LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3 … , 52, 53, 54  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 10 Oct - 08:06 (2016)    Sujet du message: LE PAPE CONFIE L'AVENIR DU MONDE A LA VIERGE MARIE Répondre en citant



LE PAPE CONFIE L'AVENIR DU MONDE A LA VIERGE MARIE

Ce discours du Pape pourrait avoir un double sens. Sachant que Marie est la déesse Isis, et que les mercenaires dits "musulmans" se font connaître aussi sous le nom de ISIS, "de confier l'avenir du monde à la Vierge" ou à la ISIS, cela pourrait aussi être un signal pour les troupes mercenaires qu'ils peuvent maintenant fondre sur les nations. Ce qui est clair est, que le Pape François comme ses prédécesseurs met une malédiction sur la planète entière, et que des milliers d'âmes sont trappées dans ce grand mensonge d'unité, unité qui les conduira tous dans les profondeurs des enfers pour avoir mis leur confiance dans l'homme trompeur qui donne adoration aux démons et au grand Lucifer.

Analysez ce qui se passe dans votre pays et dans le monde pour la suite des événements qui fondent sur le monde et prions avec l'espérance que le Sauveur viendra, un jour, et que jusque là, que notre foi demeure  inébranlable afin de tenir ferme jusqu'au bout. Jésus-Christ est seul le Prince de la Paix et sans lui, il ne peut y avoir de Paix réelle. Vous tous qui me suivez depuis de longues années, vous avez pu voir que tout ce qui se met en place, au nom de la Paix, n'est en réalité que destruction et contrôle total sur cette planète et ses habitants. Nous entrons maintenant dans une phase très critique où tout basculer n'importe quand.

Mais prenez courage, Christ a vaincu ce monde et il n'a pas plié le genou devant le grand Satan et son système, et ce même au prix de Sa vie. Il avait une mission, comme Il nous a donné une mission, celle de poursuivre son oeuvre jusqu'au bout afin que les nations entendent Son message de Paix. Beaucoup ont entendu, mais un reste a écouté et accepter Son message et Son oeuvre. Que le Seigneur Dieu soutienne ses enfants, en ces temps de grands troubles qui arrivent sur ce monde.

Dieu ne bénira certes pas ceux et celles qui adorent le démon Marie, la ISIS reptilienne, la malédiction va s'abattre sur eux tous, car ils ont donné gloire et honneur au destructeur/trice. L'heure du jugement est maintenant arrivée et le grand carnage va aller de l'avant sur les 5 continents. Soyez fort et courageux et regardez à votre délivrance, peuple de Dieu, car si Dieu envoie son jugement, le grand Satan en profitera pour tenter d'exterminer les saints du Très-Haut, afin de défier Dieu et de tenter de s'emparer de la planète à perpétuité. Satan sait qu'il ne gagnera pas, car il connaît très bien les Ecritures, bien plus que vous et moi, mais il essayera quand même. Sa haine est sans limite et ses griffes bien aiguisées. Mais ce conquérant, cet ange maudit sera lié en son temps par le Messie lui-même.

Jusqu'à ce que ce temps vienne persévérons et gardons-nous des nombreux pièges de cet ennemi juré qui ose provoquer notre Dieu. Cela lui sera fatal, car il sera enchaîné pour 1000 ans par la suite.

-----


ENGLISH :
The Rosary Is Synthesis of History of God’s Mercy, Says Pope 

https://zenit.org/articles/the-rosary-is-synthesis-of-history-of-gods-mercy…

Paroles avant l’angélus (Traduction intégrale)

9 octobre 2016 Anne Kurian Angélus et Regina Caeli, Pape François


  https://fr.zenit.org/articles/le-pape-confie-lavenir-du-monde-a-la-vierge-m…Vierge Salus populi romani, capture CTV

Reprenant les paroles de Jean-Paul II seize ans plus tôt, le pape François a confié l’avenir de la planète à la Vierge Marie, le 9 octobre 2016, à l’occasion du Jubilé marial : « O Mère … nous voulons te confier l’avenir qui nous attend. L’humanité … peut faire de ce monde un jardin, ou le réduire à un amas de cendres ».

Depuis la place Saint-Pierre où il venait de célébrer la messe dominicale, le pape a introduit la prière de l’angélus en remerciant les dizaines de milliers de pèlerins présents. Parmi eux, 94 délégations de sanctuaires mariaux du monde entier.

Paroles du pape François avant l’angélus

Chers frères et sœurs,

J’ai appris avec douleur les graves conséquences causées par l’ouragan qui ces derniers jours a touché les Caraïbes, spécialement Haïti, en faisant de nombreuses victimes et déplacés, en plus de dégâts matériels considérables. J’assure les populations de ma proximité et j’exprime ma confiance dans le sens de solidarité de la Communauté internationale, des institutions catholiques et des personnes de bonne volonté. Je vous invite à vous unir à ma prière pour ces frères et sœurs si durement éprouvés.

Hier à Oviedo (Espagne) le prêtre Genaro Fueyo Castañón et trois compagnons laïcs ont été proclamés bienheureux. Louons le Seigneur pour ces témoins héroïques de la foi, agrégés au rang des martyrs qui ont offert leur vie au nom du Christ.

J’adresse mon salut le plus cordial à vous tous, chers pèlerins, qui avez participé à ce Jubilé marial. Merci de votre présence ! Avec vous je voudrais redire les paroles que saint Jean-Paul II prononça le 8 octobre 2000, dans l’Acte de confiance à Marie : « O Mère … nous voulons te confier l’avenir qui nous attend. L’humanité … peut faire de ce monde un jardin, ou le réduire à un amas de cendres ». A ce carrefour, que la Vierge nous aide à choisir la vie, en accueillant et en pratiquant l’Evangile du Christ Sauveur.

Traduction de Zenit, Anne Kurian

https://fr.zenit.org/articles/le-pape-confie-lavenir-du-monde-a-la-vierge-marie/


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 10 Oct - 08:06 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 12 Oct - 04:26 (2016)    Sujet du message: REPAIRING THE BREACH “KINGDOM REBOOT CONFERENCE” Répondre en citant

SPIRITUAL TRAP



The tree of knowledge and the inverse 6

REPAIRING THE BREACH “KINGDOM REBOOT CONFERENCE”

New age spirituality

Chaim Goldman, Author at Repairing the Breach

www.repairingthebreach.global/author/chaim

What an awesome way to begin in each new area, huh? ... Welcome to the the I-age, folks, where it's all about YOU, and “having it YOUR way”. ... Yes, it's “The Narrow Road Challenge”, and Chaim and Dr. Kim Goldman are going to show you ...

-----

... “Nourish the Nations” Pastors Luncheon:  How to Establish and Operate a World-Changing Health Ministry in Your Church”...

... 4 Easy-to-Remember Steps to Always Choosing Life Wow, this world sure does offer a LOT of choices! Welcome to the the I-age, folks, where it’s all about YOU, and “having it YOUR way”....

http://www.repairingthebreach.global/author/chaim

-----

KINGDOM REBOOT CONFERENCE
PHOENIX, ARIZONA  --  NOVEMBER 11 - 13, 2016

Spend the Weekend with Repairing the Breach codirectors and Biblical Health TV cofounders, Chaim and Dr. Kim Goldman, in spectacular Phoenix, Arizona, as we journey together to renew body, soul, and spirit, and reboot your life!

This Southwest Regional Conference will be hosted in north-metro Phoenix by Midrash Echad, from Friday evening (November 11th,) to Sunday evening (November 13th).

We are considering this Weekend Conference a “Southwest Regional”, and invite you to attend not just from the Phoenix area, but the entire Southwest US, and beyond.  (Hey, it’s a great time of year to leave the cold north country and come to the desert!)

For all the Conference info and to Register, go now to:

www.RepairingTheBreach.global/Phoenix

Restore, Renew, Repair, Reboot

We hope you'll join us for this wonderful time of teaching and fellowship, as you learn to walk in your actual calling, get truly healthy, and fully serve the Kingdom.

It's time to Reboot your life!

For such a time as this,
The Goldman Family and the entire Repairing the Breach Team

Click here to manage your subscriptions

e-mail


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 13 Oct - 04:48 (2016)    Sujet du message: ŒCUMENISME DU SANG : « L’ENNEMI NE SE TROMPE PAS », IL RECONNAÎT LE CHRETIEN Répondre en citant

ŒCUMENISME DU SANG  : « L’ENNEMI NE SE TROMPE PAS », IL RECONNAÎT LE CHRETIEN

-----


Topo n°10 : les catholiques et les autres religions


...Au N°1 « Si le Concile déclare que Dieu a Lui-même fait connaître au genre humain la voie par laquelle, en Le servant, les hommes peuvent obtenir le salut dans le Christ et parvenir à la béatitude. Cette unique vraie religion, nous croyons qu’elle subsiste dans l’Église catholique et apostolique à qui le Seigneur Jésus a confié le mandat de la faire connaître à tous les hommes.. » ...

...N°2 «  Jésus avant de s’offrir sur l’autel de la croix comme hostie immaculée, adressa au Père cette prière pour ceux qui croiraient en lui : « Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et moi en toi ; qu’eux aussi soient un en nous afin que le monde croie que tu m’as envoyé » (Jn 17, 21). Et il institua dans son Église l’admirable sacrement de l’Eucharistie qui exprime et réalise l’unité de l’Église… L’Esprit Saint qui habite dans les croyants, qui remplit et régit toute l’Église, réalise cette admirable communion des fidèles et les unit tous si intimement dans le Christ, qu’il est le Principe de l’unité de l’Église. C’est lui qui réalise la diversité des grâces et des ministères »...

http://cpsainttugdual.catholique.fr/Topo-no10-les-catholiques-et-les


-----

Le pape reçoit la conférence des secrétaires du “Christian World Communions

12 octobre 2016 Anne Kurian Pape François


Conférences des secrétaires du “Christian World Communions" @ L'Osservatore Romano

« L’ennemi ne se trompe pas, il sait bien reconnaître où est Jésus » et il n’identifie que « le chrétien », a souligné le pape François devant les participants à la Conférence des secrétaires du “Christian World Communions”. Au cours d’une audience le 12 octobre 2016 au Vatican, le pape a souligné qu’accomplir des œuvres de charité ensemble, c’était déjà faire l’unité des chrétiens.

Prenant la parole lors de cette rencontre, le pape François a constaté que « l’ennemi nous enseigne l’œcuménisme du sang ». Un œcuménisme « aujourd’hui très actuel » : « Quand les terroristes ou les puissances mondiales persécutent les minorités chrétiennes ou les chrétiens, (…) ils ne demandent pas : ‘Mais tu es luthérien ? Tu es orthodoxe ? Tu es catholique ? Tu es réformé ? Tu es pentecôtiste ?’, non. ‘Tu es chrétien’. Ils en reconnaissent un seul : le chrétien ».

« L’ennemi ne se trompe pas, il sait bien reconnaître où est Jésus », a insisté le pape. Il a fait mémoire des 21 « frères orthodoxes coptes égorgés sur les plages de la Libye », en février 2015. « Ce sont nos frères. Ils ont donné témoignage de Jésus et sont morts en disant : ‘Jésus aide-moi !’. Avec le nom : ils ont confessé le nom de Jésus ».

Mon Jésus contre ton Jésus

Au fil d’un bref discours improvisé, le pape a aussi recommandé « l’œcuménisme de la prière, l’œcuménisme du chemin ». « Si souvent, a-t-il constaté, nous pensons que le travail œcuménique est seulement celui des théologiens ». « Il est important que les théologiens étudient, se mettent d’accord et expriment leur désaccord », a-t-il assuré, mais « entre-temps, l’œcuménisme se fait en marchant ».

Il s’agit de marcher « avec Jésus, non pas avec ‘mon’ Jésus contre ‘ton’ Jésus, mais avec ‘notre’ Jésus ». « Jésus est avec nous. (…) Jésus est en chemin avec nous, a ajouté le pape. Cela (…) me pose deux questions : suis-je capable de croire que Jésus est avec nous ? Suis-je capable de cheminer avec tous, ensemble, et avec Jésus ? »

Pour le pape, « le chemin est simple: il se fait par la prière et par l’aide aux autres ». Les chrétiens doivent « prier ensemble: l’œcuménisme de la prière, les uns pour les autres et tous pour l’unité ». Ils doivent aussi s’engager ensemble « pour tant de nécessiteux, pour tant d’hommes et de femmes qui aujourd’hui souffrent des injustices, des guerres… ces choses terribles ».

Ainsi la charité envers le prochain, a-t-il affirmé, « c’est l’œcuménisme. C’est déjà l’unité. Unité en chemin avec Jésus ».

La Conférence annuelle des secrétaires du « World Christian Communions » rassemble des représentants de diverses traditions chrétiennes pour échanger sur leurs engagements communs. Parmi les participants notamment : la Communion anglicane, l’Alliance mondiale des baptistes, les Eglises orthodoxes orientales et celle de Moscou, la Fédération luthérienne mondiale, les pentecôtistes, le Conseil mondial des méthodistes ainsi que le Conseil pontifical pour l’unité des chrétiens.

https://fr.zenit.org/articles/oecumenisme-du-sang-lennemi-ne-se-trompe-pas-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 13 Oct - 05:17 (2016)    Sujet du message: 500 ANS DE LA REFORME : LUTHERIENS ET CATHOLIQUES VONT COMMEMORER L'ANNIVERSAIRE ENSEMBLE Répondre en citant

500 ANS DE LA REFORME : LUTHERIENS ET CATHOLIQUES VONT COMMEMORER L'ANNIVERSAIRE ENSEMBLE 

Le cardinal Koch et le pasteur Junge publient un document

12 octobre 2016 Rédaction Oecuménisme


Le Rév. Martin Junge (à gauche) et le Cardinal Koch. Photo: LWF/S. Gallay

« Pour la toute première fois, des catholiques et des luthériens vont commémorer ensemble, à l’échelle mondiale, l’anniversaire de la Réforme ». Un événement historique salué par le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens et le pasteur Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale (FLM), dans un document publié en vue de la commémoration qui aura lieu le 31 octobre 2016 avec le pape François à Lund, en Suède.

Au cours des célébrations des 500 ans de la Réforme, expliquent-ils dans ce texte publié en plusieurs langues le 12 octobre, les luthériens et les catholiques « puiseront au plus profond de leur foi commune en le Dieu Trine pour déclarer publiquement » qu’ils vont « aller de l’avant », qu’il est « important de maintenir le dialogue ». Ils lanceront aussi un appel pour rejeter « avec véhémence » la haine et la violence qui ne doivent pas être « justifiées ».

Ainsi le pape François, l’évêque Munib Younan et le pasteur Junge, représentant la communion mondiale des 145 communautés de la FLM, donneront ensemble le coup d’envoi de la commémoration commune. Commémoration, expliquent le cardinal Koch et le pasteur, qui sera structurée « autour de l’action de grâce, de la repentance et d’un engagement en faveur du témoignage commun ».

Cet événement«  appelé à faire date », représentera « un immense encouragement pour les catholiques et les luthériens dans leur témoignage commun dans un monde blessé et brisé », écrivent encore les signataires, souhaitant qu’il fournisse « la motivation nécessaire pour s’engager en faveur d’un dialogue encore plus passionné ».

AK

Ensemble dans l’espérance

En l’an 1517, dans la ville allemande de Wittemberg, le moine Martin Luther exprima publiquement son opposition à la pratique courante du commerce des indulgences. Il le fit motivé par ses convictions théologiques et spirituelles. Ses prises de position publiques enclenchèrent un processus de transformation en profondeur dans un contexte déjà complexe de bouleversements sociaux, politiques et économiques. Si Luther n’avait jamais eu l’intention de fonder une nouvelle Église, la tournure que prirent les événements finit par diviser le christianisme d’Occident et faire éclater des conflits et des violences dont les effets s’en ressentent encore aujourd’hui. À chaque centenaire de la Réforme, les commémorations sont sources de polémiques et de confrontation entre les deux confessions.

Cette fois-ci, ce sera différent. Le 31 octobre 2016, le pape François, pour l’Église catholique, et l’évêque Munib Younan et le pasteur Martin Junge, représentant la communion mondiale des 145 Églises de la Fédération luthérienne mondiale, donneront ensemble le coup d’envoi de la commémoration commune de la Réforme à l’occasion de son 500e anniversaire.

Pour la toute première fois, des catholiques et des luthériens vont commémorer ensemble, à l’échelle mondiale, l’anniversaire de la Réforme. Cet événement, qui est appelé à faire date, reflète les progrès réalisés en cinquante ans de dialogue international catholique-luthérien. Établi après les importantes décisions prises par le Concile Vatican II, le dialogue a permis aux deux traditions de mieux se comprendre l’une l’autre. Il a permis de venir à bout de bon nombre d’antagonismes et, surtout, il a instauré la confiance. Il a affirmé la conviction commune que ce qui unit les catholiques et les luthériens compte davantage que ce qui les divise. Il a donné expression à la profonde conviction de foi selon laquelle catholiques et luthériens sont, par le baptême, appelés à faire partie d’un seul et même corps.

Mais cette commémoration est aussi l’expression des relations consolidées et de la meilleure compréhension mutuelle que le service et le témoignage ont permis d’atteindre. Les luthériens et les catholiques se sont rapprochés, souvent dans des contextes extrêmement difficiles marqués par la persécution, l’oppression et la souffrance. = Et ils retournent maintenant vers cette église apostate qui a persécuté les saints de Dieu à travers les âges et qui encore de nos jours, persécutent les chrétiens de toutes confessions afin d'amener ce nouvel-âge de "lumière".

