LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum

LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1)
...

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)
Aller à la page: <  1, 2, 333, 34, 3552, 53, 54  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 10:15 (2015)    Sujet du message: QUOTE FOR FEBRUARY 17th - ZENIT Répondre en citant

QUOTE FOR FEBRUARY 17th - ZENIT

"There are two kinds of people: those who say to God, 'Thy will be done,' and those to whom God says, 'All right, then, have it your way."
- C. S. Lewis


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 18 Fév - 10:15 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 10:22 (2015)    Sujet du message: BENEDICT XVI ATTENDS CONSISTORY IN ST.PETER'S BASILICA Répondre en citant

BENEDICT XVI ATTENDS CONSISTORY IN ST.PETER'S BASILICA

Benedict XVI walked into St. Peter's Basilica on Saturday morning to attend the Consistory. Wearing white, the 87 year old Pope Emeritus sat on the front rows surrounded by Cardinals.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=hsnM543VDHw&hd=1


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 10:32 (2015)    Sujet du message: POPE AND HIS C9 COUNCIL ADDRESS CARDINALS, REFORMS ARE CONSIDERED Répondre en citant

POPE AND HIS C9 COUNCIL ADDRESS CARDINALS, REFORMS ARE CONSIDERED 



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=WgPaERV3rVU&hd=1

2015-02-12

What reforms are being considered by the Vatican? On Thursday morning, Pope Francis opened a Consistory with roughly 125 Cardinals to discuss just that. Among the proposals is the creation of two new Vatican Congregations.

One would deal with Justice and Charity and the other with the Laity and the Family.

FR. FEDERICO LOMBARDI
Vatican Spokesperson

"Cardinals discussed the proposal of creating two new Congregations and why it would make sense- not only from an organizational standpoint, but also from a theological and spiritual point of view.”

Currently the Vatican has nine Congregations and 12 Councils. Developing new Congregations would be a way to consolidate the councils within these two new Congregations.

The reforms that are being considered are many. From full transparency in Vatican Financial Departments, to the relationship between the State Department and other Curia departments. Also on the list is the drafting of a new Constitution and the complete spiritual formation of those who work in the Curia. 

FR. FEDERICO LOMBARDI
Vatican Spokesperson

"The quality of their spirituality is key as well as the relationship between religious and the laity. Especially when we look at the connection they have with different Church dicasteries.” 

The meetings will continue on Thursday afternoon and then again on Friday. But as Fr. Lombardi explained, considering these reforms is quite complex. 

FR. FEDERICO LOMBARDI
Vatican Spokesperson

"It's not just about writing the new Constitution, we also have to consider Canon
Law and the universal laws of the Church. From here, we have to look at the different norms that establish the relationship between the Vatican Curia and different departments.”


After this round of meetings, the  Pope's advisory Council, also known as C9, will meet again in mid April to continue their work on reforms. 

KLH 
CTV
VM
-PR
Up:JRB
#Vatican


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 11:06 (2015)    Sujet du message: THE HOLY SEE AND IRAN : A COMMON FRONT IN DEFENDING TRADITIONAL VALUES Répondre en citant

THE HOLY SEE AND IRAN : A COMMON FRONT IN DEFENDING TRADITIONAL VALUES

Pope Receives Iranian Vice-President and Delegation of Women to the Vatican

Rome, February 13, 2015 (Zenit.org) Federico Cenci 


The two directives, on which the conversation unfolded yesterday in the Vatican between Iranian Vice-President Shahindokht Molaverdi and Pope Francis, were the “defense of the traditional values of the family” and the promotion of women’s role in society and in international politics.

Teheran’s representative, a jurist responsible for the Women's Affairs and the Family in her government, was accompanied at the meeting by a delegation solely comprised of women, an event that has never occurred before in the history of their bilateral relations. At the end of the visit to the Pontiff, Molaverdi held a press conference, together with Archbishop Vincenzo Paglia, President of the Pontifical Council for the Family (who invited the Iranian Vice-President to the Vatican), where they described the conversations as “very profitable.”

One of the subjects on which the Holy See and the Islamic Republic of Iran assume a common position, is that regarding the anthropological question. Archbishop Paglia spoke of a “common commitment” against artificial methods of procreation, such as surrogacy, and against ideologies that weaken the masculine and feminine identity.

The “throwaway culture” often mentioned by Pope Francis is another subject on which their common attention was focused on. From this point, they objected to the scourge of abortion, which every year kills an estimated 44 million unborn babies in the world. “To walk together is more effective than to go alone. The defense of the family is a global challenge,” said the Iranian Vice-President.

From a global standpoint, Molaverdi then went on to analyze the local reality. In regard to the role of women in politics and society, she explained that, in Iran, “great steps forward were taken by the Revolution of 1979, but the road ahead is still long.” The Iranian Vice-President stressed that, in the field of education, equality is complete, given that 60% of the university population is made up of women. However, she also noted that in other sectors, such as politics, equality still has a way to go.

In this connection, she said that the question "is very present in the current government,” so much so that a law is already in force to increase the presence of women in the professional field, and that thought is being given to implement a similar norm – a sort of “rose quota” to increase the number of deputies in the Iranian Parliament. In any case, today there are five women governors in as many Iranian regions. Molaverdi said that the “Pontiff is convinced that if there were more women in decision-making centers, we would live in a world with fewer tensions and fewer crisis.”

Tensions and crises, especially those due to extremism, were another argument at the center of the conversations. There was talk of Boko Haram in Nigeria and of ISIS in the Middle East, for instance, and the need was stressed of collaboration between Iran and the Holy See to stem “abuses to women and children” and “violence in the name of religion.” The Pope described killing in the name of a faith as "unacceptable", and he also affirmed that one cannot provoke another’s religious sensibility.

Regarding the Holy Father, the Iranian Vice-President mentioned his “role, will and ability” to “bring peoples together, to promote dialogue and thus bring Governments closer.” She cited his crucial role in the normalization of diplomatic relations between the United States and Cuba. When asked whether the Holy Father could take on a similar role in relations between Washington, D.C. and Tehran, she replied: “Personally, I am optimistic about the prospects of relations between the United States and Iran,” replied the Vice-President. “Therefore, let’s not disturb the Pope ...

Finally, Molaverdi also talked about the nuclear issue, perhaps the greatest thorn in diplomatic relations between the United States and Iran. She stressed that the theory of an agreement is possible only when “the unjust and inhuman sanctions against Iran are lifted.”

(February 13, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/the-holy-see-and-iran-a-common-front-in-de…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 18 Fév - 11:15 (2015)    Sujet du message: POPE NAMES NEW PERMANENT OBSERVER OF HOLY SEE TO UN AGENCIES Répondre en citant

POPE NAMES NEW PERMANENT OBSERVER OF HOLY SEE TO UN AGENCIES

Yeah, observer... camouflage.

Spanish Priest Msgr. Fernando Chica Arellano Has Served in Diplomatic Corp Since 2002

Vatican City, February 12, 2015 (Zenit.org) Deborah Castellano Lubov 

This morning, Pope Francis appointed Msgr. Fernando Chica Arellano as Permanent Observer of the Holy See to the United Nations Food and Agricultural Organizations, including the F.A.O., I.F.A.D., and W.F.P. The Holy See made the announcement following this morning's consistory.

Born in Mengíbar, Spain on June 24, 1963, Fernando Chica Arellano, would go on to hold a degree in theology and was ordained a priest on April 19, 1987.

Having entered the diplomatic service of the Holy See on July 1, 2002, he worked in the Apostolic Nunciature in Colombia, in the Papal Representation at the UN to Geneva and in the Section for General Affairs of the Secretariat of State.

Monsignor Arellano speaks Italian, French and English.

(February 12, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/pope-names-new-permanent-observer-of-holy-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 21 Fév - 07:40 (2015)    Sujet du message: SUNDAY LAWS ARE COMING Répondre en citant

SUNDAY LAWS ARE COMING



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=UrygMFzh8L4

First off, if you want to read TONS MORE articles, go here:
http://www.remnantofgod.org/sabatak.htm

March 8, 2012:
http://www.osservatoreromano.va/porta...

March 9, 2012:
http://www.eubusiness.com/news-eu/ita...

March 12, 2012:
http://www.thenews.pl/1/12/Artykul/92...

April 24, 2012:
http://www.foxnews.com/opinion/2012/0...

May 1, 2012:
http://www.stornowaygazette.co.uk/new...

May 3, 2012:
http://www.brooklynpaper.com/stories/...

May 16, 2012:
http://www.catholicnews.com/data/stor...

June 6, 2012:
http://www.catholicsun.org/2012/06/06...https://www.youtube.com/watch?v=UrygMFzh8L4


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 22 Fév - 04:13 (2015)    Sujet du message: ANGELA MERKEL EVOQUE L'UKRAINE AU VATICAN AVEC LE PAPE FRANCOIS Répondre en citant

ANGELA MERKEL EVOQUE L'UKRAINE AU VATICAN AVEC LE PAPE FRANCOIS

Cité du Vatican - La chancelière allemande Angela Merkel a rencontré samedi, au Vatican, le pape François avec qui elle s'est notamment entretenue de l'Ukraine, a indiqué un communiqué du Saint-Siège.

Lors de cet entretien à caractère privé, Angela Merkel et Jorge Bergoglio ont tenu à souligner la nécessité de parvenir à une solution pacifique du conflit ukrainien, précise ce communiqué, venu compléter une première déclaration du Vatican.

Mme Merkel s'est également rendue samedi au siège de la communauté catholique Sant'Egidio pour y

rencontrer son fondateur Andrea Riccardi.

Sant'Egidio, communauté très active sur le plan international, a des liens avec les Eglises orthodoxes dont les responsables se rendent à ses
rencontres annuelles. Elle a joué un rôle de médiateur dans les Balkans, sur le Kosovo.

Interrogé sur une demande de médiation en Ukraine qu'aurait pu formulée Mme Merkel, M. Riccardi a indiqué que la

situation dans ce pays avait bien été un des principaux sujets de son entretien avec la chancelière allemande.

Sant Egidio est un lieu de paix et Mme Merkel travaille pour la paix, a-t-il souligné, interrogé sur les télévions
italiennes. Nous sommes amis de la Russie et de l'Ukraine. La situation est très difficile, mais nous pouvons pas laisser s'imposer la guerre, a-t-il ajouté.

Surnommée l'ONU du trastevere, le nom du quartier de Rome où elle a son siège, cette communauté mène des médiations discrètes grâce à son carnet d'adresses très fourni. Elle est soutenue par le Saint-Siège, bien que celui-ci affirme qu'elle est totalement indépendante de lui.

Cette communauté
avait organisé une rencontre interreligieuse à Munich en Allemagne où s'était déjà rendue Mme Merkel. Celle-ci, fille de pasteur protestant, avait évoqué il y a une semaine sa foi chrétienne, jugeant que celle-ci tenait une place importante dans sa vie.

En prévision du sommet du G7 qui se tiendra cette année en Bavière, le pape et la chancelière allemande ont aussi abordé certains thèmes à caractère international, plus particulièrement liés à la lutte contre la pauvreté et la faim, à l'exploitation des personnes et au droit des femmes, mais aussi à la santé et au respect de l'environnement, selon le communiqué du Vatican.

La chancelière allemande était accompagnée d'une délégation d'une quinzaine de personnes, comprenant entre autres son porte-parole Steffen Seibert et son conseiller pour les Affaires européennes, Nikolaus Meyer-Landrut, selon le Vatican.

La chancelière, arrivée à Rome vendredi soir, a effectué dès son arrivée une visite surprise à la chapelle Sixtine et au musée du Vatican, selon cette même source.

Elle a également rencontré samedi le secrétaire d'Etat, Mgr Pietro Parolin, chargé

des Affaires étrangères au Vatican.

La chancelière allemande et le pape François s'étaient déjà rencontrés à deux reprises, en mars et en mai 2013.

(©AFP / 21 février 2015 14h27)

http://www.romandie.com/news/Angela-Merkel-evoque-lUkraine-au-Vatican-avec-…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Dim 22 Fév - 07:07 (2015)    Sujet du message: RELIGIOUS LEADERS CALL FOR ACTION, PRAYER FEB. 22 FOR 21 COPTIC CHRISTIANS BEHEADED BY ISIS Répondre en citant

RELIGIOUS LEADERS CALL FOR ACTION, PRAYER FEB. 22 FOR 21 COPTIC CHRISTIANS BEHEADED BY ISIS

Why christians will associate themselves into a death cult who's unbliblical? These religious leaders are one in this ecumenical one world religion. On one side they're secretly working for the destruction of christianity and the other side, they continue to fool the shepples. Move out of this Babylon before it's to late. This unity is diabolique. See how they use the murder of 21 men to influence your emotions and use them to try to unite all of us under a false global Peace. If you want to pray, pray for the salvation of the communtity that they will open their mind and their eyes and to see the glory of the Messiah.


Rev. Samuel Rodriguez, Dr. Russell Moore, Gabe Lyons, Mark Burnett & Roma Downey Lead Multi-confessional Effort

Contact: Kristin Cole, A. Larry Ross Communications, 972-267-1111, kristin@alarryross.com

SACRAMENTO, Calif., Feb. 20, 2015 /Christian Newswire/ -- Religious leaders from around the nation are calling upon all Christians to allocate a minute of silence on Sunday, February 22, followed by a prayer reflecting upon the memory and for the grieving families of the 21 Egyptian Coptic Christians murdered by the hands of ISIS terrorists.

A variety of denominational and cultural faith leaders have joined in the efforts, including: 

  • Rev. Samuel Rodriguez, President of The National Hispanic Christian Leadership Conference (NHCLC)/Conela;
     
  • Dr. Russell Moore, President of The Ethics & Religious Liberty Commission (ERLC);
     
  • Mark Burnett and Roma Downey, Award-Winning Television Producers;
     
  • Gabe Lyons, Founder of Q Ideas;
     
  • James Robison, Founder of LIFE Outreach International;
     
  • Johnnie Moore, Speaker, Commentator and Author of "Defying ISIS;"
     
  • Mathew D. Staver, Esq., Founder and Chairman of Liberty Counsel; Dr. Mark Williams, General Overseer of The Church of God;
     
  • Dr. Doug Beacham, General Superintendent of The International Pentecostal Holiness Church;
     
  • Dr. Glenn Burris, President of The Foursquare Church; and others.
"The Christian faith is the place where conviction marries compassion and truth joins hands with love," said NHCLC/Conela President Rev. Samuel Rodriguez, who serves as a representative voice for the more than 100 million Hispanic Evangelicals throughout the world.
 
