LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 341, 42, 4352, 53, 54  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 12 Déc - 03:04 (2015)    Sujet du message: L’ISLAM ET L'ORTHODOXIE GRECQUE DEVOILENT UN SAPIN DE NOËL GARNI DE PHOTOS DE TERRORISTES…. Répondre en citant

L’ISLAM ET L'ORTHODOXIE GRECQUE DEVOILENT UN SAPIN DE NOËL GARNI DE PHOTOS DE TERRORISTES….
 
déc 09, 2015




L’archevêque grec orthodoxe, Atallah Hanna, le Mufti de Bethléem, le Cheikh Abdul-Majid Ata Amarn et l’Université Al Quds à l’est de Jérusalem ont décidé de marquer la prochaine fête de Noël en plaçant un grand arbre à l’entrée du campus couvert d’images de terroristes. La cérémonie a été suivie par des centaines d’étudiants et de résidents arabes de Jérusalem.

Hanna et Amarna ont cérémonieusement ôté la couverture de l’arbre de Noël sur lequel les images de dizaines de terroristes arabes de Jérusalem, qui ont mené de nombreuses attaques meurtrières au cours des dernières semaines, ont été accrochées.

Les deux hommes de religion ont déclaré que c’était « l’arbre des martyrs », avant de répandre devant la foule enthousiaste leurs discours vantant les attaques meurtrières des terroristes. Hanna, un des principaux représentants arabes de l’Eglise orthodoxe grecque, a longtemps mené une campagne de relations publiques contre Israël, surtout en ses jours, en tant que porte-parole de l’église. En 2003, il a visité les familles des kamikazes.

En avançant à travers les rangs du clergé, Hanna a continué à utiliser diverses plates-formes pour attaquer Israël. Selon des témoignages, il a été averti par le passé d’arrêter ses agressions verbales sur l’Etat juif, mais la cérémonie de « l’arbre des martyrs » montre que ces avertissements ont été ignorés.



L’organisation « Lach Yerushalayim », qui permet de suivre les allées et venues à l’est de Jérusalem et appelle à respecter la souveraineté israélienne dans toute la capitale, a déclaré en réponse à l’événement « qu’il est triste de voir des chefs religieux prendre part à l’incitation contre l’Etat d’Israël au lieu d’être une force unificatrice. »

Maor Tzemach, directeur de l’organisation, a déclaré : « Ce n’est pas la première fois qu’Atallah Hanna a marqué ses choix terroristes dans le conflit israélo-palestinien. Je demande aux forces de sécurité de le traduire en justice. L’Université Al Quds s’est montrée telle une grande base d’incitation à la terreur ces derniers mois, et dans ce cadre voilà qu’Atallah Hanna apparaît, » a ajouté Tzemach.

Il a noté que l’Université Al Qods a une histoire troublante. Un terroriste qui a mené l’un des premiers meurtres très médiatisés dans la vague de terreur actuelle, Mohannad Halabi, qui a assassiné Rabbi Néhémie Lavi et Aharon Banita Bennett début octobre, était un étudiant à la faculté de droit de l’université Al-Quds. Halabi et a reçu un diplôme honorifique en droit par l’Association du Barreau palestinien après avoir été abattu dans l’attaque.

L’université a également donné des graduations aux chefs terroristes purgeant une peine dans les prisons israéliennes pour leurs crimes. Le terroriste du Fatah, Marwan Barghouti, était professeur à l’université, enseignant à distance de sa cellule de prison. Découvrant un style nazi du style Djihad islamique sur le campus, l’Université de Brandeis a rompu ses relations avec l’université à la fin de l’année 2013.

Image à la Une : L’université Al-Quds
Source : coolamnews


http://www.europe-israel.org/2015/12/lislam-et-lorthodoxie-grecque-devoilen…



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 12 Déc - 03:04 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Déc - 04:05 (2015)    Sujet du message: FULL TEXT: POPE'S HOMILY AT ST. JOHN LATERAN Répondre en citant


 


FULL TEXT: POPE'S HOMILY AT ST. JOHN LATERAN



Source: ANSA, EPA/STEFANO RELLANDINI

"We have opened the Holy Door, here and in all the cathedrals of the world. Even this simple sign is an invitation to joy. It begins a time of the great forgiveness. It is the Jubilee of Mercy."

Staff Reporter | Dec 13 | ZENIT.org | Jubilees and Special Years | Vatican City



Below is a Vatican Radio translation of Pope Francis’ homily  for the Third Sunday of Advent, known as Gaudete Sunday, at Rome's  Basilica of St. John Lateran, where the Holy Father opened its Holy Door of Mercy this morning:


***

The invitation extended by the Prophet to the ancient city of Jerusalem is also addressed today to the whole Church and each one of us: "Rejoice ... exault!" (Zephaniah 3:14). The reason for joy is expressed with words that inspire hope, and which can look to the future with serenity. The Lord has annulled every condemnation and chose to live among us.

This third Sunday of Advent draws our gaze towards Christmas, which is now close. We cannot let ourselves be taken in by weariness; sadness in any form is not allowed, even though we have reason (for sadness), with many concerns and the many forms of violence which hurt our humanity. The coming of the Lord, however, must fill our hearts with joy. The prophet Zephaniah, in whose very name is inscribed  the content of this announcement, opens our hearts to trust: "God protects" His people. In a historical context of great abuse and violence, especially by men of power, God knows that He will reign over his people, who would never leave them at the mercy of the arrogance of their leaders, and will free them from all anxiety. Today, we are asked not to let our “hands grow weak” because of doubt, impatience or suffering.

The Apostle Paul takes with force the teaching of the prophet Zephaniah and reiterates: "The Lord is near" (Phil 4,5). Because of this we should rejoice always, and with our affability give all witness of closeness and care that God has for each person.

We have opened the Holy Door, here and in all the cathedrals of the world. Even this simple sign is an invitation to joy. It begins a time of the great forgiveness. It is the Jubilee of Mercy. It is time to rediscover the presence of God and his fatherly tenderness. God does not love rigidity. He is Father; He is tender; everything done with the tenderness of the Father. We too, like the crowds asked John, "What do we do?" (Lk 3:10). The response of the Baptist was immediate. He invites us to act justly and to look after the needs of those in need. What John demands of his representatives, however, it is what is reflected in the law. We, however, are prompted toward a more radical commitment. Before the Holy Door we are called to cross, we are asked to be instruments of mercy, knowing that we will be judged on this. He who is baptized knows he has a greater commitment. Faith in Christ leads to a journey that lasts for a lifetime: to be merciful, like the Father. The joy of crossing through the Door of Mercy is accompanied by a commitment to welcome and witness to a love that goes beyond justice, a love that knows no boundaries. It is from this infinite love that we are responsible, in spite of our contradictions.

We pray for us and for all who pass through the Door of Mercy, that we may understand and welcome the infinite love of our Heavenly Father, recreates, transforms and reforms life.

[Original Text: Italian]

[Translation by Vatican Radio]

http://www.zenit.org/en/articles/full-text-pope-s-homily-at-st-john-lateran?utm_campaign=dailyhtml&utm_content=[ZE151213]%20The%20world%20seen%20from%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Déc - 04:13 (2015)    Sujet du message: JUBILE DE LA MISERICORDE, LES PORTES SAINTES S'OUVRENT DANS LES DIOCESES Répondre en citant

JUBILE DE LA MISERICORDE, LES PORTES SAINTES S'OUVRENT DANS LES DIOCESES

Après l’ouverture mardi 8 décembre à Rome du Jubilé de la miséricorde par le pape François, c’est dimanche 13 décembre que les Portes saintes seront solennellement ouvertes par les évêques dans la plupart des diocèses.

11/12/15 - 11 H 26


VATICAN-POOL/CPP/CIRIC/Catholic Press Photo

Le pape François priant après avoir ouvert la porte sainte de la basilique Saint Pierre au Vatican, marquant par ce geste le début du Jubilé de la miséricorde, le 8 décembre.

Qu’est-ce qu’une porte sainte ?


GABRIEL BOUYS/AFP
Le pape Jean-Paul II pousse les vantaux de la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre au Vatican, le 24 décembre 1999.

Le commencement d’une année jubilaire – tous les vingt-cinq ans, normalement – est toujours marqué par l’ouverture, par le pape, de la Porte sainte de la basilique Saint-Pierre au Vatican. Et ce, généralement dans la nuit de Noël, en souvenir de la première ouverture d’année jubilaire, le 24 décembre 1499. À Noël 1999, Jean-Paul II avait célébré l’ouverture du Grand Jubilé de l’an 2000 en poussant les vantaux de bronze de la Porte sainte.

C’est le 11 avril dernier, veille du dimanche de la Divine Miséricorde, que le pape François a annoncé un jubilé extraordinaire de la miséricorde et publié la bulle d’indiction Misericordiae vultus. Il a célébré l’ouverture de ce jubilé, non pas à Noël mais mardi, en la fête de l’Immaculé Conception marquant le 50e anniversaire de la clôture du concile Vatican II : le pape a ouvert la Porte sainte qui était restée fermée et murée de l’intérieur depuis quinze ans.

Historiquement, seules les quatre basiliques majeures de Rome (Saint-Pierre, Saint-Jean du Latran, Sainte-Marie-Majeure et Saint-Paul-hors-les-murs) ont une Porte sainte. Mais lors du Jubilé de 2000, des Portes saintes avaient été ouvertes dans tous les diocèses du monde, dans les cathédrales, les basiliques et les sanctuaires. Pour ce Jubilé de la miséricorde, le pape François a souhaité en voir aussi dans des prisons ou des centres d’hébergement, afin d’ouvrir cette démarche aux plus pauvres. Il avait d’ailleurs ouvert une porte sainte à Bangui, capitale de la Centrafrique, lors de son récent voyage.

> A consulter : ​Calendrier du Jubilé de la miséricorde
 
Quelle est la signification spirituelle d’une porte sainte ?


ServizioFotograficoOR/CPP/CIRIC/Catholic Press Photo
Le pape François ouvre la porte sainte de la cathédrale de Bangui, le 29 novembre. 

Jésus dit lui-même : « Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé » (Jean 10, 9). Franchir une porte sainte signifie donc que l’on « professe Jésus-Christ comme Seigneur et Sauveur ». C’est une décision libre qui suppose une volonté de conversion, un désir d’entrer plus avant dans l’Église catholique.
Dans la bulle d’indiction du Jubilé de 2000, Incarnationis mysterium, Jean-Paul II soulignait que la Porte sainte « évoque le passage du péché à la grâce que tout chrétien est appelé à effectuer ». Dans sa bulle Misericordiae vultus, le pape François indique que « pour passer la Porte sainte, chacun devra faire un pèlerinage (…) signe que la miséricorde est un but à atteindre, qui demande engagement et sacrifice » (§14).

Comment s’y prendre concrètement ?

Les diocèses publieront sur leur site Internet le nom des églises jubilaires, c’est-à-dire celles dans lesquelles une porte de la miséricorde restera ouverte pendant toute l’année sainte, jusqu’au 20 novembre 2016. À Paris, sept églises ont été désignées : Notre-Dame, Sacré-Cœur de Montmartre, Notre-Dame-des-Victoires, Saint-Louis-d’Antin, Saint-Sulpice, Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours et la chapelle de la Médaille-Miraculeuse. Dans le diocèse de Lyon, quatre églises ont une « porte de la miséricorde » : la cathédrale Saint-Jean, Saint-Bonaventure, Notre-Dame de Fourvière et Sainte-Anne à Roanne.

CLAIRE LESEGRETAIN

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Monde/Jubile-de-la-misericor…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 14 Déc - 20:46 (2015)    Sujet du message: SELON LE VATICAN, LES JUIFS N'ONT PAS BESOIN DE SE CONVERTIR POUR ALLER AU PARADIS Répondre en citant

SELON LE VATICAN, LES JUIFS N'ONT PAS BESOIN DE SE CONVERTIR POUR ALLER AU PARADIS

ENGLISH :
Vatican Reaffirms That Jews Can Go to Heaven, Though It’s Not Sure Why That’s True

http://www.slate.com/blogs/the_slatest/2015/12/10/can_jews_go_to_heaven_vat…


Croyez cet homme de péché qui ose se prétendre Dieu, et vous vous retrouverez tous avec les 72 vierges de l'islam (démons), en enfer, car là est leur paradis.

14 déc. 2015, 13:40



 © Tony Gentile Source: Reuters
Le pape François.

L'accès au Paradis est un débat récurrent du Vatican. Etant donné les relations historiquement compliquées entre Juifs et Chrétiens, une instance du Vatican a réaffirmé jeudi que les Juifs y ont accès au même titre que les Chrétiens.

L'idée n'est pas nouvelle, mais il s'agissait de réaffirmer la proximité entre les deux religions et de rappeler que le judaïsme ne devait souffrir d'aucune discrimination venant de l'église catholique.

Jeudi, la réunion de la Commission du Vatican pour les relations religieuses avec les Juifs visait en effet à célébrer le 50ème anniversaire de la déclaration Nostra aetate, qui proclamait la relation unique entre Judaïsme et Chrétienté ainsi que «l'alliance irrévocable de Dieu avec Israel».



 Adoptée en 1965 à l'issue du Concile du Vatican II, réputé pour avoir soufflé un vent de réforme sur l'église, Nostra aetate devait entériner l'idée selon laquelle l'Eglise catholique respecte et accepte les autres religions.

Il y a 50 ans, Nostra Aetate visait ainsi, entre autres, à laver toute ambiguité dans les relations entre chrétiens et juifs, alors que l'église avait toujours plus ou moins clairement fait porter la culpabilité de la mort du Christ sur le peuple Juif, ce qui avait souvent justifié abus et persécutions.

Selon Slate.fr, la question de l'accès au Paradis aurait également été abordée jeudi, confirmant que les Juifs y avaient bel et bien accès.

Citant le prêtre James Martin, éditeur pour la publication catholique America Magazine, le site d'information explique que cette croyance dans le salut possible des Juifs était déjà présente dans l'Epître aux Romains de Saint Paul, mais ignorée ensuite pendant une longue période d'antagonisme «puis retrouvée par le Concile Vatican II».



 Le paradis pour tous ?

Selon le magazine catholique La Vie, le pape François avait déjà rappelé en mai dernier que la mort expiatoire de Jésus sur la croix avait permis la rédemption pour « tous les hommes». Interrogé sur les chances de rédemption pour les croyants des autres religions et des athées, le Saint-Père aurait précisé que celle-ci était possible pour tous, et «pas seulement les catholiques. Les athées eux aussi». = Et à d'autres rencontres, ce même Pape a déclaré que Jésus avait failli à la croix.

Slate.fr s'interroge néanmoins sur les polémiques potentiellement liées à cette notion de rédemption, «étant donné que la croyance en Jésus est au fondement de l'idée catholique de salut».

International

https://francais.rt.com/international/12139-vatican-juifs-paradis-eglise


Dernière édition par maria le Lun 28 Déc - 03:06 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 03:10 (2015)    Sujet du message: SYRIAN REFUGEES JOIN BERLIN JEWISH COMMUNITY FOR LAST NIGHT OF HANUKKAH / HANUKKAH! THE TRUTH! / CHANOUKKAH - HANOUKKAH DU 16 AU 23 DECEMBRE 2015 Répondre en citant

SYRIAN REFUGEES JOIN BERLIN JEWISH COMMUNITY FOR LAST NIGHT OF HANUKKAH

HANUKKAH! THE TRUTH!



Ce que nous VOYONS dans ce festival d'Hanoukkah est exactement pourquoi les juifs se sont battus au temps des Maccabées afin de sauver le peuple Juif, afin de préserver le jour du Sabbat et de purifier le Temple de Jérusalem contre toutes les idôles et l'idôlatrie qui y avait pris place.

CHANOUKKAH - HANOUKKAH DU 16 AU 23 DECEMBRE 2015



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=bxPVfcZ9IeU


German police fire water cannons to disperse protesters opposed to neo-Nazi march

US 'shocked' at Hungarian plans to honor WW2 anti-Semite

Giant menorah in Brandenburg Square sends a message that ‘peace and tolerance are stronger than any dispute,’ says Chabad head in German capital.


People stand in front of a giant eight- branched candelabrum Menorah in front of the Brandenburg Gat

People stand in front of a giant eight- branched candelabrum Menorah in front of the Brandenburg Gate in Berlin on December 6, 2015 at the start of the holiday of the jewish religious festival of lights Hanukkah.. (photo credit:AFP PHOTO / DPA / JÖRG CARSTENSEN GERMANY OUT)

BERLIN - A group of Syrian refugee children — along with other Muslim groups in Berlin — joined with Jewish groups for a public Hanukkah candle-lighting ceremony in the German capital.

On Sunday, the Syrian children joined with local Jewish kids to light the giant Chabad menorah at the Brandenburg Gate. Aiman Mazyek, head of the Central Council of Muslims in Germany, and representatives of Berlin mosques attended the ceremony.

At a time when concerns have been raised about possible anti-Semitism among the 800,000 Muslim refugees now seeking asylum here, the joint celebrations sent a message “that peace and tolerance are stronger than any dispute,” said Rabbi Yehudah Teichtal, the head of Chabad in Berlin, said at the ceremony.

“Those who spread fear have but one purpose, to destroy the unity and peace between cultures,” he said.

The annual celebration at Brandenburg Gate took place even though many Jews in Germany are hesitant to display religious symbols openly following an increase in anti-Semitic violence in Europe. Chabad claims its menorah is the biggest in Europe, and has been lighting it in a public ceremony at the historical landmark for 14 years.

