LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 343, 44, 4552, 53, 54  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Fév - 06:59 (2016)    Sujet du message: REUNION ANNUELLE SUR LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX /Annual meeting on interreligious dialogue Répondre en citant



REUNION ANNUELLE SUR LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX


ENGLISH :Annual meeting on interreligious dialogue
http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/annual-meeting-on-interreligious-dialogue?set_language=en

08 février 2016

Version française publiée le: 11 février 2016
 
Des représentants du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux (CPDI) et des membres du personnel du Programme du Conseil œcuménique des Églises (COE) sur la coopération et le dialogue interreligieux se sont réunis les 3 et 4 février 2016 à Genève, Suisse. Cette rencontre annuelle s’est déroulée sous les auspices de circonstance de la semaine de l’harmonie interconfessionnelle.

Réflexion, prières et partage d’informations sur les activités réalisées en 2015 ont été à l’ordre du jour, de même qu’une discussion des projets prévus en 2016. Le personnel des deux bureaux collabore de différentes façons depuis quelques années, soit par le biais d’initiatives conjointes telles que la publication du document «Le témoignage chrétien dans un monde multireligieux – Recommandations de conduite» (2011), soit par une participation solidaire aux événements et projets organisés par leurs institutions respectives.

2015 était l’année du cinquantenaire de la publication de Nostra Ætate, déclaration de Vatican II qui, pour le COE, a marqué un tournant dans l’histoire des relations du christianisme avec les autres religions. La réunion de 2016 a donné la possibilité de réfléchir aux partenariats futurs entre les deux institutions, à la lumière de leur désir commun de consolider l’élan insufflé par la célébration de ce document majeur.

Pour en savoir plus sur la coopération entre le COE et l’Église catholique romaine

Activités du COE relatives à la coopération et au dialogue interreligieux

Ce communiqué de presse est également disponible (en anglais) sur le site Web du Vatican.

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/annual-meeting-on-interreligious-dialogue


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 12 Fév - 06:59 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Sam 13 Fév - 05:37 (2016)    Sujet du message: LES CHRETIENS PERSECUTES AU COEUR DE LA DECLARATION DE LA HAVANE (TEXTE COMPLET) / Joint Declaration From Pope Francis and Patriarch Kirill Répondre en citant


   

LES CHRETIENS PERSECUTES AU COEUR DE LA DECLARATION DE LA HAVANE  (TEXTE COMPLET)

ENGLISH :
Joint Declaration From Pope Francis and Patriarch Kirill
https://zenit.org/articles/joint-declaration-from-pope-francis-and-patriarc…


La grande séduction du Nouvel Ordre Mondial religieux

Point 2 : 
Notre rencontre fraternelle a eu lieu à Cuba, à la croisée des chemins entre le Nord et le Sud, entre l’Est et l’Ouest. De cette île, symbole des espoirs du «Nouveau Monde» et des événements dramatiques de l’histoire du XXe siècle, nous adressons notre parole à tous les peuples d’Amérique latine et des autres continents.

-----

Cyrille et François interpellent la communauté internationale

12 février 2016Anita Bourdin Unité des chrétiens, Voyages pontificaux


Signature de la Déclaration de La Havane - @antoniospadaro



La défense des chrétiens d’Orient persécutés est au cœur de la déclaration commune de 30 paragraphes – 4 pages serrées – signée par le patriarche orthodoxe russe Cyrille et le pape François : ils appellent ensemble la communauté internationale à agir pour éviter le départ des chrétiens du Moyen-Orient.

Le pape et le patriarche ont signé une Déclaration commune historique, ce vendredi 12 février, à l’aéroport de La Havane, sous les applaudissements du président cubain Raul Castro, vers 22h30, après quelque deux heures d’entretien. Ils se sont embrassés et ils ont ensuite prononcé deux discours d’abondance du cœur.

Les orientaux chrétiens persécutés

« Nous appelons la communauté internationale à des actions urgentes pour empêcher que se poursuive l’éviction des chrétiens du Proche Orient. Elevant notre voix pour défendre les chrétiens persécutés, nous compatissons aussi aux souffrances des fidèles d’autres traditions religieuses devenus victimes de la guerre civile, du chaos et de la violence terroriste », dit la déclaration (§9).

Le paragraphe 10 ajoute cet appel à l’aide humanitaire pour la Syrie et l’Irak: « En Syrie et en Irak, la violence a déjà emporté des milliers de vies, laissant des millions de gens sans abri ni ressources. Nous appelons la communauté internationale à mettre fin à la violence et au terrorisme et, simultanément, à contribuer par le dialogue à un prompt rétablissement de la paix civile. Une aide humanitaire à grande échelle est indispensable aux populations souffrantes et aux nombreux réfugiés dans les pays voisins. »

Ils lancent aussi cet appel à la libération des otages et en particulier des deux métropolites d’Alep enlevés en 2013 : « Nous demandons à tous ceux qui pourraient influer sur le destin de ceux qui ont été enlevés, en particulier des Métropolites d’Alep Paul et Jean Ibrahim, séquestrés en avril 2013, de faire tout ce qui est nécessaire pour leur libération rapide. »

Le dialogue interreligieux et la liberté religieuse

La déclaration affirme aussi que le « dialogue interreligieux » est aujourd’hui indispensable, et que des croyants de fois différentes peuvent « vivre en paix ».

Ils affirment la « haute valeur » de la « liberté religieuse », dénonçant ses restrictions. Rolling Eyes

A propos du processus d’intégration européenne, ils souhaitent qu’il se fasse dans un esprit de respect « des identités religieuses ».

La pauvreté extrême et les réfugiés
Ils affirment que l’on ne peut rester indifférent face à des « situations de détresse », de qui vit «  dans des conditions d’extrême besoin et de pauvreté », alors même que « croissent les richesses matérielles de l’humanité » : « Nous ne pouvons rester indifférents au sort de millions de migrants et de réfugiés qui frappent à la porte des pays riches. »


La famille et la vie

Ils affirment le rôle clef de la famille, au centre de la vie humaine et de la société, chemin de sainteté, que le mariage entre un homme et une femme qui s’accueillent réciproquement comme don est une « école d’amour et de fidélité », que l’on ne peut mettre sur le même plan que d’autres unions. Ils affirment le droit à la vie de l’enfant à naître et disent « non » à l’euthanasie, mettent en garde contre toute manipulation de la vie humaine.

Et ils lancent un appel aux jeunes chrétiens et exhortent au témoignage commun rendu au Christ.

L’unité des chrétiens en Ukraine

Ils appellent les chrétiens d’Ukraine à l’unité et à vivre dans vie dans la paix et l’harmonie. Et ils affirment qu’ « orthodoxes et gréco-catholiques ont besoin de se réconcilier et de trouver des formes de coexistence mutuellement acceptables ».

Voici le texte intégral de la déclaration commune, dans la traduction officielle en français.

Déclaration commune du Pape François et du Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie

«La grâce de Notre Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu le Père et la communion du Saint-Esprit soit avec vous tous» (2 Co 13, 13).
  1. Par la volonté de Dieu le Père de qui vient tout don, au nom de Notre Seigneur Jésus Christ et avec le secours de l’Esprit Saint Consolateur, nous, Pape François et Kirill, Patriarche de Moscou et de toute la Russie, nous sommes rencontrés aujourd’hui à La Havane. Nous rendons grâce à Dieu, glorifié en la Trinité, pour cette rencontre, la première dans l’histoire.
    Avec joie, nous nous sommes retrouvés comme des frères dans la foi chrétienne qui se rencontrent pour se «parler de vive voix» (2 Jn 12), de cœur à cœur, et discuter des relations mutuelles entre les Eglises, des problèmes essentiels de nos fidèles et des perspectives de développement de la civilisation humaine.
  2. Notre rencontre fraternelle a eu lieu à Cuba, à la croisée des chemins entre le Nord et le Sud, entre l’Est et l’Ouest. De cette île, symbole des espoirs du «Nouveau Monde» et des événements dramatiques de l’histoire du XXe siècle, nous adressons notre parole à tous les peuples d’Amérique latine et des autres continents.
    Nous nous réjouissons de ce que la foi chrétienne se développe ici de façon dynamique. Le puissant potentiel religieux de l’Amérique latine, sa tradition chrétienne séculaire, réalisée dans l’expérience personnelle de millions de personnes, sont le gage d’un grand avenir pour cette région.
  3. Nous étant rencontrés loin des vieilles querelles de l’«Ancien Monde», nous sentons avec une force particulière la nécessité d’un labeur commun des catholiques et des orthodoxes, appelés, avec douceur et respect, à rendre compte au monde de l’espérance qui est en nous (cf. 1 P 3, 15).
  4. Nous rendons grâce à Dieu pour les dons que nous avons reçus par la venue au monde de son Fils unique. Nous partageons la commune Tradition spirituelle du premier millénaire du christianisme. Les témoins de cette Tradition sont la Très Sainte Mère de Dieu, la Vierge Marie, et les saints que nous vénérons. Parmi eux se trouvent d’innombrables martyrs qui ont manifesté leur fidélité au Christ et sont devenus «semence de chrétiens».
  5. Malgré cette Tradition commune des dix premiers siècles, catholiques et orthodoxes, depuis presque mille ans, sont privés de communion dans l’Eucharistie. Nous sommes divisés par des blessures causées par des conflits d’un passé lointain ou récent, par des divergences, héritées de nos ancêtres, dans la compréhension et l’explicitation de notre foi en Dieu, un en Trois Personnes – Père, Fils et Saint Esprit. Nous déplorons la perte de l’unité, conséquence de la faiblesse humaine et du péché, qui s’est produite malgré la Prière sacerdotale du Christ Sauveur: «Que tous soient un. Comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi, qu’eux aussi soient un en nous» (Jn 17, 21).
  6. Conscients que de nombreux obstacles restent à surmonter, nous espérons que notre rencontre contribue au rétablissement de cette unité voulue par Dieu, pour laquelle le Christ a prié. Puisse notre rencontre inspirer les chrétiens du monde entier à prier le Seigneur avec une ferveur renouvelée pour la pleine unité de tous ses disciples! Puisse-t-elle, dans un monde qui attend de nous non pas seulement des paroles mais des actes, être un signe d’espérance pour tous les hommes de bonne volonté!
  7. Déterminés à entreprendre tout ce qui nécessaire pour surmonter les divergences historiques dont nous avons hérité, nous voulons unir nos efforts pour témoigner de l’Evangile du Christ et du patrimoine commun de l’Eglise du premier millénaire, répondant ensemble aux défis du monde contemporain. Orthodoxes et catholiques doivent apprendre à porter un témoignage unanime à la vérité dans les domaines où cela est possible et nécessaire. La civilisation humaine est entrée dans un moment de changement d’époque. Notre conscience chrétienne et notre responsabilité pastorale ne nous permettent pas de rester inactifs face aux défis exigeant une réponse commune.
  8. Notre regard se porte avant tout vers les régions du monde où les chrétiens subissent la persécution. En de nombreux pays du Proche Orient et d’Afrique du Nord, nos frères et sœurs en Christ sont exterminés par familles, villes et villages entiers. Leurs églises sont détruites et pillées de façon barbare, leurs objets sacrés sont profanés, leurs monuments, détruits. En Syrie, en Irak et en d’autres pays du Proche Orient, nous observons avec douleur l’exode massif des chrétiens de la terre d’où commença à se répandre notre foi et où ils vécurent depuis les temps apostoliques ensemble avec d’autres communautés religieuses.
  9. Nous appelons la communauté internationale à des actions urgentes pour empêcher que se poursuive l’éviction des chrétiens du Proche Orient. Elevant notre voix pour défendre les chrétiens persécutés, nous compatissons aussi aux souffrances des fidèles d’autres traditions religieuses devenus victimes de la guerre civile, du chaos et de la violence terroriste.
  10. En Syrie et en Irak, la violence a déjà emporté des milliers de vies, laissant des millions de gens sans abri ni ressources. Nous appelons la communauté internationale à mettre fin à la violence et au terrorisme et, simultanément, à contribuer par le dialogue à un prompt rétablissement de la paix civile. Une aide humanitaire à grande échelle est indispensable aux populations souffrantes et aux nombreux réfugiés dans les pays voisins.
    Nous demandons à tous ceux qui pourraient influer sur le destin de ceux qui ont été enlevés, en particulier des Métropolites d’Alep Paul et Jean Ibrahim, séquestrés en avril 2013, de faire tout ce qui est nécessaire pour leur libération rapide.
  11. Nous élevons nos prières vers le Christ, le Sauveur du monde, pour le rétablissement sur la terre du Proche Orient de la paix qui est «le fruit de la justice» (Is 32, 17), pour que se renforce la coexistence fraternelle entre les diverses populations, Eglises et religions qui s’y trouvent, pour le retour des réfugiés dans leurs foyers, la guérison des blessés et le repos de l’âme des innocents tués.
    Nous adressons un fervent appel à toutes les parties qui peuvent être impliquées dans les conflits pour qu’elles fassent preuve de bonne volonté et s’asseyent à la table des négociations. Dans le même temps, il est nécessaire que la communauté internationale fasse tous les efforts possibles pour mettre fin au terrorisme à l’aide d’actions communes, conjointes et coordonnées. Nous faisons appel à tous les pays impliqués dans la lutte contre le terrorisme pour qu’ils agissent de façon responsable et prudente. Nous exhortons tous les chrétiens et tous les croyants en Dieu à prier avec ferveur le Dieu Créateur du monde et Provident, qu’il protège sa création de la destruction et ne permette pas une nouvelle guerre mondiale. Pour que la paix soit solide et durable, des efforts spécifiques sont nécessaires afin de redécouvrir les valeurs communes qui nous unissent, fondées sur l’Evangile de Notre Seigneur Jésus Christ.
  12. Nous nous inclinons devant le martyre de ceux qui, au prix de leur propre vie, témoignent de la vérité de l’Evangile, préférant la mort à l’apostasie du Christ. Nous croyons que ces martyrs de notre temps, issus de diverses Eglises, mais unis par une commune souffrance, sont un gage de l’unité des chrétiens. A vous qui souffrez pour le Christ s’adresse la parole de l’apôtre: «Très chers!… dans la mesure où vous participez aux souffrances du Christ, réjouissez-vous, afin que, lors de la révélation de Sa gloire, vous soyez aussi dans la joie et l’allégresse» (1 P 4, 12-13).
  13. En cette époque préoccupante est indispensable le dialogue interreligieux. Les différences dans la compréhension des vérités religieuses ne doivent pas empêcher les gens de fois diverses de vivre dans la paix et la concorde. Dans les circonstances actuelles, les leaders religieux ont une responsabilité particulière pour éduquer leurs fidèles dans un esprit de respect pour les convictions de ceux qui appartiennent à d’autres traditions religieuses. Les tentatives de justifications d’actions criminelles par des slogans religieux sont absolument inacceptables. Aucun crime ne peut être commis au nom de Dieu, «car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix» (1 Co 14, 33).
  14. Attestant de la haute valeur de la liberté religieuse, Rolling Eyes nous rendons grâce à Dieu pour le renouveau sans précédent de la foi chrétienne qui se produit actuellement en Russie et en de nombreux pays d’Europe de l’Est, où des régimes athées dominèrent pendant des décennies. Aujourd’hui les fers de l’athéisme militant sont brisés et en de nombreux endroits les chrétiens peuvent confesser librement leur foi. Rolling Eyes En un quart de siècle ont été érigés là des dizaines de milliers de nouvelles églises, ouverts des centaines de monastères et d’établissements d’enseignement théologique. Les communautés chrétiennes mènent une large activité caritative et sociale, apportant une aide diversifiée aux nécessiteux. Orthodoxes et catholiques œuvrent souvent côte à côte. Ils attestent des fondements spirituels communs de la convivance humaine, en témoignant des valeurs évangéliques.
  15. Dans le même temps, nous sommes préoccupés par la situation de tant de pays où les chrétiens se heurtent de plus en plus souvent à une restriction de la liberté religieuse, Rolling Eyes du droit de témoigner de leurs convictions et de vivre conformément à elles. En particulier, nous voyons que la transformation de certains pays en sociétés sécularisées, étrangère à toute référence à Dieu et à sa vérité, constitue un sérieux danger pour la liberté religieuse. Nous sommes préoccupés par la limitation actuelle des droits des chrétiens, voire de leur discrimination, lorsque certaines forces politiques, guidées par l’idéologie d’un sécularisme si souvent agressif, s’efforcent de les pousser aux marges de la vie publique.
  16. Le processus d’intégration européenne, initié après des siècles de conflits sanglants, a été accueilli par beaucoup avec espérance, comme un gage de paix et de sécurité. Cependant, nous mettons en garde contre une intégration qui ne serait pas respectueuse des identités religieuses. Tout en demeurant ouverts à la contribution des autres religions à notre civilisation, nous sommes convaincus que l’Europe doit rester fidèle à ses racines chrétiennes. Nous appelons les chrétiens européens d’Orient et d’Occident à s’unir pour témoigner ensemble du Christ et de l’Evangile, pour que l’Europe conserve son âme formée par deux mille ans de tradition chrétienne.
  17. Notre regard se porte sur les personnes se trouvant dans des situations de détresse, vivant dans des conditions d’extrême besoin et de pauvreté, alors même que croissent les richesses matérielles de l’humanité. Nous ne pouvons rester indifférents au sort de millions de migrants et de réfugiés qui frappent à la porte des pays riches. La consommation sans limite, que l’on constate dans certains pays plus développés, épuise progressivement les ressources de notre planète. L’inégalité croissante dans la répartition des biens terrestres fait croître le sentiment d’injustice à l’égard du système des relations internationales qui s’est institué.
  18. Les Eglises chrétiennes sont appelées à défendre les exigences de la justice, le respect des traditions des peuples et la solidarité effective avec tous ceux qui souffrent. Nous, chrétiens, ne devons pas oublier que «ce qu’il y a de faible dans le monde, voilà ce que Dieu a choisi, pour couvrir de confusion ce qui est fort; ce qui est d’origine modeste, méprisé dans le monde, ce qui n’est pas, voilà ce que Dieu a choisi, pour réduire à rien ce qui est; ainsi aucun être de chair ne pourra s’enorgueillir devant Dieu » (1 Co 1, 27-29).
  19. La famille est le centre naturel de la vie humaine et de la société. Nous sommes inquiets de la crise de la famille dans de nombreux pays. Orthodoxes et catholiques, partageant la même conception de la famille, sont appelés à témoigner que celle-ci est un chemin de sainteté, manifestant la fidélité des époux dans leurs relations mutuelles, leur ouverture à la procréation et à l’éducation des enfants, la solidarité entre les générations et le respect pour les plus faibles.
  20. La famille est fondée sur le mariage, acte d’amour libre et fidèle d’un homme et d’une femme. L’amour scelle leur union, leur apprend à se recevoir l’un l’autre comme don. Le mariage est une école d’amour et de fidélité. Nous regrettons que d’autres formes de cohabitation soient désormais mises sur le même plan que cette union, Rolling Eyes tandis que la conception de la paternité et de la maternité comme vocation particulière de l’homme et de la femme dans le mariage, sanctifiée par la tradition biblique, est chassée de la conscience publique.
  21. Nous appelons chacun au respect du droit inaliénable à la vie. Rolling Eyes Des millions d’enfants sont privés de la possibilité même de paraître au monde. La voix du sang des enfants non nés crie vers Dieu (cf. Gn 4, 10).
    Le développement de la prétendue euthanasie conduit à ce que les personnes âgées et les infirmes commencent à se sentir être une charge excessive pour leur famille et la société en général.
    Nous sommes aussi préoccupés par le développement des technologies de reproduction biomédicale, car la manipulation de la vie humaine est une atteinte aux fondements de l’existence de l’homme, créé à l’image de Dieu. Nous estimons notre devoir de rappeler l’immuabilité des principes moraux chrétiens, fondés sur le respect de la dignité de l’homme appelé à la vie, Rolling Eyes conformément au dessein de son Créateur.
  22. Nous voulons adresser aujourd’hui une parole particulière à la jeunesse chrétienne. A vous, les jeunes, appartient de ne pas enfouir le talent dans la terre (cf. Mt 25, 25), mais d’utiliser toutes les capacités que Dieu vous a données pour confirmer dans le monde les vérités du Christ, pour incarner dans votre vie les commandements évangéliques de l’amour de Dieu et du prochain. Ne craignez pas d’aller à contre-courant, défendant la vérité divine à laquelle les normes séculières contemporaines sont loin de toujours correspondre. Rolling Eyes
  23. Dieu vous aime et attend de chacun de vous que vous soyez ses disciples et apôtres. Soyez la lumière du monde, afin que ceux qui vous entourent, voyant vos bonnes actions, rendent gloire à votre Père céleste (cf. Mt 5, 14, 16). Eduquez vos enfants dans la foi chrétienne, transmettez-leur la perle précieuse de la foi (cf. Mt 13, 46) que vous avez reçue de vos parents et aïeux. N’oubliez pas que vous «avez été rachetés à un cher prix» (1 Co 6, 20), au prix de la mort sur la croix de l’Homme-Dieu Jésus Christ.
  24. Orthodoxes et catholiques sont unis non seulement par la commune Tradition de l’Eglise du premier millénaire, mais aussi par la mission de prêcher l’Evangile du Christ dans le monde contemporain. Cette mission implique le respect mutuel des membres des communautés chrétiennes, exclut toute forme de prosélytisme.
    Nous ne sommes pas concurrents, mais frères: de cette conception doivent procéder toutes nos actions les uns envers les autres et envers le monde extérieur. Nous exhortons les catholiques et les orthodoxes, dans tous les pays, à apprendre à vivre ensemble dans la paix, l’amour et à avoir «les uns pour les autres la même aspiration» (Rm 15, 5). Il ne peut donc être question d’utiliser des moyens indus pour pousser des croyants à passer d’une Eglise à une autre, niant leur liberté religieuse ou leurs traditions propres. Nous sommes appelés à mettre en pratique le précepte de l’apôtre Paul: «Je me suis fait un honneur d’annoncer l’Évangile là où Christ n’avait point été nommé, afin de ne pas bâtir sur le fondement d’autrui» (Rm 15, 20).
  25. Nous espérons que notre rencontre contribuera aussi à la réconciliation là où des tensions existent entre gréco-catholiques et orthodoxes. Il est clair aujourd’hui que la méthode de l’«uniatisme» du passé, comprise comme la réunion d’une communauté à une autre, en la détachant de son Eglise, n’est pas un moyen pour recouvrir l’unité. Cependant, les communautés ecclésiales qui sont apparues en ces circonstances historiques ont le droit d’exister et d’entreprendre tout ce qui est nécessaire pour répondre aux besoins spirituels de leurs fidèles, recherchant la paix avec leurs voisins. Orthodoxes et gréco-catholiques ont besoin de se réconcilier et de trouver des formes de coexistence mutuellement acceptables.
  26. Nous déplorons la confrontation en Ukraine Rolling Eyes qui a déjà emporté de nombreuses vies, provoqué d’innombrables blessures à de paisibles habitants et placé la société dans une grave crise économique et humanitaire. Nous exhortons toutes les parties du conflit à la prudence, à la solidarité sociale, et à agir pour la paix. Nous appelons nos Eglises en Ukraine à travailler pour atteindre la concorde sociale, à s’abstenir de participer à la confrontation et à ne pas soutenir un développement ultérieur du conflit.
  27. Nous exprimons l’espoir que le schisme au sein des fidèles orthodoxes d’Ukraine sera surmonté sur le fondement des normes canoniques existantes, que tous les chrétiens orthodoxes d’Ukraine vivront dans la paix et la concorde et que les communautés catholiques du pays y contribueront, de sorte que soit toujours plus visible notre fraternité chrétienne.
  28. Dans le monde contemporain, multiforme et en même temps uni par un même destin, catholiques et orthodoxes sont appelés à collaborer fraternellement en vue d’annoncer la Bonne Nouvelle du salut, à témoigner ensemble de la dignité morale et de la liberté authentique de la personne, «pour que le monde croie» (Jn 17, 21). Ce monde, dans lequel disparaissent progressivement les piliers spirituels de l’existence humaine, attend de nous un fort témoignage chrétien dans tous les domaines de la vie personnelle et sociale. De notre capacité à porter ensemble témoignage de l’Esprit de vérité en ces temps difficiles dépend en grande partie l’avenir de l’humanité.
  29. Que dans le témoignage hardi de la vérité de Dieu et de la Bonne Nouvelle salutaire nous vienne en aide l’Homme-Dieu Jésus Christ, notre Seigneur et Sauveur, qui nous fortifie spirituellement par sa promesse infaillible: «Sois sans crainte, petit troupeau: votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume» (Lc 12, 32)!
    Le Christ est la source de la joie et de l’espérance. La foi en Lui transfigure la vie de l’homme, la remplit de sens. De cela ont pu se convaincre par leur propre expérience tous ceux à qui peuvent s’appliquer les paroles de l’apôtre Pierre: «Vous qui jadis n’étiez pas un peuple et qui êtes maintenant le Peuple de Dieu, qui n’obteniez pas miséricorde et qui maintenant avez obtenu miséricorde» (1 P 2, 10).
  30. Remplis de gratitude pour le don de la compréhension mutuelle manifesté lors de notre rencontre, nous nous tournons avec espérance vers la Très Sainte Mère de Dieu, en l’invoquant par les paroles de l’antique prière: «Sous l’abri de ta miséricorde, nous nous réfugions, Sainte Mère de Dieu». Puisse la Bienheureuse Vierge Marie, par son intercession, conforter la fraternité de ceux qui la vénèrent, afin qu’ils soient au temps fixé par Dieu rassemblés dans la paix et la concorde en un seul Peuple de Dieu, à la gloire de la Très Sainte et indivisible Trinité!
https://fr.zenit.org/articles/les-chretiens-persecutes-au-coeur-de-la-declaration-de-la-havane-texte-complet/


