LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21
Aller à la page: <  1, 2, 320, 21, 22
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Lun 31 Oct - 10:43 (2016)    Sujet du message: THE UN WILL TAKE OVER THE WORLD BEFORE THE ELECTION Répondre en citant



THE UN WILL TAKE OVER THE WORLD BEFORE THE ELECTION




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=PA61UfLTXU0

MAJOR ALERT!!

As of Saturday, December 12th, 2015, the Paris Agreement was officially adopted by the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCC) — at the 21st Conference of the Parties (COP 21), also known as the Paris Climate Conference.

This Agreement, which was opened for signatories on Friday, April 22nd, 2016, has now been officially ratified. Of the 197 Parties to the Convention, at least 55% of these parties accounting for worldwide emissions have to ratify the policy. Once ratified, the deal takes effect 30 days after the desired amount of parties have approved. And, due to 73 parties ratifying as of Wednesday, October 5th, 2016 (accounting for more than 56% of the world’s emissions), the deal is set to enter into effect on Friday, November 4th, 2016.

Only 4 days before the presidential election…

Coincidence?

But what is the Paris Agreement? WHAT is this Agreement really focusing on, and WHAT is the REAL Agenda behind the United Nations?

While they want you to believe that the Paris Agreement focuses solely on “combating climate change,” and while they tell you that this Agreement’s central aim is: “to strengthen the global response to the threat of climate change by keeping a global temperature rise this century well below 2 degrees Celsius above pre-industrial levels and to pursue efforts to limit the temperature increase even further to 1.5 degrees Celsius” (See Paris Agreement Below) — there is something much more sinister going on here.

Is this another way for the Elite to fulfill their plans of OPERATION DEPOPULATION?!

THE TRUTH REVEALED!!!

HEED THE WARNING! AND PREPARE WHILE YOU CAN!

PLEASE SEEK YAHUAH AND HIS TRUE SON YAHUSHA — BEFORE THE ARK CLOSES FOR GOOD!!!!!!!

ALSO SEE — Is Climate Change A LIE?! https://youtu.be/PTfI4Cy8K5k
ALSO SEE — UN Military Vehicles IN AMERICA?! https://youtu.be/zJHv_Pn64Kw

LEARN MORE!
ABC: http://abcnews.go.com/US/wireStory/pa...
Paris Agreement (UNFCCC): http://unfccc.int/paris_agreement/ite...
Paris Agreement Signatories (UNFCCC): http://unfccc.int/paris_agreement/ite...
Paris Agreement (UN Treaty): https://treaties.un.org/doc/Publicati...
Paris Agreement (Actual): https://unfccc.int/files/meetings/par...
UNGA 71 Letter: http://www.un.org/pga/70/wp-content/u...
UNGA 71 Provisional Agenda: http://www.un.org/en/ga/search/view_d...
MT: http://www.militarytimes.com/story/mi...
TJ: http://www.journal-news.net/news/loca...



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 31 Oct - 10:43 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Nov - 18:11 (2016)    Sujet du message: JOURNEE DES VILLES : L'ONU RECLAME DES SOLUTIONS DURABLES FACE AUX PROBLEMES URBAINS / “TO TRANSFORM OUR WORLD, WE MUST TRANSFORM ITS CITIES” SAYS UN CHIEF ON WORLD CITIES DAY Répondre en citant

JOURNEE DES VILLES : L'ONU RECLAME DES SOLUTIONS DURABLES FACE AUX PROBLEMES URBAINS

ENGLISH :“TO TRANSFORM OUR WORLD, WE MUST TRANSFORM ITS CITIES” SAYS UN CHIEF ON WORLD CITIES DAY
http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=55441#.WBoNAPRIV8E


La ville du Caire, en Egypte. Photo Banque mondiale/Dominic Chavez

31 octobre 2016 – A l'occasion de la Journée mondiale des villes, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé lundi à faire face aux problèmes urbains et à y apporter des solutions durables.

« Pour transformer notre monde, nous devons transformer nos villes », a dit M. Ban dans un message pour cette Journée, dont le thème cette année est « Des villes inclusives, un développement partagé ».

« Les villes jouent un rôle de plus en plus important dans les activités humaines. Elles sont essentielles pour la lutte contre les changements climatiques, la prospérité mondiale, la paix et les droits de l'homme. Plus de la moitié de la population mondiale vit dans des villes ou d'autres établissements humains et cette proportion devrait atteindre les deux tiers d'ici à 2050 », a souligné le chef de l'ONU.

Il a rappelé que des centaines de millions de citadins subissent les effets de la criminalité, de la pollution et de la pauvreté, mais que les zones urbaines sont également des pôles d'énergie, d'innovation et de dynamisme économique. « En investissant dans les villes, nous pouvons promouvoir le progrès dans les sociétés », a dit Ban Ki-moon.

Récemment, la Conférence Habitat III a adopté le Nouveau programme pour les villes, qui vise à créer des agglomérations résilientes et durables, où chacun peut vivre et se déplacer et où règnent la justice et la sécurité.

Selon l'ONU, ce programme constitue une étape décisive dans l'élaboration de normes mondiales pour un développement urbain durable. Il s'ajoute aux autres cadres et programmes mondiaux récemment adoptés : le Programme de développement durable à l'horizon 2030, le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe (2015-2030) et le Programme d'action d'Addis-Abeba.

« Ce nouveau programme pour les villes placera l'urbanisation durable au cœur de notre action visant à éliminer la pauvreté et à apporter le développement et la prospérité à tous. Il peut également compléter les dispositions de l'Accord de Paris sur les changements climatiques », a noté le Secrétaire général.

« Ensemble, nous pouvons montrer comment des succès obtenus dans les villes peuvent être à l'origine de changements dans le monde entier », a-t-il ajouté.



News Tracker: autres dépêches sur la question
HABITAT III : l'ONU adopte un 'Nouvel agenda urbain' à Quito

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=38403#.WBoPFPRIV8E


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 3 Nov - 06:34 (2016)    Sujet du message: POLLUTION DE L'AIR : TROIS CENT MILLIONS D'ENFANTS EN DANGER SELON LES STATISTIQUES NON REFUTABLES DE LA PROPAGANDE DE L’UNICEF Répondre en citant

 POLLUTION DE L'AIR : TROIS CENT MILLIONS D'ENFANTS EN DANGER SELON LES STATISTIQUES NON REFUTABLES DE LA PROPAGANDE DE L’UNICEF

Et surtout pas un seul mot, un seul reproche sur les chemtrails qui sont balancés, jour après jour, au point que nous devons, le plus souvent possible, demeurer à l'intérieur de nos maisons. Cette vaste expérimentation a bien sûr des effets directs sur la santé des populations, sans tenir compte que le soleil est caché une grande partie de la journée. Par ces manoeuvres, ils sont en train de terraformer la terre afin de l'adapter à la nouvelle civilisation qui prend place, à mesure que les humains meurent. Malheureusement, trop de gens encore doutent des informations que nous leur donnons. Comment notre gouvernement pourrait faire de telles choses à son peuple? Et surtout, n'allez pas leur parler d'un agenda de dépopulation mondiale, là vous avez dépassé le seuil de leur tolérance. Il y a maintenant tellement de preuves sur les expérimentations qu'on subit les humains juste en ce XXe et XXIe siècle. Ils vivent dans le déni le plus complet. C'est pathétique de voir cette léthargie de masse.

2 novembre 2016 17 h 05 min·


 
Selon le rapport de l’UNICEF (fonds de l’ONU pour l’enfance) publié lundi, trois cent millions d’enfants, un sur sept dans le monde, respireraient de l’air pollué qui les met en danger. Des statistiques tirées d’un chapeau, non réfutables, qui donnent une apparence scientifique à la propagande.
 
La date de parution du rapport de l’UNICEF annonce son intention politique : la conférence de l’ONU sur le climat COP22 s’ouvre la semaine prochaine à Marrakech. Les statistiques agitées ont donc pour ambition de peser sur le débat et sur les prescriptions qui seront décidées : il s’agit d’accentuer la lutte contre la pollution, cette fois au nom du danger qu’elle ferait peser sur la santé des enfants. Le directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake, a été très clair : « La pollution de l’air contribue de façon importante à la mortalité de quelque 600.000 enfants de moins de cinq ans annuellement et menace la vie et l’avenir de millions d’autres ».
 

Pollution de l’air : les statistiques au doigt mouillé de l’UNICEF
 
Le rapport de l’UNICEF s’efforce de présenter toutes les apparences du sérieux scientifique. S’il se concentre sur les enfants, c’est que ceux-ci sont objectivement plus touchés par la pollution, ils respirent plus vite que les adultes, et aspirent plus d’air relativement à leur masse corporelle. Leurs poumons, leur cerveau et leur système immunitaire ne sont pas achevés et se trouvent plus fragiles. Quant aux méthodes de mesure, l’UNICEF aurait procédé « en s’appuyant sur l’imagerie satellite ». C’est ainsi qu’il a déterminé que les zones les plus touchées sont l’Asie du Sud, l’Afrique, puis l’Asie de l’Est et le Pacifique.
 
Que répondre à cela ? Rien. Ses statistiques font état de trois cent millions d’enfants en danger, de 600.000 touchés à mort chaque année, cela pourrait être deux fois plus ou trois fois moins, personne n’aurait pu dire le contraire. Et personne ne dira le contraire.
 

Les rapports de l’ONU et de l’UNICEF sont de la propagande
 
Cela fait partie d’une propagande multiforme et permanente dont l’ONU n’a pas le monopole mais dont ses agences sont coutumières. On lance dans le débat des statistiques dont la collecte, aux méthodes nébuleuses, coûte très cher. Elles ont pour objectif de choquer l’opinion, de manipuler ses sentiments, et de clore le débat.  Qui décortiquera le rapport de l’UNICEF ? Qui en relèvera les faiblesses ? Qui commandera un contre-rapport ? Personne. Si d’aventure ce contre-rapport voyait le jour, ce serait dans deux ans, et il n’aurait aucune incidence dans le débat public. Sous l’apparence scientifique que donne la publication de statistiques officielles, c’est une pure opération de propagande. Je n’ai aucune raison de croire au danger qui menace ces trois cent millions d’enfants. J’ai même de très bonnes raisons de croire que l’UNICEF ment, ou exploite fallacieusement une réalité partielle.
 

Nostradamus, le GIEC et l’UNICEF
 
Entendons-nous. Je ne veux pas dire que la pollution n’existe pas, que les pots d’échappement, les décharges qui brûlent, la pétrochimie, les centrales thermiques, l’agriculture industrielle et les éoliennes ne polluent pas. Faisant un peu d’asthme, je n’ai pas grand goût pour le chauffage à charbon dans les grandes villes et j’ai un faible pour les centrales nucléaires.
 
Mais je constate que l’environnement et la santé sont habilement pris en otages par des spécialistes de la propagande, dont les statistiques sont l’une des armes principales. C’est particulièrement flagrant quand il s’agit de provoquer des peurs, on l’a vu pour l’effet de serre ou les prétendues pandémies à répétition. Nostradamus prédisait ses catastrophes à très long terme (1999 !) et dans une langue proche du rébus. L’ONU, l’UNICEF, le GIEC et toutes les officines comparables font de même quand ils rendent leurs oracles.
 
