LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21
Aller à la page: <  1, 2, 3 … , 20, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 24 Juil - 05:06 (2016)    Sujet du message: EARTH OVERSHOOT DAY Répondre en citant

EARTH OVERSHOOT DAY




On August 8, 2016, we will have used as much from nature as our planet can renew in the whole year.

We use more ecological resources and services than nature can regenerate through overfishing, overharvesting forests and emitting more carbon dioxide into the atmosphere than forests can sequester.

Climate Change and the Carbon Footprint

Carbon emissions are the fastest growing contributor to ecological overshoot, with the carbon footprint now making up 60% of humanity’s Ecological Footprint.

In a historic breakthrough, nearly 200 countries pledged last December in Paris to keep the global temperature rise below a maximum of 2 degrees Celsius and, even, to pursue efforts to limit the increase to 1.5 degrees above pre-industrial levels. According to climate models, this goal implies that we must keep CO2e. atmospheric concentration below 450 parts per million (ppm). In 2016, the atmosphere contained 407 ppm CO2. The current carbon Footprint is contributing an additional 2 ppm per year. At this rate, we have about 20 years of carbon emissions left to comply with the Paris agreement.

Wouldn’t it be best if we embarked now on the path to reach that goal as smoothly and as quickly as possible to mitigate, and even possibly avoid, foreseeable dramatic tremors in our carbon-intensive economy? Not only would we give ourselves our best possible chance to effectively address climate change, but we would also drastically improve the balance between our Ecological Footprint and the planet’s renewable ecological resources.

Join our action campaign!
First Name
Last Name
Email address:

#pledgefortheplanet
 
GOOD NEWS FLASH: The world is on the cusp of positive change. In the wake of the Paris Climate Agreement and the United Nations’ Sustainable Development Goals, now is the time to move into action! Join our campaign #pledgefortheplanet. Play with us and help create a future where planet and people thrive … and win a GoPro camera in the process!

http://www.clubofrome.org/earth-overshoot-day-2016-earlier-than-ever/#more-…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 24 Juil - 05:06 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 27 Juil - 04:44 (2016)    Sujet du message: COME ON Répondre en citant

COME ON





Club of Rome members are worried about trade-offs in the 17 UN’s Sustainable Development Goals for 2030. On the other hand, they are enthusiastic about the Pope Francis’ Laudato Si encyclical. Their conclusion is that we need to develop a new Enlightenment that can profoundly transform the philosophical basis of society, to shift humanity away from a utilitarian and anthropocentric perspective to a spiritual and ecocentric view.

Members are optimistic that fabulous opportunities exist to guide the world towards sustainable prosperity: from the German renewable energy revolution to the progressive Chinese 15th Five Year Plan, from concepts like the Blue- to Circular- and Caring-Economies, and many more success stories around the world.
This projects brings together a wide-range of Club of Rome thinking to show what can be done to develop a more sustainable world.

http://www.clubofrome.org/project/come_on/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Juil - 04:42 (2016)    Sujet du message: PARTNERSHIPS AND COHERENCE VITAL TO DEVELOPMENT COOPERATION, UN DEPUTY CHIEF TELLS FORUM / L'ONU appelle à un leadership fort et transformatif dans le suivi de la mise en œuvre du développement durable Répondre en citant

PARTNERSHIPS AND COHERENCE VITAL TO DEVELOPMENT COOPERATION, UN DEPUTY CHIEF TELLS FORUM

FRANCAIS :
L'ONU appelle à un leadership fort et transformatif dans le suivi de la mise en œuvre du développement durable
http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=37677#.V5rBnBJOJ8E


Deputy Secretary-General Jan Eliasson. UN Photo/Rick Bajornas

21 July 2016 – The United Nations deputy chief today stressed the importance of partnerships and coherent policy and action in tackling global challenges, including inequalities, conflicts, terrorism and climate change, and achieving the new international development goals.

International development cooperation is based on the recognition that we cannot survive or overcome these global challenges in isolation,” Deputy Secretary-General Jan Eliasson told the fifth biennial high-level meeting of the Development Cooperation Forum, a function mandated by the 2005 UN World Summit to review the latest international development cooperation trends, and encourage coordination across diverse actors and activities.

He noted that historic agreements had been made in 2015: the Sendai Framework for Disaster Risk Reduction; the Addis Ababa Action Agenda on development financing; the 2030 Agenda for Sustainable Development; and the Paris Agreement on climate change.

“Together, they form an action plan for people, planet, peace, prosperity and partnership,” he said, stressing the need for new thinking and concrete action at the local, national, regional and international levels to implement these agreements, which also require better coordination and collaboration between countries and regions.

The first goal of development cooperation must be to protect the poorest and the most vulnerable from the problems that arise when conflicts rage, natural disasters strike, markets fail and when they get left behind in the path of progress, he said.

He said that the poorest and the most vulnerable should benefit from the diversification of development finance sources, which include private direct investment, remittances from migrants, funding from philanthropic organizations, and official development assistance (ODA).

Mr. Eliasson also stressed the importance of creating partnerships in all areas of development, ranging from mobilization of financial and non-financial resources to technical cooperation and innovation, to South-South and triangular cooperation, and to strengthened regional integration.

The UN development system has a key role in nurturing these vital partnerships, he said.

Development cooperation should also promote coherence among different development agendas and activities, so that effective support will be provided to the implementation of the 2030 Agenda, he said. For example, donor countries have spent record amounts in recent years on humanitarian aid and on supporting refugees, but such spending should not come at the expense of long-term investment for sustainable development.

Development cooperation has “a great potential to be a catalyst” for the implementation of the 2030 Agenda, he said, adding this Forum, which opened today and ends tomorrow, is an opportunity to pinpoint critical progress and areas for new or intensified efforts.



News Tracker: past stories on this issue
First progress report on Sustainable Development Agenda aims to leave no one behind

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=54525#.V5q-7RJOJ8E


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 7 Aoû - 04:17 (2016)    Sujet du message: MAKING PEACE WITH THE EARTH : ACTION AND ADVOCACY FOR CLIMATE JUSTICE Répondre en citant

MAKING PEACE WITH THE EARTH : ACTION AND ADVOCACY FOR CLIMATE JUSTICE



Edited by Grace Ji-Sun Kim
Foreword by Guillermo Kerber

Creating a climate for change—

The greatest untapped natural resource for addressing the world’s most pressing problems is the energy of religiously committed people.

This volume gathers the expertise of activists, theologians and faith-based organizations to inspire and encourage churches and church people everywhere in grassroots work and advocacy for climate justice.

As they make plain, no issue so violates the core of Christian convictions as the jeopardizing of human life and creation through climate change. Writing from the concrete experiences and programmatic efforts of churches in Greece, Scotland, Sweden, Finland, Germany, tropical Africa, Latin America, and the Pacific Islands, the 22 theologians and activists in this volume also address related issues of health, human rights, land and deforestation, food security, migration, divestment, as well as creation spirituality and theology.

Making peace with the earth will not be easy, say the contributors. But now is the time for religious leaders, church people and organizations to make climate their priority. This volume will nurture and inform their engagement.

Grace Ji-Sun Kim. She received her Ph.D. from the University of Toronto and is an Associate Professor of Theology at Earlham School of Religion, Indiana, USA. She is author of nine books, the most recent being Embracing the Other: The Transformative Spirit of Love (Eerdmans, 2015).
 

Guillermo Kerber, a theologian and professor from Uruguay, coordinates the WCC’s work on Care for Creation and Climate Justice. Formerly Professor of Social Ethics at both the National and Catholic Universities in Montevideo, he is author of several works in the areas of climate change, development, and human rights.

Specs:  256 pages, 6 x 9”, paper, perfect bound, 4-colour cover
Topic:  Ecotheology / Social Ethics
ISBN 978-2-8254-1668-6
Price: CHF 29.00; £20.00; €20.00; $25.00; April 1, 2016

Rights: World, all languages

Order: [url:538ff4a8fb=http://www.amazon.co.uk]www.amazon.co.uk[/url:538ff4a8fb], [url:538ff4a8fb=http://www.amazon.com]www.amazon.com[/url:538ff4a8fb]; www.ISBS.com and at local bookstores and online booksellers.
Click here to download the table of contents and introduction


http://www.oikoumene.org/en/resources/publications/making-peace-with-the-earth-action-advocacy-for-climate-justice


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 27 Aoû - 03:16 (2016)    Sujet du message: 23/11/2015... FRANCE, REJET DE LA LOI SUR LE DEVOIR DE VIGILANCE : LE SENAT VOTE POUR LE MAINTIEN DE L'IMPUNITE DES MULTINATIONALES Répondre en citant

23/11/2015... FRANCE, REJET DE LA LOI SUR LE DEVOIR DE VIGILANCE : LE SENAT VOTE POUR LE MAINTIEN DE L'IMPUNITE DES MULTINATIONALES

Lundi 23 novembre 2015

09:53





Le 18 novembre 2015, les sénateurs ont rejeté, dans un climat tendu, la proposition de loi relative au devoir de vigilance des sociétés mères et entreprises donneuses d’ordre, une loi pourtant indispensable pour prévenir de futurs drames humains ou environnementaux liés aux activités des entreprises multinationales. 

Cette proposition de loi doit être inscrite sans délai à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale pour son examen en deuxième lecture.

Pour nos organisations, c’est le maintien de l’impunité des multinationales que les sénateurs ont voté hier. Les amendements déposés par les groupes écologiste, communiste républicain et citoyen, n’ont même pas pu être discutés en raison du dépôt, par le rapporteur Christophe-André Frassa (LR), de trois amendements de suppression bloquant le débat sur ce texte. A la demande du sénateur Joël Labbé (EELV), le vote s’est déroulé à bulletin ouvert. Les sénateurs ont opté pour la suppression pure et simple des trois articles qui composent le texte, refusant tout débat.

Un débat aurait pourtant permis de montrer que le monde économique n’est pas un bloc monolithique face à cette question. En effet, le Forum pour l’Investissement Responsable (FIR), composé d’investisseurs tels que la Caisse des Dépôts et Consignation et de gestionnaires d’actifs comme BNP Paribas, HSBC ou encore Comité 21, a récemment apporté son soutien à cette proposition de loi (1).

Nos organisations appellent désormais à inscrire cette proposition de loi sans délai à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale pour son examen en deuxième lecture. Elles comptent sur les députés pour redonner au texte, adopté le 30 mars 2015 à l’Assemblée en première lecture, sa portée initiale et si possible le renforcer. Cela permettrait à la France de mettre en œuvre ses engagements internationaux en la matière, de franchir une première étape vers la prévention des dommages humains et environnementaux, et de faciliter enfin l’accès à la justice pour les victimes.

Signataires : Les Amis de la Terre France, CCFD–Terre Solidaire, Collectif Ethique sur l’Etiquette, Sherpa, Amnesty International France, La CGT, Les Petits Débrouillards, Peuples Solidaires-ActionAid France, ECCJ



Source © Les Amis de la Terre

http://naturealerte.blogspot.fr/2015/11/23112015france-rejet-de-la-loi-sur-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 30 Aoû - 05:06 (2016)    Sujet du message: CHANGEMENTS CLIMATIQUES : TERENCE WARD PRESENTERA LE MESSAGE DU PAPE Répondre en citant

CHANGEMENTS CLIMATIQUES : TERENCE WARD PRESENTERA LE MESSAGE DU PAPE
 
L'islam, encore une fois est à l'honneur

Journée mondiale de prière pour la Création, le 1er septembre 2016

29 août 2016 Marina Droujinina Rome


Terence Ward © Facebook de Terence Ward

Terence Ward, auteur du livre « The Guardian of Mercy » (« Le gardien de la Miséricorde ») participera à la présentation au Vatican, d’un nouveau message du pape François, intitulé « Usons de miséricorde envers notre maison commune », le 1er septembre 2016, Journée mondiale de prière pour la Création, indique un communiqué de la Salle de presse du Saint-Siège. = Pendant tout ce temps, ils sont à détruire la planète et ses habitants

Il présentera le message aux côtés du cardinal Peter Kodwo Appiah Turkson, président de Justice et Paix, et de Mgr Brian Farrell, L.C., secrétaire du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens.

C’est un écrivain américain et spécialiste réputé du Moyen-Orient, du monde musulman et de l’Iran, en particulier, et des changements climatiques.

Le livre « The Guardian of Mercy » (traduit aussi en italien) raconte la vie du Caravage, le peintre italien du XVIe siècle, et l’histoire des habitants de Naples transformés par la puissance de l’art et de la miséricorde.

Né à Boulder, Colorado (États-Unis), Terence Ward grandit en Arabie et en Iran, selon sa biographie sur son site officiel. Diplômé en Sciences politiques à l’université de Berkeley en Californie, il poursuit ses recherches à l’Université américaine du Caire,  en étudiant l’histoire du Moyen-Orient et les mouvements politiques musulmans contemporains. Il obtient plus tard son MBA à l’International Management Institute de Genève.

Actuellement, Ward est membre de « Religions pour la Paix », une organisation interreligieuse basée à New York. Il a participé à plusieurs missions humanitaires et il a collaboré avec la Fondation Open Society en Birmanie et l’Organisation des Nations Unies au Timor oriental.

Le Centre persan de la Californie du Nord, à San Francisco, lui a attribué son Prix, pour son engagement à « promouvoir la paix à travers la sensibilisation culturelle ».

L’association musulmane iranienne de l’Amérique du Nord, à Los Angeles,  l’a également  honoré pour avoir « améliorer la connaissance de la culture iranienne ».

La firme  Boshra Film, de Téhéran, est en train de produire un long métrage adapté de son premier livre « Searching for Hassan: A Journey to the Heart of Iran » (« À la recherche de Hassan: Voyage au cœur de l’Iran ») traduit en quatre langues (italien, français, allemand et indonésien). Ce sera la première coproduction irano-américaine tournée en Iran depuis la Révolution.

https://fr.zenit.org/articles/changements-climatiques-terence-ward-au-vatic…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 30 Aoû - 05:11 (2016)    Sujet du message: POPE FRANCIS HERALDS UPCOMING DAY OF PRAYER FOR CARE OF CREATION Répondre en citant

POPE FRANCIS HERALDS UPCOMING DAY OF PRAYER FOR CARE OF CREATION
 
Sept. 1 is date for event, shared with Orthodox

August 28, 2016 ZENIT Staff Pope & Holy See


L'Osservatore Romano

[From Vatican Radio] Pope Francis called attention on Sunday to the World Day of Prayer for the Care of Creation, to be celebrated this coming Thursday, September 1st. A major global ecumenical stewardship initiative, the World Day of Prayer for the Care of Creation began in 1989 under the leadership of the Orthodox Church.