   


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 14 Fév - 05:25 (2016)    Sujet du message: LE PAPE FRANCOIS EST VENU POUR PRIER NOTRE-DAME DE GUADALUPE / MARY IS HONORED TO BE OUR MOTHER, SAYS POPE Répondre en citant

LE PAPE FRANCOIS EST VENU POUR PRIER NOTRE-DAME DE GUADALUPE

Le Pape se rendant à ce culte marial avec la croix blasphématoire satanique



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=_q2XL4OAfks

MARY IS HONORED TO BE OUR MOTHER, SAYS POPE
 
Our Lady assures us that no one suffers in vain

February 13, 2016 Kathleen NaabPapal Trips


Pope Francis celebrated Mass in the Basilica of Our Lady of Guadalupe this evening and then carried out his wish in coming to Mexico: to spend some time alone in prayer before her image.

The Holy Father entered a secure back room by which the image can be accessed, and the tilma was turned away from the main area of the basilica, so that he could face her.

The Pontiff presented her with a crown and a bouquet of yellow roses and then sat for about 20 minutes in visibly intense prayer. At the end, he rose to his feet and prayed for a few moments longer before touching the glass and departing from the room with his face showing his recollection.

In the homily, the Pope had reiterated the consoling, simple message of Our Lady of Guadalupe: That I am here and I am your mother. That no one is too small or insignificant for me, in fact that the smallest and least ones are my chosen ambassadors.

“Mary tells us that she has ‘the honour’ of being our mother, assuring us that those who suffer do not weep in vain,” the Pope said. “These [tears] are a silent prayer rising to heaven, always finding a place in Mary’s mantle.  In her and with her, God has made himself our brother and companion along the journey; he carries our crosses with us so as not to leave us overwhelmed by our sufferings.”

On ZENIT’s Web page:
Read the full homily: https://zenit.org/articles/popes-homily-at-mass-in-basilica-of-our-lady-of-guadalupe/

https://zenit.org/articles/mary-is-honored-to-be-our-mother-says-pope/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 15 Fév - 05:48 (2016)    Sujet du message: "THE UNROLLED SCROLL" , HERE COME DEATH. "SHOUT IT FROM THE ROOF TOPS " Répondre en citant



"THE UNROLLED SCROLL" , HERE COME DEATH. "SHOUT IT FROM THE ROOF TOPS "



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=3Nv5Jf_eoFQ


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Fév - 03:34 (2016)    Sujet du message: RUSSIA MAKES FIVE : POPE NOW UNITES WITH ALL ORTHODOX BRANCHES Répondre en citant

RUSSIA MAKES FIVE : POPE NOW UNITES WITH ALL ORTHODOX BRANCHES



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=x1VHoAgPbsk

-----

UPDATE

...With the death of each Patriarch the survival of the Church in Constantinople becomes more tenuous, and possibly the depth of the gene pool becomes more limited. The Patriarch of Constantinople has to be a Turkish citizen and his nomination cleared by the Turkish government, with the growing Islamification of Turkey, it is quite possible that the Turkish government could simply put so many obstacles in its way that Patriarchate can barely function. Moscow on the other hand not only has much more wealth and political clout than Second Rome could ever have but with the Bishop of Rome's support Second Rome could simply be ignored....

http://marymagdalen.blogspot.fr/2016/02/a-game-of-thrones.html

-----

CATHOLIC AND LUTHERANS WILL JOINTLY MARK REFORMATION'S 500th ANNIVERSARY IN 2017

http://blogs.reuters.com/faithworld/2013/06/17/catholics-and-lutherans-will-jointly-mark-reformations-500th-anniversary-in-2017/



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=g7ubsvPZbEc

POPE PLANS TO VISIT SWEDEN TO COMMEMORATE REFORMATION ANNIVERSARY


VATICAN CITY (CNS) -- Pope Francis will visit Sweden in October to participate in an ecumenical service and the beginning of a year of activities to mark the 500th anniversary of the Protestant Reformation.

Leaders from the Catholic Church and the Lutheran World Federation had already been set to meet Oct. 31, 2016, for the ecumenical celebration in Lund, Sweden, where the LWF was founded in 1947.

Pope Francis "intends to participate" in the joint ceremony to commemorate next year's anniversary, the Vatican press office said in a written communique. The announcement came Jan. 25, the feast of the conversion of St. Paul -- "an important day with regard to ecumenism," said Jesuit Father Federico Lombardi, Vatican spokesman. It is the last day of the Week of Prayer for Christian Unity.

Pope Francis will lead the ecumenical commemoration in Lund alongside Bishop Munib Younan, president of the Lutheran World Federation, and the Rev. Martin Junge, federation general secretary, said a joint press release by the Pontifical Council for Promoting Christian Unity and the LWF.
"The event will include a common worship based on the recently published Catholic-Lutheran 'Common Prayer' liturgical guide," and will highlight ecumenical developments between Catholics and Lutherans over the past 50 years, the press release said.

Cardinal Kurt Koch, council president, said in the press release, "By concentrating together on the centrality of the question of God and on a Christocentric approach, Lutherans and Catholics will have the possibility of an ecumenical commemoration of the Reformation, not simply in a pragmatic way, but in the deep sense of faith in the crucified and resurrected Christ."

Rev. Junge said in the joint statement that the federation "is approaching the Reformation anniversary in a spirit of ecumenical accountability."
"By working toward reconciliation between Lutherans and Catholics, we are working toward justice, peace and reconciliation in a world torn apart by conflict and violence," he added.

The common prayer document, released Jan. 11, is the first jointly developed liturgical material prepared by a task force made up of representatives of the official Lutheran-Catholic Commission on Unity.

Catholic bishops' conferences and Lutheran churches around the world are invited to use the Common Prayer as part of local commemorations of the Reformation anniversary in 2017. The prayer includes materials to be adapted to the local liturgical and musical traditions of the Catholic Church and Lutheran communities.

Martin Luther posted his "95 Theses" on a church door Oct. 31, 1517, which is usually marked as the beginning of the Reformation. While the Reformation fractured Western Christianity, Catholics and Lutherans have been committed to dialogue the past 50 years in an effort to restore full unity.

The Pontifical Council for Promoting Christian Unity and the Geneva-based Lutheran World Federation released a joint document in June 2013 titled, "From Conflict to Communion," which outlined ideas for joint commemorations in 2017.

The document looks at the central points of Luther's call for the reform of the church, the points addressed later by the Council of Trent and, especially, the Second Vatican Council and issues that still divide Catholics and Lutherans.

"Luther had no intention of establishing a new church but was part of a broad and many-faceted desire for reform," the document said. "In 2017, when Lutheran Christians celebrate the anniversary of the beginning of the Reformation, they are not thereby celebrating the division of the Western church. No one who is theologically responsible can celebrate the division of Christians from one another."

In a meeting in October 2013 with representatives of the Lutheran World Federation and members of the Catholic-Lutheran international theological dialogue, Pope Francis said commemorations of the beginning of the Reformation must take place in a spirit of dialogue and humility.

"Catholics and Lutherans can ask forgiveness for the harm they have caused one another and for their offenses committed in the sight of God," he said.

"I believe that it is truly important for everyone to confront in dialogue the historical reality of the Reformation, its consequences and the responses it elicited," the pope told the group.

While theological dialogue is important, he said, the key to unity lies in prayer and trying to follow more closely the teachings of Jesus.
In other news regarding papal travel, the president of Colombia's Catholic bishops' conference told reporters Jan. 23 that Pope Francis would visit their country early in 2017.

http://www.catholicnews.com/services/englishnews/2016/pope-visit-sweden-commemorate-reformation-anniversary.cfm


     


Dernière édition par maria le Ven 19 Fév - 05:34 (2016); édité 2 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Fév - 04:13 (2016)    Sujet du message: ENSEMBLE, LUTHERIENS ET CATHOLIQUES RELISENT LEUR HISTOIRE TOURMENTEE Répondre en citant

ENSEMBLE, LUTHERIENS ET CATHOLIQUES RELISENT LEUR HISTOIRE TOURMENTEE

Bien que le mouvement évangélique (protestant) marche déjà avec Rome via le Conseil Mondial des Eglises, le grand pas final sera fait afin de commémorer les 500 ans de la Réforme en 2017. Sous le dialogue luthéro-catholique, le mouvement protestant retournera sous la coupe de Rome définitivement, embrassant les valeurs et doctrines catholiques.

Je vous met ici un article publié en 2013 http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Ensemble-lutheriens-et-catholiqu… et l'entente final qui sera agréé en 2017 http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/chrstuni/lutheran-fed… .

Ceci amènera la persécution des saints dont il est fait mention dans le livre de l'Apocalypse. Les vrais croyants qui croient aux commandements de Dieu et qui obéissent au Sabbat de l'Eternel seront sévèrement punis pour avoir osé continuer à protester contre Rome.

L'appel à l'unité de Rome en ce Jubilé de la Miséricorde a pour but de rallier le monde entier sous la coupe de Rome. Faux Jubilé car il ne vient pas de Dieu et est sous le manteau de la Vierge Marie (la ISIS égyptienne - un démon) et non sous l'autorité de Jésus-Christ.

Apoc. 12: 17

"Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s'en alla faire la guerre au reste de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui retiennent le témoignage de Jésus."


"Il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation."

Apoc. 13:7

 -----

CÉLINE HOYEAU, le 18/06/2013 à 17h12

La commission internationale de dialogue luthéro-catholique vient de publier un document majeur pour préparer la commémoration des 500 ans de la Réforme en 2017. Principale nouveauté de ce texte, la relecture commune, inédite, que luthériens et catholiques font ensemble de la Réforme. Il invite les Églises à une repentance publique.