La propagande choisit des objets non-réfutables

 
Les politiques urgentes et contraignantes qu’ils prescrivent reposent en effet sur des pronostics à très long terme nourris d’études aléatoires. L’effet de serre, par exemple a été choisi expressément parce que c’est un processus trop complexe pour être étudié, mesuré, discuté, réfuté scientifiquement. Il fait l’objet de modèles mathématiques incompréhensibles au profane, que seuls une vingtaine de laboratoires dans le monde peuvent élaborer, et dont les paramètres sont choisis arbitrairement. Impossible de les discuter. Pour reprendre le vocabulaire de l’épistémologie, ils sont « non popperiens ». Ils servent à mobiliser l’autorité de la science au profit de la propagande écologiste tout en empêchant toute réfutation scientifique. Ce sont de simples affirmations, des objets de foi imposés au public qui les gobe en se trompant sur leur nature. Cette invérifiabilité est nécessaire à la propagation du mythe. Car ce mythe n’est pas qu’une affirmation gratuite, c’est aussi un mensonge. Chaque fois que l’on en saisit un morceau, on en démontre aisément la fausseté.
 

En Afrique, l’UNICEF met en danger des millions d’enfants
 
  L’UNICEF joue une partition particulièrement efficace dans ce concert de mensonge car son pipeau concerne les enfants, moyen idéal de la manipulation d’un Occident qui s’apitoie sur eux à mesure même qu’il n’en fait plus. Avec l’UNICEF, on entre dans le totalitarisme empathique et larmoyant. C’est l’exploitation du thème du plus fragile, du plus petit – analogue à celui du pauvre, très performant pour agiter le sommeil d’anciens chrétiens devenus sybarites. Et ça marche : le premier totalitarisme de masse, le communisme, a conquis le monde avant d’y semer la misère, la tyrannie et la mort. L’ONU prend le même chemin.
 
Si le Nord se laisse prendre au piège de la mauvaise conscience bénévolente, il s’orientera vers la décroissance : or la croissance améliore nettement plus la santé des enfants que la pollution qu’elle engendre ne la détériore. La campagne de propagande de l’UNICEF va donc sûrement mettre en danger des enfants par millions, plus nombreux que ceux qu’elle aura hypothétiquement soulagés. L’UNICEF a l’habitude de cette stratégie de Gribouille. En Afrique, pour lutter contre le palu, au lieu de liquider les moustiques et d’encourager l’hygiène avec la croissance, il a préféré interdire le DDT et pousser des vaccins dangereux qui font la fortune des grands laboratoires. Tant pis pour les enfants d’Afrique qui meurent par dizaines de milliers.
 

Pauline Mille

http://reinformation.tv/pollution-air-unicef-millions-enfants-danger-mille-61633-2/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 3 Nov - 16:23 (2016)    Sujet du message: SUSTAINABLE TRANSPORT ON THE AGENDA FOR GLOBAL CONFERENCE Répondre en citant

SUSTAINABLE TRANSPORT ON THE AGENDA FOR GLOBAL CONFERENCE 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Sm40X1Gsn_Q

Recognizing the fundamental role of sustainable transport in fighting climate change and achieving sustainable development, Secretary-General Ban Ki-moon will convene the first ever Global Sustainable Transport Conference on 26 and 27 November 2016 in Ashgabat, Turkmenistan.

Around 1,500 participants, including Heads of State and Government, private sector CEOs, civil society leaders and UN officials will discuss all modes of transport – road, rail, air, and waterborne.

More information: http://bit.ly/SustainableTransport

ROAD SAFETY - GLOBAL KILLER



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=oRQYbgOTHyQ


Dernière édition par maria le Dim 6 Nov - 04:19 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Nov - 03:32 (2016)    Sujet du message: MAROC : AVANT LA COP22, APPEL POUR "UNE CONSCIENCE CLIMATIQUE UNIVERSELLE" Répondre en citant

MAROC : AVANT LA COP22, APPEL POUR "UNE CONSCIENCE CLIMATIQUE UNIVERSELLE"

AFP

03/11/2016

A quelques jours du lancement de la COP22 à Marrakech, le "Sommet des consciences pour le climat", qui s'est tenu jeudi dans la ville marocaine de Fès, a appelé à promouvoir une "conscience climatique universelle".

Sous le slogan "Je fais ma part", cette rencontre organisée dans la capitale spirituelle du Maroc entendait contribuer "à élaborer les bases d'une nouvelle conscience écologique partagée", indique un communiqué des organisateurs. Il s'agit "d'atténuer les effets du changement climatique" en encourageant "le dialogue humain (...) et la transmission des savoirs ancestraux en matière de pratiques écologiques".

Leaders religieux et spirituels, philosophes, militants... Plusieurs personnalités étaient présentes, dont le Français Nicolas Hulot, l'initiateur du premier "Sommet des Consciences" qui s'était déroulé en juillet 2015 en France. A l'issue de la rencontre, qui se tient quatre jours avant l'ouverture officielle de la COP22 de Marrakech (du 7 au 18 novembre), un "appel de Fès pour une conscience climatique universelle" a été lancé.

Les participants se sont félicités de l'entrée en vigueur symbolique vendredi de l'accord de Paris, signé l'an dernier par 195 pays pour lutter contre le réchauffement de la planète. A côté d'une dizaine de recommandations en faveur du climat, ils ont appelé à "faire de la COP22, le point de départ d'une nouvelle ère" pour "rompre avec les habitudes de consommation excessives et destructrices des ressources. Il s'agit également d'abandonner "les comportements négatifs et attentistes, qui ne contribuent pas à la préservation de notre planète, de l'humanité et de toutes les autres espèces", et de façon plus générale "toutes formes d'égoïsme, de gaspillage et d'indifférence avant qu'il ne soit trop tard".

Près de 20.000 participants sont attendus à partir de lundi à la COP22 de Marrakech, un évènement international majeur, dont le principal enjeu sera les suites de la ratification de l'accord de Paris.


http://www.lorientlejour.com/article/1016380/maroc-avant-la-cop22-appel-pour-une-conscience-climatique-universelle.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 4 Nov - 03:36 (2016)    Sujet du message: US PLANS 25,000-MILE NETWORK FOR ELECTRIC CARS COVERING 35 STATES Répondre en citant

US PLANS 25,000-MILE NETWORK FOR ELECTRIC CARS COVERING 35 STATES



United States Department of Transportation (DOT) is establishing 48 national electric vehicle charging corridors on highways and these newly designated electric vehicle routes cover nearly 25,000 miles, in 35 states, according to official statement.

WASHINGTON (Sputnik) — The US government is seeking to incentivize the use of electric cars by building charging stations along a vast network of interstate highways, the administration of President Barack Obama announced in a press release on Thursday.

"For the first time, the United States Department of Transportation (DOT) is establishing 48 national electric vehicle charging corridors on our highways," the release stated. "These newly designated electric vehicle routes cover nearly 25,000 miles, in 35 states.

In this photograph taken on September 5, 2012, Bill Lloyd, 61, (obscured) a retired Australian mechanical engineer, patent attorney and vintage car collector sits in his 1915 Detroit electric car out of the garage in Sydney © AFP 2016/ ROMEO GACAD Electric Vehicles - Cars of the Future? No, the Long-Forgotten Past! (PHOTO) In addition, the Obama administration has enlisted the help of more than two dozen public utilities, private companies and environmental groups to build additional charging stations, the release explained.

The White House statement noted that in the past eight years, the number of plug-in electric vehicle models has increased from one to more than 20, battery costs have decreased 70 percent and the number of existing charging stations has grown from less than 500 to more than 16,000 today.

 https://sputniknews.com/us/201611031047051021-us-electric-cars-stations/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Dim 6 Nov - 04:16 (2016)    Sujet du message: DEBUT DE L'ACCORD DE PARIS : LES QUAIS DE SEINE ILLUMINES DE VERT / L'ACCORD DE PARIS CLIMATIQUE PREND EFFET LE 4 NOVEMBRE Répondre en citant



DEBUT DE L'ACCORD DE PARIS : LES QUAIS DE SEINE ILLUMINES DE VERT .

Les Nations Unies prennent le contrôle du monde, en ce jour du 4 novembre 2016, 4 jours avant les élections américaines.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=RAQnoDljQKM

Les quais de Seine se sont illuminés de vert vendredi soir, tout comme la Tour Eiffel et l'Arc de Triomphe, pour marquer l’entrée en vigueur de l'Accord de Paris sur le climat, à trois jours du début de la COP22 de Marrakech, où il sera question de son application. IMAGES


L'ACCORD DE PARIS CLIMATIQUE PREND EFFET LE 4 NOVEMBRE

Traduction Google

L'accord de Paris sur le changement climatique entrera en vigueur le 4 novembre, après qu'une coalition des plus grands pollueurs et des petits pays insulaires menacés par la montée des mers ait dépassé un seuil clé mercredi.

Le président Barack Obama a salué les nouvelles comme un «tournant décisif pour notre planète», et le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a qualifié le solide soutien international de l'accord de «témoignage de l'urgence de l'action». Katharine Hayhoe, une scientifique du climat au Texas Tech, l'a appelé: «Un moment d'espoir lumineux dans le paysage de plus en plus décourageant de la science de climat.

Le porte-parole adjoint de l'ONU Farhan Haq a déclaré mercredi soir que l'Union européenne et 10 pays ont déposé leurs instruments de ratification mercredi. Le pourcentage d'émissions qu'ils représentent dépasse le seuil de 55 pour cent nécessaire pour que le traité entre en vigueur, at-il dit.

Haq a déclaré que les 10 pays étaient l'Autriche, la Bolivie, le Canada, la France, l'Allemagne, la Hongrie, Malte, le Népal, le Portugal et la Slovaquie.

"Je suis heureux d'annoncer aujourd'hui que l'Accord de Paris franchira le deuxième et dernier seuil nécessaire à l'entrée en vigueur et entrera en vigueur le 4 novembre 2016", a déclaré M. Ban dans un communiqué émis par l'Europe. "L'élan global pour l'entrée en vigueur de l'Accord de Paris en 2016 a été remarquable. Ce qui semblait autrefois impensable est maintenant imparable".

L'accord prend effet 30 jours après que 55 pays, représentant au moins 55 pour cent des émissions mondiales, l'ont adopté. Soixante-deux pays l'avaient fait dès mardi, mais ils ne représentaient que 52% des émissions.

Un site Web de l'ONU a déclaré que mercredi après-midi 73 des 197 parties au traité, représentant 56,87 pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ont déposé leurs instruments de ratification.

Obama a accueilli les nouvelles avec une adresse spéciale dans le Rose Garden.

"Aujourd'hui, le monde rencontre le moment", a déclaré Obama. "Et si nous poursuivons les engagements que cet accord de Paris incarne, l'histoire peut bien le juger comme un tournant pour notre planète."

L'accord de Paris engage les pays riches et les pays pauvres à prendre des mesures pour freiner la hausse des températures mondiales, qui est la fonte des glaciers, l'élévation du niveau de la mer et la variation des précipitations. Il demande aux gouvernements de présenter des plans nationaux pour réduire les émissions afin de limiter la hausse de la température mondiale à un niveau bien inférieur à 2 degrés Celsius (3,6 degrés Fahrenheit).

Bien que les objectifs de l'accord ne soient pas juridiquement contraignants, le traité oblige les pays à rendre compte des émissions et de leurs progrès pour atteindre les objectifs des plans nationaux sur le climat qu'ils ont soumis aux Nations Unies. Cinq ans et de prendre des mesures pour atteindre les objectifs fixés.

