LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

PREUVES DE L'AGENDA SUR LE DÉSARMEMENT MONDIAL - PROVES OF THE GLOBAL DISARMAMENT AGENDA
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> LE DÉSARMEMENT MONDIAL - GLOBAL DISARMAMENT
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Sam 30 Juil - 14:49 (2011)    Sujet du message: PREUVES DE L'AGENDA SUR LE DÉSARMEMENT MONDIAL - PROVES OF THE GLOBAL DISARMAMENT AGENDA Répondre en citant

    

PEACEBUILDING : A CARITAS TRAINING MANUAL (VATICAN)

Le Vatican contrôle les armées du monde entier via Caritas International. - The Vatican control all the armies of the world under Caritas Internationalis.

Peacebuilding : A Caritas Training Manual
www.caritas.org/upload/pea/peacebil-ing_1.pdf

1.1 NEW APPROACHES TO RESOLVING CONFLICT
www.caritas.org/upload/wkg/wkgreconc.pdf

KaziBongo: Operations / Quality Assurance Officer UNOPS/NAO ...

kazibongo.blogspot.com/.../operations-quality-ass...
https://www.google.ca/search?sourceid=navclient&hl=fr&ie=UTF-8&…

23 Aug 2012 – ... Hunger (ACF) · Africa Nazarene University · BondoUniversity College · Caritas ... Operations / Quality Assurance Officer - Mine Action Pool of Experts (P3) .... Police Experience) atthe Senior NCO (Non-CommissionedOfficer) or Officerlevel (or ..... International RescueCommitteeLivelihoods Special.
[PDF]
Privatising Security: Law, Practice And Governance Of Private - DCAF

dcaf.ch/content/download/34919/.../op06_privatising-security.pdf
Format de fichier: PDF/AdobeAcrobatde F Schreier - Special Operations Forces (ofthe US Armed Forces). UAV ...... ofNGOs, including the International RescueCommittee, CARE, and Caritas.106 The ...... senior logistics officers and NCOs are no longer available.141 Additionally, whilethe ...

      IMPLEMENTING THE UN PROGRAMME OF ACTION

A Checklist for Matching Needs and Resources

Kerry Maze       
UNIDIR        
United Nations Institute for Disarmament Research        
 
Geneva, Switzerland pdf document : http://www.unidir.org/pdf/ouvrages/pdf-2-92-9045-009-C-en.pdf

OBAMA - JFK PLAN TO DISARM AMERICA FOR GLOBAL GOVERNMENT

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=hkEXHQf6Ouk

FREEDOM FROM WAR DISARMAMENT 1961 GOV

This document also entitled state department publication 7277 is a furtherance of state department publication 3972...It outlines the DISARMAMENT of the United States...Including the American People.

Pdf document : http://fr.scribd.com/doc/105167878/Freedom-From-War-Disarmament-1961-GOV





Dernière édition par maria le Mar 5 Fév - 02:10 (2013); édité 10 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 30 Juil - 14:49 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 15:43 (2013)    Sujet du message: THE UN IS AFTER YOUR GUNS Répondre en citant

THE UN IS AFTER YOUR GUNS

Friday, 15 July 2011 14:53 Push for Gun Control Treaty Continues

A UN committee wrapped up a week-long series of meetings on a massive treaty that could undermine both U.S. sovereignty and the Second Amendment. This is the third round of meetings by the so-called “preparatory committee” on the Arms Trade Treaty (ATT) as the UN gears up for final negotiations in 2012.

The most comprehensive treaty of its kind, the ATT would regulate weapons trade throughout the world on everything from battleships to bullets.

And as information trickles out of Turtle Bay in New York City, it is obvious the UN is getting more clever about taking the focus off of “small arms.”

With an eye cast in the direction of the U.S.—in particular, toward the U.S. Senate which must ratify the treaty—the most recent Draft Paper for the Arms Trade Treaty recognizes in its preamble “the sovereign right of States to determine any regulation of internal transfers of arms and national ownership exclusively within their territory, including through national constitutional protections on private ownership.”

That statement, taken by itself, is troubling. Americans’ right to keep and bear arms exists whether or not it is “recognized” by some UN committee. The right enshrined in the Second Amendment predates our own Constitution, and does not need an international stamp of approval.

But the preamble aside, the scope of the treaty is what’s most damaging. Though negotiations will continue for another year, some provisions are certain to be contained in the final draft.

The ATT will, at the very least, require gun owner registration and microstamping of ammunition. And it will define manufacturing so broadly that any gun owner who adds so much as a scope or changes a stock on a firearm would be required to obtain a manufacturing license.

It would also likely include a ban on many semi-automatic firearms (i.e., the Clinton gun ban) and demand the mandatory destruction of surplus ammo and confiscated firearms.

Any suggestion that the treaty might not impact all firearms—right down to common hunting rifles—was thrown out the window after seeing the reaction to the Canadian government’s motion that hunting rifles be exempted from the treaty.

The Canadian representative caused a stir among the other delegates this week when he proposed that the treaty include the following language: “Reaffirming that small arms have certain legitimate civilian uses, including sporting, hunting, and collecting purposes.”

While Canadian gun owners were pleased with even the slightest movement by its government to protect gun rights, the proposed language is yet another indication that ALL firearms are “on the table.”

Feeble as it is, Canadian proposal was viewed as a major wrench thrown in the works, and had the anti-gunners crying foul.

Kenneth Epps is a representative with the Canadian anti-gun group known as Project Plowshares. According to Postmedia News, Epps said Canada’s move is hampering efforts to forge a comprehensive global arms control regime.

Noting that there is little difference between a sniper rifle and a hunting rifle, Epps said, “The problem is that once you introduce exemptions, others will do the same. It’s the thin edge of the wedge….From a humanitarian perspective, all firearms need to be controlled, and that’s the bottom line.”

Such statements are eagerly welcomed by the Obama administration. Since it has been largely stymied in pushing gun control in Congress, U.S. negotiators will push the envelope as far as they can.

The U.S. Undersecretary for Arms Control and International Security, a key negotiator of the ATT, is anti-gun former Congresswoman Ellen Tauscher of California. Tauscher said last year that her team at the State Department “will work between now and the UN Conference in 2012 to negotiate a legally binding Arms Trade Treaty.”

In 2009, newly confirmed Secretary of State Hillary Clinton reversed the position of the Bush administration (which voted against the treaty in 2008) and stated that “The United States is prepared to work hard for a strong international standard in this area.”

International standards, however, may not be the only, or even the primary, objective. Former ambassador to the UN, John Bolton, observes that, “The hidden agenda of a lot of the people who sought to negotiate a small arms treaty really had less to do with reducing dangers internationally and a lot more to do with creating a framework for gun control statutes at the national level.”

Bolton explains that pressure from the groups agitating for the treaty—groups such as Amnesty International, Oxfam, and the International Action Network on Small Arms (IANSA)—is geared toward constraining the freedoms of countries that recognize gun rights. “And specifically, and most importantly, [to] constrain the United States,” Bolton said.

Negotiators, from abroad and within the Obama administration, view arms control as protecting human rights, rather than seeing civilian disarmament for what it is—the favorite tool of despots, dictators and tyrants to maintain power by engaging in mass murder and genocide.

And, perversely, in many instances those resisting an oppressive, genocidal regime would be held in the same light as criminals and terrorists and be legally prohibited under the ATT from purchasing weapons.

U.S. Senator Jerry Moran (R-KS) makes this point in a letter he drafted to President Obama: “[T]he underlying philosophy of the Arms Trade Treaty is that transfers to and from governments are presumptively legal, while transfers to non-state actors…are, at best, problematic.”

Sen. Moran’s letter, in which he is joined by other pro-gun Senators, warned that any treaty “that seeks in any way to regulate the domestic manufacture, assembly, possession, transfer, or purchase of firearms, ammunition, and related items would be completely unacceptable to us.”

U.S. freedom is clearly in the sights of the ATT. The time to take action is now, before the treaty moves into final negotiations.

ACTION: Urge your Senators to oppose any UN effort to impose restrictions on the Second Amendment, and to sign on to Sen. Moran’s letter to President Obama in opposition to the ATT.

http://gunowners.org/a07152011.htm


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 15:46 (2013)    Sujet du message: LA COMMISSION DU DÉSARMEMENT CONCLUT LE DÉBAT GÉNÉRAL DE SA SESSION DE FOND DANS UN CLIMAT DOMINÉ PAR l’IMPÉRATIF D’ABOUTIR À DES RÉSULTATS TANGIBLES Répondre en citant



Assemblée générale
CD/3289
05/04/2011

--------------------------------------------------------------------------------

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Commission du désarmement

Session de fond de 2011

312e et 313e séances – matin & après-midi


LA COMMISSION DU DÉSARMEMENT CONCLUT LE DÉBAT GÉNÉRAL DE SA SESSION DE FOND DANS UN CLIMAT DOMINÉ PAR l’IMPÉRATIF D’ABOUTIR À DES RÉSULTATS TANGIBLES

La Commission du désarmement a conclu, aujourd’hui, les deux jours de débat général de sa session de fond 2011, pendant laquelle les États, décriant une impasse de plus de 10 ans, ont de nouveau exhorté la Commission à aboutir enfin à des résultats tangibles.

Après avoir entendu 19 délégations parler de leurs efforts en matière de désarmement nucléaire et de contrôle des armes classiques, dont les États dotés des armes nucléaires que sont la Fédération de Russie, la France et le Royaume-Uni, le Président de la Commission, M. Hamid Al Bayati de l’Iraq, a dit avoir perçu un sentiment d’urgence. « La communauté internationale attend de la Commission qu’elle aboutisse à des résultats », a-t-il déclaré.

Les délégations ont en effet réitéré leurs préoccupations face au blocage persistant qui entrave le fonctionnement de la Commission à New York, et à Genève, de la Conférence du désarmement. « Les instances de désarmement ne semblent plus être en mesure de fournir des réponses aux défis qui leur sont posés » a diagnostiqué le représentant de la Suisse.

Il a proposé que la Commission du désarmement ait un thème unique à son ordre du jour au lieu de deux -désarmement nucléaire et contrôle des armes classiques-, pour éviter « que l’absence de progrès dans un domaine ne génère des blocages dans l’autre ».

Le représentant suisse est allé jusqu’à considérer que si le mécanisme onusien de désarmement ne fonctionne plus et contribue lui-même au blocage, « il devient nécessaire de se demander si d’autres approches ne doivent pas être privilégiées ».

L’absence de résultats à la Commission du désarmement est extrêmement décourageante, a renchéri le représentant du Mexique qui a rappelé que le coût de trois semaines de travaux de la Commission s’élève à 1,5 million de dollars.

Nous devons aux peuples des « Nations Unies » des résultats concrets. « Le monde nous jugera sur nos actes et non sur nos paroles », a-t-il prévenu. Le Président de la Commission a invité les délégations à faire montre de la volonté politique nécessaire et à faire un usage effectif des instruments dont elles disposent déjà.

À ce propos, le représentant du Royaume-Uni a rappelé les nouvelles mesures que son pays a prises en matière de désarmement, avec pour objectif de réduire le nombre de ses têtes nucléaires à 180 pour le milieu des années 2020, même s’il entend garder un niveau minimal de dissuasion nucléaire.

Autre État doté de l’arme nucléaire, la Fédération de Russie a commenté les avancées représentées par le nouveau Traité START signé avec les États-Unis, qui « non seulement renforcera la sécurité des deux pays mais contribuera également à la stabilité internationale ».

Sur le plan des mesures préventives, le représentant russe s’est réjoui que son pays et la Chine aient obtenu de l’Assemblée générale la création d’un groupe intergouvernemental d’experts « chargé de mettre au point un code de conduite devant encadrer les activités dans l’espace extra-atmosphérique ».

Le représentant de la Fédération de Russie a, à l’instar de nombreuses autres délégations, défendu la pertinence des zones exemptes d’armes nucléaires, la création d’une telle zone au Moyen-Orient étant une priorité de son pays. Il a appuyé la tenue d’une conférence de l’ONU l’année prochaine, ce qui suppose, a-t-il dit, que les pays de la région adoptent une attitude constructive et fassent preuve de la volonté politique nécessaire.

Son homologue de l’Égypte a déploré que ni le lieu de la Conférence, recommandée par la Conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) de 2010, ni le choix du facilitateur ne soient encore connus. Il a exigé un respect scrupuleux du calendrier prévu.

Autre puissance nucléaire, la France a, par la voix de son représentant, dit appuyer l’initiative de l’Union européenne d’organiser un séminaire relatif à la tenue de la Conférence en question. Le représentant de la France a salué l’adhésion de l’Iraq au Code de conduite de La Haye qui contribue à l’objectif de création d’une zone exempte d’armes de destruction massive au Moyen-Orient.

Le Code de conduite de La Haye, lancé en novembre 2002, est l’instrument multilatéral de lutte contre la prolifération des missiles balistiques. Il compte aujourd’hui 131 signataires.

La Commission, qui termine ainsi son débat général de deux jours, poursuivra ses travaux en consultations officieuses au sein des Groupes de travail I et II chargés respectivement du désarmement nucléaire et du contrôle des armes classiques. Le Groupe de travail III a la tâche de réfléchir aux éléments d’un projet de déclaration faisant de 2010-2020, la quatrième Décennie du désarmement.

Suite du débat général

M. MOHAMED REFAAT FARGHAL (Égypte) a rappelé, qu’en dépit des progrès enregistrés dans le champ du désarmement nucléaire, la crédibilité des instruments existants de contrôle était menacée par les États qui violent leurs obligations en la matière, et ce, sous des prétextes fallacieux. Le désarmement nucléaire s’avère toujours aussi difficile à réaliser et le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), pierre angulaire du désarmement mondial, n’est pas encore universel, a-t-il poursuivi. Il a souligné que les efforts des cinq États dotés de l’arme nucléaire restaient à cet égard, extrêmement limités et a déploré les initiatives en cours visant à faire de la non-prolifération une priorité sans progresser parallèlement dans le désarmement nucléaire.

Un lien captieux serait même établi entre l’obligation de non-prolifération et la limite que l’on veut apporter au droit des États non nucléaires d’utiliser l’énergie nucléaire à des fins pacifiques. M. Farghal a également déploré le manque d’avancées dans la mise en œuvre du Plan d’action adopté lors de la Conférence d’examen du TNP sur le Moyen-Orient, notamment au regard de la conférence prévue en 2012 visant l’établissement d’une zone dénucléarisée au Moyen-Orient, dont le lieu n’est pas encore connu.

Il a appelé à l’adoption des mesures procédurales nécessaires à la tenue de cette conférence et a demandé que le facilitateur, lorsqu’il sera nommé, conduise les consultations nécessaires avec les États concernés, afin de respecter le calendrier prévu. Il a ensuite souligné que le Groupe de travail 1 devait s’assigner, comme objectif, la mise en œuvre des résolutions pertinentes de l’Assemblée générale sur le désarmement nucléaire et l’établissement de zones exemptes d’armes nucléaires, notamment au Moyen-Orient. Le Plan d’action précité du TNP devra également être renforcé, a-t-il poursuivi.

Il a rappelé l’importance du consensus sous-jacent au TNP, selon lequel les États dotés de l’arme nucléaire détruisent leurs armes nucléaires en échange de l’engagement des États non dotés de l’arme nucléaire de renoncer à leur acquisition. Dans le contexte d’une revitalisation de la Conférence du désarmement, les objectifs du désarmement ne pourront être atteints qu’au moyen de négociations internationales, a-t-il rappelé, invitant à lancer les discussions sur une convention contre les armes nucléaires afin d’aboutir à un monde exempt d’armes nucléaires d’ici à 2025.

M. AMRIT BAHADUR RAI (Népal) a noté que les armes légères et de petit calibre (ALPC) ont toujours des effets dévastateurs sur le développement de nombreux pays, en particulier ceux touchés par les conflits. « Le fléau des ALPC exige des réponses fortes et urgentes, notamment pour contrer les risques de détournement vers des acteurs non étatiques ». Après avoir appelé à la revitalisation de la Conférence du désarmement pour que les traités en friche y soient conclus, il a mis en avant les activités du Centre régional des Nations Unies pour la paix et le désarmement en Asie et dans le Pacifique, basé dans son pays. En faisant la promotion de la responsabilité collective et de l’appropriation à l’échelle nationale des programmes de désarmement multilatéraux, les initiatives régionales ont un rôle important à jouer pour renforcer les mesures de confiance, a-t-il jugé.

M. HASAN KLEIB (Indonésie) a rappelé que les attentes de la communauté internationale dans le champ du désarmement étaient élevées et a souhaité que la Commission du désarmement aboutisse au terme de ses travaux au même consensus qui avait permis l’adoption, en 1999, de recommandations pour l’établissement de zones exemptes d’armes nucléaires et pour le contrôle des armes classiques. Il a invité les États Membres à faire fond sur les points de consensus exprimés l’an dernier au sein du Groupe de travail sur les éléments d’un projet de déclaration faisant des années 2010 la quatrième Décennie du désarmement, et ce, même si ledit Groupe n’avait pu conclure ses travaux.

Il a souligné que les avancées enregistrées en 2010 dans le champ du désarmement devaient renforcer la détermination de la communauté internationale à édifier un monde exempt d’armes nucléaires. Dans ce droit fil, il est nécessaire que les États dotés de l’arme nucléaire mettent en œuvre leurs engagements, a-t-il poursuivi. En conclusion, il a souligné le rôle irremplaçable de la Commission du désarmement dans la facilitation des échanges et dans la recherche du consensus pour faire avancer l’agenda international du désarmement.

M. SERGE BAVAUD (Suisse) a axé sa déclaration sur la nécessité de sortir le mécanisme onusien de l’impasse. Reconnaissant que les instances de désarmement ne semblent plus être en mesure de fournir des réponses aux défis qui leurs sont posés, il a expliqué cette situation par le fait qu’un poids prépondérant est octroyé aux considérations de sécurité nationale, « au détriment des considérations globales ». « Or aujourd’hui, les intérêts nationaux et la sécurité globale ne peuvent être séparés », a-t-il affirmé.

M. Bavaud a ensuite proposé que la Commission du désarmement ait un thème unique à son ordre du jour, pour éviter, comme c’est le cas depuis 10 ans, « que l’absence de progrès dans un domaine génère des blocages dans d’autres ». Il a également suggéré que la Commission serve de réunion d’intersession à la session annuelle de l’Assemblée générale. Le Président pourrait aussi transmettre en son nom propre un rapport à l’Assemblée, a-t-il encore proposé.

M. Bavaud s’est également penché sur le cas de la Conférence du désarmement, jugeant que les procédures régissant cet organe contribuent à sa paralysie. « Celles-ci ont été développées lors de la guerre froide, si bien qu’aujourd’hui, les questions de sécurité spécifiques prennent systématiquement le pas sur les considérations de sécurité globale ».

Le représentant est allé jusqu’à considérer que si ce mécanisme ne fonctionne plus et contribue en lui-même au blocage, « il devient nécessaire de se demander si d’autres approches ne doivent pas être privilégiées ». M. Bavaud a préconisé, dans un premier temps, de consolider les fonctions « uniquement délibératives » de la Commission avec celle de la Conférence du désarmement. En conclusion, il a assuré que « la Suisse fera tout ce qui est en son pouvoir afin de surmonter les blocages actuels ».

M. HAMID ALI RAO (Inde) a rappelé que les États Membres avaient échoué, de très peu, à parvenir à un consensus en 2008 au sein du Groupe de travail sur les éléments d’un projet de Déclaration faisant des années 2010 la quatrième Décennie du désarmement. Il a ensuite indiqué que le désarmement nucléaire était l’une des priorités de l’Inde et du Mouvement des non-alignés et a souligné que l’objectif d’un monde exempt d’armes nucléaires restait toujours valide depuis son énonciation dans un Plan d’action en 1988 par le Premier Ministre indien de l’époque. Il a préconisé l’adoption de démarche graduelle visant à la « délégitimisation de l’arme nucléaire, afin d’œuvrer in fine à l’objectif de leur élimination totale ».

Il a ensuite indiqué que les pays disposant des arsenaux nucléaires les plus importants avaient une responsabilité spéciale dans le champ du désarmement et a salué, à ce titre, le Traité START entre les États-Unis et la Fédération de Russie. Soulignant les conséquences catastrophiques que pourrait avoir l’accès des réseaux terroristes à l’arme nucléaire, il s’est réjoui qu’une résolution contenant des mesures de prévention soit adoptée par consensus par l’Assemblée générale chaque année. M. Rao a ensuite estimé que le projet de Déclaration faisant des années 2010 la quatrième Décennie du désarmement devait refléter les aspirations de la communauté internationale, pour que les éléments retenus ne puissent être remis en question et contribuent pleinement au désarmement nucléaire.

Le régime international d’encadrement des armes classiques doit être renforcé, a-t-il ajouté. S’agissant enfin de l’établissement de mesures de confiance dans le champ des armes conventionnelles, le représentant a exprimé son scepticisme quant à des avancées concrètes, en raison du peu de temps dont disposent les délégations.

