAUX) PREND FORME SANS OPPOSANT. CLASSE "SECRET DEFENSE", C'EST COMME S'IL N'EXISTAIT PAS. IL CONTIENT AUSSI DES DONNEES PERSONNELLES SUR LES PERSONNES FICHEES MAIS SON SPECTRE EST PLUS LARGE PUISQU'IL ENGLOBE LEURS PROCHES ET LEURS RELATIONS.

LES DEUX FICHIERS ONT UN POINT COMMUN ; ILS SONT TOUS DEUX ISSUS DE LA REFORME DU RENSEIGNEMENT qui a abouti au démantèlement des Renseignements généraux (RG). Une partie des fonctionnaires rejoint la sécurité publique au sein d'une nouvelle sous-direction de l'information générale (SDIG) ; une autre fusionne avec la DST pour former la direction centrale du renseignement intérieur.

Logiquement, LE FICHIER DES "RG" A SUIVI LE MEME PARCOURS DONNANT NAISSANCE, LE 1ER JUILLET, D'UN COTE A EDVIGE, DE L'AUTRE A CRISTINA, QUI CONSERVE LE CARACTERE SECRET DE L'ANCIEN FICHIER DST. MAIS L'UN EST SOUMIS AU CONTROLE DE LA COMMISSION NATIONALE DE L'INFORMATIQUE ET DES LIBERTES (CNIL), L'AUTRE PAS.

"DONNÉES SENSIBLES"

La mobilisation des anti-Edvige n'a cessé de s'amplifier depuis la publication du décret instituant le fichier POUR LEQUEL LA CNIL A DONNE UN AVIS FAVORABLE AVEC DES "RESERVES" - notamment sur la traçabilité des consultations, jugée insuffisante. Le collectif proteste ainsi contre l'extension, dès l'âge 13 ans, des personnes qui peuvent y figurer dès lors qu'elles portent atteinte à "l'ordre public". Une disposition qui n'était pas précisée dans la version RG du fichier régi par un décret de 1991.

En réalité, le fichage des adolescents, déjà autorisé dans le cadre de fichiers de police judiciaire comme celui des empreintes génétiques, se faisait même dans le domaine du renseignement. "C'est une logique de clarté qui a prévalu", affirme l'entourage de la ministre de l'intérieur, Michèle Alliot-Marie, en présentant Edvige comme un fichier "un peu toiletté". "La folie des fichiers n'a pas épargné les mineurs", relevait, dès avril 2007, le Syndicat de la magistrature (SM, gauche) dans son bulletin Justice, en dénonçant le manque de "disposition protectrice" dans l'ordonnance de 1945.

Autre source de mécontentement : comme dans l'ancien fichier des RG, EDVIGE PEUT COLLECTER DES DONNEES SUR TOUTE PERSONNE JOUANT "UN ROLE POLITIQUE, ECONOMIQUE, SOCIAL OU RELIGIEUX SIGNIFICATIF". MAIS IL SERA POSSIBLE, EN PLUS, D'Y FAIRE FIGURER DES PARAMETRES PERSONNELS COMME L'ORIENTATION SEXUELLE OU LA SANTE. Le gouvernement s'appuie pour cela sur la loi du 6 août 2004, dont les décrets n'étaient jamais parus...

"Initialement, les COMPORTEMENTS et DEPLACEMENTS des personnalités devaient y figurer, déclare le secrétaire général de la CNIL, Yann Padova.

Quant aux données sensibles sur la santé ou l'orientation sexuelle, nous avons obtenu qu'elles soient mentionnées de manière exceptionnelle et non sans limite comme cela était prévu." La CNIL a craint aussi que le décret Edvige ne soit pas publié. Le ministère dément : "Il n'y a jamais eu
d'hésitation à ce sujet."

La bataille sur les fichiers de police est loin d'être finie. Récemment, la CNIL a été sollicitée, par courrier, par les services de Mme Alliot-Marie pour se prononcer dès septembre sur Ardoise. En avril, la ministre avait pris la décision de suspendre ce logiciel censé alimenter la future base de données commune à la police et à la gendarmerie, et qui devait comporter des éléments sur l'orientation sexuelle, l'appartenance syndicale ou religieuse, ou, le cas échéant, la mention "SDF" des personnes fichées. A la CNIL, qui n'a pas le pouvoir d'empêcher la création d'un fichier, on "s'interroge" aujourd'hui sur cette saisine.

Isabelle Mandraud

Article paru dans l'édition du 25.07.08.


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 25/10/2008 07:54:41 (25/10/2008 16:54:41)

BELGIQUE TECHNO-NAZIE ET LIBERTICIDE : BIENTÔT, TOUT CITOYEN SERA FICHE ! UNE LOI POUR LES FICHIERS ET BASE DE DONNEES DE LA POLICE EST EN COURS D’ELABORATION !!!

Chers amis,

DEPUIS 1998 (BIEN AVANT 2001, DONC), LA BELGIQUE EST UN ETAT-POLICIER ANTICONSTITUTIONNEL. EN EFFET, DEPUIS 1998, LA POLICE BELGE PEUT RÉCOLTER DES DONNÉES SUR DES PERSONNES OU DES GROUPEMENTS , CE QUI EST ANTICONSTITUTIONNEL PUISQUE LA CONSTITUTION GARANTIT NOTAMMENT LA LIBERTÉ D’EXPRESSION, DE CULTE ET D’ASSOCIATION.

LES SINISTRES INDIVIDUS DU GOUVERNEMENT TOTALITAIRE BELGE SONT EN TRAIN DE DÉFINIR EN CE MOMENT UN PROJET DE LOI AFIN « D’ENCADRER » CETTE PRATIQUE LIBERTICIDE ET DICTATORIALE DU PRÉLÈVEMENT DE DONNÉES CONCERNANT LES INDIVIDUS OU LES GROUPEMENTS !

Ces sombres crapules pratiquent à nouveau un double discours, prétendant soi-disant garantir les libertés personnelles d’un côté, tout en donnant un « nouvel outil » aux forces de police de l’autre ! Inutile de préciser que puisque ces données existent et sont exploitées, fût-ce dans un cadre « strict », la vie privée et les libertés de n’importe quel citoyen belge est en danger ! N’oublions jamais que qui dit « contrôle », dit aussi « répression » !

Bien entendu, l’immonde ministre de l’Injustice, Jo Vandeurzen, se hâte de RASSURER les masses en précisant que les données en question doivent posséder une valeur pénale. Sous-entendu : n’importe quelle donnée ne peut entrer dans cette base de données liberticide, il faut que cela puisse intéresser la police…

Manque de bol : à l’heure actuelle, nous savons que n’importe quel renseignement sur n’importe quel citoyen intéresse les flics, et qu’il suffit de lois criminalisant les dissidents, les opposants, les internautes, les bloggers, les gens qui téléchargent de la musique enligne « illégalement » via peer-to-peer, les contestataires, les manifestants, les syndicalistes, les activistes et les militants en tout genre pour que les données privées d’une personne (orientation politique, préférences sexuelles, convictions religieuses, messages sur le web, conversations téléphoniques etc.) soient espionnées et enregistrées dans la base de données en question !!!

Enfin, le titre de l’article, « Pas encore tous fichés », est lui-même préoccupant. En effet, c’est le mot « encore » qui pose problème, laissant sous-entendre que cela ne mettra plus longtemps avant que n’importe qui soit fiché…

En attendant, aucune action d’opposition réelle n’est prévue, et ce ne sont certes pas les « réactions des différentes associations soucieuses de préserver les libertés individuelles et le respect de la vie privée » (réactions molles, démocratiques et polies dans un système liberticide et anti-démocratique) qui risquent d’éliminer ce danger infini pour nos libertés…

L’article des putes des mass médias (qui cautionnent encore la position totalitaire et liberticide des autorités belges ), ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : journal belge « Metro » n°1771 du vendredi 24 octobre 2008, p.02 ( http://www.metrotime.be/ )

PAS ENCORE TOUS FICHES

Bruxelles – Il y aura un débat au parlement sur les fichiers policiers, est-il ressorti hier de questions posées à la Chambre au ministre de la Justice, Jo Vandeurzen. Le ministre envisage d’ailleurs l’adoption d’une loi pour encadrer cette pratique controversée.

Une loi de 1998 autorise les services de police à collecter des renseignements sur des personnes ou des groupements. Une banque de données existe déjà, a indiqué le ministre, même si un arrêté royal doit être pris pour assurer la mise en œuvre de la loi.

Un texte était en cours d’élaboration sous la précédente législature mais il n’a pas abouti. Le gouvernement actuel a repris cette tâche, ce qui a suscité des réactions de différentes associations soucieuses de préserver les libertés individuelles et le respect de la vie privée.

La mise en œuvre de la loi permettrait à la police de conserver des données personnelles. Des députés MR, PS, cdH, CD&V, N-VA et sp.a sont intervenus hier ne séance plénière pour rappeler les impératifs de respect de la vie privée, tout en notant l’importance de donner aux services de police des outils leur permettant de mener à bien leur mission. Tous ont en outre réclamé un débat au parlement sur cette question.

« Si le parlement veut un débat, ça ne me pose aucun problème. Je pense même qu’il est préférable d’ancrer dans une loi certains éléments de cette banque de données », a répondu M. Vandeurzen.

Il s’est voulu rassurant sur les données collectées. Elles doivent pouvoir faire l’objet d’une qualification pénale, a-t-il précisé. La loi pourra définir qui a accès à cette banque de données.


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 11/11/2008 06:52:46 (11/11/2008 15:52:46)

LA FÉDÉRATION INFORMATIQUE DU QUÉBEC CHANGE DE NOM

Technaute.ca
10 novembre 2008 | 14 h 26

La Fédération qui travaille en informatique depuis 30 ans au Québec change de nom pour devenir le Réseau Action TI.

Le Réseau regroupe 10 000 membres qui oeuvrent dans le secteur des technologies de l'information.Il est notamment l'organisateur du concours des Octas, de la Journée de l'informatique du Québec et du salon annuel de la BI (Business Intelligence).

Ce changement de nom s'accompagne d'un changement au sein de la Fédération.

«L'industrie souhaite une organisation forte, crédible et représentative pour assumer le leadership nécessaire. Nous allons assumer ce leadership et allons agir sur plusieurs fronts à la fois», dit Jacques Topping, président du Réseau Action TI.

Le réseau dit s'être donné un programme «ambitieux» pour «faire face aux nombreux défis qui se poseront à l'industrie des TI au cours des prochains mois et des prochaines années».

Le regroupement souhaite notamment assurer la relève en TI, valoriser la profession et établir d'autres partenariats avec des organismes du secteur des TI.


http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/200811/10/01-38205-la-federation-…

vicflame
Messages postés : 298
Posté le 16/12/2008 20:45:18 (17/12/2008 05:45:18)
212.68.197.69 - Modération

BELGIQUE TECHNO-NAZIE : SANTE ELECTRONIQUE (E-HEALTH) : CREATION D’UN CONSORTIUM A VOCATION INTERNATIONALE ET DE L'EXTENSION DE DOMAINE .HEALTH !!!



Chers amis,

Nous avons vu à de multiples reprises et vie de nombreux articles que tout ce qui est électronique est piratable, et que les bases de données représentent un danger colossal pour les libertés et la vie privée.

Nous savons désormais aussi, sans le moindre doute possible, que les projets de santé électronique (e-health) sont destinés, entre autres, à soutenir, à répandre et à généraliser les perfides dossiers médicaux électroniques et les dangereuses bases de données centralisées liées au domaine de la « santé ». Tous ces procédés représentent un danger évident et avéré pour la vie privée et les libertés.

Nous avons aussi obtenu la certitude que ces dossiers médicaux électroniques et bases de données centralisées constituent l’étape préliminaire pour faire passer, par la suite, les puces implantables cancérigènes et de contrôle total des individus ! Rappelons que malgré leur aspect cancérigène, les puces implantables sont toujours vendues et promues comme un outil de prévention soi-disant « médical »…


La Belgique, centre névralgique de la Bête européenne, joue hélas un rôle hyper actif dans la mise en place de l’appareil d’asservissement des populations et des individus…

AUJOURD’HUI, NOUS APPRENONS QU’UN CONSORTIUM (L’ISOC, UNE ORGANISATION QUI GERE LES PROTOCOLES INTERNET A L'ECHELLE INTERNATIONALE) A ÉTÉ CRÉÉ EN BELGIQUE AFIN DE RÉPANDRE ET GÉNÉRALISER LES PROJETS DE « SANTÉ ÉLECTRONIQUE » ! LE BUT EST NOTAMMENT DE CRÉER UNE EXTENSION DE DOMAINE INTERNATIONALE: .HEALTH.

CE CONSORTIUM POSSÈDE DES VUES INTERNATIONALES (COMPRENEZ « MONDIALES ») ET SE PROPOSE DÉJÀ DE REGROUPER D’AUTRES GOUVERNEMENTS POURRIS AFIN DE MONDIALISER SON CONCEPT ATROCE ! LE FAIT QUE L’ISOC S’OCCUPE D’INTERNET VOUS FAIT BIEN COMPRENDRE QUE LES DONNÉES MÉDICALES ÉLECTRONIQUES SERAIENT DESTINÉES À FIGURER, SOUS UNE FORME OU L’AUTRE, SUR LE WEB… CE QUI CONSTITUE UN PÉRIL GIGANTESQUE !

C’EST AINSI QUE LE ROYAUME-UNI DE BIG BROTHER (SANS SURPRISE…), HONG KONG ET LE CANADA ONT DÉJÀ RÉPONDU FAVORABLEMENT ! BIEN ENTENDU, LES CRIMINELLES CRAPULES DE LA COMMISSION EUROPÉENNE SE SONT EMPRESSÉES D’ADHÉRER À CE PROJET PUANT !


Les candidats souhaitant adhérer à ce projet doivent évidemment obligatoirement collaborer avec l’Isoc (principe totalitaire et liberticide oblige), sans quoi ils « auront un problème » (sic) !

Ces charognes de mondialistes travaillent toutes de concert afin de nous prendre de vitesse et de supprimer un peu plus encore nos libertés. Car, une fois que les gouvernements adhéreront à ce projet, selon elles, « il ne pourra que réussir » ! NOUS DEVONS DONC NOUS OPPOSER TRES FERMEMENT ET EXTRÊMEMENT VITE A CE GENRE DE PROJET, SANS QUOI NOUS ALLONS LE PAYER TRES CHER !

L’échéance pour les bases internationales et les premières applications de ce projet semble être la fin de l’année 2009… Décidément, 2009 ne s’annonce pas bien du tout, et des actions de résistance pour éviter ce genre de dérive et de danger constituent une condition sine qua non pour la sauvegarde de nos libertés et de notre vie privée !

L’article de propagande de merde en faveur de ces abominables technologies d’asservissement de l’humanité, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic.



Source : http://www.datanews.be/fr/news/90-53-21171/les-belges-initient-l-extension-…

LES BELGES INITIENT L'EXTENSION DE DOMAINE .HEALTH

21 novembre 2008 -- Frederik Tibau

Plusieurs Belges ont mis sur pied un CONSORTIUM censé développer une proposition en vue d'une extension de domaine internationale .health.

En 2000 déjà, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) introduisait une proposition réclamant la création d'un suffixe .health, demande rejetée à l'époque par l'Icann. Huit ans plus tard, L'INITIATIVE REVIENT non plus à l'OMS, mais bien AU DEPARTEMENT BELGE D'ISOC, UNE ORGANISATION QUI GERE LES PROTOCOLES INTERNET A L'ECHELLE INTERNATIONALE.

"Il y a quelque temps, je dînais avec Frank Lievens, responsable de The International Society for Telemedicine & eHealth (ISfTeH), évoque Rudi Vansnick, directeur général d'Isoc Belgium. Nous nous demandions ce qui pouvait expliquer l'échec d'un si grand nombre de projets e-health. Pour nous, la principale explication résidait dans un MANQUE DE CONFIANCE. Résultat, si je me fais écraser par une voiture en Afrique par exemple, le médecin local n'a aucun accès à mes données médicales. Nous sommes donc partis de ce constat pour créer une ébauche de solution."


