LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21
Aller à la page: <  1, 2, 315, 16, 1720, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 16 Oct - 02:07 (2015)    Sujet du message: CONFERENCE DE PARIS : LE PAPE ESPERE DES CHOIX CONCRETS Répondre en citant

CONFERENCE DE PARIS : LE PAPE ESPERE DES CHOIX CONCRETS

Le pape confie ses attentes à Paris Match

Rome, 15 octobre 2015 (ZENIT.org) Pape François 


Le pape François espère que la Conférence de Paris sur le climat, COP21, « pourra contribuer à des choix concrets, partagés et visant, pour le bien commun, le long terme ».

C’est ce qu’il a confié dans un entretien accordé à l'hebdomadaire français Paris Match paru ce jeudi 15 octobre.

« Notre maison commune est polluée, elle ne cesse de se détériorer, a constaté le pape. On a besoin de l'engagement de tous. Nous devons protéger l'homme de sa propre destruction. »

« Le chrétien est enclin au réalisme, non au catastrophisme, a souligné le pape. Néanmoins, justement pour cela, nous ne pouvons nous cacher une évidence : le système mondial actuel est insoutenable. »

Le pape estime que la Rencontre internationale sur le climat de Paris, en décembre, pourrait proposer des voies pour retrouver « de nouvelles modalités de développement afin que tant de femmes, d'hommes et d'enfants souffrant de la faim, de l'exploitation, des guerres, du chômage, puissent vivre et grandir dignement ».

En analysant le système capitaliste, le pape a noté que le capitalisme et le profit n’étaient pas « diaboliques si on ne les transforme pas en idoles. Ils ne le sont pas s'ils restent des instruments ». En revanche, a-t-il souligné, « si l'argent et le profit à tout prix deviennent des fétiches qu'on adore, si l'avidité est à la base de notre système social et économique, alors nos sociétés courent à la ruine ».

« Les hommes et la création tout entière ne doivent pas être au service de l'argent: les conséquences de ce qui est en train d'arriver sont sous les yeux de tous ! » a averti le pape François. « L'humanité doit renoncer à idolâtrer l'argent et doit replacer au centre la personne humaine, sa dignité, le bien commun, le futur des générations qui peupleront la Terre après nous », a-t-il résumé.

Le pape a rappelé la nécessité de s'attaquer aux « causes » des conflits et des guerres, notamment au Moyen-Orient, sans « oublier » « l'hypocrisie de ces puissants de la terre qui parlent de paix, mais qui, en sous-main, vendent des armes ».

Le pape a expliqué son attachement à sainte Thérèse de Lisieux et il a commenté la prochaine canonisation de ses parents: « Louis et Zélie Martin, les parents de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, sont un couple d'évangélisateurs qui, leur vie durant, ont témoigné de la beauté de la foi en Jésus. Tous les deux, avec leurs cinq filles, consacraient de l'énergie, du temps et de l'argent à aider les gens dans le besoin. Ils sont certainement un modèle de sainteté et de vie de couple. »

Le pape a répondu à quelques questions plus personnelles en précisant qu’il était « toujours » « un prêtre de la rue »: « Bien sûr, j'aimerais tellement aller manger une bonne pizza avec des amis », a-t-il avoué, ce qui est « presque impossible » aujourd’hui. Mais « ce qui ne me manque jamais, c'est le contact avec les gens », a conclu le pape.

(15 octobre 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/conference-de-paris-le-pape-espere-des-cho…[ZF151015]%20Le%20monde%20vu%20de%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Classic



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 16 Oct - 02:07 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 16 Oct - 02:12 (2015)    Sujet du message: DEVELOPPEMENT : LE PAPE RECOMMANDE DE "TRAVAILLER AU NIVEAU LOCAL" Répondre en citant

DEVELOPPEMENT : LE PAPE RECOMMANDE DE  "TRAVAILLER AU NIVEAU LOCAL"

A Turin, défense de l’environnement et développement humain intégral

Rome, 15 octobre 2015 (ZENIT.org) Pape François 


Le pape François plaide pour « l’inclusion » de la « défense de l’environnement » et du « développement humain intégral », ensemble et « au niveau local ».

Le pape a en effet adressé, en date du 16 octobre, un long message au maire de Turin (Italie), Piero Fassino, à l’occasion du Forum mondial du Développement économique local organisé du 13 au 16 octobre.

Le pape y rappelle notamment le respect de la justice et de l’auto-détermination comme fondements de toute action politique ou toute décision économique : « L’action politique et économique est une activité qui demande de la prudence, guidée par un concept de justice qui ne doit jamais mourir, et ne saurait faire oublier qu’avant tout plan ou programme, il y a de vrais hommes et de vraies femmes qui, comme leurs gouvernants, vivent, luttent et souffrent, et que ceux-ci doivent être les premiers acteurs de leur destin. »

Il rappelle les objectifs qu’il a indiqués à l’ONU en septembre dernier : « un toit, un emploi digne et correctement rémunéré, une alimentation adéquate et l’eau potable ; la liberté religieuse et plus généralement, la liberté de penser et d’éduquer ».

Pour atteindre ces objectifs « vraiment, et de manière permanente », le pape recommande de « travailler au niveau local ».

Voici notre traduction intégrale du message du pape.

A.B.

Message du pape François

Veuillez recevoir, Monsieur le maire, et vous les autorités ainsi que tous les participants au IIIe Forum mondial de Développement local, organisé à Turin du 13 au 16 octobre, mes plus sincères salutations.

Ce forum, à très juste titre, entend réfléchir et discuter des potentialités du développement économique local, comme moteur d’une vision différente de l’économie, du développement, des rapports avec la terre et entre les personnes. Que Dieu apporte lumière et inspirations à cette rencontre, très importante pour promouvoir et mettre en œuvre l’Agenda 2030, pour l’inclusion, la défense de l’environnement et un développement humain intégral.

Pour vous aider dans vos efforts, je tiens à rappeler certaines idées que j’ai développées récemment à l’Assemblée des Nations unies concernant les Objectifs d’un Développement durable, qui sont source d’espérance pour l’humanité, à condition de les promouvoir de manière adéquate. La mise en œuvre effective de l’Agenda 2030 est urgente et indispensable. Les décisions adoptées par la communauté internationale sont importantes, mais s’accompagnent toujours de la tentation de tomber dans un nominalisme déclamatoire qui a pour effet d’anesthésier les consciences.

Par ailleurs, la multiplicité et la complexité des problèmes exigent l’utilisation d’instruments techniques de mesure qui présentent un double danger : celui de se limiter à un travail bureaucratique consistant à ne rédiger qu’une longue liste de bonnes intentions – objectifs et statistiques – ou de croire qu’une seule solution théorique peut répondre à tous les défis.

L’action politique et économique est une activité qui demande de la prudence, guidée par un concept de justice qui ne doit jamais mourir, et ne saurait faire oublier qu’avant tout plan ou programme, il y a de vrais hommes et de vraies femmes qui, comme leurs gouvernants, vivent, luttent et souffrent, et que ceux-ci doivent être les premiers acteurs de leur destin. Le développement humain intégral et le plein exercice de la dignité humaine ne peuvent être imposés. Rolling Eyes Il revient à chacun, à chaque famille, de les réaliser, en communion avec les autres êtres humains et dans une juste relation avec les secteurs où la société humaine est active – amis, communautés, villages et communes, écoles, entreprises et syndicats, provinces, nations. Sous cet angle, le développement économique local apparaît la réponse la plus adéquate pour répondre aux défis que nous présente une économie mondialisée et souvent cruelle dans ses résultats.

Ce IIIe Forum, à juste titre, entend présenter des stratégies concrètes relatives à l’environnement local dans les processus mondiaux de développement, en discuter et focaliser le potentiel de telles stratégies, comme ressources essentielles à tous les niveaux, y compris régional, national et international.

J’ai signalé à l’ONU que la mesure et l’indicateur le plus simple et le mieux adapté pour répondre au nouvel Agenda pour le développement sera l’accès effectif, concret et immédiat, pour tous, aux biens matériels et spirituels indispensables : un toit, un emploi digne et correctement rémunéré, une alimentation adéquate et l’eau potable ; la liberté religieuse et plus généralement, la liberté de penser et d’éduquer. J’ajouterais que la seule façon d’atteindre vraiment, et de manière permanente, ces objectifs, est de travailler au niveau local.

Lors de mes rencontres avec les mouvements populaires et les coopératives italiennes, j’ai rappelé et développé ces idées, que l’on peut résumer en deux axiomes : «  le petit est beau », « le petit est efficace ». Les récurrentes crises mondiales ont montré que les décisions économiques qui, en général, cherchent à promouvoir le progrès de tous en générant de nouveaux biens de consommation et en augmentant le profit, ne sont pas des décisions durables pour le bon développement de l’économie mondiale.

Ajoutons aussi qu’à partir du moment où toute demande sur ce qui est juste et qui sert vraiment au bien commun est écartée, on peut dire que celles-ci sont « immorales ». Les discussions politiques et économiques publiques et privées doivent au contraire s’interroger sur comment il est possible d’intégrer les critères éthiques aux systèmes et aux décisions. L’accent mis sur le local, comme le veulent les Forums de développement local, semble être une des voies maîtresses pour un vrai discernement éthique et pour la création d’économies et d’entreprises vraiment libres : libres des idéologies, libres des manipulations politiques, mais surtout libres de la loi du profit à tout prix et de la perpétuelle extension des affaires, pour être vraiment au service de tous et réintégrer les exclus dans la vie sociale.

La pensée sociale chrétienne, en Italie, grâce à des personnalités comme Giuseppe Toniolo, Don Sturzo et d’autres, en suivant les pistes énoncées par le pape Léon XIII dans l’encyclique Rerum novarum, a su offrir une analyse économique qui, en partant donc de l’environnement local et territorial, propose des options et des directions pour l’économie mondiale. Une bonne partie de la pensée sociale laïque, en partant de principes différents, arriva à des propositions similaires. Cette vision d’une économie qui va du local au monde est étudiée par beaucoup d’experts dans d’autres pays. Je me limite ici à citer Ernst Friedrich Schumacher et son célèbre Small is beautiful.

Monsieur le maire, j’espère que ces brèves réflexions vous seront utiles pour faire avancer le débat et pour les futures activités du Forum, afin de renforcer le développement local mais surtout inspirer la réforme des grands modèles généraux. Je vous renouvelle donc mes vœux d’une heureuse issue de votre rencontre, et demande à Dieu sa bénédiction pour vous, ainsi que pour les autres autorités et les participants au Forum, pour leurs familles et leurs activités.

© Traduction de Zenit, Océane Le Gall

(15 octobre 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/developpement-le-pape-recommande-de-travai…[ZF151015]%20Le%20monde%20vu%20de%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Classic



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 18 Oct - 02:04 (2015)    Sujet du message: MEET KASITA = YOURAGANDA 2030 SLAVE BOX HOME! WOW! Répondre en citant



MEET KASITA = YOURAGANDA 2030 SLAVE BOX HOME! WOW!



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ujfpkcn3ZCI


RANT. NY TIMES: AMERCA'S FUTURE HOUSING MODEL IS LIVING LIKE A HOMELESS PERSON.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=dnUtIV4iq4g


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 18 Oct - 02:08 (2015)    Sujet du message: UN AGENDA 2030 FULL BREAKDOWN!! Répondre en citant



UN AGENDA 2030 FULL BREAKDOWN!!



VIDEO (delete)  : https://www.youtube.com/watch?v=-JIYuVIW6ow

New link : http://www.sendspace.com/file/8wyl8j


Dernière édition par maria le Mar 10 Nov - 03:56 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 18 Oct - 03:02 (2015)    Sujet du message: NWO: THE WORLD WONDERS AFTER THE VATICAN BEAST & UPCOMING ONE WORLD GOVERNMENT Répondre en citant

NWO: THE WORLD WONDERS AFTER THE VATICAN BEAST & UPCOMING ONE WORLD GOVERNMENT
 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=rNru6wbrI9M

The Vatican’s wound has been healed. Satan’s home, which lost power in 1798 when the pope was captured by French General Berthier, became a state and church power once again in 1929.

Soon, the Vatican – the first beast of Revelation 13, will return to its former demonic glory as satan knows his time is very short. History shows that the Vatican is responsible for the heinous deaths of over 100 million Christians during the dark and middle ages, from 598 to 1798, or as mentioned in the Bible, for a period of 1260 years! This is the same church whose popes have changed the times and laws of God (Daniel 7:25) and who have put the Bible on the list of forbidden books in 1229 and 1545.

The antichrist pope is moving forward with satan’s new world order agenda with the help of his co-horts in Washington DC, which is now under the Vatican’s control. The Vatican created Islam and Chrislam is currently being created, which will lead to the outward reject of Christ and His law and to the second martyrdom of Christians in Revelation 20:4.

In Revelation 17:1-5, the whore of Babylon is the Roman church which sits on the seven hills of Rome. She is “[...] arrayed in purple and scarlet colour, and decked with gold and precious stones and pearls, having a golden cup in her hand full of abominations and filthiness of her fornication: And upon her forehead was a name written, MYSTERY, BABYLON THE GREAT, THE MOTHER OF HARLOTS AND ABOMINATIONS OF THE EARTH.”

Notice how the Roman church is decked with gold and precious stones and how her cardinals are dressed in purple and scarlet colour!

The Roman church is united with the Vatican to constitute a state and church union where the antichrist pope resides and manipulates world affairs through various groups including the Club of Rome, which divides the world into ten kingdoms. The kings of these ten kingdoms give their allegiance to the Roman pontiff or antichrist pope (Revelation 17:12) to create satan’s new world order, which is satan’s sadistic counterfeit version of the kingdom of God.

This is the same church organization – and her Protestant and SDA daughters – which the Father says in Revelation 18:4-5 to “Come out of her, My people, that ye be not partakers of her sins, and that ye receive not of her plagues. For her sins have reached unto heaven, and God hath remembered her iniquities.”
God’s warning is followed by the Roman church’s destruction in Revelation 19:2.

GET OUT OF BABYLON! Get out of the Roman Catholic church and her harlots including the Protestant, Orthodox and SDA churches.

For more information and videos on Christian beliefs and prophecy, please visit theseventhdayremnantchurch.org, www.remnantofgod.org, www.john1429.org, www.sdrministries.org along with cregen124 and NicholasPoGM's YouTube channels.



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 19 Oct - 03:46 (2015)    Sujet du message: JUDGES PLAN TO OUTLAW CLIMATE CHANGE 'DENIAL' Répondre en citant

JUDGES PLAN TO OUTLAW CLIMATE CHANGE 'DENIAL'

What's the Magna Carta of the Vatican?

 http://www.i-acuse.com/home/who-created-canada/magna-carta-800-yr-celebration-of-fake-democracy-and-vatican-rule/

-----

A semi-secret, international conference of top judges proposed to make illegal any opinion that contradicted climate change



Poles apart: in 2013, the year scientists had forecast that the Arctic would be 'ice free’, its thickness increased by a third  Photo: Alamy
 
By Christopher Booker

1:43AM BST 11 Oct 2015

We might think that a semi-secret, international conference of top judges, held in the highest courtroom in Britain, to propose that it should be made illegal for anyone to question the scientific evidence for man-made global warming, was odd enough to be worthy of front-page coverage.

Last week I mentioned that the Prince of Wales had sent a message to this conference calling for the UN’s forthcoming climate meeting in Paris to agree on “a Magna Carta for the Earth”. But only a series of startling posts by a sharp-eyed Canadian blogger, Donna Laframboise (on Nofrakkingconsensus), have alerted us to what a bizarre event this judicial gathering turned out to be (the organisers even refused to give her the names of those who attended).

It could be made illegal for any government, corporation (or presumably individual scientist) ever to question the agreed “science” again

Including senior judges and lawyers from across the world, the three-day conference on “Climate Change and the Law” was staged in London’s Supreme Court. It was funded, inter alia, by the Supreme Court itself, the UK government and the United Nations Environment Program (UNEP).

As one of the two UN sponsors of its Intergovernmental Panel on Climate Change, UNEP has been one of the main drivers of alarm over global warming for 40 years. The organiser and chairman of the conference was the Supreme Court judge Lord Carnwath, a fervent believer in man-made climate change, who has worked with the Prince of Wales for more than 20 years, and with UNEP since 2002.

The purpose of this strange get-together was outlined in a keynote speech (visible on YouTube) by Philippe Sands, a QC from Cherie Blair’s Matrix Chambers and professor of law at University College, London. Since it is now unlikely that the world will agree in Paris to a legally binding treaty to limit the rise in global temperatures to no more than 2 degrees C from pre-industrial levels, his theme was that it is now time for the courts to step in, to enforce this as worldwide law.

