LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21
Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 23 Avr - 02:00 (2016)    Sujet du message: (English) TURN ASPIRATION INTO ACTION - COUNTRIES SIGN PARIS CLIMATE AGREEMENT / LEONARDO DiCAPRIO, HIGH-LEVAL GORE : IT IS AN HISTORIC DAY FOR THE WORLD AND THE UNITED NATIONS / LEONARDO DICAPRIO, HIGH-LEVEL SIGNATURE CEREMONY FOR THE PARIS AGREEMENT Répondre en citant


      


        

(English) TURN ASPIRATION INTO ACTION - COUNTRIES SIGN PARIS CLIMATE AGREEMENT




VIDEO :  https://www.youtube.com/watch?v=-2_C5bPQ0aA

LEONARDO DiCAPRIO, HIGH-LEVEL SIGNATURE CEREMONY FOR THE PARIS AGREEMENT

 


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=m-FM845giaI


AL GORE : IT IS AN HISTORIC DAY FOR THE WORLD AND THE UNITED NATIONS
 




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Sg9KNyu3P3U

United Nations - Reactions of the former Vice-President of the United States and Chair of the Climate Reality Project. High Level Signature Ceremony for the Paris Agreement – 22 April 2016 – United Nations, New York

AL GORE : C’EST UN JOUR HISTORIQUE POUR LE MONDE ET LES NATIONS UNIES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=HYXv9_wRz5w

Nations Unies - Réactions de l’ancien Vice-président américain Al Gore, et Président du ‘’Climate Reality Project’’ – Signature de l’Accord de Paris, 22 avril 2016 – Nations Unies, New York




        


Dernière édition par maria le Dim 6 Nov - 16:28 (2016); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 23 Avr - 02:00 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 23 Avr - 04:10 (2016)    Sujet du message: CLIMAT : UN NOMBRE RECORD DE 175 PAYS SIGNENT L'ACCORD DE PARIS AU SIEGE DE L'ONU, A NEW YORK / ‘We are in a race against time,’ says Ban, as leaders sign landmark Paris climate accord Répondre en citant



CLIMAT : UN NOMBRE RECORD DE 175 PAYS SIGNENT L'ACCORD DE PARIS AU SIEGE DE L'ONU, A NEW YORK

ENGLISH :
‘We are in a race against time,’ says Ban, as leaders sign landmark Paris climate accord

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=53752


La salle de l’Assemblée générale des Nations Unies lors de la cérémonie de signature de l’Accord de Paris sur le climat. Capture vidéo

22 avril 2016 – Pas moins de 175 pays ont signé vendredi au siège de l'ONU, à New York, l'accord historique sur le climat conclu à Paris en décembre dernier, une participation record saluée par le Secrétaire général de l'Organisation, Ban Ki-moon, qui a toutefois exhorté les signataires à agir rapidement pour ratifier l'Accord de Paris au niveau national.

« En décembre dernier à Paris, la communauté internationale a adopté le premier accord universel sur le climat. Chaque pays s'est engagé à réduire ses émissions et à renforcer sa résilience face aux effets potentiellement dévastateurs des changements climatiques », a déclaré M. Ban dans son discours d'ouverture de la cérémonie de signature, dans l'enceinte de l'Assemblée générale des Nations Unies.

« C'est un moment d'histoire. Jamais auparavant un aussi grand nombre de pays n'avait signé un accord international en une seule journée », s'est-il félicité.

L'Accord de Paris a été conclu le 12 décembre 2015 dans la capitale française, lors de la 21ème Conférence des Etats parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements Climatiques (CCNUCC), dite COP21. Dans le cadre de cet accord historique, les 196 Etats parties à la Convention-cadre se sont engagés à prendre des mesures pour maintenir l'élévation de la température mondiale en dessous de 2 degrés Celsius d'ici la fin du siècle.


Le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Photo ONU/Rick Bajornas

Le Secrétaire général a félicité tous les pays venus signer l'Accord dans la matinée, saluant tout particulièrement les 15 Etats qui devaient également déposer dans la journée leurs instruments de ratification, à savoir la Barbade, le Belize, les Fidji, la Grenade, les Maldives, les îles Marshall, l'île Maurice, Nauru, les Palaos, l'État de Palestine, Saint-Christophe-et-Niévès, Sainte-Lucie, Samoa, la Somalie et Tuvalu.

« Nous battons des records dans cette salle – ce qui est une bonne nouvelle. Mais des records sont également battus à l'extérieur. Températures mondiales record. Fonte des glaces record. Niveaux record de carbone dans l'atmosphère. Nous sommes engagés dans une course contre la montre », a averti le Secrétaire général, soulignant que la fenêtre de tir qui permettrait de maintenir la hausse de la température globale en dessous de 2 degrés Celsius, voire de 1,5 degré, est en train de se fermer rapidement.

« J'exhorte tous les pays à agir rapidement pour adhérer à l'Accord au niveau national afin que l'Accord de Paris puisse entrer en vigueur dès que possible », a-t-il dit.

Le Secrétaire général a déclaré que l'ère de la consommation sans limites est terminée et que les Etats doivent désormais redoubler d'efforts pour « décarboner notre économie ».

Pour cela, a-t-il insisté, la communauté internationale doit aider les pays en développement à faire cette transition.

« Les plus pauvres et les plus vulnérables ne doivent pas faire les frais d'un problème qu'ils n'ont pas créé », a-t-il déclaré, appelant à ne pas oublier que l'action climatique n'est pas un fardeau et offre de nombreux avantages.

Elle peut notamment aider à éliminer la pauvreté, créer des emplois verts, prévenir l'instabilité et améliorer la vie des filles et des femmes, a-t-il dit. Elle est également indispensable pour atteindre les objectifs de développement durable.

Le Secrétaire général a par ailleurs appelé à ce que ce pacte ne soit pas un simple catalogue de promesses.

« Il doit se traduire dans les actes que nous accomplissons aujourd'hui pour le compte de la jeune génération actuelle et de toutes celles qui la suivront, des actes qui réduisent le risque climatique et protègent les communautés, des actes qui nous engagent dans une voie plus sûre et plus intelligente », a-t-il insisté.

« Aujourd'hui est une journée pour nos enfants, nos petits-enfants et toutes les générations à venir », a déclaré M. Ban, précisant que, dans le cadre de la cérémonie, les représentants des Etats seront rejoints par 197 enfants représentant les parties qui ont conclu l'Accord de Paris.

« Comme vous le démontrez par votre geste même de signature aujourd'hui, le pouvoir de construire un monde meilleur est entre vos mains », a salué le Secrétaire général.

Participant à la cérémonie à la fois en tant que Président de la France, pays hôte de la COP 21, François Hollande, a de son côté souligné les intenses négociations qui ont donné lieu à la conclusion l'Accord de Paris.


Le Président François Hollande de la France, pays hôte de COP21, signe l'Accord de Paris sur le climat le 22 avril 2016 à New York. Photo ONU/Mark Garten

« Rien n'était joué, et, jusqu'à la dernière minute, il a fallu vaincre les scepticismes, les interrogations et les doutes pour être capables tous ensemble de porter une ambition pour l'humanité et les générations à venir », a-t-il déclaré.

M. Hollande a également insisté sur la signification historique de cet accord.

« Nous avons tous vécu un moment d'émotion comme il y en a peu dans la vie d'un dirigeant politique », a reconnu M. Hollande, rappelant que l'élan de solidarité manifesté lors de la COP 21 a eu lieu un mois seulement après les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, revendiqués par Daech.

Le Président français a toutefois insisté sur la nécessité d'aller plus loin que les promesses qui ont été faites dans le cadre de l'Accord, rappelant notamment que ces derniers mois ont été les plus chauds de ces 100 dernières années.

« Il faut aller plus vite, encore plus vite, car le temps presse », a insisté M. Hollande. « Le monde entier doit prendre conscience de ce qu'il s'est passé à Paris, qui se prolonge à New York et va se passer dans les parlements », a-t-il dit.

Egalement présent à la cérémonie, l'acteur américain Leonardo DiCaprio a rappelé dans son discours les ravages causés par le changement climatique, ravages qu'il a pu constater par lui-même dans le cadre de ces nombreux déplacements, en tant que Messager de la paix des Nations Unies.



Leonardo DiCaprio et le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Photo ONU/Eskinder Debebe

« J'ai vu des villes comme Pékin étouffées par la pollution industrielle. Les forêts boréales anciennes du Canada devenues clairsemées et les forêts tropicales d'Indonésie incendiées. En Inde, j'ai rencontré des agriculteurs dont les cultures avaient littéralement été emportées par des inondations historiques. En Amérique, j'ai vu des sécheresses sans précédent en Californie, et l'élévation du niveau de la mer inonder les rues de Miami. Au Groenland et dans l'Arctique, j'ai été étonné de voir que les anciens glaciers disparaissent encore plus rapidement que les prévisions scientifiques ne le présageaient. Tout ce que je l'ai vu et appris durant ce voyage m'a terrifié », a déclaré M. DiCaprio.

Le Messager de la paix a aussi rappelé qu'il ne fait aucun doute, dans l'esprit de la communauté scientifique mondiale, que ces catastrophes sont le résultat direct de l'activité humaine et que les effets du changement climatique ne feront qu'empirer dans l'avenir.

S'adressant aux signataires de l'Accord de Paris, l'acteur américain les a appelés à aller au-delà même des engagements définis dans ce traité.

« Vous êtes le dernier espoir de la Terre. Nous vous demandons de la protéger, sans quoi nous – et tous les êtres vivants que nous chérissons – faisons partie du passé », a déclaré M. DiCaprio.



News Tracker: autres dépêches sur la question

Développement durable : « nous ne pouvons pas échouer », déclarent des hauts responsables de l'ONU

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=37082


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Avr - 01:53 (2016)    Sujet du message: IF YOU CARE ABOUT OUR PLANET, I NEED YOU TO ADD YOUR NAME Répondre en citant

IF YOU CARE ABOUT OUR PLANET, I NEED YOU TO ADD YOUR NAME

To
Maria --

Yesterday was Earth Day -- a day that celebrates a movement of ordinary people who have done extraordinary things to keep our planet safe and sustainable.

Maria, protecting the environment was one of the reasons why I first ran for office more than forty years ago -- and it's an issue that matters now more than ever.

Climate change is real. Denying it is like denying gravity. It not only threatens our environment, it undermines our economic and national security. Barack and I have done more than any other administration in history to address it -- ushering in a clean energy economy and leading the world to an agreement in Paris. But we need to keep it going.

We need friends and supporters in Congress and a leader in the White House who will take on the special interests and do right by future generations.

And we can't let climate deniers in the Republican Party stand in our way. We need a Congress full of Democrats who know we can have a strong economy and safe environment, and who know that the real legacy of Earth Day is what we do every day to protect the planet we all share.

Say you're in to make sure they're elected up and down the ballot all across our country:

http://my.democrats.org/Earth-Day

Thanks for this, Maria.

Joe


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 26 Avr - 05:19 (2016)    Sujet du message: ICYMI : THIS IS A BIG DEAL Répondre en citant

ICYMI : THIS IS A BIG DEAL



 



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 27 Avr - 03:51 (2016)    Sujet du message: APRIL CALAMITIES, SIGNING CLIMATE CHANGE AGREEMENT, EARTH DAY, EUCHARISTIC MIRACLES, SHORT VERSION Répondre en citant

CLIMATE CHANGE - SUNDAY GREEN LAWS - PERSECUTION OF THE SAINTS

APRIL CALAMITIES, SIGNING CLIMATE CHANGE AGREEMENT, EARTH DAY, EUCHARISTIC MIRACLES, SHORT VERSION


VIDEO : http://www.dailymotion.com/video/x476ajr

COMPLETE VERSION : April Calamities,Signing Climate Change Agreement,Earth Day,Eucharistic Miracles,All Lead To NSL
https://www.youtube.com/watch?v=s7010NCI-qg


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 7 Mai - 05:20 (2016)    Sujet du message: BOUDDHISTES ET CHRETIENS POUR UNE EDUCATION ECOLOGIQUE Répondre en citant

BOUDDHISTES ET CHRETIENS POUR UNE EDUCATION ECOLOGIQUE
 
Message du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux

6 mai 2016Anita Bourdin Bouddhisme, Dialogue interreligieux


Le pape François rencontre des bonze, voyage au Sri Lanka, janvier 2015, L'Osservatore Romano

« Dans les pays où bouddhistes et chrétiens vivent et travaillent côte à côte, il devient possible de soutenir la santé et la durabilité de la planète grâce à des programmes éducatifs communs visant à accroître la sensibilisation à l’égard de l’environnement ainsi que la promotion d’initiatives conjointes », déclare le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

« Bouddhistes et chrétiens: promouvons ensemble une éducation écologique »: c’est le titre du message adressé aux Bouddhistes, pour la fête de Vesakh, par le cardinal Jean-Louis Tauran et par le P. Miguel Angel Ayuso Guixot, MCCJ, respectivement président et secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Un message inspiré par l’encyclique « Laudato si' ».

La fête de Vesakh se célèbre cette année le 21 mai. Communément appelée « fête des moissons », elle célèbre la naissance, l’éveil et la mort – Paranirvana – du Bouddha. Ces trois événements auraient eu lieu, selon la tradition bouddhique, le même jour. La communauté bouddhiste – la Sangha – se réunit ce jour-là pour méditer sur ces trois moments de la vie du Bouddha afin de puiser de nouveau à la source de son inspiration.

