LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21
Aller à la page: <  1, 2, 39, 10, 1120, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 02:21 (2015)    Sujet du message: PETIT TOUR DE L'ENCYCLIQUE GRÂCE A QUELQUES CITATIONS (1/6) Répondre en citant



PETIT TOUR DE L'ENCYCLIQUE GRÂCE A QUELQUES CITATIONS (1/6)


Comment le gouvernement mondial communiste se cache derrière la science religieuse païenne du culte du soleil et de la création pour nous ïmposer par la force, en créant le péché de l'environnement, afin de nous faire entrer dans cet âge de grandeur noirceur et de défiance totale envers le Dieu Créateur. Ceci est en fait la pure religion luciférienne dont a fait mention Albert Pike, dans son livre "Morales et Dogmes". Les cultes à la terre Mère (Gaïa), aux astres et la griffe sur tous les humains enveloppés de magie, d'idolâtrie et de rituels sataniques de toutes sortes seront les bases de ce nouveau monde. Pour être conforme aux valeurs de cet ordre nouveau, il faudra changer les mentalités, changer la manière de vivre, de manger, etc. Il leur faudra aussi exterminer des milliards de personnes afin de protéger la planète et ainsi lui redonner ses lettres de noblesses. En fait, c'est la main-mise sur tous les pays et ses ressources alors que les humains seront centralisés et esclaves de ce nouveau système féodal.  Comprenez le double langage de leur discours pour vous convaincre de l'urgence de changer les choses. Depuis la mise en place de tout ce programme, on n'a cessé de blâmer les humains mais quand nous y regardons de plus près, qui sont les principaux destructeurs de cette planète?

La grande séduction des temps de la fin, tant annoncée dans la Bible est ici, devant nous tous. La main mise de Rome sur tous les continents se concrétisera par l'imposition de cet encyclique environnemental.


Ipissima verba: voici des passages du premier des six chapitres de l'encyclique "Loué sois-tu".

Rome, 18 juin 2015 (ZENIT.org) Staff Reporter

Voici quelques citations du premier chapitre de l’encyclique du pape François, « sur la sauvegarde de la maison commune » en vue de « la maison commune du ciel ».

Chapitre I (17-61) CE QUI SE PASSE DANS NOTRE MAISON

« Je crois que François est l’exemple par excellence de la protection de ce qui est faible et d’une écologie intégrale, vécue avec joie et authenticité » (10).

« Si nous nous sentons intimement unis à tout ce qui existe, la sobriété et le souci de protection jailliront spontanément » (11).

«  Le monde est plus qu’un problème à résoudre, il est un mystère joyeux que nous contemplons dans la joie et dans la louange » (12).

« Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer » (13).

« Les jeunes nous réclament un changement » (13).

« J’adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète » (14).

« Tous, nous pouvons collaborer comme instruments de Dieu pour la sauvegarde de la création, chacun selon sa culture, son expérience, ses initiatives et ses capacités » (14).

« J’espère que cette Lettre encyclique, qui s’ajoute au Magistère social de l’Église, nous aidera à reconnaître la grandeur, l’urgence et la beauté du défi qui se présente à nous » (15).

« Aborder cette question serait une façon de contrecarrer la culture du déchet qui finit par affecter la planète entière, mais nous remarquons que les progrès dans ce sens sont encore très insuffisants » (22).

« Si la tendance actuelle continuait, ce siècle pourrait être témoin de changements climatiques inédits et d’une destruction sans précédent des écosystèmes, avec de graves conséquences pour nous tous » (24).

« Le changement climatique est un problème global aux graves répercussions environnementales, sociales, économiques, distributives ainsi que politiques, et constitue l’un des principaux défis actuels pour l’humanité » (25).

« L’augmentation du nombre de migrants fuyant la misère, accrue par la dégradation environnementale, est tragique » (n. 25).

« Certaines études ont alerté sur la possibilité de souffrir d’une pénurie aiguë d’eau dans quelques décennies, si on n’agit pas en urgence » (31).

« Le coût des dommages occasionnés par la négligence égoïste est beaucoup plus élevé que le bénéfice économique qui peut en être obtenu » (36).

« Mentionnons, par exemple, ces poumons de la planète pleins de biodiversité que sont l’Amazonie et le bassin du fleuve Congo, ou bien les grandes surfaces aquifères et les glaciers. On n’ignore pas l’importance de ces lieux pour toute la planète et pour l’avenir de l’humanité » (38).

« Qu’une vraie approche écologique se transforme toujours en une approche sociale, qui doit intégrer la justice dans les discussions sur l’environnement, pour écouter tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres » (49).

« Accuser l’augmentation de la population et non le consumérisme extrême et sélectif de certains est une façon de ne pas affronter les problèmes » (50).

« La dette extérieure des pays pauvres s’est transformée en un instrument de contrôle, mais il n’en est pas de même avec la dette écologique (…). Il faut que les pays développés contribuent à solder cette dette, en limitant de manière significative la consommation de l’énergie non renouvelable et en apportant des ressources aux pays qui ont le plus de besoins, pour soutenir des politiques et des programmes de développement durable » (52).

« Ces situations provoquent les gémissements de sœur terre, qui se joignent au gémissement des abandonnés du monde, dans une clameur exigeant de nous une autre direction » (53).

« Nous n’avons jamais autant maltraité ni fait de mal à notre maison commune qu’en ces deux derniers siècles » (53).

« Nous sommes appelés à être les instruments de Dieu le Père pour que notre planète soit ce qu’il a rêvé en la créant, et pour qu’elle réponde à son projet de paix, de beauté et de plénitude » (53).

“La faiblesse de la réaction politique internationale est frappante » (54).

« La soumission de la politique à la technologie et aux finances se révèle dans l’échec des Sommets mondiaux sur l’environnement. Il y a trop d’intérêts particuliers, et très facilement l’intérêt économique arrive à prévaloir sur le bien commun et à manipuler l’information pour ne pas voir affectés ses projets » (54).

« La dégradation de l’environnement comme la dégradation humaine et éthique sont intimement liées » (56).

« L’être humain est encore capable d’intervenir positivement » (58).

« L’être humain s’arrange pour alimenter tous les vices autodestructifs : en essayant de ne pas les voir, en luttant pour ne pas les reconnaître, en retardant les décisions importantes, en agissant comme si de rien n’était » (59).

« Des symptômes d’un point de rupture semblent s’observer » (60).
(18 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/petit-tour-de-l-encyclique-grace-a-quelque…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 21 Juin - 02:21 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 02:40 (2015)    Sujet du message: L'EVANGILE DE LA CREATION : PETIT TOUR DE L'ENCYCLIQUE EN CITATIONS (2/6) Répondre en citant



L'EVANGILE DE LA CREATION : PETIT TOUR DE L'ENCYCLIQUE EN CITATIONS (2/6)

Voici quelques citations du deuxième chapitre de l’encyclique « Loué sois-tu », « sur la sauvegarde de la maison commune », en vue de « la maison commune du ciel ». La première partie a été publiée hier, 18 juin (chapitre I: "Ce qui se passe dans notre maison").

Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Anita Bourdin 

Chapitre II (62-100) L’EVANGILE DE LA CREATION

« Les convictions de la foi offrent aux chrétiens, et aussi à d’autres croyants, de grandes motivations pour la protection de la nature et des frères et sœurs les plus fragiles » (62).

« Trois relations fondamentales (sont) intimement liées : la relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre » (66).

« Cette responsabilité vis-à-vis d’une terre qui est à Dieu implique que l’être humain, doué d’intelligence, respecte les lois de la nature et les délicats équilibres entre les êtres de ce monde » (68).

« La Bible ne donne pas lieu à un anthropocentrisme despotique qui se désintéresserait des autres créatures » (68).

« Quand la justice n’habite plus la terre, la Bible nous dit que toute la vie est en danger » (70).

« Nous ne pouvons pas avoir une spiritualité qui oublie le Dieu tout-puissant et créateur. Autrement, nous finirions par adorer d’autres pouvoirs du monde, ou bien nous nous prendrions la place du Seigneur au point de prétendre piétiner la réalité créée par lui, sans connaître de limite » (75).

« La meilleure manière de mettre l’être humain à sa place, et de mettre fin à ses prétentions d’être un dominateur absolu de la terre, c’est de proposer la figure d’un Père créateur et unique maître du monde, parce qu’autrement l’être humain aura toujours tendance à vouloir imposer à la réalité ses propres lois et intérêts » (75).

« L’aboutissement de la marche de l’univers se trouve dans la plénitude de Dieu, qui a été atteinte par le Christ ressuscité, axe de la maturation universelle » (83).

« L’ensemble de l’univers, avec ses relations multiples, révèle mieux l’inépuisable richesse de Dieu » (86).

« L’incohérence est évidente de la part de celui qui lutte contre le trafic d’animaux en voie d’extinction mais qui reste complètement indifférent face à la traite des personnes, se désintéresse des pauvres, ou s’emploie à détruire un autre être humain qui lui déplaît » (91).

« L’environnement est un bien collectif, patrimoine de toute l’humanité, sous la responsabilité de tous » (95).

« Jésus vivait en pleine harmonie avec la création, et les autres s’en émerveillaient » (98).

« Pour la compréhension chrétienne de la réalité, le destin de toute la création passe par le mystère du Christ, qui est présent depuis l’origine de toutes choses » (99).

« Les créatures de ce monde ne se présentent plus à nous comme une réalité purement naturelle, parce que le Ressuscité les enveloppe mystérieusement et les oriente vers un destin de plénitude. Même les fleurs des champs et les oiseaux qu’émerveillé il a contemplés de ses yeux humains, sont maintenant remplis de sa présence lumineuse » (100).

« Il ne sert à rien de décrire les symptômes de la crise écologique, si nous n’en reconnaissons pas la racine humaine. Il y a une manière de comprendre la vie et l’activité humaine qui a dévié et qui contredit la réalité jusqu’à lui nuire » (101).

© Librairie éditrice du Vatican
(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/l-evangile-de-la-creation-petit-tour-de-l-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 02:48 (2015)    Sujet du message: LA RACINE HUMAINE DE LA CRISE ECOLOGIQUE : L’ENCYCLIQUE EN CITATIONS (3/6) Répondre en citant




LA RACINE HUMAINE DE LA CRISE ECOLOGIQUE : L’ENCYCLIQUE EN CITATIONS (3/6)

Voici quelques citations du troisième chapitre de l’encyclique « Loué sois-tu », « sur la sauvegarde de la maison commune », en vue de « la maison commune du ciel ». La première partie (ch. I : « Ce qui se passe dans notre maison ») a été publiée le18 juin ; la deuxième (ch. II : « L’Evangile de la création ») le 19 juin.
Rome, 20 juin 2015 (ZENIT.org) Anita Bourdin 

Chapitre III : LA RACINE HUMAINE DE LA CRISE ECOLOGIQUE (101-136)

« Le marché ne garantit pas en soi le développement humain intégral ni l’inclusion sociale » (109).

« Cependant, il est possible d’élargir de nouveau le regard, et la liberté humaine est capable de limiter la technique, de l’orienter, comme de la mettre au service d’un autre type de progrès, plus sain, plus humain, plus social, plus intégral » (112).

« La libération par rapport au paradigme technocratique régnant a lieu, de fait, en certaines occasions, par exemple, quand des communautés de petits producteurs optent pour des systèmes de production moins polluants, en soutenant un mode de vie, de bonheur et de cohabitation non consumériste » (112).

« Ne nous résignons pas à cela, et ne renonçons pas à nous interroger sur les fins et sur le sens de toute chose » (113).

« L’anthropocentrisme moderne, paradoxalement, a fini par mettre la raison technique au-dessus de la réalité, parce que l’être humain « n’a plus le sentiment ni que la nature soit une norme valable, ni qu’elle lui offre un refuge vivant. Il la voit sans suppositions préalables, objectivement, sous la forme d’un espace et d’une matière pour une œuvre où l’on jette tout, peu importe ce qui en résultera » (115).

« La critique de l’anthropocentrisme dévié ne devrait pas non plus faire passer au second plan la valeur des relations entre les personnes » (119).

« On ne peut pas envisager une relation avec l’environnement isolée de la relation avec les autres personnes et avec Dieu » (119).

« Puisque tout est lié, la défense de la nature n’est pas compatible non plus avec la justification de l’avortement » (120).

« Quand l’être humain se met lui-même au centre, il finit par donner la priorité absolue à ses intérêts de circonstance, et tout le reste devient relatif » (122).

« La culture du relativisme est la même pathologie qui pousse une personne à exploiter son prochain et à le traiter comme un pur objet, l’obligeant aux travaux forcés, ou en faisant de lui un esclave à cause d’une dette » (123).

« La spiritualité chrétienne, avec l’admiration contemplative des créatures que nous trouvons chez saint François d’Assise, a développé aussi une riche et saine compréhension du travail, comme nous pouvons le voir, par exemple, dans la vie du bienheureux Charles de Foucauld et de ses disciples » (125).

« Les coûts humains sont toujours aussi des coûts économiques, et les dysfonctionnements économiques entraînent toujours des coûts humains» (128).

« En général, on justifie le dépassement de toutes les limites quand on fait des expérimentations sur les embryons humains vivants » (136).

© Librairie éditrice du Vatican
(20 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/la-racine-humaine-de-la-crise-ecologique-l…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 02:57 (2015)    Sujet du message: UNE ECOLOGIE INTEGRALE : PETIT TOUR DE L'ENCYCLIQUE EN CITATIONS (4/6) Répondre en citant



UNE ECOLOGIE INTEGRALE : PETIT TOUR DE L'ENCYCLIQUE EN CITATIONS (4/6)

Voici quelques citations du quatrième chapitre de l’encyclique « Loué sois-tu », « sur la sauvegarde de la maison commune », en vue de « la maison commune du ciel ». La première partie (ch. I : « Ce qui se passe dans notre maison ») a été publiée le18 juin ; la deuxième (ch. II : « L’Evangile de la création ») le 19 juin, la troisième (ch. III : « La racine humaine de la crise écologique »), le 20 juin.

Rome, 21 juin 2015 (ZENIT.org) Anita Bourdin 

Chapitre IV : UNE ECOLOGIE INTEGRALE (137-162)

« Voilà pourquoi les connaissances fragmentaires et isolées peuvent devenir une forme d’ignorance si elles refusent de s’intégrer dans une plus ample vision de la réalité » (138).

« Cela nous empêche de concevoir la nature comme séparée de nous ou comme un simple cadre de notre vie. Nous sommes inclus en elle, nous en sommes une partie, et nous sommes enchevêtrés avec elle » (139).

« Il n’y a pas deux crises séparées, l’une environnementale et l’autre sociale, mais une seule et complexe crise socio-environnementale » (139).

« La croissance économique tend à produire des automatismes et à homogénéiser, en vue de simplifier les procédures et de réduire les coûts. C’est pourquoi une écologie économique est nécessaire, capable d’obliger à considérer la réalité de manière plus ample » (141).

« Si tout est lié, l’état des institutions d’une société a aussi des conséquences sur l’environnement et sur la qualité de vie humaine : «Toute atteinte à la solidarité et à l’amitié civique provoque des dommages à l’environnement» » (142).

« Il y a, avec le patrimoine naturel, un patrimoine historique, artistique et culturel, également menacé » (143).