Although his audience, Sands said, would agree that the scientific evidence for man-made climate change was “overwhelming”, there were still “scientifically qualified, knowledgeable and influential individuals” continuing to deny “the warming of the atmosphere, the melting of the ice and the rising of the seas”, and that this is all due to our emissions of CO2. The world’s courts, led by the International Court of Justice, said Sands, could play a vital role “in finally scotching these claims”.

“The most important thing the courts could do,” he said, was to hold a top-level “finding of fact”, to settle these “scientific disputes” once and for all: so that it could then be made illegal for any government, corporation (or presumably individual scientist) ever to question the agreed “science” again. Furthermore, he went on, once “the scientific evidence” thus has the force of binding international law, it could be used to compel all governments to make “the emissions reductions that are needed”, including the phasing out of fossil fuels, to halt global warming in its tracks.

India and China will merely respond with inscrutable smiles, as they continue to rely on fossil fuels

The fact that it could be seriously proposed in the highest courtroom in the land that the law should now be used to suppress any further debate on what has become one of the most contentious issues in the history of science (greeted with applause from the distinguished legal audience) speaks volumes about the curious psychological state to which the great global warming scare has reduced so many of the prominent figures who today exercise power and influence over the life of our Western societies.

For perspective, we need only think of the likely responses to all this claptrap by China and India (which has just announced that it intends to triple its CO2 emissions by 2030). Not only have they already kicked into touch any chance of a “binding climate treaty” in December. At the thought of these self-important lawyers trying to force them to comply by international law, they will merely respond with inscrutable smiles, as they continue to rely on fossil fuels to power what will soon be the two largest economies in the world.

http://www.telegraph.co.uk/comment/11924776/Judges-plan-to-outlaw-climate-change-denial.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 19 Oct - 04:41 (2015)    Sujet du message: G-B: NE PAS CROIRE AU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE POURRAIT DEVENIR UN CRIME! Répondre en citant

G-B: NE PAS CROIRE AU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE POURRAIT DEVENIR UN CRIME!

Traduction Google


Un Magna Carta est en fait un concordat donnant plein pouvoir au Vatican et à la Communauté Internationale d'aller de l'avant dans leur projet de dominance planétaire. Dans le cas qui nous intéresse "sur le réchauffement climatique", il deviendrait criminel de remettre en doute ou de critiquer les nouvelles lois et mesures internationales sur ce sujet. Rome, par la force,  impose donc son système à l'humanité entière, sous cette fausse démocratie planétaire. Prenez le temps de traduire cet article pour votre information http://www.i-acuse.com/home/who-created-canada/magna-carta-800-yr-celebration-of-fake-democracy-and-vatican-rule/.

...On pourrait penser qu'une conférence internationale semi-secrète des meilleurs juges, tenue dans la plus haute salle d'audience en Grande-Bretagne, de proposer qu'il devrait être rendu illégal pour quiconque de remettre en question les preuves scientifiques du réchauffement climatique d'origine humaine, était assez étrange pour être digne de première page de couverture.

La semaine dernière, je l'ai mentionné que le prince de Galles avait envoyé un message à cette conférence appelant à venir réunion du climat de l'ONU à Paris d'accord sur "un Magna Carta pour la Terre"...

La suite :
http://www.telegraph.co.uk/comment/11924776/Judges-plan-to-outlaw-climate-c…

-----

Publié par wikistrike.com sur 18 Octobre 2015, 08:11am

Catégories : #Terre et climat



  Nous vous laissons apprécier ce qui nous attend avec la cour de justice internationale climatique qui serait créée à l'initiative par de Grande Bretagne. 
Qu'est-ce que ça signifie ? Tout simplement que nier le réchauffement climatique d'origine humaine va devenir illégal et passible de poursuites.
 
---------
 
Un pas de plus vers la dictature climatique 
Jacques Henry
 

Grâce à la sagacité exemplaire de la journaliste canadienne Donna Laframboise qu'il faut remercier ici, on découvre que le totalitarisme climatique planétaire se met progressivement en place sous l'égide des Nations-Unies. L'information a été reprise ce 11 octobre 2015 par The Telegraph, un quotidien britannique connu pour ses opinions de gauche modérée. Il s'agit d'un fait révélateur de ce qui attend la population de la planète entière (voir le lien). 

À la fin du mois de septembre dernier, s'est tenue dans les locaux de la Cour Suprême britannique une conférence sponsorisée par le King's College, le gouvernement britannique, la Cour Suprême britannique, l'Asia Development Bank et l'UNEP (United-Nations Environment Program).Ce dernier organisme onusien est également le principal pourvoyeur de fonds de l'IPCC. Cette conférence réunissait des juges, des professeurs universitaires de droit, des avocats et naturellement, bien que jamais l'identité et la provenance des participants ne furent révélées, des représentants mandatés par la famille royale britannique. Il s'agissait de mettre en place une cour de justice internationale climatique. 

Qu'est-ce que ça signifie ? Tout simplement que nier le réchauffement climatique d'origine humaine va devenir illégal et passible de poursuites. En d'autres termes puisqu'un accord global sur le climat est loin d'être acquis lors de la prochaine réunion COP21 à Paris, il faudra donc légiférer à l'échelle mondiale et ce sera l'affaire des Nations-Unies. Ça rappelle tout simplement la mise en place des tribunaux de l'Inquisition mis en place par la papauté. Ce sera, selon les informations recueillies par cette journaliste canadienne à la Cour Internationale de Justice de statuer sur les cas de déni climatique individuels, de la part de gouvernements ou d'entreprises industrielles et/ou commerciales. 

Sans reprendre mots pour mots l'article du Telegraph, on peut imaginer que les Chinois et les Indiens vont doucement rigoler à Paris quand on leur demandera les larmes aux yeux de réduire leurs émissions de carbone alors que l'essentiel de l'énergie électrique produite par ces pays repose sur le charbon et le pétrole. Il en est de même du Japon qui a timidement redémarré un seul réacteur nucléaire depuis l'arrêt total de la production électronucléaire du pays après le grand tremblement de terre du 11 mars 2011. Idem pour l'Australie, le Canada, le Brésil et encore plus les USA qui n'accepteront jamais de sacrifier leur industrie pour satisfaire les lubies de l'IPCC et de l'UNEP. Le COP21 ne collectera que des déclarations de bonnes intentions qui ne seront jamais suivies d'effet, voilà quel en sera le résultat. 

On comprend donc mieux qu'instaurer une loi climatique mondiale coercitive ne soit plus que le seul moyen restant pour imposer les vues totalitaires du 0,01 % de la planète. C'est un grand pas vers le retour aux heures sombres du nazisme et du totalitarisme bolchévique qu'on croyait disparues à jamais ... 

« Bienvenue dans un monde meilleur », tel était le slogan en exergue des émissions de Nicolas Hulot sponsorisées par Rhône-Poulenc ... 

Source : http://www.telegraph.co.uk/comment/11924776/Judges-plan-to-outlaw-climate-change-denial.html ethttp://nofrakkingconsensus.com

 
Lu ici

http://www.wikistrike.com/2015/10/g-b-ne-pas-croire-au-rechauffement-climat…



Dernière édition par maria le Mar 10 Nov - 03:57 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Oct - 14:32 (2015)    Sujet du message: LIBRE-CIRCULATION SUSPENDUE : LES DEFENSEURS DU CLIMAT NE SONT PAS LES BIENVENUS EN FRANCE POUR LA COP 21 Répondre en citant

LIBRE-CIRCULATION SUSPENDUE : LES DEFENSEURS DU CLIMAT NE SONT PAS LES BIENVENUS EN FRANCE POUR LA COP 21

MISE A JOUR

Et s'il y a une alerte de Sécurité Nationale, eh bien, ces postes de contrôle pourrait bien devenir permanent. Est-ce cela qui se cache derrière tout cela? Bienvenue dans le Nouvel Ordre Mondial totalitaire!




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=XxXd6Pa6mpA



VIDEO : 
https://www.youtube.com/watch?v=xxPGiqJDmNY

ENGLISH :




NOSTRA AETATE, LES EVÊQUES AVANT LA COP 21 ET L'ACTU DE LA SEMAINE


VIDEO :


Publié par wikistrike.com sur 30 Octobre 2015, 06:46am




Le gouvernement français s’apprête à rétablir les contrôles aux frontières pendant un mois, le temps de la Conférence internationale sur le climat à Paris. Cette mesure d’exception est prise « en cas de menace grave pour l’ordre public ou la sécurité intérieure ». La société civile, qui compte se mobiliser en masse, semble particulièrement visée. Nombre de délégations venant de pays du Sud rencontrent des difficultés pour obtenir leurs visas.

A partir du 13 novembre, citoyens engagés et société civile mobilisée pour le climat ne seront plus les bienvenus en France. La conférence internationale sur le climat à Paris fin novembre s’accompagnera du rétablissement des contrôles aux frontières nationales. Durant un mois, la libre-circulation des citoyens de l’Union européenne sera donc suspendue. Basta ! s’est procuré une note des autorités françaises, publiée par le Conseil de l’Union européenne, concernant « la réintroduction temporaire des contrôles aux frontières intérieures avec la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, la Suisse, l’Italie et l’Espagne à l’occasion de la COP 21 ». Ces mesures exceptionnelles débuteront le 13 novembre, soit deux semaines avant l’ouverture de la conférence. Elles prendront fin le 13 décembre, deux jours après la clôture de l’événement, comme en témoigne l’extrait du document ci-dessous [1] :



« Menace grave pour l’ordre public »

Le gouvernement fait valoir l’article 23 du Code frontières Schengen qui dispose du droit des États membres à réintroduire le contrôle à leurs frontières intérieures durant une période limitée – 30 jours maximum – « en cas de menace grave pour l’ordre public ou la sécurité intérieure ». La dernière fois que le gouvernement français a usé de cette disposition remonte à 2012 pour le G20 de Cannes. La Pologne a aussi rétabli des frontières provisoires en 2013, à l’occasion de la 19e conférence internationale sur le climat qui se tenait à Varsovie.

« Depuis l’entrée en vigueur du code frontières, en 2006, toutes les réintroductions de contrôle aux frontières ont été liées à la prévention du terrorisme, de la criminalité, ou à des raisons de sécurité liées à l’accueil de réunions internationales ou d’événements sportifs », note Le Monde. Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères et président de la COP 21, vient d’annoncer la présence d’au moins 80 chefs d’État et de gouvernement. Que redoute exactement le ministère de l’Intérieur pour recourir à un tel dispositif ? Ce dernier n’a, pour l’heure, pas donné suite aux sollicitations de Basta !.

http://www.wikistrike.com/2015/10/libre-circulation-suspendue-les-defenseurs-du-climat-ne-seront-pas-les-bienvenus-en-france-pour-la-cop-21.html


Dernière édition par maria le Ven 6 Nov - 16:06 (2015); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 31 Oct - 02:16 (2015)    Sujet du message: SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS, THE UNITED NATIONS AND THE LIBRA FULL MOON Répondre en citant


Lucis Trust - Alice A. Bailey - Satanic New Age movement

SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS, THE UNITED NATIONS AND THE LIBRA FULL MOON

A significant event in the heavens occurred during the period of the Sustainable Development Summit at UN Headquarters in New York. The full moon (with the sun in Libra) was late in the evening of Sunday, the final day of the Summit. And it was not just any full moon – popularly called a ‘Supermoon’ the moon was especially close to earth so it appeared much larger in the night sky than usual. And there was a full lunar eclipse producing a red effect on the moon. There have been only 4 full eclipses during a supermoon since 1900 – so this was an unusual astronomical event. It should not surprise us that a significant alignment in the heavens was accompanied by such a significant gathering at the UN.

From the ageless wisdom perspective humanity is in process of shifting from a culture characterised by Pisces – a culture of separation and devotion to an ideal – towards a culture characterised by Aquarius with keynotes of wholeness and sharing.

Up until now the challenge of incarnating wholeness has largely been a struggle led by pioneering individuals and fringe alternative movements. Yet now we are entering a time when the systems and structures of society and of law are consciously facing Aquarian challenges – and doing so in Libran ways.

Three things stand out in the Libran perspective. Law; balance; choice.

Law. The image is of the scales of justice. In psyche and society Libra provides the environment within which we learn to regulate our actions and to take steps that will bring our actions into line with higher principles, ethics and values. This is an accurate description of the Sustainable Development Summit that concluded on Sunday September 27th (the full moon day) – and that began on Friday with the extraordinary energy that flowed into the General Assembly Hall during the Pope’s visit. The events of Friday at the UN were described in a blog by writers from the Guardian:

To cheers, applause and probably a tinge of relief, the 17 global goals that will provide the blueprint for the world’s development over the next 15 years were ratified by UN member states in New York on Friday.

After speeches from Pope Francis and the Nobel laureate Malala Yousafzai, and songs from Shakira and Angelique Kidjo, the ambitious agenda – which aims to tackle poverty, climate change and inequality for all people in all countries – was signed off by 193 countries at the start of a three-day UN summit on sustainable development …


The 17 Goals spell out a vision of right relations for all peoples and all people. The statement Transforming Our World: The 2030 Agenda for Sustainable Development signed by leaders on Friday the 25th develops and amplifies the Four Freedoms, the UN Charter and  the Universal Declaration of Human Rights. We are determined, this statement affirms, to end poverty and hunger, in all their forms and dimensions, and to ensure that all human beings can fulfil their potential in dignity and equality and in a healthy environment. This is the first time there has been such a mutually agreed and complete vision for what humanity as a whole, as a species, can achieve in the next 15 years. How appropriate that the Day of Declaration – the Day when the Goals were formally adopted – should be the first day in New York of the 5 days of the Libran Supermoon Eclipse.

Balance Libra also brings energies of Balance. The image is of the scales swinging up and down as dualities come into more intense relationship and competition. These dualities include the central core dynamic of the psyche as soul and personality come into opposition. The quest is to find balance and harmony – not an extreme identification with one pole or the other – but a measure of stability and poise. One of the gifts of Libra is the ability to stop the swinging and to be still for a period of time. It may appear that nothing is happening – that things are continuing as they always were in this quiet. Yet below the surface in the recesses and shadows of identity and self-hood, deep changes are proceeding. Intuitive impressions are flowing. There may be no dramatic outer action but the quietening of conflict and the stilling of the emotions allows the core of the personal identity to begin to shift.

In the world this moment of reflection is occurring – symbolised perhaps by the humility brought into the UN Chamber by the Pope, and by his representation of a vertical approach to human issues and challenges. There is deep thinking at all levels about how to make a globalised world work for the welfare of human beings and the planet. In this deep thinking, subterranean changes are occurring in consciousness; and most importantly in the shift from nationalism to a more universal identity there is a genuine mobilisation of the will. The Sustainable Development Goals, as challenging to countries of the North as to the countries of the South, bring with them a call to every person of goodwill.



The Pope’s words to the General Assembly about the will are worth noting:

Solemn commitments … are not enough, even though they are a necessary step toward solutions. The classic definition of justice which I mentioned earlier contains as one of its essential elements a constant and perpetual will … Our world demands of all government leaders a will which is effective, practical and constant, concrete steps and immediate measures for preserving and improving the natural environment and thus putting an end as quickly as possible to the phenomenon of social and economic exclusion, with its baneful consequences: human trafficking, the marketing of human organs and tissues, the sexual exploitation of boys and girls, slave labour, including prostitution, the drug and weapons trade, terrorism and international organized crime. … we must avoid every temptation to fall into a declarationist nominalism which would assuage our consciences. We need to ensure that our institutions are truly effective in the struggle against all these scourges.

ChoiceAbove all Libran energies lead to and result in a moment of choice. All of the introspection, the engagement with law and the concern for balance is held within a purposeful objective. Libra may appear to sit still but beneath the surface there is a trajectory towards choice – so that we can speak of before Libra and after Libra. Hence it rules the transition time. And hence we should be thinking about events and developments in these early decades of the  21st century in terms of decision time. This is choice as initiation – choice to act in line with the wholeness vision – choice to respond adequately to the clear message of the International Panel of Scientific Experts on Climate Change – choice, to really put some muscle into the Sustainable Development Goals and into the build-up to the important Conference on Climate Change in Paris in December.

The Summit was not the only event at or near to UN Headquarters during the period surrounding the Libra full moon. Monday, September 21, was International Day of Peace. Secretary-General Ban Ki-moon rang the Peace Bell and called on the world to observe a minute of silence at 12 noon.  Tens of thousands of people around the world followed the call, dedicating themselves to work for peace and sharing in countless vigils of silence, prayer and invocation. Students attended a video conference at UN Headquarters (linking with students from around the world) and participated in a Peace Prayer Flag ceremony.

Throughout the week New York City observed its annual Climate Week, including a conference on Wednesday Corporations and Climate Adaptation: Innovation in Emerging Economies.  And on Thursday evening Pope Francis arrived in the city, touching huge crowds by his humble presence and his message of simplicity, ending poverty and support for the most vulnerable. 