« Chers amis bouddhistes, nous pouvons travailler ensemble pour libérer l’humanité de la souffrance causée par le changement climatique. Ainsi, nous contribuerons à prendre soin de notre maison commune », conclut le message.

Voici le texte intégral de ce message.
A.B.


Bouddhistes et chrétiens: promouvons ensemble une éducation écologique

Chers amis bouddhistes,

1. Au nom du Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux, nous souhaitons vous adresser une fois de plus nos vœux sincères à l’occasion de la fête du Vesakh. Alors que vous commémorez trois événements importants de la vie du Bouddha Gautama: sa naissance, son illumination et sa mort, nous vous souhaitons la paix, la tranquillité et la joie dans vos cœurs, au sein de vos familles et dans vos pays.

2. Ces quelques lignes s’inspirent, cette année, de la Lettre encyclique de Sa Sainteté le Pape François, Laudato SìSur la sauvegarde de la maison commune. Comme le relève Sa Sainteté, «les déserts extérieurs se multiplient dans notre monde, parce que les déserts intérieurs sont devenus très grands. La crise écologique est un appel à une profonde conversion intérieure» (n. 217). Bien plus, le pape note que « l’éducation sera inefficace, et ses efforts seront vains, si elle n’essaie pas aussi de répandre un nouveau paradigme concernant l’être humain, la vie, la société et la relation avec la nature» (n. 215.). Ce n’est qu’en «cultivant de solides vertus que le don de soi dans un engagement écologique est possible» (n. 211), à condition qu’il s’inscrive dans divers milieux éducatifs: l’école, la famille, les moyens de communication, la catéchèse et d’autres encore (cf. n. 213).

3. Chers amis bouddhistes, comme en témoignent les documents intitulés The Time to Act is Now: A Bouddhist Declaration on Climate and Buddhist Climate Change Statement to World Leader http://www.oneearthsangha.org/statements/the-time-to-act-is-now/ , vous avez exprimé, vous aussi, votre inquiétude face à la détérioration de l’environnement. Ces documents manifestent une compréhension commune sur le fait qu’il y ait, au cœur de la crise écologique, une crise de l’ego qui, lui, s’exprime par la cupidité, la colère, l’anxiété, l’arrogance et l’ignorance de l’être humain. Nos modes de vie et nos attentes doivent donc changer pour surmonter la détérioration de notre environnement.«En cultivant un regard intérieur et la compassion, nous serons en mesure d’agir avec amour, et non avec la peur, pour protéger notre planète» (Buddhist Climate Change Statement to World Leaders). En outre, «quand la terre est malade, nous tombons nous aussi malades parce que nous en faisons partie» (The Time to Act is Now).

4. Puisque la crise du changement climatique est également due à l’activité humaine, nous, chrétiens et bouddhistes, nous devons œuvrer ensemble sur le thème d’une spiritualité écologique. Face à l’accélération des problèmes environnementaux mondiaux, il est aussi nécessaire de prendre en compte l’urgence de la coopération interreligieuse. L’éducation à la responsabilité envers l’environnement et la création d’une «citoyenneté écologique» exigent des vertus tournées vers une éthique écologique respectueuse et attentive envers la nature. Il est une nécessité pressante que les adeptes de toutes les religions dépassent leurs frontières et s’engagent à rejoindre la construction d’un ordre écologique et social responsable fondé sur des valeurs partagées. Dans les pays où bouddhistes et chrétiens vivent et travaillent côte à côte, il devient possible de soutenir la santé et la durabilité de la planète grâce à des programmes éducatifs communs visant à accroître la sensibilisation à l’égard de l’environnement ainsi que la promotion d’initiatives conjointes.

5. Chers amis bouddhistes, nous pouvons travailler ensemble pour libérer l’humanité de la souffrance causée par le changement climatique. Ainsi, nous contribuerons à prendre soin de notre maison commune. C’est dans cet esprit que nous vous souhaitons, encore une fois, une joyeuse et paisible fête du Vesakh.

Jean-Louis cardinal Tauran
Président


Miguel Ángel Ayuso Guixot, MCCJ
Secrétaire


https://fr.zenit.org/articles/fete-du-vesakh-bouddhistes-et-chretiens-pour-une-education-ecologique/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 13 Mai - 09:11 (2016)    Sujet du message: VIEILLES VOITURES INTERDITES : LES AUTOMOBILISTES ATTAQUENT LA MAIRIE DE PARIS Répondre en citant

LUTTE CONTRE LA POLLUTION DE L'AIR - CHANGEMENT CLIMATIQUE - MAIS DES CHEMTRAILS A TOUS LES JOURS POUR NOUS EMPOISONNER

VIEILLES VOITURES INTERDITES :
LES AUTOMOBILISTES ATTAQUENT LA MAIRIE DE PARIS

Leila Marchand / Journaliste | Le 11/05 à 12:02, mis à jour à 16:08


A partir de juillet, les véhicules immatriculés avant 1997 ne pourront plus rouler dans Paris. L'association 40 millions d'automobilistes réclame des indemnisations pour ce préjudice financier.

A compter du 1er juillet 2016, on ne verra plus de Peugeot 205 ou de Renault 21 dans les rues de la capitale. Les voitures immatriculés avant 1997 seront interdites de circulation . Une mesure anti-pollution qui indigne l'association 40 Millions d'automobilistes, annonce ce mercredi Le Parisien .

L'association a décidé de lancer une action en justice collective contre la mairie de Paris pour réclamer des indemnisations. Elle estime qu'en interdisant ces vieux modèles de circuler, la mairie inflige un préjudice financier à leurs propriétaires. « Personne ne voudra de votre voiture si elle ne peut plus circuler dans Paris et elle ne vaudra donc plus rien », met en garde, dans les colonnes du Parisien, l’avocat Jean-Baptiste Iosca associé à cette action judiciaire.

Combien de véhicules sont concernés ?

Selon 40 Millions d’automobilistes, plus de 870.000 véhicules sont concernés par cette restriction. Et chacun de ces véhicules subira une « dévaluation de 1 250 € en moyenne », soit un total de 1,08 milliard d’euros, affirme le délégué général de l’association, Pierre Chasseray, qui s’appuie notamment sur les calculs du cabinet d’expertise BCA.

Ces chiffres sont à nuancer. D’après le cabinet d’expert automobile Inovev cité par Le Parisien, les voitures datant d’avant 1997 encore en circulation en Ile-de-France seraient plutôt autour de 500 000. Et ces véhicules âgés de plus de 20 ans ne valent déjà plus grand chose à la revente.

Il faut également rappeler que l’âge moyen d’une voiture en France est de 8,7 ans.

Les automobilistes également contre la restriction à venir en 2020

Les plan anti-pollution de la ville de Paris prévoit plusieurs étapes. Entre 2017 et 2020, l’interdiction s’étendra à des modèles plus récents, jusqu’aux voitures immatriculées avant 2011. Soit une voiture sur sept roulant aujourd’hui en Ile-de-France, d’après France Bleu .

L’association 40 Millions de consommateurs se dresse également contre ces futures restrictions. Selon Pierre Chasseray,« 85 % des 6 millions de voitures particulières franciliennes » seraient à leur tour bannies de Paris intra-muros. Pour grossir les rangs de leur mouvement, les défenseurs des vieilles voitures appellent les principaux concernés à se manifester sur le site «  remboursemabagnole.com  ».

A noter toutefois pour les proprétaires de DS ou de Traction : à force de négociations avec la municipalité, les propriétaires de véhicules de collection feront exception à ces interdictions et pourront continuer à rouler le long de la Seine.

Lire aussi
> Les véhicules anciens interdits à Paris dès le 1er juillet 2016, confirme Hidalgo

http://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/021921351723-vieilles-voit…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 13 Mai - 09:28 (2016)    Sujet du message: LUTTE CONTRE LA POLUTION DE L'AIR : PRIORITE ABSOLUE DE LA VILLE DE PARIS Répondre en citant

LUTTE CONTRE LA POLUTION DE L'AIR : PRIORITE ABSOLUE DE LA VILLE DE PARIS

Je vous laisse analyser tous les impacts $$$$ pour les grandes corporations, les impacts pour les petites gens, déjà à bout de souffle et qui n'ont pas les moyens de se procurer une nouvelle voiture et les impacts pour les compagnies qui sont essouflées par tous ces changements.


  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Lutte contre la pollution de l'air : priorité absolue de la Ville de Paris
Activer la vocalisation

Lutte contre la pollution de l'air : priorité absolue de la Ville de Paris

Enjeu de santé publique majeur, la lutte contre la pollution de l’air est une priorité de la Ville. Un ensemble de mesures concrètes, accompagnant les usagers vers des mobilités moins polluantes, a été adopté au Conseil de Paris. Explications.




IMPORTANT : Les mesures d'accompagnement au plan de lutte contre la pollution sont entrées en vigueur le 1er juillet 2015.  Toutes les infos ici

Anne Hidalgo a fait de la lutte contre la pollution de l’air une priorité de sa mandature. La lutte contre la pollution de l’air est en effet un enjeu de santé publique majeur : les particules réduisent l’espérance de vie des Parisiens de 6 à 9 mois.

A Paris, le trafic routier est le principal émetteur de polluants atmosphériques. Si de nombreuses mesures ont été prises par l’Exécutif parisien depuis 2001, Anne Hidalgo souhaite aujourd’hui aller plus vite et plus loin.

Elle a soumis au Conseil de Paris ce 9 février un plan sans précédent, qui allie des mesures immédiates d’incitation à l’évolution des usages et des mesures progressives de restriction de la circulation des véhicules polluants afin de faire de Paris une zone à basses émissions.

Ce plan a été largement approuvé par les Conseillers de Paris. Découvrez les principales mesures ci-dessous.

Favoriser les mobilités non polluantes et les alternatives à la voiture individuelle

La politique de la ville de Paris, depuis 2001, est de développer et promouvoir le panel de solutions de déplacements à Paris, les plus vertueuses possibles.

Et pour accompagner les Parisiens vers des mobilités moins polluantes, La Ville de Paris a choisi de créer un éventail de mesures ciblées.

Pour les particuliers




Outre les mesures déjà existantes, pour les particuliers abandonnant leur véhicule particulier de classe 1* et 2* (voir tableau ci-dessous), il s’agira :

- d'aides financières à l’achat d’un vélo ou d'un vélo à assistance électrique.

- de réductions sur l'abonnement à Autolib' (également valable pour les jeunes de moins de 25 ans ayant eu leur permis depuis moins d’un an)
- Remboursement de pass Navigo

>> Détails des mesures d'accompagnement pour les ménages parisiens (pdf)

Les copropriétés pourront bénéficier d’aides financières à l’installation de bornes de recharge pour véhicules électriques ou de création d’abris vélos sécurisés.
>> Détail des mesures d'aide aux copropriétés

Le stationnement en surface est de plus gratuit pour les véhicules électriques ou hybrides essence rechargeables.

Côté infrastructure, la Ville de Paris va développer le réseau de bornes de recharge électriques à des tarifs attractifs, et développera l’autopartage avec Autolib’ ainsi que d’autre sociétés sur de la location plus longue durée.

Enfin, un Centre des Mobilités va être créé pour mieux informer les usagers sur l’ensemble de ces aides et trouver la solution la plus adaptée aux besoins de chacun.

Pour les professionnels




L'objectif est d'inciter les professionnels parisiens et de la petite couronne travaillant à Paris à renouveler leur véhicule thermique ancien par un véhicule « propre » électrique ou au gaz naturel.

Une aide financière serait accordée dans le cas d’un remplacement d’un véhicule thermique par un véhicule propre (électrique ou GNV). Les professionnels les plus modestes (sur la base d'un double critère : nombre de salariés et chiffre d’affaires, ou tout autre critère représentatif qui sera discuté avec les représentants des professionnels) concernés par la prochaine restriction de circulation se verront attribuer une aide pour l'achat d'un véhicule neuf ou occasion de motorisation électrique ou GNV correspondant à 15% du prix d'achat HT hors option, plafonnée à 9000 € au maximum selon le type de véhicule (du VUL au poids-lourds).

>> Détail de l'aide financière à destination des professionnels (pdf)

Favoriser la circulation des véhicules propres et limiter les plus polluants

La Ville de Paris a pour objectif de mettre en place une zone à basses émissions avec des restrictions de circulation applicables aux véhicules les plus polluants. Un calendrier de mise en œuvre progressive permettra aux professionnels et particuliers d’anticiper au mieux les conditions de renouvellement de leurs véhicules.

Des mesures progressives


1) Depuis le 1er septembre 2015, poids lourds, autocars et bus de classe 1 étoile (véhicules antérieurs au 1er octobre 2001) sont invités à ne plus circuler dans Paris de 8h à 20h, y compris le week-end. Les contrevenants sont passibles d'une contravention de 2ème classe au titre de l'article R411-26 du Code de la Route.

>> Détail des restrictions de circulation poids lourds, autobus et autocar (pdf)
>> Télécharger l'arrêté 2015 P 0212 du 1er septembre 2015 instaurant les restrictions de circulation pour les véhicules les plus lourds

2) Dès le 1er juillet 2016, la Municipalité souhaite interdire la circulation à tous les véhicules de classe 1 étoile. Les voitures particulières, 2 roues motorisés et véhicules utilitaires légers concernés par ces mesures d’interdiction pourront continuer à circuler le week-end, et entre 20h et 8h en semaine.