"C'est un moment incontournable en termes d'action mondiale sur le changement climatique", a déclaré David Waskow, directeur international du climat à l'Institut des ressources mondiales. "Cela a été beaucoup plus rapide que prévu et démontre un soutien politique pour l'accord."

L'accord, adopté par consensus le 12 décembre 2015, est entré en vigueur à un rythme record pour la diplomatie internationale, reflétant un sentiment d'urgence dans la lutte contre le réchauffement planétaire et un désir de sceller l'accord avant Ban et Obama quitter le bureau.

La candidate présidentielle démocrate Hillary Clinton soutient l'accord, tandis que le républicain Donald Trump s'y oppose.

La dynamique internationale avait été mise en place pour que l'accord puisse entrer en vigueur avant la prochaine conférence climatique de l'ONU, qui débutera le 7 novembre à Marrakech, au Maroc.

L'ambassadeur du Maroc pour les négociations multilatérales, Aziz Mekouar, a déclaré que le traité entrant en vigueur, Marrakech accueillera désormais la première Conférence des Parties à l'accord de Paris.

«L'année dernière, c'était un événement historique», a déclaré Mekouar, faisant référence à la conférence où l'accord a été adopté pour la première fois. "Cette année, c'est encore plus un événement historique."

Michael Oppenheimer, professeur de géosciences à l'Université de Princeton, a toutefois averti qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

"Il ya beaucoup de travail acharné pour réaliser l'objectif principal de Paris, en évitant les changements climatiques dangereux. Sans efforts ciblés à partir de maintenant, nous n'allons pas éviter de tomber sur une falaise très escarpée", a déclaré Oppenheimer dans un courriel.
___

Les écrivains Nancy Benac et Seth Borenstein à Washington ont contribué à ce rapport.

https://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=auto&tl=fr&u=ht…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Sam 12 Nov - 17:40 (2016)    Sujet du message: GERMAN MINISTERS AGREE 2050 CLIMATE ACTION PLAN AFTER WEEKS OF DEBATES Répondre en citant

GERMAN MINISTERS AGREE 2050 CLIMATE ACTION PLAN AFTER WEEKS OF DEBATES

18:04 11.11.2016

German Environment Minister Barbara Hendricks said that German ministers greed on the text of the climate protection plan for 2050.



MOSCOW (Sputnik) — German ministers have broken a month-long deadlock on the nation’s 2050 climate goals in time for the UN conference in Morocco, Environment Minister Barbara Hendricks said Friday.

"We have agreed on the text of the climate protection plan for 2050. I am glad and relieved to see this consensus," she wrote on Facebook.

Climate change © Photo: PIxabay Russia Submits Climate Action Plan Ahead of Paris-2015 Universal Agreement The agreement ended weeks of heated debates in the government, giving the minister something to show her peers at UN’s climate summit in Marrakesh, Morocco on November 7-18. "The climate protection plan will be passed in the cabinet by Monday. I am sure I will be on time for the start of the ministerial segment of the Marrakesh climate conference," Hendricks wrote.

Hendricks, a Social Democrat, accused Angela Merkel’s Christian Democrats last week of blocking the plan to limit carbon emissions and called on the chancellor to step in. The use of brown coal in power production was reportedly one of the key points of contention.

 https://sputniknews.com/europe/201611111047344834-germany-climate-plan-2050/


RUSSIA SUBMITS CLIMATE ACTION PLAN AHEAD OF PARIS-2015 UNIVERSAL AGREEMENT

Read more :  https://sputniknews.com/environment/201503311020280661/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Nov - 05:10 (2016)    Sujet du message: ARGENTINIANS WALK AND BIKE THE “PEACE ROAD” IN BUEONOS AIRES Répondre en citant



PEACE EDUCATION


ARGENTINIANS WALK AND BIKE THE “PEACE ROAD” IN BUEONOS AIRES 

Written by UPF-Argentina
Sunday, October 2, 2016

Spanish

Buenos Aires, Argentina—The Peace Road 2016 event in Argentina was a walking tour and bike ride through Buenos Aires.

On the day of the event, October 2, 2016, there was a light drizzle of rain. The program began with welcoming remarks, which were given by Mr. Carlos Varga, president of the Family Federation for World Peace and Unification (FFWPU)-Argentina; Mr. Miguel Werner, secretary general of UPF-Argentina; and Mr. Emanuel Sayavedra, president of the Collegiate Association for Research of Principles (CARP)-Argentina.

The start line of the 7 km (4.3 miles) Peace Road route was the zero-mile marker at the Mariano Moreno Plaza in front of the National Congress building.

The walking tour stopped at the homes of historical men and women, including José de San Martín, considered the “Father of the Nation;” Manuel Belgrano, who created the Flag of Argentina; and María Antonia de San José (also known as Mama Antula), who is considered the “spiritual mother of Argentina.” Stops were also made at the Metropolitan Cathedral, which is the main Catholic church in Buenos Aires; the Santo Domingo Convent; and La Piedad Church, where Ambassador for Peace Mr. Christian Oreb, general coordinator of Red Cooperar, a civil society network, shared interesting stories about San Martín and Belgrano with the participants.
The participants also walked an “infinity circle,” the logo of the Peace Road, walking to the headquarters of Argentina’s three governing bodies: the National Congress, the Palace of Justice and La Casa Rosada (The Pink House).

After more than three hours of walking and cycling in the rain, the participants had lunch at FFWPU’s headquarters, and enjoyed a delicious cake made for the occasion. Then, everyone sang the traditional Korean song, “Come Along Unity,” in Korean, as a way of connecting with the purpose of the Peace Road, which is “connecting the world through peace” and “realizing the dream of one global family.”

The Peace Road 2016 was formally launched in Argentina on August 31 at the Salón Bioy Casares in Buenos Aires city. Two videos were shown at the launch: “Extreme Engineering: Bridging the Bering Strait,” a segment of a Discovery Channel documentary, and “Introduction Peace Road 2016.”
 
Background of the Peace Road

The Peace Road is a project that seeks to bring all nations together. In 1981, the idea of a “World Peace Highway” was proposed at the 10th International Conference on the Unity of the Sciences (ICUS) in Seoul, Korea by UPF Founder Rev. Sun Myung Moon. He emphasized the need for creating a highway that would connect Korea and Japan, two former enemy nations, together. During the world tour inaugurating the UPF in 2005, Rev. Moon called for the construction of a “World Peace King Bridge Tunnel” across the Bering Strait as a way of uniting east and west, north and south, the U.S.A. and Russia. This international highway would allow all people to travel on land from Africa’s Cape of Good Hope to Santiago, Chile, and from London to New York, connecting the world as a single community.

The Peace Road initiative, which seeks to “connect the world through peace” and “realize the dream of one global family,” also supports the peaceful reunification of the two Korea’s, as well as promotes the building of a world peace park in the demilitarized zone that divides the Korean peninsula and the creation of a 5th UN headquarters in Korea.

Conclusion

In the past, the building of highways, bridges and tunnels to overcome physical and geographic boundaries not only improved means of transport in general, but also enhanced the exchange and coexistence among peoples. Today, in places of crisis and conflict, improved and innovative transportation can only contribute to new possibilities of mutual encounter and understanding, and more opportunities of development and sustainable progress. In short, Peace Road is the convergence of the efforts of individuals and organizations, who seek to overcome national, cultural, religious and racial boundaries, supporting the ideal of one global family that recognizes the same Creator.

 For more information on the Peace Road, please visit: http://peaceroad.net/?page_id=630.

http://www.upf.org/peace-education-and-human-development/peace-education-re…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Nov - 04:52 (2016)    Sujet du message: UNESCO: « LE CONCEPT CLE D'ECOLOGIE INTEGRALE », PAR LE CARD. TURKSON (1/2) / Cardinal Turkson’s Address to UNESCO in Paris Répondre en citant



UNESCO: « LE CONCEPT CLE D'ECOLOGIE INTEGRALE », PAR LE CARD. TURKSON (1/2)

ENGLISH :
Cardinal Turkson’s Address to UNESCO in Paris
https://zenit.org/articles/cardinal-turksons-address-to-german-african-heal…

« La terre, notre maison commune: défis et espoir! »

12 novembre 2016 Constance RoquesBenoît XVI, Développement, Jean-Paul II, Nature, environnement, Organismes internationaux, Paul VI


 
« Le concept clé d’écologie intégrale et son évolution dans l’enseignement social de l’Église »: c’est le thème de l’intervention du cardinal Peter Turkson à l’UNESCO, le 9 novembre 2016, lors d’un colloque intitulé « la terre notre maison commune: défis et espoir! »

L’intervention du président du Conseil pontifical Justice et Paix, et préfet nommé du nouveau dicastère au Service du développement humain intégral, est publiée en anglais par Radio Vatican. Voici notre traduction en français de la première partie. Nous publierons la seconde demain, dimanche 13 novembre 2016.

Dans cette première partie, le cardinal Turkson rappelle les enseignements des papes, notamment Léon XIII, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI.

AB

Intervention du card. Turkson (1/2)

La terre, notre maison commune: défis et espoir !

« Le concept clé d’écologie intégrale et son évolution dans l’enseignement social de l’Église »

Le cardinal Peter K.A. Turkson

UNESCO – Paris, 9 novembre 2016

Introduction

C’est vraiment un plaisir et un privilège d’être au siège de l’UNESCO pour réfléchir sur l’encyclique, Laudato sì, la sauvegarde de notre maison commune. À l’invitation de cet après-midi, je voudrais présenter le thème de l’écologie intégrale, si central dans l’encyclique, et son évolution dans l’enseignement social de l’Église, comme un concept qui nous aide à comprendre comment l’encyclique traite les défis et l’espoir auxquels est confrontée la terre, notre maison commune.

La lettre encyclique « Laudato si’: sur la sauvegarde de notre maison commune » du Pape François a été publiée en juin 2015 et n’a plus besoin d’une introduction ou d’une présentation complète. Elle a été reçue et analysée dans de nombreux secteurs et disciplines : universités, organisations internationales et ONG, organisations scientifiques et populaires, institutions religieuses de différentes confessions, médias et groupes de réflexion, gouvernements et parlements ainsi que dans le secteur des entreprises aux niveaux national et multinational.

Un leitmotiv de l’encyclique est que « tout est lié » [2]. Ce point a fait une forte impression sur tous ceux qui ont lu le document complet. Plus d’un an après sa publication, après la première vague d’enthousiasme et d’analyse, il est très significatif et important de réfléchir sur cette interconnexion ici au siège de l’UNESCO! La structure de l’UNESCO, ses diverses branches et programmes et la variété de ses activités reflètent clairement cette interconnexion – peut-être plus que toute autre organisation internationale.

L’UNESCO fournit également une base appropriée pour des réflexions sur la technologie et sur nos relations avec les autres et avec la nature – ces préoccupations sont exprimées dans le chapitre 3 – et sur environ deux des trois piliers, à savoir la culture et l’éducation, jugés nécessaires au chapitre 6 afin de soutenir « le long chemin du renouveau » [3] esquissé pour nous par le Saint-Père.

En effet, comme l’a expliqué Mme Bokova dans un article inspirant sur Laudato si’, « L’UNESCO fut créée (…) dans l’idée que la paix ne peut être durable qu’à la condition de s’ancrer dans l’esprit des hommes et des femmes, par l’éducation, les sciences et la culture. Mais pas n’importe quelle éducation, et pas n’importe quelle culture – car celles-ci, pour inspirer la paix, doivent s’appuyer à leur tour sur la promotion de l’éthique, du respect et de la tolérance, en vue de construire la solidarité intellectuelle et morale des peuples » [4].