German Minister of Culture Monika Grütters also lit the menorah. Other guests included the US ambassador to Germany, John Emerson, Israeli diplomat Avi Nir, and the ambassadors of Britain, Poland, Italy, Ukraine, Brazil and Denmark.

“It is very symbolic that here at the Brandenburg Gate, which symbolizes Germany’s greatest moments on one hand and its darkest on the other, we celebrate Hanukkah together,” Grutters said.

Also Sunday, a family of Turkish Muslim background joined with Jewish families in creating their own menorahs in a program at the Frankeluefer Synagogue in Berlin.

The following day, refugees from Iraq’s persecuted Yazidi community helped light a menorah at the American Jewish Committee office in Berlin. The Yazidis are a monotheistic sect that has been targeted for genocidal persecution by ISIS.

http://www.jpost.com/Diaspora/Syrian-refugees-join-Berlin-Jewish-community-…


Dernière édition par maria le Jeu 17 Déc - 02:21 (2015); édité 4 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 06:41 (2015)    Sujet du message: MUSLIMS DECLARE THIS NEW ISLAMIC HOLIDAY ON DECEMBER 24th... LIBERALS DEMAND WE ALL CELEBRATE Répondre en citant

NEXT STEP - IT'S COMING GLOBAL

MUSLIMS DECLARE THIS NEW ISLAMIC HOLIDAY ON DECEMBER 24th... LIBERALS DEMAND WE ALL CELEBRATE

On December 25th the civilized world joins together to celebrate the birth of Jesus Christ. Yes, Christmas has gotten ‘commercialized’ but in a harmless way. Lights, trees and presents are all symbolic to baby Jesus’s birth and it’s also fun for all of us today!

 
Christmas is a tradition. It’s a sacred time that we all get together and share joy, enjoy family and spread the love around.

In today’s world, Christmas has been attacked by the liberal scumbags because it’s a celebration of CHRIST. Well, now Muslims are joining in by declaring the day before Christmas a holiday to celebrate their prophet Mohammed. And liberals are cheering.


Emriates 24/7 News reports:

Hussain bin Ibrahim Al Hammadi, Minister of Education, and Chairman of the Federal Authority for Government Human Resources, has declared Thursday, December 24, an official holiday for the public sector to mark the birth anniversary of the Prophet Mohammed (PBUH), postponed from December 23.

A circular issued by the Minister of Education stated that the decision is in implementation of the provisions of Paragraph 5, Article 100 of the Cabinet Resolution No. 13 of 2012 and regulations of the decree of Federal Law No. 11 of 2008 on human resources in the federal government and its amendments, which defines the public holidays of ministries and federal authorities in the country.

On the occasion, Al Hammadi sent his regards to President His Highness Sheikh Khalifa bin Zayed Al Nahyan, to Vice-President and Prime Minister of the UAE and Ruler of Dubai, His Highness Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum, His Highness Sheikh Mohamed bin Zayed Al Nahyan, Crown Prince of Abu Dhabi and Deputy Supreme Commander of the UAE Armed Forces, and Their Highnesses Members of the Supreme Council and Rulers of the Emirates.

He also congratulated the people of the UAE and the Arab and Islamic nations on the occasion.

Obama will probably light up the White House in Islamic colors, read his Koran, and listen to Muslim hymns while Michelle throws on a burqa and dances around like a fool.

While they celebrate a sickening, perverted murderer, WE will be celebrating our Lord and Savior. Unbelievable…

(H/T Pamela Geller)

http://www.americasfreedomfighters.com/2015/12/15/islamic-holiday-december/


Dernière édition par maria le Sam 26 Déc - 04:24 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 16 Déc - 19:28 (2015)    Sujet du message: VATICAN AFFIRMS RELIGIOUS BROTHERS SAYS LAY MEN AND WOMEN EXERCISE PRIESTHOOD Répondre en citant

VATICAN AFFIRMS RELIGIOUS BROTHERS SAYS LAY MEN AND WOMEN EXERCISE PRIESTHOOD

Joshua J. McElwee  |  Dec. 14, 2015

Vatican City The Vatican has roundly affirmed the vocation of the lay religious brother in the Catholic church, saying that men -- and women -- who are not ordained as priests still exercise a daily priesthood in their work in the world by the fact of their baptism.

In a long-awaited document dedicated to the vocation of men who serve in religious orders but not as priests, the Vatican says the first title Jesus assumed for himself and for his disciples was that of brother.

“Jesus Christ first of all became brother, shared our flesh and blood and was in solidarity with the sufferings of his brothers and sisters,” states the document, released by the Vatican’s congregation for religious Monday. “This is the title Jesus gives his disciples after his Resurrection.”

“The Religious Brother, living his lay state through a special consecration, is witness to the value of the common priesthood received in Baptism and Confirmation,” it states earlier. “His religious consecration is in itself an exercise in the fullness of the priesthood of all the baptized.”

“Rooting his life deeply in God, the Brother consecrates all creation, recognizing the presence of God and the Spirit’s action in creation, in cultures and in daily events,” it continues.

“Because he recognizes this active presence, he can proclaim it to his contemporaries,” it states. “This ability is the fruit of an ongoing process of openness to God through consecration, that is, through the daily experience of his baptismal priesthood.”

The new Vatican document -- titled “Identity and Mission of the Religious Brother in the Church” -- focuses on the role non-ordained men play in various religious orders around the world. Commonly referred to as brothers, such men do not receive priestly ordination but are normally consecrated or anointed into a life of service with their order.

The Vatican estimates that such men make up about a fifth of all male religious in the global church. Catholics in the U.S. may be familiar with brothers in the large Jesuit or Franciscan orders, or in orders dedicated only to brothers, such as the Christian Brothers of De La Salle or the Marist Brothers.

Monday’s document had been known to be in development for years by the Vatican’s Congregation for Institutes of Consecrated Life and Societies of Apostolic Life, but had been rumored to have been delayed several times over disagreements over how the role of the brother would be explained in relation to that of the priest.

The released document does not exactly address that issue specifically, but rather affirms that brothers, while not ordained as priests, can serve priestly roles in their various ministries of service. It also states that its reflections about brothers can be equally applied to women religious in the church, commonly known as sisters, because of the similarities in their vocation and work.

Fifty-four pages in length, the document addresses the identity of the religious brother in three ways: First, as a mystery of a gift received; second, as a communion of a gift shared; and, third, as a mission of a gift to be given away.

The document addresses the idea of the baptismal priesthood in each of those three sections, speaking of brothers’ communities that develop that priesthood and emulate the ministry of Jesus, “the Good Shepherd.”

At one point the document compares the priesthood exercised by the religious brother with that exercised by the “committed lay Christian.”

“The Brother develops his baptismal priesthood through brotherhood,” the document states. “Through it he becomes a bridge between God and his brothers, anointed and sent by the Spirit to bring the Good News of the love and mercy of God to all, especially to the least of his brothers, the weakest members of humanity.”

“The Religious Brother and the lay Christian who is committed in secular society live the universal priesthood in different ways,” it continues. “Both express the complex richness of this priesthood which implies closeness to God and closeness to the world, belonging to the Church as servant of the Lord and to the Church which is built in the world, for God.”

The document also calls brothers’ communities “a prime manifestation of the baptismal priesthood.”

“The community organizes its life so as to be able to see the action of God present in its daily life and to discover the history of salvation that is being fulfilled every day,” it states. “In the same contemplation, the community discovers itself as a mediator in the saving action of God. It gives thanks, celebrates and offers itself to continue, as a useful instrument, in the history of salvation.”

“The substance of the priestly offering of the community is the very same reality of the Brothers, with the limitations, poverty and weaknesses of each one,” it continues. “The Brothers build the community through the joyful gift of themselves. It is a eucharistic experience, by which they are joined to Christ in his offering to the Father, to continue his redemptive work through their community.”

In its section on the mystery of the gift received by brothers, the document says that by their consecration religious brothers express “that the mystery of Christ the Savior is being fulfilled here today, in this world and through the Church today.”

“Therefore consecrated people should frequently ask themselves how to be witnesses of the Lord today,” it recommends. “What kind of presence should we live so that the Lord Jesus can be seen, experienced, by people today?”

The document also speaks movingly of the brothers’ mission in the church, using evocative imagery from both the Gospels and the Old Testament, such as: Jesus’ sharing of bread, his wearing a towel to wash the feet of the apostles, the Good Shepherd who seeks the lost sheep, the Good Samaritan who helps the person in need, and Moses declaring the “covenant of the people.”

The brother’s mission, it states, “is not ‘what he does’ but rather his very life itself made communion with the least.”

“More than in external works, the mission consists in making Christ present to the world through personal witness,” it continues, saying that ministries “may vary or even disappear because of illness or old age, but the mission always remains.”

“It is, therefore, not a question of task but of identity,” states the document. “The minister is the whole person of the Brother: consecrated, member of a community, identified with the mission. All of him assumes the privilege and responsibility of representing the Church to the Good Shepherd who gives his life for the sheep.”

Towards the end of its reflections, the document proposes five different types of prophecy religious brothers might practice in today’s word: hospitality, “the meaning of life,” “the affirmation of feminine values,” care and protection of life, and “wise use of new technologies.”

On the third type, the document suggests brothers can emphasize the role of feminine values “in the history of humanity.”

“Female religious have a main role in providing the feminine vision of life, thereby opening new horizons for evangelization in general,” it states. “Religious Brothers contribute to deepening this prophetic aspect with their fraternal support and their appreciation of the presence of women, religious and lay, in evangelization.”

The document ends by calling on the global church to value the “new wine” represented by religious brothers by making new wineskins “to ensure that this new wine not only is not lost, but can mature in quality.”

“Pastors and the hierarchy of the Church are encouraged to promote knowledge and appreciation of the Religious Brother in the local Churches … ensuring that Religious Brothers and Sisters participate actively in the organs of consultation, decision-making and implementation within the local Church,” it states.

The new document was released by the Vatican Monday in several languages, but is as yet unavailable online. It is signed by the head of the religious congregation, Cardinal João Braz de Aviz, with the date of Oct. 4, the feast of St. Francis of Assisi.

[Joshua J. McElwee is [i][/i]jmcelwee@ncronline.org[/url]. Follow him on Twitter: @joshjmac.]

http://ncronline.org/news/vatican/vatican-affirms-religious-brothers-says-l…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 17 Déc - 03:20 (2015)    Sujet du message: VATICAN : COUNCIL OF CARDINALS TO FOCUS NEXT ON 'DECENTRALIZATION' OF CATHOLIC CHURCH Répondre en citant

VATICAN : COUNCIL OF CARDINALS TO FOCUS NEXT ON 'DECENTRALIZATION' OF CATHOLIC CHURCH



...The third stage of a synod is to listen to the pope, the bishop of Rome, called to make pronouncements “not based on his personal convictions, but as the supreme witness of the faith of the entire church,” he said.

The fact that the synod is not a decision-making body and acts only “with and under” the pope, he said, “is not a limitation on its freedom, but a guarantee of unity.”...
http://ncronline.org/news/vatican/pope-calls-synodal-church-listens-learns-shares-mission


-----

Joshua J. McElwee  |  Dec. 12, 2015

 
Vatican City The Catholic cardinals advising Pope Francis on reforming the church’s central bureaucracy have decided to focus their next meeting in February 2016 on the possible decentralization of the global church’s structures, the Vatican has announced.

The Council of Cardinals will focus their reflections on an October speech by Francis that called for a “healthy decentralization” of the church, the Vatican said Saturday.

The Cardinals’ council is a group of nine prelates advising the pope on reforming the Vatican bureaucracy, known as the Roman Curia. They had been meeting in Rome for the twelfth time Thursday-Saturday.

Their advice to the pope is known to have led to the institution of a new papal commission to protect minors Evil or Very Mad , the new Secretariat for the Economy that centralizes the Vatican’s financial structures, and the planned new Vatican office for “Laity, Family and Life” that is to combine several current offices.

Saturday’s release refers to a speech the pontiff made Oct. 17 during the Synod of Bishops, the three-week global meeting of Catholic prelates in Rome that discussed issues of family life. In that speech, Francis called for a more “synodal” church that listens to people at every level.

http://ncronline.org/ncr-ebook-caring-our-common-home?bl


Quoting from his apostolic exhortation Evangelii Gaudium, the pope said then he could not substitute the ability of bishops around the world to discern the problems facing Catholics in their regions and was aware “of the need to proceed with a healthy ‘decentralization.’”

“In its reflections, the Council has noted the importance of the Holy Father’s Oct. 17 discourse, in occasion of the Commemoration of the 50th anniversary of the Institution of the Synod of Bishops,” Saturday’s statement said.

“In that discourse, the Pope had extensively developed the theme of ‘synodality’ but also recalled ‘the need to proceed with a healthy ‘decentralization,’” it continued.

“The Council has recalled the need to deepen the significance of that discourse and its importance also for the work of the reform of the Curia, so much so as to decide to dedicate a specific session to it during their upcoming meeting in February 2016,” it said.

The Vatican did not give much more information about the Council’s meeting this week, saying only that the prelates had continued to speak about the new “Laity, Family and Life” office and also about a proposal to create another new Vatican office for “Justice, Peace and Migration.”

That latter office has been the subject of speculation for months and would likely combine the Pontifical Council for Justice and Peace with other offices to create one larger, centralized Vatican dicastery.

The Vatican said the Council had also heard from Cardinal George Pell, the head of the Secretariat for the Economy and a member of the Council, about a new working group at the Vatican reflecting on the future of the economic structures of the Holy See and the Vatican city-state.

The Vatican said Boston Cardinal Sean O’Malley, a member of the Council and the head of the new commission to protect minors, spoke of his commission’s ongoing work, especially in creating programs of education and formation to assist global episcopal conferences.

The Council’s meetings for 2016 were also announced as: Feb. 8-9, April 11-13, June 6-8, Sept. 12-14, and Dec. 12-14.

[Joshua J. McElwee is [i][/i]. Follow him on Twitter: @joshjmac.]

http://ncronline.org/news/vatican/vatican-council-cardinals-focus-next-dece…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 18 Déc - 02:29 (2015)    Sujet du message: OBAMA ANNOUNCES SUPPORT FOR A NEW MUSLIM HOLIDAY THAT ALL MUST CELEBRATE Répondre en citant

OBAMA ANNOUNCES SUPPORT FOR A NEW MUSLIM HOLIDAY THAT ALL MUST CELEBRATE
 

Dec 16, 2015 by admin in DIASPORA



According to recent reports, a Muslim petition has just gone viral demanding that the Islamic celebration of Eid al-Fitr be recognized as a national holiday. This comes at a time when America is literally bending over backwards to accommodate the needs of the Muslim community—which Obama seems to value more than almost anything else.

According to Mad World News, the petition has already garnered more than 127,000 signatures. That number is continuing to grow. = Petition won't change anything. What God is asking is to repent from our sins and to stop to walk in this evil Babylonian system.

Eid al-Fitr marks the end of Ramadan, a celebration that Americans have also been encouraged.

http://www.jewsnews.co.il/2015/12/16/obama-announces-support-for-a-new-muslim-holiday-that-all-must-celebrate/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 18 Déc - 04:25 (2015)    Sujet du message: VAINCRE L'INDIFFERENCE, MESSAGE A QUATRE AMBASSADEURS Répondre en citant

VAINCRE L'INDIFFERENCE, MESSAGE A QUATRE AMBASSADEURS


Reference: PHOTO.VA, OSSERVATORE ROMANO

Promouvoir une culture de la solidarité (traduction complète)

Pape François | 17 déc. | ZENIT.org | Pape François | Rome 

Le pape François relance le défi de vaincre l’indifférence et de promouvoir une culture de la solidarité.

Le pape a reçu en audience les ambassadeurs de Guinée-Conakry, de Lettonie, d’Inde et du Bahreïn à l’occasion de la présentation de leurs lettres de créance, ce jeudi 17 décembre, dans la salle Clémentine du Palais apostolique du Vatican.

Le pape a cité son Message pour la Journée mondiale de la paix, le 1er janvier 2016 invitant les ambassadeurs à relever « ce défi si important : collaborer pour promouvoir dans le monde une culture de la solidarité, qui puisse contrecarrer cette mondialisation de l’indifférence qui est malheureusement une des tendances négatives de notre époque ».

Voici notre traduction complète, de l’italien, du discours du pape François.

A.B.

Discours du pape François

Messieurs les Ambassadeurs,

Je vous accueille avec joie à l’occasion de la présentation des lettres qui vous accréditent comme ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires de vos pays auprès du Saint-Siège : la Guinée, la Lettonie, l’Inde et le Bahreïn. Je vous remercie pour les salutations que vous m’avez transmises de la part de vos chefs d’État respectifs et, en échange, je désire leur faire parvenir, par votre aimable intermédiaire, mes meilleurs vœux pour leurs personnes et pour l’exercice de la haute mission qui leur est confiée. Je prie Dieu d’accorder à tous vos concitoyens une vie paisible et prospère.

Il y a deux jours, le Message pour la prochaine Journée mondiale de la paix a été publié. J’ai choisi comme thème : « Gagne sur l’indifférence et remporte la paix ! » Je suis heureux de l’occasion de ce jour pour partager avec vous l’attention que je porte à ce défi si important : collaborer pour promouvoir dans le monde une culture de la solidarité, qui puisse contrecarrer cette mondialisation de l’indifférence qui est malheureusement une des tendances négatives de notre époque. Les formes sous lesquelles cette attitude d’indifférence se manifeste sont multiples, et diverses sont aussi les causes qui concourent à l’alimenter, mais elles se réfèrent essentiellement à un humanisme déséquilibré, où l’homme a pris la place de Dieu et, par conséquent, est resté à son tour victime de différentes formes d’idolâtrie. La très grave crise écologique que nous traversons peut aussi s’expliquer par ce déséquilibre anthropologique (cf. encyclique Laudato si’, 115-121). = N'est-ce pas lui qui a pris la place de Dieu?

