LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 5, 652, 53, 54  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Oct - 19:03 (2012)    Sujet du message: BENEDICT XVI'S SPEECH DURING TORCHLIGHT PROCESSION Répondre en citant

BENEDICT XVI'S SPEECH DURING TORCHLIGHT PROCESSION

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=yo75DSr3cOE

FULL TEXT IN ENGLISH

“Good evening to you all and thank you for being here. On this day fifty years ago I was in the square looking up at this window where the Good Pope, Blessed John XXIII, appeared and addressed us with unforgettable words, words full of poetry and goodness, words from the heart.

We were happy, full of enthusiasm. The great Ecumenical Council had begun and we were certain that a new springtime for the Church was in the offing; a new Pentecost with a new and powerful presence of the liberating grace of the Gospel.

Today too we are happy. We have joy in our hearts but, I would say, it is perhaps a more sober and humble joy. Over these fifty years we have learned and experienced how original sin exists and is translated, ever and anew, into individual sins which can also become structures of sin. We have seen how weeds are also always present in the field of the Lord. We have seen how Peter's net also beings in bad fish. We have seen how human fragility is also present in the Church, how the ship of the Church is also sailing against a counter wind and is threatened by storms; and at times we have thought that the Lord is sleeping and has forgotten us.

This is part of the experience of these last fifty years. But we have also had a new experience of the Lord's presence, of His goodness and power. The fire of the Holy Spirit, the fire of Christ, does not devour and destroy, it is a silent fire, a small flame of goodness and truth which transforms, giving light and heat. We have seen how the Lord does not forget us. Even today, in His humble way, the Lord is present and brings warmth to hearts, He shows us life, He creates charisms of goodness and charity which illuminate the world and give us a guarantee of God's goodness. Yes, Christ is alive and is with us today. And today too we can be happy because His goodness does not die, it remains strong even today!

I make bold to echo the unforgettable words of Pope John: 'Go to your homes, give your children a kiss and say it is from the Pope'.

In this Year, from the bottom of my heart I impart my blessing upon you: 'Blessed be the name of the Lord'”.


http://www.romereports.com/palio/benedict-xvis-speech-duringtorchlight-procession-english-7946.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 12 Oct - 19:03 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Oct - 19:08 (2012)    Sujet du message: OUVERTURE DE L'ANNÉE DE LA LOI : HOMÉLIE DE BENOÎT XVI Répondre en citant



OUVERTURE DE L'ANNÉE DE LA FOI : HOMÉLIE DE BENOÎT XVI

Un "pèlerinage dans les déserts du monde contemporain"


ROME, jeudi 11 octobre 2012 (ZENIT.org) – « Voici la façon dont nous pouvons penser cette Année de la foi : un pèlerinage dans les déserts du monde contemporain, au cours duquel il nous faut emporter seulement ce qui est essentiel : ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent et n’ayez pas deux tuniques – comme dit le Seigneur à ses Apôtres en les envoyant en mission – mais l’Évangile et la foi de l’Église dont les documents du Concile Œcuménique Vatican II sont l’expression lumineuse, comme l’est également le Catéchisme de l’Église catholique, publié il y a 20 ans maintenant » : c’est ainsi que le pape Benoît XVI conclut son homélie de la messe d’inauguration solennelle de l’Année de la foi, place Saint-Pierre, ce 11 octobre.

Une messe ponctuée de gestes et de signes rappelant le 50e anniversaire de l’ouverture du Concile, dont le trône de l’évangéliaire, représentant le Christ vivant.

Homélie de Benoît XVI :
Vénérés frères

Chers frères et sœurs,

A 50 ans de l’ouverture du Concile Œcuménique Vatican II, c’est avec une joie profonde que nous inaugurons aujourd’hui l’Année de la foi. Je suis heureux de saluer toutes les personnes présentes, en particulier Sa Sainteté Bartholomée I, Patriarche de Constantinople, ainsi que Sa Grâce Rowan Williams, Archevêque de Canterbury. J’ai une pensée spéciale pour les Patriarches et les Archevêques majeurs des Églises orientales catholiques et pour les Présidents des Conférences épiscopales. Pour faire mémoire du Concile, que certains d’entre nous ici présents – et que je salue affectueusement – ont eu la grâce de vivre personnellement, cette célébration est encore enrichie par quelques signes spécifiques : la procession initiale qui rappelle la procession inoubliable des Pères conciliaires lorsqu’ils firent leur entrée solennelle dans cette Basilique ; l’intronisation de l’Evangéliaire, copie de celui-là même qui a été utilisé durant le Concile ; les sept Messages finaux du Concile ainsi que le Catéchisme de l’Église catholique que je remettrai à la fin de la Messe, avant la Bénédiction. Non seulement ces signes ne nous font pas seulement souvenir, mais ils nous offrent aussi l’opportunité de dépasser cette perspective pour aller au-delà. Ils nous invitent à entrer plus avant dans le mouvement spirituel qui a caractérisé Vatican II, pour se l’approprier et lui donner tout son sens. Ce sens fut et demeure la foi en Christ, la foi apostolique, animée par l’élan intérieur qui pousse à annoncer le Christ à chaque homme et à tous les hommes pendant le pèlerinage de l’Église sur les chemins de l’histoire.

La cohérence entre l’Année de la foi que nous ouvrons aujourd’hui et le chemin que l’Église a parcouru depuis les 50 dernières années est évidente : à commencer par le Concile, puis à travers le Magistère du Serviteur de Dieu Paul VI qui, déjà en 1967, avait proclamé une « Année de la foi », jusqu’au Grand Jubilée de l’an 2000 par lequel le Bienheureux Jean-Paul II a proposé à nouveau à toute l’humanité Jésus-Christ comme unique Sauveur, hier, aujourd’hui et pour toujours. Entre ces deux pontifes, Paul VI et Jean-Paul II, existe une convergence totale et profonde précisément au sujet du Christ, centre du cosmos et de l’histoire, ainsi qu’au regard du zèle apostolique qui les a portés à l’annoncer au monde. Jésus est le centre de la foi chrétienne. Le chrétien croit en Dieu par Jésus qui nous en a révélé le visage. Il est l’accomplissement des Écritures et leur interprète définitif. Jésus-Christ n’est pas seulement objet de la foi mais, comme le dit la Lettre aux Hébreux, il est « celui qui donne origine à la foi et la porte à sa plénitude » (He 12,2).

L’Évangile de ce jour nous dit que Jésus, consacré par le Père dans l’Esprit-Saint, est le sujet véritable et pérenne de l’évangélisation. « L’Esprit du Seigneur est sur moi pour cela il m’a consacré par l’onction et m’a envoyé annoncer aux pauvres une bonne nouvelle » (Lc 4,18). Cette mission du Christ, ce mouvement, se poursuit dans l’espace et dans le temps, il traverse les siècles et les continents. C’est un mouvement qui part du Père et, avec la force de l’Esprit, porte la bonne nouvelle aux pauvres de tous les temps, au sens matériel et spirituel. L’Église est l’instrument premier et nécessaire de cette œuvre du Christ parce qu’elle est unie à Lui comme le corps l’est à la tête. « Comme le Père m’a envoyé, moi-aussi je vous envoie » (Jn 20, 21). C’est ce qu’a dit le Ressuscité aux disciples et, soufflant sur eux, il ajouta : « Recevez l’Esprit Saint » (v. 22). C’est Dieu le sujet principal de l’évangélisation du monde, à travers Jésus- Christ ; mais le Christ lui-même a voulu transmettre à l’Église sa propre mission, il l’a fait et continue de le faire jusqu’à la fin des temps en répandant l’Esprit-Saint sur les disciples, ce même Esprit qui se posa sur Lui et demeura en Lui durant toute sa vie terrestre, Lui donnant la force de « proclamer aux prisonniers la libération et aux aveugles la vue », de « remettre en liberté les opprimés » et de « proclamer une année de grâce du Seigneur » (Lc 4, 18-19).

Le Concile Vatican II n’a pas voulu consacrer un document spécifique au thème de la foi. Pourtant, il a été entièrement animé par la conscience et le désir de devoir, pour ainsi dire, s’immerger à nouveau dans le mystère chrétien, afin d’être en mesure de le proposer à nouveau efficacement à l’homme contemporain. A cet égard, le Serviteur de Dieu Paul VI déclarait deux ans après la clôture de l’Assise conciliaire : « Si le Concile ne traite pas expressément de la foi, il en parle à chaque page, il en reconnaît le caractère vital et surnaturel, il la répute entière et forte et établit sur elle toutes ses affirmations doctrinales. Il suffirait de rappeler quelques affirmations conciliaires [...] pour se rendre compte de l’importance essentielle que le Concile, en cohérence avec la tradition doctrinale de l’Église, attribue à la foi, à la vraie foi, celle qui a pour source le Christ et pour canal le magistère de l’Eglise (Catéchèse de l’Audience générale du 8 mars 1967). Ainsi s’exprimait Paul VI.

Mais nous devons maintenant remonter à celui qui a convoqué le Concile Vatican II et qui l’ouvrit : le Bienheureux Jean XXIII. Dans son discours inaugural, celui-ci présenta le but principal du Concile en ces termes : « Voici ce qui intéresse le Concile Œcuménique : que le dépôt sacré de la doctrine chrétienne soit défendu et enseigné de façon plus efficace. (...) Le but principal de ce Concile n’est donc pas la discussion de tel ou tel thème de doctrine ... pour cela il n’est pas besoin d’un Concile ... Il est nécessaire que cette doctrine certaine et immuable, qui doit être fidèlement respectée, soit approfondie et présentée de façon à répondre aux exigences de notre temps » (AAS 54 [1962], 790.791-792)

A la lumière de ces paroles, on comprend ce que j’ai moi-même eu l’occasion d’expérimenter: durant le Concile il y avait une tension émouvante face au devoir commun de faire resplendir la vérité et la beauté de la foi dans l’aujourd’hui de notre temps, sans pour autant sacrifier aux exigences du moment présent ni la confiner au passé : dans la foi résonne l’éternel présent de Dieu, qui transcende le temps et qui pourtant ne peut être accueillie par nous que dans notre aujourd’hui qui est unique. C’est pourquoi je considère que la chose la plus importante, surtout pour un anniversaire aussi significatif que celui-ci, est de raviver dans toute l’Église cette tension positive, ce désir d’annoncer à nouveau le Christ à l’homme contemporain. Mais afin que cet élan intérieur pour la nouvelle évangélisation ne reste pas seulement virtuel ou ne soit entaché de confusion, il faut qu’il s’appuie sur un fondement concret et précis, et ce fondement est constitué par les documents du Concile Vatican II dans lesquels il a trouvé son expression. Pour cette raison, j’ai insisté à plusieurs reprises sur la nécessité de revenir, pour ainsi dire, à la “ lettre ” du Concile – c’est-à-dire à ses textes – pour en découvrir aussi l’esprit authentique, et j’ai répété que le véritable héritage du Concile Vatican II réside en eux. La référence aux documents protège des excès ou d’une nostalgie anachronique et ou de courses en avant et permets d’en saisir la nouveauté dans la continuité. Le Concile n’a rien produit de nouveau en matière de foi et n’a pas voulu en ôter ce qui est antique. Il s’est plutôt préoccupé de faire en sorte que la même foi continue à être vécue dans l’aujourd’hui, continue à être une foi vivante dans un monde en mutation.

Si nous acceptons la direction authentique que le Bienheureux Jean XXIII a voulu imprimer à Vatican II, nous pourrons la rendre actuelle durant toute cette Année de la foi, dans l’unique voie de l’Église qui veut continuellement approfondir le dépôt de la foi que le Christ lui a confié. Les Pères conciliaires entendaient présenter la foi de façon efficace. Et s’ils se sont ouverts dans la confiance au dialogue avec le monde moderne c’est justement parce qu’ils étaient sûrs de leur foi, de la solidité du roc sur lequel ils s’appuyaient. En revanche, dans les années qui ont suivi, beaucoup ont accueilli sans discernement la mentalité dominante, mettant en discussion les fondements même du depositum fidei qu’ils ne ressentaient malheureusement plus comme leurs dans toute leur vérité.

Si aujourd’hui l’Église propose une nouvelle Année de la foi ainsi que la nouvelle évangélisation, ce n’est pas pour célébrer un anniversaire, mais parce qu’on en a besoin, plus encore qu’il y a 50 ans ! Et la réponse à donner à cette nécessité est celle voulue par les Papes et par les Pères du Concile, contenue dans ses documents. L’initiative même de créer un Conseil pontifical destiné à promouvoir la nouvelle évangélisation, que je remercie pour les efforts déployés pour l’Année de la foi, entre dans cette perspective. Les dernières décennies une « désertification » spirituelle a progressé. Ce que pouvait signifier une vie, un monde sans Dieu, au temps du Concile, on pouvait déjà le percevoir à travers certaines pages tragiques de l’histoire, mais aujourd’hui nous le voyons malheureusement tous les jours autour de nous. C’est le vide qui s’est propagé. Mais c’est justement à partir de l’expérience de ce désert, de ce vide, que nous pouvons découvrir de nouveau la joie de croire, son importance vitale pour nous, les hommes et les femmes. Dans le désert on redécouvre la valeur de ce qui est essentiel pour vivre ; ainsi dans le monde contemporain les signes de la soif de Dieu, du sens ultime de la vie, sont innombrables bien que souvent exprimés de façon implicite ou négative. Et dans le désert il faut surtout des personnes de foi qui, par l’exemple de leur vie, montrent le chemin vers la Terre promise et ainsi tiennent en éveil l’espérance. La foi vécue ouvre le cœur à la Grâce de Dieu qui libère du pessimisme. Aujourd’hui plus que jamais évangéliser signifie témoigner d’une vie nouvelle, transformée par Dieu, et ainsi indiquer le chemin.