Pope Francis established the Day for the Catholic Church by a letter dated August 6th, 2015, and addressed to Cardinals Peter Turkson and Kurt Koch, respectively the President of the Pontifical Council for Justice and Peace and the President of the Pontifical Council for the Promotion of Christian Unity.

In the letter, Pope Francis says, “The annual World Day of Prayer for the Care of Creation will offer individual believers and communities a fitting opportunity to reaffirm their personal vocation to be stewards of creation, to thank God for the wonderful handiwork which he has entrusted to our care, and to implore his help for the protection of creation as well as his pardon for the sins committed against the world in which we live.” Rolling Eyes

Speaking to the faithful following the midday Angelus on this final Sunday in August, Pope Francis looked forward to the event, saying, “This coming Thursday, September 1st, we will mark the World Day of Prayer for the care of creation, together with our Orthodox brothers with Churches,” and describing the event as, “an opportunity to strengthen the common commitment to safeguard life, respecting the environment and nature.”
 
https://zenit.org/articles/pope-francis-heralds-upcoming-day-of-prayer-for-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 2 Sep - 04:20 (2016)    Sujet du message: LA RELIGION JOUERA UN RÔLE CLE DANS LA REALISATION DES OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE, AFFIRMENT DES EXPERTS PRESENTS A LA SEMAINE MONDIALE DE L'EAU / World Water Week in Stockholm Répondre en citant



LA RELIGION JOUERA UN RÔLE CLE DANS LA REALISATION DES OBJECTIFS DE DEVELOPPEMENT DURABLE, AFFIRMENT DES EXPERTS PRESENTS A LA SEMAINE MONDIALE DE L'EAU

ENGLISH :
World Water Week in Stockholm

Semaine mondiale de l’eau 2016 (english)
Dieu d’amour, ce qui nous semble naturel – Chant pour la Journée mondiale des toilettes (english)
Vidéo du COE: Priez pour la création et préservez-la le 1er septembre (english)


Un comité d’experts examine les contributions que peut apporter la religion à la réalisation des objectifs de développement durable. © Thomas Henrikson/SIWI

31 août 2016

Version française publiée le: 31 août 2016

Comment la religion et les communautés de croyants peuvent-elles contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable fixés par l’ONU? C’est avec cette question en tête qu’un comité d’experts constitué de représentants et représentantes de différentes religions s’est réuni à l’occasion de la Semaine mondiale de l’eau à Stockholm le 29 août, avec une intervention notable du cardinal Peter Turkson, président du Conseil pontifical «justice et paix» au Vatican. Le comité d’experts a par ailleurs été accueilli par l’évêque Thomas Söderberg, de l’Église de Suède.

«Les mécanismes de l’ONU, les gouvernements et les institutions passeraient à côté d’une belle occasion en n’exploitant pas les ressources et le potentiel des communautés de croyants», a fait remarquer l’un des experts, Dinesh Suna, coordinateur du Réseau œcuménique de l’eau (ROE) du Conseil œcuménique des Églises (COE), insistant sur le rôle essentiel des communautés religieuses pour réaliser les objectifs de développement durable liés à l’eau.

M. Suna a par ailleurs encouragé les participantes et participants à se joindre à l’appel du COE à éliminer l’eau en bouteille en Amérique du Nord et en Europe, où l’eau du robinet est tout à fait potable. Selon Dinesh Suna, «l’eau en bouteille est un obstacle à la réalisation du droit humain que constitue l’accès à l’eau potable». = Un autre grand piège à l'horizon pour les populations. En tant de guerre où on s'acharne à détruire toutes les infrastructures, on peut voir le danger d'une telle demande. Comme les villes ont maintenant les structures digitales, s'il y a bombardement ou un désastre naturel, l'eau du robinet, eh bien, oubliez cela. Si cela est accepté, cela veut aussi dire que l'Armée et les OGN ne seront plus là pour donner de l'eau aux personnes en détresse. Ce que nous verrons, comme nous le voyons depuis des années dans les pays sous-développés, ce sera des milliers de personnes cherchant de l'eau pour survivre et qui seront obligés de boire ce qu'ils trouveront dans les trous d'eau infectés de bactéries. Ne croyez pas que vous et nous pourrons aller vers les rivières ou dans les lacs. L'Armée est en train d'en prendre le plein contrôle et nous empêchera d'y accéder.


Dans son discours, le cardinal Turkson a indiqué qu’il existe «de nombreux liens entre foi et développement. Des collaborations, synergies et dialogues interreligieux constructifs ont déjà été entamés dans divers domaines, comme la santé, la sécurité alimentaire et la gestion des ressources nationales».

L’évêque Söderberg a quant à lui indiqué que ces liens se renforçaient de jour en jour, surtout depuis «l’encyclique papale révolutionnaire Laudato Si, qui nous pousse sur le pèlerinage de justice et de paix Twisted Evil et donne aux communautés de croyants du monde entier d’autant plus de raisons d’œuvrer pour la justice écologique».

«Nous, les chrétiens et chrétiennes, affirmons que l’eau est un don de Dieu et le berceau de la vie», a déclaré l’évêque Söderberg, qui a poursuivi en mettant en avant l’appel du pape François et des communautés chrétiennes de la planète à observer la Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création, le 1er septembre.


Cependant, l’eau potable n’est pas le seul aspect sur lequel porte l’engagement des communautés de croyants dans le domaine de l’eau, a souligné Dinesh Suna. «L’eau est sacrée est importante pour beaucoup de religions, mais l’assainissement est une question que l’on n’aborde pas aussi facilement et qui est donc bien plus complexe», a expliqué M. Suna.
«Les Églises doivent non seulement célébrer la Journée mondiale de l’eau mais aussi la Journée mondiale des toilettes» Rolling Eyes , a conclu Dinesh Suna. «C’est pourquoi nous avons pris l’initiative de proposer un chant spécial sur le thème de l’assainissement. Et avant que vous ne laissiez votre imagination mêler chant religieux et toilettes, sachez que cette idée a été bien accueillie par un grand nombre d’Églises.» = Ils prennent vraiment les gens pour des caves, et le pire, c'est qu'il y en a qui vont y croire et se joindre à eux. Pauvres fous!

La réunion a été organisée conjointement par l’Institut international de l’eau de Stockholm (SIWI), le Partenariat mondial de l’eau, l’Institut de Suède à Alexandrie et l’Église de Suède.

La Semaine mondiale de l’eau est un rassemblement annuel organisé par l’Institut international de l’eau de Stockholm (SIWI). Elle vise à trouver des solutions concrètes aux problématiques de notre planètes concernant l’eau et aux préoccupations qui y sont liées en matière de développement international. La Semaine mondiale de l’eau 2016 se tient du 28 août au 2 septembre sur le thème de «L’eau pour une croissance durable».


Réseau œcuménique de l’eau du Conseil œcuménique des Églises
Travail du COE en matière de sauvegarde de la création et de justice climatique

Dieu d’amour, ce qui nous semble naturel – Chant pour la Journée mondiale des toilettes (en anglais)
Vidéo du COE: Priez pour la création et préservez-la le 1er septembre (en anglais)
Semaine mondiale de l’eau 2016 (en anglais)

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/faith-to-play-key-role-in-ach…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 6 Sep - 04:15 (2016)    Sujet du message: AUSTRALIAN POLITICIAN ANN BRESSINGTON EXPOSES THE NEW WORLD ORDER Répondre en citant

AUSTRALIAN POLITICIAN ANN BRESSINGTON EXPOSES THE NEW WORLD ORDER 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=rX85ya4Ov-4


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 7 Sep - 07:55 (2016)    Sujet du message: AGENDA 2030 IN YOUR FACE: WAIT TILL YOU SEE THE SHOCKING AD THAT CAME ON MY TV. THIS IS TREASON. Répondre en citant



AGENDA 2030 IN YOUR FACE: WAIT TILL YOU SEE THE SHOCKING AD THAT CAME ON MY TV. THIS IS TREASON.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=5nQu28XkN5M


Dernière édition par maria le Jeu 8 Sep - 04:07 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 04:07 (2016)    Sujet du message: G20 : LA CHINE CHERCHE A IMPOSER UN NOUVEAU MODELE DE MONDIALISATION Répondre en citant




G20 : LA CHINE CHERCHE A IMPOSER UN NOUVEAU MODELE DE MONDIALISATION

2 septembre 2016 16 h 30 min·



 
Il est décidément intéressant de lire la presse chinoise officielle, aux ordres du gouvernement communiste dont elle représente fidèlement le point de vue. Un récent éditorial publié par le Global Times sous la plume de Martin Jacques, chargé de recherche au département de la politique des études internationales à l’université de Cambridge, par ailleurs associé à une université chinoise, indique ainsi la volonté de la Chine de promouvoir lors du G20 un nouveau modèle pour la mondialisation. Logique, à l’heure où l’on voit de plus en plus dans la grande presse des mises en cause de la mondialisation sous sa forme actuelle, dont il faut bien reconnaître qu’elle appauvrit la population dans de nombreuses zones du globe.
 
La prochaine tenue du G20 à Hangzhou aura lieu à un « moment opportun dans le cadre de l’évolution de la relation de la Chine elle-même avec l’économie globale et sa gouvernance », écrit Martin Jacques. Acceptée comme membre de l’OMC en 2001, avec sa croissance d’environ 10 % par an depuis lors, la Chine est devenue la nation du monde la plus importante sur le plan des échanges commerciaux et ses investissements étrangers ont progressé rapidement, explique-t-il, notant que depuis lors, le pays s’est contenté d’un rôle passif pendant qu’il apprenait à gérer son nouveau statut. Jusqu’à être « fréquemment critiqué par les États-Unis dans son rôle de passager gratuit : elle profitait des avantages de la globalisation sans participer aux efforts ».

La mondialisation officiellement contestée, même au G20


« Au cours de ces deux dernières années, la Chine est passée d’un rôle passif à un rôle proactif », affirme Martin Jacques. A son tour elle « fabrique et façonne la mondialisation », notamment à travers le lancement de la Banque asiatique de financement des infrastructures, l’AIIB, et de la nouvelle Route de la soie.
 
Le G20 « chinois » intervient alors que les échanges mondiaux rétrécissent et que, « plus gravement, on voit de plus en plus de signes en Occident d’une révolte populaire contre la mondialisation » comme en témoignent la montée de Donald Trump et le vote du Brexit.
 
Témoin d’un profond sentiment populaire, cette nouvelle orientation est selon l’auteur liée non pas à un « problème de la mondialisation en soi mais au type de mondialisation qui a été mise en place : d’importants secteurs de la population aux Etats-Unis et en Europe n’en ont pas tiré profit, au contraire d’une riche minorité, ce qui a exacerbé l’inégalité et créer du ressentiment ».

Pourtant les effets de la mondialisation étaient prévus – et donc recherchés ?


D’où l’intérêt du thème choisi par la Chine pour son sommet du G20 : « Ouvrir un nouveau chemin pour la croissance ». Alors que l’Occident ne s’est jamais remis de la crise financière de 2008 rien n’indique qui le fera, étant donné que les politiques monétaire d’assouplissement quantitatif « ont échoué à faire repartir la croissance ». Au fond, note l’économiste, l’ère de la mondialisation a commencé en 1980 et elle a marqué le début d’une nouvelle période de très faible croissance occidentale.
 
Il va de soi qu’il ne note pas que la mondialisation, avec son ouverture aux pays « émergents » qui ont obtenu la possibilité d’entrer en concurrence déloyale avec les pays développés en captant l’industrie par une production à très bas coût, ne pouvait produire autre chose. A tel point qu’on peut voir dans la situation actuelle la réalisation d’un objectif…
 
Lorsque Martin Jacques souligne que la Chine, elle, continue d’afficher une croissance rapide, toujours attachée à l’importance de la mondialisation et de l’interdépendance, c’est pour proclamer qu’elle se trouve dans une « position de choix pour offrir un modèle différent pour l’avenir, fondé sur la croissance, la coopération et un nouveau type de mondialisation ».

La Chine profite de la colère pour proposer son « modèle » économique


Cela pourra se faire dans la mesure où le G20 s’est substitué au G7 et par le changement du système de vote au FMI et à la Banque mondiale, note l’universitaire  : changements qui ont été délibérément mis en œuvre en faveur de la Chine, ajouterons-nous.
 
Il tire argument du déplacement du « centre de gravité de l’économie globale » depuis les années 1970 : entre cette date et 2030 le monde développé aura perdu une belle part de son poids dans le PIB global, passant de deux tiers à – selon les projections actuelles – un tiers. Depuis 1970, souligne-t-il, la structure formelle de la gouvernance économique globale a relativement peu changé.
 
Mais ce sont ces changements, la création de l’AIIB et de la nouvelle Banque de développement, la montée du yuan et la nouvelle Route de la soie, qui préfigurent déjà de nouveaux modèles de gouvernance bilatérale et multilatérale : « Ces changements sont l’embryon d’une nouvelle structure de gouvernance économique globale », assure Martin Jacques – et c’est bien sûr la Chine qui est en leur centre.
 
« Évidemment, la gouvernance renvoie au pouvoir. Le problème de la structure actuelle est qu’elle ne reflète plus la distribution du pouvoir économique dans le monde. Une conséquence importante de cela est bien que le FMI et la Banque mondiale n’ont plus le niveau de ressources – vu qu’ils dépendent sur les pays occidentaux et le Japon – qui permettent de financer une économie globale beaucoup plus vaste et qui se concentrent de manière croissante dans le monde en développement. Il revenait évidemment à la Banque mondiale de financer le développement des infrastructures en Asie. Mais s’agissant d’une institution occidentale, elle n’en a pas les ressources, ni la volonté politique d’en faire une priorité », écrit le Global Times.

Un nouveau modèle de mondialisation : l’objectif de la Chine au G20

On a bien compris qu’il ne s’agit pas seulement d’investir, mais de dominer, puisque « la gouvernance renvoie au pouvoir ». Sans s’attendre à des « progrès décisifs » lors du prochain G20, Martin Jacques estime que, la Chine représentant « de loin le développement le plus positif au sein de l’économie globale et étant au cœur de l’avenir de l’économie globale et de sa gouvernance, le sommet de Hangzhou marque un moment historique ». « Si la Chine pouvait offrir de nouvelles propositions imaginatives lors de ce sommet, celui-ci pourrait se transformer en occasion décidément très mémorable », conclut-il.
 
On comprend que c’est cela qu’il appelle de ses vœux, à la grande satisfaction du pouvoir chinois. Vu les avantages dont celui-ci a bénéficié depuis le début des années 1980 et le lancement de la mondialisation frénétique, on peut supposer que ce ne sont pas des paroles en l’air.
 