« Prétendre résoudre toutes les difficultés à travers des réglementations uniformes ou des interventions techniques, conduit à négliger la complexité des problématiques locales qui requièrent l’intervention active des citoyens » (144).

« La disparition d’une culture peut être aussi grave ou plus grave que la disparition d’une espèce animale ou végétale » (145).

« Dans ce sens, il est indispensable d’accorder une attention spéciale aux communautés aborigènes et à leurs traditions culturelles » (146).

« La sensation d’asphyxie, produite par l’entassement dans des résidences et dans des espaces à haute densité de population, est contrebalancée si des relations humaines d’un voisinage convivial sont développées, si des communautés sont créées, si les limites de l’environnement sont compensées dans chaque personne qui se sent incluse dans un réseau de communion et d’appartenance » (148).

« Il faut prendre soin des lieux publics, du cadre visuel et des signalisations urbaines qui accroissent notre sens d’appartenance, notre sensation d’enracinement, notre sentiment d’‘‘être à la maison’’, dans la ville qui nous héberge et nous unit » (151).

« La possession d’un logement est très étroitement liée à la dignité des personnes et au développement des familles. C’est une question centrale de l’écologie humaine » (152).

« La qualité de vie dans les villes est étroitement liée au transport, qui est souvent une cause de grandes souffrances pour les habitants » (153).

« L’écologie humaine implique aussi quelque chose de très profond : la relation de la vie de l’être humain avec la loi morale inscrite dans sa propre nature, relation nécessaire pour pouvoir créer un environnement plus digne. Benoît XVI affirmait qu’il existe une ‘‘écologie de l’homme’’ » (155).

« L’écologie humaine est inséparable de la notion de bien commun, un principe qui joue un rôle central et unificateur dans l’éthique sociale » (156).

« Le bien commun présuppose le respect de la personne humaine comme telle, avec des droits fondamentaux et inaliénables ordonnés à son développement intégral. Le bien commun exige aussi le bien-être social et le développement des divers groupes intermédiaires, selon le principe de subsidiarité. Parmi ceux-ci, la famille » (157).

«L’environnement se situe dans la logique de la réception. C’est un prêt que chaque génération reçoit et doit transmettre à la génération suivante » (159).

« Les prévisions catastrophistes ne peuvent plus être considérées avec mépris ni ironie. Nous pourrions laisser trop de décombres, de déserts et de saletés aux prochaines générations » (161).

© Librairie éditrice du Vatican
(21 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/une-ecologie-integrale-petit-tour-de-l-enc…


Dernière édition par maria le Lun 22 Juin - 02:20 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 02:58 (2015)    Sujet du message: QUELQUES LIGNES D'ORIENTATION ET D'ACTION : L’ENCYCLIQUE EN CITATIONS (5/6) Répondre en citant



QUELQUES LIGNES D'ORIENTATION ET D'ACTION : L’ENCYCLIQUE EN CITATIONS (5/6)

Voici quelques citations du cinquième chapitre de l’encyclique « Loué sois-tu ». La première partie (« Ce qui se passe dans notre maison ») a été publiée le18 juin ; la deuxième (« L’Evangile de la création ») le 19 juin, la troisième (« La racine humaine de la crise écologique »), le 20 juin, la quatrième le 21 juin (« Une écologie intégrale »).

Rome, 22 juin 2015 (ZENIT.org) Anita Bourdin

Chapitre V : QUELQUES LIGNES D’ORIENTATION ET D’ACTION (163-201)

« Essayons à présent de tracer les grandes lignes de dialogue à même de nous aider à sortir de la spirale d’autodestruction dans laquelle nous nous enfonçons » (163).

« Il faut espérer que l’humanité du début du XXIème siècle pourra rester dans les mémoires pour avoir assumé avec générosité ses graves responsabilités » (165).

« Les Sommets mondiaux de ces dernières années sur l’environnement n’ont pas répondu aux attentes parce que, par manque de décision politique » (166).

« L’exploitation directe de l’abondante énergie solaire demande que des mécanismes et des subsides soient établis, de sorte que les pays en développement puissent accéder au transfert de technologies, à l’assistance technique, et aux ressources financières, mais toujours en faisant attention aux conditions concrètes, puisque «on n’évalue pas toujours de manière adéquate la compatibilité des infrastructures avec le contexte pour lequel elles ont été conçues » (172).

« La maturation d’institutions internationales devient indispensable, qui doivent être plus fortes et efficacement organisées » (175).

« Le droit, qui établit les règles des comportements acceptables à la lumière du bien commun, est un facteur qui fonctionne comme un modérateur important » (177).

« La continuité est indispensable parce que les politiques relatives au changement climatique et à la sauvegarde de l’environnement ne peuvent pas changer chaque fois que change un gouvernement » (181).

« Une étude de l’impact sur l’environnement ne devrait pas être postérieure à l’élaboration d’un projet de production ou d’une quelconque politique, plan ou programme à réaliser » (183).

« Mais à la table de discussion, les habitants locaux doivent avoir une place privilégiée » (183).

« Certains projets qui ne sont pas suffisamment analysés peuvent affecter profondément la qualité de vie dans un milieu pour des raisons très diverses, comme une pollution acoustique non prévue, la réduction du champ visuel, la perte de valeurs culturelles, les effets de l’utilisation de l’énergie nucléaire. La culture consumériste, qui donne priorité au court terme et à l’intérêt privé, peut encourager des procédures trop rapides ou permettre la dissimulation d’information » (184).

« Ce principe de précaution permet la protection des plus faibles, qui disposent de peu de moyens pour se défendre et pour apporter des preuves irréfutables » (186).

« La politique ne doit pas se soumettre à l’économie et celle-ci ne doit pas se soumettre aux diktats ni au paradigme d’efficacité de la technocratie » (189).

« Quand on pose ces questions, certains réagissent en accusant les autres de prétendre arrêter irrationnellement le progrès et le développement humain. Mais nous devons nous convaincre que ralentir un rythme déterminé de production et de consommation peut donner lieu à d’autres formes de progrès et de développement » (191).

« Pour que surgissent de nouveaux modèles de progrès nous devons «convertir le modèle de développement global»  »  (194).

« Il s’agit simplement de redéfinir le progrès. Un développement technologique et économique qui ne laisse pas un monde meilleur et une qualité de vie intégralement supérieure ne peut pas être considéré comme un progrès » (194).

« Si la politique n’est pas capable de rompre une logique perverse, et de plus reste enfermée dans des discours appauvris, nous continuerons à ne pas faire face aux grands problèmes de l’humanité » (197).

« Il faudra inviter les croyants à être cohérents avec leur propre foi et à ne pas la contredire par leurs actions ; il faudra leur demander de s’ouvrir de nouveau à la grâce de Dieu et de puiser au plus profond de leurs propres convictions sur l’amour, la justice et la paix » (200).

© Librairie éditrice du Vatican
(22 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/quelques-lignes-d-orientation-et-d-action-…


Dernière édition par maria le Jeu 25 Juin - 06:18 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 02:58 (2015)    Sujet du message: EDUCATION ET SPIRITUALITE ECOLOGIQUES : PETIT TOUR DE L'ENCYCLIQUE EN CITATIONS (6/6) Répondre en citant



EDUCATION ET SPIRITUALITE ECOLOGIQUES  : PETIT TOUR DE L'ENCYCLIQUE EN CITATIONS (6/6)

Voici quelques citations du sixième et dernier chapitre de l’encyclique « Loué sois-tu ». La première partie (« Ce qui se passe dans notre maison ») a été publiée le 18 juin ; la deuxième (« L’Evangile de la création ») le 19 juin, la troisième (« La racine humaine de la crise écologique »), le 20 juin, la quatrième le 21 juin (« Une écologie intégrale »), la cinquième, le 22 juin (« Quelques lignes d’orientation et d’action »).
Rome, 23 juin 2015 (ZENIT.org) Anita Bourdin  

Chapitre VI: EDUCATION ET SPIRITUALITE ECOLOGIQUES (201-245)

« Quand les personnes deviennent autoréférentielles et s’isolent dans leur propre conscience, elles accroissent leur voracité » (204).

« Cependant, tout n’est pas perdu, parce que les êtres humains, capables de se dégrader à l’extrême, peuvent aussi se surmonter, opter de nouveau pour le bien et se régénérer, au-delà de tous les conditionnements mentaux et sociaux qu’on leur impose. Ils sont capables de se regarder eux-mêmes avec honnêteté, de révéler au grand jour leur propre dégoût et d’initier de nouveaux chemins vers la vraie liberté » (205).

« Un changement dans les styles de vie pourrait réussir à exercer une pression saine sur ceux qui détiennent le pouvoir politique, économique et social » (206).

« Voilà pourquoi j’ose proposer de nouveau ce beau défi : “Comme jamais auparavant dans l’histoire, notre destin commun nous invite à chercher un nouveau commencement […] Faisons en sorte que notre époque soit reconnue dans l’histoire comme celle de l’éveil d’une nouvelle forme d’hommage à la vie, d’une ferme résolution d’atteindre la durabilité, de l’accélération de la lutte pour la justice et la paix et de l’heureuse célébration de la vie” » (207).

« L’éducation environnementale devrait nous disposer à faire ce saut vers le Mystère, à partir duquel une éthique écologique acquiert son sens le plus profond » (210).

« Cependant, cette éducation ayant pour vocation de créer une “citoyenneté écologique” se limite parfois à informer, et ne réussit pas à développer des habitudes » (211).

« L’éducation à la responsabilité environnementale peut encourager divers comportements qui ont une incidence directe et importante sur la préservation de l’environnement » (211).

« J’espère aussi que dans nos séminaires et maisons religieuses de formation, on éduque à une austérité responsable, à la contemplation reconnaissante du monde, à la protection de la fragilité des pauvres et de l’environnement » (214).

« Dans ce contexte, «il ne faut pas négliger la relation qui existe entre une formation esthétique appropriée et la préservation de l’environnement». Prêter attention à la beauté, et l’aimer, nous aide à sortir du pragmatisme utilitariste » (215).

« Il ne s’agit pas de parler tant d’idées, mais surtout de motivations qui naissent de la spiritualité pour alimenter la passion de la préservation du monde » (216).

« Vivre la vocation de protecteurs de l’œuvre de Dieu est une part essentielle d’une existence vertueuse ; cela n’est pas quelque chose d’optionnel ni un aspect secondaire dans l’expérience chrétienne » (217).

« Exprimer la conversion en termes de réconciliation avec la création » (218).

« J’invite tous les chrétiens à expliciter cette dimension de leur conversion, en permettant que la force et la lumière de la grâce reçue s’étendent aussi à leur relation avec les autres créatures ainsi qu’avec le monde qui les entoure, et suscitent cette fraternité sublime avec toute la création, que saint François d’Assise a vécue d’une manière si lumineuse » (221).

« La spiritualité chrétienne propose une croissance par la sobriété, et une capacité de jouir avec peu » (222).

« La sobriété et l’humilité n’ont pas bénéficié d’un regard positif au cours du siècle dernier. Mais quand l’exercice d’une vertu s’affaiblit d’une manière généralisée dans la vie personnelle et sociale, cela finit par provoquer des déséquilibres multiples, y compris des déséquilibres environnementaux » (224).

« C’est pourquoi, il ne suffit plus de parler seulement de l’intégrité des écosystèmes. Il faut oser parler de l’intégrité de la vie humaine, de la nécessité d’encourager et de conjuguer toutes les grandes valeurs. La disparition de l’humilité chez un être humain, enthousiasmé malheureusement par la possibilité de tout dominer sans aucune limite, ne peut que finir par porter préjudice à la société et à l’environnement » (224).

« Par ailleurs, aucune personne ne peut mûrir dans une sobriété heureuse, sans être en paix avec elle-même » (225).

« Jésus nous enseignait cette attitude quand il nous invitait à regarder les lys des champs et les oiseaux du ciel, ou quand en présence d’un homme inquiet «il fixa sur lui son regard et l’aima » (Mc 10, 21). Il était pleinement présent à chaque être humain et à chaque créature, et il nous a ainsi montré un chemin pour surmonter l’anxiété maladive qui nous rend superficiels, agressifs et consommateurs effrénés » (226).

« S’arrêter pour rendre grâce à Dieu avant et après les repas est une expression de cette attitude. Je propose aux croyants de renouer avec cette belle habitude et de la vivre en profondeur » (227).

« Il faut reprendre conscience que nous avons besoin les uns des autres, que nous avons une responsabilité vis-à-vis des autres et du monde, que cela vaut la peine d’être bons et honnêtes » (229).

« L’heure est arrivée de réaliser que cette joyeuse superficialité nous a peu servi » (229).

« L’exemple de sainte Thérèse de Lisieux nous invite à pratiquer la petite voie de l’amour, à ne pas perdre l’occasion d’un mot aimable, d’un sourire, de n’importe quel petit geste qui sème paix et amitié » (230).

« En effet, l’Eucharistie est en soi un acte d’amour cosmique » (236).

« Toute la réalité contient en son sein une marque proprement trinitaire » (239).

« Oui, nous voyageons vers le sabbat de l’éternité, vers la nouvelle Jérusalem, vers la maison commune du ciel » (243).

« Marchons en chantant ! » (244).

« Après cette longue réflexion, à la fois joyeuse et dramatique, je propose deux prières » (246).

© Librairie éditrice du Vatican
(23 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/education-et-spiritualite-ecologiques-peti…


Dernière édition par maria le Jeu 25 Juin - 06:11 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:00 (2015)    Sujet du message: LAUDATO SI' EN FRANCE : POUR UNE CONVERSION ECOLOGIQUE, PAR MGR BRUNIN Répondre en citant

LAUDATO SI' EN FRANCE : POUR UNE CONVERSION ECOLOGIQUE, PAR MGR BRUNIN 

Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre, président du Conseil Famille et Société, Elena Lasida, économiste, et Nicolas Hulot, ont présenté l'encyclique Laudato Si’, le 18 juin, à Paris.

Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Staff Reporter 

Premier texte rédigé par le Pape François, l’encyclique Laudato Si’ était « attendue », « alors qu’il y a urgence » et que plusieurs rendez-vous internationaux sont programmés en 2015, notamment l’Assemblée générale de l’ONU à New York (Etats-Unis) en septembre et la Conférence mondiale sur le Climat (COP21) à Paris en décembre.

En remettant la parution de document magistériel dans son contexte, Mgr Brunin a souhaité en souligner la portée universelle, car il s’agit d’un « problème crucial à l’humanité ». Ainsi cette encyclique s’inscrit-elle résolument dans la lignée des grands textes de la Pensée sociale de l’Eglise : Rerum Novarum (1891), Pacem in Terris (1963), Populorum progressio(1967) et plus récemment, Caritas in Veritate (2009).

En l’ancrant dans la figure spirituelle, mondialement connue, de Saint François d’Assise (1182-1226), le Pape rappelle que « la préoccupation pour la nature, la justice envers les pauvres, l’engagement pour la société et la paix intérieure » sont inséparables.

S’il salue le travail des scientifiques et n’entend pas se substituer aux politiques, le Pape se situe résolument sur le terrain de l’éthique et du spirituel, explique encore Mgr Brunin. Economie et politique sont invitées à dialoguer pour se mettre au service de la vie humaine.

