LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 720, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Nov - 05:46 (2014)    Sujet du message: HOUSE PASSES BILL THAT MAKES IT HARDER FOR SCIENTISTS TO ADVISE THE EPA Répondre en citant

HOUSE PASSES BILL THAT MAKES IT HARDER FOR SCIENTISTS TO ADVISE THE EPA

by Emily Atkin
Posted on November 18, 2014 at 6:07 pm


42,856Share This 1,387Tweet This

"House Passes Bill That Makes It Harder For Scientists To Advise The EPA"


Rep. Chris Stewart (R-UT), sponsor of the Science Advisory Board Reform Act, speaks on the House floor on Tuesday.
CREDIT: CSPAN

While their Senate colleagues were engaged in a fiery debate over the fate of the Keystone XL pipeline, the House on Tuesday quietly passed a bill that environmentalists say would hamper the Environmental Protection Agency’s ability to use the best scientific information when crafting regulations to protect public health and the environment.

The House voted 229-191 to pass H.R. 1422, which would change the rules for appointing members to the Science Advisory Board (SAB), a group that gives scientific advice to the EPA Administrator. Also called the Science Advisory Board Reform Act, the bill would make it easier for scientists with financial ties to corporations to serve on the SAB, prohibit independent scientists from talking about their own research on the board, and make it more difficult for scientists who have applied for grants from the EPA to join the board.

The purpose of the bill, according to Rep. Michael Burgess (R-TX), is to increase transparency and accountability to the EPA’s scientific advisors. Burgess said on the floor Tuesday that the board “excludes industry experts, but not officials for environmental advocacy groups.” With this bill, Burgess said the inclusion of industry interests would erase “any appearance of impropriety on the board.”

But scientists, environmental groups, and health experts have said that the bill compromises the scientific independence of the SAB, and makes it harder for the Board to do its job, thereby increasing the amount of time it takes to implement EPA regulations.

“The supposed intent [of the bill] is to improve the process of selecting advisors, but in reality, the bill would allow the board to be stacked with industry representatives, while making it more difficult for academics to serve,” said Rep. Eddie Bernice Johnson (D-TX) on the House floor on Tuesday. “It benefits no one but the industry, and it harms public health.”

As it is now, the SAB does allow and include advisors with industry expertise. Of the board’s current 51 members, which are appointed by the EPA Administrator for three-year terms, three have industry expertise. But bill sponsor Rep. Chris Stewart (R-UT) says that’s not enough.

“All we’re asking is that there be some balance to those experts, and that there further be transparency and understanding of who was selected, why they were selected, and why others were excluded,” he said. “We’re losing valuable insight and valuable guidance because we don’t include them in the process.”

While transparency and accountability is generally deemed a good policy move on both sides of the aisle, some have accused Rep. Stewart of having an ulterior motive for introducing the bill — a distrust of scientists, a dislike of the EPA, and support for the oil and gas industry. Indeed, Stewart doubts the existence of man-made climate change, and has said he would like to see the EPA dissolved.

“I get it, you don’t like science,” said Rep. Jim McGovern (D-MA) on the House floor on Tuesday. “And you don’t like science that interferes with the interests of your corporate clients. But we need science to protect public health and the environment.”

The Union of Concerned Scientists has come out strongly against the bill, particularly the portion that says SAB members can not participate in discussions that cite their own peer-reviewed research. Republicans say this would make scientists biased for their own work — but scientists say this makes no sense.

“This [bill] effectively turns the idea of conflict of interest on its head, with the bizarre presumption that corporate experts with direct financial interests are not conflicted while academics who work on these issues are, “the group’s director, Andrew A. Rosenberg, said in a letter to Congress. “Of course, a scientist with expertise on topics the Science Advisory Board addresses likely will have done peer-reviewed studies on that topic. That makes the scientist’s evaluation more valuable, not less.”

Despite the bill’s passage, however, it is unlikely that it will become law. The Senate does not have a similar bill nor does it plan to take one up, and the President Obama has already pledged to veto the bill if it comes to his desk.

http://thinkprogress.org/climate/2014/11/18/3593645/house-epa-science-advisory-board-bill/


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 28 Nov - 05:46 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Déc - 00:57 (2014)    Sujet du message: INDIGENOUS WOMEN : EARTH DEFENDERS SPEAK OUT FROM THE FRONT LINES OF CLIMATE CHANGE / A GLOBAL CLIMATE DEAL IS WITHIN REACH, BUT ONLY PUBLIC PRESSURE CAN ENSURE IT MEETS EARTH'S NEEDS Répondre en citant

INDIGENOUS WOMEN : EARTH DEFENDERS SPEAK OUT FROM THE FRONT LINES OF CLIMATE CHANGE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=GpBfJLqo20E

A GLOBAL CLIMATE DEAL IS WITHIN REACH, BUT ONLY PUBLIC PRESSURE CAN ENSURE IT MEETS EARTH'S NEEDS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=mMMxl7v-sVE


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Déc - 04:51 (2014)    Sujet du message: USA: LE SENAT VOTE L'EXPROPRIATION DES TERRES AMERINDIENNES POUR FAIRE PLAISIR AUX SOCIETES MINIERES Répondre en citant

USA: LE SENAT VOTE L'EXPROPRIATION DES TERRES AMERINDIENNES POUR FAIRE PLAISIR AUX SOCIETES MINIERES

Publié par wikistrike.com sur 11 Décembre 2014, 16:16pm

Catégories : #peuples du monde



Les apaches avec le plus célèbre d’entre-eux: Geronimo (à droite)

Cette semaine, le Sénat votera pour dépouiller les Amérindiens de terres ancestrales, ce qui laisse la place à une société minière étrangère.
L’action est inscrite dans le National Defense Authorization Act 2015, qui ces dernières années a été très critiqué non seulement pour avoir approuvé de manière systématique l’octroi de milliards de dollars pour la guerre, mais également pour avoir autorisé la détention indéfinie de citoyens américains sans procès.


La version du NDAA de cette année a ajouté une disposition qui accorde 2400 acres de terres Apache dans la forêt nationale de Tonto en Arizona à Rio Tinto, une société anglo-australienne. La région de la médecine apache, les terres rituelles et les cimetières seront donnés à la filière Cuivre, une filiale de Rio Tinto et de BHP Billiton.

Le transfert de la terre des apaches est passé indépendamment à la Chambre une fois en 2011, mais deux fois l’année dernière sans avoir recueilli suffisamment de soutien. Les démocrates et les républicains ont contré un intense lobbying de la part de Rio Tinto durant près d’une décennie.

Le gouvernement justifie ce transfert en arguant le fait qu’il va de gagner des terres en échange des hectares ancestraux des Apache. Il affirme également que les emplois et le développement économique qui font le «marché» justifie tout cela. La société Rio Tintoexplique quand à elle qu’elle va générer $ 61,000,000,000 et 3700 emplois directs et indirects sur plus de 40 ans, chiffres qui sont contestés.


Source et article complet en anglais sur Activistpost.com
Traduction partielle: les moutons enragés

http://www.wikistrike.com/2014/12/usa-le-senat-vote-l-expropriation-des-ter…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 23 Déc - 05:51 (2014)    Sujet du message: LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LES DROITS HUMAINS AU COEUR DU TRAVAIL DU COE A LA COP 20 Répondre en citant



LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LES DROITS HUMAINS AU COEUR DU TRAVAIL DU COE A LA COP 20



Des autochtones à la COP 20 de Lima. © Fédération luthérienne mondiale/Sean Hawkey

12 décembre 2014
Version française publiée le: 17 décembre 2014

La justice climatique a été le pivot de la stratégie de plaidoyer du Conseil œcuménique des Églises (COE) lors de la 20e Conférence des Parties (COP) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui s’est conclue le 12 décembre à Lima, au Pérou.

La participation du COE à la CCNUCC visait globalement à élargir et approfondir la discussion sur les changements climatiques et les droits humains et à mieux comprendre la problématique. Pendant l’événement officiel qui s’est tenu parallèlement à la COP 20 et tout au long des réunions avec les délégations gouvernementales et des activités qui se sont déroulées au Sommet des peuples, l’initiative du COE a consisté à mieux faire prendre conscience de la justice climatique et à soutenir le travail mené par d’autres partenaires et réseaux.

«Les droits de la personne menacés par les changements climatiques: enjeux et actions» était l’une des manifestations officielles qui se sont déroulées en marge de la COP 20 le 10 décembre sous le parrainage du COE, en partenariat avec Religions pour la paix, le Bureau quaker auprès des Nations Unies, le Centre pour le développement du droit international de l'environnement, Earthjustice et Friedrich-Ebert Stiftung. Cet événement est né de la conviction que les effets croissants des changements climatiques anthropiques représentent un grave danger pour le genre humain et la nature, danger qui menace les droits humains et la vie sur Terre.

John Knox, expert indépendant de l’ONU sur l’environnement et les droits humains et par ailleurs intervenant lors de l’événement, pense que les mécanismes des droits de la personne représentent un outil utile au travail dans le domaine des changements climatiques et qu’ils clarifient les règles des politiques climatiques. «Les lois sur les populations autochtones peuvent également affecter les réfugiés climatiques», a-t-il déclaré.

La participation constante du COE au processus mené par l’ONU sur les changements climatiques se fonde sur la quête de justice, d’éthique, de solidarité, d’égalité et d’amour chrétien qui l’anime. Ces valeurs liées à la bonne création de Dieu, à l’environnement, à notre prochain et à la résilience de la vie sous toutes ses formes sur notre planète ont été affirmées tout au long des activités. Depuis plus de vingt ans, le COE lutte pour que la voix des personnes marginalisées se fasse entendre dans les négociations internationales, en plaidant en faveur d’une vie de JUSTICE et de dignité.

Apportant un témoignage fort, Victoria Tauli-Corpuz, présidente de l’Instance permanente de l'ONU sur les questions autochtones, a prouvé que l’absence d’État parmi les populations autochtones contribuait directement à intensifier la destruction environnementale. «Les voix que j’ai entendues à la COP 20 indiquent que l’intégrité environnementale est violée quotidiennement et que les populations autochtones sont les premières à subir les conséquences des dommages infligés à la nature dans presque tous les cas», a-t-elle affirmé.

Œuvrer pour la justice climatique

Les mots de Victoria Tauli-Corpuz ont inspiré le pasteur Henrik Grape, responsable du développement durable au sein de l’Église de Suède et membre de la délégation du COE aux discussions sur le climat conduites par l’ONU à Lima. Il a expliqué pourquoi le COE et ses Églises membres considèrent la justice climatique comme un sujet primordial dans le cadre des négociations sur les changements climatiques: «Les personnes que les changements climatiques affectent le plus sont celles qui en sont le moins responsables. À long terme, personne n’en sortira gagnant si nous n’inversons pas les courbes des émissions et de l’exploitation des ressources naturelles, qui ne cessent de croître. Aujourd’hui, ce sont les pauvres; demain, ce seront les pays développés, lorsqu’une part grandissante des investissements devra être réservée à la protection des infrastructures et autres institutions», a indiqué le pasteur Grape.

Au cours d’une conférence de presse organisée après l’événement en partenariat avec la Brahma Kumaris World Spiritual University, Guillermo Kerber, directeur du programme du COE sur la justice climatique et le souci de la création, a rappelé que les problématiques liées à la justice climatique sont déjà traitées par certaines agences de l’ONU et organisations internationales.

«L’Organisation internationale pour les migrations et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés ont mis en place des groupes de travail sur “les populations déplacées pour raisons climatiques”. L’Organisation mondiale de la santé a consacré plusieurs de ses Assemblées aux effets du bouleversement climatique sur la santé et le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a adopté plusieurs résolutions sur les changements climatiques et les droits humains», a déclaré Guillermo Kerber.

Le même jour, des représentants de la délégation du COE se sont réunis avec Aileen McLeod, membre du Parlement écossais et ministre de l’Environnement, des Changements climatiques et de la Réforme agraire. Le gouvernement écossais a adopté la justice climatique pour thème et alloue des fonds à des pays avec lesquels l’Écosse a un lien.

La question de la justice climatique est également très présente dans la déclaration finale d’un sommet interreligieux organisé sous l’impulsion du COE et de plusieurs de ses partenaires en septembre dernier à New York, document clé utilisé par la délégation du COE durant la COP 20.
Les liens entre changements climatiques et droits humains étaient aussi le thème central d’un atelier parrainé par le COE le 11 décembre lors du Sommet des peuples contre les changements climatiques, initiative de la société civile parallèle à la COP 20. L’atelier s’est déroulé en partenariat avec la région Amérique latine et Caraïbes de la Fédération universelle des associations chrétiennes d’étudiants et Brahma Kumaris.

À Lima, la COP avait la tâche ardue de faire avancer nettement les négociations en vue de la COP 21 à Paris l’année prochaine, afin d’approuver un accord équitable, ambitieux et contraignant permettant de lutter contre les causes et les effets des changements climatiques.

Les voix religieuses qui se sont exprimées à la COP 20 ont tenté d’influer sur les problématiques de la CCNUCC en mettant en évidence les dimensions éthiques et spirituelles qu’impliquent les changements climatiques, qui touchent plus particulièrement les populations les plus pauvres et vulnérables.

Parmi ces voix figurent celles des membres de l’Alliance ACT, qui se mobilisent pour suivre les différentes pistes des négociations, notamment les mesures d’adaptation et d’atténuation, le fonds pour le climat, les pertes et dommages, etc. L’objectif est d’inciter les États parties à s’accorder sur des décisions apportant une solution efficace aux menaces climatiques. Ce travail de lobbying est appuyé par la campagne «Agir maintenant pour la justice climatique» qui, par des moyens créatifs, exprime le besoin urgent d’inclure la justice climatique dans les négociations.


Les Églises membres du COE s’engagent en faveur de la justice climatique à la COP 20 (communiqué de presse du COE du 10 décembre 2014, en anglais)
Conférence sur les changements climatiques à Lima – décembre 2014
Déclaration du Sommet interreligieux sur les changements climatiques 2014 (en anglais)
Travail du COE sur la justice climatique et le souci de la création

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/climatechangeandhumanrightsat…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 23 Déc - 05:55 (2014)    Sujet du message: CLIMATE CHANGE AND HUMAN RIGHTS AT THE HEART OF THE WCC’S WORK AT COP 20 Répondre en citant



CLIMATE CHANGE AND HUMAN RIGHTS AT THE HEART OF THE WCC’S WORK AT COP 20



Indigenous people at COP 20 in Lima. © Lutheran World Federation/Sean Hawkey

12 December 2014

Climate justice has been the focal point of the World Council of Churches (WCC) advocacy strategy at 20th Conference of the Parties (COP) of the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC), which concluded on 12 December in Lima, Peru.

Overall, the WCC’s participation at the UNFCCC aims to broaden and deepen the discussion and understanding about climate change and human rights. At the official side event at COP 20, in meetings with government delegations and throughout activities held at the Peoples’ Summit, the WCC initiatives has been raising awareness on climate justice and supporting the work of other partners and networks.

“Climate change threatening human rights: challenges and actions” was an official side event held on 10 December at the COP 20 promoted by the WCC in partnership with Religions for Peace, Quaker United Nations Office, Centre for International Environmental Law, Earthjustice and Friedrich-Ebert Stiftung. The event was inspired by the conviction that the increasing impacts of anthropogenic climate change are a grave danger to humankind and nature, severely jeopardizing human rights and life on Earth.

John Knox, UN independent expert on environment and human rights, a speaker at the event, believes that human rights mechanisms are a helpful tool for the work on climate change and clarify the rules on climate policies. “Laws on indigenous people can also have impact on climate refugees,” he said.

The reason for the continuous participation of the WCC in the UN led process on climate change is based on the pursuit of justice, ethics, solidarity, equity and Christian love. These values for God’s good creation, environment, neighbours and the endurance of life in all its forms on our planet earth, were being affirmed through the activities. For over two decades, the WCC has struggled to bring to the international negotiations the voices of the marginalized, advocating for a life to be lived with justice and dignity.

A strong testimony from Victoria Tauli-Corpuz, UN special Rapporteur on Indigenous People, gave evidence that the absence of the state among indigenous people is a direct aspect that increases the destruction of the environment. “The voices I heard here at COP 20 show that environmental integrity is violated every day and that indigenous people are the first one affected in nearly all contexts where nature is suffering,” she said.

Working for climate justice

Tauli-Corpuz’s words inspired Rev. Henrik Grape, officer of the Church of Sweden for sustainable development and member of the WCC delegation in the UN climate talks in Lima. He was also a speaker at the panel, to share why the WCC and its member churches stress climate justice as a key issue in the negotiations on climate change. “The most affected by climate change are those who contributed the least to it. And in the long run, no one will come out as a winner if we don’t turn the curves of emissions and use of natural resources that is still rising. Poor people today, developed countries tomorrow when more and more of the economy will be used for investments in securing infrastructure and other institutions,” reflected Grape.