On s’apprête à nous montrer, ou plutôt à prétendre nous démontrer, que le modèle communiste, fidèle à Mao mais en version économie de marché, est indépassable.
 
Il s’agit juste de renoncer à la liberté et d’accepter la domination chinoise, et tout ira bien !

Anne Dolhein

http://reinformation.tv/g20-chine-nouveau-modele-mondialisation-dolhein-59222-2/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 8 Sep - 04:20 (2016)    Sujet du message: LE CARDINAL PETER TURKSON NOMME A LA TÊTE DU NOUVEAU DICASTERE ECOLOGISTE POUR LE "DEVELOPPEMENT HUMAIN INTEGRAL" Répondre en citant

LE CARDINAL PETER TURKSON NOMME A LA TÊTE DU NOUVEAU DICASTERE ECOLOGISTE POUR LE "DEVELOPPEMENT HUMAIN INTEGRAL"

1 septembre 2016 15 h 45 min·


 
Le pape François vient de créer un nouveau « super dicastère » pour le Service du Développement humain intégral, dont le premier préfet sera le cardinal ghanéen Peter Turkson. On peut raisonnablement parler d’un dicastère « écologiste » dans le sillage de Laudato si’ dont le cardinal Turkson était l’une des chevilles ouvrières en tant que promoteur et coordinateur des réunions vaticanes préparatoires.
 
La tâche de l’Eglise qui est de répandre et de communiquer le Christ et sa grâce en vue de la Rédemption et du salut des âmes. C’est pourquoi elle a des dicastères – des « ministères » – pour les congrégations, pour l’éducation, pour les clergés, pour le culte et la discipline des sacrements… Pour les laïcs et pour la famille, en vue de leur sanctification aussi.
 
Un nouveau dicastère écologiste pour l’Eglise catholique
 
Le nouveau dicastère pour le Développement humain intégral a des objectifs plus terrestres. Cela n’est pas aberrant en soi : c’est dans la logique de la solidarité fraternelle qui unit les enfants de Dieu et de la volonté de considérer le Christ dans le plus petit d’entre les siens. Mais on reste sur sa faim à la lecture de la Lettre apostolique en forme de Motu proprio que le pape François a signée le 17 août dernier et qui a été publiée mercredi.
 
« Dans tout son être et par tout son agir, l’Eglise est appelée à promouvoir le développement intégral de l’homme à la lumière de l’Evangile. = L'Evangile du Pape et non de Jésus-Christ

Ce développement se réalise à travers le soin que l’on porte aux biens incommensurables de la justice, de la paix et de la sauvegarde de la création. Le Successeur de l’Apôtre Pierre, dans son action en faveur de l’affirmation de ces valeurs, adapte continuellement les organismes qui collaborent avec lui, afin qu’ils puissent mieux correspondre aux exigences des hommes et des femmes que ces organismes sont appelés à servir », écrit-il.
 
Le pape François choisit le cardinal Peter Turkson, proche des « réchauffistes »
 
C’est en regroupant les conseils pontificaux Justice et paix, Cor Unum, pour la Pastorale des migrants et des personnes en déplacement, et pour la Pastorale des Services et Santé, supprimés à compter du 1er janvier prochain, que le nouveau dicastère, instance plus élevée, a été créé ad experimentum, pour une durée limitée. Il sera « particulièrement compétent pour les questions qui concernent les migrations, les personnes dans le besoin, les malades et les exclus, les personnes marginalisées et les victimes des conflits armés et des catastrophes naturelles, les détenus, les chômeurs et les victimes de toute forme d’esclavage et de torture » – et non plus pour la « pastorale » de ces personnes comme les conseils pontificaux remplacés. = Agenda de contrôle total et de dépopulation.
 
Les prises de position de François depuis le début de son pontificat à propos des questions sociales et politiques portent en effet davantage sur un modèle de société qu’il souhaite promouvoir à des fins temporelles que sur une recherche de l’évangélisation de tous en vue du salut éternel, même si cette question n’est pas absente de son propos. On sait par exemple avec quelle insistance il plaide pour l’accueil des migrants.
 
La nomination du cardinal Peter Turkson est elle aussi tout un symbole. Au cours des réunions de présentation de Laudato si’, l’encyclique contre le « réchauffement climatique », il n’avait pas hésité à prendre place aux côtés de Hans Joachim Schellnhuber, scientifique athée partisan de la décroissance dont la patte apparaît clairement dans l’encyclique, promoteur de l’œcuménisme religieux et du rapprochement des croyances pour sauver la planète, promoteur de la contraception de longue durée. C’est une approche qui plaît au mondialisme et Peter Turkson s’y montre favorable par l’accueil fait à cet homme, même s’il a tenu a réparer une maladresse de langage après avoir lui-même prôné le « contrôle de la population » – il voulait parler de la paternité responsable, avait-il expliqué.
 
Le « Développement humain intégral » – et la distinction du temporel et du spirituel ?
 
Le cardinal Turkson, alors président du conseil pontifical Justice et Paix, a également représenté le pape lors d’un symposium au Vatican en avril 2015, en présence de Ban Ki-moon, sur le thème de la dimension morale du changement climatique et du développement durable. Plusieurs organisations de défense de la famille avaient souligné alors que plusieurs partisans du contrôle de la population – comme le secrétaire général de l’ONU lui-même – y avaient été invitées. Il en va ainsi de Jeffrey Sachs, défenseur de l’avortement comme moyen de contrôle des populations vues comme les ennemies de la planète.
 
Le cardinal a joué un rôle de tout premier plan lors de la réunion de la COP 21 à Paris, venue dire au nom du pape François l’urgence d’un accord international pour le climat, que l’homme soit responsable ou non du « réchauffement climatique ».
 
On pourra arguer que l’intitulé du nouveau dicastère va à l’encontre de cet écologisme ennemi de l’homme. Reste la réalité de ce mouvement et l’adhésion à une gestion mondiale ennemie des souverainetés et désireuse de faire payer les Etats développés pour les autres. Il ne s’agit en tout cas pas de chercher d’abord le Royaume de Dieu…
 
Anne Dolhein

http://reinformation.tv/dicastere-developpement-humain-integral-cardinal-pe…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 14 Sep - 02:47 (2016)    Sujet du message: AGENDA 21 : LES FUTURS CAMPS DE CONCENTRATION HI-TECH Répondre en citant

AGENDA 21 : LES FUTURS CAMPS DE CONCENTRATION HI-TECH

VIDEO : http://www.sendspace.com/file/jqzl1d


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 23 Sep - 00:13 (2016)    Sujet du message: BY NOVEMBER 2016: THE UNITED NATIONS WIL OWN THE GLOBE / PARIS CLIMATE AGREEMENT "IN FORCE BY END OF 2016" Répondre en citant



BY NOVEMBER 2016: THE UNITED NATIONS WIL OWN THE GLOBE


PARIS CLIMATE AGREEMENT "IN FORCE BY END OF 2016"



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=i7LyZwqLDoM

-----

By Nate
-

09/21/2016


Support independent, investigative journalism for $3 a month Subscribe

More than thirty countries, including the US and China, have sold planet Earth to the Global Elitists. In a sweeping power play, the United Nations will own the climate, globe, by the end of November 2016.

Multiple barriers stood in place and gave way for countries to disembark the plotted climate change agenda. However, over thirty countries around the world sold the globe to the cabal; effectively paving the way for total climate control. At the UN General Assembly in New York City September 2016, thirty-one more nations confirmed their ratification of the Paris Agreement, which began in December 2015. The agreement paves the way for climate control, not change. The Paris Agreement plan is to limit global warming to a maximum of 2 degrees Celsius (3.6 degrees Fahrenheit).

The United States, China, and Brazil all joined the Climate Change accord earlier this month; and in New York City during this round of ratification, several small island nations joined, as well as Mexico and Argentina.

A total of 60 parties, countries, have sold their piece of the globe; which accounts for 48 percent of global emissions. In order for the agreement to come into effect, there are two barriers in place. One is that 55 member countries have to ratify the agreement, and two is that of those 55 member countries the percent of global emissions have to total 55 percent. Apparently; as of the latest UN general assembly, threshold one has been accomplished. However, the good news is that threshold two has yet to be accomplished, but threshold two is expected to be complete by the end of November 2016 at the 22nd Conference of Parties, or COP22, which will take place in Marrakesh, Morocco.

The UN Secretary-General, Ban Ki-moon, is directly involved with this massive push for climate control, partly behind his push is the uncertainty surrounding the result of the US presidential election. Donald Trump has vowed to can the agreement – but would likely not be able to do so until after the four-year term has ended.

Generally, complex and controversial international accords like the Paris Agreement take years to go into effect; but Ban Ki-moon has managed to move this accord along at record speeds. Which of course begs the question, what else are they trying to push through so quickly?

Accords like this, are massively in-depth, and are vastly complex; and it takes years for legal teams to decipher all of the propositions by world leaders. But with the Paris agreement, the legal teams wouldn’t have had the time to interpret the agreement correctly, leaving room for otherwise illegal rules to creep in.

The Climate Change Agenda is a scam. It is not about climate change it is about climate control, which is also housed under the 2030 Global Goals set in place by the United Nations. Part of the supposed evidence which “proves” climate change is the possibility that the North Pole and the South Pole are melting. Interestingly enough, history has shown that man-made climate change is not responsible. In fact, before the industrial revolution, before Christ’s coming, and in the very early stages of Earth – there was no ice at the North Pole. But wait, scientists have said that our global emissions are the cause of the Pole’s melting, but in reality, it’s just Earth’s cycles.

Which begs the question, why are so many countries ‘on-board’ with handing over the climate to the hands of the conglomerate United Nations?

VIADW

https://freedomfightertimes.com/environment/climate-change/november-2016-un…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 30 Sep - 05:54 (2016)    Sujet du message: UNESCO: « LA TERRE, NOTRE MAISON COMMUNE : DEFIS ET ESPOIR», LE 9 NOV. 2016 Répondre en citant



UNESCO: « LA TERRE, NOTRE MAISON COMMUNE : DEFIS ET ESPOIR», LE 9 NOV. 2016


« La capacité de collaborer pour construire notre maison commune »

23 septembre 2016 RédactionÉducation et jeunes, Organismes internationaux, Pape François


Mgr Follo, 2016 © courtoisie de la Mission du Saint-Siège à l'UNESCO

« La Terre, notre maison commune : défis et espoir » : c’est le thème d’un colloque organisé à l’UNESCO dans le sillage de « Laudato si’ », à Paris, mercredi 9 novembre 2016 (15h-18h, salle II, 125 avenue de Suffren, Paris 7ème), avec la participation de Mme Bukova, du cardinal Turkson et de Mgr Follo.

Sous le haut patronage de l’UNESCO, le colloque est en effet est organisé par le Conseil Pontifical « Justice et Paix » et la Mission permanente du Saint-Siège à l’UNESCO.

Le but du colloque est de présenter et discuter plusieurs pistes de réflexions qui puissent établir un premier bilan de l’Encyclique « Laudato si’ » du pape François, 18 mois après sa parution, le 24 mai 2015.

En effet, au lendemain de la définition du nouvel agenda 2030 et de la COP 21, l’encyclique « Laudato Si’ », continue à inspirer les décideurs politiques et les organisations internationales, de façon à agir ensemble pour promouvoir la lutte contre la pauvreté, la promotion de la dignité humaine et le respect de l’environnement.

L’appel du pape François à une « révolution culturelle », à une « citoyenneté écologique » et à « une éducation à la relation entre l’humanité et l’environnement » rejoint les efforts de l’UNESCO engagé à la promotion d’une éducation au développement durable.

Dans ce contexte, le colloque présente une réflexion sur l’encyclique « Laudato si’ » et ses liens avec l’UNESCO avec cette certitude que « l’Humanité possède encore la capacité de collaborer pour construire notre maison commune ».

PROGRAMME*

15h Introduction et salutations
Mgr Francesco Follo
Observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’UNESCO

Madame Irina Bokova
Directrice générale de l’UNESCO

15h40 Allocution / Keynote Speech
S. Em. le Cardinal Peter Kodwo Turkson,
Président du Conseil pontifical « Justice et Paix »

16h20 La Lettre Encyclique « Laudato Si’ », la science et la spiritualité
écologique

Pr. Pierre-Jean Léna
Membre de l’Académie pontificale des sciences et de l’Académie des
sciences de France
La Nature dans la Lettre Encyclique « Laudato Si’ »

Pr. Dominique Vermersch
Recteur de l’Université catholique de l’Ouest, France
La racine humaine de la crise écologique

Pr. Sr Cécile Renouard, R.A.
Professeur au Centre Sèvres, France et à l’Ecole des Mines de Paris

17.50 Conclusions et perspectives
Mgr Francesco Follo
Observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’UNESCO

LES INTERVENANTS :

Irina Bokova
Directrice générale de l’UNESCO depuis le 15 novembre 2009, elle a été réélue en 2013 pour un deuxième mandat. Elle est la première femme élue à la tête de cette Organisation
Peter Kodwo Turkson
Cardinal, Président du Conseil pontifical « Justice et Paix » depuis octobre 2009, il a été reconfirmé dans cette charge en 2013 par le Pape François
Francesco Follo
Professeur en Philosophie, après 19 ans de service à la Secrétaire d’Etat, il est Observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’UNESCO depuis 2002
Pierre-Jean Léna
Astrophysicien, membre de l’Académie pontificale des sciences et de l’Académie des sciences de France, il est professeur émérite à l’Université Paris Diderot et engagé au service de l’éducation dans le monde
Dominique Vermersch
Recteur de l’Université catholique de l’Ouest, Professeur d’économie publique et d’éthique, Directeur de la recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (INRA)
Cécile Renouard
Professeur d’éthique sociale et de philosophie politique au Centre Sèvres (France) et à l’Ecole des Mines de Paris, elle dirige le programme de recherche CODEV « Entreprises et Développement », à l’ESSEC (France)

https://fr.zenit.org/articles/unesco-la-terre-notre-maison-commune-defis-et…

 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 1 Oct - 03:24 (2016)    Sujet du message: LES EUROS REGIONS VOULU PAR LES NAZIS REFORME TERRITORIALE : «SUPPRIMER LA FRANCE» LES AVEUX DU FIGARO SUR LE BUT DE LA CLASSE CAPITALISTE. Répondre en citant



LES EUROS REGIONS VOULU PAR LES NAZIS REFORME TERRITORIALE : «SUPPRIMER LA FRANCE» LES AVEUX DU FIGARO SUR LE BUT DE LA CLASSE CAPITALISTE.

