LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

DICTATURE ISLAMO/FASCISTE MONDIALE - 4E REICH (PARTIE 2) - P.1
Aller à la page: <  1, 2, 3127, 128, 129136, 137, 138  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> TERREUR SUR LA TERRE/TERROR ON EARTH -> DICTATURE ISLAMO/FASCISTE MONDIALE 4e REICH - (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Ven 10 Mar - 02:17 (2017)    Sujet du message: GERMANY : FOUR AXE WIELDING TERRORISTS ON A TRAIN FULL OF PEOPLE Répondre en citant

GERMANY : FOUR AXE WIELDING TERRORISTS ON A TRAIN FULL OF PEOPLE



VIDEO  : https://www.youtube.com/watch?v=0wujlCOLSvw


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 10 Mar - 02:17 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Ven 10 Mar - 02:49 (2017)    Sujet du message: GERMANY WILL BECOME ISLAMIC STATE, SAYS MERKEL Répondre en citant

IMMIGRATION

GERMANY WILL BECOME ISLAMIC STATE, SAYS MERKEL


March 5, 2017 smith 0 Comments Germany, Islamic State, Merkel

Chancellor Angela Merkel said that Germans have failed to grasp how Muslim immigration has transformed their country and will have to come to terms with more mosques than churches throughout the countryside, according to the Frankfurter Allgemeine Zeitung daily.



“Our country is going to carry on changing, and integration is also a task for the society taking up the task of dealing with immigrants,” Ms. Merkel told the daily newspaper. “For years we’ve been deceiving ourselves about this Rolling Eyes . Mosques, for example, are going to be a more prominent part of our cities than they were before.”

Germany, with a population of 4-5 million Muslims, has been divided in recent weeks by a debate over remarks by the Bundesbank’s Thilo Sarrazin, who argued Turkish and Arab immigrants were failing to integrate and were swamping Germany with a higher birth rate.

The Chancellor’s remarks represent the first official acknowledgement that Germany, like other European countries, is destined to become a stronghold of Islam. She has admitted that the country will soon become a stronghold.

In France, 30% of children age 20 years and below are Muslims. The ratio in Paris and Marseille has soared to 45%. In southern France, there are more mosques than churches.



The situation within the United Kingdom is not much different. In the last 30 years, the Muslim population there has climbed from 82,000 to 2.5 million. Presently, there are over 1000 mosques throughout Great Britain – – many of which were converted from churches.

In Belgium, 50% of the newborns are Muslims and reportedly its Islamic population hovers around 25%. A similar statistic holds true for The Netherlands.

It’s the same story in Russia where one in five inhabitants is a Muslim.

Muammar Gaddafi once stated that “There are signs that Allah will grant victory to Islam in Europe without sword, without gun, without conquest. We don’t need terrorists; we don’t need homicide bombers. The 50 plus million Muslims (in Europe) will turn it into the Muslim Continent within a few decades.”

The numbers support him.

source: siotw

http://smithssite.com/2017/03/05/germany-will-become-islamic-state-says-mer…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Ven 10 Mar - 02:58 (2017)    Sujet du message: REFUGIES : MGR TOMASI VISITE DES CAMPS AU LIBAN, EN JORDANIE, EN IRAK ET EN GRECE Répondre en citant

REFUGIES : MGR TOMASI VISITE DES CAMPS AU LIBAN, EN JORDANIE, EN IRAK ET EN GRECE  

Vos tyrans qui ont permis que vous soyez dans des camps et qui vous ont dépouillé de tout, se déguisant en bon berger pour annoncer "leur" Parole de Dieu et de la "Sainte Vierge" vous tendant les bras à tous!!!

Un message d’espérance de la part de l’Eglise

9 mars 2017Anne Kurian Rome


Mgr Tomasi dans des camps de réfugiés, Moyen-Orient © Radio Vatican

Mgr Silvano Maria Tomasi s’est récemment rendu au Liban, en Jordanie, en Irak et en Grèce, pour apporter la proximité de l’Église dans les camps de réfugiés. Avant la visite d’une durée de 10 jours, il en a informé le pape François, a indiqué Radio Vatican en italien le 9 mars 2017.

L’ancien représentant du Saint-Siège à l’ONU à Genève collabore au sein de la Section Migrants et réfugiés du Dicastère pour le service du Développement humain intégral, où il a donné un compte-rendu de cette expérience. Il était accompagné dans ce voyage par le cardinal américain Roger Mahony.

« Cela a été un pèlerinage humain de rencontre avec les réfugiés de Syrie, les travailleuses domestiques d’Éthiopie et des Philippines, les réfugiés d’Irak, spécialement les chrétiens de la Plaine de Ninive », a-t-il confié à l’antenne de la radio vaticane. Les réfugiés, de toutes religions confondues, étaient très reconnaissants au pape pour son soutien constant, a-t-il assuré.

Déplorant « les souffrances humaines immenses » des réfugiés, Mgr Tomasi a précisé que cette visite « voulait être un message d’espérance » : « nous ne devons pas avoir peur de notre frère qui souffre ».

Pour l’archevêque, il ne suffit pas de fournir des aides humanitaires : « nous devons aller à la racine de ces problèmes » et ne pas user de la violence « comme d’un moyen pour apporter une solution au problème ».

Avec une traduction de Constance Roques

https://fr.zenit.org/articles/moyen-orient-mgr-tomasi-visite-des-camps-de-refugies-au-liban-en-jordanie-en-irak-et-en-grece/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Dim 12 Mar - 02:05 (2017)    Sujet du message: YEMEN : LE REGAIN DES COMBATS A CAUSE LE DEPLACEMENT DE DIZAINES DE MILLIERS DE PERSONNES, SELON LE HCR / As fresh violence in Yemen sends thousands fleeing their homes, UN agency urges support Répondre en citant

DELOCALISATION - CAMP DE REFUGIE + CONSPIRATION???

YEMEN : LE REGAIN DES COMBATS A CAUSE LE DEPLACEMENT DE DIZAINES DE MILLIERS DE PERSONNES, SELON LE HCR

ENGLISH : As fresh violence in Yemen sends thousands fleeing their homes, UN agency urges support
http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=56333



Des personnes déplacées de Mokha, dans le gouvernorat de Taëz, reçoivent une assistance du HCR à Bayt al Faqih, dans le gouvernorat d’Hudaydah.
 Photo HCR/Shabia Mantoo

10 mars 2017 – Le regain d'hostilités à travers l'ouest et le centre du Yémen a forcé des dizaines de milliers de personnes à fuir leurs domiciles, beaucoup d'entre elles se trouvant confrontées à des conditions de vie désastreuses, a indiqué vendredi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Plus de 62.000 personnes auraient été déplacées au cours des six dernières semaines », a déclaré un porte-parole du HCR, William Spindler, lors d'un point de presse à Genève.

Sur la côte ouest du Yémen, les récents combats dans le gouvernorat de Taëz ont causé le déplacement de plus de 48.400 personnes. La majorité (35.200 personnes) a fui à l'intérieur du gouvernorat de Taëz ou vers Hudaydah (9. 800 personnes). Beaucoup d'autres ont également été déplacées vers les gouvernorats voisins d'Ibb (1.000 personnes), Aden (900 personnes), et, en plus petits nombres, vers Al Dhale'e, Lahej, Abyan et Shabwah.


« La plupart des personnes déplacées ont un besoin urgent d'assistance et ont trouvé refuge dans des espaces communaux et publics, y compris des écoles et des établissements de santé, tandis que d'autres vivent dans des bâtiments inachevés. Un certain nombre de personnes déplacées, dont de nombreux enfants, souffriraient de malnutrition, tandis que d'autres sont en situation de détresse et ont besoin d'une assistance psychosociale », a dit M. Spindler.

Le HCR et ses partenaires ont rapidement répondu aux besoins des personnes nouvellement déplacées du gouvernorat de Taëz, y compris en fournissant des abris et d'articles de secours à ceux qui arrivent dans les gouvernorats de Hudaydah et d'Ibb.

L'aide humanitaire du HCR (matelas, couvertures, ustensiles de cuisine et seaux) a atteint jusqu'à présent plus de 14.000 personnes, tandis que des kits d'abris d'urgence et des tentes ont été fournis pour couvrir les besoins de plus de 18.000 personnes. Des distributions supplémentaires sont prévues, ce qui aidera plus de 3.800 personnes nouvellement déplacées.

Dans le centre du Yémen, un regain des combats dans le gouvernorat de Dhamar, proche de la capitale Sana'a, a causé le déplacement de milliers de personnes. Beaucoup de personnes déplacées ont maintenant un besoin urgent de nourriture, d'abris et de médicaments et manquent d'installations adéquates pour l'approvisionnement en eau et l'assainissement.

« Alors que le soutien international à l'action humanitaire au Yémen est insuffisant, le HCR s'inquiète de sa capacité à répondre aux nouveaux déplacements à travers le Yémen. Il y a actuellement 2 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays et 1 million de déplacés internes qui sont retournés provisoirement dans leurs lieux d'origine », a souligné William Spindler. « Pour répondre à leurs besoins et répondre aux nouvelles vagues de déplacement au Yémen, le HCR appelle à un plus grand soutien international ».

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=39109


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Dim 12 Mar - 20:50 (2017)    Sujet du message: SECOND DAY MACHETE ATTACK IN DUSSELDORF HOURS AFTER AXE RAMPAGE AT CITY STATION AN 80-YEAR-OLD MAN HAS BEEN ATTACKED WITH A MACHETE IN DUSSELDORF, JUST HOURS AFTER A KOSOVAN WENT ON A RAMPAGE WITH AN AXE IN THE GERMAN CITY'S RAILLWAY STATION. Répondre en citant




NEXT STEP - HELL ON EARTH -
GLOBAL INTERRELIGIOUS GENOCIDE  - KILLERS WITH MACHETE - CONTROL OPPOSITION PEGIDA - DESTRUCTION AND CHAOS

SECOND DAY MACHETE ATTACK IN DUSSELDORF HOURS AFTER AXE RAMPAGE AT CITY STATION AN 80-YEAR-OLD MAN HAS BEEN ATTACKED WITH A MACHETE IN DUSSELDORF, JUST HOURS AFTER A KOSOVAN WENT ON A RAMPAGE WITH AN AXE IN THE GERMAN CITY'S RAILLWAY STATION.

Also begin in USA and Belgium

Article : Germany biker gangs are defending the honor of German women by beating the living hell out of ‘muslim’ refugees
http://www.jewsnews.co.il/2016/01/16/germany-biker-gangs-are-defending-the-honor-of-german-women-by-beating-the-living-hell-out-of-muslim-refugees.html

WHAT'S TAKING PLACE IN ALL COUNTRIES - EXEMPLE


Article : January 2014 - CENTRAL AFRICAN REPUBLIC (CAR) CHRISTIANS, LIKE THE BUDDHISTS IN MYANMAR, ARE FIGHTING BACK AGAINST THE MUSLIM FASCISTS, AND WINNING!
http://www.barenakedislam.com/2014/01/20/central-african-republic-car-christians-like-the-buddhists-in-myanmar-are-fighting-back-against-the-muslim-fascistsand-winning/

-----

By Rebecca Perring
 
PUBLISHED: 13:26, Fri, Mar 10, 2017 | UPDATED: 16:05, Fri, Mar 10, 2017

 manhunt has been launched for a man who is on the loose following the attack in a forest, according to reports.

Teachers and pupils in a nearby school, Theodor-Fliedner-Gymnasium, have been told to stay inside.

The victim has been rushed to hospital and police say the injuries are not life threatening.


GETTY
Armed police patrol Dusseldorf Station

+ VIDEO : http://www.express.co.uk/news/world/777539/Dusseldorf-machete-attack-railwa…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Mar - 00:32 (2017)    Sujet du message: SHOCKING - FBI DIRECTOR COMEY PROCLAIMS AMERICANS AMERICANS DESERVE NO PRIVACY, GOVT OWNS EVEN YOUR THOUGHTS Répondre en citant



SHOCKING - FBI DIRECTOR COMEY PROCLAIMS AMERICANS AMERICANS DESERVE NO PRIVACY, GOVT OWNS EVEN YOUR THOUGHTS

 


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=jUxwG2ZagTk

Ajoutée le 8 mars 2017

FBI Director James Comey took the liberty of rewriting the United States Constitution and completely dismantling the Fourth Amendment during a speech Wednesday at Boston College on cyber security.

Comey’s incredulous claims that even the US government owns the thoughts and memories of its citizens were absolutely disgraceful and proves he is unfit for any office in a free society. Comey fabricated a tale that the founding fathers “struck a bargain” and in return for freedom, law enforcement is allowed to invade privacy at will. Really? The founding fathers of Russia?

http://truepundit.com/shock-video-fbi...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Mar - 16:59 (2017)    Sujet du message: DEPUIS ALEP, LETTRE OUVERTE A FRANCOIS HOLANDE, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, POUR LA PAIX / From Aleppo, open letter to François Hollande, President of the French Republic Répondre en citant

GUERRE -WAR

DEPUIS ALEP, LETTRE OUVERTE A FRANCOIS HOLANDE, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE FRANCAISE, POUR LA PAIX



Pierre Le Corf·dimanche 22 janvier 2017


PIERRE LE CORF : la vérité sur LA SYRIE, LA FRANCE ET LES RÉFUGIÉS [ALEP 1.03.17]
 


Ajoutée le 7 mars 2017


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=1QtfI3H2oZ0


ENGLISH : From Aleppo, open letter to François Hollande, President of the French Republic
https://www.facebook.com/notes/pierre-le-corf/from-aleppo-open-letter-to-fr…

ENGLISH : Short translation

From Aleppo I share few words and I read this letter that I wrote to the President Hollande, for those who do not like to read.I don't like to play activists who break open doors but the lie is too big and I confess I have a hard time digesting it, not after everything I've and everybody here have seen and experienced. We hang on here and keep doing our best, day after day to improve life and hope. I have 150 kids and families with me at this moment, when I watch them living, laughing, it erases everything else, but this fight is for them and I do not want us to destroy everything they believe in, and even if it is not me who will change the world nor am I there to convince you, I hope at least to push you to think with your hearts, to ask you the right questions and to be those who by the number can change things

The letter to the President and the testimonies https://www.facebook.com/notes/pierre-le-corf/from-aleppo-open-letter-to-françois-hollande-president-of-the-french-republic/10154834279138828

We will say that it is a video, which, at worst, like the letter, like all the testimonies of Syrians, media, will serve as archives for the passing time. Now Aleppo has been almost totally erased from the medias, but life and war continue here even if it does not make headlines anymore when you open your newspapers in the morning in the subway. People continue to suffer from the situation we have built.

No one has consulted us about the sanctions against the Syrian people and the financing of armed groups. If you are revolted for 500 000 € of fictitious employment for this one or that one I can not understand how, if not the bulimia of information, you can not be revolted for billions stollen to make a war, to destabilize the country of those whom you now find front of your doors, in your streets. They are now part of your dailies, it is not just to give them food, give them a roof, heat, they had all of this already, give them the opportunity to rebuild, give them peace

-----



Qui que vous soyez, je vous dédie ce message ainsi qu’à toute personne susceptible de prendre des décisions, apporter leur goutte d’eau, qui fassent de la paix, de la population civile, une priorité.

Merci à mes amis pour leurs traductions. Télécharger le PDF en cliquant ici https://drive.google.com/file/d/0ByX4EUCapbF6YS04TThuaThZdVU/view?usp=drive… .

Lire la lettre en
English - العربية - German - русский - Spanish - Italian - עברית :

Pierre Le Corf Humanitaire Français expatrié à Alep, Syrie. 

Association / We Are Superheroes
Lettre également remise en mains propres du Président.Monsieur le Président de la République Française, François Hollande en copie aux candidats à
l’élection présidentielle.

Michelle Alliot Marie
Monsieur le Président,

Aujourd’hui, je remets en question les valeurs avec lesquelles j’ai grandi, les valeurs d’un pays que j’aime, mon pays, la France. Je m’adresse à vous en tant que citoyen français arrivé sans idées préconçues en territoire syrien, vivant à Alep Ouest, redevenue Alep, et ce, en qualité d’humanitaire politiquement neutre, depuis environ un an. L’exercice est difficile, non seulement parce que je suis le seul Français à vivre ici, ce qui me place en ligne de mire avec un témoignage à contre-courant, mais aussi de par la difficulté de témoigner de ce que nous avons vécu ici qui défiait parfois l’horreur. Je suis témoin d'un massacre et d'une situation humanitaire catastrophique dont nous sommes les acteurs et en partie commanditaires, en soutenant le terrorisme. Je vous dédie ce message ainsi qu’à toute personne susceptible de prendre des décisions qui fassent de la paix, de la population civile, une priorité.

Tous les jours j’ai dû affronter la mort, comme tout un chacun dans cette ville et la mission que je me suis donnée, m’a amené à visiter des familles qui résidaient au plus près de ceux que nous décrivons comme des « opposants » depuis le début du conflit. Personnellement, je n’ai pu observer que des drapeaux noirs, photos à l’appui, sur toutes les lignes de front, signe de ralliement des groupes que nous combattons depuis de nombreuses années en France.

La population est aujourd’hui unie, non pour combattre le gouvernement, mais pour combattre les groupes de djihadistes quels que soient les titres que nous pouvons leur donner pour « modérer » leurs actions et leur raison d’être. Ces groupes armés se font appeler Al-jaïch al-hour (Armée Syrienne Libre ou ASL), Jabhat al-Nosra (ou aussi nommé Fatah al-Cham, branche d’Al-Qaïda), Jaïch al-Islam, Harakat Nour al-Din al-Zenki, Brigade Sultan Mourad, etc. Certes, il existe une opposition anti-gouvernementale comme c’est le cas pour tout gouvernement, une opposition plus ou moins pacifique, mais elle est réellement minoritaire.

Depuis le début et jusqu’aujourd’hui, la quasi-totalité des forces sur place, qui continuent de bombarder Alep, sont celles des combattants armés appartenant à des groupes terroristes prêts à tout.

J’utilise le terme « terroriste » car il n’y a pas de rebelles à Alep, tout du moins rien qui permette de les considérer comme tels. Il est irresponsable de continuer à jouer avec les mots en préférant les désigner ainsi, en Syrie, alors que nous les classons dans la liste des organisations terroristes en France. Les combattants ont été évacués avec leurs armes individuelles par accord avec le gouvernement et sont « tous » partis à Idlib qui est quasi uniquement occupé par divers groupes armés et leurs familles. Malheureusement, nombre d’entre eux sont revenus en bordure d’Alep et ont repris les bombardements sur les civils et les attaques suicides, ici comme partout en Syrie.