Parmi les nombreux accords conclus au cours de ces décennies de dialogue, la Déclaration commune sur la doctrine de la justification, signée par l’Église catholique et la FLM en 1999, est décisive. Par cette déclaration, les catholiques et les luthériens sont parvenus à surmonter les clivages nés de la principale controverse du 16e siècle. Ce jalon dans l’histoire des relations œcuméniques catholiques-luthériennes constitue le fondement théologique de la commémoration commune, rendant possible l’engagement public à tourner le dos à un passé de conflit pour s’ouvrir à l’unité à laquelle l’Église est appelée.

Le cri de ralliement de la commémoration commune sera «Du conflit à la Communion – ensemble dans l’espérance». Au programme de la commémoration figure une prière commune à la cathédrale de Lund ainsi qu’un rassemblement public à la Malmö Arena, en Suède.

«Du conflit à la communion» est aussi le titre d’un rapport réalisé par la Commission internationale luthéro-catholique romaine sur l’unité. Le rapport raconte l’histoire de la Réforme telle qu’elle est unanimement comprise par les deux traditions, analyse les points théologiques sujets à controverse et dresse la liste des différends qu’on peut aujourd’hui considérer comme résolus grâce au dialogue et à une compréhension mutuelle. Par ailleurs, il répertorie les sujets qui nécessitent une discussion théologique approfondie avant de pouvoir trouver un accord, notamment la conception de l’Église, du ministère et de l’eucharistie. La commémoration commune sera structurée autour de l’action de grâce, de la repentance et d’un engagement en faveur du témoignage commun.

– Action de grâce: pour le don de la Parole de Dieu, qui s’est adressée de nouveau à l’Église et au monde et qui continue de s’exprimer. Mais aussi pour les dons spécifiques de la Réforme, ainsi que les dons que luthériens et catholiques se reconnaissent mutuellement.

– Repentance: parce que les antagonismes ont conduit à la désunion de l’Église. Mais aussi pour les immenses souffrances qu’ont dû subir des gens ordinaires à cause d’un contentieux théologique qui, en étant récupéré par des intérêts politiques hégémoniques, s’est aligné sur ceux-ci. Cela s’est traduit par de longues «guerres de religion» ont ravagé l’Europe aux 16e et 17e siècles.

– Engagement en faveur d’un témoignage commun: Parce que si les luthériens et les catholiques poursuivent leur quête d’unité, rien n’empêche leur témoignage commun de la joie, de la beauté et du pouvoir transformateur de la foi, notamment en étant au service des personnes pauvres, marginalisées et opprimées. La commémoration commune invite les catholiques et les luthériens à donner, car ils reçoivent la grâce en Christ et par le Christ.

Si ces trois éléments auront toute leur place dans la prière commune à la cathédrale de Lund et dans la déclaration commune qui sera signée par le pape François et le président de la FLM l’évêque Munib Younan, le troisième – l’engagement en faveur du témoignage commun – sera particulièrement mis en valeur à la Malmö Arena, qui peut accueillir jusqu’à 10 000 participants. Lors de ce rassemblement public, un accord de coopération sera signé entre le Département d’entraide mondiale de la Fédération luthérienne mondiale, qui est actuellement au service de plus de 2,3 millions de réfugiés dans le monde, et Caritas Internationalis, qui, avec une présence dans 164 pays dans le monde, peut se prévaloir d’un record impressionnant en matière de service diaconal aux personnes dans le besoin. En offrant des témoignages, en chantant des chansons et en échangeant des réflexions, catholiques et luthériens vont ainsi faire comprendre que leur engagement à tourner le dos au conflit ne se cantonnera pas à ces deux communions mais qu’il portera des fruits dans un service empreint de compassion et d’amour à l’égard du prochain dans un monde blessé et fragmenté par le conflit, la violence et la destruction écologique.

Bien que les luthériens et les catholiques soient appelés à laisser le conflit derrière eux et à se tourner vers leur avenir commun, il ne fait aucun doute que cette initiative importante et historique ne saurait avoir lieu isolément, sans tenir compte des nombreuses autres relations œcuméniques.

Des représentants œcuméniques participeront à la commémoration commune, accompagnant les catholiques et les luthériens dans ce moment clé et encourageant par leur présence la suite du processus. Ce contexte œcuménique mettra aussi en valeur la conviction que la Réforme du 16e siècle n’est pas un événement isolé, mais qu’elle a été précédée et suivie par d’autres mouvements réformateurs. Les différentes traditions confessionnelles ont reçu et se sont approprié chacune à leur manière le mouvement de réforme mis en branle par Luther.

Dans un monde aux prises avec des déficits de communication, la récurrence croissante de discours incendiaires et de nature à semer la division et la montée de la violence et du conflit, les luthériens et les catholiques puiseront au plus profond de leur foi commune en le Dieu Trine pour déclarer publiquement:

– Ensemble, catholiques et luthériens vont aller de l’avant, toujours plus près de leur Seigneur et Sauveur commun Jésus Christ;
– Il est important de maintenir le dialogue;
– Il est possible de tourner le dos au conflit;
– La haine et la violence, y compris celles qui sont motivées par la religion, ne doivent pas se banaliser – et, surtout, elles ne sauraient être justifiées –, mais elles doivent être rejetées avec véhémence;
– Les mauvais souvenirs peuvent se dissiper;
– Une histoire douloureuse n’exclut pas un avenir radieux;
– Il est possible de passer du conflit à la communion et d’entreprendre ce cheminement ensemble et dans l’espérance;
– Il y a un pouvoir dans la réconciliation, car celle-ci nous libère pour nous permettre de nous tourner les uns vers les autres mais aussi vers l’extérieur dans l’amour et le service.

La commémoration commune représentera un immense encouragement pour les catholiques et les luthériens dans leur témoignage commun dans un monde blessé et brisé. En outre, elle fournira la motivation nécessaire pour s’engager en faveur d’un dialogue encore plus passionné permettant de venir à bout des différences et de recevoir et célébrer l’unité à laquelle nous aspirons.

© Lutheranworld.org

https://fr.zenit.org/articles/500-ans-de-la-reforme-pour-la-premiere-fois-l…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 14 Oct - 05:50 (2016)    Sujet du message: À ASSISE, LES RESPONSABLES RELIGIEUX PARLENT DE PAIX Répondre en citant

À ASSISE, LES RESPONSABLES RELIGIEUX PARLENT DE PAIX


Le pape François salue le secrétaire général du COE à Assise.

21 septembre 2016

Version française publiée le: 13 octobre 2016

Cette semaine, à Assise, des responsables musulmans, juifs, hindous, chrétiens et bouddhistes se sont réunis pour parler de paix, tandis que de l’autre côté de l’Atlantique, à New York, les leaders politiques du monde entier, rassemblés aux Nations Unies, discutaient d’un monde agité.

La conférence interreligieuse organisée par la Communauté de Sant’ Egidio du 18 au 20 septembre, en Italie, était intitulée «Soif de paix. Religions et cultures en dialogue» et quelque 450 responsables religieux y ont assisté.

Le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE), figurait parmi les participants, comme d’autres responsables du mouvement œcuménique, notamment Bartholomée Ier, patriarche œcuménique de Constantinople; l'archevêque émérite Anders Wejryd, président du COE pour l’Europe; et Justin Welby, archevêque de Canterbury.

Le pape François a participé à la cérémonie finale de la Journée mondiale de prière pour la paix à Assise, dans l’après-midi du 20 septembre
.

Citant Matthieu 5,9, «Heureux ceux qui font œuvre de paix», le pape François a déclaré: «Nous avons soif de paix. Nous avons le désir de témoigner de la paix.

Nous avons surtout besoin de prier pour la paix, car la paix est un don de Dieu et il nous revient de l’invoquer, de l’accueillir et de la construire, chaque jour avec son aide.»

Il a ajouté: «nos traditions religieuses sont diverses.  Mais la différence n’est pas pour nous un motif de conflit, de provocation ou de froide distance.  Nous n’avons pas prié aujourd’hui les uns contre les autres, comme c’est malheureusement arrivé parfois dans l’histoire.»

Il a poursuivi en disant: «paix signifie Accueil, disponibilité au dialogue, dépassement des fermetures, qui ne sont pas des stratégies de sécurité, mais des ponts sur le vide.  Paix veut dire Collaboration, échange vivant et concret avec l’autre, qui est un don et non un problème, un frère avec qui chercher à construire un monde meilleur.»

Les racines de l’extrémisme religieux

Dans une salle de conférence comble, le pasteur Tveit a animé une table ronde sur le terrorisme et l’extrémisme religieux intitulée «Terrorisme – un déni de Dieu».

«Personne ne peut invoquer le nom de Dieu pour répandre la terreur ou la violence, a déclaré le pasteur. La terreur est un blasphème envers Dieu qui nous a tous créés égaux, à son image. La terreur est un péché contre les autres êtres humains, contre le caractère sacré de la vie, et donc contre Dieu

Le pasteur Tveit a souligné que «l’idéologie derrière ces attaques est un mélange de justifications politiques, culturelles et certainement religieuses de la violence. Le déni de l’humanité de "l’autre", qui devient la cible, en est un des éléments clés.»

«La terreur, ce ne sont pas des chiffres ou des images d’ailleurs, cela nous concerne nous, en tant qu’êtres humains. Nous pouvons tous être victimes de la terreur», a-t-il déclaré, racontant qu’il avait lui-même échappé à l’attentat de Bologne le 2 août 1980, ce que lui avait rappelé la liste des victimes dans la gare de Bologne, des années plus tard.

«Je n’arrivais pas à répondre à cette question: pourquoi suis-je en vie, et pas les personnes sur cette liste? Je n’arrivais pas à répondre à la question: que puis-je faire maintenant? J’ai décidé d’étudier pour devenir pasteur, de mettre ma vie au service de Dieu et de toute l’humanité en partageant l’Évangile, et en œuvrant pour la justice et la paix.»

Dans le terrorisme, a expliqué le pasteur Tveit, «les dimensions transcendante, transformatrice et holistique de la religion sont réduites à une idéologie totalitaire qui se justifie et s’impose de manière destructrice et qui n’accepte aucune responsabilité en matière de liens porteurs de vie au-delà de son propre groupe, et même au sein de son groupe comme entité collective.»

Mais les religions elles-mêmes font partie du problème, a-t-il insisté. «Nous devons être critiques et faire notre autocritique. Nous devons aménager un espace pour l’autocritique et la repentance, pour une imagination constructive qui ouvre la porte à la guérison, à la réconciliation, et à la présence vivifiante de Dieu qui renouvelle toute vie.» Il a terminé en citant le Psaume 118,17: «Non, je ne mourrai pas, je vivrai pour raconter les œuvres du Seigneur.»

Le pasteur Tveit a également participé à une table ronde sur les inégalités économiques. Il s’agissait d’expliquer que les écarts croissants de richesse et de revenus sont au cœur de nombreux problèmes dans le monde. Les chrétiens doivent «prêter attention aux écarts», a déclaré le pasteur. Il a expliqué que la foi en un seul Dieu créateur de tous, fondée sur le témoignage biblique, nous appelle à œuvrer pour une juste distribution des ressources. L’alliance et le Décalogue (Exode 20 – 23) insistent sur ce point, a-t-il rappelé, tout comme l’enseignement de Jésus. Nous prions pour assouvir nos besoins, pas notre cupidité.

Des interventions de l’Américaine Jody Williams et de la Yéménite Tawakkol Karman, lauréates du prix Nobel, ainsi qu’un déjeuner avec des réfugiés syriens étaient également inscrits au programme de la conférence.

Un œcuménisme de la miséricorde

Lors de l’homélie prononcée au cours d’une messe, le dernier jour de la conférence, le pape François a déclaré: «notre cœur est un cœur d’homme ou de femme de paix. Et au-delà des divisions des religions — tous, tous, tous!  Car nous sommes tous des enfants de Dieu et Dieu est un Dieu de paix. Il n'existe pas de Dieu de guerre.  Celui qui fait la guerre est le malin, le diable, qui veut tuer tout le monde.»

Établissant un lien entre l’aspiration œcuménique à l’unité et la quête de paix, l’archevêque Wejryd est intervenu sur le thème «Unité chrétienne: œcuménisme et miséricorde» en soulignant qu’aujourd’hui, les chrétiens peuvent volontiers s’engager ensemble dans la mission «notamment dans les régions que l’on appelait le monde chrétien».

«En tant qu’humains, nous sommes envoyés les uns aux autres avec des actions individuelles et avec la mission de créer des structures meilleures. Nous sommes envoyés pour transmettre le récit biblique qui a changé et change encore le monde.»

L’archevêque Wejryd a rappelé que dans Éphésiens 4, l’unité est déjà une réalité, car il y a un seul Père et un seul baptême.

«Et aucun chrétien ne doit être satisfait tant que nous n’avons pas célébré et partagé l’Eucharistie ensemble, en toute honnêteté et sans réserve.»

Des conditions préalables à la paix

Dans son allocution, le patriarche œcuménique Bartholomée a déclaré que la paix avait «besoin de pivots qui la soutiennent, même quand elle est en danger».

Il a poursuivi: «il ne peut y avoir de paix sans respect et reconnaissance mutuelle... Il ne peut y avoir de paix sans justice; il ne peut y avoir de paix sans une collaboration fructueuse entre tous les peuples du monde».

Le patriarche a souligné que l’humanité devait être capable de se demander où elle avait commis des fautes et où elle n’avait pas été assez attentive «car les fondamentalismes sont apparus et menacent non seulement le dialogue avec les autres mais aussi le dialogue introspectif, celui de nos consciences.»

«Nous devons être capables de les isoler, de les purifier, à la lumière de nos fois, de les transformer en richesse pour tous», a-t-il ajouté selon Radio Vatican.

Au cours de la conférence, le patriarche œcuménique Bartholomée a reçu un doctorat honorifique de l’Université pour étrangers de Pérouse.

Lors d’une cérémonie œcuménique, l’archevêque anglican Justin Welby a parlé de l’idée fausse, répandue dans le monde actuel, selon laquelle l’argent faisait la richesse.

«Nous nous croyons riches, a-t-il déclaré. Notre argent et notre richesse sont semblables aux billets d’un jeu pour enfants: il nous permet d’acheter des biens dans l’économie humaine, qui semble si puissante, mais dans l’économie de Dieu, il ne vaut rien.  Nous sommes véritablement riches lorsque nous acceptons la miséricorde de Dieu par le Christ, notre Sauveur.»

La conférence marquait le 30e anniversaire de la première Journée mondiale interreligieuse de la prière pour la paix, organisée pour la première fois à Assise sous le pontificat de Jean-Paul II qui a depuis été canonisé par l’Église catholique romaine.

Assise était la ville d’origine de saint François, en l’honneur duquel le pape a choisi son nom.

Lire le discours du pape François
Consulter l’article du Vatican sur l’événement
En savoir plus sur les relations entre l’Église catholique romaine et le COE

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/religious-leaders-of-many-fai…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 02:55 (2016)    Sujet du message: ALAIN ESCADA : "L’ORDRE SOCIAL CHRETIEN ET LES CORPORATIONS COMME TROISIEME VOIE" Répondre en citant

ALAIN ESCADA : "L’ORDRE SOCIAL CHRETIEN ET LES CORPORATIONS COMME TROISIEME VOIE"


...La déclaration de l'oecuménisme N°3 précise que "c'est en effet par la seule Eglise catholique du Christ, laquelle est "moyen genéral de salut" que peut s'obtenir la plénitude des moyens du salut. Car c'est au seul collège apostolique, dont Pierre est le chef, que furent confiées, selon notre foi, toutes les richesses de la Nouvelle Alliance qfin de constituer sur la terre un seul Corps du Christ auquel il faut que soient pleinement incorporés tous ceux, qui d'une certaine façon, appartiennent déjà au peuple de Dieu."...  = Quelque soit la religion, la tradition, les mythes, et les différentes pratiques gnostiques, si vous venez vers cette église, vous seriez automatiquement sauvés. Ceci est carrément une hérésie et un blasphème contre le Dieu fait homme qui est mort sur la croix afin que par sa résurrection, ceux qui viennent à lui soient sauvés. L'église catholique romaine usurpe la royauté au Sauveur et tente d'amener, via les 3 esprits impurs (Isis, Osiris et Horus) le monde entier vers un faux évangile de paix et d'unité et qui persécutent les protestants depuis toujours et qui détruisent des pays pour en devenir les maîtres avec l'empire romain .

Il est aussi faux de prétendre que l'église et l'état sont séparés, les différents concordats signés entre les pays et le Vatican le prouve bien. C'est par les diocèses que Rome contrôle nos villes et tout ce qui l'englobe. Voyez le résultat...  Relisez le serment des Jésuites, vous comprendrez mieux la grande supercherie.


...C'est pourquoi ceux qui refuseraient soit d'entrer dans l'Eglise catholique, soit d'y persévérer, alors qu'ils la sauraient fondée de Dieu par Jésus-Christ comme nécessaire, ceux-là ne pourraient être sauvés"... = De là, l'expression "Hors de l'Eglise, point de salut". Et ceux-là, l'église romaine ne les tolèrent plus, il faut qu'ils soient tous exterminés, car ils causent la division et non l'unité. Un bon article à lire dans son ensemble pour bien comprendre toute la séduction de l'oecuménisme (le communisme) qui a pour but d'amener les gens vers la grande religion babylonienne de Lucifer.

Topo N°10 : les catholiques et les autres religions
p.7


http://cpsainttugdual.catholique.fr/Topo-no10-les-catholiques-et-les

-----

Qui est Alain Escada?