L’indifférence à l’égard de Dieu, celles vis-à-vis du prochain ou vis-à-vis de l’environnement sont liées et s’alimentent mutuellement ; et c’est pourquoi on ne peut les combattre que par une réponse qui les affrontent toutes ensemble, c’est-à-dire par un nouvel humanisme qui resitue l’être humain dans sa juste relation avec le Créateur, avec les autres et avec la création. Il s’agit, comme je le disais, de promouvoir une culture de la solidarité et du partage, et cela requiert l’engagement de ceux qui ont des responsabilités dans les domaines politique, social, culturel et éducatif. = comme la religion de l'islam au lieu de la soumission au seul vrai Dieu?

Dans ce défi, les media jouent aussi un rôle décisif, eux qui, de nos jours, influencent considérablement les comportements personnels et sociaux. Il est donc nécessaire de miser sur la qualification professionnelle et éthique des acteurs de ce secteur. En même temps, il demeure indispensable de continuer à investir dans l’école, conçue non pas de manière isolée mais en relation constante avec les familles et avec le contexte social, en collaborant pour renforcer une alliance éducative qui s’est beaucoup affaiblie dans un certain nombre de pays.


Tout cela est nécessaire pour vaincre l’indifférence et construire la paix. L’année qui va se conclure a été malheureusement marquée par une multiplication de conflits violents, liés à la guerre ou au terrorisme. D’autre part, cette situation provoque de plus en plus, dans les consciences plus mûres, une réaction non violente, mais spirituelle et morale. C’est celle-là que nous voulons et devons alimenter avec les moyens à notre disposition et en fonction de nos responsabilités.

Avec le Jubilé de la miséricorde, l’Église catholique, selon sa mission propre, se propose de diffuser dans le monde entier l’esprit de pardon et de réconciliation, appelant les fidèles ainsi que les hommes et les femmes de bonne volonté à s’ouvrir au don de la grâce de Dieu et à pratiquer ce que sont, dans notre tradition, les « œuvres de miséricorde spirituelles et corporelles ». « Les États sont aussi appelés à des gestes concrets, à des actes de courage à l’égard des personnes les plus fragiles de leurs sociétés, comme les prisonniers, les migrants, les chômeurs et les malades » (Message pour la Journée mondiale de la paix 2016, 8). En outre, en cette année jubilaire, je désire formuler « un appel pressant aux responsables des États à accomplir des gestes concrets en faveur de nos frères et sœurs qui souffrent à cause du manque de travail, de terre et de toit » (ibid.). Sur le plan international, je souhaite vivement que toutes les nations s’engagent à renouveler leurs relations avec les autres, coopérant effectivement pour faire aussi grandir la fraternité dans la grande famille des peuples (cf. ibid.).


Messieurs les Ambassadeurs, avant de conclure ces réflexions, je voudrais adresser, par votre intermédiaire, mes salutations fraternelles aux pasteurs et aux fidèles des communautés catholiques présentes dans vos pays. Je les encourage cordialement à toujours collaborer loyalement pour le bien commun de toute la société. Plus et mieux ils pourront le faire, plus leur sera reconnue de manière effective la pleine liberté religieuse. Pour sa part, le Saint-Siège s’honore de pouvoir instaurer avec chacun de vous et avec les pays que vous représentez un dialogue ouvert et respectueux et une collaboration constructive. Dans cette perspective, alors que votre nouvelle mission commence officiellement, je vous adresse mes meilleurs vœux, vous assurant du soutien constant des différents bureaux de la Curie romaine, pour l’exercice de votre fonction. Sur chacun de vous, sur vos familles et sur vos collaborateurs, j’invoque l’abondance des bénédictions divines.

Merci.

© Traduction de Zenit, Constance Roques

http://www.zenit.org/fr/articles/vaincre-l-indifference-message-a-quatre-ambassadeurs?utm_campaign=francaishtml&utm_content=[ZF151217]%20Le%20monde%20vu%20de%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 19 Déc - 07:57 (2015)    Sujet du message: LA PAIX, LA DETTE ET LA COOPERATION POUR LA VIE : TRIPLE APPEL DU PAPE Répondre en citant

LA PAIX, LA DETTE ET LA COOPERATION POUR LA VIE : TRIPLE APPEL DU PAPE


Reference: Screenshot CTV, Pope Francis opens first Holy Door of the Jubilee of mercy, Bangui cathedral, November 29th 2015


Combattre l'indifférence envers Dieu, l'humanité, la création ou la paix du Jubilé


Anita Bourdin | 15 déc. | ZENIT.org | Pape François | Rome |

Ne pas entraîner les autres peuples dans des conflits, effacer la dette des pays pauvres, adopter des politiques de coopération respectueuses du droit fondamental et inaliénable des enfants à naître à la vie : le pape François lance ce triple défi aux Etats, dans son Message pour la Journée mondiale de la paix, le 1er janvier 2016, intitulé : « Gagne sur l’indifférence et remporte la paix ! ».

Non à contagion de la guerre

Le pape présente en effet la paix comme une conquête de la liberté, de la responsabilité humaine, en même temps qu’un « don de Dieu » à accueillir, en vue de la réalisation de la « fraternité » à l'intérieur de « la famille des nations ».

« Je désire adresser un triple appel », annonce le pape dans la dernière partie de son message.

Le premier dit non à la guerre: c’est un appel « à s'abstenir d'entraîner les autres peuples dans des conflits ou des guerres qui en détruisent non seulement les richesses matérielles, culturelles et sociales, mais aussi – et pour longtemps – l'intégrité morale et spirituelle. »

Le deuxième est un appel « à l'effacement ou à la gestion soutenable de la dette internationale des pays les plus pauvres » : un point à l’agenda du Grand jubilé de l’An 2 000 et qui s’inscrit dans  la tradition biblique des jubilé, en même temps qu’il reflète un réalisme économique.

Plaidoyer pour la vie

Troisième appel, au respect du droit à la vie dans les rapports entre nations c’est-à-dire un appel « à l'adoption de politiques de coopération qui, au lieu de se plier à la dictature de certaines idéologies, soient respectueuses des valeurs des populations locales et qui, dans chaque cas, ne portent pas atteinte au droit fondamental et inaliénable des enfants à naître à la vie ». Un appel qui s’oppose à ce que le pape a appelé plusieurs fois le « colonianisme idéologique.

Le pape met en effet ses appels dans la perspective jubilaire à la fois au niveau des individus et des Etats : le pape appelle à des « gestes concrets » et des « actes de courage » : « Dans l’esprit du Jubilé de la Miséricorde, chacun est appeler à reconnaître comment l’indifférence se manifeste dans sa propre vie, et à adopter un engagement concret pour contribuer à améliorer la réalité dans laquelle il vit, à partir de sa propre famille, de son voisinage ou de son milieu de travail. Les États sont aussi appelés à des gestes concrets, à des actes de courage à l’égard des personnes les plus fragiles de leurs sociétés, comme les prisonniers, les migrants, les chômeurs et les malades. »

Les prisons et l’abolition de la peine de mort

Pour ce qui est des détenus, le pape a déjà invité chacun à considérer sa porte de prison, de cellule, comme une Porte sainte à franchir dans l’esprit du Jubilé. Il demande maintenant aux Etats des « mesures concrète », y compris des mesures d’amnistie et le renoncement à la peine de mort Evil or Very Mad . « Pour ce qui concerne les détenus, plaide le pape François, dans beaucoup de cas, il semble urgent d’adopter des mesures concrètes pour améliorer leurs conditions de vie dans les prisons, accordant une attention spéciale à ceux qui sont privés de liberté en attente de jugement, ayant à l’esprit la finalité de rééducation de la sanction pénale et évaluant la possibilité d’insérer dans les législations nationales des peines alternatives à la détention carcérale. Dans ce contexte, je désire renouveler l’appel aux autorités étatiques pour l’abolition de la peine de mort, là où elle est encore en vigueur, et à considérer la possibilité d’une amnistie. »

Législations pour les migrants

Le pape plaide ensuite pour les migrants en rompant une lance contre la clandestinité: « En ce qui concerne les migrants, je voudrais inviter à repenser les législations sur les migrations, afin qu’elles soient animées par la volonté de l’accueil, dans le respect des devoirs et des responsabilités réciproques, et puissent faciliter l’intégration des migrants. Dans cette perspective, une attention spéciale devrait être portée aux conditions de séjour des migrants, se rappelant que la clandestinité risque de les entraîner vers la criminalité. »

Les « trois T » et la dignité du travailleur

« Je désire, en outre, en cette Année jubilaire, formuler un appel pressant aux responsables des États à accomplir des gestes concrets en faveur de nos frères et sœurs qui souffrent à cause du manque de travail, de terre et de toit. Je pense à la création de postes de travail décent, pour lutter contre la plaie sociale du chômage, qui écrase un grand nombre de familles et de jeunes et a des conséquences très importantes sur le maintien de la société tout entière », déclare le pape.

Il fait observer que « le manque de travail entame lourdement le sens de la dignité et de l’espérance, et peut être compensé seulement partiellement par des subsides, également nécessaires, destinés aux chômeurs et à leurs familles ».

Le pape plaide spécialement pour le travail et la juste rétribution des femmes : « Une attention spéciale devrait être donnée aux femmes – malheureusement encore discriminées dans le domaine du travail – et à certaines catégories de travailleurs, dont les conditions sont précaires ou dangereuses et dont les rétributions ne sont pas proportionnées à l’importance de leur mission sociale. »

Enfin, je voudrais inviter à accomplir des actions efficaces pour améliorer les conditions de vie des malades, garantissant à tous l’accès à des soins médicaux et aux médicaments indispensables à la vie, y compris la possibilité de soins à domicile.

La fraternité dans la famille des nations

Le pape invite les Etats à dépasser l’horizon de leurs frontières, une forme de l’indifférence que tout le message veut mettre en échec : « Tournant leur regard au-delà de leurs propres frontières, les responsables des États sont aussi appelés à renouveler leurs relations avec les autres peuples, permettant à tous une participation effective et une inclusion à la vie de la communauté internationale, afin que la fraternité se réalise également à l'intérieur de la famille des nations. »

L’indifférence envers Dieu

Une indifférence qui s’enracine dans l’indifférence vis-à-vis de Dieu et contamine toute la société, dénonce le pape qui cite à ce propos Benoît XVI et il affirme : « L’indifférence envers Dieu dépasse la sphère intime et spirituelle de la personne individuelle, et elle investit la sphère publique et sociale. » Pour le pape, l’indifférence envers Dieu « l’indifférence envers Dieu, dont procède l’indifférence envers le prochain et envers la création ». Il dénonce spécialement la corruption parmi les formes d’indifférence : «  un cancer social ». Et la pollution « de l’eau et de l’air », « l’exploitation sans discernement des forêts, la destruction de l’environnement », ou le « comportement de l’homme avec les animaux » procèdent de la même indifférence, et elles ont une « influence sur les relations avec les autres ».

Une nouvelle culture

Inversement, l’agir social engage la vie éternelle, avertit le pape qui exhorte à la miséricorde concrète : « La miséricorde est le cœur de Dieu. Elle doit donc être aussi le cœur de tous ceux qui se reconnaissent membres de l’unique grande famille de ses enfants ; un cœur qui bat fort partout où la dignité humaine – reflet du visage de Dieu dans ses créatures – est en jeu. Jésus nous avertit : l’amour pour les autres – les étrangers, les malades, les prisonniers, les sans-domicile-fixe, même les ennemis – est l’unité de mesure de Dieu pour juger nos actions. De cela dépend notre destin éternel. » = Sauver par les oeuvres et non par la foi en Jésus-Christ.

Le pape plaide pour une solidarité universelle : « La solidarité constitue l’attitude morale et sociale qui répond le mieux à la prise de conscience des plaies de notre temps et de l’incontestable interdépendance qui existe toujours plus », affirme le pape.

Il indique une responsabilité collective, y compris pour l’éducation et la formation des jeunes. C’est pourquoi le pape François invité à bâtir une nouvelle culture, « de solidarité, de miséricorde et de compassion ». Pour le pape, aucune catégorie sociale ne peut se soustraire à ce défi, ONG, Eglise, media

http://www.zenit.org/fr/articles/la-paix-la-dette-et-la-cooperation-pour-la…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 20 Déc - 03:18 (2015)    Sujet du message: POPE WARNS AGAINST FALSE PROPHETS SEEKING MONEY FOR SALVATION Répondre en citant

POPE WARNS AGAINST FALSE PROPHETS SEEKING MONEY FOR SALVATION



18 December, 2015

Pope Francis on Wednesday warned Catholics against fraudsters who would have them pay to pass through “Holy Doors” at cathedrals around the world, a ritual in the Church’s current Jubilee year. “Be careful. Beware anyone who might be a little fast and very clever who tells you have to pay. No! You don’t pay for salvation. It is free,” he said in unscripted remarks to tens of thousands of people in St. Peter’s Square for weekly audience.

During the year-long celebrations that began last week and are one of the most important events in the 1.2 billion-member Church, the faithful will make pilgrimages to Rome and other religious sites around the world, mostly local cathedrals. By passing through a holy door of a church, which remains closed except during a Holy Year, Catholics symbolically pass from sin to grace. Holy Years usually take place only every 25 years and the next one was due in 2025. But the pope, who wants a more inclusive and less judgmental Church, called an extraordinary one on the theme of mercy, compassion and forgiveness.  More From Charisma

This information comes after the Vatican recently made a statement that Jews can secure eternal salvation without converting to Christianity! The report, drawn up by the Church’s “Commission for religious relations with the Jews,” goes further than Benedict however in effectively affirming that Jews can be saved independently of Christ. “Although Jews cannot believe in Jesus Christ as the universal redeemer, they have a part in salvation, because the gifts and the calling of God are irrevocable,” the report concludes, according to a summary released to the media. The belief that the only way to salvation is through belief in Christ is a fundamental tenet of every strand of Christianity.


http://endtimeheadlines.org/2015/12/pope-warns-against-false-prophets-seeking-money-for-salvation/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Dim 20 Déc - 06:57 (2015)    Sujet du message: 'IMBALANCED HUMANISM' CAUSING GLOBALIZATION OF INDIFFERENCE, SAYS POPE Répondre en citant

'IMBALANCED HUMANISM' CAUSING GLOBALIZATION OF INDIFFERENCE, SAYS POPE


Source: PHOTO.VA, OSSERVATORE ROMANO


Warns ambassadors that when man tries to take God's place, he becomes victim of idolatry = Exactly Pope Francis so why did you take the place of God?

Staff Reporter | Dec 17 | ZENIT.org | Pope and Holy See | Rome

Pope Francis today asked new ambassadors to the Holy See to collaborate in promoting a culture of solidarity, counteracting the globalisation of indifference, which, he said, is rooted in an "imbalanced humanism."

The new ambassadors to the Holy See, representing Guinea, Latvia, India and Bahrain, respectively Fatoumata Balde, Veronika Erte, Smita Purushottam and Muhammad Abdul Ghaffar respectively, were received in audience by Pope Francis this morning.

In his address, the Holy Father recalled the recent publication of his message for the 2016 World Day of Peace: “Overcome indifference and win peace."

“There are many ways in which this attitude of indifference manifests itself, and it has several causes,” he explained. “Essentially, however, these derive from an imbalanced humanism, in which man has taken God's place and has thus become the victim of various forms of idolatry. Even the grave ecological crisis that we are experiencing can be traced back to this anthropological imbalance. Indifference towards God, our neighbour and our environment are interconnected and grow reciprocally. Therefore, they can be combated only with a response that faces all three together, that is through a renewed humanism that relocates the human being in a correct relationship with the Creator, with others and with creation. It involves promoting a culture of solidarity and sharing, and this requires the commitment of those who with responsibility in the political, social, cultural and educational fields. … All this is necessary to combat indifference and to build peace."

The Pope remarked that the year that is drawing to an end has been marked by violent conflicts and terrorism. “This situation is provoking in more mature consciences a non-violent, spiritual and moral reaction. It is this that we want and must nurture with the means available to us and according to our responsibilities. The Catholic Church, in accordance with her own mission, with the recently initiated Jubilee of Mercy, seeks to spread throughout the world the spirit of forgiveness and reconciliation, urging the faithful and men and women of goodwill to open themselves up to the grace of God and to practise what in our tradition are the 'works of corporal and spiritual mercy'. Civil society is likewise called to make specific and courageous gestures of concern for its most vulnerable members, such as prisoners, migrants, the unemployed and the infirm. Furthermore, I would also appeal to national leaders for concrete gestures in favour of our brothers and sisters who suffer from a lack of labour, land and lodging. In the international context I fervently hope that each Nation may be committed to renewing its relations with other peoples enabling fraternity also within the family of nations."

The Pope concluded his discourse by sending, through the new diplomatic representatives, a fraternal greeting to the pastors and faithful of the Catholic communities present in those countries, encouraging them always to contribute loyally to the common good of society. “The more and the better they do this, the more their full religious freedom will be acknowledged. The Holy See is honoured to be able to establish with each one of you, and with the countries you represent, an open and respectful dialogue and constructive collaboration."