M. MARTIN BRIENS (France) a confirmé que, à l’invitation de la France, la première Réunion du P-5 sur le suivi de la Conférence d’examen du TNP de 2010 se tiendra à Paris le 30 juin prochain. « Cette initiative témoigne de l’engagement de la France à progresser dans le domaine du désarmement nucléaire et illustre la volonté du P-5 de poursuivre la mise en œuvre d’actions concrètes destinées à assurer le plein respect de leurs engagements à l’égard du TNP. »

M. Briens a ensuite demandé l’établissement immédiat d’un moratoire sur la production des matières fissiles jusqu’à ce que la Conférence du désarmement soit en mesure de négocier un traité interdisant cette production à des fins militaires. « Tous les États doivent contribuer au désarmement en créant l’environnement de sécurité requis, et cela signifie avant tout, stopper la prolifération ». « Je pense notamment à la République populaire démocratique de Corée (RPDC) et à l’Iran », a-t-il ajouté, soulignant que la France engage un effort particulier, y compris au sein du G-8 dont elle assure la présidence, pour prévenir et réduire cette grave menace à la sécurité internationale.

Le représentant a en outre indiqué que la France appuie l’initiative de l’Union européenne d’organier un séminaire relatif à la tenue d’une conférence en 2012 sur la mise en œuvre effective de la résolution de 1995 du TNP prévoyant la création d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient. Après avoir plaidé pour le renforcement du régime de la Convention sur l’interdiction des armes biologiques, M. Briens s’est appesanti sur la question des missiles.

« Pour lutter contre la prolifération des missiles balistiques, qui est un sujet de préoccupation majeur pour la communauté internationale, nous appellerons à l’universalisation du Code de conduite de La Haye et au renforcement concret de son fonctionnement ». Le représentant a salué l’adhésion de l’Iraq au Code, estimant que cette mesure était susceptible de faire progresser l’objectif de création d’une zone exempte d’armes de destruction massive et de leurs vecteurs au Moyen-Orient.

M. RODOLFO ELISEO BENÍTEZ VERSÓN (Cuba) a rappelé que les dépenses militaires mondiales ne cessaient d’augmenter d’année en année, soit de 49% en 10 ans, et qu’un seul pays était responsable de la moitié de ces dépenses. Parallèlement, 1,4 milliard de personnes dans le monde sont plongées dans l’extrême pauvreté, a-t-il poursuivi, ajoutant que des guerres injustifiables continuaient d’être menées, comme celle en Libye, aboutissant à la mort de milliers de civils. Il a invité le Groupe de travail 1 à faire fond sur le document de travail soumis par le Mouvement des non alignés afin d’aboutir au désarmement nucléaire.

Déplorant que malgré la fin de la guerre froide 23 000 têtes nucléaires restaient actives dans le monde, le représentant a plaidé pour leur élimination totale, seul moyen de contrecarrer la menace que de telles armes font peser sur la sécurité internationale. La politique de deux poids-deux mesures pratiquée entre un club de privilégiés qui continue d’améliorer leurs armes nucléaires et les pays du Sud qui se voient dénier le droit d’utiliser l’énergie nucléaire à des fins pacifiques doit être stoppée, a-t-il poursuivi, avant de plaider pour l’abandon des doctrines de dissuasion nucléaire.

Il a ensuite indiqué que le Document final adopté lors de la Conférence d’examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) en 2010 restait insuffisant puisqu’il ne comprenait pas d’échéancier pour la mise en œuvre des actions définies et ne fixait pas l’année 2025 comme date butoir pour l’élimination des armes nucléaires. Il a conclu en indiquant qu’une déclaration faisant des années 2010 la quatrième Décennie du désarmement contribuerait de manière significative à la mobilisation des efforts internationaux dans le champ du désarmement.

M. VITALY CHURKIN (Fédération de Russie) a déclaré que le nouvel Accord START américano-russe de réduction des armes stratégiques, qui est entré en vigueur le 5 février, « établit une stratégie irréversible, vérifiable et transparente ». « Non seulement le nouveau Traité renforcera la sécurité de la Fédération de Russie et des États-Unis, mais il contribuera également à la stabilité internationale ». « Sans nul doute, la réalisation des objectifs du Traité aidera à consolider le régime de non-prolifération nucléaire et le processus général de désarmement nucléaire », a ajouté M. Churkin.

Exhortant tous les États dotés de l’arme nucléaire à prendre une part plus active dans le désarmement nucléaire, le représentant a ensuite attiré l’attention sur les risques que pourrait faire courir à la sécurité internationale une course aux armements dans l’espace. « De plus, le déploiement hâtif et disproportionné, par rapport aux risques réels des missiles de défense, qui peut provoquer des situations de neutralisation mutuelle et activer, de ce fait, des programmes d’armement, ne doit pas être permis », a-t-il prévenu. M. Churkin a préconisé, « pour régler la question des missiles », d’établir un régime juridique international basé sur les principes du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire de 1987 (Traité FNI).

M. Churkin a défendu la pertinence des zones exemptes d’armes nucléaires, la création d’une telle zone au Moyen-Orient demeurant « une priorité de la Fédération de Russie ». « Nous appuyons à cette fin la tenue d’une conférence de l’ONU en 2012, ce qui suppose que les parties concernées, en particulier les pays de la région, adoptent une attitude constructive et fassent preuve de la volonté politique nécessaire ». Concernant l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, le représentant a estimé que pour répondre à une demande de plus en plus accrue, « la communauté internationale doit se doter d’une architecture nouvelle, résistante aux risques de prolifération et basée sur les approches multilatérales en matière de combustible nucléaire ».

« L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) doit être dans ce cadre l’instrument international de contrôle et de gestion », a-t-il ajouté. Revenant sur la question de la militarisation de l’espace, M. Churkin a indiqué que le projet de traité conjoint sino-russe doit être étudié sans délai au sein d’une Conférence du désarmement de nouveau opérationnelle. « Tout effort de prévention du placement d’armes dans l’espace extra-atmosphérique doit s’appuyer sur des mesures préalables de confiance et de transparence », a-t-il expliqué. « C’est pourquoi, nous avons obtenu de l’Assemblée générale la création d’un groupe gouvernemental d’experts chargé de mettre au point un code de conduite devant encadrer les activités spatiales des pays », a-t-il indiqué.

Concernant les armes classiques, M. Churkin a notamment signalé que son pays est favorable à l’universalisation et à l’élargissement de la portée du Registre de l’ONU sur ces armes, étant entendu que l’objectif principal doit être d’améliorer cet instrument. « Nous appuyons d’autres discussions sur un projet de traité sur le commerce des armes négocié dans le cadre de l’ONU », a-t-il aussi déclaré.

M. STEFAN BARRIGA (Liechtenstein) a déclaré que l’heure était à la traduction en actes des engagements contractés lors de la Conférence d’examen du TNP de 2010, en particulier celui pris par les États dotés de l’arme nucléaire de discuter des mesures à mettre en œuvre pour parvenir à l’élimination « complète, transparente et irréversible » de leurs arsenaux. Évoquant l’actualité, le représentant a noté que le système d’alerte rapide de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICE) a permis, au lendemain du tsunami au Japon, de repérer à travers le monde les quantités mêmes les plus infimes de particules radioactives.

Pour M. Barriga, la Conférence du désarmement doit redevenir opérationnelle afin qu’y soit négocié sans délai un instrument interdisant la production des matières fissiles. Pour ce qui est de l’impasse de la Commission, le représentant s’est demandé si, en cas de persistance du statu quo à l’issue de la session de fond, l’Assemblée générale ne devrait pas repenser les méthodes de travail et même le mandat de la Commission. Le représentant a appuyé la poursuite des discussions en cours à l’ONU sur la pertinence et la faisabilité d’un traité sur le commerce des armes.

M. ENRIQUE OCHOA (Mexique) a partagé le point de vue exprimé par plusieurs délégations selon lequel l’absence de résultats à la Commission du désarmement, qui vient s’ajouter à la paralysie de la Conférence sur le désarmement, est extrêmement décourageante. Cet état de fait donne une image très négative de la diplomatie multilatérale, a-t-il déploré, avant d’ajouter que les trois semaines de travaux de la Commission coûtaient 1,5 million de dollars. « Nous devons aux peuples des Nations Unies des résultats concrets. Le monde nous jugera sur nos actes et non sur nos paroles », a-t-il conclu.

M. LIBRAN N. CABACTULAN (Philippines) a estimé que beaucoup restait à faire dans le champ du désarmement en dépit des progrès enregistrés en 2010. Pour éliminer les armes nucléaires, il a plaidé pour que d’autres nations et organisations internationales soient en mesure de vérifier la véracité des rapports de certains États dotés de l’arme nucléaire sur le démantèlement de leur arsenal. Des observateurs internationaux devraient faire partie des équipes de vérification, a-t-il insisté.

Il a reconnu le rôle joué par les stations de surveillance de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (Otice) dans la détection des radiations nucléaires provenant des réacteurs nucléaires au Japon et a plaidé pour l’entrée en vigueur du Traité. Le représentant a apporté son soutien à l’établissement de zones exemptes d’armes nucléaires; le Traité de Bangkok de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) représentant à ce titre une réelle avancée. Le représentant a appelé les États dotés de l’arme nucléaire à en signer le Protocole.

S’agissant de l’établissement d’une telle zone au Moyen-Orient, il a souhaité que la conférence sur ce thème soit effectivement convoquée en 2012, qu’un facilitateur soit nommé pour mener les consultations avec les États concernés et enfin que le gouvernement hôte de la Conférence soit désigné.

Cette conférence ne doit pas être le théâtre d’un jeu stérile consistant à incriminer certaines délégations, a-t-il prévenu, ajoutant qu’un tel rassemblement, même s’il n’est pas couronné de succès, pourrait ouvrir la voie à une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient. Il a appelé de ses vœux une conférence établissant les paramètres de l’élimination des armes nucléaires, assortis d’un calendrier précis.

Le représentant a enfin souhaité que les éléments d’un projet de déclaration faisant des années 2010 la quatrième Décennie du désarmement reflètent les préoccupations de tous les pays, avant de souligner l’importance de mesures de confiance dans le champ des armes classiques.

M. MOHAMMAD KHAZAEE (République islamique d’Iran) a déploré que les États dotés de l’arme nucléaire continuent de défendre et de pratiquer des doctrines de dissuasion. « C’est sous ce prétexte que ces pays modernisent les arsenaux dont ils sont censés se débarrasser ». La communauté internationale n’a pas d’autre choix que de réagir collectivement en redoublant d’efforts pour éliminer les menaces que fait naître l’existence même de ces armes nucléaires, a-t-il ajouté.

Pour le représentant de la République islamique d’Iran, l’heure est venue d’entamer des négociations sur une convention contre ces armes ainsi que sur un instrument juridiquement contraignant offrant des garanties de sécurité négatives aux États non dotés du feu nucléaire. Le représentant a affirmé que le meilleur moyen de parer au risque de prolifération nucléaire est d’assurer la pleine et non sélective mise en œuvre du TNP. Ce Traité doit devenir universel pour qu’au Moyen-Orient, où le seul régime non partie au TNP mène un programme d’armement nucléaire, puisse être créée une zone exempte d’armes de destruction massive, a-t-il exhorté.

Concernant le droit des parties au TNP à l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, le représentant a déclaré que son pays « reste déterminé à exercer ce droit inaliénable de manière responsable ». Contrairement aux allégations faites hier au nom de l’Union européenne, les activités nucléaires de l’Iran sont et ont toujours été conduites à des fins pacifiques, a-t-il affirmé, en ajoutant que l’AIEA a, à maintes reprises, confirmé la nature pacifique du programme nucléaire iranien.

Au lieu de porter des accusations sans fondement, a estimé le représentant, les États dotés de l’arme nucléaire, qui soutiennent le programme militaire du seul régime du Moyen-Orient non partie au TNP, devraient respecter leurs propres obligations dans le domaine du désarmement nucléaire. Il a rappelé en conclusion que l’Iran est prêt à négocier sans condition préalable, sur une base équitable et dans un esprit de respect mutuel.

M. JOSÉ EDUARDO PROAÑO (Équateur) a souligné combien les événements récents ont montré les dangers inhérents à l’utilisation du nucléaire civil. Pourquoi dès lors, à la lumière de tels événements, s’obstiner à recourir, dans des proportions démesurées, à une énergie potentiellement destructrice, dans le domaine militaire? La question de l’abandon du nucléaire est posée, a-t-il affirmé. Il a indiqué que son pays appuie pleinement la mise en œuvre du Programme d’action de l’ONU sur les ALPC ainsi que les discussions en cours sur un traité relatif au commerce des armes. Sur ce dernier point, le représentant a estimé que l’instrument qui résultera des négociations devra être juste et équilibré et tenir dûment compte du principe de légitime défense.

Mme LISETH ANCIDEY (République bolivarienne du Venezuela) a rappelé que la volonté politique était indispensable pour aboutir à des accords dans le champ du désarmement, regrettant l’impasse dans laquelle se trouve la Commission du désarmement. Elle a souligné que le monde vit sous la menace d’une attaque nucléaire, en raison de l’existence même de telles armes. Elle a invité à un dépassement de l’unilatéralisme, en faisant fond sur les avancées enregistrées lors de la Conférence d’examen du TNP. Elle a ensuite indiqué que les doctrines de dissuasion militaire ne faisaient qu’alimenter la méfiance et entraver les efforts de désarmement.

Elle a souhaité que le projet de déclaration faisant des années 2010 la quatrième Décennie du désarmement fasse mention des menaces spécifiques auxquelles fait face la communauté internationale, telles que la modernisation rapide des armes nucléaires et l’accès des réseaux terroristes à ces armes. Seule leur destruction peut empêcher la prolifération, a-t-elle ajouté. La représentante a estimé que les restrictions au commerce des armes pouvaient remettre en question le droit des pays à la légitime défense, tout en appelant de ses vœux l’adoption d’un traité contre le commerce illicite des armes légères et de petit calibre. En conclusion, elle a exhorté les États producteurs d’ALPC à plus de transparence.

Mme JWAN TAWFIQ (Iraq) a noté que, depuis l’abandon des sanctions qui frappaient l’Iraq, son pays assume, pour la première fois, la présidence d’une entité onusienne du désarmement. L’Iraq s’est engagé à vivre en paix avec lui-même et ses voisins, a-t-elle ajouté, ce qu’a reconnu le Conseil de sécurité en levant les sanctions. Aujourd’hui, l’Iraq est un pays actif dans le domaine du désarmement et de la non-prolifération, a encore assuré la représentante. Elle a estimé que la non-prolifération des armes nucléaires ne peut être réalisée qu’en adhérant au TNP et au TICE et en plaçant les installations nucléaires sous le contrôle de l’AIEA, seule à même de déterminer la nature des activités, a-t-elle ajouté.

Pour Mme Tawfiq, les États dotés de l’arme nucléaire mettent au point de nouveaux types de vecteurs, ce qui constitue une source légitime de préoccupation. Pour renforcer la confiance, il est nécessaire d’établir un instrument juridiquement contraignant offrant des assurances de sécurité négatives aux États non dotés de l’arme nucléaire. Elle a, par ailleurs, plaidé à son tour pour l’établissement d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient.

M. IAIN COX (Royaume-Uni) a indiqué que la stratégie de défense de son pays, adoptée en 2010, réaffirmait l’engagement en faveur d’une dissuasion nucléaire minimale tout en contenant de nouvelles mesures de désarmement, telles que la réduction, de 48 à 40, des ogives transportées par les sous-marins et la réduction d’ici à la moitié de l’année 2020 du stock de têtes nucléaires pour atteindre un nombre inférieur à 180. Il a ensuite déploré que malgré l’adoption d’un Programme de travail en 2009 à la Conférence du désarmement, aucune avancée concrète n’ait été enregistrée.

Les efforts visant à l’élimination des armes nucléaires ne pourront être couronnés de succès que s’il est mis fin à la prolifération de ces armes. Dans ce droit fil, M. Cox a appelé les États parties au TNP à se conformer aux obligations qui en découlent. Il a plaidé pour le renforcement du Traité et a souhaité qu’un pays ne puisse continuer à bénéficier des avantages dudit TNP s’il s’en retire. Il a estimé que l’accès des acteurs non étatiques aux armes de destruction massive faisait planer une menace réelle sur la sécurité internationale. Il a appelé à des instruments de prévention et, a assuré du soutien de son pays à des discussions « constructives » sur les mesures de confiance dans le champ des armes classiques.

M. KNUT LANGELAND (Norvège) a noté les progrès enregistrés dans le champ du désarmement « humanitaire », avec les deux Conventions contre les mines et les armes à sous-munitions, déplorant qu’il n’en soit pas de même dans d’autres secteurs du désarmement. Il a ajouté que la longue impasse dans laquelle se trouvait la Conférence du désarmement entravait la bonne mise en œuvre des mesures avancées par la Conférence d’examen du TNP. Il a également averti que le temps était compté s’agissant de la préparation de la Conférence sur le Moyen-Orient. M. Langeland a ensuite affirmé que la structure même de la Commission n’était peut-être pas la plus optimale pour la recherche d’un consensus qui fait défaut depuis plus de 10 ans.

Il a avoué son scepticisme sur l’issue des travaux de la Commission, notamment dans le champ des mesures de confiance conventionnelles. Il a appelé à une profonde transformation de la Commission qui ne devrait plus être l’otage de la règle stérile du consensus. Comme résultats souhaitables, il a espéré une synthèse du Président qui identifierait les éléments de convergence entre les États, comme les points de désaccord. Comme la Conférence du désarmement, la Commission est à la croisée des chemins. Si nous faisons comme si de rien n’était, elle sera complètement discréditée, a-t-il prévenu.

M. RAFF BUKUN-OLU WOLE ONEMOLA (Nigéria) a lui aussi appelé les États dotés de l’arme nucléaire à honorer pleinement leurs obligations internationales en cessant de mettre au point de nouveaux vecteurs et en permettant la conclusion d’un accord juridiquement contraignant offrant des assurances de sécurité négatives aux autres États. Nous soulignons l’importance de revitaliser la Conférence du désarmement afin qu’elle puisse conclure les traités en suspens, a-t-il ajouté. Il a considéré sur ce dernier point que l’entrée en vigueur rapide du TICE constituerait une étape décisive sur la voie d’un désarmement nucléaire « systématique et irréversible ». Il a en outre demandé aux États Membres d’étudier plus avant le lien entre désarmement et développement et, à cette aune, de réduire leurs dépenses militaires au profit de la lutte contre la pauvreté et l’exploitation irresponsable des ressources.

M. PHAM VINH QUANG (Viet Nam) a réaffirmé le rôle crucial de la Commission du désarmement qui pourrait contribuer davantage à l’objectif partagé du désarmement et du contrôle des armes si une volonté politique renforcée était au rendez-vous. S’agissant du Groupe de travail 1, il a apporté son soutien au document de travail soumis par le Mouvement des non-alignés. Il a plaidé pour l’élimination totale des armes nucléaires suivant un échéancier clairement défini, avant de souligner l’importance cruciale qu’il y a à établir des zones exemptes d’armes nucléaires pour la sécurité internationale. Il a exhorté les États dotés de l’arme nucléaire à signer le Protocole au Traité instaurant une telle zone en Asie du Sud-Est, adopté sous les auspices de l’ANASE.

* *** *
--------------------------------------------------------------------------------

À l’intention des organes d’information • Document non officiel]


http://www.un.org/News/fr-press/docs/2011/CD3289.doc.htm


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 15:48 (2013)    Sujet du message: UN OFFICIAL HIGHLIGHTS IMPACT OF DEMOCRACY AND RULE OF LAW ON ADVANCING DISARMAMENT Répondre en citant

UN OFFICIAL HIGHLIGHTS IMPACT OF DEMOCRACY AND RULE OF LAW ON ADVANCING DISARMAMENT




Amb. Jarmo Viinanen of Finland

3 October 2011 – The twin forces of democracy and the rule of law can help advance progress on disarmament and positively impact the work of the United Nations committee that deals with the issue, a top United Nations official said today.

“Democracy and the rule of law are two powerful forces in the global environment that together can help strengthen the political will needed to move the disarmament agenda forward,” Sergio Duarte, the High Representative for Disarmament Affairs, told the General Assembly committee that deals with disarmament and international security issues, also known as the First Committee.

As the committee, chaired by Ambassador Jarmo Viinanen of Finland, began its general debate, Mr. Duarte noted that disarmament remains a goal shared by all Member States.

“What is most needed now is the political will to translate these goals into action. For this work to be undertaken on a global scale, there is no substitute for the UN disarmament machinery as a venue for multilateral cooperation,” he said. “It remains the world’s great ‘assembly line’ for the construction and maintenance of global disarmament norms.

“As the forces of democracy continue to grow, so too will the legitimacy of international rules in this field – and as the rule of law continues to come to disarmament, so too will the world welcome the additional stability, predictability and basic fairness that will arise as a result,” said the High Representative.

He pointed to the democratic revolution that is sweeping the world, and said that evidence that democracy is coming to disarmament is “indisputable” in light of the actions by mayors, grass-roots organizations and civil society groups in promoting progress in nuclear disarmament.

“It is apparent in the persisting and growing expectations voiced in the General Assembly for new progress in disarmament,” he stated. “And as the world’s largest democratic body, the General Assembly offers a forum for each State, large or small, to participate in the process of developing multilateral disarmament norms.

“And as democracy is coming to disarmament, so too is the rule of law,” Mr. Duarte added, saying that this is apparent in many ways, including the efforts to gain universal membership in the key multilateral treaties dealing with weapons of mass destruction, as well as in the growing interest in support of negotiating a nuclear weapons convention.

