LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

OGM - PESTICIDES - AGRICULTURES
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> OGM / GMO PESTICIDES ET AGRICULTURES (PA2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Juil - 03:13 (2015)    Sujet du message: HOUSE VOTES TO BAN GMO LABELING TODAY UNDER ‘DARK ACT’ Répondre en citant

HOUSE VOTES TO BAN GMO LABELING TODAY UNDER ‘DARK ACT’

GMO LABELING COULD SOON BE OUTLAWED





by Anthony Gucciardi

http://naturalsociety.com/author/anthony/
Posted on July 23, 2015

Update: The DARK Act, making mandatory GMO labeling ‘illegal,’ has passed the House. It must now be voted on by the Senate, which is the last hope for defeating the bill.

Statewide GMO labeling has been ruled ‘illegal’ as the House of Representatives decides to pass the notorious ‘DARK Act,’ which puts a halt to all mandatory GMO labeling initiatives around the United States.

I’ve been warning you about this secretive bill (officially titled the ‘Safe and Accurate Food Labeling Act’) since its inception, which I believe could go down in history as one of the largest attacks on the food supply in recent history. After all, the only reason that Monsanto-backed lobbying groups are so excited about this bill is because it’s their last hope. They know that they’re losing the ideological battle when it comes to the public’s opposition to GMOs and Monsanto’s cancer-linked herbicides.

Quite frankly, the DARK Act is a last ditch effort by these groups to silence the opposition through use of legislative force.

We’re talking about a bill that was drafted up by the Grocery Manufacturers Association (GMA), and pushed on us by all the usual suspects. All the ones who are afraid of you actually knowing what’s in your food. Because even if you don’t care about the genetic alteration of your food, you most certainly should be concerned as to whether or not it has been doused in Monsanto’s cancer-linked herbicides.

The GMO-loaded processed food industry is scared, and they know they’re losing the battle for the food supply. This new bill is yet another example of the tricks they will use to take away our ability to know what we’re putting in our mouths. I for one will take a stand against this resurrected ‘Monsanto Protection Act’ that could become law unless the Senate defeats it.

As Reuters reports:
“The House of Representatives was set to vote Thursday on a hotly debated measure that would block mandatory labeling of foods made with genetically engineered crops, including pre-empting a state law set to take effect next year in Vermont… House passage would mark a victory for food and agricultural companies that have lobbied for the bill, and a blow to opponents, which include consumer, health and environmental groups and organic food industry players.”

...

http://naturalsociety.com/ban-gmo-labeling-today-under-dark-act/


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 26 Juil - 03:13 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Avr - 05:54 (2016)    Sujet du message: VICTOIRE EN JUSTICE A PARIS CONTRE LA CABALE DE MONSATO : "TOUT OGM EST TOXIQUE POUR L'HOMME ET L'ANIMAL" Répondre en citant

VICTOIRE EN JUSTICE A PARIS CONTRE LA CABALE DE MONSATO : "TOUT OGM EST TOXIQUE POUR L'HOMME ET L'ANIMAL"

Reste à savoir si la France se soumet à la règlementation des OGM dans l'Union européenne, tout en faisant passer des lois qui interdisent ces semences de mort afin de tromper le public.

Règlementation des OGM dans l'Union européenne

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9glementation_des_OGM_dans_l'Union_europ%C3%A9enne

William Engdahl
New Eastern Outlook
mar., 05 jan. 2016 11:27 UTC


Traduction de l'anglais par Petrus Lombard pour Réseau International

C'est l'une des nouvelles vraiment positives venant de Paris, une ville avec plus que sa part de mauvaises nouvelles ces derniers temps. Une grande victoire juridique pour la voix de la science et de la raison contre la cabale des OGM dirigée par Monsanto. Ses implications se feront sentir dans le monde entier. Si notre monde a toujours la volonté de débarrasser le 21e siècle du fléau mortel de la peste présentée sous le nom d'Organismes génétiquement modifiés ou OGM, il sera redevable d'une énorme dette de reconnaissance envers le travail courageux du professeur Gilles-Éric Séralini et de sa remarquable équipe de scientifiques consciencieux du CRIIGEN, le Comité français de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique.


© Inconnu
Gilles-Éric Séralini


Dans un monde où la corruption des scientifiques par l'industrie est devenue quasi banale, l'existence d'un groupe scientifique consciencieux, non financé par l'industrie, faisant de la recherche et de l'information indépendantes sur le génie génétique et ses impacts en biologie, dans l'environnement, l'agriculture, la nourriture, la médecine, et la santé publique, dont les effets à court, moyen et long terme sur la santé humaine et de l'ensemble de l'écosystème de la vie, est, autant que je sache, unique. Peu sont conscients de leur travail inlassable et très ingrat.