Un bon jésuite dévoué à la cause de Rome. Dans ce vidéo, nous le voyons se tenir debout "pour cet acte de résistance" des parents contre le mouvement LGBT qui envahi les écoles. Pourtant, ce sont eux, les Jésuites et Rome qui sont derrière tout ce vaste projet international de corruption des moeurs des enfants.  Nous voyons donc, encore une fois, l'ennemi contrôlant les 2 côtés d'une situation, ce qui fait que l'agenda continue d'avancer. De plus, de fermer les écoles pour une journée, cela ne sert strictement à rien. Il faudrait carrément sortir les enfants des écoles complètement afin que cela puisse avoir un impact. Les parents manipulés par cette initiative, ont l'impression d'avoir accompli un geste concret dans leur action politique, mais le seul résultat ne sera que du vent. Le reste du message nous montre bien toute l'hypocrisie de ces esprits du malin qui contrôlent ce jésuite. L'importance pour les catholiques de se tenir debout, alors que pas un seul du petit peuple n'est invité à ces grandes rencontres pour donner leur avis et encore moins les vrais croyants qui marchent selon la Parole de Dieu. Seul les leaders des différentes religions et différents mouvements le sont afin de mieux contrôler ensuite, les brebis qui vont les écouter religieusement dans chacune de leur église.

Toutes ces brebis ne se rendent pas compte que le but ultime, c'est la soumission à Rome et à la Vierge (Isis) et non à Jésus-Christ.





VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=D3xJItSAC4A

-----


30 avr. 2014 - Ajouté par JRE 2014

Si le Christ ordonne une chose , et le pape une autre chose , le Pape est plutôt ce lui a d'être obéi que de Jésus ...



Publié le : lundi 27 juin

Mots-clés : Christianisme; France; Religion; Social; Société; Tradition


Deuxième volet de l’entretien qu’Alain Escada, président de Civitas, a accordé à MPI-TV sur la nécessité de revenir au catholicisme social, troisième voie entre le libéralisme et le socialisme.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=qxuUQ9A5RAM

http://www.egaliteetreconciliation.fr/Alain-Escada-L-ordre-social-chretien-et-les-corporations-comme-troisieme-voie-40144.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 09:43 (2016)    Sujet du message: « DANS UN MONDE QUI CHANGE, RETROUVER LE SENS DU POLITIQUE » Répondre en citant



« DANS UN MONDE QUI CHANGE, RETROUVER LE SENS DU POLITIQUE »13/10/2016

"Et il se tint sur le sable de la mer. Puis je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphème."
Apocalypse 13:1





Si nous parlons aujourd’hui, c’est parce que nous aimons notre pays, et que nous sommes préoccupés par sa situation. Il ne s’agit pas pour nous d’alimenter la morosité par de sombres constats ; mais, en regardant les choses en face, d’apporter résolument notre pierre, notre réflexion, au débat que notre pays se doit d’avoir.

Introduction du texte du Conseil permanent de laConférence des évêques de France aux habitants de notre pays intitulé « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique ».
 
  Introduction

Si nous parlons aujourd’hui, c’est parce que nous aimons notre pays, et que nous sommes préoccupés par sa situation. Il ne s’agit pas pour nous d’alimenter la morosité par de sombres constats ; mais, en regardant les choses en face, d’apporter résolument notre pierre, notre réflexion, au débat que notre pays se doit d’avoir.
 
Nous ne sommes pas des spécialistes de la politique, mais nous partageons la vie de nos concitoyens. Nous les écoutons et les voyons vivre. Et ce qui touche la vie de l’homme est au cœur de la vie de l’Eglise. Comme le dit le Concile Vatican II :
 
« les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes de ce temps, des pauvres surtout et de tous ceux qui souffrent, sont aussi les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des disciples du Christ, et il n’est rien de vraiment humain qui ne trouve écho dans leur cœur »[1].
 
Or, il faudrait être sourds ou aveugles pour ne pas nous rendre compte de la lassitude, des frustrations, parfois des peurs et même de la colère, intensifiés par les attentats et les agressions, qui habitent une part importante des habitants de notre pays, et qui expriment ainsi des attentes et de profonds désirs de changements. Il faudrait être indifférents et insensibles pour ne pas être touchés par les situations de précarité et d’exclusion que vivent beaucoup sur le territoire national.
 
Ces cinquante dernières années, notre pays a énormément changé : économiquement, culturellement, socialement, religieusement… Il a connu en un laps de temps très court une profonde mutation qui n’est pas encore terminée. Les évolutions et les transformations ont créé de l’incertitude dans la société. Les références et les modalités de la vie ensemble ont bougé. Ce qui semblait enraciné et stable est devenu relatif et mouvant. Plus largement, c’est le monde tout entier qui a connu de très grands changements, et notre pays, dans l’Europe, donne le sentiment d’avoir du mal à se retrouver sur une vision partagée de l’avenir et ainsi imaginer son futur. L’affirmation sans cesse répétée du déclin de la France finit par éroder les dynamismes personnels et collectifs et, loin de contribuer à une prise de conscience risque surtout d’ajouter un peu plus à la morosité ambiante.
 
Pourquoi prendre la parole ?
 
Tout simplement, parce que les catholiques, citoyens à part entière, qui vivent eux aussi ces transformations au milieu de leurs contemporains, ne peuvent se désintéresser de ce qui touche à la vie en société, la dignité et l’avenir de l’homme. Si dans la tradition judéo-chrétienne, Dieu appelle tout homme par son nom, ce n’est jamais en tant qu’individu isolé, mais c’est toujours comme membre d’un peuple et pour l’ensemble de ce peuple auquel il est renvoyé. L’espérance chrétienne n’est donc pas seulement individuelle, elle est aussi collective.
 
Ce n’est pas la première fois que les évêques de France, d’une manière ou d’une autre, veulent contribuer à la réflexion citoyenne. Ce fut par exemple le cas dans les années 70 avec un document important intitulé : « Pour une pratique chrétienne de la politique »[2]. Près de vingt-ans ans plus tard, elle a de nouveau pris la parole dans un contexte différent. A ce moment-là, il ne s’agissait plus de préciser le cadre et les limites de l’action politique, mais au contraire de réagir déjà contre la désaffection envers la chose publique, le retrait dans la sphère privée, l’individualisme. Ce fut la déclaration : « Politique, l’affaire de tous »[3]. Apparaissait alors la formule qui sera reprise quelques années plus tard dans une autre déclaration : il faut «réhabiliter la politique »[4].
 
A côté de ces textes importants, les évêques de France ont également pris position à plusieurs reprises sur divers sujets concernant la vie en société et la recherche du bien commun : défense de la dignité et de la vie humaine du début à la fin, protection de l’étranger, souci des plus pauvres, solidarité, justice, paix, etc…
 
Aujourd’hui, la situation de notre pays nous conduit à parler de nouveau. Plus que jamais, nous sentons que le vivre ensemble est fragilisé, fracturé, attaqué. Ce qui fonde la vie en société est remis en cause. Les notions traditionnelles et fondamentales de Nation, Patrie, République sont bousculées et ne représentent plus la même chose pour tous. Alors même que l’aspiration au débat est forte, il semble devenu de plus en plus difficile de se parler, les sensibilités sont exacerbées, et la violence, sous une forme ou sous une autre, n’est jamais très loin.
 
Tout récemment, en juin dernier, dans la perspective de l’année électorale importante que notre pays s’apprête à vivre, nous avons voulu « appeler nos concitoyens à tenir compte de certainsenjeux qui nous paraissent engager notre avenir de façon déterminante »[5]. Mais il nous faut aller encore plus loin.

Au-delà des échéances politiques à venir où les débats de fond risquent toujours de devenir otages de calculs électoraux, c’est à une réflexion plus fondamentale sur le politique en lui-même qu’il nous semble urgent d’inviter. Pour un tel chantier, chacun doit s’interroger et prendre ses responsabilités. Nous ne pouvons pas laisser notre pays voir ce qui le fonde risquer de s’abimer gravement, avec toutes les conséquences qu’une société divisée peut connaître. C’est à un travail de refondation auquel il nous faut, ensemble, nous atteler. Mais rien ne pourra se faire sans un regard lucide sur la situation.
 
[1] Concile Vatican II, Constitution Pastorale Gaudium et Spes sur l’Eglise dans le monde de ce temps, 1965, n°1.
[2] Les Évêques de France, Pour une pratique chrétienne de la politique, Paris, Centurion, 1972.
[3] Commission sociale de l’épiscopat, Politique : affaire de tous, La Documentation catholique, 1er décembre 1991.
[4] Commission sociale de l’épiscopat, Réhabiliter la politique
, Paris, Centurion, Cerf, Fleurus-Mame, 1999.
[5] Déclaration du Conseil Permanent de la Conférence des évêques de France : « 2017, année électorale : quelques éléments de réflexions » 
 
 ©  source :Eglise catholique de France, 13 octobre 2016

http://www.paxchristi.cef.fr/v2/dans-un-monde-qui-change-retrouver-le-sens-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Oct - 10:46 (2016)    Sujet du message: UN REGARD ORTHODOXE SUR LE PROTESTANTISME Répondre en citant

UN REGARD ORTHODOXE SUR LE PROTESTANTISME





par Guy


Unthéologien orthodoxe expliquequel regard il porte sur les Eglises protestantes. Sa longue expérience de dialogue avec celles-ci dans sa fonction de directeur de la Commission "Eglises en dialogue" de la Conférence des Eglises européennes en fait un interlocuteur particulièrement autorisé.

Théologien orthodoxe de Roumanie, Viorel Ionita est membre de la Commission de Foi et Constitution. Alors que l’Eglise catholique, à plusieurs reprises ces dernières années, s’est prononcée sur le statut des Eglises protestantes (ou des "communautés ecclésiales issues de la Réforme", pour utiliser sa manière de les désigner), nous avons demandé à ce théologien quel regard il porte sur les Eglises protestantes. Sa longue expérience de dialogue avec celles-ci dans sa fonction de directeur de la Commission "Eglises en dialogue" de la Conférence des Eglises européennes en fait un interlocuteur particulièrement autorisé. Le contexte orthodoxe de la rencontre de la Commission plénière de Foi et Constitution sur l’ile de Crête nous a poussé également à le rencontrer.

- Le thème de cette rencontre est "Appelés à être l’Eglise une". Mais plusieurs orateurs ont parlé aussi de la diversité de l’Eglise, un thème particulièrement cher aux protestants. Que représente-elle pour vous ?
La diversité existe dans toutes les traditions, mais l’Eglise catholique et l’Eglise orthodoxe mettent l’accent sur l’unité. Elles peuvent avoir des difficultés avec la diversité. Les Eglises issues de la Réforme, en revanche, soulignent l’importance de la diversité. Celles-ci, très attentives aux contextes dans lesquels elles vivent, sont davantage centrées sur leur réalité locale. Je salue, toutefois, le processus d’unification qui a lieu entre Eglises protestantes.

Il faut aussi toujours rappeler que l’unité ne signifie pas uniformité. La question qui se pose est la question des limites de la diversité, quand des doctrines et des positions éthiques sont contre l’esprit des Ecritures. Par exemple, l’apôtre Paul a dû intervenir à Corinthe contre des tendances sectaires. De même la pratique du baptême dans le seul nom de Jésus, pratiqué par certaines Eglises, contredit l’appel de Jésus à baptiser "au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit". Il est vrai que les critères des limites de la diversité sont très différents d’une Eglise à l’autre. Dans une approche œcuménique, on cherchera à trouver des critères communs.

- Plutôt que de chercher des limites, ne serait-il pas préférable de se centrer sur le noyau de notre foi et admettre une grande diversité dans les marges ?
Tout le travail de Foi et Constitution est justement de mettre en évidence ces points essentiels sur lesquels les chrétiens peuvent converger. Des documents comme le "BEM" (Baptême, eucharistie, ministère) et "Confesser la Foi commune" visent à identifier ce noyau. Cet essentiel contient en lui-même les limites de la diversité. Par exemple, le fait de dire ensemble le Symbole de Nicée-Constantinople nous engage à confesser la foi dans le cadre de celui-ci. On ne peut à la fois le proclamer ensemble dans une célébration et affirmer ensuite des positions théologiques qui le contredisent.

- Quelle relation voyez-vous entre l’Eglise une et les Eglises concrètes ?
Pour un orthodoxe, l’Eglise une ne peut pas être dissociée de l’Eglise orthodoxe. Il faut introduire ici la notion d’Eglise locale. Par elle, j’entends non pas une paroisse, ou une communauté, mais une Eglise dirigée par un évêque. Chaque Eglise locale est pleinement Eglise, pas une partie. Elle l’est pleinement car la plénitude du Christ y est vécue dans l’eucharistie. Dans l’Eglise ancienne, il n’y avait qu’une seule Eglise sur le plan local. Les difficultés sont venues à partir du moment où il y eut plusieurs Eglises dans le même lieu. Aujourd’hui, le défi est de relier les unes aux autres les diverses Eglises présentes en un même lieu. L’Eglise ne peut vivre la plénitude de la présence du Christ (la "catholicité") que dans la mesure où les Eglises locales sont en communion les unes avec les autres.

- Que signifie pour vous la communion personnelle avec le Christ ?
Je n’oublie jamais que je suis membre d’un corps: le Corps du Christ. C’est dans la communauté chrétienne que je suis en communion avec Jésus-Christ. Cependant je ne le rencontre pas de manière quelconque et anonyme ou panthéiste, mais personnelle, dans un face-à-face. Dieu n’a pas son image dans la communauté, mais dans chaque personne, qu’il rencontre personnellement.

- Comme orthodoxe, quel regard portez-vous sur les Eglises issues de la Réforme ?
L’Eglise orthodoxe reconnaît que l’Esprit saint agit par différents moyens. Il souffle où il veut; il peut souffler donc aussi dans les Eglises protestantes. Je ne me situe pas dans la ligne de certains orthodoxes qui estiment qu’ils sont la seule Eglise, mais dans celle des théologiens comme Florovsky, Bria et Zizoulias qui reconnaissent que l’Esprit peut agir en dehors de l’Eglise. Comme Calvin le disait à propos de l’Eglise romaine de son temps, il y a des "vestigia" de l’Eglise dans ces Eglises.

- Comment appréciez-vous le modèle de la "diversité réconciliée", promu par les Eglises protestants ?
Il faut saluer le fait que ce modèle a permis à des Eglises protestantes de retrouver une communion, après plus de quatre siècles de séparation pour certaines. La communion retrouvée entre les Eglises luthériennes et réformées en Europe est un processus concret de guérison des mémoires, de levées des condamnations. Mais pour moi, ce modèle indique un point d’arrivée, pas un point de départ, dans le sens qu’il peut décrire le statut des Eglises réconciliées. Il fonctionne pour des Eglises qui ont des ecclésiologies compatibles. L’accord basé sur une compréhension commune de l’Evangile et sur les deux sacrements de la sainte cène et du baptême ne peut être étendu aux Eglises catholique et orthodoxe, qui reconnaissent une signification sacramentelle au ministère ordonné.

Propos recueillis pas  Martin Hoegger  



http://www.nouvelles-oecumeniques.be/site/e107_plugins/content/content.php?…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 17 Oct - 03:37 (2016)    Sujet du message: BETTER NOT TO BE A LUKERWARM CATHOLIC OR LUKEWARM LUTHERAN, POPE SAYS Répondre en citant

BETTER NOT TO BE A LUKERWARM CATHOLIC OR LUKEWARM LUTHERAN, POPE SAYS

Also warns that hypocrisy is sin Jesus condemns the most and that Christians must imitate Good Samaritan

October 14, 2016 Luca Marcolivio Pope and Holy See


© PHOTO.VA - Osservatore Romano

An “ecumenical pilgrimage” brought Lutherans from the place of the 1517 schism to the See of Peter, in the heart of the Catholic Church, from which they have been separated for half a millennium.

A few months from the 500th anniversary of the Reformation and three weeks from his historic trip to Sweden, Pope Francis received Thursday in the Vatican the representatives of the German Lutheran Church, after having done the same last week with the English Anglicans, having also an ecumenical celebration of Vespers with their Primate, Justin Welby, at Saint Gregory al Celio.

The meeting was something for which to “thank God,” because now “we are walking on the path that goes from conflict to communion,” stressed the Holy Father during the audience granted to the Lutheran pilgrims in Paul VI Hall.

“We have already gone together over an important stretch of the road,” he continued. Along the way we have experienced contrasting sentiments: grief for the division that still exists between us, but also joy for the fraternity already rediscovered.

Francis expressed his satisfaction with the “very numerous and enthusiastic presence” of Lutherans in the Vatican, received as “an evident sign of this fraternity,” that “fills us with hope that mutual understanding might continue to grow.”

As Saint Paul recalls, “in virtue of our Baptism, we all form the one Body of Christ. In fact, the different members form only one body,” hence “we belong to one another and when one suffers, all suffer, when one rejoices, all rejoice (cf. 1 Corinthians 12:12-26),” recalled the Pontiff.

“We can continue our ecumenical path with confidence, because we know that, beyond the many questions that still separate us, we are already united,” added the Pope, re-launching the ecumenical “motto” put forward for the first time by Saint John XXIII: “What unites us is much more than what divides us!”

Then the Holy Father recalled the purpose of his planned trip to Lund, in Sweden, on October 31-November 1: to “remember, after five centuries of the beginning of Luther’s Reformation” and to thank the Lord “for fifty years of official dialogue between Lutherans and Catholics.”