The forces of democracy and the rule of law also have the potential to help in achieving the goal of a reduction in military spending, Mr. Duarte stated. The world is reportedly spending over $1.6 trillion a year for military purposes, he noted, while progress in achieving the global anti-poverty targets known as the Millennium Development Goals (MDGs) has fallen short of expectations given the lack of resources.

“In terms of the work of this committee, it is therefore quite clear that we should not close up shop and wait for the dawning of world peace as a precondition for disarmament, non-proliferation and arms control to succeed.

“To the contrary, our efforts in each of these fields make their own vital and independent contributions to strengthening international peace and security,” said Mr. Duarte. “And as disarmament advances, the world advances.”

During the current 66th session of the Assembly, the deliberations of the committee will cover a wide range of issues, including weapons of mass destruction, the regulation and limitation of conventional arms, the relationship between disarmament and development, disarmament education, and institutions in the UN disarmament machinery.

Its general debate will continue through 11 October.


http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=39915&Cr=disarmament&C…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 15:49 (2013)    Sujet du message: U.N. TREATY WILL DESTROY THE 2nd AMENDMENT IF IT IS RATIFIED Répondre en citant

U.N. TREATY WILL DESTROY THE 2nd AMENDMENT IF IT IS RATIFIED



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=A1EXbehNjz8&feature=feedlik


Dernière édition par maria le Dim 13 Jan - 15:58 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 15:56 (2013)    Sujet du message: LE DÉSARMEMENT ENGENDRE LE DÉVELOPPEMENT Répondre en citant

LE DÉSARMEMENT ENGENDRE LE DÉVELOPPEMENT

Le désarmement n'engendrera pas le développement mais la tyrannie et un esclavage assuré, car seul les forces reconnues par les Nations Unies peuvent et pourront posséder des armes, sous le couvert de la PAIX. L'industrie militaire est devenue si puissante, ces dernières années, notre argent, via les taxes et plusieurs organisations humanitaires sont détournés au profit de ce vaste complexe militaire afin d'imposer leur tyrannie sur les nations et non pas la PAIX, la JUSTICE qu'ils ne cessent de nous vanter constamment. Regardez les pays où il y a eu un désarmement des populations, le Royaume-Uni est un bon exemple. Y voyons-nous un monde plus humain, plus compréhensif, un monde qui avance vers une PAIX durable? Est-ce que le DÉVELOPPEMENT va de l'avant? Non, ce peuple, comme tant d'autres s'est fait leurré et a cru aux mensonges de ses gouvernants et aujourd'hui, ils sont pris au piège. Que cela serve de leçon aux autres nations!

Quant à la "CULTURE DE PAIX GLOBALE", un autre mot code qui nous confirme que le Vatican pousse vraiment pour une ISLAMISATION MONDIALE sous les lois de la Sharia. Des tyrans disant vouloir notre bien, alors qu'ils sont tous unis sous l'aigle de Lucifer pour achever notre ruine à tous!




LE DÉSARMEMENT ENGENDRE LE DÉVELOPPEMENT

Intervention du Saint-Siège à l'ONU

ROME, vendredi 21 octobre 2011 (ZENIT.org) – Les « graves répercutions » du commerce des armes illégitimes sur le développement ont évé évoquées par Mgr Francis Assisi Chullikatt, observateur permanent du Saint-Siège auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York. Il estime que « le désarmement engendre le développement ».

Le prélat est intervenu le 11 octobre dernier devant le premier comité de la 66e session de l’Assemblée générale de l’Onu sur le point 87 : « Désarmement et sécurité internationale   ».

Au début de son intervention, Mgr Chullikatt s’est dit persuadé « de la nécessité de jeter les fondements de la PAIX  en reconnaissant l’importance du DIALOGUE et en renforçant les relations d’amitié ».

Un message proposé par la Journée interreligieuse d’Assise de 2011 « par laquelle le pape Benoît XVI, avec une vaste coalition de responsables religieux, désire mettre en relief l’idée que les religions ne représentent pas un facteur de conflit mais de pacification entre les peuples et qu’elles sont capables de donner une contribution importante à la construction d’un humanisme intégral qui attribue une place privilégiée à la dignité transcendante de la personne humaine ».

« Il existe un lien intime entre le développement et le désarmement », a-t-il par ailleurs poursuivi. « Dans le cadre d’une société édifiée sur le droit, le désarmement engendre le développement, et le développement humain intégral a des répercutions profondes et des bénéfices sur la construction de la paix et la résolution des questions relatives à la sécurité ».

Dans cette perspective, le Saint-Siège rappelle « avec fermeté sa critique sur la course aux armements », a-t-il ajouté en rappelant que les dépenses militaires dans le monde continuent d’augmenter : 1 630 000 millions de dollars en 2010 (1 569 000 millions en 2009 et 1 044 000 millions en l’an 2000).

« La communauté internationale doit donc se confronter à la nécessité urgente de mettre un frein à cette déplorable course aux armements et à encourager une amputation importante des dépenses militaires».

« Ces réflexions prennent encore plus d’importance si on observe qu’en 2010 comme en 2011, il semble qu’il y ait eu peu de progrès dans le domaine du désarmement, du contrôle des armes et de la réduction ou de la reconversion des dépenses militaires en faveur du développement pacifique des peuples », a-t-il ajouté.

Mgr Chullikatt s’est aussi exprimé sur la rédaction d’un Traité sur le commerce des armes prévu pour 2012. « Il faut accomplir tous les efforts possibles pour prévenir la prolifération de tous types d’armes qui encouragent des guerres locales et la violence urbaine et tue trop de personnes chaque jour dans le monde », a-t-il ajouté.

L’observateur permanent du Saint-Siège aux Nations-Unis a enfin évoqué « les graves répercutions que le commerce des armes illégitime a sur la paix, sur le développement, sur les droits humains et sur la situation humanitaire, et spécialement son impact fort sur les femmes et les enfants ».

« Le Saint-Siège est convaincu qu’un Traité sur le commerce des armes peut donner une contribution importante à la promotion d’une CULTURE DE PAIX  vraiment GLOBALE , à travers la coopération responsable des États, en collaboration avec l’industrie des armes et dans la solidarité avec la société civile », a-t-il conclu.

« Dans cette perspective, a déclaré Mgr Chullikatt, les efforts actuels pour adopter un traité pour le commerce des armes pourrait devenir un signe propice de la volonté politique des nations et des gouvernements, si nécessaire, pour assurer plus de PAIX, de JUSTICE, de STABILITÉ et de PROSPÉRITÉ dans le monde ».

Marine Soreau

ZÉNIT


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 15:59 (2013)    Sujet du message: CONFERENCE SUR LE DESARMEMENT : LA SESSION 2012 OUVRE SUR FOND DE BLOCAGE Répondre en citant

CONFERENCE SUR LE DESARMEMENT : LA SESSION 2012 OUVRE SUR FOND DE BLOCAGE


Le Secrétaire général Ban Ki-moon.

24 janvier 2012 – En ouverture mardi à Genève de la réunion annuelle de la Conférence du désarmement, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a déploré que cet organe chargé des négociations multilatérales sur le désarmement et la non-prolifération ne remplisse plus les attentes.

« Non seulement les membres de la Conférence sont en désaccord sur ses priorités, mais la règle du consensus, qui a si bien fonctionné dans le passé, est actuellement utilisée comme un pouvoir de veto de fait pour bloquer toutes tentatives de sortir de l'impasse », a déclaré Ban Ki-moon dans un message lu par le Directeur général du bureau de l'ONU à Genève, Kassym-Jomart Tokayev.

Le Secrétaire général a rappelé que certains Etats souhaitent des négociations sur le désarmement nucléaire, d'autres veulent interdire la production de matières fissiles utilisées dans les armes atomiques. D'autres encore souhaitent un traité qui protège les Etats qui n'ont pas l'arme atomique de ceux qui l'ont et certains veulent éviter une course à l'armement dans l'espace.

Selon Ban Ki-moon, alors qu'une large majorité des membres est prête à entamer des négociations sur un traité concernant les matériaux fissiles, certains s'empressent de demander des 'conditions préalables', même s'il est clair que les intérêts des pays sont le mieux défendus lors des négociations et du processus de ratification national.

« L'avenir de la Conférence est entre les mains des Etats membres. Mais je ne peux pas attendre de manière passive qu'elle perde toute pertinence, tandis que les Etats cherchent d'autres forums de négociations », a ajouté le Secrétaire général.

« En 2012, l'avenir de la Conférence fera l'objet d'une attention particulière. Les lamentations sur les règles de procédure ou sur le 'manque de volonté politique' ne suffiront plus à expliquer l'absence de progrès. L'Assemblé générale s'est saisie de la question et si la Conférence reste bloquée, elle est prête à considérer les options pour faire avancer le dossier du désarmement », a mis en garde Ban Ki-moon.

Le Président de la Conférence et Ambassadeur d'Equateur, Luis Gallegos Chiriboga, a de son côté indiqué que le blocage n'était pas une simple question de procédure, mais qu'elle serait due à des réalités géopolitiques, des questions de sécurité et d'équilibres régionaux à prendre au sérieux.


http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=27430&Cr=désarmement&am…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:01 (2013)    Sujet du message: BAN URGES UN FORUM TO ‘SEIZE THE MOMENT’ TO ADVANCE DISARMAMENT Répondre en citant

BAN URGES UN FORUM TO ‘SEIZE THE MOMENT’ TO ADVANCE DISARMAMENT


Director-General of the United Nations Office at Geneva Kassym-Jomart Tokayev opens the Conference on Disarmament. UN Photo/Jean-Marc Ferré

24 January 2012 – Lamenting the lack of progress in recent years within the world’s sole multilateral disarmament negotiating forum, Secretary-General Ban Ki-moon today urged its members to break the existing impasse and move the agenda forward.



“I urge you to seize this moment, when the world is focused intently on advancing disarmament goals,” Mr. Ban said in a message to the opening of the Conference on Disarmament, read out on his behalf by Kassym-Jomart Tokayev, Director-General of the UN Office at Geneva (UNOG).

“I appeal to you to support the immediate commencement of negotiations in the Conference on agreed disarmament issues,” he added. “Prior agreement on their scope or final outcomes should not be a precondition for the start of negotiations, or an excuse to avoid them. Prior agreement on their scope or final outcomes should not be a precondition for the start of negotiations, or an excuse to avoid them.

“The tide of disarmament is rising, yet the Conference on Disarmament is in danger of sinking.”

Established in 1979 as the single multilateral disarmament negotiating forum of the international community, the CD – as the Conference is known – primarily focuses on cessation of the nuclear arms race and nuclear disarmament, prevention of nuclear war, and prevention of an arms race in outer space, among other things.

It has been plagued in recent years by an inability to overcome differences among its members and start its substantive work towards advancing disarmament goals.

Mr. Ban reminded members that the CD and its predecessors have had some impressive accomplishments, including work on the Biological and Chemical Weapons Conventions, the Nuclear Non-Proliferation Treaty (NPT) and the Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty (CTBT).

“Many of these were achieved during the Cold War, proving that it is possible to create global legal norms even in times of great political disagreements,” he noted.

“Yet today, this distinguished body is no longer living up to expectations,” Mr. Ban said, adding that the last occasion on which the Conference fulfilled the negotiating role given to it by the General Assembly was in 1996, when the CTBT emerged from an intensive three-year process.

“The future of the Conference is in the hands of its member States. But I can not stand by and watch it decline into irrelevancy, as States consider other negotiating arenas,” said the Secretary-General.

“Let us restore the Conference to the central role it can and must play in strengthening the rule of law in the field of disarmament. It is our shared responsibility to make the Conference work, not only for us but for future generations.”


http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=41021&Cr=disarmament&C…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:07 (2013)    Sujet du message: WORLD COUNCIL OF CHURCHES : ARMS TRADE TREATY CAMPAIGN Répondre en citant



WORLD COUNCIL OF CHURCHES : ARMS TRADE TREATY CAMPAIGN


Small arms and light weapons have been called the “weapon of mass destruction of the poor”. These and other conventional arms kill, injure, and tear up families and communities across the world. They prolong armed conflicts, and fuel poverty. But unlike the trade in other items, like food or drugs, the trade in arms is not subject to any international regulation.

Churches and social movements that are eye-witnesses to the harmful effects of these weapons have long advocated for international regulation that will reduce the suffering caused by easy access to arms.

In 2012, the world’s governments will gather in New York to negotiate a legally binding international treaty on trade in conventional weapons. Join us to demand a strong and effective Arms Trade Treaty that will save lives, reduce human suffering, and stop weapons fuelling and prolonging conflict.


http://www.oikoumene.org/fr/programmes/temoignage-public-face-au-pouvoir-af…

ON OUR WAY TOWARDS AN ARMS TRADE TREATY

Months of fighting in Misrata, Libya, left an abundance of ordnance scattered all over the city. © ACT Alliance/Paul Jeffrey

Every day, somewhere in the world, 2,000 people die as a result of armed violence. The uncontrolled and irresponsible sale of, and trade in, small arms and light weapons fuels poverty and suffering. Additionally, the massive and ready supply of weapons makes them accessible for misuse and abuse.

Armed conflict, the displacement of people, organized crime and terrorism flourish in the absence of internationally agreed standards for the transfer of weapons across international borders, thus undermining PEACE, STABILITY and socio-economic development.

Recognizing that fact, the General Assembly of the United Nations began the process to negotiate an Arms Trade Treaty (ATT) in January 2010 culminating in a treaty conference in July 2012. It seeks consensus on a legally binding treaty containing universal regulations enforcing the highest possible standards for the responsible trade of conventional weapons.

The idea is that if all UN member states agree on a set of standards as to what makes arms transfers acceptable, it will make the illicit trade or transfer of arms much more difficult.

The ATT will not affect national laws regarding the internal movement of arms, the right for citizens to bear arms or a country’s right to self-defence . However, the application of internationally agreed trading standards can prevent and reduce the use of weapons for purposes of human rights abuses, violations of humanitarian law, or to incite terror.

The churches' role

As grassroots-based structures working in communities, churches bear witness to the brutal consequences of armed violence and are often directly involved in ministry and care for people affected by this violence. The role of the churches should be to mobilize the communities as well as to bring the experiences and stories from the ground to the level of decision makers.

The churches are well placed to acknowledge and testify to the impact of small arms, since they minister to the victims and their families all around the world, in rich and poor nations.

Churches see people's needs and are in a unique position to address the small arms epidemic, identifying its material, moral, ethical and spiritual dimensions. Churches can inform, mobilize, and guide the community, offering a specific and holistic contribution to the international small arms campaign.

Churches also have a policy role to play, bringing theological insights and moral and ethical perspectives to bear upon the social and political pursuit of small arms control and demand reduction.

(Policy Framework and Guidelines on Small Arms and Light Weapons, WCC Commission of the Churches on International Affairs, May 2001)


http://www.oikoumene.org/fr/programmes/temoignage-public-face-au-pouvoir-af…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:10 (2013)    Sujet du message: ROMAN CATHOLIC ROSEMARY COLLYER: WICKED FEDERAL JUDGE ATTACKING GUN OWNERSHIP Répondre en citant

ROMAN CATHOLIC ROSEMARY COLLYER: WICKED FEDERAL JUDGE ATTACKING GUN OWNERSHIP

Posted by EJP on Feb 2nd, 2012 and filed under Criminal Federal Courts, Gallery, News.

And the hits from Jesuit-ruled Washington, via Jesuit Georgetown University, just keep on coming!

Once again we see the Black Pope’s concerted attempt on the part of his U.S. Federal judges to disarm the American populace by regulating-to-death gun sales from over 8700 gun shops in the Southwest. This is the Order’s policy of death to American gun rights, i.e., “death by a thousand cuts.” Rob, one of my advisers writes:



Federal Judge Rosemary Collyer, 2011

“Federal Judge Roman Catholic Rosemary Collyer rules, that every Mexico border state (the entire Southwest including CAL) gun shop owner (over 8700) has to report sales, if more than 2 firearms are sold within one week. Other restrictions as well. This is a great example of the “Holy Roman” Fourteenth Amendment American Empire, post 1868, 14th amendment doing what it was exactly designed to do. It will be nearly impossible to get a permit to carry in this country within 3 years.”

The solution is simple: State secession of every state affected by this damnable ruling must immediately ensue! And the wicked witch who “framed this mischief with a law” should be required to live right in the middle of the anti-White, hatefully-racist, Hispanic Roman Catholic Alien Invaders who hate all Whites with a passion—especially White Protestants and Baptists. The whole Roman Catholic/Islamic AZTLAN movement is anti-White Anglo-Saxon Protestant as its Jesuit leaders have openly stated! Maybe this judicial whore for the Jesuit Papacy will get down on her knees and lick the boots of her Hispanic attackers while crying out:

“But I am a Roman Catholic too!”

It is time to repent of our sins, believe the glorious gospel of the risen Lord Jesus Christ (I Corinthians 15:1-4) and then seek almighty God our Father—in Jesus’ name—in leading our elected state representatives by His Holy Spirit to secession or issuing a Declaration of Independence by every state in this doomed “Holy Roman” Fourteenth Amendment American Empire (1868-Present).

Remember, the Jesuit Papacy is the GREATEST ENEMY to private gun ownership on the face of the earth. Every one of their socialist-communist, socialist-fascist and Fabian Socialist-ruled nations (including Great Britain and Germany) have completely abolished or nearly abolished private handgun ownership—the only real gun to have in a bind. The American Jesuit Conference has publicly gone on record as being totally opposed to private gun ownership including handguns, rifles and shotguns. And why? so when the Sino-Soviet-Muslim invasion finally occurs, we will be disarmed and at the mercy of our killers led by Jesuits of the short robe!

Read more about this evil, wicked and damnable ruling in the NRA article here, (next post)


http://www.vaticanassassins.org/2012/02/roman-catholic-rosemary-collyer-wic…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:12 (2013)    Sujet du message: ONU : PROPOSITIONS DU SAINT-SIÈGE CONTRE LE TRAFIC D'ARMES Répondre en citant

ONU : PROPOSITIONS DU SAINT-SIÈGE CONTRE LE TRAFIC D'ARMES

Un peuple désarmé est un peuple vaincu. Regardez dans les pays où cet agenda est complété. Les seuls qui sont en possession d'armes sont les groupes rebelles et l'armée qui oppressent le peuple, qui violent les femmes, qui kidnappent les enfants, etc. Mais les putains des mass médias tentent de nous convaincre du contraire et se servent toujours d'exemples comme de l'école Polytechnique ou de d'autres lieux où a eu lieu des tueries d'étudiants pour convaincre les citoyens du besoin urgent d'être désarmé. Les parents endeuillés sont utilisés grandement pour promouvoir l'urgence de désarmer le peuple, ces derniers étant ignorants des techniques de mind control utilisés sur certaines personnes pour amener ses actions terribles qui n'ont pour but que d'amener ce désarmement mondial.

Le Vatican, qui nous montre encore une fois qui dirige cette sphère internationale, donne ses ordres aux Nations Unies, via un langage dialectique et rassurant pour les nations. Cette entité onusienne s'empresse ensuite de modifier le cadre international afin que des lois soient passées et mises de l'avant et dont sont appelés à se soumettre tous les États membres. Alors quand le Premier ministre Stephen Harper nous dit qu'il va détruire le registre des armes à feu, par cet article, nous pouvons voir qu'il nous ment effrontément, comme d'habitude. Il va continuer de jouer du violon jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour le peuple.

L'assemblée générale des Nations Unies a commencé un processus pour négocier le "Arms Trade Treaty (ATT) en janvier 2010 et qui va se terminer par un traité en Juillet 2012 afin de mettre en place de nouvelles régulations internationales pour les armes conventionnelles. L'article en anglais http://www.oikoumene.org/fr/programmes/temoignage-public-face-au-pouvoir-af… .

Il est important pour ces derniers de désarmer les populations afin d'achever leur agenda pour un "monde meilleur et plus SÉCURITAIRE", un monde ou les peuples seront soumis à une tyrannie totale de la part de cette aristocratie mondiale, et comme vous pouvez le voir, tout se fait sous le thème de la CULTURE de la PAIX par le Conseil Œcuménique des Églises qui est dirigé par le Vatican et qui regroupe des milliers de "fidèles" qui se feront lavés le cerveau dans leur différente église pour mousser cet autre agenda diabolique qui amènera la ruine sur les nations.


ONU : PROPOSITIONS DU SAINT-SIÈGE CONTRE LE TRAFIC D'ARMES

Mgr Chullikatt plaide pour une culture de paix

ROME, vendredi 17 février 2012 (ZENIT.org) – Partie prenante de la régulation du commerce des armes, le Saint-Siège plaide une « action urgente » pour faire face aux conséquences humaines problématiques du marché illicite et promouvoir une CULTURE DE LA PAIX. Et propose 5 critères pour le prochain traité.

Mgr Francis Assisi Chullikatt, observateur permanent du Saint-Siège auprès des Nations-Unies, est intervenu à ce sujet, au cours de la 4esession du comité préparatoire au traité de commerce des armes (ATT), du 13 au 17 février 2012, à New York.

Une action urgente

Le Saint-Siège pense – avec d’autres pays – que l’objectif principal du traité ne doit pas être simplement la « régulation du marché des armes classiques », mais surtout le « DÉSARMEMENT DU MARCHÉ INTERNATIONAL ILLICITE », déclare Mgr Chullikatt.