Friday, opening Day of the Summit marked the beginning of a host of events at and near the UN. The following day, Saturday, business leaders from around the world met for the United Nations Private Sector Forum 2015, focusing on the private sector’s role in implementing the Sustainable Development Goals. On the same day Project Everyone  launched a week of media activities designed to alert all 7 billion people on the planet to the fact that the SDG’s put a wise, mighty and definitive plan on the table for the future of our planet. The best chance of the Goals being met during the next 15 years, the Project argues, is if everyone on the planet is aware of them. A Global Citizens Festival  in Central Park, broadcast around the world by MSNBC and BBC, included a performance by Pearl Jam incorporating Nelson Mandela’s Make Poverty History speech.

On Sunday a leading group of innovators (technologists, engineers, scientists) working on projects to achieve one or more of the 17 SDGs gathered at the UN for a Solutions Summit. Also on Sunday 80 world leaders gathered at the UN to mark the 20th anniversary of the Beijing Women’s Summit. They made personal commitments to end discrimination against women by 2030 and together announced a series of actions to kick-start rapid change in their countries.  And for two days, on Sunday and Monday, a community of global community leaders and social activists met in New York at the Social Good Summit to discuss the role of media and technology in answering the question: What type of world do I want to live in by the year 2030? 

Also on Sunday there were reports following an informal meeting on climate change between Ban Ki-moon, French President François Hollande, and Peruvian President Ollanta Humala that countries are rallying behind the call to reach an effective agreement at the Paris Summit on Climate Change in December. The 3 leaders announced that governments are broadly supporting an agreement in Paris that will accelerate investments in clean energy and spur a global, low-carbon transformation well before the end of the century.

The range of events and agreements at and around the UN during the period of the eclipsed Libra Supermoon are evidence of an unprecedented concentration on the new agenda for a sustainable future. The challenge now is for people of goodwill (in government, popular movements, professional and business organizations, as well as in their individual lives) to take ownership of the Goals and ensure that that they are reached.



http://www.lucistrust.org/blog/blog_world_goodwill_at_the_un/entry/sustainable_development_goals_the_united_nations_and_the_libra_full_moon


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 2 Nov - 05:19 (2015)    Sujet du message: BILL GATES SAYS THAT CAPITALISM CANNOT SAVE US FROM CLIMATE CHANGE Répondre en citant

BILL GATES SAYS THAT CAPITALISM CANNOT SAVE US FROM CLIMATE CHANGE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=nrnvlID9v6U



by Louis Doré in people

[*]

(Picture: JP Yim/Getty Images)

The world’s richest man, Bill Gates, has said that the private sector is too selfish and inefficient to produce effective energy alternatives to fossil fuels.

While announcing his plan to spend $2 billion of his own wealth on green energy during an interview with The Atlantic, the Microsoft founder called on fellow billionaires to help make the US fossil-free by 2050 with similar philanthropy.

He said:
Citation:


There’s no fortune to be made. Even if you have a new energy source that costs the same as today’s and emits no CO2, it will be uncertain compared with what’s tried-and-true and already operating at unbelievable scale and has gotten through all the regulatory problems.
Without a substantial carbon tax, there’s no incentive for innovators or plant buyers to switch.
[*]
Citation:

Since World War II, US-government R&D has defined the state of the art in almost every area. The private sector is in general inept.
The climate problem has to be solved in the rich countries. China and the US and Europe have to solve CO2 emissions, and when they do, hopefully they’ll make it cheap enough for everyone else.



In recent years, China has surged ahead of the US and Europe in green investment, despite remaining the world’s most polluting country in terms of fossil fuels.

Between 2000 and 2012, China’s solar energy output rose from 3 to 21,000 megawatts, rising 67 per cent between 2013 and 2014. In 2014 the country’s CO2 emissions decreased 1 per cent.

Meanwhile, Germany’s greenhouse emissions are at the lowest point since 1990, and the UK has seen a decrease of 13.35 per cent in emissions over the last five years, according to official quarterly statistics from the Department of Energy & Climate Change.



http://i100.independent.co.uk/article/bill-gates-says-that-capitalism-canno…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 2 Nov - 05:35 (2015)    Sujet du message: 'WE THE PEOPLE' FOR THE GLOBAL GOALS Répondre en citant

'WE THE PEOPLE' FOR THE GLOBAL GOALS

Voyez comment le monde de la culture est associé de près à cet agenda et ce grand changement global qui prend maintenant place. Tous, ils nous mentent, tous, ils nous trompent. Ce sont d'autres soldats d'Hollywood sont en faits de petits soldats de Rome et de Babylone qui sont utilisés pour transformer l'esprit des gens, via la petite boîte que la plupart des gens ont dans leur maison. Quand le système n'aura plus besoin d'eux, ils seront laissés de côté comme la majorité d'entre nous.



VIDEO (sous-titré en français) : https://www.youtube.com/watch?v=RpqVmvMCmp0


King CJhttps://www.youtube.com/watch?v=RpqVmvMCmp0&lc=z13zevi4qw2mgbbtk22itfno…

Luciferian, NWO agenda at the root of all this fluff. ITS 2015 THE 21ST CENTURY AND WE'RE NOW WORRYING ABOUT & TRYING (falsely) TO ELIMINATE POVERTY❓❓#GTFOH with this brainwashing agenda to condition people for the NWO one world religion. And you have sellout nimrod Stephen Hawkings cosigning as if he's credible. #Christ #Jesus is the Way, the Truth & the Life. Don't fall for this mind control one world agenda. The end goal is not for our benefit. I promise.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 5 Nov - 04:01 (2015)    Sujet du message: LES SOUFFRANCES ENGENDREES PAR LA DESTRUCTION DE LA TERRE Répondre en citant

LES SOUFFRANCES ENGENDREES PAR LA DESTRUCTION DE LA TERRE

L’avenir de la planète, par cardinal Turkson

Rome, 4 novembre 2015 (ZENIT.org) Marina Droujinina 



Le pape François « invite à écouter les souffrances » de ceux qui déplorent la destruction de la Terre, « notre maison commune », rappelle le cardinal Turkson.

Le président du Conseil pontifical Justice et Paix, le cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, a prononcé un discours, lundi 2 novembre, dans le campus de la Colombus Ohio State University, aux États-Unis, lors d’un colloque sur la durabilité globale, rapporte Radio Vatican.

« Aujourd'hui, la Terre, notre sœur, est battue et maltraitée, a dit le cardinal. Elle se plaint, et ses cris s’unissent à ceux de tous les abandonnés et des "rejetés". » Il a parlé des « larmes sèches » de ceux qui souffrent du manque d'eau et de la pollution de l’eau, tandis que les « déserts augmentent ».

À « mi-chemin », selon les paroles du cardinal Turkson, entre la publication de l’encyclique Laudato si’ et la Conférence sur le climat à Paris, « nous trouvons cette question : quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui viendront après nous, aux enfants qui grandissent maintenant ? »

« La terre gémit sous le poids d'une pollution et d’une dégradation terribles, a-t-il fait observer. Nous déplorons la perte de la biodiversité, des espèces entières disparaissent à cause de la négligence de l'homme. » = Surtout par tous ceux qui sont dans le haut de la pyramide et qui sont à tout détruire, mais encore, il faut mentir et cacher ce fait et accuser les humains de tous les torts.

Le cardinal Turkson a rappelé la recommandation du pape François « à chacun et à tout le monde » de « changer de direction » et de « prendre soin de notre maison commune ». = de se soumettre à cette nouvelle religion du paganisme et de ne surtout pas critiquer tout ce programme sous peine de "pécher" contre Rome et d'être accusé de terrorisme.

Il a également évoqué une déclaration signée le 26 octobre 2015 par un groupe de patriarches, de cardinaux et d’évêques représentant l'Église à travers le monde et adressée aux participants à la Conférence sur le climat à Paris, la COP21.

La déclaration précise que « le climat et l'atmosphère sont des biens communs mondiaux qui appartiennent à tous et sont destinés à tous ». Elle appelle à « un accord équitable » qui reconnaît « la nécessité de vivre en harmonie avec la nature, assure le respect des droits humains pour tous, y compris les droits des peuples autochtones, des femmes, des jeunes et des travailleurs ».

À travers « le dialogue, l'unité et la bonne volonté envers les autres, a conclu le cardinal Turkson, nous pouvons répondre généreusement et de manière responsable. Et que Dieu nous utilise pour contribuer à réaliser notre prière sur la Terre, la maison commune qu’Il nous a donnée ».

( 4 novembre 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/les-souffrances-engendrees-par-la-destruct…



Dernière édition par maria le Sam 7 Nov - 01:40 (2015); édité 3 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 6 Nov - 05:13 (2015)    Sujet du message: CLIMATE PILGRIMAGE TOWARD COP21 PAUSES IN GENEVA Répondre en citant



CLIMATE PILGRIMAGE TOWARD COP21 PAUSES IN GENEVA


But...



and INFO FRANCE 2. THE USES COP21 AT LEAST 200 EMPLOYEES POSTED WHO COMES FROM EASTERN EUROPE (INFO FRANCE 2. LA COP21 EMPLOIE AU MOINS 200 TRAVAILLEURS DETACHES VENUS D'EUROPE DE L'EST). Workers receive 70 euros for twelve hours of work http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/cop21/info-france-2-la-cop21-emploi…

This pilgrimage of Justice and Peace is just an other facade for the revival of the mystery religion, (man and nature to be connect) , slavery and lies.


Waving the flag for action against climate change. © Sandra Cox/LWF
With the LGBT flag...

05 November 2015

"In COP21 we decide whether the glass is half full or half empty, but the glass must be transparent", tweeted climate activist Yeb Saño at the end of a day full of activities engaging leadership and staff members of the World Council of Churches (WCC), the Lutheran World Federation (LWF) and ACT Alliance, at the Ecumenical Centre, in Geneva, Switzerland.

Saño and his partners on the Peoples’ Pilgrimage were welcomed at the main door of the centre by Dr Isabel Apawo Phiri, associate general secretary at the WCC, Rev. Dr Martin Junge, general secretary of the LWF, and Pauliina Parhiala, ACT Alliance’s director and chief operating officer.

The pilgrims, who began walking from Rome to Paris 36 days ago, want to deliver a strong message of climate justice to the leaders gathered for the COP21.

At her welcoming speech to the pilgrims, Phiri pointed out that the People’s Pilgrimage is also a clear expression of the Pilgrimage of Justice and Peace, a call from the 10th Assembly of the WCC.

As part of the programme of the pilgrims at the ecumenical centre, a panel on the approach to faith organizations to COP21 was organized. “Facing the climate crisis: ethical and spiritual challenges” had the participation of Nadia Gonella (Peoples’ Pilgrimage), Martin Kopp (LWF), Vitumbiko Chinoko (ACT Alliance) and was moderated by WCC’s programme executive for Care for Creation and Climate Justice, Dr Guillermo Kerber.

Kerber evaluated the panel as a positive experience. “All panelists agreed that COP21 will just be a relevant milestone in the longer journey for climate justice”, he said, stressing that “mobilization of faith communities, such as the various pilgrimages and fast for the climate campaign, contribute to raising awareness and involving more people to address the climate crisis”, he added.

One of the key points of consensus among participants was also the fact that the international community has the opportunity to deliver a fair, ambitious and binding treaty, as faith and spiritual leaders recently requested, to keep average temperature rise below 1.5°C. An increase beyond this would imply further dramatic consequences to the most vulnerable populations suffering the consequences of climate change.

One of the pilgrims, Alan Silyan of the Philippines, commented, “Climate change has evolved from a political to a moral issue. If we’re disconnected from our environment, we’re disconnected from our spirituality.” = pantheism

From Geneva, the pilgrims continue their journey to Lyon, France on 6 November. They are expected to arrive in Paris on 28 November.
WCC activities on climate change and Creation care

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/climate-pilgrimage-toward-cop…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 6 Nov - 07:20 (2015)    Sujet du message: FRANCE : EPHATTA, L'HOSPITALITE CHRETIENNE EN LIGNE Répondre en citant

FRANCE : EPHATTA, L'HOSPITALITE CHRETIENNE EN LIGNE

Bénévolat pour les citoyens de la France. Pas un sous car on nous fait passer cela pour une oeuvre humanitaire avec toute la séduction chrétienne qui va avec. C'est encore moins que pour les travailleurs venus d'Europe de l'Est, qui eux touchent 70euros pour 12 heures de travail. L'esclavage est donc clairement soutenu dans ce grand changement global qui prend place. Ne croyez surtout pas que les hauts dignitaires de cette Conférence iront coucher dans une de ces maisons hôtes. Eux, ils iront coucher dans des 5 étoiles avec tout ce que cela comporte. De plus, cela leur permettra aux "invités" de voir de plus près ce qui se passe dans ses maisons. L'aveuglement des gens cause leur propre perte.

Mobilisation pour les pèlerins climatiques de la COP21

Rome, 5 novembre 2015 (ZENIT.org) Marina Droujinina 

« Notre volonté est de rassembler toutes les Églises chrétiennes autour d’une pratique commune et fondamentale : l’hospitalité. Notre but est de provoquer la rencontre ! », explique Thibaud de Bernis, un des fondateurs d’Effata, qui se mobilise spécialement pour la Conférence de Paris sur le climat, COP21. Le site veut « transmettre la joie de pratiquer l’hospitalité ».

Ephatta est un site Internet d’hospitalité chrétienne qui met en relation des personnes cherchant un hébergement temporaire avec d’autres personnes prêtes à les accueillir.

Avec ses 2 540 membres dans 450 villes de 40 pays, y compris le Maroc, la Tunisie et la Turquie, Ephatta est fondé sur les valeurs chrétiennes, mais il est ouvert à tous.

Le mot araméen « Ephatta », « ouvre-toi »,  est employé par le Christ lors de la guérison d’un sourd-muet (Marc 7, 34). Ce malade vivait dans une sorte de mutisme, enfermé sur lui-même : cette parole du Christ l’a ouvert au monde et aux autres.

« Cette ouverture au monde est ce que nous souhaitons transmettre à tous ceux qui à travers Ephatta pourront voyager partout à travers le monde et y rencontrer des chrétiens », affirment les fondateurs du site.

L’un d’eux, Thibaud de Bernis, jeune entrepreneur chrétien, en dit davantage aux lecteurs de Zenit.

Zenit - D’où vient l’idée de créer un site d’hospitalité chrétienne? Parlez-nous de ces fondateurs et du début de leur travail commun.

Thibaud de Bernis - Thomas Teilhet et moi nous connaissons depuis de nombreuses années et nous avons été impliqués dans plusieurs projets web ou liés aux nouvelles technologies de communication. Nous avons développé un vif intérêt pour toutes les idées gravitant autour de la consommation collaborative. Internet nous est vite apparu comme le moyen de lancer des projets porteurs de sens et de toucher le plus grand nombre. Alors que nous échangions sur les enjeux de l’hébergement entre particuliers, nos convictions et expériences personnelles nous ont fait réaliser qu’une composante essentielle manquait dans tous les sites qui existaient alors : la dimension spirituelle.

Il y a une « hospitalité chrétienne » ?

L’hospitalité est l’un des fondements de notre foi chrétienne et nous n’avions plus l’occasion de la pratiquer. Depuis les origines du christianisme, les chrétiens ont pratiqué l’hospitalité et, bien que l’exerçant encore parfois, ils ne sont plus aussi nombreux à le faire. Alors que les distances ont été vaincues par des moyens de transport toujours plus rapides, les hommes se sont éloignés. Nos voisins sont très souvent des inconnus et l’« autre » est devenu un concept vague. Comment espérer que le voyageur de passage ait sa place chez nous ? Pourtant, nombreux sont ceux qui sont ravis d’accueillir chez eux ou qui aimeraient être reçus. C’est pour permettre ces rencontres et pour transmettre la joie de pratiquer l’hospitalité que nous avons créé Ephatta. Ouvrir sa porte, c’est une manière très forte de s’ouvrir aux autres et d’enrichir sa foi.

Devant l’ampleur du projet, il faut toute une équipe ?

Créer cette plateforme est en effet un projet ambitieux et nous avons eu besoin de constituer autour de nous une équipe performante et dynamique pour le porter à bien. Nous avons fait la connaissance d’Antonin, développeur  web, qui a accepté de construite le site et apporte depuis quotidiennement sa bonne humeur au projet. Nous nous sommes ensuite approchés de Josse qui a la communication dans le sang. Nous sommes aujourd’hui les heureux ouvriers d’Ephatta et nombreux sont ceux qui autour de l’« équipe » propagent, portent, et soutiennent notre idée.

Qui est l’auteur du logo du site? On dirait que le logo représente une croix orthodoxe : est-ce que votre plateforme a des projets œcuméniques en cours?