Le 31 octobre 2017 marquera le cinquième centenaire des débuts de la Réforme. Un mot que beaucoup de catholiques associent à la division de l’Église, là où les luthériens, eux, voient une redécouverte de l’Évangile et de la liberté de croire… Comment, dans ces conditions, célébrer un événement qui eut pour conséquence la désunion des chrétiens ? C’est pour répondre à ce défi œcuménique que la commission internationale de dialogue luthéro-catholique, mandatée par le Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens et la Fédération luthérienne mondiale, s’est attelée pendant quatre ans à l’élaboration d’un document majeur, rendu public lundi sous le titre significatif : « Du conflit à la communion. »

 « Aujourd’hui, nous sommes capables de raconter l’histoire de la Réforme ensemble »

Pour la première fois, luthériens et catholiques relisent ensemble leur histoire, de manière apaisée, tournant le dos aux historiographies passées qui attisaient la polémique et la désunion. « Aujourd’hui, nous sommes capables de raconter l’histoire de la Réforme ensemble », affirment ses rédacteurs. « Même si luthériens et catholiques ont des points de vue différents, grâce au dialogue œcuménique, ils sont capables de dépasser les herméneutiques traditionnelles anti-protestantes et anti-catholiques, afin de trouver une manière commune de faire mémoire des événements passés. »

« Cette commémoration ne doit pas être le prétexte de réaffirmer notre identité contre les autres, dans un repli identitaire, mais il doit plutôt être vécu ensemble, comme l’occasion de reconnaître les progrès réalisés et les avancées qui restent à parcourir », souligne le P. Michel Fédou, jésuite, membre de la commission qui a travaillé à ce texte.

La controverse suscitée par la théologie de Luther a été « très vite emmêlée de facteurs politiques, économiques, culturels »

Dans ce document d’une centaine de pages, luthériens et catholiques revisitent, de manière nuancée, les événements souvent douloureux qui les ont menés à la désunion : la controverse des indulgences, les intentions de Luther redécouvert comme « un religieux sérieux et un homme de prière consciencieux », et les incompréhensions réciproques avec Cajetan, le Moyen Âge, qui n’était pas cette période « totalement obscure » que l’historiographie protestante avait pu dépeindre, le thème de la Réforme, présent dans l’Église dès le Xe  siècle… Plus largement, la controverse suscitée par la théologie de Luther, rappelle le texte, a été « très vite emmêlée de facteurs politiques, économiques, culturels ».

Exprimant « la peine des échecs et des fautes, la culpabilité et le péché » des hommes du passé, le document appelle à une repentance publique. « À l’époque, catholiques et luthériens ont souvent non seulement mal compris mais aussi exagéré et caricaturé leurs adversaires, souligne le document. La volonté d’écouter l’autre et de prendre au sérieux ses soucis était insuffisante (…). Les deux parties ont toute raison de regretter et de se plaindre de la manière dont les débats ont été menés. »

« Pouvoir s’entendre sur une lecture commune, réconciliée, c’est déjà un événement de conversion pour pouvoir se réconcilier, de l’ordre de la purification des mémoires », commente le P. Michel Fédou. « Il ne s’agit pas de renier ce qui nous paraît juste en conscience, mais de relire tout ce qui, dans nos manières de nous comporter, a été infidèle aux exigences de l’Évangile ».

« Le pas principal de rapprochement reste sur la manière dont les chrétiens comprennent l’Église »

Le document qui est aussi le fruit de près de cinquante ans de dialogue œcuménique au sein de la commission luthéro-catholique créée en 1967, enregistre aussi les avancées théologiques accomplies depuis le Concile Vatican II, notamment la déclaration d’Augsbourg en 1999 sur la justification par la foi, mais aussi d’autres progrès substantiels, notamment sur le rapport entre Écriture et Tradition ou sur l’eucharistie. « Catholiques et luthériens ont tellement en commun dans la foi qu’ils peuvent et devraient dans les faits, être reconnaissants ensemble, spécialement le jour de la commémoration de la Réforme », souligne le document.

Le texte balaie également les points de résistance qui demeurent. « Le pas principal de rapprochement reste sur la manière dont les chrétiens comprennent l’Église, relève le P. Fédou. Du côté catholique, l’Église a un rôle actif dans l’économie du salut ; la tradition luthérienne l’appréhende de manière plus passive, comme un instrument là où c’est Dieu avant tout qui agit. »

Avant même la commémoration de 2017, ce document est un « encouragement officiel, au plus haut niveau, à relire ensemble notre histoire au niveau local », souligne le P. Franck Lemaître, responsable du Service national pour l’unité des chrétiens à la Conférence des évêques de France. « Nous avons des histoires locales difficiles, une historiographie polémique, et il nous faut relire ensemble au niveau local, au niveau régional, notre histoire ».

CÉLINE HOYEAU

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Ensemble-lutheriens-et-catholiqu…


    


Dernière édition par maria le Mar 16 Fév - 04:43 (2016); édité 5 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 16 Fév - 04:13 (2016)    Sujet du message: DU CONFLIT A LA COMMUNION Répondre en citant

DU CONFLIT A LA COMMUNION
 

 
Commémoration luthéro-catholique commune de la Réforme en 2017  
Rapport de la Commission luthéro-catholique romaine sur l’unité 
  
Traduction par Mireille BOISSONNAT, pour la Fédération protestante de France et Istina, avec la collaboration d’une équipe œcuménique, de la version anglaise du rapport « From Conflict to Communion », publié par la Commission luthéro-catholique romaine sur l'unité, le 17 juin 2013, en tenant compte de la version allemande « Vom Konflikt zur Gemeinschaft ». Une version de cette traduction a été publiée par Istina, LVIII (2013), p. 269-332. Elle a également été publiée pour le compte de la Fédération Protestante de France par les Editions Olivetan LYON cedex 04. 

 
Table des Matières 
Chapitre I
Commémorer la Réforme au temps de l’œcuménisme et de la mondialisation (§§ 4-15)
 
Citation:

La spécificité des commémorations précédentes
La première commémoration œcuménique
Commémorer dans un nouveau contexte de mondialisation et de sécularisation
Nouveaux défis pour la commémoration de 2017
 

Chapitre II
Nouveaux points de vue sur Martin Luther et la Réforme (§§ 16-34)
 
Citation:

Contributions de la recherche médiéviste
Recherche catholique sur Luther au XXe siècle
Projets œcuméniques préparant le chemin du consensus
L’importance des dialogues œcuméniques
 

Chapitre III
Esquisse historique de la Réforme luthérienne et de la réaction catholique (§§ 35-90)
 
Citation:

Que signifie le mot « Réforme » ?
Ce qui mit le feu aux poudres : la controverse des indulgences
Le procès contre Luther
Rencontres manquées
La condamnation de Martin Luther
L’autorité de l’Écriture
Luther à Worms
Débuts du mouvement de la Réforme
La nécessité d’une vigilance pastorale
Apporter l’Écriture au peuple
Efforts théologiques pour surmonter le conflit religieux
 

Chapitre IV
Thèmes principaux de la théologie de Martin Luther à la lumière des dialogues luthéro-catholiques (§§ 91-218)
 
Citation:

Structure de ce chapitre
L’héritage médiéval de Martin Luther
Théologie monastique et mystique
La justification
L’eucharistie
Le ministère
Écriture et tradition
Perspectives d’avenir : l’Évangile et l’Église
En route vers le consensus
 

Chapitre V
Appelés à une commémoration commune (§§ 219-237)
 
Citation:

Le baptême : fondement de l’unité et d’une commémoration commune  

Chapitre VI
Cinq impératifs œcuméniques (§§ 238-245)
 

 

 

 


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 07:09 (2016)    Sujet du message: ÉGYPTE : LE GRAND IMAM DE AL-AZHAR INVITE AU VATICAN Répondre en citant

ÉGYPTE : LE GRAND IMAM DE AL-AZHAR INVITE AU VATICAN

-----

AL-AZHAR ET VATICAN EN VOIE DE RECONCILIATION?

12 juin 2013

Après deux ans de gel, les relations entre le Vatican et Al-Azhar semblent repartir sur de bons rails. En septembre 2006, Benoît XVI avait affirmé dans un discours que « la pensée chrétienne faisait plus de place à la « raison » que la religion de Mohamed », laissant entendre par cette déclaration que l’islam était étroitement lié à la violence.
http://www.linfodumusulman.fr/al-azhar-et-vatican-en-voie-de-reconciliation/

-----

Lettre du cardinal Tauran

17 février 2016 Marina Droujinina Rome


al-Azhar, wikimedia commons, Daniel Mayer

Le Grand Imam de al-Azhar (Le Caire) est invité officiellement au Vatican pour rencontrer le pape François.

Mgr Miguel Angel Ayuso Guixot, secrétaire du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, et le nonce apostolique en Égypte, Mgr Bruno Musarò, se sont rendus à al-Azhar, à la prestigieuse institution musulmane sunnite du Caire.

La délégation a été reçue mardi 16 février par le Abbas Shuman, adjoint du Grand Imam, le cheikh Ahmed Mohamed el-Tayeb, annonce le Saint-Siège.

Mgr Ayuso a remis une lettre du cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux, dans laquelle il invite le Grand Imam à venir à Rome pour rencontrer officiellement le pape François.

La rencontre s’est passée « dans une atmosphère de grande cordialité », la nécessité d’une « reprise du dialogue entre les deux institutions, comme le souhaitent le pape François et plusieurs personnes de bonne volonté », a été discutée.

Les deux parties se sont mises d’accord sur « l’importance de poursuivre et de renforcer ce dialogue pour le bien de l’humanité ».

https://fr.zenit.org/articles/egypte-le-grand-imam-de-al-azhar-invite-au-vatican/?utm_source=ZENIT+Francais&utm_campaign=d0a993d724-Francais_Daily_Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_c24cd92f50-d0a993d724-40915805


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 07:13 (2016)    Sujet du message: SEMINARISTES, PREPAREZ-VOUS A ÊTRE DES BERGERS ! / During Lunch, Pope Warns Seminarians Against Being ‘Clerics of the State’ Répondre en citant

SEMINARISTES, PREPAREZ-VOUS A ÊTRE DES BERGERS !

ENGLISH :
During Lunch, Pope Warns Seminarians Against Being ‘Clerics of the State’
https://zenit.org/articles/during-lunch-pope-warns-seminarians-against-bein…


Message aux séminaristes mexicains d’Ecatepec

15 février 2016 Marina DroujininaV oyages pontificaux


© Antonio Spadaro, Message dans le livre d'or des séminaristes du Mexique

Préparez-vous « à être des bergers fidèles de Dieu et non pas des clercs de l’Etat » : tel est l’appel du pape aux séminaristes mexicains.

Le pape a laissé ce message autographe dans le livre d’or du séminaire diocésain d’Ecatepec où il a déjeuné après la célébration de la messe hier, dimanche, 14 février : « Que tous ceux qui se préparent pour le sacerdoce dans cette maison gardent toujours et avant tout dans leur esprit Jésus-Christ, le Seigneur, et sa sainte Mère. Et qu’ils se préparent à être des bergers fidèles de Dieu et non pas des clercs de l’Etat. Le pape François 14-2-16. »

La photo de cet autographe a été postée sur son compte twitter par le père Antonio Spadaro, jésuite et rédacteur en chef de la revue jésuite Civiltà Cattolica.


https://fr.zenit.org/articles/seminaristes-preparez-vous-a-etre-des-bergers/?utm_source=ZENIT+Francais&utm_campaign=a0537ebf1f-Francais_Daily_Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_c24cd92f50-a0537ebf1f-40915805


Dernière édition par maria le Jeu 18 Fév - 07:48 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 07:18 (2016)    Sujet du message: JUBILE DE LA CURIE, DU GOUVERNORAT ET DES INSTITUTIONS DU SAINT-SIEGE, 22 FEVRIER Répondre en citant

JUBILE DE LA CURIE, DU GOUVERNORAT ET DES INSTITUTIONS DU SAINT-SIEGE, 22 FEVRIER

Une fête exceptionnelle dans le calendrier liturgique

15 février 2016 Anita BourdinRome


Jubilé de la Curie romaine, du Gouvernorat et des Institutions du Saint-Siège

Le pape François présidera la messe du Jubilé de la Curie romaine, du Gouvernorat de la Cité du Vatican et des Institutions liées au Saint-Siège dans la basilique vaticane lundi prochain, 22 février, en la fête de la « Chaire de saint Pierre », à 10h30.

Une fête autour d’un objet, fût-il un trône épiscopal, peut sembler étrange : c’est exceptionnel dans le calendrier liturgique.

La chaire est en effet le « siège éminent réservé à l’évêque lorsqu’il préside une assemblée ».

A Rome, dès le IVe siècle, on a toujours fait cas de la chaire épiscopale qui rappelait le magistère suprême de Pierre et on l’a célébrée par une fête particulière, « Natale Petri de Cathedra », fixée au 22 février.

Au Ve siècle, pour que la fête ne tombe pas en carême, elle fut, à Rome, anticipée au 18 janvier, tandis qu’à Antioche, elle continuait d’être célébrée le 22 février. C’est la réforme du calendrier de Paul VI qui a fixé finalement une seule date, le 22 février.

Le meuble de bois et d’ivoire que renferme la chaire placée, dans la basilique Saint-Pierre, sous la « Gloire du Bernin », a été offerte au pape Jean VIII, probablement pour son couronnement à Noël, en 875, par le roi franc Charles le Chauve (823-877, empereur d’Occident, 875-877 et Roi de Francie occidentale, 840-877).

Le pape Alexandre VII Chigi ordonna de placer cette « Chaire de saint Pierre » dans l’abside de la basilique, le 3 mars 1656, pour que les fidèles puissent la vénérer.

Depuis 1667, la Chaire de saint Pierre ne fut exposée qu’une seule fois, en 1867, pour le dix-huitième centenaire du martyre des saints apôtres Pierre et Paul.

Elle est représentée portée par quatre docteurs de l’Eglise, d’Orient et d’Occident, saint Augustin, mitré, et saint Jean Chrysostome, tête nue, d’une part et, d’autre part, saint Ambroise, mitré, et saint Athanase, tête nue.

Sur le dossier de la chaire, est représentée la scène où le Christ communique à saint Pierre le pouvoir de paître ses brebis.

A la date du 11 février, le site du Jubilé de la miséricorde annonce la participation de 2 007 000 personnes au jubilé romain.

https://fr.zenit.org/articles/jubile-de-la-curie-du-gouvernorat-et-des-institutions-du-saint-siege-22-fevrier/?utm_source=ZENIT+Francais&utm_campaign=a0537ebf1f-Francais_Daily_Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_c24cd92f50-a0537ebf1f-40915805


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Fév - 06:53 (2016)    Sujet du message: LE COE SALUE LA RENCONTRE POUR L'UNITE ET LA PAIX ENTRE LE PAPE FRANCOIS ET LE PATRIARCHE CYRILLE / WCC welcomes meeting of Pope Francis and Patriarch Kirill for unity and peace Répondre en citant



LE COE SALUE LA RENCONTRE POUR L'UNITE ET LA PAIX ENTRE LE PAPE FRANCOIS ET LE PATRIARCHE CYRILLE

ENGLISH :
WCC welcomes meeting of Pope Francis and Patriarch Kirill for unity and peace
http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/wcc-welcomes-meeting-of-pope-…


Je suis en train de lire ce document important "DU CONFLIT A LA COMMUNION" http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/chrstuni/lutheran-fed… , et dès les premières pages, nous voyons qu'ils sont en train de réécrire l'histoire concernant la position de Luther face à la religion catholique. C'est donc sur le mensonge que ce construit cette unité entre les protestants et les catholiques pour un nouvel ordre mondial religieux. Le peuple de Dieu est donc en train d'être entraîné vers une apostasie totale (qui est d'ailleurs bien avancée).

J'espère que vous prenez aussi le temps d'investiguer ce document, car ce document est celui qui a été signé afin d'unir tout le mouvement protestant sous la coupe de Rome et du Pape François. Et cela, vos pasteurs, ne vous en parlent pas, la majorité s'étant déjà ralliée à cette religion impudique des mystères de Babylone.

Les protestants ont-ils oublié l'histoire de la persécution contre Luther et les protestants?

4. La lutte contre l’hérésie luthérienne, dans le cadre de la Contre-réforme, constitue une activité majeure de l’Inquisition apostolique. Là encore l’A. n’apporte pas de cas vraiment nouveaux par rapport aux travaux de R. Greenleaf, mais fournit une chronologie utile des incursions sur les côtes mexicaines des corsaires français et anglais. Un autre problème auquel se heurtèrent les Inquisiteurs fut celui de la diffusion de livres interdits, notamment ceux qui traitaient des questions indiennes imprimés dans le Nouveau Monde sans licence. Le livre de B.G. s’achève sur une proposition de comparatisme avec le fonctionnement de l’Inquisition apostolique au Pérou, sur laquelle on ne connaît que l’apport de José Toribio Médina. Nous espérons que l’exploitation de sources nouvelles lui permettra de relever ce défi.
https://assr.revues.org/20557

-----




12 février 2016

Version française publiée le: 16 février 2016

Le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE), a publié au nom du Conseil une déclaration dans laquelle il se félicite de la rencontre historique entre le pape François, souverain pontife de l’Église catholique romaine, et le patriarche Cyrille, primat de l’Église orthodoxe russe.