En effet, le commerce d’armes « non-régulé et non-transparent », dû à « l’absence de systèmes de contrôle efficace au niveau international », a de nombreuses conséquences humanitaires, constate-t-il : « Le développement humain intégral est retardé, le risque d’instabilité et de conflit est intensifié, le processus de PAIX est en danger la diffusion d’une culture de violence et de criminalité est facilitée ».

Face à ces « réalités problématiques », il recommande une « action responsable urgente », partagée par tous les membres de la communauté internationale.

Le Saint-Siège est « convaincu », affirme-t-il, que le traité sur le commerce des armes peut fournir une « contribution importante à la promotion d’une vraie CULTURE DE PAIX » à travers « la coopération responsable entre les Etats, en partenariat avec l’industrie des armes et en solidarité avec la société civile ».

Pour l’archevêque indien, les efforts actuels pour adopter un ATT « puissant et efficace » pourraient représenter un « signe éloquent » de la « volonté politique » des nations d’assurer « PAIX, JUSTICE, STABILITÉ et PROSPÉRITÉ dans le monde ».

Le « principe fondateur » de l’ATT doit être « la recherche d’un monde plus respectueux de la dignité de la personne humaine et la valeur de la vie humaine », préconise le Saint-Siège.

5 critères d’efficacité

Afin de garantir un « instrument légal fort, efficace et crédible », il propose cinq critères.

Tout d’abord, explique l’archevêque, la portée de l’ATT doit être « large », comprenant non seulement les 7 catégories d’armes définies par le Registre des armes classiques de l’ONU, mais aussi les « ARMES LÉGÈRES, et leurs MUNITIONS ». En effet, insiste-t-il, ces dernières entrent dans le marché illicite « souvent plus facilement » et « soulèvent de nombreux problèmes humanitaires ».

Par ailleurs, poursuit-il, le « critère d’application du traité » doit maintenir la référence « aux droits humains, à la loi humanitaire et au développement ». Car dans ces trois domaines, fait-il remarquer, l’impact du marché illicite est « pernicieux ».

Pour le Saint-Siège, le succès du traité dépendra de sa capacité « à promouvoir et renforcer la coopération internationale et l’assistance entre les Etats ». Ce qui inclut, di Mgr Chullikatt, « des éléments fondamentaux pour améliorer les relations de confiance entre les Etats » et faciliter la mise en œuvre chez les Etats « qui n’ont pas assez de moyens ».

Le Saint-Siège demande en outre de renforcer « les dispositions regardant l’assistance aux victimes », par exemple en introduisant dans le traité des références « aux programmes de sensibilisation publiques, impliquant tous les secteurs de la société, y compris les organisations religieuses » pour promouvoir une CULTURE DE PAIX.

Enfin, l’observateur permanent recommande que le système de révision du traité soit capable « d’incorporer rapidement de nouveaux développements » et qu’il reste « ouvert aux développements technologiques futurs ».

Anne Kurian

ZENIT


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:14 (2013)    Sujet du message: L'ONU APPELLE À UN TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES QUI PROTÈGE LES CIVILS Répondre en citant

L'ONU APPELLE À UN TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES QUI PROTÈGE LES CIVILS

Autre article à lire en rapport avec ce sujet : "CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU COMITÉ PRÉPARATOIRE DE LA CONFÉRENCE DE L’ONU POUR UN TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES"
http://www.un.org/News/fr-press/docs/2010/Conf100709-ARMES.doc.htm



Des armes collectées en Libye pour éviter la prolifération d'armes. Photo Giovanni Diffidenti.

17 février 2012 – Les chefs de plusieurs agences de l'ONU dans les domaines des droits de l'homme, de l'aide humanitaire et du développement ont appelé cette semaine à un traité qui régule le commerce des armes afin d'améliorer la SÉCURITÉ des gens du monde entier en réduisant le coût humain d'un contrôle insuffisant des transferts d'armes.

Dans la perspective de la Conférence diplomatique des Nations Unies sur le Traité sur le commerce des armes, qui aura lieu en juillet, les représentants onusiens ont salué les efforts faits aux niveaux national et régional pour réguler le commerce des armes conventionnelles, mais ils ont précisé que « la mosaïque actuelle des contrôles est simplement insuffisante ».

« Le coût humain de l'insuffisance des contrôles, et le fait que ces armes soient facilement disponibles ont atteint un niveau inacceptable », ont-ils souligné dans leur déclaration commune.

Selon eux, le traité devrait contenir des dispositions pour exiger des Etats qu'ils évaluent le risque de violations du droit humanitaire international et des droits de l'homme qui pourraient être commises avec les armes avant de les vendre.

Le traité devrait inclure l'ensemble des armes conventionnelles, y compris les armes légères et les munitions. Enfin, les Etats devraient assurer qu'il n'y a pas d'abus possibles au cours de tous les types de transactions, qu'il s'agisse de transit, de revente ou de location.

A la fin de l'année 2010, quelques 27,5 millions de personnes étaient déplacées par des conflits, et des millions d'autres ont du fuir leurs pays d'origine. Dans de nombreux cas, la violence armée qui a forcé tant de personnes à fuir était alimentée par des armes abondantes et peu chères. Entre 2000 et 2010, plus de 780 travailleurs humanitaires ont été tués dans des attaques armés et 689 autres ont été blessés.

Commentaire : Ici on se sert des déplacés et des conflits armés. Ce qu'ils ne disent pas toutefois, est que ces groupes armés reçoivent leurs armes soit par leur gouvernement ou de d'autres pays (USA) en autres, justement pour amener la délocalisation de milliers de personnes qui finissent la plupart du temps dans des camps de réfugiés ou après un certain temps, ceux qui ne sont pas mort suite à la vaccination imposée dans ces camps, reçoivent la visite de ces groupes armés qui viennent finir le travail. Ces groupes, qui portent différents noms mais qui sont tous associés soit à un groupe rebelle ou un groupe islamique sont déployés afin de tuer les chrétiens et les juifs et les insoumis, de détruire leur ville ou village, de piller, de violer femmes et enfants, etc. Ce nouveau régime de terreur est international et avec les nouvelles lois aux États-Unis, au Canada et dans les pays européens, le peuple commence à comprendre un peu plus ce qui se met en place.

On voit donc, dans ce paragraphe que ces criminels de guerre tentent de se dissocier de ces groupes alors qu'ils les supportent entièrement autant financièrement que dans les actions appliquées.


La valeur globale du commerce légal en armes légères et en munitions est estimée à plus de sept milliards de dollars par an, a indiqué la déclaration.

Les signataires de cette déclaration sont l'Administratrice du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) Helen Clark, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valérie Amos, la Haut commissaire aux droits de l'homme, Navi Pillay, le Directeur exécutif du Fonds de l'ONU pour l'enfance (UNICEF), Anthony Lake, et le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés (HCR), Antonio Guterres.


http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=27625&Cr=armes&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:16 (2013)    Sujet du message: SENIOR UN OFFICIAL CALLS ON COUNTRIES TO END STALEMATE ON DISARMAMENT Répondre en citant

SENIOR UN OFFICIAL CALLS ON COUNTRIES TO END STALEMATE ON DISARMAMENT


Director-General of the United Nations Office at Geneva Kassym-Jomart Tokayev. UN Photo/Jean-Marc Ferré

14 February 2012 – A senior United Nations official called today on countries to boost their efforts and find common ground to reach an agreement and end the existing impasse within the world’s sole multilateral disarmament negotiating forum.

“The level of frustration is approaching a tipping point,” said Kassym-Jomart Tokayev, Personal Representative of the Secretary-General to the Conference of Disarmament (CD), which began last month in Geneva. “The time left to produce tangible results during this session is shrinking rapidly.”

Mr. Tokayev stressed that in the absence of agreement on a programme of work, the conference should focus on alternative issues where common ground might be found, such as a longer presidency and broader membership.

While he acknowledged that critics may find “housekeeping” measures futile, he underlined the importance of procedural reform to generate political will. “Now is exactly the moment to effectively address issues that are long overdue,” he told the conference.

Mr. Tokayev also underscored the importance of negotiations between Member States to address concerns about respecting national security interests.

I call on all members to pursue their national security interests by building bridges with others through a process of negotiations. I have also noted that a number of members of the conference have not yet taken a public position with regard to its future. It is important that all those present in this chamber speak up and make their stance known,” he said.

Established in 1979 as the single multilateral disarmament negotiating forum of the international community, the CD primarily focuses on cessation of the nuclear arms race and nuclear disarmament, prevention of nuclear war, and prevention of an arms race in outer space.

Mr. Tokayev urged countries to be frank and realistic and to allow the CD to live up to its mandate as the world’s single multilateral negotiating body on this issue.

“The current situation has created a serious credibility and legitimacy deficit. The future of the conference is at stake,” he said. “Let us not forget our duty to coming generations: a world at peace. Just like climate change, nuclear weapons present an existential threat to our collective future. Disarmament and non-proliferation are absolutely indispensable to realizing our common vision of a better world for all. The time to act is now.”


http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=41241&Cr=disarmament&C…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:18 (2013)    Sujet du message: OBAMA BACKS U.N. BILL TO DISARM AMERICANS Répondre en citant

OBAMA BACKS U.N. BILL TO DISARM AMERICANS

Four Winds 10
May 7, 2008

This is just in from Sen. Coburn’s office. Obama has authored a bill, and it is now in the Senate, to give the UN .7% of our GNP to be used to feed hungry 3rd worlders, AND to use UN force to disarm you and me and all gun owners. No one in the media has brought this to the attention of the general sheeple out here.

Sent: Monday, May 05, 2008 12:48 PM
Subject: RE: Obama’s bill S2433 passed the committee and going to the Senate

Senator Coburn is blocking this bill.

Patrick Guinn

Obama’s bill S2433 would require the U.S. to initially direct .7 percent of our GNP into the United Nations coffers for distribution as they see fit, for "food" to third world nations. Under earlier agreements this would evolve into a national tax on the U.S. with the UN attempting to levy this on all first world nations.

The U.N. would have the power to increase this rate of taxation.

The U.S. would be required to surrender some of its sovereignty over foreign aid by putting it under UN control. The bill would force the U.S. to sign onto the U.N.’s Millennium Declaration, which would commit us not only to "banning small arms and light weapons" but also to adhere to the International Criminal Court Treaty and the Kyoto Protocol.


http://www.infowars.com/?p=1992


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:19 (2013)    Sujet du message: PAPAL MESSAGE ON DISARMAMENT, DEVELOPMENT AND PEACE Répondre en citant

PAPAL MESSAGE ON DISARMAMENT, DEVELOPMENT AND PEACE

IMAGINEZ-VOUS SI LE ROI DAVID AURAIT DIT LA MÊME CHOSE LORSQUE SES ENNEMIS AVANCAIENT!! VOUS AVEZ UNE IDÉE TRÈS CLAIRE SUR LE GENRE DE PAIX QUE LE PAPE A POUR CHACUN DE VOUS! UN PEUPLE SANS ARMES EST DÉMUNI CONTRE LA TYRANNIE DES TYRANS.

"Promote the Good of Every Man and of the Whole Man"

VATICAN CITY, MAY 7, 2008 (Zenit.org).- Here is a Vatican translation of the message Benedict XVI addressed to Cardinal Renato Martino, president of the Pontifical Council for Justice and Peace. The message was sent on the occasion of an April 11-12 conference in Rome titled: "Disarmament, Development and Peace: Prospects for Integral Disarmament."

* * *

Venerable Brother
Cardinal Renato Raffaele Martino
President of the Pontifical Council for Justice and Peace

I have great pleasure in sending a cordial greeting to the participants in the International Seminar organized by the Pontifical Council for Justice and Peace on the theme: "Disarmament, Development and Peace. Prospects for Integral Disarmament", and express my deep appreciation of such a timely initiative. I assure you, Your Eminence, and all who are taking part of my spiritual closeness.

The subject on which you are intending to reflect is more topical than ever. Humanity has made formidable progress in science and technology. Human ingenuity has resulted in achievements that would have been unthinkable only a few years ago. At the same time, some areas in the world are still without adequate human and material development; many peoples and people lack the most fundamental rights and freedoms. Even in regions of the world where there is a high standard of living, pockets of marginalization and poverty seem to be spreading. Although the worldwide globalization process has opened new horizons, it has not yet brought the hoped-for results. And although after all the horror of the Second World War the human family gave proof of a great civilization by founding the United Nations Organization, today the international community seems at a loss. In various areas of the world tension and war persist, and even where the tragedy of war is not being played out there is nonetheless a widespread feeling of fear and insecurity. Furthermore, phenomena such as terrorism on a world scale make the boundary between peace and war transient, seriously jeopardizing the hope of humanity's future.

How should we respond to these challenges? How can we recognize the "signs of the times"?

Joint action is certainly needed at the political, economic and juridical levels, but even before that we need to reflect together on the moral and spiritual level: the promotion of a "new humanism" seems to be ever more urgently necessary in order to enlighten human beings on the understanding of themselves and the meaning of their journey through history. In this regard the teaching of the Servant of God Pope Paul VI and his proposal of an integral humanism, which aims, in other words, "to promote the good of every man and of the whole man", is more timely than ever (Populorum Progressio, n. 14). Development cannot be reduced to mere economic growth: it must include the moral and spiritual dimensions. At the same time, an authentic and integral humanism can only consist of solidarity, and solidarity is one of the loftiest expressions of the human spirit; it is one of the natural duties of the human being (cf. Jas 2: 15-16), applicable to both individuals and peoples (cf. Gaudium et Spes, n. 86); the full development of peace depends on the implementation of this duty. Indeed, when man pursues material well-being alone, remaining absorbed in himself, he bars the way to his own total fulfilment and authentic happiness.

At your Seminar you are reflecting on three interdependent issues: disarmament, development and peace. Indeed, authentic and lasting peace is inconceivable without the development of every person and people; as Paul VI said: "The new name for peace is development" (Populorum Progressio, n. 87). Nor is a reduction of armaments conceivable without first eliminating violence at its root, that is, without humankind first being determined to seek peace, goodness and justice. Like any form of evil, war originates in the human heart (cf. Mt 15: 19; Mk 7: 20-23). In this sense, disarmament does not only refer to State armaments but involves every person who is called to disarm his own heart and be a peacemaker everywhere.

As long as there is a risk of offence, States will need to be armed for reasons of legitimate defence, which is a right that must be listed among the inalienable rights of States since it is also connected with the duty of States themselves to defend the security and peace of their peoples. Yet an excessive accumulation of arms does not appear legitimate to us, because "a State may possess only those means necessary to assure its legitimate defence" (Pontifical Council for Justice and Peace, The International Arms Trade, Vatican City, 1994, p. 13). Lack of respect for this "principle of sufficiency" leads to the paradox by which States threaten the life and peace of the peoples they intend to defend, and, from being a guarantee of peace, arms for defence risk becoming a tragic preparation for war.

There is a close connection, then, between disarmament and development. The immense military expenditure, involving material and human resources and arms, is in fact detracted from development projects for peoples, especially the poorest who are most in need of aid. This is contrary to what is stated in the Charter of the United Nations, which engages the international community and States in particular "to promote the establishment and maintenance of international peace and security with the least diversion for armaments of the world's human and economic resources" (Article 26). In fact, in 1964 Paul VI was already asking States to reduce their military expenditure on armaments and to create a world fund with the amount saved for development projects for the neediest people and peoples (cf. Message to the World, Entrusted to Journalists, 4 December 1964). What, however, is being recorded is that the production and trade in arms are constantly growing and are becoming a driving force in the world economy. Indeed, this trend has resulted in civil and military economies overlapping, as is demonstrated by the continuous distribution of goods and knowledge "for a dual purpose", that is, for possible double use: civil and military. It is a grave risk in the biological, chemical and nuclear sectors, where civil programmes can never be assured without a general and complete renunciation of military programmes of confrontation. I therefore renew my appeal to States to reduce their military expenditure on weapons and to consider seriously the idea of creating a world fund to finance projects for the peaceful development of peoples.

A close relationship between development and peace also exists in a double sense. War can in fact break out because of serious violations of human rights, injustice and poverty, but one must not overlook the risk of true and proper "wars of well-being", in other words, wars caused by expansionist ambitions or in order to exercise economic control at the expense of others. Mere material well-being, without a consistent moral and spiritual development, can make man so blind as to incite him to kill his own brother (cf. Jas 4: 1ff.). Today, even more urgently than in the past, the International Community is required to make a decisive option for peace. At the economic level, it is vital to work to ensure that the economy is oriented to the service of the human person, to solidarity and not only to profit. At the juridical level, States are called in particular to renew their commitment to respect the international treaties in force on disarmament and the control of all types of weapons, as well as the ratification and consequent entry into force of the instruments already adopted, such as the Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty, and to the success of negotiations currently underway, such as those on banning cluster bombs, the trade in conventional weapons or fissionable material. Lastly, every effort is required to prevent the proliferation of light, small calibre weapons which encourage local wars and urban violence and kill too many people in the world every day.

It will nevertheless be difficult to find a solution to the various technical issues without man's conversion to goodness at the cultural, moral and spiritual levels. Every person, in any walk of life, is called to convert to goodness and to seek peace in his own heart, with his neighbour and in the world. In this regard the Magisterium of Bl. Pope John XXIII is still valid. He clearly pointed out the objective of integral disarmament, saying: "Unless this process of disarmament be thorough-going and complete, and reach men's very souls, it is impossible to stop the arms race or to reduce armaments.... Everyone must sincerely cooperate in the effort to banish fear and the anxious expectation of war from men's minds" (Pacem in Terris, 11 April 1963, n. 113 [Vatican Website version]). At the same time, the effect that armaments produce on the human psyche and behaviour should not be ignored. Arms, in fact, tend in turn to increase violence. Paul VI showed his very acute understanding of this aspect in his Discourse to the United Nations General Assembly in 1965. He said at their headquarters, where I am preparing to go in the next few days: "Those weapons, especially the terrible weapons that modern science has given you, long before they produce victims and ruins, cause bad dreams, foster bad feelings, create nightmares, distrust and sombre resolves; they demand enormous expenditure; they obstruct projects of solidarity and useful work; they falsify the very psychology of peoples" (n. 5).

As was said several times by my Predecessors, peace is a gift of God, a precious gift that must also be sought and preserved using human means. It thus requires the contribution of all. A unanimous dissemination of the culture of peace and a common education in peace are becoming more and more necessary, especially for the new generations for whom the adult generations have grave responsibility. Moreover, emphasizing every person's duty to build peace does not mean neglecting the existence of a true and proper human right to peace. It is a fundamental and inalienable right, indeed, one on which the exercise of all the other rights depends. "Peace is a good so great", St Augustine wrote, "that even in this earthly and mortal life there is no word we hear with such pleasure, nothing we desire with such zest or find to be more thoroughly gratifying" (City of God, XIX, 11).

Your Eminence and all of you who are taking part in the Seminar, in turning one's gaze to the concrete situations in which humanity lives today, one might be overcome by a justifiable uneasiness and resignation: in international relations, diffidence and solitude sometimes seem to prevail; peoples feel divided and are at odds with one another. Total war, from being a terrible prediction, risks turning into a tragic reality. Yet war is never inevitable and peace is always possible. Indeed, it is only right! The time has come to change the course of history, to recover trust, to cultivate dialogue, to nourish solidarity. These are the noble objectives that inspired the founders of the United Nations Organization, a real experience of friendship among peoples. Humanity's future depends on everyone's commitment. Only by following an integral and supportive humanism in whose context the question of disarmament takes on an ethical and spiritual nature, will humanity be able to walk towards the desired authentic and lasting peace. It will certainly not be an easy journey and will be subject to dangers, as my venerable Predecessor Paul VI already recognized 30 years ago in his Message to the First Special Session on Disarmament of the United Nations General Assembly: "The journey that leads to the construction of a new international order that can eliminate wars and their causes, hence, rendering weapons useless, will not on any account be a brief one" (n. 6). Believers find support in the Word of God that encourages us in faith and in hope, with a view to the definitive peace of the Kingdom of God where "mercy and truth will meet, justice and peace will embrace" (cf. Ps 85[84]: 11). Let us therefore with fervent prayers invoke from God the gift of peace for all humanity. With these sentiments, I renew my congratulations to the Pontifical Council for Justice and Peace on having promoted and organized this Meeting on such a delicate and urgent theme. I assure a particular remembrance in prayer for the success of your work and cordially impart a special Apostolic Blessing to you all.

From the Vatican, 10 April 2008

BENEDICTVS PP. XVI

ZENIT


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:21 (2013)    Sujet du message: LES ÉGLISES SE FÉLICITENT DE L'ACCORD SUR LES ARMES À SOUS-MUNITIONS ET ESPÈRENT QUE D'AUTRES ÉTATS L'ADOPTERONT Répondre en citant

LES ÉGLISES SE FÉLICITENT DE L'ACCORD SUR LES ARMES À SOUS-MUNITIONS ET ESPÈRENT QUE D'AUTRES ÉTATS L'ADOPTERONT

VOILÀ COMMENT ON CONVAINCRA LES FIDÈLES DE TOUTES LES RELIGIONS À ACCEPTER LE DÉSARMEMENT DANS LEUR VILLE. LE CONSEIL OECUMÉNIQUE DES ÉGLISES NOUS MONTRE UNE FOIS DE PLUS QU'IL SUIT LE MÊME AGENDA POLITIQUE QUE LES NATIONS UNIES DANS LA MISE EN PLACE DU DÉSARMEMENT MONDIAL. PRENEZ LE TEMPS D'ANALYSER LES DOCUMENTS AFIN DE BIEN COMPRENDRE TOUT LE DANGER D'ÊTRE SOUS LE CONTRÔLE DE L'HOMME PLUTÔT QUE DE CELUI DE YAHWÉ ET DE JÉSUS-CHRIST.

