LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION) -P.1

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST -> ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 30 Juil - 14:00 (2011)    Sujet du message: ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION) -P.1 Répondre en citant


  Posté le 12/04/2007 10:42:11
 
GOOGLE ACTIVELY AIDING INTELLIGENCE AGENCIES? 

Nate Anderson / ARS Technica | October 31 2006
Flashback: Former Intelligence Agent Says Google In Bed With CIA

Former intelligence officer Robert David Steele recently appeared on the Alex Jones show to make the provocative claim that Google is currently cooperating with secret elements in the US government, including the CIA.

Read more :

 http://www.prisonplanet.com/articles/October2006/311006Google.htm 


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 12/04/2007 10:48:40
'FRANCE : LES ECOUTES TELEPHONIQUES VONT S'AUTOMATISER 
Chers amis,
Je vous avais dit que la rétention des écoutes téléphoniques était en route...  

EN VOICI UNE FOIS DE PLUS LA PREUVE IRREFUTABLE!!!    

Remarquez bien que l'on tente bien entendu, une fois de plus, de RASSURER LE PEUPLE AFIN QU'IL NE SE REVOLTE SURTOUT PAS en disant que "contrairement aux U.S.A. , aucune loi en France n'oblige les opérateurs à rendre leurs réseaux "écoutables". Peut-être, MAIS POUR COMBIEN DE TEMPS ENCORE???    

ET CECI NE JUSTIFIE DE TOUTE FACON PAS LA REVOLTANTE SUPPRESSION DE LIBERTE ET DE LA VIE PRIVEE QUE CES ECOUTES IGNOBLES PROVOQUENT!!!    

Mes amis, ceci signifie que NOS PAYS AUSSI (FRANCE, BELGIQUE, SUISSE, CANADA) SONT EN TRAIN DE GENERALISER ET DE "LEGALISER" (SANS AUCUN AVIS NI REFERENDUM DEMOCRATIQUE) L'ESPIONNAGE DE LA POPULATION, tout comme les U.S.A. l'ont fait avant nous!!!   

Et tout ceci, A GRAND RENFORT DE MILLIONS D'EUROS QUI PROVIENNENT DE NOTRE PROPRE POCHE DE PETIT CONTRIBUABLE!    

Malgré cela, l'article honteux de propagande infecte en faveur de cette mesure inique du gouvernement prétend que l'on a "ECONOMISE" 45 millions d'euros! QUEL CULOT, ET QUELLE DISTORSION INTOLERABLE DE LA VERITE!!!    

La GESTAPO nouvelle est en route, dites-le-vous bien!    

SI VOUS NE REAGISSEZ PAS CONTRE CE TYPE DE PROCESSUS ANTIDEMOCRATIQUE, LIBERTICIDE ET ANTICONSTITUTIONNEL, VOUS EN PAYEREZ BIENTOT LES CONSEQUENCES, VOUS, VOTRE FAMILLE ET VOS AMIS !!!    

A bon entendeur... La triste article, ci-dessous.

Vic.

Source : http://www.01net.com/article/328620.html

LA JUSTICE VA AUTOMATISER LES ECOUTES TELEPHONIQUES

Le ministère va s'équiper d'une plate-forme nationale reliée aux opérateurs. Elle servira de hub au traitement des interceptions et d'économiser 45 millions d'euros.
Frantz Grenier , 01net., le 06/10/2006 à 18h35

Le ministère de la Justice veut muscler son appareil d'interception des communications téléphoniques. La secrétaire générale adjointe du ministère de la Justice, Dominique Cottin, citée par l'agence AP, a annoncé mercredi 4 octobre la création d'une «plate-forme qui permettra l'écoute de la voix, l'identification des numéros appelants, la géolocalisation des téléphones mobiles, la réception des informations détenues par les opérateurs et leur renvoi aux services enquêteurs ». Le ministère de la Justice doit émettre un appel d'offres l'année prochaine et prévoit la mise en oeuvre de la plate-forme début 2008. 

D'ici là, le ministère se dotera, en janvier prochain, d\'un système d'interception de SMS, ce dont il ne dispose pas aujourd'hui. Au contraire du Groupement interministériel de contrôle, dédié aux écoutes extrajudiciaires (liées à la sécurité nationale, la criminalité organisée...), qui en dispose déjà. 

Cette plate-forme devrait aboutir à de fortes économies de frais de justice. Aujourd'hui, les écoutes sont demandées par les enquêteurs aux juges d'instruction, qui ordonnent l'interception par le biais d'une commission rogatoire. Puis, les officiers de police judiciaire se chargent de son application auprès de l'opérateur et du fournisseur de matériel d'interception. Et les frais de réquisition coûtent de plus en plus cher. 

45 millions d'euros d'économies

En 2005, les dépenses d'interception se sont élevées à 92 millions d'euros, contre 70 millions en 2004. Les 20 000 écoutes téléphoniques effectuées l'année dernière ont représenté à elles seules 30 % de cette somme. 

Et le nombre des interceptions va croissant. A titre d'exemple, il était de 12 700 en 2002. L'heure étant plutôt au contrôle des frais de justice, le ministère met en place cette plate-forme afin d'automatiser en partie les interceptions. Selon Dominique Cottin, toujours citée par AP, ce système permettra d'économiser 45 millions d'euros à la justice. 

Un avis partagé par le Département de recherche sur les menaces criminelles contemporaines (DRMCC), un organisme universitaire indépendant français qui, dans son rapport Écoutes et interceptions légales des télécommunications publié cette semaine, conseille de «sortir des pratiques qui multiplient inutilement des actes coûteux (installation systématique de lignes temporaires à chaque interception) et adopter le principe de lignes numériques permanentes sécurisées. Des technologies qui permettent à l'opérateur de commuter l'interception dès qu'il en est requis par la justice.» 

Des FAIbox à mettre sur écoute !

Le rapport du DRMCC recommande aussi au ministère de «s'assurer avec les opérateurs de communication que leur système permet la mise en place et le renvoi effectif des interceptions. Pour cela, il explique que le point crucial pour intercepter des communications sur Internet est l'équipement par lequel le FAI (Fournisseur d'Accès Internet) connecte l'abonné à la Toile et donc par lequel passent les paquets IP.» Toutefois, le rapport précise qu'aucune loi en France, au contraire des Etats-Unis, n'oblige les opérateurs à rendre leurs réseaux «écoutables».



 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 12/04/2007 20:26:39
US COURT GRANTS AT&T, GOVT. APPEAL IN SPY CASE 
Tue Nov 7, 2006 10:18pm ET
NEW YORK, Nov 7 (Reuters) - The U.S. government and AT&T Inc (T.N: Quote, Profile, Research), fighting against a lawsuit accusing the telephone operator of illegally allowing the government to monitor telephones and e-mails, won the right to argue for dismissal of the case before a U.S. Appeals Court on Tuesday.

In January, the Electronic Frontier Foundation (EFF), a privacy advocacy group, sued AT&T, saying it collaborated with a National Security Agency spying program it said involved eavesdropping on phone calls, reading e-mails and gathering call records of millions of Americans, without warrants.

In July U.S. District Court Judge Vaughn Walker rejected a request from AT&T, the head of U.S. intelligence and other officials to dismiss the EFF suit.

The U.S. 9th Circuit Court of Appeals on Tuesday agreed to hear an appeal by AT&T and the government of Judge Walker's decision. 

AT&T spokesman Walt Sharp said the company was pleased the court had chosen to look at the appeal.

Kurt Opsahl, staff attorney for the Electronic Frontier Foundation, said he was "not surprised" by the decision.

"I think eventually this case may very well appear before the Supreme Court," Opsahl said. (Reporting by Sinead Carew, editing by Gary Hill; Reuters Messaging: sinead.carew.reuters.com@reuters.net;            +1 646-223-6186      )) 

© Reuters 2006. 

http://today.reuters.com/news/articleinvesting.aspx?view=CN&storyID=2006-11-08T031835Z_01_N07463817_RTRIDST_0_TELECOMS-ATT-ELECTRONICFRONTIER.XML 

--Message edité par maria le 2007-04-12 20:26:59-- 


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 13/04/2007 13:48:32
LE NEC PLUS ULTRA DE LA SURVEILLANCE ELECTRONIQUE : LA TRACABILITE DES INDIVIDUS ! 
Source : http://www.centpapiers.com/article.php3?id_article=994

par MICHEL MONETTE, le 17 novembre 2006 
IBM s’apprête à lancer des «solutions de sécurité» qui vont pousser d’un cran la surveillance électronique, nous apprend Benoît Dupont, professeur et Directeur adjoint du Centre International de Criminologie Comparée à l’Université de Montréal, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en sécurité, identité et technologie. 

Considérez-vous avertis : il faudra désormais adopter en tout temps des comportements «normaux», du moins devant les caméras de vidéo surveillance. En effet, IBM promet que les images captées par des caméras vont pouvoir être analysées par de puissants logiciels «intelligents» d’analyse de données, en vue de détecter des comportements humains «anormaux». 

Qu’est-ce qu’un «comportement humain anormal» ? Cela dépend. On peut facilement imaginer que certains comportements publics normaux au Québec deviennent vite suspects au Kazakhstan. 

Ce n’est pas tout. L’intégration des diverses formes de surveillance électronique est ahurissante. 

Cette tendance [...] aboutit au renforcement de la traçabilité des personnes. En effet, il s’agit ici de convertir nos allées et venues dans le monde réel en des données numériques aisées à analyser et à conserver, afin de pouvoir les fusionner aux données recueillies lors de nos incursions dans le monde virtuel. 

Ajoutons que les partenariats entre l’État et l’entreprise privée ne sont pas pour nous rassurer. 

Un exemple récent est l’appel d’offres du gouvernement du Québec pour la construction et la gestion d’une portion de l’autoroute 30. L’entreprise privée pourra prendre par caméra vidéo le numéro des plaques automobiles et obtenir des renseignements (nom et adresse du détenteur) auprès de la Société d’assurance automobile du Québec. 

Qu’en sera-t-il des vieillards dans ces centres privés d’hébergement ? Qu’en sera-t-il des enfants dans les garderies, dont les comportements agressifs pourraient bien se retrouver dans des fiches numérisées qui vont les suivre toute leur vie. Qu’en sera-t-il des élèves dans les cours d’école qui pourraient aussi se retrouver filmés et fichés à leur insu ? 

Paranoïa ? Dupont précise qu’il sera possible «de mener des recherches sur des individus ou des véhicules spécifiques parmi des milliers ou des millions d’heures d’enregistrement avec une efficacité bien supérieure à celle d’opérateurs humains.» 

De là à créer des super fiches numérisées qui pourront nous suivre toute notre vie... 

Petite question en passant : IBM va-t-elle vendre ses «solutions de sécurité» à la Chine ? 

Benoit Dupont.


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 14/04/2007 17:29:03
LA PARANOIA SECURITAIRE EST PRATIQUEMENT GENERALISEE ET L’ESPIONNAGE EST DESORMAIS A LA PORTEE DES PARTICULIERS !!! 
Chers amis, 
L’article ci-dessous est particulièrement grave et important et nous signale que le Nouvel Ordre Mondial est en train d’atteindre son but le plus cher, avec l’acceptation de la paranoïa «sécuritaire» et la perversion des populations. Des populations qui sont désormais prêtes à adopter n’importe quelle mesure ou technologie liberticide, à jouer elles-mêmes aux espions et aux délateurs.     

Si un sursaut de conscience et une opposition très ferme ne surgissent pas IMMEDIATEMENT, 2007 sera l’année de l’établissement de la dictature mondialisée.   

Le triste article agrémenté de mes commentaires, ci-dessous… 

Bonne lecture, ET BONNE INSURRECTION, SURTOUT ! Vic.

Source : http://www2.canoe.com/techno/nouvelles/archives/2006/12/20061203-090500.html 

ÉQUIPEMENT DE SURVEILLANCE 
L'espionnage à la portée de tous 

Erin Letson 
Sun Media 
03/12/2006 09h05 

De nouvelles technologies permettent maintenant au simple citoyen de mener lui-même ses enquêtes, que ce soit pour attraper un conjoint infidèle ou pour confirmer des doutes sur les larcins d'un employé. Qu'est-ce qui nous a rendus si méfiants? Pourquoi est-il devenu si attrayant d'espionner autrui? 

Comme le fait remarquer Ian Kerr, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en éthique, en droit et en technologie, nous vivons dans une société post-11 septembre caractérisée par la peur où il est naturel de voir des gens dans leur intimité - notamment avec les émissions de téléréalité telles que Loft Story ou Occupation double.

Commentaire : vous venez d’en avoir confirmation : nous vivons dans une société PARANOIAQUE en ce qui concerne la «sécurité» ! On a tellement bien fait croire à la MYSTIFICATION COMPLETE de la «sécurité intégrale» que les gens adoptent N’IMPORTE QUEL TYPE DE TECHNOLOGIE DE SURVEILLANCE et de soi-disant «PROTECTION». Mais davantage de mesures de sécurité signifie, bien entendu, moins de libertés. 

Vous venez de lire une fois de plus que c’est le 11 septembre 2001 qui a initié ce mouvement de «sécurité intégrale» et de paranoïa généralisée (peur des «terroristes», des «criminels», des inconnus, des voyageurs, des immigrés, des voisins… qui peuvent tous être de «dangereux criminels»), mouvement de peur qui a mené au renforcement des contrôles et de la surveillance, et à la diminution drastiques des libertés et de la vie privée. 

Vous avez reçu également confirmation du rôle vénéneux et sournois des mass médias, avec notamment des émissions qui promeuvent la suppression de la vie privée (téléréalité, dont le meilleur exemple est l’émission qui se nomme elle-même «Big Brother»). 

Équipement plus abordable 

L'équipement de surveillance est aussi devenu beaucoup plus abordable. Au début des années 1990, une petite caméra «cachée» pouvait coûter de 800 à 1 000 $. 

Aujourd'hui, on peut se procurer un appareil plus petit et de meilleure qualité pour moins de 200 $. 

Avec les dispositifs de surveillance qui deviennent moins chers, plus faciles à utiliser et plus courants au quotidien, la popularité des produits d'espionnage ne cesse de croître. L'an dernier, les ventes de dispositifs de surveillance commerciaux en Amérique du Nord ont atteint 2,7 millions d'appareils, dont 42 % étaient des achats gouvernementaux. 

Ursula Lebana, propriétaire de Spytech, une entreprise qui se spécialise dans la vente d'équipement de surveillance, a joint le mouvement en 1991 lorsqu'elle a ouvert sa première boutique à Toronto. 

Commentaire : donc , suite à la paranoïa du 11 septembre 2001, les contrôles gouvernementaux ont augmenté, mais ceci N’A PAS SEMBLE SUFFISANT AUX TRAUMATISES ET AU MALADES DE LA SECURITE qui, en plus, ont commencé à s’équiper de façon privée également ! ET nous pouvons vérifier, à l’aide des pourcentages cités, qu’il s’agit malheureusement d’un mouvement de MASSE ! On nous parle des U.S.A. , MAIS LA MEME CHOSE EST EVIDEMMENT EN TRAIN SE PASSER CHEZ NOUS, EN EUROPE ! J’en veux pour preuves les nombreuses caméras placées un peu partout, et le projet de loi belge qui va permettre également aux magasins et aux particuliers de placer des caméras (il y a donc une certaine DEMANDE de la part des particuliers) ! 

La maison, lieu de surveillance 

Selon Mme Lebana, la maison est en train de devenir un lieu d'où l'on surveille les conjoints, les voisins, les enfants, les domestiques, les gardiennes, etc. 

Celle-ci raconte l'histoire d'une cliente qui trouvait toujours son jardin dans un état épouvantable lorsqu'elle rentrait à la maison. 

Elle a installé une caméra à l'extérieur et a découvert que sa voisine venait piétiner ses fleurs tous les jours en son absence. 

Un autre client a réussi à attraper deux vandales qui s'en prenaient à sa voiture après avoir installé un système d'alarme dans son entrée. 

Elle mentionne aussi le cas d'un père qui a utilisé la trousse pour vérifier si sa fille de 13 ans était sexuellement active. 

Commentaire : le pire dans tout cela, c’est que les gens, traumatisés, apeurés, paranoïaques, avides de sécurité, surveillent donc tout de plus en plus, Y COMPRIS CHEZ EUX ! Souvenez-vous : aux USA, le chef de la police de Houston avait proposé de PLACER DES CAMERAS A L’INTERIEUR DES MAISONS, et une autre ville avait placé des caméras dans les toilettes publiques. Honteux, bien évidemment. Mais nous voyons qu’en plus des projets infects et envahissants du gouvernement qui IMPOSENT des lois liberticides, LES CITOYENS EUX-MEMES PARTICIPENT A L’AUGMENTATION DE LA SURVEILLANCE DE LEUR PROPRE LOGIS, ET DE LEUR PLEIN GRE ! Ce phénomène est pitoyable, et tout à fait catastrophique… car le Nouvel Ordre Mondial va finir par parvenir, si cela continue, à son rêve le plus cher : un ASSERVISSEMENT TOTAL des populations (surveillanc,e contrôle et répression) ET AVEC L’AVAL DE CEUX-CI ! 
Des gadgets pour les James Bond en herbe 

Les avancées en matière d'équipement d'espionnage personnel sont pour le moins impressionnantes. 

Il y a d'abord les enregistreuses numériques, dont la plus petite au monde, à peine plus grosse qu'un morceau de gomme à mâcher. 

Un aérosol qui rend les enveloppes transparentes et qui sèche ensuite en ne laissant aucune trace de manipulation, un autre qui rend les plaques d'immatriculation impossibles à photographier sont d'autres gadgets qu'un apprenti-espion peut se procurer. 

Commentaire : la miniaturisation et la technologie viennent ainsi en aide aux espions, services de renseignements et d’intelligence fédéraux, mais aussi aux délateurs du coin. Ils aident ainsi à la SUPPRESSION progressive des droits, des libertés et de la vie privée. Et évidemment, les outils de « contre-espionnage » qui servent à contrer cette suppression de la vie privée fleurissent eux aussi. La paranoïa sécuritaire bat donc son plein, avec l’ombre de la dictature et de la suppression des libertés qui plane sur tous … 

Changeur de voix 

Si vous vous êtes déjà demandé quel serait le son de votre voix si vous étiez du sexe opposé, un changeur de voix qui se pose sur le téléphone peut vous fournir une réponse. 

Par ailleurs, le rayon des caméras regorge lui aussi d'innovations. Il existe des modèles sans fil minuscules -- à peine plus gros qu'un pois -- et d'autres qui peuvent être placés dans des «pagettes», des microviseurs de porte et des boutons de chemise. 

Commentaire : finalement, avec autant d’outils de contrôle et de surveillance, la notion même de liberté et de vie privée disparaît. Et la miniaturisation (pensons notamment aux nanotechnologies) est en train de permettre au mouvement de prendre de la vitesse. 

Fuir les caméras

Enfin, si l'idée d'être espionné vous rend paranoïaque, vous pouvez vous procurer un repéreur de caméra cachée qui émet une lumière rouge et clignote lorsqu'il détecte une lentille de caméra. 

Commentaire et conclusion : ce genre de «protection» coûte cher, n’est pas toujours efficace, mais il prouve néanmoins que le phénomène de sécurité intégrale est bien une vaste FUMISTERIE, puisque l’on se dirige vers un équipement et un contre-équipement, ce qui laissera toujours une marge de manoeuvre pour ceux qui ne veulent pas être repérés . Mais en attendant, les libertés et la vie privée trinquent, et les projets infâmes du Nouvel Ordre Mondial progressent à ce niveau. NE SERAIT-IL PAS PLUS INTELLIGENT DE PROTEGER LES LIBERTES ET LA VIE PRIVEE CONTRE TOUTES CES MESURES ET TECHNOLOGIES LIBERTICIDES ? 

Très chers amis, LE TEMPS EST COMPTE. Une REACTION et une OPPOSITION à ces mesures et technologies liberticides deviennent IMMINENTES, URGENTES ET VITALES si nous souhaitons vivre libres et dans une société un tant soit peu démocrate.

Vic



 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 14/04/2007 22:14:55
SOFTWARE TRACKS MOOD SWINGS OF BLOGOSPHERE 
Software that tracks mood swings across the 'blogosphere' and pinpoints the events behind them could provide more insightful ways to search and analyse the web, researchers say.
The software, called MoodViews, was created by Gilad Mishne and colleagues at Amsterdam University, The Netherlands. It tracks about 10 million blogs hosted by the US service LiveJournal.

"I noticed that blog posts on LiveJournal have mood labels attached," Mishne says. "We started to collect this information and noticed trends in different moods over time."

About 250,000 new LiveJournal posts are created every day and roughly 150,000 of these include a label for one of hundreds of different moods. Moodviews keeps track of these labels and generates a graph, revealing emotions shifts across all LiveJournal blogs over time.

Flirty and lonely

Moodviews reveals patterns that follow on weekly, monthly and even yearly cycles. For example, the label "drunk" becomes increasingly popular each weekend. The label "stressed" appears less during summer months and more towards the end of each year, perhaps because of end-of-year work deadlines or the stress of visiting in-laws. 

On Valentine's Day, there is spike in the numbers of bloggers who use the labels "loved" or "flirty", but also an increase in the number who report feeling "lonely".

The latest addition to Moodviews, a program called Moodsignals, tries to explain match these blogospheric mood swings to current events. It identifies emotional peaks by comparing recent label usage with records of previous use. When it finds a spike, the program picks out less commonly used words from relevant blog posts in an effort to identify the cause of the emotional change.

Moodsignals successfully determined that a peak in excitement and similar emotions over a weekend in July 2005 was related to the publication of a new Harry Potter book. "It found that words like 'Harry', 'Potter', 'shop' and 'book' were coming up more than usual in posts," Mishne explains. "These terms were submitted to the news archive which showed the excitement was about the latest Harry Potter book."

Emotional search

The tool may have commercial applications. For example, one investment banker is interested in using it to track consumer confidence in different products. 

But a long-term goal is to create new ways to find information online and the researchers plan to release an emotionally aware search engine later in 2006, which will measure bloggers' moods towards a particular word or topic.

Jill Walker, who researches online communication at the University of Bergen, in Norway, sees potential in this approach. "It would be a very interesting new way to navigate the internet," she told New Scientist. "It is good to try and think of ways to access the kind of information that's not easily machine-codable, but is out there on the web."

Walker notes that can be difficult to divine feelings from online posts as people can choose to portray very different images of themselves online, compared to their real-world personas. But she says the information collected by Moodviews may still be useful. "We can find out a lot about how people choose to represent themselves online this way," she notes.

http://www.newscientisttech.com/article/dn9025



 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 15/04/2007 10:20:43
LE SCENARIO BIG BROTHER SE REPAND EN GRANDE-BRETAGNE  
Source : journal belge «Metro» ( http://www.metrotime.be ) du vendredi 03 novembre 2006, p.1.

Caméras, analyses des habitudes d’achat et de consommation, enregistrement des mouvements des personnes, de leurs téléphones portables et suivi de l’Internet sont omniprésents dans la vie des Britanniques, affirme le document intitulé «rapport sur la société sous surveillance». 
Commentaire : voilà où l’indifférence et le manque de réaction des populations nous mènent : à la société du contrôle total, de la surveillance permanente et de la répression omniprésente!   

«Aujourd’hui, je crains que nous soyons en train de prendre conscience du fait que nous sommes déjà dans une société sous surveillance omniprésente», a déclaré Richard Thomas, directeur de la Commission pour l’information, un organisme indépendant chargé de promouvoir l’accès du public à l’information officielle et de protéger les informations sur les personnes. Mais alors que cette surveillance est utile pour lutter contre le terrorisme et la criminalité, elle «s’immisce dans notre espace privé». Le danger est que cette tendance risque de créer un «climat de suspicion» au sein de la société, souligne-t-il également. 

