LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

ÉLECTRICITÉ (PARTIE 2) P.1
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> ÉLECTRICITÉ ET NOUVELLE ENERGIE - GAS (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Dim 27 Nov - 03:32 (2016)    Sujet du message: ECUADOR : 27 REPRESENTATIVES MEET FOR GREEN ENERGY SUMMIT Répondre en citant

ECUADOR : 27 REPRESENTATIVES MEET FOR GREEN ENERGY SUMMIT



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=5Q5hgoU9L4U


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 27 Nov - 03:32 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Mar 29 Nov - 04:56 (2016)    Sujet du message: ESPAGNE : QUAND L'ENERGIE ET L'EAU DEVIENNENT UN LUXE POUR DES MILLIONS DE CITOYENS Répondre en citant

ESPAGNE : QUAND L'ENERGIE ET L'EAU DEVIENNENT UN LUXE POUR DES MILLIONS DE CITOYENS

28 nov. 2016, 21:21


En Espagne, la précarité énergétique frappe des millions de foyers
Source: Reuters

De plus en plus de voix s’élèvent en Espagne pour protester contre la précarité énergétique dont sont victimes des millions de citoyens frappés par la crise. A gauche, on demande d’ores et déjà l’instauration d’une trêve hivernale.

Le 16 novembre, l’Espagne se réveillait choquée par une terrible nouvelle. Rosa, 81 ans, avait trouvé la mort dans l’incendie de son appartement. Sans électricité, elle s’était servie d’une bougie pour s’éclairer et a accidentellement mis le feu à son domicile.

Ce terrible drame a remis au premier plan le problème de la précarité énergétique chez les Ibères. Selon de nombreuses associations, des millions de citoyens ne sont plus en mesure de payer pour s’éclairer, se chauffer ou encore avoir accès à l’eau potable. Une situation qui a poussé la députée socialiste Pilar Lucio à demander au gouvernement la mise en place d’une «trêve hivernale» pour les personnes vulnérables.

Phénomène en augmentation

Selon l’Institut national des statistiques espagnol, en 2015, 10,6% de la population n’était pas en mesure de chauffer correctement son domicile. Cela représente plus de quatre millions de personnes. En 2008, ce chiffre n’était que de 5,9%. Depuis, la crise est passée par là. Sans parler de l'augmentation de 30 à 50% des prix de l’énergie depuis 2006.

Comme le rapporte l’AFP, Pedro Martinez, un Espagnol de 48 ans, vit dans une situation de précarité énergétique depuis des années. Ayant perdu son emploi en 2013, il survit avec une pension de 426 euros par mois ainsi que ce qu’il lui reste de ses indemnités de licenciement.

Divorcé, il vit dorénavant avec son fils de 20 ans et sa fille de 23 ans handicapée mentale. Dans son domicile d’un quartier ouvrier de Barcelone, il n’y a pas de chauffage et on utilise la lumière uniquement lorsque c’est vraiment nécessaire. «En hiver c’est difficile. On a juste un radiateur électrique indépendant que l’on allume rarement par peur des factures», explique-t-il. Avant d’ajouter : «On frissonne parfois jusqu’à l’os. On porte des manteaux la nuit et on met les couvertures que l’on a.»

Le cas de Pedro est loin d’être isolé. Comme le rapporte Tere Bermudez, porte-parole de l’association catholique Caritas, «pour beaucoup de familles, l’eau, la lumière ou le gaz sont devenus des produits de luxe». Elle assure qu’entre 2007 et 2015, le nombre de factures que son organisation a aidé à payer a été multiplié par 30.

Mohamed Chairi, un Marocain de 37 ans en a bénéficié. «On se lave une fois par semaine, le vendredi, comme ça les enfants sont propres pour le week-end», avoue-t-il.

Des prix excessifs

Déjà violemment touchée par la crise, l’Espagne pratique également des prix élevés en matière d’énergie. Selon la Commission européenne, l’année dernière, les prix du gaz et de l’électricité en vigueur dans le pays étaient respectivement les troisième et quatrième plus élevés de l’Union européenne.

Lire aussi

Douze millions de Français ont du mal à rester au chaud l'hiver Un Français sur cinq en pleine galère énergétique
https://francais.rt.com/economie/29388-francais-sur-cinq-pleine-galere-ener…

Il n’existe aucune loi au niveau national pour protéger les plus faibles des conséquences de la précarité énergétique. Cependant au niveau local, on voit certaines initiatives se mettre en place. Dans le nord-est de la Catalogne, une loi en vigueur stipule que les compagnies d’énergie doivent notifier les services sociaux avant de procéder à une coupure. Si la personne concernée est répertoriée comme vulnérable, le passage à l'acte est évité.