CET AGENDA SERA CLAIREMENT EXPOSÉ DANS LES DIFFÉRENTES RELIGIONS PAR LES LEADERS RELIGIEUX MACONNIQUES LORS DE GRANDS CONGRÈS RÉGIONAUX AFIN DE PRÉPARER LA VOIE À UN DÉSARMEMENT DOCILE CHEZ LES POPULATIONS.

DANS UN DES DOCUMENTS ON PARLE CLAIREMENT DES MUNITIONS EN GRAPPE, MAIS NOUS SAVONS QU'UN SIMPLE RÉVOLVER EST CONSIDÉRÉ PAR LES NATIONS UNIES COMME ÉTANT UNE ARME DE DESTRUCTION MASSIVE. L'OBJECTIF PRÉCIS N'EST PAS LES MUNITIONS EN GRAPPE MAIS UN COMPLET DÉSARMEMENT DE TOUS LES CITOYENS, ALORS QU'EUX SONT ARMÉS JUSQU'AUX DENTS.

UN PEUPLE DÉSARMÉ EST UN PEUPLE CONQUIT!

29.05.08 15:54


"Nous estimons que les munitions en grappe doivent être éliminées parce que leur utilisation frappe aveuglément les civils," a déclaré le Comité central du COE en février 2008.

Photo: Peter Williams/COE

Le pasteur Samuel Kobia, Secrétaire général du Conseil oecuménique des Eglises (COE), a déclaré aujourd'hui en commentant l'accord qui vient d'être adopté: "Les Eglises du monde entier se sentent vivement encouragées" par l'accord multilatéral sur les armes à sous-munitions conclu mercredi à Dublin, et leur attente se tourne désormais vers "les pays puissants qui n'ont pas participé à ces négociations".

Texte complet (en anglais) de la déclaration du Secrétaire général du COE


http://www.oikoumene.org/fr/documentation/documents/secretaire-general-du-coe/statements/29-05-08-cluster-munitions-convention-dublin-2008.html

Déclaration du Comité central du COE sur les armes à sous-munitions

http://www.oikoumene.org/fr/documentation/documents/comite-central/geneve-2008/rapports-et-documents/questions-dactualite/declaration-sur-les-munitions-en-grappe.html

http://www.oikoumene.org/fr/nouvelles/news-management/a/fr/article/1722/les…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:23 (2013)    Sujet du message: PRÉPARÉS POUR LA BOUCHERIE – LE DÉSARMEMENT DE L’ÉGLISE Répondre en citant

PRÉPARÉS POUR LA BOUCHERIE – LE DÉSARMEMENT DE L’ÉGLISE

-1998 par John Green.

Traduit par Esther Chrétien


“Avant qu’une armée puisse gouverner, le peuple doit être désarmé; comme ils le sont dans chaque royaume en Europe.” – Noah Webster of Pennsylvanie, Philadelphie, 1787.

“Lorsque la décision d’asservir l’Amérique a été prise en Grande Bretagne, le Parlement Britannique a été avisé par un homme astucieux, qui était gouverneur de Pennsylvanie, de désarmer le peuple; cela était le meilleur et le plus efficace moyen pour les asservir; mais cela ne devait pas se faire ouvertement, il fallait les affaiblir, et les laisser sombrer graduellement.” – George Mason de Virginie, 1788.

-----

Comme l’histoire nous l’a montré, ceci est une tactique commune de la part de la force oppressive afin de gagner le contrôle d’une nation : en saisissant les moyens par lesquels les individus pouvaient se défendre eux-mêmes. Une fois que les citoyens sont désarmés, c’est une chose relativement facile que d’exercer un contrôle tyrannique complet. Il me semble que le même principe est vrai dans le domaine spirituel.

Le Nouveau Testament est rempli d’avertissement de faux enseignants et de faux enseignements, de signes et de prodigues mensongers, et d’hommes corrompus qui ne chercheraient qu’à attirer les disciples vers eux. Dieu n’a pas laissé Son peuple sans défense. Il a mis Son Esprit de Vérité en nous, nous a donné l’exemple de Christ, Ses enseignements, les enseignements des apôtres, et d’autres écrits que l’on retrouve dans la Bible. Il y a le don du discernement des esprits qui est donné à certains, mais le plus important, est la capacité d’éprouver toutes choses et d’être perspicace, ce qui est la responsabilité de tous les croyants. Si le croyant doit être armé contre les déceptions de l’ennemi, et de continuer à être libre face à ce régime oppressif, il doit exercer le discernement avec une vigilance continue. Si cette arme défensive est saisie et vous est enlevée, alors vous êtes une proie facile pour quiconque désirerait vous rendre captif.

À cause de ces choses, cela est très troublant pour moi d’observer cette tendance dans le Corps de Christ aujourd’hui. Cette tendance est de ridiculiser et de rabaisser ceux qui exerceraient leur arme de discernement, arme de défense personnelle donnée par Dieu. Ceux qui obéissent aux Écritures et qui “éprouvent toutes choses” sont moqués et ridiculisés et étiquetés comme étant des ‘Pharisiens’. De nos jours, il semble que l’Église soit devenue une proie pour le pluraliste, cette façon de voir les choses sans esprit critique. Le seul péché impardonnable est de questionner quelqu’un sur sa croyance, ou d’oser dire qu’elle pourrait être dans l’erreur. Ces nouveaux leaders vous demandent de monter dans le train, et si vous ne pouvez être d’accord, alors vous devez demeurez silencieux à n’importe quel prix. Il nous demande de faire l’expérience maintenant, et d’en faire l’évaluation plus tard. Adam et Ève n’avaient aucune connaissance en ce qui concerne l’expérience du bien et du mal. Le serpent a attiré leur attention par l’attrait et la désirabilité du fruit, et les a leurré en les invitant à l’expérimenter pour eux-mêmes. Par la suite, en faisant l’évaluation de la situation, ils savaient qu’ils avaient mal agi en ignorant ce que Dieu avait dit sur le sujet, mais à ce moment-là le dommage avait été fait.

Ceux qui essaient d’enlever l’arme défensive du discernement sont en train d’attacher les mains de l’Église. Ils sont en train de préparer le peuple de Dieu pour la boucherie. Pourquoi font-ils cela? Pourquoi voudraient-ils exposer des millions de gens aux myriades de déceptions de l’ennemi et cela, sans protection? Pourquoi enlèveraient-ils ce que le Père a donné? L’Église est en train de devenir un abattoir rendu glissant avec le sang versé des saints qui ont été séduits par de faux enseignants. Le troupeau confiant qui marche lourdement vers le plancher de la mort, leurs yeux remplis de confiance fixés sur les leaders! L’erreur et la déception avancent à grand pas. Les charlatans règnent sur la liste des best-sellers. La pseudo connaissance est dispersée partout dans le monde, passant rapidement par les synapses électriques. Ne vous y trompez pas. C’est une guerre, et beaucoup est en jeu.

Examinons la logique (ou le manque de celle-ci) derrière ce que disent certains de ces leaders :

“Vous devez en faire l’expérience par vous-même avant de juger”. Ceci est un pure non sens. C’est la méthode qu’utilise les Mormons pour hameçonner les gens (priez à propos du Livre des Mormons et voyez si vous n’aurez pas une ‘sensation de brûlement dans vos entrailles’). Vous n’avez pas à faire l’expérience du suicide pour savoir que c’est mauvais pour vous. Jamais les Chrétiens n’ont reçu l’ordre d’authentifier une expérience spirituelle questionnable en se soumettant eux-mêmes à elle.

“Si vous ne plonger pas dans la Rivière, alors vous allez rater le mouvement de Dieu”. Si vous n’exercer pas votre devoir de vérifier toute chose et ne vous tenez pas fermement à ce qui est bien, alors vous pourriez être séduit. Dieu n’est pas pressé. Si vous marchez avec Lui, et cherchez à Lui plaire, alors Il vous guidera dans tout ce qu’Il désire pour vous. Seulement le fait que quelqu’un proclame que quelque chose est un mouvement de Dieu, ne le rend pas comme telle. Prenez garde au vendeur qui vous pousse à prendre une décision sur le champ. Il a peut-être quelque chose à cacher.

“Dieu offense l’esprit afin de révéler le coeur”. Je ne sais pas ce que cela est, mais cela ne vient pas des Écritures. Il est vrai que les voies de Dieu peuvent être offensives pour la sagesse humaine. Pourtant, cette citation est souvent utilisée pour dire que si vous êtes offensé par quelque chose qui se passe dans l’Église, alors votre cœur n’est pas droit. La vraie question est, êtes-vous offensé parce que ce qui se passe est non scrïpturaire? Si oui, tenez ferme.

“Ne vous opposez pas à ce qui se passe, au cas où il s’avérerait être un mouvement de Dieu”. Ceci est l’argument que Gamaliel a utilisé dans Actes chapitre 5. Malgré le fait que cet argument a été en faveur des apôtres, on doit souligner que Gamaliel était un Pharisien et qu’il faisait un argument pragmatique. Ce n’était pas une directive du Seigneur sur la manière que les croyants devaient utiliser leur discernement. Si quelque chose n’est pas de Dieu, ultimement, il est vrai, qu’elle n’aura pas de succès. Toutefois, durant le temps que cela prend pour qu’un faux mouvement finisse sa course, beaucoup de vies seront brisées, et beaucoup d’âmes auront été déçues et damnées. Regardez à la croissance phénoménale et au succès apparent du Mormonisme. Les Chrétiens s’opposent au Mormonisme en disant qu’il tord et détourne des Écritures. Les choses qui arrivent dans la Chrétienté ne devraient pas recevoir un examen minutieux moindre. Ou considérez les œuvres de Satan: Nous savons qu’il ne réussira pas, mais nous ne restons certainement pas assis à ne rien faire et lui permettre de faire son travail sans entrave. Nos âmes sont en jeu, nous ne pouvons pas nous permettre de restez assis et de ne rien faire.

“Ne désirez-vous pas plus de Dieu dans votre vie?” Ceci en est une très sournoise. Bien sûr, n’importe lequel Chrétien sincère réalise qu’il a besoin de se rapprocher plus près de Dieu, et il désire faire cela. Toutefois, ceci ne devrait pas nous amener à embrasser tout ce qui arrive à l’improviste. Une partie de ‘nous approcher plus près de Dieu’ comprend l’obéissance à Ses commandements d’éprouver et de discerner. Le désespoir de certains Chrétiens me fait penser au Roi Saul qui s’est tourné ver la sorcière de Endor. Il voulait une réponse à tout prix. Le prix qu’il a dû finalement payer a été sa propre destruction.

Voyez pour vous-même; voyez combien de fois le Nouveau Testament fait référence aux faux enseignants, aux faux enseignements. En utilisant votre concordance, cherchez les commandements qui nous ordonnent de discerner et d’éprouver, afin ne pas être séduit. Ôter les chaînes de ceux qui cherchent à vous lier. Exercer votre “Droit de porter des armes” en tant que croyant.

“L’âme en santé, comme le système sanguin en santé, a son propre ratio de cellules blanches et rouges. Les corpuscules rouges sont comme la foi : ils transportent la vie en donnant l’oxygène à chaque partie du corps. Les cellules blanches sont comme le discernement : elles bondissent sur les matières mortelles et toxiques et les apportent à l’extérieur jusqu’au drain. Dans un cœur en santé il doit y en avoir une provision suffisante afin de garder loin du ruisseau de vie ces matières mortes et empoisonnées”. –A.W. Tozer.

~SOURCE:
http://pjmiller.wordpress.com/2008/06/08/prepared-for-the-slaughter-the-dis…

MODÉRATEUR:
Andrew Strom,
PO Box 21-904,
Henderson,
West Auckland 0650,
New Zealand.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:24 (2013)    Sujet du message: PREPARED FOR THE SLAUGHTER: THE DISARMING OF THE CHURCH Répondre en citant

PREPARED FOR THE SLAUGHTER: THE DISARMING OF THE CHURCH

-1998 by John Green.

“Before a standing army can rule, the people must be disarmed;
as they are in almost every kingdom in Europe.” – Noah
Webster of Pennsylvania, Philadelphia, 1787.

“[W]hen the resolution of enslaving America was formed in Great
Britain, the British Parliament was advised by an artful man, who
was governor of Pennsylvania, to disarm the people; that it was
the best and most effectual way to enslave them; but that they
should not do it openly, but weaken them, and let them sink
gradually.” — George Mason of Virginia, 1788.

As history has shown, it is a common tactic for the oppressing
force to gain control of a nation by seizing the means by which
individuals might defend themselves. Once the citizenry are
disarmed, it is a relatively easy matter to exert complete tyrannical
control. It seems to me that the same principal holds true in the
spiritual realm.

The New Testament is replete with warnings of false teachers and
teachings, of lying signs and wonders, and of corrupt men who
would seek to draw followers after themselves. God has not left
His people defenceless; He has indwelt us with His Spirit of Truth,
provided us with the example of Christ, His teachings, the
teachings of the apostles, and all the other writings found in the
Bible. There is a gift of the discerning of spirits given to some, but
more importantly, there the ability to test all things and to be
discerning, which is the responsibility of all believers. If the believer
is to be armed against the deceptions of the enemy, and to remain
free from his oppressive regime, then he must exercise
discernment with continual vigilance. If this defensive weapon is
seized and taken from you, then you are easy prey for any who
would desire to take you captive.

Because of these things, it is very disturbing to me to observe a
trend in the Body of Christ today. This trend is to scorn and belittle
those who would exercise their God-given self-defense weapon of
discernment. Those who would obey scrïpture and “test all things”
are mocked and ridiculed and labelled ‘Pharisees.’ It seems that
the Church has fallen prey to the pluralistic, non-judgmental
mindset of our present age. The one unpardonable sin is to
question someone’s belief, or dare to say that it might be wrong.
These new leaders demand you climb on the bandwagon, and if
you cannot agree, then you must remain silent at all costs. They
call for us to experience now, and evaluate later. Adam and Eve
had no experiential knowledge of good and evil. The Serpent called
their attention to the attractiveness and desirability of the fruit, and
enticed them to experience for themselves. In their later evaluation,
they knew that they had been wrong to ignore what God had said
on the matter, but by then the damage had been done.

Those who would remove the defensive weapon of discernment are
binding the hands of the Church. They are preparing God’s people
for the slaughter. Why are they doing this? Why would they want
to expose millions to the myriad deceptions of the enemy with no
protection? Why do they take away what the Father has given?
The Church is becoming a slaughterhouse slick with the spilled
blood of saints who have been seduced by false teachers. The
faithful plod forward to the killing floor, their trusting eyes fixed on
their leaders. Error and deception runs rampant. Charlatans rule
the bestseller list. Pseudo-knowledge is dispersed around the
world, speeding through electrical synapses. Make no mistake. It
is a battle, and much is at stake.

Let us examine the logic (or lack of it) behind what some of these
leaders are saying:

“You have to experience it yourself before you judge it.” This is
pure nonsense. It is the method the Mormons use to get people
hooked in (pray about the Book of Mormon and see if you get a
‘burning in your bosom’). You don’t have to experience suicide to
know that it is bad for you. Christians are never commanded to
authenticate a questionable spiritual experience by submitting
themselves to it.

“If you don’t jump in the River, then you may miss out on the move
of God.” If you don’t exercise your duty to test everything and hold
on to what is good, then you may be deceived. God is not in a
hurry. If you are walking with Him, seeking to please Him, then He
will guide you into all He desires for you. Just because someone
proclaims something is a move of God, doesn’t make it so.
Beware of the salesman who pushes you to make a decision on
the spot. He may have something to hide.

“God offends the mind to reveal the heart.” I don’t know what this is,
but it is not scrïpture. It is true that God’s ways may be offensive
to human wisdom. Often though, this quote is used to say that if
you are offended by something going on in the Church, then your
heart isn’t right. The real issue is, are you offended because what
is going on is unscrïptural? If so, then stand fast.

“Don’t oppose what is going on, in case it turns out to be a move
of God.” This is the argument used by Gamaliel in Acts chapter 5.
Although this argument worked in favour of the apostles, it must be
pointed out that Gamaliel was a Pharisee making a pragmatic
argument. His was not a directive from the Lord on how believers
should conduct their discernment. If something is not from God,
ultimately, it is true that it will not succeed. In the time that it
takes for a false movement to runs its course however, many lives
will be damaged, and many souls deceived and damned. Look at
the phenomenal growth and apparent success of Mormonism.
Christians rightly oppose Mormonism on a basis that it twists and
deviates from scrïpture. Things which occur within Christianity
should receive no less scrutiny. Or consider the works of Satan.
We know that he will not succeed, but we certainly do not sit back
and allow him to do his work unhindered. When souls are at stake,
we cannot afford to sit back and do nothing.

“Don’t you want more of God in your life?” This is a sneaky one.
Of course, any sincere Christian realizes that they need to grow
closer to God, and they desire to do so. This should not lead us to
embrace everything that comes down the pike however. Part of
growing closer to God includes obeying His commands to test and
be discerning. The desperation of some Christians reminds me of
King Saul turning to the witch of Endor. He wanted an answer at
any price. The price he ended up paying was his own destruction.

Look for yourself. See how many times the New Testament
references false teachers, false teaching. Using your concordance,
look up the commands to discern and test, to not be deceived.
Shake off the chains of those who would seek to bind you.
Exercise your “Right to bear arms” as a believer.

"The healthy soul, like the healthy blood system, has its proper
proportion of white and red blood cells. The red corpuscles are like
faith: they carry the life giving oxygen to every part of the body.
The white cells are like discernment: they pounce upon dead and
toxic matter and carry it out to the drain. In the healthy heart there
must be provision for keeping dead and poisonous matter out of
the life stream." -A.W. Tozer.

~SOURCE:
http://pjmiller.wordpress.com/2008/06/08/prepared-for-the-slaughter-the-
disarming-of-the-church/

MODERATOR:
Andrew Strom,
PO Box 21-904,
Henderson,
West Auckland 0650,
New Zealand.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:25 (2013)    Sujet du message: "OBAMINATION" OF THE SECOND AMENDMENT Répondre en citant

"OBAMINATION" OF THE SECOND AMENDMENT

Gun control is the Obama National Agenda

The gun-control views of presumptive Democratic Presidential nominee, Barack Obama, are an "obamination" of the Second Amendment. Voting Americans must be aware of where exactly this candidate for president is positioned on gun-control issues and his unabashedly liberal stand. Gun control is the Obama agenda as glassy-eyed Obama-bobble-heads nod at whatever sounds good in campaign speeches chanting the undefined campaign mantra of "change."

Obama's call for gun-control change is to re-impose the failed Clinton semi-auto Gun Ban? Obama seeks to make it a felony for a gun owner whose firearm was not securely stored in their home. Change is not going back to repealed gun legislation. Not a fresh new idea but the same old anti-gun agenda that unsuspecting Americans can expect from the candidate on the Obama-Nation tour coming soon to your hometown. Protect the family, lock the doors, and yes, protect your firearms because in the Obama Nation, bearing arms would no longer be simply every law-abiding adult citizen's right, but a felony.

Obama would ban guns from young Americans who are old enough to fight terrorists in Iraq at the age of 18 saying they are not adult enough to handle a handgun to protect their family at home until they reach the age of 21 - and pass a gun training course.

Obama's anti-gun view is clearly seen as he commented on the Supreme Court's ruling striking down Washington D.C.'s decades long gun ban which he supported saying that the courts opinion striking down the capital's handgun ban concedes the right to gun ownership but is "not absolute" and is "subject to reasonable regulations." Obama as president will appoint liberal anti gun Supreme Court judges and seek to over turn this historic decision.

The "reasonable" legislation he would ban are Right to Carry (RTC) Laws. Barack Obama has said that he is "not in favor of concealed weapons," and that "I think that creates a potential atmosphere where more innocent people could (get, shot during) altercations." However, restrictive carry laws have been around for decades but have not ever reduced crime – as seen in Washington, D.C. Whereas in Florida, the homicide rate has decreased 41% since the state adopted its RTC law - 20 percentage points more of a decrease than the national rate.

The presidential primary season is finally over, and it is now time for gun owners to take a careful look at just where apparent nominee Barack Obama stands on issues related to the Second Amendment. During the primaries, Obama tried to hide behind vague statements of support for "sportsmen" or unfounded claims of general support for the right to keep and bear arms.

Don't Believe Obama!

But his real record, based on votes taken, political associations, and long standing positions, shows that Barack Obama is a serious threat to Second Amendment liberties. Don't listen to his campaign rhetoric! Look instead to what he has said and done during his entire political career.

FACT: Barack Obama voted to allow reckless lawsuits designed to bankrupt the firearms industry.

FACT: Barack Obama wants to re-impose the failed and discredited Clinton Gun Ban.