Commentaire : Sans l'information délivrée par les sites d'information alternatifs, les informations que les médias officiels vous communiquent sont passées au filtre de ce qui doit être dit ou non. Un exemple de ce qui ne doit pas être communiqué par les médias alignés :
typ1 a écrit:


« Les gouvernements ne requièrent pas d'études de long terme comme celle conduite par Séralini. La raison pour laquelle l'étude de Séralini fut accusée d'être inappropriée est qu'aucune autre étude similaire de long terme n'a jamais été menée, parce que les gouvernements de par le monde n'en requièrent tout simplement pas. S'ils le faisaient, le monde aurait une compréhension bien différente au sujet de l'innocuité supposée des OGM. »


Pour cette raison, le verdict en faveur de Séralini dans un procès en diffamation que la Haute Cour de Paris vient de prononcer est doublement une bonne nouvelle. Le 6 novembre 2015, la Haute Cour de Paris a inculpé le professeur Marc Fellous, ancien président de la Commission du génie biomoléculaire française, pour « faux » et « usage de faux », dans un procès en diffamation qu'il a perdu contre le professeur Séralini. L'amende sera fixée courant 2016.

Créée au sein du ministère de l'Agriculture, la Commission du génie biomoléculaire française est bien connue pour sa défense des OGM. Cet organisme est chargé en France d'homologuer en tant que sûres un certain nombre de variétés de plantes génétiquement modifiées.

Fellous n'est pas lui-même un banal quidam. Membre du fameux Institut Pasteur, il est président de l'Association française des Biotechnologies végétales, responsable de l'évaluation des risques des OGM au ministère français de l'Agriculture, ainsi que professeur de génétique humaine à l'université de Paris. Le procès a été intenté par Séralini en janvier 2011.


© Inconnu
Ce que dit Marc Felous, pro OGM :

« la teneur en mycotoxine (substance naturelle potentiellement cancérogène) du maïs OGM est bien inférieure à celle des maïs conventionnels, et c'est encore plus vrai pour les maïs biologiques. »

Ou encore :

« Aucune étude scientifique n'a à ce jour pu prouver un quelconque danger des maïs OGM pour la santé. »


Selon une source proche de l'affaire, afin de soutenir que Séralini et ses collègues chercheurs s'étaient trompés dans leur réévaluation des études de Monsanto, Fellous avait utilisé ou copié la signature d'un scientifique sans son accord.

La réévaluation de Séralini rendait compte de la découverte de signes de toxicité dans les données brutes des propres études de Monsanto sur le rat nourri de MON 863, le maïs génétiquement modifié (GM) de Monsanto.

Une autre faute flagrante

Avec la publication accablante de son étude explosive sur le rat, qui étudiait les effets sur les deux ans couvrant sa vie entière, la même équipe de scientifiques dirigée par Séralini a été au centre de [la dénonciation de] l'un des cas récents de faute professionnelle les plus flagrants. Étonnant à croire, dans les vingt années entières de l'histoire du commerce des OGM, c'était la tout première étude de longue durée chez le rat. Montrant en détail les effets d'un régime à base d'OGM, les conclusions faisaient froid dans le dos.

En septembre 2012, la fameuse revue scientifique spécialisée Food and Chemical Toxicology, a publié une étude réalisée à l'université de Caen, en France, par l'équipe de scientifiques dirigée par Gilles-Éric Séralini. Les résultats de cette étude ont produit des ondes de choc dans le monde entier.

Le groupe de Séralini venait juste d'achever la première étude au monde, au coût de 3 millions d'euros, sur les effets d'un régime de maïs GM chez plus de 200 rats pendant deux années complètes. L'étude révélait des cas alarmants de tumeurs cancéreuses, de graves dommages organiques et de mort prématurée chez les rats nourris de maïs GM traité avec du Roundup au glyphosate de Monsanto. L'étude avait utilisé le maïs Roundup Ready NK603 de Monsanto. Le terme breveté Roundup Ready signifie que le maïs GM est « prêt » à résister à l'un des herbicides les plus toxiques du monde, le Roundup de Monsanto, un cocktail hautement toxiques à base de glyphosate et d'autres produits chimiques qui sont des secrets commerciaux.