International

VANSNICK ET LIEVENS ONT DONC DECIDE DE CREER UN CONSORTIUM VISANT A DEVELOPPER UNE PROPOSITION EN VUE D'UNE EXTENSION DE DOMAINE INTERNATIONALE, .HEALTH. "Ce suffixe serait uniquement octroyé aux parties certifiées, afin de garantir la sécurité et la confidentialité des données reprises sous chaque nom de domaine .health." Précisons qu'aujourd'hui déjà, il est possible d'organiser l'échange de données médicales entre deux hôpitaux belges.

La différence, c'est que .HEALTH A DES VISEES INTERNATIONALES. N'est-ce pas fixer la barre un peu trop haut? "Là encore, tout est question de confiance, poursuit Vansnick. Ce n'est pas parce que quelqu'un se présente comme docteur qu'il en est forcément un. La banque de données .be contient elle aussi pas mal d'imposteurs, avec de fausses adresses. Le système de domaine .be actuel ne permet donc pas à un médecin de fournir des garanties imparables SUR SA VERITABLE IDENTITE professionnelle."

Isoc Belgium et l'ISfTeH espèrent améliorer quelque peu les choses par le biais d'une zone .health sécurisée. "Notre objectif est que seule une entité physique certifiée puisse obtenir un nom de domaine. Par ailleurs, l'organisation ou l'entité en question doit satisfaire à une kyrielle de conditions. D'ICI LA FIN DE CETTE ANNEE, NOUS COMPTONS ORGANISER A BRUXELLES UN GRAND DEBAT SUR CE THEME, DEBAT AUQUEL TOUTES LES PARTIES INTERESSEES SERONT INVITEES. L'OBJECTIF ULTIME EST EN EFFET BEL ET BIEN QUE D'AUTRES PARTIES ET D'AUTRES GOUVERNEMENTS SE JOIGNENT A NOUS ET ACCEPTENT DE S'ENGAGER DANS UN ACCORD DE COOPERATION."

Toujours selon Vansnick, le ministre BRITANNIQUE des soins de santé a déjà fait connaître son intérêt pour une éventuelle participation, et les échos en provenance du CANADA sont très positifs. L'engagement d'Isoc HONK KONG va plus ou moins de soi, mais LA COMMISSION EUROPEENNE EST EGALEMENT FAVORABLE AU PROJET.

"J'ESPERE QUE LES GOUVERNEMENTS ACCROCHERONT RAPIDEMENT CAR DANS CE CAS, LE PROJET NE PEUT QUE REUSSIR."

Le consortium doit toutefois prendre garde à ne pas tomber dans les erreurs commises par l'OMS en l'an 2000. "Nous marchons sur des œufs.
Ainsi, notre projet est tout sauf commercial. De plus, nous ne sommes pas seuls dans l'aventure, car Isoc Belgium n'a pas les reins assez solides pour cela. Nous avons absolument besoin d'un grand accord de coopération, ne fût-ce que pour l'installation de la plate-forme technique."


Appel d'offres

Le mois de juin 2009 devrait marquer le coup d'envoi de l'appel d'offres chez Icann. D'ici là, le dossier d'Isoc Belgium et de l'ISfTeH devrait également être complètement bouclé. "Cela fait bien entendu pas mal de temps que nous planchons sur ce .health, assure Vansnick. Et à vrai dire, je n'espère pas voir une fumée blanche dès le mois de juin. Ce sera plutôt pour la FIN DE L'ANNEE 2009. Il y a encore trop de questions en souffrance. Je crains que le manuel destiné aux évaluateurs d'Icann soit encore loin d'être au point."

Si d'autres parties désirent s'embarquer dans l'aventure .health, elles ont toujours la possibilité de se joindre au consortium. "SI LES CANDIDATS NE DESIRENT PAS COLLABORER AVEC NOUS, ILS AURONT UN PROBLEME, en ce sens qu'il leur sera beaucoup plus difficile de démontrer qu'ils représentent une grande communauté, susceptible d'offrir des garanties. Si Pfizer désire se voir adjoindre le suffixe .health, l'entreprise ne pourra démontrer en aucune manière qu'elle représente du personnel médical."

Quant à l'exploitation proprement dite de l'extension, elle pose pour l'instant une grande question. Qui va s'en charger et où? "Autant de questions auxquelles le consortium doit apporter une réponse, conclut Vansnick. Une exploitation centralisée en un seul lieu sera sans doute compliquée à concrétiser sur le plan légal. Ce fut d'ailleurs l'un des écueils auxquels a été confrontée l'OMS en 2000. J'ai également voulu lancer cette initiative AU DEPART DE L'EUROPE, afin que d'aucuns ne puissent pas à nouveau arguer qu'il s'agit d'un projet américain, orchestré par l'Icann elle-même. Cette assise européenne ne doit pas être sous-évaluée en termes de crédibilité."


--Message edité par vicflame le 2008-12-17 05:46:17--

maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 15/01/2009 05:35:37 (15/01/2009 14:35:37)

QUÉBEC - BIG BROTHER CHEZ LES TOXICOMANES

Publié le 17 décembre 2008 à 06h13


Selon Chantale, qui a consommé de la marijuana pendant plusieurs années, les usagers des centres de réadaptation en dépendance doivent s'inquiéter du fait que leurs futurs employeurs pourraient obternir des informations sur eux. «Si au moins ce n'étaient que des médecins qui avaient ça entre les mains. Mais là, il y a plusieurs personnes. C'est très intime comme information», dit-elle.

Photo: Martin Chamberland, La Presse

Une banque de données réunissant les informations personnelles des alcooliques et des toxicomanes qui fréquentent les centres de réadaptation en dépendance du Québec est en train de voir le jour. Un petit groupe d'intervenants veut faire avorter ce projet, car il craint que le gouvernement n'utilise ces informations compromettantes à de mauvaises fins.

À leur insu, les alcooliques et les toxicomanes du Québec pourraient bientôt voir leurs informations personnelles voyager d'un ministère à l'autre.

Depuis le mois d'avril, les centres de réadaptation en dépendance (CRD) de la province récoltent une série de données très précises sur leurs clients comme leur nom, leur numéro d'assurance maladie et leur type de dépendance. D'ici quelques mois, ces informations pourraient être centralisées au gouvernement.

Sur les 22 CRD du Québec, seul le Centre Dollard-Cormier à Montréal refuse de participer à cette collecte de données. Les 350 employés du Centre estiment que cette manoeuvre ne respecte pas la confidentialité des dossiers de leurs clients.

«Plein de gens fréquentent les centres de réadaptation en dépendance justement parce que notre service est confidentiel. Il y a des artistes, des gens connus. S'ils savaient que leurs informations circulent partout, ils ne viendraient pas», commente le président du Syndicat des professionnelles et professionnels du Centre Dollard-Cormier, Jacques Normand.

Les personnes qui fréquentent les CRD sont atteintes de dépendances diverses (cyberdépendance, jeux, pornographie, drogue, alcool...).

Jusqu'au mois d'avril, les CRD ne récoltaient que des informations générales sur leurs usagers. Par exemple, un intervenant qui traitait un toxicomane devait transmettre les trois premiers chiffres du code postal de son client ainsi que le type de dépendance dont il souffrait. Il donnait ces informations à la Régie de l'assurance maladie du Québec (RAMQ) qui dressait des statistiques générales (nombre de toxicomanes montréalais, nombre d'alcooliques lavallois, etc.).

Mais en avril, le système de collecte de données a été modifié. Les centres de réadaptation en dépendance doivent maintenant inscrire dans leur banque une série d'informations personnelles.

Les intervenants doivent préciser le profil des usagers. «On doit dire s'ils ont un casier judiciaire, s'ils ont un problème de santé mentale ou s'ils sont itinérants», dit M. Normand.

Le type de dépendance doit aussi être spécifié. Un code est affecté à chaque dépendance. Par exemple, le 4285 désigne les gens accros aux antidépresseurs, le 4253 ceux achetant compulsivement des billets de loterie, le 4293 les consommateurs d'héroïne injectable...

«Si quelqu'un consomme une drogue illégale, on doit donner son nom et son numéro d'assurance maladie. Tout pour l'identifier facilement. Je ne suis pas à l'aise avec ça, critique M. Normand. En tant que psychologue, je suis soumis au secret professionnel. Je ne comprends pas pourquoi j'aurais à divulguer ces informations.»

Le MSSS assure que, pour l'instant, les données sont conservées à l'intérieur des CRD et qu'elles ne sont pas transmises à la RAMQ. M. Normand affirme le contraire. «On transmet déjà nos données détaillées à la Régie», dit-il, en fournissant comme preuve des rapports de transmission.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) reconnaît qu'à court terme, son objectif est de centraliser les statistiques à la RAMQ pour créer une banque de données commune sur les usagers des centres de réadaptation en dépendance.

La mission de cette banque reste floue. «Ça nous permettra de faire des suivis de gestion et des suivis de clientèle», dit la directrice des services sociaux généraux de la jeunesse et communautaire au MSSS, Nicole Lemieux.

M. Normand s'interroge sur l'objectif réel de la banque commune. «On peut se demander quel est l'intérêt pour un gouvernement de se doter d'un fichier central informatisé des alcooliques, toxicomanes et joueurs pathologiques, dit-il. Est-ce aux fins de contrôle, d'enquête ou de surveillance?»

Une banque diffusée partout

Le fonctionnement de la banque commune est détaillé dans un document intitulé Cadre normatif: SIC-SRD. C'est en épluchant ce volumineux dossier que M. Normand a réalisé que l'anonymat des clients ne serait plus protégé.

M. Normand a aussi appris que la banque centrale permettra à différents organismes d'avoir accès aux dossiers de ses clients.

Le «cadre normatif SIC-SRD» mentionne effectivement que «le personnel du MSSS, des Agences de santé et des services sociaux et tout autre partenaire selon les besoins peuvent être des utilisateurs» de la banque de données commune.

«On craint que les dossiers ne soient envoyés au ministère de la Justice, à la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ), au ministère de la Sécurité sociale... énumère M. Normand. Imaginez ce qui arriverait si le ministère de la Justice avait en main le nom et l'adresse des consommateurs d'héroïne du Québec? Le potentiel de discrimination est énorme.»

Pour cette raison, les employés du Centre Dollard-Cormier boycottent la collecte de données depuis avril.

La directrice générale du Centre Dollard-Cormier, Madeleine Roy, comprend les craintes de ses employés. «Je suis en train d'écrire une lettre aux responsables de la banque de données pour savoir ce qui se passe avec l'anonymat des usagers», dit-elle.

Mme Lemieux, du MSSS, assure que la banque commune sera anonyme. «Le projet de banque commune doit être adopté par le Conseil des ministres au cours des prochaines semaines. Mais avant, la Commission de l'accès à l'information devra donner son accord», dit-elle.


http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/200812/17/01-81…

maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 29/01/2009 05:48:17 (29/01/2009 14:48:17)

ECONOMIC STIMULUS? FEDS WANT YOUR MEDICAL RECORDS



Electronic database to include lawsuit, mental health, abortion, sexual details

Posted: January 27, 2009
9:00 pm Eastern

By Bob Unruh
© 2009 WorldNetDaily

A little-discussed provision in President Obama's economic stimulus plan would demand that every American submit to a government program for electronic medical records without a choice to opt out, and it has privacy advocates more than a little alarmed.

Patients might be alarmed, too, privacy advocates said, if they realized information such as documentation on abortions, mental health problems, impotence, being labeled as a non-compliant patient, lawsuits against doctors and sexual problems could be shared electronically with, perhaps, millions of people.

Sue A. Blevins, president of the Institute for Health Freedom, said unless people have the right to decide "if and when" their health information is shared, there is no real privacy.

"President Obama has pledged to advance freedom," she said. "Therefore the freedom to choose not to participate in a national electronic health-records system must be upheld."

Blevins' organization, one of the few raising the alarm at this point, said the stimulus plan would impose an electronic health records system on every person in the U.S. without any provision for seeking patient consent or allowing them not to participate.

"Without those protections, Americans' electronic health records could be shared – without their consent – with over 600,000 covered entities through the forthcoming nationally linked electronic health-records network," Blevins said.

The organization said Americans who care about health privacy should contact members of Congress and the president to let them know about the need for opt-out and consent provisions.

According to the institute, the measure currently includes plans for:

An electronic health record "for each person in the United States by 2014."

A national coordinator to develop a "nationwide health information technology infrastructure that allows for the electronic use and exchange of information."
The institute said the medical privacy rule established under the Health Insurance Portability and Accountability Act of 1996 already allows personal health information to be passed along without patient consent for treatment, payment and "oversight." The recipients of such information could be any of the people in the 600,000 organizations in the industry.

"Nobody wants to stop the proper use of good technology," Blevins said, "and for some people privacy is not an issue."

But she said the bottom line is that patients "would end up losing control of his or her personal health information."

"There's a lot at stake with electronically transferring health data and paying claims within the $2.2 trillion healthcare industry," warned the organization, which works on issues of health freedom in the U.S.

Another group, Consumer Watchdog, even suggested today Google is trying to lobby for the "sale of electronic medical records."

The group said, "Reportedly Google is pushing for the provisions so it may sell patient medical information to its advertising clients on the new 'Google Health' database."

Consumer Watchdog said, "Americans will benefit from an integrated system capable of making our medical records available wherever we may need them, but only if the system is properly used.

"The medical technology portion of the economic stimulus bill does not sufficiently protect patient privacy, and recent amendments have made this situation worse. Medical privacy must be strengthened before the measure's final passage," the group said.

WND previously has reported on attempts in Minnesota by state lawmakers to authorize the collection and warehousing of newborns' DNA without parental consent.

Gov. Tim Pawlenty has been successful in stopping the action there so far.

The Citizens' Council on Health Care has worked to publicize the issue in Minnesota. The group raised opposition when the state Department of Health continued to warehouse DNA without parental consent in violation of the genetic privacy and DNA property rights of parents and children.

Twila Brase, president of CCHC, said at the time the problem is that "researchers already are looking for genes related to violence, crime and different behaviors."

In an extensive interview with WND at the time, she said, "In England they decided they should have doctors looking for problem children, and have those children reported, and their DNA taken in case they would become criminals."

In fact, published reports in Britain note that senior police forensics experts believe genetic samples should be studied, because it may be possible to identify potential criminals as young as age 5.

Brase said efforts to study traits and gene factors and classify people would be just the beginning. What could happen through subsequent programs to address such conditions, she wondered.

"Not all research is great," she said.

Classifying of people could lead to "discrimination and prejudice. … People can look at data about you and make assessments ultimately of who you are."

The Heartland Regional Genetics and Newborn Screening is one of the organizations that advocates more screening and research.

The group proclaims in its vision statement a desire to see newborns screened for 200 conditions. It also forecasts "every student … with an individual program for education based on confidential interpretation of their family medical history, their brain imaging, their genetic predictors of best learning methods. …"

Further, every individual should share information about "personal and family health histories" as well as "gene tests for recessive conditions and drug metabolism" with the "other parent of their future children."

Still further, it seeks "ecogenetic research that could improve health, lessen disability, and lower costs for sickness."

"They want to test every child for 200 conditions, take the child's history and a brain image, and genetics, and come up with a plan for that child," Brase said at the time. "They want to learn their weaknesses and defects.

"Nobody including and especially the government should be allowed to create such extensive profiles," she said.

The next step, said Brase, is obvious: The government, with information about potential health weaknesses, could say to couples, "We don't want your expensive children."

"I think people have forgotten about eugenics. The fact of the matter is that the eugenicists have not gone away. Newborn genetic testing is the entry into the 21st Century version of eugenics," she said.


http://wnd.com/index.php?fa=PAGE.view&pageId=87322

maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 13/02/2009 13:54:13 (13/02/2009 22:54:13)

ARTICLE-CHOC ! USA TECHNO-NAZIS : LE LIBERTICIDE DOSSIER MEDICAL ELECTRONIQUE QU’OBAMA VEUT IMPOSER AUX AMERICAINS, ET LES DERIVES QUI EN DECOULENT !!!