During a press conference held after the side event in partnership with the Brahma Kumaris World Spiritual University, Dr Guillermo Kerber, WCC programme executive for Care for Creation and Climate Justice, recalled that some UN agencies and international organizations already deal with issues related to climate justice.

“The International Organization of Migration and the United Nations High Commissariat for Refugees have established working groups on ‘climate displaced peoples’, the World Health Organization has dedicated several of its assemblies to the effects of climate change on health, and the UN Human Rights Council has adopted several resolutions on Climate Change and Human Rights,” Kerber said.

The same day, representatives of the WCC delegation had a meeting with the Scottish minister for environment, climate change and land reform, Dr Aileen McLeod MSP. The Scottish government has adopted climate justice as theme as has a climate justice fund allocated to countries where Scotland has a connection.

The issue of climate justice is very much present also in the key document used by the WCC delegation during COP 20, the final statement of an interfaith summit promoted by the WCC and several partners last September in New York.

The links between climate change and human rights were also the focus of a workshop on 11 December promoted by the WCC at the “Peoples’ Summit against Climate Change”, the civil society initiative parallel to COP 20. The initiative was held in partnership with the World Student Christian Federation – Latin America and Caribbean, and Brahma Kumaris.

The COP in Lima has the difficult task of making significant progress in the negotiations for the COP 21 in Paris next year to approve a fair, ambitious and binding agreement that effectively responds to causes and effects of climate change.

The faith voices at COP 20 tried to influence the specific issues of the UNFCCC showing the ethical and spiritual dimensions posed by climate change which particularly affect the poorest and most vulnerable communities. Among those ACT Alliance members are actively involved in following the different tracks of the negotiations: adaptation, mitigation, climate fund, loss and damage etc. The aim is to push state parties to agree on decisions that will effectively respond to threats of the climate. The lobbying work is accompanied by the Act Now for Climate Justice campaign which through creative ways has expressed the urgent need for climate justice in the negotiations.

WCC member churches commit to climate justice at COP 20 (WCC news release of 10 December 2014)
Lima Climate Change Conference - December 2014
Statement from the Interfaith Summit on Climate Change 2014
WCC’s work on climate justice and care for creation

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/climate-change-and-human-righ…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Déc - 02:36 (2014)    Sujet du message: EURODAD RESPONSE TO THE UN SECRETARY GENERAL'S SYNTHESIS REPORT ON THE POST-2015 AGENDA Répondre en citant



EURODAD RESPONSE TO THE UN SECRETARY GENERAL'S SYNTHESIS REPORT ON THE POST-2015 AGENDA

Added 09/Dec/14

General issues


Eurodad welcomes the Secretary-General’s Synthesis Report and, in particular, the recognition relating to the upcoming conference on Financing for Development in Addis Ababa that “there are high expectations for concrete outcomes that would finance sustainable development and set the stage for a successful outcome of the COP21 in Paris”. The Secretary-General also stresses the need for countries to “scale up ambition and enhance specificity to meet the demands of the new agenda” and underlines that it “will fall upon [Member States] to set an agreed and ambitious course for sustainable development financing beyond 2015”.
 
It is important to keep in mind that the report is a synthesis, which generally summarises the progress made until now and outlines some options for the road ahead. What it does not do is provide a proposal for what the Post-2015 and Financing for Development processes should deliver as concrete final outcomes. In that sense, it provides a floor for the future negotiations rather than a ceiling and, as the Secretary-General underlines, it is now up to the governments to inject ambition into the negotiations and provide concrete proposals for the outcome documents.
 
Specific issues Tax

The report underlines the need for governments to consider an intergovernmental body on tax matters under the auspices of the UN (para 115). Currently, global tax standards are being developed by bodies such as the G20 and OECD, from which the vast majority of the world’s developing countries are excluded. While an intergovernmental UN body on tax matters is the logical solution to this problem, it has not recently been spelled out clearly and Eurodad welcomes this important step forward. The next steps must now be to spell out a strong mandate for the body and provide the necessary resources to ensure the effectiveness of its work.
 
Private finance

The synthesis report acknowledges that blended finance “must not replace or compromise state responsibilities for delivering on social needs” and that “it is important to ensure that these arrangements are subject to safeguards to verify that they contribute to sustainable development” (para 108). However, blended finance entails many risks that should be clearly spell out. These were better captured in the UN Secretary-General’s recent report to the Development Cooperation Forum wherein he said:
“Leveraging  and blending public and private financing should be guided by development effectiveness principles to prevent drawbacks such as lack of clarity about  additionality and purpose; limited influence of donors and recipients on investment design and implementation; diminished transparency and accountability; risk of misalignment of private sector and country priorities; danger of increased debt  burden; inattention to small- and medium-sized enterprises; the opportunity cost incurred when use of public money to mobilize private resources does not have the  same or a larger development impact than if it had been devoted directly to a developmental purpose; and the risks of misappropriation.”
 
ODA

The report recognises that developed countries do not only need to fulfil their previous commitment to provide 0.7% of GNI as official development assistance (ODA) but that concrete timetables are needed to ensure that the target will be reached in a timely manner (para 98). However, the report fails to recognise the fact that past experience has shown that these timetables must be binding.
 
The Secretary-General also hints at the inadequacies of the OECD leading work on ODA reporting, saying instead that it should take place “in an open and transparent forum with the widest possible participation of donor and recipient countries and other relevant stakeholders” (para 99). While the report points at the need for more effective development cooperation (para 93), it covers only selective areas of the aid effectiveness agenda, and omits to address existing commitments to use recipient country systems as the default option, untie aid, and ensure predictability.  

Vague references to using ODA to “leverage” other finance (para 90) are somewhat worrying, especially due to the lack of clarity on the meaning of “leverage”, which sometimes refers to private finance, sometimes to domestic resources mobilisation (as in para 98). The former is controversial (see above under Private finance). 
 
Debt

It comes as a surprise that the report does not mention that the UN General Assembly has initiated a very important process to develop a multilateral legal framework for sovereign debt restructurings by September 2015. Instead, the report mentions that an “informal forum on sovereign debt” could be established (116). Such a forum cannot solve most of the debt-related problems faced by countries such as predatory vulture funds’ lawsuits. A multilateral legal framework for sovereign debt restructuring should be an essential pillar of the Post-2015 Global Partnership, and it is crucial that governments focus on agreeing this framework by September 2015 as planned.
 
Checklist


The list below refers to the CSO Position Paper ‘UN Financing for Development negotiations: What outcomes should be agreed in Addis Ababa in 2015?
 
Issue
Synthesis Report
Mobilizing domestic financial resources
New intergovernmental body on international cooperation in tax matters
Yes – recommended (para 115)
Comprehensive mandate for the new intergovernmental tax body
Not included
Foreign direct investment and other international private flows
Recognition of capital account regulation as a fundamental policy tool and the need to remove obstacles to these policies
Not included
Spell out the significant problems with using public institutions and resources to leverage international private finance
Partly included (para 108)
International trade
Review of all trade agreements and investment treaties to identify all areas where they limit developing countries’ ability to handle crises, regulate capital flows, protect livelihoods and decent jobs, enforce fair taxation, deliver essential public services and ensure sustainable development
The report acknowledges the need to remedy policy incoherence between trade, finance, and investment on the one hand, and labour rights, the environment, human rights, equality, and sustainability on the other (para 95). However, no concrete proposal for a review is included
A review of all intellectual property rights regimes to identify adverse impacts
While the need to ensure that IPR regimes support sustainable development is mentioned (para 126), no concrete proposal for a review is included
ODA and other international public support for development
Binding timetables to meet commitments to provide 0.7% of GNI as ODA
While timetables are included, “binding” is not (para 98)
Ensure ODA represents genuine transfers
Not included
Implement a levy on financial transactions and use the revenue to finance sustainable development
While the issue is mentioned, no concrete proposal for implementation is included (para 112)
External debt
Reaffirmation of the commitment to agree to a multilateral legal framework for sovereign debt restructuring processes in a neutral forum
Not included
Commissioning of independent debt audits with commitments to cancel debt which is found to be illegitimate
Not included
Systemic issues: effective, inclusive global governance and monetary system reform
Process to establish a Global Economic Coordination Council at the UN
Not included
Issuing of $250 billion in new Special Drawing Rights (SDRs) annually, with the majority going to developing countries
While the need to consider more systematic issuance of SDRs is included, no concrete amount is included (para 113)
New approaches to measuring progress that go beyond GDP and to include social and environmental well-being and inequality, including gender inequality
While the concept of “beyond GDP” is included (para 135), no concrete proposal is included
UN initiative on responsible financing standards
Not included
Integration of the women’s rights agenda into the FfD
Not included
Continuation of the UN agenda to reform financial regulation and the financial sector
While the issue is mentioned, no concrete proposal for implementation is included (para 114)
 
http://eurodad.org/Entries/view/1546311/2014/12/09/Eurodad-response-to-the-…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Déc - 03:40 (2014)    Sujet du message: OBAMA ADMINISTRATION CRAMS OVER 1,200 NEW REGULATIONS JUST BEFORE THE NEW YEAR Répondre en citant

OBAMA ADMINISTRATION CRAMS OVER 1,200 NEW REGULATIONS JUST BEFORE THE NEW YEAR



By Michael Bastasch
Published December 24, 2014


President Barack Obama laughs at a joke during the White House Correspondents' Association Dinner in Washington May 3, 2014. (REUTERS/Joshua Roberts)

The Obama administration is cramming like a college student trying to study for a final exam, publishing more than 1,200 new regulations in the last 15 days alone, according to data from Regulations.gov.

Energy and environment rules are the biggest category, with 139 published by the federal government in the last 15 days, according to Regulations.gov.

One of the most contentious new regulations is the EPA’s coal ash rule. The rule has been criticized by the coal industry and environmental groups — though for entirely different reasons — and has a price tag of up to $20.3 billion. The rule was finalized last Friday.

Before that, the Obama administration finalized a new ozone standard that could become the costliest rule ever proposed by the EPA. The EPA released the rule while millions of Americans were getting ready to eat some turkey and pie for Thanksgiving.

Regulations listed on Regulations.gov include “Notices from the Federal Register; Proposed Rules; Final Rules.” The government website shows that 309 rules were proposed or finalized in the last 15 days and 892 notices from the federal register were received — some of which could lead to new rulemakings.

So far this year, the Obama administration has proposed or finalized  more than $200 billion in regulations when the coal ash rule’s costs are factored in, according to the American Action Forum.

But that’s not all, the Obama administration will be unleashing a slew of new regulations in 2015 aimed at hydraulic fracturing, energy production on federal lands, methane from oil and gas drilling and carbon dioxide from power plants.

Environmental groups criticized President Obama in the past for not going far enough to fight global warming and promote green energy. But activists may quiet down in 2015 when the administration finalizes a slew of new energy regulations that will cost the U.S. economy billions of dollars.

The energy experts at ClearView Energy Partners have a list of some new regulations for next year that include “the fracking rule for federal lands due to be finalized by the Interior Department’s Bureau of Land Management (BLM)… BLM’s rule governing flaring from oil and gas wells on federal lands… an advance notice of proposed rulemaking regarding federal royalty rates for federal onshore oil and gas leases… EPA’s proposal of effluent limitation guidelines (ELGs) for pre-treatment of oil and gas wastewater; and further details regarding the Administration’s Methane Strategy.”

The EPA is also set to finalize new power plant regulations in 2015 that limit carbon dioxide emissions from new and existing electric generating units.

First the agency must finalize carbon emissions limits for new power plants. Its proposed rule has already come under intense criticism from utilities, coal country and federal lawmakers because it essentially mandates that coal plants use carbon capture and storage technology — an unproven technology.

The EPA will then finalize rules for existing power plants, which requires states to submit plans to the agency on how they will reduce carbon dioxide emissions from the power sector. This rule has already been subject to legal challenges by states and the coal industry.

http://www.foxnews.com/politics/2014/12/23/obama-admin-crams-over-1200-new-regulations-just-before-new-year/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 31 Déc - 08:10 (2014)    Sujet du message: POPE FRANCIS’S EDICT ON CLIMATE CHANGE WILL ANGER DENIERS AND US CHURCHES Répondre en citant

POPE FRANCIS’S EDICT ON CLIMATE CHANGE WILL ANGER DENIERS AND US CHURCHES

Pontiff hopes to inspire action at next year’s UN meeting in Paris in December after visits to Philippines and New York
The Observer, Saturday 27 December 2014 21.06 GMT


 Pope Francis was a key player in thawing relations between the US and Cuba. Photograph: Franco Origlia/Getty Images

He has been called the “superman pope”, and it would be hard to deny that Pope Francis has had a good December. Cited by President Barack Obama as a key player in the thawing relations between the US and Cuba, the Argentinian pontiff followed that by lecturing his cardinals on the need to clean up Vatican politics. But can Francis achieve a feat that has so far eluded secular powers and inspire decisive action on climate change?

It looks as if he will give it a go. In 2015, the pope will issue a lengthy message on the subject to the world’s 1.2 billion Catholics, give an address to the UN general assembly and call a summit of the world’s main religions.

The reason for such frenetic activity, says Bishop Marcelo Sorondo, chancellor of the Vatican’s Pontifical Academy of Sciences, is the pope’s wish to directly influence next year’s crucial UN climate meeting in Paris, when countries will try to conclude 20 years of fraught negotiations with a universal commitment to reduce emissions.

“Our academics supported the pope’s initiative to influence next year’s crucial decisions,” Sorondo told Cafod, the Catholic development agency, at a meeting in London. “The idea is to convene a meeting with leaders of the main religions to make all people aware of the state of our climate and the tragedy of social exclusion.”

Following a visit in March to Tacloban, the Philippine city devastated in 2012 by typhoon Haiyan, the pope will publish a rare encyclical on climate change and human ecology. Urging all Catholics to take action on moral and scientific grounds, the document will be sent to the world’s 5,000 Catholic bishops and 400,000 priests, who will distribute it to parishioners.

According to Vatican insiders, Francis will meet other faith leaders and lobby politicians at the general assembly in New York in September, when countries will sign up to new anti-poverty and environmental goals.

In recent months, the pope has argued for a radical new financial and economic system to avoid human inequality and ecological devastation. In October he told a meeting of Latin American and Asian landless peasants and other social movements: “An economic system centred on the god of money needs to plunder nature to sustain the frenetic rhythm of consumption that is inherent to it.

“The system continues unchanged, since what dominates are the dynamics of an economy and a finance that are lacking in ethics. It is no longer man who commands, but money. Cash commands.

“The monopolising of lands, deforestation, the appropriation of water, inadequate agro-toxics are some of the evils that tear man from the land of his birth. Climate change, the loss of biodiversity and deforestation are already showing their devastating effects in the great cataclysms we witness,” he said.

In Lima last month, bishops from every continent expressed their frustration with the stalled climate talks and, for the first time, urged rich countries to act.

Sorondo, a fellow Argentinian who is known to be close to Pope Francis, said: “Just as humanity confronted revolutionary change in the 19th century at the time of industrialisation, today we have changed the natural environment so much. If current trends continue, the century will witness unprecedented climate change and destruction of the ecosystem with tragic consequences.”

According to Neil Thorns, head of advocacy at Cafod, said: “The anticipation around Pope Francis’s forthcoming encyclical is unprecedented. We have seen thousands of our supporters commit to making sure their MPs know climate change is affecting the poorest communities.”

However, Francis’s environmental radicalism is likely to attract resistance from Vatican conservatives and in rightwing church circles, particularly in the US – where Catholic climate sceptics also include John Boehner, Republican leader of the House of Representatives and Rick Santorum, the former Republican presidential candidate.

Cardinal George Pell, a former archbishop of Sydney who has been placed in charge of the Vatican’s budget, is a climate change sceptic who has been criticised for claiming that global warming has ceased and that if carbon dioxide in the atmosphere were doubled, then “plants would love it”.


 Former Archbishop of Sydney, Cardinal George Pell, arrives at the Vatican to exchange Christmas greetings with Pope Francis on 22 December, 2014. Photograph: Franco Origlia/Getty Images

Dan Misleh, director of the Catholic climate covenant, said: “There will always be 5-10% of people who will take offence. They are very vocal and have political clout. This encyclical will threaten some people and bring joy to others. The arguments are around economics and science rather than morality.

A papal encyclical is rare. It is among the highest levels of a pope’s authority. It will be 50 to 60 pages long; it’s a big deal. But there is a contingent of Catholics here who say he should not be getting involved in political issues, that he is outside his expertise.”