30 Septembre 2016
Publié par Mickael Zhekoo




Eurorégion ou projet nazi

L’Europe fédérale des Eurorégions Ethno-linguistiques : vers un 4ème Reich germano-américain ?


rappel le 23 Juillet 2013, nos députés ont osé avaliser l’amendement 745 – 9bisA, dit « amendement GAYMARD » ou « amendement 9B » visant à supprimer l’obligation de référendum en cas de remodelage des collectivités locales.

Cet amendement qui passera à la rentrée au vote des sénateurs concerne plus particulièrement :

– Le regroupement de départements (article L3114-1)
– Le changement de limites d’une région (L4122-1-1)
– Le regroupement de régions (L4123-1)
– La fusion d’une région et des départements qui la composent (L4124-1).

Dans cette vidéo, on peut voir Hervé Gaymard à l’œuvre au sein de l’hémicycle. Vous remarquerez la connivence entre certains des intervenants ainsi que le mépris absolu et totalement assumé de ce monsieur en qui concerne la démocratie. Un grand merci aux députés qui ont osé s’élever contre le démantèlement de la République.

VIDEO : http://www.dailymotion.com/video/x12tg95_amendement-745-348827_news


L’amendement, et le discours qui l’accompagne, sont en soi hallucinants mais le contexte dans lequel ils interviennent est particulièrement scandaleux. En effet, le 7 Avril 2014 un référendum avait déjà eu lieu en Alsace afin de consulter la population sur la question de la fusion des conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin, en une unique collectivité territoriale d’Alsace.

Une saine « simplification du mille-feuille administratif » me direz vous? Que nenni chers amis! Ce référendum ne fut ni plus ni moins qu’une étape supplémentaire dans le processus de création d’une Euro-région (aux frontières ethnolinguistiques) qui à terme, verrait la région Alsace être annexée par l’Allemagne, en fusionnant avec le Länder voisin du « Bade-Wurtemberg »… Retour en 40, autrement dit.

Échec cuisant pour les Européistes, puisque malgré la propagande déployée afin de promouvoir le OUI à la fusion, le vote des citoyens fut négatif, avec une très forte abstention. C’est là que notre bon monsieur Gaymard et la logique européiste entre en jeu. Les Français votent mal ? Et bien dans ce cas, supprimons le recours au référendum ! Tout simplement !


L’Europe, ce sera plus de démocratie; disaient-ils …

Mais comprenons Hervé Gaymard. Le vice-président de l’UMP étant à la fois député de la 2ème circonscription et président du conseil général de la Savoie. Il a dû se sentir pousser des ailes en constatant qu’une Eurorégion ethnolinguistique Savoyarde « autonome » était inclue dans le projet de destruction de la France.

Que se passerait-il si, dans « Sa région », la populace refusait le projet qui, à terme, le verrait certainement couronné Empereur de la Savoie indépendante ? Mais pas indépendante de Bruxelles et de Washington, évidemment.

Apprécions au passage le CV particulièrement impressionnant de sa femme Carla qui est actuellement :

– Membre du Conseil d’administration de la French-American Foundation France, (1)
– Chef de direction et Président de « General Electric France »,
– Vice-présidente de la branche Internationale de GE,
– Présidente de la chambre américaine de commerce en France.

Ce brave M. Gaymard a d’ailleurs publié un ouvrage majeur en janvier 2012. Admirez-moi donc ce titre et cette préface… J’en suis resté sans voix. Appréciez la performance dans la logique d’inversion, art subtil que nous allons explorer ensemble, tout au long de cet article.

« A l’heure où l’inquiétude, le scepticisme et le désabusement marquent les esprits et les cœurs, cette lettre d’amour a surgi de ma plume. Enthousiaste, et injuste peut-être. Mais vivante, et guidée par l’espérance. Il y a bien longtemps que j’ai compris qu’il fallait nous délivrer du carcan qui enserre la France, de cette peur qui la paralyse, de ce ressentiment qui la défigure. Pour mieux la servir (nda : la France). Et pour écrire ensemble de belles pages françaises dans ce nouveau monde qui se construit, en arrachant l’Europe à son tâtonnement, et en renouant avec notre appétit de vivre. C’est une invitation à tourner le dos au fatalisme, à refuser la frénésie et le vacarme de cette société qui nous asservit, à renouer avec l’engagement. Dans mes diverses activités politiques, j’ai connu des succès, mais aussi la déception et le rejet, lorsque j’ai dû démissionner du ministère de l’Économie et des Finances. Mon enracinement local et politique m’a permis de reconquérir la confiance de mes électeurs. Et je sais que c’est dans l’amour de la France et de l’humaine condition que nous saurons nous reconstruire. Si nous le voulons. »

Bien que depuis quelques années la notion de crime de haute trahison, ainsi que celle de complot contre la sûreté de l’État aient été supprimés de notre constitution par messieurs Chirac et Sarkozy (2), il serait grand temps d’oser appeler les choses par leur nom.

Si cet amendement est adopté par le Sénat, le peuple Français n’aura légalement plus son mot à dire quant au maintien des frontières du territoire national.

C’est donc un pas de plus vers la préparation d’une Europe fédérale des régions, à base ethnique, sous domination germano-américaine.



Euro Régions et Réforme territoriale : « Supprimer la France », les aveux du Figaro sur le but de la classe capitaliste la réforme territoriale en cours, qui cache outre une importante opération de massacre social, un véritable plan social qui ne dit pas son nom dans les différentes fonctions publiques derrière les nouvelles « réorganisations » en cours, une déstructuration du principe fondamentale d’égalité républicaine.

Réforme territoriale : « Supprimer la France » les aveux du Figaro sur le but de la classe capitaliste.

Derrière la Réforme territoriale le véritable projet « supprimer la France ». C’est ce que révèlent les aveux du Figaro.

Derrière les projets de « Réforme Territoriale » de décentralisation Acte 1, Acte 2 et Acte 3 et leurs Euro-régions, communauté de commune, Euro- métropoles, c’est un véritable projet de démantèlement de la République Une et Indivisible, garante de l’égalité et de la solidarité entre les travailleurs du pays, base de l’exercice de la souveraineté populaire, condition de la démocratie. Remplacée par le retour des féodalités dignes de l’Ancien Régime voir du Moyen Age instituant des potentats locaux sur des Territoires (les euro-Métropoles et les euro-régions) avec le retour des barons locaux. Et l’on voit de Notre Dame des Landes à Sivens, des stades pharaoniques et autres couteux grands projets inutiles ce qu’ils en coutent et comment agissent déjà ces nouveaux saigneurs.

Sans compter que cette balkanisation du territoire a également pour but de réactiver les clivages communautaristes pour diviser et dresser les travailleurs les uns contre les autres, de briser le droit du travail et les protections sociales collectives conquis de hautes luttes par les travailleurs de notre pays.



Dans le même, temps, avec le démantèlement de notre République et la construction de l’Union Européenne et l’Euro, la souveraineté populaire est réduite à néant.Il suffit de voir désormais comment la Commission Européenne dicte le budget et l’agenda des « réformes »au gouvernement, censurant la représentation nationale. Bien sûr, c’est sous couvert d’un soit disant rapprochement du pouvoir des intérêts locaux que la droite décomplexée (UMP et Cie) et la droite complexée (PS – EELV) s’entendent pour pousser les feux de cette« réforme de l’Etat ». C’est que cette « réforme structurelle » est réclamée à grand cris par la Commission Européenne, et par le patronat et les marchés financiers qui la dirigent.

Pourtant, qui peut croire que détruire les Communes pour les remplacer par de tentaculaires Euro-métropoles, supprimer les départements pour leur substituer de gigantesque Euro-Région et dissoudre l’Etat pour laisser les mains libre à l’Union Européenne du Capital de plus en plus totalitaire est un projet démocratique?Lire donc le projet de gouvernance du Medef « Besoins d’Aires »…

Ou même qu’ils lisent ce qu’en disent les éditorialistes de la droite, affichant dans les colonnes de leurs journaux leurs projets politiques. Ils verront que ce que dits le PRCF n’est pas une prévision de Cassandre. Ce sont des faits. C’est là le projet de la classe capitaliste !

Jugez donc (et ce n’est qu’un exemple) : dans l’édition du Figaro du 12 novembre 2014 dans les pages débats Opinions voila ce qu’écrivent Serge Federbusch et Yves de Kerdrel dans deux tribunes intitulées« l’Impôt une passion socialiste » et « la droite doit voter la réforme des régions ! ».

Ci-après deux extraits de citations qui méritent attention, en particulier pour les passages en gras.

« Les socialistes ont mal traduit le néolibéralisme en vogue depuis bientôt quarante ans dans le monde. Ils ont à peine dévêtu l’État mais ont rajouté couche sur couche à l’habit des autres collectivités au prétexte de déconcentration (…) La construction européenne et la mondialisation rendent en effet superflus, en France au moins deux des échelons suivants : communes, intercommunalités,départements, régions, État national et Union. Si un « cost killer » impitoyable s’emparait du pouvoir en Europe, il est probable qu’il supprimerait, pour la France, la strate départementale mais aussi la strate étatique qui entrave désormais les politiques communes (1) plus qu’elle ne les relaie. Naturellement les traditions nationales répugnent à cette disparition (2)
. Les élus n’ont pas envie de se faire hara-kiri » Serge Federbusch – Le Figaro – 12/11/2014

Décodage : Serge Federbusch – idéologue ultra libéral bien connu des groupes de réflexion patronaux – formule là on ne peut plus clairement le projet de la classe capitaliste.
  1. Supprimer ces strates héritées de la Révolution Française (Communes-Départements-Etat) dans lesquels la classe ouvrière a fini par conquérir – sinon une certaine influence – du moins une organisation lui permettant de résister et même de marquer des points. Empêchant de faits les politiques – fussent ils tels ceux de l’UMP’PEN ou du Parti Masstrichien Unique totalement aux services de la défense de la classe capitaliste – d’appliquer sans être confrontés à une résistance populaire les politiques ultra capitalistes impulsées par le patronat et les marchés financiers grâce à l’Union Européenne et l’Euro.
  2. Serge Federbusch constate d’ailleurs – en stratège de la lutte des classes pour sa classe – que le peuple français (« les traditions nationales ») y est opposé. On a pu le constater en 2005 où nos concitoyens ont massivement voté NON au référendum sur le TCE. Ou encore à chaque élection européenne depuis où ils revotent NON avec leur pied, par un boycott citoyen massif. Ou encore lors du Referendum en Alsace que la réforme territorial piétine allégrement.

« La première partie de la réforme territoriale va être soumise au cote des députés.(…) il s’agit là du premier étage de la fusée concernant la réforme de l’Etat. Celle que chacun à gauche (ndlr PS-EELV, la droite complexée) comme à droite qualifie de « mère de toute les réformes » (1) (…)

Cette réforme va dans le sens désiré d’un simplification de l’Etat et d’une réduction de la dépense publique » (…) Tous les leaders de droite proclament qu’ils mettront en place une vaste réforme territoriale s’ils arrivent au pouvoir en 2017. Certes le texte qu’AVallini soumettra aux députés dans quelques jours ne concerne qu’une partie de cette réforme de l’organisation du territoire. Suivront ensuite la réforme des départements (à l’échéance 2020) (2) et surtout celle des intercommunalités (3). Il n’empêche que la réduction de moitié du nombre de régions va dans le sens de l’histoire, et dans le sens de ce que font nos principaux voisins européens (4). (…)

En Italie (…) droite et gauche (ndlr : il est question ici du centre démocrate, de droite, la gauche ayant totalement disparue, résultat de l’eurocommunisme et de la mutation de ce qui fut le plus puissant PC de l’après guerre) se sont accordées pour supprimer les 107 « provincia » comparables à nos départements. (…) Formons le vœu que les parlementaires français de droite fassent preuve d’une responsabilité équivalente à celle de leurs homologues transalpins (5) Yves de Kerdrel – Le Figaro – 12/11/2014 . Le vicomte Yves de Kerdrel est un dirigeant de la presse Dassault, notamment de Valeurs Actuelles et de diverses publications financières pour les milieux capitalistes. Ex Young Leader, il participe aux réunions Bilderberg, membre de l’ex commission pour la libération de la croissance de Sarkozy de celle pour la diffusion de la culture économique de C Lagarde, rédacteur du Code de gouvernance du Medef…

Décodage. On pourrait s’étonner qu’un des portes paroles de la droite dure, un des tribuns de la classe capitaliste, habitué à instruire jour après jour le procès en illégitimité de l’équipe Hollande (ce qui est significatif de l’esprit de ces gens qui ne conçoivent le pouvoir que comme une propriété exclusive de leur classe, une dictature de la classe capitaliste, une dictature du 1%) en appelle à voter pour la réforme territoriale lancée par Hollande. Mais lorsqu’il s’agit de défendre un projet au service de leur classe, les capitalistes savent reconnaitre les leurs !
  1. Réforme de l’État « la mère des réforme » : Yves de Kerdrel revendique ici – comme Federbusch – l’extrême importance d’un point de vue de Classe de cette réforme. N’en déplaise aux naïfs qui voudraient croire qu’il ne s’agit que d’un projet sans impact, de simples modifications institutionnelles. Il s’agit bien d’une réforme visant à faire exploser les conquêtes des travailleurs, à conforter le pouvoir absolu de la classe capitaliste
  2. « supprimer les départements » : on retrouve là exactement la même revendication que celles de Federbusch – et qui est de fait contenu dans la loi Métropoles déjà votée par le parlement – la suppression des départements. Il convient de souligner que l’acte III de la décentralisation portant création des euro-métropoles mais également l’incitation à la création de nouveaux EPCI (établissement public de coopération intercommunal – en clair de collectivités territoriales) pouvant exercer – à leur demande – des compétences jusqu’ici réservées aux départements ou à l’Etat constitue de fait l’amorçage du projet de dissolution des départements et des communes, et de dépérissement de l’Etat Républicain
  3. « réforme des intercommunalité » : Idem, en clair, il s’agit de la revendication de suppression des communes et des départements
  4. « dans le sens de ce que font nos principaux voisins européens » : sans doutes aucun cette périphrase sibylline cache derrière un euphémisme abscon le fait qu’il s’agit là d’un projet européen impulsé et réalisé partout en europe, du moins dans les pays périphériques de l’Allemagne…
  5. …Belgique, Italie, France, Espagne…. après la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie, le processus de balkanisation et de division des états d’Europe est en marche. Exaltant les indentitarismes régionalistes, s’appuyant sur les volontés de pouvoir des potentats locaux, il s’agit de mettre en œuvre le principe bien connu du diviser pour mieux régner.