Dans le cas de Rosa, la loi n’a pas été respectée. Comme l’a avoué la société Gas Natural, elle n’a pas prévenu les services sociaux avant de réaliser la coupure. Et la mort de l’octogénaire espagnole n’est qu’une parmi d’autres sur une liste qui a tendance à dangereusement s’allonger.

Jose Luis Lopez, porte-parole de l’Association de la science environnementale, estime qu’environ 7 100 personnes meurent de la précarité énergétique chaque année en Espagne.

En Catalogne, les pompiers craignent d’autres accidents du type de celui qui a coûté la vie à Rosa. «On a des cas où des gens se chauffent avec des petits feux faits à partir de journaux et même de chaussures en toile», s’alarme Antonio del Rio, porte-parole des pompiers.

L’année dernière, 600 000 foyers ont vu leur électricité coupée selon l’association de consommateurs Facua. Pedro Martinez perd espoir : «On parle beaucoup d’améliorer les choses mais dans les faits, on ne voit rien.»

https://francais.rt.com/economie/29809-espagne-quand-energie-eau-deviennent…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Nov - 02:41 (2016)    Sujet du message: CANADA: FEU VERT A DEUX PROJETS D'OLEODUCS, VETO POUR UN TROISIEME Répondre en citant

CANADA: FEU VERT A DEUX PROJETS D'OLEODUCS, VETO POUR UN TROISIEME

Ottawa - Le gouvernement canadien a autorisé mardi la modernisation de deux oléoducs acheminant le pétrole d'Alberta vers la côte pacifique et les Etats-Unis pour augmenter la capacité à l'export de près d'un million de barils par jour, et rejeté un troisième projet pour protéger l'environnement.

Le Premier ministre Justin Trudeau a donné son feu vert à la société américaine Kinder Morgan pour le triplement de la capacité du pipeline Trans Mountain, entre l'Alberta, et la banlieue de Vancouver (Colombie-Britannique), ainsi qu'au quasi-doublement de la portion canadienne de l'oléoduc Line 3 exploité par Enbridge entre l'Alberta et l'Etat américain du Wisconsin (nord).

Cela revient à augmenter d'un quart le volume exportable de pétrole des sables bitumineux, avec des capacités actuelles de près de 4 millions de barils par jour (bpj).

Immédiatement, l'opposition de gauche (NPD) et les groupes écologistes ont accusé M. Trudeau de renier ses engagements pris avec la ratification de l'accord de Paris sur le climat, il y a un peu plus d'un mois. Le Canada promet de réduire de 80% ses émissions de gaz à effets de serre (GES) d'ici 2050 par rapport au niveau de 2005.

Aujourd'hui, les oléoducs du Canada sont utilisés à pleine capacité. Cela veut dire que si la production augmente de façon significative, nous serons forcés de trouver d'autres moyens d'acheminer le pétrole (qui) sont moins sûrs que les oléoducs, a plaidé en conférence de presse M. Trudeau, citant l'exemple du transport ferroviaire.

La capacité de l'oléoduc Trans Mountain va ainsi être portée de 300.000 à 890.000 bpj, et celle de Line 3 de 390.000 à 760.000 bpj, car justement, la production de sables bitumineux va augmenter dans les prochaines années, a-t-il souligné.

- Colère des écologistes -

En revanche, Justin Trudeau a mis son veto au projet Northern Gateway de la société Enbridge, en invoquant la protection de l'environnement et la forêt humide de la Colombie-Britannique.

Cet oléoduc de 1.200 km aurait traversé le parc naturel protégé de la forêt pluviale du Grand Ours. Or, ce n'est pas l'endroit approprié pour un oléoduc, tout comme le chenal de Douglas n'est pas un endroit approprié pour le trafic de pétroliers, a insisté le Premier ministre à propos de cette zone reculée et préservée du nord de la Colombie-Britannique.

En permettant le triplement de Trans Mountain, M. Trudeau va à l'encontre de la ville de Vancouver qui s'y était résolument opposée, tandis que la province de Colombie-Britannique avait donné son accord conditionnel.

Si je pensais que ce projet était dangereux pour le littoral de Colombie-Britannique je l'aurais rejeté, a-t-il assuré en rappelant que cette approbation est assortie de 157 conditions.

En outre, M. Trudeau a expliqué que les deux feux verts accordés avaient été possibles grâce à la mise en place dès 2018 d'une taxe carbone qui doit atteindre 50 dollars canadiens la tonne en 2022.

Des rapports du ministère fédéral de l'Environnement ont évalué récemment que ces deux nouveaux projets approuvés représenteraient en tout une hausse annuelle des émissions canadiennes de GES de l'ordre de 23 à 28 millions de tonnes.