>> Détail des restrictions de circulation pour les véhicules particuliers, véhicules utilitaires légers, deux-roues motorisés (pdf)

3) Entre 2017 et 2020, les véhicules de classes 2, 3, puis 4 étoiles, seront progressivement interdits. Le dispositif mis en place par la Ville de Paris pourra évoluer en fonction du développement des coopérations à l’échelle métropolitaine pour la mise en place d’actions sur le territoire étendu de la Métropole du Grand Paris.

4) Réflexion autour de la mise en place de zones à trafic limité (zones quasi-piétonnes), notamment dans l’hyper-centre de Paris mais aussi dans d’autres quartiers en fonction des demandes des Maires d’arrondissements, et de voies à ultra-basse émission (un sens de circulation réservé aux véhicules propres) qui pourraient être expérimentées en 2016.


Est-ce que mon véhicule est concerné ?



La classification utilisée pour l’identification des véhicules les plus polluants est la nomenclature réglementaire basée sur l’arrêté du 3 mai 2012, classant les véhicules en fonction de leur niveau réglementaire d’émission de gaz polluants et de particules. Cette classification concerne tous types de véhicules : 2 roues, voitures particulières, camionnettes, poids-lourds, autobus et autocars.

PRIORIT'AIR® va vous permettre de connaître, à titre d'information et facilement, le groupe qualité de l'air de votre véhicule tel que défini par l'arrêté ministériel du 3 mai 2012

>> Priorit'Air

Véhicules particuliers et utilitaires légers (VP - VUL)

- 1 étoile : Véhicule essence ou diesel pré-euro, euro 0 ou euro 1 (mis en service avant le 1er janvier 1997).
- 2 étoiles : Véhicule diesel euro 2 (classe2) (mis en service avant le 1er janvier 2001).
- 3 étoiles : Véhicule diesel euro 3 (mis en service avant le 1er janvier 2006).
- 4 étoiles : Véhicule essence ou diesel euro 4 (mis en service avant le 1er janvier 2011).

Deux-roues motorisés(2RM)

Pour les deux roues motorisés, les restrictions de circulation ne porteront que sur les classes 1 et 2 étoiles
- 1 étoiles : mis en service avant le 1er juin 2000.
- 2 étoiles : mis en service avant le 1er juillet 2004.
- 3 étoiles : mis en service avant le 1er juillet 2015.

Poids Lourds (PL)

- 1 étoiles : Véhicule essence ou diesel pré-euro, euro 0, euro 1 ou euro 2 (mis en service avant le 1er octobre 2001).
- 2 étoiles : Véhicule diesel euro 3 (mis en service avant le 1er octobre 2006).
- 4 étoiles : Véhicule essence ou diesel euro 4 (mis en service avant le 1er octobre 2009).

Tableau récapitulatif




Dernière mise à jour le mercredi 13 avril 2016
Crédit photo : Mairie de Paris/François Grunberg

http://www.paris.fr/actualites/lutte-contre-la-pollution-de-l-air-priorite-… 



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 15:13 (2016)    Sujet du message: THEMATIC GUIDE TO INTEGRATED ASSESSMENT MODELING Répondre en citant



This Information Product is Undergoing Alpha Test

[HOME] [PREVIOUS] [NEXT] [UP] [BOTTOM] [FAQ] [NAV]



THEMATIC GUIDE TO INTEGRATED ASSESSMENT MODELING 


Integrated Assessment Modeling

10 Things to Know
  1. What is Integrated Assessment (IA)?
  2. What are Integrated Assessment Models (IAMs)?
  3. How do IAMs and GCMs differ?
  4. Why build IAMs?
  5. Who builds IAMs?
  6. What insights do the builders of IAMs garner?
  7. How have IAMs been used?
  8. What assumptions underlie IAMs?
  9. What are the limitations of IAMs?
  10. How does one choose which models to examine?


What is Integrated Assessment (IA)?
 
An assessment is integrated when it presents a broader set of information than is normally derived from a standard research activity. Because integrated assessments bring together and summarize information from diverse fields of study, they are often used as tools to help decision makers understand very complex environmental problems.

In assessment of climate change, integrated assessment refers to that activity that considers the social and economic factors that drive the emission of greenhouse gases, the biogeochemical cycles and atmospheric chemistry that determines the fate of those emissions, and the resultant effect of greenhouse gas emissions on climate and human welfare. More specifically, the two defining characteristics of a climate change integrated assessment are 1) that it seeks to provide information of use to decision makers rather than merely advancing understanding for its own sake; and 2) that it brings together a broader set of areas, methods, styles of study, or degrees of certainty, than would typically characterize a study of the same issue within the bounds of a single research discipline.

The Thematic Guide essay In Search of Integrated Assessment undertakes a survey of the state of the craft of integrated assessment as it is being applied to climate change.

What are Integrated Assessment Models (IAMs)?
 
Integrated assessment modeling is a tool for conducting an integrated assessment. The two activities, however, are not identical even though the terms are often confused and used interchangeably. Integrated assessment models (IAMs) are mathematical computer models based on explicit assumptions about how the modeled system behaves. The strength of an IAM is its ability to calculate the consequences of different assumptions and to interrelate may factors simultaneously, but an IAM is constrained by the quality and character of the assumptions and data that underlie the model.

Most climate change integrated assessment projects now under way are developing an integrated model. These models provide a very useful framework or methodology for organizing and assessing information and for conducting research. They allow for consistency in the integration and assessment of information, and they are useful in illustrating where research and knowledge is lacking (see the paper Assessing Integrated Assessments by Risbey, Kandlikar, and Patwardhan).

It is important to remember, however, that doing integrated assessment does not require building a model. Models are tools, albeit, a very useful tool for organizing and assessing information. The Thematic Guide essay In Search of Integrated Assessment includes a discussion on the differences between integrated assessment and integrated assessment modeling, and provides details on nineteen integrated assessment models.

How do IAMs and GCMs differ?
 
Integrated assessment models generally include both physical and social science models that consider demographic, political, and economic variables that affect greenhouse gas emission scenarios in addition to the physical climate system. General Circulation Models (GCMs), however, focus on the physical climate system alone. Many IAMs do include some form of climate modeling scheme in their routines, such as zero-dimensional or 2-dimensional energy balance models, but due to computing time limitations it is currently infeasible to integrate a full 3-dimensional GCM with a human dimensions model to create an IAM. Until computers become fast enough to significantly reduce computation times, IAMs will not be able to configure a full GCM into their model structure, and must rely on simpler forms of climate models to forecast changes in climate based on future scenarios of greenhouse gas emissions and other significant variables. For more information, see the Guide to General Circulation Models.

Why build IAMs?

Climate change IAMs are tools that bring together very different types of information (e.g., knowledge about climate, economics, ecology) in a coherent framework that is usable by researchers and decision makers. IAMs are not predictive models; they cannot provide "the answer" about how to respond to the climate change problem. Designing such a model is not possible. IAMs, however, can provide a framework for understanding the climate change problem and for informing judgments about the relative value of different option for dealing with climate change.

Specific purposes for constructing IAMs may include:
  • To provide a coherent framework for organizing and assessing knowledge about climate change.
  • To help differentiate among policy options.
  • To understand which of the many uncertainties about the modeled systems are most important.
  • To provide an organizing framework for conducting research.
  • To help inform the research planning process.
  • To garner qualitative judgments and insights into the interaction of components of the modeled systems.
For an additional discussion see the paper Assessing Integrated Assessments by Risbey, Kandlikar, and Patwardhan. The Thematic Guide essay In Search of Integrated Assessment also covers this issue in greater detail, as does the MVA Usage Guide.
Who builds IAMs?

IAMs have been constructed by researchers at universities, government agencies, and research institutions. This work is often supported by grants from government agencies and private foundations. The development of IAMs usually involves a team of researchers from different disciplines--for example, economics, political science, engineering, ecology, and climatology. In addition, different institutions may collaborate in the development of an IAM. A list of some of the organizations that are currently involved with developing IAMs is provided below (see Section 4 of In Search of Integrated Assessment for a more detailed list):

Also, see the MVA Usage Guide for further discussion on who builds IAMs.

What insights do the builders of IAMs garner?
 
Perhaps the most useful general insight builders of climate change IAMs garner from their efforts is a better understanding of the climate change problem, its complexities and uncertainties, and the interactions between natural and social systems. In assessing insights from IAMs, it is essential to understand that IAMs are not prescriptive models--they cannot predict impacts nor tell policy makers how to respond. The climate change problem is too complex and our understanding of the problem is too limited for IAMs to provide specific policy recommendations. IAMs, nevertheless, have provided some very interesting policy relevant insights about the climate change problem.

Some of the more interesting insights drawn from IAMs are listed below. It should be noted that model developers tend to place low levels of confidence on these results. These findings are not robust enough to form the basis for specific policy responses.
  • A suggestion that a ten-year delay in the implementation of greenhouse gas emission control strategies may not have a noticeable effect on society's ability to respond to the climate change problem.
  • A coordinated, multi-lateral approach among nations to formulating and implementing climate change policy is likely to be more effective than a unilateral approach.
  • The overall impact of global warming on the global economy may only be modest; however, local and regional impacts could still be very significant.
For more information on this topic see the essay on insights and limitations in the MVA Usage Guide. See alsoSection 5 ofIn Search of Integrated Assessment.

How have IAMs been used?
 
The results of IAMs are specifically intended to be used by decision makers who are addressing the problem of global climate change. However, because the field of climate change integrated assessment modeling is still in its infancy, the results of many current IAM activities have been applied toward improving the next generation of IAMs and toward sorting out research questions and priorities, rather than contributing directly to the formulation of policy responses.

Increasingly, however, decision makers are turning to the IAM community for advice and input on options for dealing with climate change, and the results of IAMs are beginning to influence the debate about global climate change policy. For example, in 1993 Hadi Dowlatabadi and Granger Morgan of Carnegie Mellon University testified on the policy relevance of IAMs before the U.S. House Committee on Science, Space, and Technology; Working Group III of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) based part of their current findings on the results of IAMs; and recently at an international workshop on the U.N. Climate Convention the Dutch government used the results of the IMAGE 2 model to suggest a range of acceptable future emission paths.

There are several significant ways in which IAMs can inform the climate change decision making process; but it is important to understand that IAMs are not prescriptive--that is, they cannot tell a policy maker how to proceed. IAMs can be used to make judgments about different policy options by providing quick estimates of how different policies might affect global climate. These judgments are useful in assessing the merits of different policy options and identifying new policies.

IAMs are also very useful tools for organizing and assessing knowledge about the climate change problem, and as past human experience with complex issues has demonstrated, exercises in structuring knowledge and assessing outcomes are essential for building a framework on which informed decisions can be based. In addition, IAMs are a valuable educational tool. They provide a unique opportunity for decision makers to learn about and understand the climate change problem.

An interesting discussion about the usefulness of IAMs in policy making is provided in the paper Global Comprehensive Models in Politics and Policymaking by Paul Edwards. In addition, a more detailed discussion of the uses of IAMs can be found in the MVA Usage Guide.

What assumptions underlie IAMs?
 
IAMs are based on a multitude of assumptions about the atmosphere and oceans, land cover and land use, economic growth, fossil fuel emissions, population growth, technological change, etc. However, making assumptions about what will happen in the future is a very difficult task. To begin with there is a natural human bias that the future will resemble the past. It is also very difficult to project events such as the energy crisis of the 1970s or the evolution of computer technology in the 1980s. The task for model developers is daunting--they not only must project how climate will change in the future, but they also must anticipate how society will evolve regardless of whether the climate changes.

One of the key ways in which IAMs differ is in their underlying assumptions. For example, IAMs use different assumptions about the rate of growth in economic output, population, and fossil fuel use; as well as different assumptions about how the environment will respond to climate change. This is one of the advantages of having different IAMs. It is important for decision makers to understand that no single framework can adequately portray the climate change problem, and that only through looking at the issue from a variety of different perspectives can one begin to make judgments about how to respond to the problem.

Unfortunately, the quality of documentation for IAMs varies greatly from model to model and, with some exceptions, is not very extensive. Despite the poor state of documentation, it is still important to understand the assumptions that underlie IAMs in order to understand their results. One of the key aspects of SEDAC's MVA Service is to provide online access to the documentation for IAMs. The four model guides that are currently available through the MVA Service--IMAGE 2.0, MiniCAM, DICE, and ICAM--document the assumptions that underlie each of these models. In addition, the discussion on design issues in Section 3 of In Search of Integrated Assessment addresses this issue in more general terms.

What are the limitations of IAMs?
 
Even the most ambitious IAMs are based on rather simple sub-models of natural and social systems. These models cannot, nor do they claim to, represent the real world. It is very important for potential users of IAMs to understand the limitations of these models before using the model results. In this light, IAMs share the following limitations:
  • The systems modeled are large, complex, and chaotic.
  • The complexity of natural and social systems cannot be captured by IAMs.
  • The full consequences of policies considered will not be known for decades or centuries.
  • Over this span of time, many surprises will occur.
  • Scientific knowledge is incomplete or absent in many areas.
  • Values of human, animal, and plant life, health, and diversity are difficult to quantify.

Acknowledging that IAMs are limited in scope does not dismiss their usefulness. IAMs are intended to be tools for furthering our understanding of the climate change problem and not predictive models of what might take place. As such, they can provide insights into the climate change problem that are not available through other analytical and decision-making tools.

The MVA Usage Guide contains a detailed discussion on the limitations of climate change IAMs. See also Section 3 of In Search of Integrated Assessment and the paper Assessing Integrated Assessments by Risbey, Kandlikar, and Patwardhan.