Le Pape pose une « parole de confiance et d’espérance », persuadé que l’homme peut dépasser les intérêts particuliers pour collaborer en vue du Bien commun et construire la « maison commune » de l’humanité. Il appelle ainsi à la conversion, un défi qui « nous concerne et nous touche tous ».

Les enjeux pour l’Eglise catholique. Pour le chrétien, la relation à l’environnement relève de sa relation à Dieu. Le Pape a déjà insisté pour que la foi ne soit pas cantonnée à la sphère intime (Evangelii Gaudium, N°182).

François, commente Mgr Brunin, invite les chrétiens à prendre au sérieux « une approche holistique de l’écologie, avec le concept d’écologie intégrale ». Pour lui, tout est lié : l’environnement, le souci des plus pauvres, le développement, la justice. « Il faut donc une préoccupation pour l’environnement unie à un amour sincère envers les êtres humains et un engagement constant pour les problèmes de la société » (N°91). Emerge alors la question de la relation entre l’Eglise et la société, suivie de son corollaire, celle de la posture des chrétiens dans la société. Mgr Brunin encourage « un changement de paradigme du dialogue de l’Eglise avec le monde ».

Avec Laudato Si’, les croyants sont invités à une « conversion écologique » (N°217). A la lumière d’une « spiritualité écologique » (N°216), le Pape invite à « revisiter l’être chrétien, l’agir chrétien et le mystère chrétien » (chapitre 6).

En conclusion, Mgr Brunin souligne que la démarche du Pape François pour l’environnement est semblable à celle du Synode sur la famille : « Repartir des situations concrètes – vécues par les familles – pour revisiter ce que l’Eglise a à dire et le message dont elle est porteuse : un message d’espérance, une Bonne Nouvelle ». Pour le monde entier.

Source : Eglise Catholique en France
(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-si-en-france-pour-une-conversion-e…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:05 (2015)    Sujet du message: LAUDATO SI’ AU CANADA : POUR UNE « REPONSE REALISTE » Répondre en citant

LAUDATO SI’ AU CANADA : POUR UNE « REPONSE REALISTE »

Des représentants de l'Église, des industries pétrolières et des groupes écologistes canadiens ont échangé sur les défis et les solutions indiqués par la nouvelle encyclique du pape François.

Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Marina Tomarro 


Des représentants de l'Église catholique canadienne, des industries pétrolières et des groupes écologistes ont échangé sur l'encyclique  du pape François, lors d’une table ronde, le 18 juin, à Edmonton (Canada) où annonce Radio Canada.

Mgr Paul Terrio, l'évêque de Saint-Paul, estime que les questions environnementales sont étroitement liées aux responsabilités catholiques : « Tout ce qui met en danger le chez soi commun, la vie sur terre, nous avons tous un devoir, un devoir moral même. »

Eric Newell, ancien président de l'entreprise pétrolière Syncrude, croit que même si « la forte demande mondiale pousse l'industrie à accroître la production » : « Le développement technologique permettra de faire diminuer l'empreinte écologique du pétrole canadien. Ce serait une manière réaliste de répondre aux recommandations du pape François », rapporte Radio Canada.

La publication de l’encyclique a été saluée par Mgr Frederick Henry, évêque catholique de Calgary qui estime important que l’Église « s'intéresse aux questions d'environnement ». « L'environnement ne doit pas être pris en compte de façon isolée, a dit Mgr Henry. Soyons honnête, le fait est qu'il y a des choses graves qui surviennent sur notre planète qui ont des conséquences au-delà de l'écologie. »

L'évêque épingle les causes des inégalités sociales: « Nous sommes dans une société très axée sur la consommation et les gens les plus aisés veulent maintenir leur style de vie et ignorent les problèmes de redistribution des richesses. »

Mgr Henry souligne que l’encyclique appelle à travailler ensemble pour sauvegarder la Terre : « En tant qu'être humain, nous avons tous l'habileté et le talent de résoudre les problèmes tous ensemble. »
 
(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-si-au-canada-pour-une-reponse-real…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:08 (2015)    Sujet du message: LAUDATO SI’ AU CANADA : BEAUCOUP PLUS QU'UN TEXTE SUR L'ECOLOGIE Répondre en citant

LAUDATO SI’ AU CANADA : BEAUCOUP PLUS QU'UN TEXTE SUR L'ECOLOGIE

Le card. Lacroix souligne que de l’encyclique du pape François sur l’environnement est « très ouvert » et « propose les pistes concrètes » : il est intervenu lors de la conférence de presse lançant « Laudato Si’ » à Québec.

Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Marina Droujinina 

« L’encyclique est beaucoup plus qu’un texte sur l’écologie, elle pose les questions de fond », affirme le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, archevêque de Québec, à l’occasion du lancement de l’encyclique « Laudato Si’ » du pape François. Il a présenté l’encyclique, jeudi 18 juin, à  l’Espace médias de l’Église catholique de Québec (ECDQ.tv).

Le cardinal canadien estime que le texte « si attendu » du pape François pose les questions essentielles telles que « pourquoi passons-nous dans ce monde? Pourquoi travaillons et luttons-nous? Pourquoi cette Terre a-t-elle besoin de nous? ».

Le cardinal Lacroix trouve le pape François « très audacieux » : il « ose aborder » ces questions « avec un langage clair et direct ».

Le pape « propose les pistes concrètes », fait observer l’archevêque de Québec. « Le ton de ce texte majeur du pape François est en définitive à l’espérance », dit-il.

Le cardinal Lacroix souligne que le pape a trouvé « les mots justes pour ne pas sombrer dans l’alarmisme. Il présente les difficultés que nous affrontons dans le domaine de l’écologie, de l’environnement, mais aussi il nous propose les réflexions de fond pour être plus responsable dans nos décisions personnelles et collectives face à notre maison commune qu’est la Terre ».

L’archevêque de Québec pense que « c’est un texte très ouvert qui plaira certainement aux jeunes générations qui sont très intéressées par le sujet ».

Il se réjouit du fait que « l’Église exerce sa mission non seulement en prêchant l’Évangile – ce qu’est essentiel et toujours nécessaire – mais aussi en veillant à encourager une culture de protection de la beauté de la Création et des créatures ».

Le cardinal Lacroix a conclu par cette citation de l’une des deux prières composées par le pape : « Toi qui entoures de Ta tendresse tout ce qui existe, répands sur nous la force de Ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté. »

(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-si-au-canada-beaucoup-plus-qu-un-t…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:15 (2015)    Sujet du message: LAUDATO SI' EN EUROPE : POUR LE CARD. MARX, UN SIGNAL FORT A POINT NOMME Répondre en citant

LAUDATO SI' EN EUROPE : POUR LE CARD. MARX, UN SIGNAL FORT A POINT NOMME 

Le Président de la COMECE, le Cardinal Reinhard Marx, salue la nouvelle Encyclique du Pape François « Laudato Si’ » sur la sauvegarde de la "maison commune".
Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Staff Reporter 

Le Cardinal Reinhard Marx, Président de la COMECE, a salué la nouvelle Encyclique du Pape François comme étant « un signal fort arrivant à point nommé ». C’est une nouveauté de voir un Pape « aussi déterminé à engager une action qui influe sur la politique mondiale » a déclaré ce jeudi le Cardinal Marx lors de la présentation de l’Encyclique à Munich. Ce n’est donc pas un hasard si le Pape a publié son Encyclique en amont de sommets décisifs sur les objectifs de développement à New-York en septembre et sur le Changement Climatique à Paris en décembre et qu’il invite l’humanité à réagir : « En ce sens, alors que l’humanité de l’époque post-industrielle sera peut-être considérée comme l’une des plus irresponsables de l’histoire, il faut espérer que l’humanité du début du XXIème siècle pourra rester dans les mémoires pour avoir assumé avec générosité ses graves responsabilités. » (LS 165)

En ce début de XXIème siècle, l’humanité doit changer de cap, a affirmé le Cardinal Marx. Ce devoir de respect de la Création, le Pape se l’impose également à lui-même ainsi qu’à toute l’Eglise. « Celui qui n’aime pas la Création, ne peut être un bon Chrétien. »

Le Cardinal a déclaré placer lui-même de grands espoirs dans l’impact qu’aura l’Encyclique,. Et cela vaut également pour les actions politiques concrètes, comme celles de l’Union européenne. Aucune autre institution n’a la possibilité d'exprimer son point de vue dans un texte qui sera lu et étudié par des centaines de milliers de personnes de par le monde. La principale préoccupation du Pape est de « ne séparer sous aucun prétexte » l’engagement en faveur de  l'environnement et celui en faveur des pauvres. Le pape véhicule  «  une nouvelle idée de progrès » d'un développement holistique écologiquement compatible « qui devrait en réalité nous enthousiasmer ».

Le Cardinal Marx compte volontiers contribuer à la diffusion et à la mise en pratique de ce message. Qui plus est, la COMECE a d’ores et déjà prévu dans les semaines et mois à venir des actions concrètes :

Dès ce jeudi, 25 juin 2015 à 12h00 aura lieu à la COMECE un déjeuner-débat qui réunira le Père Sean McDonagh, prêtre irlandais, éco-théologien et auteur de bestsellers sur l’écologie, et Philippe Lamberts, parlementaire européen belge et co-président du groupe des Verts européens www.comece.eu/LaudatoSii

En amont de la Conférence des Nations Unies sur le climat à Paris, la COMECE consacrera son Assemblée plénière, du 28 au 30 Octobre 2015 à Paris, à la question du changement climatique. Un grand débat public, organisé en collaboration avec le diocèse de Paris, aura lieu dans la soirée du 29 octobre 2015 au Collège des Bernardins.

(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-si-en-europe-pour-le-card-marx-un-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:20 (2015)    Sujet du message: LAUDATO SI' : UN "PROFOND ESPOIR" POUR LE MONDE DES AFFAIRES Répondre en citant

LAUDATO SI' : UN "PROFOND ESPOIR" POUR LE MONDE DES AFFAIRES

Esclavage des populations micro-pucés par les corporations qui travaillent en unité avec les gouvernements

La présidente de Catholic Relief Services présente la nouvelle encyclique du pape François du point de vue du monde des affaires. Elle note que, d’après ce document, « le business est une vocation noble » s’il met en priorité « le bien commun » et la création de postes de travail.

Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Marina Droujinina 

« L'encyclique du pape affirme que le business est une vocation noble » et son message est « un profond espoir » pour « le monde des affaires », affirme Mme Carolyn Woo lors de la conférence de presse présentant « Laudato Si' », hier, 18 juin 2015, au Vatican.

Mme Woo est présidente du réseau caritatif des États-Unis Catholic Relief Services (CRS) et ancienne doyenne du Mendoza Collège of Business de l’Université de Notre Dame aux États-Unis.

« Le message de cette encyclique pour le monde des affaires est un profond espoir, car il voit le potentiel du monde des affaires comme une force pour le bien », une force « dont les actions peuvent servir à atténuer et arrêter … les effets catastrophiques des changements climatiques entraînés par des actions des humains », a-t-elle souligné en anglais.

« L'encyclique affirme que le business est une vocation noble, orientée vers l'amélioration du monde... Comme dit le pape, « il peut être une source de prospérité ... tout spécialement s’il voit la création d'emplois comme une partie essentielle de son service au bien commun », a-t-elle ajouté.

L'appel du pape à la « conversion écologique » implique en effet le monde des affaires qui « fait partie de la solution » : dans la pratique, cela signifie « adopter les vertus de la solidarité et de la durabilité, orientées vers le bien commun et le vrai développement de tous les peuples ».

Pour Carolyn Woo, il ne faut pas « trop compter sur les forces du marché ou le déploiement de la technologie... Le marché seul ne peut pas résoudre les problèmes environnementaux. De même, la technologie peut apporter de grands avantages, mais aussi des coûts importants... Donc, les entreprises doivent se concentrer sur les éléments créatifs de la technologie, mais toujours en rapport avec l'humilité et le service ».

La création des emplois est « peut-être la plus grande responsabilité confiée à l'entreprise », « son dépôt sacré », « sa priorité », a-t-elle insisté, car « le droit au travail … ne fournit pas seulement la sécurité du revenu et un niveau de vie, mais aussi la dignité, le sens et l'accomplissement ».

Citant le pape François qui dénonce « les dangers de la pensée à court terme et la mentalité égoïste », elle a expliqué que cela concernait tout particulièrement « le secteur financier » : « Le pape François est catégorique sur ce point. Il condamne ce qu'il appelle le « pouvoir absolu du système financier », et fait remarquer que « les finances accablent » l'économie réelle ».

La présidente de CRS a noté que le pape estimait « que la politique et des affaires avaient été lentes à répondre aux défis environnementaux ». Mais les choses sont « en train de changer », a-t-elle affirmé : de nombreuses entreprises considérent maintenant non seulement « le profit à court terme », mais aussi « les impacts environnementaux ».

« L'encyclique demande aux entreprises d'embrasser l'idée du développement durable », pour être capables d'« aider à payer la «dette écologique» qui existe entre les pays développés et en développement », a ajouté Mme Woo.

« Les entreprises peuvent jouer un rôle pour aider les clients à devenir des consommateurs responsables », à travers la minimisation des déchets, l’utilisation « des sources d'énergie renouvelables », « le recyclage, la récupération et la réutilisation ».

« Cette encyclique affirme certainement le rôle important que les entreprises devront jouer, mais le pape François est clair en disant que nous avons besoin de partenariats entre les secteurs publics et privés », a encore souligné Carolyn Woo. « Les deux secteurs, public et privé, ont le même objectif, et sont intégrés dans le même réseau interconnecté de la vie, ils ont besoin de travailler ensemble dans l'harmonie ».

En concluant, elle a salué une « grande encyclique » qui pose une question simple et profonde : « 'Quel genre de monde voulons-nous laisser à nos enfants?' Si nous restons concentrés sur cette question, nous sommes sur la bonne voie ».

(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-si-un-profond-espoir-pour-le-monde…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:28 (2015)    Sujet du message: LAUDATO SI': LE SALUT COMMUNAUTATAIRE CONTRE LA FIERTE SOLITAIRE Répondre en citant

LAUDATO SI': LE SALUT COMMUNAUTATAIRE CONTRE LA FIERTE SOLITAIRE

Agenda 21 : Les populations regroupées dans des villes fortifiées et sous complète surveillance. Destruction des villages et des communes. Perte du droit à la propriété, perte de tout ce que vous avez construit, et esclave total de ce nouveau système où les pauvres, les vieillards et les indésirables ne seront plus tolérés. Ils seront tout simplement exterminés. Voir les vidéos en anglais sur les pages précédentes.

A la présentation de l'encyclique « Laudato Si' », une enseignante de la banlieue romaine, Valeria Martano, propose des solutions concrètes pour une écologie « humaine et naturelle ».

Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Marina Droujinina 

Le « salut communautaire » qui inclut les plus « faibles » est une « ressource précieuse de l'écologie intégrale », a souligné Valeria Martano, enseignante de la banlieue romaine, au cours de la conférence de presse organisée au Vatican le 18 juin pour présenter la nouvelle encyclique du pape sur l’écologie.

« L'encyclique nous invite à pratiquer le bien commun: la ville et l'environnement sont la maison commune », a-t-elle expliqué. Elle a brossé un triste portrait de la banlieue romaine où vivent souvent les pauvres, « les gens solitaires », « les personnes âgées «expulsées» du tissu social et placées dans des institutions périphériques ».