Nous n’avons pas besoin de temps ici pour redire la situation alarmante de notre maison commune : « le cri de la terre et le cri des pauvres » (§49), la domination des paradigmes trompeurs (cf. §53, 106-109, 203 ), tels que la mondialisation d’un paradigme technocratique et les effets d’un anthropocentrisme erroné (voir §115-123). Ces éléments sont ce qui fait que le pape François voit un défi urgent à protéger notre maison commune (§ 13). Ils doivent être pris comme donnés, ils devraient déjà être clairs dans nos esprits.

Examinons ensemble l’évolution du concept qui est le plus caractéristique de cette encyclique et qui nous aide à apprécier les défis et les espoirs de Laudato si’.
Je présenterai mes observations en trois parties :

Si je regarde en arrière, je voudrais brièvement passer en revue l’enseignement social catholique et la manière dont il traite de l’environnement dans son sens le plus plein. Car, comme nous le savons, l’enseignement authentique possède un très long pedigree. Je tirerai ce matériel des pontificats du pape Léon XIII, du bienheureux Paul VI, de saint Jean-Paul II et du pape émérite Benoît XVI. Tous ces papes ont contribué de manière significative à une compréhension approfondie de la personne humaine dans son monde : la relation entre l’écologie naturelle et l’écologie humaine.


Deuxièmement, je présenterai quelques-unes des contributions que le pape François a apportées à l’héritage de l’enseignement de l’Église sur l’écologie naturelle et humaine.

Puis, nous tournant vers Laudato si’, nous pouvons apprécier ses enseignements sur l’écologie intégrale avec toute leur pertinence contemporaine, leur urgence et leurs signes d’espoir.

L’écologie dans l’enseignement social de l’Église

Notre récit de l’enseignement social catholique commence avec l’encyclique Rerum novarum du pape Léon XIII, publiée en 1891. Bien que cette encyclique se concentre sur les conditions et les droits des travailleurs, elle contient aussi quelques idées actuelles sur notre environnement naturel et les défis qui en découlent. Par exemple, il a déclaré que ceux qui reçoivent la générosité de Dieu sous la forme de ressources naturelles ou de biens devraient exercer leur responsabilité « comme l’intendant de la providence de Dieu, au bénéfice des autres » [5].

Le bienheureux Paul VI

Un jalon a été l’encyclique Populorum progressio du pape Paul VI. Publié en 1967, elle a traité de nombreuses facettes du développement des peuples. Deux de ses idées-clés sont que le développement est le nouveau nom pour la paix et que nous avons besoin d’une autorité mondiale efficace pour faire face à l’ampleur du défi dans les domaines environnemental et financier [6]. Et elle comprend cette remarque très positive : « A force de pensée intelligente et de travail acharné, l’homme découvre peu à peu les lois cachées de la nature et apprend à mieux utiliser les ressources naturelles. À mesure qu’il prend le contrôle de son mode de vie, il est stimulé à entreprendre de nouvelles enquêtes et de nouvelles découvertes, à prendre des risques prudents et à lancer de nouvelles entreprises, à agir de manière responsable et à se donner de façon désintéressée » (7).

Dans sa lettre apostolique Octogesima adveniens (mai 1971), le Pape Paul VI a parlé de la relation inséparable et de l’interdépendance entre la vie humaine et le milieu naturel, en disant : « L’homme prend soudain conscience que par une exploitation inconsidérée de la nature il risque de la détruire. Non seulement l’environnement matériel devient une menace permanente – la pollution et les déchets, les maladies nouvelles et la capacité destructrice absolue -, mais le cadre humain n’est plus sous le contrôle de l’homme, créant ainsi un environnement pour demain qui peut bien être intolérable » (§21).

Paul VI a également exprimé des inquiétudes sur la façon dont le souci de contrôler la nature à travers la science pourrait mettre la dimension humaine sous un contrôle parallèle mais inapproprié (§ 38), sur le « nouveau positivisme » de la « technologie universalisée » (§29) et sur les notions de « progrès » (§ 41) qui embrassent l’industrialisation effrénée qui pourrait transformer les personnes en « esclaves des objets » qu’elles font (§9). La combinaison des thèmes de cette Lettre apostolique en fait un véritable précurseur de la focalisation sur la pensée intégrale de ses successeurs.

En novembre de la même année et juste avant que la Conférence de Stockholm (1972) n’ait lancé le Programme des Nations Unies sur l’environnement (PNUE), Paul VI a convoqué un Synode sur la Justice dans le Monde, qui a d’abord mis l’accent sur le lien entre justice et écologie. Sa ligne de pensée suggère un lien étroit entre le souci pour les pauvres et un souci pour la terre, essentiellement le cri des pauvres et le cri de la terre, et annonçait la culture du gaspillage des riches.

Saint Jean Paul II

Dans sa première encyclique, Redemptor hominis, sur la personne humaine, Jean-Paul II a mis en garde contre la menace de pollution de la nature [9]. Plus tard, dans son encyclique sociale Sollicitudo rei socialis (1987), à l’occasion du 20e anniversaire de Populorum progressio, il a mis l’accent sur la nature du développement humain authentique et son caractère moral. À cet égard, il s’est centré sur la nécessité pour les individus et les communautés d’avoir un plein respect pour la nature de la personne humaine, dont l’origine et le but sont trouvés en Dieu. Il a appelé l’attention sur la nécessité de respecter les constituants du monde naturel, que les Grecs anciens ont appelé le « cosmos » (un système ordonné avec la beauté).

La première considération concerne la connectivité. « On ne peut pas utiliser impunément les différentes catégories d’êtres, vivants ou inanimés – animaux, plantes, éléments naturels – comme on le souhaite, selon les besoins économiques de chacun. Au contraire, il faut tenir compte de la nature de chaque être et de sa connexion mutuelle dans un système ordonné, qui est précisément le cosmos »[10].

La deuxième considération est que les ressources naturelles sont limitées et ne sont pas toutes renouvelables. Si nous les traitons comme inépuisables et les utilisons avec une domination absolue, alors nous mettons gravement en danger leur disponibilité dans notre temps et surtout pour les générations futures.

Troisièmement, certains modèles de développement dans les zones industrialisées causent la pollution de l’environnement, avec des conséquences graves pour la santé des personnes [11].

Ces considérations forment un message moral clair : les exigences de la morale vis-à-vis de la nature sont une condition sine qua non pour le bien-être de l’humanité. Selon Jean-Paul II, notre conception et notre application fondamentales de la morale s’étendent à l’écologie naturelle : l’utilisation des éléments de la nature, le caractère renouvelable des ressources et les conséquences d’une industrialisation aléatoire.

En 1991, à l’occasion du centenaire de Rerum novarum, Jean-Paul II a promulgué son encyclique sociale Centesimus annus. En ce qui concerne la nature de la propriété privée et de la destination universelle des biens matériels, il attire l’attention sur ce qu’il appelle la question écologique et son lien avec le problème du consumérisme. Ici, il faisait allusion à une erreur anthropocentrique généralisée : notre incapacité à reconnaître que notre capacité à transformer et, dans un certain sens, à recréer le monde par le travail humain, est toujours fondée sur le don préalable et originel de Dieu de tout ce qui existe. L’homme pourrait imaginer qu’il peut faire un usage arbitraire de la terre et la soumettre sans limite à sa volonté. Plutôt que de remplir son rôle de coopérateur avec Dieu dans l’œuvre de la création, l’homme se met à la place de Dieu. Le résultat final est une rébellion de la part de la nature qui est plus tyrannisée que bien régie par l’homme [12].

Pour corriger ces idées fausses, Jean-Paul II a souligné que nous tous, les êtres humains, en tant qu’individus et dans notre communauté, devons respecter le monde créé et être conscients de nos devoirs et obligations envers les générations futures. Certainement, les choses que Dieu a créées sont pour notre usage ; cependant, elles doivent être utilisés d’une manière responsable, car l’homme n’est pas le maître, mais l’intendant de la création.

Au-delà de l’environnement naturel, le Saint-Père a également attiré l’attention sur la destruction de l’environnement humain. Ici, il a introduit le concept de l’écologie humaine. Oui, les dommages causés à l’environnement naturel sont graves, mais la destruction de l’environnement humain est plus grave. L’important mouvement « Vert » s’intéresse à juste titre à l’équilibre de la nature et s’inquiète des habitats naturels de diverses espèces animales menacées d’extinction. Mais en attendant, trop peu d’efforts sont faits pour sauvegarder les conditions morales d’une authentique écologie humaine. Non seulement Dieu a donné la terre à l’humanité, qui doit l’utiliser avec respect pour le bon but originel pour lequel elle a été donnée, mais l’être humain (la vie) est aussi un cadeau de Dieu pour nous : en fait, c’est le plus grand cadeau. C’est pourquoi nous devons respecter la structure naturelle et morale dont nous avons été dotés. L’encyclique applique cette pensée aux graves problèmes de l’urbanisation moderne ; elle appelle à une planification urbaine appropriée qui porte sur la façon dont les gens doivent vivre et sur l’écologie sociale du travail [13].

A partir de cette réflexion sociale élargie sur la question écologique, le Compendium de la Doctrine sociale de l’Église déclare que « la relation de l’homme avec le monde est une partie constitutive de son identité humaine » [14] et que le cri de la terre et celui des pauvres sont liées. [15] Dans son Message pour la Journée mondiale de la Paix (1990), Jean-Paul II a écrit : « L’équilibre écologique ne sera pas trouvé si l’on ne s’attaque pas directement aux formes structurelles de pauvreté qui existent dans le monde entier ». [16] Ce message a inspiré la Conférence des évêques catholiques du Canada qui a déclaré que « l’harmonie écologique ne peut exister dans un monde de structures sociales injustes et les inégalités sociales extrêmes de notre ordre mondial actuel n’aboutissent pas à une durabilité écologique » [17].

Pour résumer la contribution de Jean-Paul II à notre thème de l’écologie (environnementale) : Dans l’enseignement social catholique, le respect de l’environnement naturel et celui de l’environnement humain sont inséparables et étroitement liés. D’une part, l’homme doit respecter l’environnement naturel en n’en abusant pas. D’autre part, l’environnement humain reçoit le respect encore plus grand qu’il mérite quand nous respectons la structure naturelle et morale dont nous avons été dotés. Plus nous respectons notre structure naturelle et morale, plus nous respectons les autres et aussi le monde créé. L’environnement naturel et l’environnement humain sont étroitement liés et, pour que l’environnement naturel soit respecté, il faut que l’environnement humain soit respecté avant tout.

Le pape Benoît XVI

Au cours du nouveau millénaire, le Pape Benoît XVI, dans son Message pour la Journée mondiale de la Paix (2007), a décrit quatre variantes de l’écologie : l’écologie de la nature et, à côté, une écologie humaine qui exige une écologie sociale, Et, enfin, l’écologie de la paix. Pour que la paix soit réalisée dans le monde, nous devons être conscients de la relation entre l’écologie naturelle et l’écologie humaine. L’écologie de la paix est composée de paix avec la création et de paix entre les hommes, ce qui présuppose la paix avec Dieu. [18]

L’exemple de l’approvisionnement en énergie illustre le lien étroit entre l’écologie naturelle et l’écologie humaine et les conséquences pour la paix.