Commentaire : une fois de plus, nous avons ici un gars qui MINIMISE gravement les faits ! Il le signale : les Britanniques SONT DEJA dans une société où la surveillance est omniprésente. Ceci constitue évidemment aussi un faux argument destiné à ce que les masses, comme toujours, se disent «nous y sommes déjà…que pouvons-nous donc faire?», et ne REAGISSENT PAS!  Il s’agit là d’une déclaration sournoise et destinée à ce que les populations NE SE REBELLENT PAS contre cet atroce état de fait!   HONTEUX ! CRAPULEUX!  

On fait ensuite croire une fois encore aux gens que ce genre de technologie est soi-disant «utile» pour «lutter contre le terrorisme et la criminalité» (Ô MYSTIFICATION ABOMINABLE DE LA SECURITE INTEGRALE!!!).  La contrepartie de cet état de fait est GRAVISSIME : LES GENS PERDENT LEURS LIBERTES ET LEUR VIE PRIVEE!     

Le sieur Richard Thomas se veut encore bien rassurant et MINIMISE à nouveau les conséquences d’une telle situation : il prétend que cela risque de «créer un climat de suspicion».  EN REALITE, CELA VA BEAUCOUP PLUS LOIN!  M. Thomas ne perçoit évidemment que la «petite image», mais à un niveau plus large, c’est bien la DICTATURE, le FASCISME et la RENAZIFICATION qui pointent le bout du nez!  Car CHAQUE CITOYEN EST A PRESENT CONSIDERE COMME UN CRIMINEL POTENTIEL, AU ROYAUME-UNI!!!  TOUTE ATTITUDE «SUSPECTE» VA DONC DEVENIR PUNISSABLE ! ET LES CONTESTATAIRES, OPPOSANTS, MILITANTS ETC. VONT DEVENIR LA CIBLE DE REPRESSIONS INAVOUABLES, TOUT COMME C’EST LE CAS AUX U.S.A.!!! 

Le rapport précise que la majeure partie des techniques de surveillance sont automatisées et hors de la vue des personnes qui les subissent et prévoit que cette observation étroite de la population va aller croissant dans les dix années à venir. Il y a actuellement 4,2 millions de caméras de surveillance en Grande-Bretagne, soit une pour 14 personnes, indique-t-il. Le rapport met également en garde contre la «dataveillance», ou surveillance via les données informatiques au travers des cartes de crédit, téléphones portables et cartes de fidélité, utilisée dans un but commercial. 

«Des erreurs peuvent être commises avec de sérieuses conséquences», comme des erreurs sur les personnes, la prise pour acquis de faits erronés, les soupçons envisagés comme des faits et des atteintes à la sécurité, prévient Richard Thomas. 

Commentaire : ce qui vient d’être dit confirme donc bien le danger tout à fait REEL de CHUTE DANS LA DICTATURE LA PLUS IGNOBLE, dans un ETAT-POLICIER, dans le règne du NOUVEL ORDRE MONDIAL!!!     

Et d’ici 2016, cette surveillance pourrait se matérialiser par le passage par des scanners des personnes entrant dans des boutiques, les écoles pourraient introduire des cartes permettant aux parents de surveiller la nourriture de leurs enfants et des personnes pourraient se voir refuser des emplois en raison des risques potentiels en matière de santé qu’ils peuvent représenter pour leurs collègues de travail. 

Commentaire et conclusion : les projets sont encore BIEN PIRES que ce qui vient d’être dit!   Car d’ici 2010, toutes les technologies liberticides extérieures au corps humain (tags RFID, cartes d’identité électronique, caméras de vidéosurveillance, boîtiers électroniques dans les voitures, passeports biométriques, biométrie, billets de transport public à puce RFID etc.) doivent être mises en application, selon l’agenda de la Commission européenne et du Nouvel Ordre Mondial. ET D’ICI 2020, CE SONT LES IMPLANTS DE PISTAGE, DE SUPPRESSION DES LIBERTES ET DE LA VIE PRIVEE ET DE CONTROLE MENTAL ET COMPORTEMENTAL QUI DOIVENT ETRE MIS EN APPLICATION, conformément aux plans diaboliques de ce même Nouvel Ordre Mondial nazi et maléfique!   

Bref, les risques sont absolument IMMENSES!!! LES POPULATIONS ONT INTERET A REAGIR, ET VITE!!! IL EST DEJA PRATIQUEMENT TROP TARD POUR LE ROYAUME-UNI …  VEILLONS DONC DANS LES AUTRES PAYS EUROPEENS ACE QUE LA MEME CHOSE NE SE PRODUISE JAMAIS, ET OPPOSONS-NOUS FAROUCHEMENT A TOUT EXCES DU MEME GENRE!!!    Je vous signale aimablement que nous nous y dirigeons à une vitesse absolument FOLLE : passeports biométriques, caméras de vidéosurveilllance, cartes d’identité électroniques, cartes de sécurité sociale à puce, nanotechnologies, puces implantables dans le corps humain, pistage et surveillance des conducteurs, géolocalisation, tags RFID… SONT DEJA EN TRAIN DE SE REPANDRE DANS NOS PAYS EN CE MOMENT MEME!!!    

Je vous le dis : SI D’ICI 2 MOIS, RIEN N’A CHANGE, SI AUCUNE OPPOSITION FERME ET FAROUCHE A CES TECHNOLOGIES LIBERTICIDES NE S’EST MONTREE, ALORS 2007 SERA L’ANNEE DE LA SUPPRESSION DES LIBERTES DANS NOS PAYS, ET DU DEBUT DU FASCISME MONDIAL !!!  Je suis on ne peut plus sérieux.  Si la réaction ne surgit pas A TOUTE VITESSE, nous allons le payer TRES cher, c’est garanti sur facture !  VOUS AVEZ LES FAITS DEVANT LES YEUX, VOUS DEVEZ BIEN VOUS EN RENDRE COMPTE, VOUS AUSSI


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 15/04/2007 11:50:05
LES TECHNOLOGIES DE PISTAGE EN TEMPS RÉEL FONT BOULE DE NEIGE 
Le pistage électronique devient une réalité quotidienne pour un nombre croissant d’individus. Non seulement il est possible de savoir en temps réel où ils se trouvent, mais en plus l’intrusion en temps réel dans leur intimité est tout aussi possible. Qui peut prédire jusqu’où cela ira?
La simple possession d’un téléphone cellulaire nous rend vulnérables. Par exemple, en Grande-Bretagne, un site Web offre la possibilité de suivre, presque pas à pas, les déplacements de tout individu muni d’un cellulaire qui y consent. Le hic est que quelqu’un ayant accès à votre cellulaire peut, en cinq minutes à peine, vous inscrire à votre insu à ce service (Ben Godrace, How I stalked my girlfriend). 

Comme on le sait, aux États-Unis, le président Bush a autorisé la surveillance électronique sans mandat judiciaire. Quiconque se promenant avec un cellulaire étant susceptible d’être repéré dans l’espace, nous n’en sommes plus à la banale écoute des conversations téléphoniques ! 

On estime qu’il y a de deux milliards et demi à trois milliards de cellulaires en service dans le monde. Les modèles évoluent. On peut y stocker de plus en plus d’informations personnelles (noms, adresses, numéros de téléphone, courriels, photos, etc.). Bien tentant que tout cela ! 

Ajoutons géopositionnement par satellite (GPS), puce électronique à radiofréquences (RFID) et biométrie, et nous obtenons un quatuor infernal. Certes nous ne vendons pas, comme Faust, notre âme pour jouir des avantages que procurent ces technologies. En revanche, nous donnons à nos gouvernements et à nos employeurs la possibilité de nous surveiller comme jamais ils n’avaient pu le faire auparavant.

Le gouvernement chinois se prépare à émettre plus de 1,3 milliard de cartes d’identités munies de puces électroniques à radiofréquences et de renseignements biométriques (InfoWord. China to issue 1.3 billion RFID identification cards). Il ne viendra bien sûr à l’esprit de quiconque l’idée saugrenue que cela pourrait servir à augmenter la surveillance et le contrôle. 

Autre exemple, celui-ci dans un pays démocratique : les Américains peuvent payer leur droit de passage sur certaines autoroutes au moyen d’une E-ZPass munie d’une puce RFID. D’une part, cela laisse des traces sur leurs trajets automobiles, d’autre part, les informations recueillies au passage sont susceptibles d’être piratées. 

Toujours aux États-Unis, il y a aussi le projet PASS (People access security service) qui promet (Christophe Guillemin. Avec la puce RFID, tous vos déplacements seront fichés). Les passeports avec puce RFID et données biométriques ne sont pas loin. 

En Angleterre , le gouvernement rêve de pouvoir suivre jusqu’au dernier mètre chaque parcours automobile. Vive le GPS ! Le but est noble : rendre le trafic routier plus fluide. Incidemment, cela rend possible de savoir en tout temps où se trouve un automobiliste, mais ce ne sont là que balivernes. 

Parlant de balivernes justement, il se trouve que certains réclament un débat public sur l’utilisation croissance de ces technologies de pistage. 

Doit-on s’inquiéter de ces merveilles technologiques ? Qu’en pensez-vous ? 

William A. Herbert. No Direction Home : Will The Law Keep Pace With Human TrackingTechnology to Protect Individual Privacy and Stop Geoslavery ?

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16936



 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 15/04/2007 15:24:37
'ALLEMAGNE : INTERNET : ATTENTION, VOUS ÊTES SUR ÉCOUTE 


La PJ fédérale allemande doit bientôt avoir le droit d’espionner les ordinateurs privés des «suspects»
La suite :

 http://www.tlaxcala.es/pp.asp?reference=1816&lg=fr');




 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 17/04/2007 18:59:16
SWEDISH OFFICIALS WANT TO SPY ON E-MAILS 
USA Today 
Thursday, March 8, 2007 

STOCKHOLM (AP) — Sweden's government presented a contentious plan Thursday to allow a defense intelligence agency monitor e-mail traffic and phone calls crossing the nation's borders without a court order.

The government insists only a fraction of the electronic communication will be affected, but critics worry that the program, designed to combat terrorism and other threats to national security, is too far-reaching.

Their concerns resemble criticism of a U.S. surveillance program launched in 2001 that monitors international phone calls and e-mails to or from the United States involving people suspected by the government of having terrorist links.

The American Civil Liberties Union sued the National Security Agency last year on behalf of journalists, scholars and lawyers who say the surveillance has made it difficult for them to do their jobs because they believe many of their overseas contacts are likely targets.

The Swedish proposal, which needs parliamentary approval, would give the National Defence Radio Establishment the green light to use so-called data mining software to search for sensitive keywords in all phone and e-mail communication passing through cables or wires across the country's borders.

Today, such traffic can only be monitored with court approval if police suspect a crime, although the agency is already free to spy on airborne signals, such as radio and satellite traffic.

European governments have gradually been expanding their surveillance powers, wiretapping rules and police search powers as part of efforts to unravel terror plots.

But the Swedish proposal is among the most far-reaching when it comes to intercepting e-mail traffic.

The Dutch secret service can monitor e-mail in specific cases, but does not have a mandate to conduct blanket monitoring of international traffic.

In Britain, e-mails can only be intercepted with a warrant signed by a secretary of state, and the intercepted communications cannot be used in court.

Sweden's center-right government says it's only interested in international traffic, and that e-mails and phone calls between Swedes will be filtered out.

Defense Minister Mikael Odenberg defended the measure, saying it would help the government protect its citizens.

"It could be that we are interested in learning about country A's nuclear weapons program, or about biological weapons in country B. It's on that level," he said.

However, critics say it is impossible to guarantee the government would not get access to private communication between Swedes, since e-mails often are routed via a server abroad.

"They're going from fishing with a hook to fishing with a net," said Par Strom, a spokesman for The New Welfare Foundation, a civil liberties think tank. "We are crossing a very fundamental border."

Even Sweden's security police, SAPO, has criticized the proposal, saying it violates personal integrity.

Opposition politicians from the Green and Left parties say they will fight the bill when it comes to a vote in Parliament later this year. The main opposition Social Democrats said they had not yet decided how to vote.

"We're going to evaluate whether there are enough guarantees to safeguard people's integrity," said Thomas Bodstrom, justice minister in the previous Social Democratic government. "The other issue is, do we want to change society so that the military gets a completely new role when it comes to fighting crime?" 

http://www.prisonplanet.com/articles/march2007/080307spy.htm



 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 19/04/2007 11:07:04
MUELLER: FBI CAN PROPERLY USE ITS POWERS 
WASHINGTON (AP) - FBI Director Robert Mueller labored Tuesday to persuade skeptical senators that the FBI can properly use its Patriot Act authority to gather telephone, e-mail and financial records of Americans and foreigners while pursuing terrorists. 
He appeared before the Senate Judiciary Committee after the Justice Department inspector general revealed abuses in the FBI's use of documents called national security letters to gather such data without approval from a judge. 

"We're going to be re-examining the broad authorities we granted the FBI in the Patriot Act," Committee Chairman Sen. Patrick Leahy, D-Vt., told Mueller. 

Mueller urged the panel not to revise the law. 

"The statute did not cause the errors," Mueller said. "The FBI's implementation did." 

He said he instituted procedures to police the use of these letters. "What I did not do and should have done is put in a compliance program to be sure those procedures were followed," the FBI chief added. 

He said he has now begun to do that, has ordered an audit to determine the full extent of the problem and to determine if any agents should be disciplined. 

"We are committed to demonstrating to committee, the Congress and the American people that we will correct the deficiencies," Mueller said. 

"I still have very serious qualms," Leahy replied. 

Citing the inspector general report on national security letters and his previous reports criticizing FBI reporting of terrorist cases, of weapons and laptops losses, Sen. Arlen Specter, R-Pa., said, "Every time we turn around there is another enormous failure by the bureau." 

"There's another headline virtually on a daily basis," Specter added, citing a Washington Post report Tuesday that agents had submitted inaccurate data to a court that issues warrants for foreign intelligence surveillance. 

"The question arises as to whether any director can handle this job and whether the bureau itself can handle the job," Specter said, proposing that the panel give serious consideration to establishing a separate domestic intelligence agency like Britain's MI-5. 

Mueller said he had reduced the problem since learning of it in 2005 but noted that the warrant applications are very long and contain thousands of facts. 

"I'm not impressed with your assertion that there are thousands of facts," Specter said. "That's your job. You asked for these powers; we gave you them. If these applications are wrong, you're subjecting people to an invasion of privacy that ought not to be issued." 

But Republican Sens. Jeff Sessions of Alabama and Orrin Hatch of Utah made clear they opposed altering the law to curb FBI authority. "You've acknowledged the problems and pledged to fix them. That's what Congress and the American people need," Hatch said. 

The committee plans to hear April 17 from Attorney General Alberto Gonzales, who is struggling to keep his job amid criticism of the NSL abuses and the firings of eight U.S. attorneys. 

"Last year the administration sought new powers in the Patriot Act to appoint U.S. Attorneys without Senate confirmation and to more freely use National Security Letters," Leahy said in opening remarks. "The administration got these powers, and they have badly bungled both." 

In a review of headquarters files and a sampling of four of the FBI's 56 field offices, Inspector General Glenn A. Fine found 48 violations of law or presidential directives during 2003-2005. He estimates there may be as many as 3,000 violations throughout the FBI that have not been identified or reported. 

When Fine testified before the Senate panel last week, Leahy said, "In light of this report, we need to consider whether Congress went too far" in the Patriot Act in removing restrictions on FBI use of national security letters. 

In a House Judiciary Committee hearing with Fine, Republicans and Democrats warned the FBI could lose that broad power. 

If the FBI doesn't move swiftly to correct the mistakes and problems, "you probably won't have NSL authority," said Rep. Dan Lungren, R- Calif., a supporter of the power. 

In 1986, Congress first authorized FBI agents to obtain electronic records without approval from a judge, using national security letters. 

The letters can be used to acquire e-mails, telephone, travel records and financial information, like credit and bank transactions. They can be sent to telephone and Internet access companies, universities, public interest organizations, nearly all libraries, financial and credit companies. 

In 2001, the Patriot Act eliminated any requirement that the records belong to someone under suspicion. Now an innocent person's records can be obtained if FBI field agents consider them relevant to an ongoing terrorism or spying investigation. 

___ 

On the Net:
Senate Judiciary Committee: http://judiciary.senate.gov/ 

FBI:

 http://www.fbi.gov/ 










 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 25/04/2007 19:36:03
!!! BELGIQUE : LES GRANDES OREILLES DE BIG BROTHER A VOTRE DISPOSITION !!!  
Chers amis, 
A nouveau, la BELGIQUE se distingue par ses intentions LIBERTICIDES et de FLICAGE !    

Après la carte d’identité électronique, le passeport biométrique, l’explosion du nombre de caméras de vidéosurveillance, les radars à fibre optique sur les routes, les débuts des tags RFID, les bracelets RFID de pistage pour les criminels, les lois européennes «antiterroristes» d’ECOUTE et de rétention des données … QUE POUVAIT ENCORE NOUS PROPOSER LE GOUVERNEMENT BELGE POURRI AFIN DE RENFORCER LE CONTRÔLE ET LA REPRESSION DES CITOYENS (mais toujours sous le masque hypocrite et fourbe de la «SECURITE») ?    

Réponse : UN NOUVEAU SYSTÈME DE FLICAGE CENTRALISE ET APPELE A SE DEVELOPPER PARTOUT EN BELGIQUE : LE SYSTÈME D’ECOUTE «TELE-POLICE» (voir article tiré du site de «Télé-police», ci-dessous) !!!   

Ce système d’écoute centralisé est déjà répandu dans pas mal de villes du pays : Namur, Charleroi, Châtelet, Aiseau-Presles, Farciennes, Courcelles, Fontaine-L'Evêque, Ciney, Hamois, Havelange, Somme-Leuze.  

En effet, la police prétend, via ce système d’écoute, «lutter contre la criminalité»  et propose à présent aux professions libérales, aux administrations et même… aux particuliers (!) de faire placer ce système CHEZ EUX ou sur le lieu de travail !!!   

Il s’agit en réalité d’une nouvelle ARNAQUE par laquelle on donne l’ILLUSION aux gens qu’ils seront « protégés » par un système «de sécurité» (en réalité, un simple système d’écoute) !!!    

Imaginez donc la scène suivante : 

Vous rentrez un soir dans votre maison ou dans votre appartement et tombez nez à nez avec des cambrioleurs. Les gredins se révèlent plus dangereux que prévus et sont armés… Profitant d’un moment d’apparente inattention d’un des bandits, vous parvenez à vous diriger – subtilement, croyez-vous - vers l’appareil (la «centrale») de télé-police que vous avez fait placer sur un des murs, et dont le gros voyant rouge (vraiment très discret) , via la ligne téléphonique et grâce à un minuscule émetteur sans fil sur lequel vous appuyez afin d’activer le système) , relie ce qui se passe dans votre domicile (système d’écoute amplifiée) au commissariat de police le plus proche. Les policiers sont ainsi censés entendre la conversation et éventuellement l’enregistrer, et repérer tout accent et caractéristique vocale spécifique des agresseurs, voleurs et autres malfrats, puis de se mettre en route jusque chez vous afin de voler à votre secours… 

Manque de bol : entendant un juron dans votre dos, vous vous retournez et remarquez que l’un des cambrioleurs, l’arme au poing, a vu votre geste, a compris ce que vous faisiez et est en train de vous viser, une expression de rage sur le visage… 

«PAN !» fait le revolver du malfrat. Votre cervelle repeint désormais le mur derrière vous… au moins, le gros voyant rouge de la centrale de «télé-police» est-il finalement assorti à quelque chose dans votre appartement, à présent : votre propre sang. 

Quant aux policiers, ils ont eu la possibilité d’entendre la voix de votre assassin, et peut-être parviendront-ils à l’identifier. Cela vous fait une belle jambe : vous n’êtes plus de ce monde ! 

L’extrait ci-dessus est certes fictif, mais il démontre bien l’INEPTIE qui consiste à dire qu’un tel système vous «protège» !   

Que se passerait-il, en outre, si nos chères têtes blondes venaient à appuyer sur le bouton rouge de l’émetteur ?  Et avec quelle(s) conséquence(s) ?  Ou que se passerait-il si des DIZAINES d’enfants venaient à appuyer malicieusement sur le bouton de l’émetteur déclenchant le système de Télé-Police ? La réponse est simple : vous seriez écoutés à votre insu !  Imaginons que des enfants, à divers endroits du pays, poussent à présent à peu près simultanément sur le bouton de l’émetteur qui déclenche le système : le central de police sera débordé.  

On peut d’ores et déjà prévoir des applications déviantes et des dérives à ce système…  

En effet, qui vous dit que le système de télé-police ne permettra pas à la police de DECLENCHER ELLE-MEME l’écoute de ce qui se passe A TOUT MOMENT chez vous (fût-ce à titre «préventif»)???    

Cela vous semble « tiré par les cheveux » ?  Et bien, ça ne l’est pas !  

La police et les services des renseignements généraux de Belgique n’hésitent déjà pas, A L’HEURE ACTUELLE, à METTRE SUR ECOUTE le téléphone de simples et honnêtes citoyens luttant contre la dictature et qui postent de l’information sur le liberticide ou le nouvel ordre mondial ! Alors de là à ce qu’ils se mettent à profiter d’un système d’écoute placé chez le citoyen, il n’y a qu’un pas… un pas qui sera allègrement franchi !   

Mais le peuple belge, épris de « sécurité » et trompé par le LEURRE GROSSIER de la sûreté intégrale et totale, va-t-il seulement PENSER aux DERIVES qu’un tel système peut amener ?Et luttera-t-il contre un tel système ? Etant donné le degré de propagande et le manque total de considération pour les libertés et la vie privée, il y a peu de chances…  

Une fois encore, le pouvoir, jouant sur la corde sensible des gens et prenant pour cible un public faible, précarisé et/ou haï (les criminels, dans ce cas-ci), prend comme excuse la «criminalité» afin de RENFORCER SON EMPRISE SUR LES CITOYENS PAR UN SYSTÈME DE SURVEILLANCE !   

L’article honteux et qui pue la propagande "sécuritaire" et commerciale , article pris sur le site de "Télé-Police", ci-dessous. 

BONNE INSURRECTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic. 

P.S. : REMARQUE IMPORTANTE : le petit émetteur du système de Télé-Police utilise un système radio fort semblable à celui que l’on trouve sur les clés des voitures et qui permet de verrouiller ou de déverrouiller celles-ci automatiquement … des ondes RADIOFREQUENCE !  SE POURRAIT-IL DONC QUE L’ON SOIT EN TRAIN DE COMMENCER A UTILISER DE LA RFID SANS LE DIRE, DANS NOTRE PLAT PAYS DE BELGIQUE ???  

Source : http://www.tele-police.com/index/00000024.htm (les photos du système se trouvent sur cette page web) 

TÉLÉ-POLICE : LE PRINCIPE 

Le principe est simple et peu onéreux comparé à un système d'alarme classique et ardu à mettre en place ! 
Télé-Police, s'installe en moins de 5 minutes dans tout type d'intérieur : commerçant, société ou profession libérale, vous disposez tous d'une sécurité liée à votre type de risque. 

Le système se compose d'une centrale Télé Police qui se trouve équipée d'un système radio, d'une alimentation de secours, d'un transmetteur et d'un système d'écoute ultra sensible capable de capter les sons à plusieurs dizaines de mètre de distance. 

L'installation de cet appareil "station centrale" s'effectue très facilement en le connectant comme n'importe quel autre appareil de téléphonie ordinaire ( Fax, répondeur, etc.) à une alimentation de courant 220 volts et une prise téléphonique. 

Dés lors, la station centrale est en service et opérationnelle. 
Vous voilà protégé ! 

Station centrale 

Les performances techniques de la station centrale sont redoutables d'efficacité et offrent une multitude de possibilités. 