"We stand convicted and convinced that terror and intolerance cannot, and will not, extinguish the light of God's grace, truth and love," Rodriguez continued. "We hope leaders around the world will join us in honoring those who have lost their lives, praying for those suffering, and repudiating all acts of terror."
 
A short video available to be played in worship services and gatherings prior to Sunday's minute of silence is available for download in both English and Spanish at 21martyrs.com.
 
"Persecution of Christians wakes a slumbering Church," said Q Ideas President Gabe Lyons. "This call to remembrance and prayer reminds us that the blood of the martyrs has always been the seed for a revived Church. May we remain sober-minded and fall to our knees in prayer for God to stir our hearts to obedience."
 
Additionally, these leaders are urging President Barack Obama and the United States Congress to do more to specifically address the persecution of Christians by ISIS, Islamic totalitarianism and regimes in the Middle East; and call upon the United Nations to convene a summit on Christian persecution around the world.
 
"In a time when the world is on fire with the threat of Islamic jihadist extremism and religious persecution, the church must be the people who know how to engage our neighbors with the gospel that reconcile," said ERLC President Dr. Russell Moore. "At the same time, our government must do its duty, and Christians are right to pray for swift action against this terror. We stand in solidarity with our persecuted brothers and sisters, as the people of the cross."
 
For more information, visit 21martyrs.com.

http://www.christiannewswire.com/news/8640475586.html


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Fév - 08:07 (2015)    Sujet du message: INTERVENTION DE MGR DAL TOSO DEVANT LE CONSEIL D'ADMINISTRATION Répondre en citant

INTERVENTION DE MGR DAL TOSO DEVANT LE CONSEIL D'ADMINISTRATION

 
Rome, 19 février 2015 (Zenit.org) Anne Kurian


Le Saint-Siège encourage les membres de la « Fondation Jean-Paul II pour le Sahel » à être « porteurs de paix dans la région » grâce à « la charité qui ouvre et permet un dialogue interreligieux ».

Mgr Giampietro Dal Toso, secrétaire du Conseil pontifical « Cor Unum », est intervenu le 17 février 2015 à Dakar, au Sénégal, lors de l’ouverture de la session annuelle du Conseil d’administration de la Fondation. L'édition italienne de L'Osservatore Romano du 18 février rapporte des extraits de son intervention.

Le secrétaire du dicastère a rappelé l'importance « d’être de vrais témoins de la charité du pape » dans la région du Sahel et a également appelé « à jouer un rôle de plus en plus important » pour la « pacification », grâce à « cette charité qui ouvre et permet un dialogue interreligieux ».
En effet, a-t-il fait observer, « si une cohabitation pacifique entre les différentes religions était encore possible il y a quelques années, la montée des fondamentalismes génère aujourd’hui une tension, une peur et une méfiance parmi les populations ».

Pour le Saint-Siège, « la Fondation a, sur ce plan, un rôle important à jouer grâce à l’aide concrète qu’elle fournit sans distinction de race ou de religion. Cette charité est la carte de visite du Saint-Père et de l’Église et elle est porteuse de paix et de communion ».

Il s'agit donc d’être « porteurs de paix dans la région » tout en étant « un instrument caritatif ecclésial et pontifical efficace dans la lutte contre la sécheresse et au service de la population souffrante du Sahel ».

« Le secrétariat général est appelé à devenir de plus un plus non seulement un lieu de recueil de documents mais aussi de partage des expériences de soutien des différents diocèses du Sahel, de leurs projets pour la promotion humaine et pour la protection de l’environnement », a poursuivi Mgr Dal Toso.

Quant aux responsables des projets, « il est important qu’ils appartiennent à l’Église, ou qu’ils aient un lien avec l’Église, de sorte que soit préservée l’identité catholique de l’action caritative de la Fondation ».

En recevant les membres de la Fondation le 10 février 2012, le pape Benoît XVI les avait encouragés à « se renouveler » : « Pour être effectif, ce renouvellement devra commencer par la prière et la conversion personnelle », avait-il souligné.

La Fondation, confiée au Conseil pontifical Cor Unum, a été érigée par Jean-Paul II le 22 février 1984, à la suite de son appel lancé le 10 mai 1980 à Ouagadougou au Burkina Faso : « La solidarité dans la justice et la charité ne doit connaître ni frontières ni limites... ».

Elle a pour objectif de lutter contre la sécheresse, la désertification et le secours aux victimes de la sécheresse au Burkina Faso, Cap Vert, Tchad, Gambie, Guinée-Bissau, Mali, Mauritanie, Niger et Sénégal.

Avec une traduction de Constance Roques

(19 février 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/fondation-jean-paul-ii-pour-le-sahel-une-c…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Fév - 08:14 (2015)    Sujet du message: ALLEMAGNE : LA CHANCELIERE ANGELA MERKEL RECUE PAR LE PAPE Répondre en citant

ALLEMAGNE : LA CHANCELIERE ANGELA MERKEL RECUE PAR LE PAPE

Lutte contre la pauvreté et la faim

Rome, 23 février 2015 (Zenit.org) Anne Kurian 


Le pape François a reçu Mme Angela Merkel, chancelière de la République fédérale d'Allemagne, samedi dernier, 21 février 2015, durant une quarantaine de minutes. Mme Merkel a également rencontré le cardinal secrétaire d’État Pietro Parolin et Mgr Paul Richard Gallagher, secrétaire pour les rapports avec les États.

Les échanges « cordiaux » avaient pour toile de fond le prochain Sommet du G7, qui aura lieu près de Munich en Bavière, les 7 et 8 juin 2015.

« Une attention spéciale a été accordée à certaines questions de caractère international, avec une référence particulière à la lutte contre la pauvreté et la faim ; l'exploitation des êtres humains et les droits de la femme ; les défis de la santé globale et la protection de la création », rapporte un communiqué du Saint-Siège.

Les thèmes « des droits humains et de la liberté religieuse dans certaines parties du monde » ont également été évoqués, ainsi que « l’importance des valeurs spirituelles pour la cohésion sociale ».

Enfin, la situation en Europe, en particulier « l'engagement pour trouver une solution pacifique au conflit en Ukraine », a été abordée.

Selon le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, la chancelière a fait un don pour les enfants réfugiés du Moyen-Orient et a offert au pape des CD du compositeur allemand Jean-Sébastien Bach. Le pape lui a donné une médaille de saint Martin remettant son manteau à un pauvre et un exemplaire de l'exhortation apostolique Evangelii gaudium en allemand.

Il s'agissait de leur troisième rencontre, après un bref salut lors de l'inauguration du pontificat le 19 mars 2013 et l'audience privée du 18 mai 2013, durant laquelle avaient été soulignées les valeurs et la responsabilité de l’Europe dans le monde.

(23 février 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/allemagne-la-chanceliere-angela-merkel-rec…



Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 24 Fév - 08:44 (2015)    Sujet du message: ACCORDS DE LATRAN ENTRE LE SAINT-SIEGE ET LE ROYAUME D'ITALIE DU 11 FEVRIER 1929 Répondre en citant

ACCORDS DE LATRAN

ENTRE LE SAINT-SIEGE ET LE ROYAUME D'ITALIE DU 11 FEVRIER 1929




 
Citation:

Les accords du Latran portent le titre officiel de Traité entre le Saint-Siège et l'Italie. Ils furent signés au palais du Latran, le 11 février 1929, entre l'État italien, représenté par Benito Mussolini, et le Saint-Siège, représenté par le cardinal Gasparri, secrétaire d'État du pape Pie XI. Les accords comprennent trois conventions distinctes : un traité politique qui réglait la «question romaine»; une convention financière (quatre milliards de lires) qui dédommageait le Saint-Siège; et un concordat qui statuait sur la position de l'Église en Italie (le catholicisme devenait la religion officielle de l'État italien). Le pape perdait ses anciens États pontificaux et acceptait de n'être plus souverain temporel que sur l'État de la Cité du Vatican formé de 44 hectares, soit le plus petit État du monde. La nouvelle République italienne de 1946 a reconnu les accords de Latran, mais n'a plus accepté plus les lois catholiques, car l'Italie instaurait la séparation de l'Église et de l'État.   

  
Citation:


Au nom de la Très Sainte Trinité,

Attendu :
Que le Saint-Siège et l'Italie ont reconnu qu'il convenait d'écarter toute cause de différend existant entre eux et d'arriver à un règlement définitif de leurs rapports réciproques qui soit conforme à la justice et à la dignité des deux Hautes Parties, et qui, en assurant au Saint-Siège, d'une manière stable, une situation de fait et de droit qui lui garantisse l'indépendance absolue pour l'accomplissement de sa haute mission dans le monde, permette à ce même Saint-Siège de reconnaître résolue d'une façon définitive et irrévocable la « Question romaine », née en 1870 de l'annexion de Rome au royaume d'Italie sous la dynastie de la Maison de Savoie ;
Qu'il faut, pour assurer au Saint-Siège l'indépendance absolue et visible, lui garantir une souveraineté indiscutable même dans le domaine international, et que, par suite, est apparue la nécessité de constituer avec des modalités particulières, la Cité du Vatican, en reconnaissant au Saint-Siège, sur ce territoire, pleine propriété, pouvoir exclusif et absolu et juridiction souveraine ;
Sa Sainteté le Souverain Pontife Pie XI et Sa Majesté Victor-Emmanuel II, roi d'Italie, ont résolu de stipuler un traité, nommant à cet effet deux plénipotentiaires, c'est-à-dire, Sa Sainteté, Son Éminence Révérendissime le cardinal Pierre Gasparri, son secrétaire d'État, et pour Sa Majesté, Son Excellence le chevalier Benito Mussolini, premier ministre et chef du Gouvernement ; lesquels, ayant échangé leurs pleins pouvoirs respectifs et les ayant trouvés en bonne et due forme, ont convenu des articles suivants :
Article premier
L'Italie reconnaît et réaffirme le principe consacré dans l'article premier du statut du royaume en date du 4 mars 1848, en vertu duquel la religion catholique, apostolique et romaine, est la seule religion de l'État.
Article 2
L'Italie reconnaît la souveraineté du Saint-Siège dans le domaine international comme un attribut inhérent à sa nature, en conformité avec sa tradition et avec les exigences de sa mission dans le monde.
Article 3
L'Italie reconnaît au Saint-Siège la pleine propriété, le pouvoir exclusif et absolu de la juridiction souveraine sur le Vatican, comme il est actuellement constitué avec toutes ses dépendances et dotations, créant de la sorte la Cité du Vatican pour les fins spéciales et avec les modalités que contient le présent traité. Les limites de la dite Cité sont indiquées sur le plan qui constitue l'annexe I du dit traité, dont il fait partie intégrante. Il reste par ailleurs entendu que la place Saint-Pierre, tout en faisant partie de la Cité du Vatican continuera à être normalement ouverte au public et soumise aux pouvoirs de la police des autorités italiennes ; celles-ci s'arrêteront au pied de l'escalier de la basilique, bien qu'elle continue à être destinée au culte public, et elles s'abstiendront par conséquent de monter et d'accéder à cette basilique, sauf le cas où elles seraient invitées à intervenir par l'autorité compétente.
Au cas où le Saint-Siège, en vue de cérémonies particulières, jugerait bon de soustraire temporairement la place Saint-Pierre au libre passage du public, les autorités italiennes, à moins d'être invitées à rester par l'autorité compétente, se retireront au delà des lignes extérieures et de la colonnade du Bernin et de leur prolongement.

Article 4
La souveraineté et la juridiction exclusive que l'Italie reconnaît au Saint-Siège sur la Cité du Vatican implique cette conséquence qu'aucune ingérence de la part du Gouvernement italien ne pourra s'y manifester, et qu'il n'y aura pas là d'autre autorité que celle du Saint-Siège.
Article 5
Pour l'exécution de tout ce qui est établi dans l'article précédent, avant l'entrée en vigueur du présent traité, le territoire constituant la Cité du Vatican devra être, par les soins du Gouvernement italien, rendu libre de toute servitude et de ses occupants éventuels. Le Saint-Siège veillera à en fermer l'accès, en entourant d'une enceinte les parties ouvertes, sauf la place Saint-Pierre.
Il reste en outre convenu qu'en ce qui concerne les immeubles y existant appartenant à des instituts ou entités religieux, le Saint-Siège pourvoira directement à régler ses rapports avec eux, I'État italien s'en désintéressant.