Le logo a été réalisé par un ami graphiste qui nous a aidés dès le début de cette aventure. Nous voulions un logo évocateur qui résume bien Ephatta. Ce logo évoque la croix, les croix chrétiennes et se veut rassembleur. Notre volonté est de rassembler toutes les Églises chrétiennes autour d’une pratique commune et fondamentale : l’hospitalité. Notre but est de provoquer la rencontre ! Il peut s’agir de rencontre avec des chrétiens de même confession ou non, avec des personnes en quête de sens qui souhaitent découvrir le christianisme en toute simplicité, par la pratique de l’hospitalité. C’est dans cette optique que nous travaillons avec les différentes Églises chrétiennes pour la conférence de Paris sur le climat.

Que faites-vous pour COP 21, la conférence de Paris sur le climat? Y a-t-il des statistiques concernant le nombre de personnes accueillies, leur âge, leur provenance? Planifiez-vous publier de brefs rapports sur le travail de votre site après l’événement?

Nous avons développé un partenariat avec les mouvements des Églises chrétiennes, orthodoxes, protestantes et catholiques engagés pour le climat. Nous invitons les chrétiens de Paris et de ses environs à ouvrir leur porte pour accueillir les pèlerins climatiques et les personnes mobilisées pour la Cop21. Nous avons d’ailleurs créé une page dédiée pour faciliter l’inscription : www.ephatta.com/cop21.

Les accueils auront lieu du 30 novembre au 11 décembre 2015. De nombreuses personnes se sont inscrites depuis l’annonce du partenariat début septembre et les demandes d’hospitalité sont en cours entre les hôtes et les futurs invités. Ces personnes ont pour la plupart d’entre elles  entre 25 et 50 ans et viennent principalement de France, d’Allemagne, d’Italie et d’Angleterre. Nous n’avons pas encore de résultats précis quant au nombre d’accueil confirmé pour la COP21, mais nous ne manquerons pas de communiquer les résultats à la fin de l’événement.

Avez-vous l’idée de participer au travail d’hébergement temporaire des réfugiés?

Les réfugiés de guerre sont dans une situation de détresse totale. Les associations œuvrant pour l’accueil des réfugiés sélectionnent et forment spécialement des personnes pour les accueillir. L’accueil des réfugiés nécessite une logistique et un accompagnement que nous ne pouvons pas mettre en place, nous laissons donc agir, les associations, sur ces problématiques précises. Le site n’intervient donc pas sur l’accueil des réfugiés. Même s’ils ont la porte et le cœur ouverts, tous les membres d’Ephatta ne sont pas prêts à accueillir des réfugiés. Si certains membres désirent pratiquer l’hospitalité avec les réfugiés, nous les redirigeons vers les associations avec qui nous sommes en contact.

Y a-t-il des exemples d’amitié tissée par l’intermédiaire de votre site?

De nombreux témoignages nous parviennent à l’issue d’accueils réalisés à travers Ephatta. Les gens se rencontrent et parfois, bien entendu, les amitiés se tissent. Thomas revoit, par exemple, encore régulièrement Lars qui lui a ouvert sa porte il y a quelque temps lors d’un voyage en Norvège. Lars, un jeune protestant norvégien, n’a pas hésité à accueillir Thomas alors que ce dernier baroudait autour du Lysefjord, depuis ils sont restés en contact et se revoient de temps à autre.

Cet été, deux jeunes mariés ont réalisé un tour de France pour leur voyage de noces en étant accueillis tous les soirs par une famille différente, ils ont fait de très belles rencontres et sont restés en contact avec certains de leurs hôtes.

Plus récemment, ce sont des amis qui s’étaient perdus de vue depuis plus de 10 ans qui se sont retrouvés en s’accueillant sans avoir réalisé immédiatement qu’ils se connaissaient.

Les amitiés se tissent ou se retissent quotidiennement, Ephatta est un créateur de lien humain.

( 5 novembre 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/france-ephatta-l-hospitalite-chretienne-en…[ZF151105]%20Le%20monde%20vu%20de%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 7 Nov - 02:30 (2015)    Sujet du message: CHRETIENS ET HINDOUS : UNE PROMOTION COMMUNE DE L'ECOLOGIE HUMAINE Répondre en citant

CHRETIENS ET HINDOUS : UNE PROMOTION COMMUNE DE L'ECOLOGIE HUMAINE

ENGLISH :
Vatican Sends Message to Hindus for Deepavali
http://www.zenit.org/en/articles/vatican-sends-message-to-hindus-for-deepav…[ZE151106]%20The%20world%20seen%20from%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image

Adoration à Dieu, mais à quel Dieu? Le dieu des hindoux est Shiva, le dieu destructeur, sans compter les milliers d'autres dieux et déesses que compte cette religion. Pour cette fête du Diwali, le festival est consacré à la déesse Kali.

Dieu dit :

"Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face."
Exode 20:3

"Vous pratiquerez mes ordonnances, et vous observerez mes lois : vous les suivrez. Je suis l'Eternel ton Dieu. Vous observerez mes lois et mes ordonnances : l'homme qui les mettra en pratique vivra par elle. Je suis l'Eternel." Lévitique 18:4-5

"Il se trouvera peut-être au milieu de toi dans l'une des villes que l'Eternel, ton Dieu, te donne, un homme ou une femme faisant ce qui est mal aux yeux de l'Eternel, ton Dieu, et transgressant son aliance, en allant après d'autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux, après le soleil, la lune, ou toute l'armée des cieux. Ce n'est point là ce que j'ai commandé.Dès que tu en auras connaissance, dès que tu l'auras appris, tu feras avec soin des recherches. La chose est-elle vraie, le fait est-il établi, cette ABOMINATION a-elle été commiseen Israël, alors tu feras venir à tes portes l'homme ou la femme qui sera coupable de cette mauvaise action, et tu lapideras ou puniras de mort cet homme ou cette femme. Celui qui mérite la mort sera exécuté sur la déposition de deux ou de trois témoins. La main des témoins se lèvera la première sur lui pour le faire mourir, et la main de tout le peuple ensuite. Tu ôtera ainsi le mal du milieu de toi." Deutéronomé 17: 2-7

Sous la nouvelle alliance, c'est Jésus-Christ qui jugera ses hommes, ses femmes lorsqu'il reviendra car Il est devenu l'agneau sacrifié et le grand Sacrificateur, mais pour nous, qui disons faire partie du peuple de Dieu, il nous faut nous tenir loin de cette ABOMINATION que l'Empire de Rome est en train de faire revivre. Et comme vous pouvez le voir, la France, la fille aînée de l'Eglise catholique via son gouvernement s’apprête à rétablir les contrôles aux frontières pendant un mois, le temps de la Conférence internationale sur le climat à Paris, COP 21, « en cas de menace grave pour l’ordre public ou la sécurité intérieure » sous le couvert de la "prévention du terrorisme, de la criminalité, ou à des raisons de sécurité liées à l’accueil de réunions internationales ou d’événements sportifs". Derrière tout cela, nous pouvons y voir clairement que ceux qui sont contre tout ce grand mouvement mette en place des lois draconniennes pour empêcher toute manifestation qui pourrait perturber leur rencontre. Dans les vidéos sur le sujet, un peu plus haut, vous verrez comment ils filtreront ces individus" considérés comme des extrémistes et de grands pécheurs contre le nouvel ordre établi par Rome.

Et comme vous pouvez le voir, tout ce programme va à l'encontre des lois établies par Dieu, mais ils forceront la terre entière à embrasser cette nouvelle religion mondiale et qui fera augmenter la persécution contre tous les opposants. Voyez-vous avec tous ces partenaires religieux, politiques et corporatifs la grande apostasie et la rébellion contre l'Eternel Dieu? S'ils étaient de Dieu, le Pape et le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux condamneraient cette fête païenne et les encourageraient à retourner vers le seul et unique Dieu. C'est pourtant tout le contraire que nous voyons. Derrière tout cet encyclique 'Laudato Si', se cache ce que Dieu appelle une ABOMINATION, ce programme n'ayant pour but que d'entraîner les humains vers le culte aux démons et à tout ce que cela comporte (les rites sacrificiels humains) avec les feux de l'enfer qui s'ouvriront pour recevoir tous ceux qui se sont associés à cette rébellion contre le Dieu Très-Haut. Ce n'est pas à cela que Dieu a destiné les humains, mais si vous allez dans cette direction, vous serez responsables des choix que vous aurez fait, Dieu ayant fait connaître Sa Parole à tous, afin que vous/nous ne soyons pas séduits.



"Diwali" ou "Deepavali" est peut-être le plus populaire de tous les festivals hindous. Il est également connu comme la Fête des Lumières, il est dédié à la déesse Kali dans le Bengale et de Lakshmi, la déesse de la richesse, dans le reste de l'Inde. Il symbolise la victoire du bien sur le mal, et les lampes (des diyas earthern) sont allumés comme un signe de la fête et de l'espoir pour l'humanité. Dans la quasi-totalité de l'Inde et dans le monde où jamais il est célébré les célébrations se concentrent sur les lumières et les lampes, et utilisent également des feux d'artifice colorés.

Faites une petite recherche pour en savoir plus sur ce culte trompeur du prince des ténèbres https://fr.wikipedia.org/wiki/Divali .

-----

Message du dicastère pour le dialogue interreligieux

Rome, 6 novembre 2015 (ZENIT.org) Rédaction 


« Chrétiens et Hindous : pour une promotion commune de l'écologie humaine » : c'est le titre du message du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux à l'occasion de la fête hindoue de Diwali/Deepavali.

Célébrée autour du 11 novembre 2015, la fête dure trois jours, marquant le début d'une nouvelle année, sous le signe de la réconciliation familiale et de l’adoration à Dieu. Elle représente la victoire de la vérité sur le mensonge, de la lumière sur les ténèbres, de la vie sur la mort, du bien sur le mal.

Signé par le cardinal Jean-Louis Tauran, président du dicastère et par le P. Miguel Angel Ayuso Guixot, MCCJ, secrétaire, le message plaide pour une véritable « écologie humaine ».

« Prier pour une saine écologie et s'associer à la sensibilisation sur les façons de sauvegarder la Création constitue une action moralement digne », constate le message.

Il rappelle la Journée mondiale instituée par le pape François : « Le pape François a désigné la date du 1er septembre comme "Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création". Souhaitons que cette initiative contribue à sensibiliser tout le monde à la nécessité d'être de bons gardiens de la Création et à promouvoir ainsi une véritable écologie humaine. »

Voici le texte intégral du message du cardinal Tauran.

A.B.

Chrétiens et Hindous : pour une promotion commune de l'écologie humaine

Cher amis Hindous,

1. Ce 11 novembre 2015, alors que vous célébrez le Deepavalile Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux vous adresse ses plus chaleureuses salutations. Que vos célébrations à travers le monde vous accompagnent vers une expérience de bonheur et d'harmonie dans vos familles et vos communautés !

2. Le pape François, dans sa Lettre encyclique, Laudato si’, s'est récemment exprimé sur la crise environnementale et humaine de l'écologie qui menace notre planète. C'est la raison pour laquelle, en accord avec notre tradition, il nous semble opportun de partager avec vous quelques réflexions sur la nécessité de promouvoir l'écologie humaine. Nous espérons pouvoir inspirer et offrir quelques éléments pour une redécouverte de l'interdépendance de la Création.

 L'écologie humaine porte sur la relation et la responsabilité que les êtres humains cultivent à l'égard de la Terre et sur l'attention aux « vertus écologiques ». Parmi celles-ci, on peut énumérer l'exploitation soutenable des ressources de la terre grâce à la mise en œuvre de politiques qui, aux niveaux national et international, visent à favoriser l'interconnexion et l'interdépendance entre les êtres humains et la nature. Ces questions, comme nous le savons, ont une incidence directe, non seulement sur la santé actuelle de notre Terre – la maison de la famille humaine – mais aussi sur celle des générations à venir.


3. L'égoïsme humain, tel qu'il s'exprime dans les tendances consuméristes et hédonistes de certains individus et de certains groupes, nourrit la quête insatiable de se poser en « maîtres » et en « conquérants » plutôt que comme « gardiens » et «custodes» de la nature. En regard de notre croyance religieuse ou de nos identités respectives, nous sommes tous appelés à vivre avec une conscience majeure de notre responsabilité à l'égard de la nature, à favoriser les relations humaines et, surtout, à réorganiser nos modes de vie et nos structures économiques pour répondre aux défis écologiques auxquels nous sommes confrontés. Votre religion insiste sur l'« unité » entre la nature, l'homme et le divin. Notre foi chrétienne nous enseigne que la terre est un don de Dieu fait à tous les êtres humains. En tant que gardiens de l'ordre de la Création, nous sommes tous mandatés pour en assurer la sauvegarde de façon responsable et résolue.

4. Il existe un lien indissociable entre paix et Création, paix et êtres humains. Pour que la paix puisse prévaloir dans le monde, il faut un effort consciencieux et concerté, individuel et collectif, de la part de nous tous pour « entrer dans un dialogue en vue de la sauvegarde de la nature, de la défense des pauvres, de la construction de réseaux de respect et de fraternité » (Laudato si’, n. 201). La promotion de « l'écologie humaine » implique, à tous les niveaux, la formation et l'éducation d'une conscience et d'une responsabilité écologiques ainsi qu'une gestion judicieuse des ressources de la terre. Celles-ci commencent dans la famille, « structure fondamentale pour une "écologie humaine", au sein de laquelle l'homme reçoit les premières notions déterminantes concernant la vérité et le bien, dans laquelle il apprend ce que signifie aimer et être aimé et, par conséquent, ce que veut dire concrètement être une personne » (Jean-Paul II, Lettre encyclique Centesimus annus, n. 39). Les structures éducatives et gouvernementales ont la responsabilité d'éduquer les citoyens à la juste compréhension de l'écologie humaine par rapport à l'avenir.

5. Unis dans l'appartenance et la responsabilité mutuelles d'une même humanité, mais aussi en tant que croyants porteurs de valeurs et de convictions partagées, puissions-nous, hindous et chrétiens, unir nos voix à celles des personnes d'autres traditions religieuses et de bonne volonté pour nous efforcer de promouvoir une culture qui soit celle de l'harmonie en nous-mêmes, avec les autres, avec la nature et avec Dieu pour « une écologie humaine qui favorise la croissance de l'arbre de la paix » (Benoît XVI,Message pour la Journée mondiale de la Paix, 2007).

6. Bien plus, prier pour une saine écologie et s'associer à la sensibilisation sur les façons de sauvegarder la Création constitue une action moralement digne. Pour cela, le pape François a désigné la date du 1er septembre comme « Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création ». Souhaitons que cette initiative contribue à sensibiliser tout le monde à la nécessité d'être de bons custodes de la Création et à promouvoir ainsi une véritable écologie humaine.

Avec ces sentiments, nous vous souhaitons un joyeux Deepavali !

Cardinal Jean-Louis Tauran
Président

P. Miguel Ángel Ayuso Guixot, MCCJ
Secrétaire

[Texte original : Français]

( 6 novembre 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/chretiens-et-hindous-une-promotion-commune…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 7 Nov - 17:30 (2015)    Sujet du message: FRANCE : ROUEN : UN BUS SCOLAIRE OU LES ENFANTS PEDALENT Répondre en citant

FRANCE : ROUEN : UN BUS SCOLAIRE OU LES ENFANTS PEDALENT

Les jeunes esclaves du XXIe siècle et la propagande environnementale.
  • Home ACTUALITE Flash Actu
    • Par Lefigaro.fr avec AFP
    • Mis à jour le 07/11/2015 à 10:53
    • Publié le 07/11/2015 à 10:51
Deux cyclo-bus, avec assistance électrique, circulent chaque matin dans les rues de Rouen, avec à bord une dizaine d'enfants pédalant de bon coeur en direction de l'école: un mode de transport propre, sportif, que parents et élèves semblent plébisciter.

"C'est elle qui demande à prendre ce bus, elle adore, et moi je gagne 45 minutes chaque matin avant d'aller à mon travail", explique Hélène, une mère d'élève qui fait monter sa petite Lou, 7 ans sur cet étrange véhicule à multiples pédales.

Destination: l'école Sainte-Marie, une école primaire privée en plein centre de Rouen. Chaque enfant a déposé son cartable dans un coffre à l'avant, s'est coiffé d'un casque de cycliste et a endossé un gilet jaune fluo.

Aux commandes, Vincent Guezou, 23 ans, s'assure que tout le petit équipage est bien en place. Et il démarre en douceur.

Son engin, baptisé "S'cool bus" circulant sur quatre roues, ressemble un peu aux Rosalies mis à la disposition des vacanciers dans les stations balnéaires. Mais il est beaucoup plus sûr car équipé d'un système empêchant qu'il ne se renverse. Il a d'ailleurs été homologué par le ministère de l'Écologie et des Transports.