En situation de crise, vous déclenchez une alarme d'écoute grâce au petit bouton sur l'émetteur de quelque gramme que vous portez sur vous ou à portée de mains. 

Aussitôt, la station centrale rentre en fonction et appelle la police ou le centre Télé-police de manière silencieuse 

De manière tout aussi silencieuse, l'agent, écoute ce qui se passe grâce au micro d'une très grande sensibilité qui équipe votre station centrale. 

Vous n'êtes plus seul face à votre agresseur ! 

Sans que votre agresseur ne se doute qu'il est sous écoute, les agents de la police locale sont avertis de votre situation. 

L'agent au poste d'écoute décrit votre situation et donne des indications sur l'agresseur ; type de menace, agressivité, expressions utilisées et origine linguistique supposée, etc. 

La patrouille envoyée à votre secours peut ainsi se forger une idée de votre situation et prendre les décisions en fonction de la gravité.


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 02/05/2007 13:38:03
BIG BROTHER MICROPHONES COULD BE NEXT STEP 
By Philip Johnston, Home Affairs Editor
Last Updated: 12:01am BST 02/05/2007

Your view: Do we need a "surveillance society" to protect us from terrorism?

Hidden mini-cameras and microphones that can eavesdrop on conversations in the street are the next step in the march towards a "Big Brother" society, MPs were warned yesterday.

Richard Thomas, the Information Commissioner, said a debate had begun about whether listening devices should be set up alongside Britain's 4.5 million CCTV cameras.
  
Talking CCTV: a bridge too far

In evidence to the Commons home affairs committee, Mr Thomas said he would be hostile to such an idea. 

He was also alarmed by the prospect of tiny cameras, hidden in lamp posts, replacing more obvious monitors. 

Mr Thomas even considered that so-called ''talking CCTV'', which is to be trialled in 20 areas across the country, might be a ''bridge too far''. This system allows operators to bellow orders at those deemed to be behaving badly. 

He said it was arguable that surveillance in Britain - which is greater than in any other democratic nation - may already have gone too far. It was crucial, he added, to ''proceed with caution'' to avoid creating a climate suspicion.

MPs told Mr Thomas that their constituents were keen on CCTV, which they found reassuring.

But Mr Thomas said that a proper assessment of whether other means of crime control, such as improved street lighting, might be a better was rarely carried out.

He called for ''privacy impact assessments'', which are used in Australia and America every time a public authority wants to introduce CCTV or start a database.

advertisementMr Thomas believes the Information Commissioner's Office should have more powers to investigate privacy breaches without seeking the consent of organisations such as the NHS or Whitehall departments.

Another idea is to introduce a website detailing the position of CCTV cameras as well as automatic numberplate recognition devices on motorways.

Mr Thomas said: "We would be wholly against hidden cameras unless there is an extremely good reason in very, very limited circumstances."

John Denham, the committee chairman, said there appeared to be little evidence that anyone's life had been adversely affected by CCTV or data sharing. But Mr Thomas said complaints were regularly received at his office. He cited a case in Essex where images of a man who had been trying to commit suicide were used on television to show the benefits of CCTV in tackling crime.

He said it was important there was not a "free-for-all" in accessing people's information.

Mr Thomas quoted Benjamin Franklin, one of the Founding Fathers of the US, who said: "Those who lightly give up their liberties in the name of safety deserve neither liberty nor safety."

"I think there is something in that," Mr Thomas added.

Nick Clegg, the Liberal Democrat home affairs spokesman, said: "This Government has got away with the construction of a surveillance state behind the backs of the British people for far too long."  

Related articles : 
Leader: We must keep a close eye on surveillance
1 May 2007: Privacy watchdog wants curbs on surveillance
25 April 2007: Cameras 'could spy on your waste'
8 April 2007: Cradle to grave: How the state snoops on Britons from birth
5 April 2007: Oi! Talking CCTV cameras will shame offenders External links
Information Commissioner's Office 

http://www.telegraph.co.uk/global/main.jhtml?xml=/global/2007/05/02/nbigbro… 


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 14/05/2007 20:20:51
 
FRANCE - CONSERVATION DES DONNÉES INTERNET : UN DÉCRET EN PRÉPARATION PROVOQUE UN TOLLÉ

AFA, Geste, Iris…Plusieurs organisations Internet réagissent à l'élaboration d'un décret qui "exprime le fantasme de Big Brother". Enquête.
Philippe Guerrier, vnunet 26-04-2007 

Voilà un projet de décret qui fait beaucoup couler d'encre alors qu'il n'est censé que compléter des dispositions liées à la conservation des données Internet. Un volet reflété dans l'article 6 de la loi pour la Confiance dans l'économie numérique du 21 juin 2004. Si le texte est validé comme tel et publié au Journal Officiel, il entraînera des conséquences non négligeables pour les activités des acteurs du Net en France.

La suite :

 http://www.vnunet.fr/fr/vnunet/news/2007/04/26/conservation-donn-es-internet 


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 28/05/2007 11:43:49
ROYAUME-UNI : UN TIERS DES BLOGUEURS RISQUENT LE CONGÉDIEMENT 
Selon un sondage récent publié par BBC News , plus d’un tiers des blogueurs du Royaume-Uni risquent le congédiement en publiant des détails péjoratifs ou nuisibles sur leur milieu de travail, leur patron ou leurs collègues.
La firme de ressources humaines Croner,qui a commandé l'étude,lance un avertissement à ces internautes qui pourraient se voir congédiés pour inconduite grave.

Le sondage de Croner s’est adressé à 2000 internautes qui tiennent un blogue, et 39 % des répondants ont indiqué qu’ils y ont déjà publié des commentaires dommageables.

Les blogueurs devraient prendre en considération l’impact potentiel de leurs publications, précise Croner.

« Fausse impression de sécurité »

Gillian Dowling,consultante technique chez Croner,a dit que la situation s’apparentait à ce qui s’est produit lors de l’introduction générale du courriel dans les années 1990.

Selon elle, les blogueurs devraient faire attention pour ne pas se laisser leurrer par la fausse impression de sécurité que peuvent induire le caractère informel du blogue et la facilité avec laquelle ils peuvent y publier leurs pensées et leurs opinions.

sérieuse pour rompre l’entente implicite de confiance mutuelle,un employé pourrait être congédié pour inconduite grave »,explique Mme Dowling.

« Le blogue en question pourrait être aussi un indice d’autres problèmes de conduite ou révéler de la discrimination ou de l’intimidation en milieu de travail. »

Mme Dowling ajoute que des blogueurs pourraient aussi perdre leur emploi parce qu’ils ont révélé de l’information de nature confidentielle ou des renseignements financiers sensibles.

« Les employeurs doivent s’assurer de bien prendre en considération l’impact des blogues sur leur organisation et de prendre les mesures appropriées pour minimiser tout risque potentiel.» (24h)

http://montreal.24heures.ca/pdf/cover.pdf 


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 18/06/2007 09:18:32
THIBAULT GROUAS, FDI: «LES INTERNAUTES SONT CONSCIENTS DES IMPACTS DU WEB 2.0 SUR LA VIE PRIVÉE» 
Par Estelle Dumout
ZDNet France
7 juin 2007

Société - Le Web 2.0 et ses implications constituent le sujet récurrent de la grande consultation menée par le Forum des droits sur internet en partenariat avec ZDNet.fr, qui a recueilli 300 contributions d'internautes. Retour sur leurs attentes avec Thibault Grouas, chargé de mission au FDI.

La suite...

 http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39370052,00.htm 


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 28/06/2007 07:17:16
AMERICA'S TOP SPY SAYS EXTENSIVE DOMESTIC SURVEILLANCE CONTINUES; LEAVES OUT GREAT DEAL  
Michael Roston
Raw Story 
Tuesday June 26, 2007

An article in July's edition of the journal Foreign Affairs gives Director of National Intelligence Mike McConnell an opportunity to outline his plans for 'Overhauling Intelligence.' The article is notable both for what it includes - a discussion of domestic intelligence gathering activities - as well as what it leaves out. 

While earlier public statements and writings from McConnell have emphasized the need to modernize the laws governing intelligence gathering, the nation's second National Intelligence Director excluded those issues from this article.

In McConnell's 10-page essay, he puts the threat of terrorist groups to US interests up front, and discusses the activities that are being conducted in the US to counter the danger. 

One major challenge the Bush appointee focuses on "is determining how and when it is appropriate to conduct surveillance of a group of Americans who are, say, influenced by al Qaeda's jihadist philosophy. On one level, they are U.S. citizens engaging in free speech and associating freely with one another. On another, they could be plotting terrorist attacks that could kill hundreds of people."

Taking up this challenge, McConnell states that civil liberties watchdogs within his office are working to balance the privacy needs of Americans with the intelligence community's efforts to sift through the data it collects.

"New technology being developed by the Office of the DNI's chief information officer and chief technology officer to access and process vast amounts of digital data to find terrorist-related information is being overseen by the DNI's Privacy and Civil Liberties Office," he writes.

McConnell also discusses what he sees as a need to cooperate more with local law enforcement authorities in the United States.

"The way to do so would be to share threat information with state and local officials as well as members of the private sector. The unique contribution made by men and women on the ground is vital to U.S. national security," he writes, identifying some examples in which local authorities uncovered purported terrorists threats. "State and local partners should no longer be treated as only first responders; they are also the first lines of prevention."

Perhaps more notable than what McConnell says in his article is what he leaves out. He does not expand upon or echo the message he delivered in a May 21 op-ed in the Washington Post on the need to modernize the Foreign Intelligence Surveillance Act.

"If we are to improve our ability to protect the country by gathering foreign intelligence, this law must be updated to reflect changes in technology and the ways our adversaries communicate with one another," the National Intelligence Director wrote at the time.

These issues that McConnell left out from his article on 'Overhauling Intelligence' produced significant criticism from intelligence watchdogs in Congress. Rep. Silvestre Reyes, who chairs the House Intelligence Committee had before the Post op-ed was published told RAW STORY that he was 'deeply troubled' by McConnell's requests for freeing the government's hand on wiretapping. He expanded on his criticism in a response to the opinion piece.

"In his May 21 op-ed, Mike McConnell, the director of national intelligence, tried to make the case for the administration's new proposal for rewriting FISA. But his complaints about the current system were inaccurate," wrote Rep. Reyes (D-TX) in the May 30 response. "In fact, I believe it was the administration's cumbersome, uncoordinated process and not the statutory requirements that led the president to authorize an end-run around FISA."

McConnell also touched other subjects in his Foreign Affairs article. For one, he discussed the new technology being used by the Federal Bureau of Intelligence overseas to identify individuals who are 'in custody.'

"[The Rapid Technology Transition Initiative] has already shown its value. Since its deployment late last year, the FBI's Biometric Quick Capture Platform - a portable database funded through RTTI - has facilitated the biometric identification of suspects in custody overseas....the bureau's field personnel were using this tool to identify whether individuals in custody overseas had criminal records or were dangerous threats to U.S. forces," he wrote. 

Notably, McConnell did not say in whose custody such detainees were being held at the time the FBI employed this tool.

Additionally, McConnell identified some of the major targets of the US intelligence community other than terrorists affiliated with al Qaida.

"The U.S. intelligence community also needs to know where collection gaps exist, where it needs greater specific intelligence, and on what areas it is overly focused," he writes. "Some gains have been made with the creation of mission managers - a recommendation of the Weapons of Mass Destruction Commission - who oversee and manage high-interest topics, such as North Korea, Iran, Cuba, and Venezuela, and counterterrorism, counterproliferation, and counterintelligence, for appropriate collection and analysis."

McConnell's full article can be downloaded from the ODNI website. 

http://www.prisonplanet.com/articles/june2007/260607_b_spy.htm 


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 19/07/2007 15:29:41
FBI WOULD SKIRT THE LAW WITH PROPOSED PHONE RECORD PROGRAM, EXPERTS SAY 
July 10, 2007, abcnews.com
http://blogs.abcnews.com/theblotter/2007/07/fbi-would-skirt.html

A proposed new FBI program would skirt federal laws by paying private companies to hold millions of phone and Internet records which the bureau is barred from keeping itself, experts say. The $5 million project would apparently pay private firms to store at least two years' worth of telephone and Internet activity by millions of Americans, few of whom would ever be considered a suspect in any terrorism, intelligence or criminal matter. The FBI is barred by law from collecting and storing such data if it has no connection to a specific investigation or intelligence matter. In recent years the bureau has tried to encourage telecommunications firms to voluntarily store such information, but corporations have balked at the cost of keeping records they don't need. "The government isn't allowed to warehouse the information, and the companies don't want to, so this creates a business incentive for the companies to warehouse it, so the government can access it later," said Mike German, a policy expert on national security and privacy issues for the American Civil Liberties Union (ACLU).  "It's a public-private partnership that puts civil liberties to the test." In March, an FBI official identified the companies as Verizon, MCI and AT&T. Even the bureau's own top lawyer said she found the [FBI's] behavior "disturbing," noting that when requesting access to phone company records, it repeatedly referenced "emergency" situations that did not exist, falsely claimed grand juries had subpoenaed information and failed to keep records on much of its own activity.

http://www.wanttoknow.info/070719newsgovernmentsurveillancepressfreedomsufo… 


 maria Administrateur
 Messages postés : 20960
 

  Posté le 15/08/2007 11:52:33
ZIMBABWE: SWEEPING SURVEILLANCE LAW TO TARGET 'IMPERIALIST-SPONSORED JOURNALISTS'  
Committee to Protect Journalists 
Friday Aug 10, 2007

A sweeping surveillance law ratified Friday in Zimbabwe will target "imperialist-sponsored journalists with hidden agendas," the country's information minister told CPJ. Sikhanyiso Ndlovu described the law as intending "to protect the president, a minister, or any citizen from harm."

The Interception of Communications Act will allow authorities to intercept all phone, Internet, and mail communications, and will establish a state monitoring center and require telecommunications providers to install systems "supporting lawful interceptions at all times," according to the Media Institute of Southern Africa.

Independent journalists say the law is intended to close a loophole in an already oppressive reporting environment. As Zimbabwe has become more restrictive of the media, a greater number of Zimbabwean journalists send their reports to international media outlets and online publications based outside the country. The lawful interception of communications could expose investigative reporters and create a climate of fear, said Zimbabwe Union of Journalists President Matthew Takaona.

"This surveillance law further cuts Zimbabwe off from the world and creates an even more oppressive environment than ever for the press," said CPJ Executive Director Joel Simon. "The international community needs to be aware that Zimbabwe is attempting to suppress any remaining press freedom in its country. Urgent action is required."

While the law troubles reporters at SW Radio Africa, a UK-based independent broadcaster founded in December 2001 by uprooted Zimbabwean journalists, it would not deter the station, manager Gerry Jackson told CPJ. The broadcaster offers news headlines via SMS to a growing audience of about 5,000 mobile phone users in Zimbabwe, she said. The station also circulates transcrïpts of interviews via e-mail to the Zimbabwean diaspora.

In June 2006, the station reported that its medium-wave broadcasts into Zimbabwe had been jammed. There had been a similar scrambling of its short-wave broadcasts in 2005. The government denied that it had interfered, but in February it admitted to jamming Washington-based Studio 7, produced by Voice of America and staffed by uprooted Zimbabwean journalists. "We cannot allow foreigners to invade our airwaves without our authority," the Media Institute of Southern Africa quoted Deputy Minister of Information and Publicity Bright Matonga as saying.

The law also threatens to undermine local journalists who clandestinely report for independent Internet-based publications, Takaona said. Several Internet news sites have flourished in recent years as alternative sources of information in response to the government's strict accreditation regime. Under the 2002 Access to Information and Protection of Privacy Act, journalists can already be sentenced for up to two years in prison for practicing journalism without a license.


A journalist of South Africa-based Zimbabwean news Web site ZimOnline told CPJ the measures have been designed to create fear. ZimOnline reporters in Zimbabwe use e-mail pseudonyms to file stories and conceal their identities when calling government officials for comments, he said. 
Local rights group Zimbabwe Lawyers for Human Rights is considering challenging the legislation in court, acting director Irene Petras told CPJ. Zimbabwe's Supreme Court had previously ruled unconstitutional similar legislation granting the government sweeping powers to monitor communications that threaten national security when it struck down in 2004 the Posts and Telecommunications Act, according to news reports.

CPJ is a New York-based, independent, nonprofit organization that works to safeguard press freedom worldwide. For more information, visit

 http://www.cpj.org 

http://infowars.net/articles/august2007/100807Zimbabwe.htm 




Dernière édition par maria le Mer 13 Juin - 21:32 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 30 Juil - 14:00 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Juin - 21:31 (2012)    Sujet du message: ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION) P.2 Répondre en citant

Administrateurs :maria
Forum LE VOILE DÉCHIRÉConnecté sous maria | Se déconnecter
en ligne : Il y a 17 connectés. Cliquez pour voir la liste
Inscription
|
Profil
|
Messages Privés
|
Recherche
|
Online
|
Aide
| Créer un blog gratuit



Index du forum
LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST
ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION)


Notification par email
|
Prévenir les modérateurs

Pages :

Prec. 1 2 3 4 Suiv.
Auteur :Sujet: ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION) Bas
maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 15/08/2007 02:54:40 (15/08/2007 11:54:40)

WEBSITES COULD BE REQUIRED TO RETAIN VISITOR INFO

Mark Rasch
SecurityFocus
Thursday Aug 9, 2007

A series of legal events means that companies that have no business reason to retain documents or records may be compelled to create and retain such records just so they can become available for discovery.

Companies routinely create, maintain and store electronic records. Some records are consciously created – like memoranda, letters, spreadsheets, and even e-mails and chat or instant message communications. Other records are created inadvertently, like meta data, log records, IP history records and the like. Some information is useful to the company, and it wants to retain it, and other information is of little use, merely takes up space, creates potential liability, and represents an unwarranted threat for attack or violation of privacy. The problem for most companies in developing or maintaining a document retention/destruction policy is identifying the documents and records it wants to keep and effectively purging the ones it doesn't want. Some recent legal events have made the problem of document retention and destruction even more complicated.

A recent case involving file sharing site TorrentSpy illustrates the point. Torrentspy's privacy policy (http://www.torrentspy.com/privacy.asp) is clear and concise. It states:
TorrentSpy.com is committed to protecting your privacy. TorrentSpy.com does not sell, trade or rent your personal information to other companies. TorrentSpy.com will not collect any personal information about you except when you specifically and knowingly provide such information.
Pretty straightforward, and not too dissimilar from thousands of other website privacy policies. Such privacy policies are considered to be legally binding contracts, and the United States Federal Trade Commission, and Privacy Commissioners in Europe, Asia and other places routinely hold companies to their promises – under threat of civil and criminal prosecution or fines.

The first problem with this privacy policy – like most privacy policies – is that it's not true. Whenever you visit a website, you "involuntarily" provide "personal" information to the site operator – things like the type of browser you are using, your IP address, the physical location of that IP address, your configuration settings, and what website you may have been referred from or to, among other things.

If you are engaging in malicious, unlawful, or otherwise "actionable" conduct, the website operator may certainly attempt to use this information to identify you and discern what you are doing – the essence of "personal information". Indeed, much of what we do as forensic investigators is to use this kind of information to find people.

While net-savvy individuals know that this information is being collected and utilized, the vast majority of individuals would not say that they "specifically and knowingly" provided that information to the website. This information frequently has economic value to the website operator as well. Knowing what site referred the user may result in payments from or to the referring site under "pay per click" agreements.

Aggregated personal information is useful for advertisers, and valuable to those who collect it. So its not accurate to say that your website ONLY collects information that you voluntarily give them. A better approach to a privacy policy would include language similar to that used by, for example, Google, which specifically states (http://www.google.com/privacypolicy.html):

Log information - When you use Google services, our servers automatically record information that your browser sends whenever you visit a website. These server logs may include information such as your web request, Internet Protocol address, browser type, browser language, the date and time of your request and one or more cookies that may uniquely identify your browser.
Some of this information is collected automatically as a consequence of delivering web content to the requestor. You would think that, in pursuance of its privacy policies, a company could choose not to collect or more accurately not to store or retain such information – after all, that's what they promised their customers, no?


--------------------------------------------------------------------------------

There has long been an adage in the law that essentially states that "if it exists, it is discoverable". Now, as a result of a lawsuit involving TorrentSpy, the United States District Court for the Central District of California has essentially extended this logic to state that, "if it doesn't exist, we will require that it be created and stored so that it can become discoverable".

The case, Columbia Pictures v. Bunnell (http://www.eff.org/legal/cases/torrentspy/columbia_v_bunnell_magistrate_order.pdf) (pdf) arose when the movie studios wanted to find out the identity of people using TorrentSpy to download copyrighted works – personal information about TorrentSpy's users. TorrentSpy promised its users that it wouldn't collect such information, and had no legal obligation to do so. As the court noted:

In general, when a user clicks on a link to a page or a file on a website, the website's web server program receives from the user a request for the page or the file. The request includes the IP address of the user's computer, and the name of the requested page or file, among other things. Such information is copied into and stored in RAM.).
RAM is a form of temporary storage that every computer uses to process data. Every user request for a page or file is stored by the web server program in RAM in this fashion. The web server interprets and processes that data, while it is stored in RAM, in order to respond to user requests.

The web server then satisfies the request by sending the requested file to the user. If the website's logging function is enabled, the web server copies the request into a log file, as well as the fact that the requested file was delivered. If the logging function is not enabled, the request is not retained.

In keeping with its stated contractual privacy policy, TorrentSpy did not enable the logging function, did not capture the information in RAM (or more accurately did not store it) and therefore alleged that it could not produce it in litigation.

After TorrentSpy was sued, the question arose about whether or not the information NOT regularly collected by TorrentSpy – the information in RAM – constituted Electronically Stored Information subject to both discovery and what is called a litigation hold. Under a litigation hold, once you become aware that information you may posess is relevant to ongoing or threatened litigation, you must suspend your document destruction policy and stop deleting that relevant information.

Electronically Stored Information is defined under the Federal Rules of Civil Procedure (http://www.law.cornell.edu/rules/frcp/Rule26.htm) as "information that is fixed in a tangible form and to information that is stored in a medium from which it can be retrieved and examined".

The court rejected TorrentSpy's claims that the information in RAM was never "stored" since logging was never enabled, and that requiring TorrentSpy to enable logging amounted to requiring it to "create"; records that didn' exist. Certainly, the information in RAM was – for a brief time – stored at least transitorily, just as streaming media (like a VOIP call, or videoconference) is stored on your computer for the brief interval it is being displayed.

Thus, the information is (1) electronic; (2) stored; and (3) relevant. The consequence of this is that not only is the information subject to discovery under the TorrentSpy precedent, but the entity must then suspend its document deletion policy, which in the case of TorrentSpy was to delete information in RAM that it never stored.

The potential consequences of this ruling (which is currently on appeal) are frightening. Whenever a company or other entity learns that information that it doesn't collect (or more accurately collects but doesn't store more than briefly) might be relevant to some litigation, it has to undertake affirmative efforts to start collecting and storing this information, in violation of its express privacy policy (creating potential FTC or privacy commission liability) for no purpose other than to create liability.

Thus, when you learn of the possibility of litigation, you may have to START storing streaming media, contents of VOIP calls, contents of videoconferences, webinars, chats, instant messages, logs, scans, or other electronic records that you never stored before.

The court also noted that companies "cannot insulate themselves from complying with their legal obligations to preserve and produce relevant information within their possession, custody or control and responsive to proper discovery requests, by reliance on a privacy policy -- the terms of which are entirely within [their] control". Thus, even if you SAY that the information wont be collected (stored) and you have no reason to collect (store) it, a court could mandate that you do so at your own expense.


--------------------------------------------------------------------------------

ISPs, Portals and Telcos
A similar issue arises with respect to information held by Internet Service Providers (ISPs), web portals like Google, Yahoo and Microsoft, and telephone companies. These entities routinely collect massive volumes of data about their clients and customers – including things like search requests and results, IP history information, logon information, services utilized, date, time, source, destination, and duration of calls.