Article 6
L'Italie pourvoira, par les accords nécessaires avec les organismes intéressés, à ce que la Cité du Vatican soit assurée, en propriété, d'une dotation adéquate d'eau.
Elle pourvoira, en outre, à la mettre en communication avec les voies ferrées de l'État, moyennant la construction d'une gare de chemin de fer dans la Cité du Vatican, à l'emplacement indiqué sur le plan mentionné ci-dessus (Annexe I) et moyennant la circulation des wagons propres au Vatican sur les chemins de fer italiens.
Elle pourvoira, par ailleurs, à relier directement avec les autres États, les services télégraphiques, téléphoniques, radio-télégraphiques, radio-téléphoniques et postaux de la Cité du Vatican.
Elle pourvoira enfin aussi à la liaison avec les autres services publics.
À tous les services ci-dessus, il sera pourvu aux frais de l'État italien, et dans le délai d'un an à partir de l'entrée en vigueur du présent traité.
Le Saint-Siège pourvoira, à ses frais, à aménager les accès du Vatican déjà existants, et les autres qu'il jugerait bon d'ouvrir dans la suite.
Des accords seront pris entre le Saint-Siège et l'État italien pour la circulation, sur le territoire de ce dernier, des véhicules terrestres et des aéroplanes de la Cité du Vatican.
Article 7
Dans le territoire entourant la Cité du Vatican, le Gouvernement italien s'engage à ne pas permettre de nouvelles constructions qui donneraient vue sur l'intérieur, et à procéder, dans ce but, à la démolition partielle de celles déjà existantes à la porte Cavalleggeri, le long de la Via Aurélia et du Viale Vaticano.
En conformité avec les règles du droit international, il est défendu aux aéroplanes, de quelque espèce qu'ils soient, de survoler le territoire du Vatican.
Sur la place Rusticucci et dans les parties adjacentes à la colonnade où ne s'étend pas l'exterritorialité dont parle l'article 15, tout changement par mesure d'urbanité ou de viabilité qui pourrait intéresser la Cité du Vatican se fera de commun accord.
Article 8
L'Italie, considérant comme sacrée et inviolable la personne du Souverain Pontife, déclare punissable l'attentat contre Elle et la provocation à l'attentat, sous menace des mêmes peines établies pour attentat ou provocation à l'attentat contre la personne du roi.
Les offenses et injures publiques commises sur le territoire italien contre la personne du Souverain Pontife, par discours, par actes ou par écrits, sont punies comme les offenses et les injures à la personne du Roi.
Article 9
En conformité avec les règles du droit international, sont assujetties à la souveraineté du Saint-Siège toutes les personnes ayant une résidence stable dans la Cité du Vatican.  Cette résidence ne se perd pas par le simple fait d'une demeure temporaire ailleurs, si ce fait n'est pas accompagné de la perte du domicile dans la Cité elle-même ou d'autres circonstances prouvant l'abandon dudit domicile.
En cessant d'être soumises à la souveraineté du Saint-Siège, les personnes mentionnées au paragraphe précédent, et qui, d'après les termes de la loi italienne, indépendamment des circonstances de fait prévues plus haut, et qui ne seraient pas à considérer comme possédant une autre citoyenneté, seront en Italie considérées sans autre formalité comme citoyens italiens.
À ces mêmes personnes, tant qu'elles sont assujetties à la souveraineté du Saint-Siège, seront applicables sur le territoire du royaume d'Italie, même dans les questions où doit être observée la loi personnelle (quand elles ne sont pas réglées par des normes émanant du Saint-Siège) les dispositions de la législation italienne, et, s'il s'agit d'une personne qu'il faille considérer comme possédant une autre citoyenneté, les lois de l'État auquel elle appartient.
Article 10
Les dignitaires de l'Église et les personnes appartenant à la cour pontificale, qui seront indiquées dans un tableau au sujet duquel des Hautes Parties contractantes se mettront d'accord, même quand ils ne seraient pas citoyens du Vatican, sont toujours, et en tous cas, par rapport à l'Italie, dispensés du service militaire, du jury et de toute prestation de caractère personnel.
Cette disposition s'applique aussi aux fonctionnaires de carrière déclarés par le Saint-Siège indispensables, attachés d'une manière stable et avec un traitement fixe au service du Saint-Siège, ainsi qu'aux dicastères et aux offices indiqués ci-après dans les articles 13, 14, 15 et 16 qui existent hors la Cité du Vatican. Ces fonctionnaires seront indiqués sur un autre tableau à établir d'un commun accord comme plus haut, et qui sera chaque année mis à jour par le Saint-Siège.
Les ecclésiastiques qui, en raison de leur office, participent hors la Cité du Vatican à l'exécution des actes du Saint-Siège, ne peuvent, à raison de leur charge, être l'objet d'aucun empêchement, d'aucune enquête ou d'aucune molestation de la part des autorités italiennes.
Toute personne étrangère investie d'une charge ecclésiastique à Rome jouit des garanties personnelles accordées aux citoyens italiens en vertu des lois du royaume.
Article 11
Les organismes centraux de l'Église catholique sont affranchis de toute ingérence de la part de l'État italien (étant réservées les dispositions des lois italiennes concernant les acquisitions des personnes morales), ainsi que de la conversion pour ce qui concerne les biens immobiliers.
Article 12
L'Italie reconnaît au Saint-Siège le droit de légation actif et passif, selon les règles générales du droit international.
Les envoyés des gouvernements étrangers près le Saint-Siège continuent à jouir dans le royaume de toutes les prérogatives et immunités qui concernent les agents diplomatiques selon le droit international, et leurs résidences pourront continuer à rester sur le territoire italien ; ils jouiront des immunités qui leur sont dues d'après le droit international, même si leurs États n'ont pas de rapports diplomatiques avec l'Italie.

Il reste entendu que l'Italie s'engage à laisser toujours libre, et dans tous les cas, la correspondance entre tous les États, y compris les belligérants, et le Saint-Siège, et vice-versa, ainsi que le libre accès des évêques de tout l'univers auprès du Siège apostolique.
Les Hautes Parties contractantes s'engagent à établir entre elles des relations diplomatiques normales, en accréditant un ambassadeur italien près le Saint-Siège, et un nonce pontifical près l'Italie, lequel sera le doyen du corps diplomatique, aux termes du droit coutumier reconnu par le Congrès de Vienne dans l'acte du 9 juin 1815.
Par un effet de la reconnaissance de souveraineté et sans préjudice de ce qui est fixé à l'article 19 ci-après, les agents diplomatiques du Saint-Siège et les courriers employés au nom du Souverain Pontife jouissent sur le territoire italien, même en temps de guerre, du même traitement que celui dû aux agents diplomatiques et aux courriers de cabinets des autres gouvernements étrangers, selon les règles du droit international.
Article 13
L'Italie reconnaît au Saint-Siège la pleine propriété des basiliques patriarcales de Saint-Jean de Latran, de Sainte-Marie Majeure et de Saint-Paul, avec les bâtiments annexes (Annexe II, 1, 2, 3).
L'État transfère au Saint-Siège la libre gestion et l'administration de la dite basilique de Saint-Paul et du monastère attenant, versant par ailleurs au Saint-Siège les capitaux correspondant aux sommes fixées annuellement dans le budget du ministère de l'instruction publique pour la dite basilique.
Il reste pareillement entendu que le Saint-Siège a la libre propriété du bâtiment dépendant de Saint-Calliste, près de Sainte-Marie-du-Transtevère (Annexe II, 9).
Article 14
L'Italie reconnaît au Saint-Siège la pleine propriété du palais pontifical de Castel-Gondolfo, avec toutes les dotations, attenances et dépendances (Annexe II, 4) telles qu'elles se trouvent déjà maintenant en possession de ce même Saint-Siège, en même temps qu'elle s'oblige à céder, également en pleine propriété, en en effectuant la remise dans les six mois à partir de l'entrée en vigueur du présent arrêté, la villa Barberini à Castel-Gandolfo, avec toutes les dotations, attenances et dépendances (Annexe II, 5).
Pour compléter la propriété des immeubles situés au côté nord du Janicule appartenant à la Sacré-Congrégation de la Propagande et à d'autres instituts ecclésiastiques, et ayant vue vers les palais vaticans, l'État s'engage à transférer au Saint-Siège ou aux entités qui seront indiquées par lui, les immeubles des domaines d'État ou des tiers existant sur la dite zone. Les immeubles appartenant à la dite Congrégation et aux autres Instituts et ceux à transférer sont indiqués sur le plan annexé (Annexe II, 12).
L'Italie, enfin, transfère au Saint-Siège, en pleine et libre propriété, les édifices ex-conventuels de Rome attenant à la basilique des Saints-Douze-Apôtres et aux églises de Saint-André della Valle et de Saint-Charles ai Catinari, avec toutes les annexes et dépendances (Annexe III, 3, 4 et 5), et à les remettre libres de leurs occupants, dans l'espace d'un an à partir de l'entrée en vigueur du présent traité.
Article 15
Les immeubles indiqués dans l'article 13 et dans les alinéas 1 et 2 de l'article 14, ainsi que les palais de la Daterie, de la Chancellerie, de la Propagande, place d'Espagne, le Palais du Saint Office et les immeubles adjacents, celui des Convertendi (siège actuel de la Congrégation pour l'Église orientale), place Schossacavalli, le palais du Vicariat (Annexe II, 6, 8, 10 et 11) et les autres édifices dans lesquels le Saint-Siège, à l'avenir, jugera bon d'organiser d'autres de ses dicastères, bien que faisant partie du territoire de l'État italien, jouiront des immunités reconnues par le droit international aux résidences des agents diplomatiques étrangers.
Les mêmes immunités s'appliquent aussi à l'égard des autres églises, même hors de Rome, durant le temps où, sans être ouvertes au public, y sont célébrées des cérémonies avec l'assistance du Souverain Pontife.
Article 16
Les immeubles indiqués dans les trois articles précédents, ainsi que le siège des Instituts pontificaux suivants : Universités grégoriennes, Institut biblique, oriental, archéologique, Séminaire russe, Collège lombard, les deux palais de Saint-Apollinaire et la Maison des exercices pour le clergé de Saint-Jean et Saint-Paul (Annexe III, 1 bis, 2, 6, 7 et 8) ne seront jamais assujettis à des servitudes ou à expropriation pour cause d'utilité publique, à moins d'un accord préalable avec le Saint-Siège, et ils seront exempts d'impôts, soit ordinaires, soit extraordinaires, tant à l'égard de l'État que de n'importe quelle autre entité.
Il est au pouvoir du Saint-Siège de donner à tous les susdits immeubles, indiqués dans le présent article et dans les trois articles précédents, les arrangements qu'il juge bon, sans avoir besoin d'autorisations ou de consentements de la part des autorités gouvernementales, provinciales ou communales italiennes, lesquelles peuvent, à ce sujet, s'en remettre, en pleine sécurité, aux nobles traditions artistiques dont s'honore l'Église catholique.
Article 17
Les rétributions, de quelque nature qu'elles soient, dues par le Saint-Siège, par les autres organisations centrales de l'Église catholique et les organisations gérées directement par le Saint-Siège même hors de Rome, à des dignitaires, employés et salariés, même sans fonction stable, seront sur le territoire italien, exemptes, à partir du 1er janvier 1929, de quelque impôt que ce soit, tant à l'égard de l'État que de toute autre administration.
Article 18
Les trésors d'art et de science existant dans la Cité du Vatican et dans le palais de Latran demeureront visibles aux savants et aux visiteurs, le Saint-Siège se réservant toutefois pleine liberté de réglementer l'entrée du public.
Article 19
Les agents diplomatiques et les envoyés du Saint-Siège, les agents diplomatiques et les envoyés des gouvernements étrangers près le Saint-Siège et les dignitaires de l'Église venant de l'étranger pour aller à la Cité du Vatican et munis de passeports des États d'où ils viennent, et visés par les représentants pontificaux à l'étranger, pourront sans autre formalité accéder à cette Cité à travers le territoire italien. Il en sera de même pour les susdites personnes qui, munies du passeport pontifical en règle, se rendront de la Cité du Vatican à l'étranger.
Article 20.
Les marchandises provenant de l'extérieur et envoyées à la Cité du Vatican ou, en dehors de celles-ci, aux Instituts et Offices du Saint-Siège, seront toujours admises, de quelque point des frontières italiennes que ce soit et de n'importe quel port du royaume, à passer par le territoire italien avec pleine exemption de droits de douane et d'octroi.
Article 21
Tous les cardinaux jouissent en Italie des honneurs dus aux princes de sang ; ceux qui résident à Rome, même en dehors de la Cité du Vatican, sont citoyens de cette Cité, avec tous les effets qui en résultent.
Durant la vacance du Siège pontifical, l'Italie veillera d'une manière spéciale à ce que nul obstacle ne soit opposé au libre passage et à l'accès des cardinaux à travers le territoire italien jusqu'au Vatican, et à ce que l'on ne mette pas d'empêchement ou de limitation à leur liberté personnelle.
L'Italie veillera en outre à ce que, sur son territoire, aux alentours de la Cité du Vatican, ne soient pas commis d'actes qui puissent troubler d'une manière quelconque les réunions du conclave.
Ces règles valent aussi pour les conclaves qui se tiendraient hors de la Cité du Vatican, ainsi que pour les conciles présidés par le Souverain Pontife ou par ses légats et à l'égard des évêques appelés à y participer.
Article 22
À la demande du Saint-Siège, et par une délégation qu'il pourra donner, soit dans chaque cas, soit d'une manière permanente, l'Italie veillera sur son territoire à la punition des délits qui seraient commis dans la Cité du Vatican ; mais quand l'auteur du délit s'est réfugié sur le territoire italien, dans ce cas on procédera sans autre formalité contre lui d'après les règles des lois italiennes.
Le Saint-Siège remettra à l'État italien les personnes qui se seraient réfugiées dans la Cité du Vatican, accusées d'actes commis en territoire italien qui seraient reconnus délictueux par les lois des deux États.

Il sera procédé de même à l'égard des personnes accusées de délits qui se seraient réfugiées dans les immeubles jouissant de l'immunité d'après l'article 15, à moins que les préposés aux dits immeubles ne préfèrent inviter les agents italiens à y entrer pour les arrêter.
Article 23
Pour l'exécution dans le royaume des sentences émanant des tribunaux de la Cité du Vatican, on appliquera les règles du droit international.
Auront, par contre, sans autre formalité, pleine efficacité juridique, même avec tous leurs effets civils en Italie, les sentences et les mesures émanant des autorités ecclésiastiques et officiellement communiquées aux autorités civiles au sujet des personnes ecclésiastiques ou religieuses et concernant des matières spirituelles ou disciplinaires.
Article 24
Le Saint-Siège, en ce qui touche la souveraineté qui lui appartient, même dans le domaine international, déclare qu'il veut demeurer et demeurera étranger aux compétitions temporelles envers les autres États et aux réunions internationales convoquées pour cet objet, à moins que les parties en litige ne fassent un appel unanime à sa mission de paix, se réservant en chaque cas de faire valoir sa puissance morale et spirituelle.
En conséquence, la Cité du Vatican sera toujours et en tous cas considérée comme un territoire neutre et inviolable.
Article 25
Par une convention spéciale signée en même temps que le présent traité, laquelle constitue l'annexe IV dudit traité et en forme partie intégrante, il est pourvu à la liquidation des créances du Saint-Siège à l'égard de l'Italie.
Article 26
Le Saint-Siège affirme que, par les accords qui sont signés aujourd'hui, il est en possession d'une manière adéquate de tout ce qu'il lui faut pour veiller à la liberté et à l'indépendance nécessaires au gouvernement pastoral du diocèse de Rome et de l'Église catholique en Italie et dans le monde ; il déclare définitivement et irrévocablement résolue, et par suite éliminée, la Question Romaine, et reconnaît le royaume d'Italie sous la dynastie de la Maison de Savoie, avec Rome comme capitale de l'État italien.
À son tour, l'Italie reconnaît l'État de la Cité du Vatican sous la souveraineté du Souverain Pontife.
Est abrogée la loi du 13 mai 1871, n° 214, ainsi que toute autre disposition contraire au présent traité.
Article 27
Le présent traité, dans un délai qui ne dépassera pas quatre mois à partir de la signature, sera soumis à la ratification du Souverain Pontife et du roi d'Italie, et entrera en vigueur dès l'acte même de l'échange des ratifications.
Rome, 11 février 1929.
 