Tout ce que j’avance, je suis à même de le documenter. Je m’y emploie tous les jours, depuis des mois, en fonction de ce que la guerre me permet, en recueillant les témoignages de civils par vidéos et par écrits, indépendamment de leur religion et de leur option politique et en l’absence de militaires ou de membres du gouvernement. Des témoignages que je publie et transmets, ponctuellement, à une commission d’enquête des Nations Unies chargée d’étudier les attaques et crimes de “l’opposition” , tout en essayant de la mettre en contact avec des témoins.

On a focalisé l’attention de l’opinion publique sur les bombardements de zones minoritairement opposantes mais majoritairement terroristes où mourraient tous les jours des civils, sans jamais préciser que la majorité des civils de l’Est d’Alep ne pouvaient s’échapper car retenue par les combattants. C’est en empruntant les récents couloirs humanitaires organisés par les Russes et les Syriens (couloirs indiqués 1 à 2 jours plus tôt, avec précision des heures d’ouverture, par un envoi groupé de messages téléphoniques à tous les propriétaires de mobiles sur les réseaux syriens MTN / SYRIATEL, dont le mien.) que de nombreux civils ont été abattus pour avoir essayé de s’échapper par des groupes armés qui le leur interdisaient. Heureusement que plusieurs milliers de civils ont réussi à fuir en dehors de ces couloirs, parfois via des zones minées.

Rares sont les médias qui ont précisé que ces civils étaient des boucliers humains, ce que les témoignages confirment. Ils ont souvent préféré les décrire comme pris entre les feux d’un combat opposant des combattants révolutionnaires à leur gouvernement, lequel gouvernement défendait son peuple contre des djihadistes dont la majorité sont des mercenaires étrangers entrés en Syrie, puissamment armés, fanatiques pour qui la vie humaine a peu d’importance. Pour ne parler que d’Alep, venus envahir les périphéries et le centre ville, bombardant au quotidien la population de l’Ouest, s’octroyant le droit d’assassiner les civils à l’Est pour un oui ou un non.

Les groupes armés présents sur le terrain n’ont jamais témoigné de leur « prétendue modération » envers la population. J’ai constaté par moi-même que les combattants disposaient d’armes et de munitions provenant de plusieurs pays, nombre de ces munitions étant de fabrication française, américaine, anglaise, saoudienne etc. Des armes utilisées quotidiennement contre la population civile de l’Est et de l’Ouest, que ce soit par des groupes reconnus terroristes ou que ce soit par des groupes rangés sous la bannière de la prétendue Armée Syrienne Libre, en majorité constituée de jihadistes que nous essayons de faire passer pour des combattants de la liberté.

Ils tiraient sur l’Ouest depuis les zones les plus peuplées de L’Est, parfois depuis les hôpitaux pour limiter les tirs retours. Il n’empêche que des combats s’enclenchaient entre les groupes armés et l’Armée syrienne. Je tiens mes témoignages de civils de l’Est ayant survécu à ces combats et dont je m’occupe comme d’autres organisations internationales présentes ici. Alep Est comptait 120 000 personnes prises dans les combats (dont environ 15 à 20 000 combattants) correspondant aussi en grande partie à de nombreuses familles qui ont refusé d’abandonner leurs maisons de peur qu’elles ne soient occupées, détruites ou pillées. En Syrie, peu d’habitants sont locataires. Il faut du temps pour devenir propriétaire de son logement, mais c’est culturel, car la maison est le symbole de la famille. Le point essentiel est que nous avons occulté une réalité, celle de 1 300 000 Syriens de toutes les confessions vivant à l’Ouest et essayant, malgré la mort omniprésente, de maintenir le fonctionnement de leurs institutions et d’envoyer leurs enfants à l’École ou à l’Université. Nous les avons effacés dans un objectif politique, du fait qu’ils vivaient dans une zone contrôlée par le gouvernement syrien. Ce faisant, nous avons occulté dix fois la population de l’Est, et, dans les deux cas, nous l’avons fait au nom d’une minorité dont la cause n’engage qu’eux.

Il n'y a pas un seul jour où nous n'avons pas été victimes de tirs de snipers ou d’attaques aux mortiers, balles explosives, vraies roquettes ou bonbonnes de gaz et chaudières à eau montées en roquettes, etc. sur les rues, habitations, hôpitaux, écoles. Il n’y a pas un seul jour où des dizaines de personnes ne sont pars mortes, n’ont pas été évacuées dans un état critique vers les hôpitaux surpeuplés par les attaques continuelles, alors qu’il n’y avait pas d’armée dans la ville à part quelques checkpoints ; armée et miliciens protégeant les lignes de front. Tous les jours, des adultes, des enfants, des familles ont été broyés par toutes sortes de projectiles. Si je m’exprime comme un Syrien c’est pour avoir été confronté à cette guerre au quotidien. J’ai de la chance d’être encore en vie car Alep était comme un champ de bataille, les roquettes ne prévenaient pas. Etant secouriste j’ai essayé de sauver des vies, je n’ai pas toujours pu y arriver, les gens avaient les jambes, bras, morceaux de corps arrachés, fondus, brûlés … Je n’ai plus les mots justes pour décrire ce que la population a vécu ici, c’est très dur à partager, j’ai vu trop de gens mourir et on se demandait sincèrement chaque jour si nous allions pouvoir rester en vie.

J’ai continuellement été à la rencontre des civils déplacés à l’intérieur du pays. Leurs témoignages sont sans appel. À l’est d’Alep, la loi de la charia régnait à travers des « tribunaux Islamiques » sommaires, constitués par des combattants et des Cheikhs s’autorisant, en fonction des fatwas (décrets religieux) d’emprisonner, de torturer, de marier des enfants et d’exécuter qui bon leur semblait. Après la libération d’Alep Est, il s’est avéré que les terroristes disposaient aussi d’un énorme stock de nourriture. J’ai vu des amoncellements de colis humanitaires pouvant suffire à un an de siège. Les familles témoignent de leur impossibilité d’en profiter et de la famine endurée du fait du siège de l’armée mais, surtout, du monopole des tarifs ou trocs prohibitifs pratiqués par les groupes armés, allant jusqu’à 50 fois le prix normal. Ceux qui acceptaient de combattre de leur côté bénéficiaient d’un traitement de faveur. En revanche, comme me l’ont dit récemment certains de leurs sympathisants restés à l’Est: « Nous n’aimons pas ce gouvernement, mais si quelqu’un critique les combattants de l’ASL ou d’autres groupes, ils le tuent. Elle est où la liberté ? ».

Infrastructures, hôpitaux, écoles étaient partiellement utilisés par ces groupes comme quartiers généraux qui leur servaient aussi de prison et d’entrepôts pour leurs armes. Dans une de ces écoles, j’ai pu constater qu’ils fabriquaient des armes chimiques avec des produits importés de différents pays. Et, ces derniers mois, suite au pire des combats, j’ai assisté à l’arrivée de blessés à la chlorine dont la peau brûlait littéralement. À l’Est, les hôpitaux soignaient principalement les combattants et leurs familles, ou ceux qui pouvaient payer. Là aussi, après la libération d’Alep, j’ai constaté par moi-même les tonnes de médicaments et deux hôpitaux qui restaient pourtant fonctionnels pour une zone de guerre malgré leurs façades et certaines zones partiellement atteintes, ceux-là même qui avaient été annoncés plusieurs fois entièrement détruits.

Les « Casques blancs », que le gouvernement français a financé entre autres et que nous avons reçus à l’Elysée sont, pour un grand nombre d’entre eux, secouristes le jour et terroristes la nuit, et vice-versa ; Ils ont prêté allégeance à Jabhat al-Nosra (Al-Qaïda), comme le prouvent les documents retrouvés après leur départ et comme en témoignent les habitants.

Selon les témoignages, la majorité de leurs équipes portaient d’abord secours aux combattants puis, éventuellement, aux civils. La particularité étant que chaque équipe avait un cameraman, et qu’ils aidaient ces derniers tant que la caméra tournait. Beaucoup de civils m’ont dit que de nombreuses personnes sont restées sous les décombres sans aide, car ils refusaient de s’y rendre. D’autres m’ont affirmé qu’ils mettaient en scène des attaques, de faux bombardements avec de faux blessés et de fausses interventions. Notre gouvernement finance également des associations comme « Syria Charity », porteuse du drapeau à 3 étoiles, laquelle s’appelait initialement « ligue pour une Syrie libre », appellation qui figure toujours dans ses comptes rendus. Bien qu’apportant une aide humanitaire, une association qui a dépassé la ligne rouge en participant à une guerre d’opinion pour justifier le renversement du gouvernement en cachant la réalité du terrain, leur proximité des groupes armés (leur présence aussi, soigneusement effacée de toutes les vidéos) et apportant un soutien médical constant aux djihadistes.

De nombreuses associations et organisations humanitaires Françaises et internationales en zones « rebelles », ont fait plus de mal que de bien en instrumentalisant la souffrance de la population en manipulant l’opinion au nom d’une cause et de donations orientées, elles ont elles aussi pris la population civile en otage, permettant à cette guerre de continuer en la « légitimant » de manière malhonnête, permettant aux combats de perdurer, à la mort de rester un quotidien.

Nous avons d’ailleurs placé quelques heures le drapeau syrien à trois étoiles à l’Elysée, le temps de recevoir le (faux) maire d’Alep avec les honneurs, homme qui n’a jamais élu par le peuple Syrien, qui ne vient pas d’Alep mais reconnu et élu par les leaders de groupes djihadistes ainsi que quelques partisans et étrangers.

Ce drapeau n’a plus le sens de la liberté en Syrie, ici il est un symbole de mort au quotidien, car désormais associé à l’ASL, un conglomérat de groupes terroristes au plus proche Al-Qaïda qui ne prônent la démocratie que devant les médias et que nous soutenons. Nous ne devons surtout pas confondre le mouvement citoyen en 2011 et ceux qui s’en sont servi, ici et partout dans le monde, pour créer cette guerre.

Oui, beaucoup de gens sont morts. Aucune guerre n’est juste, je ne suis pas là pour nier ou défendre la violence extrême des bombardements sur Alep Est pour permettre non pas sa chute, mais sa libération. C’est une réalité.

Une autre réalité est que mis à part des enfants blessés, des bombes ou des cris, nous avons effacé la présence des groupes armés mais surtout effacés les civils, la vie. Nous les avons privés de voix laissant les gens déduire la situation à partir de leurs propres émotions face à une situation continuellement illustrée de manière catastrophique, utilisant le plus souvent des enfants. Comment remettre en question ce qui se passe ici, quels que soient les arguments et preuves proposées quand on vous montre une situation où on vous fait croire que toute la Syrie est à feu et à sang de manière unilatérale à cause de son gouvernement ? Que tout ce qui se passe ici et qui ne correspond pas à cette image est de la propagande ? Que la priorité est d’imposer des « no-fly » zones ; lesquelles, grâce à Dieu, ne sont jamais arrivées. Oui, elles auraient pérennisé le conflit, augmenté le nombre de morts et auraient permis aux groupes armés de prendre Alep, au lieu de la libérer de la guerre et de la mort. Les gens qui se sont échappés de l’Est ont vécu l’enfer mais vivent leur arrivée ici comme une libération pour la majorité d’entre eux, non une déportation puisque la plupart sont retournés chez eux maintenant. Personne n’a souligné que près de 85% des civils sont venus se réfugier librement du côté Ouest d’Alep, côté gouvernemental, alors que des bus étaient affrétés pour Idlib emmenant combattants et civils volontaires.

La « légitimité» » ainsi accordée à ces groupes ainsi qu’à leur cause par les médias et les soutiens extérieurs leur a permis des avancées critiques autour de la ville, forçant des centaines de milliers de personnes à abandonner leurs maisons. Je me souviens que pendant des semaines entières nous dormions habillés, les sacs prêts à côté du lit, les terroristes et combats étaient tellement proches que parfois les balles traversaient les rues et que, plus ils avançaient leurs positions, plus je pouvais les entendre hurler « Allah Akbar » avant et après le tir de chaque mortier sur la ville.

Quel que soient les pays où ils ont été utilisés, les vidéos et contenus créés par les combattants et partisans, parfois montés de toute pièce, ont été diffusés en prime time par nos médias, instrumentalisant la mort et la souffrance des gens vivant au milieu des combats, l’amour et la compassion de ceux qui regardaient ces images. Comme ces groupes armés fanatiques, nous avons vendu tellement de peur que personne ne s’est rendu compte que ces contenus avaient tous une visée et étaient créés en conséquence, sans jamais donner une voix aux civils concernés, sinon à des partisans ou terroristes (je précise que les civils pouvaient difficilement s’offrir du pain, alors une caméra et surtout un réseau internet 3G c’était le bout du monde, coutant l’équivalent de 5 kilos de viande). À défaut d’avoir le nombre de combattants pour détruire le gouvernement, nous avons complété notre impact sur le conflit en jouant sur les sentiments pour influencer l’opinion publique et son consentement tacite dans ce conflit.

Du côté Ouest, documenter en temps réel la situation n’a jamais été un réflexe pour quiconque, car c’était trop dangereux, de plus, les informations ne sortaient pas de la Syrie. Faire un « live Facebook » ou publier un reportage montrant les lieux des attaques leur permettaient de préciser, réajuster leurs tirs et de viser les zones denses. Dans un double discours et sur leur propre chaine de télévision ici en Syrie « Free Syrian Army *** », d’un côté ils parlaient de soi-disant venir libérer la population, et, d’un autre côté, ils présentaient ces attaques comme des punitions, nous, « infidèles vivant du côté de Bachar Al Assad ». Cette chaîne de télévision est accessible par n’importe qui ici. A la libération, les reportages des Russes comme les témoignages des Syriens sous l’occupation terroristes ont été immédiatement qualifié de propagande, de sorte à décrédibiliser tout ce qui pourrait émerger de la Syrie elle-même, de ceux qui y vivent ou sont sur le terrain.

Cette année passée a réellement été celle de la désinformation.

Un combat pour la « liberté » du peuple syrien. Nous utilisons ce mot fourre-tout sans jamais l’avoir argumenté ni justifié. Quelle liberté ? Quel peuple syrien ? Détruire le gouvernement, étouffer le pays sous les sanctions pour y apporter quoi ? Notre bon savoir faire démocratique ? Les Français ont-ils posé la question de savoir quel serait le programme de « l’après » ? Non ! La liberté, point. Facile. Le programme politique et social de ces groupes terroristes est en opposition avec la liberté, la démocratie, nos valeurs ou celles de la majorité des pays du monde. C’est au nom de nos intérêts, non au nom de la liberté, que nous instrumentalisons ces groupes qui appellent à la création d’un Etat-Islamique en Syrie. Ne demandez donc pas ce qu'ils comptent offrir au peuple syrien, demandez-vous plutôt ce qu'ils veulent lui enlever et lui imposer. Tous les civils que je rencontre au quotidien refusent d’imaginer cette option un seul instant, ceux qui l’ont vécu essayent d’oublier.

Monsieur le Président, nous avons, comme de nombreux pays, une très grande responsabilité dans cette “guerre” que nous avons essayé de porter à son terme, terme sous-entendant le renversement du gouvernement Syrien à tout prix. Ces dernières années, nous avons aux côtés de nombreux pays, participé à la destruction de la Syrie, un pays en grande partie francophone et dont le peuple aime la France, nombreux sont ceux qui parlent Français. Aussi imparfait soit son gouvernement et quels que soient ses erreurs, et les nôtres au fil du temps, nous soutenons actuellement l'instauration d'une dictature, une vraie dictature dans un pays où une vraie opposition existe, tandis que les groupes armés ne sont motivés que par le sectarisme, la frustration, la rancœur et la haine. Nous servir de ces groupes pour concrétiser des objectifs géopolitiques ou économiques n’a rien de démocratique, au contraire nous condamnons les Syriens. Ayant parcouru le pays, j’ai pu constater que malgré certaines critiques et quoi que l’on en dise, la très grande majorité des Syriens soutiennent honnêtement et sincèrement leur gouvernement et soutiennent celui qu’ils appellent leur président, et non pas dictateur, Bachar el-Assad.

Je conçois ce message comme un devoir. Je suis un humanitaire et j’ai créé ma propre association non politique, non religieuse, que j’auto-finance jusqu’ici. Je vis en zone de guerre, j’en paye le prix et j’ai pris les risques nécessaires pour aider modestement les civils. Transmettre la réalité ici me vaut les attaques de médias mainstream et de leurs partisans qui essayent de me faire taire, allant jusqu’à me désigner comme une cible. Je prends plus de risque encore en prenant la responsabilité d’écrire cette lettre dont je saisis le poids et la responsabilité pour dénoncer une situation que j’ai observée tous les jours en poussant toujours plus loin mon investigation. Je n’ai rien à gagner ni aucun intérêt personnel, je prends ces risques depuis de nombreux mois pour combattre le terrorisme en transmettant la vérité, la réalité de ce que vivent les Syriens d’ici, de ce qu’ils témoignent, en dénonçant les groupes djihadistes et la manipulation médiatique arrachant tous les jours la vie des gens.

Demandons au peuple syrien ce qu’il souhaite pour son pays au lieu de parler en son nom, de lui voler sa voix, ses libertés, son présent, son futur. C’est le peuple syrien qui doit décider de son avenir et non à nous de décider pour eux. C’est une forme de dictature encore plus terrible que notre illégitime ingérence jusque là. La démocratie commençant par soi-même, au-delà de notre responsabilité à l’égard des Syriens, il serait d’ailleurs temps de consulter le peuple Français sur sa volonté d’implication dans ce conflit, vu le danger que cela représente pour leur sécurité présente et future.

J’appelle ma France, le pays que j’aime et dans lequel j’ai grandi, à cesser de condamner la population par intérim et d’encourager des groupes terroristes qui frappent déjà nos familles, nos enfants, nos citoyens, et ce quels que soient les intérêts économiques ou géopolitiques en jeu. Nous ne pouvons pas prendre le parti, ni soutenir, des groupes armés qui mènent une révolution pour retourner à l’âge de l’obscurantisme.

Monsieur Le Président, à qui de droit ou de cœur, je lance un appel et conjure la France, dont les valeurs avec lesquelles j’ai grandi me poussent à persévérer dans mon action quotidienne ici, de lever les sanctions contre la Syrie qui pénalisent avant tout la population et non le gouvernement, de trouver des solutions diplomatiques alternatives à cette guerre en faveur de la paix, autant pour le peuple syrien que pour le peuple français qui risque de subir le retour de flamme de nos engagements en faveur de groupes qui sèment la terreur et dont les ambitions sont clairement internationales.

En vous souhaitant beaucoup de courage, Monsieur le Président, ainsi qu’à celui qui vous succédera, je vous prie de croire en l’expression de mes meilleurs sentiments.