Large de seulement 1,20 m il peut passer presque partout: un atout dans une ville historique où les rues sont parfois étroites et pavées. Le quadricycle, qui circule à 15 km/h, emprunte en priorité pistes cyclables et rues piétonnes. "Pour nous la sécurité c'est l'impératif numéro un", dit-il. "Les enfants prennent conscience des risques de la circulation et du bon comportement à adopter. Même si des piétons veulent parfois nous laisser passer, nous nous arrêtons car ils sont prioritaires", explique-t-il.

Le "s'cool bus" provient des Pays-Bas. Il est construit par une très petite entreprise de mécanique d'Aalten, près de la frontière allemande, à une cinquantaine de kilomètres de Nimègue par Thomas Tolkamp, un passionné de cycles, qui a conçu ce quadricycle comme un véhicule familial, sans assistance électrique.

Sortir du bénévolat 

Amaury Piquiot, 23 ans, un étudiant rouennais en école de commerce, avait remarqué l'engin alors qu'il était en stage dans une entreprise de la région.

Trois mois plus tard, de retour à Rouen, son professeur de logistique lui commandait de monter un dossier sur un transport écologique à créer.

"J'ai tout de suite repensé au véhicule que j'avais vu aux Pays-Bas et j'ai envisagé son utilisation pour le ramassage scolaire", explique-t-il.

Après les travaux pratiques scolaires, Amaury va poursuivre son projet avec Vincent. Les deux amis vont aller voir le mécanicien néerlandais et se former à la maintenance de ce type d'engin qu'ils vont équiper de batteries pour l'assistance électrique.

Ils vont créer une association, lever plus de 12.000 euros via le fonds participatif européen Ulule puis se lancer dans l'aventure. Privilégiant le bouche à oreille, plutôt que des aides publiques, les deux compères se disent aidés de diverses façons par un réseau de 150 personnes .

Leur projet séduit. Écologique, sportif - les enfants doivent fournir un certificat médical pour emprunter le bus -, convivial, éducatif, il favorise aussi la mixité sociale.

Mais il est encore embryonnaire: deux écoles primaires desservies, l'une publique, l'autre privée, celle qu'Amaury a fréquentée dans son enfance. Soit une vingtaine d'enfants transportés.

Pour être écologiquement utile et faire diminuer les files de voitures à l'entrée des écoles, le petit bus va donc devoir passer la sur-multipliée. Comment envisager la croissance ? "Il faudra une usine pour construire ces bus, en Normandie ou ailleurs", affirme le créateur du concept.

"Ça me plait énormément mais il faut commencer à en discuter tous ensemble", fait remarquer Céline Millet, adjointe à la mobilité durable de Rouen.  Il faudra bien aussi sortir du bénévolat et entrer dans le monde économique. "Heureusement qu'on a nos parents derrière nous", reconnaît Amaury.

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/11/07/97001-20151107FILWWW00042-roue…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 8 Nov - 06:21 (2015)    Sujet du message: CARDINAL TURKSON ADDRESSES SANTA CLARA UNIVERSITY ON LAUDATO SI' Répondre en citant

CARDINAL TURKSON ADDRESSES SANTA CLARA UNIVERSITY ON LAUDATO SI'
 
"How can America, your university and Silicon Valley respond to the Pope’s call to action?"

United States of America, November 05, 2015 (ZENIT.org) Staff Reporter

 
Cardinal Peter Turkson, president of the Pontifical Council for Justice and Peace, on Tuesday opened a two-day conference at Santa Clara University in California, which centered on Silicon Valley’s response to Pope Francis’ encyclical, Laudato si’.

Here is the text of his address:

* * *

Santa Clara University, 3 November 2015

Laudato si’ from Silicon Valley to Paris

Cardinal Peter K.A. Turkson

Thank you, in the name of the Pontifical Council for Justice and Peace, for your warm welcome. Santa Clara University has set itself the task of exploring the implications of Pope Francis’s recent encyclical on integral ecology. It seems especially fitting to talk about the encyclical of the first Jesuit pope at a leading Jesuit university.

I will begin with a reflection on “common home”. Next I will set the views of Pope Francis on climate change and the environment within our Catholic tradition and explore how the encyclical is being received and how it can ‘make a difference’ in current environmental discussions. I will commend six key realizations and commitments for you to consider. Then I will turn to practical action by Catholics and their institutions, including in this country. Simply put, how can America, your university and Silicon Valley respond to the Pope’s call to action? How can Laudato si’ guide and even influence the road to the important 2015 Climate Conference (COP21) in Paris this December?

PART 1: “Our Common Home” Globally and in the Silicon Valley

You are probably aware of the broad vision of Laudato si’. Here are some of the main points:

•          humanity is not separate from the environment in which we live; rather humanity and the natural environment are one;

•          the accelerating change in climate is undeniable, catastrophic, and worsened by human activities, but it is also amenable to human intervention;

•          the grave errors that underlie our disastrous indifference to the environment include a throwaway culture of consumerism, and the marginalization and trivialization of ethics;

•          the two-fold crisis can be overcome, not by more of the same, but through changes arising from generous dialogue and fundamental ethical and indeed spiritual decision-making at every level.

Even this brief summary makes clear that Laudato si’ is not a ‘green’, ecological or climate-change document, but a full social encyclical in the Church’s tradition going back to Pope Leo XIII’s Rerum Novarum of 1892. Social encyclicals apply the basic principles of the Church’s social teaching to the changing challenges of humanity. Laudato si’ is solidly within this tradition. And its sub-title, “On Care for our Common Home”, conveys an important conviction. Homes are not isolated, each on its own planet. They are located in neighborhoods and communities, and finally in a single home called “Earth”. The encyclical is about the implications of living together in a common home.

The word “common” brings to mind the so-called tragedy of the commons.  This expression can apply to all situations where the self-interested actions of one or more agents deplete a common resource. For instance, in Laudato si’ the Pope declares the climate and the atmosphere to be common goods “belonging to all and meant for all” (§23). The oceans and other natural resources should likewise be considered as a global commons and protected by an appropriate system of governance (§174).  “The principle of the universal destination of the goods of creation is also applied to the global carbon sinks of the atmosphere, oceans and forests. In order to protect the poorest and to avoid dangerous climate change, these sinks must be prevented from overuse.”  So who is going to decide, fairly and squarely, about preserving our common home? And are the decisions really going to be carried out?

Among its main points, Laudato si’ critiques a naïve confidence that technological advances and undirected commercial markets will inevitably and automatically solve our environmental problems. Let me pause here to dwell on “technological advances.” There are few places in the world that take such words more seriously than right here! Silicon Valley is the center of the major technological revolution of our times,  the revolution that has taken the world beyond the industrial age and into the digital age. And speaking of ‘age’, next year will mark the 25th anniversary of the introduction of the World Wide Web. Opinions on this ubiquitous and overpowering phenomenon range from utter condemnation  to glorious celebration.

The digital revolution does more than provide highly effective new means, tools or techniques. It also constitutes a world, an environment that is no longer alongside the real world but is part of it. Probably its deepest impact and challenge is that the digital world engages the imagination, the most sensitive of the human faculties. 

The digital revolution also brought environmental and social challenges. For example, local communities have come into intense conflict with mining companies that are exploiting resources to make computer and mobile devices; and the overconsumption of electronic devices is also causing widespread environmental and public health harm.

Pope Francis is deeply concerned with technology in Laudato si’. Let us briefly explore the technology-focused sections of the encyclical. In his nuanced treatment, the Holy Father takes two complementary approaches.

First, the long paragraph 47 examines the impact on persons and personal relationships. Undoubtedly we benefit from increased capacity to communicate and from easy access to vast storehouses of information. However, the more that people live through their digital tools, the less they may learn “how to live wisely, to think deeply and to love generously.” How can new media bring attention to what is worthwhile rather than obscure it? Can it engender “true wisdom, as the fruit of self-examination, dialogue and generous encounter between persons…”? We must be wary of the “mere accumulation of data” and “contrived emotion” that can “shield us from direct contact with the pain, the fears and the joys of others and the complexity of their personal experiences” (§47).

Second, Pope Francis devotes four paragraphs (102-5) to the promise and dangers of technological progress in all areas, not just personal computing and communications. He begins with homage to “two centuries of enormous waves of change” that have benefitted humanity, from steam engines to robotics, biotechnologies and nanotechnologies. “Technology has remedied countless evils which used to harm and limit human beings” (§102). Properly directed techno-science “can produce important means of improving the quality of human life” in all practical areas and also our aesthetic dimension (§103).

But what about the wise use of technologies? What about the “tremendous power” they provide to “those with the knowledge and especially the economic resources to use them”? Thinking of constantly improved technologies to torture and kill on a massive scale, the Pope asks, “In whose hands does all this power lie, or will it eventually end up? It is extremely risky for a small part of humanity to have it” (§104). He could also ask about drones, which are proliferating. Who considers the grave moral questions about techno-warfare, human rights, and international humanitarian law?

The underlying error is the naïve confidence that “goodness and truth automatically flow from technological and economic power as such.” We lag in “development in human responsibility, values and conscience,” so we advance in technical power without understanding its consequences and limitations. Ultimately this diminishes human autonomy: “Our freedom fades when it is handed over to the blind forces of the unconscious, of immediate needs, of self-interest, and of violence” (§105). In the succinct words of Honduran Cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga: “Man finds himself to be a technical giant and an ethical child.”   We have succumbed to the technological paradigm – an attitude of efficiency devoid of morality, with profit as the unquestioned goal and the uncritical use of power.

As the Holy Father pointed out: “The technological paradigm has become so dominant that it would be difficult to do without its resources and even more difficult to utilize them without being dominated by their internal logic.” In fact, “it has become countercultural to choose a lifestyle whose goals are even partly independent of technology, of its costs and its power to globalize and make us all the same”. In Laudato si’, the Pope deplores that “technology tends to absorb everything into its ironclad logic”, so “our capacity to make decisions, a more genuine freedom and the space for each one’s alternative creativity are diminished.” (§108).

Moreover, “all of this shows the urgent need for us to move forward in a bold cultural revolution” because “science and technology are not neutral; from the beginning to the end of a process, various intentions and possibilities are in play and can take on distinct shapes. Nobody is suggesting a return to the Stone Age, but we do need to slow down and look at reality in a different way, to appropriate the positive and sustainable progress which has been made, but also to recover the values and the great goals swept away by our unrestrained delusions of grandeur” (§114).

The Pope’s approach is a balanced one. He does not call for a nostalgic reversal of history. He does not bemoan technological advance. He does decry the enormous but largely hidden power which technology bestows on those who control it along with the economy and finance. Here in Silicon Valley, more specifically, I think he might say that, in the midst of so much creative technological thinking, there is far too little critical thinking about technology.

Your challenge is to think in this thoroughly balanced way. The world is expecting you, in this unique place of the Planet, to ask bold and avant-garde questions about the future: How will the “digital ecology” keep the web open in order to democratize knowledge for everyone? How will the digital divide and the data gap be closed, to give all people access to information for a better quality of life? How will the Internet get beyond rampant consumerism and become a space of discussion, production and solidarity? Moreover, how will Silicon Valley spearhead the right cultural, technological and economic environment for a carbon-free civilization?

In sum, to Santa Clara may I suggest to help the Silicon Valley community to focus the critical and prophetic light of Laudato si’ on all new micro-technology as it is created and applied.

PART 2: The Influence of Pope Francis and the Church


Pope Francis’s concern for climate change as an integrally human, ethical and spiritual issue, and his call for effective policies to reverse environmental degradation, are both firmly rooted in traditional Catholic teaching.

The Christian commitment to care for our common home goes back to Genesis itself. There, we learn that all Creation is good (Genesis 1). Moreover, we are told that humanity is formed out of the “dust of the earth” and mandated by the loving Creator “to till and to keep” the earth, the garden given as a gift to the human family” (Genesis 2).

Catholic Social Teaching since the Second Vatican Council has increasingly recognized that the care of creation is intimately connected to other Christian commitments. In particular, environmental harm compromises the commitments to promote the common good and protect the human life and dignity of individuals—especially of the poor and vulnerable. Human-forced climate change is unequivocally a moral issue. Therefore the Church has called for public policies to mitigate greenhouse gas emissions and assist those most affected by the adverse effects of climate change. Blessed Paul VI first articulated such teaching in 1971; Saint John Paul II elaborated it greatly in the 1990s, and it was further developed by Pope Benedict XVI. Throughout these years, individual bishops and episcopal conferences including the U.S. Conference of Catholic Bishops, have spoken out powerfully. 

Internationally, Bishops and Catholic development organizations continue to press nations for a just, science-based international climate agreement in Paris. Just over a week ago (26.10), nine leaders of the Church’s regions worldwide – bishops and cardinals and one patriarch – signed an Appeal to the COP21 Negotiating Parties, calling on everyone at COP21 to heed the call of Laudato si’. The declaration makes ten specific points. For example, it asserts “that climate and atmosphere are global common goods that are belonging to all and meant for all”, and then calls for “a fair, transformational and legally binding global agreement based on our vision of the world that recognises the need to live in harmony with nature, and to guarantee the fulfilment of human rights for all, including those of Indigenous Peoples, women, youth and workers.”  Archbishop Joseph Kurtz of Louisville, President of the USCCB, was one of the co-signatories of the Appeal.

I am happy to note that these perspectives are shared more widely in Christianity and by other faiths. For example, here in the United States on 20 October, the National Association of Evangelicals called for action on the care of creation. The NAE’s concern for ecology dates back to the 1970.  Muslims  and Buddhists have issued climate statements in recent months. On the multi-faith front, the Religions For Peace organization has mounted a campaign called Faiths for Earth.

What has Pope Francis contributed? Beginning with his choice of a name, he has made concern for the poor and the planet a signature of his papacy. Nature and the human family are both works of God, and they are fragile. Moreover, Pope Francis has deliberately inserted his teaching and indeed leadership into the international political process that is trying to respond to climate change.

People trust Pope Francis as a deeply caring person; during his visit to the United States, they were calling called him “the people’s Pope. For the sake of all, he calls for care, so that the marginalized can participate more fully in society, so that youth may find purpose in their lives and the elderly can end their days in dignity, so that the desperate victims of violence may reach a better life and not drown in their frantic flight.

The Pope speaks to the longing of people to be cared for and in turn to exercise caring. The Encyclical repeats care dozens of times, while the more usual word “stewardship” is mentioned just twice in the English version. Stewards take responsibility and fulfil their obligations to manage and to render an account. But one can be a competent or professional steward without feeling connected, without caring. Pope Francis brings the basic message of Jesus— “love one another, as I have loved you” (Jn 13:34, 15:12) —into the very heart of the world’s greatest challenges: to care for the poor and to care for the planet.

PART 3: Specific Impact on the Negotiation of International Environment Agreements

Parts of Laudato si’ reiterate information and positions that are already widely known. But overall, the encyclical provides a unique blend of perspectives. Consider these six perspectives.

First, it affects everyone. Climate, pollution and weather events do not respect borders, nor wealth and privilege. No walls, no gated community, can keep the environment at bay. Some are more affected than others, because of geographical location or lack of power to protect themselves or to “escape the spiral of self-destruction which currently engulfs us” (§163). What is at stake is justice between people and generations, the dignity of those who inhabit the planet now and those who will inhabit it in the future – at stake is the very possibility of human life on earth. The Pope gives voice to those who are crying out -- the earth which is our mother and sister, and the millions of poor people who live on earth -- but who struggle to be heard. The world's poor are especially affected by climate change even though they play almost no role in it – the bottom 3 billion account for a mere 6 percent of cumulative carbon emissions. So while environmental deterioration affects everyone, the obligation of justice is weighted towards helping the poor to develop and avoid the fallout from climate change. This is a matter of "ecological debt" (§51-2).

Second, everyone must act. We think automatically about the rulers, and several times the encyclical addresses those who have the power to decide, urging them to take responsibility for the common good, even if they have to go against “the mindset of short-term gain which dominates present-day economics and politics” (§181). But Pope Francis makes it evident that this is not a topic for experts and technicians and officials alone. Everyone must act, even the child who turns off lights so as to reduce electricity consumption. And more broadly, there needs to be a popular movement of citizens to act communally and to demand courageous action by leaders and negotiators in favor of the poor and of the planet. On 29 November, this is what hundreds of thousands of men, women and children will do in the Global Climate March on the streets of Paris. And not just in Paris: also in London, Berlin, Madrid, Amsterdam, Bogotá, Johannesburg, Dhaka, Kampala, Omaha, Rome, São Paulo, Sydney, Seoul, Ottawa, Tokyo and some 3000 other cities.