Chers amis,

Au moment où certains Américains hyper naïfs se bercent encore d’illusions et croient encore qu’Obama va « promouvoir la liberté » , voici que l’article suivant est publié.

Ce que ceci signifie est clair : Obama ne défendra absolument pas les libertés des Américains (s’il le voulait vraiment, il aurait d’ailleurs rétabli la Constitution que Bush a éliminée). Au contraire, BARACK HUSSEIN OBAMA SERA LE FOSSOYEUR DES DERNIERES LIBERTES DES AMERICAINS !

C’EST AINSI QU’OBAMA VEUT GENERALISER, POUR TOUT CITOYEN AMERICAIN ET SANS LE CONSENTEMENT DU PATIENT NI LA POSSIBILITE POUR CELUI-CI DE SE RETIRER D’UN TEL SYSTEME LIBERTICIDE, L’UTILISATION D’UN DOSSIER MEDICAL ELECTRONIQUE !!!

Signalons derechef que LA VENTE ET LES MAUVAISES UTILISATIONS DE CES DONNEES (POUR LE PAIEMENT ET LA SURVEILLANCE, PAR EXEMPLE) SONT D’ORES ET DEJA PREVUES, notamment via des multinationales telles que Google et son nouveau et répugnant réseau liberticide, « Google Health » !!!

D’autres projets immondes sont déjà signalés aux USA : ainsi, dans l’état du Minnesota, les autorités ont commencé à rassembler des échantillons ADN des nourrissons sans le consentement des parents !!!

L’article nous signale ensuite des dérives totalitaires de type Big Brother et qui se déroulent… en Grande-Bretagne liberticide !

Le but, à terme, est de pouvoir connaître à l’avance les faiblesses et les défauts des individus ! L’article nous signale que ceci pourrait servir à mettre en place des dérives eugénistes, à savoir que le gouvernement refuserait les futurs bébés présentant trop de risques pour telle ou telle maladie, et qui deviendraient coûteux pour le gouvernement (= nouvelle abomination, et adoration du dieu de l’argent, Mammon). Mais en réalité, cela pourrait aller beaucoup plus loin, et l’article ne le signale même pas : en effet, un gouvernement qui connaît toutes les faiblesses et les défauts physiologiques d’un individu pourrait se servir de cette connaissance pour le rendre délibérément malade et même le tuer, par exemple si cet individu est un contestataire !

Signalons enfin que LES DOSSIERS MEDICAUX ELECTRONIQUES CONSTITUENT LA CONDITION SINE QUA NON POUR METTRE EN PLACE ENSUITE LES PUCES IMPLANTABLES (QUI SONT CANCERIGENES TE PERMETTENT LE CONTROLE COMPORTEMENTAL DE L’INDIVIDU, RAPPELONS-LE) ! Pourquoi ? Parce qu’à l’heure actuelle, les puces sous-cutanées (de VeriChip, par exemple), une fois scannées, ne donnent qu’un numéro d’identification. Il faut ensuite entrer ce numéro d’identification sur une BASE DE DONNEES CENTRALISEE, et ce n’est qu’alors que l’on obtient le dossier médical électronique du patient pucé, avec tous ses antécédents médicaux, ce qui permet également de connaître les faiblesses du patient en question !

Comme nous le voyons, la progression vers une société dictatoriale de contrainte et de répression se poursuit allègrement et sans la moindre pitié, puisque personne ne s’est opposé jusqu’à présent à ce genre de système diabolique !

L’article, traduit pour vous en français, ci-dessous, avec les passages importants en majuscules…

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic.



Source: http://wnd.com/index.php?fa=PAGE.view&pageId=87322

STIMULUS ECONOMIQUE? LES FEDERAUX VEULENT VOS DOSSIERS MEDICAUX

UNE BASE DE DONNEES ELECTRONIQUE VA INCLURE LES POURSUITES JUDICIAIRES, L’ETAT DE SANTÉ MENTALE, LES AVORTEMENTS, LES DETAILS SEXUELS

Posté le 27 janvier 2009
21:00, heure américaine orientale

Par Bob Unruh
2009 WorldNetDaily

UNE DISPOSITION PEU DEBATTU DANS LE PLAN DE STIMULATION ECONOMIQUE DU PRESIDENT OBAMA EXIGERAIT QUE TOUS LES AMERICAINS SE SOUMETTENT A UN PROGRAMME GOUVERNEMENTAL POUR LES DOSSIERS MEDICAUX ELECTRONIQUES, SANS AVOIR LE CHOIX DE SE RETIRER, et cela a rendu les défenseurs de la vie privée un peu plus qu’inquiet.

Les patients pourraient être alarmés aussi, ont dit les défenseurs de la vie privée, s’ils réalisaient que DES INFORMATIONS TELLES QUE LA DOCUMENTATION SUR LES AVORTEMENTS, LES PROBLEMES DE SANTE MENTALE, L’IMPUISSANCE, LE FAIT D'ETRE ETIQUETE COMME UN PATIENT QUI REFUSE D’OBEIR, LES POURSUITES JUDICIAIRES CONTRE LES MEDECINS ET LES PROBLEMES SEXUELS POURRAIENT ETRE PARTAGEES PAR VOIE ELECTRONIQUE AVEC, PEUT-ETRE, DES MILLIONS DE PERSONNES.

Sue A. Blevins, présidente de l’Institute for Health Freedom (Institut pour la Liberté de la Santé), a déclaré qu’à moins que les gens aient le droit de décider « si et quand » l’information concernant leur état de santé est partagée, IL N'Y A PAS DE VERITABLE VIE PRIVEE.

« Le président Obama s'est engagé à promouvoir la liberté », dit-elle. « Ainsi, la liberté de choisir de ne pas participer à un système électronique national de registres de santé, doit être maintenue ».

L’organisation de Blevins, l'une des rares à avoir donné l'alarme à ce point, a déclaré que LE PLAN DE STIMULUS (ECONOMIQUE) IMPOSERAIT UN SYSTEME DE DOSSIERS ELECTRONIQUES DE SANTE POUR CHAQUE PERSONNE AUX ÉTATS-UNIS SANS AUCUNE DISPOSITION POUR OBTENIR LE CONSENTEMENT DU PATIENT OU LUI PERMETTRE DE NE PAS PARTICIPER.

"SANS CES PROTECTIONS, LES REGISTRES ELECTRONIQUES DE SANTE DES AMERICAINS POURRAIENT ETRE PARTAGES - SANS LEUR CONSENTEMENT - AVEC PLUS DE 600.000 ENTITES COUVERTES VIA LE PROCHAIN RESEAU DE DOSSIERS DE SANTE ELECTRONIQUES CONNECTE DE FACON NATIONALE ", a déclaré Blevins.

L'organisation a dit que les Américains qui se soucient de l’intimité en ce qui concerne la santé devraient prendre contact avec les membres du Congrès et le président afin de leur faire connaître la nécessité d’avoir des dispositions concernant le refus et le consentement.

SELON L'INSTITUT, LA MESURE COMPREND ACTUELLEMENT DES PLANS POUR:

UN DOSSIER ELECTRONIQUE DE SANTE POUR CHAQUE PERSONNE AUX ÉTATS-UNIS D’ICI 2014. "

UN COORDINATEUR NATIONAL AFIN DE DEVELOPPER UNE « INFRASTRUCTURE TECHNOLOGIQUE NATIONALE D'INFORMATION SUR LA SANTE, QUI PERMET L'UTILISATION DE L'ELECTRONIQUE ET L'ECHANGE D'INFORMATIONS ».

L'institut a déclaré que LA REGLE DU SECRET MEDICAL ETABLIE SOUS LE HEALTH INSURANCE PORTABILITY ACCOUNTABILITY ACT DE 1996 PERMET DEJA QUE LES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR LA SANTE SOIENT TRANSMIS SANS LE CONSENTEMENT DU PATIENT POUR LE TRAITEMENT, LE PAIEMENT ET LA "SURVEILLANCE". Les destinataires de telles informations pourraient être n’importe quelle personne des 600.000 organisations de l'industrie.

"Personne ne veut mettre fin à l’utilisation correcte d’une bonne technologie", a déclaré Blevins, "et pour certaines personnes, la vie privée n'est pas un problème".

Mais elle a déclaré que le fond du problème est que LES PATIENTS "FINIRAIENT PAR PERDRE LE CONTROLE DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS CONCERNANT LEUR SANTE".

« Il y a beaucoup en jeu avec le transfert électronique des données sur la santé et les réclamations de paiement dans CETTE INDUSTRIE DES SOINS DE SANTE QUI PESE $ 2,2 BILLIONS », a averti l'organisation, qui travaille sur les problèmes de liberté concernant le domaine de la santé aux États-Unis.

Un autre groupe, Consumer Watchdog, a même suggéré que GOOGLE TENTE AUJOURD'HUI DE FAIRE PRESSION POUR LA « VENTE DES DOSSIERS MEDICAUX ELECTRONIQUES ».

Le groupe a déclaré: « Apparemment, GOOGLE POUSSE POUR QU’IL Y AIT DES DISPOSITIONS AFIN QU’ILS PUISSENT VENDRE LES INFORMATIONS MEDICALES DU PATIENT A LEURS CLIENTS DU SECTEUR DE LA PUBLICITE SUR LA NOUVELLE BASE DE DONNEES "GOOGLE HEALTH".

Consumer Watchdog a dit : « Les Américains bénéficieront d'un système intégré capable de rendre nos dossiers médicaux disponibles partout où nous en avons besoin, mais seulement si le système est correctement utilisé ».

« LA PORTION DU PROJET DE LOI DE STIMULUS ECONOMIQUE CONCERNANT LA TECHNOLOGIE MEDICALE NE PROTEGE PAS SUFFISAMMENT LA VIE PRIVEE DU PATIENT, ET LES RECENTES MODIFICATIONS APPORTEES ONT RENDU LA SITUATION PIRE ENCORE. LE SECRET MEDICAL DOIT ETRE RENFORCE AVANT LE PASSAGE DEFINITIF DE CETTE MESURE », a déclaré le groupe.

World Net Daily a déjà signalé des TENTATIVES, DANS LE MINNESOTA, PAR LES LEGISLATEURS DE CET ETAT, D'AUTORISER LA COLLECTE ET L'ENTREPOSAGE DE L'ADN DES NOUVEAU-NES SANS LE CONSENTEMENT DES PARENTS.

Le gouverneur Tim Pawlenty a réussi à arrêter cette action, jusqu’à présent.

Le Citizens' Council on Health Care (Conseil des citoyens sur les soins de santé ou CCHC) a travaillé afin de faire connaître ce problème à travers le Minnesota. Le groupe a marqué son opposition lorsque LE DEPARTEMENT DE LA SANTE DE CET ETAT A CONTINUE A ENTREPOSER L'ADN SANS LE CONSENTEMENT DES PARENTS, EN VIOLATION DES DROITS DES PARENTS ET DES ENFANTS SUR LA CONFIDENTIALITE DES DONNEES GENETIQUES ET SUR LA PROPRIETE DE L’ADN.

Twila Brase, président du CCHC, a dit qu’en ce moment, LE PROBLEME EST QUE « LES CHERCHEURS SONT DEJA EN TRAIN DE RECHERCHER LES GENES LIES A LA VIOLENCE, AU CRIME ET AUX COMPORTEMENTS DIFFERENTS ».

Dans un long entretien avec World Net Daily à l'époque, elle avait dit: "En Angleterre, ils ont décidé qu'ils devraient avoir des médecins qui recherchent les enfants à problèmes, que ces enfants soient déclarés, et que leur ADN soit prélevé au cas où ils deviendraient des criminels".

En fait, les rapports publiés en Grande-Bretagne notent que les experts scientifiques de la police estiment que les échantillons génétiques devraient être étudiés, parce qu’il pourrait être possible d'identifier les criminels potentiels dès l'âge de 5 ans.

Brase a dit que des efforts pour étudier les traits et les facteurs génétiques et pour classifier les gens ne seraient qu’un début. Qu'est-ce qui pourrait arriver par le biais des programmes suivants pour faire face à ces conditions, se demande-t-elle.

« Tous les projets de recherche ne sont pas géniaux », dit-elle.

La classification de la population pourrait conduire à "de la discrimination et des préjugés… Les gens pourraient voir des données sur vous et, en fin de compte, présumer qui vous êtes".

Heartland Regional Genetics and Newborn Screening est l'une des organisations qui préconise davantage de dépistage et de recherches.

Ce groupe proclame dans sa déclaration de vision (du futur) le désir de voir des nouveau-nés testés pour 200 conditions. Il prévoit également "chaque étudiant… avec un programme individuel pour l'éducation et basé sur l'interprétation confidentielle de leurs antécédents familiaux, de leur imagerie du cerveau, des éléments de prédiction génétique pour les meilleures méthodes d'apprentissage. ..."

De plus, chaque individu devrait partager des informations sur "les antécédents personnels et familiaux concernant la santé", ainsi que sur "des tests génétiques pour les pathologies récessives et le métabolisme des médicaments" avec "l'autre parent de leurs futurs enfants."

Toujours plus loin, ce groupe cherche "une recherche éco-génétique qui pourrait améliorer la santé, diminuer les handicaps, et réduire les coûts des maladies".

« Ils veulent tester tous les enfants pour 200 symptômes, prendre les antécédents et une image du cerveau de l’enfant et (un échantillon) génétique, et mettre en place un projet pour cet enfant », avait dit Brase à l'époque. « Ils veulent apprendre leurs faiblesses et leurs défauts ».

« Personne, y compris et surtout le gouvernement, ne devrait être autorisé à créer des profils aussi étendus », dit-elle.

La prochaine étape, a déclaré Brase, est évidente: le gouvernement, étant en possession des informations sur les faiblesses concernant la santé, pourrait dire aux couples, "Nous ne voulons pas de votre enfant qui sera coûteux".

« Je pense que les gens ont oublié l'eugénisme. Le fait est que les eugénistes n'ont pas disparu. Le dépistage génétique des nouveau-nés est la porte d'entrée dans l'eugénisme, version 21ème siècle », dit-elle.


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 14/02/2009 01:19:58 (14/02/2009 10:19:58)

GOVERNMENT COMPILES TRAVEL RECORDS DATABASE

By Robert Dex, Press Association

Sunday, 8 February 2009

The Government is compiling a database to track and store the international travel records of millions of people.

The intelligence centre will store names, addresses, telephone numbers, seat reservations, travel itineraries and credit card details for all 250 million journeys made in and out of the UK each year.

The computerised pattern of every individual's travel history will be kept for up to 10 years.

The government says the database is essential in the fight against crime, illegal immigration and terrorism.

But opposition MPs and privacy campaigners fear it is a significant step towards a surveillance society.

Shadow Home Secretary Chris Grayling said: "The government seems to be building databases to track more and more of our lives.

"The justification is always about security or personal protection. But the truth is that we have a government that just can't be trusted over these highly sensitive issues. We must not allow ourselves to become a Big Brother society."

A spokesman for campaign group NO2ID said: "When your travel plans, who you are travelling with, where you are going to and when are being recorded you have to ask yourself just how free is this country?"

The e-Borders scheme covers flights, ferries and rail journeys.

The Home Office say similar schemes run in other countries including the United States, Canada, Spain and Australia.

Its website states "The information will be kept for no more than 10 years. It will be protected in keeping with the Data Protection Act and appropriate security controls will ensure it is not used or accessed incorrectly."

Minister of State for borders and immigration Phil Woolas said: "The UK has one of the toughest borders in the world and we are determined to ensure it stays that way.

"Our hi-tech electronic borders system will allow us to count all passengers in and out of the UK and targets those who aren't willing to play by our rules. Already e-Borders has screened over 75 million passengers against immigration, customs and police watch-lists, leading to over 2,700 arrests for crimes such as murder, rape and assault."


http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/government-compiles-travel-re…


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 15/02/2009 04:08:10 (15/02/2009 13:08:10)

GRANDE–BRETAGNE TECHNO-NAZIE ET LIBERTICIDE : LE SYSTEME « e-BORDERS » COMPILE LES DONNEES DE VOYAGE DE CHAQUE PASSAGER ET CONSERVE CES DONNEES PENDANT 10 ANS !!!

