LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

DICTATURE ISLAMO/FASCISTE MONDIALE - 4E REICH (PARTIE 2) - P.1
Aller à la page: <  1, 2, 377, 78, 79119, 120, 121  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> TERREUR SUR LA TERRE/TERROR ON EARTH -> DICTATURE ISLAMO/FASCISTE MONDIALE 4e REICH - (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 10 Mai - 13:00 (2015)    Sujet du message: CHUCK NORRIS AVERTIT LES TEXANS DE SE PREPARER A UNE INVASION DU GOUVERNEMENT FEDERAL LORS DES EXERCICES MILITAIRES « JADE HELM» Répondre en citant





CHUCK NORRIS AVERTIT LES TEXANS DE SE PREPARER A UNE INVASION DU GOUVERNEMENT FEDERAL LORS DES EXERCICES MILITAIRES « JADE HELM»

*Les médias internationaux, ici au Québec c’est La Presse, rapportent que la mobilisation des Texans est un délire paranoïaque et que ce sont les « théoriciens du complot » qui sont les grands responsables de ce délire texan! Le moindre que l’on puisse dire, c’est que les médias indépendants de la communauté appelée « les conspirationnistes » prennent de plus en plus de place dans le domaine de l’information citoyenne. Mais inutile de crier « victoire » parce que les « théoriciens du complot » sont identifiés par les agences de renseignement comme des « terroristes domestiques »! – Conscience du Peuple



Le Pentagone a beau jurer qu’il ne se passe rien d’anormal, le Texas, avec Chuck Norris en tête, se prépare à une invasion des troupes américaines. Selon certains Texans, le président Obama aurait prévu de leur retirer leurs armes lors d’un coup d’État.

Ces rumeurs pour le moins paranoïaques ont pour origines les exercices militaires qui auront lieu entre le 15 juillet et le 15 septembre 2015 sous le nom de code « casque de jade ». Si ces manoeuvres ont lieu pratiquement chaque année, celles de 2015 seront d’une inhabituelle ampleur selon un communiqué du pentagone datant du 24 mars. Elles vont mobiliser près 1200 membres des forces spéciales et traverser par moins de 9 états, principalement dans des territoires désertés qui peuvent rappeler les conditions du Moyen-Orient ou d’Afrique. Les militaires seront en tenue, mais aussi en civils, comme c’est le cas lors d’opérations secrètes. Ils seront actifs sur terrain public et privé.

Il n’en fallait pas plus pour réveiller les soupçons dans un Texas très suspicieux. Il faut dire qu’une minorité des Texans digère encore mal le fait que l’état a perdu son indépendance en 1845 et voit dans chaque manifestation de l’état fédéral une violation des droits civils.

Avec l’aide de Wal-Mart

Les théories du complot qui circulent pourraient se résumer comme suit: les 1200 membres des forces spéciales ne seraient que l’avant garde d’un coup d’État fomenté par Obama. Ce dernier instaurerait dans la foulée la loi martiale dans de nombreux états pour mieux confisquer toutes les armes des Américains. Le président prévoit aussi de faire « quelque chose » avec des tunnels. Va-t-il en construire pour mieux surveiller la population ou détruire les existants ? Le mystère demeure. Dans cette nébuleuse paranoïaque, les supermarchés Wal-Mart joueraient également un rôle clé. La chaîne profiterait des manoeuvres pour transformer ses magasins et construire des tunnels. Ils déboucheraient sous les supermarchés pour mieux attaquer la population là où ça fait mal : durant leur shopping.

Cette théorie avait déjà été présentée en mars sur le ton de la blague par le Washington Post. Sauf que – et c’est, pour le coup, nettement moins drôle — de plus en plus de gens commencent à y croire. Deux candidats républicains à la présidence comme Ted Cruz, originaire du Texas, et Rand Paul ont annoncé qu’il fallait suivre ses manoeuvres avec la plus grande attention. L’équipe de Cruz a été jusqu’à affirmer qu’elle avait personnellement contacté le Pentagone.

Devant tant d’inquiétude, un porte-parole des autorités a très sérieusement fait savoir que c’étaient des manoeuvres de militaires américains et que ces derniers n’allaient tout de même pas envahir leur propre pays. L’armée a été jusqu’à envoyer des représentants dans diverses entités locales pour apaiser les esprits. Wal-Mart s’est fendu d’un communiqué stipulant que les travaux en question n’étaient en réalité de la plomberie. Peine perdue, rien ne semble pouvoir désamorcer les rumeurs qui ne cessent d’enfler.

Chuck Norris est inquiet

Le gouverneur du Texas élu fin 2014, se penche également sur l’affaire. Il a contacté un général de l’armée en lui demandant des garanties que, durant les manoeuvres, les droits des Texans ne seront pas bafoués (comprendre le droit de porter une arme). Dans le même temps, il a donné l’ordre à ses troupes, la garde nationale du Texas, de « garder à l’oeil » les manoeuvres. Chuck Norris a en personne interpelé le gouverneur sous la forme d’une opinion parue dans le Dallas Morning Star intitulé « les Texans et les Américains sont inquiets ». « Pas tant envers leurs valeureux hommes et femmes en uniformes. Ils ne font que suivre les ordres. Ceux qui posent question, ce sont ceux qui tirent les ficelles depuis Washington. Le gouvernement dit : il ne s’agit là que de manoeuvres classiques. Mais je ne sais pas ce que « classique » veut dire dans la bouche du gouvernement », précise-t-il.

Tout n’est cependant pas perdu puisque quelques voix s’élèvent tout de même pour soulever le ridicule de la chose. Comme celle de Todd Smith, lui-même républicain, qui trouve la réaction du gouverneur pour le moins gênante. « Cette façon d’abonder dans le sens des idiots est à l’opposé d’une politique rationnelle. »

Sources: Le Vif / DailyMail

Publié le mai 8, 2015 dans Conspirations & Complots, Etats-Unis.

http://www.nouvelordremondial.cc/2015/05/08/chuck-norris-avertit-les-texans…


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 10 Mai - 13:00 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mai - 01:24 (2015)    Sujet du message: MACEDONIA : DEATH TOLL RISES AFTER CLASHES – ANOTHER MUSLIM UPRISING? Répondre en citant



MACEDONIA : DEATH TOLL RISES AFTER CLASHES – ANOTHER MUSLIM UPRISING?

Posted on May 10, 2015 by creeping

You’ll never know reading news reports. via Report: Death toll rises after 2nd day of Macedonia clashes | The Wire

KUMANOVO, Macedonia (AP) — Fighting between police forces and members of an armed group has continued for a second day in the northern Macedonian town of Kumanovo, raising concern about the political stability in the Balkan nation that has a history of ethnic hostilities.

Local TV channel Telma on Sunday reported that three other police officers died early Sunday due to severe injuries sustained in the fighting, increasing the death toll of officers to eight. At least another 30 were injured in an exchange of fire between special police forces and an armed group that started in the town on Saturday.

Early Sunday, ambulances in Kumanovo were seen carrying wounded policemen and sporadic gunfire was heard.

The Macedonian government has declared two days of mourning for those killed in the clashes. Sport events and political gatherings have been canceled.

The “terrorist group,” which had entered Macedonia from an unspecified neighboring country, planned to “use the current political situation to perform attacks on state institutions,” Interior Minister Gordana Jankulovska told reporters late Saturday. She didn’t provide any more details about the organization and the aim of the group also remains unclear.

Jankulovska said that over 20 members of the armed group had surrendered and are being question by police, but that others refused to give up arms and were holed up in houses in Diva Naselba, a neighborhood in western Kumanovo. She refused to say how many members of the group were still at large.

Macedonian President Gjorge Ivanov has called for a National Security Council meeting later Sunday in relation to the latest developments.

EU Enlargement Commissioner Johannes Hahn expressed “deep concern” at the situation unfolding in the Kumanovo region.

“I urge all actors for utmost restraint. Any further escalation must be avoided, not the least in the interest of the overall stability in the country”, Hahn said in a statement.

The clashes come as Macedonia is grappling with its deepest political crisis since its independence from former Yugoslavia in 1991. The government and the opposition have accused each other of planning to destabilize the country to take or preserve power, and some analysts fear leaders on both sides are ready to provoke ethnic clashes as leverage.

Kumanovo is an ethnically mixed town located about 40 kilometers (25 miles) northeast of the capital Skopje, near the border with Kosovo and Serbia. The region was the center of hostilities between ethnic Albanian rebels and government forces during the ethnic conflict in 2001.

That insurgency, in which about 80 people were killed, ended after six months with a Western-brokered peace deal that granted more rights to ethnic Albanians, who make up about a quarter of the country’s 2 million people.

About two weeks ago, authorities said a group of about 40 people wearing uniforms of the disbanded ethnic Albanian Kosovo Liberation Army, or UCK, attacked a police watchtower in Gosince on Macedonia’s northern border with Kosovo and briefly captured four Macedonian police officers.

Authorities described that incident as “very serious” and said Macedonia was the “target of a terrorist attack.”

The UCK, an ethnic Albanian rebel group, fought Serb government forces for Kosovo independence in 1998-1999. International peacekeepers still have a presence in Kosovo.

CNN reports: Gun battles in former ethnic flashpoint in Macedonia kill 5 police officers

Gun battles in a Balkan city with a history of ethnic tensions took the lives of five police officers, Macedonian authorities said.

At least 30 other officers were wounded in the clashes that erupted during a police raid early Saturday on a group of roughly 70 “terrorists” in the town of Kumanovo, Macedonia, the country’s internal affairs ministry said.

Kumanovo is home to minority ethnic Albanians, who are mostly Muslim. Macedonia is majority Orthodox Christian.

More: Sniper fire, explosions: 8 Macedonian police dead after clashes in Albanian district

At least eight police officers and 14 “terrorists” from Kosovo have been killed in clashes in the Albanian-majority area of a northern Macedonian town. Gunfire and explosions lasted for over 24 hours.

Thirty-seven officers were wounded in an operation launched in the town of Kumanovo, Interior Ministry spokesman Ivo Kotevski said, adding that there haven’t been any civilian casualties. The suburb in Kumanovo remains locked down by special police units.

Local Albanian media reported that about 30 of the militants surrendered, while another 15 gunmen were reportedly able to escape.

Police revealed that the armed group illegally entered Macedonia from a neighboring state, without providing any more details. Local media suggest that the group came from Kosovo, which is populated mostly by ethnic Albanians.

Kotevski said earlier that someone in the local population was providing shelter to the armed group.

The most recent incident happened less than three weeks ago when around 40 ethnic Albanians from Kosovo took control of the Macedonian police station on the northern border for a short period of time. They called for the creation of an Albanian state in Macedonia.

https://youtu.be/sioN-5eC0F4

The U.S. supported the KLA:


Gen. Wesley Clark with Kosovo Liberation Army (KLA or UCK) bin Laden-funded terrorist leaders (CIA) [Clark, Jackson, Bernard Kouchner, Agim Ceku, Hashim Taci]
Previously reported, almost three years ago to the day: Jihad creeps in Macedonia, Christians killed

https://creepingsharia.wordpress.com/2015/05/10/macedonia-death-toll-rises-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mai - 01:46 (2015)    Sujet du message: 2 MISS. OFFICERS KILLED DURING TRAFFIC STOP Répondre en citant

2 MISS. OFFICERS KILLED DURING TRAFFIC STOP



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=TXDadToRg9g&hd=1


Dernière édition par maria le Lun 11 Mai - 03:54 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mai - 02:35 (2015)    Sujet du message: 5 WAYS IT'S BECOME A CRIME TO BE POOR IN AMERICA, PUNISHABLE BY FURTHER IMPOVERISHMENT Répondre en citant



5 WAYS IT'S BECOME A CRIME TO BE POOR IN AMERICA, PUNISHABLE BY FURTHER IMPOVERISHMENT

NEW REPORT DETAILS PERVERSE POLICIES THAT ARE DRIVING MORE PEOPLE INTO HOPELESS, INESCAPABLE POVERTY.

By Terrell Jermaine Starr / AlterNet
April 26, 2015

Photo Credit: Shutterstock.com

The criminalization of America’s poor has been quietly gaining steam for years, but a recent study, “The Poor Get Prison,” co-authored by Karen Dolan and Jodi L. Carr, reveals the startling extent to which American municipalities are fining and jailing the country’s most vulnerable people, not just punishing them for being poor, but driving them deeper into poverty.

“In the last ten years,” Barbara Ehrenreich writes in the introduction, “it has become apparent that being poor is in itself a crime in many cities and counties, and that it is a crime punished by further impoverishment.”

A few months ago, the Department of Justice’s Ferguson report revealed how that city has disproportionately targeted its majority minority population with traffic and other minor infractions that heavily support the municipality's coffers. But Ferguson is far from alone. Municipalities like New York City have greatly increased the number of minor offenses that are considered criminal (like putting your feet up in the subway) or sitting on the sidewalk. Wealthy white people in business attire are rarely targeted for such summonses, and if they are, they can quickly pay the fine or hire counsel to get out of it. The over-punishment of minor offenses is just another way the rich get richer, and as the report says, the “poor get prison.” They also get poorer and more numerous. In one striking statistic, the Southern Educational Foundation reports that 51 percent of America’s public schoolchildren are living in poverty.

Perversely, it is the poor who, according to Dolan and Carr, are subsidizing municipalities’ budgets and becoming reliable sources of enrichment for the private companies contracted by local governments to carry out what used to be government duties.

Here are five troubling trends from the report that show us how the government is financially abusing poor people.

1. Jailing probationers who can’t pay fees and fines. More than four million people are sentenced to probation in America, according to the report. Because state funding for probation services is on the decline, more private companies are talking over the responsibility of managing them. Private probation companies don’t charge local governments for their services, so there is no fee to the taxpayer. Probationers, however, are charged a supervision fee, and if they can’t afford to pay, they face jail time. Despite the fact that it is unconstitutional to jail people because they can’t pay fines, the reality is that many probationers are poor and unaware of their rights and they end up in modern-day debtors’ prisons.

“While indigent people have a right to free counsel in some cases, more municipalities are requiring an 'application fee' of at least $50 to pay for a public defender,” Karen Dolan, a co-author of the study, told AlterNet via email. “Many poor people with misdemeanor charges end up before a judge without legal representation and do not understand their rights. Without legal representation, poor people often don't understand that they ought not to be offered ‘jail or probation’ simply for debt, and they choose probation. They unwittingly enter into a potential dungeon of debt due to the huge fees charged by private probation companies and inability to pay those eventually—illegally—leads to jail anyway.”

At least 13 states allow localities to outsource probation supervision services. In 2012, these companies generated $100 million in revenue.

2. Taking poor people’s property through asset forfeit seizures. More than $3 billion in cash and property has been seized by local and state police agencies through a Department of Justice asset seizure program. Eighty percent of the assets collected through this program stay with the law enforcement agencies that collect them, the Washington Post reported. Under asset forfeit seizure programs, cops can take someone’s property simply under “reasonable suspicion” it was used to commit a crime; the burden of proof is on the property owner that the seizure was unjustified.

Dolan and Carr’s report outlines how this program disproportionately impacts the poor, especially black and Latino people. Given that black and Latino working families are twice as likely as whites to be low-income, they are less likely to have the financial resources to reclaim property that was, in many cases, wrongfully taken from them.

3. School-to-prison pipeline. Black students make up just 16 percent of the population but represent 32-42 percent of students who are suspended or expelled, according to the “The Poor Get Prison” report. Many school districts around the country use local police to provide security, which further increases these students’ chances of arrest.