La première Lecture nous a parlé de la Sagesse du voyageur (cf. Sir 34,9-13) : le voyage est une métaphore de la vie et le voyageur sage est celui qui a appris l’art de vivre et est capable de partager avec ses frères – comme c’est le cas pour les pèlerins sur le Chemin de Saint-Jacques ou sur les autres voies qui ont connu récemment, non par hasard, un regain de fréquentation. Comment se fait-il que tant de personnes ressentent le besoin de parcourir ces chemins ? Ne serait-ce pas parce qu’il trouvent là, ou au moins y perçoivent quelque chose du sens de notre être au monde ? Voici alors la façon dont nous pouvons penser cette Année de la foi : un pèlerinage dans les déserts du monde contemporain, au cours duquel il nous faut emporter seulement ce qui est essentiel : ni bâton, ni sac, ni pain, ni argent et n’ayez pas deux tuniques – comme dit le Seigneur à ses Apôtres en les envoyant en mission (cf. Lc 9,3) – mais l’Évangile et la foi de l’Église dont les documents du Concile Œcuménique Vatican II sont l’expression lumineuse, comme l’est également le Catéchisme de l’Église catholique, publié il y a 20 ans maintenant.

Vénérés et chers Frères, le 11 octobre 1962 on célébrait la fête de la Vierge Marie, Mère de Dieu. C’est à elle que nous confions l’Année de la foi, comme je l’ai fait il y a une semaine lorsque je suis allé en pèlerinage à Lorette. Que la Vierge Marie brille toujours comme l’étoile sur le chemin de la nouvelle évangélisation. Qu’elle nous aide à mettre en pratique l’exhortation de l’Apôtre Paul : « Que la Parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse ; instruisez- vous et reprenez-vous les uns les autres avec une vraie sagesse... Et tout ce que vous dites, tout ce que vous faites, que ce soit toujours au nom du Seigneur Jésus Christ, en offrant par lui votre action de grâce à Dieu le Père » (Col 3,16-17). Amen.
© Libreria Editrice Vaticana

http://www.zenit.org/article-32137?l=french


Dernière édition par maria le Sam 13 Oct - 04:08 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Oct - 19:17 (2012)    Sujet du message: LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX, OCCASION D'APPROFONDIR SA FOI Répondre en citant

LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX, OCCASION D'APPROFONDIR SA FOI

Message à peine voîlée aux musulmans du monde entier tout en utilisant un langage mielleux pour séduire les nations. Cette année de la foi, qui débute, est aussi un signe évident du début d'une nouvelle ère et des grands changements qui sont en train de se mettre en place sous la gouverne de ce grand prêtre satanique qui siège à la tête du Vatican.

Par le card. Jean-Louis Tauran

Océane Le Gall

ROME, jeudi 11 octobre 2012 (ZENIT.org) – Le DIALOGUE INTERRELIGIEUX est une « occasion d’approfondissement et de témoignage de sa foi », selon le cardinal Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux.

Le cardinal est en effet intervenu lors de la cinquième congrégation générale du synode des évêques, le mercredi 10 octobre après-midi.

« Face à des adeptes d’autres religions à l’identité religieuse forte, il est nécessaire de présenter des chrétiens motivés et doctoralement équipés », a fait observer le cardinal.

« Il faut des chrétiens cohérents, capables de rendre compte de leur foi, avec des mots simples et sans peur », a-t-il ajouté : des chrétiens pour qui « le dialogue interreligieux doit devenir une occasion d’approfondissement et de témoignage de sa foi », faisant de la nouvelle évangélisation une priorité.

Pour le cardinal, aujourd’hui les croyants doivent relever trois défis : « Le défi de l’identité: qui est mon Dieu? Ma vie est-elle en harmonie avec mes convictions? Le défi de l’altérité: celui qui pratique une religion autre que la mienne n’est pas nécessairement un adversaire, mais plutôt un pèlerin de la vérité ; le défi du pluralisme : Dieu est à l’œuvre en chaque personne, par des voies connues de Lui seul ».

Certes, a-t-il expliqué, il ne s'agit pas de mettre sa foi entre parenthèses, ni « de plier face aux persécutions et discriminations dont sont victimes tant de nos frères et sœurs de par le monde, en particulier chrétiens », mais il faut au contraire « dénoncer avec la plus grande vigueur la violence qui blesse et qui tue », violence d'autant plus injustifiable qu’« elle se pare du bouclier d'une religion », a-t-il ajouté.

Mais il y a dans le dialogue interreligieux des aspects positifs qu’il faut « soigner », selon le cardinal Tauran : l'amitié au quotidien qui s'exprime par des gestes de fraternité et de proximité ; l'harmonie entre croyants, qui apporte souvent aux sociétés dont ils sont membres une dimension spirituelle de la vie, « antidote à la déshumanisation et aux conflits ».

A ce propos, il a évoqué les signes positifs du récent voyage du pape au Liban, où le Mufti de la République avait affirmé : « pour nous, musulmans, les chrétiens sont une richesse », et où la télévision Al Jazeera avait retransmis en direct divers rendez-vous de ce voyage, permettant à des millions de familles musulmanes d’entendre son message.

« Au milieu de tant d'appréhensions, il est salutaire de mentionner ces signes positifs qui pavent le long chemin qui mène au dialogue serein et fécond », a poursuivi le cardinal Tauran.

Rappelant que le 28 octobre 1965, les Pères conciliaires, se référant aux traditions religieuses orientales, n'hésitaient à affirmer que « l'Eglise catholique ne rejette rien de ce qui est bon et saint dans ces religions... qui apportent souvent un rayon de la vérité qui illumine tous les hommes » (Nostra Aetate, 2), le cardinal a souligné que ce principe est applicable à toutes les religions.

En tous les cas, a-t-il conclu, « malgré les difficultés, les ambiguïtés et les reculs, aucun des partenaires engagés dans ce DIALOGUE entre croyants ne l'a remis en question! ».

http://www.zenit.org/article-32147?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Oct - 23:11 (2012)    Sujet du message: LA COMMUNION N'EST PAS UN SLOGAN, MAIS LA CONDITION DE LA MISSION Répondre en citant



LA COMMUNION N'EST PAS UN SLOGAN, MAIS LA CONDITION DE LA MISSION

La communion, tel qu'enseignée dans le culte romain, démontre votre soumission à Rome.

Une spiritualité "trinitaire", par Mgr Corriveau

Anita Bourdin

ROME, samedi 13 octobre 2012 (ZENIT.org) – Pour Mgr Corriveau, la communion dans l’Eglise, à l’image de la communion trinitaire, n’est pas un « slogan » mais la condition de la mission et la réponse à l’individualisme : il invite à repartir de la communion.

Mgr John Corriveau, O.F.M. Cap., évêque de Nelson, au Canada, est en effet intervenu lors de la troisième congrégation générale du 9 octobre.

L’évêque canadien a en effet cité ce que dit Jean-Paul II dans « Novo millenio ineunte », quand il affirme en substance que « la communion est la mission et la réponse prophétique de l’Église à l’individualisme de notre époque » et que « l’Église remplira sa mission seulement si elle saura promouvoir une spiritualité de la communion » (NMI, 43).


Il souligne qu’une « spiritualité de communion » est à l’image de la Sainte Trinité : « Lorsque l’amour de la Trinité arrive dans le monde à travers l’incarnation, une force nouvelle et vitale de relations et d’unité s’est révélée à la famille humaine ».

« L’appel à la communion est plus qu’un slogan. C’est une conversion du cœur », déclare Mgr Corriveau.

Il cite « le grand élan missionnaire de l’Église au dix-neuvième et au début du vingtième siècle » était porté par la conscience de l’Eglise qui se définissait comme “une société parfaite portant les âmes à Dieu”, ce qui portait à une « spiritualité ascétique », une « spiritualité de perfection personnelle ».

Il voit dans ces deux conditions l’origine de « Congrégations religieuses apostoliques » et de « mouvements religieux qui portaient l’Évangile à travers le monde ».


Pour le pasteur, c’est une espérance pour l’Eglise et pour les communautés : « La spiritualité de la communion doit engendrer une renaissance semblable dans l’Église d’aujourd’hui donnant naissance à des Congrégations religieuses et à des mouvements ecclésiaux. Les mouvements ecclésiaux et les Congrégations religieuses existants doivent aussi renouveler leur spiritualité et leur mission à la lumière de l’identité commune de l’Église ».

Il insiste sur cette spiritualité « trinitaire » : « Les Ministres et les agents pastoraux ainsi que les mouvements ecclésiaux et les Congrégations religieuses avec une spiritualité formée et renforcée par le Mystère de la Très Sainte Trinité ouvriront de nouvelles voies de dialogue avec notre monde sécularisé, donnant ainsi une contribution importante à la nouvelle évangélisation ».

http://www.zenit.org/article-32169?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 14 Oct - 22:43 (2012)    Sujet du message: POPE BENEDICT XVI TO INCLUDE ARABIC LANGUAGE TO GENERAL AUDIENCE Répondre en citant

POPE BENEDICT XVI TO INCLUDE ARABIC LANGUAGE TO GENERAL AUDIENCE

Pontiff Wishes to Encourage Christians of the Middle East


VATICAN CITY, OCT. 10, 2012 (Zenit.org).- Starting today, Arabic will be added to Wednesday's General Audience, to explain Pope Benedict XVI’s words to those present in St. Peter’s Square as well as those connected through the media.

Father Federico Lombardi, SJ, director of the Holy See Press Office, said that on October 10 "a commentator will summarize in Arabic the contents of the Pope’s catechesis and will translate his greetings" to the different language groups.

The initiative is a decision of the Holy Father, “in continuity with his trip last September to Lebanon, and with the publication of the Post-Synodal Apostolic Exhortation on the Middle East,” explained Fr. Lombardi.

The director of the Holy See Press Office also stated that "in this way the Holy Father wishes to show his continued interest in and encouragement to Christians of the Middle East, and also to remind all of the duty to pray for PEACE in the Middle East."

http://www.zenit.org/article-35686?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Lun 15 Oct - 17:09 (2012)    Sujet du message: WITHCRAFT TO CONTROL PEOPLE, PLACES, THINGS, AND CIRCUMSTANCES Répondre en citant

Most of us would be shocked and angered if we found out a believer in our congregation was actively using a form of witchcraft to control people, places, things, and circumstances.

“Not doing what God tells you is far worse than fooling around in the occult,” says the prophet Samuel (1 Samuel 15:23 MSG).

For rebellion is as the sin of witchcraft, And stubbornness is as iniquity and idolatry. Because you have rejected the word of the Lord, He also has rejected you from being king. 1 Samuel 15:23 (NKJV)


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Oct - 03:40 (2012)    Sujet du message: DOCUMENTAIRE HISTORIQUE SUR LA DECADENCE DU VATICAN ! Répondre en citant

DOCUMENTAIRE HISTORIQUE SUR LA DECADENCE DU VATICAN !








Chers amis,

JE VOUS PROPOSE AUJOURD’HUI DE REGARDER UN DOCUMENTAIRE TRÈS INFORMATIF SUR L’HISTOIRE RÉCENTE DU VATICAN.

CE DOCUMENTAIRE SE NOMME « LA GUERRE PERDUE DU VATICAN », ET PEUT ÊTRE VISIONNÉ SUR


VDÉO :
http://fr.gloria.tv/?media=277186

Dans cette émission, vous découvrirez les TURPITUDES DU VATICAN DEPUIS LES 60 DERNIÈRES ANNÉES, avec la « réforme » du concile de Vatican II et la division qu’elle a créée entre les prêtres réformateurs et les prêtres traditionalistes.

VOUS DÉCOUVRIREZ LE POUVOIR DE L’INFÂME CURIE ROMAINE ET LE POUVOIR QUE LE PAPE A CONFÉRÉ AUX SECTES CATHOLIQUES DE L’OPUS DEI ET DES LÉGIONNAIRES DU CHRIST.

VOUS APPRENDREZ QUE LE VATICAN N’A EU DE CESSE DE DÉFENDRE LES DICTATURES, D’EMPÊCHER LES MOUVEMENTS DE LIBÉRATION ET DE BLOQUER LES INITIATIVES RÉELLEMENT CHRÉTIENNES.

ENFIN, LE DOCUMENTAIRE VOUS REPASSERA EN REVUE LE SCANDALE DES PRÊTRES PÉDOPHILES (et en ce qui concerne le « père » Maciel Degollado, créateur des Légionnaires du Christ et bien protégé par Jean-Paul II, vous découvrirez qu’il était non seulement pédophile, mais qu’il avait une femme et des enfants, enfants qu’il violait sans vergogne !)…

LA CONCLUSION EST CINGLANTE : LE VATICAN A SOMBRÉ DANS LA DÉCADENCE, SURTOUT DEPUIS LES PAPES JEAN-PAUL II ET BENOÎT XVI, ET LES MULTIPLES SCANDALES ET DÉCHIRURES CRÉÉES DEPUIS 60 ANS SONT SUR LE POINT DE PROVOQUER, IN FINE, L’ÉCROULEMENT DE CETTE INSTITUTION QUI N’A PLUS RIEN À VOIR AVEC LA BIBLE, NI AVEC L’ESPRIT DU CHRIST.