Selon Greenpeace, cela revient donc à éliminer les réductions d'émissions promises avec la taxe carbone et la fermeture des centrales au charbon d'ici 2030, annoncée la semaine dernière.

Qu'il s'agisse de recours légaux, de manifestations ou d'actions directes pacifiques, nous nous assurerons que les promesses que nos gouvernements sont en train de renier soient respectées, a averti Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace. Les tranchées de ces pipelines ne seront jamais creusées, a-t-il promis.

La fondation environnementale David Suzuki a déploré que le gouvernement continue de soutenir les projets d'infrastructures dépassées qui nous enfermeront pendant des années encore dans la spirale climato-destructrice des énergies fossiles.

sab/mbr/sha

ENBRIDGE INC.

KINDER MORGAN INC.

(©AFP / 30 novembre 2016 00h59)

http://www.romandie.com/news/Canada-feu-vert-a-deux-projets-doleoducs-veto-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Mar 13 Déc - 06:34 (2016)    Sujet du message: LOOKING BACK WHILE MOVING FORWARD : 2016 IN REVIEW Répondre en citant

 



LOOKING BACK WHILE MOVING FORWARD : 2016 IN REVIEW 

U.S. Navy 5 hours ago Energy & Environment, Inside
the Navy
By The Honorable Dennis V. McGinn

Assistant Secretary of the Navy (Energy, Installations & Environment)

As my time as ASN EI&E draws to a close, it is with great pride that I look back and reflect on all our accomplishments that enhance the energy security of our Navy and Marine Corps team. And what a fantastic journey it has been. Looking back on 2016, I am reminded of just how far we have come in our efforts to ensure a more secure, reliable and resilient energy future for the Department of the Navy (DON) by more fully and aggressively integrating renewable energy into our power portfolio. What started out as a task force in 2014 quickly grew into a full-fledged program. The Renewable Energy Program Office’s (REPO) partnerships with Naval Facilities Engineering Command (NAVFAC), Commander, Navy Installations Command (CNIC) and Marine Corps Installations Command enabled the Navy to exceed the Secretary of the Navy’s (SECNAV) goal of bringing one gigawatt (GW) of renewable energy into procurement by the end of 2015 – roughly enough energy to power a city the size of Orlando!



This extraordinary and unique partnership greatly facilitated the diversification of installation power sources by fully integrating renewables. These assets, in turn, provide our Sailors and Marines with the protection they need to carry out operations without fear of blackouts or power disruptions which might otherwise impact mission accomplishment. Further, adding renewable energy to an installation’s power portfolio helped stabilize and in many cases, reduced base energy costs, which translated to more money be available to support facilities, training and equipment. And the cost savings really added up when one considers the DON’s electric bill is over one billion dollars each year. Billion. With a “B.” So by taking full advantage of renewable energy, we’re making the DON a strong and more resilient fighting force for years to come.

In Virginia, we celebrated the signing of two renewable energy deals that benefit Naval Air Station (NAS) Oceana and Naval Station (NS) Norfolk with SECNAV, the Governor of Virginia and President and CEO of Dominion Resources Inc. (parent company of Dominion Virginia Power) in attendance. In these deals, the DON and Dominion Virginia Power agreed to construct a new 21 megawatt (MW) solar energy facility at NAS Oceana that will supply renewable energy to the Commonwealth of Virginia. At NS Norfolk, a power purchase agreement was concluded for the long-term purchase of 25 MWs of renewable energy that will directly benefit the base.This year alone, the DON conducted four lease signing ceremonies, three ground breaking events, three “flip the switch” celebrations, and unveiled REPO 2.0 which will focus on energy resiliency projects.



In the fall, I joined with the Department of Energy, Sempra U.S. Gas & Power, and the Western Area Power Administration to celebrate the dedication of Mesquite Solar 3, a solar facility providing one-third of the power needed for 14 Navy and Marine Corps installations in California. At 210 MWs, this agreement represents the largest purchase of renewable energy ever made by a federal entity.

But that’s not all! The DON broke yet another record when it signed a deal with Recurrent Energy to build the largest solar PV facility on DoD land at NAS Lemoore (clocking in at an incredible 167 MW). This massive solar facility will have the ability to power more than 23,000 homes.

This diverse list of projects, though vastly different in approaches to securing and diversifying power, emphasizes the innovative nature of REPO and highlights how the DON’s approach to renewable energy is not a one size fits all policy.

We are not resting on our 2016 laurels; the DON is moving full steam ahead into 2017. We will continue to pursue current renewable energy projects, but also to focus on enhancing installation energy resilience.  The DON is evaluating new energy technology advances such as battery storage, electrification, fuel cells and microgrids to further enhance the Navy and Marine Corps’ energy security, operational capability, strategic flexibility and resource availability. I look forward to many more exciting, innovative, and large scale future projects.