L’augmentation de la production industrielle au cours des dernières années a entraîné une augmentation des besoins énergétiques. La course sans précédent qui a suivi pour les ressources disponibles a provoqué, dans l’ensemble, une hausse des prix de l’énergie. Benoît XVI a exprimé sa profonde préoccupation pour les personnes touchées, à savoir ceux qui souffrent dans les pays moins développés qui ont été exclus, ainsi que pour les injustices et les conflits qui peuvent être provoqués par la course aux ressources énergétiques.

 Il a affirmé le besoin urgent dans les relations internationales d’un engagement à l’écologie humaine qui puisse favoriser la croissance d’une écologie de la paix ; et cela, dit-il, ne peut se produire que lorsque la famille humaine est guidée par une compréhension correcte de la personne humaine, c’est-à-dire une compréhension qui n’est pas influencée par l’idéologie ou l’apathie. [19]

L’année suivante, lors de sa visite apostolique en Australie, Benoît XVI a attiré l’attention sur la beauté du milieu naturel créé par Dieu. Mais cet environnement naturel, a-t-il poursuivi, porte maintenant des cicatrices, dont l’érosion, la déforestation et les effets d’une sécheresse dévastatrice. Dans le même temps, les ressources minérales et océaniques mondiales sont gaspillées et le niveau de l’eau augmente [20]. Il a également attiré l’attention sur l’environnement humain, le point culminant de la création de Dieu et le génie de la réalisation humaine tels que les progrès dans les sciences médicales, l’application judicieuse de la technologie et la créativité reflétée dans les arts. Mais l’environnement humain ou social a aussi ses cicatrices, comme l’abus d’alcool et de drogues, l’exaltation de la violence, la dégradation sexuelle et la dépravation, et la fausse idée selon laquelle il n’existe pas de vérités absolues pour guider nos vies. Il a affirmé la vraie nature de la vie humaine qui implique une recherche de la vérité, du bien et du beau. À cette fin, selon Benoît XVI, nous faisons nos choix et exerçons notre liberté, sachant que là, nous trouvons le bonheur et la joie. [21]

Dans son encyclique sociale, Caritas in veritate, Benoît XVI consacre tout le quatrième chapitre à la question de l’environnement et de l’existence humaine : « Le développement des peuples, les droits et les devoirs, l’environnement ». Fondamentalement, « la façon dont l’humanité traite l’environnement influence la façon dont elle se traite et vice versa » [22]. La relation entre la vie humaine et l’environnement naturel qui la soutient est inséparable. C’est « cette alliance entre les êtres humains et l’environnement, qui doit refléter l’amour créateur de Dieu, de qui nous venons et vers lequel nous cheminons » [23].

De plus, le Livre de la Nature est un et indivisible, et comprend non seulement l’environnement, mais aussi les individus, la famille et l’éthique sociale. En conséquence, nos devoirs envers l’environnement découlent de nos devoirs envers la personne [24]. Mais la « question décisive », dans la relation entre l’homme et son monde, dans l’écologie naturelle et humaine, « est la teneur morale de la société » [25].

Ce que le Pape Benoît XVI a affirmé ici, c’est une relation mutuelle entre l’écologie naturelle et l’écologie humaine: nous devons respecter le monde créé et respecter la manière dont la personne humaine a été créée, car c’est seulement ainsi que nous pourrons exercer notre liberté. Une telle affirmation n’est d’ailleurs pas une revendication religieuse, mais la déclaration d’un fait naturel [26].

Le Saint-Père a donc appelé à une compréhension intégrale du monde et de la personne humaine: celle qui respecte à la fois le monde créé et le point culminant de la création qui est la personne humaine.

(à suivre)

© Traduction de Zenit, Constance Roques

https://fr.zenit.org/articles/unesco-le-concept-cle-decologie-integrale-par…


Dernière édition par maria le Mar 15 Nov - 05:00 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mar 15 Nov - 04:59 (2016)    Sujet du message: UNESCO: « LE CONCEPT CLE D'ECOLOGIE INTEGRALE », PAR LE CARD. TURKSON (1/2) / Cardinal Turkson’s Address to UNESCO in Paris Répondre en citant




UNESCO: « LE CONCEPT CLE D'ECOLOGIE INTEGRALE », PAR LE CARD. TURKSON (2/2)

«La terre, notre maison commune: défis et espoir!»

13 novembre 2016 Constance RoquesNature, environnement, Organismes internationaux, Rome




ZENIT - HSM

« Le concept clé d’écologie intégrale et son évolution dans l’enseignement social de l’Église »: c’est le thème de l’intervention du cardinal Peter Turkson à l’UNESCO, le 9 novembre 2016, lors d’un colloque intitulé « la terre notre maison commune: défis et espoir! »

L’intervention du président du Conseil pontifical Justice et Paix, et préfet nommé du nouveau dicastère au Service du développement humain intégral, est publiée en anglais par Radio Vatican. Voici notre traduction en français de la première partie. Nous avons publié la première partie hier, samedi 12 novembre 2016.

Dans cette seconde partie, le cardinal Turkson propose une synthèse actualisée de l’enseignement du pape François sur l’écologie humaine intégrale, avec cette conviction que le message de l’encyclique Laudato si’ non seulement n’a rien perdu de son actualité, mais qu’il fait son chemin: « En conclusion, permettez-moi une remarque : Face à la menace d’une catastrophe environnementale à l’échelle mondiale, je suis convaincu qu’un rayon de lumière a déjà commencé à briser les nuages lourds de l’écologie et à nous apporter ce que le pape décrit comme la chaleur de l’espoir! »

AB
Intervention du card. Turkson (2/2)

Le pape François sur l’écologie intégrale

Élu il y a trois ans, le Pape François a profondément enraciné son propre enseignement dans les enseignements de ses prédécesseurs sur la relation entre l’écologie naturelle et l’écologie humaine. Il a fait la promotion de la sauvegarde de la création, du développement humain intégral et du souci pour les pauvres et les personnes âgées dans ses homélies [27], ses discours et ses messages [28] à diverses audiences et événements et dans son Evangelii Gaudium [29]. Tout cela a culminé dans Laudato si’ publiée à la mi-juin 2015. La deuxième moitié de 2015 a été décisive pour notre sujet : en juillet, la troisième Conférence internationale sur le financement du développement à Addis-Abeba ; en septembre, l’Assemblée générale des Nations Unies sur les objectifs de développement durable jusqu’en 2030 ; et en décembre, la COP21, la Conférence sur le changement climatique à Paris.

Le pape François lui-même nous offre le message central de Laudato si’  dans une courte vidéo. Regardons-la maintenant. [30]

Les principaux extraits de la vidéo Laudato si’  sont clairs:

Notre nature est créée par Dieu et environnée par les dons de la création.

Nos échecs viennent de ce que nous surconsommons et que nous ne partageons pas les dons de la création. Nous avons cultivé trop et gardé trop peu – avec des conséquences désastreuses pour les pauvres et la planète.

Il est donc urgent que nous changions notre sens du progrès, notre gestion de l’économie et notre style de vie. Cette approche cohérente et durable de la vie est ce que nous appelons l’écologie intégrale.

Les fondements de Laudato si’ se trouvent dans le récit biblique. La Genèse nous enseigne que « la vie humaine repose sur trois rapports fondamentaux et intimement liés : avec Dieu, avec notre prochain et avec la terre elle-même » (§ 66). En ce qui concerne la relation avec la terre, le Pape François se tourne vers Son Éminence Bartholomée Ier pour son enseignement prophétique: « Pour les êtres humains… détruire la diversité biologique… en provoquant des changements dans son climat », en contaminant « les eaux de la terre, l’air et sa vie – ce sont des péchés » (§ 8), tout comme les ruptures dans notre relation avec Dieu et avec notre prochain. Et lorsqu’une de ces relations est rompue, les autres sont brisées aussi, et notre insertion dans l’univers n’est plus intégrale : elle est fracturée, fragmentée et partielle.

Sur cette base biblique, le chemin de Laudato si’ se déploie dans des détails grands et reliés entre eux. Les six points suivants aident à transmettre son message essentiel:

Tous les êtres humains sont touchés, et tout dans la nature aussi, par les crises du changement climatique, le mauvais usage des ressources naturelles, les déchets et la pollution, et la pauvreté et la mise à l’écart qui en découlent.

Tout est lié ; nous ne pouvons pas comprendre le monde social ou naturel ou une partie de ces mondes en les isolant.

Tout le monde doit agir de manière responsable pour sauver notre monde – des individus qui recyclent et utilisent l’énergie avec modération, aux entreprises réduisant leurs empreintes écologiques, aux dirigeants mondiaux fixant des objectifs ambitieux pour réduire l’utilisation du carbone (comme lors de la COP21 à Paris) en mettant effectivement en œuvre et en appliquant ces profondes réformes.

Nous devons être véridiques ; ne laissez personne cacher ou déformer des faits afin d’obtenir un avantage égoïste.

Nous devons engager un dialogue constructif ; l’engagement sincère et fiable de toutes les parties est nécessaire pour réussir là où tout est risqué.

Nous devons nous transcender dans la prière, la simplicité et la solidarité.

En réunissant ces perspectives avec leur impact sur l’expérience humaine concrète, Laudato si’ veut persuader le monde que la dimension morale doit être omniprésente. Comme tous les papes depuis Paul VI ont insisté de diverses façons, il n’y a pas de décisions moralement neutres sur l’économie, la production et le commerce. Ces décisions touchent à la fois le monde naturel qui est notre maison commune et nous tous, habitants de cette maison commune.

Dans Laudato si’, le Pape François expose cinq aspects du grand effort nécessaire pour réduire notre empreinte et inverser la détérioration de l’environnement naturel et social, afin de remodeler et assurer l’avenir de notre planète :

– identifier la confiance inconsidérée de l’âge industriel dans la technologie et la finance. Ce paradigme technocratique est la conviction que toute réalité – y compris la vie humaine – consiste en des objets que les gens peuvent manipuler sans fin pour le profit et sans la moindre considération éthique. Cette alliance entre la technologie utilisée comme moyen de pouvoir et une économie obsédée par la maximisation à court terme des profits est partout répandue par la mondialisation et tend à prévaloir sur la dimension politique.
– proposer un enseignement social de l’Église qui sensibilise à l’immensité et à l’urgence du défi de la situation actuelle du monde et de ses pauvres : les deux fragilités qui sont au cœur de l’écologie intégrale du pape François.
– stimuler des changements majeurs dans notre pensée et nos engagements – en effet, une transformation de soi ou la conversion de chaque individu et des groupes et institutions à tous les niveaux, des communautés locales à l’humanité globale.
– lancer un appel urgent pour la conversion écologique, pour une éducation à la citoyenneté écologique et pour le développement éthique et spirituel. Et
– avec sa profonde foi et sa confiance dans la capacité de l’humanité à travailler ensemble pour construire une maison commune, encourager l’humanité à répondre à l’appel urgent de Laudato si’.