Mais il est possible de « vivre mieux » si les gens rejettent « l'individualisme ou la fierté solitaire », a estimé Mme Martano : le « salut communautaire » qui inclut les plus « faibles » est une « ressource précieuse de l'écologie intégrale ». L'enjeu n'est pas de « sauvegarder » sa propre « maison avec un jardin », mais la ville entière qui est « une maison commune ».

Depuis plusieurs années Valeria Martano travaille à la Communauté Sant'Egidio qui lutte contre la pauvreté et pour l’éducation dans les quartiers populaires de Rome. Cette communauté « favorise l'intégration des enfants et des immigrants » et « reconstruit un tissu humain » à partir des « plus faibles : enfants, personnes âgées, handicapés », a-t-elle expliqué.

« Le pape écrit dans l'encyclique: "l'environnement de l'homme et l'environnement naturel se dégradent ensemble". Nous le voyons tous les jours... il n’y pas de verdure, la pollution, la chaleur excessive… font souffrir les personnes âgées », a-t-elle témoigné : « Les grandes villes y compris Rome sont devenues les villes polarisées » où il existe « une séparation croissante entre le monde des riches et des pauvres ».

« Les gémissements de terres s’unissent aux gémissements de ceux qui sont fatigués de vivre », a poursuivi Valeria Martano, soulignant les conséquences notamment chez les jeunes : « Nous assistons à la destruction des quartiers précaires sans offrir une alternative… D'un monde laid, le jeune se retire dans le monde virtuel. »

(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-si-le-salut-communautaire-contre-l…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:35 (2015)    Sujet du message: LAUDATO SI’ AU COE : S'EMPARER DE CES QUESTIONS DE JUSTICE ET DE PAIX Répondre en citant

LAUDATO SI’ AU COE : S'EMPARER DE CES QUESTIONS DE JUSTICE ET DE PAIX

Comment le Conseil oecuménique des Eglises va préparer tout le vaste mouvement évangélique a embrasser l'encyclique environnemental du Pape François. Manière détournée pour retourner sous le règne de Rome.

Le Conseil œcuménique des Églises est une communauté de 345 Églises membres représentant plus de 500 millions de chrétiens.
La suite : https://www.oikoumene.org/fr/member-churches

-----

L’encyclique «Laudato Si’» valorise l’attention que portent Églises et individus à la "maison commune", souligne le Conseil œcuménique des Eglises (COE).

Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Staff Reporter 

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a salué la publication, le 18 juin, de l’encyclique «Laudao Si’» du pape François, qui met en lumière l’action que mènent depuis des décennies Églises et organisations œcuméniques en faveur de la Terre et de la justice climatique.

«Le moment est venu de mettre l’accent sur notre responsabilité commune en tant qu’êtres humains et sur la voie que nous, Églises, devons suivre pour accompagner ceux et celles qui sont prêts à faire les changements nécessaires», a déclaré le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE.

«Cette encyclique prouve à tout le monde qu’il s’agit de sujets qui sont au cœur de notre foi chrétienne et que nous, chrétiens, devons nous emparer de ces questions qui relèvent de la justice et de la paix, non seulement en tant qu’Églises mais aussi avec tous ceux et celles qui se préoccupent de notre avenir commun», a-t-il ajouté.

Le pasteur Tveit a insisté sur la reconnaissance positive, dans l’encyclique, que «d’autres Églises et communautés chrétiennes [...] ont nourri une grande préoccupation et une précieuse réflexion sur ces thèmes» (para. 7), soulignant notamment une référence à S.S. le patriarche Bartholomée Ier

Le secrétaire général du COE a fait écho à l’affirmation du pape concernant la nécessité de dialogues entre la politique et l’économie (para. 189-198) et la religion et la science (para. 199-201), qui constituent une condition sine qua non pour résoudre efficacement la crise écologique.

La référence à la dette écologique (para. 51-52) et la ferme affirmation que «l’accès à l’eau potable et sûre est un droit humain primordial, fondamental et universel» (para. 30) ont aussi été mises en avant par le pasteur Tveit.

Guillermo Kerber, responsable du programme du COE pour la justice climatique et le souci de la création, se félicite que le pape ait affirmé sans ambages que les changements climatiques sont causés par les êtres humains et que leurs répercussions frappent plus durement les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables. «L’encyclique est un appel important à agir de toute urgence en tant qu’individus et citoyens, ainsi qu’au niveau international, afin de résoudre efficacement la crise climatique», a déclaré Guillermo Kerber.

Déclaration du pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, concernant l’encyclique Laudato Si’ (en anglais)

L’encyclique «Laudato Si’» du pape François sur la sauvegarde de la maison commune

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) s'attache à promouvoir l'unité des chrétiens dans la foi, le témoignage et le service, en vue d'un monde de justice et de paix. Communauté œcuménique d'Églises fondée en 1948, le COE comptait 345 Églises membres à la fin de 2013, représentant plus de 500 millions de chrétiens de tradition protestante, orthodoxe et anglicane, entre autres. Le COE travaille en coopération avec l'Église catholique romaine. Son secrétaire général est le pasteur Olav Fykse Tveit, de l'Église (luthérienne) de Norvège.
 
(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-si-au-coe-s-emparer-de-ces-questio…


Dernière édition par maria le Dim 21 Juin - 03:42 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:41 (2015)    Sujet du message: L’ENCYCLIQUE «LAUDATO SI’» VALORISE L'ATTENTION QUE PORTENT EGLISES ET INDIVIDUS A NOTRE MAISON COMMUNE Répondre en citant



L’ENCYCLIQUE «LAUDATO SI’» VALORISE L'ATTENTION QUE PORTENT EGLISES ET INDIVIDUS A NOTRE MAISON COMMUNE 



© Mazur/catholicnews.org.uk

18 juin 2015

Version française publiée le: 19 juin 2015

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a salué la publication, le 18 juin, de l’encyclique «Laudao Si’» du pape François, qui met en lumière l’action que mènent depuis des décennies Églises et organisations œcuméniques en faveur de la Terre et de la justice climatique.

«Le moment est venu de mettre l’accent sur notre responsabilité commune en tant qu’êtres humains et sur la voie que nous, Églises, devons suivre pour accompagner ceux et celles qui sont prêts à faire les changements nécessaires», a déclaré le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE.

«Cette encyclique prouve à tout le monde qu’il s’agit de sujets qui sont au cœur de notre foi chrétienne et que nous, chrétiens, devons nous emparer de ces questions qui relèvent de la justice et de la paix, non seulement en tant qu’Églises mais aussi avec tous ceux et celles qui se préoccupent de notre avenir commun», a-t-il ajouté.

Le pasteur Tveit a insisté sur la reconnaissance positive, dans l’encyclique, que «d’autres Églises et communautés chrétiennes [...] ont nourri une grande préoccupation et une précieuse réflexion sur ces thèmes» (para. 7), soulignant notamment une référence à S.S. le patriarche Bartholomée Ier

Le secrétaire général du COE a fait écho à l’affirmation du pape concernant la nécessité de dialogues entre la politique et l’économie (para. 189-198) et la religion et la science (para. 199-201), qui constituent une condition sine qua non pour résoudre efficacement la crise écologique.

La référence à la dette écologique (para. 51-52) et la ferme affirmation que «l’accès à l’eau potable et sûre est un droit humain primordial, fondamental et universel» (para. 30) ont aussi été mises en avant par le pasteur Tveit.

Guillermo Kerber, responsable du programme du COE pour la justice climatique et le souci de la création, se félicite que le pape ait affirmé sans ambages que les changements climatiques sont causés par les êtres humains et que leurs répercussions frappent plus durement les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables. «L’encyclique est un appel important à agir de toute urgence en tant qu’individus et citoyens, ainsi qu’au niveau international, afin de résoudre efficacement la crise climatique», a déclaré Guillermo Kerber.

Déclaration du pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, concernant l’encyclique Laudato Si’ (en anglais)

L’encyclique «Laudato Si’» du pape François sur la sauvegarde de la maison commune

https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/laudato-si2019-enhances-chur…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:46 (2015)    Sujet du message: LAUDATO SI' EN ITALIE : HOMMAGE DU PRESIDENT MATTARELLA Répondre en citant

LAUDATO SI' EN ITALIE : HOMMAGE DU PRESIDENT MATTARELLA

"La nouvelle encyclique du pape François est un document de haute portée morale et d’un intérêt culturel et social extraordinaire".

Rome, 19 juin 2015 (ZENIT.org) Staff Reporter 

« La nouvelle encyclique "Laudato si'" du pape François est un document de haute portée morale et d’un intérêt culturel et social extraordinaire », déclare le président de la république italienne, Sergio Mattarella.

Dans un communiqué publié à la sortie de l'encyclique, le 18 juin, le chef d’État salue la « vision intégrale » de la pensée du pape : « Elle regarde loin, l’avenir des générations prochaines et la survie de la terre, "maison commune" de tous les hommes. »

« A un moment où le débat mondial a du mal à sortir des limites étroites d’intérêts purement nationaux, l’encyclique nous fait entrer dans la dimension authentique de la mondialisation, dans une vision d’interdépendance et de solidarité entre les peuples et les États », souligne-t-il.

« Ce document s’adresse à tout le monde, croyants et non croyants, et demande un engagement important, surtout de la part des responsables politiques, économiques et sociaux », estime encore le président Mattarella.

Avec une traduction d'Océane Le Gall
(19 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/laudato-si-en-italie-hommage-du-president-…





Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:50 (2015)    Sujet du message: LE PAPE FRANCOIS EXPLIQUE COMMENT IL A BÂTI SON ENCYCLIQUE « LOUE SOIS-TU » Répondre en citant





LE PAPE FRANCOIS EXPLIQUE COMMENT IL A BÂTI SON ENCYCLIQUE « LOUE SOIS-TU »

L’encyclique du pape François sur l’écologie, “Loué sois-tu”, exprime son souci de la “maison commune” de tous les êtres humains, en ce sens, c’est une encyclique éminemment sociale.

Rome, 18 juin 2015 (ZENIT.org) Anita Bourdin 


Dans son encyclique, le pape parle d’une « écologie intégrale » et de promouvoir une « spiritualité écologique » et il insiste sur l’éducation à « l’alliance entre humanité et environnement ». Le mot est lâché dans le dernier chapitre : toute l’encyclique veut conduire son lecteur à une « conversion écologique » : une réaction qui fait dire « nous ne pouvons plus vivre comme cela ! » et faut changer la vie.

Et d’emblée, le pape lance un appel (13-16), au cœur : c’est une encyclique éminemment personnelle, marquée par les expériences et les préoccupations que le pape François ne cesse de rappeler depuis le début de son pontificat.

Dans l’introduction de son encyclique, le pape explique l’enchaînement des six chapitres.

Le pape commence par un état des lieux : « En premier lieu, je présenterai un bref aperçu des différents aspects de la crise écologique actuelle, en vue de prendre en considération les meilleurs résultats de la recherche scientifique disponible aujourd’hui, d’en faire voir la profondeur et de donner une base concrète au parcours éthique et spirituel qui suit ».

Il rappelle les fondements bibliques de son appel : « À partir de cet aperçu, je reprendrai certaines raisons qui se dégagent de la tradition judéo-chrétienne, afin de donner plus de cohérence à notre engagement en faveur de l’environnement. »

Il propose un diagnostique en profondeur : « Ensuite, j’essaierai d’arriver aux racines de la situation actuelle, pour que nous ne considérions pas seulement les symptômes, mais aussi les causes les plus profondes. »

« Nous pourrons ainsi proposer une écologie qui, dans ses différentes dimensions, incorpore la place spécifique de l’être humain dans ce monde et ses relations avec la réalité qui l’entoure » : c’est cela l’écologie « intégrale ».

Le pape propose ensuite un dialogue sur les points névralgiques mis en lumière: « À la lumière de cette réflexion, je voudrais avancer quelques grandes lignes de dialogue et d’action qui concernent aussi bien chacun de nous que la politique internationale. »

Il indique ensuite un chemin, pour une « éducation » : « Enfin, puisque je suis convaincu que tout changement a besoin de motivations et d’un chemin éducatif, je proposerai quelques lignes de maturation humaine inspirées par le trésor de l’expérience spirituelle chrétienne. »

Jusqu’à la maison commune du ciel

L’encyclique se présente donc en six chapitres –  le rythme des six jours de la création selon le récit biblique ! - et s’achève par deux prières : une “prière pour notre terre” et une “prière chrétienne avec la Création”: elle est éminemment franciscaine, contemplative. Trois paragraphes sont dès le début consacrés à saint François d’Assise (10-12)

Le premier chapitre (17-61) est un constat de ce qui se passe  « Que se passe-t-il donc dans notre maison ? » De la pollution aux changements climatiques.  La question de l’eau, la perte de la biodiversité… Mais le pape relève combien ces dégradations de l’environnement conduisent à une « désagrégation sociale » et constitue une « iniquité planétaire ». Il épingle aussi dans ce constat « la faiblesse des réactions ». Et entre qui attribue au changement naturel du climat le réchauffement de la planète et qui dit qu’il vient de la main de l’homme le pape tranche : l’un et l’autre. Mais comme l’homme ne peut agir que sur le second c’est sa responsabilité de le faire.

Le deuxième chapitre (62-100) chante l’Evangile la Bonne Nouvelle – de la Création. Le pape part de la « lumière de la foi » et de la « sagesse des récits bibliques » pour contempler « le mystère de l’univers », puis « l’harmonie de tout le créé » en se penchant sur « le message de chaque créature ». C’est une contemplation de la « communion universelle » d’où il tire ce principe de la « destination universelle des biens ». Il achève par le « regard de Jésus » - qu’il évoque souvent pour sa propre vocation – sur l’univers.

Le troisième chapitre (101-136) Etudie « la racine humaine » de ce que le pape appelle « la crise écologique ». D’aune part « la technologie » comme « créativité » et comme « pouvoir », puis la « mondialisation du paradigme technocratique ».  Le pape a analyse ensuite les « crises » et les « conséquences » de « l’anthropocentrisme moderne » notamment le « relativisme pratique », en signalant la « nécessité de défendre le travail », et en évoquant « l’innovation biologique à partir de la recherche ».

Le quatrième chapitre (137-162) est consacré à « l’écologie intégrale » qu’il décline en cinq parties avec des concept et des expressions qui font la grande nouveauté de cette encyclique: « l’écologie environnementale, économique et sociale », puis l’écologie  « culturelle », et ce que le pape appelle « l’écologie de la vie quotidienne ». C’est là qu’il rappelle ce grand principe de l’enseignement sociale de l’Eglise qu’est le « principe du bien commun ».  Mais l’analyse du pape n’est pas seulement synchronique : la responsabilité de chacun et de tous implique la conscience de la « justice entre les générations » à travers le temps.

Dans le chapitre 5 (163-201), le pape indique « quelques lignes d’orientation et d’action ». Il avait annoncé dans l’avion de Colombo à Manille en janvier dernier qu’il voulait publier son encyclique avant la Conférence de Paris. Si le cardinal Bergoglio a en effet salué des avancées à la Conférence de Rio + 20 en 2012, le pape François avait été déçu par la frilosité de Lima en 2014. Il espère mieux de Paris 2015, en décembre prochain « pour un accord universel sur le climat ».