“When you have zero tolerance policies, combined with law enforcement officers at the doors and in the hallways and you have a poor and black student body—both demographics considered potential criminals from the time they board the bus in the morning—you have the makings of unnecessarily harsh and punitive actions against black students,” Dolan told AlterNet.

“Studies show that students with disabilities are also disproportionately affected by overly harsh punishments at school," she continued. "The two overriding factors appear to be class and race. Poverty plays a big role, but overlaying that is what seems only explainable by a widespread cultural bias against black youth, especially black male youth, even small children who are black and poor. The presumption that black schoolchildren are potential criminals seems to play into the disparity in the levels and severity of discipline when you compare them with white schoolchildren.”

As previous studies have shown, people with arrest records find it difficult to find employment. A 2013 National Institute of Justice report cited a study that was carried out in New York City that found people with a criminal record are 50 percent less likely to get a call back for a job interview; most of those affected are black.

What this tells us is that the criminalization of poor black and Latino children through hyper-disciplinary actions doesn’t end at the schoolhouse door. It is a poverty-inducing policy that harms these kids' employability prospects later in life.

4. Hyper criminalization of petty infractions. The New York City Council is considering proposals to make petty crimes like peeing in public and drinking from an open container civil instead of criminal offenses. This follows years of hyper-policing and criminalizing an increasing list of tiny infractions.

Since 2001, 81 percent of the people fined and punished under these “broken windows” policing policies have been Latinos or black Americans, many them from the city's poorest communities.

New York is not alone in its enforcement of petty violations. In Ferguson, for example, revenue from its police department enforcing municipal codes were expected to account for 23 percent of the city’s budget or more than $3 million. In 2013, that figure was $2.46 million.

Loistine Hoskin, a resident of Ferguson, told CNN that her car was towed in 2009 because it was missing a tire. She chose to pay a $1,200 fine rather than try to fight the ticket in court and face the threat of jail, she said.

"It's definitely a vicious cycle," Hoskin, 64, a retired airline reservation agent, told CNN. "Unfortunately for most people who are in this cycle, they continue to be in a downward spiral because they can't get jobs, they can't do anything, they can't pay the fines."

5. Fining the homeless for being homeless. If you are homeless in America and have nowhere to go and are down on your luck, it is increasingly difficult to find a safe space in which to exist without being fined for loitering. According to the report, an estimated 600,000 people are homeless on any given night. Though nearly 13 percent of the nation’s low-income housing has been lost since 2001, and many people simply cannot afford housing, 34 percent of cities ban public camping, 18 percent prohibit sleeping in public and 43 percent prevent people from sleeping in vehicles, according to a study the report cited.

Often, homeless people who are fined for violating these laws have no way to pay the fine. Jailtime is on the table for many who can’t pay up.

One example of how economically devastating these fines are comes out of Missouri. Edward Brown, 62 and homeless, has been jailed at least twice since 2009 for failing to pay fines, one of which stems from his failure to get a rabies vaccination for his dog, Matrix. He was ticketed $464 and just barely paid it off. Brown's monthly Social Security check is $484.

The report offers suggestions for addressing some of these issues. Whether those in power will listen to the solutions is another matter.

When asked whether race or poverty was the factor driving the criminalization of the poor, Dolan said the two are intertwined.

“I don't think we can separate the two,” she said. “It's not an either/or. It's a both/and. There's no question that poor people of all races are vastly more impacted by fines, fees, aggressive policing and more vulnerable in court than people with the ability to pay misdemeanor charges and afford legal representation. And there is no question that the mandate for police and court systems to fill in budget deficits by aggressive collection of these fines are more prevalent in lower-income areas, regardless of race.

"But there is equally no question that racial profiling has been ever-present in our country despite civil rights laws designed to address such bias and discrimination. And black people are disproportionately poor and disproportionately policed and incarcerated in this country. Police and courts in low-income/high poverty areas are increasingly in the service of aggressive money collection rather than public safety. When racist bias is added to this already fraught situation, the match is thrown on this tinderbox and consequences can be deadly.”

Terrell Jermaine Starr is a senior editor at AlterNet. Follow him on Twitter @Russian_Starr.

http://www.alternet.org/economy/5-ways-its-become-crime-be-poor-america-pun…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mai - 03:42 (2015)    Sujet du message: US SECURITY ALERT!/THE PLAN FOR WORLD TAKE OVER / PAMELA GELLER WITH JUDGE JEANINE RESPONDS TO CRITICS Répondre en citant

US SECURITY ALERT!/THE PLAN FOR WORLD TAKE OVER



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=LSYfJvNev98&hd=1

PAMELA GELLER WITH JUDGE JEANINE RESPONDS TO CRITICS


US government agent



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=layHfOPrXY8&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mai - 03:51 (2015)    Sujet du message: ALLEGED ISIS MEMBERS EXECUTED? YEAH RIGHT! Répondre en citant

ALLEGED ISIS MEMBERS EXECUTED? YEAH RIGHT!

Exactly what I think since the beginning.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=fE2D1lsxuNs&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mai - 04:08 (2015)    Sujet du message: YEMEN : PILONNAGE HYSTERIQUE CONTRE SAADA, DESTRUCTIONS DES MAUSOLEES Répondre en citant



GUERRE

YEMEN : PILONNAGE HYSTERIQUE CONTRE SAADA, DESTRUCTIONS DES MAUSOLEES (photos dures)


L’équipe du site



Après son échec à faire plier l’armée et les forces révolutionnaires d’Ansarullah (Houthis), la coalition saoudo-américaine a bombardé d’une façon hystérique la province de Saada, au nord.

A la sixième semaine de son agression contre le Yémen, les avions de chasse saoudiens ont bombardé samedi soir Saada située à une cinquantaine de km de la frontière de l'Arabie saoudite.

Le village de Marran, d'où est originaire le chef d’Ansarullah, Abdel Malek Al-Houthi, a également été violemment bombardé.



Les mausolées et les mosquées historiques ont eux aussi été totalement démolis par les raids saoudiens.

La mosquée de l’Imam AlHadi (voir photos), un des fondateurs de l’Etat zaydite au Yémen a été complètement détruite par les avions saoudiens.

Construite depuis de 1200 ans, la mosquée AlHadi est la 3ème mosquée construite au Yémen.

14 raids ont également visé le tombeau de Houssein Al-Houthi, le frère du chef d’Ansarullah, a rapporté le correspondant d'AlManar.

La pensée wahhabite régnant en Arabie est connue pour son incitation à la destruction de tous les monuments historiques et religieux. Inspirés par cette pensée takfiriste, les adeptes d’Al-Qaïda et de Daesh justifient la démolition des monuments historique et religieux en Syrie, en Irak et en Afghanistan.

La coalition saoudo-américaine a répété ses appels aux civils de fuir Saada. Les civils, leurs maisons, leurs marchés ont également été visés par les avions saoudiens.

Des dizaines de civils ont été tués et blessés dans des raids saoudiens nocturnes contre divers secteurs de Saada.

Des agences humanitaires ont prévenu que de nombreux civils n'auraient pas le temps de fuir Saada à temps et exhorté la coalition à temporiser avant de considérer la province entière comme cible militaire.

La coalition a annoncé samedi avoir mené 130 raids aériens ces dernières vingt-quatre heures dans les provinces de Saada et de Hajja, au nord du Yémen.

Des tribus attaquent une base militaire saoudienne à Jazzan

Malgré ces frappes, des tribus yéménites ont pris d’assaut samedi soir une base militaire saoudienne dans la région frontalière de Jazzan, a affirmé le correspondant d'AlManar.

Les combattants yéménites ont brulé tous les véhicules militaires qui étaient dans cette position donnant sur la région yéménite de Hossama, proche de Saada.

Il est à noter que la région de Hossama a subi des raids intensifs de la part de la coalition saoudo-américaine.

Les frappes "contraires au droit international", selon l'ONU

Réagissant aux bombardements saoudiens, le coordinateur des opérations humanitaires de l'Onu au Yémen, Johannes van der Klaauw, a affirmé dans un communiqué que les frappes contre la ville de Saada, capitale de la province du même nom, étaient contraires au droit international.

"Le bombardement aveugle de zones habitées, avec ou sans avertissement préalable, est contraire au droit humanitaire international", a-t-il dit.

L'aéroport de nouveau visé

Les avions de la coalition ont également mené des frappes contre le principal aéroport de la capitale Sanaa.

Le tarmac a été visé par deux roquettes, ont indiqué des témoins cités par l’AFP alors que l'Autorité de l'aviation civile devait le rouvrir momentanément pour recevoir les aides destinées à la population assiégée.

L'ONU et des organisations humanitaires ont maintes fois critiqué les multiples frappes de la coalition contre l'aéroport, une voie "vitale" selon elles pour transporter les secours dans un pays en proie à toutes sortes de pénuries -nourriture, carburant, médicaments.

La situation humanitaire au Yémen, soumis à un blocus aérien et maritime de la coalition, est alarmante.

L'Unicef a prévenu que si les restrictions aux importations continuaient, "elles feront plus de morts que les balles et les bombes dans les prochains mois".

Trêve humanitaire

Enlisé de plus en plus dans le bourbier yéménite, l'Arabie saoudite a annoncé vendredi un cessez-le-feu de cinq jours à partir de mardi.

"Nous avons décidé que le cessez-le-feu commencerait mardi 12 mai à 23H00 locales et durerait cinq jours, renouvelables s'il est respecté", a indiqué le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir après une réunion à Paris entre des dirigeants du Golfe et le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

L’annonce d’une trêve humanitaire dans le pays a été saluée par les différentes parties yéménites.

"Après la médiation de pays amis visant à établir une trêve humanitaire qui mettrait fin au blocus tyrannique et permettrait l'arrivée de navires de commerce dans les ports yéménites et l'entrée d'aide humanitaire dans le pays, nous annonçons que nous acceptons la trêve humanitaire", a déclaré le colonel Sharaf Luqman, porte-parole de l’armée yéménite.

Et de prévenir: « l’armée et les forces révolutionnaires riposteront à toute violation de cette trêve de la part des takfiristes d’Al-Qaïda et de tous ceux qui les soutiennent ».

Pour sa part, le Mouvement Ansarallah a annoncé qu’il soutiendra toute initiative visant à alléger la souffrance et la douleur de la population yéménite, rapporte l'agence Irib.

Le Conseil politique d’Ansarallah a insisté sur la nécéssité de la levée immédiate du blocus tyrannique imposé contre le peuple yéménite.

Ansarallah a dans ce contexte rendu hommage aux efforts des pays amis œuvrant pour mettre un terme à l’agression saoudienne contre le Yémen.

Et de réitérer : « le dialogue national devrait reprendre sous la supervision des Nations Unies et du même point où il avait été interrompu suite à l’agression saoudienne ».

Rappelons que plus de 2000 yéménites ont été tués depuis le début de l’agression saoudo-américaine déclenchée le 26 mars contre le Yémen. L’objectif annoncé de cette agression était de faire plier l’armée et les Houthis et de ramener au pouvoir le président démissionnaire Abd-Rabbou Mansour Hadi réfugié en Arabie.

Source: Divers
10-05-2015 - 11:39 Dernière mise à jour 10-05-2015 - 14:15

+ Autres photos sur ce lien : http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=76&frid…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 11 Mai - 04:12 (2015)    Sujet du message: LA GUERRE ECLATE ENTRE DAECH ET HAMAS A GAZA Répondre en citant



GUERRE

LA GUERRE ECLATE ENTRE DAECH ET HAMAS A GAZA



Le groupe terroriste tafkiriste Daech est désormais actif dans la Bande de Gaza, et publiquement !

La confrontation avec le Hamas est devenue le premier objectif du groupe salafiste. Elle s’est manifestée hier lundi par la forte explosion qui a retenti dans le quartier du cheikh Redwane au nord Ouest de Gaza, provoquant des dégâts matériels importants.

Pour la première fois, le groupe des « partisans de l’Etat islamique à Beyt al-Maqdess » a fixé « un délai de 72 heures au Hamas et à ses services sécuritaires pour libérer les détenus salafistes des prisons de Gaza, sinon, toutes les options sont sur la table ».

Dans un communiqué, le groupe a affirmé que « tous nos soldats sont mobilisés pour frapper les cibles fixées après l’expiration du délai. Nous menaçons le gouvernement des apostats à Gaza et les services puants du Hamas contre la poursuite de la répression des croyants en échange de facilités pour les laïcs et les rafidites ».

Et d’accuser le Hamas de chercher à « satisfaire ses maitres en Iran et les tyrans arabes ».

Campagne d'arrestations

Selon le journal libanais al-Akhbar, les services sécuritaires affiliés au Hamas ont mené une campagne d’arrestation contre des cadres et des éléments soupçonnés de prêter allégeance à Daech.

Parmi ces détenus, certains sont accusés d’implication dans des attentats à l’explosif contre des sièges de sécurité, dont dernièrement l’attentat au quartier du cheikh Redwane.

Une source sécuritaire rapporte que A.Q. a été arrêté au camp Chatti. Il s’agit du fils d’un dirigeant d’une brigade palestinienne mort en martyre lors de la deuxième intifada. Celui-ci serait impliqué dans le dernier attentat.

Une série d’attentats a frappé Gaza il y a deux semaines et ont visé l'entourage de la maison du chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas -- devenu siège du gouvernement palestinien -- le siège principal de l’agence de l’ONU (UNRWA), et le bureau du procureur général. Ils sont tous considérés comme des sites vitaux.

De même source on confirme l’arrestation de 35 partisans de ce groupe dans les deux derniers jours, alors que des dizaines d’autres sont pourchassés.

Par ailleurs, les services de sécurité à Gaza ont fermé une mosquée qui constitue un siège pour les partisans de Daech au centre de la Bande de Gaza.

Ceci a poussé des éléments du groupe terroriste à publier un communiqué dans lequel ils menacent le Hamas de « confrontation et d’égorgement ».

« Les bandes du système hamsawi (péjoratif du Hamas : ndlr) ont détruit une mosquée à Deir el-Balah, à l’instar des exactions juives, américaines et rafidites qui détruisent les mosquées des musulmans », indique le communiqué.

Et de poursuivre : « face à cette nouvelle répression du Hamas, nous renouvelons notre allégeance à notre émir Abou Bakr Baghdadi et nous lui faisons part de notre impatience à rejoindre la bannière du califat ».

Une source sécuritaire a confié à al-Akhbar que la campagne d’arrestation comprend toutes les villes de la Bande de Gaza, soulignant « l’arrestation d’un activiste de groupes salafistes à Rafah au sud qui a implanté une charge explosive dans un siège sécuritaire et qui aurait tué cinq éléments des brigades al-Qassa » dans la ville. Mais elle a été désamorcée.

Le conflit entre le Hamas et les partisans des groupes salafistes a éclaté il y a deux mois dans le camp des réfugiés palestiniens Yarmouk en Syrie, ce qui a affecté leurs relations à Gaza.


Traduit du site al-Akhbar

Source: Sites web
05-05-2015 - 12:16 Dernière mise à jour 05-05-2015 - 16:44

http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=234859&frid=18&se…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 05:42 (2015)    Sujet du message: PENTAGON ADMITS THEY ARE PREPARING FOR MASS CIVIL BREAKDOWN Répondre en citant



PENTAGON ADMITS THEY ARE PREPARING FOR MASS CIVIL BREAKDOWN

July 12, 2014 12:40 am·



An England soccer fan confronts a German riot policeman in Stuttgart city centre during the World Cup tournament

A new US Department of Defense (DoD) research program admits that the Pentagon has long been concerned about widespread social break down. Even more striking of an admission is the fact that they have been funding universities to create models of the dynamics, risks and tipping points that would all be part of large-scale civil unrest in the United States.