Francis will also be opposed by the powerful US evangelical movement, said Calvin Beisner, spokesman for the conservative Cornwall Alliance for the Stewardship of Creation, which has declared the US environmental movement to be “un-biblical” and a false religion.

“The pope should back off,” he said. “The Catholic church is correct on the ethical principles but has been misled on the science. It follows that the policies the Vatican is promoting are incorrect. Our position reflects the views of millions of evangelical Christians in the US.”

http://www.theguardian.com/world/2014/dec/27/pope-francis-edict-climate-cha…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 2 Jan - 06:48 (2015)    Sujet du message: AN UNLIKELY SAVIOR : CAN THE POPE SAVE THE PLANET – AND THE CHURCH? Répondre en citant

AN UNLIKELY SAVIOR : CAN THE POPE SAVE THE PLANET – AND THE CHURCH?

By: John Lundin more from John Lundin
Monday, December, 29th, 2014, 6:02 pm


 
Irony beyond words: the void in global climate change leadership is about to be filled by the most powerful Christian politician of them all – the new Pope!

Pope Francis, arguably the anointed leader of all of Christendom, may be emerging as the savior of the very planet that so many have raped and pillaged, often in the name of Jesus.

One of the most serious concerns for those seeking to address the challenges of climate change has been the obvious lack of visionary global political leadership. Perhaps this Pope is emerging as the planet’s political, environmental and spiritual savior.

Sources in the Vatican have revealed that in the new year Pope Francis is expected to tell the world’s 1.2 billion Catholics that acting on climate change is essential to the faith, as well as to the survival of the planet. This will come in the form of a Papal Encyclical to be released to the world’s 5,000 bishops and 400,000 priests following a papal visit to the hurricane-damaged city of Tacloban in the Philippines.

The Philippines are becoming the poster child for climate change, and the poignant symbolism has not been lost on this outspoken Pope – a cleric and consummate politician.

In September, Francis will personally take his message to the U.N. General Assembly in a New York address, according to Vatican insiders. He will reportedly lobby political and faith leaders there, with the goal of pushing them to commit to real action ahead of the Paris climate meetings in December of next year.

Pope Francis is expected to repeat what he has been telling Catholics everywhere since the beginning of his papacy. Earlier this year, he told a massive crowd in Rome, “if we destroy Creation, Creation will destroy us!” He has called the destruction of the rainforest a “sin,” and under his leadership, the Church held a five-day summit with scientists, economists, philosophers, astronomers, and other experts to explore ways the Catholic church – in partnership with its more evangelical counterparts – could address climate and sustainability.

For Pope Francis, the challenge of climate change is a justice issue as well as an issue of acting faithfully to care for all of Creation. With forty percent of the world’s 1.5 billion Catholics living in Latin America. This Pope knows first-hand how climate change is already disproportionately impacting the poor and disenfranchised.

This progressive emphasis on the environment in general – on creation, if you will – and on climate change in particular, comes as no surprise to anyone who has been watching this cleric of the people for years. Born in a barrio of Buenos Aires, Argentina, to Italian immigrant parents who fled the Fascism of Mussolini, he worked briefly as janitor and a nightclub bouncer before entering seminary. His undergraduate studies were in the fields of science and technology, and he worked part-time in a food testing laboratory. ‘Science’ is not a dirty word to this Christian.

Throughout his public life, both as an individual and as a religious leader, Pope Francis has been noted for his humility, his concern for the poor and his commitment to dialogue as a way to build bridges between people of all backgrounds, beliefs and faiths.

In calling on peoples of all faiths to start taking climate action, Francis has recently characterized concerns about the environment as “one of the greatest challenges of our time”—a challenge that is theological, as well as political, in nature. “When I look at … so many forests, all cut, that have become land … that can [no] longer give life,” he reflected, citing South American forests in particular. “This is our sin, exploiting the Earth. … This is one of the greatest challenges of our time: to convert ourselves to a type of development that knows how to respect creation.”

While representing a change in priorities for the Catholic Church, this Pope would argue that caring for Creation has always been a priority, even if abused more often than not.

As for a more liberal approach to issues such as birth control, the ordination of women, and gay and lesbian marriage the new Pope has shown no signs of any big changes in Church position coming anytime soon.

Perhaps by bringing the Catholic Church – and by inference the wider universal Church and all its disparate denominations – kicking and screaming into the twenty-first century with respect to science and the challenge of climate change, this Pope has a unique opportunity to help save the planet, and perhaps restore some needed credibility to the Church at the same time.

http://www.politicususa.com/2014/12/29/savior-pope-save-planet-church.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 4 Jan - 10:08 (2015)    Sujet du message: ASSISES CHRETIENNE DE L'ECOLOGIE, A SAINT-ETIENNE, FRANCE Répondre en citant

ASSISES CHRETIENNE DE L'ECOLOGIE, A SAINT-ETIENNE, FRANCE

2015


 


les 28, 29 et 30 août à Saint-Étienne

Pour nous contacter : acecologie2015@gmail.com

Le diocèse de Saint-Etienne

et l'hebdomadaire La Vie,

en lien avec « le Service National Famille et Société » de la Conférence des Evêques de France, organisent

le dernier weekend d'août 2015, les 28, 29 et 30,

des Assises Chrétiennes de l'Ecologie, à Saint-Etienne.

Elles feront suite à une première édition qui a rassemblé 1700 personnes en novembre 2011.

Cette fois-ci, la participation à cet événement qui se déroulera au Parc des Expositions pourrait  dépasser les 2000  personnes.

* Sensibiliser les personnes, et les chrétiens en premier lieu, à la réalité et à l'ampleur de la crise écologique dans ses nombreuses composantes. Celle du réchauffement climatique en particulier, à quelques mois de la conférence de Paris.

* Faire de cet événement une partie du dispositif par lequel l’Eglise catholique en France veut participer aux débats autour des objectifs du millénaire et de la conférence sur le climat.

* Souligner l'importance d'une mobilisation personnelle et collective pour permettre aux jeunes générations d'hériter d'une planète encore viable. Pour ce faire, proposer à chacun des pistes concrètes d'action, tout en mettant un accent particulier sur la nécessité d'une conversion des individus et de la société. Car la crise écologique est aussi ou plutôt d'abord une crise spirituelle. Elle appelle de nouveaux modes de vie qui feront davantage place à la solidarité, aux échanges interpersonnels, à la richesse relationnelle, à l'imagination, à la contemplation,  etc. Sur tous ces aspects les chrétiens (et plus largement les croyants) ont des choses à dire et à proposer...

* Associer les enfants et les jeunes, qui se sentent très concernés, et apporter ainsi un caractère pédagogique aux assises.

* S'appuyer sur certains partenaires des campagnes  "Vivre Noël autrement" et "Vivre l'été autrement" grâce, notamment, au soutien du mouvement Pax Christi. Donner une audience et des prolongements au travail déjà réalisé par de nombreux groupes existants (Chrétiens et pic de pétrole - le groupe « Ecologie, paroles de Chrétiens »   du Diocèse de Nantes, groupes de travail sur la transition énergétique et la consommation du département Environnement et modes de vie du SNFS - Chrétiens Unis pour la Terre - le carrefour de l’Eglise en rural et son projet d’une formation « L’homme au cœur de l’écologie » …). Des partenariats sont déjà en place avec RCF et les Facultés Catholiques de Lyon.

* S'inscrire dans une démarche œcuménique, avec la participation d'orthodoxes et de protestants.

* Proposer une démarche interreligieuse avec la participation d'un rabbin et d'un imam.
  1. *Nous voulons aussi montrer notre engagement et notre détermination aux représentants des presque 200 pays qui se réuniront à Paris début décembre 2015 pour la conférence mondiale sur le climat. Nous voulons les appeler à agir efficacement en leur manifestant aussi notre soutien face aux décisions difficiles qu'ils auront à prendre.
Père Jean-Luc Souveton

et l’équipe de préparation

Objectifs

I
 
http://rencontres-ecologie-2015.assises-chretiennes.fr/assisces_chretiennes/Accueil.html




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 20 Jan - 02:21 (2015)    Sujet du message: L'ANNEE 2015 SERA VERTE POUR LES CHRETIENS! Répondre en citant


L'ANNEE 2015 SERA VERTE POUR LES CHRETIENS!

Science 18.01.2015

La Conférence des évêques de France (CEF) encourage les chrétiens à faire entendre leur voix durant les événements écologiques qui ponctueront cette année...



« Le changement climatique est un kairos planétaire », lancent les représentants de la Conférence des évêques de France devant un parterre de journalistes chrétiens... Le kairos se distingue du chronos, le temps qui se mesure, il désigne le « moment opportun », celui qui compte, pendant lequel de grandes choses peuvent advenir... mais qu’il faut saisir vivement, comme le petit dieu ailé qui représente le kairos dans la mythologie grecque.

Dans l’avion qui le conduisait à Manille le 15 janvier, le pape François expliquait : « C’est en grande partie l’homme, qui donne des gifles à la nature, qui a une responsabilité dans les changements climatiques. Nous nous sommes un peu emparés de la nature, de la mère terre ». La transformation de la Création a le mérite de placer toute l’humanité devant l’obligation d’agir ensemble pour une cause commune. « Qui peut dire qu’il n’est pas concerné par le climat ? », interroge l’un des intervenants de la CEF.

Dans les combats à mener par les chrétiens pour l’écologie, les évêques ont avant tout un rôle d’accompagnant à jouer explique Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre. « Nous n’avons pas de consigne à donner, pas de recette technique, mais un regard bienveillant à poser sur les recherches qui touchent à l’écologie. » À défaut de recette miracle, les représentants de la CEF avancent une
certitude : le combat pour l’écologie doit se mener conjointement à celui contre la pauvreté. Les plus pauvres sont les premiers touchés par les pollutions et les transformations du climat.

Demandez le programme ! Au cours de l’année 2015, toutes sortes d’événements concernent les chrétiens de la francophonie.

Le 2 février, la Journée annuelle avec les Instituts de Justice et Paix sera consacrée au climat comme enjeu spirituel.
Le 9 février, la Journée nationale des Antennes sociales sera consacrée au climat et au changement de styles de vies.
Le 21 mars aura lieu le colloque Pax Christi « Si tu veux la paix, protège la Création, quand l’urgence climatique nous pousse à plus de justice » (à l’Institut catholique de Paris).
Du 28 au 30 août auront lieu les assises chrétiennes de l’écologie à Saint-Étienne (Loire).
Du 3 au 5 octobre les semaines sociales de France à l’Unesco seront l’occasion d’envisager l’interreligieux et l’interculturel comme ressource pour imaginer une autre mondialisation.
Le 29 octobre se tiendra l’assemblée d’automne de la COMECE à la CEF de Paris sur le changement climatique avec une conférence du cardinal Marx aux Bernardins.
À tout moment, il est possible de participer au jeûne pour le climat qui réunit déjà plus de 10 000 inscrits à travers le monde entier !

http://www.aleteia.org/fr/science/article/lannee-2015-sera-verte-6373344207…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 20 Jan - 02:46 (2015)    Sujet du message: LE PAPE FRANCOIS SE MET AU VERT Répondre en citant

LE PAPE FRANCOIS SE MET AU VERT

Religion 16.01.2015

Si vous regardez tous les documents impliquant le Vatican sur ce dossier, vous verrez qu'il s'en occupe depuis plusieurs années déjà et que cela a plus à voir avec le culte de la Terre Mère et du retour aux cultes des démons, ainsi que de tout le programme d'Agenda 21, qui va amener une tyrannie sans pareille pour tous les humains, au nom de la protection de la planète.

Dans l’avion pour Manille, François, dont la prochaine encyclique portera sur l’écologie, a répondu aux questions des journalistes sur ce thème.







Qui est responsable du changement climatique : l’homme, par manque de soin, ou la force de la nature ? Quand l’encyclique sur l’environnement va-t-elle paraître ? Avez-vous l’intention d’inviter les autres religions à affronter ce thème de la protection de l’environnement ? Ce sont les trois questions posées au Pape dans l’avion qui le conduisait à Manille, le 15 janvier 2014, à propos de l’encyclique qu’il prépare actuellement sur « l’écologie de l’humanité ». Le Pape y a apporté les réponses suivantes, restituées par le site Vatican Insider :

L’homme est allé trop loin (…) C’est en grande partie l’homme, qui donne des gifles à la nature, qui a une responsabilité dans les changements climatiques. Nous nous sommes un peu emparés de la nature, de la mère terre. Un vieux paysan m’a dit : « Dieu pardonne toujours, les hommes parfois, la nature jamais » (quand on la maltraite, avait-il ajouté en janvier 2014, face aux diplomates accrédités auprès du Saint-Siège, ndlr). Nous l’avons trop exploitée. Je me souviens qu’à Aparecida (à la réunion des épiscopats latino-américains de 2007, ndlr), quand j’entendais les évêques du Brésil parler de déforestation de l’Amazonie, je ne comprenais pas bien. Puis il y a cinq ans, avec une commission pour les droits de l’homme, j’ai fait un recours pour arrêter une déforestation terrible dans le nord de l’Argentine. Il y a aussi la monoculture : les paysans savent qu’après trois ans de culture du blé, on doit changer de culture pendant un an pour régénérer la terre. Aujourd’hui, on fait la monoculture du soja jusqu’à ce que la terre s’épuise. L’homme est allé trop loin. Grâce à Dieu, heureusement, aujourd’hui beaucoup parlent de cela, et moi, je voudrais rappeler mon frère bien aimé Bartholomée (le patriarche œcuménique de Constantinople, ndlr) qui a beaucoup écrit sur ce sujet et personnellement, je l’ai beaucoup lu pour écrire mon encyclique. Le théologien Romano Guardini parlait d’une seconde « inculture », qui advient quand on s’empare de la création et ainsi la culture devient inculture.

  Espérons qu’à Paris, ils seront plus courageux qu’au Pérou La première ébauche de la nouvelle encyclique, c’est le cardinal Turkson qui l’a préparée avec son équipe. Ensuite j’y ai travaillé, et j’ai préparé une troisième ébauche, que j’ai envoyée à la Congrégation pour la doctrine de la foi, à la Secrétairerie d’État et au théologien de la Maison pontificale, pour qu’ils vérifient que je ne disais pas de bêtise (sic) ! À présent, en mars, je prendrai toute une semaine pour la terminer.

Ensuite elle sera traduite. Je pense que si tout va bien, elle pourra paraître en juin-juillet. L’important ait qu’il y ait un peu de temps entre sa parution et la prochaine rencontre sur le climat à Paris (décembre 2015, ndlr). Le dernier sommet du Pérou m’a déçu, espérons qu’à Paris, ils seront plus courageux.

  La nécessité d’une ligne commune avec les autres religions Je crois que le dialogue avec les religions est important aussi sur ce point, et qu’il y a un accord sur une ligne commune. J’en ai parlé avec des représentants des autres religions et au moins deux théologiens l’ont fait (sous entendu « ont écrit quelque chose », ndlr) : ce ne sera pas toutefois une déclaration commune, les rencontres entre les religions viendront ensuite.

Traduit par Élisabeth de Baudoüin

http://www.aleteia.org/fr/religion/article/le-pape-francois-se-met-au-vert-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Jan - 04:15 (2015)    Sujet du message: POPE FRANCIS READIES ENCYCLICAL ON ECOLOGY FOR START OF 2015 Répondre en citant

POPE FRANCIS READIES ENCYCLICAL ON ECOLOGY FOR START OF 2015

Pope Francis has reportedly spent months drafting his new encyclical on Creation, and respect for the environment.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JalFqEzydUM&x-yt-ts=1421914688&x-yt…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 24 Jan - 04:32 (2015)    Sujet du message: ECOLOGIE : ESPERONS PLUS DE COURAGE A PARIS QU'A LIMA, DIT LE PAPE FRANCOIS Répondre en citant

ECOLOGIE : ESPERONS PLUS DE COURAGE A PARIS QU'A LIMA, DIT LE PAPE FRANCOIS

L'homme gifle continuellement la nature et elle ne pardonne pas!

Rome, 17 janvier 2015 (Zenit.org) Anita Bourdin 

L'homme gifle continuellement la nature: elle ne pardonne pas! Après la tempête tropicale qui a contraint le pape François à rentrer à Manille avec quatre heures d'avance sur son emploi du temps sur l'île de Leyte, à Tacloban, ce samedi 17 janvier, nous saisissons l'occasion pour publier ses réponses à des questions sur les changements climatiques dans l'avion Colombo-Manille, le 15 janvier. 

Le pape confirme que son encyclique pourrait être publiée au début de l'été, de façon à ce qu'elle apporte une vraie contribution à la conférence de Paris: il se dit déçu par les résultats de Lima 2014 et espère plus de courage à Paris.