Commentaire : Gilles-Éric Séralini a déclaré alors être « attaqué de manière extrêmement malhonnête par des lobbies qui se font passer pour la communauté scientifique. C'est le même lobby qui a permis l'autorisation de ces produits et qui est activé par les entreprises de biotechnologies. » Tandis que de leur côté, des chercheurs internationaux appuient l'étude française et dénoncent la désinformation.

Pour éviter la pression de l'industrie, l'étude de Séralini a été publiée après deux années de recherche dans le secret absolu, et quatre mois d'évaluation par des collègues scientifiques qualifiés. Dans les quelques heures ayant suivi la publication de l'étude, une campagne médiatique mondiale coordonnée, visant à mettre en doute ses conclusions a été lancée. Aucun fait n'a été présenté, juste les allégations typiques disant que l'étude était « non scientifique » ou que de mauvais rats avaient été utilisés.

Commentaire : À l'époque, le centre Science Media Center a publié huit réactions de scientifiques. Tous ont rejetté l'étude de Gilles-Éric Séralini et de son équipe du Criigen. Se présentant comme une entreprise indépendante « qui travaille à promouvoir les opinions de la communauté scientifique au Royaume-Uni pour les médias ». Ce centre est en réalité financé à 70 % par les grands noms de l'industrie de la biotechnologie. BASF, Bayer, Novartis, CropLife International sont autant de bailleurs de fonds de cette entreprise.

La couverture médiatique mondiale a forcé la Commission de l'Union Européenne corrompue, favorable aux OGM à se couvrir. L'organisme consultatif officiel d'experts « indépendants » sur la sécurité alimentaire de l'UE, l'EFSA, a dénoncé l'étude de Séralini avant même de faire une étude indépendante de longue durée comparable, afin de la vérifier ou de la réfuter. Inconnu de la plupart des citoyens de l'UE, des organismes d'enquête ont révélé que les membres du conseil scientifique de l'EFSA, chargés de surveiller Monsanto et ses sociétés écrans, avaient des liens directs ou indirects avec cette même industrie des OGM.

En janvier 2014, à plus d'un an de la première publication, la revue Food and Chemical Toxicology a pris la décision sans précédent de rétracter officiellement l'article de Séralini, en avançant la justification incroyable que son étude était « non concluante ». Si vous ouvrez la note de bas de page, vous trouverez l'intégralité de l'échange entre Elsevier, l'éditeur de la revue, et l'équipe de Séralini. [Cette note ne semble pas exister - Note de l'éditeur]

Commentaire : Dans leur guerre secrète pour décrédibiliser l'étude Séralini, la « litanie des conflits d'intérêts et autres positionnements pro-biotech de la cinquantaine de détracteurs publics de l'étude Séralini pourrait se poursuivre sur des pages. On croise des représentants de syndicats indiens de promotion des biotechnologie, d'autres souhaitant stopper la faim dans le monde avec une ration d'OGM, ou encore des spécialistes de la communication pro-OGM (David Tribe) et autres lobbyistes travaillant entre São Paulo (Lucia de Souza), Washington et Bruxelles, le triangle d'or des OGM... ».

Juste avant la rétractation, le journal avait embauché Richard E. Goodman en tant que nouveau « rédacteur en chef adjoint pour la biotechnologie ». C'était le nouveau point de vue, apparemment instauré spécialement par Goodman à la suite de l'« affaire Séralini ».

Goodman était un ancien employé de Monsanto et un membre actif de l'International Life Sciences Institute (ILSI). Financé par des compagnies multinationales des OGM et de l'agrochimie, dont Monsanto, l'ILSI développe des méthodes d'évaluation des risques « favorables à l'industrie » pour les aliments GM et les contaminants alimentaires chimiques, et les introduit dans les réglementations gouvernementales. L'une des premières décisions de Goodman à la revue a été de rétracter le document de l'étude de Séralini en tant que « non concluante ». Si ce critère était appliqué à toutes les études scientifiques, il ne resterait aucune revue scientifique. Toute la science, par définition, est un processus d'exploitation minière, testant essentiellement des hypothèses, testant à nouveau les anciennes, toujours plus à fond. Le document de Séralini appelait à de plus amples recherches pour confirmer les conclusions alarmantes. Au lieu de les faire, Monsanto et le lobby des OGM ont décidé de « tuer le messager ».