Pierre Le Corf

---------------------------------------------------------------------------------

Quelques-uns des témoignages de ces derniers mois que j’ai publiés sur les réseaux sociaux, pour illustrer cette lettre
et pour que vous puissiez comprendre, vous faire votre propre opinion. Je le répète, je ne suis pas là pour vous dire
quoi croire ou quoi penser, je vous demande simplement si cela vous intéresse, de lire. Si des médias vous racontent
depuis leur bureau à Paris ce qui se passe ici, et bien laissez moi vous partager ce qui se passe ici, d’ici.

Le mouvement citoyen de 2011 n'a plus rien à voir avec ce qui se passe ici, il ne s'agit pas de libération, il s'agit de conquête

Je pourrais vous publier les innombrables témoignages collectés par les médias Russes venus ici, des témoignages terribles,
mais évidemment beaucoup utiliseraient ça pour détruire mon message et celui de ceux qui vivent ici en qualifiant encore
et toujours leurs histoires de "propagande".

Cette guerre est une guerre, il n’y a pas de bonne guerre, de tout blancs ou tout noirs,  beaucoup de gens sont morts
sous les bombes des avions aussi, c’est une réalité, mais je vous demande de prendre du recul sur la version que l’on vous
 a vendue à tout prix. Pour que vous compreniez pourquoi, comment et surtout qui.
Cette guerre doit rester une leçon pour nous tous qui l'avons soutenu aveuglément, en faisant trop confiance malgré notre méfiance.

Mes élèves témoignent - Vidéos classe de 3ème goo.gl/w6KePY 1ère goo.gl/W2ImRJ
Enfants d’Alep Est (snipers, groupes terroristes, nourriture) Vidéo goo.gl/izc6St
Famille chrétienne arménienne réfugiée (Midane) Vidéo goo.gl/NoG49N
Enfant de l’Est à propos des snipers (Jabreen) Vidéo goo.gl/t8NKJ2
Enfant post attaque “je veux mourrir” (Khaldie) Vidéo goo.gl/2Nz1Gl
Messages de jeunes scouts (Maristes) Vidéo goo.gl/DgDfuJ
Hanano, famille ayant vécu avec ASL 5 ans Video goo.gl/yYrosU
Jacob, sa vie, invite quiconque à vouloir la vérité à venir ici goo.gl/tTyJOI
Famille de Jabreen, snipers terroristes et conditions de vie goo.gl/hzi9gW
Famille de Kallase, pour la première fois libre en 5 ans goo.gl/QQVkBj
Après une attaque terroriste, enfants appelant à la mort goo.gl/d3NPvU
Famille Hanano, femmes emprisonnées goo.gl/0diwMQ
Maribelle, Aleppine qui appelle à la paix pour se reconstruire goo.gl/dfCtVu
Hekmat, vit dans un des quartiers les plus bombardés goo.gl/iMbP2q
Mahmoud, très jeune amputé (mine terroriste) goo.gl/nTTDb9
Jeune étudiante, ses rêves et la guerre goo.gl/PcSuYK
Jeune femme, sa soeur abattue dans la rue goo.gl/5HGFKI
Femme déplacée 8 fois avec les avancées terroristes goo.gl/4lqf9b
Famille réfugiée interne, enfants handicapés (1070) goo.gl/FB57qB
Famille réfugiée interne (Myasar) goo.gl/Rq3Lht
Famille réfugiée interne (Ashrafié) goo.gl/zmwavk
Famille réfugiée interne (Muhafaza) goo.gl/Wkfh6l
Famille réfugiée interne (Halab Ajdide) goo.gl/2V7AAI - goo.gl/yMOtID
Soeur de l’hôpital Français goo.gl/vlQX1a
Famille réfugiée interne (1070) goo.gl/643kXm
Famille réfugiée interne (Banizeid) goo.gl/BgVC2y
Famille réfugiée interne (Sekaye) goo.gl/D55YZD
Enfant réfugié interne (Sheikhtaha) goo.gl/LtcLY8
Enfants réfugiés internes (Old city) goo.gl/XBiV6A
Famille réfugiée interne (Midane) goo.gl/lMeMRR
Famille réfugiée interne (Salahadin) goo.gl/Hjy9Ti
Enfant plusieurs fois déplacé goo.gl/8aGkbp
Famille réfugiée interne (parc de Khaldie) goo.gl/8UOJH7
Tawfik, enfant de la rue (Souleymanieh) goo.gl/72MWu6
Enfant déplacé (Midane) goo.gl/DAWjVg
Enfants montrant les impact de balles de snipers sur leurs corps goo.gl/jK7qFg
Famille chrétienne déplacée interne (Midane) goo.gl/AaRwRE
Mots d’enfants à Damas goo.gl/r1l5JS

Différentes publications pour traduire la réalité de ceux qui vivent ici, pour essayer de témoigner moi-même et ouvrir une fenêtre sur la vie à Alep en guerre.

Le Quotidien avec Yann Barthès interview Ismael Al Abdullah, faux civil, pour raconter ce qui se passe à Alep goo.gl/qKC63I message goo.gl/b7Kt5W
Les drapeaux noir d’Alep goo.gl/Olo5Ju -- goo.gl/VvhIC2 -- goo.gl/u6DqG8 --
Le faux “Maire” d’Alep (nota: à Alep, pas de maire mais un gouverneur) goo.gl/tChKTL
Pourquoi on vous a caché la VIE à Alep goo.gl/za8UCx
Pris au milieu d’attaques, les morts goo.gl/qulAQb
Zones d’habitations pour les réfugiés goo.gl/8LJ21a
Pourquoi est-ce que le monde nous condamne?? goo.gl/H6iw4e
Chers jeunes, le monde entier ne sait pas que vous existez goo.gl/hMDweu
Retour dans les habitations détruites (Ramouseh) goo.gl/fyyuck
Après quelques semaines à Alep goo.gl/h1YO4J
Pourquoi être à Alep goo.gl/sG24fv
Les enfants ne dessinent pas la guerre goo.gl/RALVyy
Un regard sur Maaloula goo.gl/uI0gE0
Alep, avant et après goo.gl/WHhKWR
Les invincibles d’Alep goo.gl/IXK5yp
La guerre qui ne prévient pas, les roquettes ici et là goo.gl/Y9N4XF
A l’église, les gens se prenaient la main goo.gl/BQuJRo
Pas de guerre manichéenne, la mort frappait ici et là-bas, la peur partagée goo.gl/56w4OP
La petite fille qui affrontait les snipers goo.gl/7htclN
Visiter les familles en lignes de front goo.gl/yieZGx
Les Russes déminent, tout à été piégé goo.gl/Ykp6o1
Les terroristes déplacés librement d’Alep avec leurs armes légère goo.gl/zINoNc
Photos de l’entrée du vieil Alep libéré goo.gl/Vyngkc
Aparté, les animaux dans la guerre goo.gl/6PbJnF
Bouteilles-de-gaz-roquettes goo.gl/jPoL1A
Les civils s’échappent hors des corridors (snipers terroristes) goo.gl/KeDZVL
Lettres d’enfants sur leur vie et la guerre goo.gl/lkUs9x
Le symbole ultime qui montre que la vie est la plus forte à Alep goo.gl/1SZOXi
L’eau à Alep goo.gl/WH3Yl6
Les balles explosives sur les lieux publics goo.gl/TBv87c
Ce qui manque le plus? Leurs maisons goo.gl/cTvdu2
La Syrie, ce pays riche en vivre ensemble goo.gl/gBxCM9
Je vais en publier d’autres au fur et à mesure, ça prend du temps et de l’énergie.

J’ai publié très peu de choses graphiques, pour, à contrario des médias me concentrer sur la vie, aussi il était difficile de prendre des photos la plupart du temps, par respect. Mais la mort était bien là au quotidien.

Attaques sur Khaldié, famille tuée - attention graphique goo.gl/m4zO7Y
Attaques centre-ville, parc - attention graphique goo.gl/cbdFSU
Attaques, les dernières semaines - Attention graphique goo.gl/Ystg2f
Attaques en continu, 2 écoles - Attention graphique goo.gl/qkAeY2
Une balle dans la tête - Attention graphique goo.gl/aI6aXf
Se réveiller et trouver du sang - graphique goo.gl/XPtOzF

Ecrire pour transmettre mais aussi un exutoire au quotidien.

La nuit j’écrivais pour sortir la guerre de ma tête goo.gl/JAvqJH
2 mois avant la libération, mes cauchemars goo.gl/xWQuDp
Bombardements, courir, toujours goo.gl/4Go4z5
Depuis mon toit goo.gl/dT6k5B -- goo.gl/87Clcx
Marcher, accepter de mourir goo.gl/GqBFGy
Les enfants et la guerre goo.gl/FAs8NW

Parfois en vidéos, je ne trouvais plus les mots avec la guerre et ce que ça impliquait à l'intérieur de moi-même.

Mon premier témoignage vidéo à Alep depuis une école goo.gl/X4yfOW
Mon second témoignage vidéo pendant les combats goo.gl/Ya0Jo9
Mon témoignage vidéo à propos de la situation avant la libération goo.gl/yIlByS

AUTRE - A voir: Les 9 premiers jours de guerre à Alep par Issa Touma goo.gl/lhhp6O

Quelques actions à Alep avec mon association We Are Superheroes

Pour comprendre ma présence. Je fais de mon mieux pour aider, soutenir, construire etc. dans différents pays depuis ces dernières années avec mes propres moyens et je vais continuer pendant cette prochaine année ici à Alep sinon plus ... mais quels que soient les sacrifices ou risques pris, il y a des centaines de personnes qui se battaient déjà tous les jours depuis des années pour aider les gens à survivre, à continuer, longtemps avant que je ne mette un pied en Syrie, certains ont donné leur vie pour ça. Je ne suis qu'une petite goute d'eau aujourd'hui et ne mérite pas tant d'honneurs. Des centaines de message, des milliers de followers, ... merci, c'est vraiment encourageant, mais nombreux sont ceux qui se battent ici, depuis longtemps et dont on ne parle pas assez, je n'aime pas du tout être sur le devant de la scène comme ça mais je n'ai pas le choix, je dois témoigner ... même si l'océan est faite de goutes d'eaux unies ensemble, même si chacun apporte quelque chose, ne vous y trompez pas, ils sont les vrais héros aujourd'hui. http://wearesuperheroes.fr/

Programme médical pour soutien aux familles et enseignement aux premiers soins sur les zones les plus exposées dans la ville.

Programme cinéma goo.gl/Cu7hpY pour s’échapper de la guerre goo.gl/ihuOz6 orphelins goo.gl/j7g4CG groupes de gamins goo.gl/G99YPK
Accompagnement psychologique pour 120 jeunes / semaine (ce sont eux qui témoignent dans les premières vidéos) - soutien goo.gl/dSpKTp
Opérations: Papa Noël à Alep goo.gl/EyJJf0 vidéos > goo.gl/g0b8Jf - personnes âgées goo.gl/2eGzfX Distribution aux réfugiés de l’Est goo.gl/G74c8d (...)

+ VIDEO sur ce lien : https://www.facebook.com/pierrelecorf/videos/10155268247594925/

https://www.facebook.com/notes/pierre-le-corf/depuis-alep-lettre-ouverte-à-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Mar - 19:13 (2017)    Sujet du message: TRUMP ADMINISTRATION ESCALATES CAMPAIGN OF FEAR AND TERROR AGAINST IMMIGRANTS Répondre en citant

TRUMP ADMINISTRATION ESCALATES CAMPAIGN OF FEAR AND TERROR AGAINST IMMIGRANTS

From World Socialist Web Site

By Patrick Martin

6 March 2017

Another week of the Trump administration’s campaign against undocumented immigrants has brought another round of atrocious cases in which longstanding US residents have been snatched from their families and either jailed or deported.

The litany of horrors has been almost entirely ignored by the national media and the Democratic Party, which is focused on a ferocious battle within the state over foreign policy. It is not the administration’s brutal crackdown on immigrant workers that is the subject of criticism from within the political establishment, but Trump’s ties to Russia.

On Tuesday, Romulo Avelica-Gonzalez was seized by Immigration and Customs Enforcement after dropping his daughter off at school in Los Angeles. Two carloads of ICE agents stopped the car that the 48-year-old Avelica was driving and arrested him in front of his wife and 13-year-old daughter. The father of four US citizen children, Avelica has lived in southern California since he was 21 and has worked steadily throughout that time, 60 and 70 hours a week, in local restaurants.

In a blatant act of political reprisal, 22-year-old Daniela Vargas was detained by ICE agents in Jackson, Mississippi, after she left a press conference where she protested the detention of her father and brother on February 15. The Vargas family came to the United States from Argentina in 2001, when Daniela was only seven years old. As a child arrival, Daniela was given temporary exemption from deportation under the DACA program, but her exemption lapsed while she was trying to raise the $495 fee to extend it.

Her attorney said that she was in an ICE detention facility in Louisiana and would be processed as a visa waiver overstay and deported to Argentina without a hearing.

On Thursday, Juan Carlos Fomperosa Garcia went to the ICE office in Phoenix, Arizona, keeping an appointment to discuss his request for asylum. He has lived in the US for 20 years and is the single father of three US citizen children. An hour later, ICE agents dropped off a bag with a few of his belongings at his home, handing it to his 23-year-old daughter Yennifer Sanchez. On Friday morning, Fomperosa Garcia called his children to let them know he had been deported to Mexico, leaving Sanchez as the sole guardian of her 17-year-old brother and 14-year-old sister.

There are many more stories like these, most of which are not even covered in the local media.

An atmosphere of fear and terror is gripping immigrant communities throughout the country. The cruelty of these measures is not an accident or an excess, but a deliberate and intentional feature of the anti-immigrant pogrom unleashed by President Trump’s executive orders on January 25. White House aides said the purpose of the orders was to “unshackle” immigration agents—in other words, to free them from any restraints in the treatment of the thousands that are or will be rounded up.

This reality is underscored by a report by Reuters that the Department of Homeland Security, which includes both ICE and the Border Protection Service, is considering a proposal for the systematic separation of women and children detained while crossing the border together illegally. DHS officials reportedly briefed asylum officers on the plan, whose purpose, they said, was to “deter mothers from migrating to the United States with their children.”

The new policy would allow federal agents to keep mothers imprisoned indefinitely, while their children would be turned over to the protective custody of the Department of Health and Human Services, which would place them in the “least restrictive setting” it could provide, including a state-sponsored guardian. Whether and how the mothers would be reunited with their children, during or after deportation, remains unclear.

The order would have two main purposes: to lessen the impact of a court order issued last July that barred prolonged detention of children, which has forced ICE to release most mothers with children from detention centers; and to intimidate future refugees from Central America, where most of the families come from. The word will be spread to those countries that mothers coming to the United States will lose the children they are trying to protect.

While Trump has greatly escalated the attack on immigrants, he is building on the monstrous apparatus of repression developed by the Bush and Obama administrations, particularly the latter.

The continuity in the mistreatment of immigrants is demonstrated in the lawsuit filed against a major prison contractor for ICE, GEO Group, based in the Denver suburb of Aurora, Colorado. The suit charges that tens of thousands were forced to work for $1 a day or for nothing at all, in violation of federal antislavery laws. The forced labor, involving food service, cleaning and maintenance at the facility, allowed GEO to run the prison with only a single janitor, pocketing huge profits. In many instances, the suit alleges, immigrants were compelled to “volunteer” for work details with the threat of being placed in solitary confinement if they refused.

The federal government has set up what amounts to mass internment camps. It spends more on ICE and the Border Patrol than on all other federal law enforcement agencies combined: more than $19 billion a year. The number detained by the immigration authorities, more than 400,000 a year, is greater than the total number of inmates held by the Federal Bureau of Prisons for all federal crimes. Trump proposes to add another 10,000 ICE officers and 5,000 Border Patrol agents to what is already a small army.

The police state methods inflicted on immigrant workers are a dress rehearsal for what the Trump administration and the US ruling elite, Democrats and Republicans, have in store for the working class as a whole. The brutual treatment of immigrants is a preparation for deploying the vast machinery of state repression against coming struggles by workers, both native-born and immigrant, in defense of their jobs, living standards and democratic rights.

The working class in the United States must oppose the anti-immigrant rampage of the Trump administration—aided and abetted by the Democratic Party—and uphold the right of workers from every corner of the globe to live and work in the country of their choice with full citizenship rights and without fear of detention, deportation or repression.

http://www.wsws.org/en/articles/2017/03/06/pers-m06.html?view=print


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Lun 13 Mar - 19:19 (2017)    Sujet du message: SOCIALIST RESPONSE TO TRUMP'S ADDRESS TO JOINT SESSION OF CONGRESS Répondre en citant



SOCIALIST RESPONSE TO TRUMP'S ADDRESS TO JOINT SESSION OF CONGRESS

Control opposition


Published On March 1, 2017 | By Kshama Sawant | #ResistTrump, U.S. Politics

Tuesday, February 28, 2017

Sisters and Brothers,

In just five weeks, Donald Trump has unleashed a series of vicious attacks on one group of Americans after another: From his Muslim ban to the ramping up of ICE raids; to his anti-trans executive order; to his budget proposal to slash vital public services; and more.

The ruling class is sharply divided about Trump. Capitalist strategists are horrified by the growing popular revolt and the damage his reckless policies and conduct will inflict on their system. Yet much of big business is salivating at the prospect of Trump’s corporate tax cuts and radical deregulation.

But amongst millions of working people like us, there is a growing unity, that we want no part of Trump’s bigoted, misogynist, anti-immigrant, racist agenda. We’re seeing a mood of rebellion on a scale not seen since the Vietnam war.

Trump can be defeated. The protests in this first month were a tremendous starting point, but far more will be needed.

We need to disrupt business-as-usual through peaceful mass civil disobedience. Shutting down airports, highways, ICE offices, and prominent businesses.

On March 8, International Women’s Day, a “Women’s Strike” has been called by the organizers of the January 21 marches. Let’s take this up, and build for the largest actions possible.

May 1, or “May Day,” is International Workers’ Day, and has long been a day of working class action globally.

In 2006, immigrants brought the tradition of May Day back to the United States. Millions marched, many went on strike, and helped force back egregious anti-immigrant legislation.

This year, facing Trump’s brutal attacks, immigrants are again organizing en masse.

Discussions are also underway about strike and protest action in the labor movement, which is facing unprecedented attacks, with national “right to work” laws coming down the pike.
Working people have enormous potential power to fight Trump by shutting down the profits of big business.

This can be done through traditional strikes by the majority of workers at a workplace, but also by many non-union workers through taking the day off, calling in sick, or through other creative means.

Bottom line: We want the largest possible show of force on May 1st, while keeping in mind that some actions would be too risky for some workers to participate in.