How does one choose which models to examine?

 Choosing which IAM to examine depends on the question you are pursuing or the task at hand. There are now over twenty climate change IAMs--nineteen are described in Section 4 of In Search of Integrated Assessment. Each was designed to approach the climate change issue in a different manner. For example, some models focus more on economic issues (e.g., DICE) while others are predominately physical models (e.g., MAGICC), and some models have a global focus (e.g., IMAGE 2.0 or MiniCAM) while others are regional (e.g. AIM).

Each IAM is designed to answer a specific question or set of questions. It is important to understand what the assumptions are that underlie the design of a given model, and what is its intended use. The section on model selection in the MVA Usage Guide outlines some guidelines for making choices about the appropriate uses of different IAMs. In addition, there are a set of basic issues that should be considered when choosing an IAM for addressing a specific question:
  • Choose a model that most closely addresses the question
  • Choose a model that produces results at the spatial scale that is most appropriate for the task
  • Choose a model that is most appropriate for addressing the key sectors
  • Choose a model that is appropriate for the target audience
  • Choose a model that is well documented with explicit assumptions
  • Choose a model in which uncertainties are specified in model inputs and reflected in model outputs
  • Choose a model that has been exposed to careful peer review
  • Choose a model that is not so complex that it cannot be understood
  • Choose a model that has been developed by a team of experts with the background and expertise appropriate for addressing the question


Additional Sources of Information on Integrated Assessment Models

The following sections of the Thematic Guide essay In Search of Integrated Assessment address many key issues:

The following sections of the MVA Usage Guide contain relevant information:
Other material available online:
 
A brochure on Global Warming and Climate Chang produced by Carnegie Mellon University and made available by the US Global Change Research Information Office provides an excellent introduction to the topic of climate change for the lay person.

The Open University of the Netherlands maintains a list of Climate Change Pointers spanning a wide variety of topics, including introductory information information about climate change.

Draft Report of the 1994 Aspen Global Change Institute on Surprise and Global Environmental Change by Stephen Schneider and Billie L. Turner, II.

The findings of the 1994 Forum on Global Change Modeling sponsored by the U.S. Global Change Research Program.

A 1995 draft of an article to appear in Climatic Change entitled, Global Comprehensive Models in Politics and Policymaking by Paul N. Edwards.

A 1995 draft of a paper entitled, Assessing Integrated Assessments by James Risbey, Milind Kandlikar, and Anand Patwardhan.


[SEDAC] [PREVIOUS] [NEXT] [TOP]

Sources Parson, E.A. and K. Fisher-Vanden, Searching for Integrated Assessment: A Preliminary Investigation of Methods, Models, and Projects in the Integrated Assessment of Global Climatic Change. Consortium for International Earth Science Information Network (CIESIN). University Center, Mich. 1995. Suggested Citation Consortium for International Earth Science Information Network (CIESIN). 1995. Thematic Guide to Integrated Assessment Modeling of Climate Change [online]. University Center, Mich.
CIESIN URL: http://sedac.ciesin.org/mva/iamcc.tg/TGHP.html

Acknowledgement This work, including access to the data and technical assistance, is provided by CIESIN, with funding from the National Aeronautics and Space Administration under Contract NAS5-32632 for the Development and Operation of the Socioeconomic Data and Applications Center (SEDAC).
Data Errors, Corrections and Disclaimer
CIESIN follows procedures designed to ensure that data disseminated via CIESIN Web site are of reasonable quality. If, despite these procedures, users encounter apparent errors in CIESIN data, they should contact CIESIN User Services at 517/797-2727 or via Internet e-mail at CIESIN.Info@ciesin.org. CIESIN will notify the original data provider of these apparent errors or misstatements and will attempt to correct them in the most efficient manner possible. Neither CIESIN nor NASA verifies or guarantees the accuracy, reliability, or completeness of the data provided.


For more information contact CIESIN User Services: e-mail: CIESIN.Info@ciesin.org; Tel: 1-517-797-2727.
Configuration control information:
mva-questions.htmlpp Version 1.20. Last updated 01/10 1997.
http://sedac.ciesin.columbia.edu/mva/iamcc.tg/mva-questions.html

http://sedac.ciesin.columbia.edu/mva/iamcc.tg/mva-questions.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Mai - 15:17 (2016)    Sujet du message: TITAN GLOBAL CLIMATE MODEL : A NEW 3-DIMENSIONAL VERSION OF THE IPSL TITAN GCM Répondre en citant

TITAN GLOBAL CLIMATE MODEL : A NEW 3-DIMENSIONAL VERSION OF THE IPSL TITAN GCM

Pdf document : http://www.lmd.jussieu.fr/~sllmd/pub/REF/2012Icar..218..707L.pdf


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Mai - 16:24 (2016)    Sujet du message: http://www.romandie.com/news/Climat-appels-a-la-mobilisation-pour-mettre-en-oeuvre-laccord-de-Paris/703593.rom Répondre en citant



CLIMAT : APPELS A LA MOBILISATION POUR METTRE EN OEUVRE L'ACCORD DE PARIS


Bonn - Les délégués de 195 pays ont entamé lundi à Bonn leur première session de pourparlers depuis la COP21, pour donner corps au pacte sur le climat ambitieux mais encore incomplet adopté en décembre pour juguler le réchauffement mondial.

A l'ouverture, en séance plénière, l'appel à la mobilisation a été général en faveur d'une mise en oeuvre rapide de l'accord. Les pays en développement ont aussi rappelé combien la réussite du processus dépendrait des soutiens promis.

La phase de négociation est derrière nous, nous entrons dans une phase de collaboration. Le monde entier est uni derrière son engagement, a dit la responsable climat de l'ONU, Christiana Figueres, en ouvrant cette session qui doit durer jusqu'au 26 mai.

L'accord de Paris nous donne un cap, c'est un levier extraordinaire, a appuyé la présidente de la COP21, la ministre française de l'Environnement Ségolène Royal: les fondations de la maison sont posées.

Le 12 décembre, la communauté internationale a adopté à Paris le tout premier pacte universel engageant tous les Etats à agir contre le réchauffement climatique, pour le contenir bien en-deçà de 2°C voire 1,5° par rapport au niveau d'avant la Révolution industrielle.

Mais le texte ne détaille pas les mécanismes de suivi des actions et financements promis.

En outre, les engagements nationaux pris à ce stade pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ne permettent de contenir la hausse qu'à +3°, ce qui implique de réévaluer ces promesses.

A Bonn, siège de la Convention de l'ONU sur les changements climatiques, quelque 3.000 délégués doivent s'atteler à ce vaste chantier, au cours de la seule réunion avant la COP22 de Marrakech en novembre.

Les pays en développement, donc certains sont parmi les plus vulnérables au dérèglement climatique, ont rappelé l'urgence de l'action.

Les solutions n'ont jamais été si peu coûteuses, a souligné le Maldivien Thoriq Ibrahim, président du groupe de 44 Petits Etats insulaires. La seule question est de savoir si nous allons nous y mettre tous ensemble suffisamment vite et fortement pour éviter la catastrophe.

Or, nous ne pouvons pas trouver une réponse au déréglement climatique sans une aide adaptée, a-t-il ajouté.

Le travail ne s'est pas achevé à Paris. Il a commencé, plutôt, a résumé Tosi Mpanu-Mpanu, représentant des pays les moins avancés, réclamant notamment que la question du soutien aux politiques climatiques des pays en développement reste en tête des priorités.

Sur la même ligne, le Groupe des 77 + la Chine (134 pays en développement et émergents) a aussi souligné l'importance d'agir avant 2020, date d'entrée en application de l'accord, si le monde veut tenir ses objectifs.

(©AFP / 16 mai 2016 13h03)


http://www.romandie.com/news/Climat-appels-a-la-mobilisation-pour-mettre-en…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 20 Mai - 02:39 (2016)    Sujet du message: BRAINSTORMING ON HUMAN RIGHTS YIELDS FRUITFUL IDEAS Répondre en citant



BRAINSTORMING ON HUMAN RIGHTS YIELDS FRUITFUL IDEAS




19 May 2016

Human rights as a way of life. A new future for humanity.” That’s the vision of Shulamith Koenig, shared during a 12 May brainstorming session on human rights and the Sustainable Development Goals (SDGs).

The 2030 Agenda for Sustainable Development, adopted by the United Nations General Assembly, is composed of 17 SDGs and 169 targets to eliminate extreme poverty, fight inequality and tackle climate change over the next 15 years..

Koenig, founder of the People's Movement for Human Rights Learning (PDHRE), joined more than 50 other representatives from UN agencies, diplomatic missions, civil society and academia for the event, held in New York.

Co-organized by UNICEF, the World Council of Churches (WCC), the PDHRE, and EU Delegation to the United Nations in New York, the brainstorming session was designed to kickstart a longer-term process of engagement at local, regional and global levels on the implementation of the SDGs.
The event was entitled “United for Dignity - Making SDG Progress Everybody's Business: exploring the Role of Human Rights Learning in Enabling and Empowering Local Action.”

Key points included the pivotal role of Agenda 2030 in building a world in which the dignity of all people is known, recognized and respected; freedom from fear and want is enlarged; and extreme inequality reversed. Participants highlighted the need to intensify human rights learning and the importance of accountability.

The "Torch of Dignity,” a civil society initiative that encourages communities to “light a torch for human rights” as the torch is lit for the 2016 Olympic games, drew favorable responses from many participants as an example of a successfully rallying point for human rights.

-----

The Famous Olympic Torch

"Lucifer, ( Latin: Lightbearer) Greek Phosphorus, or Eosphoros,   in classical mythology, the morning star (i.e., the planet Venus at dawn); personified as a male figure bearing a torch" Source: Encyclopedia Brittanica

"the torches represent the occult arts and sciences, the doctrines and dogmas by the light of which Truth is made visible." [Hall, Freemasonry of the Ancient Egyptians to Which Is Added an Interpretation of the Crata Repoa Initiation Rite , Los Angeles, The Philosophers Press, 1937, p. 122; Emphasis added]

As we can see the Torch is a Luciferian Satanist symbol here we see examples of how Lucifer/Satan uses this symbol which represents "Illumination":

Read more : http://mysterybabylon-watch.blogspot.fr/2012/04/torch-symbol-of-lucifer-lig…

-----

Rudelmar Bueno de Faria, WCC representative to the UN, said human dignity in sustainable communities is also the foundational purpose and objective of the SDGs. “So even though there is little direct reference in the SDGs to human rights, human dignity is the principle that binds human rights and the SDGs together, and the basis on which we support and are engaged in both from the perspective of or faith commitment,” he said.

For UNICEF’s Olav Kjorven, the brainstorming event was a place to start building an alternative to the current relative lack of focus and dedicated support for social mobilization.

“We need something new, something that does not yet exist at the global level, something that would make sense from the perspective of communities in terms of being useful for them,” he said.

Related links:
Making SDGs everybody's business (more details of the brainstorming session)
WCC Pilgrimage of Justice and Peace
WCC's Commission of the Churches on International Affairs

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/brainstorming-on-human-rights…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 20 Mai - 02:46 (2016)    Sujet du message: MAKING SDGs PROGRESS EVERYBODY'S BUSINESS Répondre en citant



MAKING SDGs PROGRESS EVERYBODY'S BUSINESS


19 May 2016

“An ongoing process of learning human rights as a way of life and as relevant to peoples’ daily lives, for women and men to participate in implementing the Sustainable Development Goals (SDGs), will create a political culture of human rights that will enrich all cultures and religions to create a new future for humanity”, said Shulamith Koenig, founder of People's Movement for Human Rights Learning (PDHRE), during a brainstorming event on Human Rights and the SDGs, held in New York, on 12 May. “That’s something Nelson Mandela already called for”, added Koenig.

Co-organized by UNICEF, the World Council of Churches (WCC), the PDHRE, and EU Delegation to the United Nations in New York, the brainstorming event was designed to kick-start a longer term process of engagement at local, regional and global levels on the implementation of the SDGs, including through human rights learning. More than 50 participants from UN agencies, diplomatic missions, civil society and academia took part.

Besides Koenig, the list of speakers also included Olav Kjorven, director of public partnerships for UNICEF; Andrew Gilmour, director in the Secretary-General's Office for Political, Peacekeeping, Humanitarian and Human Rights; and Rudelmar Bueno de Faria, WCC representative to the UN.

United for Dignity - Making SDG Progress Everybody's Business: exploring the Role of Human Rights Learning in Enabling and Empowering Local Action” had opening remarks from EU Ambassador Vale de Almeida, followed by UN Assistant Secretary General, Ivan Šimonović, who set the tone for the subsequent reflections, with key points including the pivotal role of Agenda 2030 in building a world in which the dignity of all people is known, recognized and respected; freedom from fear and want is enlarged; and extreme inequality reversed.

The panelists highlighted the need to intensify human rights learning to that end and the importance of accountability.

The "Torch of Dignity" initiative, a civil society mobilization in the loop of the 2016 Olympic Games that is currently securing support from numerous countries, received special support from the speakers for being seen as a concrete example on how to achieve a new model of cooperation in the short term and as a rallying point for human rights as a "way of life" and for addressing discrimination of all sorts.

Other important aspects highlighted in the event were the need to promote a culture of human rights learning and to hold governments accountable and the pre-eminence of human dignity, including in a religious context.