Il ne manque à ce documentaire qu'un argumentaire sur les délires mafieux et financiers du Vatican (blanchiment d'argent, Banco Ambrosiano etc.) pour être parfait...

Vic.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Oct - 17:05 (2012)    Sujet du message: CARDINAL CAUSES UPROAR WITH ‘MUSLIM SCARE’ VIDEO AT VATICAN Répondre en citant

CARDINAL CAUSES UPROAR WITH ‘MUSLIM SCARE’ VIDEO AT VATICAN



Link between Islam and the Vatican

"Therefore hearken not unto the words of the prophets that speak unto you, saying, Ye shall not serve the king of Babylon: for they prophesy a lie unto you. For I have not sent them, saith the Lord, yet they prophesy a lie in my name; that I might drive you out, and that ye might perish, ye, and the prophets that prophesy unto you."
Jeremiah 27:14-15

VIDEO : http://article.wn.com/view/2012/06/12/Vatican_defends_stance_on_annexation_…

Created on Tuesday, 16 October 2012 08:46
REUTERS

Faithful attend at the Vatican. Reuters

A Roman Catholic cardinal has caused uproar at the Vatican by screening a spurious YouTube video that makes alarmist predictions about the growth of Islam in Europe.

The seven-minute clip, called “Muslim Demographics,” was the talk of an international gathering of bishops on Monday, two days after Cardinal Peter Turkson screened it during a free discussion period.

Turkson, a Ghanaian who is based in the Vatican and is president of its Council for Justice and Peace, sparked consternation among his fellow bishops over the clip.

“As we were arriving this morning I was asked several times ‘Who planned it? Whose was it? Who is behind it?” Father Thomas Rosica said at a briefing for journalists, who are not allowed to attend the synod sessions, the first since the screening.

He said the clip had sparked “the most animated” discussion so far at the three-week conference, and one bishop said he would rebut Turkson by presenting a report with contrary data.

The clip has brought Islam to the top of the agenda at the synod, attended by 262 bishops. “Islam is the buzzword,” Rosica said.

Turkson could not be reached for comment on why he chose to screen the video during the Vatican meeting, where the bishops are discussing ways of winning back lapsed Roman Catholics in developed countries.

In just 39 years France will be an Islamic republic

The clip, which has been viewed over 13 million times on YouTube since it was uploaded by an anonymous user in 2009, combines dramatic music with skewed population statistics to make claims about various European countries such as “In just 39 years France will be an Islamic republic.”

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=6-3X5hIFXYU

Critics have pointed out that the fertility figures used in the video, which claim French women have an average of 1.8 children while French Muslim women have 8.1 children, cannot be genuine as France does not collect statistics by religion.

According to a study by the U.S.-based Pew Research Center there were 2.18 billion Christians in 2010, half of which were Catholics.

The total number of Muslims of all denominations was 1.6 billion and forecast to increase 35 percent to 2.2 billion by 2030, according to the research group.

The Holy See’s relations with Islam have not always been smooth. In 2006 Pope Benedict gave a speech in Regensburg which was perceived by some Muslims as an attack on Islam.

Asked about his reaction to the cardinal showing the video at the Vatican, Yahya Pallavicini, vice president of the Islamic Religious Community of Italy, warned against a numbers war based on scare tactics by any side.

“I think that we should focus, Muslims and Christians, on our common challenges, rather than challenging each other in scary attitudes on who is going to increase or decrease in numbers,” Pallavicini told Reuters.

“It’s our shared responsibility as brothers and believers in the same holy God,” he said.

http://www.voiceofthecopts.org/index.php/categories/news/9061-cardinal-causes-uproar-with-muslim-scare-video-at-vatican


Dernière édition par maria le Mar 16 Oct - 17:24 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Oct - 17:11 (2012)    Sujet du message: UNE VIDÉO CONTROVERSÉE SUR L'IMMIGRATION MUSULMANE MONTRÉE AUX PARTICIPANTS DU SYNODE AU VATICAN Répondre en citant

UNE VIDÉO CONTROVERSÉE SUR L'IMMIGRATION MUSULMANE MONTRÉE AUX PARTICIPANTS DU SYNODE AU VATICAN



 

Lien entre l'Islam et le Vatican

"N'écoutez pas les paroles des prophètes (les faux) qui vous disent : Vous ne serez point asservis au roi de Babylone! Car c'est le mensonge qu'ils vous prophétisent. Je ne les ai point envoyés, dit l'Éternel, et ils prophétisent le mensonge et mon nom, afin que je vous chasse et que vous périssiez, vous et les prophètes qui vous prophétisent."
Jérémie 27:14


Et si ce document mettait de nouveau le feu aux poudres ? Une vidéo controversée et particulièrement alarmiste sur «l’immigration musulmane» en Occident a été montrée aux participants du synode (une assemblée de responsables de l’Eglise catholique, ndlr) sur la «Nouvelle évangélisation» au Vatican, selon des observateurs de ces travaux à huis clos.

Que dit ce film ? «L’islam sera la première religion du monde dans cinq à sept ans», assure le document qui aurait été rédigé en 2009 par des évangélistes américains, avant d’inviter à «partager le message de l’Evangile dans le monde».
Citation:
«Dans 39 ans, la France sera un pays à majorité musulmane», croit enfin savoir cette vidéo.


Plusieurs pères synodaux ont immédiatement réagi et fait part de leur «perplexité», mettant en doute certains chiffres de cette vidéo anonyme circulant sur Internet depuis quatre ans.
Citation:
Selon le document, 30% des moins de vingt ans seraient musulmans en France et dans certaines villes jusqu’à 45%. (…)


Le Parisien

Les participants au Synode sur la nouvelle évangélisation au Vatican ont visionné, dans l’après-midi du 13 octobre 2012, une vidéo particulièrement alarmiste sur “l’immigration musulmane“ en Europe et dans le reste de l’Occident. Plusieurs pères synodaux ont immédiatement réagi et fait part de leur “perplexité“, mettant en doute certains chiffres de cette vidéo anonyme circulant sur Internet depuis 4 ans.

http://www.nouvelordremondial.cc/2012/10/16/une-video-controversee-sur-limmigration-musulmane-montree-aux-participants-du-synode-au-vatican/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Oct - 18:46 (2012)    Sujet du message: ARCHBISHOP ABSI: MUSLIMS DO NOT DISTINGUISH CHRISTIANS FROM THE WEST Répondre en citant

ARCHBISHOP ABSI: MUSLIMS DO NOT DISTINGUISH CHRISTIANS FROM THE WEST

Syrian Prelate Calls on Synod to Focuses Intervention on Evangelization in Muslim Countries

By Junno Arocho

VATICAN CITY, OCT. 16, 2012 (Zenit.org).- Archbishop Joseph Absi, Titular Archbishop of Tarsus of the Greek-Melkites in Syria, called on participants of the Synod of Bishops to avoid tensions and misunderstandings with the Muslim world.

During his intervention at the start of the second week of the gathering of prelates from around the world, Archbishop Absi spoke of the "openness of some Muslims to Christianity, undoubtedly helped by today’s means of communication." The archbishop also stated some have even discovered in Christ "the face of God the Father."

The Syrian prelate said that through the eyes of Muslims, the de-Christianization of Europe has not affected their view of a distinction between Christians and Westerners. "The Muslims do not see the difference between Christians and Westerners, because they do not distinguish, themselves, between what is religious and what is political and social," he said.

"What precedes the Westerners is perceived by the Muslims as preceding the Christians."

Obstacles to the New Evangelization

Archbishop Absi stressed that the greatest obstacle to DIALOGUE and openness to the New Evangelization in Muslim countries is the cultural and political behavior in the West. Since Muslims do not usually make the distinction between Christians and Westerners, evangelization becomes an ever increasingly difficult task to accomplish.

"The majority of Muslims are convinced that the relaxing of mores, the exploitation of weak and poor peoples, the disdain of the Muslim religion that they feel from Westerners, comes from Christians," he said.

The Greek-Melkite Archbishop concluded his address stating that the Synod must focus on a solution to stop the confusion between Christianity and Western identity. "What can be done to stop the Muslims from confusing Christianity and the West, Christians and Westerners, and to not feel ridiculed and frustrated?" he asked.

"The Synod, in its configuration of new evangelization, should lean towards this question, to learn how to avoid, as much as possible, tensions and misunderstandings and what to do so that the Muslims may be more receptive with regards to the Church and to the Gospel," Archbishop Absi concluded.

http://www.zenit.org/article-35734?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Oct - 01:26 (2012)    Sujet du message: ▸ UNE PRÊTRE AMÉRICAINE: "JÉSUS M'A GUIDÉ VERS L'ISLAM" Répondre en citant

▸ UNE PRÊTRE AMÉRICAINE: "JÉSUS M'A GUIDÉ VERS L'ISLAM"

VIDÉO (sous-titré en français) : http://www.dailymotion.com/user/Super_Resistence/subscriptions/2012-10-03/1…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Oct - 18:31 (2012)    Sujet du message: UN « NOUVEAU TYPE DE FRATERNITÉ », À L'ÉCHELLE PLANÉTAIRE Répondre en citant



UN « NOUVEAU TYPE DE FRATERNITÉ », À L'ÉCHELLE PLANÉTAIRE

Beau message, mais tout cela n'est que de la foutaise. Ce nouveau type de fraternité qui appelle les hommes à s'asseoir avec la communauté musulmane pour mieux comprendre les liens étroits qui uniraient ces deux religions est un grand piège. Combien de fois, vous ai-je démontré le Vatican faisant la promotion de cette interculturation dans tous les domaines de la société allant jusqu'à prétendre qu'Allah et Jésus-Christ sont une et même personne? Ce langage séducteur, venant des profondeurs de l'enfer, n'est que tromperie. Tout se fait sous le culte mariale comme le démontre la photo et non sous la gouverne de Jésus-Christ, le Messie d'Israël.

Cette PAIX, et cette CULTURE DE PAIX, qu'on ne cesse de répéter pour mieux nous en convaincre, nous en voyons chaque jour les conséquences de par ce grand Calife mondial. Pourtant, quand nous lisons certains articles du Vatican et du CMÉ, ils tentent de nous faire croire qu'il y a une différence entre les islamistes et les groupes associés au Jihad. Cela est vrai en partie, mais ce qu'il ne nous est pas mentionné est que sous cette NOUVELLE CULTURE DE PAIX , on appelle tous les islamistes à devenir des soldats d'Allah, et que ceux qui refusent cette nouvelle vision de l'Islam seront considérés comme des infidèles et pourront être mis à mort. On a trompé le peuple musulman tout en les préparants pour ce grand Jihad qui ne cesse d'aller de l'avant.

Et maintenant, on veut convaincre les nations du monde entier de l'importance de construire cette CULTURE DE LA PAIX et cette CULTURE DE LA VIE au nom du « respect de la dignité de chaque personne », de la « famille », de la « liberté religieuse » qui revêt une dimension sociale et politique", nous dit le Pape. Pourtant, c'est tout le contraire que nous voyons prendre place. Nous ne voyons que mensonge, destruction, esclavage dans tous les domaines.

Le Pape Benoît XVI et les autres grands prêtres de Baal, dans ces temps de la fin, s'unissent tous ensemble pour promouvoir cette fausse PAIX et cette fausse SÉCURITÉ en ayant mis en place des rois, des présidents, des leaders religieux, des leaders corporatifs, des administrateurs d'institutions scolaires, des militaires pour amener tous ces changements majeurs de ce culte aux démons avec à leur tête un autre dieu et un autre Jésus qui, lui promouvoit les lois de la Sharia, au lieu des lois divines données à Moïse après leur sortie d'Égypte.

À mesure que nous voyons cette CULTURE DE PAIX prendre place, nous voyons une montée de l'Antisémitisme, partout dans le monde, pour les juifs et les chrétiens, qui sont de plus en plus persécutés et criminalisés sous le couvert de combattre l'islamophobie. La majorité des pays y compris plusieurs pays islamiques, dans leurs loi disent protéger la liberté de religion mais dans la réalité, ils ne re¸oivent aucun soutien lorsque les frères musulmans brûlent leurs églises, détruisent des villes entières, etc. Nous voyons même certaines forces policières et militaires participer à ces massacre de masse. Alors quand ce supposé Saint homme vient nous dire que " la liberté religieuse a une dimension sociale et politique indispensable à la PAIX" , permettez-moi d'en douter!

Les liens étroits de tout ce DIALOGUE INTERRELIGIEUX, du Conseil Mondial des Églises et de ce gouvernement mondial des Nations Unies ne sont qu'un ramassi de groupes nazi, des adorateurs de Lucifer tout comme les anciens grands empires du passé, et qui travaillent avec un seul coeur pour amener les âmes vers un autre Dieu, un autre Jésus qui vient avec un nouvel évangile empoisonné. Ce voyage au Liban marque le début de cette nouvelle Évangélisation mondiale. Cette nouvelle ANNÉE DE LA FOI 2012-2013, qui apporte une nouvelle évangélisation et mis en place par cette grande Rome corrompue et ennemi de Dieu, fera regretter à quiconque qui s'y frottera, d'avoir adorer un autre dieu et d'avoir cru en ses mensonges. Jésus est Saint, Il est VÉRITÉ et JUSTICE.