The end of the year, and my tenure, doesn’t mean an end to our work. Many challenges and opportunities remain. The progress we have made goes beyond our energy bill. It has directly supported the DON’s ability to fulfill its operational mission. Energy will remain an integral part of what we do, and we must continue to build a more resilient energy future. We must continue to focus on energy resiliency initiatives that leverage new technologies and stay the course toward energy security. I am confident you will continue to be successful. It has been my great honor and privilege to serve alongside the best warfighting team on the planet. I look toward the future knowing that we have built a stronger, more resilient Navy and Marine Corps, together.

For details on all of REPO’s projects, visit: http://greenfleet.dodlive.mil/energy/repo-3/projects-page/

http://navylive.dodlive.mil/2016/12/12/looking-back-while-moving-forward-20…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Sam 31 Déc - 17:31 (2016)    Sujet du message: EPA TO ALASKANS IN SUB-ZERO TEMPS : STOP BURNING WOOD TO KEEP WARM Répondre en citant

EPA TO ALASKANS IN SUB-ZERO TEMPS : STOP BURNING WOOD TO KEEP WARM

In Alaska’s interior, where it can reach -50 degrees Fahrenheit in winter, the EPA wants people to stop burning wood. But it's just about their only feasible way to stay warm.
By John Daniel Davidson


By John Daniel Davidson
December 30, 2016


In Jack London’s famous short story, “To Build A Fire,” a man freezes to death because he underestimates the cold in America’s far north and cannot build a proper fire. The unnamed man—a chechaquo, what Alaska natives call newcomers—is accompanied by a wolf-dog that knows the danger of the cold and is wholly indifferent to the fate of the man. “This man did not know cold. Possibly, all the generations of his ancestry had been ignorant of cold, of real cold, of cold 107 degrees below freezing point. But the dog knew; all its ancestry knew, and it had inherited the knowledge.”

If only the bureaucrats in Washington DC knew what the wolf-dog knew. But alas, now comes the federal government to tell the inhabitants of Alaska’s interior that, really, they should not be building fires to keep themselves warm during the winter. The New York Times reports the Environmental Protection Agency could soon declare the Alaskan cities of Fairbanks and North Pole, which have a combined population of about 100,000, in “serious” noncompliance of the Clean Air Act early next year.

Like most people in Alaska, the residents of those frozen cities are burning wood to keep themselves warm this winter. Smoke from wood-burning stoves increases small-particle pollution, which settles in low-lying areas and can be breathed in. The EPA thinks this is a big problem. Eight years ago, the agency ruled that wide swaths of the most densely populated parts of the region were in “non-attainment” of federal air quality standards.

That prompted state and local authorities to look for ways to cut down on pollution from wood-burning stoves, including the possibility of fining residents who burn wood. After all, a declaration of noncompliance from the EPA would have enormous economic implications for the region, like the loss of federal transportation funding.

The problem is, there’s no replacement for wood-burning stoves in Alaska’s interior. Heating oil is too expensive for a lot of people, and natural gas isn’t available. So they’ve got to burn something. The average low temperature in Fairbanks in December is 13 degrees below zero. In January, it’s 17 below. During the coldest days of winter, the high temperature averages -2 degrees, and it can get as cold as -60. This is not a place where you play games with the cold. If you don’t keep the fire lit, you die. For people of modest means, and especially for the poor, that means you burn wood in a stove—and you keep that fire lit around the clock.

As Necessary As Food And Water

Growing up in Alaska, I learned this from an early age. (My father, in fact, was a chechaquo. As a white kid growing up in Alaska native villages in the 1950s, the native kids would call him and his siblings chechaquos as a kind of juvenile epithet.) Like many families in Alaska, then and now, we weren’t wealthy and had no other means of staying warm besides burning wood. As kids, my brothers and I would spend long hours stacking cords of wood and, when we were older, felling trees, cutting them into logs, and hauling them back to the house. It wasn’t romantic, it was simply part of life in the far north: firewood was as natural and necessary as food and water.

For most Alaskans, it still is. Replacing wood-burning stoves, especially in the state’s interior, isn’t easily done. Ever since the EPA’s ruling in 2008, local and state efforts to address air pollution caused by wood stoves hasn’t solved the problem. As the editors of the Fairbanks newspaper recently noted, “The borough faces two unpalatable alternatives: More stringent restrictions on home heating devices that could impact residents’ ability to heat their homes affordably, or choosing to stand pat and accept a host of costly economic sanctions and health effects to residents.”

