LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 552, 53, 54  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 21:47 (2012)    Sujet du message: MESSAGE DE BENOÎT XVI AUX JEUNES MUSULMANS, 15 SEPTEMBRE 2012 Répondre en citant

MESSAGE DE BENOÎT XVI AUX JEUNES MUSULMANS, 15 SEPTEMBRE 2012



Pour la concorde de la société

ROME, dimanche 16 septembre 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI invite les jeunes musulmans du Liban à « vivre la concorde dans l’unité avec les chrétiens », de façon à être un exemple pour le Moyen-Orient.

Au terme de son discours prononcé devant 25.000 jeunes réunis sur l’esplanade du Patriarcat maronite de Bkerké, au Liban, le 15 septembre 2012, le pape s’est en effet tourné vers les jeunes musulmans qui participaient à la rencontre (cf. Zenit du 15 septembre 2012 pour le texte intégral).

Les remerciant pour leur présence « si importante » – applaudie par la foule des jeunes – il les a invités à « vivre la concorde dans l’unité avec les chrétiens » : « Il faut que l’ensemble du Moyen-Orient, en vous regardant, comprenne que les musulmans et les chrétiens peuvent vivre ensemble sans haine ».

Benoît XVI s’est également soucié de la situation de la Syrie, rendant hommage au « courage » des jeunes Syriens qui avaient fait le voyage jusqu’au Liban pour le rencontrer : « le pape ne vous oublie pas », leur a-t-il dit.

Extrait de l’allocution de Benoît XVI:
(…)
Je voudrais saluer maintenant les jeunes musulmans qui sont avec nous ce soir. Je vous remercie pour votre présence qui est si importante. Vous êtes avec les jeunes chrétiens l’avenir de ce merveilleux pays et de l’ensemble du Moyen-Orient. Cherchez à le construire ensemble ! Et lorsque vous serez adultes, continuez de vivre la concorde dans l’unité avec les chrétiens. Car la beauté du Liban se trouve dans cette belle symbiose. Il faut que l’ensemble du Moyen-Orient, en vous regardant, comprenne que les musulmans et les chrétiens, l’Islam et la Chrétienté, peuvent vivre ensemble sans haine dans le respect des croyances de chacun pour bâtir ensemble une société libre et humaine.

J’ai appris également qu’il y a parmi nous des jeunes venus de Syrie. Je veux vous dire combien j’admire votre courage. Dites chez vous, à vos familles et à vos amis, que le Pape ne vous oublie pas. Dites autours de vous que le Pape est triste à cause de vos souffrances et de vos deuils. Il n’oublie pas la Syrie dans ses prières et ses préoccupations. Il n’oublie pas les Moyen-orientaux qui souffrent. Il est temps que musulmans et chrétiens s’unissent pour mettre fin à la violence et aux guerres.

En terminant, tournons-nous vers Marie, la Mère du Seigneur, Notre-Dame du Liban. Du haut de la colline de Harissa, elle vous protège et vous accompagne, elle veille comme une mère sur tous les Libanais et sur tant de pèlerins, venant de tous les horizons pour lui confier leurs joies et leurs peines ! Ce soir, confions à la Vierge Marie et au bienheureux Jean-Paul II qui m’a précédé ici, vos vies, celles de tous les jeunes du Liban et des pays de la région, particulièrement ceux qui souffrent de la violence ou de la solitude, ceux qui ont besoin de réconfort. Que Dieu vous bénisse tous ! Et maintenant tous ensemble, nous la prions : « A salamou á-laïki ya Mariam …» [« Je vous salue Marie … »].

© Libreria Editrice Vaticana

http://www.zenit.org/article-31869?l=french


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 16 Sep - 21:47 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 21:53 (2012)    Sujet du message: LE « SECRET DE LA VRAIE PAIX »: MESSAGE DU PAPE AUX JEUNES Répondre en citant


LE « SECRET DE LA VRAIE PAIX »: MESSAGE DU PAPE AUX JEUNES

Répondez à l'appel du Christ!

Anne Kurian

ROME, dimanche 16 septembre 2012 (ZENIT.org) – Les jeunes ont « une place privilégiée dans l’Église tout entière car l’Église est toujours jeune », a déclaré Benoît XVI, confiant aux jeunes le « secret de la vraie PAIX » : « répondre à l'appel du Christ ».

Le pape s’adressait avec ces mots aux quelque 25.000 jeunes venus le rencontrer sur l’esplanade du patriarcat maronite de Bkerké, hier, 15 septembre 2012, au deuxième jour de sa visite pastorale au Liban (cf. Zenit du 15 septembre 2012).

Le patriarche d’Antioche des maronites, Béchara Boutros Raï, Mgr Georges Bou Jaoudé, archevêque de Tripoli et président du Conseil pour l’apostolat des laïcs au Liban, et Mgr Elie Hadda, archevêque de Sidon des Grecs-melkites et vice-président du même Conseil, étaient également présents à la rencontre.

Les jeunes ont « une place privilégiée dans l’Église tout entière car l’Église est toujours jeune », déclare Benoît XVI, assurant que « l’Église fait confiance » aux jeunes et qu’elle « compte » sur eux car elle a « besoin » de leur « enthousiasme et créativité ». C’est pourquoi il invite les jeunes à être « jeunes dans l’Église » et « jeunes avec l’Église ».

Le pape a confié aux jeunes le « secret de la vraie paix », qui est de « répondre à la vocation du Christ sur soi ». En ce sens, il les a invités à accueillir « avec confiance » leurs questions personnelles sur leur vocation et à « prendre le temps d’y réfléchir et de demander la lumière ».

Benoît XVI a fait remarquer que les Libanais ont le « grand honneur » de vivre « dans cette partie du monde qui a vu la naissance de Jésus et le développement du christianisme ». Pour le pape, leur appartenance est « un appel à la fidélité, à l’amour de votre région et surtout à être des témoins et des messagers de la joie du Christ ».

Malgré les « difficultés de la vie quotidienne », à cause du « manque de stabilité et de sécurité, de la difficulté à trouver un travail ou encore du sentiment de solitude et de marginalisation », Benoît XVI les a donc incités à rester dans leur pays, pour ne pas « goûter le « miel amer » de l’émigration, avec le déracinement et la séparation pour un avenir incertain ».

Il les a mis en garde également contre les « mondes parallèles » tels « les drogues de toutes sortes », ou « la tristesse de la pornographie », ou encore dans une certaine mesure les « réseaux sociaux », qui peuvent entraîner à une « dépendance » et à la « confusion entre le réel et le virtuel ». Le pape a évoqué aussi la « tentation de l’argent, cette idole tyrannique qui aveugle au point d’étouffer la personne et son cœur ».

Au contraire, les jeunes doivent être des « acteurs de l’avenir » du pays, a estimé Benoît XVI, notamment en recherchant « ce qui est beau », et en ayant « le goût de faire ce qui est bien ».

Il s’agit de « rechercher et vivre des relations riches d’amitié vraie et noble » et d’avoir des « initiatives qui donnent du sens et des racines » à leur existence en « luttant contre la superficialité et la consommation facile », a expliqué le pape.

Pour cela, il a conseillé de choisir « de bons maîtres, des maîtres spirituels », qui sachent « indiquer le chemin de la maturité en laissant l’illusoire, le clinquant et le mensonge ». Sous leur conduite, les jeunes témoigneront « de la grandeur et de la dignité de leur corps » et ils auront « la délicatesse et la droiture des cœurs purs ».

Enfin, Benoît XVI a également encouragé les jeunes à lire « avec attention », à « méditer » et à « mettre en pratique » l’Exhortation apostolique « Ecclesia in Medio Oriente », qu’il a remise aujourd’hui, 15 septembre, pour tout le Moyen-Orient.

En faisant ainsi, le chrétien devient « une lettre vivante du Christ », non pas avec « du papier et un crayon » mais par le « témoignage de vie et de foi », a-t-il souligné (cf. Zenit du 15 septembre 2012 pour le texte intégral).

http://www.zenit.org/article-31870?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 16 Sep - 22:01 (2012)    Sujet du message: MOYEN-ORIENT : UNE AUBE NOUVELLE CHARGÉE D'ESPÉRANCE Répondre en citant


MOYEN-ORIENT : UNE AUBE NOUVELLE CHARGÉE D'ESPÉRANCE

Le diagnostic de Mgr Nikola Eterovic

A. Bourdin

ROME, vendredi 14 septembre 2012 (ZENIT.org) – Le Moyen-Orient voit « LA NAISSANCE D'UNE AUBE NOUVELLE chargée d’espérance, même pour les chrétiens », estime Mgr Eterovic.

Le secrétaire général du synode des évêques, Mgr Nikola Eterovic, a manifesté cette espérance dans son discours à Benoît XVI, ce vendredi 14 septembre, en accueillant Benoît XVI au sanctuaire libanais de Harissa, pour la signature de « l’exhortation apostolique » intitulée : L’Eglise au Moyen Orient. Le document noue la gerbe des travaux des participants du synode qui s’est tenu à Rome en octobre 2010.

La présence du Christ

« De la communion et du travail de l’Assemblée synodale on a pu mettre en évidence, au milieu de difficultés qui ne manquent pas, la naissance d’une aube nouvelle chargée d’espérance, même pour les chrétiens », déclare Mgr Eterovic.

Il évoque les souffrances des chrétiens : « Notre humiliation et notre glorification sont également liées au sort de Jésus. Ses mains clouées sur la croix embrassent tous ceux, tant Juifs que Grecs, qui reconnaissent en Lui la puissance et la sagesse de Dieu. Le Seigneur crucifié et ressuscité transforme aussi notre mort dans la gloire de sa résurrection. = Oui, bien sûr, en ce Jésus que vous même rejeté, mais dont vous vous servez pour endormir les nations.

Surtout, il souligne cette présence invisible du Christ auprès des baptisés et qui a accompagné les travaux du synode : « Nous avons pu voir Jésus durant l’inoubliable expérience de prière, de réflexion et d’échange d’opinons au cours de l’Assise synodale du 10 au 24 octobre 2010 ».

Il rappelle le thème de ce synode : « L’Église catholique au Moyen-Orient : communion et témoignage. « La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme » (Ac 4, 32).

La croix et le don de l’Esprit

Il constate : « Nous avons à nouveau connu Jésus-Christ sous le signe de la croix, le reconnaissant dans les nombreuses expériences de marginalisation, d’inégalité, de douleur, de souffrance, de violence et parfois même de guerre. Dans la grâce de l’Esprit Saint, nous avons cependant toujours tenu présent à l’esprit que la croix est la voie de la glorification, non seulement pour le Seigneur, mais aussi pour tous ceux qui le suivent en portant avec lui quotidiennement leur croix ».

Et c’est ce qui le rend optimiste : « De la communion et du travail de l’Assemblée synodale on a pu mettre en évidence, au milieu de difficultés qui ne manquent pas, la naissance d’une aube nouvelle chargée d’espérance, même pour les chrétiens ».

« Très Saint-Père, au nom de tous les membres de l’Assemblée Spéciale pour le Moyen-Orient et en qualité de Secrétaire Général du Synode des Évêques, j’ai l’honneur de vous inviter maintenant à signer l’Exhortation Apostolique Post-synodale, en la confiant aux Églises qui cheminent dans la région moyen-orientale, si chère au cœur de tout chrétien », a conclu Mgr Eterovic.

http://www.zenit.org/article-31841?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mar 18 Sep - 19:51 (2012)    Sujet du message: BENOÎT XVI : «CHÉTIENS ET MUSULMANS, UNISSEZ-VOUS» Répondre en citant

BENOÎT XVI : «CHÉTIENS ET MUSULMANS, UNISSEZ-VOUS»

Par Jean-Marie Guénois Mis à jour le 16/09/2012 à 18:19 | publié le 15/09/2012 à 18:42


Le Pape salue la foule, samedi, à Bkerké.Crédits photo : FILIPPO MONTEFORTE/AFP



INFOGRAPHIE - Samedi à Beyrouth, le Pape a lancé un appel sans précédent pour une nouvelle coopération islamo-chrétienne destinée au Moyen-Orient, visant à enterrer l'esprit de « vengeance » pour épouser celui du « pardon ».

De notre envoyé spécial à Beyrouth

Le Pape ne devait pas parler de la Syrie au Liban, un sujet jugé trop politique. Il l'a fait pourtant, samedi en fin d'après-midi, devant vingt milles jeunes réunis en son honneur à Beyrouth: «J'ai appris également qu'il y a parmi nous des jeunes venus de Syrie. Je veux vous dire combien j'admire votre courage. Dites chez vous, à vos familles et à vos amis, que le Pape ne vous oublie pas. Dites que le Pape est triste à cause de vos souffrances et de vos deuils. Il n'oublie pas la Syrie dans ses prières et ses préoccupations. Il n'oublie pas les Moyen-Orientaux qui souffrent. Il est temps que musulmans et chrétiens s'unissent pour mettre fin à la violence et aux guerres.» Voilà une phrase de Benoît XVI très remarquée qui restera sans doute comme le grand message de ce vingt-quatrième voyage du Pape hors d'Italie.

Le matin, au palais présidentiel de Baabda, il avait développé la même idée devant un parterre d'hommes politiques, d'intellectuels, de religieux, de diplomates. Par un geste, tout d'abord, en plantant un jeune olivier en terre, symbole de paix.

Ce qui lui inspira cette méditation: «Pourquoi Dieu a-t-il choisi cette région? Pourquoi vit-elle dans la tourmente? Dieu l'a choisie, me semble-t-il, afin qu'elle soit exemplaire, afin qu'elle témoigne à la face du monde de la possibilité qu'a l'homme de vivre concrètement son désir de paix et de réconciliation!» Puis, en prenant à parti le Liban dans un long discours, comme s'il avait voulu provoquer la fierté de ce «pays modèle» de convivialité au Moyen-Orient: «La paix, la société, la dignité de la personne, les valeurs de la famille et de la vie, le dialogue et la solidarité ne peuvent demeurer de simples idéaux énoncés. Ils peuvent et doivent être vécus. Nous sommes au Liban et c'est ici qu'ils doivent être vécus. Le Liban est appelé, maintenant plus que jamais, à être un exemple. Politiques, diplomates, religieux, hommes et femmes du monde de la culture, je vous invite donc à témoigner avec courage.»

«Islam et chrétienté peuvent vivre ensemble sans haine»

Avant de prononcer cette allocution solennelle en français, il avait illustré cette grande idée en consacrant du temps à une rencontre informelle avec les quatre responsables musulmans libanais, sunnite, chiite, druze et alaouite. Qui l'ont alors remercié, selon le Vatican, pour la «condamnation» émise mercredi par le Saint-Siège à l'encontre du film américain cause d'une fièvre mondiale chez les musulmans. Des responsables religieux qui l'ont également assuré de leur volonté de «maintenir la présence des chrétiens au Liban». Et même «d'aller au-delà de la simple convivialité» vers davantage de «communion». Un rendez-vous jugé «très important» par le Vatican. Benoît XVI - salué à plusieurs reprises par des groupes organisés de femmes chiites dans les rues de Beyrouth - a confirmé cette main tendue vers l'islam en saluant lors de la veillée une importante délégation de jeunes musulmans: «Vous êtes, avec les jeunes chrétiens, l'avenir de ce merveilleux pays et de l'ensemble du Moyen-Orient. Cherchez à le construire ensemble! Et lorsque vous serez adultes, continuez de vivre la concorde dans l'unité avec les chrétiens. Car la beauté du Liban se trouve dans cette belle symbiose. Il faut que l'ensemble du Moyen-Orient, en vous regardant, comprenne que les musulmans et les chrétiens, l'islam et la chrétienté, peuvent vivre ensemble sans haine dans le respect des croyances de chacun pour bâtir ensemble une société libre et humaine

Une symbiose, «un nouveau type de fraternité» qui est une illusion pour beaucoup mais qui est à portée de main pour Benoît XVI: «La chrétienté et l'islam habitent le même espace depuis des siècles, a-t-il expliqué. Il n'est pas rare de voir dans la même famille les deux religions. Si dans une même famille cela est possible, pourquoi cela ne le serait-il pas au niveau de l'ensemble de la société? La spécificité du Moyen-Orient se trouve dans le mélange séculaire de composantes diverses. Certes, elles se sont combattues, hélas aussi! Une société plurielle n'existe qu'à cause du respect réciproque, du désir de connaître l'autre et du dialogue continu.» L'enjeu, pour le Pape, étant la stabilité des jeunes chrétiens en particulier qui sont tentés de «goûter le miel amer de l'émigration» en quittant définitivement le Liban.

«La soi-disant tolérance»

Benoît XVI a alors développé une nouvelle fois ce qui est le cœur de son exhortation apostolique, document de synthèse du synode sur le Moyen-Orient, signé vendredi soir à Beyrouth: le passage de la simple tolérance à la vraie liberté religieuse. «La soi-disant tolérance n'élimine pas les discriminations, parfois elle les conforte même.» Il faut donc parvenir à «la liberté religieuse» qui a «une dimension sociale et politique indispensable à la PAIX» parce qu'elle promeut une «recherche de la vérité qui ne s'impose pas par la violence». Et à ceux qui douteraient du réalisme de la pensée du Pape, il a lancé: «L'artisan de paix est humble et juste.» Mais il agit à son propre niveau, sans faire de commentaires. Car, c'est «l'inaction des hommes de bien» qui peut «permettre au mal de triompher», «il est pire encore de ne rien faire.»

Pour argumenter sa position, le Pape, en spirituel, s'est alors lancé dans une démonstration peu courante: «Nous devons être bien conscients que le mal n'est pas une force anonyme qui agit dans le monde de façon impersonnelle ou déterministe. Le mal, le démon, passe par la liberté humaine, par l'usage de notre liberté. Il cherche un allié, l'homme. Le mal a besoin de lui pour se déployer. (…) Mais il est possible de ne pas se laisser vaincre par le mal et d'être vainqueur du mal par le bien.» Il faut alors une «conversion du cœur». «Sans elle, les libérations humaines si désirées déçoivent car elles se meuvent dans l'espace réduit concédé par l'étroitesse d'esprit de l'homme, sa dureté, ses intolérances, ses favoritismes, ses désirs de revanche et ses pulsions de mort.» Mais cette «conversion» est «particulièrement exigeante»: «Il s'agit de dire non à la vengeance, de reconnaître ses torts, d'accepter les excuses sans les rechercher, et enfin de pardonner. Car seul le pardon donné et reçu pose les fondements durables de la réconciliation et de la PAIX POUR TOUS. Alors seulement peut croître la bonne entente entre les cultures et les religions, la considération sans condescendance des unes pour les autres et le respect des droits de chacune.»

http://www.lefigaro.fr/international/2012/09/15/01003-20120915ARTFIG00433-benoit-xvi-chretiens-et-musulmans-unissez-vous.php?m_i=zWAz42ujDPZnVtRf1vYMHD6pXOiQa4UolnWYYz1IgWRAoU753


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 02:08 (2012)    Sujet du message: MOYEN-ORIENT : UNE AUBE NOUVELLE CHARGÉE D'ESPÉRANCE Répondre en citant


MOYEN-ORIENT : UNE AUBE NOUVELLE CHARGÉE D'ESPÉRANCE


Le diagnostic de Mgr Nikola Eterovic

A. Bourdin

ROME, vendredi 14 septembre 2012 (ZENIT.org) – Le Moyen-Orient voit « la naissance d’une AUBE NOUVELLE CHARGÉE D'ESPÉRANCE, même pour les chrétiens », estime Mgr Eterovic.

Le secrétaire général du synode des évêques, Mgr Nikola Eterovic, a manifesté cette espérance dans son discours à Benoît XVI, ce vendredi 14 septembre, en accueillant Benoît XVI au sanctuaire libanais de Harissa, pour la signature de « l’exhortation apostolique » intitulée : L’Eglise au Moyen Orient. Le document noue la gerbe des travaux des participants du synode qui s’est tenu à Rome en octobre 2010.

La présence du Christ

« De la communion et du travail de l’Assemblée synodale on a pu mettre en évidence, au milieu de difficultés qui ne manquent pas, la naissance d’une aube nouvelle chargée d’espérance, même pour les chrétiens », déclare Mgr Eterovic.
Il évoque les souffrances des chrétiens : « Notre humiliation et notre glorification sont également liées au sort de Jésus. Ses mains clouées sur la croix embrassent tous ceux, tant Juifs que Grecs, qui reconnaissent en Lui la puissance et la sagesse de Dieu. Le Seigneur crucifié et ressuscité transforme aussi notre mort dans la gloire de sa résurrection.

Surtout, il souligne cette présence invisible du Christ auprès des baptisés et qui a accompagné els travaux du synode : « Nous avons pu voir Jésus durant l’inoubliable expérience de prière, de réflexion et d’échange d’opinons au cours de l’Assise synodale du 10 au 24 octobre 2010 ».

Il rappelle le thème de ce synode : « L’Église catholique au Moyen-Orient : communion et témoignage. « La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme » (Ac 4, 32).

La croix et le don de l’Esprit

Il constate : « Nous avons à nouveau connu Jésus-Christ sous le signe de la croix, le reconnaissant dans les nombreuses expériences de marginalisation, d’inégalité, de douleur, de souffrance, de violence et parfois même de guerre.

Dans la grâce de l’Esprit Saint, nous avons cependant toujours tenu présent à l’esprit que la croix est la voie de la glorification, non seulement pour le Seigneur, mais aussi pour tous ceux qui le suivent en portant avec lui quotidiennement leur croix ».

Et c’est ce qui le rend optimiste : « De la communion et du travail de l’Assemblée synodale on a pu mettre en évidence, au milieu de difficultés qui ne manquent pas, la naissance d’une aube nouvelle chargée d’espérance, même pour les chrétiens ».