Le Pape dit détenir les clés du ciel et de la Terre, utilisant et tordant le sens d'un verset de la Bible pour tromper les peuples, mais voici ce que la Bible dit :

"Quand ils le virent (après sa résurrection), ils l'adorèrent. Mais quelques-uns eurent des doutes. Jésus, s'étant approché, leur parla ainsi : TOUT POUVOIR M'A ÉTÉ DONNÉ DANS LE CIEL ET SUR LA TERRE. Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et ENSEIGNEZ-LEUR À OBSERVER TOUT CE QUE JE VOUS AI PRESCRIT. Et voici, je suis avec vous jusqu'à la fin du monde. " Matthieu 28:17-20

Nous voyons donc que le pouvoir n'appartient à personne d'autre qu'à Jésus-Christ, car Il est le seul qui a eu la victoire sur le péché par Sa mort sur la croix et par Sa résurrection. Et ce qu'Il demande à ses disciples c'est d'aller répandre ce message d'Amour et de foi à toutes les nations.

Le Vatican, cette fausse Église de Jésus-Christ qui bafoue les lois divines depuis toujours, qui renie le seul Dieu et Messie est celle qui se lève maintenant pour mener une guerre contre les saints et contre le peuple juif, car ils sont ceux qui font connaître au monde entier la Parole de ce Divin Roi qui a vaincu la mort.

Toutes ces lois qui prennent maintenant place au niveau de ce gouvernement mondial sont et continuront d'être mises en applications par les armées du Pape et tous ces groupes nazi qui lui sont soumises afin d'éradiquer toute trace du seul vrai Dieu.

Cette nouveau type de fraternité à l'échelle planétaire est complètement sous le contrôle de Lucifer et des démons. Tenez-vous en loin si vous ne voulez pas être rejeté et condamné comme le seront ces êtres démoniaques, lorsque le grand Livre de la Vie sera ouvert!


UN « NOUVEAU TYPE DE FRATERNITÉ », À L'ÉCHELLE PLANÉTAIRE

Pour le pape, la cohésion sociale suppose le respect de chacun

A. Bourdin

ROME, samedi 15 septembre 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI entrevoit un « nouveau type de fraternité » non seulement au Liban et au Moyen-Orient, mais à « l’échelle planétaire » : « Là se trouve, dit-il, la voie de la PAIX ! » Et cela passe par le « respect de la dignité de chaque personne », de la « famille », insiste le pape, et de la « liberté religieuse » qui revêt une dimension sociale et politique.

La grandeur de toute personne

Le pape a en effet rencontré ce samedi 5 septembre, à Beyrouth, au palais présidentiel, le président de la République, M. Michel Sleiman, et les autorités de l’Etat, les chefs des communautés musulmanes. Le pape a planté un cèdre dans les jardins du palais.

Puis il a aussi rencontré, dans le salon « 25 mai » les autorités institutionnelles, les membres du gouvernement, le Corps diplomatique, les responsables religieux, les représentants du monde de la CULTURE, en présence de la suite papale, et des représentants de l’Eglise catholique.

« Aujourd’hui, a déclaré Benoît XVI, les différences culturelles, sociales, religieuses, doivent aboutir à vivre un nouveau type de fraternité, où justement ce qui unit est le sens commun de la grandeur de toute personne, et le don qu’elle est à elle-même, aux autres et à l’humanité. Là se trouve la voie de la PAIX ! Là est l’engagement qui nous est demandé ! Là est l’orientation qui doit présider aux choix politiques et économiques, à chaque niveau et à l’échelle planétaire ! »

Pour le pape, « la cohésion de la société est assurée par le respect constant de la dignité de chaque personne et la participation responsable de chacune selon ses capacités en engageant ce qu’il y a de meilleur en elle ».

Défendre la famille et la vie humaine

« Afin d’assurer le dynamisme nécessaire pour construire et consolider la paix, il faut inlassablement revenir aux fondements de l’être humain , insiste le pape. La dignité de l’homme est inséparable du caractère sacré de la vie donnée par le Créateur. Dans le dessein de Dieu, chaque personne est unique et irremplaçable.

Elle vient au monde dans une famille, qui est son premier lieu d’humanisation, et surtout la première éducatrice à la PAIX ».

Le pape plaide pour la famille et pour la vie humaine : « Pour construire la PAIX, notre attention doit donc se porter vers la famille afin de faciliter sa tâche, pour ainsi la soutenir et donc promouvoir partout une CULTURE DE LA VIE. L’efficacité de l’engagement pour la PAIX dépend de la conception que le monde peut avoir de la vie humaine. Si nous voulons la PAIX, défendons la vie ! »

Parmi les atteintes « à l’intégrité et à la vie des personnes », le pape cite : les conflits armés – « ces guerres pleines de vanités et d’horreurs » -, mais aussi « le chômage, la pauvreté, la corruption, les diverses addictions, l’exploitation, les trafics de toutes sortes et le terrorisme entraînent, avec la souffrance inacceptable de ceux qui en sont victimes, un affaiblissement du potentiel humain », et encore « la logique économique et financière veut sans cesse nous imposer son joug et faire primer l’avoir sur l’être ! »

Il déplore que « certaines idéologies, en remettant en cause de façon directe ou indirecte, ou même légale, la valeur inaliénable de toute personne et le fondement naturel de la famille, sapent les bases de la société ».

Pensées, paroles et gestes de paix

Le pape recommande le souci des nouvelles générations : « Pour ouvrir aux générations de demain un avenir de PAIX, la première tâche est donc celle d’éduquer à la paix pour construire une CULTURE DE PAIX ». Une éducation « aux valeurs spirituelles qui donnent à la transmission du savoir et des traditions d’une CULTURE, leur sens et leur force ».

« Il faut évidemment, recommande le pape, bannir la violence verbale ou physique. Elle est toujours une atteinte à la dignité humaine, celle de l’auteur comme celle de la victime ».

C’est un art de vivre en PAIX que décrit le pape : « Pensées de PAIX, paroles de paix et gestes de PAIX créent une atmosphère de respect, d’honnêteté et de cordialité, où les fautes et les offenses peuvent être reconnues en vérité pour avancer ensemble vers la réconciliation. Que les hommes d’État et les responsables religieux y réfléchissent ! »

Plus encore, le pape démasque la racine du mal qui cherche à entraîner la liberté humaine : « Le mal, le démon, passe par la liberté humaine, par l’usage de notre liberté. Il cherche un allié, l’homme. Le mal a besoin de lui pour se déployer. C’est ainsi qu’ayant offensé le 1er commandement, l’amour de Dieu, il en vient à pervertir le second, l’amour du prochain. Avec lui, l’amour du prochain disparaît au profit du mensonge et de l’envie, de la haine et de la mort ».

Mais le pape indique aussi l’antidote pour que la société puisse être transformée: « Il est possible de ne pas se laisser vaincre par le mal et d’être vainqueur du mal par le bien. C’est à cette conversion du cœur que nous sommes appelés. Sans elle, les ‘libérations’ humaines si désirées déçoivent (…). La transformation en profondeur de l’esprit et du cœur est nécessaire pour retrouver une certaine clairvoyance et une certaine impartialité, le sens profond de la JUSTICE et celui du bien commun ».

Dimension sociale et politique de la liberté religieuse

Le chemin de la PAIX suppose, continue le pape, de « dire non à la vengeance, de reconnaître ses torts, d’accepter les excuses sans les rechercher, et enfin de pardonner. Car seul le pardon donné et reçu pose les fondements durables de la réconciliation et de la paix pour tous ».

Le pape applique ce principe à la coexistence dans la société : « Une société plurielle n’existe qu’à cause du respect réciproque, du désir de connaître l’autre et du DIALOGUE continu. Ce DIALOGUE entre les hommes n’est possible que dans la conscience qu’il existe des valeurs communes à toutes les grandes cultures, parce qu’elles sont enracinées dans la nature de la personne humaine ».

Il souligne notamment que « la liberté religieuse est le droit fondamental dont dépendent beaucoup d’autres » et que « professer et vivre librement sa religion sans mettre en danger sa vie et sa liberté doit être possible à quiconque », car « la liberté religieuse a une dimension sociale et politique indispensable à la PAIX ! »

http://www.zenit.org/article-31853?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 22:01 (2012)    Sujet du message: 2012 MARCHE INTERCULTURELLE POUR LA PAIX À EVRY (INITIATIVE DE COEXISTER EVRY) Répondre en citant

CHRISLAM (JEUNES) - LE MENSONGE DE L'UNITÉ OECUMÉNIQUE (CHRÉTIEN - ISLAM)




2012 MARCHE INTERCULTURELLE POUR LA PAIX À EVRY ( INITIATIVE DE COEXISTER EVRY)



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=_2nHzsXToFg&feature=youtu.be


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Sam 20 Oct - 22:25 (2012)    Sujet du message: LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2) Répondre en citant







CHRISTIAN PEACE "MAKERS" SPEAK UP!

In an unprecedented meeting held October 9, 2012, leaders from multiple faiths came together to discuss a peaceful response to religious tensions within the Dearborn community.

CEN Dearborn, MIIn response to “Peace-Breaker” events, which sought to divide the faith community in Dearborn, MI surrounding the Arab Festival last June, “Peace-Makers” from the Christian and Muslim communities, demonstrated their solidarity in word and deed today. The two faith communities issued a joint statement to the media which emphasized they were standing side by side in support of freedom of religion and speech for all people; calling for kind, respectful and responsible speech, even while those among us choose to use that freedom for reprehensible causes and threaten violence or injury to people or property.

In a strong show of support of non-violence the Christian community came together today with the Muslim community to speak up for themselves rather than letting “peace-breaker” activities speak for them. Meeting with Mayor John B. O’Reilly Jr., Chief of Police Ronald Haddad and other city officials, Christian and Muslim leaders launched a joint effort to respond to Dearborn’s most pressing community needs.

Christian leaders have been meeting for months following the June incident to pray and discover how they may work well with law enforcement and the Muslim community while preserving their mission and message. One of the key voices regarding this matter is Dr. Michael Ewert, pastor of the Dearborn Free Methodist Church and adjunct professor of World Religions at Spring Arbor University. Dr. Ewert told reporters, “Christ calls us to be Peace-Makers, not Peace-Breakers. Christians have lived side by side with other faiths in Dearborn for many years peacefully. Outside groups, like the one today, do not speak for us. We are speaking up by issuing a joint statement as faith leaders of our commitment to non-violence while preserving our most fundamental Constitutional right to freedom of speech and religion. We are committing to work together with first responders in meeting Dearborn’s most pressing community needs. As Christian leaders we are networking, preparing and responding together with local first responders through ReadyDearborn. We are hoping the Muslim community will join with us intentionally to mitigate our community needs both now and in the future.”

Mary Marr who serves on the Department of Homeland Security Faith-based Security and Communications Committee is working closely with local law enforcement, faith leaders and DHS to provide a common infrastructure to responding together in the community of Dearborn and nationwide. Marr told reporters today “Despite the damage and media attention focused upon recent global unrest the Christian and Muslim communities in Dearborn demonstrates that people of different faith expressions are able to walk, work and worship side by side.”
To assist you, your family, church and local Christian community to assess your level of biblical readiness, develop emergency operations plans, build spiritual, emotional, mental and physical resiliency to biblically respond in crisis of all kinds, CEN provides three helpful training programs -
ReadyChristian, ReadyChurch, and ReadyCity. For more information on engaging with ReadyDearborn, contact Mary Marr at mary.marr@christianemergencynetwork.org.

For information on the situation in Dearborn and how Christians are responding contact Misti McHatton at
misti.mchatton@christianemergencynetwork.org to set up an interview with Mary Marr.


Participants of Dearborn Event
Every Christian ready to respond biblically to emergencies large or small. Christian Emergency Network unites Christian volunteers, community leaders and emergency professionals in equipping the Church to be aware and ready to respond in emergencies large and small. To learn more about how you or your Christian organization can be prepared to respond to emergencies big and small go to www.christianemergencynetwork.org.


Our telephone:
(800) 260-5637





http://us1.campaign-archive1.com/?u=c5d92e5da908c43f1b31d181b&id=c635d2…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mar 23 Oct - 17:37 (2012)    Sujet du message: COALITION CALLS ON FEDERAL GOVERNMENT TO REVERSE DEFUNDING DECISION ON PART-TIME CHAPLAINCY Répondre en citant



CANADA : COALITION CALLS ON FEDERAL GOVERNMENT TO REVERSE DEFUNDING DECISION ON PART-TIME CHAPLAINCY

Ruse of Cair Canada, the times eveything would be in place. Check for CAIR-CAN and Caritas International
http://books.google.ca/books?id=DW0-afj9KNkC&pg=PA330&lpg=PA330&dq=CAIR-CAN++CARITAS+INTERNATIONAL&source=bl&ots=PmsfVM-L2W&sig=084W2T72PRxzMCoDvvFGOUHAFtM&hl=fr&sa=X&ei=JriGUPK8EcjL0AGtg4GADw&ved=0CC0Q6AEwAQ#v=onepage&q=CAIR-CAN%20%20CARITAS%20INTERNATIONAL&f=false 


Thursday, October 18, 2012 9:49 am

- For Immediate Release –

(Ottawa, Canada – October 18, 2012) – In an open letter to Minister of Public Safety, the Hon. Vic Toews, a coalition of national faith and civil liberties groups is calling on the Correctional Service of Canada to reverse the recent decision to cancel the contracts of part-time chaplains at federal prisons.