The DoD program was funded under the overarching authority of a number of US military agencies.

This program, costing millions of dollars, has been designed for the purposes of immediate and long-term “warfighter-relevant insights” development. The Pentagon explains that the purpose is for senior officials and decision makers in “the defense policy community” to form a contingency plan in the event of wide scale social unrest.

The recently revealed documents add that the purpose is further to inform policy implemented by “combatant commands.”

This all started back in 2008 when the global banking crisis formed the impetus for the DoD “Minerva Research Initiative“.

The DoD then decided to partner with universities in order “to improve DoD’s basic understanding of the social, cultural, behavioral, and political forces that shape regions of the world of strategic importance to the US.”

One of the products of this was a Cornell University-led study which was managed by the US Air Force Office of Scientific Research. It aimed to develop a model “of the dynamics of social movement mobilization and contagions.”

The Pentagon and Cornell hoped that this would determine “the critical mass (tipping point)” of social contagions by studying “digital traces” for instance “the 2011 Egyptian revolution, the 2011 Russian Duma elections, the 2012 Nigerian fuel subsidy crisis and the 2013 Gazi park protests in Turkey.”

The study and program looks at Twitter and Facebook posts and conversations in order “to identify individuals mobilized in a social contagion and when they become mobilized.”

A related project at University of Washington, formed this year, “seeks to uncover the conditions under which political movements aimed at large-scale political and economic change originate,” along with their “characteristics and consequences.”
?

This project is being managed by the US Army Research Office, and focuses on “large-scale movements involving more than 1,000 participants in enduring activity.” It will cover 58 countries in total.

The DoD’s Minerva Initiative funded a project last year as well, in order to determine “Who Does Not Become a Terrorist, and Why?” http://minerva.dtic.mil/doc/abstracts/Rasmussen_WhoNotTerrorist_FY13.pdf

It’s worth noting that this study conflates what seems to simply be peaceful activists with “supporters of political violence”. We read the following in the study:

“In every context we find many individuals who share the demographic, family, cultural, and/or socioeconomic background of those who decided to engage in terrorism, and yet refrained themselves from taking up armed militancy, even though they were sympathetic to the end goals of armed groups. The field of terrorism studies has not, until recently, attempted to look at this control group. This project is not about terrorists, but about supporters of political violence.”

Last year, in 2013, Minerva funded a University of Maryland project that was formed in collaboration with the US Department of Energy’s Pacific Northwest National Laboratory. It’s purpose too was to gauge the risk of civil unrest due to climate change. This three-year $1.9 million project http://www.livescience.com/38167-national-security-impact-of-warming-climat… was formed to develop models to “anticipate what could happen to societies under a range of potential climate change scenarios.”

According to Professor David Price, a cultural anthropologist at St Martin’s University in Washington DC and author of Weaponizing Anthropology: Social Science in Service of the Militarized State, “when you looked at the individual bits of many of these projects they sort of looked like normal social science, textual analysis, historical research, and so on, but when you added these bits up they all shared themes of legibility with all the distortions of over-simplification. Minerva is farming out the piece-work of empire in ways that can allow individuals to disassociate their individual contributions from the larger project.”

Price has previously exposed the Pentagon’s Human Terrain Systems (HTS) program http://zeroanthropology.net/2010/02/16/david-price-human-terrain-systems-di… . That program was designed for the purposes of embedding social scientists within military field operations. Once embedded, though would routinely conduct training scenarios set in regions “within the United States” according to what Price said.

Price explained further that the HTS training scenarios “adapted COIN [counterinsurgency] for Afghanistan/Iraq” to fit within the context of domestic situations “in the USA where the local population was seen from the military perspective as threatening the established balance of power and influence, and challenging law and order.”

What do you think the Pentagon is so worried about? Could it be all of the incidences of police brutality and murder which are leading to mass protest and unrest like we saw in Ferguson and Baltimore?

(Article by Jackson Marciana)

http://countercurrentnews.com/2014/07/pentagon-is-preparing-for-mass-civil-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 05:48 (2015)    Sujet du message: U.S. MILITARY PREPARES FOR GLOBAL UNREST ADMID CLIMATE FEARS (Op-Ed) Répondre en citant



U.S. MILITARY PREPARES FOR GLOBAL UNREST ADMID CLIMATE FEARS (Op-Ed)

Marlene Cimons, Climate Nexus | July 12, 2013 09:17pm ET



Marlene Cimons of Climate Nexus contributed this article to LiveScience's Expert Voices: Op-Ed & Insights.

Though Earth's shifting climate evokes many images, civil unrest usually isn't one of them. Yet, a warming planet could have a profound impact on national security, both in the United States and abroad. This time, the threat isn't from terrorism or a single enemy, but from natural disasters occurring on an unprecedented scale.

Acts of nature fueled by a warming climate — for example, floods and prolonged drought — may lead to disrupted migration, food and water shortages, and other public health crises — which, in turn, could prompt civil and political instability. Those impacts would pose a particularly profound threat for people in countries with fragile governments, including key U.S. strategic interests.

This threat has Pentagon officials worried enough to speak out and to invest in research to better understand the relationships among conflict, socioeconomic conditions and climate. The U.S. Department of Defense (DOD) plans to use the data to predict future threats and develop ways to cope with them.

Under its highly selective Minerva social-science program, the DOD has awarded researchers at the University of Maryland a three-year, $1.9 million grant to develop models that will help policymakers anticipate what could happen to societies under a range of potential climate-change scenarios.

"It's likely that physical and economic disruptions resulting from climate change could heighten tensions in sensitive areas of the world," said Elisabeth Gilmore, an assistant professor at the University of Maryland's school of public policy and the study's lead researcher. "The environmental changes from climate change can have important effects on our well-being and security. We need to better understand these interactions."

Her team plans to use statistical models and case studies to identify the best predictors of climate-related conflict, and then use the data and a novel simulation method to generate forecasts of conflict over a range of socioeconomic and climate-change scenarios. Finally, the project will identify a range of military and policy interventions that could reduce the occurrence of climate-related civil conflict.

The Pentagon has been concerned about the national security implications of climate change for quite some time, and military officials have continued to speak out about them.

For example, Navy Adm. Samuel J. Locklear III, who leads the U.S. Pacific Command, repeatedly has warned of the national security dangers of climate change. In fact, earlier this year, he said global warming was "the most likely thing ... [to] cripple the security environment, probably more likely than the other scenarios we all often talk about."

In 2007, CNA, a Pentagon-funded think tank that conducts in-depth research and analysis, released a report from a panel of retired senior military officers and national security experts who predicted that extreme weather events prompted by climate shifts could disrupt the U.S. way of life and cause already weak governments to fall, particularly in many Asian, African and Middle Eastern nations where marginal living standards already exist.

Moreover, the report warned that the United States may find itself drawn into these situations to help provide stability before conditions worsen, before they are exploited by extremists or after a conflict has begun. Even stable governments, like the United States' and those of nations in Europe, could be pressured to take in large numbers of immigrants and refugees as drought increases and food production dwindles in Latin America and Africa, the report added.

Some researchers have suggested that framing climate change as a threat to national security and public health, rather than to the environment, might make the issue more relevant and meaningful to many conservative Americans and others who tend to deny or dismiss it. But, surprisingly, recent research published in Climatic Change by Teresa Myers of George Mason University and her colleagues indicated that such seems to make those individuals angry.

The researchers weren't sure why this approach elicited an angry response, but they wonder whether the climate-change deniers resented an attempt to connect national security — an issue they care about — with climate change, an issue they tend to dismiss. Or, they may have been upset with the researchers for presenting claims about global warming and national security they did not think were authentic or credible.

Instead, perhaps the doubters should read the words of retired U.S. Gen. Gordon R. Sullivan, chairman of CNA's military advisory board and the U.S. Army's former chief of staff. He seems to believe that enough scientific evidence of climate change's impact exists to be sobering — and that it deserves the U.S. government's attention.

"We seem to be standing by —and, frankly, asking — for perfectness in science,"' Sullivan wrote in the 2007 CNA report. "People are saying they want to be convinced, perfectly. They want to know the climate-science projections with 100 percent certainty. Well, we know a great deal, and even with that, there is still uncertainty. But the trend line is very clear. We never have 100 percent certainty. We never have it. If you wait until you have 100 percent certainty, something bad is going to happen on the battlefield. That's something we know. You have to act with incomplete information. You have to act based on the trend line. You have to act on your intuition sometimes."

Cimons' most recent Op-Ed was 'Another 1930s Dust Bowl Drought Possible This Century,' and additional contributions are available on her profile page. The views expressed are those of the author and do not necessarily reflect the views of the publisher. This article was originally published on LiveScience.com.

http://www.livescience.com/38167-national-security-impact-of-warming-climat…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 18:19 (2015)    Sujet du message: STATUTES FOR COMMISSION FOR PROTECTION OF MINORS RELEASED Répondre en citant



Vatican \ Documents

STATUTES FOR COMMISSION FOR PROTECTION OF MINORS RELEASED

The legal and perfect control by the Roman Pontiff on each of us. If we don't submit to the temporal and spiritual power of the Jesuit Pope with the help of Cardinal Seán O’Malley, the President of the Pontifical Commission for the Protection of Minors, they will be able, by laws, to persecute our kids and us in all manners. You still think you're free? No, we are all slaves of Rome until the Messiah will come back to liberate us. He's the only Messiah and our Liberator.

"The purpose of the Commission is to propose initiatives to the Roman Pontiff, according to the procedures and determinations specified in these Statutes, for the purposes of promoting local responsibility in the particular Churches for the protection of all minors and vulnerable adults"
Art. 1- § 2.


-----



Cardinal Seán O’Malley, the President of the Pontifical Commission for the Protection of Minors - RV
Seán Patrick O'Malley, OFM Cap, (born June 29, 1944) is an American cardinal of the Catholic Church serving as the Archbishop of Boston. O'Malley is a member of the Order of Friars Minor Capuchin, commonly known as the Capuchins.
http://en.wikipedia.org/wiki/Seán_Patrick_O'Malley

-----

08/05/2015 13:41

(Vatican Radio) The Statutes for the Pontifical Commission for the Protection of Minors were made public on Friday. They were approved by Pope Francis on April 21st, and will be in effect “ad experimentum” for three years.

The Commission was officially instituted last year, and is headed by Cardinal Seán O’Malley, O.F.M. Cap., the Archbishop of Boston.

The text of the statutes is below

♦ Statutes of the Pontifical Commission for the Protection of Minors

Statutes

Chirograph of the Holy Father Francis for the Institution of a Pontifical Commission for the Protection of minors (22 March 2014)

On 21 April the Cardinal Secretary of State approved by mandate of the Supreme Pontiff, ad experimentum for three years, the Statute of the Pontifical Commission for the Protection of Minors, the draft of which had been presented for approval by Cardinal Seán O’Malley, O.F.M. Cap., President of the same Commission.

The Statutes will then be published in the Italian original and in English.

To ensure the completeness of the documentation, the Chirograph of 22 March 2014, by which the Pope officially instituted the Pontifical Commission for the Protection of Minors, will be published contemporaneously.

Statutes

Art. 1

NATURE AND COMPETENCE

§ 1. The Pontifical Commission for the Protection of Minors is an autonomous institution attached to the Holy See, with public juridic personality (can. 116 CIC). The Commission is an advisory body at the service of the Holy Father.

§ 2. The protection of minors is of paramount importance. The purpose of the Commission is to propose initiatives to the Roman Pontiff, according to the procedures and determinations specified in these Statutes, for the purposes of promoting local responsibility in the particular Churches for the protection of all minors and vulnerable adults.

§ 3. Proposals submitted to the Holy Father by the Commission must be approved by a majority of two-thirds of the Members.

§ 4. In developing the proposals referred to in § 2, when the matter concerns the competence of other ecclesial bodies, the President of the Commission, assisted by the Secretary, shall consult promptly the offices responsible for the protection of minors in local churches, episcopal conferences, conferences of superiors of institutes of consecrated life and societies of apostolic life, as well as the dicastery of the Roman Curia competent in the matter. This consultation will be shared in a transparent manner with the Commission Members.

§ 5. The Commission may require an account of the effectiveness of work carried out by the competent bodies mentioned in § 4.

§ 6. The legal seat of the Commission is in the Vatican City State.

Art. 2

COMPOSITION AND MEMBERS

§ 1. The Commission is composed of a maximum of eighteen members appointed by the Holy Father for a period of three years, which may be reconfirmed.

§ 2. Members are chosen from among persons of good and proven reputation and with recognized competence in the various fields of interest which are entrusted to the Commission.

§ 3. The President is appointed by the Roman Pontiff from among the members of the Commission for a period of three years and the term of office may be reconfirmed.

§ 4. The Secretary is appointed by the Roman Pontiff from among persons of recognized competence in the protection of minors for a period of three years, and the term of office may be reconfirmed. The Secretary is a member of the Commission ex officio.

Art. 3

THE PLENARY ASSEMBLY

§ 1. The Commission is convened in Plenary Assembly twice each year. On the request of two thirds of the Members, and with the consent of the President, an extraordinary Plenary Assembly can be convened. For a Plenary Assembly to be validly convened, the presence of at least two thirds of the members is required. On the same conditions, a Plenary Assembly may also meet by videoconference.

§ 2. During the Plenary Assembly, the Members act collegially under the direction of the President.

§ 3. The Members elect from within their midst, by an absolute majority of votes, two members to serve on the Agenda Committee for the next Plenary Assembly, together with the President and the Secretary. The Agenda Committee continues its work until the Minutes of the Assembly are completed.

§ 4. The Agenda Committee guides the proceedings of the Plenary Assembly, in particular:

a) determining the Agenda;

b) ensuring that the necessary documentation is submitted to the Members at least two weeks before the scheduled meeting;

c) ensuring preparation of the Minutes of the meetings and storing them in the archives of the Commission.

Art. 4

PERSONNEL

§ 1. The President is responsible for ensuring the proper functioning of the Commission, within the framework of its competencies, and for directing its meetings.

§ 2. The role of the Secretary is to assist the President in carrying out his responsibilities, to act in the name of the Commission in ordinary affairs and to direct the Commission’s office. The Secretary also promotes the collaboration of the Commission with the offices responsible for the protection of minors in the particular Churches, episcopal conferences, conferences of superiors of institutes of consecrated life and societies of apostolic life, and the dicasteries and other institutions of the Roman Curia.

§ 3. The officials working in the Commission’s office assist the President, coordinated by the Secretary. One staff member has particular responsibility for the administration of material resources and in the preparation of the budget, accounting, and financial records of the Commission, in accordance with the norms established for the Holy See.

§ 4. The Secretary is a Prelate Superior, according to art. 3 of the Regolamento Generale della Curia Romana.

§ 5. For the hiring and employment of the personnel, the norms contained in the Regolamento Generale della Curia Romana and Regolamento della Commissione indipendente di valutazione per le assunzioni di personale laico presso la Sede Apostolica are to be observed, together with any eventual changes and additions.

Art. 5

WORKING GROUPS

§ 1. The Commission’s "working groups" prepare the initiatives mentioned in art. 1, § 2 and submit them for approval by the Commission Members. Each working group is constituted to examine a specific theme thoroughly and to present specific proposals to the Plenary Assembly.

§ 2. The drafts prepared by the working groups, in accord with § 1, are made available to the Members through electronic means for their observations. The responsibility of each working group ceases with submission of its proposals to the Plenary Assembly, except when there is need for further study.