FACT: Barack Obama voted to ban almost all rifle ammunition commonly used for hunting and sport shooting.

FACT: Barack Obama has endorsed a complete ban on handgun ownership.

FACT: Barack Obama supports local gun bans in Chicago, Washington, D.C., and other cities.

FACT: Barack Obama voted to uphold local gun bans and the criminal prosecution of people who use firearms in self-defense.

FACT: Barack Obama supports gun owner licensing and gun registration.

FACT: Barack Obama refused to sign a friend-of-the-court Brief in support of individual Second Amendment rights in the Heller case.

FACT: Barack Obama opposes Right to Carry laws.

FACT: Barack Obama was a member of the Board of Directors of the Joyce Foundation, the leading source of funds for anti-gun organizations and "research."

FACT: Barack Obama supported a proposal to ban gun stores within 5 miles of a school or park, which would eliminate almost every gun store in America.

FACT: Barack Obama voted not to notify gun owners when the state of Illinois did records searches on them.

FACT: Barack Obama voted against a measure to lower the Firearms Owners Identification card age minimum from 21 to 18, a measure designed to assist young people in the military.

FACT: Barack Obama favors a ban on standard capacity magazines.

FACT: Barack Obama supports mandatory micro-stamping.

FACT: Barack Obama supports mandatory waiting periods.

FACT: Barack Obama supports repeal of the Tiahrt Amendment, which prohibits information on gun traces collected by the BATFE from being used in reckless lawsuits against firearm dealers and manufacturers.

FACT: Barack Obama supports one-gun-a-month sales restrictions.

FACT: Barack Obama supports a ban on inexpensive handguns.

FACT: Barack Obama supports a ban on the resale of police issued firearms, even if the money is going to police departments for replacement equipment.

FACT: Barack Obama supports mandatory firearm training requirements for all gun owners and a ban on gun ownership for persons under the age of 21.

The Right to Bear arms will provide ammunition in the election for President of the United States this fall. The Obama-nominators have already began bobbing their heads in agreement on whatever rhetoric the president of "change" offers while gun owners of all voting colors - red, blue, or purple – decide if Senator Barack Obama is hiding his record and ultimately his plan of change to the Second Amendment of the Constitution.

For more information, visit http://www.ameripac.org/

Defend the Second Amendment,

Alan Gottlieb
AmeriPAC
President and Founder

http://www.ameripac.org/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:27 (2013)    Sujet du message: TROISIÈME RÉUNION BIENNALE DES ÉTATS - COMBATTRE ET ÉLIMINER LE COMMERCE ILLICITE DES ARMES LÉGÈRE Répondre en citant



17/07/2008
Assemblée générale
CD/3123

--------------------------------------------------------------------------------

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Troisième Réunion biennale des États chargée

d’examiner l’application du Programme d’action

en vue de prévenir, combattre et éliminer le commerce

illicite des armes légères sous tous ses aspects



7e & 8e séances – matin & après-midi

LES ÉTATS EXAMINENT L’APPLICATION DE L’INSTRUMENT INTERNATIONAL DE TRAÇAGE, PREMIER PROLONGEMENT DU PROGRAMME DES NATIONS UNIES SUR LES ARMES LÉGÈRES ET DE PETIT CALIBRE

Les participants à la troisième Réunion biennale des États pour l’examen de la mise en œuvre du Programme d’action des Nations Unies sur les armes légères et de petit calibre (ALPC) ont examiné aujourd’hui l’application de l’Instrument international d’identification et de traçage rapides et fiables des armes légères illicites.

Adopté en 2005 par l’Assemblée générale, cet Instrument a été établi pour appuyer le Programme d’action. Il constitue ainsi la seconde étape d’un processus qui pourrait être renforcé par l’élaboration future d’un instrument du même type destiné à lutter contre le courtage illicite des armes légères et de petit calibre.

Les délégations, qui étaient invitées à s’exprimer sur la mise en œuvre de l’Instrument pour la première fois depuis son adoption, ont réaffirmé leur engagement à en appliquer les dispositions. Elles ont cependant regretté que cet Instrument était juridiquement non contraignant et certaines d’entre elles ont même jugé sa portée trop limitée.

En matière de marquage, elles ont souligné que les États devraient adopter des lois, règlements et procédures permettant d’identifier et de marquer les stocks gouvernementaux -les armes à feu des forces armées nationales étant le plus souvent celles qui sont détournées à destination des zones de conflit- ou encore de former du personnel aux technologies de marquage et d’échanger des informations sur les bonnes pratiques nationales dans le domaine considéré.

Il a également été préconisé d’établir des registres informatisés, conformes aux dispositions de l’Instrument, de toutes les armes légères et de petit calibre marquées se trouvant sur le territoire national. Les délégations ont insisté sur la nécessité de conserver pendant une période supérieure ou égale à 30 ans les informations relatives à toutes les armes produites depuis la fabrication jusqu’à l’utilisateur final.

Le volet de la coopération en matière de traçage a été l’occasion pour les États de faire valoir les initiatives entreprises au niveau régional afin de faciliter l’application de l’Instrument.

Le représentant de la France, qui s’exprimait au nom de l’Union européenne, a indiqué qu’en février dernier, l’Union européenne s’était dotée d’une action commune d’un montant de près de 300 000 euros visant à financer trois ateliers régionaux pour présenter le fonctionnement de l’Instrument international à des États d’Afrique de l’Ouest, d’Asie et d’Amérique latine et des Caraïbes.

Les orateurs ont en outre soutenu que les États Membres devraient désigner des points de contact nationaux, renforcer la coordination entre les divers organismes publics concernés ainsi que les partenariats bilatéraux, régionaux et internationaux dans les domaines du traçage.

Ils ont insisté sur le besoin d’accroître, à ce niveau, le rôle de catalyseur de l’aide internationale de l’Organisation internationale de police criminelle (Interpol) auprès des pays manquant de ressources et de capacités pour lutter efficacement contre le fléau des armes légères.

Par ailleurs, des pays ont demandé instamment que la question des munitions soit examinée sous tous ses aspects. La délégation de la Norvège a proposé que les États intègrent à leur rapport sur les armes légères les informations relatives à la gestion des munitions. Il a en outre noté que, désormais, le marquage au laser pourrait prévenir leur détournement, faciliter l’incrimination des trafiquants d’armes et responsabiliser les autorités compétentes.

En fin de séance, la Réunion a proposé un projet de document final sur la mise en œuvre de l’Instrument international d’identification et de traçage rapides et fiables des armes légères illicites* que les délégations, à l’exception de la République islamique d’Iran, ont accepté. Ce texte reflète les discussions qui se sont tenues aujourd’hui et telles que résumées dans le présent communiqué. Il sera de nouveau soumis pour adoption demain.

La Réunion biennale reprendra ses travaux demain, vendredi 18 juillet, à 10 heures. Les délégations examineront le projet de document final de la session en vue de l’adopter.

* A/CONF.192/BMS/2008/WP.6: ce document paraîtra ultérieurement sous sa forme finale

DÉCLARATIONS D’ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES ET DE REPRÉSENTANTS DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

Les représentants du Réseau d’action international sur les armes légères (IANSA) ont évoqué diverses initiatives conduites sous l’égide du Réseau en Afrique, en Asie du Sud-Est, en Amérique latine, au Moyen-Orient ou encore en Fédération de Russie. Ils ont, entre autres, mentionné les activités de gestion des stocks et d’élimination du surplus d’armes légères et de petit calibre (ALPC) et rappelé les États à leurs obligations. Ils ont rappelé que depuis l’adoption du Programme d’action en 2001, des milliers de personnes avaient trouvé la mort lors d’explosions dans des dépôts non sécurisés de stockage. L’un des représentants de l’IANSA a ainsi déclaré que le Réseau exhortait les gouvernements à se rendre sur place pour mesurer la menace sur la sécurité civile que représentent ces poudrières non sécurisées. Il a préconisé de mettre en œuvre des procédures de marque pour les armes légères et les munitions appartenant au stock gouvernemental, conformément à l’Instrument international de traçage, de restreindre l’accès au stock aux seules personnes autorisées,ou encore de sécuriser les conditions de transport des armes et munitions dans des containers appropriés. Par ailleurs, une représentante de la République démocratique du Congo (RDC) a également établi un lien entre les violences faites aux femmes dans son pays et la prolifération des armes légères et de petit calibre ainsi que la présence de nombreuses bandes armées dans la région des Grands Lacs. Elle a souhaité qu’en cette année de célébrations du soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, la communauté internationale n’oublie pas l’obligation qui lui incombe de protéger l’intégrité des groupes les plus vulnérables.

EXAMEN DE LA MISE EN OEUVRE DE L’INSTRUMENT INTERNATIONAL D’IDENTIFICATION ET DE TRAÇAGE RAPIDES ET FIABLES DES ARMES LÉGÈRES ILLICITES ( A/CONF.192/BMS/2008/WP.4 ET A/CONF.192/BMS/2008/WP.6 )

Déclarations

M. GLENN MCDONALD, chercheur à Small Arms Survey, a rappelé que l’Instrument international avait été adopté en décembre 2005 par l’Assemblée générale des Nations Unies pour qu’il puisse s’appliquer à tous les États Membres. Contraignant politiquement, il couvre toutes les armes à feu mais pas les munitions, a-t-il ajouté, et sa portée concerne le crime et les situations de conflit. L’intervenant a dit que l’Instrument international de traçage s’appuyait sur une définition souple des armes légères basée sur des termes juridiques précis. L’Instrument ne s’applique pas à une seule catégorie d’armes légères, à savoir celles qui peuvent être transportées par des véhicules, a encore dit M. McDonald.

M. McDonald a ensuite souligné que le marquage était essentiel pour tenir efficacement les registres. À ce propos, il a précisé que les États décidaient eux-mêmes de leurs propres méthodes d’enregistrement, l’engagement ayant été pris de stocker des informations sur l’origine des armes et l’identité de leurs acquéreurs pendant 30 ans. M. McDonald a ajouté que la mise en œuvre de l’Instrument international reposait sur une coopération accrue par le biais d’un réseau de points de contact nationaux aussi élargi que possible, du renforcement assisté des capacités nationales et de la participation de l’Organisation internationale police criminelle (Interpol) et des organisations régionales. Il a conclu en indiquant que l’application de l’Instrument de traçage était possible grâce à l’adaptation des législations nationales en matière de sécurité, cela en tenant compte des normes en vigueur dans le secteur industriel.

Le représentant de la Suisse a estimé que l’Instrument international était un outil indispensable pour juguler le commerce illicite des armes légères et de petit calibre. Il a affirmé que, conformément à l’article 24 de l’Instrument, il faudrait mettre l’accent sur une harmonisation des législations et procédures nationales et le développement des points de contact destinés à l’échange d’expériences sur les pratiques de marquage. Le représentant a attiré l’attention sur la nécessité de marquer les stocks gouvernementaux, les armes à feu des forces armées nationales étant le plus souvent celles qui sont détournées à destination des zones de conflit.

Le représentant de la France, au nom de l’Union européenne, a rappelé que de nombreux pays auraient souhaité que l’Instrument international de traçage et de marquage soit plus contraignant juridiquement et plus étendu dans sa portée. Il a fait remarquer qu’en adoptant ce dispositif, les États s’étaient engagés à prendre un certain nombre de mesures en vue de garantir un marquage et un enregistrement adéquats des armes légères et de petit calibre et de renforcer la coopération en matière de traçage des ALPC. Ces mesures, a-t-il dit, sont précises et requièrent un investissement technique allant au-delà des déclarations de principe. Le représentant a ensuite fait savoir qu’en février dernier, l’Union européenne s’était dotée d’une action commune d’un montant de près de 300 000 euros visant à soutenir l’Instrument international. Cette action commune, a-t-il précisé, a eu pour objet de financer trois ateliers régionaux pour présenter le fonctionnement de l’Instrument international à des États d’Afrique de l’Ouest, d’Asie et d’Amérique latine et des Caraïbes.

S’exprimant au nom du Marché commun du Sud (Mercosur), le représentant du Brésil a déclaré que les États membres de cette organisation s’étaient engagés sur le plan international à demander aux fabricants et aux importateurs d’armes un marquage de leurs articles. Il a ensuite réitéré son appui à un instrument juridiquement contraignant permettant de marquer les armes légères ainsi que leurs munitions, ainsi qu’à une proposition, dont le Mercosur souhaite qu’ils soient reflétés dans le document final.

Le représentant de la Barbade, qui s’exprimait au nom de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), a exprimé son appui à l’adoption d’un instrument juridiquement contraignant. Parmi les défis qui restent à relever, il a indiqué qu’il faudrait sensibiliser le personnel national à cette question et que des aménagements étaient nécessaires sur le plan législatif. Le représentant du Bénin a pour sa part souligné que son gouvernement avait adopté une politique de suivi des armes des fabricants locaux, dont le nombre est estimé à 350. La formation de ces artisans aux techniques de marquage permettra d’assurer une meilleure traçabilité des armes qu’ils produisent. La Commission nationale de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre a également permis d’instaurer un système de certification de l’utilisation finale. La communauté internationale devrait cependant appuyer les initiatives allant dans le sens d’une mise en commun des registres, a conclu la délégation.

Le représentant du Guatemala a rappelé que son gouvernement avait, depuis 2007, appliqué de nouvelles mesures pour identifier et enregistrer les armes qui sont entre les mains des civils. Pour ce qui est des importations d’armes à feu, des procédures sont en place pour vérifier que ces armes n’ont pas été modifiées. Le Registre national des armes, établi à partir des éléments balistiques, est opérationnel. Il convient de mentionner qu’en 2007, neuf licences d’achats par des entreprises nationales ont été annulées pour diverses raisons, a poursuivi le représentant. En outre, des mesures de contrôle ont été mises en place aux frontières pour vérifier la certification des armes importées, a-t-il dit. De même, le Guatemala a, par le biais d’un centre régional, initié un échange d’informations avec les pays de la sous-région et contribué à créer un système d’information en ligne pour surveiller les opérations commerciales des entreprises.

Le représentant du Japon est intervenu brièvement pour souligner la nécessité de sensibiliser les personnels des services de police et de douane ainsi que le grand public à la nécessité d’appliquer l’Instrument international de traçage des armes légères et de petit calibre. Il a ainsi expliqué que son pays assistait à l’organisation d’ateliers et de séminaires d’informations et de formation en Afrique de l’Ouest et en Asie en vue d’expliquer la pertinence des mécanismes de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre.

Le représentant de l’Algérie a estimé qu’il était nécessaire de définir les mécanismes d’intervention des autres organismes nationaux et internationaux, en plus d’Interpol. Il a noté qu’en dépit du fait que l’Instrument international ne soit pas juridiquement contraignant et complet, le dispositif pourrait cependant permettre une maîtrise des flux transnationaux illicites d’armes. Le délégué algérien a ajouté qu’en matière de coopération et d’assistance, il faudrait définir de manière plus précise le rôle que peuvent jouer les organisations non gouvernementales (ONG) qui tiennent des registres et des bases de données mais aussi celles qui sont proches des services gouvernementaux chargés de tracer certaines flux illicites d’armes légères et de petit calibre. Le représentant a également précisé que les seuls cas de sortie d’armes enregistrés dans son pays concernaient des armes et munitions détenues par les membres du corps diplomatique ou les représentations diplomatiques. Nos difficultés, a-t-il dit, se posent plutôt en termes de flux rentrants. C’est pourquoi, il a souhaité qu’à titre de réciprocité, les autorités concernées de son pays soient informées de tout mouvement à destination de son territoire, que ce soit au départ ou lors de transit.

Le représentant de l’Indonésie a indiqué que le fabricant d’armes officiel de son pays utilisait un système efficace de marquage en vue d’identifier les produits commercialisés et leurs composantes. Il a ajouté que la circulation des armes légères en Indonésie était limitée à l’usage des forces de Police nationale et des militaires indonésiens. De l’avis de sa délégation, les autorités nationales doivent lutter en premier lieu contre les pratiques d’altération illégale du marquage des armes légères, qui aboutissent au développement d’un véritable marché parallèle des armes légères et de petit calibre.

Le représentant de l’Uruguay a déclaré que son pays, qui n’est pas producteur d’armes, a cependant pris des mesures pour assurer le marquage de celles qui sont importées. Depuis 1843, il existe donc un registre dans lequel sont consignés les numéros de série des armes légères et de petit calibre, de leurs munitions et de leurs explosifs. Ce registre est un outil précieux du Ministère uruguayen de la justice pour entamer des poursuites ou établir la responsabilité pénale d’un accusé, s’est félicité le représentant. Il a ensuite recommandé de mettre l’accent sur le renforcement du contrôle technique, la formation des fonctionnaires publics compétents et la mise en place de mécanismes d’échanges d’informations.

Le représentant du Kenya a, quant à lui, déclaré que le travail de marquage était sur le point de commencer, et ce, afin de référencer toutes les armes de l’État d’ici à la fin de l’année, conformément au Protocole de Nairobi. En outre, un Bureau central des armes à feu maintient un registre des armes à feu en possession légale d’acteurs non étatiques. Ce Bureau devrait toutefois voir ses prérogatives élargies à l’avenir: il sera notamment chargé de tenir et d’actualiser un registre national de toutes les armes légères et de petit calibre, détenues par l’État. Le représentant de l’Italie a indiqué que son gouvernement avait amendé sa législation pour y introduire des normes obligatoires de marquage. Sur un plan purement technique, il a reconnu qu’il était nécessaire d’établir des bases de données électroniques, dont l’importance devrait être soulignée dans le document final.

La représentante des États-Unis a indiqué que son pays appuyait l’application du Programme d’action et de l’Instrument international de traçage des armes légères et de petit calibre. Elle a précisé que la politique des États-Unis en la matière était guidée par l’objectif de réduire le risque que ces armes tombent entre les mains de groupes terroristes. Elle a expliqué que son pays privilégiait des mesures concrètes visant notamment au renforcement de la sécurité physique des personnes et la gestion et la destruction des stocks d’armes légères et de petit calibre dans les zones de conflit. À son tour, elle a plaidé pour un renforcement de la coopération internationale, par le biais notamment de programmes d’assistance menés conjointement avec des académies de police et d’autres experts. La représentante a rappelé que les États étaient les premiers responsables du traçage des armes à feu à l’intérieur de leurs frontières.

Le représentant de la Chine a souligné que dans son pays, chaque arme légère était marquée d’un sceau unique et indélébile comportant un numéro de série et des informations sur l’origine. Il a également indiqué la tenue des registres, précisant que les fabricants des armes légères et de petit calibre disposent tous d’un système de conservation des données, de la fabrication à l’utilisateur final.

La représentante de la République de Corée a déclaré que la mise en œuvre des mécanismes de lutte contre la prolifération des armes légères et de petit calibre était d’abord problématique dans les pays en développement, qui manquent des ressources et capacités nécessaires à cet effet. Elle a fait savoir que son pays avait participé aux mêmes ateliers de formation et d’informations que ceux déjà mentionnés par l’Union européenne et le Japon.

Le représentant du Ghana a commencé par faire état des progrès accomplis par son pays pour développer un logiciel pour l’enregistrement des numéros de série des armes légères et de petit calibre, qui sera officiellement lancé en septembre prochain, ainsi qu’un système informatique centralisé qui recoupe les secteurs militaire, policier, douanier, migratoire et pénitentiaire. Il a cependant fait appel à la coopération internationale pour pouvoir former le personnel qui sera chargé de dresser et de maintenir de tels registres.

Le représentant des Pays-Bas a indiqué qu’un guide des meilleures pratiques pourrait faciliter le processus de mise en œuvre de l’Instrument de traçage. La sécurité des stocks est impossible sans l’enregistrement des armes, a-t-il souligné, avant de réitérer l’importance de cette mise en œuvre. Pour sa part, le représentant de l’Australie a indiqué que son pays avait mis en place des cadres règlementaires stricts, qui se sont traduits par des taux très bas d’usage illicite. Ainsi, il est devenu impossible d’enlever ou d’altérer les numéros de série des armes fabriquées dans ce pays. Un registre électronique et une base de données sur les armes à feu permettent en outre de collecter toutes les informations pertinentes. La représentante de l’Argentine a déclaré que des marquages appropriés doivent être appliqués dans le cadre de la production du matériel fabriqué dans le pays comme dans celui de matériel importé. L’Instrument international est un outil fondamental dans la mise en œuvre du Programme d’action, a-t-elle souligné, avant de réitérer que son pays était en mesure de fournir une assistance technique aux niveaux bilatéral et multilatéral dans le marquage, le traçage, l’établissement et la tenue d’un registre.

La représentante de la Lituanie s’est déclarée convaincu qu’il était essentiel de disposer d’un point national de traçage. Les dispositions de base pour la circulation et la détention des armes légères et de petit calibre sont consignées dans notre législation nationale et les registres sont scrupuleusement tenus. Cependant, le système de traçage d’Interpol devrait être amélioré, a-t-elle souligné, et les États devraient être autorisés à accéder librement à ses registres.

Le représentant de la Norvège a estimé que les gouvernements devraient veiller à acquérir les technologies de marquage, conserver les documents et être créatifs en matière de coopération internationale. Il a ajouté que les rapports nationaux biannuels obligatoires devraient servir de base pour l’évaluation du niveau de mise en œuvre de l’Instrument international d’identification et de traçage rapides et fiables des armes légères illicites. Enfin, il a indiqué qu’il n’était plus possible d’ignorer le fait que la question des munitions n’est pas examinée sous tous ses aspects. Le marquage au laser pourrait prévenir leur détournement et faciliter l’incrimination des trafiquants d’armes, a estimé le délégué norvégien. Il a invité les États à intégrer à leur rapport les informations relatives à la gestion des munitions.