Local residents have been assured that of course the government means well. According to the Times, the EPA official in charge claims that “his agency was definitely not trying to take away anyone’s wood stove, or make life more expensive.” But he also said the EPA’s job is to enforce air quality standards set by the Clean Air Act. The implication is clear: these wood stoves are going to be a problem.

‘He Was Without Imagination’

This of course is a ridiculous situation. The EPA has no business telling Alaskans they shouldn’t burn wood to keep warm in the depths of winter. For one thing, concern over air pollution from wood smoke is misplaced. The high levels of particulate matter in places like Fairbanks in January are not the same thing as smog in Los Angeles. The areas affected by pollution from wood stoves are relatively small because they’re the result of something called inversion. At -30 degrees Fahrenheit, smoke doesn’t rise. It drops down to ground level and settles in low-lying areas. But this doesn’t happen city-wide, it happens on a single block or street.

That doesn’t mean people living on that street aren’t affected. But it does mean we aren’t talking about pollution-laced fog descending on an entire city; we’re talking about burning wood to stay warm. If that means you must endure some air pollution from the smoke from time to time, then that’s the price of living in a place like Alaska’s frozen interior. (Full disclosure: I plan to build a cabin in Alaska someday, and I plan to heat it with a wood stove, fully aware that doing so might sometimes subject me to higher levels of particulate pollution. I say it’s worth the risk.)

s is that the federal government thinks this is a problem that can be solved. What would the EPA have Alaskans do, use solar panels to heat their homes in winter?

In his story, Jack London wrote of the chechaquo that “The trouble with him was that he was without imagination.” That is, he simply didn’t understand the cold, or where exactly he was:
Citation:

He was quick and alert in the things of life, but only in the things, and not in the significances. Fifty degrees below zero meant 80 odd degrees of frost. Such facts impressed him as being cold and uncomfortable, and that was all. It did not lead him to meditate upon his frailty as a creature of temperature, and upon man’s frailty in general, able only to live within certain narrow limits of heat and cold; and from there on, it did not lead him to the conjectural field of immortality and man’s place in the universe.



Of the earnest bureaucrats at the EPA fretting over the smoke from Alaskans’ wood stoves in the dead of winter, we might say something similar: they understand facts but not the significance of them. Burning wood when it’s -20 degrees outside will indeed cause the smoke to descend, and breathing such air is admittedly not very healthy. What the EPA doesn’t accept, or even grasp, is man’s place in the universe: in the face of Alaska’s deadly cold interior, there’s only so much we can do. So we build a fire.

John is a senior correspondent for The Federalist. Follow him on Twitter.
Photo Danilo Tic

http://thefederalist.com/2016/12/30/epa-alaskans-sub-zero-temps-stop-burnin…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Ven 6 Jan - 00:55 (2017)    Sujet du message: WHY COAL IS DEAD ☠ RENEWABLE ENERGY & THE TECHNOCRATIC TAKEOVER #2030AGENDA Répondre en citant

WHY COAL IS DEAD ☠ RENEWABLE ENERGY & THE TECHNOCRATIC TAKEOVER #2030AGENDA



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JGkXbUHzbyU

Ajoutée le 5 janv. 2017

The advent of using fossil fuel as energy was something influenced by the banking elite. They wanted to control, manipulate, and gain profit from the distribution of these energy systems, purposely denying the discoveries of Nikola Tesla and hoarding it to themselves. But as intentional and unintentional damage was done to the environment in the last century, the solution is being offered by the very same technocratic elite. In the process, coal mining, a historically rich American heritage, is being discarded like dirty rags.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Jan - 21:42 (2017)    Sujet du message: TURKEY BLAMES SABOTAGE, CYBERATTACKS FROM US SOIL FOR POWER CUTS / ALERT DANGER HEADS UP! ENERGY DEPT WARNS US POWER GRID FACES 'IMMINENT DANGER' FROM CYBER ATTACK Répondre en citant

TURKEY BLAMES SABOTAGE, CYBERATTACKS FROM US SOIL FOR POWER CUTS 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Czf8s2M5GI4


ALERT DANGER HEADS UP! ENERGY DEPT WARNS US POWER GRID FACES 'IMMINENT DANGER' FROM CYBER ATTACK
 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=KSOxXYve_IA



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Jan - 21:57 (2017)    Sujet du message: POSSIBLE CYBER THREAT AT CANADA'S HYDRO ONE IS UNDER INVESTIGATION / HYDRO-QUEBEC DOIT-ELLE CRAINDRE UNE CYBERATTAQUE? Répondre en citant

POSSIBLE CYBER THREAT AT CANADA'S HYDRO ONE IS UNDER INVESTIGATION 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=mozFgHo2Wrg

A cyber attack on an archaic, unused IP address at Hydro One could be part of a broader hacking campaign, security experts say.