In reality, he explained, an “essential part of this commemoration will be the turning of our gaze to the future in view of a common Christian witness to today’s world, which has so much thirst for God and His mercy.”

From all Christians, without distinctions, the world expects a “testimony” that renders “visible the mercy that God has in our relations through the service to the poorest, the sick, to those who have abandoned their land to seek a better future for themselves and for their dear ones.”

It is, in fact, “ in putting oneself at the service of the neediest” that “we experience our being already united”: it is, therefore, “God’s mercy that unites us,” affirmed the Pope.
The Bishop of Rome requested young people in particular to be “witnesses of mercy.”

“While theologians carry forward the dialogue in the doctrinal field, you must continue to seek with insistence occasions to meet one another, to get to know one another better, to pray together and to offer your help to one another and to all those who are in need,” he said to them.

By way of conclusion to his address, the Pontiff exhorted the Lutherans to be “free of all prejudice” and to trust “only the Gospel of Jesus Christ,” in order to become “protagonists of a new stage of this journey that, with God’s help, will lead to full communion.” = to trust the gospel only from the catholic church

Responding to questions from the pilgrims, Pope Francis confirmed one of his strong convictions: proselytism is the “worst poison against ecumenism.” = you become their enemy, we are a poison for them.

He then stressed that “Ecclesia semper reformanda,” the Church is always subject to reforms, although, in the course of history, many of these were not very “happy,” and often “mistaken” or “exaggerated. Rolling Eyes ” In any case, he added, “the most important reformers in the Church were the Saints,” many of whom, maybe, were not “theologians” but “humble people,” “with their soul bathed by the Gospel.”

To the question of one who asked him what he appreciated most of the Lutheran church, he answered: “I like Lutherans who truly follow the faith of Jesus Christ,” while “I don’t like lukewarm Catholics and lukewarm Lutherans.”

It is “hypocritical,” the Pope then said, “to defend Christianity in the West” and “throw out a refugee, a famished person, one who is in need of help.”

While hypocrisy is “the sin that Jesus condemns the most,” a true Christian always imitates the Good Samaritan, and gets his pointers from the Beatitudes.

The Holy Father posed the last provoking question to himself: “who is better between Evangelicals and Catholics?” And the answer – in German – was: “Besser sind alle zusammen. Vielen Dank!” or <they are> “better if they are all together. Thank you very much!

https://zenit.org/articles/better-not-to-be-a-lukewarm-catholic-or-a-lukewa…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 19 Oct - 07:19 (2016)    Sujet du message: CASTEL GANDOLFO : L’APPARTEMENT DES PAPES OUVERT AU PUBLIC Répondre en citant

CASTEL GANDOLFO : L’APPARTEMENT DES PAPES OUVERT AU PUBLIC

Un autre bel exemple d'une église pauvre pour les pauvres. Comment croyez-vous que le Vatican soit capable d'avoir tant de richesses et de biens? Mais c'est grâce à nous tous, avec tous les dons, les impôts, les vols, le pillage dans tous les pays, etc. Pourquoi pas donner ce magnifique emplacement à tous ces réfugiés qui arrivent en Italie s'ils ont tant à coeur les migrants?

A partir du 22 octobre 2016

18 octobre 2016Anne KurianRome

 

Appartement pontifical de Castel Gandolfo © Site des Musées du Vatican

L’appartement pontifical de Castel Gandolfo, où des dizaines de papes ont séjourné depuis le XVIIe siècle, sera désormais ouvert au public. Un événement touristique pour la résidence estivale située à une vingtaine de kilomètres au sud de Rome, dans la région des « Châteaux romains » (Castelli Romani).

Les Musées du Vatican annoncent que le site des « villas » pontificales de Castel Gandolfo devient « toujours plus accessible » : après l’ouverture au public du Jardin Barberini en 2014 et l’inauguration d’une galerie de portraits des papes au premier étage du palais apostolique, il y a un an, l’appartement privé de l’évêque de Rome pourra désormais être visité.

A partir du 22 octobre, du lundi au samedi, les visiteurs pourront ainsi voir la chambre, la chapelle privée, la bibliothèque ou encore le bureau du pape, abrités dans la résidence parfois surnommée le « second Vatican ».

La visite sera officiellement inaugurée le 21 octobre en présence d’Antonio Paolucci, directeur des Musées du Vatican, et d’Osvaldo Gianoli, directeur des Villas pontificales. Pour marquer l’événement, un concert de musique populaire chinoise sera donné sur le thème « La Beauté nous unit ». Les participants déjeuneront ensuite avec les produits de la ferme du site.

Les papes et Castel Gandolfo

Castel Gandolfo est situé dans un écrin de verdure, sur les hauteurs du lac d’Albano. L’endroit, qui s’étend sur 55 hectares, est cher aux papes depuis Urbain VIII, qui fut évêque de Rome de 1623 à 1644. C’est là qu’est installé l’observatoire astronomique du Vatican confié aux pères jésuites, depuis 1934.

Les Villas pontificales sont construites sur les restes d’une des plus célèbres « villas » de l’antiquité, explique le site de la Cité du Vatican : l’Albanum Domitiani, qui fut maison de campagne de l’empereur Domitien (81-96 après J.-C.). A sa mort, la villa impériale tomba en décadence.

Ce fut sous le pontificat de Clément VIII (1592-1605) en juillet 1596 que la Chambre apostolique prit possession de Castel Gandolfo, qui fut déclaré patrimoine inaliénable du Saint-Siège et incorporé à l’Etat pontifical en 1604.

Urbain VIII fut le premier pape a y venir en villégiature, suivi par nombre de ses successeurs. En 1870, avec la fin de l’État pontifical, la résidence papale de Castel Gandolfo tomba dans l’oubli durant 60 ans. Pour être réinvestie après les accords du Latran (1929).

Parmi les papes modernes, Pie XI aimait les gazelles qui lui avaient été offertes par le délégué apostolique en Egypte. Lorsqu’il se trouvait à Castelgandolfo, Pie XI allait les voir tous les jours, et jamais les mains vides, prenant la plus petite dans ses bras. Il voulait que « sa » ferme répondît aux exigences de l’agriculture moderne, tout en gardant un aspect rustique, champêtre.

Pie XII (1939-1958) a passé à Castel Gandolfo un tiers de son pontificat. Il y a hébergé des réfugiés pendans l’Occupation, et le lait des vaches pontificales a été distribué aux maman des alentours, si bien que des enfants nés à cette époque de restrictions portent aujourd’hui le nom de « Pio » ou de « Eugenio », en hommage au pape Eugenio Pacelli. Il fut le premier pape de l’histoire à y mourir, le 9 août 1958.

Jean XXIII (1958-1963) initia deux traditions à Castel Gandolfo : la prière de l’angélus le dimanche matin dans la cour du palais, quand il y résidait, et la messe à la paroisse Saint-Thomas de Villneuve, pour la fête de l’Assomption.

Paul VI y hébergea des cadeaux encombrants: deux sangliers, cadeau du Père Zeno Saltini (1900-1981) de la ville nouvelle de Nomadelfia.

Jean-Paul II s’y rendit fréquemment l’été – il y fit même construire une piscine -. Au moment du passage du nuage radioactif de Tchernobyl, le lait des vaches pontificales, maintenues à l’abri ainsi que leur nourriture, fut jugé sain, et distribué aux mamans des alentours.

Pour Benoît XVI,  un piano à queue y a été installé. C’est là que le pape émérite bavarois s’est retiré après sa renonciation, au soir du 28 février 2013, en attendant l’élection de son successeur et les travaux de rénovation du monastère Mater Ecclesiae du Vatican.

Le pape François en revanche a expliqué plusieurs fois aux journalistes être peu enclin aux déplacements et préférer rester au Vatican, même durant les vacances. Mais sa table continue d’être ornée des fruits de la ferme de Castel Gandolfo: les produits de la terre, le lait des vaches, les oeufs des poules et le miel des abeilles pontificales.

https://fr.zenit.org/articles/castel-gandolfo-lappartement-du-pape-ouvert-a…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Oct - 06:47 (2016)    Sujet du message: LE COE REDIGE UNE REPONSE INTER-ORTHODOXE AU TEXTE DE CONVERGENCE / WORLD COUNCIL OF CHURCHES INTER-ORTHODOX CONSULTATION Répondre en citant



LE COE REDIGE UNE REPONSE INTER-ORTHODOXE AU TEXTE DE CONVERGENCE

ENGLISH : 
WORLD COUNCIL OF CHURCHES INTER-ORTHODOX CONSULTATION
https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/en/resources/documents/other-meet…

 
 
© Ani Ghazaryan/COE

17 octobre 2016
Version française publiée le: 20 octobre 2016

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) a organisé une consultation inter-orthodoxe à Chypre, du 6 au 13 octobre, afin de répondre au document de convergence «L'Église: vers une vision commune» présenté par la Commission de Foi et constitution du COE.

La rencontre a eu lieu au saint métropolitat de Constantia-Ammochostos, à Paralimni (Chypre).

Le métropolite Gennadios de Sassima,vice-président du Comité central du COE, et le métropolite Bishoy de Damiette (Église copte) coprésidaient la consultation.

Le métropolite Vasilios de Constantia-Ammochostos, ancien président et actuel membre de la Commission de Foi et constitution, a reçu et accueilli les participants dans son diocèse.

Trente hiérarques, prêtres, diacres, professeurs d’université, laïcs et jeunes, issus des Églises orthodoxes chalcédoniennes et des Églises orthodoxes orientales, ainsi que des représentants de la Commission de Foi et constitution étaient présents.

La position et les articles de plusieurs Églises et théologiens orthodoxes concernant le texte ont été présentés et débattus. L’objectif était de formuler une réponse orthodoxe commune au document.

En plus de discussions sur différents sujets, le programme prévoyait des prières quotidiennes ainsi que plusieurs visites de paroisses et monastères locaux.

Étant donné le caractère unique de la tradition orthodoxe, la réponse préparée par ce groupe inter-orthodoxe sera analysée avec une attention et un intérêt particuliers, a expliqué le pasteur Odair Pedroso, directeur de la commission de Foi et constitution du COE. «Nous espérons qu’une meilleure connaissance de ce qu’est l’Église et de ce que les Églises divisées doivent faire pour affirmer leur unité les incitera à approfondir leur communion fraternelle au sein du Conseil œcuménique des Églises et au-delà.»

Le groupe publiera un communiqué résumant sa réponse à la Commission de Foi et constitution du COE.

«L’Église: vers une vision commune» cherche à exprimer des convictions communes concernant la nature et la mission de l’Église, ainsi que le chemin menant vers une plus grande communion entre les Églises. Le texte a déjà été envoyé officiellement aux Églises membres du COE qui ont été invitées à étudier et à évaluer le document, et à faire part de leurs réactions et réponses d’ici décembre 2016.


Lire l’intégralité du communiqué
Commission de Foi et constitution
Consulter la page Facebook de «L’Église: vers une vision commune»

https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/wcc-fields-inter-orthodox-response-to-convergence-text


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Oct - 06:58 (2016)    Sujet du message: LA READMISSION DE L’ÉGLISE REFORMEE HOLLANDAIRE D'AFRIQUE DU SUD, ILLUSTRATION DU «RETOUR DU FILS PRODIGUE» / https://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/reinstatement-of-south-africa2019s-dutch-reformed-church-likened-to-return-of-the-prodigal-son?set Répondre en citant



LA READMISSION DE L’ÉGLISE REFORMEE HOLLANDAIRE D'AFRIQUE DU SUD, ILLUSTRATION DU «RETOUR DU FILS PRODIGUE»

ENGLISH :
Reinstatement of South Africa’s Dutch Reformed Church likened to "return of the prodigal son"
https://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/reinstatement-of-south-afric…



© Peter Kenny/COE

13 octobre 2016
Version française publiée le: 20 octobre 2016

Par Peter Kenny*

Lorsque l’Église réformée hollandaise d’Afrique du Sud (ou Nederduitse Gereformeerde Kerk, NGK) a été réadmise parmi les membres du Conseil œcuménique des Églises (COE) en juin dernier, après 55 ans d’exclusion, les autres Églises du pays se sont réjouies du «retour du fils prodigue».

Fondée au 17ᵉ siècle par des colons européens installés en Afrique australe, l’Église a été surnommée à une époque «le Parti national en prière», tant sa doctrine entretenait des liens étroits avec l’idéologie raciste de l’apartheid, étendant son influence jusqu’au sein du Conseil des ministres.

C’est pour cela que l’Église a été isolée et ostracisée par une grande partie du monde chrétien pendant des décennies dans la seconde moitié du 20ᵉ siècle.

La réadmission de la NGK au sein du COE, décidée par le Comité central lors de sa réunion de juin à Trondheim (Norvège), a suscité une grande joie dans l’Église et dans la communauté chrétienne internationale.

Pour la présidente du Comité central, Agnes Abuom, Kényane anglicane, «c’est une joie particulière d’accueillir à nouveau l’Église réformée hollandaise, une de nos Églises membres fondatrices, dans notre communauté fraternelle. Une génération après la fin de l’apartheid, elle redevient un partenaire pour bâtir un avenir de justice pour tous les peuples.»

Des réactions bouleversantes

«Nous avons été bouleversés par la réaction à Trondheim, puis à notre retour en Afrique du Sud, a déclaré Gustav Claassen, secrétaire général de la NGK. Nos frères africains ont pris le temps de nous montrer leur joie à Trondheim.» Leur manière de partager leur bonheur a été accueillie «avec humilité».

Le Conseil des Églises d’Afrique du Sud (SACC) avait délégué son secrétaire général l’évêque Malusi Mpumlwana à Trondheim au moment de la réintégration de la NGK au sein du COE. Une célébration d’accueil a ensuite été organisée le 12 août.

«C’était un moment très spécial, a rapporté M. Claassen. Le sermon était tiré de Luc 15, le fils prodigue.»

Les synodes du Cap et du Transvaal de la NGK étaient membres du COE dès sa création en 1948. Mais lorsque 69 noirs furent abattus par la police à Sharpeville, le 21 mars 1960, le drame déclencha une lutte pour l’âme de l’Église.

Il conduisit le COE à discuter de l’injustice en Afrique du Sud, et un sommet des Églises membres fut organisé à Cottesloe, Johannesburg, du 14 au 17 décembre 1960. Les huit Églises membres du COE en Afrique du Sud, dont la NGK des provinces du Transvaal et du Cap, y assistèrent.

La consultation dénonça l’apartheid et plaida pour l’insertion des noirs dans le système politique sud-africain, une position inacceptable pour les Églises réformées blanches dans le climat qui prévalait alors.

Le 1ᵉʳ janvier 1961, le premier ministre de l’Afrique du Sud, Hendrik Verwoerd, un acteur clé de la transformation de la coutume de l’apartheid raciste en idéologie, déclara que les responsables religieux présents à Cottesloe ne représentaient pas la position officielle de l’Église.

Départ du COE

L’un après l’autre, les synodes de la NGK rejetèrent les décisions de Cottesloe. En 1961, les synodes du Transvaal et du Cap décidèrent de quitter le COE.

Cela amena le président du synode du sud du Transvaal, le pasteur Beyers Naudé, à remettre en cause la justification théologique de l’apartheid.

En 1963, il quitta la NGK et fonda l’Institut chrétien pour promouvoir le dialogue œcuménique. Il rejoignit par la suite l’Église noire, l’Église réformée hollandaise d’Afrique, et devint plus tard, comme Desmond Tutu, secrétaire général du SACC (membre du COE). Ses opinions lui valurent plusieurs interdictions de séjour, et son Institut chrétien fut fermé par l’État en 1977.

John Allen, rédacteur en chef d’AllAfrica.com, se souvient qu’après la libération de Nelson Mandela en février 1990, une consultation fut organisée à Rustenburg en novembre de la même année. Des membres du SACC et d’autres Églises y participèrent, notamment des catholiques romains, des pentecôtistes et des membres de la NGK.

«On n’avait jamais vu un tel rassemblement d’Églises sud-africaines, se rappelle M. Allen. Au cours de la rencontre, Willie Jonker, professeur de théologie à l’Université Stellenbosch et ministre ordonné, parlant au nom de la NGK blanche, a osé confesser son rôle dans l’apartheid et présenter ses excuses. En tant qu’archevêque du Cap, Desmond Tutu a répondu qu’il estimait que sa foi ne lui laissait pas d’autre choix que d’accepter cette confession.»

Allen, qui fut l’attaché de presse de l’archevêque pendant plusieurs années, rapporte que, tandis que la NGK prenait la mesure de sa complicité avec l’apartheid et de l’acceptation du repentir de Jonker par Tutu, les liens entre les deux hommes se développèrent.

Ce fut le début du retour de la NGK au bercail chrétien mondial.

En 2009, lorsque les protestants du monde entier fêtaient le cinquième centenaire de la naissance de Jean Calvin, les Sud-Africains se rappelèrent que les adeptes du réformateur protestant avaient compté parmi les plus ardents partisans de l’apartheid, avant de rejoindre aussi le camp de ses plus féroces opposants.

Les racines calvinistes de l’Afrique du Sud remontent en 1685, quand les huguenots fuirent la France pour rejoindre les Pays-Bas après la révocation de l’Édit de Nantes qui garantissait la liberté religieuse.

Réfugiés, ils acceptèrent l’offre de la Compagnie hollandaise des Indes orientales de se rendre en Afrique du Sud, au départ pour cinq ans, afin de soutenir les colons blancs arrivés au Cap en 1652 pour approvisionner les bateaux en route pour l’Indonésie en fruits et en légumes.