Ce chapitre évoque cinq points, à partir d’une méthode qui lui tient à cœur : « le dialogue ». Tout d’abord, le dialogue  « sur l’environnement dans la politique internationale ». Puis « le dialogue en vue de nouvelles politiques nationales et locales ». Et il n’hésite pas à aborder la question qui fâche en parlant du « dialogue » et de la « transparence » dans les processus de décision.  Il évoque la «politique et l’économie elles aussi « en dialogue pour la plénitude humaine ». Et enfin les religions « en dialogue avec les sciences ».

Le sixième et dernier chapitre (202-246) aborde la question fondamentale de « l’éducation » en lien avec ce que le pape n’hésite pas à appeler une « spiritualité écologique ». Un chapitre subdivisé en neuf parties.

Le pape indique un objectif : « Miser sur un autre style de vie ». Et la tâche de l’éducation d’« éduquer à l’alliance entre l’humanité et l’environnement ».  Une éducation qui implique une « conversion écologique », qui porte « joie » et « paix », deux termes clef de la spiritualité de François d’Assise… Plus encore, le pape parle « d’amour » à la fois « civil » et « politique ». Puis il évoque les « signes sacramentaux » et le « repos-célébration ». De plus, cette création dont parle toute l’encyclique vient de la Trinité, est marquée du sceau de la Trinité,  et de n’est pas sans éclairer la « relation entre les créatures ». Le pape évoque alors Marie, la « Reine de toute la création ». Pour conduire finalement le regard « au-delà du soleil », vers la maison commune définitive, « du ciel ».

Le pape invite à prier pour que cela soit.
(18 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/le-pape-francois-explique-comment-il-a-bat…


Dernière édition par maria le Dim 21 Juin - 03:59 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 03:54 (2015)    Sujet du message: QUELQUES MOTS DE L'ENCYCLIQUE « LOUE SOIS-TU », POUR PASSER A L'ACTION Répondre en citant



QUELQUES MOTS DE L'ENCYCLIQUE « LOUE SOIS-TU », POUR PASSER A L'ACTION 


Le lexique en dit parfois plus que les raisonnements et les commentaires: voici quelques mots dont la musique reste dans l'oreille après la lecture de l'encyclique du pape François sur la préservation de la "maison commune". Rapide survol.

Rome, 18 juin 2015 (ZENIT.org) Anita Bourdin 


Un des mots qui revient le plus souvent dans l’encyclique du pape François “Loué sois-tu”, sur l’écologie intégrale (expression qui revient 8 fois), est l’adjectif “commun/e”, ce qui en dit long sur le souci du pape, aux mesures de toute la planète : la vision qui dicte l'encyclique embrasse toute la famille humaine, sans barrières.

Il revient 59 fois: le “bien commun” (29 fois), la “maison commune” (13 fois, dans le titre), et le lexique du “commun” s’élargit en “communion” et “communautaire”. La "maison" revient, elle, 23 fois. Jusqu'à la "maison commune du ciel".

Pour le pape la situation est “grave”,  d’une vraie “gravité” et risque de “s’aggraver” (31 fois).

Agir avec le sens du bien commun devient donc “nécessaire”, il faut agir “nécessairement” (40 fois) c’est une nécessité (5 fois), autrement dit, un impératif moral.

Il invite à une “conversion” (15 fois), qualifiée d’"écologique” (21 fois), à un respect qui est respect d ela création et de la personne humaine (30 fois respect, respecter).

C’est “urgent” (8 fois), car les dégâts et le travail sont “énormes” (18 fois): “il faut” (35 fois) agir, en revenant à l’ “éthique” (28 fois), en renonçant à une attitude “despotique” (14 fois) par rapport à la création. En d'autres termes avec "humilité" (2 fois), "humblement" (1 fois), et le pape exprime son "humble" (3 fois) conviction. Ne pas agir est “irresponsable (7 fois).


Mais cette conversion ne viendra pas d’une simple connaissance intellectuelle, elle sera le fruit d’un mouvement de l’affection (11 fois), du cœur (21 fois). Et elle demande une "éducation" (13 fois), "environnementale".

Une conversion qui est, comme la création, un don de Dieu (plus de 150 fois), de Jésus (20 fois).

Ce qui donne un ton unique à cette encyclique, c'est la vison de "beauté" de l'univers (23 fois) qui reflète "l'infinie beauté de Dieu".

(18 juin 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/quelques-mots-de-l-encyclique-loue-sois-tu…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 04:09 (2015)    Sujet du message: VATICAN'S CLIMATE EXPERT, AN ATHEIST, SPEAKS ON IMPACT OF LEADER OF WORLD'S 1.2B CATHOLICS TACKLING ENVIRONMENT ISSUE Répondre en citant

VATICAN'S CLIMATE EXPERT, AN ATHEIST, SPEAKS ON IMPACT OF LEADER OF WORLD'S 1.2B CATHOLICS TACKLING ENVIRONMENT ISSUE

Encyclical Text: http://w2.vatican.va/content/francesco/en/encyclicals/documents/papa-francesco_20150524_enciclica-laudato-si.html

Also Shares on How Encyclical 'Laudato Si' Can Be Decisive Push Needed

Vatican City State, June 19, 2015 (ZENIT.org) Deborah Castellano Lubov 


Only if we get our acts together will the climate crisis problem be able to be overcome. This is the conviction of Professor Hans Joachim Schellnhuber, founder and director of the Potsdam Institute for Climate Impact Research in Germany, who has been a right-hand expert for Pope Francis' just-released encyclical on ecology.

In an interview with ZENIT yesterday following the release of Pope Francis' 184-page encyclical on ecology 'Laudato Si': on the Care for Our Common Home,' Dr. Schellnhuber, who has recently been appointed to the Pontifical Academy of the Sciences, spoke on the importance of the encyclical and how its timing is critical.

The document addresses the contentious subject of climate change in the light of the Social Doctrine of the Church.

Dr. Schellnhuber was one of those who officially presented the encyclical at Thursday's press conference in the New Synod Hall in the Vatican. Along with the climate scientist, the speakers at the press conference were Cardinal Peter Turkson, president of the Pontifical Council for Justice and Peace; Metropolitan John Zizioulas of Pergamo, representative of the Ecumenical Patriarchate and the Orthodox Church; Professor Carolyn Woo, CEO and President of Catholic Relief Services; and Valeria Marana, a teacher in the outlying areas of Rome.

Dr. Schellnhuber represented the natural sciences, with which the encyclical enters into in-depth dialogue. He has been appointed as a full member of the Pontifical Academy of Sciences, which also contributed significantly to the encyclical.

***

ZENIT: Why is the timing of the release of this encyclical on ecology and the ecological crisis important? Could you speak about the importance of the encyclical on ecology and why it is needed now?

Dr. Schellnhuber: Yes, I believe the most important thing about the encyclical is that it exists and takes up the issue of environmental crisis and social inequality on this planet in the 21st century. It takes central stage really. I think it’s the first time the Catholic Church is focusing on the issue in this way. The first thing is that this is being addressed. The second thing is the timing, of course. This is a critical year with the G7, Paris conference, among others. We will have the SDC Conference of the United Nations on the Sustainable Development Goals. Pope Francis will speak to the General Assembly and will also give a speech on Capitol Hill. So the timing is perfect in a sense because we know that the climate crisis can only be overcome if we get our acts together…if we emerge from Paris at the end of the year with a real strategy—It will be a process of course, we cannot solve everything in Paris at the same time—but if now the spiritual leader of 1.2 billion Catholic believers adds his voice to this global choir which is emerging this year—I mean, we feel it is in the air. The tide is changing really. This can be the decisive push to the debate about climate and I hope it will happen soon.

ZENIT: Some try to play down the encyclical, saying that Pope Francis and the Vatican are not environmental experts. As an expert on the subject matter, how would you explain this is a credible and well-founded, reliable source?

Dr. Schellnhuber: Some have this opinion that if you are not an expert on climate, keep out of it…But do you need a degree in mathematics to know 2 and 2 equals 4. I mean, you use mathematics all the time, even if you are not a scholar in mathematics. And the same is true of course with the insight from climatology. So, if the science is demonstrated in a credible and convincing way then you can take notice of it and draw consequences. But in addition to that, there is the Pontifical Academy of Sciences, a very old and venerable academy. It has some 30 or 40 Nobel laureates. And the Pontifical Academy—and I was involved in all these events—has scrutinized the foundings…We came to the conclusion that you can actually confirm that a good job has been done, has carefully analyzed the evidence. And through the confirmation of the Pontifical Academy, the Encyclical could be written in a very enlightened way, of course.

ZENIT: As someone who does not have a faith orientation, as an atheist—empirically speaking how would you describe the power of different faiths working together in helping the environment?

Dr. Schellnhuber: Ok, Let me turn the question around actually. I do think that the ecumenical [process] –this idea—is actually strengthened by looking at the environment. So you could of course ask what could interfaith initiatives do for the environment. But I would turn it around to ask: What will the environment and tackling the environmental problems do for interfaith relations, and I am sure it will bring the different faiths closer together.

***

On the NET: 

Potsdam Institute for Climate Impact Research: https://www.pik-potsdam.de/

Encyclical Text: http://w2.vatican.va/content/francesco/en/encyclicals/documents/papa-francesco_20150524_enciclica-laudato-si.html

Dr. Schellnhuber's Intervention at Thursday's press conference: http://press.vatican.va/content/salastampa/en/bollettino/pubblico/2015/06/18/0480/01050.html#ziziou

(June 19, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/vatican-s-climate-expert-an-atheist-speaks…



Dernière édition par maria le Dim 21 Juin - 04:17 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 21 Juin - 04:15 (2015)    Sujet du message: STATEMENT BY THE WCC GENERAL SECRETARY, REV DR OLAV FYKSE TVEIT ON THE ENCYCLICAL LETTER LAUDATO SI' OF THE HOLY FATHER FRANCIS ON CARE FOR OUR COMMON HOMENCIS Répondre en citant




STATEMENT BY THE WCC GENERAL SECRETARY, REV DR OLAV FYKSE TVEIT ON THE ENCYCLICAL LETTER LAUDATO SI' OF THE HOLY FATHER FRANCIS ON CARE FOR OUR COMMON HOMENCIS


18 June 2015

Statement by the WCC General Secretary, Rev Dr Olav Fykse Tveit on the Encyclical Letter Laudato Si of the Holy Father Francis on Care for our common home

Today the Encyclical Laudato si’ has been officially launched. A much expected first letter of the Holy Father who is addressed to all people (Paragraph 4). It is very significant that this first letter is dedicated to the environment, ecology, climate change and related issues, to the “care of our common home”.

This encyclical proves to all that these are matters at the heart of our Christian faith, and that we as Christians should address them together as issues of justice and peace. This is the time to focus on our shared responsibility as human beings, and the way we as churches should support those who are ready to make the required changes.

The letter addresses, in fact, one of the more important challenges of our time: the ecological crisis. This has various components, among them, climate change, the water crisis, the loss of biodiversity. As churches have said many times, climate change has to be seen as a global problem with environmental, social, economic, distributive and political implications (25). The Pope stresses the scientific consensus on global warming due to human activities (23) and reminds us we need to see climate change as a common good (23ff). He furthermore strongly proclaims that “access to safe drinking water is an essential, fundamental and universal human right” (30).

We welcome the Holy Father recognizes that “other churches and Christian communities have had a deep concern and a precious reflection” (7). The leading role His All Holiness the Ecumenical Patriarch Bartholomew has played in protecting the environment and condemning the destruction of creation as a sin is adequately reflected (7-9).

Ecology and economy are intertwined. While the debt of poor countries is many times highlighted, many times the ecological debt (51-52) is forgotten.

We share the concerns expressed by the Holy Father on the lack of progress made at the United Nations Framework Convention on Climate Change process. While on some aspects like the Basel Convention on hazardous wastes or Vienna Convention and Montreal Protocol Montreal Protocol on Substances that Deplete the Ozone Layer (168) relevant achievements can be regcognized, on Climate Change Convention the progress made is regretfully very limited (169).

To address adequately to the ecological crisis the Holy Father stresses the need for dialogue between politics and economy (189-198) and religion and science (199-201). We consider these dialogues as a sine qua non condition for an effective and much needed response. Together with these dialogues, we need to change our lifestyles (203-208) as well as social and political relations (209-232).

This is a difficult call to conversion, which is at the core of the Gospel’s message. A deep spirituality of creation (233-240) can help us to undergo this process as a pilgrimage. As we, as WCC, advance in a pilgrimage of justice and peace, we feel close to Pope Francis’ message when he recalls that “we human beings are united as brothers and sisters on a wonderful pilgrimage, woven together by the love God has for each of his creatures” (92).

Geneva, 18 June 2015

https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/en/resources/documents/general-se…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 23 Juin - 06:06 (2015)    Sujet du message: POPE CHALLENGES WORLD TO CLEAN UP ITS FILTH Répondre en citant



POPE CHALLENGES WORLD TO CLEAN UP ITS FILTH



Alessandra Tarantino

FILE - In this Wednesday, Jan. 22, 2014 file photo Pope Francis sits in his rain-covered pope-mobile as he leaves after his weekly general audience in St. Peter's Square at the Vatican. Pope Francis released his much-anticipated encyclical 'Laudato Si' (Praise Be), on the environment Thursday, declaring an urgent need for the political and spiritual conversion of global leaders and individuals to dedicate themselves to curbing climate change and ending policies and personal habits that destroy creation. (AP Photo/Alessandra Tarantino, file)



Andrew Medichini

Pope Francis waves as he leaves at the end of his weekly general audience, in St. Peter's Square at the Vatican, Wednesday, June 17, 2015. (AP Photo/Andrew Medichini)


Andrew Medichini

Metropolitan of Pergamon John Zizioulas holds a copy of Pope Francis' environment encyclical prior to the start of a press conference, at the Vatican, Thursday, June 18, 2015. The Vatican is launching Pope Francis' environment encyclical with a high-level press conference aimed at inspiring action from people of all faiths and no faith at all to combat climate change. (AP Photo/Andrew Medichini)



Bullit Marquez

Environmental activists display a banner as they prepare to listen to speeches inside a Roman Catholic church to coincide with Pope Francis' encyclical on climate change Thursday, June 18, 2015 in Manila, Philippines. In a high-level, 190-page document released Thursday, Francis describes ongoing human damage to nature as "one small sign of the ethical, cultural and spiritual crisis of modernity." The solution, he says, will require self-sacrifice and a "bold cultural revolution" worldwide.(AP Photo/Bullit Marquez)


Andrew Medichini

Cardinal Peter Turkson holds a copy of Pope Francis' environment encyclical prior to the start of a press conference, at the Vatican, Thursday, June 18, 2015. The Vatican is launching Pope Francis' environment encyclical with a high-level press conference aimed at inspiring action from people of all faiths and no faith at all to combat climate change. (AP Photo/Andrew Medichini)



Bullit Marquez

Environmental activists carry a banner as they march towards a Roman Catholic church to coincide with Pope Francis' encyclical on climate change Thursday, June 18, 2015 in Manila, Philippines. In a high-level, 190-page document released Thursday, Pope Francis describes ongoing human damage to nature as "one small sign of the ethical, cultural and spiritual crisis of modernity." The solution, he says, will require self-sacrifice and a "bold cultural revolution" worldwide. (AP Photo/Bullit Marquez)