Chers amis,

La Grande-Bretagne atroce, nazie et liberticide continue de s’enfoncer dans le purin totalitaire et liberticide…

CETTE FOIS, CE SONT LES VOYAGEURS – TOUS LES VOYAGEURS ! – QUI SONT VISES. LES DONNEES DE CHAQUE VOYAGEURS SONT EN EFFET DESORMAIS COMPILEES ET CONSERVEES PENDANT 10 ANS DANS UNE BASE DE DONNEE CENTRALISEE NOMMEE « e-Borders » !!!

L’éternel prétexte sécuritaire et de la lutte contre les criminels et contre les « terroristes » est à nouveau utilisé pour justifier cette énième attaque contre les libertés constitutionnelles et contre les droits de l’homme !

En réalité, le ministre d'État pour les frontières et l'immigration, Phil Woolas, nous annonce bien la couleur : LE BUT EST BIEN DE « CIBLER CEUX QUI NE SONT PAS PRETS DE JOUER SELON NOS REGLES » (COMPRENEZ « LES REGLES FIXEEES PAR LES ELITES »), C’EST-A-DIRE QUE, EN DEFINITIVE, TOUS LES MANIFESTANTS, CONTESTATAIRES, DISSIDENTS, GREVISTES, MILITANTS, ACTIVISTES ETC. SONT VISES, ET DONC, EN FAIT, CHAQUE CITOYEN !!!

MAIS LES BRITANNIQUES NOUS PREVIENNENT DEJA : LE MEME GENRE DE SYSTEME EST EN TRAIN D’ETRE MIS EN PLACE DANS DE NOMBREUX PAYS, DONT LES ETATS-UNIS (EVIDEMMENT), LE CANADA, L’ESPAGNE ET L’AUSTRALIE !!! LE PROJET EST DONC MONDIAL !!!

Bien entendu, afin de rassurer les pigeons, le gouvernement britannique signale que les informations en question seront conservées et protégées selon la loi sur la soi-disant « protection des données » , une loi totalement inefficace et qui a déjà été violée à de multiples reprises ! Nous ne laisserons évidemment pas leurrer par un subterfuge aussi grossier !

Les vacanciers, voyageurs et autres innocents passager sont donc systématiquement criminalisés sans la moindre pitié par ce système nauséabond et dictatorial, digne d’Hitler ou de Staline !!!

PUISQUE LES CITOYENS, EUX, EN VEAUX BIEN PLACIDES, N’ONT PAS REAGI ET NE S’OPPOSENT TOUJOURS PAS A CE SYSTEME DIABOLIQUE ET INHUMAIN, NOUS POUVONS D’ORES ET DEJA SIGNALER QUE NOUS VIVONS, EN CE MOMENT MEME, DANS UNE DICTATURE MONDIALE TECHNO-NAZIE DE TYPE BIG BROTHER ! LES GENS AGISSENT COMME DU BETAIL ? TRES BIEN ! ILS SERONT TRAITES COMME DU BETAIL PAR LES CRAPULES DU NOUVEL ORDRE MONDIAL, QUI N’ATTENDENT QUE DE POUVOIR LES ASSERVIR ET DE LES MARQUER COMME DES BETES AVEC DES PUCES IMPLANTABLES !!!

La suite des événements sera dantesque, cauchemardesque, infernale… Les dérives, abus et excès l’ont déjà prouvé (cf. les excès policiers, la « perte » ou la vente, par le gouvernement félon, des données privées des individus) le prouveront encore dans un futur TRES proche.

L’article, traduit pour vous en français, ci-dessous, avec les passages importants mis en majuscules…

BON ESCLAVAGE, ET BONNE MORT SOUS LE 4e REICH DU NOUVEL ORDRE MONDIAL ! Vic.


Source: http://www.independent.co.uk/news/uk/politics/government-compiles-travel-re…

LE GOUVERNEMENT COMPILE LES REGISTRES DE VOYAGE VIA UNE BASE DE DONNEES

Par Robert Dex, de la Press Association

Dimanche 8 Février 2009

LE GOUVERNEMENT EST EN TRAIN DE COMPILER D'UNE BASE DE DONNEES POUR PISTER ET STOCKER LES REGISTRES INTERNATIONAUX DE VOYAGE DE MILLIONS DE PERSONNES.

LE CENTRE DE RENSEIGNEMENT VA STOCKER LES NOMS, ADRESSES, NUMEROS DE TELEPHONE, RESERVATION DE SIEGES, ITINERAIRES DES VOYAGES ET LES DETAILS DES CARTES DE CREDIT POUR LES 250 MILLIONS DE TRAJETS EFFECTUES DANS ET HORS DU ROYAUME-UNI CHAQUE ANNEE.

LE SCHEMA INFORMATISE DES ANTECEDENTS DE VOYAGE DE CHAQUE SERA CONSERVE POUR UNE PERIODE ALLANT JUSQU'A 10 ANS.

Le gouvernement dit que cette base de données est essentielle dans la lutte contre la criminalité, l'immigration illégale et le terrorisme.

Mais les députés de l'opposition et les militants pour la vie privée craignent que cela soi un PAS IMPORTANT VERS UNE SOCIETE DE SURVEILLANCE.

Le ministre de l’Intérieur de l’ombre, Chris Grayling, a dit: « Le gouvernement semble être en train de construire des bases de données pour PISTER DE PLUS EN PLUS NOS VIES.

La justification concerne toujours la sécurité ou la protection personnelle. Mais LA VERITE EST QUE NOUS AVONS UN GOUVERNEMENT AUQUEL ON NE PEUT TOUT SIMPLEMENT PAS FAIRE CONFIANCE CONCERNANT CES QUESTIONS HAUTEMENT SENSIBLES. NOUS NE DEVONS PAS NOUS PERMETTRE DE DEVENIR UNE SOCIETE A LA BIG BROTHER ».

Un porte-parole du groupe militant NO2ID a dit: "Lorsque vos projets de voyage, les personnes avec lesquelles vous voyagez, l’endroit et le moment où vous y allez sont enregistrés, vous devez vous demander jusqu’à quel point ce pays est libre ?"

CE SCHEMA e-Borders (littéralement, « frontières électroniques ») COUVRE LES VOLS, LES TRANSPORTS MARITIMES EN FERRIES ET LES VOYAGES FERROVIAIRES.

LE MINISTERE DE L’INTERIEUR DIT QUE DES PROGRAMMES SIMILAIRES ONT ETE LANCES DANS D'AUTRES PAYS, Y COMPRIS AUX ÉTATS-UNIS, AU CANADA, EN ESPAGNE ET EN AUSTRALIE.

Son site web déclare : "LES INFORMATIONS SERONT CONSERVEES PENDANT PAS PLUS DE 10 ANS. Elles seront protégées en conformité avec le Data Protection Act (Loi sur la protection des données) et des contrôles de sécurité appropriés veilleront à ce qu'elles ne soient pas utilisées ou consultées de façon incorrecte."

Le ministre d'État pour les frontières et l'immigration, Phil Woolas, a déclaré: « Le Royaume-Uni est l'une des frontières les plus difficiles (d’accès) au monde, et nous sommes déterminés à veiller à ce que cela reste tel quel.

Notre système électronique de haute technologie placé aux frontières nous permettra de compter tous les passagers qui entrent et sortent du Royaume-Uni, et de CIBLER CEUX QUI NE SONT PAS PRETS A JOUER SELON NOS REGLES. Déjà, le système e-Borders a passé au crible plus de 75 millions de passagers pour l'immigration, les douanes et les listes de surveillance de la police, ce qui a conduit à plus de 2.700 arrestations pour des crimes tels que meurtre, viol et agression ».


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 28/02/2009 04:25:58 (28/02/2009 13:25:58)

ARTICLE-CHOC ! ROYAUME-UNI TECHNO-NAZI : LE CAUCHEMAR TOTALITAIRE PRECONISE ET DEFENDU PAR LE DEMONIAQUE DAVID OMAND, UN CRIMINEL DU NOUVEL ORDRE MONDIAL !!!

ENGLISH : Fight against terror must mean the end of ordinary people's privacy, says ex-security chief
http://www.dailymail.co.uk/news/article-1154902/Fight-terror-mean-end-ordin…

Chers amis,

L’ARTICLE QUI SUIT, SOYEZ-EN CERTAIN, NE CONCERNE PAS QUE LE ROYAUME-UNI ! Des indices contenus dans ce texte nous le signalent clairement, et nous savons d’ailleurs que d’autres chefs d’Etat pourris (Sarkozy, Berlusconi & co.) poursuivent les mêmes buts honteux que ceux exprimés dans l’article. En réalité, nous sommes donc TOUS concernés !

DESORMAIS, LE PROJET DE CRIMINALISATION, DE SURVEILLANCE, DE REPRESSION ET D’ESCLAVAGE GENERALISES DE LA POPULATION ET DE TOUT INDIVIDU (COUPABLE OU INNOCENT) EST DEBALLE EN PUBLIC, ET LES ORDURES AU POUVOIR NE S’EN CACHENT PLUS !

DAVID OMAND, UN CRIMINEL DU NOUVEL ORDRE MONDIAL QUI EST UN ANCIEN CHEF BRITANNIQUE DE LA « SECURITE », ILLUSTRE CELA DE FACON ELOQUENTE ET CHOQUANTE, DANS L’ARTICLE CI-DESSOUS…

Gardez bien à l’esprit, en lisant l’article ci-dessous, que les services secrets, l’intelligence et le monde du renseignement font partie, eux aussi, du nouvel ordre mondial.

LA SOCIETE LIBERTICIDE DE CONTRAINTE, DE TERRORISME D’ETAT ET DE DICTATURE EST EN MARCHE, PARTOUT SUR LE GLOBE !

CECI VOUS PROUVE QUE NOTRE ANALYSE, DOCUMENTEE DEPUIS DES ANNEES, EST BIEN CORRECTE, QUE NOS AVERTISSEMENTS SONT JUSTIFIES ET QUE LA CONSPIRATION CONTRE NOS INTERETS, NOS DROITS, NOS LIBERTES, NOTRE VIE PRIVEE ET NOTRE VIE TOUT COURT EST BIEN REELLE !

IL EST GRAND TEMPS QUE LES POPULATIONS PRENNENT CONSCIENCE DES DANGERS BIEN REELS QU’ELLES ENCOURENT, ET QUE CHAQUE INDIVIDU SE REVOLTE FACE A CES PROJETS NAZIS ET FASCISTES !

Avant 2001, tout le monde aurait trouvé ce genre de projet abominable. La propagande soi-disant « sécuritaire » et la névrose des « terroristes » (rappelons que pour les gouvernements-félons inféodés au projet infernal du nouvel ordre mondial, chaque contestataire est un « terroriste ») a réussi à faire passer cela pour quelque chose de presque banal…

Mais nous approchons de l’extrême limite pour pouvoir réagir !

Les révoltes et insurrections doivent se produire sans plus attendre, afin de pouvoir éliminer l’ivraie mondialiste et despotique au pouvoir !

L’article effarant et abominable ci-dessous constitue sans doute un des derniers et ultimes avertissements, avant l'arrivée de la dictature inhumaine et mondialisée...

Vous remarquerez que Omand souhaite aussi que les multinationales perfides et maléfiques participent aussi à cette répugnante société de contrainte. Ceci s’explique par le fait que, dans les instances du nouvel ordre mondial, on retrouve des financiers et des patrons de multinationales qui frayent avec les charognards de la politique.

Bien entendu, les responsables et les instigateurs de ces projets épouvantables se réfugient derrière des écrans de fumée et des attrape-nigauds APPAREMMENT « honorables », et qui portent le nom de « motifs de soupçon raisonnable », de « législation sur la protection des données » et de « la prévention efficace ». Ceci, ainsi que le mythe névrotique de la « sécurité intégrale », sert à tromper le public et à rendre « désirables » ces projets inacceptables ! Le sieur Omand nous fournit d’ailleurs des arguments démagogiques et tordus dignes de l’âme torturée et ténébreuse d’un membre du nouvel ordre mondial malfaisant.

Je rappelle à ce sujet que les lois sur la protection des données sont en réalité des lois qui aident à justifier la violation des données privées des gens, sous le couvert fourbe d’une « légalité » au caractère totalitaire. D’autre part, rappelons que la justice (la VERITABLE justice) ne peut se baser que sur des PREUVES (et non sur des « motifs de soupçon raisonnable »), ainsi que sur des FAITS (et non sur de la prévention et des intentions) ! Une « justice » ne se basant pas sur des preuves et des faits est tout sauf juste : elle est inique et ouvre la porte toute grande à l’ARBITRAIRE LE PLUS TOTAL !

Vous constaterez aussi que les ordures totalitaires tentent de nous faire croire que les terroristes « recrutent et agissent de plus en plus en ligne ». Cette déclaration sournoise sert bien sûr à justifier davantage de surveillance, de diminution des libertés et de répression sur Internet !!!

Les terroriste véritables seraient d’ailleurs bien idiots d’agir en ligne, puisque l’Internet est surveillé à mort (lois de rétention des données, programmes de data mining…). Non, soyez-en sûr : les terroristes un tant soit peu intelligents recrutent ailleurs que sur le web, et de façon bien plus discrète… Les « terroristes » dont il est question dans l’article qui suit sont en réalité les simples citoyens qui contestent le système liberticide et totalitaire et qui en dénoncent les excès sur Internet, essayant d’informer et de créer une réaction !!!

L’article choquant, ci-dessous, traduit pour vous en français…

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME DOIT SIGNIFIER LA FIN DE LA VIE PRIVEE DES GENS ORDINAIRES, SELON UN ANCIEN CHEF DE LA SECURITE

Par Tamara Cohen
Dernière mise à jour le 25 février 2009, à 11:09 AM

LES DONNEES PERSONNELLES DES CITOYENS INNOCENTS DOIVENT ETRE MISES A LA DISPOSITION DU GOUVERNEMENT POUR LUTTER CONTRE LE TERRORISME, SELON UN ANCIEN ET INFLUENT CHEF DE LA SECURITE.

SIR DAVID OMAND, L'ANCIEN COORDINATEUR DE WHITEHALL DE LA SECURITE ET DES RENSEIGNEMENTS, A LANCE UN APPEL A DES POUVOIRS A LA BIG BROTHER SANS PRECEDENT AFIN DE PERMETTRE QUE L'ACCES A DES DETAILS PRIVES – EN CE COMPRIS LES ENREGISTREMENTS TELEPHONIQUES, LES COURRIERS ELECTRONIQUES ET LES INFORMATIONS RELATIVES AUX VOYAGES - SOIT DONNE AUX SERVICES DE RENSEIGNEMENT.

Configurant un projet très controversé pour l'avenir de la sécurité nationale, IL A DIT QUE « LES REGLES MORALES » CONCERNANT LA VIE PRIVEE DES PERSONNES DOIVENT ETRE BRISEES.

SON RAPPORT DE 17 PAGES PRECONISE LA CREATION D'UNE VASTE BASE DE DONNEES D'ETAT AFIN DE RECUEILLIR DES INFORMATIONS SUR LES GROUPES TERRORISTES QUI SONT EN TRAIN DE RECRUTER ET D’ŒUVRER DE PLUS EN PLUS EN LIGNE.

Mais il a fait valoir que LE DROIT DU CITOYEN A LA VIE PRIVEE DEVRAIT ETRE SACRIFIE POUR PERMETTRE DES TECHNIQUES D'INTELLIGENCE « INTRUSIVES ».

« TROUVER LES SECRETS D'AUTRES PERSONNES VA BRISER LES REGLES MORALES QUOTIDIENNES », a-t-il écrit.