  
Pietro cardinal GASPARRI.
Benito MUSSOLINI.
  

  
http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/Vatican-Latran.htm
  
  


  

http://www.axl.cefan.ulaval.ca/europe/Vatican.htm

  


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 25 Fév - 10:38 (2015)    Sujet du message: DEUX CONGRES POUR AGIR FACE A L'ABANDON DE LA FOI CHRETIENNE Répondre en citant




DEUX CONGRES POUR AGIR FACE A L'ABANDON DE LA FOI CHRETIENNE

Sous le patronage du Conseil pontifical pour la culture

Rome, 24 février 2015 (Zenit.org) Anne Kurian 


La semaine prochaine, Rome sera l'hôte de deux congrès pour agir face à la désertion dans l’Église et à l'abandon de la pratique religieuse catholique : le congrès international « Renouveler l’Église à l'âge séculier » (« Renewing the Church in a Secular Age ») qui aura lieu les 4-5 mars 2015 sous le patronage du Conseil pontifical pour la culture ; et l'événement « La place et le temps » (“La piazza e il tempio”) organisé par le Parvis des Gentils le 6 mars.

Ces deux événements se pencheront notamment sur les questions : « Pourquoi, malgré le besoin croissant de spiritualité, de nombreuses personnes en recherche abandonnent l’Église ? Comment l’Église peut-elle, en un monde de spiritualité plurielles, être un guide moral pour aujourd’hui ? Quelles sont les responsabilités pastorales que le magistère est appelé à assumer ? »

Le congrès international est organisé par le « Council for Research in Values and Philosophy » (RVP) et par l'Université pontificale grégorienne. Ce projet est né en 2009 après un dialogue public entre le cardinal Francis George (Chicago) et le philosophe canadien Charles Taylor -auteur de l'essai « L'Âge séculier » - reconnu comme l'un des plus grands théoriciens du multiculturalisme et du communautarisme.

A la base de la réflexion : les quatre points de séparation entre l’Église et le peuple, identifiés par Charles Taylor, ainsi que les éléments de réponse de l’Église. Les quatre points sont liés à ces quatre éléments : (a) les personnes qui abandonnent la pratique ecclésiale pour chercher l'Esprit ; (b) le magistère et ses responsabilités pastorales ; (c) les directives morales courantes ; (d) le monde et sa pluralité de spiritualités.

Outre Charles Taylor, les autres intervenants seront le cardinal Gianfranco Ravasi, président du dicastère pour la culture ; le sociologue José Casanova (Georgetown University, États-Unis) ; le philosophe et psychologue Tomáš Halík (Charles University, République Tchèque) ; le théoricien de la société Hans Joas (Humboldt-Universität de Berlin, Allemagne); les philosophes William Desmond (Université catholique de Louvain, Belgique) et Adela Cortina (Université de Valence, Espagne).

Des chercheurs du monde entier, mais surtout occidentaux, sont attendus pour participer aux travaux préparés par une douzaine de groupes de recherche d'Europe et d’Amérique du Nord. Le Congrès servira de plate-forme de lancement pour d'autres initiatives similaires en Asie, Afrique et Amérique Latine, "afin de contribuer au renouveau de l’Église par le dialogue, la recherche de la vérité, de la beauté et de la bonté", précise un communiqué.

L'initiative du Parvis des gentils aura lieu quant à elle au Centre d'études américaines, avec la participation également de Charles Taylor et de José Casanova, ainsi que de Giuliano Amato, président de la Fondation Parvis des gentils, Alessandro Ferrara, de l’Université Tor Vergata de Rome, Giacomo Marramao de l’Université Roma Tre et du P. François Bousquet, historien et anthropologue des religions.

Ces événements s'inscrivent dans le sillage de l'appel du pape François exprimé dans son exhortation apostolique Evangelii gaudium : « Le besoin d’évangéliser les cultures pour inculturer l’Évangile est impérieux. Dans les pays de tradition catholique, il s’agira d’accompagner, de prendre soin et de renforcer la richesse qui existe déjà, et dans les pays d’autres traditions religieuses ou profondément sécularisés, il s’agira de favoriser de nouveaux processus d’évangélisation de la culture, bien qu’ils supposent des projets à très long terme. Nous ne pouvons pas ignorer, toutefois, qu’il y a toujours un appel à la croissance. Chaque culture et chaque groupe social a besoin de purification et de maturation. » (n. 69)

(24 février 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/deux-congres-pour-agir-face-a-l-abandon-de…





Dernière édition par maria le Mer 25 Fév - 11:06 (2015); édité 1 fois
Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 25 Fév - 11:00 (2015)    Sujet du message: PASTORALE DES MIGRANTS : LES GRANDS AVANTAGES DE LA MIGRATION Répondre en citant



PASTORALE DES MIGRANTS : LES GRANDS AVANTAGES DE LA MIGRATION


L'article précédent et celui-ci sont intimement relié car lorsqu'il est question de l'inculturation, il est question d'islamisation. La Sainte Eglise de Rome, nous montre clairement ses intentions, d'utiliser l'islam pour ramener le monde entier sous l'emprise de la religion catholique. Je vous ai démontré la ruse utilisée par l'Eglise de Rome, il n'y a pas si longtemps. On amène les gens dans la misère, vers les camps de réfugiés et alors l'Eglise arrive en Sauveur pour redonner de l'espoir à tous ces gens. Et c'est ainsi que tous se tournent vers Rome pour chercher espoir et réconfort.

...Ces événements s'inscrivent dans le sillage de l'appel du pape François exprimé dans son exhortation apostolique Evangelii gaudium : « Le besoin d’évangéliser les cultures pour inculturer l’Évangile est impérieux....
http://www.zenit.org/fr/articles/deux-congres-pour-agir-face-a-l-abandon-de…

Conclusions du VIIème Congrès mondial

Rome, 20 février 2015 (Zenit.org) Rédaction 

« Les avantages que peuvent procurer les migrants sont bien plus grands que les seuls facteurs économiques et profitent non seulement aux pays d’accueil, mais aussi aux pays d’origine et, dans certains cas aussi, aux communautés de transit », affirment les participants au VIIème Congrès mondial de la pastorale des migrants.

Le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement publie les conclusions du VIIème Congrès mondial qui a eu lieu à Rome, du 17 au 21 novembre 2014, sur le thème « Coopération et développement dans la pastorale des migrations ».

L'événement a rassemblé 284 participants de plus de 90 pays des cinq continents. Parmi eux, six délégués fraternels, du patriarcat œcuménique, du patriarcat orthodoxe roumain, de l’Église orthodoxe de Grèce, de la Communion anglicane, de la Fédération luthérienne mondiale et du Conseil œcuménique des Églises.

En rencontrant les participants le 21 novembre, le pape François avait plaidé pour que les migrants « participent à la vie de la communauté humaine » où ils vivent, y compris dans l’Église où « personne n'est un étranger ».

Au terme de la rencontre, les participants rappellent que « la dignité humaine de tous les migrants et de chaque migrant est d’une importance primordiale » : « Les variables religieuses, ethniques, sociales ou culturelles, la citoyenneté ou l’absence de celle-ci, ne changent rien à ce fait qui confère à chaque individu une valeur et une dignité intrinsèques et incommensurables où toute vie humaine est et doit être considérée comme sacrée. »

Parmi les recommandations, ils invitent les communautés des Églises particulières à « travailler ensemble pour créer une approche commune et humaine des problèmes et difficultés que comporte la migration ».

Ils plaident aussi pour « intensifier la collaboration entre l’Église d’origine et l’Église d’accueil » et pour que « les programmes de formation des prêtres, des religieux et des agents pastoraux prennent en compte les dimensions théologiques et pastorales des migrations ».

A.K.

Conclusions du VIIème Congrès mondial de la pastorale des migrants

Conclusions

L’objectif du 7ème Congrès mondial de la pastorale des migrants était de prendre en considération le phénomène des migrations, en accordant une considération particulière aux migrants pour raisons économiques. Toutefois, les participants souhaitaient reconnaître l’existence des flux mixtes de migration, qui peuvent également comporter des réfugiés, des personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, des migrants pour raisons climatiques, etc., ainsi que la difficulté qui existe parfois pour distinguer clairement ces mouvements.

A la lumière de l’objectif de cet événement, les participants affirment que :

1. Les migrations continuent d’être un signe des temps, où la centralité de la personne humaine et sa dignité revêtent une importance toujours plus grande.

2. Le développement signifie un processus dynamique, qui implique la croissance, l’évolution et la progression, et dont le but ultime est d’accroître les potentialités humaines, d’élargir la portée des choix humains et de créer un environnement sûr et sain au sein duquel tous les habitants d’un pays peuvent vivre, travailler et pratiquer leur culte avec dignité et égalité aussi bien dans le contexte civil que dans le contexte ecclésial.

3. La dignité humaine de tous les migrants et de chaque migrant est d’une importance primordiale. Les variables religieuses, ethniques, sociales ou culturelles, la citoyenneté ou l’absence de celle-ci, ne changent rien à ce fait qui confère à chaque individu une valeur et une dignité intrinsèques et incommensurables où toute vie humaine est et doit être considérée comme sacrée.

4. Les avantages que peuvent procurer les migrants sont bien plus grands que les seuls facteurs économiques et profitent non seulement aux pays d’accueil, mais aussi aux pays d’origine et, dans certains cas aussi, aux communautés de transit.

5. Le transit de migrants revêt une importance particulière. Il s’agit de bien plus qu’une simple relation entre le départ et l’arrivée des migrants, car c’est aussi une source de bien des difficultés dont les migrants font l’expérience.

6. Il existe une fâcheuse tendance dans les communautés et organisations ecclésiales à travailler isolément, créant ainsi un vide qui peut rendre les migrants vulnérables au niveau de la violation de leurs droits et constituer une source de difficultés pour la mise en œuvre de programmes pastoraux appropriés au sein de l’Église d’arrivée (y compris la proclamation de l’Évangile, la formation à la réception des sacrements, à l’évangélisation et à l’intériorisation des valeurs et des concepts chrétiens).

7. La foi personnelle et la piété populaire des migrants sont une expression de leur expérience personnelle de la foi chrétienne et elles constituent un lien entre l’Église de départ et celle d’arrivée. L’intégration implique ni séparation artificielle ni assimilation, mais elle donne plutôt l’occasion d’identifier l’héritage culturel des migrants, de reconnaître leurs dons et leurs talents en vue du bien commun de la communauté ecclésiale tout entière.

8. Les politiques migratoires modernes tendent à mettre l’accent sur la dimension individuelle d’une décision personnelle d’émigrer, se concentrant davantage sur l’aspect du travail dans la migration plutôt que sur la prise en considération de la famille du migrant. En fait, la politique nationale migratoire est souvent l’une des causes qui se trouve à la base de la séparation familiale et de l’éclatement des relations familiales qui peut s’ensuivre.

9. La famille migrante se trouve souvent dans une situation de déracinement de son lieu d’origine, d’un côté, et, d’un autre côté, de manque d’intégration dans la nouvelle société, ce qui crée une sorte de tension qui exerce une force destructrice à la fois sur les individus qui composent la famille que sur la famille elle-même.

10. Le problème de la séparation familiale, causée par les systèmes de migrations imparfaits, constitue une préoccupation de la plus haute importance pour la pastorale des migrants, en particulier pour les pays qui possèdent une large diaspora.

11. La pastorale des migrants doit prendre en considération la distinction entre la première, la deuxième et la troisième génération, chacune ayant ses propres caractéristiques et ses difficultés spécifiques.

12. Les femmes migrantes ne peuvent pas être uniquement reconnues aujourd’hui comme des personnes dépendantes, comme une partie du processus de réunification de la famille, mais comme des personnes indépendantes, qui soutiennent et font vivre la famille. La migration peut constituer une occasion et un instrument importants pour renforcer l’autonomie des femmes.

13. Les jeunes migrants ont besoin d’un environnement social qui permette et favorise leur développement physique, culturel, spirituel et moral.

14. Il existe trois domaines dans lesquels les jeunes migrants peuvent jeter de façon dynamique des ponts entre les sociétés, là où ils s’engagent avec les gens auprès desquels ils vivent et travaillent : dans leurs relations avec les autres, dans leur éducation et dans leur vie de travail.

15. Les sectes continuent de croître et représentent un défi particulier pour la pastorale des migrants, en particulier à l’égard des jeunes générations.

16. Dans le contexte plus large de la migration, où la très grande majorité des migrants de l’époque contemporaine ne sont ni catholiques ni chrétiens, la coopération œcuménique et la coopération interreligieuse sont de la plus haute importance.

Recommandations

Les participants, compte tenu des conclusions tirées du 7ème Congrès Mondial, souhaitent déclarer leur engagement à mettre en œuvre les recommandations suivantes :

1. Les communautés des Églises particulières doivent travailler ensemble pour créer une approche commune et humaine des problèmes et difficultés que comporte la migration (ce qui peut inclure de travailler avec les Conférences épiscopales, les Gouvernements, les Organisations non gouvernementales et les communautés confessionnelles ; pour protéger les droits des migrants et pour empêcher le trafic des êtres humains, leur exploitation et d’autres crimes semblables. Amplifier le travail au sein des réseaux sociaux (qui commence par un simple échange de coordonnées, comme les adresses mail, les numéros de téléphone, les contacts Skype et les adresses des agents pastoraux) peut renforcer une pastorale plus large et étendue.

2. Ceux qui sont chargés de la mission d’enseignement au sein de l’Église devront s’efforcer d’élargir la connaissance et la compréhension du magistère de l’Église en matière de migration qui, à son tour, a la capacité de faire passer de la théorie à la pratique au niveau local.

3. Les pasteurs de l’Église doivent parler d’une seule voix en matière de migrations. L’Église est une voie prophétique pour l’intégration des migrants dans des communautés d’accueil, en gardant bien présente à l’esprit l’universalité de la communauté ecclésiale catholique, qui implique une approche pastorale plus complète et qui va au-delà du seul aspect caritatif.

