LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 520, 21, 22  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 11 Jan - 15:19 (2014)    Sujet du message: WHITE HOUSE BLAMES "POLAR VORTEX" FREEZE ON GLOBAL WARMING! Répondre en citant


WHITE HOUSE BLAMES "POLAR VORTEX" FREEZE ON GLOBAL WARMING!
  

  
NEWS BRIEF: "White House blames 'polar vortex' on global warming", Fox News, January 8, 2014  
"The Obama administration is pushing back against skeptics who claim this weeks 'polar vortex' of cold weather is proof global warming is a myth, saying weather patterns such as these are actually a result of climate change."  

  
e-mail Cuttingedge
  


CLIMATE CHANGE OR MIND CONTROL? - DVD BY DR. DANIEL FAULKNER


Category:Videos
Sub-Category:Environmental Extremism
Item Number:CE-FA-01
Price:$24.99
Sale Price:$19.99


Is our Earth warming? YES!


Is our Earth cooling? YES!

Are man's activities the cause of this warming and cooling? NO!

Professor Dr. Daniel Faulkner of Physics and Astronomy, at the University of South Carolina, reveals how false the alarms over Global Warming and Global Cooling truly are by speaking in layman's terms that all of us can understand.

Dr. Faulkner examines the history of warming and cooling trends over the past 1,000 years and proves that this current alarm is a propaganda exercise designed to scare us into a Global Government.

Faulkner then shows us the exact propaganda techniques that Mass Media is using to control our minds so that vast numbers of people can believe in a global problem that simply does not exist.

You and I and the people of the world are the intended victims of a very slick propaganda exercise!

Over 1 1/2 hours


http://www.cuttingedge.org/detail.cfm?ID=2450



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 11 Jan - 15:19 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 12 Jan - 20:07 (2014)    Sujet du message: OBAMA ISSUES CREEPY ORDER TO STARD DIVIDING CITIES INTO ‘PROMISE ZONES’ Répondre en citant





OBAMA ISSUES CREEPY ORDER TO STARD DIVIDING CITIES INTO  ‘PROMISE ZONES’


RELATED STORY: 13 Similarities Between Obama And Hitler

Continuing to use Hitler’s rise to power in pre-war Germany as his template, Obama today issued the order to begin creating ‘promise zones’ with the dangling carrot of free government entitlements to take control. History can be a wonderful teaching tool for those who wide awake and taking notes.

How’s your notebook doing?

USA Today: President Obama will designate troubled neighborhoods in five cities and areas as “Promise Zones,” eligible for tax breaks and other forms of assistance designed to create jobs and improve education, housing and public safety.

The first five Promise Zones will be located in San Antonio, Philadelphia, Los Angeles, southeastern Kentucky, and the Choctaw Nation of Oklahoma, said a White House statement. Obama plans to make a formal announcement Thursday.




Under the proposed Promise Zones, the federal government plans to partner with local governments and businesses to provide tax incentives and grants to help combat poverty. The project is part of Obama’s effort to address income inequality.

In his State of the Union Address a year ago, Obama said his administration plans “to partner with 20 of the hardest-hit towns in America to get these communities back on their feet. We’ll work with local leaders to target resources at public safety, and education, and housing.”

One prominent Republican — Senate Minority Leader Mitch McConnell of Kentucky — praised the proposed Promise Zone for Eastern Kentucky, but also said Obama policies have contributed to the region’s problems.

“I wrote a letter last year supporting this designation because this region has suffered enormous economic hardship over the last several years,” McConnell said in a statement.

“Thousands of jobs have been lost and economic opportunity is extremely limited, particularly because of this administration’s hostile policies toward the coal industry.” source – USA Today


http://www.nowtheendbegins.com/blog/?p=15996&utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter





Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 18 Jan - 00:09 (2014)    Sujet du message: AGENDA 21: CALIFORNIA LAW WOULD ABOLISH PRIVATE PROPERTY Répondre en citant

AGENDA 21: CALIFORNIA LAW WOULD ABOLISH PRIVATE PROPERTY

Posted By Philip Hodges on Jan 15, 2014 | 473 comments


http://lastresistance.com/4390/agenda-21-california-law-abolish-private-pro…


Part of the United Nations’ Agenda 21 is the abolition of private property. Confiscation of private property will be done under the guise of “sustainability.” They’ll argue that having a large plot of land is an inefficient use of the land, and that your land would be better used if it were developed into something else.

Perhaps they’d prefer that a mass transit rail run right through your property. So they’d take your property over through eminent domain, forcing your out of your own house and off your property to somewhere else where they have much more dense housing, and use the land that was previously yours as they saw fit.

These types of tyrannical gestures are being implemented around our country at the local level. In California, there is a law that’s awaiting Governor Brown’s signature that would institute an agency at the county level that could seize private property basically on a whim and using “sustainability” as the excuse.

Writing for the San Rafael Patch, Richard Hall sums up SB 1 here:
  • A city mayor or county supervisor forms a new joint powers authority called a “Sustainable Communities Investment Authority” (SCIA), they appoint elected officials to serve on the SCIAs board.
  • If you live within 1/2 mile of a bus that runs every 15 minutes during peak commutes, or the SMART train or Caltrain in a single family home neighborhood your neighborhood can be targeted by the SCIA as inefficient land use and “blighted” as it is not high density multi-family housing. Almost everyone reading this in Marin (apart from some Steve Kinsey constituents in Western Marin) is therefore affected – I have seen the map with these 1/2 mile radiuses and it covers almost all Marinites.
  • The SCIA can then wield the power of eminent domain to purchase unused, for sale or even occupied land in order to build high-density multi-family housing – that it deems to be efficient land use.
  • The SCIA can then impose local taxes on us to pay not just for the eminent domain purchases but to help the land developer build by subsidizing the building of high density housing.
  • In order to meet criteria in SB1 allowing imposition of local taxes the SCIA must impose a sustainable parking standards ordinance that restricts parking in transit priority project areas to encourage transit use to the greatest extent feasible.” Yes you read that right, “to the greatest extent feasible.” This could mean anything from reducing available parking, to introducing parking permits and parking meters.

This is, of course, nothing less than communism. They just don’t call it communism. They call it “social justice.”



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=nRgWebHXwvg&hd=1

http://lastresistance.com/4390/agenda-21-california-law-abolish-private-property/#swyswVHvLAorRp2p.01


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Jan - 01:09 (2014)    Sujet du message: POUR UNE DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE LA NATURE Répondre en citant




POUR UNE DECLARATION UNIVERSELLE DES DROITS DE LA NATURE


Une belle déclaration universelle des droits de la nature pendant que nos grands leaders internationaux avec toute leur machine de guerre sont à détruire toute la création de Dieu : humains, nature, etc. Le paganisme revit avec ses dieux et déesses, adorateurs du dieu soleil et de la créature plutôt que du Créateur.

De par le monde, de plus en plus de gouvernements, groupements ou ONG portent des projets de Déclaration des Droits de la Nature, sous une forme ou sous une autre.

  Sommaire  

http://marialeroux1.clicforum.fr/t59-SECURITE-CLIMATIQUE-GLOBALE-HOAX-GLOBAL-CLIMATE-SECURITY-HOAX.htm?start=90#p9744


Les présentations auront lieu en français et anglais. Les débats et questions seront prises en anglais et français. Merci de vous inscrire sur le formulaire en bas de cette page.

 Enjeux

De tels projets sont-ils souhaitables, envisageables, concevables, ou même, nécessaires ?

Est-il urgent de ne rien faire ou au contraire, est-il temps d’agir aujourd’hui ?

Ce colloque réunira les interlocuteurs officiels qui pourront échanger techniquement sur les différents projets qui sont en train d’émerger.

L’objectif n’est pas de débattre sur les concepts qui sous-tendent ces projets, mais d’obtenir un compte-rendu des échanges qui ont déjà eu lieu, afin de pouvoir statuer sur cette base de la suite qu’il serait judicieuse à donner à ces projets.
spip a écrit:


Outre les différents Pays intervenants (voir les intervenants plus bas), une dizaine d’autres Pays sont attendus à ce colloque représentés par leur Représentation permanente auprès de l’ONU de Genève. La liste est accessible plus bas dans le descriptif ci-dessous.



 Description du sujet

En avril 2012, un colloque organisé sous le haut patronage du Ministre de la Culture de Hongrie à l’Institut français de Budapest [1], sur le thème d’un projet de Déclaration ou de Convention Universelle des Droits du Monde, posait la question "Qui a droit au Monde ?". Les juristes réunis durant les 2 journées de ce colloque aussi technique qu’éthique ont été nombreux à poser une question abordée sous la forme d’une croyance limitante : "Nous ne saurions nous permettre de donner des droits à des animaux ou à des végétaux que nous ne connaissons pas". Cette affirmation formulée ainsi oublie le fait qu’il n’a pas été nécessaire de connaître le fonctionnement intellectuel du foetus pour lui donner des Droits, et au-delà, cette affirmation prend le défi par un mauvais angle, car l’enjeu est tout autre ; il s’agit tout simplement de laisser les animaux et les végétaux vivre et croître en paix, et de cesser la pression intolérable que l’Homme exerce sur le monde qui l’entoure et qui l’accueille.

Sur ce même point, la Déclaration Universelle des Droits de la Terre [2] qui a été élaborée en Avril 2010 en Bolivie lors de la Conférence Mondiale des Peuples pour le Changement Climatique et les Droits de la Terre Mère, optait dans son article 4 pour une formulation extrêmement intelligente, et tout à fait spontanée dans la simplicité de sa logique ; "Article 4 : Tout comme les êtres humains jouissent des droits humains, tous les autres êtres de la Terre ont également des droits spécifiques à leurs conditions et propres au rôle et à la fonction qu’ils exercent au sein de la Terre.". Nul juriste ne saurait rétorquer l’inexactitude logique d’un tel propos. Le texte continue ensuite par son "Article 5 : La Terre et tous les êtres qui la composent sont titulaires de tous les droits inhérents et reconnus dans cette Déclaration, sans aucune distinction selon les espèces, l’origine ou toute autre catégorie.
Ainsi une autre croyance limitante, qui voudrait que les Droits soient différents et doivent varier d’un niveau d’intelligence ou d’utilité à l’autre des différentes espèces, tombe alors ; Car en effet, aujourd’hui il est vérifié que toutes les espèces sont utiles à l’ensemble de la Vie sur Terre, au sein d’une co-évolution déjà en marche.

De son côté, le projet de Déclaration Universelle des Droits de la Nature au Bien Vivre (Buen Vivir) [3] porté et proposé par le Gouvernement de l’Équateur offre un avantage tout à fait singulier ; Ces Droits de la Nature ont déjà été établis dans la constitution de ce pays.

Pourtant, quelles similarités existent entre les textes proposés ? Quels avantages juridiques auront telles formulations sur telles autres pour permettre le plus grand nombre de signature et de ratification, par les pays, au niveau de l’ONU ? Ou au contraire, comme le préconisent certains intervenants parmi les équipes qui constituent tous ces projets, ces Déclaration et ces Conventions devraient-elles prendre d’autres chemins que ceux tracés par la voie internationale habituelle, en s’appuyant par exemple sur une démarche citoyenne mondiale ?

Le colloque "Pour une Déclaration Universelle des Droits de la Nature ?" qui se tiendra au sein du Forum de Genève d’OSI à Genève ce jour donnera la possibilité aux Représentations permanentes des pays auprès de l’ONU, des Organisations Internationales et des ONG de se rencontrer à ce sujet et de rencontrer les différents porteurs de projets. Des intervenants techniques et juridiques poseront d’abord le BàBa utile à la compréhension d’un tel projet, afin de mieux en maîtriser les retombées.

Les Pays suivants sont d’ores et déjà attendus :
  • Suisse
  • Hongrie
  • Équateur
  • Bolivie
  • Kirghizstan
  • Mexique
  • Monaco
  • Roumanie
  • Cap Vert
  • Cuba
  • Pérou
  • Tunisie

D’autres pays sont en train de confirmer leur présence. Venez nombreux à leur rencontre sur ce sujet.

La séance suivra l’ordre thématique suivant :

Merci d’arriver dès que possible à partir de 14h50 (démarrage à 15h00 - voir date et lieu en bas de page) - En cas d’empêchement, vous pouvez nous rejoindre à tout moment.
Introduction au thème :
  • "Philosophie et Épistémologie des questions soulevées par le concept de Droits de la Nature" - Présentation en français et précisions disponibles en anglais
    par Mme le Professeur Christa MUTH, Phd of Education, Systémicienne, Professeure à la Haute Ecole Supérieur du Canton de Vaud, membre du Comité Exécutif de l’ONG Objectif Sciences International

Présentation des différents projets existants :
  • Projet de Convention Internationale des Droits Écologiques du Monde porté par le groupe d’initiative hongrois : "Synthèse des résultats du premier colloque international à Budapest et l’évolution du texte pour une Déclaration des Droits Écologiques du Monde" - Présentation en français et précisions disponibles en anglais
    par M. Gábor KARDOS, Philosophe (Dr. Phil. Sorbonne) et organisateur du colloque de Budapest d’avril 2012 sur le thème "Qui a Droit au Monde ?" et rédacteur du premier texte de travail pour la Déclaration et des principes d’un Droit du Monde.
  • Projet de Convention Internationale des Droits de la Nature au Bien-Être porté par l’Equateur : "The Rights of Nature and the Right to a Good Life in the Ecuadorian Constitution" - Présentation en anglais
    par un Représentant officiel spécialement dépêché depuis Quito, responsable au sein du Département Ecologie du Ministère des Affaires Etrangères de l’Equateur, et par M. Luis ESPINOSA SALAS, Conseiller au sein de la Représentation Permanente de l’Equateur auprès de l’ONU de Genève, Lawyer from the Catholic University of Ecuador and Master of Advanced International Studies from the University of Vienna - Diplomatic Academy of Vienna.
  • Projet de Convention Internationale des Droits de la Terre porté en Bolivie : "Projet de Convention Internationale des Droits de la Terre porté en Bolivie et législation bolivienne en la matière""
    par Mme l’Ambassadrice de la Représentation Permanente de la Bolivie auprès de l’ONU de Genève et par M. Laurent GABERELL, Conseiller au sein de la Représentation Permanente de la Bolivie auprès de l’ONU de Genève
  • Récapitulatif des enjeux et des débats ouverts
    par Mme le Professeur Christa MUTH
  • Débats et Questions
    • Similarités/Disparités entre les différents projets
    • Obstacles ou ouvertures éthiques, scientifiques, juridiques, techniques ou politiques à de tels projets
    • Propositions d’avancement
    • Discussions épistémologiques sur les enjeux d’un tel projet
    • Questions soulevées et éléments de réponses
    • Formalisation des questions à résoudre ultérieurement
Les participants présents pourront s’exprimer à tour de rôle sur les différents sujets ci-dessus.

Suite à ce qui aura été dit et entendu durant ce colloque, l’ONG Objectif Sciences International validera le lendemain en Assemblée Générale annuelle sa prise de position officielle vis à vis de ces projets. Cette prise de position sera communiquée dès la Table-Ronde Exécutive du vendredi après-midi.

 Inscriptions

Pour une meilleure organisation, merci de vous inscrire sur cette page afin de pouvoir accéder au colloque.