--

On ZENIT's Web page:

Full text: http://www.zenit.org/en/articles/pope-s-address-to-ambassadors-from-guinea-latvia-india-bahrain

http://www.zenit.org/en/articles/imbalanced-humanism-causing-globalization-of-indifference-says-pope


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mar 22 Déc - 04:15 (2015)    Sujet du message: TROISIEME PREDICATION DE L'AVENT 2015 (TEXTE COMPLET) Répondre en citant

TROISIEME PREDICATION DE L'AVENT 2015 (TEXTE COMPLET)

 

Reference: PHOTO.VA, OSSERVATORE ROMANO

Le Magnificat, chant quotidien du Jubilé de la miséricorde

Père Raniero Cantalamessa | 21 déc. | ZENIT.org | Rome | Rome

« Dans le Magnificat, Marie glorifie et remercie Dieu pour sa miséricorde envers elle. Elle nous invite à faire pareil tout au long de cette année de miséricorde », affirme le P. Cantalamessa.

Le Prédicateur de la Maison pontificale, le P. Raniero Cantalamessa, ofmcap, a en effet consacré sa troisième prédication de l’Avent, vendredi 18 décembre, en la chapelle Redemptoris Mater du Vatican, à « Marie dans le mystère du Christ et de l’Église », en commentant le chapitre 8 de la Constitution conciliaire sur l’Église Lumen gentium. Il a dégagé la « mariologie » du document. Une réflexion en accord avec les récentes modifications de la traduction liturgique française du Magnificat qui a rétabli deux fois le mot « miséricorde » au lieu du plus général « amour », en accord en cela avec la traduction italienne, par exemple.

« Dans le Magnificat, explique le P. Cantalamessa, Marie glorifie et remercie Dieu pour sa miséricorde envers elle. Elle nous invite à faire pareil tout au long de cette année de miséricorde. Elle nous invite à faire retentir chaque jour dans l’Église son cantique, comme un chœur derrière son coryphée. Permettez-moi donc de vous inviter à proclamer ensemble, debout, comme prière finale, à la place de l’antienne mariale, le cantique à la miséricorde de Dieu qu’est le Magnificat. »

Voici notre traduction intégrale de cette troisième et dernière prédication pour l’Avent 2015.

A.B.

MARIE DANS LE MYSTERE DU CHRIST ET DE L’EGLISE


1. La mariologie dans Lumen gentium

Cette dernière méditation de l’Avent a pour thème le chapitre VIII de la Constitution Lumen gentium, intitulé « La bienheureuse Vierge Marie, dans le mystère du Christ et de l’Eglise ». Ecoutons, à ce propos, ce que dit le Concile :

« La bienheureuse Vierge, prédestinée de toute éternité, à l’intérieur du dessein d’incarnation du Verbe, pour être la Mère de Dieu, fut sur la terre, en vertu d’une disposition de la Providence divine, l’aimable Mère du divin Rédempteur, généreusement associée à son œuvre à un titre absolument unique, humble servante du Seigneur. En concevant le Christ, en le mettant au monde, en le nourrissant, en le présentant dans le Temple à son Père, en souffrant avec son Fils qui mourait sur la croix, elle apporta à l’œuvre du Sauveur une coopération absolument sans pareille par son obéissance, sa foi, son espérance, son ardente charité, pour que soit rendue aux âmes la vie surnaturelle. C’est pourquoi elle est devenue pour nous, dans l’ordre de la grâce, notre Mère »[1].

A côté du titre de Mère de Dieu et des croyants, le Concile utilise une autre catégorie fondamentale pour illustrer le rôle de Marie : celle du modèle, ou de la figure de l’Eglise :

« La bienheureuse Vierge, de par le don et la charge de sa maternité divine qui l’unissent à son fils, le Rédempteur, et de par les grâces et les fonctions singulières qui sont siennes, se trouve également en intime union avec l’Église : de l’Église, comme l’enseignait déjà saint Ambroise, la Mère de Dieu est le modèle dans l’ordre de la foi, de la charité et de la parfaite union au Christ »[2].

Avoir inséré la question de Marie dans la Constitution sur l’Eglise fut, on le sait, la plus grande nouveauté. En faisant cela, le Concile – non sans souffrances et déchirures – procédait à un profond renouvellement de la mariologie, par rapport aux siècles passés[3]. La question de Marie n’est plus discutée à part, comme si elle occupait une position intermédiaire entre le Christ et l’Eglise, mais rattachée à l’Eglise, comme c’était le cas à l’époque des Pères. Marie est vue – à la suite de saint Augustin – comme le membre le plus excellent de l’Eglise, mais un membre à par entière, intérieure à elle et non au dessus d’elle :

« Marie est sainte, Marie est bienheureuse, mais l’Église est plus importante que la Vierge Marie. Pourquoi ? Parce que Marie est une partie de l’Église, un membre saint, un membre excellent, un membre suréminent, mais pourtant un membre du corps tout entier. Si elle est membre du corps pris en son entier, le corps est plus assurément qu’un seul membre »[4].

Les deux réalités s’éclairent mutuellement. En effet, ce qui est dit sur l’Eglise nous éclaire sur Marie et ce qui est dit sur Marie nous éclaire sur l’Eglise, sur ce qu’elle est, c’est-à-dire « corps du Christ » et, comme tel, « un prolongement pour ainsi dire de l’incarnation du Verbe ». C’est ce que souligne saint Jean-Paul II dans son encyclique Redemptoris Mater : « Présenter Marie dans le mystère du Christ, c'est aussi pour le Concile une manière d'approfondir la connaissance du mystère de l'Eglise. »[5].

Autre nouveauté introduite dans le débat mariologique : l’insistance sur la foi de Marie[6]. Une question, là aussi, reprise et développée par Jean-Paul II qui en fait le sujet central de son encyclique sur Marie [7]. On assiste là aussi à un retour à la mariologie des Pères qui, plus que sur les privilèges de la Vierge, faisait levier sur sa foi, comme apport personnel à l’œuvre du salut. Là aussi, on reconnaît l’influence de saint Augustin :

« Marie a cru, et ce qu'elle a cru s'est accompli en elle... Lorsque l'Ange eut ainsi parlé, pleine de foi et recevant le Christ dans son âme avant de le recevoir dans son sein, elle répondit : Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole »[8].

2. Marie, Mère des croyants dans une perspective œcuménique

Maintenant, ce que je voudrais c’est mettre l’accent sur la portée œcuménique de cette mariologie issue du Concile, c’est-à-dire voir en quoi celle-ci peut aider – et elle le fait d’ailleurs déjà – à rapprocher catholiques et protestants sur un terrain aussi délicat et controversé que la dévotion à la Vierge.

Mais d’abord je tiens à clarifier un principe qui sera à la base des réflexions qui suivront. Si Marie se situe fondamentalement à l’intérieur de l’Eglise, il faut que les catégories et affirmations bibliques de départ, utilisées pour en savoir plus sur elle, aient trait aux personnes humaines qui forment l’Eglise, appliquées à elle « a fortiori », plutôt qu’aux personnes divines, appliquées à elle « par réduction ».

Pour comprendre correctement, par exemple, le délicat concept de la médiation de Marie dans l’œuvre du salut, il vaut mieux partir de la médiation « créaturale », ou par le bas, comme celle d’Abraham, des apôtres, des sacrements et de l’Eglise elle-même, plutôt que de la médiation divine et humaine du Christ. Car ce n’est pas entre Marie et le reste de l’Eglise que l’écart est le plus grand mais entre Marie et l’Eglise d’un côté, et le Christ et la Trinité de l’autre, autrement dit entre les créatures et le Créateur.

Nous en tirons la conclusion suivante : si Abraham, pour ce qu’il a fait, a mérité dans la Bible d’être appelé « notre père à tous », c’est-à-dire père de tous les croyants (cf. Rm 4, 16 ; Lc 16,24), on comprend mieux que l’Eglise n’hésite pas à appeler Marie « notre Mère à tous », mère de tous les croyants.

Cette comparaison entre Abraham et Marie nous en dit encore plus, non seulement sur le titre qui lui est donné, mais sur le contenu aussi et le sens de celui-ci. L’appeler « Mère des croyants » est-il un simple titre honorifique, ou quelque chose de plus ? Ici on entrevoit la possibilité d’un discours œcuménique sur Marie. Calvin interprète le texte dans lequel Dieu dit à Abraham : « En toi seront bénies toutes les familles de la terre. » (Gn 12, 3), en ce sens que « Abraham ne sera pas seulement un modèle, un maître, il deviendra une cause de bénédiction »[9]. Un grand exégète protestant de notre époque dit également ceci :

« On s’est demandé si les paroles de la Genèse 12, 3 [“En toi seront bénies toutes les familles de la terre”] avaient pour seul but d’affirmer qu’Abraham deviendra une espèce de formule pour bénir, et sa bénédiction un proverbe [...]. On doit revenir à l’interprétation traditionnelle qui interprète cette parole de Dieu “comme un ordre donné à l’histoire” (B. Jacob). Dans le plan salvifique de Dieu, Abraham se voit réserver le rôle de médiateur de la bénédiction pour toutes les générations de la terre »[10]. = Abraham deviendra une grande nation, certes, mais tous sont-ils soumis à ce que Abraham avait comme foi? Abraham obéissait aux commandements divins et non aux lois de la raison qui peuvent être changés selon l'agenda en cour.

Tout cela nous aide à comprendre ce que la tradition, à partir de saint Irénée, dit sur Marie : qu’elle n’est pas seulement un exemple de bénédiction et de salut, mais aussi – et d’une façon qui ne dépend uniquement que de la grâce et de la volonté de Dieu – cause de salut. « Comme Eve – écrit saint Irénée – devint cause de mort pour elle et pour tout le genre humain en désobéissant, Marie (...), en obéissant, devint cause de salut pour elle et pour tout le genre humain »[11]. Les paroles de Marie : « désormais tous les âges me diront bienheureuse » (Lc 1, 48) sont à interpréter comme « un ordre de Dieu donné à l’histoire ». = Marie n'a aucun pouvoir salvateur. C'est Christ qui possède le pouvoir sur le salut et la vie éternelle. Et chacun est invité à entrer par la porte étroite afin d'obtenir le pardon pour les péchés. Ni le Pape ni les prêtres. En se faisant Dieu eux-mêmes, ils commettent un blasphème contre Dieu et son Oint.

Voir que les pionniers de la Réforme ont reconnu à Marie le titre et sa prérogative de Mère, également dans le sens de « notre mère » à tous et « mère du salut » est très encourageant. Lors d’une prédication à une messe de Noël, Luther avait dit : « Quel réconfort et bonté débordante de Dieu que l’homme, parce qu’il croit, peut vanter ce bien précieux : avoir Marie pour vraie mère, le Christ pour frère, Dieu pour Père. (...) Si tu as foi en cela, alors tu es vraiment assis sur les genoux de Marie et tu es son cher enfant »[12]. Zwingli, dans un sermon de 1524, appelle Marie « la pure Vierge Marie, mère de notre salut » et dit n’avoir jamais, à son propos, « pensé et encore moins enseigné ou affirmé quelque chose d’impie, honteux, indigne ou méchant »[13]. = Sur quel écrit de Luther se basent-ils pour dire cela? Ceux d'avant sa séparation avec l'Eglise de Rome? On mentionne bien que "lors d'une prédication à une messe de Noël". Soit donc, cela est inventé ou a été dit lorsqu'il était prêtre.

Alors comment en sommes-nous arrivés là ? Comment sommes-nous arrivés à cette situation d’embarras vis-à-vis de Marie chez nos frères protestants, au point que dans certains milieux rabaisser Marie, attaquer continuellement les catholiques sur ce sujet, et survoler tout ce que les Ecritures disent sur elle, est devenu monnaie courante ?

Ici n’est pas l’endroit idéal pour refaire l’Histoire (mais c'est exactement ce que l'Eglise catholique a fait Rolling Eyes ) ; je veux seulement parler de la voie qui, me semble-t-il, aiderait à sortir de cette triste situation concernant Marie. Cette voie passe par une reconnaissance sincère de notre part à nous, les catholiques, que, très souvent, surtout au cours de ces derniers siècles, nous avons contribué à rendre Marie inacceptable aux yeux de nos frères protestants, en l’honorant de manière parfois exagérée et irréfléchie, mais surtout en n’insérant pas sa dévotion dans un cadre biblique bien clair, où son rôle subordonné par rapport à la Parole de Dieu, à l’Esprit Saint et à Jésus lui-même, se verrait bien. La mariologie, au fil des siècles, a fini par devenir une vraie fabrique de nouveaux titres, de nouvelles dévotions, souvent en opposition avec les protestants, utilisant parfois Marie – notre Mère commune ! – comme une arme contre eux.

Face à ces tendances, le concile Vatican II a réagi de façon opportune. Il a recommandé que les fidèles « se gardent avec le plus grand soin de toute parole ou de tout geste susceptibles d’induire en erreur soit nos frères séparés, soit toute autre personne, sur la véritable doctrine de l’Eglise » sur ce point et a rappelé aux fidèles qu’ « une véritable dévotion ne consiste nullement dans un mouvement stérile et éphémère de la sensibilité, pas plus que dans une vaine crédulité »[14].

Côté protestant, il faut, je crois, prendre acte de l’influence négative qu’a eu, dans leur attitude envers Marie, la polémique anticatholique mais aussi le rationalisme. Marie n’est pas une idée mais une personne concrète, une femme, et comme telle ne se prête pas à être facilement théorisée ou réduite à un principe abstrait. Elle est l’icône parfaite de la simplicité de Dieu. C’est pourquoi elle ne pouvait pas, dans un climat dominé par un rationalisme exaspéré, ne pas être éliminée de l’horizon théologique.

Une luthérienne, décédée il y a quelques années, Mère Basilea Schlink, a fondé une communauté de religieuses au sein de l’Eglise luthérienne, appelée  « Les Sœurs de Marie », répandues aujourd’hui dans plusieurs pays. Dans un de ses ouvrages, après avoir rappelé divers textes de Luther sur Marie, elle en tire cette conclusion :

« En lisant ces paroles de Luther qui a honoré Marie jusqu’à la fin de sa vie, en a célébré les fêtes et a chanté chaque jour le Magnificat, on sent combien nous nous sommes éloignés, en général, de la juste attitude envers elle... Nous voyons combien nous autres évangélistes nous nous sommes laissés submergés par le rationalisme... Le rationalisme, qui n’admet que ce que l’on peut comprendre avec la raison, en se répandant, a chassé de l’Église évangélique les fêtes de Marie et tout ce qui s’y rapporte ; il a fait perdre le sens de toute référence biblique à Marie. Aujourd’hui encore nous souffrons de cet héritage. Si Luther, par cette phrase : ‘Après le Christ elle est dans toute la chrétienté le précieux joyau, jamais assez loué », nous inculque cette louange, pour ma part, je dois confesser être parmi ceux qui durant de longues années de leur vie ne l’ont pas fait, passant ainsi à côté de ce que dit l’Ecriture : “Désormais toutes les générations me proclameront bienheureuse” (Lc 1,48). Je ne m’étais pas située parmi ces générations »[15] . = Attention, peuple de Dieu, nous savons que l'Eglise Luthérienne est retournée vers Rome. Tout ce texte peut servir à nous amener vers l'erreur et l'hérésie et faire retourner les plus faibles vers cette idôlatrie mariale.

Toutes ces prémisses nous permettent de cultiver l’espoir que catholiques et protestants, un jour plus ou moins proche, ne se seront plus divisés, mais unis par Marie dans une vénération commune, peut-être différente de par la forme, mais commune dans la reconnaissance que celle-ci est bien Mère de Dieu et Mère des croyants. Personnellement, j’ai pu constater avec joie quelque signe de changement. Plus d’une fois, j’ai eu l’occasion de parler de Marie à un auditoire protestant, et j’ai remarqué que cela était bien accueilli, une fois même avec beaucoup d’émotion, comme par une guérison de la mémoire.
 
3. Marie, mère et fille de la miséricorde de Dieu


Laissons maintenant de côté le discours œcuménique et essayons de voir si l’Année de la miséricorde ne nous aiderait pas à découvrir quelque chose de plus sur la Mère de Dieu. Marie, dans le Salve Regina, qui est une prière très ancienne, est invoquée comme « Mater misericordiae », (Mère de la miséricorde) ; dans la même prière, il lui est demandé : « illos tuos misericordes oculos ad nos converte », (tournez vers nous vos yeux pleins de miséricorde). A la messe d’ouverture de l’année jubilaire, place Saint-Pierre, le 8 décembre, était exposée à côté de l’autel une icône très ancienne de la Mère de Dieu. Celle-ci provenait d’un sanctuaire grec-catholique à Jaroslaw (Pologne), connue sous le nom de « Porte de la miséricorde ».

Marie est mère et porte de miséricorde dans un double sens. Elle fut la porte par laquelle la miséricorde de Dieu, avec Jésus, est entrée dans le monde, et elle est maintenant la porte par laquelle nous entrons dans la miséricorde de Dieu, nous nous présentons au « trône de la miséricorde » qu’est la Trinité. Tout cela est vrai mais n’est qu’un aspect du rapport qui lie Marie à la miséricorde de Dieu. Marie n’est en effet pas qu’un simple « canal » ou une médiatrice qui fait passer la miséricorde de Dieu ; elle en est l’objet et la première destinataire. Elle est celle qui obtient miséricorde pour nous, mais aussi celle qui a obtenu miséricorde ; pas seulement « mère », mais aussi « fille » de la miséricorde de Dieu.