Les deux chefs d’Église se sont rencontrés le 12 février à La Havane (Cuba). L’Église orthodoxe russe est la plus grande Église membre du COE, organisation qui coopère depuis 50 ans avec l’Église catholique romaine dans le cadre du Groupe mixte de travail. Le christianisme oriental et le christianisme occidental se sont divisés sur des questions de doctrine lors du Grand Schisme de 1054 et se sont officiellement séparés en 1438. Cette rencontre était la première, à un niveau officiel, entre dirigeants des Églises catholique romaine et orthodoxe russe.

Déclaration saluant la rencontre pour l’unité et la paix entre le pape François et le patriarche Cyrille
 
La rencontre qui s’est déroulée aujourd’hui à Cuba entre le pape François et le patriarche Cyrille constitue un événement œcuménique historique et survient de façon très opportune dans le contexte des conflits et des crises qui, actuellement, sont à l’origine de tant de souffrances dans le monde.

Depuis des dizaines d’années, le Conseil œcuménique des Églises (COE) travaille à l’unité des chrétiens. Aussi se réjouit-il de cette importante rencontre entre les deux chefs d’Église, dans laquelle il voit un grand progrès en direction de l’apaisement du schisme entre christianisme occidental et christianisme oriental. L’ouverture dont fait preuve le pape à propos du dialogue avec les chefs de l’Église orthodoxe – d’abord avec le patriarche œcuménique Bartholomée et maintenant avec le chef spirituel de l’Église orthodoxe russe – indique qu’il est de plus en plus attaché à l’unité entre chrétiens, ce qui est un signe d’espérance pour la paix du monde.

De fait, cette rencontre survient à un moment où de sérieux problèmes affectent les perspectives de paix, en raison de conflits non résolus en Syrie, en Ukraine et ailleurs, ce qui provoque des souffrances et des déplacements de population intolérables. Partout, Églises et chrétiens sont appelés à être des instruments de paix dans les conflits et à faire preuve de compassion pour répondre à la souffrance de leurs sœurs et frères humains. Plus que jamais auparavant, il est nécessaire de réunir nos efforts en vue de la paix et de la stabilité dans les pays en proie au conflit et d’apporter protection et abri aux personnes fuyant la guerre et l’oppression. Le COE espère et prie pour que la rencontre entre le pape François et le patriarche Cyrille permette de renouveler l’engagement et l’action des Églises, de la société, des gouvernements et de la communauté internationale en vue d’accueillir les étrangers dans le besoin, de trouver une solution aux conflits, d’apporter la paix, de rechercher la justice [ainsi que la dignité et les droits humains] pour toutes et tous.

Nous prions en particulier pour que cette rencontre entre ces deux dirigeants d’Église, qui a lieu juste après l’annonce d’un accord entre deux puissances mondiales visant à cesser les hostilités dans toute la Syrie, renforce les faibles lueurs d’espoir de voir mettre fin à cet épouvantable conflit et à la souffrance du peuple syrien.

Déclaration commune du pape François et du patriarche Cyrille (en anglais)

Vidéo de la rencontre à Cuba

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/wcc-welcomes-meeting-of-pope-francis-and-patriarch-kirill


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 19 Fév - 07:41 (2016)    Sujet du message: LE PAPE FRANCOIS FLEURIT L'ICÔNE DE MARIE « SALUT DU PEUPLE ROMAIN» Répondre en citant


HAIL MARY


LE PAPE FRANCOIS FLEURIT L'ICÔNE DE MARIE « SALUT DU PEUPLE ROMAIN»


C’était la 31e visite du pape à Sainte-Marie-Majeure

18 février 2016 Anita Bourdin "Visitations" de Marie


WIKIMEDIA COMMONS - Maros Mraz

Le pape François est allé fleurir l’icône de Marie « Salut du Peuple Romain », à sa descente d’avion.

Le pape s’est en effet rendu, ce jeudi 18 février, directement de l’aéroport de Rome-Ciampino à Sainte-Marie-Majeure, pour remercier la Vierge Marie de son voyage à Cuba et au Mexique.

Le Boeing 747 de la compagnie AeroMexico en provenance de Ciudad Juarez a atterri à l’aéroport Ciampino de Rome vers 15 h.

Le pape a voulu rendre grâce pour ce 12e pèlerinage international, alors qu’il était venu confier le voyage à la Vierge Marie le 11 février, la veille de son départ, en la fête de Notre Dame de Lourdes.

Le pape a prié au pied de l’icône de Marie, Salut du peuple romain, alors que son voyage a été placé sou le signe de Notre Dame de Guadalupe dont il a dit : « Sans elle, on ne peut pas comprendre le Mexique », et il a voulu passer vingt minutes, seul, auprès de l’image apparue sur la cape de laine de saint Juan Diego en 1531.

Au sanctuaire de Guadalupe, le pape a commenté dans son homélie l’Evangile de la Visitation.

C’était la 31e visite du pape François à Sainte-Marie-Majeure et la troisième cette année. Il y est venu dès le lendemain de son élection, le 14 mars 2013, et il est revenu 5 autres fois en 2013, 11 fois en 2014 comme en 2015. En 2016, le pape a commencé l’année, le 1er janvier, par l’ouverture de la Porte sainte de Sainte-Marie-Majeure et la célébration de la messe, en la fête de Marie, Mère de Dieu.

Avec Constance Roques

https://fr.zenit.org/articles/le-pape-francois-fleurit-licone-de-marie-salut-du-peuple-romain/?utm_source=ZENIT+Francais&utm_campaign=bcb230c520-Francais_Daily_Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_c24cd92f50-bcb230c520-40915805


Dernière édition par maria le Lun 22 Fév - 07:34 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 22 Fév - 07:22 (2016)    Sujet du message: COMMUNISM IS NOW DEAD ! ~ POPE & PATRIARCH : NATIONS MUST ENFORCE "MORAL LAW" TO STOP TERRORISM Répondre en citant



COMMUNISM IS NOW DEAD ! ~ POPE & PATRIARCH : NATIONS MUST ENFORCE  "MORAL LAW" TO STOP TERRORISM



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=plr8847uxJo

Article : http://www.catholicnewsagency.com/news/first-in-history-pope-francis-to-mee…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 23 Fév - 04:09 (2016)    Sujet du message: U.S CONFERENCE OF CATHOLIC BISHOPS TO MEET WITH MUSLIM BROTHERHOOD. Répondre en citant

U.S CONFERENCE OF CATHOLIC BISHOPS TO MEET WITH MUSLIM BROTHERHOOD.

 by CATHY HINNERS February 14, 2016



The latest group of religious leaders to succumb to the interfaith web of deception are the Catholics, but that isn't even the real problem.  On February 17, at the University of San Diego, The U.S Conference of Catholic Bishops is participating in a panel discussion with the Muslim Brotherhood front group, the Islamic Society of North America.

So what does this mean? Essentially, the leaders of the Catholic church are throwing their congregations to the wolves. The Muslim Brotherhood has been designated a terrorist organization throughout the Middle East, but because their presence within the United States has been non-violent, they have been legitimized by the current administration, and even been looked upon by many as moderate. Make no mistake, they are not moderate, and certainly not peaceful.

These meetings aren't new, but what is, is the aggression by which the Muslims are advancing their Dawa, (proselytizing of Islam) and the message it contains. Are the bishops within the Catholic church so politically correct they feel they must embrace the enemy or is it truly ignorance? Dawa is a strategic game played by Muslims to diminish and dismantle not only all other religions, but the societies and cultures as well. The Catholic leadership is a pawn in a game they will not win.

Strategy is of utmost importance to the Muslims conducting Dawa, especially when it comes to convincing the leaders of Christianity and Judaism that Allah is the only god. In a book called the MethodologyofDawah    the author reveals their plan for America to become an Islamic State, which includes ridiculing the Trinity, the belief that Jesus is the son of God.

Chapter VII Page 85:

"Making partners with God is totally in-conceivable and wrong. The concept of Trinity appears to be unreasonable and self- contradictory. We have to advance convincing arguments both verbally and in writing to fight against the dogma of the "Human-God" of Christendom, innovated by the Jewish conspiracy against Prophet Jesus. If a proper movement is launched on positive lines for propagating and presenting the concept of Tawheed, (oneness, unity) pinpointing the inherent fallacies of Christian belief about Jesus, opening dialogues with priests and pastors and enlightening them with the evil consequences of their misconstrued convictions about the life Hereafter, there is no reason why positive response will not be forthcoming, at least from the moderate Christians and make others shaky in their beliefs. The concept of Tawheed will make inroads to their minds and hearts only when the centuries-old dogma of the "human- God" is shattered and demolished."

Not only are the Bishops of the Catholic church meeting with terrorist organizations, they are meeting with those that wish to destroy the beliefs of millions, and usurp the foundation with which America itself was founded upon.

 "Islam isn't in America to be equal to any other faith, but to become dominant. The Koran, the Muslim book of scripture, should be the highest authority in America, and Islam the only accepted religion on Earth."  - Omar Ahmad Founder of the Council on American-Islamic Relations (CAIR)

CAIR, the Council on American Islamic Relations, is a sister organization to ISNA, the Islamic Society of North America (ISNA Dossier) with who Catholic bishops will be sitting next to in this conference. They have one goal. The return of an Islamic Caliphate: One god, One religion, and one government.  The notion any men of true faith would consider Islam to be peaceful, or willing to co-exist is frightening, but according to Bishop Mitchell T. Rozanski of Springfield, Massachusetts "As the national conversation around Islam grows increasingly fraught, coarse and driven by fear and often willful misinformation, the Catholic Church must help to model real dialogue and good will," said Bishop Rozanski. "Our current dialogues have advanced the goals of greater understanding, mutual esteem and collaboration between Muslims and Catholics, and the members have established lasting ties of friendship and a deep sense of trust."

Fear and willful misinformation?  Muslims assaulting the beliefs of millions of Christians throughout the United States by insisting Allah is the same god, is willful misinformation. Knowing our leaders trust the enemy is the fear. 

The profession of faith in the Catholic church in part states: = profession of faith for the goyens who believe the Catholic church is christian. The Catholic church says she's the only one true church of God, the Universal church of God.

I believe in one Lord Jesus Christ,

the Only Begotten Son of God,

born of the Father before all ages.

God from God, Light from Light,

true God from true God,

begotten, not made, consubstantial with the Father;

through him all things were made.

For us men and for our salvation

he came down from heaven,

and by the Holy Spirit was incarnate of the Virgin Mary,

and became man.

In chapter VII page 87 of the Islamic Methodology of Dawa (MethodologyofDawah) it states:

"The Christian community of America will need a special approach to make them understand their misguided concept about Jesus (PBUH). Prophet Jesus (PBUH) was also a messenger of God, as others were. He was born without a father as a miracle of God. There is nothing spectacular in it, if we believe in God, in His absolute power and in His total control over the natural phenomenon. He can create anything just by ordering "Be" and "it is done." He created Jesus without a father. He created Adam without a father or a mother, and Eve without a mother. They do not ascribe the attributes of God to either one of them.

How then, can they profess Jesus to be the Son of God. It is illogical and quite absurd. Jesus was a Prophet and a man. He had all the human needs and weaknesses. He ate food for his existence, slept for rest and did all the other things a human being needs for his survival. By their misconstrued conception innovated by St. Paul, Christians have made Jesus (PBUH) into a "Human-God." This is clear idolatry. Making partners with God is a sin. He will never forgive this sin"


How does one gain a "deep sense of trust" from those whose writings reveal their true feelings and intent? How can Bishops believe that have formed "lasting ties of friendship" with Muslims when their doctrine, their holy book the Quran has at least 14 verses that a Muslim is not the friend of a Kafir (non- believer)

Sura 5:51 O ye who believe! Take not the Jews and the Christians for friends. They are friends one to another. He among you who taketh them for friends is (one) of them. 

One of the Hadiths, the traditions of Mohammed's life states:

"May Allah curse the Jews and the Christians . . . for they make places of worship out of the prophet's graves"

The only willful misinformation comes from the mouths of the Islamists which is known as Taqiyyah, the art of deception, permissible in Islamic law. Perhaps leaders of all faiths should trust and believe those in their own flock before embracing the enemy. 


Cathy Hinners is a decorated, retired police officer of 20 years.  While active, she developed a course on Middle Eastern Crime, Culture and Community and delivered it to thousands of law enforcement officers across the country.  Hinners was also a contract instructor with the U. S. Department of Homeland Security's Center for Domestic Preparedness, delivering training to the National Guard, New York Police Dept. and other law enforcement agencies on Weapons of Mass Destruction and bomb recognitionIn June of 2015, Cathy was named by the Southern Poverty Law Center, along with 11 other women, who speak out against the implementation of Sharia law in the United States. Cathy is the founder of dailyrollcall.com. = Lie, because the SPLC support sharia law and ISIS.

http://www.familysecuritymatters.org/publications/detail/us-conference-of-c…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 23 Fév - 06:54 (2016)    Sujet du message: LA «MISERICORDINA PLUS», CADEAU-SURPRISE DU PAPE FRANCOIS Répondre en citant

LA «MISERICORDINA PLUS», CADEAU-SURPRISE DU PAPE FRANCOIS
 
Un remède spirituel pour le Jubilé

22 février 2016
Marina Droujinina Angélus et Regina Caeli



Le pape François recommande une cure de "Misericordina Plus", 21 février 2016, Capture CTV

La « Misericordina  plus» est « une aide spirituelle pour diffuser, en particulier en cette Année de miséricorde, l’amour, le pardon et la fraternité », explique le pape François.

Le pape a présenté ce cadeau-surprise, au terme de l’angélus de dimanche, 21 février. Pour la deuxième fois, le pape recommande ce remède spirituel à tous les baptisés. Il l’avait proposée le 13 novembre 2013.

« Aujourd’hui, je pensais que je donne à vous qui êtes ici, à la place, une « médecine spirituelle » appelée Misericordina, a dit le pape. Nous l’avons déjà fait déjà une fois, mais celle-là est de meilleure qualité: c’est la « Misericordina plus » ! »
La petite boîte contient un chapelet de 59 grains et une petite image de Jésus miséricordieux, un héritage spirituel de sainte Faustine Kowalska. La notice explicative enseigne à prier le chapelet de la Miséricorde divine indiqué par le Christ lui-même à la sainte polonaise.


Quelque 40.000 confections arrivant de Pologne ont été distribuées par des pauvres, des sans-abri, des réfugiés ainsi que par des bénévoles et des religieux aux visiteurs venus participer à la prière de l’angélus de midi.

Sainte Faustine Kowalska, une religieuse, mystique, canonisée en 2000 par saint Jean-Paul II, proposait cette « médecine spirituelle qui vivifie l’âme ». Son remède  produit « la tranquillité du cœur, la joie externe et le désir de répandre la bonté», explique la notice. L’efficacité du « médicament » « est garantie par les paroles de Jésus».

Le remède est « recommandé au moins une fois par jour à la fois aux adultes et aux enfants », surtout dans les cas suivants : lorsque « nous voulons la conversion des pécheurs », lorsque « nous ressentons le besoin de l’aide dans la décision difficile », ou quand on ne se sent pas la force de résister à la tentation, ou celle de pardonner quelqu’un.

https://fr.zenit.org/articles/la-misericordina-plus-cadeau-surprise-du-pape-francois/?utm_source=ZENIT+Francais&utm_campaign=0167d6f90c-Francais_Daily_Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_c24cd92f50-0167d6f90c-40915805


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Fév - 04:28 (2016)    Sujet du message: POPE : I WAS CONFIRMED IN MY FAITH IN MEXICO Répondre en citant

POPE : I WAS CONFIRMED IN MY FAITH IN MEXICO
 
During Angelus Address, Considers Apostolic Trip

February 21, 2016Kathleen NaabPope and Holy See



Pope Francis today praised the work that Our Lady of Guadalupe has done in the New World, noting that on his trip to Mexico, the Successor of Peter was confirmed in his faith.

The Pope spoke of his apostolic trip to the crowds gathered today in St. Peter’s Square for the midday Angelus.

The trip, he said, was an experience of transfiguration.

“The spiritual ‘center of gravity’ of my pilgrimage was the Sanctuary of Our Lady of Guadalupe,” he said. “To remain in silence before the image of the Mother was my principal aim [in making the trip]. And I thank God that he has given me this opportunity. I have contemplated and I have allowed myself to be gazed upon by She who carries imprinted in her eyes the gaze of all of her children, gathering up the sorrows caused by violence, kidnapping, assassinations, the violence against so many poor people, against so many women.”

The Holy Father said that the work Our Lady began in Mexico is the inheritance that God has entrusted to this people: “to care for the richness of diversity, and at the same time, to manifest the harmony of a common faith: a sincere and robust faith, accompanied by a great force of vitality and humanity.”

“Like my predecessors,” Francis said, “I also went to confirm the Mexican people in their faith, but at the same time to be confirmed. I have gathered my hands full of this gift so that it goes out as a benefit to the universal Church.”

Meeting with Kirill
 
Pope Francis also offered praise to God for his meeting with Patriarch Kirill of Russia, held in Cuba just before the Mexico visit began.

“This event too is a prophetic light of resurrection,” he said, “which the world today needs more than ever. The Holy Mother of God continues to guide us in the path of friendship and unity.”

* *

On ZENIT’s Web page:

Full text: https://zenit.org/articles/full-text-of-angelus-address-on-the-trip-to-mexi…

https://zenit.org/articles/pope-i-was-confirmed-in-my-faith-in-mexico/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Fév - 04:45 (2016)    Sujet du message: MEXIQUE : UNE «EXPERIENCE DE TRANSFIGURATION» (TEXTE COMPLET) Répondre en citant

MEXIQUE : UNE «EXPERIENCE DE TRANSFIGURATION» (TEXTE COMPLET)

Paroles du pape François avant et après l’angélus du 21 février 2016

22 février 2016 Constance Roques Angélus et Regina Caeli



Angélus, 21 février 2016, Capture CTV

« Le voyage apostolique que j’ai effectué ces derniers jours au Mexique a été une expérience de transfiguration », explique le pape François en harmonie avec l’évangile dominical.