« Les malédictions sont comme les poulets... »

Une expression du 13e siècle indique : « Les malédictions sont comme les poulets ; elles viennent toujours se percher à la maison. » Le 30 mars 2015, plus d'un an plus tard, les éditeurs de la revue Food and Chemical Toxicology ont annoncé que Richard Goodman, l'ancien employé de Monsanto, avait été « renvoyé » du comité de rédaction, et que le rédacteur en chef, A. Wallace Hayes, favorable aux OGM, avait été catapulté au stupide poste de « directeur de la Stratégie et de la Vision ».

En juin 2014, le journal en ligne européen de Springer sur les sciences environnementales, a jugé bon de publier à nouveau le document de Séralini qui avait été rétracté. Le nouveau rédacteur en chef de la revue Food and Chemical Toxicology a-t-il le cran moral d'essayer de réparer les graves atteintes à la réputation scientifique de Séralini et à la vérité sur les conséquences mortelles des semences GM brevetées et leurs désherbants assortis, en publiant des excuses publiques ? Peut-être que cela attendra un nouveau verdict de la cour de Paris. En attendant, le professeur Séralini et son groupe font d'autres études sur le rat et découvrent d'autres preuves montrant que TOUT OGM est toxique pour l'homme et l'animal. Dans la vraie science, comme dans la vie, l'honnêteté opiniâtre prend en fin de compte le dessus sur la fraude, la tromperie et la corruption.

Commentaire : Le journaliste Stéphane Foucart écrit dans La Fabrique du mensonge, que « l'arme favorite de l'industrie pour viser les chercheurs qui dérangent est la diffamation ». Christian Vélot a déclaré lors d'une interview :
typ1 a écrit:


« Dans une société bien faite, il n'y aurait pas besoin de lanceurs d'alerte. Quand ils disparaîtront, c'est que la démocratie et l'expertise auront bien évolué. »

De toute évidence, nous n'en sommes pas encore là !

La discipline entière de la soi-disant biotechnologie est corrompue et pourrie jusqu'au cœur même de sa base réductionniste non scientifique. Cela ne devrait guère surprendre, puisque créée à dessein par les principales familles eugénistes de l'Amérique, elle fut financée par leur fondation Rockefeller pour faire progresser leur programme eugénique démentiel à l'époque où cette même fondation finançait les recherches eugénistes nazies à l'Institut Kaiser Wilhelm de Berlin.
 



© Congrès sur l'eugénisme
L'eugénisme est la voie de l'évolution humaine

Comme pour un arbre, l'eugénisme dessine ses propres matériaux depuis de nombreuses sources et les organise en une harmonieuse entité.


En 1938, époque où fut « inventée » la biologie moléculaire grâce aux subventions de la fondation pour des universités comme California Institute of Technology et l'université de Cambridge en Angleterre, le directeur de la recherche médicale de la fondation Rockefeller était depuis 34 ans un certain Alan Gregg. Gregg écrivit : « Il y a un parallèle inquiétant entre la croissance d'un cancer dans un organisme et la croissance de la population humaine dans l'économie écologique de la terre. » Il affirma ensuite : « les tumeurs cancéreuses ont besoin de nourriture, mais pour autant que je le sache, elles n'ont jamais été guéries en l'obtenant. Des analogies peuvent être trouvées sur notre planète pillée. » James Rockefeller, ancien président de First National City Bank, Citigroup plus tard, siégea au conseil de Monsanto jusqu'à sa mort à 102 ans, en 2004.

Les OGM et leurs « herbicides » assortis ont été imaginés par leurs inventeurs pour nous éliminer en tant que « mangeurs inutiles » ou « mauvaises herbes », comme je l'ai écrit récemment dans Nous sommes les « mauvaises herbes » visées par l'herbicide Roundup de Monsanto. Cet article parle d'une nouvelle étude du professeur Séralini et son groupe. Vous y découvrez tout, si vous vous intéressez à votre santé et à celle de vos enfants, parents et amis.

Note

William Engdahl est consultant en risques stratégiques et conférencier. Il est titulaire d'un diplôme en politique de l'université de Princeton et auteur à succès sur le pétrole et la géopolitique, en exclusivité pour le magazine en ligne New Eastern Outlook.