Détails le jeudi 23 janvier 2014 de 15:00 à 17:30
Salles 5+6 - Niveau 3 - CICG - Genève

http://www.osi-genevaforum.org/Convention-Internationale-Droits-de-la-Nature.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Jan - 15:01 (2014)    Sujet du message: CLIMAT: A DAVOS, BAN EXORTE LE SECTEUR PRIVE A S'IMPLIQUER DAVANTAGE Répondre en citant

CLIMAT: A DAVOS, BAN EXORTE LE SECTEUR PRIVE A S'IMPLIQUER DAVANTAGE



Le Secrétaire général Ban Ki-moon au Forum économique mondial à Davos. Photo ONU/Eskinder Debebe

24 janvier 2014 – Lors du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté vendredi le secteur privé à s'engager davantage dans la lutte contre les changements climatiques et à promouvoir le DEVELOPPEMENT DURABLE . = DEVELOPPEMENT DURABLE = Plus de lois oppressives contre les peuples, via la législature, criminalisation des citoyens qui ne se conforme pas aux normes mises en place, au niveau local. Le tout basé sur le mensonge des changements climatiques (réchauffement de la planète) et du CO2, dont ils disent vouloir réduire les émissions de CO2 à zéro. Terrorisme environnemental et agenda de dépopulation.

« Le secteur de la finance à un rôle important à jouer. Nous avons besoin de milliers de milliards de dollars d'investissement dans l'économie verte plutôt que dans l'économie brune », a affirmé M. Ban en énumérant quatre champs d'action prioritaires.

« D'abord, nous avons besoin d'investisseurs, de banques et d'autres fournisseurs de services financiers pour renforcer les flux de capitaux dans les infrastructures à faible émission de carbone, notamment en fixant des objectifs pour augmenter les émissions d'obligations climatiques. Ensuite, nous devons ralentir les flux financiers vers les industries polluantes et les technologies obsolètes », a expliqué M. Ban. = Transfert du pouvoir économique, pour les amis du parti, tout en détruisant les technologies jugées obsolètes. Ex : les ampoules de lumière, les appareils de chauffage au bois, empêcher les gens de se faire un jardin, de pêcher, d'avoir de l'eau, délocalisation des peuples sous le couvert de revitaliser les terres pour développer l'économie mondiale, etc. Leur liste est longue et les idées ne manquent pas pour prendre le plein contrôle de cette planète. Regardez de plus près tout ce qui se met en place au sommet Economique Mondial 2014. De grands changements sont sur le point de se produire.

« Troisièmement, les investisseurs et les banques devraient renforcer la transparence concernant les émissions de carbone des entreprises dans lesquels ils investissent. Finalement, les investisseurs et les banques et les régulateurs doivent travailler ensemble pour garantir que les règles qui gouvernent les marchés financiers sont propices au développement durable », a-t-il ajouté. = Autrement dit, ne plus soutenir ceux qui n'embrassent pas notre agenda.

M. Ban a souligné que le Sommet sur les changements climatiques qui aura lieu en septembre au siège de l'ONU à New York sera l'occasion pour les dirigeants du monde politique, économique et social de lancer des actions communes ambitieuses pour réduire les émissions de carbone et renforcer la résilience climatique, et pour préparer un accord contraignant sur le climat en 2015 qui pourrait être adopté lors de la conférence de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) à Paris.

« La lutte contre les changements climatiques est également une excellente occasion de soutenir les OBJECTIFS DU DEVELOPPEMENT DURABLE. En même temps, les actions que nous initions dans le cadre du développement durable peuvent aider à freiner les changements climatiques », a indiqué le Secrétaire général.

« En investissant maintenant, nous pouvons faire des économies considérables à l'avenir et lancer la croissance. Cela peut contribuer à faire avancer les efforts pour assurer l'accès universel à l'énergie, soutenir les VILLES DURABLES et le bien-être des personnes et de la planète », a-t-il ajouté.



News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU demande beaucoup plus d'investissements dans les sources d'énergie propre

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=31899&Cr=climatique&Cr1=



Dernière édition par maria le Dim 26 Jan - 23:54 (2014); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Jan - 23:51 (2014)    Sujet du message: AT DAVOS FORUM, BAN AGAIN URGES BUSINES SECTOR TO HELP TACKLE CLIMATE CHANGE Répondre en citant

AT DAVOS FORUM, BAN AGAIN URGES BUSINES SECTOR TO HELP TACKLE CLIMATE CHANGE


Secretary-General Ban Ki-moon addresses the 2014 World Economic Forum at a session on Climate, Growth and Development. UN Photo/Eskinder Debebe

24 janvier 2014 – Secretary-General Ban Ki-moon kept up the drumbeat for business to play its full part in tackling climate change and promoting sustainable development for a second day today, telling the World Economic Forum in Davos that investments now will generate major savings for tomorrow.

“The finance community is a key player. We need trillions of dollars of investment to move from the brown to the green economy,” the United Nations chief told a session on Climate, Growth and Development, citing four areas for action.

“First, we need investors, banks and other financial service providers to increase finance flows into low-carbon energy and climate-resilient infrastructure, including through setting portfolio targets and increasing the deployment of climate bonds. Second, we need to decrease the flow of finance to carbon-intensive and obsolete technologies and business practices.

“Third, investors and banks should work to increase transparency regarding greenhouse gas emissions from the assets and businesses that they finance. Finally, investors and banks and regulators should work together to ensure that rules that govern financial markets are conducive to sustainable development.”

As he did yesterday at several events on the margins of the Forum, Mr. Ban stressed that the summit on climate change that he is convening at UN Headquarters in New York in September will be an opportunity for global leaders from Government, business, finance, and civil society to initiate ambitious joint actions on the ground to reduce emissions and strengthen climate resilience, mobilizing the political will for a meaningful global legal climate accord by 2015, when States parties to the UN Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) will meet in Paris.

He highlighted the interdependence between sustainable development based on a low-carbon economy and climate change generated by high-carbon global warming emission.
“Addressing climate change is also a great opportunity to support all our sustainable development goals. At the same time, the actions we take on sustainable development can help tackle climate change,” he stressed.

“Investment now will result in major savings in the future, and can propel economic growth today. It can support universal energy access, sustainable cities and well-being for people and the planet.”

At a Forum session on Catalyzing Green Investment Mr. Ban told business leaders the September summit “is your opportunity to show what you can and will do, and to work with governments at the highest level to address climate change.”

He underscored the essential role private investment has to play in meeting the growing demand for energy in the developing world. “We need in particular to win over institutional investors that collectively manage more than 70 trillion Euros of assets,” he said.

“The bulk of these investments are high-carbon assets. These investors have the power – and I believe the responsibility -- to help transform the global economy.”

He also highlighted the importance of the Green Climate Fund, agreed on in 2010 by States Parties to the UNFCCC as a financial mechanism for promoting a shift towards low-emission and climate-resilient development pathways by providing support to developing countries.

“The Fund cannot be the exclusive conduit for climate finance, but it will be an important part of a public-private framework that supports low-carbon investment and fair access to climate financing in developing countries,” he said. “We need to bring it into operation as soon as possible.

“We need more public finance, more private finance and better mechanisms for channelling investments to where they are most needed. I urge public and private actors to rise to the challenge in the coming months and rally around a key number of concrete action-oriented solutions for the climate summit.”

News Tracker: past stories on this issue

At Davos Forum, Ban seeks business help to fight gender inequality, climate change, hunger

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=46995&Cr=climate+change&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 29 Jan - 14:33 (2014)    Sujet du message: ASTANA au KHAZAKHSTAN: ASTANA CAPITALE OCCULTE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL Répondre en citant

PROJET VENUS

ASTANA au KHAZAKHSTAN:


CAPITALE OCCULTE
DU NOUVEL ORDRE MONDIAL
Source originale: http://vigilantcitizen.com/?p=421 - Thank You vigilantcitizen
Traduction de l´anglais par EoL



VIDEO: 9'27.

http://www.ubest1.com/user/EoLine/video/17885



Astana est la première capitale en cours de construction au XXI e siècle qui montre parfaitement vers quoi le monde se dirige. C´est la vision d´un homme: Nursultan Nazarbayev, le président du Kazakhstan (oui, je sais, le pays de Borat).




Financée par des milliards de pétrodollars, la ville a été construite dans une région désertique des steppes d´Asie. Le résultat est étonnant: une capitale occulte futuriste, embrassant le NOUVEL ORDRE MONDIAL, tout en célébrant la religion la plus ancienne connue de l´homme: LE CULTE DU SOLEIL.

La ville est encore un vaste chantier, mais les bâtiments terminés résument déjà la vision occulte de Nazarbaïev.


La pyramide de la paix.



Conçue par l´architecte le plus prolifique de Grande-Bretagne, Lord Norman Forster, cette pyramide géante est une présence étrange au milieu des steppes d´Asie.

Ce bâtiment est dédié à "au rassemblement des religions du monde".

Norman Foster a déclaré que le bâtiment n´a pas de symboles religieux reconnaissables pour permettre la réunification harmonieuse des confessions. En réalité, la pyramide est un temple pour la seule vraie religion des occultistes: le culte du soleil.

La visite de ce bâtiment représente un voyage vraiment symbolique. Il représente le cheminement de chaque être humain vers la Lumière. Suivez le guide.


La forme pyramidale.

"Les initiés ont accepté la forme de pyramide comme symbole de cette doctrine secrète et des institutions établies pour la répandre"
-Manly P. Hall, Secret Teachings of All Ages, (Enseignements secrets de tous les temps) 





Novus Ordo Seclorum = New Order for the Ages Ordo Seclorum = Nouvel Ordre Mondial

Comme Manly P. Hall l´a déclaré, la pyramide est le symbole ultime représentant les mystères des civilisations anciennes. Sublime dans sa simplicité, divine dans ses proportions, elle représente à la fois la connaissance divine détenue par les illuminés et la perplexité des masses. Les élites d´aujourd´hui, initiées à l´occulte, sont les héritiers de cette sagesse ancienne et utilisent la pyramide comme symbole de puissance dans le monde moderne. La clé de voûte manquante des illuminés représente le principe divin présent dans l´univers comme dans tout être humain.

Une autre signification symbolique attribuée à la clé de voûte manquante, c´est le caractère inachevé de l´Ordre du Nouveau
Monde (Nouvel-Age, N.O.M).

Il est dit que la clé de voûte de la Grande Pyramide sera rétablie quand ce projet séculaire deviendra réalité.

Voici d´autres pyramides figurant dans le monde entier, représentant le pouvoir des élites sur les masses.


Memphis Arena - - - Hôtel Luxor, à Las Vegas - - - Hôtel Raffles, Dubai


L´Opéra. (base de la pyramide)

En entrant dans la pyramide au niveau du sol, l´intérieur est sombre et immense. La base de la pyramide abrite la salle de l´opéra d´Astana,
où la masse se divertit sans méfiance.





Malgré l´obscurité, une immense représentation du soleil occupe la quasi-totalité du plafond.

La section médiane.




Les chefs religieux du monde entier réunis autour de la table du Soleil. NdT : Voir plus bas, la vidéo des réunions des 77 chefs religieux dans ce lieu. Juste au-dessus de l´opéra se trouve le centre de la pyramide. Il s´agit de la salle de réunion pour les conférences réunissant les chefs religieux du monde. Cette partie abrite la salle de réunion pour les conférences qui réunissent les chefs religieux du monde entier. Vous avez des chefs religieux du monde entier assis autour d´une grande représentation du soleil, qui discutent afin de concilier leurs différences pour l´avènement du Nouvel Age. Le symbolisme est flagrant: toutes ces théologies sont tout simplement une prolongation de l´objet origine du culte: le Soleil.

Cet espace est beaucoup plus lumineux que l´opéra et représente l´avancée vers la Lumière. La représentation du soleil au milieu de la table ronde se trouve exactement au-dessus du soleil de la salle de l´opéra. Ainsi, pendant que la masse se divertit dans les ténèbres du monde matériel, les illuminés, assis juste au-dessus d´eux, semble réfléchir au moyen d´atteindre la piété.




En contemplant la " divinité "

Si vous lisez d´autres articles sur le site de http://vigilantcitizen.com/ , vous pouvez être au courant des objectifs du Nouvel Ordre Mondial.

L´un d´eux est le remplacement de toutes les religions par une forme de néo-paganisme.

Voilà à quoi servent ces réunions.

La ville d´Astana est vraiment une ville du Nouvel Ordre Mondial.


Le sommet.






Le sommet est arrondi, entièrement vitré et baignant dans la lumière du soleil. Des colombes blanches sont représentées sur les vitres, symbolisant la paix qui résultera de la réunification des gouvernement et des religions dans le NOUVEL ORDRE MONDIAL. Le sommet est la représentation ultime de la réalisation de l´illumination, sur un plan individuel dans le Nouvel Ordre Mondial.

Regardez la pointe au plafond: La divinité solaire brille sur les illuminés. Magnifique (!?)


Les divisions de la pyramide.

(En bas, la salle sombre de l´opéra, la salle de conférence au milieu et le sommet divin) incarnent la vision pythagoricienne du monde. Les enseignements de Pythagore sont étudiés de manière approfondies dans les sociétés occultes d´aujourd´hui.

Pythagore divisait l´univers en trois parties, qu´il appelait : le monde suprême, le monde supérieur et le monde inférieur. La partie haute, ou monde suprême, est une interpénétration subtile d´essence spirituelle imprégnant toutes choses et par conséquent le plan réel de la divinité suprême elle-même, la divinité étant omniprésente dans tous les sens, omni active
et omnipotente. Les deux mondes inférieurs existaient au sein de la nature de cette sphère suprême.

Le monde supérieur était le domaine des immortels. C´est également le lieu d´habitation des archétypes ou les sceaux, qui par nature, en aucune manière ne relevaient de matière terrestre, mais projetaient leurs ombres sur le fond (le monde inférieur) et n´étaient perçues qu´au travers de cette ombre. La troisième partie, ou monde inférieur, abritait ces créatures qui étaient faites de substance matérielle ou qui travaillaient la substance matérielle ou à l´aide de celle-ci. Par conséquent, cette sphère était le domaine de (...) l´humanité et des royaumes inférieurs, ceux qui sont temporairement de la terre, mais capable de s´élever au-dessus cette sphère par la raison et la philosophie. -Ibid Ibid-


Les trois sections de la Pyramide.




En d´autres termes, cette pyramide, bien plus que d´être une attraction pour touristes, est une représentation de la philosophie des initiés. Comme Dan Cruikshanks l´a dit de façon plutôt enigmatique, c´est une "représentation de la puissance à venir".

Bayterek.




Egalement conçu par l´éminent architecte britannique Sir Norman Foster, ce monument se veut l´illustration du conte populaire de l´arbre mythique de la vie et de l´oiseau magique du bonheur.

L´oiseau, nommé Samruk, avait déposé son œuf dans au creux de deux branches d´un peuplier.

L´oeuf - le globe d´or en haut du monument - représente, une fois de plus, le Soleil, la divinité suprême pour les illuminatis.

Cet " arbre de vie", représente la voie par laquelle les esprits vont quitter le monde matériel et rejoindre le monde divin.

Ce concept est un concept récurrent dans la plupart des sociétés ésotériques (sinon dans toutes).




A l´intérieur du globe d´or.

L´objet " Total Recall ".

Les visiteurs peuvent accéder au sommet de la tour et avoir une vue magnifique de la ville de Nazarbaïev. Il y a aussi quelques objets étranges à voir.
A l´intérieur du globe, nous trouvons cet " objet " énigmatique. Il s´agit d´un triangle d´or avec, à l´intérieur, l´empreinte de la main du président Nazarbayev. Pourquoi ? Honnêtement, je ne sais pas. Tout ce que je peux dire, c´est qu´il ressemble à quelque chose du film Total Recall.