La France présidera en effet la 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015. "Cette échéance est cruciale : elle doit aboutir à l’adoption d’un premier accord universel et contraignant sur le climat pour maintenir la température globale en deçà de 2°C", indique le ministère français.

La conférence aura lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015. La France a choisi de l’organiser à Paris, sur le site Paris-le Bourget. Entre 20 000 et 25 000 personnes sont attendues pour la conférence elle-même, plus de 40 000 au total.

A.B.

Est-ce que ces bouleversements sont le fait de la nature ou de l'homme? 

Je ne sais pas si c’est pour tout, mais en grande partie, c’est l’homme qui donne des gifles à la nature , continuellement. Nous nous sommes un peu approprié la nature, de notre soeur la terre. Je me souviens - vous avez déjà entendu cela - d'un vieux paysan m’a dit un jour: "Dieu pardonne toujours, nous, les hommes nous pardonnons parfois, la nature ne pardonne jamais." Si tu la gifles, elle le fait aussi. Je crois que nous avons trop exploitée la nature: la déforestation par exemple. Je me souviens qu’à Aparecida, je ne comprenais pas bien le problème quand j’entendais les évêques du Brésil parler de la déforestation de l’Amazonie, je n'arrivais pas à bien comprendre. L'Amazonie est un poumon du monde. Puis, il y a cinq ans, avec une commission pour les droits humains, j’ai présenté un recours devant la Cour suprême de l'Argentine pour arrêter, au moins de façon temporaire, une déforestation terrible dans le nord du pays, à Salta, Tartagal. C'est un aspect. Et puis, il y a la monoculture. Les paysans, par exemple, savent que si tu cultives du blé pendant trois ans, tu dois ensuite t'arrêter et faire une autre culture pendant un-deux ans, pour refaire les nitrates de la terre, pour que la terre se régénère. Par exemple, aujourd'hui, chez nous, on ne cultive que le soja et on fait du sida jusqu'à ce que la terre s'épuise. Tous ne font pas cela. Mais c'est un exemple, il y en a beaucoup d'autres. Je crois que l’homme est allé trop loin. 

Grâce à Dieu il y a aujourd'hui des voix, très nombreuses, qui parlent de cela. Je voudrais rappeler ici mon frère bienaimé, Bartholomaios qui prêche beaucoup sur ce thème depuis des années et je l’ai beaucoup lu pour préparer l’encyclique. Je peux revenir là-dessus mais je ne veux pas être long. Je dirais seulement ceci: Guardini explique cela assez bien. Il dit que la seconde « inculture » est mauvaise. La première, c'est l'« inculture » que nous recevons par la création, pour la faire « culture ». Mais quand tu t’appropries trop la création et que tu dépasse une limite, et cette culture se retourne contre toi. Pensons à Hiroshima. On crée une deuxième « inculture ».

Votre encyclique sur l'écologie?

C’est le cardinal Turkson, avec son équipe, qui a préparé une première mouture de l'encyclique. Ensuite, j’y ai travaillé moi-même avec l'aide de certains. Puis, avec des théologiens, j'ai fait la troisième version,  et maintenant j’ai préparé la troisième version et j'en ai envoyé une copie à la Congrégation pour la doctrine de la foi, à deuxième section de la Secrétairerie d’État et au théologien de la Maison pontificale, pour qu’ils vérifient bien que je ne dise pas de "bêtises". Il y a trois semaines, j'ai reçu leurs réponses, certaines grandes comme cela, mais toutes constructives. Et maintenant, je prendrai une semaine entière, en mars, pour l'achever. Je crois que fin mars elle sera finie et elle partira pour les traductions. Je pense que, si le travail de traduction avance bien - Mgr Becciu est en train de m'écouter, il doit faciliter cela - sit tout va bien, elle pourrait sortir en juin-juillet. L'important c'est qu'il y ait un délai entre la sortie de l'encyclique et la rencontre de Paris, pour y être une contribution. La rencontre du Pérou n'a pas été terrible. Le manque de courage m'a déçu: à un certain moment, ils se sont arrêtés. Espérons qu'à Paris les représentants seront plus courageux et qu'ils avanceront sur cette question.

Vous allez interroger les autres religions sur ce thème?

Pas encore dans l'encyclique. Je crois que le dialogue avec les religions est important sur cette question. les autres religions ont une bonne façon de voir. Sur ce point aussi, nous sommes d'accord pour avoir une  même vision. De fait, j’ai parlé avec certains représentants des autres religions sur ce thème et je sais que le cardinal Turkson l'a fait, et au moins deux théologiens l’ont fait : voilà l'itinéraire. Mais il n’y aura pas de déclaration commune. Les rencontres viendront ensuite.

Traduction d'Anita Bourdin et Constance Roques
(17 janvier 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/ecologie-esperons-plus-de-courage-a-paris-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Jan - 04:11 (2015)    Sujet du message: DES PELERINS DE LA JUSTICE CLIMATIQUE ESPERENT INFLUENCER LA COP 21 A PARIS Répondre en citant



DES PELERINS DE LA JUSTICE CLIMATIQUE ESPERENT INFLUENCER LA COP 21 A PARIS

Pauvres goyens qui n'ont aucune idée de ce qui vient sur eux tous. S'ils prenaient le temps d'investiguer, ils verraient que tous leurs droits et tout ce qu'ils possèdent, y compris leur(s) parent(s) leur seront bientôt enlevés et qu'ils finiront esclaves de cette vaste Empire de Rome qui est sur le point  d'émettre, dans quelques semaines à peine, l'encyclique sur l'écologie, qui deviendra force de loi sur tous les continents. Une vaste fraude à l'échelle mondiale et qui marche avec les Nations Unies et ses nombreux démons pour une gouvernance globale des plus inhumaines
.



23 janvier 2015

Version française publiée le: 28 janvier 2015

Des milliers de personnes prévoient d’entamer un pèlerinage de justice climatique – à pied ou à vélo – dans de nombreuses régions du monde.

Inspirés par leurs convictions religieuses, ces fidèles pèlerins veulent exprimer leur solidarité avec ceux et celles qui sont touchés par les changements climatiques, en appelant les dirigeants du monde à produire un accord universel et juridiquement contraignant sur le climat, à l’occasion de la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, à Paris (COP 21).

Ces pèlerins, essentiellement originaires d’Europe et d’Afrique, sont mobilisés par des organisations chrétiennes représentant les membres du Conseil œcuménique des Églises (COE). Certains d’entre eux chemineront ainsi jusqu’à Paris, où ils uniront leurs voix à celles d’autres acteurs du monde religieux présents à la COP 21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015.

«Paris est un jalon dans notre pèlerinage de justice climatique», a déclaré Guillermo Kerber, responsable du programme du COE concernant la justice climatique et le souci de la création. «Mais Paris n’est pas une destination. On attend de nous, en tant que personnes de convictions, que nous donnions une orientation morale au dialogue sur le climat, c’est pourquoi nous devons établir la stratégie pour 2016 et au-delà», a-t-il déclaré.

Guillermo Kerber s’exprimait lors d’une réunion préparatoire à l’intention des organisations œcuméniques, organisée le 22 janvier à Genève (Suisse) dans la perspective de la COP 21. Le concept de «pèlerinage de justice et de paix» est une vision mise en avant par la Dixième Assemblée du COE, or la justice climatique est une composante importante de cette vision.

Dans le sillage d’appels en faveur de la justice climatique lancés par des responsables religieux tels que le patriarche Bartholomée Ier de Constantinople et le pape François de l’Église catholique romaine, le COE a l’intention de faire entendre distinctement des voix de communautés religieuses pour exiger un traité juste, ambitieux et juridiquement contraignant à Paris, a indiqué Guillermo Kerber.

En Afrique, les «pèlerins de la justice climatique» prévoient de traverser les frontières à pied et à bicyclette pour sensibiliser aux conséquences des changements climatiques. Représentant l’Alliance ACT, organisation partenaire du COE, Patriciah Akullo a communiqué des informations sur la campagne que mène son organisation en faveur de la justice climatique, qui s’intensifiera à l’approche de la COP 21 en mettant l’accent sur l’Afrique. Elle a expliqué qu’après avoir traversé les frontières entre l’Afrique du Sud, l’Ouganda et le Burundi, entre autres pays, la destination finale de ces pèlerins sera Nairobi.

Parmi les célébrités qui devraient donner leur voix à la campagne figurent l’archevêque Desmond Tutu et le président kenyan Uhuru Kenyatta, ainsi que d’autres personnalités issues des milieux du sport, de la culture et de la musique.

«Le pèlerinage à la COP 21 est un pèlerinage de justice et de paix, pour les individus et pour la terre», a déclaré Isaiah Toroitich, qui travaille pour la campagne Act Now for Climate Justice. «À Paris, nous espérons parler d’une seule voix en tant que personnes de convictions, en nous montrant solidaires de celles et ceux qui sont affectés par les changements climatiques», a-t-il déclaré.

Thomas Hirsch, de Pain pour le monde, a déclaré qu’en tant que croyants «nous sommes unis dans notre diversité par nos efforts pour que nos appels en faveur de la justice climatique soient entendus à la COP 21». Les initiatives prévues par les Églises, les organisations œcuméniques et leurs partenaires religieux ont été qualifiées de «motivantes» par Thomas Hirsch. Cependant, a-t-il averti, «l’élan dont bénéficient ces efforts peut retomber si la COP 21 ne répond pas aux attentes».

Les organisations suivantes ont pris part à la réunion préparatoire à Genève: Alliance ACT, Conférence des Églises européennes, Aide de l’Église norvégienne (Norwegian Church Aid), MISEREOR, Green Pilgrimage Network, Pain pour le monde, Fédération luthérienne mondiale, Christian Aid, Secours catholique, CIDSE (Coopération internationale pour le développement et la solidarité) et CCFD-Terre solidaire.

Pèlerinage de justice et de paix du COE
Travail du COE sur la justice climatique et le souci de la création

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/pilgrims-for-climate-justice-…


Dernière édition par maria le Sam 31 Jan - 05:05 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 04:55 (2015)    Sujet du message: PILGRIMS OF CLIMATE JUSTICE PLAN TO IMPACT COP 21 IN PARIS Répondre en citant



PILGRIMS OF CLIMATE JUSTICE PLAN TO IMPACT COP 21 IN PARIS
 


23 January 2015

Thousands of people are planning to embark on a pilgrimage of climate justice – either on foot or on bicycles – in many parts of the world.

These faithful pilgrims, rooted in their religious beliefs, want to express solidarity with those affected by climate change – urging world leaders to produce a legally binding and universal agreement on the climate at the upcoming United Nations Climate Change Conference (COP21) in Paris.

These pilgrims, mostly from Europe and Africa, are mobilized by Christian organizations representing members of the World Council of Churches (WCC). Some will end their journey in Paris, uniting their voices with other faith actors at the COP 21 to be held from 30 November to 11 December 2015.

“Paris is a milestone in our pilgrimage of climate justice,” said Dr Guillermo Kerber, WCC programme executive for Care for Creation and Climate Justice. “Yet Paris is not a destination. As people of faith, expected to offer a moral compass to climate dialogue, we need to strategize for 2016 and beyond,” he said.

Kerber was speaking in a COP 21 preparatory meeting for ecumenical organizations held on 22 January in Geneva, Switzerland. The concept “pilgrimage of justice and peace” is a vision promoted by the WCC 10th Assembly, and climate justice is a significant component of this vision.

Following calls for climate justice by religious leaders such as Patriarch Bartholomew of Constantinople and Pope Francis of the Roman Catholic Church, the WCC is planning to bring strong voices from religious communities demanding a fair, ambitious and legally binding treaty in Paris, said Kerber.

In Africa the “pilgrims of climate justice” are planning to cross borders on foot and bicycles, raising awareness about the impact of climate change. Patriciah Akullo of the ACT Alliance, a partner organization of the WCC, shared information about her organization’s campaign for climate justice, coming into force around COP 21 with a focus on Africa. She said that after crossing borders between South Africa, Uganda and Burundi among other countries, these pilgrims’ final destination will be Nairobi.

Celebrities expected to add their voices to the campaign are Archbishop Desmond Tutu and Kenyan President Uhuru Kenyatta, with others from the fields of sports, culture and music.

“Pilgrimage to COP 21 is a pilgrimage of justice and peace, for people and for earth,” said Isaiah Toroitich, working for the campaign Act Now for Climate Justice. “As people of faith we hope to speak in one united voice in Paris demonstrating our solidarity with those affected by climate change,” he said.

Thomas Hirsch from Bread for the World said that as people of faith “we are united in our diversity through our efforts and our pleas for climate justice to be heard at COP 21”. The planning of initiatives from the churches, ecumenical organizations and their faith partners were called “motivating” by Hirsch. However, he said the “momentum of these efforts can go down if COP 21 is not able to deliver”.

The following organizations took part in the Geneva preparatory meeting: the ACT Alliance, Conference of European Churches, Norwegian Church Aid, MISEREOR, Green Pilgrimage Network, Bread for the World, The Lutheran World Federation, Christian Aid, Secours Catholique, CIDSE and the CCFD-Terre Solidaire.

Read also: Faith organizations assess COP 20 on the way to Paris (WCC press release of 28 January 2015)

WCC Pilgrimage of Justice and Peace
WCC’s work on climate justice and care for creation

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/pilgrims-for-climate-justice-…


Dernière édition par maria le Sam 31 Jan - 05:06 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 05:00 (2015)    Sujet du message: AGENDA 21: MODERN DAY DEATH CAMPS Répondre en citant

AGENDA 21: MODERN DAY DEATH CAMPS

To late but just know what these demons have prepared for long time for humanity.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JARku5L2VgY


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 05:03 (2015)    Sujet du message: SUSTAINABILITY AND ENVIRONMENT : HOW THE ECUMENICAL MOVEMENT HELPED MOBILIZE ECOLOGY PROTEST IN EAST GERMANY Répondre en citant



SUSTAINABILITY AND ENVIRONMENT : HOW THE ECUMENICAL MOVEMENT HELPED MOBILIZE ECOLOGY PROTEST IN EAST GERMANY 



Heino Falcke and Rev. Dr Philip Potter, former WCC general secretary, at the Boston conference in 1979.

27 January 2015

*By Stephen Brown

Churches and religious leaders are at the forefront of efforts to mobilize action for a legally binding agreement on the world’s climate at the United Nations Climate Change Conference to be held in Paris at the end of 2015. The motivation of the World Council of Churches (WCC) for its role in this arena is summarized in the title of its environmental programme: Care for Creation and Climate Justice.

The WCC has played a prominent role in placing the issue of climate justice on the world’s agenda, even before the Earth Summit in Rio de Janeiro in 1992 that agreed the UN Framework Convention on Climate Change.

What is less well known is the action of the WCC more than four decades ago in raising environmental issues, and in the process helping to galvanize the ecological movement in communist East Germany.

This became the soil for the independent ecology groups in the 1980s as one of the forms of dissent that culminated in East Germany’s 1989 peaceful revolution and eventually led to the opening of the Berlin Wall, the 25th anniversary of which was marked late last year.

In many cases it was Protestant churches that provided an umbrella for such independent groups, enabling them to speak out on ecological issues, often in defiance of the state.

Two world conferences organized by the WCC in the 1970s played a key role in the growth of environmental awareness in the churches in the then German Democratic Republic (GDR).

The first conference was in 1974 in Bucharest, Romania, on Science and Technology for Human Development. It ended with a call for a “sustainable and just society” – said to be the first time that sustainability was applied to society in relation to the environment.

The Bucharest conference occurred during a period of increased global environmental concern, after the “Limits to Growth” study was published in 1972 and the United Nations Conference on the Human Environment was held in Stockholm the same year.

The WCC decided in 1976 that the “Search for a Just, Participatory and Sustainable Society” would be a major emphasis for the future work of the Council. This in turn led to a 1979 conference on “Faith, Science and the Future” at the Massachusetts Institute of Technology, near Boston in the United States.

“We quite intentionally used the discussion in the wider ecumenical movement to create an awareness of this issue in the GDR,” said Heino Falcke, a prominent East German Protestant, in an interview published in 1999. Ecology was largely taboo in the GDR, but environmental problems were increasing as the state desperately tried to increase industrial production to catch up with the West.

Falcke, the chairperson of the Church and Society committee of the GDR's Federation of Protestant Churches, had become a member of the WCC’s Working Group on Church and Society after the 1974 Bucharest conference.

Following the Bucharest conference, at which Falcke had been a delegate, the GDR churches made the issue of ecology a standing agenda item on their Church and Society committee.