The Canadian Council on American-Islamic Relations (CAIR-CAN) joins the Canadian Civil Liberties Association, the World Sikh Organization of Canada, Independent Jewish Voices, the Canadian Association of Elizabeth Fry Societies, and the Jodo Shinshu Buddhist Temples of Canada, among many others in calling on the government to fulfill its obligations to inmates of all faiths.

“This open letter sends a strong signal that cutting funding to support the diverse spiritual needs of federal prisoners is not acceptable,” says Ihsaan Gardee, Executive Director of CAIR-CAN.

“Canadians demand and expect the government to uphold the rights of all citizens equally. It’s critical that inmates have equal access to spiritual counseling by people from within their own faith traditions,” says Diana Ralph, spokesperson for Independent Jewish Voices.

Experts say that chaplaincy is often a key element in supporting the successful reform and reintegration of inmates upon their eventual release back into communities.

“We see people in our faith-based transformation programs have their reoffending rate drop to 10 to 20 per cent, compared to 40 to 80 per cent in the federal and provincial system,” explained Rev. Eleanor Clitheroe, CEO of Prison Fellowship Canada
in a recent news article.

“The short-term cost savings of cutting part-time funding are exponentially outweighed by both the expected decrease of spiritual care to thousands of Christian and non-Christian inmates and the increased burden to taxpayers that re-offenders pose. Moreover, this decision threatens the safety of all Canadians because it takes away an important tool in reducing criminal behaviours. We believe the government will have to respond to the growing opposition to this decision and restore this critical funding,” says Mr. Gardee.

To read the open letter, click
here.

CAIR-CAN is a national, non-profit, grassroots organization committed to empowering and engaging Muslims in their communities.

CONTACT:
Ihsaan Gardee, CAIR-CAN Executive Director, 613.254.9704; 613.853.4111
Imam Yasin Dwyer, Islam Care Centre, 613-453-5204
Diana Ralph, Independent Jewish Voices, 613-314-2805

-30-


http://www.caircan.ca/itn_more.php?id=3176_0_2_0_C


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Oct - 05:09 (2012)    Sujet du message: ELLEN WHITE WARNED THE WORLD ABOUT SECRET SOCIETIES!!! Répondre en citant

ELLEN WHITE WARNED THE WORLD ABOUT SECRET SOCIETIES!!!



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=r9PsLzXdjBE&feature=g-high-c


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Oct - 17:20 (2012)    Sujet du message: CONCERN FOR IMMIGRANTS, MIDDLE EAST CHRISTIANS FOCUS OF CATHOLIC DIALOGUE WITH ORIENTAL ORTHODOX Répondre en citant



CONCERN FOR IMMIGRANTS, MIDDLE EAST CHRISTIANS FOCUS OF CATHOLIC DIALOGUE WITH ORIENTAL ORTHODOX

[PDF]

Westchester County Office for Women
www.westchestergov.com/.../OFW_dv_c...
a partagé des résultats de recherche sur Google+.

+1 publié par vous pour ce contenu
Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat
Hospital, Center Auditorium, 41 East Post Road, White Plains, NY. For more information ..... Muslim Women's Association in collaboration with the Westchester County. Office for ... It will take place at Divine Compassion Spirituality. Center, 52 ...


9/11 Families for Peaceful Tomorrows » Newsletters

www.peacefultomorrows.org/.../newslett...http://www.peacefultomorrows.org/.../newslett...
a partagé des résultats de recherche sur Google+.


+1 publié par vous pour ce contenu
UPCOMING EVENTS: The Islamic Center of Boston: The Islamic Center of ... next month at the Divine Compassion Spirituality Center in White Plains, N.Y. ...

----

October 23, 2012




WASHINGTON—Catholics and Oriental Orthodox church leaders agreed that they would benefit from a better exchange of information regarding the programs available for new immigrant arrivals in the United States. The group of 20 participants representing Roman Catholics and five Oriental Orthodox churches were gathered for the Oriental Orthodox-Roman Catholic Consultation, October 15-16, at the Divine Compassion Spirituality Center in White Plains, New York.

As part of its mission to foster Christian unity, the Secretariat for Ecumenical and Interreligious Affairs of the U.S. Conference of Catholic Bishops (USCCB) meets annually with members of the Oriental Orthodox churches. Along with ministering to immigrant communities, the dialogue also discussed the plight of Christians in the Middle East.

Bishop Howard J. Hubbard of Albany, New York, and Metropolitan Mor Cyril Aphrem Karim of the Eastern Archdiocese of the Syriac Orthodox Church of Antioch (Oriental Orthodox) co-chaired the dialogue. This was the Metropolitan's first meeting since his appointment as new co-chairman of the dialogue. He succeeds Very Reverend Chorbishop John Meno, also of the Syriac Orthodox Church, who had served as Oriental Orthodox co-chairman since 1985 and recently retired from the active ministry. The members expressed their gratitude to Father Meno for his many years of faithful service to this dialogue.

Presenters at the dialogue were Maronite Catholic Bishop Gregory Mansour of Brooklyn, Allison Posner, director of advocacy for the Catholic Legal Immigration Network, Inc. (CLINIC), Julianne Barsoum Jabaly of the Syriac Orthodox Church, and Michael Guglielmo, executive director of the Armenian Eastern Diocese.

On Monday evening the members traveled to St. Nersess Armenian Seminary in New Rochelle, New York. Together they celebrated Armenian Vespers in the seminary chapel and attended a dinner hosted by Father Daniel Findikyan, the rector. Later in the evening the members had a wide-ranging discussion of major events in the lives of their churches both in the United States and overseas.

On Tuesday morning the dialogue examined the situation of Christians in the Middle East. Bishop Mansour presented the recent Apostolic Exhortation of Pope Benedict XVI, Ecclesia in Medio Oriente. He discussed the structure and functioning of the Synod of Bishops, and what the document had to say about the Christian presence in that part of the world. The members are deeply worried about the future of Christian communities in the region.

At last year's October meeting, the members examined the history of this dialogue and the 2010 statement of the North American Orthodox-Catholic Theological Consultation, entitled "Steps Towards a Reunited Church: A Sketch of an Orthodox-Catholic Vision For the Future" (www.usccb.org/beliefs-and-teachings/dialogue-with-others/ecumenical/orthodox/steps-towards-reunited-church.cfm). It is scheduled to meet again in October 2013.

The Oriental Orthodox-Roman Catholic Consultation was established in 1978, and is sponsored jointly by the USCCB Committee for Ecumenical and Interreligious Affairs and the Standing Conference of Oriental Orthodox Churches America www.scooch.org/. . . (SCOOCH), which includes representatives from the Armenian (Catholicossate of Etchmiadzin), Coptic, Ethiopian, and Syriac Orthodox Churches.

More information on the U.S. bishops' ongoing dialogue with the Oriental Orthodox is available online: www.usccb.org/beliefs-and-teachings/dialogue-with-others/ecumenical/oriental-orthodox/
---
Keywords: Secretariat for Ecumenical and Interrelgious Affairs, SEIA, Roman Catholic, Oriental Orthodox, Syriac Orthodox, Armenian Orthodox, dialogue, Bishop Howard Hubbard, Bishop Gregory Mansour, Metropolitan Mor Cyril Aphrem Karim, immigrants, Middle East

# # # # # 
MEDIA CONTACT ONLY: Don Clemmer
O: 202-541-3206
Email

http://www.usccb.org/news/2012/12-172.cfm






Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Oct - 17:17 (2012)    Sujet du message: THE SKULL AND BONE “MONASTERY” IN SINAI DESERT Répondre en citant

THE SKULL AND BONE “MONASTERY” IN SINAI DESERT

Hundreds of skulls and the dressed skeleton of St. Stephanos gets thousands of Euro in support from the European Union (EU).
 


The EU sponsor a monastery where a skeleton has been dressed up in priestly garments and declared “holy”.

St. Stephanos is said to have died in 580 AD whilst at the Monastery. His skeleton is kept and dressed up in priestly garments.

The European Union (EU, The Greek Orthodox Church and Egypt is involved in restoration of Saint Catherine’s Monastery, who are located on the southern parts of the Sinai peninsula. Hundreds of skulls are also stored up inside this monastery, in the Charnel House.

This is what a website has recorded:

“Restoration and Protection of Monuments and Environment at Saint Catherine’s Monastery and the Summit of Jebel Musa” was a 45 months duration project that initiated on August of 2007. The planned activities included the implementation of a number of studies, works and supplies that will be the basis for the creation of the ‘Wadi el Deir Archaeological Park’. This is both a general conservation plan, based on the surveys and studies prepared within the framework of the SSRDP 540 project”

Source: Saint Catherine project.

Here are some more pictures:


The bones have been collected and kept for display behind the dressed up skeleton. Martyrs slaughtered and denied a grave by their butchers.



The skeleton has problems standing on its own, but are well dressed like a priest.

Citation:
Revelation 9:20The rest of mankind that were not killed by these plagues still did not repent of the work of their hands; they did not stop worshiping demons, and idols of gold, silver, bronze, stone and wood—idols that cannot see or hear or walk.





Seeing such pictures makes me think about the bone collectors in Auswich.

Citation:
Isaiah 19:3The Egyptians will lose heart, and I will bring their plans to nothing; they will consult the idols and the spirits of the dead, the mediums and the spiritists.





Some of the skulls have been given a more prominent place than the other.



The priests have not used barbed wires, but this kind of open grave yards reminds me about the Holocaust.



The monastery in the Sinai is restored with money from the European Union.



The Orthodox Greek archbishop of the Sinai gets funds from the EU.



Surly, the very highway to Hell.



A new way of organizing the priestly office in Sinai. Just keep some hundred skulls as a part of the furniture.

 My comment:

Of all religious madness you might encounter, this will probably be listed among the top 10.

To dress a skeleton in priestly garments, seems to be a disease in the Roman Catholic Church. In Bologna the remains of “St. Catherine” is dressed up like a nun.

The Greek Orthodox Church seems to be of the same kind.


A skeleton in Bologna in Italy dressed up as a nun.

To keep hundreds of skulls for display in an priestly office, can only be permitted by vile and blasphemous persons.

What a shocking display of filth and perversion, claimed by many to be a part of the Christian family on Earth.

Who were these people, and who have they beheaded?

They were the witness who bore testimony of Jesus in the first centuries after the Messiah ascended into Heaven.

Revelation 6:10
They called out in a loud voice, “How long, Sovereign Lord, holy and true, until you judge the inhabitants of the earth and avenge our blood?”

They were martyred by antichrists in the religious communities in the Middle East.

True Messianic faith spread like wildfire in the Middle East and in North Africa before 500 A.D.

But after the antichrists raised an Arab named Muhammad, true Christians in this part of the World were massacred and the Messianic culture destroyed.

The skulls of the true saints and martyrs are kept for adoration by the criminal butchers up to this day.

It is difficult to use strong enough words to warn against this kind of religious movements. The best way of guide people, is to use the words of the Messiah him self. He explains that there will be cursed people misusing his name, on the way to the eternal fire of Hell.

Written by Ivar

http://ivarfjeld.wordpress.com/2012/10/26/eu-sponsor-skull-and-bones-monast…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Oct - 19:49 (2012)    Sujet du message: SYNOD FATHERS PRESENT FINAL MESSAGE OF GENERAL ASSEMBLY Répondre en citant

SYNOD FATHERS PRESENT FINAL MESSAGE OF GENERAL ASSEMBLY

Members of the Commission for the Message Address the Media

By Junno Arocho

VATICAN CITY, OCT. 26, 2012 (Zenit.org).- The Synod Fathers that lead the Commission for the Message for the Synod of Bishops presented the final message of the assembly at the Holy See Press Office today. The Synod, which concludes this Sunday, examined the theme: "The New Evangelization for the Transmission of the Christian Faith.

Present at the Press Conference were Cardinal Giuseppe Bertori, Archbishop of Florence and present of the Commission for the Message; Archbishop Pierre-Marie Carre of Montpellier, France, special secretary, and Archbishop Luis Antonio G. Tagle of Manila, Philippines, secretary of the Commission for the Message.

Archbishop Tagle was one of six prelates who will be raised to the designation of Cardinal at the Upcoming Consistory in November.

Speaking on behalf of the Synod, Cardinal Bertori applauded the "listening attitude" of the bishops, saying that the Final Message was "something that had really been born from the assembly and it was a concrete example of ecclesial participation."

"[Regarding] the Synod Fathers speeches, it was always an encouraging tone to take a positive look at the challenges of the present time. And the word 'challenge' was always accompanied by the word 'opportunity'.

Cardinal Bertori also remarked on the fact that the message addresses each continent saying that while globalizing conditions make some phenomenon common, it is difficult to send a single message for the diverse cultural situations that exist. "We could not level out our message; we gave thoughts for each continent. It was relevant to have all the different aspects of the new evangelization in the different continents," he said.