C´est un globe signé par les représentants de dix-sept confessions religieuses.

Oui, encore une fois, parler pour réunir toutes les religions en une seule pour le Nouvel Ordre Mondial. …


Colonnes maçonniques.




Est-ce le hasard ce symbolisme maçonnique ?



Oui, les deux colonnes d´or représentent les deux piliers de la franc-maçonnerie appelé Boaz et Yakin.

Je n´entrerai pas dans le détail du symbolisme derrière ces piliers, mais nous pouvons sans doute supposer que M. Nazarbaïev est un " libre et reconnu franc-maçon ".


Palais présidentiel.




Placé dans une position dominante dans la ville, le palais présidentiel se trouve à la fin d´un parcours d´honneur qui commence avec la tour de Bayterek. Un gros dôme se trouve au sommet du palais, ce qui représente le principe féminin, par opposition à la tour phallique Bayterek - le principe mâle. Cette disposition est présente dans presque toutes les villes importantes, y compris à Washington DC et à Paris.

Centre Khan Entertainment Shatyry. (le plus grand chapiteau du monde)




Cette bizarrerie inachevée est conçue, une fois de plus, par Sir Norman Foster (au départ, il a conçu toute la ville). Sous la tente, une zone plus vaste que 10 stades de football, sera un parc interne l´échelle urbaine, un lieu pour le divertissement avec des places et des rues pavées, une rivière pour la navigation de plaisance, un centre commercial, un mini-golf et une station balnéaire. Il a été dit que cet ouvrage est fait pour ressembler à un tabernacle, en parallèle avec le Temple de Salomon.



Ces lieux de culte transportables, composés de tentes, ont été utilisés par les Juifs à l´époque biblique. Des initiés attribuent à ces anciennes installations une signification ésotérique.

Bientôt à Astana.
Astana est toujours en construction lourde, mais il y a des projets vraiment étonnant dans les travaux.

Voici certains d´entre eux.

Central markets
- Marché central




Conçu par notre bon ami Norman Foster.

Crazy Towers - Les tours folles (pas le nom officiel)


Voyez le modèle du Nouveau World Trade Center islamique, il est fait sur ce modèle - Maria

All-Seeing Eye Stadium (pas le nom officiel)




Pour Conclure.


Comme les membres de l´élite mondiale semblent remplir les conditions requises pour unir le monde en un seul gouvernement, ils répandent partout dans le monde les symboles de leur puissance. Le fait que l´ensemble de la population n´a aucune idée de ce que ces structures représentent exactement c´est la raison pour laquelle leurs plans vont de l´avant, sans contestation et inaperçus. Mais ces plans existent depuis des siècles maintenant.

Manley P. Hall a écrit en 1918:
"Lorsque le peuple dirige, l´homme est régi par l´ignorance, quand l´église gouverne, il est régi par la superstition, et quand l´Etat gouverne, il est régi par la peur" - " Avant que les hommes vivent ensemble dans l´harmonie et la compréhension, l´ignorance doit être transmuée en sagesse, la superstition en une foi éclairée, et la crainte en amour "

Le peuple c´est la démocratie, l´Eglise c´est la religion et l´Etat c´est le pays. En d´autres termes, avant que les hommes puissent vivre en harmonie, nous devons abolir la démocratie (parce que la masse est trop stupide), les religions (parce que ce sont des superstitions) et les états (car nous avons besoin d´un gouvernement mondial).
Il poursuit:

" Le gouvernement parfait de la terre doit être conçu éventuellement d´après le modèle de gouvernement divin qui régit l´univers ". " Le jour où cet ordre parfait sera établi, avec une paix universelle et triomphe du bien, les hommes ne chercheront plus le bonheur, car ils le trouveront en eux-mêmes ".


Voilà qui n´a pas l´air mal n´est-ce pas ? Un seul piège. Lorsque cela se produira, la plupart de la population mondiale sera morte. Passez une bonne journée.

Pour en savoir plus ….
http://vigilantcitizen.com/?p=421


Un diaporama sur Astana:

http://www.youtube.com/watch?v=Kfrm_53i8y8&feature=player_embedded



COMPLEMENT.

Astana - Video - 22 novembre 2006:
http://www.youtube.com/watch?v=Ar3pWnG9BZI



Admirez la supercherie du Plan !

Bien nourris, bien logés avec des spectacles et échanges de cartes de visite
.

Les atouts primitifs nécessaires pour l´orientation vers " une réflexion " à l´organisation et la mise en place d´une religion unique
ambitionnée par les planificateurs du Nouvel Ordre Mondial
.

Les 1er et 2 juillet 2009, Astana, la capitale du Kazakhstan, a accueilli le troisième Congrès des leaders des religions mondiales et traditionnelles.
Vidéo de propagande pour l´orientation vers une religion unique… celle du Nouvel Ordre Mondial !

VIDEO : http://www.dailymotion.com/video/xbrtek_rencontre-des-religions-pour-la-pai…

Bibliothèque Nationale - Astana

http://www.youtube.com/watch?v=YRIzMWT7xW8


Novembre 2009 : Sarkozy à Astana pour une visite à " dominante économique "
http://www.france24.com/fr/20091006-kazakhstan-france-visite-eclair-nicolas…


Pour en savoir plus ….
http://vigilantcitizen.com/?p=421
http://vigilantcitizen.com/?p=2690
http://vigilantcitizen.com/?p=1813
http://vigilantcitizen.com/?p=1229
http://vigilantcitizen.com/?p=986
http://vigilantcitizen.com/?p=625


http://endofline.pagesperso-orange.fr/endofline_astana.html



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 7 Fév - 21:28 (2014)    Sujet du message: REVENU CANADA ENQUËTE SUR SEPT GROUPES ECOLOGISTES Répondre en citant



REVENU CANADA ENQUËTE SUR SEPT GROUPES ECOLOGISTES


  Manifestation contre les sables bitumineux à Ottawa

L'Agence du revenu du Canada mène des vérifications comptables sur sept des groupes environnementaux les plus connus, ce qui est dénoncé comme une guerre lancée contre eux.

Radio-Canada a appris que Revenu Canada enquêtait sur la Fondation David Suzuki, la Fondation Pembina, Équiterre, Tides Canada,  Ecology Action Centre, West Coast Environmental Law et Environmental Defence. L'Agence cherche à savoir si les sept organismes sans but lucratif (OSBL) respectaient les règles qui limitent le financement d'activités politiques.

-----

Qui contrôlent tous ses groupes?

Toujours le Vatican via l'organisation catholique CARITAS. Cette vaste organisation d'ONG contrôle tout et tous. Pendant des années, ils ont pu ainsi collecter les noms, adresses, les causes dont les personnes sont associées, leurs intentions, etc. Maintenant; cette même organisation se retourne contre eux tous avec l'aide des lois passées au niveau local. Les environnementaux sont aujourd'hui considéré comme des terroristes. Et c'est comme cela dans tous les domaines. Dans ce nouveau monde qui prend place, oser confronter les aristocrates des temps modernes, ces dieux de ce monde et manifester pour une justice sociale est aujourd'hui devenu un crime punissable par la loi. De plus en plus, nous voyons LES gouvernements commencer à faire la guerre contre tous les groupes. Guerre silencieuse qui dure depuis des années et dont ces dieux ne se cachent plus pour montrer leur vrai visage. En faisant une simple recherche de chacun de ses groupes avec le mot Caritas, vous arrivez à ceci. Vous avez encore des doutes sur qui dirige tous ces groupes?
Le Canada via Revenu Canada va maintenant partir après les nombreuses personnes associées à l'environnement sous le couvert que les groupes pourraient avoir dépassé les limites. La tête du serpent qui se mord la queue. Des milliards de personne sont prises dans ce piège car elles ont fait confiance à ces entités qui les gouvernent et qui les mènent en bateau pour achever leur destruction. Remarquez que plusieurs de ces organismes travaillent pour le système de santé. Est-ce pour mieux se camoufler?
la Fondation David Suzuki :
Conseil d'administration - Port Metro Vancouver
www.portmetrovancouver.com/fr/about/corporate/boardofdirectors.aspx‎
... et membre de la David Suzuki Foundation National Business Advisory Council. ... Regional Airports Authority, et il siège au conseil du Caritas Health Group, ...

-----

Foundation paper -
www.linguee.fr/anglais-francais/traduction/foundation+paper.html‎
A summary of the Pembina/David Suzuki Foundation paper ... Résumé du rapport de l'Institut Pembina et de la Fondation David Suzuki ... caritas-europa.org.

-----

Équiterre

engage towards - Traduction française – Linguee
www.linguee.fr/anglais-francais/traduction/engage+towards.html‎
developmental activities to combat poverty, Caritas Ile Maurice decided in May .... the "Changing the World, One Step at a Time" campaign put forth by Équiterre.

-----

Tides Canada
Nos Bénéficiaires de Subventions | Grand Challenges Canada - Part 7
www.grandchallenges.ca/nos-beneficiaires/page/7/‎
... Botanical Extracts EPZ Limited, Caritas Rwanda, Catholic Organization for ... Société d'initiatives Tides Canada, Summit Pharmaceauticals Limited, svds ...

------

Ecology Action Centre




Director of Action - Traduction française – Linguee


www.linguee.fr/anglais-francais/traduction/director+of+action.html‎
Maggy is the Internal Director of the Ecology Action Centre (EAC), ... Poverty Action Group (from the United Kingdom), and a representative of Caritas Europe.

-----

West Coast Environmental Law



Dree Thomson-Diamond, ACFRE BUSINESS ... - DTD Consulting
www.dtdconsulting.ca/.../dreeThomsonDiamond_resu...‎Traduire cette page
Caritas/Covenant Health ... West Coast Environmental Law ... Faculties of Law and Engineering to assist with establishing development and communication.

-----

Environmental Defence








  1. SkinMedica Environmental Defense Sunscreen SPF 50+. This innovative ...


  2. Caritas accepting donations towards Cyclone Nargis | Scoop News
    www.scoop.co.nz › PoliticsTraduire cette page
    8 mai 2008 - Catholic humanitarian agency Caritas Aotearoa New Zealand is ... response plan; Environmental Defence Society - EDS questions EPA role in ...



-----




En vertu de la loi, les OSBL ont le droit d'utiliser un maximum de 10 % de leurs ressources pour des activités politiques. Si Revenu Canada juge que les groupes ont dépassé les limites, leur statut en tant qu'OSBL pourrait être révoqué, ce qui causerait leur fermeture de facto, disent ces groupes.

CBC a pu confirmer qu'au moins un groupe, Environmental Defence, a reçu son rapport de Revenu Canada et a interjeté appel. Selon des sources, le rapport menaçait de révoquer le statut d'OSBL d'Environmental Defence. Pour un autre groupe, West Coast Environmental Law, des vérificateurs d'Ottawa sont allés prêter main-forte à l'équipe locale de Revenu Canada à Vancouver.

La plupart des groupes contrôlés n'ont pas voulu s'exprimer publiquement, mais selon des sources, leurs directeurs généraux discutent régulièrement, au téléphone, d'une riposte groupée au gouvernement.

Devoir fermer, puis contester

Le ministre des Finances du Canada, Jim Flaherty, a signalé dans son budget de 2012 que les activités politiques des organismes sans but lucratif seraient étroitement surveillées et qu'il allouait 8 millions de dollars à la surveillance. Les organismes environnementaux croient qu'ils sont la cible d'un gouvernement qui veut les faire taire.

« Nous sommes préoccupés par ce qui semble être une augmentation des vérifications comptables des activités politiques, en particulier, des organismes environnementaux », confirme Michel Lauzière, président d'Imagine Canada, une organisation qui fait la promotion des OSBL.

« C'est une guerre contre le secteur », déclare pour sa part le directeur général du groupe environnemental Sierra Club Canada, John Bennett. Son groupe ne fait pas encore l'objet d'un audit, mais il se dit prêt à l'éventualité.

À LIRE : Des environnementalistes espionnés par le SCRS et la GRC?

M. Bennett en a particulièrement contre des règles qui semblent mouvantes. La loi stipule que les OSBL ne peuvent investir plus de 10 % de leurs ressources dans des activités politiques, mais les lignes directrices disent que les activités ne doivent pas être partisanes. Le ministre Flaherty a déclaré en décembre qu'il envisageait de changer les règles.
« Nous n'arrivons plus à savoir les règles du jeu. Le problème, c'est que le gouvernement a donné le pouvoir à Revenu Canada de vous obliger à fermer boutique. Ensuite, si vous voulez vous plaindre, vous devez aller devant les tribunaux. » — John Bennett

Plaintes contre les écologistes

Le gouvernement insiste pour dire qu'il ne cible pas certains OSBL en particulier et ne donne pas l'ordre à Revenu Canada de le faire. Ce sont les vérificateurs qui décident seuls qui doit être contrôlé. L'Agence peut lancer une enquête selon un choix aléatoire, parce qu'elle fait un suivi sur un OSBL déjà contrôlé par le passé, ou sur la base d'une plainte.

C'est pour cette dernière raison que le PDG de Tides Canada croît que son organisation fait l'objet d'un audit. Ross McMillan évoque des plaintes déposées jadis par Ethical Oil contre Tides Canada, la Fondation David Suzuki et Environmental Defence. Ethical Oil est un OSBL qui encourage les gens à défendre l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta. Il a été fondé par Alykhan Velshi, actuellement directeur de la gestion des enjeux du bureau du premier ministre.

Les groupes environnementaux croient qu'Ethical Oil est financé par l'industrie du gaz et du pétrole pour miner leur travail. Radio-Canada a demandé à Ethical Oil de révéler la liste de ses donateurs, mais elle n'a pas encore remis de liste détaillée.

Tous les groupes contrôlés annoncent qu'ils surveilleront le budget fédéral de mardi prochain pour connaître les nouvelles règles les concernant.  

http://ici.radio-canada.ca/regions/alberta/2014/02/07/001-verifications-revenu-canada-sept-groupes-ecologistes.shtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Fév - 01:07 (2014)    Sujet du message: REPORT : OBAMA OFFERS UN CLIMATE AGREEMENT THAT DOESN'T NEED CONGRESSIONAL APPROVAL Répondre en citant

REPORT : OBAMA OFFERS UN CLIMATE AGREEMENT THAT DOESN'T NEED CONGRESSIONAL APPROVAL 


Written By : Duane Lester

February 14, 2014


He’s got a pen and a cell phone and he said he can do whatever he wants.  After all, who’s going to stop him?  The Republicans?







Citation:


The Obama administration is quietly forging ahead with plans to offer up an international commitment to reduce carbon dioxide emissions to fight global warming — without congressional approval.

Reuters reports that the U.S. submitted its vision for a new international global warming agreement to the United Nations on Wednesday, suggesting a “bifurcated approach” of the 1997 Kyoto Protocol — placing different emissions targets for rich and poor countries.

“So this is just the latest example of President Obama’s contempt for obeying the Constitution and our laws,” Myron Ebell, director of the Center of Energy and Environment at the Competitive Enterprise Institute, told The Daily Caller News Foundation. “In the past, rulers who act as if the law does not apply to them were called tyrants.” [...]

Annie Petsonk, international counsel to the Environmental Defense Fund, noted that the U.S. plan was legally different than the Kyoto Protocol — it doesn’t require congressional approval.
The U.S. Constitution says that the president “shall have Power, by and with the Advice and Consent of the Senate” to make treaties with other countries. The 1997 Kyoto Protocol had to be ratified by Congress — and it never was, even though the Clinton administration signed onto it.