Des immigrants huguenots

Les immigrants huguenots reçurent fermes et équipements. Pour la plupart, ils jouissaient d’une bonne éducation. Des médecins, des instituteurs, des pasteurs et des avocats figuraient parmi les premiers à arriver au Cap.

En raison des guerres de religion qui faisaient rage en Europe, aucun des premiers huguenots ne rentra chez lui à la fin de ses cinq années à la pointe sud de l’Afrique.

Cependant, pour progressistes qu’ils furent pendant leurs premières années au Cap, les huguenots s’écartèrent de la pensée européenne. Selon certains historiens, ils passèrent totalement à côté du Siècle des Lumières.

À la fin du 19ᵉ siècle, les Églises réformées fondées par les Afrikaners descendant des huguenots organisaient des services divisés en fonction des couleurs : noirs, métis, indiens et blancs. Quatre Églises séparées, chacune dotée de sa propre structure, virent le jour au 20ᵉ siècle.

En 1948, sous la direction de Daniel Malan, ancien pasteur de la NGK devenu premier ministre, les pratiques racistes traditionnelles furent transformées en idéologie de l’apartheid, appliquée par le parti au pouvoir et dans les livres de droit du pays. Les services mixtes ne furent plus possibles.

Pour l’auteur et commentateur politique Max du Preez, qui publiait autrefois un journal anti-apartheid en afrikaans, «l’Église réformée hollandaise est aujourd’hui une force diminuée. Si ce phénomène est vrai pour les Églises du monde entier, ici il était d’autant plus marqué que l’Église était particulièrement puissante. Les divisions internes sont néanmoins considérables. Les Églises réformées restent divisées selon des lignes principalement raciales, même si elles n’encouragent plus le racisme. Il existe aussi des divisions liées aux droits des personnes homosexuelles.»

«J’ai grandi dans la NGK, a ajouté M. du Preez. Mes frères sont des dominees, des pasteurs, et ma sœur est mariée à un pasteur de la NGK. Aujourd’hui ils servent une communauté qui se sent marginalisée parce que minoritaire. Ils ont donc beaucoup de travail.»

«Revenir au sein du Conseil œcuménique des Églises représentait peu de chose, mais il n’y a pas eu de résistance.»

Aujourd’hui, la NGK compte 10 synodes : neuf en Afrique du Sud et un dans la Namibie voisine. Elle est constituée de 1 158 paroisses, organisées en 144 presbytères, pour un total de 1 074 765 membres et de 1 602 ministres ordonnés.

Selon le dominee Pieter Swanepoel, pasteur à Edenvale, près de Johannesburg, dans sa paroisse de plus d’un millier d’adultes et d’environ 250 enfants, à peine un tiers d’entre eux pratiquent régulièrement.

«Malgré la baisse de fréquentation de l’Église, nous voyons arriver dans notre paroisse un nouvel afflux de jeunes, qui viennent en famille. Alors que les Églises voient leur fréquentation baisser ces derniers temps, la nôtre a augmenté.»

«Nous sommes sur un nouveau chemin, a-t-il reconnu. L’Église a désormais conscience qu’elle doit servir des gens qui ressentent davantage le besoin de relations entre eux. Tout le monde est le bienvenu dans notre Église. Il n’est pas question de race ici, mais nous nous exprimons en afrikaans.»

Article du New York Times sur la demande de pardon de Willie Jonker
(en anglais)

Refus de Beyers Naudé de suivre Verwoerd après Cottesloe (en anglais)

*Peter Kenny est journaliste. Domicilié à Genève, il rédige des articles sur les Églises, la religion, les Nations Unies et le commerce international pour des publications telles que Ecumenicalnews.com, Johannesburg Star, Pretoria News, Cape Times et IP Watch.

https://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/reinstatement-of-south-afric…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Oct - 02:56 (2016)    Sujet du message: LE BENIN SIGNE UN ACCORD AVEC LE SAINT-SIEGE Répondre en citant

CONCORDAT

LE BENIN SIGNE UN ACCORD AVEC LE SAINT-SIEGE 


Sur le statut juridique de l’Eglise catholique dans le pays

22 octobre 2016 Anne Kurian Rome


Signature de l'accord Bénin-Saint-Siège © Radio Vatican

Un « Accord-Cadre entre le Saint-Siège et la République du Bénin relatif au statut juridique de l’Église catholique » dans le pays a été signé le 21 octobre 2016, au siège du ministère des Affaires étrangères béninois à Cotonou.

Dans un communiqué publié le lendemain, le Bureau de presse du Saint-Siège précise que l’accord a été signé par Mgr Brian Udaigwe, nonce apostolique au Bénin, et par Aurélien Agbenonci, ministre des Affaires étrangères et de la coopération.

Le document de 19 articles, peut-on lire dans la note, « garantit à l’Eglise la possibilité d’accomplir sa mission au Bénin ». La « personnalité juridique de l’Eglise et de ses institutions » y est reconnue. Par cet accord, les deux parties « s’engagent à collaborer pour le bien-être moral, spirituel et matériel de la personne humaine et pour la promotion du bien commun ». = Ce qui amènera la persécution des vrais croyants non-soumis à cette Babylone (Babel).

La délégation du côté du Saint-Siège comprenait notamment Mgr Eugène Houndékon, évêque d’Abomey et vice-président de la Conférence épiscopale du Bénin; Mgr François Gnonhossou, évêque de Dassa-Zoumé; Mgr Aristide Gonsallo, évêque de Porto-Novo; le père Paschal Guezodje, secrétaire général de la Conférence épiscopale; le père Axel Chékété, son assistant ; et le père Emmanuel Michodjehoun, collaborateur local de la nonciature apostolique.

Du côté de la République du Bénin, Eric Franck Saïzonou, directeur des affaires juridiques du ministère, William Comlan, directeur du cabinet du ministre et Saturnin Tonoukouin, directeur du protocole d’Etat, ont notamment pris part à l’événement.

https://fr.zenit.org/articles/le-benin-signe-un-accord-avec-le-saint-siege/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 25 Oct - 06:48 (2016)    Sujet du message: DECLARATION AND DECREE : NATURAL LAW IS NOW THE LAW OF THE LAND ! / INITIATION ORDERS OF WE THE PEOPLE Répondre en citant



CONNECTION BETWEEN THE FALLEN ONES AND THE LUCIFERIAN CATHOLIC CHURCH - TOTAL TAKE OVER BY THE DARK SIDE UNTIL THE RETURN OF THE LIBERATOR JESUS CHRIST



An eight-point and ten-point star enclosed within a circle was the symbol for the sun god.



DECLARATION AND DECREE : NATURAL LAW IS NOW THE LAW OF THE LAND !




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=tct-Z7HzpIM

We the People do now declare that the Maxims of Love and Statements of Responsibility, which describe what is required of humans for sustenance, stand as the foundation for individual self-governance and that Natural Law, the practice of maintaining wholeness among all living systems in harmony with the laws of nature, is now the Law of the Land.

Document: https://drive.google.com/file/d/0ByoB...

Canon law (Catholic Church)

https://en.wikipedia.org/wiki/Canon_law_(Catholic_Church)

Natural Law and Canon Law

Pdf document : http://www.sendspace.com/file/lqor8o

de S Kuttner (Professor of the History of Canon Law, Catholic University of America; formerly ... Natural Law to the ever unattainable, rarified spheres of a transcendental ideal ...

INITIATION ORDERS OF WE THE PEOPLE
 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=IAFYKCf_Ioo

INITIATION ORDERS OF WE THE PEOPLE.

Document: https://drive.google.com/file/d/0ByoB...


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Oct - 01:28 (2016)    Sujet du message: SUEDE : L’ACTION DE GRÂCE DES CATHOLIQUES ET LES LUTHERIENS POUR LEURS 50 ANS DE DIALOGUE Répondre en citant

SUEDE : L’ACTION DE GRÂCE DES CATHOLIQUES ET LES LUTHERIENS POUR LEURS 50 ANS DE DIALOGUE 

Le cardinal Koch et le pasteur Junge présentent l’événement au Vatican

26 octobre 2016 Anne Kurian Oecuménisme, Pape François, Voyages pontificaux


Cardinal Koch et pasteur Martin Junge @ Zenit

En Suède, le 31 octobre 2016, catholiques et luthériens rendront grâce pour les 50 ans de leur dialogue œcuménique, a expliqué le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. La commémoration œcuménique des 500 ans de la Réforme protestante, à laquelle se joindra le pape à Lund et Malmö, a été présentée au Vatican le 26 octobre.

Durant cette journée, le pape François rencontrera 30 délégations luthériennes. Pour symboliser « le voyage œcuménique », a expliqué Greg Burke, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, le pape prendra le bus avec l’évêque  Munib A. Younan, président de la Fédération luthérienne mondiale et le secrétaire général Martin Junge.

Il ne s’agira pas seulement de commémorer la Réforme, a expliqué le cardinal Koch : l’événement sera l’occasion d’une « action de grâce » pour le dialogue luthéro-catholique, « premier dialogue bilatéral instauré après le Concile Vatican II », il y a 50 ans (1967). Durant tout ce chemin, a-t-il affirmé, « nous avons pu redécouvrir tout ce qui est commun aux catholiques et aux luthériens ». Les mots-clés seront donc « gratitude » et « espérance ».

Le cardinal a souligné « la nouveauté » de cette « commémoration commune », après des siècles de célébrations catholiques et protestantes séparées. Si le dialogue théologique « n’est pas si facile », il a fait observer que déjà certaines questions épineuses, comme celle de la justification, ont vu naître un accord. Et le cardinal d’inviter à regarder « le verre d’eau à moitié plein ».

Le président du dicastère pour le dialogue des chrétiens a aussi demandé de ne pas opposer les divers « chemins œcuméniques » : l’œcuménisme spirituel, avec la prière pour l’unité ; l’œcuménisme culturel avec les initiatives communes dans le domaine de l’art par exemple ; l’œcuménisme pratique, qui consiste à collaborer ensemble pour répondre aux grands défis due monde ; l’œcuménisme théologique.

Martin Luther (1483-1546) « n’a pas voulu créer une division », il souhaitait « réformer l’Eglise », a encore assuré le cardinal Koch : c’était « un homme bon, avec de bonnes intentions » et « « nous pouvons apprendre beaucoup de choses de lui ». = Mais ce qui se passe ici, ce n'est pas "réformer l'Eglise". Ce que nous voyons c'est que les luthériens retournent vers Rome et sous l'autorité du Pape François. Suite à cette alliance, Tony Palmer avait dit qu'il n'y avait plus de raison pour que le protestantisme existe. Que pensez-vous qu'il adviendra des protestants qui refusent de plier le genou devant le dieu de Rome?

Le pape dans les pas de ses prédécesseurs

Le révérend Martin Junge, secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale, a précisé que la présence du pape François était à inscrire dans la continuité du chemin œcuménique de ses prédécesseurs : avec Jean-Paul II, a-t-il rappelé, il y a eu la Déclaration commune sur la doctrine de la justification en 1999 ; puis avec Benoît XVI, le document « Du conflit à la communion » en 2013. L’événement de Lund est donc le « fruit d’un chemin œcuménique ».

Le pasteur s’est réjoui de la poursuite du dialogue : « Nous avons vu beaucoup de choses que nous pensions impossibles ». Dans un « monde blessé par le conflit », la collaboration entre catholiques et luthériens est une grande contribution à la paix Twisted Evil , a-t-il estimé.

Au lendemain de la commémoration, le 1er novembre, le pape célèbrera la messe avec la communauté catholique de Malmö. Pour le révérend Junge, il n’y a pas « d’opposition » entre les deux initiatives : la messe catholique montrera « qu’il faut continuer à travailler pour unité » pour pouvoir un jour célébrer à la même table.

En conclusion, le cardinal Kurt Koch et le pasteur luthérien ont expliqué que le dialogue bilatéral se trouvait actuellement devant trois questions principales à affronter : « le ministère, l’Eglise, l’Eucharistie ». Ils ont souhaité que la commémoration suédoise « nous aide à être plus créatifs ».

https://fr.zenit.org/articles/suede-laction-de-grace-des-catholiques-et-des…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Oct - 01:38 (2016)    Sujet du message: CHURCH CLARIFIES TEACHING ON CREMATION Répondre en citant

CHURCH CLARIFIES TEACHING ON CREMATION 

An other control domain of Rome : the burial of the death body. A other control industry and a lot of money for this church. What about all the skeletons in churches all around the world? What about the dignity of all these peoples? 


Emphasizes that ashes should be put in a sacred place, not transformed into jewelry or other commemorative memorabilia

October 25, 2016 Sergio Mora Culture and Society


 
Wikimedia

An Instruction of the Congregation for the Doctrine of the Faith regarding burial of the dead and conservation of ashes in case of cremation, entitled Ad resurgendum cum Christo was presented today in the Holy See Press Office, by Cardinal Gerhard Müller, Prefect of the Congregation for the Doctrine of the Faith; its Consultor Father Angel Rodriguez Luno and Father Serge Thomas Bonino, O.P. Secretary of the International Theological Commission.

Cardinal Müller said that, because cremation is becoming more widespread, it will be considered as an ordinary practice. This development, he noted, is accompanied by another phenomenon: “the conservation of the ashes in a domestic environment, their conservation in commemorative memory or their dispersion in nature.”

Therefore, the specific issue of this document refers to the conservation of the ashes, without forgetting that “the Church earnestly recommends that the pious custom be kept of burying the bodies of the deceased,” although cremation “is not prohibited unless it was chosen for reasons contrary to Christian Doctrine.”

In fact, a canonical normative on the preservation of the ashes did not exist; therefore, some Episcopal Conferences requested the Congregation for the Doctrine of the Faith for guidelines on how and where the funerary urn should be kept, he said.

Cardinal Müller reiterated: “the Church continues to recommend insistently that the bodies of the deceased be buried in a cemetery or other sacred place.” Moreover, burial “is the most fitting way to express faith and hope in bodily resurrection.”

He acknowledged that there can be legitimate reasons to choose cremation, but the ashes must normally be kept in a sacred place, namely, in a cemetery or sacred place; it is necessary to avoid pantheistic or naturalistic ambiguities; therefore, the dispersion of ashes in the air, on the earth, in water or other way, or to convert the ashes into commemorative memories is not permitted.”

With this new Instruction, noted the Cardinal, we wish to contribute “so that Christian faithful have an ulterior awareness of their dignity.” He concluded by reminding that it is necessary to “evangelize the meaning of death in the light of faith in the Risen Christ.”

Responding to ZENIT, Father Bonino pointed out that the process of cremation is not natural as burial is, because technology intervenes. “It is a process in which man attempts to have control over life and death.” It has something of the brutal, because it destroys the body immediately without giving close individuals the possibility of engaging in the process of acceptance over time, as in a sort of privatization of death.

Father Bonino also pointed out that in the newly published Instruction, the first part on the burial of the deceased must not be forgotten and that the intention was to “reiterate the doctrinal and pastoral reasons for preferring the burial of bodies,” which the Church “recommends insistently.”

Father Rodriguez Luno added that the document reflects the Church’s care so that the bodies of the faithful deceased “inspire respect and charity and can express appropriately the Christian meaning of death and hope in the resurrection of the body.”

https://zenit.org/articles/church-clarifies-teaching-on-cremation/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 05:55 (2016)    Sujet du message: WCC GENERAL SECRETARY : WHAT HAVE WE LEARNED FROM THE REFORMATION ? Répondre en citant



WCC GENERAL SECRETARY : WHAT HAVE WE LEARNED FROM THE REFORMATION ?



Rev. Dr Olav Fykse Tveit. © Albin Hillert/WCC

27 October 2016

Speaking at the Peterskirche, the University Church of Heidelberg, on 27 October, World Council of Churches (WCC) general secretary Rev. Dr Olav Fykse Tveit said the Reformation can only be commemorated properly if the remembrance is done in a modus of mutual accountability.

The 500th anniversary of the 16th-century Lutheran Reformation marks the action of Martin Luther in publishing his 95 Theses on 31 October 1517 to denounce church abuses, setting in motion events that led to the Reformation and the separation of western Christianity into Roman Catholic and Protestant churches.

“To stand before God is to stand with our accountability to all God’s creation and particularly those created in the image of God, the human beings and the one humanity,” said Tveit.

He was speaking at the university event exploring the ecumenical aspects and responsibilities in commemorating the jubilee of the Reformation.

“Mutual accountability is the attitude that has brought the ecumenical movement to life,” he said. “This is the attitude of firmly having a position that shows that we are accountable, reliable, and honest.”

This attitude is shown in the exercise of asking and answering in a transparent, open, humble, and constructive way what we have done with our common legacy as churches, he continued. “This is to ask together in dialogue: how do we deal with the differences and divisions that have developed in how we steward this legacy? How are we mutually accountable to what we affirm that we share together and how do we therefore try to find the way forward together?”

Many of the ecumenical discussions today regarding the 500th anniversary of the Reformation are looking back at the church-dividing events in the 16th century and the theological, political and cultural divisions and conflicts that followed, he said. “The perspective has been what we can learn from what we call the Reformation, and what we can be helped to see as a potential for change today,” he said. “The best ecumenical dialogue on the Reformation applies the approach of the ‘healing of memories’ that has been an important dimension of the peacebuilding work of member churches of the WCC in Northern Ireland, South Africa and many other countries.”

The same spirit of new energy and a wish to harvest some of the fruits of past dialogues will prevail at a joint celebration by Pope Francis and the representatives of the Lutheran World Federation on 31 October in Lund, Tveit said.