“Human dignity in sustainable communities is also the foundational purpose and objective of the SDGs”, said Bueno de Faria. “So even though there is little direct reference in the SDGs to human rights, human dignity is the principle that binds human rights and the SDGs together, and the basis on which we support and are engaged in both from the perspective of our faith commitment”, he added.

After the presentations of the panelists, participants were divided into four break-out groups to discuss lessons learned from four initiatives: human rights cities; engaging children and communities matters; and youth power: youth-led accountability to achieve the global goals and empowerment through sport and play.

Each group deliberated on the strengths and weaknesses of the initiatives, links to Agenda 2030 implementation, scaling-up potential and partnership opportunities and identified key points to follow up, such as the importance of forging partnerships, including inter-disciplinary collaboration and the need to break down "silos"; the opportunity provided by global indicators in the SDG context with a need to step up efforts to encourage "citizen-generated data" as a means of tracking progress and the potential for greater harnessing of religious organisations which had extensive reach and influence.

There was broad support among participants for harnessing the energy and readiness to do more ambitious initiatives at local, regional and global levels that could include mobilizing maximum support for the “Torch of Dignity” initiative which is designed to both draw on the human spectacle and potential of the Olympics and add a new dimension to it: that of facilitating the learning and integration of human rights around the globe.

While the epicenter of the initiative is Brazil, numerous other countries are engaging on the idea. The UN itself should be a focal point for the “Torch of Dignitymessage with a ceremony around the time of the Olympics, a possible permanent “Torch” to serve as a reminder of the power of human rights learning and the declaration of the UN as a “human rights” city for the day.

For UNICEF’s Olav Kjorven, the brainstorming event in New York was a space to start building an alternative to the current relative lack of focus and dedicated support for social mobilization.

“We need something new, something that does not yet exist at the global level, something that would make sense from the perspective of communities in terms of being useful for them”, he said. “Something that would respond to the call of Agenda 2030 to empower and involve people in realizing the SDGs; something that would sustain a global commitment to the idea of human rights as a way of life”, added Kjorven.

Many of the organizations present at the initial “United for Dignity” brainstorming talk have global reach through local offices or missions. Among the conclusions of the brainstorming conversation is that local collaboration on issues linked to human rights learning should be forged.

The need for further development of the human rights cities initiative with more cities around the globe pledging to transform themselves into catalysts for human dignity and human rights and the smart use of modern communication methods to spread the word on dignity and human rights learning -  encouragement to use the hashtag #UnitedForDignity – were also raised.

http://www.oikoumene.org/en/what-we-do/wcc-un-office-new-york/making-sdgs-progress-everybody2019s-business


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Mai - 02:45 (2016)    Sujet du message: 'TOGETHER, WE CAN MOVE FROM ASPIRATION TO ACTION, 'BAN TELLS GLOBAL, REGIONAL LEADERS IN QATAR Répondre en citant



'TOGETHER, WE CAN MOVE FROM ASPIRATION TO ACTION, 'BAN TELLS GLOBAL, REGIONAL LEADERS IN QATAR

All the reports here : http://marialeroux1.clicforum.fr/t102-WORLD-INTERFAITH-HARMONY-WEEK-COMMENC… 


Secretary-General at 2016 Doha Forum in Qatar. UN Photo/Eskinder Debebe

21 May 2016 – With the Doha Forum meeting “at a time of fragility and vulnerability,” United Nations Secretary-General Ban Ki-moon said today that while progress on the UN's 2030 Agenda is crucial to usher in sustainability and equity, more must be done now to end conflict and suffering.

Our world faces multiple armed conflicts, rising extremism and the widening impacts of climate change. One hundred and thirty million people need life-saving humanitarian assistance. War and persecution have forced 60 million people from their homes,” Mr. Ban told world and regional leaders gathered in Qatar for the opening of the annual Forum.

Indeed, he continued, in the Middle East and Gulf region, millions of people are suffering the consequences of conflict, terrorism, inequality, regional rivalries and severe deficits in basic freedoms. “The scale of these challenges demands a more concerted global response,” he said.

Stressing that encouragement could be drawn from recent landmark agreements, including the Paris Agreement on climate change, and the 2030 Agenda for Sustainable Development, which he called an “integrated and inspiring blueprint for peace and prosperity on a healthy planet,” that takes aim at many of the drivers of instability and anger around the world.

“It calls on us to fight corruption and joblessness, and to ensure that natural resources are managed for the many, not the few. It highlights the importance of building accountable institutions capable of providing services and justice for all,” said the UN chief, adding that at its core, the Agenda's commitment is to leave no one behind.

“[Yet] as we set our sights on the year 2030, we must do far more to end conflict and suffering in 2016. We are striving to build a culture of prevention by stressing the peaceful resolution of disputes, and by focusing early on violations of human rights before they escalate,” the Secretary-General underscored.

On one of the major prevention challenges of our times – violent extremism – he said the international community must avoid “short-sighted policies and heavy-handed approaches” that only exacerbate the problem and give terrorists their best recruitment tools.

Mr. Ban said that the UN is also strengthening peace operations to deploy quickly, with the right mandate at the right time, and with the necessary capabilities to make a difference. The Organization is also placing new emphasis on sustaining peace by addressing root causes, promoting reconciliation, and moving towards recovery, reconstruction and development.

“It is crucial to bring more voices to the table. Women have a vital role to play, not just as recipients of protection but as agents of peace. Young people are seen too often today as potential threats; we must empower them to realize their potential as peacebuilders,” he stressed, adding that civil society must also play its crucial role and he expressed his profound concern about new laws and attacks that infringe on the rights of non-governmental organizations.


“Finally, we must do all we can to end the conflicts and violence that have set this region aflame, from Syria and Yemen to Libya, Iraq and Palestine,” said the Secretary-General, noting, specifically on Yemen that the talks in Kuwait are critical for peace and he strongly urged the leaders of all parties to show the flexibility and wisdom needed to reach an agreement that will allow Yemenis to “heal the wounds of this war” and look ahead to a better future.

Turning to Syria, Mr. Ban said the country's Government “continues to drop barrel bombs on civilians,” and place unconscionable and unlawful obstacles in the way of humanitarian aid. A few days ago, even a consignment of baby food to a desperately deprived besieged area was deliberately blocked by the Government, he recalled.

“My Special Envoy continues to work intently with the parties towards meaningful talks. We need a full and immediate cessation of hostilities. Just as important, we need to begin discussions on the transition. I fear that without such a political horizon, a further escalation is all too likely,” warned the Secretary-General, calling again on all regional and international actors to use their influence on the parties, and to persuade them to negotiate in good faith on transitional arrangements.

Finally, Mr. Ban told the Forum that tomorrow will head to Istanbul for the first-ever World Humanitarian Summit. And with humanitarian needs rising, outpacing the global response, and disaster striking with greater frequency and force, “the Summit is a chance for all of us – Governments, humanitarians and business leaders – to agree on ways to better protect people, ensure access to those in need and build resilience.”

“Vulnerable people across the world are rightly asking, 'where is the humanity? The World Humanitarian Summit is our opportunity to show we are listening – and acting to uphold it,” the UN chief emphasized, adding: “Together, we can move from aspiration to action, and set the world on a path towards the theme of this forum: stability and prosperity for all."

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=54006


Dernière édition par maria le Lun 23 Mai - 15:26 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 23 Mai - 04:26 (2016)    Sujet du message: SOMMET HUMANITAIRE D'ISTANBUL : LE CARD. TAGLE PROPOSE UNE REFORME DU SYSTEME Répondre en citant



SOMMET HUMANITAIRE D'ISTANBUL : LE CARD. TAGLE PROPOSE UNE REFORME DU SYSTEME

 
Tout le dossier sur ce lien : http://marialeroux1.clicforum.fr/t102-WORLD-INTERFAITH-HARMONY-WEEK-COMMENC… 

On voit, ici, très clairement, qui dirige ce sommet! Rome et une de ses organisations globale Caritas International. L'article, en anglais, juste avant celui-ci nous mentionne qu'une haute délégation représentera le Saint-Siège avec à sa tête le Secrétaire d'Etat du Vatican, le Cardinal Pietro Parolin.  Ce sommet, chers amis, est des plus important, car il finalise notre esclavage sous la coupe de Rome. Et l'action se situera au niveau local, c'est-à-dire dans toutes les villes du monde. C'est la fin des droits humains tels que donnés par le Créateur. C'est la ruine et la grande persécution qui arrive sur toutes les nations. 

Investir dans l’action locale

20 mai 2016 Marina Droujinina Organisations caritatives, humanitaires


Caritas Internationalis - Photo de Simone Stefanelli pour Caritas

Le cardinal philippin Luis Antonio Tagle appelle à la réforme du système humanitaire actuel par un plus grand investissement dans l’action locale.

Le président de Caritas Internationalis expliquera sa position lors de la session extraordinaire sur l’engagement religieux le premier jour du Sommet humanitaire mondial qui aura lieu les 23-24 mai à Istanbul, en Turquie, indique Caritas Internationalis.

« Le Sommet humanitaire mondial nous offre la possibilité de transformer le système humanitaire actuel en donnant aux organisations locales la place qui leur revient à la table », a déclaré le cardinal Tagle.

« Nous savons que l’inégalité, le changement climatique, la pénurie d’eau, l’urbanisation, les conflits pour les ressources et la propagation croissante de l’extrémisme vont mettre davantage des millions en péril, a-t-il ajouté. Nous avons besoin d’un ajustement du système humanitaire pour répondre à ces besoins croissants ».

Pour Caritas Internationalis, l’approche actuelle de haut en bas pour la réponse humanitaire doit être remplacée par le renforcement des capacités de base et l’amélioration du partenariat et de la coordination.

« Malgré le fait que les organisations locales, y compris les institutions religieuses, offrent de vastes réseaux d’infrastructure servant de source d’abris, de soins et de l’éducation, le système humanitaire actuel des donateurs trop souvent ne le reconnaît pas », a déclaré le cardinal.

« Si les donateurs veulent atteindre plus de personnes avec une meilleure aide de qualité, a-t-il poursuivi, ils doivent utiliser de meilleurs outils qu’ils ont à leur disposition. »

Les organisations Caritas des États-Unis, de l’Autriche, du Royaume-Uni, de l’Irlande, des Pays-Bas, du Liban, du Luxembourg, de la Sierra Leone et du Niger seront présentes à la réunion à Istanbul.

https://fr.zenit.org/articles/sommet-humanitaire-mondial-le-card-tagle-propose-une-reforme-du-systeme/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 2 Juin - 05:52 (2016)    Sujet du message: SAN DIEGO JUST DESTROYED ITSELF. CITY CAN BE SUED BY LEFTISTS IF PEOPLE KEEP DRIVING CARS. AGENDA 21 Répondre en citant

SAN DIEGO JUST DESTROYED ITSELF. CITY CAN BE SUED BY LEFTISTS IF PEOPLE KEEP DRIVING CARS. AGENDA 21



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=xd5oU1xT4P4

SAN DIEGO: IF PEOPLE DON'T GET OUT OF THEIR CARS THE CITY WILL SUED BY RADICAL LEFTISTS.

https://www.youtube.com/watch?v=G77l5...

SAN DIEGO GOVERNMENT FREAKING OUT BECAUSE PEOPLE NOT GIVING UP CARS TO SHARE BIKES. AGENDA 21.

https://www.youtube.com/watch?v=UcOQE...


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 4 Juin - 04:01 (2016)    Sujet du message: ONU: LES PERSONNES AU CENTRE DU CENTRE DU DEVELOPPEMENT DURABLE Répondre en citant

ESCLAVAGE GLOBAL
   


Le travail rend libre - Auschwitz - camp de concentration
   

ONU: LES PERSONNES AU CENTRE DU CENTRE DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Préparer le 100e anniversaire de l’OIT (traduction complète)

3 juin 2016 Constance Roques Doctrine sociale et bien commun, Rome



Mgr Ivan Jurkovic, wikipedia

Le Saint-Siège souhaite que « les personnes, les travailleurs, leurs familles et leurs communautés seront placés au centre du développement durable futur et de politiques de travail décentes, comme le recommande la Déclaration de Philadelphie (1944) ».

Mgr Ivan Jurkovic, nonce apostolique, observateur permanent du Saint-Siège auprès du Bureau des Nations Unies et d’autres organisations internationales à Genève, est en effet intervenu lors de la 105ème session de la Conférence internationale du travail, hier, jeudi 2 juin 2016 à Genève.

Le Saint-Siège souhaite que cette place des personnes au centre du développement soit à l’agenda ces célébrations du 100e anniversaire de l’Organisation internationale du travail (OIT) à laquelle Mgr Jukovic rend hommage « pour son service dévoué au développement social à travers l’action concerté des travailleurs, des employeurs et des gouvernements ».

Voici notre traduction intégrale de l’intervention du représentant du Saint-Siège.

A.B.