The GDR Protestant churches organized two events in preparation for the 1979 conference in Boston: a consultation in early 1978 for local groups, parish representatives and church institutions at Buckow, to the east of Berlin, and a meeting convened in Erfurt later that year for representatives of Eastern European churches assigned to attend the Boston conference.

A study paper drawn up by the Church and Society committee, under Falcke’s leadership, and presented to the Buckow and Erfurt meetings, not only criticized capitalism for damaging the environment but also pointed to the aspects of East German socialism that were at odds with the goal of a sustainable society.

According to the paper, symptoms of the GDR bias included a priority given to the economy rather than ecology, as well as the state's insistence on the political ideology, “truth claims” and “democratic centralism” of Marxism-Leninism. These hampered alternative perspectives and needed to be countered by churches promoting open dialogue and strengthening “active participation from below”.
The ecology movement
The Buckow conference was the “first step towards the formation of a critical ecology movement” in the GDR, according to East German activist Ehrhart Neubert in his 1,000-page history of the opposition movement in East Germany.

Meanwhile, delegates from the GDR to the WCC conference at MIT found themselves overwhelmed by requests from local congregations, ecology and study groups and governing bodies of churches, both before and after the gathering.

The MIT conference of 1979 offered the opportunity for churches in East Germany to promote literature and resources about environmental issues in their journals and publications, raising awareness in congregations about the ecology.

“The widespread follow-up to the Boston conference in study groups and congregations of the GDR churches marked a beginning,” concluded Harmut Lorenz in an article for the East German Protestant news agency ena. “This was followed by the formation of new environmental groups, and reviving and giving clearer direction to those that already existed.”

Church synods in the GDR discussed the results of the Boston conference, most notably in East Germany's northern region of Mecklenburg. Here the synod, encouraged by the discussion on future energy needs at the MIT event, called for debate about the GDR’s own nuclear power programme. Meanwhile, in 1980, the national synod of the GDR Protestant churches underlined the need for state media to provide information about ecological issues.

Church groups started tree planting actions and mass bicycle rides to draw attention to environmental issues. Though at first sight such activities might appear uncontentious, they meant church groups were organizing independently of the state.

Perspectives such as these would become more important as the 1980s progressed, and church-linked environmental activists in the GDR became more vocal, active and critical, eventually calling into question the rule of the communist party itself.

*Dr Stephen Brown, a programme director with the Geneva-based global ethics network Globethics.net, was a speaker on the growth of environmental awareness in the WCC and the GDR churches at a recent conference organized in Berlin by the Archive of the Heinrich Böll Foundation on “Transformations of the Ecology Movement. From the 'Limits to Growth' (1972) to the Rio Conference (1992)”.
The WCC and eco-justice

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/sustainability-and-environmen…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 31 Jan - 07:37 (2015)    Sujet du message: «ON N'EST PAS DES B.S.» Répondre en citant

http://marialeroux1.clicforum.fr/image/110/2/6/9/agenda-21-49b4e6f.jpg.htm


«ON N'EST PAS DES B.S.»


photo courtoisie Claire Bolduc

David Prince

http://www.journaldemontreal.com/auteur/david-prince
Vendredi, 30 janvier 2015 14:00 MISE à JOUR Vendredi, 30 janvier 2015 16:30

Selon l’organisme Solidarité rurale, le Québec n’a pas le moyen de fermer les régions comme le propose le Conseil du patronat du Québec.

La présidente de Solidarité rurale, Claire Bolduc, a sursauté vendredi matin en entendant le Conseil du patronat proposer de se servir des fonds dédiés aux municipalités dévitalisées afin d’inciter financièrement les citoyens à quitter les régions pauvres du Québec. «Il faut se demander à qui profiterait l’exode des régions? Si les gens quittent les régions, les grandes entreprises pourront mieux y exploiter les hydrocarbures, les mines ou les terres rares, des projets actuellement controversés. Ce serait un geste odieux et antidémocratique qui ne profiterait qu’à quelques-uns», a-t-elle lancé.

Les régions sont payantes

Selon les données de Solidarité rurale, les régions sont payantes pour le Québec puisqu’elles abritent 25 % de la population, mais représentent 30 % du PIB.
«Il y a 370 000 emplois dans les grandes villes qui dépendent des ressources naturelles des régions. Le Québec n’a pas le moyen de se priver de ses régions», a-t-elle dit.


Pas des B.S.

Le maire de Rouyn-Noranda, Mario Provencher, abonde dans le même sens. Selon lui, si les gens dans les grandes villes ont de l’emploi, c’est grâce aux ressources naturelles qui se trouvent dans les régions ressources. «On n’est pas des B.S. On est une des régions où le revenu des citoyens est le plus élevé. Les gens paient des taxes. On est payant pour le Québec, même si on se trouve dans le 819. Si on ferme les régions, aussi bien fermer le Québec», a-t-il indiqué.

Lorsque Jean Charest était premier ministre, il disait que le Québec aurait besoin de centaines de milliers de travailleurs pour combler les départs à la retraite et la création d’emploi. «Depuis que Philippe Couillard a été élu, le Québec a perdu 100 000 emplois. Ce n’est certainement pas la faute des régions. Ils devront ajuster leurs mensonges», a commenté Mme Bolduc.

Réactions de la FQM 

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) dénonce aussi férocement les propos du Conseil du patronat du Québec.
 
«Les positions qui y ont été énoncées concernant les régions sont truffées de préjugés, de mépris envers la population en plus d’aller à l’encontre de la Loi sur l’occupation et la vitalité des territoires», dénonçait le président de la FMQ, Richard Lehoux, par voie de communiqué.
 
«Ce n’est certainement pas en fermant des régions que le Québec va se développer et s’accomplir», poursuit M. Lehoux.
 
Colère et consternation au Bas-Saint-Laurent  

Contactés par le Journal alors qu’ils étaient tous réunis à Trois-Pistoles ce vendredi, les huit préfets de la région du Bas-Saint-Laurent ont comparé à un affront les propos du Conseil du patronat.  

«C’est la goutte qui fait déborder le vase, résumait le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup Michel Lagacé, qui parlait aussi au nom de ses collègues. «On voudrait dénoncer des propos ''malhabiles'', mais le mot n’est pas assez fort. C’est un affront méprisant, venant de personnes ignorantes», s’emportait l’élu.
 
«Les communautés dévitalisées sont souvent des communautés forestières. Sans occupation, comment les grosses entreprises qui siègent à Montréal vont faire?»  

Selon lui, les élus ne se laissent pas abattre. «Nous sommes choqués de ces paroles méprisantes venant de ces gens dans leurs tours là-bas. Mais on ne baisse pas les bras, au contraire .» 

Philippe Dionne, maire de Saint-Paul-de-la-Croix, une municipalité dévitalisée, croit que cette déclaration ne passera pas à l’histoire. «Ils ont reconnu leur erreur. De toute manière, nous n’avons même plus d’aide comme telle, alors. C’est un mélange de maladresse et d’ignorance.»
 
Silence radio pour Jean D’Amour  

Des 152 municipalités dévitalisées au Québec, 70 sont en Gaspésie et au Bas-Saint-Laurent. Le ministre de ce territoire, Jean D’Amour, se refuse à toute entrevue.
 
«Jamais noir sur blanc une organisation n’aura été aussi loin pour faire part de son mépris des régions», a ajouté Nancy Legendre, présidente de la CSN Bas-Saint-Laurent.    

«Nous ne pouvons passer sous silence cet affront direct aux régions. Nous réclamons du gouvernement une dénonciation claire de cette prise de position». Par ailleurs, Nancy Legendre s’explique mal la réaction du ministre de la région Jean D’Amour qui refuserait de commenter la sortie du CPQ. «Il ne faut pas qu’il perde de vue qu’il est ministre de la région.»   

Carrément irrespecteux!  

La présidente de la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord et mairesse de Forestville, Micheline Anctil, n’en revient tout simplement pas du discours du CPQ qu’elle juge carrément irrespectueux.  

«C’est étonnant et extrêmement décevant d’avoir cette incompréhension du monde rural. Ça va carrément à l’encontre du développement des communautés», martèle Mme Anctil, également préfet de la MRC de la Haute-Côte-Nord, l’une des plus pauvres au Québec.
 
Elle considère complètement insensé la proposition du CPQ et affirme qu’elle va à l’encontre d’un principe de prise en charge par le milieu. Les fonds prévus pour les municipalités dévitalisés, insiste-t-elle, doivent justement servir à leur donner des leviers pour se sortir des contrecoups d’une économie difficile.
 
La Gaspésie fulmine  

La Gaspésie, qui compte deux des trois MRC les plus dévitalisées au Québec, fulmine après avoir lu les propos du Conseil du patronat du Québec.

  «On est choqué, on nous attaque. C’est extrêmement désolant de voir la vision du CPQ. Les régions apportent tellement aux grands centres sans compter tous les Gaspésiens installés à Québec et Montréal qui contribuent au développement des grands centres. Le CPQ a manqué une occasion de se taire », lance le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier.

  «Je n’en reviens pas qu’un organisme aussi important que le CPQ tienne des propos aussi peu réfléchi sur les régions du Québec. Je revoyais exactement le même discours qui s’est tenu il y a deux ans par la Fédération des chambres de commerce du Québec dans le dossier de l’assurance-emploi», renchérit son homologue de Rocher-Percé, Diane Lebouthillier, qui souligne que le patronat est peu respectueux des entrepreneurs gaspésiens qui travaillent à revitaliser la région.
 
La mairesse de Murdochville qui se bat pour maintenir sa petite municipalité de quelque 700 habitants vivante est directe : «C’est manquer de jugement de parler des municipalités dévitalisées comme le fait le CPQ.  Ça n’a pas de bon sens», dit Délisca Ritchie Roussy.
 
Les élus n’hésitent pas à comparer la sortie du CPQ au Bureau d’aménagement de l’Est du Québec (BAEQ), qui avait amené la fermeture de plusieurs villages de l’arrière-pays gaspésien dans les années 1970.
 
— Avec la collaboration de Stéphanie Gendron, Charlotte Paquet, Elisa Cloutier et Nelson Sergerie

http://www.journaldemontreal.com/2015/01/30/on-nest-pas-des-bs


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 3 Fév - 00:38 (2015)    Sujet du message: POPE FRANCIS ACCEPTS CLIMATE CHANGE, GOP ‘DEVOUT CATHOLICS’ SIDE WITH BIG OIL Répondre en citant

POPE FRANCIS ACCEPTS CLIMATE CHANGE, GOP ‘DEVOUT CATHOLICS’ SIDE WITH BIG OIL

By Charles Topher Environment, Politicians Behaving Badly, Religion, Science

January 23, 2015



Pope Francis has for the most part been a refreshing progressive voice of the people.  That trend continued Thursday when he openly accepted that climate change is very real, and that it is in fact being caused by humans:
Citation:


I don’t know if it is the only cause, but mostly, in great part, it is man who continuously slaps down nature.  We have in a sense taken over nature.



The leader of the Catholic Church is, by all rights, a direct conduit to God for its followers.  According to Matthew 16:19, Christ told St. Peter:
Citation:


I will give you the keys of the kingdom of heaven; and whatever you bind on earth shall have been bound in heaven, and whatever you loose on earth shall have been loosed in heaven.



St. Peter was the leader of the church Christ built, and his successors, those elected Pope, would act in Peter’s stead.  What does that mean?  It means that for Catholics, the word of the Pope is as holy as the word of God herself.

‘Devout Catholic’ Republicans in congress don’t seem to care what the Pope thinks on this issue, however, instead siding with the energy companies that contribute the bulk of donations to their campaign coffers.

Nobody stands to profit from climate change being some kind of a hoax.  There’s no reasonable motive for it.  If we could continue to increase our carbon footprint without repercussions to our environment nobody would complain.

Why, then, do these Republicans, who have all cited their faith as a driving force behind their policies, continue to scoff at the notion that we need to do something to curb the damage we’re doing to our planet?

Cash.  Plain and simple.  Money is the root of all evil, making the hypocrisy of Republicans, Catholic Republicans in particular, that much more transparent.  They will toss their faith aside for profit, all the while claiming it as the foundation of their being.

Here’s a list of Republican Catholics who will continue to fight for the right of Big Oil and other enemies of the environment to leverage our future for cash:
  • John Boehner (R-OH), Speaker of the House:
Citation:


The idea of running for the U.S. House was tugging at me, but I kept asking myself — do you really want to do this?  Ultimately I decided God wanted me to do it, and I was in.


  • Paul Ryan (R-WI), 2012 GOP Vice Presidential nominee:
Citation:


A person’s faith is central to how they conduct themselves in public and in private.


  • Alex Mooney (R-WV):
Citation:


I do what I do because I think it’s what God wants me to do with my life.


  • Rick Mulvaney (R-SC):
Citation:


While religious liberties are something that mean a great deal to me as a Catholic, I suppose I have always focused on the exercise of my beliefs in a very ‘domestic’ setting.


  • Patrick Toomey (R-PA):
Citation:


As a Catholic lawmaker, I take the fundamental principles that the faith provides and view policy through that lens.


  • Marco Rubio (R-FL):
Citation:


I do not believe that human activity is causing these dramatic changes to our climate the way these scientists are portraying, and I do not believe that the laws that they propose we pass will do anything about it. Except it will destroy our economy.


  • Dan Sullivan (R-AK):
Citation:


I’m a lifelong Catholic who is staunchly pro-life.
The Jury is still out on climate change


  • Steve King (R-IA):
Citation:


Earth’s warming trend is not proven, it’s not science. It’s more of a religion than a science.


  • Paul Gozar (R-AZ):
Citation:


Climate change is likely not in our control in any event. Historical records clearly demonstrate vast temperature swings long before Man arrived, from temperate zones in Alaska to ice ages in New York.



There are several others, including Virginia Fox, Steve Scalise and Bruce Poliquin, all of whom have said their faith is what drives them.

Their faith drives them straight to the bank at the expense of our planet, among other things.

H/T: Think Progress | Featured Image: crisismagazine.com

 http://www.ifyouonlynews.com/environment/pope-francis-accepts-climate-change-gop-devout-catholics-side-with-big-oil/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 3 Fév - 00:46 (2015)    Sujet du message: US TO ENLIST POPE FRANCIS' HELP ON CLIMATE CHANGE Répondre en citant

US TO ENLIST POPE FRANCIS' HELP ON CLIMATE CHANGE

http://gdb.voanews.com/E78FEDE2-DC5A-4437-BDC4-3FDFD96F74B7_mw1024_s_n.jpg

FILE - Pope Francis, shown in a rain poncho during a Mass near the Tacloban airport, said during his trip this month to the typhoon-vulnerable Philippines that "man has gone too far damaging the environment."

January 28, 2015 6:47 PM

WASHINGTON—
In a bid to bolster the Obama administration's "moral" case for combating climate change, the head of the Environmental Protection Agency will meet senior Vatican officials Friday to enlist papal support for its policies.

EPA Administrator Gina McCarthy said Pope Francis, who has become a vocal climate advocate since his 2013 election, can be an ally for President Barack Obama's Climate Action Plan.

"As one of the world's most respected and influential leaders, Pope Francis, and those who advise him, will play a crucial part in advancing climate change [action] domestically and overseas,'' McCarthy, a Roman Catholic, said in an e-mail.

This marks the second time the administration has sought the Vatican's help on a controversial issue. The pope helped mediate the effort by the United States and Cuba to reopen diplomatic relations.

Francis has become an emerging voice on climate change, saying on a recent trip to the typhoon-vulnerable Philippines that "man has gone too far damaging the environment."

The EPA is finalizing a series of regulations targeting carbon emissions and air pollution amid strong resistance from the Republican-led Congress and industry.

To counter that, McCarthy has done extensive public outreach to win support for EPA proposals, touting their economic and public health benefits. She said the pope could help make her case.

"Focusing our attention on the communities that need it most is at the core of EPA's mission to protect public health and the environment, and there is no voice more credible than the church's to speak to our moral obligation as stewards of our planet,'' McCarthy said.

In June, the pope is expected to issue an encyclical on environmental degradation and its effects on millions of people, especially the world's poorest. The encyclical is aimed at pressuring world leaders to secure a United Nations climate agreement in Paris next December that would require rich and poor countries to halt, slow or slash their carbon emissions.

Dan Misleh, executive director of the Catholic Climate Covenant, said the encyclical will "add some wind to the sails'' of the Paris talks.