Ainsi, l’Encyclique propose « une approche de l’écologie qui respecte notre place unique en tant qu’êtres humains dans ce monde et notre relation à notre environnement » (§ 15). Le paradigme de l’écologie intégrale est une proposition inclusive et dynamique qui articule les relations fondamentales de chaque personne avec Dieu, avec les autres êtres humains et avec la création :

Quand nous parlons de « l’environnement », ce que nous entendons vraiment, c’est une relation existant entre la nature et la société qui y vit. La nature ne peut être considérée comme quelque chose de séparé de nous-mêmes ou comme un simple cadre dans lequel nous vivons. Nous faisons partie de la nature, nous y sommes inclus et donc en constante interaction avec elle… Il est essentiel de rechercher des solutions globales qui tiennent compte des interactions au sein des systèmes naturels eux-mêmes et avec les systèmes sociaux (§139).

L’intégration est l’opposé de la fragmentation et de l’isolement : « la nature ne peut être considérée comme quelque chose de séparé de nous-mêmes ou comme un simple milieu dans lequel nous vivons » (§139). Plutôt que de penser que notre relation avec l’environnement naturel est séparée des autres sphères d’intérêt et d’activité humaine, voyons la nature comme une partie intégrante d’un tout plus vaste qui comprend les biens sociaux, politiques et spirituels, les biens matériels, la sphère économique etc.

En ceci, le pape François fait écho fortement aux sentiments de son homonyme, saint François d’Assise, « qui montre à quel point le lien entre le souci de la nature, la justice pour les pauvres, l’engagement envers la société et la paix intérieure est un lien inséparable ». Il est l’exemple par excellence du souci des plus vulnérables et d’une écologie intégrale vécue joyeusement et authentiquement » (§ 10). Puis rappelant la vision de François d’Assise sur la parenté de la famille humaine avec la nature, le pape François affirme que notre intégration à l’univers lui est inhérente : « Nous sommes nous-mêmes poussière de la terre (Gn 2,7), nos corps mêmes sont constitués de ses éléments, nous respirons son air et nous recevons la vie et le rafraîchissement de ses eaux … Nous faisons partie de la nature, (§ 2, 139) : de la conception au moment de la mort, la vie de chaque personne est intégrée et soutenue par la panoplie impressionnante des processus naturels. L’humanité doit rendre la pareille, nous devons nourrir et soutenir la terre qui nous nourrit et nous soutient.

François d’Assise met en avant l’intégration de l’humain et du naturel, de même que le mot soin [care] dans le titre de l’encyclique. La terminologie de l’intendance n’apparaît que deux fois, mais le soin [care] apparaissent des dizaines de fois. Cela témoigne d’une relation intime qui va au-delà des emplois et de la responsabilité. Les délégués syndicaux peuvent travailler dans les limites de leurs responsabilités et ne pas s’occuper de ce qui ne relève pas de ces limites.

C’est un fonctionnement cloisonné. Mais si je me soucie [care], je regarde les objets de mon soin – mes enfants, ma communauté, mon monde – et je ne vois pas de limites absolues à mon engagement. Je pourrais même mourir pour eux !

« Tout est étroitement lié, dit le pape François, et les problèmes d’aujourd’hui exigent une vision capable de prendre en compte tous les aspects de la crise mondiale » (§137). Par conséquent, « nous avons besoin d’urgence d’un humanisme capable de rassembler les différents domaines de la connaissance, y compris l’économie » et la science (science du climat, etc.) « au service d’une vision plus intégrale et intégrante ». (§141) [31] Lorsque nous adoptons l’écologie intégrale, nous évitons le cloisonnement en faveur de l’interconnexion et du holisme. Seule l’interconnexion nous permettra de « trouver des moyens adéquats de résoudre les problèmes plus complexes du monde d’aujourd’hui, en particulier ceux qui concernent l’environnement et les pauvres ; ces problèmes ne peuvent être traités dans une seule perspective ou à partir d’un seul ensemble d’intérêts » (§101). Aucune branche de la science, aucune forme de sagesse – y compris la culture, la religion et la spiritualité – ne doit être négligée (cf. § 63). « Aujourd’hui, l’analyse des problèmes environnementaux ne peut être séparée de l’analyse des contextes humains, familiaux, liés au travail et urbains, et de la façon dont les individus se rapportent à eux-mêmes » (§141).

S’appuyant sur cette idée fondamentale, le Pape François explore l’écologie intégrale dans plusieurs domaines d’application. Elle comprend « notre place unique en tant qu’êtres humains dans ce monde et notre relation avec notre environnement », dans les aspects variés de notre vie, dans l’économie et la politique, dans les diverses cultures, en particulier les plus menacées, et tous les moments de notre quotidien.

Dans le monde contemporain, où « les injustices abondent et un nombre croissant de personnes sont privées des droits humains fondamentaux et considérées comme des dépenses », travailler pour le bien commun signifie faire des choix de solidarité basés sur « une option préférentielle pour les plus pauvres » (§158).

Le bien commun concerne aussi les générations futures : « on ne peut plus parler de développement durable sans solidarité intergénérationnelle » (§159). Ici, dans le contexte de l’écologie intégrale, le pape François invoque le souci de nos enfants pour formuler sa question centrale sur l’environnement : « Quel genre de monde voulons-nous laisser à ceux qui viennent après nous, aux enfants qui grandissent maintenant? » (§ 160).

Conclusion

En conclusion, permettez-moi une remarque : Face à la menace d’une catastrophe environnementale à l’échelle mondiale, je suis convaincu qu’un rayon de lumière a déjà commencé à briser les nuages lourds de l’écologie et à nous apporter ce que le pape décrit comme la chaleur de l’espoir! Plus important,

– en nous réunissant à Addis-Abeba pour examiner comment, ensemble, nous pouvons mettre en commun les ressources pour promouvoir le développement durable,
– en nous réunissant à New York, à l’Assemblée plénière de l’ONU, pour adopter un agenda mondial (SDG), centré sur les personnes et sur la planète [32]
– en nous réunissant à Paris (juillet 2015) lors d’une conférence pour réveiller les « consciences pour le climat », nous sommes convenus (en accord) à la COP21 (décembre 2015) de contenir la hausse de la température entre 1,5 ° et 2 ° et nous avons continué de montrer notre engagement, en ajoutant nos signatures à l’ONU au début de cette année,
– en nous réunissant de nouveau à Marrakech (7-18 novembre) pour la mise en œuvre de la COP21,

nous devenons ensemble des révolutionnaires de la tendresse et de la sympathie, en surmontant l’indifférence et les inégalités omniprésentes du monde avec le souci de la terre, de notre maison commune et de ses pauvres. Ainsi, si l’espoir génère l’énergie qui stimule l’intellect et donne à la volonté tout son dynamisme [33], alors l’encyclique Laudato si’, sur le soin de notre maison commune est elle-même l’espoir qui initie un millénaire de respect de la vie, de notre souci pour la création de Dieu, de notre souci pour les pauvres dans la solidarité et la justice, et en particulier de la paix.

Nous avons reçu la terre comme un jardin des mains du Créateur, ne le transmettons pas à ceux qui viennent après nous comme une terre sauvage, un désert!
Merci à tous pour votre aimable attention !


© Traduction de Zenit, Constance Roques

https://fr.zenit.org/articles/unesco-le-concept-cle-decologie-integrale-par-le-card-turkson-22/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Nov - 04:43 (2016)    Sujet du message: COP22: AGIR SANS PRESSIONS POLITIQUES OU ECONOMIQUES / Sheikh Mansour at Cop 22 tells of need for more cooperation on environmental efforts Répondre en citant



COP22: AGIR SANS PRESSIONS POLITIQUES OU ECONOMIQUES
  Rolling Eyes

ENGLISH : Sheikh Mansour at Cop 22 tells of need for more cooperation on environmental efforts
http://www.thenational.ae/uae/environment/sheikh-mansour-at-cop-22-tells-of…

Message du pape François (Texte intégral)

15 novembre 2016 Rédaction Nature, environnement, Pape François

 
Pixabay CC0 - Foto-Rabe

Dans un message adressé aux participants à la Conférence de l’ONU sur le climat organisée au Maroc (COP22), le pape François souligne « la grave responsabilité éthique et morale d’agir sans tarder, de la manière la plus libre possible des pressions politiques et économiques, en dépassant les intérêts et les comportements particuliers ».

« Le style de vie fondé sur la culture du rebut est insoutenable et ne doit pas trouver de place dans nos modèles de développement et d’éducation », assure le pape dans ce message publié par le Saint-Siège le 15 novembre 2016. L’évêque de Rome y invite à relever le « défi éducatif et culturel » de promouvoir « des styles de vie destinés à favoriser les modèles de production et de consommation durables ».

Le pape souhaite aussi « que les travaux de ces jours soient animés du même esprit de collaboration et de proposition manifesté durant la COP21 » à Paris. La Conférence de Marrakech est dédiée à la mise en œuvre de l’Accord de Paris, qui, estime-t-il, « a tracé une route claire ».

Il salue notamment l’approche « solidaire » de cet Accord qui « encourage la solidarité envers les populations les plus vulnérables et encourage les fortes relations existant entre la lutte contre le changement climatique et celle contre la pauvreté ».

« Les solutions techniques sont nécessaires mais pas suffisantes, ajoute le pape François. Il est essentiel et nécessaire de prendre aussi attentivement en considération les aspects éthiques et sociaux du nouveau paradigme de développement et de progrès ».

AK

Message du pape François


Sheikh Mansour bin Zayed, Deputy Prime Minister and Minister of Presidential Affairs, is flanked on the left by Morocco’s foreign minister Salaheddine Mezouar, and United Nations secretary general Ban Ki-moon and UN climate chief Patricia Espinosa of Mexico. Wam

À Son Excellence Monsieur Salaheddine Mezouar
Ministre des Affaires Étrangères et de la Coopération du Royaume du Maroc
et Président de la 22ème session de la Conférence des États parties
à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP22)

(Marrakech, 7-18 novembre 2016)

Excellence,

La situation actuelle de détérioration de l’environnement, fortement liée à la dégradation humaine, éthique et sociale (cf. Enc. Laudato si’, nn. 48.56.122), dont malheureusement nous faisons l’expérience quotidiennement, nous interpelle tous, chacun dans ses rôles et compétences, et nous porte à être ici réunis, avec une prise de conscience et un sens de responsabilité renouvelés.

Le Royaume du Maroc abrite, en effet, la COP22 peu de jours après l’entrée en vigueur de l’Accord de Paris, adopté il y a moins d’un an. Son adoption représente une forte prise de conscience que, face aux thématiques aussi complexes que le changement climatique, l’action individuelle et/ou nationale n’est pas suffisante, mais qu’il est nécessaire de mettre en œuvre une réponse collective responsable visant réellement à «collaborer pour construire notre maison commune» (ibid., n. 13). D’autre part, l’entrée en vigueur rapide de l’Accord renforce la conviction que nous pouvons et nous devons nous servir de notre intelligence pour orienter la technologie, tout comme pour cultiver et limiter aussi notre pouvoir (cf. ibid., n. 78), et pour les mettre «au service d’un autre type de progrès, plus sain, plus humain, plus social, plus intégral» (ibid., n. 112), capable de mettre l’économie au service de la personne humaine, de construire la paix et la justice, de sauvegarder l’environnement.

L’Accord de Paris a tracé une route claire sur laquelle la communauté internationale tout entière est appelée à s’engager; la COP22 représente une étape centrale de ce parcours. Cet Accord a un impact sur toute l’humanité, en particulier sur les plus pauvres et sur les générations futures, qui représentent la composante la plus vulnérable à l’impact préoccupant des changements climatiques et cela nous rappelle la grave responsabilité éthique et morale d’agir sans tarder, de la manière la plus libre possible des pressions politiques et économiques, en dépassant les intérêts et les comportements particuliers.