Les deux mots « miséricorde » et « grâce » sont synonymes. Dans la Trinité seulement l’amour est « nature » et non « grâce » ; amour, mais pas miséricorde. Que le Père aime le Fils, n’est pas une grâce ou une concession ; c’est un besoin intrinsèque ; le Père a besoin d’aimer pour exister comme Père. Que le Fils aime le Père n’est pas concession et grâce ; c’est une nécessité intrinsèque, même si tout à fait libre ; il a besoin d’être aimé et d’aimer pour être Fils. C’est quand Dieu crée le monde avec des créatures libres que son amour devient un don gratuit et immérité, autrement dit grâce et miséricorde. Et ceci avant même le péché. Ceci ne fera que transformer le « don » en « pardon ».

Le titre « plein de grâce » veut donc aussi dire « pleine de miséricorde ». D’ailleurs, Marie le dit dans son Magnificat : « Il a jeté les yeux sur l’humilité de sa servante », « Il s’est souvenu de sa miséricorde » ; « Sa miséricorde s’étend de génération en génération ». Marie sent qu’elle bénéficie de la miséricorde de Dieu, qu’elle en est un témoin privilégié. En elle, la miséricorde de Dieu n’agit pas pour pardonner des péchés, mais pour la protéger du péché.  

Dieu a fait avec elle, disait sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, ce que ferait un bon médecin en temps d’épidémie. Il ira de maison en maison soigner les personnes contaminées ; mais s’il a une personne qui lui tient particulièrement au cœur, comme l’épouse ou la mère, il fera en sorte, s’il le peut, qu’elle n’attrape même pas la maladie. C’est ce que Dieu a fait en préservant Marie du péché originel pour les mérites de la passion de son Fils. = Faut, Marie est née avec la tâche originelle.

Sur l’humanité de Jésus, saint Augustin dit : « Cette humanité unie au Verbe coéternel au Père, de manière à ne former qu'une seule personne avec le Fils unique de Dieu, par quoi et comment avait-elle mérité cette faveur ? Quel bien avait-elle accompli avant l'Incarnation ? Qu'avait elle fait, qu'avait-elle cru, qu'avait-elle demandé, pour qu'elle méritât d'être élevée à un si haut degré de gloire? » Et ailleurs : « Cherche le mérite, cherche la justice, réfléchis, et vois si tu trouves autre chose que de la grâce »[16].

Ces paroles nous en disent également plus sur la personne de Marie. A plus forte raison on doit se demander : qu’avait-elle fait, Marie, pour mériter cette faveur de donner au Verbe son humanité ? Qu’avait-elle cru, demandé, espéré ou souffert, pour venir au monde sainte et immaculée ? Cherche, ici aussi, le mérite, cherche la justice, cherche tout ce que tu veux, et vois si tu trouves en elle, au début, autre chose que de la grâce, c’est-à-dire la miséricorde!

Saint Paul, toute sa vie, ne cessera de se considérer un fruit et un trophée de la miséricorde de Dieu. Il se définit « un homme digne de confiance grâce à la miséricorde du Seigneur » (1 Cor 7, 25). Il ne se limite pas à formuler la doctrine de la miséricorde, il en témoigne : « J’étais autrefois blasphémateur, persécuteur, violent. Mais il m’a été fait miséricorde. » (1 Tim 1, 12).

Marie et l’apôtre nous enseignent que la meilleure façon de prêcher la miséricorde de Dieu est de témoigner de celle que Dieu a eue avec nous. Nous sentir nous aussi des fruits de la miséricorde de Dieu en Jésus Christ (Le sentir et pas forcément le dire). Un jour Jésus délivra un pauvre homme possédé d’un esprit immonde. Celui-ci voulait le suivre et se joindre au groupe des disciples ; Jésus n’y consentit pas, mais lui dit : « Rentre à la maison, auprès des tiens, annonce-leur tout ce que le Seigneur a fait pour toi dans sa miséricorde » (Mc 5,19 sq).

Marie, dans le Magnificat, glorifie et remercie Dieu pour sa miséricorde envers elle. Elle nous invite à faire pareil tout au long de cette année de miséricorde. Elle nous invite à faire retentir chaque jour dans l’Eglise son cantique, comme un chœur derrière son coryphée. Permettez-moi donc de vous inviter à proclamer ensemble, debout, comme prière finale, à la place de l’antienne mariale, le cantique à la miséricorde de Dieu qu’est le Magnificat. « Mon âme magnifie le Seigneur... »

Très Saint-Père, mes vénérables pères, frères et sœurs : Bon Noël et Bonne Année de la miséricorde !

© Traduction de Zenit, Isabelle Cousturié



[1] LG, 61.

[2] LG, 63

[3] Pour des détails sur le schéma mariologique dans les discussions conciliaires, cf. Histoire du concile Vatican II, de G. Alberigo, II, p. 520-522 ; III, p. 446-449 ; IV, p. 74 sq.

[4] S. Augustin, Sermon 72,7 (Miscellanea Agostiniana, I, Roma 1930, p. 163).

[5] S. Jean-Paul II, Enc. Redemptoris Mater, 5.

[6] Cf. LG, 58.

[7] RM, 5 : « Dans les présentes réflexions je veux évoquer surtout ‘le pèlerinage de la foi’, dans lequel la bienheureuse Vierge avança, gardant fidèlement l’union avec le Christ. »

[8] S. Augustin, Sermons, 215, 4 (PL, 38, 1074).

[9] Calvin, Le livre de la Genèse, I, Genève 1961, p. 195.

[10] G. von Rad, Das erste Buch Moses, Genesis, [Le premier livre de Moïse, la Genèse] Göttingen9 1972 (trad. ital. Genesi, Brescia, 1978, p. 204).

[11] S. Irénée, Adv. Haer. III, 22,4.

[12] Luther, Kirchenpostille (éd. Weimar, 10,1, p. 73).

[13] H. Zwingli, Predigt von der reinen Gottgebärerin Maria (in Zwingli, Hauptschriften, der Prediger, I, Zurich 1940, p. 159).

[14] LG, 67.

[15] Mère Basilea Schlink, Maria, der Weg der Mutter des Herrn, [Marie, l’itinéraire de la Mère du Seigneur] Darmstadt 19824  (éd. italienne, Milan, Ancora, 1983, p.102-103).

[16] S. Augustin, La prédestination des saints, 15,30 (PL 44,981) ; Discours 185,3 (PL 38,999).

http://www.zenit.org/fr/articles/troisieme-predication-de-l-avent-2015-texte-complet


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 25 Déc - 05:03 (2015)    Sujet du message: EUROPE : LE PAPE FRANCOIS LAUREAT DU PRIX CHARLEMAGNE 2016 Répondre en citant

EUROPE : LE PAPE FRANCOIS LAUREAT DU PRIX CHARLEMAGNE 2016

Alors que depuis sa venue en Europe, nous ne voyons que la destruction de l'Union Européenne.


Reference: ZENIT, HSM

La construction européenne

Marina Droujinina | 23 déc. | ZENIT.org | Pape François | Rome

Le prix Charlemagne 2016 a été attribué ce mercredi 23 décembre au pape François.

Ce prix international annuel décerné par la ville allemande d’Aix-la-Chapelle récompense le pape pour son « message d’espoir et d’encouragement » aux Européens.

Le Prix, qui « récompense tous les ans une contribution exceptionnelle à l'unification européenne », lui sera remis à Rome à une date qui n'a pas encore été retenue.

Avec l’attestation, une médaille est aussi attribuée : elle représente Charlemagne, empereur d'Occident de 800 à 814, sur son trône.

Le comité chargé de désigner le lauréat, composé de responsables de la ville, insiste notamment sur le discours prononcé par le pape devant le Parlement européen le 25 novembre 2014 : « L’heure est venue de construire ensemble une Europe qui tourne, non pas autour de l’économie, mais autour de la sacralité de la personne humaine, des valeurs inaliénables », avait dit le pape François.

« Le pape interprète ce prix non pas comme quelque chose donné à lui-même pour l’honorer, mais comme une occasion pour un nouveau message d'engagement pour la paix, dédié et adressé à l'ensemble de l'Europe », a expliqué à l’antenne de Radio Vatican le père Federico Lombardi, directeur du bureau de presse du Vatican. En effet, habituellement Jorge Mario Bergoglio n’accepte pas de Prix.

Ce Prix est « une occasion pour le pape de prier ensemble pour la paix, avec tous les peuples et les personnes de bonne volonté qui manifestent le désir, l'engagement de construire la paix sur le continent et également dans le monde entier », a-t-il ajouté.

Le pape Jean-Paul II est le premier pape à avoir reçu, en 2004, ce prix international en reconnaissance de son engagement personnel ainsi que de l’engagement du Saint-Siège en faveur de l’unité entre les peuples d’Europe.

Le père Lombardi estime qu’il est « significatif » que le pape François, « le premier pape non européen », reçoive ce « grand prix européen ». L’attribution du prix indique « la vocation mondiale de l’Europe », « car le pape François parle en ce moment du monde entier, avec l'encyclique Laudato Si’, avec son discours sur la paix au monde, sur le dialogue interreligieux, sur la solidarité entre tous les peuples », a dit le père Lombardi.

Le Prix Charlemagne 2015 avait été attribué au président du Parlement européen, Martin Schulz.

http://www.zenit.org/fr/articles/europe-le-pape-francois-laureat-du-prix-charlemagne-2016


Martin Schulz après le Prix Charlemagne 2015 sur la scène de Katschhof. De gauche à droite sont représentés: Bernd Büttgens, Armin Laschet, François Hollande, Martin Schulz, Joachim Gauck, le roi Philippe VI, Petro Porochenko, Sauli Niinistö, Simonetta Sommaruga, Hannelore Kraft, Jürgen Linden.


Le prix international Charlemagne d'Aix-la-Chapelle (Internationaler Karlspreis der Stadt Aachen, depuis 1988 Internationaler Karlspreis zu Aachen) est un prix fondé en 1949 et décerné depuis 1950 par la ville d’Aix-la-Chapelle à des personnalités remarquables qui se sont engagées pour l’unification européenne1.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_international_Charlemagne_d'Aix-la-Chape…

 


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 25 Déc - 05:13 (2015)    Sujet du message: POUR VENIR A BOUT DU POLLUANT LE PLUS MEURTRIER, PAR LE CARD. PIACENZA Répondre en citant

POUR VENIR A BOUT DU POLLUANT LE PLUS MEURTRIER, PAR LE CARD. PIACENZA

Jésus seul, a le pouvoir de pardonner les péchés, car il est pur et sans tâche. Ces confessionnals ne sont que des NSA pour savoir tout ce qui se passe dans leur diocèse.


Reference: WIKIMEDIA COMMONS, PersiGianluigi

Lettre aux confesseurs pour Noël

Rédaction | 23 déc. | ZENIT.org | Rome | Rome

Le cardinal Piacenza diagnostique le polluant universel le plus « meurtrier » et il indique « l’opération écologique la plus radicale qui soit », pour le vaincre.

Le cardinal Mauro Piacenza, Grand pénitencier, a en effet adressé une lettre aux confesseurs à l’occasion de Noël.

Il centre son message sur l’amour du Christ : « C’est en fonction de la vérité de notre amour du Christ que nous serons jugés (…), un amour qui n’exploite pas les autres pour servir ses propres intérêts mesquins ». 

Mais il file la métaphore écologique en évoquant une « pollution » de l’amour : « Nous savons que cet amour est blessé, pollué par le péché et qu’il a sans cesse besoin d’être purifié et sauvé. »

Le remède ? « Aucune structure sociale ou ecclésiale, aucune exhortation morale, aucune stratégie purement humaine ne peut libérer l’amour, le rendre authentiquement vrai », fait observer le cardinal Piacenza.

Il ajoute immédiatement : « Seule la grâce du Christ détient un tel pouvoir. C’est Lui, l’accueil du mystère de la miséricorde qui peut rendre les hommes libres d’aimer vraiment et cela passe par la confession sacramentelle. »

« L’absolution, explique-t-il, permet au pénitent de s’ouvrir à la grande Vérité du mystère du Christ, à la Vérité de sa Miséricorde. »

Pour le cardinal Piacenza, « l’opération écologique la plus radicale qui soit », c’est donc le sacrement de  la réconciliation.

Il exhorte les confesseurs à se rendre disponibles, car la paix du monde est en jeu : « C’est à partir du confessionnal que peut naître la seule paix dont le monde a vraiment besoin ; confession après confession, l’humanité sera sauvée du polluant le plus meurtrier, le péché. »

http://www.zenit.org/fr/articles/pour-venir-a-bout-du-polluant-le-plus-meurtrier-par-le-card-piacenza


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 04:29 (2015)    Sujet du message: LE CARDINAL REINHARD MARX APPELLE A DES CHANGEMENTS FONDAMENTAUX DANS L'EGLISE Répondre en citant

LE CARDINAL REINHARD MARX APPELLE A DES CHANGEMENTS FONDAMENTAUX DANS L'EGLISE

19 décembre 2015 16 h 05 min·


Le cardinal Reinhard Marx.
 
Avec d’autres prélats et prêtres allemands, le cardinal Reinhard Marx a appelé lors d’une conférence qui s’est tenue du 6 au 8 décembre à des changements fondamentaux au sein de l’Eglise catholique, afin de mettre pleinement en œuvre le concile Vatican II, ont-ils affirmé. Le cardinal Karl Lehmann, ancien président de la conférence des évêques d’Allemagne, a pris la parole dans le même sens.

 Un événement sous l’égide du cardinal Reinhard Marx

 
C’est un événement qu’on ne peut qualifier de marginal puisque le cardinal Marx, archevêque de Münich, est un membre du « G9 » du pape François : son cercle restreint de conseillers pour la réforme de la curie et du gouvernement de l’Eglise, et il est réputé avoir une forte influence sur le souverain pontife. En outre, la conférence était organisée par l’archidiocèse de Münich où se sont rassemblés quelque 200 théologiens.
 
La conférence, sur le thème « Ouvrir le Concile – théologie et Eglise à la lumière du Concile Vatican II », a abouti à une déclaration où les participants proposent une liste de réformes qu’il a selon eux « impulsées ».
 
Des changements fondamentaux dans l’Eglise

 
Les voici dans leur intégralité, tant elles forment un programme cohérent qui montre le plan d’ensemble des partisans d’un aggiornamento complet :
 
• « Tant que la liberté de conscience, la liberté d’expression et les droits des laïques à la participation ne sont pas pleinement reconnus au sein de l’Eglise catholique, le caractère de la Foi en tant qu’acte du libre arbitre ne sera pas pleinement pris en compte. »
 
• Par conséquent, les Droits de l’homme restent à mettre en œuvre pleinement au sein de l’Eglise.
 
• La théologie doit pouvoir revendiquer une entière liberté.
 
• La théologie – parallèlement au magistère des évêques – doit désormais devenir « au même sens que la tradition, un magistère universitaire indispensable dans l’Eglise ».
 
• « Le Concile Vatican II a mis en œuvre, d’une manière exemplaire, la tâche d’un magistère des évêques pastoralement défini en vue de modérer le processus d’interprétation de la Tradition et de l’expérience vivante de la Foi. La théologie joue un rôle important au sein de ce processus, qui implique lui-même une auto-relativisation – afin d’inclure le courage nécessaire à la révision des déclarations du magistère. »
 
• La discussion entre le magistère des évêques et la théologie – qui entraîne une certaine tension – à propos de l’interprétation de la Foi doit être « conduite de manière ouverte par rapport à l’issue éventuelle de la discussion ».
 
• La voix du Peuple de Dieu doit être entendue dans toute sa diversité.
 
• Dans une « herméneutique attentive aux droits de l’homme », l’image d’une « Eglise en tant que Peuple de Dieu » et la « collégialité » doivent être remises au centre de l’attention. De plus, « la synodalité doit de nouveau devenir le principe structurant au sein de l’Eglise ». Cette synodalité « doit être mise en œuvre de manière juridique et s’imposer de manière fiable, et elle doit également être pratiquée à tous les niveaux ecclésiaux » ». (Suit une référence explicite au discours du pape François du 17 octobre sur la décentralisation de l’Eglise.)
 
• Le Concile Vatican II a été l’occasion de développements étonnants par rapport à l’œcuménisme. L’Eglise s’est ainsi ouverte au dialogue avec les autres « églises », « une fois abandonnée sa conception exclusiviste d’elle-même ». « Cette prise de conscience s’est également mise en œuvre elle-même puisqu’il ne s’agit plus d’établir l’unité, mais plutôt de préserver la séparation. » Les différences confessionnelles « ne jouent plus un rôle important ».
 
L’ouverture œcuménique doit aussi influencer plus pleinement la liturgie et le droit canonique.
 
La Conférence prend explicitement ses distances par rapport à « n’importe quelle forme de fondamentalisme ou d’auto-isolement religieux ».
 
Une liturgie vivante exige « une forte participation des Eglises locales » ainsi qu’une « réflexion continue appuyée sur une théologie inculturée ». = islam
 

Le relativisme doctrinal et moral
 
Il s’agit, pour le dire de manière plus synthétique, de relativiser la foi et la morale de l’Eglise, leur expression étant laissée de plus en plus aux évêques maîtres dans leurs diocèses et dans leurs regroupements régionaux, de telle sorte que l’Eglise ne prétende plus être dans la vérité mais accepte que celle-ci se décline diversement parmi les chrétiens. (Mais pourquoi s’arrêter aux chrétiens ?)
 