"What he says carries significant weight as he tries to live what he teaches," Misleh said. "There is moral authority to Pope Francis that is undeniable."
Added John Grim, a director of Yale University's Forum on Religion and Ecology: "It is very appropriate that Gina McCarthy is visiting with the pope. Francis I is so widely respected that he will change the dialogue on this issue.''

http://www.voanews.com/content/reu-us-enlist-pope-francis-help-climate-chan…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Fév - 07:14 (2015)    Sujet du message: FRANCE : DANGER EXTREME: LA SUPPRESSION DES COMMUNES EST DEMANDEE !!!! Répondre en citant

FRANCE : DANGER EXTREME: LA SUPPRESSION DES COMMUNES EST DEMANDEE !!!!


du 9 au 13 février 2015 : Encore un de mes délires qui devient réalité!!! (j'avais déliré là dessus dans une interview avec Agence Info Libre disant qu'au final ils supprimeront les villes pour économiser encore plus). Voici un extrait du communiqué de presse de l'Association des Maires de France. Vous allez le voir, un rapport DEMANDE LA SUPPRESSION DE 36.000 COMMUNES!!!!

"L'AMF dénonce la proposition dogmatique et absurde de supprimer la commune. Commandé par le gouvernement, le rapport du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) préconise expressément ce que certains cénacles parisiens souhaitent, à savoir la dissolution de toutes les communes dans un millier d’intercommunalités qui deviendraient la collectivité de droit commun. Pour François BAROIN et André LAIGNEL, cette préconisation est irréaliste et absurde car la commune est l’échelon irremplaçable de l’exercice de la proximité et de la citoyenneté. Elle tisse le lien social et assure les services publics essentiels à la population, et cela grâce à l’engagement et au dévouement remarquables des maires et de leurs équipes".

Voilà, voilà... Il fallait oser... D'abord les régions, puis les départements (Mme Pécresse en a parlé), l'Elysée, voici la commune. "L'AMF dénonce cette vision dogmatique qui considère comme un progrès de supprimer la collectivité préférée des Français, au risque d’aboutir à l’impuissance publique, lit de toutes les démagogies. Non, la France ne peut se résumer à mille « entités communales » complètement déconnectées de la diversité des territoires!", lire ici, merci à Mme Georgina.

Natacha Gorwitz écrit sur Public Sénat: "Le commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), dans un rapport publié le 21 janvier dernier, a jeté un pavé dans la mare : il ne préconise pas moins, entre les lignes, que la dissolution à terme des 36 000 communes de France dans près d’un millier d’ ‘intercos’, qui seraient élus au suffrage universel. Mais le rapport va plus loin. Il suggère que le nombre total d’intercommunalité ne devrait pas être supérieur à 1000 (2108 actuellement) et encourage, par conséquent « la fusion de communes », « et surtout les créations de communes nouvelles »", lire ici, merci à Mme Landry.

Si vous regardez tout cela avec un autre point de vue, vous voyez surtout qu'ILS VEULENT EFFACER LA FRANCE DE LA CARTE.... Vous commencez par gommer les régions, puis les départements, sachant que les frontières SONT DEJA EFFACEES... Ensuite il ne reste plus qu'à finir, en effaçant les communes, AFIN DE PRIVER LES FRANCAIS DE TOUTE FORME D'IDENTITE COMMUNE. Le terrain a été préparé avec la complicité de tous les politiques UMP, PS, PCF, VERTS et CENTRISTES depuis des années. C'est la France qui est effacée sous vos yeux. Mais comme cela se passe au ralenti, personne n'a rien vu, ou du moins a fait semblant. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2015


http://jovanovic.com/blog.htm



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Fév - 07:16 (2015)    Sujet du message: L'AMF DENONCE LA PROPOSITION DOGMATIQUE ET ABSURDE DE SUPPRIMER LA COMMUNE Répondre en citant

/COMMUNIQUE DE PRESSE / COMMUNIQUE DE PRESSE 

Paris, le 3 février 2015

L'AMF DENONCE LA PROPOSITION DOGMATIQUE ET ABSURDE DE SUPPRIMER LA COMMUNE
 



Commandé par le gouvernement, le rapport du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) préconise expressément ce que certains cénacles parisiens souhaitent, à savoir la dissolution de toutes les communes dans un millier d’intercommunalités qui deviendraient la collectivité de droit commun.


Pour François BAROIN et André LAIGNEL, cette préconisation est irréaliste et absurde car la commune est l’échelon irremplaçable de l’exercice de la proximité et de la citoyenneté. Elle tisse le lien social et assure les services publics essentiels à la population, et cela grâce à l’engagement et au dévouement remarquables des maires et de leurs équipes.

D’autre part, la commune a prouvé sa capacité à s’adapter et à évoluer. Cette singulière modernité se poursuit d’ailleurs dans la création volontaire des communes nouvelles. Aucune autre institution publique n’a autant évolué que les communes depuis trente ans et les maires de France ont depuis longtemps fait le choix d’une intercommunalité de projet au service de tous les habitants.

Dans une société inquiète, marquée par de graves fractures sociales et territoriales, repliée sur elle-même et défiante vis-à-vis des corps intermédiaires (partis politiques, médias, syndicats), les communes demeurent des points de repère indispensables pour les habitants, notamment les plus fragiles.

Par conséquent, l’AMF dénonce cette vision dogmatique qui considère comme un progrès de supprimer la collectivité préférée des Français, au risque  d’aboutir à l’impuissance publique, lit de toutes les démagogies.

Non, la France ne peut se résumer à mille « entités communales » complètement déconnectées de la diversité des territoires !

Contacts Presse :
Marie-Hélène GALIN     Thomas OBERLE
Tél. 01 44 18 13 59Tél. 01 44 18 51 91
marie-helene.galin@amf.asso.frthomas.oberle@amf.asso.fr         
                                                             
http://www.amf.asso.fr/document/?DOC_N_ID=13098&refer=siteinfos#sthash.…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 13:20 (2015)    Sujet du message: LE MONDE ENTIER SUR LA VOIE D'UN NOUVEL ACCORD UNIVERSEL POUR LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE APRES L'APPEL DE LIMA LE 14 DECEMBRE 2014 ZO, DEC 14, 2014 Répondre en citant

LE MONDE ENTIER SUR LA VOIE D'UN NOUVEL ACCORD UNIVERSEL POUR LA LUTTE CONTRE LE CHANGEMENT CLIMATIQUE APRES L'APPEL DE LIMA LE 14 DECEMBRE 2014 ZO, DEC 14, 2014

Agenda 21. ISIS et les armées vont donner un coup de main, sous différentes raisons, pour vider les villes, les communes, les petits villages, etc. Ensuite, ils passeront au volet Développement et nous aurons dépossédé de tout en passant. Il ne reste plus au Pape qu'à signer son encyclique pour que tout le projet soit approuvé par la Sainte Mère l'Eglise, la Babylone des temps de la fin.

Les gouvernements se sont entendus sur les règles de base de leurs contributions pour un futur accord au sommet de Paris en 2015 et pour renforcer l'adaptation au changement climatique. Des éléments plus clairs ont été développés pour un nouvel accord dans la capitale péruvienne.



The Lima Climate Conference achieved a range of other important outcomes and decisions and "firsts" in the history of the international climate process
, , , ,
Les gouvernements se sont entendus sur les règles de base de leurs contributions pour un futur accord au sommet de Paris en 2015 et pour renforcer l'adaptation au changement climatique. Des éléments plus clairs ont été développés pour un nouvel accord dans la capitale péruvienne.

La conférence sur le climat de Lima a permis d'obtenir un ensemble de résultats et de décisions importants et devient une première dans l'Histoire du processus contre le changement climatique.

Lima, le 14 décembre 2014 - Un nouvel accord pour 2015 contre le changement climatique suscitera une action commune de toutes les nations. En effet, une étape importante a été franchie à Lima suite à deux semaines de négociations suivies par plus de 190 pays.

Les pays ont délibéré en développant les éléments d'un nouvel accord dont la conclusion se fera à Paris fin 2015. Les nations se sont également entendues sur des règles de base pour la soumission de leurs contributions au cours du premier trimestre de l'année prochaine.

Ces contributions prévues déterminées nationalement (INDCs) constitueront une fondation pour une action contre le changement climatique après 2020 lorsque le nouvel accord prendra effet.

Durant ces deux semaines de la 20ème conférence des parties, les pays ont également atteint des progrès significatifs en décidant d'un même niveau d'action pour l'adaptation au changement climatique en ce qui concerne la baisse des émissions polluantes.

Manuel Pulgar-Vidal, le ministre de l'environnement du Pérou et le Président de la COP a déclaré :
"Lima a fait de l'adaptation rapide au changement climatique une nouvelle urgence et a instauré une résilience dans les pays en développement en renforçant le lien pour financer et développer les plans nationaux d'adaptation."
Alors que nous nous engageons dans l'année 2015 et dans une prochaine série de négociations à Genève, les gouvernements sont repartis de Lima dotés d'une vision beaucoup plus claire de ce à quoi l'accord provisoire de Paris ressemblera"
La conférence sur le climat de Lima a permis d'obtenir un ensemble de résultats et de décisions importants et devient une première dans l'Histoire du processus contre le changement climatique.
  • Des engagements ont été pris à la fois par les pays développés et par les pays en développement, a priori et a posteriori de la COP. La somme totale a totalisé la somme de 10 milliards de dollars pour le Fonds vert pour le climat (FVC).
  • Les degrés de transparence et de prise de confiance ont atteint de nouveaux sommets alors que plusieurs pays industrialisés ont accepté de se soumettre à un questionnement sur leurs objectifs d'émission, par le biais d'un nouveau processus appelé évaluation multilatérale.
  • La déclaration ministérielle de Lima sur l'éducation et la prise de conscience appelle les gouvernements à incorporer la lutte contre le changement climatique dans les programmes scolaires et la sensibilisation au changement climatique au sein des plans nationaux de développement.
Christiana Figueres, Sécrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a déclaré :

"Les gouvernements sont arrivés à Lima porteurs de nouvelles positives et d'optimisme suite aux annonces en faveur de l'action sur le climat de l'Union européenne, de la Chine et des États-Unis et de l'augmentation de leurs engagements pour le Fonds vert pour le climat. Ils repartent de Lima avec un sentiment positif envers Paris où une série de décisions et de plans d'action seront lancés, y compris une discussion sur la façon d'augmenter et de financer l'adaptation au changement climatique ainsi que des mesures pour la conservation des forêts et de pédagogie."

Mme Figueres a également remercié Ollanta Humala, Président du Pérou, son gouvernement et les péruviens pour avoir accueilli les Nations Unies et les 11 000 délégués en provenance du monde entier.
"Les négociations ont touché une nouvelle dimension de réalisme et de compréhension des réalisations à entreprendre au cours des 12 prochains mois, des années et des décennies à venir afin que le changement climatique puisse être réglé de façon efficace et décisive".

Mme Figueres a remercié le ministre de l'environnement péruvien ainsi que le Président de la conférence des parties pour sa capacité de leader.

"La coopération de plus de 190 pays pour l'obtention de nombreux résultats positifs doit beaucoup à la patience et à la persistance du Président de la COP Manuel Pulgar-Vidal et à l'esprit de Lima alors que nous attendons avec intérêt de nous retrouver à Paris - la ville lumière et de l'amour - pour un futur commun et un environnement commun."

Avancées réelles pour l'adaptation au changement climatique avec l'initiative de la connaissance à l'adaptation au changement climatique de Lima.

De réelles avancées ont été réalisées pour accroître l'adaptation au changement climatique et lui donner la même importance que la réduction et la limitation des gaz à effet de serre. Cela sera possible par le biais de :

 La reconnaissance des Plans d'adaptation nationaux qui offrent un outil important pour garantir la résilience.
  • Les PAN seront rendus plus visibles via le site internet de la Convention-cadre des NU (CCNUCC) sur le changement climatique, ce qui augmentera les possibilités de soutien financier
  • Le feu vert a été donné pour des discussions avec le Fonds vert pour le climat sur la manière dont les pays peuvent être soutenus à travers le réseau mondial des PNA, ce qui devrait augmenter le nombre de ces plans nécessitant des soutiens.
  • Manuel Pulgar-Vidal, président de la COP, a lancé un réseau mondial des PNA incluant le Pérou, les États-Unis, l'Allemagne, les Philippines, le Togo, le Royaume-Uni, la Jamaïque et le Japon.
  • L'initiative de la connaissance de l'adaptation au changement climatique de Lima, un projet pilote dans les Andes, dans le cadre du programme de Nairobi, a souligné que les besoins des communautés pouvaient être clairement saisis.
Les pays ont soutenu l'idée de répliquer cette initiative dans les pays les moins développés, les petits États insulaires en développement et en Afrique.
  • Le comité exécutif du Mécanisme international de Varsovie relatif aux pertes et préjudices a été maintenu pour deux ans et ses membres, issus de pays développés et en voie de développement le représentent de façon équilibrée.
Un programme de travail a par ailleurs été établi sous la direction du comité. Ce dernier dispose d'un ensemble de domaines d'actions comme celui de mieux faire comprendre comment les pertes et les préjudices relatifs au changement climatique affectent les pays vulnérables (pays en développement) en particulier, ainsi que leurs populations, y compris les minorités et les peuples autochtones.
  • Il sera également question de mieux comprendre l'impact du changement climatique sur la migration et les déplacements humains.
Financer les réponses aux changements climatiques
  • Les gouvernements ont effectué des progrès pour coordonner la prestation des activités liées au financement des actions contre le changement climatique ainsi que les différents fonds déjà existants.
  • Des annonces supplémentaires de contributions ont été faite pour le Fonds vert pour le climat par la Norvège, l'Australie, la Belgique, le Pérou, la Colombie et l'Autriche. La totalité des promesses de dons s'élève à près de 10,2 milliards de dollars.
  • Les ambitions renouvelées pour l'adaptation au changement climatique des pays développés ont été manifestées par l'Allemagne qui s'est engagée à verser une somme de 55 millions d'euros au fond pour l'adaptation au changement climatique.
  • La Chine a également annoncé une contribution de 10 millions de dollars pour la coopération Sud-Sud et a précisé que cette somme serait doublée dans l'année à venir.
De plus en plus de pays ont accepté l'Amendement de Doha au Protocole de Kyoto.
  • Nauru et Tuvalu ont présenté leur instrument d'acceptation des amendements de Doha (Doha amendment), totalisant à 21 le nombre de parties ayant adhéré. Un nombre de 144 est requis afin de le mettre en vigueur.
Les Nations Unies encourage les gouvernements à accélérer leur adhésion à la deuxième période d'engagement du protocole de Kyoto, le traité international de réduction des émissions polluantes, afin de fournir un nouvel élan à l'action mondiale pour la lutte contre le changement climatique jusqu'en 2020.
Un nouveau portail d'action a été lancé dans le cadre du programme d'action de Lima pour lutter contre le changement climatique.
  • Le gouvernement du Pérou a lancé un nouveau portail avec le support de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, afin d'accroître la visibilité de la richesse des actions pour le climat au sein des différentes villes, régions, compagnies et investisseurs, ainsi que les différentes initiatives de coopération au niveau international.
  • Le portail, Nazca Climate Action Portal intitulé Nazca, portail d'action pour le climat, visera d'une part à insuffler une nouvelle dynamique dans le processus à travers le sommet de Paris et en démontrant l'ampleur des actions non-étatiques.
Assurer la transparence des actions des pays développés
  • La première Évaluation multilatérale a été lancée à Lima, ce qui a marqué une étape historique dans la mise en oeuvre de la surveillance, la notification et la vérification des réductions d'émission dans le cadre de la CCNUCC. Ce lancement a été possible suite aux décisions prises lors d'autres conférences des parties qui ont eu lieu à Cancun, Durban et Doha.

Deux jours durant, 17 pays développés munis d'objectifs chiffrés de réduction des émissions pour l'ensemble de l'économie ont été évalués par les autres gouvernements ou "Parties" membres de la convention.
L'Évaluation multilatérale a montré que le nombre de réussites, de meilleures pratiques en ce qui concerne les politiques et l'innovation technologique, ainsi que le découplage des émissions de la croissance économique augmentent.

Les Forêts et le Centre d'information de Lima pour REDD+

Les pays se retrouvant à Lima ont réalisé d'importants progrès dans l'apport de soutien pour éviter la déforestation.
  • La Colombie, la Guyane, l'Indonésie, la Malaisie et le Mexique ont présenté de manière formelle des informations et des données sur le statut de la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre dans le secteur forestier au secrétaire de la CCNUCC suite à un rapport similaire en provenance du Brésil plus tôt dans l'année.
Ces valeurs de référence sont susceptibles d'étendre la possibilité d'obtenir un financement international dans le cadre d'initiatives comme celle de la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+)

Afin d'appuyer cette initiative, le président de la COP a annoncé qu'un centre d'information serait lancé sur le site internet de la CCNUCC, afin de mettre en lumière les activités menées par les pays dans le cadre de REDD+.

Le but est de fournir une transparence toujours plus grande concernant les deux actions actuellement mises en oeuvre, les garanties spéciales pour les communautés et la réception des paiements incluses.