« Très Saint-Père, au nom de tous les membres de l’Assemblée Spéciale pour le Moyen-Orient et en qualité de Secrétaire Général du Synode des Évêques, j’ai l’honneur de vous inviter maintenant à signer l’Exhortation Apostolique Post-synodale, en la confiant aux Églises qui cheminent dans la région moyen-orientale, si chère au cœur de tout chrétien », a conclu Mgr Eterovic.

http://www.zenit.org/article-31841?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 02:16 (2012)    Sujet du message: SUISSE : UN JUBILÉ POUR L'ANNIVERSAIRE DE VATICAN II Répondre en citant



SUISSE : UN JUBILÉ POUR L'ANNIVERSAIRE DE VATICAN II

Trois années de commémoration pour « découvrir la foi »

ROME, vendredi 14 septembre 2012 (ZENIT.org) – L’Eglise catholique de Suisse organise un Jubilé national pour les 50 ans de l'ouverture du Concile Vatican II (11 octobre 1962), annonce un communiqué de la Conférence des évêques.

Pour commémorer « ce Concile dont les impulsions et les réformes revêtent une importance décisive pour le présent et l’avenir de l'Eglise », plus de 220 délégués de tous les diocèses sont invités à une journée du Jubilé à Berne, le 11 octobre 2012.

Une célébration eucharistique sera présidée par Mgr Norbert Brunner, président de la Conférence des évêques suisses. Durant l'après-midi, des conférences sur les défis postconciliaires seront proposées, autour de Mgr Amédée Grab, évêque émérite de Coire, Mgr Peter Henrici, ancien professeur à l'Université pontificale Grégorienne et évêque auxiliaire émérite de Coire, et Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg.

Cette journée marquera le point de départ d'une série de manifestations qui culmineront le 8 décembre 2015 avec la commémoration des 50 ans de la fin du Concile. Ces trois années de commémoration sont placées sous la devise "Découvrir la foi".

L'année 2012-2013 portera sur le thème "Célébrer la foi" et centrera sa réflexion sur la Constitution sur la liturgie "Sacrosanctum Concilium“.

La deuxième année, 2014, aura pour devise "Uni(e)s dans la foi". L'Eglise, l'œcuménisme et la révélation en seront les thèmes principaux.

La troisième année, 2015, intitulée "Une foi qui engage" mettra en lumière la foi dans le monde actuel, la liberté religieuse et les rapports entre les religions.
Sur le site internet dédié à cette initiative – disponible en allemand, français et italien – on trouve l’agenda des évènements, les textes du Concile, des documents des évêques pour approfondissement et des documents en téléchargement.

Dans le cadre de l’Année de la foi (11 octobre 2012 - 24 novembre 2013), les évêques suisses appellent également à « vivre la foi de manière plus joyeuse », notamment en redécouvrant le Catéchisme de l'Eglise catholique. Ils conseillent pour cela de lire ou relire le Youcat, le Catéchisme pour les jeunes publié en 2011, « très stimulant également pour la foi des adultes ».

http://www.zenit.org/article-31835?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 18:09 (2012)    Sujet du message: SYNTHÈSE DE L'EXHORTATION « ECCLESIA IN MEDIO ORIENTE » Répondre en citant



SYNTHÈSE DE L'EXHORTATION « ECCLESIA IN MEDIO ORIENTE »

L’Exhortation Apostolique post-synodale “Ecclesia in Medio Oriente” (EMO) est un document qui aurait été élaboré par Benoît XVI. Quand nous analysons de près ce document, nous voyons qu'il est en tout point conforme avec l'agenda du Nouvel Ordre Mondial, tout en utilisant toutes les séductions possibles qui tentent de nous démontrer combien ils désirent régler les problèmes de ce monde.

Un document très important, suite au voyage du Pape au Liban, qui nous montre toute l'emprise du pouvoir Romain sur le Moyen-Orient. Par cette phrase, nous pouvons voir clairement comment Rome contrôle cette religion islamique "Quel que soit le statut canonique de leurs congrégations religieuses, les consacrés devront, en outre, collaborer avec l’Évêque dans l’activité pastorale et missionnaire" et "Patriarches: responsables des Églises sui iuris, en union parfaite avec l’Évêque de Rome".

Le pape demande :

1. un "ACCORD OECUMÉNIQUE SUR LA RECONNAISSANCE RÉCIPROQUE DU BAPTÊME ENTRE L'ÉGLISE CATHOLIQUE ET LES ÉGLISES AVEC LESQUELLES ELLE EST EN DIALOGUE THÉOLOGIQUE, AFIN DE RESTAURER AINSI LA PLEINE COMMUNION DANS LA FOI APOSTOLIQUE"

2. SACREMENT DU PARDON = Qui n'est qu'un centre d'espionnage qui permet de contrôler les familles et qui donne aussi un plus grand pouvoir qu'au mari ou à la femme, qui lorsqu'il y a un problème, devrait s'unir pour chercher des solutions.

3. Le document pontifical encourage la lecture et l’enseignement du catéchisme de l’Église catholique, ainsi qu’une initiation concrète à la Doctrine sociale de l’Église , bien qu'il dit être promouvoir les valeurs bibliques. La doctrine catholique n'est ni plus ni moins que le retour au vieux paganisme des temps anciens, maintes fois dénoncés par les prophètes et Dieu lui-même. Et cet appel à l'unité des religions à s'unir tous ensemble malgré leurs différences, fait et fera de cette grande Église Catholique une église remplie d'esprits de démons et de péchés. Le Pape Benoît XVI, fidèle serviteur de Lucifer défie Dieu de toutes les manières possibles, construisant par le fait même, la dernière Tour de Babel des temps de la fin. Cette nouvelle évangélisation globale est une véritable RÉVOLUTION, une guerre ouverte, contre le Dieu trois fois saint et des milliers de personnes travaillent de concert pour achever ce plan démoniaque, entraînant par le fait même des millions d'âmes vers le puit grand ouvert de l'Enfer.

4. À de nombreuses reprises, le Pape appelle à éliminer les causes du problème qui empêchent à cette PAIX MONDIALE de prendre place. Ceci est bien sûr, un appel aux radicaux islamistes de se débarrasser du vrai peuple de Dieu, ce dernier refusant de se soumettre à un homme, à un Empire et à un système qui va en complète contradiction avec les voies de l'Éternel. Voyez dans son discours toutes les attaques contre les fondamentalistes chrétiens.

Bref, je vous encourage à lire ce document qui nous montre les réelles intentions de cette Église corrompue pour ce XXIe siècle. D'autres commentaires à même le texte.

 
SYNTHÈSE DE L'EXHORTATION « ECCLESIA IN MEDIO ORIENTE »

Eliminer les causes des souffrances en favorisant la paix



ROME, vendredi 14 septembre 2012 (ZENIT.org) – « Benoît XVI demande, au nom de Dieu, aux responsables politiques et religieux non seulement de soulager les souffrances de tous ceux qui vivent au Moyen-Orient, mais aussi d’en éliminer les causes, en faisant tout le possible pour arriver à la paix » : c’est la conclusion de l’EXHORTATION APOSTOLIQUE POST-SYNODALE sur l'Église au Moyen-Orient que le pape a signée en fin d’après-midi, ce vendredi 14 septembre 2012, en la cathédrale grecque-melkite de Harissa, dédiée à l’apôtre saint Paul. = DÉCRET PAPALE

Voici la synthèse officielle de « Ecclesia in Medio Oriente » (EMO), publiée par le Vatican:

PRÉAMBULE

L’Exhortation Apostolique post-synodale “Ecclesia in Medio Oriente” (EMO) est le document élaboré par Benoît XVI sur la base des 44 Propositions finales du Synode spécial pour le Moyen-Orient qui s’est déroulé au Vatican du 10 au 26 octobre 2010, sur le thème L’Église catholique au Moyen-Orient: Communion et témoignage. "La multitude de ceux qui étaient devenus croyants avait un seul cœur et une seule âme" (Ac 4, 32). Le texte est divisé en trois parties, plus une introduction et une conclusion.

INTRODUCTION

L’EMO invite l’Église catholique au Moyen-Orient à revivifier la communion en son sein, en regardant aux “fidèles natifs” qui appartiennent aux Églises orientales catholiques sui iuris et en s’ouvrant au dialogue avec les juifs et les musulmans. Il s’agit d’une communion, d’une unité à rejoindre dans la diversité des contextes géographiques, religieux, culturels et sociopolitiques au Moyen-Orient. En même temps, Benoît XVI renouvelle son appel à conserver, du point de vue religieux, et promouvoir les rites au sein des Églises orientales, patrimoine de l’ensemble de l’Église du Christ. = POUVOIR ROMAIN SUR TOUTES LES RELIGIONS

PREMIÈRE PARTIE

Le Contexte. Avant tout, le Pape invite à ne pas oublier les chrétiens qui vivent au Moyen-Orient et qui apportent leur contribution “noble et authentique” à la construction du Corps du Christ. Puis, en décrivant la situation de la région et des peuples qui y habitent, Benoît XVI souligne de façon dramatique les morts, les victimes “de l’aveuglement humain”, la peur et les humiliations: “Il semblerait qu’il n’existe aucun frein au crime de Caïn”. Sans entrer dans les détails, l’EMO rappelle rapidement que les positions du Saint-Siège concernant les différents conflits dans la région et le statut de Jérusalem et des Lieux Saints sont largement connues. L’EMO lance enfin un appel à la CONVERSION, à la PAIX – comprise non comme une simple absence de conflit, mais comme une PAIX intérieure et liée à la JUSTICE – au dépassement de toutes les distinctions de race, de sexe et de classe, afin que le pardon soit vécu dans le contexte privé et communautaire.

Vie chrétienne et œcuménisme. L’ensemble de ce chapitre est un appel en faveur de l’unité œcuménique “qui n’est pas l’uniformité des traditions et des célébrations”: dans un contexte politique difficile, instable et actuellement enclin à la violence comme celui du Moyen-Orient, l’Église s’est en effet développée de façon multiforme, avec des Églises de tradition antique et des communautés ecclésiales plus récentes. Il s’agit d’une mosaïque qui requiert un effort considérable afin de renforcer le témoignage chrétien. En ligne avec le Concile Vatican II, le Pape invite à l’œcuménisme spirituel, à une communion comprise non comme une confusion, mais comme une reconnaissance et un respect de l’autre. En même temps, l’EMO souligne à nouveau l’importance du travail théologique, aussi bien des différentes Commissions œcuméniques que des communautés ecclésiales, afin que – EN LIGNE AVEC LA DOCTRINE DE L'ÉGLISE – elles parlent d’une seule voix au sujet des grandes questions morales (famille, sexualité, bioéthique, liberté, justice et paix). L’œcuménisme diaconal est également important, aussi bien au niveau caritatif qu’éducatif. Figurent ensuite quelques propositions pour une pastorale œcuménique d’ensemble: parmi celles-ci, l’application de l’ouverture conciliaire vers un certaine ‘communicatio in sacris’ (à savoir la possibilité pour les chrétiens d’accéder aux sacrements dans une Église différente de la leur) pour les sacrements de la pénitence, de l’eucharistie et de l’onction des infirmes. Le Pape se dit, en outre, certain de pouvoir trouver un accord sur une traduction commune du Notre-Père dans les langues locales de la région.

Le dialogue interreligieux. En rappelant les liens historiques et spirituels que les chrétiens ont avec les juifs et les musulmans, l’EMO souligne à nouveau que le dialogue interreligieux – qui fait partie de la nature et de la vocation universelle de l’Église – n’est pas tant celui qui est dicté par des considérations pragmatiques d’ordre politique ou social, mais se base avant tout sur les fondements théologiques de la foi: juifs, chrétiens et musulmans croient en un Dieu unique et le souhait est donc qu’ils puissent reconnaître “dans l’autre croyant” un frère à aimer et à respecter, en évitant une instrumentalisation de la religion pour des conflits “injustifiables pour un croyant authentique”. = Dieu unique, peut-être mais qui ne professent pas les mêmes valeurs.

En ce qui concerne, en particulier, le DIALOGUE JUDÉO-CHRÉTIEN, le Pape rappelle le patrimoine spirituel commun, fondé sur la Bible, qui ramène aux “racines judaïques du christianisme”; en même temps, il invite les chrétiens à prendre conscience du mystère de l’Incarnation de Dieu et condamne les injustifiables persécutions du passé. Pour les musulmans, Benoît XVI emploie la Parole “estime” et ajoute “dans la fidélité à l’enseignement du Concile Vatican II”; il regrette, toutefois, le fait que les différences doctrinales aient servi de prétexte aux uns et aux autres pour justifier, au nom de la religion, des pratiques d’intolérance, de discrimination, d’émargination et de persécution. = Le problème vient de la tête du Vatican, pas des islamistes qui ne servent que d'armée pour le Pape.

L’EMO met ensuite en évidence le fait que la présence des chrétiens au Moyen-Orient n’est ni nouvelle ni fortuite, mais historique: en tant que partie intégrante de la région, ils ont entamé “une symbiose particulière” avec la culture environnante et – avec les juifs et les musulmans – ils ont contribué à la formation d’une culture riche, propre au Moyen-Orient. En ce qui concerne les catholiques de la région, le texte met en évidence que ces derniers, citoyens natifs du Moyen-Orient, ont le droit et le devoir de participer pleinement à la vie civile et ne doivent pas être traités comme des citoyens de seconde classe. Le Pape affirme que la liberté religieuse – somme de toutes les libertés, sacrée et inaliénable – inclut la liberté de choisir la religion que l’on considère comme véritable et de manifester publiquement son propre crédo et ses symboles, sans pour autant mettre en danger sa propre vie et sa propre liberté personnelle. Dans le domaine religieux, la force et les constrictions sont inadmissibles. D’où l’invitation à passer de la tolérance à la liberté religieuse, ce qui n’implique pas une porte ouverte au syncrétisme, mais “une reconsidération du rapport anthropologique avec la religion et avec Dieu”.

 Deux nouvelles réalités: L’EMO met l’accent sur la laïcité, avec ses formes parfois extrêmes, et sur le fondamentalisme violent qui revendique une origine religieuse. La laïcité dans sa forme extrême devient sécularisme, refuse au citoyen le droit à l’expression publique de sa propre religion et prétend que seul l’État peut réglementer cet aspect. Il s’agit d’anciennes théories, qui ne sont plus exclusivement occidentales, et ne sont pas non plus à confondre avec le christianisme La laïcité saine implique au contraire une distinction et une collaboration entre la politique et la religion, dans un respect réciproque. Elle garantit à la politique de pouvoir œuvrer sans exploiter la religion, et à la religion de pouvoir vivre sans les lourdeurs des intérêts politiques.

Le fondamentalisme religieux – qui croît dans un climat d’incertitude sociopolitique, grâce aux manipulations de certains, et à une insuffisante compréhension de la religion de la part d’autres – veut prendre le pouvoir, parfois avec la violence, sur la conscience des personnes et sur la religion, pour des raisons politiques. C’est pour cela que le Pape lance un appel urgent à tous les responsables religieux du Moyen-Orient afin qu’ils tentent, par leur exemple et leur enseignement, de faire le possible pour éradiquer cette menace qui touche sans distinction aucune et moralement les croyants de toutes les religions.

Les migrants: Le Pape affronte une question cruciale, à savoir celle de l’exode des chrétiens (une vraie hémorragie), qui se trouvent dans une position délicate, parfois sans espoir, et ressentent des conséquences négatives des conflits, se sentant parfois humiliés, malgré leur participation au cours des siècles à la construction des Pays respectifs. Un Moyen-Orient sans ou avec peu de chrétiens n’est plus le Moyen-Orient. C’est pour cela que le Pape demande aux dirigeants politiques et aux responsables religieux d’éviter des politiques et des stratégies tendant à un Moyen-Orient monochrome, qui ne reflète pas sa réalité humaine et historique. Benoît XVI invite ensuite les pasteurs des Églises orientales catholiques à aider leurs prêtres et leurs fidèles dans la diaspora à rester en contact avec leurs familles et leurs Églises, et exhorte les Pasteurs des circonscriptions ecclésiastiques qui recueillent les catholiques orientaux à leur donner la possibilité de célébrer chacun selon leur propre tradition.

Le chapitre affronte également la question des travailleurs immigrés – souvent des catholiques de rite latin – en provenance d’Afrique, d’Extrême Orient et du sous-continent indien, qui font trop souvent l’expérience de situations de discrimination et d’injustice. L’appel aux gouvernements des Pays d’accueil afin qu’ils respectent et défendent les droits de ces migrants est donc tout à fait central. Enfin, le Pape exhorte les fidèles – “natifs et nouveaux arrivés” – à vivre en communion fraternelle, dans le respect réciproque.

DEUXIÈME PARTIE

En partant du principe que la catholicité contemple la communion entre l’Église universelle et les Églises particulières, et que les secondes naissent de la première (ce qui permet la riche et légitime diversité des Églises particulières), la deuxième partie de l’EMO s’adresse à certaines des principales catégories qui constituent l’Église catholique:

Patriarches: responsables des Églises sui iuris, en union parfaite avec l’Évêque de Rome, ils rendent tangible l’universalité et l’unité de l’Église et, en signe de communion, ils sauront renforcer l’union et la solidarité dans le cadre du Conseil des Patriarches catholiques d’Orient et des Synodes patriarcaux, en privilégiant toujours la concertation en ce qui concerne les questions fondamentales pour l’Église.

Évêques: signe visible de l’unité dans la diversité de l’Église comprise comme Corps, dont le Christ est le chef, ils sont les premiers à être envoyés dans toutes les nations afin de faire des disciples. Ils doivent annoncer avec courage et défendre avec fermeté l’intégrité et l’unité de la foi, dans ces situations difficiles qui ne font malheureusement jamais défaut au Moyen-Orient. Les évêques sont aussi invités à une gestion saine, honnête et transparente des biens temporaires de l’Église et, à ce propos, le Pape rappelle que les Pères Synodaux ont demandé une sérieuse révision des finances et des biens, afin d’éviter toute confusion, entre les biens personnels et ceux de l’Église. Les évêques devront, en outre, veiller afin d’assurer aux prêtres un juste soutien, afin qu’ils ne se perdent pas en questions matérielles. L’aliénation des biens de l’Église doit strictement respecter les normes canoniques et les dispositions pontificales en vigueur. Enfin, le Pape exhorte les évêques à soigner, dans le sens pastoral du terme, tous les fidèles chrétiens, indépendamment de leur nationalité ou de leur origine ecclésiale. Prêtres et séminaristes: l’EMO souligne que les prêtres doivent éduquer le Peuple de Dieu à la construction d’une civilisation de l’amour évangélique et de l’unité, et cela exige une transmission approfondie de la Parole de Dieu, de la tradition et de la Doctrine de l’Église, tout comme un renouveau intellectuel et spirituel de ces mêmes prêtres. Dans cette optique, le célibat – don inestimable de Dieu à l’Église – est important, mais aussi le ministère des prêtres mariés, ancienne composante de la tradition orientale. En tant que serviteurs de la communion, les prêtres et les séminaristes doivent offrir un témoignage courageux et privé de toute ombre, ils doivent avoir une conduite irréprochable, et doivent s’ouvrir à la diversité culturelle de leurs Églises (en apprenant, par exemple, leurs langues et leurs cultures), ainsi qu’à la diversité ecclésiale et au DIALOGUE OECUMÉNIQUE et INTERRELIGIEUX.

Vie consacrée: en rappelant que le monachisme, dans ses différentes formes, est né au Moyen-Orient et a initié certaines Églises sui iuris, l’EMO met en évidence que les communautés religieuses seront des signes prophétiques de communion dans leurs Églises et dans le monde entier si elles se fonderont réellement sur la Parole de Dieu et sur la communion fraternelle. Quel que soit le statut canonique de leurs congrégations religieuses, les consacrés devront, en outre, collaborer avec l’Évêque dans l’activité pastorale et missionnaire. Ils sont ensuite invités à longtemps méditer et à observer les conseils évangéliques (chasteté, pauvreté et obéissance), car il ne peut y avoir de régénération spirituelle – des fidèles, des communautés et de l’Église toute entière – sans un clair et net retour à la recherche de Dieu.

Laïcs: En tant que membres du Corps du Christ grâce au baptême, et donc pleinement associés à la mission de l’Église universelle, le Pape confie aux laïcs le devoir de promouvoir – dans le domaine temporel qui leur est propre – une saine gestion des biens publics, la liberté religieuse et le respect de la dignité de chacun. Ils sont également invités à faire preuve d’audace dans la cause du Christ. Afin que leur témoignage porte véritablement ses fruits, les laïcs devront toutefois surpasser les divisions et toutes les interprétations subjectives de la vie chrétienne.

Famille: institution divine fondée sur le sacrement indissoluble du mariage entre un homme et une femme (“L’amour conjugal est le projet patient de toute une vie”), la famille est aujourd’hui exposée à de nombreux dangers. Il y a une tentation de s’approprier de modèles contraires à l’Évangile portés par une certaine culture contemporaine qui est présente dans le monde entier. Dans ce contexte, la famille chrétienne doit être soutenue dans ses problèmes et dans ses difficultés, et elle doit examiner son identité la plus profonde, afin qu’elle soit avant tout Église domestique qui éduque à la prière et à la foi, pépinière de vocations, école naturelle de vertus et de valeurs éthiques, cellule fondante de la société. L’EMO donne amplement d’espace à la question de la femme au Moyen-Orient et à la nécessité qu’il y ait une égalité avec l’homme, face aux discriminations qu’elle doit subir et qui offensent gravement non seulement la femme elle-même, mais aussi et surtout Dieu.

Le Pape souligne que les femmes doivent s’efforcer de participer à la vie publique et ecclésiale. Concernant les différents d’ordre juridique dans les matières matrimoniales, la voix de la femme doit être écoutée sur un pied d’égalité avec celle de l’homme, sans injustices. C’est pour cela que le Pape encourage, dans ce contexte, une application plus saine et plus juste du droit, afin que les différences juridiques relatives aux matières matrimoniales ne conduisent pas à l’apostasie.