Le pape a évoqué son voyage au Mexique (12-17 février) à l’angélus, dimanche, 21 février, place Saint-Pierre.

Et d’expliquer : « Le Seigneur nous a montré la lumière de sa gloire à travers le corps de son Église, de son peuple saint qui vit sur cette terre. Un corps si souvent blessé, un peuple si souvent opprimé, méprisé, violé dans sa dignité. En effet, les différentes rencontres que j’ai vécues au Mexique ont été pleines de lumière : la lumière de la foi qui transfigure les visages et éclaire le chemin. » = Qui sait ce qui s'est passé dans les lieux secrets de leurs dieux? Quelles cérémonies occultes ont été célébrées dans ce centre de gravité de Notre-Dame de la Guadalupe? Ont-ils reçu la visite de leur grand maître Lucifer? Combien de sacrifices humains ont pu avoir lieu afin de célébrer la visite du Pape? Le Pape n'élabore surtout pas sur cette expérience de la transfiguration.

Il a aussi indiqué le sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe comme « centre de gravité » du voyage.

Après l’angélus, le pape a évoqué le congrès de Sant’Egidio contre la peine de mort et il a affirmé le droit à vie de tout homme, même criminel : « Le commandement « tu ne tueras pas » a une valeur absolue et concerne l’innocent comme le coupable. »

Il a aussi fait distribuer 40 000 médicaments spirituels, ce qu’il appelle la « Misericordina plus ».

Voici notre traduction intégrale des paroles du pape avant et après la prière de l’angélus de midi.

A.B.

Paroles du pape François avant l’angélus

Chers frères et sœurs, bonjour !

Le second dimanche de carême nous présente l’Évangile de la Transfiguration de Jésus.

Le voyage apostolique que j’ai effectué ces derniers jours au Mexique a été une expérience de transfiguration. Comment est-ce possible ? Parce que le Seigneur nous a montré la lumière de sa gloire à travers le corps de son Église, de son peuple saint qui vit sur cette terre. Un corps si souvent blessé, un peuple si souvent opprimé, méprisé, violé dans sa dignité. En effet, les différentes rencontres que j’ai vécues au Mexique ont été pleines de lumière : la lumière de la foi qui transfigure les visages et éclaire le chemin.

Le « centre de gravité » spirituel du pèlerinage a été le Sanctuaire de Notre-Dame de Guadalupe. Demeurer en silence devant l’icône de notre Mère était ce que je me proposais de faire en premier. Et je remercie Dieu de me l’avoir permis. J’ai contemplé, et je me suis laissé regarder par Celle qui garde imprimés dans les yeux les regards de tous ses enfants, et qui recueille les souffrances des violences, des enlèvements, des meurtres, des viols qu’ont subis tant de personnes pauvres, tant de femmes. Guadalupe est le sanctuaire marial le plus fréquenté au monde. On vient de toute l’Amérique prier là où la « Virgen Morenita » s’est manifestée à l’Indien saint Juan Diego, initiant ainsi l’évangélisation du continent et sa nouvelle civilisation, fruit de la rencontre entre différentes cultures.

Et celle-ci est précisément l’héritage que le Seigneur a remis au Mexique : à la fois garder la richesse de la diversité et manifester l’harmonie de la foi commune, une foi sincère et robuste, accompagnée d’une grande charge de vitalité et d’humanité. Comme mes prédécesseurs, je suis allé moi aussi confirmer la foi du peuple mexicain, mais en même temps être confirmé par elle ; j’ai recueilli ce don à pleines mains pour qu’il profite à l’Église universelle.

Un exemple lumineux de ce que je suis en train de dire est donné par les familles : les familles mexicaines m’ont accueilli avec joie comme messager du Christ, pasteur de l’Église ; mais à leur tour, elles m’ont donné des témoignages limpides et forts, des témoignages de foi vécue, de foi qui transfigure la vie et ceci, pour l’édification de toutes les familles chrétiennes du monde. Et on peut dire la même chose pour les jeunes, les consacrés, les prêtres, les travailleurs et les détenus.

C’est pourquoi je rends grâce au Seigneur et à la Vierge de Guadalupe pour le don de ce pèlerinage. Je remercie en outre le président du Mexique et les autres autorités civiles pour leur chaleureux accueil (une bande de zombie micro-pucée); je remercie vivement mes frères dans l’épiscopat et toutes les personnes qui ont collaboré de bien des façons.

Élevons une louange particulière à la Très Sainte Trinité pour avoir voulu qu’en cette occasion, se réalise à Cuba la rencontre entre le pape et le patriarche de Moscou et de toute la Russie, mon cher frère Cyrille ; une rencontre tellement désirée aussi par mes prédécesseurs. Cet événement aussi est une lumière prophétique de la Résurrection, dont le monde aujourd’hui a plus besoin que jamais. Que la Sainte Mère de Dieu continue de nous guider sur le chemin de l’unité. Prions la Vierge de Kazan, dont le patriarche Cyrille m’a offert une icône.

Paroles du pape après l’angélus

Chers frères et sœurs,

Demain aura lieu à Rome un congrès international intitulé « Pour un monde sans la peine de mort », organisé par la Communauté de Sant’Egidio. J’espère que ce symposium pourra donner un nouvel élan à l’engagement pour l’abolition de la peine capitale. Un signe d’espérance se manifeste dans le développement, au sein de l’opinion publique, d’une opposition de plus en plus répandue à la peine de mort, y compris seulement comme instrument de légitime défense sociale. En effet, les sociétés modernes ont la possibilité de réprimer efficacement le crime sans enlever définitivement à celui qui l’a commis la possibilité de se racheter. Rolling Eyes Le problème doit être considéré dans l’optique d’une justice pénale qui soit toujours plus conforme à la dignité de l’homme et au dessein de Dieu sur l’homme et sur la société, et aussi d’une justice pénale ouverte à l’espérance de la réinsertion dans la société. Le commandement « tu ne tueras pas » a une valeur absolue et concerne l’innocent comme le coupable.

Le Jubilé extraordinaire de la miséricorde est une occasion propice pour promouvoir dans le monde des formes toujours plus mures de respect de la vie et de la dignité de chaque personne. Même un criminel garde le droit inviolable à la vie, don de Dieu. Je fais appel à la conscience des gouvernants, afin que l’on parvienne à un consensus international pour l’abolition de la peine de mort. Et je propose à ceux d’entre eux qui sont catholiques d’accomplir un geste courageux et exemplaire : qu’aucune condamnation ne soit exécutée en cette Année Sainte de la miséricorde. = Sa grande armée du Jihad s'en occupe!!!

Tous les chrétiens et les hommes de bonne volonté sont appelés aujourd’hui à agir non seulement pour l’abolition de la peine de mort, mais aussi afin d’améliorer les conditions carcérales, dans le respect de la dignité humaine des personnes privées de leur liberté. = Conditions carcérales qui sont de plus difficiles car de plus en plus de prison sont des prisons privées ayant ses propres lois corporatives,  les protégeant ainsi des recours judiciaires, mais accueillant tous ceux que le pouvoir considère comme étant des criminels.  L'islam joue un rôle de plus en plus grand dans les prisons, alors on voit bien que pour améliorer les conditions carcérales, on repassera... Jamais les cas d'abus de toutes sortes, de tortures, de viols et de morts n'ont été d'une telle ampleur dans ces lieux de justice du diable. Et que dire de tous ces enfants qui sont de plus en plus jugés comme des adultes et envoyer dans ces lieux réservés aux adultes? Ne deviennent-ils pas des proies pour tous ces pédophiles?

* * *

J’adresse des salutations cordiales aux familles, aux groupes paroissiaux, aux associations et à tous les pèlerins de Rome, d’Italie et de différents pays.

Je salue les fidèles de Séville, Cadix et Ceuta (Espagne) et ceux de Trieste, Corato et Turin. J’adresse une pensée particulière à la Communauté Pape Jean XXIII, fondée par le serviteur de Dieu don Oreste Benzi, qui organisera vendredi prochain, dans les rues du centre de Rome, un « Chemin de Croix » de solidarité et de prière pour les femmes victimes de la traite.

Le Carême est un temps propice pour effectuer un chemin de conversion qui ait comme centre la miséricorde. C’est pourquoi, aujourd’hui, j’ai pensé vous offrir, à vous qui êtes ici sur la Place, un « médicament spirituel » qui s’appelle Misericordina. Nous l’avons déjà fait une fois, mais celle-ci est de meilleure qualité : c’est la Misericordina plus : une petite boîte qui contient le chapelet et la petite image de Jésus miséricordieux. Elles vont être distribuées maintenant par les volontaires, parmi lesquels se trouvent des pauvres, des sans-abri, des réfugiés ainsi que des religieux. Accueillez ce don comme une aide spirituelle pour répandre, particulièrement en cette Année de la miséricorde, l’amour, le pardon et la fraternité.

Je vous souhaite à tous un bon dimanche. S’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi. Bon déjeuner et au revoir !

© Traduction de Zenit, Constance Roques

https://fr.zenit.org/articles/mexique-une-experience-de-transfiguration-texte-complet/?utm_source=ZENIT+Francais&utm_campaign=0167d6f90c-Francais_Daily_Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_c24cd92f50-0167d6f90c-40915805


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Fév - 05:39 (2016)    Sujet du message: CE N'EST PAS LE RÔLE DU PAPE DE FAIRE DE LA POLITIQUE Répondre en citant

CE N'EST PAS LE RÔLE DU PAPE DE FAIRE DE LA POLITIQUE

"Et la femme que tu as vue, c'est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre."
Apocalypse 17:18
" Et tous les rois de la terre, qui se sont livrés avec elle à l'impudicité et au luxe, pleureront et se lamenteront à cause d'elle, quand ils verront la fumée de son embrasement."

Apocalypse 18:9
"Les marchands de ces choses, qui se sont enrichis par elle, se tiendront éloignés, dans la crainte de son tourment; ils pleureront et seront dans le deuil,"
Apocalypse 18:15

Conférence de presse dans l’avion Ciudad Juarez-Rome

23 février 2016 Constance Roques Voyages pontificaux


Départ de Ciudad Juarez, capture CTV

« Parce que le pape est pour tout le monde, et il ne peut s’impliquer dans la politique concrète, intérieure d’un pays : ce n’est pas le rôle du pape », déclare le pape François lors de la conférence de presse dans l’avion Ciudad Juarez-Rome (17-18 février).

Il rappelle qu’un « parlementaire catholique doit voter selon sa conscience bien formée ».

Carlo Marroni (Il Sole 24 Ore) — Quelle est la pensée du pape sur le thème des adoptions dans le cadre des unions civiles, et sur le droit des enfants ?

Pape François — Avant tout, je ne sais pas où en sont les choses au Parlement italien. Le pape ne s’immisce pas dans la politique italienne. Lors de la première réunion que j’ai eue avec les évêques [italiens], en mai 2013, une des trois choses que j’ai dites : « Avec le gouvernement italien, occupez-vous en vous-mêmes. » Parce que le pape est pour tout le monde, et il ne peut s’impliquer dans la politique concrète, intérieure d’un pays : ce n’est pas le rôle du pape. Rolling Eyes Et ce que je pense, c’est ce que pense l’Église, et qu’elle a dit en de nombreuses occasions. Parce que ce n’est pas le premier pays qui fait cette expérience : il y en a beaucoup. Je pense ce que l’Église a toujours dit.

Franca Giansoldati (Il Messaggero) – Encore à propos de la loi au Parlement italien. Un document de la Congrégation pour la doctrine de la foi, de 2003, dit que les parlementaires catholiques ne doivent pas voter ces lois. A-t-il encore une valeur ? Quel comportement pour un parlementaire catholique ?

Pape François – Je ne me souviens pas bien de ce document de 2003 de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Mais un parlementaire catholique doit voter selon sa conscience bien formée : voilà, je dirais seulement cela. Je crois que c’est suffisant. Et je dis « bien formée »parce que ce n’est pas la conscience du « ce qu’il me semble ». Je me souviens quand le mariage des personnes de même sexe a été voté à Buenos Aires, il y avait égalité de votes et à la fin quelqu’un a dit à un autre : « Mais tu y vois clair ? – Non. – Moi non plus. – Allons-nous en ! – Si nous partons, nous n’atteindrons pas le quorum ». Et l’autre a dit : « Mais si nous atteignons le quorum, nous donnons le vote à Kirchner ! », et l’autre : « Je préfère le donner à Kirchner qu’à Bergoglio ! »… et en avant ! Ça, ce n’est pas une conscience bien formée ! Et à propos des personnes de même sexe, je redis ce que j’ai dit pendant le voyage de retour de Rio de Janeiro et qui est dans le Catéchisme de l’Église catholique. = S'il y a un document, c'est qu'il y a un concordat, faisant du Pape l'autorité suprême dans toutes les décisions qui sont prises dans ce pays comme dans tous les autres. Un exemple de soumission envers l'Empereur de Rome. Lorsqu'un chef d'état est élu, il doit se rendre à Rome pour montrer sa soumission au Pape. Ici, nous voyons un président italien, en 2013 http://fr.radiovaticana.va/news/2015/04/17/sergio_mattarella,_président_ita…

© Traduction de Zenit, Constance Roques

https://fr.zenit.org/articles/ce-nest-pas-le-role-du-pape-de-faire-de-la-politique/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Fév - 05:54 (2016)    Sujet du message: TIMOR ORIENTAL : NOUVEL AMBASSADEUR PRES LE SAINT-SIEGE Répondre en citant

TIMOR ORIENTAL : NOUVEL AMBASSADEUR PRES LE SAINT-SIEGE

Même les ambassadeurs montrent leur soumission. Celui-ci, je pense qu'il doit être un jésuite contrôlant un groupe rebelle de par le passé et reconverti en ambassadeur. Mais si vous regardez son curriculum, eh bien, pour un libérateur, on voit qu'il a reçu une éducation de haut niveau que l'on ne peut que retrouver que dans les universités contrôlées par les Jésuites.

Egas da Costa Freitas présente ses lettres de créance au pape

23 février 2016Marina DroujininaPape François


WIKIMEDIA COMMONS - Elevatorrailfan

Le pape François a reçu Egas da Costa Freitas, nouvel ambassadeur du Timor oriental près le Saint-Siège, ce lundi 22 février, à l’occasion de la présentation de ses lettres de créance.

Il fut dirigeant du Mouvement de libération du Timor oriental et chef de la Résistance nationale pour les activités de propagande politique dans les zones occupées par l’Indonésie. Il est né à Baucau au Timor oriental, le 24 mars 1968. Diplômé en philosophie et en théologie, il a été envoyé en 2013 en Malaisie pour suivre une formation pour les chefs de mission de la République du Timor oriental.

Actuellement, il est professeur au lycée de Vemase, vice-secrétaire du Conseil pastoral du diocèse de Baucau et membre actif de la commission pour la catéchèse. Il parle portugais et anglais.

https://fr.zenit.org/articles/timor-oriental-nouvel-ambassadeur-pres-le-saint-siege/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 24 Fév - 05:57 (2016)    Sujet du message: ARGENTINE : LE NOUVEL AMBASSADEUR, ANCIEN ETUDIANT DE JORGE BERGOGLIO Répondre en citant

ARGENTINE : LE NOUVEL AMBASSADEUR, ANCIEN ETUDIANT DE JORGE BERGOGLIO
 
Un autre Jésuite à l’occasion de la présentation de ses lettres de créance au Pape François.

Le président argentin arrive samedi au Vatican


23 février 2016 Marina Droujinina Pape François


Rogelio Francisco Emilio Pfirter, ambassadeur d'Argentine près le Saint-Siège, Capture d'écran

Un jeune professeur de littérature devient pape, un jeune argentin devient ambassadeur : la rencontre de l’ancien étudiant et de son professeur a été émouvante ! À l’époque, le futur pape avait 28 ans et il n’était pas encore prêtre.

Cette rencontre a eu lieu lundi 22 février, au Vatican : le nouvel ambassadeur d’Argentine près le Saint-Siège, M. Rogelio Francisco Emilio Pfirter, a été reçu par son ancien professeur, devenu le pape François, à l’occasion de la présentation de ses lettres de créance.

La présentation de lettres de créance du nouvel ambassadeur argentin a eu lieu quelques jours avant la première visite officielle au Vatican du nouveau président de la République de l’Argentine, Mauricio Macri, qui sera reçu par le pape samedi prochain, 27 février.

Eux aussi se connaissent : Mauricio Macri a été maire de Buenos Aires au moment où Jorge Mario Bergoglio était l’archevêque de la ville.

Le nouvel ambassadeur est né à Santa Fe le 25 août 1948. Diplômé en droit de l’Université nationale de Littoral, il a commencé sa carrière diplomatique en 1974. Il a été diplomate argentin de la Mission permanente auprès de l’Organisation des Nations Unies à New York.

Il a occupé les fonctions du Président de l’Assemblée générale de l’Organisation internationale maritime (1995-1997) et ambassadeur à Londres de 1995 à 2000.

Il a aussi été représentant permanent de la République de l’Argentine à la Commission administrative du Rio de la Plata (2000-2002).

Il était directeur général de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques de 2002 à 2010 et Directeur de la sécurité nucléaire au ministère des Affaires étrangères de l’Argentine.