At what point does it become so outrageous that even Democrats start thinking something has to be done?

Do people have to be locked up for their political views?  What abuse of power is going to force action by Congress?

This is getting absurd.

http://www.rightwingnews.com/uncategorized/report-obama-offers-un-climate-agreement-that-doesnt-need-congressional-approval/



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 2 Mar - 02:44 (2014)    Sujet du message: EXPO 2015 : CARITAS INTERNATIONALIS SERA PRESENTE Répondre en citant

EXPO 2015 : CARITAS INTERNATIONALIS SERA PRESENTE

L'intérêt des chrétiens pour l'environnement

Rome, 24 février 2014 (Zenit.org) Rédaction

L'’Exposition universelle "Expo 2015" accueillera un nouveau pays, un pays grand comme le monde : Caritas Internationalis. Une participation qui exprime l’intérêt des chrétiens pour les questions environnementales.

Caritas Internationalis est la confédération des Caritas nationales de 164 pays, dont 142 ont annoncé leur adhésion à Expo 2015, qui se déroulera à Milan du 1er mai au 31 octobre 2015.

Cette mobilisation internationale souligne l’importance que les chrétiens accordent au thème de l’exposition universelle, « Nourrir la planète. Energie pour la vie ».

Les objectifs de la participation de Caritas ont été expliqués par le cardinal Oscar Rodríguez Maradiaga, président de Caritas Internationalis, Luciano Gualzetti, directeur adjoint de Caritas ambrosienne et commissaire adjoint pour le stand Saint-Siège à Expo 2015, Mgr Giuseppe Merisi, président de Caritas Italie, et Stefano Gatti, directeur général de la section des participants Expo 2015, ce lundi 24 février à Milan.

Traduction d’Océane Le Gall avec Anne Kurian

(24 février 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/expo-2015-caritas-internationalis-sera-pre…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Avr - 12:12 (2014)    Sujet du message: LE PAPE ENCOURAGE L'ENGAGEMENT POUR L'ENVIRONNEMENT Répondre en citant

PAGANISME ENVIRONNEMENTAL POUR 2014 - LA PROPAGANDE

LE PAPE ENCOURAGE L'ENGAGEMENT POUR L'ENVIRONNEMENT

Heure pour la terre, WWF Italie place Saint-Pierre Rome, 30 mars 2014 (Zenit.org) Anne Kurian

Le pape encourage l’engagement en faveur de l’environnement en saluant une délégation italienne du « Fonds mondial pour la nature » (WWF), présente place Saint-Pierre pour l’angélus de ce dimanche 30 mars 2014.

« Je salue les représentants de WWF-Italie, en les encourageant dans leur engagement en faveur de l’environnement », leur a dit le pape.

La délégation de l’organisation internationale de protection de l'environnement était porteuse d’un « message pour la planète », arborant une banderole sur laquelle était inscrit « Donnons de l’espérance à l’avenir », inspiré des paroles du pape.

WWF organisait hier soir, 29 mars, de 20h30 à 21h30, la VIIIe édition de "L’heure pour la terre" (Earth Hour), durant laquelle l’éclairage de nombreux monuments – dont la Tour Eiffel et à Rome la basilique Saint-Pierre – et de foyers dans le monde entier a été suspendu.

Dante Caserta, président du WWF Italie, s’est dit « très heureux de l’attention du pape » et le remercie dans un communiqué « car ses paroles sont en mesure de toucher tous les coins de la planète, surtout les lieux les plus pauvres », victimes « d’effets désastreux du bouleversement climatique », a-t-il rappelé. 

(30 mars 2014) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/le-pape-encourage-l-engagement-pour-l-envi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Avr - 12:25 (2014)    Sujet du message: EXPERT : 'WE DECIDE' CLIMATE CHANGE LOSSES Répondre en citant

ENVIRONMENTAL PAGANISM FOR 2014 - THE PROPAGANDA

EXPERT : 'WE DECIDE' CLIMATE CHANGE LOSSES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=UYebE80kSBY&hd=1




Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 11 Avr - 05:49 (2014)    Sujet du message: REFORME TERRITORIALE : LES DEPARTEMENTS ET LA MOITIE DES REGIONS VONT DISPARAÎTRE Répondre en citant

REFORME TERRITORIALE : LES DEPARTEMENTS ET LA MOITIE DES REGIONS VONT DISPARAÎTRE

Publié par La rédaction le Mercredi 09 Avril 2014 à 14h50

Manuel Valls a présenté mardi, devant l’Assemblée Nationale, la nouvelle feuille de route du gouvernement. Le Premier ministre a notamment annoncé la fusion des régions afin qu’il n’en reste que 11, ainsi que la disparition des conseils départementaux.




©Wikipédia Les 22 régions actuelles de France métropolitaines

Le nouveau Premier ministre a présenté ce mardi, lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée Nationale, sa volonté de simplifier le "millefeuille territorial". Pour ce faire, le chef du gouvernement prévoit notamment de faire fusionner les régions de France métropolitaine d’ici à 2017 et de faire disparaitre les conseils départementaux "à l’horizon 2021".

Ces mesures avaient déjà été annoncées par François Hollande lors de sa Conférence de presse du mardi 14 janvier.

Diviser par deux le nombre de régions



Ainsi, la France métropolitaine devrait être découpée en 11 régions et non plus 22 (26 régions dont 22 en métropole) comme c’est le cas actuellement. L’idée est de structurer les régions à l’instar des "Länder" allemands et d'accentuer ainsi leur rôle de moteur économique et de soutien à l’emploi. Selon le chef du gouvernement, il y a aura moins de régions, mais elles seront plus fortes et dotées de compétences spécifiques.

Concernant la découpe, Manuel Valls a dit faire "confiance à l’intelligence des élus" régionaux qui pourront proposer eux-mêmes de fusionner les exécutifs des collectivités. En revanche, si ces fusions ne sont pas programmées au niveau régional, le gouvernement proposera son partage en 2017. La fusion des régions sera donc au cœur des élections régionales de mars 2015.

Certains élus se sont d'ores et déjà montrés coopératifs même si de nombreuses critiques se sont élevées. Ainsi, Jacques Auxiette, le président PS du conseil régional des Pays de la Loire propose de réunir les Pays de la Loire et la Bretagne. De même, les présidents PS des régions Franche-Comté et Bourgogne se sont dits prêts à discuter d’un rapprochement.

Supprimer les départements d’ici à 2021

Le nouveau Premier ministre a de plus proposé la suppression des conseils départementaux aux alentours de 2021. En d’autres termes les départements en tant que collectivités territoriales devraient être purement et simplement supprimés en 2021. L’annonce est rude et brutale pour de nombreux élus. Claudy Lebreton (PS), le président de l’Assemblée des départements de France citée par Le Monde s’est dit "abasourdi" et demande des "explications" au Premier ministre.

Fin de la compétence générale pour les collectivités territoriales

Manuel Valls a en outre proposé la suppression de la clause de compétence générale pour les collectivités territoriales. Il s’agit d’une clause précieuse pour les départements et les régions puisqu'elle leur permet d’intervenir dans un domaine de compétences dès lors que l’intérêt de leur territoire peut être invoqué. Cette clause avait été supprimée par la droite en 2010 avant d’être réintroduite en 2013 par la gauche… qui compte finalement la supprimer à nouveau.

Vidéo sur le même thème : Valls veut diviser par deux le nombre de régions

+ VIDEO : http://www.planet.fr/societe-reforme-territoriale-les-departements-et-la-mo…[Planet-a-la-Une]-20140410


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 21 Avr - 00:13 (2014)    Sujet du message: CHURCHES USE SEASON OF LENT TO RAISE AWARENESS OF CLIMATE CHANGE Répondre en citant



CHURCHES USE SEASON OF LENT TO RAISE AWARENESS OF CLIMATE CHANGE




Women and children sing and dance a song about global climate change in Chidyamanga, southern Malawi. “We are always hungry because of climate change, droughts and floods,” according to the song’s chorus. © ACT Alliance/Paul Jeffrey

04 April 2014

* By Dr Guillermo Kerber

Lent, a season for prayers and reflections by Christians around the world, has become an opportunity for the churches to respond to climate change, an issue which deeply impacts the communities they serve.

It is therefore significant that a recent report from the International Panel on Climate Change (IPCC) came out on 31 March, in the middle of the Lenten season. This report brings into focus the impact of climate change, options of adaptation and an assessment of the vulnerability of socio-economic and natural systems and communities.

This report with its detailed analysis describes the impact of climate change, warning that the situation will grow worst in the 21st century. The poor in countries of the South will suffer more from climate change while being faced with food insecurity, lack of access to water, displacements and increased conflicts.

The IPCC report is important for the churches, who are witnessing effects of climate change on communities, making climate justice a priority in their pastoral plans.

This priority was reflected at the 10th Assembly of the World Council of Churches (WCC) in South Korea last year, which adopted a Minute on Climate Justice calling “churches and ecumenical organizations to insist that the respective governments look beyond national interests in order to be responsible towards God’s creation and our common future, and urge them to safeguard and promote the basic human rights of those who are threatened by the effects of climate change”.

One initiative from a Christian organization this Lent is the Fast for Life, a call from the Ecumenical Advocacy Alliance for an observance that began on Ash Wednesday. The campaign raises awareness of how many CO2 emissions are generated from food that is wasted. It is an invitation to “Join the Zero Waste Daily Challenge”, establishing “waste-trackers” at home and providing resources for organizing related actions, worship services and other events.

The Anglican Communion Environmental Network has proposed a Carbon Fast during Lent, suggesting concrete actions to ensure climate justice. Rowan Williams, a former Archbishop of Canterbury, has argued recently that Western lifestyles bear responsibility for causing climate change in the world’s poorest regions.

In Switzerland, church-related development agencies have focused on intergenerational justice for their Lent campaign, stressing the need to addressing climate change effectively for the sake of future generations.

Promoting climate justice

Building on an initiative by the Lutheran World Federation (LWF) youth delegation to COP 19 in Warsaw last year, the LWF together with partners are calling to Fast for Climate. This call is an invitation to fast on the first day of each month. It invokes spiritual practices and ethical values, urging national governments to be more ambitious in climate change negotiations.

In an LWF statement of 1 April, WCC Central Committee member Metropolitan Serafim Kykotis of the Orthodox Patriarchate of Alexandria and All Africa, reminds us that fasting “always has noteworthy intentions: the transformation of ourselves to do good things for the whole creation of God.”

While addressing climate change, the need for transformation in our actions cannot be limited only to individuals. There is also a need for responsible actions and influential agreements by state institutions.

The Conferences of Parties (COP) of the United Nations Framework Convention on Climate Change have not yet delivered a promised multilateral agreement to curb CO2 emissions and thus limiting an increase in the average temperature of the world.

Yet there are steps that can help strengthen the negotiations on climate change. One initiative is the upcoming Climate Summit 2014 in New York, called by the UN Secretary General, Ban Ki-moon, for September of this year. Ban Ki-moon has asked heads of states to “bring to the Summit bold pledges”.
“Innovate, scale-up, cooperate and deliver concrete action that will close the emissions gap and put us on track for an ambitious legal agreement through the UNFCCC process,” said Ban.

As a part of these efforts, the WCC will organize an interfaith summit on climate change before the Climate Summit to endorse a call from faith leaders urging the international community to address climate change more effectively.

Echoing vulnerable communities’ experiences in different regions, churches and faith communities  across the decades have appealed for an effective transformation of current development patterns and consumerist lifestyles which are depleting the planet.

Again, the IPCC’s new report confirms that time is running short, reminding us that visible and effective efforts should be made to strengthen climate resilience in order to reduce the risks of climate change.

[741 words]

*Dr Guillermo Kerber is the WCC programme executive for Care for Creation and Climate Justice

Minute on Climate Justice adopted by the WCC 10th Assembly
WCC’s work on climate justice and care for creation

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/churches-use-lent-season-to-r…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Avr - 10:09 (2014)    Sujet du message: JOURNEE DE LA TERRE NOURRICIERE : BAN APPELLE A SE MOBILISER POUR BÂTIR UN AVENIR DURABLE Répondre en citant

JOURNEE DE LA TERRE NOURRICIERE : BAN APPELLE A SE MOBILISER POUR BÂTIR UN AVENIR DURABLE

Culte païen de la Terre Mère = Déesse Gaïa alors que nous voyons toute la destruction de la nature et des infrastructures sans parler de la vie humaine bafouée, qui va de l'avant par ces mêmes adorateurs de l'arbre du bien et du mal.



Photo: ONU Femmes/Jashim Salam

22 avril 2014 – À l'occasion de la Journée internationale de la Terre nourricière qui est célébrée mardi, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a rappelé que chaque année, cette Journée est l'occasion de réfléchir sur la relation que nous entretenons avec la planète qui subvient à nos besoins.

« L'air que nous respirons, l'eau que nous buvons et les sols qui nous nourrissent font partie d'un écosystème mondial délicat, que l'activité humaine met de plus en plus à dure épreuve. La lourde main de l'homme est visible dans le déboisement des forêts tropicales comme dans l'épuisement des ressources halieutiques, dans la pénurie croissante d'eau douce comme dans le rapide appauvrissement de la diversité biologique, dans la pollution grandissante de l'air et des mers qui touche de nombreuses régions du monde », a expliqué M. Ban dans son message pour la journée.

« Vu l'accroissement de la population, force est de constater que le rythme avec lequel nous consommons les ressources de la planète n'est pas viable à long terme. Les mentalités et les pratiques doivent absolument évoluer à l'échelle mondiale », a-t-il souligné. = Il faut donc réduire les populations, n'est-ce pas Monsieur Ban-Ki-Moon? Voulez-vous être le premier pour aider la planète?

Pour le chef de l'ONU, il est particulièrement urgent de se pencher sur la façon dont nous produisons l'énergie qui est le moteur de notre progrès. La combustion de combustibles fossiles est la principale cause des changements climatiques, lesquels menacent de plus en plus lourdement la prospérité et la stabilité dans toutes les régions. C'est pourquoi les dirigeants du monde se sont engagés à parvenir à un accord juridique mondial sur le climat en 2015.

« La lutte contre les effets des changements climatiques nous offre de multiples occasions de transformer radicalement notre relation avec la terre nourricière et d'améliorer le bien-être de l'humanité, en particulier des plus pauvres et des plus vulnérables », a indiqué M. Ban.

À l'instar de l'agriculture climatiquement rationnelle et des mesures en faveur de villes plus économes en ressources et de forêts mieux gérées et mieux protégées, l'énergie durable a le pouvoir d'offrir à des milliards de personnes une meilleure santé, plus de prospérité et davantage de possibilités.

« En vue de lancer une action ambitieuse sur le terrain et de renforcer la dynamique en faveur de l'adoption d'un nouveau traité sur le climat en 2015, je tiendrai un Sommet sur le climat à New York le 23 septembre de cette année. J'invite les chefs d'État et de gouvernement ainsi que des personnalités de la société civile et du secteur privé à présenter des initiatives et à conclure des alliances susceptibles de contribuer à bâtir un avenir durable », a déclaré le Secrétaire général.

« Aujourd'hui, en cette Journée internationale de la Terre nourricière, je lance un appel à tous les peuples du monde pour qu'ils fassent entendre leurs voix. Exprimez-vous au nom de notre planète, car elle est notre unique foyer Prenons soin de notre terre nourricière, afin qu'elle puisse continuer à prendre soin de nous, comme elle l'a fait pendant des millénaires », a-t-il ajouté.