Le représentant du Mali a déclaré que le traçage était important pour remonter le flux d’écoulement des armes, déterminer la responsabilité du détournement et lutter contre la corruption et l’utilisation abusive de la violence par les groupes armés. Il a souhaité que l’accent soit mis sur l’établissement de registres détaillés et le marquage des armes en amont pour renforcer la traçabilité des armes légères et de petit calibre.

Le représentant de la République dominicaine a appuyé l’idée d’établir un instrument juridiquement contraignant de marquage des armes légères qui couvrirait la question des munitions et des explosifs associés.

Le représentant de l’Inde a déclaré que les armes légères produites dans son pays étaient marquées et que les importateurs y étaient tenus de présenter leurs armes chaque année pour inspection. Nous mettons tout en œuvre pour prévenir le transfert d’armes légères et de petit calibre dans les mains d’acteurs non étatiques, a-t-il dit. Son homologue d’Israël a déclaré que la mise en œuvre de l’Instrument international de traçage était un aspect important du Programme d’action et qu’une Commission nationale du désarmement avait été créée. Le représentant du Pérou a déclaré qu’il aurait souhaité que soit inclus dans l’Instrument international la coopération et l’assistance pour assurer l’efficacité de sa mise en œuvre. Dans le domaine du courtage illicite, il a estimé que les listes nationales étaient à même d’améliorer le contrôle des armes et que les inspections relevaient de la compétence de chaque État. C’est pourquoi, il a réitéré l’importance du rôle des centres régionaux pour le traçage et le marquage.

Le représentant de la Bolivie a souligné que son pays avait pris des mesures pour appliquer le Programme d’action et, en particulier, dans le marquage et le traçage. Son gouvernement appuie le strict contrôle de la production et de la vente des armes sur son territoire pour éviter leur transfert à des acteurs non étatiques. L’emplacement de la Bolivie au cœur de l’Amérique du Sud l’oblige à réorienter la priorité vers des mesures de portée internationale. S’agissant enfin des armes illicites, le Gouvernement bolivien a adopté un décret qui fixe des règles très claires pour le contrôle des armes.

Le représentant de la Zambie a expliqué que son pays appliquait des mesures de traçage sur le territoire national en vertu de la loi sur les armes à feu depuis les années 1970. Au niveau régional, une initiative conjointe avec l’Afrique du Sud permet à la Zambie d’échanger sur une base régulière des informations et des expériences dans ce secteur, a-t-il dit. Le représentant a estimé que si l’Instrument international n’était pas juridiquement contraignant, il faudrait s’appuyer sur le concours de la société civile en vue de privilégier une approche axée sur la recherche de résultats concrets. La représentante du Paraguay a réagi en disant qu’à ce stade, la nature non juridiquement contraignante de l’Instrument international n’avait pas entravé son application. Le représentant d’El Salvador a préconisé que les pays producteurs devraient exiger de leurs entreprises d’adopter des mesures strictes de marquage et de traçage pour enrayer le trafic illicite des armes légères et de petit calibre sous tous ses aspects.

Le représentant de la Colombie a réitéré l’importance de la coopération internationale dans l’établissement de règles et des capacités nationales sur le marquage, qui devraient permettre d’accomplir des progrès vers le traçage. Comme plusieurs pays d’Amérique latine, la Colombie a été victime du terrorisme et de la violence armée de la circulation des armes illicites. C’est la raison pour laquelle, a-t-il dit, nous appelons à la pleine mise en œuvre du Programme d’action. Le représentant de l’Allemagne a indiqué qu’en dépit des dispositions sur le marquage et le traçage, les mécanismes actuels étaient insuffisants pour les tracer jusqu’au point où elles ont été détournées. Il a estimé que le marquage était un préalable indispensable au contrôle des armes légères et de petit calibre.

Le représentant du Centre régional pour les petites armes (RECSA) a appelé l’Assemblée générale à faire de cet Instrument un texte juridiquement contraignant. Face aux défis qui continuent de se poser, le RECSA a pris des mesures pour aider les États qui en sont membres à tracer les armes légères et de petit calibre qui ont été saisies sur leur territoire. Une base de données et un logiciel de gestion ont ainsi été mis à leur disposition, a-t-il indiqué. Les efforts des États Membres ne sont malheureusement pas toujours secondés par ceux des fabricants d’armes, qui peinent à respecter les dispositions prévues par l’Instrument, a-t-il regretté. Le représentant du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a exhorté tous les États à activement tracer les armes récupérées pendant ou après des conflits armés. Il a également recommandé aux experts gouvernementaux de se réunir régulièrement pour partager leur expérience et d’envisager la question de la mise en œuvre de l’Instrument.

* *** *
--------------------------------------------------------------------------------

À l’intention des organes d’information • Document non officiel

http://www.un.org/News/fr-press/docs/2008/CD3123.doc.htm


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:29 (2013)    Sujet du message: BARACK OBAMA'S 10 POINT PLAN TO "CHANGE" THE SECOND AMENDMENT Répondre en citant

BARACK OBAMA'S 10 POINT PLAN TO "CHANGE" THE SECOND AMENDMENT


Posted: 7/28/2008 2:27:13 PM

by Wayne LaPierre

NRA Executive Vice President

For the Brady Campaign, Violence Policy Center, Dianne Feinstein, Chuck Schumer, U.N. gun-ban extremist Rebecca Peters and her globalist billionaire sugar-daddy George Soros, for New York City Mayor Michael Bloomberg and his horde of big-city politicians—in fact, for all those individuals and organizations who would harm or destroy our Second Amendment rights—Barack Obama’s mantra of “change” means their agenda will be harnessed to the total power of an aggressive, activist and radical federal government.

“Change” means gun owners will be under siege like never before.

Especially for NRA members who fought through the never-ending threats of the Clinton-Gore administration, the understanding of “change” must be the driving force for us to get other gun owners to the polls. This election is critically important. We cannot afford to have any friend of the Second Amendment sit it out, regardless of the reason.

We all know gun owners who are disillusioned with politics. Those influenced by talk of four years of “progressives” in power coalescing a united conservative movement must be reminded that this November, we are not just electing a president, we are electing an entire government.

With Obama’s emphasis on grassroots organizing, his administration will be a government redesigned and realigned to stay in power. It will be a government converted into a political machine. And with a so-called “progressive” majority in both houses of Congress, there will be little to stop that power shift.

When Obama talks about “change,” the gun-banners at the Violence Policy Center and the Brady Campaign know exactly what change they want—inside power. And they’ll likely get it.

Michelle Obama, in a politically charged college campaign speech in California, defined her husband’s meaning of “change”:

“Barack Obama ... is going to demand that you shed your cynicism. That you put down your division. That you come out of your isolation. That you move out of your comfort zones ... Barack will never allow you to go back to your lives as usual ...”.

As NRA members, this statement doesn’t bode well for our future. Our “lives as usual” means the daily exercise of our freedom.

And what of “cynicism”? It is the very basis of Americans’ long history of questioning government power and its abuse. It is the basis of challenging dissembling politicians. Cynicism is the key to seeing through politicians like Obama and Hillary Clinton, who falsely wrap themselves in the Second Amendment while espousing dangerous programs for civil disarmament.

And “division”? As NRA members, our “division” from the likes of Obama means we stand together and fight every day against those who would destroy the bedrock principles that have made our country the freest in the world. Divisiveness is the basis of our democratic institutions. Division based on principle is a noble thing.

“Comfort zone”? What about the life, liberty and pursuit of happiness guaranteed by the Declaration of Independence? That is the real “comfort zone” of all Americans. We are the only nation on earth built on the principle of “pursuit of happiness.” That means we do not serve government; it serves us.

The “change” Obama and his close allies—like George Soros’ Moveon.org —seek is a complete regime change driven by a radical political agenda. For the nation’s gun owners, “change” will take the form of many steps back to the bad old days of the Clinton-Gore years or the Jimmy Carter years, when bureaucrats in a dozen agencies were relentless in their schemes to press a hostile presidential agenda against gun ownership.

For gun owners, “change” could well mean an erosion of hard-fought reforms and hard-fought protections we have secured over the years. Those reforms represent battles won by gun owners led by NRA since the founding of the Institute for Legislative Action in 1975.

“Change” means removing the restrictions we secured against the Consumer Product Safety Commission from exercising a bureaucratic ban on firearms or ammunition based on phony “consumer hazard” criteria. This is something the Brady Campaign and the Violence Policy Center have vainly sought for years.

... we are not just electing a president, we are electing an entire government

“Change” means ignoring the strictures imposed on federal gun-control enforcement by Congress, like preventing “firearms trace data” from being delivered into the hands of big-city lawyers to fuel punitive lawsuits to strangle the lawful firearms industry. This is New York City Mayor Michael Bloomberg’s dream, and it is the “change” demanded by his gun-ban axis of urban politicians.

“Change” means an effort to erase all of the reforms of federal gun laws created when Congress enacted the Firearms Owners’ Protection Act of 1986. That law ended a reign of terror by the Bureau of Alcohol, Tobacco and Firearms that, for gun owners and civil libertarians, was the shameful hallmark of the Jimmy Carter presidency.

“Change” means that federal lawyers from multiple agencies with unlimited taxpayer funding will find “creative” ways to bring elements of the law-abiding firearm industry to court, circumventing the restrictions of the Protection of Lawful Commerce in Firearms Act. As a freshman U.S. senator from Illinois, Obama voted against that law, which was designed to end punitive lawsuits claiming firearm industry liability based on totally unrelated acts of armed, violent criminals.

For those who don’t remember, in the waning days of the Bill Clinton presidency, the U.S. Department of Housing and Urban Development (HUD), along with the U.S. Department of Justice, used the threat of scores of separate lawsuits in many federal venues by city housing authorities to extort a supposedly “voluntary” gun-control agreement from firearm manufacturers. If Obama becomes president, you can bet the farm that bureaucrats will once again use these threats to obtain strictures that Congress would never enact.

In fact, among key advisors chosen by Obama to vet possible running mates is Eric Holder, who was Attorney General Janet Reno’s top deputy. Holder, as the Justice Department point man on all gun-control schemes, was among the top officials announcing the Clinton-Gore extortion agreement in 2000.

The “change” Obama and his close allies—like George Soros’ Moveon.org—seek is a complete regime change driven by a radical political agenda.

Among the many requirements of that agreement, a crucial one gave key elements of the gun-ban movement total oversight of the firearm industry and an ability to destroy it by running it out of business. None of this would ever have passed Congress as law, yet this stranglehold was achieved through the bureaucratic back door by Bill Clinton’s executive branch.

Backdoor bureaucratic gun-control schemes in the waning days of the Clinton administration also included diversion of millions of taxpayer dollars to HUD “gun buybacks” and gun destruction schemes; and development of so-called “smart gun” technologies and “ballistic fingerprinting.”

The ultimate aim of “smart gun” technology—to prevent a firearm being used by anyone but its registered owner—was spelled out in model legislation first floated in Pennsylvania, which said all handguns that did not possess “smart technology” would become contraband to be collected by police agencies.

All of this was created and pushed through the efforts of bureaucratic lawyers like Obama advisor Holder. Now the ultimate Washington insider lawyer, Holder is being touted as an Obama Supreme Court appointee. Recent headlines can put Holder’s reappearance on the political scene into sharp context. The Journal of the American Bar Association even asks: “Will Eric Holder Become the Next Attorney General?”

“... change” also means using a host of federal government think tanks to create “studies” and white papers intended to spawn new gun-ban laws.

If gun owners don’t vote, that’s likely to happen.

Among the many press briefings Holder ran was the unveiling of the massive Clinton-Gore legislative assault on gun rights in April 1999. At the time, Clinton was pushing for a federally mandated state gun-owner license. That legislative package included a three-day waiting period for the purchase of a handgun; a purchase limit of one handgun a month; and bans on high-capacity magazines.

Thankfully, all of these hostile executive branch threats, including the “voluntary” gun control by extortion, ended abruptly when George W. Bush took office—a fact many people have forgotten. But if Obama captures the White House, the onslaught against our rights will be reopened on many old fronts that have been largely forgotten, as well as in new venues.

You can bet an Obama administration will make a major effort to bureaucratically centralize lawful sales records created under the National Instant Check System, which would be the basis of a universal gun-owner registration system sought by every anti-Second Amendment advocate, public and private. Additionally, you can bet that there will be a major push to criminalize all now-legal sales between private individuals.

“Change” means giving the Center for Disease Control power to once again treat private ownership of firearms as a “disease” treatable by gun control—a power denied by Congress thanks to NRA, but which can quickly be changed. That wacky theory—that guns are a virus to “civil society”—is the basis for Rebecca Peters’ international gun-ban activities. During the Clinton administration, the CDC created a massive propaganda arsenal for the gun-ban movement that still feeds the media. Under Obama, the same is likely to occur.

On that score, “change” also means using a host of federal government think tanks to create “studies” and white papers intended to spawn new gun-ban laws. In the U.S. Justice Department alone, an Obama regime could use the Office of Justice Programs, which includes the National Institute of Justice, the Office of Victims of Crime, the Bureau of Justice Assistance and the Bureau of Justice Statistics, to do its anti-gun bidding. During the Clinton-Gore years, these Justice Department entities produced scores of anti-gun “studies,” many still used today to prop up gun-ban groups’ propaganda.

Further, these agencies and those in other executive departments have millions of dollars in grant-making authority. That is something Obama knows a great deal about. During his tenure as an active member of the Joyce Foundation board, Obama oversaw the distribution of $18 million to gun-ban groups, including major funding for the Violence Policy Center (VPC). Reportedly, Josh Sugarmann’s book, Every Handgun is Aimed at You, which pushed for a national handgun ban, was funded by Obama’s Joyce Foundation board. Before he ran for public office, Obama was considered the prime candidate to lead that deep-pocketed anti-gun money machine.

“Change” also means using the total lobbying and propaganda power of the White House and multiple federal departments to bring back a version of the Clinton gun ban, or to move an F-Troop Congress on any number of gun-control schemes. The presidency is the nation’s most powerful bully pulpit—especially for someone much of the so-called “mainstream” media worships as “the great orator.”

Stop a minute and think about the scope of power we hold in our hands as pro-Second Amendment voters. What we do with that power when we vote in November will determine so much for the future.

The 2008 election will determine who controls:

U.S. participation in the anti-gun United Nations;
Appointments to the federal courts, including the critical U.S. Supreme Court;
The Bureau of Alcohol, Tobacco, Firearms and Explosives;
The Occupational Safety and Health Administration (OSHA), which the Brady Campaign now insists should ban firearms in every place of employment in America;
The Department of State, which could give credence and funding to the world gun-ban efforts of Rebecca Peters’ International Action Network on Small Arms (IANSA). The State Department could negotiate a U.N. global gun-ban treaty that would violate American sovereignty;
The U.S. Forest Service and the Bureau of Land Management, which could force huge changes on hunters and gun owners;
The U.S. Fish and Wildlife Service, which today is being petitioned to ban lead bullets for hunting, even in the ubiquitous .22 rimfire;
The Environmental Protection Agency, which could conceivably close down shooting ranges throughout the country.
Think about how regulations could be abused through an Obama-led Federal Communications Commission, Federal Election Commission, even Department of Defense, to change the culture of the Second Amendment in America.

When you talk to those who want to sit out this election and let an Obama administration roll into Washington, just pick any agency that covers any area of those people’s lives that they hold dear and point out how Obama’s idea of “change” could affect them. Remind them that we are not electing just a president and vice president—we are electing officials in the entire executive branch, which can be used either to their good, or used for their harm.


http://www.nraila.org/Issues/Articles/Read.aspx?id=308&issue=047


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:31 (2013)    Sujet du message: AMÉRIQUE NAZI - L'HEURE EST AU DÉSARMEMENT DE LA POPULATION Répondre en citant

AMÉRIQUE NAZI - L'HEURE EST AU DÉSARMEMENT DE LA POPULATION

SUICIDE: DÉSARMER L'AMÉRIQUE

(Source: Radio-Canada) Des psychiatres américains plaident pour une restriction de l'accès aux armes à feu pour prévenir des suicides.

2008-09-04 15:34:17

Des psychiatres américains plaident dans une importante revue médicale du pays, le New England Journal of Medicine, pour une restriction de l'accès aux armes à feu comme moyen de prévenir des suicides.

« Le meilleur moyen de réduire la probabilité qu'une tentative de suicide ne réussisse est de retirer les armes de la maison », a écrit le groupe de psychiatres dans l'article paru le 4 septembre.

« Empêcher les personnes suicidaires d'avoir accès à un fusil durant ces périodes de crise est donc crucial pour leur vie », persistent-ils.

Parmi les Américains de tous âges, plus de la moitié des suicides réussis sont le fait d'une arme à feu.

Contrairement aux armes à feu, les surdoses de médicaments ou le fait de se taillader les veines laissent plus souvent une deuxième chance aux personnes en crise.

Une décision impulsive

Un tiers à quatre cinquièmes de toutes les tentatives de suicide seraient impulsives.

Dans 24 % des cas, il s'écoulerait moins de cinq minutes entre la décision et le passage à l'acte, tandis que dans environ 70 % des cas, moins d'une heure s'écoulerait.

« Le fait que plus de 90 % des personnes survivant à une tentative suicide ne recommenceront jamais montre le caractère passager et bref de nombreuses crises suicidaires », ajoutent-ils.

Restreindre l'accès aux armes à feu aux États-Unis serait toutefois une tâche difficile. Non seulement les citoyens américains sont ceux qui en possèdent le plus grand nombre au monde, le deuxième amendement de la constitution américaine leur confère le droit de détenir une arme.

Radio-Canada.ca avec Agence France Presse


http://nouvelles.sympatico.msn.ca/Suicide Desarmer lAmerique/Monde/ContentP…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:34 (2013)    Sujet du message: UNITED NATIONS - DISARMAMENT - THE BOOK Répondre en citant

UNITED NATIONS - DISARMAMENT - THE BOOK

Disarmament 2007: Critical Disarmament Issues - Panel Discussions Organized by the NGO Committee on Disarmament, Peace and Security in Cooperation with the Office for Disarmament Affairs on 11, 12, 19 April and 19 October 2007


Released in July 2008
English
ISBN13: 9789211422610
Sales Number: 08.IX.4
100 page(s), 8.5x11
Paperback
Publisher: United Nations, Department for Disarmament Affairs


http://unyearbook.un.org/yunframe.html?string=https://unp.un.org/details.as…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:36 (2013)    Sujet du message: HOLY SEE CALLS FOR HUMAN APPROACH TO DISARMAMENT Répondre en citant

HOLY SEE CALLS FOR HUMAN APPROACH TO DISARMAMENT

Urges Keeping It From Becoming "Game of Armed Truce"

NEW YORK, OCT. 10, 2008 (Zenit.org).- Disarmament should have a human approach, says the Holy See, since the human person is the ultimate aim of all public policies.

Thus, Archbishop Celestino Migliore, permanent observer of the Holy See to the United Nations, urged the 63rd U.N. General Assembly on Tuesday, to approach non-proliferation and disarmament with an interdisciplinary approach.

"Without considering the social, economical, psychological and ethical impact of armaments, policies on disarmament and non-proliferation become a game of armed truce between states," he said.

"Indeed," Archbishop Migliore added, "we realize a conflict emerging between security and military policies. The international community strives to fight nuclear terrorism with the adoption of stringent norms banning the production, possession and transfer of such arms; but, on the other hand, not a few states pursue the renewal or the acquisition of nuclear arsenals at the national level. Consequently a kind of conflict between security policies and development appears to emerge as well."

"This contradicts the spirit of the United Nations and is not the way to build a durable and lasting peace. Arms regulation, nuclear disarmament and non-proliferation are key elements for a global strategy in favor of human rights, development and international order," he affirmed.

Cluster bombs

Nevertheless, the Holy See representative noted, last spring in Dublin, the Convention on Cluster Munitions was adopted.
He said that the Holy See is "particularly pleased with this achievement."

"This new convention, besides filling a serious gap in humanitarian law, provides a strong and realistic solution to an ongoing problem, characterized not only by the indiscriminate use of cluster munitions, but also by the fact that they can rest undetonated on the ground for many years, and, once disturbed, can devastatingly affect the daily life of thousands of civilians around the globe," he explained.

"We need to invert the trend of erosion of multilateralism in the area of arms regulation, disarmament and non-proliferation," Archbishop Migliore continued. "The Conference on Disarmament has not had a program of work for more than 10 years, and the lack of political will in the international community regarding these projects is disconcerting.

"It is well known that more progress can be made with an approach based on responsible, honest and coherent dialogue and cooperation of all the members of the international community than with individualized and contrasting approaches."

He added: "Finally, disarmament is becoming an increasingly complex issue, which brings us back to more general problems, such as the reform of this organization, the procedural and structural reform of the Conference on Disarmament, the tendency of overlapping the civil and military economies and the scarce coherence of the policies adopted in the strategic sectors.