To be successful, however, we cannot limit our movement to purely playing defense against Trump.

We need to also fight offensively for concrete gains that can inspire the broader working and middle class.

We must not only oppose, for example, the attacks on women’s rights and Planned Parenthood, but also fight to extend reproductive care, for it to be free and accessible to all women. For paid family leave, for affordable childcare, and for a national $15/hour minimum wage.

I supported Bernie Sanders’ call for nationwide protests to defend the positive aspects of Obamacare, and to demand Medicare-for-all: a universal single-payer healthcare system.

This approach offers a real potential to undermine Trump’s own base, but the problem is this: Most of the Democratic Party leadership completely rejects this idea, because of their ties to the insurance industry and Big Pharma.

We just heard Donald Trump say that healthcare “is complicated,” but we have a simple solution. Many Democratic Governors, including Governor Inslee in Washington state, have been denouncing Trump’s attacks on the Affordable Care Act. But why don’t these Democratic Governors immediately move to implement single-payer systems in their own states?

California is already discussing such a plan. Our own state of Washington, along with Oregon, could come together in this effort. Along this “blue” West Coast we can develop a joint, single-payer alternative to the dysfunctional private health insurance system.

To most effectively fight the Right, we need an opposition party that is 100% against Trump and the Billionaire Class – a party that helps organize mass movements from below.

The Democratic Party leadership is completely opposed to such an approach, as we saw yet again this past weekend in the DNC chair election.

While the Democratic establishment has stood against Trump, their opposition has been unreliable and far from sufficient.

To the extent that the Democrats have opposed Trump, it has been grassroots pressure that has dragged them into it. This is due to their multi-faceted links to big business, their pro-capitalist program, and their conservative outlook.

Tens of thousands of people, primarily young people, are joining socialist organizations like Socialist Alternative, but particularly the Democratic Socialists of America.

We need to build this emerging socialist movement towards a new socialist party. It is very clear there is a space for such a force of 50,000 members to develop rapidly.

Such a new left party can be a forerunner to a mass workers’ party at a later stage.

This new left party will need to work alongside the larger number of anti-corporate workers and youth who are still looking towards progressive Democrats in their fight against the corporate establishment. We need to work together.

But if Democratic Party activists do not succeed in fundamentally transforming the Democratic Party – and I do not believe that they will succeed in that mission – they should draw all the necessary conclusions, and leave the Democratic Party to work to build a new mass party.

Because, sisters and brothers, we know that this is not only about Trump.

It is this predatory system of capitalism, in decline and in crisis, that has given rise to Trumpism. Oxfam recently reported that eight people now own more wealth than half the world’s population. This is the reality of the failed system of capitalism.

We need fundamental change. We need an overturning of the capitalist oligarchy through a political, economic, and social revolution which puts power in the hands of the overwhelming majority: The workers, the youth, and all those marginalized by this oppressive system.

Sisters and brothers, the wealth of these eight richest billionaires – and I just heard that Bill Gates is on his way to becoming the world’s first trillionaire – the wealth of these eight richest people needs to be confiscated and democratically allocated for the needs of the majority.

Wall Street and the big fossil fuel companies represent an existential threat to the future of humanity and our environment. As you just heard, Trump extolled the Dakota Access Pipeline and the Keystone XL Pipeline – he’s boasting about it. These fossil fuel companies also must be brought into democratic public ownership, and their resources deployed for socially necessary production, including a massive expansion of renewable energy.

Sisters and brothers, let’s take the energy that has been building against Trump within the first month of his presidency to build the largest possible action next week for the March 8 International Women’s Day rallies throughout this nation, including here in Seattle.

And let’s use March 8 as a springboard to build the largest possible actions on May 1, with strike actions and every other creative idea that we can use, in order for workers around America, young people, students on campuses, and more, to show that we are absolutely feeling the urgent need to disrupt business-as-usual.= We are all know who control those groups.

And let us tie our message for massive actions to the call for solidarity among the 99%, based on a movement that runs on what is needed for us to fight Trump, and not what is acceptable to the corporate Democrats.

Let us tie our struggle, also, to the idea of socialism itself. Because socialism is not only possible, it is necessary. Our fight is not only against Trump and the right wing, but for a different kind of society – for a world based on equality, democracy, and environmental sustainability: In other words, a socialist world.

Solidarity.

https://www.socialistalternative.org/2017/03/01/socialist-response-trumps-a…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Jeu 16 Mar - 07:56 (2017)    Sujet du message: NOUVEAU CODE CIVIL EN CHINE COMMUNISTE : INTERDIT D'INSULTER LES HEROS DU PARTI Répondre en citant


Logo des Jeux Olympiques de Beijiing 2002
montrant clairement leur volonté d'un Nouvel Ordre Mondial


NOUVEAU CODE CIVIL EN CHINE COMMUNISTE : INTERDIT D'INSULTER LES HEROS DU PARTI

14 mars 2017 14 h 25 min·



Quitte à élaborer un tout nouveau Code civil, autant bien le remplir ! Et le Parti adapte soigneusement cette « déclaration de droits », comme l’appelle la presse officielle en Chine, à la sauce communiste totalitaire. Il a fait savoir qu’il serait désormais interdit d’insulter ou de critiquer les héros et martyrs de l’histoire du Parti…que ce « révisionnisme historique » serait passible de poursuites.
 
Un amendement qui n’a de « nouveau » que le nom ! Mais qui, inscrit au Code civil, en verra sa symbolique accrue et son application renforcée.
 
La diffamation communiste
 
Dimanche, les législateurs chinois ont introduit de nouveaux amendements au Code civil en formation, qui font de la diffamation à l’égard des « héros et des martyrs » du Parti communiste un délit civil.
 
Depuis le 8 mars, la 12ème Assemblée populaire de la Chine qui réunit quelque 3.000 délégués discute des règles générales du droit civil, règles qui devraient être adoptés ce mercredi. Elle a apporté 126 amendements au projet qui servira de préambule au Code civil prévu pour 2020.
 
Parmi eux, celui-ci : « Porter atteinte au nom, au portrait, à la réputation et à l’honneur des héros et des martyrs dommage l’intérêt public, et devrait engager la responsabilité civile ».
 
Un nouveau Code civil en Chine : pour élargir les libertés civiles ?
 
Depuis 1949, la Chine s’est attelée à plusieurs reprises à ce Code qu’elle ne possède pas… C’est en octobre 2014 que le gouvernement chinois a décidé de le réaliser en bonne et due forme, inscrivant cette volonté dans le mouvement de réformes voulu par Xi Jinping, qui souhaite adapter le cadre juridique du pays à sa modernisation économique et sociale.
 
La presse officielle chinoise le qualifie de « déclaration de droits ». Le Parti veut en effet le présenter comme une réponse aux préoccupations du peuple, soucieux de connaître ses libertés, ses responsabilités et de les voir enfin posées sur le papier… Du cas des enfants abandonnés à celui des personnes âgées, en passant par le problème des « bons samaritains » (ceux qui viennent en aide à des victimes et se font bien souvent poursuivre par les propres familles de ces victimes…). Les media parlent d’un « renforcement de la protection des droits civiques ».
 
Seulement, l’on ne peut guère croire à la seule bonne intention du Parti, qui veut surtout renforcer la capacité de gouvernance du pays et donc accentuer sa mainmise totalitaire. En témoigne cet amendement sur ses héros et ses martyrs, les Saints de cette religion du communisme…
 
Héros et martyrs : les Saints de la religion communiste
 
La direction veut renforcer son emprise sur le contenu et la diffusion de l’histoire de la République populaire. Et les sacrifices, les grandes actions militaires des « héros » et des « martyrs » de la Révolution en sont des éléments capitaux puisqu’ils contribuent à fonder et à garantir la légitimité du Parti.
 
Pour Xi Jinping, c’est une absolue nécessité : il faut que le Parti, et tout le peuple derrière lui, ait foi en sa propre version de l’histoire. Il a même pris comme exemple l’effondrement du grand frère, le bloc soviétique : « Voilà ce qui se passe quand les dirigeants révolutionnaires sont dénoncés ! »
 
« Dans la vie moderne, certaines personnes utilisent pernicieusement la calomnie et l’insulte pour déformer des faits et discréditer l’honneur et la réputation des héros et des martyrs … L’impact social est très mauvais, des règles doivent être imposées en réponse » a déclaré le Comité dimanche.

 
Le document n° 9 et la guerre contre le nihilisme historique
 
Bien sûr, ils ne font en cela que « sacraliser » un état de fait. Les poursuites, les Chinois « déviants » les subissent depuis fort longtemps !
 
Dernier exemple en date : en janvier, un professeur a été contraint à la retraite pour avoir critiqué Mao Zedong (champion « héros », toutes catégories). L’année dernière, l’historien Hong Zhenkuai avait dû se rétracter et présenter des excuses pour avoir contesté un épisode de la seconde guerre mondiale dans lequel cinq soldats chinois se jetaient d’une falaise au lieu de se rendre aux Japonais… Une revue libérale spécialisée dans les critiques historiques qui avait osé reprocher au Parti de vouloir réveiller les « vieux rêves de la Révolution culturelle », a vu, du jour au lendemain, remplacer tous ses éléments.
 
On ne badine pas avec l’idéologie. Et le Parti n’hésite pas à employer les termes de « nihilisme historique » pour désigner cette remise en cause, ce questionnement scientifique malvenu… Si l’expression est en vogue depuis les manifestations de la place Tiananmen en 1989, il est utilisé par le Parti depuis la publication, en avril 2013, du fameux « Document n° 9 » qui renoue précisément avec les idées et tactiques de l’époque de Mao Zedong, mettant en garde contre la vision « nihiliste » de l’histoire qui peut porter atteinte à « la légitimité de la domination politique à long terme du Parti communiste ».
 
Le nihilisme, ce n’est ni plus ni moins la négation de la fatalité historique de la marche de la Chine vers le socialisme… Tout ce qui abîme ou ternit cette certitude doit être banni. Xi Jinping l’a bien compris qui cite un réformiste chinois du XIXe siècle : « Pour anéantir un pays, vous devez d’abord éradiquer son histoire ».
 
Conseil qu’il applique à la lettre.
 
Clémentine Jallaishttp://reinformation.tv/code-civil-chine-communiste-heros-jallais-67…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Ven 17 Mar - 18:30 (2017)    Sujet du message: TURKISH INTERIOR MINISTER THREATENS TO SEND 15,000 MIGRANTS TO EU MONTHLY Répondre en citant

IMMIGRATION

TURKISH INTERIOR MINISTER THREATENS TO SEND 15,000 MIGRANTS TO EU MONTHLY

Same muslim agenda immigration but different strategy used to achieve the destruction of European countries.
 


© AP Photo/ Lefteris Pitarakis
Europe
14:24 17.03.2017(updated 15:17 17.03.2017)

Turkish Interior Minister Suleyman Soylu stated that Ankara has an opportunity to send 15,000 refugees to Europe each month amid an ongoing diplomatic row between Turkey and the Netherlands and Germany.

MOSCOW (Sputnik) — Turkish Interior Minister Suleyman Soylu threatened to send 15,000 refugees to Europe each month amid an ongoing diplomatic row between Ankara and Amsterdam and Berlin, adding that Germany and the Netherlands were trying to play games against Turkey.

Earlier in March, authorities in several German cities banned Turkish officials’ campaign rallies ahead of a vote on the constitutional reform bolstering the president's powers in Turkey, while the Dutch authorities refused landing for Turkey's foreign minister, who was to meet with Turkish expats in the Netherlands. The relations between the states significantly worsened, with Turkish President Recep Tayyip Erdogan comparing German and Dutch authorities' behavior to Nazism.

"We have a readmission deal. I’m telling you, Europe, do you have that courage? If you want, we’ll send the 15,000 refugees to you that we don’t send each month and blow your mind. You have to keep in mind that you can’t design a game in this region in spite of Turkey," Soylu said late Thursday, according to the Hurriyet Daily newspaper.

He said that other countries were trying to prevent Turkey from "becoming strong in the future" by interfering in its internal affairs and not approving its membership of the European Union.

Ankara and Brussels agreed on a deal in March 2016, under which Turkey pledged to take back all undocumented migrants who arrive in the European Union through its territory in exchange for Syrian refugees accommodated in Turkey, on a one-for-one basis. In return, the bloc pledged to accelerate the Turkish EU accession bid and introduce a visa-free regime, as well as provide financial aid to Turkey to cover the costs of migrant reception.
The referendum on constitutional changes in Turkey is slated for April 16.

https://sputniknews.com/europe/201703171051685668-turley-migrants-eu/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Ven 17 Mar - 18:45 (2017)    Sujet du message: FRANCE : FILS D'UN ELU LOCAL ET PASSIONE D'ARMES, LE PROFIL DE L'ASSAILLANT DE GRASSE DE PRECISE Répondre en citant

ATTENTAT SOUS FAUX-DRAPEAU?

FRANCE : FILS D'UN ELU LOCAL ET PASSIONE D'ARMES, LE PROFIL DE L'ASSAILLANT DE GRASSE DE PRECISE


Depuis 3 heures 17 mars 2017



 

L’auteur de la fusillade de Grasse

Après la fusillade qui a éclaté dans un lycée de Grasse et fait huit blessés légers, le profil du tireur, un élève de 17 ans inconnu des services de police, se dessine.
Ses comptes sur les réseaux sociaux témoignent de sa passion pour les tueries.

Sur internet, les différents comptes présumés de K.B., le lycéen qui a ouvert le feu le 16 mars dans un lycée de Grasse, laissent présager d’une véritable passion pour les armes et la violence.

En particulier, sur la page d’accueil de son compte YouTube figure l’inscription «Celui qui marquera l’histoire avec votre sang», ainsi qu’une photo de couverture montrant les deux tireurs du massacre du lycée de Columbine, en 1999 aux Etats-Unis.

Parmi les abonnements du suspect sur YouTube, on retrouve notamment une chaîne spécialisée sur ce massacre, mais aussi sur les serial killers et plus généralement sur les armes à feu.

Sur une page Facebook au nom du jeune homme, on retrouve par ailleurs de nombreuses illustrations de personnages armés, d’images gore ou encore de dessins satanistes.
En particulier, sa photo de profil est tirée du jeu vidéo Hatred («Haine», en anglais), dans lequel le personnage est un sociopathe qui doit tuer un maximum de personnes.
Dans une vidéo publiée sur son compte le 23 novembre 2016, on le voit agiter une arme, avec un masque de clown sur la tête.

Sur un compte également à son nom créé en juillet 2016 sur Twitter, on retrouve une vidéo de la course du camion lors de l’attentat de Nice.

Du côté de ses abonnements, entre plusieurs groupes de musique métal, on retrouve des médias traditionnels mais aussi le compte officiel de l’Elysée ainsi que d’autres personnalités politiques comme Emmanuel Macron, Anne Hidalgo ou Fleur Pellerin.

Le suspect serait par ailleurs le fils d’un élu local, selon Libération. Le quotidien précise que le père serait un responsable local du Rassemblement pour la France (RPF), un microparti souverainiste. Celui-ci se serait présenté en 2014 sous l’étiquette FN avant de rejoindre le maire Les Républicains Jérôme Viaud.

Fabienne Atzori, procureur de la République de Grasse, a indiqué que les motivations du tireur semblaient liées à ses «mauvaises relations» avec d’autres élèves.

Inconnu des services de police, le jeune homme de 17 ans a été interpellé après avoir ouvert le feu dans l’établissement, blessant huit personnes dont le proviseur.

Source: RT

http://french.almanar.com.lb/306172


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 18 Mar - 00:37 (2017)    Sujet du message: UK: POLICE ANNOUNCE MISOGYNY IS TO BE RECOGNISED AS A HATE CRIME Répondre en citant

UK: POLICE ANNOUNCE MISOGYNY IS TO BE RECOGNISED AS A HATE CRIME

Misogyny is to be recognised as a hate crime by North Yorkshire Police.

8/3/2017- Deputy Chief Constable Lisa Winward has released a blog on the North Yorkshire Police website today, announcing the forces decision to adapt their hate crime policy to include misogyny. Echoing a move made by Nottinghamshire Police in July 2016, from later on this year North Yorkshire Police will recognise misogyny as a form of hate crime and over the coming months will be training officers in the recognition and prosecution of the offence. The definition of the crime that the force will follow is any criminal offence which is perceived by the female victim or any other person, to be motivated by a hostility or prejudice based on her gender.

Speaking about the inclusion of misogyny DCC Winward said: “Unfortunately, the reality is we live in a world where some women have to take extra measures such as carrying rape alarms or avoiding certain routes, to avoid harassment or potential attack. "The feeling of vulnerability is real for some women within our communities. The role of the police is to identify and protect those who are vulnerable and I hope that this move will encourage women who are subject to verbal and physical harassment simply because of their gender, to come forward and report it to us. "We know through our work with the North Yorkshire Youth Commission that physical and verbal harassment is an issue that is of concern for young women in North Yorkshire, with some of them experiencing it first-hand. I think this makes our decision even more relevant in the fact that our younger generation are having to consider this matter, that in 2017 misogynistic behaviour is still something that women are experiencing.”

© The Northern Echo

http://www.icare.to/articleHC.php?id=76880&lang=en


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 18 Mar - 00:54 (2017)    Sujet du message: IT'S HAPPENING: THOUSANDS OF FEMA CAMPS ACTIVATED—SLAVE LABOR INITIATED AND LOBBYSTS BACK IT Répondre en citant

SLAVE LABORS

IT'S HAPPENING: THOUSANDS OF FEMA CAMPS ACTIVATED—SLAVE LABOR INITIATED AND LOBBYSTS BACK IT 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=O3byUG-G1w0


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 18 Mar - 05:22 (2017)    Sujet du message: MISE EN PLACE DES "COULOIRS HUMANITAIRES” EN FRANCE. SIGNATURE LE MARDI 14 MARS A 10h30 A L'ELYSEE / COULOIRS HUMANITAIRES, 4 ANS DE PONTIFICAT ET L'ACTU DE LA SEMAINE Répondre en citant

IMMIGRATION

MISE A JOUR

...


Avancer ensemble


Le deuxième exemple est la visite à l’Église luthérienne de Rome (15 novembre 2015), où le pape a répondu avec une grande ouverture à une question sur l’hospitalité eucharistique posée par une femme luthérienne mariée avec un catholique, en faisant appel à la conscience. Une réponse beaucoup plus encourageante que celle du Synode des évêques sur la famille qui, peu de semaines auparavant, avait repoussé tout progrès dans le domaine du partage de la Cène pour les couples interconfessionnels.