 Third, be truthful. We must have the courage to identify the problems before we devise solutions. Yes, we all need to dig in, but first let’s call a spade a spade. There are so many who still deny the evident facts of what we are doing to our planet and to each other, “masking the problems or concealing their symptoms” (§26). We gain nothing when we deny the impact of fossil fuels both for good and for ill. Indeed, they powered the technology of the industrial revolution, which paved the way for unprecedented living standards. But time marches on, and now they threaten to undermine all we have achieved. Further, we must stop pretending that “infinite or unlimited growth” is possible, as if there is an infinite supply of the earth’s resources (§106).

Fourth, embrace integrated ecology; that is, avoid silo thinking in favor of interconnection and holism. This expression recalls the ancient awareness that all living beings, human groups and systems as well as nonhuman ones -- that is, all of creation -- are fundamentally interconnected. Only with attentive care for these bonds will we come “to find adequate ways of solving the more complex problems of today’s world, particularly those regarding the environment and the poor; these problems cannot be dealt with from a single perspective or from a single set of interests” (§110). Reversing the degradation of both the natural planet and the human world requires the combined contribution of all; no branch of science, no form of wisdom including culture, religion and spirituality (cf §63), should be neglected.

Fifth, practice dialogue. Pope Francis insists on dialogue “as the only way to confront the problems of our world and to seek solutions that are truly effective”.  Authentic dialogue is honest and transparent. It insists on open negotiation based on the principles which the social teachings of the Church vigorously promote: solidarity, subsidiarity, working for the common good, universal destination of goods, and preferential option for the poor and for the earth. Real dialogue would not allow particular interests of individual countries or specific groups to hijack the negotiations.

And sixth, the Pope tells us, pray. Prayer is not the general fashion today. It takes humility and daring, because it challenges the hubris of our supposedly advanced, highly secular civilization. Pray for the earth and humanity, pray for bold decisions now for the sake of future peoples and of the planet’s future.

PART 4: Laudato Si’ and the American Road to Paris

Consistent with the public nature of faith and the responsibility for Catholics to exercise what the U.S. bishops call “faithful citizenship”,  Pope Francis has sought through Laudato si’ to shape the discourse and negotiations of COP21. The Holy Father timed the release of Laudato si’ so as to contribute to Paris Summit, and throughout the encyclical he emphasizes the need for an international climate change agreement. Addressing the U.S. Congress (23.09), the Pope called “for a courageous and responsible effort to ‘redirect our steps’ (§61), and to avert the most serious effects of the environmental deterioration caused by human activity.” And to the United Nations General Assembly (25.09), he said: “We cannot permit ourselves to postpone ‘certain agendas’ for the future.”

Just how urgent is the situation? The global atmospheric concentration of carbon dioxide today is nearly fifty parts per million higher—roughly 15% higher —than when Saint John Paul II first addressed climate change in 1990.  At over 400 parts per million, they are at the highest level in 3 million years.  And while some nations, communities and individuals are already committed to reducing their greenhouse gas emissions, arresting global warming is a global challenge. So at COP21, nations will hopefully agree on binding enforceable plans to keep the global temperature from rising more than 1.5 or 2.0 degrees Celsius above pre-industrial levels. Even then, the South Pacific islands of Tuvalu might disappear, because no point of their land is higher than 4.5m above sea level. This is merely one dramatic example.

What about the role of the United States? Pope Francis encouraged American leadership on this issue—at the political level, in terms of supporting an agreement to stop climate change; and at a personal level, to develop those deep-rooted ecological virtues necessary for healing, protecting, and preserving our planet.

In encouraging this ecological conversion , the Pope is calling on America to honor its traditions and founding principles. There is a great stream of environmental reverence in American sensibility and thought, going back to the writings of Emerson, Thoreau, and Whitman. In the early 20th century, President Theodore Roosevelt championed the idea of “conservation”.

The U.S. is also founded on a strong tradition of natural rights, emphasizing the dignity of every human being. Deeply respectful of religious liberty, it does not seek to banish religion from the public square Rolling Eyes . Many of the great social justice movements in this country have religious roots: the abolition of slavery; Martin Luther King’s campaign against institutionalized racism; Dorothy Day’s “passion for justice and for the cause of the oppressed”; or how Msgr. John A. Ryan used Catholic social teaching to influence President Roosevelt’s New Deal.

Today, American support for the United Nations and American international leadership are more needed than ever, specifically to help solve the crisis of climate change. This may well be the most important challenge of the 21st century. It calls for global dialogue and leadership. It is a moral issue of the highest order. No country can tackle this problem alone, nor can the poorer ones without much help. The threat to our common home requires common solutions. It requires strong international agreements to phase out harmful carbon emissions and move instead to renewable energy. This is a central message of Laudato si’ in response, finally, to the core question, “What kind of world do we want to leave to those who come after us, to children who are now growing up?” (§160) This is a matter of both inter-generational and intra-generational solidarity (§162).

Pope Francis is critical of the “bondage of individualism” and a culture of instant gratification that gives the immediate individual wants higher priority than the longer-term needs of many. In some circles in the U.S., we can see traces of this excessive individualism, this belief in the liberating power of the market, this exaltation of technology and progress. We see evidence of short-term-ism—the politician subject to the electoral cycle, the business executive or investor putting short-term financial return over long-term sustainability. And internationally, negotiations leading up to Paris have at times been hampered by the “positions taken by countries which place their national interests above the global common good”  that Pope Francis sees as contributing to the failure of previous international summits.

Yet I am confident that America can tap into the very best of its moral foundations and traditions, and play a strong leadership role in overcoming this crisis. I know there is a lot of good work going on already. The Environmental Protection Agency has announced the Clean Power Plan that will reduce carbon pollution from existing power plants—and Pope Francis explicitly praised President Obama for his efforts to reduce air pollution.  Additionally, the U.S. has pledged $3 billion to the international Green Climate Fund that will enable lesser-developed nations to mitigate and adapt to climate change. Here in California, the American pioneer of innovative climate solutions, leaders are trying to mitigate the drought, reduce carbon emissions and build a more sustainable future. The U.S. Conference of Catholic Bishops advocates for a national carbon pollution standard and, in the international appeal, called on the world community “to strongly limit a global temperature increase and to set a goal for complete decarbonisation by mid-century” (item 4).

I know that the Catholic Climate Covenant is doing great work in supporting the advocacy of the U.S. bishops on climate change both domestically and internationally. Specific efforts include writing letters, signing petitions and visiting lawmakers’ offices around a national carbon pollution standard, the Green Climate Fund, and COP21 in Paris.  Additionally, Catholics are urged to form Creation Care Teams in their parish and work with their pastor to integrate Laudato si’ deeper into parish life. In addition, please urge your lawmakers to act on a national carbon pollution standard, since the strength of an agreement at the Paris Climate Conference will partly depend on the commitments of the United States to reduce greenhouse gas emissions. This could be a focus for the “I Am Climate Change” campaign of Catholic Relief Services in the 2015-16 academic year. Its theme is I am climate change. I am the cause. I am the solution. The purpose of the campaign is to engage students in reflecting upon Laudato Si’, learning about how climate change is affecting poor and marginalized communities throughout the world, praying for people affected by climate change, and taking action in support of U.S. public policy changes as they relate to climate change and the developing world

Ultimately, I believe that America can marshal its best resources to solve the climate challenge and protect our common home—its creativity, its ingenuity, its willingness to tackle practical problems, its spirit of hard work. But also its core values like compassion, human rights, sense of solidarity, and commitment to the global common good. America has risen to such occasions before; it can do so again.

CONCLUSION

I have challenged you with a great deal of material. I hope to have presented you with useful ideas based on the comprehensive and morally-grounded vision of Catholic Social Teaching; and on the ongoing experience and innovation of courageous leaders and activists who focus on the common destiny of all nations and peoples, and on a shared engagement instead of insistence on being an exception to worldwide conditions.

Laudato si’ calls for action at every level. Remembering that “realities are more important than ideas,”  may all at COP21 be inspired to commit not just to words of agreement but also to concrete measures. For your part, I have suggested six perspectives from Laudato si’ for addressing the environmental crisis in your research, teaching and outreach: it affects everyone; everyone must act; be truthful; embrace integral ecology; embrace dialogue; and pray.

From Silicon Valley and Santa Clara through the U.S.A. and around the world, let us learn to exercise global ecological citizenship. Having received nature from God the Creator as a gift, let us bequeath it to those who come after us, not as a wilderness, but as a garden. Let us sustain humanity and care for our common home, the beautiful Planet Earth.

Cardinal Peter K.A. Turkson

President

[Provided by Vatican Radio]

(November 05, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/cardinal-turkson-addresses-santa-clara-uni…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Nov - 23:47 (2015)    Sujet du message: CANCUN TALKS START WITH A CALL TO THE GODS Répondre en citant

CANCUN TALKS START WITH A CALL TO THE GODS

ROSITA ARVIGO: Homage to Ix Chel, Our Own American Goddess

http://sacredplanttraditions.com/event/rosita-arvigo-homage-to-ix-chel-our-own-american-goddess/


-----


Posted at 12:11 PM ET, 11/29/2010

By Juliet Eilperin

With United Nations climate negotiators facing an uphill battle to advance their goal of reducing emissions linked to global warming, it's no surprise that the woman steering the talks appealed to a Mayan goddess Monday.



Christiana Figueres, executive secretary of the U.N. Framework Convention on Climate Change, invoked the ancient jaguar goddess Ixchel in her opening statement to delegates gathered in Cancun, Mexico, noting that Ixchel was not only goddess of the moon, but also "the goddess of reason, creativity and weaving. May she inspire you -- because today, you are gathered in Cancun to weave together the elements of a solid response to climate change, using both reason and creativity as your tools."

She called for "a balanced outcome" which would marry financial and emissions commitments from industrialized countries aimed at combating climate change with "the understanding of fairness that will guide long-term mitigation efforts."

U.N. climate chief Christiana Figueres places a building block in a miniature Mayan pyramid at the site of climate negotiations in Cancun, Mexico, Sunday, Nov. 28, 2010. The "Pyramid of Hope" monument was erected by the TckTckTck climate awareness campaign to symbolize the many building blocks needed for a new climate agreement. (AP Photo/Karl Ritter)

"Excellencies, the goddess Ixchel would probably tell you that a tapestry is the result of the skilful interlacing of many threads," said Figueres, who hails from Costa Rica and started her greetings in Spanish before switching to English. "I am convinced that 20 years from now, we will admire the policy tapestry that you have woven together and think back fondly to Cancun and the inspiration of Ixchel."

Delegates from 193 countries are gathered in Cancun for the two-week meeting, which kicked off today at 10:20 a.m. local time, or 11:20 a.m. Eastern. Mexican President Felipe Calderon, a major proponent of action on climate change, attended the opening.

Two weeks from now, we'll have a sense of whether Ixchel -- and the delegates -- were listening to Figueres's appeal.

Read more : http://voices.washingtonpost.com/post-carbon/2010/11/cancun_talks_start_wit…


Dernière édition par maria le Mar 10 Nov - 00:19 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Nov - 00:02 (2015)    Sujet du message: ONU : SANS ENVIRONNEMENT NATUREL SAIN, IL N'Y A PAS D'AVENIR POUR L'HUMANITE Répondre en citant

ONU : SANS ENVIRONNEMENT NATUREL SAIN, IL N'Y A PAS D'AVENIR POUR L'HUMANITE

Je vous remets ces 2 articles (voir aussi le précédent) pour vous montrer, encore une fois, que tout ce programme environnemental est basé sur le culte des démons et du mensonge. Dans le premier document, nous retrouvons la déesse Ixchel qui est une déesse de la lune
et dans cet article nous avons Pachamama/Tonantzin. Cette adoration aux dieux et déesses est une REBELLION et une ABOMINATION devant l'Eternel, qui nous dit dans le 1-2-3e commandements de ne pas avoir d'autres dieux devant sa face et de ne pas se faire d'image de ces dieux et de ne pas se prosterner devant elles, ni de les servir... Exode 20. Le 2 et 3e verset ont été enlevés de par l'Eglise catholique afin d'amener les nations à pécher contre leur Créateur.

Tous ces grands intervenants internationaux amènent une nouvelle évangélisation mondiale, et comme vous pouvez pu le voir à travers les différents documents que j'ai mis sur le sujet, ils sont très déterminés à nous détourner de Dieu par la force, par une soumission forcée qui va maintenant jusqu'à criminaliser ceux qui sont contre tout ce programme, qui nous est bien sûr présenté comme étant un changement essentiel pour sauver la planète. Tout ce programme est une falsification de l'Evangile de Dieu.

N'oublions pas que Satan est le père du mensonge et qu'il a bien des tours dans son sac pour manipuler tous ceux qui ne sont pas attachés à la vérité du pur Evangile de Jésus-Christ. Ces articles nous démontre la guerre spirituelle qui fait rage et qui se répercute dans tous les domaines de notre vie. Tous ces adorateurs de démons vont maintenant de l'avant pour appliquer leur nouvelle culture religieuse au niveau de toutes les communautés. Cette unité de religions sous la coupe du Vatican et du Pape Jésuite François n'est pas là pour nous unir mais pour nous détruire physiquement et spirituellement. Et malheureusement pratiquement tout le mouvement protestant s'est aussi joint à ce programme global.  Dieu nous a pourtant mis en garde contre cette apostasie des temps de la fin mais combien ont veillé?

Veillez et priez car la grande famine spirituelle est bien là et nous en voyons toutes les conséquences autant chez les grands de ce monde que chez les peuples des nations.


Le changement climatique entraîne des déplacements croissants en Afrique, où des régions sont ravagés par la sécheresse. Photo UNHCR/B. Bannon

18 avril 2012 – A l'occasion de la célébration de la Journée internationale de Terre nourricière mercredi à l’ONU, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, a rappelé l'importance d'assurer l'harmonie entre les humains et la nature grâce à des actions multilatérales et scientifiques.

Un dialogue interactif sur le thème “Harmonie avec la nature” a été organisé mercredi au siège de l'ONU par l'Assemblée générale. Le thème des célébrations cette année est « Découvertes scientifiques relatives aux incidences des activités humaines sur le fonctionnement du système planétaire ».



Dans de nombreux pays et régions du monde, la « Terre nourricière » est l'expression fréquemment utilisée en référence à la planète Terre. Elle traduit l'interdépendance entre les êtres humains, les autres espèces vivantes et la planète. Pour les Boliviens, la Terre nourricière s'appelle Pachamama et pour les Nicaraguayens, il s'agit de Tonantzin.


« Des avancées récentes dans la science du système planétaire confirment que l'humanité fait face à des risques graves, des risques qui ont un impact négatif sur le développement humain et pour notre existence sur la terre », a dit M. Al-Nasser, dans un discours lu par le Vice-président de l'Assemblée générale, Peter Thomson.

Selon le Président de l'Assemblée générale, les changements climatiques, la désertification et la perte de biodiversité représentent un défi pour le développement humain. La croissance économique créée par une consommation et une production non-durable empêchent notre recherche d'harmonie, à l'intérieur et entre les sociétés, ainsi qu'entre l'humanité et l'environnement naturel.

« En tant que race humaine, nous disposons des ressources, du savoir scientifique et du savoir-faire nécessaires pour sauver notre planète », a appelé M. Al-Nasser. « Nos efforts pour atteindre le développement durable doivent être considérés comme un investissement dans l'avenir de l'humanité ».

La proclamation du 22 avril comme Journée internationale de la Terre nourricière est une façon de reconnaître que la Terre et ses écosystèmes sont source de vie et de nourriture pour ses habitants. Cette journée appelle également à une prise de responsabilité collective, comme le réclame la Déclaration de Rio de 1992, pour promouvoir l'idée d'une harmonie avec la nature et d'un juste équilibre entre les nécessités économiques, sociales et environnementales au bénéfice des générations présentes et futures.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=28016&Cr=terre&Cr1=


Dernière édition par maria le Sam 28 Nov - 04:07 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Nov - 00:28 (2015)    Sujet du message: CLIMAT : PLUS DE 100 MILLIONS DE PERSONNES POURRAIENT PLONGER DANS LA PAUVRETE SI RIEN N'EST FAIT, SELON LA BANQUE MONDIALE Répondre en citant

CLIMAT : PLUS DE 100 MILLIONS DE PERSONNES POURRAIENT PLONGER DANS LA PAUVRETE SI RIEN N'EST FAIT, SELON LA BANQUE MONDIALE


ENGLISH :
Ahead of UN conference, World Bank says 'climate-smart' development can keep 100 million people out of poverty
 http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=52491

Rappelez-vous toujours qui contrôlent toutes ces personnes : Dieu ou Lucifer? Voyez qui possèdent toutes les technologies militaires qui détruisent la terre. Voyez qui contrôlent le pouvoir financier et qui endettent les pays les uns après les autres. Voyez qui amène la famine, la maladie, la pauvreté. Voyez qui met des normes et des taxes sur tout et sur rien. Voyez les scientifiques qui se sont unis pour dénoncer cette fraude environnementale. Pourtant, dans leur discours, ce sont nous les humains qui détruisons cette planète et non tous ces grands leaders qui nous mentent jour après jour.