Enfin, les chrétiens du Moyen-Orient doivent pouvoir appliquer, aussi bien dans le mariage qu’ailleurs, leur propre droit, sans restriction aucune. = Quand nous voyons tout ce qui se passe concernant le mariage islamique, et le marriage de petites filles, le Pape nous dit de manière déguisé qu'il supporte la Pédophilie. Il viendra un jour, et c'est pour très bientôt, que plus personne ne pourra se marier, à moins qu'il ne se convertisse à l'Islam.

Jeunes et enfants: le Pape les exhorte à ne pas avoir peur ou honte d’être chrétiens, à respecter les autres croyants, juifs et musulmans, à cultiver toujours – à travers la prière – la véritable amitié avec Jésus, en aimant le Christ et l’Église. = N'est-ce pas surtout le contraire que nous voyons dans les manuels scolaires islamiques qui prennent le devant de la scène dans les ÉCOLES CATHOLIQUES?

De cette façon, ils pourront discerner avec sagesse les valeurs de la modernité utiles à leur réalisation, sans se laisser séduire par le matérialisme ou par des social network dont l’usage indiscriminé peut mutiler la véritable nature des relations humaines. Pour les enfants, en particulier, l’EMO fait appel aux parents, aux éducateurs, aux formateurs et aux institutions publiques afin que tous reconnaissent les droits des mineurs, à partir de leur conception.

TROISIÈME PARTIE

La Parole de Dieu, âme et source de communion et témoignage: Après avoir exprimé sa reconnaissance aux écoles exégétiques (d’Alexandrie, d’Antioche…) qui ont contribué à la formulation dogmatique du mystère chrétien du IVe et du Ve siècle, l’EMO recommande une véritable pastorale biblique afin de dissiper des préjudices ou des idées erronés qui causent d’inutiles, voire d’humiliants conflits. D’où la suggestion de proclamer une Année Biblique, selon les conditions pastorales de chaque Pays de la région, qui serait suivie à l’occasion par une Semaine annuelle de la Bible. En retrouvant la sève des origines et dans la séquelle des disciples du Christ, la présence chrétienne dans les Pays bibliques du Moyen-Orient – qui va bien au-delà d’une appartenance sociologique ou d’une simple réussite économique et culturelle – prendra un nouvel élan. Enfin, le Pape encourage le développement de nouvelles structures de la communication et la formation – non seulement technique, mais également doctrinale et éthique – de personnel spécialisé dans un secteur qui est névralgique pour l’évangélisation.

Liturgie et vie sacramentelle: Pour les fidèles du Moyen-Orient, la liturgie est un élément essentiel de l’unité spirituelle et de la communion. Le renouvellement des célébrations et des textes liturgiques – lorsque cela est nécessaire – doit être fondé sur la Parole de Dieu et réalisé en collaboration avec les Églises co-dépositaires de ces mêmes traditions. L’invitation à examiner l’importance du baptême, qui permet à ceux qui le reçoivent de vivre en communion et de développer une véritable solidarité avec les autres membres de la famille humaine, sans discriminations fondées sur la race ou sur la religion, est centrale.

Dans cette optique, le Pape espère un ACCORD OECUMÉNIQUE SUR LA RECONNAISSANCE RÉCIPROQUE DU BAPTÊME ENTRE L'ÉGLISE CATHOLIQUE ET LES ÉGLISES AVEC LESQUELLES ELLE EST EN DIALOGUE THÉOLOGIQUE, AFIN DE RESTAURER AINSI LA PLEINE COMMUNION DANS LA FOI APOSTOLIQUE. = Montrant ainsi sa soumission à Rome

L’EMO espère également une pratique plus fréquente du sacrement du pardon et de la réconciliation et exhorte les Pasteurs et les fidèles à promouvoir des initiatives de PAIX, même au milieu des persécutions.

La prière et les pèlerinages: Vu que l’efficacité de l’évangélisation est basée sur la prière, l’EMO met en évidence que le Moyen-Orient est un lieu privilégié de pèlerinage pour de nombreux chrétiens qui peuvent y consolider leur foi et vivre une expérience profondément spirituelle. Le Pape demande que les fidèles puissent avoir libre accès, sans restrictions, aux Lieux Saints. Il est également essentiel que le pèlerinage biblique d’aujourd’hui revienne à ses initiales motivations: un chemin pénitentiel, à la recherche de Dieu.

Évangélisation et charité: missions de l’Église. L’EMO souligne que la transmission de la foi est une mission essentielle de l’Église. D’où l’invitation du Pape à une NOUVELLE ÉVANGÉLISATION qui, dans le contexte contemporain, marqué par des changements, rende le fidèle conscient de son témoignage de vie: celle-ci renforce sa Parole lorsqu’il parle de Dieu de façon courageuse et ouverte, pour annoncer la Bonne Nouvelle du salut. En particulier, au Moyen-Orient, l’approfondissement du sens théologique et pastoral de l’évangélisation devra examiner deux dimensions, celle OECUMÉNIQUE et celle INTERRELIGIEUSE.

Concernant les mouvements et les communautés ecclésiales, le Pape les encourage à agir en union avec l’Évêque du lieu et selon ses directives pastorales, en tenant compte de l’histoire, de la liturgie, de la spiritualité et de la culture locale, sans confusion ni prosélytisme. L’Église catholique du Moyen-Orient est ainsi invitée à renouveler son esprit missionnaire, un défi plus urgent que jamais dans un contexte multiculturel et pluri-religieux. Une forte impulsion, en ce sens, pourra dériver de l’Année de la Foi. Concernant la charité, l’EMO rappelle que l’Église doit suivre l’exemple du Christ qui s’est fait proche des plus faibles: les orphelins, les pauvres, les handicapés, les malades… Enfin, le Pape salue et encourage toutes les personnes qui œuvrent, de façon impressionnante, au sein des centres éducatifs, dans les écoles, les instituts supérieurs et les UNIVERSITÉS CATHOLIQUES DU MOYEN-ORIENT. De tels instruments de culture – qui doivent être soutenus par les responsables politiques – démontrent qu’il existe, au Moyen-Orient, la possibilité de vivre dans le respect et dans la collaboration, à travers l’éducation à la tolérance.

Catéchèse et formation chrétienne: Le document pontifical encourage la lecture et l’enseignement du catéchisme de l’Église catholique, ainsi qu’une initiation concrète à la Doctrine sociale de l’Église. En même temps, le Pape invite les Synodes et les autres organismes épiscopaux à faciliter les fidèles dans l’approche à la richesse spirituelle des Pères de l’Église et dans l’actualisation de l’enseignement patristique, complément de la formation biblique.

CONCLUSIONS

De façon solennelle, Benoît XVI demande, au nom de Dieu, aux responsables politiques et religieux non seulement de soulager les souffrances de tous ceux qui vivent au Moyen-Orient, mais aussi d’en éliminer les causes, en faisant tout le possible pour arriver à la PAIX. En même temps, les fidèles catholiques sont exhortés à consolider et à vivre la communion entre eux, en faisant naître un dynamisme pastoral. “La tiédeur déplaît à Dieu” et que les chrétiens du Moyen-Orient, catholiques et autres, témoignent donc du Christ, unis et avec courage ! Il s’agit d’un témoignage qui n’est pas facile, mais qui est exaltant. = Grand Calife mondial pour amener la PAIX sur terre sous le signe de l'Inquisition Romaine.  

http://www.zenit.org/article-31846?l=french


Dernière édition par maria le Jeu 20 Sep - 20:46 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 18:47 (2012)    Sujet du message: LIBAN : DISCOURS DE BENOÎT XVI AUX FORCES VIVES DE LA NATION Répondre en citant

LIBAN : DISCOURS DE BENOÎT XVI AUX FORCES VIVES DE LA NATION

"Car se sont tous des adultères, c'est une troupe de perfides. Ils ont la langue tendue comme arc et lancent le mensonge ; Ce n'est pas par la vérité qu'ils sont puissants dans le pays ; car ils vont de méchanceté en méchanceté, Et ils ne me connaissent pas, dit l'Éternel."

Jérémie 9:2-3


Un autre message séducteur du Pape Benoît XVI, qui lors de son récent voyage au Liban, nous démontre ce grand vent de changement qui prend place, sous le signe de la fausse "PAIX" tel qu'annoncé par les Saintes Écritures.

Un « NOUVEAU TYPE DE FRATERNITÉ », à l'échelle planétaire

ROME, samedi 15 septembre 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI entrevoit un « nouveau type de fraternité » non seulement au Liban et au Moyen-Orient, mais à « l’échelle planétaire » : « Là se trouve, dit-il, la voie de la PAIX ! »

Le pape a en effet rencontré ce samedi 5 septembre, à Beyrouth, au palais présidentiel, le président de la République, M. Michel Sleiman, et les autorités de l’Etat, les chefs des communautés musulmanes. Le pape a planté un cèdre dans les jardins du palais.

Puis il a aussi rencontré, dans le salon « 25 mai » les autorités institutionnelles, les membres du gouvernement, le Corps diplomatique, les responsables religieux, les représentants du monde de la culture, en présence de la suite papale, et des représentants de l’Eglise catholique.

« Aujourd’hui, a déclaré Benoît XVI à cette occasion, les différences culturelles, sociales, religieuses, doivent aboutir à vivre un nouveau type de fraternité, où justement ce qui unit est le sens commun de la grandeur de toute personne, et le don qu’elle est à elle-même, aux autres et à l’humanité. Là se trouve la voie de la PAIX ! Là est l’engagement qui nous est demandé ! Là est l’orientation qui doit présider aux choix politiques et économiques, à chaque niveau et à l’échelle planétaire ! »

Discours de Benoît XVI:
Monsieur le Président de la République,

Mesdames et Messieurs les représentants des Autorités parlementaires, gouvernementales, institutionnelles et politiques du Liban,

Mesdames et Messieurs les Chefs de mission diplomatique,

Béatitudes, Responsables religieux,

chers frères dans l’Épiscopat,
Mesdames, Messieurs, chers amis, 


«Salàmi ō-tīkum» [« Je vous donne ma paix »] (Jn 14, 27) ! C’est avec cette parole du Christ Jésus que je désire vous saluer et vous remercier de votre accueil et de votre présence. Je vous remercie, Monsieur le Président, non seulement pour vos paroles cordiales mais aussi pour avoir permis cette rencontre. Avec vous, je viens de planter un cèdre du Liban, symbole de votre beau pays. En voyant cet arbrisseau et les soins qu’il demandera pour se fortifier jusqu’à étendre ses branches majestueuses, j’ai pensé à votre pays et à sa destinée, aux Libanais et à leurs espérances, à toutes les personnes de cette Région du monde qui semble connaître les douleurs d’un enfantement sans fin. J’ai alors demandé à Dieu de vous bénir, de bénir le Liban et de bénir tous les habitants de cette Région qui a vu naître de grandes religions et de nobles cultures. Pourquoi Dieu a-t-il choisi cette Région ? Pourquoi vit-elle dans la tourmente ? Dieu l’a choisie, me semble-t-il, afin qu’elle soit exemplaire, afin qu’elle témoigne à la face du monde la possibilité qu’a l’homme de vivre concrètement son désir de PAIX et de RÉCONCILIATION ! Cette aspiration est inscrite depuis toujours dans le plan de Dieu, qui l’a imprimée dans le cœur de l’homme. C’est de la paix que je désire vous entretenir car Jésus a dit : «Salàmi ō-tīkum» [« Je vous donne ma paix »].

Un pays est avant tout riche des personnes qui vivent en son sein. De chacune d’elles et de toutes ensemble dépend son avenir et sa capacité à s’engager pour la paix. Un tel engagement ne sera possible que dans une société unie.

Cependant, l’unité n’est pas l’uniformité. La cohésion de la société est assurée par le respect constant de la dignité de chaque personne et la participation responsable de chacune selon ses capacités en engageant ce qu’il y a de meilleur en elle. Afin d’assurer le dynamisme nécessaire pour construire et CONSOLIDER LA PAIX, il faut inlassablement revenir aux fondements de l’être humain. La dignité de l’homme est inséparable du caractère sacré de la vie donnée par le Créateur. Dans le dessein de Dieu, chaque personne est unique et irremplaçable. Elle vient au monde dans une famille, qui est son premier lieu d’humanisation, et surtout la première éducatrice à la PAIX. Pour construire la PAIX, notre attention doit donc se porter vers la famille afin de faciliter sa tâche, pour ainsi la soutenir et donc promouvoir partout une culture de la vie.

L’efficacité de l’engagement pour la PAIX dépend de la conception que le monde peut avoir de la vie humaine. Si nous voulons la PAIX, défendons la vie ! Cette logique disqualifie non seulement la guerre et les actes terroristes, mais aussi toute atteinte à la vie de l’être humain, créature voulue par Dieu. L’indifférence ou la négation de ce qui constitue la véritable nature de l’homme empêchent le respect de cette grammaire qu’est la loi naturelle inscrite dans le cœur humain (cf. Message pour la Journée mondiale de la paix 2007, n. 3). La grandeur et la raison d’être de toute personne ne se trouvent qu’en Dieu. Ainsi, la reconnaissance inconditionnelle de la dignité de tout être humain, de chacun de nous, et celle du caractère sacré de la vie impliquent la responsabilité de tous devant Dieu. Nous devons donc unir nos efforts pour développer une saine anthropologie qui intègre l’unité de la personne. Sans elle, il n’est pas possible de construire la PAIX véritable.

Pour être plus évidentes dans les pays qui connaissent des conflits armés - ces guerres pleines de vanités et d’horreurs -, les atteintes à l’intégrité et à la vie des personnes existent aussi dans d’autres pays. Le chômage, la pauvreté, la corruption, les diverses addictions, l’exploitation, les trafics de toutes sortes et le terrorisme entraînent, avec la souffrance inacceptable de ceux qui en sont victimes, un affaiblissement du potentiel humain. La logique économique et financière veut sans cesse nous imposer son joug et faire primer l’avoir sur l’être !

Mais la perte de chaque vie humaine est une perte pour l’humanité entière. Celle-ci est une grande famille dont nous sommes tous responsables. Certaines idéologies, en remettant en cause de façon directe ou indirecte, ou même légale, la valeur inaliénable de toute personne et le fondement naturel de la famille, sapent les bases de la société. Nous devons être conscients de ces atteintes à l’édification et à l’harmonie du vivre ensemble. Seule une solidarité effective constitue l’antidote à tout cela. Solidarité pour rejeter ce qui fait obstacle au respect de tout être humain, solidarité pour soutenir les politiques et les initiatives qui œuvrent en vue d’unir les peuples de façon honnête et juste. Il est beau de voir les actions de collaboration et de vrai DIALOGUE qui construisent une nouvelle manière de vivre ensemble. Une meilleure qualité de vie et de développement intégral n’est possible que dans le partage des richesses et des compétences, en respectant l’identité de chacun. Mais un tel mode de vie convivial, serein et dynamique ne peut exister sans la confiance en l’autre, quel qu’il soit. Aujourd’hui, les différences culturelles, sociales, religieuses, doivent aboutir à vivre un nouveau type de fraternité, où justement ce qui unit est le sens commun de la grandeur de toute personne, et le don qu’elle est à elle-même, aux autres et à l’humanité. Là se trouve la voie de la PAIX ! Là est l’engagement qui nous est demandé ! Là est l’orientation qui doit présider aux choix politiques et économiques, à chaque niveau et à l’échelle planétaire !

Pour ouvrir aux générations de demain un avenir de PAIX, la première tâche est donc celle d’éduquer à la PAIX pour construire une culture de PAIX. L’éducation, dans la famille ou à l’école, doit être avant tout l’éducation aux valeurs spirituelles qui donnent à la transmission du savoir et des traditions d’une culture, leur sens et leur force. L’esprit humain a le goût inné du beau, du bien et du vrai.

C’est le sceau du divin, la marque de Dieu en lui ! De cette aspiration universelle découle une conception morale ferme et juste, qui place toujours la personne au centre. Mais c’est seulement librement que l’homme peut se tourner vers le bien, car « la dignité de l’homme exige de lui qu’il agisse selon un choix conscient et libre, personnellement, c’est-à-dire mû et déterminé de l’intérieur, et non sous l’effet de poussées intérieures aveugles ou d’une contrainte purement extérieure » (Gaudium et spes, 17). La tâche de l’éducation est d’accompagner la maturation de la capacité à faire des choix libres et justes, qui peuvent aller à contre-courant des opinions répandues, des modes, des idéologies politiques et religieuses. L’établissement d’une CULTURE DE PAIX est à ce prix ! Il faut évidemment bannir la violence verbale ou physique. Elle est toujours une atteinte à la dignité humaine, celle de l’auteur comme celle de la victime. Par ailleurs, en valorisant les œuvres pacifiques et leur rayonnement pour le bien commun, on crée aussi l’intérêt pour la PAIX. Comme en témoigne l’histoire, de tels gestes de PAIX ont un rôle considérable dans la vie sociale, nationale et internationale. L’éducation à la PAIX formera ainsi des hommes et des femmes généreux et droits, attentifs à tous, et particulièrement aux personnes les plus faibles. Pensées de PAIX, paroles de PAIX et gestes de PAIX créent une atmosphère de respect, d’honnêteté et de cordialité, où les fautes et les offenses peuvent être reconnues en vérité pour avancer ensemble vers la réconciliation. Que les hommes d’État et les responsables religieux y réfléchissent !

Nous devons être bien conscients que le mal n’est pas une force anonyme qui agit dans le monde de façon impersonnelle ou déterministe. Le mal, le démon, passe par la liberté humaine, par l’usage de notre liberté. Il cherche un allié, l’homme.

Le mal a besoin de lui pour se déployer. C’est ainsi qu’ayant offensé le 1er commandement, l’amour de Dieu, il en vient à pervertir le second, l’amour du prochain. Avec lui, l’amour du prochain disparaît au profit du mensonge et de l’envie, de la haine et de la mort. Mais il est possible de ne pas se laisser vaincre par le mal et d’être vainqueur du mal par le bien (cf. Rm 12, 21). C’est à cette conversion du cœur que nous sommes appelés. Sans elle, les ‘libérations’ humaines si désirées déçoivent car elles se meuvent dans l’espace réduit concédé par l’étroitesse d’esprit de l’homme, sa dureté, ses intolérances, ses favoritismes, ses désirs de revanche et ses pulsions de mort. La transformation en profondeur de l’esprit et du cœur est nécessaire pour retrouver une certaine clairvoyance et une certaine impartialité, le sens profond de la justice et celui du bien commun. Un regard nouveau et plus libre rendra capable d’analyser et de remettre en cause des systèmes humains qui conduisent à des impasses, afin d’avancer en tenant compte du passé pour ne plus le répéter avec ses effets dévastateurs. Cette conversion demandée est exaltante car elle ouvre des possibilités en faisant appel aux ressources innombrables qui habitent le cœur de tant d’hommes et de femmes désireux de vivre en PAIX et prêts à s’engager pour la PAIX. Or elle est particulière- ment exigeante : il s’agit de dire non à la vengeance, de reconnaître ses torts, d’accepter les excuses sans les rechercher, et enfin de pardonner. Car seul le pardon donné et reçu pose les fondements durables de la réconciliation et de la PAIX pour tous (cf. Rm 12, 16b. 18).

Alors seulement peut croître la bonne entente entre les cultures et les religions, la considération sans condescendance des unes pour les autres et le respect des droits de chacune.

Au Liban, la Chrétienté et l’Islam habitent le même espace depuis des siècles. Il n’est pas rare de voir dans la même famille les deux religions. Si dans une même famille cela est possible, pourquoi cela ne le serait-il pas au niveau de l’ensemble de la société ? La spécificité du Moyen- Orient se trouve dans le mélange séculaire de composantes diverses. Certes, elles se sont combattues, hélas aussi ! Une société plurielle n’existe qu’à cause du respect réciproque, du désir de connaître l’autre et du DIALOGUE continu. Ce DIALOGUE entre les hommes n’est possible que dans la conscience qu’il existe des valeurs communes à toutes les grandes cultures, parce qu’elles sont enracinées dans la nature de la personne humaine. Ces valeurs qui sont comme un substrat, expriment les traits authentiques et caractéristiques de l’humanité. Elles appartiennent aux droits de tout être humain. Dans l’affirmation de leur existence, les différentes religions apportent une contribution décisive. N’oublions pas que la liberté religieuse est le droit fondamental dont dépendent beaucoup d’autres. Professer et vivre librement sa religion sans mettre en danger sa vie et sa liberté doit être possible à quiconque. La perte ou l’affaiblissement de cette liberté prive la personne du droit sacré à une vie intègre sur le plan spirituel. La soi-disant tolérance n’élimine pas les discriminations, parfois elle les conforte même. Et sans l’ouverture au transcendant qui permet de trouver des réponses aux interrogations de son cœur sur le sens de la vie et sur la manière de vivre de façon morale, l’homme devient incapable d’agir selon la JUSTICE et de s’engager pour la PAIX. La liberté religieuse a une dimension sociale et politique indispensable à la PAIX ! Elle promeut une coexistence et une vie harmonieuses par l’engagement commun au service de nobles causes et par la recherche de la vérité qui ne s’impose pas par la violence mais par « la force de la vérité elle-même » (Dignitatis humanae, 1), cette Vérité qui est en Dieu. Car la croyance vécue conduit invariablement à l’amour. La croyance authentique ne peut pas conduire à la mort. L’artisan de PAIX est humble et juste. Les croyants ont donc aujourd’hui un rôle essentiel, celui de témoigner de la PAIX qui vient de Dieu et qui est un don fait à tous dans la vie personnelle, familiale, sociale, politique et économique (cf. Mt 5, 9 ; He 12, 14). L’inaction des hommes de bien ne doit pas permettre au mal de triompher. Il est pire encore de ne rien faire.