Enfin, je voudrais mentionner les mots du pape lors de l’Angelus du dimanche 6 mars 2016. François venait de rencontrer une délégation vaudoise et méthodiste qui lui avait parlé du projet œcuménique des « couloirs humanitaires » pour les réfugiés de Syrie, organisés par la Fédération protestante d’Italie et la Communauté catholique da Sant’Egidio. Dans son discours dominical, il a salué ce projet comme « signe concret d’engagement pour la paix et la vie », en se réjouissant « parce que cette initiative est œcuménique ». Voilà donc un pape qui fait de l’œcuménisme à 180°, car il ne se borne pas aux seules questions théologiques et dogmatiques, mais met en premier plan l’engagement commun des chrétiens pour la paix, la justice et la sauvegarde de la création...

http://regardsprotestants.com/monde/loecumenisme-a-360-du-pape-francois/

-----



MISE EN PLACE DES "COULOIRS HUMANITAIRES” EN FRANCE. SIGNATURE LE MARDI 14 MARS A 10h30 A L'ELYSEE 

Protestants 2017 > Actualités > Actualités > Mise en place des “couloirs humanitaires” en France. Signature le mardi 14 mars à 10h30 à l’Elysée.

  Un projet oecuménique et citoyen innovant pour l’Europe pour un accueil des réfugiés les plus vulnérables
 
Mardi 14 mars 2017 à 10h30 a été signé à l’Elysée à Paris le protocole d’accord pour la mise en oeuvre du projet intitulé “Opération d’accueil solidaire de réfugiés en provenance du Liban (couloirs humanitaires)” entre le ministère de l’Intérieur, le ministère des Affaires étrangères et la Communauté de Sant’Egidio, la Fédération protestante de France, la Fédération de l’Entraide protestante, la Conférence des évêques de France et le Secours catholique – Caritas France.
Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse et le dossier de presse (pdf)

VIDEO : Vous rendre sur le lien directement


Cérémonie de signature du Protocole d’accord… par elysee


Etaient présents pour cette signature :

− M. le président de la République, François Hollande ;
− M. le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux ;
− M. le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault ;
− Mme la présidente de la Communauté de Sant’Egidio – France, Valérie Régnier ;
− M. le président de la Fédération protestante de France, François Clavairoly ;
− M. le président de la Fédération de l’Entraide protestante, Jean-Michel Hitter ;
− M. le vice-président de la Conférence des évêques de France, Mgr Pascal Delannoy ;
− Mme la présidente du Secours catholique – Caritas France, Véronique Fayet.
Etait également présent M. le Professeur Andrea Riccardi, Fondateur de la Communauté de Sant’Egidio, Ministre de la coopération internationale et de l’intégration dans le gouvernement italien de Mario Monti



http://www.protestants2017.org/2017/03/14/mise-place-couloirs-humanitaires-…

-----


COULOIRS HUMANITAIRES, 4 ANS DE PONTIFICAT ET L'ACTU DE LA SEMAINE

VIDEO : http://www.sendspace.com/file/cq3r2q

Ce mardi, la rédaction de KTO revient largement sur la mise en place des couloirs humanitaires en France. Un projet oecuménique voulu par la communauté Sant´ Egidio. Ce matin, un protocole d´accord a été signé à l´Elysée. Dans cette édition, les responsables de Sant´ Egidio, l´Eglise catholique de France, du Secours Catholique, de la Fédération protestante de France et de la Fédération de l´entraide protestante de France s´expriment sur ce projet d´envergure. Nous vous proposons également un bilan des actes qui ont marqué les 4 années de pontificat du Pape François. Il a été élu le 13 mars 2013. Nous vous parlons aussi de deux anniversaires : les 60 ans de la mission ouvrière, avec son délégué national, le père Xavier Durand, mais aussi des 20 ans de l´association Chemin d´Humanité. Elle propose des formations économiques pour les prêtres. Des représentants catholiques, protestants et orthodoxes s´expriment aussi dans cette édition sur la notion du péché. Un colloque sur le sujet se tient pendant 2 jours à l´Institut Catholique de Paris. Dans la Chronique du Monde, Jasmin Lemieux-Lefebvre nous parle de la lettre envoyée au Premier Justin Trudeau par Mgr Douglas Crosby, président de la conférence épiscopale canadienne, au sujet du financement des politiques pro IVG décidé par le Canada. Dans le dossier, nous accueillons Vincent Picard, chargé des relations internationales de Sant´ Egidio France pour parler de l´une des actualités fortes du jour. Il revient en détail sur la mise en place des couloirs humanitaires en France.

http://www.ktotv.com/video/00144958/couloirs-humanitaires-4-ans-de-pontific…

Même KTOTV se fait censurer. Le fait de parler des couloirs humanitaires était-il un sujet trop chaud qui montrait l'implication du Vatican et des organisations de trop près? Deux reportages dans le présent vidéo.




Preuve que ce document a été censuré





Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 18 Mar - 19:11 (2017)    Sujet du message: COURT RULES POLICE CAN LEGALLY MURDER YOU AT HOME... AND IMMUNITY FROM LAWSUITS / TWO DOGS EXECUTED. FEDERAL COURT RULES POLICE CAN SHOOT YOUR DOG IT IT BARKS. Répondre en citant



COURT RULES POLICE CAN LEGALLY MURDER YOU AT HOME... AND IMMUNITY FROM LAWSUITS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=iaefy58Gyhw


TWO DOGS EXECUTED. FEDERAL COURT RULES POLICE CAN SHOOT YOUR DOG IT IT BARKS.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=BYIqaZ0IhXE

Ajoutée le 26 déc. 2016

Police news report - A federal court ruled that cops can shoot and kill your dog if it merely barks at them, something they have been doing routinely for years now anyway.

The 6th Circuit Court of Appeals upheld the decision of a lower court last week, siding with Michigan cops who shot and killed two dogs during a drug raid after they entered the home with a battering ram, according to the Huffington Post.

After cops busted down the door, one of the dogs only “moved a few inches” and the other ran down to the basement with its back to the cop when it was killed, according to the officers’ testimony referred to in the court’s opinion.

A civil rights lawsuit was filed by Mark and Cheryl Brown in 2015 against the City of Battle Creek, the Battle Creek Police Department and the three cops involved in the raid, which resulted in the couple’s two dogs being killed.

Lawyers for the Browns, who were not suspects in the raid, argued killing their dogs violated their right to be free from unreasonable search and seizure protected by the Fourth Amendment, which was dismissed by a lower court.

Battle Creek police were looking for the father of one of Cheryl Brown’s mother’s children, who they say was selling drugs from their home.

One cop testified the two dogs were sitting on the couch when one of them “lunged” at him, but added the dog had only moved “a few inches.”

Battle Creek cop Christof Klein immediately shot the dog.

Battle Creek cop Christof Klein (right)
Battle Creek cop Christof Klein (right)

Wounded, the dog ran to the basement where the other dog had fled upon cops entering after beating down the door.

Klein testified he began towards basement to “sweep” the home for drugs, then shot the dog he’d wounded again when it began barking from the bottom of the stairwell.

[The] “basement was loaded. You’ve gotta look under beds, you’ve gotta do everything, and [the dogs] basically prevented us from doing that, and they were protecting that basement,” Klein claimed under oath in court. Watch https://www.youtube.com/user/talkconn... Watch https://www.youtube.com/user/talkconn...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Dim 19 Mar - 03:23 (2017)    Sujet du message: ERDOGAN APPELLE LA DIASPORA TURQUE A REPEUPLER L'UE Répondre en citant

IMMIGRATION

ERDOGAN APPELLE LA DIASPORA TURQUE A REPEUPLER L'UE

© AFP 2017 ADEM ALTAN
International
15:43 18.03.2017(mis à jour 15:49 18.03.2017)

Recep Tayyip Erdogan encourage les Turcs de l’UE à former des familles nombreuses. Lors d’une intervention à Eskisehir, au sud d'Istanbul, il a invité ses compatriotes habitant en Europe à faire cinq enfants par famille afin de multiplier leur présence sur le continent et devenir ainsi «le futur de l’Europe».

Selon le journal turc Hurriyet, lors d'un discours à Eskisehir au sud d'Istanbul, le président Recep Tayyip Erdogan a appelé vendredi les Turcs de la diaspora en Europe à avoir cinq enfants.

« J'en appelle à mes frères et sœurs de l'Europe. Faites cinq enfants, pas trois », a-t-il souligné. « Votre patrie, c'est désormais la place où vous vivez et travaillez. Revendiquez cette place. Développez encore plus le business, faites entrer vos enfants dans les meilleures écoles, assurez-vous que vos familles vivent dans les meilleurs endroits, conduisez les meilleures voitures, vivez dans les plus belles maisons. C'est parce que vous êtes le futur de l'Europe. Cela sera la meilleure réponse à la vulgarité, à l'antagonisme et à l'injustice à votre endroit », a déclaré M. Erdogan.

Auparavant le ministre turc des Affaires européennes Ömer Çelik a stressé qu'Ankara devait réexaminer « le volet des passages terrestres » contenu dans le pacte avec l'UE sur la lutte contre l'immigration clandestine.

Ces déclarations interviennent en pleine crise diplomatique entre la Turquie et les Pays-Bas consécutive au refus de La Haye d'autoriser deux ministres turcs à participer à des meetings de soutien de la diaspora turque à Recep Tayyip Erdogan à l'approche d'un référendum sur le renforcement de ses pouvoirs, programmé pour le 16 avril.


© REUTERS/ Yves Herman
Aux législatives, les électeurs néerlandais votent pour… Erdogan

De plus, le 2 mars 2017, les autorités allemandes, évoquant des difficultés logistiques, ont annulé la tenue d'un rassemblement à Gaggenau (sud-ouest) avec comme orateur le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag. Ce meeting était organisé pour promouvoir le « oui » au référendum du 16 avril en Turquie, destiné à accroître les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan. Parallèlement, la ville de Cologne, dans l'ouest, a retiré l'autorisation d'un autre rassemblement prévu en présence du ministre turc de l'Economie, Nihat Zeybekci. Les jours suivants, deux autres meetings étaient annulés.


© AP Photo/
Erdogan traite les Pays-Bas de «république bananière»

Le pacte migratoire, conclu le 18 mars 2016 entre Ankara et Bruxelles, a permis de restreindre l'afflux de passages clandestins vers l'Europe via les îles grecques en mer Egée.

Depuis le 20 mars dernier, tous les nouveaux migrants irréguliers en provenance de Turquie qui arrivent dans les îles grecques sont renvoyés en Turquie. En contrepartie, l'UE a accepté de verser une aide financière à Ankara.

https://fr.sputniknews.com/international/201703181030514521-erdogan-appelle-diaspora-turque-a-repeupler-ue/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Lun 20 Mar - 16:36 (2017)    Sujet du message: CHAPUT : EVERYONE WHO'S A LEGAL CITIZEN SHOULD COME PRAY FOR IMMIGRANTS Répondre en citant

IMMIGRATION - SPIRITUAL AND MAYBE A PHYSICAL TRAP

CHAPUT : EVERYONE WHO'S A LEGAL CITIZEN SHOULD COME PRAY FOR IMMIGRANTS

On: 3/20/2017By Staff , In: Nation


Archbishop Charles Chaput of Philadelphia speaks at the Vatican Press Office March 25 2014. Photo credit: Daniel Ibanez CNA 2 CNA 6 8 16

Philadelphia, Pa., Mar 18, 2017 CNA.- As fears of deportation threaten to keep many immigrants home from a prayer service on Sunday, Archbishop Charles Chaput of Philadelphia is calling on citizens and legal residents to attend the event in support.

“As a Church that herself bore the cross of hatred toward immigrants, our Catholic past is a compelling reason to welcome the immigrants and refugees among us today,” the archbishop said in his latest CatholicPhilly column.

“These persons and families need our help. They are not strangers but friends. And how we treat them will prove or disprove whether we take our Christian discipleship seriously.”

A statement from the archdiocese noted that Archbishop Chaput is planning to lead a prayer service for immigrants and refugees at the Cathedral Basilica of Saints Peter and Paul at 4:00 p.m. on March 19.

However, the statement noted, “because of recent ICE actions to detain and deport the undocumented, immigrants may avoid the very service intended to show them the Church’s support.”

Archbishop Chaput called on all Catholic citizens and legal residents in the Greater Philadelphia area to attend the prayer service in a demonstration of solidarity for the immigrant community in the region.

He also addressed the broader issue of immigration in his column for the archdiocesan paper.

http://www.thebostonpilot.com/article.asp?utm_source=ConstantContact&ut…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Mer 22 Mar - 06:22 (2017)    Sujet du message: EXCLUSIVE: LIBERALS TO BUILD REFUGEE CAMPS ON CANADIAN MILITARY BASES Répondre en citant

IMMIGRATION

EXCLUSIVE: LIBERALS TO BUILD REFUGEE CAMPS ON CANADIAN MILITARY BASES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ZRMNyE0CZWc

Ajoutée le 8 févr. 2016

Ezra Levant reports this Rebel EXCLUSIVE: The Canadian military has been ordered by Justin Trudeau’s Liberals to draft plans to house more than 6,000 Muslim migrants on a long-term basis at military bases, according to documents obtained exclusively by The Rebel. MORE: http://www.therebel.media/breaking_li...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 04:18 (2017)    Sujet du message: WESTMINSTER APRES LES COUPS DE FEU ENTENDUS PRES DU PARLEMENT BRITANNIQUE (DIRECT DU 22.03) / (2017) BREAKING NEWS - LONDON ATTACK - MEANT FOR PRIME MINISTER THERESA MAY? SHOCKING MUST SEE / LONDON TERROR ATTACK : SPECIAL COVERAGE Répondre en citant

ATTENTAT SOUS FAUX-DRAPEAU / FALSE FLAG

WESTMINSTER APRES LES COUPS DE FEU ENTENDUS PRES DU PARLEMENT BRITANNIQUE (DIRECT DU 22.03)



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=F6BrGwcmw8A

Article : https://francais.rt.com/international/35691-attentat-londres-mois-mesures-n…


(2017) BREAKING NEWS - LONDON ATTACK - MEANT FOR PRIME MINISTER THERESA MAY? SHOCKING MUST SEE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=YGD8UplAoCg


LONDON TERROR ATTACK : SPECIAL COVERAGE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=2bk1893WYIY


Dernière édition par maria le Jeu 23 Mar - 05:43 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 04:57 (2017)    Sujet du message: ERDOGAN : "DEMAIN, AUCUN EUROPEEN NE POURRA FAIRE UN PAS DANS LA RUE EN SECURITE" Répondre en citant

ERDOGAN : "DEMAIN, AUCUN EUROPEEN NE POURRA FAIRE UN PAS DANS LA RUE EN SECURITE"

Christophe Da Silva (avec AFP)

22/03/17 - 12h59

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mercredi qu'aucun Européen ne pourrait plus "faire un pas dans la rue en sécurité" si l'Union européenne (UE) maintenait envers la Turquie une attitude qu'il a jugée hostile. © ap.

vidéo "La Turquie n'est pas un pays qu'on peut bousculer, dont on peut jouer avec l'honneur, dont on peut expulser les ministres", a précisé le président turc lors d'un discours à Ankara.
twitter-tweet a écrit:



Celui qu'il faut éliminer rapidement: @RT_Erdogan menace l'Europe https://t.co/8Cc4P7qIQK
— Philipullus ¿ (@philipullus)





Le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré mercredi qu'aucun Européen ne pourrait plus "faire un pas dans la rue en sécurité" si l'Union européenne (UE) maintenait envers la Turquie une attitude qu'il a jugée hostile.

Menaces claires


"Je m'adresse une nouvelle fois aux Européens (...) La Turquie n'est pas un pays qu'on peut bousculer, dont on peut jouer avec l'honneur, dont on peut expulser les ministres", a grondé M. Erdogan lors d'un discours à Ankara.

"Si vous continuez..."


"Le monde entier suit ce qu'il se passe de très près. Si vous continuez de vous comporter de cette manière, demain, aucun Européen, aucun occidental ne pourra plus faire un pas en sécurité, avec sérénité dans la rue, nulle part dans le monde", a-t-il ajouté.




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=0h8qtaifojg




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=zOzvOeNj42Q

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3111501/2017/03/22/Erdogan-Demain-aucun-Europeen-ne-pourra-faire-un-pas-dans-la-rue-en-securite.dhtml


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 06:03 (2017)    Sujet du message: LES ETATS-UNIS S'APPRÊTENT A FRAPPER LA COREE DU NORD, LE JAPON PREPARE SA POPULATION Répondre en citant

RUMEUR DE GUERRE

LES ETATS-UNIS S'APPRÊTENT A FRAPPER LA COREE DU NORD, LE JAPON PREPARE SA POPULATION

Par
Cheikh Dieng
-

17 mars 2017



Les Etats-Unis, par la voix de son secrétaire d’Etat, ont clairement annoncé que « toutes les optons étaient sur la table » pour enrayer la menace nord-coréenne. Pendant ce temps, le Japon mène sa première opération d’évacuation dans une école en cas d’attaque nucléaire en provenance de Pyongyang

Les Etats-Unis s’attendent à tout pour contrer la menace nord-coréenne. Ce vendredi, le secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson,  a fait savoir que « toutes les options étaient sur la table » pour faire face à Pyongyang, même si les Etats-Unis privilégient en ce moment une solution pacifique.

« Nous ne voulons certainement pas que les choses se transforment en un conflit militaire, nous sommes très clairs là-dessus dans notre communication. Mais, évidemment, si la Corée du Nord prend de mesures qui menacent les forces sud-coréennes et nos forces, alors ces mesures recevront une réponse appropriée », a déclaré Rex Tillerson, dans une conférence de presse à Seoul où il a rencontré Yun Byung-se, ministre sud-coréen des Affaires étrangères.


« Cette option est sur la table »

Le secrétaire d’Etat américain ajoute : « si la Corée du Nord élève la menace de son programme nucléaire à un niveau que nous estimons exige une action, cette option est sur la table ». Durant la conférence de presse, Rex Tillerson a souligné qu’il espérait une réponse de la Corée du Nord aux sanctions qui lui sont infligées avant que l’hypothèse d’une action militaire ne devienne sérieuse.

D’après Washington Post, les déclarations de Rex Tillerson ont été faites après une visite qui l’a mené à la zone démilitarisée qui sépare les deux pays. A cet endroit, précise Washington Post, le secrétaire d’Etat américain s’est trouvé en face-à-face avec les soldats nord-coréens qui se tiennent de l’autre côté de la ligne jaune qui marque la frontière entre les deux pays.

« Le Japon se prépare à tout »

Il est important de souligner que la Corée du Nord est l’un des épineux dossiers de l’administration Trump. Le 2 mars, Wall Street Journal avait d’ailleurs révélé que l’administration Trump envisageait sérieusement de mener une action militaire contre Pyongyang. Les autorités américaines devaient mettre sur la table toutes les options avant d’en informer le président.