Rick Haier, chief security officer of Hydro One, said the electricity provider was contacted by the RCMP on Dec. 29, alerting them to an IP address in their system that had been targeted by hackers.

“The address in question is not an active IP address at Hydro One nor is it connected to the power system,” Haier said in a written statement.

Hydro One has no reason to believe that its power system has been compromised, the company said.

But attacks on individual pieces of software are not necessarily targeted at that entity or its owners, says Ira Goldstein, a senior vice president at the Herjavec Group IT security firm.

These so-called “zombie” or “bot” hacks search for weak spots in the security of anything connected to the internet, Goldstein said.

Learn More:
https://www.thestar.com/business/2017...


HYDRO-QUEBEC DOIT-ELLE CRAINDRE UNE CYBERATTAQUE?

Tiens, tiens... On commence à préparer les esprits pour une cyberattaque au Québec. Soyez sûr que la loge maçonnique de Hydro-Québec sera derrière cette attaque lorsqu'elle surviendra, mais comme toujours accusera l'un ou l'autre d'avoir commis cet attentat.

La Turquie, de son côté, accuse les Etats-Unis de cyberattaque contre leur système électrique et le Departement de l'Energie annonce un danger imminent contre une cyberattaque sur le système. Il n'y a jamais de fumée sans feu...

Pour ceux qui me sont proches, cela ne fait-il pas des années que je vous averti sur cela? Si vous demeurez dans les villes, vous serez complètement trappés.



L'attaque informatique détectée contre un petit distributeur d'électricité du Vermont, il y a quelques jours, a rappelé à tous que les réseaux électriques deviennent intéressants pour les pirates informatiques.

Photo Mike Hutchings, Archives Reuters




 
Du même auteur


Hélène Baril
La Presse

Les réseaux électriques sont de plus en plus sophistiqués et deviennent intéressants pour les pirates informatiques, comme vient le rappeler l'attaque informatique détectée contre un petit distributeur d'électricité du Vermont. Et personne ne le sait mieux qu'Hydro-Québec.

« C'est une menace réelle », explique Mourad Debbabi, professeur à l'Université Concordia et titulaire de la nouvelle Chaire de recherche industrielle sur la sécurité des réseaux électriques intelligents.

Hydro-Québec, qui est victime chaque année de nombreuses tentatives d'intrusion de la part de pirates informatiques, finance les travaux de la Chaire et de son équipe de 25 chercheurs.

Le but est de prévenir les cyberattaques, qui visent de plus en plus les réseaux électriques, selon le professeur Debbabi.

« Les réseaux électriques deviennent plus intelligents et plus vulnérables aux attaques. C'est relativement nouveau, et comme ce sont des infrastructures stratégiques et critiques pour les pays, il faut prendre cette menace très au sérieux. » - Mourad Debbabi, professeur à l'Université Concordia

L'EXEMPLE DE BURLINGTON

Un code associé à l'opération de piratage baptisée Grizzly Steppe par le gouvernement américain a été détecté dans un ordinateur de Burlington Electric, le distributeur municipal d'électricité de la ville de Burlington, au Vermont. Il n'en fallait pas plus pour que les premiers reportages fassent état d'une intrusion de pirates, des Russes, selon les autorités américaines, dans le réseau électrique des États-Unis.

Burlington Electric a par la suite précisé que l'ordinateur infecté n'était pas relié aux opérations et ne constituait pas une menace pour son réseau. Une enquête est toutefois en cours pour retracer le trajet de l'intrus connu sous le nom de APT 29 et APT 28, soit le même qui aurait pénétré dans les ordinateurs du Parti démocrate pendant la campagne présidentielle et que l'administration Obama a relié au gouvernement russe.

L'autre distributeur d'électricité du Vermont, Green Mountain Power, une filiale de Gaz Métro, a fait une revue complète de ses systèmes informatiques à la suite de l'incident, sans rien détecter d'anormal.

Les deux distributeurs achètent de l'électricité d'Hydro-Québec.

QUELLES CONSÉQUENCES ?

Le professeur Debbabi estime que l'incident de Burlington Electric est inquiétant, même s'il n'a pas eu de conséquence grave. Une fois entré, ce type de code malicieux ouvre une brèche dans un système informatique qui permet soit de voler de l'information, soit de s'en servir pour un autre genre d'attaque, explique-t-il.

Dans le cas de Burlington Electric, on peut penser que l'objectif des pirates n'était pas de priver ses clients d'électricité, parce que leur nombre est très peu élevé, souligne Mourad Debbabi.