Ces quelques réflexions sur la PAIX, la société, la dignité de la personne, sur les valeurs de la famille et de la vie, sur le DIALOGUE et la solidarité ne peuvent demeurer de simples idéaux énoncés. Ils peuvent et doivent être vécus. Nous sommes au Liban et c’est ici qu’ils doivent être vécus. Le Liban est appelé, maintenant plus que jamais, à être un exemple. Politiques, diplomates, religieux, hommes et femmes du monde de la culture, je vous invite donc à témoigner avec courage, à temps et à contretemps autour de vous, que Dieu veut la PAIX, que Dieu nous confie la PAIX. «Salàmi ō-tīkum» [« Je vous donne ma paix »] (Jn 14, 27) nous dit le Christ ! Que Dieu vous bénisse ! Merci !

© Libreria Editrice Vaticana

http://www.zenit.org/article-31850?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 20:19 (2012)    Sujet du message: JERUSALEM INTERFAITH CONFERENCE Répondre en citant



JERUSALEM INTERFAITH CONFERENCE


Jerusalem, Israel - UPF will hold an Interfaith Consultation for Peace and Development in the Middle East in Jerusalem from August 26 to 28. High-level religious leaders, scholars, and interfaith activists from throughout the world will be in attendance, including people of faith who hold positions in government, the media, the private sector, and civil society.

A special segment of the program will be dedicated to building upon and honoring the spirit of the 2012 celebration at the United Nations of the World Interfaith Harmony Week that had as its theme, “Common Ground for the Common Good.” A wide range of interfaith organizations and faith-based organizations, along with diplomats and UN officials, participated in support of the initiative taken up by the Office of the President of the General Assembly.


There is a growing awareness among people throughout the world of the urgent need for INTERFAITH COOPERATION if we are to successfully resolve many of the critical issues of our time, including the problems that we face in the Middle East.

This consultation will consider the ways in which interfaith cooperation can contribute to peace and development in the region, as well as globally.

Date: August 26 - 28, 2012 | Location: Jerusalem, Israel

http://www.upf.org/conference/jerusalem-interfaith-conference


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Sep - 21:55 (2012)    Sujet du message: RUBRIQUE DOMINICALE : L’ADORATION SACRILEGE DES « SAINTES RELIQUES » PAR LES CATHOLIQUES : UN CULTE SOUTENU ET ENCOURAGE PAR LE PAPE ET LE VATICAN ! Répondre en citant

RUBRIQUE DOMINICALE : L’ADORATION SACRILEGE DES « SAINTES RELIQUES » PAR LES CATHOLIQUES : UN CULTE SOUTENU ET ENCOURAGE PAR LE PAPE ET LE VATICAN !

ENGLISH :
Pope calls Catholics to venerate 1600 year old skull

http://ivarfjeld.wordpress.com/2010/12/07/pope-wants-catholics-to-venerate-1700-year-old-skull/


Jésus lui dit : Retire-toi, Satan ! Car il est écrit : TU ADORERAS LE SEIGNEUR, TON DIEU, ET TU LE SERVIRAS LUI SEUL. (La Bible, Matthieu 4:10)



Chers amis,

Nous voici vendredi, à l’aube du week-end. Je vous poste donc votre « rubrique dominicale »…

Pour les chrétiens véritables, il est précisé dans la Bible que le fidèle ne doit adorer que Dieu.

L’EXTRAIT DE LA BIBLE REPRIS CI-DESSUS (MATHIEU, CHAPITRE 4, VERSET 10) EST EXTREMEMENT CLAIR : LE FIDELE NE DOIT ADORER ET SERVIR QUE DIEU SEUL. MIEUX : L’ADORATION DE QUELQU’UN D’AUTRE QUE DIEU EST CONSIDEREE COMME L’ŒUVRE DE SATAN.

L’ADORATION D’IDOLES, DE STATUES OU… DE VESTIGES HUMAINS, FÛT-CE DES DEPOUILLES DE SAINTS, EST DONC INTERDITE ET SACRILEGE.

FORCE EST DE CONSTATER, DANS L’ARTICLE QUI SUIT, QUE LE PAPE ACTUEL EST BIEN INSPIRE PAR LE DEMON LORSQU’IL ENCOURAGE LES « FIDELES » CATHOLIQUES DE PRIER, D’ADORER ET DE SE RECUEILLIR DEVANT LES SUPPOSEES DEPOUILLES DE SAINTS ET DE SAINTES !
L’ARTICLE QUI SUIT ABORDE LE SUJET SANS CONCESSION, ET PARLE D’UN RITE PAÏEN ASSOCIE A UN CULTE DES MORTS.

A TOUT POINT DE VUE, IL DEVIENT EXCESSIVEMENT CLAIR QUE L’EGLISE CATHOLIQUE ROMAINE EST DEVOYEE ET GUIDE SES FIDELES SUR LE CHEMIN QUI MENE A LA PERDITION…

L’article, traduit pour vous en français, ci-dessous.

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.


LE PAPE APPELLE LES CATHOLIQUES A VENERER UN CRANE VIEUX DE 1600 ANS

Le squelette habillé du prétendu Saint Ambroise, à Milan. Le Pape veut que les catholiques le saluent lors de sa fête, aujourd'hui.



Un horrible affichage de PAGANISME, présenté comme étant du "christianisme" par de mauvaises gens.

La CNA (Catholic News Agency) rapporte que « l'Église catholique célèbrera la mémoire de saint Ambroise, brillant évêque de Milan qui influença la conversion de saint Augustin et fut nommé« Docteur de l'Eglise » ».
À la bonne heure.


Pas d'endroit pour se reposer. Des squelettes qu’on a fait sortir du tombeau, et que l’on a présentés à la vue du public A DES FINS DE VENERATION dans une église catholique.

LE DEFI EST QU’UNE FOIS DE PLUS, LES FIDELES CATHOLIQUES SONT APPELES PAR LE PAPE A VENERER UN CRANE, HABILLE DE LIN ET D'OR. Le cadavre vieux de 1600 ans de cette personne, se trouve dans la crypte d’une église catholique de Milan. Cet homme appelé Ambroise, est couché à côté de deux autres squelettes. Il s’agit des restes de "saints Gervais et Protais".

Que les catholiques n’adorent pas ces squelettes et cadavres, est faux.

Voici le commentaire d'un blogueur catholique, qui a fièrement admis qu'il «PRIAIT DEVANT CETTE DEPOUILLE ». SI LA PRIERE N'EST PAS DE L’ADORATION, ALORS RIEN NE L'EST.

«En juin dernier, à Milan, ce fut un grand honneur de PRIER DEVANT LES RESTES DE CE SAINT avec un gars d’Amérique du Nord, le grand Shawn Tribe, fameux journaliste catholique de NLM ». (http://www.newliturgicalmovement.org/ ) .

Source: http://orbiscatholicus.blogspot.com/2008/12/december-7-feast-of-st-ambrose.…

Tous les blogueurs ne sont pas impressionnés de la sorte par ce genre de CULTE DES MORTS.

Voici une copie d'un autre message pris sur un blog :

« Un régal macabre : les os du vénéré et ancien saint et patron de Milan reposent sous le maître-autel avec deux (squelettes) d’autres personnes, saints Gervais et Protais. Leurs reliques ont été prétendument découvertes par Ambroise, lorsqu’il cherchait à consacrer la basilique en l'an 386 : POUR QU’UNE EGLISE SOIT CONSACREE, VOUS AVEZ BESOIN DE RELIQUES. De façon complaisante, ces deux saints apparurent à Ambroise dans une vision et indiquèrent le chemin menant à leur tombeau ».

La version officielle du Vatican, est qu’Ambroise a été « forcé par une foule » afin de devenir leur évêque. Je ne plaisante pas. Ceci provient de la très officielle Catholic News Agency (agence de presse catholique), la CNA :

« Avec l'aide de l'empereur Valentinan, qui gouvernait l'Empire romain d'Occident à l'époque, une foule de catholiques milanais a pratiquement contraint Ambroise à devenir leur évêque contre sa propre volonté ».

« Huit jours après son baptême, Ambroise reçut la consécration épiscopale le 7 décembre, 374 apr. JC. La date qui allait devenir sa fête liturgique ».

Source: CNA : http://www.catholicnewsagency.com/news/dec.-7-brings-feast-of-st.-ambrose-b…

Je peux littéralement voir la foule des catholiques chasser cet homme dans le palais épiscopal. Ca a dû être douloureux pour lui, de se placer sur le trône du pouvoir totalitaire.


Des squelettes présentés comme étant des « os saints ». LE PAPE APPELLE SES FIDELES A LES ADORER.



Des os saints qui ne sont pas si chanceux, et qui ne sont pas encore habillés avec des vêtements en or et en argent. Les « saintes reliques » de Saint-Antoine de Padoue.


Des religieuses catholiques S'INCLINENT devant la châsse contenant les restes osseux attribués à sainte Thérèse.

IL SEMBLE QU’IL N’Y AIT AUCUNE LIMITE AUX SALETES ET AUX FADAISES CATHOLIQUES PRESENTEES COMME ETANT LA VERITE. L'HISTOIRE QUI SE CACHE DERRIERE CETTE PRETENDUE « SAINTETE » EST UNE TELLE BALIVERNE, QUE J'ESPERE QUE CERTAINS PAPISTES QUI SONT EN TRAIN DE LIRE CE MESSAGE, SERONT CAPABLES DE SORTIR DE CETTE MAISON DE DEMONS (QU’EST L’EGLISE CATHOLIQUE).

Le squelette d'Ambroise est très probablement la dépouille d'un prédicateur baptiste, qui fut chassé par la foule catholique, qui fut présenté dans le palais épiscopal à Milan, et qui fut exécuté.

Jetez un coup d’œil aux fichiers concernant ces crânes et ces os sur ce blog : http://ivarfjeld.wordpress.com/category/vatican-skulls-and-bones/ .


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Sep - 22:42 (2012)    Sujet du message: VATICAN SUMMARY OF "ECCLESIA IN MEDIO ORIENTE" Répondre en citant



VATICAN SUMMARY OF "ECCLESIA IN MEDIO ORIENTE"

VATICAN CITY, SEPT. 16, 2012 (Zenit.org).- Here is a Vatican summary of the postsynodal apostolic exhortation that Benedict XVI presented today after Mass in Beirut. The document, "Ecclesia in Medio Oriente," takes up the conclusions from the October 2010 synod of bishops on the Middle East.

* * *
The Post-Synodal Apostolic Exhortion "Ecclesia in Medio Oriente" is the document elaborated by Benedict XVI based on the forty-four final propositions of the special Synod for the Middle East, which was held in Vatican City from 10 to 26 October 2010 on the theme: "The Catholic Church in the Middle East: Communion and witness. 'The company of those who believed were of one heart and soul'". The text is subdivided into three parts, plus an introduction and a conclusion.

INTRODUCTION

The Exhortation invites the Catholic Church in the Middle East to revive communion within the Church, looking to the "native faithful" who belong to the Eastern Catholic Churches "sui iuris", and opening up to DIALOGUE with Jews and Muslims. This is a communion, a unity to be reached within the context of geographical, religious, cultural and socio-political diversity in the Middle East. Benedict XVI renews his call to conserve and promote the rites of the Eastern Churches, heritage of all Christ's Church.

PART ONE

The Context: Firstly, the Pope exhorts us not to forget the Christians who live in the Middle East and who bring a "noble and authentic" contribution to the construction of the Body of Christ. Then, in describing the situation of the region and the peoples who live there, Benedict XVI dramatically emphasises the deaths, the victims of "human blindness", fear and humiliation. Without entering into detail, the Exhortation briefly recalls that the position of the Holy See on the various conflicts in the region and on the status of Jerusalem and the Holy Places is well known. Finally, a call is made for conversion to PEACE - understood not only as the simple absence of conflict, but rather as interior PEACE and linked to JUSTICE - overriding all distinctions of race, sex and class, and to practice forgiveness in the realms of both private and community life.

The Christian and ecumenical life: This chapter is a call in favour of ecumenical unity which "does not mean uniformity of tradition and celebrations". In a difficult, unstable political context inclined towards violence such as the Middle East, in fact, the Church has developed in a truly multi-form fashion, encompassing Churches of ancient tradition and more recent ecclesiastical communities. It is a form of mosaic which requires significant effort in the reinforcement of Christian witness. In line with Vatican Council II the Pope encourages spiritual ecumenism, and a communion understood not as confusion, but rather as recognition and respect for others. At the same time, the Exhortation reasserts the importance of the work of theology and the various ecumenical commissions and ecclesial communities, in order that - in line with the doctrine of the Church - they speak with one voice on the most important moral questions (family, sexuality, bioethics, freedom, JUSTICE and PEACE). Diaconal ecumenism is also important, in both charitable and educational fields. Several concrete proposals for an ecumenical pastoral outreach are then listed: among these, the application of conciliary openness towards a certain "communicatio in sacris" (i.e., the possibility for Christians to access the Sacraments in a Church other than their own) for the Sacraments of Penance, the Eucharist and the Anointing of the Sick. The Pope states his certainty of the possibility of reaching agreement on a common translation of the Lord's Prayer in the local languages of the region.

Inter-religious dialogue: Recalling the historical and spiritual links that Christians have with Jews and Muslims, the Exhortation reaffirms that INTER-RELIGIOUS DIALOGUE is not dictated by pragmatic considerations of a political or social order, but is based primarily upon the theological foundations of faith: Jews, Christians and Muslims believe in a single God and for this reason it is hoped that they may recognise in "the other believer" a brother to love and respect, avoiding the exploitation of religion for conflicts which are "unjustifiable for authentic believers". With particular regard to Christian-Jewish DIALOGUE, the Pope recalls the common spiritual heritage, based on the Bible, which leads back to the "Jewish roots of Christianity"; at the same time he invites Christians to be aware of the mystery of the Incarnation of God and to condemn the unjustifiable persecutions of the past.

With regard to Muslims, Benedict XVI uses the word "esteem", "in fidelity to the teachings of Vatican Council II"; however, is is regrettable that doctrinal differences have been used as a pretext by both Christians and Muslims to justify, in the name of religion, acts of intolerance, discrimination, marginalisation and persecution. The Exhortation then shows how the presence of Christians in the Middle East is neither new, nor casual, but historical. An integral part of the region, they have given rise to "a particular form of symbiosis" with the surrounding culture, specific to the Middle East, and they have the right and the duty to participate fully in civil life, and should not be considered as second class citizens. The Pope affirms that religious liberty - the pinnacle of all freedoms, sacred and inalienable - includes the freedom to choose the religion one considers true and to publicly manifest one's belief and its symbols, without putting one's own life or personal freedom in danger. Force and constriction are not admissible in religious matters. The Pope calls for the step to be taken from tolerance to religious freedom, which does not imply an open door to syncretism, but rather "a reconsideration of the relationship between man, religion and God".

Two new realities: The Exhortation considers at length the matter of secularisation, including its extreme forms, and the violent fundamentalism that claims to have a religious origin. A healthy secularity means distinction and collaboration between politics and religion, characterised by mutual respect. It requires the political sphere to operate without manipulating religion, and guarantees that religion may live without the encumbrance of political interests. Religious fundamentalism - which grows in a climate of socio-political uncertainty - seeks to take power for political ends, at times using violence, over the individual conscience and over religion. For this reason, the Pope issues a heartfelt appeal to all the religious leaders of the Middle East to endeavour, by their example and their teaching, to do everything possible to uproot this threat which indiscriminately and fatally affects believers of all religions.

Migrants: The Pope faces a crucial question, the exodus - indeed, a haemorrhage - of Christians who find themselves in a delicate position, at times without hope, and are subject to the negative consequences of conflicts, often feeling humiliated, despite having participated throughout the centuries in the construction of their respective countries. A Middle East without, or with few Christians, would no longer be the Middle East. The Pope therefore asks political and religious leaders to avoid policies and strategies tending towards a monochromatic Middle East which does not reflect its human and historical reality. Benedict XVI also invites the pastors of the Eastern Catholic Churches to help their priests and their faithful in exodus to remain in contact with their families and their Churches, and encourages the Pastors of the ecclesiastical circumscriptions who welcome the Eastern Catholics to allow them the possibility of worshipping according to their own traditions. This chapter also considers the question of immigrant workers - often Catholics of Latin rite - from Africa, the Far East and the Indian sub-continent, who too often experience situations of discrimination and injustice.

PART TWO

Patriarchs: Leaders of the "sui iuris" Churches, in perfect union with the Bishop of Rome, render tangible the universality and unity of the Church and, as a sign of communion, are able to reinforce this union and solidarity within the framework of the Council of Catholic Patriarchs of the Middle East and the patriarchal Synods, always favouring consultation and collegial action on questions fundamental to the Church.

Bishops: A visible sign of the unity in diversity of the Church understood as a Body, of whom Christ is the head, the bishops are the first to be sent forth into all nations to make disciples. They must proclaim God's Word with courage and firmly defend the integrity and unity of the faith, in those difficult situations which are unfortunately common in the Middle East. The bishops are also required to ensure a wise, honest and transparent management of the temporal goods of the Church and to this end, the Pope recalls that the Synod Fathers have requested serious revision of finances and assets, to avoid confusion between personal property and that of the Church. The bishops, furthermore, must be vigilant in ensuring that priests receive appropriate remuneration, in order that they do not become distracted by material matters. The alienation of the goods of the Church must adhere strictly to canonical norms and the current papal legislation. Finally, the Pope exhorts bishops to ensure the pastoral care of all Christian faithful, regardless of their nationality or ecclesial provenance.

Priests and seminarians: The Exhortation underlines that priests must educate the People of God in the construction of a civilisation of evangelical love and unity, and this requires an in-depth transmission of the Word of God, and of the tradition and the Doctrine of the Church, along with intellectual and spiritual renewal of the priests themselves. To this end, celibacy is important - a priceless gift of God to the Church - as is the ministry of married priests, an ancient component of the Eastern tradition. As servants of the communion, priests and seminarians must offer courageous and unambiguous testimony, must conduct themselves irreproachably, and must be open to the cultural diversity of their Churches (learning, for instance, their languages and cultures), along with ecclesial diversity and ECUMENICAL and INTER-RELIGIOUS DIALOGUE.

The consecrated life: Monasticism in its various forms was born in the Middle East and gave rise to several "sui iuris" Churches. Men and women religious must collaborate with the bishop in pastoral and missionary activities. They are invited to meditate upon at length and observe the evangelical counsels (chastity, poverty and obedience), as there cannot be spiritual regeneration - of the faithful, the community and the Church as a whole - without a clear and unequivocal return to the search for God.

The laity: Members of the Body of Christ through Baptism, and thus fully associated with the mission of the universal Church, to lay people the Pope entrusts the task of promoting - in temporal matters, their proper domain - the sound administration of public goods, religious freedom and respect for the dignity of each person. They are invited to be bold in the cause of Christ. In order that their witness be fruitful, however, lay people must overcome the divisions and all subjective interpretations of Christian life.

Family: A divine institution founded on the indissoluble Sacrament of Marriage between a man and a woman, today the family is exposed to many dangers. The Christian family must be supported in the problems and difficulties it faces, and must look to its own deepest identity, in order to become first and foremost a domestic Church which educates in prayer and in faith, a seedbed of vocations, the natural school of virtue and ethical values, and the primary cell of society. The Exhortation gives considerable consideration to the question of women in the Middle East and to the need for equality with men, in the face of the discriminations they suffer which gravely offend not only women themselves, but also and above all, God. The Pope emphasises that women must play a greater role in public and ecclesial life. With regard to judicial disputes in matrimonial matters, the voice of the woman must be heard with equal respect to that of the man, without injustice. To this end, the Pope encourages a sound and just application of the law, in order that the judicial differences regarding matrimonial matters do not lead to apostasy. Finally, the Christians of the Middle East must be able to apply their own law, both in marriage and elsewhere, without restrictions.

Young people and children: The Pope exhorts them not to be afraid or ashamed of being Christians, to respect other believers, Jews and Muslims, and to always cultivate, through prayer, a true friendship with Jesus, loving Christ and the Church. In this way, they may discern wisely the values of modern life that may be useful to their fulfilment, without allowing themselves to be seduced by materialism or certain social networks, the indiscriminate use of which may distort the true nature of human relations. With regard to children, in particular, the Exhortation calls upon parents, teachers, guides and public institutions to recognise the rights of minors from the moment of their conception.

PART THREE

The Word of God, soul and source of communion and witness: After expressing recognition of the exegetical schools (of Alexandria, Antioch, etc.) which have contributed to the dogmatic formulation of Christian mystery in the fourth and fifth centuries, the Exhortation recommends a genuine biblical apostolate, to help dissipate prejudice or mistaken ideas which may be the cause of needless and humiliating controversies. This leads to the suggestion of proclaiming a Year of the Bible, in accordance with the pastoral conditions of each country in the region, and to follow it, if appropriate, with an annual Bible Week. The Christian presence in the biblical countries of the Middle East - which is far more than a question of sociological belonging or simple economic and cultural success - by rediscovering its original inspiration and in following Christ's disciples, will take on new vitality.

Liturgy and sacramental life: For the faithful in the Middle East, the liturgy is an essential element of spiritual unity and communion. The renewal of celebrations and liturgical texts, where necessary, must be based on the Word of God and undertaken in collaboration with the Churches who share the same traditions. The importance of Baptism is a key issue, which enables those who receive this sacrament to live in communion and to develop true solidarity with other members of humankind, without discrimination on the grounds of race or religion.

From this point of view, the Pope hopes for an ECUMENICAL AGREEMENT between the Catholic Church and the Churches with whom it is in theological dialogue on the mutual recognition of Baptism, in order to restore full communion in apostolic faith. The Exhortation also expresses hope for more frequent practice of the Sacrament of Penance and Reconciliation, and exhorts pastors and the faithful to promote initiatives for PEACE, even amid persecution.

Prayer and pilgrimages: The Middle East is a privileged land of pilgrimage for many Christians who come to consolidate their faith and to seek a profoundly spiritual experience. The Pope asks that the faithful have free access, without restriction, to holy places. It is also essential that contemporary biblical pilgrimage returns to its original motivations of penitence and the search for God.