VoIP providers or ISPs may also store the contents of voice or video communications temporarily as a consequence of transmission of the packet network. Remember the adage – if it exists, it is discoverable.

Now there are legitimate reasons for companies to want to collect, store and use at least some of this information. There are business models based on the analysis of this information. Load balancing, billing, and even selling this information are all legitimate uses (provided that the consumer has some awareness that this is going on.) What is important is that the provider – the telco, the ISP or the portal – decides what information is going to be collected, how it is going to be used, whether it is going to be stored (and for how long) and then communicates these facts to the consumer.

There has long been a debate over how long these entities will retain the records, and what they will do with them. The Department of Justice and the FBI has long been seeking authority to require ISPs, Telcos and others to retain log data and other data at their own expense, "just in case" the information might later become relevant (http://www.securityfocus.com/columnists/406) to some investigation.

European countries have also been engaged in the same dialogue. If the records are retained (even when there is no business reason for keeping them) the records become discoverable – by grand jury subpoena, FISA or Title III wiretap orders, National Security Letters, or by voluntary cooperation by the ISP or subject. They also become available in any other litigation – copyright infringement, defamation, or routine divorce cases.

Since the ISP or portal would generally be a third party with respect to the underlying litigation, they might not be mandated to create or permanently store log or other transitory information, but that is not entirely clear. What is clear is that the government wants companies that create electronic data to keep it "just in case".

Indeed, ABC News reported that the FBI, in a Department of Defense authorization bill (http://blogs.abcnews.com/theblotter/2007/07/fbi-would-skirt.html) requested a grant of $5m to pay telephone companies to store information such as call records, and to develop a method of retrieving such information at the request of law enforcement. As reported by ABC News:

The $5m project would apparently pay private firms to store at least two years' worth of telephone and Internet activity by millions of Americans, few of whom would ever be considered a suspect in any terrorism, intelligence or criminal matter. The project would involve "the development of data storage and retrieval systems...for at least two years' worth of network calling records," according to an unclassified budget document posted to the FBI's Web site.
So instead of warehousing the records themselves (and with no legal authority to subpoena ALL records), the government is essentially issuing a document preservation request to the telephone companies, requesting that the records be kept by the telcos for two years, and agreeing to pay all or some of the cost of doing so.

Effectively, this makes the telephone companies into the warehouses for the government and for anybody with a subpoena. Note that there is nothing wrong with the phone companies keeping these records for their own business purposes, but now they will be keeping them presumably just in case.

The issue is not unique to telephone companies. Financial services companies, credit card companies, ISPs, web portals, VoIP providers, social networking sites, chat and IM providers all could be either compelled to retain records, or paid off to retain them just in case - even when their own privacy policy expressly forbids it.

Web portals like Google, Yahoo! and Microsoft learned the lesson of the adage that if records exist they will be subpoenaed when, in the context of defending Congress' anti-smut statute, the government subpoenaed (in a civil lawsuit) massive volumes of data about how people used these portals, what they searched for, and what was ultimately delivered.

As a result of this, and of the document retention requests by law enforcement and regulators, all of the major portals have voluntarily agreed to anonymize their records after a period of time – Yahoo! for 13 months, Google and Microsoft for 18 to 24 months.

Ask.com went further, offering a service called AskEraser (http://www.securityfocus.com/columnists/450/) which it claims would allow for anonymous web surfing, and where "the company claims it will not retain the search histories of customers who opt in for the AskEraser".

Which brings us back to where we started. Just because you promise NOT to collect or retain records, doesn't mean that you won't be required to collect and maintain them. Even if you don't have technology readily available to capture data streaming through your network, if the information is stored there briefly, you may be required to capture it.

Sure, you can try anonymizing technologies, but these usually work by NOT LOGGING data, which as we learned with TorrentSpy doesn't always work. What we need is a commonsense approach to what really is a record that is stored by a company, as opposed to log data which COULD be stored by a company.

This article originally appeared in Security Focus (http://www.securityfocus.com/columnists/450/).


http://infowars.net/articles/august2007/090807Websites.htm

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 16/08/2007 21:27:39 (17/08/2007 06:27:39)

SWIFT : LES USA CONTRÔLENT VOTRE COMPTE BANCAIRE HOLD UP BANCAIRE CONTRE L'ACTIVITÉ HUMANITIARE AU PROFIT D'ENFANTS PALESTINIENS

Hans Detlev v. Kirchbach

Un article publié par le journal allemand « Neue Rheinische Zeitung » raconte comment les USA confisquent les dons destinés à subventionner des vacances pour enfants palestiniens traumatisés par les bombardements, les harcèlements quotidiens, les enlèvements et les emprisonnements arbitraires de leurs proches, par l’armée d’occupation israélienne.

Madame Helga Dieter de Frankfurt/Main, institutrice à la retraite tombe de haut quand elle reçoit le 26 juin 2007 l’information de sa banque allemande (Volksbank Odenwald), selon laquelle les USA (par le biais de leur ministère des finances) ont confisqué les 8.000 dollars de dons, qu’elle a voulu envoyer de son Walberberg idyllique (Odenwald) vers une Palestine secouée par 60 ans d’occupation militaire, bombardements et sa population entière assiégée et régulièrement punie collectivement.

La suite :
http://www.michelcollon.info/articles.php?dateaccess=2007-07-27 06:31:01&am…

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 17/08/2007 02:37:38 (17/08/2007 11:37:38)

6 MONTHS TO IMPLIMENT PHONE/INTERNET INTO COMPLETE SPY ARCHITECTURE

By Ryan Singel 8/6/07

A new law expanding the government's spying powers gives the Bush Administration a six-month window to install possibly permanent back doors in the nation's communication networks. The legislation was passed hurriedly by Congress over the weekend and signed into law Sunday by President Bush.

Read more :
http://blog.wired.com/27bstroke6/2007/08/analysis-new-la.html

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 03/09/2007 23:57:38 (04/09/2007 08:57:38)

FRANCE, ETAT-POLICIER : LES MEDECINS ONT A PRESENT ACCES A L’HISTORIQUE DES REMBOURSEMENT DE LEURS PATIENTS !!!

Chers amis,

Et re-PAF ! ENCORE UNE MESURE DE SURVEILLANCE SUPPLEMENTAIRE POUR NOS AMIS FRANÇAIS !

Il y avait déjà la carte Vitale II…

A PRESENT, LES MEDECINS ONT ACCES A LEURS REMBOURSEMENTS VIA LE « MERVEILLEUX DISPOSITIF INFORMATISE DU GOUVERNEMENT ELECTRONIQUE (E-GOVERNMENT) » !!!

Les comptes-rendus de consultation ou d'intervention médicale, ainsi que les résultats d'examens, ne sont pas (ENCORE) consultables… mais ça arrive !

Votre toubib aura accès à ces données… pas vous !

Et ceci se passe JUSTE AVANT que le DOSSIER MEDICAL PERSONNALISE (le DMP, qui a pris un peu de retard) arrive !!! Et il arrive VITE : 2008 (dans quelques MOIS) !

Les bases de données centralisées concernant la santé vont se remplir à une vitesse de dingue !

Vous n’avez « rien à cacher » ? Cela tombe bien : en ‘40-’45, LES JUIFS NON PLUS, N’AVAIENT RIEN A CACHER !

Et je signale au passage que la Gestapo avait BIEN MOINS DE RENSEIGNEMENTS SUR LES GENS, EN CE TEMPS-LA ! On ose à peine imaginer ce que cela donnerait (donnera ?) de nos jours !!!

Je rappelle quand même que SANS BASE DE DONNEES CENTRALISEE, la puce sous-cutanée ne peut fonctionner correctement ! Eh oui ! Nous sommes en train de vivre la mise en place des prérequis qui permettront à la diabolique puce implantable pour humains d’arriver TRES bientôt, du moins si les masses continuent d’être amorphes...

VOYEZ-VOUS ENFIN OU ON VOUS MENE ??? ALLEZ-VOUS ENFIN VOUS REMUER ? OU ATTENDEZ-VOUS QUE L’ ON VOUS SUPPRIME TOUTES VOS LIBERTES (y compris le libre-arbitre) ET TOUS VOS DROITS VIA CETTE PUCE IMPLANTABLE (et éventuellement, qu’on vous enlève votre DROIT DE VIVRE ensuite) ?

Oh ! Petit « détail » au passage : la CNIL, qui est supposée défendre vos libertés MAIS qui est financée et tenue par les couilles par le gouvernement sarkozyste, a ACCEPTE LA GENERALISATION de l’accès à ces DONNEES PRIVEES !

Loi inique après loi inique, technologie liberticide après technologie liberticide, la France se transforme en une FOSSE A PURIN TOTALITAIRE ! Merci qui ? Merci Sarkozy !

Le triste article (toujours présenté de façon propagandiste et très « positive » par les vieilles PUTES goitreuses des mass médias ), ci-dessous…

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-651865,36-946327,0.html

LES MEDECINS LIBERAUX ONT DESORMAIS ACCES A L'HISTORIQUE DES REMBOURSEMENTS DES PATIENTS

LEMONDE.FR | 21.08.07 | 17h21 • Mis à jour le 21.08.07 | 17h21

Depuis fin juillet, les médecins libéraux peuvent accéder à l'historique des soins prescrits et remboursés depuis un an à leurs patients. C'est ce qu'a annoncé mardi 21 août l'assurance maladie, qui a reçu le feu vert de la Commission informatique et libertés (CNIL) pour lancer ce dispositif.

Les praticiens ont ainsi accès, grâce à leur carte professionnelle (CPS), à l'historique des prescrïptions et remboursements, depuis un an, des patients qui leur ont donné leur accord. Les comptes-rendus de consultation ou d'intervention médicale, ainsi que les résultats d'examens, n'y figureront pas.

Prévu par la loi depuis 2004, ce système est censé préserver les patients d'"interactions médicamenteuses" et pourrait également permettre de repérer les "gros consommateurs" de soins. 3 000 médecins sont inscrits à la mi-août pour participer à ce service, selon l'assurance-maladie, qui mise sur l'inscrïption de 20 000 praticiens en novembre.

"Ce système nécessite que le médecin soit équipé de l'Internet rapide, mais le taux d'équipement des professionnels de santé en Internet rapide ne cesse d'augmenter", estime Frédéric van Roekeghem, directeur de l'assurance-maladie, précisant que 40 000 professionnels de santé "ont ouvert un compte Internet pour leurs relations administratives avec les caisses" de Sécurité sociale.

RÉSERVES

Pour la Fédération des utilisateurs de logiciels médicaux et communicants (Fulmedico), l'accès à ce nouveau dispositif n'est pas exempt de difficultés. "Il faut parfois attendre d'interminables minutes avant que le site ne s'ouvre. Les changements de page sont très longs", lit-on sur le site de l'association.

Outre les difficultés techniques, Fulmedico émet des réserves sur la confidentialité des données conservées. "Le patient n'a pas accès à son propre historique et ne peut pas occulter certaines informations sensibles comme une trithérapie", déplore l'association, qui précise qu'"on peut continuer à consulter le dossier ouvert même après le retrait de la carte Vitale".

Baptisé à l'origine "web médecin", le système a dans un premier temps été expérimenté dans quatre départements - les Yvelines, la Seine-Saint-Denis, le Val-d'Oise, et les Alpes-Maritimes -, avant que la CNIL n'autorise sa généralisation.

Ce service est mis en place au moment où le dossier médical personnel (DMP) informatique, pierre angulaire de la réforme de l'assurance-maladie de 2004, prend du retard, son entrée en vigueur ayant été reportée à 2008.


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 04/09/2007 00:27:12 (04/09/2007 09:27:12)

FRANCE LIBERTICIDE : LES ADEPTES DU PEER-TO-PEER SONT CONDAMNES ET ECOPENT !!!

Chers amis,

Et hop ! UNE MESURE LIBERTICIDE DE PLUS POUR LES FRANÇAIS !!!

Nous avions bien dit que les libertés en général, et que les libertés du web aussi, étaient menacées. VOICI LA CONFIRMATION !

La CNIL (qui est CENSEE défendre vos libertés MAIS qui est financée par le gouvernement liberticide ), dans l’article ci-dessous, s’offusque et demande un pourvoi en cassation (c'est tout ce qu'elle parvient à faire pour vous "défendre"... pitoyable ! ) par rapport à la façon dont les juges et le gouvernement VIOLENT, SANS LE MOINDRE SCRUPULE, VOS DONNEES A CARACTERE PRIVE.

Ainsi, magistrat et gouvernement considèrent que l’adresse IP (qui permet bel et bien de vous identifier, contrairement à ce qui est signalé dans l’article ci-dessous – il suffit de contacter votre fournisseur d’accès Internet pour connaître vos nom et adresse) « n’est pas une donnée à caractère privée », alors qu’elle en est une de façon très claire ! Voilà comment on NIE et CONTOURNE la vie privée … HONTEUX !

Internautes français et fanatiques de téléchargement peer-to-peer, VOUS ETES MENACES DIRECTEMENT !

Car, COMME AUX U.S.A. , les personnes qui partagent des fichiers via les programmes peer-to-peer tels que LimeWire ou Emule, par exemple , PEUVENT ETRE A PRESENT CONDAMNEES A PAYER DES AMENDES DE FOU (de 3.800 à 6.500 € en tout, selon l’article ci-dessous) !

C’est encore une fois pour VOTRE gueule (et dans VOTRE portefeuille) que les retombées vont se faire sentir !

Mon conseil ? Téléchargez des programmes peer-to-peer CRYPTES (oui, cela existe, et il serait bon que vous vous renseigniez). Mais ce n’est qu’une « solution » TEMPORAIRE et qui ne durera pas longtemps SI LE GOUVENEMENT LIBERTICIDE N’EST PAS STOPPE AU PLUS VITE !

En attendant, suite à cette saloperie de loi DADVSI qui porte atteinte aux libertés du web ainsi qu’à plusieurs décisions POLITIQUES, ce sont A NOUVEAU les gens du peuple qui sont oppressés et qui trinquent ! Quant aux magistrats (élite juridique), suite aux mesures infâmes qui ont été prises, ils finissent EUX AUSSI par appliquer les lois INIQUES et LIBERTICIDES !

Décidément, en France, les rapprochements avec la société dictatoriale américaine deviennent franchement INQUIETANTS, à présent !

Mais une fois de plus, il faut savoir dans quel jeu on joue… Avec un président ultralibéral qui DEFEND LES MULTINATIONALES (y compris l’industrie du disque et du cinéma) ET QUI AUGMENTE LES MESURES « SECURITAIRES », LIBERTICIDES ET REPRESSIVES, ce genre de répression est une évidence (une évidence QUI NE DOIT ETRE ACCEPTEE A AUCUN PRIX) !

VOUS AVEZ VOTE POUR SARKO ? Comme c’est dommage ! Car c’est finalement VOUS qui allez finir par le PAYER, et ce à TOUS les niveaux !

IL EST TEMPS DE VOUS BOUGER ! Il est temps qu’une REVOLUTION renverse ce tyran de Sarkozy et son gouvernement de pourris, tous adeptes de la doctrine de charogne du Nouvel Ordre Mondial ! Sinon, vous allez vivre CHAQUE INSTANT DE VOTRE VIE dans l’intimidation de la surveillance et la peur de la répression… Un scénario que l’on a trop bien connu en ‘40-’45…

L’horrible article, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39371998,00.htm

PEER-TO-PEER : LA CNIL ALARMEE PAR UNE JURISPRUDENCE CONCERNANT LES ADRESSES IP

Estelle Dumout, publié le 7 août 2007

Juridique - Pour la cour d’appel de Paris, les adresses IP des adeptes des réseaux peer-to-peer ne sont pas des données personnelles. Elles peuvent être collectées par les ayants droit sans l’aval de la Cnil. Inquiète, la commission sollicite un pourvoi en cassation.

Le débat sur la collecte des adresses IP des adeptes des réseaux peer-to-peer rebondit au beau milieu de l'été. Deux arrêts rendus au printemps par la cour d'appel de Paris, dans le cadre de procédures contre des internautes accusés de mise à disposition illégale de fichiers, inquiètent la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).

Ces affaires ont abouti à la condamnation en appel des deux personnes concernées, alors qu'elles avaient été relaxées en première instance. Et ce sont les justifications données par la cour d'appel dans les deux cas, qui amènent la Cnil à tirer aujourd'hui la sonnette d'alarme.

Dans le premier arrêt (en date du 27 avril 2007), la cour a considéré que l'agent assermenté par la SCPP (société civile des producteurs phonographiques) pour repérer l'adresse IP des contrevenants, avait agi correctement. « Il s'est contenté de se connecter à internet, d'accéder par un logiciel à des fichiers partagés et de recueillir l'adresse IP grâce à un pseudonyme, ce que tout internaute pouvait faire », ont justifié les juges.

Les mêmes arguments dans les deux affaires

Il n'était donc pas nécessaire pour la SCPP de demander au préalable une autorisation à la Cnil, car aux yeux de la cour d'appel, cette procédure ne correspond pas à un traitement de données personnelles. « L'adresse IP ne permet pas d'identifier la ou les personnes qui ont utilisé cet ordinateur, puisque seule [la police ou la gendarmerie] peut obtenir du fournisseur d'accès internet l'identité de l'utilisateur », assènent les juges. La procédure étant validée, l'internaute a écopé de 5 000 euros d'amende avec sursis, et a dû verser 1 500 euros de dommages et intérêts à la SCPP.

La cour d'appel a mis en avant des arguments similaires dans une affaire jugée le 15 mai. Elle avait estimé là aussi que la collecte d'adresses IP dans le cadre d'une recherche d'infraction sur internet, ne permet pas d'identifier une personne physique, et donc que l'adresse IP n'est pas une donnée à caractère personnel. L'internaute a été cette fois condamné à 2 800 euros de dédommagement à la SCPP, et soumis à 1 000 euros d'amende avec sursis.

« Une remise en cause de la notion de donnée personnelle »

« Cette analyse remet profondément en cause la notion de donnée à caractère personnel, qui est très large », s'inquiète la Cnil. Selon la définition donnée par la loi de 1978 sur l'informatique et les libertés, il s'agit de « toute information relative à une personne physique qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d'identification ou à des éléments qui lui sont propres ». Cela va donc naturellement du nom et du prénom d'une personne jusqu'à sa plaque d'immatriculation de véhicule, son numéro de téléphone ou son adresse IP, note la commission.

Sur ce point, rappelle-t-elle d'ailleurs, elle se situe sur la même longueur d'ondes que l'ensemble de ses homologues. Ainsi, dans un avis du 20 juin 2007, les Cnil européennes ont rappelé que l'adresse IP attribuée à un internaute lors de ses communications constituait bel et bien une donnée à caractère personnel.

La Cnil demande un pourvoi en cassation

La Cnil craint donc les «répercussions qu'une telle jurisprudence pourrait avoir sur la protection de la vie privée et des libertés individuelles sur internet». Elle demande aujourd'hui à la garde des Sceaux, Rachida Dati, d'examiner un pourvoi en cassation dans ces deux affaires, « dans l'intérêt de la loi ».

Rappelons que courant mai, le conseil d'Etat avait validé la traque automatisée des téléchargements illégaux de musique sur les réseaux peer-to-peer par les ayants droit, tout en rappelant que ce dispositif devait malgré tout être soumis à autorisation de la Cnil.


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 14/11/2007 08:25:34 (14/11/2007 17:25:34)

IDENTIFIER LES TERRORISTES SUR LE WEB VIA UN LOGICIEL

Publié le 14-11-2007 à 15:16:06 dans le thème Terrorisme
Pays : Etats-Unis - Auteur : Damien Bancal

Le programme Writeprint, un logiciel d’analyse littéraire permet de remonter la trace de cyber terroristes et autres diffuseurs de mode d'emploi électronique pour fabriquer des explosifs.

L’université de l’Arizona vient d’annoncer que des scientifiques avait adapté un logiciel d’analyse littéraire pour « sniffer » ; « tracer » ; « cyber-surveiller » les millions de pages Web. Mission de l’outil, baptisé Writeprint, trouver les internautes ayant diffusés des données ayant traits aux terrorismes.

Leurs auteurs de ces messages, vidéos, … laissent toujours des traces numériques. Dans les salutations, le vocabulaire employé, la ponctuation, la syntaxe, … Dark Web, le nom du projet de ces scientifiques, est capable de les tracer, de les analyser et d’en sortir des données précises Qui, Quoi, Quand, … "Notre outil aidera les policiers à identifier les leaders d’opinion radicaux représentant un gros risque", explique le professeur Chen, le responsable de ses scientifiques. Une bourse de recherche de 1,3 millions de dollars (plus de 800.000 euros) a été allouée aux chercheurs par la Fondation américaine pour la science (NSF). Parmi les nombreuses recherches en cours, la traque des personnes proposant des recettes pour produire des explosifs.

Writeprint, qui servait à la base à authentifier les oeuvres de William Shakespeare, analyse 480 points. « Il est fiable à environ 95% » , indique le professeur Chen. L’outil modifié est capable de travailler dans toutes les langues.


http://www.zataz.com/news/15660/


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 14/11/2007 21:34:49 (15/11/2007 06:34:49)

CATASTROPHIQUE !!! UN LOGICIEL POUR IDENTIFIER LES « TERRORISTES DU WEB » : LA FIN DE LA LIBERTE D’EXPRESSION EST TOUTE PROCHE… POUR LE MONDE ENTIER !!!

Chers amis,

L’article ci-dessous, malgré sa brièveté, constitue un des articles incontournables de cette année. Lisez-le donc avec la plus grande attention !

L’heure est gravissime, et la situation pratiquement désespérée…

Souvenez-vous : il y a juste quelques semaines, une LOI AMERICAINE concernant le CRIME DE PENSEE et contre les « TERRORISTES DOMESTIQUES » (= tout gréviste, dissident, activiste, manifestant, opposant) était adoptée, signalant déjà une volonté de REPRESSION SUR INTERNET … Il y a quelques mois, je vous postais des articles indiquant que des RENFORCEMENT CONCERNANT LES CONTRÔLES ANTITERRORISTES ETAIENT PREVUS, et que des technologies visant à étudier de façon « PREVENTIVE » le COMPORTEMENT de gens SUSPECTES de « terrorisme » étaient à l’ordre du jour.

Pour rappel, en Europe, le crapuleux ministre allemand Schaüble a proposé il y a 5 ou 6 mois que toute personne SUSPECTEE de terrorisme soit EXECUTEE et que toute personne représentant un « DANGER POUR L’ORDRE PUBLIC » soit ENFERMEE. Des projets allant dans ce sens sont aussi discutés en France (et ailleurs) !

AUJOURD’HUI, NOUS APPRENONS QU’UN LOGICIEL SPECIALISE ET APPELE « WRITEPRINT » VA ETRE UTILISE AFIN DE REPERER, SUR LES SITES WEB ET SUR LES FORUMS, LES GENS " DANGEREUX" !!!

ET QUI SONT CES GENS « DANGEREUX » ? L’article ci-dessous ne laisse planer AUCUN doute à ce sujet : il commence par parler de « TERORISTES », MAIS UN PEU PLUS BAS, LES VERITABLES CIBLES SONT NOMMEES : LES « LEADERS D’OPINION RADICAUX » !!!

Mais qu’est-ce donc qu’un « leader d’opinion radical » ? Un OPPOSANT, un ACTIVISTE, un CONTESTATAIRE, un MANIFESTANT, un GREVISTE ! Vous écrivez sur ce forum contre le nouvel ordre mondial, le liberticide et cie ? VOUS ETES DESORMAIS CONSIDERE COMME UN « TERRORISTE DOMESTIQUE », ET ON VA BIENTÔT VOUS REPERER, VOUS IDENTIFIER, SEVIR ET VOUS REPRIMER !