§ 3. The President, after consultation with the Members of the Commission, appoints a Member as the Moderator of each working group.

§ 4. The Moderator of each working group submits to the Commission a list of at least three names to be designated as collaborators of the group. These collaborators are chosen from among persons of good and proven reputation, with recognized expertise in the subject being studied by the working group as part of its work.

§ 5. The collaborators in § 4 who are not Commission Members carry out the tasks entrusted to them without becoming members of the Commission and without acquiring any right or function within the same.

Art. 6

GENERAL NORMS

§ 1. The Pontifical Commission, including its office and the working groups, shall be provided with adequate human and material resources, corresponding to its assigned institutional functions.

§ 2. The Commission operates in accord with the norms of its Statutes, the dispositions of universal canon law and the Regolamento generale della Curia Romana.

§ 3. The Members, staff and collaborators of the working groups are bound to observe professional confidentiality with regard to the reports or information which may come to their knowledge in the course of their duties and functions.

§ 4. The languages employed by the Commission are Italian, Spanish and English.

§ 5. The archives of the Commission are kept within the Vatican City State.

§ 6. The norms of these present Statutes shall be observed ad experimentum for a period of three years, at which time the Commission is to present any modifications for the permanent Statutes to be approved by the Supreme Pontiff.

From the Vatican, 21 April 2015

Cardinal Pietro Parolin

Secretary of State



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 12 Mai - 19:06 (2015)    Sujet du message: STATUTS DE LA COMMISSION POUR LA PROTECTION DES MINEURS LIBERES Répondre en citant



Vatican \ Documents

STATUTS DE LA COMMISSION POUR LA PROTECTION DES MINEURS LIBERES


La légalité et le parfait contrôle par le Souverain Pontife sur chacun de nous. Si nous ne soumettons pas au pouvoir temporel et spirituel du Pape Jésuite, avec l'aide du Cardinal Seán O’Malley, le Président de la Commission Pontificale pour la protection des mineurs, ils seront maintenant, via la loi, de persécuter nos enfants et nous de toutes les manières possibles. Vous pensez encore que vous êtes libre? Non, nous sommes tous des esclaves de Rome, jusqu'à ce que le Seigneur Jésus revienne pour nous libérer. Lorsque le Pape François viendra aux Etats-Unis, en septembre prochain et qu'il imposera son agenda, cela touchera tous les humains quelque soit sa nationalité, sa race, sa couleur et/ou sa religion. Jésus-Christ est Lui seul, le seul Messie, le seul vrai Libérateur alors accrochez-vous à Lui seul. Ce que Lui nous a donné tout gratuitement, nous sera complètement enlevé et nous serons tous à la merci de ce tyran et de ses agents de l'enfer pour les quelques années à venir. Puisse le Seigneur soutenir ceux qui lui appartienne et que le coeur des nations soit touché avant qu'il ne soit trop tard pour leur âme.

Art. 1
§ 2. La protection des mineurs est d'une importance primordiale. Le but de la Commission est de proposer des initiatives au Pontife Romain, selon les procédures et déterminations spécifiés dans les présents statuts, aux fins de la promotion de la responsabilité locale dans les Églises particulières pour la protection de tous les mineurs et les adultes vulnérables.

-----

Traduction Google


Cardinal Seán O'Malley, le Président de la Commission Pontificale pour la protection des mineurs - RV
05/08/2015 13:41
SHARE:

(Radio Vatican) Les statuts de la Commission Pontificale pour la protection des mineurs ont été rendus publics vendredi. Ils ont été approuvés par le pape le 21 Avril Francis, et seront en vigueur «ad experimentum» pendant trois ans.

La Commission a été officiellement institué l'année dernière, et est dirigée par le cardinal Seán O'Malley, OFM Cap., Archevêque de Boston.

Le texte des statuts est ci-dessous

♦ Statuts de la Commission Pontificale pour la protection des mineurs

Statuts

Chirographe du Saint-Père Francis pour l'institution d'une Commission Pontificale pour la protection des mineurs (22 Mars 2014)

Le 21 Avril le Cardinal Secrétaire d'Etat a approuvé par mandat du Souverain Pontife, ad experimentum pour trois ans, le statut de la Commission Pontificale pour la protection des mineurs, dont le projet avait été présenté pour approbation par le cardinal Seán O'Malley, OFM Cap., président de la même commission.

Les statuts seront ensuite publiés dans l'original italien et en anglais.

Pour assurer l'intégralité de la documentation, l'Chirographe du 22 Mars 2014, par laquelle le pape a institué officiellement la Commission Pontificale pour la protection des mineurs, seront publiés simultanément.

Statuts

Art. 1

NATURE ET COMPÉTENCE

§ 1. La Commission pontificale pour la protection des mineurs est une institution autonome rattaché au Saint-Siège, doté de la personnalité juridique publique (can. 116 CIC). La Commission est un organe consultatif au service du Saint-Père.

§ 2. La protection des mineurs est d'une importance primordiale. Le but de la Commission est de proposer des initiatives au Pontife Romain, selon les procédures et déterminations spécifiés dans les présents statuts, aux fins de la promotion de la responsabilité locale dans les Églises particulières pour la protection de tous les mineurs et les adultes vulnérables.

§ 3. Les propositions soumises au Saint-Père par la Commission doit être approuvée par une majorité des deux tiers des membres.

§ 4. Lors de l'élaboration des propositions visées au § 2, lorsque la question concerne la compétence d'autres organismes ecclésiaux, le Président de la Commission, assistée par le secrétaire, doit consulter rapidement les services chargés de la protection des mineurs dans les églises locales, conférences épiscopales, des conférences des supérieurs des instituts de vie consacrée et des sociétés de vie apostolique, ainsi que le dicastère de la Curie romaine compétente en la matière. Cette consultation sera partagée de façon transparente avec les membres de la Commission.

§ 5. La Commission peut exiger un compte de l'efficacité du travail effectué par les instances compétentes mentionnées au § 4.

§ 6. Le siège juridique de la Commission est dans l'État de la Cité du Vatican.

Art. 2

COMPOSITION ET MEMBRES

§ 1. La Commission est composée d'un maximum de dix-huit membres nommés par le Saint-Père pour une période de trois ans, qui peut être reconfirmé.

§ 2. Les membres sont choisis parmi les personnes de bonne réputation et éprouvée et avec une compétence reconnue dans les divers domaines d'intérêt qui lui sont confiées à la Commission.

§ 3. Le Président est nommé par le Pontife Romain parmi les membres de la Commission pour une période de trois ans et le mandat peut être confirmé.

§ 4. Le Secrétaire est nommé par le Pontife Romain parmi les personnes d'une compétence reconnue dans la protection des mineurs pour une période de trois ans, et la durée du mandat peut être confirmé. Le secrétaire est un membre de la Commission d'office.

Art. 3

L'ASSEMBLÉE PLÉNIÈRE

§ 1. La Commission est convoquée en Assemblée plénière deux fois par an. Sur la demande des deux tiers des membres, et avec le consentement du président, une Assemblée plénière extraordinaire peut être convoquée. Pour une assemblée plénière pour être valablement convoquée, la présence d'au moins deux tiers des membres est requise. Sur les mêmes conditions, une Assemblée plénière peut également se réunir par vidéoconférence.

§ 2. Au cours de l'Assemblée plénière, les membres agissent collégialement sous la direction du Président.

§ 3. Les membres élus au sein de leur milieu, par une majorité absolue des voix, deux membres pour siéger au Comité l'ordre du jour de la prochaine Assemblée plénière, conjointement avec le président et le secrétaire. Le Comité Action poursuit son travail jusqu'à ce que les procès-verbaux de l'Assemblée sont terminés.

§ 4. Le Comité Agenda guide les travaux de l'Assemblée plénière, en particulier:

a) la détermination de l'ordre du jour;

b) veiller à ce que la documentation nécessaire est soumis aux membres au moins deux semaines avant la réunion prévue;

c) en veillant à la préparation du procès-verbal des réunions et en les stockant dans les archives de la Commission.

Art. 4

PERSONNEL

§ 1. Le président est chargé de veiller au bon fonctionnement de la Commission, dans le cadre de ses compétences, et pour diriger ses réunions.

§ 2. Le rôle du secrétaire est d'assister le Président dans l'exercice de ses responsabilités, d'agir au nom de la Commission dans les affaires ordinaires et pour diriger le bureau de la Commission. Le Secrétaire favorise également la collaboration de la Commission avec les services chargés de la protection des mineurs dans les Églises particulières, des conférences épiscopales, des conférences des supérieurs des instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, et les dicastères et autres institutions de la Curie romaine .

§ 3. Les fonctionnaires qui travaillent dans le bureau de la Commission assistent le Président, coordonné par le Secrétaire. Un membre du personnel a notamment la responsabilité de l'administration des ressources matérielles et dans la préparation du budget, de la comptabilité, et les dossiers financiers de la Commission, en conformité avec les normes établies pour le Saint-Siège.

§ 4. Le Secrétaire est un prélat supérieure, selon l'art. 3 de la Regolamento Generale della Curia Romana.

§ 5. Pour l'embauche et l'emploi du personnel, les normes contenues dans le Regolamento Generale della Curia Romana et Regolamento della Commissione indipendente di valutazione par le assunzioni di personale laico presso la Sede Apostolica sont à observer, avec tous les changements éventuels et ajouts.

Art. 5

GROUPES DE TRAVAIL

§ 1. "groupes de travail" de la Commission de préparer des initiatives mentionnées dans l'art. 1, § 2 et les soumettre pour approbation par les membres de la Commission. Chaque groupe de travail est constitué pour examiner un thème de manière approfondie et de présenter des propositions spécifiques à l'Assemblée plénière.

§ 2. Les projets préparés par les groupes de travail, en accord avec § 1, sont mis à la disposition des membres par des moyens électroniques pour leurs observations. La responsabilité de chaque groupe de travail cesse avec la présentation de ses propositions à l'Assemblée plénière, sauf quand il ya un besoin pour une étude ultérieure.

§ 3. Le Président, après consultation avec les membres de la Commission, nomme un membre en tant que modérateur de chaque groupe de travail.

§ 4. Le modérateur de chaque groupe de travail soumet à la Commission une liste de trois noms au moins d'être désigné en tant que collaborateurs du groupe. Ces collaborateurs sont choisis parmi les personnes de bonne réputation et éprouvée, avec une expertise reconnue dans le sujet à l'étude par le groupe de travail dans le cadre de son travail.

§ 5. Les collaborateurs § 4 qui ne sont pas membres de la Commission exercent les fonctions qui leur sont confiées sans devenir membres de la Commission et sans l'acquisition de tout droit ou fonction au sein de la même chose.

Art. 6

NORMES GÉNÉRALES

§ 1. La Commission pontificale, y compris son bureau et les groupes de travail, doit être doté de ressources humaines et matérielles suffisantes, correspondant à ses fonctions institutionnelles assignées.

§ 2. La Commission fonctionne en accord avec les normes de ses statuts, les dispositions du droit universel canon et Regolamento generale della Curia Romana.

§ 3. Les membres, le personnel et les collaborateurs des groupes de travail sont tenus de respecter le secret professionnel en ce qui concerne les rapports ou les renseignements qui peuvent venir à leur connaissance dans l'exercice de leurs fonctions.

§ 4. Les langues employées par la Commission sont l'italien, l'espagnol et l'anglais.

§ 5. Les archives de la Commission sont conservés au sein de la Cité du Vatican.

§ 6. Les normes de ces présents statuts doivent être observées ad experimentum pour une période de trois ans, date à laquelle la Commission est de présenter les modifications des statuts permanents doivent être approuvées par le Souverain Pontife.

Du Vatican, le 21 Avril 2015

Cardinal Pietro Parolin

Secrétaire d'État



http://en.radiovaticana.va/news/2015/05/08/statutes_for_commission_for_prot…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Mai - 10:44 (2015)    Sujet du message: FRANCE : UNE PROPOSITION DE LOI POUR FAIRE DU 11 JANVIER UNE "JOURNEE D'UNITE NATIONALE ET DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME" Répondre en citant

FRANCE : UNE PROPOSITION DE LOI POUR FAIRE DU 11 JANVIER UNE "JOURNEE D'UNITE NATIONALE ET DE LUTTE CONTRE LE TERRORISME"

Où l'art d'entretenir un mythe...

Le député UMP Bernard Reynes a déposé mi-avril une proposition de loi, cosigné par une trentaine de députés, pour faire du 11 janvier une "journée d’unité nationale et de lutte contre le terrorisme".

La République des bons sentiments
Publié le 8 Mai 2015

Le député Bernard Reynes et une trentaine de ses collègues du groupe UMP à l’Assemblée nationale souhaitent faire du 11 janvier une "journée d’unité nationale et de lutte contre le terrorisme", selon une proposition de loi dévoilée par Le Lab.

Dans le texte, l’élu des Bouches-du-Rhône estime que la journée de mobilisation du 11 janvier "ne doit pas s’entendre comme la fin de trois jours pendant lesquels la France a eu peur, mais comme le début d’une prise de conscience. Une prise de conscience qui nous oblige aujourd’hui à agir, à répondre avec efficacité et fermeté pour que de tels actes ne se reproduisent plus". Cette journée, rappelle-t-il, a été marquée par "une manifestation nationale qui n'avait d'autre dessein que de défendre les valeurs et les fondements républicains que sont la liberté d'expression, la laïcité et le vivre ensemble".

Il préconise, chaque 11 janvier, de consacrer une partie des cours d’école "à des exposés et à des discussions sur la lutte contre le terrorisme". De même, les médias publics traiteraient du sujet dans leurs programmes du jour.

Lu sur Le Lab

http://www.atlantico.fr/pepites/deputes-veulent-faire-11-janvier-journee-un…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Mai - 13:49 (2015)    Sujet du message: WORKSHOP ON "WORK IN THE PUBLIC SERVICE OF THE FUTURE" Répondre en citant



GLOBAL SLAVERY

WORKSHOP ON "WORK IN THE PUBLIC SERVICE OF THE FUTURE"

UNDP GCPSE Communications
Mer, avril 22, 2015 à 09.12 du matin par
UNDP GCPSE Communications
513 Views
Détails:

The UNDP Global Centre for Public Service Excellence (GCPSE) is co-organizing Public Service Post-2015 (PSP-2015): The Future of Work with various partners in Singapore, in line with the 2015 theme for UNDP’s flagship Human Development Report (HDR), which is ‘Rethinking Work for Human Development’.

GCPSE, together with the Public Service Division of the Prime Minister’s Office of Singapore, will convene a workshop on 5 May 2015 to discuss ‘Work in the Public Service of the Future’.

Understanding what work will be like in the public service of the future, and its implications for today is an imperative for long-term public service effectiveness, especially in the developing world. Facilitating and maintaining this effectiveness in countries is a key element to sustain momentum for continued development.

‘PSP-2015: The Future of Work’ continues the PSP-2015 series of events organized by GCPSE with various partners, looking at public service beyond the 2015 target date of the Millennium Development Goals. Past events in this series included ‘PSP-2015: Restoring the Public Service Ethos’ (July 2014) and ‘Public Service Excellence for the Post-2015 Development Agenda’ (Nov 2014).