Evangelisation and charity; the Church's mission: The Exhortation underlines that the transmission of faith is an essential mission of the Church. The Pope therefore encourages the NEW EVANGELISATION which, in a contemporary context, marked by change, makes the faithful aware of the testimony of their lives: this reinforces their word when they speak of God courageously and openly, to announce the Good News of salvation. In particular, in the Middle East, deepening of the theological and pastoral meaning of evangelisation should look to both the ECUMENICAL and INTER-RELIGIOUS DIMENSIONS. With regard to ecclesial movements and communities, the Pope encourages them to act in union with the bishop of the place and according to his pastoral directives, with due regard for the local history, liturgy, spirituality and culture, without confusion and proselytism. The Catholic Churches of the Middle East are therefore invited to renew their missionary spirit, a challenge more urgent than ever in a multicultural and pluri-religious context. A strong stimulus for this may be given by the Year of Faith. With regard to charity, the Exhortation recalls that the Church must follow the example of Christ Who drew close to those most in need: orphans, the poor, the disabled, the sick, etc. Finally, the Pope praises and and encourages all those who carry out impressive work in the educational centres, schools, higher institutes and CATHOLIC UNICERSITIES of the Middle East. These tools for cultural formation, that should be supported by political authorities, demonstrate that it is possible to live in a spirit of respect and collaboration in the Middle East, through education in tolerance.

Catechesis and Christian formation: The papal document encourages the reading and teaching of the catechism of the Catholic Church and a solid initiation in the social doctrine of the Church. At the same time, the Pope invites the Synods and other episcopal organisms to enable the faithful to have access to the spiritual wealth of the Fathers of the Church, and to focus on patristic teaching, as a complement to scriptural formation.

CONCLUSION

Benedict XVI solemnly asks, in the name of God, that political and religious authorities not only alleviate the suffering of all those who live in the Middle East, but also eliminate the causes of this suffering, and do all in their power to enable peace to prevail. At the same time, the Catholic faithful are exhorted to consolidate and live together in communion, giving life to pastoral dynamism. "A lukewarm spirit is displeasing to God", and therefore the Christians of the Middle East, Catholics and others, are encouraged bear witness to Christ, courageously and as one - a difficult witness, but exhilarating.

http://www.zenit.org/article-35546?l=english



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 21 Sep - 23:04 (2012)    Sujet du message: POPE GIVES ANALYSIS OF FOUNDATIONS OF PEACE Répondre en citant

POPE GIVES ANALYSIS OF FOUNDATIONS OF PEACE

Speech Called Characteristic of Ratzinger's Method of Getting to Depths of Issues

By Kathleen Naab


BEIRUT, Lebanon, SEPT. 15, 2012 (Zenit.org).- The Vatican's spokesman described Benedict XVI's speech this morning to political, religious and cultural leaders of Lebanon as "typical of the method of Ratzinger."

JESUIT Father Federico Lombardi gave this evaluation because the address -- on the theme of PEACE -- goes to the very depths of what is needed to achieve PEACE, offering insights into the relationship between PEACE and anthropology, and the tactics of the devil in seeking allies among man.

Father Lombardi said the president of Lebanon's Parliament told him afterward that "all the people and the politicians of the Middle East should hear, read and meditate on this speech of the Pope."

Effective

Benedict XVI's proposition was that effectiveness in the commitment to PEACE depends on an understanding of human life.

"If we want PEACE, let us defend life!," he exclaimed. "This approach leads us to reject not only war and terrorism, but every assault on innocent human life, on men and women as creatures willed by God."

The Pope reflected that God chose the regions of the Middle East, "to be an example, to bear witness before the world that every man and woman has the possibility of concretely realizing his or her longing for PEACE and RECONCILIATION! This aspiration is part of God’s eternal plan and he has impressed it deep within the human heart."

The Holy Father said that a constant returning "to the wellsprings of our humanity" is necessary to find the energy to work for PEACE. "Our human dignity is inseparable from the sacredness of life as the gift of the Creator. In God’s plan, each person is unique and irreplaceable. A person comes into this world in a family, which is the first locus of humanization, and above all the first school of PEACE. To build PEACE, we need to look to the family, supporting it and facilitating its task, and in this way promoting an overall culture of life."

He added that wherever the truth of human nature is ignored, "it becomes impossible to respect that grammar which is the natural law inscribed in the human heart."

The Pontiff spoke of various assaults on human life, including unemployment, poverty, corruption, a variety of addictions, exploitation, different forms of trafficking, and terrorism, adding that "we run the risk of being enslaved by an economic and financial mindset which would subordinate 'being' to 'having'!"

"The destruction of a single human life is a loss for humanity as a whole," he said. "Mankind is one great family for which all of us are responsible. By questioning, directly or indirectly, or even before the law, the inalienable value of each person and the natural foundation of the family, some ideologies undermine the foundations of society."

Shared sense

Benedict XVI proposed that what should lead us to "A NEW KIND OF FRATERNITY" amid cultural, social and religious differences is a "shared sense of the greatness of each person and the gift which others are to themselves, to those around them and to all humanity."

The Pope then spoke about the fundamental importance of education in the path to PEACE, describing the goal of education as "to guide and support the development of the freedom to make right decisions, which may run counter to widespread opinions, the fashions of the moment, or forms of political and religious ideology."

The Holy Father also warned of a need to be "very conscious" that evil "is not some nameless, impersonal and deterministic force at work in the world. Evil, the devil, works in and through human freedom, through the use of our freedom. It seeks an ally in man. Evil needs man in order to act. Having broken the first commandment, love of God, it then goes on to distort the second, love of neighbour. Love of neighbour disappears, yielding to falsehood, envy, hatred and death."

Still, he reminded, it is possible for us to overcome evil with good. Without such a conversion of heart, "all our coveted human 'liberations' prove disappointing, for they are curtailed by our human narrowness, harshness, intolerance, favouritism and desire for revenge."

The Pontiff suggested that such a conversion can even be "exhilarating, since it creates possibilities by appealing to the countless resources present in the hearts of all those men and women who desire to live in PEACE and are prepared to WORK for PEACE."

"True, it is quite demanding," he added. "It involves rejecting revenge, acknowledging one’s faults, accepting apologies without demanding them, and, not least, forgiveness."

From family to society

The Pope asserted that PEACE and Christian-Muslim coexistence is quite possible. "In Lebanon, Christianity and Islam have lived side by side for centuries," he said.

"It is not uncommon to see the two religions within the same family. If this is possible within the same family, why should it not be possible at the level of the whole of society?"

"The particular character of the Middle East consists in the centuries-old mix of diverse elements," he continued. "Admittedly, they have fought one another, sadly that is also true. A pluralistic society can only exist on the basis of mutual respect, the desire to know the other, and continuous DIALOGUE. Such DIALOGUE is only possible when the parties are conscious of the existence of values which are common to all great cultures because they are rooted in the nature of the human person. This substratum of values expresses man’s true humanity. These values are inseparable from the rights of each and every human being."
--- ---- ---
On ZENIT's Web page:
Full text: www.zenit.org/article-35538?l=english

http://www.zenit.org/article-35541?l=english



Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 20:38 (2012)    Sujet du message: AMERICA GOES BACK TO CHRUCH EN MASSE Répondre en citant

SPIRITUAL TRAP

ROME WORSHIPPERS WHO PROFANE THE SABBATH OF THE LORD AND BEEN TRAP UNDER THE CONTROL OF CHURCHES RUNNING BY MINIONS OF SATAN/NEW BOOK, WHO ARE UNITE TO PREPARE YOUR COMING DESTRUCTION.

AMERICA GOES BACK TO CHRUCH EN MASSE




Fourth National Back to Church Sunday Exceeds All Previous Records
Contact: Ty Mays, 770-256-8710

COLORADO SPRINGS, Colo., Sept. 19, 2012 /Christian Newswire/ -- On Sept. 16, in the largest grassroots movement of its kind, 13,152 congregations of various denominations, styles and theologies united in a single cause to invite an estimated 7.5 million friends, family, neighbors and coworkers to attend church on National Back to Church Sunday. Participating churches saw an estimated 38 percent increase in their attendance.

"I've heard from a number of pastors and churches that this was a great tool they used to mobilize their people and reach their community," said Ed Stetzer, president of LifeWay Research, a supporting partner of National Back to Church Sunday. "Many are enthusiastic about the focus the fourth annual National Back to Church Sunday has injected into their congregations."

The movement is based on the simple principle that 82 percent of people will come to church if invited by a friend, according to Thom Rainer's "The Unchurched Next Door." Yet, from a recent LifeWay Research study, only 48 percent of church members invited their unchurched friends to church in the last six months.

"We turned National Back to Church Sunday into our Back to Church Weekend, starting with a free garage sale for our community and distribution of more than 100 brochures about our church," reported Pineview Baptist Church in Thomasville, Ala. "We are a small church averaging about 30 people in weekly worship attendance, but we estimate that almost 200 people walked through our doors this weekend. This was a great way to spread the word about our worship service and make people feel welcome."

Brian Loughmiller, mayor of McKinney, Texas, issued an official proclamation of Sept. 16 as National Back to Church Sunday in their community. A representative of his office was scheduled to present the proclamation in person at Eternity Community Church.

At Victory Christian Center in Victorville, Calif., every child went home Sunday with a tote bag of school supplies. In Medina, Tenn., attendance at ThatChurch.com rose to 171 from an average of 135. "We also baptized nine people on National Back to Church Sunday," said Ronnie Ragan, campus pastor.

The number of churches participating doubled from 3,800 churches in 2010 to 7,600 churches in 2011 and skyrocketed to a total of 13,152 churches this year.

With a 38 percent increase in average attendance, 97 percent of responding pastors said they will participate in National Back to Church Sunday next year.

"Churches now have the opportunity to capitalize on the momentum created by National Back to Church Sunday," said Philip Nation, director of adult ministry publishing at LifeWay Christian Resources and spokesperson for National Back to Church Sunday. "By their attendance, people have shown they are interested in making a connection with church and with God. We have to show them the way."

Many will employ the 30-Day Church Challenge (www.30daychurchchallenge.com) to engage returning National Back to Church Sunday visitors and to transform their congregations. Featuring inspirational sermons, weekly challenges, video-based lessons and the "30-Day Church Challenge" book, the five-week series based on the biblical model of the church, found in the book of Acts, will challenge church congregations to devote themselves to authentic community, develop worship lifestyle, commit to spiritual growth, embrace stewardship and generous lifestyle and engage in sharing God’s love and the gospel with others.

The next National Back to Church Sunday is September 15, 2013. Churches are already registering at www.backtochurch.com/roster. Reports of this year and future plans are being posted at www.facebook.com/backtochurch.

National Back to Church Sunday (
www.backtochurch.com) is the single largest annual community outreach in the nation, sharing the simple message and mission of inviting everyone in America back to church. The campaign empowers churches and church members with the tools they need to welcome their neighbors, friends and loved ones back to church, while providing the unchurched an easy way to find a welcoming church in their community.

LifeWay Christian Resources (www.lifeway.com), in operation since 1891, is one of the largest Christian resource organizations in the world. LifeWay Research exists for the purpose of equipping church leaders with insight that will lead to greater levels of ministry effectiveness through research-based books and reports based on statistically validated surveys. LifeWay Research is one of the most trusted sources of information about the church, culture and faith.

To schedule an interview with Philip Nation, contact Ty Mays at 770-256-8710 or tmays@inchristcommunications.com.

NOTE: Reporters interested in local angle for National Back to Church Sunday can find participating churches in their communities at www.backtochurch.com/roster.

http://www.christiannewswire.com/news/5693220682.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Sep - 22:31 (2012)    Sujet du message: BENEDICT CALLS FOR CHURCH TO BE 'SIGN OF PEACE THAT COMES FROM GOD' Répondre en citant



BENEDICT CALLS FOR CHURCH TO BE 'SIGN OF PEACE THAT COMES FROM GOD'

Ecumenical Meeting Gathers Representatives of Lebanon's Diverse Religious Landscape

By Ann Schneible

ROME, SEPT. 17, 2012 (Zenit.org).- In his journey to Lebanon, a country wounded by religious conflict, Pope Benedict XVI was welcomed as a MESSENGER OF PEACE and RECONCILIATION, furthering ECUMENICAL DIALOGUE among the many churches rites and denominations that flourish throughout the country.

During his ecumenical meeting, held Sunday at the monastery of Our Lady of Deliverance, the Holy Father addressed patriarchs, bishops and representatives of Protestant communities of the country. This monastery, as the Pope noted, is of particular importance to the Syrian Catholic Church of the Antiochian tradition, of which Ignace Joseph III Younan is the Patriarch.

Included among the Christian denominations throughout Lebanon are the evangelical Churches – such as the Presbyterian, Anglican, Baptist, and so forth – which are united under the Evangelical Supreme Council of Syria and Lebanon.

Although conflict has made it difficult to estimate the exact number of evangelical Christians in Lebanon, Syrian Evangelical pastor Riad Jarjour, former General Secretary of the Middle East Council of Churches, told Vatican Radio that most are based in Beirut.

The Orthodox Churches, whose leaders Pope Benedict XVI addressed, have a significant presence within Lebanon. In an interview with Vatican Radio, Father Boulos Wehbe said that an estimated 400,000 Orthodox Christians are living in Lebanon, divided throughout six diocese, all under the Patriarch of Antioch who is based in the Syrian capital of Damascus.

During his address, Pope Benedict made special mention of the Syrian Antiochene Church. "In the course of its glorious history," he said, its members have given "a testimony to an ardent love for Christ, which has caused it to write some heroic pages of this history, right up to the present, by remaining committed to the faith even to the point of martyrdom.

"I encourage this Church," the Holy Father continued, "to be for the peoples of the region a sign of the PEACE that comes from God as well as a light that keeps their hope alive."

Addressing the various leaders of faiths, Pope Benedict asked those present to respond to the call of Christ "THAT ALL MAY BE ONE” (Jn 17:21). "In these unstable times," he said, "so inclined to the violence which your region knows so well, it is even more necessary that Christ’s disciples give an authentic witness to their unity, so that the world may believe in their message of LOVE, PEACE and RECONCILIATION. This is a message that all Christians, and we in particular, have been commissioned to hand on to the world, a message of inestimable value in the present context of the Middle East."

Pope Benedict petitioned religious leaders to work toward "full communion with each other." Through common prayer, he said, "we must constantly return to our one Lord and Saviour. For, as I wrote in the Apostolic Exhortation 'Ecclesia in Medio Oriente' which I have the pleasure of consigning to you, 'Jesus draws into unity those who believe in and love him.'"

Turning to the Blessed Virgin Mary, Pope Benedict asked her to "intercede with her Son for us, so that we may be delivered from every evil and from all forms of violence, and so that the Middle East may at last know a time of RECONCILIATION and PEACE," concluding: "May the words of Jesus that I have so often cited during this journey, 'My peace I give to you!' (Jn 14, 27), be for all of us the common sign that we will give in the name of Christ to the peoples of this beloved region, which longs to see those words fulfilled!"
--- --- ---

On ZENIT's Web page:
Full text: www.zenit.org/article-35545?l=english

http://www.zenit.org/article-35552?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Lun 24 Sep - 22:51 (2012)    Sujet du message: HOLY SEE ADDRESS AT THE 21st SESSION OF THE UN HUMAN RIGHTS COUNCIL Répondre en citant



HOLY SEE ADDRESS AT THE 21st SESSION OF THE UN HUMAN RIGHTS COUNCIL

The People of Syria and the Middle East Deserve Support and Solidarity In Their Moment of Need

GENEVA, Switzerland, SEPT. 17, 2012 (Zenit.org).- Here is the text of the address given by Archbishop Silvano Maria Tomasi, Permanent Observer to the United Nations in Geneva, at the 21st Regular Session of the United Nations Human Rights Council.

* * *

Statement by His Excellency Archbishop Silvano M. Tomasi

Permanent Observer of the Holy See to the United Nations and Other International Organizations in Geneva at the 21st Session of the Human Rights Council – Item 4 –

Interactive Dialogue with the Independent International Commission of Inquiry

on the Syrian Arab Republic

Geneva, 17 September 2012


Madam President,

The Report of the Independent International Commission of Inquiry on the Syrian Arab Republic and other sources of information document all too well the results of months of violence in that country: thousands, some estimate 30,000, of victims who have lost their lives and many others who have been wounded; city neighbourhoods destroyed; more than a quarter of a million made refugees; 1.2 million internally displaced people; classes cancelled indefinitely for tens of thousands of children. Above all, social trust and civil conviviality have been broken. This violent conflict shows the futility of war as a means to resolve disagreements. It is appropriate that this Council should adopt the perspective of the victims in its resolve to promote human rights and to uphold humanitarian law. Respect for the fundamental rights of the victims of this conflict is, in fact, the road that can lead to healing human relations and to PEACE, an indispensable prerequisite for negotiations and an effective response to the expectations of the people for a DEMOCRATIC NEW BEGINNING.

The Holy See has been following the worsening of the conflict in Syria with great attention and deep concern given the risk of destabilization in the entire region and the total disregard of civilian population; has reiterated its rejection of violence from whatever source it may come; and regrets the loss of so many human lives and family tragedies. The voice of the Holy Father Benedict XVI, a PILGRIM OF PEACE in the area, has condemned without any ambiguity the use of violence: “Even though it seems hard to find solutions to the various problems that affect the region,” he said, “we cannot resign ourselves to violence and to the aggravation of tensions. The commitment to DIALOGUE and to RECONCILIATION must be a priority for all the parties concerned and must be supported by the international community.” A stable PEACE in the Middle East is an important benefit for the whole world. With God’s gift of PEACE, local people can use their talents for the development and progress of their countries, enjoy their right to a decent life there, and avoid the misery and suffering of forced uprooting and exile.

Solidarity with the people of Syria and, by extension, to the whole of the Middle East, implies that the international community should put aside selfish interests, support the political process for a cessation of violence and for an orderly and inclusive participation of all groups in the management of the country as citizens of equal dignity and responsibility. An additional requirement appears urgent to make solidarity effective and genuine: humanitarian assistance to all displaced people and other victims of bombardments and indiscriminate destruction, especially to children. Then, to the importation of arms, the firm and common will for PEACE and the importation of ideas for reconciliation should be substituted. Furthermore, journalists should report on this situation with fairness and complete information so that public opinion may more easily grasp the futility of violence and how in the long run it doesn’t benefit anyone. Media, too, can help build a CULTURE OF PEACE and point at the benefits of RECONCILIATION.

The wave of protests, peaceful on the part of most of the participants, that have characterized what has been called the Arab Spring, stemmed from the deep desire, especially of younger people, for greater freedom, better employment, a real participation in public life. To frustrate these aspirations through the manipulation of power and forms of control will have a lasting damage and miss a historical opportunity for progress.

Madam President,

The people of Syria and the Middle East deserve support and solidarity in their moment of need. The promotion of all human rights is an effective and indispensable strategy for the success of their struggle for PEACE and SOCIAL CONVIVIALITY. = Hello Pope Benedict, why you don't tell the truth about the human rights? Why don't you specify "ISLAMIC SHARIA LAWS human rights? And the CULTURE OF PEACE, and the new PEACE and SOCIAL CONVIVIALITY are not in fact a TOTALITARISM CULTURE to enslave the world under islamophobia laws? LIAR, DECEIVER, and HIGH PRIEST OF SATAN, this is what you really are, and the FALSE CHURCH OF JESUS CHRIST, full of abominations, will be destroy by the hand of the Most High. You can kill everyone of us, the word of God will never end. At the end, this is you and your minions who will loose and Satan knows it!  Be prepare, the lake of fire is very hot!

Thank you, Madame President.

http://www.zenit.org/article-35550?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 27 Sep - 16:20 (2012)    Sujet du message: "CREDO DOMINE" WRISTBANDS COMMISSIONED FOR YEAR OF FAITH Répondre en citant




"CREDO DOMINE" WRISTBANDS COMMISSIONED FOR YEAR OF FAITH

Pope Benedict: Bring the faith to the World

VIDEO : http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=doyjeM3Y640

South African Cardinal Reflects on Call to Evangelize, Give Witness of Faith Received

By Ann Schneible

ROME, SEPTEMBER 19, 2012 (Zenit.org).- The forthcoming Year of Faith, said Cardinal Napier of South Africa, is meant to remind the faithful that each and every one of them is called "to proclaim the Gospel anew by living and professing our faith."

As the Church prepares to begin the Year of Faith in just about three weeks time, Cardinal Wilfrid Napier of the Archdiocese of Durbin, South Africa wrote a letter to encourage parishes to take this as an opportunity to engage in evangelization and help bring about a renewal of the faith.

In the apostolic letter Porta Fidei, Pope Benedict XVI announces the year of faith, which will begin on October 11, 2012. The Holy Father speaks about the "need to rediscover the journey of faith," calling for the whole Church to "seek friendship with Jesus Christ, who is the one who gives us the abundance of life. [The Pope] reminds us to be light that cannot be hidden, as well as witnesses of faith who are not afraid."

Cardinal Napier notes that the Year of Faith coincides with the 50th anniversary of the opening of the Second Vatican Council. For this reason, the Holy Father called for a General Assembly of the Synod of Bishops which will explore the theme: “The New Evangelization for the transmission of the Christian Faith”.

"This is a timely reminder," writes Cardinal Napier, "that each of us is called to use this time of spiritual grace to proclaim the Gospel anew by living and professing our faith in our parishes, our homes, our families, our religious communities, our schools and even our workplaces." Pope Benedict also calls on the faithful to profess the Creed publicly during this Year of Faith.

In an initiative for the Year of Faith, Cardinal Napier commissioned Father Desmond Royappen to design a wristband which displays the ancient Christian symbol of a fish along with the words: "Credo Domine" – "I Believe." These wristbands will be accompanied by a card upon which is written a prayer for the Year of Faith on one side, with a statement of commitment on the other, all translated into English, Afrikaans, Zulu, Sotho, Xhosa, Setswana, Portuguese, French and Italian. Cardinal Napier said that the wristbands are "a wonderful way of reminding us to keep our commitment to our faith, as well as to identify ourselves as Catholic who have made a special pledge to be faithful during this Year of Faith."