De son côté, le Président de l'Assemblée générale, John Ashe, a appelé les États membres, la société civile et d'autres parties prenantes à répondre à l'appel de la résolution de l'Assemblée générale de 2009 pour renforcer les investissements dans les technologies durables et promouvoir la protection des écosystèmes par des politiques environnementales ambitieuses. = Une autre avancée dans cette guerre contre les humains et perte de jouissance dans plusieurs domaines dit écologique.

« Alors que nous faisons face à des défis considérables liés au DEVELOPPEMENT DURABLE, notre compréhension des besoins économiques, sociaux et environnementaux des générations futures doit être fondée sur des connaissances scientifiques avancées. Notre stratégie au niveau mondial doit promouvoir une éthique environnementale et souligner l'interdépendance entre l'humanité et la nature », a-t-il dit.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=32430


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Avr - 18:37 (2014)    Sujet du message: EPA CHIEF PROMISES TO GO AFTER REPUBLICANS WHO QUESTION AGENCY SCIENCE Répondre en citant

WAR

EPA CHIEF PROMISES TO GO AFTER REPUBLICANS WHO QUESTION AGENCY SCIENCE

4:56 PM 04/28/2014

Environmental Protection Agency administrator Gina McCarthy has issued a warning to Republicans who continue to question the integrity of the agency’s scientific data: we’re coming for you.

McCarthy told an audience at the National Academy of Sciences on Monday morning the agency will go after a “small but vocal group of critics” who are arguing the EPA is using “secret science” to push costly clean air regulations.

“Those critics conjure up claims of EPA secret science — but it’s not really about EPA science or secrets. It’s about challenging the credibility of world renowned scientists and institutions like Harvard University and the American Cancer Society,” McCarthy said, according to Politico.

“It’s about claiming that research is secret if researchers protect confidential personal health data from those who are not qualified to analyze it — and won’t agree to protect it,” she added. “If EPA is being accused of secret science because we rely on real scientists to conduct research, and independent scientists to peer review it, and scientists who’ve spent a lifetime studying the science to reproduce it — then so be it.”

Republicans Sen. David Vitter of Louisiana and Rep. Lamar Smith of Texas have led the charge on pressing the EPA to make publicly available the scientific data behind its clean air regulations. McCarthy promised she would make such data publicly available during her confirmation process last year. Now her refusal to cough up the data has angered Republicans.

“EPA’s leadership is willfully ignoring the big picture and defending EPA’s practices of using science that is, in fact, secret due to the refusal of the agency to share the underlying data with Congress and the American public,” said Vitter.

“We’re not asking, and we’ve never asked, for personal health information, and it is inexcusable for EPA to justify billions of dollars of economically significant regulations on science that is kept hidden from independent reanalysis and congressional oversight,” Vitter added.

Read more: http://dailycaller.com/2014/04/28/epa-chief-promises-to-go-after-republican…

http://dailycaller.com/2014/04/28/epa-chief-promises-to-go-after-republican…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Avr - 18:53 (2014)    Sujet du message: NAVY CELEBRATES EARTH DAY THROUGH "GLOBAL REACH, LOCAL ACTION" Répondre en citant

NAVY CELEBRATES EARTH DAY THROUGH  "GLOBAL REACH, LOCAL ACTION"



140418-N-IU636-047 PEARL HARBOR (April 20, 2014) Katie Ramirez, left, energy installation manager at Joint Base Pearl Harbor-Hickam, speaks to patrons on water saving methods at the Pearl Harbor Navy Exchange Earth Day Expo: Partnering for a Greener Future on Joint Base Pearl Harbor-Hickam. Earth Day serves as a reminder of the importance of environmental protection and community engagement and has been celebrated nationally since 1970. (U.S. Navy photo by Mass Communication Specialist 3rd Class Johans Chavarro/Released)

Story Number: NNS140422-10Release Date: 4/22/2014 3:17:00 PM

From Chief of Naval Operations Energy & Environmental Readiness Division Public Affairs

WASHINGTON (NNS) -- Navy commands across the globe are celebrating Earth Day today and throughout the month of April by participating in local activities that showcase their ongoing commitment to the environment as they support the Navy's national security mission.

Earth Day, which was first celebrated in April of 1970, began as a grassroots movement that raised public awareness of the fragility of natural ecosystems and encouraged people to make individual commitments to protect the planet.

The Navy's 2014 theme for Earth Day, "Global Reach--->Local Action," reminds Sailors, civilians, and family members that as a result of the Navy's global presence, they have many opportunities to make positive changes for the environment and for energy use in their communities.

"The Navy began installing equipment on our ships to safely manage our waste stream at sea and protect the environment over 30 years ago, and our bases have developed robust programs to protect natural resources and keep the air, water, and soil clean," said Rear Adm. Kevin Slates, director of the Chief of Naval Operations Energy and Environmental Readiness Division (OPNAV N45).

"We're also pursuing energy initiatives that focus on enhancing capability and resiliency, but many of those energy efforts also have a side benefit of being good for the environment. Earth Day is a prime time to let people know that we have taken and will continue to take our environmental stewardship responsibility seriously," said Slates.

Among the Earth Day related activities planned or ongoing this year at naval commands are environmental presentations at local schools; exhibit events with government agencies, and non-governmental organizations; 5K runs; beach clean-ups; energy awareness training/competitions; recycling events; solar power demos; environmental fairs and facility nature tours; and tree plantings.

Numerous Navy commands that are conducting Earth Day activities for 2014 are highlighted on an infographic that can be accessed at http://greenfleet.dodlive.mil/files/2014/04/20140422-Earth-Day-Infographic-….

To learn more about Navy Earth Day, visit http://greenfleet.dodlive.mil/environment/earth-day/, Facebook at www.facebook.com/navycurrents, and Twitter at @NavyCurrents.

For more news from Chief of Naval Operations Energy and Environmental Readiness Division, visit www.navy.mil/local/n45/.


http://www.navy.mil/submit/display.asp?story_id=80520



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 29 Mai - 11:42 (2014)    Sujet du message: L'AGENDA 21, VOUS CONNAISSEZ? Répondre en citant



L'AGENDA 21, VOUS CONNAISSEZ?

Vendredi 23 mai 2014


L'agenda 21 : un plan pour une dictature fasciste mondiale


Julian Websdale, Waking Times  

13 mai 2014
 


 
L'un des films les plus populaires de 2012 a été The Hunger Games, qui met en scène une nation post-apocalyptique nommée Panem dans laquelle une élite super-riche, super-choyée, totalement insensible vit dans un luxe high-tech alors que le reste de la population se bat quotidiennement pour survivre à une pauvreté abjecte, enfermée derrière les grilles de prison  des "zones à peuple" bondées. Panem vient de l'expression latine panem et circenses, ce qui veut dire "du pain et des jeux (du cirque)" – terme romain, qui signifie donner aux gens des diversions et distractions pour cacher ce qu'on leur fait subir. Exactement ce qui se passe aujourd'hui.

L'avancée à bas bruit du totalitarisme pour un tel monde se fait autour de nous, bien qu'une majorité de personnes ne la voit pas parce qu'ils ne relient pas les points. Les gens ont tendance à vivre dans leur "petit monde" et se concentrent uniquement sur quelques sujets et centres d'intérêt. Ce qui leur donne une vision déformée de ce qui se passe parce qu'ils sont si occupés à se focaliser sur des détails qu'ils en perdent de vue l'ensemble. Le monde des Hunger Games est déjà bien en voie de réalisation à moins que l'humanité ne fasse une réévaluation de la réalité.

Les fondements, la structure et les "must" de la société des Hunger Games sont détaillés dans un programme imposé par les Nations-Unies appelé Agenda 21 qui inclut deux thèmes proches, le "développement durable" et la "biodiversité". L'idée de développement durable semble assez sensée à première vue tant qu'on n'a pas réalisé ce que ce terme et celui de biodiversité renferment vraiment dans le contexte d'une conspiration.

L'Agenda 21 a été mis en place en 1992 lors de la conférence des Nations-Unies sur l'environnement et le développement à Rio de Janeiro au Brésil, organisée par Maurice Strong, un milliardaire canadien du pétrole et des affaires et porte-parole des Rothschilds et des Rockefellers. Strong fut le chef de file pour le programme d'exploitation-de-l'environnement-pour-arnaquer-les-gens, main cachée de l'environnement dans le réseau de la Table Ronde qui comprend le groupe Bilderberg, la Commission Trilatérale et le Conseil des Relations Extérieures.

Strong disait à l'appui de l'Agenda 21 : "N'est-ce pas le seul espoir pour cette planète que la civilisation industrialisée s'effondre ? N'est-il pas de notre responsabilité de le provoquer ?" C'est un homme qui est devenu super-riche grâce à l'industrie du pétrole. Il vit aujourd'hui en Chine dans un luxe de milliardaire où l'industrie émettrice de carbone s'envole et il est directeur du Chicago Climate Exchange [CCX en abrégé] (dont le principal actionnaire est Goldman Sachs), qui est le premier projet mondial et le seul système de réduction des gaz à effet de serre de valeur légale en Amérique du nord. Le CCX a été mis en place avec un financement de la Fondation Joyce où Barack Obama fut un jour directeur. Strong et Al Gore s'en sont mis plein les poches grâce au Carbon Exchange et autres moyens grâce aux mensonges dont ils font la promotion sur le changement climatique et aux solutions qu'ils proposent. Kate Johnson a écrit sur le site de Global Research : "Les mêmes hommes qui nous ont vendu le mythe du réchauffement climatique causé par l'homme sont les mêmes qui nous ont venu la "solution" d'une taxe carbone et le Emissions Trading Scheme [système d'échange de quotas d'émissions] et aujourd'hui ils profitent de leurs investissements lucratifs basés sur des mensonges". Strong s'est envolé pour la Chine en 2006 après avoir été accusé de corruption en rapport avec le pétrole des Nations-Unies pour le programme alimentaire.

La propagande sur le changement climatique est une technique de non-problème-réaction-solution pour justifier l'Agenda 21 et son compagnon, le Traité sur la Biodiversité. C'est un document internationalement contraignant impliquant presque 200 pays. Les US ont signé le traité, mais il n'a pas été ratifié par le Sénat après que des gens comme le Dr Michael Coffman, écologiste et scientifique de l'écosystème ait exposé ses réelles conséquences et implications. Il dit avoir compris pendant les années 80 et 90 que le plan était de prendre comme excuse une protection de l'environnement pour confisquer la moitié des terres des US. Des plans similaires existent pour tous les autres pays. L'Amérique a pu ne pas ratifier le traité, mais il est mis en œuvre actuellement. L'Agenda 21 demande un contrôle mondial centralisé de toutes les terres ; de toutes les propriétés privées, de toutes les sources et distribution d'eau et de toute la production et la distribution alimentaire.

L'Agenda 21 est nommé "agenda pour le 21ème siècle" et il fait penser à un fascisme/communisme mondial. Voici un résumé de ce que l'Agenda 21/Développement Durable/Biodiversité cherche à imposer :

Citation:


• La fin de la souveraineté nationale
• La planification et la gestion étatisées des territoires pour toutes les ressources, les écosystèmes, les déserts, forêts, montagnes, océans et l'eau douce; l'agriculture; le développement rural; la biotechnologie; et l'assurance d'une "équité" (esclavage équitable)
• L'État "définit le rôle" des entreprises et des ressources financières
• Abolition de la propriété privée (ce n'est pas "durable")
• "Restructuration" de l'unité familiale
• Des enfants élevés par l'État
• On dit aux gens quel sera leur travail
• Restrictions majeures des déplacements
• Création de "zones de peuplement humain"
• Repeuplement de masse car les gens sont forcés de laisser vacantes les terres où ils vivaient auparavant
• Éducation abrutissante (réalisée)
• Dépopulation mondiale massive à la poursuite des éléments ci-dessus

 
Cet horrible programme est coordonné par les Nations-Unies, fer de lance d'une dictature mondiale, via un réseau non-gouvernemental appelé autrefois le Conseil International d'Initiatives d'Environnement Locales [en anglais ICLEI, [i] et aujourd'hui connu comme Gouvernements Locaux pour la Durabilité, bien que le nom abrégé ICLEI soit toujours en usage. Les Nations-Unies ouvrent maintenant des "ambassades" autour du monde nommées "Maisons des Nations-Unies" sous couvert d'accroître la sensibilisation des activités des Nations-Unies, mais non les activités que les gens ont vraiment besoin de connaître. Ils en ont ouvert une à Hunter Square, à Édimbourg, en Écosse, par exemple.[/i]

Les Gouvernements Locaux pour la Durabilité (ICLEI) et d'autres organisations introduisent le programme dans chaque village, ville, cité et région et il commence déjà à s'étendre autour du monde. L'infrastructure d'organisation de l'Agenda 21 est déjà fantastique et implique des agences du gouvernement, des organisations non-gouvernementales (ONG), des think-tanks, des sociétés, des fondations, des opérations "de formation" (contrôle de l'esprit) et des "initiatives" qui ont bâti l'infrastructure de ce qu'ils appellent la société "post-industrielle, post-démocratique" alors que la foule continue ses activités quotidiennes, inconsciente de la prison qui se construit autour d'elle d'heure en heure.

Harvey Ruvin, vice-président de l'ICLEI, était interrogé sur la manière dont l'Agenda 21 affecterait les libertés en rapport avec la Constitution américaine et la Déclaration des Droits, la propriété privée et la liberté d'expression. Il a répondu : "Le collectif doit prendre le pas sur les droits individuels". L'arrogance de ces gens est époustouflante. Le réseau extraordinaire qui soutient l'ICLEI et l'Agenda 21 incluent diverses institutions. Celles-ci et de nombreuses autres travaillent au même but – l'Agenda 21 et la mise en esclavage total des humains autour du monde, bien que la plupart de ceux qui sont impliqués n'auront aucunement l'idée qu'ils construisent une prison mondiale pour eux et leurs familles.

Une autre de ces organisations de premier plan est le Conseil des Entreprises Mondiales pour le Développement Durable qui inclut la monstrueuse société Monsanto. La destruction de terres agricoles, la contamination des pays avec des toxines et le remplacement d'aliments corrects par des organismes génétiquement modifiés mortels et destructeurs de sol, telle est la contribution de Monsanto pour la "durabilité". L'Agenda 21 est en fonction dans plus de 600 villes, cités et comtés des US et s'étend de jour en jour.

Un membre des comités de l'Agenda 21 de Santa Cruz en Californie, disait au milieu des années 90 que les propositions qu'il entendait étaient si folles qu'il en riait car elles ne pourraient jamais être appliquées. Elles incluaient que "la surface de la Terre Mère ne soit pas éraflée" ; les humains seraient parqués dans des zones de peuplement ; l'éducation devrait se concentrer sur l'environnement en tant que principe d'organisation et tous les aspects de la vie seraient couverts par l'Agenda 21, mais tous ces programmes délirants sont introduits aujourd'hui. Rien que des visages heureux, gentils, souriants, mais la réalité est que l'Agenda 21 est une stratégie vicieuse, brutale, inhumaine pour imposer un état orwellien mondial.

Les manipulateurs de cet agenda soit créent une organisation locale ou en détourne d'autres, plusieurs d'entre elles dans des lieux largement peuplés et ils placent leurs dirigeants (sous contrôle) pour accorder le projet de l'Agenda 21 à leur communauté conjointement avec des idiots involontaires non informés à qui on vend un cauchemar humain comme moyen de sauvetage de la planète. Ce qui leur permet de prétendre que les décisions ont été prises après une "participation publique" alors que cela aurait été la dernière chose qu'ils voulaient et 99 % de la "communauté" n'a jamais entendu parler de l'Agenda 21 et encore moins pu en parler. Ils ne veulent pas de démocratie, voilà pourquoi ces gens discutent en privé, parfois même en public, d'une société post-démocratique, post-industrielle.