Please use these links for more background material for the workshop:

2015 Human Development Report: Rethinking work for human development a post by Selim Jahan, Director of UNDP's HDR Office
An agency story on the likely focus of the 2015 UNDP Human Development Report
The main HDR webpage

Date de début: Mar, 2015-05-05
Date de fin: Mar, 2015-05-05
Lieu: UNDP Global Centre for Public Service Excellence (GCPSE) - 29 Heng Mui Keng Terrace, Block A, #08-01, Singapore 119620
Étiquettes: GCPSE, #GCPSE_news, #GCPSE_psi

Visibilité: Public

https://undp.unteamworks.org/fr/node/489262


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Mai - 13:53 (2015)    Sujet du message: 2015 HUMAN DEVELOPMENT REPORT : RETHINKING WORK FOR HUMAN DEVELOPMENT Répondre en citant



GLOBAL SLAVERY

2015 HUMAN DEVELOPMENT REPORT : RETHINKING WORK FOR HUMAN DEVELOPMENT


03 Feb 2015 by Selim Jahan, Director of Human Development Report Office


The search for minerals in DR Congo happens in extremely dangerous conditions, without any security and with negative consequences for the environment. Photo: Benoit Almeras/UNDP DRC

From a human development perspective, work, rather than jobs or employment is the relevant concept. A job is a narrow concept with a set of pre-determined time-bound assigned tasks or activities, in an input-output framework with labour as input and a commodity or service as output. Yet, jobs do not encompass creative work (e.g. the work of a writer or a painter), which go beyond defined tasks; they do not account for unpaid care work; they do not focus on voluntary work. Work thus is a broader concept, which encompasses jobs, but goes beyond by including the dimensions mentioned above, all of which are left out of the job framework, but are critical for human development.

Work is the means for unleashing human potential, creativity, innovation and spirits. It is essential to make human lives productive, worthwhile and meaningful. It enables people to earn a living, gives them a means to participate in society, provides them with security and gives them a sense of dignity. Work is thus inherently and intrinsically linked to human development.

But it is important to recognize that there is no automatic link between work and human development. Nor does every type of work enhance human development. Exploitative work, particularly exploitation of women and children, robs people of their fair share, their rights and their dignity. Likewise, work that is hazardous - work without safety measures, labour rights, or social protection - is not conducive to human development.

More importantly, the linkages between work and human development must be seen in the context that over time the notion of what constitutes work has changed, areas of work have shifted and the modus operandi of work has evolved. What used to mean work three decades ago is no longer valid, and work is defined differently now. Now, some of these changes may contribute positively to various dimensions of human development, but some aspects of these new phenomena may have negative impacts for human development.

In the context of all these changes, time has come to relook at the issue of work in its various dimensions and dynamics through a human development lens. Thus the 2015 Human Development Report (2015 HDR) will be on Rethinking Work for Human Development.

To be launched in November 2015, the Report will zoom in on the fundamental question – how work can be rethought for human development –– to enrich human development.

Given this broader perspective, the focus of 2015 HDR will be based on five building blocks:

Rethinking the linkages between work and human development identifying the positive intrinsic relationship - work provides livelihoods, income, a means for participation and connectedness, social cohesion, and human dignity - but also those situations where linkages are broken or eroded - child labour, human trafficking, etc.

Revisiting the new world of work, where the notions of work, areas of work and modus operandi of work have changed and the implications for human development.

Recognizing the worth of care work and its impact on human development.

Refocusing on the notion of sustainable work to be incorporated into the 2015 Sustainable Development Goals. This will include, among other issues, the environmental value of green and low carbon emission jobs and so on.

Recommending policy options for reorienting, reinventing and reorganizing work so that it enriches human development

http://www.undp.org/content/undp/en/home/blog/2015/2/3/2015-Human-Developme…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Mai - 13:57 (2015)    Sujet du message: ATELIER SUR "LE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE DE L'AVENIR» Répondre en citant



ESCLAVAGE GLOBAL

ATELIER SUR "LE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE DE L'AVENIR»


Traduction Google

UNDP GCPSE Communications
Mer, avril 22, 2015 à 09.12 du matin par
PNUD GCPSE Communications
513 Vues
Détails:

Le Centre mondial du PNUD pour l'excellence de la fonction publique(GCPSE) co-organise la fonction publique post-2015 (PSP-2015): L'avenir du travail avec divers partenaires à Singapour, en ligne avec le thème 2015 pour le phare du PNUD Human Development Report (HDR), qui est «Repenser travail pour le développement humain » .

GCPSE, conjointement avec la Division de la fonction publique du Cabinet du Premier ministre de Singapour, va convoquer une atelier le 5 mai 2015 pour discuter de «travail dans la fonction publique de l'avenir» .

Comprendre ce travail sera comme dans la fonction publique de l'avenir, et ses implications pour aujourd'hui est un impératif pour l'efficacité de la fonction publique à long terme, en particulier dans le monde en développement. Faciliter et le maintien de cette efficacité dans les pays est un élément clé pour maintenir l'élan pour un développement continu.

«PSP-2015: L'avenir du travail», poursuit la série PSP-2015 de manifestations organisées par GCPSE avec divers partenaires, en regardant le service public au-delà de la date butoir de 2015 des Objectifs du Millénaire pour le développement. Événements passés dans cette série inclus 'PSP-2015: Restauration Service Ethos publique »(Juillet 2014) et« l'excellence de la fonction publique pour l'Agenda de développement post-2015 »(novembre 2014).

S'il vous plaît utiliser ces liens pour plus de matériel de base pour l'atelier:

2015 Rapport sur le développement humain: Repenser le travail pour le développement humain un poste de Selim Jahan, directeur du Bureau du Rapport du PNUD
Une histoire de l'agence sur la priorité probable du Rapport sur ​​le développement humain du PNUD 2015
La principale page web HDR

Date de début: Mar, 05.05.2015
Date de fin: Mar, 05.05.2015
Lieu: Centre mondial du PNUD pour l'excellence de la fonction publique (de GCPSE) - 29 Heng Keng Mui Terrasse, Bloc A, # 08-01, Singapour 119620
Étiquettes: GCPSE, #GCPSE_news, #GCPSE_psi
Visibilité: Public

https://undp.unteamworks.org/fr/node/489262


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 13 Mai - 14:00 (2015)    Sujet du message: 2015 RAPPORT SUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN : REPENSER LE TRAVAIL POUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN Répondre en citant



ESCLAVAGE GLOBAL

2015 RAPPORT SUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN : REPENSER LE TRAVAIL POUR LE DEVELOPPEMENT HUMAIN


Traduction Google

3 février 2015 par Selim Jahan, directeur du Bureau du Rapport mondial sur le développement humain


La recherche de minéraux en RD Congo qui se passe dans des conditions extrêmement dangereuses, sans aucune sécurité et avec des conséquences négatives pour l'environnement. Photo: Benoit Alméras / PNUD RDC

Du point de vue du développement humain, travaillent, plutôt que les emplois ou l'emploi est le concept pertinent. Un emploi est un concept étroit avec un ensemble de tâches assorties de délais prédéterminés affectés ou activités, dans un cadre entrées-sorties avec le travail en entrée et un produit ou un service en tant que sortie. Pourtant, les emplois ne comprennent pas le travail créatif (par exemple, le travail d'un écrivain ou un peintre), qui vont au-delà des tâches définies; ils ne tiennent pas compte du travail de soins non rémunéré; ils ne se concentrent pas sur le travail volontaire. Le travail est donc un concept plus large, qui englobe les emplois, mais va au-delà en incluant les dimensions mentionnées ci-dessus, qui sont tous laissés sur le cadre de travail, mais sont essentiels pour le développement humain.

Le travail est le moyen de libérer le potentiel humain, la créativité, l'innovation et les spiritueux. Il est essentiel de faire des vies humaines productive, utile et significative. Il permet aux gens de gagner leur vie, leur donne un moyen de participer à la société, leur donne la sécurité et leur donne un sens de la dignité. Le travail est donc intrinsèquement et intrinsèquement liée au développement humain.

Mais il est important de reconnaître qu'il n'y a pas de lien automatique entre le travail et le développement humain. Ni le fait chaque type de travail à améliorer le développement humain. Un travail d'exploitation, notamment l'exploitation des femmes et des enfants, prive les gens de leur juste part, leurs droits et leur dignité. De même, des travaux dangereux - travail sans mesures de sécurité, les droits du travail, ou la protection sociale - ne favorise pas le développement humain.

Plus important encore, les liens entre le travail et le développement humain doivent être considérés dans le contexte qu'au fil du temps la notion de ce qui constitue le travail a changé, les domaines de travail ont changé et le modus operandi de travail a évolué. Ce qui signifie le travail il ya trois décennies est plus valide, et le travail est défini différemment maintenant. Maintenant, certains de ces changements peuvent contribuer positivement à différentes dimensions du développement humain, mais certains aspects de ces nouveaux phénomènes peuvent avoir des effets négatifs pour le développement humain.

Dans le contexte de tous ces changements, le temps est venu de relooker à la question du travail dans ses différentes dimensions et de la dynamique à travers une lentille de développement humain. Ainsi, le Rapport sur le développement humain 2015 (2015 HDR) sera sur Repenser le travail pour le développement humain.

Pour être lancé en Novembre 2015, le rapport effectue un zoom avant sur la question fondamentale - comment le travail peut être repensée pour le développement humain - pour enrichir le développement humain.

Compte tenu de cette perspective plus large, l'accent de 2015 HDR sera basée sur cinq piliers:

Repenser les liens entre le travail et le développement humain identifiant la relation intrinsèque positif - travail fournit les moyens de subsistance, le revenu, un moyen pour la participation et de la connectivité, de la cohésion sociale et la dignité humaine - mais aussi les situations où les liens sont brisés ou érodés - le travail des enfants, le trafic humain , etc.

Revisiter le nouveau monde du travail, où les notions de travail, les domaines de travail et le modus operandi de travail ont changé et les implications pour le développement humain.

Reconnaissant la valeur du travail de soins et de son impact sur le développement humain.

Recentrage sur la notion de travail durable pour être incorporé dans les 2015 Objectifs de développement durable. Cela inclura, entre autres questions, la valeur environnementale des emplois verts et à faibles émissions de carbone et ainsi de suite.

De recommander des options politiques pour réorienter, réinventer et de la réorganisation du travail afin qu'il enrichit le développement humain

Cliquez ici pour lire le blog plein.

http://www.undp.org/content/undp/en/home/blog/2015/2/3/2015-Human-Developme…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 14 Mai - 11:51 (2015)    Sujet du message: FRANCE : A ROUBAIX, LA POLICE NE PEUT PLUS PROTEGER LES FRANCAIS Répondre en citant

FRANCE : A ROUBAIX, LA POLICE NE PEUT PLUS PROTEGER LES FRANCAIS

Publié le 13 mai 2015 par Caroline Alamachère - Article du nº 407



« 
La police Française n’a pas autorité à l’étranger… ». Un commentaire qui en dit long sur ceux qui occupent le terrain à Roubaix, ville connue pour être la zone de non droit la plus musulmane et la plus pauvre de France, en y faisant régner leur loi, celle qui oblige les Français originellement nordistes à partir pour ne pas mourir, et contraint ceux qui restent à subir leur calvaire en silence.

Au lieu de « veiller à l’exécution des lois, à assurer la protection des personnes et des biens, à prévenir les troubles à l’ordre public et à la tranquillité publique ainsi que la délinquance », la police ne sert plus aujourd’hui qu’à verbaliser les automobilistes et à protéger les squatteurs contre les dangereuses vieilles dames qui auraient des velléités coupables de récupérer ce qui leur appartient de droit.

Le commissariat est à 300m de la rue Desaix où vit la famille Godefroy. Un policier qui a travaillé plusieurs années à Roubaix commente : « Nous n’avons pas peur de faire notre travail mais nous avons parfois des directives qui nous empêchent de le faire correctement et comme nous le voudrions… », ces fameuses directives appelant à ne pas stigmatiser la racaille et à préserver à tout prix la paix civile.

A trois rues de là, dans ce quartier où nombre de fenêtres sont murées et où d’après un auditeur de RMC « il y a des rues où la police ne va plus », un centre du Secours Catholique a été créé pour apporter du réconfort aux personnes « sans papiers » « confrontées à l’angoisse d’être un jour expulsées ». Un policier du syndicat SGP au téléphone avec le père de famille reconnaît que les quartiers fermés par des racailles sont monnaie courante mais que la police « n’a pas vraiment de solution à apporter par rapport à ça ».

Excédé par des bandes de dealers à qui il demandait de s’en aller, M. Godefroy n’y tenant plus a un jour brandi une vieille arme à feu de 14-18 hors d’état de marche pour leur faire peur.

Un enquêteur tente de minimiser les actes de ces racailles qui pourrissent la vie de tout un quartier : « Ce serait un peu simpliste de leur faire porter systématiquement le chapeau »…

Après plusieurs plaintes infructueuses, il y a une semaine, la famille Godefroy décidait de se faire connaître en se faisant photographier dans le hall de la mairie de Roubaix, des pancartes autour du cou afin de dénoncer le harcèlement impuni dont elle est victime de la part d’un groupe de délinquants trainant leur inutilité dans le quartier.

Insultes, menaces, violences, cambriolages, voiture brûlée, et même voiture de location vandalisée au lendemain de cette action de communication, c’en est trop pour Philippe, le père de cette famille de quatre enfants qui, las de subir ce que la Pravda française persiste à appeler « un sentiment d’insécurité » et faute de protection policière, a décidé de prendre les choses en main.

« À chaque fois, les policiers nous expliquent que la seule solution, pour nous, serait de déménager, car nous ne sommes pas en sécurité. Ceux qui nous ont fait ça devraient être en prison. Et c’est nous qui sommes obligés de partir comme des moins-que-rien. Quand on sort, on est obligé de laisser un adulte dans la maison par peur d’un nouveau cambriolage ». Un schéma devenu classique en France où c’est à la victime de partir pour faciliter la vie de ceux qui l’agressent, parce que les gouvernements successifs se refusent à maîtriser une situation qu’ils ont eux-mêmes instaurée par clientélisme électoral et par soumission à des instances supérieures, européennes, financières, communautaires, mondialistes. La mort lente de la France s’écrit à Roubaix…

Il « a voulu faire sa loi, c’est normal qu’il y ait des représailles », justifie l’une des racailles. On suppose que par « faire sa loi » ce malfrat en herbe sous-entend que M. Godefroy a souhaité faire prévaloir la loi de la République en voulant faire cesser un trafic de drogue devant sa porte et au nez de ses enfants exposés à la vision d’échanges de billets de 500 euros, mais que la racaille surprotégée par le régime en place ne l’a pas entendu de cette oreille. Les voisins ont été plus conciliants avec la bande, ils ont baissé leur pantalon et ont dialogué : « Il y a d’autres familles dans la rue avec lesquelles ça se passe très bien ». A moins que les voisins ne soient des « frères » des racailles…

« Il y en a qui fument des joints et sont un peu durs (…) On est une quinzaine. Beaucoup ont grandi là mais n’y habitent plus : ils sont de la Potennerie, des Trois-Ponts… Moi je reviens parce que je ne connais personne dans mon nouveau quartier », justifie l’un de ceux qu’on a coutume de nous dépeindre avec force persuasion comme étant une « chance pour la France », ces remplaçants à qui est offert notre pays en même temps que notre arrière-train.

Ce quartier de la Potennerie qu’il cite semble être un territoire de désoeuvrement que se partagent ceux qui survivent avec les dealers, des sans-cerveaux bêtes à manger du foin au point de confondre des ouvriers en tenue orange réparant le tout-à-l’égout avec des membres des renseignements généraux !