Les changements climatiques contribuent à intensifier l’insécurité alimentaire de nombreuses populations à travers le monde. Photo FAO/IFAD/WFP/Eliza Deacon

9 novembre 2015 – Plus de 100 millions de personnes pourraient tomber sous le seuil de pauvreté à l'horizon 2030 sans la mise en œuvre d'un développement rapide et solidaire qui ne nuise pas au climat et qui soit accompagné de mesures de réduction des émissions à même de protéger les populations défavorisées, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale.

Ce rapport, intitulé 'Shock Waves: Managing the Impacts of Climate Change on Poverty', a été publié dimanche à quelques semaines de la conférence internationale de Paris sur le climat.

D'après le rapport, les populations pauvres sont déjà très menacées par les chocs liés au climat : mauvaises récoltes dues à la diminution de la pluviosité, flambées des prix alimentaires provoquées par des phénomènes météorologiques extrêmes, accroissement de l'incidence des maladies sous l'effet de vagues de chaleur et d'inondations, etc. Ces chocs risquent de réduire à néant des progrès difficilement accomplis en causant des pertes irréversibles et en faisant retomber dans la pauvreté les personnes touchées, notamment en Afrique et en Asie du Sud.

« Ce rapport établit clairement qu'il ne sera pas possible de mettre fin à la pauvreté si nous ne prenons pas des mesures énergiques pour atténuer la menace que le changement climatique fait peser sur les pauvres et si nous ne réduisons pas massivement les émissions nuisibles », déclare le président du Groupe de la Banque mondiale, Jim Yong Kim. « Ce sont les plus démunis qui sont le plus durement frappés par le changement climatique. Le défi auquel nous sommes maintenant confrontés consiste à éviter que le dérèglement du climat ne plonge dans l'extrême pauvreté des dizaines de millions d'êtres humains ».

D'après le rapport, les plus pauvres sont plus exposés que la population moyenne aux chocs climatiques tels que les inondations, les sécheresses et les vagues de chaleur. Ils perdent, en outre, une beaucoup plus grande partie de leur patrimoine quand ils sont frappés par ces fléaux. Dans les 52 pays pour lesquels des données sont disponibles, 85 % de la population vivent dans des pays où les défavorisés sont plus exposés que la moyenne aux sécheresses. Les plus démunis sont aussi les plus menacés par la hausse des températures et vivent dans des zones où la production alimentaire devrait diminuer en raison du dérèglement climatique.

Le rapport démontre que le combat contre la pauvreté et la lutte contre le changement climatique sont plus efficaces lorsqu'ils sont menés simultanément.
De l'avis des auteurs du rapport, une éventuelle augmentation de la pauvreté résultera avant tout de facteurs agricoles. Les études de modélisation indiquent que le changement climatique pourrait réduire, à l'échelle mondiale, les rendements de culture dans une proportion pouvant aller jusqu'à 5 % en 2030 et 30 % en 2080. Après les problèmes agricoles, les facteurs les plus déterminants sont les effets de l'augmentation des températures sur la santé (hausse de l'incidence du paludisme et des cas de diarrhée et d'arrêt de croissance) et la productivité de la main-d'œuvre.

En Afrique, le changement climatique pourrait entraîner une hausse des prix des denrées alimentaires pouvant aller jusqu'à 12% en 2030 et 70% à l'horizon 2080 — un coup très dur pour les pays où la consommation alimentaire des ménages les plus pauvres représente plus de 60 % des dépenses totales.
L'étude de la Banque mondiale plaide en faveur d'actions — renforcement des systèmes de protection sociale, couverture santé universelle, etc. — capables d'accroître la résilience des populations pauvres, parallèlement à la mise en œuvre de mesures spécifiquement axées sur le climat pour faciliter l'adaptation au changement climatique : renforcement des dispositifs de protection contre les crues, systèmes d'alerte rapide, cultures résistantes aux aléas climatiques, etc.

L'étude juge aussi nécessaire de lancer une offensive généralisée contre les émissions de gaz à effet de serre pour écarter la menace à long terme que le changement climatique fait peser sur la réduction de la pauvreté. Il importe toutefois de concevoir les mesures d'atténuation de manière à ce qu'elles ne pénalisent pas les pauvres. Par exemple, les économies générées par la suppression des subventions en faveur des combustibles fossiles pourraient être réinvesties dans des programmes visant à aider les familles défavorisées à faire face au renchérissement du carburant.

Selon le rapport, le soutien de la communauté internationale sera essentiel à la mise en œuvre d'un grand nombre de ces mesures dans les pays pauvres, surtout en ce qui concerne les investissements présentant des coûts initiaux élevés — transports urbains ou infrastructures énergétiques résilientes, par exemple — auxquels il faut absolument procéder pour éviter de s'enfermer dans des scénarios à forte intensité en carbone.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=36027


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Nov - 00:37 (2015)    Sujet du message: LES CONCENTRATIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BATTENT DE NOUVEAUX RECORDS, SELON L'OMM Répondre en citant

LES CONCENTRATIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE BATTENT DE NOUVEAUX RECORDS, SELON L'OMM

ENGLISH :
Greenhouse gas concentrations hit yet another record – UN weather agency

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=52496

La propagande environnementale



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=TE1GHzSjC-0

Dénoncez et parlez-nous plutôt de tous ces chemtrails qui nous sont balancés sur nos têtes, jour après jour. C'est drôle que cette grande organisation internationale ne dise rien sur cette attaque contre les peuples, alors qu'elle semble si préoccupée sur notre génération ainsi que sur les futures. Comme vous le voyez, leur discours ne sont qu'une tromperie pour mener à bien leur agenda global de tyrannie.


Photo PNUE

9 novembre 2015 – La teneur de l'atmosphère en gaz à effet de serre a atteint un nouveau pic en 2014, poursuivant ainsi une progression qui alimente le changement climatique et rendra la planète plus dangereuse et inhospitalière pour les générations futures, indique un nouveau rapport de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), rendu public lundi.

Selon le Bulletin annuel de l'OMM sur les gaz à effet de serre pour l'année 2014, le forçage radiatif, qui a pour effet de réchauffer le climat, s'est accru de 36% entre 1990 et 2014, à cause des gaz à effet de serre persistants, notamment le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d'azote (N2O), d'origine industrielle, agricole et domestique.

« Chaque année, les concentrations de gaz à effet de serre battent de nouveaux records », a déclaré dans un communiqué de presse le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, « et chaque année nous répétons que le temps presse ».

« C'est maintenant qu'il faut agir pour réduire radicalement les émissions de gaz à effet de serre et pour qu'il nous reste une chance de contenir à un niveau raisonnable la hausse des températures », a-t-il ajouté.

Le bulletin de l'OMM insiste par ailleurs sur l'interaction entre le CO2 et la vapeur d'eau, elle-même un important gaz à effet de serre quoique sa durée de vie dans l'atmosphère soit courte, et sur l'effet amplificateur exercé par ce gaz. De l'air plus chaud contient davantage de vapeur d'eau, et donc la hausse des températures en surface causée par le CO2 entraîne une augmentation des concentrations de vapeur d'eau à l'échelle du globe, ce qui accentue encore l'effet de serre. Ainsi, la hausse continue du CO2 se traduira par une augmentation disproportionnée de l'énergie thermique engendrée par la vapeur d'eau.

La teneur de l'atmosphère en CO2, qui est le plus important gaz à effet de serre persistant, a atteint 397,7 parties par million (ppm) en 2014, indique le rapport. Cette même année dans l'hémisphère Nord, les concentrations de CO2 ont franchi le seuil symbolique de 400 ppm durant le printemps, période de l'année où ce gaz est le plus abondant. Au printemps boréal 2015, c'est la concentration moyenne mondiale de ce gaz qui a passé la barre des 400 ppm.

« Nous allons bientôt vivre en permanence dans une atmosphère dont la teneur moyenne en CO2 sera supérieure à 400 parties par million », a déclaré M. Jarraud.

«Nous ne voyons pas le CO2. Or c'est une menace invisible mais bien réelle, qui se traduit par des températures mondiales plus élevées, par une multiplication des phénomènes extrêmes (vagues de chaleur et inondations notamment), par la fonte des glaces, la hausse du niveau de la mer et l'acidification des océans. C'est la réalité d'aujourd'hui : nous avançons en territoire inconnu et la machine s'emballe à un rythme effrayant », a-t-il ajouté.

Le Bulletin de l'OMM sur les gaz à effet de serre rend compte des concentrations, et non des émissions de ces gaz dans l'atmosphère. Par émissions, on entend les quantités de gaz qui pénètrent dans l'atmosphère, et par concentrations, celles qui y restent à la faveur des interactions complexes qui se produisent entre l'atmosphère, la biosphère, la cryosphère et les océans.

News Tracker: autres dépêches sur la question

Climat : seul un accord global à la COP21 permettra de combler l'écart entre besoins et perspectives, selon le PNUE

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=36030


Dernière édition par maria le Mer 11 Nov - 01:15 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Nov - 02:48 (2015)    Sujet du message: LA GRANDE TENDANCE DES MINI-MAISONS Répondre en citant



LA GRANDE TENDANCE DES MINI-MAISONS




http://www.journaldemontreal.com/2015/11/08/la-grande-tendance-des-mini-mai…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Nov - 04:04 (2015)    Sujet du message: MAKE VIRAL: FONTANA CALIFORNIA HAS BEEN CONQUERED BY THE FEDERAL AND STATE GOVERNMENT. Répondre en citant

MAKE VIRAL: FONTANA CALIFORNIA HAS BEEN CONQUERED BY THE FEDERAL AND STATE GOVERNMENT.



VIDEO :  https://www.youtube.com/watch?v=-lR6XQ6Cj5w

Fontana has been overthrown by the following entities.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 00:39 (2015)    Sujet du message: PHASE TWO OF U.N. 2030 AGENDA GLOBAL CLIMATE LAW! Répondre en citant

PHASE TWO OF U.N. 2030 AGENDA GLOBAL CLIMATE LAW!



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=vxGcWLerD_4

COP 21 or the 2015 Paris Climate Conference that is scheduled to take place in Paris on November 30, 2015, will be unlike other UN climate summits or climate conferences in the past. COP 21 has a scarily grandiose objective: in their own words “to achieve a legally binding and universal agreement on climate … for the first time in over 20 years of UN negotiations.” If they achieve their aim, we would be faced with the horrifying prospect that the mythology of AGW (anthropogenic global warming or manmade global warming) would become entrenched in law, thus solidifying it as fact in the minds of many. It would be a giant step towards Global Governance or a One World Government with a worldwide carbon tax, for so long now the wet dream of the New World Order manipulators.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 01:11 (2015)    Sujet du message: AL GORE 'VERY OPTIMISTIC' ABOUT TRUDEAU GOVERNMENT'S CONTRIBUTION TO CLIMATE TALKS Répondre en citant

AL GORE 'VERY OPTIMISTIC' ABOUT TRUDEAU GOVERNMENT'S CONTRIBUTION TO CLIMATE TALKS 

It's not only for Canada, it's global. Justin is just an other puppet and he will do what he has been told to do. That's it.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=mUshII4UqU8


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 01:20 (2015)    Sujet du message: HILLARY CLINTON SPEECH SPEAKS AT THE ENVIRONMENTALISTS FOR HILARY EVENT 11/9/15 Répondre en citant

HILLARY CLINTON SPEECH SPEAKS AT THE ENVIRONMENTALISTS FOR HILARY EVENT 11/9/15

She's so concern about our health. Really! Full of lies and deception to push the global agenda and communities. And what about all the crimes of this "lady" and all the cover up?



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=7FG6US9nb_E


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Nov - 05:19 (2015)    Sujet du message: UN OFFICIAL : WE SHOULD MAKE EVERY EFFORT TO DEPOPULATE THE PLANET Répondre en citant

UN OFFICIAL : WE SHOULD MAKE EVERY EFFORT TO DEPOPULATE THE PLANET


 
Christiana Figueres, the Executive Secretary of the United Nations Framework Convention on Climate Change, recently stated in an interview that the Earth is already over burdened with people and that we should look at depopulating the planet.

“There is pressure in the system to go toward that; we can definitely change those, right? We can definitely change those numbers,” Figueres stated.

“Really, we should make every effort to change those numbers because we are already, today, already exceeding the planet’s planetary carrying capacity.” she claimed.

“So yes we should do everything possible. But we cannot fall into the very simplistic opinion of saying just by curtailing population then we’ve solved the problem. It is not either/or, it is an and/also.” Figueres continued.

Figueres also blatantly stated earlier this year that the true purpose of the entire global warming scare is to kill off capitalism. Now, even after this admission, she’s claiming we need to get rid of a large percentage of the world’s population due to climate change. Of course, most of the sheeple in the world will ignore her admission as well as the undeniable evidence that climate change is the greatest science scandal of all time – as illustrated by the fact the someone has been ‘fudging the numbers’ that give credit to this scam.

The other great lie is that we have a problem with the Earth’s population. Actually fertility rates are falling. More below the video.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=xFGksEgSwk8

Citation:

Climate One is a self described public affairs forum which advocates extreme action to combat climate change. It is a branch of The Commonwealth Club of California based in San Francisco, essentially a talking shop visited regularly by heads of government and corporate business.

Figueres is no stranger to controversial statements when it comes to climate change. The UN official previously described the goal of the UNFCC as “a complete transformation of the economic structure of the world.”

She has also repeatedly said that a Chinese style communist dictatorship is better suited than the U.S. constitutional system to fight “global warming.”

Figueres told Bloomberg News last year that the Chinese government (which continues to enforce forced abortionsinfanticide and compulsory sterilization) is “doing it right” when it comes to climate change, even though China is by far the biggest emitter of greenhouse gasses.

Figueres noted that a partisan divide in the U.S. Congress is “very detrimental” to passing climate related legislation, while the Chinese Communist Party, sets policies by decree. President Obama clearly agrees given that he continues to bypass Congress by issuing executive orders on climate change.

As InfoWars has continually noted, there is a fundamental flaw in associating climate change with overpopulation.

Populations in developed countries are declining and only in third world countries are they expanding dramatically. Industrialization itself levels out population trends and even despite this world population models routinely show that the earth’s population will level out at 9 billion in 2050 and slowly decline after that. “The population of the most developed countries will remain virtually unchanged at 1.2 billion until 2050,” states a United Nations report. The UN’s support for depopulation policies is in direct contradiction to their own findings.

Once a country industrializes there is an average of a 1.6 child rate per household, so the western world population is actually in decline. That trend has also been witnessed in areas of Asia like Japan and South Korea. The UN has stated that the population will peak at 9 billion and then begin declining.

In addition, as highlighted by the Economist, global fertility rates are falling.

Since radical environmentalists are pushing to de-industrialize the world in the face of the so called carbon threat, this will reverse the trend that naturally lowers the amount of children people have. If climate change fanatics are allowed to implement their policies, global population will continue to increase and overpopulation may become a real problem – another example of how the global warming hysterics are actually harming the long term environment of the Earth by preventing overpopulated countries from developing and naturally lowering their birth levels.

Even if you play devils advocate and accept that humans do cause catastrophic warming and there are too many of us, and if you can skip past the eugenics connotations of population control and depopulation policies, those methods are fundamentally still not a valid solution to the perceived climate change threat.

The real solution would be to help increase the standard of living of the cripplingly poor third world, allowing those countries to industrialize, and seeing the population figures naturally level out.

Instead, the third world has seen a doubling in food prices owing to climate change policies such as turning over huge areas of agricultural land to the growth of biofuels.

In addition, Climate legislation continually pushed  by the developed world has those nations taking on less of a burden than anticipated demanding more of poorer countries, despite the fact that any further cuts in CO2 emissions will further cripple their flimsy economies and poverty-stricken people.

Previous legislation, such as the Copenhagen agreement, allowed people in developed countries to emit twice as much carbon per head than those in poorer countries, who have not caused the rise in emissions said to be threatening our existence on the planet. The revelations have led third world leaders to accuse the developed world of “climate colonialism”.

Linking environmental policy to depopulation agendas opens the door to eugenics and it is no surprise that through that door have come pouring hordes of elitist filth just begging to be on the front line of the extermination policy.

One example is UK-based public policy group The Optimum Population Trust (OPT), which has previously launched initiatives urging wealthy members of the developed world to participate in carbon offsets that fund programs for curbing the population of developing nations.

In 2007, the group also published a report announcing that children are ‘bad for planet and ‘having large families should be frowned upon as an environmental misdemeanour in the same way as frequent long-haul flights, driving a big car and failing to reuse plastic bags.