On observe une fois de plus, après 1792, après 1870, après 1940 que contre les travailleurs de France, la classe dominante de notre pays pour préserver ses privilèges, son pouvoir fait le choix de défaire le pays. Le clivage des intérêts de classe fait entrer en conjonction les intérêts sociaux etpolitique des travailleurs de France avec ceux de la Nation. Alors que la classe capitaliste fait le choix de dissoudre la France au profit de son UE supranationale totalitaire, qu’est ce que la Nation – lorsqu’elle est abandonnée, reniée et combattue par la classe capitaliste – si ce n’est la classe des travailleurs? Et le combat pour la souveraineté nationale entre en résonance avec celui pour la souveraineté populaire de la classe des travailleurs, c’est à dire le combat essentiel pour la démocratie.

Alors que chaque jours un peu plus monte l’exigence de démocratie, que la paix est menacée, que partout la régression sociale s’accélère, prendre appui sur le mot d’ordre de sortie de l’UE, de l’euro et de l’Otan par la voie progressiste en reprenant la défense des conquêtes du Conseil National de la Résistance– (Sécu, retraites, services publics, statuts de la fonction publique…) preuves quotidiennes de ce que le socialisme (le vrai) peut apporter à chacun – en fédérant un large front antifasciste populaire progressiste et patriotique c’est impulser une dynamique de contre offensive du camps des travailleurs propre à fédérer et faire se lever une large majorité – pour la paix, pour la démocratie, pour le progrès social et contre le fascisme – réouvrant aujourd’hui et maintenant une perspective internationaliste et progressiste en France, en Europe et dans le Monde, là où l’UE européenne, l’impérialisme euroatlantique oppose et divise les peuples et déclenche guerres sur guerres, écrase les salaires et les conquêtes sociales, prennant un visage chaque jour plus totalitaire et fascisant.


Pour s’en sortir, il faut en sortir ! Brisons les chaines de l’Union Européenne du Capital et sortons de l Union Européenne. = Impossible et trop tard. Toute cette réforme va créer une révolution sanglante, qui aidera le pouvoir aristocratique à mettre en place sa dictature finale sur la nation ! Diviser pour mieux régner! Tout comme la dernière révolution, il en sera de même pour celle-ci mais qui sera encore plus brutale de par les moyens financiers et militaires mis à la disposition des acteurs principaux pour lancer une offensive majeure visant à mettre en conformité les lois internationales de l'ONU. Il faut donc briser le pouvoir du peuple à tout prix pour y arriver, et alors viendra "leur paix"!

http://www.informations-en-direct-france.com/2016/09/les-euros-regions-voul…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 3 Oct - 05:36 (2016)    Sujet du message: IN THEORY, CARBON HAS A PRICE. WE JUST AREN'T PAYING IT Répondre en citant

IN THEORY, CARBON HAS A PRICE. WE JUST AREN'T PAYING IT

The lies continue...

The social cost of carbon measures the impact of each tonne of emissions, but may not go far enough

By Aaron Wherry, CBC News Posted: Oct 01, 2016 5:33 PM ET Last Updated: Oct 02, 2016 12:51 PM ET


Smoke billows from smokestacks and a coal fired generator at a steel factory on November 19, 2015 in the industrial province of Hebei, China. There's a cost to acting to curb emissions, but also a cost to not acting. (Kevin Frayer/Getty Images)

Aaron Wherry
Parliament Hill Bureau
Aaron Wherry has covered Parliament Hill since 2007 and has written for Maclean's, the National Post and the Globe and Mail.

Justin Trudeau's government may well succeed this fall at establishing a nationally recognized price on the carbon emissions that drive climate change.

It is the subject of some acrimony that action to mitigate climate change will come at some explicit cost. It is, no doubt, the easiest point of complaint.

But perhaps this should not merely be a discussion about the cost of acting. If we accept that there is a reason to act, it is surely because there will be a cost to not acting.

On that count, there is already one officially recognized measure. Unbeknownst to most, the federal government already attaches a cost to each tonne of carbon emissions — an estimate that was adopted by Stephen Harper's government.

Buried in the explanatory notes of various federal regulations passed in recent years is a measurement known as the "social cost of carbon." It is, with some limitations, an estimate of the cost associated with climate change's impacts on agricultural production, human health, flood risk and ecosystems.

For 2012, it was set at $28.44 per tonne, and was to increase gradually to $57.80 by 2050. After a reassessment earlier this year, it was set to $40.70 per tonne for 2016, rising steadily to $74.80 per tonne by 2050 — higher than any carbon price that currently exists at the provincial level.

This is an approximate price of climate change, a monetary estimate of the impact on future generations.

We just aren't paying for it. At least not in any way that could be described as a national tax.

The market failure of climate change


Nicholas Stern, the British economist who led a landmark study of the economics of global warming a decade ago, has argued that climate change is a failure of the free market. That is, the price we pay for the goods that produce carbon emissions does not account for the consequences of those emissions.

It is that disparity that could justify a government decision to intervene and, with the common welfare in mind, impose a price on those emissions.

Of course, the political equation is far from straightforward, complicated by the politics of taxation, the ephemeral nature of future consequence and the riddle of collective global action.

At present, the social cost of carbon, which the Canadian government formalized after Barack Obama's administration studied and adopted its own estimate, exists as a means of assessing the cost effectiveness of government regulation.


Canadian regulations on new vehicles in 2012 were estimated to reduce carbon emissions by 162 megatonnes in the federal government's behind-the-scenes 'social cost of carbon.' (Canadian Press)

Canadian regulations on new vehicles in 2012, for instance, were estimated to reduce carbon emissions by 162 megatonnes, thus providing a benefit of $3.9 billion.

That official estimate is not perfect. It does not account for the sort of catastrophic weather events that are projected to increase as the planet warms. As the economist Mark Jaccard notes, it does not attach a value to ensuring that the polar bear doesn't go extinct, a goal that society at large might find significant.

Research published three years ago argued that pricing carbon at the same rate as the social cost of carbon would not be enough to meet Canada's reduction targets. But Greenpeace's Keith Stewart has suggested it should be the starting point for discussion.

There are also other estimates. A Stanford study in 2015 put the cost at $220 per tonne. Meanwhile, if you take a decidedly different view of the math or the potential future impacts of climate change, you can reduce the price to a fraction of the current estimate.

Regardless, a debate about consequence might be preferable to what we have witnessed over the last decade: a debate about whether or not to put a price on carbon as if that was merely a political preference, rather than a potential imperative.

The price of not acting
 
There would, of course, still be a question of collective action: Why should we act to reduce our emissions unless or until larger polluters are ready to do exactly the same?

This argument seemingly discounts any leverage we might exert on such nations if we acted, any international restrictions or scorn we might face for not acting, and any moral grounds that might exist to act.

Waiting also comes with a price: As the White House argued in a 2014 report, the conceivable cost of acting increases over time as it becomes harder and harder to limit the rise of global temperatures.

In 2011, the National Roundtable on the Environment and the Economy estimated that the difference between limiting climate change and allowing the planet to warm more significantly could be an annual cost of $29 billion to the economy by 2075.

Last year, the Environmental Protection Agency in the United States attempted to quantify the averted consequences if climate change is mitigated and tallied thousands of fewer deaths due to poor air quality and extreme heat and billions of dollars in avoided damages and adaptation costs.

Last month, the United States formally began to incorporate climate change into its national security planning, acknowledging the social and political upheaval that environmental havoc could create.

All of which could be set against what the parliamentary budget officer projects to be the relatively modest impact on the Canadian economy of acting to meet our 2030 target.

The White House has described action to reduce emissions as "climate insurance," to be "taken out against the most severe and irreversible potential consequences of climate change."

The alternative is to wager that not paying now doesn't somehow end up costing a lot more later.

http://www.cbc.ca/news/politics/wherry-carbon-pricing-1.3779582?cmp=rss&amp…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 06:32 (2016)    Sujet du message: JESUIT HIGH SCHOOLS COMMIT TO CARE OF CREATION THROUGH IGNATIAN CARBON CHALLENGE Répondre en citant

JESUIT HIGH SCHOOLS COMMIT TO CARE OF CREATION THROUGH IGNATIAN CARBON CHALLENGE

By Kelly Swan

September 23, 2016 — Coinciding with Pope Francis’ Day of Prayer for the Care of Creation and designed to bring Laudato Si’ to life within classrooms and institutions, the Ignatian Solidarity Network and Catholic high schools around the country kicked off the Ignatian Carbon Challenge. The program, which began on Sept. 1 and runs through the 2016-2017 academic year, provides tangible resources for action and reflection to support institutions’ and individuals’ work toward a more sustainable lifestyle and campus environment.



 



An individual challenge provides teaching resources to educators and club moderators to weave challenges into their classrooms, allowing for tangible incorporation of Laudato Si’ into the curriculum. An institutional challenge invites school administrators to commit to making strides toward more sustainable schools. A series of suggested challenges will be presented throughout each month, including simple items, such as preparing a sustainable meal, on the individual level, and large scale efforts, such as the installation of low-flow faucets or motion sensor lights on the institutional level.

Progress will be tracked by the Ignatian Solidarity Network staff and will be publicized through social media using #IggyCarbon. The Ignatian Solidarity Network is a national social justice networking, education and advocacy organization animated by the spirituality of St. Ignatius Loyola, founder of the Jesuits.

As academic years begin, schools have plans in place to initiate the Ignatian Carbon Challenges on their campuses. St. Louis University High School incorporated program registration into the first day of classes and will be utilizing challenges as graded assignments. The school has also designated the science department offices and classrooms as “bottled water free zones.”

“We hope to make our campus and world more sustainable and make students more aware of their relationship to creation,” said Joe Cussen, assistant director of Christian service at Bellarmine College Preparatory in San Jose, California. Bellarmine Prep plans to integrate the individual challenge into their homeroom class program, designed as a competition with incentives and prizes for high-performing classes.



Some of the schools taking part in the Ignatian Carbon Challenge

To date, more than 3,000 individuals have registered, and 30 schools in the United States, Canada, Chile and Australia are participating, either through institutional or individual challenges.  Participating institutions include Bellarmine College Preparatory; Canadian Jesuits International, Cheverus High School in Portland, Maine; Creighton Preparatory School in Omaha, Nebraska; Cristo Rey Jesuit College Preparatory of Houston; Fairfield College Preparatory School in Connecticut; Gonzaga College High School in Washington, D.C.; Jesuit High School in Portland, Oregon; Loyola Academy in Wilmette, Illinois; McQuaid Jesuit High School in Rochester, New York; St. Bonaventure’s College in Canada; St. Louis University High School; and Verbum Dei High School in Los Angeles.

Registration is open until Dec. 1, 2016, and more information can found at http://igsol.net/iggycarbon.

[Source:

http://jesuits.org/news-detail?TN=NEWS-20160919100914_a


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 17:49 (2016)    Sujet du message: A BREAKDOWN OF ALL 17 POINTS OF AGENDA 2030 AND WHAT IT MEANS FOR HUMANITY. / US GOVERNMENT IS NOW READY TO TAKE EVERYTHING TO THE NEXT LEVEL - EPISODE 1092b Répondre en citant



A BREAKDOWN OF ALL 17 POINTS OF AGENDA 2030 AND WHAT IT MEANS FOR HUMANITY.
 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=zfMxsrcr1D0

US GOVERNMENT IS NOW READY TO TAKE EVERYTHING TO THE NEXT LEVEL - EPISODE 1092b
 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=tdtv9GA5d08


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 5 Oct - 23:56 (2016)    Sujet du message: CLIMAT : OBAMA SALUE UNE "JOURNEE HISTORIQUE" / PARIS CLIMATE PACT TAKES EFFECT NOV. 4 - UN SECRETARY-GENERAL Répondre en citant


CLIMAT : OBAMA SALUE UNE "JOURNEE HISTORIQUE"

ENGLISH : Obama: World Crossed Threshold Today for Paris Climate Deal to Take Effect
https://sputniknews.com/environment/20161005/1046040162/world-paris-climate-change-obama.html

Entrée en vigueur dans la lutte pour protéger la planète : le 4 Novembre 2016 - La grande tyrannie arrive
  • Mis à jour le 05/10/2016 à 23:16
  • Publié le 05/10/2016 à 22:24
Le président américain Barack Obama a salué ce mercredi "une journée historique" dans la lutte contre le réchauffement climatique après l'annonce de l'entrée en vigueur prochaine de l'accord international conclu à Paris fin 2015. "Aujourd'hui est une journée historique dans la lutte pour protéger notre planète pour les générations futures", a déclaré M. Obama, estimant qu'elle pourrait rester dans l'histoire "comme un tournant".

L'ONU a annoncé mercredi que l'accord de Paris sur le climat entrerait en vigueur dans 30 jours, soit avant le coup d'envoi de la prochaine grande conférence climat (COP22) à Marrakech, au Maroc. Le seuil requis - ratification par 55 pays représentant au moins 55% des émissions mondiales de gaz à effet de serre - vient en effet d'être atteint. "L'accord de Paris ne pourra, à lui seul, résoudre la crise climatique", a souligné Barack Obama lors d'une brève allocution depuis les jardins de la Maison Blanche.
Cependant, a-t-il insisté, l'entrée en vigueur du texte, qui vise à limiter la hausse de la température en deçà de 2°C par rapport au niveau pré-industriel, "envoie le signal que notre avenir sera celui des énergies propres".

Il ouvre la voie, à "une échelle sans précédent", aux investissements et à l'innovation dans une économie bas carbone, a-t-il ajouté. Cet accord "nous donne la meilleure chance possible sauver notre planète", a encore dit le président américain qui avait fait de la lutte contre le changement climatique l'une de ses priorités en arrivant au pouvoir en 2009. "Aucun pays, même un pays aussi puissant que le nôtre, ne peut relever ce défi seul. Nous devons nous y attaquer ensemble", a-t-il encore dit. Reconnaissant que la diplomatie était souvent un exercice long et frustrant, il a mis en exergue les négociations internationales sur le climat qui démontrent qu'avec "des efforts persistants, un fort leadership américain, de l'optimisme, de la confiance et de l'espoir", un résultat est possible. 

LIRE AUSSI :
» Ratification partielle de l'accord de Paris sur le climat


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/10/05/97001-20161005FILWWW00381-clim…

-----

PARIS CLIMATE PACT TAKES EFFECT NOV. 4 - UN SECRETARY-GENERAL
 


© AFP 2016/ THOMAS SAMSON Environment 22:52 05.10.2016(updated 22:57 05.10.2016)

 UN Secretary-General Ban Ki-moon said that the UN-brokered Paris climate-change agreement crossed the threshold for ratification on Wednesday and will therefore take effect on November 4.

UNITED NATIONS (Sputnik) — The UN-brokered Paris climate-change agreement crossed the threshold for ratification on Wednesday and will therefore take effect on November 4, UN Secretary-General Ban Ki-moon said in a statement.