Vous OSEZ penser par vous-même, mettre en doute la version officielle et manipulée des dirigeants et des mass médias, et informer autrui des dérives, manipulations et décisions liberticides et totalitaires qui sont en cours ? VOUS ETES DONC, POUR CE POUVOIR POURRI ET NAZI, UN ENNEMI A ABATTRE !

C’est ainsi que la SOCIETE DE LA PENSEE UNIQUE est en train de proliférer, via la COERCITION, la HAINE et la PEUR !!! EXACTEMENT COMME DU TEMPS DES NAZIS !!!

Ceci va se produire sur Internet, MAIS AUSSI AILLEURS (dans les aéroports, dans les villes, etc.).

Et, BIEN QUE LE LOGICIEL WRITEPRINT SOIT UTILISE AUX U.S.A., LE BUT EST MONDIAL, ET C’EST BIEN CE QUI EST SOUS-ENTENDU DANS L’ARTICLE CI-DESSOUS !!! C’EST D’AILLEURS POUR CELA QUE LE LOGICIEL EN QUESTION DETECTERA LES « terroristes » et les « leaders d’opinion radicaux » dans TOUTES LES LANGUES !!!

En Europe, nous sommes TRES LOIN d’être à l’abri ! CAR EN EFFET, NOS DIRIGEANTS CORROMPUS ET VENDUS AU NOUVEL ORDRE MONDIAL ET AUX INTERÊTS ULTRALIBERAUX ET ATLANTISTES SUIVENT LE MODELE DICTATORIAL DES U.S.A. !!!

Très chers amis, NOS LIBERTES TOUCHENT A LEUR FIN. J’espère que vous en êtes CONSCIENTS. J’espère que vous êtes encore plus conscients du fait que SANS SOUBRESAUT REVOLUTIONNAIRE, SANS REVEIL EN SURSAUT DES CITOYENS, SANS INSURRECTION POPULAIRE, NOUS VIVRONS DES L’ANNEE PROCHAINE DANS UN SYSTÈME NAZI, TOTALITAIRE ET SANS AUCUNE LIBERTE !!!

La liberté de pensée est en train de devenir un CRIME… et nous savons que le N.O.M. possède les « outils » technologiques nécessaires pour CONTRÔLER L’INDIVIDU, CORPS ET ÂME, EN COURT-CIRCUITANT SA VOLONTE ET SON ESPRIT. Les PUCES IMPLANTABLES sont là spécialement pour cela, et d’autre part, il y a toujours l’AUTRE OPTION… celles des CAMPS D’INTERNEMENT POUR CIVIL (USA) ou des « PRISONS SECRETES » (de la CIA ou autre, et qui sont AUSSI présentes DANS NOS PAYS EUROPEENS) !

Le terrible article, ci-dessous… Vous remarquerez qu’encore une fois, tout ceci est présenté de façon « positive » aux yeux des ignorants crédules qui lisent encore ces mass médias de propagande nazie et de désinformation de masse.

Nous sommes à présent devant le gouffre, en équilibre précaire… C’EST LA DERNIERE LIMITE, ET NOTRE DERNIERE POSSIBILITE DE DEFENDRE LES LIBERTES, LA VIE PRIVEE, LES DROITS DE L’HOMME ET L’IDEAL DEMOCRATIQUE !

DEMAIN, IL SERA TROP TARD !!! INSURGEZ-VOUS MAINTENANT, OU VOUS SEREZ TOUS (TÔT OU TARD) LES VICTIMES DE CE NOUVEL ORDRE NAZI ET DIABOLIQUE DU MONDE !!! Vic.


Source : journal belge « Metro » (http://www.metrotime.be) du jeudi 15 novembre 2007, p .11.

UN LOGICIEL POUR IDENTIFIER LES TERRORISTES DU WEB

Tucson - Reconnaître Shakespeare ou identifier un terroriste n’est guère différent pour un programme informatique. A l’université de l’Arizona aux Etats-Unis, des scientifiques adaptent un logiciel d’analyse littéraire pour ratisser des millions de pages Web dans toutes les langues et repérer des indices visibles à l’œil nu.

En parcourant des sites Web et des forums de discussion avec le logiciel « Writeprint », sur lequel ils travaillent depuis quatre ans, les scientifiques espèrent reconnaître « les terroristes les plus prolifiques ou les plus influents ».

« Notre outil doit aider la justice à identifier les leaders d’opinion radicaux représentant un gros risque », expliquent-ils, ajoutant que quelques agences, sans les citer, sont sur le point d’utiliser certaines de ces techniques.


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 16/11/2007 23:01:47 (17/11/2007 08:01:47)



AIR PASSENGERS WILL BE FORCED TO GIVE 53 PIECES OF PERSONAL INFORMATION IN NEW TERROR CRACKDOWN

AVEC CE NOUVEAU PROGRAMME DICTATORIAL, VOUS POUVEZ ÊTRE SÛRE QUE LES TEMPS D'ATTENTES DEVIENDRONT INSUPPORTABLES. SI DONC, VOUS AVEZ À VOUS DÉPLACER, AMENEZ-VOUS DONC UNE CHAISE!!!

Terror crackdown: Passengers forced to answer 53 questions BEFORE they travel

By JAMES SLACK - More by this author »

Last updated at 17:37pm on 15th November 2007

Travellers face price hikes and confusion after the Government unveiled plans to take up to 53 pieces of information from anyone entering or leaving Britain.

For every journey, security officials will want credit card details, holiday contact numbers, travel plans, email addresses, car numbers and even any previous missed flights.

The information, taken when a ticket is bought, will be shared among police, customs, immigration and the security services for at least 24 hours before a journey is due to take place.

Anybody about whom the authorities are dubious can be turned away when they arrive at the airport or station with their baggage.

Those with outstanding court fines, such as a speeding penalty, could also be barred from leaving the country, even if they pose no security risk.

The information required under the "e-borders" system was revealed as Gordon Brown announced plans to tighten security at shopping centres, airports and ports.

This could mean additional screening of baggage and passenger searches, with resulting delays for travellers.

The e-borders scheme is expected to cost at least £1.2billion over the next decade.

Travel companies, which will run up a bill of £20million a year compiling the information, will pass on the cost to customers via ticket prices, and the Government is considering introducing its own charge on travellers to recoup costs.

Critics warned of mayhem at ports and airports when the system is introduced, beginning in earnest from mid-2009.

By 2014 every one of the predicted 305million passenger journeys in and out of the UK will be logged, with details stored about the passenger on every trip.

The scheme will apply to every way of leaving the country, whether by ferry, plane, or small aircraft. It would apply to a family having a day out in France by Eurotunnel, and even to a yachtsman leaving British waters during the day and returning to shore.

The measure applies equally to UK residents going abroad and foreigners travelling here.

The information will be stored for as long as the authorities believe it is useful, allowing them to build a complete picture of where a person has been over their lifetime, how they paid and the contact numbers of who they stayed with.

The Home Office, which yesterday signed a contract with U.S. company Raytheon Systems to run the computer system, said e-borders would help to keep terrorists and illegal immigrants out of the country.

For the first time since embarkation controls were scrapped in 1998, they will also have a more accurate picture of who is in the UK at any one time.

The personal information stored about every journey could prove vital in detecting a planned atrocity, officials insist.

But the majority - around 60 per cent - of the journeys logged will be made by Britons, mostly going on family holidays or business trips.

Ministers are also considering the creation of a list of "disruptive" passengers, so that authorities know in advance of any potential troublemaker, such as an abusive drunk.

David Marshall of the Association of British Travel Agents said: "We are staggered at the projected costs.

"It could also act as a disincentive to people wanting to travel, and we are sure that is not what the Government intends."

Phil Booth, of the NO2ID group, warned travellers would pay a "stealth tax" on travel to pay for the scheme.

He added: "This is a huge and utterly ridiculous quantity of personal information. This type of profiling will throw up many distressing errors and problems for innocent people.

"We have already seen planes turned around mid-flight because a passenger's surname matches that of somebody on a watch list.

"When the Government talks about e-borders, it gives the impression it is about keeping bad people out. In fact, it is a huge grab of personal information, and another move towards the database state."

A pilot of the "e-borders" technology, known as Project Semaphore, has already screened 29million passengers.

Immigration Minister Liam Byrne said: "Successful trials of the new system have already led to more than 1,000 criminals being caught and more than 15,000 people of concern being checked out by immigration, customs or the police."

But Nick Clegg, Liberal Democrat Home Affairs spokesman, said: "The Government must not use legitimate fears or dangers to crop vast amounts of private information without proper safeguards."

John Tincey, of the Immigration Service Union, said: "The question is are there going to be the staff to respond to the information that is produced?

"In reality people could be missed. Potential terrorists could be coming through if there are not enough staff to check them."

Shadow Home Secretary David Davis said: "While e-borders could be a useful tool to secure our borders it will not be up and running for at least another seven years.

"And given the Government's woeful record on delivering IT based projects, it may well be over budget and over time.

"In the meantime our borders remain porous. The Government should take practical measures to secure our borders, such as answering our call to establish a dedicated UK border police force."

• Restrictions on hand luggage carried on to passenger planes will be lifted from January.

"Starting with several airports in the New Year, we will work with airport operators to ensure all UK airports are in a position to allow passengers to fly with more than one item of hand luggage," Gordon Brown said.

The single bag rule was introduced in August last year after police said they foiled a plot to blow up U.S.-bound airliners.

It caused chaos at Heathrow Airport and drew complaints from airlines. Restrictions on carrying liquids are expected to continue.


http://www.dailymail.co.uk/pages/live/articles/news/news.html?in_article_id…

--Message edité par maria le 2007-11-17 08:04:11--

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 25/11/2007 00:28:30 (25/11/2007 09:28:30)

CELLPHONE TRACKING POWERS ON REQUEST - SECRET WARRANTS GRANTED WITHOUT PROPABLE CAUSE

By Ellen Nakashima
Washington Post Staff Writer
Friday, November 23, 2007; A01

Federal officials are routinely asking courts to order cellphone companies to furnish real-time tracking data so they can pinpoint the whereabouts of drug traffickers, fugitives and other criminal suspects, according to judges and industry lawyers.

In some cases, judges have granted the requests without requiring the government to demonstrate that there is probable cause to believe that a crime is taking place or that the inquiry will yield evidence of a crime. Privacy advocates fear such a practice may expose average Americans to a new level of government scrutiny of their daily lives.

Such requests run counter to the Justice Department's internal recommendation that federal prosecutors seek warrants based on probable cause to obtain precise location data in private areas. The requests and orders are sealed at the government's request, so it is difficult to know how often the orders are issued or denied.

The issue is taking on greater relevance as wireless carriers are racing to offer sleek services that allow cellphone users to know with the touch of a button where their friends or families are. The companies are hoping to recoup investments they have made to meet a federal mandate to provide enhanced 911 (E911) location tracking. Sprint Nextel, for instance, boasts that its "loopt" service even sends an alert when a friend is near, "putting an end to missed connections in the mall, at the movies or around town."

With Verizon's Chaperone service, parents can set up a "geofence" around, say, a few city blocks and receive an automatic text message if their child, holding the cellphone, travels outside that area.

"Most people don't realize it, but they're carrying a tracking device in their pocket," said Kevin Bankston of the privacy advocacy group Electronic Frontier Foundation. "Cellphones can reveal very precise information about your location, and yet legal protections are very much up in the air."

In a stinging opinion this month, a federal judge in Texas denied a request by a Drug Enforcement Administration agent for data that would identify a drug trafficker's phone location by using the carrier's E911 tracking capability. E911 tracking systems read signals sent to satellites from a phone's Global Positioning System (GPS) chip or triangulated radio signals sent from phones to cell towers. Magistrate Judge Brian L. Owsley, of the Corpus Christi division of the Southern District of Texas, said the agent's affidavit failed to focus on "specifics necessary to establish probable cause, such as relevant dates, names and places."

Owsley decided to publish his opinion, which explained that the agent failed to provide "sufficient specific information to support the assertion" that the phone was being used in "criminal" activity. Instead, Owsley wrote, the agent simply alleged that the subject trafficked in narcotics and used the phone to do so. The agent stated that the DEA had " 'identified' or 'determined' certain matters," Owsley wrote, but "these identifications, determinations or revelations are not facts, but simply conclusions by the agency."

Instead of seeking warrants based on probable cause, some federal prosecutors are applying for orders based on a standard lower than probable cause derived from two statutes: the Stored Communications Act and the Pen Register Statute, according to judges and industry lawyers. The orders are typically issued by magistrate judges in U.S. district courts, who often handle applications for search warrants.

In one case last month in a southwestern state, an FBI agent obtained precise location data with a court order based on the lower standard, citing "specific and articulable facts" showing reasonable grounds to believe the data are "relevant to an ongoing criminal investigation," said Al Gidari, a partner at Perkins Coie in Seattle, who reviews data requests for carriers.

Another magistrate judge, who has denied about a dozen such requests in the past six months, said some agents attach affidavits to their applications that merely assert that the evidence offered is "consistent with the probable cause standard" of Rule 41 of the Federal Rules of Criminal Procedure. The judge spoke on condition of anonymity because of the sensitivity of the issue.

"Law enforcement routinely now requests carriers to continuously 'ping' wireless devices of suspects to locate them when a call is not being made . . . so law enforcement can triangulate the precise location of a device and [seek] the location of all associates communicating with a target," wrote Christopher Guttman-McCabe, vice president of regulatory affairs for CTIA -- the Wireless Association, in a July comment to the Federal Communications Commission. He said the "lack of a consistent legal standard for tracking a user's location has made it difficult for carriers to comply" with law enforcement agencies' demands.

Gidari, who also represents CTIA, said he has never seen such a request that was based on probable cause.

Justice Department spokesman Dean Boyd said field attorneys should follow the department's policy. "We strongly recommend that prosecutors in the field obtain a warrant based on probable cause" to get location data "in a private area not accessible to the public," he said. "When we become aware of situations where this has not occurred, we contact the field office and discuss the matter."

The phone data can home in on a target to within about 30 feet, experts said.

Federal agents used exact real-time data in October 2006 to track a serial killer in Florida who was linked to at least six murders in four states, including that of a University of Virginia graduate student, whose body was found along the Blue Ridge Parkway. The killer died in a police shooting in Florida as he was attempting to flee.

"Law enforcement has absolutely no interest in tracking the locations of law-abiding citizens. None whatsoever," Boyd said. "What we're doing is going through the courts to lawfully obtain data that will help us locate criminal targets, sometimes in cases where lives are literally hanging in the balance, such as a child abduction or serial murderer on the loose."

In many cases, orders are being issued for cell-tower site data, which are less precise than the data derived from E911 signals. While the E911 technology could possibly tell officers what building a suspect was in, cell-tower site data give an area that could range from about three to 300 square miles.

Since 2005, federal magistrate judges in at least 17 cases have denied federal requests for the less-precise cellphone tracking data absent a demonstration of probable cause that a crime is being committed. Some went out of their way to issue published opinions in these otherwise sealed cases.

"Permitting surreptitious conversion of a cellphone into a tracking device without probable cause raises serious Fourth Amendment concerns especially when the phone is in a house or other place where privacy is reasonably expected," said Judge Stephen William Smith of the Southern District of Texas, whose 2005 opinion on the matter was among the first published.

But judges in a majority of districts have ruled otherwise on this issue, Boyd said. Shortly after Smith issued his decision, a magistrate judge in the same district approved a federal request for cell-tower data without requiring probable cause. And in December 2005, Magistrate Judge Gabriel W. Gorenstein of the Southern District of New York, approving a request for cell-site data, wrote that because the government did not install the "tracking device" and the user chose to carry the phone and permit transmission of its information to a carrier, no warrant was needed.

These judges are issuing orders based on the lower standard, requiring a showing of "specific and articulable facts" showing reasonable grounds to believe the data will be "relevant and material" to a criminal investigation.

Boyd said the government believes this standard is sufficient for cell-site data. "This type of location information, which even in the best case only narrows a suspect's location to an area of several city blocks, is routinely generated, used and retained by wireless carriers in the normal course of business," he said.

The trend's secrecy is troubling, privacy advocates said. No government body tracks the number of cellphone location orders sought or obtained. Congressional oversight in this area is lacking, they said. And precise location data will be easier to get if the Federal Communication Commission adopts a Justice Department proposal to make the most detailed GPS data available automatically.

Often, Gidari said, federal agents tell a carrier they need real-time tracking data in an emergency but fail to follow up with the required court approval. Justice Department officials said to the best of their knowledge, agents are obtaining court approval unless the carriersprovide the data voluntarily.

To guard against abuse, Congress should require comprehensive reporting to the court and to Congress about how and how often the emergency authority is used, said John Morris, senior counsel for the Center for Democracy and Technology.

Staff researcher Richard Drezen contributed to this report.


http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/11/22/AR200711220…


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 01/12/2007 01:08:28 (01/12/2007 10:08:28)

ALLEMAGNE NAZIE : ESPIONNER LES SUSPECTS DE "TERRORISME" EN INTRODUISANT DES TROJANS DANS LES ORDINATEURS QUI VIOLERONT LA VIE PRIVEE !!!

ET ENCORE UN PROJET HONTEUX PROVENANT DU NAZI SCHAÜBLE !

Souvenez-vous, ce sale type est celui qui avait proposé que les personnes SUSPECTEES de "terrorisme" soient EXECUTEES, et que toute personne représentant un "danger pour l'ordre public" soit enfermée (= ouverture probable de camps d'internement pour civils) !

N'ayant pas (encore) obtenu satisfaction à ce niveau, voilà qu'il revient avec un AUTRE PROJET LIBERTICIDE et qui nuit à la vie privée : introduire des trojans qui permettront de voir ce qu'il y a dans l'ordinateur des gens ! Le tout sous la même excuse bidon de la "lutte contre le terrorisme" !

Et ce salaud OSE prétendre que les défenseurs des libertés privées en font "un peu trop" et que l'on ne s'introduira que dans les ordinateurs "d'un nombre très limité de personnes", bien entendu !

ON SAIT CE QUE CELA DONNE : ON COMMENCE PAR UN "PETIT NOMBRE DE PERSONNES", PUIS ON ETEND SANS CESSE LE PUBLIC CONCERNE, ET FINALEMENT L'ESPIONNAGE EST GENERALISE !!!

Et le but de cette crapule de Schaüble est évident : repérer non seulement les véritables terroristes, MAIS AUSSI les terroristes domestiques et les "leaders d'opinion radicaux", comme aux USA ! Les syndicalistes, les manifestants, les activistes, les opposants, dissidents et contestataires de tout poil, les forumeurs, bloggers dénonçant la Conspiration y passeront aussi !

Le PIRE, c'est que l'infâme mère Merkel ACCEPTE IMMEDIATEMENT ce projet liberticide ! Mais cela n'est pas étonnant : elle soutient le N.O.M. ... Reste à convaincre, à forcer ou à acheter les quelques ministres qui empêchent encore cette honteuse mesure...

Mes amis, nous le voyons clairement, l'Europe se radicalise et se nazifie à TOUS LES NIVEAUX, et dans chaque pays ! Sans opposition, sans insurrection, demandez-vous honnêtement où nous en serons l'année prochaine !

Vic.


Source : http://www.generation-nt.com/allemagne-trojan-chevaux-troie-police-suspects…

ALLEMAGNE : DES TROJANS POUR ESPIONNER LES SUSPECTS ?

Des responsables du gouvernement allemand ont récemment défendu une proposition de mesure visant à autoriser l’utilisation de chevaux de Troie pour espionner les ordinateurs de coupables présumés - sur fond de terrorisme ambiant, soulevant de nouveau la question de la violation des libertés individuelles.

Wolfgang Schaeuble, Ministre de l’Intérieur, souhaite en effet inclure une loi de sécurité nationale qui est examinée par le gouvernement d’Angela Merkel. Lors d’un entretien télévisé diffusé vendredi dernier et relayé par AP, il a expliqué le procédé, mentionnant que le débat sur les libertés individuelles était ” complètement exagéré ” car il ne s’agirait ” que d’un petit nombre de cas isolés “, soumis à une autorisation préalable de la justice.

Véhiculé par des courriels en provenance des bureaux du gouvernement, l’application pourrait permettre aux autorités d’enquêter sur une utilisation suspecte d’Internet et d’espionner les données stockées sur les disques durs sans que les présumées personnes malveillantes ne soient au courant.

D’après Stefan Kaller, un porte-parole de Schaeuble, ces chevaux de Troie ” couvriront le sérieux et scandaleux manque d’informations qui s’est fait sentir suite à l’augmentation des techniques ces dernières années “. En effet, de plus en plus d’activités criminelles utilisent Internet et autres réseaux mobiles; une meilleure connaissance des informations échangées par ces moyens faciliterait donc la tâche des autorités policières. Mais est-ce pour autant une raison suffisante pour véroler l’ordinateur d’une personne ? Et de nombreuses questions de resurgir dans le cas où cette dernière serait innocente…

Selon Max Stadler, expert en sécurité du camp opposé, de telles pratiques nuiraient à la confiance que peut avoir le peuple en son gouvernement. “ Il s’agit là de mettre un pied dans la sphère privée “, a t-il déclaré à la chaîne ZDF.

Le gouvernement Merkel a d’ores et déjà apporté son soutien à cette proposition de loi mais s’attend à ” d’intensives et difficiles discussions avec les ministres, le parti, et les experts ” avant d’être voté. De nombreux doutes subsistent quant à l’efficacité réelle de cette mesure, notamment parce qu’il est probable que la plupart des suspects soient capables de reconnaître et de supprimer un cheval de Troie de leurs ordinateurs.

Le porte-parole du Ministre de l’Intérieur a déclaré que ce problème était urgent, suite à l’enregistrement d’une hausse récente des risques liés aux outils informatiques : ” Tout délai est synonyme de risque ” pour la sécurité du pays, a t-il déclaré. Affaire à suivre.


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 01/12/2007 01:11:29 (01/12/2007 10:11:29)

AVANT LE RECRUTEMENT, LES PATRONS ESPIONNENT LE PROFIL DES CANDIDATS SUR LE NET !!!

Chers amis,

Ce qui suit se passe DANS NOS PAYS, MAINTENANT !

Vous êtes à la recherche d’un emploi ? Vous avez un blog sur lequel vous postez vos photos ou vous donnez des détails par rapport à vous-même ? Vous postez sur un forum sous votre vrai nom ? Vous êtes un(e) acharné(e) de Myspace, Youtube ou Facebook ?

Alors, vous êtes à la merci de patrons peu scrupuleux qui espionnent et qui évaluent votre profil sur Internet sans vergogne et sans pitié !

Et NON, il y a fort peu de chances que si un patron vous épie, il aime ce qu’il voit et que cela joue en votre faveur. Ce serait même plutôt le contraire !

Voilà en tout cas une raison de plus de protéger son ANONYMAT et sa VIE PRIVEE : afin de ne pas être victime de ses activités sur le Web en raison de patrons charognards qui se servent d’informations de votre vie PRIVEE pour vous « évaluer » à votre insu !

Dans certaines entreprises, les patrons peuvent déjà espionner vos e-mails, vérifier via les ignobles cartes d’accès à puce RFID les endroits où vous êtres allés et pendant combien de temps, pister les employés par GPS (notamment pour les gardiens genre Securitas, Groupe 4 etc.), filmer votre environnement (et vous-même) par caméra de vidéosurveillance… CROYEZ-VOUS ENCORE QU’ILS HESITERONT SI LA PUCE SOUS-CUTANEE POUR HUMAINS FAIT SON APPARITION ???

Une raison de plus pour agir, une !

L’article, ci-dessous…

BONNE INSURRECTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : journal belge « Metro » ( http://www.metrotime.be/ ) n°1567 du jeudi 29 novembre 2007, p.21.