The same talking point has been re-iterated again and again by public policy groups and environmentalists, as well as the most influential scientists in the US government.

While you may think ideas of sterilization and depopulation could never be accepted by the public, those very concepts are now being embraced and popularized by some as the way forward for humanity.

The head of the UN’s leading climate change panel is providing a platform, and in some cases actively pushing for a policy enforced by a dictatorship that hunts down mothers who become pregnant with their second child, abducts them off the street and takes them to government controlled hospitals where they are drugged and their baby is killed – all in the name of saving the planet.

http://www.truthandaction.org/un-official-make-every-effort-depopulate-planet/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 12 Nov - 04:14 (2015)    Sujet du message: COP21 : FRANCOIS HOLLANDE RÊVE D'UN CONSEIL DE SECURITE ENVIRONNEMENTAL Répondre en citant

COP21 : FRANCOIS HOLLANDE RÊVE D'UN CONSEIL DE SECURITE ENVIRONNEMENTAL



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=1yQ9nEDDJm0 


10 novembre 2015 14 h 30 min·


 
A l’image du Conseil de sécurité de l’ONU, qui peut décider d’autoriser l’envoi des troupes internationales pour rétablir l’ordre – tel qu’il le conçoit – dans un pays donné, François Hollande rêve de créer un conseil de sécurité environnemental qui aurait pour rôle de contraindre les pays signataires d’accords sur le climat à respecter leurs engagements. Encore une instance supranationale aux pouvoirs étendus : elle ne sera sans doute pas mise en place à l’occasion de la COP21 puisqu’on suppose qu’elle sera précédée de négociations au niveau des nations, mais il faut croire le président de la République française lorsqu’il y voit la « prochaine étape » de la lutte contre le « réchauffement climatique ».
 
François Hollande s’exprimait lundi lors d’une réunion scientifique au Collège de France, alors que les réunions et les annonces médiatiques se succèdent de manière accélérée avant le coup d’envoi de la COP21, le 30 novembre prochain à Paris. Dimanche, une soixantaine de ministres d’autant de pays étaient déjà réunis à Paris pour une réunion préalable qu’ils ont rejointe à grands coups d’émissions de CO2… Des savants américains nous annoncent l’engloutissement de Shanghai d’ici à 2000 ans. Les services météorologiques anglais ont apporté une « preuve supplémentaire » (apprend-on sur Public Sénat) que la température monte, puisqu’ils ont annoncé une hausse de la température mondiale de 1°C par rapport à l’ère préindustrielle. S’il suffit de le dire…
 

François Hollande veut imposer les accords de la COP21 par la contrainte
 
Le colloque « Climat, énergie et société » du Collège de France a servi, lui, de ballon d’essai pour la proposition de créer une sorte de juridiction contraignante.
 
Contrairement au Conseil de sécurité de l’ONU qui est censé vérifier l’absence de transgressions actives si l’on peut dire – en traquant les menaces contre la paix ou les actes d’agression – le Conseil de sécurité environnemental aurait quant à lui un pouvoir d’intervention en cas d’omission ou d’inertie. Ce qui va beaucoup plus loin : qu’il s’agisse de payer des contributions promises, de modifier un état de fait, ou de se rendre coupable d’excès d’émission, il y aurait donc une possibilité de mettre le contrevenant à l’amende. Ou plus, si affinités. On est davantage dans la logique des pouvoirs de la Commission européenne qui peut imposer la retranscription d’une directive ou sanctionner financièrement un pays membre de l’UE qui contrevient aux règles du Traité de l’Union.
 
En termes de gouvernance mondiale, la création d’un Conseil de sécurité environnemental serait un énorme pas en avant et il est intéressant de voir que ce soit François Hollande qui ait (été chargé ?) de lâcher le ballon d’essai.
 
Ce pouvoir de contrainte dépasserait les régimes, les personnes, les délais habituels d’engagement. C’est ce qu’à laissé entendre François Hollande en affirmant combien il est difficile, en tant qu’homme politique, de raisonner sur le long terme : « Je dois reconnaître que nous devons parler du très long terme. Ce qui en politique n’est déjà pas facile, quand le court terme nous saisit. Nous devons faire en sorte que les politiques puissent décider bien au-delà de leur mandat et bien au-delà de leur propre vie. Ce qui pousse le désintérêt à un niveau jamais atteint. »
 

Un Conseil de sécurité environnemental modelé sur celui de l’ONU
 
Bref, ce qui sera décidé à la COP21, et s’il le faut imposé de force, ne sera susceptible d’aucune modification, d’aucun retour en arrière, sinon (imagine-t-on) dans le sens de l’aggravation des mesures déjà décidées, puisque la question d’une « clause de révision » sera à l’ordre du jour en décembre.
 
Quant au Conseil de sécurité environnemental qu’il appelle de ses vœux, François Hollande a déclaré aux scientifiques du Collège de France : « De l’accord de Paris sortiront, je l’espère, des dispositions contraignantes. Mais qui vérifiera la contrainte? Qui sera juge de la bonne application ? Donc la prochaine étape, c’est d’avoir une organisation, avec une forme de Conseil de sécurité environnemental, pour dire à un moment “ce n’est pas acceptable, votre comportement est dangereux, nous devons le faire cesser”.  »
 
En envoyant les troupes ?
 
Cette annonce en forme de programme n’a pas très fortement retenu l’attention des médias français, malgré son caractère crucial et son potentiel de spoliation de souveraineté. Dans la presse anglophone, ce sont surtout les médias « environnementalistes » ou professionnels qui l’ont retenue, tant elle leur a semblé intéressante.
 
François Hollande a pourtant été on ne peut plus clair, comme le rapporte H:
 
« Si le climat est à ce point un danger pour l’humanité, un risque pour la planète, une préoccupation pour le développement, un enjeu pour l’immigration, alors il faut avoir une instance internationale pour en décider. Ce qui veut dire aussi quelles sanctions nous appliquons lorsqu’il y a un comportement d’un pays ou d’un groupe, industriel ou autre, qui par son action dérègle ce que nous avons nous-mêmes décidé. La prochaine étape donc, c’est une étape d’organisation de droit », avec « des droits et devoirs qui devront être posés », a-t-il précisé.
 
Des « dérèglements » attribués à tel pays ou telle industrie ? Cela va devenir d’autant plus difficile que l’origine humaine du réchauffement climatique reste à démontrer…
 

Ségolène Royal, François Hollande : même combat pour un organe de gouvernance mondiale
 
Ségolène Royal, aujourd’hui ministre de l’Ecologie, a renchéri lundi soir sur les propos de son « ex » : « Il faut un Conseil de sécurité environnemental pour garantir que l’accord futur soit appliqué », a-t-elle déclaré. Ils se sont donc entendus au moins sur cela…
 
Elle a même ajouté, à propos des « 100 milliards de dollars » accordés aux pays pauvres dans la lutte contre le « réchauffement » : « Il est essentiel de renoncer aux ressources fossiles du sol comme le pétrole et le charbon. Nous sommes devant nos responsabilités, les enjeux de la COP21 ne sont pas qu’environnementaux. »
 
C’est bien ce qu’on avait cru deviner.
 

Anne Dolhein

http://reinformation.tv/cop21-francois-hollande-conseil-securite-environnemental-dolhein-45788-2/


Dernière édition par maria le Dim 6 Nov - 16:45 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Nov - 23:59 (2015)    Sujet du message: POPE'S ADDRESS TO SLOVALK BISHOPS Répondre en citant

IMMIGRATION

POPE'S ADDRESS TO SLOVALK BISHOPS

“Today more than ever it is necessary to illumine peoples’ journey with Christian principles, taking the opportunities that the present situation offers to develop an evangelization that, with new language, renders Christ’s message more comprehensible” shift from nationalism to a more universal identity and humanity is not separate from the environment in which we live; rather humanity and the natural environment are one, pantheism - faith and science. To this global chaos will emerge the last pagan religion. Most of the peoples who don't know the true God will be so desesperate of this global terror that they will submit their soul and their life to this luciferian religion of peace.

Rome, November 12, 2015 (ZENIT.org) Staff Reporter 

Pope Francis received in audience today the Bishops of the Slovakian Episcopal Conference, on the occasion of their five-yearly ad limina visit.

Here is a translation of the Pope’s address to the Prelates in the course of the meeting.

* * *

Dear Brothers in the Episcopate!

I meet you with joy, Pastors of the Church in Slovakia, during this visit ad Limina, in which you go to the tombs of the Apostles, renewing faith in Christ Jesus and the bonds of communion with the Successor of Peter, deepening among other things, the sense of collegiality and of mutual collaboration among you. I wish to encourage you in the pastoral work you carry out, even though characterized, among the difficulties of the present moment, by rapid transformations in so many realms of human life and by the great challenge of globalization. Verified in it at times are threats for the less numerous nations, but also at the same time elements that can offer new opportunities. An opportunity, which has become a sign of the times, is the phenomenon of migrations, which requires being understood and addressed with sensibility and a sense of justice. The Church is called to proclaim and witness the reception of migrants in a spirit of charity and respect of the dignity of the human person, in the context of a necessary observance of legality.

In face of the prospect of an ever more extended multi-cultural environment, attitudes must be assumed of mutual respect to foster encounter. It is hoped that the Slovak people will retain their cultural identity and the patrimony of ethical and spiritual values, strongly connected to its Catholic tradition. Thus it will be able to open itself without fears to the confrontation in the widest continental and global horizon, contributing to a sincere and fruitful dialogue, also on subjects of vital importance, such as the dignity of human life and the essential function of the family. Today more than ever it is necessary to illumine peoples’ journey with Christian principles, taking the opportunities that the present situation offers to develop an evangelization that, with new language, renders Christ’s message more comprehensible. Therefore, it is important that the Church infuse hope, so that all the changes of the present moment are transformed into a renewed encounter with Christ, which pushes your people to genuine progress. The lay faithful, called to animate temporal realities with evangelical ferments, cannot excuse themselves from working as well within the political processes geared to the common good. To be joyful witnesses of the Gospel in every environment, they need to feel themselves a living part of the Church. It is your task to acknowledge their role in the life of the ecclesial communities, also in regard to the elaboration and realization of pastoral projects.

I appreciate very much what you are doing in favor of the family, which faces so many difficulties and which is subjected to so many snares. These efforts require to be accompanied by an integral family pastoral <program> at the diocesan and national level, which includes adequate support of families, also those that are not complete, especially if there are children. In the ambit of the pastoral <care> of the family, it is necessary to appreciate the young people, hope of the Church and of the society. Pulsating in them is a strong desire of service to their neighbor and of solidarity, which requires the orientation and confidence of Pastors, to be transformed into a living encounter with Christ, in a determined project of diffusion of the Gospel. In fact, despite the many enticements that invite to hedonism, to mediocrity and to immediate success, young people do not let themselves be easily intimidated by the difficulties and they are particularly sensitive to commitment without reservations, when the genuine meaning of life is presented to them. Therefore, they are in need of having from you clear doctrinal and moral indications, to build the city of God in the city of man.

Have great paternal solicitude towards the priests, your principal collaborators in the pastoral ministry. They are in need of well-articulated programs of permanent formation in the areas of theology, spirituality, pastoral care and the Social Doctrine of the Church, which will enable them to be competent evangelizers. In fact they are, for a great part of the People of God, the main channels through which the Gospel passes, and also the most immediate image through which they encounter the mystery of the Church. Therefore, their intellectual and doctrinal preparation must always be united to the witness of an exemplary life, to close communion with the Bishops, to fraternity with their brothers in the priesthood, to affability in relations with everyone, and to that type of spiritual peace and apostolic ardor that only constant contact with the divine Teacher can give. In order that the priests feel your presence close, it is of great importance that you be ready to listen to them and to relate to them with trust, showing attention to the difficulties that so often afflict them.

The Church, sign and instrument of men’s unity with God and among themselves, is called to be house and school of communion, in which one is able to appreciate and receive all that is positive in the other. This attitude is also very useful in reference to the good contacts that must be re-established in Slovakia between Pastors and consecrated persons, appreciating better the valid contribution of all the Religious in pastoral activity. At the same time, the Church that is in your country is called to take forward the pastoral care of the Rom, with an endeavor of vast evangelization that seeks to reach all these persons that, unfortunately, continue to live in a certain social separation.

I ask you to have the expression of my affection and my spiritual closeness reach your ecclesial communities; to offer my gratitude to the priests and to the masculine and feminine Religious Communities, which with so much generosity do their utmost to proclaim and witness the Gospel, as well as to the catechists and the other collaborators in the work of evangelization; and to communicate the Pope’s gratitude to the persons and institutions dedicated to charity and solidarity with the neediest. I entrust your pastoral concerns to the Virgin Addolorata, Patroness of Slovakia, and I invoke her maternal intercession so that the country prospers in peace and in conformity with the best values of its Christian tradition. And while I ask you to pray for me, to you and to the faithful of every one of the particular Churches over which you preside, I impart my heartfelt Apostolic Blessing.

[Original text: Italian]

[Translation by ZENIT]

(November 12, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/pope-s-address-to-slovak-bishops


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Jeu 19 Nov - 08:07 (2015)    Sujet du message: LEADER OF IRISH BISHOPS HOSTS MEETING IN LEAD-UP TO PARIS CLIMATE SUMMIT Répondre en citant

LEADER OF IRISH BISHOPS HOSTS MEETING IN LEAD-UP TO PARIS CLIMATE SUMMIT



Source: Pixabay CC0 , LoggaWiggler


"For too many people in developed societies like ours, this is still not a priority issue"


Staff Reporter | Nov 18 | ZENIT.org | Social Doctrine and the Common Good | Ireland

At a joint meeting of environment ministers ahead of the United Nations Climate Change Conference in Paris, Archbishop Eamon Martin  of Armagh, Primate of All Ireland, has welcomed the cross-border dialogue and collaboration on this issue as an important example of leadership on one of the most urgent global justice issues of our time. 

Archbishop Martin, who hosted today’s meeting in Armagh, stated:

“Pope Francis has appealed for a strong international commitment to the care of the earth – our common home – in solidarity with the poorest and most vulnerable populations throughout the world.  For too many people in developed societies like ours, this is still not a priority issue, but climate change affects everyone and will have a critical impact on the life chances of future generations.  The meeting of environment ministers and their teams today sends an important message to society that this is an urgent justice issue.

“At our meeting today in Armagh we drew the ministers' attention to the work of Trócaire in supporting some of the worst affected communities.  This underlines the urgency of the proposed actions that will be before world leaders in Paris at the end of this month.  This is most evident in the case of those who risk losing their homes and their capacity to produce food.  The summit provides a historic opportunity to re-balance the equation towards more just and sustainable development.  The changes required of developed nations are significant and there is a real risk that the major economic powers will dominate, eclipsing the human rights of the poor.  What is needed is a robust international legal instrument, with ambitious targets and adequate mechanisms for enforcement and holding countries to account.

“We encourage the delegations from both jurisdictions on this island to use the opportunity of the forthcoming summit to be a voice for the poor.  Moving to a more just and sustainable model of development will require all of us to re-think our lifestyles and how the choices we make in our consumption of goods and energy impact on the global poor and the generations to come.  Taking up the challenges outlined by Pope Francis in his recent Encyclical Letter Laudato Si, we are ready to play our part, supporting our political leaders by promoting reflection on the care of creation and taking action – in our homes, schools and local parish communities.”

Minister Alan Kelly added, “Ireland strongly supports an ambitious, legally-binding global agreement with broad participation as a core outcome of COP 21 in Paris.  The agreement will, I hope, enhance collective action towards a global transformation to a low-carbon climate resilient society while reassuring poor and vulnerable countries that they will be supported in their transition.  We are fully committed here in Ireland to playing our part in reaching this historic agreement and indeed are only weeks away from passing into law Ireland’s first ever climate change legislation which will underpin on a statutory basis our collective Government response to how we achieve an effective low carbon transition while building climate resilience”.   

Minister Mark H Durkan responded, “I believe we have a moral responsibility to protect the poorest and most vulnerable groups and regions from the dangers of climate change and that it is critical that we take action now.  When I am at the annual Conference of Parties in Paris I will make it clear that we should be striving to secure an ambitious international agreement, and that the North of Ireland will play its full part in contributing to the agreed emission reduction targets.  I am committed to the introduction of Climate Change Legislation in the North.  I intend to issue, in the near future, a discussion paper to stakeholders seeking their views on proposals for a NI Climate Change Act.”

http://www.zenit.org/en/articles/leader-of-irish-bishops-hosts-meeting-in-lead-up-to-paris-climate-summit?utm_campaign=dailyhtml&utm_content=[ZE151118]%20The%20world%20seen%20from%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:24 (2016)    Sujet du message: SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 315, 16, 1720, 21, 22  >
Page 16 sur 22

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com