“I am delighted to announce that today the Paris Agreement will cross the second and final threshold needed for entry into force, and will enter into force on 4 November 2016,” Ban stated.

He also urged governments and civil society to fully implement the Paris agreement and to act to mitigate effects of climate change.

Also Wednesday, US President Barack Obama said at a White House news conference that the Paris deal had been ratified by the minimum number of signatories needed for the agreement to enter into force.

Read more: https://sputniknews.com/environment/20161005/1046040261/paris-climate-chang…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Oct - 21:22 (2016)    Sujet du message: POLLUTION LUMINEUSE : EXTINCTION DES FEUX SAMEDI POUR NOIRCIR LA NUIT Répondre en citant

POLLUTION LUMINEUSE : EXTINCTION DES FEUX SAMEDI POUR NOIRCIR LA NUIT

Quelques événements reliés à ce culte de la noirceur. Vous pouvez en trouver beaucoup plus en faisant une recherche sur le sujet. Mais nous voyons clairement que ces événements sont reliés au rosaire et au culte marial. Et qu'a travers différents événements, les gens seront invités à regarder vers le ciel et à participer à différents événements, en rapport avec la lumière et l'énergie électrique considéré comme une pollution lumineuse. Ceci a pour but de préparer les esprits pour les coupes d'électricité qui bientôt viendront aussi dans notre pays, grâce aux sages qui tous nous ramener à l'âge de pierre. De la noirceur surgit la lumière : se pourrait-il que des "miracles" et des choses célestes se manifestent dans le ciel, en ce jour? Une apparition du démon Marie et de ses ET? Nul ne le sait vraiment, mais il faut voir dans cette supercherie, un autre leurre de l'Eglise de Rome.

Le Journal du Rosaire du 8 octobre 2016

Le Pèlerinage du Rosaire, organisé depuis 1908 par la famille dominicaine autour de la fête du Rosaire (7 octobre), clôt la saison des grands pèlerinages de l´été. Cette année, dans le cadre du Jubilé de la Miséricorde, le pèlerinage a pour thème « Heureux les miséricordieux ».
...
http://www.ktotv.com/video/00113711/le-journal-du-rosaire-du-8-octobre-2016


Sorties Hautes-Pyrénées - ladepeche.fr

www.ladepeche.fr › Grand Sud › Hautes-Pyrénées

La Fête de la biodiversité ce dimanche ... Le dimanche 9 octobre, entre 8 heures et 18 heures, l'ASCB organise, sur la place du foyer, son vide-greniers annuel. ... Consciente des effets de la pollution lumineuse sur l'environnement, la biodiversité et la santé, .... 10. Plus de 20.000 personnes au pèlerinage du Rosaire ...

Pollution lumineuse, chauve-souris et astronomie

09h15 - Jeudi 6 octobre

La commune de Lieurey organise deux manifestations les 7 et 8 octobre : « la nuit de la chauve-souris « (diaporama, promenade nocturne avec détecteur d’ultrasons) vendredi 7 octobre. Rendez-vous à 19 h à la salle polyvalente de la mairie de Lieurey. Philippe Tranquille, habitant d’Epreville-en-Lieuvin passionné d’astronomie, propose une soirée d’observation des étoiles à la lueur des bougies samedi 8 octobre à 21 h au stade de Lieurey.

Pollution lumineuse et idées reçues
Document Pdf : https://www.jourdelanuit.fr/2016/livret-pollution-lumineuse.pdf

-----


Paris - De nombreuses collectivités - des grandes villes comme Paris, Rennes, ou Grenoble à de petites communes rurales - vont éteindre samedi soir une partie de leurs bâtiments publics pour réduire la pollution lumineuse à l'occasion de la 8e opération du Jour de la nuit.

Depuis quelques années, la nuit est confrontée à la montée d'une pollution lumineuse issue d'une généralisation de l'éclairage artificiel, qui engendre un gaspillage d'énergie important, trouble les écosystèmes et fait disparaître le ciel étoilé, écrit l'ONG Agir pour l'environnement qui organise l'opération avec 25 associations et institutions.

D'après l'ONG, en 2015, la France comptait 11 millions de points lumineux contre 9 millions en 2009.

Le jour de la nuit est l'occasion de prendre conscience de l'impact de tous ces halos de lumière, de sensibiliser les citoyens via des animations (observation de la faune, des étoiles, marche de nuit) et d'amener les collectivités à réviser leur politique en la matière.

Une nuit plus noire permet de moins perturber la faune nocturne, d'épargner des millions d'insectes et de baisser la consommation énergétique des collectivités.

Selon les organisateurs du Jour de la nuit, l'éclairage public représente 37% de la facture d'électricité des communes même si, selon un sondage réalisé pour Agir pour l'environnement, plus de 70% d'entre elles disent avoir pris des mesures pour le limiter.

Extinction nocturne, détecteur de présence qui déclenche l'éclairage, adaptation de la luminescence font partie des mesures possibles.

Les lampes LED si elles réduisent la consommation énergétique ne permettent pas d'agir sur la puissance de l'éclairage.

Des centaines d'opérations d'extinctions et des animations sont répertoriées sur le site www.lejourdelanuit.fr.

(©AFP / 07 octobre 2016 14h38)


http://www.romandie.com/news/Pollution-lumineuse-extinction-des-feux-samedi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Oct - 21:53 (2016)    Sujet du message: COMMUNIST TAKEOVER : THE UN NOW OWNS THE CLIMATE ALL THANKS TO "SOFA SUPERSTARS" Répondre en citant

COMMUNIST TAKEOVER : THE UN NOW OWNS THE CLIMATE ALL THANKS TO "SOFA SUPERSTARS"



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JxCM4nauuno

For More on the UN: https://freedomfightertimes.com/end-t...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 8 Oct - 04:25 (2016)    Sujet du message: OBAMA SUGGESTS CLIMATE CHANGE TO BLAME FOR SYRIAN CIVIL WAR / LEONARDO DiCAPRIO & OBAMA TALK CLIMATE CHANGE AT SXSL / LEONARDO DiCAPRIO & OBAMA TALK CLIMATE CHANGE AT SXSL Répondre en citant

OBAMA SUGGESTS CLIMATE CHANGE TO BLAME FOR SYRIAN CIVIL WAR Rolling Eyes



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=FREq99KaLX4

Discussing the threat of climate change with Hollywood actor Leonardo DiCaprio, President Obama says "powerful" studies suggest "the droughts that happened in Syria contributed to the unrest and the Syrian civil war."

PRESIDENT OBAMA: "There's already some really interesting work -- not definitive but powerful -- showing that the droughts that happened in Syria contributed to the unrest and the Syrian civil war. Well, if you start magnifying that across a lot of states, a lot of nation states that already contain a lot of poor people who are just right at the margins of survival, this becomes a national security issue. And, that's why even as we have members of Congress who scoff at climate change at the same time as they are saluting and wearing flag pins and extolling their patriotism they're not paying attention to our Joints Chief of Staff and the Pentagon who are saying this is one of the most significant national security threats that we face over the next fifty years."

SXSL: President Obama Participates in a Discussion with Leonardo DiCaprio and Dr. Katharine Hayhoe

The White House
October 3, 2016

LEONARDO DiCAPRIO & OBAMA TALK CLIMATE CHANGE AT SXSL Rolling Eyes



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=SxHKsaG6Guc

On Monday, DiCaprio and Obama were joined by climate scientist Katharine Hayhoe from Texas Tech University. DiCaprio, who took on the role of interviewer for the evening, began by thanking Obama for his “extraordinary leadership” on environmental issues. “If you do not believe in climate change, you do not believe in facts,” the actor said, noting that anyone who doesn’t agree with the settled science “should not hold public office.” That comment, a clear dig at candidates like at Donald Trump who has called climate change a hoax perpetrated by China, was met with loud cheers from the crowd in attendance.

In turn, Obama told DiCaprio that he is “very proud” of his administration’s record on climate action, citing last year’s Paris agreement as an example of the progress being made. But he also admitted that even if every country held up their end of the bargain, it wouldn’t be enough. "Climate change is happening at a faster rate than what was predicted even 5 years ago,” the president said, adding that we’re in a “race against time.” While the idea of a carbon tax also got a big ovation from attendees, the president admitted the likelihood of any “immediate” action in that area is still a “ways away.”


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 12 Oct - 06:27 (2016)    Sujet du message: ONU/ SEMAINE DE L'AFRIQUE : RENFORCER LES PARTENARIATS AU SERVICE DE LA PAIX ET DU DEVELOPPEMENT Répondre en citant

ONU/ SEMAINE DE L'AFRIQUE : RENFORCER LES PARTENARIATS AU SERVICE DE LA PAIX ET DU DEVELOPPEMENT

DESTRUCTION, SOLUTIONS, RECONSTRUCTION SUR LES NOUVELLES NORMES D'AGENDA 2030. Ce peuple est maintenant condamné : contrôle total par les militaires US et ONU et service de police local, vaccination contre le choléra, relocalisation des citoyens car toutes leurs maisons et 80 pour cent des cultures sont détruites. Le diable est descendu parmi vous avec grande rage. Les sorciers vaudoux et les idoles ne pourront pas les sauver.



La Semaine de l’Afrique a ouvert ses travaux au Siège de l'ONU lundi, placée sous le thème « Renforcer les partenariats au bénéfice du développement durable et inclusif, de la bonne gouvernance, de la paix et de la stabilité en Afrique ».

L'édition 2016 de cette réunion annuelle vise notamment cette à souligner l’importance des partenariats pour les Programmes de développement de l'ONU à l'horizon 2030 et celui de l'Union africaine à l'horizon 2063, en vue de les renforcer et mobiliser et partager les connaissances, les expertises, les technologies et les ressources financières.

Le plus grand partenaire du continent depuis près d'une décennie, la Chine, était parmi les intervenants. Par la voix de son Représentant permanent auprès de l'ONU, Jiyei LIU, elle a affirmé que son pays fondait sa politique en Afrique dans sa capacité à aider le continent et voulait assurer que la coopération sino-africaine ait un bon résultat.

« En 7 années consécutives, la Chine a été le plus grand partenaire commercial pour l’Afrique » a déclaré Jieyi Liu, précisant qu'en 2015, le commerce sino-africain avait atteint 179 milliards de dollars alors que les investissements chinois en Afrique ont dépassé 100 milliards de dollars.

« La Chine a essayé de son mieux d’aider l’Afrique à améliorer le système de santé publique, surtout au cours de la lutte contre Ébola », a également souligné l'Ambassadeur détaillant que la Chine avait fourni 750 millions de dollars à 13 pays africains en fonds humanitaire d’urgence de secours.
 
(Extrait sonore: Jieyi Liu, Représentant permanent de la Chine auprès des Nations Unies)

http://www.unmultimedia.org/radio/french/2016/10/onu-semaine-de-lafrique-re…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 10:39 (2016)    Sujet du message: BELGIQUE : BIENVENUE SUR LE SITE DE LA CONCERTATION DES EGLISES CHRETIENNES DE LA PROVINCE DE LIEGE Répondre en citant

BELGIQUE : BIENVENUE SUR LE SITE DE LA CONCERTATION DES EGLISES CHRETIENNES DE LA PROVINCE DE LIEGE

Ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres sur l'implication importante des églises catholiques et protestantes concernant la mise en place de l'encyclique Laudato Si' du pape François



http://www.nouvelles-oecumeniques.be/site/news.php


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Oct - 03:20 (2016)    Sujet du message: FRANCE : LE CARD. PIETRO PAROLIN RECOIT LA MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT Répondre en citant

FRANCE : LE CARD. PIETRO PAROLIN RECOIT LA MINISTRE DE L'ENVIRONNEMENT

Card. Pietro Parolin est un jésuite. Card. Pietro Parolin is a jesuit.
 
L’encyclique du pape François Laudato si’ « pour tous »

16 octobre 2016 Anita Bourdin Nature, environnement, Rome

Entretien avec le card. Parolin, fil Twitter de Mme Royal

A la tête de la délégation française pour la double canonisation de Salomon Leclerc et d’Elisabeth de la Trinité, la ministre française de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat, Présidente de la COP21, Mme Ségolène Royal, a été reçue au Vatican par le cardinal Secrétaire d’Etat Pietro Parolin, ce dimanche 16 octobre 2016.

L’entretien a porté sur « le maintien de la paix, l’aide aux plus démunis, la sauvegarde de l’environnement », indique le fil Twitter de la ministre française.

« Avant la cérémonie, j’ai pu remercier le Pape François pour son rôle majeur dans la réussite de l’Accord de Paris pour le climat », indique aussi Mme Royal.

Toujours selon la même source, « Laudato si’ « sauvegarde de la maison commune » » est une « Encyclique entièrement consacrée aux questions écologiques, qui s’adresse à tous ».

A l’occasion de la canonisation, Mme Royal fait état d’échanges, Place Saint-Pierre, avec les carmélites, présentes pour la canonisation de la carmélite de Dijon, Elisabeth de la Trinité.

https://fr.zenit.org/articles/france-le-card-pietro-parolin-recoit-la-minis…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Oct - 06:59 (2016)    Sujet du message: HOLY SEE’S NOTE ON 1st ANNIVERSARY OF ADOPTION OF SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS Répondre en citant



HOLY SEE’S NOTE ON 1st ANNIVERSARY OF ADOPTION OF SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS

The great seduction


Below is the text of the Holy See’s Note On 1st Anniversary Of Adoption Of Sustainable Development Goals, written by Archbishop Bernardito Auza, Apostolic Nuncio and Permanent Observer of the Holy See to the United Nations. It was published on Oct.18. on The Permanent Observer Mission of […]

October 19, 2016 Deborah Castellano Lubov Vatican Dicasteries/Diplomacy

 
PHOTO.VA - OSSERVATORE ROMANO

Below is the text of the Holy See’s Note On 1st Anniversary Of Adoption Of Sustainable Development Goals, written by Archbishop Bernardito Auza, Apostolic Nuncio and Permanent Observer of the Holy See to the United Nations. It was published on Oct.18. on The Permanent Observer Mission of the Holy See to the United Nation website:

***

Introduction

1.     With proper and laudable aspirations, the 2030 Agenda, a non-binding international plan of action, was adopted by the General Assembly in the form of a resolution.[1] It is divided into five parts: (a) the preamble; (b) the Declaration; (c) the Sustainable Development Goals and targets; (d) the means of implementation and the Global Partnership; (e) the follow-up and review.

2.     In fulfilling its specifically spiritual and moral mission in the international community and within the framework of its particular status in the United Nations, the Holy See actively participated in the negotiations over the course of nearly two and a half years, both in the Open Working Group of the General Assembly on Sustainable Development Goals and in the intergovernmental negotiations on the post-2015 development agenda.