“I look forward to be there representing the whole fellowship of the World Council of Churches,” he said. “This event has relevance and will be significant for the whole ecumenical movement.”

Full speech: "The Jubilee of the Reformation – ecumenical?"

The Truth We Owe Each Other - Mutual Accountability in the Ecumenical Movement (By Olav Fykse Tveit)
Joint Catholic-Lutheran Commemoration of the Reformation
European Reformation Roadmap launch

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/wcc-general-secretary-what-ha…


Dernière édition par maria le Mar 1 Nov - 03:11 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 06:10 (2016)    Sujet du message: EUROPEAN REFORMATION ROADMAP LAUNCH Répondre en citant





EUROPEAN REFORMATION ROADMAP LAUNCH

FRANCAIS :
Lancement du parcours de la Réforme 2017 en Europe
http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/events/european-reformation-roadma…


The reptile-Aryans -  Babylonian Brotherhood - Geneva, Switzerland.
‘sons of Light’, ‘sons of Darkness’ and ‘sons of Truth’, again widely disseminated through the whole corpus. 

"Ils se mêlèrent avec les nations, Et ils apprirent leurs oeuvres. 36 Ils servirent leurs idoles, Qui furent pour eux un piège;"
Psaume 106:35-36

"But were mingled among the heathen, and learned their works.
And they served their idols: which were a snare unto them."
Psalm 106:35-36




-----




Event details
When
03 November 2016 to
04 November 2016

Where
Geneva, Switzerland

Add event to calendar
vCal

iCal



The year 2017 marks the 500th anniversary of the Reformation. Churches in the Lutheran tradition regard the 31 October 1517 as the starting point of the Reformation. It was on that date that Martin Luther is said to have nailed his ninety-five theses opposing the sale of indulgences and what he perceived to be clerical abuses attached to this practice on the door of All Saints’ Church in Wittenberg.

The shaking of the foundations that reverberated 500 years ago from Wittenberg, Zürich, Geneva and many other places changed the fabric of social relations in Europe. This movement radiated out to other continents, influencing whole cultures and regions. From November 2016 the European Reformation Roadmap will link up sites of significance for the Reformation. In May 2017 the tour will be completed in Central Germany, at its final way-station in Wittenberg, in time for the World Reformation Exhibition "Gates of Freedom".

Cities in the Netherlands, Hungary, Slovenia, Ireland and more than a dozen other European countries will be visited, including Rome, Augsburg, Worms and Eisenach with its Wartburg fortress. The visitors will stop over for 36 hours. Regional and ecumenical partners will invite the population to a festival with many different events in order to discover local relations to the history of the Reformation.

Public attention
 
Past events will come to life again in surprising dramatic presentations at each stop-over. Encounters with local people will bring out the relevance of the Reformation for today. Personal story-telling will testify to the contemporary nature of Reformation viewpoints. Every way-station will then send along a memento to the World Reformation Exhibition in Wittenberg.

The European Reformation Roadmap will enable the cities - those in Germany having been proposed by their regional Protestant churches - to propel the Reformation issues relevant to them to the forefront of media and public attention. A show-truck ("storymobile") will stand on a central square as an eye-catcher. The regional media will report on the events and encounters before, during and after the visit.

Start in Geneva
 
The show-truck will not only invite spectators to the World Reformation Exhibition "Gates of Freedom". It will also advertise the Kirchentag in Berlin and Kirchentag-style events at 6 other cities, the festive closing service and the popular festival at the end of May in Wittenberg. Events marking the Reformation anniversary in each region can be topics as well, however, because the programme during the stopover will be primarily planned by local churches and groups.

The way-stations are now definite - from Augsburg to Zwolle. The tour through Europe will start on 3 November in Geneva, the city of John Calvin, now home to the head office of the World Council of Churches and many other international organizations.

The European Reformation Roadmap is linked with a project of the Community of Protestant Churches in Europe (CPCE). It has designated a number of cities as European Cities of the Reformation. The first one to earn this title was Emden in East Friesland. The initiative supports an intriguing mix of art, culture and spirituality, promoting historical adventure and tourism in the Cities of the Reformation. The cities on the Roadmap can also become Reformation Cities of Europe.

The celebration will start 3-4 November 2016 in Geneva. The programme prepared by a local working group includes seminars, a panel discussion on peace, and a digital exhibition.

Download the programme (pdf, 1 MB)
Thursday night youth event "Esprit de Genève"

More information on the European Reformation Roadmap 2017:
Brochure (pdf)
International website (in English and German)
Swiss website (in French and German)

European Reformation Roadmap to link historical sites in 67 cities, 19 countries (WCC press release of 31 May 2016)

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/events/european-reformation-roadma…


Dernière édition par maria le Ven 28 Oct - 11:59 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 11:54 (2016)    Sujet du message: DU RIFIFI AU VATICAN Répondre en citant

DU RIFIFI AU VATICAN



Ézéchiel 8

15 Et il me dit: Vois-tu, fils de l'homme? Tu verras encore d'autres abominations plus grandes que celles-là. 16 Et il me conduisit dans le parvis intérieur de la maison de l'Eternel. Et voici, à l'entrée du temple de l'Eternel, entre le portique et l'autel, il y avait environ vingt-cinq hommes, tournant le dos au temple de l'Eternel et le visage vers l'orient; et ils se prosternaient à l'orient devant le soleil. 17 Et il me dit: Vois-tu, fils de l'homme? Est-ce trop peu pour la maison de Juda de commettre les abominations qu'ils commettent ici? Faut-il encore qu'ils remplissent le pays de violence, et qu'ils ne cessent de m'irriter?


Deutéronome 4:19

Veille sur ton âme, de peur que, levant tes yeux vers le ciel, et voyant le soleil, la lune et les étoiles, toute l'armée des cieux, tu ne sois entraîné à te prosterner en leur présence et à leur rendre un culte: ce sont des choses que l'Eternel, ton Dieu, a données en partage à tous les peuples, sous le ciel tout entier.

Deutéronome 17:3

allant après d'autres dieux pour les servir et se prosterner devant eux, après le soleil, la lune, ou toute l'armée des cieux. Ce n'est point là ce que j'ai commandé.

2 Rois 23:11

Il fit disparaître de l'entrée de la maison de l'Eternel les chevaux que les rois de Juda avaient consacrés au soleil, près de la chambre de l'eunuque Nethan-Mélec, qui demeurait dans le faubourg; et il brûla au feu les chars du soleil.

2 Chroniques 29:6

Car nos pères ont péché, ils ont fait ce qui est mal aux yeux de l'Eternel, notre Dieu, ils l'ont abandonné, ils ont détourné leurs regards du tabernacle de l'Eternel et lui ont tourné le dos.




Ces querelles presque byzantines, avec croche-pieds, tirages de surplis et coups bas, auraient pu ne pas dépasser le cadre des sacristies.

On n’en vient pas aux mains parce que l’on est entre gens bien élevés, mais c’est tout comme. L’objet du litige ? L’emplacement du prêtre qui célèbre la messe. En juin 2015, le cardinal Sarah, préfet de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements – en clair, patron de la liturgie sous les ordres du pape –, proposait que « tous, prêtre et fidèles, se tournent ensemble vers l’Orient » pendant les parties de la messe où l’on s’adresse directement à Dieu : kyrie, gloria, oraisons diverses et eucharistie. Cette proposition, appuyée par le cardinal américain Raymond Burke, mettait à mal le changement opéré par Vatican II, qui enjoint l’officiant de faire volte-face et de se tourner désormais vers l’assemblée.

De tout temps, et au moins jusqu’au XVe siècle, les églises ont été « orientées », c’est-à-dire tournées vers l’Orient et le prêtre, dos aux fidèles, était, lui aussi « orienté », non pas comme on l’entend souvent, pour regarder vers Jérusalem – ça, c’est l’affaire des juifs et des premiers musulmans –, mais pour faire face à ce point cardinal qui voit, tous les jours, la naissance de la lumière, symbole du Christ.

Quelques jours plus tard, le trublion pourpre s’est fait sèchement recadrer par le Vatican : « Aucune nouvelle directive liturgique n’est prévue », a tonné Mgr Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, qui a ajouté, avec un brin de perfidie : « C’est au pape qu’il revient de décider des normes liturgiques. » En clair : prends ton seau et ta pelle et va jouer sur le tas de sable, et, pour t’apprendre la bienséance, je te raye de la liste des invités à diverses manifestations vaticanes.

Ces querelles presque byzantines, avec croche-pieds, tirages de surplis et coups bas, auraient pu ne pas dépasser le cadre des sacristies.

C’était sans compter avec le pape Benoît XVI dont l’Osservatore Romano du 12 octobre publie les commentaires. On peut penser ce que l’on veut de cet ex-souverain pontife, mais nul ne songe un seul instant à lui dénier une force et une crédibilité absolues dans le domaine de la théologie prise au sens large. Se démarquant résolument de son successeur, le pape émérite se prononce, une nouvelle fois, en faveur de la célébration ad orientem : « Dans l’orientation de la liturgie vers l’est, nous voyons que les chrétiens, ensemble avec le Seigneur, veulent progresser vers la rédemption de la création tout entière. » Avec ce verbe « progresser », c’est la pratique actuelle qui se ringardise d’un coup ainsi que cette sorte de vedettariat du célébrant, objet de tous les regards des fidèles. Et puis, dit Benoît XVI, puisque les chrétiens d’Orient prient « à l’ancienne », en faire autant pour les catholiques ne transgresse rien mais, au contraire, traduit un pas important vers l’œcuménisme. Enfin, pour être certain de se faire bien comprendre, il ajoute : « Un pasteur du troupeau de Jésus-Christ n’est jamais orienté simplement vers le cercle de ses propres fidèles. »

Pan sur le bec ! dirait un journal satirique bien connu. On attend avec gourmandise la réplique du pape François.

http://www.bvoltaire.fr/yannikchauvin/du-rififi-au-vatican,290906?mc_cid=75…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Ven 28 Oct - 12:09 (2016)    Sujet du message: "WHERE ARE YOU? Répondre en citant


 
   

"WHERE ARE YOU?
"
(GENESIS 3:9)

Tishrei 25, 5777/October 27, 2016

Bereshith - In the beginning - where it all began - out of the endless G-d created time and space and filled them up with His good works. He fashioned the heavens and gave shape to the earth. He made the rivers and lakes, the fish, teeming things, birds and animals. Everything beautiful in time and space, as G-d had intended, grains and flowers and trees.

All wonderful things, indeed, but G-d made His world, that is, He made His world one which would endure, when He 'walked up' to Adam and said, "Where are you?" (Genesis 3:9) That is when and that is where it all began. Man's story, at least...

G-d forbid but allowed Man to acquire knowledge, knowing that be doing so He would be granting Man knowledge of his own apparent distinction from G-d . Adam and Chava ate from the fruit of the Tree of Knowledge, and by doing so acquired in an instant all the knowledge that man would ever acquire across the millenia of time. Yet when confronted by G-d asking Where are you Man, Adam opted for invisibility. All the knowledge in the world and Adam chooses to hide, to make himself naught.

G-d 's voice, we are told, walked through the Garden of Eden, walked right up to Adam, looked him straight in the eye, and "called to man, and He said to him, "Where are you?" And he said, "I heard Your voice in the garden, and I was afraid because I am naked; so I hid." (ibid 3:9)

Then, at that moment, in the greatest miracle of all creation, perhaps the only miracle of all creation, G-d embraced man. G-d delivered man a stern punishment, to be sure, but G-d clothed Man and G-d taught Man to harvest "the herbs of the field" and to make bread upon which to live. (ibid 3:18-19) G-d saw to Man's well-being.



G-d had completed creation, His work was done. But Man, being the flawed perfection of G-d 's creation who disturbed the balance, learned that in G-d 's presence, he is, in his own eyes, invisible, a non-entity, an option that G-d would not entertain, as He chooses us to see and to be seen by Him. Rolling Eyes Knowledge, it seems, cuts both ways. A relationship is created. Man is about to step into history, to take his own fate upon his now diminished shoulders, and to make his own way. And G-d has made it clear that Man will not be alone. = The tree of Life (Jesus Christ) and
The tree of the knowledge of good and evil (Lucifer knowledge). The Temple Institute teaching false gospel (kabbalist) and stand on the side of the tree of the knowledge of good and evil. 

G-d 's blessing for mankind is to grant us responsibility for ourselves, for one another, to go our own way, yet to always know, every minute, everywhere and anywhere, G-d is with us. G-d has commanded us to build a world in which this knowledge is self-evident, a world in which He - His presence - can dwell amongst His children.

This, of course, is the challenge and the reality of the Holy Temple, a place and a time where Man can be with G-d . The Holy Temple, our sages teach us, is indeed located in the place of the Garden of Eden, and now the reason is clear: This is where it all began for the children of Man. Here in the Garden of Eden, and right now, at this moment. This is the place where we come out from our hiding to see and be seen by G-d . And from this place G-d 's blessing will reach the four corners of the earth and when His voice walks again in the garden and calls out to all, "Where are you, Man?" we will answer, here we are G-d, in Your Chosen House... in the Holy Temple!

Temple Institute
e-mail


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Lun 31 Oct - 09:55 (2016)    Sujet du message: THE POPE'S SILENT WAR Répondre en citant

THE POPE'S SILENT WAR



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=JcCXKNgzSlc

***SHARE*** This October, The Pope Will Be Attempting To Destroy The History Of The Protestant Reformation!
VISIT: WWW.REFORMATION2016.COM


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 03:05 (2016)    Sujet du message: 500 YEAR REFORMATION : LAUNCH OF THE ANNIVERSARY CELEBRATIONS Répondre en citant

500 YEAR REFORMATION : LAUNCH OF THE ANNIVERSARY CELEBRATIONS

06 October 2016

Invitation to the international media conference

500 year Reformation: launch of the anniversary celebrations

The European Roadmap will start in Geneva and visit 67 European Cities

Dear member of the press,

All of Europe is preparing for the anniversary of «500 year Reformation». On November 3rd 2016 the international festivities and the first stopover of the «Reformation-Truck» will be launched in the City of Reformation, Geneva. Geneva hosts the World Council of Churches as one of many international organisations.

With the Reformation-Truck «Stories on the road» the Community of Protestant Churches in Europe (CPCE), the Federation of Swiss Protestant Churches (SEK) and the Evangelical Church in Germany (EKD) will forge a bond between all Europeans. 67 European cities in 19 countries will participate in the «European Roadmap».

The Swiss Government, represented by the Federal Council Alain Berset, and many more international personalities will officially launch the anniversary celebrations «500 years Reformation». We would like to invite you to participate:

Media Conference and ceremony with Federal Council Alain Berset
Thursday November 3rd 2016, 9.15 am

MIR International Museum of the Reformation, Geneva
Ceremony starting 10.15am, Plaine de Plainpalais, Geneva

The following personalities will be present:

- Gottfried Locher, president, Federation of Swiss Protestant Churches and Community of Protestant Churches in Europe
- Heinrich Bedford Strohm, Chairman Evangelical Church in Germany
- Olav Fykse Tveit, General Secretary World Council of Churches
- Emmanuel Fuchs, president l’Eglise protestante de Genève

We would be delighted to launch the anniversary celebrations together with you.

Please send your written registration to: pascal.krauthammer@furrerhugi.ch. Please do not hesitate to contact our colleagues in Switzerland if you have any further questions: Pascal Krauthammer, +41 79 662 47 52.


Sincerely,





http://www.oikoumene.org/en/press-centre/press-info/500-year-reformation-la…



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 03:18 (2016)    Sujet du message: POPE AND PRESIDENT OF LWF SIGN JOINT STATEMENT Répondre en citant

POPE AND PRESIDENT OF LWF SIGN JOINT STATEMENT


Pope Francis and Bishop Mounib Younan sign the Joint Statement in Lund's Cathedral - AP

31/10/2016 16:49

(Vatican Radio) Pope Francis and Bishop Mounib Younan, President of the Lutheran World Federation signed a Joint Statement on Monday in which Catholics and Lutherans pledged to pursue their dialogue in order to remove the remaining obstacles that hinder them from reaching full unity. They also stressed their commitment to common witness on behalf of the poor, the needy and the victims of injustice. The Declaration was signed during the ecumenical prayer service held in Lund’s Lutheran Cathedral on the first day of the Pope’s visit to Sweden.

Please find below the full text of the Statement:

JOINT STATEMENT
on the occasion of the Joint Catholic-Lutheran Commemoration of the Reformation

Lund, 31 October 2016
 
«Abide in me as I abide in you.  Just as the branch cannot bear fruit by itself unless it abides in the vine, neither can you unless you abide in me» (John 15:4).

With thankful hearts

With this Joint Statement, we express joyful gratitude to God for this moment of common prayer in the Cathedral of Lund, as we begin the year commemorating the five hundredth anniversary of the Reformation.  Fifty years of sustained and fruitful ecumenical dialogue between Catholics and Lutherans have helped us to overcome many differences, and have deepened our mutual understanding and trust.  At the same time, we have drawn closer to one another through joint service to our neighbours – often in circumstances of suffering and persecution.  Through dialogue and shared witness we are no longer strangers.  Rather, we have learned that what unites us is greater than what divides us.

Moving from conflict to communion

While we are profoundly thankful for the spiritual and theological gifts received through the Reformation, we also confess and lament before Christ that Lutherans and Catholics have wounded the visible unity of the Church.  Theological differences were accompanied by prejudice and conflicts, and religion was instrumentalized for political ends.  Our common faith in Jesus Christ and our baptism demand of us a daily conversion, by which we cast off the historical disagreements and conflicts that impede the ministry of reconciliation.  While the past cannot be changed, what is remembered and how it is remembered can be transformed.  We pray for the healing of our wounds and of the memories that cloud our view of one another.  We emphatically reject all hatred and violence, past and present, especially that expressed in the name of religion.  Today, we hear God’s command to set aside all conflict.  We recognize that we are freed by grace to move towards the communion to which God continually calls us.