4. L’Église peut faire un meilleur usage des médias pour faire avancer les droits des migrants. La prise de conscience au niveau de la paroisse locale, l’encouragement à voter pour la justice et l’égalité, la création de centres d’études et de publications ont la capacité de changer l’information sur les migrations. L’opinion publique doit être correctement informée sur la véritable situation des migrants, pas seulement dans le pays d’accueil, mais aussi dans leur pays d’origine.

5. Étant donné que le phénomène des migrations irrégulières est une des causes de l’exploitation du travailleur migrant et de sa famille, les fidèles doivent se faire les tenants de politiques gouvernementales d’immigration plus justes et plus inclusives, qui viennent en aide aux migrants dans leur recherche de travail et de meilleures conditions de vie, qui sauvegardent le rôle de la famille et des femmes, tout en prévenant l’exploitation et/ou le trafic de travailleurs migrants et d’autres formes d’abus.

6. L’Église, à tous les niveaux, est une communauté d’espoir et d’action, qui s’exprime à travers la solidarité avec les migrants, par leur défense en étant à leurs côtés (en particulier des enfants et des mineurs non accompagnés), à travers une prise de conscience de la part des fidèles qui conduit à un engagement concret, en s’efforçant de réduire les causes profondes des migrations forcées, et en aidant les migrants à se procurer de la nourriture, un logement, des soins médicaux et une assistance légale, quel que soit leur statut.

7. L’Église du lieu d’origine, l’Église du lieu de transit et l’Église d’accueil doivent renforcer leur communication et leur communion et travailler ensemble pour mettre en œuvre des programmes de prévention, organisés entre les Conférences épiscopales respectives.

8. La collaboration entre l’Église d’origine et l’Église d’accueil doit être intensifiée, en particulier en ce qui concerne les deux premières générations de migrants. A travers la préparation d’agents pastoraux et sociaux capables de servir de ponts entre les deux réalités, cette collaboration requiert un dialogue entre les deux cultures et de prendre en compte les problèmes spécifiques à chaque génération.

9. Tous les agents pastoraux au service des migrants doivent garantir que la voix des migrants est entendue, ce qui facilite ainsi la défense de leur cause. L’Église doit garantir que leurs histoires soient reconnues et appréciées à leur juste valeur.

10. Les programmes pastoraux diocésains et les initiatives concernant les jeunes migrants doivent se concentrer sur leur formation intégrale, dont une partie inclut la formation leur permettant de devenir des intermédiaires actifs entre leur culture d’origine et celle du pays dans lequel ils vivent désormais. Il faudra mettre l’accent sur le respect de la culture de chacun, nécessaire en vue d’une meilleure compréhension mutuelle.

11. Les programmes pastoraux diocésains peuvent envisager de fonctionner avec les écoles de vocations locales pour initier des programmes certifiés pouvant reconnaître et procurer l’accréditation nécessaire aux jeunes migrants, de sorte que l’apport de leurs compétences et de leurs talents puisse, à leur tour, être une occasion de contribuer au développement de leur pays d’origine à leur retour.

12. Les programmes de formation des prêtres, des religieux et des agents pastoraux doivent prendre en compte les dimensions théologiques et pastorales des migrations. En conséquence, la formation aussi bien du clergé que des laïcs requiert une formation interculturelle, une connaissance, un entraînement au dialogue et l’appréciation du potentiel des migrants, qui inclut leur rôle dans la Nouvelle Évangélisation. Au niveau local, cela s’exprime par la nécessité de la formation de médiateurs culturels, qui sachent parler la langue et qui comprennent la culture des migrants et l’expression de la foi qu’ils apportent avec eux.

13. La présence et le rôle des Associations et des Mouvements ecclésiaux laïcs, dont les structures ont l’avantage d’œuvrer dans un contexte différent (et parfois plus souple) que les structures ecclésiales formelles pour la pastorale des migrants, doivent être renforcés et intensifiés.

14. Chaque Conférence épiscopale catholique ou toute structure hiérarchique correspondante au sein des Églises orientales s’engage à établir un organe particulier (bureau, commission, sous-comité) qui serait spécifiquement en charge de la pastorale des migrants. Cela pourrait constituer une étape dans l’édification d’un meilleur réseau entre les Églises. Le Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, pour sa part, pourrait être le point de référence commun ou le lieu de coordination de cette pastorale spécifique.

(20 février 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/pastorale-des-migrants-les-grands-avantage…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 25 Fév - 11:19 (2015)    Sujet du message: POPE TO CHURCH OF SCOTLAND : 'THE LORD IS CALLING US TO OVERCOME OLD PREJUDICES ' Répondre en citant

POPE TO CHURCH OF SCOTLAND : 'THE LORD IS CALLING US TO OVERCOME OLD PREJUDICES '

Says Common Christian Witness Is Necessary in Globalized World

Vatican City, February 16, 2015 (Zenit.org) Deborah Castellano Lubov 

“In our globalized and often confused world, a common Christian witness is a necessary requisite for the effectiveness of our efforts to evangelize.”

Pope Francis made this statement this morning in the Vatican when speaking to the moderator of the Church of Scotland, Rev. John P. Chalmers, and other representatives present.

The Pontiff told the delegation he was happy to meet with them and to reaffirm “our common commitment to the Gospel and the cause of Christian unity.

The present state of ecumenical relations in Scotland, the Jesuit Pope noted, “clearly shows that what we, as Christians, hold in common is greater than all that divides us.” 

On this basis, he added: “The Lord is calling us to seek ever more effective ways to overcome old prejudices and to find new forms of understanding and cooperation."

Faith and Christian witness, the Pope noted, are presently confronted by such great challenges.

Only by working together, he said, will we “be able effectively to serve the human family” and “enable the light of Christ to reach every dark corner of our hearts and of our world.”

Speaking off the cuff in Spanish, the Holy Father expressed his extreme sorrow regarding the execution of more than 20 Coptic Christians in Egypt.

“They only said: 'Jesus, help me.' They were killed for the sole fact of being Christians," Francis said, noting how Rev. Chalmers referenced the bloodshed taking place in the Land of Jesus.

"The blood of our Christian brothers is a witness that shouts," the Pope said. "It doesn't matter if they are Catholic, Orthodox, Coptic, Lutheran: they are Christians!” 

***

On ZENIT’s Web page:

Full Translation: http://www.zenit.org/en/articles/pope-s-address-to-john-p-chalmers-and-repr…

(February 16, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/pope-to-church-of-scotland-the-lord-is-cal…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 27 Fév - 12:00 (2015)    Sujet du message: CENTRAL AFRICAN ARCHISHOP CALLS FOR ERADICATION OF "SPIRIT OF DIVISION" Répondre en citant





CENTRAL AFRICAN ARCHISHOP CALLS FOR ERADICATION OF "SPIRIT OF DIVISION"

Says Possible Papal Visit is a Sign of Divine Goodness

Rome, February 26, 2015 (Zenit.org) Staff Reporter 

An Archbishop from the Central African Republic compared the war-ridden country "to the desert where we must fight the temptations of the devil."

Archbishop Dieudonné Nzapalainga of Bangui released a Lenten message in which he addresses the civil war that has plagued the country since 2012.

"With the power of the Spirit we will receive at Pentecost, we must fight to eradicate the spirit of division”, adding that “basic consultation is a means of offering Central Africans an opportunity to talk with one another."

According to Fides, the Central African prelate noted the upcoming Bangui Forum as means to overcome the current crisis in the nation. "These moments mark the beginning of the process for a change of behavior," he wrote

The Bangui Forum is the conclusion of a series of meetings held in various provinces of the Central African Republic, geared at promoting reconciliation among people "divide by hatred and indifference."

Concluding his statement, Archbishop Nzapalainga said that the Holy Father's trip to the country this year "is a sign of divine goodness." Pope Francis announced that he plans to visit Uganda and the Central Africa at the end of the year. The Pope told journalists during his return flight from Manila that his visit to Africa was delayed to the Ebola epidemic.

“The Papal visit must be for our Church a time of grace, which will give new impulse to our life as Christians” Archbishop Nzapalainga concluded.

(February 26, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/central-african-archbishop-calls-for-eradi…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 2 Mar - 13:48 (2015)    Sujet du message: AFRICAN RELIGIOUS LEADERS DISCUSS UPF FOUNDERS' VISION Répondre en citant



INTERFAITH PROGRAMS


AFRICAN RELIGIOUS LEADERS DISCUS UPF FOUNDERS' VISION

...New York Times (USA), June 24, 2004
WASHINGTON, June 23 - As a shining symbol of democracy, the United States capital is not ordinarily a place where coronations occur. So news that the Rev. Sun Myung Moon, the eccentric and exceedingly wealthy Korean-born businessman, donned a crown in a Senate office building and declared himself the Messiah while members of Congress watched is causing a bit of a stir.

One congressman, Representative Danny K. Davis, Democrat of Illinois, wore white gloves and carried a pillow holding one of two ornate gold crowns that were placed on the heads of Mr. Moon and his wife, Dr. Hak Ja Han Moon, at the ceremony, which took place March 23 and capped a reception billed as a peace awards banquet...

Politicians filmed bowing to 'Moonie' cult leader

... "My dream is to organize a Christian political party including the Protestant denominations, Catholics and all the religious sects. Then the communist power will be helpless before ours. We have to purge the corrupted politicians and the sons of God must rule the world. The separation between religion and politics is what Satan likes most. ...Upon my command to the Europeans and others throughout the world to come live in the U.S., wouldn't they obey me? Then what would happen? We can embrace the religious world in one arm and the political world in the other. With this great ideology, if you are not confident to do this, you had better die!" ...

...Other participants who were paid speakers at that event included Beverly LaHaye of Concerned Women for America, Gary Bauer of the Family Research Council, Rev. Robert Schuller of the Crystal Cathedral. Pat Boone provided the entertainment. Bill Cosby, when he found out that it was a Unification Church function, tried to decline to appear. They threatened him with a lawsuit. This function was sponsored by The Washington Times Foundation which is an adjunct to The Washington Times Newspaper that is always promoted by Christian political activists as the "conservative" Washington Times, never as the Unification Church-owned Washington Times....

Read more :
http://www.religionnewsblog.com/7644-Politicians_filmed_bowing_to__Moonie__

...

http://www.takeoverworld.info/moon.htm

A classic low point in American politics. Propaganda video from the Unification Church linking Moon with Muhammed, Buddha, and Jesus and implying that Moon is the new Messiah.

Skillfully edited to suggest that world leaders and members of Congress endorse Moon as the "King of Peace"(remember that Jesus was merely the Prince of Peace; Moon elevates himself to King of Peace).

Includes a regal "King of Peace" coronation for Moon filmed in the Dirkson Senate Building. Suporting cast of US political dignitaries includes Rep. Curt Weldon (R - PA), Sen. Howard Stephenson (R - UT), Congressman Roscoe Bartlett (R - MD), Rep. Elijah Cummings (D - MD), and Congressman Dennis Hastert (R - IL), Speaker of the House.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=f08clPMODw8

-----

Written by Kevin Meth, Secretary General, UPF-South Africa

Tuesday, January 27, 2015  



Johannesburg, South Africa - The executive committee of the All African Federation of Churches (AAFC) attended a three-day introduction to the teachings of UPF Founder Dr. Sun Myung Moon.

The seminar took place from Jan. 27 to 29, 2015, at the Anashe Conference Centre in Midrand, a community that is part of Greater Johannesburg.

Prophet Samuel Radebe, the deputy president of AAFC, gave a short introduction to start the seminar, thanking UPF for the privilege of learning about the UPF vision, and particularly about its founder.

Rev. Jean Augustin Ghomsi, UPF regional secretary general for Southern Africa, and Rev. Kevin Meth, UPF-South Africa secretary general, were the main lecturers. The bishops and archbishops listened very attentively, and there were occasional nods of agreement and questions for purposes of clarity.

At the end of the second day Archbishop Nchene Tsekedi, the president of AAFC, rose and profusely thanked UPF for sharing such profound insights. Other archbishops and bishops also expressed their amazement at the content of Dr. Moon’s teachings and said how privileged they felt to be in this seminar.

On the third day Prophet Radebe gave a moving testimony of how he had been called at the age of sixteen to work for God through the ministry of prophecy.

He said that much of Dr. Moon’s teachings was aligned with his own understanding of God and His Word.

After the final lecture on the third day Rev. Bakary Camara, the UPF regional president for East Africa, gave an
inspiring testimony about how he had come to know Dr. Moon and why he decided to follow him.

After his talk, the AAFC and UPF signed a Memorandum of Understanding (MOU), which bound the two organizations in a working relationship to carry out the vision of UPF. The seminar concluded with a cake-cutting ceremony and with Rev. Camara awarding Ambassador for Peace awards to three of the attendees. He also gave Prophet Radebe a book of Dr. Moon’s teachings as a gift.

http://www.upf.org/interfaith-programs/6322-african-faith-leaders-hear-intr…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 9 Mar - 21:45 (2015)    Sujet du message: PROGRAMME DE LA VISITE DU PAPE FRANCOIS A NAPLES Répondre en citant

PROGRAMME DE LA VISITE DU PAPE FRANCOIS A NAPLES

Visite dans un sanctuaire marial pour obtenir les faveurs de Hail Maria, et sûrement quelques instructions secrètes pour ceux qui sont à mettre en place la guerre en Italie. La majorité du programme est pour les goyens qui croient que cet homme rempli de mauvais esprits apporte la Paix dans le monde.

Rencontres avec la population, les prisonniers, les malades, les jeunes Rome, 3 mars 2015 (Zenit.org) Anne Kurian 

Le Saint-Siège publie le programme de la visite pastorale du pape François à Naples, samedi 21 mars 2015.

La journée commencera au sanctuaire marial de Pompéi – à une vingtaine de kilomètres de Naples – où le pape se recueillera. Puis elle se poursuivra à Naples : le pape prononcera cinq discours, devant la population, auprès des prisonniers, devant le clergé, les religieux et les diacres permanents, auprès des malades et enfin des jeunes, son dernier rendez-vous.

Il célébrera également une messe place du Plébiscite – la plus importante place de la ville – et déjeunera avec un groupe de détenus, avant de vénérer les reliques de saint Janvier, saint patron de Naples, évêque de Bénévent et martyr en 305, sous l'empereur romain Dioclétien.

Programme de la visite à Naples

7h

Départ en hélicoptère de l'héliport du Vatican.

8h

Atterrissage à l’"Area Meeting" du sanctuaire de Pompéi.