Bullit Marquez

FILE - In this Tuesday, Jan. 13, 2015 file photo residents pass by posters with messages for Pope Francis as they carry plastics for recycling at the garbage dumpsite of Payatas at suburban Quezon city northeast of Manila, Philippines. Pope Francis called Thursday June 18, 2015 for a bold cultural revolution to correct what he calls the "structurally perverse" economic system of the rich exploiting the poor that is turning Earth into an "immense pile of filth."(AP Photo/Bullit Marquez, file)



Alessandra Tarantino

FILE - In this Wednesday, Nov. 5, 2014 file photo a gust of wind blows Pope Francis' mantle during his weekly general audience in St. Peter's Square at the Vatican. Pope Francis released his much-anticipated encyclical 'Laudato Si' (Praise Be), on the environment Thursday June 18, 2015 declaring an urgent need for the political and spiritual conversion of global leaders and individuals to dedicate themselves to curbing climate change and ending policies and personal habits that destroy creation. (AP Photo/Alessandra Tarantino, file)



Alessandra Tarantino

FILE - In this Wednesday, Nov. 27, 2013 file photo Pope Francis tries to keep himself warm as he attends his weekly general audience in St. Peter's Square at the Vatican. Pope Francis released his much-anticipated encyclical 'Laudato Si' (Praise Be), on the environment Thursday, declaring an urgent need for the political and spiritual conversion of global leaders and individuals to dedicate themselves to curbing climate change and ending policies and personal habits that destroy creation. (AP Photo/Alessandra Tarantino, file )


Bullit Marquez

Environmental activists carry a banner as they march towards a Roman Catholic church to coincide with Pope Francis' encyclical on climate change Thursday, June 18, 2015 in Manila, Philippines. In a high-level, 190-page document released Thursday, Francis describes ongoing human damage to nature as "one small sign of the ethical, cultural and spiritual crisis of modernity." The solution, he says, will require self-sacrifice and a "bold cultural revolution" worldwide. (AP Photo/Bullit Marquez)

http://www.roanoke.com/news/wire_headlines/pope-urges-revolution-to-save-ea…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Juin - 01:28 (2015)    Sujet du message: POPE FRANCIS CALLS FOR A NEW GLOBAL GOVERNMENT TO SAVE HUMANITY Répondre en citant



POPE FRANCIS CALLS FOR A NEW GLOBAL GOVERNMENT TO SAVE HUMANITY

 

Posted on June 22, 2015 by The Doc



 
The Pope has just called for a global political authority.
If that doesn’t send shivers down your spine…


 From End of the American Dream:

Pope Francis says that global warming is a fact and that a new global political authority is necessary in order to save humanity from utter disaster. 

The new encyclical that was scheduled to be released on Thursday has been leaked, and it is being reported that this new global political authority that Pope Francis envisions would be in charge of “the reduction of pollution and the development of poor countries and regions”.


The funny thing is that this sounds very much in line with the new sustainable development agenda that is going to be launched at the United Nations in September.  This radical new agenda is already being called “Agenda 21 on steroids” because it goes so much farther than Agenda 21 ever did.  The new UN agenda does not just address the environment – it also addresses issues such as poverty, agriculture, education and gender equality.

It is essentially a blueprint for governing the entire planet, and that sounds very much like what Pope Francis also wants.  In fact, Pope Francis is going to give the speech that kicks off the UN conference in September where this new sustainable agenda will be launched.  For some reason, this Pope has decided to make the fight against climate change the central pillar of his papacy, and he is working very hard to unite as much of humanity as possible to get behind that effort.

It is not an accident that this new encyclical is coming out now.  An article from the Guardian even states that the release was intended “to have maximum public impact” prior to the Pope’s major speech at the UN in September…
Citation:


The rare encyclical, called “Laudato Sii”, or “Praised Be”, has been timed to have maximum public impact ahead of the pope’s meeting with Barack Obama and his address to the US Congress and the UN general assembly in September.

It is also intended to improve the prospect of a strong new UN global agreement to cut climate emissions. By adding a moral dimension to the well-rehearsed scientific arguments, Francis hopes to raise the ambition of countries above their own self-interest to secure a strong deal in a crucial climate summit in Paris in November. = (no, in December)



Much of the encyclical is not that surprising.  But what is raising eyebrows is the Pope’s call for a new global political authority.  Here is more from the Guardian
Citation:


Pope Francis will this week call for changes in lifestyles and energy consumption to avert the “unprecedented destruction of the ecosystem” before the end of this century, according to a leaked draft of a papal encyclical. In a document released by an Italian magazine on Monday, the pontiff will warn that failure to act would have “grave consequences for all of us”.

Francis also called for a new global political authority tasked with “tackling … the reduction of pollution and the development of poor countries and regions”. His appeal echoed that of his predecessor, pope Benedict XVI, who in a 2009 encyclical proposed a kind of super-UN to deal with the world’s economic problems and injustices.



What is even more alarming is who will be on the stage with the Pope when this encyclical is formally released.    John Schellnhuber is a German professor that has some very radical views on climate change.  For instance, he believes that our planet is overpopulated by at least six billion people
Citation:


Professor John Schellnhuber has been chosen as a speaker for the Vatican’s rolling out of a Papal document on climate change. He’s the professor who previously said the planet is overpopulated by at least six billion people. Now, the Vatican is giving him a platform which many expect will result in an official Church declaration in support of radical depopulation in the name of “climate science.”



And Schellnhuber also happens to believe that we need a new global political authority.  If he had his way, there would be an “Earth Constitution”, a “Global Council” directly elected by the people of the planet, and a “Planetary Courtthat would be above all other courts on the globe.  The following is an excerpt from a very disturbing piece that he authored
Citation:


Let me conclude this short contribution with a daydream about those key institutions that could bring about a sophisticated — and therefore more appropriate — version of the conventional “world government” notion. Global democracy might be organized around three core activities, namely (i) an Earth Constitution; (ii) a Global Council; and (iii) a Planetary Court. I cannot discuss these institutions in any detail here, but I would like to indicate at least that:
– the Earth Constitution would transcend the UN Charter and identify those first principles guiding humanity in its quest for freedom, dignity, security and sustainability;
– the Global Council would be an assembly of individuals elected directly by all people on Earth, where eligibility should be not constrained by geographical, religious, or cultural quotas; and
– the Planetary Court would be a transnational legal body open to appeals from everybody, especially with respect to violations of the Earth Constitution.



Does the Pope want something similar?

It is quite telling that Schellnhuber was invited to stand with the Pope as this major encyclical is released to the world.  Did Schellnhuber play a role in drafting it?  Has he been advising the Pope on these matters?  Does the Pope share his vision of the future?

And does the Pope share Schellnhuber’s belief that our planet is currently overpopulated by six billion people?  If so, how would the Pope solve that “problem”?

Without a doubt, most of those that make up the “global elite” would love to see the number of people on earth decline precipitously.  This is something that I covered in my previous article entitled “46 Population Control Quotes That Show How Badly The Elite Want To Wipe Us All Out“.  Of course the Pope is not going to publicly advocate for getting rid of six billion people, but clearly he is extremely concerned about the impact that all of us are having on this planet.

The funny thing is that the earth is not even warming.  In fact, there has been no sign of global warming at all for the past ten years
Citation:


Over the years the government and the scientific community have largely stood their ground when it comes to climate change. They’ve been adamant in their assertion that the planet is gradually warming due to human activity, and that we all need to do our part to stop climate change. However, the data provided by the scientific community doesn’t always jibe with their claims.
At least, that seems to be the case with the data coming out of NOAA’s climate monitoring stations. They have a series of 114 stations across all 50 states, which is known as the US Climate Reference Network. For the past 10 years they’ve shown no sign of global warming. In fact, there’s been a very slight cooling in temperatures across the US.



But at this point, most of the world has bought into the propaganda.  In most industrialized nations, a solid majority of the population actually believes that climate change is the greatest threat that humanity currently faces.

And since just about all forms of human activity produce “carbon emissions” or affect the environment in some way, it gives control freaks that dream of global government a good excuse to grab more powerThey will always say that it is about “saving humanity” or “saving the planet”, but ultimately everything that they are trying to accomplish would mean more power in their hands.

So what do you think that the Pope is up to?  And do you think that it is a good thing or a bad thing?

http://www.silverdoctors.com/pope-francis-calls-for-a-new-global-government…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Juin - 04:42 (2015)    Sujet du message: CELEBRATING THE UN'S 70th ANNIVERSARY IN SAN FRANCISCO Répondre en citant

CELEBRATING THE UN'S 70th ANNIVERSARY IN SAN FRANCISCO 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=5I-pjAiQ7Xk


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 05:38 (2015)    Sujet du message: "LAUDATO SI" DONNE LA PAROLE AU MAÎTRE DU PANTHEISME SOUFI ALI AL-KHAWAS Répondre en citant

"LAUDATO SI" DONNE LA PAROLE AU MAÎTRE DU PANTHEISME SOUFI ALI AL-KHAWAS

Une autre manière déguisée pour intégrer l'islam dans ce grand changement qui vient sur le monde. C'est par ce stratagème démentiel que Rome avance sa main-mise sur toutes les nations. Utiliser la religion de l'islam, qui est en fait la face cachée de ce qu'est réellement le Vatican, est un must pour cette grande religion Babylonienne pour l'achèvement final de son agenda. Ce n'est donc pas un hasard ce grand calife et ce Jihad mondial. La conversion devra se faire sur ses 2 paliers : religieux et politique.

Le panthéisme, quand nous y regardons de près est pratiqué par toutes les religions incultes, idolâtres les reliant, dans la majorité des cas à des rituels sataniques, dû à la présence des démons qui contrôlent les esprits. Cette religion de mystères nommé panthéisme ou du culte à la création, n'est rien de nouveau. C'est une renaissance des anciens cultes que nous retrouvons depuis la chute d'Adam et Eve où Satan et les 200 anges rebelles ont corrompu la Terre et ses habitants en introduisant une religion contrefaite du plan divin. Cette religion a toujours continué et a été protégé jalousement par toutes les sociétés secrètes jusqu'à nos jours.

L'externalisation de cette religion de mystères ou de la pure doctrine de Lucifer et/ou encore de cette spritualité universelle, nous est aujourd'hui offerte avec l'appui du Pape Jésuite et de
Ali al-Khawas, en prise directe avec le « Prophète », le prophète Mahommet, considéré comme étant un saint dans la grande société secrète de l'O.T.O.

Cette religion de mystères, de nos jours se retrouve dans toutes les religions, gouvernements, sociétés civiles et sont toutes unies au Vatican et au Pape François qui représente, selon les Ecritures, le dernier gouvernement mondial politique et religieux qui doit précéder le retour de Jésus-Christ. Par le programme environnemental, le "Laudato Si", "la maison commune", on veut maintenant imposé cette religion à tous les humains. Cela nous fera également entré dans la phase finale de la destruction, s'il leur était possible, du christianisme. L'élimination tous les "infidèles" qui ne voudraient pas se soumettre et embrasser cette religion au culte du soleil et de la création. Le pape a parlé du péché environnemental et un de ses suppôts a rajouté qu'il y aurait des conséquences pour ceux qui ne voudraient pas se soumettre. C'est ainsi que la fin des nations prendra fin et qu'un seul gouvernement aura sa main mise sur tous les peuples, avec un seul leader à sa tête : le faux-prophète Pape François aidé par l'Antichrist Obama qui par les différents ordres exécutifs uni le pouvoir religieux et civil sous la coupe de Rome.

Le grand Satan poursuit donc son oeuvre de rébellion envers son Créateur en tentant, encore une fois (la dernière) , de corrompre le monde entier, alors que nous voyons bien que la destruction de notre planète et de ses habitants va de l'avant par différents stratagèmes contrôlés par ses mêmes "dieu". C'est donc un signe évident que nous sommes rendus au temps de la fin.

A vous tous, qui avez soif de vérité, il est temps de retourner à la pure doctrine de Dieu. Nous entrons maintenant dans une ère où tout va radicalement changé. Rentrez à la maison pendant qu'il en est encore temps, car demain, qui sait si vous serez encore en vie! Votre éternité dépend des choix que vous ferez de votre vivant. Une fois mort, comme le disait ma mère, il n'y a plus de revenez-y! 


20 juin 2015 12 h 55 min·


 
L’encyclique Laudato si’ s’adresse à tous les hommes – non plus les « hommes de volonté », mais « chaque personne qui habite cette planète » – et revient régulièrement dans ses lignes l’idée que les « croyants » ont quelque chose à dire sur le respect de la nature. La « sauvegarde de la maison commune » – sujet de ce texte-fleuve – s’assurera mieux, semble indiquer le pape François, si l’on s’appuie sur les valeurs de patience, de respect, d’éthique qui fourniront les meilleures « motivations » aux hommes protéger l’héritage commun. Ce n’est pas un hasard – même si c’est pour le moins surprenant – si le pape cite, sans le nommer, un « maître spirituel » soufi. C’est dans les notes que l’on découvre son nom : Ali al-Khawwaç (ou al-Khawas).
 
S’autorisant de saint Bonaventure qui écrivait : « La contemplation est d’autant plus éminente que l’homme sent en lui-même l’effet de la grâce divine et qu’il sait trouver Dieu dans les créatures extérieures », Laudato si va nettement plus loin en affirmant : « L’univers se déploie en Dieu, qui le remplit tout entier. Il y a donc une mystique dans une feuille, dans un chemin, dans la rosée, dans le visage du pauvre. L’idéal n’est pas seulement de passer de l’extérieur à l’intérieur pour découvrir l’action de Dieu dans l’âme, mais aussi d’arriver à le trouver en toute chose. »
 
A-t-on vraiment besoin d’un soufi pour découvrir que les œuvres du Seigneur sont belles et admirables, et que dans la Création, qui exprime le divin mais n’est pas le divin, on découvre autant la preuve de sa bonté que de son existence ? Plus haut, au numéro 80, le pape cite saint Thomas d’Aquin à propos de cette « présence divine » dans la Création qui assure la permanence et le développement de tout être : elle est « la continuation de l’action créatrice ». Donnant de nouveau la parole à saint Thomas, l’encyclique rappelle : « La nature n’est rien d’autre que la connaissance d’un certain art, concrètement l’art divin inscrit dans les choses, et par lequel les choses elles-mêmes se meuvent vers une fin déterminée. Comme si l’artisan constructeur de navires pouvait accorder au bois de pouvoir se modifier de lui-même pour prendre la forme de navire. »
 
Le panthéisme d’Ali al-Khawas : chercher l’extase soufie dans l’initiation au secret des choses
 
Mais le soufi est invoqué dans un autre registre. Ali al-Khawas, cité dans la note 159, est décrit ainsi : « A partir de sa propre expérience, (il) soulignait aussi la nécessité de ne pas trop séparer les créatures du monde de l’expérience intérieure de Dieu. Il affirmait : “Il ne faut donc pas blâmer de parti pris les gens de chercher l’extase dans la musique et la poésie. Il y a un ‘secret’ subtil dans chacun des mouvements et des sons de ce monde. Les initiés arrivent à saisir ce que disent le vent qui souffle, les arbres qui se penchent, l’eau qui coule, les mouches qui bourdonnent, les portes qui grincent, le chant des oiseaux, le pincement des cordes, les sifflements de la flûte, le soupir des malades, le gémissement de l’affligé…. »
 
Une porte mal huilée, le début de l’expérience divine ? On pourrait en sourire, mais le choix de ce langage pour susciter ce qu’on pourrait appeler une « conscience du monde », une « conscience écologique », est lourd de sens. Au-delà du choix de cette figure de l’islam – mais aussi cet hérétique de l’islam, les « maîtres à penser » soufis ont rarement été bien en cour dans l’islam dominant – les mots qu’en retient Laudato si’ évoquent la gnose panthéiste qui fascine tant notre époque. Elle exacerbe la réalité de l’homme en tant partie d’un « grand tout », d’une conscience universelle appelée à s’unifier, et non en tant qu’âme individuelle appelée à une rédemption personnelle et au face à face avec Dieu. « Secret subtil », « initiés » qui arrivent à « saisir » le langage des choses : tout y est.
 