Il est membre du Conseil argentin des relations internationales et professeur de droit pénal international à l’Université Kennedy et professeur de politique publique à l’Universidad Austral, en Argentine.


https://fr.zenit.org/articles/argentine-le-nouvel-ambassadeur-un-ancien-etudiant-de-jorge-bergoglio/



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Jeu 25 Fév - 06:59 (2016)    Sujet du message: L’AZERBAÏDJAN RESTAURE DES CATACOMBES CHRETIENNES A ROME Répondre en citant

L’AZERBAÏDJAN RESTAURE DES CATACOMBES CHRETIENNES A ROME
 
La Première dame prend part à l’inauguration

24 février 2016Anita BourdinHistoire, archéologie


Mme Mehriban Aliyeva inaugure les catacombes restaurées des Sts-Marcellin-et-Pierre © AZERTAC

Les catacombes chrétiennes de la basilique des Saints-Marcellin-et-Pierre ont été restaurées à l’initiative de la Fondation Heydar Aliyev, de l’Azerbaïdjan, un pays en majorité musulman, et l’inauguration a eu lieu hier, mardi 23 février, annonce l’agence d’Etat AZERTAC. Un témoignage de la fécondité du dialogue interreligieux et interculturel.

La basilique se trouve à l’angle de la Via Labicana et de la Via Merulana, autrement dit entre Sainte-Marie-Majeure et Saint-Jean-du-Latran.

La cérémonie a été marquée par la présence de la première dame d’Azerbaïdjan Mehriban Aliyeva, présidente de la Fondation Heydar Aliyev, et du cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture.

Mme Aliyeva a été accueillie par Mme Rita Paris, directrice du musée du Palais Massimo-alle-Terme, Musée national romain, où elle a pris part à une présentation de la restauration de ces catacombes.

Le cardinal Ravasi a rendu hommage à cette initiative sans précédent : « La Fondation Heydar Aliyev, de l’Azerbaïdjan, un pays musulman, a apporté un grand soutien à la sauvegarde de cette valeur spirituelle », a notamment souligné le cardinal Ravasi qui avait fait appel aux chrétiens du monde entier pour la restauration des catacombes, menacées d’effondrement, mais seule la Fondation Aliyev a répondu à cet appel. Rolling Eyes

Mme Aliyeva a évoqué les activités de la Fondation en matière de sauvegarde du patrimoine culturel mondial, et elle a souligné que son pays, charnière entre l’Europe et l’Asie, a toujours joué le rôle d’un pont entre les religions et les cultures : «Aujourd’hui même, les représentants de différentes religions vivent dans la paix et l’amitié en Azerbaïdjan.»

Le professeur Fabrizio Bisconti a exprimé une gratitude particulière à Mme Aliyeva pour l’attention accordée à la restauration des catacombes de Rome. Après avoir évoqué de l’histoire de ces catacombes, il a souligné qu’elles revêtaient une grande importance pour l’ensemble du monde chrétien : «Avec le soutien de la Fondation Heydar Aliyev, nous avons réussi à conserver l’espace historique. » Une vidéo de la restauration des catacombes a été projetée.

Le ruban symbolisant la réouverture des catacombes des Saints-Marcellin-et-Pierre a été coupé par la première dame d’Azerbaïdjan et par le cardinal Gianfranco Ravasi. La plaque commémorative, signalant que les catacombes ont été restaurées par la Fondation Heydar Aliyev, a été dévoilée.

Les travaux de restauration effectués en 2012 ont été réalisés avec des méthodes innovantes et des technologies de pointe, sur la base d’un accord bilatéral signé la même année entre la Fondation Heydar Aliyev et le Saint-Siège.

Pays du Caucase, l’Azerbaïdjan compte plus de 9,7 millions d’habitants – dont plus de 22% de jeunes de moins de 15 ans -. Ils sont musulmans à plus de 93% (Chiites, 85% et Sunnites, 15%). Quelque 2, 5% sont des chrétiens orthodoxes d’origine russe, et 2, 3% des chrétiens arméniens apostoliques. La constitution de cette République présidentielle – actuellement le président est Ilham Aliyev – garantit la « laïcité » et la séparation de la religion et de l’Etat. Rolling Eyes = Voir sur Google persécution en Azerbaïdjan https://www.google.fr/search?q=AZERBAÏDJAN PERSECUTION&ie=utf-8&oe=… 

https://fr.zenit.org/articles/lazerbaidjan-en-majorite-musulman-restaure-des-catacombes-romaines/?utm_source=ZENIT+Francais&utm_campaign=31cd3f0784-Francais_Daily_Newsletter&utm_medium=email&utm_term=0_c24cd92f50-31cd3f0784-40915805


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Ven 26 Fév - 07:53 (2016)    Sujet du message: LA RELIGION : AMIE OU ENNEMIE DU BIEN COMMUN? Répondre en citant



LA RELIGION : AMIE OU ENNEMIE DU BIEN COMMUN?


Photo: Odair Pedroso Mateus

16 février 2016
Version française publiée le: 23 février 2016
 
À notre époque où s’impose le pluralisme religieux et où des motifs religieux servent à justifier toutes sortes d’atrocités, comment les communautés d’inspiration religieuse apportent-elles une contribution authentique au bien public?

La pluralité des religions et la grande diversité de points de vue au sein du christianisme lui-même n’implique pas nécessairement que l’on prenne ses distances par rapport à la sphère politique mais au contraire que les communautés chrétiennes s’y engagent plus activement – telle est l’argumentation présentée par le théologien brésilien Rudolf von Sinner lors d’une récente visite qu’il a faite au Centre œcuménique à Genève.

La réflexion de M. von Sinner correspond spécifiquement au contexte d’une démocratie en pleine maturation au Brésil. Dans le contexte actuel de la libéralisation et de la démocratisation, a-t-il expliqué, les chrétiennes et chrétiens et d’autres acteurs de la scène religieuse au Brésil doivent modifier leurs paradigmes antérieurs, forgés comme suite et réaction à la dictature militaire des années 1964 à 1985, afin de favoriser des institutions démocratiques stables et radicalement inclusives.

Pour M. von Sinner, il s’agit d’élaborer une théologie publique chrétienne, ancrée dans une vision émancipatrice de la citoyenneté, dans laquelle «tout le monde a accès à l’espace public pour […] la plénitude de la vie».

«La citoyenneté est en effet devenue le concept clef de la démocratie au Brésil à partir des années 1990, a-t-il expliqué. Ce concept est bien loin d’être quelque chose accordé par le moyen d’un document de citoyenneté nationale ou de lois écrites. Au contraire, c’est le champ d’une lutte permanente de toutes les personnes vivant sur un territoire donné pour leurs droits et pour le bien-être de la société, que leurs membres soient ou non des nationaux. Son efficacité implique de profondes transformations des gens, de la société, des institutions. Pour cela, il est toujours d’une importance fondamentale d’"apprendre" la démocratie et l’éducation.»

«Lorsqu’il parle de "citoyenneté" [cidadania], explique le pasteur Odair Petroso Mateus, directeur de Foi et constitution au Conseil œcuménique des Églises, M. von Sinner se réfère à quelque chose que le terme anglais de citizenship n’inclut pas, à savoir la lutte des très pauvres pour transformer leur contexte immédiat, qui empêche l’affirmation de leur dignité humaine, comme l’accès aux soins de santé, aux instruments de la justice tels que les tribunaux, etc.».

M. von Sinner a mis en opposition le paradigme constructif de la citoyenneté et le quiétisme du christianisme traditionnel, la platitude du christianisme en voie de modernisation et même l’utopisme parfois irréaliste du christianisme prophétique.

M. von Sinner a critiqué les traditions religieuses qui sont tellement certaines de leur «vérité» qu’elles sont capables de justifier la violence au nom de la religion: «Les fondamentalistes et d’autres traditions religieuses autoritaires font parfois violence à la vérité, alors que l’amour fonde une discussion respectueuse et rationnelle et l’estime du bien commun.» = Attaque contre les chrétiens qui marchent selon la Bible et qui obéissent aux commandements de Dieu. Cette descendance des Néphilims et de ceux qui se sont associés à eux travaillent d'arrache-pied afin de faire passer les vrais croyants en Jésus-Christ (fondamentalistes) de violent et qui tordent la vérité de l'Evangile. N'est-ce pas la manière de faire du grand Lucifer de contrefaire et de tout renverser afin de pouvoir s'emparer de la royauté de notre Grand Roi? N'est-ce pas son but de détruire la bonne semence de Dieu pour n'y mettre que la sienne? Le mouvement protestant nous montre encore une fois son apostasie pour être retourné vers celle qui l'a tant persécuté, à travers les siècles : Babylone la Grande.

«C’est la discussion qui doit prévaloir, et non les décrets ou la force», a-t-il affirmé en citant les écrits de Paul Freire, Hugo Assmann et Jürgen Habermas.
Né en Suisse, Rudolf von Sinner vit depuis 14 ans au Brésil; il est professeur de théologie systématique, œcuménisme et dialogue interreligieux à l’Institut luthérien de théologie (Faculdades EST) à São Leopoldo, dans l’État brésilien du Rio Grande do Sul, où il est également directeur d’un institut d’éthique.

Sa visite avait été organisée par la Fédération luthérienne mondiale dans le cadre de son processus d’étude plus large de consultations et de formulation d’une déclaration sur la diversité religieuse et l’espace public. La pasteure Simone Sinn, Secrétaire d’études pour la théologie publique et les relations interreligieuses auprès de la FLM, a répondu à M. von Sinner, ainsi que le pasteur Peniel Rajkumar, directeur du programme du COE pour la coopération et le dialogue interreligieux .

Pour M. von Sinner, une contribution authentique au bien public est tout à fait dans la ligne des accents mis par le luthéranisme, par le passé, sur la dignité intrinsèque de la personne, l’importance centrale de la confiance, la reconnaissance de l’authentique ambiguïté de la vie quotidienne, l’impératif du service dans l’amour et l’appréciation de sphères publiques et religieuses distinctes.

En réponse, Mme Sinn a souligné la fonction critique des religions, en particulier pour discerner des critères éthiques concrets, par-delà les étiquettes de religion «bonne» et «mauvaise», pour inspirer et guider l’action religieuse dans la sphère publique. Elle s’est demandé si la théologie publique était suffisamment capable de «nous permettre d’arrêter de jongler entre nous avec des mots» et de faire véritablement participer la sphère publique.

Se référant à des situations en Inde et aux États-Unis, le pasteur Rajkumar a dit qu’il fallait nous méfier d’un emploi inapproprié du concept de citoyenneté par des majorités religieuses nationalistes pour harceler et marginaliser des minorités.

Les recherches actuelles de M. von Sinner se fondent sur le modèle de citoyenneté et comparent le rôle public d’Églises du Brésil, d’Afrique du Sud et d’Allemagne.

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/religion-friend-or-foe-of-the…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Fév - 05:54 (2016)    Sujet du message: THE HOLY ROMAN EMPIRE RULES TODAY PT 1,2,3 FULL LENGTH Répondre en citant

THE HOLY ROMAN EMPIRE RULES TODAY PT 1,2,3 FULL LENGTH 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JctA5s6e1f8


IN THE BEGINNING
http://www.varchive.org/itb/index.htm

http://www.varchive.org/itb/index.htm
The Worship of Saturn
http://www.varchive.org/itb/satwor.htm


A History of the New World Order
https://sites.google.com/site/nocance...

Playlist https://www.youtube.com/playlist?list...
Documents in Law,That go Way Back to Medieval and ancient times
http://avalon.law.yale.edu/default.asp

Queen Elizabeth controls and has amended U.S. Social Security
http://www.apfn.org/apfn/queen.htm

You're not a STATUTORY "citizen" under the Internal Revenue Code
http://famguardian.org/Subjects/Taxes...


We are a Corporation
http://www.viewzone.com/collateralx.html

The United States
the inalienable right to acquire and possess property without paying property tax, etc.
http://usa-the-republic.com/revenue/t...

The original thirteen colonies of America were each separately established by charters from the English Crown. Outside of the common bond of each being a dependency and colony of the mother country, England, the colonies were not otherwise united. Each had its own governor, legislative assembly and courts, and each was governed separately and independently by the English Parliament.
http://www.constitution.org/juris/fed...

The United States Isn't a Country -- It's a Corporation!
http://www.serendipity.li/jsmill/us_c...

True History
TABLE OF CONTENTS
http://usa-the-republic.com/revenue/t...

American Citizen, or U.S. citizen?
http://usa-the-republic.com/revenue/t...

DECLARATION OF INDEPENDENCE
http://usa-the-republic.com/revenue/t...

Google search::
The D.C Code America is a Corporation
https://www.google.com/#q=The+D.C+Cod...

THE UNITED STATES OF AMERICA INCORPORATED
A private foreign owned off-shore corporation copyrighted, trademarked and registered in the state of Delaware for tax purposes circa 1783, and again in 1925 prior to the manipulated and illegally fomented covert bankruptcy of our once Constitutional Republic, in 1933-1938. There is no actual Constitutional governing body as of 1933. Only a foreign owned private corporation controlled by the IMF, and the Federal Reserve which are both corporations owned by international banksters.

BLM, TSA, DHS, IRS, NSA, FEMA, CIA, FBI, BATFE, DOD, DOJ, Park Service, all state, and city police are sub-corporations to USA Inc., and do not represent WE The People only the criminal international banksters that own them.

Learn more: http://stopthecrime.net/

THE UNITED STATES OF AMERICA INCORPORATED
A private foreign owned off-shore corporation copyrighted, trademarked and registered in the state of Delaware for tax purposes circa 1783, and again in 1925 prior to the manipulated and illegally fomented covert bankruptcy of our once Constitutional Republic, in 1933-1938. There is no actual Constitutional governing body as of 1933. Only a foreign owned private corporation controlled by the IMF, and the Federal Reserve which are both corporations owned by international banksters.

BLM, TSA, DHS, IRS, NSA, FEMA, CIA, FBI, BATFE, DOD, DOJ, Park Service, all state, and city police are sub-corporations to USA Inc., and do not represent WE The People only the criminal international banksters that own them.

Learn more: http://stopthecrime.net/

Documents in Description The British Israel World Federation
https://www.youtube.com/watch?v=RjmFO...

Stuck in the Middle with You! U.S is a CORPORATION
https://www.youtube.com/watch?v=KMFWE...

Code of Canon Law
http://www.vatican.va/archive/ENG1104...


The pope's power is supreme, as nobody on earth can overrule it.
http://www.newadvent.org/cathen/09056...


I. What is UCC?
https://law.duke.edu/lib/researchguid...


List of Roman deities
http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_...


"The Pope has the power to change time and he did in 1572
http://planksandnails.hubpages.com/hu...

Request to all the members of the United Nations (UN) and beyond concerning international support saving Europe, America and finally the rest of the world from total destruction by stopping Agenda 21 and still implementing the on January 25, 1944 by de Belgian King Leopold III completed, but for public withheld "political testament" which is still to be carried out as the Belgian Constitution provides
https://sites.google.com/site/nocance...

https://sites.google.com/site/nocancerfoundation/eu
www.nocancerfoundation.org



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Fév - 05:57 (2016)    Sujet du message: NEW WORLD ORDER UNITED NATIONS REVIVED ROMAN EMPIRE Répondre en citant

NEW WORLD ORDER UNITED NATIONS REVIVED ROMAN EMPIRE



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=tUMV89heOrQ

Rise of Islam and Vilification of Christianity, Blasphemy Laws, Two State Solution/Antichrist treaty, Ancient Roman Empire, the Roman Senate and the Revived Roman Empire through the United Nations , the False Prophet Pope , the World Political Authority, Antichrist, and more! This Broadcast is: "Eye of The Storm" Radio Broadcast April 09 2013 -- "Revived Roman Empire" http://www.MartusMinistry.org

For more on True Biblical Prophecy verses Deceptive Islamic Prophecy see "Antichrist/Al-Mahdi in Jerusalem": http://martusministry.org/download/Al...

**"PROPHECY FINAL KINGDOM"** document
( Description: Bible Prophecy reveals the Antichrist rises out of Jerusalem. This is confirmed in the prophecy from the book of Daniel 2,7,8. The Antichrist is referred to as the "fourth beast"/"king" in Daniel 7:7, the"First beast" in Revelation 13:1-2, and the "little horn" in Daniel 7:7-8 and Daniel 8:9. The Antichrist is the Al-Mahdi of Islam who will lead an Islamic Caliphate with Jerusalem as its capitol): http://tinyurl.com/kxgt9v7

Links to articles covered in video can be found on archive:
http://www.martusministry.org/?p=907

Radio Broadcast "Eye of the Storm" airs Tuesday nights from 7-8pm PST which can be found at http://www.blogtalkradio.com/MartusMi.... Click blue "follow" button to get email reminders and links about broadcasts. Can't make it live? No problem. Archives for all broadcasts can be found at http://www.MartusMinistry.org.



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Dim 28 Fév - 06:30 (2016)    Sujet du message: LE CHEF DE L'EGLISE GRECO-CATHOLIQUE D'UKRAINE VEUT "CHEMINER AVEC LES ORTHODOXES Répondre en citant



LE CHEF DE L'EGLISE GRECO-CATHOLIQUE D'UKRAINE VEUT "CHEMINER AVEC LES ORTHODOXES

Travail préparatoire est en vue de la grande unité entre les protestants (luthériens qui représentent tout le mouvement protestant) et les catholiques qui doit avoir lieu en octobre 2017.




« Nous voulons cheminer ensemble avec les orthodoxes, construire non seulement la paix, mais nous voulons l’unité entre les Églises ». Ainsi s’est exprimé l’archevêque majeur de Kiev, Sviatoslav Shevchuk, chef de l’Église gréco-catholique d’Ukraine, durant une rencontre avec des journalistes le mardi 23 février 2016 à Rome. L’évêque est revenu sur la rencontre et la Déclaration conjointe du Pape François et du Patriarche Cyrille 1er à Cuba, soulignant surtout qu’il s’agit d’un évènement positif, un point de départ et non d’arrivée.