 Our commitment to common witness

As we move beyond those episodes in history that burden us, we pledge to witness together to God’s merciful grace, made visible in the crucified and risen Christ.  Aware that the way we relate to one another shapes our witness to the Gospel, we commit ourselves to further growth in communion rooted in Baptism, as we seek to remove the remaining obstacles that hinder us from attaining full unity.  Christ desires that we be one, so that the world may believe (cf. John 17:21).

Many members of our communities yearn to receive the Eucharist at one table, as the concrete expression of full unity.  We experience the pain of those who share their whole lives, but cannot share God’s redeeming presence at the Eucharistic table.  We acknowledge our joint pastoral responsibility to respond to the spiritual thirst and hunger of our people to be one in Christ.  We long for this wound in the Body of Christ to be healed.  This is the goal of our ecumenical endeavours, which we wish to advance, also by renewing our commitment to theological dialogue.

We pray to God that Catholics and Lutherans will be able to witness together to the Gospel of Jesus Christ, inviting humanity to hear and receive the good news of God’s redeeming action.  We pray to God for inspiration, encouragement and strength so that we may stand together in service, upholding human dignity and rights, especially for the poor, working for justice, and rejecting all forms of violence.  God summons us to be close to all those who yearn for dignity, justice, peace and reconciliation.  Today in particular, we raise our voices for an end to the violence and extremism which affect so many countries and communities, and countless sisters and brothers in Christ.  We urge Lutherans and Catholics to work together to welcome the stranger, to come to the aid of those forced to flee because of war and persecution, and to defend the rights of refugees and those who seek asylum.

More than ever before, we realize that our joint service in this world must extend to God’s creation, which suffers exploitation and the effects of insatiable greed.  We recognize the right of future generations to enjoy God’s world in all its potential and beauty.  We pray for a change of hearts and minds that leads to a loving and responsible way to care for creation.

One in Christ

On this auspicious occasion, we express our gratitude to our brothers and sisters representing the various Christian World Communions and Fellowships who are present and join us in prayer.  As we recommit ourselves to move from conflict to communion, we do so as part of the one Body of Christ, into which we are incorporated through Baptism. 

We invite our ecumenical partners to remind us of our commitments and to encourage us.  We ask them to continue to pray for us, to walk with us, to support us in living out the prayerful commitments we express today.

Calling upon Catholics and Lutherans worldwide

We call upon all Lutheran and Catholic parishes and communities to be bold and creative, joyful and hopeful in their commitment to continue the great journey ahead of us.  Rather than conflicts of the past, God’s gift of unity among us shall guide cooperation and deepen our solidarity.  By drawing close in faith to Christ, by praying together, by listening to one another, by living Christ’s love in our relationships, we, Catholics and Lutherans, open ourselves to the power of the Triune God.  Rooted in Christ and witnessing to him, we renew our determination to be faithful heralds of God’s boundless love for all humanity.

Related articles


Pope and Lutheran leaders mark 'a new beginning' in Sweden

Pope at Malmö ecumenical event: Christian unity a priority

Lutheran - Catholic humanitarian cooperation alive and well in Africa

'Together in Hope': Msg Henao paving the way for peace in Colombia

 'Together in Hope: Rose's story' Lutheran archbishop set to welcome Pope Francis Pope's visit to Sweden can give new emphasis to ecumenism

Catholics, Lutherans, stronger together to serve the world Pope urges Catholics and Lutherans to recognize past errors A cross of hope from a torn nation


http://en.radiovaticana.va/news/2016/10/31/pope_and_president_of_lwf_sign_j…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 03:29 (2016)    Sujet du message: SUEDE : DECLARATION DU PAPE FRANCOIS ET DE L'EVÊQUE LUTHERIEN MUNIB YOUNAN (TEXTE COMPLET) Répondre en citant

SUEDE : DECLARATION DU PAPE FRANCOIS ET DE L'EVÊQUE LUTHERIEN MUNIB YOUNAN (TEXTE COMPLET)

« Nous renouvelons notre engagement à marcher du conflit vers la communion »

31 octobre 2016 RédactionPape François, Unité des chrétiens, Voyages pontificaux


Déclaration commune de Lund entre catholiques et luthériens, capture FLM

Catholiques et luthériens s’engagent de façon encore plus décisive à travailler à l’unité des disciples du Christ, par une déclaration commune signée par le pape François et par le président de la FLM, l’évêque Munib Younan (Jérusalem), sous les applaudissements de l’assemblée, en la cathédrale luthérienne de Lund, ce lundi 31 octobre 2016, en présence des souverains de Suède.

La déclaration est d’abord une déclaration de « gratitude » envers Dieu pour cette commémoration commune Catholique-Luthérienne de la Réforme et les 50 ans de dialogue, qui permettent de passer du conflit à la communion, avec cet invitation à guérir la mémoire: « Tandis que le passé ne peut pas être changé, le souvenir et la manière de se souvenir peuvent être transformés. Nous prions pour la guérison de nos blessures et des mémoires qui assombrissent notre regard les uns sur les autres. Nous rejetons catégoriquement toute haine et toute violence, passées et présentes, surtout celles qui s’expriment au nom de la religion. »

Ils renouvellent leur engagement au dialogue théologique – notamment sur la question de l’eucharistie – et au témoignage commun rendu au Christ ressuscité: « Nous prions Dieu afin que les Catholiques et les Luthériens soient capables de témoigner ensemble de l’Évangile de Jésus-Christ, invitant l’humanité à écouter et à recevoir la bonne nouvelle de l’action rédemptrice de Dieu. Nous demandons à Dieu inspiration, encouragement et force, en sorte que nous puissions rester ensemble pour servir, en défendant la dignité et les droits humains, surtout ceux des pauvres, travaillant pour la justice, et rejetant toutes les formes de violence. »

« Tandis que nous renouvelons notre engagement à marcher du conflit vers la communion, nous le faisons en tant que membres du même Corps du Christ, auquel nous sommes incorporés par le baptême. Nous invitons nos partenaires œcuméniques à nous rappeler nos engagements et à nous encourager », dit encore la Déclaration.

Elle invite les paroisses et les communautés luthériennes et catholiques sur ce chemin « pour qu’elles soient audacieuses et créatives, joyeuses et pleines d’espérance dans leur engagement à poursuivre la grande aventure »: « Au lieu des conflits du passé, le don de Dieu de l’unité entre nous devrait guider notre coopération et approfondir notre solidarité. »
Voici le texte complet de la Déclaration dans une traduction officielle en français.

AB

DECLARATION CONJOINTE
à l’occasion de la commémoration commune Catholique-Luthérienne de la Réforme

Lund, 31 octobre 2016

«Demeurez en moi, comme moi en vous. De même que le sarment ne peut pas porter de fruit par lui-même s’il ne demeure pas sur la vigne, de même vous non plus, si vous ne demeurez pas en moi» (Jn 15, 4).

D’un cœur reconnaissant

Par cette Déclaration Conjointe, nous exprimons notre joyeuse gratitude à Dieu pour ce moment de prière commune dans la Cathédrale de Lund, alors que nous commençons l’année commémorative du cinquième centenaire de la Réforme. Cinquante années d’un dialogue œcuménique soutenu et fructueux entre Catholiques et Luthériens nous ont aidés à surmonter beaucoup de différences et ont approfondi notre compréhension et notre confiance réciproques. En même temps, nous nous sommes rapprochés les uns des autres à travers le service commun à nos prochains – souvent dans des circonstances de souffrance et de persécution. Grâce au dialogue et au témoignage partagé, nous ne sommes plus des étrangers les uns pour les autres. Plutôt, nous avons appris que ce qui nous unit est plus grand que ce qui nous divise.

Du conflit à la communion

Alors que nous sommes profondément reconnaissants pour les dons spirituels et théologiques reçus à travers la Réforme, nous confessons aussi et déplorons devant le Christ que Luthériens et Catholiques ont blessé l’unité visible de l’Église. Des différences théologiques ont été accompagnées de préjudices et de conflits, et la religion a été instrumentalisée à des fins politiques. Notre foi commune en Jésus-Christ et notre baptême réclament de nous une conversion quotidienne par laquelle nous rejetons les désaccords et les conflits historiques qui empêchent le ministère de la réconciliation. Tandis que le passé ne peut pas être changé, le souvenir et la manière de se souvenir peuvent être transformés. Nous prions pour la guérison de nos blessures et des mémoires qui assombrissent notre regard les uns sur les autres. Nous rejetons catégoriquement toute haine et toute violence, passées et présentes, surtout celles qui s’expriment au nom de la religion. Aujourd’hui, nous entendons Dieu nous demander de mettre de côté tout conflit. Nous reconnaissons que nous sommes libérés par la grâce pour cheminer vers la communion à laquelle Dieu continue de nous appeler tous.

Notre engagement pour le témoignage commun

Tandis que nous surmontons ces épisodes de l’histoire qui pèsent sur nous, nous nous engageons à témoigner ensemble de la grâce miséricordieuse de Dieu, rendue visible dans le Christ crucifié et ressuscité. Conscients que la manière dont nous vivons les relations façonne notre témoignage de l’Évangile, nous nous engageons pour d’ultérieurs progrès dans la communion enracinée dans le baptême, alors que nous cherchons à lever les obstacles persistants qui nous empêchent d’atteindre la pleine unité. Le Christ désire que nous soyons un, de façon que le monde puisse croire (cf. Jn 17, 21).

Beaucoup de membres de nos communautés aspirent à recevoir l’Eucharistie à une même table, comme expression concrète de la pleine unité. Nous faisons l’expérience de la souffrance de ceux qui partagent leur vie tout entière, mais ne peuvent pas partager la présence rédemptrice de Dieu à la table eucharistique. Nous reconnaissons notre responsabilité pastorale commune pour répondre à la soif et à la faim spirituelles de nos fidèles d’être un dans le Christ. Nous désirons ardemment que cette blessure dans le Corps du Christ soit guérie. C’est l’objectif de nos efforts œcuméniques, que nous voulons faire progresser, y compris en renouvelant notre engagement pour le dialogue théologique.

Nous prions Dieu afin que les Catholiques et les Luthériens soient capables de témoigner ensemble de l’Évangile de Jésus-Christ, invitant l’humanité à écouter et à recevoir la bonne nouvelle de l’action rédemptrice de Dieu. Nous demandons à Dieu inspiration, encouragement et force, en sorte que nous puissions rester ensemble pour servir, en défendant la dignité et les droits humains, surtout ceux des pauvres, travaillant pour la justice, et rejetant toutes les formes de violence. Dieu nous demande d’être proches de ceux qui aspirent à la dignité, à la justice, à la paix et à la réconciliation. Aujourd’hui, de manière particulière, nous élevons nos voix pour la fin de la violence et de l’extrémisme qui touchent de si nombreux pays et communautés, et d’innombrables sœurs et frères dans le Christ. Nous exhortons les Luthériens et les Catholiques à travailler ensemble pour accueillir les étrangers, pour aider ceux qui sont forcés à fuir à cause de la guerre et de la persécution, et pour défendre les droits des réfugiés et de ceux qui cherchent l’asile.

Plus que jamais, nous réalisons que notre service commun dans le monde doit s’étendre à la création de Dieu qui souffre de l’exploitation et des conséquences d’une cupidité insatiable. Nous reconnaissons le droit des générations futures à jouir du monde de Dieu dans toutes ses potentialités et dans toute sa beauté. Nous prions pour un changement des cœurs et des esprits qui conduise à prendre soin de la création, avec amour et responsabilité.

Un dans le Christ

À cette heureuse occasion, nous exprimons notre gratitude à nos frères et sœurs représentant les diverses Communions et Communautés Chrétiennes Mondiales qui sont présentes et se joignent à nous dans la prière. Tandis que nous renouvelons notre engagement à marcher du conflit vers la communion, nous le faisons en tant que membres du même Corps du Christ, auquel nous sommes incorporés par le baptême. Nous invitons nos partenaires œcuméniques à nous rappeler nos engagements et à nous encourager. Nous leur demandons de continuer de prier pour nous, de cheminer avec nous, pour nous soutenir dans l’observance des engagements enracinés dans la prière que nous formulons aujourd’hui.

Appel aux Catholiques et aux Luthériens du monde entier

Nous lançons un appel à toutes les paroisses et à toutes les communautés luthériennes et catholiques pour qu’elles soient audacieuses et créatives, joyeuses et pleines d’espérance dans leur engagement à poursuivre la grande aventure devant nous. Au lieu des conflits du passé, le don de Dieu de l’unité entre nous devrait guider notre coopération et approfondir notre solidarité. En nous rapprochant dans la foi au Christ, en priant ensemble, en nous écoutant les uns les autres, en vivant l’amour du Christ dans nos relations, nous, Catholiques et Luthériens, nous nous ouvrons nous-mêmes à la puissance du Dieu Trinitaire. Enracinés dans le Christ et en témoignant de lui, nous renouvelons notre détermination à être des hérauts fidèles de l’amour sans limite de Dieu envers toute l’humanité.

[Texte original: Anglais]

https://fr.zenit.org/articles/suede-declaration-sur-le-chemin-de-la-communi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 1 Nov - 03:34 (2016)    Sujet du message: SUEDE : CARITAS INTERNATIONALIS ET LA FEDERATION LUTHERIENNE MONDIALE, « ENSEMBLE » / Caritas, Lutheran Federation Sign Common Declaration Répondre en citant

SUEDE : CARITAS INTERNATIONALIS ET LA FEDERATION LUTHERIENNE MONDIALE, « ENSEMBLE »

ENGLISH :
Caritas, Lutheran Federation Sign Common Declaration
https://zenit.org/articles/caritas-lutheran-federation-sign-common-declarat…

Pour « la promotion de la dignité humaine et de la justice sociale » (texte complet)

31 octobre 2016 Constance Roques Organisations caritatives, humanitaires, Unité des chrétiens


Michel Roy (CI) et Maria Immonen (FLM), capture CTV

« Caritas Internationalis et le Service mondial de la FLM chercheront à élargir et approfondir leurs relations », indique cette Déclaration signée à Malmö (Suède) ce lundi 31 octobre 2016, par Michel Roy, secrétaire général de CI et par Maria Immonen, directrice de Service mondial luthérien, à l’occasion du voyage du pape François pour les 500 ans de la Réforme luthérienne. L’objectif est « la promotion de la dignité humaine et de la justice sociale », selon les paroles du pape François.

« L’objectif global de cette déclaration d’intention est de consolider et de développer une relation mutuellement bénéfique pour inspirer les gens que nous servons, accompagnons et défendons, fondée sur des valeurs et une vision partagée sur la façon dont nos organisations peuvent travailler ensemble dans le monde aujourd’hui », souligne la Déclaration.

Voici notre traduction intégrale de ce texte sans précédent, dont le Secrétaire général de Caritas Internationalis, M. Michel Roy a confié à Zenit que « l’initiative vise à concrétiser le rapprochement entre les Catholiques et les Luthériens: l’unité, la communion se réalisent dans l’action. »

AB

Déclaration d’intention entre Caritas Internationalis et la Fédération luthérienne mondiale – Service mondial

« Ensemble dans l’espérance »

  1. Préambule

Caritas Internationalis, créée en 1951, est le bras social et pour la justice de l’Église catholique. Elle est en même temps une confédération de 165 organisations nationales présentes dans 200 pays et territoires et une entité centrale du Saint-Siège. Servir, accompagner et défendre les pauvres : sa mission est de promouvoir une civilisation de l’amour, sur la base des enseignements sociaux et autres de l’Église et se développe autour de cinq orientations stratégiques centrales qui sont: Caritas au cœur de l’Église, sauver les vies et reconstruire les communautés, promouvoir le développement humain intégral durable, renforcer la solidarité mondiale, rendre la Confédération Caritas plus efficace. Dans sa première orientation, un objectif est de contribuer et de promouvoir une culture de partenariat et de coopération œcuménique et interreligieuse.

La FLM est engagée dans la diaconie et le service depuis sa création en 1947. Service mondial, le bras diaconal de la FLM, se concentre en particulier sur les besoins en aide humanitaire des réfugiés et des personnes déplacées à l’intérieur, l’aide au développement et le plaidoyer. La FLM est engagée à travailler avec d’autres communions chrétiennes mondiales et organisations confessionnelles pour avoir une portée plus large et un plus large impact, visant à doter de moyens les populations locales  grâce à des approches fondées sur les droits.

Caritas Internationalis et le Service mondial de la FLM ont travaillé ensemble à plusieurs reprises au cours des dernières décennies dans de nombreux pays et régions pour faire face aux causes profondes de la pauvreté et aux crises humanitaires. Des organisations membres de Caritas ont également coopéré avec le Service Mondial de la FLM. A l’occasion de la commémoration des 500 ans de la Réforme, la Fédération luthérienne mondiale et l’Église catholique ont pris de nouvelles mesures en vue de la réconciliation et ont progressé dans le domaine du service commun pour exprimer et renforcer leur engagement à la recherche de l’unité. Ceci est exprimé dans le document d’étude luthérienne-catholique, « Du conflit à la communion », dans lequel le 5ème impératif œcuménique requiert une action diaconale commune. On y lit ceci :

« Les catholiques et les luthériens devraient témoigner ensemble de la miséricorde de Dieu dans la proclamation et le service rendu au monde ». Le paragraphe 243 affirme : « L’engagement œcuménique pour l’unité de l’Église ne sert pas seulement l’Église mais aussi le monde pour que le monde croie ». La communauté internationale demande aussi en particulier aux organisations confessionnelles de participer activement à la réalisation de l’agenda des objectifs de développement durable, travaillant à l’éradication de l’extrême pauvreté en une génération. Dans le monde catholique, il existe différents espaces d’engagement collectif (parmi lesquels le Forum des organisations catholiques) et dans le monde chrétien plus large, il existe ACT Alliance, dont la FLM est membre et à laquelle Caritas Internationalis a été liée pendant de nombreuses années.