Lorsqu’on sait ce qu’est l’« extase » dans la spiritualité soufie – chez les derviches tourneurs par exemple – la citation devient encore plus inquiétante. Car cette extase n’est pas une conscience exceptionnelle de la réalité divine, un ravissement devant le Dieu infini qui donne à sa créature le privilège d’une communication directe et extraordinaire, mais un état recherché par la créature, une annihilation dans le grand tout, une « extinction » disent les soufis. Comme dans la gnose, le soufi possède en lui-même la capacité de devenir « pur », et accède à l’absence de tout défaut en tant que savant.
 
Ali al-Khawas, en prise directe avec le « Prophète »
 
Qui est donc ce « soufi du pape » ? Ali al-Khawwaç vivait au 16e siècle. Il était, selon la présentation qu’en propose le site oumma.com, peut-être un analphabète doué d’une espèce de don inné de prophétie qui suppose une « imprégnation muhammedienne », une ouverture, une sorte d’illumination ou initiation qui selon al-Khawwaç (ou al-Khawas) est préparée par les rites du pèlerinage à La Mecque et à Arafat. Lui-même répétait la « prière sur le Prophète » 50.000 fois par jour et bénéficiait de visions et d’inspirations du sus-dit.
 
Ce serait moins inquiétant si Mahomet était réellement le prophète du vrai Dieu…
 
En tant que maître spirituel, al-Khawas est donc considéré par l’islam sunnite comme capable de mesurer les hadith à l’aune de son initiation spirituelle, « ce qui lui permet de résoudre les contradictions apparentes existant entre certains d’entre eux ». Interprète extraordinaire de la charia, en quelque sorte.
 
Soufi… ou sulfureux ? Selon le prêtre argentin Augusto Zampini, conseiller théologique de l’Agence catholique pour le développement, le pape « essaie de promouvoir le dialogue œcuménique et interreligieux sur la spiritualité partagée » en choisissant une figure du soufisme pour illustrer son propos.
 
“Laudato si’” évoque une spiritualité universelle partagée par tous les croyants
 
De fait le mot « spiritualité » revient 19 fois dans Laudato si, désignant une réalité partagée par les « croyants ». En ce sens l’encyclique favorise le syncrétisme, cherchant dans les autres religions les « valeurs » de la même manière que sur un autre plan, on cherche les « valeurs » dans les partenariats maritaux ou homosexuels… Certes toute vérité vient de Dieu, mais le manque de précision du discours est ici flagrant. Et d’autant plus que le discours proprement catholique vient en quelque sorte en épilogue du texte, comme une sorte de « plus » qui explique aux catholiques pourquoi ils sont par nature et doivent être plus « écologistes » que les autres…
 
On ne trouve certes aucune trace d’une affirmation d’un panthéisme immanentiste. Au paragraphe 119, de manière un peu alambiquée, le texte affirme : « C’est pourquoi, pour une relation convenable avec le monde créé, il n’est pas nécessaire d’affaiblir la dimension sociale de l’être humain ni sa dimension transcendante, son ouverture au “Tu” divin. En effet, on ne peut pas envisager une relation avec l’environnement isolée de la relation avec les autres personnes et avec Dieu. Ce serait un individualisme romantique, déguisé en beauté écologique, et un enfermement asphyxiant dans l’immanence. »
 
Mais voilà, il y a des ambiguïtés et des mots de confusion : la citation d’Ali al-Khawas en est un exemple typique, et d’autant plus révélateur qu’il a lui-même inspiré des panthéistes affirmés du 19e siècle tel William Blake pour qui Dieu était dans tout et tout était en Dieu, ce qui revient à nier Dieu en tant qu’Etre infini et éternel, l’Etre lui-même…
 
Anne Dolhein

http://reinformation.tv/laudato-si-parole-maitre-pantheisme-soufi-ali-al-kh…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Juin - 07:47 (2015)    Sujet du message: CATHOLIC RELIEF SERVICES PRESIDENT ON POPE'S ENCYCLICAL : FRANCIS IS POINTING OUT WHERE WE WENT WRONG, OFFERING SOLUTIONS Répondre en citant

CATHOLIC RELIEF SERVICES PRESIDENT ON POPE'S ENCYCLICAL : FRANCIS IS POINTING OUT WHERE WE WENT WRONG, OFFERING SOLUTIONS

In Interview, Former Head of Notre Dame's Business School Responds to How Business, Politics, All People 'Must Not Park Human Values at the Door'

Vatican City State, June 18, 2015 (ZENIT.org) Deborah Castellano Lubov 

The CEO and president of Catholic Relief Services says that with Laudato Si', Pope Francis is addressing the most pressing issue of our time.

In an interview with ZENIT today following the release of Pope Francis' 184-page encyclical on ecology 'Laudato Si': on the Care for Our Common Home,' Dr. Carolyn Woo, former dean of the Mendoza College of Business at the University of Notre Dame, spoke on the importance on the encyclical and hoped-for impact of the widely-anticipated document -- especially for those 'on the fence' -- and explained why the timing of it is significant.

The document addresses the contentious subject of climate change in the light of the Social Doctrine of the Church.

Dr. Woo, who spoke at today's press conference in the New Synod Hall in the Vatican, said how Francis' encyclical recognizes business as a noble profession, but warns against those people or systems which "park human values at the door," rather than accept the invitation to use their power to do good. She also mentioned overwhelming statistics that show how real and how manmade the ecological crisis is.

Along with Dr. Woo, the speakers at the press conference were Cardinal Peter Turkson, president of the Pontifical Council for Justice and Peace; Metropolitan John Zizioulas of Pergamo, representative of the Ecumenical Patriarchate and the Orthodox Church; Prof. Hans Joachim Schellnhuber, founder and director of the Potsdam Institute for Climate Impact Research; and Valeria Marana, a teacher in the outlying areas of Rome.

Woo represented the economic, financial, business and commercial sectors, whose responses to the major environmental challenges -- as Cardinal Turkson stated -- are "so crucial."

While acknowledging the Pope's criticism of abuses in the market, Dr. Woo also shared with ZENIT how the encyclical calls for business to renounce being a "necessary evil" and become instead a "necessary good."

Catholic Relief Services, part of Caritas Internationalis, is the official international humanitarian agency of the Catholic community in the United States.

***

ZENIT: Why is the timing of the release of this encyclical on ecology and the ecological crisis important?

Dr. Carolyn Woo: For a number of reasons. There are a number of important upcoming meetings: the UN in September, G7 and G8, the Paris conference. I think the Pope wants to influence the thinking of these big bodies. So, that is a very important timing consideration. In addition, I think in these past few years, with the types of disasters we have seen--and now we have, unfortunately, more evidence of the melting of the polar ice-- people are beginning to see and ask these questions. And also because we don’t have a lot of time to do nothing. For all of these reasons, its timing is very important.

ZENIT: For the US and the world, what impact do you expect Laudato Si' to have?

Dr. Carolyn Woo: It will have impact in a number of ways. The first thing is that there are a lot of people on the fence. They are good people, but they don’t know whether this is really true—this whole ‘climate crisis’—and is it really manmade, or is it one of these natural 'blips' that just happened. Thus, they are on the fence. I think this encyclical with the Pope’s credibility will help both Catholics and non-Catholics to really say a lot. It is the credibility of the Pope. So that’s number one.

The second thing is that [there are] people who are already addressing this and drawing attention to this issue. The Pope’s message actually increases the urgency.

The third thing is that there will be people who disagree. They are not actually, necessarily disagreeing with his [Pope Francis'] points. They are just asking why he should be dealing with the environment. Is he really using science? The pontifical academies have convened many of these workshops and conferences. For these people who disagree, it raises the heat against it. But that’s good. It offers debate. From that, people can decide: Do I believe there is a real crisis? Or do I not believe it? So, I think those people who have very strong objections, will still have very strong objections. But this actually just further raises the debate.

ZENIT: To those who dismiss it or wish to discredit it, what grounds would you offer as to why this is valid?

Dr. Carolyn Woo: I think we should remember that in the end, we are not debating the Pope. The Pope is just a messenger. And if they ignore the real situation, there are consequences. So choose to be part of the solution and know that this is not the Pope’s 'idea' of a climate crisis. The Pope is really articulating what he sees in the way of devastation and destruction and the impact on people’s lives. You know, a lot of people pride themselves in the use of scientific evidence. And, the majority, over 97% of evidence, suggests that this type of crisis is real and is driven by manmade actions.

ZENIT: Now turning to the business aspect. You said that business is not only an economic undertaking, but a human enterprise that must be by and for the people. How are businesses invited to properly achieve their goals, while still being responsible toward the society and planet? Why is it important for businesses to recognize their responsibilities?

Dr. Carolyn Woo: Yes, I think it is a diminishment when people who lead in business think that human values need to be parked at the door...to not think of all that which allows ingenuity to be exercised and implemented. To think that ingenuity is only used for short term profits, in the end creates harm to all humanity. I don’t think people want to do that, to leave part of themselves ['parked']-- especially those most profound aspects of their responsibilities--to other people…. To just park these values at the door. So it’s important to remember: We are not just economic actors, those who go to work and collect a paycheck …, and that the vocation of doing the right thing is not just after work, but during work.

ZENIT: Some may see what Pope Francis is saying as being critical of business or markets. However, is he just criticizing bad business practices and offering recommendations so they operate in the proper manner? You mentioned earlier that businesses are seen as a 'necessary evil,' but instead are being invited to be a 'necessary good.' Would you say the Holy Father has extended this invitation?

Dr. Carolyn Woo: Absolutely. Pope Francis keeps making this invitation not just for businesses, but also government, for us—as consumers, to think differently and to act differently.  He calls for conversion and this conversion is for all of us, starting from just, really consciousness, which is learning; conscience, which is rethinking our part and our responsibility; conviction, which is now that we want to do something; and conduct. It applies to all sectors. He is pointing out where we did go wrong and he’s offering opportunities. He is giving an invitation to be part of the solution.

ZENIT: Any other thoughts?

Dr. Carolyn Woo: This encyclical is powerful, not just because it is coming from the Vatican. It is the most pressing issue of our time. It reflects people’s concerns. It may come from the Vatican but if it is a topic of no concern to anyone, I don’t think we would have seen the huge number of people who were gathered. This is an issue of huge concern. Thank you so much.

***

On the NET: 

Catholic Relief Services: www.crs.org

Encyclical Text: http://w2.vatican.va/content/francesco/en/encyclicals/documents/papa-francesco_20150524_enciclica-laudato-si.html

Dr. Woo's Intervention at today's press conference: http://press.vatican.va/content/salastampa/en/bollettino/pubblico/2015/06/18/0480/01050.html#ziziou

(June 18, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/catholic-relief-services-president-on-pope…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Juin - 00:32 (2015)    Sujet du message: INTERFAITH PANEL EXPLORES SPIRITUAL PERSPECTIVES ON CLIMATE CHANGE AND HUMAN RIGHTS TOWARDS COP21 Répondre en citant



INTERFAITH PANEL EXPLORES SPIRITUAL PERSPECTIVES ON CLIMATE CHANGE AND HUMAN RIGHTS TOWARDS COP21



Panelists discussing spiritual perspectives on climate change and human rights. © WCC/Albin Hillert

22 June 2015

As organizations across the globe promote strong measures against climate change, the World Council of Churches (WCC) and the Geneva Interfaith Forum on Climate Change, Environment and Human Rights organized a side event to the United Nations Human Rights Council on 22 June, themed "Human Rights and Climate Change: Spiritual Dimension and Negotiations towards Paris".

The event, a part of the WCC’s strategic build-up towards its activities around the United Nations Conference on Climate Change in Paris (COP21), facilitated discussions on climate change and human rights from ethical and spiritual perspectives. At the event was a panel of representatives from faith-based organizations and missions concerned with issues of climate change, justice and human rights.

One of the panellists, Archbishop Silvano M. Tomasi, permanent representative of the Holy See to the United Nations in Geneva, took his departure in the recent announcement of the Pope’s Encyclical “Laudato Si”. ”What the Encyclical does is not to take a scientific approach to climate change. Rather, it takes into account what has been stated by scientists, but translates it into a strong spiritual dimension so that it can be understood as fundamental also to faith communities,” he said.

Nahida Sobhan from the Permanent Mission of Bangladesh to the UN in Geneva commented, “As human rights are directly affected by climate change, and the vulnerability of different people varies widely across communities and countries, it is crucial that we achieve a binding agreement at COP21.” “The agreement must be based on the values of equity, fairness and dignity,” she added.

Isaiah Toroitich, global policy and advocacy coordinator at the ACT Alliance, stressed that climate change is not only an environmental issue, or an economic issue, but also a spiritual issue. “Personally, coming from Kenya, I have seen how climate change affects how you build your communities, how you carry out your agriculture, and how, or even if, you can put food on the table,” he said.

Yves Lador, permanent representative in Geneva for Earthjustice, commented,that the “agreement to be made at COP21 is actually directly linked to a world order that came out of the World War II, a world order which simply does not deliver any more.”

The panellists agreed that COP21 outcomes must be the starting point, rather than a fixed framework. Yves Lador said, “At COP21, I believe we will be working with the voluntary undertakings that states bring to the negotiation table. I am hopeful that we can move beyond merely discussing the environment, and succeed in protecting human rights in all climate change-related respects, including issues of gender rights, indigenous people’s rights, and more,” he concluded.

Video report of the event by Pax Press Agency

Pilgrims on the move towards COP21 and climate justice (WCC news release of 11 June 2015)

"Laudato Si’" enhances churches and peoples’ care for our common home (WCC news release of 18 June 2015)

WCC general secretary highlights “right to hope” in a panel on climate change and human rights (WCC news release of 11 March 2015)

More information about the WCC’s work for climate justice

ACT Alliance campaign Act now for climate justice

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/interfaith-panel-explores-spi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 30 Juin - 03:21 (2015)    Sujet du message: LA TIMES ADMITS THE PURPOSE OF HIGH DENSITY APARTMENTS IS TO BRING DOWN HOME VALUES. AGENDA 21. Répondre en citant

LA TIMES ADMITS THE PURPOSE OF HIGH DENSITY APARTMENTS IS TO BRING DOWN HOME VALUES. AGENDA 21.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=RyiI6V1F4BU


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 30 Juin - 03:37 (2015)    Sujet du message: NEUVAINE POUR LA FRANCE : REINE DE LA CREATION, PRIEZ POUR NOUS! Répondre en citant



NEUVAINE POUR LA FRANCE : REINE DE LA CREATION, PRIEZ POUR NOUS!