Parmi les signataires, ont retrouve des participants au Synode de l’ombre conjointement organisé à Rome le 25 mai par les conférences épiscopales de France, d’Allemagne et de Suisse pour mettre en avant les idées les plus progressistes en vue du synode d’octobre, tel le Pr Eberhard Schockenhoff dont on retrouve l’empreinte dans certains paragraphes du rapport final. Et aussi le professeur jésuite allemand, Michael Sievernich, l’un des invités personnels du pape au synode de 2015 et défenseur de l’accès des divorcés remariés à la Commission. L’un des organisateurs, le Pr Stephan Goertz, a quant à lui défrayé la chronique lorsqu’il a publiquement déclaré qu’une relation homosexuelle pouvait être considérée comme possédant un caractère « sacramentel ».
 
La conférence de Münich s’est déroulée dans une atmosphère de « liberté synodale » pour les évêques dont le cardinal Lehmann, président honoraire de l’événement, a remercié le pape François, ajoutant qu’aujourd’hui l’extension de ce principe de synodalité est aujourd’hui plus important que la tenue d’un concile Vatican III.
 
Selon la source américaine de gauche National Catholic Reporter, le cardinal Lehmann a dénoncé ce qu’il appelle la plus importante défaillance de l’Eglise qui n’a selon lui pas assez sérieusement « pris en compte les changements sociétaux survenus à la suite de Vatican II, et plus particulièrement ceux de 1968, ainsi que leurs profonds effets sur les personnes ». Lui-même – faut-il le rappeler – faisait partie du groupe de Saint-Gall qui militait pour le changement moral et doctrinal dans l’Eglise.
 
Le même journal rapporte que le cardinal Marx, actuel président de la conférence épiscopale, a affirmé au cours d’une homélie que les textes du Concile doivent « impulser » la réforme de l’Eglise : « Ils poussent à penser plus loin et à reprendre le fil », a-t-il expliqué. Autant de « nouveaux départs » à prendre aujourd’hui. « L’Eglise n’est pas seulement enseignante mais apprenante. Elle est ouverte à l’histoire et aux signes des temps », a-t-il ajouté.
 

Le travail de sape des termites
 
Voilà qui rejoint tout un courant de résistance à l’enseignement pérenne de l’Eglise : Dieu et la vérité ne changent pas. Cette forme de modernisme consiste à donner au contraire à l’histoire un rôle de source d’autorité et d’objet de foi, où le changement historique de l’homme le conduit vers un état de perfection toujours plus grand.
 
Cette vision dialectique de la foi repose sur une tension, puisqu’il y a nécessairement conflit entre la fidélité à Dieu et celle au changement incessant qui serait propre au développement humain, et donc compromis, et changement de ce qui est « moral » d’une époque à l’autre.
 
Cette conception est au cœur de ceux qui ont prôné des modifications de la pastorale lors du synode sur la famille, et qui continuent donc leur travail de sape.
 

Anne Dolhein

http://reinformation.tv/cardinal-marx-changements-fondamentaux-eglise-catholique-dolhein-48172-2/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 04:47 (2015)    Sujet du message: ORTHODOX RABBIS BRING JESUS HOME FOR CHRISTMAS Répondre en citant

ORTHODOX RABBIS BRING JESUS HOME FOR CHRISTMAS
 
Thursday, December 24, 2015 |  David Lazarus



More than 25 prominent rabbis from Israel and abroad recently issued a statement calling for a renewed look at Jesus, Christians and the New Testament faith. Quoting from their own sages, these outstanding  Orthodox rabbis are not ashamed to exalt the name of Jesus, welcoming the carpenter from Nazareth back into the Jewish fold.

“Jesus brought a double goodness to the world,” declare the group of well-known rabbis.  “On the one hand he strengthened the Torah of Moses majestically…  and not one of our Sages spoke out more emphatically concerning the immutability of the Torah,” and on the other hand “he removed idols from the nations.”

Saying that Jesus, even more that any other Jewish Sage, honored, strengthened and protected the “immutability of the Torah,” is an extraordinary acknowledgement. These leading rabbis are turning the tides of history by removing one of the main stumbling blocks in the path of a major Jewish reclamation of Jesus!

You will recall, that religious Jews rejected Jesus from the beginning, with the accusation that he did not obey the Torah, therefore he could not be the awaited Messiah. In the New Testament, we find the Pharisees arguing with Jesus over Sabbath rules, dietary laws, ritual cleanliness, marriage regulations and more. They insisted that Jesus cannot be the Messiah because “he is teaching everywhere not to obey Moses.” (Acts 6:14)

-----

And the word of God increased; and the number of the disciples multiplied in Jerusalem greatly; and a great company of the priests were obedient to the faith.

And Stephen, full of faith and power, did great wonders and miracles among the people.

Then there arose certain of the synagogue, which is called the synagogue of the Libertines, and Cyrenians, and Alexandrians, and of them of Cilicia and of Asia, disputing with Stephen.

10 And they were not able to resist the wisdom and the spirit by which he spake.

11 Then they suborned men, which said, We have heard him speak blasphemous words against Moses, and against God.

12 And they stirred up the people, and the elders, and the scribes, and came upon him, and caught him, and brought him to the council,

13 And set up false witnesses, which said, This man ceaseth not to speak blasphemous words against this holy place, and the law:

14 For we have heard him say, that this Jesus of Nazareth shall destroy this place, and shall change the customs which Moses delivered us.

15 And all that sat in the council, looking stedfastly on him, saw his face as it had been the face of an angel.
Acts 6:7-15

-----

What we are now witnessing is the undoing of 2,000 years of Jewish rejection and animosity towards Jesus, a miracle by any estimation. For the out-and-out refusal by Jews to accept Jesus is slowly, but surely, coming to an end, as growing numbers of prestigious Orthodox rabbis welcome Jesus back.

And there is more. “After nearly two millennia of mutual hostility and alienation, we Orthodox Rabbis who lead communities, institutions and seminaries in Israel, the United States and Europe… seek to do the will of our Father in Heaven by accepting the hand offered to us by our Christian brothers and sisters,” the statement reads.

Two thousand years of Christian Anti-Semitism, Crusades, Inquisitions and a Holocaust can not keep the Star of Bethlehem from rising again in Israel. This call by these distinguished rabbis to embrace Christians as “brothers and sisters” is no less a miracle. For Jews to accept Christians with such endearment, after so much misunderstanding and anti-Semitic ugliness, can only be understood as a divine work of heavenly grace, the likes of which I find unfathomable.

For as this group of Orthodox rabbis points out, it is their “Father in Heaven” who is calling the Jewish people to lay down the past, put aside the enmity, and willingly embrace Christians and their faith in Jesus. That, my friends, is the deeper work of the Holy Spirit as spoken about throughout Scripture. = not the Jesus of the Bible, the coming gnostic Jesus.

As Rabbi Dr. Eugene Korn, Academic Director of the Center for Jewish-Christian Understanding & Cooperation points out, “This proclamation’s breakthrough is that influential Orthodox rabbis across all centers of Jewish life have finally acknowledged that…  Christianity and Judaism have much in common spiritually and practically. Given our toxic history, this is unprecedented in Orthodoxy.”

In their statement, the rabbis want to find a way to acknowledge the differences between Christian and Jewish beliefs, without taking, or giving, offense. As did Maimonides and Yehudah Halevi, we acknowledge that Christianity is neither an accident nor an error, but the willed divine outcome and gift to the nations.

In separating Judaism and Christianity, G-d willed a separation between partners with significant theological differences, not a separation between enemies,”
the statement concludes.

These so-called “significant theological differences” between Christianity and Judaism are really about Jesus. He is the stumbling block. Jesus may be Messiah, Son of the Living God for the Gentiles, but my Jewish people are still not quite sure just who he is for them. So while these rabbis are making major and unprecedented strides in bringing my people closer to Jesus, they are still far from the truth. For if Jesus is the Messiah for the Gentiles, how much more must he be for the Jews?

Perhaps Jesus will not quite be at home this Christmas in Israel, or Jewish homes around the world, but he is certainly knocking on the door.

CLICK HERE to read the statement and see the list of rabbis involved.

PHOTO: Illustration only.

http://www.israeltoday.co.il/NewsItem/tabid/178/nid/28027/Default.aspx?platform=hootsuite 


Dernière édition par maria le Lun 28 Déc - 03:08 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 05:44 (2015)    Sujet du message: NOËL ET MAWLID CELEBRES LE MEME JOUR EN 2015 Répondre en citant

NOËL ET MAWLID CELEBRES LE MEME JOUR EN 2015

Voilà la raison de cette guerre contre la fête de Noël, qui amènera pour l'an prochain un changement radical dans le rite de célébration et de l'imposition de la fête de Mahomet dans tous les pays et dans toutes les sphères d'activités. La criminalisation de la fête de Noël est déjà en marche, comme nous avons pu le voir mais s'étendra globalement l'année prochaine. C'est, en tout les cas, ce que je vois venir.

Cette année, nous avons vu une guerre de plus en plus criante contre tout ce qui a rapport à Noël (Christmas), au sens chrétien catholique que malheureusement plusieurs dénominations évangéliques et autres religions ont embrassées. Pourtant, cette fête n'a aucun rapport avec la vraie naissance de Jésus, le Sauveur du monde. Ce n'est qu'une tricherie de plus dans la longue liste de l'Eglise catholique. Cette célébration est en rapport avec les dieux de l'Antiquité : Isis, Osiris, Tammuz, etc. Comme nous sommes à l'époque ou le satanisme revit, on est maintenant prêt à détruire cette croyance au profil d'une autre toute aussi occulte et qui vénère ces mêmes dieux mais sous différents noms. 

D'un côté, vous avez Rome et son petit Jésus et l'Islam avec son Mahomet qui s'unissent pour célébrer ensemble leur fête respective. Dans ce contexte, Jésus serait donc égal au Prophète Mohammed!

Le but est d'amener cette transition occulte au niveau global. Vous avez donc le choix à partir de cette année : Où vous arrêtez de célébrer une fête pour les démons et que vous retournez vers le seul et unique Dieu ou vous devrez payer le prix de votre trahison envers Dieu par la main même de vos ennemis et finir en enfer pour l'éternité avec tous ses démons. De l'autre côté, l'ennemi imposera la fête de Mahomet pour tous. Encore là, chacun devra faire son choix et être prêt à mourir pour sa foi s'il décide de rester dans les traces du seul et unique Dieu. Mais alors, si nous avons à mourir pour la Justice et la Vérité, le lieu éternel sera très différent. Le Seigneur vous/nous accueillera et vous/nous donnera une robe blanche et vous/nous vivrons dans ce monde auquel vous/nous avons toujours rêvé de vivre. Un monde où la corruption n'existera plus. Un monde où ce culte de la destruction et de la mort n'existera plus.

Ce choix chacun de nous aurons à le faire dans différents domaines. C'est donc l'heure de choisir définitivement de quel côté vous voulez être. Je place devant toi la Vie et la Mort, choisis la Vie et tu vivras (éternellement).

Le Pape n'a-t-il pas  parlé de la 3e guerre mondiale dernièrement? N'a-t-il pas déclaré ses derniers jours que ce Noël serait sûrement le dernier Noël et que l'an prochain, ce monde ne serait pas reconnaissable. C'est donc qu'il est très au courant de ce qui vient sur ce monde pour 2016.



Reference: ANSA, ALESSANDRO DI MEO

"Fêtons ce qui nous unit sans ignorer ce qui nous différencie"

P. Vincent Feroldi | 25 déc. | ZENIT.org | Nouvelles du monde | Rome

En 2015, la célébration de la naissance de Jésus, le Verbe fait chair, coïncide avec celle du Prophète Mohammed, explique le P. Feroldi  sur le site de la Conférence des évêques de France (CEF).

Le Mawlid a lieu le 24 décembre pour la totalité du monde arabe et le 25 décembre pour le reste de la planète. Eclairage du Père Vincent Feroldi, Directeur du Service National pour les Relations avec les Musulmans (SNRM) avant l’émission Islam, sur France 2, le 27 décembre.

Depuis plusieurs jours, les médias algériens et marocains en parlent. L’émission Islam de France 2 du 27 décembre 2015 (8h45-9h15) en fera son thème. Des diocèses (Metz, Angers, Lille…) se sont mobilisés autour de l’événement. Chrétiens et musulmans s’en réjouissent en Belgique, en France, au Maghreb…

Cette année, la célébration de la naissance de Jésus, le Verbe fait chair, coïncide avec celle du Prophète Mohammed. Le Mawlid aura lieu le 24 décembre pour la totalité du monde arabe et le 25 décembre pour le reste de la planète. Cette fête permet aux musulmans d’exprimer leur reconnaissance au Prophète, de se rappeler ses vertus, de prier et de vivre un heureux temps familial.

Communautés chrétienne et musulmanes auront ainsi le cœur en fête. Elles rendront grâce à Dieu, chacune dans sa tradition, pour cette bonne nouvelle qu’est la naissance de Jésus ou de Mohammed, naissances qui vont être source d’une rencontre entre des hommes et femmes croyants et Celui qui Source de vie, source de la Vie.

Dans cette unité de date rarissime, beaucoup veulent y voir un signe de Dieu, en ces temps difficiles où la paix annoncée par les anges, la nuit de Noël, est malmenée par la folie des hommes.

Mawlid et Noël 2015 : Fêtons ce qui nous unit sans ignorer ce qui nous différencie

C’est en effet la première fois depuis 457 années que ces fêtes de Mawlid – ou Mouloud – et de Noël seront célébrées au même moment. Il faut en effet remonter à l’année 1558 pour trouver une configuration comparable (c’était le 12 Rabiaa Al-Awal de l’an 966 de l’Hégire), alors qu’en 1852, le Mawlid coïncidait avec le 25 (c’était l’an 1269 de l’Hégire).

Pour tous, il ne s’agit pas de verser dans un quelconque syncrétisme, en comparant Jésus et Mohammed. Nous sommes conscients de ce qui nous unit et de ce qui nous différencie. Mais cette simultanéité des fêtes est une très belle opportunité de rencontres et d’échanges. Elle offre la possibilité de se dire que nous sommes heureux d’être ensemble, croyants, dans une même attitude spirituelle et humaine où, d’une part, nous nous tournons vers Dieu dans la prière et, d’autre part, nous vivons des temps de fraternité et d’amitié, en famille et avec nos proches voisins et amis.

Heureux sommes-nous donc de pouvoir nous accueillir mutuellement entre chrétiens et musulmans en cette période de Noël !

Heureux sommes-nous de pouvoir exprimer en cette fin d’année, par la parole, par un vœu, par des gâteaux offerts, le respect et la reconnaissance mutuels des deux traditions religieuses.

Heureux sommes-nous de pouvoir donner à nos contemporains un signal majeur sur le « vivre ensemble » en cette époque où, au nom de la religion et de Dieu, certains prêchent la haine ou commettent des attentats.

Profitons aussi de ce moment, pour nous chrétiens, de découvrir la place donnée à Jésus et Marie dans le Coran ! Une sourate entière – la sourate 19 Maryam – est dédiée à la Vierge Marie. Nous y lisons au verset 16 : « Mentionne dans le Livre (le Coran), Marie, quand elle se retira de sa famille dans un lieu vers l’Orient ». Et le verset 21 parle de son fils : « Nous ferons de lui un signe pour les gens, et une miséricorde de notre part. C’est une affaire déjà décidée ».

Oui ! En 2015, Jésus le Sauveur est bien signe, grâce et miséricorde pour tous les hommes ! Il est le Prince de la Paix ! = Pour eux, Jésus est le fils de Satan. L'islam ne reconnait pas la Trinité.

Père Vincent Feroldi

Directeur du Service National pour les Relations avec les Musulmans (SNRM) de la Conférence des évêques de France

http://www.zenit.org/fr/articles/noel-et-mawlid-celebres-le-meme-jour-en-2015?utm_campaign=francaishtml&utm_content=[ZF151225]%20Le%20monde%20vu%20de%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image


 


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Sam 26 Déc - 06:09 (2015)    Sujet du message: VOYAGE DU PAPE EN AFRIQUE, LECTURE D'UN IMAM FRANCAIS Répondre en citant

VOYAGE DU PAPE EN AFRIQUE, LECTURE D'UN IMAM FRANCAIS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=uMMGAxXePEw


Reference: PHOTO.VA, OSSERVATORE ROMANO


Rencontre sur les migrations à Prague

Marina Droujinina | 17 déc. | ZENIT.org | Nouvelles du monde | Rome

La visite du pape François en Afrique a été « une visite primordiale » dont les musulmans « ont parlé dans toutes les mosquées de France », déclare Hocine Drouiche, imam de Nîmes, en France.

L’imam est intervenu lors de la rencontre intitulée « Migrations : une réponse à un déplacement forcé », qui a eu lieu les 11 et 12 décembre à Prague, en République tchèque, rapporte Radio Vatican en polonais.

« C’était magnifique, le message de paix qu’il a envoyé en Centrafrique, pour régler le problème qui perdure entre les musulmans et les chrétiens là-bas », a dit Hocine Drouiche : « Cela nous donne un exemple de dialogue, d’humanisme, d’amour et de fraternité. »

« Dieu ne nous a pas donné la religion pour nous combattre et nous entretuer, a affirmé l’imam, il nous a donné la religion pour vivre ensemble, pour nous remplir le cœur de l’amour de Dieu, et cet amour devient un soleil et ce soleil envoie ses rayons sur tout le monde sans aucune distinction, sans aucune différence entre un musulman et un non-musulman ou un athée. L’essentiel est que nous sommes tous des êtres humains, nous sommes tous des enfants de Dieu et l’amour de Dieu nous rassemble. »

Hocine Drouiche a affirmé que beaucoup de musulmans étaient « fiers » de leurs « frères » catholiques : « On est fiers de vous, on est fiers de Sa Sainteté, on est fiers du message d’amour que vous portez aujourd’hui (…) dans le monde d’entier. » A l’écouter, il apprend « beaucoup » des prêtres catholiques : « l’amour de Dieu, l’amour de l’autre, le partage, l’aide et le secours qu’on doit porter aux autres ».