Là-bas, les dealers trafiquent en famille, les parents apprenant à leur progéniture comment prévenir les autres de l’arrivée de la police. Depuis des décennies le trafic de drogue est devenu une sorte d’institution roubaisienne en lieu et place des filatures d’antan. C’est donc cela l’enrichissement culturel…

Quant au quartier de Trois-Ponts, il est à la même image. Il y a quelques années, un centre social y avait été pris pour cible à coups de pistolet mitrailleur 9mm par un mineur dénommé « Kadouche » par ses proches, contrarié qu’un animateur du centre lui ait refusé une sortie chez Disney, et à qui un commentateur sur un blog donnait ce judicieux conseil : « faut tiré sur lé keuf mon frére, qu’est-ce quon sen ba lé couille de tiré sur un centre ».

L’enrichissement qu’on vous dit !

« Et avant, il y a deux ans, on faisait bien pire », continue le jeune harceleur de la famille Godefroy. Bien pire ?

« Il y a une femme là-dedans qui nous a laissé rentrer chez elle après que son mari est parti. Elle connaissait un jeune de notre bande. Sa maison, c’est devenu une boîte de nuit. On buvait, on cassait tout, on faisait du bruit jusqu’à 4h du matin. Mais bon c’est de sa faute, elle avait qu’à pas nous inviter au départ. Depuis, on s’est quand même calmés », raconte le délinquant, évoquant tout au plus quelques « petits problèmes » et surtout une crainte pour leur réputation d’être assimilés à ce qu’on appelle des « cassos », c’est à dire des cas sociaux.

Ce quartier c’est la zone, le désert, avec ses fenêtres aux stores baissés même en plein jour quand elles n’ont pas été murées après le départ de ceux qui ont fui, chassés de leur propre ville, celle de leurs parents parfois, par les nouveaux arrivants. Il n’y a pas de travail et certains dealers n’y viennent que pour affaires mais ils se sont appropriés un territoire qu’ils ont fait leur en y instaurant la force, l’intimidation et la terreur et dont ils n’entendent pas partir, d’autant qu’ils sont encouragés à rester par le laxisme et la bienveillance des autorités locales qui ferment les yeux et n’appliquent plus la loi. « Attends, on va pas partir, on est chez nous ici, qu’est-ce qu’ils croient ? », proteste la racaille. C’est donc à la famille Godefroy de s’en aller puisque c’est elle qui ne serait pas chez elle… A croire qu’un traité a été signé en secret pour faire valoir que Roubaix, la ville aux 80 nationalités, ne fait plus partie du territoire français.

« Demandez vous simplement pourquoi tant de familles se sont enfuies de certains quartiers de Roubaix, et ne veulent « jamais plus » y revenir !!! Demandez vous pourquoi il y a quelques semaines, une marche blanche pleurait un malheureux père de famille qui s’était fait assassiner parce qu’il ne souhaitait qu’un peu de calme au bas de son immeuble pour sa famille… »

« rue de lannoy la BNP et une ancienne petite boucherie ont vécu le même problème résultats ils on déménager pour la boucherie ils sont partis en retraite après cela ils ont publié un article dans le journal racontant toutes les incivilités qu’ils on eu pour la BNP pareil mais sont restés plus discret »

Suite à la forte médiatisation de leur situation, le maire UMP Guillaume Delbar se sentant obligé de montrer qu’il sert à quelque chose, alors qu’il connaît parfaitement la situation désastreuse de sa ville en termes d’insécurité et de trafics, a pris la décision de prendre en charge le financement d’un hébergement à l’hôtel pour la famille qu’il s’est engagé à reloger dans le parc social de la ville d’ici une quinzaine de jours.

Les autres habitants qui n’ont pas été médiatisés et qui acceptent le « dialogue » avec les délinquants pourront tranquillement continuer à subir leurs méfaits, en toute impunité et discrétion. La paix sociale reprendra son cours normal, la police continuera d’obéir à l’ordre du ministre de ne pas faire appliquer la loi, l’insécurité redeviendra un simple sentiment, le maire redorera son petit blason électoral et tout rentrera dans l’ordre. Surtout pas de vagues…

Caroline Alamachère

http://ripostelaique.com/a-roubaix-la-police-ne-peut-plus-proteger-les-fran…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 16 Mai - 02:43 (2015)    Sujet du message: BREAKING! DHS CAUGHT & ADMITS ILLEGALS TRANSPORTED TO "DETENTION CENTERS" IN VICTORVILLE, CA! Répondre en citant

IMMIGRATION

BREAKING! DHS CAUGHT & ADMITS ILLEGALS TRANSPORTED TO "DETENTION CENTERS" IN VICTORVILLE, CA!


Illegal immigrants being transported late at night by DHS to "Detention Centers" in Victorville, CA on the corner of Route 395 and Bear Valley Rd, (161 miles away from Mexico Border!!!) - includes 'Somalis' and 'Africans' ... PROOF! LISTEN TO ENTIRE FOOTAGE DETENTION CENTERS IS MENTIONED!



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=AuIX8WsAxGY


Dernière édition par maria le Jeu 21 Mai - 05:02 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 16 Mai - 04:04 (2015)    Sujet du message: LA COMMISSION DEVOILE SON NOUVEL AGENDA « SECURITE » Répondre en citant



COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU PARLEMENT EUROPEEN DU 27 AU 30 AVRIL 2015

Posté le 8 mai 2015



LA COMMISSION DEVOILE SON NOUVEL AGENDA « SECURITE »

LA COMMISSION EUROPEENNE A PRESENTE SON NOUVEL AGENDA POUR LA SECURITE INTERIEURE

Mardi 28 avril :

L’Union européenne n’ayant aucune compétence directe dans le domaine de la police, ou les affaires intérieures. Elle en est essentiellement réduite à de la coopération entre services de police via l’agence Interpol et au partage de renseignements.

Toutefois, les menaces s’internationalisent qu’il s’agisse du grand banditisme qui ont adopté avec enthousiasme la mondialisation ou du terrorisme. Avec plus de 5000 citoyens européens partis rejoindre l’État islamique, il est donc important de porter la lutte contre ce phénomène sur les mêmes échelles que celles qu’ils utilisent. En plus, de la coopération dans l’anticipation et la prévention, cette nouvelle stratégie vise aussi à renforcer les instruments pour confisquer les avoirs à l’étranger de ces groupuscules et de limiter leurs capacités financières.

Plus problématique est l’aspect lié aux nouvelles technologies. D’un côté celles-ci peuvent servir à anticiper des phénomènes de radicalisation, à prévenir des attaques, mais jusqu’où peut-on aller avec ces outils qui comportent de sérieux risques pour le respect à la vie privée.

C’est d’ailleurs un débat récurrent entre la Commission qui négocie au nom de l’Union européenne des accords de partages de données avec d’autres pays, et le Parlement qui s’oppose souvent à ce type d’accords qui sont souvent des chèques en blanc offerts à des partenaires comme les États-Unis qui ne sont guère respectueux de leurs propres alliés.

Lors de la présentation, la Commission a évité de faire mention du projet dit « PNR », une directive qui doit permettre l’échange de données personnelles au niveau de l’UE et qui est pourtant au centre de toutes les attentions. Celle-ci était sur le point d’être définitivement abandonnée du fait des trop nombreuses zones d’ombres qui existaient sur l’utilisation de ces données.

Mais les attaques tragiques contre Charlie Hebdo, le magasin casher en France ou le musée du Bardo à Tunis, ont remis ces projets à l’ordre du jour. Les États très preneurs de la collecte d’informations en ont donc profité pour relancer le projet sachant que l’émotion causée par ces drames rendraient l’opposition à ces outils de collecte d’informations plus compliqués.

http://www.patrick-le-hyaric.eu/compte-rendu-de-la-reunion-du-parlement-eur…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 16 Mai - 04:40 (2015)    Sujet du message: US COURT SENTENCES BOSTON BOMBER TSARNAEY TO DEATH / BOSTON MARATHON BOMBING TRUE LIES Répondre en citant

US COURT SENTENCES BOSTON BOMBER TSARNAEY TO DEATH



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=7-rZBermGm8&hd=1

BOSTON MARATHON BOMBING TRUE LIES (FULL VER)



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=xs9rHYtAVN0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 16 Mai - 05:48 (2015)    Sujet du message: WARNING! YOU WILL BE INTERROGATED FOR DRIVING WITHIN 100 MILES OF CANADIAN BORDER Répondre en citant



WARNING! YOU WILL BE INTERROGATED FOR DRIVING WITHIN 100 MILES OF CANADIAN BORDER

Random checkpoints are being set up by U.S. Customs [DHS] agents in the northeast within 100 miles of the Canadian border.

The Border Patrol operates a national network of internal checkpoints, illegally stopping motorists up to 100 miles inside our border! These illegal checkpoints allow DHS to stop and search law-abiding American citizens without justification.

It's about to get much WORSE, the Senate Homeland Security and Governmental Affairs Committee approved Bill S.750 which gives Border Patrol/DHS agents “immediate access to federal land within 100 miles” of both national borders and prohibit the “Secretaries of Interior and Agriculture” from impeding any CBP activities.

“Border Patrol already has unfettered access to protected federal public lands along the border,” Dan Millis, borderlands program coordinator for the Grand Canyon Chapter of the Sierra Club. “In fact, Border Patrol currently has more access to the border and surrounding lands than the public.”

Imagine this: You and your family drive to Maine to visit Acadia National Park which receives over 2 MILLION tourists. Acadia is within 100 miles of the border and our govt sets up checkpoints to interrogate EVERY visitor! That's the future of Police State America if we allow this B.S. to continue.

VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=lt3p3VCrW2Y&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Mai - 01:25 (2015)    Sujet du message: STOCKHOLM : LES DJIHADISTES DE L'ETAT ISLAMIQUE QUI RENTRENT RECEVRONT UN LOGEMENT, UN EMPLOI ET LES SOINS GRATUITS Répondre en citant

STOCKHOLM : LES DJIHADISTES DE L'ETAT ISLAMIQUE QUI RENTRENT RECEVRONT UN LOGEMENT, UN EMPLOI ET LES SOINS GRATUITS

Voilà comment on protège et honore des criminels de guerre qui ont plein de sang sur les mains, sous de fausses raisons humanitaires.


Des logements, des emplois, la sécurité sociale et des aides financières pour les djihadistes de l’Etat islamique qui reviennent en Suède

La municipalité gauchiste et pacifiste de Stockholm a tout compris.

Le 19 mai prochain, le comité social de la sécurité sociale de Stockholm devrait décider, pour lutter contre l’extrémisme islamique, rien n’est mieux que d’offrir des logements, des emplois, la sécurité sociale et des aides financières aux djihadistes qui reviennent du front.

La stratégie du maire, dite « d’effort inclusif sur mesure » est que pour éviter de stigmatiser les terroristes qui reviennent vivre au pays, il faut leur offrir des conditions de vie honorables, « des offres d’emploi et d’autres possibilités dans le marché du travail, y compris une voie vers le plein emploi » ainsi que leur « offrir des logements dans leur période post-djihad ».

De plus, la municipalité considère qu’en intégrant ainsi les djihadistes, elle remplira une autre fonction : éviter les mouvements d’humeur islamophobes et, surtout, déconnecter ces jeunes aux yeux du public avec l’idée d’extrêmisme violent.

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

L’Association islamique et la mosquée Rinkeby-Kista ont applaudi la décision.

Plusieurs journalistes ont également noté que l’Association islamique, branche suédoise des Frères musulmans, n’est pas adaptée pour combattre l’idéologie djihadiste, et qu’il ne faut donc pas le lui réclamer, car la devise des Frères musulmans, qu’il convient de respecter comme pour l’UOIF en France est : « Allah est notre objectif, le Prophète est notre guide, le Coran est notre loi, le djihad est notre chemin, et la mort pour la gloire d’Allah notre plus haute aspiration. »

Je suis sûr que vous êtes aussi obtus que moi et que comme moi, vous ne comprenez pas la logique des politiciens suédois.

La voici, elle est très simple :

Pour la gauche suédoise, les terroristes sont des êtres humains comme les autres, même s’ils ont décapité, violé, commis des crimes horribles et des massacres de masse, et ils ont droit à la considération.

Ce qu’ils ont fait en Syrie ou en Irak, il est évident que jamais ils ne le feraient en Suède. Pourquoi ? Parce que dès qu’ils franchissent la frontière, ces monstres assoiffés du sang des Chrétiens, qui coupent des têtes d’enfants et les empalent sur un pieux, redeviennent instantanément des minorités victimes de l’oppression post-coloniale, des individus pacifiques, parfaitement respectueux des valeurs suédoises traditionnelles et de la démocratie…

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source : Speisa

http://www.dreuz.info/2015/05/stockholm-les-djihadistes-de-letat-islamique-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Mai - 01:40 (2015)    Sujet du message: DEVANT UNE FOULE HYPNOTISEE, ERDOGAN A PROMIS, SI L’AKP GAGNE L'ELECTION DU 6 JUIN 2015 (SON PARTI, L’AKP, EST DONNE GAGNANT AVEC 10 POINTS D'AVANCE SUR LE CHP), DE « RECONSTRUIRE LE CALIFAT OTTOMAN, DE CONQUERIR L'ESPAGNE ET JERUSALEM QUI APPARTIENT AUX Répondre en citant





DEVANT UNE FOULE HYPNOTISEE, ERDOGAN A PROMIS, SI L’AKP GAGNE L'ELECTION DU 6 JUIN 2015 (SON PARTI, L’AKP, EST DONNE GAGNANT AVEC 10 POINTS D'AVANCE SUR LE CHP), DE « RECONSTRUIRE LE CALIFAT OTTOMAN, DE CONQUERIR L'ESPAGNE ET JERUSALEM QUI APPARTIENT AUX ARABLES ET NON AUX JUIFS. »

VIDEO arabe : https://www.youtube.com/watch?v=yD5Uzrm2Cdo&hd=1

Personne ne sera surpris, l’AFP n’a pas reproduit le discours électoral prononcé par Erdogan, pourtant relayé par l’Agence d’information officielle turque Anadulu, l’équivalent de l’AFP et dont voici des extraits.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, s’exprimait hier vendredi 15 mai devant une foule immense, dans l’Etat de Erzincan au centre de la Turquie, et a déclaré :

« Malheureusement, nous les musulmans avons perdu notre objectif de nous diriger vers Jérusalem. L’eau de nos yeux a gelé et nous a rendu aveugles, et nos cœurs, qui étaient destinés à battre pour Jérusalem, sont maintenant conditionnés par les rivalités, et nous sommes dans un état de guerre les uns avec les autres ».

Le Président turc a appelé les citoyens réunis à «lever les mains en signe de supplication pour cette future nuit bénie pour Allah où la mosquée Al-Aqsa [Jérusalem] sera redétenue par les musulmans, ce qui supprimera la brume de leurs yeux, et leur permettra de ‘voir Jérusalem dans leur mains’ à chaque instant et à chaque occasion ».

Erdogan se réfère ensuite au voyage nocturne de Muhammad (Al-Isra’ Wal-Mi’raj) qui est « monté au ciel » :

«Quand vous mentionnez le mot ascension, la première chose qui vient à l’esprit est la mosquée de Jérusalem et Al-Aqsa «

Cet article vous a intéressé ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Erdogan annonce aussi qu’il veut l’Espagne.

Erdogan explique qu’il est un peu la réincarnation de Tariq Ziad Bin, le conquérant de l’Espagne, et Saladin, le conquérant de Jérusalem, deux dirigeants musulmans qui ont combattu la chrétienté.