Fournir la technologie au pays en développement

La conférence de Lima a émis un signal important attestant que le transfert des technologies climatiques, avec l'aide des NU et d'autres agences internationales, prend de la vitesse.

Le centre et réseau de technologies climatiques a rapporté qu'il avait reçu cette année 30 demandes d'assistance, et il est prévu que ce chiffre atteigne le nombre de 100 l'année prochaine.

Le mécanisme de la technologie de la CCNUCC


Le mécanisme de la technologie de la CCNUCC a encore été renforcée par la prise en considération de la création d'un lien entre le Fonds vert pour le climat et le mécanisme financier de la CCNUCC.

Le premier projet de recherche financé par le mécanisme de la technologie a été annoncé juste avant la conférence sur le climat de Lima, impliquant le suivi de l'impact du changement climatique sur la biodiversité au Chili.

Programme de travail sur l'égalité des sexes à Lima

Le rôle des femmes est la réponse clé au changement climatique et doit être renforcé.

La conférence de Lima a convenu d'un programme de travail sur l'égalité des sexes à Lima pour aller plus loin sur l'équilibre entre les sexes et augmenter la sensibilité envers l'égalité des sexes lors de l'élaboration et de la mise en ?uvre des politiques climatiques.

Éducation et sensibilisation
  • La Déclaration ministérielle de Lima sur l'éducation et la sensibilisation a été prononcée.
Son but est de développer des stratégies d'éducation qui intègrent la question du changement climatique dans les programmes scolaires, tout en sensibilisant au changement climatique dans la conception et la mise en ?uvre des stratégies de développement et les changements climatiques nationaux.

Le Pérou et la France lancent le programme d'action Lima-Paris
  • Les gouvernements du Pérou et de la France, en tant que future présidente de la prochaine Conférence des Parties, ont lancé un programme d'action Lima-Paris ayant pour but de catalyser l'action pour lutter contre le changement climatique, d'accroître les ambitions avant l'année 2020 et pour soutenir l'accord de 2015.
  • En s'appuyant sur le sommet sur le climat des Nations Unies de Septembre 2014, l'ordre du jour vise à galvaniser les actions nationales, des villes et du secteur privé.
  • Entre autres, ce programme contribuera à réunir les dirigeants clés mondiaux, nationaux, sous-nationaux et locaux et à présenter des partenariats et les actions importantes des acteurs non étatiques cruciaux.
Autres temps forts

Le forum d'action de la CCNUCC pré-2020 et le "salon"
  • Dans le cadre des efforts déployés par les pays pour accélérer l'action pour le climat avant 2020, le secrétariat a organisé un salon afin de montrer que les politiques et les mesures sont toujours plus nombreuses et que le nombre de pays et d'acteurs non étatiques prennent part des à des mesures variant des énergies renouvelables à l'utilisation durable des terres.

Journée de la CCNUCC AMNA
  • Un événement spécial a eu lieu au sujet des actions pour réduire les émissions à l'aide des «mesures d'atténuation appropriées au niveau national» (MAAN).
Les MAAN sont les plans des pays en développement pour la réduction des émissions polluantes et visant à développer la durabilité qui pourrait être prise en charge par les pays développés. Le secrétariat de la CCNUCC a créé un registre pour que les demandes et les offres de soutien puissent correspondre.
Action sur le terrain pour le climat célébrée par l'ONU

La dynamique de l'initiative pour le changement, à travers le secrétariat de la CCNUCC a remis des prix à des représentants de certains des meilleurs exemples  au monde de solutions climatiques objet d'insipiration pour un engagement toujours plus fort pour le climat.

Les lauréats de cette année, ou "Activités phares," varient d'une initiative de micro finance d'Amérique latine qui permet la disponibilité de ressources pour l'action climatique dans la région, à une entreprise pesant des milliards de dollars responsable d'un boom de l'énergie solaire en Thaïlande. Pour la première fois cette année, la dynamique de l'initiative pour le changement a intégré la catégorie des technologies de l'information et informatique au programme.
 
http://www.unep.org/newscentre/Default.aspx?DocumentID=2814&ArticleID=1…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 12 Fév - 13:37 (2015)    Sujet du message: STATEMENT BY IBRAHIM THIAW, UNEP DEPUTY EXECUTIVE DIRECTOR AT THE OPENING OF THE HIGH LEVEL PLENARY OF THE GLOBAL LANDSCAPES FORUM 2014 ZO, DEC 7, 2014 Répondre en citant



STATEMENT BY IBRAHIM THIAW, UNEP DEPUTY EXECUTIVE DIRECTOR AT THE OPENING OF THE HIGH LEVEL PLENARY OF THE GLOBAL LANDSCAPES FORUM 2014 ZO, DEC 7, 2014

Adopting a landscape approach in policy making can help us to better analyze and assess the trade-offs between different forms of land-use, and to make decisions that are just, and environmentally and economically sound.




The Global Landscapes Forum 2014 can provide us with ideas, inspiration and knowledge we need to fight for this change and for the future we want.

Hellen Clark, UNDP Administrator
Paul Polman, CEO Unilever
Yolanda Kakabadse Navarro, President, WWF International
Antonio Herman Benjamin, National High Court of Brazil
Maria Blanca Chancosa, Confederation of People of Kichwa Nationality, Ecuador (TBC)
 
Moderator: Simran Sethi, TV Journalist
 
Ladies and gentlemen,

At the outset, I would like to take the opportunity to thank the Government of Peru for their excellent hospitality and for hosting us here in their lovely capital, Lima. For UNEP, it has been a pleasure to coordinate and work with so many renowned institutions and entities that have been involved in the Global Landscapes Forum. With almost 100 distinguishes entities connected to the Global Landscapes Forum, it is difficult to thank each and every institution individually and so I would like to say thank you to everyone ? thank you to all of you who have been supportive and active in making this such a remarkable and successful forum! Muchas Gracias!

Ladies and gentlemen,

I hope you had a good rest last night, following an exciting first day of Global Landscapes Forum yesterday. Personally, I was woken up by an early morning phone call from my elder sister, Amina.

Amina, a farmer, lives in her native village in West Africa. While she heard about the Lima Conference, Amina's call was not to enquiry about the status of the climate negotiations.

Instead, she wanted to share with me some news. They are affected again, not by floods as was the case last year, but by a severe drought. Food production, she said, has gone down compared to average. Fishermen find it hard to catch fish. Herders have to cross political borders for transhumance. It is only hundreds of kilometers further south that grass can be found to feed animals. Not unexpectedly, some children will drop out of schools, families will again be dislocated and women, often young and inexperienced, will be left as heads of household.

Luckily, Amina has a couple of hectares of irrigated land where she practices some gardening essentially for self-consumption.

Ladies and gentlemen,

We live on a cultivated planet. Human driven changes to the Earth’s system are now so great, rapid and distinct that they may even characterise an entirely new geological time ? the Anthropocene. Our influence as humans extends into the farthest corners of the globe, making it clearer than ever that humans are part of nature, and that humans are in fact a dominant force in nature. In this context, it is essential that we understand our natural surroundings from a perspective of our own role and responsibility. This is why the term ‘landscape’ is important.

A ‘landscape’ does not have a simple, one-size-fits-all definition. A “landscape”” means different things to different people, but the common feature of  “landscape” everywhere, and the reason why we believe the term is highly useful for policy debate, is that it indicates the  key role of humans in ‘shaping’ the land. A landscape is defined by the needs and responsibilities of the people living in it. 

Adopting a landscape approach in policy making can help us to better analyze and assess the trade-offs between different forms of land-use, and to make decisions that are just, and environmentally and economically sound. To give one example, in Kenya, where I live, the tea growers at the foot of Mau Forest benefit from the continuous flow of clean water from the forest catchment area further up the hill, and any decision to clear forests on the hill-sides will have an impact on the stakeholders further down in the valley. The landscape in this example is the entire mountain ecosystem and land-use decisions in one area have impacts on the livelihoods and well-being in another area.

Understanding these linkages across the landscape and designing policy responses that ensure sustainable development is a defining issue of our time. New policy responses are needed to ensure water, food and energy security, biodiversity, and climate change mitigation and adaption. You, the people in this room, are the ambassadors and champions for the new and more holistic policy responses that are required.

Landscapes are also heavily influenced by policy decisions in other locations. Urban centres are usually at the forefront of policy makers’ minds. The landscapes where most of our food is grown and which supply most of our cities’ everyday needs are often only an afterthought in national policy debates. However, it is possible to design national policy and incentive systems in a way that is not only socially just but also reduces ecological risk. Development policies can be resource efficient and low in carbon emissions, while at the same time building natural capital that characterize functioning and productive landscapes. In other words, you can have your cake and eat it too!

Indeed, the transition to a Green Economy is in full swing globally. It might not always be visible, but the investment decisions into energy, transport infrastructure and cities, and in the way we produce food, are all evolving rapidly. Agriculture and forestry can be on the forefront of the Green Economy transition, because they are inherently ‘green’ and they have a large potential for reducing current greenhouse gas emissions and to re-build essential natural capital in every country.

The Global Landscapes Forum 2014 can provide us with ideas, inspiration and knowledge we need to fight for this change and for the future we want ? a world which respects human dignity and where Amina, her children and grandchildren live in harmony with nature. A safer world where Amina and her children are able to build more resilient landscapes. 

Thank you.

http://www.unep.org/newscentre/Default.aspx?DocumentID=2813&ArticleID=1…


Dernière édition par maria le Ven 13 Fév - 08:53 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 13 Fév - 08:50 (2015)    Sujet du message: UNEPLive: A SYSTEM-WIDE APPROACH TO KEEPING THE ENVIRONMENT UNDER REVIEW Répondre en citant



UNEPLive: A SYSTEM-WIDE APPROACH TO KEEPING THE ENVIRONMENT UNDER REVIEW 


The need:

Meet the ever growing demand for substantiated, contextualised knowledge about the environment by developing richer sets of data and knowledge flows and bringing together diverse communities of practice.

The aim:

UNEPLive[1] is a web-based platform to:
  • facilitate the exchange and sharing of up-to-date data, information, assessments and knowledge amongst member countries, research networks, communities of practice, indigenous peoples and society, in order to keep the environment and emerging issues under review.
  • provide open access to national and regional information and global datasets
  • provide a range of big-data, visualisation, mapping and publishing tools via local and cloud services
  • underpin UNEP's role as UNEA's information and knowledge service provider especially in the delivery of information and evidence to support the SDGs and post 2015 agenda
The means:

UNEPLive will provide a system-wide data-knowledge service, a consistent approach to community networking and knowledge synthesis, an Information Communications Technology governance strategy and a comprehensive data policy for external and internal use. It will achieve this by:
  • enlarging the knowledge base for global environmental policy through community networking
  • encouraging and supporting greater community networking;
  • embracing new developments in information and communication technologies and enhancing knowledge service delivery through improved translation and search functions; improving access to its information and knowledge services using distributed computing
  • widening the use of its services through clear strategies for governance and data use that reflects the general principles of streamlining, sharing and access
  • involving staff and experts from across UNEP, the MEAs and other UN organisations and national institutions, plus regional and global environmental change programmes and assessments.

[1] At the 27th session of the Governing Council/Global Ministerial Environment Forum Nairobi, (18-22 February 2013), UNEP was requested to implement the next phase of UNEPLive during the 2014-2015 biennium as an open platform in continued alignment with relevant environmental information systems designed for global, regional and national environmental assessment and data sharing; and to undertake and encourage capacity-building activities to ensure that developing countries and countries with economies in transition are able to work with UNEPLive and contribute to scientifically sound evidence-based environmental assessment processes.

Contact us:

Countries who would like UNEP to support development of Country Portals and experts who would like to contribute content to UNEPLive, please write to us at uneplive@unep.org

We value your feedback.

http://uneplive.unep.org/Home/aboutus#.U8jIgUBafx0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 17 Fév - 13:28 (2015)    Sujet du message: SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21 Répondre en citant

ONU : LES RELIGIONS, DE PUISSANTS AGENTS DU DEVELOPPEMENT DURABLE

 Qu'est-ce que le Développement Durable?

Un bien beau discours de l'ONU, mais qui est en réalité la marque de l'esclavage et de main mise sur cette planète entière et sur tous les humains. Voyez le rôle des religions et des leaders religieux qui se sont associés à cet Empire global. Quand nous regardons de plus près ce qu'est le Développement Durable, cela n'a rien à voir avec leurs beaux discours mielleux, qui ne servent qu'à nous endormir. Rome et l'ONU, c'est une seule et même entité, puisque ce sont tous des pions de Rome, des Chevaliers de Malte qui en contrôlent tous les paliers. Cela nous montre donc leur réel agenda, qui par la suite prend force de loi, au niveau des pouvoirs civils et juridiques.

Il est donc très compréhensible du pourquoi du silence de pratiquement tous les leaders religieux, quelque soit leur religion. L'infiltration des Jésuites, cet armée puissante au service de Rome est maintenant bien en place et continuera de jouer un rôle bienvaillant d'un côté, mais de l'autre magouillera contre nous tous et travaillera en unité avec les nombreux partenaires publics-privés et toute la hiérarche éclésiaste pour achever notre destruction et/ou notre asservissement. 

Pour les catholiques, la parole du Pape est aussi sainte que si elle était la parole de Dieu, lui-même, et à cause de leur aveuglement, ils ne voient pas ce qui se met en place, tout comme les autres religions, qui sont ignorants des liens secrets entre eux et le Vatican et les Jésuites.

La grande conférence des Nations Unies sur les changements climatiques qui doit avoir lieu, à Paris, à la fin de 2015,
aussi appelé COP 21, réunira, encore cette année, de grandes organisations civiles et religieuses. Une encyclique sur l'écologie devrait être présentée et peut-être même finalisée, jetant ainsi les bases solides de ce programme du Développement Durable permament et démentiel. Démentiel par ces êtres abominables qui mettent en place un tel projet. Vous comprendrez mieux en lisant le lien que je vous ai mis sur ce qu'est le Développement Durable. Voyez aussi la section présente, où j'ai, ces dernières années, essayé de vous informer le plus que je le pouvais http://marialeroux1.clicforum.fr/t59-SECURITE-CLIMATIQUE-GLOBALE-HOAX-GLOBA… .

"La France présidera en effet la 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques de 2015. "Cette échéance est cruciale : elle doit aboutir à l’adoption d’un premier accord universel et contraignant sur le climat pour maintenir la température globale en deçà de 2°C", indique le ministère français.
"

Comprenez l'importance des guerres, des groupes comme ISIS et de la grande armée des Nations Unies, des divisions entre les nations, de la destruction, des vaccins et autres poisons alimentaires, qui ne servent en fait qu'à reformater la planète et ses habitants, selon le bon vouloir de l'Empereur de Rome.


L’Agenda 21 est nommé « agenda pour le 21ème siècle » et il fait penser à un fascisme/communisme mondial. Voici un résumé de ce que l’Agenda 21/Développement Durable/Biodiversité cherche à imposer :

• La fin de la souveraineté nationale
• La planification et la gestion étatisées des territoires pour toutes les ressources, les écosystèmes, les déserts, forêts, montagnes, océans et l’eau douce; l’agriculture; le développement rural; la biotechnologie; et l’assurance d’une « équité » (esclavage équitable)
• L’État « définit le rôle » des entreprises et des ressources financières
• Abolition de la propriété privée (ce n’est pas « durable »)
• « Restructuration » de l’unité familiale
• Des enfants élevés par l’État
• On dit aux gens quel sera leur travail
• Restrictions majeures des déplacements
• Création de « zones de peuplement humain »
• Repeuplement de masse car les gens sont forcés de laisser vacantes les terres où ils vivaient auparavant
• Éducation abrutissante (réalisée)
• Dépopulation mondiale massive à la poursuite des éléments ci-dessus


L'article, au complet : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:V0qW3IEwSQoJ:www.nouve…

-----
Intervention de Mgr Auza

Rome, 12 février 2015 (Zenit.org) Anne Kurian 


Les religions et les organisations confessionnelles « sont de puissants agents » de la réalisation du développement durable, affirme le Saint-Siège à la tribune de l'ONU.

Mgr Bernardito Auza, observateur permanent du Saint-Siège aux Nations-Unies à New York, est intervenu devant l'Assemblée générale, lors de l'événement spécial « Harmonie interconfessionnelle mondiale : un partenariat multireligieux pour le développement durable », le 6 février 2015.

La contribution unique des religions

L'archevêque a longuement souligné « la contribution unique des religions et organisations religieuses dans la vie des communautés et de la société dans son ensemble » : en effet, « leur raison d'être est de servir la personne humaine dans son intégralité ».