Ils souhaitent contrôler chaque homme, femme et enfant de la planète – tout le monde et partout et toute ressource, source d'eau et morceau de terre. Dans ce but ils ont besoin d'une structure mondiale de contrôle fasciste qui s'implante directement dans toutes les communautés locale sous des autorités à l'échelon local qui renforcent la volonté du centre mondial. C'est pourquoi il y a une telle emphase dans l'Agenda 21 sur les autorités locales et municipales.

Il existe une "organisation de formation" nommée But Commun (finalité commune, consensus commun, tout le monde les mêmes) financée par de grosses sommes d'argent données par les gouvernements et les autorités locales, les forces de police et autres institutions d'état pour "former les dirigeants" de la société post-démocratique, post-industrielle. But Commun a été largement représenté dans 'l'enquête' Leveson conduisant en Grande-Bretagne à de nouvelles lois pour les médias. Ce n'est pas un programme de formation ; c'est un programme de programmation qui donne des administrateurs zombis inconditionnels qui servent le dieu de l'Agenda 21 et l'Union Européenne partenaire. Le thème de "commun" s'applique aussi à la toujours plus grande standardisation de lois et règlements et à une référence constante à la "loi internationale". C'est le déploiement de la dictature mondiale de l'Agenda 21. Que faut-il pour être un dictateur mondial ? Des lois auxquelles chacun sur terre doit obéir – une loi internationale et une standardisation de la réglementation mondiale.
 
On peut voir le lien avec The Hunger Games quand on regarde en figure 1 la carte officielle souhaitée de la Biodiversité pour les US. Les zones rouges sont prévues avec aucun usage humain et presque tout le reste de l'Amérique est confisqué pour une utilisation dérisoire et hautement réglementée. La masse populaire serait concentrée dans les bâtiments bondés des "zones de peuplement humain" et aurait interdiction d'accéder à quelque chose comme 80 % de l'Amérique d'aujourd'hui. C'est sans aucun doute le monde des Hunger Games avec une hiérarchie mondiale renforcée à tous les échelons possédant un gouvernement mondial qui utilise une armée mondiale et des forces de police pour imposer sa volonté à des niveaux régional et local (secteurs). La fondation financée par Rockefeller, America 2050 a publié une carte des nouveaux états unis divisés en onze "mégarégions" et qui incluent une partie du Canada (figure 2). Seattle, Portland et Vancouver, la Colombie britannique, deviennent une mégarégion connue comme "Cascadia" et ce système régional relève du nom collectif de "mégalopole" qui désigne en grec une grande cité. L'Amérique, le Canada et le Mexique devraient fusionner pour former l'Union nord-américaine qui s'alignerait avec le plan pour l'Union Européenne.
   
Il est prévu que l'Union Européenne soit scindée en régions et une structure semblable est en voie de développement tout autour du monde. La carte de la nouvelle Europe comporte des régions formées de différents pays associées aux régions d'autres pays pour mettre fin aux vestiges de la souveraineté nationale ou même de l'existence nationale (figure 3). C'est le plan mondial avec son féroce contrôle caché derrière ses éléments inférieurs comme l'Union Européenne et le gouvernement local. Ce qui est programmé nécessiterait clairement une réduction fantastique de la population mondiale et c'est en fait ce que l'Agenda 21/Développement Durable/Biodiversité demande.  

  Référence:

Icke, D. (2013). The Perception Deception
. Ryde: David Icke Books.

http://bistrobarblog.over-blog.com/article-l-agenda-21-vous-connaissez-123701300.html





Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 30 Juin - 23:17 (2014)    Sujet du message: SAYING ‘CHANGE IS IN THE AIR,’ BAN URGES NEW UN BODY TO GALVANIZE GLOBAL SUSTAINABILITY AGENDA Répondre en citant



SAYING ‘CHANGE IS IN THE AIR,’ BAN URGES NEW UN BODY TO GALVANIZE GLOBAL SUSTAINABILITY AGENDA



Secretary-Gener attends Closing Ceremony of the United Nations Environment Assembly. UN Photo/Eskinder Debebe

27 June 2014 – With the close of the Millennium Development Goal era just months away, and work already beginning on a successor agenda to reign in poverty and put the planet on a sustainable course before it is too late, Secretary-General Ban Ki-moon said today the “timing could not be better” for the launch of a strong UN body tackling all issues relating to the environment.

“We are now poised for the crucial next phase of human development – a universal post-2015 sustainable development agenda. That agenda needs a strong voice for the environment,” Mr. Ban said in his address to the closing session of the UN Environment Assembly (UNEA), which held its inaugural meeting this week in Nairobi, Kenya.
Citation:


The air we breathe, the water we drink and the soil that grows our food are part of a delicate global ecosystem that is increasingly under pressure from human activities and as such, the decisions that will be made over the coming months will have profound implications for this generation and many to come



More than 1,200 high-level participants, including UN officials, diplomatic and civil society delegations, have been taking part in the historic first session of the Environment Assembly, being held under the theme “A Life of Dignity for All.”

The body, created in answer to a call made by governments at the 2012 UN Conference on Sustainable Development (Rio+20) for a more representative entity dealing with the issue, includes all 193 UN Member States sitting alongside major stakeholders. The Environment Assembly now plans to meet every two years and will replace the Governing Council of the Nairobi-based UN Environment Programme (UNEP).

With its augmented role as a subsidiary organ of the UN General Assembly, UNEA has the mandate and capacity to position the environment alongside PEACE and SECURITY, poverty reduction, global health, trade and sustainable economic growth as an issue of crucial importance to every government,” said Mr. Ban.

At UNEA this week, stakeholders deliberated on many important topics – including the SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS, consumption and production patterns, the environmental rule of law, and the illegal trade in timber and wildlife. “The message is clear: protecting humanity’s life support system is integral to sustainable development. And it is a duty for all,” the UN chief declared.

He went on to say that UNEP and the UNEA have a central role to play in the coming months and beyond, as 2015 marks the deadline for the MILLENNIUM DEVELOPMENT GOALS (MDGs) and subsequently, the UN will a launch post-2015 sustainable development agenda. It is also when Member States have pledged to sign a meaningful new global climate agreement.

The air we breathe, the water we drink and the soil that grows our food are part of a delicate global ecosystem that is increasingly under pressure from human activities,” said Mr. Ban, and as such, the decisions that will be made over the coming months will have profound implications for this generation and many to come.

Noting that the “heavy hand” of humankind is now visible everywhere – from tropical deforestation to depleted ocean fisheries and from growing freshwater shortages, and the rapid decline of biodiversity to the growing menace of climate change – he recalled that on 23 September, he will convene a climate summit meeting in New York to mobilize political will and catalyze ambitious action on climate change.

“I urge you all to ensure that your Heads of State and Government and your leaders from business and civil society attend. We need all sectors and all nations to work together to combat climate change and promote sustainable development,” declared the Secretary-General.

Emphasizing that decisive action is needed “to change humanity’s relationship with our planet,” he said: “This forum has the power – and the responsibility – to promote a global transformation of attitude and practice.”

Yet he stressed that the UNAE’s job will not be easy, “as there are many vested interests and entrenched attitudes that will stand in your way. You will have to advocate hard with your counterparts in finance, energy, agriculture and trade.

“But whenever you need inspiration, just look at the advances of the past four decades; the arguments for environmental sustainability are compelling – and they are winning, in the minds of people, in boardrooms and in the corridors of power,” said Mr Ban, telling the Assembly: “Change is in the air. Solutions exist. It’s time to lead.”

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=48154#.U7GDoY1dUnF&utm_sou…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Juil - 14:58 (2014)    Sujet du message: VERS UNE ECOTHEOLOGIE Répondre en citant

VERS UNE ECOTHEOLOGIE

Adoration aux cultes païens et doctrines de démons : adoration de la Terre Mère, derrière laquelle se cache un âge d'or de ténèbres. Mis en place par l'Eglise Catholique et ses tentacules du Conseil Mondial des Eglises et de l'Eglise Unie du Canada.

Pour publication immédiate: 31 mars 2011


Raul Estrada Oyuela.


Marcelo Schneider (*)

Le consensus est général: avec les changements climatiques, c’est le monde entier qui va changer, de manière radicale et pas forcément souhaitable.

Que signifient ces changements, parfois très rapides, pour les chrétiens dont la foi est indissociable de la gloire et de la beauté de la création divine, mais qui se trouvent mis au défi lorsque cette même création est corrompue, voire souvent irrémédiablement altérée?

La réflexion actuelle des Eglises sur la bonne intendance et les changements climatiques est-elle prête à affronter le bouleversement rapide des vents, de la météo et de la vie sur la terre telle que nous la connaissons et telle que nos aïeux la connaissaient?

Ces questions ont incité diverses Eglises d’Argentine à examiner "La foi chrétienne et l’écologie: vers une théologie éco-œcuménique", à l’occasion d’un récent séminaire organisé les 28 et 29 mars 2011 à l’école de théologie protestante Instituto Universitario ISEDET de Buenos Aires.

Cette rencontre a été rendue possible par l’ISEDET, le Groupe de réflexion rural non gouvernemental argentin et la Région d’Amérique latine et des Caraïbes de la Fédération universelle des associations chrétiennes d’étudiants (FUACE), avec le soutien du Conseil œcuménique des Eglises (COE) et de l’Eglise unie du Canada.

Se soucier impérativement de la nature

"Les changements climatiques se produisent très rapidement, avec des effets surprenants", a déclaré Alfredo Salibian, biologiste argentin, qui s’adressait aux participants. "Nous sommes témoins de bouleversements dans nos vies, non seulement par rapport à ce qu’ont connu nos parents et grands-parents mais par rapport à ce qui existait il y a 20, 10 ou 5 ans."

M. Salibian a proposé d’ajouter le préfixe "éco" au mot de "théologie" pour manifester la nécessité impérative de se soucier de la nature.

"Nous devons nous rappeler que le salut offert par Jésus Christ va dans deux directions", a-t-il ajouté. "D'une part, il est vertical parce qu'il permet de restaurer les relations des humains avec le Créateur, mais nous avons tendance à négliger l'autre dimension de ces relations, l'horizontale, qui vise à rétablir les rapports altérés des humains avec le reste de la création divine."

C'est pourquoi M. Salibian estime que le moment est venu d'actualiser la théologie latino-américaine en y intégrant le préfixe "éco" pour redéfinir la signification des termes de "création", "Christ", "êtres humains" et "œcuménisme" à la lumière de notre devoir d'intendance à l'égard de la création.

Mais il faut aller plus loin, a affirmé Raul Estrada Oyuela, "père" du Protocole de Kyoto, qui a parlé du cadre diplomatique international en rapport avec le thème des changements climatiques.

Théologie et politique


M. Oyuela a déclaré que l'absence de compréhension mutuelle entre la théologie et la politique pourrait avoir de graves conséquences.

"Si nous ne comprenons pas ce qui se passe en politique, il sera très difficile de participer à la mise en place de directives politiques", a-t-il affirmé.

M. Oyuela a présidé le groupe créé par la Première conférence des parties à la Convention  cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) pour élaborer un instrument  contraignant sur les changements climatiques actuels, connu sous le nom de Protocole de Kyoto.

"Dans les milieux diplomatiques internationaux qui se soucient des questions écologiques se trouvent de nombreuses personnes faisant partie d'Eglises membres du Conseil œcuménique des Eglises", a-t-il rappelé, en insistant sur le fait que l'Eglise peut influencer les détenteurs du pouvoir.

"Si le COE propose des références éthiques dans le domaine de la théologie, pourquoi ne pas renforcer les efforts de conscientisation et de défense des causes auprès de ces milieux, pour que ces préoccupations soient mieux prises en compte dans les négociations et leurs résultats?"


"Il y a déjà quelques années que les chrétiens que nous sommes insistent sur la nécessité urgente de promouvoir une éthique de responsabilité sociale en matière de gestion des ressources naturelles et de respect de la création, ce que nous avons appelé 'l'intendance de la création'", a rappelé M. Salibian.

"Cette notion demeure opposée à l'école de pensée dominante qui affirme la suprématie de l'économie sur la nature, avec pour conséquences l'oppression dont souffrent de nombreux êtres humains et la rupture des relations avec la nature."

Soulignant la nécessité de repenser la théologie latino-américaine, Guillermo Kerber, de l'Uruguay, responsable du programme du COE sur les changements climatiques, a ajouté que l'une des principales conséquences des changements climatiques pour la théologie est la nécessité toujours plus pressante de revoir la conception théologique de la création.

"Quelle est la place de l'être humain dans la création et en relation avec elle? Nous devons procéder à un changement épistémologique de notre théologie en rapport avec la création", a-t-il ajouté.

Paix avec la terre

Lors de cette réunion on s'est efforcé, sur le plan méthodique, de définir les rapports entre la violence, l'édification de la paix et le souci de la création, en accord avec l'un des grands thèmes – paix avec la terre – du Rassemblement œcuménique international pour la paix ROIP qui aura lieu du 17 au 25 mai à Kingston, Jamaïque, organisé par le COE, la Conférence des Eglises des Caraïbes et le Conseil des Eglises de la Jamaïque.

Ce séminaire a fait émerger une conception holistique fondée sur la constatation que la crise écologique due aux changements climatiques comporte des éléments économiques, politiques et spirituels.

La portée des changements climatiques, notamment sur la migration, débouche sur un débat éthique sur la question de la justice qui devra faire place aux témoignages des groupes les plus vulnérables – femmes, victimes de la pauvreté et populations autochtones.

"Nous devons admettre que la justice est un thème central de la Bible. Le Dieu de la Bible est un Dieu juste qui rend justice. C'est pourquoi nous devons intégrer dans notre théologie la question de l'écojustice", a déclaré M. Kerber.

Ce n'était pas la première fois que le COE et ses Eglises membres encourageaient le dialogue et la réflexion sur l'écologie et la théologie en Argentine.

Outre la réunion sur le thème de "L'homme et son environnement" de 1974, il y a eu en 1990 un séminaire sur "La crise, l'écologie et la justice sociale". Organisé à l'ISEDET, il visait à préparer le Rassemblement mondial sur la justice, la paix et la sauvegarde de la création (JPSC) qui a eu lieu à Séoul, Corée du Sud, en 1990.

(*) Marcelo Schneider est assistant du président du Comité central du COE depuis 2006. Il vit à Porto Alegre, Brésil, et collabore avec plusieurs agences de presse œcuméniques et liées aux Eglises en Amérique latine.

Activités du COE en rapport avec les changements climatiques

Site web du Rassemblement œcuménique international sur la paix:

www.vaincrelaviolence.org

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/vers-une-ecotheologie


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Juil - 21:32 (2014)    Sujet du message: JOIN THE LARGEST CLIMATE MARCH IN HISTORY Répondre en citant



 
Amazing how it's easy to connect the dots when you know what's going on. Here, the Communist Party promoting the pagan ecotheology of the World Council of Churches and United Church of Canada. In the autumn solstice, an other important event to promote a satanic gospel of adoration of mother Earth.

Look the pictures : Worshipper of the sun (Lucifer) and the mother Earth and Isis. And in the first pictures, you can find Isis, the sun, the number 6 and a penis (nose).