Dans cette perspective, je vous adresse mes salutations, Monsieur le Président, ainsi qu’à tous ceux qui prennent part à cette Conférence, unies à mes vifs encouragements afin que les travaux de ces jours soient animés du même esprit de collaboration et de proposition manifesté durant la COP21. Après cette Conférence, a commencé la phase de la mise en œuvre de l’Accord de Paris; moment délicat, où l’on se confronte, en entrant de manière plus concrète dans l’élaboration des règles, des mécanismes institutionnels et des éléments nécessaires pour sa mise en œuvre correcte et efficace. Il s’agit d’aspects complexes qui ne peuvent pas être délégués aux seuls interlocuteurs techniques, mais qui ont besoin d’un soutien continu et d’un encouragement politique, fondé sur la conscience que «nous sommes une seule famille humaine. Il n’y a pas de frontières ni de barrières politiques ou sociales qui nous permettent de nous isoler, et pour cela même il n’y a pas non plus de place pour la globalisation de l’indifférence» (ibid., n. 52).

L’une des principales contributions de cet Accord est celle de stimuler à promouvoir des stratégies nationales et internationales de développement, fondées sur une qualité de l’environnement que nous pourrions qualifier de solidaires. En effet, cet Accord encourage la solidarité envers les populations les plus vulnérables et encourage les fortes relations existant entre la lutte contre le changement climatique et celle contre la pauvreté. Bien que soient nombreux les éléments de caractère technique invoqués dans ce domaine, nous sommes également conscients qu’on ne peut tout réduire à la seule dimension économique et technologique: les solutions techniques sont nécessaires mais pas suffisantes. Il est essentiel et nécessaire de prendre aussi attentivement en considération les aspects éthiques et sociaux du nouveau paradigme de développement et de progrès.

Ici, on entre dans les domaines fondamentaux de l’éducation et de la promotion de styles de vie destinés à favoriser les modèles de production et de consommation durables (cf. ibid., n. 180). Et cela rappelle la nécessité de faire grandir une conscience responsable envers notre maison commune (cf. ibid., nn. 202.231). Tous les États parties sont appelés à contribuer à cette tâche, ainsi que les non-Party stakeholders: la société civile, le secteur privé, le monde scientifique, les institutions financières, les autorités infranationales, les communautés locales, les populations indigènes.

En conclusion, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs participants à la COP22, je forme mes vœux les meilleurs afin que les travaux de la Conférence de Marrakech soient guidés par cette conscience de notre responsabilité qui doit encourager chacun de nous à promouvoir sérieusement une «culture de protection qui imprègne toute la société » (ibid., n. 231), la protection de la création, mais aussi du prochain, proche ou éloigné dans l’espace et dans le temps. Le style de vie fondé sur la culture du rebut est insoutenable et ne doit pas trouver de place dans nos modèles de développement et d’éducation. C’est un défi éducatif et culturel auquel, pour être réellement efficace dans la poursuite de ses objectifs exigeants, ne doit pas manquer de répondre aussi l’Accord de Paris.

Tandis que je prie pour un déroulement heureux et fructueux des travaux, j’invoque sur vous et sur tous les participants la Bénédiction du Tout-Puissant, que je vous demande de porter à tous les citoyens des pays que vous représentez.

Veuillez croire, Monsieur le Président, à l’assurance de mes sincères et cordiales salutations.

Du Vatican, le 10 novembre 2016

FRANÇOIS


© Librairie éditrice du Vatican

https://fr.zenit.org/articles/cop22-agir-sans-pressions-politiques-et-economiques/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Nov - 04:47 (2016)    Sujet du message: COP 22 WITH THE MOROCCAN ARCHITECTS Répondre en citant




Ouarzazate solar power station (OSPS), Morocco

10 March 2016, Morocco

COP 22 WITH THE MOROCCAN ARCHITECTS

Member Section

In preparation for the United Nations Conference on Climate Change, COP 22, to be held in Marrakech, Morocco (7-18 November 2016), the UIA has approached the Moroccan Section, its President Abdelouahed Mountassir and Mohamed Chaoui, UIA Council Member.  The UIA is gearing up for an event in the spirit of the conference that took place at the opening of COP 21 in Paris in December 2015. UIA Secretary General Thomas Vonier will meet the Moroccan architects in Paris in March.
 
The Paris International Conference brought together diverse organizations implicated in the design and construction of buildings and cities, which are deciding factors in the response to climate change.
 
Organizer of COP 7 in 2001, the Kingdom of Morocco has committed itself to limiting its greenhouse gas emissions, reducing them by 13% by 2030. The country has invested in an audacious sustainable development program, which seeks to produce electricity by using more than half “green” energy by 2030. According to the NGO, ‘Climate Action Tracker’, Morocco is ranked among the most ecologically sound countries in the world.

http://www.uia.archi/en/exercer/nouvelles/10535


What's going on over there? Is there a cremation care over there? Just asking... A look on Google Earth...
 
Ouarzazate solar power station (OSPS), Morocco










Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Nov - 05:53 (2016)    Sujet du message: | THE GLOBAL DAY OF JEWISH LEARNING - SUNDAY, NOV 20 Répondre en citant

THE GLOBAL DAY OF JEWISH LEARNING - SUNDAY, NOV 20

Why on Sunday? Is it a signal to implement the Catholic Environmental Sunday Law of the Sabbat in the Jewish land and to the world? This global mobilization of "faith" will be on the same day the door of the "Holy Door of St. Peter's Basilica will be close and the conclusion of the Jubilee of Mercy.


We also can see all the paganism of this Rabbi who promote God in all things.

RABBI STEINSALTZ: "THE WONDERFUL STRANGENESS OF HUMANS"



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=TvhB0J8imuE

Next Sunday, November 20, Jews from all over the world will learn the same Jewish texts together, in an initiative spearheaded by Rav Adin Steinsaltz and the Aleph Society. 

This year’s theme focuses on ecology and is titled “Under the Same Sky: The Earth is Full of Your Creations.” Its the 7th annual Global Day of Learning, after the first one in 2010 was conceived to mark the completion of Rabbi Adin Steinsaltz’s monumental translation on the Talmud. Jews in 500 communities around the world are expected to participate this year with local classes and online video links.  

Learn how to organize your own community event for the Global Day of Jewish Learning
 
Check out the full video schedule of classes
 
See the list of speakers
 
Here are some of the online classes:
  • Rabbi Adin Even-Israel Steinsaltz will open the Global Day ON AIR with “Harmony is Made With All Kinds of Noise” at midnight GMT/UTC on Sunday November 20 (7pm EST, November 19).
  • Of Land and Light: A Jewish Take on Ethical Dilemmas in International Development” with Dyonna Ginsburg and Rabbi Yedidya Sinclair (with OLAM, from Israel)
  • Eco-Judaism: Is There Any Other Kind?! – How Torah Pushes the Sustainability Envelope” with Rabbi Fred Scherlinder Dobb (with Jewish Reconstructionist Communities, from Bethesda, Maryland)
  • The Animal Kingdom in Jewish Thought” with Rabbi Natan Slifkin, the “Zoo Rabbi” (with The Biblical Museum of Natural History, from Israel).
http://www.janglo.net/index.php?option=com_adsmanager&page=display&catid=99&tid=405996&Itemid=157&utm_source=MadMimi&utm_medium=email&utm_content=Janglo+News+Updates&utm_campaign=20161115_m135522198_Janglo+Daily+News+Updates&utm_term=NEWS_3AThe+Global+Day+of+Jewish+Learning-+Sunday_2C+Nov+20


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Mer 23 Nov - 15:52 (2016)    Sujet du message: ACCORD DE PARIS : TRUMP SE DIT "OUVERT" SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE Répondre en citant

ACCORD DE PARIS : TRUMP SE DIT "OUVERT" SUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

  Aujourd'hui

Donald Trump, dans un entretien au New York Times, s’est dit « ouvert » mardi au sujet de de l’accord de Paris sur le changement climatique. « Je regarde ça de très près, je reste ouvert sur cette question », a déclaré le futur président des Etats-Unis.
Citation:

« Je pense qu’il y a un lien, il y a quelque chose, mais tout dépend combien », a reconnu Donald Trump, qui tenait jusqu’à présent un discours climato-sceptique. Le magnat de l’immobilier a notamment précisé qu’il fallait se demander « combien cela va coûter » aux entreprises américaine.


Le réchauffement climatique, « un canular »
 
L’écologie n’a jamais été la tasse de thé de Donald Trump. En 2012, le républicain était allé jusqu’à dire que la notion de réchauffement climatique était « un canular inventé par les Chinois pour mettre à mal la compétitivité de l’industrie américaine ».

Pendant sa campagne, il avait également annoncé qu’il couperait tous les financements liés aux programmes de lutte contre le réchauffement et supprimerait l’agence de protection de l’environnement. Donald Trump avait également menacé de faire « annuler » l’accord conclu lors de la COP21 et adopté par 195 pays fin 2015.

Les Etats-Unis, deuxième plus gros pays émetteur de gaz à effet de serre de la planète après la Chine, ont ratifié cet accord début septembre, sous l’impulsion de Barack Obama. En le signant, il s’engageait à contenir le réchauffement sous le seuil de 2° celsius par rapport au niveau préindustriel.

http://www.bvoltaire.fr/actu/accord-de-paris-trump-se-dit-ouvert-sur-le-cha…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Ven 25 Nov - 16:53 (2016)    Sujet du message: DES MILITANTS DENONCENT L'INACTION PAR RAPPORT AU RECHAUFFEMENT Répondre en citant

DES MILITANTS DENONCENT L'INACTION PAR RAPPORT AU RECHAUFFEMENT

Alors que plus de 1000 scientifiques dénoncent cette fraude, mais cela, les journaux n'en parlent pas. On mettra des groupes qui adorent les démons et qui revendique leur lien avec la terre mère, ceux-là, on les trouve dans tous les médias de fausses-nouvelles.

Une poignée d'activistes du collectif Breakfree a manifesté vendredi, à Genève, pour dénoncer les menaces pesant sur le climat et l'absence de réaction du monde politique. Les militants s'en sont notamment pris aux banques.

Ils ont ainsi regretté que la COP 22 sur les changements climatiques n'ait pas réussi à trouver une somme de 100 milliards en faveur du climat et que seulement 84 millions ont été récoltés. Les activistes ont affirmé que les pays riches octroient 20 fois plus de subventions aux énergies fossiles qu'aux énergies renouvelables.

Les grandes banques de la planète accordent, pour leur part, 10 fois plus de crédits aux énergies fossiles qu'aux énergies renouvelables. Le collectif Breakfree rappelle que 2016 sera probablement l'année la plus chaude jamais enregistrée et que les 17 dernières années ont recensé 16 des années les plus chaudes.

(ats / 25.11.2016 15h00)

http://www.romandie.com/news/Des-militants-denoncent-linaction-par-rapport-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Nov - 04:37 (2016)    Sujet du message: - GLOBAL SUSTAINABLE - TRANSPORT CONFERENCE Répondre en citant

- GLOBAL SUSTAINABLE - TRANSPORT CONFERENCE

Recognizing the fundamental role of sustainable transport in fighting climate change and achieving the sustainable future we want, Secretary-General Ban Ki-Moon will convene the first ever global conference on sustainable transport, on 26 and 27 November 2016 in Ashgabat, Turkmenistan .