3.     Pope Francis, in his address to the General Assembly on 25 September 2015, described the adoption of the 2030 Agenda for Sustainable Development at the summit as “an important sign of hope”. A hope that will be realized if the Agenda is truly, fairly and effectively implemented.

4.     However, Pope Francis has warned the international community about the danger of falling into “a declarationist nominalism”, which means the practice of “assuaging consciences” with solemn and agreeable declarations, rather than rendering “truly effective the struggle against all scourges”. The Holy See, for example, expresses its hope that the current indicator of extreme poverty, approximately a dollar a day, could be accompanied by or substituted with more ambitious and broader indicators. The Holy Father has also alerted the international community to the peril of thinking that “a single theoretical and aprioristic solution will provide an answer to all the challenges”.

5.     Heeding the words of Pope Francis, the Holy See wishes to consider certain principles in evaluating the 2030 Agenda and in interpreting and implementing it at the national and international levels. To this end, the present note is divided into two parts. Part I sets out the key points contained in the address of Pope Francis to the United Nations as they relate to the 2030 Agenda. Part II considers the 2030 Agenda in the light of these and other principles.

      Part I: general principles

6.     Understanding integral human development. The pillars of integral human development, namely, the right to life and, more generally, the right to existence of human nature itself, are threatened when we no longer recognize any instance above ourselves or see nothing else but ourselves. This can only be remedied by recognition of a moral law that is written into human nature itself, one which includes absolute respect for life in all its stages and dimensions and the natural difference between man and woman. Human rights derive from a correct understanding of human nature, the human person, inherent human dignity and the moral law.

7.     Recognizing the poor as dignified agents of their own destiny. To enable men and women to escape from extreme poverty, they must be dignified agents of their own destiny, taking into consideration that integral human development and the full exercise of human dignity cannot be imposed, but rather allowed to unfold for each individual, for every family, in relation to others, and in a right relationship with those areas in which human social life develops.[2]

8.     Providing both spiritual and material means. At the same time, the minimum spiritual and material means are needed to enable a person to live in dignity and to create and support a family, which is the primary cell of any social development. In practical terms, this means: religious freedom and education, as well as lodging, labour, land, food, water and health care.

9.     Respect for the principle of justice. Justice[3] requires concrete steps and immediate measures for preserving and improving the natural environment and putting an end to the phenomenon of social and economic exclusion, with its baneful consequences.[4]

10.    The right to education in the light of the transcendent destiny of the human person. The right to a quality and integral education must include religious education. This presupposes a holistic approach, which is ensured first and foremost by respecting and reinforcing the primary right of the family to educate its children, as well as the right of churches and social groups to support and assist families in this endeavour. Indeed, education, which etymologically means “to bring out” or “to lead out”, has a fundamental role in helping people to discover their talents and potential for putting them at the service of mankind: each person has something to offer to society and must be enabled to provide his or her contribution. An authentic education should focus on relationships because development is the fruit of good relations.

11.    Respect for the rule of law. It follows that if we want true integral human development for all, we must work to avoid conflict between nations and between peoples by ensuring the uncontested rule of law.

12.    Peaceful resolution of disputes. We must have recourse to the peaceful resolution of disputes through dialogue, negotiation, mediation and arbitration; the renewal and acceleration of efforts in the disarmament process; transparency in the sale of arms and prohibitions in this trade to countries in conflict.

13.    Service to others and respect for the common good. This calls for a wisdom which is open to the reality of transcendence and which recognizes that the full meaning of individual and collective life is found in selfless service to others and in the prudent and respectful use of creation for the common good.

14.    Building the foundation of universal fraternity. In the final analysis, the common home of all men and women must continue to be constructed on the foundations of a correct understanding of universal fraternity and respect for the sacredness of created nature, beginning with every human life.

    Part II: the 2030 Agenda for Sustainable Development

15.    The 2030 Agenda is a clear sign that, in spite of differences in some areas, the international community has come together and affirmed its commitment to eradicate poverty in all its forms and dimensions and to ensure that all children, women and men throughout the world will have the conditions necessary to live in true freedom and dignity. Keeping in mind that the Holy See agrees with most of the goals and targets enumerated in the Agenda, at this point, the Holy See, in conformity with its nature and particular mission, wishes to make clarifications and reservations on some of the concepts used in the 2030 Agenda. The Holy See wishes to highlight the fact that the comments made herein take into consideration the reservations it entered into the record concerning targets 3.7 and 5.6, paragraph 26 of the Agenda as well as certain expressions, the full details of which can be found in the Holy See’s position statement on the 2030 Agenda.[5]

16.    Interpretation. The 2030 Agenda acknowledges that it must be interpreted in accordance with international law, including international human rights law (General Assembly resolution 70/1, paras. 10, 18 and 19).

(a)     That the Agenda should be interpreted pursuant to these norms means — and the Holy See emphasizes — a “proper interpretation” in accordance with consolidated and recognized principles.[6]

(b)    In this regard, the Holy See maintains that the 2030 Agenda should be construed in good faith according to the ordinary meaning of the terms in their context and in the light of the 2030 Agenda’s object and purpose, which is set out in the preamble and reaffirmed in the Declaration.

(c)     It follows that the goals, targets and eventual indicators should not be considered in isolation from the Agenda.

(d)    The Holy See is guided by the concept of the common good, as defined in the present note (see para. 19 (b)), in addition to the principles of solidarity and subsidiarity, which are explicitly reflected in the 2030 Agenda, in a variety of ways.

(e)     The principles of national sovereignty, territorial integrity and political independence of States are also explicitly acknowledged along with the “different approaches, visions, models and tools available to each country” (ibid., para. 59; see also preamble, para. 5 and paras. 3, 5, 18, 21, 38, 47, 55, 56).

17.    Purpose of the Agenda. With the 2030 Agenda, the international community is committed to “eradicating poverty in all its forms and dimensions” (preamble, para. 1) based on the “centrality of the human person as the subject primarily responsible for development” and the related pledge that “no one will be left behind” (preamble, para. 2 and paras. 4, 48).[7]

(a)     It is in this perspective that the entire 2030 Agenda should be read, and this includes the respect for the right to life of the person, from conception until natural death.[8]

(b)    The poles of human life have been described by Pope Francis as “the strength” and “memory” of the family in underlining that “[a] people incapable of caring for children and caring for the elderly is a people without a future, because it lacks the strength and the memory needed to move forward”.[9]

18.    Centrality of the human person. That the human person is the primary subject responsible for development (preamble, paras. 1, 2, 5 and 7 and paras. 1, 2, 27, 50, 52, 74 (e)), means that we need a deeper appreciation “of our common origin, of our mutual belonging, and of a future to be shared with everyone”.[10]

(a)     This, in turn, entails a growing awareness of our general human nature, of the transcendent dimension of human existence as well as respect for the human body in its femininity or masculinity.[11]

(b)    A correct understanding of the human person, as a unity of body and soul, leads to a recognition that sexuality is an important dimension of human identity.

(c)     Sexuality must be lived in accordance with the dignity of each person, who does not have individual sexual rights, since a sexual relationship requires full respect for the dignity and liberty of each person forming the couple.

19.    The concept of human dignity. The 2030 Agenda uses the term “dignity” in a variety of ways (preamble, para. 4 and paras. 4, 8, 50).

(a)     It acknowledges the dignity of every human being in using the term “human dignity”, which the Holy See understands to mean inherent and inalienable human dignity, that is, the transcendent worth of the human person, from which rights and duties derive.[12]

(b)    The Agenda also speaks of persons who live in dignity, which the Holy See relates to the principle of the common good: an objective evaluation of a relatively thorough and ready access to the sum of conditions of social life directed to integral development and genuine fulfillment.[13]

(c)     In addition, the Holy See maintains that each person has an “acquired dignity” that is developed when one freely maximizes or perfects his or her possibilities in accordance with right reason, and for believers, such reason is illumined by faith.[14]

20.    Promotion of women and men, girls and boys. We must acknowledge that women have a special role to play in the family and society and with specific regard to integral human development per se.

(a)     This is due to their unique presence in the creation of life as physical and spiritual mothers, who have special, but not exclusive gifts, that include defending, nurturing, and caring for life, from conception until natural death.


(b)    It follows that women must be promoted and given the means to realize their inherent dignity as feminine persons and protected from psychological and physical violence, through all forms of abortion, including female feticide and female infanticide, so that they can contribute their gifts in all contexts of society, including informal peace processes (such as the family and various organizations) and formal peace processes.

(c)     The Holy See emphasizes that any references to “gender”, “gender equality” and “gender equality and empowerment of women and girls” are understood according to the ordinary, generally accepted usage of the word “gender” based on the biological identity that is male and female, which is, in turn, reinforced by the numerous references in the 2030 Agenda to both sexes (paras. 15, 20, 25). Pope Francis, following in the footsteps of his predecessors, has frequently spoken about the perils of “gender ideology” which denies the relevance of biological sex, male and female, in opining that there is a plethora of “genders” based on one’s subjective perceptions.[15]

(d)    By using the term “promotion”, instead of “empowerment”, the Holy See seeks to avoid a disordered view of authority as power rather than service,[16] and expresses the hope that women and girls, in particular, will challenge this flawed perspective of authority with a view to humanizing the situations in which they live.

(e)    Consequently, to avoid ideological and political connotations, the expression “promotion of women” should be understood as respect for the dignity of women, strengthening them, educating them, giving them a voice when they have none and helping them to develop abilities and assume responsibilities.

(f)   However, the promotion of women is difficult to achieve without the “promotion of men”, in the sense of encouraging and supporting them to be responsible husbands and fathers and to assume their responsibilities in advancing the integral development of women and girls.


21.    Health. The Holy See supports and promotes access to basic health care and affordable medicines as well as a broad health-care context which includes clean water, sanitation, electricity for hospitals and health-care units and the training of nurses and doctors. The Holy See reads Goal 2 as including the right to food and Goal 6 as including the right to water and the concept of affordable water.

(a)     The term “healthy life” is to be understood to mean the health of the person as a whole — including the most vulnerable, the unborn, the sick, the disabled — during all stages of development of the life of the person, taking into consideration every dimension (physical, psychological, spiritual and emotional).

(b)    Since the right to health is a corollary to the right to life, it can never be used as a way to end the life of a person, who is such from conception until natural death. The same is true for targets 3.7 and 5.6. In brief, target 3.7 advocates “universal access to sexual and reproductive health-care services, including for family planning, information and education, and the integration of reproductive health into national strategies and programmes” while target 5.6 calls for “universal access to sexual and reproductive health and reproductive rights”.

(c)     In regard to “reproductive health” and related expressions, including “sexual and reproductive health and reproductive rights” (target 5.6), the very terms “reproduction” and “reproductive” are problematic since they obscure the transcendent dimension of human procreation. The term “procreation” is preferred because it reflects the participation of the couple, man and woman, in God’s work of creation.

(d)    The Holy See does not consider such terms as applying to a holistic concept of health, as they fail to embrace, each in their own particular way, the person in the entirety of his or her personality, mind and body, and they further fail to foster the achievement of personal maturity in sexuality and in the area of mutual love and decision-making, thereby overlooking the characteristics of the conjugal relationship between a married man and woman that are in accordance with moral norms.[17] The Holy See rejects the interpretation that considers abortion or access to abortion, maternal surrogacy or sex-selective abortion, and sterilization as dimensions of these terms.

(e)     In regard to Goal 10 devoted to reducing inequality within and among countries and target 10.b on development assistance, it should be understood that States and international organizations are not permitted to use coercion or the exertion of pressure on other States and organizations in order to impose policies that undermine the ethical and cultural foundations of the society through international economic assistance or development programmes.[18]

(f)     Similarly, national governments should ensure that public and private health care respect the inherent dignity of the human person and ethical and medical protocols, based on right reason, as well as the freedom of religion and right to conscientious objection of health-care workers and providers.

22.    The rights and duties of the family. That the human person, a social being, is at the heart of the 2030 Agenda means — and the Holy See emphasizes — that the family, the natural and fundamental unit of society, based on marriage between one man and one woman, is also at the centre of development, and in accordance with international human rights law is entitled to protection by society and the State.[19] The 2030 Agenda also rightly recognizes the importance of “cohesive communities and families” (para. 25).

(a)    The communion between husband and wife gives life to the love and solidarity of all members of the family, from which local, national, regional and international solidarity derive. For purposes of international law, a distinction must be made between the family as a “unit of society” and “household”, the term used in Goal 5, target 5.4.

(b)    The latter term includes a variety of living situations (for example, child-headed households, single mothers with children under their care, cohabitating couples), whose individual members and their well-being are always of concern for the State. On the other hand, such protection should never detract from the special protection that must be given to the family which is the natural and fundamental unit of society as a subject of rights and duties prior to the State.[20]

(c)     On this point, the Holy See relies on the “Charter of the Rights of the Family” (1983) in relation to what protection for the family might entail through its consideration of the issues based on right reason.

(d)    In the words of Pope Francis, “[w]e cannot call any society healthy when it does not leave real room for family life. We cannot think that a society has a future when it fails to pass laws capable of protecting families and ensuring their basic needs”.[21]

23.    The rights and duties of parents. The recognition of the special protection to be given the family based on the marriage between one man and one woman, recognized in international law, means that the international community favours the transmission of life with the intimate relationship of parents and care of their children.

(a)     This reality is supported by the Convention on the Rights of the Child, when it recognizes that the family is “the natural environment for the growth and well-being of all its members and particularly children” (Convention on the Rights of the Child, preamble, para. 5); and when it acknowledges that a child has the “right to know and be cared for by his or her parents” (Convention on the Rights of the Child, art. 7).

(b)    The Holy See underlines that it cannot endorse methods of family planning which fundamentally separate the essential dimensions of sexuality, namely the unitive and procreative elements of the conjugal act between a husband and a wife.[22]

(c)     Moreover, the responsible and moral decisions concerning the number of children and the spacing of births belong to parents, who must be free from all coercion and pressure from public authorities, including any demographic data that might induce fear and anxiety about the future. Fertility awareness and education are fundamental in the promotion of responsible parenthood.[23]

(d)    The governments of countries should also be free from similar coercion and pressure, especially by “oppressive lending systems”.[24]  In this regard, Pope Francis has also underlined the perils of “ideological colonization”, that is, when the cost of receiving the money is the imposition of an idea upon the people that “changes, or means to change, a mentality or a structure”.[25]

(e)     Furthermore, in the first instance, parents have the responsibility to protect the rights of the children “before as well as after birth” and together with the State must ensure access “to pre-natal and post-natal health care” (Convention on the Rights of the Child, preamble, para. 9 and para. 24).

(f)     Consequently, the Holy See reads the 2030 Agenda, with particular regard to the reduction of preventable “newborn, child and maternal mortality”, so as to include the unborn child.