 Dear Maria,
 
At the 30th National Convention in Chicago, we decided to elevate climate change issues in our activities. Most immediately, we urge full involvement in the Sept. 21 People’s Climate March in New York City and local actions.
 
The urgency of taking positive action to decrease greenhouse gas emissions, the need to combat right-wing obscurantism and science denial, and the need to overcome the furious resistance of fossil fuel companies to regulation, all demand a massive response from the people’s movements, and our Party must be in the thick of it.
 
Climate change and other environmental issues are only going to become more important parts of the struggles being waged by the people’s movements in our country. Historic droughts, extreme storms, increasing water stresses, decreasing agricultural yields, and chemical and other kinds of pollution are forcing millions to become engaged in environmental struggles, for their own survival and quality of life, and for the health and well-being of their children and grandchildren.
 
These issues will play a role in this fall’s election campaigns, since climate denialism is a key platform for many Tea Party and Republican candidates, and for some coal-state Democrats as well.
 
There are growing movements on many environmental issues, from the upcoming NYC demonstration on Sept. 21st, to the Cowboy and Indian Alliance demonstrations this past May, alongside numerous local struggles over fracking, water use, against the increase of coal trains, fossil fuel divestment campaigns, for adaptations to rising sea levels, and for preparations for extreme weather events. We must be part of these movements.


 



Our Party has endorsed the Sept. 21st People’s Climate March, and is participating in the planning. We are planning a Party/YCL contingent. If you can, please come join our contingent that day, join with others coming to NYC from many areas of the East Coast and Midwest, join local support demonstrations around the entire country, and organize your friends and co-workers to participate. This March coincides with a United Nations-sponsored Summit of World Leaders on Climate Change, and will pressure them to reach a binding international agreement on greenhouse gas reductions.
 
Sign up to support the demonstrations at People’s Climate March:
http://peoplesclimate.org/
 
Join their Facebook page:
https://www.facebook.com/peoplesclimatemarch
 
In many areas local chapters of the Sierra Club and 350.org are working together to organize actions: http://www.sierraclub.org/peoples-climate-march
 
Let our national office know if you will be attending the March and participating in the Party contingent at cpusa@cpusa.org.
 
If there is nothing happening in your area you can help pull together a local committee, organize a bus, cars or vans to the demonstration

 
Get information about many kinds of climate change struggles, including fossil fuel divestment struggles, at 350.org:
http://350.org/
 
Sign up for the CPUSA Environmental Action Facebook group:
https://www.facebook.com/groups/1403712809844118/
 
Check out the Climate Crisis Panel at the CPUSA Convention: http://cpusa.org/video-communist-party-convention/#green
 
Sincerely,
 
John Bachtell, National Chair
Marc Brodine, Environmental Working Group
 




Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Juil - 22:25 (2014)    Sujet du message: TOWARDS AN ECO-THEOLOGY Répondre en citant

TOWARDS AN ECO-THEOLOGY

Adoration in pagan worship and doctrines of demons: adoration of the Earth Mother, behind which hides a gold age of blackness. Set up by the Catholic Church and its tentacles of the Worldwide Council of Churches and the United Church of Canada. Connect the dots with the last article of the Communist Party.



Ambassador Raul Estrada Oyuela spoke on the international diplomatic framework on climate change

30 March 2011
By Marcelo Schneider (*)

The accepted axiom is, as the climate changes so the world, too, will change in dramatic and sometimes undesirable ways.

What does this often rapid change mean to Christians whose faith is intertwined with the glory and beauty of God’s creation, but challenged when that creation is corrupted and irreversibly altered?

Is the churches’ current theological reflection on stewardship and climate change ready for the rapid shifting of winds, weather, and life on earth as we know it and our grandparents knew it?

These questions were enough to prompt a variety of churches in Argentina to explore the "Christian faith and ecology: towards an eco-ecumenical theology" in a recent seminar held 28 - 29 March at the Protestant theological school Instituto Universitario ISEDET in Buenos Aires.

The event was sponsored by ISEDET, the non-governmental Argentina-based Rural Reflection Group and the World Student Christian Federation (WSCF) Latin America and Caribbean region and was supported by the World Council of Churches (WCC) and the United Church of Canada.

An imperative concern for nature


"Climate changes occur very rapidly and have astonishing consequences,” said Dr Alfredo Salibian, an Argentinian biologist in an address to the group. “We are witnessing changes in our own lives, not only in relation to the context in which our parents or grandparents lived, but in relation to twenty, ten or five years ago."

Salibian proposed the addition of the prefix "eco" to theology, reflecting an imperative, urgent concern for nature.

"We have to recall that the redemption offered by Jesus Christ is bidirectional,” he said.

“On one side it is vertical because it allows for the restoration of relations of human beings with the Creator. But we tend to neglect the other part of this relationship, which is horizontal, which aims to heal the damaged relations between human beings and the rest of God's creation.”

Therefore Salibian said it is time to update Latin American theology, incorporating the prefix "eco" to redefine the meaning of "creation", "Christ", “human being” and "ecumenism" in light of stewardship for creation.

But it goes even further than that, says the father of the Kyoto Protocol, Raul Estrada Oyuela, who spoke on the international diplomatic framework linked to the theme of climate change at the event.

Theology and politics

Oyuela warned that the lack of mutual understanding between theology and politics could be damaging.

"If we do not understand what happens in politics, it will be very difficult to interfere in the construction of policies," he said.

Oyuela chaired the group created by the First Conference of the Parties to the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC) to negotiate a legally binding instrument on climate change today known as the Kyoto Protocol.

"There are many people from the member churches of the World Council of Churches in international diplomatic circles that deal with environmental issues,” he said, pressing the issue that the church can influence power. “If theologically, the WCC proposes ethical reference points, why not strengthen the process of awareness raising and advocacy among these actors, so that the agenda has a more significant impact on the final results of the negotiations?"

"We, Christians, warned, some years ago, about the urgent need to promote an ethic of social responsibility on the management of natural resources and care for creation, something we called 'stewardship for creation'”, Salibian reminded the audience.

“This concept still is in opposition to the current dominant school of thought asserting the supremacy of economy over nature, which becomes oppressive to many humans, and breaks the relationships of people with nature."

Reinforcing the need for a review of the Latin American theology, the WCC programme executive on climate change, Dr Guillermo Kerber, from Uruguay, added that one of the main impacts of climate change on theology is the emerging need to reform the theological understanding of creation.
"What is the place of the human being in creation and in relation to it? We need an epistemological change of our theology in relation to ecology," Kerber said.

“Peace with the earth”

One of the methodological efforts made during the event has been the attempt to explain the links between violence, peace-building and care for creation. This reflects one of the main themes, “peace with the earth”, of the upcoming International Ecumenical Peace Convocation (IEPC) being held 17-25 May in Kingston, Jamaica and sponsored by the WCC, the Caribbean Conference of Churches and the Jamaica Council of Churches.

Emerging from the seminar in Argentina is a holistic view trying to build on the acknowledgement that the environmental crisis resulting from climate change has economic, political and spiritual components.

The impact of climate change, particularly on migration, is leading to an ethically-based debate on the issue of justice involving the testimony of the most vulnerable groups such as women, impoverished and indigenous people.

"We must recognize that justice is a central theme in the Bible. The God of the Bible is a God of justice who does justice. Therefore, we include in our theology the issue of 'eco-justice'", said Kerber.

This is not the first time that the WCC and its member churches have been supporting dialogue and reflection on ecology and theology in Argentina.
In addition to an event under the theme "Man and His Environment" in 1974, there was also a seminar in 1990 on "Crisis, Ecology and Social Justice". The seminar, hosted by ISEDET, was held in preparation of the Call for Justice Peace and Integrity of Creation (JPIC), held that year in Seoul, South Korea.

(*) Dr Marcelo Schneider has been working as assistant to the WCC Central Committee moderator since 2006. He lives in Porto Alegre, Brazil and writes for several Latin American ecumenical and church-related news agencies.

More on WCC climate change advocacy:
www.oikoumene.org/climatechange


International Ecumenical Peace Convocation website:
www.overcomingviolence.org


http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/towards-an-eco-theology



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Aoû - 01:25 (2014)    Sujet du message: SHOCKING EBOLA CDC QUARANTINE MAP MATCHES IMMIGRATION AGENDA 21 MAP + YELLOWSTONE CONNECTION Répondre en citant

SHOCKING EBOLA CDC QUARANTINE MAP MATCHES IMMIGRATION AGENDA 21 MAP + YELLOWSTONE CONNECTION 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=EWF8ZVKWeiU


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 14 Aoû - 00:07 (2014)    Sujet du message: NEW WEBSITE BRINGS INTO FOCUS INTERFAITH PERSPECTIVES ON CLIMATE CHANGE Répondre en citant

NEW WEBSITE BRINGS INTO FOCUS INTERFAITH PERSPECTIVES ON CLIMATE CHANGE



07 August 2014

Plans are advancing for the Interfaith Summit on Climate Change, to be held in New York from 21 to 22 September. A new website featuring interfaith perspectives on climate change, highlighting the upcoming summit, has recently gone online.

The website, which was developed by the World Council of Churches (WCC) and Religions for Peace, intends to offer a variety of faith-based perspectives on climate while encouraging people to get involved in addressing climate change issues.

The site (http://www.interfaithclimate.org), currently featuring the upcoming Interfaith Summit on Climate Change, will also focus in future on the interfaith voices in advance of the COPS 21 climate change meetings to be held in Paris in December, 2015.

In addition to information about the upcoming summit, the site also offers videos, documents and suggested ways to get involved.

“A new video we posted recently and called The Green Mosque is a compelling story of a young Muslim woman in Cape Town, South Africa who is working with her community to increase awareness about the environment and its impact on climate change,” said WCC director of communication, Mark Beach.

“The site is meant to increase awareness about climate change from a religious and faith-based perspective,” Beach said. “People of faith have something to say about climate change, such as Mariam, interviewed in The Green Mosque video, showing that they understand the issue and there are things within their own community that can be done. Her work is inspiring.”

There is also a video featuring perspectives from the local community and churches in Tuvalu about the rising of sea levels and what it means to this small Pacific Atoll. The webpages will continue to be enriched with new materials in the coming weeks.

The Interfaith Summit on Climate Change is part of a global effort to mobilize people and communities on the issue of climate change. Some 30 religious leaders will gather for the two-day summit where the involvement of indigenous peoples and youth will be vital.

In attendance will be leaders from various spiritual traditions such as Christian (including Protestant, Roman Catholic and Orthodox), Muslim, Jewish, Hindu, Buddhist, Brahma Kumaris, Indigenous and multi-spiritual.

The summit will convey the concern of faith communities around the world regarding the proposals of the United Nations Secretary General’s Climate Summit, taking place one day later on 23 September at the UN in New York.

Website: http://interfaithclimate.org/reflections
Minute on Climate Justice adopted by the WCC 10th Assembly
WCC’s work on climate justice and care for creation

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/new-website-brings-into-focus…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 00:02 (2014)    Sujet du message: L’HUMANITE EN DANGER : LA GRANDE CATASTROPHE ECOLOGIQUE PREVUE POUR 2030 SE PRECISE Répondre en citant

L’HUMANITE EN DANGER : LA GRANDE CATASTROPHE ECOLOGIQUE PREVUE POUR 2030 SE PRECISE

vendredi 22 août 2014


John Beddington

Quelqu’un tire la sonnette d’alarme, mais les médias capitalistes se taisent : les effets combinés de la crise alimentaire, de la limitation d’accès à de l’eau potable et de la raréfaction des sources d’énergie risquent de provoquer des émeutes, des conflits transfrontaliers et une vague massive d’immigration de réfugiés cherchant à fuir les régions les plus affectées. Pour le professeur Beddington, ces crises deviendront aigues dès 2030.

Dans un discours devant les participants de la conférence Sustainable Development UK, organisée par le gouvernements britannique à Westminster, Beddington a expliqué que l’accroissement démographique, les succès des programmes d’amélioration de la santé et de lutte contre la pauvreté ainsi que la croissance économique des nations émergentes ont pour conséquence un accroissement exponentiel de la demande en nourriture, eau potable et ressources énergétiques. L’accroissement de cette demande, qui devrait aller en s’accélérant au cours des 20 prochaines années, survient à un moment où les pays de la planète sont confrontés à une autre urgence : modifier leurs comportements énergétiques et de consommation afin de lutter contre l’émission des gaz à effet de serre. (…)

Toujours selon le Prof. Beddington, si les prix alimentaires se sont à nouveau tassés après leur forte augmentation en 2008 , la production mondiale de céréales telles que le blé ou le mais n’arrive toujours pas à suivre la demande. Aujourd’hui les réserves mondiales ne représentent que … moins de 14% de la demande annuelle, un taux tellement bas qu’il suffirait d’une sécheresse, d’une inondation ou d’une mauvaise récolte dans une région productrice majeure pour faire à nouveau exploser les prix.

"Une inondation comme celle qui a frappé les Etats-unis l’an dernier ou encore un été trop sec en Chine suffiraient à faire basculer la situation. Les prix grimperaient à nouveau, déclenchant des émeutes de la faim à travers le monde. Et cette fois ci la gouvernance mondiale alimentaire n’a plus les moyens de réguler les prix en mettant des réserves sur le marché" explique Beddington, "car la majorité des réserves ne sont pas stockées dans des hangars mais sont simplement des tonnages d’aliments actuellement en transit entre les différents ports".



Juste un exemple:
Dans l’Etat de Sao Paulo. Le Brésil a engagé une course contre la montre pour éviter les coupures et le rationnement de son électricité .

"Nos réserves alimentaires n’ont jamais été aussi basses depuis 50 ans, alors que nous devons accroître notre production alimentaire de 50% d’ici à 2030. Et simultanément il va nous falloir 50% de plus d’énergie et 30% de plus d’eau potable."

"Cette situation explosive représente la plus grande menace pour la stabilité et la paix mondiale qui ait jamais existé. Des centaines de millions d’hommes et de femmes vivent dans les régions les plus exposées et n’auront pas d’autre choix que de partir pour tenter de survivre ailleurs. Les sources de conflits, d’épidémies, de guerres seront innombrables… et jusqu’à présent l’humanité n’a encore jamais apporté la preuve qu’elle savait gérer ce genre de situation."

Avant d’occuper le poste de chef du  Conseil scientifique du gouvernement, John Beddington était professeur de Biologie démographique appliquée (population biology) au Imperial College de Londres. Il est reconnu comme un expert mondial sur l’emploi durable de ressources renouvelables.

Source trouver: Michelduchaine

Publié par Fabian Gehrig à 05:58:00

http://spread-the-truth777.blogspot.fr/2014/08/lhumanite-en-dangerla-grande…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 23 Aoû - 00:42 (2014)    Sujet du message: SCOTT MEETS WITH SCIENTISTS Répondre en citant

SCOTT MEETS WITH SCIENTISTS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=-wOuT5ffS_Q


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 27 Aoû - 01:47 (2014)    Sujet du message: ADD YOUR NAME : TELL CONGRESS TO ACT ON CLIMATE Répondre en citant

ADD YOUR NAME : TELL CONGRESS TO ACT ON CLIMATE

Bullshit

Dear friend --

Folks like you know what I believe: We have no more important priority than confronting and solving the climate crisis.

Luckily, we have a President who has taken up that task with both determination and seriousness of purpose, and it's amazing what a difference that can make.

In June, President Obama empowered the Environmental Protection Agency to cut carbon pollution, a move which will help reduce dangerous CO2 from power plants by 30 percent in 2030. On top of that, he has established new fuel economy standards that reduce CO2 levels and will save us all money at the pump. With the Recovery Act, he made the single biggest investment in clean energy in the United States, ever. All these steps will have a lasting impact on the planet our children and grandchildren inherit -- and they wouldn't have happened without your support.