L’imam a souligné que l’islam traversait aujourd’hui « une crise profonde par rapport à l’interprétation des textes religieux, par rapport à l’interprétation des versets coraniques ».

« C’est vrai, a-t-il dit, qu’il y a des pseudo-imams qui interprètent mal, violemment, les textes religieux du Coran et du prophète pour diviser la société, pour implanter la haine entre les peuples alors que la différence religieuse et culturelle est une richesse. » = Par contre, personne ne les arrête tous ces prêcheurs de haine, alors...

La rencontre de Prague a été organisée par le groupe de rencontre interculturelle et de dialogue avec les Églises et les institutions religieuses du Parti populaire européen.

Elle s’est tenue en présence du cardinal Dominik Duka, archevêque de Prague, du métropolite Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, ainsi que de plusieurs personnalités politiques et religieuses.

http://www.zenit.org/fr/articles/voyage-du-pape-en-afrique-lecture-d-un-ima…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 03:04 (2015)    Sujet du message: ROMES AGENDA FOR A ONE WORLD RELIGION Répondre en citant

ROMES AGENDA FOR A ONE WORLD RELIGION



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=-xKXvQN3ONA

Rome has very carefully for the last minia been reconciling with all the religious leaders of Islam Christianity and the Jews. This reconciliation keeps them at the head of the One World Religious Movement. Here in 2015 Many Rabbis have signed on to a reconciliation document of their own accepting the Vatican into the fold of Israel. But most don't know that this has been planned and coordinated for years.


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 03:27 (2015)    Sujet du message: HISTORIC COVENANT BETWEEN ISRAEL'S RABBIS AND THE POPE OF ROME Répondre en citant

HISTORIC COVENANT BETWEEN ISRAEL'S RABBIS AND THE POPE OF ROME 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=kq5e4zsgkUU

1 "In the eighth month, in the second year of Darius, came the word of the Lord unto Zechariah, the son of Berechiah, the son of Iddo the prophet, saying,
The Lord hath been sore displeased with your fathers.
Therefore say thou unto them, Thus saith the Lord of hosts; Turn ye unto me, saith the Lord of hosts, and I will turn unto you, saith the Lord of hosts.
Be ye not as your fathers, unto whom the former prophets have cried, saying, Thus saith the Lord of hosts; Turn ye now from your evil ways, and from your evil doings: but they did not hear, nor hearken unto me, saith the Lord.
Your fathers, where are they? and the prophets, do they live for ever?
But my words and my statutes, which I commanded my servants the prophets, did they not take hold of your fathers? and they returned and said, Like as the Lord of hosts thought to do unto us, according to our ways, and according to our doings, so hath he dealt with us".
Zachariah 1:1-7


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 05:25 (2015)    Sujet du message: Les 12 "ANTIBIOTIQUES" DU PAPE FRANCOIS POUR SOIGNER L'EGLISE Répondre en citant

Les 12 "ANTIBIOTIQUES" DU PAPE FRANCOIS POUR SOIGNER L'EGLISE

Pour Dieu, ces antibiotiques ne valent rien, car l'homme de par sa nature déchue est porté vers le mal et centré sur lui-même. Rien de bon n'en sort, au niveau spirituel. Ce que Dieu attend de Son peuple, et c'est l'antibiotique parfait, c'est de sortir de cette fausse Eglise séductrice et de revenir au vrai et unique Dieu, de se repentir et d'obéir à Ses commandements. L'institution de l'Eglise catholique est basé sur la raison de l'homme et non pas sur l'Esprit que Dieu donne à ceux qui marchent avec Lui. Le Pape se croit être seul à dicter ce qui est bien ou non, alors que son Eglise et son ministère bafouent complètement les lois divines, en mettant en place un autre système de lois afin de corrompre l'humanité toute entière.

Marie-Lucile Kubacki
Créé le 21/12/2015 / modifié le 21/12/2015 à 15h55



© Giuseppe Ciccia / Pacific/SIPA

Alors que le procès Vatileaks est toujours en cours, c'est un pape visiblement très fatigué par la grippe mais toujours aussi ferme qui a prononcé ses traditionnels vœux à la Curie, des vœux comme l'année dernière très... médicaux.


Après avoir asséné la liste des 15 virus spirituels en 2014 lors d'un mémorable discours coup de poing, il a proposé cette année celle des 12 remèdes, « catalogue des vertus nécessaires ». Le message de François est clair : en dépit des scandales, des résistances, des fatigues et des chutes, « la réforme ira de l'avant » car il y a là autant d'occasions pour les personnes concernées de se relever et de revenir à l'essentiel, particulièrement à l'occasion du Jubilé de la Miséricorde.

Le pape, qui dans sa jeunesse avait pensé étudier la médecine avant de se spécialiser dans la guérison des âmes et rêve d'une Eglise comme un « hôpital de campagne » a donc établi son ordonnance « d'antibiotiques » pour l'année 2016 pour venir à bout ces maladies « dont certaines se sont manifestées au cours de cette année, causant beaucoup de douleur à tout le corps et blessant beaucoup d’âmes » :

1. Le caractère missionnaire et pastoral : ne pas fonctionner en cercle fermé
 
« Le caractère missionnaire est ce qui rend, et montre la curie fructueuse et féconde; elle est la preuve de la vigueur, de l’efficacité et de l’authenticité de notre action », a-t-il expliqué. Ainsi, la curie ne doit pas vivre comme un organisme replié sur lui même, en cercle fermé, mais penser à ce qu'elle transmet à l'extérieur, lutter contre les contre-témoignages  qui scandalisent à l'intérieur mais aussi en dehors de l'Eglise. Ainsi, elle doit « prendre soin des brebis » et « donner sa vie pour les autres ».

2. Aptitude et sagacité : faire preuve de professionnalisme
 

« L’aptitude demande l’effort personnel d’acquérir les qualités nécessaires et requises pour exercer au mieux ses propres tâches et activités, avec l’intelligence et l’intuition. Elle s’oppose aux recommandations et aux faveurs. La sagacité est la rapidité d’esprit à comprendre et à affronter les situations avec sagesse et créativité. » On retrouve ici la lutte de François contre une certaine forme de « mondanité », le fait de céder aux sirènes du favoritisme quand pour avancer l'Eglise a besoin de professionnalisme et d'intelligence des êtres et des situations. En effet, parmi les points névralgiques de l'affaire Vatileaks dénoncés dans le livre de Nuzzi il y a l'embauche au Vatican de personnes « sur recommandation », nourrissant une forme de népotisme et de clientélisme.

3. Spiritualité et humanité : ne pas se comporter comme des robots
 
La spiritualité est « la colonne vertébrale de tout service dans l’Église et dans la vie chrétienne » et l'humanité, « ce qui nous rend différents des machines et des robots qui n’entendent pas et ne s’émeuvent pas », la capacité de savoir montrer « tendresse et familiarité, courtoisie avec tous ». En somme, spiritualité et humanité sont des remèdes aux maladies de « l'activité excessive », de « l'indifférences envers les autres » ou encore de la « schizophrénie existentielle », qu'il définissait l'année dernière comme « la maladie de ceux qui vivent une double vie, fruit de l’hypocrisie typique du médiocre et du vide spirituel progressif que les diplômes ou les titres académiques ne peuvent combler », « une maladie qui touche souvent ceux qui, en abandonnant le service pastoral, se limitent aux affaires bureaucratiques et perdent ainsi le contact avec la réalité, avec les personnes concrètes. »

4. Exemplarité et fidélité : ne pas scandaliser
 
Contre l'hypocrisie et l'Alzheimer spirituel que « l’on constate, soulignait il en décembre dernier, chez ceux qui ont perdu le souvenir de leur rencontre avec le Seigneur », il y a aussi l'exemplarité et la fidélité. Ces qualités rejoignent le caractère missionnaire et pastoral car il s'agit pour le pape de lutter contre ce qui scandalise, « les scandales qui blessent les âmes et menacent la crédibilité de notre témoignage ».

5. Rationalité et amabilité : faire preuve de souplesse et de sens de l'organisation
 
Pour venir à bout de la « planification excessive » ou de son contraire, la « mauvaise coordination » étiquetées en 2014, le docteur François prescrit la rationalité « qui sert à éviter les excès émotifs » et l’amabilité utile pour « éviter les excès de la bureaucratie et des programmations et planifications. Ce sont des talents nécessaires pour l’équilibre de la personnalité ».

6. Innocuité et détermination : réfléchir avant d'agir en ayant une vision claire des choses
 
L’innocuité c'est la « prudence dans le jugement », la « capacité de nous abstenir d’actions impulsives et précipitées ». La détermination le fait d'« agir avec une volonté résolue, avec une vision claire et dans l’obéissance à Dieu, et seulement pour la loi suprême de la salus animarum ». Dans la détermination, un remède possible à ce qu'en 2014 il nommait la « vaine gloire », le fait de perdre vue la mission première, le service de l'Eglise pour se concentrer sur des motivations plus personnelles.

7. Charité et vérité : éviter une miséricorde tiède ou un rigorisme glacé
 
« La charité sans vérité devient idéologie d’un “bonnisme” destructeur et la vérité sans charité devient justice aveugle », a-t-il lancé dans un style très ratzingerien. Une réponse à ceux, qui, pendant le synode sur la famille, l'accusaient de placer la charité avant la vérité et de défendre une vision « gentille » de la miséricorde ?

8. Honnêteté et maturité : assainir les relations hiérarchiques
 
En 2014, il avait déploré « la maladie de diviniser les chefs », celle « de ceux qui courtisent leurs supérieurs, en espérant obtenir leur bienveillance ». Contre ce fléau qui touche aussi les supérieurs « lorsqu’ils courtisent certains de leurs collaborateurs pour obtenir leur soumission, leur loyauté et leur dépendance psychologique », le pape requiert honnêteté et maturité professionnelle. « Celui qui est honnête, a-t-il développé, n’agit pas avec droiture seulement sous le regard du surveillant ou du supérieur ; celui qui est honnête ne craint pas d’être surpris, parce qu’il ne trompe jamais celui qui lui fait confiance. »

9. Déférence et humilité : lutter contre l'orgueil
 
Contre le complexe de celui qui se sent « indispensable », de l'orgueilleux, François prescrit l'humilité, qualité des personnes qui « plus elles acquièrent de l’importance, plus grandit en elles la conscience de n’être rien et de ne rien pouvoir faire sans la grâce de Dieu ». Contre l'indifférence,  la déférence, « talent des âmes nobles et délicates ; des personnes qui cherchent toujours à montrer un respect authentique envers les autres, de leur propre rôle, envers les supérieurs, les subordonnés, les dossiers, les papiers, le secret et la confidentialité »...  Une pique à peine dissimulée à l'égard des responsables de Vatileaks, ceux qui ont fait fuiter des documents confidentiels, conclusions d'audits demandés par le pape dans le cadre de la réforme de la Curie et se justifient en expliquant qu'ils ont voulu « aider ».

10. Générosité et attention : ne pas céder à la superficialité
 
Le conseil, ici, dépasse clairement les limites de la Curie : « Il est inutile, a lancé François, d’ouvrir toutes les Portes Saintes de toutes les basiliques du monde si la porte de notre cœur est fermée à l’amour, si nos mains sont fermées à donner, si nos maisons sont fermées à héberger, si nos églises sont fermées à accueillir ». Une mise en garde contre l'effet de manche, la superficialité du geste s'il n'est pas assorti d'un engagement personnel.

11. Impavidité et promptitude : se battre pour rester libre
 
Ne pas se laisser effrayer par les difficultés, « savoir faire le premier pas sans tergiverser » mais aussi « agir avec liberté et agilité sans s’attacher aux choses matérielles provisoires », voilà les antibiotiques à la peur qui génère l'immobilisme et à la tentation de l'accumulation tant de biens matériels que d'honneurs. Il ne faut pas se laisser « dominer par l'ambition », a-t-il ajouté cette année. L'impavidité et la promptitude sont donc, dans la bouche du pape, les qualités de l'homme libre.

12. Fiabilité et sobriété : être cohérent
 
« Celui qui est fiable, affirme François, est celui qui sait maintenir ses engagements avec sérieux et crédibilité quand il est observé mais surtout quand il se trouve seul ». Celui qui est sobre, sait « vivre dans le sens de la mesure ». Pour le pape, il s'agit d'être cohérent en ne se contentant pas d'une posture de père la morale mais en adoptant réellement un « style de vie » chrétien tout orienté vers le service. Pour cela, il faut « regarder le monde avec les yeux de Dieu et avec le regard des pauvres et de la part des pauvres ».

http://www.lavie.fr/religion/catholicisme/les-12-antibiotiques-du-pape-francois-pour-soigner-l-eglise-21-12-2015-69252_16.php


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 30 Déc - 06:46 (2015)    Sujet du message: DISPONIBLE EN LIGNE : LE LIVRET DE LA MESSE DU 1er JANVIER Répondre en citant

DISPONIBLE EN LIGNE : LE LIVRET DE LA MESSE DU 1er JANVIER


Reference: PHOTO.VA, OSSERVATORIO ROMANO


Les prochains rendez-vous du pape François


Rédaction | 29 déc. | ZENIT.org | Pape François | Rome

Le livret de la messe du 1er janvier 2016 présidée par le pape François, en la solennité de Marie Mère de Dieu, est disponible en ligne ici

Demain, mercredi 30 décembre, le pape François présidera la troisième audience générale du Jubilé de la miséricorde.

Mercredi 30 décembre, audience générale

Le pape tiendra la dernière audience générale de l’année civile mercredi 30 décembre, à 9h50, place Saint-Pierre.

Jeudi 31 décembre, Te Deum

Le pape recevra les Pueri Cantores à 11 h, jeudi 31 décembre.

Il présidera les vêpres et le Te Deum d’action de grâce pour l’année écoulée à 17h en la basilique Saint-Pierre.

Vendredi 1er janvier 2016, messe, Porte sainte

Le pape présidera la messe de la solennité de Marie Mère de Dieu, vendredi 1er janvier, à 10h, en la basilique Saint-Pierre.

A midi, le pape présidera la prière de l’angélus

A 17h, le pape ouvrira la Porte sainte de la basilique Sainte-Marie-Majeure : cinquième Porte sainte ouverte par le pape après Bangui (29 novembre), Saint-Pierre (8 décembre), le Latran (13 décembre) et la Porte de la charité de la Caritas de Rome (18 décembre).

http://www.zenit.org/fr/articles/disponible-en-ligne-le-livret-de-la-messe-du-1er-janvier?utm_campaign=francaishtml&utm_content=[ZF151229]%20Le%20monde%20vu%20de%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 31 Déc - 09:25 (2015)    Sujet du message: PRIER POUR LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX ET LA PAIX ET POUR L'UNITE DES CHRETIENS Répondre en citant

PRIER POUR LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX ET LA PAIX ET POUR L'UNITE DES CHRETIENS

Voici comment se met en place la dernière étape de Rome sous le "dialogue interreligieux et la paix et pour l’unité des chrétiens" par le faux-prophète "Romain" le Pape François et qui sera mis en place par l'Antichrist Obama et les membres démocrates du Congrès Américain. Par la suite, cette transition se manifestera à travers tous les pays. Le règne de Baal prendra alors son règne pleinement et tout le contrôle de cette planète et de ses habitants sera remis entre ses mains. Et sous les lois de la Sharia, chaque aspect de notre quotidien sera sous le pouvoir judiciaire de ces lois iniques. Les droits de l'homme, vous y avez cru? Oubliez cela. Seul les lois de Dieu ne changent pas et celles-là, celles qui apportent la Vie, la Paix, la Justice, le monde n'en veut pas. Bien, dit le Seigneur, je vais alors vous laissez entre les mains de ceux en qui vous avez cru et qui vous ont trompé. Maintenant, ils pourront faire ce qu'ils veulent de vous car vous n'avez pas voulu de moi pour régner sur vous tous! Le jugement qu'à connu le peuple juif à une certaine époque tombera maintenant sur tous ceux qui se sont détournés de Dieu, car Dieu est venu parmi nous se faire connaître à nous tous, et la majorité des gens l'ont condamné et rejeté, tout comme aujourd'hui.


8 "Comment pouvez-vous dire: Nous sommes sages, La loi de l'Éternel est avec nous? C'est bien en vain que s'est mise à l'oeuvre La plume mensongère des scribes.
Les sages sont confondus, Ils sont consternés, ils sont pris; Voici, ils ont méprisé la parole de l'Éternel, Et quelle sagesse ont-ils?
10 C'est pourquoi je donnerai leurs femmes à d'autres, Et leurs champs à ceux qui les déposséderont. Car depuis le plus petit jusqu'au plus grand, Tous sont avides de gain; Depuis le prophète jusqu'au sacrificateur, Tous usent de tromperie.
11 Ils pansent à la légère la plaie de la fille de mon peuple: Paix! paix! disent-ils. Et il n'y a point de paix.
12 Ils seront confus, car ils commettent des abominations; Ils ne rougissent pas, ils ne connaissent pas la honte; C'est pourquoi ils tomberont avec ceux qui tombent, Ils seront renversés quand je les châtierai, Dit l'Éternel.
13 Je veux en finir avec eux, dit l'Éternel; Il n'y aura plus de raisins à la vigne, Plus de figues au figuier, Et les feuilles se flétriront; Ce que je leur avais donné leur échappera. -
14 Pourquoi restons-nous assis? Rassemblez-vous, et allons dans les villes fortes, Pour y périr! Car l'Éternel, notre Dieu, nous destine à la mort, Il nous fait boire des eaux empoisonnées, Parce que nous avons péché contre l'Éternel.
15 Nous espérions la paix, et il n'arrive rien d'heureux; Un temps de guérison, et voici la terreur! -"
Jérémie 8:9-15


Traduction Google



Comme nous avons apprécié les vacances avec notre famille et amis ... la Chambre des Démocrates s'est déplacé pour mettre en œuvre la première loi de la charia de l'Amérique. Si elles obtiennent leur chemin ... ils nous aurons dépouiller de nos droits fondamentaux, et nous devons être préparés à leur espoir terrifiant...