(g)    With specific regard to young parents, so that a man and a woman of the appropriate age may marry each other, conditions must be developed to assist these couples with particular attention to work, education, rest and family balancing issues.

(h)    In addition, the Holy See has continually emphasized the prior rights of parents to educate their child according to their religious and moral beliefs, including dimensions of human love and related matters concerning the nature of sexuality, marriage and the family.[26]

24.    Freedom of religion. From the perspective of the Holy See, the phrase ending “poverty in all its forms” (General Assembly resolution 70/1, preamble, para. 1), includes material, social and spiritual poverty. The 2030 Agenda acknowledges intercultural understanding and recognizes international human rights law, both of which include religious freedom.

(a)     The Holy See wishes to emphasize that the religious dimension is not a “subculture without right to a voice in the public square”; it is a fundamental part of every people and every nation and “by its nature, transcends places of worship and the private sphere of individuals and families”.[27]

(b)    Religious freedom “shapes the way we interact socially and personally with our neighbours whose religious views differ from our own” and interreligious dialogue, permits us to speak to one another, as opposed to taking up arms.[28]

(c)     Taking into consideration the ongoing atrocities against Christians and other religious minorities, the Holy See maintains that issues relating to religious freedom per se and freedom of conscience as well as interreligious and intrareligious dialogue must be given priority for the ultimate success of the 2030 Agenda.

(d)    Indeed, the separate goals in the 2030 Agenda relating to peace and inclusive societies are of particular importance for the related crisis concerning the increasing numbers of migrants, refugees and displaced persons, who are obviously bringing with them various religious traditions.

(e)     The strength, determination and perseverance of these people “remind us of the transcendent dimension of human existence and our irreducible freedom in the face of any claim to absolute power”.[29]

25.    Integral human development. According to the 2030 Agenda, it is an “integrated” development plan based on the three dimensions of sustainable development: economic, social and environmental, which, as noted above, puts the human person at the heart of the plan (preamble).

(a)     This means that the success of the 2030 Agenda depends upon going beyond the language of economics and statistics precisely because the real emphasis is on the human person and his or her activities.[30]

(b)   Therefore, considerations of a moral, spiritual and religious dimension cannot be ignored without serious detriment to the human person and his or her full development.
(c)     It follows that Goal 12 on ensuring sustainable consumption and production patterns should be understood as not only regarding limits on natural resources but also as including criteria that relates to the promotion of solidarity and self-restraint.

(d)    With regard to the term “sustainable development” the Holy See understands the concept as referring to the acknowledgement of “the limits of available resources, and of the need to respect the integrity and the cycles of nature … [as well as] the nature of each being and of its mutual connection in an ordered system, which is precisely the cosmos”.[31]

(e)     The Holy See prefers to use the expression “integral human development”, which includes sustainable development.
 
1.  General Assembly resolution 70/1 of 25 September 2015, entitled “Transforming our world: the 2030 Agenda for Sustainable Development”.

2.  For example, families, friends, communities, towns and cities, schools, businesses and unions, provinces and nations.

3.  It is noteworthy that the perennial concept of justice is the constant and perpetual will to give to the other what is his or her due.

4. For example, human trafficking, the marketing of human organs and tissues, the sexual exploitation of boys and girls, slave labour, including prostitution, the drug and weapons trade, terrorism and international organized crime.

5. Position statement of the Holy See on the outcome document of the United Nations summit for the adoption of the post-2015 development agenda, “Transforming our world: the 2030 Agenda for Sustainable Development” (New York, 1 September 2015); see also the explanation of position and reservations of the Holy See on the report of the Open Working Group on Sustainable Development Goals (A/68/970/Add.1, pp. 22-23).

6. Ibid.

7. Ibid.

8. Ibid.

9. Pope Francis, “Prayer vigil for the Festival of Families: address of the Holy Father”, Philadelphia, 26 September 2015.

10. Position statement on the 2030 Agenda.

11. Ibid.

12. Universal Declaration of Human Rights, preamble, para. 1; International Covenant on Civil and Political Rights, preamble, paras. 1 and 2; and International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights, preamble, paras. 1 and 2.

13. See Catechism of the Catholic Church 1905-1912, 1924-1927 (1993); and Pastoral Constitution on the Church in the modern world, Gaudium et Spes, 7 December 1965, No. 26.

14. Pontifical Council for the Family, “The family and human rights”, 1998, No. 13.

15. See, for example, Pope Francis, “Address to the bishops of the Episcopal Conference of Puerto Rico on their Ad Limina visit”, Domus Sanctae Marthae, 8 June 2015; see also encyclical letter “Laudato Si: On Care for Our Common Home”, 24 May 2015, No. 155; and “Address to the United Nations Organization”, New York, 25 September 2015.

16. Pope Francis, homily, 19 March 2013; see also Congregation on the Doctrine of the Faith, “Letter to the bishops of the Catholic Church on the collaboration of men and women in the Church and in the world” (2004).

17. See Report of the International Conference on Population and Development, Cairo, 5‑13 September 1994 (United Nations publication, Sales No. E.95.XIII.18), chap. V, para. 27; see also position statement on the 2030 Agenda.

18. In “Laudato Si: On Care for Our Common Home”, No. 50, the Pope lamented that “nstead of resolving the problems of the poor and thinking of how the world can be different, some can only propose a reduction in the birth rate” and apply international pressure on developing countries, “which make economic assistance contingent on certain policies of ‘reproductive health’”.

19. Universal Declaration of Human Rights, art. 16.3; International Covenant on Civil and Political Rights, art. 23.1; and International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights, art. 10.1.

20. Ibid.

21. See “Prayer vigil for the Festival of Families: address of the Holy Father”, 2015; see also the intervention of the Secretary for Relations with States at the United Nations summit for the adoption of the post-2015 development agenda, New York, 27 September 2015: “The family, the natural and fundamental unit of society, is the primary agent of sustainable development, and therefore the model of communion and solidarity among nations and international institutions. A shared concern for the family and its members is a sure contributor to poverty reduction, better outcomes for children, equality between girls and boys, women and men, as well as improved work-family-rest balance, and stronger intra- and intergenerational bonds. It would do us well not to forget the ample evidence that family-friendly policies — including respect for religion and the right of parents to educate their children — contribute effectively to the achievement of development goals, including the cultivation of peaceful societies”.

22. See position statement on the 2030 Agenda; see also Report of the International Conference on Population and Development, chap. V, para. 27.

23. See Pope Francis, “Meeting with representatives of civil society: address of the Holy Father”, Apostolic journey to Ecuador, Plurinational State of Bolivia and Paraguay, July 2015.

24. See “Address to the United Nations Organization”, New York, 25 September 2015.

25. See Pope Francis, in-flight press conference from the Philippines to Rome, 19 January 2015; see also “Meeting with families: address of His Holiness Pope Francis”, Mall of Asia Arena, Manila, 16 January 2015.

26. Ibid.

27. See Pope Francis, “Meeting for religious liberty with the Hispanic community and other immigrants: address of the Holy Father”, Philadelphia, 26 September 2015.

28. Ibid.

29. Ibid.

30. See position statement on the 2030 Agenda; see also the intervention of the Secretary for Relations with States, New York, 27 September 2015.

31. Pope John Paul II, encyclical letter, Sollicitudo Rei Socialis, 30 December 1987, Nos. 26

and 34.

https://zenit.org/articles/holy-sees-note-on-1st-anniversary-of-adoption-of…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 22 Oct - 09:30 (2016)    Sujet du message: CANADA : CLIMAT : LA MINISTRE McKENNA PRESENTERA D'AUTRES MESURES CET AUTOMNE Répondre en citant

CANADA : CLIMAT : LA MINISTRE McKENNA PRESENTERA D'AUTRES MESURES CET AUTOMNE


Catherine McKenna, la ministre fédérale de l'Environnement
PHOTO Adrian Wyld, PC





Bruce Cheadle
La Presse Canadienne
OTTAWA

La ministre fédérale de l'Environnement, Catherine McKenna, a indiqué que la taxe sur le carbone ne sera pas la seule politique sur le climat présentée par le gouvernement libéral cet automne.

Mme McKenna assure que d'autres mesures seront annoncées avant que le premier ministre Justin Trudeau ne rencontre ses homologues des provinces, en décembre, afin de mettre sur pied un plan complet et pancanadien sur le climat.


«Notre intention est de présenter certains plans au cours de l'automne en prévision de la rencontre des premiers ministres», a déclaré la ministre, jeudi midi, après avoir livré un discours lors d'une conférence du Forum canadien du climat.

«Que ce soit par des incitatifs pour que les Canadiens aient des maisons plus économes en énergie ou du côté des véhicules électriques, je crois qu'il y a de réelles occasions non seulement de s'attaquer aux changements climatiques, mais aussi de faire croître l'économie. Alors il faut rester à l'écoute», a-t-elle ajouté.

Le premier ministre Trudeau a soulevé l'ire de certaines provinces lorsqu'il s'est levé à la Chambre des communes pour dire que le gouvernement fédéral imposerait un prix sur les émissions de carbone à compter de 2018. La tarification sera de 10 $ la tonne au début, et augmentera de 10 $ chaque année, pour atteindre 50 $ la tonne en 2023.

Les provinces et les territoires négocient avec le gouvernement fédéral pour des mesures sur le climat depuis mars, lorsqu'ils avaient convenu de travailler ensemble pour que le pays atteigne ses cibles d'émissions d'ici 2030.

Les ministres de l'Environnement de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador et de la Saskatchewan avaient claqué la porte d'une rencontre avec Mme Mckenna, à Montréal, pour contester l'imposition d'une tarification sur le carbone, accusant Ottawa de court-circuiter les pourparlers.

Catherine McKenna a affirmé lors de son allocution que le «prélèvement» sur le carbone - le terme qu'elle a utilisé - envoyait un signal fort aux marchés.

Et elle a laissé entendre que d'autres politiques étaient en cours d'élaboration. «Au Canada, nous devons accélérer l'adoption (des véhicules électriques) dans nos villes en créant des réseaux, des stations de recharge et de nouvelles infrastructures», a-t-elle dit.

Les citoyens veulent aussi des bâtiments plus économes, selon la ministre, qui a évoqué une refonte du code du bâtiment et un renouvellement des subventions pour rénover de vieux édifices.

«Au Canada, chaque dollar dépensé dans des programmes pour l'économie de l'énergie génère de 4 à 8 $ du produit intérieur brut (PIB)», a-t-elle souligné.

Mme Mckenna croit également que le pays devrait investir davantage dans le marché mondial des technologies vertes.

Certaines sources fédérales ont confié à La Presse canadienne que le gouvernement travaillait à rendre ses opérations plus vertes, notamment sur le plan de l'approvisionnement.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a indiqué qu'il livrerait sa mise à jour économique le 1er novembre - ce qui inclura de nouvelles mesures budgétaires, a-t-il confirmé.

Alors que la ministre de l'Environnement faisait ces déclarations, le groupe de réflexion Clean Energy Canada publiait un nouveau rapport sur l'appui des Canadiens à certaines mesures environnementales.
L'organisation de Vancouver a commandé un sondage de la firme Nanos qui a notamment révélé que 62 % des Canadiens appuyaient l'idée d'une taxe sur le carbone. Rolling Eyes

L'enquête, qui a été réalisée par téléphone auprès de 1000 personnes du 24 au 27 septembre dernier, indique également que 73 % des personnes interrogées soutiennent ou soutiennent un peu la proposition de cesser l'exploitation du charbon d'ici 2030.

Interrogés sur les effets des politiques pour réduire l'empreinte de carbone du pays, 38 % des sondés ont estimé que cela pourrait affaiblir l'économie, contre 34 % qui jugent que cela pourrait la renforcer.

Le sondage a une marge d'erreur de 3,1 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

http://www.lapresse.ca/environnement/politique-verte/201610/20/01-5032559-c…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Oct - 03:03 (2016)    Sujet du message: ONU: LA « DETTE ECOLOGIQUE » DES PAYS RICHES ENVERS LES PAYS PAUVRES Répondre en citant

ONU: LA « DETTE ECOLOGIQUE » DES PAYS RICHES ENVERS LES PAYS PAUVRES
 
Intervention de Mgr Auza à l’Assemblée générale

22 octobre 2016 Anne Kurian Rome


Pixabay CC0 - Foto-Rabe

Mgr Bernardito Auza a appelé à une révision de la dette extérieure des pays moins développés, soulignant la « dette écologique » des pays riches envers eux. L’observateur permanent du Saint-Siège intervenait le 21 octobre 2016 à la 71e Session de l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Prenant la parole sur des questions de politique macroéconomique, le représentant du Saint-Siège a appelé à soutenir les pays en développement, en particulier les moins avancés, afin qu’ils ne soient pas « oubliés » ou « laissés derrière » dans les objectifs de développement durable pour 2030.

Il a souligné la « vulnérabilité » de ces pays, dépendants de l’exportation des produits de base. Mgr Auza a plaidé pour le transfert de technologie en leur faveur, la diversification industrielle, le renforcement des marchés locaux et régionaux dans ces pays, ainsi que l’accès au crédit.

L’archevêque a recommandé « une analyse approfondie des conditions éthiques et juridiques liées au crédit international et au remboursement ». Pour le Saint-Siège, a-t-il ajouté, « maintenir la soutenabilité de la dette dans les pays en développement » est d’une « importance vitale ».

Ainsi dans les processus de restructuration de la dette, Mgr Auza a appelé la communauté internationale à assurer « que le financement extérieur des gouvernements ne devienne pas un poids insupportable pour les populations des pays ou un obstacle à des projets de développement ».

Les discussions sur la dette extérieure des pays pauvres doivent aussi prendre en compte la « dette écologique » des pays riches envers eux, a poursuivi le représentant du Saint-Siège. Et de souligner « l’impact écologique négatif de l’industrialisation des économies riches sur les pays sous-développés », causant « des déséquilibres commerciaux, des effets sur l’environnement, et l’utilisation disproportionnée de ressources naturelles ».

« Nous devons tous fournir le soutien nécessaire pour un environnement plus sain », a conclu Mgr Auza en demandant plus d’engagement « pour notre maison commune ».

https://fr.zenit.org/articles/onu-la-dette-ecologique-des-pays-riches-enver…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 05:02 (2016)    Sujet du message: HURRICANE MATTHEW AND THE N.W.O. W/ANTHONY PATCH EP.4 Répondre en citant

HURRICANE MATTHEW AND THE N.W.O. W/ANTHONY PATCH EP.4



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=s4a8U_II-8U


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:07 (2016)    Sujet du message: SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3 … , 20, 21, 22  >
Page 21 sur 22

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com