Commentaire : Voir aussi :

http://fr.sott.net/article/27297-Victoire-en-justice-a-Paris-contre-la-cabale-de-Monsanto-tout-OGM-est-toxique-pour-l-homme-et-l-animal


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Mai - 02:08 (2016)    Sujet du message: GMO, GLOBAL ALERT Répondre en citant

GMO, GLOBAL ALERT



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Njd0RugGjAg


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 30 Mai - 04:21 (2016)    Sujet du message: SANTE MARIA ! LE GLYPHOSATE N'EST PLUS CANCERIGENE ET LES OGM NE SONT PLUS DANGEREUX Répondre en citant

SANTE MARIA ! LE GLYPHOSATE N'EST PLUS CANCERIGENE ET LES OGM NE SONT PLUS DANGEREUX

Une autre manière de protéger ces grandes corporations inhumaines et sataniques et de pouvoir criminaliser ceux qui continueront à prétendre le contraire. Quel impact cela aura-t-il sur les pays qui, jusqu'à ce jour refusent les semences OGM et le Round Up, ce pesticide aussi très dangereux? Le règne de la mort continue d'avancer...

Publié par wikistrike.com sur 18 Mai 2016, 05:52am

Catégories : #Science - technologie - web - recherche, #Ecologie - conso - biodiversité - énergie, #Santé - psychologie

http://www.wikistrike.com/tag/sante%20-%20psychologie/


Les cultures OGM ne seraient pas plus dangereuses

 Les cultures OGM ne présentent pas plus de risques environnementaux et pour la santé que les récoltes conventionnelles, conclut un nouveau rapport de l'Académie américaine des sciences, tout en notant que la résistance développée par les insectes nuisibles est un sérieux problème pour l'agriculture.

Cette étude publiée mardi "indique qu'il est difficile désormais de faire la distinction entre les nouvelles technologies d'ingénierie génétiques développées depuis les années 1970 et les méthodes conventionnelles de culture".

A lire aussi: Pendant ce temps là, les russes bannissent les OGM américains

Pas de différence

Tout en reconnaissant "la difficulté à détecter des effets subtils ou à long terme sur la santé ou l'environnement", les membres de ce comité scientifique "n'ont pas décelé d'indications montrant une différence dans les risques pour les humains entre les cultures OGM actuellement commercialisées et les récoltes conventionnelles". Ils ont fait le même constat pour l'environnement.

Résistance


Mais ces experts indépendants s'alarment du "développement d'une résistance" chez les insectes et d'autres plantes autour des cultures OGM. Le rapport cite l'exemple des cultures OGM modifiées pour devenir résistantes à l'herbicide glyphosate. Or, dans "beaucoup d'endroits", les mauvaises herbes autour de ces cultures ont développé une résistance à ce désherbant. L'Académie américaine des sciences voit là "un problème majeur pour l'agriculture".

Les auteurs insistent aussi sur l'importance de recourir à toutes les nouvelles technologies découlant de la génomique pour améliorer la capacité à détecter la moindre petite modification imprévue dans les caractéristiques des nouvelles variétés de récoltes, qu'elles soient OGM ou pas.

"Les nouvelles variétés de plantes qui présentent, volontairement ou non, des caractéristiques inédites pouvant représenter un danger doivent subir des tests de sécurité, peu importe qu'elles aient été développées en utilisant des techniques conventionnelles ou utilisant des manipulations génétiques", demande le rapport.

Ces scientifiques ont analysé toutes les études animales effectuées sur les effets des composants chimiques contenus dans les aliments OGM actuellement sur le marché. Ils n'ont pas trouvé de différences avec les produits conventionnels qui auraient montré un risque accru pour la santé.

Ils relèvent néanmoins le fait que les études épidémiologiques à long terme n'ont pas directement ciblé les effets sur la santé de la consommation d'aliments OGM comme le soja et le maïs, ou encore des pommes et des pommes de terre. Les données actuellement disponibles ne révèlent pas de lien entre les OGM et des maladies.

Les OGM bonnes pour la santé?


Tout au contraire, les auteurs du rapport pointent certaines indications selon lesquelles les récoltes OGM résistantes aux insectes sont bienfaisantes pour la santé humaine car elles permettent de réduire l'usage des insecticides.

En outre, plusieurs cultures OGM en développement sont conçues spécifiquement pour être bénéfiques à la santé humaine. Le rapport cite du riz contenant davantage de bêta-carotène pour aider à prévenir la cécité et des décès résultant d'une carence sévère de vitamine A dans certains pays en développement.

L'usage dans l'agriculture de récoltes OGM résistantes aux insectes nuisibles et aux herbicides n'a pas réduit la diversité des plantes et des insectes dans ces exploitations agricoles, souligne le rapport.