« Il s’agit de RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR LES PERSONNES ET QUI SE TROUVENT DANS DES BASES DE DONNEES, tels que les informations préalables sur les voyageurs, les réservations aériennes et autres données de voyage les données biométriques et du passeport, les dossiers concernant l'immigration, l'identité et les frontières, le casier judiciaire, et d'autres données gouvernementales et du secteur privé, y compris les dossiers financiers, des communications téléphoniques et d'autres types de communication ».

« L’accès modernes des services de renseignement impliquera souvent des méthodes de surveillance et d'enquête intrusives, en acceptant que, à certains égards, CECI POURRAIT SE PRODUIRE AU DETRIMENT DE CERTAINS ASPECTS DE LA VIE PRIVEE ».

Le document « NATIONAL SECURITY STRATEGY AND IMPLICATION FOR THE UK INTELLIGENCE COMMUNITY » (« La stratégie de sécurité nationale et son implication pour le la communauté de l’Intelligence du Royaume-Uni ») a été publié la semaine dernière par L’INFLUENT THINK TANK du New Labour, L'INSTITUTE OF PUBLIC POLICY RESEARCH (Institut de recherche sur la politique publique).

Sir Omand a quitté la haute fonction publique en 2005, mais SES VUES CONSTITUENT TOUJOURS UNE GRANDE INFLUENCE DANS LES CENACLES DU POUVOIR.

Il a ajouté: « C'est un choix difficile et qui va à l'encontre des appels actuels pour lutter contre la soi-disant société de la surveillance -, mais c’est grandement préférable que de jouer avec les règles du droit, ou de déroger aux droits humains fondamentaux.

Etre en mesure de démontrer une autorisation juridique et un contrôle approprié de l’utilisation de telles activités intrusives des services de renseignement pourrait devenir un grand problème dans le futur pour la communauté du renseignement, si LE GRAND PUBLIC DOIT ETRE CONVAINCU DU CARACTERE DESIRABLE D'UNE TELLE CAPACITE DES SERVICES SECRETS ».

Sir Omand a dit que DE TELLES INFORMATIONS PEUVENT ETRE DETENUES DANS LES REGISTRES NATIONAUX, COUVERTES PAR LA LEGISLATION SUR LA PROTECTION DES DONNEES, MAIS ELLES POURRAIENT EGALEMENT ETRE DETENUES AU-DELA DE NOS RIVAGES, PAR D'AUTRES NATIONS OU PAR DES ENTREPRISES MONDIALES.

« L'accès à de telles informations… pourrait bien être la clé d’une PREVENTION efficace dans les futures affaires de terrorisme.

De telles sources ont toujours été accessibles pour l'application traditionnelle de la loi recherchant des preuves contre un suspect nommé, et déjà justifiées par les MOTIFS DE SOUPÇON RAISONNABLE que ce suspect a commis un crime.

Toutefois, L'APPLICATION DE L'EXTRACTION MODERNE DES DONNEES AINSI QUE DES TECHNIQUES DE TRAITEMENT IMPLIQUE L'EXAMEN DES PERSONNES INNOCENTES AINSI QUE DES SUSPECTS afin d'identifier les schémas d'intérêt pour une enquête plus approfondie ».


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 20/03/2009 05:51:38 (20/03/2009 14:51:38)

CISCO ENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVEURS, FORT D'UNE NOUVELLE ALLIANCE

Charlotte Raab, Agence France-Presse (New York)
19 mars 2009


Le PDG de Cisco John Chambers - Photo: AP

Le groupe américain Cisco a fait son entrée lundi sur le marché des serveurs et redessiné du même coup le paysage des alliances dans le monde informatique, en allant concurrencer sur leur terrain ses clients Hewlett-Packard (HP) et IBM.

Le PDG John Chambers a annoncé lors d'une téléconférence que Cisco, surtout connu pour ses routeurs, qui permettent d'acheminer le trafic des données sur internet, allait désormais fabriquer ses propres serveurs.Cisco va désormais produire des serveurs «lames», des appareils ultracompacts permettant de gérer des systèmes informatiques en économisant espace et électricité.

Et comme pour mieux garantir les performances de ses serveurs, Cisco a annoncé parallèlement la constitution d'une vaste alliance permettant aux utilisateurs de bénéficier d'«un unique système cohérent».

Cette alliance, baptisée «Unified Computing» («informatique unifiée»), associe Cisco à Microsoft et à plusieurs sociétés de services et de logiciels, comme le prestataire de services informatiques Accenture, l'éditeur de logiciels de gestion BMC Software, le numéro un mondial du stockage de données EMC, et l'éditeur de logiciels de virtualisation VMWare.

Ensemble, ils lancent une architecture ouverte proposant de synchroniser la gestion de données, les réseaux, l'accès aux données et la dématérialisation des salles informatiques.

Jusqu'à présent, Cisco se contentait de fournir des équipements nécessitant d'être connectés à des serveurs fournis par IBM, HP ou Dell, dans une relation que le New York Time a décrit récemment comme «symbiotique».

Cette répartition des tâches, qui générait des profits confortables pour les deux parties, pourrait voler en éclats avec l'initiative de Cisco.

La responsable des technologies de Cisco, Padmasree Warrior, a confirmé au Wall Street Journal la nouvelle stratégie.

«Nous allons concurrencer HP. Je ne veux pas l'édulcorer. Il va y avoir des changements dans le paysage, entre ceux avec lesquels vous rivalisez et ceux avec lesquels vous êtes partenaires», a-t-elle dit.

Pour les analystes, ce changement de cap n'est pas sans risque: «C'est une énorme évolution pour Cisco, qui concurrence maintenant IBM et HP dans un marché où il a peu d'expérience», a déclaré à l'AFP Ken Dulaney, un analyste du cabinet de marketing Gartner.

D'un autre côté, souligne M. Dulaney, «Cisco devait franchir ce pas, pour se défendre contre HP qui de son côté se développe dans les réseaux».

«Les difficultés pour réussir seront importantes», ajoute M. Dulaney.

Pour Gartner, Cisco devra pour s'imposer non seulement offrir des serveurs dernier cri, avec les meilleures fonctionnalités - ce à quoi devrait l'aider son alliance avec IBM, Accenture et les éditeurs de logiciels - mais également soigner ses prix, dans une période où les entreprises en proie à la crise limitent leurs dépenses d'équipement informatique.

«Le marché des serveurs est gouverné par les prix, avec une pression sur les marges supérieur à ce à quoi est habitué Cisco», souligne le cabinet.

D'un autre côté, Cisco a une gestion prudente et un bilan florissant, qui le mettent en bonne position pour prendre des risques, sortir de son coeur de métier et essayer de prendre les devants de la concurrence.

D'autant que les constructeurs informatiques eux aussi tentent de sortir de leurs métiers traditionnels.

HP, avec l'arrivée de son nouveau patron Mark Hurd, a cessé de promouvoir activement les produits Cisco pour mieux vendre sa propre ligne de produits, ProCurve, moins chers que ceux de Cisco mais néanmoins très rentables. IBM travaille pour sa part avec un autre concurrent de Cisco, Brocade.


http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/materiel-informatique/200903/17/0…

maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 19/04/2009 04:11:30 (19/04/2009 13:11:30)

FRANCE TECHNO-NAZIE : DES PLAINTES PAR CENTAINES CONTRE LA BASE DE DONNEES DES ELEVES ! MALGRE UN RECOURS DEMANDANT L’ANNULATION DE CETTE BASE DE DONNEES LIBERTICIDE, LA GENERALISATION EST PREVUE POUR SEPTEMBRE 2009 !!!

Chers amis,

Le gouvernement du Sarkonazi a bien effectué son infect travail de sape et de suppression des libertés. En à peine 4 ans, la France s’est muée en société policière, liberticide et totalitaire !

NOUS APPRENONS CI-DESSOUS QUE DES CENTAINES DE PLAINTES ONT DEJA ETE DEPOSEES CONTRE LE FICHIER « BASE ELEVES », UNE BASE DE DONNEES CENTRALISEE QUI REPREND DES INFORMATIONS PERSONNELLES CONCERNANT CHAQUE ELEVE ET LES CONSERVE PENDANT… 35 ANS !!!

BIEN QU’UN « RECOURS » AIT ETE ENTAME AFIN DE DEMANDER L’ANNULATION PURE ET SIMPLE DE CETTE BASE DE DONNEES NEFASTE, SA GENERALISATION EST CEPENDANT PREVUE POUR LA RENTREE PROCHAINE, DONC D’ICI 5 MOIS, EN SEPTEMBRE 2009 !

Une preuve de plus démontrant le CARACTERE DICTATORIAL DU GOUVERNEMENT ACTUEL, un gouvernement ANTIDEMOCRATIQUE qui ne prend même plus en compte les doléances du peuple !

Les Français seront-ils assez intelligents et courageux que pour comprendre que sans insurrection farouche, ce système affreux leur sera imposé de force ?

L’article, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE ET BONNE DICTATURE ! Vic.


Source : http://www.vousnousils.fr/page.php?P=data/autour_de_nous/l_actualite_de_la_…

La lettre Education du vendredi 17 avril 2009


BASE ELEVES : LES PLAINTES SE MULTIPLIENT

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Marseille après le DEPOT D'UNE TRENTAINE DE PLAINTES CONTRE LE FICHIER INFORMATIQUE « BASE ELEVES ». AU DEBUT DU MOIS, 255 PLAINTES AVAIENT DEJA ETE DEPOSEES DANS L’AVEYRON ET DANS L’ISERE, A L'INITIATIVE DU COLLECTIF NATIONAL DE RESISTANCE A BASE ELEVES.

Ce collectif rassemble des parents d’élèves, des enseignants, des magistrats et des associations, mais aussi des directeurs d’établissement, chargés de remplir ce fichier lors de la première inscrïption scolaire des enfants.

Présentée par l’Education nationale comme un outil de gestion des classes, « BASE ELEVES » RASSEMBLE DES INFORMATIONS COMME LE LIEU ET LA DATE DE NAISSANCE DE L’ELEVE, SES COORDONNEES, CELLES DE SES RESPONSABLES LEGAUX AINSI QUE DES ELEMENTS RELATIFS A SA SCOLARITE. SELON LE COLLECTIF, CES DONNEES SERONT CONSERVEES PENDANT TRENTE-CINQ ANS ET SERONT ACCESSIBLES DANS LES INSPECTIONS ACADEMIQUES ET LES MAIRIES.

Controversé dès sa mise en place à titre expérimental, ce fichier a déjà été remanié deux fois par le ministre de l'Education. En 2007, la récolte de données de critères ethniques a été abandonnée. L'an dernier, plusieurs informations comme la classe socio-professionnelle des parents, le taux d'absentéisme de l'élève ou encore celles qui font état d'un besoin particulier en matière d'éducation ont été supprimées.

En décembre dernier, un recours a toutefois été formulé auprès du Conseil d'État, pour demander l'annulation pure et simple de la base, QUI DOIT ETRE GENERALISEE DES LA RENTREE PROCHAINE.

Sources : AFP, France-Soir, 20minutes.fr, ActuaLitté.com, lePoint.fr, 01.net, la Gazette des communes.


maria
Administrateur
Messages postés : 19991
Posté le 18/10/2009 06:19:20 (18/10/2009 15:19:20)

FRANCE : SÉCURITÉ PUBLIQUE: DEUX NOUVELLES "BASES DE DONNÉES" POLICIÈRES

PARIS (AFP) - 18.10.2009 18:54

Deux nouvelles "bases de données http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-police_fichiers_secur… " destinées à renforcer les moyens d'enquête de la police ont été créées par des décrets publiés dimanche au Journal Officiel, après la "mort" du très controversé Edvige et la disparition de l'ex-fichier des RG.


Brice Hortefeux le 13 octobre 2009 à l'Assemblée nationale à Paris

Deux nouvelles "bases de données" destinées à renforcer les moyens d'enquête de la police ont été créées par des décrets publiés dimanche au Journal Officiel, après la "mort" du très controversé Edvige et la disparition de l'ex-fichier des RG.


AFP/Archives - Thomas Coex
Emeutes à Clichy-sous-Bois, le 30 octobre 2005

La première base de données, consacrée à la "prévention des atteintes à la sécurité publique" est "ciblée sur les bandes, les hooligans et les groupuscules", a précisé dimanche à l'AFP le ministère de l'Intérieur, qui récuse le mot +fichier+, selon lui "inexistant juridiquement".e.


AFP/Archives - Stéphane de Sakutin
Le président de la Cnil, Alex Türk, le 16 mai 2008 à Paris

Les deux bases de données "ont reçu le feu vert de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), l'aval du Conseil d'Etat, tout ce qui posait problème dans Edvige a été retiré", a souligné l'Intérieur dimanche alors que le JO publie des délibérations de la CNIL prenant acte des changements intervenus.


AFP/Archives - Jean Ayissi
Patrouille de policiers le 28 novembre 2007 à Villiers-Le-Bel

Une circulaire adressée dimanche aux préfets dresse la liste des données enregistrées et des dérogations éventuelles, comme celle permettant une référence à l'origine géographique, "parce que l'appartenance à un même quartier ou le partage d'un lieu de naissance peuvent jouer un rôle déterminant dans les phénomènes de bandes", explique l'Intérieur.

AFP/Archives - Franck FifeDeux nouvelles "bases de données" destinées à renforcer les moyens d'enquête de la police ont été créées par des décrets publiés dimanche au Journal Officiel, après le retrait du fichier Edvige, objet de controverse, et la disparition de l'ex-fichier des RG.

La Licra et le Conseil représentatif des associations noires de France ont pris acte mais plusieurs organisations s'inquiètent de la possibilité de collecter des données relatives à l'"origine géographique" des personnes. SOS Racisme, la Ligue des droits de l'Homme, le PS et le député Noël Mamère (Verts) se montrent très critiques.

Jean-Pierre Chevènement, président du MRC et ex-ministre de l'Intérieur, a souligné que "la police a besoin de fichiers" et que la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) exerce "un contrôle extrêmement vigilant".

Dans un communiqué, le ministère a souligné que les données relatives à "l'origine géographique" seraient celles "des seules personnes dont l'activité individuelle ou collective indiquent qu'elles peuvent porter atteinte à la sécurité publique". Et aucune donnée relative aux "origines raciales ou ethniques" ne sera enregistrée.

L'ex-fichier des Renseignements généraux avait été remplacé le 1er juillet 2008 par le fichier Edvige, lui-même retiré après une violente polémique et les critiques d'associations de défense des droits de l'homme et de l'opposition de gauche à propos du type de données qu'il prévoyait de collecter (santé, sexualité, personnalités, mineurs dès 13 ans).

A la différence des derniers fichiers, les deux nouveaux ne recensent aucune personnalité de quelque domaine que ce soit, ni ne comportent de références à des opinions, à des origines ethniques, à la santé ou aux orientations sexuelles.

"Edvige est mort, il n'est pas question de le remplacer", avait assuré mardi le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, en annonçant "des bases de données précises, dans le respect des libertés individuelles".

La première, consacrée à la "prévention des atteintes à la sécurité publique" est "ciblée sur les bandes, les hooligans et les groupuscules", a précisé dimanche à l'AFP le ministère de l'Intérieur.

La seconde, relative aux "enquêtes administratives liées à la sécurité publique", porte sur les postulants à un emploi dans la police, la gendarmerie ou des secteurs sensibles (aéroports, centrales nucléaires, etc).

Les mineurs peuvent figurer dans la première dès 13 ans, 16 ans dans la seconde, mais avec un effacement automatique trois ans (dix ans pour les majeurs) après "le dernier événement ayant donné lieu à l'enregistrement".

Les deux bases de données "ont reçu le feu vert de la Cnil, l'aval du Conseil d'Etat, tout ce qui posait problème dans Edvige a été retiré", a souligné l'Intérieur.

Une circulaire adressée dimanche aux préfets et dont l'AFP a eu connaissance dresse la liste des données enregistrées et des dérogations éventuelles, comme celle permettant une référence à l'origine géographique, "parce que l'appartenance à un même quartier ou le partage d'un lieu de naissance peuvent jouer un rôle déterminant dans les phénomènes de bandes", explique l'Intérieur.