8h15

Prière du pape à l'intérieur du sanctuaire.

Transfert en hélicoptère à Naples.

9h

Atterrissage sur le terrain de sport communal de Scampia.

9h30

Rencontre avec la population du quartier et avec diverses catégories sociales – notamment des représentants du monde du travail – place Jean Paul II. Discours du pape François.

11h

Messe « place du Plébiscite ». Homélie du pape.

13h

Visite de la prison "Giuseppe Salvia" à Poggioreale et déjeuner avec un groupe de détenus. Paroles du pape.

15h

Vénération des reliques de saint Janvier (San Gennaro) et rencontre avec le clergé, les religieux et les diacres permanents à la cathédrale Notre-Dame de l'Assomption. Discours du pape.

16h15

Rencontre avec les malades en la basilique du "Gesù Nuovo". Paroles du pape.

17h

Rencontre avec les jeunes sur le bord de mer Caracciolo. Discours du pape.

18h15

Départ en hélicoptère de la gare maritime de Naples.

19h

Arrivée à l'héliport du Vatican.
( 3 mars 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/programme-de-la-visite-du-pape-francois-a-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mar 10 Mar - 00:49 (2015)    Sujet du message: "OMBRES DE VERITE", UN FILM SUR L'ACTION DE PIE XII EN FAVEUR DES JUIFS Répondre en citant

"OMBRES DE VERITE", UN FILM SUR L'ACTION DE PIE XII EN FAVEUR DES JUIFS




L'État de la Cité du Vatican a suivi une politique de neutralité pendant la Seconde Guerre mondiale, sous la conduite de Pie XII. Bien que la ville de Rome soit occupée par l'Allemagne à partir de 1943 et les Alliés à partir de 1944, la Cité du Vatican, elle, reste libre.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vatican_durant_la_Seconde_Guerre_mondiale


Signe des gardes suisses du Vatican et des soldats allemands   




Ils sont restés neutres, oui, bien sûr!

Comparé le Pape Pie XII à un sauveur et libérateur est vraiment une infamie et une honte pour le monde entier. Les Jésuites et le Vatican sont les principaux responsables avec la haute franc-maçonnerie de la 2e guerre mondiale et de la mort de milliers d'individus juifs et non-juifs plus les milliers d'esclaves soldats qui ont été contraints de se barbariser au nom de la Paix et de la Justice de ce temps. Prévu dans le plan de Albert Pike. Le Vatican a même aidé Adolf Hitler a trouver refuge en Argentine ou au Brésil, après la guerre. Un document existe aux Etats-Unis prouvant qu'Hitler ne s'est pas suicidé mais qu'il a fui, à la fin de la guerre.

Comment on élève un traite et ennemi de Dieu au rang de sauveur. Triste neutralité alors qu'un concordat a été signé avec Mussolini. Prêtres et religieuses étaient arrêtés s'ils ne voulaient pas participer à ce génocide. conversion au catholicisme obligatoire pour avoir de l'aide. Les camps de concentration avaient tous des croix et/ou une statue de Marie, qui ont été enlevées à la fin de la guerre, etc. De nombreuses photos sur Google sur les liens étroits entre Hitler et le Vatican. Voyez ce qui se met en place, dans cette présente période et rien n'a vraiment changé. Le plan de Albert Pike pour la 3e guerre mondiale est bel et bien commencé et pourtant le Vatican satanique continue son hypocrisie et sa destruction à travers le monde.


Le Pape, les Juifs et les Nazis




VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=wh5rDbPtXFs

-----

Une enquête historique sur "le Schindler du Vatican" Rome, 3 mars 2015 (Zenit.org) Federico Cenci

Le film-enquête « Shades of Truth » (Ombres de vérité), sur l'action de Pie XII en faveur des juifs pendant la shoah, a été projeté en avant-première à l’Institut « Maria Bambina » de Rome, le 2 mars 2015, jour anniversaire de sa naissance et de son élection comme pape.

Réalisé par l'historienne Liana Marabini, il sera présenté en mai au Festival de Cannes, et en septembre à Philadelphie, lors de la VIIIème Rencontre mondiale des familles à laquelle participera le pape François.

Pour Liana Marabini, ce film montre le pape Pacelli comme « le Schindler du Vatican » : il réhabilite en effet Pie XII, en révélant son œuvre silencieuse mais imposante en faveur du peuple juif pendant la seconde guerre mondiale. Se basant sur plus de cent mille pages de documents et de témoignages inédits, il affirme que la diplomatie de Pie XII a permis de sauver huit cent mille juifs de la persécution nazie.

Une action qui a commencé bien avant le 16 octobre 1943, jour où des patrouilles de SS firent irruption dans l’ancien ghetto de Rome, arrachant hommes, femmes et enfants juifs à leurs habitations. Déjà, depuis que les lois raciales fascistes avaient été adoptées, en novembre 1938, celui qui était alors le cardinal Eugenio Pacelli avait commencé à se mobiliser, en tant que Secrétaire d’État du Vatican, pour garantir une protection aux juifs frappés d’interdiction de travailler dans les établissements d’État et dans les entreprises publiques ou semi-publiques.

A titre d’exemple, le P. Peter Gumpel, sj, postulateur de la cause de béatification de Pie XII, évoque pour Zenit l'histoire du juif Guido Mendes, un ancien compagnon d’école d'Eugenio Pacelli, qui, avec sa famille, put se réfugier en Suisse grâce à un sauve-conduit qui lui fut fourni par l’intermédiaire du cardinal Eugène Tisserant, de la Secrétairerie d’État du Vatican.

Mais la main tendue à la famille Mendes n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan. À travers un ensemble de canaux non officiels, de directives, de messages chiffrés et de contacts avec des bienfaiteurs, le Saint-Siège mena une œuvre conséquente d’assistance aux juifs. Tout d’abord, rappelle le P. Gumpel, « pour permettre aux juifs moins aisés de s’expatrier vers l’Amérique, on lança "l’Oeuvre Saint-Gabriel" : grâce à un accord avec le président brésilien Getúlio Vargas obtenu par le cardinal Pacelli, trois mille juifs ayant fui l’Italie et l’Allemagne trouvèrent refuge au Brésil ».

L’action d’Eugenio Pacelli se poursuivit après son élection comme pape. Les églises, les paroisses et les couvents ouvrirent en secret leurs portes aux nombreux juifs – et non-juifs – qui fuyaient la persécution. Comme l’ont confirmé différentes sources, par l’intermédiaire du P. Robert Leiber, secrétaire particulier de Pie XII, le pape donna personnellement aux établissements de l’Église l’ordre d’offrir un refuge aux fugitifs. Mgr Giovanni Battista Montini, proche collaborateur du pape, fut chargé de cette tâche. On estime que, grâce à l’accueil offert par l’Église catholique, 4.447 juifs furent sauvés dans la seule ville de Rome.

« Un certain nombre de juifs étaient cachés au Vatican, explique le P. Gumpel, et Pie XII insista pour qu’ils y restent tout le temps nécessaire, au risque de se heurter à qui voulait au contraire les renvoyer. »

Non seulement des vies humaines furent sauvées, mais d’autres ont vu le jour grâce à l’aide offerte par l’Église. Le nombre de juifs qui trouvèrent refuge à Castelgandolfo, dans les murs du palais pontifical, n’est pas précisé. En revanche, on connaît le nombre de femmes juives, enceintes, qui accouchèrent en ces lieux : « Une quarantaine d’enfants juifs sont nés dans la résidence de Castelgandolfo, certains même sur le lit personnel de Pie XII. Le pape en était informé et il a envoyé des vivres », précise le P. Gumpel.

Lorsque Pie XII meurt, le 8 octobre 1958, diverses associations et quotidiens juifs et sionistes du monde entier, les rabbins de Londres, Rome, Jérusalem et d’autres en France, Égypte et Argentine, pleurent la disparition de ce pape que Golda Meir, ancienne premier ministre israélien, a défini comme « un grand serviteur de la paix ».

Avec une traduction de Constance Roques

( 3 mars 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/ombres-de-verite-un-film-sur-l-action-de-p…





Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Mar - 08:06 (2015)    Sujet du message: LE PAPE FRANCOIS À SES PARTISANS : « LE CORAN ET LA BIBLE SONT LA MÊME CHOSE. » Répondre en citant

LE PAPE FRANCOIS À SES PARTISANS : « LE CORAN ET LA BIBLE SONT LA MÊME CHOSE. »

Publié le 10 mars, 2015 | par Equipe de Pleinsfeux

ENGLISH : POPE FRANCIS TO FOLLOWERS : “KORAN AND HOLY BIBLE ARE THE SAME”
 http://nationalreport.net/pope-francis-followers-koran-holy-bible/


Le 23 janvier 2015

Lundi, l’Évêque de Rome s’est adressé à ses adeptes catholiques concernant la supposée importance de démontrer la tolérance religieuse. Lors de son discours d’une heure, le Pape François, tout souriant, a été cité en disant aux invités du Vatican que le Coran, et les enseignements spirituels qui y sont contenus, sont tout aussi valables que la Sainte Bible.

« Jésus-Christ, Mahomet, Jéhovah, Allah. Ce sont tous des noms utilisés pour décrire une entité qui est nettement la même à travers le monde. Pendant des siècles, le sang a été versé inutilement en raison de la volonté de séparer nos religions. Ceci, cependant, devrait être le concept même qui nous unit en tant que peuple, en tant que nations, et en tant que monde relié par la foi. Ensemble, nous pouvons apporter un âge de paix sans précédent, tout ce qu’il faut faire pour atteindre une telle condition est de respecter les croyances des autres, parce que nous sommes tous des enfants de Dieu, quel que soit le nom que nous choisissons pour lui adresser la parole. Nous pouvons accomplir des choses miraculeuses dans le monde en fusionnant nos religions, et le temps pour le faire est maintenant. Nous ne devons plus massacrer nos voisins à cause de la différence du nom de leur Dieu. »

Le souverain pontife s’est attiré de sévères critiques en décembre lorsque des photos du dirigeant catholique, âgé de 78 années, ont été publiées représentant le Pape François embrassant un Coran. Le livre saint musulman avait été donné au Pape François lors d’une réunion avec des dirigeants musulmans après une longue prière musulmane tenue au Vatican.

Le Pape François a attisé plusieurs controverses depuis son élection en tant que remplacement pour le Pape Benoît XVI en 2013. Le Pape François est allé jusqu’à dire que les homosexuels ne doivent pas être jugés, que le prosélytisme est insensé et il a approuvé l’utilisation de la contraception par les catholiques.

Le Vatican rencontrera à nouveau les dirigeants musulmans à la fin de février où ils envisagent de parler d’autres mesures qui peuvent être prises pour répandre la compréhension et la prise de conscience de la religion islamique.

Source : http://nationalreport.net/pope-francis-followers-koran-holy-bible/

Traduit par PLEINSFEUX.ORG

http://pleinsfeux.org/le-pape-francois-a-ses-partisans/


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Mar - 10:17 (2015)    Sujet du message: ALL ROADS LEAD TO ROME - THE JESUIT ORDER PUPPETEERING ALL OTHERS Répondre en citant

ALL ROADS LEAD TO ROME - THE JESUIT ORDER PUPPETEERING ALL OTHERS



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=k75LYLCap90


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Mar - 11:53 (2015)    Sujet du message: CANADIANS ASK, “WHAT IS PEACE AND HOW DO WE ACHIEVE IT?” Répondre en citant



PEACE EDUCATION 

CANADIANS ASK, “WHAT IS PEACE AND HOW DO WE ACHIEVE IT?”

Written by Qamrul A. Khanson

Saturday, February 14, 2015 

Toronto, Canada - A peace activist who was formerly a judge in Afghanistan spoke on “Peace and Its Achievement” at the monthly meeting of UPF-Canada, Central District.

Judge Hamid Payman, who is currently a peace activist living in Canada, spoke at the February 14, 2015, meeting and answered questions.

Peace is more than the absence of war or of violence, Judge Payman said; there must also be the absence of all forms of conflict. There must be harmonious relations among people, he said.

In addition, Judge Payman said, achieving peace requires the following: 1) mutual respect 2) a non-aggression pact 3) non-interference in the matters of others, 4) equality of rights, and 5) an agreement to coexist side by side peacefully.

Mrs. Eveline Stewart added that UPF has long advocated the establishment of an Interfaith Council at the United Nations that would involve all religious groups from member nations. Animosity and mistrust coming from religious rivalry could be removed through direct communication and understanding.

Dr. Hoossen Auckberaullee, the co-chair of the Central District, agreed that an Interfaith Council at the United Nations would be ideal for creating harmony internationally. UPF advisor Rev. Stoyan Tadin stressed that the teachings of UPF Founder Dr. Sun Myung Moon, because they deal with the causes of war, would lead to lasting peace if universally adopted.                                                                                                

Mr. Qamrul Khanson, the recording secretary of the Central District, stated that one should seek peace within through spirituality and seek peace with the Almighty. As a result of such steps, one would always seek peace and help peace-seekers internationally. Religion plays a vital role in peace, and Dr. Moon’s principles of achieving peace should be implemented especially when previous attempts at peace have failed.

Later in the meeting Mr. Willie Nabus, a leader in Toronto’s Filipino community, gave a testimony about his recent trip to Manila, Philippines, where he attended the first ever Asian Summit organized by UPF. Four hundred participants from 28 nations took part in the summit, including dignitaries from various nations and from UPF International.

http://www.upf.org/peace-education-and-human-development/peace-education-re…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Mer 11 Mar - 12:01 (2015)    Sujet du message: JERUSALEM PEACE AND SECURITY FORUM HOSTS MUSLIM GROUP FROM AZERBAIJAN Répondre en citant



JERUSALEM PEACE AND SECURITY FORUM HOSTS MUSLIM GROUP FROM AZERBAIJAN

Lie, lie, lie.


Written by Dr. Nurit Hirschfeld, Secretary General, UPF-Israel

Tuesday, January 20, 2015




Jerusalem, Israel - The Jerusalem Peace and Security Forum held a special session for a group of Muslim dignitaries from Azerbaijan, who had come to learn about the political situation in the Middle East.

The 33 visiting politicians, academics and public sector directors from the former Soviet republic attended a one-day conference on January 20, 2015, in the Dan Jerusalem Hotel.