"In this context, the Holy See calls upon the international community for a greater sensitivity and more efforts in promoting the peaceful coexistence and survival of the entire human family, and believes that the best formula for success is cooperation and partnership between states, the United Nations, international organizations and civil society."

ZENIT


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:37 (2013)    Sujet du message: GunBanNObama.com Répondre en citant

GunBanNObama.com

A site dedicated to exposing Obama's consistent desire to outlaw gun ownership.

About GunBaNObama.com

Barack Obama would be the most anti-gun president in American history. Senator Obama says “words matter.” But when it comes to your Second Amendment rights, he refuses to speak honestly about where he stands. In fact, Obama hides behind carefully chosen words and vague statements of support for sportsmen and gun rights to sidestep and camouflage the truth.

But even he can’t hide from the truth forever … his voting record, political associations, and long standing positions make it clear that, if elected, Barack Obama would be the most anti-gun president in American history.

GunBaNObama.com is designed to bring you the truth about Barack Obama’s words – words like these:

“Do you support state legislation to … ban the manufacture, sale and possession of handguns? Yes.” (Independent Voters of Illinois/Independent Precinct Organization general candidate questionnaire, Sept. 9, 1996

“I’m consistently on record and will continue to be on record as opposing concealed carry.” (Chicago Tribune, April 27, 2004)



“I believe in keeping guns out of our inner cities and that our leaders must say so in the face of the gun manufacturers lobby.” Barack Obama, The Audacity of Hope (2006).

And GunBaNObama.com will also bring you Obama’s deeds:
Obama voted to ban almost all rifle ammunition commonly used for hunting and sports shooting. (United States Senate, vote no. 217, S. 397, July 29, 2005)

Obama voted to uphold local gun bans and the criminal prosecution of people who use firearms in self-defense. (Illinois Senate, SB 2165, vote 20, March 25, 2004)

In his only two votes on confirming Supreme Court nominees, Obama voted against two of the five justices (Chief Justice Roberts and Justice Samuel Alito) who later affirmed an individual right to keep and bear arms in the case of District of Columbia v. Heller.

Tell your friends about GunBaNObama.com.

After reading about the Obama record, you’ll want to take action to stop Obama from being elected president.

http://www.brainwashington.info/portal/default.asp?id=1&ACT=5&content=98&mnu=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:38 (2013)    Sujet du message: USA DICTATORIAUX : BARACK OBAMA CONSTITUE UNE MENACE POUR LE SECOND AMENDEMENT DE LA CONSTITUTION, QUI PERMET AUX CITOYENS DES ETATS-UNIS DE POSSEDER DES ARMES !!! Répondre en citant

USA DICTATORIAUX : BARACK OBAMA CONSTITUE UNE MENACE POUR LE SECOND AMENDEMENT DE LA CONSTITUTION, QUI PERMET AUX CITOYENS DES ETATS-UNIS DE POSSEDER DES ARMES !!!

Chers amis,

Si vous avez bien suivi les informations ces dernières semaines, vous avez sans doute entendu dire qu’aux Etats-Unis, la vente d’armes à feu est en nette hausse suite à l’élection de Barack Obama.

BARACK OBAMA, EN EFFET, EST UN FAROUCHE OPPOSANT AU DROIT DE POSSEDER UNE ARME, UN DROIT QUI, POURTANT, EST CONTENU DANS LA CONSTITUTION DES USA, DANS LE SECOND AMENDEMENT !

Un site nommé GunBanNObama.com dénonce ce fait, que le nouveau président n’ose pas trop avouer en public, ou tente de dissimuler au maximum.

CLAIREMENT, L’ELECTION D’OBAMA RISQUE FORT D’ENTRAINER A NOUVEAU LA SUPPRESSION DE DROITS CONSTITUTIONNELS DE BASE AUX ETATS-UNIS !!!

Il faut bien comprendre que ce droit de posséder, voire de porter une arme, a été mis en place par les pères fondateurs afin d’éviter que des dictateurs prennent facilement le pouvoir de façon militaire face à une population désarmée, et donc sans défense.

Or, aujourd’hui, nous avons vu qu’avec la violation de la loi sur le posse comitatus, des troupes militaires sont entrées aux USA afin de contrôler les civils, ce qui était normalement interdit mais qui, sous l’action totalitaire de George W. Bush, a été violé honteusement.

Nous pouvons donc constater qu’Obama se dirige bien vers la suppression des dernières libertés des Américains, et vers la poursuite de l’installation de la dictature !

La suppression du droit de posséder des armes à feu est un obstacle important pour l’instauration d’une dictature aux USA, puisque de nombreux citoyens sont armés et pourraient donc tenir l’armée en échec. Supprimer ce droit permettrait l’instauration rapide de la tyrannie, sans possibilité de réaction efficace du peuple.

Le danger est donc bien réel, et nous voyons que TOUT est mis en œuvre afin de réduire le peuple américain (et les populations mondiales) en esclavage.

Nous avons eu de nombreux signes négatifs et inquiétants provenant du nouveau président Obama… Cela ne nous annonce rien de bon pour la suite… A moins d’une révolution immédiate, évidemment.

L’article, traduit pour vous en français, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION, OU BON ESCLAVAGE ! Vic.


Source: http://www.brainwashington.info/portal/default.asp?id=1&ACT=5&conte…

GunBanNObama.com

Un site voué à exposer le désir constant d’Obama de rendre hors-la-loi la possession d’armes à feu.

À propos de GunBaNObama.com

Barack Obama serait le président le plus opposé aux armes à feu de l'histoire américaine. Le sénateur Obama dit que "les mots sont importants". Mais quand il s'agit de vos droits au deuxième amendement, il refuse de parler honnêtement de sa position. En fait, Obama se cache derrière des mots choisis avec prudence et derrière de vagues déclarations de soutien pour les sportifs et les droits concernant les armes à feu afin d’éviter le sujet et de camoufler la vérité.

Mais même lui ne peut cacher la vérité éternellement… ses enregistrements de vote, ses associations politiques, et ses positions constantes montrent clairement que, s'il est élu, Barack Obama serait le président le plus opposé aux armes à feu de l'histoire américaine.

GunBaNObama.com est conçu pour vous amener la vérité en ce qui concerne les mots prononcés par Barack Obama - des mots comme ceux-ci:

"Soutenez-vous une législation d'État… afin d’interdire la fabrication, la vente et la possession des armes de poing? Oui."( Independent Voters of Illinois/Independent Precinct Organization, questionnaire général pour les candidats, le 9 septembre 1996.

« Je suis constamment sur les registres et continuerai d'être sur les registres en tant qu’opposant au transport d’armes cachées ». (Chicago Tribune, 27 avril 2004)

« Je crois au fait de maintenir les armes à feu hors du cœur de nos villes, et que nos dirigeants doivent le clamer au visage du lobby des fabricants d’armes à feu ». Barack Obama, dans son livre « The Audacity of Hope » (L'audace de l'espoir, 2006).

Et GunBaNObama.com vous rapportera également les actes commis par Obama :

Obama a voté afin d’interdire la quasi-totalité des munitions de fusil couramment utilisées pour la chasse et le tir sportif. (Sénat des États-Unis, vote n°217, S. 397, le 29 juillet 2005)

Obama a voté afin de faire respecter l'interdiction locale des armes à feu et les poursuites pénales contre les personnes qui utilisent des armes à feu dans le cas d'auto-défense. (Sénat de l’Illinois, SB 2165, vote 20 du 25 mars 2004).

Dans ses deux seuls votes de confirmation pour les candidats à la Cour suprême candidats, Obama a voté contre deux des cinq juges (le juge en chef Roberts et le juge Samuel Alito) qui ont affirmé, par après, un droit individuel à détenir et à porter des armes dans l’affaire « District de Columbia contre Heller ».

Parlez à vos amis de GunBaNObama.com.

Après avoir lu le dossier Obama, vous aurez envie de prendre des mesures visant à empêcher Obama d'être élu président.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:41 (2013)    Sujet du message: HOLY SEE ON ARMS REDUCTION Répondre en citant

HOLY SEE ON ARMS REDUCTION

"Weapons Are More Easily Obtainable Than Food"

NEW YORK, NOV. 20, 2008 (Zenit.org).- Here is the statement delivered Wednesday by Archbishop Celestino Migliore, permanent observer of the Holy See to the United Nations, to the United Nations Security Council on "Maintenance of International Peace and Security: Strengthening Collective Security Through General Regulation and Reduction of Armaments."

* * *

Mr. President,

Allow me to congratulate you on your assumption of the presidency of the Security Council this month. My Delegation expresses its appreciation for convening this open debate with the goal of addressing the necessity of a general regulation and reduction of armaments and armed forces, with a view towards strengthening international peace and security.

The dramatic consequences of the illicit global arms trade call the international community to redouble its commitment to create new control mechanisms. With the recent adoption of the resolution Towards an Arms Trade Treaty in the First Committee of the General Assembly, which lays down the first important step toward a legally binding instrument on arms trade and transfers, this debate is not only timely but vital to reinvigorating the efforts in global arms reduction. The Holy See fully supports and encourages such an undertaking in this body and by the entire international community, and stands ready to give its contribution.

The initiative of the Security Council to address the issue of the regulation and reduction of armaments is interlinked with the continued worldwide problems of security and is gaining momentum around the world. Recently, during the general debate within the First Committee of the General Assembly, we heard a delegate from Africa say that “for every African, there are seven illicit bullets and three guns targeted at him or her. This is scandalous especially at a time when an unacceptably high ratio of the world’s population still lives below the poverty line”.

This is but one example among many. My delegation shares the grave concern of conflict-ridden countries, whose experience tells us that illicit trade in arms, their accumulation and illicit production are a hindrance to the peaceful settlement of disputes, turn tensions into armed conflicts and are a key factor in prolonging them, thus heavily compromising peace and development. The lack of regulation and commitment to reducing global arms supply has created a world in which weapons are more easily obtainable than food, shelter and education. Clearly, by dedicating even a portion of the $1.3 trillion spent on arms to programs designed to promote the full social, economic and spiritual growth of people, we will not only be creating a better and safer world but also promoting a new respect for life and one another.

Mr. President, in this context my Delegation wishes to echo the voices of hundreds of thousands in the Democratic Republic of Congo, crying out for justice, peace, security and the ability to simply live in dignity on their own soil. The Holy See strongly condemns the massacres being committed under the eyes of the international community in the DRC and calls for all efforts to stop this human tragedy. The entry into force of the Nairobi Protocol on Prevention, Control and Reduction of Small Arms and Light Weapons, on 5 May 2006, marked an important step towards universal standards for protecting civilian populations in the Great Lakes Region, the Horn of Africa and bordering States. We realize that the very States where massacres take place in these days have signed and ratified the Nairobi Protocol. The Holy See urges all of them to expedite its implementation.

In conclusion, Mr. President, my Delegation fully agrees with the need to develop a new security consensus which will assist in achieving the internationally agreed development goals, security and respect for human rights. Greater efforts, political will, transparency, flexibility and openness are needed. My Delegation shares the view that to begin such a process, the first and most important step is to ensure that States abide by the treaties they have signed and ratified.

Thank you, Mr. President

ZENIT


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:43 (2013)    Sujet du message: PROPOSED LAW MAY ALLOW OBAMA AG HOLDER TO “BAN GUNS AT WILL” Répondre en citant

PROPOSED LAW MAY ALLOW OBAMA AG HOLDER TO “BAN GUNS AT WILL”

Posted: January 06, 2009
10:05 pm Eastern

By Bob Unruh
© 2009 WorldNetDaily



A perfect storm is developing for Second Amendment opponents that could allow President-elect Barack Obama’s choice for attorney general – Eric Holder – to “ban guns at will” despite the 2008 affirmation from the U.S. Supreme Court that U.S. citizens have a right to bear arms.

The situation was described with alarm by Alan Korwin, author of Gun Laws of America http://www.freedomsphoenix.com/Find-Freedom.htm?At=043935 , in a recent commentary.

He cited Holder’s known support for gun bans – the former Clinton administration official endorsed the District of Columbia’s complete ban on functional guns in residents’ homes before it was overturned by the Supreme Court.

And Korwin pointed to overwhelming Democratic majorities in Congress as well as Obama’s known support for gun restrictions and his presence in the Oval Office.

Thirdly, Korwin, one of many Second Amendment advocates raising concerns, cited a proposal already submitted to Congress at a time when its backers could not reasonably expect it to succeed.

The submission is H.R. 1022 by New York Democrat Carolyn McCarthy and 67 co-sponsors. It was introduced in February 2007 and the next month referred to the House Subcommittee on Crime, Terrorism and Homeland Security, where it has stayed.

But that could change in the 111th Congress, sworn in today. And Korwin said the plan would allow the U.S. Attorney General – possibly Holder – to add to the list of guns banned to the public any “semiautomatic rifle or shotgun originally designed for military or law enforcement use, or a firearm based on the design of such a firearm, that is not particularly suitable for sporting purposes, as determined by the Attorney General.”

“Note that … Holder … wrote a brief in the (District of Columbia) Heller case supporting the position that you have no right to have a working firearm in your own home,” Korwin said.

In making this determination, the bill says, "there shall be a rebuttable presumption that a firearm procured for use by the United States military or any federal law enforcement agency is not particularly suitable for sporting purposes, and a firearm shall not be determined to be particularly suitable for sporting purposes solely because the firearm is suitable for use in a sporting event."

"In plain English," Korwin said, "This means that any firearm ever obtained by federal officers or the military is not suitable for the public. That presumption can be challenged only by suing the federal government over each firearm it decides to ban, in a court it runs with a judge it pays. This virtually dismisses the principles of the Second Amendment.

"The last part is particularly clever, stating that a firearm doesn't have a sporting purpose just because it can be used for sporting purpose – is that devious or what? And of course, 'sporting purpose' is a rights infringement with no constitutional or historical support whatsoever, invented by domestic enemies of the right to keep and bear arms to further their cause of disarming the innocent," he said.

Korwin told WND a new proposal to replace H.R. 1022 is not expected to be less draconian.

"Remember – these bans were proposed when the congressional anti-rights crowd had no chance of success. Now they are ready to run wild, or according to Sarah (Brady) herself, 'I have never been so confident,'" Korwin wrote, referring to the champion of the Brady Handgun Violence Prevention Act of 1993, which requires background checks on purchasers of handguns.

Korwin said the Democrats listed in H.R. 1022 a framework for guns to be banned that includes originals, copies or duplicates of a wide-ranging list of shotguns, pistols and rifles.

One of the red flags for semiautomatic rifles would be "anything" that can serve as a grip, and as set up now, the Democrat members of the Judiciary Committee "are all sworn enemies to the Second Amendment and are unlikely to be swayed at all by any firearms related arguments," he said.

The Republicans all "need to be pressed hard to do everything they can to block the appointment."

Further, with the expectation that Obama will appoint at least one or two Supreme Court justices, further damage could be just a vote or two away, he said.

"If he can get a 5-4 or 6-3 majority who dislike gun rights, you could find that your [Second Amendment] rights aren't what they've been for 200 years," Korwin said.

John Snyder assembled a list of prominent critics of the Holder nomination.for the Firearms Coalition.

"A former Ohio secretary of state, (Ken) Blackwell notes that, 'despite Obama's new lip service to the Second Amendment, Holder signed onto a brief earlier this year (2008) reaffirming his long-held position that the Second Amendment confers no rights whatsoever to private citizens, and that the Supreme Court should have upheld D.C.'s absolute ban on handguns, even in homes."

Snyder also cited comments from Brian Darling, director of U.S. Senate Relations at the Heritage Foundation, that Holder's position "strongly suggests that Holder is hostile to private gun ownership and will work to restrict gun rights."

Shotgun News columnist Jeff Knox wrote, "The gun rights community should make every effort to see to it that Holder's nomination is withdrawn or rejected."

According to Second Amendment Foundation founder Alan Gottlieb, Holder has supported handgun licensing and mandatory trigger locks. He also lobbied for limits on gun shows.

"This is not the record of a man who will come to office as the nation's top law enforcement officer with the rights and concerns of gun owners in mind," Gottlieb wrote.

"America's 85 million gun owners have ample reason to be pessimistic about how their civil rights will fare under the Obama administration," Gottlieb said. "Mr. Obama will have a Congress with an anti-gun Democrat majority leadership to push his gun control agenda. Gun owners have not forgotten Mr. Obama's acknowledged opposition to concealed carry rights, nor his support for a ban on handgun ownership when he was running for the Illinois state senate."

The issue of gun rights is more important than many believe, wrote Joseph Farah, WND's founder and editor, in a recent column. He cited a study from the University of Maryland and University of Michigan that uncovered a beneficial link between gun shows and crime.

"We find a sharp decline in the number of gun homicides in the weeks immediately following a gun show," the study concluded. Furthermore, in Texas they found "gun shows reduce the number of gun homicides by 16 in the average year."

"Holder’s appointment to be AG must be approved by the Senate," wrote David Codrea in the Examiner. "While it is highly unlikely that opponents could muster the 51 votes needed to reject Holder's appointment, a single senator can place a 'hold' on the confirmation and effectively lock up the system just as Democrats did with a number of President Bush's judicial appointments and the appointment of John Bolton to be Ambassador to the U.N."

The Supreme Court decided in the D.C. vs. Heller case that the Second Amendment provides an individual right to own firearms, not just the right for states to form armed militias.

The Constitution does not permit "the absolute prohibition of handguns held and used for self-defense in the home," Justice Antonin Scalia said in the majority opinion.

Justice John Paul Stevens, writing in dissent, said the majority "would have us believe that over 200 years ago, the Framers made a choice to limit the tools available to elected officials wishing to regulate civilian uses of weapons."

Scalia said the ruling should not "cast doubt on long-standing prohibitions on the possession of firearms by felons or the mentally ill, or laws forbidding the carrying of firearms in sensitive places such as schools and government buildings."

Scalia was joined by Chief Justice John Roberts and Justices Samuel Alito, Anthony Kennedy and Clarence Thomas. Joining Stevens in dissent were Justices Stephen Breyer, Ruth Bader Ginsburg and David Souter.

The amendment, ratified in 1791, says: "A well regulated militia, being necessary to the security of a free state, the right of the people to keep and bear arms, shall not be infringed."


http://www.freedomsphoenix.com/Find-Freedom.htm?At=043935


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:47 (2013)    Sujet du message: THE GUN CONTROL Répondre en citant

THE GUN CONTROL

LIRE À PARTIR DU TROISIÈME PARAGRAPHE



À LA PAGE 171, NOUS POUVONS LIRE :

"IF A FRENCH KING - LOUIS XIV - COULD REVOKE PROTESTANT LIBERTY WITH AN "EDICT" COULD NOT AN AMERICAN PRESIDENT, OPERATING UNDER THE EMERGENCY WAR POWERS ACT OF 1950 AS THE COMMANDER-IN-CHIEF, DO THE SAME WITH AN "EXECUTIVE ORDER"? WOULD THE JESUITS ATTEMPT TO DO THE SAME THING IN THE UNITED STATES IF ALL THE GUNS WERE REGISTERED THEN CONFISCATED JUST AS THEY DID IN NAZI GERMANY?"

LORSQUE BARACK OBAMA, UNE FOIS EN PLACE DANS LE SALON OVALE, FERA PASSER SES NOUVELLES LOIS, VOUS AUREZ DONC UNE AUTRE CONFIRMATION SUR QUI DIRIGE ET LE PRÉSIDENT ET LA MAISON-BLANCHE ET VOUS VERREZ AINSI LEURS VÉRITABLES INTENTIONS ENVERS LE PEUPLE.




Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 769
Féminin

MessagePosté le: Dim 13 Jan - 16:48 (2013)    Sujet du message: BRADY GUN BAN PLAN Répondre en citant

BRADY GUN BAN PLAN

January 14, 2009...1:03 pm

Alan Korwin
1/14/2009

Source …..
I have obtained the complete 16-page plan sent to Obama’s transition team, with 26 specific “requests,” posted on my website: http://www.gunlaws.com/newstuff.htm

So where’s the pro-rights proposal? If the gun-rights community doesn’t offer suggestions, all we can do is react defensively — what a terrible strategy! He’ll be our president (and its our Congress) too, for better or worse.

We need to issue “requests” for: tax breaks for marksmanship training and range time; jail time for people who infringe on Second Amendment rights or discriminate against gun owners (civil-rights denial is a felony); High School Marksmanship Programs http://www.gunlaws.com/HighSchoolMarksmanship.htm; repeal of discreet-carry bans; a special award for armed survivors of criminal assaults… and how about ammo stamps for the poor so they can practice too? See dozens of clever suggestions here: http://www.gunlaws.com/sunshin.htm (OK, so maybe field-stripping battle rifles grades K thru 12 goes a bit far) and call on your gun-rights group to draft a formal proposal on letterhead for Mr. Obama now. Don’t forget to announce it to your “news” outlets. Submit proposals:
http://change.gov/open_government/yourseatatthetable

http://a4cgr.wordpress.com/2009/01/14/brady-gun-ban-plan/


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:20 (2016)    Sujet du message: PREUVES DE L'AGENDA SUR LE DÉSARMEMENT MONDIAL - PROVES OF THE GLOBAL DISARMAMENT AGENDA

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> ORGANISATION DES NATIONS-UNIES/UNITED NATIONS ORGANIZATION -> LE DÉSARMEMENT MONDIAL - GLOBAL DISARMAMENT Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4, 5, 6  >
Page 1 sur 6

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com