Ces propos vous surprennent, quand de nombreux diplomates européens réclament l’entrée de la Turquie dans l’UE ?

Sachez qu’ils ne surprennent pas les Turcs.

Le Premier ministre Ahmed Davutoglu a récemment déclaré que «Jérusalem appartient aux musulmans, pas aux Juifs, » dans une critique contre le responsable politique de l’opposition démocratique, Salahuddin Dmirattash, qui déclarait :

“C’est la place Taksim d’Istanbul qui représente pour les travailleurs ce que la ville de Jérusalem représente pour les Juifs, et la Kaaba représente pour les Musulmans ». Une façon de déclarer que la Turquie ferait bien mieux de s’occuper du chômage et de l’économie plutôt que de poursuivre des rêves de conquête islamique.

Davutoglu lui répondit que Jérusalem appartient aux musulmans et non aux Juifs : «Jérusalem est notre maison et nous sommes tous de Jérusalem », et qu’il était n’était plus musulman :

«Saladin est un nom qui nous est très cher. Saladin était le commandant en chef de Jérusalem pour les Arabes, les Turcs et les Kurdes, et il est faux de déclarer qu’il n’est pas bon pour notre religion. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

http://www.dreuz.info/2015/05/exclu-dreuz-pour-gagner-lelection-generale-de…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 17 Mai - 03:44 (2015)    Sujet du message: RECEP TAYYIP ERDOGAN DENONCE LA PEINE DE MORT PRONONCEE A L'ENCONTRE DE MORSI / TURKEY: ERDOGAN CONDEMNS EGYPT DEATH PENALTY RULING AGAINST OUSTED MURSI Répondre en citant

RECEP TAYYIP ERDOGAN DENONCE LA PEINE DE MORT PRONONCEE A L'ENCONTRE DE MORSI



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=keyIeHcP4oo&hd=1

TURKEY: ERDOGAN CONDEMNS EGYPT DEATH PENALTY RULING AGAINST OUSTED MURSI




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=pCRmYA7K5M8&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 19 Mai - 05:40 (2015)    Sujet du message: DEPUIS QUAND LES ETATS-UNIS ET L'OTAN COMMANDITENT-ILS LE TERRORISME ? Répondre en citant

DEPUIS QUAND LES ETATS-UNIS ET L'OTAN COMMANDITENT-ILS LE TERRORISME ?

Par Alberto Rabilotta
Mondialisation.ca, 09 avril 2015
alai.net/elcorreo
Région : États-Unis
Thème: 11 sept. Guerre au terrorisme, Guerre USA OTAN



Semer la division et la haine, envenimer les disparités religieuses, linguistiques, culturelles, nationales et encourager le racisme sous toutes ses formes [1], est une très vieille recette qui a fait ses preuves en termes de domination et d’exploitation des peuples. En fait, le meilleur moyen de les conduire à la ruine, les affaiblir et les diviser dans le seul but de les asservir, les réduire en esclavage ou plus simplement les rayer de la carte au profit des intérêts colonialistes et impérialistes.

Pendant la Guerre Froide, cette politique fut pratiquée à l’encontre de l’Union Soviétique (URSS), de la Chine ou d’autres pays socialistes, et, malgré la chute de l’URSS et de l’espace socialiste européen, elle est toujours bien vivace.

En réalité, la guerre idéologique et les pratiques subversives de l’époque de la Guerre Froide ont été adaptées, il y a plus de quarante ans, aux objectifs d’hégémonie qu’ourdissait l’impérialisme des Etats-Unis d’Amérique et de leurs alliés de l’OTAN, au capitalisme que nous appelons aujourd’hui néolibéralisme, et depuis lors, affectent tous les pays et régions du monde qui s’opposent à l’hégémonie impérialiste.

C’est dans ce contexte que nous devons replacer le terrorisme, qu’il procède du fanatisme religieux ou de l’idéologie néonazie, et faire la preuve qu’il a contribué, et contribue toujours, à provoquer la destruction et le chaos dont l’impérialisme a besoin pour se propager ; c’est ce qui arrive quand il assassine des innocents en Irak, Syrie, Libye, au Pakistan ou au Yémen, ou lorsqu’il se retourne contre ses mentors politiques aux Etats-Unis, à Londres ou à Paris.

Le terrorisme servira toujours les objectifs politiques de l’impérialisme, parce que le simplisme du débat, la médiatisation outrancière et la répercussion mondiale de ces actes barbares dans les pays occidentaux, comme les récents attentats en France, mènent presque toujours à la justification de mesures politiques et sociales anti-démocratiques et répressives, comme on l’a vu aux Etats-Unis avec la « Loi Patriote » (Patriot Act), dont la teneur sera probablement intégrée aux projets déjà à l’étude au sein de l’Union Européenne.

Ces propos ne cherchent pas à proposer une théorie du complot, mais à résumer une de mes premières expériences journalistiques phares du début des années 70, sur laquelle je ne me suis exprimé qu’une fois, mais qui est restée, au cours de ces années, une clef importante à ma compréhension et analyse de la propagande et des objectifs politiques de l’impérialisme.

Je m’appuierai donc sur mes souvenirs, puisque mes archives papier ont disparu depuis longtemps et que je ne dispose pas de moyens suffisants pour aller à Moscou ou La Havane fouiller dans celles des journaux La Pravda ou Granma, où fut publiée l’information originelle.
L’appareil de propagande de l’OTAN se réunit discrètement à Montréal

En 1972, quand j’ai commencé à collaborer avec Prensa Latina et à écrire quelques papiers pour des journaux mexicains –El Día et Excélsior-, un collègue canadien m’apprit qu’une rencontre discrète des responsables de la politique d’information des radios ondes courtes de l’OTAN (Radio Europa Libre/Radio Libertad –REL/RL-, La Voz de las Américas –VOA -, etcétéra) aurait lieu dans un hôtel de Montréal.

C’est à cette occasion que devait être présentée « une nouvelle statégie » de lutte idéologique contre l’URSS et autres pays socialistes, mais aujourd’hui, on peut affirmer que les propos ou projets suggérés lors de ce rendez-vous ont amplifié, à l’échelle mondiale et dans tous les domaines, la lutte idéologique caractéristique de l’affrontement bi-polaire de la Guerre Froide.

Je me rendis donc à Montréal, très dubitatif quant à l’obtention d’une accréditation de presse, mais après un premier refus, et à ma grande surprise, on me la concéda finalement sur la foi d’une carte de « correspondant » du journal méxicain Excélsior.

La dite rencontre fut en réalité une longue énumération de présentations des responsables des lignes informatives et éditoriales de ces radios, en particulier de la VOA et de REL/RL, qui (pour employer un langage actuel) déterminèrent comment bâtir la trame et la crédibilité de la propagande contre l’URSS et le communisme, et de fait, contre tous les pays qui, à cette époque, réclamaient une réelle indépendance, un nouvel ordre économique mondial, et la fin du racisme et des discriminations raciales sous toutes leurs formes. Qui assumaient des positions anti-impérialistes et donc, étaient perçus comme des alliés de l’URSS.
Comment transformer religions et nationalismes en armes ?

La nouvelle offensive idéologique de l’empire, et le contenu de sa propagande, selon les idéologues de l’appareil propagandiste de l’OTAN, devaient atteindre des populations ciblées et s’y enraciner : les musulmans et les nationalistes radicaux de certaines régions d’ URSS et autres pays socialistes ; les sionistes juifs (les refusenik) russes qui voulaient émigrer en Israël et les catholiques conservateurs des pays de la Baltique, Pologne et autres.

Le but poursuivi, dans ces sociétés socialistes sécularisées était d’alimenter –pour ensuite financer et structurer – la « renaissance » des croyances et pratiques religieuses radicales afin qu’elles entrent en conflit ouvert avec la société et le pouvoir politique, et de provoquer des revendications ou des contradictions dans les sociétés ou régions où existaient des nationalismes susceptibles de déboucher sur des mouvements séparatistes, ce qui supposait, préalablement de créer des situations de confrontation civiles, policières et même militaires.
« Choc des civilisations » et néo-libéralisme

La graine du « choc des civilisations » [2] plantée par cette propagande de l’OTAN et relayée sans réserves par les toujours plus puissants médias du monde capitaliste, finit par justifier la naissance d’Al-Qaïda pour combattre les soviétiques et les afghans progressistes en Afghanistan, puis, avec la chute de l’URSS et de l’espace soviétique européen, fut grandement utilisée dans les Balkans pour la partition de l’ex Yougoslavie, ainsi que pour fomenter les attaques terroristes et le conflit en Tchétchénie, au Daguestan et dans d’autres régions de l’ex URSS, y compris récemment en Ukraine.

Etat officiellement athée, l’URSS était en réalité un Etat socialiste multinational et multiculturel où cohabitaient de nombreuses nationalités et religions, de l’orthodoxie chrétienne à la religion musulmane, en passant par la confession juive ou catholique, entre autres. Telle était la force apparente de l’internationalisme prolétaire, comme on disait à Moscou, mais aussi sa principale faiblesse aux yeux des décideurs impérialistes.

Néanmoins, il faut se rappeler que la confrontation générée par les ambitions impérialistes étasuniennes ne se résumait pas à la Guerre Froide entre Moscou et Washington, et qu’au Moyen-Orient ou en Asie prédominaient –au début des années 70 – des Etats séculaires, conséquence de la décolonisation et de la consolidation du mouvement des Pays Non-Alignés, où cohabitaient, sous des régimes politiques différents, des cultures, nationalités et religions des plus diverses.

En d’autres termes, la lutte contre les discriminations raciales de toutes sortes, y compris l’Apartheid sud-africain et le sionisme, était à son apogée ; ce dernier a d’ailleurs été développé dans la Résolution 3379 de l’Assemblée Générale de l’ONU, votée en novembre 1975, puis révoquée le 16 décembre 1991, par la Résolution 4866 de l’ONU, soit huit jours après la dissolution de l’URSS.

De même, dans la conjoncture historique, les pays Non-Alignés exigeaient-ils avec l’appui du camp socialiste, la création d’un « Nouvel Ordre Economique Mondial » qui mette fin aux injustes « termes d’échanges », et l’accès au développement socio-économique, s’escrimant à réclamer, devant l’UNESCO, un « Nouvel Ordre Mondial de l’Information et de la Communication », autant d’initiatives que l’impérialisme et ses alliés réussirent à museler.

Aujourd’hui, preuves à l’appui et avec le recul, il semble évident que c’est à la même époque que les Etats-Unis, leurs alliés européens et le Japon ont, depuis les cercles du pouvoir, lancé l’offensive pour justifier économiquement et politiquement le démantèlement de l’Etat providence (l’intervention étatique dans l’économie garantit un certain développement socio-économique), avec l’intention (devenue réalité dans les vingt dernières années) d’asservir complètement l’Etat aux intérêts capitalistes et de pouvoir ainsi revenir au libéralisme du 19ème siècle et aux bonnes vieilles pratiques impérialistes et colonialistes [3].

Vu sous un certain angle, le moment était particulièrement bien choisi pour que l’impérialisme et ses alliés de l’OTAN amplifient le contexte et la couverture géographique de la Guerre Froide, assurant la continuité du passage de la confrontation entre un système capitaliste-impérialiste et un système socialiste, à la mise en oeuvre de l’expansion impérialiste du système néolibéral qui était déjà « sur le feu ».

La création en 1973 de la Commission Trilatérale [4], sous l’égide de David Rockefeller, assisté de Zbigniew Brzezinsky, conseiller aux Affaires Etrangères du président démocrate James Carter, qui a servi de tremplin à la nouvelle offensive idéologique de l’empire et de l’OTAN, dans les plus hautes sphères, n’est en rien une coïncidence, pas plus que la présence dans le paysage de Samuel Huntington, l’ « intellectuel organique » de l’impérialisme et auteur de l’infâme ouvrage « Choc de civilisations ».

Les documents de la Commission Trilatérale, en particulier « The Crisis of Democracy », de 1975, devraient se lire à la lumière des évènements actuels et récents, pour établir, loin de toute théorie conspirationniste, que c’est à cette époque et assez ouvertement que se définirent les axes de l’offensive politique et idéologique de l’impérialisme voulant instaurer l’hégémonie dans sa phase néolibérale, y compris en liquidant la démocratie libérale avec un certain contenu réel dans les sociétés des pays du camp occidental, comme nous sommes en train d’en faire l’expérience.

Tout ceci explique aussi la continuité dans le temps de l’offensive idéologique et des politiques de sape des sociétés et de destruction des Etats de l’URSS comme du reste des pays socialistes, et actuellement de la Russie, la Chine et d’autres pays en voie de développement ou émergents qui pourraient faire barrage à l’hégémonie néolibérale.
Fanatiques et extrémistes transformés en « combattants de la liberté »

Si 1979 est bel et bien l’année du premier cas recensé où les Etats-Unis et leurs alliés formèrent, entraînèrent et changèrent les extrémistes islamiques en « combattants de la liberté », pour affronter les troupes soviétiques en Afghanistan mais aussi pour lutter contre les afghans progressistes, il s’écoula peu de temps avant qu’ils ne fomentent des opérations illégales impliquant les narcotrafiquants en Amérique Latine pour armer et financer les « combattants de la liberté » qui luttaient contre les sandinistes au Nicaragua, politique qui mena tout droit à la création des « cartels » du trafic de drogue et à l’augmentation de la criminalité, de la corruption et de la violence dans la région.

Depuis, des politiques similaires ont été menées dans des dizaines de pays d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique, très souvent avec l’aide et le financement de l’Arabie Saoudite, et le soutien d’Israël (comme ce fut le cas dans l’affaire de l’Irangate), ce qui vient confirmer que le plan diabolique de « diviser pour mieux régner », de détruire les Etats et les sociétés qui défendaient leur souveraineté nationale, fut appliqué de manière systématique tant par l’appareil de propagande des Etats-Unis et de l’OTAN que par leurs agences de subversion et d’espionnage.

Rien de nouveau ou de surprenant si nous gardons à l’esprit que depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, grâce à « l’Opération Gladio », les Etats-Unis et l’Otan ont conservé des contacts et des liens avec les forces ultranationalistes qui avaient appuyé ou participé aux divers régimes nazi-fascistes européens, et qui aujourd’hui opèrent dans les pays baltiques et en Ukraine –où ils contrôlent l’appareil de sécurité de l’Etat -, dans la politique d’affrontement avec la Russie.

André Vitchek souligne que « pour l’empire, l’existence et la popularité de dirigeants progressistes, marxistes, musulmans, aux commandes du Moyen-Orient ou d’une Indonésie riche en ressources, était proprement inacceptable. S’ils avaient pris l’habitude d’utiliser ces ressources naturelles pour améliorer la vie de leurs peuples, que serait-il resté à l’empire et à ses entreprises ? Cela devait être freiné par tous les moyens. L’Islam devait être divisé, infiltré par des leaders radicaux et anti-communistes, et par ceux que le bien-être de leur propre peuple n’intéresse en rien » [5].