LES CANDIDATS « ESPIONNES » SUR LE NET

Bruxelles – Un employeur sur cinq cherche des informations enligne sur les personnes qui postulent chez lui et, le plus souvent, cela joue en défaveur des candidats, révèle une étude menée par le réseau social professionnel Viadeo.

Selon Viadeo, de nombreuses personnes n’ont pas conscience de l’influence négative sur leur carrière que peuvent avoir les informations personnelles enligne. Ainsi, alors que 59% des employeurs sondés déclarent que les informations glanées en ligne ont été décisives dans le choix d’inviter ou non le candidat à une première rencontre, un quart ont écarté des candidats après avoir trouvé des informations douteuses sur Internet.

En revanche, la démarche s’est avérée favorable pour le postulant dans seulement 13% des cas. Des supports Internet tels que les blogs ou les sites en ligne comme Facebook, MySpace ou Youtube « facilitent fortement la recherche d’informations en ligne » et « donnent une image différente de celle d’un CV », juge encore Viadeo, qui cite l’exemple d’un employeur ayant découvert sur l’Internet qu’une personne postulant chez lui était recherchée par la police.

Il ressort également de cette étude que 31% de tous les groupes d’âge affichent des informations personnelles en ligne et que ce phénomène ne se limite pas aux jeunes de 18 à 24 ans.

Concrètement, 13% des personnes interrogées ont publié des photos de fêtes sur Internet, une proportion qui grimpe à 54% parmi les 18-24 ans.


http://www.viadeo.com/

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 16/12/2007 06:30:46 (16/12/2007 15:30:46)

US INTELLIGENCE TAPPING PHONES OF INDONESIAN CIVILIANS

December 13, 2007

Investigative journalist Allan Nairn reveals that U.S. intelligence officers in Jakarta are secretly tapping the cell phones and reading the SMS text messages of Indonesian civilians. Some of the Americans involved in the spy operation work out of the Jakarta headquarters of Detachment 88, a US-trained and–funded paramilitary unit which is part of Kopassus, the Indonesian army’s special forces famed for abduction, torture and assassination. The news comes as Congress weighs whether to send more military aid to Indonesia.


Read more : http://www.democracynow.org/2007/12/13/us_intelligence_tapping

--Message edité par maria le 2007-12-16 15:33:28--

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 16/12/2007 08:50:43 (16/12/2007 17:50:43)

CRIMINALISATION DES INTERNAUTES : FRANCE : UN "SECRETARIAT D'ETAT A INTERNET" + UN MOUCHARD DE LA POLICE RENDU LEGAL DANS L'ORDINATEUR DES PARTICULIERS !!!

Chers amis,

Nous avons déjà vu à de TRES NOMBREUSES REPRISES qu'une bataille fait rage sur nos libertés... TOUTES nos libertés ! Et ceci est aussi vérifiable pour les libertés du web !!!

Il nous suffit pour s'en convaincre de prendre, à titre d'exemple, la loi européenne "antiterroriste" qui permet la rétention des e-mails ou encore le projet "Internet 2" (un Internet hautement surveillé et où des autorisations devraient être obtenues auprès de certaines autorités)...

La surveillance du web est déjà fort avancée aux USA...

VOICI QU'A PRESENT, CE SONT NOS PAYS QUI SONT TOUCHES DE PLEIN FOUET !

ET COMME PAR "HASARD", LE PRESIDENT LIBERTICIDE DE LA FRANCE, NICOLAS SARKOZY, QUI A ETE FORME PAR LE DEPARTEMENT D'ETAT U.S. ET QUI ADMIRE TANT LE MODELE "DEMOCRATIQUE" AMERICAIN, A PLANIFIE, AVEC L'AIDE D'UN THINK TANK INFECT NOMME "RENAISSANCE NUMERIQUE", LA SURVEILLANCE DU WEB, AVEC LA CREATION D'UN SECRETARIAT D'ETAT A INTERNET !!!

Nous avons vu que, de plus en plus, les MANIFESTANTS, CONTESTATAIRES, DISSIDENTS, ACTIVISTES, MANIFESTANTS et GREVISTES deviennent des "terroristes domestiques", et que, en fin de compte, TOUT CITOYEN devient un "terroriste potentiel" et est traité en tant que tel ! Cela va jusqu'à l'adoption de moyens "préventifs" et ARBITRAIRES qui incluent tout comportment "suspect", ou même l'analyse des expressions ou des pensées !!!

C'est également et évidemment le but recherché par les ordures au pouvoir en France : repérer tout "cyberdissident", voire, come aux U.S.A. les "leaders d'opinion radicaux" !!!

On fait même PIRE : la France a déjà prévu que la police PUISSE EMPLOYER UN LOGICIEL ESPION DANS L'ORDINATEUR DES PARTICULIERS !!! Le tout, dans des cas soi-disant très "particuliers"... si particuliers qu'en fait, ils regroupent DEJA DE NOMBREUSES CATEGORIES DE GENS (des criminels, essentiellement) ! Mais on sait comment ça marche : on commence par les véritables criminels, PUIS ON GLISSE VERS LES OPPOSANTS, ACTIVISTES ET VERS TOUT MOUVEMENT QUI N'ADOPTE PAS LA PENSEE UNIQUE DU SYSTEME AU POUVOIR !!!

Voilà donc ENCORE 2 MESURES LIBERTICIDES SUPPLEMENTAIRES et imputables au Sarkonazi !

AMIS FRANCAIS, SENTEZ-VOUS L'ETAU DE LA DICTATURE POLICIERE SE REFERMER DE PLUS EN PLUS AUTOUR DE VOUS ???

Si vous ne réagissez pas IMMEDIATEMENT, 2008 sera le tombeau du peu qu'il vous reste de droits, de vie privée et de libertés. La dictature TECHNO-NAZIE s'installe un peu partout sur la planète, et les citoyens, tels les ALlemands de la fin des années 1930, ne bougent pas d'un iota ! Les conséquences seront TERRIBLES...

Les terribles articles, ci-dessous...

BONNE REVOLUTION... OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


ARTICLE 1 : Source : http://www.lesalonbeige.blogs.com/

16 décembre 2007

UN SECRETARIAT D’ÉTAT A INTERNET ET UN ESPION DE LA POLICE DANS L'ORDI ?

Voici deux nouvelles qui se propagent à la vitesse du web et qui sont reprises par le Figaro :

• La rumeur d'un remaniement du gouvernement enfle. Mais la création d'un secrétariat à Internet serait la concrétisation d'une promesse de campagne faite par Nicolas Sarkozy... dans une tribune du journal du jet en avril dernier! L'idée fait son chemin sérieusement et les candidats sont légion. On peut légitimement s'interroger sur sa raison d'être.

• Un logiciel espion mis en place sur un ordinateur personnel sera bientôt une procédure légale dans des cas très particuliers (terrorisme, pédophilie, meurtre, torture, trafic d’armes et de stupéfiants, enlèvement, séquestration, proxénétisme, extorsion, fausse monnaie, blanchiment et aide à l’entrée et séjour d’un étranger) sous le contrôle du juge d’instruction et du juge des libertés et de la détention dans le cas des faits commis en bande. La police connaîtra ainsi tous les agissements de l'internaute surveillé.

Certes, il ne faut pas douter des intentions réelles de lutter contre le crime et le grand banditisme et il convient de reconnaître les facilités et l'effet démultiplicateur que peut leur offrir le net.

Mais, plus que jamais, quand existe la possibilité de rentrer dans la vie privée des personnes, une éthique de fer doit être de mise. Encore faut-il que les agents chargés de la mettre en oeuvre échappent aux pressions politiques et puissent exercer leurs fonctions dans un cadre déontologique ferme, fondé sur une sémantique et des problématiques à l'abri de toute interprétation. Et dans ce domaine, les cas du terrorisme et de sa définition, par exemple, ne sont pas tranchés.

Cette arrivée en force sur le net, considéré comme un dernier espace de liberté, ne sera pas forcément vue d'un bon oeil par les internautes. Et les débats ne font que commencer...

Lahire


ARTICLE 2 : Source : http://www.lefigaro.fr/politique/2007/12/15/01002-20071215ARTFIG00132-thier…

THIERRY SOLERE REVE D’UN SECRETARIAT D’ÉTAT A INTERNET

Samuel Laurent ( lefigaro.fr )
14/12/2007 | Mise à jour : 21:03

La création de ce poste est évoquée à l’Elysée conformément aux promesses de campagne de Nicolas Sarkozy.

La rumeur enfle sur le Web : Nicolas Sarkozy envisagerait de créer un poste gouvernemental dédié à Internet. Une promesse de campagne du chef de l’État, qui avait assuré dans une tribune au Journal du Net, le 20 avril, qu’il confierait à «un membre du gouvernement la mission de prospective, de pilotage et de coordination de la politique de l’Internet».

Promesse en partie tenue : en plus de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse a en charge les nouvelles technologies. Mais malgré ses compétences dans le domaine, elle ne peut représenter cet interlocuteur unique que réclame le secteur.

Fin novembre, un think tank, «Renaissance numérique», a adressé une lettre ouverte à Nicolas Sarkozy, lui demandant de centraliser les questions liées au Web entre les mains d’une seule personne. Une proposition qui a reçu un «accueil très favorable» , selon le groupe, qui assure que le poste serait «dans les tuyaux». Le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, a récemment évoqué la création d’un secrétariat d’État en charge de l’Économie numérique. Les candidats sont déjà sur les rangs. Un ministre est, comme l’est Valérie Pécresse, particulièrement sensible au numérique : André Santini. Il est l’un des champions de « Renaissance numérique », mais ne fait pas figure de favori.

Génération «sarkoboys»

Autre outsider : Gabrielle Gauthey, ancienne patronne de l’Arcep, l’agence de régulation des télécoms. Polytechnicienne, elle pourrait incarner l’ouverture à la société civile. Mais aura-t-elle le poids politique nécessaire pour ce poste très transversal ? La question peut se poser également pour le troisième candidat, Franck Supplisson, conseiller de Nicolas Sarkozy sur les nouvelles technologies.

Un postulant se détache, Thierry Solère. À 36 ans, l’adjoint au maire de Boulogne-Billancourt et vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine, où il a longtemps travaillé avec Nicolas Sarkozy, présente tous les atouts : jeune, il a codirigé la Net campagne de l’UMP, y gagnant une crédibilité sur les questions liées au Web. En juillet, il a intégré la direction du parti avec le titre de secrétaire national, tout en présidant la fédération numérique de l’UMP. Autant d’arguments qui en font le favori pour ce poste, dans le cadre d’une «ouverture» à la génération montante des «sarkoboys». L’intéressé, s’il préfère ne pas trop s’exprimer pour le moment, ne cache d’ailleurs pas son intérêt pour le sujet. Et attend impatiemment la décision du chef de l’État.

Reste à savoir à quel ministère sera rattaché ce secrétariat : Culture, Économie, Recherche ? Comme l’environnement voilà vingt ans, Internet est éclaté entre différents pôles. C’est pourquoi, comme le ministère de l’Écologie, Thierry Solère plaide pour que le poste soit directement lié à Matignon.


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 25/12/2007 07:04:44 (25/12/2007 16:04:44)

GRANDE-BRETAGNE - NOUVELLE DISPARITION DE DONNÉES PERSONNELLES

Associated Press (AP)
23/12/2007 13h15

Des données personnelles de patients du système de santé britannique ont été perdues, a reconnu ce dimanche le ministère de la Santé. C'est la troisième fois cette année que les services publics du royaume reconnaissent avoir égaré des informations concernant les administrés.

Le ministère a expliqué ne pas avoir idée du nombre total de personnes dont les données ont été perdues. Mais selon lui, toutes ont été informées, et il n'y a aucune preuve que ces informations soient tombées «entre de mauvaises mains».

Selon le Sunday Mirror, des centaines de milliers de personnes, adultes et enfants, seraient cette fois concernées par cette disparition, repérée dans le cadre d'une vaste révision de la sécurité des données lancée au sein du gouvernement.

Au moins neuf des institutions et organismes régionaux qui gèrent la santé publique pour le compte de la NHS (National Health Service) ont rapporté des disparitions de données. L'un de ces organismes, City and Hackney Primary Trust, aurait perdu les informations personnelles de 160.000 enfants, un disque informatique les contenant et envoyé à un hôpital londonien n'étant jamais arrivé à destination.

A la mi-décembre, le gouvernement britannique avait reconnu avoir perdu, aux Etats-Unis, un disque dur contenant les informations personnelles de trois millions de candidats au permis de conduire.

Et en novembre, ce sont les données concernant 25 millions de personnes - soit près de la moitié de la population- y compris des informations sensibles comme les coordonnées bancaires et les numéros de sécurité sociale, qui s'étaient évanouies dans la nature au cours d'un envoi par courriel au service des impôts et des douanes.


http://www.canoe.com/infos/international/archives/2007/12/20071223-131551.h…

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 26/12/2007 12:17:06 (26/12/2007 21:17:06)

PORTES-OUVERTES DANS VOTRE ORDINATEUR

Publié le 22-12-2007 à 11:58:04 dans le thème Terrorisme
Pays : Etats-Unis - Auteur : Damien Bancal

La NSA dans votre ordinateur grâce à Symantec, McAfee ou encore Zone Alarm. Les services secrets de l'Oncle Sam ont portes-ouvertes.

Le célèbre site Cryptome vient de frapper un nouveau coup. Le site, spécialisé dans les documents traitant des services secrets, vient d'indiquer que la National Security Agency, le service de contre-espionnage Américain, aurait acquis des possibilités d'outre-passer les protections mises en place par des éditeurs de solutions de sécurité informatique. Cryptome vise très clairement McAfee, Symantec ou encore Zone Alarm. La NSA passerait par les ports IP/TCP 1024 à 1030 sans que les firewalls, des options censées protéger de toutes intrusions un ordinateur, n'indiquent aux propriétaires des machines piégées la visite des espions de l'Oncle Sam.

Cryptome enfonce le clou en indiquant que Hushmail, Safe-mail.net et Guardster.com, des sites permettant d'envoyer des courriers chiffrés, donc normalement illisibles, seraient eux aussi piégés par le NSA “Certains services d’hébergement de courriels privés et/ou par session SSL ont été achetés ou leur contrôle opérationnel modifié par la NSA et ses affiliés ces derniers mois, par le biais d’entités intermédiaires privées”. Guardster demande des preuves et hurle à la conspiration.

Pour le cas de Husmail, nous vous indiquions le 8 novembre dernier, comment la société avait fourni à la justice des backups de trois comptes de courriers électroniques appartenant à un chinois vendeur de médicaments. Des backups prouvant que Husmail possédait bien des sauvegardes non chiffrés des courriers envoyés par ses clients.

Le 15 novembre, nous apprenions que la NSA avait installé des serveurs chez AT&T afin de surveiller le trafic. Des révélations qui n'étonnent plus... surtout à la veille des élections présidentielles américaines.


http://www.zataz.com/news/16039/

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 31/12/2007 13:28:51 (31/12/2007 22:28:51)

STOCKAGE PRÉVENTIF

Publié le 31-12-2007 à 03:29:52 dans le thème Authentification
Pays : Allemagne - Auteur : Damien Bancal

Le 1er janvier prochain, la loi sur le stockage préventif des données numériques dans la surveillance des télécommunications entre en vigueur.

Le chancelier "bundespresident" allemand Köhler a ratifié l´article de loi sur le stockage préventif des données numériques dans la surveillance des télécommunications. Une loi qui entrera en vigueur dès ce 1 janvier 2008. Toutes les données échangées par onde/adsl/... doivent être stockées par les providers pendant six mois et mises à la disposition de la justice en cas de demande.

# Liens connexes
En savoir plus (all)
http://www.heise.de/newsticker/meldung/101067

http://www.zataz.com/news/16089/

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 06/01/2008 00:38:39 (06/01/2008 09:38:39)



SELON PRIVACY INTERNATIONAL, LA SITUATION SE DÉTÉRIORE AUX ÉTATS-UNIS, AU ROYAUME-UNI ET EN FRANCE.

Christophe Lagane 04-01-2008
Advertisement

La liberté des citoyens s'est réduite un peu plus en 2007. C'est globalement la conclusion que l'on peut tirer de l'étude The Privacy & Human Rights Report 2007 http://www.privacyinternational.org/article.shtml?cmd[347]=x-347-559597 réalisée par les organisations Privacy International à Londres et Electronic Privacy Information Center à Washington qui observent les niveaux de surveillance des citoyens de part le monde. Autrement dit, le niveau d'activité de Big Brother.

En 2007, 70 pays (37 en 2006) ont été décortiqués par plus de 200 experts. Pour la première fois, Privacy International a établi un classement des zones géographiques étudiées selon le niveau de surveillance de leur population.

"L'extension des mesures de surveillance de la vie de nombre de personnes a aujourd'hui atteint un niveau sans précédent", notent les auteurs du rapport. Une dégradation du respect de la vie privée qui s'explique en partie par les lois induites ces dernières à travers la lutte contre le terrorisme international et l'immigration illégale combinées aux moyens électronique de traçage des citoyens et de croisement des informations.

"Les avancées technologiques [...] l'interopérabilité entre les systèmes d'informations et la globalisation des informations ont provoqué une pression extraordinaire sur les garanties de respect de la vie privée", peut-on lire dans le rapport.

"Extension de la surveillance de la société" en France

Sans surprise, si les pays comme la Chine, la Malaisie ou encore la Russie restent les bêtes noires des organisations de vigilance, une grande majorité des pays occidentaux et démocratiques ont vu leur conditions se dégrader considérablement en matière de respect de la vie privée.

Ainsi, le Royaume-Uni et les États-Unis ont rejoint les pays précités où la surveillance de la population est considérée comme endémique. La France n'est pas en reste puisqu'elle est passée d'une situation de 'Quelques garanties mais avec affaiblissement des protections' en 2006 à 'Extension de surveillance de la société' en 2007.

Le dernier rang avant de tomber dans la 'Surveillance endémique de la société' que vient notamment de rejoindre l'Amérique de George Bush.


http://www.vnunet.fr/fr/news/2008/01/04/vie_privee___les_citoyens_toujours_…

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 18/02/2008 00:39:50 (18/02/2008 09:39:50)

YouTube A HIT WITH THE CIA

C'EST MAINTENANT TRÈS CLAIR. LA LIBERTÉ DE PENSÉE EST MAINTENANT UN CRIME MAJEUR EN AMÉRIQUE ET DANS LE MONDE. LE FAIT DE NE PAS VOULOIR VOUS SOUMETTRE À CETTE DICTATURE FAIT DE CHACUN DE NOUS DES TERRORISTES QU'IL FAUT À TOUT PRIX MAITRISER.

David Utter
Staff Writer
2008-02-07

Social media may hold something more than Star Wars kids or weeping Britney fans; it could be key to tracking down terrorism.

Programmers should not get the Open Source Center operated by the federal government confused with a Linux or Apache initiative. The only Apaches that site might think about would be the heavily armed choppers the Army uses.

They also think about finding websites and other digital information online that may lead them to the next potential terrorist attack. Secrecy News cited Doug Naquin, director of the Center, on the interest the intelligence community has in social media:

"We're looking now at YouTube, which carries some unique and honest-to-goodness intelligence," he said.

"We have groups looking at what they call 'Citizens Media': people taking pictures with their cell phones and posting them on the Internet. Then there's Social Media, phenomena like MySpace and blogs.... A couple years back we identified Iranian blogs as a phenomenon worthy of more attention, about six months ahead of anybody else."

Yes, the people who want you murdered in any way possible for being American use a US-made video sharing service to get the message out to others. If something is online, chances are the CIA's Center, a replacement for the old Foreign Broadcast Information Service, has sifted through the content already.


http://www.securitypronews.com/news/securitynews/spn-45-20080207YouTubeAHit…

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 20/02/2008 08:30:04 (20/02/2008 17:30:04)

COLLECTE ET RÉTENTION DES DONNÉES PERSONNELLES : UN JOUR DE HONTE POUR LA RÉPUBLIQUE FRANCAISE.

Le Parti Pirate (www.partipirate.org) vient de diffuser un communiqué de presse à la suite des propositions qui seront inclues dans le nouveau projet de décret relatif à la rétention des données personnelles sur Internet.

"C'est par la presse que le Parti Pirate a pu découvrir aujourd'hui le nouveau projet de décret relatif à la rétention des données personnelles sur Internet, projet par lequel le gouvernement franchit un nouveau cap en matière d'atteintes aux libertés et de déni de démocratie. Il y a là une mécanique désormais habituelle : après avoir fait adopter (en 2004 et 2006), en les enrobant de précautions de langage, des textes de lois potentiellement alarmants pour les citoyens, la majorité au pouvoir dévoile maintenant son vrai visage - celui d'un totalitarisme qui ne dit pas son nom.

En effet, l'enjeu de ce nouveau projet, à travers Internet, n'est autre qu'une remise en cause des fondements de notre démocratie, à commencer par la liberté d'expression et le droit à la vie privée. Nos dirigeants mettent ainsi la main, l'air de rien, sur l'identité des citoyens - Masquer le texte des messages précédents - internautes, et ce aux propres frais de ces derniers, encore ! Pour tout personne censée, c'est là une chose aussi inconcevable que d'exercer un droit de regard sur ce que font et disent les gens lorsqu'ils se croisent dans la rue - gageons d'ailleurs que ce sera l'objet d'un prochain décret "anti-terroriste" !

Plus que jamais, la vacuité des instances censées préserver ce qui nous reste des valeurs de la République apparaît au grand jour : ni la Commission Nationale Informatique et Libertés, ni sa consœur la Commission Supérieure du Service Public des Postes et Communications Électroniques, n'auront pu faire entendre leur voix et leurs mises en gardes. Notre seul espoir est donc, aujourd'hui, d'en appeler à la clairvoyance du Conseil d'État, pour faire entrave à cette dramatique descente en flèche des libertés individuelles, les unes après les autres.

Le Parti Pirate tient à faire savoir qu'aucun des citoyens qui le constituent, ni de ceux qui partagent ses combats, ne sont dupes de cette mise en pièce de la démocratie française et de ses valeurs ; En cette période d'élections, nous consacrerons toute notre énergie à ce que la population dans son ensemble soit informée et alertée ; nous n'aurons de cesse de faire tomber les masques des ennemis de nos droits fondamentaux."


http://www.zataz.com/news/16554/

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 24/02/2008 00:58:51 (24/02/2008 09:58:51)

BUSH SAYS COMPANIES NEED THE PROTECTION OF THE WIRETAPPING LAW

By Holly Rosenkrantz

Feb. 23 (Bloomberg) -- President George W. Bush called on Congress to quickly pass wiretapping legislation when it returns from a recess on Feb. 25, saying that telecommunications companies need the law to help the government monitor foreign terrorists.

``The House's refusal to act is undermining our ability to get cooperation from private companies, and that undermines our effort to protect us from terrorist attacks,'' Bush said in his weekly radio address, the second week in a row he has discussed the issue.

The Democratic-controlled House of Representatives has balked at passing a Bush-backed bill that would give telecommunications companies such as AT&T Inc. protection from privacy lawsuits for helping the administration conduct wiretapping without warrants.

The bill, approved by the Senate, would extend the spying authority for six years. The prior law expired Feb. 16 after Bush said he wouldn't sign a brief extension while the House debated the issue.

Democrats argued the law's expiration wouldn't hobble surveillance of foreign-based terrorists or other enemies, since orders issued to telephone companies under the law remain in effect for a year.

Bush, in his radio address, said lawmakers who oppose the legislation are favoring trial lawyers over national security. ``Terrorists are planning the next attack on America,'' Bush said. ``To protect America from such attacks, we must protect our telecommunications companies from abusive lawsuits.''

Intelligence Lost

The Bush administration told Congress yesterday that the U.S. has lost intelligence about terrorists, and some telephone companies have reduced cooperation on intercepting phone calls and e-mails in the week since the wiretapping law expired.