"Let us band together," he concludes, "to celebrate the Year of Faith as one big Catholic family."

http://www.zenit.org/article-35569?l=english


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Dim 30 Sep - 20:01 (2012)    Sujet du message: AT UN, SAUDI ARABIA CALLS FOR DEEPENING OF DIALOGUE AMOND RELIGIONS TO PREVENT CONFLICTS Répondre en citant

AT UN, SAUDI ARABIA CALLS FOR DEEPENING OF DIALOGUE AMOND RELIGIONS TO PREVENT CONFLICTS


http://www.un.org/News/dh/photos/large/2012/September/530082-saudiarabia.jp…
Vice Minister for Foreign Affairs of Saudi Arabia Prince Abdulaziz Bin Abdullah addresses the General Assembly. UN Photo/Marco Castro


28 September 2012 – United Nations Member States must spread a culture of tolerance and understanding and deepen the DIALOGUE among cultures and religions to prevent conflicts, the Vice Minister of Foreign Affairs of Saudi Arabia, Prince Addulaziz bin Abdullah Bin Abdulaziz, said in his statement to the world body’s General Assembly today.

“In order to maintain this noble humanitarian requirement promoted by all religions, we must disseminate and deepen the DIALOGUE with a view to achieve peace between human beings, to avoid conflicts, to put an end to acts of aggression and arrogance, to respect religious, cultural, and civilizational particularity of peoples, and to encourage pursuit of positive interaction between civilizations, cultures, and religions,” Mr. Bin Abdulaziz told the gathered delegates at the 67th Assembly’s General Debate at UN Headquarters in New York.

Saudi Arabia strongly condemns the act of “an irresponsible group who produced an offensive movie about the Prophet Muhammad,” he said – referring to an anti-Islam video produced in the US and which has led to a violent reaction in various cities across the world - and noted that in this context, his country renews its calls to enact laws and regulation that forbid the defamation of religious symbols.

Mr. Bin Abdulaziz stressed that Saudi Arabia also condemns the acts of violence that followed the release of the film against United States foreign missions, and underlined that diplomats around the world must be protected. The US Ambassador to Libya, Christopher Stevens, along with others, was recently killed in the eastern Libya city of Benghazi in violence believed to be linked to the anti-Islam video.

Diplomatic envoys are protected by inviolability and immunity that is urged by our noble religion first and international treaties as well, due to the importance of diplomacy in preserving international interests,” the Vice Minister said.

He also urged the international community to act on the Syrian crisis which has reached “exacerbated and complicated limits,” and reiterated that Saudi Arabia stands ready to work through legitimate international frameworks in accordance to humanitarian law.

However, he noted with regret that the Security Council has not been able to reach agreement on united action to put a stop to the violence in the Middle Eastern country, in which more than 18,000 people have been killed since an anti-government uprising erupted 18 months ago.

“We regret that this regime continues to believe that it can proceed with its suppressive procedures to control the situation without any due regard to the high humanitarian losses,” he said. “The Security Council, which is entrusted with the responsibility of keeping PEACE and SECURITY, has failed so far to take a decision about the Syrian crisis and to stop the bloodshed therein.”

“This matter gave the Syrian regime a green light to proceed with its crimes against the Syrian people, in a race against time, to accomplish its objectives using the most advanced means of killing and destruction,” the Vice Minister added.

A new strategy that aims to achieve a peaceful transition to power and that surpasses the previous plan put forward by the former Joint envoy of the UN and the League of Arab States on the Syrian crisis, Kofi Annan, is vital, the Saudi official said, adding that the current UN-Arab League Representative, Lakhdar Brahimi, will not be able to move forward unless the Security Council provides him with the support he needs to deal with the crisis at a political and humanitarian level.

Regarding the Middle East peace process, Mr. Bin Abdulaziz told the General Assembly that his country believes the way this protracted conflict can be solved is by responding to the legitimate rights of the Palestinian people, particularly their right to establish an independent State.

The Kingdom of Saudi Arabia, which grants the Palestinian issue top priority, urges the international community represented by the United Nations to swiftly put an end to the tragedy of the Palestinian people and to provide its National Authority with all forms of support and assistance,” he said, adding that Saudi Arabia “is sparing no effort to meet all its obligations towards the peace process and towards our Palestinian brothers by the provision of various types of support and assistance.”

The Saudi official is one of scores of world leaders and other high-level officials presenting their views and comments on issues of individual national and international relevance at the Assembly’s General Debate, which ends on 1 October.

http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=43139&Cr=general+debate&Cr1=


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 02:46 (2012)    Sujet du message: LE PAPE À LORETTE : UN « PRÉLUDE MARIAL » À L'ANNÉE DE LA FOI Répondre en citant


LE PAPE À LORETTE : UN « PRÉLUDE MARIAL » À L'ANNÉE DE LA FOI

Le regard du P. Lombardi

Océane Le Gall

ROME, lundi 1er octobre 2012 (ZENIT.org) – En ce début du mois d’octobre, mois de Marie, le Benoît XVI se rendra à Lorette pour confier à la Mère de Dieu les grands rendez-vous de la rentrée 2012 : Année de la Foi, 50ème anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, synode.

Dans son éditorial hebdomadaire pour le Centre de télévision du Vatican (CTV), le P. Federico Lombardi souligne que la semaine qui s’ouvre constituera pour l’Eglise une sorte de « veillée » préparatoire à ces grands événements.

Mais elle sera aussi, dit-il, une sorte de « prélude marial », dans la mesure où Benoît XVI se rendra, jeudi prochain, 4 octobre, en pèlerinage au sanctuaire de Lorette, 50 ans après le célèbre pèlerinage accompli par Jean XXIII, une semaine avant l’ouverture solennelle du Concile Vatican II, pour confier à Marie « l’importance » de cette période (Zenit du 20 septembre 2012).

Le P. Lombardi rappelle que Benoît XVI, lorsqu’il était cardinal, s’est rendu sept fois au sanctuaire de Lorette, et qu’il s’y est déjà rendu une fois après son élection.

Ce lieu lié à « la modeste maison de Marie et de la Sainte Famille », au souvenir de l’Annonciation et du mystère de l’Incarnation, est, souligne-t-il, « l’endroit idéal pour se préparer spirituellement et symboliquement à vivre un temps fort de renouveau au sein de notre mission visant à annoncer l’Evangile au monde ».

L’Eglise est mariale en tant que peuple de Dieu en marche, ajoute le porte-parole du Saint-Siège, directeur de Radio Vatican et du Centre de télévision au Vatican.

Il rappelle que le Concile Vatican II s’est ouvert en la fête de la Maternité divine de Marie et s’est achevé en la solennité de l’Immaculée Conception ; que le dernier chapitre du document conciliaire sur l’Eglise Lumen Gentium est consacré à Marie « signe d'une espérance certaine et de consolation pour le Peuple de Dieu en pèlerinage sur la terre ».

Le P. Lombardi conclut en appelant les téléspectayteurs à « se mettre en route », comme Jean XXIII et avec Benoît XVI, pour « revivre avec humilité le mystère et la joie de l’Annonciation et de l’Incarnation du Fils de Dieu », afin que « la Mère de Jésus nous accompagne et nous encourage pendant le mois du synode et pendant cette Année de grâce. »

http://www.zenit.org/article-32024?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 3 Oct - 03:03 (2012)    Sujet du message: LA RÉPONSE AUX CRISES ACTUELLES SERA D'ORDRE « MORAL » Répondre en citant



NOUVEL ORDRE MONDIAL

LA RÉPONSE AUX CRISES ACTUELLES SERA D'ORDRE « MORAL »

Intervention de Mgr Mamberti à l'ONU

Anne Kurian

ROME, mardi 2 octobre 2012 (ZENIT.org) – Pour le Saint Siège, la réponse aux diverses crises actuelles est « morale » : « seule une communauté internationale fortement ancrée sur les valeurs authentiquement conformes à la dignité humaine pourra apporter des solutions viables aux nouveaux types de conflits », affirme-t-il.
Mgr Dominique Mamberti, secrétaire pour les relations du Saint-Siège avec les Etats, est intervenu hier, 1er octobre 2012, dans le cadre de la 67ème session de l’assemblée générale des Nations Unies à New York, dont les travaux ont pour thème central le règlement de différends à caractère international par des moyens pacifiques.

Pour une gouvernance mondiale juste et véritable

« Depuis la création de l’Organisation des Nations Unies, il y a 77 ans, s’est développé un Corpus juridique de référence quasi universelle afin de promouvoir des rapports sociaux fondés sur le droit et d’avancer vers une PAIX DURABLE », souligne Mgr Mamberti, qui y voit « une des réalisations les plus réussies des Nations Unies ».

Jusqu’à aujourd’hui, poursuit-il, « les Nations Unies, de concert avec les Organisations régionales, sont parvenues à apporter une contribution essentielle à la résolution de nombreuses situations d’urgence ».

Toutefois, déplore l’archevêque, « la réalité actuelle » présente « un système onusien comme dépourvu de la force d’unité et de persuasion que l’on pourrait légitimement en attendre, et comme le lieu où s’exercent des rapports de force, souvent, malheureusement, au profit d’intérêts stratégiques particuliers ».

Aujourd'hui en effet, la planète est la proie de divers facteurs de trouble, « dans un contexte d’interdépendance généralisée » : « la disparité entre richesse et pauvreté se révèle plus grave encore », et « l’éventualité de conflits régionaux aux conséquences imprévisibles constitue à nouveau un horizon menaçant », constate Mgr Mamberti.

Par voie de conséquence, le « recours à la criminalité, au terrorisme, à la guerre » apparaît à certains secteurs de la population mondiale comme « la manière la plus facile de sortir de la pauvreté et de devenir des protagonistes dans ce village mondial ».

Face à cette situation, « les multiples liens juridiques et économiques qui unissent les Nations ne sont pas suffisamment justes et équitables », fait observer l’archevêque, et même « ils ont fini par devenir la courroie de transmission d'une grave crise économique et financière ».

Force est de constater que « malgré l’adhésion universelle à la Charte des Nations Unies et aux traités fondamentaux », on n’est pas parvenu « à instaurer une gouvernance mondiale juste et véritable ».

La réponse est d’ordre moral

Pour le Saint-Siège, la réponse est « d'ordre moral » : elle concerne « les valeurs qui sous-tendent nécessairement toute société humaine ». La délégation du Saint-Siège, présente depuis 1964 au siège de New York, a justement pour but d’« offrir à la communauté internationale une vision transcendante de la vie et des rapports sociaux, rappelant en particulier la dignité de la personne et ses droits fondamentaux », rappelle Mgr Mamberti.

L’archevêque dénonce un « affaiblissement de la portée pratique » des principes énumérés dans la Charte des Nations Unies, citant en particulier « la préservation des générations futures du fléau de la guerre ; la pratique de la tolérance et du bon esprit de voisinage ; l’union des forces pour le maintien de la PAIX et la SÉCURITÉ ; le recours à des moyens pacifiques pour régler les différends conformément aux principes de justice et du droit international ».

Aujourd’hui, poursuit-il, « la perte de confiance dans la valeur du DIALOGUE, la tentation de favoriser a priori l’une des parties en cause dans les conflits régionaux et nationaux », prévalent sur les valeurs de la Charte de l'ONU. Il mentionne la crise du Moyen-Orient, qui exprime « l’urgence de la situation ».

Selon le Saint-Siège, « seule une communauté internationale fortement ancrée sur les valeurs authentiquement conformes à la dignité humaine pourra apporter des solutions viables aux nouveaux types de conflits engagés par des groupes transnationaux, qui diffusent une idéologie hégémonique pseudo-religieuse au mépris des droits des personnes et de la paix civile ».

En plus de ces problèmes, la crise économique actuelle menace « d’un effondrement des systèmes financiers » et suscite des « conséquences graves au niveau de la cohésion sociale », en faisant notamment « réapparaître de vieux fantasmes tels que le nationalisme exacerbé, le populisme et la xénophobie ». A cela s’ajoute « le drame de millions de personnes accablées par la faim, le manque de soins sanitaires élémentaires et la misère, ainsi que le drame des foules immenses vivant dans des conditions inhumaines, populations déplacées ou refugiées, parmi lesquels les enfants se comptent par milliers », ajoute Mgr Mamberti.

Une crise anthropologique

A la base de la difficulté à trouver des « solutions communes », estime l’archevêque, se manifeste une « crise anthropologique », c'est-à-dire une « faible conviction de la dignité suprême de toute personne, même quand elle vient d'être conçue ou quand elle se trouve dans un état végétatif ou terminal ».

Or il n’est pas possible de « garantir une coexistence pacifique et une coopération effective entre les Etats », si l’on s’en tient à une « vision anthropologique qui, sans nier en théorie l’importance de la dignité et des droits fondamentaux de la personne, relègue la dimension profonde de celle-ci et son unicité au rang de facteurs secondaires, et fait prévaloir des concepts collectifs vagues, réduisant la personne à la simple catégorie de « consommateur » ou « d’agent de production du marché » », explique-t-il.

La personne humaine, insiste Mgr Mamberti, « n'est pas un simple numéro dans la masse de la population mondiale ». Il s'agit « d'hommes et de femmes, chacun avec sa dignité et ses droits », rappelle-t-il, mettant en garde : occulter ces éléments conduit « irrémédiablement à la désintégration sociale et au conflit ».

L’archevêque soulève la nécessité de « rejeter » l'interprétation des traités sur les droits de l'homme qui ont « une vision réductrice et relativiste de l'homme, qui, usant habilement des expressions ambigües, menace le droit à la vie et tend à une déconstruction du modèle de la famille, fondée sur l’union d’un homme et d’une femme, orientée à la procréation et à l'éducation des enfants ».

Il invite en ce sens à « un effort constamment renouvelé pour revenir à la vision fondatrice » de l’ONU car « la PAIX ne pourra se faire sans une conviction partagée sur les valeurs fondamentales qui garantissent le respect de la dignité humaine ».

L’action des gouvernements et des organisations internationales doit « promouvoir un développement humain intégral », en s’appuyant sur « la dignité humaine » et la « dimension transcendante » de l’homme, déclare Mgr Mamberti par ailleurs.

A ce propos, souligne-t-il, « la religion ne saurait être conçue autrement que comme un facteur de paix et de progrès, une force vitale pour le bien de tous » car « elle conduit les hommes à dépasser tout intérêt égoïste et à consacrer leurs énergies au service des autres ».

Il condamne donc « toutes les formes de fanatisme, d’exclusivisme, tout acte de violence à l’égard du prochain » qui sont « une exploitation et une déviation de la religion » et il dénonce « une conception biaisée de la laïcité » qui conduit à « réduire le fait religieux à la sphère privée », ce qui « ne peut que miner les bases de toute coexistence pacifique, tant sur le plan national qu’international ».

http://www.zenit.org/article-32027?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 5 Oct - 20:46 (2012)    Sujet du message: « CRIMES DE HAINE » : L'ÉGLISE MOBILISÉE POUR LA PRÉVENTION Répondre en citant


« CRIMES DE HAINE » : L'ÉGLISE MOBILISÉE POUR LA PRÉVENTION

Comment ce message ne sert qu'à promouvoir la Paix islamique et le droit d'émettre notre opinion sur un sujet précis. Tout ce qui est important se trouve vers la fin de l'article. Le reste ne sert qu'à tenter de nous endormir.

3e jour de l'assemblée du CCEE, diagnostic du P. Janka

A. Bourdin

SAINT-GALL, samedi 29 septembre 2012 (ZENIT.org) – Face aux « crimes de haine », le Saint-Siège prône avant tout la prévention, explique le P. Janka : c’est la raison de son travail auprès de l’OSCE.

Le P. Ferenc Janka, prêtre catholique hongrois, est en effet le référent du Saint-Siège pour les « crimes de haine » auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). Il a en effet rencontré la presse ce samedi matin, 29 septembre, dans cadre de l’assemblée plénière du Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE) qui se tient en Suisse, à Saint-Gall (27-30 septembre).

Il a rappelé que l’OSCE rassemble 56 Etats, ce qui représente plus d’un milliard de personnes, avec un rayon d’action dans trois domaines de la sécurité : les questions politico-militaires, les questions économiques et environnementales, la sécurité humaine. C’est la plus grande organisation régionale ayant pour objectif de favoriser la PAIX et la DÉMOCRATIE.

Le Saint-Siège, en tant que membre à part entière de l’OSCE a, rappelons-le, un rôle important : l’assemblée prend en effet ses décisions à l’unanimité. La délégation du Saint-Siège est sous la houlette du chef de la diplomatie vaticane, Mgr Dominique Mamberti.

Le P. Janka est plus précisément chargé des questions concernant les « crimes de haine » : homicide, violences contre les personnes, dommages aux propriétés, aux lieux de culte, vandalisme, profanations, insultes, menaces, incitation à la haine, etc.

Une radiographie annuelle

Ultimement le but de l’Eglise est de favoriser la « prévention », résume le P. Janka. La vision de l’Eglise et des chrétiens est, dit-il, résolument positive : le « non » à la violence est « encadré » par « un plus grand « oui » au respect réciproque, à la solidarité, et à l’amour de Dieu et du prochain ».

Il insiste sur l’importance du rapport annuel qui recueille les faits, et interroge les Etats : ce travail n’est pas celui d’une « organisation non-gouvernementale » (ONG), mais bien celui d’une « organisation gouvernementale », avec une « compétence politique sérieuse » qui examine comment les droits de l’homme sont respectés ou pas.

Mais pourquoi la présence de l’Eglise ? Certains, fait observer le P. Janka, estiment qu’il est mieux de « se taire » face à la violence subie. Pour sa part, il estime que « qui se tait est solidaire des agresseurs, or ce qu’il faut, c’est être solidaire des victimes, prendre position pour elles ». C’est la première raison de la participation du Saint-Siège à cet organisme international.

Et d’autre part, il souligne la nécessité de faire un travail « objectif » qui recueille les cas avérés. C’est la deuxième raison de la présence du Saint-Siège.

Enfin, le Saint-Siège participe au troisième aspect de ce travail qui est la « sensibilisation de l’opinion publique ». En effet, précise-t-il, « la plupart des personnes ne sont pas d’accord » avec ces violences, mais « elles se taisent » et elles ont donc besoin d’être « informées ».

Les droits des croyants et des non-croyants

Cela oblige à « ne pas se taire », souligne-t-il, car « les chrétiens ont le devoir de promouvoir une société plus juste, plus pacifique ».

Il cite un passage peu connu du jugement de la Cour européenne des droits de l'homme concernant la présence des crucifix dans les salles de classes des écoles publiques en Italie : l’affaire « Lautsi ».

Le P. Janka fait observer un passage important des motivations de la sentence, à savoir en substance que « les droits des non-croyants n’ont pas plus de prix que les droits des croyants ». Il souligne que « ce principe est très important », qu’il doit être « appliqué » et pour cela, on doit « l’avoir davantage présent à l’esprit ».

Même si « l’Europe » n’est pas compétente dans ce domaine et que les Etats sont souverains, le P. Janka constate cependant que de temps en temps, des opinions minoritaires semblent « dictatoriales » - dans le sens où Benoît XVI parle de la "dictature du relativisme". En effet, il arrive qu’une certaine opinion ne cherche pas seulement à s’exprimer librement mais qu’elle cherche à « empêcher que les autres aient une opinion différente dans le domaine moral ».

« En tant que citoyen européen, proteste le représentant du Saint-Siège, je veux que mon opinion soit respectée. Dans un Etat de droit, c’est une évidence ».
Ce qui est surprenant, c’est le silence

Une question se pose : la situation s’aggrave-t-elle ? Quelle évolution constate-t-on ? Le P. Janka répond que « plus les observations sont nombreuses, mieux on voit la réalité », en particulier quant à la liberté religieuse dans l’espace public et la liberté d’opinion. Mais il faudra attendre pour avoir des résultats comparatifs de voir l’évolution de l’observation.

En France et en Ecosse, par exemple, on a plus de données et l’on constate que les « crimes de haine » sont en majorité dirigés contre les chrétiens. Or Joseph Weiler, avocat qui a défendu le crucifix, juif croyant, a fait observer, rappelle le P. Janka que ce n’est « pas étonnant que de telles choses arrivent », ce qui est surprenant c’est que « personne ne dise rien ».

Dans des cas d’antisémitisme, d’islamophobie, à juste titre, dit le représentant du Saint-Siège, les croyants prennent la parole, mais les chrétiens « doivent encore apprendre ce courage et défendre leurs droits ».

Il recommande une « collaboration » en vue d’éviter la « résignation » et pour envoyer des « signaux positifs de réponse face au mépris ».

La présence de l’islam en Europe

Il cite le point de vue de Mgr Youssef Souief, archevêque de Chypre des Maronites : selon lui la présence de l'islam en Europe « a sa place dans le plan de Dieu ». Pour les musulmans, explique-t-il en substance, la prière et leur sensibilité religieuse sont très importantes. Les moyens avec lesquels ils avancent ne sont pas ceux des chrétiens mais ils amènent à penser aux « limites de l’expression libre ».

Il y a parfois un conflit de droits : le droit à la libre expression – dans les cas des caricatures ou d’un film - et le droit au respect de la personne humaine.

Or, il fait observer que « la liberté individuelle et la solidarité » peuvent marcher de pair, sans provoquer pour autant de crise de la démocratie : « un individu peut être conduit à faire des sacrifices en vue du bien commun ».