Victoria Nuland, sous-secrétaire d’Etat à Washington, déclara publiquement [6] que cinq mille millions de dollars avaient été « investi » dans le « changement de régime » en Ukraine, et sans doute l’addition a-t-elle été encore plus lourde pour arriver à la partition de l’Etat multinational de Yougoslavie. Et, que dire du financement ou du soutien des pays de l’OTAN aux extrémistes et terroristes islamiques en Tchétchénie, et au Daguestan, qui se pavanaient dans toute l’Europe en tant que « combattants de la liberté » ? Ou des extrémistes islamiques reçus par les autorités politiques européennes et étasuniennes, financés et entraînés par leurs bons soins pour renverser les gouvernements en Libye et en Syrie, ainsi qu’une multitude d’autres exemples en Afrique qui resteront dans l’oubli ?
« On ne triomphe pas du fondamentalisme armes au poing »

En 1997 le grand penseur Edward Said donna une conférence [7] sur le thème de « choc de civilisations », dont je recommande vivement la lecture ou la relecture, et dont je me permets de reproduire ici un large extrait :
« Compte tenu de la déprimante réalité qui nous entoure et de l’existence de conflits interculturels et inter-ethniques, il me semble irresponsable de laisser entendre que nous autres, en Europe et aux Etats-Unis, devions préserver notre civilisation, ce qu’Huntington appelle l’Occident, en maintenant le reste du monde à distance et en attisant les conflits entre les peuples dans le seul but d’accroître notre domination. C’est, de fait, ce que soutient Huntington, et il est assez facile de comprendre pourquoi son essai a été publié par les Affaires Etrangères et la raison pour laquelle nombre de décideurs politiques se sont sentis attirés par lui, ce qui permet aux Etats-Unis d’Amérique de développer la mentalité de la Guerre Froide dans un contexte et avec un public différents. Une nouvelle mentalité ou conscience mondiale qui regarde les dangers auxquels nous sommes confrontés du point de vue de la race humaine dans son ensemble est beaucoup plus constructive et utile. Ces risques comprennent l’appauvrissement de la majeure partie de la population mondiale, la naissance de violents ressentis tribaux, nationalistes, ethniques et religieux en Bosnie, au Rwanda, au Liban, en Tchétchénie et ailleurs, la régression de l’alphabétisation et l’apparition d’un autre type d’analphabétisme dû aux médias électroniques, à la télévision et aux nouvelles autoroutes de l’information mondiale, ou à la fragmentation et la menace de disparition des grandes épopées de la libération et de la tolérance. Notre bien le plus précieux face à cette terrible transformation de l’histoire n’est pas l’émergence d’un sentiment d’affrontement mais d’une perception communautaire, de compréhension, de solidarité et d’espoir, l’antithèse parfaite de ce que prône Huntington ».

Et nous conclurons cet article sur une récente et profonde réflexion du philosophe Enrique Dussel [8] :
« les fondamentalismes (chrétien, comme celui de G. Bush ; islamique ou sioniste) sont la renaissance d’un concept de Dieu (ou polythéisme comme le qualifierait M. Weber) qui justifie une politique, une économie, une culture, une race, un genre, etcetera, de manière absolue, et utilise les armes au lieu d’arguments de raison, compréhensibles par l’interlocuteur (personne comme le fondamentalisme américain n’emploie les armes plutôt que le raisonnement : il prétend imposer la démocratie par la guerre au lieu d’argumenter à partir de la tradition de l’Autre, par exemple, avec les croyants de l’Islam à partir du Coran). On n’éradique pas le fondamentalisme par la force (ne pas oublier que c’est la CIA qui s’est chargée d’enseigner le maniement des armes à l’intégrisme islamique pour lutter contre l’Union Soviétique, en Afghanistan, et que nous subissons aujourd’hui des conséquences dont l’origine est tue), mais par le raisonnement et une conduite honnête (comme le professait Bartolomé de las Casas à propos de la conquête). Mais cela n’entre pas dans les considérations des intérêts de l’empire. On manipule la violence irrationnelle islamique pour justifier et accroître la violence irrationnelle du néolibéralisme politico-économique. La gauche intègre, au contraire, doit entreprendre une critique de la théologie comme faisant partie d’une critique de la politique libérale et de l’économie capitaliste, comme le faisait Karl Marx ».

Alberto Rabilotta

pour Alai-Amlatina et El Correo
Traduit de l’espagnol pour El Correo par : Florence Olier-Robine
El Correo. Paris, 19 janvier 2015.
Contrat Creative Commons
Cette création par http://www.elcorreo.eu.org est mise à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 3.0 Unported. Basée sur une œuvre de www.elcorreo.eu.org.
Alberto Rabilotta. Journaliste argentino-canadien depuis 1967. Au Mexique pour la « Milenio Diario de Mexico » Correspondant de Prensa Latina au Canada (1974). Directeur de Prensa Latina Canada, pour l’Amérique du Nord (1975-1986) Mexique, USA, Canada. Correspondant de l’Agence de Services Spéciaux d’Information, ALASEI, (1987-1990). Correspondant de l’Agencia de Noticias de México, NOTIMEX au Canada (1990-2009. Editorialiste sous de pseudonymes -Rodolfo Ara et Rocco Marotta- pour « Milenio Diario de Mexico » (2000-2010, Collaborateur d’ALAI, PL, El Correo, El Independiente et d’autres médias depuis 2009.


Notes

[1] « Le rôle du racisme dans l’offensive impérialiste » par Alberto Rabilotta. El Correo, le 26 mars 2014

[2] Des années plus tard, en lisant Samuel Huntington (« The Clash of Civilizations ? », Foreing Affairs, 1993), il est devenu clair pour moi que ce mélange de préjugés chargés de haine, reflétait assez bien ce que j’avais entendu à cette réunion des radios de l’OTAN à Montréal, et qui constituait le fondement de la politique suivie depuis cette époque par l’impérialisme et ses alliés.

[3] Samir Amin, « Capitalisme transnational ou Impérialisme collectif ? », Pambazuka News, 22 janvier 2011 ; Kari Polanyi Levitt, « The Power of Ideas » ; The Powell Memo de 1971

[4] « The Crisis of Democracy », Michel Crozier, Samuel Huntington y Joji Watanuki.

[5] « Empire Manufactures Muslim Monsters », por André Vltchek Novelista y cineasta, Vltchek ha cubierto guerras y conflictos en docenas de países. Recientemente publicó un libro con Noam Chomsky : « On Western Terrorism : From Hiroshima to Drone Warfare ».

[6] « Regime Change in Kiev » Victoria Nuland, 13 de diciembre de 2013.

[7] Edward Said, « Le Mythe du Choc des Civilisations », conférence à l’Université Columbia de New York en 1997 (Conf complète en traduction)

[8] Article complet : « La critique de la théologie devenue la critique de la politique ». El Correo, 21 janvier 2015

http://www.mondialisation.ca/depuis-quand-les-etats-unis-et-lotan-commandit…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 20 Mai - 00:31 (2015)    Sujet du message: LE PRODUCTEUR D'UN FILM DENONCANT LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET L'ETAT POLICIER RETROUVE MORT AVEC SA FAMILLE Répondre en citant

LE PRODUCTEUR D'UN FILM DENONCANT LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET L'ETAT POLICIER RETROUVE MORT AVEC SA FAMILLE



par Laurent Freeman - jan 22, 2015

C’est un producteur de film indépendant qui a été retrouvé mort avec sa famille, son épouse de 28 ans et sa fille de 5 ans. Officiellement, il se serait suicidé après avoir tué sa femme et sa fille, ce qui n’empêche pas les enquêteurs de trouver cette mort suspecte. Les questions autour de son décès tournent autour du film qu’il réalisait sur le « Nouvel Ordre Mondial » tel qu’il s’annoncerait, avec toute son horreur et sa violence.

Le véritable souci, c’est que si des films et des livres existent sur le sujet, un film réunissant un grand nombre de faits transposables dans la réalité, et qui puisse être compris par le plus grand nombre, cela n’est pas vraiment souhaité. Demandez aux masses de s’informer sur la mise en place du NWO, ils ne le feront pas, si on leur propose cela de manière « distrayante » via un film, ils seront des millions à le voir, et à pouvoir comparer le film et la réalité.

C’est typiquement le genre de fait divers qui pue au plus haut point. Bien sûr, la version qui prévaut à ce stade est que le père aurait tué sa famille et qu’il se serait donné la mort ensuite. Sauf que son entourage réfute un quelconque état dépressif et sachant la thématique ultra sensible sur laquelle travaillait ce producteur indépendant, cela ressemble fortement à une exécution pour le faire taire.

Ce type de méthode expéditive n’est pas une première et les assassins mandatés pour ces opérations en black op sont très doués pour maquiller leurs meurtres en suicides (rappelez-vous du cas de Aaron Swarz ou de Michael Hastings). D’ailleurs, la police qui enquête sur cette affaire la considère également suspecte. Lorsque vous verrez la bande-annonce, vous comprendrez que le scénario de ce film n’est pas réellement de la science fiction.

Voici la description du film par son auteur:

Le monde est sous la tourmente de la guerre, les catastrophes géologiques et l’effondrement économique, tandis que les Américains continuent de sombrer dans l’illusion de la sécurité et de l’immunité. Alors que les droits et libertés sont vendus en échange de la sécurité, le gouvernement fédéral, investi de pouvoir, commence à ôter systématiquement la liberté afin de parvenir à un nouvel ordre mondial. Les Américains, confinés dans les districts militarisées en quarantaine, deviennent une population sous contrôle tyrannique.

Exploitation de la peur, terrorisme, état policier, loi martiale, guerre, arrestation, détention, faim, oppression, violence, résistance, ce sont les nouveaux termes par lesquels les Américains définiront leur existence.

Le voisin se retourne contre son voisin lorsque le dollar plonge à zéro, les approvisionnements alimentaires sont épuisées, et tout le monde peut être soupçonné de terrorisme. Il y a des arrestations, des disparitions et des attaques biologiques.

Des exécutions publiques pour les dissidents présumés. Il y a même des rumeurs de camps de concentration sur le sol américain …Dans Gray State, la perpétuation de la liberté humaine sera mise à l’oeuvre ou annihilé.

GRAY STATE Official Concept Trailer #1



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Gy7FVXERKFE&hd=1

Source : www.cagou.com

Ce type de méthode expéditive n’est pas une première et les assassins mandatés pour ces opérations en black op sont très doués pour maquiller leurs meurtres en suicides (rappelez-vous du cas de Aaron Swarz ou de Michael Hastings). D’ailleurs, la police qui enquête sur cette affaire la considère également suspecte. Lorsque vous verrez la bande-annonce, vous comprendrez que le scénario de ce film n’est pas réellement de la science fiction.



Le monde est sous la tourmente de la guerre, les catastrophes géologiques et l’effondrement économique, tandis que les Américains continuent de sombrer dans l’illusion de la sécurité et de l’immunité. Alors que les droits et libertés sont vendus en échange de la sécurité, le gouvernement fédéral, investi de pouvoir, commence à ôter systématiquement la liberté afin de parvenir à un nouvel ordre mondial.

Les Américains, confinés dans les districts militarisées en quarantaine, deviennent une population sous contrôle tyrannique.

Exploitation de la peur, terrorisme, état policier, loi martiale, guerre, arrestation, détention, faim, oppression, violence, résistance, ce sont les nouveaux termes par lesquels les Américains définiront leur existence.





Le voisin se retourne contre son voisin lorsque le dollar plonge à zéro, les approvisionnements alimentaires sont épuisées, et tout le monde peut être soupçonné de terrorisme. Il y a des arrestations, des disparitions et des attaques biologiques.

Des exécutions publiques pour les dissidents présumés. Il y a même des rumeurs de camps de concentration sur le sol américain …Dans Gray State, la perpétuation de la liberté humaine sera mise à l’oeuvre ou annihilé.

Source : http://fawkes-news.blogspot.fr/2015/01/le-producteur-dun-film-denoncant-le.…

http://stopmensonges.com/le-producteur-dun-film-denoncant-le-nouvel-ordre-m…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 20 Mai - 04:03 (2015)    Sujet du message: JADE HELM 15 UPDATE MARTIAL LAW DRILLS ARE TERRORIZING COMMUNITIES Répondre en citant





JADE HELM 15 UPDATE MARTIAL LAW DRILLS ARE TERRORIZING COMMUNITIES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=MFCT34Kw8gE&hd=1

JADE HELM PERSONNEL ARE TERRORIZING SMALL TEXAS COMMUNITIES

Posted on May 17, 2015 by Dave Hodges

martial law boston 2

Below, are charts which will demonstrate that the American economy, and that of the world, is teetering on collapse. Martial law activities are increasing in size and intensity in preparation for the collapse. Communities, such as Big Spring, TX, are being terrorized by presumed Jade Helm personnel practicing their “stealth” intrusions as previously discussed in several articles.

After covering the Jade Helm fiasco for nearly two months, it is clear that as the economy falls, the threats posed by Jade Helm activities (i.e. political dissident extractions) will increase in a corresponding manner.
ECONOMIC FREE FALL

Not since the Great Depression has America witnessed a retail business free fall like the one we are witnessing today. The catastrophic economic conditions are eating through the final firewalls of protection. The collapse has already happened, the manifestation of this collapse could occur at any time. You could awaken tomorrow and find that your life savings is gone. Do you now understand why the courts have ruled that banks own your money when you deposit it? Isn’t it now painfully clear why your banking officials and UK banking officials practiced for a banking disaster on November 10, 2014?

The figures below demonstrate that a retail collapse is underway. This collapse will not occur in isolation. When the Targets go away, so will the banks who underwrite their operations. The truckers supporting these retailers will disappear as well. The lack of trucking resources and the inability to fund shipping on a large scale will lead to massive food shortages. Massive food shortages always degenerate into civil unrest. Civil unrest, on a national scale, requires military intervention. And this is where Jade Helm enters the picture. As the economy falls, the need for Jade Helm martial law enforcement will rise. (Editor’s Note: Numbers to left are expected store closings. Source.)

Read more : http://www.dcclothesline.com/2015/05/17/jade-helm-personnel-are-terrorizing…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 21 Mai - 05:00 (2015)    Sujet du message: TSARNAEV'S MOTHER SAYS SHE HOPES "FLAMES OF A TERRIFYING FIRE CONSUME US" Répondre en citant

TSARNAEV'S MOTHER SAYS SHE HOPES "FLAMES OF A TERRIFYING FIRE CONSUME US"



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=_8w0ynlSB_M


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 22 Mai - 02:36 (2015)    Sujet du message: 3 STAR GENERAL INFORMS GUARDSMEN ISIS TO ATTACK THIS AMERICAN CITY IN SEPTEMBER! Répondre en citant



RUMOR OF WAR

3 STAR GENERAL INFORMS GUARDSMEN ISIS TO ATTACK THIS AMERICAN CITY IN SEPTEMBER!

The Giver May 10, 2015



While soldiers from the 19D Cavalry Scouts in 2/104th Pennsylvania National Guard Stryker Unit were taking part in their once annual training exercises yesterday in Ft. Drum, New York, their actions were halted so they could attend a very important lecture, given by a very important man- a man who wore the rank of a three star General.

The General thanked them men and handful of women in attendance for their dedication to the country through their service, but also issued a very dire warning. The General warned of intel which points to an impending attack by the Islamic State in the city of Philadelphia in September, when the Pope will be visiting. It turns out that U.S. intelligence officials have garnered chatter that indicates the attack and everyone is to be ever-vigilant.

This information was obtained via a message from a man whose son is part of the unit who heard the General’s talk. The son texted his father, and the father got news to the watchdog group Operation Jade Helm And Beyond.

http://www.consciouslyenlightened.com/?p=1063


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:17 (2016)    Sujet du message: DICTATURE ISLAMO/FASCISTE MONDIALE - 4E REICH (PARTIE 2) - P.1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> TERREUR SUR LA TERRE/TERROR ON EARTH -> DICTATURE ISLAMO/FASCISTE MONDIALE 4e REICH - (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 377, 78, 79119, 120, 121  >
Page 78 sur 121

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com