Sans électricité, le pays le mieux organisé peut très rapidement être paralysé. Il y a un an, alors que les tensions étaient vives dans cette partie du monde, une partie de l'Ukraine avait été privée d'électricité à la suite d'une attaque informatique reliée à la Russie.

Même si les suspects nient la plupart du temps leur responsabilité dans ce genre d'attaques, il est possible d'identifier leurs auteurs avec assez de précision, selon le spécialiste de Concordia.

« On remonte la chaîne jusqu'au réseau qui a été utilisé et au pays qui héberge ce réseau. Les enquêteurs peuvent ensuite demander la liste des utilisateurs et si le pays ne collabore pas, vous pouvez vous poser des questions », explique-t-il.

BURLINGTON ELECTRIC

Distributeur d'électricité de la ville et de l'aéroport de Burlington

19 600 clients

GREEN MOUNTAIN POWER

Distributeur d'électricité, filiale de Gaz Métro

265 000 clients

http://affaires.lapresse.ca/economie/energie-et-ressources/201701/03/01-505…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Jan - 03:32 (2017)    Sujet du message: POWER PLANT EXPLOSION IN OHIO DESTROYS HALF THE BUILDING, SIX PEOPLE INJURED Répondre en citant

POWER PLANT EXPLOSION IN OHIO DESTROYS HALF THE BUILDING, SIX PEOPLE INJURED

A signal for the dark side or an accident? Countdown for the inauguration of President Trump, Jan 20, 2017???



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=McKLk6HX8bQ

Six people were injured Tuesday afternoon in an explosion at a power station upriver from Cincinnati.

The explosion was reported at about 1 p.m. at the J.M. Stuart Generating Station, located on U.S. 52 about 4 miles east of Aberdeen. It is a four-unit, coal-fired power plant owned and operated by Dayton Power and Light.

A witness said he didn’t immediately know what happened.

“Something exploded, blowed half the building apart. Don’t know what, but as far as we know, pretty much everybody’s accounted for,” said Brandon Hamilton, who posted a Facebook Live video from the scene.

The victims’ injuries aren’t considered life-threatening, the company said in a statement.

Learn More:
https://icitizennews.net/6-people-inj...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Ven 17 Fév - 02:20 (2017)    Sujet du message: YOU REAP WHAT YOU SOW : RIGHT-WING FANATICS FORCE UKRAINE INTO ‘STATE OF ENERGY EMERGENCY’ Répondre en citant



WAR

YOU REAP WHAT YOU SOW : RIGHT-WING FANATICS FORCE UKRAINE INTO ‘STATE OF ENERGY EMERGENCY


Not the first time. And certainly not the last.



Kiev’s deal with the devil is backfiring

Kiev is in a bit of a pickle.

Since the violent coup that ushered in the "Revolution of Dignity", Poroshenko has been unwilling (or too afraid) to rein in the far-right Neanderthals — the "muscle" that makes Ukraine so "free" and awful.

Of course, it was a real stroke of genius to send the neo-Nazis to their deaths in East Ukraine. But many are still alive. And they are very, very angry.

And now these goon squads have actually forced Ukraine into a "state of energy emergency":
Citation:



Ukraine on Wednesday announced a state of emergency for its energy sector that could result in rolling blackouts as officials try to sharply curtail electricity use by consumers.

The decision was made at a cabinet meeting to work out a response to a two-week strike by ultranationalists who have blocked a railroad between the coal-producing eastern regions and the rest of Ukraine.

[...]

Ukraine's pro-Western leaders have refused to break up the railroad blockades for fear of sparking a backlash among a large proportion of the population that is sympathetic to the protesters' cause.



In other words: Poroshenko would rather cut Ukraine's power than defy the far-right fanatics who could march on Kiev tomorrow. Sounds like a thriving democracy!

Of course, this isn't the first time that Ukraine has suffered from rolling blackouts, thanks largely in part to its completely incompetent government.
And it certainly won't be the last.

We understand how useful gangs of armed thugs can be for a soulless oligarch such as Poroshenko. But if you can't control them, what's the point? Now they're just a liability.

You reap what you sow.

http://russia-insider.com/en/you-reap-what-you-sow-right-wing-fanatics-forc…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Mer 1 Mar - 04:21 (2017)    Sujet du message: POLLUTION ATMOSPHERIQUE : DES EXPERTS DE L'ONU DEMANDENT DES REGLES PLUS STRICTES Répondre en citant

POLLUTION ATMOSPHERIQUE : DES EXPERTS DE L'ONU DEMANDENT DES REGLES PLUS STRICTES


Photo ONU Environnement

24 février 2017 – Des experts des droits de l'homme des Nations Unies ont appelé vendredi à une action forte et urgente de la part des États pour lutter contre la pollution atmosphérique et veiller ainsi à ce que les populations du monde entier puissent jouir des droits humains à la vie et à la santé dans des environnements exempts de contamination.