Et plus précisément encore : « la liberté religieuse, qui touche le respect de l’autre, s’inscrit dans une question plus générale : quelle est la relation de l’individu à la société, au bien commun ? »

Pour le représentant du Saint-Siège, la question des caricatures est « symptomatique », car « la PAIX », qui est un bien commun, est « plus importante » que la liberté individuelle du caricaturiste ou du réalisateur d’un film.

http://www.zenit.org/article-32004?l=french


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Oct - 17:10 (2012)    Sujet du message: MERGING WITH ISLAM? POPE PRAYS IN ARABIC FOR FIRST TIME EVER Répondre en citant


BE ON YOUR GUARD - THE COMING BIG SEDUCTION - YEAR OF FAITH

MERGING WITH ISLAM? POPE PRAYS IN ARABIC FOR FIRST TIME EVER



THE COMING ONE WORLD RELIGION

“And the angel said unto me, Wherefore didst thou marvel? I will tell thee the mystery of the woman, and of the beast that carrieth her, which hath the seven heads and ten horns.” Revelation 17:7

AFP - Pope Benedict XVI on Wednesday pronounced a blessing in Arabic at his weekly audience in front of 20,000 pilgrims on St Peter’s Square – the first time the language has been used at such an event.
  
Students of bible prophecy have long suspected that in the last days before the start of the Great Tribulation, that there would be a merger of the Vatican with Islam. Looks like we are well on our way to seeing that becoming a reality.

“The pope prays for all Arabic speakers. May God bless you all!” the pope said in Arabic at the audience, after a bishop read out an Arabic translation of the pope’s comments praising the results of the Second Vatican Council.

The landmark Council, which began 50 years ago this week, is a “compass” for the Catholic Church “in the middle of the storms”, the pope said.

As a young reformer, the then Joseph Ratzinger took part in the Council, better known as Vatican II, which revolutionised Catholic rituals.

The Council brought together 2,250 bishops and lasted from 1962 until 1965.

The pope has always defended the 15 “constitutions” adopted by the Council despite complaints from traditionalists in the Church over several reforms.

Benedict will celebrate mass on St Peter’s Square on Thursday to launch a “Year of Faith” on the exact anniversary of the start of Vatican II. source – France 24

http://www.nowtheendbegins.com/blog/?p=11660


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Oct - 17:44 (2012)    Sujet du message: OCTOBER 20th-NOVEMBER 6th ANNUAL INTERNATIONAL PRAYER AND FASTING CAMPAIGN Répondre en citant

SPIRITUAL TRAP FOR CATHOLICS AND ECUMENICAL RELIGIONS




OCTOBER 20th-NOVEMBER 6th ANNUAL INTERNATIONAL PRAYER AND FASTING CAMPAIGN

San Francisco Rosary Crusade Oct. 13, Archbishop Cordileone to Bless Procession

"promoting the New Evangelization as declared by Pope Benedict. The October 11 date is the 95th Anniversary of the "Miracle of the Sun" at Fatima"
http://www.christiannewswire.com/news/5294070586.html

"Many people believe that America is now under God's judgment" and it's right. Peoples have put their trust in religion neither than to the words of God. They've believe in a false gospel of this false church of Christ who's responsable for what's going on around the world and who now will destroy them all. The new inquisition, under antiterrorist laws and global jihad, who's now taking place to submit all nations to the King of Rome and his evil Summerian/Babylonian gospel, and to a demon call Mary who's not the mother of Jesus. Listen this video at 9.11mtes http://www.youtube.com/watch?v=PN5ow8DAGD0&feature=player_embedded&…

The big seduction of Lucifer and the Catholic church will embrase this world under GLOBAL CULTURE OF LIFE AND PEACE.   

Prayer and Fasting Movement Gains Speed as Elections Near and Global Tensions EscalateContact: Maureen Flynn, International Prayer and Fasting, 703-707-0799, IWPFINFO@aol.com


WASHINGTON, Oct. 3, 2012 /Christian Newswire/ -- The International Week of Prayer and Fasting (IWPF), a Catholic global movement, is launching its 20th annual campaign to pray for the conversion of nations, the building of a culture of life and the promotion of PEACE throughout the world. The Coalition is asking for people to participate as individuals, families and parishes during this 18 day period (two back-to-back nine day novena prayers): the first novena is to petition God's mercy and the second novena is in thanksgiving for answered prayers.

The campaign begins with an all-day Eucharistic Prayer Vigil at the Basilica of the National Shrine of the Immaculate Conception in Washington, D.C., from 9am-4pm on Saturday, October 20th. Speakers include Dr. Richard Russell, an established international relations scholar; Vicki Thorn, founder of Project Rachel; Monsignor Charles Pope, pastor of Holy Comforter in Washington D.C.; Bishop George Nkuo, Bishop of Kumbo Cameroon, Africa; Fr. Chad Partain, founder of the St. Philomena Youth for Purity Program; and Ted Flynn, popular author and speaker.

Pope John Paul II backed IWPF when he said in a message given on October 1, 2001: "As a pledge of an abundance of Divine Blessings upon you and yours, I paternally impart to all participants of the International Week of Prayer and Fasting my most heartfelt apostolic blessing."

The coalition received support from Mother Teresa in its early days. She said, "You must do this, God wants this, prayer is the answer to the world's problems." Blessed Mother Teresa also said "I feel that the greatest destroyer of peace in the world is abortion...the fruit of abortion is nuclear war."

Coalition chairperson Maureen Flynn says, "Many news, political and religious commentators speak today about our global financial crisis, but few speak about our rapid spiritual and moral decline. Many people believe that America is now under God's judgment. In addition to the concern over whales stranded on the beach and other unfortunate animal tragedies, there should be outrage and sorrow over the daily destruction of over 4000 unborn babies in America through abortion. Since the 1973 Roe vs. Wade decision, there have been more than 50 million unborn children that have been destroyed by abortion. We must remember, Our Lord is a God of Mercy and He responds to our repentance and prayers. As individuals, as families and as nations we much pray and fast for a GLOBAL CULTURE OF LIFE and PEACE.

For information or to register for the free prayer vigil at the Basilica of the National Shrine of the Immaculate Conception, please visit our website www.iwopf.org or contact us at 1-888-478-PRAY / 703-707-0799 or email iwopfinfo@aol.com.

http://www.christiannewswire.com/news/2869220807.html


Dernière édition par maria le Jeu 11 Oct - 22:07 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Oct - 22:37 (2012)    Sujet du message: I AM THE LADY OF THE ROSARY - MIRACLE OF THE DANCING SUN - THE RISE OF THE COMMUNIST REVOLUTION - THE NEW INQUISITION Répondre en citant



I AM THE LADY OF THE ROSARY - MIRACLE OF THE DANCING SUN - THE RISE OF THE COMMUNIST REVOLUTION - THE 2012 INQUISITION


October 7th is designated feast of Our Lady of the Rosary.

43. Dear brothers and sisters! A prayer so easy and yet so rich truly deserves to be rediscovered by the Christian community. Let us do so, especially this year, as a means of confirming the direction outlined in my Apostolic Letter Novo Millennio Ineunte, from which the pastoral plans of so many particular Churches have drawn inspiration as they look to the immediate future.   
http://srhelena.blogspot.ca/2010/10/our-lady-of-rosary.html   

"For they are the spirits of devils, working miracles, which go forth unto the kings of the earth and of the whole world, to gather them to the battle of that great day of God Almighty."
Revelation 16:14

"Search the scriptures; for in them ye think ye have eternal life: and they are they which testify of me."
John 5:39

"For rebellion is as the sin of witchcraft, And stubbornness is as iniquity and idolatry. Because you have rejected the word of the Lord, He also has rejected you from being king."
1 Samuel 15:23

THE MIRACLE OF THE SUN IN FATIMA OCTOBER 13, 1917



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=rBIs8cuIwTo


THE THIRD SECRET OF FATIMA, THE IMPOSTOR SR. LUCIA, AND THE END OF THE WORLD



VIDEO : http://www.youtube.com/watch?v=ENWYRPkA7Ao&list=PLD841087C099E5B90&index=2&feature=plcp



A DOZEN PAPAL ENCYCLICALS REVEAL MARY'S TRUE ROLE IN SALVATION

The same pagans practices and abominations who have been revealed in all ages about the Queen of Heaven

MEDIA ADVISORY, Jan. 24 /Christian Newswire/ -- The Truth never changes but is revealed, through time, to a greater degree until the point at which it is fully known. Such is the role of Mary through Salvation history as revealed in twelve different Papal encyclicals that have been used with permission from Libreria Editrice Vaticana and comprise the highly acclaimed "Mary -- Ever Virgin, Full of Grace: A Study of Papal Encyclicals on Mary."

Using Pope Leo XIII's 1891 "Octobri Menseo" as a starting point and concluding with JPII's 1987 "Redemptoris Mater," best-selling Catholic author and educator Cheryl Dickow delves into Church documents to uncover Mary's true role in salvation and examines why now is a pivotal time in human history to recognize Mary as Mediatrix and as the perfect way to Christ.

Teresa Tomeo, host of Ave Maria Radio's "Catholic Connection" and EWTN's upcoming "All Things Girl" television series, endorses "Mary -- Ever Virgin, Full of Grace: A Study of Papal Encyclicals on Mary" and calls it an excellent beginning place for the novice to papal documents, while also providing enough freedom and depth of questions for those experienced with the rich writings of the Popes and highly recommends this study as a unique opportunity to delve into -- and be transformed by -- some of the greatest writings in Church history combined in one book.

To receive a free review copy of "Mary -- Ever Virgin, Full of Grace: A Study of Papal Encyclicals on Mary" write Cheryl@BezalelBooks.com. Please identify the radio, television, or print organization that you represent and provide a shipping address at that organization. Promotion includes two free copies for radio program listeners on which the book is featured.

To contact Cheryl for a radio or print interview, write her at Cheryl@BezalelBooks.com or call 248-917- 3865.
 
http://www.christiannewswire.com/news/1280812830.html


Dernière édition par maria le Mer 10 Oct - 22:48 (2012); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Mer 10 Oct - 22:43 (2012)    Sujet du message: “CONFUSION AND CHAO'S AMONG THE NATIONS” Répondre en citant

“CONFUSION AND CHAO'S AMONG THE NATIONS”

Those that know the LORD will not be put to confusion!

Psalms 71:1 ¶In thee, O LORD, do I put my trust: let me never be put to confusion.

Jeremiah 3:25 We lie down in our shame, and our confusion covereth us: for we have sinned against the LORD our God, we and our fathers, from our youth even unto this day, and have not obeyed the voice of the LORD our God.

1 Corinthians 14:33 For God is not the author of confusion, but of peace, as in all churches of the saints.

Knowing our place, in whom we believe, follow, and Obey, that is the only True God and his son Jesus Christ, the Savior of all Men.

This is our HOPE and Deliverance in these times of confusion and moral breakdown, it is he whom will be with us and keep us from the confusion that rests in the nations of men today!

http://www.warn-usa.com/watchman-network/category/warn-radio/


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Oct - 20:22 (2012)    Sujet du message: LA CMER SE DÉVELOPPERA À PARTIR DE CINQ CONCEPTS DE BASE Répondre en citant


LA CMER SE DÉVELOPPERA À PARTIR DE CINQ CONCEPTS DE BASE


L’avenir de la Communion mondiale d’Églises réformées (CMER) se fonde sur cinq concepts fondamentaux : Mission, Communion, Justice, Théologie, Engagement œcuménique.

Un plan stratégique adopté en mai dernier par le Comité exécutif trace un itinéraire pour cette organisation, jusqu’à la prochaine Assemblée générale en 2017. Cet itinéraire est centré sur ces cinq mots. Que signifient-ils pour votre communauté ecclésiale ?

Dans une série en cinq numéros, Reformed Communiqué va examiner ces concepts. Considérez cela comme un guide abrégé des plans de notre famille mondiale pour les années qui viennent. Nous espérons que vous-même et votre communauté y trouverez de l’inspiration et que vous accompagnerez la CMER dans la mise en œuvre de ces concepts !
Le premier terme : Mission

Notre conception de la mission a changé au cours des cent années qui viennent de s’écouler. Pour nos grands-parents, la mission consistait à aller convertir au christianisme des gens vivant dans des pays lointains, en y exerçant les fonctions de pasteurs, de médecins, d’infirmières, d’enseignants ou d’agronomes. Au 21ème siècle, la mission consiste toujours à passer des frontières. Mais aujourd’hui, les frontières sont celles qui séparent les humains les uns des autres. Dans ces conditions, la mission idéale consiste à partager le message d’amour et de soutien qui est dans l’Évangile, en étant respectueux, sensible, compréhensif et humble dans les rapports avec des gens appartenant à d’autres religions, à d’autres systèmes de croyance, à d’autres contextes.


Au cours des années qui viennent, la CMER fonctionnera comme catalyseur pour aider ses Églises membres à répondre aux changements survenant dans leur environnement et aux défis de notre monde. Dans cette perspective, elle recherche des instruments permettant de faire en sorte que la mission reste au cœur de sa structure et de ses programmes.

Merci de réfléchir avec d’autres personnes de votre Église, ainsi qu’avec vos partenaires œcuméniques et interreligieux, à la meilleure façon d’être des acteurs de la mission de Dieu là où vous vivez.

Que veut dire « Communion » ?

Quand des Églises s’entendent pour former ensemble une communion – comme ce fut le cas lors du lancement de la Communion mondiale d’Églises réformées en 2010 – elles indiquent vouloir être plus étroitement liées les unes aux autres que lorsqu’il s’agit d’une association ou d’un réseau. En s’engageant ainsi réciproquement, elles évoquent l’unité de la foi qui s’exprime dans le partage du pain et du vin à la table du Christ. Elles acceptent mutuellement la validité de leurs traditions respectives dans la célébration de la Cène et elles reconnaissent le caractère légitime du ministère ordonné des Églises sœurs.

Lors du lancement de la Communion mondiale d’Églises réformées (CMER) en 2010, les Églises membres ont proclamé qu’il ne saurait y avoir de COMMUNION (d’unité) sans JUSTICE, ni de JUSTICE sans COMMUNION. En même temps, elles ont reconnu que certaines questions importantes concernant la signification de la communion pour les Églises devraient faire l’objet d’une étude plus approfondie.

La question la plus importante est de savoir si des Églises peuvent présenter de pro-fondes différences en matière de doctrine tout en faisant partie de la même communion. Tels sont les enjeux que la CMER examine alors que la communion est en voie de formation et prend vie dans 108 pays du monde.

http://www.wcrc.ch//fr/node/674


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Oct - 22:26 (2012)    Sujet du message: LARGE 'STAND UP FOR RELIGIOUS FREEDOM' RALLY AND PRAYING THE ROSARY TO BE HELD ACROSS FROM THE WHITE HOUSE ON SUNDAY, SEPTEMBER 30 AS PART OF ACTSFIVE29 Répondre en citant

SPIRITUAL TRAP

LARGE 'STAND UP FOR RELIGIOUS FREEDOM' RALLY AND PRAYING THE ROSARY TO BE HELD ACROSS FROM THE WHITE HOUSE ON SUNDAY, SEPTEMBER 30 AS PART OF ACTSFIVE29

Contact: Rev. Patrick J. Mahoney, 540-538-4741

WASHINGTON, Sept. 29, 2012 /Christian Newswire/ -- A Religious Freedom Rally and Rosary Service are being held in response to President Obama's HHS Mandate which forces people of faith and conscience to violate their core beliefs and values.

The Rosary Service, which is expected to draw over 1,000 people, will be held in Lafayette Park at 12:00 P.M. and is being led by Father Frank Pavone the National Director of Priests for Life.

The Rosary service will highlight the importance of the Catholic voting bloc in the Presidential election.

The "Stand Up for Religious Freedom" Rally is part of a national event which is being held in over 105 cities across the nation to speak out against the HHS Mandate. (Go to Standupforreligiousfreedom.com)

There will also be arrests in front of the White House at 4:00 P.M. as people of faith and conscience tell President Obama they cannot comply with an immoral and unjust mandate.

Rev. Patrick J. Mahoney, Director of the Christian Defense Coalition, states:

The Speakers at the "Stand Up for Religious Freedom" Rally include:

There will also be peaceful civil disobedience and arrests in front of the White House on Saturday, September 29 at 5:00 P.M.

For more information or interviews call:
Rev. Patrick J. Mahoney at 540.538.4741


http://www.christiannewswire.com/news/5054020769.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Oct - 23:06 (2012)    Sujet du message: COMMUNION Répondre en citant



 COMMUNION OU SOUMISSION PAR LA RUSE??



COMMUNION

Comment la religion catholique va OBLIGER tous les habitants de la terre à se soumettre à son pouvoir suprême. Pour un temps, elle donnera autorité à l'autre bête d'agir en son nom. Ce que je vois selon leurs documents est que l'Islam prend maintenant le devant de la scène comme super-puissance tyrannique pour amener les nations à adorer un autre Dieu : Allah mais qu'en même temps la religion Catholique pousse de son côté pour unir toutes les nations et les différentes religions sous le culte païen du dieu soleil et du dieu lunaire par la sainte Cène (l'eucharistie) et du culte marial, doctrine supportée autant par les catholiques que les musulmans.

Le 13 octobre prochain sera l'Anniversaire du "Miracle du soleil", où les enfants de Fatima et plus de 70 000 personnes ont assisté au miracle du soleil tournoyant sur lui-même comme un disque d'argent. Une grande célébration aura lieu ce 13 octobre sous le thème "San Francisco - Croisade du Rosaire , où une messe et une grande procession auront lieu. Un grand mouvement sous le thème de "The International Week of Prayer and Fasting"  (IWPF), du mouvement Catholique doit aussi commencé, et les populations sont appelées à se réunir pour réciter le Rosaire (adresser leurs prières à Marie), qui est en fait un démon et non la mère de Jésus. Sous le couvert de l'unité mondiale et de la Paix dans le monde, on se prépare à tromper des milliers de personnes, mais faut-il en être surpris?

Un grand rassemblement sous le thème " Se lever pour la liberté de religion" "Stand Up for Religious Freedom Rally" fait aussi partie d'un événement national qui aura lieu dans plus de 105 villes des États-Unis en protestation contre le président Obama et son programme des soins de santé http://standupforreligiousfreedom.com/docs/HHSMandateFactSheet.pdf . Tout ceci est en lien direct avec "le Service du Rosaire" et qui sera dirigé par le Père Frank Pavone, directeur National des prêtres pour la vie http://www.christiannewswire.com/news/5054020769.html . Ce personnage semble être associé de près aux Chevaliers de Malte (Knight of Malta), fervent serviteur du Pape tout comme Barack Hussein Obama.

Nous pouvons donc en conclure que ce n'est qu'une autre séduction pour mobiliser les populations pour un événement qui a d'autres buts que de combattre contre ce système de démons. Nous pourrions nous attendre, par exemple à un nouveau miracle de cette "dame de Fatima", qui séduirait des milliers de personnes aux États-Unis et à travers le monde. Cette séduction pourrait bien être cet esprit d'égarement dont la Bible nous parle que recevrait tous ceux qui ne sont pas écrits dans le Livre de la Vie.

Ce qui est intéressant sont les dates mentionnées : du 20 octobre au 6 novembre. Le 6 novembre est jour d'élection aux États-Unis.

À quoi devons-nous nous attendre d'ici là? À un attentat terroriste de grande ampleur, ou à une tentative d'attentat contre le président Obama ou contre les États-Unis , "dont la blessure mortelle avait été guérie" , qui fera que les élections pourraient être annulées pour une question de Sécurité Nationale et qu'on instaurerait, à ce moment-là la Loi Martiale? Si cela va dans ce sens, Barack Hussein Obama prendrait ainsi le pouvoir mondial confirmant ainsi son pouvoir suprême (luciférien) sur toutes les nations??? (Voir Apoc. 13:3 et 13:12)
 
Le but de tout ce qui prend place nous est présenté comme pour promouvoir le début de l'Année de la foi et la Nouvelle Évangélisation "Papale" et de prier pour la conversion des nations, de bâtir une culture de vie et de promouvoir la PAIX dans le monde. Mais il n'en est rien, c'est plutôt l'inverse qui jette les bases finales pour cette tyrannie globale.

Le Pape Benoît XVI a prononcé, pour la première fois devant plus de 20 000 pélerins devant le carré St-Pierre, un message bénissant en Arabe http://www.nowtheendbegins.com/blog/?p=11660 . Tout ce qui prend place a pour but de donner les pleins pouvoirs à ce système séducteur de fausse PAIX. Le 2 octobre dernier à la 67e session des Nations Unies, le Saint Siège, via Mgr Dominique Mamberti, a clairement démontré sa volonté et la nécessité pour un Nouvel Ordre Mondial en réponse aux diverses crises actuelles « morale » : « seule une communauté internationale fortement ancrée sur les valeurs authentiquement conformes à la dignité humaine pourra apporter des solutions viables aux nouveaux types de conflits » http://www.zenit.org/article-32027?l=french . Et depuis plusieurs mois, le Vatican s'est positionné avec le Conseil Mondial des Églises pour combattre l'islamophobie. Le Saint-Siège a donc une intention claire de limiter notre droit de pensée et notre droit à l'expression. Et tout ce qui prend place va dans ce sens, nous montrant ainsi leur agenda réel, tout en nous le présentant comme seule possibilité pour garantir à l'humanité une Paix durable.

La séduction qui vient, mes amis, sera donc totale pour des milliers de personnes et on peut s'attendre à une grande séduction dans les jours qui viennent en rapport avec ce 95e anniversaire de l'apparition de Fatima .

Communion ou Soumission? "Remplie d'admiration, la terre entière suivit la bête. La CMER, cette « communion d’Eglises » est édifiée sur l’unité qui s’exprime clairement dans la Trinité, mais pas sous la Trinité de Dieu, mais de celles des démons manifesté par cette unité des chrétiens, juifs et musulmans, qui ont abandonné la Vérité pour marcher avec les esprits séducteurs des ténèbres.

Plusieurs d'entre vous seriez choqués et fâchés si vous découvririez que vos congrégations étaient contrôlés par les démons et par la sorcellerie afin de contrôler les esprits des personnes. C'est pourtant ce qui se passe dans la majorité des églises de ce grand mouvement du renouveau spirituel.