A Universal Call to Holiness

Addressing the members of the press, Archbishop Tagle called being part of the Commission for the Message a "good experience." The Filipino prelate said that while the message captures several concerns raised by bishops, experts and auditors, it also reflects those concerns faithful. He also stated that the assembly saw the Spirit that accompanied those concerns: a return to an encounter with Jesus.

"This is an opening for everyone. The universal call to holiness is affirmed by going back to that," he said.

"In the message we find a humble church, admitting that it does not understand everything that's happening in the world. That it's confused, that it has suffered, but it also admits its share in the wounds of society."

Archbishop Tagle echoed Cardinal Bertori's sentiment on the Message's address to each continent saying that it was encouraging to have a Church that speaks the language of the people.

The Archbishop of Manila addressed a journalist's concern that the Final Message may not have sufficiently addressed a strategy to call back Catholics who have left the faith in the wake of scandals that have rocked the Catholic Church. "I assure you that the problems were addressed," Archbishop Tagle replied.

"No one pretended that there were no problems. There was no such blindness; we are believers, we believe that the Spirit of the Risen Lord is the principal source of healing. The optimism [contained within the Final Message] is not a false sense of serenity, but it drives us to find ways to address those painful moments in the Church," he said.

Responding to a question from ZENIT regarding his remarks on the need for a more "humble Church and less arrogant ministers," Archbishop Tagle stressed the importance of humility within the universal Church. "Humility for the Church is not a strategy; it is the way of Jesus. It is how God manifested himself to us in Jesus and loved us in the form of [Christ] crucified," he said.

"We don't have any choice but to be humble."

http://www.zenit.org/article-35819?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Oct - 19:56 (2012)    Sujet du message: 'GOD GAVE US SIX WEAPONS FOR THE NEW EVANGELIZATION' Répondre en citant

 'GOD GAVE US SIX WEAPONS FOR THE NEW EVANGELIZATION'

Interview with Bishop Vincent Ri Pyung-ho of South Korea

By Jan Bentz

VATICAN CITY, October 26th 2012 (ZENIT.org). – Bishop Vincent Ri Pyung-ho is the only Korean bishop (along with a lay Korean Auditor) from his country. Since 1990, he has served as bishop of the Diocese of Jeonju. A member of the Catholic Bishops' Conference of Korea (CBCK) and specialized in Biblical studies, Bishop Ri also serves as chairperson of the Episcopal Commission for Social Affairs and the Committee for the Pastoral Care of Koreans Living Abroad of the Catholic Bishops' Conference of Korea (CBCK). Also he is member of the Special Episcopal Commission to Promote Beatification and Canonization of the CBCK.

ZENIT: Your Excellency, would you be so kind as to present yourself to our readers?

Bishop Vincent Ri Pyung-ho: The Bishops Conference of Korea appointed me the responsible of “New Evangelization” for a special committee. This is the reason, why I was chosen as a representative for Korea to participate in this Synod.

ZENIT: What is the biggest tool for the New Evangelization in Korea?

Bishop Vincent Ri Pyung-ho: The most important thing for the New Evangelization is the “Evangelium”, the Gospel. EVERYTHING must be founded on the basis of this Evangelium, on this principle. I’ve been in charge of the Biblical committee of the Bishops Conference of Korea and participated in the last Synod as a specialist for that. In the last Synod we have heard, as it was repeated in this Synod oftentimes, that the basis for the New Evangelization is the Word of God. By the power of this word and of the Gospel you are ready to do anything for the Church and the Society. If you do not have this, then no matter what good you want to do, you are WITHOUT FOUNDATION. Everything stands on this principle.

ZENIT: What do you see as the biggest obstacle to the New Evangelization in Korea? Is it the Secularization from the West?

Bishop Vincent Ri Pyung-ho: The Secularization is certainly present. Nevertheless Korea has never been in a situation of non-secularization. In comparison with other parts of the world, for the Church in Korea the impact of secularization is relatively little. We have in every moment in history certain special obstacles to the spreading of the faith. But no matter how large the obstacles are, the fundamental question is: are you really armored with the weapons that the Lord gives us? In the Letter to the Ephesians, the Lord gives us six weapons. Of the six, one is offensive, the others are defensive. The one offensive is: the word of God, which is described as a [two-edged] sword. We can also read this in the story of the temptation. I believe that if you have this weapon, you have no reason to be afraid.

ZENIT: What impressed you most during this Synod?

Bishop Vincent Ri Pyung-ho: In line with what I have been saying, for me the most impressive presentation came from those, who have presented well the working of the Word of God. It is not a question of a cerebral or intellectual approach. If the Word of God really lives in your heart, then everything in your personal life will be ready.

http://www.zenit.org/article-35825?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Oct - 20:54 (2012)    Sujet du message: POPE BENEDICT XVI - A KNIGHT OF MALTA Répondre en citant

POPE BENEDICT XVI - A KNIGHT OF MALTA



...

Pope Benedict XVI is also a Knight of Malta, having receiving the same honor in 1999. He is the second Pontiff to be a member of the Order, following Pope Pius XII.

http://www.catholicculture.org/news/features/index.cfm?recnum=44355

DR. OLAV FYKSE TVEIT, SECRETARY GENERAL OF THE WORLD COUNCIL OF CHURCHES (WCC)

www.scribd.com/doc/.../Knights-of-Malta-Oath

12 Jul 2011 – Description of the Order of Malta The Order of Malta is a sovereign subject ... Military Hospitaller Order of St. John of Jerusalem of Rhodes and of Malta. ..... Olav Fykse Tveit, head of the World Council of Churches and himself ...

...

Citation:
ELISABETH WILSON,EDITED BY SARAH JORDAN





Olav Fykse Tveit, Secretary General of the World Council of Churches and “Captain” of the ecumenical vessel. Some talk about an “ecumenical winter”. As a citizen raised on the cold coast of Norway, winter is not an obstacle!

From Norway to Switzerland, what led you to the WCC?

I am an ordained pastor in the Church of Norway. I served as a parish priest in Haram Møre Diocese and shortly as an army chaplain. I was also the Secretary General of the Church of Norway’s Council on Ecumenical and International Relations, a member of the Inter-Faith Council of Norway and a member of the Board of Trustees of the Norwegian Church Aid. After serving both as a research scholar and ecumenical officer, some people advised me to apply for the position of Secretary General of the WCC in Geneva. My successful nomination came as a surprise. I think it was a consequence of my fieldwork over the last twenty years.

Is there a defining moment in your life when you chose to be a MAN OF PEACE?

Yes. I was eighteen years old. I was supposed to take a train to go to Italy, but did not take it. The train was to depart from Zurich, go through Bologna then Rome. When I came to Zurich’s train station that Sunday morning, all the newspapers had headlines about a time bomb that had been detonated in Bologna’s railway station. It was one of the biggest terrorist attacks in Europe. It was later suspected that neo-fascists were behind this terrible act, which claimed the lives of eighty-five civilians. I still feel very humble to be alive.

Read more : http://www.unspecial.org/2012/09/dr-olav-fykse-tveit-secretary-general-of-the-world-council-of-churches-wcc/

 
WCC EXPERIENCE CAN BE OF VALUE TO UN SYSTEM

23.10.12

The World Council of Churches (WCC) is a global organization with many skills and experiences. As such it can create added value for the United Nations system, the WCC general secretary Rev. Dr Olav Fykse Tveit said in a recent interview for the United Nations Special magazine and website.

Tveit said that “We need to deepen our relationships with the UN system”. He pointed out that the WCC is a fellowship with a “great level of accountability” which has learnt to come to consensus and commitment.

“We have complementary skills in diplomacy that we could share and the same objectives: increase JUSTICE, end corruption” and, in PEACEMAKING and RECONCILIATION, encouraging parties to “stop using civilians as a pretext to create violence between different groups,” he said.

In the interview, Tveit also shared his experiences as a Norwegian pastor working for PEACE, his ideological commitment to the ECUMENICAL MOVEMENT and meeting the challenges in leading a GLOBAL ECUMENICAL ORGANIZATION like the WCC.

http://www.oikoumene.org/en/news/news-management/eng/a/article/1634/wcc-can-add-great-value-t.html






Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Oct - 03:49 (2012)    Sujet du message: DEUX TRANSFERTS DE COMPÉTENCES À LA CURIE ROMAINE Répondre en citant


......................



DEUX TRANSFERTS DE COMPÉTENCES À LA CURIE ROMAINE

Qu'est-ce que la Congrégation pour le Clergé?

 Congrégation romaine - Wikipédia
fr.wikipedia.org/wiki/Congrégation_romaine

Un décret a été pris par la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements ... Congrégation pour le clergé · Congrégation pour les Instituts de vie ... Congrégation de la Suprême Inquisition (ou du Saint Office) (Paul III, 1542),

.....


Les séminaires et la catéchèse

Anita Bourdin

ROME, samedi 27 octobre 2012 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI prend deux décisions qui sont une réforme ponctuelle de la curie romaine : la Congrégation pour le clergé est désormais chargée des séminaires et le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation de la catéchèse.

Le pape a annoncé la nouvelle au début de la 22e congrégation générale, ce samedi 27 octobre au matin, qui a été l’occasion du vote de la liste finale des « propositions » remises au pape.

Celui-ci a annoncé que « dans le contexte des réflexions du synode des évêques sur la Nouvelle évangélisation pour la transmisison de la foi chrétienne » qu’après avoir « prié » » et « réfléchi », il a « transféré la compétence sur les séminaires de la Congrégation pour l’éducation catholique à la Congrégation pour le clergé, et la compétence sur la catéchèse de la Congrégation pour le clergé au Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation ».

Le pape a également annoncé les documents à ce sujet : une lettre apostolique en forme de motu proprio pour « définir les domaines et les facultés respectives ».

Le pape a conclu en invitant à la prière pour les « dicastères de la curie romaine » dans « leur importante mission en collaboration avec toute l’Eglise ».

http://www.zenit.org/article-32387?l=french



Dernière édition par maria le Dim 28 Oct - 04:23 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Oct - 04:11 (2012)    Sujet du message: CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI Répondre en citant

CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI

Les principaux en tête de cette nouvelle inquisition de Benoît XVI



Fondée sous le nom de Sacrée congrégation de l'inquisition romaine et universelle par le pape Paul III dans la bulle Licet ab initio, le 21 juillet 1542, cette congrégation avait pour mission de lutter contre les hérésies[1].

Le pape Pie X réforme l'institution le 29 juin 1908 et lui donne le nom de « Sacrée congrégation du Saint-Office ». Elle a pour rôle de veiller à la pureté de la doctrine et des mœurs. Sous Paul VI, elle prend le nom de Congrégation pour la doctrine de la foi suite au Motu proprio Integrae servandae[2], du 7 décembre 1965[3]. Par la même occasion, Paul VI supprime aussi la Sacrée congrégation de l'index.

Jean-Paul II a précisé sa fonction actuelle en 1988 par la constitution apostolique Pastor Bonus : « La tâche propre de la Congrégation pour la doctrine de la foi est de promouvoir et de protéger la doctrine et les mœurs conformes à la foi dans tout le monde catholique : tout ce qui, de quelque manière, concerne ce domaine relève donc de sa compétence[4] ». De 1981 à 2005, elle est présidée par le cardinal Joseph Ratzinger.

La congrégation est actuellement présidée par Mgr Gerhard Ludwig Müller depuis juillet 2012.

Depuis le 8 juillet 2008, le secrétaire de la congrégation, soit son numéro deux, est le théologien jésuite espagnol Luis Ladaria Ferrer, consulteur de la Congrégation de la doctrine de la foi depuis 1995 et secrétaire de la Commission théologique internationale depuis 2004. Considéré comme un conservateur modéré[5], il remplace l'archevêque salésien Angelo Amato, nommé à la tête de la Congrégation pour les causes des saints. C'est la première fois qu'un membre de la compagnie de Jésus est nommé à cet office alors que cette congrégation a condamné plusieurs théologiens issus des rangs de cet ordre[6].

Dans sa Lettre aux évêques de l'Église catholique à propos de la levée des excommunications des quatre évêques consacrés par Mgr Lefebvre[7], publié le 12 mars 2009, Benoît XVI, considérant que les questions restant à traiter avec la Fraternité sacerdotale Saint Pie X sont « de nature essentiellement doctrinale et regardent surtout l’acceptation du Concile Vatican II et du magistère post-conciliaire des Papes », annonce son intention de rattacher la Commission pontificale « Ecclesia Dei » à la congrégation. Ce rattachement est effectif le 8 juillet 2009 avec la publication du motu proprio Ecclesiae unitatem et la nomination du cardinal William Levada, préfet de la congrégation à la tête de la commission pontificale Ecclesia Dei.

...

Compétences

Les compétences de la congrégation sont définies par la constitution Pastor Bonus : « La tâche propre de la Congrégation pour la doctrine de la foi est de promouvoir et de protéger la doctrine et les mœurs conformes à la foi dans tout le monde catholique : tout ce qui, de quelque manière, concerne ce domaine relève donc de sa compétence[4] ».

La congrégation est compétente pour vérifier que les doctrines et enseignements catholiques restent dans le cadre de la foi de l'Église.

La congrégation est enfin compétente pour certains délits les plus graves contre les mœurs, par exemple des abus sexuels d'un prêtre sur un mineur d'âge.