In deference to the group's request, the meeting started with a moment of silence to remember the 1992 Khojaly Massacre, in which at least 161 Azeris were killed by Armenian and Commonwealth of Independent States forces in the nation of Nagorno-Karabakh.

Professor Eliezer Glaubach, president of the Jerusalem Peace and Security Forum, opened the discussion with warm welcoming remarks to the distinguished guests. Dr. Glaubach, who has long specialized in Israeli politics with a focus on Jerusalem, emphasized the importance of Jerusalem, the Holy City, for all the monotheistic believers in the world.

Dr. Glaubach said that the conflict between Israel and Palestine has lasted for more than 100 years. Although solutions to the conflict have been proposed by a variety of countries and individuals, a peace treaty still has not been established, despite the need and mutual desire for peace.

According to Dr. Glaubach, the gap between the will for peace and the reality of conflict lies mainly within the internal political problems of both the Palestinian and Israeli nations.


Mr. Menashe Shaul, a political commentator from the Israel Broadcasting Authority and an expert on relations between Israel and its neighboring countries, was the second speaker. He said the terror groups led by the Islamic State are enemies of all humankind since they kill people from all religions and nations: Christians, Yazidis, Jews and even Muslims. They hold to the view that there can be only one way to live—as one global Islamic state where all other faiths and believers surrender. Mr. Shaul agrees with U.S. President Barack Obama’s former position that the only solution to the Islamic State is to destroy it

Regarding Israel and Palestine, Mr. Shaul said that both are suffering from Hamas, a terror organization whose declared goal is to destroy and replace the State of Israel with its idea of a Palestinian state. The many attempts at unity between the Palestinian political party Fatah and Hamas are failing, because Fatah, unlike Hamas, supports a "two-state solution" to resolve the long-lasting conflict. Mr. Shaul further explained that Israel—like any other country in the world—would not negotiate with anyone who wishes for its destruction. He concluded by saying that the relationship between the Palestinians and the Israelis should move onto a new track, one of peace, similar to the one Israel has been sharing with Egypt for 35 years and with Jordan for 20 years.

Ms. Ksenia Svetlova, a reporter and a freelance commentator on Arab affairs in the Russian language, participated in the conference just a day after announcing she had joined the Zionist Camp political party in a location that virtually guarantees her election to the Knesset (Israeli Parliament) in the upcoming March elections.

As part of her journalistic work, Ms. Svetlova has visited many Muslim countries, including Syria, Lebanon, Libya, Bahrain, the Gulf States, Egypt and Malaysia. She offered a broad overview of modern Egypt, information on the Palestinian territories and Arab culture and society, while relating their impact to changes in the region and the State of Israel.

The presentations concluded with remarks from Mr. Suleymanov Tahir, a school director from Azerbaijan, followed by questions and answers and a lively discussion.

Presentation:
Eliezer Glaubach

http://www.upf.org/peace-and-security/jerusalem-forum/6344-jerusalem-peace-and-security-forum-hosts-muslim-group-from-azerbaijan


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Ven 13 Mar - 02:27 (2015)    Sujet du message: WCC LEADERSHIP FOCUCES ON PEACE-BUILDING AND INTER-RELIGIOUS INITIATIVES DURING A SOLIDARITY VISIT TO ISRAEL AND PALESTINE Répondre en citant



WCC LEADERSHIP FOCUCES ON PEACE-BUILDING AND INTER-RELIGIOUS INITIATIVES DURING A SOLIDARITY VISIT TO ISRAEL AND PALESTINE


Participants in a meeting with church leaders hosted at the Latin Patriarchate in Jerusalem by Patriarch Fouad Twal. © WCC/Marianne Ejdersten

12 March 2015

To express solidarity with churches and people in Israel and Palestine, the leadership of the World Council of Churches (WCC) Central Committee has undertaken a visit to Israel and Palestine from 7 to 12 March.

The delegation with Dr Agnes Abuom, moderator of the WCC Central Committee, Metropolitan Dr Gennadios of Sassima and Bishop Mary Ann Swenson, vice-moderators of the Central Committee, and Rev. Dr Olav Fykse Tveit, WCC general secretary, highlighted the WCC's focus on supporting peace initiatives in the troubled region, underlining the on-going presence and witness of the churches’ engagements.

The visit has been an expression of the pilgrimage of justice and peace, affirming the WCC's commitment to support the peace process in the Holy Land and in the Middle East, and to reflect on the on-going and clear wish for a just peace.

The visit included meetings with representatives of the WCC member churches, including Patriarch Theophilos III of Jerusalem and Bishop Dr Munib A. Younan of the Evangelical Lutheran Church in Jordan & the Holy Land as well as other church leaders in Jerusalem who were hosted by Patriarch Fouad Twal in a gathering at the Latin Patriarchate in Jerusalem. The WCC delegation also met with Jewish and Muslim leaders, human rights groups (both Palestinian and Israelis), at the Peres Peace Centre with Shimon Peres, Prime Minister Al Hamdallah and the Presidential Committee for Church Affairs in Ramallah as well as representatives of ecumenical organizations. The delegation also had exposure to the conditions of life under occupation, and to successful community projects in the area.

The delegation was hosted by the Jerusalem Inter-Church Centre, an initiative of the Jerusalem churches in association with the Middle East Council of Churches and the WCC. The Centre is a coordination point for ecumenical action in and for Jerusalem and its churches.

The WCC delegation learned about the role of the churches in the region, including the work of the WCC’s Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel (EAPPI). The EAPPI aims to work alongside Palestinians and Israelis in their nonviolent actions for peace and to carry out concerted advocacy to end the Israeli military occupation of Palestinian territories.

“Since 2002, over 1,500 volunteers have come for three months to be the Ecumenical Accompaniers (EAs). That has been one concrete initiative for the WCC to show solidarity and support to local and international efforts to bring a resolution to the Israeli-Palestinian conflict with a just peace based on international law and relevant United Nations resolutions,” said Dr Agnes Abuom, moderator of the WCC Central Committee. 

Despite being a religious minority in Israel and Palestine, Christians are strongly active and visible in public life.

“Our role is to give Christian witness to the world and work for justice and peace,” said WCC general secretary Rev. Dr Olav Fykse Tveit as he explained how the WCC accompanies peace and reconciliation initiatives in the Middle East and beyond.

Tveit underlined: “We believe peace can be achieved only together with the other. We are called as the fellowship of churches to take action in support of peaceful solutions to the Palestinian-Israeli conflict.”

Among members of the WCC delegation were Georges Lemopoulos, deputy general secretary, Dr Isabel Phiri, associate general secretary for Public Witness and Diakonia, Marianne Ejdersten, the WCC’s director of communication and Rev. Garland Pierce, senior assistant to the WCC general secretary.

WCC member churches in Israel and Palestine

Statement on Economic Measures and Christian Responsibility toward Israel and Palestine
Ecumenical Accompaniment Programme in Palestine and Israel

http://www.oikoumene.org/en/press-centre/news/wcc-leadership-focuses-on-pea…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 01:33 (2015)    Sujet du message: POPE ANNOUNCES SPECIAL HOLY YEAR FOR CHURCH ON THEME ON MERCY Répondre en citant

POPE ANNOUNCES SPECIAL HOLY YEAR FOR CHURCH ON THEME ON MERCY 

The Feast of the Immaculate Conception celebrates the solemn belief in the Immaculate Conception of the Blessed Virgin Mary. It is universally celebrated on December 8,
http://en.wikipedia.org/wiki/Feast_of_the_Immaculate_Conception

Pope Francis has announced the Catholic Church will mark an extraordinary Holy Year, starting on December 8, 2015 and ending on November 20, 2016.



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=cjPCoQOdEto

POPE FRANCIS ANNOUNCES EXTRAORDINARY "HOLY YEAR" BEGNINNING IN DECEMBER

Rome, March 13



VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=fzzDBLmqwlE



(ANSA) - Rome, March 13 - Pope Francis on Friday announced an extraordinary Holy Year devoted to mercy starting December 8 2015, 50 years from the end of the Second Vatican Council, with the opening of St Peter's Basilica Holy Door, and ending on November 20, 2016. The bull calling the year will be formally published on April 12, the Sunday of Divine Mercy.

Earlier, he told a Mexican TV channel Friday, the second anniversary of his election, that he "had the feeling" that his papacy "will be short".

However, he did not say he would consider resignation.

That was the choice of his predecessor Benedict XVI, who shocked the world by taking the very unusual step in early 2013 of resigning the papacy for health and age reasons.

"I have the feeling that my pontificate will be brief: four or five years; I do not know, even two or three," said Francis. "Two have already passed," he added.

"It is a somewhat vague sensation. Maybe it's like the psychology of the gambler who convinces himself he will lose so he won't be disappointed and if he wins, is happy," the pope continued.

"I do not know. But I feel that the Lord has placed me here for a short time, and nothing more...But it is a feeling. I always leave the possibility (to change) open".

Pope Francis is seen as a potential target for Islamic State (ISIS) jihadists.

Francis rarely talks about security although he has spoken publicly about his human frailties, such as the natural fear of physical pain and suffering.

He also spoke in the interview about wider concerns, including human trafficking, drug crimes, abuse by Catholic clergy, issues facing modern families from marriage to communion for divorced Catholic.

On a lighter note,  the Argentine pontiff said losing the freedom to go out for a casual pizza and move about freely without security concerns are a few of the drawbacks to being leader of the world's Catholic Church.

 "The only thing I would like is to go out one day, without being recognized, and go to a pizzeria for a pizza," the pope said. When asked if liked being pope, Francis replied: "I do not mind".

http://www.ansa.it/english/news/2015/03/13/-i-feel-my-papacy-will-be-short-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 02:31 (2015)    Sujet du message: FR. LOMBARDI REJECTS PRESUMED DRAFT OF NEW APOSTOLIC CONSTITUTION Répondre en citant

FR. LOMBARDI REJECTS PRESUMED DRAFT OF NEW APOSTOLIC CONSTITUTION

Says Alleged Draft Was Merely a Note

Vatican City, March 13, 2015 (Zenit.org) Deborah Castellano Lubov 


Upon hearing the media reports that an alleged draft of a new Apostolic Constitution has circulated, Father Federico Lombardi, director of the Holy See Press Office, responded: "I repeat what I said, that this is not in any way of a working document of the current C9, but a note of many months ago written by one of the members on the basis of previous Pastor Bonus.”

According to the Italian blog IlSismografo, the Vatican spokesman denied what had circulated was a common working document.

"Talking about it now as a draft of the new Constitution," Fr. Lombardi said--especially in the wake of various meetings, consultations, and consistories--, "creates confusion."

The "Pastor Bonus" is the apostolic constitution promulgated by Pope John Paul II on June 28, 1988. It instituted several reforms regarding how the Roman Curia is run. The document sets out the roles of the secretariat of state, congregations, tribunals, pontifical councils, administrative services and pontifical commissions, as well as other norms, such as the ad limina visits.

During the recent meetings of the Council of Cardinals, or the C9, in the Vatican, they have been discussing revising the Pastor Bonus and thereby reforming the Roman Curia.

The last meeting of the C9 was this February, at which time ideas were proposed such as merging some pontifical councils into a different consistory, having an office dedicated to the environment and ecology, and having a congregation for the laity. No decisions were made.

(March 13, 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/en/articles/fr-lombardi-rejects-presumed-draft-of-new-…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 02:47 (2015)    Sujet du message: LA TRADITION DES ANNEES SAINTES Répondre en citant

LA TRADITION DES ANNEES SAINTES

De dernier grand jubilé a été célébré en l'An 2000

Rome, 13 mars 2015 (Zenit.org) Rédaction 


Une note du Vatican rappelle que selon la bible, le jubilé est une Année proclamée « sainte » tous les cinquante ans : pendant cette année, on devait revenir à l’égalité de tous les fils d’Israël, offrant des nouvelles possibilités aux familles qui avaient perdu leur propriété, et même la liberté personnelle.

Aux riches, continue la note, l’année jubilaire rappelait, comme l’expliquait Jean-Paul II en l’An 2000  que « la justice, d’après la loi d’Israël, se proposait surtout la protection des faibles" (Tertio Millennio Adveniente, 13).

Toujours selon la même source, l’Eglise catholique a entamé la tradition de l’Année Sainte avec le pape Boniface VIII en 1300. Boniface VIII avait prévu un jubilé chaque siècle. A partir de 1475 - dans le but de permettre à toute génération de vivre au moins une Année Sainte -, le jubilé ordinaire fut établi au rythme de 25 ans. Un jubilé extraordinaire peut être convoqué à l’occasion d’un événement remarquable.

Les Années Saintes ordinaires célébrées jusqu’à aujourd’hui, sont 26. La dernière Année Sainte a été le Jubilé de l’an 2000.

La tradition de convoquer des jubilés extraordinaires remonte au XVIe siècle. Les dernières Années Saintes extraordinaires du siècle passé ont été celles de 1933, convoquées par Pie XI pour le XIXe centenaire de la Rédemption ainsi que celle de 1963, convoquée par Jean-Paul II pour les 1950 ans de la Rédemption.

Pour l’Eglise catholique le jubilé consiste dans « un pardon généralisé, une indulgence ouverte à tous et dans la possibilité de renouer le rapport avec Dieu et avec le prochain », dit encore la Note : « C’est pourquoi l’Année Sante est toujours une opportunité pour approfondir notre foi et vivre, d’un engagement renouvelé, le témoignage chrétien. »

« Par le Jubilé de la Miséricorde le Pape François met au cœur de l’attention le Dieu miséricordieux qui invite tous à revenir chez Lui. La rencontre avec Lui inspire la vertu de la miséricorde », explique encore la Note.

Le rite du début du jubilé est l’ouverture de la Porte Sainte, à Saint-Pierre. Il s’agit d’une porte que l’on ouvre seulement pendant l’Année Sainte, tandis que, durant les autres années elle demeure murée.

Les quatre basiliques papales de Rome ont une Porte Sainte: Saint-Pierre, Saint-Jean-du-Latran, Saint-Paul-hors-les-Murs, Sainte-Marie-Majeure.

Le rite d’ouverture de la Porte Sainte exprime le symbole que, durant le jubilé, un "parcours extraordinaire" vers le Christ est offert aux baptisés.

Les portes saintes des basiliques papales seront ouvertes après l’ouverture de la Porte Sainte de la basilique Saint-Pierre.

Liste des années jubilaires ordinaires et les relatifs Papes.