If you stand with President Obama, add your name to support Democrats working with him to address climate change.

As Bob Dylan sang, "You don't need a weatherman to know which way the wind blows." We're seeing real, important progress in the fight against the climate crisis -- and it's coming not a moment too soon.

But you and I both know there are still a lot of deniers out there. The time for leadership in the face of this threat has not passed. If ever there were a moment to send leaders to Washington who make climate legislation their top priority, this is it.

Support Democrats, and tell Congress to address climate change:

http://my.democrats.org/Join-Democrats-and-Act-on-Climate

Thanks,

Al Gore

e-mail



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 28 Aoû - 02:12 (2014)    Sujet du message: OBAMA PURSUING CLIMATE ACCORD IN LIEU OF TREATY Répondre en citant

OBAMA PURSUING CLIMATE ACCORD IN LIEU OF TREATY

By CORAL DAVENPORTAUG. 26, 2014



A coal-fired power plant in Kentucky. Coal-heavy states could be economic losers in any climate-change protocol that targets such plants, which are among the largest greenhouse gas emitters. Credit Luke Sharrett for The New York Times

WASHINGTON — The Obama administration is working to forge a sweeping international climate change agreement to compel nations to cut their planet-warming fossil fuel emissions, but without ratification from Congress.

In preparation for this agreement, to be signed at a United Nations summit meeting in 2015 in Paris, the negotiators are meeting with diplomats from other countries to broker a deal to commit some of the world’s largest economies to enact laws to reduce their carbon pollution. But under the Constitution, a president may enter into a legally binding treaty only if it is approved by a two-thirds majority of the Senate.

Related Coverage To sidestep that requirement, President Obama’s climate negotiators are devising what they call a “politically binding” deal that would “name and shame” countries into cutting their emissions. The deal is likely to face strong objections from Republicans on Capitol Hill and from poor countries around the world, but negotiators say it may be the only realistic path.

Some areas of the globe are especially vulnerable to rising sea levels and inhabitants are being forced to make stark changes in their lives.




“If you want a deal that includes all the major emitters, including the U.S., you cannot realistically pursue a legally binding treaty at this time,” said Paul Bledsoe, a top climate change official in the Clinton administration who works closely with the Obama White House on international climate change policy.

Lawmakers in both parties on Capitol Hill say there is no chance that the currently gridlocked Senate will ratify a climate change treaty in the near future, especially in a political environment where many Republican lawmakers remain skeptical of the established science of human-caused global warming.

“There’s a strong understanding of the difficulties of the U.S. situation, and a willingness to work with the U.S. to get out of this impasse,” said Laurence Tubiana, the French ambassador for climate change to the United Nations. “There is an implicit understanding that this not require ratification by the Senate.”

American negotiators are instead homing in on a hybrid agreement — a proposal to blend legally binding conditions from an existing 1992 treaty with new voluntary pledges. The mix would create a deal that would update the treaty, and thus, negotiators say, not require a new vote of ratification.

Countries would be legally required to enact domestic climate change policies — but would voluntarily pledge to specific levels of emissions cuts and to channel money to poor countries to help them adapt to climate change. Countries might then be legally obligated to report their progress toward meeting those pledges at meetings held to identify those nations that did not meet their cuts.

“There’s some legal and political magic to this,” said Jake Schmidt, an expert in global climate negotiations with the Natural Resources Defense Council, an advocacy group. “They’re trying to move this as far as possible without having to reach the 67-vote threshold” in the Senate.

The strategy comes as scientists warn that the earth is already experiencing the first signs of human-caused global warming — more severe drought and stronger wildfires, rising sea levels and more devastating storms — and the United Nations heads toward what many say is the body’s last chance to avert more catastrophic results in the coming century.

At the United Nations General Assembly in New York next month, delegates will gather at a sideline meeting on climate change to try to make progress toward the deal next year in Paris. A December meeting is planned in Lima, Peru, to draft the agreement.

In seeking to go around Congress to push his international climate change agenda, Mr. Obama is echoing his domestic climate strategy. In June, he bypassed Congress and used his executive authority to order a far-reaching regulation forcing American coal-fired power plants to curb their carbon emissions. That regulation, which would not be final until next year, already faces legal challenges, including a lawsuit filed on behalf of a dozen states.

But unilateral action by the world’s largest economy will not be enough to curb the rise of carbon pollution across the globe. That will be possible only if the world’s largest economies, including India and China, agree to enact similar cuts.

The Obama administration’s international climate strategy is likely to infuriate Republican lawmakers who already say the president is abusing his executive authority by pushing through major policies without congressional approval.

“Unfortunately, this would be just another of many examples of the Obama administration’s tendency to abide by laws that it likes and to disregard laws it doesn’t like — and to ignore the elected representatives of the people when they don’t agree,” Senator Mitch McConnell, the Kentucky Republican and minority leader, said in a statement.

A deal that would not need to be ratified by the United States or any other nation is also drawing fire from the world’s poorest countries. In African and low-lying island nations — places that scientists say are the most vulnerable to the impacts of climate change — officials fear that any agreement made outside the structure of a traditional United Nations treaty will not bind rich countries to spend billions of dollars to help developing nations deal with the forces of climate change.

Poor countries look to rich countries to help build dams and levees to guard against coastal flooding from rising seas levels, or to provide food aid during pervasive droughts.

“Without an international agreement that binds us, it’s impossible for us to address the threats of climate change,” said Richard Muyungi, a climate negotiator for Tanzania. “We are not as capable as the U.S. of facing this problem, and historically we don’t have as much responsibility. What we need is just one thing: Let the U.S. ratify the agreement. If they ratify the agreement, it will trigger action across the world.”

Observers of United Nations climate negotiations, which have gone on for more than two decades without achieving a global deal to legally bind the world’s biggest polluters to carbon cuts, say that if written carefully such an agreement could be a creative and pragmatic way to at least level off the world’s rapidly rising levels of greenhouse gas emissions.

About a dozen countries are responsible for nearly 70 percent of the world’s carbon pollution, chiefly from cars and coal-fired power plants.
At a 2009 climate meeting in Copenhagen, world leaders tried but failed to forge a new legally binding treaty to supplant the 1997 Kyoto Protocol. Instead, they agreed only to a series of voluntary pledges to cut carbon emissions through 2020.

The Obama administration’s climate change negotiators are desperate to avoid repeating the failure of Kyoto, the United Nations’ first effort at a legally binding global climate change treaty. Nations around the world signed on to the deal, which would have required the world’s richest economies to cut their carbon emissions, but the Senate refused to ratify the treaty, ensuring that the world’s largest historic carbon polluter was not bound by the agreement.

Seventeen years later, the Senate obstacle remains. Even though Democrats currently control the chamber, the Senate has been unable to reach agreement to ratify relatively noncontroversial United Nations treaties. In 2012, for example, Republican senators blocked ratification of a United Nations treaty on equal rights for the disabled, even though the treaty was modeled after an American law and had been negotiated by a Republican president, George W. Bush.

This fall, Senate Republicans are poised to pick up more seats, and possibly to retake control of the chamber. Mr. McConnell, who has been one of the fiercest opponents of Mr. Obama’s climate change policy, comes from a coal-heavy state that could be an economic loser in any climate-change protocol that targets coal-fired power plants, the world’s largest source of carbon pollution.

http://www.nytimes.com/2014/08/27/us/politics/obama-pursuing-climate-accord-in-lieu-of-treaty.html?_r=0


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 29 Aoû - 03:11 (2014)    Sujet du message: DE JEUNES CHRETIENS, MUSULMANS ET JUIFS AU SERVICE DE LA JUSTICE CLIMATIQUE Répondre en citant

TRAPPE SPIRITUELLE - JEWSLAM - PAGANISME ET DEMAIN DES POLICES CLIMATIQUES?

DE JEUNES CHRETIENS, MUSULMANS ET JUIFS AU SERVICE DE LA JUSTICE CLIMATIQUE


De gauche à droite: Tariq Abdul Akbar, Liron Alkolombra et Mark Edwards, étudiants au cours d'été interreligieux du COE. © COE/Peter Williams

22 août 2014

Version française publiée le: 26 août 2014

Sur fond de tensions internationales souvent alimentées par les religions, un groupe composé de jeunes chrétiens, musulmans et juifs a constitué une communauté multireligieuse. Dans le cadre d'un cours d'été interreligieux organisé sous l'égide du Conseil œcuménique des Églises (COE), cette communauté veut œuvrer à la protection de la création, une préoccupation qui, selon eux, est partagée par toutes les traditions religieuses.
Cette communauté de 19 étudiants chrétiens, musulmans et juifs provenant de 12 pays différents a été accueillie par l'Institut œcuménique du COE, à Bossey (Suisse), du 4 au 22 août.

L'un des participants au cours était Tariq Abdul Akbar, un musulman de 21 ans originaire des États-Unis. Cet étudiant du Community College de Baltimore qui s'est converti à l'islam à l'âge de 18 ans est conscient qu'il est important que les communautés religieuses travaillent ensemble sur le thème de la justice climatique.

«Là d'où je viens, je constate des clivages dans la diversité. Ce sont souvent les convictions politiques – et non pas les philosophies religieuses – qui nous divisent», affirme Tariq Abdul Akbar. «Cependant, nous devons savoir, en tant que croyants, qu'il nous faut mettre de côté nos divergences religieuses et nous unir pour sensibiliser l'opinion aux changements climatiques. Après tout, il s'agit d'une question qui touche les droits humains et qui affecte chaque individu dans le monde.»

Tariq Abdul Akbar fera partie d'un groupe de jeunes qui participeront au Sommet interreligieux sur les changements climatiques, qui se tiendra les 21 et 22 septembre à New York.

Les étudiants participant au cours d'été ont rédigé une déclaration sur les changements climatiques qui sera présentée lors du Sommet. Cette déclaration, a expliqué Tariq Abdul Akbar, présente des points de vue de jeunes qui veulent voir les États et les décideurs politiques agir concrètement en faveur de la justice climatique.

«Avec les responsables du COE et d'autres communautés religieuses, nous espérons transmettre nos préoccupations au Sommet sur le climat du secrétaire général des Nations Unies le 23 septembre. Nous espérons permettre aux jeunes de se faire entendre dans le débat mondial sur les changements climatiques», a indiqué Tariq Abdul Akbar.

Mark Edwards, un autre étudiant, provenant lui de l'Église de Ceylan, au Sri Lanka, fait écho à son camarade.

Il a rappelé les effets des changements climatiques sur les pays en développement, qui sont le plus durement touchés par les catastrophes écologiques, selon lui. Grâce à des séances de raisonnement scripturaire, où les textes religieux des traditions chrétienne, musulmane et juive ont été étudiés, Mark Edwards a trouvé l'inspiration pour traiter les questions liées au climat. «La responsabilité éthique de respecter la création est commune à toutes les religions abrahamiques», a-t-il affirmé. «La Terre est un don qui a été fait à nous tous et nous sommes responsables de son bien-être», a-t-il ajouté.

Mark Edwards a expliqué que le raisonnement scripturaire lui a donné une nouvelle perspective sur son travail sur les questions climatiques dans les collectivités locales. «Même si nous interprétons et comprenons les textes religieux de manières différentes, il existe des visions communes dans nos livres sacrés qui nous enseignent de respecter notre environnement.»

Les changements climatiques: une préoccupation commune


«Nous sommes responsables de l'avenir de nos enfants. Donc nous devons faire usage de notre responsabilité religieuse et éthique pour sensibiliser l'opinion aux changements climatiques», a ajouté Mark Edwards.

À son retour au Sri Lanka, pays peuplé de bouddhistes, de chrétiens, d'hindous et de musulmans, Mark Edwards espère pouvoir organiser des réunions à l'intention des jeunes et des enfants dans son Église. «Nous espérons, grâce à ces programmes, encourager les jeunes à mieux comprendre les changements climatiques et leurs répercussions.»

Pour Liron Alkolombra, une représentante de la tradition juive lors du cours d'été à Bossey, vivre dans une communauté multireligieuse lui a «ouvert les yeux». «Vivre ensemble en communauté nous a fait abandonner nos masques et nos stéréotypes», a-t-elle indiqué.

«Notre visite dans une synagogue, une église et une mosquée en Suisse m'a émue. J'ai compris que nous croyons tous en un seul Dieu et que nous faisons partie de l'humanité», a-t-elle dit. «Tandis qu'en classe nous menons des débats respectueux, en dehors de la classe, nous rencontrons de véritables personnes qui mènent une vraie vie», a-t-elle déclaré. Ces rencontres, a expliqué Liron Alkolombra, lui a permis d'apprécier le respect mutuel sans reculer devant les réalités.

Liron Alkolombra, qui travaille comme guide dans la ville de Jérusalem, a expliqué que l'eau est une question fondamentale là où elle vit. «On m'a élevée dans une culture où je connais la valeur de l'eau. Enfant, je savais qu'on ne devait pas gaspiller l'eau.» Bien que nous soyons confrontés à ces enjeux, a-t-elle poursuivi, nos traditions religieuses nous incitent à parler des changements climatiques, de la rareté de l'eau et des problèmes qui nous concernent tous.

Liron Alkolombra participera elle aussi au Sommet interreligieux sur les changements climatiques, à New York.

Le cours d'été interreligieux est organisé chaque année depuis 2007.

Il constitue l'une des initiatives de formation œcuménique organisées à l'Institut œcuménique de Bossey et il a été mis en place en collaboration avec le programme du COE pour la coopération et le dialogue interreligieux, avec le concours de la Fondation de l'entre-connaissance et la fondation Racines et sources.

Site web de l'Institut œcuménique de Bossey
Site web du Sommet interreligieux sur les changements climatiques
Programme du COE sur la coopération et le dialogue interreligieux
Travail du COE sur la justice climatique et le souci de la création
Les jeunes dans le mouvement œcuménique

Des photos en haute résolution sont disponibles à l'adresse suivante: photos.oikoumene.org

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/a-community-of-young-christia…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 4 Sep - 04:24 (2014)    Sujet du message: KERRY: SCRIPTURE COMMANDS USA TO PROTECT MUSLIM COUNTRIES AGAINST GLOBAL WARMING Répondre en citant

KERRY: SCRIPTURE COMMANDS USA TO PROTECT MUSLIM COUNTRIES AGAINST GLOBAL WARMING

on Breitbart TV 3 Sep 2014, 9:48 AM PDT

VIDEO : http://launch.newsinc.com/share.html?trackingGroup=91074&siteSection=br…

Wednesday at a ceremony to appoint Texas lawyer Shaarik Zafar to be special representative to Muslim communities, Secretary of State John Kerry said it was the United States' Biblical "responsibility" to "confront climate change," including to protect "vulnerable Muslim majority counties."
Kerry said Scripture, in particular the Book of Genesis, make clear it is our "duty" to protect the planet and we should look at Muslim countries "with a sense of stewardship of earth," adding, "That responsibility comes from God."

Follow Pam Key on Twitter @pamkeyNEN


http://www.breitbart.com/Breitbart-TV/2014/09/03/Kerry-The-Bible-Commands-A…



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:51 (2016)    Sujet du message: SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY - AGENDA 21

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> LAUDATO SI’- SÉCURITÉ CLIMATIQUE GLOBALE - GLOBAL CLIMATE SECURITY (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 520, 21, 22  >
Page 4 sur 22

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com