The Global Sustainable Transport Conference will bring together key stakeholders from Governments, UN system and other international organizations, the private sector, and civil society to engage in a dialogue that emphasizes the integrated and cross-cutting nature of sustainable transport and its multiple roles in supporting the achievement of the SDGs. All modes of transport—road, rail, aviation, ferry and maritime - will be addressed.

Plenary Hall Live Streaming (English)

+ VIDEO : https://sustainabledevelopment.un.org/Global-Sustainable-Transport-Conferen…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Hier à 06:45 (2016)    Sujet du message: LE COMITE EXECUTIF DU COE PUBLIE UNE DECLARATION SUR LA JUSTICE CLIMATIQUE Répondre en citant



LE COMITE EXECUTIF DU COE PUBLIE UNE DECLARATION SUR LA JUSTICE CLIMATIQUE


© Marianne Ejdersten/COE
25 novembre 2016

Version française publiée le: 28 novembre 2016

Réuni à Nanjing et Shanghai, en Chine, du 17 au 23 novembre, le Comité exécutif du Conseil œcuménique des Églises (COE) a publié une déclaration sur la justice climatique dans laquelle il réitère sa vive inquiétude concernant les changements climatiques, et appelle tous les États à respecter les engagements de l’Accord de Paris.

L’Accord de Paris, adopté lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, en décembre 2015 est entré en vigueur après un rapide processus de ratification rejoint par la Chine et les États-Unis d’Amérique. Dans l’Accord de Paris, les pays s’engagent à maintenir l’augmentation mondiale de la température en dessous de 2 °C et à poursuivre les efforts pour limiter la hausse au seuil inférieur de 1,5 °C.

Le Comité exécutif du COE salue et note avec satisfaction l’exemple du gouvernement chinois qui a ratifié l’Accord de Paris et «qui est leader mondial des investissements dans le développement des énergies renouvelables». La déclaration encourage le gouvernement chinois à «faire preuve de davantage de leadership en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre, conformément aux engagements de l’Accord de Paris».

Le texte réaffirme également l’importance centrale de l’action œcuménique continue pour la justice climatique dans le cadre du Pèlerinage de justice et de paix, et de l’intensification de la coopération interreligieuse pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Le Comité exécutif du COE «appelle tout particulièrement les pays riches industrialisés à augmenter leurs aides (y compris via un transfert de technologies) et à respecter leur engagement de consacrer 100 milliards de dollars par an à l’atténuation des changements climatiques et à l’adaptation à leurs effets à partir de 2020».

La déclaration exprime aussi de l’inquiétude concernant la promesse du président élu des États-Unis, Donald Trump, de se retirer de l’Accord de Paris, et appelle le gouvernement américain à tenir et à respecter les engagements qu’implique la ratification de l’Accord de Paris.

Notant que les changements climatiques ont déjà des conséquences négatives sur les éléments qui sont à la base de la subsistance des êtres humains, à savoir l’eau et la nourriture, le texte du Comité exécutif salue et encourage les travaux du Réseau œcuménique de l’eau du COE et de la campagne l’Alimentation pour la vie du COE – Alliance œcuménique «agir ensemble».

Le Comité exécutif du COE se réunit deux fois par an, surveille les activités en cours, approuve les plans et supervise le budget approuvé par le Comité central. C’est la première fois qu’un organe directeur du COE se réunit en République populaire de Chine. La réunion s’est déroulée à Shanghai et à Nanjing du 17 au 23 novembre. Elle était accueillie par le Conseil chrétien de Chine et le Comité du Mouvement patriotique des Trois autonomies. Le 24 novembre, à Pékin, la direction du Conseil œcuménique des Églises a rencontré le ministre Wang Zuoan, directeur de l’Administration d’État pour les Affaires religieuses.

Contact médias. Contactez la directrice de la Communication, Marianne Edjersten: mej@wcc-coe.org, +41 79 507 63 63

Déclaration sur la justice climatique
http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/resources/documents/executive…

Travail du COE sur la création et les changements climatiques
http://www.oikoumene.org/fr/activites/le-souci-de-la-creation-et-la-justice…

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/wcc-executive-committee-issue…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 671
Féminin

MessagePosté le: Hier à 07:03 (2016)    Sujet du message: DECLARATION SUR LA JUSTICE CLIMATIQUE Répondre en citant



DECLARATION SUR LA JUSTICE CLIMATIQUE

25 novembre 2016

Conseil œcuménique des Églises

COMITÉ EXÉCUTIF

Shanghai et Nanjing, Chine

17-23 novembre 2016

Doc. No 23rev

DECLARATION SUR LA JUSTICE CLIMATIQUE

«Au Seigneur, la terre et ses richesses, le monde et ses habitants!

C’est lui qui l’a fondée sur les mers et la tient stable sur les flots.» (Psaume 24,1-2)

Le 4 novembre 2016, l’accord adopté lors de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris, en décembre 2015 (COP21), est entré en vigueur après un rapide processus de ratification rejoint par la Chine et les États-Unis d’Amérique. Dans l’Accord de Paris, les pays s’engagent à maintenir l’augmentation mondiale de la température en dessous de 2 °C et à poursuivre les efforts pour limiter la hausse au seuil inférieur de 1,5 °C. Conformément à l’Accord, les pays développés doivent aider les pays en développement à s’adapter et à croître de manière propre et durable, et à élaborer des moyens de remédier aux pertes et préjudices, y compris aux pertes non économiques.

Le Conseil œcuménique des Églises et ses Églises membres, Alliance ACT, les communions chrétiennes mondiales et de nombreuses autres organisations d’inspiration religieuse et de la société civile militent depuis longtemps pour obtenir ces résultats. Nous saluons en particulier le rôle pionnier qu’a joué le Patriarcat œcuménique dans la lutte contre les changements climatiques et la défense de l’environnement depuis 1981. L’Accord de Paris a été accueilli très favorablement et largement applaudi par la communauté internationale et la société civile. Le COE salue notamment le fait que cet accord traduise une approche plus juste des réponses apportées à la crise climatique, donnant un signe d’espoir très attendu à ceux qui sont les plus vulnérables à ses conséquences.

Comme l’a fait remarquer la Dixième Assemblée du COE à Busan, en 2013, les victimes des changements climatiques sont le nouveau visage du pauvre, de la veuve et de l’étranger, que Dieu aime tout particulièrement. La Dixième Assemblée du COE a invité les Églises et les organisations œcuméniques à faire pression sur leurs gouvernements respectifs pour qu’ils assument, au-delà de leurs intérêts nationaux, leurs responsabilités à l’égard de la création de Dieu et de notre avenir commun, et à les exhorter à protéger et à faire avancer les droits humains fondamentaux des personnes qui sont menacées par les conséquences des changements climatiques.

Les membres de la délégation œcuménique (réunie par le COE et Alliance ACT) participant à la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Marrakech (COP22), du 7 au 18 novembre 2016, ont appelé la COP22 à transformer l’espoir suscité par l’Accord de Paris en ambitions plus grandes et en mesures concrètes. Ils ont également noté que les contributions déterminées au niveau national étaient insuffisantes pour éviter une élévation de la température de la planète supérieure à 2 °C, sans parler de l’objectif plus ambitieux de 1,5 °C. La délégation œcuménique a également invité les pays à amorcer une transition rapide vers une économie à faible émission de carbone, notamment en mettant fin aux subventions accordées aux énergies fossiles et en augmentant les investissements dans les énergies renouvelables, et a demandé aux pays riches et industrialisés d’aider les pays pauvres en développement dans leur transition via des transferts financiers et des transferts de technologies.

C’est justement à Marrakech, il y a 15 ans, pendant la COP7, que le COE a organisé le tout premier colloque permettant d’échanger les points de vue chrétiens et musulmans sur l’environnement et les changements climatiques. Lors de cette rencontre, chrétiens et musulmans avaient affirmé: «les communautés religieuses s’unissent pour signer la paix avec la Terre». Depuis, la coopération et le dialogue interreligieux sur les changements climatiques se sont développés, contribuant à la dynamique qui a mené à l’Accord de Paris .

Le Comité exécutif du COE, réuni à Nanjing, en Chine, du 17 au 23 novembre 2016:

Réitère la vive inquiétude des Églises du monde entier concernant les changements climatiques et ses effets néfastes sur l’ensemble de la création, notamment sur les communautés autochtones, pauvres et vulnérables, les irréversibles dégradations de l’environnement et pertes de biodiversité, l’augmentation du risque de tensions sociales et politiques, de conflit et de déplacement dans un monde soumis aux contraintes climatiques. Le Comité exécutif rappelle également l’obligation morale de désinvestissement des énergies fossiles, et d’investissement dans des technologies à faibles émissions de carbone pour parvenir à un bien-être économique, social et environnemental, et pour assurer la pérennité de l’ensemble de la création.

Réaffirme l’importance centrale de l’action œcuménique continue pour la justice climatique dans le cadre du Pèlerinage de justice et de paix, et de l’intensification de la coopération interreligieuse pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Salue et note avec satisfaction l’exemple du gouvernement chinois qui a ratifié l’Accord de Paris et qui est leader mondial des investissements dans le développement des énergies renouvelables.

Encourage le gouvernement chinois à faire preuve de davantage de leadership en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre, conformément aux engagements de l’Accord de Paris.

Appelle tous les États à respecter les engagements de l’Accord de Paris grâce à une coopération et à des actions locales, nationales et internationales, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, mettre fin à la déforestation, s’assurer que la hausse de la température de la planète ne dépasse pas 2 °C (en essayant d’atteindre l’objectif d’une élévation inférieure à 1,5 °C), et augmenter les investissements dans les technologies des énergies renouvelables afin que la part de celles-ci atteigne 100% d’ici 2050.

Appelle tout particulièrement les pays riches industrialisés à augmenter leurs aides (y compris via un transfert de technologies) et à respecter leur engagement de consacrer 100 milliards de dollars par an à l’atténuation des changements climatiques et à l’adaptation à leurs effets à partir de 2020.

Exprime son inquiétude concernant la promesse du président élu des États-Unis, Donald Trump, de se retirer de l’Accord de Paris, et appelle le gouvernement américain à tenir et à respecter les engagements qu’implique la ratification de cet accord essentiel.

Exprime son soutien aux travaux du programme du COE pour la justice économique et écologique (JEE) cherchant à mettre au point des activités théologiques et éducatives sur les solutions durables pour la réduction de la pauvreté et la justice écologique, travaux qui soulignent la nécessité de modifier les styles de vie pour remédier aux causes profondes de l’injustice climatique.

Remarque que les changements climatiques ont déjà des conséquences négatives sur les éléments qui sont à la base de la subsistance des êtres humains, à savoir l’eau et la nourriture, et soutient donc le travail du Réseau œcuménique de l’eau (ROE) qui conduit le COE à devenir une «communauté bleue» (en reconnaissant l’eau comme un droit humain, en disant «non» à la vente d’eau en bouteille lorsque l’eau du robinet est potable, et en militant pour des services de distribution et de traitement de l’eau financés, possédés et exploités par les pouvoirs publics), ainsi que la campagne l’Alimentation pour la vie de l’Alliance œcuménique «agir ensemble» qui défend la justice alimentaire, le droit humain à la nourriture et une production alimentaire agro-écologique et durable.

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/resources/documents/executive…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:38 (2016)    Sujet du message: SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 320, 21, 22
Page 22 sur 22

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com