COMMUNION

Posted Mon, 03/22/2010 by admin

Le bureau Théologie et Communion
Le bureau Théologie et Communion

La CMER se qualifie elle-même, par choix délibéré, de : « communion d’Eglises ». Elle est édifiée sur l’unité qui s’exprime clairement dans la Trinité. Au cœur de l’univers se trouve un Dieu « relationnel ». C’est par cette communion que les Eglises membres de la CMER peuvent se convaincre que le monde, par la grâce de Dieu, a été réconcilié à Dieu en Jésus Christ. La Communion est le corps du Christ fondée dans la réconciliation avec Dieu et les uns avec les autres. Un signe authentique de Communion est ce sentiment d’appartenance mutuelle qui nait du fait de s’accepter les uns les autres et de partager les unes avec les autres : « Soyez bons les uns pour les autres, ayez du cœur ; pardonnez-vous mutuellement, comme Dieu vous a pardonné en Christ. »(Ephésiens 4 :32)
Fidèles à la théologie réformée, nous affirmons et nous cherchons à incarner ce que cette vision théologique nous dit sur notre place dans le monde de Dieu. Les fondements de la Théologie Réformée sont :


  • La soumission inconditionnelle de la tradition et de la doctrine à l’Écriture sainte
  • Le rattachement de l’Église particulière (dénomination) à l’Église oecuménique
  • L’intégration de l’Église particulière dans le pèlerinage du peuple de Dieu
  • L’importance permanente du premier commandement
  • La puissante revendication de Dieu sur la totalité de notre vie
  • Le caractère commun de la vie chrétienne placée sous un seul chef. »
Le bureau Théologie et Communion est responsable de :

  • Développer et promouvoir l’Identité et la théologie réformée
  • Approfondir le concept de Communion
  • Promouvoir l’Unité Chrétienne
  • Coordonner, sur le plan mondial, le développement du renouveau spirituel et cultuel (réformé)
  • Favoriser l’échange de pasteurs et de responsables laïcs
  • Comprendre ce qu’implique « être une Eglise confessante »
  • La préparation du Jubilé Réformé de 2017
  • Les dialogues interreligieux
  • L’Ecole mondiale de Théologie
Documents importants
La communion et la justice ont toujours fait partie des vocations fondamentales des Réformées, aujourd’hui plus que jamais !


Le message de Cartigny
... nous sommes un peuple en marche vers la plénitude de communion à laquelle nous sommes appelés…

Rapport de la section Identité réformée, Théologie et Communion
Se trouve ainsi conforté, chez les Chrétiens réformés du monde entier, leur désir d’unité entre les Eglises.
Rapport de la section Unité chrétienne et Engagement oecuménique
L’unité est souvent vécue et peut être vécue dans la diversité réconciliée.

http://www.wcrc.ch/fr/node/62


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Jeu 11 Oct - 23:49 (2012)    Sujet du message: RESTLESS HEART A PERFECT TOOL FOR THE NEW EVANGELIZATION DURING THE YEAR OF FAITH Répondre en citant



RESTLESS HEART A PERFECT TOOL FOR THE NEW EVANGELIZATION DURING THE YEAR OF FAITH



First-ever feature film on the life of St. Augustine of Hippo offers a stirring look at the life of one of the first Doctors of the Church -- in his own words

Contact: Tim Lilley, 678-990-9032, TLilley@MaximusMG.com; Kevin Wandra, 678-990-9032, KWandra@MaximusMG.com

SAN FRANCISCO, Oct. 11, 2012 /Christian Newswire/ -- In Porta Fidei, Pope Benedict XVI's Apostolic letter announcing the Year of Faith, the Holy Father called the New Evangelization a primary tool for the faithful to use in professing their faith throughout the world -- and film has become a primary tool for the New Evangelization.

No film can achieve this better than RESTLESS HEART: The Confessions of Augustine. The first-ever feature film on beloved St. Augustine of Hippo, the screenplay is based on Augustine's landmark book, The Confessions. The movie tells St. Augustine's life story in his own words!

But where is the connection to the Year of Faith, which begins today, and continues through Nov. 24, 2013 -- the Feast of Christ the King?

Here is what the Holy Father had to say, in part, about St. Augustine: "St. Augustine was a man driven by a tireless desire to find the truth, to find out what life is, to know how to live, to know man. And precisely because of his passion for the human being, he necessarily sought God, because it is only in the light of God that the greatness of the human being and the beauty of the adventure of being human can fully appear." Click here to read the full address this statement comes from.

Also consider these words from St. Augustine himself: "Faith is to believe what we do not see; the reward of this faith is to see what we believe." Or these: "Understanding is the reward of faith. Therefore, seek not to understand that you may believe, but believe that you may understand."
RESTLESS HEART is available now for hosted theatrical screenings across the country. Churches and other organizations are experiencing standing-room-only crowds for the film, suggesting that it can be an extremely effective tool for evangelization as the Year of Faith unfolds.
"RESTLESS HEART is amazing," Ignatius Press President Mark Brumley said. "It is one of the most moving stories of conversion and reconciliation ever brought to the big screen, and the collective response we have seen to the hosted theatrical screenings is a great indicator of its power. We are thrilled to offer this film to America."

Ignatius Press developed its unique hosted-screening program to give parishes, organizations -- even individuals -- the opportunity to bring St. Augustine to the big screen in their town, and in the venue of their choice. "We welcome this opportunity to work with parishes, organizations and individuals across the country to bring St. Augustine's life to as many people as possible," said Ignatius Press Director of Marketing Anthony Ryan. "The film truly is an outstanding tool for the Year of Faith -- to engage in the New Evangelization."

RESTLESS HEART was filmed in Europe, where the Holy Father was able to view it. "We hope that many who watch this inspiring human drama will allow themselves to be found by the Truth and in return also find Love," he said of the film.

The Holy Father also has devoted several of his weekly general audiences to St. Augustine.

Click here to visit the website of the Augustinians of the Midwest, who have provided direct links to those reflections.


Click here to get information on hosting a screening, and to see where RESTLESS HEART is professing faith through screenings.
"RESTLESS HEART draws us to appreciate the magnitude and the totality of Augustine's conversion of mind and heart," said Francis Cardinal George, Archbishop of Chicago. "It invites us to consider how the Lord, whose merciful love is active in every time and place, is drawing us to give our own minds and hearts more completely to Him."

View a trailer of the film online now at

www.RestlessHeartFilm.com. For more information or interviews, please contact Tim Lilley (678-990-9032 or email TLilley@MaximusMG.com) or Kevin Wandra (678-990-9032 or email KWandra@Maximusmg.com) of The Maximus Group.
More on St. Augustine

As noted above, the RESTLESS HEART screenplay is based on St. Augustine's The Confessions. Ignatius Press has released a new edition of the book as part of its Critical Editions series. For more information, go to

www.ignatius.com/IProducts/185742/the-confessions-saint-augustine-of-hippo.aspx.
For more titles on or including St. Augustine from Ignatius Press, go to

www.ignatius.com/Products/CategoryCenter.aspx?SearchTerm=St.+Augustine.


About the Film

RESTLESS HEART provides a historic backdrop and one of the Church's most beloved and well-known saints -- Augustine of Hippo -- as its central character to tell a familiar story -- as timely today as it was only a few generations after Jesus walked on Earth. It is the story of one who pursues fame and fortune without a moral compass -- and the changes that occur when events lead him to see the light. It also chronicles the collapse of the Roman world and how Augustine laid the intellectual foundations of what became Europe.

Filmed in Europe, this major new epic film on the life of St. Augustine is the first full-length feature movie on the story of this incredible man.

RESTLESS HEART is directed by Christian Duguay ("Joan of Arc," "Pius XII"). The $20-million project runs 127 minutes. The cast includes Allesandro Presiosi, Monica Guerritore, Johannes Brandrup, Serena Rossi and Franco Nero.

About Ignatius Press

Ignatius Press is among the largest U.S. publishers and distributors of Catholic books, magazines, videos, DVDs, and music. It is the primary English-language publisher of Pope Benedict XVI's books.


http://www.christiannewswire.com/news/7603870610.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Oct - 15:12 (2012)    Sujet du message: RUBRIQUE DOMINICALE : LE PATRIARCAT CATHOLIQUE BYZANTIN ACCUSE LE VATICAN, ET DEMANDE LA DEMISSION DE BENOÎT XVI ! Répondre en citant

 RUBRIQUE DOMINICALE : LE PATRIARCAT CATHOLIQUE BYZANTIN ACCUSE LE VATICAN, ET DEMANDE LA DEMISSION DE BENOÎT XVI !





Chers amis,

Nous sommes vendredi, à l’aube du week-end… Voici donc votre « rubrique dominicale » !

VOICI CI-DESSOUS LA LETTRE QUE LE PATRIARCAT CATHOLIQUE BYZANTIN A ENVOYEE AU SECRETARIAT D’ETAT DU VATICAN.

DANS CETTE LETTRE, LE PATRIARCAT CATHOLIQUE BYZANTIN DENONCE LE POURRISSEMENT DE L’EGLISE CATHOLIQUE ROMAINE, QU’IL IDENTIFIE A BABYLONE TE A LA GRANDE PROSTITUEE DE L’ANTECHRIST.

LE PATRIARCHE ELIJAH (ELIE), CHEF SPIRITUEL DU PATRIARCAT CATHOLIQUE BYZANTIN, ENONCE LES CRIMES DE BENOIT XVI ET DU VATICAN, DONT LA RESPONSABILITE EST EXCESSIVEMENT LOURDE, ET IL DEMANDE A BENOIT XVI D’ABANDONNER SES FONCTIONS !

LES PECHES COMMIS PAR LE VATICAN SONT TRES GRAVES PAR RAPPORT AUX ENSEIGNEMENTS DE LA BIBLE ET DES ENSEIGNEMENTS DU CHRIST. EN EFFET, IL EST RESPONSABLE DU « GENOCIDE DES NATIONS » !

LE PATRIARCHE CATHOLIQUE BYZANTIN ELIJAH CONDAMNE AUSSI DANS SON ECRIT LE SYSTEME MONDIALISTE.

Cette lettre a été rédigée le 30 août, et envoyée au Vatican. Force est de constater que CETTE MISSIVE EST RESTEE LETTRE MORTE… C’est toujours le silence radio du côté de Benoît XVI qui, évidemment, s’accroche à son poste de pape, au pouvoir et à l’argent, comme un morpion se cramponne à un poil pubien.

En conséquence, nous pouvons donc en déduire que BENOIT XVI – un ancien membre des jeunesses hitlériennes – PERSEVERE dans son erreur et, comme tous les « bons Allemands » nazis, REFUSE d’admettre ses crimes et sa responsabilité. AINSI, IL S’ENFONCE DANS SON ROLE DE FAUX PROPHETE, ET CONTINUE D’IDENTIFIER L’EGLISE CATHOLIQUE ROMAINE A LA GRANDE PROSTITUEE DE L’APOCALYPSE

Je rappelle que le patriarche Elijah (Elie) a récemment reconnu les puces implantables comme étant la marque de la bête, et a averti les gouvernements, les Eglises et les chrétiens à ce sujet (cf. http://vkpatriarhat.org.ua/en/?p=3845 ). Il est le SEUL à avoir eu l’intelligence et la sagesse de le faire jusqu’à présent ! A ce titre, il a pris au sérieux les paroles de la Bible et a joué son rôle de sentinelle du Christ et d’avertisseur, ce que l’actuel pape catholique romain, dévoyé et criminel, a été jusqu’ici incapable de faire…

J’espère que cette lettre fera réfléchir les catholiques romains encore capables de penser par eux-mêmes concernant ce qui se passe actuellement au Vatican et dans le monde.

La lettre, traduite pour vous en français, ci-dessous…

BONNE REVOLUTION… OU BON ESCLAVAGE, BONNE TYRANNIE ET BONNE MORT ! Vic.




Source:
http://vkpatriarhat.org.ua/en/?p=4140

LE VATICAN EST RESPONSABLE DU GENOCIDE DES NATIONS

Lvov (Ukraine), le 30 Août 2012

A l’attention du Secrétariat d'Etat du Vatican

La véritable Église du Christ doit être la lumière, le sel et le pilier de la vérité. Sa mission est de protéger la foi et les valeurs morales qui mènent à une vie harmonieuse sur terre et à la vie éternelle après la mort.

LE VATICAN DECHU N'EST PAS LE PILIER DE LA VERITE, CAR IL A ADOPTE L'ESPRIT DE L'HERESIE DE LA THEOLOGIE HISTORICO-CRITIQUE QUI NIE L'ESSENCE MEME DE L'ÉVANGILE. LA DECLARATION « NOSTRA AETATE » ET LE GESTE DE JEAN-PAUL II A ASSISE MONTRANT DE LA REVERENCE POUR LES DEMONS PAÏENS NIENT LE PREMIER COMMANDEMENT DU DECALOGUE. LE VATICAN A COUVERT LA PEDOPHILIE DES PRETRES DEPUIS L'AMERIQUE JUSQU’A L'IRLANDE, AN PASSANT PAR L'AUSTRALIE.

LE VATICAN A ACCEPTE L'ESPRIT DE L'ANTICHRIST. CELA A CULMINE DANS LE GESTE DE BENOIT XVI LORSQU’IL A BEATIFIE JEAN-PAUL II LE 1ER MAI 2011.

LE VATICAN APPROUVE AUJOURD'HUI LA DIABOLISATION DE L'EUROPE ET DU MONDE, PAR SON SILENCE HYPOCRITE. L'HOMOSEXUALITE DETRUIT A LA RACINE TOUTES LES VALEURS MORALES ET CHRETIENNES. LE VATICAN SE TAIT.

LE SYSTEME DE JUSTICE POUR MINEURS AINSI QUE TOUTE LA MACHINERIE CRIMINELLE, DEVASTENT LES ENFANTS. LE VATICAN SE TAIT !

AUJOURD'HUI, LA BETE DE LA MONDIALISATION ET DU GENOCIDE DECRITE DANS LE LIVRE DE L'APOCALYPSE A PRIS LE POUVOIR ET BLASPHEME CONTRE TOUT CE QUI PROVIENT DE DIEU (AP. 13:11-18 ).

CONTRE QUOI BLASPHEME-T-ELLE ?

a) Elle blasphème CONTRE LA VRAIE FOI en la mettant sur un pied d'égalité avec le culte païen des démons. Elle met ainsi la voie du salut au même niveau que la voie de la perdition.

b) Elle blasphème CONTRE L'ESPRIT DU CHRIST qui a été expulsé de l'Église officielle, et à la place duquel l'esprit de l'antichrist a été officiellement accepté (béatification d'un apostat, le 1er mai 2011).

c) Elle blasphème CONTRE LA MORALE CHRETIENNE: l'homosexualité, la transsexualité, la pédophilie ne peuvent plus être appelé un péché et une abomination (voir Catéchisme 2357-59); selon l'idéologie du genre, un homme peut se déclarer être une femme et vice versa.

d) Elle blasphème CONTRE LA VIE HUMAINE: en conformité avec la résolution 1763 du PACE, l’euthanasie a été légalisée, même dans les nations chrétiennes. IL S'AGIT D'UN SUICIDE DE MASSE ET DU CHEMIN QUI MENE VERS L'ENFER. LE VATICAN SE TAIT.

LE VATICAN EST EGALEMENT MUET CONCERNANT L’ANTI-DECALOGUE, QUI EST LE PRETENDU TRAITE DE LISBONNE.

LA BETE, TELLE UN AGNEAU, A D’ABORD COMMENCE LE GENOCIDE DANS L'ÉGLISE. PAR LE BIAIS DU SYNCRETISME ET DE L'HERESIE, ELLE A POUSSE UN ANTI-EVANGILE. PAR CONSEQUENT, LE VATICAN EST TOMBE SOUS L'ANATHEME DE DIEU selon Gal. 1:8-9. Les lois de Dieu ont été retirées et même, par conséquent, les lois naturelles, QUI SONT A PRESENT REMPLACEES PAR DES ANTI-LOIS ET PAR L'IMMORALITE. LA RESPONSABILITE DE TOUT CELA INCOMBE DONC AU VATICAN APOSTAT.

Dans le monde, la tromperie antichrétienne se déguise sous le masque des droits de l'homme, de la protection contre la discrimination, contre l'abus de drogues ou contre l'exploitation sexuelle. MAIS EN REALITE, TOUT CELA EST ENCOURAGE. Ceux qui s'appelaient eux-mêmes apôtres ne sont pas des apôtres, mais des MENTEURS.

L'esprit de mensonge a aussi, par la suite, pris le contrôle des institutions laïques qui ne représentent plus une garantie officielle de vérité et de justice. LA LOI LAÏQUE A ADOPTE LE CARACTERE DE LA TROMPERIE INTERNATIONALE, A L'EXEMPLE DU VATICAN APOSTAT.

LES NOMS DES NOUVELLES LOIS SONT POSITIFS, MAIS ILS SONT UN DEGUISEMENT POUR LES CRIMES LES PLUS GRAVES, LES CRIMES CONTRE L'HUMANITE.

PARCE QUE LE VATICAN DONNE SON CONSENTEMENT TACITE A CETTE IDEOLOGIE CRIMINELLE, LES PARLEMENTAIRES ET LES PRESIDENTS SIGNENT PROGRESSIVEMENT L’AUTO-GENOCIDE DE LEURS PROPRES NATIONS.

DANS L'EVANGILE, JESUS PARLE DE LA PEINE DE MORT POUR CEUX QUI SEDUISENT LES ENFANTS (cf. Mt 18:6). Aujourd'hui, nous sommes témoins d'une guerre mondiale intense contre les enfants, dont l'outil principal est la démoralisation, la diabolisation et le vol des enfants à leurs parents. LE VATICAN EST MUET SUR CES CRIMES CONTRE L'HUMANITE - CONTRE LES ENFANTS - ET DONC, IL LES APPROUVE.

Toutes les sphères de la vie publique sont infectées par l'idéologie antichrétienne derrière laquelle se trouve l'esprit du mensonge et de la mort (Jn 8:44).

CELUI QUI EST LE PLUS A BLAMER POUR CET AUTO-GENOCIDE DE NOTRE PLANETE EST LE VATICAN DECHU QUI A TRAHI DIEU, L'ÉGLISE DU CHRIST ET L'HUMANITE.

LE PATRIARCAT CATHOLIQUE BYZANTIN APPELLE BENOIT XVI, QUI EST SOUS L'ANATHEME DE DIEU (Gal 1:8-9), A SE REPENTIR ET A SE DEMETTRE DE SES FONCTIONS. AINSI, IL SERVIRA D'EXEMPLE A TOUS LES RESPONSABLES DE L'EGLISE QUI ONT REÇU L'ESPRIT DU MONDE ET QUI ONT A TRANSFORME LE VATICAN EN BABYLONE ET EN PROSTITUEE DE L'ANTECHRIST.

Elie,

Patriarche du Patriarcat catholique byzantin


Méthode, OSBMr
Timothée, OSBMr,

Évêques Secrétaires


Copie envoyée :

- Aux présidents des États-membres de l’Europe Centrale et aux députés européens

- Aux députés de l'Ukraine et de la Russie

- Aux sénateurs et membres du Congrès des Etats-Unis

- Aux représentants des Eglises chrétiennes

- Aux médias de masse


Revenir en haut
maria
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 739
Féminin

MessagePosté le: Ven 12 Oct - 18:51 (2012)    Sujet du message: POPE INAUGURATES THE YEAR OF FAITH AND INVITES TO REDISCOVER SECOND VATICAN COUNCIL Répondre en citant

   
 
POPE INAUGURATES THE YEAR OF FAITH AND INVITES TO REDISCOVER SECOND VATICAN COUNCIL   
 
Pope inaugurates the Year of Faith and invites to rediscover Second Vatican Council   
 
2012-10-11 17:07:55
 
October 11, 2012. (Romereports.com) Benedict XVI entered St. Peter's Square to preside over the opening Mass of the Year of Faith, with the year's official anthem playing in the background. It was also a solemn ceremony, which recalled the 50th anniversary of Vatican II and the 20th anniversary of the Catechism of the Catholic Church.

In a symbolic gesture, among those who accompanied him were 15 elderly bishops who 50 years ago participated in the Council. Along with them, were 80 cardinals, eight patriarchs of Eastern Churches, 191 Bishops of the Synod for the New Evangelization and 104 representatives of Bishop's conferences from around the world.

Greeting them, Pope Benedict solemnly inaugurated the Year of Faith.

BENEDICT XVI
“Fifty years since the opening of the Second Vatican Ecumenical Council, we begin with great joy this Year of Faith”.

During his homily, Benedict XVI explained that the Year of Faith is not a simply an anniversary but a real necessity since it can help fill the emptiness felt in society today.

BENEDICT XVI
“People of faith are needed who, with their own lives, point out the way to the Promised Land and keep hope alive”.

He recalled that those who participated in the Council were dedicated to showing the world the beauty of the faith. He asked that this ideal be recovered and not limited to just promoted an ideal. In order to achieve this, he called on them to rediscover the ideas of the council.

BENEDICT XVI
“...so that this interior thrust towards the new evangelization neither remain just an idea nor be lost in confusion, it needs to be built on a concrete and precise basis, and this basis is the documents of the Second Vatican Council”.

The Pope greeted with enthusiasm the main leader of the Anglican Communion, Rowan Williams, and the Orthodox Patriarch of Constantinople, Bartholomew I, who thanked God for the improvement in relations between Catholics and Orthodox.

Before concluding the Mass, Benedict XVI gave the messages of the Council to groups of people, including young people, artists and intellectuals.

BR
CTV
-VM
-BN

http://www.romereports.com/palio/pope-inaugurates-the-year-of-faith-and-invites-to-rediscover-second-vatican-council-english-7941.html


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:34 (2016)    Sujet du message: LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4, 552, 53, 54  >
Page 4 sur 54

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com