Organisation de la Congrégation

Présidée par un préfet, la congrégation est composée de vingt-trois membres, cardinaux, archevêques et évêques provenant de nations diverses. Au jour le jour, le préfet est assisté d'un secrétaire, d'un sous-secrétaire et d'un promoteur de justice. L'administration du dicastère est divisée en trois sections, traitant chacune des différents secteurs de compétence de la congrégation : doctrinale, disciplinaire et matrimoniale. Cette dernière s'occupe de tout ce qui concerne le privilegium fidei.

Membres

Les membres actuels de la Congrégation sont[8] :

Cardinaux

Archevêques

Évêques
Historique des responsables de la congrégation

Secrétaires de la Sacrée congrégation de l'inquisition romaine et universelleAvant 1965, le Pape est préfet de jure de la congrégation. La congrégation est présidée par le secrétaire.
Secrétaires du Saint-officePréfets de la congrégationSecrétaires de la congrégationNotes et références

  1. a et b Présentation de la congrégation [archive] sur le site du Vatican.
  2. ( la ) texte du motu proprio sur le site du Vatican [[url=http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://www.vatican.va/holy_father/paul_vi/motu_proprio/documents/hf_p-vi_motu-proprio_19651207_integrae-servandae_lt.html&title=(la)%20texte%20du%20motu%20proprio%20sur%20le%20site%20du%20Vatican]archive[/url]]
  3. date sur le site catholic-hierarchy [archive]
  4. a et b Constitution apostolique Pastor Bonus § 48.
  5. John L. Allen, Jr., 'Kind' and 'reliable' Jesuit named to Vatican's top doctrinal post, in National Catholic Reporter, vol 7, n° 42, 11/07/2008, article en ligne [archive]
  6. Isabelle de Gaulmyn, Un nouveau préposé à la « fabrique des saints », in La Croix, 09/07/2008, article en ligne [archive]
  7. Texte de la lettre sur le site du Vatican [archive]
  8. Annuario Pontificio per l’anno 2009, Città del Vaticano, 2009, p. 1189
  9. a et b Le pape nomme les nouveaux cardinaux membres des dicastères de la Curie romaine, bulletin de l'agence ZENIT, 24 novembre 2003 [lire en ligne [archive]]
  10. a et b Nomina di cardinali membri dei dicasteri della Curia Romana, bulletin du Vatican Information Service, 6 mai 2006 [lire en ligne [archive]]
  11. Nomina di membro della Congregazione per la Dottrina della Fede, bulletin du Vatican Information Service, 26 janvier 2008 [lire en ligne [archive]]
  12. a et b Nomina di membri della Congregazione per la Dottrina della Fede, bulletin du Vatican Information Service, 22 septembre 2009 [lire en ligne [archive]]
  13. Nouveau sous-secrétaire de la congrégation pour la doctrine de la foi, bulletin de l'agence ZENIT, 21 juin 2009 [lire en ligne [archive]]


http://fr.wikipedia.org/wiki/Congr%C3%A9gation_pour_la_doctrine_de_la_foi



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Oct - 04:17 (2012)    Sujet du message: CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI Répondre en citant




 
CONGRÉGATION POUR LA DOCTRINE DE LA FOI  
 
Note
avec indications pastorales pour l’Année de la foi
 
 
Introduction

Avec la Lettre apostolique Porta fidei du 11 octobre 2011, le Saint-Père Benoît XVI a proclamé une Année de la foi. Elle s’ouvrira le 11 octobre 2012, pour le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile œcuménique Vatican II, et s’achèvera le 24 novembre 2013, Solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de l’univers.

Cette année sera une occasion propice pour que tous les fidèles comprennent plus profondément que le fondement de la foi chrétienne est « la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive »[1]. Fondée sur la rencontre avec Jésus-Christ ressuscité, la foi pourra être redécouverte dans son intégrité et dans toute sa splendeur. « De nos jours aussi, la foi est un don à redécouvrir, à cultiver et dont il faut témoigner », afin que le Seigneur « accorde à chacun de nous de vivre la beauté et la joie d’être chrétiens »[2].

Le début de l’Année de la foi coïncide avec le souvenir reconnaissant de deux grands événements qui ont marqué le visage de l’Église en nos jours : le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, voulu par le bienheureux Jean XXIII (11 octobre 1962) et le vingtième anniversaire de la promulgation du Catéchisme de l’Église catholique, offert à l’Église par le bienheureux Jean-Paul II (11 octobre 1992).

Le Concile, selon le Pape Jean XXIII, a voulu « transmettre la doctrine dans sa pureté et dans son intégrité, sans atténuations ni altérations », s’efforçant afin que « cette doctrine certaine et immuable, qui doit être respectée fidèlement, soit approfondie et présentée de la façon qui répond aux exigences de notre époque »[3]. À cet égard, l’importance du début de la Constitution Lumen gentium reste décisive : « Le Christ est la lumière des peuples ; réuni dans l’Esprit Saint, le saint Concile souhaite donc ardemment, en annonçant à toutes les créatures la bonne nouvelle de l’Évangile répandre sur tous les hommes la clarté du Christ qui resplendit sur le visage de l’Église (cf. Mc 16, 15) »[4]. À partir de la lumière du Christ, qui purifie, illumine et sanctifie dans la célébration de la liturgie sacrée (cf. Constitution Sacrosanctum Concilium) et avec sa parole divine (cf. Constitution dogmatique Dei Verbum), le Concile a voulu approfondir la nature intime de l’Église (cf. Constitution dogmatique Lumen gentium) et son rapport avec le monde contemporain (cf. Constitution pastorale Gaudium et spes). Autour de ses quatre Constitutions, véritables piliers du Concile, se regroupent les Déclarations et les Décrets, qui affrontent quelques-unes des questions majeures de l’époque.

Après le Concile, l’Église s’est engagée dans la réception et dans l’application de son riche enseignement, en continuité avec toute la Tradition, sous la direction sûre du Magistère.

Pour favoriser la réception correcte du Concile, les Souverains Pontifes ont convoqué à plusieurs reprises le Synode des évêques[5], institué par le Serviteur de Dieu Paul VI en 1965, proposant à l’Église des orientations claires par le biais des diverses Exhortations apostoliques post-synodales. La prochaine Assemblée générale du Synode des évêques, au mois d’octobre 2012, aura pour thème : La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne.

Depuis le début de son pontificat, le Pape Benoît XVI s’est engagé fermement en faveur d’une juste compréhension du Concile, repoussant comme erronée la dénommée « herméneutique de la discontinuité et de la rupture » et promouvant celle qu’il a lui-même appelée « l’“herméneutique de la réforme”, du renouveau dans la continuité de l’unique sujet-Église, que le Seigneur nous a donné ; c’est un sujet qui grandit dans le temps et qui se développe, restant cependant toujours le même, l’unique sujet du Peuple de Dieu en marche »[6].

Le Catéchisme de l’Église catholique, se plaçant dans cette perspective, est d’une part un « fruit authentique du Concile Vatican II »[7], et, d’autre part, entend en favoriser la réception. Le Synode extraordinaire des évêques en 1985, convoqué à l’occasion du vingtième anniversaire de la clôture du Concile Vatican II et pour effectuer un bilan de sa réception, a suggéré de préparer ce Catéchisme afin d’offrir au peuple de Dieu un compendium de toute la doctrine catholique et un texte de référence sûr pour les catéchismes locaux. Le Pape Jean-Paul II a accueilli cette proposition comme un désir « répondant pleinement à un vrai besoin de l’Église universelle et des Églises particulières[8].

Rédigé en collaboration avec l’épiscopat entier de l’Église catholique, ce Catéchisme « exprime véritablement ce qu’on peut appeler la “ symphonie” de la foi »[9].

Le Catéchisme comprend « du neuf et de l’ancien (cf. Mt 13, 52), la foi étant toujours la même et source de lumières toujours nouvelles. Pour répondre à cette double exigence, le Catéchisme de l’Église catholique, d’une part reprend l’ordre “ancien”, traditionnel et déjà suivi par le Catéchisme de saint Pie V, en articulant le contenu en quatre parties : le Credo ; la sainte liturgie, avec les sacrements en premier plan ; l’agir chrétien, exposé à partir des commandements ; et enfin la prière chrétienne. Mais, en même temps, le contenu est souvent exprimé d’une façon “nouvelle”, afin de répondre aux interrogations de notre époque »[10]. Ce Catéchisme est « un instrument valable et autorisé au service de la communion ecclésiale » et « une norme sûre pour l’enseignement de la foi »[11]. Les contenus de la foi trouvent en lui « leur synthèse systématique et organique. Ici, en effet, émerge la richesse d’enseignement que l’Église a accueilli, gardé et offert au cours de ses deux mille ans d’histoire. De la sainte Écriture aux Pères de l’Église, des Maîtres de théologie aux Saints qui ont traversé les siècles, le Catéchisme offre une mémoire permanente des nombreuses façons dans lesquelles l’Église a médité sur la foi et produit un progrès dans la doctrine pour donner certitude aux croyants dans leur vie de foi »[12].

L’Année de la foi veut contribuer à une conversion renouvelée au Seigneur Jésus et à la redécouverte de la foi, afin que tous les membres de l’Église soient des témoins crédibles et joyeux du Seigneur ressuscité dans le monde d’aujourd’hui, capables d’indiquer aux nombreuses personnes en recherche la “porte de la foi”. Cette “porte” ouvre grand le regard de l’homme sur Jésus-Christ, présent au milieu de nous « tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20). Il nous montre comment « l’art de vivre » s’apprend « dans un rapport intense avec Lui »[13]. « Par son amour, Jésus-Christ attire à lui les hommes de toutes générations : en tous temps il convoque l’Église lui confiant l’annonce de l’Évangile, avec un mandat qui est toujours nouveau. C’est pourquoi aujourd’hui aussi un engagement ecclésial plus convaincu en faveur d’une nouvelle évangélisation pour redécouvrir la joie de croire et retrouver l’enthousiasme de communiquer la foi est nécessaire »[14].

Par mandat du Pape Benoît XVI[15], la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a rédigé, en accord avec les Dicastères compétents du Saint-Siège et avec la contribution du Comité pour la préparation de l’Année de la foi[16], la présente Note accompagnée de quelques indications pour vivre ce temps de grâce, sans exclure d’autres propositions que l’Esprit Saint voudra susciter parmi les pasteurs et les fidèles dans les différentes parties du monde.
Indications

« Je sais en qui j’ai mis ma foi » (2 Tm 1, 12) : cette parole de saint Paul nous aide à comprendre que la foi « est d’abord une adhésion personnelle de l’homme à Dieu ; elle est en même temps, et inséparablement, l’assentiment libre à toute la vérité que Dieu a révélée »[17]. La foi comme confiance personnelle dans le Seigneur et la foi que nous professons dans le Credo sont inséparables, elles s’appellent et s’exigent mutuellement. Il existe un lien profond entre la foi vécue et ses contenus : la foi des témoins et des confesseurs est également la foi des apôtres et des docteurs de l’Église.

Dans ce sens, les indications suivantes pour l’Année de la foi désirent favoriser tant la rencontre avec le Christ au travers d’authentiques témoins de la foi, que la connaissance toujours plus grande de ses contenus. Il s’agit de propositions qui entendent solliciter, par mode d’exemple, la réponse empressée de l’Église à l’invitation du Saint-Père à vivre pleinement cette Année comme un « temps de grâce »[18] spécial. La redécouverte joyeuse de la foi pourra aussi contribuer à consolider l’unité et la communion entre les diverses réalités composant la grande famille de l’Église.

I. Au niveau de l’Église universelle

1. Le principal événement ecclésial au début de l’Année de la foi sera la XIIIe Assemblée générale ordinaire du Synode des évêques, convoquée par le Pape Benoît XVI pour le mois d’octobre 2012 et dédiée à La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne. Durant ce Synode, le 11 octobre 2012 aura lieu une célébration d’ouverture solennelle de l’Année de la foi, pour le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II.

2. Au cours de l’Année de la foi, il conviendra d’encourager les pèlerinages des fidèles auprès du Siège de Pierre, pour y professer la foi en Dieu Père, Fils et Esprit Saint, en s’unissant avec celui qui, aujourd’hui, est appelé à confirmer ses frères dans la foi (cf. Lc 22, 32). Il sera aussi important de favoriser les pèlerinages en Terre Sainte, lieu qui a vu en premier la présence de Jésus, le Sauveur, et de Marie, sa mère.

3. Au cours de cette Année, il sera utile d’inviter les fidèles à s’adresser avec une particulière dévotion à Marie, figure de l’Église, qui « rassemble et reflète en elle-même d’une certaine façon les requêtes suprêmes de la foi »[19]. Il faut donc encourager toute initiative aidant les fidèles à reconnaître le rôle particulier de Marie dans le mystère du salut, à l’aimer filialement et à en suivre la foi et les vertus. À cet effet, il sera très opportun d’organiser des pèlerinages, des célébrations et des rencontres auprès des sanctuaires les plus importants.

4. La prochaine Journée mondiale de la jeunesse à Rio de Janeiro au mois de juillet 2013 offrira aux jeunes une occasion privilégiée pour expérimenter la joie qui provient de la foi au Seigneur Jésus et de la communion avec le Saint-Père, dans la grande famille de l’Église.