« La pollution de l'air est une préoccupation majeure des droits de l'homme dans le monde », ont déclaré les experts dans un communiqué de presse, soulignant que les polluants atmosphériques toxiques sont associés à un risque accru d'accident vasculaire cérébral (AVC), de maladies cardiaques, de cancer et de maladies respiratoires, y compris l'asthme.

Selon les estimations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), environ sept millions de décès prématurés sont liés chaque année à l'exposition des êtres humains à la pollution atmosphérique. De plus en plus de preuves scientifiques indiquent que la pollution atmosphérique est devenue la principale cause environnementale de décès prématuré dans le monde.

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l'homme et les substances et déchets dangereux, Baskut Tuncak, ainsi que ses collègues experts des Nations Unies, Dainius Puras, John H Knox et Rosa Kornfeld-Matte, demandent une meilleure réglementation dans le domaine de la pollution atmosphérique. Le groupe de travail de l'ONU sur les droits de l'homme et les sociétés transnationales et autres entreprises commerciales s'est joint aux experts pour exprimer son inquiétude.

« Les enfants et les personnes en situation de vulnérabilité, y compris les femmes en âge de procréer, les personnes âgées, les personnes en mauvaise santé et celles vivant dans des communautés moins riches restent les plus vulnérables », ont averti les experts.

Selon le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), 300 millions d'enfants, soit près d'un septième de la population mondiale, vivent dans des zones où la pollution atmosphérique est la plus toxique. Et les experts soulignent que les pédiatres qualifient de « pandémie silencieuse » l'impact de cette pollution sur la santé des enfants.

Une responsabilité de protéger qui incombe aux Etats


Pour les experts, « une menace comme celle-ci ne peut plus être ignorée » et les États ont le devoir de prévenir et de contrôler l'exposition à la pollution atmosphérique toxique et de protéger contre les effets néfastes sur les droits de l'homme.

« L'impunité pour les responsables de la pollution atmosphérique est aujourd'hui répandue », ont-ils déploré, soulignant un manque de responsabilité « inacceptable » et dénonçant des rapports récents de ministres de l'environnement niant ses effets malgré des preuves accablantes du contraire. « Une action urgente est désormais nécessaire, conformément aux normes internationales des droits de l'homme ».

Les experts ont souligné qu'une coopération transfrontalière est nécessaire pour promouvoir l'adoption de mesures préventives et de contrôle dans les secteurs de l'énergie, de l'industrie et des transports. « En plus d'une législation solide et pleinement mise en œuvre, nous avons besoin d'investissements dans les infrastructures et d'incitations à long terme pour la réduction de la pollution et l'innovation technologique », ont-ils ajouté.

Les experts ont conclu que l'amélioration de la réglementation des émissions toxiques des véhicules et de sources industriels, le renforcement de la gestion des déchets et des pratiques de recyclage et la promotion des énergies renouvelables sont des étapes essentielles pour traiter efficacement les problèmes de qualité de l'air et de santé publique.

Les experts cités sont Baskut Tuncak, Rapporteur spécial sur les conséquences pour les droits de l'homme de la gestion et de l'élimination écologiquement rationnelles des substances et des déchets dangereux; Dainius Pûras, Rapporteur spécial sur le droit de chacun à jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible; John H. Knox, Rapporteur spécial sur la question des obligations en matière de droits de l'homme relatives à la jouissance d'un environnement sûr, propre, sain et durable; Rosa Kornfeld-Matte, Experte indépendante sur la jouissance de tous les droits de l'homme par les personnes âgées; et Michael K. Addo, Président du Groupe de travail sur la question des droits de l'homme et des sociétés transnationales et autres entreprises commerciales.



News Tracker: autres dépêches sur la question
MARRAKECH : à la conférence sur le climat, le secteur privé s'engage à utiliser davantage les énergies renouvelables

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=39027


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 26 134
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Mar - 04:37 (2017)    Sujet du message: YOUR CELL PHONE IS A DEATH TRAP-5G IA A KILLER- VIRGINIA FARVER Répondre en citant

YOUR CELL PHONE IS A DEATH TRAP-5G IA A KILLER- VIRGINIA FARVER
 


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=_0HUC0nDS5Q&t=27s


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:14 (2017)    Sujet du message: ÉLECTRICITÉ (PARTIE 2) P.1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> FASCISTE ENVIRONNEMENTAL/ENVIRONMENTAL FASCIST -> ÉLECTRICITÉ ET NOUVELLE ENERGIE - GAS (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com