Source
 
Round Up - L'OMS déclasse le glyphosate comme cancérigène "improbable"

 
Marche arrière toute ! Une nouvelle expertise des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), publiée ce lundi 16 mai, met hors de cause l’herbicide mis au point par Monsanto. D’après les conclusions, "le glyphosate est peu probablement génotoxique (toxique pour l’ADN) aux expositions alimentaires anticipées". Cette étude intervient juste avant le vote du comité européen qui doit statuer sur la ré autorisation du Roundup, les 18 et 19 mai.

EN SAVOIR + >> Pesticides : Bruxelles va proposer une réautorisation du Roundup pour dix ans

Un risque cancérogène "improbable"

Ainsi l’expertise scientifique du Joint Meeting on Pesticides Residues (JMPR), un comité commun à l’OMS et l’ONU, affirme qu’"il est improbable que le glyphosate pose un risque cancérogène pour les humains, du fait de l’exposition par le régime alimentaire." Une étude qui va dans le sens du rapport de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui avait conclu à l’absence de danger pour l’homme.

Mais ce nouvel avis contredit les travaux du Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), dépendant de l’OMS. Son rapport, publié en mars 2015, classait le glyphosate comme une substance "probablement" cancérigène.


Des conflits d’intérêts ?

Qui a raison et qui a tort ? Personne, selon les institutions. Les comités d’experts de l’OMS et de la FAO affirment que les objets des études sont "différentes mais complémentaires". Ainsi, "le CIRC passe en revue des études publiées pour identifier les risques potentiels de cancer. Il n’estime pas le risque encouru par des populations associées avec une exposition à ce risque", selon la même entité. L’exemple donné est que les ultraviolets sont classés comme cancérogènes alors que l’exposition de la population générale au soleil ne représente pas un risque cancérogène. 


Si l’on en croit ce nouvel avis, une dose inférieure à 1 mg de glyphosate par kg de masse corporelle ne présenterait pas de risque de cancer. Cette publication déclenche la colère de certaines ONG comme Greenpeace. Selon les informations du journal Le Monde (article en accès payant), elles reprochent à la présidence et la vice-présidence du JMPR des conflits d’intérêts. Certains de ses membres appartiendraient à une organisation de lobbying scientifique financée par des producteurs de glyphosate, Monsanto inclus.

Source

http://www.wikistrike.com/2016/05/sante-maria-le-glyphosate-n-est-plus-dangereux-et-les-ogm-non-cancerogenes.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 25 Juil - 04:58 (2016)    Sujet du message: MONSANTO RECOIT L'AGREMENT EUROPEEN POUR DU SOJA OGM Répondre en citant

MONSANTO RECOIT L'AGREMENT EUROPEEN POUR DU SOJA OGM

Publié par wikistrike.com sur 23 Juillet 2016, 16:44pm

Catégories : #Ecologie - conso - biodiversité - énergie

http://www.wikistrike.com/tag/ecologie%20-%20conso%20-%20biodiversite%20-%2…


Monsanto pourra ainsi commercialiser une variété de soja génétiquement modifié qui peut notamment résister à certains herbicides.
 
Ce vendredi, le groupe de biotechnologies américain Monsanto a indiqué qu'il avait reçu l'agrément de l'UE pour y commercialiser une variété de soja génétiquement modifié. Appelé « Roundup Ready 2Xtend », ce soja peut notamment résister à certains herbicides comme le Dicamba, un produit chimique dérivé de l'acide benzoïque. Monsanto a rappelé qu'il avait déjà reçu l'agrément des autorités chinoises en février ainsi que celui de celles du Canada.

L'agence de protection de l'environnement américaine (EPA) effectue actuellement les derniers tests avant de donner son autorisation d'ici à l'automne à cet herbicide, ce qui permettrait son utilisation en Amérique du Nord pour la récolte de soja en 2017, a souligné Monsanto. L'autorisation européenne concerne l'importation et l'utilisation du produit dans la chaîne alimentaire, mais non sa culture, a précisé Monsanto, qui symbolise les dérives de l'industrie agricole pour la plupart des ONG environnementalistes.

http://www.wikistrike.com/2016/07/monsanto-recoit-l-agrement-europeen-pour-du-soja-ogm.html


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:08 (2016)    Sujet du message: OGM - PESTICIDES - AGRICULTURES

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> LA RELIGION MONDIALE ET L'ONU : SES VUES ET AGENDA SUR LE TRANSHUMANISME, CLONAGE, AGENDA DE DÉPOPULATION -> OGM / GMO PESTICIDES ET AGRICULTURES (PA2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com