5. Il est souhaitable qu’il y ait des symposiums, des colloques et des rassemblements de large envergure, même au niveau international, afin de favoriser la rencontre avec d’authentiques témoins de la foi et la connaissance des contenus de la doctrine catholique.

En montrant comment aujourd’hui encore la Parole de Dieu continue à croître et à se répandre, il sera important de rendre témoignage au fait qu’en Jésus-Christ « trouve son achèvement tout tourment et toute aspiration du cœur humain »[20] et que la foi « devient un nouveau critère d’intelligence et d’action qui change toute la vie de l’homme »[21].

Certains colloques seront consacrés en particulier à la redécouverte des enseignements du Concile Vatican II.

6. À tous les croyants, l’Année de la foi offrira une occasion propice pour approfondir la connaissance des principaux Documents du Concile Vatican II et l’étude du Catéchisme de l’Église catholique. Ceci vaut en particulier pour les candidats au sacerdoce, surtout au cours de l’année propédeutique ou des premières années d’études théologiques, pour les novices des Instituts de vie consacrée et des Sociétés de vie apostolique, ainsi que pour ceux qui vivent un temps d’essai en vue de rejoindre une Association ou un Mouvement ecclésial.

7. Cette Année sera une occasion propice pour un accueil plus attentif des homélies, des catéchèses, des discours et des autres interventions du Saint-Père. Les Pasteurs, les personnes consacrées et les fidèles laïcs seront invités à un engagement renouvelé pour une adhésion effective et cordiale à l’enseignement du Successeur de Pierre.

8. Durant l’Année de la foi et en collaboration avec le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens, on souhaite diverses initiatives œcuméniques destinées à implorer et à favoriser « la restauration de l’unité entre tous les chrétiens », qui est « l’un des objectifs principaux du saint Concile œcuménique de Vatican II »[22]. Il y aura en particulier une célébration œcuménique solennelle pour réaffirmer la foi au Christ de la part de tous les baptisés.

9. Un Secrétariat spécial sera institué auprès du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, afin de coordonner les diverses initiatives concernant l’Année de la foi promues par les différents Dicastères du Saint-Siège, ou ayant du moins une importance pour l’Église universelle. Il conviendra d’informer ce Secrétariat à temps au sujet des principaux événements organisés ; celui-ci pourra également suggérer des initiatives opportunes en la matière. Le Secrétariat ouvrira pour l’occasion un site internet destiné à offrir toute information utile pour vivre efficacement l’Année de la foi.

10. Pour conclure cette Année, en la solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de l’univers, une Eucharistie sera célébrée par le Saint-Père, au cours de laquelle on renouvellera solennellement la profession de foi.

II. Au niveau des Conférences épiscopales[23]

1. Les Conférences épiscopales pourront consacrer une journée d’étude au thème de la foi, de son témoignage personnel et de sa transmission aux nouvelles générations, conscients de la mission spécifique des évêques comme maîtres et « hérauts de la foi »[24].

2. Il sera utile de republier les Documents du Concile Vatican II, du Catéchisme de l’Église catholique et de son Compendium, également en éditions économiques de poche, et de les diffuser plus largement à l’aide des moyens électroniques et des technologies modernes.
3. Un effort renouvelé est souhaitable afin de traduire les Documents du Concile Vatican II et le Catéchisme de l’Église catholique dans les langues dans lesquelles ils ne sont pas encore disponibles. On encourage les initiatives de soutien caritatif pour ce genre de traduction dans les langues locales des pays en terre de mission, dans lesquels les Églises particulières ne peuvent assurer les dépenses. Cela devra être mené sous la direction de la Congrégation pour l’Évangélisation des Peuples.

4. Utilisant les nouveaux langages de la communication, les Pasteurs s’efforceront de promouvoir des émissions télévisées ou radiophoniques, des films et des publications – y compris au niveau populaire accessible au grand public – consacrées au thème de la foi, de ses principes et de ses contenus, ainsi que sur la signification ecclésiale du Concile Vatican II.

5. Les saints et les bienheureux sont les témoins authentiques de la foi[25]. Il sera donc opportun que les Conférences épiscopales fassent mieux connaître les saints de leur propre territoire, en recourant aux moyens modernes de communication sociale.

6. Le monde contemporain est sensible au rapport entre la foi et l’art. On recommande donc aux Conférences épiscopales de mettre en valeur adéquatement, dans une perspective catéchétique et, éventuellement, en collaboration œcuménique, le patrimoine des œuvres d’art repérables dans les lieux confiés à leur charge pastorale.

7. Ceux qui enseignent dans les centres d’études théologiques, les séminaires et les Universités catholiques sont invités à montrer, dans leur enseignement, l’importance des contenus du Catéchisme de l’Église catholique et des implications qui en découlent pour leurs disciplines respectives.

8. Avec l’aide de théologiens et d’auteurs compétents, il sera utile de préparer des instruments de travail de caractère apologétique (cf. 1 P 3, 15). Chaque fidèle pourra ainsi mieux répondre aux questions qui se posent dans les différents milieux culturels, en rapport au défi des sectes, aux problèmes liés à la sécularisation et au relativisme, aux « interrogations qui proviennent d’une mentalité changée qui, particulièrement aujourd’hui, réduit le domaine des certitudes rationnelles à celui des conquêtes scientifiques et technologiques »[26], tout comme à d’autres difficultés spécifiques.

9. Il est souhaitable de vérifier les catéchismes locaux et les différents instruments de travail catéchétiques en usage dans les Églises particulières, pour assurer leur pleine conformité avec le Catéchisme de l’Église catholique[27]. Au cas où certains catéchismes ou instruments de travail pour la catéchèse ne seraient pas en plein accord avec le Catéchisme ou manifesteraient des lacunes, on commencera à en élaborer de nouveaux, éventuellement selon l’exemple et avec l’aide d’autres Conférences épiscopales qui ont déjà pris le soin d’en rédiger.

10. En collaboration avec la Congrégation pour l’Éducation Catholique, qui est compétente, il sera opportun de vérifier la présence des contenus du Catéchisme de l’Église catholique dans la Ratio de formation des futurs prêtres et dans le cursus de leurs études théologiques.

III. Au plan diocésain

1. Il faut souhaiter que, dans chaque Église particulière, on fasse une célébration d’ouverture et une conclusion solennelle de l’Année de la foi, pour « confesser la foi dans le Seigneur ressuscité dans nos cathédrales et dans les églises du monde entier »[28].

2. Il sera opportun d’organiser dans chaque diocèse du monde une journée sur le Catéchisme de l’Église catholique, en invitant particulièrement les prêtres, les personnes consacrées et les catéchistes. À cette occasion, par exemple, les éparchies orientales catholiques pourront faire une réunion de prêtres pour témoigner de leur sensibilité et de leur tradition liturgique propres à l’intérieur de l’unique foi au Christ ; ainsi les jeunes Églises particulières en terre de mission pourront-elles être invitées à donner un nouveau témoignage de la joie de la foi qui les caractérise tant.

3. Chaque évêque pourra consacrer une lettre pastorale au thème de la foi, en rappelant l’importance du Concile Vatican II et du Catéchisme de l’Église catholique, et en tenant compte des conditions pastorales spécifiques de la portion de fidèles qui lui est confiée.
4. On souhaite que, sous la responsabilité de l’évêque, on organise dans chaque diocèse des moments de catéchèse destinés aux jeunes et à ceux qui cherchent le sens de leur vie, afin de découvrir la beauté de la foi de l’Église, et que l’on organise des rencontres avec ses témoins privilégiés.

5. Il sera opportun de vérifier la réception du Concile Vatican II et du Catéchisme de l’Église catholique dans la vie et la mission de chaque Église particulière, surtout dans le domaine de la catéchèse. Pour ce faire, on espère que, soutenus par les Commissions des Conférences épiscopales pour la catéchèse, les Services diocésains de la catéchèse, qui ont le devoir de veiller à la formation des catéchistes sur le plan des contenus de la foi, feront un nouvel effort.

6. La formation permanente du clergé pourra être centrée, particulièrement au cours de cette Année de la foi, sur les textes du Concile Vatican II et sur le Catéchisme de l’Église catholique, en traitant, par exemple, des thèmes comme « l’annonce du Christ ressuscité », « l’Église sacrement du salut », « la mission d’évangélisation dans le monde d’aujourd’hui », « la foi et l’incrédulité », « la foi, l’œcuménisme et le dialogue interreligieux », « la foi et la vie éternelle », « l’herméneutique de la réforme dans la continuité », « le catéchisme dans la charge pastorale ordinaire ».

7. On invite les évêques à organiser, surtout pendant le Carême, des célébrations pénitentielles pour demander pardon à Dieu, en particulier pour les péchés contre la foi.

Cette Année sera aussi un temps favorable pour s’approcher avec plus de foi et plus souvent du sacrement de pénitence.

8. On espère inciter le monde académique et celui de la culture à de nouvelles occasions de dialogue créatif entre foi et raison, par des symposiums, des colloques et des journées d’étude, surtout dans les Universités catholiques, afin de montrer « comment entre foi et science authentique il ne peut y avoir aucun conflit parce que les deux, même si c’est par des chemins différents, tendent à la vérité »[29].

9. Il sera important de favoriser des rencontres avec des personnes qui, « bien que ne reconnaissant pas en soi le don de la foi, sont quand même dans une recherche sincère du sens ultime et de la vérité définitive sur leur existence et sur le monde »[30], en s’inspirant aussi des dialogues du Parvis des gentils, initiés sous la direction du Conseil pontifical de la Culture.

10. L’Année de la foi pourra être l’occasion de faire davantage attention aux écoles catholiques, lieux adaptés pour offrir aux élèves un vivant témoignage du Seigneur et pour cultiver leur foi, en rappelant opportunément l’existence de bons instruments catéchétiques à utiliser, comme, par exemple, le Compendium du Catéchisme de l’Église catholique ou le Youcat.

IV. Au plan des paroisses, des communautés, des associations et des mouvements
1. Pour préparer l’Année de la foi, tous les fidèles sont invités à lire et à méditer avec attention la Lettre apostolique Porta fidei du Saint-Père Benoît XVI.

2. L’Année de la foi « sera une occasion propice pour intensifier la célébration de la foi dans la liturgie, et en particulier dans l’Eucharistie »[31]. Dans l’Eucharistie, mystère de la foi et source de la nouvelle évangélisation, la foi de l’Église est proclamée, célébrée et fortifiée. Tous les fidèles sont invités à y prendre part consciemment, activement et fructueusement, pour être d’authentiques témoins du Seigneur.

3. Les prêtres pourront étudier plus attentivement les textes du Concile Vatican II et du Catéchisme de l’Église catholique, en s’en inspirant pour la pastorale paroissiale – catéchèse, prédication, préparation aux sacrements – et en proposant des cycles d’homélies sur la foi ou sur certains de ses aspects spécifiques, comme, par exemple, « la rencontre avec le Christ », « les contenus fondamentaux du Credo », « la foi et l’Église »[32].

4. Les catéchistes pourront puiser davantage dans la richesse doctrinale du Catéchisme de l’Église catholique et, sous la responsabilité de leurs curés, guider des groupes de fidèles dans la lecture et l’approfondissement en commun de cet instrument précieux, afin de former de petites communautés de foi et de témoignage rendus au Seigneur Jésus.

5. On espère assister, dans les paroisses, à un effort nouveau de diffusion et de distribution du Catéchisme de l’Église catholique ou d’autres instruments de travail adaptés aux familles, véritables églises domestiques et premiers lieux de transmission de la foi, par exemple dans le cadre des bénédictions de maisons, des baptêmes d’adultes, des confirmations et des mariages. Cela pourra contribuer à la confession et à l’approfondissement de la doctrine catholique « dans nos maisons et auprès de nos familles, pour que chacun ressente avec force l’exigence de mieux connaître et de transmettre aux générations futures la foi de toujours »[33].

6. Il sera opportun de promouvoir des missions populaires et d’autres initiatives, dans les paroisses et sur les lieux de travail, pour aider les fidèles à redécouvrir le don de la foi baptismale et la responsabilité de son témoignage, dans la conscience que la vocation chrétienne « est aussi par nature vocation à l’apostolat »[34].

7. Les membres des Instituts de vie consacrée et des Sociétés de vie apostolique sont invités, au cours de cette année, à s’engager dans la nouvelle évangélisation par une adhésion plus ferme au Seigneur Jésus, grâce à l’apport de leurs charismes propres et dans la fidélité au Saint-Père et à la saine doctrine.

8. Pendant l’Année de la foi, les communautés contemplatives se donneront particulièrement à la prière pour le renouvellement de la foi dans le Peuple de Dieu et pour un nouvel élan dans sa transmission aux jeunes générations.

9. Les associations et les mouvements ecclésiaux sont invités à favoriser des initiatives spécifiques qui, grâce à leur charisme propre et en collaboration avec les Pasteurs locaux, s’insèreront dans le grand événement de l’Année de la foi. Les communautés nouvelles et les mouvements ecclésiaux sauront, de manière créative et généreuse, trouver les moyens les plus appropriés pour offrir leur témoignage de foi au service de l’Église.

10. Tous les fidèles, appelés à raviver le don de la foi, chercheront à communiquer leur expérience de foi et de charité