Cette méditation n'est qu'une autre des abominations de Rome, donnant la gloire de la création du Dieu Vivant à la déesse ISIS/Marie. Cela veut également dire pour ses lucifériens que ce serait la caste de reptiliens qui nous auraient créés, la même doctrine que ce que la Fédération Galactique (sous contrôle de l'ONU) nous fait croire. Isis/Osiris, ces dieux égyptiens n'étant rien d'autre que des démons, de la semence du diable qui est encore bien présente de nos jours et qui gouverne cette planète. C'est dans cet univers spirituel maléfique qui contrôle le Vatican et tous ses vaillants soldats, hybrides et humains corrompus qui maintenant nous arrive avec cette autre déception et hérésie que Marie serait la créatrice de toutes choses. Il est donc clair que cette neuvaine à Marie, qui doit durer encore quelques semaines, n'a rien de saint, et que seule la malédiction peut atteindre le peuple français et le monde entier qui se tourne vers un démon puissant pour lui donner hommage et gloire. Toute cette neuvaine à Marie est mise en place par les évêques de France.

Je peux me tromper, mais ce que je sens venir pour la France et les pays où se trouvent la vaste machine du diable (CERN) ; je crains un grand et terrible malheur d'une grande catastrophe, d'une explosion grandiose qu'on pourrait certainement considéré comme un rituel satanique en l'honneur d'ISIS. Je sens que lorsque nos chers scientifiques réussiront à ouvrir la porte du puit de l'abime, quelque chose de très grave se produira. J'espère me tromper. Mais le plus important dans cette ère de grande noirceur qui fond sur nous tous, c'est d'être en règle avec le Seigneur Jésus, car après ce monde, il y aura un véritable nouvel ordre mondial sous la tutelle du Christ ressuscité. C'est donc avec espérance de ce monde nouveau que nous devons continuer de marcher, avec la promesse que ce monde revivra de ces cendres sous un règne de véritable Paix et de Justice.

Le P. Matthieu Rougé propose cette prière pour la Neuvaine pour la France: "Ô Marie, donnez-nous d’aimer et de respecter la terre, en actes et en vérité, en cherchant et en trouvant, avec des frères et sœurs toujours plus nombreux, le chemin du ciel. Amen !"

Paris, 27 juin 2015 (ZENIT.org) Père Matthieu Rougé 


Dans le cadre de la Neuvaine de 9 mois prière pour la France (15 novembre 2014 - 15 août 2015) le site de la « Neuvaine » publie cette méditation du P. Matthieu Rougé.

Reine de la création, priez pour nous !

Vers la fin de l’encyclique qu’il vient de nous adresser, le Pape François contemple la « reine de la création » : « Marie, la Mère qui a pris soin de Jésus, prend soin désormais de ce monde blessé, avec affection et douleur maternelles. Comme, le cœur transpercé, elle a pleuré la mort de Jésus, maintenant elle compatit à la souffrance des pauvres crucifiés et des créatures de ce monde saccagées par le pouvoir humain. Totalement transfigurée, elle vit avec Jésus, et toutes les créatures chantent sa beauté. Elle est la Femme enveloppée de soleil, la lune est sous ses pieds, et douze étoiles couronnent sa tête’ (Ap 12, 1).

Élevée au ciel, elle est Mère et Reine de toute la création. Dans son corps glorifié, avec le Christ ressuscité, une partie de la création a atteint toute la plénitude de sa propre beauté. Non seulement elle garde dans son cœur toute la vie de Jésus qu’elle conservait fidèlement (cf. Lc 2, 51.51), mais elle comprend aussi maintenant le sens de toutes choses. C’est pourquoi, nous pouvons lui demander de nous aider à regarder ce monde avec des yeux plus avisés » (Laudato Si, 241).

Marie est à la fois compatissante et glorieuse : le cœur transpercé par le glaive de la passion de son Fils, elle porte avec Lui toutes les atteintes à la vie humaine ; revêtue de soleil, elle chante notre vocation à la gloire éternelle. Avec son corps et avec son cœur de femme, elle manifeste la beauté et de notre condition créée. Par la profondeur de sa foi, elle perçoit le mystère de l’homme et de la femme comme devant s’accomplir par la ressemblance avec Dieu. Marie sait que ce qui rend l’humanité durable, c’est avant tout sa relation vivante avec le Créateur pleinement révélé en son Fils. Marie manifeste que l’humanité, si fragile et si précieuse, n’est pleinement protégée qu’à l’ombre de l’Esprit. Le secret de l’équilibre de la planète, ultimement, réside dans la communion avec Dieu. L’eau est un bien d’autant plus précieux qu’il annonce le don de l’eau vive de la grâce. L’air doit être protégé de la pollution aussi parce qu’il exprime le mystère de l’Esprit.

Ô Marie, apprenez-nous à respecter la création ! Apprenez-nous à apprécier notre terre, en particulier notre terre de France qui aime tant vous chanter au Puy comme à Lourdes, à Chartres ou à Paris. Apprenez-nous à servir la dignité de ce qu’il y a de plus précieux dans la création : la vie humaine, tout spécialement quand elle est fragile.  Rolling Eyes . Préservez-nous des pollutions de la haine et de la violence. Apprenez-nous à recevoir la terre comme un présent de Dieu dont lui seul nous révèle la véritable beauté.

Obtenez-nous la grâce d’une foi, d’une espérance et d’une charité durables au service d’une écologie de la sainteté. Ô Marie, donnez-nous d’aimer et de respecter la terre, en actes et en vérité, en cherchant et en trouvant, avec des frères et sœurs toujours plus nombreux, le chemin du ciel. Amen !

 
http://www.zenit.org/fr/articles/neuvaine-pour-la-france-reine-de-la-creati…


Dernière édition par maria le Jeu 2 Juil - 07:23 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Juil - 07:22 (2015)    Sujet du message: UN SECRETARY GENERAL BAN KI-MOON'S ADDRESS AT INTERNATIONAL SYMPOSIUM ON CLIMATE CHANGE Répondre en citant

UN SECRETARY GENERAL BAN KI-MOON'S ADDRESS AT INTERNATIONAL SYMPOSIUM ON CLIMATE CHANGE

"We have a profound responsibility to the fragile web of life on this Earth, and to this generation and those that will follow.

Rome, April 28, 2015 (ZENIT.org

Here is the address given by UN Secretary General Ban Ki-moon during the International Symposium on climate change, organized by the Pontifical Academy of Science at the Vatican today.

* * *

Your Eminence Monsignor Marcelo Sánchez Sorondo,

Your Eminence Cardinal Peter Turkson,

Your Eminences,

Distinguished participants,

I thank the Pontifical Academy of Sciences for hosting this important symposium, and His Holiness Pope Francis for extending such a warm welcome.

Pope Francis and I have just had a fruitful and wide ranging conversation.

I commend His Holiness, and all faith and scientific leaders here, for raising awareness of the urgent need to promote sustainable development and address climate.

Mitigating climate change and adapting to its effects are necessary to eradicate extreme poverty, reduce inequality and secure equitable, sustainable economic development.

That is why I say climate change is the defining issue of our time.

Responding to it effectively is essential for sustainable development.

Climate change is intrinsically linked to public health, food and water security, migration, peace and security.

It is a moral issue.  It is an issue of social justice, human rights and fundamental ethics.

We have a profound responsibility to the fragile web of life on this Earth, and to this generation and those that will follow.

That is why it is so important that the world’s faith groups are clear on this issue – and in harmony with science.

Science and religion are not at odds on climate change.  Indeed, they are fully aligned.

Together, we must clearly communicate that the science of climate change is deep, sound and not in doubt.

Climate change is occurring – now -- and human activities are the principal cause.

Your Eminences, Ladies and Gentlemen,

The facts of climate change are upheld by the Intergovernmental Panel on Climate Change and the major scientific bodies of every government in the world, including the Vatican’s Pontifical Academy of Sciences.

Our response has to be global, holistic and rooted in universal values.

Climate change affects us all, but not equally.

Those who suffer first and worst are those who did least to cause it: the poor and most vulnerable members of society. 

Around the world, I have seen how floods, droughts, rising sea levels and increasingly severe storms are causing terrible harm, and prompting families to migrate, often at great peril.

As His Holiness Pope Francis has said, "We need to see, with the eyes of faith … the link between the natural environment and the dignity of the human person."

The most vulnerable must be foremost in our thoughts this year as governments construct a global response to climate change and a new framework for sustainable development.

The new Sustainable Development Goals, which will be adopted in September, will provide a holistic approach that puts social and environmental objectives on par with economic objectives.

Eradicating extreme poverty, ending social exclusion of the weak and marginalized, and protecting the environment are values that are fully consistent with the teachings of the great religions.

Pope Francis has been one of the world’s most impassioned moral voices on these issues, Twisted Evil and I applaud his leadership.

The United Nations, too, champions the disadvantaged and the vulnerable. 

We share a belief in the inherent dignity of all individuals and the sacred duty to care for and wisely manage our natural capital.

And we believe that when people strive toward a common goal, transformational change is possible. 

That is why we work in partnership with governments, the private sector, civil society and faith-based groups.

If ever there were an issue that requires unity of purpose, it is climate change. 

Science tells us we are far off track from reducing global emissions sufficient to keep global temperature rise below 2 degrees Celsius.

We are currently on course for a rise of 4-5 degrees Celsius.

This would alter life on Earth as we know it.

This is morally indefensible.

It contradicts our responsibility to be good stewards of creation.

Your Eminences, Ladies and Gentlemen,

People everywhere are realizing we must fundamentally change our ways.

Some world leaders have called for the creation of an “ecological civilization,” others for “development without destruction”.

Many countries are moving down a low-carbon pathway and investing in clean energy that can power truly sustainable development.

To transform our economies, however, we must first transform our thinking, and our values.

In this, the world’s religions can provide valuable leadership.

As the Holy See has said, “there is a moral imperative to act, for we all bear the responsibility to protect and to value creation for the good of this and future generations”.

I very much look forward to the upcoming encyclical by Pope Francis.

It will convey to the world that protecting our environment is an urgent moral imperative and a sacred duty for all people of faith and people of conscience.

It is critically important that people and their leaders hear your strong moral voice in the coming months.

In July, leaders will gather in Addis Ababa, for the third International Conference on Finance for Development.

In September, Pope Francis will address the United Nations Special Summit on Sustainable Development.

And in Paris, in December governments will meet to forge a meaningful universal agreement on climate change


Paris is not the end point, but it must be a turning point in finding a common way forward in meeting the climate challenge.

We need a global climate agreement that is universal, fair and ambitious.

Industrialized countries must take the first steps forward.

Reasons of equity and historical responsibility require no less.

But all countries must do more and be part of the solution, in line with what the science requires.

Citizens around the world are demanding an agreement and demanding action.

I urge you to join them.

Let the world know that there is no divide whatsoever between religion and science on the issue of climate change.

Your Eminences, Ladies and Gentlemen,

Your influence is enormous. 

You speak to the heart of humanity’s deepest hopes and needs.

You can remind us all that we do not exist apart from nature, but are part of a wider creation.

Together, the major faith groups have established, run, or contribute to over half of all schools world-wide.

You are also the third largest category of investors in the world.

I urge you to invest in the clean energy solutions that will benefit the poor and clear our air.

Sustainable development requires sustainable energy for all.

I also urge you to continue to reduce your carbon footprint and educate your followers to reduce thoughtless consumption. 

Your Eminences,  Ladies and Gentlemen,

We are the first generation that can end poverty, and the last generation that can avoid the worst impacts of climate change.

Future generations will judge us harshly if we fail to uphold our moral and historical responsibilities.

This year, with the upcoming encyclical, the Sustainable Development Goals Summit in September, and a global climate agreement, we have an unprecedented opportunity to articulate –and create – a more sustainable future and a life of dignity for all.

This is a future in which we are good stewards of our common home and good neighbours to all.

I am grateful for your moral leadership, and thank you for your commitment.

Thank you.

(April 28, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/un-secretary-general-ban-ki-moon-s-address…


Dernière édition par maria le Ven 17 Juil - 01:32 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 2 Juil - 04:23 (2015)    Sujet du message: OBAMA PROPOSES NEW REGULATIONS DESIGNED TO DESTROY THE MIDDLE CLASS. Répondre en citant

OBAMA PROPOSES NEW REGULATIONS DESIGNED TO DESTROY THE MIDDLE CLASS.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=DSTZAnysPNk


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 2 Juil - 05:44 (2015)    Sujet du message: ROME : LE PAPE FRANCOIS SALUE UNE MANIFESTATION INTERRELIGIEUSE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE Répondre en citant

ROME : LE PAPE FRANCOIS SALUE UNE MANIFESTATION INTERRELIGIEUSE CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

« plusieurs religions, une seule planète », sous la bannière de Rome et de la renaissance d'une spiritualité globale panthéiste et adoratrice de la terre elle-même, comme il est mentionné dans l'article.

30 juin 2015 14 h 07 min·


 
Plusieurs milliers de chrétiens, juifs, musulmans, bouddhistes et hindous se sont rassemblés dimanche dernier à Rome pour réclamer une action internationale contre le réchauffement climatique. Réunis derrière une banderole « plusieurs religions, une seule planète », la manifestation interreligieuse a marché en direction du Vatican pour remercier le pape François pour sa récente encyclique sur l’environnement, Laudato Si’, sur la sauvegarde de la maison commune. Dans son texte, le pape François réclame lui aussi une action urgente pour lutter contre un désastre environnemental et encourage les dirigeants de la planète à entendre « tant la clameur de la terre que la clameur des pauvres »…
 
Des représentants de toutes les religions réunis à Rome contre le réchauffement climatique
 
Ces manifestants ne sont pas les seuls à avoir félicité le pape : des militants écologistes, des scientifiques et plusieurs personnalités religieuses ont également salué la parution de ce texte, quelques mois avant le sommet international organisé à Paris pour trouver un accord mondial sur le climat, sous l’égide de la très antichrétienne Organisation des Nations-Unies
 
Cette manifestation n’était pas le fruit du hasard. L’idéologie environnementale est strictement relativiste : le passage par les actions interreligieuses n’est qu’une étape vers l’avènement d’une spiritualité globale panthéiste et adoratrice de la terre elle-même. Aucune place pour l’enseignement catholique dans le discours des activistes écolos : l’Homme est un mauvais fruit de l’évolution, devenu néfaste pour la création elle-même…
 
Le pape François salue la manifestation interreligieuse et réclame une meilleure protection de la terre
 
Cela n’a pas empêché le pape François de féliciter les manifestants réunis à Rome, qu’il a d’ailleurs encouragés à réclamer une meilleure protection de la terre. A la fin l’Angelus dominical, le pape a lancé : « Je salue en particulier les participants à la marche “Une planète, une famille”. J’encourage la collaboration entre les peuples et les associations de différentes religions pour la promotion d’une écologie intégrale. »
 
Dans son encyclique, le pape impute à l’homme une responsabilité dans le réchauffement climatique, comme le font tous les écologistes en vogue : cette responsabilité n’est pourtant pas prouvée, et de nombreux scientifiques la réfutent, expliquant le réchauffement climatique en cours par des variations naturelles de températures et en particulier par les variations de l’activité solaire. 

Béatrice Romée

http://reinformation.tv/pape-francois-manifestation-interreligieuse-rome-re…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:50 (2016)    Sujet du message: SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 39, 10, 1120, 21, 22  >
Page 10 sur 22

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com