Intervention de Mgr Ivan Jurkovic

Monsieur le Président,
  1. La délégation du Saint-Siège félicite l’Organisation internationale du travail (OIT) pour son service dévoué au développement social à travers l’action concerté des travailleurs, des employeurs et des gouvernements, alors qu’elle se prépare à célébrer son 100ème anniversaire. Le préambule de sa Constitution, qui stipule qu’il n’y aura pas de paix durable sans justice sociale, continue de fournir un avertissement fort et un encouragement bienvenu pour guider notre réflexion sur l’ « avenir du travail »[1].
  2. Nous éprouvons aujourd’hui un sentiment d’urgence autant que nous ressentons le sens de notre responsabilité. Les informations contenues dans les rapports et analyses de cette Organisation, concernant l’incapacité à créer un nombre suffisant d’emplois dignes et stables est une cause de grave préoccupation.
  3. Nous tenons à souligner, comme cela a été fait lors de la précédente session, la question pressante de l’emploi des jeunes. En dépit d’une légère reprise dans la période 2012-2014, le taux de chômage des jeunes demeure bien au-dessus de son niveau d’avant la crise. Pour des millions de jeunes dans le monde, trouver un emploi décent est encore un dur combat de longue haleine. Comme nous le rappelle le pape François, « nous ne pouvons pas nous résigner à perdre une génération entière de jeunes qui n’ont pas la solide dignité d’un travail »[2]. L’objectif final de la communauté internationale doit être une reprise basée sur la création d’emplois conséquente, en référence au principe de subsidiarité, qui permet à chaque individu et à chaque entreprise d’être le protagoniste du développement de la société dans son ensemble. C’est une obligation morale. « Si nous voulons repenser notre société, nous avons besoin de créer des emplois dignes et bien rémunérés, en particulier pour nos jeunes »[3]
  4. Pour cela, il faut venir avec de nouveaux modèles économiques, plus inclusifs et équitables, qui ne visent pas à servir un petit nombre, mais qui soit au profit des gens ordinaires et de la société dans son ensemble. Cela impliquerait le passage d’une économie orientée vers le revenu, profitant de la spéculation et du prêt à intérêt, à une économie sociale qui investisse dans les personnes en créant des emplois et en procurant une formation. Dans le même temps, une vague d’innovations technologiques modifie la capacité des activités de fabrication et de services modernes à générer des emplois.
  5. Le pape François a mis en garde à plusieurs reprises contre la tentation de réduire les coûts en remplaçant les travailleurs par des technologies de pointe. La crise financière et économique mondiale a mis en évidence la perspective humaine gravement déficiente, qui réduit l’homme à un seul de ses besoins, à savoir la consommation. Pire encore, les êtres humains eux-mêmes sont aujourd’hui considérés comme des biens de consommation, qui peuvent être utilisés et jetés. Le remplacement des travailleurs par la technologie pose des problèmes éthiques graves, car il élève l’efficacité économique et la productivité au-dessus de la dignité humaine. Le Saint-Siège soutient qu’en prenant ce chemin, nous finissons par travailler contre nous-mêmes. « Arrêter d’investir dans les personnes, afin d’obtenir un plus grand gain financier à court terme, est une mauvaise affaire pour la société. »[4]
  6. La dignité humaine et les facteurs économiques, sociaux et politiques exigent que nous continuions à « donner la priorité à l’objectif de l’accès à un emploi stable pour tout le monde »[5]. Nous devons, en particulier, rechercher des solutions innovantes pour que la croissance économique et le bien-être ne soient pas déconnectés de l’emploi. « Ce sera une « meilleure affaire » de mettre la technologie au service du bien commun, et le bien commun comprend un travail décent pour tous dans notre seule maison commune »[6]. Guidés et dirigés par les objectifs de développement durable, nous devons continuer de promouvoir l’idée « qu’il ne suffit plus de mesurer le progrès humain en termes de croissance économique et d’accumulation de richesse matérielle. Le travail acquiert son vrai caractère quand il est décent et durable pour les travailleurs, les employeurs, les gouvernements, les communautés et l’environnement »[7]. « Cela implique l’effort et la fatigue pour produire et obtenir de bons résultats, mais aussi la capacité de transformer la réalité et de réaliser une vocation personnelle »[8]. Ainsi, le travail exprime et augmente la dignité[9] de l’homme. « Il y a un avantage pratique aussi dans cette approche. La dimension personnelle subjective dans le travail affecte le résultat objectif réel dans toutes les activités, mais surtout dans les services, la recherche et l’innovation technologique, c’est-à-dire, dans les activités économiques qui favorisent la connaissance et la véritable création de richesse, le développement humain et social »[10]. = Comme on le voyait dans certains camps de concentration au temps d'Hitler "Le travail rend libre"!!!
  7. La mondialisation a généré l’internationalisation continue du système de production du monde, avec des chaînes mondiales d’approvisionnement de plus en plus répandues, ce qui rend souvent impossible d’identifier une seule origine nationale des produits finis. La prolifération des chaînes d’approvisionnement mondiales a profondément transformé la nature de la production transfrontalière, de l’investissement, du commerce et de l’emploi. Les chaînes d’approvisionnement mondiales ont joué un rôle important dans la croissance significative du commerce international au cours des dernières décennies.
  8. Les chaînes d’approvisionnement mondiales ont fourni de nouvelles possibilités d’emploi dans les économies en voie de développement et émergentes, y compris pour les travailleurs qui avaient des difficultés à accéder à un emploi salarié ou formel. Cependant, les salaires et le temps de travail sont également affectés par les conditions d’achat entre l’acheteur et ses fournisseurs, qui reflètent souvent la position de négociation asymétrique des deux partenaires et le pouvoir qu’on les acheteurs de changer de fournisseurs. Dans ces conditions, les salaires deviennent la variable d’ajustement au bout de la chaîne d’approvisionnement, avec des pressions concurrentielles conduisant à des salaires plus bas et à des heures de travail supplémentaires. Dans la première encyclique sociale, Rerum novarum (1891), le pape Léon XIII a souligné le caractère central de la dignité humaine, en déclarant qu’ « abuser [des personnes] comme si elles étaient des choses dans la poursuite du gain, ou les valoriser uniquement pour leurs capacités physiques – est vraiment honteux et inhumain »[11]. Le Saint-Père a fait vigoureusement valoir que les travailleurs ont droit à un salaire juste ou au minimum vital. Cela ne devait pas être assimilé à un salaire déterminé par la loi du marché. « Les salaires ne peuvent pas être laissés uniquement au gré du marché, mais doivent être influencés par la justice et l’équité – un salaire qui permette aux gens de vivre une vie vraiment humaine et de remplir leurs obligations familiales »[12]. Dans les mots du pape François, c’est l’une des façons dont les personnes « trouvent un sens, un destin, et vivent avec dignité, ‘vivent bien’ »[13].
  9. Les changements climatiques et l’augmentation de catastrophes à la fois d’apparition soudaine et à évolution lente, posent des défis énormes pour les gouvernements tant dans les pays développés que dans ceux en voie de développement. Certains de ces défis sont liés à la fourniture durable d’une infrastructure résiliente au changement climatique. Les effets des changements climatiques ont des impacts négatifs sur le développement économique et social en général et sur les entreprises et les travailleurs en particulier, en perturbant les entreprises, en détruisant les lieux de travail et en sapant les possibilités de revenus. Comme l’a souligné le pape François, dans Laudato si’, « il est essentiel de rechercher des solutions globales qui tiennent compte des interactions au sein des systèmes naturels eux-mêmes et avec les systèmes sociaux. Nous sommes confrontés non pas à deux crises distinctes, l’une de l’environnement et l’autre sociale, mais plutôt à une crise complexe, qui est à la fois sociale et environnementale. Les stratégies en vue d’une solution exigent une approche intégrée qui lutte contre la pauvreté, redonne leur dignité aux exclus, et en même temps protège la nature »[14].
  10. En conclusion, Monsieur le Président,
Le Saint-Siège souhaite réaffirmer son intérêt à contribuer aux dialogues sur l’avenir du travail dans le contexte du 100ème anniversaire de l’Organisation. Nous attendons avec impatience la suite de ce processus, dans l’espoir que les personnes, les travailleurs, leurs familles et leurs communautés seront placés au centre du développement durable futur et de politiques de travail décentes, comme le recommande la Déclaration de Philadelphie (1944).

NOTES

[1] Cf. http://www.ilo.org/public/french/bureau/leg/download/constitution.pdf

[2] Pape François, Rencontre avec les jeunes des diocèses d’Abruzzes-Molise, Castelpetroso, 5 juillet 2014.

[3] Pape François, Discours à la remise du Prix Charlemagne, 6 mai 2016.

[4] Pape François, Lettre encyclique Laudato si’, 128.

[5] Pape Benoît XVI, Lettre encyclique Caritas in Veritate, 32.

[6] Cardinal Peter Turkson, Discours d’ouverture au séminaire international « Le développement durable et l’avenir du travail dans le contexte du Jubilé de la miséricorde », 2 mai 2016.

[7] Idem.

[8] Déclaration de Mgr Silvano M. Tomasi, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations Unies et des autres organisations internationales à Genève, à la 101ème Session de la Conférence internationale du travail, Genève, 7 juin 2012.

[9] Cf. Pape Jean-Paul II, Lettre encyclique Laborem exercens, 27.

[10] Déclaration Tomasi, op. cit

[11] Rerum novarum, 20.

[12] Cardinal Turkson, op. cit.

[13] Pape François, Discours à la seconde Rencontre mondiale des Mouvements populaires, Santa Cruz de la Sierra (Bolivie), 9 juillet 2015.

[14] Pape François, Lettre encyclique Laudato si’, 139.

Traduction de Zenit, Constance Roques

https://fr.zenit.org/articles/creer-des-emplois-pour-une-paix-durable/


   


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 6 Juin - 05:00 (2016)    Sujet du message: CALIFORNIA INTRODUCES LAW TO JAIL ANYONE WHO QUESTIONS MAN-MADE CLIMATE CHANGE : "FIRST AMENDMENT NOW DEAD" Répondre en citant



CALIFORNIA INTRODUCES LAW TO JAIL ANYONE WHO QUESTIONS MAN-MADE CLIMATE CHANGE : "FIRST AMENDMENT NOW DEAD"





  Excerpted from The Washington Times: A landmark California bill gaining steam would make it illegal to engage in climate-change dissent, clearing the way for lawsuits against fossil-fuel companies, think-tanks and others that have “deceived or misled the public on the risks of climate change.”

The first-of-its-kind legislation — Senate Bill 1161, or the California Climate Science Truth and Accountability Act of 2016 — is scheduled for floor action Thursday after clearing Senate committees in April and May.

The measure would allow state and local prosecutors to pursue claims against climate-change skepticism as a violation of the state’s Unfair Competition Law [UCL], as well as extend the four-year statute of limitations for such claims retroactively to Jan. 1, 2021.

“This bill explicitly authorizes district attorneys and the Attorney General to pursue UCL claims alleging that a business or organization has directly or indirectly engaged in unfair competition with respect to scientific evidence regarding the existence, extent, or current or future impacts of anthropogenic induced climate change,” says the state Senate Rules Committee’s floor analysis.

While the measure enjoys broad support by a bevy of environmental groups, the bill has also been described as an effort to ban free speech on climate change as well as chill donations to free-market groups.

Stephen Frank, editor of the conservative California Political Review, called the bill a “totalitarian statement by Democrats that the First Amendment is now dead.”

Did you donate to the Pacific Legal Foundation? Do you support Americans for Prosperity? Are you a member of the California Republican Party, which has a platform approving of all forms of energy, including fossil fuel (oil)? Do you work for a gas station, an oil company, have your written a letter to the editor in favor of oil drilling?” asked Mr. Frank in a May 31 post.

If so, you could find yourself with being charged in a court of law, thanks to SB 1161,” Mr. Frank said.

California Attorney General Kamala Harris belongs to a coalition of 17 state attorneys general that joined forces in March to pursue climate-change skeptics, starting with ExxonMobil.

The bill declares that there is no legitimate disagreement on the causes and extent of climate change, stating that, “There is broad scientific consensus that anthropogenic global warming is occurring and changing the world’s climate patterns, and that the primary cause is the emission of greenhouse gases from the production and combustion of fossil fuels, such as coal, oil, and natural gas.”

http://endingthefed.com/california-introduces-law-to-jail-anyone-who-questi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Juin - 06:01 (2016)    Sujet du message: DPI/ONG : BAN KI-MOON APPELLE LES ETATS A NE PAS FAIRE OBSTACLE A LA SOCIETE CIVILE, DANS L'INTERÊT DU DEVELOPPEMENT DURABLE Répondre en citant



DPI/ONG :
BAN KI-MOON APPELLE LES ETATS A NE PAS FAIRE OBSTACLE A LA SOCIETE CIVILE, DANS L'INTERÊT DU DEVELOPPEMENT DURABLE


Le Secrétaire général Ban Ki-moon lors de la session d’ouverture de la conférence DPI/ONG à Gyeongju, en République de Corée. Photo ONU/Mark Garten

30 mai 2016 – A l'ouverture de la 66ème Conférence annuelle du Département de l'information (DPI) de l'ONU et des organisations non gouvernementales (ONG), le Secrétaire général de l'Organisation, Ban Ki-moon, a souligné lundi le rôle essentiel que les ONG, les universités et les jeunes auront à jouer dans la réalisation des objectifs de développement durable.

« Nous avons besoin des gouvernements, du secteur privé et de la société civile », a déclaré M. Ban aux plus de 2.000 personnes venues participer à la cérémonie d'ouverture à Gyeongju, en République de Corée. « Sans la participation des organisations non gouvernementales (ONG) et des groupes de la société civile, aucune initiative, même visionnaire, ne peut être pleinement atteinte », a-t-il ajouté.

Organisé du 30 mai au 1 juin en coopération avec le Comité exécutif DPI/ONG, la communauté des ONG, le gouvernement de la République de Corée et le Comité organisateur national coréen, cet événement devait rassembler des membres de la société civile, des diplomates, des fonctionnaires de l'ONU, des experts, des scientifiques, des éducateurs et des entreprises du monde entier afin de discuter d'enjeux internationaux majeurs. Cette année, la Conférence DPI/ONG aura pour thème : 'L'éducation pour une citoyenneté mondiale : réaliser ensemble les objectifs de développement durable'.