Face à la menace de plus en plus pressante d’une attaque nucléaire du régime nord-coréen, le Japon se prépare au pire. Ce 17 mars, le média japonais, Asahi.com, nous a appris que la première opération d’évacuation a été menée dans une école élémentaire située à Oga. Cette opération devra permettre de se préparer à une toute attaque nucléaire en provenance Pyongyang.

http://lecourrier-du-soir.com/2017/03/17/les-etats-unis-sappretent-a-frappe…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 06:10 (2017)    Sujet du message: LE FILS D'UN DIRIGEANT DU HAMAS PARLE! Répondre en citant

LE FILS D'UN DIRIGEANT DU HAMAS PARLE!

22 mars 2017 / Actualité Chrétienne


VIDEO (English - français) : http://www.vietv.org/actualite-chretienne/fils-du-hamas/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Ven 24 Mar - 03:17 (2017)    Sujet du message: JOHN STOSSEL SAID SWAT TEAMS ARE OUT OF CONTROL IN AMERICA,THERE AT WAR WITH US Répondre en citant



JOHN STOSSEL SAID SWAT TEAMS ARE OUT OF CONTROL IN AMERICA,THERE AT WAR WITH US



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=ETd_utEWWuE&t=17s


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 25 Mar - 16:05 (2017)    Sujet du message: USA: LE PARTI DEMOCRATE INSINUE LA NECESSITE D'UN COUP D'ETAT Répondre en citant

RUMEUR DE GUERRE - COUP D'ETAT

USA: LE PARTI DEMOCRATE INSINUE LA NECESSITE D'UN COUP D'ETAT 

Publié par wikistrike.com sur 25 Mars 2017, 09:57am
Catégories : #Politique intérieure, #Culture - médias - Livres - expos - rencontres
 


Mercredi, le chroniqueur du New York Times, Thomas Friedman, a adressé une lettre ouverte à un groupe de généraux et d'agents de l'État profond, ainsi qu'à un dirigeant du cabinet du président Trump, les invitant à organiser un coup d'État. 

Les destinataires de la lettre de Friedman, au nom de code « Appel à quelques hommes de valeur », sont trois généraux - le secrétaire à la Défense James Mattis, le conseiller en sécurité nationale HR McMaster et le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly - ainsi que le directeur de la CIA Mike Pompeo et l'ancien magnat du pétrole et actuel Secrétaire d'État Rex Tillerson.

S'exprimant dans le langage d'un flagorneur politique, la chronique de Friedman commence : « Chers Messieurs, je vous écris aujourd'hui comme aux cinq adultes les plus intègres de l'administration Trump. Mattis, McMaster et Kelly, vous avez tous servi notre nation en tant que généraux sur le champ de bataille. Pompeo, vous, diplômé premier de votre promotion à West Point avez été officier de cavalerie. » 

Il continue : « Je vous écris directement parce que je crois que vous êtes les derniers des "quelques hommes de valeur" qui peuvent tenir tête » à Trump. Faisant référence à la destitution de Richard Nixon, Friedman déclare : « La dernière fois que notre pays a fait face à un tel cancer sur la présidence, la direction du Parti républicain s'est levée et a mis le pays avant le parti pour arriver à la vérité. » Mais, écrit-il, le Parti républicain d'aujourd'hui a « déclaré sa faillite morale » et « a renoncé à sa responsabilité ». 

Combinant la flatterie avec l'abaissement de soi, il poursuit : « Je demande à ceux d'entre vous qui ont honoré notre pays comme officiers militaires comment vous auriez réagi si votre commandant avait accusé son prédécesseur d'un haut crime qui violait son serment constitutionnel [...] Est-ce que vous, hommes de l'armée, auriez simplement dit : « Désolé, je ne fais que de l'artillerie » ou "Je reste dans ma voie ?" Connaissant certains d'entre vous, je préfère penser que non ». 

Friedman révèle le caractère complètement réactionnaire de l'opposition du Parti démocrate à l'administration Trump. Trump et sa bande de fascistes, de généraux et de milliardaires ont provoqué la haine de dizaines de millions de personnes aux États-Unis, qui s'opposent aux attaques de l'administration contre les droits démocratiques, à la persécution des immigrants par la police et aux appels au chauvinisme, au racisme et au militarisme. Mais l'opposition de Friedman et du Parti démocrate au nom duquel il parle n'a rien à voir avec ces sentiments démocratiques. 

Friedman donne la parole aux tendances dans et autour du Parti démocrate qui sont préparés, dans la poursuite de leur diabolisation style McCarthy de la Russie, à accueillir un coup d'État qui imposerait une junte réunissant les militaires, l'appareil de renseignement et les grandes entreprises sur le peuple américain. Les couches sociales riches et corrompues pour lesquelles ce chroniqueur milliardaire parle sont motivées par deux préoccupations principales. 

Tout d'abord, Trump menace les intérêts impérialistes américains dans le monde en se soustrayant à la politique belliqueuse de l'administration Obama contre la Russie, tout en minant l'image des États-Unis à l'échelle internationale par ses mensonges et ses intimidations envers les alliés de Washington. Il le précise dans sa chronique, faisant état de discussions dans les Émirats arabes unis et de sondages en Allemagne montrant un soutien en baisse pour les États-Unis, et avertissant que « le monde regarde ». 

Il cite le stratège impérialiste américain Richard Haass, président du Conseil des relations extérieures, qui avertit que sans une correction urgente de l'orientation, les États-Unis pourraient se retrouver « non pas avec l'Amérique d'abord, mais avec l'Amérique toute seule ». 

La deuxième grande préoccupation est que Trump suscite le mécontentement populaire aux États-Unis qui pourrait partir en vrille et menacer l'ensemble du système économique et politique. Loin d'en appeler à la large opposition populaire à Trump qui a commencé à éclater dans les jours après son investissement, le Parti démocrate est obsédé par le désir d'éviter à tout prix l'émergence d'un mouvement des masses ouvrières. 

C'est pourquoi il fait appel à l'appareil militaire et de renseignement et à l'aristocratie patronale dans sa lutte avec la faction de la classe dirigeante représentée par Trump. 

La guerre entre les deux est une guerre de menteurs entre deux factions profondément réactionnaires de la même élite capitaliste. Le camp de Trump cherche à adopter une approche différente dans l'impulsion de l'impérialisme américain pour l'hégémonie mondiale, mettant de côté pour l'instant des plans de guerre contre la Russie afin de concentrer l'agression américaine d'abord sur la Chine. 

Les deux factions entraîneraient le peuple des États-Unis et le monde dans une troisième guerre mondiale, avec la perspective de l'annihilation nucléaire. Et il n'y a aucune différence entre les deux sur la nécessité d'escalader la guerre contre la classe ouvrière. 

Ceux qui s'opposent à la politique de racisme anti-immigrés de Trump, à la destruction des programmes sociaux et à la guerre doivent rejeter les efforts des démocrates pour canaliser le sentiment populaire anti-Trump derrière leur propre programme de guerre et de réaction sociale. Ce qui est nécessaire, et ce pour quoi le Parti de l'égalité socialiste et le World Socialist Web Site se battent, c'est le développement d'une opposition ouvrière basée sur un programme socialiste pour mettre fin au capitalisme et à l'impérialisme. 

(Article paru en anglais le 23 mars 2017)

http://www.wikistrike.com/2017/03/usa-le-parti-democrate-insinue-la-necessi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 25 Mar - 16:23 (2017)    Sujet du message: VATICAN : GUERRE OUVERTE CONTRE LES INSOUMIS AU NOUVEAU SYSTEME GLOBAL, AUSSI APPELEE LE POPULISME MODERNE Répondre en citant




RUMEUR DE GUERRE

VATICAN : GUERRE OUVERTE CONTRE LES INSOUMIS AU NOUVEAU SYSTEME GLOBAL, AUSSI APPELEE LE POPULISME MODERNE
 


LE PAPE PROPHETISE LA «MORT» DE L’UE SI ELLE NE RETROUVE PAS SES IDEAUX FONDATEURS

Populisme qui fut très fort, dirigé et contrôlé par la franc-maçonnerie durant la Révolution française. Plusieurs des groupes populistes d'aujourd'hui sont aussi contrôlés par ces mêmes entités. Le but final : retrouver les idéaux fondateurs de Rome ou dirais-je soumettre l'Europe entièrement sous la coupe papale avec tout ce que Babylone peut apporter comme déception et de contrôle total sur tous ses sujets. Une guerre totale sur le point d'éclater, guerre spirituelle car elle se soulève contre le Dieu Souverain et Grand prêtre et contre sa création toute entière. Montrant ainsi sa sincère et profonde rébellion contre l'ordre établi.
Pour l'accomplissement final et s'assurer d'une victoire finale et complète, le Pape François demande une complète soumission à tous ses leaders européens : "Face au 27 dirigeants des pays de l’Union européenne, il a proposé la «solidarité» comme «antidote contre les populismes modernes». " Nous verrons donc une nette augmentation des lois criminalisant les dits "populismes" et une augmentation des attentats sous-drapeaux et attaques des migrants en Europe afin d'aider à une "refondation" de l'Europe.

-----

Le populisme désigne un type de discours et de courants politiques qui fait appel aux intérêts du « peuple » (d’où son nom) et prône à son recours, tout particulièrement en opposant ses intérêts avec ceux de « l'élite »1, qu'il prend pour cible de ses critiques, s’incarnant dans une figure charismatique et soutenu par un parti acquis à ce corpus idéologique2.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Populisme_(politique)





MITHRA, Dieu indo-iranien, fils d'Anahita. Son culte connut un important développement dans la Rome antique
 

-----


PLANETE TERRE - 31/10 - LA MONTEE DES POPULISMES MODERNES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=hbHI7E4RTRs

-----


24 mars 2017, 19:51


© Ettore Ferrari / AFP
Le souverain pontife s'est exprimé sur l'avenir de l'Europe

A l’occasion d’une rencontre avec les dirigeants des pays européens à la veille des célébrations du 60e anniversaire du traité de Rome, le Saint-Père a exposé une vision particulièrement sombre de l’avenir de l’UE.

«Tout corps qui perd le sens de son chemin, tout corps à qui vient à manquer ce regard en avant, souffre d'abord d'une régression et finalement risque de mourir», a déclaré le pape François le 24 mars au Vatican.

Face au 27 dirigeants des pays de l’Union européenne, il a proposé la «solidarité» comme «antidote contre les populismes modernes».

Le pape a ensuite préconisé de «recommencer à penser de manière européenne, pour conjurer le danger opposé d'une uniformité grise, c'est-à-dire le triomphe des particularismes».

«L'Europe retrouve l'espérance lorsqu'elle ne s'enferme pas dans la peur et dans de fausses sécurités», a-t-il poursuivi, avant d’évoquer l’arrivée de milliers de migrants sur le Vieux continent : «On ne peut pas se contenter de gérer la grave crise migratoire de ces années comme si elle n'était qu'un problème numérique, économique ou de sécurité.»

Le souverain pontife s’exprimait devant les chefs des différents Etats membres de l'Union européenne, à la veille des 60 ans du traité de Rome.

Lire aussi : Le pape appelle à l'ouverture par rapport aux migrants en Europe

https://francais.rt.com/international/35791-pape-prophetise-mort-ue-ideaux-…


L’EUROPE D'AUJOURD'HUI «REJETEE», VIVE L'EUROPE DE DEMAIN!



Alors que l’avenir de l’Union européenne préoccupe nombre de politologues, le projet «Europe : la supranationalité a échoué, faisons confiance aux nations» présenté par Jean-Pierre Chevènement et quinze autres personnalités appelle à une refondation. Franck Dedieu, délégué général de République Moderne, présente ses commentaires à Sputnik.

L'avenir de l'Union européenne fait couler beaucoup d'encre. Europhobie et europhilie peuvent-elles cohabiter? Franck Dedieu, délégué général de République Moderne, présente ses commentaires à Sputnik suite à la publication par Jean-Pierre Chevènement d'une tribune dans le Figaro dénonçant l'Union européenne et sa Commission supranationale et intitulée « Europe: la supranationalité a échoué, faisons confiance aux nations ».


© AFP 2017 Maurizio Gambarini / dpa / AFP
Menace salafiste en Europe: «Je crains pour la société»

D'après M. Dedieu, il serait faux de parler de la fin de l'Europe, mais on peut effectivement parler de son rejet par la population européenne dans son état actuel, qui demande une rénovation et un nouveau projet. « L'Europe n'est pas condamnée parce que justement nous appelons à une refondation. On est favorable à une Europe européenne, à une Europe des nations. […] C'est la raison pour laquelle à ce rejet et à cette résignation, doit répondre un projet plus ambitieux qui soit à la fois un projet d'indépendance, à la fois un projet plus démocratique et puis aussi un projet de prospérité :roll: », explique M. Dedieu à Sputnik.

Pour le délégué, il est nécessaire de refonder les traités, avec une matrice d'idées et de valeurs qui soit radicalement différente et qui laisse une place importante aux nations, qui sont le cadre naturel de la souveraineté populaire.

« Il faut poursuivre [ce projet de rénovation, ndlr] sur des bases radicalement nouvelles. Il ne faut pas détruire du tout, il ne faut pas divorcer, il faut revoir le contrat de mariage de fond en comble » :roll: , a déclaré M. Dedieu.

De même, le délégué insiste sur le fait qu'on ne parle pas ici des idées eurosceptiques, ce qui diffère, par exemple, de Jean-Luc Mélenchon, candidat de La France insoumise, mais surtout de la reconstruction de la nouvelle Europe basée sur la souveraineté nationale.

« Cet appel à faire un nouveau traité a quand même au départ une approche qui n'est pas une approche de déconstruction mais de reconstruction », a conclu le délégué.

«Nous, la sortie de l’Union européenne, on entend la faire immédiatement»

L'initiative du projet « Europe: la supranationalité a échoué, faisons confiance aux nations » fait appel à une refonte en profondeur des institutions, appelant à la mise en place d'une communauté européenne plus resserrée et homogène par son PIB et sa population, mais surtout à refonder une Union européenne basée sur le principe de «souveraineté nationale et d'adhésion des populations».

https://fr.sputniknews.com/international/201703241030610031-europe-union-eu…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 25 Mar - 16:25 (2017)    Sujet du message: SOIXANTE ANS APRES, DISCERNER LES VOIES DE L'ESPERANCE POUR L'EUROPE (TEXTE INTEGRAL) Répondre en citant





RUMEUR DE GUERRE

SOIXANTE ANS APRES, DISCERNER LES VOIES DE L'ESPERANCE POUR L'EUROPE (TEXTE INTEGRAL)

ENGLISH :
Sixty Years Later, a Future and Hope for Europe (Pope’s Unabridged Text)
https://zenit.org/articles/sixty-years-later-a-future-and-a-hope-for-europe…

Les piliers de l’édifice des « Pères de l’Europe »

24 mars 2017RédactionEurope, Pape François

 

Les 60 ans des Traités de Rome, 24 mars 2017, capture CTV

Les piliers de la construction européenne, il y a soixante ans, sont autant de balises pour tracer son avenir et un chemin d’espérance, estime le pape François qui décline: « la centralité de l’homme, une solidarité effective, l’ouverture au monde, la poursuite de la paix et du développement, l’ouverture à l’avenir ».

Le pape a en effet reçu les responsables européens à l’occasion du 60e anniversaire de la signature des Traités de Rome, le 25 mars 1957, ce vendredi 24 mars 2017, à 18h, au Vatican.

Le pape, qui s’est exprimé en italien, et debout, a évoqué les « Pères de l’Europe » et il a invité les Européens à se laisser « provoquer par leurs paroles, par l’actualité de leur pensée, par l’engagement passionné pour le bien commun qui les a caractérisés, par la certitude de faire partie d’une œuvre plus grande que leurs personnes et par la grandeur de l’idéal qui les animait ». Il a rappelé que l’Europe ne peut être réduite à un ensemble de règlements contraignants.

Il a offert cette définition de l’Europe: « L’Europe a un patrimoine d’idéaux et de spiritualité unique au monde qui mérite d’être proposé à nouveau avec passion et avec une fraîcheur renouvelée et qui est le meilleur antidote contre le vide de valeurs de notre temps, terrain fertile pour toute forme d’extrémisme. »

Il conclut par un appel pour les jeunes, la famille et la vie: « L’Europe retrouve l’espérance lorsqu’elle s’ouvre à l’avenir. Lorsqu’elle s’ouvre aux jeunes, en leur offrant de sérieuses perspectives d’éducation, de réelles possibilités d’insertion dans le monde du travail. Lorsqu’elle investit dans la famille, qui est la première et fondamentale cellule de la société. Lorsqu’elle respecte la conscience et les idéaux de ses citoyens. Lorsqu’elle garantit la possibilité d’avoir des enfants, sans la peur de ne pas pouvoir les entretenir. Lorsqu’elle défend la vie dans toute sa sacralité. »

Le pape a reçu 27 chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne – dont le président français, François Hollande, et la chancelière allemande, Angela Merkel – et leurs délégations, dans la Sala Regia du palais apostolique du Vatican, en présence de représentants des Institutions européennes, M. Antonio Tajani, président du Parlement, M. Donald Tusk, président du Conseil européen, M. Jean-Claude Junker, président de la Commission européenne, Mme Federica Mogherini, ministre des Affaires étrangères de l’Union.

Le pape a pris la parole après l’allocution de M. Tajani – en italien, évoquant la vocation de « servir » en politique – et du président du Conseil italien, M. Paolo Gentiloni, qui a évoqué – s’exprimant en italien puis anglais – l’assassinat du père Jacques Hamel et l’attentat de Londres.

AB

Discours du pape François

Honorables hôtes,

Je vous remercie de votre présence, ce soir, à la veille du 60ème anniversaire de la signature des Traités fondateurs de la Communauté Economique Européenne et de la Communauté Européenne de l’Energie Atomique. Je désire signifier à chacun l’affection que le Saint Siège nourrit pour vos pays respectifs et pour toute l’Europe, aux destins desquels il est indissolublement lié, par disposition de la Providence divine. J’exprime une gratitude particulière à Monsieur Paolo Gentiloni, Président du Conseil des Ministres de la République italienne, pour les aimables paroles qu’il a adressées au nom de tous et pour l’engagement que l’Italie a prodigué pour préparer cette rencontre ; de même qu’à Monsieur Antonio Tajani, Président du Parlement européen, qui a exprimé les attentes des peuples de l’Union en cette occasion.