Il en sera de même des activités sectaires ou de celles dans les domaines politique, philosophique, religieux ou syndical si elles peuvent porter atteinte à la sécurité publique.

"La simple adhésion ou participation à un mouvement politique démocratique ou une candidature électorale dans ce cadre ne sauraient en aucune façon être mentionnées", affirme l'Intérieur.

© 2009 AFP


http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-Sb_curitb_publique_cr…

LE CONTENU DES NOUVELLES "BASES DE DONNÉES" POLICIÈRES CRÉÉES DIMANCHE



PARIS (AFP) - 18.10.2009 07:36

Les décrets publiés dimanche au Journal officiel portant création de deux nouvelles "bases de données" de police précisent le type de données qui peuvent y être recensées, ainsi que les dérogations possibles.

Photo prise le 03 février 2007 du logo de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) à Paris
Les décrets publiés dimanche au Journal officiel portant création de deux nouvelles "bases de données" de police précisent le type de données qui peuvent y être recensées, ainsi que les dérogations possibles.

AFP/Archives - Stephane de Sakutin

Les décrets publiés dimanche au Journal officiel portant création de deux nouvelles "bases de données" de police précisent le type de données qui peuvent y être recensées, ainsi que les dérogations possibles.

--- Dans la première, destinée à la "prévention des atteintes à la sécurité publique", figureront:

- Motif de l'enregistrement

- Photographies

- Etat civil

- Nationalité

- Profession

- Signes physiques particuliers et objectifs

- Adresses physiques et électroniques

- Numéros de téléphone

- Titres d'identité

- Immatriculation des véhicules

- Informations patrimoniales

- Activités publiques

- Comportement et déplacements

- Agissements susceptibles de recevoir une qualification pénale

- Personnes ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec l'intéressé (se limitant à leur identité, sauf si elles-mêmes présentent un risque d'atteinte à la sécurité publique).

En outre, "à titre dérogatoire et dans un cadre strict", selon une circulaire du ministère de l'Intérieur adressée dimanche aux préfets, pourront être indiqués:

- Signes physiques particuliers et objectifs "pris comme éléments de signalement" (tatouage, cicatrice, couleur de cheveux)

- Origine géographique ou appartenance à un même quartier

- Activités politiques, philosophiques, religieuses ou syndicales

L'inscrïption dans cette base de données sera automatiquement supprimée trois ans après le dernier événement ayant donné lieu à son enregistrement pour les mineurs, et après dix ans pour les majeurs.

--- Dans la seconde, consacrée aux "enquêtes administratives liées à la sécurité publique", seront seulement enregistrés:

- Motif de l'enquête

- Photographies

- Etat civil

- Nationalité

- Profession

- Adresses physiques et électroniques

- Numéros de téléphone

- Titres d'identité

Pourra également, "à titre dérogatoire", être fait mention d'éléments à caractère politique, philosophique, religieux ou syndical si y est lié un comportement "incompatible avec l'exercice des fonctions ou missions envisagées".

Des mineurs peuvent y être inscrits, s'ils ont plus de 16 ans et ont fait l'objet d'une enquête administrative les concernant directement dans le cadre d'une procédure de recrutement.

L'inscrïption sera automatiquement supprimée cinq ans après son enregistrement "quel qu'ait été le résultat, favorable ou non de l'enquête".

© 2009 AFP


http://www.tv5.org/cms/chaine-francophone/info/p-1911-police_fichiers_secur…


Pages : Prec. 1 2 3 Suiv.

Index du forum
LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST
DATABASE BIG BROTHER

Haut
Aller à : Les favorisPAROLE DU SEIGNEUR POUR CES TEMPS DE LA FIN/WORD OF GOD IN THE END TIMESSITES RECOMMANDÉSCONFÉRENCE ET/OU MOBILISATION + NASAPRENDRE NOTE QUE :ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATIONCONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHESRÉSUMÉ DE LA SITUATION MONDIALE PAR VICLA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEASTTERREUR SUR LA TERRE/TERROR ON EARTHLES CAMPS DE CONCENTRATION/CONCENTRATION CAMPSFASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCISTNOUVELLES LOIS ANTITERRORISTES/NEW ANTITERRORIST LAWSPROJET FUTUR POUR LES ENFANTS/FUTUR PROJECTS FOR KIDSDEPOPULATION DE LA TERRE/DEPOPULATION OF THE EARTHCANADAISRAËL et le MOYEN-ORIENTTRAITÉ DE L'AMERIQUE DU NORD/NORTH AMERICAN UNION (CANADA-USA-MEXICO)SECTION DE GAÉTANVIDÉOS/VIDEOS

Membre: Ajouter ce sujet à mes favoris | Envoyer ce sujet à un(e) ami(e) | Imprimer ce sujet
Modérateurs : Déplacer ce sujet | Fermer ce sujet | /!\ Supprimer le sujet
Ajouter une réponse rapide
Ajouter une réponse rapide


Administration
Modération
Ce forum pour votre site ?
AceBoard Forum Gratuit v 5.3
Download Premium Web Templates! - blog gratuit
audit et mesure d'audience visiteurs internet par


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Juin - 16:44 (2012)    Sujet du message: DATABASE BIG BROTHER P.3 Répondre en citant

Administrateurs :maria
Forum LE VOILE DÉCHIRÉ Connecté sous maria | Se déconnecter
en ligne : Il y a 9 connectés. Cliquez pour voir la liste
Inscription
|
Profil
|
Messages Privés
|
Recherche
|
Online
|
Aide
| Créer un blog gratuit



Index du forum
LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST
DATABASE BIG BROTHER


Notification par email
|
Prévenir les modérateurs

Pages :

Prec. 1 2 3
Auteur :Sujet: DATABASE BIG BROTHER Bas
maria
Administrateur
Messages postés : 24534
Posté le 06/03/2011 00:01:52 (06/03/2011 09:01:52)

CENSUS IN CROSSHAIRS: US ARMS MAKER LINK LAUNCHES UK PRIVACY FEARS

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=uMhh9eYgfIE

maria
Administrateur
Messages postés : 24534
Posté le 21/05/2011 10:29:47 (21/05/2011 19:29:47)

WHOS WATCHING THE WATCHERS? - BRITAIN IS NOW A SURVEILLANCE STATE

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=RTy3M-PIw9U

maria
Administrateur
Messages postés : 24534
Posté le 18/03/2012 19:52:13 (19/03/2012 04:52:13)

TRICARE SYSTEM SECURITY GUIDE AND UNSECURE PRACTICES

By Bob Brewin 03/16/12 03:38 pm ET

The TRICARE Management Activity, which manages the Defense Department's health insurance plan and a whole mess of Military Health System computer systems and networks, late last month released a new "For Official Use Only" guide on how to identify, analyze, report and respond to threats to its networks.

The new TRICARE "Information Assurance Implementation Guide" http://www.tricare.mil/tmis_new/ia/2012-IA-035 MHS IA Implementation Guide3… primarily deals with responses to attacks and penetrations of TRICARE computer systems.

It also obliquely addresses mishandling of sensitive and personnel information, such as that found on the computer tapes stolen from the car of an TRICARE contractor employee last September in San Antonio, Texas. This new guide covers "unsecure practices . . . that may put protected information at risk [e.g., transferring storage media in uncontrolled manner. . . ]"

The new TRICARE policy includes timelines to report data breaches to high level network managers, ranging from 15 minutes for an intrusion at the network administrator or root level to what looks like a four-hour reporting requirement for physical theft of data, as in the SAIC case.

One wonders if TRICARE pondered how far a stolen computer tape could travel in four hours -- the time it might take to transfer tapes from San Antonio to Mexico, for example.

I'm probably going to take some flak for posting a link to a document marked with the over-used "For Official Use Only" stamp, but I found the new TRICARE security guide on the open Internet.


http://whatsbrewin.nextgov.com/2012/03/tricare_system_security_guide_and_un…

maria
Administrateur
Messages postés : 24534
Posté le 18/04/2012 22:25:07 (19/04/2012 07:25:07)

AIR FORCE AWARDS NEARLY $7 BILLION IN NETWORK HARDWARE CONTRACTS

By Bob Brewin 04/17/2012

The Air Force on Monday awarded to nine companies contracts valued at a total of $6.9 billion over 10 years for network hardware, servers, storage and biometric systems for identity management.

The winning companies of the fixed-price, indefinite delivery-indefinite quantity contracts have the right to compete for task orders on the Air Force Network-Centric Solutions-2 (NETCENTS 2 )contract. They are:

-- Ace Technology Partners LLC
-- Blue Tech Inc.
-- FedStore Corp.
-- General Dynamics Information Technology
-- Global Technology Resources Inc.
-- GTSI Corp.
-- Iron Bow Technologies LLC
-- M2 Technology Inc.
-- Red River Computer Co.

The Air Force Program Executive Office for Enterprise Information Systems at Maxwell Air Force Base, Ala., kicked off the NETCENTS 2 procurement in 2008 to replace its original $9 billion single network contract, which was awarded to eight vendors in September 2004 under seven separate procurements valued at $24 billion. The contract serves Air Force customers and the Defense Information System Agency.

The Air Force has awarded only one other NETCENTS 2 contract, an enterprise and service management buy in December 2010 to Booz Allen Hamilton, CACI Enterprise Solutions, Inc., Deloitte Consulting LLP, Dynamics Research Corp., Science Applications International Corp. and TechTeam Government Solutions, Inc.

Service leaders predicted in January that the Air Force would award four additional NETCENTS 2 contacts this year, including one full and open competition in June, valued at $7.9 billion, for network operations and infrastructure that will include network security gear and software. The service plans to award small business network operations contracts valued at $5.8 billion in September.

The Air Force said it plans to award the NETCENTS 2 full and open application services contract, which covers migration, integration, training, help desk support, testing and operational support in September and a small business contract in June, with both valued at just under $1 billion. The NETCENTS 2 information technology professional support contract, valued at $700 million, is on hold due to resource constraints, according to Air Force officials.

The NETCENTS 2 hardware contract awarded yesterday includes a range of wired and wireless network products, including switches, hubs, gateways, routers, firewalls, servers, tape drives, satellite terminals, microwave and Wi-Fi hardware, and land mobile radios. Identity management systems covered by the hardware contract include Common Access Card readers and fingerprint, iris and facial recognition systems.


http://www.nextgov.com/nextgov/ng_20120417_2863.php?oref=rss

maria
Administrateur
Messages postés : 24534
Posté le 19/04/2012 09:30:55 (19/04/2012 18:30:55)

UN NOUVEL ACCORD ENCADRE LE TRANSFERT AUX E.U. DES DONNÉES DES PASSAGERS EUROPÉENS

VIDÉO : http://www.youtube.com/watch?v=wfNoeScE0Zg

http://fr.euronews.com/ Le nom, les coordoonnées, l'itinéraire du voyage....

Les données de quelque 50 millions de passagers voyageant annuellement entre l'Europs et les Etats-Unis seront désormais transmises aux Américains. L'enjeu ? la lutte anti-terroriste.
Ce transfert de données était déjà en cours, mais de manière contestée.

Aujourd'hui encore l'accord atteint ne convainc pas totalement, pas même son rapporteur.

Sophie in't Veld, membre du parlement des Pays-Bas, Liberal. Rapporteur du texte

"Cet accord est la porte ouverte à une utilisation beaucoup plus grande des données concernant l'immigration et les contrôles de douane, mais aussi en ce qui concerne les questions de santé publique, afin de combattre les épidémies. Deuxièmement il n'offre pas de protection légale suffisante aux citoyens européens si quelque chose se passe mal : ils ne peuvent pas se défendre de manière adéquate dans une cour américaine".

Les données seront conservées dix ans pour les crimes graves et quinze ans en ce qui concerne le terrorisme.

En contre partie, au bout de six mois elles seront rendues anonymes. Mais ces garanties ne suffisent pas à certains

Jan Albrecht, membre du Parlement allemand, parti Verts
"Cet accord est disproportionnel ! Pendant plus de 15 ans, les données concernant tous les passagers allant aux Etats-Unis seront sauvegardées, analysées et comparées aux profils à risques. C'est beaucoup trop de traitement de donnée !"

L'accord a été validé à 409 voix contre 226. Pour ses partisans, le nouveau texte a surtout la qualité de mieux garantir les libertés individuelles que le précédent.


maria
Administrateur
Messages postés : 24534
Posté le 23/04/2012 01:05:50 (23/04/2012 10:05:50)

ALERTE ROUGE ! GRECE : LA DICTATURE FINANCIERE EST ETABLIE, AVEC UN FICHIER ELECTRONIQUE GEANT RECOUPANT TOUTES LES TRANSACTIONS DES CONTRIBUABLES AVEC LES BANQUES, LES CAISSES D'ASSURANCE, LES HOPITAUX OU LES SERVICES PUBLICS !!!



Chers amis,

VOILA OU LA CORRUPTION TOTALE DE LA SOCIETE PAR LES MONDIALISTES ET L’APATHIE IMBECILE DES POPULATIONS A MENE LA GRECE !

LA CRISE ECONOMIQUE EST, EN CE MOMENT MEME, UTILISEE EN GRECE COMME PRETEXTE AFIN DE METTRE EN PLACE LA SOCIETE TOTALITAIRE DE BIG BROTHER !

L’ESCLAVAGE ET L’ESPIONNAGE FINANCIER VA ETRE ETABLI DANS CE PAYS DANS LES PROCHAINES SEMAINES ! EN EFFET, AFIN DE SOI-DISANT « LUTTER CONTRE LA FRAUDE » (un prétexte qui cache bien mal la volonté diabolique et dictatoriale du gouvernement grec de contrôler la population dans ses moindres faits et gestes – d’ailleurs, la fraude a été cautionnée et mise en place par le pouvoir mafieux lui-même !), L’ABOMINABLE GOUVERNEMENT GREC - qui, souvenez-vous-en bien, N’A PAS ETE ELU DEMOCRATIQUEMENT, et constitue une DICTATURE immonde – A DECIDE DE METTRE EN PLACE UN FICHIER ELECTRONIQUE GEANT QUI RECOUPERA TOUTES LES TRANSACTIONS DES CONTRIBUABLES AVEC LES BANQUES, LES CAISSES D'ASSURANCE, LES HOPITAUX OU LES SERVICES PUBLICS !!!

La semaine passée, je vous postais un grave article sur la Grèce signalant que des camps de concentration baptisés « centres d’accueil fermé » sont sur le point de voir le jour dans ce pays, soi-disant pour les « immigrés »…

QUESTION CAPITALE ET VITALE : EST-CE REELLEMENT UN ENIEME ET MALENCONTREUX « COUP DU DESTIN » QUE CES CAMPS SOIENT EN TRAIN D’ETRE CONSTRUITS AU MOMENT MEME OU UNE DICTATURE SATANIQUE EST EN TRAIN DE VOIR LE JOUR !?

EST-CE REELLEMENT UN INFORTUNE « HASARD » QUE TOUT CECI SE PRODUISE AU MOMENT PRECIS OU LA PLOUTOCRATIE DU MONDE DE LA FINANCE EST EN TRAIN DE METTRE EN PLACE, UN PEU PARTOUT EN EUROPE ET AVEC LE SOUTIEN DE L’UNION EUROPEENNE NAZIE, LA SOCIETE SANS ARGENT CASH !?

BIEN SUR QUE NON !

LES PLANS DU NOUVEL ORDRE MONDIAL TOUCHENT A LEURS ABOMINABLES BUTS, ET CE QUI EST EN TRAIN DE SE DEROULER SOUS NOS YEUX HORRIFIES LE PROUVE SANS LE MOINDRE DOUTE POSSIBLE !

LA SEULE SOLUTION POUR LES GRECS EST A PRESENT LA REVOLUTION, LES EMEUTES ET LA GUERRE CIVILE !

Sans cela, ce pays est définitivement FOUTU!