Some carriers cut back their cooperation because of uncertainty created by the end of legal protection, Attorney General Michael Mukasey and National Intelligence Director J. Michael McConnell said in a letter to Representative Silvestre Reyes, a Texas Democrat and chairman of the House Intelligence Committee.

To contact the reporter on this story: Holly Rosenkrantz in Washington at hrosenkrantz@bloomberg.net


http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601103&sid=aBjr65bpoMUk


Pages : Prec. 1 2 3 4 Suiv.

Index du forum
LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST
ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION)

Haut
Aller à : Les favorisPAROLE DU SEIGNEUR POUR CES TEMPS DE LA FIN/WORD OF GOD IN THE END TIMESSITES RECOMMANDÉSCONFÉRENCE ET/OU MOBILISATION + NASAPRENDRE NOTE QUE :ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATIONCONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHESRÉSUMÉ DE LA SITUATION MONDIALE PAR VICLA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEASTTERREUR SUR LA TERRE/TERROR ON EARTHLES CAMPS DE CONCENTRATION/CONCENTRATION CAMPSFASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCISTNOUVELLES LOIS ANTITERRORISTES/NEW ANTITERRORIST LAWSPROJET FUTUR POUR LES ENFANTS/FUTUR PROJECTS FOR KIDSDEPOPULATION DE LA TERRE/DEPOPULATION OF THE EARTHCANADAISRAËL et le MOYEN-ORIENTTRAITÉ DE L'AMERIQUE DU NORD/NORTH AMERICAN UNION (CANADA-USA-MEXICO)SECTION DE GAÉTANVIDÉOS/VIDEOS

Membre: Ajouter ce sujet à mes favoris | Envoyer ce sujet à un(e) ami(e) | Imprimer ce sujet
Modérateurs : Déplacer ce sujet | Fermer ce sujet | /!\ Supprimer le sujet
Ajouter une réponse rapide
Ajouter une réponse rapide


Administration
Modération
Ce forum pour votre site ?
AceBoard Forum Gratuit v 5.3
Download Premium Web Templates! - blog gratuit
audit et mesure d'audience visiteurs internet par


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Juin - 21:33 (2012)    Sujet du message: ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION) - P.3 Répondre en citant

Administrateurs :maria
Forum LE VOILE DÉCHIRÉConnecté sous maria | Se déconnecter
en ligne : Il y a 17 connectés. Cliquez pour voir la liste
Inscription
|
Profil
|
Messages Privés
|
Recherche
|
Online
|
Aide
| Créer un blog gratuit



Index du forum
LA MARQUE DE LA BÊTE/THE MARK OF THE BEAST
ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION)


Notification par email
|
Prévenir les modérateurs

Pages :

Prec. 1 2 3 4 Suiv.
Auteur :Sujet: ESPIONNAGE DES CITOYENS (COMMUNICATION) Bas
maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 12/03/2008 00:45:45 (12/03/2008 09:45:45)

ESPIONNAGE SUR INTERNET, LE FBI PASSE AUX AVEUX

Publié le 11-03-2008 à 15:36:34 dans le thème Libertés
Pays : Etats-Unis - Auteur : Damien Bancal

Le directeur du FBI a avoué que la police fédérale américaine avait collecté des informations sur les internautes sans accord de la justice.

Le directeur du FBI Robert Mueller a avoué que le Federal Bureau of Investigation, la police fédérale américaine, avait collecté des informations sur les courriels et les habitudes des internautes sans accord d'un juge. Pour s'en défendre, Mueller indique que c'est la faute aux Fournisseurs d'Accès à Internet (FAI) qui auraient fourni "trop d’informations (...) Nous nous engageons non seulement à agir correctement, mais également à maintenir la confiance vitale du peuple américain". Le FBI aurait changé de méthode depuis mars 2007.


http://www.zataz.com/news/16688/

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 12/03/2008 11:55:37 (12/03/2008 20:55:37)

ASIE/PACIFIQUE : LANCEMENT D'UNE BASE DE DONNÉES SUR LES TÉLÉCENTRES COMMUNAUTAIRES

CETTE VASTE BASE DE DONNÉES VA SURTOUT LES AIDER À MIEUX ESPIONNER LE CITOYEN.

11 mars 2008 – La Commission économique et sociale pour l'Asie et le Pacifique CESAP vient de lancer une base de données en ligne des plus de 12.000 télécentres communautaires qui existent dans 16 pays de la région et qui permettent d'améliorer les conditions de vie des populations.

Ces télécentres, qui constituent des points d'accès aux services des télécommunications de base, offrent l'opportunité aux communautés défavorisées de se connecter à Internet et d'apprendre les rudiments de l'informatique et de la télématique, par exemple, « en permettant aux agriculteurs et entrepreneurs ruraux d'être au courant des tendances des marchés, des offres d'emploi, et de la façon de vendre leurs produits », explique un communiqué publié aujourd'hui à Bangkok.

Avec le lancement de la base de données en ligne des télécentres, la CESAP appuie la recherche et l'échange d'informations entre tous ceux qui travaillent dans le secteur du développement et des technologies de l'information et des télécommunications (TIC).

La base, qui peut être interrogée avec des critères spécifiques, fournit en effet des données statistiques par pays et zone géographique.

Elle s'inscrit dans le cadre du projet `Knowledge Networks through ICT access points for disadvantaged communities´ développé par les cinq commissions régionales des Nations Unies.

A la suite du Sommet mondial pour la société de l'information qui s'est tenu à Genève en 2003 et à Tunis en 2005, les Commissions pour l'Afrique, l'Asie occidentale, l'Asie-Pacifique, l'Amérique latine et les Caraïbes et l'Europe se sont associées en 2006 pour réussir la transformation des télécentres existants dans les communautés défavorisées en de véritables `réseaux du savoir´.

Ces réseaux, qui représentent le moyen de diffuser le savoir relatif à l'emploi, l'éducation, l'égalité des sexes et la santé, ont comme objectif de lutter contre la pauvreté et d'offrir davantage d'opportunités aux populations.

Les activités que recouvre le projet commun comprennent un examen et une évaluation des télécentres existants, l'élaboration d'un cadre global et d'un plan de mise en ouvre détaillé, la mise en place de réseaux régionaux, la transformation des points d'accès en centres du savoir et leur activation, ainsi que l'évaluation du projet.


http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=16086&Cr=CESAP&Cr1=

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 13/03/2008 23:58:47 (14/03/2008 08:58:47)

Chère Maria, j'ai apporté une modification importante à cet article, suite à une information de dernière minute (voir partie soulignée en jaune fluo dans le texte ci-dessous) . Modifie aussi sur ton forum, s'il te plaît. C'est important pour ceux qui souhaitent se tenir au courant.

Amicalement, Vic.


BELGIQUE LIBERTICIDE : CONTRÔLE D’IDENTITE ELECTRONIQUE VIA LE WEB CHEZ… LES COMMERCANTS !

Chers amis,

L’article ci-dessous nous signale un NOUVEL EFFORT de généralisation du liberticide et un accès à un NOUVEAU NIVEAU DE CONTRÔLE ET DE REPRESSION !

A présent, les banques, MAIS AUSSI LES COMMERCANTS, pourront vérifier si la CARTE D’IDENTITE OU LE PASSEPORT D’UNE PERSONNE EST VALABLE, OU S’IL S’AGIT « D’UN FAUX », LE TOUT VIA UN SERVICE INTERNET (= BANQUE DE DONNEES CENTRALISEE SUR LE WEB) APPELE LE "BELGIAN VERIFICATION SYSTEM" (BVS) !!!

Cela laisse présager d’un CONTRÔLE SYSTEMATIQUE DE L’IDENTITE – Y COMPRIS CHEZ LES PETITS COMMERCANTS DU COIN !!! La carte d’identité électronique des Belges devra donc ETRE SORTIE A TOUT BOUT DE CHAMP !

Et si, pour une raison ou pour une autre, votre carte d'identité ou votre passeport n’est pas en règle ou bien à jour, on REFUSERA QUE VOUS ACHETIEZ QUOI QUE CE SOIT !!!

PIRE : le second ARTICLE CI-DESSOUS NOUS SIGNALE QUE "L'ON ETENDRA LE SYSTEME AUX PLAQUES D'IMMATRICULATION, AUX CARTES SIS (ce qui signifie donc AUX CARTES D'IDENTITE, puisque la carte SIS et la carte d'identité vont fusionner dès 2009 ) ET AUX CARTES VISA (PAIEMENT ELECTRONIQUE/SOCIETE SANS ARGENT CASH )" !!! L'heure est donc excessivement GRAVE, et les dangers sont partout !

Tout ceci est un prélude à ce que l’Apocalypse de St Jean nous disait sur la marque de la Bête, sans laquelle les gens « ne peuvent acheter, ni vendre, s'ils n'ont la marque ou le nom de la bête, ou le nombre de son nom » (Apocalypse 13:17, Bible Martin).


On ose à peine imaginer ce qui se passerait lors d’une éventuelle mise en place des puces implantables cancérigènes et de contrôle du comportement des individus…

Les commerçants viennent donc en renfort à ce système infâme de SURVEILLANCE, de CONTRÔLE, de REPRESSION... ET DE DELATION (puisque les commerçants seront genbtiment "invités" à dénoncer toute irrégularité) !!!

Le société se nazifie, et la Gestapo de l'état-policier belge fait à présent appel à tous les COLLABOS possibles et imaginables (fût-ce le petit épicier du coin) pour réprimer et terroriser le peuple... ABOMINABLE !!!

LES BELGES N’ONT TOUJOURS PAS REAGI. LE TEMPS DU CHÂTIMENT (qu’ils s’infligent à eux-mêmes par leur APATHIE HONTEUSE) S’EN VIENT…

L’article des putes des mass médias (qui manipulent et mystifient les gens en leur présentant cette mesure liberticide et dégueulasse de façon résolument positive et « merveilleuse » ), ci-dessous…

Un grand merci à la personne qui m’a communiqué cet article.

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE !!! Vic.


ARTICLE 1 : source : http://archives.lesoir.be/t-20080307-00F5PJ.html?query=%22Les+commer%E7ants…

LES COMMERÇANTS POURRONT DETECTER LES FAUX PAPIERS

Vendredi 7 mars 2008

Tous les commerçants de Belgique, depuis les grosses agences bancaires jusqu’aux petits magasins de quartier, pourront, à partir de l’an prochain, contrôler en quelques touches si la carte d’identité ou le passeport d’un client est faux ou volé.

Ce seront les premiers pas du Belgian Verification System (BVS) développé par la police fédérale, indique De Tijd.

Les commerçants pourront utiliser gratuitement le système à partir de 2009 via l’internet.

Il suffit d’introduire le numéro de carte d’identité ou du passeport dans le système qui indique immédiatement ce qui pose problème dans le document, et plus précisément si la police a signalé le papier comme faux ou volé.


ARTICLE 2 : source : http://www.levif.be/belga/economie/78-2-40347/les-commer-ants-pourront-dete…

LES COMMERCANTS POURRONT DÉTECTER LES FAUX PAPIERS

07/03/2008 08:49

Tous les commerçants de Belgique, depuis les grosses agences bancaires jusqu'aux petits magasins de quartier, pourront, à partir de l'an prochain, contrôler en quelques touches si la carte d'identité ou le passeport d'un client est faux ou volé. Ce seront les premiers pas du Belgian Verification System (BVS) développé par la police fédérale, indique vendredi De Tijd.


Les commerçants pourront utiliser gratuitement le système à partir de 2009 via internet. Il suffit d'introduire le numéro de carte d'identité ou du passeport dans le système qui indique immédiatement ce qui pose problème dans le document, et plus précisément si la police a signalé le papier comme faux ou volé. "Dans une prochaine phase, nous étendrons le système aux plaques d'immatriculation, cartes SIS et cartes VISA", indique Johan Denolf, directeur du département du crime financier et économique de la police fédérale. C'est son service qui a développé le système de contrôle. Une première phase test démarrera dans quelques mois. Le BVS doit contribuer à réduire la "fraude à l'identité" sans cesse croissante mais aussi les ouvertures de compte en banque sous l'identité d'autrui. (GFR)


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 21/03/2008 01:58:12 (21/03/2008 10:58:12)

RIGHT NOW, FEDS MIGHT BE LOOKING INTO YOUR FINANCES BANKS TIP OFF GOVERNMENT TO POSSIBLE MONEY LAUNDERING, FRAUD

By Thomas Frank
USA TODAY

WASHINGTON — Each year, federal agents peek at the financial transactions of millions of Americans — without their knowledge.

The same type of information that raised suspicions about New York Gov. Eliot Spitzer is reviewed every day by authorities to find traces of money laundering, check fraud, identity theft or any crime that may involve a financial institution.

As concerns about fraud and terrorist financing grow, an increasing number of suspicious deposits, withdrawals and money transfers are being reported by banks and others to the federal government. Banks and credit unions as well as currency dealers and stores that cash checks reported a record 17.6 million transactions to the Financial Crimes Enforcement Network in 2006, according to a report from the network, a bureau of the U.S. Treasury Department.

"I don't think Americans understand that their financial transactions are being reported and routinely examined," said Barry Steinhardt of the American Civil Liberties Union.

The Treasury Department's database now contains records of more than 100 million financial transactions going back to at least 1996, said network spokesman Steve Hudak.

Teams of agents from the FBI, IRS, Drug Enforcement Administration and other agencies regularly review newly filed financial reports and launch investigations. Federal and local authorities search the database to find information about people that can help ongoing probes. Treasury Department analysts study the reports to detect trends in fraud and issue reports alerting financial institutions.

"The government has access to untold volumes of records and can draw all sorts of conclusions about us, and many are going to be wrong," Steinhardt said.

Bankers disagree. "For the typical bank customer, this means very little because there's nothing they're doing that's likely to be viewed as out of the ordinary," said Richard Riese, head of regulatory compliance for the American Bankers Association.

The reporting system dates to the early 1970s when federal agents sought to pinpoint drug dealers by looking for people making large cash deposits.

Financial institutions have long been required to report cash transactions over $10,000. Those reports — simple notices of a deposit or withdrawal — account for more than 90% of the records the enforcement network gets each year.

Far more controversial are secret "suspicious activity reports" filed by financial institutions and reviewed by teams of agents spread around the country. The investigation of Spitzer began when a bank spotted potentially suspicious transfers from several accounts and filed reports with the IRS, according to a federal official who spoke on condition of anonymity. The official did not want his name used because he's not authorized to discuss the case publicly.

The number of suspicious activity reports soared from 413,000 in 2003 to 1 million in 2006, according to the enforcement network.

Federal law requires the reports to remain secret. They are written by officers at financial institutions who specialize in detecting suspicious activity, such as a series of large transactions.

The analysis can protect customers by spotting unusual withdrawals that may indicate fraud, said Robert Rowe, senior regulatory counsel of the Independent Community Bankers of America.

Many of the reports are a waste, said Riese of the bankers association. "We're reporting on a lot of things everybody knows law enforcement doesn't have the resources to pursue," he said.

Hudak said the "vast majority" of reports "are filed for a good reason. … There are law enforcement officials and investigators who use these reports and read them every day."


http://www.usatoday.com/printedition/news/20080312/a_financial12.art.htm

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 26/03/2008 01:32:32 (26/03/2008 10:32:32)

LES BANQUES ESPIONNENT VOS MOINDRES MOUVEMENTS… ET LES DÉNONCENT À LA POLICE

ENGLISH : The Technology That Toppled Eliot Spitzer - Anti-money-laundering software scrutinizes bank customers' every move, no matter how small.
http://www.technologyreview.com/Infotech/20435/?nlid=947&a=f

SOCIÉTÉ DE SURVEILLANCE TOTALE. QUAND AU CAS DE ELIOT SPITZER, C'EST UNE AUTRE HISTOIRE. JE VOUS AI MIS UN VIDÉO EN RAPPORT AVEC CETTE AFFAIRE QUI A TOUTES LES APPARENCES D'UN RÈGLEMENT DE COMPTE.

[Technology Review - 24/03/2008 - Trad. Grégoire Seither]

S’il ya une leçon à tirer des mésaventures qui ont forcé à la démission le gouverneur de New York, Eliot Spitzer (hormis la plus évidente), c’est ceci: les banques surveillent avec attention la moindre de vos transactions. . . et si elles trouvent quelque chose qui leur paraît pas net, elles vont commencer par appeler le FBI, avant de vous en parler.

Dans le cas de Spitzer, si on en croit la presse, ce sont trois petits virements de 5 000 dollars chacun qui ont déclenché l’alarme. Bon, le fait qu’il s’agissait d’une figure politique a contribué à rendre la banque plus vigilante. Mais même les transactions banquaires les plus banales de citoyens ordinaires sont soumises à ce type de contrôle informatisé.

«Toutes les grandes banques utilisent ces logiciels», explique Pete Balint, co-fondateur du Dominion Advisory Groupe, qui aide les banques à développer des stratégies de lutte contre le blanchiment et la fraude. “En fonction de leur volume, ils peuvent recevoir des milliers de messages d’alerte chaque mois.”

La plupart des systèmes suivent des règles assez simples, recherchant des anomalies dans le fonctionnement du compte et déclenchant des alertes qui entraînent une surveillance renforcée. L’éditeur informatique Metavante affirme, par exemple, que son logiciel contient plus de 70 règles de “bonnes pratiques”, couvrant une large variété de transactions allant des dépôts et retraits de liquide à l’achat de contrats d’assurance vie. (. . . )

La façon la plus simple d’identifier un mouvements de fonds suspect est un changement de routine. Par exemple, une personne qui dépose juste deux chèques de paie par mois pendant deux ans, se fera répérer si elle dépose soudain 6 grosses sommes d’argent en 15 jours . . .

La plupart des logiciels sophistiqués sont capables de classer les comptes en plusieurs catégories : un compte client pourra être comparé à celui d’autres membres du corps enseignant, ou bien aux personnes qui effectuent toutes leurs transactions au guichet de la même agence… ou encore comparer les revenus de cette personne à ceux de personnes ayant des revenus stables, par exemple des retraîtés ou des fonctionnaires. Certaines catégories sociales ont des comportement banquiers et fiscaux similaires. Si l’un d’eux s’écarte des chemins battus, il devient suspect.


http://www.alterinfo.net/LES-BANQUES-ESPIONNENT-VOS-MOINDRES-MOUVEMENTS-ET-…

--Message edité par maria le 2008-03-26 10:35:39--

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 31/03/2008 01:05:48 (31/03/2008 10:05:48)

LE JAPON LANCE LA RIPOSTE GRADUÉE SANS LOI

Publié le 31-03-2008
Pays : Japon - Auteur : Damien Bancal

Alors que la France réfléchit toujours à sa riposte graduée face aux pirates. Au Japon, les fournisseurs d'accès n'ont pas attendu la loi pour agir.

Alors que la France réfléchit toujours à sa riposte graduée face aux pirates. Au Japon, les fournisseurs d'accès n'ont pas attendu la loi pour agir. "C'est juste une question de volonté des FAI" indiquait un policier que nous avions rencontré lors du FIC 2008. En France, la réflexion se cherche toujours une solution à savoir comment avertir, voir punir les internautes copieurs de biens commerciaux piratés. En Suède, TeliaSonera (103 millions d'abonnés) a renvoyé dans ses 16 mètres une demande la fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI). Cette dernier souhaite faire bloquer l'accès à Pirate Bay.

Au japon, les FAI n'ont pas attendu la demande d'une quelconque association ou de la justice. Quatre des plus gros FAI ont mis en place une mesure collective afin de prévenir et punir, si besoin est, les nippons du peer-to-peer. Les japonais ont copié, ligne par ligne, la mission Olivennes : Avertissement, puis si récidive mise en demeure. Dans le pire des cas, résiliation de l'abonnement. Sans législation, le japonais risque de se sentir surveillé à la sauce big brother. (cnet)


http://www.zataz.com/news/16813/


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 31/03/2008 01:13:58 (31/03/2008 10:13:58)

QUAND LE CELLULAIRE RÉVÈLE OÙ L'ON SE TROUVE

Jean-François Cloutier
28 mars 2008 - 15h27

Pouvoir être localisé partout, à tout moment: cauchemar?

Non, c'est plutôt la dernière innovation des compagnies de téléphonie cellulaire, qui commencent à offrir ce service aux États-Unis.

Le Wall Street Journal révèle dans son édition de vendredi que des centaines de clients de Sprint Nextel se sont déjà inscrits à un service qui leur indique où se trouvent leurs amis sur une carte qu'ils peuvent voir sur l'écran de leur téléphone.

Les amis en question doivent évidemment donner leur aval à ce repérage, mais une fois qu'ils l'ont fait, ils peuvent être localisés en temps quasi réel grâce au GPS intégré dans leur appareil.

Verizon, un autre géant de la téléphonie sans fil, devrait emboîter le pas à Sprint au cours des prochaines semaines en offrant un service similaire à ses 65 millions de consommateurs.

La technologie permettant ce genre de suivi existe depuis longtemps, mais les compagnies de téléphonie avaient hésité jusqu'ici à l'appliquer à la localisation d'êtres humains.

Il semble que le potentiel marchand de l'idée ait eu le dessus sur les anciens scrupules reliés au respect de la vie privée.

La jeune génération, qui n'hésite pas à s'afficher avec extravagance sur des sites comme Facebook ou MySpace, serait en effet beaucoup moins préoccupée par le respect de son intimité que celle de ses parents, et susceptible d'y adhérer en masse.

Les 18-24 ans sont d'ailleurs le premier groupe d'âge que cible l'industrie pour ce service.

Verizon et Sprint disent avoir pris des mesures pour éviter que ce service ne soit utilisé à mauvais escient, notamment en rappelant régulièrement à ses utilisateurs qu'ils sont suivis et en interdisant aux enfants de moins de 14 ans d'y adhérer.

Des restrictions dans le logiciel le permettant le limitent aussi plus rigoureusement à un réseau d'amis.


http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/texte_complet.php?id=81,12399,0,0…

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 03/04/2008 10:19:46 (03/04/2008 19:19:46)

FRANCE TECHNO-NAZIE : UNE SUPER PLATE-FORME D'ECOUTES POUR LA "JUSTICE" !!!

Chers amis,

La triste suite de la chute de la France dans le liberticide et le dictatorial. Ou les conséquences de la politique du Sarkonazi, exactement calquée sur les écoutes illégales du gouvernement américain.

Nous aurons bientôt touché le fond... Vic.


Source : http://www.spyworld-actu.com/spip.php?article7349

LA JUSTICE SE DOTE D'UNE SUPER-PLATE-FORME D'ÉCOUTES

Jean-Marc Leclerc, le Figaro, via Vie-Privee.org
mercredi 26 mars 2008, sélectionné par Spyworld

Cette centrale sera capable de traiter voix, images, mails et SMS à un rythme industriel.
La place Vendôme est en passe de se doter d’une super-plate-forme d’écoutes, sorte de « boîte noire » électronique, qui deviendrait l’intermédiaire obligatoire pour les juges d’instruction et les procureurs désirant mettre un téléphone sous surveillance. Cette structure rattachée au secrétariat général du ministère de la justice n’interviendrait pas sur l’opportunité des demandes qui resteraient confidentielles mais jouerait un rôle de gare de triage, agissant comme un « tiers de confiance » auprès des opérateurs de téléphonie sollicités à grande échelle au fil des enquêtes.

Une trentaine d’agents seraient amenés à y travailler. Chaque ministère concerné y contribuerait, à commencer par l’Intérieur. L’étude des besoins a fait l’objet d’un marché classifié confié à la société Solucom. Une mission spéciale de la Chancellerie s’intéresse actuellement de près au système d’interception mis en place dans les Länder allemands. À Paris, tout doit être prêt en théorie pour 2009. « C’est sans doute le dossier le plus sensible du cabinet Dati, tant l’idée de centralisation agite le spectre de la menace pour les libertés publiques », confie un haut magistrat. Ces écoutes judiciaires n’ont, bien sûr, rien a voir avec les 6 000 interceptions administratives annuelles contrôlées par Matignon. Il s’agit des mesures ordonnées dans le cadre des affaires criminelles ou correctionnelles les plus graves : 20 000 par an au bas mot. Mais on est loin de l’Italie ou des Pays-Bas avec leurs 100 000 écoutes annuelles !