Nous croyons que les communautés religieuses et les organisations avec lesquelles elles s’engagent sont particulièrement bien placées pour lutter contre l’extrême pauvreté dans toutes ses dimensions. Non seulement parce que ces communautés sont présentes dans le monde entier, mais aussi parce que, quand elles sont formées, organisées et accompagnées, elles sont les meilleurs intervenants en cas de catastrophe, les meilleurs promoteurs du développement humain durable et solidaire, les meilleurs défenseurs de leurs vies. Ce qui nous anime est notre foi et, dans un monde sécularisé, cela fait une énorme différence : le courage, l’engagement, la persévérance, la prise de risques, la conviction que Dieu est avec nous pour affronter le mal et reconstruire des vies. En tant que deux organisations chrétiennes mondiales travaillant pour la dignité humaine et la justice sociale, nous décidons de joindre nos mains. Pour apporter de l’espoir. Pour témoigner et agir ensemble, sans être exclusives. Et pour inviter nos membres à coopérer avec leurs homologues et amis localement.
  1. Objet

L’objectif global de cette déclaration d’intention est de consolider et de développer une relation mutuellement bénéfique pour inspirer les gens que nous servons, accompagnons et défendons, fondée sur des valeurs et une vision partagée sur la façon dont nos organisations peuvent travailler ensemble dans le monde aujourd’hui.
Caritas Internationalis et le Service mondial de la FLM chercheront à élargir et approfondir leurs relations et le travail conjoint à tous les niveaux. Nous allons :
  • rechercher des opportunités
  • nous engager à coopérer le cas échéant
  • engager des discussions stratégiques régulières
  • partager les apprentissages, les défis et opportunités
  • veiller à ce que les membres, le personnel et les bénévoles comprennent la déclaration d’intention et cherchent à travailler ensemble dans l’harmonie et la collaboration
  1. Domaines de coopération

Le Service mondial de la FLM et Caritas Internationalis travailleront ensemble dans les domaines suivants au niveau mondial :
– les réfugiés, les personnes déplacées et les migrants
– la consolidation de la paix et la réconciliation
– la préparation et l’intervention humanitaires
– la mise en œuvre des objectifs de développement durable
– l’action et la programmation interconfessionnelles
  1. Mécanismes d’application concrètes

Caritas Internationalis et le Service mondial de la FLM vont :
  • engager des discussions stratégiques régulières sur les questions convenues, avec des experts spécifiques
  • participer à des programmes communs chaque fois que possible
  • inviter nos membres à coopérer et à participer à la programmation conjointe au niveau national / diocésain / local, en consultation avec les organisations membres respectives dans les pays donateurs le cas échéant, dans les domaines mentionnés ci-dessus et plus identifiés au niveau local, y compris le renforcement des capacités, l’action interreligieuse et le renforcement de la société civile locale.
  • nous rencontrer chaque année pour apprécier le travail accompli et planifier l’avenir.
  • communiquer sur ce que nous avons accompli.

© Traduction de Zenit, Constance Roques

https://fr.zenit.org/articles/suede-caritas-internationalis-et-federation-lutherienne-mondiale-service-mondial-ensemble-dans-lesperance/


Dernière édition par maria le Jeu 3 Nov - 06:57 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mer 2 Nov - 02:40 (2016)    Sujet du message: 1844 THE DAY THAT CHANGED THE WORLD - WALTER VEITH Répondre en citant

1844 THE DAY THAT CHANGED THE WORLD - WALTER VEITH 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=TFFK6E22DMw

October 22nd 1844 The Day That Changed The World
What was the day that changed the world?
A look at the advent movement and Satan's efforts
to counter the full truth of the gospel.


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 5 Nov - 07:47 (2016)    Sujet du message: ITALY SETS THE STAGE FOR PARLIAMENTARIANS ASSOCIATION Répondre en citant



ITALY SETS THE STAGE FOR PARLIAMENTARIANS ASSOCIATION

Parliamentarians for Peace Launched in Bangladesh
http://www.upf.org/conferences-2/7216-parliamentarians-for-peace-launched-i…

-----

Written by Franco Ravaglioli, secretary, UPF-Italy

Tuesday, September 13, 2016



Rome, Italy—A major conference connected with the launch of the International Association of Parliamentarians for Peace was held in the Italian Parliament.

The conference, held on September 13, 2016, in the San Macuto hall of the Parliament building under the theme “Multiculturalism, Politics and Civil Society: Synergies, Training and Projectuality,” was a joint project of the Italian chapters of UPF and Women’s Federation for World Peace (WFWP), an affiliated organization.

The very high-level audience of 63 guests included parliamentarians and other politicians, academics, leaders of NGOs, journalists, and presidents of important institutions.

The occasion was proposed and offered by the Italian parliamentarian Hon. Eleonora Bechis, who had attended the September inauguration in London of the European chapter of the International Association of Parliamentarians for Peace. Hon. Bechis was so enthusiastic about her experience in London that, even before coming back to Italy, she was planning the conference and taking steps to reserve one of the most beautiful and important halls in the Parliament. The location was the one where parliamentarians discuss the new laws.

An overview of the UPF vision was presented by Carlo Zonato, president of UPF-Italy, Elisabetta Nistri, president of WFWP-Italy, and Giuseppe Calì, president of Family Federation for World Peace and Unification (FFWPU) of Italy, another affiliated organization. Gabriella Mieli, vice president of WFWP-Italy, as emcee of the event, read a speech of UPF Co-Founder Dr. Hak Ja Han Moon.

Several other speeches were presented on topics of peace and mass migrations, family, peace and sustainable development, women's role in preventing radicalization, and finally some case studies on good practices of peace federations. Giorgio Gasperoni, the national leader of UPF of San Marino, spoke about some recent projects in cooperation with the Italian and Israeli chapters of UPF, and Umberto Angelucci, the regional chair of UPF for the Middle East, gave a meaningful testimony of his work in Afghanistan.

Particularly significant was the speech given by Hon. Elena Centemero who, not being able to go to London, presented a paper on human rights to confirm her will to cooperate with UPF. Hon. Roberto Rampi gave an overview of the UPF conference in London.

The conference had meaningful presentations, deep discussions and suggestions, but also was full of hope, good will and spirit.

All the participants offered their cooperation for the development of the International Association of Parliamentarians for Peace and support of the Universal Peace Federation.

http://www.upf.org/conferences-2/7218-italy-sets-the-stage-for-parliamentar…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Sam 5 Nov - 07:49 (2016)    Sujet du message: UNITED STATES : INTERNATIONAL LEADERSHIP CONFERENCE - NORTH AMERICA Répondre en citant



UNITED STATES : INTERNATIONAL LEADERSHIP CONFERENCE - NORTH AMERICA

From Monday 28 November 2016
To Thursday 01 December 2016

UPF International will hold a regional International Leadership Conference for North America from November 28-December 1, 2016, in Washington, D.C., United States
High-level dignitaries and parliamentarians from the region, as well as international dignitaries, are being invited to participate and to give presentations.

Location Washington, D.C., United States

http://www.upf.org/events/icalrepeat.detail/2016/11/28/93/-/united-states-i…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 8 Nov - 04:22 (2016)    Sujet du message: COUP D'ENVOI DES CELEBRATIONS DES 500 ANS DE LA REFORME / Address by Gottfried Locher, president, Federation of Swiss Protestant Churches and Community of Protestant Churches in Europe Répondre en citant




COUP D'ENVOI DES CELEBRATIONS DES 500 ANS DE LA REFORME 

ENGLISH :
Address by Gottfried Locher, president,  Federation of Swiss Protestant  Churches and Community of Protestant Churches in Europe
http://e2.marco.ch/publish/furrerhugi/329_9536/1_Rede_Locher_MK_def_EN_1611…
More english documents, at the end of the article


VIDEO : http://www.ref-500.ch/fr 



Des étudiants de l'Institut œcuménique à Bossey étaient parmi les premiers visiteurs du camion.

03 novembre 2016

Version française publiée le: 03 novembre 2016

Le camion de la Réforme en route vers 67 villes européennes depuis Genève

Les célébrations des 500 ans de la Réforme ont débuté aujourd’hui à Genève, cité de la Réforme. Le Conseiller fédéral Alain Berset a prononcé l’allocution d’ouverture. Le camion de la Réforme a été présenté pour la première fois lors des célébrations internationales. Il sillonnera l’Europe au départ de Genève et fera escale dans 67 cités de la Réforme réparties dans 19 pays. Dans le cadre de l’anniversaire de la Réforme, des manifestations auront lieu en Suisse et dans toute l’Europe au cours des prochains mois. L’objectif principal n’est pas de nous retourner sur une date mystique, mais de nous demander ce que la Réforme signifie pour les générations d’aujourd’hui et de demain.

Dans son discours, le conseiller fédéral Alain Berset a décrit la Réforme comme «un mouvement dont la dynamique spirituelle, culturelle, sociale et politique continue de marquer les quatre coins du monde depuis un demi-millénaire». Le chef du Département fédéral de l’intérieur a également souligné le rôle déterminant qu’a joué la Suisse dans l’histoire de la Réforme: «La Suisse était l’un des épicentres de ce séisme spirituel et social». = Base des reptiliens...

Le conseiller fédéral Alain Berset a exhorté l’auditoire à célébrer le 500 e anniversaire de la Réforme dans l’œcuménisme et à approfondir le dialogue. Les liens qui unissent les protestants aux ca- tholiques sont en effet bien plus forts que ce qui les sépare.

Les célébrations de l’anniversaire sous le signe de la liberté


Gottfried Locher, le président de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, a lui aussi insisté sur l’importance de l’œcuménisme en cette année d’anniversaire. Les réformateurs d’hier ne voulaient pas diviser l’Église. Ils cherchaient uniquement à renouveler l’Église existante. La Fédération des Églises ne met pas l’accent sur l’épisode contesté de l’affichage des thèses à Wittenberg il y a 500 ans mais sur la question de savoir ce que la Réforme signifie pour les générations d’aujourd’hui et de demain. «Oser penser – pouvoir agir – aimer croire», tel est le slogan des 500 ans de la Réforme que la Fédération des Églises a imaginé. Pour Gottfried Locher, il s’agit avant tout de la notion de liberté réformatrice: «Tous les êtres humains sont égaux devant Dieu. Cette conviction portée par les réformateurs il y a 500 ans représentait un message d’émancipation. Aujourd’hui encore, elle constitue un message de liberté». Selon lui, la Réforme joue en effet un rôle primordial aussi bien pour les réformés que pour les personnes d’autres croyances et les non-croyants. Rolling Eyes = Faux, les croyants qui continuent de soutenir le protestantisme de la réforme de Martin Luther seront très sévèrement persécutés, suite à cette alliance infâme entre les luthériens et le Vatican. Non, la réforme n'est pas "over" mais ils feront tout pour qu'elle le devienne et pour cela, il faudra faire couler le sang des martyrs de Jésus-Christ.

Le camion de la Réforme sur le parcours européen des cités de la Réforme

Le camion de la Réforme qui sillonnera les routes d’Europe pendant six mois a été inauguré solennellement à Genève. «Le camion de la Réforme, qui se rendra dans 19 pays, montre clairement que la Réforme est une citoyenne du monde», affirme Heinrich Bedford-Strohm, le président du Conseil de l’Église protestante d’Allemagne. À chaque escale, le camion de la Réforme fera une halte de 36 heures pour conter l’histoire de la Réforme. Le parcours prendra fin à Wittenberg, la ville théâtre des activités de Martin Luther, où débutera le 20 mai 2017 l’exposition mondiale de la Réforme intitulée les «Portes de la liberté». La Suisse y sera représentée avec un concept artistique. Le pavillon d’exposition a été conçu par le bureau d’architectes bâlois Christ & Gantenbein.

Genève, ville de la Réforme, cité de la Paix

Au cours des deux prochains jours, un programme riche en activités se déroulera sur la plaine de Plainpalais à Genève, où le camion de la Réforme pourra faire l’objet d’une visite. Une soirée interculturelle et interreligieuse pour la jeunesse y est notamment prévue. «Il s’agit de montrer que Genève est justement devenue une cité de la Paix en raison de son passé réformateur», explique Emmanuel Fuchs, organisateur et président de l’Église protestante de Genève. = Cité de la Paix, en raison de son passé réformateur??? Luther a lutté contre les hérésies de l'Eglise catholique, de ses faux dogmes qui a commencé avec les indulgences qui remplissaient les coffres du Vatican. Suite à cela, de grandes tensions sociales ont suivi, Luther fut finalement excommunié, a dû fuir et les chrétiens furent exterminés et persécutés par cette inquisition contre les "hérétiques".

Lors de cette grande rencontre oecuménique du 31 octobre dernier, la bulle papale contre l'excommunication de Luther n'a pas été levée, ce qui signifie que les protestants qui ne veulent pas se soumettre sont encore sous la malédiction de Rome. De plus, nous voyons que les luthériens ici ne disent pas la vérité, car bien qu'ils parlent du passé réformateur qui jouerait encore un rôle primordial de nos jours, il n'en demeure pas moins que via cette unité avec Rome, ce n'est pas Rome qui se réforme mais bien les luthériens qui renient la réforme de Luther pour retourner se prosterner devant la suprématie du Pontifex Maximus, le Pape François, de sa ISIS et de tous les dieux et déesses des autres religions qui sont aussi sous l'unité de Rome.


Genève abrite de nombreuses organisations internationales telles que le Conseil œcuménique des Églises (COE), auquel appartiennent près de 350 Églises différentes regroupant plus de 500 millions de fidèles. Pour Olav Fykse Tveit, le secrétaire général du COE, le mouvement unitaire actuel des Églises démontre symboliquement «qu’il existe une voie vers la compréhension mutuelle, vers la réconciliation et finalement vers la paix». = De nombreuses ambassades se trouvent en Suisse dont celle du Vatican avec tous leurs logos maçonniques.

Discours et documents:
- Discours par Locher (pdf)
- Discours par Bedford-Strohm (pdf)
- Discours par Tveit (pdf)
- Discours par Fuchs (pdf)

- Fiche d'information sur le camion (pdf)

- Discours par Locher (pdf)
- Discours par Longchamp (pdf)

Des photos de l'événement seront disponibles á partir de 12.00 sur:
http://www.ref-500.ch/en/media

Pour en savoir plus:

Anne Durrer, +41 76 222 08 90, +41 31 370 25 01, anne.durrer@sek-feps.ch
Katharina Dunigan, +41 76 523 18 02, katharina.dunigan@sek-feps

Ce communiqué a été produit en collaboration entre le Conseil œcuménique des Églises, la Fédération des Églises protestantes de Suisse, la Comunion d'Églises Protestantes en Europe, et l’Église évangélique d’Allemagne.

http://www.oikoumene.org/fr/press-centre/news/500-ans-reforme


Read more : http://www.oikoumene.org/en/press-centre/events/programmeparcourseuropeennv…


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 678
Féminin

MessagePosté le: Mar 8 Nov - 18:49 (2016)    Sujet du message: JUBILE DE LA MISERICORDE : FERMETURE DES PORTES SAINTES LE 13 NOVEMBRE 2016 / Holy Doors of Papal Basilicas to Close Sunday Répondre en citant

JUBILE DE LA MISERICORDE : FERMETURE DES PORTES SAINTES LE 13 NOVEMBRE 2016 

ENGLISH :
Holy Doors of Papal Basilicas to Close Sunday
https://zenit.org/articles/holy-doors-of-papal-basilicas-to-close-sunday/

A Saint-Pierre, le 20 novembre

7 novembre 2016 Marina Droujinina Pape François


Screenshot CTV - Pope Francis opens first Holy Door of the Jubilee of mercy

La fermeture des Portes Saintes de la Miséricorde des trois des basiliques papales aura lieu dimanche prochain, 13 novembre 2016 : à Saint-Jean-de-Latran, à 17h30; à Saint-Paul-hors-les-Murs à 17h, et à Sainte-Marie-Majeure, à 18h, indique un communiqué du Saint-Siège.

Le même jour seront fermées les portes de la Miséricorde dans toutes les églises et les sanctuaires du monde.

La porte de la basilique Saint-Pierre sera fermée par le pape François le 20 novembre 2016, le jour où prend fin l’Année jubilaire de la Miséricorde.

Le pape François a ouvert la première Porte Sainte du Jubilé extraordinaire de la miséricorde, le 29 novembre 2015, à la cathédrale Notre-Dame de Bangui, en République Centrafricaine.

Il a ouvert la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre le 8 décembre 2015, en la fête de l’Immaculée et jour du 50e anniversaire de la clôture du concile Vatican II.

Les portes des autres églises de Rome et du monde ont été ouvertes le 13 décembre 2015.

https://fr.zenit.org/articles/jubile-de-la-misericorde-fermeture-des-portes…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:09 (2016)    Sujet du message: LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3 … , 52, 53, 54  >
Page 53 sur 54

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com