1300 : Boniface VIII
1350 : Clément VI
1390 : décrétée par Urbain VI, présidée par Boniface IX 1400 : Boniface IX
1423 : Martin V 1450 : Nicolas V
1475 : décrétée par Paul II, présidée par Sixte IV
1500 : Alexandre VI
1525 : Clément VII
1550 : décrétée par Paul III, présidée par Jules III
1575 : Grégoire XIII
1600 : Clément VIII
1625 : Urbain VIII
1650 : Innocent X
1675 : Clément X
1700 : ouverte par Innocent XII, clôturée par Clément XI 1725 : Benoît XIII
1750 : Benoît XIV
1775 : décrétée par Clément XIV, présidée par Pie VI 1825 : Léon XII
1875 : Pie IX
1900 : Léon XIII
1925 : Pie XI
1933 : Pie XI
1950 : Pie XII
1975 : Paul VI
1983 : Jean-Paul II
2000 : Jean-Paul II
2015 : François


Pendant les années 1800 et 1850 il n’y a pas eu de Jubilé à cause de la situation politique du moment.
(13 mars 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/la-tradition-des-annees-saintes?utm_campai…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 02:56 (2015)    Sujet du message: LE PAPE FRANCOIS ANNONCE UN "JUBILE DE LA MISERICORDE" Répondre en citant

LE PAPE FRANCOIS ANNONCE UN "JUBILE DE LA MISERICORDE"

Commençant le 8 décembre, jour de l'Immaculée Conception, hommage à la Vierge Marie. Jubilé catholique, contrefaçon du Jubilé de Dieu, qui aura lieu, en partie durant la même période. Lire dans la Parole de Dieu et dans le livre des Jubilés, chapitre 20 https://fr.scribd.com/doc/254639054/LE-LIVRE-DES-JUBILES-FR ce que sont les Jubilés ainsi que comment Yahwé désire que nous le célébrions. Sa grâce, Sa protection et Sa bénédiction sont sur ceux qui obéissent à Sa voix. Il y a 2 sortes de Jubilé : Un à tous les 7 ans et un autre à tous les 50 ans.

Le cadeau du pape à l'Eglise pour le 2e anniversaire de son pontificat

Rome, 13 mars 2015 (Zenit.org) Anita Bourdin 


Le pape François annonce une Année Sainte extraordinaire de la Miséricorde, sous le signe de Vatican II, ce 13 mars 2015, dans la basilique de Saint-Pierre, où il a présidé une célébration pénitentielle dans le cadre des « 24 heures pour le Seigneur » et à l’occasion du deuxième anniversaire de son élection comme Successeur de Pierre.

Le pape a précisé que ce Jubilé de la Miséricorde débutera par l’ouverture de la Porte Sainte à Saint-Pierre, à l’occasion de la fête de l’Immaculée Conception, le 8 décembre 2015, et qu’il s’achèvera le 20 novembre 2016 par la solennité du Christ Roi de l’Univers.

Personne n'est exclu de la miséricorde

"Personne n'est exclu de la miséricorde de Dieu", a martelé le pape François dans son homélie de cette célébration pénitentielle.

Il venait de faire des recommandations aux confesseurs et aux fidèles qui se confessent, le 12 mars, également sous le signe de la miséricorde: la confession ne doit pas être une "torture"! C'est alors qu'il a annoncé ce Jubilé, sous les applaudissements de l'assemblée. 

"Dieu pardonne tout et toujours, ne nous lassons jamais de demander son pardon", a insisté le pape.

Il a confié l'organisation de cette année au Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation.

Au début de l’année, le pape avait dit : « Ce temps est le temps de la Miséricorde. C’est important, pour les fidèles laïcs de la vivre et de l’apporter dans les différents milieux de la société. En avant! »

Les « 24 heures pour le Seigneur » proposées par le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, promeut dans le monde entier une ouverture extraordinaire des églises pour inviter à la célébration du sacrement de la réconciliation.

C'est dans ce cadre que le pape a présidé la célébration pénitentielle et, comme l'an dernier, le 28 mars, avant d'entendre lui-même les confessions, il s'est approché d'un confessionnal pour se confesser.

Thème et ouverture

Le thème de cette année est tiré de la lettre de saint Paul aux Ephésiens : "Dieu, riche en miséricorde" (Ep. 2,4).

L’ouverture du prochain Jubilé se fera à l’occasion du cinquantième anniversaire de la clôture du Concile oecuménique Vatican II, en 1965, ce qui lui confère une signification particulière.

Pendant le Jubilé, les lectures pour les dimanches du temps ordinaire seront tirées de l’Evangile de saint Luc, "l’évangéliste de la miséricorde". Dante Alighieri le qualifiait de "scriba mansuetudinis Christi", "scribe de la mansuétude du Christ ". Les paraboles de la Miséricorde de l’Evangile de Luc sont très connues : la brebis égarée, la drachme perdue, le père miséricordieux.

L’annonce solennelle de l’Année Sainte sera faite lors de la lecture, près de la Porte Sainte à Saint-Pierre, de la Bulle du pape, le dimanche 12 avril, dimanche de la Miséricorde divine, fête instituée par saint Jean-Paul II en l’An 2000, et célébrée le dimanche après Pâques.

La devise du pape François : miséricorde et élection

La miséricorde est au cœur du ministère du pape François, qui l’a inscrite dans sa devise épiscopale et papale : « miserando atque eligendo » “par miséricorde et par élection”.

Elle est inspirée par une homélie de saint Bède le Vénérable (672/673-735), docteur de l’Eglise, dans laquelle celui-ci commente l'appel de Lévi (Matthieu) par Jésus.

L'homélie de Bède le Vénérable dit: « Jésus vit un publicain et en le regardant avec un sentiment d'amour il le choisit en disant: Suis-moi » [« Vidit ergo Iesus publicanum et quia [i]miserando atque eligendo[/i]vidit, ait illi Sequere me »] (Hom. 21; CCL 122, 149-151).

Le pape fait en effet remonter sa vocation à la fête de saint Matthieu, le 21 septembre 1953, et à sa décision, après une confession, de répondre à l’appel du Christ à le suivre dans la vie sacerdotale.

Lors de cette confession, il a dit avoir fait « l’expérience de la miséricorde divine », et il se sentit « appelé », à l’instar de saint Ignace de Loyola. Objet de miséricorde et élu : ce sont donc les deux thèmes de la devise du pape.

Souvent, le pape a évoqué la représentation de l’Appel de Matthieu peint par le Caravage, un tableau qu’il allait contempler dans l’église Saint-Louis-des-Français de Rome.

Des îles de miséricorde

Au moment du premier angélus, après son élection, le dimanche 17 mars 2013, le pape disait : "Ressentir de la miséricorde, ce mot change tout. C’est le mieux que nous pouvons ressentir: cela change le monde. Un peu de miséricorde fait en sorte que le monde soit moins froid et plus juste. Nous avons besoin de comprendre bien cette miséricorde de Dieu, ce Père miséricordieux qui est tellement patient".

Pendant l’angélus de 11 janvier 2015, il a affirmé : « On a tellement besoin, aujourd’hui, de miséricorde et c’est important que les fidèles laïcs la vivent et l’apportent dans les différents milieux de la société, En avant ! Nous sommes en train de vivre le temps de la miséricorde: c’est maintenant le temps de la miséricorde » .

Dans son message pour le Carême 2015, le pape François a également écrit : « Combien je désire que les lieux où l’Eglise se manifeste, ainsi que nos paroisses et, spécialement nos communautés deviennent des îles de miséricorde au milieu de la mer de l’indifférence ! »

Dans le texte de l’édition italienne de l’exhortation apostolique Evangelii gaudium, le mot miséricorde est évoqué 31 fois.
(13 mars 2015) © Innovative Media Inc.

http://www.zenit.org/fr/articles/le-pape-francois-annonce-un-jubile-de-la-m…


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Sam 14 Mar - 03:08 (2015)    Sujet du message: POPE NAMES TWO NEW BISHOPS IN THE UNITED STATES Répondre en citant

POPE NAMES TWO NEW BISHOPS IN THE UNITED STATES

Fr. John Stowe = Knight of Malta
Bishop Thomas Anthony Daly
= Knight of Malta

Prelates to Head Dioceses of Spokane, Washington and Lexington, Kentucky

Rome, March 12, 2015 (Zenit.org) Staff Reporter 


Pope Francis has appointed two new bishops in the United States today. The Holy See announced that the Pope named Fr. John Stowe, O.F.M. Conv., as Bishop of Lexington (Kentucky) and Bishop Thomas Anthony Daly as Bishop of Spokane (Washington).

Bishop-elect Stowe was serving as Vicar Provincial of the Conventual Franciscan Province of Our Lady of Consolation prior to his nomination. Born in Ohio, the newly-appointed Bishop served as the rector of the Basilica and National Shrine of Our Lady of Consolation in Carey, Ohio.

He also served as Chancellor, Moderator of the Curia and Vicar General of the Diocese of El Paso in Texas.

Prior to his appointment this morning, Bishop Thomas Anthony Daly served as Auxiliary Bishop of San Jose in California. The San Francisco native served in various functions, including chaplain of San Francisco Police Department, and involved in charitable and educational associations.

He was appointed Auxiliary Bishop of San Jose, California in 2011. 

(March 12, 2015) © Innovative Media Inc.


http://www.zenit.org/en/articles/pope-names-two-new-bishops-in-the-united-states


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Mar - 03:47 (2015)    Sujet du message: COPENHAGEN IMAM ON EVE OF TERROR ATTACK : THE PROPHET ENGAGED IN WAR, NOT DIALOGUE, WITH THE JEWS Répondre en citant

COPENHAGEN IMAM ON EVE OF TERROR ATTACK : THE PROPHET ENGAGED IN WAR, NOT DIALOGUE, WITH THE JEWS 
Hajj Saeed, Imam of the Al-Faruq Mosque in Copenhagen, Denmark, rejected interfaith dialogue in a Friday sermon delivered on February 13, one day before the Copenhagen terror attacks. Imam Saeed explained that the Prophet Muhammad waged war against his Jewish neighbors in Al-Madina rather than engage in dialogue with them. The sermon was posted on the Internet by the Scandinavian chapter of Hizb ut-Tahrir.


VIDEO : https://www.youtube.com/watch?v=5VsDOI1p-8w


Revenir en haut
maria
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 18 Juin 2011
Messages: 24 645
Féminin

MessagePosté le: Lun 16 Mar - 03:58 (2015)    Sujet du message: CLERGY ACCUSE VICAR OF HOLDING 'ILLEGAL' ISLAMIC PRAYER SERVICE IN LANDMARK LONDON CHURCH Répondre en citant

CLERGY ACCUSE VICAR OF HOLDING 'ILLEGAL' ISLAMIC PRAYER SERVICE IN LANDMARK LONDON CHURCH




Posted on March 15, 2015 by creeping

Their own mega mosques aren’t enough. via Video: Muslim prayers in Church of England parish – Telegraph.

A Church of England vicar is facing a storm of protest from traditionalist Christians after allowing a Muslim prayer service to be held in his church.

Dozens of Muslims took part in the “Inclusive Mosque” event at St John’s church, Waterloo in central London, in what is thought to have been the first time a full Islamic prayer service has been held within the Church of England.

The vicar, the Rev Canon Giles Goddard, a prominent liberal cleric, joined in the event, reading a passage from the Bible and inviting the congregation to give thanks to “the God that we love, Allah”.

Canon Goddard, described the service, on Saturday, as “very moving” and said it was simply an expression of the church’s desire to offer people a “place to pray”.

But evangelical clerics were angered by the service which they said marked a breach with canon law which forbids any variation from the official liturgy if it contains “any departure from, the doctrine of the Church of England in any essential matter”.

It was also “offensive” to Christians being persecuted for their faith around the world, they said.

Overwhelmingly by Muslims, but also by others.

Canon Goddard was approached by a group called the Inclusive Mosque Initiative, which allows both women and men to lead worship, to host the event to mark International Women’s Day.

“I said ‘yes, of course, come’ not realising that this would be controversial,” he said.

“We are offering a place for people to pray so it made absolutely perfect sense … we should be offering places to pray, we are the Church of England.”

He rejected claims it was a breach of canon law as the event was not officially a Church of England service.

“They could have gone to a community centre I suppose, but they loved being in a church, they were just really pleased and delighted to have the welcome and it was very moving really,” he said.

“It is the same God, we share a tradition.”

False.

During the service a traditional call to prayer was issued by a man before the main worship was led by a Muslim woman, Dr Amina Wadud.

At the end Canon Goddard read part of Psalm 139, telling the congregation: “This is from the Hebrew scripture … we all share these great traditions, so let us celebrate our shared traditions, by giving thanks to the God that we love, Allah.”

The Rev Stephen Kuhrt, Vicar of Christ Church, New Malden, south west London, said: “I am appalled by Islamophobia and when people whip up an anti-Muslim frenzy but the vicar of St John’s Waterloo has done something that is completely illegal, which is to allow an Islamic service to be held in his church and then he has participated as well.

“It is no way to handle the complex issue of how to relate to Muslims to hold an Islamic service [in a church] – that would never happen in a Mosque.”
And in the middle east, Muslims are destroying and banning churches, so it wouldn’t happen there either.

The Rev Robin Weekes, minister of Emmanuel Church in Wimbledon, and a former missionary said: “The issue is not primarily that canon law has been broken, which it has, but that it is offensive to Christians who believe that there is only one God, who is the Father of our Lord Jesus Christ.

“And it is especially offensive to those who are being persecuted around the world for their faith in the uniqueness of Jesus Christ.”

A spokeswoman for the Diocese of Southwark said: “We are aware of some concerns surrounding the event at St John’s Waterloo held for International Women’s Day.

“The Bishop of Kingston is in conversation with the parish priest in order to ascertain exactly what took place.”

https://creepingsharia.wordpress.com/2015/03/15/clergy-accuse-vicar-of-hold…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 02:21 (2016)    Sujet du message: LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION (PARTIE 2)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    LE VOÎLE DÉCHIRÉ (1) Index du Forum -> CONSEIL MONDIAL DES ÉGLISES/WORLD COUNCIL OF CHURCHES - voir les sous-groupes dans cette section -> LE NOUVEL ORDRE MONDIAL ET LA RELIGION - THE NWO AND RELIGION (PARTIE 2) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 333, 34, 3552, 53, 54  >
Page 34 sur 54

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com