Revenir à Rome 60 ans après ne peut être seulement un voyage dans les souvenirs, mais bien plutôt le désir de redécouvrir la mémoire vivante de cet évènement pour en comprendre la portée dans le présent. Il faut se resituer dans les défis de l’époque pour affronter ceux d’aujourd’hui et de demain. Avec ses récits pleins d’évocations, la Bible nous offre une méthode pédagogique fondamentale : on ne peut pas comprendre le temps que nous vivons sans le passé, compris non pas comme un ensemble de faits lointains, mais comme la sève vitale qui irrigue le présent. Sans une telle conscience la réalité perd son unité, l’histoire son fil logique et l’humanité perd le sens de ses actions et la direction de son avenir.

Le 25 mars 1957 fut une journée chargée d’attentes et d’espérances, d’enthousiasme et d’anxiété, et seul un événement exceptionnel, par sa portée et ses conséquences historiques, pouvait la rendre unique dans l’histoire. La mémoire de ce jour s’unit aux espérances d’aujourd’hui et aux attentes des peuples européens qui demandent de discerner le présent afin de poursuivre, avec un élan renouvelé et avec confiance, le chemin commencé.

Les Pères fondateurs et les Responsables étaient bien conscients que, apposant leur signature sur les deux Traités, ils donnaient vie à cette réalité politique, économique, culturelle, mais surtout humaine, que nous appelons aujourd’hui l’Union Européenne. D’autre part, comme le disait le Ministre des Affaires Etrangères belge Spaak, il s’agissait, « c’est vrai, du bien-être matériel de nos peuples, de l’expansion de nos économies, du progrès social, de possibilités industrielles et commerciales totalement nouvelles, mais avant tout […] [d’] une conception de la vie à la mesure de l’homme fraternel et juste »[1].

Après les années sombres et cruelles de la Seconde Guerre Mondiale, les Responsables de l’époque ont eu foi en la possibilité d’un avenir meilleur, ils « n’ont pas manqué d’audace et n’ont pas agi trop tard. Le souvenir de leurs malheurs et peut-être aussi de leurs fautes semble les avoir inspirés, leur a donné le courage nécessaire pour oublier les vieilles querelles, […] penser et agir de manière vraiment nouvelle et pour réaliser la plus grande transformation […] de l’Europe »[2].

Les Pères fondateurs nous rappellent que l’Europe n’est pas un ensemble de règles à observer, elle n’est pas un recueil de protocoles et de procédures à suivre. Elle est une vie, une manière de concevoir l’homme à partir de sa dignité transcendante et inaliénable, et non pas seulement comme un ensemble de droits à défendre, ou de prétentions à revendiquer. A l’origine de l’idée d’Europe il y a « la figure et la responsabilité de la personne humaine avec son ferment de fraternité évangélique, […] avec sa volonté de vérité et de justice aiguisée par une expérience millénaire »[3]. Rome, avec sa vocation à l’universalité[4], est le symbole de cette expérience et pour cette raison fut choisie comme lieu de la signature des Traités, puisque ici – comme le rappela le Ministre des Affaires Etrangères Hollandais Luns – « furent jetées […] les bases politiques, juridiques et sociales de notre civilisation »[5].

S’il fut clair dès le début que le cœur palpitant du projet politique européen ne pouvait qu’être l’homme, le risque que les Traités restent lettre morte fut aussi évident. Ceux-ci devaient être remplis d’esprit vital. Et le premier élément de la vitalité européenne est la solidarité. «La Communauté économique européenne – a affirmé le Premier Ministre luxembourgeois Bech – ne vivra et ne réussira que si, tout au long de son existence, elle reste fidèle à l’esprit de solidarité européenne qui l’a fait naître et si la volonté commune de l’Europe en gestation est plus puissante que les volontés nationales »[6]. Cet esprit est d’autant plus nécessaire aujourd’hui devant les poussées centrifuges comme aussi devant la tentation de réduire les idéaux fondateurs de l’Union aux nécessités productives, économiques et financières.

La capacité de s’ouvrir aux autres naît de la solidarité. « Nos plans ne sont pas égoïstes »[7], a dit le Chancelier allemand Adenauer. Le Ministre des Affaires Etrangères français Pineau lui faisait écho: « Sans doute, les pays en s’unissant […] n’entendent pas s’isoler du reste du monde et dresser autour d’eux des barrières infranchissables »[8]. Dans un monde qui connaissait bien le drame des murs et des divisions, l’importance de travailler pour une Europe unie et ouverte était bien claire, ainsi que la volonté commune d’œuvrer pour supprimer cette barrière artificielle qui, de la Mer Baltique à l’Adriatique divisait le continent. Comme on a peiné pour faire tomber ce mur ! Et cependant aujourd’hui le souvenir de cette peine s’est perdu. S’est perdue aussi la conscience du drame des familles séparées, de la pauvreté et de la misère que cette division avait provoquées. Là où des générations aspiraient à voir tomber les signes d’une inimitié forcée, on se demande maintenant comment laisser au dehors les « dangers » de notre époque : en commençant par la longue file des femmes, hommes et enfants qui fuient la guerre et la pauvreté, qui demandent seulement la possibilité d’un avenir pour soi et pour leurs familles.

Dans l’absence de mémoire qui caractérise notre temps, on oublie souvent une autre grande conquête, fruit de la solidarité ratifiée le 25 mars 1957 : le temps de paix le plus long des derniers siècles. Des « peuples qui si souvent au cours des temps se sont trouvés dans des camps opposés, dressés les uns contre les autres sur le champ de bataille, […] se rejoignent et s’unissent à travers la richesse de leur diversité »[9]. La paix se construit toujours avec la participation libre et consciente de chacun. Cependant, « pour beaucoup aujourd’hui la paix semble [être], de quelque manière, un bien établi »[10] et il est ainsi facile de finir par la considérer superflue. Au contraire, la paix est un bien précieux et essentiel puisque sans elle on ne peut construire un avenir pour personne et on finit par “vivre au jour le jour”.

L’Europe unie naît, en effet, d’un projet clair, bien défini, correctement réfléchi, bien qu’au début seulement embryonnaire. Tout bon projet regarde vers l’avenir et l’avenir ce sont les jeunes, appelés à réaliser les promesses de l’avenir[11]. Il y avait donc chez les Pères fondateurs la claire conscience de faire partie d’une œuvre commune qui ne traverse pas seulement les frontières des Etats mais traverse aussi celles du temps de manière à lier les générations entre elles, toutes également participantes de la construction de la maison commune.

Honorables hôtes,

J’ai consacré cette première partie de mon intervention aux Pères de l’Europe, pour que nous nous laissions provoquer par leurs paroles, par l’actualité de leur pensée, par l’engagement passionné pour le bien commun qui les a caractérisés, par la certitude de faire partie d’une œuvre plus grande que leurs personnes et par la grandeur de l’idéal qui les animait. Leur dénominateur commun était l’esprit de service, uni à la passion politique et à la conscience qu’ « à l’origine de [cette] civilisation européenne se trouve le christianisme »[12], sans lequel les valeurs occidentales de dignité, de liberté, et de justice deviennent complètement incompréhensibles. « Et encore aujourd’hui – a affirmé saint Jean-Paul II – l’âme de l’Europe demeure unie, parce que, au-delà de ses origines communes, elle vit les mêmes valeurs chrétiennes et humaines, comme celles de la dignité de la personne humaine, du profond sentiment de la justice et de la liberté, du travail, de l’esprit d’initiative, de l’amour de la famille, du respect de la vie, de la tolérance, du désir de coopération et de paix, qui sont les notes qui la caractérisent »[13]. Dans notre monde multiculturel ces valeurs continueront à trouver plein droit de cité si elles savent maintenir leur lien vital avec la racine qui les a fait naître. Dans la fécondité d’un tel lien se trouve la possibilité de construire des sociétés authentiquement laïques, exemptes d’oppositions idéologiques, où trouvent également place le natif et l’autochtone, le croyant et le non croyant.

Au cours de ces dernières 60 années le monde a beaucoup changé. Si les Pères fondateurs, qui avaient survécu à un conflit dévastateur, étaient animés par l’espérance d’un avenir meilleur et déterminés par la volonté de le poursuivre, en évitant que surgissent de nouveaux conflits, notre époque est davantage dominée par l’idée de crise. Il y a la crise économique, qui a caractérisé les 10 dernières années, il y a la crise de la famille et des modèles sociaux consolidés, il y a une diffuse “crise des institutions” et la crise des migrants : beaucoup de crises, qui cachent la peur et le désarroi profond de l’homme contemporain, qui demande une nouvelle herméneutique pour l’avenir. Cependant, le terme “crise” n’a pas en soi une connotation négative. Il n’indique pas seulement un mauvais moment à dépasser. Le mot crise a pour origine le verbe grec crino (κρίνω), qui signifie examiner, évaluer, juger. Notre temps est donc un temps de discernement, qui nous invite à évaluer l’essentiel et à construire sur lui : c’est donc un temps de défis et d’opportunités.

Quelle est alors l’herméneutique, la clef d’interprétation avec laquelle nous pouvons lire les difficultés du présent et trouver des réponses pour l’avenir ? Le rappel de la pensée des Pères serait, en effet, stérile s’il ne servait pas à nous indiquer un chemin, s’il ne se faisait pas stimulation pour l’avenir et source d’espérance. Tout corps qui perd le sens de son chemin, tout corps à qui vient à manquer ce regard en avant, souffre d’abord d’une régression et finalement risque de mourir. Quel est donc l’héritage des Pères fondateurs ? Quelles perspectives nous indiquent-ils pour affronter les défis qui nous attendent? Quelle espérance pour l’Europe d’aujourd’hui et de demain?

Nous trouvons les réponses précisément dans les piliers sur lesquels ils ont voulu édifier la Communauté économique européenne et que j’ai déjà rappelés : la centralité de l’homme, une solidarité effective, l’ouverture au monde, la poursuite de la paix et du développement, l’ouverture à l’avenir. Il revient à celui qui gouverne de discerner les voies de l’espérance – voilà votre tâche: discerner les voies de l’espérance -, d’identifier les parcours concrets pour faire en sorte que les pas significatifs accomplis jusqu’ici ne se perdent pas, mais soient le gage d’un long et fructueux chemin.

L’Europe retrouve l’espérance lorsque l’homme est le centre et le cœur de ses institutions. J’estime que cela implique l’écoute attentive et confiante des requêtes qui proviennent aussi bien des individus que de la société et des peuples qui composent l’Union. Malheureusement, on a souvent l’impression qu’est en cours un ‘‘décrochage affectif’’ entre les citoyens et les institutions européennes, souvent considérées comme lointaines et pas attentives aux diverses sensibilités qui constituent l’Union. Affirmer la centralité de l’homme signifie aussi retrouver l’esprit de famille, dans lequel chacun contribue librement selon ses propres capacités et talents à [l’édification de] la maison commune. Il est opportun de se souvenir que l’Europe est une famille de peuples[14], que – comme dans chaque famille – il y a des susceptibilités différentes, mais que tous peuvent grandir dans la mesure où on est unis. L’Union Européenne naît comme unité des différences et unité dans les différences. Les particularités ne doivent donc pas effrayer, et on ne peut penser que l’unité soit préservée par l’uniformité. Elle est plutôt l’harmonie d’une communauté. Les Pères fondateurs ont choisi justement ce terme comme le pivot des entités qui naissaient des Traités, en mettant l’accent sur le fait qu’on mettait en commun les ressources et les talents de chacun. Aujourd’hui, l’Union Européenne a besoin de redécouvrir le sens d’être avant tout une ‘‘communauté’’ de personnes et de peuples conscients que « le tout est plus que la partie, et plus aussi que la simple somme de celles-ci »[15] et que donc « il faut toujours élargir le regard pour reconnaître un bien plus grand qui sera bénéfique à tous »[16]. Les Pères fondateurs cherchaient cette harmonie dans laquelle le tout est dans chacune des parties, et les parties sont – chacune avec sa propre originalité – dans le tout.

L’Europe retrouve l’espérance dans la solidarité qui est aussi le plus efficace antidote contre les populismes modernes. La solidarité comporte la conscience de faire partie d’un seul corps et en même temps implique la capacité que chaque membre a de ‘‘sympathiser’’ avec l’autre et avec l’ensemble. Si l’un souffre, tous souffrent (cf. 1 Co 12, 26). Ainsi, nous aussi, aujourd’hui, nous pleurons avec le Royaume-Uni les victimes de l’attentat qui a touché Londres il y a deux jours. La solidarité n’est pas une bonne intention : elle est caractérisée par des faits et des gestes concrets, qui rapprochent du prochain, indépendamment de la condition dans laquelle il se trouve. Au contraire, les populismes prospèrent précisément à partir de l’égoïsme, qui enferme dans un cercle restreint et étouffant et qui ne permet pas de surmonter l’étroitesse de ses propres pensées et de ‘‘regarder audelà’’. Il faut recommencer à penser de manière européenne, pour conjurer le danger opposé d’une uniformité grise, c’est-à-dire le triomphe des particularismes. C’est à la politique que revient ce leadership d’idéaux qui évite de se servir des émotions pour gagner le consentement, mais qui élabore plutôt, dans un esprit de solidarité et de subsidiarité, des politiques faisant grandir toute l’Union dans un développement harmonieux, en sorte que celui qui réussit à courir plus vite puisse tendre la main à celui qui va plus lentement et qui a plus de difficultés à atteindre celui qui est en tête.

L’Europe retrouve l’espérance lorsqu’elle ne s’enferme pas dans la peur et dans de fausses sécurités. Au contraire, son histoire est fortement déterminée par la rencontre avec d’autres peuples et cultures et son identité « est, et a toujours été, une identité dynamique et multiculturelle »[17]. Le monde nourrit un intérêt pour le projet européen. Cet intérêt existe depuis le premier jour, à travers la foule amassée sur la place du Capitole et à travers les messages de félicitations qui arrivèrent des autres États. Il y en a encore plus aujourd’hui, à partir de ces pays qui demandent à entrer pour faire partie de l’Union, comme de ces États qui reçoivent des aides qui, grâce à une vive générosité, leur sont offertes pour faire face aux conséquences de la pauvreté, des maladies et des guerres. L’ouverture au monde implique la capacité de « dialogue comme forme de rencontre »[18] à tous les niveaux, à commencer par celui des États membres et des Institutions ainsi que des citoyens jusqu’à celui des nombreux immigrés qui abordent les côtes de l’Union. On ne peut pas se contenter de gérer la grave crise migratoire de ces années comme si elle n’était qu’un problème numérique, économique ou de sécurité. La question migratoire pose un problème plus profond, qui est d’abord culturel. Quelle culture propose l’Europe aujourd’hui ? La peur, souvent visible, trouve, en effet, dans la perte d’idéaux sa plus radicale cause. Sans une vraie perspective d’idéaux, on finit par être  dominé par la crainte que l’autre nous arrache à nos habitudes consolidées, nous prive des conforts acquis, mette en quelque sorte en cause un style de vie trop souvent fait uniquement de bien-être matériel. Au contraire, la richesse de l’Europe a toujours été son ouverture spirituelle et la capacité à se poser des questions fondamentales sur le sens de l’existence. À l’ouverture envers le sens de l’éternel a correspondu également une ouverture positive, bien que non dénuée de tensions et d’erreurs, envers le monde. Le bien-être acquis semble, par contre, lui avoir rogné les ailes, et fait abaisser le regard. L’Europe a un patrimoine d’idéaux et de spiritualité unique au monde qui mérite d’être proposé à nouveau avec passion et avec une fraîcheur renouvelée et qui est le meilleur antidote contre le vide de valeurs de notre temps, terrain fertile pour toute forme d’extrémisme. Ce sont ces idéaux qui ont rendu Europe, cette ‘‘péninsule de l’Asie’’ qui depuis l’Oural arrive à l’Atlantique.

L’Europe retrouve l’espérance lorsqu’elle investit dans le développement et dans la paix. Le développement n’est pas assuré par un ensemble de techniques productives. Il concerne tout l’être humain : la dignité de son travail, des conditions de vie adéquates, la possibilité d’accéder à l’instruction et aux soins médicaux nécessaires. « Le développement est le nouveau nom de la paix »[19], a affirmé Paul VI, puisqu’il n’y a pas de vraie paix lorsqu’il y a des personnes marginalisées et contraintes à vivre dans la misère. Il n’y a pas de paix là où manquent le travail et la perspective d’un salaire digne. Il n’y a pas de paix dans les périphéries de nos villes, où se répandent drogue et violence.

L’Europe retrouve l’espérance lorsqu’elle s’ouvre à l’avenir. Lorsqu’elle s’ouvre aux jeunes, en leur offrant de sérieuses perspectives d’éducation, de réelles possibilités d’insertion dans le monde du travail. Lorsqu’elle investit dans la famille, qui est la première et fondamentale cellule de la société. Lorsqu’elle respecte la conscience et les idéaux de ses citoyens. Lorsqu’elle garantit la possibilité d’avoir des enfants, sans la peur de ne pas pouvoir les entretenir. Lorsqu’elle défend la vie dans toute sa sacralité.
Honorables hôtes,

Vu l’allongement général de l’espérance de vie, soixante ans sont aujourd’hui considérés comme le temps de la pleine maturité. Un âge crucial où encore une fois on est appelé à se remettre en cause. L’Union Européenne est aujourd’hui appelée à se remettre en cause, à soigner les inévitables ennuis de santé qui surviennent avec les années et à trouver de nouveaux parcours pour poursuivre son chemin. Cependant, à la différence d’un être humain de soixante ans, l’Union Européenne n’a pas devant elle une vieillesse inévitable, mais la possibilité d’une nouvelle jeunesse. Son succès dépendra de la volonté de travailler une fois encore ensemble et de la volonté de parier sur l’avenir. Il vous reviendra, en tant que dirigeants, de discerner la voie d’un « nouvel humanisme européen »[20], fait d’idéaux et de choses concrètes. Cela signifie ne pas avoir peur de prendre des décisions efficaces, en mesure de répondre aux problèmes réels des personnes et de résister à l’épreuve du temps.

De mon côté, je ne peux qu’assurer de la proximité du Saint-Siège et de l’Église à l’Europe entière, à l’édification de laquelle elle a depuis toujours contribué et contribuera toujours, en invoquant sur elle la bénédiction du Seigneur, afin qu’il la protège et lui donne la paix et le progrès. C’est pourquoi, je fais miennes les paroles que Joseph Bech a prononcées au Capitole : Ceterum censeo Europam esse ædificandam, d’ailleurs je pense que l’Europe mérite d’être construite.

Merci !