Difficilement contrôlable

Techniquement, le nouveau Big Brother de la Chancellerie pourra traiter aussi bien la voix que les images, les données de connexion, comme la date et l’heure de l’appel, mais aussi les SMS, les mails et toute communication circulant sur Internet. À terme, transiteront par la plate-forme les données de géolocalisation des appels pour savoir d’où le suspect téléphone. « En temps réel ! » s’enthousiasme un fonctionnaire de la Chancellerie.

La justice se sentait jusque-là prisonnière d’un système coûteux et difficilement contrôlable. On compte en France plus de 200 stations d’écoute installées dans les locaux mêmes de police et de gendarmerie pour l’essentiel. Elles sont louées aux services avec leur technicien de maintenance sur frais de justice. Ce sont ces privés qui ont en fait, avec les opérateurs de téléphonie comme Bouygues ou France Télécom, la maîtrise opérationnelle des écoutes. « Ce qui a induit les effets pervers liés aux situations de monopole », déplore un ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Place Beauvau.

Dans un premier temps, le gouvernement a imposé des tarifs aux privés : 88 euros hors taxes, quelle que soit la durée, pour une interception, au lieu de 300 euros par mois pour certains intervenants. Mais certains opérateurs continuent à exagérer, facturant des « frais de dossier » ou de mystérieux « frais de pôle ». La centrale Dati aura une vision exhaustive des flux et gérera la facturation. Le risque de « réquisitions sauvages », à l’insu du juge, disparaîtra.

Depuis septembre, une mini-plate-forme capte déjà des centaines de SMS par jour pour les OPJ. Mais elle est située dans les locaux non sécurisés d’une banlieue dont il vaut mieux taire le nom. « Un simple cocktail Molotov dans cette salle suffirait à paralyser l’intégralité du système national de surveillance des SMS », s’inquiète un juge. La super-centrale de la Place Vendôme sera sans doute mieux protégée. Et surveillée par une haute autorité. Bruno Thouzellier, le patron de l’Union syndicale des magistrats (USM, majoritaire), le dit : « Il faudra des garanties sur le caractère non nominatif des informations qui y transitent. » A priori, la plate-forme saurait de quelle cour d’appel émane la demande, mais pas de quel juge. Et encore moins à propos de quelle affaire…


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 03/04/2008 10:22:42 (03/04/2008 19:22:42)

FRANCE LIBERTICIDE ET POLICIERE : FIN DE LALIBERTE D’EXPRESSION SUR LE WEB : LES SITES HEBERGEANT DES INFORMATIONS PROVENANT DES CITOYENS SONT DESORMAIS RESPONSABLES DE CE QU’ILS PUBLIENT !!!

Chers amis,

L’article ci-dessous pourrait paraître léger et anecdotique en raison du problème « people » qui est à l’origine de la décision du Tribunal de grande injustice (oups ! pardon… du tribunal de grande instance) de Paris de rendre les sites responsables des informations qu’ils publient, y compris des informations provenant de « tiers », c’est-à-dire de n’importe quel citoyen.

IL n’en est rien. Cet article n’est pas anecdotique ; il est au contraire très révélateur, et très inquiétant.

Ce que cela signifie, c’est que, désormais, les SITES WEB SERONT FLIQUES ET CONTRÔLES AU NIVEAU DE LEUR CONTENU.

Seuls les forums, les blogs et les circuits alternatifs plus ténébreux restent les garants de la liberté d’expression citoyenne. Mais plus pour très longtemps !

Car ce n’est évidemment pas pour rien qu’un « monsieur Internet » a été nommé par le Sarkonazi afin de surveiller le web… et de réprimer tout excès.

Le web français sera donc bientôt aussi censuré et aussi corseté, manipulateur et insipide que la presse putassière des mass médias. Le DERNIER lieu d’expression réellement libre de France est en danger.

MAIS QUAND DONC LES FRANÇAIS SE DECIDERONT-ILS A SE REVOLTER ET A DESTITUER LES CRAPULES QUI LES GOUVERNENT ?

Le triste article, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : http://www.lemonde.fr/technologies/article/2008/03/28/les-sites-hebergeant-des-informations-emanant-de-tiers-sont-responsables-de-leur-publication_1028436_651865.html

LES SITES HEBERGEANT DES INFORMATIONS EMANANT DE TIERS SONT RESPONSABLES DE LEUR PUBLICATION

LE MONDE | 28.03.08 | 14h35 • Mis à jour le 28.03.08 | 17h31

Une décision de justice rendue publique, jeudi 27 mars, a suscité une vague d'émotion sur le Web. Le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a condamné trois sites Internet, dont Fuzz.fr, pour atteinte à la vie privée d'Olivier Martinez. Il leur est reproché d'avoir publié un lien vers un blog affirmant que l'acteur était à nouveau en couple avec la chanteuse australienne Kylie Minogue.

Ce jugement important marque un tournant dans la jurisprudence. "Deux lois s'affrontaient. D'un côté, la loi sur la confiance dans l'économie numérique, la LCEN, et de l'autre, le code civil et son article 9 qui spécifient que chacun a droit au respect de sa vie privée", explique Emmanuel Asmar, avocat de M. Martinez, qui a assigné 25 sites en février. Or la LCEN distingue le statut d'hébergeur et celui d'éditeur de sites Internet, conférant à l'éditeur la responsabilité du site.

Dans le cas des sites incriminés, et en particulier de Fuzz.fr, il s'agit de sites "collaboratifs" alimentés par les internautes eux-mêmes. Quel statut leur accorder ? Leurs promoteurs se protègent en se considérant comme des hébergeurs. Le TGI de Paris en a décidé autrement, jugeant qu'ils étaient responsables de leurs contenus à l'instar des éditeurs. Il a considéré qu'en publiant un lien vers un blog qui donnait une information sur M. Martinez, "Fuzz.fr avait opéré un choix éditorial".

Toutefois, alors que le plaignant réclamait 30 000 euros de dommages et intérêts, le TGI a condamné Eric Dupin, créateur de Fuzz.fr à verser 1 000 euros à M. Martinez et 1 500 euros de frais de justice. Une fois le verdict connu, M. Dupin, qui a fermé son site, a sonné la charge sur Internet : "C'est une journée noire pour le Web français."

Sur son blog, dénommé Presse-Citron, M. Dupin s'inquiétait récemment d'une décision du TGI de Nanterre. Ce tribunal a condamné le site Lespipoles.com pour avoir mis un lien vers le site Gala.fr qui évoquait une rumeur concernant la vie sentimentale d'Olivier Dahan. Me Asmar était aussi l'avocat du réalisateur. Attirer une audience sur son site en jouant la carte du "people" n'est donc plus sans risque.

Laurence Girard
Article paru dans l'édition du 29.03.08.


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 03/04/2008 10:24:35 (03/04/2008 19:24:35)

FRANCE TECHNO-NAZIE : LE SARKONAZI NOMME UN RESPONSABLE DE LA SURVEILLANCE SUR LE WEB !!!

Chers amis,

La société de contrainte est en marche en France, avec la suppression de plus en plus évidente des libertés de base.

La dernière mesure de flicage concerne la nomination d’un « monsieur Internet » (comprenez d’un SS du web) chargé de SURVEILLER CE QUI CIRCULE SUR LA TOILE CONCERNANT SARKOZY ! Ce flic du web a 24 ans, porte le nom de Nicolas Princen, et est – évidemment – un « digne » représentant du parti UMP fasciste…

Surveillance dans un premier temps… répression par la suite ? Contrôle de ce qui se dit sur le président dans un premier temps… contrôle de ce qui se dit sur d’autres choses par la suite ? C’est évidemment fort probable. La liberté d’expression est de plus en plus clairement menacée. En France, c’est même une liberté en voie d’extinction.

Cette mesure constitue d’ailleurs un coup de plus porté à la liberté d’expression sur le web.

Bref, le Sarkonazi poursuit activement la DESTRUCTION de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, renvoyant la France plus de 220 ans en arrière !

Les Français n’ont – hélas ! – toujours pas décidé se révolter et de destituer le gouvernement félon et le président-dictateur. Ils vont s’en mordre les doigts.

L’article, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source : http://technaute.cyberpresse.ca/nouvelles/texte_complet.php?id=81,12399,0,0…

SARKOZY NOMME UN «MONSIEUR INTERNET»

Agence France-Presse
21 mars 2008 - 09h04

La blogosphère est en ébullition depuis la nomination à l'Elysée d'un chargé de mission sur Internet, qui fait l'objet d'un véritable «buzz», de nombreux internautes craignant une volonté de «surveiller» tout ce qui circule sur le web concernant Nicolas Sarkozy.

Nicolas Princen, jeune militant UMP de 24 ans, a été nommé lundi «chargé de mission au service Internet», auprès de Franck Louvrier, conseiller pour la presse et la communication, indique-t-on à l'Elysée.

Il sera «en charge de la veille de ce qui circule sur la toile au sujet du président de la République: blogs, sites d'information, vidéos... Comme on peut faire pour une revue de presse des médias traditionnels», explique-t-on.

Diplômé d'HEC et de l'Ecole normale supérieure, Nicolas Princen avait travaillé pour le site internet de la campagne du candidat Sarkozy. Depuis son élection, il avait intégré le porte-parola de l'Élysée.

Si la présidence de la République se défend de vouloir surveiller le web, l'arrivée de ce «Monsieur Internet» a aussitôt créé un «buzz» sur la toile, où elle fait beaucoup parler, plutôt en négatif.

«Ironie du sort, Nicolas Princen est chargé de surveiller les "buzz" autour de Sarkozy et il se retrouve lui-même au centre du buzz», relève Olivier Monnot, responsable éditorial de blogonautes.fr, qui traite de l'actualité de la blogosphère.

«L'oeil de Sarkozy sur le net», «KGB Web», «le petit flic de Sarkozy», «Big Brother»: sur les blogues, le site de socialisation Facebook, dans des vidéos de parodie mises en ligne sur Dailymotion, les termes employés sont très virulents.

Pour M. Monnot, «ce ton un peu excessif est lié à l'image de premier flic de France que traîne Sarkozy».

«Le bruit médiatique est important mais reste concentré dans des sphères de spécialistes globalement en opposition à Sarkozy, qui se sentent subitement observées», analyse de son côté Nicolas Vanbremeersch, initiateur du réseau de blogeurs politiques «La République des blogues».

«Tu dois savoir qu'il existe plusieurs milliers de blogues sur lesquels tu trouveras des choses désagréables sur Nicolas Sarkozy», écrit ainsi Luc Mandret, blogueur régulièrement cité par la presse, en s'adressant au nouveau venu à qui il souhaite «bien du courage».

Selon M. Vanbremeersch, pas moins de 10 000 billets sur le chef de l'État sont en effet postés chaque jour sur les blogs francophones, «dont 80% sont critiques».

La nomination de M. Princen suscite d'autant plus de grincements qu'elle intervient après plusieurs polémiques liées à la mise en ligne d'informations (affaire du SMS) ou de vidéos (Sarkozy au Salon de l'agriculture, etc.).

«Après une campagne très active sur internet, l'Elysée avait un peu déserté cet espace... C'est comme s'ils avaient pris tardivement conscience que le web était devenu un poil à gratter dans la communication présidentielle», souligne M. Vanbremeersch.

Pour autant, le fait de créer une veille n'est «pas choquant en soi», nuance M. Monnot.

«S'il elle sert de base pour intimider les blogeurs et museler la liberté d'expression, c'est problématique. En revanche s'il s'agit faire comme de nombreuses entreprises ou partis politiques une revue du web, c'est intéressant car c'est une forme de reconnaissance», estime-t-il.

Pour le journaliste Pierre Haski, du site d'information Rue 89, «la nomination de ce surdiplômé marque d'abord la reconnaissance par l'Elysée que ce qui se dit sur internet importe plus qu'on ne l'avait cru». Et d'ajouter: «il appartiendra à l'intéressé de dissiper par sa pratique» les soupçons dont il fait l'objet.


maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 17/04/2008 07:06:56 (17/04/2008 16:06:56)

GOOGLE S'ALLIE À l'ONU

Associated Press
08 avril 2008 | 08 h 55



Le géant de l'informatique Google a dévoilé mardi une nouvelle caractéristique de son populaire programme de cartes géographiques, qui permettra de suivre les mouvements de réfugiés à travers le monde.

Le bureau du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR), qui a collaboré avec Google sur le projet, a déclaré que cette nouvelle caractéristique, baptisée «Google Earth Outreach», facilitera la tâche des opérations humanitaires et aidera le public à comprendre la situation de millions de personnes qui ont dû fuir leurs foyers à cause de la guerre ou de crises.Le programme «Google Earth Outreach» fournira des images satellite des zones de la planète où ont lieu d'importants mouvements de population, comme le Darfour, le Tchad, l'Irak et la Colombie, et permettra de localiser les camps de réfugiés.

Les agences humanitaires auront la possibilité d'y ajouter des commentaires audio et vidéo expliquant la situation et leur travail sur place.


http://technaute.cyberpresse.ca/200804/08/nouvelles/internet/17790-google-s…

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 30/04/2008 21:48:05 (01/05/2008 06:48:05)

PLONGÉE AU COEUR DU CYBER-CONTRE-TERRORISME EN COMPAGNIE DES MEILLEURS ANALYSTES ISRAÉLIENS.

28/04/2008

Les deux armes du terrorisme sont désormais la kalashnikov et l'ordinateur portable. Internet est en effet devenu pour le terrorisme international un sanctuaire, un forum inépuisable de renseignements, directives, et d'inspiration. Une société israélienne, "Terrogance", composée d'anciens analystes de l'armée, offre désormais aux gouvernement de scanner internet, à la recherche du moindre indice concernant toute eventuelle attaque. Plongée dans le monde du cyber contre-terrorisme.


http://tr1.bp129.net/m5.aspx?GV1=ASP102G00AA5000BSS000L9CC000KVKV100AA5000B…

maria
Administrateur
Messages postés : 14591
Posté le 28/05/2008 11:42:06 (28/05/2008 20:42:06)

ROYAUME-UNI TECHNO-NAZI : BASE DE DONNEES ACTIVE DE TOUS LES APPELS TELEPHONIQUES ET E-MAILS : LA DICTATURE ET LA SURVEILLANCE SONT DESORMAIS TOTALES ! LA CATASTROPHE NE VA PLUS TARDER !

Chers amis,

Depuis le temps que l’on savait que le Royaume-Uni était devenu le pays de Big Brother ! Cela fait des années, à présent. Certaines personnes semblent se réveiller d’un (très long) sommeil, en France… Enfin, mieux vaut tard que jamais.

NOUS APPRENONS AUJOURD’HUI QUE LES TECHNO-NAZIS QUI DIRIGENT LE Royaume-Uni (CE PAYS DICTATORIAL ET NEVROSE OU L’HYPER-SECURITE SERT DE REMEDE A TOUT, Y COMPRIS A VOS LIBERTES ) ONT DECIDE DE CREER UNE BASE DE DONNEE ACTIVE DE TOUS LES APPELS TELEPHONIQUES ET DES E-MAILS !!!

Le tout, comme à l’habitude, sous les sempiternels prétextes bidons de « lutte contre la criminalité et le terrorisme » ! Et cela s'ajoutera bien entendu au système omniprésent de caméras... le tout afin de garantir une "synergie liberticide".

Désormais, la liberté du Net sera étroitement surveillée (comme le reste, au Royaume-Uni) et les opposants, manifestants, dissidents, activistes, grévistes et autres objecteurs de conscience vont déguster. L’Internet libre est donc pratiquement MORT, au Royaume-Uni. Leur DERNIER bastion des libertés est tombé : la REPRESSION de la nouvelle Gestapo ne tardera pas à se faire sentir !

Le Royaume-Uni a désormais DEPASSE les sinistres limites qu’Orwell avait décrites dans ses œuvres d’anticipation… Et nous SAVONS où cela se terminera si rien n’est fait : avec la fin du libre-arbitre et avec les puces implantables cancérigènes, de pistage, de société sans argent cash et de contrôle total et comportemental des individus, une société "psychocivilisée" et où le contrôle du cerveau de l'individu sera chose acquise ! Car c’est là le but ultime du nouvel ordre mondial maléfique… et les citoyens du Royaume-Uni y foncent tête baissée, comme des bœufs fonçant à l’abattoir !

La dernière question à se poser n’est certes PAS de savoir « si l’on est favorable à une telle mesure en France et ailleurs », comme le suggère l'article ci-dessous.

Nous devons plutôt décider sans plus attendre quelles sont les actions engagées et enragées par lesquelles nous allons nous battre, lutter et défendre nos libertés, en France et ailleurs !

A bas la dictature sécuritaire ! Mort aux nécrotechnologies et aux technologies liberticides ! Mort à l’Etat-policier ! Mort au nouvel ordre mondial ! Mort aux techno-nazis, aux transhumanistes et aux crapules qui nous mènent à cette société inhumaine !

L’article, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE !!! Vic.


Source : http://www.lepost.fr/article/2008/05/26/1198227_uk-big-brother-devient-une-…

UK: BIG BROTHER DEVIENT UNE REALITE

Par zoomconso , le 26/05/2008

Le gouvernement anglais veut disposer d'une base de données active de tous les appels téléphoniques et les courriels émis dans le pays. Tout cela bien sûr pour prévenir le terrorisme et le crime.

Les principes de cette nouvelle méga-base de données seront proposés dans le projet de Loi de Communication dès cette l'année et s'ajoutera au dispositif de caméras de surveillance disposées sur l'ensemble du territoire britannique.

Lorsqu'on connaît l'incapacité du gouvernement britannique à assurer la sécurité des données (cf. (cf. http://www.lepost.fr/tag/britannique/ ), ce fichier créerait de ce fait une menace plus importante que les dangers qu'il est censé combattre. Cette base de données pourrait en effet être volée, perdue ou vendue.
Dernièrement la perte par des services gouvernementaux d'un CD contenant des données relatives à des enfants avait ému l'opinion.

Il est légitime de penser qu'une telle idée va faire rêver de l'autre côté du Channel et trouvera en France de nombreux sympathisants. Ceux qui n'ont pas encore lu 1984 de Georges Orwell peuvent se faire une idée de ce que sera sans doute le monde de demain.

Et vous, êtes-vous favorable à une telle mesure en France?

Vu sur la BBC ( http://news.bbc.co.uk/1/hi/uk/7409593.stm )


vicflame
Messages postés : 203
Posté le 03/06/2008 06:08:03 (03/06/2008 15:08:03)
217.136.47.87 - Modération

SOCIETE LIBERTICIDE ET TECHNO-NAZIE : BLUETOOTH : UN OUTIL LIBERTICIDE DE CONTRÔLE ET DE SAISIE DES DONNEES… A L’INSU DES PASSANTS !



Chers amis,

Nous savons déjà que le Bluetooth utilise des ondes nocives pour la santé (champs électromagnétiques, micro-ondes pulsées, radiofréquences) et DOUBLE les effets déjà extrêmement nocifs d’un GSM traditionnel.


L’ARTICLE CI-DESSOUS NOUS PROUVE SANS LA MOINDRE CONTESTATION POSSIBLE QUE DES SCANNERS BLUETOOTH PLACES UN PEU PARTOUT PERMETTENT LA SAISIE DE VOS DONNEES A VOTRE INSU, ET VIOLENT VOTRE VIE PRIVEE ET VOS LIBERTES !
On peut notamment dresser, à partir de ces données, un schéma détaillé de votre COMPORTEMENT !


Eh oui : il semble bien évident à présent qu’on s’intéresse de plus en plus près et que l’on contrôle de plus en plus votre comportement !
Et si on laisse faire, on y ajoutera la RFID et les puces implantables, et là ce sera la suppression totale non seulement de la vie privée, mais de toutes les libertés, libre-arbitre y compris !
Le contrôle du comportement deviendra alors total.


Imaginez donc ce qu’un GSM avec système Bluetooth et puce RFID intégrés peut faire comme dégâts pour votre santé et pour vos libertés !
C’est terrible. Et les gens continuent de consommer (CON-sommer) ça !!!
Quelle honte, et quelle inconscience !!!


L’article, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE !!!Vic.



Source : http://www.metrotime.be/Bluetooth_contre_vie_privee.html

BLUETOOTH CONTRE VIE PRIVEE

Un scanner Bluetooth peut suivre l’utilisateur et intercepter des données relatives à sa localisation et aux gens qu’il rencontre, annonçait cette semaine ‘Het Nieuwsblad’.

La technologie Bluetooth permet d’échanger, sans fil, des données entre une série d’appareils: entre un récepteur GPS et un écran GPS, entre un GSM et un autoradio, entre une oreillette ou un casque sans fil et un GSM, entre un lecteur MP3 et un ordinateur domestique, entre un PDA (un agenda électronique) et un ordinateur portable, etc.

Les appareils envoient un code unique qui leur permet de se reconnaître entre eux et de «dialoguer» ensemble dans un rayon de 100 mètres.

Un chercheur de l’université anglaise de Bath, Vassilis Kostakos, a développé avec son frère Panos un réseau simple de quatre scanners Bluetooth. Les quatre scanners ont été placés en quatre endroits de passage. Après six mois de mesures, ils avaient enregistré 10.000 appareils différents. Ce nombre élevé a même surpris les frères Kostakos: cela signifie qu’un passant sur treize (7,5%) avait un appareil Bluetooth en poche. L’analyse des données a permis aux Kostakos de dresser des schémas détaillés du comportement des passants.

http://www.bath.ac.uk/


--Message edité par vicflame le 2008-06-03 15:12:58--

vicflame
Messages postés : 203
Posté le 03/06/2008 06:19:51 (03/06/2008 15:19:51)
217.136.47.87 - Modération

MONDIALISATION TECHNO-NAZIE : LES BILLETS D’AVION PASSENT A L’ELECTRONIQUE ! BASES DE DONNEES ET SUPPRESSION DE LA VIE PRIVEE DES PASSAGERS EN VUE !!!



Chers amis,


Voici encore une fois une percée LIBERTICIDE qui s’effectue, et cette fois, au niveau international (comprenez « au niveau MONDIAL»).


L’IATA (association internationale du transport aérien), tout comme l’OACI avant elle pour les passeports biométriques à puce RFID, joue donc le jeu du Nouvel Ordre Mondial et fait progresser la suppression des libertés.


DESORMAIS, TOUS LES BILLETS D’AVION SERONT ELECTRONIQUES !!!
RAPPELONS QUE TOUT CE QUI EST ELECTRONIQUE EST PIRATABLE, ET PEUT AUSSI PERMETTRE DE CONSTITUER DES BASES DE DONNEES CENTRALISEES DONT NOUS CONNAISSONS LES DANGERS (vente des données à des tiers ou à des gouvernements étrangers, constitution de listes noires, nuisances pour la vie privée, utilisation mercantile).


Bien entendu, on utilise l’excuse écologique (économie de papier) et APPAREMMENT "honorable" afin de justifier ce passage liberticide au tout-à-l’électronique…
Ecœurant !
Le respect de la Nature et de l’environnement est en effet un argument utilisé de façon opportuniste et hypocrite, car lorsqu’il s’agit de déforestation, de tests de nouvelles armes nocives, de modification génétique d’organismes naturels (OGM) ou d’utilisation d’énergies polluantes (alors que des énergies bien plus avancées et moins nuisibles existent – cf. les fameuses énergies « libres »), là, les gouvernements et l’industrie ne se gênent pas pour massacrer la Nature et l’environnement !