« Nous voulons cheminer ensemble avec les orthodoxes, construire non seulement la paix, mais nous voulons l’unité entre les Églises ». Ainsi s’est exprimé l’archevêque majeur de Kiev, Sviatoslav Shevchuk, chef de l’Église gréco-catholique d’Ukraine, durant une rencontre avec des journalistes ce mardi 23 février 2016 à Rome. Dans un dialogue détendu et franc, durant lequel il a répondu à différentes questions et a annoncé qu’il sera bientôt reçu en audience par le Pape François, l’évêque est revenu sur la rencontre et la Déclaration conjointe du Pape François et du Patriarche Cyrille 1er à Cuba, expliquant la perplexité et les polémiques qui s’en sont suivies en Ukraine, mais soulignant surtout qu’il s’agit d’un évènement positif, un point de départ et non d’arrivée.
 
« « Finalement ! » C’est cette expression que j’ai répété, en voyant l’accolade entre le Pape et le Patriarche» . L’archevêque Sviatoslav Shevchuk a ouvert ainsi sa longue conversation avec les journalistes, revenant sur cette rencontre historique, mais qui a suscité une vive inquiétude en Ukraine : «J e pense que cette accolade est vraiment une chose sacrée », une étape fondamentale dans « le chemin œcuménique de l’Église » a lancé le chef de l’Église gréco-catholique d’Ukraine.
 
« L’Esprit Saint a ouvert des horizons inconnus, nous faisant sortir des limites humaines. » Un évènement donc positif, comme l’a été la Déclaration conjointe, même si, dans un texte aussi long, il est toujours difficile d’être clair, a-t-il reconnu.
 
L’évêque n’a pas caché la perplexité et les douleurs qu’elle a provoqué en Ukraine. Il reconnait toutefois comme positif l’affirmation du « droit à exister» reconnu aux «communautés ecclésiales » et « le droit d’assister nos fidèles partout », ce qui jusqu’à présent n’était pas permis, mais il a répété : « nous ne devons pas demander à quelqu’un le droit d’exister, seul Dieu l’établit », et l’usage générique du terme de « communautés ecclésiales » sans citer explicitement l’Église gréco-catholique d’Ukraine rend cette texte un peu confus : « Dans la terminologie œcuménique moderne, ce terme est utilisé pour les communautés chrétiennes qui n’ont pas conservé la plénitude de la succession apostolique (ndlr : pour l’essentiel, les communautés protestantes). Alors que, nous sommes partie intégrante de la communion catholique », a-t-il souligné.
 
L’évêque a par ailleurs souligné que la façon de concevoir et de présenter la guerre en Ukraine, dans la Déclaration conjointe, a suscité des polémiques. « Maintenant, on n’en parle plus tellement, et pourtant elle existe et c’est un drame, pour 45 millions de personnes. Chaque jour, il y a des morts, des blessés, des entrées de soldats russes et d’armes lourdes. En effet, il ne s’agit pas d’un conflit civil mais d’une agression étrangère, et cela n’a pas émergé dans la Déclaration» , a regretté Sviatoslav Shevchuk.
 
Mais il a ensuite ajouté que « le Saint-Père a apporté d’importantes clarifications, car a il a rappelé qu’il avait rencontré les deux présidents, et il se référait autant au président Poutine qu’au président ukrainien Porochenko. Et ceci est vraiment beau et rassurant, car il a dit ainsi : « J’ai parlé à tous en disant : mais faites-la finir ! Faites la paix ! » »
 
Le Pape comprend la souffrance des Ukrainiens
 
À ceux qui lui font remarquer que le peuple ukrainien est resté blessé par la Déclaration, l’archevêque a expliqué : « Je comprend ces sentiments de mon peuple, c’est pour cela que je m’en suis fait porte-voix, afin que nous soyons pas simplement entre nous, à nous complaindre. Le Saint-Père doit connaître ces sentiments, il a même dit qu’il respecte ces sentiments, et que le peuple ukrainien souffre vraiment, il souffre de la guerre, qui peut-être empêche de comprendre ce geste prophétique. »
 
« Mais nous, les pasteurs, a-t-il ajouté, nous avons la responsabilité de faire comprendre et de nous faire comprendre. Si les pas prophétiques accomplis par le Pape sont l’œuvre de l’Esprit Saint, ils porteront leurs fruits ». L’archevêque gréco-catholique appelle à un dialogue dans la vérité, avec un ton calme et libre des conditionnements géopolitiques, et avec prudence, face au péril de l’instrumentalisation de la religion.
 
« Les chrétiens peuvent commencer un dialogue, s’écouter, se pardonner, faire la paix, faire un chemin vers l’unité pleine et visible, seulement quand ils seront libres de la géopolitique, de la soumission à un pouvoir temporel, libérés de la folie des puissants de ce monde », a-t-il insisté.
 
« Ce qui sert à la communion est le chemin, a rappelé l’archevêque majeur de Kiev : en Ukraine, le niveau de collaboration est plus avancé que ce que l’on croit. Donc on peut partir du travail dans la cadre du Conseil pan-ukrainien des Églises, mais il faut toujours garder à l’esprit quelle est la richesse contenue dans la rencontre, et ne plus la craindre ».
 
© Source : Radio Vatican. 23 février 2016

Crédit photo : L’archevêque majeur de Kiev, Sa Béatitude Sviatoslav Schevchuk. – RV
 
*****
« Nous voulons cheminer ensemble avec les orthodoxes »
 
« Nous voulons cheminer ensemble avec les orthodoxes », déclare Mgr Shevchuk.
 
Mgr Sviatoslav Shevchuk, chef de l’Église gréco-catholique d’Ukraine, a confié ses impressions après la rencontre entre le pape et le patriarche orthodoxe russe Cyrille, mardi 23 février, lors d’une conférence de presse à Rome, au siège de l’association catholique ukrainienne Santa Sofia, inaugurée par Paul VI en 1969 en présence du cardinal Joseph Slipyj.
 
« Nous voulons cheminer ensemble avec les orthodoxes, construire non seulement la paix, mais nous voulons l’unité entre les Églises », a affirmé Mgr Shevchuk.
 
« « Finalement ! » : c’est cette expression que j’ai répétée, en voyant l’accolade entre le Pape et le Patriarche » : l’archevêque majeur de Kiev (Ukraine), a ouvert en ces termes sa rencontre avec les journalistes. « Je pense que cette accolade est vraiment une chose sacrée », une étape importante dans « le chemin œcuménique de l’Église », a-t-il ajouté.
 
Le pape François avait évoqué son amitié avec Mgr Shevchuk et la réaction de ce dernier à cette rencontre au cours de la conférence de presse avec les journalistes lors du vol Ciudad Juarez-Rome, le 18 février. Le pape avait confirmé la réaction positive de Mgr Shevchuk à la rencontre : « Sur le fait de la rencontre, il dit : “C’est le Seigneur, l’Esprit qui va de l’avant, l’étreinte.” : tout va bien. »
 
Le pape avait aussi souligné sa proximité et son amitié avec le chef de l’Église gréco-catholique d’Ukraine en rappelant qu’ils avaient travaillé ensemble à Buenos Aires pendant quatre ans : « C’est un homme pour lequel j’ai du respect et même une familiarité. »
 
Cependant, le texte de la Déclaration commune du pape et du patriarche orthodoxe a provoqué des réactions perplexes en Ukraine. L’utilisation du terme de « communautés ecclésiales » sans citer l’Église gréco-catholique d’Ukraine rend ce texte confus, a estimé Mgr Sviatoslav Shevchuk : « Dans la terminologie œcuménique moderne, ce terme est utilisé pour les communautés chrétiennes qui n’ont pas conservé la plénitude de la succession apostolique. Alors que nous sommes partie intégrante de la communion catholique. »
 
L’évêque a souligné que la façon de présenter la guerre en Ukraine, dans la Déclaration, a également suscité des réactions négatives : « Maintenant, on n’en parle plus tellement, et pourtant elle existe et c’est un drame, pour 45 millions de personnes. Chaque jour, il y a des morts, des blessés, des entrées de soldats russes et d’armes lourdes. En effet, il ne s’agit pas d’un conflit civil, mais d’une agression étrangère, et cela n’a pas émergé dans la Déclaration. »
 
Il a ajouté que le peuple ukrainien s’était senti blessé par la Déclaration et il a donné des explications : « Je comprends ces sentiments de mon peuple, c’est pour cela que je m’en suis fait le porte-voix, afin que nous ne soyons pas simplement entre nous, à nous complaindre. Le Saint-Père doit connaître ces sentiments, il a même dit qu’il respecte ces sentiments, et que le peuple ukrainien souffre vraiment, il souffre de la guerre, qui peut-être empêche de comprendre ce geste prophétique. »
 
Sviatoslav Shevchuk a avoué que « le Saint-Père avait apporté d’importantes clarifications » à ce sujet : « Il a rappelé qu’il avait rencontré les deux présidents, et il se référait autant au président Poutine qu’au président ukrainien Porochenko. Et ceci est vraiment beau et rassurant, car il a dit ainsi : « J’ai parlé à tous en disant : mais faites-la finir ! Faites la paix ! » »
 
« Nous, les pasteurs, a ajouté l’archevêque majeur de Kiev, nous avons la responsabilité de faire comprendre et de nous faire comprendre. Si les pas prophétiques accomplis par le pape sont l’œuvre de l’Esprit Saint, ils porteront leurs fruits. »
 
« Ce qui sert à la communion est le chemin, a rappelé le chef de l’Église gréco-catholique : en Ukraine, le niveau de collaboration est plus avancé que ce que l’on croit. Donc on peut partir du travail dans le cadre du Conseil pan-ukrainien des Églises, mais il faut toujours garder à l’esprit quelle est la richesse contenue dans la rencontre, et ne plus la craindre. »
 
Il a souligné que le dialogue entre les chrétiens devrait être libéré des intérêts politiques : « Les chrétiens pourront (…) s’écouter, se pardonner, faire la paix, faire un chemin vers l’unité pleine et visible, seulement quand ils seront libres de la géopolitique, de la soumission à un pouvoir temporel, libérés de la folie des puissants de ce monde. »
 
© Source : Zenit. 24 février 2016

http://www.paxchristi.cef.fr/v2/le-chef-de-leglise-greco-catholique-dukrain…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Lun 29 Fév - 05:17 (2016)    Sujet du message: ANGELUS TEXT : IT’S NEVER TOO LATE TO CONVERT Répondre en citant


ANGELUS TEXT : IT’S NEVER TOO LATE TO CONVERT

“Have you thought about the patience of God?”

February 28, 2016ZENIT StaffAngelus/Regina Caeli


Here is a ZENIT translation of the Pope’s address today before and after praying the midday Angelus with those gathered in St. Peters’ Square.

___

Dear brothers and sisters, good morning!

Every day, unfortunately, the newspapers report bad news: homicides, accidents, catastrophes… in the passage from today’s Gospel, Jesus refers to two tragic happenings of his day which had caused a stir: a cruel suppression carried out by Roman soldiers in the temple, and the collapse of the tower of Siloam in Jerusalem, which had resulted in 18 deaths (cf Luke 13:1-5).

Jesus is aware of the superstitious mentality of his listeners and he knows that they erroneously interpreted these types of event. In fact, they thought that, if those people had died in such a way, cruelly, it was a sign that God had punished them for some grave sin they had committed, as if saying “they deserved it.” And on the other hand, the fact of being saved from such a disgrace made them feel “good about themselves.” They deserved it; I’m fine.

Jesus clearly rejects this outlook, because God does not permit tragedies in order to punish sins, and he affirms that those poor victims were not worse than others. Instead, he invites his listeners to draw from these sad events a teaching that applies to everyone, because we are all sinners; in fact, he said to those who had questioned him, “If you do not repent, you will all perish as they did!” (v 3).

Today too, seeing certain disgraces and sorrowful happenings, we can have the temptation to “unload” the responsibility on the victims, or even on God himself. But the Gospel invites us to reflect: What idea of God do we have? Are we truly convinced that God is like that, or isn’t that just our projection, a God made to “our image and likeness”?

Jesus, in contrast, invites us to change the heart, to make a radical switch on the path of our lives, abandoning compromises with evil — and that’s something we all do, eh? compromises with evil, hypocrisy … I think that nearly everyone has a bit of hypocrisy — to decidedly take up again the path of the Gospel. But again there is the temptation to justify ourselves. What should we convert from? Aren’t we basically good people? — How many times we have thought this: “But I’m basically good, I’m a good person” … and it’s not like that, eh? “Am I not a believer and even quite practicing?” And we think that that’s how we are justified.

Unfortunately, each of us very much resembles the tree that, over many years, has repeatedly shown that it’s sterile. But, fortunately for us, Jesus is like a farmer who, with limitless patience, still obtains a concession for the fruitless vine. “Sir, leave it for this year also … it may bear fruit in the future” (v 9).

A “year” of grace: the time of the ministry of Christ, the time of the Church before his glorious return, the time of our life, marked by a certain number of Lents, which are offered to us as occasions of repentance and salvation. A time of a Jubilee Year of Mercy. The invincible patience of Jesus. Have you thought about the patience of God? Have you thought as well of his limitless concern for sinners? How it should lead us to impatience with ourselves! It’s never too late to convert. Never. Until the last moment, God’s patience awaits us.

Remember that little story from St. Theresa of the Child Jesus, when she prayed for that man who was condemned to death, a criminal, who did not want to receive the consolation of the Church. He rejected the priest, he didn’t want [forgiveness], he wanted to die like that. And she prayed, in the convent, and when that man was there, at the moment of being killed, he turned to the priest, took the crucifix and kissed it. The patience of God! He does the same with us, with all of us. How many times, we don’t know — we’ll know in heaven — but how many times we are there, there, and there, the Lord saves us. He saves us because he has great patience with us. And this is his mercy. It’s never too late to convert, but it’s urgent. It’s now! Let us begin today.

The Virgin Mary sustains us, so that we can open our hearts to the grace of God, to his mercy; and she helps us to never judge others, but rather to allow ourselves to be struck by daily misfortunes and to make a serious examination of our consciences and to repent.
[Angelus…]
Dear brothers and sisters,

My prayer, and undoubtedly yours as well, always includes the dramatic situation of refugees who flee from wars and other inhuman situations. In particular, Greece and other countries that are on the front line, are generously helping them, which requires the cooperation of all nations. A harmonized response can be effective and equally distribute the weight. For this, it’s necessary to join the negotiations decisively and unreservedly. At the same time, I have received with hope the news of the ceasing of hostilities in Syria, and I invite everyone to pray that this crack might bring relief to the suffering population and open the path to dialogue and the peace that is so desired.

I also wish to assure my closeness to the peoples of the Fiji Islands, harshly lashed by a devastating cyclone. I pray for the victims and for those who are committed to the relief operations.

I offer a cordial greeting to all of the pilgrims from Rome, from Italy and from other countries.

I greet the faithful of Gdansk, the indigenous of Biafra, students from Zaragoza, Huelva, Cordoba and Zafra, the youth of Formentera and the faithful of Jaen.

I greet the groups of Polish residents of Italy, the faithful of Cascia, Desenzano del Garda, Vicenza, Castiglione d’Adda and Rocca di Neto, as well as the many youth from  the San Gabriele dell’Addolorata camp, accompanied by the Passionist Fathers, the children from the Oratories of Rho, Cornaredo and Pero and those of Buccinasco, and the School of the Daughters of Maria Inmaculada de Padua.

I greet the group that has come to mark the “Day of Rare Diseases” with a special prayer and my encouragement for your associations of mutual assistance.

I wish you all a good Sunday. Don’t forget, please, to pray for me. Have a good lunch and until soon!

[Transcription and translation by ZENIT]

https://zenit.org/articles/angelus-text-its-never-too-late-to-convert/


Dernière édition par maria le Mar 1 Mar - 04:21 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Mar - 04:00 (2016)    Sujet du message: RENCONTRE D'ABUNE MATHIAS Ier ET DU PAPE FRANCOIS Répondre en citant

RENCONTRE D'ABUNE MATHIAS Ier ET DU PAPE FRANCOIS
 
Pardon pour les incompréhensions du passé = Alors que les massacres font rage à travers le monde contre les chrétiens. Voilà ce qui arrive lorsque le peuple de Dieu abandonne le bateau pour retourner vers Rome. Le mouvement protestant a-t-il la moindre idée de ce qui vient sur lui en Europe et en Amérique? Très peu, les autres, comme aux Etats-Unis sont tellement occupés à se trouver un nouveau président qu'ils ne voient pas la ruine venir https://www.youtube.com/watch?v=iQu0l94HLCM , https://www.youtube.com/watch?v=Uk4c2uoOF3o . Tous ces pasteurs évangéliques marchent main dans la main avec cet oecuménisme mondial. Ils veulent un roi pour régner sur eux et non pas le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Ils travaillent tous de concert afin de mener à bien cette religion des temps de la fin, tel que prophétisé dans les Saintes Ecritures.

29 février 2016 Anita Bourdin Oecuménisme, Rome


© OR - Rencontre du patriarche orthodoxe éthiopien Abune Mathias Ier et du pape François, Rome, le 29 février 2016

« Ce qui nous unit est beaucoup plus grand que ce qui nous divise », déclare le pape François au patriarche orthodoxe éthiopien Abune Mathias Ier, demandant pardon pour les incompréhensions du passé.

Le patriarche de l’Église orthodoxe éthiopienne a en effet été reçu par le pape François ce lundi 29 février, comme nous l’annoncions le 26 février. Il a été élu le 28 février 2013, le jour du renoncement de Benoît XVI.

Le pape François a évoqué les deux visites au Vatican de l’ancien primat orthodoxe d’Éthiopie, Abune Paulos, sous les pontificats de Jean-Paul II, en 1993, et Benoît XVI en 2009.