Aussi les religions « travaillent pour protéger la vie et réhabiliter les faibles et les opprimés ; elles aident les populations à développer leurs ressources naturelles de façon responsable et à les protéger de l'exploitation ; elles combattent la pauvreté sous toutes ses formes ».

« Elles n'ont pas peur, même au prix de grands sacrifices, de se battre pour la justice et de sensibiliser les puissants et les riches sur la destination universelle des biens de ce monde », a insisté Mgr Auza.

« », a-t-il ajouté.

Et si leur travail n'est pas « parfait », cependant « les religions et les organisations confessionnelles sont des partenaires pour le développement durable, et seront de puissants agents de la réalisation des objectifs de développement durable post-2015 », a affirmé l'archevêque.

A tel point « qu'aucun effort sérieux pour atteindre les objectifs de développement durable ne connaîtra de succès durable si les religions et les organisations confessionnelles ne participent pas activement à la discussion et à l'application des politiques ».

Non à la marginalisation des religions

Mais dans cette mission, les organisations confessionnelles peuvent « déranger », a-t-il fait observer en évoquant notamment « la lutte pour la protection des ressources naturelles, comme les forêts et les terres du patrimoine des populations autochtones ».

Mgr Auza a fait mémoire de « milliers de personnes dont le combat pour la justice et la dignité a été profondément motivé par leur foi religieuse et leur croyance en la dignité inhérente à chaque personne humaine » : « Nous leur devons respect et gratitude. Nous devons poursuivre leur lutte. »

Le Saint-Siège a condamné « les cas de marginalisation » ou de « restrictions », quand ce n'est pas « une persécution ouverte », à l'encontre des religions et des organisations religieuses : ces cas « constituent une violation des droits humains fondamentaux ».

Il a condamné aussi « ceux qui utilisent la religion comme justification pour violer les droits de l'homme et commettre des violences », rappelant que l'« intolérance et les violences religieuses continuent dans certaines régions et nations alors même que nous parlons ».

Avec ses plus de 200 000 écoles, ses quelque 40 000 établissements de soins dans le monde, son « vaste réseau d'agences humanitaires et de développement », l’Église catholique « continue à répondre aux catastrophes et à promouvoir le développement durable », indépendamment « de la race, la religion et de l'origine nationale ou ethnique », a affirmé Mgr Auza.

L'archevêque a conclu en exprimant le « respect profond et durable » du Saint-Siège « pour les autres religions » : « il ne rejette rien de ce qui est vrai, noble et saint dans ces religions. Il attend la même chose de leur part », afin de pouvoir ensemble « bâtir des relations solides, pour le plus grand bien de toute l'humanité ».
(12 février 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/onu-les-religions-de-puissants-agents-du-d…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 5 Mar - 19:41 (2015)    Sujet du message: LE PELERINAGE DE LA JUSTICE DE L'EAU : CELEBRATION LITURGIQUE Répondre en citant



Rituel magique, païen. Pendant ce temps, Rome et ses filles passent toutes sortes de lois afin de nous empêcher d'avoir accès à l'eau, ou nous le font payer très cher. Ceci est une des pratiques du paganisme qui revit dans chacune de nos sociétés, qui se cache derrière le programme environnemental. Le Conseil Mondial des Eglises avec son sorcier, comme vous pouvez le voir, encore une fois, promouvoit des pratiques condamnées par Dieu, amenant les populaces à adorer la création plutôt que Dieu qui a créé toutes ces choses pour notre bien-être. Le Seigneur ne nous a-t-il pas mis en garde contre toutes ces pratiques?

...

« Dans l’Eon d’Horus, l’approche dualistique de la religion sera transcendée à travers l’abolition de la présente notion d’un Dieu externe à soi-même. Les deux seront unis. « L’Homme ne vénèrera plus Dieu tel un facteur externe, comme dans le paganisme, ou tel un état interne de conscience, comme dans le christianisme, mais il se rendra compte de son identité avec celui-ci. » Le Nouvel Éon d’Horus, basé sur l’union des polarités masculines et féminines, comprendra l’usage magique de semence et d’ecstasy, culminant dans une apothéose de matière – « dans l’accomplissement de la vieille doctrine gnostique qui veut que l’Esprit et la matière ne fasse qu’un et non deux » – symbolisé par l’androgyne Baphomet des Templiers et des Illuminatis.» [9]

Le Livre de la Loi constitua la base de la Théléma, qui s’articulait autour de trois lois philosophiques clés :

1. Fais ce que tu souhaites devra être la loi complète;

2. L’amour est la Loi ; l’Amour sous la volonté ;

3. Chaque homme et chaque femme est une étoile.

 


...

http://axedelaresistance.com/aleister-crowley-ses-liens-avec-lelite-et-son-…

-----

3e semaine


Rommel F. Linatoc pendant une célébration liturgique lors d'une consultation du ROE. © Helen Putsman/COE/ROE

La troisième réflexion biblique des Sept semaines pour l’eau 2015 a été écrite par le professeur Rommel F. Linatoc, représentant de la Conférence chrétienne d’Asie auprès du Groupe de direction (IRG) du Réseau œcuménique de l’eau du COE. Il est actuellement secrétaire exécutif du Conseil national des Églises des Philippines pour l’unité chrétienne et les relations œcuméniques. Pour lui, il est important d’utiliser l’imagerie liée à l’eau dans nos liturgies quand on parle de justice. En outre, il nous appelle à ne pas limiter nos célébrations liturgiques aux services dominicaux mais à en faire un élément constitutif de notre vie.

LE PELERINAGE DE LA JUSTICE DE L'EAU : CELEBRATION LITURGIQUE

Dans le contexte des Philippines, les Églises protestantes traditionnelles et les chrétiens et chrétiennes catholiques romains, indépendants, évangéliques et pentecôtistes ont célébré ensemble la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens (2013-2014). Le guide liturgique a été traduit par les communautés locales dans les dialectes et langues compris et utilisés par la population locale. Pour contextualiser la célébration, les problématiques les plus pressantes touchant les populations ont été incorporées dans la liturgie, au premier plan desquelles se trouvait la question de «l’eau et la justice». Pendant la liturgie, l’eau était symbolisée comme une source de vie et un droit fondamental. C’est un élément essentiel de la vie en abondance (cf. Jean 10,10). Dans la litanie, la question de l’eau était représentée dans les contextes local et international.

Aujourd’hui, il reste de nombreux pays qui se disputent des territoires et les eaux sont divisées encore et encore. Paradoxalement, à l’ère du post-colonialisme, l’appel à la paix demeure à l’ordre du jour d’un grand nombre de ces pays. L’idéal de la paix et de la justice a perdu de sa signification à cause des répercussions négatives des programmes d’ajustement structurel, qui sont responsables d’avoir transformé l’eau – élément fondamental à la vie – en marchandise. Notre rhétorique biblique n’aura aucun sens si nous ne sommes pas capables de voir la relation qui existe entre la problématique de l’eau et d’autres problématiques sociales.

http://water.oikoumene.org/en/whatwedo/seven-weeks-for-water/2015/2015_3_A_…Pour continuer la lecture, veuillez télécharger la réflexion (pdf, 400 KB)

Pistes de réflexion

Les services liturgiques: processus de transformation
  1. Sommes-nous transformés quand nous assistons à un service liturgique? (cf. 2 Cor. 5,17)
  2. Dans quelle mesure nos services liturgiques donnent-ils à nos communautés les moyens de rechercher de l’eau potable sûre?
  3. Quelles seront nos réflexions et nos actions concrètes pour combattre les maux structurels qui causent la mort de millions d’individus? (cf. Joël 2,28-29, Michée 3,8 et Mt. 5,13-17)
Thèmes de discussion

La demande et le partage de l’eau: les expériences communes d’habilitation qui défient les relations de pouvoir
  1. Quelle a été l’expérience de Jésus lors de sa conversation avec la Samaritaine (cf. Jean 4,1-41)?
  2. Dans quelle mesure les récits de crucifixion aiguisent-ils les significations de l’eau vive?
Quelques idées pour agir
  1. Préparez une liturgie sur le thème de l’eau, inspirée par les nombreuses ressources liturgiques disponibles sur Internet, notamment sur le site web du ROE.
  2. Parlez avec vos responsables religieux afin de consacrer un dimanche – par exemple le 22 mars, Journée mondiale de l’eau – pour suivre une liturgie spéciale sur le thème de l’eau et de son importance spirituelle et physique dans notre vie.
http://water.oikoumene.org/fr/whatwedo/seven-weeks-for-water/2015/3e-semaine?set_language=fr


Dernière édition par maria le Lun 23 Mar - 05:49 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Mar - 02:40 (2015)    Sujet du message: CLIMAT : L'ATTENTION DU SAINT-SIEGE POUR LES PLUS PAUVRES Répondre en citant

CLIMAT : L'ATTENTION DU SAINT-SIEGE POUR LES PLUS PAUVRES

Mgr Tomasi à la 28e session du Conseil des droits de l'homme

Rome, 14 mars 2015 (Zenit.org) Anne Kurian 

Dans la lutte contre les conséquences du changement climatique, le Saint-Siège demande à la communauté internationale « une attention particulière pour les plus vulnérables », qui sont « les plus pauvres » des pays en développement.

Mgr Silvano M. Tomasi, représentant permanent du Saint-Siège aux Nations-Unies à Genève, a pris la parole au cours de la 28e session du Conseil des droits de l’homme (2-27 mars 2015), sur le thème des droits des l'homme et du changement climatique, le 6 mars.

Durant son intervention, il a encouragé « des efforts qui favorisent le bien, le respect de la dignité humaine et une attention particulière pour les plus vulnérables ».

L'archevêque a en effet exprimé la préoccupation du Saint-Siège pour « les personnes les plus pauvres des pays les plus vulnérables », qui paieront « le plus lourd tribut » des conséquences du changement climatique alors qu'elles n'ont « presque aucun rôle » dans ce changement.

Il a appelé les nations du monde à prendre deux décisions éthiques : tout d'abord, « s'engager à réduire les émissions de dioxyde carbone à un niveau minimum ». Cette décision est guidée par la « prudence » et la conscience de la « responsabilité » de tous pour « réduire les dommages potentiels ».

La communauté internationale a aussi le devoir de « financer les mesures d'adaptation aux impacts du changement climatique nécessaires aux peuples vulnérables », a-t-il ajouté. Cette « solidarité » est indispensable car les plus pauvres des pays en développement dépendent de ressources « sensibles au climat » pour leurs moyens de subsistance.

Le Saint-Siège souhaite en ce sens que les contributions au Fonds vert pour le climat « augmentent » afin de « permettre aux pays les plus vulnérables d’atténuer et de s'adapter de façon plus efficace aux effets du changement climatique ».

Mgr Tomasi a fait observer que les événements climatiques extrêmes menaçaient de plus en plus la sécurité alimentaire dans le monde : selon des estimations, 600 millions de personnes seront confrontées à la malnutrition en raison du changement climatique ; et un milliard de personnes sont aujourd'hui « extrêmement vulnérables » face à la prolifération des tempêtes et la montée du niveau de la mer.

Insistant sur « l'interdépendance » entre l'homme et la nature et entre les peuples, il a souligné que « personne n'est exempt des impacts du changement climatique ou de la responsabilité morale d'agir en solidarité avec l'autre pour répondre à cette préoccupation mondiale ».

Les pays développés et les pays en développement partagent une responsabilité commune envers l'environnement : « ils constituent l'unique famille humaine de cette terre avec la mission commune de gérer et protéger la création pour les générations futures », a-t-il conclu.
(14 mars 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/climat-l-attention-du-saint-siege-pour-les…

Que veut dire cette phrase de Mgr Tomasi? Jugez par vous-même et dites-moi s'il n'est pas en train d'appeler à une éradication des pauvres dans son message biaisé. Nous sommes maintenant entrés dans une phase importante de ces rituels de la mort qui sont offerts à la déesse de la mort Hail Maria qui n'est autre que l'androgine de Lucifer, vers lequel, malheureusement, des milliers d'idolâtres vont se prosterner pour chercher réconfort en temps de paix mais surtout en temps de grands troubles.

Nous n'avons qu'à écouter certains discours de nos grands scientifiques de la médecine, des autorités gouvernementales qui marchent avec l'occulte ONU et le Vatican, des hauts dirigeants militaires et cléricaux dont les projets ne manquent plus pour offrir la mort sous des couverts humanitaires et/ou sécuritaires.

Le 1er commandement de Lucifer, qui est de réduire les populations à 550 millions d'individus, nous le voyons est complètement opérationnel dans tous les pays. Alors, quand un émissaire nazi de Rome nous arrive avec un supposé plan pour sauver les plus pauvres, alors qu'ils contrôlent tout sur cette planète, nous pouvons nous poser bien des questions sur leur véritable amour pour l'humanité. Cet article est carrément un signal pour les agents sur le terrain d'aller de l'avant dans ce programme eugénique, utilisant le programme environnemental, comme écran de fond, pour mieux berner les populaces.  


POUR LES PLUS PAUVRES ... S'ENGAGER A REDUIRE LES EMISSIONS DE DIOXYDE CARBONE A UN NIVEAU MINIMUM
... Dès qu’il fut décidé par les globalistes qu’un matraquage médiatique au réchauffement climatique servirait plus aisément leurs intérêts qu’une tendance de refroidissement global, ils accélérèrent leur programme avec une grande célérité. En 1996, la Fondation mentionna dans son rapport annuel que:

«La Fondation Rockefeller a créé le programme LEAD (Leadership for Environment and Development) afin de cultiver un réseau de professionnels talentueux, en milieu de carrière, provenant de diverses disciplines et divers domaines d’activités, et impliqués dans le développement durable».

Eu égard aux nombreuses activités de LEAD, le rapport mentionne:

«L’évolution économique et le développement humain sont fondés sur des approvisionnements énergétiques suffisants. Néanmoins, les sous-produits de la production de combustibles fossiles posent à l’humanité certaines des menaces les plus grandes. Le dioxyde de carbone libéré par les combustibles fossiles, laissé à un accroissement de sa teneur dans l’atmosphère de la terre, a le potentiel de piéger un excès de chaleur qui pourrait induire un réchauffement global».

Qu’en est-il donc de tout ce programme complexe de “riz magique” et de “blé magique”, qui se déroule sur de nombreuses décennies en une progression lente mais stratégique? Et pourquoi le “réchauffement global” entre-t-il dans l’équation? C’est dans le rapport annuel de 1968 de la Fondation que la raison véritable de ce processus laborieux, et déterminé, est explicitée au grand jour:

«De grandes organisations, telles que le “Population Council” et les “National and International Planned Parenthood Federations”, ont été soutenues (lisez, par la Fondation) de façons diverses. Ces organisations et d’autres qui existent, tout autant que celles qui vont émerger, représentent des outils excessivement importants pour le développement des méthodes contraceptives et des programmes d’information relatifs au planning familial».

Dans des mots qui glacent le sang, les étapes et les objectifs futurs de la Fondation sont déclinés à la page 54:

«Cela va explorer les possibilités de programmes de formation, de séminaires, de forums publics, de symposiums et autres modalités afin de transmettre des informations, quant à l’impact de la croissance démographique sur le développement économique et social, aux officiels des gouvernements dans les ministères de la santé, dans les commissions de planification, et autres agences adéquates, dans le but d’activer une implication plus conséquente pour tout ce qui concerne les politiques démographiques et les programmes de contrôle de la population.»

Comme nous le savons, l’appel à une intensification du planning familial au nom de l’environnement a été promu de façon croissante par l’élite Malthusienne. Il est évident que l’une des autres modalités mentionnées par le rapport a été découverte et exploitée, de fond en comble: le grand mythe du Réchauffement Global Anthropique fut créé et recouvert d’une sauce subtile de science afin de donner à tout le ragoût un air de crédibilité. Et le programme eugénique suit son chemin.

http://www.liberterre.fr/liberterres/eugenisme/rockefeller02.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 19 Mar - 03:54 (2015)    Sujet du message: HUNTINGTON BEACH SCORED HUGE VICTORIES AGAINST AGENDA 21 TYRANNY. Répondre en citant

HUNTINGTON BEACH SCORED HUGE VICTORIES AGAINST AGENDA 21 TYRANNY.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=lHamcG4iouA


HUNTINGTON BEACH RESIDENTS EXPOSE 10 YEARS OF HIGH DENSITY. IT'S NOT PRETTY.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=EfG4m4Wd81E

HUNTINGTON BEACH VOTES DOWN AGENDA 21 RETROFITTING LOANS. GOOD DEBATE.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=IsNahq_tPJ8


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:24 (2016)    Sujet du message: SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 35, 6, 720, 21, 22  >
Page 6 sur 22

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com