« L'éducation est essentielle pour élever des citoyens du monde capables de relever les défis du 21ème siècle », a poursuivi M. Ban, encourageant les ONG à stimuler la participation des jeunes à la société civile.

Si le chef de l'ONU a déclaré que les ONG étaient à l'avant-garde de l'action internationale, il a toutefois noté que la liberté des associations de la société civile est menacée dans de nombreux pays.

« Je suis profondément déçu par le fait que les États membres du Comité des ONG de l'ECOSOC [Conseil économique et social de l'ONU] aient récemment refusé d'accorder au Comité pour la protection des journalistes un statut consultatif », a-t-il dit, ajoutant qu'il était également opposé à l'exclusion des associations de personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) de la prochaine réunion de haut niveau sur l'éradication du sida.

« Ces ONG sont proches des communautés touchées par l'épidémie et elles doivent faire partie de la réponse », a déclaré M. Ban, appelant les États membres de l'ONU à cesser, de manière générale, de faire obstacle à l'engagement des ONG.

Le Secrétaire général a également appelé les Etats à donner aux ONG une marge de manœuvre suffisante pour qu'elles puissent aider à mettre en œuvre les 17 objectifs de développement durable (ODD) du Programme à l'horizon 2030 et l'Accord de Paris sur le changement climatique.

Participant également à la cérémonie d'ouverture, le Premier ministre de la République de Corée, Kyo-ahn Hwang, a réaffirmé l'engagement de son pays à promouvoir la citoyenneté mondiale.

« Nous avons travaillé très dur pour que la citoyenneté mondiale soit reflétée dans les ODD », a-t-il dit. « Les citoyens du monde doivent respecter les valeurs fondamentales de l'humanité. Ils ont besoin d'être proactifs et impliqués dans la résolution des problèmes mondiaux. Cette conférence, sur le thème 'L'éducation pour une citoyenneté mondiale : réaliser ensemble les objectifs de développement durable' va encourager les gens à participer ».

Les participants à cette conférence de l'ONU examineront les trois piliers que sont l'éducation formelle, l'éducation informelle et l'information publique, comme moyen d'éliminer les inégalités dans le monde.

Des thèmes transversaux seront aussi abordés, tels que l'égalité des sexes, le changement climatique et l'apprentissage du point de vue de groupes marginalisés et vulnérables, y compris les peuples autochtones et les LGBT.

Cette Conférence DPI/ONG se terminera par l'adoption d'un programme d'action pour les ONG et les universités afin d'harmoniser et de catalyser les efforts pour la mise en œuvre réussie du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

News Tracker: autres dépêches sur la question

[color=invalid-color:invalid-color:invalid-color:#00ccff;]DPI/ONG : [/color]L'ONU appelle à inclure la société civile dans la mise en œuvre du développement durable

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=37345


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 22 Juin - 04:13 (2016)    Sujet du message: LAUDATO SI’ UN AN APRES : JUSTICE ET PAIX LANCE LA PAGE « laudatosi.va » Répondre en citant

LAUDATO SI’ UN AN APRES : JUSTICE ET PAIX LANCE LA PAGE « laudatosi.va »

Une encyclique sociale

21 juin 2016 Anita Bourdin Pape François



Parole et Silence/Bernardins - Cover: Laudato si'

Pour l’anniversaire de la publication de l’encyclique du pape François “Laudato si’ ” sur “la sauvegarde de la maison commune”, le 18 juin 2015, le Conseil pontifical Justice et paix lance la page en ligne laudatosi.va en quatre langues: français, italien, espagnol et anglais. Le portugais est prévu.

En plus du texte intégral de l’encyclique, qui est un bestseller, le site rassemble les 5 interventions de la conférence de presse de présentation de l’encyclique au Vatican, des vidéos et des approfondissements ultérieurs.

Il met notamment en évidence l’institution par le pape François, en communion avec le patriarche Bartholomaios Ier et les orthodoxes, de la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, le 1er septembre 2015.

Le président de Justice et Paix, le cardinal Ghanéen Peter Turkson a souligné, lors d’un congrès marquant, à Rome l’anniversaire de la publication, que le site rassemble une documentation qui permet de juger de l’impact du document dans le monde, notamment de la notion d’écologie intégrale, de sauvegarde de toute la création, l’homme y compris, au centre.

Le pape dit notamment, dans « Laudato si’ »: « J’adresse une invitation urgente à un nouveau dialogue sur la façon dont nous construisons l’avenir de la planète. Nous avons besoin d’une conversion qui nous unisse tous, parce que le défi environnemental que nous vivons, et ses racines humaines, nous concernent et nous touchent tous. »

Il souligne que son encyclique est “sociale” – d’où son lien avec Justice et Paix -: « J’espère que cette Lettre encyclique, qui s’ajoute au Magistère social de l’Église, nous aidera à reconnaître la grandeur, l’urgence et la beauté du défi qui se présente à nous. »

Et il souligne que le document vise à l’engagement, à l’action : « Une longue réflexion, à la fois joyeuse et dramatique pour que nous, chrétiens, nous sachions assumer les engagements que nous propose l’Évangile de Jésus, en faveur de la création. »

https://fr.zenit.org/articles/ecologie-integrale-le-conseil-pontifical-justice-et-paix-lance-la-page-laudatosi-va/


 


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 22 Juin - 04:42 (2016)    Sujet du message: FRANCE : VIGNETTES DISPONIBLES A PARTIR DU 1er JUILLET Répondre en citant

FRANCE : VIGNETTES DISPONIBLES A PARTIR DU 1er JUILLET
 
avec



La ministre de l'Ecologie Ségolène Royal à Rittershoffen, dans l'est de la France, le 7 juin 2016



Des vignettes correspndant à différents niveaux de pollution seront délivrées à partir du 1er juillet aux automobilistes qui en feront la demande pour circuler dans des villes ayant mis en place des mesures de régulation de la circulation, a annoncé mardi Ségolène Royal, la ministre de l'Environnement.

Ces certificats, qui devront être collés sur le véhicule, sont un outil à la disposition des collectivités "qui souhaitent conduire des politiques volontaristes" pour lutter contre la pollution de l'air, via par exemple un accès restreint à certaines zones en cas de pics de pollution ou de manière permanente.

Les vignettes "ne sont pas obligatoires mais comme dans les +zones de circulation restreinte+ seuls seront autorisés un certain nombre de certificats de qualité de l'air, tout le monde a intérêt a les obtenir", a déclaré Ségolène Royal, lors d'une visite dans les locaux d'Airparif, l'organisme chargé de la surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France.

Il y aura six vignettes différentes: vert pour les véhicules "propres" (électriques, gaz, hybrides), violet, jaune, orange, bordeaux et gris pour les autres.

Les véhicules les plus anciens - pour les voitures, celles immatriculées avant le 31 décembre 1996 - ne pourront pas obtenir de vignette.

Pour obtenir le sésame, il faudra aller sur internet (www.certificat-air.gouv.fr) avec le numéro d'immatriculation du véhicule et en s'acquittant de la somme de 4,5 euros. Les vignettes seront envoyées par voie postale.

Paris, où des mesures de restriction de la circulation se mettent peu à peu en place, sera l'une des premières collectivités à utiliser les vignettes baptisées "Crit'Air".

Selon une source ministérielle, Grenoble, qui a innové en généralisant la limitation de la vitesse à 30 km/h, devrait se servir des vignettes pour gérer des pics de pollution.

Des discussions sont aussi engagées à Strasbourg et Bordeaux, qui doivent encore finaliser leur "plan de circulation restreinte", un pouvoir donné aux collectivités par la loi sur le transition énergétique.

"Nous en sommes au stade du passage à l'acte" et "nous nous rejouissons du travail effectué et de ce dispositif législatif qui permet aux collectivités de pouvoir compter sur des mesures pour diminuer la pollution de l air", a déclaré Anne Hidalgo, la maire de Paris, lors de la visite d'Airparif.

Ségolène Royal a également annoncé que la gestion des pics de pollution allait être revue pour permettre que des mesures soient prises plus rapidement. Un arrêté sera prochainement publié à ce sujet.

Dès le premier jour de dépassement, des mesures contraignantes (réductions de vitesse, périmètres restreints à certains véhicules, controunement pour les poids-lourds, etc.) pourront être décidées pour le lendemain.

L'arrêté concernera aussi des épisodes de pollution à l'ozone, et non pas seulement aux particules fines.

http://www.medisite.fr/revue-du-web-pollution-vignettes-disponibles-a-partir-du-1er-juillet.1107722.41633.html?xtor=EPR-26-1089844[Medisite-A-la-Une]-20160622


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 25 Juin - 03:07 (2016)    Sujet du message: PARTNERSHIP EXCHANGE Répondre en citant



PARTNERSHIP EXCHANGE

18 Jul 2016
9:30 AM - 5:00 PM

Conference room 1, UNHQ, New York

Sustainable Development Goal 17 of the 2030 Agenda for Sustainable Development - "Strengthen the means of implementation and revitalize the global partnership for sustainable development" - recognizes multi-stakeholder partnerships as important vehicles for mobilizing and sharing knowledge, expertise, technologies and financial resources to support the achievement of the sustainable development goals in all countries, particularly developing countries. The Partnership Exchange, organized by the United Nations Department of Economic and Social Affairs (UN-DESA), in collaboration with the United Nations Office for Partnerships (UNOP), is scheduled to be held on 18 July 2016, Conference Room 1, UNHQ, during the 2016 session of the High-level Political Forum on Sustainable Development (HLPF). The event will serve as a forum to enhance the global partnership for sustainable development and will be open to all participants of the High-level Political Forum. The theme for the 2016 Partnership Exchange is "Supporting the Sustainable Development Goals through multi-stakeholder partnerships - ensuring that no one is left behind", and will provide a space for dialogue among multi-stakeholder partnerships and government officials, policy makers, United Nations entities and major groups and other stakeholders, for showcasing the work of multi-stakeholder partnerships in supporting the achievement of the Sustainable Development Goals, ensuring that no one is left behind in implementation of the 2030 Agenda.

Present at 2016 Partnership Exchange

Stakeholders involved in multi-stakeholder partnerships wishing to take part (i.e. present their partnership) at the 2016 Partnership Exchange were asked to express their interest by filling out an open application form by 2 May 2016. The application process is now closed. Preference will be given to multi-stakeholder partnerships that demonstrate innovative, sustainable and scalable approaches for advancing the Sustainable Development Goals in an integrated manner (addressing inter-linkages among multiple goals and targets) while also reaching vulnerable groups. The results of the selection process will be announced to partnerships’ focal points by week of 6 June 2016, so as to allow sufficient time for presenters to prepare for the event. Selected partnerships will be awarded visibility in the official United Nations media channels in the lead up to and during the networking event.

Submit progress report

All stakeholders involved in multi-stakeholder partnerships are encouraged to submit a short progress report of their initiative through the Partnerships for SDGs online platform. The reports will be used by the Secretariat to inform stakeholders, partners and the High-level Political Forum, of how partnership initiatives are advancing the 2030 Agenda for Sustainable Development and the Sustainable Development Goals. Results of submissions will be used by the Secretariat to conduct a mapping of multi-stakeholder partnerships
that will be presented at the Partnership Exchange, and referenced in an annual report by the Secretariat.

PARTICIPATE IN THE PARTNERSHIP EXCHANGE

The event is open to all participants of the High-level Political Forum. Click here for registration information to HLPF.

https://sustainabledevelopment.un.org/index.php?page=view&type=13&n…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 30 Juin - 06:51 (2016)    Sujet du message: US, MEXICO AND CANADA ARE TEAMING UP TO FIGHT CLIMATE CHANGE Répondre en citant



WAR

US, MEXICO AND CANADA ARE TEAMING UP TO FIGHT CLIMATE CHANGE




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=nON4MUg-qmk

President Barack Obama, along with Canadian Prime Minister Justin Trudeau and Mexican President Enrique Peña Nieto, announced a new coordinated effort to fight climate change

The North American Climate, Clean Energy, and Environment Partnership sets a series of goals for each country to achieve by 2025. All three nations will try to reduce methane emissions by 40-45 percent, use clean power to generate 50 percent of our electricity and improve standards for energy efficiency and vehicle emissions. = The fight of Climate change is much more than just changing energy. It's pure tyranny and the destruction of our societies to achieve their new world. What we are seeing in this video, is a declaration of war against the peoples of these countries, but don't forget that this agenda is also in Europe, in Africa and all around the world.
See this section http://marialeroux1.clicforum.fr/t59-SECURITE-CLIMATIQUE-GLOBALE-HOAX-GLOBA… to know more about this Global Climate agenda who's control by the Vatican under the Laudato Si' program.


The White House says the U.S. is already getting about 35 percent of its electricity from clean power, and that this focus on clean energy production will support more than 1 million jobs. 

Renewable energy and energy efficient products, like LED light bulbs, have become more affordable. The lower prices allow more people to use them, reducing our overall energy demand. The more we can do that, the easier it is to reach that 50 percent clean energy goal. 

The three leaders also emphasized their commitment to trade among the U.S., Canada and Mexico — something Obama hopes will continue under our next president. 

But the meeting of world leaders wasn't without some laughs and an awkward moment. Apparently, handshakes between three people should be choreographed in advance.