Le pape a demandé pardon pour les divisions passées : « Nous sommes conscients que l’histoire a laissé un fardeau de douloureuses incompréhensions et de défiance, pour lesquelles nous demandons et le pardon et la guérison de Dieu. »

Il a souhaité un retour prochain à la « plénitude de la communion eucharistique » entre les deux Églises.

« Nous sommes unis grâce aux différents éléments communs de notre riche tradition monastique et pratique liturgique. Nous sommes frères et sœurs en Christ », a déclaré le pape, soulignant les points de convergence entre les orthodoxes d’Éthiopie et les catholiques : « une seule foi, un seul baptême, un seul Seigneur et Sauveur Jésus-Christ ».

Citant saint Paul, il a aussi affirmé un impératif de solidarité : « Si un membre souffre, tous les membres souffrent ensemble, et si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui. »

Il l’a souligné à propos du développement de l’Éthiopie, et du manque d’eau. Le pape a souhaité une collaboration entre l’Église catholique en Éthiopie et l’Église orthodoxe, « en faveur du bien commun et de la sauvegarde de la Création ».

Le pape a évoqué « l’œcuménisme des martyrs » en disant : « Votre Église a été une Église de martyrs depuis le début, et encore aujourd’hui vous êtes témoins d’une violence dévastatrice contre les chrétiens et contre les autres minorités au Moyen-Orient et dans certaines parties de l’Afrique. »

En avril 2015, 30 Ethiopiens avaient été exécutés en Libye par les djihadistes de l’État islamique : « l’œcuménisme des martyrs est une invitation adressée à nous, ici et maintenant, à parcourir ensemble le chemin vers une unité toujours plus pleine », a déclaré le pape François.

https://fr.zenit.org/articles/rencontre-dabune-mathias-ier-et-du-pape-francois/


Dernière édition par maria le Mar 1 Mar - 06:00 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Mar - 05:55 (2016)    Sujet du message: POPE’S ADDRESS TO PATRIARCH OF ETHIOPIAN ORTHODOX TEWAHEDO CHURCH Répondre en citant

POPE’S ADDRESS TO PATRIARCH OF ETHIOPIAN ORTHODOX TEWAHEDO CHURCH
 
‘Just as in the early Church the shedding of the blood of martyrs became the seed of new Christians, so today the blood of the many martyrs of all the Churches has become the seed of Christian unity. ‘

February 29, 2016 ZENIT Staff Papal Texts


Below is the Vatican provided text of Pope Francis’ address to Patriarch of the Ethiopian Orthodox Tewahedo Church, Pope Matthias I, in the Vatican this morning:

***

Dear Brothers and Sisters in Christ,

It is a joy and a moment of grace to be able to welcome all of you here present. I greet with affection His Holiness and the distinguished members of the Delegation. I thank you for your words of friendship and spiritual closeness. Through you, I send cordial greetings to the bishops, clergy and the entire family of the Ethiopian Orthodox Tewahedo Church throughout the world. The grace and peace of our Lord Jesus Christ be with you all.

Your Holiness’s visit strengthens the fraternal bonds already uniting our Churches. We recall with gratitude the visit of Patriarch Abuna Paulos to Saint John Paul II in 1993. On 26 June 2009, Abuna Paulos returned to meet Benedict XVI, who invited him to return in October of that same year as a special guest, to address the second Assembly for Africa of the Synod of Bishops on the situation in Africa and the challenges facing its peoples. In the early Church, it was common practice that one Church would send representatives to the synods of other Churches. This sense of ecclesial sharing was evident also in 2012, on the occasion of the funeral of His Holiness Abuna Paulos, at which a delegation of the Holy See was present.

From 2004 on, the Catholic Church and the Eastern Orthodox Churches have worked together to deepen their communion through the theological dialogue advanced by the Joint International Commission. We are happy to note the increasing participation of the Ethiopian Orthodox Tewahedo Church in this dialogue. Over the years, the Commission has examined the fundamental concept of the Church as communion, understood as participation in the communion between the Father, the Son and the Holy Spirit. In this way, we have come to see that we have almost everything in common: one faith, one Baptism, one Lord and Saviour, Jesus Christ. We are united by virtue of our Baptism, which has made us members of the one Body of Christ. We are also united by the various common elements of our rich monastic traditions and liturgical practices. We are brothers and sisters in Christ. As has often been observed, what unites us is greater than what divides us.

We truly feel that the words of the Apostle Paul apply to us: “If one member suffers, all suffer together; if one member is honoured, all rejoice together” (1 Cor 12:26). Shared sufferings have enabled Christians, otherwise divided in so many ways, to grow closer to one another. Just as in the early Church the shedding of the blood of martyrs became the seed of new Christians, so today the blood of the many martyrs of all the Churches has become the seed of Christian unity. The martyrs and saints of all the ecclesial traditions are already one in Christ. Their names are inscribed in the one martyrologium of the Church of God. The ecumenism of the martyrs is a summons to us, here and now, to advance on the path to ever greater unity.

From the beginning, yours has been a Church of martyrs. Today too, you are witnessing a devastating outbreak of violence against Christians and other minorities in the Middle East and in some parts of Africa. We cannot fail, yet again, to implore those who govern the world’s political and economic life to promote a peaceful coexistence based on reciprocal respect and reconciliation, mutual forgiveness and solidarity.

Your country is making great strides to improve the living conditions of its people and to build an ever more just society, based on the rule of law and respect for the role of women. I think in particular of the problem of access to water, with its grave social and economic repercussions. There is great room for cooperation between the Churches in the service of the common good and the protection of creation. I am certain of the readiness of the Catholic Church in Ethiopia to work together with the Orthodox Tewahedo Church over which Your Holiness presides.

Your Holiness, dear brothers and sisters, it is my fervent hope that this meeting will mark a new chapter of fraternal friendship between our Churches. We are conscious that history has left us with a burden of painful misunderstandings and mistrust, and for this we seek God’s pardon and healing. Let us pray for one another, invoking the protection of the martyrs and saints upon all the faithful entrusted to our pastoral care. May the Holy Spirit continue to enlighten us and guide our steps towards harmony and peace. May he nourish in us the hope that one day, with God’s help, we will be united around the altar of Christ’s sacrifice in the fullness of eucharistic communion. I pray to Mary, Mother of Mercy, for each of you, with words drawn from your own beautiful and rich liturgical tradition: “O Virgin, wellspring of the fountain of wisdom, bathe me in the streams of the Gospel of Christ your Son. Defend me by his Cross. Cover me with his mercy, gird me with his clemency, renew me with his unction and surround me with his fruits. Amen”.

Your Holiness, may Almighty God abundantly bless your ministry in the service of the beloved people of the Ethiopian Orthodox Tewahedo Church.
[00335-EN.01] [Original text: English]

https://zenit.org/articles/popes-address-to-patriarch-of-the-ethiopian-orth…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Mar - 06:02 (2016)    Sujet du message: INTERVIEW: CHIEF RABBI OF ROME : ‘THE POPE'S VISIT TO SYNAGOGUE CONTRASTS WITH THOSE WHO USE RELIGION TO DESTROY’ Répondre en citant

INTERVIEW: CHIEF RABBI OF ROME : ‘THE POPE'S VISIT TO SYNAGOGUE CONTRASTS WITH THOSE WHO USE RELIGION TO DESTROY’

Rabbi Riccardo Di Segni Explains How the Holy Father’s Visit This Sunday Is Awaited, Looking to the Past, Remembers Previous Pontiffs, and to the Future, Regarding the Challenges that Jews and Christians Can, Must Address Together

January 15, 2016 Salvatore Cernuzio Interviews



The Chief Rabbi of Rome, Riccardo Di Segni, uses sober and specific words to express his expectations for Pope Francis’ visit to the Major Temple on January 17. He is the third Pontiff after John Paul II in 1986 and Benedict XVI in 2010 or, better said, the fourth, “recalling that the first Pope to enter a Synagogue was Saint Peter,” he stressed.

In this interview with ZENIT in Rome, the rabbi stressed that the memory of the visits of the previous Popes will be the connecting theme of Pope Francis’ visit this Sunday, which will take on new meaning in a historical and geopolitical context marked by religious violence and fanaticism.

“Hence, it will be a sign against those who today use religion to destroy the world,” said the Rabbi, pointing out some challenges in which Jews and Christians can speak with “once voice, “ – in the first place, about life and human dignity.

* * *

ZENIT: Pope Francis is the third Pope to visit a Synagogue (with the exception of Saint Peter). What expectations and desires do you and the Jewish community of Rome have for this Sunday’s visit?

Rabbi Di Segni: It is an important meeting, even if it is the third. Precisely the fact that he is the third Pope to visit the Synagogue means that there is a continuation of the tradition and the community awaits him with gratitude for this gesture of kindness to us. This shows, in a wider scene than the local, the desire of two religious worlds to establish and consolidate peaceful relations in regard to the negative and mortal examples that come from other religious horizons.

ZENIT: How can we frame this visit of the Pope in a moment so marked by extremism and violence?

Rabbi Di Segni: The sign [of the Pope’s visit] contrasts with those who use religion to destroy the world. We want to use religion to do something good.

ZENIT: Does the visit stem from an invitation you made to the Pontiff?

Rabbi Di Segni: Yes, it was a necessary invitation, formulated immediately to be able to plan it calmly, without urgency. Since his election, we have had a cordial relation with Pope Francis and we have had and have occasion to converse quite frequently, also by telephone. I have always found in him a great willingness to listen.

ZENIT: You also had a good relation with Benedict XVI, for whom you have expressed great esteem on several occasions.

Rabbi Di Segni: Yes, we have a good relationship. We haven’t seen one another since his resignation, but we often send letters to each other.

ZENIT: And with John Paul II? You were present during the visit to the Synagogue of April 16, 1986 – the “historic” visit that was a before and after for the Jewish-Christian dialogue. What memories do you have?

Rabbi Di Segni: Yes, I was present among the public as a spectator struck by what was happening. Time has certainly been necessary to assimilate and understand the breadth of that moment. Afterwards I had the occasion to get to know John Paul II better and to have a direct relation with him. In particular, I approached him when he was already very ill.

ZENIT: Remembering the 1986 visit, if you had to evaluate the last 30 years, what has happened? Has there been a change for better or for worse?

Rabbi Di Segni: I would say there has been progressive improvement, thanks also to the clarification of open questions. Incidents haven’t been lacking, but there has always been a way of addressing and resolving them. When it was possible …

ZENIT: Speaking of the Jubilee, which is an event that has its origin in the Jewish culture, how is the Jewish community of Rome living it?

Rabbi Di Segni: The Jubilee, as it is celebrated, is an absolute and totally Christian event, which we consider with respect and attention.

ZENIT: Last month the Vatican Commission for Religious Relations with Judaism wrote a document for the 50th anniversary of “Nostra Aetate,” in which it is affirmed that, “with the necessary reservations,” one can speak of an “intra-religious dialogue” or “intra-familiar” [dialogue] between Christians and Jews. Do you share this expression?

Rabbi Di Segni: The document – which is an extremely important document – represents the point of view of the Christian theological vision. Therefore, the fact that the relation is stressed in particular, which exists between Christianity and Judaism, is important in relation to the previous history. And, therefore, from this point of view, we can say that we are satisfied.

ZENIT: Hence, is this fraternal interpretation of the relation reciprocal?

Rabbi Di Segni: There is no doubt that it’s a relation of fraternity. The theological questions aren’t reciprocal, but different by nature.

ZENIT: In your opinion, what aspects of the dialogue between Jews and Christians must still be reflected upon and developed further?

Rabbi Di Segni: There are many fields of activity, beyond those that are merely theological, which still must be realized: parallel or joint projects on which much work must be done.

ZENIT: Can you be more specific?

Rabbi Di Segni: Yes. We always say we must work together. However, what must we do together?

ZENIT: You tell me …

Rabbi Di Segni: It is an open question on which to reflect. What are the values to present to society? What models? The first thing is that we speak to one another, which is an important sign in the historical moment we are living.

ZENIT: For example, are there current topics on which Christians and Jews can speak with one voice?

Rabbi Di Segni: One voice depends on the topics. Certainly the defense of life and human dignity are essential problems on which we can and must proceed together.

ZENIT: In connection with violence and religious persecution, destructive acts and blasphemous writings against Christians continue to occur in Israel. In your opinion, what are the roots of this growing hatred?

Rabbi Di Segni: In the first place, I reiterate my rejection of these acts, which are isolated and which can’t be justified. They stem from a tragic context and, therefore, are part of a more general uneasiness of the society, which is “poisoned” by a conflict. It’s necessary to work on this.

https://zenit.org/articles/interview-chief-rabbi-of-rome-the-popes-visit-to-synagogue-contrasts-with-those-who-use-religion-to-destroy/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 686
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Mar - 04:38 (2016)    Sujet du message: HOLY ROMAN EMPIRE NEWSPAPAR HEADLINE / MERKEL : KEEPING UK IN EU IS GERMANY'S "NATIONAL INTEREST" / GERMANY : "IT IS IN GERMANY'S INTEREST TO FIGHT FOR EUROPE" - MERKEL / THE HOLY ROMAN EMPIRE CAN HELP Répondre en citant



THE HOLY WAR OF THE ROMAN EMPIRE AND ARAB NATIONS / WW3 / INQUISITION




First Reich

HOLY ROMAN EMPIRE NEWSPAPER HEADLINE




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=UEvJ8lNPsds

MERKEL : KEEPING UK IN EU IS GERMANY'S "NATIONAL INTEREST"



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=Oww9LXtMi-o

GERMANY : "IT IS IN GERMANY'S INTEREST TO FIGHT FOR EUROPE" - MERKEL
 


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=GxbZ8sLNCY8

German Chancellor Angela Merkel participated in the pre-election rally of her Christian Democratic Union partners in Volkmarsen in the German state of Hessen on Monday.

-----

THE HOLY ROMAN EMPIRE CAN HELP INSPIRE A DIFFERENT EUROPEAN UNION


January 20, 2016 4:51 pm

Peter Wilson

We should look to the example of Charlemagne, writes Peter Wilson


©AFP
A portrait of German Chancellor Angela Merkel burns in Athens in 2013

Germany’s past casts a long shadow. Last summer, Greeks protesting against the stringent terms of the EU bailout brandished pictures of Angela Merkel sporting a Hitler moustache and a Nazi armband, with the swastika replaced by the euro sign.

Such images remain potent but they hinder real engagement with the questions of how Germany will use its current economic and political influence, and how far the EU can or should contain that power. For answers we should look back in time to when Germany was part of the Holy Roman Empire.

The empire scarcely seems worthy of discussion today. If it has any resonance at all, it is usually thanks to Voltaire’s quip that it was “neither holy, Roman nor an empire”. Founded by Charlemagne on Christmas Day 800, the empire appeared to go into decline almost immediately until being swept away as an obsolete irrelevance by Napoleon in 1806. In the words of James Madison, the fourth president of the US, the empire was “a nerveless body; incapable of regulating its own members; insecure against external dangers and agitated with unceasing fermentations in its own bowels.”

Knowing why the empire has been interpreted this way can help us to understand present-day Germany’s position in Europe, particularly its leading role within the EU.

The legacy of two world wars has encouraged those outside Germany to fear its leadership as potential hegemony but the history of the Holy Roman Empire reveals a time when Germany was part of a wider pacific order.

The negative interpretation of the empire rests on seeing it as a series of failed attempts to create a German nation state. In this version of history, a succession of monarchs tried to create central institutions capable of imposing a uniform system of rule, only to be thwarted by the selfish ambitions of petty German princes.

In fact, the empire was never simply “Germany”. It covered what is now Austria, Switzerland, Belgium, Luxembourg, Netherlands, the Czech Republic, much of Italy, and parts of France and Poland.

Historians in all these countries found no use for the empire when they came to write their national stories in the 19th century. For them, like the Greek protesters, “empire” meant foreign domination.

Power was always multiple and plural. The management of daily life was devolved to more local powers

The imperial aspect of the empire is perhaps the hardest for us to grasp today, largely because we tend to conceive empire through the experience of European colonial power.

We expect empires to have a clear and stable core inhabited by an imperial people that imposes its will on peripheral regions. But the Holy Roman Empire had no core, because it never possessed a clear centre of government or even an official capital. Instead, power was always multiple and plural. The management of daily life was devolved to more local powers.

The most significant change across the centuries was not a progressive fragmentation of an originally centralised power, as previous generations of historians believed.

Rather, it was a gradual thickening of local power that drew its legitimacy from its relationship to the empire as a whole. Imperial charters and laws sanctioned local rights and liberties.

Additional layers were added over time in response to circumstances, most notably during the 16th and 17th centuries, when Protestants acquired the same legal safeguards as Roman Catholics.

Its inhabitants generally identified with it positively because it preserved their own autonomy and ways of life

However, long before this Jews had received protective rights which generally functioned better than those granted by monarchs in Europe’s more centralised kingdoms.

And it is here that we see most clearly what the empire can tell us about Europe’s possible future. Its inhabitants generally identified with it positively because it preserved their own autonomy and ways of life.

It cannot be a blueprint for today’s EU, because the social order which underpinned that local autonomy was also riddled with inequalities we would find abhorrent.

Yet it does suggest an alternative to the stark choice between the EU as a single, homogeneous superstate or fatally weakening Europe’s global position by fragmenting it into a mosaic of national states.

The writer is Chichele professor of the history of war at the University of Oxford and the author of The Holy Roman Empire

http://www.ft.com/cms/s/0/5f128086-bed2-11e5-9fdb-87b8d15baec2.html


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:11 (2016)    Sujet du message: LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 343, 44, 4552, 53, 54  >
Page 44 sur 54

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com