SURTOUT, NE VOUS LEURREZ PAS : CE QUI EST EN TRAIN DE SE PRODUIRE EN GRECE A EGALEMENT ETE PREVU DANS TOUS LES AUTRES PAYS D’EUROPE !!! ETANT DONNE QUE L’ESPAGNE, LE PORTUGAL, L’IRLANDE, L’ITALIE ET, EN REALITE, L’ENSEMBLE DES PAYS EUROPEENS, SONT ENGLUES DANS LE MEME PETRIN, IL VA SANS DIRE QUE CE SCHEMA VA SE REPRODUIRE D’UNE FAÇON OU D’UNE AUTRE, ET SERA ETENDU A TOUTE L’U.E. !

Le plus dingue est sans doute que ceci est mis en place afin de renflouer les banques. Des banques et des banksters qui sont responsables et coupables de cette crise économique mondiale, mais qui n’ont rencontré aucun problème ni procès !

C’est au contraire aux populations innocentes que le pouvoir corrompu des dictateurs en place (Papademos, l’U.E., le F.M.I. et la B.C.E. en tête) veut faire payer le prix de cette crise, via une dictature de fait et totalement inacceptable !

IL EST TEMPS POUR DES ACTIONS, ET DES VRAIES, CETTE FOIS !

CAR CE QUI EST EN TRAIN DE PRENDRE PLACE EST RIEN MOINS QUE CETTE DIABOLIQUE SOCIETE DE CONTRAINTE DONT JE VOUS AI PARLE A MAINTES REPRISES !

L’article crapuleux des journaputes de la presse prostituée (des journaputes qui osent encore soutenir ce projet atroce !), ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE, BONNE AGONIE ET BONNE MORT ! Vic.

P.S. : un immense merci à la personne qui m’a signalé cet article !




Source : http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/04/19/contre-la-fraude-la-grece-v…

CONTRE LA FRAUDE, LA GRECE VEUT FICHER TOUTES LES DEPENSES DE SA POPULATION

Le Monde.fr avec AFP | 19.04.2012 à 18h45 • Mis à jour le 19.04.2012 à 18h52

Sous la pression de ses bailleurs de fonds, la Grèce a entrepris depuis deux ans de renforcer sa lutte contre la fraude fiscale. | AFP/FAYEZ NURELDINE

UN VASTE FICHIER ELECTRONIQUE RECOUPANT TOUTES LES TRANSACTIONS DES CONTRIBUABLES AVEC LES BANQUES, LES CAISSES D'ASSURANCE, LES HOPITAUX OU LES SERVICES PUBLICS. C'EST LE PROJET SUR LEQUEL TRAVAILLE LE GOUVERNEMENT GREC DANS LE BUT DE LUTTER CONTRE LA FRAUDE FISCALE, SELON LA PRESSE.

UNE PREMIERE VERSION DE CE FICHIER DOIT ENTRER EN VIGUEUR DES CETTE ANNEE, SELON UNE CIRCULAIRE PUBLIEE MERCREDI PAR LE MINISTERE DES FINANCES, indique le quotidien libéral Kathimerini (cf. http://news.kathimerini.gr/4dcgi/_w_articles_economy_151_19/04/2012_479318 ). DANS CETTE PERSPECTIVE, IL EST DEMANDE A TOUTES LES BANQUES GRECQUES, AUX COMPAGNIES D'ASSURANCE, A LA BOURSE, AUX HOPITAUX ET CLINIQUES, AUX SOCIETES DE TELEPHONIE ET DE CARTES DE CREDIT D'ADRESSER D'ICI AU MOIS DE SEPTEMBRE L'ETAT DES TRANSACTIONS REALISEES PAR LEURS USAGERS EN 2011 ET L'IDENTITE de ces derniers. Ces données seront conservées par le ministère des finances DURANT SIX ANS, précise Kathimerini.

"BIG BROTHER"

PAR LA SUITE, D'AUTRES ORGANISMES SERONT APPELES A CONTRIBUER A CE FICHIER. DES SOCIETES DE DISTRIBUTION D'EAU OU D'ELECTRICITE PAR EXEMPLE DE FAÇON A CONSTITUER UN "PROFIL ELECTRONIQUE" DE CHAQUE CONTRIBUABLE, QUE LE JOURNAL POPULAIRE ELEFTHEROS TYPOS COMPARAIT JEUDI A UN "BIG BROTHER" CONTROLANT LES DEPENSES DE CHACUN (cf. http://www.lemonde.fr/sujet/4a04/eleftheros-typos.html ).

La fraude fiscale est endémique dans ce pays où le système de contrôle est défaillant et le taux de professions indépendantes très élevé. Selon un rapport de novembre 2011 de la task force européenne chargée d'aider Athènes à mettre en œuvre ses réformes structurelles, la Grèce souffre d'un manque à gagner de 60 milliards d'euros d'impôts impayés. Autre exemple significatif : pour 2009, seuls cinquante-deux contribuables grecs ont déclaré des revenus annuels supérieurs à 900.000 euros.

SOUS LA PRESSION DE SES BAILLEURS DE FONDS, la Grèce a entrepris depuis deux ans de renforcer sa lutte contre la fraude fiscale notamment en opérant des recoupements entre déclarations et train de vie, en s'attaquant à la corruption des services fiscaux et aux longs délais de traitement par la justice des contentieux en la matière.



Pages : Prec. 1 2 3

Index du forum
LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST
DATABASE BIG BROTHER

Haut
Aller à : Les favorisPAROLE DU SEIGNEUR POUR CES TEMPS DE LA FIN/WORD OF GOD IN THE END TIMESSITES RECOMMANDÉS NASAPRENDRE NOTE QUE :ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATIONCONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHESRÉSUMÉ DE LA SITUATION MONDIALE PAR VICLA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEASTTERREUR SUR LA TERRE/TERROR ON EARTHLES CAMPS DE CONCENTRATION/CONCENTRATION CAMPSFASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCISTNOUVELLES LOIS ANTITERRORISTES/NEW ANTITERRORIST LAWSPROJET FUTUR POUR LES ENFANTS/FUTUR PROJECTS FOR KIDSDEPOPULATION DE LA TERRE/DEPOPULATION OF THE EARTHCANADAISRAËL et le MOYEN-ORIENTTRAITÉ DE L'AMERIQUE DU NORD/NORTH AMERICAN UNION (CANADA-USA-MEXICO)SECTION DE GAÉTANVIDÉOS/VIDEOS

Membre: Ajouter ce sujet à mes favoris | Envoyer ce sujet à un(e) ami(e) | Imprimer ce sujet
Modérateurs : Déplacer ce sujet | Fermer ce sujet | /!\ Supprimer le sujet
Ajouter une réponse rapide
Ajouter une réponse rapide


Administration
Modération
Ce forum pour votre site ?
AceBoard Forum Gratuit v 5.3
Download Premium Web Templates! - blog gratuit
audit et mesure d'audience visiteurs internet par


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Juin - 16:46 (2012)    Sujet du message: AFCEA BETHESDA CHAPTER BREAKFAST SERIES : BUILDING A FUTURE-READY DIGITAL GOVERNMENT Répondre en citant

 
 
AFCEA Bethesda Chapter Breakfast Series:   

Building a Future-Ready Digital Government 




In January, Federal CIO Steven VanRoekel declared 2012 the year of mobile government—but today, mobility itself is being transformed. The Office of Management and Budget's new Digital Government Strategy goes beyond mobile technology to rethink the way federal agencies manage information and interact with citizens. The strategy has four components, each answering a key question:

  • Information-Centric: How can agencies transition from managing documents to discrete bits of data that can be tagged, searched, analyzed, and disseminated?
  • Shared-Platform Approach: How can agencies work together to share best-practices and develop open standards for data and application management?
  • Customer-Centric: How can agencies design websites, applications and data sets that provide meaningful information to citizens wherever and however they need it?
  • Security & Privacy: How can agencies do all of this while protecting citizen privacy and mitigating the threat of security breaches?


Join AFCEA Bethesda on June 20, 2012 at the Bethesda North Marriott and Conference Center as a panel of federal government technology leaders discuss implementation efforts ranging from acquisition to device management that will make the digital strategy a reality. Panelists will discuss:

  • How federal agencies can work together to make open data, content and web services the new default
  • The role of device and application management in agency mobile strategies
  • The evolution of agencies towards a bring-your-own-device model
  • The technical implementations - such as HTML5 - that will be central to transforming how agencies make data more accessible to citizens
  • The evolution of security guidelines in mobility

https://www.signup4.net/Public/ap.aspx?EID=JUNE122E&TID=UwUr%2bzy6vDz7lsW6fs2l5Q%3d%3d


Revenir en haut
vicflame


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2012
Messages: 206

MessagePosté le: Sam 24 Aoû - 12:20 (2013)    Sujet du message: MICROSOFT WINDOWS 8 : UN SYSTEME-ESPION ! Répondre en citant




MICROSOFT WINDOWS 8 : UN SYSTEME-ESPION !








Chers amis,


Oooh, mais regardez-moi ça ! Nos « philanthropes » de chez Microsoft ont ENCORE créé un système d’exploitation qui permet les intrusions du Big Brother américain dans la vie privée des gens et des gouvernements étrangers !

ON VIENT DE DÉCOUVRIR QUE LE SYSTÈME D’EXPLOITATION MICROSOFT WINDOWS 8 POSSÈDE UNE « PORTE DÉROBÉE » QUI PERMET À MICROSOFT… OU AU GOUVERNEMENT AMÉRICAIN ET À LA NSA, DE PÉNÉTRER DANS TOUT ORDINATEUR FONCTIONNANT AVEC WINDOWS 8 ! DE PLUS, IL EST IMPOSSIBLE DE DÉSACTIVER LE MODULE QUI EFFECTUE CETTE TÂCHE D’ESPIONNAGE…

CELA SIGNIFIE NON SEULEMENT LA VIOLATION TOTALE DE LA VIE PRIVÉE DES GENS, MAIS AUSSI DE CELLE DES GOUVERNEMENTS ÉTRANGERS ! Windows 8, en définitive, est une espèce de « cheval de Troie » informatique déployé à grande échelle pour le plus grand bonheur du Big Brother américain.


Les imbéciles du gouvernement allemand ont réfuté ces allégations (afin sans doute de ne pas fâcher leurs maîtres des Etats-Unis nazifiés), MAIS IL N’EN RESTE PAS MOINS QUE CETTE PORTE DÉROBÉE EXISTE !

MICROSOFT N’EN EST PAS À SON COUP D’ESSAI, puisque des mouchards avaient déjà été placés dans des versions plus anciennes de Windows… Si l’éthique et le sens des libertés des citoyens et des consommateurs sont encore un peu en éveil (ce qui, hélas, est loin d’être certain), voilà qui ne devrait certainement pas les aider à acheter du matériel estampillé Microsoft.

Avec toutes les infractions à la vie privée relevées récemment sur les systèmes de communication en général (téléphonie, téléphonie mobile, Internet etc.), il semble donc bien clair que LES LIBERTÉS ET LA VIE PRIVÉE SONT EN RÉALITÉ EN TRAIN DE DISPARAÎTRE, puisque tout, en définitive, est espionné !

Malgré cela, toujours AUCUNE RÉACTION des citoyens-esclaves, qui ACCEPTENT cette situation inacceptable…

L’article, ci-dessous.

BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE, ET BONNE MORT ! Vic.


P.S. : un immense merci à la personne qui m’a signalé cet article !




Source : http://www.wikistrike.com/article-windows-8-contient-une-porte-derobee-util…


Vendredi 23 août 2013



WINDOWS 8 CONTIENT UNE « PORTE DÉROBÉE » UTILISABLE PAR L'AGENCE AMÉRICAINE DU RENSEIGNEMENT NSA





Des documents qui ont initialement été adressés aux autorités allemandes en 2012 affirment que LE NOUVEAU SYSTÈME D’EXPLOITATION DE MICROSOFT, WINDOWS 8, CONTIENT DES PORTES DÉROBÉES QUI AUTORISERAIENT MICROSOFT, OU UNE ENTITÉ EXTERNE TELLE QUE LA NATIONAL SECURITY AGENCY (NSA), L’AGENCE AMÉRICAINE DU RENSEIGNEMENT, À ACCÉDER À TOUS LES ORDINATEURS QUI L’UTILISENT.


Les documents, émanant du Bureau Allemand pour la Sécurité de l’Information (BSI), publiés par le journal allemand Zeit.de, indiqueraient que L’ADMINISTRATION FÉDÉRALE ET D’AUTRES DÉPARTEMENTS DU GOUVERNEMENT ALLEMAND ONT ÉTÉ AVERTIS DE L’EXISTENCE D’UNE « PORTE DÉROBÉE » DANS LE MODULE TRUSTED PLATFORM (TPM) (cf. http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=de&tl=fr&u=http:/… ), QUI EMPÊCHE L’EXÉCUTION DE VIRUS OU DE CHEVAUX DE TROIE SUR L’ORDINATEUR. CETTE PORTE DÉROBÉE POURRAIT PERMETTRE À MICROSOFT D’ACCÉDER À DISTANCE À TOUT SYSTÈME TOURNANT SUR LE SYSTÈME D’EXPLOITATION WINDOWS 8.

ZEIT.DE INSINUE ÉGALEMENT QUE LA NSA POURRAIT ELLE AUSSI Y AVOIR ACCÈS, PAR L’INTERMÉDIAIRE DE MICROSOFT.

TPM 2.0 EST UN COMPOSANT lancé en 2011 QUI NE PEUT ÊTRE DÉSACTIVÉ. Dès le démarrage de l’ordinateur ou de la tablette, il se lance automatiquement. « Etant donné la perte de la souveraineté totale sur la technologie de l’information, LES OBJECTIFS DE SÉCURITÉ DE ‘CONFIDENTIALITÉ’ ET ‘D’INTÉGRITÉ’ NE PEUVENT PLUS ÊTRE GARANTIS », peut-on lire sur les documents. « Cela peut avoir des conséquences significatives sur la sécurité informatique de l’Administration Fédérale ».

LES RÉDACTEURS DES DOCUMENTS JUGENT DONC QUE L’UTILISATION DE WINDOWS 8 SUR LES ORDINATEURS DU GOUVERNEMENT ALLEMAND « EST INACCEPTABLE » ET ILS RECOMMANDENT D’AVOIR RECOURS À WINDOWS 7, QUI POURRAIT ÊTRE UTILISÉ « JUSQU’EN 2020 ».
MICROSOFT N’A PAS ENCORE RÉAGI À CES ALLÉGATIONS.

Les documents auraient été transmis aux autorités allemandes au début de l’année 2012, ce qui pourrait indiquer que leurs émetteurs avaient eu connaissance des activités d’espionnage que la NSA avait mises au point dans le cadre du programme PRISM dénoncé récemment par un employé d’un sous-traitant de cette administration, Edward Snowden (cf. http://www.express.be/business/fr/technology/prism-le-gigantesque-programme… ).

JEUDI, LE GOUVERNEMENT ALLEMAND A PUBLIQUEMENT RÉFUTÉ LES ALLÉGATIONS DE ZEIT.DE SE RAPPORTANT À L’EXISTENCE D’UNE  « PORTE DÉROBÉE POUR LA NSA » (cf. http://www.zdnet.com/german-government-refutes-windows-backdoor-claims-7000… ).


Source : http://www.express.be/business/fr/technology/windows-8-contient-une-porte-d…


Revenir en haut
vicflame


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2012
Messages: 206

MessagePosté le: Dim 25 Aoû - 13:07 (2013)    Sujet du message: TEMPORA, PROGRAMME D’ESPIONNAGE DU WEB BRITANNIQUE ! Répondre en citant




APRES « PRISM », VOICI « TEMPORA », LE PROGRAMME D’ESPIONNAGE DU WEB BRITANNIQUE QUI SURVEILLE ET PIRATE INTERNET VIA DES CÂBLES SOUS-MARINS !






Chers amis,


2013 aura décidément été l’année de la fin des illusions… LE CONCEPT DE L’INTERNET LIBRE EST CLAIREMENT DÉCÉDÉ CETTE ANNÉE-CI. Non seulement via les systèmes qui existaient déjà (Echelon, Carnivore etc.) ou encore via les failles délibérément voulues de certains système d’exploitation (Windows 8, par exemple), mais aussi via l’honteux programme américain PRISM dénoncé par Edward Snowden et à présent… le programme d’espionnage britannique, Tempora !