This video includes images from Getty Images and video from the White House. Music provided courtesy of APM Music.

Newsy is your source for concise, unbiased video news and analysis covering the top stories from around the world. With persistent curiosity and no agenda, we strive to fuel meaningful conversations by highlighting multiple sides of every story. Newsy delivers the news and perspective you need without the hype and bias common to many news sources.



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 1 Juil - 02:01 (2016)    Sujet du message: SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS ADVOCATES Répondre en citant

SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS ADVOCATES

Launched on 21 January 2016 on the occasion of the World Economic Forum in Davos, the Sustainable Development Goals Advocates consist of 17 eminent persons assisting the UN Secretary-General in the campaign to achieve the Sustainable Development Goals (SDGs) that world leaders unanimously adopted in September 2015.

With a mandate to support the Secretary-General in his efforts to generate momentum and commitment to achieve the SDGs by 2030, the SDG Advocates have been working to promote the universal sustainable development agenda, to raise awareness of the integrated nature of the SDGs, and to foster the engagement of new stakeholders in the implementation of these Goals.

The SDG Advocates are:

Read more : http://www.un.org/sustainabledevelopment/sdgadvocates/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 3 Juil - 04:55 (2016)    Sujet du message: FRANCE : CHAQUE DEBUT DE MOIS EST SYNONYME DE NOMBREUX CHANGEMENTS POUR LES CONSOMMATEURS FRANCAIS. ET JUILLET NE DEROGE PAS A LA REGLE. Planet.fr FAIT LE POINT SUR LES CHANGEMENT A PREVOIR. Répondre en citant

FRANCE : CHAQUE DEBUT DE MOIS EST SYNONYME DE NOMBREUX CHANGEMENTS POUR LES CONSOMMATEURS FRANCAIS. ET JUILLET NE DEROGE PAS A LA REGLE.  Planet.fr FAIT LE POINT SUR LES CHANGEMENT A PREVOIR.

Sacs plastiques
 
Annoncé depuis quelques mois déjà, l’abandon du sac plastique dans les commerces est effectif à compter de ce 1er juillet. Qu’ils soient gratuits ou payants, les sacs à usage unique ne seront ainsi plus proposés lors de votre passage en caisse. Sont concernés les sacs en plastique d'épaisseur inférieure à 50 micromètres, sans considération de volume.


Les sacs fruits et légumes en plastique devront quant à eux être abandonnés le 1er janvier 2017.

Tiers payant
 
La généralisation du tiers payant se met en place. A partir de juillet, les personnes couvertes à 100% par la Sécurité sociale pourront demander à bénéficier du tiers payant, c’est-à-dire à être dispensé d'avance de frais médicaux.

A noter que les autres patients devront patienter jusqu’à 2017 pour pouvoir en bénéficier.

Nouvelles vignettes auto
 
Le mois de juillet marque également l’arrivée du dispositif "Crit'Air", mis en place par le ministère de l'Environnement. Il s’agit d’un système de pastilles colorées qui permet de catégoriser les véhicules en fonction de leur émission de gaz polluants.

Cela permettra par exemple, lors d’un pic de pollution, de ne plus mettre en place de circulation alternée mais d’instaurer une circulation différenciée. Les véhicules les moins polluants seront alors privilégiés.

Véhicules polluants
 
Toujours dans le domaine automobile, les véhicules immatriculés avant 1997 auront désormais l’interdiction de circuler dans Paris de 8h à 20h. Une mesure qui s’applique également pour les deux-roues mis en circulation avant 1999. Cela concernerait environ 10 000 véhicules.

Prix du gaz

Mauvaise nouvelle pour les consommateurs : les tarifs réglementés du gaz appliqués par Engie vont augmenter de 0,4% en juillet. Dans le détail, ces tarifs augmenteront de 0,3% pour les foyers se chauffant au gaz, de 1,9% pour ceux qui utilisent le gaz seulement pour la cuisson et de 1,3% pour ceux qui en ont un double usage cuisson et eau chaude.

Cette augmentation des tarifs s’explique par une hausse de 1,6% des tarifs d'approvisionnement en gaz d'Engie.

Rémunération des fonctionnaires
 
Bonne nouvelle pour les fonctionnaires : après plusieurs années de gel, le point d’indice qui sert à calculer leur rémunération va être revalorisé. La mesure s’appliquera en deux temps, avec une première hausse de 0,6% ce 1er juillet et une prochaine augmentation de 0,6% le 1er février 2017.

Contraception
 
Autre bonne nouvelle : la contraception pour les jeunes filles de 15 à 18 ans devient totalement gratuite et anonyme, dans tout son processus : de la consultation médicale aux examens biologiques, en passant par la prescription de la pilule.

http://www.planet.fr/actualites-sacs-plastiques-vignettes-auto-gaz-tiers-pa…[Planet-a-la-Une]-20160701


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 6 Juil - 09:03 (2016)    Sujet du message: RE TEXAS SUSPENDS OVER A MILLION DRIVERS LICENCES Répondre en citant

RE TEXAS SUSPENDS OVER A MILLION DRIVERS LICENCES

1. Tyranny
2. A new way to remove cars in streets

https://www.youtube.com/watch?v=9P1VYF9gUrw

VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=9P1VYF9gUrw


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Juil - 11:14 (2016)    Sujet du message: ABUOM “WE NEED COURAGE TO JOURNEY TOGETHER TOWARDS JUST PEACE” Répondre en citant




ABUOM “WE NEED COURAGE TO JOURNEY TOGETHER TOWARDS JUST PEACE”
 
The church must work for climate justice as part of its quest for just peace, urged Dr Agnes Abuom, moderator of the WCC Central Committee (WCC) as she offered a keynote address at the Württembergische Evangelische Landessynode in Stuttgart, Germany this week.

With the theme “Reformation — One World and Just Peace,” the synod focused on the United Nations Sustainable Development Goals.

“Acute inequality exists between the rich and the poor, which is one of the drivers of climate injustice, conflict and insecurity,” she said. “The issue of chronic concentration of wealth in the hands of a few has not been fully addressed.”

The concept of economic growth without limits continues to undermine the search for climate justice and just peace,” she added. “Without addressing issues of equitable production, consumption and distribution of goods and services at various levels when planning our economies, gender injustice, poverty, exclusion, marginalization, conflict and climate injustice will persist.”

Abuom said  “ As people of faith we acknowledge that the earth belongs to God and we use it and are stewards and custodians for posterity. Theology of life and especially the Indigenous People, help us re- member the interconnectedness of life and maintenance of the web of life the need to restore and renew God’s creation and its biodiversity.”

Abuom concluded “The young generation that forms the majority of the world in many parts to-day require a value and ethical system that will protect the earth and assets in perpetuity; a system that will provide hope in a desperate and hopeless world, “ she added “ In order to inspire and encourage hope, there has to be a vision which in this context is to enable people and the young generation to embrace the paradigm of climate justice and to have the courage to journey together towards just peace.”
 
Full remarks of Dr. Agnes Abuom at the Württembergische Evangelische Landessynode
Evangelische Landeskirche in Württenberg

e-mail

Who is Agnes Abuom?

AGNES ABUOM


Logo of the Knight Templar

...After two years as a youth worker for WCC in Geneva... (Switzerland) 

Prepared at young age by the pharaonic aristocraty of modern days, for the ministry in WCC. A warrior of the fallen ones to bring the new (old) world pagan and gnostic religion under false Peace and Justice. Surrely a witch voodo, ISIS worshipper.

Read more : https://en.wikipedia.org/wiki/Agnes_Abuom


 
Eye of Horus
 



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Juil - 03:18 (2016)    Sujet du message: LAUDATO SI ONLINE CONFERENCE INTERFAITH PANEL : ECOLOGICAL EDUCATION AND SPIRITUALITY (JUNE 17, 2016) Répondre en citant

LAUDATO SI ONLINE CONFERENCE INTERFAITH PANEL : ECOLOGICAL EDUCATION AND SPIRITUALITY (JUNE 17, 2016)



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=gbqzR0HW9D8


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Juil - 05:07 (2016)    Sujet du message: UPF JOINS ACADEMIC CONFERENCE ON THE UN SYSTEM Répondre en citant



UPF JOINS ACADEMIC CONFERENCE ON THE UN SYSTEM


Written by Genie Kagawa, director, UPF Executive Office Chapter: United States

Saturday, June 18, 2016


 Dr. Thomas Walsh with H.E. Ibrahim Gambari, former ambassador of Nigeria to the United Nations, and H.E. Izaiah Chabala, former ambassador of Zambia to the United Nations (from left to right)


H.E. Ibrahim Gambari (left) and H.E. Izaiah Chabala




Panelists and respondents H.E. Izaiah Chabala, Dr. Thomas Walsh, Mr. Michael Shewchuk and Genie Kagawa

New York, United States—The Academic Council on the United Nations System (ACUNS) held its annual meeting with the theme “Meeting the Challenges of Development and Dignity.”

The meeting, which was hosted by Fordham University, took place at the Fordham University School of Law, located in Manhattan, from June 16 to 18, 2016.
Since its creation in 1988, ACUNS has been at the forefront of efforts to showcase cutting-edge scholarly work on the UN System, multilateralism and international organization and to connect that scholarly conversation with UN practitioners.

UPF previously has sponsored meetings in Geneva and New York with ACUNS, and during this annual conference organized a side event on the theme “Dignity and Human Development: The Role of Religion, Faith-Based Organizations and Interfaith Dialogue.”

The opening plenary of the conference, on the theme “The 2016 UN Secretary-General Election: A Watershed?” was led by H.E. Mr. Matthew Rycroft, UN ambassador of the United Kingdom to the United Nations, in a discussion on the new paradigm of choosing a UN secretary-general through an unprecedented process of transparency and participation from member states, civil society and various agencies.

Keynote speaker H.E. Jan Eliasson, deputy secretary-general of the United Nations, spoke on “The United Nations in Today’s and Tomorrow’s Global Landscape.” He expressed optimism concerning the 2030 Agenda on Sustainable Development as an expression of transformative change which reduces the gap between the world as it is and the world as it should be. Despite the new global landscape of a world in turmoil with a high degree of uncertainty, organized crime and violence, and negative narratives on new issues, he perceived positive factors that were historically significant at the United Nations in the areas of women’s empowerment, leadership of youth, the potential of technology in solving the world’s problems, and the progress in the role of prevention regarding issues on peace and security.

Simultaneous panels and workshops continued throughout the program on stimulating topics such as “The UN Secretary-General and UN Reform,” “Political Dynamics at the UN: the Dilemma of Transnationalism,” “Dag Hammarskjold and the Ethics of International Civil Service,” “The SDGs: Now for the Hard Part – Implementation and Monitoring,” and “The UN Security Council: In Action or Inaction?” and “Critical Factors for Sustainable Peace and Development.”

The recipient of the UPF Leadership and Good Governance Award, H.E. Mr. Ibrahim Gambari, delivered a Keynote Address in a session entitled “Security and Justice at a Crossroads: The Future of Global Governance.” H.E. Gambari is the co-chair of the Commission on Global Security, Justice and Governance and the former ambassador of Nigeria to the United Nations. He also co-chaired a session on “UN Security Council Reform: Bottlenecks, Blunders and (Potential) Breakthroughs.”

The UPF Session addressed the topic of dignity and human development with special emphasis on the role of religion, interfaith dialogue and faith-based organizations. Panelists of the session were: Dr. Thomas G. Walsh, UPF president; Ambassador Izaiah Chabala, former ambassador of Zambia to the United Nations; Mr. Michael Shewchuk, president of the Center of Human Evolutionary Change; and Genie Kagawa, chair of the NGO Committee on Spirituality, Values and Global Concerns-New York. Given the growing recognition of religion's importance in global affairs, and noting that the United Nations has been increasingly appreciative of the significance of religious leaders, interfaith cooperation, and socially engaged religious institutions, this session explored the relevance of religion to the achievement of the 2030 Agenda for Sustainable Development, as well as other UN objectives.

http://www.upf.org/united-nations-relations/7100-upf-joins-academic-confere…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Juil - 03:17 (2016)    Sujet du message: JOHN KERRY WARNS AIR CONDITIONERS AS “BIG A THREAT AS ISIS” Répondre en citant

JOHN KERRY WARNS AIR CONDITIONERS AS “BIG A THREAT AS ISIS”



23 July, 2016

Did you know that most of you who will read this likely have terrorists in your neighborhoods and in your Home? Don’t worry it’s not ISIS but According to Secretary of State John Kerry, Who was recently in Vienna this past Friday claimed that air conditioners and refrigerators are as big of a threat to life as the threat of terrorism posed by groups like ISIS!

Yep, that’s correct. Those appliances pose a grave threat to humanity and our way of living and we should be very concerned for our safety! The Washington Examiner reported that Kerry was in Vienna to amend the 1987 Montreal Protocol that would phase out hydrofluorocarbons, or HFCs, from basic household and commercial appliances like air conditioners, refrigerators, and inhalers.

Fox News went on to report that Mr. Kerry said: “As we were working together on the challenge of [ISIS] and terrorism,” Kerry said. “It’s hard for some people to grasp it, but what we–you–are doing here right now is of equal importance because it has the ability to literally save life on the planet itself.”

http://endtimeheadlines.org/2016/07/john-kerry-warns-air-conditioners-as-bi…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:14 (2016)    Sujet du message: SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 319, 20, 21, 22  >
Page 20 sur 22

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com