Le 17 Décembre, les membres du Congrès démocrate ont tranquillement parrainé la Résolution de la Chambre 569, une résolution qui demande législateurs de condamner "la violence, le sectarisme, et rhétorique haineuse envers les musulmans aux Etats-Unis." La résolution mentionne spécifiquement les musulmans, pas d'autres groupes religieux, et servira de test par lequel la loi pour criminaliser "l'islamophobie" pourra être introduit.


Les Démocrates ont sans vergogne regroupées "discours de haine" par "la violence" dans un effort pour comparer la critique de l'islam aux musulmans physiquement mal.


H. Res. 569 menace de restreindre notre droit même de rapporter les faits qui ternissent la réputation de l'Islam, une loi que tous les pays régies par la charia ont déjà en place.

Selon Congress.gov, la résolution se lit:
"Maintenant, par conséquent, il est résolu, que la Chambre des Représentants dénonce dans les termes les plus forts l'augmentation des discours de haine, d'intimidation, de violence, de vandalisme, d'incendie criminel, et d'autres crimes haineux dirigés contre les mosquées, les musulmans ou les personnes perçues comme musulmanes; prie instamment les autorités d'application des lois locales et fédérales de travailler à prévenir les crimes de haine; et de poursuivre dans toute la mesure de la loi les auteurs de crimes de haine "

...

http://rightwingnews.com/top-news/no-house-dems-strike-to-implement-first-sharia-law/

-----

PRIER POUR LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX ET LA PAIX ET POUR L'UNITE DES CHRETIENS


Reference: ZENIT, HSM

Les intentions de prière du pape François pour janvier 2016


Anita Bourdin | 30 déc. | ZENIT.org | Pape François | Rome |

En janvier 2016, le pape François demande aux catholiques de s’engager dans la prière pour le dialogue interreligieux et la paix et pour l’unité des chrétiens, indique l’Apostolat de la prière « Prier au cœur du monde ».

L’intention de prière « universelle » du pape François pour janvier 2016 est en effet le dialogue interreligieux et la paix :
« Pour que le dialogue sincère entre les hommes et les femmes de différentes religions porte des fruits de paix et de justice. »


L’intention de prière « pour l'évangélisation » est l’unité des chrétiens :
« Pour qu'avec la grâce de l'Esprit Saint, les divisions entre chrétiens soient surmontées par le dialogue et la charité chrétienne. »


Le 1er janvier est la Journée mondiale de la paix. A ce sujet, le pape a publié un Message pour vaincre la globalisation de l’indifférence – indifférence envers Dieu, envers le prochain, envers la création. Pour le lire il suffit de cliquer ici.

C’est, rappelons-le, en janvier qu’a lieu la grande Semaine de prière pour l’unité des chrétiens (18-25 janvier).

Cette année, le thème est « Appelés à proclamer les hauts faits de Dieu » (1 Pierre 2, 9-10). Les méditations ont été préparées par des chrétiens de Lettonie. Le site Unité chrétienne propose les textes des méditations : il suffit de cliquer ici.

Le 17 janvier, en Italie, la Conférence épiscopale célèbre une Journée du judaïsme.

http://www.zenit.org/fr/articles/prier-pour-le-dialogue-interreligieux-et-la-paix-et-pour-l-unite-des-chretiens?utm_campaign=francaishtml&utm_content=[ZF151230]%20Le%20monde%20vu%20de%20Rome&utm_medium=email&utm_source=dispatch&utm_term=Image


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Jeu 31 Déc - 10:01 (2015)    Sujet du message: POPE'S PRAYER INTENTIONS FOR JANUARY 2016 Répondre en citant

POPE'S PRAYER INTENTIONS FOR JANUARY 2016

First the picture. On last October kabbalists jewish join the Catholic Church.

Here's how to put in place the last stage of Rome under the "interreligious dialogue and peace and for the unity of Christians" the false prophet "Roman" Pope Francis and which will be implemented by the Antichrist and Obama Democratic members of Congress. There after, this transition will manifest itself through all countries. The reign of Baal then will take his reign and all full control of this planet and its inhabitants will be given into his hand. Under Sharia laws, every aspect of our lives will be under the judiciary of these unjust laws. Human rights, you have believed it? Forget it. Only God's laws do not change and those, those providing Life, Peace, Justice, the world does not want it. Well, says the Lord, I will then leave you in the hands of those in whom you believed and have deceived you. Now, they can do what they want you because you did not want me to reign over you all! The judgment known as the Jewish people at one time now fall on those who have turned away from God, because God came among us to be known to us all, and the majority of people have condemned and rejected, just like today.

The wise men are ashamed, they are dismayed and taken: lo, they have rejected the word of the Lord; and what wisdom is in them?
10 Therefore will I give their wives unto others, and their fields to them that shall inherit them: for every one from the least even unto the greatest is given to covetousness, from the prophet even unto the priest every one dealeth falsely.
11 For they have healed the hurt of the daughter of my people slightly, saying, Peace, peace; when there is no peace.
12 Were they ashamed when they had committed abomination? nay, they were not at all ashamed, neither could they blush: therefore shall they fall among them that fall: in the time of their visitation they shall be cast down, saith the Lord.
13 I will surely consume them, saith the Lord: there shall be no grapes on the vine, nor figs on the fig tree, and the leaf shall fade; and the things that I have given them shall pass away from them.
14 Why do we sit still? assemble yourselves, and let us enter into the defenced cities, and let us be silent there: for the Lord our God hath put us to silence, and given us water of gall to drink, because we have sinned against the Lord.
15 We looked for peace, but no good came; and for a time of health, and behold trouble!
Jeremiah 8:9-15




As we enjoyed the Holidays with our family and friends… House DEMOCRATS moved to implement America’s first Sharia Law. If they get their way…they will be stripping us of our basic rights, and we need to be prepared for their TERRIFYING hope…and get Americans aware of what is happening!

On December 17, Democrat Congressmen quietly sponsored House Resolution 569, a resolution that asks lawmakers to condemn “violence, bigotry, and hateful rhetoric towards Muslims in the United States.” The resolution specifically mentions Muslims, no other religious groups, and will serve as a test by which further criminalizing of “Islamophobia” may be introduced.

Democrats have shamelessly lumped together “hate speech” with “violence” in an effort to compare criticism of Islam to physically harming Muslims. H. Res. 569 threatens to restrict our right to even report facts that tarnish Islam’s reputation, a law that all Sharia-governed countries already have in place.

http://rightwingnews.com/top-news/no-house-dems-strike-to-implement-first-sharia-law/

-----


Source: Wikimedia, Ellenson

Asking God for fruits of peace, unity from interreligious dialogue and ecumenism

Staff Reporter | Dec 30 | ZENIT.org | Pope and Holy See | Rome

At the start of the new year, Pope Francis will be praying that interreligious dialogue will produce fruits of peace.

The Apostleship of Prayer announced the intentions chosen by the Pope for January 2016.

His universal prayer intention is: “That sincere dialogue among men and women of different faiths may produce the fruits of peace and justice."

His intention for evangelisation is: “That by means of dialogue and fraternal charity and with the grace of the Holy Spirit, Christians may overcome divisions."

http://www.zenit.org/en/articles/pope-s-prayer-intentions-for-january-2016


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Ven 1 Jan - 07:49 (2016)    Sujet du message: THE DEADLY WOUND HEALED? POPE FRANCIS CALLS FOR UNITY - DOUG BATCHELOR / JOHN 17 MOVEMENT - PASTORS SWARMING TO UNITE UNDER FALSE PROPHET POPE FRANCIS Répondre en citant

THE DEADLY WOUND HEALED? POPE FRANCIS CALLS FOR UNITY - DOUG BATCHELOR



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Yh7iaZydt6g

JOHN 17 MOVEMENT - PASTORS SWARMING TO UNITE UNDER FALSE PROPHET POPE FRANCIS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=aXrvBbPiILc


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 4 Jan - 05:12 (2016)    Sujet du message: ANGELUS DU PAPE FRANCOIS LE 1er JANVIER 2016 Répondre en citant

ANGELUS DU PAPE FRANCOIS LE 1er JANVIER 2016

Le Messie n'a pas sa place dans cette Eglise, ni les vrais adorateurs du Père seul. Tout est consacré à ISIS. Vous pensez vraiment que la Paix, tel que promis par le Pape par l'intermédiaire de Marie, se manifestera en cette année 2016? ...la paix que Dieu souhaite semer dans le monde... Cette Paix de leur dieu Lucifer amènera un chaos total. Préparez-vous car sous le couvert de la Paix, il fera la guerre et ce sera un temps terrible, tel que l'homme n'en a jamais vu.

...La Mère de Dieu, dont c’est la fête ce vendredi 1er janvier 2016, est une alliée dans ce combat pour la paix...

Publié le 02 janvier 2016





Lors de l’Angélus ce vendredi 1er janvier 2016, le Pape François a appelé chacun à découvrir le visage miséricordieux du Père qui, patient, nous permet toujours de nous relever et de nous renouveler. Il a demandé aux fidèles de combattre pour la paix que Dieu souhaite semer dans le monde. Cela implique de lutter contre l’indifférence et de prendre soin de nos frères dans le besoin.

«Il est beau de s’échanger des vœux au début de l’année». C’est le renouvellement d’un désir réciproque pour ce que l’avenir soit meilleur. «Un signe de l’espérance qui nous anime et nous invite à croire dans la vie», affirme François. Cependant, «nous le savons», la nouvelle année ne changera pas tout, de nombreux problèmes d’hier demeureront demain. Pour cette raison, le Pape lors de l’Angélus, a souhaité formuler des vœux «portés par une espérance réelle», inspirée du Livre des Nombres, première lecture de ce jour.

«Que le Seigneur pose sur vous son regard et que vous puissiez vous réjouir, conscient que chaque jour son visage miséricordieux, plus radieux que le soleil resplendit sur vous et sans jamais se ternir.»

Un combat spirituel à livrer dans nos cœurs

Le Pape souhaite que chacun puisse redécouvrir le visage de Dieu qui renouvelle la vie. Le Pape met en avant la patience de Dieu : le Père, amoureux de l’homme, ne se fatigue jamais de recommencer depuis le début pour nous permettre de nous renouveler. A chaque fois que l’on tombe, il nous aide à nous relever. Bien sûr, souligne François, il n’a pas de baguette magique pour tout changer. «Il aime changer la réalité de l’intérieur, avec patience et amour ; il demande à entrer dans nos vies avec délicatesse comme la pluie qui pénètre la terre, pour porter ses fruits

La paix que Dieu souhaite semer dans le monde, nous devons la cultiver, et même la conquérir. «Cela implique une vraie lutte, un combat spirituel dans notre cœur». A L’occasion de la journée mondiale de la paix, le Souverain pontife rappelle en effet que la guerre n’est pas la seule ennemie de la paix. Il y a aussi l’indifférence qui nous pousse à ne penser qu’à nous-mêmes, «qui crée des barrières, des soupçons, la peur et l’enfermement». Si le Pape se félicite de la diffusion d’informations, il regrette que «submergés par les nouvelles, nous soyons distraits face à la réalité, au frère ou à la sœur qui a besoin de nous». Il souhaite que nous commencions à ouvrir nos cœurs en accordant notre attention à notre prochain, à commencer par ceux qui nous sont proches. «Ainsi se conquiert la paix.»

La Mère de Dieu, dont c’est la fête ce vendredi 1er janvier 2016, est une alliée dans ce combat pour la paix. «Elle protège nos joies et défait les nœuds de notre vie, en les soumettant au Seigneur». Afin que se déploient la paix et la miséricorde, le Pape a ainsi confié cette nouvelle année à Marie.

Remerciements à des groupes italiens

En cette Journée mondiale pour la paix, instaurée en 1968 par le bienheureux Paul VI, François a salué toutes les personnes ayant pris part aux initiatives de prière et aux actions pour la paix organisées par la conférence des évêques italiens, Pax Christi, l’Action catholique, Sant’ Egidio ou le Mouvement pour l’amour familial qui a prié pendant toute la nuit du réveillon pour les familles place Saint-Pierre. « Il est beau de savoir que tant de personnes, surtout des jeunes aient choisi de célébrer ainsi leur nouvel an ». Le Pape les a encouragés à poursuivre leurs efforts en faveur de la réconciliation et de la concorde.

Source : News.va

http://www.eglise.catholique.fr/actualites/413124-angelus-du-pape-francois-…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Lun 4 Jan - 09:24 (2016)    Sujet du message: LE PRESIDENT SISSI : » PRESENTER NOS VOEUX A NOS FRERES CHRETIENS FAIT PARTIE DE NOTRE RELIGION. SI VOUS NE PARTAGEZ PAS CE SENTIMENT, C'EST UNE TRAGEDIE » / Al-Sisi Congratulates Christians on Christmas: We Are All Egyptians, What Divides Us Destroys Us Répondre en citant

LE PRESIDENT SISSI :  » PRESENTER NOS VOEUX A NOS FRERES CHRETIENS FAIT PARTIE DE NOTRE RELIGION. SI VOUS NE PARTAGEZ PAS CE SENTIMENT, C'EST UNE TRAGEDIE »

ENGLISH : Al-Sisi Congratulates Christians on Christmas: We Are All Egyptians, What Divides Us Destroys Us

https://www.youtube.com/watch?v=ximPwPYOLL0 

jan 02, 2016



Cette année, la fête musulmane célébrant la naissance du prophète Mahomet est tombée le jour du Réveillon de Noël. Un certain nombre de dirigeants politiques et de dignitaires musulmans ont saisi cette occasion pour transmettre un message œcuménique.
 
Le président égyptien Abd Al-Fattah Al-Sissi a présenté ses vœux de Noël aux coptes ; le grand mufti d’Egypte Chawki Allam et d’autres dignitaires musulmans égyptiens ont émis des vœux similaires. L’année d’avant, Sissi avait assisté à la messe de Noël au Caire et été accueilli par des acclamations. De même, le roi Abdallah de Jordanie a envoyé cette année des vœux de Noël et souligné le besoin d’unité et d’égalité entre les citoyens des deux confessions.

Les déclarations de ces dirigeants interviennent dans un contexte général de violence religieuse et inter-communautaire au Moyen-Orient. Elles prennent en outre le contre-pied des musulmans qui interdisent de saluer des non-musulmans lors de leurs fêtes religieuses, nombreux au sein même des courants non militants du salafisme et du wahhabisme.

Sissi : Nous souhaitons à nos frères chrétiens de joyeuses fêtes et partageons leur joie du fond de nos cœurs

Le 22 décembre 2015, dans un discours public prononcé à l’occasion de la célébration de la naissance du prophète Mahomet, le président égyptien Abd Al-Fattah Al-Sissi a présenté ses vœux de Noël aux chrétiens de son pays, soulignant la nécessité de renforcer l’unité nationale. Il a ajouté que si les musulmans ne partageaient pas l’esprit des fêtes chrétiennes, ce serait une « tragédie ».

Extraits :
Les fêtes de nos frères et de nos amis, les chrétiens, approchent… Nous leur souhaitons de joyeuses fêtes et partageons leur joie du fond de nos cœurs. Si vous ne partagez pas ce sentiment, c’est une tragédie. Si vous pensez que cela ne fait pas partie de votre religion, c’est un problème. Veuillez noter que je ne dis pas cela juste pour vos oreilles. Vous le savez déjà. Je dis cela pour que les Egyptiens l’appliquent.

N’écoutez pas les gens qui nous divisent. Je ne permets à personne de me dire : nos frères qui sont comme ceci ou comme cela. Nul ne devrait définir qui que ce soit par son apparence ou sa religion… Nous sommes tous des Égyptiens…

Je dis à la veille des fêtes : Joyeuses fêtes. Je dis cela avec tout mon amour et toute ma gratitude… Je le dis pour que cela soit enseigné du haut des chaires des mosquées. Ce qui nous divise nous détruit. Ce qui nous divise nous détruit. Il n’y a pas de différence. Nous sommes unis, et si Dieu le veut, nous resterons unis. Ce ne sont pas que des mots. Il faut le dire et le mettre en pratique.

Source

http://www.europe-israel.org/2016/01/le-president-sissi-presenter-nos-voeux…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 701
Féminin

MessagePosté le: Mer 6 Jan - 04:45 (2016)    Sujet du message: ANTICHRIST CLAIMS JESUS BEGGED FORGIVENESS OF MARY Répondre en citant

ANTICHRIST CLAIMS JESUS BEGGED FORGIVENESS OF MARY



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JmvPrNwaHMY


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:48 (2016)    Sujet du message: LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 341, 42, 4352, 53, 54  >
Page 42 sur 54

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com