***

NOTES

[1] P.H. Spaak, Ministre des Affaires Etrangères de la Belgique, Discours prononcé à l’occasion de la signature des Traités de Rome, 25 mars 1957.
[2] P.H. Spaak, Discours, cit.
[3] A. de Gasperi, Notre patrie l’Europe. Discours à la Conférence Parlementaire Européenne, 21 avril 1954, in : Alcide De Gasperi e la politica internazionale, Cinque Lune, Roma 1990, vol.III, 437-440.
[4] Cf. P.H. Spaak, Discours, cit.
[5] J. Luns, Ministre des Affaires Etrangères des Pays Bas, Discours prononcé à l’occasion de la signature des Traités de Rome, 25 mars 1957.
[6] J. Bech, Premier Ministre du Luxembourg, Discours prononcé à l’occasion de la signature des Traités de Rome, 25 mars 1957.
 [7] K. Adenauer, Chancelier fédéral de la République Fédérale d’Allemagne, Discours prononcé à l’occasion de la signature des Traités de Rome, 25 mars 1957. [8] C. Pineau, Ministre des Affaires Etrangères de la France, Discours prononcé à l’occasion de la signature des Traités de Rome, 25 mars 19857.
[9] P.H. Spaak, Discours, cit.
[10] Discours aux membres du Corps Diplomatique accrédité près le Saint-Siège, 9 janvier 2017.
[11] Cf. P.H. Spaak, Discours, cit.
[12] A. de Gasperi, Notre Patrie Europe, cit.
 [13] Jean-Paul II, Acte européen, Saint Jacques de Compostelle, 9 novembre 1982 : AAS 75/I (1983), 329.
[14] Cf. Discours au Parlement Européen, Strasbourg, 25 novembre 2014 : AAS 106 (2014), 1000
[15] Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 235
[16] Ibid.
[17] Discours lors de la remise du Prix Charlemagne, 6 mai 2016, L’Osservatore Romano, édition en français (12 mai 2016), p. 10.
 [18] Exhort. ap. Evangelii gaudium, n. 239.
[19] Paul VI, Lett.enc. Populorum progressio, 26 mars 1967, n. 87 : AAS 59 (1967), p. 299.
 [20] Discours lors de la remise du Prix Charlemagne, 6 mai 2016. L’Osservatore Romano, édition en français (12 mai 2016), p. 10. [Texte original: Français]

© Librairie éditrice du Vatican

https://fr.zenit.org/articles/soixante-ans-apres-discerner-les-voies-de-lesperance-pour-leurope-texte-integral/


   


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 25 Mar - 16:48 (2017)    Sujet du message: PEUT-ON ENCORE FAIRE RÊVER QUAND ON A 60 ANS? L'UE DIT OUI Répondre en citant

PEUT-ON ENCORE FAIRE RÊVER QUAND ON A 60 ANS? L'UE DIT OUI



Une quarantaine de dirigeants de l'Union européenne ont signé ce samedi la Déclaration de Rome, 60 ans exactement après le Traité de Rome. Un acte de foi, qui intervient dans un rare contexte de division et de discorde, avec risques terroristes et manifestations au programme. Notre suivi en continu

11h45. Il y a des signatures qui durent...
Sous les applaudissements, chacun des 27 chefs d'Etat et de gouvernement ainsi que les dirigeants des institutions européennes ont paraphé la «Déclaration de Rome» au Capitole, dans la même salle des Horaces et des Curiaces où avait été signé le traité historique le 25 mars 1957. Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a signé la «Déclaration de Rome» avec le stylo original - «la même plume», a-t-il souligné - que celui employé par le représentant Luxembourg il y a 60 ans. «Il y a des signatures qui durent», a commenté M. Juncker, longuement applaudi.


11h30. L'appel à l'Union de Donald Tusk. Le président du Conseil européen a exhorté les 27 de l'UE à «prouver aujourd'hui qu'ils sont les dirigeants de l'Europe», dans un discours à Rome à l'occasion du 60e anniversaire du traité fondateur de l'Union. «L'Union après Rome doit être, plus qu'avant, une Union des mêmes principes, une Union avec une souveraineté extérieure, une Union d'unité politique», a plaidé Donald Tusk devant les 27 chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union, au moment où le Royaume-Uni s'apprête à quitter ses partenaires.


L'événement. Il y a 60 ans, l'Allemagne, la France, l'Italie et les pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) s'engageaient à «établir les fondements d'une union sans cesse plus étroite entre les peuples européens». Les dirigeants de l’Union européenne vont renouveler samedi à Rome ces voeux de mariage. Une déclaration solennelle doit proclamer «une union une et indivisible».


Les présents et les absents. Les dirigeants de 27 États membres et des institutions de Bruxelles se retrouveront au Capitole, dans un palais de la renaissance, là où fut signé le traité fondateur de l'UE le 25 mars 1957, mais sans la première ministre britannique Theresa May, qui a décidé de lancer la complexe procédure de séparation d'avec le bloc européen mercredi prochain.


Un cauchemar pour les forces de l'ordre. Six manifestations sont attendues aujourd'hui dans les rues de Rome et les forces de l'ordre sont sur les dents, après les attentats à Orly, Londres et Anvers cette semaine. Des tireurs d'élite, un centre historique bouclé, des caméras de surveillance: la ville éternelle a prévu un imposant dispositif de sécurité. La journée promet d'être un cauchemar pour les forces de l’ordre italiennes.


Joseph Muscat le Maltais, Donald Tusk le président polonais du Conseil européen, Angela Merkel l'Allemande, et Paolo Gentiloni l'Italien.

Une crise majeure. Brexit, mais aussi vagues migratoires, marasme économique, attentats djihadistes et repli identitaire: conçue à six pour reconstruire l'Europe après la seconde guerre mondiale, l'UE à 27 traverse pourtant en ce moment la pire crise de son histoire. Elle «risque de mourir» si elle ne retrouve pas les idéaux des pères fondateurs, comme «la solidarité», a plaidé vendredi soir le pape François en recevant les dirigeants européens au Vatican.

Même Donald Trump félicite la construction européenne. Même l'administration du président américain Donald Trump, incarnation d'un populisme triomphant et chaud partisan du Brexit, a «félicité» l'UE, à l'occasion de ses 60 ans, soulignant un engagement commun à promouvoir «la liberté, la démocratie et l'Etat de droit».

Une refondation mal emmanchée. «Rome doit marquer le début d'un nouveau chapitre» pour une «Europe unie à 27», a affirmé le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Pourtant au-delà de ces voeux pieux, la «Déclaration de Rome» de samedi elle-même n'a pu échapper aux divisions qui opposent les Européens. La Grèce, sur le chapitre social, et la Pologne, sur l'idée d'Europe «à plusieurs vitesses» appuyée par Paris et Berlin, ont ainsi bataillé ces derniers jours pour modifier le document en leur faveur.

Pour aller plus loin:
https://www.letemps.ch/monde/2017/03/25/peuton-faire-rever-on-60-ans-lue-dit-oui?utm_source=twitter&utm_medium=share&utm_campaign=article


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Sam 25 Mar - 17:48 (2017)    Sujet du message: QUAI D'ORSAY - ILLUMINATION POUR LE 60e ANNIVERSAIRE DES TRAITES DE ROME / DISCOURS DU PRESIDENT DU PARLEMENT EUROPEEN, ANTONIO TAJANI - CELEBRATION DU SOIXANTIEME ANNIVERSAIRE DES TRAITES DE ROME / Speech by the President of the European Parliament... Répondre en citant

QUAI D'ORSAY - ILLUMINATION POUR LE 60e ANNIVERSAIRE DES TRAITES DE ROME



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=YdXJy9_EeZQ




DISCOURS DU PRESIDENT DU PARLEMENT EUROPEEN, ANTONIO TAJANI - CELEBRATION DU SOIXANTIEME ANNIVERSAIRE DES TRAITES DE ROME

ENGLISH :
Speech by the President of the European Parliament, Antonio Tajani - Celebrations to mark the 60th anniversary of the signing of the Treaties of Rome
http://www.europarl.europa.eu/the-president/en/press-room/speech-by-the-pre…

 
Discours
Politiques internes et institutions de l'UE

Rome
25-03-2017

 

 
Nous célébrons aujourd’hui un grand jour dans l’histoire de la liberté.

Celui où la soif de liberté l’a fait renaître des cendres de la guerre.

Nous avons chèrement payé cette reconquête de la liberté. Nous la devons également à ceux qui sont venus se sacrifier pour nous par-delà les océans.

Grâce à nos efforts constants, soutenus par le plan Marshall, nous avons retrouvé la liberté de travailler, de pouvoir reconstruire nos maisons, notre avenir.

La liberté est à la base du vaste espace économique que les traités que nous célébrons aujourd’hui ont dessiné.

Cette grande aventure a commencé le 25 mars 1957, dans cette même salle où nous nous trouvons. Ensemble, assis à la même table, nous avons œuvré ardemment pour nous extirper des pièges des nationalismes.

Ceux qui étaient ici voici soixante ans avaient vu l’horreur et les ruines que ces nationalismes avaient laissées derrière eux, pour la deuxième fois en quelques décennies. Le rêve d’une Europe unie était la voie à suivre pour laisser derrière nous une fois pour toutes le cauchemar de la guerre.

Depuis la déclaration de Robert Schuman, le 9 mai 1950, Monnet, De Gasperi, Adenauer, Spinelli, Spaak, Martino et tant d’autres savaient que ce chemin serait semé d’embûches.

Dès 1954 déjà, on vit s’envoler l’espoir de bâtir une union politique sur le socle d’une défense européenne.

Il y eut de nombreux autres coups d’arrêt, mais, malgré les désillusions et les découragements, la volonté de repartir de l’avant a toujours été présente.

Grâce à la confiance, à la solidarité, à la capacité des uns à se mettre à la place des autres, nous avons surmonté les difficultés, les méfiances, les incompréhensions. Nous avons réussi à renverser les obstacles, à franchir les barrières, à sortir des limites des bureaucraties nationales.

Ensemble, nous avons œuvré à construire un monde plus ouvert et plus prospère, avec plus de droits. Nous avons œuvré à faire sortir de l’obscurantisme des dictatures de nombreux pays de notre continent.

Tous ceux qui ont connu la privation de liberté savent que notre Union européenne est une conquête précieuse, mais qu’elle n’est pas acquise définitivement.
Nous devons cependant être fiers de l’héritage que nous laissons à nos enfants: la liberté de voyager, d’étudier, de travailler, d’entreprendre, d’innover.
Notre vocation à l’ouverture, aux échanges, a des racines profondes.

Notre histoire a commencé sur des îles, au bord de la mer, le long des fleuves. Des siècles d’échanges, de bouillonnement d’idées, de dialectique, d’arts, de sciences, les marchands de Crète, les artisans d’Étrurie, les philosophes et les dramaturges d’Athènes, les juristes et les bâtisseurs de Rome,
les abbayes, les monastères ont perpétué notre savoir. Les grandes universités européennes, les communes, ont alimenté un nouvel humanisme.

L’énergie de la Renaissance a ouvert de nouvelles perspectives pour le commerce, a suscité des découvertes, pour la finance, l’industrie manufacturière, a permis à de grands mécènes d’investir dans l’art et dans la culture.

Nos artistes, nos écrivains, nos philosophes, nos scientifiques se sont inspirés mutuellement: Le Caravage et Rembrandt, Vivaldi et Bach, Shakespeare et Molière ont un héritage commun.

Avec notre Union européenne, nous avons recréé une nouvelle renaissance en Europe, un vaste espace de rencontres et d’échanges autour de la liberté et de la dignité de l’individu.

Chacun peut en récolter les fruits. Depuis 1960, notre PIB par habitant a augmenté de 33 % par rapport à celui des États-Unis.

En garantissant la liberté dans le plus vaste espace économique de la planète, nous avons créé des millions d’emplois. Grâce à notre politique de cohésion, nous n’avons laissé personne à la traîne.

Nous devons poursuivre ce grand chantier, libérer tout le potentiel encore inexprimé, avec le marché numérique, le marché du crédit, le marché de l’énergie. Nous ne devons jamais oublier ce que serait le coût de la non-Europe, et pas uniquement sur le plan économique.

Nous ne sommes pas fatigués de notre Europe, mais nous voulons qu’elle fonctionne mieux. Tant d’erreurs ont été commises.

Notre Union est encore incomplète, souvent trop éloignée des problèmes, trop divisée, trop inefficace, trop bureaucratique.

En ma qualité de Président du Parlement européen, la seule institution élue directement par les citoyens d’Europe, je m’inquiète face à la désaffection d’un grand nombre de ces citoyens.

Nous ne pouvons pas aller de l’avant sans rapprocher l’Europe de ces personnes. J’en ai fait la priorité de mon mandat.

Il ne suffit pas de repeindre la façade. Il faut procéder à des changements en profondeur. Il faut des instruments véritablement capables de répondre à l’angoisse de ceux qui sont frappés par le chômage, des jeunes dont l’avenir est bouché. De ceux qui se sentent menacés par le terrorisme ou par l’immigration illégale. De ceux qui nous demandent de réaffirmer avec force, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de nos frontières, les valeurs dans lesquelles nous nous reconnaissons.

Il faut une Europe plus tangible, une Europe des faits concrets.

Dès lors, les célébrations d’aujourd’hui ne doivent pas se complaire dans l’autosatisfaction ou la simple rhétorique. La déclaration que nous sommes sur le point de signer est un engagement politique précis envers nos citoyens, avalisé par l’ensemble des 27 États membres et par les instances dirigeantes des institutions de l’Union.

Pour le Parlement européen, il s’agira de garantir que cette volonté ne restera pas lettre morte.

Nous devons relancer la croissance, attirer les investissements, créer des emplois et rendre l’Europe plus juste et plus proche des entreprises.

La monnaie unique doit aller de pair avec une véritable convergence et des réformes communes. Avec une réelle gouvernance de l’économie
.

Adjoignons un pacte générationnel au pacte de stabilité et de croissance. Nous ne pouvons pas laisser à notre jeunesse des dettes ingérables et une économie inefficace qui ne favorise pas la création d’emplois. Nous devons veiller à ce que notre jeunesse bénéficie elle aussi d’une économie sociale de marché.
Les règles et les procédures doivent être simplifiés. Ne nous perdons pas dans les détails.

Concentrons-nous plutôt sur les grands DEFIS MONDIAUX : la politique étrangère, la défense, le commerce, la lutte contre le changement climatique.

S’ils veulent gouverner un monde dans lequel l’innovation et les technologies numériques mettent à bas les frontières et les obstacles, les États membres doivent coordonner leurs démarches. C’est uniquement en rassemblant les 500 millions de consommateurs européens que nous serons en mesure de défendre nos intérêts dans le monde. D’imposer les droits de propriété et de défendre nos valeurs en matière de sécurité, de vie en société, d’environnement et de technologies.

Aucun État européen n’est assez fort pour négocier seul avec les États-Unis, la Chine, la Russie ou l’Inde. Ce n’est qu’ensemble que nous pouvons exercer réellement notre souveraineté.

Nous devons continuer à soutenir une plus grande ouverture des marchés, en éradiquant la concurrence déloyale. À l’instar de notre marché intérieur, le marché planétaire doit garantir la liberté de régulation et ne pas se transformer en une jungle.

Aujourd’hui, dans cette salle, nous devons aussi insuffler une nouvelle vie au vaste projet d’une défense commune. C’est la meilleure façon de rendre un hommage concret à nos pères fondateurs.

Mercredi, à Londres, un attentat terroriste a eu lieu devant le Parlement britannique. Le même jour, nous avons rendu hommage aux victimes des attentats commis au cœur de notre Europe. À Bruxelles, à Paris, Berlin ou encore Nice.

Nous devons renforcer notre confiance mutuelle pour protéger nos concitoyens. Nos services de renseignement, nos magistratures, nos polices doivent s’échanger des informations et travailler la main dans la main.

De même, pour contrôler nos frontières, nous devons renforcer le corps européen de garde-frontières et de garde-côtes.

De concert et solidaires, nous devons accroître l’efficacité du droit d’asile, en procédant à une révision approfondie du règlement de Dublin. Nous devons également être plus fermes en accueillant ceux qui peuvent se prévaloir de ce droit et en luttant contre l'immigration illégale.

Pour maîtriser un phénomène sans précédent, il faut mettre en place une stratégie commune visant à développer l’Afrique. Il faut une solide diplomatie économique.

Si l’on veut vraiment relever ces défis, l’unité de l’Europe est plus indispensable que jamais. Nous ne pouvons pas rester au milieu du gué. L’Europe doit se transformer, et non se détruire.

Aujourd’hui, nous festoyons, nous sommes fiers d’être Européens. Nous sommes, pour le monde entier, à l’avant-garde pour les droits de l’homme, le seul continent ayant banni la peine de mort.

Nous sommes beaucoup plus qu’un marché ou une monnaie. Nos frontières et notre identité sont caractérisées par ces idéaux de liberté, de prospérité et de paix.

Nous devons néanmoins tirer les leçons de nos erreurs et remplacer l’image que donne une Europe abstraite et peu efficace. Il n’existe pas d’autre voie pour rendre à notre jeunesse le sentiment de faire partie d’un projet d’envergure. Pour la faire rêver à nouveau à une Europe et à un monde meilleurs.

Pour plus d'informations :

europarl.president.press@europarl.europa.eu
Carlo Corazza
Spokesperson of the President
carlo.corazza@europarl.europa.eu
+32 498 99 28 62

http://www.europarl.europa.eu/the-president/fr/toute-l-actualité/discours-d…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 28 030
Féminin

MessagePosté le: Dim 26 Mar - 00:28 (2017)    Sujet du message: BREAKING: JUDGE WHO BLOCKED TRUMP'S TRAVEL BAN GETS CAREER ENDING NEWS! / JUDGE NAPOLITANO IMMEDIATELY FIRED FROM FOX AFTER WHAT HE SAID ABOUT TRUMP IN THIS VIDEO! / HE DID IT! FAMOUS LIBERAL ATTACKED TRUMP, SO HE DEPORTED HER Répondre en citant

BREAKING: JUDGE WHO BLOCKED TRUMP'S TRAVEL BAN GETS CAREER ENDING NEWS!



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=do2u3NlGRL0


JUDGE NAPOLITANO IMMEDIATELY FIRED FROM FOX AFTER WHAT HE SAID ABOUT TRUMP IN THIS VIDEO!



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=vxmhue1-uaU


HE DID IT! FAMOUS LIBERAL ATTACKED TRUMP, SO HE DEPORTED HER



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=eojZR0p6CDQ


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 07:38 (2017)    Sujet du message: DICTATURE ISLAMO/FASCISTE MONDIALE - 4E REICH (PARTIE 2) - P.1

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> TERREUR SUR LA TERRE/TERROR ON EARTH -> DICTATURE ISLAMO/FASCISTE MONDIALE 4e REICH - (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3127, 128, 129136, 137, 138  >
Page 128 sur 138

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com