TEMPORA EST UN PROGRAMME D’ESPIONNAGE DES COMMUNICATIONS DE L’EUROPE ET DES USA QUI UTILISE LES CÂBLES SOUS-MARINS QUI CONSTITUENT LA COLONNE VERTÉBRALE DU WEB AFIN DE SURVEILLER, D’ESPIONNER ET DE PIRATER L’INTERNET (+ SUPPRESSION DE LA VIE PRIVEE ET DES LIBERTES SUR LE WEB) !

ET BIEN SÛR, COMME D'INNOMBRABLES AUTRES SUPPRESSIONS DES LIBERTES, CET ESPIONNAGE ET CETTE SURVEILLANCE SONT "JUSTIFIES" PAR LE SYSTEME TOTALITAIRE DE LA "LUTTE CONTRE LE TERRORISME" - UN SYSTEME QUI A PROGRESSIVEMENT ETE "LEGALISE" DEPUIS LE 11 SEPTEMBRE 2011.


C’est à nouveau le journal britannique « The Guardian » (« Le Gardien », un journal au nom prédestiné… et qui essaie apparemment de mettre en garde sur la disparition des libertés) qui a publié un article à ce sujet.

COMME N’IMPORTE QUEL SYSTÈME ÉLECTRONIQUE, INTERNET EST DONC, PAR NATURE, PIRATABLE. ET LES IMMONDES AGENCES DE RENSEIGNEMENT (QUI FONT PARTIE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL, POUR RAPPEL) EN ONT PROFITÉ DEPUIS DES ANNÉES.

A PRÉSENT QUE CETTE SURVEILLANCE ET CE PIRATAGE SONT DEVENUS PUBLICS, IL EST CLAIR QUE L’ÉTAU VA SE RESSERRER DANS LES PROCHAINS MOIS ET ANNÉES, jusqu’à ce que le dernier média libre, Internet, se soit transformé lui aussi en plateforme totalitaire et de propagande, comme cela fut le cas auparavant pour la presse écrite, la radio et la télévision.

Les populations ne réagissant absolument pas, nous avons donc la GARANTIE ABSOLUE de cette évolution dictatoriale…

L’article, ci-dessous.

BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.


P.S. : un immense merci à la personne qui m’a signalé cet article !






Source : http://www.rtbf.be/info/societe/detail_espionnage-ces-cables-optiques-sous-…

ESPIONNAGE: CES CÂBLES OPTIQUES SOUS-MARINS QUI NOUS SURVEILLENT


SOCIETE | Mis à jour le vendredi 23 août 2013 à 18h55


TEMPORA : LA SEULE DÉFINITION DE CE NOM VA VOUS FAIRE COMPRENDRE COMMENT L’ESPIONNAGE FONCTIONNE DANS LA RÉALITÉ. C’est – à nouveau - le quotidien britannique The Guardian qui avait dévoilé le MÉCANISME PAR LEQUEL LES AGENCES DE RENSEIGNEMENTS ARRIVENT À INTERCEPTER LA MAJEURE PARTIE DES COMMUNICATIONS DU NET.

TEMPORA, C’EST LE NOM DONNÉ AU PROGRAMME MIS EN PLACE PAR LES SERVICES SECRETS BRITANNIQUES, ET PAR LEQUEL LE GHCQ, L’AGENCE BRITANNIQUE DE RENSEIGNEMENT ÉLECTRONIQUE, FILTRE PAS MOINS DU QUART DES TÉLÉCOMMUNICATIONS MONDIALES.

Comment? La réponse va en étonner plus d'un.

Le grand public ne le sait que trop peu: LES TÉLÉCOMMUNICATIONS NE SONT PAS SURVEILLÉES PAR DES SATELLITES, OU PAR D’AUTRES OBSCURS MÉCANISMES D’UN AUTRE ÂGE. CE QUI LES REND VULNÉRABLES OU FACILEMENT "PIRATABLES", C’EST LE MOYEN PAR LEQUEL ELLES TRANSITENT : LES CÂBLES SOUS-MARINS.

Grâce à une infographie consultable sur son site internet (cf. http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/23/les-cables-sous-marin… ), Le Monde explique comment 99% DU TRAFIC MONDIAL DE L'INTERNET, MAIS ÉGALEMENT DU TÉLÉPHONE, TRANSITE PAR LES QUELQUES 250 CÂBLES SOUS-MARINS PRÉSENTS DANS LES MERS ET OCÉANS DU MONDE. C'EST LE "BACKBONE" DE L'INTERNET, C'EST-À-DIRE SA COLONNE VERTÉBRALE, QUI EST AINSI VULNÉRABLE AUX PIRATAGES, ET À LA CYBERSURVEILLANCE, dans laquelle se spécialisent les services de renseignements.


Capture d'écran de la cartographie du site Telegeography, renseignée par lemonde.fr - http://www.submarinecablemap.com/


ET TEMPORA, le programme de surveillance britannique, EN EST LE PROGRAMME D'ESPIONNAGE PAR EXCELLENCE: LA GRANDE-BRETAGNE EST, PAR LA CONFIGURATION DU RÉSEAU DES CÂBLES SOUS-MARINS, UNE VÉRITABLE PLAQUE TOURNANTE DU TRAFIC ÉLECTRONIQUE; LA QUASI-TOTALITÉ DES ÉCHANGES ENTRE L'EUROPE ET LES ÉTATS-UNIS, TRANSITANT PAR LES CÔTES ANGLAISES.

Piratage? Les spécialistes estiment que ces moyens de communication de données sont STRATÉGIQUES, et très vulnérables.

De plus, explique Le Monde, LES AUTORITÉS N'ONT AUCUN MAL À INTERCEPTER LES INFORMATIONS TRANSITANT PAR LE RÉSEAU: LA FAMEUSE LOI ANTITERRORISTE DE L'ANNÉE 2000 OBLIGE TOUT OPÉRATEUR À TRANSMETTRE TOUTES LES DONNÉES DEMANDÉES PAR LES AUTORITÉS.

Pas besoin d'espions "undercover"; du PIRATAGE TOUT À FAIT LÉGAL, en somme.

Lire l'article en intégralité ici (cf. http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/23/les-cables-sous-marin… ); pour plus d'information sur le programme Tempora, lire l'article du Guardian, en anglais (cf. http://www.theguardian.com/uk/2013/jun/21/gchq-cables-secret-world-communic… ).


W. Fayoumi, avec Le Monde (cf. http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/08/23/les-cables-sous-marin… ).


Revenir en haut
vicflame


Hors ligne

Inscrit le: 07 Mai 2012
Messages: 206

MessagePosté le: Dim 8 Sep - 09:52 (2013)    Sujet du message: LES USA, PRISM & MICROSOFT WINDOWS: ALLIANCE NAZIE ! Répondre en citant

PRISM: LE PROGRAMME-ESPION WINDOWS 8 PERMETTRA A MICROSOFT ET AU GOUVERNEMENT AMERICAIN DE CONTRÔLER VOTRE ORDINATEUR A DISTANCE !








Chers amis,


NOUS SOMMES HÉLAS RÉELLEMENT REVENUS AU TEMPS DU NAZISME !

LES MÉTHODES GESTAPISTES UTILISÉES ACTUELLEMENT PAR LES USA NAZIS POUR ESPIONNER LE MONDE ENTIER POSSÈDENT EN EFFET UN TRAIT COMMUN AVEC LE NAZISME : ELLES FONT APPEL À L’INDUSTRIE.

DU TEMPS DE L’ALLEMAGNE NAZIE, ON SE SOUVIENDRA PAR EXEMPLE QUE LE SYSTÈME HITLÉRIEN ÉTAIT AIDÉ PAR UN SYSTÈME INDUSTRIEL BIEN DÉVELOPPÉ. Par exemple, certains camps de concentration et d’extermination, comme Auschwitz, possédaient une usine I.G. Farben à proximité,  où les prisonniers travaillaient dans des conditions d’esclavage.

LES PREMIERS BALBUTIEMENTS DE L’INFORMATIQUE ONT AUSSI AIDÉ, DÈS LE DÉPART, LES NAZIS : ainsi, on se souviendra que, historiquement, IBM a aidé le Reich via des machines à cartes perforées qui ont servi au réarmement, à la gestion de la force de travail des prisonniers politiques et aux nombreux recensements de la population allemande dès 1933, mais qui ont également été utilisées  au décompte de la population juive dans les ghettos et les camps de concentration durant la Seconde Guerre mondiale (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/International_Business_Machines ).  

AUJOURD’HUI, NOUS SOMMES À NOUVEAU REPLONGÉS DANS CETTE ATMOSPHÈRE PUTRIDE ET TOTALITAIRE PAR LES USA (qui, comme nous le savons, ont été NAZIFIÉS : ils ont récupéré des « savants » et des bourreaux nazis à la fin de la seconde guerre mondiale via le Project Paperclip, et ces « savants » ont peu à peu infecté la société américaine : CIA, NASA etc. C’est ainsi que la mentalité nazie a fait son chemin aux Etats-Unis, pour finalement aboutir à l’ignoble système actuel – rappelons que les USA possèdent plusieurs centaines de camps de concentration, les camps FEMA, sur le territoire américain. Voir à ce sujet http://www.greatdreams.com/concentration-camp-locations.htm  ou http://www.inexplique-endebat.com/article-les-camps-fema-camps-de-concentra…  ).

LES MULTINATIONALES AMERICAINES DE L’INFORMATIQUE OU DU WEB (GOOGLE, MICROSOFT, YAHOO, POUR NE CITER QU’ELLES), ONT EN EFFET REÇU DE GÉNÉREUSES « DONATIONS » DU GOUVERNEMENT NAZI DES USA AFIN DE PERMETTRE AU PROGRAMME PRISM D’ESPIONNER LES CITOYENS ET LES GOUVERNEMENTS DU MONDE ENTIER (cf.  http://www.wikistrike.com/article-windows-8-contient-une-porte-derobee-util… ).

PARMI CES MULTINATIONALES, ON RETROUVE MICROSOFT, dont on attendait la réaction face aux articles dénonçant cette violation des libertés, cette trahison et cette collaboration avec le pouvoir nazifié des USA. Et bien, NOUS APPRENONS DANS L’ARTICLE CI-DESSOUS QUE MICROSOFT, SUIVANT LE MAUVAIS EXEMPLE DES INDÉCROTTABLES NAZIS DE L’ALLEMAGNE HITLÉRIENNE, NIE TOUT EN BLOC, ET MINIMISE L’ESPIONNAGE EN QUESTION !

NOUS OBTENONS ÉGALEMENT LA CONFIRMATION SELON LAQUELLE LE MODULE TPS, PRÉSENT DANS WINDOWS 8, PERMETTRA DÈS 2015 DE CONTRÔLER VOTRE ORDINATEUR À DISTANCE (voir article ci-dessous) !

VIA WINDOWS 8, LE BIG BROTHER MONDIALISTE ET LA NSA POSSÈDENT DONC UNE PORTE D’ENTRÉE ROYALE POUR S’INTRODUIRE DANS VOTRE PC ET DANS LES ORDINATEURS DES ADMINISTRARTIONS DE VOTRE PAYS, ET Y FAIRE LA LOI ! En définitive, Windows n’est qu’un énorme spyware (logiciel-espion) destiné à aider le pouvoir mondialiste américain dans sa suppression des libertés, son espionnage et son totalitarisme impérialiste à l’échelle planétaire…

LA CONCLUSION EST DONC TOUTE SIMPLE : DÈS AUJOURD’HUI, IL FAUT ÉVITER LES LOGICIELS AMÉRICAINS, AINSI QUE TOUS LES LOGICIELS FABRIQUÉS PAR UN SYSTÈME TOTALITAIRE ! LE SYSTÈME D’EXPLOITATION MICROSOFT WINDOWS (QUI EST HÉLAS CELUI QUI EST LE PLUS UTILISÉ AU MONDE), EST DONC À BANNIR ET À REMPLACER PAR D’AUTRES SYSTÈMES NETTEMENT PLUS SÛRS POUR LES CITOYENS, ET PLUS ÉTHIQUES.


A MOINS, BIEN SÛR, QUE VOUS PREFERIEZ ETRE ESPIONNES ET CONTRÔLES EN PERMANENCE, ET QUE VOUS ACCEPTIEZ HONTEUSEMENT UN TEL SYSTEME, TELS LES « BRAVES ALLEMANDS » DU PASSE…

L’article, ci-dessous…

BONNE RÉVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.







Source : http://www.wikistrike.com/article-windows-8-permettra-la-prise-de-controle-…

Vendredi 6 septembre 2013




WINDOWS 8 PERMETTRA LA PRISE DE CONTRÔLE DE VOTRE MACHINE PAR LA NSA






Les révélations d'Edward Snowden sur les agissements de la NSA et sur PRISM n'en finissent pas d'avoir des répercussions. CE N'EST PAS SEULEMENT LE GOUVERNEMENT AMÉRICAIN QUI VOIT SON IMAGE ENTACHÉE PAR CETTE AFFAIRE DE CYBERESPIONNAGE, MAIS ÉGALEMENT LES ENTREPRISES DU SECTEUR.

Ainsi, d'après les documents qu'a pu se procurer notre confrère allemand Die Zeit (cf. http://www.zeit.de/digital/datenschutz/2013-08/trusted-computing-microsoft-… ), l'office fédéral pour la sécurité dans les technologies d'information (Bundesamt für Sicherheit in der Informationstechnik ou BSI) MET EN GARDE CONTRE L'UTILISATION DE WINDOWS 8. C'est plus particulièrement la façon dont Windows 8 interagit avec le composant matériel TPM (Trusted Plateform Module) qui pose problème.



Le TPM comme porte d'entrée


Ce module est CENSÉ aider à mieux protéger les postes de travail contre les virus, à garantir l'efficacité des DRM (digital right management), et à vérifier la validité des logiciels installés. AVEC LA VERSION 2.0 DE TPM ATTENDUE POUR 2015, MICROSOFT POURRA DISTINGUER LES LOGICIELS DE CONFIANCE ET LES AUTRES. IL POURRA MÊME LES RETIRER À DISTANCE. CETTE DERNIÈRE FONCTIONNALITÉ DE PRISE DE CONTRÔLE À DISTANCE POURRAIT, SELON LA BSI, SERVIR AUX AGENCES FÉDÉRALES DE PORTE DÉROBÉE POUR ESPIONNER LE CONTENU DES POSTES DE TRAVAIL SOUS WINDOWS 8, ET ALLER AU-DELÀ DE LA SIMPLE LUTTE CONTRE LE TERRORISME. SOIT VERS DU VÉRITABLE ESPIONNAGE INDUSTRIEL.

LE BSI RECOMMANDE DONC AUX ENTREPRISES ET ADMINISTRATIONS FÉDÉRALES DE CONSERVER WINDOWS 7, considéré comme sûr, jusqu'en 2020, OU DE PASSER À UN AUTRE SYSTÈME D'EXPLOITATION.

MICROSOFT, QUI A NIÉ AVOIR FACILITÉ L'ESPIONNAGE GOUVERNEMENTAL (cf. http://www.lemagit.fr/actualites/2240188104/Microsoft-dement-accorder-tout-… ), précise que pour éviter toute crainte à l'égard de TPM 2.0, il suffit d'acheter des ordinateurs qui n'utilisent pas ce standard. Encore faut-il que son intégration matérielle soit signalée avant l'achat ! Après les craintes que PRISM fait porter sur le Cloud (cf. http://www.lemagit.fr/actualites/2240203906/Faire-barrage-a-la-NSA-avant-qu… ), VOICI VENU LE TEMPS DE LA MÉFIANCE ENVERS LE LOGICIEL ET LE MATÉRIEL MADE IN USA.


http://www.lemagit.fr/actualites/2240203990/Le-gouvernement-allemand-ne-fai… 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:25 (2016)    Sujet du message: DATABASE BIG BROTHER

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST -> DATABASE BIG BROTHER (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com